Vous êtes sur la page 1sur 38

CHAPITRE 2

COMMENT SE FORMENT LES PRIX SUR UN MARCHE CONCURRENTIEL ?

I. L A NOTION DE MARCHE CONCURRENTIEL

A. L A DIVERSITE DES FORMES DE MARCHES CONCURRENTIELS

Question : Qu’est-ce qu’un marché concurrentiel ?

Il existe une grande diversité de marchés :


✗ Lieu réel, géographiquement situé, de rencontre physique entre des
offreurs et des demandeurs
Exemples : « aller au marché », le « marché aux puces » porte de St
Ouen, une brocante à Lille
✗ Lieu abstrait de confrontation de l’offre et de la demande pour une
marchandise
Exemples : le marché du travail, le marché du pétrole, le marché de
l’or ou encore le marché du blé. Ces marchés sont abstraits même
s’il peut exister des lieux où se rassemblent des négociants comme à
Chicago pour le blé, Londres pour les métaux.

Il y a autant de marchés que de biens et services.

Définition du marché
Le marché est un lieu réel ou fictif où la demande et l’offre d’une marchandise
se rencontrent et donnent naissance à des échanges.

▪ SECONDE ▪ Stanislas ▪ Chapitre n°2 1


Définition du marché concurrentiel
Un marché concurrentiel est un marché sur lequel il y a de nombreux
d’acheteurs et vendeurs du même bien ou service, aucun d’eux n’étant en
mesure d’influencer le prix auquel le bien ou le service est vendu.

Par exemple, si un producteur décide, seul, d’augmenter la quantité de


marchandises qu’il produit, sa décision n’aura aucune influence sur le prix
qui se fixe sur le marché. On dit alors que les agents économiques présents
sur le marché sont des preneurs de prix (ou des price taker).

Remarque
Dans le chapitre, nous n’étudions que les marchés concurrentiels, c’est-à-dire les marchés où il y a
un grand nombre de producteurs et de consommateurs. Dans la réalité, il existe des marchés qui ne
sont pas considérés comme concurrentiels et les économistes distinguent d’ailleurs les marchés
selon leur degré de concurrence. Par exemple, dans le cas d’un monopole, il n’y a qu’un producteur
présent sur le marché. Autrement dit, il n’y a aucune concurrence. Mais, nous n’étudierons pas ce
cas et nous nous contenterons de l’analyse des marchés concurrentiels.

B. L A DIVERSITE DES FONCTIONNEMENTS DES MARCHES

Question : Quelle différence entre marchandage,


enchère et prix fixe ?

Tous les marchés ne fonctionnent pas de la même façon. On distingue le


marchandage, les enchères et les marchés à prix fixe.

✗ Le marchandage consiste à discuter le prix d'une marchandise pour


l'obtenir à un meilleur prix. Le marchandage est institutionnalisé
dans certains bazars orientaux alors qu'il est peu répandu en
France. On le trouve tout de même dans les brocantes, par exemple.
✗ Dans les enchères, un commissaire-priseur fixe un prix de départ
puis, si le marché est un marché d’enchères ascendantes, l’acheteur
est celui qui propose le prix le plus élevé. Dans le cas des enchères
descendantes, c’est celui qui, le premier, accepte le prix proposé qui

▪ SECONDE ▪ Stanislas ▪ Chapitre n°2 2


obtient la marchandise. Ce système d’enchères descendantes est
surtout utilisé pour des biens périssables. Par exemple, le marché
aux fleurs en Hollande est un marché d’enchères descendantes. Une
horloge est connectée à chaque enchérisseur. Pour chaque lot de
fleurs, l'aiguille de l'horloge démarre à un prix élevé et passe par des
niveaux de prix inférieurs jusqu'à ce qu'un enchérisseur l'arrête.
✗ Le prix fixe consiste à afficher un prix sur la marchandise. Les prix
fixes ont été inventés au XIXème siècle. Cette innovation dans le
fonctionnement des marchés participe à la révolution des techniques
de vente que mettront en œuvre les grands magasins.

Remarque
Dans Au bonheur des dames (1883), EMILE ZOLA évoque l’instauration des prix fixes dans les
grands magasins parisiens.

▪ SECONDE ▪ Stanislas ▪ Chapitre n°2 3


II. L E FONCTIONNEMENT D ’ UN MARCHE CONCURRENTIEL

A. U NE REPRESENTATION DU COMPORTEMENT DES CONSOMMATEURS : LA


DEMANDE DE BIENS ET DE SERVICES

1. LA LOI DE LA DEMANDE

Questions : Qu’est-ce que la demande ?


Qu’est-ce que la loi de la demande ?

Définition de la demande d’un bien


La demande de biens désigne la quantité maximale de biens que les agents
économiques sont prêts à acquérir à un prix donné.

« Quantité maximale » car tous les consommateurs sont supposés homo


economicus. Ils cherchent donc à tirer le maximum de satisfaction de leur
consommation.

« A un prix donné » puisque nous avons dit précédemment que sur un marché
concurrentiel, tous les consommateurs sont des preneurs de prix.
D’une manière générale, quand le prix d’un bien augmente, sa demande
baisse. A l’inverse, quand le prix du bien diminue, sa demande croît. C’est la
loi de la demande.
Quand le prix s’élève, des personnes renoncent à l’acheter. Plusieurs raisons
peuvent expliquer cela : elles réalisent que le produit n’est pas indispensable
ou elles se tournent vers un substitut moins onéreux ou, alors qu’elles
souhaitent toujours l’acheter, elles n’ont plus les moyens de l’acquérir en
grande quantité. Ainsi les individus acquièrent une quantité moins importante
quand le prix s’élève. A l’inverse quand le prix du bien diminue sa demande

▪ SECONDE ▪ Stanislas ▪ Chapitre n°2 4


augmente. En effet, le produit peut être dorénavant moins cher qu’un
substitut. Les individus délaissent alors le substitut au profit du bien en
question. En outre il y a des personnes qui avaient décidé de reporter leur
achat quand le prix était encore élevé et, maintenant que le prix a chuté, elles
se mettent à acheter le bien (c’est par ex ce que l‘on observe en particulier en
période de solde). Enfin il y a des personnes qui auraient bien acheté une
quantité plus grande quand le prix était plus élevé mais elles n’en avaient pas
les moyens. Dorénavant, puisque cela est à leur portée, elles vont acheter le
bien.

2. LA REPRESENTATION GRAPHIQUE DE LA DEMANDE

Questions : Comment traduit-on graphiquement


la loi de la demande ?

Puisque la loi de la demande stipule que d’une manière générale, quand le


prix d’un bien augmente, sa demande baisse et qu’à l’inverse, lorsque le prix
d’un bien diminue, la demande croit, la demande est, dans le cas général,
représentée par une fonction décroissante du prix du bien.

Représentation graphique de la demande d’un bien


Prix

𝑶(𝒑)

𝒑𝟐

𝒑𝟏

𝑫(𝒑)
Quantité
𝒒𝟐 𝒒𝟏

Graphiquement, nous constatons que lorsque le prix du bien augmente, passant de 𝑝1 à 𝑝2 , la


quantité demandée diminue de 𝑞1 àt 𝑞2 .

La loi de la demande se traduit graphiquement par une fonction de demande


qui est décroissante du prix qui se fixe sur le marché.

▪ SECONDE ▪ Stanislas ▪ Chapitre n°2 5


Remarque
Lorsque vous devez représenter graphiquement une fonction de demande, il
faut :
✗ Mettre un titre au graphique
✗ Il faut nommer la fonction : 𝐷(𝑝)
✗ On porte toujours en abscisse les quantités (les variables réelles)
✗ On porte toujours en ordonnée le prix (les variables monétaires)
✗ Il faut mettre l’unité s’il y en a une dans l’exercice
ATTENTION : C’est différent de ce que vous faites en mathématiques. Lorsque
vous étudiez la fonction 𝑦 = 𝑓(𝑥) en mathématiques, vous mettez la variable 𝑥
en abscisse et la variable 𝑓(𝑥) en ordonnée.
En mathématiques En Sciences économiques
𝒚 = 𝒇(𝒙) 𝑫 = 𝑫(𝒑)
𝑦 est fonction de 𝑥 La demande est fonction du prix

𝒚 𝒑𝒓𝒊𝒙

𝒇(𝒙) 𝑫(𝒑)

𝒙 𝒒𝒖𝒂𝒏𝒕𝒊𝒕é
Avec 𝑞, la quantité
Les flèches indiquent le sens de lecture du graphique.

▪ SECONDE ▪ Stanislas ▪ Chapitre n°2 6


3. LA REPRESENTATION GRAPHIQUE DE LA SENSIBILITE DE LA DEMANDE
PAR RAPPORT AU PRIX

Question : Comment traduit-on graphiquement


la sensibilité plus ou moins forte de la
demande par rapport au prix ?

Pour certains biens, la demande est peu sensible au prix. Une hausse du prix
engendre alors une baisse de la demande mais moins que proportionnelle à la
hausse du prix. Par exemple, si le prix augmente de 30% mais que la demande
ne diminue que de 10%, on dit que la demande en question est peu sensible
à son prix.

Trois raisons principales peuvent expliquer que la demande d’un bien soit peu
sensible à son prix :

✗ Le prix du bien en question est faible au départ. Dans ce cas, une


hausse, même importante du prix, ne pèse pas fortement sur le
budget des ménages. Ils peuvent se permettre d’acheter la même
quantité de bien ou une quantité légèrement inférieure.

✗ Le produit est ancré dans les habitudes de consommation des


ménages. Une hausse de prix ne se traduit pas alors par une
diminution importante de la quantité demandée. C’est le cas, par
exemple, de la baguette de pain en France.

✗ Le produit en question n’a pas de substitut. Malgré une hausse du


prix, les ménages sont obligés de maintenir une consommation
équivalente pour satisfaire leurs besoins. Par exemple, à ce jour,
l’essence a peu de substitut. Si son prix augmente, la quantité
diminue, mais faiblement, car une partie des ménages ont besoin de
leur voiture pour pouvoir aller travailler.

▪ SECONDE ▪ Stanislas ▪ Chapitre n°2 7


Graphiquement, une demande peu sensible au prix est représentée par une
courbe de demande qui est proche d’une droite verticale.

Une demande peu sensible à son prix : la demande d’œufs


Prix

𝑶(𝒑)

𝒑𝟐

𝒑𝟏

𝑫(𝒑)
Quantité
𝒒𝟐 𝒒𝟏

Graphiquement, nous constatons que dans ce cas d’une demande peu sensible au prix, l’écart
entre 𝑝1 et 𝑝2 est plus important qu’entre 𝑞1 et 𝑞2 .

Ainsi, lorsque la demande d’un bien est peu sensible à son prix, la pente de la
droite représentant les quantités demandées est forte.
Pour certains autres biens, la demande est très sensible au prix. C’est-à-dire
qu’une hausse de prix engendre alors une baisse de la demande mais plus
que proportionnelle à la hausse du prix. Par exemple, si le prix d’un bien
augmente de 25% mais la demande baisse de 70% alors on dit que la demande
est très sensible au prix.
Graphiquement, une demande très sensible au prix est représentée par une
courbe de demande qui est proche d’une droite horizontale.
Une demande très sensible à son prix : la demande de bijoux

Prix

𝒑𝟐

𝒑𝟏
𝑫(𝒑)

Quantité
𝒒𝟐 𝒒𝟏

Graphiquement, nous constatons que dans ce cas, l’écart entre 𝑝1 et 𝑝2 est plus faible qu’entre
𝑞1 et 𝑞2 .
La demande de bijoux est très sensible à son prix car le produit est cher et
pas indispensable.
Ainsi, lorsque la demande d’un bien est très sensible à son prix, la pente de
la droite représentant les quantités demandées est faible.

▪ SECONDE ▪ Stanislas ▪ Chapitre n°2 8


4. L’ETUDE DE L’EVOLUTION DE LA DEMANDE

Question : Comment interpréter les déplacements le


long de la courbe de demande et les déplacements
de la courbe elle-même ?

 Le déplacement le long de la courbe de demande


Une modification du prix entraîne un déplacement le long de la courbe de
demande. S’il y a une hausse du prix, on observe alors un déplacement
vers la gauche sur la courbe et, en cas de baisse du prix, il y a un
déplacement vers la droite.

Exemple n°1 : Une hausse du prix


Évolution de la demande suite à une hausse du prix sur le marché, toutes choses égales par ailleurs
Prix

𝑶(𝒑)
« Toutes choses égales par
𝒑𝟐 𝑩 ailleurs » signifie que l’on fait
évoluer un paramètre mais que
les autres paramètres restent
inchangés.
𝒑𝟏 𝑨
Par exemple, ici, le prix du
marché augmente mais les goûts
𝑫(𝒑)
des consommateurs ou encore
Quantité
𝒒𝟐 𝒒𝟏 leur revenu restent inchangés.

Supposons que sur un marché quelconque, le prix augmente, passant de 𝑝1 à


𝑝2 .
Au prix 𝒑𝟏 , la quantité demandée par les consommateurs est 𝒒𝟏 .
Graphiquement, on se situe au point 𝑨. Si le prix augmente et passe au niveau
𝒑𝟐 , la demande, conformément à la loi de la demande, chute. Au prix 𝒑𝟐 , la
demande correspond à la quantité 𝒒𝟐 , avec 𝒒𝟐 < 𝒒𝟏 . On se situe alors au point
𝑩. Le passage du prix 𝒑𝟏 au prix 𝒑𝟐 a provoqué un passage du point 𝑨 au point
𝑩 sur la courbe de demande.
Ainsi, une hausse du prix entraine un déplacement le long de la courbe de
demande vers le haut.

▪ SECONDE ▪ Stanislas ▪ Chapitre n°2 9


Exemple n°2 : Une baisse du prix
Évolution de la demande suite à une baisse du prix sur le marché, toutes choses égales par ailleurs
Prix

𝑶(𝒑)
𝑨
𝒑𝟏

𝒑𝟐 𝑩

𝑫(𝒑)
Quantité
𝒒𝟏 𝒒𝟐

Supposons que sur un marché quelconque, le prix diminue, passant de 𝑝1 à


𝑝2 .
Au prix 𝒑𝟏 , la quantité demandée par les consommateurs est 𝒒𝟏 .
Graphiquement, on se situe au point 𝑨. Si le prix diminue et passe au niveau
𝒑𝟐 , la demande, conformément à la loi de la demande, augmente. Au prix 𝒑𝟐 ,
la demande correspond à la quantité 𝒒𝟐 , avec 𝒒𝟐 > 𝒒𝟏 . On se situe alors au
point 𝑩. Le passage du prix 𝒑𝟏 au prix 𝒑𝟐 a provoqué un passage du point 𝑨
au point 𝑩 sur la courbe de demande.
Ainsi, une baisse du prix entraine un déplacement le long de la courbe de
demande vers le bas.

 Le déplacement de la courbe de demande

Le déplacement de la courbe de demande est lié à un choc de demande.

Définition choc de demande


Un choc de demande est un élément exogène qui amène la demande globale à
varier.

On parle de choc exogène pour tous les éléments qui peuvent varier autre
qu’une variation du prix. La demande globale est l’ensemble de la demande
des consommateurs adressée aux producteurs du pays.

▪ SECONDE ▪ Stanislas ▪ Chapitre n°2 10


Il existe deux types de choc de demande :

Choc de demande

Choc de demande Choc de demande


positif négatif

Lorsqu'un événément Lorsqu'un événement


provoque une hausse provoque une baisse de
de la demande globale la demande globale

Exemple : Une canicule Exemple : Le Covid 19


est un choc de est un choc de
demande positif sur le demande négatif sur le
marché des crèmes marché de
glacées l'habillement

▪ SECONDE ▪ Stanislas ▪ Chapitre n°2 11


Étudions l’évolution graphique de la courbe de demande suite à un choc de
demande.
Exemple n°1 : Un choc de demande positif
Évolution de la demande de crèmes glacées suite à une vague de chaleur, toutes choses égales par
ailleurs
Prix

𝑫𝟏(𝒑) 𝑫𝟐 (𝒑)

𝒑∗ 𝑨 𝑩

Quantité
𝒒𝟏 𝒒𝟐

Étudions l’impact d’une vague de chaleur sur le marché des crèmes glacées.
Un choc de demande positif conduit à un déplacement de la courbe de
demande vers la droite. En effet, pour un prix 𝒑∗ des crèmes glacées, la
quantité demandée est plus importante suite à la vague de chaleur. Elle passe
de 𝒒𝟏 à 𝒒𝟐 , avec 𝒒𝟏 < 𝒒𝟐 . Ainsi, avec la hausse des températures, on passe du
point 𝑨 au point 𝑩. Or, le point 𝑩 appartient à une autre courbe de demande,
𝑫𝟐 (𝒑) alors que le point 𝑨 appartient à la courbe 𝑫𝟏 (𝒑).
Exemple n°2 : Un choc de demande négatif
Évolution de la demande de vêtement suite à la Covid-19, toutes choses égales par ailleurs
Prix
𝑫𝟒 (𝒑)
𝑫𝟑(𝒑)

𝑫 𝑪
𝒑∗∗

Quantité
𝒒𝟒 𝒒𝟑

Étudions l’impact de la Covid-19 sur le marché des vêtements.


Un choc de demande négatif conduit à un déplacement de la courbe de
demande vers la gauche. En effet, pour un prix 𝒑∗∗ d’un vêtement, la quantité
demandée est moins importante suite à la pandémie. Elle passe de 𝒒𝟑 à 𝒒𝟒 ,
avec 𝒒𝟑 > 𝒒𝟒 . Ainsi, on passe du point 𝑪 au point 𝑫. Or, le point 𝑫 appartient
à une autre courbe de demande, 𝑫𝟒 (𝒑) alors que le point 𝑪 appartient à la
courbe 𝑫𝟑 (𝒑).

▪ SECONDE ▪ Stanislas ▪ Chapitre n°2 12


B. U NE REPRESENTATION DU COMPORTEMENT DES PRODUCTEURS :
L’ OFFRE DE BIENS ET DE SERVICES

1. LA LOI DE L’OFFRE

Questions : Qu’est-ce que l’offre ?


Quelle quantité produit une entreprise sur
un marché concurrentiel ?
Qu’est-ce que la loi de l’offre ?

Rappel : Les producteurs sont des homo economicus.


Ils cherchent donc à maximiser leur profit.

Définition de l’offre d’un bien


L’offre d’un bien correspond à la quantité maximale que les producteurs sont
prêts à proposer sur le marché à un prix donné.

Rappel : Nous avons vu que sur un marché concurrentiel les offreurs comme les demandeurs
sont des price taker. Ainsi, les producteurs ne fixent pas eux-mêmes le prix auquel ils vont
vendre leurs marchandises.

▪ SECONDE ▪ Stanislas ▪ Chapitre n°2 13


Comment une entreprise détermine-t-elle la quantité qu’elle va produire ?
Pour déterminer la quantité produite, la firme doit comparer ses coûts de
production avec le prix qui se fixe sur le marché.
Quels sont les coûts de production d’une entreprise ?
Le coût total supporté par l’entreprise est égal à la somme des coûts fixes et
des coûts variables.
Mathématiquement, l’égalité s’écrit de la façon suivante :
𝑪𝑻(𝒒) = 𝑪𝑭 + 𝑪𝑽(𝒒)
Avec
𝐶𝑇(𝑞) : Le coût total supporté par l’entreprise qui est fonction de la quantité produite
𝐶𝐹 : Les coûts fixes
𝐶𝑉(𝑞) : Les coûts variables supportés par l’entreprise qui sont fonction de la quantité
produite

Définition Coût fixe


Les coûts fixes d’une entreprise sont les coûts de production qui ne dépendent
pas de la quantité produite.

Exemple de coûts fixes pour une entreprise : Le loyer du local de production.


Quelle que soit la quantité produite chaque mois par l’entreprise, il faudra
qu’elle paie son loyer.

Définition Coût variable


Les coûts variables sont les coûts de production qui varient en fonction de la
quantité produite par l’entreprise.

Exemple de coûts variables pour une entreprise : les matières premières


utilisées dans la production. Si l’entreprise veut doubler la quantité produite,
elle devra aussi multiplier par deux la quantité de matières premières utilisée.
Ainsi, son coût variable sera deux fois plus élevé.

▪ SECONDE ▪ Stanislas ▪ Chapitre n°2 14


L’entreprise ne propose des biens sur le marché que si cela lui permet de
dégager un bénéfice, autrement dit un profit positif, sachant que le profit de
l’entreprise est égal à la différence entre le chiffre d’affaire et le coût total.
𝝅(𝒒) > 𝟎
𝑪𝑨(𝒒) − 𝑪𝑻(𝒒) > 𝟎
𝒑 × 𝒒 − 𝑪𝑻(𝒒) > 𝟎
Avec
𝜋(𝑞) : Le profit de l’entreprise qui est fonction de la quantité vendue
𝐶𝐴(𝑞) : Le chiffre d’affaire de l’entreprise qui est fonction de la quantité vendue
𝐶𝑇(𝑞) : Le coût total supporté par l’entreprise pour produire la quantité 𝑞 de biens
𝑝 : Le prix unitaire du bien
𝑞 : La quantité produite et vendue par l’entreprise

Pour avoir un profit positif, l’entreprise ne doit produire et vendre des


marchandises que si le prix unitaire de vente est supérieur au coût moyen
supporté par l’entreprise.
Démonstration
Pour faire la démonstration, il faut partir du profit unitaire qui est le profit réalisé
par l’entreprise pour la vente d’une unité de marchandise.
𝝅(𝒒) 𝑪𝑨(𝒒) − 𝑪𝑻(𝒒)
=
𝒒 𝒒
𝝅(𝒒) 𝒑 × 𝒒 𝑪𝑻(𝒒)
= −
𝒒 𝒒 𝒒
𝝅(𝒒)
= 𝒑 − 𝑪𝑴(𝒒)
𝒒
Avec
𝐶𝑀(𝑞) : Le coût moyen, soit le coût unitaire supporté par l’entreprise.
𝝅(𝒒)
> 𝟎 ⟺ 𝒑 − 𝑪𝑴(𝒒) > 𝟎 ⟺ 𝒑 > 𝑪𝑴(𝒒)
𝒒
Le profit unitaire est positif si et seulement le prix qui s’établit sur le marché
est supérieur au coût moyen de l’entreprise.

▪ SECONDE ▪ Stanislas ▪ Chapitre n°2 15


Comment évolue l’offre d’un bien ?
Nous avons vu que l’offre d’un bien représente l’ensemble des quantités
offertes par les entreprises. Cette offre augmente lorsque le prix s’élève pour
deux raisons.
✗ D’une part, plus le prix est élevé, plus les entreprises présentes sur
le marché dégagent une marge importante pour un coût de
production donné. Elles ont donc intérêt à proposer plus de produits
ce qui augmente la quantité offerte.
✗ D’autre part, si le prix est plus élevé, de nouvelles entreprises
peuvent entrer sur le marché car leur système productif devient
rentable. En effet, avec un faible prix, ces entreprises avaient un coût
moyen qui était supérieur au prix unitaire du marché alors qu’à un
prix élevé, elles peuvent réaliser un profit positif puisque leur coût
moyen devient inférieur au prix. Ainsi, l’arrivée de nouvelles
entreprises sur le marché accroît aussi la quantité offerte.
Inversement, si le prix décroit, la quantité offerte diminue.
Cette relation entre la quantité offerte et le prix du marché est appelée la loi
de l’offre.

2. LA REPRESENTATION GRAPHIQUE DE L’OFFRE

Question : Comment traduit-on graphiquement


la loi de l’offre?

Puisque la loi de l’offre stipule qu’une hausse du prix du bien entraine une
augmentation de l’offre et inversement, une baisse du prix provoque une
diminution de la quantité offerte, l’offre d’un bien est représentée,
graphiquement, par une fonction croissante du prix.

▪ SECONDE ▪ Stanislas ▪ Chapitre n°2 16


Représentation graphique de l’offre d’un bien sur
un marché concurrentiel

Prix

𝑶(𝒑)
𝑶(𝒑)

𝒑𝟐 𝑩

𝒑𝟏 𝑨

Quantité
𝒒𝟏 𝒒𝟐

La loi de l’offre se traduit donc graphiquement par une fonction d’offre qui est
croissante du prix qui se fixe sur le marché.

3. LA REPRESENTATION GRAPHIQUE DE LA SENSIBILITE DE


L’OFFRE PAR RAPPORT AU PRIX

Question : Comment traduit-on graphiquement


la sensibilité plus ou moins forte de l’offre au prix ?

Lorsqu’un bien peut être très facilement produit, l’offre est très sensible au
prix. Une hausse du prix engendre alors une augmentation plus que
proportionnelle au prix de la quantité produite. Par exemple, si le prix qui
s’établit sur le marché augmente de 10% et que l’offre progresse de 50%, on
dit que l’offre en question est très sensible au prix.
Graphiquement, une offre très sensible au prix est représentée par une courbe
d’offre qui est proche d’une droite horizontale.

▪ SECONDE ▪ Stanislas ▪ Chapitre n°2 17


Une offre très sensible à son prix : l’expresso vendu dans un café
Prix

𝑶(𝒑)

𝒑𝟐 𝑶(𝒑)
𝒑𝟏

Quantité
𝒒𝟏 𝒒𝟐

Graphiquement, nous constatons que dans le cas d’une offre très sensible au prix, l’écart
entre 𝑝1 et 𝑝2 est plus faible qu’entre 𝑞1 et 𝑞2 .

Ainsi, lorsque l’offre d’un bien est très sensible à son prix, la pente de la droite
représentant les quantités offertes est faible.

Lorsqu’il est difficile de modifier rapidement la quantité offerte, on dit que


l’offre est peu sensible au prix. C’est-à-dire qu’une hausse du prix engendre
alors une augmentation de l’offre mais moins que proportionnelle à la hausse
du prix. Par exemple, si le prix d’un bien augmente de 10% mais l’offre ne
progresse que de 2% alors on dit que l’offre est peu sensible au prix.
Graphiquement, une offre peu sensible au prix est représentée par une courbe
d’offre qui est proche d’une droite verticale.
Une offre peu sensible à son prix : le blé
Prix
𝑶(𝒑)
𝑶(𝒑)

𝒑𝟐

𝒑𝟏

Quantité
𝒒𝟏 𝒒𝟐

Graphiquement, nous constatons que dans le cas d’une offre peu sensible au prix, l’écart entre
𝑝1 et 𝑝2 est plus important qu’entre 𝑞1 et 𝑞2 .

La demande de blé est peu sensible à son prix car pour augmenter la quantité
de blé produite, il faut au moins un an.
Ainsi, lorsque l’offre est peu sensible à son prix, la pente de la droite
représentant les quantités offertes est forte.

▪ SECONDE ▪ Stanislas ▪ Chapitre n°2 18


4. L’ETUDE DE L’EVOLUTION DE L’OFFRE

Question : Comment interpréter les déplacements le


long de la courbe d’offre et les déplacements
de la courbe elle-même ?

 Le déplacement le long de la courbe d’offre


Une modification du prix entraîne un déplacement le long de la courbe d’offre.
S’il y a une hausse du prix, on observe alors un déplacement vers le haut sur
la courbe et, en cas d’une baisse du prix, il y a un déplacement vers le bas.
Exemple n°1 : Une hausse du prix
Évolution de l’offre suite à une hausse du prix sur le marché, toutes choses égales par ailleurs
Prix
𝑶(𝒑)
𝑶(𝒑)

𝒑𝟐 𝑩

𝒑𝟏 𝑨

Quantité
𝒒𝟏 𝒒𝟐

Supposons que sur un marché quelconque, le prix augmente, passant de 𝒑𝟏


à 𝒑𝟐 .
Au prix 𝒑𝟏 , la quantité offerte par les entreprises est 𝒒𝟏 . Graphiquement, on
se situe au point 𝑨. Si le prix augmente et passe au niveau 𝒑𝟐 , l’offre,
conformément à la loi de l’offre, croît. Au prix 𝒑𝟐 , l’offre correspond à la
quantité 𝒒𝟐 , avec 𝒒𝟐 > 𝒒𝟏 . On se situe alors au point 𝑩. Le passage du prix 𝒑𝟏
au prix 𝒑𝟐 a provoqué un passage du point 𝑨 au point 𝑩 sur la courbe d’offre.
Ainsi, une hausse du prix entraine un déplacement le long de la courbe d’offre
vers le haut.

▪ SECONDE ▪ Stanislas ▪ Chapitre n°2 19


Exemple n°2 : Une baisse du prix
Évolution de l’offre suite à une baisse du prix sur le marché, toutes choses égales par ailleurs

Prix
𝑶(𝒑)

𝒑𝟏 𝑨

𝒑𝟐 𝑩

Quantité
𝒒𝟐 𝒒𝟏

Supposons que sur un marché quelconque, le prix diminue, passant de 𝒑𝟏 à


𝒑𝟐 .
Au prix 𝒑𝟏 , la quantité offerte par les entreprises est 𝒒𝟏 . Graphiquement, on
se situe au point 𝑨. Si le prix diminue et passe au niveau 𝒑𝟐 , l’offre,
conformément à la loi de l’offre, régresse. Au prix 𝒑𝟐 , l’offre correspond à la
quantité 𝒒𝟐 , avec 𝒒𝟐 < 𝒒𝟏 . On se situe alors au point 𝑩. Le passage du prix 𝒑𝟏
au prix 𝒑𝟐 a provoqué un passage du point 𝑨 au point 𝑩 sur la courbe d’offre.
Ainsi, une baisse du prix entraine un déplacement le long de la courbe d’offre
vers le bas.

 Le déplacement de la courbe d’offre

Le déplacement de la courbe d’offre est lié à un choc d’offre.

Définition choc d’offre


Un choc d’offre est un élément exogène qui amène l’offre globale à varier.

On parle de choc exogène pour tous les éléments qui peuvent varier autre
qu’une variation du prix. L’offre globale est l’ensemble de l’offre des
producteurs du pays.

▪ SECONDE ▪ Stanislas ▪ Chapitre n°2 20


Il existe deux types de choc d’offre :

Choc d'offre

Choc d'offre positif Choc d'offre négatif

Lorsqu'un événément Lorsqu'un événement


provoque une hausse de l'offre provoque une baisse de l'offre
globale globale

Exemple : La Covid-19 est un


choc d'offre négatif car de
Exemple : Une baisse du coût
nombreux salariés ont été
salarial provoque un choc
malade. Certaines entreprises
d'offre positif
n'ont pas pu mobiliser autant
de travailleurs qu'avant.

▪ SECONDE ▪ Stanislas ▪ Chapitre n°2 21


Étudions l’évolution graphique de la courbe d’offre suite à un choc d’offre.
Exemple n°1 : Un choc d’offre positif
Évolution de l’offre sur un marché quelconque
suite à une baisse du coût salarial, toutes choses égales par ailleurs

Prix
𝑶𝟏 (𝒑) 𝑶𝟐 (𝒑)

𝑨 𝑩
𝒑∗

Quantité
𝒒𝟏 𝒒𝟐

Étudions l’impact d’une baisse du coût salarial sur un marché quelconque.


Un choc d’offre positif conduit à un déplacement de la courbe d’offre vers la
droite. En effet, pour un prix 𝒑∗ du produit, la quantité offerte est plus
importante puisque le coût de la main d’œuvre pour une entreprise est moins
élevé qu’avant. Elle passe de 𝒒𝟏 à 𝒒𝟐 , avec 𝒒𝟏 < 𝒒𝟐 . Ainsi, avec la baisse du
coût salarial, on passe du point 𝑨 au point 𝑩. Or, le point 𝑩 appartient à une
autre courbe d’offre, 𝑶𝟐 (𝒑) alors que le point 𝑨 appartient à la courbe 𝑶𝟏 (𝒑).

Exemple n°2 : Un choc d’offre négatif


Évolution de l’offre sur un marché quelconque suite à la Covid-19, toutes choses égales par ailleurs

Prix
𝑶𝟒 (𝒑) 𝑶𝟑 (𝒑)

𝑫 𝑪
𝒑∗∗

Quantité
𝒒𝟒 𝒒𝟑

Étudions l’impact de la Covid-19 sur un marché quelconque.


Un choc d’offre négatif conduit à un déplacement de la courbe d’offre vers la
gauche. En effet, pour un prix 𝒑∗∗ d’un bien, la quantité offerte est moins
importante suite à la pandémie puisqu’une partie de la main d’œuvre a été
absente. Elle passe de 𝒒𝟑 à 𝒒𝟒 , avec 𝒒𝟑 > 𝒒𝟒 . Ainsi, on passe du point 𝑪 au
point 𝑫. Or, le point 𝑫 appartient à une autre courbe d’offre, 𝑶𝟒 (𝒑) alors que
le point 𝑪 appartient à la courbe 𝑶𝟑 (𝒑).

▪ SECONDE ▪ Stanislas ▪ Chapitre n°2 22


C. L’ EQUILIBRE SUR UN MARCHE CONCURRENTIEL

1. LA DETERMINATION DU PRIX SUR UN MARCHE CONCURRENTIEL

Question : Comment se fixe le prix sur


un marché concurrentiel ?

Sur un marché concurrentiel, la détermination du prix d’équilibre et de la


quantité d’équilibre se fait par la confrontation de l’offre et de la demande.

Définition prix d’équilibre


Le prix d’équilibre sur un marché concurrentiel est le prix qui égalise les
quantités demandées et offertes.

Au prix d’équilibre, noté 𝒑∗ , il n’y a ni surproduction, ni pénurie sachant que


la surproduction est la situation où, à un prix de marché donné, l’offre est
supérieure à la demande et la pénurie est une situation où, au prix du marché,
l’offre est inférieure à la demande.
Ainsi, au prix d’équilibre, la quantité demandée par les consommateurs est
exactement égale à la quantité offerte par les producteurs. Cette quantité est
appelée quantité d’équilibre et elle est notée : 𝒒∗ . Graphiquement, le prix
d’équilibre et la quantité d’équilibre correspondent aux coordonnés du point
d’intersection des courbes d’offre et de demande, noté 𝑬.

▪ SECONDE ▪ Stanislas ▪ Chapitre n°2 23


Équilibre sur un marché concurrentiel

Prix
unitaire
𝑶(𝒑)

𝑬

𝒑

𝑫(𝒑)

Quantité
𝒒∗

2. LES MECANISMES D’AJUSTEMENT AUTOMATIQUE SUR UN MARCHE

CONCURRENTIEL

Question : Que se passe-t-il sur un marché


concurrentiel qui n’est pas à l’équilibre ?

Supposons que le prix qui s’établisse sur le marché ne corresponde pas au


prix d’équilibre. Que se passe-t-il alors sur le marché concurrentiel ?
Deux cas sont possibles, soit le prix qui s’est fixé sur le marché est supérieur
au prix d’équilibre, soit il est inférieur à ce dernier.
Étudions chacun des deux cas.

▪ SECONDE ▪ Stanislas ▪ Chapitre n°2 24


 Les mécanismes d’ajustement automatique dans le cas où le prix fixé
sur le marché concurrentiel est supérieur au prix d’équilibre

Supposons que le prix fixé sur le marché est 𝒑𝟏 , avec 𝒑𝟏 > 𝒑∗ .


Déséquilibre sur un marché concurrentiel
si le prix fixé est supérieur au prix d’équilibre

Prix
unitaire
𝑶(𝒑)

𝒑𝟏

𝑬
𝒑∗

𝑫(𝒑)

Quantité
𝒒𝒅𝟏 𝒒∗ 𝒒𝒐𝟏
Légende
Surproduction

Au prix 𝒑𝟏 , la quantité offerte est 𝒒𝒐𝟏 et la quantité demandée est 𝒒𝒅𝟏 . Nous
pouvons donc constater graphiquement que la quantité offerte est supérieure
à la quantité demandée : 𝒒𝒐𝟏 > 𝒒𝒅𝟏 . Autrement dit, une partie des producteurs
n’arrive pas à vendre la totalité de leur production. Il y a une surproduction
sur le marché, qui est égale à la différence entre les quantités offertes et
demandées.
𝑺𝒖𝒓𝒑𝒓𝒐𝒅𝒖𝒄𝒕𝒊𝒐𝒏 = 𝒒𝒐𝟏 − 𝒒𝒅𝟏
Comment se résorbe ce déséquilibre ?
Des mécanismes d’ajustement automatique vont permettre de revenir au point
d’équilibre sur le marché, sans faire intervenir l’État. En le laissant
fonctionner librement, le marché peut, seul, résorber la surproduction.
Ces mécanismes d’ajustement automatique se font en deux temps.

▪ SECONDE ▪ Stanislas ▪ Chapitre n°2 25


1ère étape
Comme certains producteurs ne peuvent pas écouler une partie de leurs
marchandises, à la période suivante, ils vont réduire leur niveau de
production. La quantité offerte va donc diminuer. Or, nous avons vu que l’offre
est une fonction croissante des prix (loi de l’offre). A un niveau d’offre plus
faible est donc associé un prix plus faible. Ainsi, du fait de la diminution du
niveau de production, le prix qui s’établit sur le marché baisse.
Graphiquement, il y a un déplacement le long de la courbe d’offre vers le bas
(Flèche verte sur le graphique).
2ème étape
Suite à la diminution de la quantité offerte, le prix baisse. Cette diminution
du prix va inciter les consommateurs à accroître leur demande.
Graphiquement, il y a donc un déplacement le long de la courbe de demande
vers le bas (Flèche violette sur le graphique).
Ces deux processus vont se poursuivre jusqu’à ce que le marché retrouve le
point d’équilibre : 𝐸. La surproduction va donc se résorber automatiquement
du fait de l’évolution du comportement des producteurs et des
consommateurs.
Mécanismes d’ajustement automatique sur un marché concurrentiel
qui traverse une crise de surproduction
Prix
unitaire
𝑶(𝒑)

𝒑𝟏

𝑬
𝒑∗

𝑫(𝒑)

Quantité
𝒒𝒅𝟏 𝒒∗ 𝒒𝒐𝟏
Légende
Surproduction
Évolution du comportement des producteurs suite à la crise de surproduction
Évolution du comportement des consommateurs suite à la crise de surproduction

▪ SECONDE ▪ Stanislas ▪ Chapitre n°2 26


ATTENTION
L’erreur à ne jamais commettre lorsque l’on raisonne sur un marché
concurrentiel
Il ne faut jamais dire que les producteurs baissent le prix s’il y a une crise de
surproduction sur un marché concurrentiel. En effet, nous avions vu, au début du
chapitre, que l’ensemble des agents économiques sont des price taker sur un
marché concurrentiel. Ils ne peuvent donc pas baisser ou augmenter le prix qui est
établi par la rencontre de l’offre et de la demande.

 Les mécanismes d’ajustement automatique dans le cas où le prix fixé


sur le marché concurrentiel est inférieur au prix d’équilibre

Supposons que le prix fixé sur le marché est 𝒑𝟐 , avec 𝒑𝟐 < 𝒑∗ .


Déséquilibre sur un marché concurrentiel
si le prix fixé est inférieur au prix d’équilibre

Prix
unitaire
𝑶(𝒑)

𝑬

𝒑

𝒑𝟐

𝑫(𝒑)

Quantité
𝒒𝒐𝟐 𝒒∗ 𝒒𝒅𝟐

Légende
Pénurie

Au prix 𝒑𝟐 , la quantité offerte est 𝒒𝒐𝟐 et la quantité demandée est 𝒒𝒅𝟐 . Nous
pouvons donc constater graphiquement que la quantité offerte est inférieure
à la quantité demandée : 𝒒𝒐𝟐 < 𝒒𝒅𝟐 . Autrement dit, une partie des
consommateurs n’arrivent pas à satisfaire leurs besoins. Il y a une pénurie
sur le marché, qui égale à la différence entre les quantités offertes et
demandées.

▪ SECONDE ▪ Stanislas ▪ Chapitre n°2 27


𝑷é𝒏𝒖𝒓𝒊𝒆 = 𝒒𝒅𝟐 − 𝒒𝒐𝟐
Comment se résorbe ce déséquilibre ?
Comment précédemment, des mécanismes d’ajustement automatique vont
permettre de retrouver l’équilibre sur le marché concurrentiel.

1ère étape
Comme certains consommateurs n’arrivent pas à satisfaire leurs besoins,
certains d’entre eux vont quitter le marché pour se porter sur des produits
substituables. Par conséquent, la quantité demandée va diminuer. Or, selon
la loi de la demande, à une quantité plus faible est associée un prix plus élevé.
Graphiquement, il y a un déplacement le long de la courbe de demande vers
le haut (Flèche violette sur le graphique).

2ème étape
Suite à la diminution de la quantité demandée, le prix augmente. Cette hausse
du prix va inciter les producteurs à accroître la quantité qu’ils offrent.
Graphiquement, il y a donc un déplacement le long de la courbe d’offre vers le
haut (Flèche verte sur le graphique).
Ces deux processus vont se poursuivre jusqu’à ce que le marché retrouve le
point d’équilibre : 𝐸.

▪ SECONDE ▪ Stanislas ▪ Chapitre n°2 28


Mécanismes d’ajustement automatique sur un marché concurrentiel
qui traverse une pénurie

Prix
unitaire
𝑶(𝒑)

𝑬

𝒑

𝒑𝟐

𝑫(𝒑)

Quantité
𝒒𝒐𝟐 𝒒∗ 𝒒𝒅𝟐

Légende
Pénurie
Évolution du comportement des producteurs suite à la pénurie
Évolution du comportement des consommateurs suite à la pénurie

Ainsi, il existe des mécanismes d’ajustement automatique qui permettent


toujours de revenir au prix d’équilibre sur un marché concurrentiel, dès lors
que le marché fonctionne librement. Autrement dit, si l’État n’intervient pas,
par une législation quelconque, dans le fonctionnement du marché, des
mécanismes permettent de résorber les surproductions comme les pénuries.
Cette démonstration est l’un des principaux arguments avancés par les
économistes libéraux pour expliquer pourquoi ils s’opposent à l’intervention
de l’État dans l’économie.

▪ SECONDE ▪ Stanislas ▪ Chapitre n°2 29


3. LES EFFETS D’UNE MODIFICATION DES COMPORTEMENTS DES
CONSOMMATEURS OU DES PRODUCTEURS SUR LE PRIX

(A) L’IMPACT D’UN CHOC DE DEMANDE SUR L’EQUILIBRE


Question : Quels sont les effets d’un choc de demande
sur l’équilibre d’un marché concurrentiel ?

Un choc de demande est un élément exogène qui amène la demande globale à


varier. Ce choc peut être soit positif, soit négatif.
Nous allons étudier l’impact des deux types de choc de demande (positif et
négatif) sur l’équilibre d’un marché concurrentiel.

▪ SECONDE ▪ Stanislas ▪ Chapitre n°2 30


 L’impact d’un choc de demande positif sur l’équilibre d’un marché
concurrentiel
Nous avions vu qu’un choc de demande positif se traduit, graphiquement, par
un déplacement de la courbe de demande vers la droite puisqu’à chaque
niveau de prix, la quantité demandée est plus importante. On peut constater,
graphiquement, qu’un tel phénomène provoque une hausse du prix et de la
quantité d’équilibre.
Évolution de l’équilibre sur un marché concurrentiel
suite à un choc de demande positif, toutes choses égales par ailleurs
Prix
unitaire

𝑶(𝒑)

𝑬𝟐
𝒑∗𝟐
𝑬𝟏
𝒑∗𝟏

𝑫(𝒑)𝟐
𝑫(𝒑)𝟏
Quantité
𝒒𝒐 = 𝒒∗𝟏 𝒒∗𝟐 𝒒𝒅
= 𝒒∗

Légende
𝐸1∗ : Équilibre sur le marché avant le choc de demande positif
𝑝1∗ : Prix d’équilibre sur le marché avant le choc de demande positif
𝑞1∗ : Quantité échangée sur le marché avant le choc de demande positif
𝐸2∗ : Équilibre sur le marché après le choc de demande positif
𝑝2∗ : Prix d’équilibre sur le marché après le choc de demande positif
𝑞2∗ : Quantité échangée sur le marché après le choc de demande positif
Évolutions des prix et quantités échangées suite au choc de demande positif
Pénurie sur le marché suite au choc de demande positif
Évolution du comportement des consommateurs suite à la pénurie liée au choc de demande positif
Évolution du comportement des producteurs suite à la pénurie liée au choc de demande positif

▪ SECONDE ▪ Stanislas ▪ Chapitre n°2 31


Pourquoi un choc de demande positif provoque-t-il une hausse du prix et de
la quantité d’équilibre ?
Suite au choc de demande positif – par exemple, une vague de chaleur, toutes
choses égales par ailleurs, provoque un choc de demande positif sur le marché
des crèmes glacées – le marché va subir, dans un premier temps, une pénurie
puisque la quantité demandée est supérieure à la quantité offerte pour le prix
𝒑∗𝟏 : 𝒒𝒅 > 𝒒𝒐. Autrement dit, une partie des consommateurs n’arrive pas
satisfaire leurs besoins. Certains d’entre eux vont quitter le marché pour se
porter sur des produits substituables – dans le cas du marché des crèmes
glacées, certains ménages peuvent quitter le marché pour aller sur celui des
sorbets. Par conséquent, la quantité demandée va diminuer. Or, selon la loi
de la demande, à une quantité consommée plus faible est associé un prix plus
élevé. Graphiquement, il y a un déplacement le long de la courbe de demande,
𝑫(𝒑)𝟐 , vers le haut (Flèche bleue sur le graphique).
Suite à la diminution de la quantité demandée, le prix augmente. Cette hausse
du prix va inciter les producteurs à accroître la quantité qu’ils offrent.
Graphiquement, il y a donc un déplacement le long de la courbe d’offre,𝑶(𝒑),
vers le haut (Flèche grise sur le graphique).
Ces deux processus vont se poursuivre jusqu’à ce que le marché concurrentiel
atteigne un nouvel équilibre qui se caractérise par une quantité échangée et
un prix plus élevés que ceux qui étaient fixés sur le marché avant le choc de
demande positif.

▪ SECONDE ▪ Stanislas ▪ Chapitre n°2 32


 L’impact d’un choc de demande négatif sur l’équilibre d’un marché
concurrentiel
Un choc de demande négatif se traduit, graphiquement, par un déplacement
de la courbe de demande vers la gauche puisqu’à chaque niveau de prix, la
quantité demandée est plus faible. On peut constater, graphiquement, qu’un
tel phénomène provoque une baisse du prix et de la quantité d’équilibre.
Évolution de l’équilibre sur un marché concurrentiel
suite à un choc de demande négatif, toutes choses égales par ailleurs
Prix
unitaire

𝑶(𝒑)

𝑬𝟏
𝒑∗𝟏
𝑬𝟐
𝒑∗𝟐

𝑫(𝒑)𝟐 𝑫(𝒑)𝟏

∗ Quantité
𝒒𝒅 𝒒𝒒∗
𝟐 𝒒𝒐 = 𝒒∗𝟏
∗ 𝟐
=𝒒

Légende
𝐸1∗ : Équilibre sur le marché avant le choc de demande négatif
𝑝1∗ : Prix d’équilibre sur le marché avant le choc de demande négatif
𝑞1∗ : Quantité échangée sur le marché avant le choc de demande négatif
𝐸2∗ : Équilibre sur le marché après le choc de demande négatif
𝑝2∗ : Prix d’équilibre sur le marché après le choc de demande négatif
𝑞2∗ : Quantité échangée sur le marché après le choc de demande négatif
Évolutions des prix et quantités échangées suite au choc de demande négatif
Surproduction sur le marché suite au choc de demande négatif
Évolution du comportement des consommateurs suite à la pénurie liée au choc de demande négatif
Évolution du comportement des producteurs suite à la pénurie liée au choc de demande négatif

▪ SECONDE ▪ Stanislas ▪ Chapitre n°2 33


Pourquoi un choc de demande négatif provoque-t-il une baisse du prix et de
la quantité d’équilibre ?
Suite au choc de demande négatif – par exemple, une vague de chaleur, toutes
choses égales par ailleurs, provoque un choc de demande négatif sur le
marché des soupes – le marché va subir, dans un premier temps, une
surproduction puisque la quantité demandée est inférieure à la quantité
offerte pour le prix 𝒑∗𝟏 : 𝒒𝒅 < 𝒒𝒐. Autrement dit, certains producteurs n’arrivent
pas écouler une partie de leur production. A la période suivante, ils vont donc
réduire les quantités qu’ils produisent. La quantité offerte va, donc, diminuer.
Or, selon la loi de l’offre, à une quantité offerte plus faible est associé un prix
moins élevé. Graphiquement, il y a un déplacement le long de la courbe d’offre,
𝑶(𝒑), vers le bas (Flèche grise sur le graphique).
Suite à la diminution de la quantité offerte, le prix diminue. Cette baisse du
prix va inciter les consommateurs à accroître la quantité qu’ils demandent.
Graphiquement, il y a donc un déplacement le long de la courbe de demande,
𝑫(𝒑)𝟐 , vers le bas (Flèche bleue sur le graphique).
Ces deux processus vont se poursuivre jusqu’à ce que le marché concurrentiel
atteigne un nouvel équilibre qui se caractérise par une quantité échangée et
un prix plus faibles que ceux qui étaient fixés sur le marché avant le choc de
demande négatif.

▪ SECONDE ▪ Stanislas ▪ Chapitre n°2 34


(B) L’IMPACT D’UN CHOC D’OFFRE SUR L’EQUILIBRE
Question : Quels sont les effets d’un choc d’offre
sur l’équilibre d’un marché concurrentiel ?

Un choc d’offre est un élément exogène qui amène l’offre globale à varier. Ce
choc peut être soit positif, soit négatif.
Nous allons étudier l’impact des deux types de choc d’offre sur l’équilibre d’un
marché concurrentiel.

 L’impact d’un choc d’offre positif sur l’équilibre d’un marché


concurrentiel
Nous avions vu qu’un choc d’offre positif se traduit, graphiquement, par un
déplacement de la courbe d’offre vers la droite puisqu’à chaque niveau de prix,
la quantité offerte est plus importante. On peut constater graphiquement
qu’un tel phénomène provoque une baisse du prix et une augmentation de la
quantité d’équilibre.
Évolution de l’équilibre sur un marché concurrentiel
suite à un choc d’offre positif, toutes choses égales par ailleurs
Prix
unitaire

𝑶(𝒑)𝟏

𝑶(𝒑)𝟐
𝑬𝟏
𝒑∗𝟏
𝑬𝟐
𝒑∗𝟐

𝑫(𝒑)
Quantité
𝒒𝒅 = 𝒒∗𝟏 𝒒∗𝟐 𝒒𝒐
= 𝒒∗

▪ SECONDE ▪ Stanislas ▪ Chapitre n°2 35


Légende
𝐸1∗ : Équilibre sur le marché avant le choc d’offre positif
𝑝1∗ : Prix d’équilibre sur le marché avant le choc d’offre positif
𝑞1∗ : Quantité échangée sur le marché avant le choc d’offre positif
𝐸2∗ : Équilibre sur le marché après le choc d’offre positif
𝑝2∗ : Prix d’équilibre sur le marché après le choc d’offre positif
𝑞2∗ : Quantité échangée sur le marché après le choc d’offre positif
Évolutions des prix et quantités échangées suite au choc d’offre positif
Surproduction sur le marché suite au choc d’offre positif
Évolution du comportement des consommateurs suite à la surproduction liée au choc d’offre positif
Évolution du comportement des producteurs suite à la surproduction liée au choc d’offre positif

Pourquoi un choc d’offre positif provoque-t-il une baisse du prix et une


augmentation de la quantité d’équilibre ?
Suite au choc d’offre positif – par exemple, une diminution du prix d’une
matière première, le marché va subir, dans un premier temps, une
surproduction puisque la quantité demandée est inférieure à la quantité
offerte pour le prix 𝒑∗𝟏 : 𝒒𝒅 < 𝒒𝒐. Autrement dit, certains producteurs n’arrivent
pas écouler une partie de leur production. A la période suivante, ils vont donc
réduire les quantités qu’ils produisent. La quantité offerte va, donc, diminuer.
Or, selon la loi de l’offre, à une quantité offerte plus faible est associé un prix
moins élevé. Graphiquement, il y a un déplacement le long de la courbe d’offre,
𝑶(𝒑)𝟐 , vers le bas (Flèche bleue sur le graphique).
Suite à la diminution de la quantité offerte, le prix baisse. Cette diminution
du prix va inciter les consommateurs à accroître la quantité qu’ils demandent.
Graphiquement, il y a donc un déplacement le long de la courbe de demande,
𝑫(𝒑), vers le bas (Flèche rose sur le graphique).
Ces deux processus vont se poursuivre jusqu’à ce que le marché concurrentiel
atteigne un nouvel équilibre qui se caractérise par une quantité échangée plus
élevée et un prix plus faible que ceux qui étaient fixés sur le marché avant le
choc d’offre positif.

▪ SECONDE ▪ Stanislas ▪ Chapitre n°2 36


 L’impact d’un choc d’offre négatif sur l’équilibre d’un marché
concurrentiel
Un choc d’offre négatif se traduit, graphiquement, par un déplacement de la
courbe d’offre vers la gauche puisqu’à chaque niveau de prix, la quantité
offerte est moins importante. On peut constater, graphiquement, qu’un tel
phénomène provoque une hausse du prix et une diminution de la quantité
d’équilibre.
Évolution de l’équilibre sur un marché concurrentiel
suite à un choc d’offre négatif, toutes choses égales par ailleurs
Prix
unitaire

𝑶(𝒑)𝟐

𝑶(𝒑)𝟏
𝑬𝟐
𝒑∗𝟐
𝑬𝟏
𝒑∗𝟏

𝑫(𝒑)
Quantité
𝒒𝒐 𝒒∗𝟐 𝒒𝒅 = 𝒒∗𝟏

=𝒒

Légende
𝐸1∗ : Équilibre sur le marché avant le choc d’offre négatif
𝑝1∗ : Prix d’équilibre sur le marché avant le choc d’offre négatif
𝑞1∗ : Quantité échangée sur le marché avant le choc d’offre négatif
𝐸2∗ : Équilibre sur le marché après le choc d’offre négatif
𝑝2∗ : Prix d’équilibre sur le marché après le choc d’offre négatif
𝑞2∗ : Quantité échangée sur le marché après le choc d’offre négatif
Évolutions des prix et quantités échangées suite au choc d’offre négatif
Pénurie sur le marché suite au choc d’offre négatif
Évolution du comportement des consommateurs suite à la pénurie liée au choc d’offre négatif
Évolution du comportement des producteurs suite à la pénurie liée au choc d’offre négatif

▪ SECONDE ▪ Stanislas ▪ Chapitre n°2 37


Pourquoi un choc d’offre négatif provoque-t-il une hausse du prix et une
baisse de la quantité d’équilibre ?
Suite au choc d’offre négatif – par exemple, une hausse du prix d’une matière
première, le marché va subir, dans un premier temps, une pénurie puisque la
quantité demandée est supérieure à la quantité offerte pour le prix 𝒑∗𝟏 : 𝒒𝒅 >
𝒒𝒐 . Autrement dit, certains consommateurs n’arrivent pas à satisfaire leurs
besoins. A la période suivante, ils vont donc réduire les quantités qu’ils
consomment. La quantité demandée va, donc, diminuer. Or, selon la loi de la
demande, à une quantité demandée plus faible est associé un prix plus élevé.
Graphiquement, il y a un déplacement le long de la courbe de demande,
𝑫(𝒑), vers le haut (Flèche rose sur le graphique).
Suite à la diminution de la quantité demandée, le prix augmente. Cette hausse
du prix va inciter les producteurs à accroître la quantité qu’ils offrent.
Graphiquement, il y a donc un déplacement le long de la courbe d’offre, 𝑶(𝒑)𝟐 ,
vers le haut (Flèche bleue sur le graphique).
Ces deux processus vont se poursuivre jusqu’à ce que le marché concurrentiel
atteigne un nouvel équilibre qui se caractérise par une quantité échangée plus
faible et un prix plus élevé que ceux qui étaient fixés sur le marché avant le
choc d’offre négatif.

Conclusion
Selon les économistes libéraux, suite à des chocs d’offre ou de demande, les
mécanismes d’ajustement automatique sur un marché concurrentiel
permettent de trouver un nouvel équilibre, sans qu’il y ait besoin de faire
intervenir les pouvoirs publics.

▪ SECONDE ▪ Stanislas ▪ Chapitre n°2 38

Vous aimerez peut-être aussi