Vous êtes sur la page 1sur 203

Mon Potager au Naturel – Édition 2020 1

Table des matières


Introduction........................................................................................................................................5

I – Implantation du jardin.................................................................................................................6
1- SURFACE NÉCESSAIRE......................................................................................................................6
2- EMPLACEMENT................................................................................................................................6
3- CHOIX DES CULTURES......................................................................................................................7
4- FAIRE UN PLAN................................................................................................................................7
5- PRÉPARER LA TERRE........................................................................................................................9
Démarrer sans travailler la terre..................................................................................................9
Travail manuel.............................................................................................................................10
Travail mécanique.......................................................................................................................10
Le travail continue au printemps.................................................................................................10
II – La Fertilisation...................................................................................................................12
1 - CONNAÎTRE SON SOL....................................................................................................................12
La texture.....................................................................................................................................12
Sol acide, neutre ou alcalin ?......................................................................................................17
La teneur en matières organiques...............................................................................................19
2 – AMENDER LA TERRE EN APPORTANT DES MATIÈRES ORGANIQUES..................................................20
Le Fumier....................................................................................................................................20
Le Compost..................................................................................................................................22
Le BRF.........................................................................................................................................27
Les Engrais verts.........................................................................................................................29
La Cendre de Bois.......................................................................................................................32
Les Feuilles Mortes.....................................................................................................................34
Les Amendements Commerciaux.................................................................................................36
3 - LES BUTTES VIVANTES..................................................................................................................37
Le principe...................................................................................................................................37
Les matériaux nécessaires...........................................................................................................37
Constitution des buttes................................................................................................................37
Utilisation des buttes...................................................................................................................38
Entretenir ses buttes....................................................................................................................38
4 - ENGRAIS DU COMMERCE...............................................................................................................40
III – Cultiver.....................................................................................................................................42
1- LES OUTILS INDISPENSABLES..........................................................................................................42
2- TRAVAILLER LA TERRE...................................................................................................................44
Travail à la grelinette..................................................................................................................44
Travail au motoculteur................................................................................................................44
La couverture permanente du sol................................................................................................44
3- SEMER ET PLANTER.......................................................................................................................45
Les semis......................................................................................................................................45
Les plantations.............................................................................................................................51
La couche chaude........................................................................................................................53
4- GÉRER LES ARROSAGES.................................................................................................................55
Récupérer les eaux de pluies.......................................................................................................55
Comment arroser.........................................................................................................................55
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 2

Économiser l'eau en couvrant le sol............................................................................................57


5- MAÎTRISER LES ADVENTICES..........................................................................................................61
Sarcler entre les lignes de culture...............................................................................................61
Désherber manuellement sur la ligne de culture.........................................................................61
IV - Protéger les cultures..................................................................................................................62
1- FAVORISER LA BIODIVERSITÉ..........................................................................................................62
Qu'est-ce que la biodiversité ?....................................................................................................62
Pourquoi et comment préserver la biodiversité ?.......................................................................62
2 - LES ASSOCIATIONS BÉNÉFIQUES.....................................................................................................64
3- LES ROTATIONS DE CULTURES.........................................................................................................66
4- PROTÉGER PAR DES PRÉPARATIONS À BASE DE PLANTES...................................................................70
L'ortie..........................................................................................................................................70
La consoude.................................................................................................................................72
La prêle .......................................................................................................................................75
La tanaisie...................................................................................................................................77
L'absinthe....................................................................................................................................80
La fougère....................................................................................................................................81
L'ail..............................................................................................................................................83
La menthe....................................................................................................................................84
5- PRODUITS NATURELS DU COMMERCE..............................................................................................85
Les insecticides naturels..............................................................................................................85
Les nématodes.............................................................................................................................85
Les produits anti-cryptogamiques...............................................................................................87
Le bicarbonate de soude..............................................................................................................87
V- Récolter et stocker.......................................................................................................................89
1- RÉCOLTER POUR LA CONSOMMATION EN FRAIS................................................................................89
3- STOCKER......................................................................................................................................91
Conclusion.........................................................................................................................................92

Annexe 1 – Fiche de cultures des principaux légumes..................................................................93


Ail................................................................................................................................................93
Artichaut......................................................................................................................................95
Asperge........................................................................................................................................97
Aubergine.....................................................................................................................................99
Betterave....................................................................................................................................102
Blette (Poirée)...........................................................................................................................104
Cardon.......................................................................................................................................105
Carotte.......................................................................................................................................106
Cassis.........................................................................................................................................108
Céleri.........................................................................................................................................109
Chicorée.....................................................................................................................................111
Chou...........................................................................................................................................113
Concombre.................................................................................................................................115
Courge et potiron.......................................................................................................................118
Courgette...................................................................................................................................120
Crosne........................................................................................................................................121
Échalote.....................................................................................................................................122
Épinard......................................................................................................................................123
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 3

Fenouil.......................................................................................................................................125
Fève...........................................................................................................................................127
Fraisier......................................................................................................................................129
Framboisier...............................................................................................................................131
Groseillier à grappes.................................................................................................................133
Groseillier à maquereau............................................................................................................135
Haricot Vert...............................................................................................................................136
Laitue.........................................................................................................................................138
Mâche........................................................................................................................................140
Maïs...........................................................................................................................................142
Melon.........................................................................................................................................143
Myrtillier....................................................................................................................................145
Navet..........................................................................................................................................146
Oignon.......................................................................................................................................148
Oseille........................................................................................................................................150
Panais........................................................................................................................................151
Poireau......................................................................................................................................152
Pois............................................................................................................................................154
Poivron/Piment..........................................................................................................................156
Pomme de terre..........................................................................................................................157
Radis..........................................................................................................................................159
Rhubarbe...................................................................................................................................160
Salsifis et Scorsonère.................................................................................................................161
Tétragone...................................................................................................................................162
Tomates......................................................................................................................................163
Topinambour..............................................................................................................................167
Aromates....................................................................................................................................168
Annexe 2 – Distances et profondeurs de semis ............................................................................172

Annexe 3 – Tableau récapitulatif des semis et des plantations...................................................175

Annexe 4 – Plantes bio-indicatrices..............................................................................................181

Annexe 5 – Protections naturelles contre quelques ravageurs communs..................................185


LE DORYPHORE...............................................................................................................................185
LES LIMACES..................................................................................................................................188
LES PUCERONS................................................................................................................................189
LES ALTISES....................................................................................................................................191
LES CAMPAGNOLS ET AUTRES PETITS RONGEURS...............................................................................192
Annexe 6 – Protections naturelles contre quelques maladies cryptogamiques.........................195
LE MILDIOU....................................................................................................................................195
L'OÏDIUM.........................................................................................................................................198
LA FONTE DES SEMIS......................................................................................................................200
Annexe 7 – Tableau récapitulatif des techniques selon le sol......................................................203
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 4

© Copyright 2020 – Les Éditions du Jardinier Bio


Tous droits réservés
ISBN : 978-2-9553875-1-1

• La revente ainsi que la diffusion à titre gratuit de ce livre numérique sont interdites.
• Toute reproduction totale ou partielle autre qu'à des fins personnelles du présent ouvrage est
également interdite.
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 5

Introduction

Les gens deviennent de plus en plus conscients de la médiocrité de l'alimentation industrielle. Nombreux sont ceux qui
choisissent aujourd'hui de se fournir directement auprès des producteurs locaux, et plus particulièrement des
producteurs biologiques.

Mais le contexte économique est tel que beaucoup ne peuvent même plus se permettre d'acheter des fruits ou des
légumes frais.
Le maraîcher bio que je suis est ainsi témoin chaque année de la décision de quelques uns de ses clients de se mettre (ou
remettre) au jardinage pour produire eux-mêmes leurs légumes. Je les ai toujours encouragés et même conseillés.
En effet, pour peu que l'on possède ou que l'on puisse avoir accès (je pense notamment aux jardins ouvriers ou autres
jardins partagés) à un bout de terrain, avec quelques outils et de la volonté, cultiver soit-même ses légumes est non
seulement très enrichissant d'un point de vue personnel, mais cela représente également une économie non négligeable
pour le budget d'une famille.

Le présent guide a donc été conçu pour faciliter le démarrage et l'exploitation d'un jardin naturel à vocation vivrière
pour ceux et celles qui en ont l'envie et la possibilité.

Je vous souhaite bonne lecture et vous invite à visiter mon blog, ainsi que d'autres tout aussi intéressants, pour
développer les quelques connaissances que vous aurez pu acquérir à travers ce livre.
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 6

I – Implantation du jardin

Choisir un emplacement adapté est la première chose à faire. Quelques critères importants sont à prendre en
considération préalablement à toute action concrète de jardinage.

1- Surface nécessaire

La surface nécessaire d'un potager pour subvenir aux besoins d'une famille dépend tout d'abord du régime alimentaire
de celle-ci.
A titre indicatif, on peut donner les chiffres suivants pour une famille de 4 personnes :

Régime alimentaire omnivore Régime alimentaire végétarien


Tous les légumes de base à l'exception 200 m2 400 m2
des pommes de terre
Tous les légumes y compris les 300 m2 500 m2
pommes de terre

On estime également qu'une personne peut s'occuper efficacement d'une superficie maximale de 400 m2 sans aucune
mécanisation.

Tout ceci sera à adapter en fonction de :


• la qualité du sol (un sol est plus ou moins productif, plus ou moins facile à travailler) ;
• les légumes effectivement cultivés (certains légumes comme les carottes notamment demandent beaucoup de
travail d'entretien : désherbage méticuleux, démariage des plantules) ;
• la disponibilité du jardinier (il est évident qu'un retraité aura plus de temps qu'une personne active pour
entretenir son potager);
• les capacités physiques du jardinier (un jeune dispose à priori de capacités physiques supérieures à celles d'une
personne âgée – mais cela peut toutefois être compensé par l'expérience...) ;
• les méthodes de travail adoptées par le jardinier (une couverture permanente du sol permettra par exemple un
gain de temps considérable) ;
• les outils à disposition.

2- Emplacement

Exposition
D'une manière générale, on privilégiera une exposition au sud. A défaut, une exposition à l'est, voire à l'ouest, pourra
convenir. Évitez par contre les expositions au nord.
Si possible, on choisira un terrain plat ou à pente très légère. En effet, le travail s'avère beaucoup plus difficile en pente
prononcée (surtout si l'on utilise un motoculteur).
Idéalement, le terrain sera protégé des vents du nord (haie, bâtiment, colline...) et dégagé au sud mais aussi à l'est et à
l'ouest (éviter les grands arbres ombrageant le potager une bonne partie de la journée).
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 7

Environnement
Un environnement sauvage préservé sera évidemment un plus comme nous le verrons plus loin. Si ce n'est pas le cas,
il sera alors impératif de préserver des zones sauvages à l'intérieur même du jardin (Voir ici)
Le potager pourra être protégé d'éventuelles pollutions environnantes (usines, routes, cultures chimiques...) par une
haie.

Sol
Outre l'exposition, si vous en avez la possibilité choisissez un emplacement où le sol est le plus profond et le plus
riche en humus (couleur foncée).
Si vous disposez d'un tel sol, vous avez d'emblée toutes les chances de réussir vos cultures.
En effet, la nature du sol jouera un rôle fondamental. Il est donc très important de connaître au mieux celui-ci. Nous
allons voir plus bas comment procéder.

Sachez toutefois qu'il est possible d'améliorer un sol pauvre par l'apport régulier de matières organiques (voir ici). Une
analyse chimique et biologique pourra parfois être utile pour déterminer les carences ou déséquilibres éventuels, en
particulier si les légumes poussent mal ou s'ils sont atteints par de nombreuses maladies.

Alimentation en eau
Un point d'eau accessible (puits, mare, source, récupération d'eau de pluie) constitue le dernier critère important quant
au choix du terrain.
Il est bien sûr possible d'arroser avec l'eau d'adduction, mais ce n'est souhaitable ni d'un point de vue écologique (l'eau
va se raréfier...) ni d'un point de vue sanitaire pour les plantes (chlore).
Quoi qu'il en soit, pensez déjà aux aller-retours que vous allez devoir effectuer avec vos arrosoirs...

3- Choix des cultures

Dans l'idéal, un jardin à vocation vivrière comprendra des légumes variés, des plantes aromatiques, des petits fruits et
quelques arbres fruitiers (espèces et variétés adaptées à votre région).
La surface dont vous disposez ainsi que vos goûts personnels et votre disponibilité détermineront les choix de cultures.
Certaines cultures légumières, comme les pommes de terre, les courges rampantes ou les asperges par exemple,
nécessitent beaucoup d'espace. On ne cultivera donc ces légumes que si l'on dispose d'une superficie suffisante.

Nous verrons plus loin que certaines fleurs, outre leur aspect décoratif et le fait qu'elles peuvent être comestibles, jouent
un rôle de protection contre certains nuisibles ou autres maladies.

Diversifier vos cultures protégera ces dernières de nombreuses maladies (les « ravageurs » seront par exemple
perturbés) et vous apportera un plus large éventail de produits végétaux sains sur votre table.

4- Faire un plan

Faire un plan est une nécessité en jardinage biologique si l'on veut respecter les règles élémentaires de rotations de
culture. On risque sans cela de ne plus s'y retrouver d'une année sur l'autre.
De plus, cela vous permettra d'organiser plus efficacement votre jardin.
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 8

Concrètement, on pourra adosser des châssis à une haie ou à un mur situé au nord.
Classiquement, les cultures légumières seront disposées en bandes, ou buttes, étalées d'ouest en est (donc exposées au
sud) et de 0,80m à 1,20m de large. Notez que les tomates préfèrent une disposition nord-sud et apprécient de revenir
chaque année au même endroit (ce sont les seuls légumes dans ce cas).
Mais chacun est bien entendu libre de procéder comme il le sent (les buttes peuvent par exemple être en arrondies,
comme aiment à le faire des adeptes de la permaculture), l'idée principale à garder à l'esprit étant de pouvoir facilement
atteindre le centre de la bande, sans la piétiner, pour entretenir la culture (notamment pour les opérations de
désherbage).
Les plantes aromatiques peuvent facilement s'intercaler entre les cultures légumières. Cela présente un intérêt certain au
niveau de la biodiversité, et donc de la protection de vos cultures. Mais il est également souhaitable d'en implanter au
plus près de l'habitation (il est bien pratique de les avoir à portée de main lorsque l'on cuisine).
Les légumes vivaces (artichauts, asperges, topinambours, poireaux perpétuels...), tout comme les éventuels petits fruits
et arbres fruitiers, parce qu'ils vont rester longtemps en place, sont en général disposés en bordure du potager
(attention à l'ombre).
Des fleurs, parsemées ici et là, viendront égayer le potager et contribuer à y développer un maximum de diversité.
N'oubliez pas de prévoir des allées pour une libre circulation. Ces allées pourront être recouvertes de planches de bois
ou autres matériaux naturels (copeaux, paillis...) voire simplement enherbées et tondues.

Exemple de plan classique de potager - Pour préciser chacune des


planches de cultures, voir le chapitre consacré aux rotations de culture
ainsi que les associations bénéfiques
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 9

5- Préparer la terre
C'est là sans doute l'étape la plus délicate.
Comment transformer une prairie ou un terrain en friche en potager est en effet la première question que se pose tout
nouveau jardinier.
Il est bien sûr hors de question d'utiliser un désherbant chimique pour nettoyer le terrain. Cela aurait des conséquences
désastreuses sur la vie du sol.

La préparation du terrain débute à l'automne :


La plupart des jardiniers entreprennent la mise en place de leur potager au printemps... Pourtant, si vous voulez
démarrer vos cultures facilement et dans de bonnes conditions au printemps, il est préférable de s'y prendre dès
l'automne.
Nous allons voir ici différentes façons de procéder.

Démarrer sans travailler la terre


La première solution est sans aucun doute la plus simple et la plus respectueuse de la vie du sol.
Après avoir fauché la végétation existante au ras du sol, on se contentera en effet de couvrir celui-ci avec un paillage
épais (une vingtaine de cm minimum). La couverture devra si possible être apportée relativement tôt à l'automne (avant
que le sol ne soit trop froid) mais après de bonnes pluies (l'eau étant indispensable au développement de la vie dans le
sol).
On choisira de préférence un matériau équilibré, c'est à dire riche en cellulose (indispensable à la formation d'humus)
mais également en azote (nécessaire au démarrage du processus de décomposition).
Nous utiliserons donc :
• du foin : il est possible de récupérer, auprès d'éleveurs, du vieux foin devenu impropre à la consommation
animale. Les agriculteurs seront en général ravis de s'en débarrasser ;
• ou du BRF (voir plus bas).
La paille ou les feuilles (trop pauvres en azote) et les tontes (au contraire trop riches en azote et très peu cellulosiques)
ne sont pas vraiment recommandées. Ces matériaux peuvent néanmoins être apportés en complément par dessus du foin
ou du BRF.
Dans cette optique de non travail du sol, nous verrons plus loin une autre possibilité : la constitution de buttes vivantes.

Cette approche 100% naturelle présente 4 intérêts majeurs :


• elle permet d'éliminer la végétation spontanée sans avoir besoin de travailler la terre ;
• la couverture organique mise en place va nourrir les vers de terre (qui se chargeront du travail du sol, sans que
vous ayez besoin d'intervenir) ;
• en se décomposant, le matériau utilisé va enrichir le sol qui deviendra ainsi naturellement fertile (plus besoin
d'engrais ni même de compost) ;
• le sol sera en permanence protégé des rayonnements solaires (il séchera donc moins vite) ou encore des pluies
battantes (cause de tassement) et du froid.

Cette technique, si intéressante soit-elle, présente néanmoins quelques inconvénients :


• la prolifération de rongeurs (campagnols notamment) au sein du paillage ;
• la prolifération de limaces également au sein du paillage. Je ne la conseille donc pas forcément dans les régions
aux printemps généralement pluvieux ;
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 10

• la nécessité de pouvoir disposer de ces matériaux en quantités importantes ;


• elle est également aléatoire en sol très argileux, car celui-ci risque dès lors de ne pouvoir se réchauffer
suffisamment (ce qui est problématique pour des cultures exigeantes en chaleur comme le sont la plupart des
légumes fruits). Dans ces conditions, il est particulièrement important de ne pas trop tarder à couvrir le sol à
l'automne.

Notez également que la terre ne sera pas forcément suffisamment ameublie au printemps suivant pour y semer
directement (ce n'est pas un problème pour les plantations).
Aussi, dans cet objectif de semis directs (donc éventuellement sur une partie de votre potager), ou pour l'une des raisons
invoquées ci-dessus, il pourra être nécessaire de travailler la terre.

On peut alors opérer soit manuellement, soit mécaniquement (peu conseillé mais inévitable pour une surface
conséquente) :

Travail manuel
• Fauchez tout d'abord l'herbe, au ras du sol ;
• Utilisez une houe pour supprimer la végétation ;
• Ameublissez le sol à la grelinette (travail sans retournement du sol) ou à défaut à la bêche ;
• Apportez du fumier, du compost moyennement décomposé ou autres engrais organiques du commerce ;
• Complétez l'apport avec des engrais spécifiques si l'analyse du sol à révélé une carence ;
• Incorporez légèrement les apports à la couche superficielle du sol à l'aide d'un cultivateur ou d'un croc.
• Afin d'éviter de laisser le sol à nu en hiver, couvrez le sol avec un mulch ou mieux encore avec une couche de
BRF (3 à 6 cm d'épaisseur. Mettez du BRF seulement sur une partie du terrain, les semis étant déconseillés sur
un BRF en première année) ; il est également possible d' implanter un engrais vert si vous n'avez pas prévu de
semer tôt au printemps.

Travail mécanique
• Tondez au raz du sol ;
• Ôtez l'herbe coupée (à mettre au compost) ;
• Avec un outil rotatif (motobineuse ou motoculteur), détruisez progressivement la végétation par des passages
successifs peu profonds ;
• Laissez ensuite la végétation se décomposer (2 à 3 semaines) puis apportez comme ci-dessus de la matière
organique (fumier ou compost moyennement décomposé) ;
• Travaillez à nouveau le sol au motoculteur, mais cette fois-ci en allant un peu plus profondément (20 à 30 cm);
• Couvrez ensuite le sol avec un mulch ou du BRF ou encore en semant un engrais vert.

Le travail continue au printemps...


• Si vous avez semé un engrais vert, il faut maintenant le détruire (voir ici) ;
• Si vous avez couvert le sol à l'automne, passez directement aux plantations (comme nous le verrons dans le
chapitre consacré à ce sujet, les semis sont à éviter dans un BRF en première année). Sinon, enlevez les herbes
ou restes de mulch non décomposés ;
• Apportez du compost mûr ;
• Intégrez le compost tout en ameublissant le sol à la grelinette, à la bêche, au croc ou au motoculteur.
• Les cultures facilement envahies par les herbes (carottes, oignons...) sont à éviter en première année si le
défrichage du terrain a été tardif ou insuffisant.
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 11

Une astuce efficace : bâcher


Je vais maintenant vous parler d’une solution qui, si elle ne satisfera pas les plus écologistes d’entre-vous, n’en demeure
pas moins très efficace.
Cette méthode consiste simplement à poser, de préférence en début d'automne (terre encore chaude mais aussi humide)
ou au printemps (terre déjà réchauffée et également humide), une bâche plastique noire sur la parcelle que vous
souhaitez mettre en culture au printemps suivant.
Lestez bien les bords afin qu’elle ne s’envole pas. Il faut ensuite laisser la bâche en place jusqu’à ce que toutes les
herbes disparaissent en dessous (cela prendra de 2 à 6 mois selon la saison et les conditions météorologiques).
Le résultat est parfait pour démarrer de nouvelles cultures : une terre souple, réchauffée, sans herbes indésirables,
grouillante de vie.
• Vous voulez semer : épandez du compost puis ameublissez la terre à la grelinette ou avec une griffe.
• Vous voulez planter : creusez votre trou de plantation et incorporez-y du compost bien mûr. Paillez ensuite
(cette fois avec des matériaux d’origine végétale).

La bâche pourra ensuite être ré-utilisée pour une culture de melons par exemple (un bon moyen de réussir cette culture
délicate).
Nous allons maintenant pouvoir passer à l'étape suivante: la fertilisation.
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 12

II – La Fertilisation

Contrairement au jardinage « chimique » qui consiste à nourrir directement la plante cultivée, la fertilisation en
jardinage biologique réside dans la capacité à enrichir la terre. C'est de celle-ci que les cultures tireront ensuite les
éléments nutritifs nécessaires à leur croissance.
On comprendra dès lors que la fertilisation est un aspect fondamental du jardinage biologique.
Nous n'entrerons pas maintenant dans le détail des éléments minéraux utiles aux plantes - je pense notamment à l'azote
(N), au phosphore (P) ou à la potasse (K) - car, si vous appliquez les conseils d'apports de matières organiques figurant
dans ce guide, ces éléments seront présents dans votre sol.

1 - Connaître son sol


En jardinage, il est important de connaître la nature d'un sol, notamment :

• pour savoir quelles plantes y seront adaptées ;

• pour déterminer la fertilisation qu'il convient d'y apporter ;

• pour savoir avec quels matériaux pailler.

Cependant, effectuer une analyse chimique de son sol coûte cher.

Mais, en observant les plantes présentes naturellement sur un terrain et en faisant quelques tests basiques, on peut
avoir une idée relativement fiable de la nature de nos sols. Ce n'est certes pas aussi précis qu'une analyse chimique, mais
vous aurez les indications essentielles pour démarrer votre jardin dans de bonnes conditions.

La texture

Nous allons déterminer ici la granulométrie (texture), c'est à dire les types de particules composant notre sol :

•Argiles : ce sont les particules les plus fines. Un sol majoritairement argileux est lourd, se réchauffe lentement
et se fendille en cas de sécheresse. Il retient efficacement l'eau et les engrais. Les apports de matières organiques
doivent être espacés dans le temps mais copieux.

•Limons : Les limons constituent le stade intermédiaire entre argiles et sables. Les terres limoneuses sont en
général battantes et se tassent facilement. Des engrais verts et une couverture du sol sont bénéfiques et
parfaitement adaptés à ce type de sol. Ce sont des terres souvent idéales pour les cultures légumières et les arbres
fruitiers.

•Sables : le sable est l'élément le plus grossier. Les terres sableuses sont des sols légers, se réchauffant facilement
et permettant ainsi des cultures précoces. Pauvres en matières organiques (car les retenant très difficilement), les
apports doivent y être fréquents et modérés. Les sols sableux sèchent également facilement. Souvent acides, il
peut alors être utile d'y apporter également des amendements calcaires (cendres de bois, lithothamne). Les engrais
verts y sont en général déconseillés, car puisant dans les faibles réserves.

Les différentes méthodes présentées ci-dessous sont complémentaires les unes des autres.
Je ne peux que vous recommander de toutes les appliquer pour un résultat plus fiable...
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 13

Observation de la végétation spontanée


La simple observation de la végétation sauvage existante pourra permettre une première indication du type de sol :

• Ainsi, dans les sols lourds (argiles dominants), on trouvera fréquemment, des renouées persicaire, des
chardons, du laiteron, ou encore de l’agrostis rampant.

• Dans les sols légers (sables dominants), les pensées des champs ou l’anthémis des champs forment
naturellement des colonies importantes.

Préparation de la terre pour les tests suivants (indispensable)


Pour établir la texture d'un échantillon de sol, commencez par séparer, à l'aide d'un
tamis, la terre fine (toutes les particules inférieures à 2 mm) des particules plus grosses
telles que graviers et pierres, mais également des matériaux organiques grossiers. La
terre fine est un mélange de sable, de limon et d'argile. Assurez-vous que vous
n'employez que de la terre fine pour les essais de terrain décrits ci-après, sans
quoi ceux-ci seront faussés.

Test de la pâte à tarte (assez peu précis)


Pour consolider vos premières impressions faites à partir de l’observation de la végétation spontanée, faites le test dit de
la “pâte à tarte“.

Prenez une poignée de terre humide (ou mouillez-la au besoin) et étalez-la en la roulant avec une bouteille.

L’épaisseur de la pâte que vous parviendrez à obtenir, sans qu’elle se brise, vous indique la texture de votre sol :

•Sol argileux : moins de 3 mm d’épaisseur.


•Sol limoneux : de 3 à 5 mm d’épaisseur.
•Sol sableux : impossible d’étaler la pâte sans la briser.

Test des manipulations successives (recommandé)


Ce test vous donnera également une idée relativement juste de la texture du sol, mais il faut l'effectuer en suivant
scrupuleusement la marche indiquée ci-après.

• Prenez une poignée de sol et mouillez-la un


peu dans votre main (A) pour que le sol
commence à s'agglomérer, mais sans
adhérer à votre main.

• Roulez l'échantillon (B) pour en faire une • Posez la boule (C)...


boule d'environ 3 cm de diamètre.
• Si elle se désagrège, c'est une
terre sableuse.
• Si elle reste agglomérée, passez à
l'épreuve suivante.
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 14

• Roulez la boulette et donnez-lui la forme


d'une saucisse de 6 à 7 cm de long (D)...

• Si elle ne garde pas cette forme,


c'est une terre sablo-limoneuse.
• Si elle garde cette forme, passez à
l'épreuve suivante.

• Continuez à rouler la saucisse jusqu'à ce


qu'elle ait une longueur de 15 à 16 cm (E)...

• Si elle ne garde pas cette forme,


c'est une terre limono-sableuse.
• Si elle garde cette forme, passez à
l'épreuve suivante.

• Essayez de courber la saucisse en demi-


cercle (F)...
• Si vous n'y parvenez pas, c'est une
terre limoneuse.
• Si vous y parvenez, passez à l'épreuve
suivante.

• Continuez à recourber la saucisse pour


former un cercle complet (G)...

• Si vous n'y parvenez pas, c'est une


terre limono-argileuse.
• Si vous y parvenez et que la
saucisse se fissure légèrement,
c'est une terre argilo-limoneuse
• Si vous y parvenez, sans que la
saucisse se fissure, c'est une terre
argileuse.

Test récipient (plus précis, mais pas forcément facile à interpréter)


Bien entendu, les sols ne sont jamais totalement sableux, limoneux ou argileux mais contiennent des proportions
variables de ces éléments. Par exemple, un sol est dit sablo-limoneux s'il contient une majorité de sable puis ensuite une
quantité notable de limons...

Le petit test qui suit devrait vous permettre de déterminer avec plus de précision la proportion de chacun de ces
éléments.
Prélevez plusieurs échantillons de terre (de différentes profondeurs - de 0 à 25 cm environ- et en plusieurs endroits) de
votre jardin et mélangez ces prélèvements ;

• Mettez 5 cm de terre dans un bocal que vous • Remuez bien le mélange d'eau et de sol, puis
remplissez d'eau (A). laissez reposer pendant une heure. Au bout d'une
heure, l'eau se sera clarifiée et vous verrez que
les particules les plus grosses se seront déposées
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 15

(B).

• Au fond de la bouteille, se
trouve une couche de sable et de
gravier
• Au milieu, une couche de limon.
• Au sommet, une couche d'argile.
Si l'eau n'est pas encore claire,
c'est qu'elle contient encore de
très fines particules d'argile.
• A la surface de l'eau, on peut
voir flotter des fragments de
matière organique.
• Mesurez la hauteur des
différentes couches de sable, de
limon et d'argile et évaluez la
proportion approximative de
chacune d'elles (C).

Source :
ftp://ftp.fao.org/fi/cdrom/fao_training/
FAO_Training/General/x6706f/x6706f
06.htm

Prenons un exemple :
• A est la hauteur de la couche d'argiles, par exemple 2,5 cm
• L est la hauteur de la couche de limons, par exemple 1,5 cm
• S est la hauteur de la couche de sable, par exemple 1 cm
• H étant la hauteur totale (2,5 + 1,5 + 1 = 5 cm)
Un simple calcul va nous donner la proportion de chaque élément :

Éléments Formule Calcul de l'exemple Proportions d'éléments


Argiles (A / H) x 100 2,5 / 5 x100 50,00%

Limons (L / H) x 100 1,5 /5 x 100 30,00%

Sables (S / H) x 100 1 / 5 x 100 20,00%

La proportion de chacun des éléments permettra de classer le sol de façon plus précise, ceci grâce au triangle de
texture :
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 16

On reporte le pourcentage de chacun des composants sur chacun des côtés correspondant puis on trace à partir de ce
point une ligne droite parallèle au côté précédent (suivant les flèches).
L'intersection des 3 droites nous donne la texture (il n'y a alors qu'à lire ce qui est marqué).

Ainsi, dans notre exemple (en bleu sur le triangle) :


• On place le taux de sable (20 %) sur la ligne de pourcentage des sables puis on trace une parallèle à l'axe des
limons.
• On place ensuite le taux de limon (30 %) puis on trace une parallèle à l'axe des argiles ;
• On place enfin le taux d'argile (50%) sur sa ligne puis on trace une parallèle à l'axe des sables.
Le point d'intersection de ces 3 axes (bleus) nous indique que notre sol est argileux !

Notez que vous n'aurez pas forcément 3 couches.


Par exemple, vous en aurez seulement 2 si votre sol ne contient pas du tout d'argiles... Les tests précédents vous
permettront alors de savoir que c'est l'argile qui est absente et que, par conséquent, les couches visibles
correspondent à du sable et des limons.

Que faire de ces observations ?


Quel que soit le type de sol, on ne le modifiera pas du jour au lendemain (à moins de renouveler totalement la terre)...
Toutefois, des apports réguliers de matières organiques allégeront un sol lourd et donneront plus de corps aux sols
légers.

Les sols légers nécessitent des apports fréquents mais modérés alors que les sols lourds profitent au mieux
d'apports espacés dans le temps mais copieux.
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 17

Sol acide, neutre ou alcalin ?

On déterminera ici le ph d'un sol :

• un sol est acide si son ph est inférieur à 7


• il est neutre si son ph est égal à 7
• il est alcalin (ou basique) si sont ph est supérieur à 7.

Certaines plantes supportent mal le calcaire, d'autres les sols acides (voir ici)... Le jardin idéal a un ph proche de la
neutralité (entre 6,5 et 7,5) car il pourra ainsi accueillir la plupart des cultures.

Avec des moyens très simples, on pourra déterminer la tendance de notre sol :

Test du vinaigre :
Pour savoir si un sol est calcaire, versez un peu de vinaigre blanc dessus :

• Si une réaction effervescente se produit, le sol est calcaire


• Si la réaction est très faible, il est proche de la neutralité
• Si elle est nulle, il est neutre ou acide... le test du bicarbonate va nous permettre de préciser cela

Test du bicarbonate :
Le test du bicarbonate vous indiquera si votre sol est acide :
• Mélangez un échantillon de terre avec un peu d'eau déminéralisée (au PH neutre) puis mélangez bien
• Versez du bicarbonate sur ce mélange
• Si vous pouvez observer une réaction, votre terre est acide

En résumé :
• effervescence au test du vinaigre = sol calcaire (plus l'effervescence est importante, plus le sol est calcaire)
• effervescence au test du bicarbonate = sol acide (plus l'effervescence est importante, plus le sol est acide)
• aucune effervescence, ni avec le vinaigre, ni avec le bicarbonate = sol neutre (ou proche de la neutralité)

Plantes bio-indicatrices :
De même, la végétation spontanée donnent une indication très fiable de l'acidité d'un sol :

•Dans les sols acides, on trouve fréquemment de la bruyère, des fougères, genêt à balais, de la petite oseille, de
la digitale pourpre, de l'ajonc, des châtaigniers...

•Dans les sols calcaires, on trouvera notamment de la chicorée sauvage, de l’hellébore, de la moutarde des
champs, du sainfoin, de la sauge des prés, du viorne, des cerisiers, des ormes, des sureaux...

Vous trouverez également dans certaines jardineries ou sur le web (voir ici) des PH mètre vous permettant de
mesurer avec plus de précision le PH de votre sol.
Les bandes-tests sont par contre très peu fiables et imprécises...
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 18

Que faire de ces observations?


Un sol trop acide peut être amélioré par des apports d'amendements calcaires (cendres de bois, lithothamne) ainsi que
d'engrais organiques riches en calcium.

Un sol au contraire calcaire bénéficiera de cultures d'engrais verts comme la moutarde... Par contre les amendement et
engrais riches en calcium sont évidemment à proscrire. Mais pourquoi ne pas tester alors un BRF constitué notamment
de résineux, (ce qui est en général déconseillé) pour acidifier quelque peu un sol trop calcaire ?

Quelles cultures sont adaptées au PH de mon sol ?

Le PH idéal pour chaque plante est marqué en bleu dans le tableau ci-dessous.
Un écart de 1 point de PH par rapport à ces données n'est normalement pas trop problématique (vous pouvez par
exemple sans problème cultiver des pommes de terre avec un PH de 7,5...). Mais plus on s'éloigne de ce PH, plus la
culture pourra être délicate (oubliez par exemple la culture du fenouil si le PH de votre sol est de 8 ou plus).
Notez également qu'avec les amendements figurant ci-dessus, on peut élargir les possibilités, soit en diminuant
légèrement le PH ou au contraire en le relevant.

Alcalin
Acide Neutre

5 5.5 6 6.5 7 07/05/15 8


Fenouil, romarin

Endive, persil, pomme de terre,


groseille à maquereau

Asperge, basilic, carotte, courgette,


échalote, oseille, poivron, sauge,
fraisier, framboise, groseille

Chou fleur, maïs

Brocoli, ciboulette, citrouille,


concombre, cresson, navet, radis,
thym, rhubarbe

Ail, tomate

Artichaut, betterave, céleri, chou


vert et rouge, courge, épinard,
haricot, laitue, oignon, poireau, pois

Chicorée

Menthe
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 19

La teneur en matières organiques

Mais ce qui importe le plus au jardinier bio, c'est avant tout la richesse de son sol, et notamment sa teneur en
humus (matières organiques stables représentant environ 85 % des matières organiques totales du sol, le reste étant
constitué de matières organiques en cours de décomposition).

A titre indicatif, on considère qu'un bon sol de jardin doit contenir au moins 5 % de matières organiques.

Observation de la flore spontanée


S'il est compliqué de repérer sans analyse les éventuelles carences d'un sol, on peut néanmoins avoir une bonne idée de
sa richesse en humus, ceci par une simple observation de la flore présente naturellement dans votre jardin.
Ainsi, petites et grandes orties, chénopodes, amarantes, chiendent, arroches, lamiers blancs et lamiers pourpres,
sureau noir, mouron blanc, mercuriale annuelle...sont des plantes indiquant un sol riche en humus.
La présence de ces plantes, surtout si elle est particulièrement marquée, est un bon signe. Mais, n'oubliez pas que même
si votre terre est riche, il convient néanmoins de la nourrir.

Observation des cultures


De même l'observation de vos cultures donne de précieuses indications sur la richesse de votre sol.

Dans un sol suffisamment riche en humus, on observera une croissance rapide des plantes cultivées et un feuillage bien
développé et d'un vert intense.

Que faire de ces observations ?


Quelle que que soit la richesse de votre sol, continuez à le nourrir efficacement avec des apports de matières organiques
diverses : fumiers, compost, mulch (pailles, foin, herbes coupées, BRF...).

Se faisant, vous maintiendrez, voire améliorerez, la teneur en humus de la terre de votre jardin...qui vous le rendra en
récoltes abondantes.

Toutefois, en sol lourd et froid, les apports tardifs (donc au printemps) de matières organiques non décomposées
(compost non mûr, fumier brut...) sont à proscrire. Ils ne doivent en tout cas pas être intégrés au sol, sous peine de
blocage des éléments minéraux présents dans celui-ci.

Et si votre sol est vraiment trop pauvre, caillouteux, difficile à travailler ? Pourquoi ne pas envisager des cultures sur
buttes vivantes.
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 20

2 – Amender la Terre en apportant des Matières Organiques

Contrairement au jardinage « chimique » dans lequel les plantes sont directement nourries de façon artificielle, l'objectif
en jardinage biologique est d'enrichir la terre (on parle alors d'amendement) afin de lui permettre de subvenir aux
besoins des plantes qui y seront cultivées.
Nous allons donc voir maintenant comment rendre votre terre fertile.

Le Fumier

Traditionnellement, les jardiniers ont l'habitude d'effectuer des apports de fumier dans le potager.
Le fumier est un matériau issu d'élevages agricoles ou familiaux. Il est constitué de 2 matériaux distincts :
• les déjections animales qui sont riches en azote et divers oligo-éléments et qui favorisent donc le
développement des plantes ;
• la paille, un matériau carboné qui produira l'essentiel de l'humus issu du fumier.

Le fumier est un amendement organique. Un amendement a pour rôle d'améliorer la qualité du sol, en l'occurrence
augmenter sa teneur en matières organiques, mais il ne nourrit pas directement la plante.
En effet, les éléments nutritifs contenus dans le fumier ne sont pas directement assimilables par les plantes.
D'autre part, le fumier frais est porteur de parasites souvent à l'origine de maladies (certains légumes y sont
particulièrement sensibles). Dès lors, il est préférable de composter le fumier (mélangé à d'autres matières organiques).
Toutefois, dans un sol particulièrement pauvre, un apport conséquent (300 kg/100m² tous les 3 ou 4 ans) de fumier non
composté à l'automne pourra être envisagé. N'apporter jamais de fumier au printemps avant la mise en place de
cultures : outre le fait qu'il ne sera pas assimilable par les plantes cultivées, les risques de maladies et parasites sont
importants.

Intérêts du fumier
Nous l'avons vu, le fumier est un amendement, dont le rôle est d'améliorer le sol et de permettre ainsi un meilleur
développement des plantes cultivées (par opposition aux engrais qui ont pour objectif de nourrir directement les
plantes). Concrètement, il enrichit la terre en humus stable, dont les intérêts sont multiples :
• il constitue un support de culture riche et équilibré ;
• il rend la terre plus perméable et plus facile à travailler ;
• il améliore la structure du sol en allégeant les terres lourdes (fumier de cheval) et en donnant plus de corps aux
terres légères (fumier de vache) ;
• il contribue à rendre le sol plus riche en micro-organismes et autres vers de terre.

Les différents types de fumier


Chaque fumier a des caractéristiques propres. Dans l'idéal, on choisira donc l'un ou l'autre en fonction de l'état de son
sol, de la période d'apport et des besoins particuliers des plantes cultivées.

Le fumier de vache
Le fumier de vache et autres bovins est un fumier froid, lourd, humide et compact.
Il donnera plus de corps aux terres légères et leur conférera une certaine fraîcheur (intéressant pour les chaleurs
estivales).
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 21

Le fumier de cheval, d’ânes ou de mulets


Le fumier équin est un matériau chaud et léger. Il est idéal pour les terres lourdes qu'il allégera et réchauffera.
Du fait de sa rapide et forte montée en température, on utilisera également ce type de fumier pour la constitution des
couches chaudes.

Le fumier de moutons ou de chèvres


Les fumiers ovins sont secs, chauds et particulièrement riches en potasse.
Ils doivent impérativement être compostés car ils risquent de brûler les racines.

Le fumier de porcs
Le fumier de porc n'est en général pas recommandé, car extrêmement froid.
Toutefois, mélangé à d'autres fumiers ou intégré à un compost végétal, il sera intéressant pour fertiliser les
courges ou les concombres.

Le fumier de volailles
Le fumier de volailles est très chaud et particulièrement riche en azote (il doit donc être utilisé avec précautions :
risques de brûlures des plantes) et en potasse.
Pauvre en humus, il est plutôt considéré comme un engrais qui pourra être utilisé pour booster les plantes à croissance
rapide. Mais, de préférence, on l'intégrera au compost.

Le fumier de lapins
Il améliore les sol légers. Vous pouvez l'utiliser au moment du bêchage de votre terrain.
S'il est parfaitement décomposé, épandez-le en fine couche sur la terre, ce qui ne pourra que l'améliorer.

Les apports de fumier


Le fumier peut être utilisé de différentes façons :

En compost
D'une manière générale, il est préférable de composter le fumier, car il contient des germes pathogènes et des graines
d'adventices qui ne demandent qu’à germer.
Il peut être composté seul, mais le mieux est de le mélanger avec d'autres matériaux végétaux (compost plus équilibré).
Outre la quantité de matières organiques supplémentaires, il aidera le compost à chauffer plus vite et accélérera ainsi le
processus de décomposition.
Pour son utilisation, voir le chapitre consacré au compost.

Épandu sur les terres


Il est également possible d'utiliser le fumier comme amendement, pour améliorer un sol (voir plus haut les
caractéristiques des différents fumiers).
A l'automne, épandre le fumier, à raison de 100 à 300 kg pour 100 m2, sur une terre grossièrement travaillée, et laisser
en surface car le fumier a besoin d'oxygène pour se décomposer.
Quelques semaines plus tard (donc en hiver), le fumier pourra être intégré superficiellement au sol (pas trop profond car
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 22

l'oxygène est encore indispensable) par un léger griffage.


Avant de l'intégrer au sol, veillez à ce que le fumier soit suffisamment décomposé, sans quoi vous pourriez avoir pas
mal de soucis de larves parasitaires (taupins, vers blancs tipules...).
De même, s'il est insuffisamment décomposé lors de son intégration au sol, les micro-organismes chargés de le
décomposer auront besoin de beaucoup plus d’azote, qu’ils puiseront dans les réserves du sol, au détriment des cultures.

Pour la constitution de couches chaudes


Utilisez du fumier de cheval pour constituer vos couches chaudes.

Le Compost
Pratiquée depuis des millénaires, puis mise de côté par l'agriculture moderne chimique, la technique du compostage est
à nouveau plébiscitée par les jardiniers biologiques, professionnels ou amateurs.
Le compostage est un processus de fermentation aérobie (à l'air libre) qui a pour effet la transformation de matières
organiques inassimilables en humus stable (meilleur sol) et en engrais utilisable par les plantes.
Les attaques parasitaires sont également diminuées.

Composition du compost
Un rapport apport Carbone/Azote équilibré.
Sans vouloir entrer dans des explications agronomiques trop complexes, cette notion d'équilibre entre matières azotées
et matières carbonées est essentielle dans la compréhension et la pratique du compostage.
Les matières organiques riches en carbone sont : la paille, le foin, les branchages, les feuilles de chêne, de bouleau ou
d'érable, la tourbe, la sciure, les broussailles, les papiers et cartons...
Les matières organiques riches en azote sont : les tontes de pelouse, les engrais verts, les déjections animales sans
paille, les déchets domestiques (épluchures), l'ortie, la consoude, les fanes de tomates.
Il existe également des matériaux naturellement équilibrés (rapport C/N = 25 à 30): les fumiers pailleux, les feuilles
d'aulne ou de frêne, les adventices (« mauvaises herbes », donc pas si mauvaises car utiles...), les fanes de pommes de
terre ou encore les broussailles fraîches broyées...
Concrètement, mais sans se prendre la tête avec de fastidieux calculs, le compost devra être constitué de façon équilibré
par ces différents types de matériaux. A titre indicatif, on estime un rapport carbone/azote idéal = 23 à 30 (pour
simplifier 23 à 30 portions de carbone pour une portion d'azote. En réalité, la teneur en eau des matériaux complique un
peu le calcul.

Si le compost est constitué de matériaux contenant trop peu d'azote le compostage se fera mal. S'il en contient trop il
risque de chauffer excessivement et de tuer ainsi les micro-organismes présents.

Fabrication du compost
Choisir l'emplacement.
On choisira un emplacement facile d'accès et à mi-ombre. Si le terrain est en pente, préférer une partie haute (il est
plus facile de descendre que de monter avec une brouette pleine de compost).

Préparer les matériaux.


Les matériaux à composter seront entreposés directement sur l'aire de compostage, sans les mettre en tas.
Humidifiez légèrement les matériaux trop secs.
Broyez ou découper les matériaux les plus gros (branchages, trognons de choux, tiges épaisses...).
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 23

Dès lors, différentes techniques permettent de fabriquer un compost de qualité :


Constituer le compost en tas.
Composez le tas à même la terre (jamais sur une dalle, car cela empêcherait par exemple les vers de terre de remonter
dans le compost...).
Constituez le tas en couches successives en alternant matériaux riches en carbone, matériaux azotés, cendres de bois
(potasse). Ajoutez régulièrement une pelletée de terre (si possible argileuse).
Mouillez les couches successives au fur et à mesure de la constitution du tas.
Il est important de bien aérer les matériaux compacts à la fourche.
Le tas doit faire environ 1m20 de large à la base et environ 1m de haut. La longueur dépendra des matériaux disponibles
et de vos besoins propres.

Composter en silo.
Les silos à compost sont particulièrement adaptés aux petits jardins. Les silos à compost sont ajourés sur les côtés avec
une ouverture en bas.
On charge régulièrement les matières organiques par le haut et l'on récupère le compost en bas au fur et à mesure des
besoins.

Utiliser un composteur.
Il existe de nombreux modèles de composteurs, de contenances variables et fabriqués avec différents matériaux (voir ici
par exemple des composteurs en bois ou en plastique recyclé).
On trouve même aujourd'hui des composteurs rotatifs permettant d’accélérer le processus.
Le principe est le même que pour un compostage en tas ou en silo, à savoir l'importance d'alterner les apports de
matériaux azotés et carbonés.

L'avantage principal des silo ou des composteurs réside dans le fait que l'on a rien d'autre à faire que d'ajouter des
matériaux organiques et d'attendre... En revanche, le compostage en tas demande une certaine surveillance :
Contrôler la fermentation.
S'il a été correctement constitué, les tas doit rapidement commencer à chauffer pour atteindre rapidement 50 à 60°C à
l'intérieur. La température diminue ensuite progressivement.
Retourner le tas à pour effet d'en accélérer la fermentation. Ce n'est pas indispensable (laissons les choses se faire
naturellement...) sauf si :
• la fermentation ne démarre pas (excès d'eau ou insuffisance de matières azotées) ;
• la fermentation démarre mais s'arrête rapidement (manque d'eau ou de matières azotées) ;
• le tas chauffe trop (au delà de 70°C) ce qui a pour conséquence la dévalorisation du compost. Le retournement
permet alors de le refroidir.
Des activateurs de compost sont proposés dans le commerce. Quelques poignées d'ortie hachées seront tout aussi
efficaces.

Maîtriser le taux d'humidité.


Une mauvaise fermentation du compost a donc souvent pour cause soit un excès, soit un manque d'eau.
Un compost trop sec est caractérisé par la présence de filaments blancs (champignons) à l'intérieur du tas. Le travail des
micro-organismes est rapidement stoppé par manque d'eau. Arroser le tas, comme il est souvent préconisé, est alors
rarement suffisant. Mieux vaut carrément le reconstituer (en le retournant).
Un compost trop humide empêchera le développement de ces mêmes micro-organismes aérobies qui laisseront alors la
place aux micro-organismes anaérobies (se développant sans air), ce qui favorisera les pourritures. Le retournement du
tas s'impose alors également.
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 24

Protéger le compost des intempéries.


Lorsque le processus de fermentation est bien entamé, on couvrira le tas avec de la paille ou des branchages, ceci afin
de le protéger des fortes pluies ou des gelées.

Utilisation du compost
Tamiser.
On pourra tamiser le compost avant utilisation :
• s'il l'on observe des éléments bien décomposés et des éléments grossiers. Les éléments grossiers serviront alors
à un nouveau compost ;
• pour l'utiliser pour recouvrir les semis. Dans ce cas, le compost doit être bien fin.

Utiliser un compost mûr.

On appelle compost mûr un compost parfaitement décomposé. Le compost mûr peut être utilisé sur toutes les cultures.
Toutefois, son pouvoir fertilisant étant moindre qu'un compost jeune, on le réservera en priorité aux légumes ne
supportant pas un compost mal décomposé (ail, oignons, betteraves, carottes, céleri, navets, radis, salades...).

Utiliser un compost jeune.


Le compost jeune (peu décomposé) pourra être apporté sur les planches libérées à l'automne (en couverture du sol et
apport pour les prochaines cultures printanières) ou pour nourrir les plantes particulièrement exigeantes et supportant ce
type de compost (tomates, pommes de terre, concombres, courges...).

Le compost doit être incorporé en surface avec un croc.


Chaque légume a des besoins spécifiques en quantité et en qualité (mûr ou non) :

Apport nul Apport moyen- de 300 kg/100 m² Apport important+ de 300 kg/100 m²
• artichaut
• aubergine
• ail • asperge • céleri*
• chou Bruxelles • blette • chou*
• fève • betterave* • concombre,
• échalote • carotte* • cornichon
• haricot • chicorée* • courges et potirons
• mâche • laitue* • épinard*
• navet • panais* • fenouil
• oignon • salsifis* • melon
• pois • scorsonère • poireau
• radis • • poivron
• pomme de terre
• tomate

* apport de compost mûr uniquement. Les autres légumes peuvent supporter un compost demi-

mûr, bien qu’il soit en général préférable d’utiliser un compost bien mûr.
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 25

A titre indicatif, une brouette pleine contient environ 30 kg de compost mûr.

Compostage en place
Et si on se simplifiait la vie ? Plutôt que de constituer un tas de compost puis de devoir ensuite transporter et épandre ce
compost sur nos planches de cultures, pourquoi ne pas composter directement en place, sur les parcelles de culture ?

Pourquoi composter en place ?


Le compostage directement en place va donc nous éviter pas mal de fatigue en n’ayant pas à transporter le compost.
Mais pas seulement :
• Les déchets organiques constituant ce compost de surface seront directement disponibles pour tous les micro-
organismes du sol (alors qu’avec un compostage en tas, les organismes “décomposeurs” en auront consommé
une grande partie…);
• le compost direct en surface sera plus riche que le compost fabriqué en tas car, du fait d’une épaisseur moindre
mais aussi d’apports échelonnés, il chauffera moins (une température élevé entraînant la perte de certains
éléments);
• il constitue une couverture du sol très vivante présentant en outre les mêmes avantages qu’un bon paillage
(limitation de l’arrosage, maîtrise des adventices, protection du sol contre les aléas climatiques, amélioration
de la structure et développement de la vie du sol).

Comment composter en place ?


On procède en gros comme pour un paillage, en épandant les matériaux sur le sol… sauf que l’on ne se contentera pas
d’un seul matériau (foin, paille, BRF, feuilles mortes) mais que l’on va au contraire apporter une multitude de matériaux
différents (ceux à notre disposition) au fil des saisons.
Nous partirons de préférence d’un sol travaillé (à la Grelinette) afin de limiter au maximum les repousses d’herbes
spontanées.
Pour aider au démarrage du processus de compostage, mais aussi pour anticiper d’éventuels problèmes de faim d'azote,
il sera judicieux de commencer par épandre une couche de compost.

Quels matériaux utiliser pour un compostage de surface ?


En fait, tous les matériaux organiques d’origine végétale peuvent être utilisés. A l’instar d’un compost classique, on
essayera simplement d’équilibrer les apports entre matières vertes (azotés) et matériaux bruns (cellulosiques).
On aura ainsi :
• à l’automne : les résidus de récoltes, des feuilles mortes, les dernières tontes*, du BRF, les déchets de
cuisine**, des feuilles d’ortie, la dernière coupe de feuilles de consoude…
• en hiver : les déchets de cuisine**, les tailles (broyées) d’arbres et arbustes, du BRF…
• au printemps : les tontes fraîches*, les déchets de cuisine**, les fauches d’engrais verts, des feuilles d’ortie,
des feuilles de consoude….
• en été : les tontes*, des feuilles d’ortie, des feuilles de consoude, les résidus de récoltes, les déchets de
cuisine**…
A tous ces matériaux directement issus de notre jardin, on pourra également ajouter du fumier (à éviter en période de
culture), du foin ou de la paille par exemple.
* Les tontes seront laissées quelques jours à sécher afin d’éviter de la pourriture.
** Pour un côté esthétique, mais aussi pour éviter qu’ils ne soient en contact direct avec les légumes, on pourra
recouvrir les déchets de cuisine avec d’autres matériaux plus “propres”.

Quand composter en place ?


Mon Potager au Naturel – Édition 2020 26

On peut démarrer un compostage en place du printemps à l’automne. Toutefois, comme pour toute couverture du sol, il
est préférable de démarrer lorsque le sol est suffisamment chaud (la chaleur étant indispensable à la vie du sol) et
humide (l’eau est aussi nécessaire à la vie du sol).
Par la suite, on apportera tout simplement par dessus les matériaux à disposition au fil des saisons.

Facile à mettre en place, vivant, diversifié (matériaux azotés et matériaux carbonés), protégeant et enrichissant le sol au
fil du temps, le compostage en surface est indéniablement une pratique à développer…
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 27

Le BRF

Le BRF (Bois Raméal Fragmenté) est une technique assez récente née au Québec et consistant à utiliser de jeunes
branches d'arbres broyées (de diamètre inférieur à 7cm) dans le but de constituer un riche humus comparable à celui
existant naturellement dans les forêts... donc un sol capable de nourrir même de grands arbres !
On utilise principalement des espèces feuillus mais les résineux peuvent également être utilisés à hauteur de 20%
maximum.
Les jeunes branches sont les parties les plus riches de l'arbre ; elles contiennent 75% des minéraux, des acides aminés,
des protéines ainsi que des catalyseurs.

Les avantages du BRF


• Le BRF permet la constitution d'un humus de très grande qualité en quantité importante et ce de façon
beaucoup plus rapide qu'avec un compost (augmentation de 1% du taux d'humus en 10 ans alors qu'il faut 50
ans pour obtenir le même résultat avec du compost ou encore 80 ans avec du fumier ). Cet humus sera le
support et la nourriture des cultures ; Avec un tel humus, il n'y a plus besoin de fertilisation complémentaire ;
• Les rendements sont accrus de manière spectaculaire. Certaines études ont montré des rendements 2, 3 et
jusqu'à 7 fois supérieurs !
• Les besoins en arrosage sont également grandement diminués. Le lessivage des sols et des éléments nutritifs
qu'il contient est alors réduit. Les légumes ont plus de goût car contenant moins d'eau. Et l'on peut dès lors
envisager des cultures légumières sur des sols arides...
• Le BRF a une incidence notoire sur la santé des cultures. « Après recherches (LAVAL-QUEBEC-
LEMIEUX), parmi la quantité de produits générés par la pédofaune, figurent des antibiotiques
utilisés par les plantes. On remarque, lors des essais, l'absence de certaines maladies et prédations
existant sur les planches-témoin et le peu d'impact d'autres attaques. » (source :
http://fr.ekopedia.org/Bois_Ram%C3%A9al_Fragment%C3%A9 )
• Le travail est considérablement réduit : pas de travail du sol, pas de désherbage (le BRF sert également de
paillage), pas ou très peu d'arrosage, pas de traitement. Ce qui se traduit par une diminution importante des
coûts.
• Multiplication de la faune du sol (pédofaune).

Produire du BRF
On utilise des branchages jeunes, voire de jeunes pousses de feuillus. Les conifères (résineux) peuvent aussi être utilisés
mais dans une proportion inférieure à 20% du total (sauf si vous souhaitez acidifier un sol trop calcaire, comme nous
l'avons vu précédemment – dans ce cas particulier, vous pouvez très bien utiliser un BRF uniquement constitué de
résineux).
Utilisez les résidus de taille de vos arbres et arbustes d'ornements et fruitiers, les résidus de travaux forestiers ou
d'élagage, les résidus de travaux de taille ou d'élagage des collectivités locales...
Les rameaux utilisés doivent avoir un diamètre inférieur à 7cm (pour qu'ils soient encore « verts»).
Broyez (avec un broyeur à végétaux) les branchages en hiver, pendant la période dormante.
Le BRF doit alors être épandu rapidement. Évitez les apports après janvier, car des apports tardifs risquent d'induire
une « faim d'azote » (conséquence de la concurrence entre les besoins en azote pour la décomposition des matières
organiques et les besoins en azote des plantes cultivées).

Utiliser le BRF
Afin d'éviter la «faim d'azote» , on pourra :
• Faire une culture de légumineuse (trèfle, pois, lupin, luzerne...) la saison précédent l'apport;
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 28

• Apporter du compost préalablement à l'épandage du BRF.

On procédera ensuite ainsi :


• Épandre le BRF sur 1 ou 2 cm d'épaisseur en terre lourde et jusqu'à 6 cm en terre légère, ce qui représente 1 à 6
mètres cube pour 100 m².
• Incorporer au sol avec une griffe sur 5 à 8 cm de profondeur, selon la nature du sol.

Cette technique étant relativement récente, les avis sont partagés quand à la mise en place des cultures. Certains sèment
et plantent directement dans un BRF en première année et apportent un complément en couverture chaque année.
D'autres, dont je fais partie, penchent plutôt pour une utilisation comme suit :
• Dans un BRF en première année : plantez les plants élevés en pépinière ;
• Dans un BRF en deuxième année : semez les grosses graines. Recouvrez le semis d'un compost bien mûr ;
• Dans un BRF en troisième année : semez les petites graines (le substrat est alors bien fin). Recouvrez le semis
d'un compost bien mûr;
• Laissez au repos la quatrième année ;
• Renouvelez le BRF la cinquième année.

Utiliser le BRF comme simple couverture du sol


Une autre solution consiste à utiliser le BRF comme paillage.
Le BRF n'est alors pas incorporé mais simplement épandu en surface sur une épaisseur de 1 à 6 cm.
On choisira cette approche si le BRF ne peut-être épandu avant la fin de l'hiver ou simplement parce que cela
correspond mieux à nos besoins (par exemple si l'on a pas d'autres matériaux à disposition pour pailler...).
La décomposition est alors assurée par les vers de terre et autres organismes présents dans le sol et se fait de manière
très progressive.
Avec l'expérience, j'ai de plus en plus tendance à privilégier cette façon de faire, car elle me semble plus naturelle (dans
les bois, les matériaux tombés au sol ne sont pas incorporés par l'homme...).
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 29

Les Engrais verts

On appelle engrais verts des plantes cultivées dans le but d'améliorer la fertilité d'un sol.

Intérêts des engrais verts


Les engrais verts ont de nombreux avantages :
• Ils stimulent la vie microbienne du sol en mettant à disposition une nourriture abondante ;
• Leurs racines plongeantes travaillent le sol en profondeur et en améliorent ainsi la structure ;
• Ils assurent une couverture du sol, le protégeant alors de l'érosion ;
• Ils captent des éléments nutritifs dans les profondeurs du sol, et pour les légumineuses, dans l'atmosphère. Ces
éléments seront utiles aux cultures suivantes ;
• Ils piègent les nitrates et pourront les restituer pour la culture suivante (alors qu'un sol nu laissera les nitrates
s'infiltrer vers les nappes phréatiques) ;
• Ils permettent une meilleure circulation de l'eau dans le sol ;
• Ils empêchent le développement des herbes indésirables ;
• Certains engrais verts, comme le seigle, la phacélie ou le trèfle sont de plus de bons producteurs d'humus.

Inconvénients des engrais verts


La culture d'engrais verts comportent quelques inconvénients à prendre en considération avant d'en mettre en place :
• Ils puisent dans les réserves du sol pour se développer. Aussi, ils sont à utiliser avec précautions dans les terre
pauvres en humus (ce qui est souvent le cas des terres sableuses) ;
• Ils prennent de la place. Ainsi, si vous disposez d'un petit jardin, oubliez les engrais verts.
• Ils consomment beaucoup d'eau, ce qui peut également être ennuyeux, notamment pour les engrais verts d'été,
si l'on dispose de peu d'eau pour arroser.

Quels engrais verts choisir ?


3 grandes familles de plantes sont couramment utilisées comme engrais verts :

Les légumineuses
Les légumineuses les plus employées comme engrais verts sont les féveroles, la vesce, le pois, le trèfle blanc, la luzerne
ou encore le lupin. Les légumineuses fixent l'azote atmosphérique.
• La luzerne : améliore les terres argileuses et peu humifères.
• Le trèfle blanc : riche en azote, il forme un excellent couvert.
• La féverole : son puissant système racinaire permet une bonne aération du sol.
• Le lupin: il synthétise efficacement l'azote atmosphérique et le recycle dans le sol.

Les crucifères
Les crucifères comme la moutarde, le colza ou encore la navette poussent bien dans les sols pauvres en humus (je les
recommande donc pour les sols sableux) et se développent rapidement.
• La moutarde blanche aère le sol en profondeur et l'assainit. La moutarde ne résiste pas au froid.
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 30

• Le colza d’hiver est par contre très résistant au froid ( jusqu’à -15°C.) Son important système racinaire permet
une bonne aération et un bon drainage du sol.

Les graminées
Le seigle, l'avoine ou le ray-grass sont en général cultivés en mélange avec des légumineuses.
• Le seigle : bon nettoyant du sol (élimine notamment le chiendent).
• L'avoine : son système racinaire fasciculé permet un travail du sol en profondeur.
• Le ray-grass d’Italie : pouvant germer en sol froid, il pourra être semé en fin d'hiver et donc fauché puis enfoui
plus tôt.

Outre celles appartenant à l'une de ces 3 grandes familles d'engrais verts, quelques autres plantes sont recommandées
comme engrais verts :
• Le sarrasin : plante peu exigeante qui a pour principal intérêt de nettoyer le sol des « mauvaises herbes » ;
• Les épinards : ils permettent d'assurer une bonne couverture du sol au printemps (voir plus bas) ;
• La phacélie : plante très mellifère et attractive pour les insectes pollinisateurs, elle aère le sol en profondeur.
C'est mon engrais vert favori !

Semer des engrais verts


Les engrais verts se sèment à la volée, avant ou après la culture principale, évitant ainsi de laisser une parcelle à nu.

Les engrais verts de printemps


Les parcelles destinées aux cultures d'été qui ne seront pas mise en place avant le mois de mai (tomates, concombres,
aubergines, poivrons, courges) peuvent être ensemencées avec des engrais verts. Ceux-ci doivent alors être semés
suffisamment tôt (tout début de printemps) si l'on veut qu'ils aient le temps de se développer. Ce n'est donc pas possible
partout.
En revanche, les parcelles destinées aux légumes d'hiver (carottes, poireaux, choux, radis d'hiver, céleri, chicorées,
panais...) profiteront parfaitement d'une culture préalable d'engrais verts.
Voici trois exemples d'engrais verts de printemps (les poids indiqués correspondent aux quantités de semences à l'are,
soit 100 m2) :
• Mélange vesce (1 kg) + avoine (800g)
• Mélange pois (1,2 kg) + avoine (800g)
• Mélange vesce (600 g) + ¨pois (700 g) + avoine (700g)
Ces 3 mélanges sont à semer début mars (avant les cultures d'hiver qui seront implantées à partir du mois de juin) – Ils
fournissent une végétation importante.
Épinards : à semer en mars sur des rangs distants de 40 cm sur les parcelles destinées aux cultures d'été. On pourra
consommer une partie des épinards, le reste étant fauché et utilisé comme mulch. On peut effectuer des semis entre les
rangs d'épinards.
Phacélie :
- semer (seule) début mars avant une culture de tomates, concombres, poivrons, aubergines ou encore des choux (bref
des légumes relativement gourmands et appréciant un certain ameublissement du sol en "profondeur") ;
- faucher début mai, soit 10/15 jours après le début de la floraison (le temps d'attirer un maximum de pollinisateurs
dans le jardin - d'autres fleurs prennent ensuite le relais) mais avant la formation des graines ;
- écarter simplement les résidus de la fauche pour planter (dans une terre naturellement ameublie par les racines de la
phacélie) et laisser un peu écarté le temps que le sol se réchauffe - puis ramener les résidus aux pieds des plantes mises
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 31

en place (paillage).
Dans le nord de la France, en zone montagneuse ou en Belgique par exemple, je verrais plutôt un semis fin mars/début
avril puis fauchage à partir de la mi-mai (donc sans doute avant floraison... et donc sans réel intérêt pour la
pollinisation, mais utile pour l'ameublissement et l'enrichissement du sol) pour pouvoir mettre en place les cultures à
partir de la fin mai.
Il est possible de semer la phacélie jusqu'à la fin août, mais cela occupe de l'espace en pleine saison...

Les engrais verts d'été


On sème les engrais verts d'été sur les parcelles libérées pendant l'été (après une culture de printemps de pommes de
terre, de pois ou de fèves par exemple).
Les engrais verts d'été les plus couramment utilisés sont :
• Mélange vesce (1 kg) + avoine (800g)
• Sarrasin (800 g)
• Moutarde (150 g)
• Colza (200 g)

Après une culture de culture de légumineuse (pois, fève, haricot), on sèmera de préférence du sarrasin ou une crucifère
(moutarde ou colza).

Les engrais verts d'automne


Les engrais verts d'automne prennent place sur les parcelles libérées en septembre/octobre.
Si l'on veut semer tôt au printemps, on choisira un engrais verts à croissance rapide : en général de la moutarde. Il est
impératif de semer avant le 15 septembre.

Sinon, on sèmera un engrais vert résistant au gel : vesce d'hiver + seigle par exemple. Cet engrais vert assurera une
bonne couverture du sol pendant tout l'hiver et fournira une importante masse végétale bénéfique aux cultures
exigeantes (notamment les légumes fruits) qui seront mises en place en fin de printemps (deuxième quinzaine de
mai/juin)

Optimiser les engrais verts


Les engrais verts sont fauchés en début de floraison (la masse organique est alors à son maximum) et donc avant la
formation des graines (qui entraîne une perte de nutriments et la propagation de l'engrais vert).

On a alors 2 possibilités :
• On veut mettre en place une culture tout de suite après l'engrais vert : on fauche l'engrais vert (ou on l'arrache)
puis on l'enlève pour le mettre au compost (ou comme mulch sur une parcelle qui ne sera pas ensemencée dans
l'immédiat). Il est en effet impératif d'enlever toute végétation afin d'éviter le phénomène de faim d'azote. On
préparera ensuite la terre pour semer ou planter.

• La parcelle ne sera pas « exploitée » dans l'immédiat : après avoir fauché l'engrais vert, on peut le laisser sur
place comme mulch ou encore le broyer pour l'incorporer en surface (au croc ou au motoculteur). Au mieux
(c'est à dire avec un sol se réchauffant bien et sous climat doux) deux ou trois semaines plus tard, mais en règle
général, comptez plutôt 1 mois 1/2 , l'engrais vert aura amorcé sa décomposition et on pourra, après avoir
ameubli le sol, mettre en place la culture souhaitée.
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 32

La Cendre de Bois

Intérêts de la cendre de bois


Les cendres des arbres feuillus sont en général plus riches que celles des résineux. Les cendres contiennent beaucoup de
calcium, ce qui en fait un excellent amendement calcaire capable de remplacer la chaux pour lutter contre l’acidité du
sol.
Leur teneur en potasse est très élevée (entre 2 et 9 %); elles constituent donc également un engrais potassique
concentré très favorable à la production des fleurs, des fruits, des légumes fruits et racines.
Elles contiennent également :
• beaucoup de silice (14 %),
• du magnésium(1 à 4 %) qui est le principal constituant de la chlorophylle des plantes,
• peu de phosphore (0,5 à 2 %).
Pour augmenter la richesse de la cendre en phosphore (ce qui va permettre de ré-équilibrer l'apport) on peut par
exemple calciner les os de cuisine (ils en contiennent plus de 10 %) dans un poêle à bois ou un insert à foyer fermé.

Les utilisations de la cendre de bois


Sur la pelouse
La pelouse apprécie la cendre qui, à la dose indiquée, favorise l’activité des micro-organismes et des lombrics, ce qui
améliore l’infiltration de l’eau et limite ainsi la mousse. La cendre en elle-même ne détruit pas la mousse, contrairement
à une idée reçue.

Au potager, au verger, au jardin d’ornement


Au potager, la cendre est bonne pour la plupart des légumes, à la dose indiquée (voir plus bas). Les rosiers l’apprécient
aussi , ainsi que les fleurs, les petits fruits, les arbres fruitiers et la plupart des plantes vivaces et arbustes d’ornement.

Au compost
Quelques poignées de cendres de bois incorporées au compost enrichiront celui-ci en potasse.

Mais pas pour les plantes acidophiles


La richesse en chaux de la cendre (le pH est de 13) ne convient pas aux plantes de terre de bruyère ou de sol acide :
azalée, rhododendron, camélia, bruyère d’été, érable du Japon ou hortensias bleus qui deviendront roses.
Contre les limaces ?
Une barrière de cendre autour des plantes fragiles pour les protéger des limaces n’est pas la meilleure des solutions. A la
moindre pluie, elle forme une croûte qui permet alors le passage des mollusques. Il faut en remettre, mais cela conduit
à épandre beaucoup trop de cendres, ce qui provoque un déséquilibre chimique et l’asphyxie de la terre. Tout le
contraire de ce qu’on recherche en jardinage biologique !

Comment utiliser la cendre de bois ?


Compte tenu des forts taux de calcium et de potasse, la cendre doit être apportée en quantité modérée. Tout excès
provoque un déséquilibre chimique du sol et une mauvaise alimentation des plantes. L’excès de potasse se traduit par
une mauvaise assimilation du magnésium et d’autres éléments essentiels. L’excès de chaux provoque un blocage
d’oligo-éléments indispensables et de l’assimilation du fer (chlorose). Pire, il entraîne une destruction de l’humus du sol
et une libération de l’azote sous forme gazeuse.
Ainsi, les apports de cendres de bois sont déconseillés en sol calcaire (je rappelle que la cendre a un ph moyen de
13).
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 33

Laissée à la surface du sol, la cendre détruit la structure de la terre qui peut devenir asphyxiée.
La cendre de bois est donc bonne pour le jardin, mais en quantité limitée : 70 g à 100 g par m2 et par an, soit deux
grosses poignées. Épandez-la en hiver ou gardez-la pour épandre au printemps entre les légumes.
Incorporez-la en surface par un griffage léger.

Quand épandre la cendre ?


Épandez la cendre de préférence de novembre à mars/avril, c’est à dire pendant la période de chauffage.
Mais ce n’est pas un problème de l’épandre plus tard, par exemple la cendre du barbecue en été, à condition de ne pas
dépasser la dose maximale.

Faut-il tamiser la cendre ?


Oui, si elle contient de gros morceaux de charbon de bois, des clous….

Pas de bois traité


N’utilisez que de la cendre de bois non traité. Portez à la déchetterie les bois peints, les contreplaqués, agglomérés ou
tout autre bois traité avec des produits chimiques. N’utilisez jamais de suie ni de cendre de charbon, très toxiques.
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 34

Les Feuilles Mortes


Au jardin, les feuilles mortes tombées au sol ne sont pas seulement synonymes de corvées...

Elles peuvent en effet être très utiles pour participer à l'enrichissement et à la vie du sol..

Feuilles azotées ou carbonées ?

Notez déjà que les feuilles vertes sont des matériaux principalement azotés.
En fin de cycle la feuille cesse de fonctionner ; les molécules azotées (protéines) ne sont alors plus utiles et sont
transformées en glucides. Elle sont alors évacuées et stockées dans la partie vivante du bois (aubier ou racines
notamment).
Ainsi, dans les feuilles mortes, il reste alors principalement du carbone (apport carbone/azote de 40 à 80)
Toutefois, de par leur nature particulière, certaines essences d'arbres ou arbustes ont des feuilles particulièrement
carbonées, même vertes.

Les feuilles équilibrées


C'est le cas de la majorité des feuilles d'arbres ou arbustes.
Par exemple, les feuilles d'aulnes, de hêtres, d'arbres fruitiers, de noisetiers, de frênes ou encore de sureau sont de cette
nature intermédiaire.
Ces feuilles sont dites "équilibrées", avec un rapport carbone/azote de 25 à 30 lorsqu'elles sont vertes et de 40 à 60
lorsqu'elles sont mortes.
Ce type de feuilles se décomposera plus vite que des feuilles de type carboné.

Les feuilles carbonées ou cellulosiques


Pour ce type de feuilles, on a un rapport carbone/azote de 25 à 60 en vert et de 60 à 80 pour les feuilles mortes.
Voici quelques espèces d'arbres dont les feuilles sont particulièrement riches en carbones : les chênes, les bouleaux et
les érables.
Le carbone est l'élément qui va donner plus de structure à un sol.
La décomposition de feuilles carbonées sera plus lente. Mais, l'humus qui résultera de cette décomposition sera stable et
durable.
Dans un compost, le carbone est indispensable au processus de compostage (sans carbone, un compost se décomposera
mal, et pourra même avoir tendance à pourrir).
On choisira donc en priorité ce type de feuilles pour intégrer au compost (mais, à défaut, les feuilles équilibrées seront
aussi très bien).

Faire un paillis avec les feuilles mortes

Intérêts d'un paillage avec des feuilles mortes

Les feuilles mortes seront très utiles pour couvrir le sol de votre potager ou d'un massif.

Comme tout autre paillage végétal, cette couverture du sol va :


• favoriser le développement des différentes formes de vie dans le sol
• empêcher le lessivage des éléments minéraux par des pluies
• maintenir une certaine humidité dans le sol
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 35

• protéger le sol des rayonnements directs du soleil et donc des problèmes de durcissement (vous savez,
lorsqu'un sol devient comme du béton)
• limiter le développement des adventices et donc les corvées de désherbage
• tenir le sol un peu plus au chaud en plein hiver (mais attention, il ne s'agit pas de le couvrir lorsqu'il est gelé...
il faut le faire à l'automne, alors que le sol est encore suffisamment chaud)
• enrichir la terre en se décomposant (voyez plus haut les différences entre feuilles à dominance carbonée et
feuilles à dominance azotée)

Comment couvrir le sol avec des feuilles mortes ?


Il convient d'opérer à l'automne (ça tombe bien puisque c'est à cette époque que les feuilles tombent), sans attendre que
le sol soit trop refroidi (car, faute de suffisamment de chaleur, la vie ne pourrait alors s'y développer correctement; et la
terre aura également beaucoup plus de mal à se réchauffer au printemps suivant).
Si le sol est tassé lors de la mise en place de la couverture, il peut être judicieux de commencer par l'aérer un peu à l'aide
d'une Grelinette.
De même, afin de favoriser le développement de la vie, et principalement si vous utilisez des feuilles "carbonées" (donc
contenant très peu d'azote), un apport de compost ou de fumier, préalablement au mulch, sera bienvenu.
Vous pouvez ensuite épandre une couche plus ou moins épaisse de feuilles (10-15 cm en sol lourd et jusqu'à 30 cm en
terre légère).
Cette épaisseur diminuera très vite (en quelques semaines, avec des feuilles équilibrées, l'épaisseur pourra diminuer des
2/3 !)
Si vous mettez ce paillage aux pieds d'arbres fruitiers ou autres plantes en place, veillez à dégager le collet afin d'éviter
des risques de pourriture.
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 36

Les Amendements Commerciaux


Après avoir présenté les amendements les plus couramment utilisés (car issus du jardin ou de l'environnement proche),
voyons ceux que vous pourrez trouver dans le commerce.
Mais avant cela, je voudrais préciser un peu les choses : on distingue les engrais, qui ont pour vocation à nourrir
directement les plantes, des amendements, dont la fonction est d'enrichir la terre afin que celle-ci puisse subvenir
naturellement aux besoins en nutriments des plantes cultivées.
Pourtant la réalité n'est pas aussi simple... le compost par exemple, est considéré à la fois comme un amendement (et en
effet, son apport enrichit le sol) et un engrais (car il est aussi directement assimilable par les cultures).

Bref, voyons maintenant quelques amendements complémentaires parmi les plus utilisés (mais pas forcément faciles à
trouver...) :
Les poudres de roches : ce sont des produits issus des volcans, particulièrement riches en silice (un élément renforçant
la résistance aux maladies) mais aussi en potasse, magnésium, calcium et divers oligo-éléments. Dans les terres neutres
ou calcaires on préférera les roches granitiques (un produit difficile à trouver dans le commerce) alors que dans les sols
acides les basaltes seront recommandés.
Les argiles : citons notamment le bentonite, une argile à forte rétention en eau et idéale pour améliorer la structure d'un
sol léger.

Les amendements ci-dessous sont des amendements calcaires. L'objectif est de relever le PH. Ils sont donc
recommandés dans les sols acides mais fortement déconseillés dans les sols déjà calcaires.
La marne ou la craie : extraits de carrières locales, la marne et la craie sont des amendements à action lente et durable.
Le calcaire broyé : son action est plus rapide que la marne ou la craie.
Le lithothamne : poudre d'algues marines, également riche en magnésium et oligo-éléments variés, à action rapide et
efficace pour relever un PH. Malheureusement, cette algue se renouvelle très lentement et risque donc de disparaître si
l'on abuse de son utilisation...
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 37

3 - Les buttes vivantes

En sol inculte ou présentant des désavantages importants (très lourd, très acide ou au contraire très calcaire), la
constitution de buttes vivantes, de type lasagnes, pourra être la meilleure solution.
Bien entendu, cette façon de travailler peut également être adoptée même si l'on dispose à priori d'une bonne terre de
jardin.
On entre alors dans une optique permaculturelle, les buttes restant en place de façon permanente, ce qui implique la
suppression du travail du sol.

Le principe
S'inspirant du sol des forêts, les buttes-lasagnes vont permettre de cultiver des légumes exigeants en matières
organiques, et ce même sur des sols incultes.
Le principe est simple : il consiste à superposer différents types de matériaux (matériaux verts et matériaux bruns) afin
de constituer des buttes d'une trentaine de cm de hauteur (minimum) s'apparentant à un tas de compost.
A terme se constituera ainsi un substrat de culture équilibré et particulièrement riche en éléments nutritifs, de type
humus forestier.
Cela représente bien entendu un travail considérable de mise en place...mais par la suite, un gain de temps important.

Les matériaux nécessaires


Pour constituer vos lasagnes, préparez à l'avance les matériaux dont vous aurez besoin :
• de grands cartons épais (sans encre) ;
• des branchages ;
• des matériaux verts : herbes fraîches, déchets végétaux du jardin, broyat de jeunes rameaux (BRF), feuilles
d'orties, feuilles de consoude ;
• des matériaux bruns : copeaux de bois en cours de décomposition, fumier, compost.

Constitution des buttes


Les lasagnes peuvent être constituées de l'automne (c'est le mieux) et jusqu'au début du printemps.
• Placez des cartons à même le sol, en les croisant les uns sur les autres.
• Couvrez-les ensuite de branchages ;
• Intégrer ensuite des copeaux de bois ou du BRF en cours de décomposition (8 cm au minimum) ;
• Recouvrez d’une fine couche (5 cm) de matériaux verts : herbes fraîchement coupées, déchets du jardin, jeunes
rameaux feuillus broyés, feuilles d'orties et de consoudes... ;
• Amenez du fumier ou du compost en décomposition (à l’automne) ou mûr (au printemps) par dessus (8 cm
minimum) – Mélangez éventuellement avec de la terre ;
• Si la butte est constituée à l'automne ou en début d'hiver, recouvrez le tas de feuillage ou de branchages pour le
protéger des intempéries. Si elle est constituée plus tard, vous pourrez recouvrir le tas (paille, foin, herbes
coupées...) après les plantations.
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 38

Utilisation des buttes


Les buttes seront utilisées en fonction de leur maturité et des besoins spécifiques des plantes :
• Des buttes constituées à l'automne ou en début d'hiver précédent accueilleront favorablement toutes sortes de
plants de légumes et plus particulièrement ceux exigeants en matières organiques ;
• Des buttes constituées en fin d'hiver ou en début de printemps chaufferont encore au moment de la plantation.
Elles constitueront dès lors un support de culture idéal pour les légumes exigeants en terme de chaleur
(aubergines, tomates ou poivrons) ;
• Des buttes matures de 1 an permettront des semis directs de grosses graines (fèves, haricots, pois...).
• Les années suivantes, le substrat étant encore mieux décomposé (aspect de terreau), on pourra y semer
directement des petites graines.

Dans le cas des plantations, si la butte n'est pas encore très décomposée, il pourra être judicieux d'y aménager de
petits trous de plantation (en écartant simplement les matériaux) dans lesquels on mettra idéalement un mélange de
compost, terreau et terre de jardin (1/3 de chaque).

Entretenir ses buttes


C'est l'automne, que dois-je faire avec mes buttes lasagnes (ou autres formes de buttes vivantes) ?
Avant d'en venir à l'entretien des buttes, il est essentiel de se poser une première question :

Dans quel état de décomposition est ma butte ?


Ma butte est-elle parfaitement décomposée, c'est à dire ayant un aspect de terreau ?
Les matériaux qui la composent sont-ils au contraire encore à l'état brut ou pas totalement décomposés ?
Observez, plongez la main dans la butte... et commencez par répondre à cette première question.

Vous avez répondu à la première question ?


Nous pouvons donc maintenant passer à l'entretien proprement dit de la butte...

Comment entretenir sa butte ?


Mais, avant de rentrer dans les questions pratiques, il faut encore se poser une nouvelle question, à savoir à quoi est
destinée ma butte de culture : vais-je planter des plants élevés en pépinière ou bien vais-je y semer directement ?

Je prévois d'y planter des plants élevés en pépinière


On peut envisager de planter dans une butte qu'elle soit bien décomposée ou non. Mais de cet état découleront les
apports automnaux.

La butte est bien décomposée


Si la butte est déjà considérablement aplatie, on la renouvellera pour ainsi dire complètement, en y apportant
successivement des couches de matériaux verts et de matériaux bruns, comme pour la constitution d'une nouvelle butte
(à l'exception des cartons et de la première couche de branchages grossiers). Voir ici la constitution des buttes.
Si la butte est encore élevée, nous pourrons nous contenter d'y ajouter une couche de matériaux verts et une couche de
matériaux bruns.
Dans les 2 cas, on recouvrira le tout d'un paillage protecteur pour l'hiver.
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 39

La butte est peu décomposée


L'objectif devra être alors d'accélérer ce processus de décomposition.
Comment ? en y intégrant notamment des matériaux verts afin de favoriser la montée en température et relancer ainsi la
décomposition. L'ortie est particulièrement recommandée : mais un BRF de jeunes branches, des feuilles de consoude,
des herbes vertes fraîchement coupées ou encore des feuilles de poireaux ou autres résidus de récoltes ou déchets de
cuisine seront bienvenus.

On apportera ces matériaux en couche de 5 à 10 cm puis on recouvre d'un bon paillage pour l'hiver (feuilles mortes,
paille...).

Je prévois de semer directement


La butte devra être déjà suffisamment décomposée à l'automne pour envisager d'y semer au printemps suivant.
Dans cet objectif, on se contentera d'apporter par dessus la butte un mélange de terre de jardin et de compost bien mûr
puis de recouvrir le tout d'un bon paillage (paille, BRF ou feuilles mortes).
Ce paillage sera simplement écarté pour semer directement au printemps suivant.

Je suis un adepte des cultures associés et je veux aussi bien semer que planter
Là encore, la butte devra être suffisamment décomposée pour pouvoir y semer directement.
On procédera donc comme ci-dessus.

Le principe de constitution de ces buttes vivantes peut tout à fait s'appliquer dans un potager en carré.
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 40

4 - Engrais du commerce

Ce guide n'a pas pour objectif de vous faire acheter des engrais, bien au contraire.
Une terre correctement amendée ne nécessitera pas d'engrais complémentaires.

Toutefois, si vous ne pouvez pas produire vous-mêmes, ou tout du moins en quantité suffisante, votre compost ou votre
BRF, sachez qu'il existe dans le commerce des engrais bio d'une certaine qualité !
Qu'ils soient bio ou non, les emballages d'engrais comportent des indications obligatoires avec notamment les doses
d'emploi, la dangerosité éventuelle et la teneur en éléments minéraux.

Les teneurs en éléments qui y sont contenus doivent donc être indiqués sur les emballages :
– Le taux d'azote (N), élément utile à la croissance des plantes. L'azote est donc une élément indispensable
pour tous les types de légumes (avec des besoins plus importants pour les légumes à fort développement), mais
il est important de souligner que l'excès d'azote est nocif (il favorise certaines maladies de plantes et engendre
un taux de nitrates trop élevé). De ce fait, le compost ou les engrais équilibrés sont à privilégier. Une carence
en azote se traduit par des plants poussant mal, avec des feuilles restant pâles ;
– Le taux de phosphore (P), élément favorisant la formation des fleurs et des graines. Le phosphore est donc
particulièrement important pour les légumes fruits et les légumes fleurs. Une floraison peu abondante peut être
le signe d'une carence en phosphore ;
– Le taux de potasse (K), élément utile au développement des organes de réserve (racines, tubercules, fruits,
bulbes) et favorisant la coloration des fruits et des fleurs ainsi que la résistance aux maladies. Tous les
légumes ont donc besoin de potasse mais plus particulièrement les légumes racines (surtout les bulbes et
pommes de terre) et les légumes fruits. Lorsque le sol est carencé en potasse, les bordures des feuilles
brunissent et les fruits présentent des défauts de coloration ;
– Le taux de magnésium : c'est l'un des principaux constituant de la chlorophylle, garante de légumes et de fruits
équilibrés. Une carence peut s'observer par la décoloration des feuilles, notamment au niveau des nervures ;
– Le taux de calcium : les apports d'engrais riches en calcium sont utiles dans les sols acides. Ils sont en
revanche à proscrire dans les terres calcaires ;
– Le taux de soufre : le soufre protège certaines cultures (notamment les bulbes et les cucurbitacées) de maladies
cryptogamiques (en particulier l'oïdium). Lorsque le soufre est déficient les feuilles jaunissent.
– La présence éventuelle d'oligo-éléments : les éléments principaux cités ci-dessus ne sont pas tout. La santé des
plantes cultivées dépend également des oligo-éléments.
– Le taux de matières organiques sera également un critère important, car c'est ce qui améliorera votre sol dans
la durée.

Il conviendra donc de choisir vos engrais en fonction des éventuelles carences observées.

Voici quelques engrais biologiques couramment utilisés :


Engrais organiques composés :
Engrais universel Or Brun : Engrais polyvalent pour la fertilisation de toutes les plantes du jardin : légumes, arbres
fruitiers, arbustes d'ornement et massifs de fleurs, pour une croissance vigoureuse et une récolte abondante (azote : 4 –
Phosphore : 3 – Potasse: 6,5).
Engrais universel Naturasol : engrais composé riche en matières organiques (azote 4%, phosphore 8%, potasse 10%,
magnésium 3%, soufre 17,5%) - idéal pour la plupart des cultures légumières.
Engrais complet Solabiol : engrais organique complet et équilibré contenant 4% d’azote total (N) (dont 4% d’azote
organique issu de fumier de volaille), 3% d’anhydride phosphorique total (P2O5), 2% d’oxyde de potassium (K2O) et
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 41

convenant à toutes les cultures légumières.


Engrais organique Derome Pro : composé de matériaux naturels : fumier de cheval composté, pulpes et tourteaux
végétaux compostés (raisin, cacao), protéines animales, extraits de potasse organique (garanti sans fiente, boue,
compost urbain ni déchet vert). Respectueux de l'environnement et pratique à utiliser, cet engrais à dominante
potassique entretient la fertilité du sol en apportant les 3 éléments majeurs ( 3% azote, 7 % phosphore et 15%
potassium) et des oligo-éléments indispensables à la croissance des plantes (potagers, fruitiers, vigne).

Il convient également de toucher quelques mots d'un engrais naturel, notamment riche en azote et phosphore : l'urine !
Je vous invite à consulter sur le blog l'interview de Renaud de Looze, spécialiste de la question.

Engrais organiques simples :


Les teneurs exprimées ci-dessous peuvent varier en fonction des marques. Respectez les doses d'emploi prescrites.
à dominance en azote
Le tourteau de ricin : engrais organique à action progressive notamment riche en azote (5,5%) mais contenant
également du phosphore (2%) du potassium (1,5%) et des oligo-éléments. Attention, le tourteau de ricin est toxique,
voire mortel pour les chats et les chiens...
Les fientes de volaille : engrais organique à action soutenue et lente, riche en azote (3 à 5%) mais aussi en phosphore (3
à 5%).
Le Guano : engrais fortement azoté (14%) mais contenant également du phosphore (8%) et du potassium (2%), le guano
est un engrais organique à action très rapide (mais peu durable) et issu de fientes d'oiseaux de mer. Il provient
notamment du Pérou et est exploité dans des conditions désastreuses pour ceux qui y travaillent et pour
l'environnement.
La corne broyée : engrais azoté (13%) à action progressive contenant également du soufre. Particulièrement
recommandée pour les arbres fruitiers.
Le sang desséché : particulièrement riche en azote (13% environ) mais contenant également du phosphore et de la
potasse, le sang desséché est un engrais à action rapide mais il entretient également la fertilité des sols.

à dominance en potasse
Le patenkali : riche en potasse (30%), le patenkali a une action rapide. Il est recommandé en complément de fertilisation
pour les cultures particulièrement exigeantes en cet élément, notamment les pommes de terre, les bulbes ou les légumes
fruits. Il contient également du magnésium (10%) et du soufre (42%).

La vinasse de betterave : c'est un engrais organique à action rapide très riche en potasse (40%).

à dominance en phosphore
Le Guano de poisson : engrais organique à dominance en phosphore (3,5%) et contenant également de l'azote (2,5%),
de la potasse (2%) et du magnésium (6%). Cet engrais organique est issu des déchets de poisson est complet et peu cher.

Les phosphates naturels : c'est un engrais très riche en phosphore (25 à 30%) à réserver aux sols acides (car il contient
beaucoup de chaux) et déficients en phosphates.
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 42

III – Cultiver

Il est temps de passer au point central de notre propos : cultiver

1- Les outils indispensables


Bien sûr, il n'est pas forcément nécessaire d'acquérir tous ces outils pour cultiver un potager (certains peuvent faire
double emploi), mais la plupart sont réellement utiles...

Grelinette : la grelinette est l'outil indispensable au jardinier bio. Les travaux de labour manuel, d'ameublissement mais
aussi de récolte sont grandement facilité...tout en fatiguant moins. Un investissement de départ certes un peu important
(un peu plus d'une centaine d'euros), mais qu'on ne regrette pas. La grelinette existe en 3, 4 ou 5 dents.
Vous pouvez également trouver des copies comme la Fourche à bêcher Guerilu par exemple... ou encore l'aéro-fourche
(fabriquée en Chine, donc moins chère mais sans doute également moins solide).

Cultivateur à dents (ou griffes) : le cultivateur à dents est utilisé pour ameublir une terre déjà travaillée, soit en
préparation d'un semis ou d'une plantation, soit entre 2 lignes de cultures déjà en place. Le cultivateur existe en 3 dents
ou 5 dents (voir plus).

Mini-griffe : petit outil permettant d'ameublir la terre et de désherber sur de petites surfaces.

Sarcloir oscillant : le sarcloir oscillant permet de désherber efficacement entre et sur les lignes de cultures. On l'utilise
avec facilité lorsque les adventices (herbes spontanées) viennent juste de sortir.

Serfouette : la serfouette (parfois appelée à tort binette) est un outil classique du jardinier. Elle est constituée de 2 lames
distinctes : une large et une plus fine(serfouette panne langue) ou double (serfouette panne fourche). Cet outil permet de
désherber au plus près des cultures, tout en aérant la terre.

Binette : comme son nom l'indique, la binette sert à biner, c'est à dire à aérer la terre tout en éliminant les jeunes pousses
d'herbes indésirables.

Houe : la houe est un outil à manche tranchant permettant d'arracher des plantes à fort système racinaire. On peut
également l'utiliser pour briser des mottes de terre ou pour des travaux de terrassement pas exemple.

Croc : le croc permet d'ameublir une terre comportant des mottes ou encore d'arracher des herbes (un peu comme un
cultivateur).

Bêche : la bêche est un outil classique du jardinage. On l'utilise pour préparer la terre (mais la Grelinette est de loin
préférable : beaucoup plus efficace et plus respectueuse de la vie du sol) mais aussi pour creuser des trous de
plantations. Elle est soit à dents (fourche à bêcher), soit plate (pelle-bêche).

Râteau : il n'est pas utile de présenter cet outil... on l'utilise pour ameublir finement la terre et bien sûr pour ratisser des
herbes, des feuilles ou autres matériaux.

Pelle : une pelle est utile notamment pour charger du compost ou autres matériaux dans une brouette par exemple.
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 43

Brouette : indispensable pour le transport de matériaux volumineux (compost, fumier, BRF...).

Arrosoir : l'arrosoir existe en différentes contenances. Choisissez un arrosoir adapté à vos capacités physiques. Plus
important : la pomme peut être à trous larges ou fins - pour les semis, utilisez de préférence une pomme à trous fins.

Semoir manuel : il s'agit d'un petit outil qui permet de semer de façon relativement homogène.

Cordeau : un cordeau est une ficelle attachée à 2 bouts à planter. Il permet de semer ou planter droit.

Plantoir : le plantoir est un outil manuel utilisé pour planter des plants à racines nues ou des bulbes.

Transplantoir : le transplantoir est un petit outil à main utilisé pour creuser les petits trous de plantation.

Désherbeur télescopique : peut s'avérer très utile pour arracher des plantes indésirables ayant un système racinaire
plongeant (rumex, chardon ou pissenlit par exemple).

Pulvérisateur : le pulvérisateur est utile pour vos traitements naturels.

Fourche à compost : une fourche sert à remuer un tas de compost, à épandre de la paille...

Broyeur à végétaux : ce matériel sera indispensable si l'on décide de produire du BRF. Le coût d'un tel matériel pour un
jardin familial se situe aux environs de 100 €. Un matériel semi-professionnel coûtant aux alentours de 1000 € et un
broyeur professionnel plus de 5000 €.

Pour une surface cultivée de plus grande importance, les outils suivants peuvent s'avérer très utiles :

Cultivateur maraîcher (également appelé houe à bras, houe à pousser...). Le cultivateur est un outil indispensable pour
désherber sur de grandes surfaces. Il peut être équipé de divers outils : sarcloirs oscillants, lames pattes d'oie (pour des
herbes plus développées), griffe 3 dents, butteur-rayonneur.

Semoir à bras : le semoir à bras permet de semer directement de manière efficace et régulière sur des surfaces
relativement importantes.
Il en existe différents modèles :
Le semoir Earthway, très bien pour les grosses graines mais peu efficace pour les petites graines (notamment les
carottes)

Le semoir à petites graines de Terradonis (c'est celui que j'utilise aujourd'hui avec grande satisfaction).
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 44

2- Travailler la terre

Le labour profond a longtemps été une règle. Cette pratique est pourtant sérieusement remise en question, notamment
par Claude Bourguignon, ingénieur-agronome bien connu des professionnels du bio.
En effet, le labour profond perturbe profondément la vie du sol, tout d'abord en remontant à la surface les couches de
sous-sol (souvent argileuses donc froides) ; et inversement, en acheminant vers les profondeurs la terre arable, une fine
couche superficielle mais riche (humus) qui devient dès lors inexploitable par les cultures.
Sans parler de la vie animale du sol qui, on l'imagine bien, subit de plein fouet un tel chambardement. Or, les vers de
terre par exemple fournissent naturellement un travail de labour absolument considérable, et ce sans perturber le sol...

Dans un potager familial, la mécanisation (motoculteur) n'est en général pas indispensable. A condition d'en avoir le
temps, un jardinier en bonne santé peut ainsi entretenir jusqu'à 400 m² sans aucune motorisation.
Les terres lourdes, très argileuses, seront travaillées de préférence à l'automne afin de permettre au gel de casser les
mottes. Toutefois, laisser un sol nu étant néfaste à la vie, une culture d'engrais verts (semis de fin d'été ou d'automne)
sera alors bienvenue.
On attendra la fin de l'hiver ou le début de printemps pour travailler les terres plus légères, un sol nu en hiver étant
dans ce cas particulièrement préjudiciable à la faune du sol.
Dans un potager familial, on pourra opérer de différentes façons :

Travail à la grelinette
Le meilleur outil pour travailler la terre sans l'agresser est, sans conteste, la Grelinette.
Efficace, facile à utilisée, réduisant considérablement l'effort physique (par rapport à une bêche), cet outil
révolutionnaire permet simultanément un travail en douceur de labour manuel et d'ameublissement de la terre.
On plante la grelinette dans le sol, on opère un petit mouvement circulaire des bras, on recule (sans avoir à soulever
l'outil) et on recommence.
La grelinette est également très utile pour récolter sans blesser les légumes.

Travail au motoculteur
Bien sûr, si vous cultivez une surface conséquente, ou si vous ne disposez pas de suffisamment de temps, le
motoculteur pourra s'avérer nécessaire. N'oublions pas toutefois que le motoculteur perturbe la vie du sol et, en
multipliant les racines d'adventices, favorise la propagation des herbes indésirables.

La couverture permanente du sol


Que ce soit avec du BRF, du foin, de la paille ou tout autre matériau organique, ou mieux encore sous forme de buttes
vivantes, une couverture permanente du sol supprime quant à elle tout travail du sol !
On entre alors dans ce que l'on appelle la permaculture.
C'est à mon sens la méthode de jardinage la plus écologique et le meilleur moyen de produire efficacement tout en
améliorant considérablement votre sol sur la durée.
Toutefois, et même si cela reste possible, la couverture du sol n'est pas forcément adaptée à toutes les cultures. Je pense
en particulier aux légumes racines. Mais nous allons voir cela plus en détail un peu plus loin...
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 45

3- Semer et planter

Les semis
Si possible produisez vous-même vos semences. En effet, les semences auto-produites s'adaptent à vos conditions
particulières de culture (sol et climat) et deviennent de ce fait plus résistantes d'année en année.
La reproduction des graines étant un vaste sujet difficilement traitable dans ce livre, je vous recommande vivement la
lecture suivante : «Produire ses Graines Bio » de Christian Boué (Editions Terre Vivante).
Semer au bon moment est une condition primordiale pour réussir ses cultures. Le sol doit être suffisamment réchauffé
afin de permettre une levée rapide. Chaque variété est adaptée à une période précise ; respectez les dates de semis
figurant sur les sachets de semences (ces dates sont à adaptées à votre région (en France, + ou – 15 jours selon que vous
vous situiez au nord ou au sud du pays).
Semer à la bonne profondeur : les graines doivent être semées à une profondeur à peu près équivalente à 3 ou 4 fois
leur épaisseur, c'est à dire à environ 0,5 cm pour les graines les plus fines (carottes, salades...) et jusqu'à 5 cm pour les
fèves par exemple (voir Annexe 2).
Dans le sols sableux ou en période estivale, on sème un peu plus profond, la couche superficielle desséchant plus
rapidement.
La densité des semis est également importante. Si vous semez trop dru, les plants seront étiolés et le travail
d'éclaircissage sera d'autant plus fastidieux. Les semoirs de précision permettent des semis relativement précis (selon la
qualité du semoir). Les semis à la main demandent un tour de main que vous pourrez acquérir avec l'expérience.

Préparer le semis
Un sol bien ameubli et affiné est nécessaire pour permettre une levée rapide et régulière des semis.

Semer
On distingue :
• les semis en pépinière en terrine, godets ou plaques alvéolées
• les semis en pépinière pleine terre,
• les semis directs (ou semis en place).

Certains légumes, en raison notamment d'un temps de développement important sont de préférence semés en pépinière
(et éventuellement repiqués) avant mise en place définitive. Il s'agit des aubergines, céleris, choux , poivrons, tomates.

D'autres légumes sont systématiquement semés en place, car ne supportant pas, ou supportant mal, le repiquage :
carottes, chicorées, épinards, fèves, haricots, panais, pois, mâche, navets, maïs, radis, salsifis.

Les derniers, peuvent être au choix, selon la période et vos préférences personnelles, être semés en pépinière ou en
place : salades, betteraves, blettes, chicorées, concombres, fenouils, oignons, poireaux, salades, courges, courgettes,
melons. Sachez tout de même que le semis direct en place comporte un risque supplémentaire : que des ravageurs
(limaces, lapins...) ne laissent pas le temps à la culture de se développer.

Semis en pépinière en terrine, plaques alvéolées ou godets


Le substrat
Il est possible de faire son propre terreau avec des feuilles mortes.
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 46

L'idéal sera d'utiliser des feuilles mortes issues de différentes espèces.


Mettez simplement les feuilles en tas dans un coin de votre jardin, de préférence dans une zone un peu ombragée.
Remuez de temps à autres le tas... et laissez la Nature opérer.
Au bout d'une ou deux années, selon la nature des feuilles (ce sera plus long avec des feuilles carbonées) et votre climat,
vous aurez un bon terreau, prêt à l'emploi pour vos semis ou rempotage.

Un compost de plusieurs années ayant perdu ses pouvoirs fertilisants pourra également être utilisé comme terreau.

On trouve aujourd’hui dans toute jardinerie digne de ce nom des terreaux biologiques de qualité, certes un peu plus
chers que les terreaux non bio (qui contiennent des éléments chimiques interdits en bio et qui évidemment
contamineraient votre terre).

Les exigences des plantes varient selon leur stade de développement. Le substrat utilisé dépendra donc de ce stade.

Ainsi un terreau destiné aux semis devra être particulièrement léger (on peut y ajouter du sable), se réchauffer
facilement (couleur noire) et ne pas contenir (ou très peu) d’éléments fertilisants : un compost insuffisamment mûr
risque en effet de bloquer la germination.

Un terreau pour le repiquage devra par contre être apte à nourrir la plante jusqu’à sa plantation. On peut le faire soi-
même avec du terreau de semis (1/3), du compost mûr (1/3 environ) ainsi que de la terre du jardin (1/3).

Le semis
La réussite d’une culture est largement tributaire de la qualité du semis . La lumière, la température ainsi que la
profondeur de semis jouent un rôle déterminant dépendant de l’espèce.

Chacun a ses techniques : certains sèment directement en godet, d’autres préfèrent semer en terrine et repiquer les plants
(parfois 2 repiquages). Vous adopterez l’une ou l’autre de ces pratiques en fonction du temps et l’espace dont vous
disposez mais aussi de l’expérience que vous en aurez. Notez toutefois que les tomates ou les aubergines par exemple
apprécient un repiquage (cela favorise le développement racinaire)

Semez à une profondeur de 0,5 cm pour les petites graines et jusqu’à 5 cm pour les plus grosses (On considère que les
graines doivent être semées à une profondeur à peu près équivalente à 5 fois leur épaisseur). Pour plus de précision, voir
le tableau en Annexe 2.

Après le semis, tassez légèrement et arrosez avec un brumisateur. Maintenez humide jusqu’à la germination (sans noyer
le terreau).

Tant que les températures extérieures sont basses (- de 20°C), les terrines ou godets de semis seront placés dans une
pièce chaude de la maison (derrière une fenêtre exposée au sud dès que les plants sont sortis, sans quoi ils vont
s’effilocher), dans une véranda chauffée, dans une enceinte de germination, dans une serre (attention aux nuits froides)
ou encore sur une couche chaude.

Le repiquage
Le repiquage favorise le développement du système racinaire.

Le repiquage en godets (1 plant par godet) s’effectue pour les


tomates et les aubergines dès l’apparition des feuilles vraies
(un repiquage plus tardif retardant la floraison) ; pour les
autres légumes, au stade de 3 ou 4 feuilles vraies.

Mettez un peu de compost bien mûr au fond des godets pour


aider au développement initial des plants puis complétez avec
un mélange de terreau de repiquage (toujours bio
évidemment) et de terre du jardin.
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 47

Éliminez les plants étiolés. Ils ne donneront rien de bon.

Ne tenez pas le plant par la tige (vous risqueriez de les casser et de nuire au développement de nouvelles racines sur les
parties “froissées”). Manipulez le plantule en le prenant sous les racines et mettez-le en place en le maintenant sous les
racines (avec un peu de terreau autour) avec le pousse et l’index de l’autre main. Tassez bien autour de la tige.

Quelques semaines avant la plantation, il est important d'acclimater peu à peu les plants aux conditions extérieures.

Faites-le progressivement, en commençant par sortir les plants par temps ensoleillé (mais à l'ombre s'il fait vraiment
chaud), puis prolongez le temps de sortie (jusqu'à les laisser en permanence dehors si il n'y a pas de gelée à craindre).
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 48

Semis en pépinière pleine terre

Les semis en pépinière permettent un gain de place (par rapport aux semis directs) et une meilleure répartition des
plants sur les lignes de cultures (du fait d'un taux de germination rarement égal à 100%, il y a souvent des trous lorsque
l'on sème directement en place).
Après avoir finement ameubli la terre, on sème les graines à la volée le plus régulièrement possible (cela s'acquiert avec
l'expérience).
On recouvre ensuite les graines. Différentes méthodes sont possibles :
1. Enterrez les graines avec un râteau, plombez (par exemple avec le plat du râteau), puis arrosez ;
2. Procédez de la même manière, puis recouvrez de tourbe (technique préconisée pour éviter un dessèchement
trop rapide des semis d'été) ;
3. N'enterrez pas les graines mais recouvrez-les directement et uniformément d'une couche de terreau ou de
compost bien mûr (l'épaisseur de la couche dépend des légumes – voir le tableau des profondeurs de semis).
Cette technique permet un semis à la profondeur voulue et est préconisée pour les semis délicats (céleri,
tomates, aubergines, piments...).

Les plants seront ensuite mis en place définitive, à un stade (voir les fiches de légumes) et des écartements (voir Annexe
2) dépendant de l'espèce en question.
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 49

Semis en place

Les semis en place sont plus rapides que les semis en pépinière mais nécessitent plus de place (période d'implantation
des cultures plus longue).
Comme nous l'avons vu plus haut, les semis directs sont plus risqués : les limaces ou lapins par exemple raffolant de
toutes jeunes pousses... Ainsi, pour les salades ou les betteraves par exemple, je suis plutôt partisan d'un semis en
pépinière.

Préparer la terre

Le faux-semis

Le faux-semis est une technique de préparation du sol visant à hâter le levée des adventices (« les mauvaises herbes »)
afin de permettre à la culture de lever dans un sol propre.
Cette technique est particulièrement adaptée aux semis longs à lever (carottes, panais, céleri...).
On ne cherchera pas à travailler profondément (15 à 20 cm sont largement suffisants), le but n'est pas de remonter les
graines mais de permettre, en affinant la terre, à celles se trouvant dans la couche superficielle de lever plus vite.

Procédez en affinant progressivement la terre de surface :


• Travaillez d’abord à la grelinette, (ou éventuellement au motoculteur) ;
• Dès que des plantules d'adventices apparaissent, passez au cultivateur à manche (3 ou 5 dents) ; Cela favorisera
la germination d'une nouvelle levée d'adventices....
• Attendez quelque jours qu'une nouvelle levée se fasse puis on déracine cette nouvelle génération avec un
simple passage de râteau.
• Semez peu après le ratissage - les graines de légumes que vous mettrez en place auront ainsi le temps de lever
avant que les adventices n'envahissent le terrain.
Si l'on dispose de suffisamment de temps, l'opération pourra être répétée plusieurs fois, permettant ainsi la levée et
l'élimination d'un plus grand nombre d'herbes spontanées.

Il existe plusieurs façons de semer en place :


Semis à la volée
Les graines sont simplement lancées, de la façon la plus homogène possible sur une terre bien affinée (ou du terreau).
Ce type de semis est en général peu recommandé car il ne facilite pas l'entretien de la culture. Par ailleurs, la répartition
des plants est très aléatoire (même avec un bonne pratique).
Il est par contre tout à fait approprié aux semis de radis ou de verdures (mesclun, cresson des jardins, roquette...) sur une
petite planche de culture.

Semis en sillon
Cette technique est parfaitement adaptée aux jardins potagers familiaux.
• On creuse un sillon dont la profondeur dépendra du légume à semer (voir tableau) ;
• Arrosez le fond du sillon, mais sans excès (l'eau ne doit pas déborder) ;
• Déposez les graines au fond du sillon à la distance adaptée au légume concerné (voir les distances de
plantation). Avec un peu d'expérience, vous arriverez à semer de façon relativement homogène ;
• Refermez le sillon avec la terre du sillon ou éventuellement avec du terreau (ce qui permet de marquer
clairement la ligne de semis et de hâter quelque peu la levée).
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 50

• Tassez légèrement avec le plat du râteau.


• En période sèche, il peut être utile de couvrir le sillon avec de la tourbe (1 cm d'épaisseur environ), toujours
pour limiter le dessèchement, en particulier pour les semis délicats).
Si vous avez arrosé le sillon, il est inutile d'arroser à nouveau juste après le semis.

Semis en ligne avec un semoir à bras


Très utiles si l'on cultive une surface importante, les semoirs à bras permettent des semis réguliers, tant en distance
qu'en profondeur.
Les semoirs à bras creusent le sillon, déposent les graines au fond de celui-ci puis le referment.
Dans ce cas, il faut arroser après le semis.

L'arrosage des semis directs peut être impératif en période sèche ainsi que dans les zones chaudes. Ailleurs, il est en
général préférable d'attendre les prochaines pluies...cela évite qu'une graine en germination ne se trouve privée d'eau
faute d'un arrosage que l'on n'aura pas pu effectuer.

Vous trouverez dans les fiches de culture des recommandations plus précises pour les semis de chaque légume.
Le tableau récapitulatif des semis et plantation récapitule les périodes de semis pour chaque culture légumière.
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 51

Les plantations

On distingue 2 phases :
• Le repiquage : cette opération consiste à transplanter provisoirement un jeune plant, soit dans un godet ou un
pot plus grand, soit en pépinière de pleine terre. Elle concerne certains végétaux appréciant cette phase
intermédiaire (tomates, aubergines ou choux notamment). Pour plus de détail sur les opérations de repiquage,
voir les fiches des légumes concernés.
• La mise en place : il s'agit de la plantation définitive des plants en pleine terre. En jardinage biologique, la
particularité de la plantation réside dans le pralinage.

Le Pralinage
Bien que cette opération soit facultative, je la recommande vivement.
Le pralinage s'effectue juste avant la plantation et consiste à tremper les racines des plants dans une « boue » de
compost bien mûr (ou éventuellement de terreau) et d'eau de pluie.
Cela aura pour effet de fortifier les racines et d'aider à la reprise du plant.

Quelques règles essentielles


Un bonne plantation obéit à quelques règles de base :
• Ne plantez pas dans un sol détrempé (vecteur de maladies) ;
• Ne pas laisser trop longtemps les plants en pépinière (notamment si ils sont en godets) ; un repiquage trop
tardif nuit au bon développement de la plante. Quand les racines sortent du godet (en dessous) et que la motte
se retire facilement de celui-ci en étant bien constituée, il est temps de planter.

Préparation
Préparez tous les plants avant d'effectuer la plantation (ne le faites pas au fur et à mesure) :
Sélectionnez les plants vigoureux, trapus, non étiolés. Éliminez les autres plants ;
Les plants élevés en pépinière pleine terre sont soulevés avec un outil (grelinette, bêche) puis arrachés à la main. Cette
opération s'effectue en soirée ;
Certains légumes, comme les salades, les céleris, les oignons ou poireaux, apprécient un habillage (opération consistant
à couper, avec un outil tranchant, l'extrémité des feuilles et, pour certains, à réduire les racines – pour plus de précision,
voir les fiches de légumes concernés) ;
Pralinez les plants (voir ci-dessus) ;
Mettez en place un cordeau pour marquer la ligne de plantation.
Creusez un sillon (poireau) ou, pour les plants de végétaux à fort développement, des trous individuels dans lesquels
vous aurez placer une poignée d 'ortie environ 1 mois avant la plantation (tomates) et remplis d'un mélange de compost
et de terre de jardin.. Les petits légumes seront plantés directement avec un plantoir.

La plantation en pleine terre


Les plantations s'effectuent de préférence en fin d'après midi ou, mieux encore, le soir - surtout en période de chaleur -
et en lune descendante ;
Plantez bien à la verticale, les racines ne devant pas remonter vers la surface mais plonger ;
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 52

Tassez énergiquement autour de la tige principale du plant (bornage des racines), sauf pour le poireau ;
Les tomates, les choux ou encore les poireaux doivent être plantés le plus profondément possible alors que d'autres
plantes (salades et fraisiers) ne doivent pas être enterrées plus haut que le collet ;
Immédiatement après la plantation, arrosez copieusement au pied, mais sans noyer la terre.
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 53

La couche chaude

La couche chaude est une technique peu onéreuse permettant des cultures précoces, ceci grâce à la chaleur résultant de
la fermentation de fumier frais ou éventuellement du BRF.
Les couches chaudes sont constituées entre janvier et mars.

Matériaux nécessaires :
• Des parpaings seront utiles, mais pas indispensables, pour constituer la base enterrée du dispositif.
• Des planches de bois constitueront le coffrage supportant le châssis. La paroi de devant fera environ 20 à 25
cm de haut et celle de derrière environ 30 cm, ceci afin d'assurer une légère inclinaison. Les planches latérales
supérieures seront découpées en biais (20 à 25 cm d’un côté et 30 cm de l’autre). Les longueurs et largeurs du
coffrage correspondront à la taille des cadres vitrés à votre disposition mais elles sont évidemment adaptables à
vos besoins et souhaits personnels.
• Des cadres vitrés (en bois ou en métal) de longueur et de largeur identiques au coffrage formeront le châssis ;
• Des paillassons serviront éventuellement à couvrir les châssis par grand froid ;
• De la paille pour entourer et protéger le dispositif au dessus du sol.
• Du fumier frais de cheval ou à défaut de vache ou de mouton (le fumier de cheval chauffe plus vite) ou encore
du BRF mélangé à divers débris végétaux.

Mettre en place une couche chaude


La couche chaude devra être orientée plein sud.
• Commencez par creuser une fosse de 30 à 60 cm de profondeur et de dimensions correspondant à votre
coffrage ;
• Placez les parpaings sur les côtés de la fosse ;
• Remplissez la fosse d’un mélange de fumier frais (ou de BRF) et de divers déchets végétaux (pour ma part,
j’ajoute des feuilles). Tassez et arrosez copieusement mais sans détremper (si l’on presse une poignée du
mélange dans la main, l’eau ne doit pas s’écouler) ;
• Assemblez les planches et placez le coffrage ainsi constitué au dessus de la fosse déjà remplie ;
• Mettez ensuite 20 cm de terreau à l’intérieur du coffrage ;
• Placez enfin les châssis sur le coffrage (veillez à ce que l’ensemble soit bien hermétique) ;
• Entourez le tout de bottes de paille.

Le processus de chauffe
Si la couche est correctement constituée, le processus de fermentation démarrera rapidement pour atteindre 60 à 70°C
au bout de 7 à 10 jours (selon la composition de la couche, le temps ou encore le taux d’humidité) - on appelle cela le
“coup de feu” ;
Attendez ensuite que la température redescende à environ 25°C pour effectuer les semis ou planter dans la couche. On
peut également y placer des godets ou terrine de semis.
La température se stabilisera entre 20 et 25°C pendant environ 1 mois puis descendra ensuite aux alentours de 15 à 20
°C.

Une surveillance quotidienne est impérative :


Mon Potager au Naturel – Édition 2020 54

• La température doit être régulièrement contrôlée en plaçant un thermomètre dans le terreau. Elle ne doit pas
dépasser 25°C.
• Dès que le soleil brille, la température peut monter très vite à l’intérieur du dispositif. Il faut alors ouvrir les
châssis dans la journée et les refermer le soir.
• Les paillassons posés sur les châssis pour les nuits fraîches doivent être retirés de bonne heure le matin, ceci
pour éviter l’étiolement des plantes.

Utilisations de la couche chaude


Comme pépinière : une couche chaude est idéale pour favoriser le développement de plants de légumes, notamment
lorsque les températures sont encore froides à l’extérieur.
Lorsque la température de la couche s’est stabilisée autour de 20/25°C, placez dans le châssis les terrines ou godets
contenant vos jeunes plants préalablement démarrés en intérieur.
Il est également possible de semer ou de repiquer directement dans la couche…

Pour hâter les récoltes : grâce aux couches chaudes, il est possible de récolter des légumes avec plusieurs semaines
d’avance par rapport aux cultures classiques en pleine terre.
En effet la couche chaude, une fois le processus de chauffe dépassé, dégagera une chaleur comprise entre 20 et 25°C
dans un premier temps, puis vers 15-20°C un mois après. Ces températures sont idéales pour cultiver des légumes un
peu plus tôt dans la saison.
Ainsi, les carottes précoces (variétés courtes), les radis, les navets de printemps, les épinards ou encore les laitues de
printemps trouveront des conditions idéales de développement dans une couche chaude, et ceci dès janvier/février dans
la plupart des régions.

Pour cultiver des légumes exigeants en terme de fertilisation : la montée en température de la couche aura pour effet de
lancer un processus de décomposition des matières organiques (même phénomène que pour un tas de compost).
Ainsi, après l’avoir utilisée pour le développement de plants ou pour des cultures précoces, ou même avant si l’on
dispose de plusieurs châssis, on pourra disposer d’un riche substrat de culture (rappelons que la couche chaude est
constituée de fumier mélangé à des matières organiques – ou de BRF – et de terreau) pour les aubergines, tomates ou
poivrons par exemple. Ces cultures bénéficieront en outre d’un sol déjà bien réchauffé (entre 15 et 20°C) ainsi que
d’une température ambiante élevée (la couche est située dans une petite “serre”).
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 55

4- Gérer les arrosages

L'eau est un bien précieux. A n'en point douter, cette ressource naturelle deviendra de plus en plus rare (et donc
coûteuse) dans les décennies à venir.
Le jardinier soucieux de son environnement naturel mettra ainsi tout en œuvre pour économiser l'eau.
Rappelons également que l'eau d'adduction est chlorée (parfois très fortement), ce qui n'est pas idéal pour les
arrosages...
Si vous disposez d'un puits, faites l'acquisition d'une pompe de relevage et irriguez vos cultures avec l'eau de ce puits ;
mais faites-le de préférence avec des gouttes à gouttes car l'eau de puits est froide et non oxygénée (les plantes
n'apprécient pas d'en être aspergée), ou mieux encore en la faisant transiter à l'air libre (retenue d'eau, mare), afin
justement de l'oxygéner.

Récupérer les eaux de pluies


Cette pratique tend à se développer et c'est une très bonne chose. En effet, en récupérant les eaux de pluie, vous pourrez
disposer d'une réserve permettant d'irriguer au moins partiellement votre jardin.
On peut récupérer les eaux de toitures, en installant des gouttières et des récupérateurs de contenances variables (selon
vos besoins). Il existe aujourd'hui dans le commerce toutes sortes de récupérateurs d'eaux de pluies.
Si votre terrain est pentu, il peut être judicieux de récupérer les eaux de ruissellement dans une mare créée à cet effet.
Non seulement, vous aurez alors une formidable réserve d'eau, mais vous favoriserez également une multitude de
formes de vie (batraciens, insectes...) qui joueront un rôle fondamental dans l'équilibre de votre jardin.

Comment arroser
En saison chaude, il est préférable d'arroser le soir, ceci afin de limiter au maximum les pertes par évaporation (surtout
si l'on arrose par aspersion).
Quand les nuits sont fraîches, il est mieux d'arroser en fin de matinée. Un arrosage tardif risquant de provoquer un choc
thermique sur un feuillage n'ayant pas eu le temps de sécher avant la nuit.
Pour la plupart des cultures un arrosage au pied est préconisé. Seules quelques cultures comme les salades ou les choux
apprécient un arrosage par aspersion (avec la pomme d'arrosoir, au jet ou avec des sprinklers).
Outre le fait que ce soit plus économique qu'un arrosage par aspersion (surface non cultivées également arrosées, pertes
dues à l'évaporation), l'arrosage au pied évite de mouiller les feuilles, ce qui est source de nombreuses maladies au
jardin.
Si l'on cultive une surface relativement réduite, l'arrosoir demeure le meilleur outil.
Par contre, dès lors que la surface cultivée devient plus importante, utiliser un arrosoir devient vite une corvée...
Diverses solutions s'offrent alors à nous :
– les tuyaux gouttes à gouttes ou micro-perforés : relativement économes en eau, ces tuyaux permettent un
arrosage localisé au pied des cultures. Une couverture du sol par dessus le tuyau diminuera de façon
conséquente les besoins en arrosage de la culture. Une pompe d'arrosage est en général (sauf si on peut profiter
d'une pente) nécessaire pour amener l'eau dans les tuyaux goutteurs.
– À partir d'une cuve ou d'une retenue d'eau située en surplomb du jardin, on peut très bien imaginer un système
de rigoles avec des vannes.

Besoins en eau des Légumes

Les besoins en eau des légumes varient de 0 à une dizaine de litre d'eau au m2 par jour selon les légumes et le stade
végétatif de ceux-ci :
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 56

• Semis : le sol doit rester humide en permanence, sans être détrempé (risque de pourriture des graines)

• Plantation : à la plantation, une jeune pousse nécessite suffisamment d’eau pour permettre son redémarrage. Le
sol doit être bien humidifié à chaque arrosage. On espacera petit à petit les arrosages.

• Plants en développement : les arrosages sont réguliers, copieux (la terre doit être détrempée) mais espacés : 4 à
8 jours, voir 10 à 15 jours avec un bon paillage… et beaucoup plus avec un BRF. L’ail, l’oignon, l’échalote ne
doivent pas être arrosé (sauf sécheresse)

• Maturité avant récolte, la plupart des légumes apprécient des arrosages importants, notamment pour favoriser
le grossissement des parties consommables. Attention, trop d’eau nuit au goût mais aussi à la conservation
(arrosages à éviter donc pour l’ail, l’oignons ou l’échalote, et à limiter pour les courges ou les pommes de terre
notamment).

N'arrosez pas tous les jours mais espacez au contraire au maximum les arrosages afin de favoriser le développement du
système racinaire et donc une meilleure résistance des plantes. Pour vous donner un ordre de grandeur, en sol non paillé,
en sol léger, arrosez tous les 4-7 jours (selon votre climat) ; en terre lourde, retenant mieux l'eau, un arrosage tous les 7-
10 jours est en général suffisant. Avec un paillage, vous pouvez espacer encore plus les arrosages.

En cas de pluie, diminuez d'autant l'arrosage.

D'une manière générale les légumes ont besoin de 2 fois plus d'eau dans leur maturité (grossissement des fruits, des
bulbes, des tubercules ou des pommes) qu'en période de croissance.

Les quantités figurant dans le tableau ci-dessous sont par jour. Si vous arrosez par exemple tous les 10 jours, multipliez
les quantités par 10.

Moitié Moitié
Nord France Sud France

En A En A
végétation maturité végétation maturité

Légumes 0à1 1à 2 1 ou 2 2 à 3 litres/jour/m2


peu exigeants : ail, oignons, litre/jour/m2 litres/jour/m2 litres/jour/m2
échalotes,
fèves, pois

Légumes 3à4 3 à 4 litres/jour/m2 5 à 6 litres/jour/m2


1à2
moyennement exigeants : asperges, litres/jour/m2
litres/jour/m2
aubergines,betteraves,
courges, courgettes, carottes, haricots,
melons, navets, pommes de
terre, poivrons, salades, tomates
Légumes 3 ou 4 5 à 6 litres/jour/m2 4 à 5 litres/jour/m2 7 à 9 litres/jour/m2
très exigeants : choux-fleurs, litres/jour/m2
concombres
artichauts, radis
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 57

Économiser l'eau en couvrant le sol


Au jardin, la meilleure façon d'économiser l'eau consiste à couvrir le sol, sous forme de mulching ou de paillage.
Le mulching se définit par l'action de couvrir le sol de façon permanente avec des matériaux divers. La couverture sera
donc renouvelée régulièrement par de nouveaux apports (par dessus).
Le paillage consiste à couvrir le sol autour des cultures.
Outre les économies d'eau qu'elles permettent, ces pratiques ont pour but de protéger les cultures des intempéries et
d'empêcher le développement des herbes indésirables. Les matériaux organiques, en se décomposant auront également
pour effet d'enrichir le sol.
La mise en place d'une couverture vivante du sol présente toutefois un inconvénient : les rongeurs aiment s'y réfugier....
Dans ce chapitre, nous utiliserons le terme général de mulching, mais les conseils prodigués s'appliquent également au
paillage.

Intérêts du mulching

Protéger les plantes cultivées des intempéries


Le fait de couvrir le sol limite les effets du climat sur celui-ci et sur les différentes formes de vie qui y prospèrent. Mais
voyons plus précisément en quoi le mulch protège des intempéries :
• Il atténue les conséquences d'une canicule : réchauffement excessif et dessèchement du sol ;
• Il aide à retenir les eaux de pluies et évite le ravinement en cas de fortes pluies ;
• Il limite l'évaporation ;
• Il atténue l'effet des brusques variations de températures et protège ainsi les habitants du sol.

Favoriser la vie du sol


Le mulching aura pour effet de favoriser le développement de la vie dans le sol : champignons, bactéries, vers de terre,
insectes divers vont pouvoir s'y développer à loisir.
Les matériaux organiques, en particulier ceux se décomposant facilement, seront alors absorbés, digérés puis finalement
transformés, par les êtres vivants du sol, en éléments nutritifs disponibles pour les plantes cultivées.
Ainsi le fumier, la consoude ou l'ortie par exemple, en se décomposant, apportent une riche nourriture particulièrement
appréciée des légumes gourmands.

Limiter le développement des adventices (« mauvaises herbes »)


Une épaisse couverture du sol étouffera les adventices et empêchera ainsi leur prolifération au sein des cultures.
Malgré tout, certaines herbes particulièrement virulentes arriveront à traverser le mulch. Mais elles pourront alors
s'arracher beaucoup plus facilement que sur un sol nu.

Matériaux utilisés

Matériaux organiques
De nombreux matériaux organiques peuvent être utilisés pour couvrir le sol. Chacun d'entre eux ayant ses avantages et
inconvénients :
• La paille laisse passer l'air et l'eau et est très efficace pour empêcher le développement des « mauvaises
herbes ». Contenant peu d'azote son action est par contre insignifiante en ce qui concerne les apports
d'éléments nutritifs pour les plantes ;
• Le foin ou autres végétaux issus du désherbage ou de débroussaillage sont des matériaux laissant passer eau et
air et sont de plus riches en éléments nutritifs. Ils sont par contre susceptibles de contenir des graines
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 58

d'adventices... ;
• Les tontes de gazon constituent également une bonne nourriture pour le sol. Par contre, en couche épaisse l'air
et l'eau y circulent mal et, en couche trop fine, l'effet protecteur est très limité ;
• Les fanes de légumes peuvent également être utilisées en mulching, avec un effet protecteur moyen ;
• Les fougères ont des qualités similaires à la paille bien que se décomposant un peu plus rapidement. Elles
constituent également un rempart contre les limaces ;
• Le compost est un excellent mulch alliant protection et nourriture pour le sol mais il n'est pas toujours évident
de disposer de quantités suffisantes... ;
• Les engrais verts déjà bien développés constituent également un matériau pour la couverture du sol. Jeunes,
leurs qualités sont comparables aux tontes de gazon.
• Le BRF : outre son effet protecteur et sa capacité à absorber et retenir beaucoup d'eau, le BRF constitue
également, en se décomposant, un fertilisant naturel de type humus forestier, donc un des plus équilibrés qui
soient.
• Les feuilles mortes sont très pratiques pour couvrir et protéger le sol pendant l'hiver.

Autres matériaux
Citons des matériaux comme la pierre, les tuiles cassées, le carton, les bâches plastiques, des films spéciaux pour le
paillage ou mieux des feutres de paillage bio.
Ces matériaux, bien qu'efficaces pour empêcher le développement des herbes indésirables, n'auront évidemment aucun
effet sur l'enrichissement du sol. Néanmoins, en couvant le sol, mais également en offrant différents types d'abris, ils
favorisent la biodiversité.
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 59

La pratique du mulching

Quels matériaux utiliser ?


Le choix des matériaux se fera tout d'abord en fonction des matériaux disponibles sur place ou à proximité. Il dépendra
également du type de sol et, bien entendu, des cultures à protéger.

On distingue :
Les matériaux secs et grossiers :
Il s'agit notamment de la paille et des fougères. Ce sont des matériaux à décomposition lente qui conviennent
particulièrement aux sols lourds (argileux) car laissant passer l'air et absorbant l'eau (un peu comme une éponge).
Ce type de matériaux est idéal pour les fruits et légumes risquant de pourrir au contact du sol (courges, concombres,
melons, fraises...).
Pour les cultures gourmandes, on pourra utilement, préalablement à la couche de paille, étaler du compost mûr.

Les matériaux humides à décomposition rapide :


Ce sont les herbes jeunes et les fanes de légumes.
Plus particulièrement adaptés aux climats humides (effet protecteur insuffisant en zones sèches), ces matériaux
conviennent bien aux légumes dont les fruits ne reposent pas sur le sol.
Ils doivent être utilisés en couche mince (moins de 1 cm) afin d'éviter l'asphyxie et la prolifération d'animaux
« nuisibles ».
Ce type de matériaux est, d'une manière générale, à éviter comme couverture du sol en terres argileuses (tout au moins
tant que le sol demeure froid).
Ces matériaux se décomposant rapidement, la couche doit être fréquemment renouvelée.
Ils constituent une nourriture de qualité pour le sol.

Les matériaux intermédiaires :


Les compost jeunes ou les engrais verts en fin de cycle peuvent être utilisés pour tout type de légumes.
L'épaisseur du mulch sera plus importante que pour les matériaux humides.

Préparer les matériaux


Les matériaux destinés à nourrir le sol peuvent être broyés afin d'en accélérer la décomposition.
Par contre, ceux plutôt destinés à protéger le sol seront épandus sans broyage préalable (meilleure aération).

Épaisseur de la couverture
2 critères essentiels détermineront l'épaisseur de la couverture :
Le type de matériaux
D'une manière générale, plus le matériau est grossier et aéré (pailles), plus le mulch pourra être épais (5 cm ou plus).
Les matériaux plus fins (herbes, fanes de légumes) seront épandus sur quelques millimètres (1 cm maximum). La
couverture sera alors régulièrement renouvelée.
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 60

La texture du sol
Sur sol lourd, l'épaisseur sera vraiment très fine (1 cm max) et renouvelée dès que la couverture aura disparu.
Par contre, sur un sol sableux, se réchauffant bien, la couverture pourra être beaucoup plus épaisse (5 cm ou plus).

Période et modalités d'apport


Au printemps :
Travailler le sol à la grelinette ou biner avant l'apport du mulch afin d'obtenir une structure meuble et grumeleuse ;
Désherber et éclaircir les cultures en place avant l'apport ;
Attendre que le sol soit suffisamment réchauffé, un mulch épandu trop tôt nuira au réchauffement du sol et donc au
développement de la culture.
Renouveler le mulch au cours de l'été.

A l'automne :
Une couverture organique protégera le sol des intempéries de l'hiver (pluies, gels) et nourrira les micro-organismes.
Tous les matériaux précédemment cités peuvent être utilisés, les mélanges étant bienvenus...
La couverture doit être appliquée suffisamment tôt à l'automne (avant que le sol ne se refroidisse) mais de préférence
après de bonnes pluies (l'eau étant essentielle à la vie).
Toutefois, en sol très argileux, une couverture du sol empêchera celui-ci de respirer. Une culture d'engrais verts ou, à
défaut, un travail du sol en grosses mottes est selon moi alors préférable (les alternances de gel et dégel ameubliront
naturellement le sol pendant l'hiver).
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 61

5- Maîtriser les adventices

Les techniques de couverture du sol présentées ci-dessus, outre le fait qu'elle permettent d'économiser l'eau de façon
conséquente, empêchent également la pousse des herbes indésirables.

Toutefois, ces techniques ne conviennent pas à toutes les cultures. Si elles sont adaptées et recommandées pour la
plantation de plants de cultures à fort développement (tomates, courges, concombres, aubergines, poivrons, choux...), il
n'en est pas forcément de même pour certains légumes :
• les carottes, navets, radis, betteraves... en fait tous les légumes à petites graines que l'on sème directement en
pleine terre. Pour ceux-ci, le paillage est gênant d'un point de vue pratique (on peut toutefois l'écarter pour
semer), mais surtout à cause des rongeurs qui aiment à nicher dans un paillage et se régaleront de jeunes
plantules.
• les salades si le temps est propice aux invasions de limaces (qui adorent aussi le paillage).

Dans ce cas, un désherbage méticuleux est nécessaire pour permettre aux jeunes pousses de se développer correctement.
Alors, comment faire ?

Sarcler entre les lignes de culture


Certains outils permettent un désherbage très efficace entre les lignes de culture. Je pense ici au sarcloir oscillant (à
manche ou monté sur une houe à pousser).
Il convient de passer rapidement, si possible dès la levée des premières herbes « indésirables » et régulièrement.
Si les herbes sont déjà plus développées, on aura recours à une lame patte d'oie (sur houe à pousser), à une serfouette ou
une binette à manche.

Désherber manuellement sur la ligne de culture


Mais évidemment, désherber entre les lignes de culture n'est pas suffisant... il faut aussi le faire sur la ligne même, c'est
à dire entre les plants. Et c'est bien là le travail le plus fastidieux et le plus fatiguant !
Bon, si les plants sont suffisamment espacés entre eux, on pourra là aussi utiliser un outil de désherbage (sarcloir
oscillant si les plants sont suffisamment espacés ou côté fin d'une serfouette par exemple), mais pour les carottes
notamment, il n'y a pas d'autre choix que de courber l'échine...
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 62

IV - Protéger les cultures

En jardinage biologique, la meilleure protection des cultures consiste à respecter la Nature...


Favorisez la biodiversité, diversifiez et associez judicieusement vos cultures, respectez les principes de rotation et
renforcez les défenses naturelles des plantes cultivées en utilisant des préparations naturelles à base de plantes...votre
jardin sera productif et sain, et ce sans utiliser aucun produit de traitement du commerce (même bio) !

1- Favoriser la biodiversité
La préservation de la biodiversité constitue, selon moi, la base du jardinage biologique.
Trop de jardiniers pensent jardiner bio simplement parce qu'ils n'utilisent pas de produits chimiques. Pourtant, en
éliminant systématiquement les herbes sauvages, en faisant de leur jardin, un endroit « propre » dans lequel rien ne
dépasse, ils vont à l'encontre du bio (qui, je le rappelle veut dire VIE).
S'il n'y avait qu'un chose à retenir de tout ce que vous pourrez lire ici, c'est bien celle-ci...

Qu'est-ce que la biodiversité ?


Mais commençons par définir la biodiversité.
Voici la définition du Larousse :
« La diversité biologique, ou biodiversité, est la variété et la variabilité de tous les organismes vivants. Cela inclut la
variabilité génétique à l'intérieur des espèces et de leurs populations, la variabilité des espèces et de leurs formes de vie,
la diversité des complexes d'espèces associées et de leurs interactions, et celle des processus écologiques qu'ils
influencent ou dont ils sont les acteurs. » (XVIIIe Assemblée générale de l'Union mondiale pour la Nature [UICN],
Costa Rica, 1988)...
Il est donc notamment question d'interactions. On comprendra alors qu'en détruisant une forme de vie, quelle qu'elle
soit, on engendre un déséquilibre.

Pourquoi et comment préserver la biodiversité ?

Une conscience écologique


Pourquoi jardine t-on bio ? Beaucoup répondront : « pour manger sain ».
Cette motivation est certes louable. Mais elle est insuffisante : jardinier bio implique, ou devrait en tout cas impliquer,
une conscience écologique, plus encore, un acte militant de protection de l'environnement et un signe fort pour les
générations futures.
Chaque forme de vie, aussi petite soit-elle, constitue un maillon d'un fragile équilibre. En détruisant ce maillon, on
cause un déséquilibre, souvent irrémédiable, pouvant avoir des conséquences désastreuses sur la vie sur Terre.

Une condition « sine qua non » d'équilibre dans votre jardin


Le jardinier tire une grande fierté de son potager. Il n'est bien souvent satisfait de son travail que lorsque plus aucune
"mauvaise herbe" ne dépasse.
Mais en voulant trop bien faire, ne risque t-il pas de perturber cet équilibre naturel si savamment orchestré ?
Chaque espèce végétale , selon ses dimensions, selon sa densité, selon son parfum ou encore selon sa texture, abrite ou
attire une faune particulière. De ce fait, en éliminant totalement les "mauvaises herbes" (que je préfère appeler
adventices) des bordures du potager mais aussi au sein des cultures, on détruit l'habitat naturel de nombres d'insectes ou
autres animaux.
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 63

Or, chaque forme de vie participe de la chaîne alimentaire.

Ainsi, c'est tout l'équilibre naturel qui s'en trouve perturbé. Le prédateur de tel ou tel insecte a disparu, laissant à
l'insecte en question l'opportunité de proliférer au-delà de la normale.

Et c'est ainsi qu'un insecte devient un "nuisible" pour nos cultures, obligeant alors le jardinier à traiter... et
l'utilisation d'un insecticide, même biologique, aura alors pour effet (c'est le but) de tuer encore toute une faune,
perturbant encore un peu plus ce fragile équilibre naturel.

Favoriser la diversité végétale


Ne tondez pas trop souvent la pelouse mais laissez des fleurs naturelles s'épanouir ;
Laissez des zones sauvages en bordure du potager ;
Si vous disposez de suffisamment d'espace, laissez également des bandes sauvages au sein même du potager ;
Mélangez vos cultures ;
Diversifiez vos cultures : fleurs, aromates, arbustes à feuilles ou à fleurs, arbres fruitiers ou ornementaux.

Favoriser la diversité animale


En préservant des zones sauvages en bordure du jardin mais aussi entre bandes de culture (indispensable si le potager
est de taille importante), on peut observer facilement une faune abondante et très diversifiée.
Ainsi ce petit insecte qui n'a rien de nuisible en soi ne colonise pas nos cultures car sa population est naturellement
régulée.
Vous l'aurez compris : la biodiversité animale dépend pour l'essentiel de la biodiversité végétale. En effet, en préservant
des habitats naturels diversifiés (herbes basses et hautes, arbustes, arbres...), les différents animaux trouveront des
conditions de vie adaptées à leurs besoins spécifiques.
Mais on peut aller encore plus loin en aménageant des habitats :
• Des tas de pierres attireront des couleuvres ;
• Des amas de branchages serviront d'abris aux hérissons ;
• Des nichoirs pourront également être installés pour attirer plus d'espèces d'oiseaux ;
• Une mare naturelle attirera d'autres espèces animales comme les batraciens, eux-aussi de précieux auxiliaires
du jardinier bio.

Quelques fleurs utiles


Outre le fait qu'elles attirent les abeilles et autres pollinisateurs, certaines fleurs se révèlent particulièrement utiles au
jardin potager.
La capucine : placée à proximité des légumes particulièrement attaqués par les pucerons (concombres, courges, tomates,
choux...), la capucine les attirera à elle et protégera ainsi vos cultures avoisinantes. Ceci d'autant plus qu'elle attire
également les coccinelles, très friandes de pucerons...
Les œillets d'Inde : les œillets d'Inde, et d'une manière générale les tagètes, éloignent de nombreux insectes : le ver du
poireau (teigne), la mouche de la carotte, les pucerons, les aleurodes, les nématodes...
La coriandre : la coriandre est idéale en association avec les carottes. Elle en favorise le développement, éloigne la
mouche de la carotte et aurait même un effet positif sur le goût.
La bourrache : elle éloigne les limaces et escargots.
Le souci : le souci attirent les syrphes, redoutables prédateurs de pucerons. Il tient également éloignés les mouches
blanches, les altises, la piéride du chou...
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 64

Le cosmos : il repousse les altises.

Vous l'aurez compris, en intégrant ici et là des fleurs au sein de votre potager, vous aurez beaucoup moins de soucis
avec vos cultures.

2 - Les associations bénéfiques


Certaines plantes sont bénéfiques pour d'autres...

L'association la plus connue est sans doute carottes/poireau : l'odeur de la carotte repousse la larve du ver du poireau et
l'odeur du poireau repousse la mouche de la carotte. A moins que cela ne trouble les odorats respectifs...

En fait, scientifiquement parlant, on ne sait pas grand chose de ces associations bénéfiques. C'est donc parfois l'odeur
qui joue un rôle. Il semblerait également que très souvent ce soient des substances sécrétées par les racines...

On peut toutefois estimer que les associations de plantes permettent :


• de protéger de certaines maladies ou d'agir comme répulsif ;
• de mieux occuper l'espace en profondeur (systèmes racinaires complémentaires), en hauteur ou en largeur.
Attention toutefois au développement de certaines plantes...
• de mieux utiliser l'espace dans le temps, en faisant voisiner des espèces à cycle court avec des espèces à
cycle long (par exemple le chou et les salades) ;
• de faire profiter certains légumes de l'azote atmosphérique capté naturellement par les légumineuses.
On peut associer les plantes en les alternant sur une planche de culture, ou faire alterner des lignes de cultures de
différents légumes.

Je vous présente, dans le tableaux suivants quelques associations présentées comme bénéfiques et les voisinages à
éviter.

Note : des associations bénéfiques dans certaines conditions (climat, sol...) peuvent être néfastes dans d'autres
conditions.
Un seul conseil donc : expérimentez !
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 65

Légumes Associations réputées favorables Voisinages à éviter

artichaut, asperge, chou, haricot, pomme de


Ail chicorée, pissenlit, tomate, fraise
terre

Asperge concombre, poireau, pois, tomate, persil ail, blette, betterave, chicorée, oignon

Aubergine pomme de terre, oignon

Betterave céleri, laitue asperge, épinard, poireau, tomate

betterave, échalote, haricot, laitue, oignon, panais, poireau,


Carotte maïs, blette
pois, radis, salsifis

Céleri betterave, chou, concombre, haricot, poireau, pois, tomate laitue, maïs, persil

Chicorées épinards, roquette asperge, chou

betterave, céleri, concombre, épinards, haricot, laitue, pois, chicorée, courgette, fenouil, fraisier, mâche,
Choux
pomme de terre, salsifis, tomate maïs,pissenlit, poireau, radis

Courge/potiron chou, laitue, maïs, pomme de terre fenouil, radis

Échalote carotte haricot, pois, chou

artichaut, chou, fraisier, haricot, navet, pomme de terre,


Épinard
radis, tomate

chou, concombre, épinard, haricot, navet,


Fenouil céleri-rave, poireau
panais, tomate

Fève chou, laitue, pomme de terre oignon

Fraisier ail, oignon, poireau chou

carotte, céleri, chou, concombre, épinard, laitue, maïs, ail, courgette, échalote, fenouil, oignon,
Haricot
pomme de terre poireau, pois

betterave, carotte, chou, courge, fève, fraisier, haricot,


Laitue céleri, persil
melon, navet, oignon, poireau, pois, radis, tomate

Mâche fraisier, poireau

Maïs betterave, courge, haricot, pois, potiron, tomate laitue, oignon

Navet chicorées sauvages, épinard, fraisier chicorées frisée et scarole

Oignon carotte, laitue, panais, mâche, radis haricot, pois

Panais betterave, chou-rave, oignon blanc, radis fenouil, laitue

artichaut, asperge, carotte, céleri, fenouil, laitue, mâche,


Poireau blette, chou, betterave, haricot, persil, pois
tomate

asperge, carotte, chou, céleri, concombre, laitue, navet,


Pois ail, échalote, oignon, persil, poireau
pomme de terre, radis

céleri, chou, courge, épinard, fève, haricot, pois, potiron,


Pommes de terre maïs
radis, tomate

carotte, concombre, épinard, haricot, laitue, oignon, pois,


Radis chou
tomates

Salsifis carotte, épinard, oignon, poireau

Tomate chou, concombre pomme de terre


Mon Potager au Naturel – Édition 2020 66

3- Les rotations de cultures

La rotation a notamment pour objectifs :


• d'éviter la prolifération excessive d'insectes et la propagation de maladies spécifiques aux cultures (virus,
champignons...);
• d'éviter l'appauvrissement du sol (chaque légume a des besoins en éléments nutritifs complémentaires des
besoins des autres légumes);
• d'éviter une intoxication progressive du sol (toxines, micro-organisme parasites...);
• de limiter la prolifération d'herbes envahissantes : la culture de la pomme de terre par exemple a un effet
nettoyant.

D'une manière générales, on s'abstiendra de cultiver au même endroit d'une année sur l'autre des cultures de légumes
appartenant à la même famille botanique et au même classement selon le type de légume
(fruits/fleurs/feuilles/racines).

On pourra par exemple diviser son potager en 5 parcelles (rotation sur 5 ans) :
• légumes fruits,
• légumes fleurs,
• légumes racines,
• légumes feuilles,
• repos.

On évitera également de se faire suivre des cultures gourmandes.

Un plan du potager est indispensable afin de respecter les rotations de culture.

Classification des légumes selon le type (partie du légume que l'on consomme) :

Type de légume Légumes

aubergine, concombre, coqueret du Pérou, courges, haricot, lentille, maïs, melon, piment, poivron,
Fruits/graines
potiron, tomates, fèves, pois

Fleurs artichaut, chou-fleur, chou brocoli,

ail, betterave, carotte, céleri-rave, crosne, échalote, fenouil, navet, oignon, panais, pomme de terre,
Racines/bulbes
radis, scorsonère, topinambour

asperge, cardon, céleri-branche, chicorée, choux pommés, cresson, épinard, laitue, mâche,
Feuilles
pissenlit, poireau, poirée (blette), oseille, pourpier, roquette, salsifis, tétragone
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 67

Classification des légumes par famille botanique :

Famille botanique Légumes

Composées (Astéracées) artichaut, cardon, chicorée, laitue, pissenlit, salsifis, scorsonère, topinambour

Ombellifères (Apiacées) carotte, céleri, cerfeuil, fenouil, panais

Liliacées (Alliacées) ail, asperge, échalote, oignon, poireau

Légumineuses (Fabiacées) fève, haricot, lentille, pois

Chénopodiacées betterave, épinard, poirée (blette),

Cucurbitacées concombre, courge, melon, potiron

Solanacées aubergine, coqueret du Pérou, pomme de terre, tomate, piment, poivron

Labiées crosne

Crucifères (Brassicacées) choux, cresson, navet, radis, roquette

Autres mâche, maïs, oseille, tétragone, pourpier

De par la complexité que cela implique en terme de suivi, il est extrêmement difficile de concilier associations de
cultures et rotations.
Et de fait, si l'on mélange les plantes, l'importance de ne pas cultiver un légume d'une même famille d'une année sur
l'autre devient très relative.
Concrètement, choisissez la solution qui vous convient le mieux, sachant que :
les associations sont plus simples à mettre en place, mais du fait des mélanges de cultures elles peuvent s'avérer plus
difficile à entretenir (besoins différents, désherbage)
les rotations sont un peu complexes à définir mais le fait de cultiver le même type de légume sur une même planche de
culture facite l'entretien
Notez enfin que certaines cultures « couvrantes » sont difficilement associables (courges, pommes de terre). Vous
pourrez dès lors avoir certaines planches en associations et d'autres en rotations.
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 68

Exemple de rotation :
On pourra par exemple diviser son potager en 5 parcelles, chacune d'entre-elles étant également divisée en 2 parties. On
a ainsi une rotation sur 5 ans :

•légumes fruits-graines
•légumes fleurs (les légumes fleurs étant peu nombreux, il est possible de cultiver des engrais verts ou des fleurs
annuelles)
•légumes racines et bulbes
•légumes feuilles
•repos- on peut également semer des engrais verts qui profiteront aux légumes fruits l'année suivante

Année 1

Parcelle 1 – Fruits Parcelle 2 - Fleurs Parcelle 3 - Racines

Légumes fruits Légumes fruits Engrais verts, Légumes fleurs Légumes racines Légumes racines
exigeants peu gourmands fleurs exigeants peu gourmands

Parcelle 4 - Feuilles Parcelle 5 - Repos


Légumes feuilles Légumes feuilles Repos Repos
peu gourmands exigeants

Année 2

Parcelle 1 - Fleurs Parcelle 2 - Racines Parcelle 3 - Feuilles


Engrais verts, Légumes fleurs Légumes racines Légumes racines Légumes feuilles Légumes feuilles
fleurs exigeants peu gourmands peu gourmands exigeants

Parcelle 4 - Repos Parcelle 5 – Fruits


Repos Repos Légumes fruits Légumes fruits
exigeants peu gourmands

Année 3

Parcelle 1 - Racines Parcelle 2 - Feuilles Parcelle 3 - Repos


Légumes racines Légumes racines Légumes feuilles Légumes feuilles Repos Repos
exigeants peu gourmands peu gourmands exigeants

Parcelle 4 – Fruits Parcelle 5 - Fleurs


Légumes fruits Légumes fruits Engrais verts, Légumes fleurs
exigeants peu gourmands fleurs
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 69

Année 4

Parcelle 1 - Feuilles Parcelle 2 - Repos Parcelle 3 – Fruits


Légumes feuilles Légumes feuilles Repos Repos Légumes fruits Légumes fruits
peu gourmands exigeants exigeants peu gourmands

Parcelle 4 - Fleurs Parcelle 5 - Racines


Engrais verts, Légumes fleurs Légumes racines Légumes racines
fleurs exigeants peu gourmands

Année 5

Parcelle 1 - Repos Parcelle 2 – Fruits Parcelle 3 - Fleurs


Repos Repos Légumes fruits Légumes fruits Engrais verts, Légumes fleurs
exigeants peu gourmands fleurs

Parcelle 4 - Racines Parcelle 5 - Feuilles


Légumes racines Légumes racines Légumes feuilles Légumes feuilles
exigeants peu gourmands peu gourmands exigeants

La rotation est terminée, on repart sur le schéma de l'année 1...

Année 6

Parcelle 1 – Fruits Parcelle 2 - Fleurs Parcelle 3 - Racines

Légumes fruits Légumes fruits Engrais verts, Légumes fleurs Légumes racines Légumes racines
exigeants peu gourmands fleurs exigeants peu gourmands

Parcelle 4 - Feuilles Parcelle 5 - Repos


Légumes feuilles Légumes feuilles Repos Repos
peu gourmands exigeants

Et ainsi de suite...

Dans l'exemple ci-dessus, j'ai pris comme base de rotation, le type de légume. Mais il est également possible de baser
sa rotation sur la classification botanique, ou encore les besoins en fertilisation.
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 70

4- Protéger par des préparations à base de plantes


Nous allons présenter ici quelques plantes particulièrement utiles au jardin biologique.
Une dilution à 5% signifie que l'on mettra une dose de préparation pour 20 litres d'eau ; une dilution à 10%, c'est 1 dose
de préparation pour 10 litres d'eau ; une dilution à 20% : 1 dose de préparation pour 5 litres d'eau...

L'ortie

L'ortie pousse spontanément partout sur la planète. Elle indique un sol fertile, souvent très, voire trop, riche en azote.
Elle peut se multiplier très facilement par simple division de touffe.
Aujourd'hui bien connue des jardiniers, l'ortie
• stimule la croissance des plantes cultivées ;

• renforce les défenses naturelles des plantes.

Composition
L'ortie contient de l'ammoniaque (qui entre dans le cycle de l'azote), des vitamines A et C, de la carotène, du calcium,
du chlore, du cuivre, du fer, du magnésium, du potassium, du silicium, du soufre...

Utilisations au Potager Bio

Fertilisation :

L'ortie, de par sa richesse en azote, est parfaite pour favoriser le développement des jeunes plants. On l'utilise alors sous
forme de purin en arrosage (dilué 10 fois) au pied ou pulvérisé sur la plante (dilué 20 fois).

Je préconise un ou deux arrosages en début de croissance. Par la suite, la consoude est plus appropriée notamment du
fait de sa teneur en potasse.

Des usages trop répétés de purin d'ortie, en rendant la plante trop attractive, auront pour effet d'attirer les pucerons...

On peut également placer, au moins 3 semaines avant la date de plantation, une poignée de feuilles d'ortie au fond des
trous de plantations des tomates ou autres légumes gourmands. Ne refermez pas le trou avant la plantation afin de
permettre à l'ortie de se décomposer.

Le purin d'ortie
• Remplissez un récipient (en terre, en bois ou en plastique mais en aucun cas en métal) de plantes fraîches.
complétez avec de l'eau de pluie.
• Couvrez en laissant une aération.
• Remuez chaque jour : vous pouvez observer une mousse qui se forme à la surface.

Protection des cultures :


Mon Potager au Naturel – Édition 2020 71

L'ortie est également réputée pour renforcer les plantes cultivées contre les attaques de pucerons ou acariens.

On utilisera alors une macération d'ortie :

La macération d'ortie

• Mettez les plantes fraîches à tremper (100g pour 1 litre d'eau) pendant 12 heures (curatif) ou 2 à 3 jours
(préventif).
• Placez si possible le récipient au soleil.
• Filtrez.

Utilisations de la macération d'ortie


• Pulvérisez en préventif (pour les arbres avant éclosion des bourgeons et à l'apparition des jeunes feuilles) une
macération de 2 ou 3 jours diluée 50 fois ;
• Pulvérisez en curatif (donc en cas d'attaque importante) une macération de 12 heures maximum, non diluée.
Répétez l'opération 2 à 3 fois par semaine jusqu'à disparition des indésirables.

Une infusion d'ortie sera également préconisée pour protéger les choux d'une invasion de charançon gallicole.

L'infusion d'ortie

• Découpez finement 200 g de feuilles fraîches.


• Placez dans un récipient non métallique et versez 1 litre d'eau bouillante.
• Couvrez et laissez infuser jusqu'à refroidissement.
• Laissez reposer 24 heures.
• Filtrez et pulvérisez non dilué dans les jours qui suivent sur les jeunes plants de choux.
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 72

La consoude

Si l'ortie est utilisée par de nombreux jardiniers bio , la consoude demeure quant à elle encore trop peu connue. Ses
vertus sont pourtant nombreuses :

• Son pouvoir fertilisant est supérieur à un bon compost ;

• Elle renforce les défenses naturelles des plantes en les revitalisant ;

• Elle aide à la cicatrisation des tissus blessés.

• Les abeilles l'adorent (floraison longue de mai à octobre).

Présentation
La Consoude de Russie (Symphytum Peregrinum), est le résultat d'un croisement entre la consoude spontanée d'Europe
occidentale (Symphytum officinale) et sa cousine orientale (Symphytum Asperum).
Elle est particulièrement riche en potasse (jusqu'à 14% pour la bocking14).
La consoude de Russie forme des touffes impressionnantes pouvant mesurer pratiquement 2 m de hauteur.
Son feuillage est très dense.
La consoude de Russie est la plus utilisée par les jardiniers.

La Grande Consoude, ou Consoude Officinale (Symphytum officinale) se trouve à l'état spontané en Europe,
notamment dans les prairies humides et les sols lourds.

La grande consoude est moins riche en éléments fertilisants que la consoude de Russie, mais contient néanmoins du
calcium, de la potasse, du phosphore et des vitamines A et C.

Elle peut donc être également utilisée au potager.

Composition
La consoude contient des mucilages, des alcaloïdes, des vitamines, des minéraux, du potassium, du phosphore, de
l'azote organique, une huile essentielle...

Culture
Emplacement : La consoude est une plante vivace très vigoureuse et rejetant très facilement. On lui réservera donc une
place en bordure de potager. Elle apprécie particulièrement les sols humides et riches ainsi qu'une situation bien
ensoleillée.
Multiplication : La consoude se multiplie aisément par boutures de racines ou encore par boutures de tiges arrachées
avec un petit bout de racine. Les boutures peuvent être plantées de la mi-février jusqu'en novembre à au moins 70 cm de
distances en tous sens.

Utilisations au Potager Bio


Fertilisation :

Sa richesse en azote, en phosphore, en potasse organique et la grande diversité d'éléments minéraux qu'elle contient
(bore, cuivre, fer, manganèse, zinc...) font de la consoude la plante idéale pour la fertilisation.
Sa biomasse impressionnante permet jusqu'à 4 coupes par an. A partir du mois de mai, on utilisera son feuillage comme
couverture du sol (mulch) pour les cultures gourmandes. On incorporera ensuite légèrement ce mulch par le binage,
fournissant ainsi une nourriture de choix à nos plantes cultivées. Tout comme pour l'ortie, on pourra également mettre
une poignée de feuilles de consoude au fond du trou de plantation des tomates.
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 73

La dernière coupe d'automne viendra enrichir le compost.

Revitalisation :

Sa richesse en vitamines et en minéraux lui confère un pouvoir revitalisant inégalable.


Les plantes carencées (notamment en azote ou en potasse) pourront être traitées efficacement par une décoction* diluée
à 5 %.
Des arrosages réguliers au pied avec un purin* dilué à 10 % favoriseront la croissance des légumes gourmands et
renforceront leurs défenses naturelles.

Cicatrisation :

Comme son nom le suggère, la consoude "soude". Elle est ainsi capable de régénérer et de soutenir la cicatrisation des
tissus blessés.
Pulvériser du purin dilué à 5 % sur une plante blessée...et attendez que le miracle opère !

Pour les purins comme pour les décoctions, on utilise la plante entière fraîche (feuilles, tiges, fleurs) à l'exception des
racines dans la proportion de 1 kg de plante pour 10 litres d'eau.

Le purin de consoude
• Remplissez un récipient (en terre, en bois ou en plastique mais en aucun cas en métal) de plantes fraîches.
• Complétez avec de l'eau de pluie.
• Couvrez en laissant une aération.
• Remuez chaque jour : vous pouvez observer une mousse qui se forme à la surface.
• Le purin est prêt à être utilisé quand il n'y a plus de mousse (1 ou 2 semaines).
• Filtrez.
• Diluez le purin à 5% pour pulvériser et à 10% pour arroser au pied des plantes.

La décoction de consoude
• Mettez les plantes fraîches à tremper (100g pour 1 litre d'eau) pendant 24 h.
• Portez ensuite à ébullition pendant 20 mn.
• Couvrez et laissez refroidir.
• Filtrez avant de pulvériser (dilution à 5%).

La consoude est pour moi La plante indispensable dans un potager bio. Essayez-la, vous sera émerveillé par ses
bienfaits.
Sans compter ses vertus médicinales : astringente, cicatrisante, revitalisante...
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 74

Vous pouvez commander des boutures racinaires de consoude chez B-Actif. Le coût peut sembler important mais pas la
suite, vous pourrez multiplier vos plants de consoude à volonté...
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 75

La prêle

La prêle commune (Equisetum arvense) se trouve en sol humide souvent sablo-limoneux, notamment en bordure des
chemins et dans les champs.

Cette plante sans fleur apparaît au printemps (mars-avril) sous la forme d'une tige brune (de 20 cm de haut environ),
non ramifiée et porteuse de spores. Les spores sont ensuite dispersées et la pousse initiale disparaît. Entre mai et juin
des tiges vertes et ramifiées hautes de 30 à 60 cm font alors leur apparition. Ce sont ces tiges qui seront utilisées.
Connue pour ses vertus médicinales, la prêle commune est très riche en silice (beaucoup plus que la grande prêle des
marais). Elle contient également du magnésium, du calcium, du potassium, du fer, du sodium...
Au jardin biologique, la prêle est utilisée en décoction ou en purin...

Décoction de prêle
La décoction de prêle est utilisée en préventif contre les maladies cryptogamiques comme l'oïdium (céréales mais
pas efficace sur concombre), le mildiou (tomates et pommes de terre), la monilia (fruitiers), la rouille (alliacées), la
tavelure (fruitiers), la cloque du pêcher ou encore la septoriose de la tomate.

Préparation de la décoction :

• On utilise la plante entière (sauf les racines) à raison de 100 grammes de plante fraîche pour 1 litre d'eau ou 15
g de plante sèche pour 1 litre d'eau.
• Mettez la prêle à tremper pendant 24 heures dans l'eau de pluie, puis faites bouillir pendant 20 minutes. On
peut y ajouter 0.5 à 1 % de silicate de soude pour renforcer son action.
• Couvrez et laissez refroidir.
• Filtrez.
Utilisations de la décoction :

• Diluez la préparation à 20 % maximum (pour 1 litre de préparation, rajouter 5 litres d'eau)


• La décoction de prêle doit être utilisée dans les 15 jours suivant sa préparation.
• Pulvérisez sur la plante à traiter par une belle matinée ensoleillée, avant débourrement pour les arbres fruitiers
et dès la plantation en pleine terre pour les légumes.
• Renouvelez l'opération plusieurs fois au printemps et en été.

• La décoction de prêle préparée avec 50 g de plante fraîche pour 1 litre d'eau est également utilisée non diluée
pour tremper les semences et les protéger ainsi contre la fonte des semis.

Purin de prêle

Le purin de prêle est utilisé en préventif contre les maladies cryptogamiques du sol, pour éloigner les pucerons et
acariens (en particulier l'araignée rouge) mais également pour renforcer les plantes.
Préparation du purin :

• Remplissez un récipient (en terre, en bois ou en plastique mais en aucun cas en métal) de plantes fraîches.
• Complétez avec de l'eau de pluie.
• Couvrez en laissant une aération. Remuez chaque jour : vous pouvez observer une mousse qui se forme à la
surface. Le purin est prêt à être utilisé quand il n'y a plus de mousse (1 ou 2 semaines).
• Filtrez.
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 76

• Diluez le purin à 10% pour pulvériser et à 20% pour arrosez au pied des plantes.
Utilisations du purin :

• Contre les maladies cryptogamique du sol : arrosez régulièrement le sol tout au long de l'année avec un
purin dilué à 20 %.

• Contre les pucerons et acariens : ajoutez au purin 0.3 % de savon noir et pulvérisez, par temps ensoleillée et
de préférence le matin, la préparation diluée à 10 % sur la plante.

• Pour renforcer la plante : mélangez le purin de prêle dilué à 20 % avec du purin d'ortie dilué à 10 % et
arrosez au pied de la plante.

Propriétés médicinales de la prêle


La prêle est utile au jardin mais pas seulement. En effet cette plante sauvage est utilisée depuis longtemps pour ses
vertus thérapeutiques. Voici quelques unes des propriétés qui lui sont attribuées.
• la prêle soulage les douleurs des articulations,
• la prêle a un effet ré-minéralisant pour les os,
• la prêle consolide les fractures,
• la prêle soigne les tendinites,
• elle est également tonifiante, antalgique, cicatrisante, antiseptique...
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 77

La tanaisie

La tanaisie (Tanacetum Vulgaree) est une plante vivace de la famille des composées (astéracées) qui est, semble t-il
originaire de l'Europe de l'est. Cultivée et utilisée depuis fort longtemps comme plante médicinale par les moines, elle
s'est depuis acclimatée à de nombreuses régions.

On la trouve ainsi aujourd'hui à l'état spontané un peu partout en Europe, en particulier dans les sols légers qu'elle
affectionne particulièrement. Bien qu'aimant le soleil, elle pousse également très bien à l'ombre.

La tanaisie est une plante vigoureuse pouvant mesurer jusqu'à 1m50 et composée de plusieurs tiges qui forment une
touffe relativement dense.

Sa floraison abondante et fortement odorante au mois d'août, outre son effet répulsif pour de nombreux insectes,
donne une touche décorative au jardin.

Composition
La tanaisie contient du tanin, des huiles grasses ou volatiles, ainsi qu'une résine (la tanacétine : substance résineuse
extraite des feuilles et des fleurs de tanaisie, mortelle pour l'homme et les mammifères à la dose de 15 grammes).

Cultiver la tanaisie
La tanaisie s'étale facilement et a un effet inhibiteur sur la croissance de certaines plantes herbacées.

Ses graines se sèment :

• directement en place du printemps à l'automne, à exposition suffisamment chaude

• ou en pépinière, également du printemps à l'automne, en petits godets individuels (les plants seront alors mis
en terre au printemps suivant)

Vous pouvez aussi trouver des plants de tanaisie dans certaines jardineries.

La plantation s'effectue au printemps ou à l'automne. Si vous en plantez plusieurs, espacez les plants d'au moins 60 cm.
Arrosez une ou deux fois pour favoriser la reprise si le temps est sec.

Si vous avez déjà un plant et souhaitez le multiplier ou si vous voulez renouveler votre plantation (ce qu'il est bon de
faire tous les 4 ou 5 ans), vous pouvez procéder par division de pieds au printemps ou à l'automne.

Utiliser la tanaisie au jardin


Appartenant à la même famille que les pyrèthres (dont on extrait un insecticide naturel bien connu) la tanaisie éloigne
de nombreux insectes.
La vigne, les framboisiers, les rosiers ou encore les pommes de terre (la tanaisie tiendrait à distance les doryphores)
apprécient son voisinage.
Au jardin, on utilise les fleurs séchées ou la plante entière fraîche ou séchée.
Nous allons donc voir comment et à quelles fins utiliser la tanaisie :

La macération de fleurs de tanaisie


• Hachez finement (avec un moulin à café ou un hachoir à persil par exemple) 30 g de fleurs séchées de
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 78

tanaisie ;
• Mettez les fleurs hachées à tremper dans 1 litre d'eau de pluie pendant 3 jours et placez le récipient (non
métallique) si possible au soleil (cela accélère l'extraction) ;
• Pulvérisez la préparation non diluée sur les tomates et les pommes de terre en préventif contre le mildiou et la
rouille.

L'infusion de tanaisie
Pour l'infusion, on utilise la plante entière.
• Hachez finement 30 g de tanaisie sèche ou 300 g de tanaisie fraîche ;
• Disposez la plante hachée dans un récipient non métallique et versez-y 1 litre d'eau de pluie bouillante ;
• Couvrez et laisser infuser pendant 24 heures ;
• Filtrez et utilisez la préparation diluée à 10 % (il est possible de l'utiliser non diluée en cas d'attaques
particulièrement virulentes) dans les jours qui suivent et selon les modalités suivantes :

- Pulvérisez au printemps et à l'automne sur les fraisiers ou les ronciers contre les acariens.
- Pulvérisez avant le semis pour prévenir de la mouche des semis (haricots, pois, salades épinards...).
- Pulvérisez pendant les vols de cécidomyie (mouche) sur les pois.
- Pulvérisez sur les pruniers (après floraison) pour lutter contre l'hoplocampe.

La décoction de tanaisie
La décoction se prépare de la façon suivante :
• Comme pour les autres préparations, on hache finement les fleurs ou la plante entière séchée (selon l'utilisation
que l'on en fera comme nous allons le voir ci-dessous) ;
• Mettez à tremper 30 g de fleurs séchées ou de plante entière séchée (ou 300 g de plante fraîche) dans 1 litre
d'eau de l'eau de pluie pendant 24 heures ;
• Portez ensuite à ébullition puis laisser frémir pendant 40 minutes sans couvrir ;
• Laissez reposer 24 heures puis filtrer ;
• Utilisez la décoction non diluée dans le mois suivant la préparation :
• Pulvérisez la décoction de plante entière au moment des vols de carpocapse (sur pommier) ou de piéride du
chou.
• Pulvérisez la décoction de fleurs sur toutes cultures en répulsif contre de nombreux insectes.

Le purin de tanaisie
• Mettez à fermenter (dans un récipient non métallique) 2 kg de plante entière fraîche dans 10 litres d'eau de
pluie ;
• Couvrez et brassez quotidiennement le purin ;
• Le purin est prêt lorsque l'on n'observe plus de bulles quand on brasse (cela demande environ 10 à 15 jours
selon la chaleur) ;
• Filtrez et utilisez le purin dilué à 10 ou 20 % en arrosage au pied des plantes que vous souhaitez protéger. Cela
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 79

éloigne de nombreux insectes et aurait également une action préventive contre la rouille et le mildiou.

Les préparations présentées ci-dessus ont un effet préventif. Nous allons maintenant voir que la tanaisie peut également
être utilisée comme insecticide naturel...

Préparer un insecticide naturel à base de tanaisie


Comme nous l'avons vu précédemment, la tanaisie appartient à la même famille que les pyrèthres communément
utilisés comme insecticide biologique. La tanaisie peut ainsi également servir à la préparation d'un insecticide naturel
très puissant, notamment contre le ver du poireau, la chenille de la piéride du chou ou les pucerons. Cette préparation
est également efficace contre les limaces.

Je tiens à rappeler ici que l'emploi d'un insecticide, même entièrement naturel, n'est pas anodin. En effet, en tuant un
insecte quel qu'il soit, on crée un déséquilibre et, qui plus est, de précieux auxiliaires peuvent également y succomber...
Son emploi doit donc être strictement réservé aux cas extrêmes.

Mais voyons maintenant comment préparer cet insecticide :

Insecticide à base de tanaisie


• Hachez des feuilles et des fleurs séchées afin d'obtenir une poudre la plus fine possible.
• Mettez à macérer 10 cuillerées à café de cette poudre dans 1 litre d'alcool éthylique à 90 °C (on peut s'en
procurer en pharmacie) ou à défaut d'alcool destiné aux liqueur de fruits.
• Laissez macérer environ 10 jours en remuant la bouteille de temps à autre. L'insecticide est alors prêt.

Voici maintenant comment utiliser cet insecticide naturel :


• Délayez 15 ml (une cuillère à soupe) dans 1 litre d'eau additionnée éventuellement d'une cuillère à café de
savon noir (pour une meilleur adhérence du produit).
• Pulvérisez de préférence le soir sur les cultures envahies.
• Attendez au moins 48 heures avant de récolter les légumes qui devront être nettoyés soigneusement avant
consommation.
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 80

L'absinthe

S'accommodant de tous types de sols et de toutes expositions, l'absinthe (Artemisia absinthum) appartient à la famille
des Astéracées et pousse spontanément dans les sols rocailleux et ensoleillés.

L'absinthe est utilisée comme plante médicinale depuis des millénaires.

Dégageant une odeur très forte, cette plante vivace permet la fabrication d'un insectifuge (effet répulsif), voire un
insecticide (effet meurtrier), efficace contre certains insectes, notamment les pucerons, les acariens ou encore la piéride
du chou.

Composition
L'absinthe est composée à près de 50 % de thyone, une molécule pouvant engendrer convulsions et même des
hallucinations à très forte dose.

Elle contient également de la silice, du pinène, du phellandrène, du cadinène, et un azulène (responsable de sa


coloration bleutée).

Cultiver l'absinthe
L'absinthe peut se cultiver en grands bacs ou en pleine terre. Attention, elle peut devenir très envahissante.

Multipliez par semis de février à avril.

Repiquez de la mi mars à la mi-juin (plantation possible en pleine terre jusqu'en octobre).

Utiliser l'absinthe au jardin


L'absinthe, notamment grâce à son odeur, éloigne de nombreux insectes.

On utilise les feuilles et les fleurs pour les différentes préparations :

Le Purin d'absinthe

•Remplissez un récipient (non métallique) de feuilles et sommités fleuries d'absinthe et complétez avec de l'eau de
pluie (300 g de plante fraîche pour un litre d'eau, 30 g de plante séchée pour 1 litre d'eau),
•Couvrez en laissant une aération,
•Remuez chaque jour jusqu'à disparition des bulles puis filtrer,
•Pulvérisez non dilué au printemps pour éloigner les fourmis, les chenilles ou les altises et éliminer les
pucerons (radical). Le purin protégerait également les groseilliers de la rouille.

L'infusion d'absinthe

•Portez de l'eau à ébullition,


•Faites infuser une poignée de plante fraîche ou séchée (feuilles et fleurs) pendant 24 heures,
•Pulvérisez non dilué, au printemps ou à l'automne, sur les ronciers et les framboisiers pour éloigner les acariens.

La décoction d'absinthe

•Mettez une poignée de plantes fraîche ou séchée (feuilles et fleurs) dans de l'eau,
•Laissez tremper pendant 24 heures,
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 81

•Faites bouillir pendant 20 minutes,


•Couvrez et laissez refroidir,
•Pulvérisez non dilué au moment des vols de la piéride du chou ou du carpocapse (pommier, poirier).

Il est également possible de simplement déposer sur le sol des branchages d'absinthe pour tenir éloignés les insectes
indésirables vus ci-dessus.

La fougère
Se trouvant dans toutes les régions tempérées du monde (mais rare sur le pourtour méditerranéen par exemple), la
fougère est fréquente dans les sous-bois, les landes et en particulier dans les sols acides.

Composition
La fougère contient de la filmarone, de la floroglucine, de l'aspidinofilicine, de l'amidon, du sucre, des tanins, de la
magnésie...

Utilisations au Potager Bio

Protection des cultures

La fougère protège les cultures des maladies cryptogamiques et repousse les insectes indésirables.

Le purin de fougère
• Mettez à fermenter (dans un récipient non métallique) 1 kg de plante entière fraîche (ou 100g de feuilles
sèches) dans 10 litres d'eau de pluie ;
• Couvrez et brassez quotidiennement le purin ;
• Le purin est prêt lorsque l'on n'observe plus de bulles quand on brasse (cela demande environ 10 à 15 jours
selon la chaleur) ;
• Filtrez.
Utilisations du purin de fougère :
Pulvérisez le purin non dilué en préventif :
• sur toutes les plantes concernées, contre les maladies cryptogamiques (mildiou, oïdium, rouille...) et contre le
puceron lanigère ou la cochenille.
• au sol contre les limaces* et le taupin (efficacité relative).
Pulvérisez le purin dilué à 10% (1 litre de purin pour 10 litres d'eau) sur toutes les cultures pour éloigner le puceron.

* Pour protéger les plants des limaces, je préfère personnellement entourer les jeunes plants de feuilles de fougères. Les
limaces ne franchissent pas cette barrière.

La macération de fougère

• Mettez les plantes sèches à tremper (10g pour 1 litre d'eau) pendant 2 à 3 jours (préventif).
• Placez si possible le récipient au soleil.
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 82

• Filtrez.
• Brossez ou pulvérisez toute l'année la macération non diluée sur les troncs et branches des arbres contre le
puceron lanigère.
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 83

L'ail

L'ail n'est pas seulement un condiment, c'est également une plante très utile au jardin.
En effet, l'ail protège vos plantes (arbres, arbustes, petits fruits, légumes...) de certaines maladies cryptogamiques et
insectes.
Outre le simple fait de planter de l'ail en association avec d'autres cultures (notamment au sein d'une fraiseraie pour
protéger celle-ci de la pourriture grise), l'ail peut être utilisé en pulvérisation. On préparera alors de préférence une
décoction.

Préparation de la décoction d'ail

• Hachez 100g d'ail


• Mettez dans une casserole et ajoutez 1 litre d'eau
• Faites bouillir 5 minutes
• Laissez refroidir.

Utilisations de la décoction d'ail

La décoction d'ail ne se conserve que quelques jours. Elle doit donc être utilisée rapidement.

Pour protéger votre fraiseraie des champignons (pourriture grise, cloque) mais aussi des acariens, pulvérisez, sur les
plantes et au sol, la décoction diluée 10 fois à partir de début mai 3 fois à trois jours d'intervalle.

Pulvérisez la décoction non diluée pour éloigner certains ravageurs spécifiques :


• Pucerons, acariens, tarsonème sur les petits fruits
• Piéride sur choux
• Carpocapse sur pommier ou poirier

Trempez vos graines dans une décoction diluée 5 fois pour prévenir de la fonte des semis
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 84

La menthe

La menthe, et en particulier la menthe poivrée, est un répulsif efficace pour éloigner les aleurodes et les pucerons.

Pour se faire, vous préparerez un purin :

Le purin de menthe
Mettez à fermenter (dans un récipient non métallique) 1 kg de plante entière fraîche (feuilles et tiges) ou 100g de
feuilles sèches dans 10 litres d'eau de pluie ;
Couvrez et brassez quotidiennement le purin ;
Le purin est prêt lorsque l'on n'observe plus de bulles quand on brasse (cela demande environ 10 à 15 jours selon la
chaleur) ;
Filtrez.

Utilisation du purin de menthe:


Pulvérisez le purin, dilué dans 10 volumes d'eau (dilution 10%), sur les plantes envahies de pucerons ou d'aleurodes.

Si vous ne pouvez trouver ou cultiver (pour information, la prêle ne se cultive pas) certaines de ces plantes chez vous,
Magellan en distribue, soit sous forme séchée (c'est le mieux car on peut alors faire soi-même ses préparations en temps
voulu) ou en préparations prêtes à l'emploi (ce qui implique une perte d'efficacité...)

Les quelques plantes présentées ici ne constituent qu'une petite partie du large éventail de celles pouvant être utilisées
utilement au jardin.
Pour aller plus loin à ce sujet, je vous suggère la lecture du livre « Soigner le jardin par les plantes » de Philippe
Delwiche (Editions Nature et Progrès).
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 85

5- Produits naturels du commerce

Les insecticides naturels


Je suis personnellement opposé à leur utilisation. Car, même si ces produits sont d'origine naturelle, ils tuent... et
engendrent donc forcément un déséquilibre dans la chaîne de vie que constitue un jardin.
A l'emploi d'insecticide, je préfère largement l'utilisation de répulsifs naturels (à base de plante comme plus haut ou
encore sous forme de produit homéopatique comme le Doryphora 30 CH pour éloigner les doryphores)
Je n'entrerai donc pas ici dans les détails de leur utilisation (les recommandations d'emploi figurent d'ailleurs
obligatoirement sur les emballages) mais me contenterai de les présenter succinctement.

Les produits à base de pyrèthres naturels


Bien que ces produits soient plutôt efficaces, il est important d'avoir conscience que ce sont des produits létaux, agissant
indifféremment sur la plupart des insectes (dont notamment les coccinelles...).
Leur utilisation éventuelle doit donc être réservée aux cas extrêmes (si l'on a pas d'autre choix pour sauver une culture).

Les BT
Les produits à base de BT (Baccilius Thurengensis) sont considérés comme moins nocifs que les autres insecticides
naturels, car plus spécifiques (ils agissent sur une catégorie bien définie de « ravageurs »
Il existe ainsi des BT contre les larves de doryphores, contre la mouche du poireau...

Les nématodes
Les nématodes sont des organismes vivants, en fait des vers microscopiques (invisibles à l’œil nu), présents
naturellement dans le sol (mais en petits nombres).
On peut les considérer comme des “auxiliaires” du jardiner (bien qu’en réalité, c’est plutôt le jardinier qui est
l’auxiliaire…).
Certains nématodes ont une action spécifique sur tel ou tel “ravageur”. D’autres ont un spectre d’action plus large (ils
sont dits “multi-cibles”). Les différents nématodes sont distingués par 2 lettres (Sf, Hb, Sc…).
Les nématodes ne sont nocifs que pour les organismes auxquels ils vont s’attaquer. Ils ne le sont pas pour les insectes
“utiles”, les animaux vertébrés, les plantes, les humains ou encore les animaux qui en viendraient à consommer les
ravageurs tués par des nématodes…
Je tiens toutefois à rappeler à nouveau que détruire un animal n’est pas sans conséquence sur les équilibres naturels…
les oiseaux par exemple apprécient beaucoup certaines chenilles ou autres larves… en tuant ces derniers, c’est aussi une
partie du garde-manger qui disparaît.
Les nématodes sont présentés sous forme d’une espèce de poudre à diluer dans l’eau.
Les nématodes, en se déplaçant dans le sol, vont partir à la recherche des larves des ravageurs qu’ils sont censés
détruire.
Les nématodes vont ensuite pénétrer, par des voies naturelles, dans le corps des “ravageurs”.
En se multipliant à l’intérieur de leurs corps, ils vont complètement les parasiter, entraînant la mort des ravageurs en
quelques jours.
Mais ça ne s’arrête pas là…
En effet, quelques semaines plus tard (2 ou 3 selon les fabricants), ces nématodes vont quitter le corps de leurs victimes
et s’attaquer à d’autres larves… le traitement continue donc.
On trouve des nématodes utilisables sur certains insectes adultes, par exemple pour les fourmis (laissez-les vivre bon
sang !) ou les thrips.
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 86

Or, des solutions naturelles répulsives existent pour tenir à distances les insectes (des demi-citrons laissés à pourrir pour
éloigner les fourmis… ou encore des préparations naturelles à base de tanaisie ou d’absinthe). Pour les raisons évoquées
plus haut, elles sont de loin préférables à l’emploi de nématodes.
Et bien entendu, si nous réussissons à éloigner les insectes adultes avant que les femelles n’aient eu le temps de pondre,
nous n’aurons ensuite pas de problème de larves…
Nous nous contenterons donc ici de présenter les nématodes utilisés pour détruire les larves effectivement présentes
dans ou sur le sol, sur lesquels les répulsifs ont peu, ou pas, d’efficacité.

Voyons maintenant sur quelles larves il est possible d’employer des nématodes :
larves de hannetons (vers blancs) : les larves de hannetons (à ne pas confondre avec la larve du cétoine doré… un
auxiliaire précieux au jardin) dévorent les racines ou les tubercules en été. On observe aujourd’hui une recrudescence
dans les jardins (les apports de matières organiques vivantes n’y sont probablement pas étrangers… chaque chose, aussi
positive soit-elle, a son pendant négatif…). Les nématodes Hb sont efficaces contre les larves de hannetons.
larves otiorhynques : ces larves s’attaquent également aux racines et tubercules… on pourra également utiliser les
nématodes Hb (lien juste au dessus).
larves de taupins : cette larve, ayant l’apparence d’un petit asticot (mois de 1 cm) de couleur orangé, s’attaque au collet
des salades (qui fânent en quelques heures) ou encore aux pommes de terre. Aucune solution naturelle n’est réellement
efficace, si ce n’est de retourner la terre pour mettre les larves de taupins à disposition des oiseaux, qui en raffolent…
l’emploi de nématodes Sf multi-cibles est possible.
larves de mouches de terreaux : les mêmes nématodes Sf multi-cibles sont efficaces contre les larves de mouches du
terreau
ver du poireau : il est vrai que ce ravageur peut causer de sérieux dégâts dans une plantation de poireau… là encore, les
nématodes Sf multi-cibles seront efficaces.
larves de noctuelles terricoles (vers gris) : des pulvérisations répétées de tanaisie éloigneront les noctuelles adultes (un
papillon) avant qu’ils ne pondent… mais si les chenilles sont présentes dans le sol, on pourra alors avoir recours à
l’utilisation de nématodes Sc.
larves de tipules : communément appelés “cousins”, les tipules sont très utiles dans un jardin, comme nourriture pour
les oiseaux ou les batraciens, mais aussi parce que participant activement à la formation de l’humus (en dégradant par
exemple les feuilles mortes) ou encore à l’aération de sols… Je déconseille donc l’emploi des nématodes Sc sur les
tipules.

Notez également que les nématodes Sf multi-cibles sont efficaces pour les carpocapses des arbres fruitiers…

Le temps de conservation des nématodes est limité (ce sont des organismes vivants). Une date de péremption figure sur
l’emballage… N’en faites pas un stock !
En attendant de les utiliser, ils doivent être conservés au frais (réfrigérateur – entre 7 et 12° C).
Précisons aussi que les nématodes sont particulièrement sensibles aux rayons UV. Aussi, ne les exposer jamais au
soleil !
Les nématodes présentés dans un sachet sont mélangés à une poudre d’argile, destinée à faciliter l’application.
On peut utiliser des nématodes tant en extérieur que sous abri.
Nous l’avons vu plus haut : les nématodes vont partir à la recherche de larves des ravageurs visés et les parasiter,
provoquant leur mort en quelques jours.
Aussi, le traitement doit se faire uniquement lorsque les ravageurs sont présents (faute de ravageurs à parasiter, les
nématodes mourraient… un traitement pour rien donc).
Le traitement sera effectué à une température comprise entre 12 et 25°C, de préférence le matin ou en soirée, ou encore
par temps couvert (en d’autres termes : ne le faites pas en plein soleil).
Nous allons prendre ici l’exemple de 5 millions de nématodes correspondant à une surface de 10 m² à traiter (les
quantités pourront différer selon le conditionnement et le produit… les indications d’utilisation figurent sur l’emballage
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 87

du produit… lisez-les)
Voici comment préparer le traitement :
le sol doit être légèrement humide au moment du traitement. Aussi, s’il n’a pas plu avant, commencez par arroser le sol
diluez le sachet dans 5 litres d’eau
mélangez bien pendant 3 minutes
ajoutez à nouveau 5 litres d’eau (vous avez maintenant 10 litres de mélange prêt à être utilisé)
2 modes de traitements sont possibles :
à l’arrosoir : épandre la préparation, avec une pomme d’arrosoir, sur vos 10 m² de surface à traiter
au pulvérisateur : nettoyez l’équipement avant d’y mettre votre préparation. Enlevez les filtres. Installez une buse avec
un diamètre supérieur à 0.5 mm. Pulvérisez au sol, sur la surface à traiter (en agitant le pulvérisateur pour éviter que les
nématodes ne se déposent au fond)
Il est également recommandé d’arroser (à l’eau) ensuite la zone traitée afin de décoller les nématodes ayant
éventuellement adhéré à des plantes et de favoriser leur dispersion sur le sol…
Mais ça ne s’arrête pas là : pour une plus grande efficacité, il faudrait ensuite maintenir le sol humide pendant 1 mois…
une façon de procéder peu écologique (consommation importante d’eau…) et propice au développement de maladies
cryptogamiques… bref pas génial tout ça !!!
Les larves mortes seront reconnaissables à une couleur brun-rougeâtre.

Je ne le répéterai jamais assez : l’utilisation d’un produit visant à tuer, même s’il est “bio” (comment un produit destiné
à tuer peut-il être “bio” – un mot qui signifie “vie” ?), n’est pas sans conséquence sur les équilibres naturels… ce qui
découle inévitablement sur une lutte sans fin…
D’une manière générale, je ne recommande donc pas l’utilisation de nématodes… même si cette solution peut être
acceptable dans certains cas.

Les produits anti-cryptogamiques


Nous parlons ici de produits autorisés en bio pour protéger les cultures de champignons pathogènes. Mais ces produits
ne sont pas non plus sans conséquence sur la vie.
La bouillie bordelaise
La bouillie bordelaise est bien connue de tous les jardiniers. Elle protège (mais d'ailleurs de moins en moins, car le
champignon mute...) en particulier du redouté mildiou.
Bien qu'encore autorisée en agriculture biologique, la bouillie bordelaise n'est pas sans conséquence sur la vie du sol : le
cuivre qui la constitue s'accumule dans le sol et elle est notamment néfaste pour les vers de terre.

Le soufre
Le soufre est également utilisé en bio. Il protège de nombreux champignons et en particulier de l'oïdium (maladie
apparaissant par temps chauds et sec en particulier sur les concombres et autres courges).
J'ai personnellement arrêté son emploi lorsque je me suis aperçu que les chevreuils, habituellement si friands de mes
salades, délaissaient celles-ci lorsque je les avais traitées avec du soufre (je débutais et suivais alors les
recommandations habituelles....). Je me suis alors dit que si ce n'était pas bon pour les chevreuils, il était hors de
question que je propose cela à mes clients !

Le bicarbonate de soude
Le bicarbonate de soude est aujourd’hui bien connu pour ses utilisations domestiques,
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 88

que ce soit en cuisine ou pour l'entretien de la maison.


Malheureusement pour les professionnels, son emploi n'est à ce jour pas autorisé en AB.
Mais de nombreuses expériences menées ces dernières années montrent également son
utilité au jardin notamment pour protéger les cultures contre les champignons :

Protection contre les maladies cryptogamiques


En relevant le PH, le bicarbonate de soude agit en préventif pour protéger les plantes de
maladies cryptogamiques comme le mildiou ou l'oïdium.
Ce pourrait bien être la solution idéale pour remplacer la bouillie bordelaise.
Voici comment préparer et utiliser cette préparation :

Traitement préventif contre le mildiou, l'oïdium, la rouille et autres champignons

• Versez 1 cuillère à café de bicarbonate de soude dans 1 litre d’eau.


• Ajoutez 1 cuillère à café de savon noir (ou de Marseille).
• Dès la plantation, vaporisez le mélange sur la plante entière.
• Répétez l’opération une fois par semaine durant deux mois et après chaque pluie.

Mais le bicarbonate de soude peut avoir d'autres utilités :

Désherbant naturel
Pour désherber naturellement les allées ou les dalles de votre jardin, saupoudrez un peu
de bicarbonate. Cela ralentira la repousse des herbes indésirables.

Correcteur de PH
Le bicarbonate peut relever le ph d'un sol trop acide.
Enfouissez simplement quelques petits tas de bicarbonate ; cela permettra de réduire l'acidité éventuelle de votre sol.
Attention, il vaut mieux commencer avec de petites quantités puis tester à nouveau l'acidité environ 1 mois après
l'apport...sans quoi vous risqueriez de vous retrouver avec un sol trop calcaire...

Protection contre certains parasites


Bien que les études menées à ce jour à ce sujet soient encore incertaines, il semblerait que
le bicarbonate agisse efficacement comme insectifuge contre certains parasites...

Le bicarbonate de soude comme répulsif

Mélangez 5 g de bicarbonate de soude (1 cuillère à café) avec 3 cuillères à soupe d'huile


d'olive.
Diluez 6 cuillères à café du mélange obtenu dans 1 litre d'eau.
Pulvérisez sur les plantes (évitez les périodes de floraison).
Renouvelez l'opération tous les 20 jours environ.

Attention : le bicarbonate de soude peut nuire aux fleurs. Aussi, si la plante est en fleurs,
vaporisez sur la partie située en dessous de la floraison (là où les fruits sont déjà formés).
Le bicarbonate peut être phytotoxique s'il est sur-dosé, et en grande quantité dans le sol, il
peut entraîner des carences en calcium et en magnésium, et nuire à l’absorption du fer.

La Compagnie du Bicarbonate propose du bicarbonate de soude conditionné spécifiquement pour le jardin


Mon Potager au Naturel – Édition 2020 89

V- Récolter et stocker

Vous trouverez plus de précisions sur les conditions de récoltes sur les fiches de culture des différents légumes.
Voici néanmoins quelques généralités sur les récoltes.

1- Récolter pour la consommation en frais

La meilleure des règles est de récolter les plus tard possible par rapport à la consommation, mais en prenant soin
d'éviter les heures les plus chaudes de la journée.
En particulier pour les légumes fruits, il convient de récolter à parfaite maturité. Il en va du goût de vos légumes.
Pour les salades, le moment idéal pour la récolte est sans conteste tôt le matin, avant que le soleil ne commence à briller.
Récoltée ainsi, les salades restent fraîches et craquantes.
Selon les principes biodynamistes, les légumes destinés à la consommation en frais seront de préférence récoltés en lune
montante*, car les légumes sont alors plus savoureux. Mais évidemment, mieux vaut un légume récolté le jour même,
même si la lune est descendante, qu'un légume récolté 10 ou 15 jours auparavant en lune montante...

2- Récolter pour la conservation

D'une manière générale, les légumes destinés à la conservation seront récoltés par beau temps, en particulier afin
d'éviter un excès d'eau néfaste à la conservation.
Une maturité parfaite assure une meilleure conservation.
Si l'on s'en réfère au mouvement biodynamique, les récoltes de légumes destinés à la conservation seront de préférence
effectuées en lune croissante*, et plus précisément :
• Pour les légumes racines en lune descendante*. Ces légumes seront rapidement débarrassés de leurs racines et
feuillages, sans quoi ils risquent de ramollir.
• Pour les autres légumes, en lune montante*.

* Quelques repères sur la lune

Phases lunaires (environ 29 jours 1/2 ) :

•La Lune est croissante de la Nouvelle Lune à la Pleine Lune. Cette période est propice au travail de la
terre, aux traitements (à base de plantes bien sûr !), aux repiquages, aux plantations et aux semis de
légumes fruits. Les légumes récoltés en lune croissante se conservent mieux.
•Elle est décroissante de la Pleine Lune à la Nouvelle Lune. Cette période est propice pour semer ce
qui ne doit pas monter à graines (salades, épinards,oignons). C’est aussi la période idéale pour travailler
la terre, effectuer les récoltes (saveur accrue) ou encore tailler les arbres et arbustes dont on veut limiter
la croissance .


Cycle lunaire (environ 26 jours) :
Le cycle lunaire décrit la trajectoire de la Lune dans le ciel :
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 90

•Elle est dite ascendante (ou montante) lorsque que sa trajectoire est plus haute d’un jour à l’autre. La
sève monte alors dans la plante. Cette période est propice aux semis, à la plantation des bulbes, aux
greffages ou encore à la récolte des fruits et légumes destinés à la consommation en frais.
•A l’inverse, elle est dite descendante lorsque sa trajectoire est plus basse d’un jour à l’autre. La sève
descend dans les racines. C’est alors le moment de planter, repiquer, bouturer, marcotter, tailler, travailler
la terre, et y apporter des matières organiques.
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 91

3- Stocker

Il existe différentes méthodes de conservation, plus ou moins adaptées à tel ou tel type de légumes.
Mais vos propres possibilités de stockage seront évidemment primordiales dans vos choix de conservation.
Nous avons vu plus haut qu'il est toujours préférable de récolter au dernier moment pour une consommation immédiate.
Nous ne parlerons donc ici que des légumes dits de conservation (pommes de terre, ail, oignons, échalotes, courges) et
de la conservation hivernale.

En place
Selon le climat local, certains légumes pourront rester en terre même pendant l'hiver et ce jusqu'à la consommation.
C'est alors le meilleur moyen pour en préserver toutes les qualités et la fraîcheur.
Dans les régions avec des gelées importantes, un voile d'hivernage peut être utile pour certains légumes : carottes,
chicorées, choux pommés (lorsqu'elle est bien formée, la pomme est particulièrement sensible aux gelées), mâche,
navets...
D'autres résisteront sans problème aux gelées : poireaux, panais, topinambours (ne supportent pas le stockage une fois
récoltés), chicorées, choux de Bruxelles, choux frisés, cresson, scorsonère.

En silo
D'une manière générale, les légumes racines se conservent très bien en silo.
Cliquez ici pour voir comment fabriquer simplement un silo de conservation.

A la cave
A la cave ou dans un endroit aéré, vous pouvez également conserver plusieurs semaines tous les légumes racines
(carottes, navets, radis d'hiver, betteraves, céleri-rave, panais, pommes de terre...), mais aussi les poireaux, les choux et
des chicorées (récoltez-les alors avec le système racinaire et une petite motte de terre).

Au grenier ou dans un local frais et aéré


C'est l'endroit idéal pour conserver les bulbes (ail, oignon, échalote) ainsi que les haricots secs.
Les pommes de terre pourront également y être entreposées à condition que le grenier soit hors gel.

A la maison
Un intérieur chauffé n'est propice qu'à la conservation des courges musquées et potirons. Ces légumes craignent en effet
fortement le gel.

Au congélateur
La plupart des légumes peuvent être congelés sans problème. Pour plus de détails, cliquez ici.
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 92

Conclusion

Dans ce livre, j'ai essayé de synthétiser au mieux un maximum d'informations pratiques.


Il n'en demeure pas moins que le jardinage biologique est un domaine extrêmement vaste, et tout ne peut être dit dans
un seul ouvrage.
Je vous présente donc plus bas quelques références bibliographiques qui vous permettront d'approfondir tel ou tel sujet.

Mais pour obtenir des réponses précises à vos questions les plus concrètes, je vous invite également à rejoindre l'Espace
Privilège du Jardinier Bio.

Et pour partager avec d'autres amateurs passionnés, n'hésitez pas à vous inscrire sur le Forum du Jardinier Bio.
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 93

Annexe 1 – Fiche de cultures des principaux légumes

Ail

L'ail apprécie les terres légères mais s'adapte aux terres plus lourdes.

Conditions de Cultures

Ses besoins en nutriments sont faibles. En général, aucun apport n'est nécessaire.
Un complément riche en potasse (cendres de bois, vinasse de betteraves, patenkali) en cours de culture peut toutefois
éventuellement être envisagé pour favoriser le développement des têtes.
Les matières organiques fraîches sont à proscrire.

Plantations
On distingue l'ail d'automne (ail blanc, ail violet) de l'ail de printemps (ail rose).
L'ail d'automne (blanc de la Drôme, blanc de Lamagne, Violet de Cadours, Vigor...) sera planté d'octobre à novembre
et donnera de meilleurs rendements que l'ail de printemps (planté en février-mars).
L'ail de printemps (rose de Lautrec, Perle d'Auvergne, Fructidor...) se conserve mieux que l'ail d'automne.
L'ail se cultive par plantation des caïeux (ou gousses) :
Pour obtenir des têtes garnies de nombreux caïeux, plantez l'ail dans une période s'étalant de 5 jours avant la pleine lune
jusqu'au jour suivant celle-ci.
Choisissez les gousses extérieurs des têtes d'ail pour la plantation pour obtenir de grosses têtes. Les gousses intérieures
pourront servir de semences destinées à la production d'aillet (ail frais en tige récolté à partir de mois d'avril).
Plantez les gousses la tête en haut, à 2 ou 3 cm de profondeur en lignes distantes de 20 à 25 cm et à 10-12 cm
d'écartement sur la ligne.

Associations recommandées
L'ail se cultive en général seul. Mais, outre son action identique à celle du poireau sur la carotte (éloigne la mouche), il
aurait également une action bénéfique sur les fraisiers ou encore les pommes de terre.
Les cultures de pois ou de haricots à proximité ne sont par contre pas recommandées.

Entretien de la culture
Sarclez entre ligne et ne binez sur la ligne de culture, en particulier au moment de la reprise printanière.
Les arrosages ne sont pas utiles (sauf sécheresse extrême).
Ne pas butter.

Protections naturelles
Mise à part la rouille (testez éventuellement les traitements préventifs au bicarbonate de soude) qui sévit parfois,
notamment si le printemps est pluvieux, en fin de culture (sans grandes conséquences sur la récolte), l'ail, du fait de sa
période de culture, ne connaît que peu de problèmes.
Je n'ai personnellement jamais traité une culture d'ail, de quelque manière que ce soit.
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 94

Récoltes
Récoltez l'ail par temps sec, quand le feuillage est à moitié desséché (de fin juin à août selon la période de plantation).
Laissez ressuyer sur le sol pendant 2 ou 3 jours avant d'en faire des tresses qui seront suspendues idéalement au grenier.
L'ail ainsi stocké supportera des gelées jusqu'à -15°C et aromatisera vos plats jusqu'à la prochaine récolte.
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 95

Artichaut

Les artichauts craignent les fortes gelées et surtout l'excès d'humidité et nécessitent une terre riche en humus.

Multiplication :
Prélevez et plantez vos œilletons au mois d'avril.
Prélevez des œilletons sur des pieds adultes (vos voisins jardiniers pourront sans problème vous en donner quelques uns
lorsqu'ils éclairciront leurs pieds d'artichauts).
Planter par 2 ou 3 œilletons (espacés d'une vingtaine de cm) qui formeront un même pied. Espacez les pieds de 1 m à
1m20.
Renouvelez la plantation tous les 3 ans.

Associations recommandées :
La première année, pour ne pas laisser le sol à nu, vous pouvez semer en intercalaire des salades, des radis, des pois ou
encore des haricots.

Fertilisation :
L'artichaut a besoin d'un sol riche en humus.
Apportez à l'automne du compost (mûr ou en cours de décomposition) ou du fumier composté.
Au printemps, après dé-buttage, incorporez du compost bien mûr au pied.

Entretien :
La première année, binez au printemps puis paillez autour (ou faites des cultures intercalaires (voir ci-dessus les
associations recommandées).
Arrosez au pied pour la reprise puis, par la suite, si le temps est chaud et sec.
A l'automne, coupez au ras du sol les tiges qui ont produit ; rabattre également les feuilles à 30 cm du sol.
Au mois de novembre, buttez les pieds (sans recouvrir le cœur) puis apportez du compost par dessus, sans l'incorporer.
Quand des grands froids sont prévus, couvrez la butte et le haut de la plante avec de la paille ou des feuilles, ceci afin de
la préserver des fortes gelées. Cette couverture doit impérativement être retirée dès le redoux (risque de pourriture) et
éventuellement à nouveau remise en place si une nouvelle période froide est annoncée.
Dé-buttez à la mi-mars et « œilletonnez », c'est à dire que vous ne laisserez que 3 belles pousses par pied (celles qui
seront supprimées pourront servir à des nouvelles plantations).
Protections des Cultures :
Les artichauts sont fréquemment attaqués par les pucerons.
La ramulariose est une maladie causée par un champignon ; elle est reconnaissable aux taches brunes anguleuses
apparaissant sur les feuilles au moment de la récolte et a pour effet un dessèchement des feuilles. Si vos cultures
d'artichauts y sont sensibles, pulvérisez à plusieurs reprises au printemps une décoction de prêle .

Récoltes :
Les récoltes s'effectuent de la mi-juin à la fin septembre.
Effectuez les récoltes avant que l'artichaut ne s'ouvre complètement.
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 96

Un pied peut produire 3 ou 4 beaux artichauts sur une saison.


Mon Potager au Naturel – Édition 2020 97

Asperge

L'asperge est une plante vivace. Une aspergeraie bien entretenue produira pendant 10-12 ans.
Les asperges s'adaptent à tous les sols mais craignent les excès d'humidité. Un sol riche en humus leur est profitable...

Multiplication
Les semis d'asperges sont délicats. Il est en général préférable de se procurer des griffes, ce qui permet également de
gagner un an (les asperges ne sont récoltées qu'à partir de la troisième année).

Semis
Les semis visent à l'obtention de griffes qui seront mises en place l'année suivant le semis.
Semez en pépinière en mars-avril sur des lignes distantes de 10 cm.
Peu après la levée, éclaircissez à 10 cm sur la ligne.
Maintenez le sol désherbé.
Coupez les tiges à l'automne.
Au printemps suivant, déterrez les griffes pour les mettre en place définitive.

Plantations
En fin d'hiver, creusez des tranchées distantes de 1m et de 40 cm de large et de 20 cm de profondeur.
Apportez du compost bien mûr ainsi que des engrais organiques du commerce riches en phosphore et potasse au fond de
la tranchée et mélangez le tout avec la terre.
Constituez des petites buttes de 5 cm de haut et espacées de 60 cm au fond de la tranchée. Plantez un petit tuteur sur
chaque butte.
En mars-avril, étalez les racines des griffes de part et d'autres des buttes.
Recouvrez avec 5 cm de compost bien décomposé puis de 5 cm de terre. Vos asperges sont en place.

Associations recommandées
Les 2 premières années, on peut intercaler entre 2 lignes d'asperges des radis, des salades, de l'ail, des carottes, de la
mâche...

Fertilisation
Outre les apports effectués avant la plantation (indiqués plus haut), apportez chaque année en début de printemps
environ 1 brouette de compost mûr (en surface) pour 10 m2 de cultures. Complétez éventuellement avec des engrais
organiques riches en phosphore et en potasse.

Entretien de la culture

Les 2 premières années :


Mon Potager au Naturel – Édition 2020 98

• Désherbez régulièrement ;
• Attachez les pousses aux tuteurs.
• Faites des cultures intercalaires (voir plus haut les associations recommandées).

A partir de la troisième année :


• En mars, par temps doux, buttez les lignes en 2 ou 3 fois (pour obtenir des asperges blanches. Si vous ne buttez
pas, vous récolterez des asperges vertes) ;
• A l'automne, coupez les pousses jaunies au raz du sol ; épandez du compost mûr (1 brouette pour 10 m2) ainsi
que des engrais organiques riches en potasse et phosphore. Dé-buttez avec l'aide d'un croc et aplanissez le
terrain.

Protections naturelles

Criocère de l'asperge
Il s'agit d'un coléoptère de 7 mm de long dont les élytres (ailes antérieures) noirs sont ponctués de blanc. Ce petit insecte
est presque systématiquement présent sur les asperges (du moins en France...) et peut être observé sur les feuilles.
Il dévore les feuilles, ce qui a pour effet d'affaiblir la plante.
A part les insecticides à base de pyrèthre (je les déconseille car ne faisant pas de distinction dans la faune), le seul
moyen de lutte efficace est le ramassage manuel : au printemps, lorsque les insectes sont visibles, secouez légèrement
les tiges pour faire tomber les insectes dans un panier (ou autre récipient). Détruisez-les !

La mouche de l'asperge
Si vous observez un dessèchement des tiges, ainsi que la présence d'asticots dans des galeries, il s'agit certainement de
la mouche de l'asperge, un insecte diptère pouvant avoir de graves conséquences sur la culture : les plantes ne poussent
plus et les turions (parties consommables de l'asperge) sont déformés.
En fin de saison, il faut couper et brûler les fanes desséchées.

Le rhizoctone violet
Cette maladie est causée par un champignon (Rhizoctonia violacea) et peut provoquer la mort de la plante.
Si la maladie est présente, les turions sont rares et chétifs et les racines meurent rapidement.
Il n'existe malheureusement pas de moyen de lutte biologique efficace. On peut toutefois, avant la plantation, plonger
les griffes dans une solution d'eau de Javel (50 ml/litre d'eau) pendant 20 minutes. Mais le mieux est d'éviter de planter
des griffes qui vous sembleraient malsaines...

Récoltes
Vous pourrez effectuer les premières récoltes à partir de la troisième année. Limitez le temps de récolte à 2 ou 3
semaines pour ne pas épuiser l'aspergeraie. Les récoltes débutent au mois d'avril.
Les années suivantes, vous pourrez récolter plus longtemps (jusqu'à 8 semaines).
Utilisez une gousse à asperges, un outil à main permettant de couper chaque « turion » (l'asperge) à sa base sans défaire
la butte.
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 99

Aubergine

Originaire d'Asie, contrairement aux autres solanacées (pommes de terre, tomates, poivrons) qui proviennent
d'Amérique, l'aubergine est une plante ayant besoin de beaucoup de chaleur.

Semis
L'aubergine est relativement longue à lever et nécessite une température supérieure à 20 °C pour germer (25°C étant la
température idéale).
Pour cette raison, je vous conseille de semer sur couches chaudes ou dans un bac de germination (au chaud dans la
maison).
Semez en janvier/février en terrine, que vous placerez dans la couche chaude ou le bac de germination. A défaut, placer
dans une pièce chaude de la maison.
Repiquez dès l'apparition des premières feuilles vraies (après les cotylédons) dans des godets de (8x8 cm) remplis d'un
mélange de compost, de terreau de repiquage et de terre de jardin.

Plantations
Plantez à partir du mois d'avril sous abri et fin mai en pleine terre, à bonne exposition (sud)
Environ 3 semaines avant la plantation en pleine terre, préparez les trous et placez-y une poignée d'ortie au fond.
L'aubergine étant gourmande plantez suffisamment espacé : 90 cm entre ligne et 70 cm sur la ligne.
Comblez les trous avec un mélange de compost et de terre.
Arrosez copieusement à la plantation.
Recouvrez si possible de feuilles de consoude (paillage nutritif).

Fertilisation
Cette plante est gourmande. Un apport important de compost avant la plantation est fortement recommandé.
Dans les sols pauvres en potasse (vous le saurez si les fruits ne se forment pas bien et/ou ne mûrissent pas
correctement), un apport complémentaire de vinasse de betterave ou autre engrais organique biologique riche en potasse
pourra être nécessaire (ne dépassez pas les doses prescrites).
Si vous plantez sur buttes, écartez les matériaux pour aménager un trou de plantation. Placez quelques feuilles d'ortie au
fond du trou (2 à 3 semaines avant la plantation) . Lors de la plantation, vous comblerez le trou avec un mélange de
compost mûr, terre végétale et terreau (1/3 de chaque).

Entretien de la culture
Paillez dès que la terre est suffisamment réchauffée.
Traditionnellement, on taille l'aubergine au dessus de la 5ème feuille vraie (cela permet de hâter la production, ce qui
est peut être indispensable dans le nord ?). Personnellement, habitant dans la moitié sud, je ne taille pas car je considère
que cela expose la plante aux maladies.
Comme pour les tomates, on supprime en principe les gourmands naissant à l'aisselle des feuilles de base (celles
poussant sur la tiges principale). Là aussi, je m'abstiens. Les calibres sont peut-être moins réguliers mais la plante reste
indemne de maladie...
L'aubergine n'aime pas le froid. Arrosez au pied et plutôt le matin (surtout au printemps) afin que le sol puisse se
réchauffer (ce qui n'est pas le cas en arrosant le soir comme il est recommandé pour la plupart des cultures). N'arrosez
pas trop souvent mais copieusement. Avec un bon paillage, un arrosage tous les 10/15 jours est largement suffisant.
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 100

Protections naturelles

Le doryphore
Comme pour la pomme de terre, le principal ravageur sévissant sur les aubergines est le doryphore.
Les larves surtout sont à craindre car elles sont capables de détruire un pied d'aubergines en quelques jours.
En préventif, traitez avec un médicament homéopathique : le Doryphora 30 CH (la fiche de culture de la pomme de
terre.).
Le meilleur moyen pour s'en débarrasser est le ramassage systématique à la main des adultes, avant qu'ils ne se
reproduisent. Éliminez également les œufs présents sous les feuilles mais attention à ne pas le confondre avec les œufs
de coccinelles...
Si des larves apparaissent, un traitement avec un insecticide biologique approprié (BT Novodor) n'est pas à exclure
(bien que je déconseille en général ce genre de solution).
Le ricin est semble t-il relativement efficace pour éloigner les doryphores mais les graines sont extrêmement toxiques
pour l'homme et les animaux ! A éviter donc.
L'ail en association aurait également un effet répulsif...D'autres association comme les haricots,les soucis, les capucines,
l'aneth ou encore le basilic sont conseillées. A vérifier !

Voir également en annexe.

Le mildiou
Comme les autres solanacées, l'aubergine est sensible au mildiou. Cultiver sous abri suffit en général à résoudre ce
problème.
Évitez le fumier et les engrais trop riches en azote et préférez une fertilisation équilibrée à base de compost
L'apport de feuilles d'orties et de consoudes à la plantation, mais également en pulvérisation, renforce la plante.
De même, des traitements avec une décoction de prêle protègent préventivement contre les maladies cryptogamiques
(champignons) telles que le mildiou.
Des expériences actuelles montrent également l'effet protecteur de pulvérisations de bicarbonate de soude.
A titre informatif, les traitements à base de cuivre (bouillie bordelaise) sont autorisés en bio (sans doute plus pour très
longtemps) et protègent contre le mildiou. Je déconseille personnellement leur utilisation, en particulier parce que le
cuivre s'accumule dans le sol...

La pourriture grise
L'aubergine peut également être atteinte par la pourriture grise, maladie causée par un champignon. Le collet, ainsi que
les fruits pourrissent. Cette maladie est en général due à une mauvaise gestion des arrosages. Arrosez le matin et aérez
suffisamment (cultures sous abri).

La verticilliose
Cette maladie, également causée par un champignon, se reconnaît aux taches jaunes sur les feuilles ainsi qu'à un
dessèchement de la plante. Je ferais ici les mêmes recommandations préventives que pour le mildiou...sans plus de
conviction que cela, n'ayant jamais été confronté à ce problème. On préconise également d'utiliser des plants greffés
plus résistants à cette maladie...

Viroses
Des viroses (virus) peuvent également nuire à la culture de l'aubergine. Les symptômes observables sur l'aubergine sont
une décoloration du feuillage en mosaïque ainsi que des taches annulaires sur les fruits. Les viroses sont souvent
propagées par les pucerons... il conviendra donc de veiller à une non prolifération excessive de ces derniers.
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 101

Récoltes
Quand elle est mûre l'aubergine a une coloration nette et uniforme et se détache assez facilement.
On la récolte au fur et à mesure de ses besoins.

Une dizaine de plants moyennement productifs permettent de récolter environ 4 à 5 kg d'aubergines sur la (courte)
saison de production.
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 102

Betterave

La betterave pousse sous tous les climats.


Elle affectionne les sols profonds et frais et exige une fumure organique relativement importante mais équilibrée.
Un petit apport de compost mûr ( moins d'une brouette pour 10 m2 de culture) pourra éventuellement être utile.

Multiplication

Semis
Les semis de betteraves sont effectués du début avril à la fin du mois de juin (variétés hâtives).
On peut semer directement en pleine terre ou en pépinière.
Semis directs
Préparez des sillons de 2 cm de profondeur environ (espacement entre sillons : 30 cm environ).
Arrosez le fond du sillon ;
Disposez les graines tous les 5 cm.

Semis en pépinière
Si vous souhaitez hâter la culture de betteraves, il est possible de semer en pépinière, soit en terre, soit dans des plaques
alvéolées.

Plantations
Au stade de 5-6 feuilles vraies, après en avoir raccourci les feuilles pour favoriser la reprise, les plants issus de
pépinière ou de l'éclaircissage seront plantés en pleine terre à 15-20 cm sur des lignes écartées de 30 cm.
Arrosez copieusement après la plantation.

Associations recommandées
Les betteraves apprécient le voisinage des céleris, salades, choux ou oignons.

Entretien de la culture
Binez et sarclez dès la levée.
Lorsque les plants font environ 5 cm de haut, démarriez (cela signifie qu'il ne faut garder qu'un seul plant, les graines de
la plupart des variétés de betteraves donnant plusieurs plants).
Quelques semaines après la levée (collet formé), éclaircissez à 15-20 cm sur la ligne. Les plants supprimés peuvent être
repiqués ailleurs (raccourcir les feuilles au préalable).
Maintenez le sol désherbé ou paillez (mais attention aux rongeurs...)
Arrosez régulièrement.

Protections naturelles
Les betteraves sont des plantes potagères relativement rustiques. Voici les maladies cryptogamiques pouvant
éventuellement causer quelques problèmes :
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 103

La fonte des semis


Causée par divers champignons, la fonte des semis peut causer la mort des plantules. Les moyens d'action sont
préventifs :
Évitez les excès d'humidité lors des semis (raison pour laquelle il est préférable d'arroser le sillon avant le semis) ;
Respectez une période de rotation de 4 ans pour la même culture ;
En préventif, trempez les semences dans une décoction de prêle non diluée préparée avec 50 g de plante pour 1 litre
d’eau.
Traitez le sol avec du purin de prêle.

La cercosporose
Également causée par un champignon (Cercospora beticola), cette maladie peut apparaître en été, lorsque le temps est
humide.
Elle se manifeste d'abord par de petites taches rondes et grisâtres sur les feuilles. Cela aboutit à la perforation du
feuillage.
Cette maladie est sans conséquence notoire sur la production, mais vous pouvez éventuellement traiter en préventif avec
une décoction de prêle.

Récoltes
En été, récoltez de petites betteraves encore tendres (à consommer râpées par exemple) au fur et à mesure de vos envies.
Récoltez les betteraves destinées à la conservation hivernale avant les gelées puis supprimez les racines et les feuilles
(habillage).
Elles peuvent être stockées dans du sable sec, en silo ou dans un endroit frais (cave).
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 104

Blette (Poirée)

Bien que peu exigeantes, les blettes apprécieront un apport de matières organiques.

Multiplication
Les blettes se sèment en place d'avril à juin en lignes espacées de 40 cm et à 35 cm environ sur la ligne.
Dans les régions douces, des semis en fin d'été sont également possibles pour une récolte au printemps suivant.

Fertilisation
Apportez une petite brouette de compost pour 10 m2 avant la mise en place de la culture.
Comme pour tous les légumes dont on consomme les feuilles, évitez les apports d'engrais azotés (accumulation de
nitrates).

Entretien de la culture
Binez et désherbez en début de culture ;
Paillez.

Protections naturelles
Les blettes sont rustiques. Des maladies cryptogamiques demeurent néanmoins possibles. Ce sont les mêmes que pour
la betterave (voir ici).

Récoltes
Coupez les feuilles du tour au fur et à mesure de vos besoins. On consomme la plante entière (feuilles et cardes).
Les récoltes s'étalent de juillet aux premières gelées.

3 ou 4 pieds de blettes devraient suffire à votre consommation.


Mon Potager au Naturel – Édition 2020 105

Cardon

Le cardon exige un sol riche en humus et gèle en dessous de -6°C.

Multiplication
Le cardon se multiplie par semis en place à la fin mai.
Il est également possible de semer sur couches tièdes (couches chaudes déjà refroidies) à partir de fin mars.
Semez 3 ou 4 graines (vous ne garderez que le plus beau plant) en poquets remplis de terreau, à 1 mètre en tous sens.

Associations recommandées
Le développement du cardon étant relativement long, vous pouvez semer ou planter des salades (plus ou moins en
même temps que le semis de cardon) pour occuper l'espace entre les cardons.
Il est également possible de semer vos cardons au sein d'une culture précoce déjà en place (et qui sera récoltée
rapidement) : carottes primeurs, choux de printemps ou encore petits pois.

Fertilisation
Apportez, préalablement au semis, une bonne pelletée de compost pour un pied.
En cours de végétation, arrosez 3 ou 4 fois au pied avec du purin d'ortie dilué 10 fois.

Entretien de la culture
Binez et sarclez en début de culture.
Paillez.

Récoltes
Les récoltes sont effectuées d'octobre à décembre, avant de fortes gelées (limite de -6°C)
3 à 4 semaines avant la récolte, il faut blanchir les cardes.
Pour cela, supprimez les feuilles à la base des tiges puis relevez celles-ci.
Entourez-les d'un paillasson, de carton ou de papier fort.
Liez le tout puis buttez.
Il est également possible de blanchir les cardons en cave.

Mais une petite vidéo d'époque sera plus explicite : http://www.ina.fr/video/VDD09005610


Mon Potager au Naturel – Édition 2020 106

Carotte

La carotte apprécie particulièrement les sols sableux ou limoneux ..

Multiplication :
Semez directement en ligne distante de 30 cm, de mars (avec voile de protection) à juillet pour les carottes de
conservation.
Pour parvenir à suffire à vos besoins en carottes, effectuez au moins 3 semis échelonnés sur la saison :
– le premier en mars en protégeant avec un voile d'hivernage. Vous aurez ainsi des carottes dès mai/juin (selon
le temps).
– un second semis sera effectué en avril/mai et constituera votre provision de carottes pour la fin de l'été et
l'automne.
– Enfin, un dernier semis pendant la première quinzaine de juillet prendra le relais pour l'hiver.

⇥⇤⌅ ⇧⌃ ⌥ ⌦⌅ ↵⌅
pour marquer le rang de carottes et pouvoir ainsi sarcler entre lignes avant la levée (qui est, je le
rappelle, très longue), semez en parallèle (à 3 ou 4 cm de distance) une ligne de radis. Les radis étant beaucoup plus
rapides à lever, vous aurez ainsi un repère efficace.

Maintenez le sol humide (sans être détrempé) jusqu'à la levée.

Associations recommandées :
Faites si possible voisiner vos cultures de carottes avec le poireau. Vous maintiendrez ainsi éloignés leurs ravageurs
réciproques (la mouche de la carotte et la teigne ou ver du poireau)

Fertilisation :
Peu de temps avant d'effectuer les semis, incorporez au sol du compost bien mûr : 30 kg, (soit environ une brouette
pleine) pour 10 m2.
A défaut de compost, utilisez un engrais organique biologique du commerce.

Entretien :
Sarclez entre les lignes si possible avant la levée des carottes (marquer avec une culture de radis en parallèle).
Désherbez et démarriez (éclaircissage manuel à 4-8 cm selon les variétés) sur la ligne.

Buttez légèrement après les opérations ci-dessus afin d'empêcher la mouche de la carotte de venir pondre sur le collet.
Un filet de protection posée sur la culture demeure la meilleure protection pour empêcher la mouche de venir pondre sur
les carottes.

Maintenez désherbé et arrosez régulièrement (tous les 4/5 jours) en été (de préférence le soir).

Les besoins en eau d'une culture de carottes étant relativement importants, une pompe alliée à un système d'irrigation
par goutte à goutte vous fera économiser temps et fatigue.

Protections des Cultures :


Mon Potager au Naturel – Édition 2020 107

La mouche de la carotte
La mouche de la carotte est un insecte diptère dont la larve (un asticot blanchâtre) peut causer des dégâts considérables
dans les carottes en y creusant des galeries. Mais les moyens naturels de protection existent :
• Sacrifiez une variété : les mouches de la carottes raffolent de certaines variétés. Repérez ces variétés et semez à
part un petit carré; cela peut permettre de préserver la culture principale.
• Préservez la biodiversité : la mouche de la carotte se repère à l'odeur. Favoriser la diversité végétale en
préservant notamment des ombellifères sauvages aux alentours du potager limite les invasions.
• Associations : l'association avec le poireau est bien connue, à juste titre, des jardiniers bio. D'autres plantes
particulièrement odorantes, perturberont la mouche de la carotte : coriandre, aneth, œillets d'Inde...
• Semez tardivement : le première génération de larve naît en juin (dans le nord de la France). Semer après cette
période permet d'éviter la première génération.
• Buttez : les mouches pondent sur le collet. Butter les carottes juste après le démariage permet de préserver ses
cultures.
• Utilisez des répulsifs : certains répulsifs sont efficaces sur la mouche de la carottes : marc de café, algues
marines (poudre), branchages d'absinthe, de tanaisie, de fougère, de sureau
• Filet anti-insecte : vous appliquez les recommandations ci-dessus mais le problème subsiste ? un filet anti-
insecte vous garantira une protection efficace. Les mouches volent en rase-motte. Il faut donc poser le filet
(période des vols) sur les cultures en buttant les bords, ou encore le disposer verticalement (40 cm de haut au
moins) autour de la culture.

L'alternariose
L'alternariose, ou pourriture noire, est une maladie foliaire causée par un champignon (Alternaria dauci). Les feuilles
noircissent et se dessèchent ; les carottes pourrissent lors du stockage.

Mesures préventives :
• semez un engrais verts préalablement à la culture de carottes ;
• évitez les engrais azotés ;
• semez clair et éclaircissez soigneusement.

Lutte directe :
Traitez au cuivre en cas de forte attaque de la maladie (je ne le recommande pas).

Récoltes :
Au fur et à mesure des besoins, à la main si le sol est humide, sinon utilisez une bêche ou une gouge à asperges (permet
de les récolter une à une).
Les carottes résistent à de fortes gelées en pleine terre et gardent ainsi toute leur saveur. Il ne faut par contre pas les
récolter lorsque le sol est encore gelé.
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 108

Cassis
Le cassis apprécie les sols moyennement lourds et le calcaire ainsi qu'une exposition est ou sud-est .

Multiplication
Le cassis se multiplie principalement par bouture, avec ou sans talon.
Prélevez de novembre à février des rameaux de 1 an ;
Coupez ces rameaux à 20-30 cm de longueur ;
Ensuite, soit vous mettez les boutures en pépinière pendant 1 an, puis vous les planter à l'automne suivant ; soit vous
vous les mettez directement en place, à raison de 3 ou 4 boutures pour former une cépée.

Fertilisation
Le cassis est peu exigeant, une bonne pelletée de compost mûr par cépée et renouvelée annuellement à l'automne
devrait être suffisante.

Entretien
Paillez.
En janvier-février, rabattez à 20/30 cm (3 ou 4 yeux) de longueur les rameaux appelés à fructifier (ce sont les branches
secondaires partant d'une charpentière).
Supprimez les branches les plus âgées et celles se trouvant au centre de la touffe.
Pour renouveler une vieille touffe, rabattez tout au ras du sol, en hiver. De nouveaux rejets se formeront.

Protections des Cultures


On retrouve les mêmes maladies que pour le groseillier (voir ici) mais également quelques unes plus spécifiques :

La réversion du cassis
Il s'agit d'une maladie à virus très grave se manifestant par une déformation du limbe ainsi qu'une diminution des
nervures des feuilles. La floraison en est hâtée et le nouaison compromise, entraînant une forte diminution de la
production.
Le seule solution consiste à brûler les pieds atteints.

Le phytopte du cassis
Ce petit acarien est de plus en plus fréquent. Il provoque une boursouflure sur les bourgeons qui finissent pas se
dessécher.
Il faut couper et brûler les bourgeons atteints.

Récoltes
Les fruits sont mûrs et récoltés à partir du début juillet.
Ils se conservent très peu.
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 109

Céleri

A l'origine spontané en région méditerranéenne, le céleri se consomme cuit (céleri-branche et céleri-rave) ou cru
(céleri-rave).

Conditions de Cultures
Le céleri est une plante délicate, sensible à la chaleur, mais aussi au froid.
Bien que nécessitant un sol riche en humus, il craint les matières organiques mal décomposées.
Un apport copieux de compost bien mûr aura lieu avant la mise en place de la culture.

Semis
On distingue les céleri-branche ou céleri à côtes (dont on consomme les tiges et les feuilles) des céleri-raves (dont on
consomme la racine).
Les semis de céleri sont très délicats. Longs à germer, les graines de céleri doivent impérativement être semées en fin
d'hiver ou au début de printemps et au chaud. Il est souvent préférable d'acheter des plants...
Les semis sont effectués en mars-avril soit en terrine au chaud (température minimale de 15°C), soit dans un couche
chaude, les graines étant espacées de 3 cm et placées à 1 cm de profondeur.
Le terreau doit rester humide en permanence jusqu'à la levée.

Repiquage
Les jeunes pousses seront repiquées en pépinière (godets au chaud ou sous châssis à 5 cm d'écartement) au stade de 3
feuilles vraies.

Plantation
On procédera au préalable à un habillage des plants (les feuilles sont raccourcies de moitié avec des ciseaux).
Les plants sont ensuite plantés, au plus tard en juin, en pleine terre enrichie de compost mûr à 50 x 50 cm pour les
céleris-raves et à 30 x 30 cm pour les céleris-branches.

Associations recommandées :
Le céleri apprécie le voisinage des choux, des tomates ou encore des fenouils.

Entretien de la culture
Paillez la culture rapidement après la plantation.
Arrosez régulièrement.
A partir du mois de septembre, pour les céleris-raves, couper à plusieurs reprises les feuilles et les racines sortant de
terre.

Protections naturelles
Voici quelques maladies ou problèmes fréquemment rencontrés dans la culture du céleri :

La fonte des semis


La fonte des semis est due à un champignon survenant à cause d'une humidité excessive. Le céleri ayant besoin d'une
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 110

humidité permanente pour germer, cette maladie, qui provoque la mort des jeunes plantules, est courante.
En préventif, tremper les semences dans une décoction de prêle.

La gale rugueuse
Des taches rougeâtres apparaissent sur les pommes des céleris-raves. La peau est rugueuse et craquelée.
La gale rugueuse est également causée par des champignons présents sur les graines ou des résidus de récolte
contaminés.
Elle entraîne le pourrissement des céleris-raves, que ce soit en terre ou lors de la conservation.
Utilisez des semences saines ;
Désinfectez les semences par un trempage dans de l'eau chaude (50°C) pendant 30 minutes.

La septoriose
On observe des taches brunes sur les feuilles qui finissent par se dessécher.
Tout comme la gale, la septoriose est provoquée par un champignon et se propage à partir des semences (ou des plants
contaminés). Son développement est favorisé par un temps humide en fin d'été.
Elle provoque un arrêt de la croissance.
Une désinfection des semences, comme pour la gale, pourra être une bonne prévention.
Traitez éventuellement en préventif avec du bicarbonate de soude (pour les pro, produit non autorisé en AB) ou à la
bouillie bordelaise.

Les carences en bore


Le creusement des céleri-raves et le noircissement des feuilles témoignent d'une carence en bore.
Évitez les engrais trop riches en azote (guano, tourteaux de ricin, fientes de volailles, purin d'ortie) mais préférez un
apport copieux de compost, qui pourra éventuellement être complété par des algues marines.

La mouche de la carotte
Voir la fiche de culture de la carotte.

Récoltes
Les céleris-branches seront récoltés au fur et à mesure des besoins, en coupant le pied en entier.
Les céleris-raves craignent les gelées et pourront être stockés en silo après habillage (supprimer les feuilles, le collet et
les petites racines).
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 111

Chicorée

Les chicorées apprécient les sols riches en humus mais supportent mal les fumures mal décomposées.
Elles résistent à des gelées de - 3ou -4°C (et même un peu plus pour les chicorées sauvages).

On distingue 3 types de chicorées :


• les chicorées scaroles : Géant maraîchère, ronde verte à cœur plein, en cornet de Bordeaux, en cornet d'Anjou ;
• les chicorées frisées : Grosse Pancalière, fine de Louviers, Très fine maraîchère, de Meaux ;
• les chicorées sauvages : Pain de Sucre, rouge de Vérone, Barbe de Capucin, la Witloof (destinée au forçage
pour en faire des endives).

Semis
Les chicorées se sèment en sol bien réchauffé, de la fin mai (production de fin d'été) à la fin juillet (production d'hiver)
et de préférence en place, éventuellement sous abri, sur des lignes distantes de 40 cm.
Éclaircissez peu de temps après la levée à 30 cm sur la ligne (20 cm pour les chicorées sauvages autres que Pain de
Sucre). Les plants supprimés peuvent être repiqués ailleurs (ou pour combler les trous) après habillage (raccourcir le
feuillage). Notez toutefois que les chicorées supportent mal le repiquage (contrairement aux laitues).
On peut également semer en pépinière. Cette technique est plus délicate car les chicorées risquent de monter à graines.

Plantation
Pour les plants semés en pépinière, il est impératif de planter rapidement (les plants doivent seulement « tirer la
langue ») sans enterrer le collet.

Entretien de la culture
Les travaux d'entretien se limitent au désherbage et au paillage.
Les arrosages doivent être réguliers mais sans excès.
Pour les chicorées sauvages « rouges de Vérone » ou « de Trévise », rabattez le feuillage juste au dessus du collet en
octobre. De petites pommes délicieuses se formeront alors.
Un voile de protection sera nécessaire si l'on souhaite continuer à consommer des chicorées en hiver.

Protections naturelles
Les chicorées sont des plantes plutôt rustiques. Voici néanmoins quelque problèmes fréquemment rencontrés :

La fonte des semis


La fonte des semis est causée par un champignon apparaissant en cas de trop forte humidité. Il faut donc éviter les
arrosages trop fréquents.
En préventif, trempez les graines dans une décoction de prêle non diluée.
Un apport de charbon de bois incorporé à la terre avant le semis aurait également un effet préventif.
Il est également important de respecter une rotation de 5 ans avant de semer à nouveau des chicorées au même endroit

Les limaces
Entourez les plants avec des feuilles de fougères fraîches. Renouvelez ce barrage naturel dès que que la période devient
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 112

pluvieuse.
Placez des planches de bois dans le jardin (pas trop loin, mais pas trop près non plus de vos cultures de salades). Les
limaces iront s'y réfugier et vous n'aurez qu'à visiter régulièrement le dessous des planches pour éliminer ces
indésirables.
Voir également ici.

Récoltes
On peut blanchir le cœur des chicorées en posant sur elles, environ 15 jours avant la récolte, des cloches ou de simples
poteries. Cette opération a pour effet de les rendre plus tendres.
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 113

Chou

Le chou apprécie les sols riches en matières organiques (sauf le chou de Bruxelles) mais redoute les sols acides...

Multiplication :
Semez en pépinière, en terrine ou en pleine terre :
– choux de printemps : août/septembre
– choux d'été et d'automne : février/mars sur couche chaude ou mars/avril en pleine terre
– choux d'hiver : mai/juin
Repiquez en godets (remplis d'un mélange de terreau et de compost mûr) au stade 3 feuilles.
Plantez en pleine terre à 5/6 feuilles vraies. Plantez en pleine terre à 5/6 feuilles vraies. Plantez profondément (collet
enterré) pour assurer le grossissement des racines et un meilleur maintien de la plante.

Associations recommandées :
L'association avec les salades est bénéfique pour les 2 légumes.

Fertilisation :
Avant la plantation, à l'exception du chou de Bruxelles qui préfère une terre non enrichie, incorporez au sol du compost
mûr (le chou n'apprécie pas la matière organique mal décomposée) à raison de 40 à 50 kg pour 10 m2 (soit environ une
brouette et demie).
A défaut de compost, utilisez un engrais organique du commerce riche en potasse.

Entretien :
Arrosez abondamment à la plantation pour favoriser la reprise.
Paillez sur une épaisseur de 5 cm.
Arrosez en général au pied mais également de temps à autre (une fois par mois par exemple) en aspersion (le chou,
notamment lorsqu'il commence à pommer, apprécie d'avoir le feuillage rafraîchi).
Protégez éventuellement avec un voile d'hivernage si de fortes gelées (en dessous de -8°C) sont à craindre, en
particulier si la pomme est déjà formée, ainsi que pour les choux-fleurs.
Pour ces derniers, il convient également d'en protéger l'inflorescence en rabattant une feuille sur elle (afin qu'elle reste
blanche).

Protections des Cultures :


Voici les principaux problèmes que vous risquez de rencontrer sur vos cultures de choux :

Les limaces
Il n'est pas toujours facile de maîtriser une invasion de limaces, mais les 2 conseils ci-dessous devraient vous permettre
de limiter les dégâts :
• Entourez vos plants avec des feuilles de fougères fraîches. Renouvelez ce barrage naturel dès que que la
période devient pluvieuse.
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 114

• Placez des planches de bois dans votre jardin (pas trop loin, mais pas trop près non plus de vos planches de
choux). Les limaces iront s'y réfugier et vous n'aurez qu'à visiter régulièrement le dessous des planches pour
éliminer ces indésirables.
• Voir également ici.

La piéride du chou
La piéride adulte est un joli papillon blanc. Mais ne vous fiez pas aux apparences...les chenilles (grisâtres à verdâtres)
peuvent dévorer un chou en quelques jours.
Là aussi, une couverture de fougère est bénéfique (l'odeur semble éloigner le papillon). En cas d'attaque, pulvérisez au
moment des vols du papillon, une décoction de tanaisie.
Des voiles de protection posés sur les choux au moment des vols (en particulier en juillet-août, période d'attaques
importantes) constituent également une protection efficace.

Les altises
Les altises sont des petits insectes coléoptères s'attaquant principalement aux crucifères. Leur présence est favorisée par
la chaleur et la sécheresse.
Les altises perforent le feuillage entraînant une croissance ralentie.
Arrosez régulièrement en ayant pour objectif de maintenir le sol frais.
En préventif, pulvérisez une décoction de fleurs de tanaisie.
Voir également ici.

Récoltes :
Les choux se récoltent au fur et à mesure des besoins, avant de monter en fleurs..
Les consommations de choux sont très variables d'une famille à l'autre.
Par exemple, si vous consommez un chou par semaine, vous planterez en tout sur l'année une cinquantaine de choux...
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 115

Concombre

Le concombre est particulièrement exigeant en matières organiques et supporte un compost en cours de décomposition.
Cette culture nécessite des arrosages réguliers (sinon, gare à l'amertume).
Aussi, je vous conseille vivement de pailler les concombres et, si possible, d'installer au plus vite un système de goutte à
goutte...

Multiplication :

Semis en pépinière
En mars-avril en godets (les godets ronds de 10/12 cm de diamètre conviennent parfaitement) à l'abri (16°C mini) ou
sur couche chaude.
Placez 3 graines à 2 cm de profondeur dans un terreau enrichi d'un peu de compost bien mûr. Vaporisez pour maintenir
le terreau humide (mais sans excès, sinon risque de pourriture des graines).
Ne gardez qu'un plant par godet. Arrosez ensuite régulièrement au pied du plant, mais laissez sécher le terreau
légèrement entre 2 arrosages.

Semis directs
En mai, quand le sol est suffisamment réchauffé, semez directement en pleine terre en poquets de 3 graines à 50 cm de
distance (ne garder qu'un plant après la levée).

Plantations
Remplissez les trous de plantation avec du compost mûr (bien que le concombre apprécie de la matière mal
décomposée, les problèmes sanitaires alors encourus me font abandonner cette solution...)
Plantez à 50 - 60 cm sur des lignes écartées de 60 cm si vous palissez , ou de 1m20 si les pieds resteront rampants.
Arrosez abondamment au pied pour favoriser la reprise du plant.

Associations recommandées :
Le concombre peut être associé avec de nombreux légumes : maïs, haricots, pois, salades, choux, céleris

Fertilisation :
Le concombre aime les terres riches en matières organiques. Vous aurez donc eu soin d'apporter, à l'automne précédent
la culture, du fumier en cours de décomposition.

Entretien :
Paillez rapidement (sol réchauffé) afin de garder le sol humide.
Palissez avec un grillage tendu entre 2 piquets, ou autre grille de chantier (parfaite pour supporter le poids des
concombres), ceci sur une hauteur de 1m50 minimum. Notez que l'on peut également laisser les pieds à ramper sur le
sol, mais l'état sanitaire des fruits est alors plus aléatoire, l'exposition moins bonne et l'espace nécessaire plus
important...
Des arrosages réguliers sont indispensables pour éviter l'amertume des fruits.
La taille, à mon sens, n'est pas indispensable...mais si vous souhaitez néanmoins tailler, pincez la tige principale au
dessus de la 6ème feuille (ce qui a pour but de hâter légèrement la production...au détriment du développement futur).
On conseille également de tailler après la première feuille suivant un fruit en début de formation, ceci afin de favoriser
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 116

son grossissement (je suis plus favorable à cette taille). Mais le mieux est de faire vos propres essais...

Protections naturelles
Nous n'entrerons pas ici dans le détail de tous les ravageurs et maladies auxquels le concombre est exposé, pour nous
intéresser aux problèmes les plus couramment rencontrés :

L'oïdium
L'oïdium des cucurbitacées est causé par 2 champignons microscopiques : Erysiphe cichoraceum en extérieur et
Sphaerotheca fuliginea sous abri. Il survient par temps chaud (optimum à 27 °C) et humide, bien que certaines souches
se développent également par temps sec...
Pour prévenir l'oïdium, évitez les fumures mal décomposées (fumiers frais notamment), plantez suffisamment espacé et
aérez régulièrement les serres.
Le décoction de prêle pulvérisée en préventif est utile mais a un effet limité en conditions particulièrement favorables à
la propagation du champignon.
La lutte directe se fait principalement par pulvérisation de soufre (autorisé en bio, mais personnellement je n'en utilise
pas...).

Les pucerons
Les pucerons peuvent causer de véritables ravages dans une plantation de concombres.

Pour lutter préventivement contre les attaques de pucerons, quelques principes sont à observer :
• Apporter une fertilisation équilibrée en élément nutritifs (les pucerons sont attirés par les plantes contenant
beaucoup d'azote) ;
• Planter suffisamment espacé pour éviter la propagation d'un pied à l'autre ;
• Planter des capucines à proximité : les pucerons seront irrésistiblement attirés par elles et laisseront vos
concombres tranquilles...
• Favoriser la biodiversité, notamment en préservant des fleurs sauvages (voir en implantant des fleurs ou
arbustes à fleurs) particulièrement attractives pour les insectes gros consommateurs de pucerons (coccinelles,
chrysopes...).

En lutte directe, de nombreux moyens naturels ont fait leurs preuves :


• Enlever les parties attaquées ;
• Poudrer avec des cendres de bois, du lithothamne ou des poudres de roche ;
• Traiter avec une infusion de tanaisie ou d'absinthe (effet répulsif) ;
• Traiter 3 jours de suite avec une macération d'ortie d'une douzaine d'heures ;
• Soumettre les plants avec un jet d'eau puissant (pauvres pucerons !) ;

Récoltes :
Les concombres proprement dits se récoltent au 2/3 de leur développement, avant de jaunir...Si on les destine à la lacto-
fermentation, il faut alors les récolter à 10-12 cm.
Les cornichons doivent quant à eux être récoltés quotidiennement.
Les pieds de concombre produisent environ pendant 2 mois.
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 117

3 ou 4 pieds de concombres suffisent amplement à subvenir aux besoins d'un foyer.


Faites grimper vos concombres sur un grillage : ils mûriront mieux qu'au sol et seront ainsi protégés des maladies de
contact avec le sol. Et vous gagnerez un peu de place.
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 118

Courge et potiron

Les besoins des courges (cucurbita pepo, courges proprement dites) et potirons (cucurbita maxima) sont très
semblables à ceux du concombre, avec notamment une grande exigence en matières organiques.

Multiplication :
Semez :
Au chaud en godet (10 x 10) de la mi-avril à la mi-mai puis plantez en pleine terre ou sur buttes lasagnes à partir de la
mi-mai.
Directement en pleine terre dès la mi-mai : semez 3 graines par poquets distants de 1m (variétés non coureuses) à 2 m
(variétés coureuses) en tout sens. Une protection contre les limaces est préconisée : fougères ou cendres de bois autour
du semis. Peu après la levée, ne gardez que le plant le plus vigoureux (éliminez les autres, ou si ils sont jolis, repiquez-
les éventuellement ailleurs).
Arrosez copieusement après la plantation puis paillez.

Associations recommandées :
La courge est une plante à fort développement. De ce fait, les associations sont peu applicables.

Fertilisation :
La courge apprécie les sols riches en matières organiques.
Traditionnellement, on la cultive sur un vieux tas de compost (c'est parfait si le tas n'est pas à l'ombre...)
Si vous décidez de planter en pleine terre, un apport de compost mûr (une bonne pelletée par pied) mélangé à la terre du
trou de plantation satisfera les besoins de vos cultures de courges.
Vous pouvez également utiliser vos buttes-lasagnes, à condition d'en avoir préparé suffisamment pour les autres cultures
gourmandes.

Entretien :
Paillez dès que le sol est suffisamment réchauffé (évitez de le faire trop tôt au printemps).
S'il fait chaud en début de végétation, arrosez tous les 3/5 jours.
Par la suite, un arrosage copieux au pied tous les 7/10 jours sera largement suffisant si vous avez paillé (des arrosages
trop fréquents nuisent à la floraison)

Protections naturelles :
Les maladies et ravageurs les plus courants sont les mêmes que ceux rencontrés par le concombre.

Récoltes :
Pour une meilleure conservation, les courges se récoltent le plus tard possible à l'automne mais elles ne supportent pas
les gelées...
Laissez-les finir leur maturation pendant 1 ou 2 semaines en extérieur, mais à l'abri des pluies. Rentrez-les la nuit si des
gelées sont à craindre.
Conservez-les ensuite si possible dans une pièce non chauffée de votre habitation (12 à 16°C sont des températures
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 119

idéales pour la conservation).

A titre indicatif, un pied de courge donne en moyenne de 2 (gros fruits) à 4 fruits.


Mon Potager au Naturel – Édition 2020 120

Courgette

La courgette est l'une des plantes les plus faciles à cultiver et s’accommode de la plupart des sols. Elle est de plus très
productive.

Multiplication :
La courgette se sème de 2 façons :
• Au chaud en godet (10 x 10) de la mi-avril à la mi-mai pour être plantée en pleine terre à partir de la mi-mai.
• Directement en pleine terre de la mi-mai à la mi-juillet : semez 3 graines par poquets distants de 1m20 en tout
sens. Une protection contre les limaces est préconisée (fougères ou cendres de bois autour du semis). Peu après
la levée, ne gardez que le plant le plus vigoureux (éliminez les autres, ou s'ils sont jolis, repiquez-les
éventuellement ailleurs).
Arrosez copieusement après la plantation puis paillez.

Associations recommandées :
Les mêmes associations qu'avec le concombre : maïs, haricots, pois, salades, choux, céleris.

Fertilisation :
La courgette se contente de sols moyennement riches en matières organiques. Un apport de compost mûr (une bonne
pelletée par pied) mélangé à la terre du trou de plantation devrait suffire pour vos cultures de courgettes.

Entretien :
Paillez dès que le sol est suffisamment réchauffé (évitez de le faire trop tôt au printemps).
S'il fait chaud en début de végétation, arrosez tous les 3/5 jours.
Par la suite, un arrosage copieux au pied tous les 7/10 jours sera largement suffisant si vous avez paillé (des arrosages
trop fréquents nuisent à la floraison)

Protections naturelles
Les maladies et ravageurs les plus courants sont les mêmes que ceux rencontrés sur une culture de concombre ou de
courges, à savoir l'oïdium et les pucerons.

Récoltes :
Récoltez les fruits lorsqu'ils font 15-20 cm (pour les courgettes longues) : les fruits sont meilleurs petits (pas de graines)
et laisser des fruits grossir outre mesure empêche le développement de nouveaux fruits...
Toutefois, en fin de saison, il peut être judicieux de garder quelques fruits plus longtemps sur pied. Très mûrs, ils se
conserveront plus longtemps et vous pourrez ainsi consommer de la courgette jusqu'à la fin de l'automne, voire plus...

2 ou 3 pieds de courgettes vous fourniront des courgettes en quantité suffisante pour toute la saison.
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 121

Crosne

Le crosne est un petit tubercule originaire d'extrême-orient, peu connu (bien que revenant à la mode) et pourtant
délicieux (goût d'artichaut) que l'on consomme bouilli (15mn), cuit à l'étouffée ou même frit.
Le crosne préfère les sols légers.
Il affectionne les situations ensoleillées mais est par contre indifférent au climat.

Plantation
Plantez des tubercules au mois de mai, à 10 cm de profondeur, en lignes distantes de 50-60 cm et écartés de 40 cm sur la
ligne.

Fertilisation
En général, aucune fertilisation n'est nécessaire ; mais en sol particulièrement pauvre, vous pouvez apporter, avant la
plantation, du compost bien mûr en petite quantité (moins de 30 kg pour 10 m2 de culture).

Entretien de la culture
Les cultures de crosne doivent simplement être soigneusement désherbées.
Les arrosages seront modérés.
A l'automne, recouvrir les rangs de feuilles mortes ou de paille.

Protections naturelles
Cette culture étant peu répandue, les maladies sont très rares...

Récoltes
Les récoltes sont effectuées, avec une bêche à dents ou une grelinette de novembre (après dessèchement du feuillage) à
février au fur et à mesure des besoins (ces petits tubercules se conservent très mal une fois récoltés).
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 122

Échalote

L'échalote est un condiment facile à cultiver et réclamant peu d'espace. Alors pourquoi s'en passer ?

Conditions de Culture
Bien que s'adaptant aux différents types de sol, l'échalote ne supporte pas les matières organiques fraîches (fumiers ou
compost non décomposé).
Aucune fumure ne sera apportée avant une culture d'échalote. Toutefois, en sol pauvre en potasse, un apport de potasse
sous forme non organique, par exemple du patenkali, pourra être utile.
Par ailleurs l'échalote est résistante au gel et peut être cultivée sous la plupart des climats.

Plantation
L'échalote se multiplie par plantation de caïeux (tout comme l'ail) en février/mars sur des lignes distantes de 20 cm et à
8/10 cm d'écartement sur la ligne.
On enfonce les caïeux à la main à 2 cm de profondeur (c'est à dire que le haut du caïeux affleure le niveau du sol)

Entretien de la culture
La culture d'échalote doit être soigneusement sarclée et désherbée sur la ligne.
Sauf printemps exceptionnellement sec, l'échalote n'a pas besoin d'être arrosée.

Protections naturelles
L' échalote est peu sensible aux maladies, mise à part éventuellement la pourriture blanche de l'allium.

Pourriture blanche des alliums


Cette maladie est causée par un champignon (Sclerotium cepivorum) pouvant survivre 10 ans dans le sol et se
développant à partir des racines.
On peut observer dans un premier temps un jaunissement précoce des feuilles extérieures avec un arrêt de la croissance,
ainsi que des petites boules noires et des petits filaments blancs au niveau des racines. La maladie entraîne ensuite la
pourriture des caïeux, que ce soit en terre ou plus tard lors de la conservation.
Si l'on respecte les principes de ne pas fumer la culture et de ne pas arroser, il ne doit pas y avoir de souci... toutefois,
une rotation d'au moins 5 ans (voire 10 ans si c'est possible) entre 2 cultures d'alliums (ail, oignons, poireaux et
échalotes) est fortement recommandée.
Les plants atteints doivent être éliminés et jetés au loin (l'incorporation au compost est risquée).
Une culture intermédiaire de glaïeul (donc après une culture d'alliacées) permettrait également de se débarrasser de ce
champignon.

Récoltes
L'échalote se récolte au mois de juillet, par temps sec, lorsque le feuillage a commencé à jaunir.
Laissez à sécher sur le sol pendant quelques jours avant de les étaler dans des cagettes qui seront rentrées au frais
(grenier, cave, remise).
Des échalotes récoltées dans de bonnes conditions puis correctement séchées pourront ainsi se conserver jusqu'au
printemps suivant.
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 123

Épinard

Les épinards sont sensibles à la sécheresse mais résistants au gelées


Les risques d'accumulation de nitrates dans les feuilles d'épinards sont importants. Aussi, évitez absolument toute
fumure trop azotée, même biologique (fumier frais, engrais organiques du commerce riches en azote). Un apport
modéré de compost bien mûr (moins d'une brouette pour 10 m2 de culture) sera par contre apprécié de la culture
d'épinards.

Multiplication :
Semis de printemps : si le printemps n'est pas trop chaud, vous pouvez tenter un semis en mars-avril. Couvrez si
possible le semis d'une fine couche d'herbes sèches pour éviter que le sol ne se dessèche trop vite. Les semis de
printemps montent rapidement en fleurs...
Semis d'été : semez de la mi-août à la fin septembre. Si le temps est chaud, une couverture du semis comme indiquée
ci-dessus sera également utile.
Les semis sont effectués en lignes distantes de 20 à 25 cm, à 2 cm environ sur la ligne.

Semis en pépinière : il est également possible de semer les épinards en pépinière (petits godets ou plaques alvéolées).
Au stade de 5/6 feuilles vraies, vous les planterez en pleine terre à 8/10 cm sur des lignes espacées de 20/25 cm.

Associations recommandées :
Les épinards semés en fin d'été peuvent être associés, en culture intercalaire, à des pois, fèves, ou poireaux.

Fertilisation :
Apportez avant la plantation du compost bien mûr à raison de 30 kg environ pour 10 m2 de culture.

Entretien :
Éclaircissez à 8/10 cm sur la ligne environ 10 jours après la levée.
Retirez ensuite la couche d'herbes afin de pouvoir sarcler entre les lignes.
Une fois le sol sarclé, paillez de nouveau, mais cette fois en couche plus épaisse.
L'épinard résiste à des gelées de -7°C environ. Les cultures d'hiver devront peut-être être protégées avec un voile
d'hivernage.

Protections naturelles
Voici quelques conseils préventifs contre les maladies cryptogamiques (notamment en cas de fin d'été très humide) :

La fonte des semis


Cette maladie est causée par un champignon apparaissant en cas de trop forte humidité. Les plantules meurent
rapidement et l'on peut observer une nécrose sur les racines.
Arrosez abondamment mais de façon suffisamment espacée.
En préventif, trempez les semences dans une décoction de prêle non diluée préparée avec 50 g de plante (fraîche) pour 1
litre d’eau.
Un apport de charbon de bois incorporé à la terre avant le semis aurait également un effet préventif.
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 124

Le mildiou
La présence du champignon se manifeste par un jaunissement des feuilles et par l'apparition d'un feutrage mauve sur
leur face inférieure.
Respectez une rotation de 3 ans entre 2 cultures d'épinards.
Semez suffisamment espacé pour permettre une bonne aération du feuillage.
Traitez préventivement avec une décoction de prêle et du bicarbonate de soude.

La maladie de l'épinard
Les feuilles sont couvertes de taches jaunâtres avec des moisissures noirâtres (c'est ce qui permet de distinguer cette
maladie du mildiou).
Il s'agit également d'un champignon (Heterosporium variabile) sévissant par temps doux et humide.
Les recommandations sont les mêmes que pour le mildiou.

Récoltes :
Récoltez les feuilles une à une à la main en épargnant les feuilles centrales.
Les semis d'été vous donneront une ou deux récoltes en début d'hiver puis 2 nouvelles récoltes en fin d'hiver et début de
printemps (ils montent en général au mois d'avril).
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 125

Fenouil

Le fenouil aime les sols riches en humus et bien réchauffés.

Multiplication

Semis en pépinière
Vous pouvez hâter quelque peu vos cultures de fenouil en effectuant, dès le mois d'avril, des semis en pépinière.
Semez dans des plaques alvéolées ou des petits godets remplis de terreau fin.
Lorsque le collet aura commencé à gonfler, raccourcissez légèrement le feuillage et repiquez (le soir) les plants en
pleine terre en les espaçant d'une quinzaine de cm.
Arrosez copieusement pour la reprise.

Semis sur buttes (ou en pleine terre enrichie de compost)


Vous sèmerez de préférence sur une butte bien décomposée (couche supérieure semblable à du terreau).
Semez à 1 cm de profondeur sur des lignes distantes de 40 cm, en espaçant les graines de 5 cm environ.
Ne vous précipitez pas à semer au printemps mais attendez que la terre soit bien réchauffée
Vous pouvez par exemple, dans le courant du mois de juin effectuer un premier semis ;
Un dernier semis effectué pendant la première quinzaine de juillet, assurera la production d'arrière-saison.

Associations recommandées
Le fenouil est plutôt un solitaire. Peu de cultures semblent apprécier sa présence...sauf peut-être le céleri-rave ?

Fertilisation
Des apports modérés (moins d'une brouette pour 10 m2) de compost mûr suffiront pour vos cultures de fenouils.

Entretien :
Sarclez entre les lignes dès la levée ;
Buttez légèrement pour favoriser le grossissement de la « pomme »
1 mois à 1 mois 1 ½ après la levée, éclaircir en ne laissant qu'un plant tous les 15-20 cm.
Paillez légèrement (mais renouvelez le paillage)
Arrosez régulièrement (important en été) sans inonder le terrain (le fenouil n'aime pas ça).

Protections naturelles des cultures


Le fenouil est une ombellifère, tout comme la carotte.
Sans doute en raison de sa forte odeur, il est peu sujet aux attaques.
Les pucerons l'envahissent parfois mais si vous favorisez effectivement une grande bio-diversité au sein de votre jardin,
les attaques resteront modérées et il n'y aura alors aucune raison d'intervenir.
En cas de forte attaque une pulvérisation de purin d'absinthe éloignera les pucerons.
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 126

Récoltes
Le fenouil se récolte et se consomme frais, encore jeune, avant de devenir filandreux, à partir du mois d'août pour les
semis les plus précoces et pendant tout l'hiver dans les régions les plus méridionales (il résiste à des températures
négatives en étant protégé par un voile d'hivernage)
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 127

Fève

La culture des fèves est en soi peu exigeante, tant au niveau du climat (les fèves supportent des gelées jusqu'à -4°C
mais repartent après une gelée plus forte) que du sol (bien que préférant un sol riche en humus).

Multiplication
Au sud de la Loire, on peut effectuer des semis d'automne en octobre/novembre (ces semis précoces permettent en
général d'éviter les invasions de pucerons, contrairement aux semis tardifs qui sont très fréquemment atteints.)
Dans les régions situées au nord de la Loire ou en zone montagneuse, les semis d'automne sont possibles mais plus
risqués. Dans ce cas, il semble donc préférable d'attendre le printemps (mars-avril) pour semer.

Semez en lignes distantes de 30 à 40 cm et à 10 à 15 cm d'écartement sur la ligne. Les graines doivent être enterrées
assez profondément (5 cm).

Associations recommandées
Les fèves s’accommoderont du voisinage des légumes suivants : pommes de terre, maïs, concombres, salades, céleris,
carottes, choux, poireaux...
Semez vos fèves en pré-culture de légumes exigeants en terme de fertilisation ; les fèves restitueront à ces cultures
l'azote atmosphérique qu'elles auront capté.

Fertilisation
La fève est une culture rustique, peu exigeante en éléments nutritifs.

Un petit apport (½ brouette pour 10m2) de compost bien mûr pourra être utile.

Évitez en tout cas tout apport de fumier frais ou de compost mal décomposé.

Entretien
Si un désherbage est important en début de culture pour permettre à la plante de commencer sa croissance dans de
bonnes conditions, il est selon moi préférable de laisser ensuite les herbes se développer entre les lignes de culture.

Cela a pour intérêt de protéger le sol des gelées en hiver (pour les semis d'automne), de maintenir un sol frais au
printemps et d'économiser ainsi l'eau ; mais cela permet surtout de préserver un équilibre indispensable au niveau de la
faune. En agissant ainsi, les populations de pucerons sont naturellement régulées par les nombreuses coccinelles qui
viendront inévitablement trouver gîte et couvert dans les herbes.

On conseille de pincer les tiges au dessus de la sixième floraison afin de préserver des pucerons. Cette technique n'est
pas utile si l'on laisse la végétation spontanée se développer entre les lignes de cultures.

Concrètement, sarclez entre les lignes dès la levée. Désherbez ensuite soigneusement sur la ligne de cultures. Puis, 2 ou
3 semaines après, buttez légèrement afin de soutenir les tiges.

Pour un semis d'automne, laissez la culture tranquille pendant tout l'hiver.

Au printemps, les herbes sauvages commencent à pousser. Désherbez à nouveau sur la ligne de culture mais laissez les
herbes se développer entre les lignes. Fauchez simplement un peu avant la récolte..
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 128

Protections des cultures


La culture des fèves ne rencontre que peu de problèmes, mis à part les pucerons.
Comme vu plus haut, les semis d'automne sont en général préservés d'attaques importantes (développement avant les
périodes de prolifération des pucerons).
S'il n'est pas possible de semer à l'automne, étêtez les pieds de fèves au niveau du 6 ème étage de fleurs. Les pucerons
s'installant plus haut, les pieds seront alors préservés. Laissez éventuellement 1 ou 2 pieds non taillés : les pucerons les
coloniseront...attirant ainsi des coccinelles.
Des répulsifs naturels (décoction de fleurs de tanaisie par exemple) sont également efficaces.
Vous pouvez également préparer un insecticide avec la tanaisie. L'effet est radical mais est source de déséquilibres. A
éviter donc.
Un purin d'absinthe aura le même effet sur les pucerons, mais préservera la plupart des autres insectes.

Récoltes
Les fèves à manger frais se récoltent avant maturité complète (juin-juillet pour les semis de printemps), dès que les
grains remplissent bien la gousse. Ainsi, les fèves sont tendres et leur saveur prononcée.
Pour la conservation ou la reproduction de vos semences (et leur permettre ainsi de s'adapter à votre climat et à votre
sol), laissez quelques pieds en place jusqu'à parfaite maturité (noircissement des gousses) de la plante.
Arrachez alors les pieds et mettez-les à sécher dans un endroit sec et bien aéré. Quand la plante est bien sèche, écossez
les gousses et stockez-les dans un sac papier ou un bocal hermétique.
Ainsi, vous pourrez manger des fèves tout l'hiver et disposerez également de semences gratuites pour l'année suivante.
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 129

Fraisier

Le fraisier, bien que s’accommodant à tous les climats, craint la sécheresse et les excès d'humidité.
Il apprécie les sols riches en humus et légèrement acides.Un apport de compost mûr est conseillé.

Multiplication
Les fraisiers se multiplient par plantation de stolons (rejets) issus de pieds mères jeunes et vigoureux :
• Dès le début du mois de juillet, prélevez des stolons enracinés sur votre plantation existante. Les plants devront
être mis en place dans les 48h suivant l'arrachage ;
• Sur les buttes, préparez des trous de plantation (remplis d'un mélange de compost, terre de jardin et terreau –
1/3 de chaque) sur 2 lignes écartées de 50 à 70 cm et à 40-50 cm sur la ligne ;
• Juste avant la plantation, pralinez les racines dans une bouillie à base de terre argileuse ;
• Transplantez les stolons en ayant soin de diriger le système racinaire vers le bas (N'utilisez pas un plantoir à
légumes mais creusez plutôt à la main ou avec une petite pelle). Le collet ne doit pas être enterré, ni dépassé du
niveau du sol.
• Arrosez au pied après la plantation.
Renouvelez votre fraiseraie tous les 3 ou 4 ans.

Associations recommandées
Les fraisiers apprécient le voisinage des salades, oignons ou encore de l'ail.

Fertilisation
Le fraisier apprécie un sol riche en humus. Chaque année, apportez du compost.

Entretien :
Paillez avec des écorces ou épines de résineux ;
Coupez les stolons inutiles (ne conservez que ceux qui comblent un vide ou destinés à être transplantés) ;
Arrosez au pied.

Protections naturelles des cultures


Nous ne sommes pas les seuls à aimer les fraises : les limaces ou les oiseaux en raffolent également...
Limaces
Le plus grand prédateur de limaces est le hérisson. Favorisez sa venue dans votre jardin en disposant ici et là quelques
tas de branchages.
Si des fougères sont présentes dans les bois alentours, utilisez leurs feuilles entières pour entourer les cultures sensibles,
les limaces ne franchiront pas cette barrière naturelle.
Une autre technique efficace consiste à poser des planches à même le sol. Les limaces iront s'y réfugier et vous
pourrez alors les récupérer facilement pour les éliminer...ou les amener chez votre voisin (seulement si vous êtes en
froid avec lui évidemment !).
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 130

En dernier recours, utilisez du Ferramol, un anti-limaces biologique, le seul à préserver ses prédateurs.
On trouve aujourd'hui des barrières à limaces (voir ici par exemple). J'avoue ignorer si c'est réellement efficace et cela
me semble relativement cher...
Par contre évitez absolument les pièges à bières. Des études ont en effet montré leur efficacité, à tel point qu'elles
attirent des limaces de très loin...limaces qui ne seraient jamais venues dans votre potager sans ces « pièges ». Cela ne
fait donc qu'augmenter la population de limaces !

Oiseaux
Placez des épouvantails ou de vieux CD près de la plantation.
La pose d'un filet en période de maturation des fruits demeure la solution la plus efficace.

Thrips
La prolifération de cet insecte est favorisée par un temps chaud et sec.
On observe alors des colonies de ce petit insecte et de ses larves (claires) sous les feuilles.
Des pulvérisations de répulsifs naturels - infusion de tanaisie ou décoction d'ail (en bordure de la culture sinon gare au
goût...) - sont en général suffisantes pour éloigner cet insecte.

Outre les dégâts dus aux animaux, les fraisiers sont également sensibles à quelques maladies cryptogamiques...
Nous n'entrerons pas ici dans le détail des nombreuses maladies cryptogamiques pouvant atteindre une fraiseraie mais,
outre la culture sur buttes, je vous conseille d'effectuer des traitements préventifs de décoction de prêle ainsi que de
bicarbonate de soude.

La maladie des taches pourpres


Cette maladie se caractérise par de nombreuses taches circulaires (de 2 à 5 mm) rouges ou brunes sur le feuillage et est
favorisée par l'humidité du sol. La culture des fraisiers sur des buttes devrait en empêcher le développement.

Récoltes
Les fraises, pour dégager toute leur saveur, se récoltent bien mûres...mais surveillez-les de près, la concurrence est
rude !
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 131

Framboisier

Le framboisier pousse sur tous types de sols. Il apprécie particulièrement les sols légers riches en humus.

Multiplication :
Le framboisier se multiplie par séparation de drageons ou bouturages.

Prélèvement des drageons


Les drageons sont des pousses de l'année sur laquelle on conserve une partie du système racinaire.
Pour se faire, en hiver, évacuez la terre autour d'un pied et coupez la racine au sécateur.

Boutures
Au mois de novembre, prélevez des jeunes rameaux de 1 an.
Divisez ces rameaux en boutures de 20 à 30cm (avec au moins 2 yeux).

Plantation
Plantez les drageons ou les boutures en ligne distantes de 1m50 environ en espaçant les plants de 60 cm au moins sur la
ligne.

Fertilisation :
Avant la plantation, incorporez au sol au moins une brouette de compost mûr pour 10 m2 (ou une bonne pelletée par
pied).
Renouvelez cet apport tous les automnes.

Entretien :
Vous pouvez palisser les cannes sur un fil de fer fixé à 1m20-1m50 (selon la vigueur de la variété) et tendus entre 2
piquets.
Au printemps, désherbez à la main (évitez absolument le travail du sol avec un motoculteur, vous risqueriez de blesser
les racines) puis paillez abondamment.
Supprimez les rejets qui sortent du rang, du moins si vous voulez limiter la propagation des framboisiers dans votre
potager.

Taille
D'une manière générale, la taille consiste à éliminer les rameaux faibles (ne garder que 10 à 15 pousses par mètre
linéaire) et les parties ayant fructifié.
On distingue les framboisiers remontants (production en été puis en automne) des framboisiers non remontants (une
seule période de production en fin de printemps ou en début d'été selon les variétés) :

Framboisiers remontants:
• Au mois d'août, supprimez les rameaux faibles.
• En hiver, taillez les framboisiers en dessous de la partie ayant fructifié en septembre-octobre.
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 132

Framboisiers non-remontants :
En hiver, rabattez au raz du sol les rameaux ayant fructifié.

Protections Naturelles des Cultures :

Maladies cryptogamiques
Les champignons à l'origine de maladies sur les framboisiers apparaissent surtout dans les sols lourds.
A titre informatif, et pour vous permettre de les identifier au cas où, voici les symptômes des principales maladies
cryptogamiques liées aux framboisiers :
La brûlure des dards : apparition de tache rouge-brun à violet sur les rameaux (en particulier à hauteur des bourgeons),
la base des rameaux prenant quant à elle une coloration anormalement claire. Les tissus atteints se déchirent et la pousse
se dessèche.
La fusariose : les feuilles et les extrémités des pousses fructifères jaunissent et fanent rapidement. Les jeunes plants
meurent très rapidement.
Des traitements préventifs à la décoction de prêle et au bicarbonate de soude sont recommandés
Ravageurs
2 ravageurs peuvent causer de sérieux dégâts sur les framboisiers...

Le ver des framboisiers : il s'agit d'un coléoptère gris-brun, de forme ovale et mesurant environ 5mm. Ses vols on lieu
en mai-juin et il pond ses œufs sur les fleurs en juin-juillet. Les larves opèrent leur nymphose sur l'écorce. Le ver des
framboisiers hiverne dans le sol.
Les adultes rongent à peu près toute la plante, des bourgeons aux fruits verts, en passant par les fleurs ou les
feuilles...alors que les larves se délectent de la chair des fruits mûrs...
En préventif, il est important de bien couvrir le sol. Vous pouvez également semer des myosotis au pied (effet répulsif).
En cas d'attaque, faites tomber les coléoptères dans un réceptacle et éliminez-les !

Le phytopte de la ronce est un acarien à la peau blanche (pas observable à l’œil nu) hivernant dans l'écorce et sous les
bourgeons. En début de végétation, il va sur les feuilles puis sur les boutons et les fleurs. Les fruits des pieds infestés
gardent une couleur claire et ne mûrissent pas.
Une couverture du sol avec un compost de feuilles serait efficace en préventif. Pulvérisez également une décoction de
tanaisie après la taille et au début du printemps.

Récoltes
Les fruits se récoltent bien mûrs.
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 133

Groseillier à grappes

Le groseillier à grappes préfère de loin les sols lourds (argileux) aux sols plus légers (sableux) dans lesquels la culture
peut être délicate.

Multiplication.
Le groseillier à grappes se multiplie de différentes façons :

Marcottage
• Buttez la touffe mère : les rejets s'enracineront ;
• Séparez ces rejets du pied mère et transplantez-les en place définitive pendant le repos végétatif (hiver) à 1m20
– 1m50 de distance.

Bouturage en hiver
• en automne, choisir des rameaux fertiles de 1 an ;
• sectionnez ces rameaux en boutures de 15 à 25 cm ;
• plantez-les en jauge en les inclinant et en les enterrant profondément (ne laissez que 2 à 4 yeux sortir de terre).
Ce sont les yeux enterrés qui donneront des rejets ;
• au printemps, repiquez les boutures en pépinière ;
• mettez-les en place définitive (à 1m20 – 1m50 de distance) de l'automne au début du printemps suivant.

Fertilisation
Le groseillier se contentera d'une pelletée de compost mûr apporté à ses pieds chaque année.

Entretien
Le groseillier sera mené en buisson en forme de gobelet ouvert, en aérant le centre de la touffe. Les tailles s'effectuent
de préférence en janvier-février :
La première année, laissez le plant se développer ;
la deuxième année, taillez les nouvelles pousses à 3 ou 4 yeux (d'où se développeront de nouvelles pousses) ;
Par la suite, on évidera le centre de la touffe et on supprimera les vieilles branches (4 – 5 ans) au profit de nouvelles
ramifications.
Désherbez au pied et paillez.
Apportez du compost mûr (une bonne pelletée par pied) au pied à chaque automne.

Protections des Cultures


Voyons quelques unes des nombreuses maladies pouvant affecter le groseillier :
Oïdium
Le groseillier est particulièrement sujet à l'oïdium (le feuillage se couvre d'un feutrage blanchâtre).
En préventif, pulvérisez une décoction de prêle (voir la préparation).
Évitez le soufre, habituellement recommandé contre l'oïdium, car le groseillier le supporte très mal.
Certaines variétés sont réputées plus résistantes.
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 134

Le gris du groseillier
Cette maladie cryptogamique est très proche de l'oïdium.
Je ferais donc les mêmes recommandations.

L'anthracnose du groseillier
Cette maladie est également causée par un champignon. On observe d'abord des taches rouges puis brunes puis le limbe
des feuilles s'enroule et se dessèche, provoquant la chute prématurée de celles-ci.
Seule la bouillie bordelaise semble efficace pour venir à bout de ce champignon pathogène.

La sésie du groseillier
Il s'agit d'un lépidoptère dont la chenille creuse des galeries dans les rameaux, provoquant le dessèchement de ceux-ci.
Supprimez les rameaux les plus âgés et ceux qui se dessèchent.
Pulvérisez de l'infusion de tanaisie au mois de mai (période de ponte) pour éloigner cet indésirable.
En curatif, pulvérisez une préparation de savon noir (30g par litre d'eau) à plusieurs reprises pendant le mois de juin.

Récoltes
Les fruits sont mûrs de la fin juin à la mi-août, selon la variété et les conditions (climat, sol, exposition).
Récoltez en détachant les grappes parfaitement mûres en ayant soin de ne pas abîmer les boutons avoisinants.
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 135

Groseillier à maquereau

Le groseillier à maquereau s'adapte aux différents climats sous nos latitudes. Toutefois, dans le midi de la France, il est
préférable de le cultiver à mi-ombre, d'autant plus si le sol est sablonneux et sec. Ailleurs, préférez des zones
ensoleillées et aérées.
Il apprécie particulièrement les zones semi-montagneuses.
Il préfère de loin les sols lourds (argileux) aux sols plus légers (sableux) dans lesquels la culture peut être délicate.

Multiplication.
Le groseillier à maquereau se multiplie de différentes façons :
Marcottage par couchage en février-mars :
• creusez une petite tranchée autour d'un pied-mère ;
• couchez-y des rameaux du pied-mère en les maintenant à la base au sol avec des crochets ;
• relevez et maintenez l'extrémité de ces rameaux avec des petits tuteurs ;
• recouvrez la base de bonne terre ;
• arrosez régulièrement pendant toute la végétation ;
• à la chute des feuilles, les marcottes sont normalement enracinées : elles peuvent alors être séparées du pied-
mère et plantées ailleurs (à 1m50 de distance en tous sens).

Bouturage en hiver :
• prélevez des boutures à talon ou en crossette ;
• mettez-les immédiatement en pépinière en les enterrant au moins au 2/3 ;
• elles vont s'enraciner dans l'année : elles pourront alors être mises en place définitive à l'hiver suivant.
Notez que la multiplication par greffe est également possible, mais c'est plus complexe et sans intérêt réel.

Fertilisation
Apportez du compost mûr (une bonne pelletée par pied) au pied à chaque automne.

Entretien
Le groseillier à maquereau sera mené en buisson en forme de gobelet ouvert, en aérant le centre de la touffe.
Concrètement, on supprime, après la fructification (août), les branches du centre ainsi que les rameaux les plus âgés (4
ans et plus).
Désherbez au pied et paillez.

Protections des Cultures


Voir la fiche de culture des groseilliers à grappe

Récoltes
Les fruits sont mûrs en juillet-août, selon la variété et les conditions (climat, sol, exposition).
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 136

Haricot Vert

Le haricot vert peut se contenter d'un sol pauvre. Il redoute par contre les sols froids et humides ainsi que le calcaire.

Multiplication :
Pour germer, le haricot nécessite une température du sol au moins égale à 10°C.
Aussi, il est inutile de semer trop tôt au printemps. Sauf dans les régions méridionales ou les semis peuvent être
effectués dès le mois d'avril, semez en pleine terre à partir de la mi-mai et jusqu'à la fin juillet.
Si le temps est sec, arrosez le fond des sillons (ou des poquets) quelques heures avant le semis. Abstenez-vous d'arroser
si la terre est humide.
Les semis s'effectuent sur des lignes distantes de 40-50 cm (variétés naines) à 75 cm (variétés à rames) soit en ligne, soit
en poquet :
• Semis en ligne : creusez un sillon de 3 cm de profondeur environ. Déposez-y une graine tous les 5 cm.
Refermez le sillon.
• Semis en poquet : creusez des petits trous de 3 cm de profondeur et distants de 35 cm environ sur la ligne.
Déposez 7 ou 8 grains au fond de chaque poquet. Refermez.

Associations recommandées :
Le haricot peut être associé à de nombreuses cultures : pommes de terre, maïs, concombres, salades, céleris, carottes,
choux, poireaux...

Fertilisation :
Dans un sol correctement entretenu aucune fertilisation n'est nécessaire pour une culture de haricots verts.
Sachez également que le haricot ne supporte pas la matière organique mal décomposée. Aussi, évitez tout apport de
fumier ou de compost demi-mûr

Entretien :
Binez juste après la levée ;
Lorsque les 2 premières feuilles vraies sont développées, buttez ;
Si le sol est encore froid, binez à nouveau environ 1 semaine après le buttage, sinon paillez directement - Le système
racinaire des haricots restant en surface, évitez le travail du sol lorsque les plants sont déjà bien développés, vous
risqueriez de blesser les racines.
Arrosez au pied (évitez au maximum de mouiller le feuillage) tous les 4/7 jours avant paillage puis tous les 7/10 jours
selon le temps.
Pour les variétés grimpantes (haricots à rames), placez les perches (branches de noisetiers, de frênes, bambous...de 2 à 3
m de long) tous les 25/30 cm en les enfonçant dans le sol, croisez-les à leur sommet puis attachez-les entre elles.

Protections naturelles :
La culture de haricot, bien que se déroulant en général sans trop de souci, peut être attaquée par des ravageurs et sujette
à de nombreuses maladies, certaines relativement anodines, d'autres beaucoup plus préjudiciables pour la culture.
Voyons ces dernières :

La mouche des semis


La levée est irrégulière, les cotylédons (2 premières feuilles) sont rongés et tachés de roux. Ce « nuisible » apparaît dans
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 137

des sols contenant des résidus végétaux non ou mal décomposés. Il est donc essentiel d'agir en préventif en éliminant
tous les résidus (ratissage minutieux) avant tout semis de haricot.
Vous pouvez également pulvériser sur le sol avant le semis une infusion de tanaisie.

La fonte des semis


La levée des plants est irrégulière. Les jeunes plants sont tachés de brun-rouge et sont abîmés au collet. Cette maladie
est causée par un champignon apparaissant en cas de trop forte humidité. Il faut donc éviter les arrosages trop fréquents.
Un apport de charbon de bois incorporé à la terre avant le semis aurait également un effet préventif.
Mais il est surtout important de respecter une rotation de 5 ans avant de semer à nouveau des haricots au même endroit.

L'anthracnose du haricot
Causée par un champignon, cette grave maladie du haricot se transmet par les semences et est favorisée par l'humidité et
une relative fraîcheur (les spores germent à une température comprise entre 14 et 27°C).
Les symptômes sont multiples : chancres noirâtres sur les jeunes plants, nécroses sur les nervures des feuilles, taches
noirâtres de formes allongées sur les tiges, taches noirâtres arrondies sur les gousses avec présence de pustules roses,
taches brunes sur les graines (visibles uniquement sur les graines de couleur claire).
En préventif, il est essentiel de ne pas apporter de fumure organique et de respecter une rotation de 3 ans minimum
entre 2 cultures de haricots.
Choisissez des variétés non sensibles à l'anthracnose (les semenciers fournissent en général cette indication). Si vous
conservez vos graines pour la reproduction, récoltez uniquement sur des plants sains et éliminez toutes les graines
tachées.
N'intervenez jamais sur une culture de haricots lorsque le feuillage est mouillé, cela favorise la propagation des
spores du champignon.
Pulvérisez une décoction de prêle lorsque le temps est humide et la température comprise entre 14 et 27°C.
En curatif :
Brûlez systématiquement les plants attaqués (ne les ajoutez pas au compost) ;
Pulvérisez éventuellement de la bouillie bordelaise plusieurs fois jusqu'à la floraison.

D'autres maladies comme l'oïdium, la rouille du haricot ou encore la sclérétiniose peuvent se déclarer plus rarement...

Récoltes :
Récoltez régulièrement (tous les 3 jours environ en pleine production) avant que les fils ne se forment. Les variétés
mange-tout peuvent être récoltées moins régulièrement (si vous pensez avoir du mal à visiter votre potager aussi
régulièrement, il faudra peut-être privilégier une variété mange-tout).
Vous pourrez, en fin de culture, laissez grossir les gousses pour récolter des haricots secs ou pour conserver les grains
en vue de la saison prochaine.
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 138

Laitue

Les laitues s'adaptent à tous types de sol, mais attention aux chevreuils et autres animaux sauvages.
Le meilleur moyen que j'ai trouvé à ce jour consiste à entourer mes salades de rubans de travaux rouges et blancs (2
bandes , l'une à environ 5 cm du sol, l'autre à 80 cm). Ces bandes claquent au vent et semblent effrayer les
chevreuils …
Il existe de nombreuses variétés de salades permettant de varier les plaisirs à l'infini :
– les laitues : les laitues pommées, les laitues batavias, les laitues romaines et les laitues à couper comptent
chacune de nombreuses variétés ;
– les chicorées (scaroles, frisées et chicorées sauvages), mais aussi la mâche, le pissenlit, le pourpier, la roquette
ou le cresson complètent la panoplie des salades, notamment pour les récoltes hivernales.
Notamment pour les cultures d'été, essayez de repérer celles qui résistent le mieux à la montée à fleurs chez vous (ces
variétés diffèrent d'un terrain et d'un climat à un autre).

Multiplication :

Semis
Semez uniquement en lune décroissante, ceci afin d'éviter une montée à fleurs prématurée !
Semez tous les 15 jours/3 semaines pour échelonner les récoltes.
Les laitues se sèment pratiquement toute l'année :
• dès janvier-février : semez des variétés de printemps sous châssis ou sur couches chaudes ;
• de mars à juin : semez des variétés de printemps puis d'été, soit en pépinière, soit directement en pleine terre ;
• en juillet-août : semez des variétés d'automne (ce sont les semis les plus difficiles à réussir, les graines ne
germant plus lorsqu'il fait trop chaud – des ombrages peuvent alors être nécessaires) ;
• en août-septembre : semez en pleine terre des variétés d'hiver à récolter en fin d'hiver et début de printemps.

Plantation
Plantez (ou éclaircir pour les semis directs) en espaçant à 30-40 cm en tout sens
Lors de la plantation, le collet ne devant pas être enterré mais au contraire « flotter au vent ».

Associations recommandées :
Les salades, du fait de leur croissance rapide, peuvent s'associer, en cultures intercalaires, avec de nombreux légumes :
betteraves, carottes, céleris, choux, concombres,fèves, haricots, melons, oignons, poireaux, pois, radis, tomates...

Fertilisation :
Les salades ont besoin d'une fumure équilibrée pour se développer correctement. Un peu de compost mûr (elles
supportent mal les matières organiques mal décomposées) incorporé en surface peu avant la plantation suffira à la
production de belles salades.

Entretien :
Sarclez et binez rapidement après la plantation (ou la levée du semis si vous semez directement en pleine terre).
Paillez.
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 139

Arrosez régulièrement pour éviter une montée en fleurs prématurée. Notez que les salades, contrairement à la plupart
des autres légumes, apprécient un arrosage par aspersion.
Petite astuce d'anciens : quand des arrosages sont annoncés, arrosez ! En effet, le temps orageux favorise la montée en
fleurs, arroser peu avant permet d'éviter cela.

Protection des cultures


Limaces
Les limaces constituent le principal problème pour les cultures de salades.
• Entourez vos plants avec des feuilles de fougères fraîches. Renouvelez ce barrage naturel dès que que la
période devient pluvieuse.
• Placez des planches de bois dans votre jardin (pas trop loin, mais pas trop près non plus de vos planches de
choux). Les limaces iront s'y réfugier et vous n'aurez qu'à visiter régulièrement le dessous des planches pour
éliminer ces indésirables.
• Voir également ici.

Récoltes :
Les salades se récoltent au fur et à mesure de vos besoins.

Pour avoir des salades pratiquement toute l'année, il est impératif de semer régulièrement (tous les 15 jours/3 semaines)
en quantité correspondant à vos besoins pour une telle période.
Semez des variétés différentes afin d'échelonner les récoltes.
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 140

Mâche
La mâche résiste très bien aux gelées mais craint la chaleur.
S'adaptant à tous types de sols, il convient néanmoins de maintenir le sol indemne d'adventices.
On distingue 2 types de mâches :
les variétés à développement important, moyennement résistantes au froid : mâche à grosse graine, d'Italie, Valgros...
Les variétés à petit développement, beaucoup plus résistantes au froid : verte d'Etampes, ronde maraîchère, verte de
Cambrai, Jade, verte à cœur plein...

Semis
Les semis sont effectués à la volée ou en ligne espacée de 15/20 cm et à 0,5/1 cm sur la ligne, en terre rassise (c'est à
dire qu'il ne faut pas préparer la terre juste avant le semis, mais au contraire, lui laisser le temps de se restructurer) :
• pour les variétés à développement important : de la mi-juillet à la fin août (récoltes à l'automne) ;
• pour les variétés à petit développement : en août et jusqu'à la mi-septembre (récoltes pendant tout l'hiver).

Associations recommandées
Afin de bénéficier de leur ombrage (ce qui favorisera la levée), on peut semer la mâche entre les cultures à
développement vertical en place en fin d'été: tomates, concombres, aubergines, poivrons, choux, ou encore les poireaux.

Fertilisation
La mâche est peu exigeante. Aucune fertilisation complémentaire n'est en général nécessaire.

Entretien de la culture
Le sol doit être maintenu propre par des désherbages méticuleux.
Des arrosages réguliers sont importants pour maintenir une certaine fraîcheur dans le sol.

Protections naturelles
Voici les principaux problèmes que l'on peut rencontrer avec une culture de mâche :
La fonte des semis
Cette maladie est causée par un champignon apparaissant en cas de trop forte humidité. Les plantules meurent
rapidement et l'on peut observer une nécrose sur les racines.
Arrosez abondamment mais de façon suffisamment espacée .
En préventif, trempez les semences dans une décoction de prêle non diluée préparée avec 50 g de plante fraîche pour 1
litre d’eau.
Un apport de charbon de bois incorporé à la terre avant le semis aurait également un effet préventif.
Le mildiou
Cultiver sous abri suffit en général à résoudre ce problème.
Évitez absolument les apports trop azotés mais préférez une fertilisation équilibrée à base de compost.
Des apports de feuilles d'orties et de consoudes à la plantation, mais également en pulvérisation, renforceront la plante.
De même, des traitements avec une décoction de prêle ainsi qu'au bicarbonate de soude protègent préventivement
contre les maladies cryptogamiques (champignons) telles que le mildiou.
L'oïdium
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 141

Pour prévenir l'oïdium, évitez les fumures mal décomposées (fumiers frais notamment), plantez suffisamment espacé et
aérez régulièrement les serres.
La décoction de prêle pulvérisée en préventif est utile mais a un effet limité en conditions particulièrement favorables à
la propagation du champignon.
La lutte directe se fait principalement par pulvérisation de soufre (autorisé en bio, mais personnellement je n'en utilise
pas...).

Récoltes
Les récoltes se font au fur et à mesure des besoins. Pour les variétés à grosses graines, couper au dessus du collet : de
nouvelles rosettes se formeront.
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 142

Maïs

Le maïs apprécie la chaleur. Attendez que le sol soit suffisamment réchauffé pour le semer.

Multiplication :
Semez directement en place dès la fin avril et jusqu'à la mi-juin (voire mi-juillet dans le midi) :
• sur des lignes écartées de 50 cm et à 15 – 20 cm de distance sur la ligne ;
• ou en poquets de 3 graines tous les 30 cm.
Les graines sont enterrées (ou placées au fond d'un sillon préalablement tracé) de 3 cm environ.

Associations recommandées :
L'association la plus répandue, appelée Les 3 sœurs, rassemble maïs, haricots et courges.
Des semis de mâche ou d'engrais verts peuvent également être effectués entre rangs de maïs

Fertilisation :
S'adaptant à tous types de sol, le maïs apprécie demande un sol bien ameubli et riche en humus.
Je vous recommande d'effectuer, avant la culture, un apport de compost mûr en quantité modérée .

Entretien :
Binez et buttez régulièrement et rapidement.
Buttez puis paillez (évitez absolument les binages tardifs car vous risquez alors de blesser un système racinaire
superficiel).

Récoltes :
Le maïs se récolte en septembre-octobre avant totale maturité (sans être encore dur, le contenu du grain ne doit plus non
plus être liquide...)
On récolte 1 ou 2 épis par pied...
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 143

Melon

Le melon est exigeant en chaleur et en matières organiques.

Multiplication :

Semis
Semez de mars à mai au chaud en godet (8x8 cm minimum) en plaçant 3 graines par godet (vous ne garderez que le plus
beau plant après la levée).
Les godets seront placés soit sur couche chaude soit dans une serre. A défaut, il sera préférable d'acheter des plants.

Plantation
Plantez à partir de la mi-mai en extérieur (dès avril sous serre) lorsque le sol est suffisamment réchauffé (12°c
minimum) et par beau temps.
Plantez sur lignes espacées de 1m20 et à 75 cm sur la ligne.
Arrosez modérément au pied, sans mouiller le feuillage.
Entourez les jeunes plants par des feuilles de fougères (ou à défaut de la cendre de bois, à renouveler après chaque
pluie) pour les protéger des limaces.
Paillez ou plantez sur plastique noir.
Personnellement, et bien que cette solution ne me satisfasse pas complètement d'un point de vue écologique, je plante
toujours les melons sur plastique noir. C'est souvent la meilleure solution pour permettre un bon mûrissement des fruits.

Associations recommandées :
Des lignes de maïs orientées nord-sud en alternance avec les lignes de melon pourront être utiles comme brise-vent.

Fertilisation :
Préparez avant la plantation des trous et remplissez les de compost bien mûr.
Ajoutez-y éventuellement de la cendre de bois (potasse indispensable pour la formation des fruits).

Entretien :
Si la culture est paillée ou bâchée, les travaux d'entretien se limiteront aux arrosages (réguliers mais modérés, sans quoi
les melons n'auront aucun goût) et à la taille ( je vous suggère de faire des tests comparatifs : pieds taillés et pieds non
taillés)
Il y a plusieurs façons de tailler les pieds de melons. Voici celle que je vous recommande :
1. Lorsque 4 feuilles vraies sont développées, coupez la tige principale après la deuxième feuille vraie, ce qui
donnera naissance à deux pousses ;
2. Taillez chacune des 2 tiges résultant de la première taille après la 6ème feuille ;
3. Gardez au maximum 4 fruits par pied (supprimez ceux en excès) et rabattez les tiges 2 feuilles après les fruits.

Protections naturelles des cultures :


Le melon est une culture sensible aux maladies cryptogamiques et attire de nombreux nuisibles. Nous allons voir ici les
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 144

difficultés les plus couramment rencontrées :

Maladies cryptogamiques
D'une manière générale, évitez les engrais trop azotés (guano, purin d'ortie...) mais privilégiez une fumure équilibrée
(compost bien mûr).

La fonte des semis : les jeunes plantules meurent rapidement et l'on peut observer une nécrose des racines. Respectez
une période de rotation de 5 ans entre 2 cultures de melons. Les traitements préventifs cités pour l'oïdium (ci-dessous)
sont également valables contre la fonte des semis.
L’oïdium : les melons sont particulièrement sensibles à l'oïdium, un champignon sévissant par temps humide et chaud
(ce qui est le cas chez vous...) et se manifestant par des taches circulaires blanchâtres et poudreuses sur les feuilles (qui
se dessèchent rapidement). Des pulvérisations répétées et alternées de décoction de prêle et de bicarbonate de soude
auront une action préventive normalement efficace. En cas d'attaque non maîtrisée, l'utilisation de soufre pourra s'avérer
nécessaire...
L'anthracnose : les feuilles se dessèchent et l'on observe des taches brunâtres de 1 à 2 cm sur les fruits. Cette maladie
cryptogamique sévit principalement à la suite de pluies froides en mai-juin. Appliquez là aussi les mêmes traitements
préventifs que pour l'oïdium.

Ravageurs
Les pucerons : lorsque les pucerons sont présents, les feuilles se crispent. Pulvérisez alors du savon noir dosé à 15/30 g
par litre d'eau.
Le tétranyque tisserand : il s'agit d'un acarien de la taille d'une tête d'épingle colonisant la face inférieure des feuilles et
se déclarant par temps sec et chaud (en particulier sous serre). On peut observer de petites toiles d'araignée et le
feuillage se dessèche. Si les conditions sont propices (temps chaud et sec), il est conseillé d'asperger régulièrement le
feuillage avec de l'eau (mais cette technique peut engendrer des maladies cryptogamiques...). Une bonne aération est
également primordiale, en particulier pour les cultures sous abri.

Récoltes :
La qualité du melon dépend pour beaucoup du moment de la récolte.
Celle-ci doit donc être effectuée à maturité parfaite, c'est-à-dire lorsque le point d'attache du pédoncule se cerne et que
le fruit commence à changer de couleur. Le fruit doit alors peser plus lourd et le parfum être déjà développé...

Un pied de melon donnera en moyenne de 2 à 4 fruits...


Mon Potager au Naturel – Édition 2020 145

Myrtillier
Le myrtillier exige un sol acide.
Il affectionne les situations bien ensoleillées mais supporte un peu d'ombrage.
C'est un arbrisseau résistant au froid et aux gelées printanières.

Multiplication
Le myrtillier se multiplie facilement à l'automne ou au printemps :
• par éclat de touffe (avec racines) ;
• par marcottage (couchez simplement une longue tige et recouvrez-la de terre. L'année suivante, séparez ce
nouveau plant) ;
• par bouturage en mars-avril.

Distance de plantation : 1m20 à 1m50.

Fertilisation
Apportez du compost mûr avant la plantation, puis tous les ans (à l'automne) au pied.

Entretien
Paillez avec des matériaux acides (BRF, écorces ou épines de résineux).
Supprimez les vieilles branches et aérez le centre de la touffe.
Paillez avec des matériaux acides (BRF, écorces ou épines de résineux).
Supprimez les vieilles branches et aérez le centre de la touffe.

Protections des cultures


Les oiseaux raffolent des myrtilles. Des filets de protection sont souvent nécessaires.
Sinon, les problèmes sont peu nombreux. Citons toutefois la chenille arpenteuse qui dévore les feuilles.
Essayez de la tenir à distance avec une infusion de tanaisie.

Récoltes
Les récoltes ont lieu de la fin juin à septembre (selon la variété et le climat) et s'étale sur plus ou moins un mois.
Un pied en pleine production donnera de 2 à 4 kg de fruits.
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 146

Navet

Redoutant la chaleur et la sécheresse mais également les fortes gelées, le navet est surtout cultivé en demi-saison
(printemps et automne).

Multiplication
Les navets se sèment directement en pleine terre (ou sur couches) sur des lignes espacées de 20 à 30 cm :
• Semis de printemps sur couches : en février
• Semis de printemps en pleine terre : de la mi-mars à la fin avril
• Semis de fin d'été : au mois d'août
• Lorsque les plants ont 2 feuilles vraies, les semis sont éclaircis à 10/15 cm selon les variétés.

Associations recommandées
Le navet apprécie le voisinage des carottes, des salades, des tomates (protection contre la mouche du chou) ou encore
des pois.

Fertilisation
Dans une terre correctement entretenue en bio, aucun apport complémentaire ne devrait être nécessaire.

Entretien
Binez et sarclez ;
Arrosez régulièrement, sinon les navets seront filandreux ;
Paillez éventuellement, mais légèrement (attention aux rongeurs).

Protections des cultures

La fonte des semis


Causée par divers champignons, la fonte des semis peut causer la mort des plantules. Les moyens d'action sont
préventifs :
• Éviter les excès d'humidité lors des semis ;
• Respecter une période de rotation de 4 ans pour la même culture ;

• Traitez préventivement le sol avec une décoction de prêle non diluée.

Les altises
L'altise est un petit insecte (coléoptère) sévissant en période de chaleur et de sécheresse.
Il s'attaque aux feuilles, les perforant de multiples trous et nuisant ainsi à la croissance du plant.
Les moyens de lutte sont avant tout préventifs :

• Maintenez le sol et le feuillage humides ;

• Dispersez des tiges de genêts ou de romarin au sein de la culture (effet répulsif) ;


Mon Potager au Naturel – Édition 2020 147

• Pulvérisez une décoction de tanaisie ;

• Placez un filet anti-insectes dès la levée ;

La mouche du chou
Il s'agit d'une mouche minuscule (6 à 8 mm) dont la femelle vient pondre ses œufs sur le collet, en particulier au
printemps et à l'automne.
Dès l'éclosion, les larves (des asticots) s'enfoncent dans le sol et creusent des galeries dans les racines (la partie
consommable du navet...)
3 semaines après, elles se transforment en pupes (dans le sol) qui donneront naissance à une nouvelle génération...
Il faut là aussi agir en préventif :

• Évitez les fumures mal décomposées ;

• Favorisez les prédateurs naturels (carabes, staphylins) en développant une grande biodiversité ;

• Associez la culture de navets avec des plants de tomates ;

• Épandez des branches de tanaisie, d'absinthe ou de livèche au sein de la culture ;

• Buttez légèrement la culture pour empêcher les mouches de venir pondre sur le collet ;

• Placez un filet anti-insectes.

Récoltes
Les navets de printemps sont récoltés jeunes, avant qu'ils ne durcissent.
Les navets destinés à la conservation hivernale sont récoltés en octobre/novembre.
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 148

Oignon

L'oignon s'adapte à tous les climats et a peu de besoins en terme de fertilisation.

Multiplication :
On distingue les oignons blancs, destinés à la consommation en frais au printemps, des oignons de couleur, pour la
conservation.

Les oignons blancs


Semez en pépinière – à la dose de 5 g par m2 – durant la deuxième quinzaine d'août.
Lorsque les plants atteignent 15 cm (entre la mi-octobre et mi-novembre), plantez-les en ligne distantes de 15/20 cm à 8
cm sur la ligne. Enterrez les plants à 2-3 cm en bornant fermement (tassez autour du plant).
Vous pouvez également semer directement en ligne (mais ce n'est pas forcément facile à gérer) et, plus sûr, planter des
bulbilles (voir ci-dessous) soit à l'automne, soit en fin d'hiver/début de printemps.

Les oignons de couleur


2 possibilités s'offrent à vous :
Semis
Semez en place de la fin février à début avril sur des lignes espacées de 20-25cm.
Éclaircissez à 7-8cm (vous pouvez repiquer ailleurs - ou combler les trous - les plants supprimés).
La levée des oignons est longue. Je vous conseille de sarcler rapidement (dès la levée).
La plantation de bulbille est plus aisée...

Plantations de bulbilles
Plantez dès la première quinzaine de mars à 12 cm d'espacement sur des lignes écartées de 20 cm.
Procédez en enfonçant les bulbes à 2-3 cm de profondeur maximum.
Notez que les oignons issus de bulbilles sont en général plus gros que ceux issus de semis, mais ils se conservent moins
bien.

Associations recommandées :
Alternez les lignes d'oignons avec des lignes de carottes (même effet que le poireau).
L'oignon apprécie également le voisinage des salades ou des betteraves mais redoute celui des pois ou haricots.

Fertilisation :
En règle générale aucune fertilisation complémentaire n'est nécessaire.

Entretien
Les cultures d'oignons doivent être régulièrement binées et sarclées.
Aucun arrosage n'est nécessaire.
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 149

Protections des cultures


L'oignon est peu sujet aux attaques. On peut toutefois être confronté aux problèmes ci-dessous :

Mouche de l'oignon
Les feuilles sont rongées et flétrissent...il s'agit sans doute de dégâts dus à la larve de la mouche de l'oignon.
La mouche, grise-jaunâtre ressemble à la mouche domestique et mesure environ 7 mm. La larve est blanche et brillante
et mesure de 5 à 8mm.
Seule la première génération (vols de la mi-avril à la fin mai) peut causer des dégâts importants, à savoir la destruction
du feuillage, et donc l'arrêt de croissance des plants.
Quelques règles préventives sont en général suffisantes pour éviter cela :

• Pratiquez une rotation de cultures ;

• N'utilisez surtout pas de fumier ou de purins pour vos cultures d'oignons ;

• Semez ou plantez tardivement (la sécheresse détruit les œufs) ;

• N'arrosez pas ;

• Associez vos cultures d'oignons avec des carottes.

• Couvrez avec un filet pendant la période des vols.


En cas d'attaque, pulvérisez pendant la période des vols (2 fois par semaine) une infusion de tanaisie. Arrachez et brûlez
les plants atteints.

Pourriture de l'oignon
Le champignon (botrytis) responsable de la pourriture de l'oignon pénètre dans le bulbe en fin d 'été mais ne se
manifeste que pendant la conservation.
Agissez en préventif :

• N'incorporez aucune fumure avant vos plantations d'oignons ;

• Traitez préventivement le sol avec une décoction de prêle non diluée ;

• Séchez totalement les bulbes après récolte.

Récoltes
Les oignons blancs se récoltent frais, au fur et à mesure de vos besoins.
Les oignons de couleur seront récoltés lorsque le feuillage est au 2/3 jauni (juillet-août). Conservez le feuillage et
laissez les oignons à sécher quelques jours au soleil avant de les rentrer dans un endroit frais et aéré pour la
conservation hivernale.
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 150

Oseille

L'oseille s'adapte à tous les climats mais apprécie un certain ombrage, qui les rend moins acide.
Également peu exigeante au niveau du sol, elle affectionne néanmoins les sols riches en humus et humides et redoute le
calcaire.
C'est une plante vivace ; il est donc recommandé de l'installer en bordure du potager.

Multiplication
L'oseille peut se multiplier par semis direct ou encore par plantation d'éclats de touffe.
Semis
Semez de mars à juin et éclaircissez, au stade de 4-5 feuilles, à 15-20 cm.
Les plants supprimés peuvent être repiqués.

Plantations
Plantez des éclats de touffe (avec racines) en mars-avril, là aussi à 15-20 cm.

Fertilisation
Un apport moyen (environ 30 kg pour 10m2) de compost mûr sera apprécié.

Entretien
Binez et sarclez régulièrement au début de la culture ;
Paillez pour maintenir une humidité suffisante ;
Arrosez régulièrement.

Protections Naturelles des Cultures


Le principal ravageur de l'oseille est un petit insecte nommé chrysomèle, qui peut détruire complètement une plantation.
Ce ravageur n'apprécie pas tellement l'humidité. Aussi, des arrosages réguliers sont fortement recommandés.
En cas d'attaque (vous remarquerez des feuilles perforées), coupez les feuilles à raz et arrosez ensuite au purin d'ortie
pour favoriser les repousses.
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 151

Panais

Le panais est une plante rustique très résistante au froid mais supportant mal la sécheresse.
Comme la plupart des légumes racines, le panais redoute les apports de matières organiques fraîches.

Semis
Les graines se conservent très mal. Utilisez des semences de 1 an pour vos semis.
Le panais se sème directement en pleine terre de février à juin, dans un sol suffisamment profond (afin de permettre le
développement de sa racine).
La levée est longue (3 à 4 semaines) et capricieuse. Le sol doit être maintenu constamment humide jusqu'au
développement des premières feuilles vraies. Il est également conseillé de recouvrir le semis d'un fin paillis d'herbes
fraîches.
On sème en lignes écartées de 30 cm puis on éclaircit à 15 cm sur la ligne au stade de 2 à 3 feuilles vraies.
Il est utile de semer des radis sur une ligne très légèrement décalée de celle du panais (2 ou 3 cm) pour marquer le rang
de panais et pouvoir ainsi sarcler entre ligne avant la levée.

Associations recommandées
L'association avec la carotte semble bénéfique.

Fertilisation
Un apport modéré de compost bien mûr pourra être utile.

Entretien
A l'instar des autres légumes racines, le panais n'apprécie guère la concurrence des herbes spontanées. Il convient donc
de maintenir le sol désherbé en opérant par des binages et sarclages successifs. Un paillage entre les lignes de culture se
révélera également très utile (attention toutefois aux rongeurs).
Comme nous l'avons vu plus haut, le panais supporte mal la sécheresse. Ainsi, en été, les arrosages devront être
réguliers et copieux. Il vaut mieux arroser tous les 7/10 jours (selon le sol et le climat) en quantité suffisante qu'arroser
un peu tous les jours (ce qui ne sert à rien).

Protections Naturelles des Cultures


Le panais est très rustique. Les maladies rencontrées sont très rares. Il semble toutefois que certaines variétés
de panais, comme le Hollow Crown, soient sensibles au chancre (un champignons qui crée des crevasses dans la
racine).
Si vous rencontrez ce problème, choisissez de préférence des variétés résistantes (Tender and True).

Récoltes
Le panais se conserve en terre tout l'hiver mais peut également être stocké en cave ou en silo, ou encore congelé entier.
Récolté après les premières gelées, sa chair devient plus sucrée (le froid transforme son amidon en sucre).
Le panais ne se pèle pas ; On le brosse simplement et on peut enlever sa fine peau très facilement après cuisson.
Pour éviter que sa chair ne noircisse au contact de l'air, on recommande de le cuire immédiatement après l'avoir coupé.
Le panais donnera une saveur particulière et sucrée à vos soupes, pots-au-feu, couscous. Il accompagne particulièrement
bien la viande de porc.
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 152

Poireau

Le poireau est un légume des climats tempérés très résistant au froid.


Le poireau apprécie un sol suffisamment travaillé en profondeur (20 à 30 cm sont toutefois suffisants).

Multiplication :

Semis
Des semis échelonnés (en tenant compte des caractéristiques des variétés) permettent d'avoir du poireau frais toute
l'année.
Le poireau peut-être semé directement en place mais sa culture monopolisera une surface conséquente pendant une
longue durée.
Je vous conseille plutôt de semer en pépinière, à la dose de 10 grammes de semences pour 1m2 de pépinière (ce qui
représentera environ 20 m2 de culture).
• Semez les poireau d'été sur couches chaudes en février – Récolte en juin/juillet
• Semez les poireaux d'automne (variétés précoces) en mars sous châssis ou tunnel froid. Il est possible de le
semer en extérieur dans les régions à climat doux. Vous pourrez récolter les poireaux d'automne à partir du
mois d'août et jusqu'en novembre.
• Semez les poireaux d'hiver en pleine terre en mai pour une récolte de décembre à avril.
• Enfin, les poireaux de printemps se sèment autour du 15 septembre directement en place. Éclaircissez à 5cm.
Vous pourrez alors récolter de petits poireaux appelés poireaux baguettes en mai-juin de l'année suivante.

Plantation
• Quand ils ont diamètre d'un crayon, arrachez les plants.

• Raccourcissez-les à la serpette ou au couteau (groupés en petites bottes) en coupant les feuilles à 15/20 cm et
les racines à 1 ou 2 cm.

• Laissez sécher les plants pendant environ 48h à mi-ombre. Cela permet de les renforcer contre les attaques du
ver du poireau ou encore de la mineuse (un ravageur causant bien des dégâts depuis quelques années).

• Avant la plantation, mettez les plants à tremper quelques instants dans un pralin (mélange de bouse de vache et
d'argile). Cela facilite la reprise après la plantation.

• Afin d'obtenir de longs fûts blancs, plantez les poireaux au fond d'un sillon profond de 15cm.

• Espacez les poireaux de 8 cm sur la ligne. Les lignes de culture sont espacées d'au moins 30 cm.

Associations recommandées :
Alternez les lignes de poireau avec des lignes de carottes (protection contre le ver du poireau (teigne) et éventuellement
de céleri.

Fertilisation :
Le poireau est un légume exigeant nécessitant une importante fumure organique. Il est peu tolérant au compost mal
décomposé, je vous conseille donc d'apporter, avant la plantation, un compost mûr en grande quantité (environ 50 kg
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 153

pour 10 m2).

Entretien :
Arrosez copieusement à la plantation.
Dès la reprise, sarclez entre les lignes tout en comblant le sillon. Désherbez manuellement sur la ligne.
Buttez largement pour favoriser le blanchiment des fûts.
Un paillage permettra ensuite de maintenir le sol frais (économie d'eau) tout en empêchant les adventices de se
développer.
Sinon, un autre sarclage 1 ou 2 mois après est suffisant. Une fois les plants bien enracinés, un léger enherbement entre
les lignes ne nuit pas à la culture, bien au contraire (couverture naturelle du sol, biodiversité...).
Arrosez régulièrement et copieusement si le temps est sec : tous les 8/10 jours sans paillage ; toutes les 2 ou 3 semaines,
voire moins souvent, avec paillage.

Protections Naturelles des Cultures :


Les principaux ravageurs du poireau sont :
Le ver du poireau (teigne) :
La larve est une petite chenille blanche-jaunâtre ou verdâtre avec des points noirs et des bandes claires. L'adulte est un
papillon aux ailes brunes tachetées de blanc et mesurant 15 à 20 mm. La larve cause des dégâts considérables en
creusant des galeries à l'intérieur du fût. L'association du poireau avec la carotte est bien connue des jardiniers bio. A
juste titre, car l'odeur de la carotte éloigne la teigne. Le céleri est semble t-il également efficace. Le séchage préalable
des plants, en atténuant l'odeur attractive du poireau) est également une bonne solution.
Des arrosages répétés avec du purin de prêle non dilué auraient également un effet répulsif...

La mineuse du poireau :
La larve de la mineuse est un petit asticot jaune pâle d'environ 6mm de long. L'adulte est une petite mouche à l'abdomen
jaune. Ce ravageur, apparu en France vers 2005, commence à causer de sérieux dégâts dans de nombreuses régions. On
peut observer des taches alignées et jaunâtres sur les plants atteints. Les feuilles externes sont abîmées et la plante
s'affaisse. En appliquant les techniques décrites ci-dessus pour la teigne, je n'ai jamais eu ce problème, contrairement à
certains voisins... j'ignore à ce jour si cela est lié aux précautions prises. On conseille de couper et de mettre les
poireaux atteints au congélateur.

Une autre technique efficace contre ces ravageurs consiste à placer un filet anti-insecte sur la parcelle de poireaux.
Rappelons que la diversité végétale ainsi qu'animale permet de limiter la prolifération des ravageurs.
Le poireau peut également être atteint par quelques maladies cryptogamiques (champignons) comme
l'alternariose (taches blanches en forme de losange sur les feuilles) ou la rouille du poireau (taches orangées,
décoloration du feuillage). Des traitements préventifs de décoction de prêle sont en général suffisants.

Récoltes :
Les poireaux peuvent se récolter toute l'année, au fur et à mesure des besoins. Vous pourrez toutefois en stocker pendant
quelques semaines en prévision de gelées durant un certain moment.
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 154

Pois

Le pois est très peu exigeant en éléments nutritifs et apprécie les sols bien ameublis en profondeur. Il ne supporte pas
l'excès d'humidité mais s’accommode en principe d'un sol calcaire. Les fumiers ou compost mal décomposés sont à
proscrire.
Un apport de cendres de bois ou autre engrais organique riche en potasse (vinasse de betterave) lui sera bénéfique.

Semis :
Résistant à de faibles gelées, on peut semer le pois tôt dans la saison :
Semez de la mi-février jusqu'à fin avril (le pois craignant la sécheresse, évitez les semis plus tardifs).
Les pois se sèment en place à une profondeur de 2 à 3 cm en lignes distantes de 35 cm pour les pois nains et de 60 cm
pour les pois à rame.
Un écartement de 2 à 3 cm sur la ligne est préconisé.
Un délai de 4 ans entre 2 cultures de pois à la même place est recommandé.

Associations recommandées :
Les cultures voisines bénéficient de l'azote atmosphérique capté par les pois. Les carottes, les navets, les radis, les
pommes de terre ou encore les concombres apprécient le voisinage du pois.
En revanche, les alliacées (ail, oignons, poireaux, échalotes) sont préjudiciables à sa croissance.

Fertilisation
En complément de compost mûr en quantité modérée, un apport de cendres de bois ou autre engrais organique riche en
potasse (vinasse de betterave) pourra être bénéfique, notamment si le sol est peu pourvu en potasse.

Entretien de la culture :
En général, les rosées et pluies automnales ou printanières (selon la période de semis) sont suffisantes pour la levée des
pois. Toutefois, si le temps est particulièrement sec, il peut être nécessaire de maintenir le sol humide par des arrosages
jusqu'à la levée.
Binez rapidement après la levée.
Buttez quand les pois font 15 cm de haut.
Posez des rames (branches ramifiées ou grillage) de 50 cm à 1 m de haut pour les variétés naines, et jusqu'à 2 m pour
les pois à rames.
Paillez.
Les besoins en eau des pois sont minimes. Avec un bon paillage, un arrosoir (12 litres) au m2 tous les 15 jours en
période de développement et par temps sec est largement suffisant. A maturité, on pourra augmenter les arrosages à
raison d'un arrosoir par semaine au m2.

Protections naturelles :
Insectes
Les pois sont appréciés de nombreux insectes : le puceron vert, la sitone, le cécidomyie, la tordeuse...
Nous n'entrerons pas ici dans le détail des traitement possibles mais voici quelques indications permettant de se
préserver d'attaques massives :
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 155

• Préservez des zones « sauvages » autour mais aussi au sein même de votre potager
• Chaque année, cultivez les pois à un endroit différent (rotation de 5 ans) ;
• Semez tôt dans la saison ;
• Évitez toute fumure riche en azote ;
• Mélangez les cultures.
• Mettez en place un voile de protection.

En cas d'attaque, pulvérisez une infusion de tanaisie ou d'absinthe.

Maladie cryptogamique
Apparaissant surtout par temps chaud et humide, la fusariose est une maladie causée par divers champignons pouvant
demeurer longtemps dans le sol.
La maladie se transmet également par les graines.
Sur une plante atteinte, on observe d'abord un jaunissement et la plante fane rapidement.
Voici comment se prémunir de la fusariose :
• Semez tôt dans la saison (en automne si possible, sinon dès février/mars) dans un sol suffisamment meuble ;
• Respectez un délai de 5 ans entre 2 cultures de pois au même endroit ;
• Choisissez des variétés résistantes (à tester selon vos conditions de cultures) ;
• N'utilisez pas vos propres semences si des dégâts de fusariose ont été observés ;

Brûlez les plantes atteintes pour éviter la contamination les années suivantes.

Récoltes
Il faut compter de 70 jours (pour les variétés les plus hâtives) à 90 jours (pour les variétés tardives) entre le semis et la
première récolte.
Sauf si on les destine à la récolte en sec (voir les variétés), les pois sont récoltés dès que les cosses sont bien pleines,
avant de durcir.
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 156

Poivron/Piment

Les poivrons et piments aiment la chaleur (20°C minimum pour les semis) et le développement des plants est très long.
Il est en général indispensable de démarrer les semis au chaud (couches chaudes, pépinière d'intérieur avec système de
chauffage et de ventilation ou derrière une fenêtre suffisamment éclairée)

Multiplication :
Semer en février-mars en terrine au chaud (voir ci-dessus).
Repiquer en godets (6x6 cm) 4 à 6 semaines après la levée.
Planter en pleine terre, à 50-60 cm d'écartement en tous sens, lorsque le sol est suffisamment réchauffé et que les
gelées ne sont plus à craindre (mi-mai en général). Il peut être judicieux de protéger les plants avec un tunnel plastique
afin d'élever la température (notamment si le printemps n'est pas très chaud)

Associations recommandées :
Les poivrons et piment sont rarement associés à d'autres cultures. Mais des essais restent néanmoins possibles...

Fertilisation :
Apportez peu avant la plantation du compost mûr en quantités importantes (+ de 50 kg pour 10m2) ou, mieux encore,
cultivez sur buttes-lasagnes.

Entretien :
Sarclez et binez peu après la plantation.
Paillez dès que le sol est suffisamment réchauffé.
Les piments et poivrons ne se taillent pas et ne requièrent en principe aucun traitement.

Récoltes :
Les fruits se récoltent verts dès l'été ou colorés (rouges, jaunes, oranges...selon les variétés) en fin d'été et en automne.
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 157

Pomme de terre

Les pommes de terre poussent bien dans tous types de sols, à condition qu'ils soient suffisamment pourvus en matières
organiques.

Multiplication :
On procède par plantations de tubercules sélectionnés, soit achetés dans le commerce, soit de plants moyens et
parfaitement sains issus de votre production précédente.
Un mois environ avant la date de plantation, mettez les plants à germer dans un local éclairé, aéré et à l'abri du gel.
Les pommes de terre nouvelles sont plantées en février/mars, éventuellement sous abri.
Les pommes de terre de conservation sont plantées germe vers le haut, en avril/mai sur des lignes distantes de 50 à 70
cm. Espacez les plants de 30 à 50 cm sur la ligne.

Associations recommandées :
Les pommes de terre, de par leur développement, ne se prêtent pas vraiment aux associations de culture.
Par ailleurs, des essais ont montré que les associations souvent recommandées pour éloigner les doryphores ne sont pas
réellement efficaces.

Fertilisation :
Peu avant la plantation, incorporez du compost mûr à raison de 40 à 50 kg pour 10 m2 (environ une brouette et ½).

Entretien :
Binez entre les lignes dès la levée puis effectuer rapidement un premier « petit » buttage (en particulier si les saints de
Glace - 11, 12 et 13 mai - ne sont pas passés). Cela protégera les jeunes pousses des éventuelles gelées.
Buttez à nouveau 3 semaines après la levée, cette fois de façon beaucoup plus conséquente.
Il est inutile d'arroser en début de végétation. Par contre, des arrosages sont préconisés après la floraison, ceci afin de
permettre aux tubercules de grossir correctement. Cessez les arrosages au moins une semaine avant la récolte (important
pour la conservation).

Protections naturelles des cultures :


Le mildiou peut provoquer des dégâts considérables sur une culture de pommes de terre. Je vous conseille fortement de
traiter en préventif avec une décoction de prêle.
Traitez également une fois par semaine durant deux mois et après chaque pluie.avec du bicarbonate de soude.
Vous pouvez aussi traiter avec de la bouillie bordelaise, mais ayez conscience que le cuivre s'accumule dans le sol, ce
qui est évidemment néfaste pour la vie...

L'autre grand souci avec les pommes de terre, ce sont les doryphores. Je vous invite à consulter l'article que j'ai
consacré à ce sujet sur le Blog du Jardinier Bio).
Dans les commentaires suivant cet article, un lecteur nous fait part d'une traitement utilisant un médicament
homéopatique - Doryphora 30 CH (granules) - . Ma propre expérience et plusieurs témoignages m'en ont, depuis,
confirmé l'efficacité. Voici comment procéder

Traitement préventif homéopathique contre le doryphore


Mon Potager au Naturel – Édition 2020 158

• Se procurer en pharmacie homéopathique DORYPHORA – 30 CH. ( c’est l’équivalent de la D8 de Maria Thun


).
• Mettre 5 granules par litre d’eau et laisser dissoudre.
• Agiter pendant 1 minute (dynamisation).
• Diluer au 1/10° puis agiter pendant 1 minute. (on obtient donc 10 litres de préparation)
• Pulvériser le matin (ciel voilé) sur les pommes de terre et terrain environnant dès la sortie des premières
pousses.
• Renouveler l’opération tous les 15 jours ou après la pluie.

Le premier traitement est le plus important car les doryphores sortent de terre en même temps que les pommes de terre.

Le traitement éloigne les adultes qui ne viennent pas pondre.


Si les larves sont déjà présentes, avec ce traitement, on voit la plupart des petites bêtes rouges fuir hors du champs
(spectaculaire).
Faute de pommes de terre, le doryphore adulte s’attaquera parfois aux carottes ou d’autres plantes sauvages, sans
pouvoir vraiment se reproduire.
Je vous présente également en annexe une méthode de lutte plus complète contre le doryphore.

Récoltes :
Vous pouvez commencer les récoltes à partir de la floraison (faible rendement mais super qualité gustative!).
Les pommes de terre destinées à la conservation se récoltent par temps sec (le sol doit également être parfaitement
ressuyé) lorsque la végétation est totalement fanée.
La Grelinette permet de récolter efficacement, sans risquer de blesser les tubercules.
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 159

Radis

Bien que poussant dans tous types de sol, les radis redoutent la sécheresse et une chaleur excessive (saveur très
piquante et radis se creusant).

Multiplication
Semez directement en place, dans une terre bien ameublie, du mois de mars au mois d'octobre :
• soit à la volée
• soit en ligne espacées de 15-20 cm à au moins 3 cm d'écartement sur la ligne.
Les radis d'hiver se sèment de juin à août.

Associations recommandées
Les radis se développant rapidement, ils peuvent facilement être associés à des cultures au développement plus lent :
carottes et panais (notamment pour marquer le semis), salades (protection contre les altises et meilleure saveur des
radis), pois, haricots, choux...

Fertilisation
En général, aucune fertilisation complémentaire ne devrait être nécessaire pour une culture de radis.

Entretien
Éclaircissez les semis à 3-5 cm sur le rang – les radis d'hiver s'éclaircissent à 10-15 cm ;
Binez et sarclez pour maintenir le sol désherbé ;
Arrosez régulièrement, surtout en été.

Protections des cultures


Le principal ravageur du radis est l'altise (voir ici)

Récoltes
Les radis doivent être récoltés régulièrement, sans quoi ils risquent de se creuser et de devenir très forts.
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 160

Rhubarbe

La rhubarbe est une plante vivace à fort développement. De par sa richesse en acide oxalique, il est recommandé de la
consommer avec modération.
La rhubarbe affectionne les sols humides et riches en matières organiques.
Elle s'adapte à tous les climats.

Multiplication
La rhubarbe se multiplie en divisant une souche ancienne (avec un bêche) que l'on espace de 1m20 à 1m50.
La plantation des éclats de souche est effectuée au mois de mars ou à l'automne.
Les semis sont également possibles mais très longs à se développer : semer en godets en mars et mettez en pleine terre
de septembre au mois de mars suivant.

Fertilisation
Remplissez au préalable les trous de plantations d'un mélange de terre riche et de compost.

Entretien de la culture
Supprimez les hampes florales dès leur apparition.
Renouvelez les apports de compost tous les ans.

Protections naturelles
Mis à part les pucerons, qui peuvent parfois poser problème, la rhubarbe est une plante plutôt rustique.

Récoltes
On récolte les « côtes » en mai et juin, et ce à partir de l'année suivant la plantation.
Les tiges récoltées seront transformées en compotes ou confitures.
Attention : ne consommez pas les feuilles ; elles sont toxiques !
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 161

Salsifis et Scorsonère

Ces 2 légumes sont très proches au niveau gustatif et leurs conditions de culture sont pratiquement identiques.
Le salsifis, tout comme la scorsonère, apprécie la chaleur et les terres riches et profondes. Toutefois, les fumures
organiques mal décomposées sont déconseillées. Optez pour un compost bien mûr.

Semis
Semez, dans un sol suffisamment ameubli en profondeur sur des lignes distantes de 20-30 cm :
• de mi-mars à mi-mai pour le salsifis ;
• en mars-avril et de juin à août pour la scorsonère (pour ce semis tardif, les récoltes ne se feront que durant
l'hiver l'année suivante, avec pour avantage d'obtenir des racines beaucoup plus grosses).

La levée étant capricieuse, il est recommandé de pailler légèrement le semis avec des herbes sèches.
Retirez ce paillis à la levée et éclaircissez à 6 cm sur le rang pour les salsifis et 10-15 cm pour les scorsonères.

Entretien de la culture
Binez et sarclez rapidement après la levée ;
Paillez à nouveau, mais cette fois en couche plus épaisse, mais seulement lorsque le sol est suffisamment réchauffé (fin
mai-juin selon les régions).

Protections naturelles
Ces 2 légumes sont sujets aux mêmes maladies, à savoir :

La fonte des semis


La fonte des semis est due à un champignon survenant à cause d'une humidité excessive.
En préventif, trempez les semences dans une décoction de prêle.

Rouille blanche des composées


Cette maladie est causée par un champignon. On observe des pustules blanches sur le feuillage. Celui-ci finit par se
dessécher.
Traitez préventivement avec une décoction de prêle et du bicarbonate de soude.

Récoltes
Les racines de salsifis, tout comme celles de scorsonères se conservant très bien en terre, les récoltes se font au fur et à
mesure des besoins de novembre à mars.
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 162

Tétragone

La tétragone est très proche de l'épinard et le remplace avantageusement en été car elle ne monte pas à graine aussi
facilement.
La tétragone est un légume exigeant en chaleur mais résistant à la sécheresse. Elle poussera dans tous les sols mais
apprécie particulièrement les sols riches en humus dans lesquels elle donnera une production abondante.

Semis
Du fait d'une germination lente, on aura tout intérêt à tremper les graines dans de l'eau pendant 24 heures juste avant de
semer.
Semer :
• en godet (sous abri) ou sur couche au mois d'avril ;
• directement en place au mois de mai en poquets (remplis de terreau ou de compost bien mûr) de 3 graines à 70-
80 cm sur la ligne de culture (des lignes écartées de 80 cm).

Plantation
Plantez avec la motte entière à 70-80 cm sur la ligne sur des lignes distantes de 80 cm.

Fertilisation
Apportez du compost bien mûr en quantité importante (40 à 50 kg pour 10 m2)

Entretien de la culture
Arrosez régulièrement ;
Paillez légèrement ;
Coupez les tiges qui montent.

Protections naturelles
Les maladies sont extrêmement rares chez cette plante très rustique !

Récoltes
La tétragone se récolte feuille par feuille, de juillet à octobre, au fur et à mesure du développement de celles-ci.
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 163

Tomates

La tomate est une plante ayant besoin de chaleur et de lumière ; choisissez si possible une exposition sud, sans
ombrage.
Elle apprécie les sols légers se réchauffant facilement mais s'adapte à tous les types de sols.

Multiplication :

Semis
Vous pouvez semer du mois de janvier pour les cultures sous serres au mois de mai, sachant qu'il faut compter environ 6
semaines entre le semis et la plantation en pleine terre.
Les tomates se sèment au chaud (16°C minimum) en terrine ou directement en godet.
Personnellement, je sème en terrine et repique ensuite les plants (voir ci-dessous), ce qui favorise le développement du
système racinaire).
Une bonne luminosité est importante pour éviter que les plants ne s'étiolent.
Arrosez le semis au vaporisateur et maintenir humide jusqu'à la levée.
Quand le plant est sorti, arrosez au goulot (petit arrosoir) en prenant soin de ne pas mouiller le feuillage. Il est ensuite
préférable d'attendre que le terreau sèche avant d'arroser à nouveau (une humidité permanente pouvant nuire à la santé
des plantes). N'attendez pas toutefois que le plant flétrisse par manque d'eau...

Repiquage
Repiquez dès l'apparition des feuilles vraies (différentes des cotylédons) en godet de 8 x 8 cm remplis d'un mélange de
compost (1/3), de terre de jardin (1/3) et de terreau de plantation (1/3). Un repiquage plus tardif retarde la floraison et
donc les premières récoltes.
Il est important de ne pas toucher la tige lors de la phase de repiquage. En effet, le contact avec les mains nuit au
développement des racines se développant normalement tout au long de la tige.
Repiquez jusqu'au niveau des cotylédons.
Arrosez au goulot sans mouiller les feuilles.

Plantation en place
Lorsqu'il fait beau, sortez progressivement les plants avant la plantation afin de les acclimater aux conditions de culture.
Environ 3 semaines avant la plantation, préparez des trous d'un volume 2 fois supérieur à la motte. Mettez une poignée
d'ortie fraîche au fond du trou. Ne refermez pas le trou avant la plantation afin de permettre à l'ortie de se décomposer.
En extérieur, la plantation doit être effectuée lorsque les gelées matinales ne sont plus à craindre (en général après la mi-
mai).
Espacez les plants de 1m entre ligne et de 70 cm au moins sur la ligne, voire plus (une trop grande proximité favorise le
développement du mildiou et autres maladies).
Remplissez les trous d'un mélange de compost, de terre et de cendre de bois (potasse). Le plant doit être enterré
profondément (jusqu'aux première feuilles vraies).
Arrosez abondamment à la plantation puis couvrir avec un mulch de feuilles de consoude.

Associations recommandées :
Les soucis (protection contre les nématodes), capucines (attirent les pucerons à elles), choux, salades ou encore les
carottes voisinent très bien avec les tomates.
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 164

Fertilisation :
La tomate nécessite une fumure importante (avec notamment des besoins conséquents en azote et potasse) et supporte le
compost à demi-décomposé. Ses besoins en éléments nutritifs augmentent au fur et à mesure de son développement
pour atteindre leur paroxysme à la nouaison (formation des fruits).
L'idéal sera de planter sur buttes-lasagnes. A défaut, des apports copieux de compost (50 kg/10 m2) sont impératifs.

Entretien :
Tuteurez : le tuteurage est indispensable (sauf pour quelques variétés comme la Roma ou la Burbank) afin que le plant
ne s'écroule pas sous le poids des fruits.
Couvrez le sol : Un bon paillage a de nombreux avantages : pas de travail de désherbage, le sol reste frais, tout en
diminuant considérablement les besoins en arrosage, les fruits du bas ne sont pas en contact avec la terre...
Arrosez : les arrosages s'effectuent au pied. Avec un paillage, un arrosoir (12 litres) tous les 10/15 jours est en général
suffisant.

Tailler ou pas ? Traditionnellement, on supprime les pousses naissant à l'aisselle des feuilles (gourmands). Cette
pratique permet d'obtenir des fruits relativement homogènes et d'un calibre important. Toutefois, la taille engendre des
plaies sur la plante...et ces plaies sont la porte ouverte au mildiou. Depuis quelques années, je ne taille qu'une partie de
mes plants et laisse les autres tranquilles...Résultats : les plants non taillés sont indemnes de maladie, ils sont beaucoup
plus productifs (grâce à un feuillage nettement plus important) même si les fruits sont un peu plus petits, et produisent
plus longtemps !

Protections naturelles des cultures :


La tomate est fragile. Nombreuses sont les maladies pouvant décourager un jardinier débutant. Pourtant, en veillant à
des apports équilibrés et en agissant préventivement, on peut éviter pas mal de désillusions...Vous verrez ci-dessous
que nombre de maladies peuvent être évitées simplement... en ne taillant pas les pieds de tomates !
Le sujet est vaste et les problèmes rencontrés dépendant de paramètres multiples ; je ne présente ici que succinctement
quelques maladies courantes.

La fonte des semis


Les jeunes tiges deviennent molles et s'allongent démesurément puis se couchent et meurent.
La fonte des semis est causée par différents champignons apparaissant par excès d'humidité ou par des températures
trop faibles, ou encore dans un sol mal aéré.
Pour éviter la fonte des semis, trempez les graines dans une décoction de prêle non diluée.

Le mildiou
Cette maladie, également due à un champignon, est bien connue des jardiniers. Plus ou moins virulente selon les
années, le mildiou apparaît en général à partir du mois de juin par temps pluvieux avec des températures comprises
entre 10 et 25°C.
La culture sous abri constitue la meilleure façon de se préserver du mildiou.
Outre les traitements préventifs avec une décoction de prêle ou à la bouillie bordelaise (je le répète mais, bien
qu'autorisée en bio, la bouillie bordelaise n'est pas sans effet sur l'environnement avec une accumulation de cuivre dans
le sol), le bicarbonate de soude est aujourd'hui reconnu comme efficace pour lutter contre le mildiou :
• Versez 1 cuillère à café de bicarbonate de soude dans 1 litre d’eau. Ajoutez 1 cuillère à café de savon noir (ou
de Marseille).
• Dès la plantation, vaporisez le mélange de bicarbonate de soude sur la plante entière.
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 165

• Répétez l’opération une fois par semaine durant deux mois et après chaque pluie.

La maladie des taches noires (alternariose)


Transmis généralement par des semences issues de fruits infectés, ce champignon résulte d'une humidité excessive
quand les températures sont comprises entre 5 et 30°C. On observe alors de petites taches noires (souvent concentriques
et entourées d'un halo jaunâtre) sur le feuillage et les tiges. Utilisez des graines saines et agissez comme pour le
mildiou !

Le cul noir (nécrose apicale)


De larges taches noires se développent au bas du fruit.
Fréquente en début de saison, cette maladie est causée par une alimentation irrégulière en eau engendrant un excès
d'azote et le blocage du calcium.
Une bonne pratique d'arrosage constitue le meilleur moyen de lutte en préventif.

La maladie de l'enroulement
Caractérisée par l'enroulement des feuilles, cette maladie physiologique a généralement pour cause une alimentation
irrégulière ou excessive, notamment sur un sol compact. Si vous constatez ce phénomène, suspendez les arrosages
jusqu'à ce que les feuilles s'ouvrent à nouveau.
La maladie de l'enroulement peut également être la conséquence d'apports azotés trop importants...

L'éclatement des fruits


Conséquence d'arrosages irréguliers, ou apparaissant parfois après un orage violent consécutif à une période de
sécheresse, cette maladie physiologique n'apparaît pas si l'on ne taille pas les pieds de tomates, le feuillage abondant
absorbant alors facilement l'eau en excès.

Le flétrissement bactérien
Cette maladie se propageant principalement par les blessures, je renouvelle ici le conseil de ne pas tailler les pieds de
tomates.

La mosaïque du tabac
Rare mais virulente lorsqu'elle apparaît (en particulier sous serre), cette maladie se caractérise par des feuilles restant
petites, gaufrées et parsemées de taches jaune-vert en forme de mosaïque. Les fruits se couvrent également de taches. Se
propageant par contact, notamment d'outils infectés, la non-taille peut là encore éviter cette maladie.

Un environnement préservé et diversifié limite considérablement les attaques parasitaires.

Les pucerons
Favorisez la biodiversité dans votre jardin et les attaques de pucerons ne seront plus un problème...les coccinelles se
chargeront d'en réguler les populations.
Certaines fleurs auront également un effet bénéfique : les œillets d'Inde d'Inde par exemple éloignent les pucerons, alors
qu'au contraire la capucine les attire (préservant ainsi les autres plantes).

Les nématodes
Les nématodes sont de minuscules vers s'attaquant aux racines et entraînant la formation de galles. En cas de problème,
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 166

il est alors conseillé d'effectuer des rotations de cultures. Les tagètes (roses d'Inde, œillets d'Inde) auraient également un
effet protecteur contre les nématodes. L'utilisation de plants greffés est une autre solution.

La noctuelle de la tomate
Surtout présent dans le sud de la France, ce papillon nocturne originaire des tropiques pond ses œufs sur la face
inférieure des feuilles de tomates. Les chenilles rongent ensuite les feuilles et les fruits. Le meilleur moyen de lutte,
outre les insecticides biologiques (baccilius thuringiensis), est le ramassage systématique des larves.

Récoltes :
Récoltez les tomates à parfaite maturité. C'est ainsi qu'elles dégagent toute leur saveur...
En fin de saison, lorsque les tomates ont du mal à mûrir sur pied, récoltez-les encore vertes et laissez-les mûrir en
intérieur, à la lumière. Vous pouvez également préparer des confitures de tomates vertes.
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 167

Topinambour

Le topinambour s'adapte à tout type de terre et tout climat.


Une fois en place, il produira pendant des années... vous laissez des tubercules en terre et ça redémarre.
Attention le topinambour se développe considérablement en hauteur (plus de 2m - pensez à l'ombrage que cela
apportera en été...) et aime s'étaler autour. Choisissez de préférence un emplacement reculé, ou en bordure.

Plantation
On plante, de novembre à avril, des tubercules à une dizaine de cm de profondeur, dans une terre préparée en enrichie
d'un peu de compost mur.
Plantez à environ 50 cm en tous sens.

Entretien de la culture
Le topinambour demande vraiment très peu d'entretien.
L'idéal est de pailler chaque année... vous n'aurez plus qu'à récolter au gré de vos envies.

Protections naturelles
Les problèmes sont pratiquement inexistants...

Récoltes
Les récoltes sont effectuées au fur et à mesure des besoins (une fois récoltés, les topinambours se conservent très mal),
de novembre à mars.
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 168

Aromates

Il existe une multitudes d'aromates. N'hésitez pas à les associer avec vos cultures légumières, leurs odeurs souvent
fortes perturbent les ravageurs.
Les aromates sont, en règle générale, des cultures faciles. Nous nous contenterons donc de préciser quelques points
essentiels pour les aromates les plus couramment cultivés.

Aromates Type Exposition Culture Sol idéal Écarteme Semis Plantati Arrosa Récolte
nt on ge

Aneth Annuelle Mi-ombre Pot ou Riche, 20 cm Mi Avril à Modéré Feuilles : mi-


pleine bien mars à mi-juin avril à juillet
terre drainé mi- puis automne
avril et Graines : mi-
septem août à mi-
bre octobre
Anis Annuelle Soleil Pot ou Riche, 20 cm Février Modéré Feuilles : mi-
pleine bien à mi- avril à mi-
terre drainé mai juillet
Graines : juillet
à mi-août
Basilic Annuelle Soleil Pot ou Riche, 20-30 cm Février Avril à Importa Feuilles : mai à
pleine bien à octobre nt octobre
terre drainé septem
bre
Bourrache Annuelle Soleil Pleine Moyenn 50 cm Février Support Feuilles : mi-
terre ement à mai e la mars à mi-
fertile sécheres novembre
se Fleurs : mi-
mars à octobre
Camomille Vivace Soleil Pleine Tous sol 30-40 cm Marcotta Support Fleurs : juillet à
romaine terre – sans ge e la mi-août
excès (jeunes sécheres
d'humidi plants se
té avec
racines)
de mars
à mi-juin
Cerfeuil Annuelle Mi-ombre Pot, Riche, 10 cm Février Modéré Feuilles : mars
pleine bien à à novembre
terre drainé octobre
Ciboulette Vivace Mi-ombre Pot, Moyenn 20 cm Février Février à Moyen Tiges : Février
dans le sud pleine ement à avril novembr à novembre
Soleil au terre riche e
nord Division
de pied :
fin hiver,
printemp
s et
automne
Coriandre Annuelle Soleil Pot, Riche 25 cm Février Importa Feuilles : mars
pleine Éviter à mai et nt à juin et mi-
terre sol juillet à août à octobre
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 169

Aromates Type Exposition Culture Sol idéal Écarteme Semis Plantati Arrosa Récolte
nt on ge

argileux septem Graines : avril


(dans ce bre à juillet
cas
cultiver
en pot)
Cresson Annuelle mi-ombre Jardinièr Frais et 3-5 cm Février Importa Feuilles : mars
alénois e, pleine riche en à nt à novembre
terre humus octobre
Estragon Vivace Soleil et mi- Pot, Riche, 30 cm stérile Février à Importa Feuilles : mars
ombre pleine bien mi- nt à mi-octobre
terre drainé novembr
e
Division
de pied :
février à
avril et
septembr
e-octobre
Fenouil Vivace Soleil Pleine Moyenn 30 cm Février Mai à Modéré Feuilles : mars
terre ement à avril octobre à mi-octobre
riche Graines :
lorsqu'elles
commencent à
brunir
Laurier- Vivace Soleil Pleine Se 2m Mars à Support Toute l'année
sauce terre contente octobre e la
d'un sol sécheres
pauvre se
Lavande Vivace Soleil Pot, Se 60-80 cm Mars- Février à Support Fleurs :
pleine contente avril novembr e la lorsqu'elles
terre d'un sol e sécheres sont épanouies
pauvre se (juillet à
septembre)
Marjolaine Vivace Soleil Pot, Sol riche 30 cm Février Avril à Modéré De juillet à
pleine à juin juin novembre
terre
Mélisse Vivace Mi-ombre Pleine Moyenn 50 cm Février Mai à Modéré Avril à octobre
citronnelle dans le sud terre ement -mars octobre
Soleil au riche
nord
Menthe Vivace Mi-ombre Pot, Terre 40 cm Févier à Importa Feuilles : mars
pleine riche et octobre nt à octobre
terre fraîche Division
de pied :
février à
octobre
Origan Vivace Soleil Pot, Se 40 cm Mi- Mars à Support Feuilles et
pleine contente février mi- e la fleurs (début de
terre d'un sol à mai octobre sécheres floraison) : de
pauvre, Division se mars à mi-
bien de pied : octobre
drainé mi-
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 170

Aromates Type Exposition Culture Sol idéal Écarteme Semis Plantati Arrosa Récolte
nt on ge

février à
mi-mai
Oseille Vivace Mi-ombre Pleine Moyenn 15 cm Mars à Février à Modéré Feuilles : avril
terre ement mai août à mi-novembre
riche
Persil Bisannue Mi-ombre Pot, Riche et 10 cm Février Importa Feuilles : avril
lle pleine frais à nt à mi-novembre
terre septem
bre
Rhubarbe Vivace Mi-ombre Pleine Riche, 1m mars- Repiqua Importa Tiges (du
terre frais avril ge : avril nt pourtour):
mais à juin et printemps et
bien mi-août début d'été
drainé à mi-
novembr
e
Division
de pied :
février-
mars et
mi-août
à mi-
novembr
e
Romarin Vivace Soleil Pleine Sol 50 cm Mi-mars Support Branches
terre léger, à mi- e la entières : toute
peu octobre sécheres l'année
pourvu se
en
matières
organiqu
es
Roquette Annuelle Mi-ombre Pleine Moyenn 8 cm Mars à Modéré Feuilles : avril
terre ement juin et à juillet et
riche septem octobre-
bre- décembre
octobre
Sarriette Vivace Soleil Pot, Rocaille, 30 cm Février Février à Léger Branches
pleine terre -mars mi- entières : toute
terre légère et novembr l'année
bien e
drainée
Sauge Vivace Soleil Pot, Tous 60 – 80 cm Février Février à Support Feuilles ou
pleine sols. -mars octobre e la branches
terre Isoler la sécheres entières : mars
sauge se à novembre
des
autres
plantes
Serpolet Vivace Soleil Pot, Rocaille, 20 cm Février Février à Support Branches
pleine terre à mai mi- e la entières :
terre légère et novembr sécheres février à
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 171

Aromates Type Exposition Culture Sol idéal Écarteme Semis Plantati Arrosa Récolte
nt on ge

bien e se novembre
drainée
Thym Vivace Soleil Pot, Rocaille, 30 cm Février Février à Support Branches
pleine terre à avril octobre e la entières : toute
terre légère et sécheres l'année
bien se
drainée
Verveine Vivace Soleil Pot, Sol riche 60-80 cm Avril à Importa Feuilles : en été
citronnelle pleine et frais octobre nt Plante
terre Bouturag entière (couper
e: à 7-8 cm du sol
janvier- : automne
février et
octobre-
novembr
e
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 172

Annexe 2 – Distances et profondeurs de semis

Profondeur Distance entre


Légumes Espacement sur ligne Remarques
de semis lignes

La pointe des caïeux doit


Ail 2 à 4 cm 30 cm 10 cm
affleurer.

Arroche
(même
conditions de 1 à 2 cm 40 à 50 cm 40 cm
culture que
l'épinard)

La plantation d'œilletons est


Artichaut 3 à 5 cm 120 à 130 cm 100 cm
préférable.

Il s'agit ici de semis en pépinière.


Les griffes obtenues seront mises
Asperge 2 cm 10 cm 10 cm
en place définitive l'année
suivante.

Semer en terrine au chaud puis


Semis terrine : 5
1 cm (en Semis terrine : 3 cm repiquer en godets dès apparition
cm
Aubergine terrine, au des feuilles vraies.
chaud) Plantation :50 à 60 cm L'écartement doit être plus
Plantation : 70 cm
important dans le midi.

Betterave 2 cm 30 cm 15 cm

Éclaircir selon les variétés :


courtes : 4 cm
Carotte 1 cm 20 à 30 cm 1 cm
demi-longues : 6 cm
longues : 8 cm

céleri-branche : 30
céleri-branche : 30 cm
Céleri 1 cm cm
céleri-rave : 50 cm
céleri-rave : 50 cm

chicorées sauvages : 20 cm
Chicorée 1 cm 40 cm
autres variétés : 40 cm

choux pommés :
50 à 60 cm choux pommés : 40 à 60 cm
choux-fleurs : 60 à choux-fleurs : 60 à 80 cm
Chou 1 à 2 cm 80 cm chou-rave : 20 cm
choux-rave : 30 cm Choux Bruxelles : 50 à 60
choux Bruxelles : cm
65 cm

Concombre 1 à 2 cm 120 cm 60 cm
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 173

Profondeur Distance entre


Légumes Espacement sur ligne Remarques
de semis lignes

non coureuses :
non coureuses : 100 cm
Courge 2 à 3 cm 100 cm
coureuses : 200 cm
coureuses : 200 cm

Courgette 3 cm 130 cm 100 cm

Échalote 3 à 4 cm 25 à 30 cm 15 à 20 cm le bulbille doit affleurer

Éclaircir à 10-15 cm au stade de


Endive 1 cm 30 à 35 cm 2 cm
3 feuilles

Éclaircir à 8 cm 10 jours après la


Épinard 1 à 2 cm 25 à 30 cm 2 cm
levée

Éclaircir à 15-20 cm 45 jours


Fenouil 1 cm 40 cm 3 à 5 cm après le semis.
Replanter les plants arrachés

Semer par poquets de 3 à 5


Fève 3 à 4 cm 40 à 50 cm 15 à 20 cm
graines

semis en ligne : 5 cm
Haricot 3 cm 65 à 75 cm semis en poquets de 5-6
graines : 35 cm

Éclaircir les semis en ligne à 30


semis en ligne : 3 à 4 cm cm.
Laitue 0.5 cm 30 à 40 cm semis en poquets de 3-4 Ne garder qu'un plant par poquet.
graines : 25 à 30 cm Les plants supprimés peuvent être
repiqués ailleurs

Mâche 1 cm 15 à 20 cm 0.5 à 1 cm

30 cm en poquets de 2 ou 3
Maïs doux 3 cm 50 cm Ne garder qu'un plant par poquet.
graines

Melon 1.5 cm 120 à 150 cm 75 cm

Navet 1 cm 20 cm 1 cm Éclaircir à 3-5 cm

Graines : 1 Graines : 25 à 30 Éclaircir les semis à 8-10 cm


Graines : 1 à 2 cm
cm cm Les semis donnent des oignons
Oignon de moins gros calibre que les
Bulbilles : 2 Bulbilles : 20 à 25 bulbilles mais se conservant
Bulbilles : 10 cm
cm cm mieux

Éclaircir à 15-20 cm au stade 4-5


feuilles.
Oseille 0.5 à 1 cm 30 cm 1 à 2 cm
Repiquer ailleurs les plants
supprimés

Panais 1 cm 30 cm 1 à 2 cm Éclaircir à 15 cm au stade 2-3


Mon Potager au Naturel – Édition 2020 174

Profondeur Distance entre


Légumes Espacement sur ligne Remarques
de semis lignes

feuilles vraies

Persil 1 à 2 cm 20 cm 1 cm

Semis terrine : 5
1 cm (en cm Semis terrine : 3 cm Semer au chaud en terrine puis
Poivron
terrine au repiquer en godets au stade 3-5
&piment
chaud) Plantation : 50 à 60 Plantation :50 à 60 cm feuilles vraies.
cm

Semer en pépinière.
Semis : 5 cm Semis : 1 cm
1 cm (en
Poireau
pépinière) Planter quand les plants ont le
Plantation : 35 cm Plantation : 10 cm
diamètre d'un crayon.

Semer en poquets de 3 graines


puis ne garder qu'un plant
Poirée (blette) 1 à 2 cm 45 cm 35 cm
Repiquer ailleurs les plants
supprimés.

Variétés naines :50


Variétés naines 1 à 2 cm
cm
Pois 5 cm Variétés grimpantes : 3 à 4
Variétés
cm
grimpantes : 75 cm

Plantation de tubercules pré-


Pommes de terre 10 à 12 cm 50 à 70 cm 35 à 40 cm
germés

Radis 0.5 à 1 cm 20 cm 3 à 5 cm

Radis d'hiver 2 cm 25 cm 4 à 5 cm Éclaircir à 10 - 15 cm

Éclaircir à 6-7 cm au stade de 2


Salsifis 1 à 2 cm 25 cm 2 à 3 cm
feuilles

Éclaircir à 10-15 cm au stade de


Scorsonères 1 à 2 cm 25 cm 2 à 3 cm
2 feuilles

Semer en poquets de 3 graines.


Tétragone 2 à 3 cm 80 cm 70 à 80 cm
Ne pas éclaircir

Semis terrine : 5
1 cm (en cm Semis terrine : 3 cm Semer en terrine au chaud puis
Tomates terrine au repiquer en godets dès apparition
chaud) Plantation : 70 à Plantation : 70 cm des feuilles vraies.
100 cm

Topinambour 10 cm 60 cm 20 à 40 cm Plantation de tubercules


Mon Potager au Naturel – Édition 2020 175

Annexe 3 – Tableau récapitulatif des semis et des plantations

Voici un tableau récapitulatif des semis et plantations des principaux légumes. Pour plus de détail, accédez à la fiche
de culture détaillée en cliquant sur le nom du légume souhaité.

Repiquage &
Légumes Semis en pépinière Semis directs Éclaircissage Observations
Plantation

Les caïeux du
centre de la
Planter les caïeux de gousse sont
Ail (caïeux)
octobre à mars. plantés à part
pour la production
d'aillet

Arroche
Semer en lignes, Au stade 3/4
(même par poquets de 3 feuilles, ne garder
conditions de graines de mars à qu'un plant par
culture que juillet. poquet.
l'épinard)

Les semis
d'artichauts sont
Repiquer au stade 2
Semer en godets, au très délicats.
feuilles.
Artichaut chaud de janvier à Mieux vaut
Mettre en terre à
mars. planter des
l'automne suivant.
œilletons au mois
d'avril

Les semis sont


délicats et longs
(les griffes sont
mises en place
Semer pleine terre Planter les griffes en
Asperge l'année
en mars-avril mars-avril.
suivante...). Si
possible, plantez
directement des
griffes.

Repiquer dès
l'apparition des
Semer en godet, au
feuilles vraies.
chaud ou sur couche
Aubergine Planter en pleine
chaude, en
terre quand les
février/mars.
gelées ne sont plus à
craindre.

Ne garder qu'un
Semer en ligne, par seul plant tous les
Semer en godet en poquets de 3 15/20 cm lorsque
Betterave
mars/avril graines, d'avril à ceux-ci font
mi-juin environ 5 cm de
haut
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 176

Repiquage &
Légumes Semis en pépinière Semis directs Éclaircissage Observations
Plantation

Pour la
Semer en ligne en production
octobre/novembre hivernale, es
Éclaircir
et février/mars semis en début
rapidement à 4/8
Carotte sous abri. juillet sont plus
cm selon les
Semer en ligne faciles à réussir
variétés.
d'avril à la mi- (moins
juillet en extérieur. d'enherbement).

Repiquer au stade 1
à 3 feuilles vraies
Semer en mars/avril sous abri ou sur
Céleri
en terrine au chaud. couche.
Planter de la mi-mai
à fin juin.

Éclaircir
Planter les plants
Semer en ligne ou rapidement à 30-
Semer en plaques semés en alvéoles
en poquets de 3 40 sur la ligne.
Chicorées alvéolées dès le au stade 4/5 feuilles
graines de la mi- Les plants retirés
mois d'avril. vraies. N'enterrez
avril à début août. peuvent être
pas le collet.
repiqués.

Repiquer en godet
Semer en terrine de Éclaircir les semis
Chou de Semer en ligne au au stade 3 feuilles. (voir la fiche de
la mi-mars à fin direct à 50-60 cm
Bruxelles mois d'avril Mettre en place au culture des choux)
avril sur la ligne.
stade 5 feuilles.

Éclaircir
Semer en terrine de
Repiquer en godet rapidement les
février à juin puis
Semer en ligne au stade 3-4 feuilles. plants semés (voir la fiche de
Chou-fleur fin septembre-début
d'avril à juin. Mettre en place à 6- directement en culture des choux)
octobre (culture sous
7 feuilles. pleine terre à 60-
abri)
80 cm sur la ligne

Semer en terrine de
la mi-février à mi- Repiquer en godet Éclaircir
Chou juin puis fin-août- Semer en ligne au stade 3-4 feuilles. rapidement à 40-
pommés début septembre d'avril à juin Mettre en place au 50cm les plants
(jusqu'à fin octobre stade 6-7 feuilles. semés en place
dans le midi).

Semer en godet en Planter quand les


Semer en poquet Ne garder qu'un
Concombre avril au chaud ou sur gelées ne sont plus à
au mois de mai. plant par poquet.
couche chaude craindre.

Planter les plants


semés à l'abri en
Semer au chaud ou
Semer en poquets mai-juin à 1 m pour
sous abri en godet Ne garder qu'un
Courges de graines au mois les variétés non
de la mi-avril à la plant par poquet.
de mai. coureuses et à 2 m
fin mai.
pour les variétés
coureuses
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 177

Repiquage &
Légumes Semis en pépinière Semis directs Éclaircissage Observations
Plantation

Semer au chaud ou Semer en poquets Planter les plants


sous abri en godet de 3 graines de la semés à l'abri Ne garder qu'un
Courgette
de la mi-avril à la mi-mai à la mi- pendant la deuxième plant par poquet.
mi-mai. juillet quinzaine de mai

Planter des bulbes


d'octobre à
Échalote décembre puis de
la mi-février à la
mi-mai.

Éclaircir à 10-15 Voir la fiche de


Semer en ligne au
Endive cm au stade 3 culture des
mois de mai.
feuilles chicorées

Semer en ligne de
la mi-février (sous
abri) à fin juin puis Éclaircir à 8-10
Épinard du 15 août à fin cm 10 jours après
octobre pour les la levée.
variétés d'automne-
hiver.

Semer en ligne Éclaircir à 15-20


d'avril à mi-juillet cm un mois après
dans le sud et de la le semis.
Fenouil
mi-juillet à la fin Les plants enlevés
août dans les autres peuvent être
régions repiqués ailleurs

Dans le sud, semer


en octobre-
novembre, dans les
autres régions de
Fève
février à la mi-avril
en ligne ou par
poquet de 3
graines.

Semer en ligne ou
en poquets de 6-8
Haricot graines d'avril à
début août selon
les régions.

Éclaircir à 30-40
cm quand les
Mettre les plants en Échelonnez vos
Semer en plaques Semer de février plants ont 3
terre environ 1 mois semis pour avoir
Laitue alvéolées de février (sous abri) à feuilles vraies.
après le semis en des salades toute
à septembre. septembre Les plants retirés
alvéoles. l'année.
peuvent être
replantés ailleurs

Mâche Semer en ligne ou


Mon Potager au Naturel – Édition 2020 178

Repiquage &
Légumes Semis en pépinière Semis directs Éclaircissage Observations
Plantation

à la volée de la mi-
juillet à la mi-
septembre

Semer en poquets
de 2 ou 3 graines
Ne garder qu'un
dès la fin avril dans
Maïs doux plant par poquet
le midi et en mai-
dès la levée.
juin dans les autres
régions.

Semer de la mi-
février à la mi-
Éclaircir à 3-5 cm
mars sous abri.
Navet au stade 2 feuilles
Semer de la mi-
vraies)
mars à la fin août
en extérieur.

Semer les oignons


blancs et les
Planter les bulbilles Éclaircir à 10 cm Les semis
oignons rouges du
de février à la mi- quelques jours donnent des
15 août au 15
avril et en octobre- après la levée. oignons moins
Oignon septembre.
novembre pour les Les plants enlevés gros que les
Semer tous les
oignons blancs ou peuvent être bulbilles mais se
oignons de la fin
rouges (dans le sud). repiquer ailleurs. conservent mieux.
février à la fin
avril.

Éclaircir à 15-20
cm au stade 4-5 L'oseille est une
Diviser les grosses
Semer en ligne au feuilles vraies. vivace. Installer là
Oseille touffes au mois de
printemps Repiquer ailleurs de préférence en
mars.
les plants bordure.
supprimés.

Éclaircir à 15 cm Le levée est


Semer en ligne en
Panais au stade 2-3 longue : 3 à 4
avril-mai.
feuilles: semaines.

Semer en ligne de
mars à juin.
Dans le midi, les
Persil
semis peuvent
s'étaler de février à
septembre.

Repiquer en godet
Semer en terrine au au stade 3-5 feuilles
Poivron & chaud ou sur couche vraies.
piment chaude en mars et Mettre en terre
jusqu'au 15 avril. quand les gelées ne
sont plus à craindre.

Poireau Semer en pépinière Arracher les plants


Mon Potager au Naturel – Édition 2020 179

Repiquage &
Légumes Semis en pépinière Semis directs Éclaircissage Observations
Plantation

en ligne où à la
volée de la mi-
février à la mi-mars
et les repiquer
pour les variétés
(après habillage)
d'été, de la mi-mars
quand leur diamètre
à fin avril pour les
est celui d'un
variétés d'automne
crayon.
et en avril-début mai
pour les variétés
d'hiver

Peu après la levée,


ne garder qu'un
Semer en ligne en
plant par poquet.
Poirée poquets de 3
Les plants
(blette) graines d'avril à la
arrachés peuvent
mi-juin.
être repiqués
ailleurs.

Semer en ligne de
la mi-février (sous
abri) à la fin mai.
Dans le sud et sur
Pois la côte Atlantique,
les semis en
octobre-novembre
sont également
possibles.

Dans le sud et sur


le littoral
Planter les
atlantique, planter
tubercules des
Pommes de sous abri en
pommes de terre de
terre février/mars des
conservation au
tubercules germés
mois d'avril.
de pommes de
terre nouvelles.

Semer en ligne ou
à la volée de la mi-
Radis
février (sous abri) à
début septembre

Éclaircir à 10-15
Semer en ligne de
Radis d'hiver cm peu après la
juin à août.
levée.

Éclaircir à 6-7 cm
Semer en ligne fin
Salsifis au stade 2 feuilles
mars-début avril
vraies.

Semer en ligne Éclaircir à 10-15


Scorsonère mars-avril et en cm au stade 2
juin-juillet feuilles vraies.
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 180

Repiquage &
Légumes Semis en pépinière Semis directs Éclaircissage Observations
Plantation

Semer en poquets
Tétragone de 3 graines au
mois de mai.

Repiquer en godets
dès apparition des
feuilles vraies.
Semer en terrine au
Mettre en terre
Tomate chaud de février à
quand les gelées ne
avril
sont plus à craindre
ou dès la fin mars
sous abri.

Les tubercules
Planter en ligne en
laissés dans le sol
Topinambour mars-avril les
redémarrent
tubercules
l'année suivante.
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 181

Annexe 4 – Plantes bio-indicatrices

Vous trouverez dans le tableau ci-dessous quelques exemples de plantes indicatrices.


La présence d'une plante est significative seulement si elle est prédominante. La présence notoire de plusieurs plantes
présentant les mêmes caractéristiques permettra une interprétation d'autant plus fiable.
Pour vous aider à reconnaître les plantes, voir les liens ici.

Plante Qualité du sol PH Humidité


Achillée Millefeuille Pauvre en éléments nutritifs Calcaire Sec
Agrostide commune Pauvre en éléments nutritifs Acide
Ail des ours Riche en éléments nutritifs Frais
Alliaire Riche en éléments nutritifs Frais
Angélique des bois Relativement riche en éléments nutritifs
Aspérule odorant Neutre
Asphodèle Relativement pauvre en élément nutritifs Acide
Atrichie ondulée Bien structuré Légèrement acide
Aulne Riche en éléments nutritifs Humide
Benoîte commune Riche en éléments nutritifs et notamment en azote
Brachypode des Bois Calcaire
Bourse à pasteur Riche en éléments nutritifs Calcaire Forte variation
Bouton d'or Riche (peut être dû à un excès de pâturage)
Brome dressé Pauvre en éléments nutritifs Calcaire
Bruyère Très acide Très humide
Bugle rampante Riche en éléments nutritifs et notamment en azote
Callune Pauvre en éléments nutritifs Très acide
Camérisier à balais Calcaire
Campanule gantelée Calcaire
Canche Pauvre en éléments nutritifs Très acide
Cardamine des prés Riche en éléments nutritifs Frais
Carotte sauvage Calcaire Alternance de
sécheresse et
d’humidité
Centaurée Pauvre en éléments nutritifs
Chardon commun Sol saturé, excès de pâturage Calcaire
Chénopode Sol humifère, riche en éléments nutritifs dont
l’azote (plante nitrophile)
Chèvrefeuille des bois Bonne structure Légèrement acide
Chiendent Sol trop travaillé, demandant à être régénéré par la
prairie
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 182

Plante Qualité du sol PH Humidité


Clématite sauvage Tendance argileuse évoluant vers la forêt Calcaire
Coquelicot Calcaire Alternance
sec/humide, plane
aimant la chaleur
Dicrane en balais Pauvre en éléments nutritifs Très acide
Douce amère Relativement riche en éléments nutritifs Humide
Dryoptérix écailleux Neutre
Épiaire des bois Riche en éléments nutritifs Frais
Érable champètre Calcaire
Eupatoire chanvrine Relativement riche en éléments nutritifs Humide
Euphorbe réveille- Sol brûlé par le soleil, laissé nu, pollué
matin chimiquement.
Euphorbe faux Neutre
amandier
Fétuque Pauvre en éléments nutritifs
Ficaire Riche en éléments nutritifs Frais
Fléole des prés Acide
Fougère Évoluant vers la forêt Acide
Fusain d'Europe Calcaire
Gaillet grateron Humifère, azote en excès
Gaillet palustre Proche de la Très humide
neutralité
Géranium herbe-à- Humifère, évoluant vers la forêt
Robert
Germandrée Relativement pauvre en élément nutritifs Acide
scorodoine
Gouet d'Italie Riche en éléments nutritifs et en azote
Groseillier à Humifère, riche en éléments nutritifs Frais
maquereau
Houblon Relativement riche en éléments nutritifs Humide
Houlque molle Relativement pauvre en élément nutritifs Acide
Iris faux acore Proche de la Très humide
neutralité
Laîche à pilules Pauvre en éléments nutritifs Très acide
Laîche des bois Neutre
Laîche espacée Relativement riche en éléments nutritifs Humide
Lamier jaune Bonne structure Légèrement acide
Lierre Humifère, évoluant vers la forêt
Liseron des champs Humifère, riche en éléments nutritifs dont l'azote
Luzule des champs Relativement pauvre en éléments nutritifs Acide
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 183

Plante Qualité du sol PH Humidité


Laîche des marais Proche de la Très humide
neutralité
Laîche des rives Proche de la Très humide
neutralité
Lysimaque commune Proche de la Très humide
neutralité
Mélampyre des prés Relativement pauvre en éléments nutritifs Acide
Mélique uniflores Neutre
Mercuriale pérenne Calcaire
Molinie bleue Pauvre en éléments nutritifs Très acide
Millet diffus Neutre
Millepertuis élégant Relativement pauvre en éléments nutritifs Acide
Mouron des oiseaux Humifère, riche en éléments nutritifs dont l’azote
Mouron rouge Léger Acide Frais
Mouron bleu Humifère Calcaire
Myrtille Pauvre en éléments nutritifs Très acide
Néflier Relativement pauvre en éléments nutritifs Acide
Ortie dioïque Humifère, riche en éléments nutritifs dont l’azote
(parfois en excès)
Ortie brûlante Humifère, riche en éléments nutritifs, excès en
nitrates et en matières organiques animales
(fientes)
Oseille (grande) Équilibré, riche en éléments nutritifs
Osmonde royale Très acide Très humide
Oxalide petite oseille Bonne structure Acide
Pâturin commun Relativement riche en éléments nutritifs Humide
Pensée commune Sol laissé nu au soleil Acide Sec
Phragmite commune Proche de la Très humide
neutralité
Piment royal Très acide Très humide
Pissenlit Humifère, riche en éléments nutritifs (en excès si
dominant)
Plantain (grand) Compacté, piétinement par le bétail
Plantain lancéolé Pauvre en éléments nutritifs
Polytric commun Très acide Très humide
Populage des marais Proche de la Très humide
neutralité
Prêle des champs Sablo-limoneux Présence d'eau en
profondeur
Prêle (grande) Argileux Humide – présence
d'eau en profondeur
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 184

Plante Qualité du sol PH Humidité


Primevère acaule Riche en éléments nutritifs et en azote
Reine des prés Riche en éléments nutritifs, évoluant en tourbe Humide, voire
saturé en eau
Renoncule rampante Argileux, compacté, piétiné par le bétail, pauvre acide Humide
en éléments nutritifs
Rumex crépu Excès de matières organiques, blocages Humide, voire
saturé en eau
Rumex à feuilles Excès de matières organiques, blocages, Humide, voire
obtuses enracinement profon et remontée des minéraux saturé en eau
Séneçon commun Humifère, riche en éléments nutritifs dont l’azote,
voire en excès
Sphaignes Très acide Très humide
Stellaire holostée Neutre
Sureau noir Humifère, riche en éléments nutritifs humide
Tamier commun Calcaire
Troène Calcaire
Tussilage Argilo-calcaire, absence de couche humifère Calcaire
Valériane dioïque Proche de la Très humide
neutralité
Valériane officinale Relativement riche en éléments nutritifs Humide
Véronique des Neutre
montagnes
Véronique officinale Bonne structure Légèrement acide
Vione lantane Calcaire

Sources :
http://www.nbcorp.be/fiches-techniques/agriculture-et-maraichage/principes-generaux/article/les-plantes-indicatrices-
du-sol).
http://www.gnis-pedagogie.org/diagnostic-prairie-plante-indicatrice.html
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 185

Annexe 5 – Protections naturelles contre quelques ravageurs communs

Le Doryphore

Présentation

Le doryphore (Leptinotarsa decemlineata) est un joli insecte coléoptère non indigène en Europe (il aurait été introduit
accidentellement en Europe en 1922). Il rencontre donc malheureusement peu de prédateurs naturels.

Il se nourrit des feuilles de plantes appartenant à la famille des solanacées, et plus particulièrement des pommes de terre
et aubergines (beaucoup plus rarement de tomates et poivrons).

Les adultes passent l'hiver en hibernation dans le sol et sortent au printemps dès que la température dépasse 9°C.
La femelle pond rapidement - une semaine ou deux après sa sortie - en déposant ses œufs sous les feuilles par amas d'au
moins 30 œufs. Les larves éclosent environ une semaine plus tard et s'attaquent tout de suite voracement aux feuilles.

Ces larves opéreront plusieurs nymphoses avant de devenir adultes. Adultes qui s'enfonceront à leur tour dans le sol en
été pour ressortir au printemps suivant...

Bien que pratiquement éradiqué dans les régions subissant le plus de traitements chimiques des cultures, le doryphore
demeure très présent, en particulier lorsque le printemps est chaud, dans les contrées mieux préservées, comme en
Dordogne...

On observe par ailleurs un regain d'activité important depuis quelques années. Sans doute une autre conséquence du
réchauffement climatique.

Les larves, beaucoup plus voraces que les adultes, peuvent ainsi détruire presque totalement une culture de pommes de
terre.

Les associations de culture habituellement recommandées (ricin, ail, haricots...) s'avèrent totalement inutiles si le
doryphore est déjà présent. Et leur efficacité demeure très limitée dans le cas contraire.

Lorsque j'ai débuté, je fertilisais mes cultures de pommes de terre avec du tourteau de ricin. Mais ce produit est
hautement toxique pour nos animaux domestiques (les chats et chiens en raffolent) et autres petits mammifères. Bien
que mes cultures étaient alors préservées, sans doute de ce fait, des ravages du doryphore, j'ai donc décidé de ne plus en
utiliser.

De nombreux professionnels traitent avec un insecticide naturel à base de pyrèthres, certes efficace sur les adultes. Mais
pour ma part, je me refuse à l'emploi de tout insecticide. Si naturel soit-il, il n'en demeure pas moins meurtrier pour
nombres d'insectes, dont de précieux auxiliaires.

Un Bacillus Thuringiensis spécifique est également proposé aux professionnels pour éliminer les larves. Même si son
emploi ne pose pas de problème sur la faune auxiliaire, je ne peux me résoudre non plus à l'employer. Ce produit n'est
de toute façon pas disponible pour les jardiniers amateurs.

Bref, il m'a donc fallu trouver d'autres solutions.

J'ai ainsi essayé une par une les différentes techniques figurant dans ce dossier, avec plus ou moins de succès suivant les
saisons et ma propre persévérance.

Mais, il y a maintenant quelques années, j'ai conjugué toutes ces approches et, enfin, j'ai pu constater un résultat plus
que probant : je ne vois plus aucun doryphore dans mon jardin !

Commencez par arracher les repousses de pommes de terre de la saison précédente. C'est par ce biais que les
doryphores vont ressortir. Aussi, en éliminant ces plants, vous les privez d'entrée de nourriture.

Et suivez le guide...
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 186

Préservez la biodiversité
Je le répète : le doryphore n'est pas indigène dans nos contrées. Ses prédateurs naturels sont donc à priori peu
nombreux.
Néanmoins, les coccinelles ou les carabes par exemple se nourrissent volontiers de larves de doryphores. J'ai également
pu constaté que c'était également le cas des guêpes.
La présence de l'un de ces auxiliaires sur vos pommes de terre doit d'ailleurs vous inciter à y regarder de plus près. Il se
pourrait bien que le doryphore soit aussi dans le coin...
Il est donc essentiel de favoriser la venue de ces auxiliaires, notamment en préservant des zones sauvages aux alentours
et même au sein de votre potager.
Mais il faut se rendre à l'évidence : si la préservation de la biodiversité est parfaitement efficace pour se préserver de
nombres d'indésirables, cette approche est loin d'être suffisante pour ce qui concerne les doryphores...
Il convient donc de mettre en place un processus d'élimination systématique plus complet.

Les traitements au Doryphora 30 CH


Pour commencer, j'applique des traitements préventifs homéopathiques, avec pour objectif principal de repousser les
adultes mais aussi les éventuelles larves.

Rappelons ici le protocole de ce traitement :

Traitement préventif homéopathique contre le doryphore


• Procurez-vous en pharmacie homéopathique DORYPHORA – 30 CH. ( c’est l’équivalent de la D8 de Maria
Thun ).
• Mettez 5 granules par litre d’eau et laissez dissoudre (plusieurs heures).
• Agitez pendant 1 minute (dynamisation).
• Diluez au 1/10° puis agiter pendant 1 minute (on obtient donc 10 litres de préparation).
• Pulvérisez le matin (ciel voilé) sur les pommes de terre et aubergine ainsi qu'aux alentours et ce dès la sortie
des premières pousses.
• Renouveler l’opération après chaque pluie et au moins tous les 15 jours.

Le premier traitement est le plus important car les doryphores sortent de terre en même temps que les pommes de terre.
Le traitement éloigne les adultes qui ne viennent pas pondre.

Si les larves sont déjà présentes, avec ce traitement, on voit la plupart des petites bêtes rouges fuir hors du champs.
Faute de pommes de terre, le doryphore adulte s’attaquera parfois aux carottes ou d’autres plantes sauvages, sans
pouvoir vraiment se reproduire.

Mais ces traitements préventifs seuls ne seront sans doute pas suffisants...

Le ramassage systématique des adultes


Malgré les traitements homéopathiques promulgués auparavant, ma visite quotidienne de ma parcelle de pommes de
terre me faisait découvrir chaque jour quelques doryphores adultes.
Il est donc impératif d'éliminer immédiatement ces indésirables avant qu'ils ne pondent.
Différentes méthodes sont possibles : l'écrasement radical avec les doigts... mais ce n'est pas très ragoutant ; aussi les
plus sensibles auront à la main un récipient rempli d'eau dans lequel ils noieront les doryphores.
Mais évidemment, lorsque je trouve un adulte, j'inspecte également le feuillage du plant sur lequel j'avais trouvé l'intrus,
mais aussi ceux alentour.
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 187

Il n'est en effet pas rare de trouver alors quelques pontes récentes... que j'élimine avec les doigts.

Mais quelques doryphores peuvent malgré tout échapper à notre vigilance... il faut donc aller encore plus loin...

L'inspection du dessous des feuilles


Le but de cette inspection minutieuse est d'éliminer tous les œufs de doryphores avant qu'ils n'éclosent.

Sachant que les œufs mettent en moyenne une semaine pour éclore et que ce travail de recherche est très fastidieux
(d'autant plus quand le feuillage est déjà bien développé), j'ai divisé ma parcelle de pommes de terre en 6 tranches.

Chaque jour (sauf le dimanche), j'inspecte donc ainsi seulement 1/6ème de ma culture de pommes de terre. Mais chaque
semaine (donc le temps d'éclosion) tous les plants sont donc scrutés de près.

L'an passé, bien que ramassant quotidiennement les adultes, je nettoyais environ une dizaine de foyer d’œufs par
semaine, ceci sur une surface totale de 1000 m2 environ de pommes de terre.

Cette inspection s'avérait donc nécessaire. Car si je laissais faire, les larves auraient pu éclore... et là, ça devient
beaucoup plus difficilement gérable !

Les traitements à la consoude


J'applique également des traitements au purin de consoude, à l'origine non pour chasser les doryphores, mais dans
l'objectif de renforcer mes cultures et de les fertiliser (la consoude est très riche en potasse, un élément utile notamment
au grossissement des tubercules).

Mais force était alors de constater que les jours suivants un traitement à la consoude, je ne trouvais pas d'adultes de
doryphore. Ceci s'explique sans doute par une certaine odeur un peu répulsive... Toujours est-il que j'incorpore donc ce
traitement à ma panoplie d'actions anti-doryphores.

Récapitulatif de mon plan anti-doryphores

1. Préservez la biodiversité au sein de votre potager ;


2. Traitez préventivement au Doryphora 30 CH, ce dès les premières pousses puis répétez l'opération après
chaque pluie et sinon au moins tous les 15 jours ;
3. Tous les jours, faites le tour de vos plantations de pommes de terre et d'aubergines en éliminant
systématiquement les adultes que vous verrez. Profitez-en pour inspecter le dessous des plantes sur lesquelles
vous aurez découvert un doryphore, mais aussi celles alentour ;
4. Une fois par semaine (ou tous les jours en établissant un plan de rotation), inspectez minutieusement sous les
feuilles et éliminez les colonies d’œufs qui s'y trouvent ;
5. Complétez ce plan par des traitements réguliers à la consoude.
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 188

Les Limaces
Rares sont les jardiniers qui apprécient les limaces. Et pour cause, ces mollusques, particulièrement présents par temps
humide, peuvent causer des dégâts considérables sur les cultures, et notamment sur les jeunes plants...

Le piège à bière, la fausse solution miracle


Cette technique est bien connue et utilisée par de nombreux jardiniers. Et pourtant...
Des expériences ont été menées sur ce procédé. Voici ce qu'elles ont démontré :
• La bière est en effet super efficace pour attirer les limaces, à un point tel que ces dernières sont capables de
parcourir des dizaines, voire des centaines de mètres pour rejoindre ce paradis...
• Celles qui se trouvaient tranquillement chez votre voisin rappliquent toutes chez vous.
Il en résulte donc que les populations de limaces se trouvent multipliées dans votre jardin.
Et, comme vous voyez vos coupelles pleines de limaces, vous vous dites que cette méthode est vraiment efficace ! Sauf
que nombreuses sont celles qui flâneront en route, se délectant ici ou là d'un jeune plant de salades ou de concombres...
Bref, cette solution est à oublier ; ou alors mettez votre piège à bière chez votre voisin... enfin si vous avez une dent
contre lui !

L'apport de cendre de bois, une solution à utiliser avec précaution


Également bien connue, cette approche consiste à épandre de la cendre de bois autour des jeunes plants, constituant
ainsi une barrière naturelle contre les limaces.
Certes, cette technique est efficace, mais elle présente néanmoins un inconvénient de taille.
En effet, à la moindre averse, la cendre forme une croûte qui permet alors le passage des mollusques. Il faut donc en
remettre à chaque fois ; mais cela conduit à épandre beaucoup trop de cendres, et donc de calcium et potasse qu'elles
contiennent en quantités importantes... ce qui a pour conséquence un déséquilibre chimique et l’asphyxie de la terre.
Tout le contraire de ce qu’on recherche en jardinage biologique !
Cette solution est en tout cas à proscrire en terre calcaire.
Ok, mais alors, des solutions écologiques efficaces existent-elles ?
Oui ! En voici quelques-unes :

La Fougère
Si vous avez de la fougère près de chez vous, c'est la meilleure solution que je connaisse, et la plus simple à mettre en
œuvre.
Placez simplement quelques branches de fougères autour des plants à protéger. Les limaces ne franchiront pas cette
barrière naturelle...
Les feuilles de fougères sont efficaces pendant plusieurs semaines et, en constituant un paillage, présentent un double
avantage.
Il est également possible d'arroser le sol en préventif avec du purin de fougères.

Des planches de bois pour piéger les limaces


Disposez des planches de bois à même le sol, en particulier à proximité des cultures particulièrement visitées par les
limaces.
Ces dernières iront s'y réfugier pendant la nuit. Vous n'aurez alors plus qu'à les collecter, de préférence au petit matin. Il
vous appartient ensuite de les éliminer comme bon vous semble...

Autres petites astuces


Semez de la bourrache un peu partout dans votre potager, elle éloigne limaces et escargots.
Pulvérisez de l'insecticide naturel à base de tanaisie... c'est radical contre les limaces, mais pas seulement, avec les
conséquences sur les équilibres naturels que cela peut entraîner...
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 189

Les Pucerons

Voici quelques principes et astuces pour préserver vos cultures des ravages de pucerons.

Les procédés totalement écologiques


Ces procédés sont à privilégier car ils ne perturbent aucunement l'écosystème.

Évitez les engrais trop riches en azote.


Et oui, la première cause de la prolifération des pucerons sur vos cultures, c'est l'excès d'azote.
Aussi, sauf si une plante manque visiblement de cet élément indispensable à sa croissance (ce qui se traduit par le fait
qu'elle ne pousse pas bien et prend une couleur jaunâtre), les engrais fortement azoté (guano, corne broyée, sang
desséché...) sont à éviter.
De même, les apports de purin d'ortie (très riche en azote) doivent être raisonnés et d'une manière générale limités au
début de croissance.
Voilà déjà une donnée essentielle à intégrer pour éviter d'être envahi par les pucerons.

Favorisez la biodiversité !
Certaines plantes sauvages exercent un véritable attrait sur les pucerons, qui délaissent alors vos cultures.
Mais surtout, les pucerons ont de nombreux prédateurs naturels et notamment les coccinelles, les syrphes, les chrysopes
ou encore les hyménoptères (voir ici)...
Ces précieux auxiliaires ne seront présents en nombre que si vous préservez des zones sauvages au sein de votre jardin.
Si tout est agencé, travaillé, taillé, éclairci, tondu... ils ne trouveront pas d'abris viables et fuiront votre jardin.
Et leur absence entraînera inévitablement des surpopulations de « nuisibles » (enfin, moins que nous, les humains...).
Alors que si vous veillez à toujours laisser des zones sauvages (par exemple, ne tondez qu'une partie de la pelouse et
laissez le reste tranquille), vous verrez que les populations de pucerons (mais c'est aussi vrai pour la plupart des insectes
indésirables) se régulent naturellement, sans aucune intervention de votre part... et donc pas besoin même de lire la suite
de ce chapitre...
...Vous êtes encore là ? Bon ok, alors je vous donne encore quelques trucs pour préserver vos cultures des pucerons.
Pour être tout à fait franc, je pratique les 3 suivantes au sein de mes serres (la biodiversité y étant moins importante
qu'en extérieur), mais aussi un peu en extérieur, plutôt par mesure de précaution, et parce que ça ne fait pas de mal à la
biodiversité...

Semez de la capucine !
Les pucerons sont particulièrement attirés par la capucine.
Semez quelques graines de capucines à proximité de vos cultures sensibles. Les pucerons seront attirés vers elle et
laisseront tranquilles vos cultures.
De plus, la capucine attire également les coccinelles qui, nous venons de le voir se nourrissent très volontiers de
pucerons...

Les répulsifs naturels


On peut aussi évidemment se contenter de repousser les pucerons (chez le voisin par exemple), et ce le plus
naturellement du monde...

Pulvérisez une macération d'ortie


Si l'abus d'ortie aura pour effet de favoriser la prolifération de pucerons, en revanche une macération d'ortie les
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 190

éloignera. Voici la recette :


• Mettez les plantes fraîches à tremper (100g pour 1 litre d'eau) pendant 12 heures (curatif) ou 2 à 3 jours
(préventif).
• Placez si possible le récipient au soleil.
• Filtrez.
Pulvérisez en préventif (sur les arbres avant éclosion des bourgeons et à l'apparition des jeunes feuilles) une macération
de 2 ou 3 jours diluée 50 fois ;
Pulvérisez en curatif (donc en cas d'attaque importante) une macération de 12 heures maximum, non diluée. Répétez
l'opération 2 à 3 fois par semaine jusqu'à disparition des indésirables.

Pulvérisez du purin de menthe poivrée


Le purin de menthe poivrée éloignera également les pucerons :
• Mettez à fermenter (dans un récipient non métallique) 100 g de feuilles pour 1 litre d'eau,
• Couvrez en laissant une aération,
• Remuez chaque jour jusqu'à disparition des bulles puis filtrez.
Diluez 10 fois dans de l'eau de pluie et pulvérisez sur les plantes envahies de pucerons.

Les insecticides naturels


Personnellement, je n'ai jamais besoin d'en utiliser. De par la biodiversité importante au sein et autour de mon potager,
et parfois le recours à quelques répulsifs naturels, mes cultures ne sont jamais envahies de pucerons...
Mais ne comptez pas sur moi pour vous donner ici des recettes d'insecticides non spécifiques. Ceux présentés ici ne
détruisent normalement que les pucerons.

Pulvérisez du purin d'absinthe


• Remplissez un récipient (non métallique) de feuilles et sommités fleuries d'absinthe et complétez avec de l'eau
de pluie (300 g de plante fraîche pour un litre d'eau, 30 g de plante séchée pour 1 litre d'eau),
• Couvrez en laissant une aération,
• Remuez chaque jour jusqu'à disparition des bulles puis filtrez.
Pulvérisez non dilué au printemps pour éliminer les pucerons(effet radical).

Pulvérisez une décoction de feuilles de rhubarbe


Faites une décoction de feuilles de rhubarbe. :
• Coupez 500 g de feuilles en lanières ;
• Laissez macérer dans 5 litres d'eau froide pendant 24 h ;
• Faites ensuite bouillir pendant 30 minutes ;
• Laissez refroidir et filtrez (avec un linge).

Pulvérisez ensuite sur vos plants envahis. Le liquide obtenu contient un acide qui paralyse et finalement tue les
pucerons mais ne nuit pas aux autres insectes...
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 191

Les Altises

L'altise est un petit insecte coléoptère s'attaquant notamment aux plantes de la famille des brassicacées (choux, radis,
navets, roquette...) ou encore aux blettes et betteraves.
Son apparition est favorisée par la chaleur et la sécheresse. On peut alors voir ces petites bêtes noires sautant comme
des puces de choux en choux par exemple.
Elles vont alors perforer les feuilles des plantes attaquées, nuisant ainsi au développement et dévalorisant quelque peu le
produit.
Voici quelques techniques pour les éloigner :
• Arrosez le feuillage des plantes sensibles et maintenez le sol frais ;
• Plantez des fleurs répulsives (souci, cosmos) ici et là dans votre potager ;
• Plantez des salades en association avec les choux, navets, radis...
• En préventif, pulvérisez une décoction de fleurs de tanaisie.
• Placez, au sein des cultures sensibles, des branches de plantes répulsives comme le genêt ou le romarin
notamment ;
• Pulvérisez du purin non dilué d'absinthe (préparé de préférence avec des feuilles sèches) ;
• Arrosez avec un purin de feuilles de choux dont voici la recette...

Purin de feuilles de choux


• Mettez à macérer 3 kg de feuilles fraîches bien colorées dans 10 litres d'eau ;
• Remuez chaque jour jusqu'à disparition des bulles ;
• Filtrez ;
Arrosez au pied avec le purin dilué 5 fois (c'est à dire 1 litre de purin pour 5 litres d'eau).
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 192

Les Campagnols et autres petits rongeurs

Les rongeurs peuvent poser de nombreux problèmes dans un jardin en particulier lorsqu'il est entretenu naturellement.
Lorsque l'on se passe complètement de produits chimiques, il n'est en effet vraiment pas aisé de tenir éloignés des
cultures rats des champs, campagnols de champs ou terrestre (rats-taupiers), mulots, lapins...
Et il est bien décevant de voir ses carottes complètement dévorées ou sa récolte de pommes de terre réduite à peau de
chagrin !
Nous allons donc essayer de voir ici les solutions naturelles qui s'offrent à nous.

Hébergez des couleuvres


Pour ce qui concerne les rongeurs, la biodiversité animale joue là encore un rôle essentiel.
Ainsi, les rapaces, les renards, les chats ou les couleuvres sont de redoutables prédateurs de petits rongeurs.
Et de fait, dans les régions où la vie sauvage est encore relativement présente, les ravages liés aux rongeurs sont en
général moindre qu'en zone péri-urbaine par exemple.
De même, la présence de chats limite les problèmes...
Il n'est certes pas envisageable d'héberger un renard dans votre jardin, et encore moins d'y attirer des rapaces. Par
contre, pour peu que vous viviez à la campagne, il est tout à fait possible d'y favoriser la venue d'une belle couleuvre ;
laissez des tas de branchages, des pierres, des broussailles...
Une superbe couleuvre a ainsi élu domicile dans l'une de mes serres, et une autre, plus petite, a colonisé un autre coin de
mon potager. Par ailleurs, les buses survolent tous les jours mon jardin... Et j'ai finalement peu (en tout cas par rapport à
certains témoignages que j'ai pu recevoir) de problèmes de rongeurs...
J'en profite pour rappeler que la couleuvre n'est absolument pas dangereuse pour l'homme...
Mais encore faut-il qu'une couleuvre veuille bien s'installer au sein du potager (ce qui n'est peut-être pas forcément
évident en ville)...

Évitez le paillage pour certaines cultures


Le paillage peut être problématique pour ce qui concerne les rongeurs...
Bien que présentant de nombreux avantages, le paillage présente un inconvénient majeur : il constitue un gite de choix
pour certains rongeurs.
Pour ma part, je m'abstiens donc de pailler les légumes racines, car ceux-ci se trouvent alors directement à portée de
dents des animaux qui ont élu domicile dans le coin...

Les plantes répulsives contre les rongeurs


Certaines plantes, de par leur odeur notamment, sont réputées pour éloigner les rongeurs.
Citons l'Euphorbe (plante toxique), l'Épurge, la Rue, la Couronne Impériale, les Fritilaires, les Scilles, les Jacinthes, les
Mélilots ou encore l'Incarvillea.
Ainsi, on conseille de planter un peu partout dans le jardin des pieds de ces plantes répulsives ou d'en placer des
branchages directement sur les planches de cultures.
Notons également l'effet répulsif du tourteau de ricin (utilisé en engrais biologique)... mais également fortement toxique
en particulier pour les petits mammifères (si vous avez chiens ou chats, évitez absolument d'utiliser du tourteau de
ricin).
Mais voilà : si certains jardiniers arrivent à éloigner les rongeurs en plantant quelques plantes répulsives, chez d'autres,
il faut bien avouer que les résultats ne sont pas à la hauteur des espérances... et ces gentils petites bêtes continuent à
ravager les cultures.
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 193

L'huile d'os comme répulsif naturel pour les rats-taupiers


Cette méthode a été testée et partagée par Louis Bullian, fidèle lecteur du blog du Jardinier Bio. Merci à toi Louis !
« Depuis mars j’ai enterré des mèches imprégnées d’Huile d’os (produit naturel utilisé pour éloigner les mouches dans
les écuries voire directement sur la peau des chevaux) dans les galeries repérées au milieu du potager. Ça sent
effectivement vraiment mauvais cette affaire ! … Au début j’ai remarqué que , contrairement aux autres pièges, les
galeries n’étaient pas rebouchées à ces endroits. J’ai donc inséré une dizaine de mèches fixées sur un brin de fil de fer
avec un bout de ficelle bleue afin de pouvoir les repérer . Et depuis, oh Miracolo ! … plus de rats taupiers sur ma
parcelle de potager …
Pour la confection de la mèche je coupe un morceau de fil de fer de 30cms environ et le replie à chaque extrémité sur 2
à 3 cms.
Je prends un morceau de tissus usagé de 20cms sur 10 environ (la longueur du tissus doit être plus petite que la
profondeur du flacon d’huile d’os) que j’enroule à une des extrémités du fil de fer, j’y met deux élastiques pour le
maintenir en place.
A l’autre extrémité du fil de fer je noue un petit morceau de ficelle de couleur afin de repérer l’endroit ou la mèche sera
installée.
Ensuite je trempe le coté avec le tissus dans mon flacon d’huile d’os ( une paire de gants me parait conseillée) et le
laisse une petite minute afin que cela s’imprègne bien.
Entre-temps j’ai repéré une galerie de rats taupiers que je dégage un peu.
J’y insère la mèche, referme la galerie avec une pierre plate ou bien de la terre en laissant apparaître l’extrémité avec
la ficelle de couleur.
Et voilà il n’y a plus qu’a attendre …..J’en ai disposé dans une dizaine de galeries repérées directement au milieu du
potager et je plante autour …
Alors ? est-ce l’Huile d’os, ou bien les plants de Rue et d’Euphorbe plantés l’an dernier qui sont magnifiques cette
année, la météo qui était moins favorable à la prolifération de ces petites bêtes, voire la présence d’un renard surpris à
« muloter » à 50 m du potager ou bien la présence plus importante de buses et faucon ? …
Je ne saurais le dire avec précisions, en tout cas mes pieds de courgettes donnent à plein en ce moment, les pieds de
tomates sur buttes lasagnes sont superbes et les haricots poussent à vue d’œil … Mes salades n’ont pas été retournées
comme l’an dernier donc je constate une production redevenue « normale »… »

Les pièges à rongeurs


Des pièges à rongeurs existent. Vous en trouverez en jardinerie ou sur le web.
Il existe 2 types de pièges :
• les classiques pièges à tapette. Ces pièges sont évidemment mortels. Il est donc à mon sens difficile de classer
cette technique comme moyen de lutte bio ; car, même si les rongeurs sont nuisibles à bien des égards, ils
participent néanmoins à la chaîne de vie de notre jardin-potager. Ainsi, d'autres nuisibles risquent de proliférer
outre mesure. Éliminer totalement les rongeurs est donc contre-productif... Parmi ces pièges meurtriers, citons
néanmoins le SuperCat, plus élaboré que les pièges à tapette, et particulièrement efficace.
• les pièges à capture : les rongeurs capturés sont alors relâchés là où ils ne poseront pas de problème. Cette
solution est à mon sens à privilégier par rapport à la précédente.

Les ultra-sons pour éloigner les rongeurs


Selon certains, l'utilisation d'ultra-sons spécifiques serait La Solution contre les problèmes de rongeurs...
Pourtant les dératiseurs professionnels, après avoir tenté l'expérience, semblent délaisser cette option, absolument pas
convaincus de son efficacité... ou bien alors par peur de ne plus avoir de travail ? Là est toute la question !

Les dératiseurs professionnels


Reste la possibilité de faire appel à des professionnels de la dératisation... avec un coût certes élevé, mais en principe
avec de vrais résultats.
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 194

Bien entendu, ces professionnels sont susceptibles d'utiliser de la mort au rat... exigez l'utilisation de solutions
écologiques (pièges à capture par exemple).
Vous pourrez trouver les coordonnées de dératiseurs sur le web ou un annuaire. Voici également un lien avec des
adresses de professionnels : http://deratisation.info/

Quelques conseils pour faire votre choix :


• Choisissez un dératiseur proposant des solutions naturelles ;
• Tous les dératiseurs n'interviennent pas en milieu extérieur. Précisez bien que votre demande concerne un
jardin...
• Certains professionnels garantissent le résultat. Privilégiez ces derniers.
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 195

Annexe 6 – Protections naturelles contre quelques maladies cryptogamiques

Le Mildiou
Q’est-ce que le mildiou ?
Le mildiou est donc une maladie cryptogamique, ce qui signifie qu’elle est causée par un champignon microscopique
(phytophtora infestans pour le mildiou sévissant sur la tomate ou la pommes de terre, Peronospora parasitica pour les
crucifères ou plasmopara viticola pour la vigne).
Le mildiou se manifeste tout d’abord par des tâches brunâtres, avec un contour plus pâle, et d’aspect huileux sur la face
supérieure des feuilles. Sur la face inférieure, on observera souvent un feutrage blanc.
Rapidement ces tâches noirciront et le feuillage se desséchera complètement en quelques jours.
De même des tâches concentriques brunâtres peuvent apparaître sur les tiges et causer rapidement le brunissement des
bouquets terminaux qui vont se recroqueviller et mourir.
Enfin, les fruits vont pourrir…
Si la plante est entièrement atteinte, elle se desséchera complètement en quelques jours.

Les conditions de développement du mildiou


Le champignon responsable du mildiou hiverne dans le sol et ses germes sont transmis par voie aérienne dans des
conditions d’humidité importante et des températures moyennes (la maladie cesse de se développer lorsque les
températures sont supérieures à 26-28°C)

Prévenir le mildiou
Protéger de la pluie
La méthode de protection la plus efficace contre le mildiou consiste à protéger les plants de la pluie.
Que ce soit avec un simple auvent transparent, une housse spéciale à tomates ou plus simplement une serre (bâche
plastique ou verre), le simple fait de cultiver sous abri limitera très fortement les risques de mildiou, à condition
toutefois de suffisamment aérer la serre, sans quoi la forte humidité résultant d’une mauvaise aération, en ralentissant le
séchage des plants, risque elle aussi d’engendrer du mildiou (ou autres maladies cryptogamiques).

Sélectionner des variétés plus résistantes


Des hybrides ont été créés pour une meilleure résistance au mildiou. On trouve aussi aujourd’hui des plants greffés dans
ce but…
Mais, si comme moi, seules les variétés anciennes trouvent grâce à vos yeux, sachez que certaines variétés résistent
mieux.
J’ai ainsi pu constater, chez moi et au fil des ans, que les tomates Saint-Pierre, la Rose de Berne ou encore la Golden
Jubelee étaient moins facilement atteintes que la Cœur de Bœuf ou la Noire de Crimée par exemple. J’ai également noté
que certaines d’entre-elles (en particulier la Golden Jubelee) continuaient à produire sans problème des fruits sains
malgré la présence de la maladie.
Je tiens à préciser qu’une variété peut mieux résister dans certaines conditions mais pas forcément dans d’autres. A vous
donc de faire vos propres observations…

Ne pas tailler
Les plaies engendrées par la taille sont des portes d’entrée du mildiou et autres maladies cryptogamiques.
Le fait de ne pas tailler limitera donc les risques. Toutefois, il est alors essentiel d’espacer plus les plants pour permettre
une aération suffisante.
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 196

Traiter en préventif
Les différents traitements existants ne guériront pas le mildiou. Ils sont toutefois utiles en préventif, avant l’apparition
de la maladie, mais également lorsque celle-ci est présente et pour éviter alors qu’elle ne se propage à tout le plant.
La bouillie bordelaise ou autre produits à base de cuivre
Les produits à base de cuivre, et en particulier la bouillie bordelaise, sont communément utilisés depuis longtemps pour
prévenir du mildiou.
Je ferais 3 remarques :
• les souches de champignon les plus récentes semblent plus virulentes et la bouillie bordelaise n’est plus
toujours efficace (d’où la commercialisation de produits de traitements chimiques de plus en plus toxiques);
• le cuivre est phyto-toxique et nuit en particulier à la floraison (lisez les recommandations d’emploi sur les
emballages de bouillie bordelaise);
• le cuivre s’accumule dans le sol avec des conséquences importantes sur la vie de celui-ci et notamment sur les
populations de vers de terre.
Pour ces raisons, je me refuse depuis maintenant quelques années à utiliser du cuivre au jardin.

Le bicarbonate de soude
Le bicarbonate de soude est une alternative intéressante à la bouillie bordelaise :
• Versez 1 cuillère à café de bicarbonate de soude dans 1 litre d’eau.
• Ajoutez 1 cuillère à café de savon noir (ou de Marseille).
• Dès la plantation, vaporisez le mélange sur la plante entière.
• Répétez l’opération une fois par semaine durant deux mois et après chaque pluie.
Je tiens à rappeler ici, à l’attention des professionnels, que ce produit n’est pas homologué en AB (donc pas autorisé).

Notez également que, tout comme la bouillie bordelaise, le bicarbonate de soude nuit à la floraison.

Le purin de prêle
Des traitements répétés au purin de prêle (voir ici) ont une certaine efficacité pour prévenir du mildiou…

Éliminer les parties atteintes


Supprimez le feuillage et les branches atteintes (évidemment si cela ne concerne pas tout le plant…). Cela évitera la
propagation immédiate.
Vous pouvez mettre les feuilles malades au compost. La montée en température de ce dernier détruira les germes du
champignon. Certains considèrent qu’un tel compost aurait même des propriétés protectrices contre le mildiou…

Ne pas cultiver au même endroit


Si le mildiou a sévi chez vous, il sera préférable de vous abstenir de cultiver à nouveau des tomates, ou autres
solanacées au même endroit pendant au moins 5 ans.

Le lait
Le lait demi-écrémé ou entier (mais odeur désagréable avec ce dernier) peut également être utilisé en traitement
antifongique.
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 197

Il est plus couramment utilisé contre l’oïdium mais certains témoignent de son efficacité également sur le mildiou.
Mélangez 1 volume de lait pour 9 volumes d’eau et pulvérisez rapidement sur toute la plante.
Ce traitement aurait également une certaine efficacité en curatif…

Réagir face au mildiou


Récolter les pommes de terre
Votre première réaction après une sévère attaque de mildiou devra être d’éliminer les parties atteintes… et donc
éventuellement si besoin (attaque générale) de tout faucher.
A condition qu'ils soient déjà très bien développés, récoltez de suite, les plants les plus atteints (avant que la maladie ne
se propage aux tubercules). L’inconvénient étant que la peau est encore très fine… ces pommes de terre ne se
conserveront donc pas très longtemps.
Vous pouvez aussi prendre le risque de laisser en terre les plants le moins atteints, mais après avoir aussi fauché le
feuillage… puis effectuez quelques traitements à la prêle sur le sol… en espérant que les pommes de terre ne seront pas
contaminées.

Et les tomates ?
Sachez que si les plants ne sont pas complètement atteints, et que les conditions météorologiques le permettent, il est
possible de stopper la propagation de la maladie.
Si après une période pluvieuse, les températures montent rapidement aux dessus de 28)C, la propagation de la maladie
sera stoppée naturellement.
Dès lors, après avoir éliminé les parties atteintes (feuilles et quelques branches*), effectuez rapidement un traitement au
bicarbonate de soude puis également un traitement combiné purin d’ortie/purin de consoude. Renouvelez ces
traitements tous les 5 jours environ…

*Le fait de ne pas tailler vos pieds de tomates vous permettra de trouver des rejets sains sur la plupart des plants…
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 198

L'oïdium
Qu’est-ce que l’oïdium ?
L’oïdium est une maladie cryptogamique (comme le mildiou), ce qui signifie qu’elle est engendrée par des
champignons.
On trouve quantités de champignons, plus ou moins spécifiques à certaines plantes, responsables de l’oïdium.
Leurs spores se propagent dans l’air principalement par temps chaud (au moins 27°C) et humide. Mais certaines
souches peuvent également se développer par temps moins chaud (à partir de 10°C) et sec…
L’oïdium est caractérisé par un feutrage blanc sur les feuilles, qui finissent par se dessécher complètement.
Si l’attaque survient en fin de cycle de la plante, l’oïdium nuira peu à la production. Par contre, si le plant est atteint
précocement, c’est toute la récolte qui risque d’être fortement compromise, d’autant plus qu’un plant malade va
participer à la propagation de la maladie.

Légumes concernés par l’oïdium


Les cucurbitacées sont particulièrement sensibles à l’oïdium. On trouve 2 champignons responsables de l’oïdium des
curbitacées : Ersiphe cichoraceum (sévissant en plein air) et Spaerotheca fuliginea (sous abri).
L’oïdium des cucurbitacées touche les concombres, courges et courgettes, melons, pâtisson… bref tous les légumes de
cette famille.
Les haricots (normalement uniquement sous serre), les pois, les carottes, les laitues et chicorées, les betteraves, les
tomates, les choux, les radis, les navets, les artichauts, les groseilliers, les framboisiers, les cassis, ou encore la vigne et
les arbres fruitiers, peuvent également être atteints par l’oïdium (liste non exhaustive).

Prévenir naturellement des attaques d’oïdium


Comme pour toutes les maladies ou même attaques de ravageurs, les choses se jouent principalement en amont.
C’est donc avant tout par des moyens préventifs que l’on essaiera de contenir l’oïdium.

De bonnes conditions de cultures


Voici quelques recommandations “basiques” pour limiter les risques d’oïdium :
• Dans un sol vivant, les plantes se développeront mieux, et seront donc moins sujettes aux diverses attaques.
Nourrissez au mieux votre terre par des apports réguliers de matières organiques ainsi que par une couverture
du sol.
• Évitez le fumier non décomposé (un compost bien mûr est beaucoup mieux).
• Aérez bien vos serres !

Renforcer les défenses naturelles


Nous allons donc chercher ici à renforcer préventivement les défenses naturelles des plantes cultivées, et ce avec de
simples purins :
• Le purin de prêle : pendant toutes l’année (si possible une fois par mois), arrosez le sol avec du purin de prêle
(dilué 10 fois).
• Le purin d’ortie : le purin d’ortie va renforcer les défenses naturelles des plantes et leur permettre de
notamment mieux résister aux attaques de champignons. Je vous recommande pour cela d’arroser au pied au
purin d’ortie, dilué 10 fois, en début de culture (2 ou 3 arrosages espacés de 7-10 jours).
• Le purin de consoude : de même que l’ortie, la consoude – sous forme de purin – va participer au
développement des défenses naturelles. Les arrosages, au pied, au purin de consoude (dilué 10 fois) prendront
le relais de ceux au purin d’ortie, sur un rythme identique.
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 199

Protéger en préventif
Si les conditions sont propices au développement de l’oïdium on pourra avoir recours à divers traitements préventifs à
effectuer environ 1 fois par semaine :
Pulvérisez sur la plante entière, le soir et par temps sec, un mélange de purins d’ortie, de consoude et de prêle (chacun
étant dosé à 5%)
Pulvérisez du bicarbonate de soude, également par temps sec et le soir; le bicarbonate présentant l’inconvénient de nuire
à la floraison (donc à éviter dans ces conditions). Notez que le traitement au bicarbonate peut très bien être intégré au
mélange de purin présenté ci-dessus.
Pulvérisez du soufre (homologué en AB) – (personnellement, je n’en utilise plus depuis le jour où j’ai constaté que les
chevreuils ne mangeaient plus mes salades qui avaient été traitées…) – En tout cas, si vous décidez d’en utiliser,
respectez-les doses d’emploi figurant sur l’emballage (en mettre trop ne sert à rien et peut être nocif…).

Les méthodes curatives


Lorsque l’oïdium est visible (feutrage blanchâtre sur les feuilles), supprimez rapidement et brûlez les parties malades
(les feuilles avec leurs tiges, et éventuellement les fruits “ramollis”); mais cela s’avère impossible lorsque le plant est
complètement atteint (il n’en resterait rien…).
Vous avez ensuite le choix entre ces différents produits :
• Pulvérisez du lait de vache dilué (à 50%), à raison d’une ou deux fois par semaine
• Pulvérisez du bicarbonate de soude : le bicarbonate peut avoir un certain effet en curatif, à condition toutefois
que la maladie ne soit pas trop développée
• Pulvérisez du soufre, normalement efficace en curatif… jusqu’à un certain stade de développement de l’oïdium
• On parle aussi de jus d’algues… mais personnellement je ne connais pas
Aucun de ces produits n’est efficace à 100%, loin s’en faut. Toutefois, ils permettront en principe de limiter la
propagation de la maladie sur les plants traités… mais aussi à d’autres plants ou cultures sensibles… que je vous
recommande alors de traiter au passage, afin justement d’éviter leur contamination.

En conclusion : “mieux vaut prévenir que guérir !”


Il est bien frustrant de voir ses cultures décliner à vue d’œil. Et les moyens curatifs naturels, peu nombreux, ne sont pas
toujours efficaces, surtout si la maladie est déjà bien développée au point d’atteindre les fruits…
Une plante pleine de vitalité résistera beaucoup mieux à toutes les maladies.
Aussi, je ne peux que vous recommander de suivre au mieux mes recommandations préventives.
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 200

La Fonte des Semis


Vos jeunes plants, à peine sortis de terre, meurent en quelques jours ?
Il s'agit très probablement de la fonte des semis... une maladie relativement courante, mais évitable, fatale aux jeunes
plants.
Commençons par mieux connaître cette maladie et ses conditions de développement.

Qu'est-ce que la fonte des semis ?


La fonte des semis est une maladie cryptogamique (ce qui signifie qu'elle est engendrée par différents champignons :
Botrytis, Fusarium, Rhizoctonia, Sclerotinia, Phyhium, Phoma,..) s'attaquant aux plantules.
Les champignons responsables de la fonte des semis survivent dans le sol (dans lequel ils peuvent persister plusieurs
années), le terreau ou même les graines.
Une humidité excessive en est le principal facteur de développement.
Cette maladie se développe sur les racines ou le collet des jeunes plants, lorsqu'ils sortent juste de terre.
Elle concerne de très nombreuses plantes, qu'il s'agisse de plants élevés en pépinière (en godets, terrines ou plaques
alvéolées) ou semés directement en terre (on peut alors avoir de véritables foyers d'infection, touchant une planche de
culture entière).
Les solanacées (tomates et aubergines notamment), brassicacées (choux, navets, radis), cucurbitacées (courges,
courgettes, melons) ou encore les haricots et salades y sont tout particulièrement sensibles.
Les symptômes de la fonte des semis varient quelque peu selon le champignon en cause.
L'attaque démarre en général avant même la levée, au niveau de la graine ou des racines.
Parfois, en cas d'atteinte précoce des graines, les plants ne vont même pas sortir de terre, ou alors seulement une partie
d'entre-eux. Le semis sera alors très clairsemé.
Mais on remarque plus généralement la maladie, peu après la levée, au niveau de la tige.
La fonte des semis se caractérise alors par :
• un affinement de la base de la tige qui va prendre une coloration rougeâtre ou brune (selon le champignon en
cause)
• l'amollissement du plantule
• l'affaissement du jeune plant
• le pourrissement ou carrément une décomposition totale du plantule... donc sa mort
On a alors l'impression que le jeune plant a fondu... d'où le nom de la maladie.

Limitez les risques de fonte des semis en évitant une humidité excessive
Des conditions de semis appropriées
L'humidité étant le principal facteur de développement de la fonte des semis, il convient avant tout de semer dans des
conditions d'humidité modérée.
Pour ce qui concerne les plants élevés sous serre, il est essentiel d'aérer très régulièrement la serre (tous les jours quand
il ne gèle pas). Sans quoi, il y aura une importante condensation dans la serre... et donc une humidité très importante,
favorable au développement de la maladie.
Les bacs "réservoir d'eau" dans lesquels vous avez peut-être l'habitude de placer les godets, sont certes bien pratiques
pour limiter les corvées d'arrosage... mais ils constituent un facteur de risque important pour ce qui concerne la fonte
des semis...
En extérieur, en cas de printemps particulièrement pluvieux, il pourra être utile de protéger provisoirement les jeunes
semis avec un tunnel bas... à aérer aussi régulièrement.
La terre doit être correctement aérée (une préparation du sol à la Grelinette répond normalement à cet objectif) et bien
drainée.
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 201

Si, malgré une préparation correcte de la terre de surface, l'eau ne s'infiltre pas correctement, il pourra être utile
d'envisager des travaux de drainage. Une autre solution, plus simple à mettre en œuvre, consistera à mélanger du terreau
à votre terre, pour que l'eau ne stagne pas trop, au moins en surface (c'est à dire, au niveau des semis).
Respectez les conditions de cultures adaptées aux espèces cultivées :
• Ne semez pas trop profond, surtout si la terre est froide
• Ne semez pas non plus trop dru. En cas de semis trop dense, éclaircissez rapidement
(voyez plus haut le tableau des distances et profondeurs de semis des différents légumes)

Pour vos semis en pépinière, utilisez un terreau de semis (plutôt qu'un terreau de plantation ou même un terreau
universel). Le terreau de semis, plus léger et pauvre en azote, sera moins propice au développement de la maladie.
Vous pourrez ensuite utiliser un terreau de plantation (ou ajouter du compost mûr à un terreau de semis) pour le
repiquage des plants.

Des arrosages modérés


De même, les arrosages doivent être modérés.
Certes, jusqu'à la levée, le substrat de semis (terreau ou terre) doit rester humide.
Mieux vaut alors arroser régulièrement, mais modérément, plutôt que de détremper ce substrat.
Puis, lorsque les plants sont sortis de terre, cessez les arrosages pendant au moins 2 ou 3 jours. La terre pourra ainsi
sécher et la fonte de semis aura peu de chance de se développer.
Pour les semis en godets (ou autres contenants), il est encore plus important de modérer les arrosages. Je recommande là
aussi, dès la levée, de laisser la terre sécher et d'attendre, plutôt un ou deux jours dans ce cas, avant d'arroser à nouveau
(cela vaut jusqu'à la plantation en place définitive).
Il est enfin important que le sol soit correctement drainé pour que l'eau ne stagne pas...
Outre ces précautions en matière d'humidité, nous avons quelques méthodes naturelles à disposition pour prévenir de la
fonte des semis...

Comment protéger naturellement vos plants de la fonte des semis ?


La fonte des semis étant une maladie fulgurante, il n'y a pas de méthodes curatives...
Nous allons donc devoir agir en préventif.
La prêle, de par sa richesse en silice, protège naturellement les plantes des maladies cryptogamiques.

La décoction de prêle
Pour prévenir de la fonte des semis, on peut utiliser une décoction de prêle spécifiquement dosée :
• Mettez environ 50 grammes de prêle fraîche (tiges avec feuilles, mais sans les racines), ou 7 ou 8 grammes de
prêle sèche, à tremper pendant 24 heures dans 1 litre d’eau de pluie
• Après 24 heures de trempage, faites bouillir pendant 20 minutes. Vous pouvez y ajouter 0.5 à 1 % de silicate de
soude pour renforcer son action
• Couvrez et laissez refroidir
• Filtrez
• Mettez vos graines à tremper dans la décoction, non diluée, pendant quelques heures (une nuit par exemple)

Le purin de prêle
Des arrosages répétés du sol avec du purin de prêle réduiront considérablement les risques de fonte de semis.
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 202

• Remplissez un récipient (en terre, en bois ou en plastique mais en aucun cas en métal) de plantes fraîches
entières
• Complétez avec de l’eau de pluie
• Couvrez en laissant une mince aération.
• Remuez chaque jour : vous pouvez observer une mousse qui se forme à la surface. Le purin est prêt à être
utilisé quand il n’y a plus de mousse (1 ou 2 semaines)
• Filtrez
• Diluez le purin à 20%
• Arrosez le sol en préventif (je recommande de le faire une fois par mois, tout au long de l'année)

Le charbon de bois
Le charbon de bois a également un effet protecteur contre la fonte des semis :
• Réduisez en poudre du charbon de bois
• Incorporez cette poudre de charbon à votre terreau (environ 15 grammes de poudre de charbon par kg de
terreau) ou à la terre (1.5 kg de poudre de charbon par m² de terre) dans laquelle vous allez semer
Certains prétendent avoir stopper une attaque de fonte des semis en saupoudrant de charbon de bois... cette maladie
étant tellement fulgurante, j'en doute fortement et pense qu'il s'agissait plutôt en l'occurrence d'un simple filage de plant
(qui s'élance à la recherche de lumière).
Avertissement : n'utilisez pas pour cela du charbon de bois pour barbecue car il est traité... Vous trouverez dans le
plupart des jardineries, du charbon de bois horticole. Vous pouvez également utiliser du charbon récupéré dans la
cheminée. Le charbon doit être réduit en poudre.

L'infusion d'ail
L'ail a également des propriétés anti-cryptogamiques.
Pour prévenir la fonte des semis, procédez comme suit :
• Hachez 500 g d’ail (il est inutile de l’éplucher)
• Mettez dans une marmite et ajoutez 5 litres d’eau
• Portez à ébullition et laissez mijoter pendant 20 minutes
• Laissez refroidir, avec un couvercle, pendant au moins 10 heures
• Filtrez avec un tissu (ou un tamis fin) et transvasez dans votre pulvérisateur
• Pulvérisez sur vos semis avant la levée puis les premiers jours suivant celle-ci

Autres recommandations pour prévenir de la fonte des semis


Ne réutilisez pas un terreau dans lequel des plants ont subi une fonte des semis.
Au jardin, respectez des rotations de cultures et, si la maladie a sévi, ne ressemez pas la même espèce au même endroit
avant 4 ou 5 ans.
Désinfectez votre matériel de semis.
Mon Potager au Naturel – Édition 2020 203

Annexe 7 – Tableau récapitulatif des techniques selon le sol

INTÉRÊTS SOL LÉGER SOL MOYEN SOL LOURD


Couverture du sol
Paillage léger
Un paillage épais avec
Paillage Économie arrosage Toutes sortes de
toutes sortes de
(risqué pour légumes paillages sont Attendre que le sol soit
matériaux est tout à
racines → rongeurs) Enrichissement bienvenus suffisamment réchauffé pour
fait approprié
progressifs en matières pailler
organiques
Technique appropriée Technique appropriée
Économie arrosage
- couche épaisse (5 à - couche épaisse (5 à
Risqué. La couche de BRF doit
10 cm 10 cm)
Enrichissement du sol être peu épaisse (1 ou 2 cm max)
BRF - enfouissement - enfouissement
et surtout ne pas être enfouie
possible à l'automne possible à l'automne
Couverture (si laissé en (laissez en surface)
(plus tard : risque de (plus tard : risque de
surface)
faim d'azote) faim d'azote)
Technique non
recommandée car la
Travail plus Technique recommandée pour
terre se ressuie alors
ergonomique Possible mais pas les légumes n'appréciant pas une
Buttes de terre très vite
vraiment utile humidité stagnante (notamment
(ruissellement) et
Terre séchant plus vite les bulbes)
oblige à des arrosages
répétés
Travail plus
Technique appropriée
ergonomique (planches Peut être envisagée
pour les cultures
sur-élevées) pour les cultures Technique appropriée en sol très
gourmandes en sol
particulièrement argileux et particulièrement
Buttes vivantes léger et peu pourvue
Constituent un riche gourmandes et en sol difficile à travailler ou trop acide
en matières
support de culture trop acide ou trop ou trop calcaire
organiques et/ou trop
indépendant de la calcaire
acide ou trop calcaire
qualité du sol
Travail plus
ergonomique (planches
sur-élevées) Technique possible
mais demande un
Buttes avec bois Le bois enterré Technique appropriée travail considérable pas Technique non recommandée
enterrés (voir vidéo constitue une réserve en sol léger et en forcément (mauvaise décomposition,
Philip Forrer) d'eau rendant les climat très sec indispensable dans un risques de putréfaction)
arrosages non sol normalement
nécessaires. suffisamment riche

Riche support de culture


Décompactage du sol Une culture d'engrais
(engrais verts à système verts à racines
racinaire plongeant) plongeantes peut être
utile pour mettre en
Technique appropriée pour
Les légumineuses (pois, culture un sol
Engrais verts Technique appropriée décompacter et enrichir un sol
fèves, haricots) capte compacté mais
lourd
l'azote atmosphérique déconseillée par la
suite car puise dans
Apport de matières les faibles réserves du
organiques sol

Vous aimerez peut-être aussi