Vous êtes sur la page 1sur 87

Entreprise industrielle 1756

2) CMUP 2 = 2;54 = 32,52


Achat (1) Production (3) Distribution (5) Méthode FIFO (First In First Out)
Entrées Sorties Stocks
Date Libellé
Q C.U M Q C.U M Q C.U M
Stock (2) Stock (4) Client 01/01 S.I 10 32 320 10 32 320
06/01 Entrée 1 30 32,4 972 10 32 320
40
4) Inventaire permanent sur produits 30 32,4 972
1) Coût d’achat des matières premières 15/01 Sortie 1 10 32 320
2) Inventaires permanent sur matières 5) Coût de revient 26
6) Résultat analytique 16 32,4 518,4 14 32,4 453,69
3) Calcul des coûts des produits fabriqués
20/01 Entrée 2 40 32,6 1304 14 32,4 453,69
54
Différence d’inventaire = Stock final théorique (C.A) – Stock final réel (C.G) 40 32,6 1304
Tenue des fiches et des comptes de stocks : 25/01 Sortie 2 14 32,4 453,69
32
18 32,6 586,8 22 32,6 717,2
 Tous les biens achetés (matières ou marchandises) sont évalués à leurs coûts d’achat. 27/01 Sortie 3 12 32,6 391,2 10 32,6 326
 Tous les produits fabriqués sont évalués à leurs coûts de production.
Méthode LIFO (Last In First Out)
Application :
Soit une entreprise qui dispose des données suivantes, pour le mois de février de l’année N. Entrées Sorties Stocks
Date Libellé
Stock initial de matière première au 01/01/N est de 10 kg pour 32 DH/kg. Q C.U M Q C.U M Q C.U M
01/01 S.I 10 32 320 10 32 320
Entrées du mois : 06/01 Entrée 1 30 32,4 972 10 32 320
- Le 06/01/N 30 kg à 32,4 DH/kg. 40
30 32,4 972
- Le 20/01/N 40 kg à 32,6 DH/kg. 15/01 Sortie 1 26 32,4 842,4 10 32 320
Les sorties du mois : 4 32,4 126,6
- Le 15/01/N 26 kg 20/01 Entrée 2 40 32,6 1304 10 32 320
- Le 25/01/N 32 kg 4 32,4 129,6
- Le 27/01/N 12 kg 40 32,6 1304
25/01 Sortie 2 32 32,6 1043,2 10 32 320
T.A.F : 4 32,4 129,6
1. Etablir les fiches de stocks, en quantités et en valeurs selon chacune des méthodes. 8 32,6 260,8
2. Montrer l’incidence du choix de l’une de ces méthodes sur les coûts de sorties et sur le stock final de 27/01 Sortie 3 8 32,6 260,8
la période. 12
4 32,4 129,6 10 32 320
Méthode CMUP (à la fin de la période) : D’après l’exemple on est en situation de baisse des prix (32 ; 32,4 ; 32,6).
C.M.U.P = Error!= Error!= 32,45  La méthode FIFO, cette méthode évalue le stock final au prix récent, elle permet donc une évaluation
Date Libellé Q C.U M Date Libellé Q C.U M du stock final, et donc une évaluation correcte de l’actif et de la situation de l’entreprise.
Mais la méthode retient les prix les plus anciens (petits) pour évaluer les sorties des stocks.
01/01/N S.I 10 32 320 15/01/N Sortie 1 26 32,45 843,7
06/01/N Entrée 1 30 32,4 972 25/01/N Sortie 2 32 32,45 1038,4 La méthode FIFO sous-évalue les sorties et donc le coût de revient en situation de hausse des prix. Ce qui
20/01/N Entrée 2 40 32,6 1304 27/01/N Sortie 3 12 32,45 324,5 en résulte un gonflement fictif du résultat.
S.F 10 32,45 324,5  La méthode LIFO, sous-évalue le stock (évalue au prix le plus ancien) d’où une sous-évaluation de
Total 80 32,45 2596 Total 80 32,45 2596 l’actif de l’actif et de la situation de l’entreprise.
Méthode CMUP (après chaque entrée) : Par contre la méthode évalue les sorties de stocks aux prix les plus récents (les sorties sont sur-évaluées),
Entrées Sorties Stocks ce qui en résulte une diminution du résultat.
Date Libellé  La méthode CMUP, elle représente une solution de compromis entre les deux méthodes (FIFO,
Q C.U M Q C.U M Q C.U M
01/01/N S.I 10 32 320 10 32 320 LIFO). Elle permet de lisser les variations des coûts des matières.
06/01/N Entrée 1 30 32,4 972 40 (1) 32,2 1292 Méthodes Valorisation de sorties Valorisation de S.F
15/01/N Sortie 1 26 32,3 839,8 14 32,3 452,2 FIFO 2270 (sous-évaluée) 326 (sur-évalué)
20/01/N Entrée 2 40 32,6 1304 54 (2) 32,52 1756,2 LIFO 2276 (sur-évaluée) 320 (sous-évalué)
25/01/N Sortie 2 32 32,52 1040,62 22 32,52 715,44 CMUP 2271,5 (moyennee) 324,5 (moyenne)
27/01/N Sortie 3 12 32,52 390,24 10 32,52 325,20
1) CMUP 1 = Error!= 32,3
2 3
Le Portail des Etudiants d’Economie www.e-tahero.tk Le Portail des Etudiants d’Economie www.e-tahero.tk
NOTION DE COUT ET SES CARACTERISTIQUES
L’accumulation de charges sur un produit détermine le coût.
Le coût de ce produit, selon le stade d’élaboration du produit, divers coûts peuvent être déterminés : coût
d’achat, de production et coût de revient (distribution incluse).
Le terme coût s’applique aux produits mais aussi à toute chose, désignée pour laquelle, il est jugé utile
d’attribuer les charges et d’en faire le total.
La différence entre le prix de vente d’un produit et son coût de revient nous donne le Résultat Analytique.
Au niveau comptable, un coût est l’ensemble de charges, correspondant à un élément défini au sein d’un
réseau comptable. Et il a trois caractéristiques : Le champ d’application, son contenu, et le moment de
calcul.
Le champ d’application :
Le calcul d’un coût ne concerne pas que les produits, on peut calculer les coûts par :
- Fonction de l’entreprise (production, distribution, administration…).
- Moyen d’exploitation (magasin, usine, atelier …).
- Activité d’exploitation ( on peut calculer par famille de produits).
- Responsabilité : ensemble de charges dont on peut attribuer la responsabilité à une personne
(directeur, chef d’atelier de service …).
Le contenu du coût :
Pour une période donnée, un coût peut être calculé soit en y incorporant toutes les charges de la
comptabilité générale, avec ou sans ajustement, soit en y incorporant une partie de ces charges.
Dans le premier cas on parle du coût complet et dans le second, du coût partiel.
Le coût complet traditionnel (comptable) : est un coût qui incorpore toutes les charges de la comptabilité
générale sans modifications.
Le coût complet économique c’est un coût qui incorpore toutes les mêmes charges de la comptabilité
générale, mais après ajustement de certaines d’elles ou ajout en vue d’une meilleur expression
économique.
Le coût partiel est obtenu en incorporant une partie des charges il peut s’agir donc d’un coût direct
suivant le type de charges qu’il recouvre.
Le moment du calcul :
Par rapport à la période considérée, le calcul des coûts peut être effectué :
 A priori : il est effectués antérieurement aux faits qu’il engendre, il s’agit du coût (prévisionnel)
préétablit.
 A posteriori : il porte sur les charges déjà enregistrées, et génère des coûts constatés ou
historiques (coût réel).
Les coûts et cycle d’exploitation :
Entreprise commerciale
Achat (1) Stock (2) Distribution (3)
1) Coût d’achat des matières premières
2) Inventaire permanent
3) Coût de revient
1
Le Portail des Etudiants d’Economie www.e-tahero.tk
Exemple : pour un exercice donné, un matériel de transport, est fiscalement amortis sur 10 ans, le matériel Le taux de rémunération peut être le taux moyen des capitaux empruntés ou le coût d’opportunité des
coûté 120.000 DH. capitaux engagés.
Le chef d’entreprise pense que le matériel vaut actuellement 125.000 DH, est servira utilement pendant 8 Exemple : les capitaux propres d’une entreprise s’élèvent à million, le taux de rémunération est de 12 %
ans. l’an.
Quelle est la charge à incorporer aux coûts ? 1.000.000 × 12 % = 120.000
Dotation aux amortissements comptable = Error!= Error!= 12.000 Application 1 :
Charge d’usage = Error!= Error!= 15.625 Une entreprise individuelle au capital propre de 500.000 DH, tient une comptabilité analytique
Vu la périodicité du calcul est mensuelle, la charge d’usage à enregistrer = Error!= 1.302,08 trimestrielle. L’entreprise met à votre disposition les informations suivantes :
DI /amortissements = charge d’usage – dotation aux amortissements comptables Charges non courantes mensuelles .............................................. 4.000 DH
Taux de rémunération du capitale........................................................ 12 %
= 15.625 – 12.000 = +3.625 Total des charges de la C.G du dernier trimestre de 2005 .... 1.640.000 DH
charge d’usage = charge de la C.A = Dotation aux Amort. Comptable ± D.I Rémunération théorique de l’exploitant ............................ 10.000 par mois
= 12.000 + 3.625 = 15.625/12 = 1.302,08 T.A.F : déterminer les charges de la comptabilité analytique pour le dernier trimestre 2005.
Différence d’incorporation sur provisions : Charges incorporables du dernier trimestre 2005 : 1.640.000 – (4000×3) = 1.628.000
En comptabilité générale la provision est destinée à couvrir : Rémunération de l’exploitant : 10.000 × 3 = 30.000
- Une dépréciation (stocks, créance, actif immobilisé …) Rémunération des capitaux propres : 500.000 × 12 % = Error!= 15.000
- Un risque (grosse réparation, perte et charge accidentelle d’exploitation non couverte par les Charges de la C.A du dernier trimestre 2005 :
assurances…) charge de la C.G – charges non incorporables + charges supplétives
La charge étalée qui substitue aux dotations aux provisions de la comptabilité générale, représente la 1.640.000 – (4.000 × 3) + 30.000 + 15.000 = 1.673.000 DH
provision économique.
Application 2 :
Les provisions réglementées (pour hausse des prix et pour fluctuation des coûts), à vocation juridique et
fiscale, ont des effets souvent exagérés sur les résultats comptables, elles ne sont plus incorporer dans le Les postes de charges d’une entreprise industrielle se présentent au 31.12.2005 de la manière suivante :
calcul des coûts (charges non incorporables car elles n’ont aucune justification économique. Achats consommés de matières et fournitures.... 1.200.000 DH
Exemple : une entreprise doit engager dans 4 ans, de grosse réparation évaluée à 600.000 DH. Elle devait Autres charges externes ........................................... 20.000 DH
chaque année constituer une provision Error!= 150.000 DH Impôts et taxes ......................................................... 40.000 DH
Charges du personnel ............................................. 400.000 DH
Pour des raisons de méventes passagères de ses produits, elle ne constitue en C.G qu’une provision de Autres charges d’exploitation .................................. 20.000 DH
37.500 DH (annuelle). Dotation d’amortissement d’exploitation ................ 90.000 DH
DI /provisions = charge étalée – dotation aux provisions comptables Charges d’intérêt ...................................................... 44.000 DH
= 150.000 – 37.500 = 112.500 Dotations financières ............................................... 26.000 DH
V.N.A des immobilisations cédées .......................... 66.000 DH
= +112.500/12 = 9.375
Les dotations non courantes..................................... 14.000 DH
Charge étalée = dotation aux prov. Economique ± différence d’incorporation Impôts sur les résultats............................................. 35.000 DH
Error!= 12.500 charge à enregistrer (charge étalée) Autres informations :
charges supplétives : Parmi les charges courantes figurent des dotations des immobilisations en non valeur pour 12.500
Ce sont des charges qui ne figurent pas en comptabilité générale. Mais retenues par la comptabilité Des dotations pour créances douteuses 7.500
analytique pour éliminer les différences dues au statuts juridique de l’entreprise et/ou à son mode de
Achat d’un carburant non comptabilisé en 2004, 1.600 DH
financement. Elles correspondent à des charges fictives.
Capitaux propres de l’entreprise s’élèvent à 4.650.000 DH
Il existe deux types de charges supplétives :
Taux sur le marché est de 10 %
La rémunération de l’exploitant : dans les entreprises individuelles, l’exploitant est rémunéré par un
prélèvement sur les bénéfice, il n’a pas un salaire mais il touche une partie des dividendes). T.A.F : Déterminer :
La prise en compte d’une telle rémunération fictive dans les coûts, permet de rendre ces coûts - Le total des charges de la comptabilité générale.
comparables entre entreprises à régime juridique et fiscale différents. - Le montant des charges non incorporables.
- Le montant des charges supplétives.
La rémunération des capitaux propres : cette rémunération constitue une charge économique en même
- Les charges de la C.A.
titre que les coûts des capitaux empruntés. Les coûts doivent donc comprendre une rémunération
conventionnelle des capitaux propres. Les coûts obtenus sont alors comparables à ceux d’une entreprise Réponse :
financée par les emprunts. Totale des charges de la C.G ............................. 1.995.000 DH
Achats consommés de M & F ...................... 1.200.000 DH
3 4
Le Portail des Etudiants d’Economie www.e-tahero.tk Le Portail des Etudiants d’Economie www.e-tahero.tk
OBJECTIFS DE LA COMPTABILITE ANALYTIQUE Charges incorporables = 100.000 + 40.000 + Error!+ 1.000 + 600.000 +Error!+ Error!
La compta générale a une vision globale sur la production, elle cache des inégalités et ne permet pas de Diviser la charge sur 3, 6 ou 12, consiste à pratiquer la méthode d’abonnement.
juger la profitabilité des produits, par contre la comptabilité analytique a une vision détaillée, et permet de Cette méthode consiste à répartir la charge incorporable par 3, 6 et 12 pour la tenir à la périodicité du
prendre des décisions par exemple supprimer un produit qui est déficitaire. calcul qui est souvent le mois.
La comptabilité générale est intéressée vers l’extérieur, mais la comptabilité analytique s’intéresse que Exemple : le loyer trimestriel 30.000 ; la charge à incorporer au coût est Error!= 10.000
par les acteurs à l’intérieur de l’entreprise : elle intéresse les dirigeants par les informations qu’elle Prime d’assurance (semestrielle) 12.000 ; la charge à incorporer = Error!= 2.000
produit.
Dotation aux amortissements (annuelle) 60.000 ; Error!= 5.000
Au niveau de la loi, la comptabilité générale est obligatoire mais la comptabilité analytique est facultative.
Achat consommé de matière première = Achat de matières + Stock initial – Stock final
La comptabilité analytique nous permet de connaître les coûts des différentes fonctions des entreprises
Variation de stocks = Stock initial – Stock final
(achat, production, distribution, administration / coût d’achat, coût de production …)
Cette variation peut être positive ou négative
Elle nous permet d’évaluer certains postes du bilan comme les stocks et les immobilisations produites par
l’entreprise. Achat consommé de matières = Achat de matières ± Variation de stocks
Elle permet de calculer les résultats des produits aussi d’expliquer et les analyser Achat de matières premières 100.000
Revient = prix de vente – coût de Revient Variation de stocks de matières premières (solde créditeur) 20.000
Grâce à cette information qui va permettre aux dirigeants de juger les produits (profitabilité), le produit Achat de fourniture 60.000
est rentable ou pas. Variation de stocks de fourniture (solde débiteur) 15.000
La comptabilité analytique prévoit les charges et les produits, compare la réalisation avec les prévisions et Achat consommé de matière = 100.000 – 20.000
dégage les écarts. Charges de substitution :
La comptabilité analytique est un outil de décision et un outil de contrôle de gestion. Le coût est un La comptabilité analytique retient pour ses charges calculées des critères techniques et économiques alors
ensemble de charges relatives à un élément définit au sein d’un réseau comptable. Dans la mesure ou elle que la comptabilité générale prend en compte des considérations fiscales, on distingue trois types
nous permet de responsabiliser les chefs de sections.
Valeur actuelle (de remplacement) ↔ Valeur d’origine
Charge d’usage ↔ Dotation aux Amortissements comptables
Passage des charges de la comptabilité générale aux charges de la comptabilité analytique.
Charge étalée ↔ Dotation aux Provisions comptables
Détermination des charges de la comptabilité analytique
Différence d’incorporation = charges de capta analytique – charges de compta générale
Charges de la comptabilité analytique :
 DI /matières = Valeur actuelle – valeur d’origine
Charges incorporables (courantes) (de l’exploitation + financières)  DI /amortissements = charge d’usage – dotation aux amortissements comptables
Charges non incorporables (non courantes)  DI /provisions = charge étalée – dotation aux provisions comptables
Charges non courantes (IS, dons, pénalités, VNA des immobilisations cédées…) qui ne relèvent de Différence d’incorporation sur matières
l’exploitation (déficitaire). Dans certains cas, pour le calcul des coûts, il est jugé en comptant, de substituer à la valeur de sortie des
Frais qui ne rentent pas à la charge de l’entreprise (transport sur vente…) stocks obtenus selon la méthode choisie, une valeur conventionnelle.
Charges se rapportant aux exercices antérieurs. Exemple : un chef a décidé que les sorties de la matière première M du magasin vers l’atelier de
Charges qui ne restent pas définitivement à la charge de l’entreprise. production seraient évaluées forfaitairement au mois d’avril (période mensuelle) au coût moyen 20,50 DH
le Kilo.
Explication :
En avril, il a été consommé 25.000 kg de la matière M. ces sorties sont comptabilisées dans les coûts de
La comptabilité analytique ne prend pas la totalité des charges de la comptabilité générale, elle ne prend
production pour un montant de 25.000 × 20,50 = 512.500
pas en considération les charges non incorporables, elle prend uniquement les charges courantes.
Hors, le coût réel de sortie de cette matière est de 20,52 DH par kg, le coût qu’il faut incorporer au calcul
Parmis ces charges, certaines vont subire des corrections.
du coût de production est de 25.000 × 20,52 = 513.000
Correction et ajustement :
DI /matières = Valeur de remplacement – valeur d’origine
Pour le mois de mars, l’entreprise X a enregistré les informations suivantes :
= 513.000 – 512.500
Achats consommés de matière première ........................................ 100.000
= 500
Achats consommés de fourniture...................................................... 40.000
Loyer (trimestriel) .......................................................................... 30.000/3 Différence d’incorporation sur amortissement
Publicité .............................................................................................. 1.000 En comptabilité générale, les amortissements sont calculés selon des critères fiscaux qui ne peuvent pas
Charges de production .................................................................... 600.000 toujours être utilisés pour une connaissance raisonnée des coûts.
Dotations aux amortissements (annuelles) ....................................... 60.000 La notion des charges d’usage substituée au dotation aux amortissements de la comptabilité générale est
Dotations aux provisions (annuelles)................................................ 18.000 sensée représenter l’amortissement économique.
1 2
Le Portail des Etudiants d’Economie www.e-tahero.tk Le Portail des Etudiants d’Economie www.e-tahero.tk
Cours comptabilité Analytique S3 2010
Impôts et taxes : 48.000 (annuelle) → 48.000/12 = 4.000
D.I sur impôts et taxes = charges C.A –charges C.G
= 4.000 – 48.000 = 44.000 INTRODUCTION GENERALE
D.I pour autres charges externes = charges C.A –charges C.G
= (90.000 + Error!+ Error!) – (90.000 + 30.000 + 24.000)
LA C.A.E a pour but essentiel, l’étude de l’exploitation de l’Entreprise. Elle
= 102.000 – 144.000 = -42.000 s’intéresse à l’étude des charges, des coûts et du PR.
1 – Mécanisme :
La C.G regroupe les charges et les produits d’exploitation dans le C.P.C pour
donner ainsi un résultat final.
Dans l’optique de gestion, on pose souvent la question sur l’affectation, l’importance
et l’utilité des charges ainsi que sur la composition de prix de revient. C’est ce qui fait l’objet
de la CAE.
LA CAE est donc une technique nécessaire pour l’Entreprise surtout parce
qu’on trouve dans presque toute activité industrielle :
 Plusieurs productions possibles à partir d’une même matière première ;
 Plusieurs ateliers au niveau de la production ;
 Plusieurs fonctions : achat, transformation, distribution … etc
La CAE permet alors :
- De calculer les coûts et prix de revient pour chaque activité (plusieurs
produits) et à chaque niveau de l’activité (achat, production, distribution, )
- D’analyser le résultat d’exploitation, selon les différentes catégories de
produit, et de montrer comment se forme ce résultat entre l’opération
d’achat et celles de ventes.
- De réaliser un inventaire permanent des stocks aussi bien en volume qu’on
valeur.
2 – Sujet :
L’entreprise hôtelière REGINA, possède deux activités essentielles :
- La location des chambres.
- La restauration.
Le 31 Mars, au terme de la première année d’exploitation, les sommes figurant
dans le compte CPC de cette entreprise sont les suivantes :
- Achat consommé de denrées périssables : …………………..…100 000
- Achats des boissons : ………………………………………………48 000
- Achats d’alimentation : ……………………………………………98 000
– Personnel et charges sociales : …………………………………..164 000
1
7
Le Portail des Etudiants d’Economie www.e-tahero.tk
Autres charges externes ..................................... 20.000 DH - La valeur actuelle des produits d’entretiens est de 254.000 DH
Charges du personnel ...................................... 400.000 DH - Les amortissements, comprennent 6.000 DH d’amortissements des immobilisations en non valeur ; par
Impôts et taxes ................................................... 40.000 DH ailleurs, les amortissements économiques sont estimés à 15.000 DH par mois.
Autres charges d’exploitation ............................ 20.000 DH
Charges d’intérêt ............................................... 90.000 DH - Une seule charge financière d’un montant de 9.000 DH est considérée comme charge liée à
Dotation d’amortissement d’exploitation .......... 44.000 DH l’exploitation.
Dotations financières ......................................... 26.000 DH - Le chef d’entreprise estime étaler la dotation aux provision à un montant de 18.000 DH.
V.N.A des immobilisations cédées .................... 66.000 DH - Le chef d’entreprise fourni un travail qui devrait correspondre à une rémunération de 9.000 /mois.
Dotations non courantes .................................... 14.000 DH
- Le Passif du bilan révèle un montant de capitaux propre qui est égale à 1.250.000 DH.
Impôts sur résultats ............................................ 35.000 DH
- Le taux d’intérêt 12 % / l’an.
T.A.F : Déterminer le montant des charges incorporables aux coûts au titre de mois de décembre.
Totale des charges non incorporables ................... 136.600 DH
Quelles sont les différences d’incorporation du mois de décembre ?
V.N.A des immob. Cédées ................................ 66.000 DH
Dotations non courantes .................................... 14.000 DH Charges de la Comptabilité Analytique :
Impôts sur résultats ............................................ 35.000 DH Charges supplétives :
Dotations des immob. en non valeur ................. 12.500 DH Rémunération des capitaux propres = Error!= 12.500
Dotations pour créances douteuses ...................... 7.500 DH
Achat du carburant .............................................. 1.600 DH + Rémunération de l’exploitant = 9.000  21.500 DH
charges incorporables :
Montant des charges supplétives .......................... 465.000 DH Achats consommés de M &F = 270.000 – 17.000 = 253.000
4.650.000 × 10 % = ........................................ 465.000 DH Achats de produits d’entretien = 120.000 + 134.000 (DI) = 254.000
Autres charges externes = 90.000 + 30.000 + 24.000 = 144.000  90.000 + Error!+ Error!= 102.000
Montant des charges de la C.A .......................... 2.283.400 DH Impôts et taxes = Error!= 4.000
Charges de la C.G – charges non incorporables + charges supplétives Charges du personnel = 220.000
1.995.000 – 136.600 + 465.000 Dotation aux amortissements économique :
Vraie dotation = 180.000 – 6.000 = 174.000/12 = 14.500 par mois.
charge de la C.G = charges non inc.  charges C.A = charges de la C.G – charges non inc. + charges sup. 15.000 DH = 14.500 ± D.I sur amortissements
= charges inc. + charges sup. D.I sur amortissements = charge d’usage – dotation aux amort. comptable
charges de la C.G – charges non inc. = 1.995.000 – (66.000 + 14.000 + 35.000) = 15.000 – 14.500 = +500
charges inc. (courantes) = 1.818.400 = 1.840.000 – 12.500 (dot ou amort des immob en NV) Dotation aux provision = Error!= 1.500 ou ( 15.000 ± D.I sur provisions )
7.500 (charge non inc.) D.I sur provisions = charge étalée – dot. prov comptable
1.600 = 18.000 – 15.000 = 3.000/12 = 250
Vraie charges incorporables = 1.818.400 + charge supplétive (46.500) = 2.283.400 DH Error!+Error!= 1.500
Application 2 : Charges financières = Error!= 3.000
Société BOTEX, au cours du moi de décembre, enregistre en comptabilité générale les charges suivantes. Différences d’incorporation :
Charges par nature
Périodicité D.I sur matières = valeur actuelle – valeur d’origine
Mensuelle Trimestrielle Annuelle = 254.000 – 120.000 = 134.000
Achats de M & F 270.000
Variation de stocks des M & F (créditeur) 17.000 D.I sur amortissements = 15.000 - Error!= 500
Achats de produits d’entretien 120.000 D.I sur provisions = Error!= Error!= 250
Autres charges externes 90.000 30.000 24.000 D.I pour éléments supplétifs (sont toujours positifs) = charges C.A – charges C.G
Impôts et taxes 48.000 = Error!- 0 = 12.500 + 9.000 = 21.500
Charges du personnel 220.000
Dot. aux amortissements comptables 180.000 D.I pour charges non incorporables (toujours négatifs) = charges C.A – charges C.G
Dot. aux provisions comptables 15.000 = 0 – 8.000 = -8.000
Charges financières 17.000 D.I sur charges financières = 0 – 8.000 = Error!= 2.666,67
Charges non courantes (non incorporables) 8.000 D.I pour autres charges :
5 6
Le Portail des Etudiants d’Economie www.e-tahero.tk Le Portail des Etudiants d’Economie www.e-tahero.tk
Cours comptabilité Analytique S3 2010 Cours comptabilité Analytique S3 2010
SCHEMA DE LA CAE
CHARGES CHRAGES NON
ENVIRONNEMENT EXTERNE L’INTERIEUR LE L’E/SE.
DE INCORPORABLES
Fonctions
(SS) LA COMPTABILITE
CHARGES
CHARGES
Traitement GENERALE COMPTABILITE
- Clients, fournisseurs Fonction INCORPORABLES
- Banques s
Ets de la C.G Foncti ELEMENTS ANALYTIQUE
- Administration
on
Fonction SUPPLETIFS
3) Exemple 1 :
On vous demande de calculer les coûts dans une entreprise industrielle, les comptes de
charges à la fin de l’exercice s’élèvent à 3 700 000 DH.
L’objectif de la CAE est de déterminer qui consomme quoi et combien en quantité et
en valeur. Pour atteindre cet objectif il est indispensable de saisir les flux internes (en Parmi ces charges, vous jugez qu’il n’y a pas lieu de prendre en compte :
quantité & en valeur) ainsi que leur destination. Ceci implique de mettre en place une
organisation rationnelle concernant les documents, leurs circuits et leurs utilisations. - Les charges exceptionnelles qui s’élèvent à 15 000 DH.
- Une partie des dotations aux provisions pour un montant de 8 000 DH.
5- La concordance des résultats :
La rémunération de l’exploitant qui n’a pas été portée en charge, est estimée à 216 000
DH. Calculer les charges qui seront incorporés dans le coûts.
1) principe :
Le calcul des coûts et du résultat analytique est fait à partir des charges et produits de - Charges de la C.G. ……………………………………… 3 700 000
la comptabilité générale. Toutefois, toutes les charges de la C.G. ne sont pas
systématiquement incorporées dans le calcul des coûts (charges non incorporables) et au
- Charges non incorporables :
contraire, des éléments non comptabilisés doivent êtres pris en compte (charges supplétives).
 Charges exceptionnelles 15 000
Ainsi, le résultat analytique n’est-il pas nécessairement égal au résultat de la  Dotations aux provisions + 8 000
C.G.. Pour justifier la différence, il faut effectuer un rapprochement des deux
=23 000 ……… -23 000
résultats.
- Charges supplétives :
 Rémunération de l’exploitant 216 000………... + 216 000
2) Démarche :
Afin de vérifier le résultat obtenu, il faut justifier la différence entre le résultat
comptable et le résultat analytique.
Total des charges de la CAE = 3 893 000
Il s’agit, partant du résultat comptable, d’ajouter les charges qui n’ont pas été prises en
compte en comptabilité analytique et de retrancher les charges incorporées dans les coûts et
qui n’ont pas été comptabilisées pour retrouver le résultat analytique.
Ch CG = CCAE + CNI -CS
CSC ccccccccC.S CS 4 5
Cours comptabilité Analytique S3 2010 Cours comptabilité Analytique S3 2010
– Services extérieurs : ………..……………….……………………..69 000 Pour atteindre ces objectifs, le système de CAE de l’Entreprise doit être
– Impôts et taxes : ……………………………………………………58 000 adapté exactement à sa structure organique et aux activités qu’elle exerce.
– Transport sur achat et vente : ……………………………………...3 000
– Charges financières : ………………………………………………..1 000 4 – Etude comparative des deux comptabilités :
- Dotations aux comptes d’amortissement : ……………………...26 000
– Stock de boisson au 31 Mars : …………………………………….14 000 a) Champ d’application :
– Stock d’alimentation au 31 Mars : …………………………………6 000
– Vente hôtel : ………………………….……………………………267 000 La C.G rend compte des activités de l’Entreprise concrétisées par des
– Vente restaurant : ………………………………….……………...335 000 opérations économiques sous forme de flux financiers entre l’entreprise et ses
différents acteurs.
TRAVAIL A FAIRE
Ainsi le comptable de la C.G est tourné vers l’extérieur. Il enregistre tous les
1°) Présenter le compte CPC de cette entreprise. flux, réels et monétaires, en prenant soin de se conformer au principe du plan
comptable.
2°) A – Présenter le tableau de répartition des charges par activité
La CAE rend compte des processus de transformation interne. Elle s’attache à
B – Présenter deux CPC pour les deux activités de façon à faire apparaître évaluer en terme monétaire les différentes étapes des processus de transformation.
le résultat pour chaque branche d’activité, sachant que :
b) La comptabilité, outil de gestion :
 Les consommations de denrées périssables, de boissons et
d’alimentation n’intéressent que le restaurant. Dans le cas de l’entreprise REGINA, on a pu constater que la C.G dégage un
 Les frais de personnel sont à répartir également entre l’hôtel et le résultat global qui ne permet pas au chef d’entreprise d’avoir des informations sur :
restaurant.
 Les autres charges (y compris les amortissements) sont - Le produit qui améliore ou détériore le résultat ;
imputables pour 75 % à l’activité de l’hôtel et pour 25 % à celle - Les centres d’activités ou les fonctions efficaces ou déficientes.
du restaurant.
C’est la CAE qui peut apporter les éléments de réponse à ces questions par
3°) Quelle conclusion peut on tirer de l’examen des comptes de produit et l’intermédiaire de l’analyse du processus de production.
charges de cette activité ?
SCHEMA DE LA C.G
3 – Objectifs de la comptabilité analytique :
EXTERIEUR L’INTERIEUR
La comptabilité analytique est un mode de traitement des données dont les objectifs
essentiels sont les suivants : Traitement
- Clients, fournisseurs
 Connaître les coûts des différentes fonctions assumées par l’entreprise. - banques
 Déterminer les bases d’évaluation de certains éléments du bilan. - administrations Pièces
 Expliquer les résultats en calculant les coûts des produits pour les Comptable
comparer aux prix de vente correspondante. s
 Etablir des prévisions de charges et de produit d’exploitation.
 Constater les réalisations et expliquer les écarts avec les prévisions. Comptable
D’une manière générale, la CAE doit fournir tous les éléments de nature à
éclairer les prises de décision.
2 3
Cours comptabilité Analytique S3 2010 Cours comptabilité Analytique S3 2010
EXEMPLE D’APPLICATION : c/ Les charges semi-variables :
Elles comportent à la fois des éléments fixes et des éléments variables.
Soit les éléments du CPC suivants : L’exemple souvent cité est celui d’un représentant commercial qui reçoit un fixe mensuel de
- Dotations aux Ā 25700 - Charges de personnel 93 000 2000 DH et un variable de 0.5 % du CA.
- Achats consommés 29 000 - Impôts & taxes 33 000 Ci dessous un graphique représentant à la fois, les charges de structure toujours
- Autres charges ext. 47 000 - Achats revendus 509 500 constants, les charges variables liés à l’activité et le coût total.
- Charges financières 14 000 - Ventes de M/ses 800 000
On répartissant les charges du C.P.C selon des clés de répartition bien définis nous aurons
la répartition suivante :
CHARGES PAR NATURE MONT Approvisionnement Production Distribution Administration
Charges du personnel 93 000 20 000 40 000 13 000 20 000
Impôts & taxes 33 000 3 000 15 000 7 000 8 000
Achats consommés 29 000 4 000 13 000 10 000 2 000
Autres charges externes 47 000 9 000 23 000 8 000 7 000
Charges financières 14 000 7 000 2 000 1 000 4 000
Dotations aux Ā 25 700 4 000 15 000 3 700 3 000
Total 241 700 47 000 108 000 42 700 44 000
Ainsi la répartition par fonction nous permet une vision claire des fonctions de l’E/se .cette
présentation nous permet une meilleure comparaison entre coût et rentabilité.
§2) Reclassement des charges par variabilité :
Un autre type de reclassement est indispensable lorsque la comptabilité analytique est
conçue comme un outil d’aide à la prévision et à la prise de décision. Toute prévision est
fondée sur une analyse du comportement des coûts face à une fluctuation du volume Ainsi les charges par nature peuvent être reclassées comme suit :
d’activité.
Ce qui implique un reclassement fondé sur une distinction entre les charges fixes et les
charges variables. Il est d’ailleurs compatible avec le reclassement traditionnel par fonction CHARGE PAR TABLEAU CHARGES
que nous venons de voir, et il peut venir le compléter, sans se substituer à celui-ci. NATURE DE VARIABLES
RECLASSEMENT
a) Charges fixes : COMPTABILITE DES CHARGES
Leur montant pour la période considérée est indépendant du volume d’activité de GENERALE CHARGES FIXES
l’E/se.
Liées à la structure de l’E/se, ces charges constituent en quelque sorte le coût de
possession des moyens dont l’E/se s’est dotée pour exercer son activité : couramment D/ Exercice d’application:
qualifiées de fixes, elles sont encore appelées charges de structure. Les éléments de CPC de l’E/se COMAREB se présentent comme suit :
Achats revendus de M/ses 140 000 Publicité 41 000
Exp : Entretien et réparation 32 000 Services bancaires 16 200
 le loyer ou l’Ā des bâtiments. Achats non stockés 16 300 Impôts et taxes 3 600
 Les primes d’assurance. Locations 22 800 Charges du personnel 90 000
 Salaire des administratifs. Dotation aux Ā 12 300 Ventes de marchandises 423 000
On conçoit bien que quelque soit le CA, il faudra payer ces charges. On vous communiquez l’état des charges fixes :
Achats non stockés 4 200 Services bancaires 15 000
b) Charges variables : Locations 17 800 Impôts et taxes 3 600
Leur montant évolue de manière continue en fonction des ventes. Le fait qu’elles Entretien réparation 12 400 Charges du personnel 75 000
soient liées aux activités opérationnelles de vente explique les deux autres appellations que Dotation aux Ā 12 300
l’on rencontre de plus en plus fréquemment : charges d’activité et charges opérationnelles. Travail à faire :
Procéder à la répartition des charges dans un tableau (V .T.D.)
8 9
Cours comptabilité Analytique S3 2010 Cours comptabilité Analytique S3 2010
Exemple 2 : 1er PARTIE : ANALYSE DE L'EXPLOITATION
Les comptes de charges de l’entreprise MERROUN se présentent ainsi (fin 1/ RECLASSEMENT DES CHARGES PAR
Janvier) : NATURE EN CHARGES PAR FONCTION
- Achats consommés ……………………………………………… 180 000 SECTION 1: Reclassement des charges
- Services extérieurs ……… ………………...……………………..43 200 Le nouveau plan comptable propose un élargissement du champ d'application des
- A servies extérieurs ………………………….……………………..46 400 coûts par rapport au plan comptable 1957.
Les différents" groupements de charges" qui sont expressément cités par mis les plus
- Impôts et taxes …………… …………….……………………10 200
usuels, correspondent à différent critères de reclassement possibles:
- charges de personnel ……………………………… …………….. 95 000 - coût par fonction économique : administration, production, distribution …etc.
- charges financières …………………………...…………………….1 300 - coût par moyen d'exploitation : magasin, usine, atelier, bureau…etc.
- Charges exceptionnelles …………………………...…………… 6 200 - coût par responsabilité : directeur général, directeur commercial, directeur
- Dotation aux A et provision …………………..…………………… 29 400 technique, chef d'atelier, chef de service…etc.
- coût par groupe de client, par région.
Les charges exceptionnelles ne sont pas incorporées dans les coûts. Par mis ces critères dont la liste n'est pas exhaustive figure des critères de
reclassement communs aux produits et aux charges, mais également des critères
Dans les dotations, une provision pour risque de 3 000 ne doit pas être spécifiques aux charges.
incorporée par contre, il faut tenir compte : §1/ Reclassement des charges par fonction:
Le compte CPC dressé en C.G. classe les charges d'exploitation par nature (charges de
- De la rémunération du travail de Mr MERROUN, exploitant, soit : 18 000 personnel, services extérieurs ….etc) .Ces même charges sont reprises par la C.A.E.et
- De la rémunération du capital investi dans l’entreprise par M. MERROUN. classés par fonction.
On entend par fonction, une ou des divisions réelles de l'entreprise. Plus précisément,
- Capital 120 000 DH une entreprise est un ensemble de fonctions autonomes et interalliées entre elle en vue
d'atteindre un objectif bien déterminé.
- Rémunération annuelle 6 % l’an.
Principalement, une E/se commerciale peut comprendre deux fonctions :
- Une fonction approvisionnement.
T.A.F. : déterminer pour le moi de janvier les charges de comptabilité - " " " " " distribution.
générale, non incorporable, incorporables, supplétives, et le coût de revient. Par contre une E/se industrielle peut comprendre:
- Une fonction approvisionnement.
- " " " " " production.
- " " " " "distribution.
Le reclassement permet de connaître ce que coûte chaque fonction, de suivre
l’évolution de coût de chacune d’elle, de prendre des décisions de développement on de
freinage au niveau d’une fonction donnée pour préserver ou pour établir un certain équilibre.
Ainsi donc le reclassement des charge selon le caractère fonctionnel consistes à
ventiler les charge par nature de la C.G entre les différentes fonctions de l’E/se.
Le reclassement peut se faire sous la forme du tableau présenté ci-dessous (entreprise
industrielle)
Charge par Nature
Approvisionnement Production Distribution Administration
Désignation Montant
Frais de Personnel 130 000 10 000 30 000 40 000 50 000
6 7
Cours comptabilité Analytique S3 2010 Cours comptabilité Analytique S3 2010
2éme Partie : LES COUTS COMPLETS Chapitre 1 : L'organisation des coûts :
Introduction :
Section 1/Principe :
Dans la première partie, la démarche abordée conduit à présenter le résultat en un
C'est grâce à une organisation des coûts prenant en compte les différentes étapes de la
tableau mettant en évidence les coûts et les marges correspondantes. Si cette analyse simple
production qu'il sera possible de suivre l'élaboration des produits.
peut convenir à des petites unités, elle n'est pas adaptée à des E/ses industrielles importantes.
Section 2/Etape de la méthode :
Dans l'étude suivante seront abordées plusieurs méthodes permettant de calculer les
coûts des produits en prenant en compte les déférentes étapes du processus de fabrication. Ces
La méthode consiste à définir des sections de production et tracer ainsi un schéma
méthodes reposent sur un découpage de l' E/ses en centres d'analyse, véritables unités
technique qui nous permettra d'organiser les coûts. Les étapes seront alors comme suit :
d'activité. Ces centres d'analyse permettent une analyse précise des charges.
- schéma de fabrication
Dans cette partie nous allons traiter les coûts complet et afin de faciliter l'étude nous
- détermination des différents coûts à calculer
allons deviser cette partie en deux chapitres.
- calcul des coûts
- calcul du résultat analytique
- l'organisation des coûts.
- concordance des résultats.
- Imputation aux coûts et P.R
Pour ce faire un certain nombre de principe sont à retenir :
- coût d'achat = Prix d'achat + charges d'achat.
- coût de pro = Coût d'achat + charges de production
- Coût de Revient = Coût de production + charge de distribution.
- Résultat analytique = prix de vente - Coût de Revient
Section3 / Méthode des sections homogènes :
a) Définition :
Une section homogène est un centre d’activité dans l’E/se ayant un rôle bien déterminé,
et disposant des moyens d’action qui lui sont propres et dont l’activité peut être mesurée par
une unité d’œuvre.
Cette unité d’œuvre permet également d’imputer au coût et P.R. la part des charges qui les
concerne. Les éléments de charges sont groupés dans des sections.
b) Classification des sections :
Certains sections ou fonctions dans l’E/se ne participent pas directement à la production.
Exp. : administration, entretien …etc.
Cette constatation mène le comptable à répartir les sections en deux catégories :
 Sections principales
 Sections axillaires
12 13
Cours comptabilité Analytique S3 2010 Cours comptabilité Analytique S3 2010
§3/Reclassement charges directes, charges indirectes : Tableau de reclassement des charges
Charge par nature Montant F. achat F. vente F. administrat°
A/ Les charges directes : Achats non stockes 6 500 5 000 1000 500
Locations 3 500 1 000 500 2 000
Est considérée comme charges directe, toute charge imputée à un coût parce qu’elle le Entretien et réparations 8 000 2 000 5 000 1 000
concerne en totalité. Publicité 6 000 - 6 000 -
Les charges directes dont l’affectation est souvent évidente et ne concerne qu’un seul Services bancaires 1 500 500 800 200
objet par exemple les matières premières et le travail nécessaire pour la fabrication d’un Impôts et taxes 150 - - 150
produit donné. Charges du personnel 70 000 10 000 25 000 35 000
Droit aux Ā provision 7 800 1 200 4 000 2 600
B/ Les charges indirectes ou communes : TOTAL 103 450 19 700 42 300 41450
Elles concernent plusieurs objets (produit on fonction) elles doivent être donc soumises à Et l’imputation aux coûts peut se faire ainsi :
une répartition. Exemple : l’énergie, l’administration, l’entretien….etc. - Charges directes sur achats 88 000
- Charges indirectes sur achats +19 700
L’affectation des charges directes et indirectes au coût et P.R se fait aussi : Coût variable sur achat =107 700 107 700
CHARGES DE LA - Charges directes sur ventes 15 000
CHARGES AFFECTATION
COMPTABILITE DIRECTES
- Charges indirectes sur ventes + 42 300
GENERALE Coût variable sur vente = 57 300 +57 300
Coût R. C
CHARGES
(Par nature) Section AFFECTATION Coût variable total 165 000
INDIRECTES
Fonction administration + 41 450
COUT GLOBAL = 206 450
REMARQUE : Les charges directes sont affectées directement au coût de production On suppose que l’imputation au coût : boulangerie et pâtisserie est faite
(matières premières, main d’œuvre directe) alors que les charges indirectes – vue leur nature respectivement à raison de 62% et 38%, on aura ainsi le tableau de coût total qui suit :
générale – sont réparties sur l’ensemble des sections qui existent dans l’E/se avant d’être
imputées au coût de production.
TOTAL boulangerie pâtisserie
EXEMPLE D’APPLICATION : Charges variables sur achats 107 700 66 774 40 926
Charges variables sur ventes 57 300 35 526 21 774
L’E/se MECHOIR exploite deux activités : boulangerie et pâtisserie .ses charges pour COUT VARIABLE 165 000 102 300 62 700
la période considérée se présentent comme suit : Charges fixes 41 450 25 699 15 751
-Achats de M/ses 88 000 -Publicité 6 000
-Achats non stockés 6 500 -Services bancaire 1 500 COUT TOTAL 206 450 127 999 78 451
-Entretien & réparation 8 000 -Impôts & taxes 150
- -Charges de personnel 70 000 -Dotations aux Ā 7 800
Il faut noter par ailleurs que par mis les charges de personnel figure les commissions
des représentants pour une valeur de 15 000.
Avant la réparation de ces changes on peut constater que certains changes peuvent être
affectés directement aux coûts sans avoir à être reclassées. Ce sont :
- Les achats M/ses 88 000 DH qui sont imputées directement au coût variable d’achat.
- Les commissions des représentants 15 000 DH qui sont imputées directement au coût
variable de vente.
Il ne reste plus à répartir que les charges indirectes.
10 11
Cours comptabilité Analytique S3 2010 Cours comptabilité Analytique S3 2010
Chapitre 2 : Imputation au coût et P.R Exercice d’application n°1 :
L’entreprise X est spécialisée dans la fabrication d’un produit, à partir des matières premières,
qui nécessitent le passage dans trois ateliers : A, B et C.
Les totaux de la répartition primaire des charges indirectes dans les différentes sections
Le tableau de répartition qu'on vient de voir doit être terminé en indiquant pour chaque homogènes sont les suivants :
centre principal :  Section administration 8 000 DH
 Section entretien 1 000
- la nature de l'unité d'œuvre retenue pour mesurer l'activité du centre.  Section transport 1 000
- le nombre d'unité d'œuvre  Section approvisionnement 6 000
- le coût de l'unité d'œuvre.  Atelier A 40 000
Atelier B 16 000
Section 1 : Définition de l'unité d'œuvre : Atelier C 31 000
Section distribution 5 000
C'est l'unité de mesure de l'activité du centre considéré. Elle permet d'imputer le coût d'un
centre d'analyse aux comptes de coûts des produits ou des commandes intéressées. Etablir la répartition secondaire, sachant que :
La section administrative est répartie dans les autres sections d’après les clefs suivantes :
Il faut choisir alors le critère qui mesure le mieux l'activité de chaque centre. Les unités  Entretien 10%
d'œuvre couramment utilisées diffèrent selon les sections :  Transport 10%
 Approvisionnement 5%
Exp : - Centre apprivoisement : mat acheté, prix, nombre, poids ………………..etc.  Atelier A 30%
 Atelier B 15%
- Section production : la M. d’œuvre, l’heure machine, mat traitée …… etc.
 Atelier C 25%
- Centre distribution : prix, nombre, poids ……………………………etc.  Distribution 5%
La section entretien est imputée aux autres sections proportionnellement aux heures de
Section 2 : Le nombre d'unités d’œuvre :
travail qui y ont été effectuées :
Ayant choisi les unités d’œuvre significatives pour chacun des centre d'analyse, il faut  Atelier A 300 H
alors chercher le nombre à partir des " bons d'entrées et de sortie», " des bons de travaux"  Atelier B 200 H
……etc.  Atelier C 100 H
Et le transport proportionnellement au nombre de Kilomètres parcourus :
Section 3 : Le Coût de l'unité d’œuvre : - Approvisionnement 2 500 Km
- Distribution 3 500 Km
Connaissant le coût total de chacun des centres principaux, le nombre des unités d'œuvre de Il a été acheté en cours de période 7 150 kg de matière première.
ces centres, il est facile alors de calculer le coût de l'unité d’œuvre. Les unités d’ouvre pour les sections principales sont :
- Le kg acheté pour l’approvisionnement,
- L’H.M.O.D pour les trois ateliers,
C.U.O = FRAIS DU CENTRE - Le Km de livraison pour la distribution.
NOMBRE D'UNITES D'œuvre
TRAVAIL A FAIRE :
NB : Le résultat de la division nombre rarement " juste " il faut décider centre par Achevez le tableau de répartition et déterminer le coût de l’unité d’ouvre
centre, le nombre des décimales de chacun des coûts d’unité d’œuvre toujours arrondir par
Exercice d’application n°2 :
défaut (pour n’imputer que des frais réelles).
L’entreprise MOBINORD fabrique et vend 3 produits : X ;Y ;Z. les charges engagées
pour cette fabrication sont les suivantes :
- le produit X nécessite 2 kg de matière 1ére et 1 H.M.O.D,
- le produit Y nécessite 3 kg de matière 1ére et 3 H.M.O.D,
- le produit Z nécessite 1 kg de matière 1ére et 2 H.M.O.D.
16 17
Cours comptabilité Analytique S3 2010 Cours comptabilité Analytique S3 2010
1. Section principale : La répartition primaire se fait de la manière suivante :
C’est la section dont les frais s’imputent normalement au coût et P.R. ce sont des sections
dont l’activité est liée directement aux opérations d’exploitation.  Location et charges locatives : 1/8 à l’administration, 1/8 à l’entretien
Exp. : Section couture pour l’E/se textile.  1/4 distribution le reste à la production.
Section vente et achat pour l’E/se commerciale.  Impôts et taxes : 100 % à la distribution
 Personnel & charges sociales: 1/6 administration, 1/6 entretien, 1/3
2. Section auxiliaire : production, 1/3 distribution.
C’est une section dont l’activité n’est pas liée directement à l’exploitation autrement dit,  Achats consommés de Mat/Fournitures : idem que charges externes
elle fournit elle même un service à d’autres sections principales, ou auxiliaires.  Transport sur achat et vente : 1/10 administration, 1/10 entretien, 6/10
En général, chaque E/se définie en fonction de sa structure et ses besoins les sections production le reste à la distribution.
principales et les sections auxiliaires.
La répartition secondaire se fait de la manière suivante :
C/ Répartition des charges dans un tableau.
 Répartition primaire : La section administration sera partagée à raison de 1/3 pour les trois autres sections.
Les charges indirectes sont réparties entre toutes les sections (auxiliaires et La section entretien donne 3/4 à la production et 1/4 à la distribution
principales) par l’intermédiaire d’un tableau de répartition de charges indirectes.
Cette répartition est réalisée soit par mesure directe des charges, soit en fonction des Travail à faire :
clefs de répartition..
Etablissez le tableau de répartition primaire et secondaire.
 Répartition secondaire :
Comme nous l’avons vu les sections principales sont les seules dont les frais Correction VTD
d’imputent au coût et prix de revient.
Les sections auxiliaires dont l’activité est consacrée aux autres sections doivent être SCHEMA DE REPARTITION PRIMAIRE ET SECONDAIRE
réparties entre ces sections. Ce qu’on appelle la répartition secondaire.
Exercice d’application : CHARGES DIRECTES CHARGES INDIRECTES
Une E/se fabrique et vend des armoires. Les charges engagées pour cette fabrication se
divisent en charges directes et en charges indirectes qui se trouvent réparties dans le tableau
qui suit :
CENTRES
CHARGES PAR NATURE AUXILIAIRES
TOTAL
Location et charge locatives 2000
CENTRES
Impôts et taxes 500 PRINCIPAUX
Charges externes 1800
Achats non stockés de Mat/Fournitures 1500
Transport sur achat et vente 1000 COUT ET PRIX DE REVIENT
6800
TOTAL
14 15
Cours comptabilité Analytique S3 2010 Cours comptabilité Analytique S3 2010
Exercice d’application N° 2 : Exercice d’application N°4 :
Dans une entreprise industrielle, les montants de la répartition primaire sont les suivants :
Fonctions auxiliaires :  Fonctions principales : L’entreprise NARGIS fabrique et vend un article unique P à partir de deux matières A et B
Entretien 1 750  Atelier A : 15 000 par passage successif dans deux ateliers de fabrication :
 Force motrice 2 000  Atelier B : 4 800 Atelier préparation et atelier finition.
 Atelier C : 4 000 La fabrication de P nécessite les opérations suivantes :
On vous informe par ailleurs que la fonction entretien est répartie entre les autres
fonctions à raison de 1/4 pour le reste des autres fonctions.  Traitement de la matière A dans l’atelier préparation, traitement qui laisse un déchet sans
La fonction force motrice est répartie entre les autres fonctions proportionnellement valeur égale à 5% du poids de la matière utilisée ;
aux nombre 1, 5, 2, 2.  Incorporation de la matière B à la matière A traitée dans l’atelier finition pour donner le
On vous demande de déterminer le total de la répartition secondaire produit P.
On vous fournit les renseignements suivants relatifs au mois d’octobre 2001 :
Exercice d’application N°3 : 1/ Stock au 1er octobre :
L’E/se « jouets en bois » fabrique des jouets découpés de bois dont on admet qu’elle fabrique  Matière A : 5000 kg à 12 dh le kg
un produit unique P.  Matière B : 20 000 kg à 5 dh le kg
Elle utilise comme matière première des panneaux de contre plaque.  En- cours Atelier préparation : 900 dh.
Pour le besoin de la comptabilité analytique, le comptable a divisé l’E/se en quatre centre  Produit P : 7 500 Articles à 36,6 dh l’un
d’analyse : entretien, administration, approvisionnement et production. 2/ Achats de mois :
1/ a la fin de mois de janvier, la répartition des charges indirectes est la suivante : - Matière A 10 000 kg à 11,50 dh le kg.
- Matière B 30 000 kg à 4,50 dh le kg.
Eléments Montants Entretien Administration Approvisionnement Production 3/ Consommation du mois :
TRP 65 300 5000 8800 1500 50 000 - 12 000 kg de la matière A
Rep second : - 40 000 kg de la matière B
Entretien - 20% 15% 65% 4/ Frais de main d’ouvre directe :
Administration 10% - 20% 70% -Atelier préparation : 1 500 heures à 8dh l’heure.
-Atelier finition 2 500 heures à 10 dh l’heure.
5/ Ventes du mois : 18 000 articles P à 40 dh l’un.
2/ Sachant que : 6/ Production du mois : 15 000 articles P.
- Il y avait en stock fin décembre 20 panneaux évalues 5200DH 7/ Stock au 31 octobre :
- 50 panneaux ont été achetés début janvier au prix d’achat de 200 DH l’unité.  Matière A : 2 950 kg.
L’E/se valorise les sorties de stock au coût moyen pondéré.  Matière B : 10 000 kg.
 En- cours Atelier finition : 1 150 dh.
3/ Sachant par ailleurs :
 Produit P : 4 490 Articles.
- que la production de cuirs a été de 10 000 pièces « P »
Les charges indirectes se trouvent réparties dans le tableau qui suit :
- qu’elle a nécessité l’utilisation de 50 panneaux
Eléments Administ° Entretien Approvisio. Préparation Finition Distribution
- que la main d’œuvre utilisée directement (uniquement pour la section production) TOT. Répart. primaire: 55 000 38 000 10 000 46 500 72 250 13 900
s’est élevée à 600 H à 21 DH/ l’heure. Administration - 20% 1/3 1/3 1/15 1/15
Entretien 10% - 40% 20% 10% 20%
Travail à faire : Nature de l’unité d’O kg acheté kg préparé H.M.O.D Articles
1/ Effectuer la répartition secondaire des charges indirecte vendus
2/ Calculer le coût de production des 10 000 unités « p » produites.
Travail à faire :
1/ Compléter le tableau de répartition des charges indirectes.
20 21
Cours comptabilité Analytique S3 2010 Cours comptabilité Analytique S3 2010
Le kg de matière première coûte 3 DH, une heure de M.O.D coûte 8DH. Section 4 : Le problème des prestations réciproques
Les charges indirectes, incorporables, se trouvent reparties comme suit :
Les centres auxiliaires fournissent des prestations aux centres d’analyse (principaux et
- Administration 17 300 - Atelier 2 7 380 auxiliaires).
- Atelier 1 15 400 - Distribution 15 820 Les centres auxiliaires peuvent se rendre des services mutuels et dans ce cas, il y a
« facturation » réciproque de prestation.
Les frais d’administration donnent 25% à l’atelier 1, 25% a l’atelier 2 et 50% à la Exp. 1 : supposons le tableau de répartition des charges qui suit :
distribution.
Déterminer pour chaque section principale : le coût de l’U.O sachant que les unités Charges imputables montant Centres auxiliaires Centres principaux
d’œuvre pour l’atelier 1 l’heure machine. Le nombre de ces unités est 1000 à raison de : Entretien F. Motrice Atelier 1 Atelier 2 Distribution
- 800 H pour X Totale de 1ère 2 109 00013 200 32 000 675 000 821 000 567 800
-100 H pour Y répartition :
-100 H pour Z
Les unités d’œuvre pour l’atelier 2 : H.M.O.D. Clés de répartition :
Les unités d’œuvre pour la distribution est : 100 DH du CA.  Virement entretien 10 % 60 % 30 % --
Il a été fabriqué et vendu au cours de la période :  Virement énergie 20 % -- 50 % 30 % --
- 400 X à 100 DH l’unité,
- 100 Y à 200 DH l’unité,
- 200 Z à 125 DH l’unité. Résolution :
Il faut impérativement comprendre, pour poser les équations, que les inconnus (E et FM) sont
TRAVAIL A FAIRE : les coûts après virement des autres centres.
Compléter le tableau de répartition des charges et calculer le coût de l’unité d’ouvre
pour chaque section principale.
D’où : E le coût du centre entretien après virement du centre « énergie ».
FM le coût du centre énergie après virement du centre « entretien ».
Exercice d’application n°3 :
Pendant le mois d’avril, les frais indirects pour une entreprise industrielle, ont été les
E = 13 200 + 0,2 FM
suivants :
Ce qui donne :
Eléments Sections auxiliaires Sections principales FM = 32 000 + 0,1 E
F.motrice Entretien Approv Tours machines Traitement Finition Distribut
Rep.1er 32 400 129 600 210 800 488 000 424 000 328 000 92 000 232 000 Système d’équation à 2 inconnues qui vous donne :
F.motrice 0 1 2 3 2 1 1 0
Entrien - - 3 3 1 1 1 1 E = 20 000
FM = 34 000
Ce qui, appliqué au tableau de répartition, donne la présentation suivante :
Unités d’ouvre:
Centres d’analyse Nature de l’unité d’ouvre Nombre des unités d’ouvre Charges imputables montant Centre auxiliaires Centres principaux
Approvisionnement Tonne 520 DH Entretien F Motrice Atelier 1 Atelier 2 Distribution
Tours Mètre 220 000DH TOT. Répart. primaire: 2 109 000 13 200 32 000 675 000 821 000 567 800
Machines Heures /machines 7 385 DH
Traitement Séries de 1000 pièces 15 200 DH Entretien
Finition Séries de 1000 pièces 15 200 DH Force motrice - 20 000 2 000 12 000 6 000 --
Distribution % du CA 4 391 480 6 800 - 34 000 17 000 10 200 --
TOT. Répart.secondaire 2 109 000 0 0 704 000 837 200 567 800
Travail à faire :
Compléter le tableau de répartition et calculer les coûts d’unité d’ouvre.
18 19
Cours comptabilité Analytique S3 2010 Cours comptabilité Analytique S3 2010
- Nombre de commande expédiées : …..400 DH 5° Main d’œuvre directe utilisée dans l’atelier N° 1 : 8080 heures à 6 D H l’heure.
- Produits vendus…………………….: 1000 DH 8080 heurs à 6dh l’heure.
- C.A réalisé………………………: 380 000 DH 6° Main d’œuvre directe utilisée dans l’atelier N° 2 :
Les stocks initiaux et achats sont résumés dans le tableau qui suit : 4800 heures à 6.40 D H l’heure ayant servi à fabriquer le produit X
1800 heures à 6.40 D H l’heure ayant servi à fabriquer le produit Y
Eléments Stocks initiaux Achats 7° Production du mois :
Quantité Prix Unitaire Quantité Prix Unitaire L’atelier N° 1 a fabriqué 37 000 Kg de produit semi-fini
L’atelier N° 2 1a fabriqué 13 700 unités de produit fini X et 3 000 unités de produit fini Y
Réfrigérateurs 70 725 280 850 8° les totaux de la répartition se présentent comme suit :
Gazinières 130 460 650 520 Entretien : 3 900
Machines à laver 30 850 120 1100 Energie : 10 000
Approvisionnement : 11 000
Atelier N° 1 : 22 400
TRAVAIL A FAIRE : Atelier N° 2 : 24 300
Distribution : 13 340
A/ Etablir la fiche de pris de revient d’une commande, comprenant : 9° le tableau ci-dessous regroupe les clés de répartition secondaire et les unités d’œuvre :
– un réfrigérateur Entretien Energie Approvisionnement Atelier N° Atelier N° 2 Distribution
– deux gazinières 1
– une machine à laver Entretien 20% 10% 40% 20% 10%
B/ Quel est le résultat analytique sachant que la vente a été facturée 3 800 DH. Energie 10% 10% 40% 40%
Unité Kg de matière Kg de Heure de D h de CA
d’œuvre achetée matière main
ETUDE DE CAS N°1: utilisée d’œuvre
L’entreprise OUTAHER traite une matière première A et une matière B dans un directe
atelier N° 1. A la sortie de cet atelier est obtenu un produit semi-fini qui est l’objet de
stockage en magasin. Ce produit semi- fini subit dans l’atelier N° 2 un traitement 10° Vente du mois :
complémentaire, à la suite duquel sont élaborés le produit fini X et le produit fini Y qui - Produit X : 14 000 unités à 16.70 D h/Unité
entrent en magasin. Toutes les sorties de magasin se font au coût moyen unitaire pondéré. - Produit Y : 2 000 unités à 21.50 D h/Unité
TRAVAIL A FAIRE :
L’activité du mois de mars 1993 se résume dans les données suivantes : 1° Etablir le tableau de répartition des charges indirectes et faites apparaître sur la copie le
1° Achat du mois de mars 1993 : calcul des prestations réciproques.
-Matière A : 24000 Kg à 2.10 D H/Kg 2° Faire apparaître dans une série de tableaux successifs :
Matière B : 18000 Kg à 2.20 D H/Kg - Les coûts d’achat de matières A et B et comptes de stocks correspondants
2° Stocks au 01/01/93 : - Le coût de production du produit semi-fini et les comptes de stock correspondants
-Matière A : 12000 Kg à 2.10 D h/Kg - Les coûts de production des produits finis X et Y et les comptes de stocks
correspondants
-Matière B : 36000 Kg à 2.65 D H/Kg - Les prix de revient des produits X et Y
Produit semi-fini : néant
- Les résultats analytiques de X et Y
Produit X : 2860 unités à 10.80 D h/unité
Produit Y : néant
ETUDE DE CAS N°2 :
3° Consommation de matières par l’atelier N° 1 :
L’entreprise ILHAM fabrique un produit F, composé de 3 éléments : 2 pièces A et une pièce
Matière A : 18600 Kg
B.
Matière B : 26400 Kg
-Les pièces A sont fabriquées dans un atelier A1, à partir de 2 matière : M et N
-Les pièces B sont obtenues dans un atelier A2, à partir d'une matière P.
4° Consommation de Pt semi-fini par l’atelier N° 2 -L'atelier A3 effectue le montage des pièces pour obtenir F.
22000 Kg ayant servi à fabriquer le produit X
9 500 Kg ayant servi à fabriquer le produit-Y
24 25
Cours comptabilité Analytique S3 2010 Cours comptabilité Analytique S3 2010
Exercice d’application N°5 : Exercice d’application N° 1 :
Dans une entreprise industrielle, les montants des sections après répartition primaire des
charges indirectes, pour le mois de Janvier 2002 sont les suivants : Dans une entreprise industrielle, on vous donne les renseignements suivants :
Force Motrice Vapeur Approvisionnement Atelier A Atelier B Distribution - En-cours le 1/12/2000 3 000
100 235 240 1 000 400 500 - En-cours le 31/12/2000 7 000
- Charges de production de décembre 10 000
Les sections force motrice et vapeur sont des sections auxiliaires qui se répartissent ainsi : - Calculer le coût de production pour le mois de décembre.
-Force motrice : 10 % à la vapeur
40 % à l’Atelier A Exercice d’application N° 2 :
50 % à l’Atelier B
-Vapeur : 20 % à la force motrice La fabrication d’un produit « M » a nécessité pour le mois de février :
40 % à l’Atelier A - 50 tonnes de matière A à 300 DH la tonne.
40 % à l’Atelier B. - 8 tonnes de matière B à 520 DH la tonne
Les frais direct s’élèvent à 11 000 DH
Les unités d’œuvre des sections principales sont les suivantes : Les charges indirectes :
- Section approvisionnement : 1 Kg de matière première achetée. - 3000 unités d’œuvre pour la section S1 à 2DH l’unité.
Les achats de mois de janvier s’élèvent à 240 Kg de matière première. - 2000 ……………………………… S2 à 2.5DH ……
- Section atelier A1 : heure machine ; le temps d’exécution de la production s’élève à 220 L’en- cours de fabrication à était de 600DH au début de mois et 660 à sa fin.
heures machine.
- Section B : 1 heure de main d’œuvre directe, la production a exigé 200 heures de main
d’œuvre directe. TRAVAIL A FAIRE :
- Distribution: 1 DH des ventes ceux ci ont atteint 10 000 DH.
Calculer le coût de production :
Travail à faire :
-Terminez le tableau de répartition et calculez le coût de l’unité 3/ Le coût de production par commande :
d’œuvre des sections principales.
Section 3 : cas particuliers de coût de production : Certain entreprises ne fabriquent des produits finis qu’a partir des commandes passées par
1/ les en-cours de fabrication: des clients.
Il est rare qu’a la fin de la période considérée, la totalité de ce qui a été lancé en Pour chaque commande, on va établir un état détaillé des opérations de fabrication avec
fabrication soit achevée. C’est ce qui est appelé les en-cours de fabrication. des prix estimatifs.
Ces en-cours doivent être valorisés au coût de production correspondant au stade de Exemple d’application N° 1 :
fabrication ou ces produits sont parvenus à savoir : Un grossiste en electro- ménagers désire établir une fiche de prix de revient pour chaque
- Coût des matières incorporées. commande. Il vend spécialement 3 produits :
- Coût de main d’œuvre directe incorporée. - réfrigérateurs
- Autres frais directs de fabrication. - gazinières
- Quotte part des charges indirectes. - machines à laver
A la fin d’une période de calcul des coûts, il existe dans les ateliers des produits non Le tableau de répartition des charges indirectes du dernier trimestre donne les renseignements
encor terminés pour les quels des charges directes ou indirectes ont été engagées. suivants :
Il est nécessaire de connaître leur valeur pour déterminer le coût de revient des produits
fabriqués. Eléments Administration Approvisionnement Emballage livraison
Une fois la valeur des en-cours est connue on procède alors au calcul de coût de T.R.S 28 000 10 500 1 400 19 000
production de la période en utilisant la formule : Nat. De l’U.O 1 commande 1 appareil 1 appareil 1 DH
expédiée acheté vendu facturé
Ct Po de la période = en-cours initiaux + charges de la période – en-cours finaux
Durant ce même trimestre, l’activité peut se résumer ainsi :
22 23
Cours comptabilité Analytique S3 2010 Cours comptabilité Analytique S3 2010
ETUDE DE CAS N°4: L’atelier n° 3 a travaillé la totalité du sous-produit brut fabriqué par l’atelier n° 2 et a
obtenu une tonne de sous-produit commercialisable stocké (prix de vente probable : 2 000
Reprenez le cas de l’entreprise NARGIS et établissez le coût de revient et le résultat DH, frais de distribution à prévoir 10 % du prix de vente). Il n’y a pas d’encours dans l’atelier
analytique. n° 3 au 31 janvier.
Ventes du mois de janvier : 8 tonnes de produit P à 5 000 DH la tonne.
ETUDE DE CAS N°5 : Travail à faire :
L’entreprise LAHLOU a pour objet la fabrication des produits chimiques. La On vous demande de calculer le résultat analytique
fabrication se fait dans trois ateliers différents :
- Atelier n° 1, qui traite une matière première unique M et donne un produit semi- ETUDE DE CAS N°6 :
ouvré (PSO) momentanément stocké.
- Atelier n° 2, qui transforme le PSO en un produit P, la transformation donnant Le processus de fabrication de l’entreprise MAAMMAR est le suivant
également un sous-produit (SP) brut Q. Deux matières (A) et (B) sont assemblées (2 kg de A avec un kg de B) et traitées un atelier
- Atelier n° 3, qui traite le SP pour le rendre commercialisable. 1.Cet atelier donne un produit semi- ouvré (P.S.O) momentanément stockés et un sous
L’entreprise dispose d’une comptabilité analytique autonome, organisée selon le plan produit. Le PSO est ensuite traité dans les ateliers 2 et 3 pour donner le produit (F). L’atelier 3
comptable. Cette comptabilité permet de déterminer mensuellement. assemble le produit avec la matière première (C).
- Le coût d’achat de la matière M, Le sous produit est traité immédiatement dans un atelier 4 pour être rendu commercialisable
- Le coût de production du produit semi-ouvré (ce sous produit supporte des frais de distribution).
- Le coût de production du produit fini P, et donne en permanence l’inventaire des Eléments Total Approvisionne Atelier 1 Atelier 2 Atelier 3 Atelier 4 Distribution
stocks. ment
En ce qui concerne le sous produit Q, Celui-ci est évalué au prix de vente
probable : ce prix est diminué des frais de transformation dans l’atelier n°3 et des frais T.R.S. 90 123 22 500 28 800 15 000 16 560 840 6423
probables de distribution, la différence étant considérée comme venant réduire le coût
de production du produit principal P. Nat d’U.O kg acheté kg kg traité H. MOD kg traité 100 dh C.A
traité
Toutes les sorties de stockes sont chiffrées au coût moyen pondéré unitaire du mois, 9
Au premier janvier 1996 les stocks et les achats sont résumés dans le tableau suivant : 1.Stock au 01/12/1997: 2. Stock au 31/12/1997:
Matières Stock initial (en tonne) Achats (en tonne) Matière A: 500 kg à 21 dh/kg - matière A: 1 400 kg
Q PU V Q PU V Matière B: 50 kg à 25,90 dh/kg - matièr B: 750 kg
Matière M 20 90 1 800 100 92 9 200 -Matière C: 20 kg à 35,20 dh/kg - matière C: 70 kg
Matière consommable - - 5 000 - - 8 000 -PSO: 200 kg à 42,50 dh/kg - PSO: 200 kg
Produit . semi-ouvré 8 2 000 16 000 -Porduit F 1 200 unités à 57 dh - produit F: 600 unités
Produit fini P 5 4 000 20 000 -Sous produit: 10 kg à 2 dh/kg - en-cours final atelier 3: 7 350
En- cours Atelier 2 3 600 3 .Achat du mois de décembre 1997: 4. Production du mois de 12/ 97:
- Matière A: 2 500 kg à 22 dh/kg - L’atelier 1 a produit 2 000 kg de
Il n’existait pas d’encours au 1/1/96 dans les ateliers n° 1 et 3. Les opérations du mois de - Matière B: 1500 kg à 24 dh/kg P.S.O et obtenu 400 kg de SP.
janvier 1996 peuvent se résumer ainsi : - Matière C: 500 kg à 25 dh/kg - Le coût de production du SP à la sortie de
Main d’œuvre directe A1 : 6 400 DH - A2 : 3 000 DH - A3 : 1 000 DH. l’atelier 1est 2020 dh
Frais indirects de production : - On a produit 2400 unités de F:
Approvisionnement Atelier 1 Atelier 2 Atelier 3 Distribution - La consommation de C a été de 450 kg.
1000 pour M 12 000 4 000 200 500 5. Vente de mois de 12/1997: 6. Frais directs de main d’œuvre:
Produit F: 3000 unités à 70 dh/U. - Atelier 1: 1000 h à 4,50 dh/h
Il a été mis en transformation dans l’atelier n° 1 : 60 tonnes de matière première M et Sous produit: totalité à 10 dh/kg. - Atelier 2: 800 h à 5 dh/kg
2 000 DH de matières consommables ; l’atelier a produit 12 tonnes de produits semi-ouvrés, - Atelier 3: 1200 h à 6 dh/h
sans encours de fabrication au 31 janvier 1996. - Atelier 4: 100 h à 4 dh/h
Travail à faire:
Il a été mis en transformation dans l’atelier n° 2 : 10 tonnes de produit semi-ouvré et calculer le résultat analytique sur le produit (F) et le résultat de sous produit ?
3 000 DH de matière consommable, l’atelier a produit 7 tonnes de produits finis P et 1.5 tonne
de sous produit Q ; il restait au 31 janvier un encours de fabrication évalué à 2 000 DH. ETUDE DE CAS N°7 :
La S.A " METAL DU NORD " fabrique des modules utilisés en fabrication sidérurgique
(poteaux, barres….) Son processus de fabrication est le suivant :
28 29
Cours comptabilité Analytique S3 2010 Cours comptabilité Analytique S3 2010
INFORMATION CONCERNANT LE MOIS DECEMBRE 1999. ETUDE DE CAS N°3 :
Matière Stock initial Achats Consommation Stock F. Fabrication L’entreprise MARZOUKI fabrique un produit fini « P2 » en deux étapes :
Q PU V Q PU V * Après transformation d’une matière première « M » dans l’atelier 1, on obtient un produit
Matière M 100 2.6 260 400 1,9 760 450 50 - semi-fini « P1 ».
Matière N 400 1.2 480 1000 1,00 1000 1200 180 -  Chaque unité « P1 » donne naissance à une unité « P2 » après adjonction d’une matière
Matière P 200 2.71 542 500 3,00 1500 450 210 - première « N » dans l’atelier 2.
Pièces A 1000 1.80 1800 - - - - 300 2000  De la comptabilité générale, on extrait les données suivantes : ( mois de Mai )
Pièces B 400 2.60 1040 - - - - 250 1200
Produit F 150 7.0 1050 - - - - 95 1350 Matières Stock initial Achats Stock final
Quantité Valeur Quantité Valeur Quantité Valeur
Matière M 600 4200 3000 20400 1090 7739
MOD : dans les ateliers : A1 = 350 h à 3 dh, A2 = 400 h à 4 dh A3 = 200 h à 5 dh Matière N 200 2260 1000 11700 440 5236
On a vendu : 1400 produits F, au prix unitaire de 10 dh, PSF p1 250 9700 - - - -
Sachant en outre, que les charges indirectes à répartir comportent la rémunération du capital Produit p2 - - - - 425 23375
propre au taux de 4 % (montant du capital = 165 600 dh) et que le compte dotation comprend
des provisions pour un montant de 100 DH :
On demande : - Charges sociales et salaires : Atelier 1 : 18 750 dh. Atelier 2 : 6 375 dh.
A- Compléter le tableau de répartition des charges. - Autres charges par nature : 25 200 dh.
B- Etablir sous forme de tableaux, le coût de production (unitaire et global), le prix de - Ventes du mois de Mai : 1 075 unités « P2 » à un total de 86 000 dh.
revient (unitaire et global) et le résultat analytique sur les produits F vendus  Des livres de la comptabilité analytique on tire les renseignements suivants :
C- Etablir la concordance entre résultat analytique et résultat général (C. P. C) sachant que - Les charges sociales et salaires sont des charges directes.
toutes les charges se rapportent à l'exploitation. - Les autres charges par nature sont à répartir : tenu compte de 1 600 dh de charges
TABLEAU DE REPARTITION A COMPLETER : exceptionnelles et de 400 dh de charges supplétives.
Sections auxiliaires Sections principales
Administration Entretien. Approvisionnement A1 A2 A3 Distribution
ELEMENTS APPROVISIONN. ATELIER 1 ATELIER 2 DISTRIBUTION
302 256 284 891 341 555 314
Nature de l'unité d’œuvre Kg Acheté de M. P Kg de M. P traité H.M.O Dh de CA 1 280 ? 7 500 1 720
Nature d’U.O. 1 kg de matière 3 heures ½ heure 1 dh du C.A.
La répartition du montant des sections auxiliaires se fait selon les grilles ci-dessous : achetée machines par machine par
L’entretien se partage proportionnellement à : unité fabriquée unité fabriquée
Administration Approvisionnem. Atelier 1 Atelier 3 Distribution
1/16 1/8 3/16 1/8 1/2 - Au cors du mois, la production a été la suivante : 250 U « P1 » fabriqués qui ont nécessités
2500 kg de la matière « M ».
L’administration se partage selon les coefficients suivants : - 1 500 U « P2 » pour lesquelles on a utilisé 750 kg de la matière « N » et la totalité des
0.1 0.1 0.075 0.3 0.3 0.125 produits semi-finis « P1 ».
Entretien. dist. app. A1 A2 A3 Travail à faire :
N.B Les sorties de stocks sont valorisées au coût moyen pondéré avec cumul du stock 1- Complétez le tableau de répartition et calculez le coût de l’unité d’œuvre.
initial. 1- Présentez dans des tableaux conduisant à la détermination du résultat analytique de la
période.
26 27
Cours comptabilité Analytique S3 2010 Cours comptabilité Analytique S3 2010
Chapitre 3 :L’imputation rationnelle des charges fixes :  Calculer la différence entre CFi et CFR.
Dans les charges incorporés dans les coûts de revient complets, il en est qui varient avec le  Si CFi ≠CFR, rétablir l’équilibre comptable.
volume de production ou de vente : ce sont des charges variables. D’autres, au contraire ne
varient pas sensiblement avec le volume de production ou de vente : ce sont les charges fixes.
En effet, avec la méthode des coûts complets lorsque le niveau d’activité augmente, le coût de Exemple : dans l’atelier de montage des moteurs électrique de la société BES, l’unité d’œuvre
revient tend à diminuer puisque les charges fixes vont de répartir sur un plus grand nombre est l’heure /ouvrier. La norme a été établie à 1000h/ouvrier de travail par mois. Les coûts
d’articles, et on aura une situation inverse en cas de récession de l’activité. fixes mensuels s’élèvent à 15000 DH ; les coûts variables sont de 50 DH par h/ouvrier.
Pour raisonner à volume constant, il faut donc neutraliser les charges fixes. C’est ce que
réalise la méthode de l’imputation rationnelle. La fabrication d’une unité de produit nécessite une heure de travail.
L’activité des trois premiers mois de l’année 1996 s’établit de la façon suivante :
1-principe :
*Janvier : 1000 heures
Les coûts variables de production entrent en totalité dans le coût complet. Toutefois, les coûts *Février : 700 heures
fixes ne sont imputés à ce coût complet que dans la proportion : *Mars : 1300 heures
Activité réelle n On va calculer les coûts, l’unité d’œuvre, selon la méthode de l’imputation rationnelle.
K= = = coefficient d’imputation rationnelle.
Activité normale N Janvier février mars
Activité réelle 1000 h 700 h 1300 h
Coûts fixes effectifs 15000 15000 15000
Le coût de revient unitaire devient indépendant du degré d’activité et l’on fait apparaitre
distinctement l’incidence de la variation d’activité sur les résultats. K 1000 =1 700 =0,7 1300 =1,3
Trois cas sont à distinguer : 1000 1000 1000
 Lorsque l’activité est normale, tous les coûts fixes sont imputés au coût complet. Coûts fixes incorporés 15000*1=15000 15000*0,7 =10500 15000*1,3=19500
Coûts variables 1000*50=50000 700*50=35000 1300*50=65000
 Quand l’activité est inférieure au niveau normal, une partie seulement des coûts fixes Coûts total 65000 45500 84500
est imputée au coût complet, l’autre partie nommée malus de sous-activités (ou coût
de chômage) débitée directement au compte de résultats. Coût unitaire 65000 = 65 DH 45500 = 65 DH 84500 = 65 DH
1000 700 1300
 Lorsque l’activité réelle est supérieure au niveau normal, un coût fixe supérieur à celui Différence
effectivement constaté est imputé au coût complet. un bonus de sur-activités, inscrit d’incorporation 15000-15000=0 10500-15000 19500-15000
au compte de résultat rétablit l’équilibre comptable. = -4500 = +4500
Ainsi, la méthode de l’imputation rationnelle. L’inactivité et la suractivité sont mises en Malus de sous- Bonus de sur-
évidence, leurs causes peuvent être recherchées et les conditions de fonctionnement de activité activités
l’entreprise améliorées.
Si le pris de vente du produit est 70 DH, la marge unitaire normale atteint 70-65=5.
2-la mise en pratique :
L’équilibre comptable sera établit de la façon suivante :
Cinq étapes peuvent être distinguées :
Janvier Février Mars
 Isoler les coûts fixes (CF) de l’ensemble des coûts.
n Résultats analytique 5*1000=5000 5*700=3500 5*1300=6500
 Déterminer le coefficient d’imputation rationnelle : K= Incidence de l’activité 0 -4500 +4500
N
 Calculer les coûts fixes incorporables aux coûts (CFi) en multipliant les coûts fixes Résultats réel -1000 +11000
réels (CFR) par le coefficient d’imputation rationnelle : CFi= CFR*K.
32 33
Cours comptabilité Analytique S3 2010 Cours comptabilité Analytique S3 2010
 L'atelier 1 traite le fer et la fonte pour obtenir des plaques (produit semi-fini), 4- Main d'œuvre directe :
provisoirement stockées. Atelier Nombre d'heures Taux
La fabrication des plaques nécessite pour 1kg de fer, 3kg de fonte .Ce traitement laisse un horaire
déchet estimé à 2 % du poids des matières utilisées, déchet vendu à un ferrailleur voisin au 1 4 000 heures 12 DH
prix de 3 DH le kg. 2 8 000 h dont 3 000 h pour les 15 DH
 L'atelier 2 transforme le produit semi-fini en deux produits : modules A
- Des modules catégorie A prêts à être commercialisés 3 800 heures 20 DH
- Des modules catégories B qui passent dans l'atelier 3 pour subir un traitement
supplémentaire avant d'être commercialisés 5- Charges directes de distribution :
Cette société met à votre disposition les informations suivantes relatives au mois de Mai 2000  Modules catégorie A : 13 120 DH
1- Tableau de répartition des charges indirectes :  Modules catégorie B : 43 200 DH
Eléments Total Energi Adminis Approv Atelier Atelier Atelier Distributi
e t 1 2 3 on Travail à faire :
*T . R. P 988 110 82 000 130 000 160 000 180 240 86680 1-Présenter le tableau de répartition des charges indirectes
*Répartiti 680 000 000 000 (Le calcul des prestations réciproque doit figurer sur la copie)
on 2-Calculer les coûts d'achat des matières premières
15 % 15 % 30 % 5% 3-Présenter les inventaires permanents correspondants
secondaire 25 % 10 % 15 20 % 35 % 4-Calculer le coût de production des plaques et présenter l'inventaire permanent
: 10 % % 10 % correspondant
- Energie 10 5-Calculer les coûts de production des modules catégorie A des modules catégorie B
- Administ % 6-Présenter les inventaires permanents des modules catégorie A et des modules catégorie B
7-Calculer les coûts de revient et les résultats analytique des modules catégorie A et des
Nature de 1 kg de H de H de 1 100 DH modules catégorie B
l'unité matières MOD MOD article de
d'œuvre acheté fabriqu C .A
e
2- Etat et mouvement des matières et du produit semi-fini :
Elément Stocks au Entrées Stocks
s 01/05/2000 Consommations au31/05/2000
*Fer 6 750 kg pour 99 500 15 250 kg à 14 12 000 kg 10 000 kg
DH DH/kg
*Fonte 12 000 kg pour 280 000 28 000 kg à 16 ? 3 950 kg
DH DH/kg
*Plaques 23 460 kg pour 553 572 ? 60000kg dont 10 500 kg
DH 15000kg
pour les modules A
3- Etat et mouvement des produits et encours :
Eléments Stocks au Ventes Stocks au
01/05/2000 Production 31/05/00
Modules 1500 articles à 70 DH 7 500 8 000 articles à 120 DH 1 000
catégorie A l'un articles l'un articles
Modules 5000 articles à 76 DH 20 000 24 000 articles à 150 DH 1 000
catégorie B l'un articles l'un articles
Encours Atelier 1348 DH - - 3540 DH
1
N .B: Les sorties sont évaluées selon la méthode du CUMP
30 31
Cours comptabilité Analytique S3 2010 Cours comptabilité Analytique S3 2010
1 – chiffre d’affaire : 37200 100% CA- coût variable (ou direct cost) = Marge sur coût variable
2 – Coûts variables : -27900 75% M / CV- charges fixe = Résultats net.
3 – marge surcoûts variable : 9300 25%
4 – Coûts fixes : -5400 14,5% La méthode de calcul :
5 – Résultats : 3900 10,5% - Le procédé : Reprenons le schéma précédent présenté sous une autre forme :
Produit 1 Produit 2 Produit 3
B- Le direct costing : Chiffre d’affaires C1 C2 C3
-Coûts variables -V1 -V2 -V3
Elaborée et mise au point dans les années cinquante, par une association de comptables M1 M2 M3
= Marges sur coût variable par produit
américains, cette méthode possède une dénomination qui a été l’objet de confusion Marge global : M1+M2+M3
Somme des marges -Charges Fixes
regrettables. -F
En réalité, à l’origine, le direct cost (direct cost =présentation comptable du Coût, direct =Résultat global R
costing= méthode de raisonnement) est un Coût formé des seuls charges variant avec la
quantité de production vendue). *Exemple : une Entreprise qui produit des lessives vend trois marques par l’intermédiaire de
Ces deux versions sont habituellement connues sous le nom de direct costing simple et direct trois canaux de distribution différents.
costing évalué.
Canal1 Canal 2 Canal 3
1 – Exposé de la méthode : Marque A Marque B Marque C
Chiffre d’affaires 300 000 400 000 500 000
Le direct costing simple : Charges variables -200 000 -320 000 -450 000
Marge sur coût variable 100 000 80 000 50 000
Cette méthode consiste à ne retenir dans le coût des produits que les charges variables.de la
somme de ces charges variables, mettre les charges fixes pour obtenir le résultat.
Charges fixes 230 000
Le schéma suivant illustre la démarche : -180 000
Résultats 50 000
C1 C2 C3 Chiffre d’affaire
C- Seuil de rentabilité ou point mort :
1 – Définition :
Charges variables et
V1 M1 V2 M2 V3 M3 marges sur coûts Le point mort est le niveau d’Activité – le chiffre d’affaires – à partir duquel l’exploitation est
variables rentable.
Par conséquent au point mort :
Marge sur coûts Résultat =0
M1+M2+M3 Marge / coût variables = coût fixes
variables globale
Chiffre d’affaires = coût total
Charges fixes
F R er Résultat L’analyse par le point mort est fréquemment employée, parce qu’elle met en lumière, sans
aucune difficulté la relation triplé : coût- volume d’activité – profit.
2 – la représentation graphique :
36 37
Cours comptabilité Analytique S3 2010 Cours comptabilité Analytique S3 2010
3EME PARTIE: La comptabilité analytique, outil d’analyse des coûts de 2- les fondements de la distinction :
revient : la méthode de coût partiels
Le principe est simple, on considère que :
Introduction :
 Les coûts fixes ou de structure restent stables en dépit de variation de la production.
La difficulté de ventilation des charges indirectes a incité les gestionnaires à ne pas employer
exclusivement les techniques d’imputation. En revanche on est conclut à distinguer :  Les coûts variables où coûts opérationnel augmentent, tandis que croit la production.
 La méthode des coûts variables qui se présente sous deux formes : le direct costing et Exemple :
l’analyse du seuil de rentabilité.
Coûts fixes : loyer du bâtiment, amortissement des équipements, charges de personnel, etc.….
 La méthode des coûts marginaux. Coûts variables : consommation de matières premières, d’énergie, dépenses de petit outillage,
etc.…
Bien évidemment, le choix entre ces méthodes dépendra des besoins de l’analyse (qui sont Coûts semi-variables : frais de téléphone : abonnement+communication etc.…
eux-mêmes fonction de la taille de l’entreprise du secteur d’activité de la nature des
fabrications etc.…), en gardant à l’esprit que ces méthodes ne s’excluent pas l’une de l’autre Coûts
Coûts
et qu’au contraire par bien des côtés, elles peuvent être complémentaires.
I- LA METHODE DES COÛTS VARIABLES.
Selon le PCG, le coût variable est formé des seules charges qui varient en fonction du volume
Quantité
d’activité, que celles-ci soient proportionnelles à ce volume ou non. Quantité
Coûts variables Coût fixes
Plutôt que de calculer les résultats d’exploitation de chaque produit, la méthode du coût
variable détermine une marge indépendamment des charges de structure (ou de charges fixes).
Avant d’analyser les deux présentations qui sont habituellement faites de cette méthode :* le
direct costing et * le seuil de rentabilité ou point mort.
Coûts
On va tout d’abord analyser la distinction entre coûts variables et coûts fixes.
A- L’analyse en coûts variables et coût fixes :
1 – les raisons de cette distinction :
Quantité
Le refus d’imputation des coûts fixes permet :
 D’atténuer l’influence des fluctuations de la quantité produite sur le coût unitaire. Coûts semi-variables
 D’apprécier la contribution que chaque produit apporte à chaque produit apporte à la 3 – le compte de résultat différentiel :
couverture des coûts fixes.
On fait souvent apparaitre dans un compte de résultats cinq masses à partir d’un reclassement
De prendre des décisions mieux fondées, car chacun des groupes de coûts correspond à un qui distingue les charges variables des charges fixes.
horizon différent :
Ainsi :
*court terme : coûts variables. Exemple :
*long terme : coûts fixes.
34 35
Cours comptabilité Analytique S3 2010 Cours comptabilité Analytique S3 2010
Si l’on se place au niveau d’un seul produit, on obtient :
Marge unitaire = prix de vente unitaire – coûts variable unitaire.
Coûts fixes
CA correspond au point mort = 5- Appréciation critique relative au point mort :
1- coût variables/prix
L’analyse par le point mort bien qu’efficace, repose cependant sur des hypothèses qui
restreignent sa portée.
*Exemple : l’entreprise Tétra, qui supporte des coûts fixes de 100 000 Dh, fabrique une pile
Pour les avantages :
électrique dont le prix est de 6 Dh. Le coût variable unitaire de ce produit atteint 4 Dh .par
conséquent, le chiffre d’affaires critique est :  Le point mort est une indication sur le niveau d’Activité minimal pour que
l’exploitation soit rentable.
100 000  C’est un instrument de décision dans le choix d’investissement.
PM1 = = 300 000 Dh
1-4/6  Il permet d’anticiper les projets.
 Il sert à expliquer les écarts entre les prévisions et les réalisations.
4 – l’utilisation du point mort :
Pour les inconvénients :
Cette technique consiste un instrument très facilement variable de précision à court terme. On
pourra, par exemple déterminer quelle quantité Q doit être produite et vendue pour atteindre  On suppose une demande illimitée à un prix fixe.
un bénéfice espéré. Dans ce cas, on modifie la formule précédente de la façon suivante :
 On postule qu’existe une relation linéaire entre les coûts et les chiffres d’affaires.
 On raisonne à court terme (pas de modification de la structure de production).
Coûts fixes+Bénéfices prévu
Q=
Marge unitaire/ coût variables
*Exemple : une entreprise vend des produit à un prix unitaire de 60 Dh, les coûts variables
unitaires s’élèvent Dh, les coûts fixes totaux à 1 000 000 Dh. Elle désire obtenir un bénéfice
avant impôt de 2 000 000 Dh. la valeur de production requise sera donc :
1 000 000 + 2 000 000
Q= = 120 000
60-35
40 41
Cours comptabilité Analytique S3 2010 Cours comptabilité Analytique S3 2010
On porte en ordonnée des DH et en abscisse une unité de mesure de l’activité de l’entreprise :
des DHs de chiffre d’affaires, un nombre de produits vendus, etc.… On calcul le point mort de plusieurs façons :
Deux présentations peuvent être effectuées :
Coûts fixes * chiffre d’affaires
PM= (1)
Y (DHs)
Marges sur coût variables
Chiffre d’affaires Bénéfices
Y= a x
Charges variable
Y=a´x + b
Coût fixes
PM=
Taux de marge/ coût variable (2)
Perte
Seuil de rentabilité
Ou point mort
Marge / CV
Avec taux de marge /CV = * 100
X Chiffre d’affaire
(DHs de CA ou de nombre d’article)
a : prix de vente unitaire.
a´ : coût variable unitaire
*Exemple : le compte de résultat différentiel prévisionnel d’un commerçant est le suivant :
Y (DHs) Chiffre d’affaire 2 062 500 100%
Coût d’achat des marchandises vendues -1 416 937,50
Marge sur coût d’achat 645 562,50 31,3%
Marge/coûts variables Coûts variables -193 375,00
Y= (a-a´) x Marge sur coût variable 452 187,50 21,92%
Coûts fixes -375 000,00
Résultat 77 187,50 3,74%
Bénéfices A partir de ces données on peut calculer le point mort de deux manières :
Charges fixes
Y=b 375 000* 2062 500
Perte
PM1 = = 1710 000 DH
452 187,50
X
Point mort 375 000* 100
PM2 = = 1710 000 DH
21,92
3 – le calcul de point mort :
38 39
de ses résultats. Les coûts viennent des différentes composantes, des Les coûts sont plus ou moins détaillés, et il existe une gradation dans le
différentes activités de l'entreprise, et c'est l'analyse qui va permettre calcul des coûts. La place centrale est occupée par le coût de revient,
d'identifier de manière précise les coûts qui reviennent à ses différentes qui regroupe toutes les charges concernant directement ou indirectement
décompositions, et qui conditionnent le résultat final. Or, les un produit ou une commande de l'achat des matières premières jusqu’au
composantes, les activités sont conduites par des responsables, ce qui stade final, qui est la vente du produit fini.
permet d'établir les responsabilités des uns et des autres en matière de En deçà du coût de revient, on procède traditionnellement au calcul du
coûts. C'est évidemment indispensable pour éviter au minimum un coût d'achat, et ensuite à celui du coût de production, auquel on ajoute le
développement incontrôlé des dépenses de l'entreprise, et l'apparition de coût de distribution.
déficits.
* les marges
De ce point de vue, l'analyse des coûts à tous les niveaux de
décomposition de l'entreprise va permettre d'effectuer un repérage fin des La marge est une différence entre un chiffre d'affaires et un coût. Nous
causes de dysfonctionnements, qui obèrent son résultat et sa rentabilité, et verrons qu'il existe différents niveaux de calcul des coûts, et de ce fait
de procéder à tous les ajustements nécessaires. plusieurs types de marges. Lorsqu'on fait la différence entre le coût de
revient d'un produit, qui est le dernier coût calculé, et son prix de vente, la
Un dernier point est à soulever avant d'entrer plus avant dans la technique marge s'appelle le résultat analytique.
comptable, celui de la périodicité dans le calcul des coûts. Il n'y a aucune
contrainte en la matière, tout dépend des spécificités de l'entreprise. Pour
l'enseignement, on prendra a priori le mois comme période de calcul, ce
qui est aussi le cas de la plupart des entreprises.
- les premiers termes de la comptabilité de
gestion
* les charges
Les charges constituent en quelque sorte la matière première de la
comptabilité de gestion. Les charges sont collectées par la comptabilité
générale. La comptabilité de gestion les soumet à différents types
d’analyses, qui, une fois effectuées, permettent de les diviser en autant de
montants partiels qu'il est nécessaire, pour ensuite les regrouper en
fonction d’objectifs particuliers.
La Comptabilité générale répartit les charges par nature, achats
d'approvisionnement, services, charges de personnel, etc. La comptabilité
de gestion répartit les charges par destination.
* les coûts
Les coûts sont des regroupements de charges de l’entreprise. Ce type de
regroupement est là encore fonction des objectifs que se fixe la
Comptabilité de gestion, les coûts se rapportent à des produits, des
commandes, des activités, des fonctions.
3 4
Comptabilité de gestion Intr oduction
La comptabilité de gestion, ou comptabilité analytique est un outil de
gestion, destiné à fournir de l’information utile aux responsables de
l’entreprise.
Éléme nts bibliogr aphique s L'importance de la Comptabilité de gestion est considérable, et même si
l'entreprise n'a aucune obligation de tenir une Comptabilité de gestion, à
la différence de la Comptabilité générale, dite aussi Comptabilité
financière, peu d'entreprises, dès qu'elles ont dépassé une certaine taille,
peuvent s'en dispenser.
DUBRULLE L., JOURDAIN D. Co m p t a b il it é a n a l y t iq ue L'objet premier de la Comptabilité de gestion est l'analyse des coûts et
d e g e s t io n Dunod, 2007, 5 e é dition partant de là l'analyse du résultat, d'où son appellation originaire de
Comptabilité analytique, mais son apport à la gestion va au-delà de ce
FOLL C. Cours de Comptabilité de gestion Éditions Archétype, seul objectif. Les raisons justifiant la place centrale occupée par la
Collections "Les cours de Droit, Éco, Gestion, 2006 Comptabilité de gestion dans l'administration des entreprises sont
multiples :
GOUJET C., RAULET C., RAULET C. Comptabilité de gestion Elle sert à déterminer pour chaque dépense, chaque charge, quelle part
Dunod, 2003, 6e édition revient à tel produit, à telle activité de l'entreprise. Partant de là, elle est
+ Corrigés Dunod, 2003, 6e édition indispensable pour l'établissement des devis, et elle donne à l'entreprise
les éléments chiffrés pour fixer son prix de vente.
Sur les marchés très concurrentiels, le prix de marché tend à s'imposer
aux producteurs, comme l'enseigne la théorie économique. En pratique,
les prix de marché se forment et s'ajustent en fonction des réactions des
acheteurs face aux propositions de prix des producteurs, et, pour cela, la
comptabilité de gestion, qui est fondée sur des calculs de coûts, fournit les
bases pour leur détermination.
Elle sert à prendre des décisions, comme accepter une commande,
introduire un nouveau produit, une nouvelle activité, ou, au contraire, les
supprimer. Dans le même ordre d'idées, la Comptabilité de gestion donne
la possibilité de construire des prévisions pour faire évoluer l'activité,
programmer des budgets, et a posteriori analyser des écarts par rapport
aux prévisions.
Accessoirement, la comptabilité de gestion apporte à la Comptabilité
générale un certain nombre d’informations. Dans certains cas, son rôle est
irremplaçable : exemples, l'évaluation des stocks de produits finis et
d’encours, ou l'évaluation des immobilisations créées par l’entreprise
pour elle-même.
De manière générale, la Comptabilité de gestion est un outil d'aide au
Management. Elle vise à donner à l'entreprise la maîtrise de ses coûts et
1 2
3) centres d’analyse et unités d’œuvre * les centres de structure
Pour les centres de structure, il n’est pas possible de définir une grandeur
a) la détermination des centres d’analyse physique permettant de mesurer l’activité du centre, et donc de se choisir
une unité d’œuvre. On utilise à la place des taux de frais, c’est-à-dire des
Ce sont des entités de l’entreprise, dont l’utilité est de permettre une clés de répartition, qui ne sont pas directement liées à une variation de
répartition rationnelle des différentes charges indirectes entre les divers l’activité du centre.
coûts calculés. Cela concerne surtout le centre Administration, qui concentre des charges
Les centres d’analyse correspondent souvent à une division réelle de fixes ou quasi-fixes. On pourra prendre, par exemple, comme assiette
l’entreprise, un atelier, un service, le service Ventes par exemple, mais ce de frais – l’assiette de frais est une somme en euros, qui sert de base de
n’est pas une nécessité. calcul pour déterminer le taux de frais - les coûts de production des
différents produits, et on calculera un taux de frais en divisant le total des
* les centres opérationnels charges indirectes regroupées dans le centre Administration par le total
des coûts de production des différents produits.
La règle, pour constituer un centre d’analyse, est que les charges qu’il
regroupe soient suffisamment homogènes. Il faut aussi, en principe, que
son activité soit mesurable par une grandeur physique, du type heures de * la hiérarchie des centres d’analyse
main-d’œuvre, quantités de matières consommées, heures-machine, … .
On choisit comme unité de mesure la grandeur physique, dont les On distingue les centres principaux et les centres auxiliaires. Les coûts
quantités consommées varient ou sont supposées varier à peu près que représentent les centres dits principaux sont directement imputés
proportionnellement à l’activité du centre d’analyse. La grandeur aux coûts des produits ou des commandes, aux différentes étapes de leur
physique choisie est appelée unité d’œuvre. élaboration.
Selon la place des centres d’analyse dans le cycle d’activité de
Une fois définie l’unité d’œuvre, l’imputation des charges indirectes l’entreprise, les coûts des centres sont imputés aux coûts d’achat, aux
regroupées dans le centre d’analyse se fera de manière simple ; elle sera coûts de production, ou aux coûts de revient.
proportionnelle au nombre d’unités d’œuvre "consommées" pour la
réalisation de tel produit ou de telle commande au niveau d'élaboration où Les centres auxiliaires sont les centres dont les coûts ne sont pas
ils se trouvent. Les unités d'œuvre du centre d'analyse concentrent de directement imputés aux coûts des produits, mais ont comme destination
cette manière la totalité des charges indirectes qui lui ont été affectées. les centres principaux, et/ou d’autres centres auxiliaires. Exemple
classique, le centre entretien et réparations, qui n’intervient pas
Partant de là, il suffit de mesurer la quantité d'unités d'œuvre du centre directement dans la fabrication des produits, mais qui assure, chaque fois
d'analyse et de diviser la somme des charges indirectes du centre par cette que cela est nécessaire, l’entretien et les réparations des machines dans
quantité pour obtenir le coût d'une unité d'œuvre, suivant la formule, les ateliers de production. Les charges indirectes regroupées dans ce
Total des charges rattachées au centre d’analyse centre seront imputées aux centres principaux, en fonction de clés de
Coût de l’unité d’œuvre = répartition.
Nombre d’unités d’œuvre du centre d’analyse
Le produit ou la commande, qui consomme X unités d'œuvre dans la Signalons la dénomination de certains centres auxiliaires, dits centres de
période de calcul, se verra imputer un total, prestations connexes, spécialisés dans la production de services aux
autres centres. Exemples, les centres réparations, production d’énergie,
X x coût de l'unité d'œuvre transports, etc.
de charges indirectes.
Chaque fois que le centre d’analyse peut comporter une unité d’œuvre, on b) les deux étapes de la répartition des charges indirectes
le désignera comme un centre opérationnel. Sinon, on parlera de centre de
structure. On distingue répartition primaire et répartition secondaire :
7 8
Chapitre préliminaire – Catégories et 2) charges directes et charges indirectes
concepts de base Les charges directes sont des charges que l’on peut directement affecter à
un coût, ce coût pouvant être le coût d’un produit, d’une commande, d’un
1) traitements particuliers de certaines centre d’activité.
charges Dans les charges directes, on trouve essentiellement les matières,
fournitures et composants entrant directement dans la fabrication d’un
produit ou la réalisation d’une commande, et ce qu’on appelle la main
* charges incorporables, non incorporables, et charges d’œuvre directe, c’est-à-dire les heures de travail réalisées pour un seul
supplétives produit.
Presque toutes les charges sont à saisir dans le calcul des coûts ; il s'agit
des charges enregistrées en Comptabilité générale, qui ont un caractère Par charges indirectes, on entend des charges qui concernent non pas un
normal par rapport à l’activité de l’entreprise. On parle de charges seul, mais plusieurs coûts. On ne peut donc les affecter directement à un
incorporables. coût particulier. On procède par analyse pour les découper en plusieurs
Il existe, cependant, des charges qui ne sont pas incorporables. Elles sont éléments, que l’on impute ensuite aux divers coûts. Exemple, les
très peu nombreuses. Une certaine latitude est laissée à l’entreprise dans amortissements d’un agencement de machines qui interviennent dans le
le choix d’incorporer ou non certaines charges dans les coûts ; on peut façonnement de produits différents.
prendre comme exemple les pertes sur créances clients, qui, La répartition des charges indirectes est une opération, qui peut s’avérer
exceptionnellement, pourront ne pas être incorporées dans le calcul des complexe. Pour des productions simples, on peut cependant recourir à des
coûts, si elles sont totalement inhabituelles. méthodes plus sommaires :
On ajoute le cas échéant aux charges incorporables, sans que cela soit Une première phase consistera à regrouper les charges par grandes
obligatoire, un certain nombre de charges, que la Comptabilité générale fonctions,
ne prend pas en considération ; ces charges sont dites supplétives.
Parmi celles-ci, on trouve traditionnellement la rémunération des capitaux  approvisionnement, pour l’imputation au coût d’achat,
propres, ceci afin d’obtenir un calcul de coûts qui ne dépende pas de la  production, pour l’imputation au coût de production,
structure financière de l’entreprise.  distribution, pour l’imputation au coût de distribution
Dans une deuxième phase, les sommes par fonctions seront imputées au
* différences d’évaluation de certaines charges coût de revient, celui-ci, comme nous le verrons plus loin étant calculé
Dans certains cas assez limités, la Comptabilité de gestion ne reprend pas par rapprochement d’un coût d’achat, d’un coût de production et d’un
exactement les valeurs fournies par la Comptabilité générale. coût de distribution. L'imputation se fera à l'aide de coefficients
C'est le cas des amortissements de l’année, qui peuvent être incorporés d’imputation.
sur la base de la valeur d’usage des immobilisations, en tenant compte de
leur durée probable d’utilisation, et non pas d’une durée forfaitaire. La Il existe, cependant, une méthode plus élaborée pour répartir les charges
valeur d’usage correspond à la valeur du bien dans l’année. Les indirectes et les imputer aux coûts. Il s’agit de la méthode des centres
différences constatées sont à considérer soit comme des charges non d’analyse, qui fait l’objet du paragraphe suivant.
incorporables, soit comme des charges supplétives. On parle alors de
différences d'incorporation sur amortissements.
5 6
Entretien, réparations : l'activité pour le centre distribution a été de Partie I – Du coût d’achat au coût de
480 - (72 + 288) = 120 heures, d'où
Fabrication : 288 / 480 = 60% revient – la méthode du coût complet
Distribution : 120 / 480 = 25%
tableau d’analyse Pourquoi l’appellation coût complet ? Simplement parce que pour
calculer le coût des produits ou des commandes, on incorpore l’ensemble
Entretien,  des charges, qu’elles soient fixes ou variables, directes ou indirectes. On
   Transports  Fabrication  Distribution 
réparations  l’oppose bien sûr à l’analyse en coût partiel, qui fera l’objet de la
total après répartition  deuxième partie.
primaire 
45 000  54 600  372 000  96 000 
A – le coût d’achat et la gestion des
Transports  ‐54 000  5 400  27 000  21 600 
stocks
Entretien, réparations  9 000  ‐60 000  36 000  15 000 
La Comptabilité de gestion reprend la distinction vue en Comptabilité
générale entre marchandises et produits finis. L’entreprise commerciale
total après répartition  au sens strict achète des marchandises, qu’elle revend en l’état. Elle
 0  0  435 000  132 600 
secondaire  ajoute, mais pour une part bien moindre des achats de consommables et
de fournitures.
On vérifie le total des charges indirectes, L’entreprise industrielle, elle, achète des matières premières et des
45 000 + 54 600 + 372 000 + 96 000 = 435 000 + 132 600 = 567 600 € composants en proportion de ses besoins de fabrication, et là encore dans
une moindre part, a priori, des consommables et des fournitures.
Les matières premières correspondent à des charges directes,
b) le choix des unités d’œuvre consommables et fournitures le plus souvent à des charges indirectes.
De ce choix dépendra le calcul final des coûts d’achat, de production et à
la fin du coût de revient. La règle est de choisir autant que faire se peut la 1) Le contenu du coût d’achat
quantité physique, qui suit le mieux l’évolution des charges. Une fois
l’unité d’œuvre choisie, on fait comme si la relation, total des charges On va comptabiliser dans le coût d’achat le prix d’achat hors taxes
attachées au centre d’analyse et nombre d’unités d’œuvre, était linéaire. récupérables, plus les frais accessoires liés à l’achat, à
l’approvisionnement proprement dit, et au stockage.
En pratique, on choisira souvent en fabrication les heures de main
d’œuvre directe, ou les heures-machine, ou encore les quantités de Les frais accessoires d’achat sont ceux que saisit la Comptabilité
produits. En cas d’hésitation, on peut calculer et comparer plusieurs générale, commissions, transports, courtages, … .
coefficients de corrélation linéaire.
Dans les frais d’approvisionnement, on inclut les frais liés à la
préparation des achats, la réception et le contrôle des marchandises et
matières, plus divers frais de gestion liés à l’approvisionnement.
Les frais de stockage comprennent les dépenses pour l’organisation des
stocks, le gardiennage, l’entretien, etc.
Ces charges peuvent être regroupées dans des centres d’analyse, dits de
gestion des approvisionnements. Une fois calculés les coûts de ces
11 12
La répartition primaire consiste à affecter les charges indirectes aux  Distribution : 96 000
différents centres d’analyse.
L’activité transports dans la période a été de 330 000 kms, qui se
Elle est suivie de la répartition secondaire, qui représente la répartition
partagent en 33 000 kms pour Entretien, réparations, 165 000 kms pour
des prestations des centres auxiliaires entre les centres principaux.
Fabrication, et le reste pour Distribution. Le centre Entretien, réparations
L’affectation des charges indirectes vers les centres d’analyse lors de la a fourni 480 heures de prestations, dont 72 pour Transports, 288 pour
répartition primaire peut se faire de manière directe, si l’on dispose d’un Fabrication et le reste pour Distribution.
dispositif technique pour mesurer la consommation de telle ou telle La difficulté tient à ce que pour connaître le total du centre Transports, il
charge. C’est le cas de l’électricité, dont la consommation pourra être faut obtenir celui du centre Entretien, réparations, et que pour connaître le
précisément mesurée si on dispose d’un compteur dans chaque centre total de ce dernier, il faut obtenir celui du centre Transports.
d’analyse. Dans ce cas, on parlera d’affectation des charges indirectes aux
La ligne Total après répartition primaire s’écrit,
centres d’analyse.
Pour les charges indirectes non affectables directement aux centres Entretien, 
d’analyse, il faudra recourir à des clés de répartition, choisies de manière    Transports  Fabrication  Distribution 
réparations 
plus ou moins arbitraire. Par exemple, en l’absence de suffisamment de
compteurs, la consommation d’électricité sera répartie entre les différents total après répartition 
centres en fonction par exemple de la surface éclairée, ou de la surface primaire 
45 000  54 600  372 000  96 000 
chauffée. On parlera alors de répartition des charges indirectes aux
centres d’analyse. On peut résoudre la difficulté au prix d’une formalisation algébrique :
Appelons X le coût total du centre Transports après prise en compte des
prestations du centre Entretien, réparations, et Y le coût total du centre
4) compléments à la méthode des centres Entretien, réparations, après prise en compte des prestations du centre
d’analyse Transports. Le centre Transports a reçu 0,15 (= 72/480) de l’activité du
centre Entretien, réparations, et le centre Entretien, réparations a reçu
1/10 de l’activité du centre Transports,
a) les prestations entre centres auxiliaires
X = 45000 + 0,15 Y
Les centres auxiliaires peuvent adresser leurs prestations partiellement ou Y = 54600 + 0,1 X
en totalité vers d’autres centres auxiliaires. Le système d’équations étant simple, on peut le résoudre par substitution ;
on multiplie la première équation par 0,1
1 er cas – prestations sans réciprocité
0,1 X = 4500 + 0,015 Y
Au moment de la répartition secondaire, on commence par "déverser" le -0,1X = 54 600 – Y
coût des centres auxiliaires les plus en amont vers les centres principaux
et les centres auxiliaires en aval. Cela revient à rajouter des lignes dans le d’où l’on tire, 0,985 Y = 59 100
tableau d’analyse entre le total répartition primaire et le total répartition soit , Y = 60 000 € et X = 54 000 €
secondaire.
clés de répartition des centres auxiliaires :
2 ème cas – prestations réciproques transports : l'activité pour le centre distribution a été de
Le total de la répartition primaire d’une entreprise donne, 330 000 - (33 000 + 165 000) = 132 000 kms, d'où
Fabrication : 165 000 / 330 000 = 50%
 Transports : 45 000
 Entretien, réparations : 54 600 Distribution :  132 000 / 330 000  =  40% 
 Fabrication : 372 000
9 10
coût d'achat des  - industriel : la rupture de stock peut interrompre un ou plusieurs
coût d'achat des citrons  processus productifs à l'œuvre, en raison de l'interdépendance des ateliers
  pamplemousses 
coût  coût  et services composant l'entreprise, avec là encore des conséquences
  quantité  Montant  quantité  Montant  immédiates et différées ; on peut évoquer ici la situation de dépendance
unitaire  unitaire 
de certains sous-traitants par rapport à leurs donneurs d'ordre, qui leur
prix d'achat  8     7 288  15     8 655 
impose un surstockage de précaution, tant les risques liés aux ruptures de
frais d'achat  8  291,4  2 331,2  15  291,4  4 371  stocks sont considérables ;
coût d'achat  8  1202,4  9 619,2  15  868,4  13 026 
- comptable : les stocks font partie des actifs de l'entreprise ; leur
Il est recommandé d’opérer un recoupement en rapprochant somme des évaluation découle de l'obligation, qui est faite aux entreprises, de
quatre coûts d’achat et somme des charges venues de la Comptabilité présenter chaque année un état exact de tous leurs actifs ;
générale ; on peut calculer auparavant le total des frais hors prix d'achat,
- financier : les stocks représentent une immobilisation de capitaux, qui
(250 * 150) + 1 450 + 580 + 1 600 + 640 + 1 260 + 680 = 43 710 € ne rapportent rien, d'où une perte de rentabilité pour l'entreprise ; nous
111 624,6 + 26 507,2 + 9 619,2 + 13 026 = 117 067 + 43 710 = 160 777 € développerons en principe cet argument en fin de semestre.
Si l'on s'en tient à notre domaine, qui est l'analyse des coûts, la nécessité
2) La gestion des stocks du suivi des stocks en quantités et en valeur tient aux décalages temporels
entre l'entrée en stocks des matières et marchandises, et leur sortie de
Le principe en Comptabilité de gestion est celui de l’inventaire permanent stock pour la production et pour la vente.
des stocks, contrairement à la Comptabilité générale où l’on pratique Plus précisément, le problème vient de ce que les matières et fournitures
surtout l’inventaire intermittent. Il est, en effet, nécessaire pour le calcul composant les approvisionnements ne sont pas nécessairement payés au
des coûts de connaître en permanence les quantités et la valeur des même prix d'un achat à l'autre.
matières et fournitures en stock.
Différents cas peuvent se présenter : Une partie des achats
On conserve, par contre, de la Comptabilité générale la distinction entre, d'approvisionnement ne va pas servir dans la période de calcul des coûts,
d'une part, les approvisionnements, marchandises, matières premières, ce qui se traduit par un gonflement des stocks.
consommables et emballages, et, d'autre part, les produits fabriqués, Autre cas possible, la production de la période est telle que les achats ne
produits finis, en-cours de fabrication et produits intermédiaires. sont pas suffisants pour faire face aux besoins, ce qui nécessitera des
Concernant les approvisionnements, l’évaluation des stocks prend pour prélèvements plus importants sur les stocks. Dans tous les cas, il y aura
base le coût d’achat, et pour les produits fabriqués, le coût de production, mélange d'éléments stockés achetés à des périodes différentes et donc, le
que nous aborderons dans la section suivante. cas échéant, à des prix différents.
Nous ne verrons, par conséquent, que les stocks d’approvisionnements, La question est de déterminer à quel prix doivent être valorisées les
mais, en pratique, les méthodes d’évaluation sont identiques quels que sorties de stocks.
soient les éléments en stock, même si la base d’évaluation, comme La gestion des stocks suppose d'abord un suivi précis des quantités, ce
indiqué précédemment, est différente. que l'on fait en tenant des fiches de stocks, et ensuite leur
Différents points de vue justifient l'importance qui est donnée à la gestion valorisation en termes de prix, pour laquelle l'entreprise a à sa
des stocks : disposition différentes méthodes
- strictement commercial : il s'agit d'éviter la rupture de stock ; non
seulement la rupture de stock fait perdre des ventes, mais elle risque aussi a) les fiches de stocks
de faire perdre définitivement une partie de la clientèle, qui passe à la Chaque entrée de matières ou marchandises fait l’objet d’un bon de
concurrence ; un suivi régulier de l'état du stock permet d'éviter ce genre réception, mentionnant notamment la date d’entrée, la quantité et le coût
d'incident ; d’achat unitaire.
15 16
centres, ils sont imputés aux coûts d’achats. ici 250 € (= 299/1.196). Le coût du transport est de
Exemple : l’entreprise Jarville se fournit en agrumes pour préparer 150 T  x  250 €/T  =  37 500 € 
des jus de fruits. Le tableau suivant reprend les achats du mois de mars :
Le salaire brut du premier salarié se monte à 1 450 € (1200 + 250) ; les
prix unitaire  cotisations patronales sont égales à 580 € (1450 x 40%). Les cotisations
Quantités  Montants 
dates  Nature des produits  par tonne  patronales du second salarié sont de 640 € (= 1600 x 40%).
en tonnes  HT 
HT  Le total amortissements abonnés donne 1 940 €.
02/03  oranges  24  810  19 440  On additionne les différents frais,
08/03  oranges  18  812  14 616 
Transport 37 500
10/03  mandarines  15  633  9 495  Salaire réception 1 450
14/03  citrons  8  911  7 288  Charges sociales 580
19/03  oranges  16  798  12 768  Salaire stocks 1 600
22/03  pamplemousses  15  577  8 655  Charges sociales 640
23/03  mandarines  13  681  8 853  Amortissements 1 940
26/03  oranges  25  880  22 000  Total 43 710
28/03  oranges  16  872  13 952  Coût du centre approvisionnement
Coût de l’unité d’œuvre =
   Total  150  Total  117 067  Nombre d’unités d’œuvre
Les charges indirectes sont regroupées dans un centre = 43 710 = 291,4 €
approvisionnements. On indique que les frais de transport ont été 150
facturés par un prestataire sur la base de 299 € TTC la tonne transportée, On peut à partir de là calculer le coût d’achat pour chaque catégorie
que le salarié chargé de réceptionner et de contrôler les arrivages est payé d’agrumes. On comptera, par exemple, pour les oranges en frais d’achat,
1200 € net. On compte 40% de charges patronales. Le salarié se voit
99 T * 291,4 €/T = 28 848,6 €
retirer 250 € de cotisations sociales.
Autres informations, le salarié responsable de la mise en stock et du à ajouter au prix d'achat global,
gardiennage est payé 1600 € brut. L’amortissement abonné des 19 440 + 14 616 + 12 768 + 22 000 + 13 952 = 82 776 €
installations de stockage est de 1260 € et celui du matériel de
manutention de 680 €.   coût d'achat des oranges  coût d'achat des mandarines 
On demande de déterminer le coût d’achat des différents produits mis en coût  coût 
  quantité  Montant  quantité  Montant 
stock. unitaire  unitaire 
prix d'achat  99     82 776  28     18 348 
Réponse frais d'achat  99  291,4  28 848,6  28  291,4  8 159,2 
En l’absence d’indications, on prendra comme unité d’œuvre pour le coût d'achat  99  1 127,52  111 624,6  28  946,69  26 507,2 
centre approvisionnement la tonne traitée par le centre.
Le prix d’achat pour chaque catégorie de fruits se calcule directement à
partir du tableau précédent.
On calcule le coût du centre approvisionnement en faisant la somme des
divers frais liés à l’achat et au stockage :
Pour le transport, on retient le prix hors taxes de la tonne transportée, soit
13 14
de montage, à partir d’un acier inoxydable et d’un composant en plastique
Les centres de production sont des centres d’analyse principaux, et
fourni à l’entreprise (un composant par étrier). Les étriers sont ensuite
peuvent recevoir les prestations des centres auxiliaires. Par contre, tout ce
envoyés dans un atelier de conditionnement, où ils sont rangés par lots de
qui touche aux frais financiers et aux frais d’administration générale doit
100 dans des boîtes spécifiques à chaque type d’étriers. Les boîtes vides
normalement être imputé au coût de revient, sans passer par les coûts de
sont livrées par un fournisseur.
production.
Le service comptable a fourni les données pour le mois de février :
* le cheminement des matières premières au produit fini
Stocks initiaux :
On peut représenter par un schéma, pris comme exemple, le
Quantités coûts unitaires
séquencement d’une entreprise possédant différents stades de fabrication,
avec adjonction d’éléments de conditionnement : Acier inoxydable (tonnes) 15 700
Pièces de plastique (milliers) 40 0,25
étriers E45 (milliers) 20 0,90
Fabrication  étriers E68 (milliers) 12 1,20
boîtes E45 vides 700 0,40
Approvisionn boîtes E68 vides 330 0,60
ement  Eléments de
Les achats de la période portent sur 10 tonnes d’acier inoxydable au prix
de 450 euros la tonne, et sur 60 000 pièces de plastique au prix unitaire de
conditionnement Stocks 0,15 euro. Aucun achat de boîtes vides n’est effectué en février.
CP
Produit 80 000 étriers sont fabriqués en février, pour une consommation de 16
MP A fini tonnes d’acier inoxydable, dont 60 000 de type E45 consommant 10 des
Stocks CP 16 tonnes d’acier, et 20 000 de type E68. On ne constate aucune perte ni
Produit déchet aussi bien dans l’atelier de fabrication que dans celui de
Stocks Stocks
interméd CP conditionnement.
MP B Stocks 1 Produit
interméd 650 boîtes E45 et 300 boîtes E68 sortent en février de l’atelier de
conditionnement.
2 Stocks
Composants C Trois centres principaux ont été définis,
Stocks
centres approvisionnement fabrication conditionnement
La présence des stocks empêche la création d’une relation simple de Charges hors
continuité entre les matières premières et le coût de production des 8 100 32 400 14 700
mod
produits finis, même en l’absence de productions intermédiaires.
unité d'œuvre et
Chaque fois que l’on est confronté à un problème de Comptabilité € achat heure mod heure-machine
assiette de frais
analytique, s’il est un peu compliqué, il ne faut pas hésiter à construire ce
type de schéma, qui facilite l’organisation des différents calculs à 720 heures de main d’œuvre directe ont été utilisées en fabrication, et
effectuer. 360 heures en conditionnement, pour un coût unitaire chaque fois de
28 euros. 660 heures-machine ont été consommées, dont 420 en
Exemple : La société Bayon fabrique des étriers pour une clientèle conditionnement et le reste en fabrication. Les heures nécessaires pour la
de fabricants de biens d'équipement industriels. Elle vend deux types fabrication et le conditionnement des étriers E68 représentent chaque fois
d’étriers, E45 et E68. La production se réalise dans un atelier d’usinage et la moitié de ce qui a été nécessaire pour les étriers E45.
19 20
Chaque sortie fait l’objet d’un bon de sortie indiquant date et quantités On aura dans ce cas des coûts de production de produits intermédiaires,
sorties. calculés en séquences successives jusqu’au coût de production du produit
fini à la fin du processus.
Prenons l’exemple d'un stock de sable silicieux dans une verrerie, où l’on
a constaté les mouvements suivants en mars : Si l’entreprise est mono-productrice, on aura un coût de production des
produits fabriqués.
Coût
Quantités Si, au contraire, l’entreprise a une production diversifiée, on calculera des
Date Libellés d’achat Montants
en tonnes coûts par commande en fonction des séries fabriquées.
unitaire
08.03 Bon d’entrée 48 80 250 Dernier élément à mentionner, celui de l’évaluation des en-cours de
14.03 Bon d’entrée 49 70 240 production. Il s’agit de saisir un état d’avancement des opérations de
17.03 Bon de sortie 102 170 fabrication, qui n’ont pas encore débouché sur la réalisation complète
23.03 Bon d’entrée 50 50 260 d’un produit intermédiaire ou du produit fini. Cette évaluation est
25.03 Bon de sortie 103 80 nécessaire notamment au moment de l’inventaire, quand il s’agit de
30.03 Bon d’entrée 51 90 250 recenser tous les actifs de l’entreprise. Les en-cours représentent une
accumulation de frais, et donc un actif, même si celui-ci ne peut être
Ces données, plus l’information sur le stock initial début mars évalué à 60
concrétisé dans un produit achevé.
tonnes, sont reprises dans une fiche de stock :
Désignation : sable silicieux
Référence : SA 34 1) produits finis et produits intermédiaires
Entrées
Date Documents Sorties Stock
en tonnes
* les éléments constitutifs du coût de production
01.03 Stock début 60
08.03 BE 48 80 140
Le calcul du coût de production se réalise par regroupement de charges
14.03 BE 49 70 210
directes et de charges indirectes liées à la production elle-même, mais
17.03 BS 102 170 40
aussi aux stades antérieurs à celle-ci.
23.03 BE 50 50 90
25.03 BS 103 80 10 Les charges directes sont les coûts des matières premières et des
30.03 BE 51 90 100 composants impliqués directement dans la fabrication. On peut avoir
également des éléments intervenant dans le conditionnement des produits.
Autre constituant du coût direct, la main d’œuvre directe, quand elle
B – les coûts de production concerne directement un produit ou une commande. Les heures de travail
de la MOD sur tel ou tel produit ou commande sont référencées dans des
bons de travail, qui permettent leur affectation précise.
Le calcul du coût de production peut être simple ou au contraire
témoigner d’une grande complexité ; tout dépend bien sûr du type Les charges indirectes sont regroupées dans les centres de production, si
d’activité, et de la façon dont l’entreprise s’inscrit dans son secteur. l’on suit la méthode des centres d’analyse, et ensuite réparties entre les
coûts de production des produits ou des commandes en fonction de leur
La complexité peut venir du séquentiel d’opérations qui vont, par consommation d’unités d’œuvre de ces centres.
exemple, des matières premières aux derniers stades de la fabrication
dans l’industrie manufacturière. Avant de parvenir au produit final, il peut Les centres de production sont conçus de manière très diverse selon le
y avoir production de produits intermédiaires, les produits intermédiaires type d’industrie. On trouvera, outre les centres plus classiques dédiés à la
pouvant servir eux-mêmes à fabriquer d’autres produits intermédiaires à fabrication proprement dite, type ateliers ou chantiers, des centres de
un stade plus avancé du cycle de fabrication. méthodes, de planning, ou d’essais et tests des productions.
17 18
Coût de production des étriers avant conditionnement boîtes E68
Quantités Coût unitaire Montants
E45
MOD 120 28 3 360
Coût
Quantités Montants étriers 30 000 1,28275 38 482,5
unitaire
conditionnement 140 35 4 900
MOD 480 28 13 440
boîtes vides 300 0,6 180
Acier 10 708 7 080
coût de production 300 156,41 46 922,5
Pièces 60 000 0,244 14 640
fabrication 480 45 21 600
E45 60 000 0,946 56 760
2) en-cours de production
E68
Coût
Quantités unitaire Montants * problèmes posés par les en-cours de production
MOD 240 28 6 720
En fin de période de calcul, par exemple le mois, la production dans les
acier 6 708 4 248
différents ateliers peut ne pas être totalement achevée. Seules sont
pièces 20 000 0,244 4 880
fabriquées des fractions de produit, c’est ce qu’on appelle, les en-cours ou
fabrication 240 45 10 800
produits en cours. C'est bien sûr une situation fréquente.
E45 20 000 1,332 26 648
On les distingue des produits intermédiaires, étudiés dans le
développement précédent, c’est-à-dire des produits ayant atteint un
3ème étape : coût de production des boîtes de 100 étriers certain degré d’achèvement permettant de les individualiser, et surtout
On calcule d’abord le CMP des étriers en stock avant conditionnement, faisant l’objet d’un calcul de coût particulier.
On remarque à ce propos que les produits intermédiaires, qui ne feraient
20000 x 0,9 + 56760 pas l’objet d’un calcul de coût, sont à considérer dans ce cas comme des
CMP étriers E45 = = 0,9345 €
20000 + 60000 produits en cours.
12000 x 1,2 + 26648 Les en-cours sont sources de difficultés à un double titre, ils compliquent
CMP étriers E68 = = 1,28275 €
12000 + 20000 le calcul du coût des produits, aussi bien d’ailleurs celui des produits finis
que celui des produits intermédiaires, et ils font naître des problèmes
Concernant les boîtes vides, aucune entrée en stock n’a lieu en février de d’évaluation.
sorte que l’on prendra le coût unitaire du stock initial. Considérons le schéma suivant :
Coût de production des boîtes de 100 après Coût de production des produits achevés dans  
conditionnement
boîtes E45
            la période 
Quantités Coût unitaire Montants
MOD 240 28 6 720
étriers 65 000 0,9345 60 742,5
conditionnement 280 35 9 800
boîtes vides 650 0,4 260
coût de production 650 119,27 77 522,5 En-cours fin Achèvement Produits commencés En-cours fin
de période des en-cours et terminés dans la de période
précédente fin de période période
23 précédente 24
Calculer le coût de production de chacune des deux boîtes en coûts achat avant charges indirectes
février. Q CU Montants
acier 10 450 4 500
Réponse pièces 60 000 0,15 9 000
Le mieux est de commencer par un schéma représentatif du processus 13 500
partant des matières et composants jusqu’aux produits finis. Les 13500 euros d’achat représentent le nombre d’unités d’œuvre du
centre approvisionnement.
Fabrication Conditionnement 8100
Coût de l’unité d’œuvre = = 0,60 €
13 500
Boîtes
E45 A partir de là, on peut calculer le coût d’achat des deux biens,
Approvisionnt Stock Coût d’achat de l’acier = 4 500 + 4 500 x 0,6 = 7 200 €
s CP Coût d’achat des pièces de plastique = 9 000 + 9 000 x 0,6 = 14 400 €
Boîtes
CP E45 Stock et ensuite le coût moyen pondéré des entrées en stock, pour l’évaluation
étriers Stock pleines s des sorties,
acier Stock s
s E45 15 x 700 + 7 200
CMP acier inoxydable = = 708 €
15 + 10
pièces CP CP
Stock 40000 x 0,25 + 14400
étriers Stock Boîtes
s
s
Stock CMP pièces de plastique = = 0,244 €
E68 E68 s 40000 + 60000
pleines 15 + 10
Stock 2ème étape : coût de production des étriers
s Les données de l’énoncé permettent de calculer le coût de l’unité d’œuvre
Boîtes
Fabrication E68 Conditionnement des deux autres centres principaux,
centres fabrication conditionnement
On va procéder de manière séquentielle, dans l’ordre du schéma. Dès que charges 32 400 14 700
cela est possible, on doit procéder à l’évaluation des stocks concernés par nb unités d'œuvre 720 420
l’étape en cours, pour avoir le prix unitaire des sorties de stock. coût unité
45 35
Quand les données sont suffisantes, on doit également calculer le coût des d'œuvre
unités d’œuvre ou les taux de frais des centres d’analyse.
On passe ensuite au calcul du coût de production des deux catégories
ère
1 étape : détermination du coût moyen pondéré des sorties de d’étriers,
stock d’acier et de pièces en plastique :
Pour cela, on a besoin de connaître la répartition des charges indirectes
regroupées dans le centre approvisionnement :
21 22
La valorisation des en-cours suit la méthode forfaitaire. 31 déc 10
71331 Variation des produits en cours 6 540
1) passer les écritures d’inventaire au journal de l’entreprise
concernant les en-cours de fabrication, le montant des en- 331 Produits en cours 6 540
cours s’établissant à 6 540 € en début d’année.
Annulation du stock initial
2) Déterminer le coût de production des produits X achevés
en décembre 31 déc 10
331 Produits en cours 3 550
Réponse :
71331 Variation des produits en cours 3 550
La méthode forfaitaire sans plus de précision signifie que l’on considère
que les en-cours fin de la période précédente ont entièrement absorbé Enregistrement du stock final
matières premières et composants, et seulement la moitié de la main
d’œuvre directe et des charges indirectes.   
2) pour obtenir le coût de production des produits finis de la période, on a
1) On va procéder à l’évaluation des en-cours fin décembre : ----------------------------------------------------------------------------------------------------------
la----------------------
relation,
La quantité de produits commencés et achevés en décembre est de, --------------------------------------------------------
CP produits finis = production du mois
9 900 produits X – 2 400 en-cours début de mois = 7 500 unités + en-cours initiaux – en-cours finaux
16,2 tonnes de matières premières ont été utilisées, ce qui est nécessaire à * première étape : calcul du coût de la production du mois
la production de (16 200 kg / 2kg =) 8 100 produits finis et en-cours.
Matières premières 16,2 tonnes x 500 = 8 100 €
On en déduit qu’il y a (8 100 – 7 500 =) 600 unités d’en-cours fin Composants A 8 100 x 4 € = 32 400 €
décembre. La consommation correspondant à ces 600 en-cours sera, MOD 300 h x 30 = 9 000 €
Matières premières 600 x 2kg = 1,2 tonnes x 500 = 600 € Frais d’atelier 300 uo x 25 = 7 500 €
Composants A 600 x 4 € = 2 400 € Total 57
MOD (600 x 2mn)/2 = 600mn = 10 h 000 €
10 h x 30 = 300 €
Frais d’atelier 10 uo x 25 = 250 € * deuxième étape : calcul du coût des en-cours initiaux,
 
Total 3 550 € Matières premières 2400 x 2kg = 4,8 tonnes x 500 = 2 400 €
Composants A 2 400 x 3 € = 7 200 €
Sachant que la valeur des en-cours à l’inventaire précédent était de MOD (2400 x 2mn)/2 = 2 400mn = 40 h
6 540 €, on écrit l’enregistrement au journal, 40 h x 30 = 1 200 €
Frais d’atelier 40 uo x 25 = 1 000 €
Total 11
800 €
 
D’où, 
 
CP produits finis  =  57 000 + 11 800 – 3 550  =  65 250 € 
et par produit fini 6,59 €.
27 28
coûts correspondant à chaque poste sont à peu près équivalents.
- l’évaluation par équivalence
C’est un autre type d’évaluation forfaitaire. On considère que chaque en-
Production évaluée de la période  cours représente une fraction donnée du produit achevé, par exemple un
tiers.
* évaluation des en-cours de production Prenons l’exemple d’un atelier où la production du mois commence avec
54 produits en cours, qui seront terminés. On leur ajoute 300 produits
L’évaluation se fait en fin de période, sachant que les en-cours début de commencés et terminés dans la période ; la période s’achève avec 21
période ont été évalués à la fin de la période précédente. Elle a un double produits commencés et non terminés. On admet sur la base des situations
objectif, assurer le calcul précis du coût de production des produits antérieures constatées qu’un en-cours représente un tiers de produit
achevés dans la période, et d’autre part permettre un chiffrage des en- achevé. Le total des charges à imputer aux produits est de 277 830 €.
cours pour la Comptabilité générale ; les en-cours cumulent, en effet, un
certain nombre de charges, et constituent de ce fait un actif devant figurer Concernant les 54 en-cours début de période, ils ont reçu un tiers de
comme tel au bilan de l’entreprise. charges de la période précédente, ils reçoivent donc deux tiers de charges
dans la période et sont équivalents à 54 * ⅔, soit 36 produits achevés. Les
Différentes méthodes d’évaluation existent, et elles sont notamment liées produits en cours fin de période n’ont reçu eux qu’un tiers des charges
aux possibilités de l’entreprise : par rapport à ce que reçoit un produit achevé, et ils sont équivalents à 21
* ⅓, soit 7 produits achevés.
- l’évaluation complète ou détaillée La production dite équivalente de la période sera donc de 36 + 300 + 7
Elle suppose que l’entreprise suive de très près l’engagement des charges soit 343 produits achevés, auxquels on impute les 277 830 € de charges.
à chaque niveau de la production, par exemple en tenant des fiches de
coût. Celles-ci servent à répertorier les matières utilisées grâce aux bons Le coût par unité achevée sera donc de 277 830/343 = 810 €. Les en-
de sortie de stocks, les heures de main d’œuvre directe grâce aux bons de cours fin de période seront eux évalués à 810/3, soit 270 € par en-cours.
travail, et le coût des centres opérationnels grâce aux relevés d’unités
d’œuvre consommées. Exemple : La société DOMBASLE fabrique un produit X en
- l’évaluation forfaitaire utilisant une matière première et un composant A – un composant A pour
On évalue approximativement la consommation de chacune des un produit X. Elle fournit les informations suivantes pour décembre :
composantes du coût, matières engagées, main d’œuvre directe, charges Matières premières consommées : 16,2 tonnes
indirectes. Coût d'achat 500 € la tonne
En supposant que la production se déroule de manière régulière dans le
temps, on considèrera que la totalité des matières est engagée dès que la Composants A utilisés 8 100 unités Coût achat 4 € la pièce
fabrication d’un produit en cours est commencée, et que main d’œuvre
directe et charges indirectes sont consommées pour moitié. MOD : 300 heures valorisées à 30 € l’heure
En effet, si le processus est bien régulier, on trouvera dans l’atelier des
produits en cours, dont la production vient juste de commencer, et qui, Frais d’atelier : unité d’œuvre, l’heure de MOD
par conséquent, n’ont pas encore absorbé beaucoup de temps de main coût de l’unité d’œuvre 25 €
d’œuvre, et des produits, qui, au contraire, sont presque achevés, avec La production de produits achevés X en décembre se monte à
bien sûr toutes les situations intermédiaires, de sorte que la règle de 9 900 unités, avec utilisation de 2 400 produits en cours constatés fin
division par deux des frais de main d’œuvre directe et des charges novembre. On compte 2 kg de matière première pour la fabrication d’un
indirectes paraît assez justifiée. produit X, et 2 minutes de MOD. Les prix et coûts d’achat de novembre
Précisons, quand même, que si le produit dans l’atelier passe par sont les mêmes qu’en décembre, sauf le coût d’achat des composants, qui
différents postes de travail successifs, il faut en plus supposer que les était de 3 €. Il n' y a pas de stockage pour les composants.
25 26
Stocks initiaux : Réponse :
Quantités coûts unitaires
Acier inoxydable (tonnes) 15 700 Conditionnement
Pièces de plastique (milliers) 40 0,25 Distribution Administration
étriers E45 (milliers) 20 0,90
étriers E68 (milliers) 12 1,20
boîtes E45 vides 700 0,40
boîtes E68 vides 330 0,600 CP
boîtes E45 finies 350 115,75 Boîtes
E45 Stocks
boîtes E68 finies 200 150 CR Ventes E45
pleines
800 boîtes E45 sont vendues en février au prix unitaire HT de 140 € et
400 boîtes E68 au prix de 180 €.
CP
Rappel du calcul des coûts de production : Boîtes Stocks CR Ventes E68
Coût de production des boîtes de 100 après E68
conditionnement pleines
boîtes E45
Quantités Coût unitaire Montants
MOD 240 28 6 720
Etriers 65 000 0,9345 60 742,5
conditionnement 280 35 9 800 Conditionnement
boîtes vides 650 0,4 260
coût de production 650 119,27 77 522,5
Première étape : calculer le prix de sortie de stock des produits finis
vendus par la méthode du CMP fin de période.
boîtes E68
Quantités Coût unitaire Montants On calcule d’abord le CMP des boîtes finies en stock,
MOD 120 28 3 360 350 x 115,75 + 77522,5
Etriers 30 000 1,28275 38 482,5 CMP boîtes E45 = = 118,035 €
350 + 650
conditionnement 140 35 4 900
boîtes vides 300 0,6 180
coût de production 300 156,41 46 922,5 CMP boîtes E68 = 200 x 150 + 46922,5 = 153,845 €
200 + 300
D'où,
Calculer le coût de revient des produits vendus.
Prix de sortie de stock des 800 boîtes E45 vendues
800 x 118,035 = 94 428 €
et pour les boîtes E68,
400 x 153,845 = 61 538 €
Deuxième étape : on ajoute les coûts hors production pour obtenir le
31 32
Ce sera la somme du coût de production des produits vendus et des coûts
hors production. Pourquoi ne tenir compte que des seuls produits
vendus ? Tout simplement parce que tant qu’ils ne sont pas vendus, les
C – le coût de revient produits finis ne passent pas le cap des frais de distribution, et restent
dans les stocks où leur valorisation est basée sur le seul coût de
production.
C’est la dernière étape de la méthode du coût complet. Le coût de revient
incorpore l’ensemble des charges jusqu’à la dernière phase, celle de la Ceci veut dire aussi que l’on devra calculer une valeur sortie de stock
mise en vente des produits ou de la mise à disposition de la commande. pour les produits finis vendus.
La différence entre le coût de production, que nous venons d’étudier, et le
coût de revient tiennent pour l’essentiel aux coûts de distribution, c’est-à- Exemple : Reprenons l’énoncé concernant la société Bayon, en
dire tout ce qui est lié à l’action d’écoulement des produits fabriqués par rappelant quelques données :
l’entreprise. D’autres coûts viennent cependant s’y rajouter, comme les
frais d’administration générale, l’ensemble de ces coûts externes au coût La société Bayon fabrique des étriers pour une clientèle de fabricants
de production constituant ce qu’on appelle les coûts hors production. d’appareils électroménagers. Elle vend deux types d’étriers, E45 et E68.
Nous les présentons dans un paragraphe préliminaire. La production se réalise dans un atelier d’usinage et de montage, à partir
d’un acier inoxydable et d’un composant en plastique fourni à l’entreprise
(un composant par étrier). Les étriers sont ensuite envoyés dans un atelier
1) Les coûts hors production de conditionnement, où ils sont rangés par lots de 100 dans des boîtes
spécifiques à chaque type d’étriers. Les boîtes vides sont livrées par un
* les coûts de distribution fournisseur.
Ils peuvent être assez variés. On distinguera des coûts liés aux études de Nous ajoutons aux trois centres principaux initialement présentés deux
marché, à la publicité et à la promotion des ventes, des coûts liés autres centres, un centre Distribution, et un centre Administration :
directement aux ventes, frais du service Ventes, commissions des
représentants, etc. On inclut également les frais de livraison, de service centres Distribution Administration
après-vente, etc. Tout ce qui touche au Marketing est à inclure dans ces Charges 13800 9200
frais.
unité d'œuvre
1000 € Chiffre
Les charges sont essentiellement des charges indirectes, que l’on peut et assiette de
ventes d'affaires
regrouper dans un ou plusieurs centres d’analyse. frais
Le tableau des stocks initiaux doit être complété, en ajoutant les stocks
* autres coûts hors production initiaux de boîtes E45 et E68 pleines,
Ils concernent des charges dont le caractère est trop général, et leur
imputation aux coûts de production enlèverait beaucoup de signification à
ceux-ci. Il s’agit essentiellement des frais d’administration générale, ce
que l’on appelle souvent les bureaux. On trouve à ce niveau les services
de la Direction générale, les services comptables et financiers, la
communication, etc.
2) La détermination du coût de revient
29 30
La production stockée ne concernait que les produits intermédiaires compte de Résultat fin février
étriers E45 et étriers E68. Il faut leur ajouter la variation de stock des
boîtes terminées, Charges Produits
achats acier 4500 Production vendue 184000
Rappelons le calcul du CMP pour les deux catégories de boîtes :
variation stock acier 4128 Production stockée -47338
CMP E45 = 350 x 115,75 + 77522,5= 118,035 € achats pièces 9000
350 + 650 Variat. stock pièces plastique 5120
200 x 15
150+ +1046922,5 variation stock boîtes E45 260
CMP E45 = = 153,845 €
200 + 300 variation stock boîtes E68 180
15 + 10 Charges hors achats et MOD 78200
boîtes E45 achevées main d’œuvre directe 30240
stock initial 350 115,75 40 512,5 Total des charges 131 628 Total des produits 136 662
entrées 650 77 522.5
sorties 800 118,035 94428 Résultat (bénéfice) 5 034
stock final 200 118,035 23 607
variation de stock SF - SI -16 905,5 Ici, la correspondance entre résultat analytique et résultat comptable est
immédiate. Elle tient à l’absence de différences d’incorporation et
boîtes E68 achevées d’écarts d’arrondi. En général, on trouve les deux, et il faut procéder à un
stock initial 200 150 30 000 certain nombre d’ajustements pour passer d’un résultat à l’autre, et
entrées 300 46 922,5 vérifier ainsi l’exactitude des calculs effectués.
sorties 400 153,845 61 538
stock final 100 153,845 15 384,5
variation de stock SF - SI -14 615,5
On totalise la production stockée,
-3982,5 – 11834,5 – 16905,5 – 14615,5 = -47 338 €
35 36
coût de revient des boîtes vendues : 3) Rapprochement entre résultat analytique
Montant des ventes : 800 x 140  +  400 x 180  =  184 000 €  et résultat comptable
Le résultat analytique est calculé sur la base des coûts occasionnés par la
centres Distribution Administration production et la vente des produits fabriqués par l’entreprise, et les coûts
Charges 13800 9200 sont eux-mêmes les regroupements des charges de la période. On devrait
logiquement retrouver le même montant que le résultat comptable, qui lui
Unité d'œuvre et 1000 € Chiffre fait la différence entre, pour l’essentiel, les ventes de la période et les
assiette de frais ventes d'affaires charges de la période.
Nombre d'unités 184 184 000 En pratique, c’est rarement le cas, pour des raisons qui tiennent à des
d'œuvre différences d’incorporation, et bien sûr aux inévitables écarts d’arrondi,
Coût de l'unité d'œuvre / dès que l’on passe à des cas concrets.
75 0,05
taux de frais
Terminons notre étude de l'entreprise Bayon en février par un
Charges indirectes : rapprochement entre résultat comptable et résultat analytique.
Distribution : boîtes E45 112 x 75 = 8 400 € On reproduit d'abord l'extrait de compte de résultat afin de le compléter,
boîtes E68 72 x 75 = 5 400 €
Extrait du compte de Résultat
Administration : boîtes E45 112000 x 0,05 = 5 600 €
boîtes E68 72000 x 0,05 = 3 600 € Charges Produits
achats acier 4500 xxxxxxxxxxxxx xxxxx
CR boîtes vendues        variation stock acier 4128 Prod. stockée étriers E45 -3982,5
achats pièces 9000 xxxxxxxxxxxxx xxxxx
   E45  E68   
Variat. stock pièces plastique 5120 Prod. stockée étriers E68 -11834,5
CP boîtes vendues  94 428  61 538    variation stock boîtes E45 260
Distribution  8 400  5 400    variation stock boîtes E68 180
Charges hors achats et MOD 55200
Administration  5 600  3 600   
main d’œuvre directe 30240
CR boîtes vendues  108 428  70 538   
Total des charges 108 628 Total des produits xxxxxx
CR unitaire  135,535  176,345   
Résultat  Résultat (bénéfice) xxxxxx
Ventes  112 000  72 000  analytique 
Les charges hors achats et MOD doivent être augmentées du montant des
Marges  3 572  1 462  5 034  charges indirectes enregistrées dans les centres Distribution et
Administration,
55200 + 13800 + 9200 = 78200 €
Rappel : la production vendue se monte à,
800 x 140 + 400 x 180 = 184 000 €
33 34
CH1 : Principes de Comptabilité Analytique CH1 : Principes de Comptabilité Analytique
Définition de la Comptabilité Analytique Objectifs de Comptabilité Analytique

C’est un système d’information interne destinée a 1) Saisir les couts a tous les stades de l’activité de
quantifier les flux internes et a contrôler les l’E/se et Donc Calculer le cout par (Produit ,
consommations et ses destination Fonction , Responsabilité
Autre Définition : C’est mode de traitement des données 2) Connaitre le Cout de Revient de différents Produits
après analyse , traitement et reclassement par et Prestations de l’E/se et de dégage la Rentabilité
(Destination ou Fonction) les charges et les produits de chaque Objet
de la Comptabilité générale

CH1 : Principes de Comptabilité Analytique CH1 : Principes de Comptabilité Analytique


La Comptabilité Analytique permet SELON : La Comptabilité Analytique répondre aux exigences

Exigences d’évaluation du Patrimoine Exigences de la Rentabilité


Plan Comptable MAROCAINE La Gestion Budgétaire

1) Connaître les Couts et les résultats 1) La détermination des bases 1) La Connaissance des couts des différentes
des différentes Fonctions de l’E/SE d’évaluation de certains éléments du Fonctions de l’E/se et ses Produits
1) Établir des Prévisions des Produits BILAN
et Charges 2) Calcule de Cout de Revient de chaque
2) Évaluer certains éléments de BILAN 2) Réalisation d’inventaire permanent des (M/ses ou Produit) que l’E/se (Acheté ou
de l’E/SE Stocks en (en Valeur , en Volume , en Fabriqué) ce qui permet a l’E/se de fixe le
2) Constater la Réalisation des
Prévisions et Expliquer les écarts Nature) niveau de Rentabilité des Produits
3) Analyse les Résultats après calcul
qui en résultent
des couts des biens et services et 3) Évaluation des immobilisation 3) Contrôle des Opérations technique d’Achat
leur comparaison au prix de Vente produites par l’E/se elle-même ou Fabrication et Vente
CH1 : Principes de Comptabilité Analytique CH1 : Principes de Comptabilité Analytique
La Comptabilité Analytique répondre aux exigences Les Charges de Comptabilité Analytique

Exigences de Prise de Décision Exigences de prévisions et Contrôle de Gestion


La Comptabilité Analytique prend les Données de la
1) Disposer d’une Base de Prévisions de Charges et
Produits indispensables a la réalisation du Contrôle
Comptabilité Générale pour les revoir dans un
La Comptabilité Analytique c’est
ultérieur de l’Activité de l’E/se
Optique économique ,Dans ce sens les Charges de la
Outil essentiel permette a l’E/se de 2) Suivre et délimiter les responsabilités par Activité et par
Centre d’Activité Comptabilité Générale subissent des retraitements
Connaitre ses Couts et ses
3) Constater les réalisations et Comparer au prévisions et
Dégager et explique les écarts ce qui permet un
avant d’être intégrées dans les Couts ces
Résultats et Fixe ou Modifier ses
Contrôle des couts et budgets
Retraitements sont :
Prix de Vente et de Prendre la 4) Mettre a la disposions des Départements un Système de 1) Éliminer certaines Charges (Les Charges non 2) Créer d’autre Charges (Les Charges
cout préétablis qui permet l’établissement des budgets Incorporables) supplétives)
décision d’Investir et comptes de Résultat prévisionnels
3) Modifier certaines Charges (Charges abonnées , Charges étalées , Charges d’usage)

CH1 : Principes de Comptabilité Analytique CH1 : Principes de Comptabilité Analytique


Tableau de Comparaison entre la Comptabilité Générale et Analytique Les Charges non Incorporables Les Charges non Incorporable Calculées
Eléments de Comparaison Comptabilité Générale Comptabilité Analytique
Ce sont les Charges Comptabilisé dans la Classe 6
Niveau de la Loi Obligatoire Facultative Mais elles ne reflètent pas les Conditions
Les Charges
Normales d’Exploitation de l’E/se on choisit de les
Vision de l’E/se Globale Détaillée Ignorer dans le Calcul de Cout : d’usage
Horizon Passé Présent et Future
1) Les Charges non Courantes ou Exceptionnelles
Nature de Flux Externe Interne (VNA des immobilisations cédées – Pénalités Les Charges
Document de Base Externe Interne et Externe fiscales) étalées
Classement des Charges Par Nature Par Destination 2) Les Charges qui ont aucun lien avec l’Activité
Objectifs Financiers Economiques Courante de l’E/se (Prime d’assurance pour Les Charges
PDG Société) abonnées
Règles Imposées Simples et évolutives
Utilisateurs Tiers et Direction Tous les Responsables 3) Les Charges qui n’ont pas le Caractère de
Charge (Impôt Société – IGR)
Nature des Informations Précises et Certifiées Rapides et Pertinentes
CH1 : Principes de Comptabilité Analytique CH1 : Principes de Comptabilité Analytique
Les Charges d’Usage Les Charges étalées

Les Annuités d’Amortissement de Comptabilité Les Provisions sont Calculé en fonction des
Générale ne reflet pas la réel dépréciation des Considérations Juridiques ou événement économique
Immobilisations pour que les couts dégage de La Comptabilité Analytique remplace ces Provisions
Comptabilité Analytique soient pertinent il faut : par des Charges étalées qui concernent :
La Valeur d’Usage c’est la Valeur Actuelle (Prix du Les Risques (EX : les garanties données aux Clients)
Marche) a lieu de la Valeur d’Origine DONC
Charges d’Usage =
Valeur d’Usage / Durée Tout Dépréciation inéluctable et qui ne fait pas
La Durée d’Amortissement remplacé par la Durée d’Usage l’objet d’une Charge d’Usage
Probable d’Utilisation

CH1 : Principes de Comptabilité Analytique CH 1 : Principes de Comptabilité Analytique


Les Charges d’Usage Les Charges étalées

EX : Soit un Matériel qui a les Caractéristiques : EX :


Valeur d’Acquisition : 10 000 DH Dotation Comptable de l’Exercice N : Soit une E/se qui enregistre les
10 000 / 10 = 10 000 DH Dotations pour Risque et Charges :
Date d’Acquisition : 1/1/N-6 L E/se prendre en considération
Charge d’Usage de l’Exercice N : (Année) N-1 : 20 000 DH les Variations des Montants des
Durée Amortissement Fiscale : 10 ANS 240 000 / 8 = 30 000 DH Provisions d’un Exercice a l’autre

Mode Amortissement : Linéaire Différence d’Incorporation d’Amortissement : (Année) N : 250 000 DH il retient des Charges étalées d’un
30 000 – 10 000 = 20 000 DH Montant Moyen de 20 000 DH
Prix du Marche (31/12/N) : 240 000 DH
20 000 DH a ajouté aux Charge de (Année) N+1 : 18 000 DH
Durée d’Usage : 8 ANS Comptabilité Analytique
CH1 : Principes de Comptabilité Analytique CH1 : Principes de Comptabilité Analytique
Les Charges abonnées Les Charges Supplétives

L’ abonnement permet d’intégrer aux Couts les EX1 : Rémunération Théorique des Capitaux Propres

Charges Incorporables de Comptabilité Générale


selon une Périodicité différente de celle de leur
apparition Une Société ayant des Capitaux
Propres : 2 500 000 DH La Charge Supplétive :
EX : 2 500 000 * 8 % = 200 000 DH
Facture d’électricité reçu concerne les 3 Mois Taux d’Intérêt Statutaire (l’Ans) : 8%
précédents : 9000 DH Charges Abonnées du Mois
: 9000 / 3 = 3000 DH
L’E/se organise une Comptabilité Analytique
Mensuelle

CH1 : Principes de Comptabilité Analytique CH1 : Principes de Comptabilité Analytique


Les Charges Supplétives Les Charges Supplétives

Ce sont les Charges qui ne figurent pas dans la EX2 : La Rémunération Théorique du travail de l’Exploitant

Comptabilité Générale et qui sont introduit au


Comptabilité Analytique pour des raison d’ordre
économique l’objectif d’introduire les Charges de Une E/se Individuelle on Introduit a la
Comptabilité Analytique une rémunération La Charge Supplétive : 6500 DH
l’emploi de tous les Facteurs de Production et ainsi fictive du Dirigeante de 6500 DH
dégage la Rentabilité Réelle de l’Exploitation il s agit :
1) La Rémunération Théorique des 2) Rémunération Théorique du Travail de
Capitaux Propres l’Exploitant
CH1 : Principes de Comptabilité Analytique CH2 : l’évaluation du Stock
REMARQUE
4) Les Déchets
Ce sont les Résidus de toutes Nature
et Rebus
Certain produits de Comptabilité Générale ne sont 5) Les Produits Ce sont les Produits qui ont terminé certaine Phase de Production mais
pas pris en compte il s’agit des Produits non Courants Semi-Finis non encore effectué la Totalité de Cycle de Fabrication
6) Les Produits
lesquels doivent pris en considération lors du passage Finis
Ce sont les produits qui ont parcouru la Totalité de Cycle de Fabrication

du Résultat de Comptabilité Analytique au Résultat de 7) Les Produits


Ce sont les Produits ou Travaux en voie de Formation ou de
Comptabilité Générale ou Travaux en
Cours
Transformation

Les Charges Incorporables de Comptabilité Analytique = Charges de Comptabilité Générale 8) Les


Ce sont les Objets destiné a Contenir les Produits ou M/ses Livrés aux
– Charges non Incorporables + Charges Supplétives (+ ou -) Charges Calculées Emballages
Clients
Commerciaux

CH2 : l’évaluation du Stock CH2 : l’évaluation du Stock


Définitions La Gestion Comptable du Stock

1) Stock C’est l’ensemble des M/ses et Articles accumulés dans l’E/se en vue de 1) L’Inventaire Permanent
l’utilisé Ultérieurement dans le Cycle d’Exploitation

Le éléments qui constitue un Stock : ICP (Inventaire C’est l’Organisation des Comptes qui Par l’Enregistrement des
Comptable Mouvements permet de connaitre de façon Constante et en Cours de
1) Les C’est les Objets et Fournitures que l’E/se Achète pour Revendre en état Permanent ) l’Exercice les Existants Chiffré et en Quantité et en Valeur
Marchandises sans Transformation
2) Matières
Ils sont destiné a être incorporé aux Produits Fabriqués
Premières Inventaire
Permet a la Fin de l’Exercice de connaitre les Existants en Stock
Intermittent
3) Matières et Ce sont les Objets Consommé au première Usage mais Sans entre dans la
Fournitures Composition des Produits Traités
Consommables (EX : huile)
CH2 : l’évaluation du Stock CH2 : l’évaluation du Stock
2) l’évaluation des Entrées
EX 1/03 : Stock Initial 7000 Kg a 6 DH/Kg
Les M/ses – Matières
– Emballage Prix d’ Achat (HT) + Frais d’Approvisionnement 4/03 : Bon de Sortie N°10 : 5000 Kg
Commerciaux Achetés
10/03 : Réception de 4000 Kg a 6,20 DH/Kg
Les Produits
Le Couts de Production (Cout d’Achats + Cout de Production )
Intermédiaires et Finis 15/03 : Bon de Sortie N°11 : 5500 Kg

3) La Valorisation des Stock 20/03 : Réception de 5000 Kg a 6,28 DH/Kg

29/03 : Bon de Sortie N°12 : 4400 Kg


1) CMUP 2) FIFO 3) LIFO

4) Méthode de Couts 5) Méthode de Couts NB Frais de Réception 0,50 DH/Kg


Standard de Remplacement

CH2 : l’évaluation du Stock CH2 : l’évaluation des Stock


Date Libellé Entrées Sorties Stock
CMUP (Cout Moyen Unitaire Pondéré)
Qté P.U Mts Qté P.U Mts Qté P.U Mts
CMUP Stock Initial (en Valeur) + Entrées (en Valeur) 1/03 SI 7000 6 42 000
(Inventaire
4/03 Sortie 5000 6 30 000 2000 6 12 000
Permanent ) Stock Initial (en Quantité) + Entrées (en Quantité)
10/03 Entrée 4000 6,70 26 800 6000 6,47 38 820
CMUP ∑ qi (Quantité entrants) * Pi ( Prix Unitaire) 15/03 Sortie 5500 6,47 35 585 500 6,47 3 235
(Inventaire
Intermittent) ∑ qi 20/03 Entrée 5000 6,78 33 900 5500 6,75 37 125
29/03 Sortie 4400 6,75 29 700 1100 6,75 7 425
CMUP après chaque Entrée
-------- TOTAL 9 000 -------- 60 700 14 900 -------- 95 285
12000 + 26800 / 2000 + CMUP après Chaque Entrée
Permet une Valorisation en Temps réel des Sorties 6,70 6,20 + 0,50
4000
6,47
3235 +33900 / 500 +
6,78 6,28 + 0,50 6,75
5000
CH2 : L’évaluation du Stock CH2 : L’évaluation du Stock
Date Libellé Entrées Sorties Stock REMARQUE
Qté P.U Mts Qté P.U Mts Qté P.U Mts
La Méthode de l’Inventaire Permanent détermine le Stock Théorique celui-ci doit-être
1/03 SI 7000 6 42 000
Comparé avec le Stock Réel
4/03 Sortie 5000 6,42 32 100 2000 6,42 12 840 Cette Comparaison permet de distinguer 2 Situations :
10/03 Entrée 4000 6,70 26 800 6000 6,42 38 520 1) Stock Réel < Stock Théorique Mali d’ Inventaire
2) Stock Réel > Stock Théorique Boni d’Inventaire
15/03 Sortie 5500 6,42 35 310 500 6,42 3 210
20/03 Entrée 5000 6,78 33 900 5500 6,42 35 310 1) Cas d’un Mali d’Inventaire
29/03 Sortie 4400 6,42 28 248 1100 6,42 7 062
-------- TOTAL 9 000 -------- 60 700 14 900 -------- 95 285 EX Les Données du Stock de la Matière (M) :
Stock Initial : 1 500 Kg a 42 000 DH
CMUP Fin Période Entrées : 6 000 Kg a 30 DH/Kg
6,70 6,20 + 0,50 42000 + 26800 + 33900 Sorties : 6 500 Kg
6,42 Stock Final Réel : 990 Kg
6,78 6,28 + 0,50 7000 + 4000 + 5000

CH2 : L’évaluation des Stock (FIFO) CH2 : L’évaluation du Stock


Date Libellé Entrées Sorties Stock Libellés Quantités P.U Montant Libellées Quantités P.U Montant
Qté P.U Mts Qté P.U Mts Qté P.U Mts SI 1 500 28 42 000 Sorties 6 500 29,6 192 400
1/03 SI 7000 6 42 000 Entrées 6 000 30 180 000 SF Réel 990 29,6 29 304
4/03 Sortie 5000 6 30 000 2000 6 12 000 Mali 10 29,6 296
10/03 Entrée 4000 6,70 26 800 2000 6 12 000
TOTAL 7 500 29,6 222 000 TOTAL 7 500 29,6 222 000
4000 6,70 26 800
15/03 Sortie 2000 6 12 000 500 6,70 3 350 42 000 + 180 000
CMUP 29,6
3 500 6,70 23 450 1 500 + 6 000

20/03 Entrée 5000 6,78 33 900 500 6,70 3 350


29/03 Sortie 500 6,70 3 350 5000 6,78 33 900 ∑ Entrées - ∑ Sorties 7 500 – 6 500 = 1 000
3900 6,78 26442 1100 6,78 7458
Mali
TOTAL 9 000 -------- 60 700 14 900 -------- 95 285 1 000 – 990 = 10
d’Inventaire
CH2 : L’évaluation du Stock CH3 : Cout Complet : Méthode Sections Analytiques
2) Cas de Boni d’Inventaire Classification des Sections
Libellés Quantités P.U Montant Libellées Quantités P.U Montant
SI 1 500 28 42 000 Sorties 6 500 29,6 192 400 Fournissent les Prestations liés Directement aux Activités Principales de l’E/se
1) Sections (Approvisionnement – Production – Distribution )
Entrées 6 000 30 180 000 SF Réel 1100 29,6 32 560 Principales
Boni 100 29,6 2 960 Elle permet de Mesure l’Activité en Unité Physique (Unité d’Œuvre)
TOTAL 7 600 29,6 222 000 TOTAL 7 600 29,6 222 960
2) Sections Ce sont des Sections dont l’Activité profite a d’autre Sections
Auxiliaires (Principale / Auxiliaire)
CMUP 29,6
Ce sont les Sections dont l’Activité ne peut pas mesure d’une manière
∑ Entrées - ∑ Sorties 7 500 – 6 500 = 1 000 3) Sections Satisfaisants par une Unité Physique
Structurelles
Donc on utilise une Unité Monétaire (assiette de frais)
Boni d’Inventaire 1 000 – 1 100 = 100

CH3 : Cout Complet : Méthode Sections Analytiques CH3 : Cout Complet : Méthode Sections Analytiques
La Section Analytique Répartition Primaire

: ce sont des Subdivisons Comptables ou sont


Définition
C’est la Répartition des Charges Indirectes entre les différents Centre d’Analyse
Regroupées et Analysées les Charges Indirects
Les Charges Indirectes peuvent concerne :
préalablement a leurs imputation aux Couts
*) Seul Section : pas de Problème de Répartition entre Sections on parle de Charge Semi-Direct
Découpage Réel de l’E/se (Centre de Travail) ce type de section (qui Sans être Direct aux Couts de Produit / elle sont Direct aux Sections )
aider a la Responsabilisation et Contrôle des Services de E/se
Section Analytique *) Plusieurs Sections : on fait recours aux Clés de Répartition qui permet de répartir les Charges
correspond soit : sur les Différents Sections
Les Clés de Répartition ne sont pas Homogènes mais Chaque E/se choisit leurs Clés selon des
Découpage Fictif de l’E/se relatif aux Fonctions économiques Critères : (Heures de travail – CA réalisé – Effectifs )
(EX : Administration – gestion du Personnel )
CH3 : Cout Complet : Méthode Sections Analytiques CH3 : Cout Complet : Méthode Sections Analytiques
Répartition Secondaire 20% a
10% a l’Entretien l’Administration
C’est la Répartition des Sections Auxiliaires entre les Différents Sections (Principales / Secondaire)
Administration Entretien
40% aux Achats 40% aux Achats
(28 000 DH) (7 000 DH)
Dans la Répartition on dispose que des Charges des Sections Principales Alors que les Charges
des Sections Auxiliaire sont entièrement Réparties (TOTAL = 0 ) 50% aux Ventes 40% aux Ventes
La Répartition des Sections Auxiliaire pose un Problème des Prestations Réciproques

Pour La Répartition Secondaire des Prestations Réciproques il y a 3 Méthodes :

1) Méthode des itérations successive de Section a Section Achats Ventes


(50 000 DH) (70 000 DH)
2) La Méthode Matricielle

3) La Méthode Algébrique

CH3 : Cout Complet : Méthode Sections Analytiques CH3 : Cout Complet : Méthode Sections Analytiques
EX : soit une E/se Commerciale Éléments TOTAL des Centres Auxiliaires Centres Principaux
Charges

Achats Administration Administration Entretien Achats Ventes

Totaux 155 000 28 000 7 000 50 000 70 000


Primaires
Vente Entretien
Frais - 100 % 10 % 40 % 50 %
Les Charges d’Administration sont Répartie entre les d’Administration

(Achats , Vente , Entretien)


Les charges d’Entretien sont Répartie entre (les Achat Frais d’Entretien 20 % - 100 % 40 % 40 %
, Vente , Administration)
CH3 : Cout Complet : Méthode Sections Analytiques CH3 : Cout Complet : Méthode Sections Analytiques
Entretien 28 000 * 10% 2 800 Les Charges
2 800 + 20% (Charges d’Entretien)
Administration

Administration Achats 28 000 * 40% 11 200 Les Charges


7 000 + 10% (Charges d’Administration)
d’Entretien
Ventes 28 000 * 50% 14 000
On pose :
Administration 7 000 * 20% 1 400
X = Charges Administration
Entretien
Y = Charges d’Entretien
Achats 7 000 * 40% 2 800
X = 28 000 + 20% Y 1
Ventes 7 000 * 40% 2 800 Y = 7 000 + 10% X 2

CH3 : Cout Complet : Méthode Sections Analytiques CH3 : Cout Complet : Méthode Sections Analytiques
X = 28 000 + 20% (7 000 + 10% X)
TOTAL Achats 50 000 + 11 200 + 2 800 = 64 000
X = 28 000 + 1 400 + 2% X
TOTAL Ventes 70 000 + 14 000 + 2 800 = 86 800 X = 29 400 + 0,02X
0,98X = 29 400
TOTAL (Achats + Ventes) 150 800
X = 29 400 / 0,98 = 30 000
TOTAL des Charges
155 000
Réparties
Y = 7 000 + 10% (30 000)
Il reste 2 800 DH (Administration) et 1 400 (Entretien) Y = 7 000 + 3 000 = 10 000
TOTAL 2 800 + 1 400 = 4 200
CH3 : Cout Complet : Méthode Sections Analytiques CH3 : Cout Complet : Méthode Sections Analytiques
Éléments TOTAL des Centres Auxiliaires Centres Principaux Les Charges : elles se compose d’une partie Fixe et
Charges Semi-Variables
Administration Entretien Achats Ventes
autre Variables
𝐴𝑐𝑡𝑖𝑣𝑖𝑡é 𝑅é𝑒𝑙𝑙𝑒
Coefficient d’Imputation Rationnelle (K) :
Totaux 155 000 28 000 7 000 50 000 70 000 𝐴𝑐𝑡𝑖𝑣𝑖𝑡é 𝑁𝑜𝑟𝑚𝑎𝑙𝑒
Primaires

Frais - 30 000 3 000 12 000 15 000 Si Activité Réel = Activité Normal Les Couts Fixes sont Imputés au Cout Complet
Administration
Un Bonus de Suractivité un Cout Fixe supérieur a
Frais Entretien 2 000 - 10 000 4 000 4 000 Si Activité Réel > Activité Normal
celui Constaté est Imputé au Cout Complet

Un Malus de Sous-Activité (Cout de Chômage) une


TOTAUX 155 000 0 0 66 000 89 000 Si Activité Réel < Activité Normal
Partie du Cout Fixe est Imputé au Cout Complet
Secondaire

CH3 : Cout Complet : Méthode Sections Analytiques CH3 : Cout Complet : Méthode Sections Analytiques
𝑇𝑜𝑡𝑎𝑙 𝑑𝑒 𝑅é𝑝𝑎𝑟𝑡𝑖𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑆𝑒𝑐𝑜𝑛𝑑𝑎𝑖𝑟𝑒 Couts Fixes Incorporable au Couts (CFi) : Couts Fixes Réels * K
Cout de l’Unité d’Œuvre =
𝑁𝑜𝑚𝑏𝑟𝑒 𝑑′ 𝑈𝑛𝑖𝑡é 𝑑′ 𝑂𝑒𝑢𝑣𝑟𝑒𝑠
Différence d’Incorporation : CFi – CF Réel
: sont les Couts indépendants du niveau
Les Charges Fixes
Les Représentation Graphiques
d'activité ou des quantités produites dont l'entreprise
1ére Méthode (C.A = CT)
doit s'acquitter pour son bon fonctionnement
𝐶.𝑉𝑎𝑟𝑖𝑎𝑏𝑙𝑒𝑠
Les Charges
: ce sont les facteurs de production dont CA : Y = X a :
Variables
bénéfice 𝐶.𝐴
les quantités varient avec le niveau d'activité de C Fixes
CT = ax + B B : C.Fixes
perte SR
l'entreprise ou les quantités produites
CH3 : Cout Complet : Méthode Sections Analytiques CH3 : Cout Complet : Méthode Sections Analytiques
𝐶𝑕𝑎𝑟𝑔𝑒𝑠 𝑉𝑎𝑟𝑖𝑎𝑏𝑙𝑒𝑠
2éme Méthode ( M/CV = C .Fixes ) Taux de Variabilité des Charges :
𝐶𝑕𝑖𝑓𝑓𝑟𝑒 𝑑 ′ 𝐴𝑓𝑓𝑎𝑖𝑟𝑒
Charges Variables 2 : C.A 2 * Taux Variabilité Charges
𝑀/𝐶𝑉
M/cv : Y = ax a : 𝐶.𝐹𝑖𝑥𝑒𝑠 ∗𝐶.𝐴 𝐶.𝐹𝑖𝑥𝑒𝑠
𝐶.𝐴 Seuil de Rentabilité : ou
𝑀/𝐶𝑉 𝑇𝑎𝑢𝑥 𝑀/𝐶𝑉
Bénéfice B : C. Fixes
C.Fixes
Perte C.Fixes : Y = B
Marge de Sécurité : C.Affaires – Seuil de Rentabilité
𝑀𝑎𝑟𝑔𝑒 𝑑𝑒 𝑆é𝑐𝑢𝑟𝑖𝑡é ∗ 100
L’Indice de Sécurité :
𝐶.𝐴

CH3 : Cout Complet : Méthode Sections Analytiques CH3 : Cout Complet : Méthode Sections Analytiques
3éme Méthode ( R = 0) 𝐶.𝐹𝑖𝑥𝑒𝑠
Taux M/CV :
𝑀/𝐶𝑉
Cout de l’Unité 𝑇𝑜𝑡𝑎𝑢𝑥 𝑅𝑒𝑝𝑎𝑟𝑡𝑖𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑆𝑒𝑐𝑜𝑛𝑑𝑎𝑖𝑟𝑒𝑠 (𝐶𝑒𝑛𝑡𝑟𝑒 𝑃𝑟𝑖𝑛𝑐𝑖𝑝𝑎𝑢𝑥)
R : Y = ax - B 𝑀/𝐶𝑉 d’Œuvre : 𝑁𝑜𝑚𝑏𝑟𝑒 𝑑 ′ 𝑈𝑛𝑖𝑡é 𝑑 ′ 𝑂𝑒𝑢𝑣𝑟𝑒
a :
𝐶.𝐴 Date de Réalisation de SR

SR CA
B : C.Fixes
Trimestrielle Annuelle Semestrielle
C. Fixes

𝑆𝑅 ∗ 3 𝑆𝑅 ∗ 12 𝑆𝑅 ∗ 6
𝐶. 𝐴 𝐶. 𝐴 𝐶. 𝐴
Université Mohammed 1er Année universitaire : 2007- 2008
Ecole nationale de commerce Enseignant : A.EL OUIDANI
et de gestion - Oujda
Matière : Comptabilité de gestion
Travaux dirigés : Série n°4
Université Mohammed 1er Année universitaire : 2007- 2008
Ecole nationale de commerce Enseignant : A.EL OUIDANI
et de gestion - Oujda
Matière : Comptabilité de gestion
Travaux dirigés : Série n°4
EXERCICE 1 :
Coût de revient 3.400 104,41 355.000 2.800 53,21 149.000 RATEX est une entreprise de confection. Elle produit deux types de pantalons :
Des pantalons pour homme (PH) et des pantalons pour enfant (PE).
Vous disposez des renseignements suivants concernant le mois de juin :
 Calcul des résultats analytiques de P1 et P2 :
1- Les stocks au 01/06
P1 P2 - Tissu : 2000 m à 52 dh/m.
Eléments
Quantité C.U Montant Quantité C.U Montant - Pantalons pour homme : 200 pantalons à 120 dh l’un.
Prix de vente 3.400 140 476.000 2.800 50 140.000 - Pantalons pour enfant : 300 pantalons à 85 dh l’un.
Coût de revient 3.400 104,41 (-)355.000 2.800 53,21 (-)149.000 2- Les achats de juin :
Résultat analytique 3.400 35,59 121.000 2.800 -3,21 -9.000 - Tissu : 8000 m à 55 dh/m.
 Résultat global : - Des fournitures (fil, boutons, …) : 35.000 dh.
Résultat analytique de P1 = (+) 121.000 3- La production de la période :
+ - Durant la période l’entreprise a produit 4800 (PH) et 3700 (PE).
Résultat analytique de P2 = (-) 9.000 La fabrication d’un pantalon nécessite :
- 1,25 m de tissu pour (PH) et 0,75 m de tissu pour un (PE).
Résultat Global = 112.000 DH
- 3 dh de fournitures pour un PH ou PE.
- 45 minutes de main d’œuvre directe pour un PH ou PE à 10 dh l’heure.
4- Les ventes :
- 4500 PH à 180 dh l’un et 2000 PE à 95 dh l’un.
5- Tableau de répartition des charges indirectes :
Charges Sections auxiliaires Sections principales
Total
indirectes Administration Entretien Approvi. Atelier Distribution
T.R.P 604.000 72.000 32.000 48.000 404.000 48.000
Administration -80.000 10% 8.000 10% 8.000 50% 40.000 30% 24.000
Entretien 20% 8.000 -40.000 0% 0 60% 24.000 20% 8.000
T.RS 604.000 0 0 56.000 46.800 80.000
Nature d’U.O Mètre de Article produit 1000 dh de
tissu acheté vente
Nombre d’U.O 8.500 1.000
Coût d’U.O 8.000 55,05 80
7
Travail à faire : Calculer
1) Les prestations réciproques.
2) La répartition secondaire.
3) Le coût d’achat du tissu acheté et le coût d’achat moyen avec cumul du stock initial.
4) Les coûts de production des produits fabriqués et le coût de production moyen avec cumul du
SI.
5) Les coûts de revient et les résultats analytiques des produits vendus.
 Les prestations réciproques :
ADM = 72.000 + 0,20 ENT ENT = 32.000 + 0,10 × 80.000
ENT = 32.000 + 0,10 ADM = 32.000 + 8.000
ADM = 72.000 + 0,20 (32.000 + 0,10 ADM) ENT = 40.000
= 72.000 + 64.000 + 0,02 ADM
= 78.400/0,98
ADM = 80.000
 Voir tableau de répartition.
 Coût d’achat du tissu acheté et le coût moyen :
Eléments Quantité C.U Montant
Prix d’achat 8.000 55 440.000
Frais d’achat
Ch.I (section approvi.) 8.000 7 56.000
Le Portail des Etudiants d’Economie www.e-tahero.tk Le Portail des Etudiants d’Economie www.e-tahero.tk
Un entreprise industrielle fabrique deux produits P1 et P2 en utilisant respectivement les matières
premières M et N.
Du CPC du mois de janvier, on extrait les informations suivantes :
Charges Montants Produits Montants
Achats consommés de M & F 360.000 Ventes des biens et services produits
Autres charges externes 56.000 P1 476.000
Impôts et taxes 25.000 P2 140.000
Charges de personnel 59.000 Variations des stocks des produits finis
Dotations d’exploitation 15.000 P1 9.500
Charges d’intérêts 8.400 P2 14.500
Solde créditeur (bénéfice) 112.000
TOTAL 640.000 TOTAL 640.000
Renseignement complémentaires :
 Achat de 12.000 kg de M à 22 dh/kg
 Achat de 8.000 kg de N à 12 dh/kg
 Les charges autres que les achats sont réparties comme suit :
Frais sur achats Frais de production Frais de distribution
Charges
M N P1 P2 P1 P2
168.000 10.500 5.500 75.000 53.000 15.000 9.000
 Production du mois : 3.495 articles P1 et 3.090 articles P2
 Ventes du mois : 3.400 articles P1 à 140 dh l’un et 2.800 articles P2 à 50 dh l’un
Travail à faire :
1) Calculer le coût d’achat des matières premières achetées ;
2) Calculer le coût de production de P1 et P2 ;
3) Calculer le coût de revient de P1 et P2 fabriqués ;
4) Calculer les résultats analytiques de P1 et P2 vendus ;
5) Calculer le résultat global.
N.B : * Il n’y a ni stock initial, ni stock final des matières premières.
* Il n’y a pas de stock initial des produits finis.
 Calcul des coûts des matières premières M et N :
Matière M Matière N
Eléments
Quantité C.U Montant Quantité C.U Montant
Prix d’achat 12.000 22 264.000 8.000 12 96.000
Frais d’achat --- --- 10.500 --- --- 5.500
Coût d’achat 12.000 22,875 274.500 8.000 12,6875 101.500
 Calcul des coûts de production de P1 et P2 :
Produit P1 Produit P2
Eléments
Quantité C.U Montant Quantité C.U Montant
C.A de MP M utilisée 12.000 22,875 274.500 --- --- ---
C.A de MP N utilisée --- --- --- 8.000 12,6875 101.500
Frais de production --- --- 75.000 --- --- 53.000
Coût de production 3.495 100 349.500 3.090 50 154.500
 Calcul des coûts de revient de P1 et P2
P1 vendus P2 vendus
Eléments
Quantité C.U Montant Quantité C.U Montant
C.P des articles vendus 3.400 100 340.000 2.800 50 140.000
Frais de distribution --- --- 15.000 --- --- 9.000
Le Portail des Etudiants d’Economie www.e-tahero.tk
Université Mohammed 1er Année universitaire : 2007- 2008 EXERCICE 3
Ecole nationale de commerce Enseignant : A.EL OUIDANI
et de gestion - Oujda Le tableau de répartition des charges indirectes d’une entreprise industrielle (Après répartition
secondaire) se présente ainsi en milliers de dhs:
Sections principales
Eléments montants
Matière : Comptabilité de gestion fabrication finition distribution
Travaux dirigés : Série n°2 TRS 229 160 17 52
EXERCICE 1 : Nature d’unité HMOD H. Machine coût des
d’œuvre produits vendus
Soit le tableau de répartition des charges indirectes d’une entreprise industrielle en milliers de Nombre d’unité 800 1250 1300000
Dhs. d’œuvre
Charges à Montants Sections auxiliaires Sections principales CUO ? ? ?
répartir Transp. Energie entretien Approvi. Producti. distribution
TRP 720 30 5 70 120 150 300 TAF
Clés de Compléter le tableau ci-dessus.
répartition
secondaire
Transport 15% 10% 30% 25% 20%
Energie 40% 40% 20% Solution
Entretien 30% 40% 30%
EXERCICE 1 :
Totaux ? ? ? ? ? ? ?
répartition Charges à Montants Sections auxiliaires Sections principales
secondaire répartir Transp. Energie entretien Approvi. Producti. distribution
TRP 720 30 5 70 120 150 300
TRAVAIL A FAIRE : Clés de
Effectuer la répartition secondaire des charges indirectes. répartition
secondaire
EXERCICE 2 Transport -30 4.5 3 9 7.5 6
Soit le tableau de répartition des charges indirectes d’une entreprise industrielle en milliers de
Energie -54.5 - 21.8 21.8 10.9
Dhs.
Entretien -73 21.9 29.2 21.9
Charges à Montants Sections auxiliaires Sections principales
Totaux 0 0 0 172.7 208.5 338.8
répartir Transp. Energie Admini Approvi. Producti. distribution
répartition
TRP 435 30 6 29 100 150 120
secondaire
Clés de
répartition
EXERCICE 2
secondaire
Soit X le total des charges indirectes de la section énergie à repartir.
Transport 20% 30% 20% 20% 10% Soit Y le total des charges indirectes de la section administration à repartir
Energie 10% 30% 30% 30% On aura :
Adminis 20% 20% 40% 20% X= 6000 + 0,2. 30000 + 0,2. Y= 6000 + 6000 + 0,2 Y
TRAVAIL A FAIRE : Y= 29000 + 0,3. 30000 + 0,1 X= 29000 + 9000 + 0,1 X
Effectuer la répartition secondaire des charges indirectes. On obtient :
X= 20000 ET Y =40000
Coût d’achat 8.000 m 62 496.000
Stock initial 2.000 m 52 104.000
Coût d’achat moyen 10.000 m 60 600.000 Université Mohammed 1er Année universitaire : 2007- 2008
 Les coûts de production et coûts de production moyens des produits fabriqués : Ecole nationale de commerce Enseignant : A.EL OUIDANI
P.H P.E et de gestion - Oujda
Eléments
Quantité C.U Montant Quantité C.U Montant
C.A des M&F consommées .
Tissu (1)6.000 60 360.000 (1)2.775 60 166.500 Matière : Comptabilité de gestion
Fournitures 4.800 3 14.400 3.700 3 11.100 Travaux dirigés : Série n°1
Frais de production Exercice 1
Charges directes (2)3.600 10 36.000 (2)2.775 10 27.750
Charges indirectes 4.800 55,05 264.240 3.700 55,05 203.685 La société Bêta d’Oujda constate les mouvements des stocks suivants au cours du mois de
février 2007 :
Coût de production 4.800 140,55 674.640 3.700 110,55 409.035
Stock initial 200 120 24.000 300 85 25.500 1 Février Stock 100 articles à 10 Dhs
C.P. moyen 5.000 139,728 698.650 4.000 108,63 434.535 5 Février Sortie 50 articles
13 Février Entrée 150 articles à 12 Dhs
1) Quantité de tissu utilisé :
18 Février Sortie 80 articles
PH  4800 × 1,25 m = 6000 m
PE  3700 × 0,75 m = 2775 m 28 Février Entrée 200 articles à 13 Dhs
2) Heures de main d’œuvre directe : Travail à faire :
PH  4800 × Error!= 3600 h - Déterminez le niveau du stock final
PE  3700 × Error!= 2775 h  Par la méthode CMUP après chaque entrée
 Les coûts de revient et résultat analytique des produits vendus :  Par la méthode du CMUP à la fin de l’année
P.H P.E  Par la méthode du FIFO
Eléments  Par la méthode du LIFO
Quantité C.U Montant Quantité C.U Montant
C.P des produits vendus 4.500 139,728 628.776 2.000 108,63 217.260 Exercice 2
Frais de distribution
Ch. I (section distribution) 810 80 6.480 190 80 15.200 Les mouvements des stocks de la matière première (laine) utilisée pour la fabrication des tapis
Coût de revient 4.500 151,12 693.576 2.000 116,23 232.460 par une entreprise durant le mois de janvier 2005, se présente ainsi :
Prix de vente 4.500 180 810.000 2.000 95 190.000
4.500 2.000 2 janvier Stock 4 tonnes à 26000 Dhs
Résultat analytique +116.424 -42.460
5 janvier Sortie 800 Kg
9 janvier Entrée 2 tonnes 400 à 6,95 Dhs le kilo
13 janvier Sortie 2 tonnes
21 janvier Sortie 1 tonne 600
23 janvier Entrée 2 tonnes à 7,95 Dhs le kilo
28 janvier Sortie 2400 kg
Pour le mois de janvier, les frais d’approvisionnement sont de 5 centimes le kilogramme.
Travail à faire :
Sachant que :
- la consommation de la laine du mois de janvier 2005 est de 6800 kg
- les frais de main d’œuvre : 10 000 Dhs
- les frais de production : 35 000 Dhs
- les frais de distribution : 4 000 Dhs
- le chiffre d’affaire du mois de janvier 2005 : 110 000 Dhs
Analysez l’incidence de chaque méthode d’évaluation des stocks sur le résultat de la période
Le Portail des Etudiants d’Economie www.e-tahero.tk
- Par la méthode FIFO
- Par la méthode LIFO
Numéro Entrée Sorties Stock
dates
Numéro Entrée Sorties Stock Du bon Qtite Pu Mt Qtite Pu Mt Qtite Pu Mt
dates
Du bon Qtite Pu Mt Qtite Pu Mt Lot Qtite Pu Mt 2/01 Stock 4000 6,5 26000
1/02 (SI) 5/01 Sortie 800 6,5 5200 3200 6,5 20800
Lot A 100 10 1000 Lot A 100 10 1000 9/01 Entrée 2400 7 16800 3200 6,5 20800
5/02 Sortie 2400 7 16800
Lot A 50 10 500 Lot A 50 10 500 12/01 Sortie 2000 6,5 13000
1200 6,5 7800
12/02 Entrée Lot A 50 10 500 2400 7 16800
Lot B 150 12 1800 Lot B 150 12 1800 21/01 Sortie 1200 6,5 7800
2000 7 14000
18/02 Sortie 80 12 960 Lot A 50 10 500 400 7 2800
Lot B Lot B 70 12 840 23/01 Entrée 2800 8 16000 2000 7 14000
28/02 Lot A 50 10 500 2000 8 16000
Entrée Lot B 70 10 840 28/01 Sortie 2000 7 14000 1600 8 12800
Lot C 200 13 2600 Lot C 200 13 2600 400 8 3200
450 5400 130 1460 320 3940 TOT. 6800 46000 1600 8 12800
- Par la méthode LIFO
Exercice 2 :
Numéro Entrée Sorties Stock
dates
Du bon Qtite Pu Mt Qtite Pu Mt Qtite Pu Mt
I - Méthode d’évaluation des stocks : 2/01 Stock 4000 6,5 26000
5/01 Sortie 800 6,5 5200 3200 6,5 20800
Première remarque à faire : les entrées se font au coût d’achat, ce qui fait que : 9/01 Entrée 2400 7 16800 3200 6,5 20800
Le coût d’achat = prix d’achat + frais sur achat (frais d’approvisionnement) 2400 7 16800
Exemple : le 9/1 il y avait une entrée : prix d’achat = 6,95 dhs, a ce prix d’achat on rajoute 12/01 Sortie 2000 7 14000 3200 6,5 20800
les frais qui sont de 5 centimes (0,05 Dhs) et en tout le coût d’entrée c’est 7 dhs. 400 7 2800
21/01 Sortie 400 7 2800
2000 6,5 13000
Même chose pour toutes les entrées, a chaque fois on rajoute 0,05 Dhs.
1200 6,5 7800
23/01 Entrée 2800 8 16000 2000 6,5 13000
- Par la méthode CMUP fin de période.
2000 8 16000
28/01 Sortie 2000 8 16000 1600 6,5 10400
Numéro Entrée Sorties Stock
dates 400 6,5 2600
Du bon Qtite Pu Mt Qtite Pu Mt Qtite Pu Mt
TOT. 6800 48400 1600 6,5 10400
2/01 Stock 4000 26000
5/01 Sortie 800 7 5600 3200
9/01 Entrée 2400 7 16800 5600
12/01 Sortie 2000 7 14000 3600
21/01 Sortie 1600 7 11200 2000
23/01 Entrée 2800 8 16000 4000
28/01 Sortie 2400 7 16800 1600 7 11200
TOT. 6800 7 47600 1600 7 11200
Le tableau se présente ainsi : Université Mohammed 1er Année universitaire : 2007- 2008
Ecole nationale de commerce Enseignant : A.EL OUIDANI
Charges à Montants Sections auxiliaires Sections principales et de gestion - Oujda
répartir Transp. Energie Admini Approvi. Producti. distribution
TRP 435 30 6 29 100 150 120 Matière : Comptabilité de gestion
Clés de Correction de la série n°1
répartition Exercice 1 :
secondaire
Transport -30 6 9 6 6 3
- Par la méthode CMUP fin de période.
Energie -20 2 6 6 6
Adminis 8 -40 8 16 8 Entrée Sorties Stock
435 0 9 0 120 178 137 dates
Qtite Pu Mt Qtite Pu Mt Qtite Pu Mt
1/02 100 10 1000 100 10 1000
EXERCICE 3 5/02 50 12 600 50
12/02 150 12 1800 200
Le tableau de répartition des charges indirectes d’une entreprise industrielle (Après répartition 18/02 80 12 960 120
secondaire) se présente ainsi en milliers de dhs: 28/02 200 13 2600 320
TOTAL 450 12 5400 130 12 1560 320 12 3840
Sections principales
Eléments montants
fabrication finition distribution - Par la méthode CMUP après chaque entrée.
TRS 229 160 17 52
Nature d’unité HMOD H. Machine coût des Entrée Sorties Stock
d’œuvre produits vendus dates
Qtite Pu Mt Qtite Pu Mt Qtite Pu Mt
Nombre d’unité 800 1250 1300000 1/02 100 10 1000 100 10 1000
d’œuvre 5/02 50 10 500 50 10 500
CUO 0,2 0,0136 0,00004 12/02 150 12 1800 200 11,5 2300
18/02 80 11,5 920 120 11,5 1380
28/02 200 13 2600 320 12,44 3980
TOTAL 450 12 5400 130 1420 320 12,44 3980
- Par la méthode FIFO
Numéro Entrée Sorties Stock
dates
Du bon Qtite Pu Mt Qtite Pu Mt Lot Qtite Pu Mt
1/02 (SI)
Lot A 100 10 1000 Lot A 100 10 1000
5/02 Sortie
Lot A 50 10 500 Lot A 50 10 500
12/02 Entrée Lot A 50 10 500
Lot B 150 12 1800 Lot B 150 12 1800
18/02 Sortie
Lot A 50 10 500 Lot A 0 0
Lot B 30 12 360 Lot B 120 12 1440
28/02 Entrée Lot B 120 12 1440
Lot C 200 13 2600 Lot C 200 13 2600
450 5400 130 1360 320 4040
II - Analyse de l’incidence de chaque méthode d’évaluation des stocks sur Université Mohammed 1er Année universitaire : 2007- 2008
le résultat de la période. Ecole nationale de commerce Enseignant : A.EL OUIDANI
et de gestion - Oujda
Procédés d’évaluation des sorties
FIFO LIFO CMUP Matière : Comptabilité de gestion
Coût d’achat des 46000 48400 47600 Correction des travaux dirigés : Série n°4
matières 1ères utilisées
MOD 10000 10000 10000
Frais de distribution 35000 35000 35000
Frais de fabrication 4000 4000 4000
Coût de revient 95000 97400 96600
Prix de vente 110000 110000 110000
résultat +15000 +12600 +13400
Commentaire : voir le cahier de cours
Université Mohammed 1er Année universitaire : 2007- 2008
Ecole nationale de commerce Enseignant : A.EL OUIDANI
et de gestion - Oujda
Matière : Comptabilité de gestion
Travaux dirigés : Série n°4
Chapitre 1 : Introduction

Section 1 : Naissance de la comptabilité analytique d’exploitation :

La CAE est une comptabilité nouvelle, elle est apparue dans les années 30 pour 2 types de
raisons :
 les insuffisances de la comptabilité générale ;
 raisons historiques (1930 : la crise économique mondiale).

A) Les insuffisances de la CG :

La comptabilité qui existait avant présente les insuffisances suivantes :


- c’est une comptabilité descriptive et non analytique ;
- c’est une comptabilité annuelle ;
- c’est une comptabilité qui ne détermine la valeur du stock qu’à la fin de l’année (par la
méthode de l’inventaire extra comptable) ;
- c’est une comptabilité qui détermine des résultats globaux et non partiels.
(Exemple : une entreprise fabrique 3 produits : pour A = 800, B = -400, C = 400, on
comptabilité générale le résultat c’est un bénéfice de 800. Est-ce que la gestion de cette
entreprise est bonne ?. Non, l’analyse du résultat nous montre que l’entreprise a intérêts à
éliminer la production de B et de préférence se spécialiser dans le produit A.

Pour remédier à ces lacunes, la CAE présente les caractéristiques suivantes :


- elle permet de faire des analyses (charges et différents coûts) ;
- elle peut être mensuelle, trimestrielle, semestrielle, ou annuelle (détermination du
résultat analytique pour chacune des périodes précités) ;
- le stock dans la CAE peut être connu à n’importe quel moment de l’année grâce à la
technique de l’inventaire permanent ;
- la CAE détermine le résultat par produit ou par branche d’activité.
(Exemple : une entreprise de confection peut calculer les résultat par produit : vêtements pour
enfants, jeunes ou adultes).

En conclusion la CAE est une comptabilité qui s’applique surtout dans les entreprises
industrielles, c’est pourquoi on l’appel souvent la comptabilité industrielles.

B) Les raisons historiques :

La CAE a vue le jour dans les années 30 c'est-à-dire en pleine crise mondiale, pour sortir de
cette crise, les entreprises capitalistes chercher à maximiser leur profit.
En sait que bénéfice = prix de vente - coût de revient, donc pour augmenter le bénéfice on a
2 solutions :
 soit augmenter le prix de vente ;
 soit diminuer le coût de revient.
Le capitalisme de l’époque est un capitalisme concurrentiel, donc la première solution est à
écarté (perte de la clientèle) il nous reste donc la deuxième solution.
Mais le probléme qui se pose et que pour diminuer le coût de revient il faut d’abord le
connaître (coûts de revient est la somme de différentes charges)

Portail Des Etudiants Fsjes 1


La CAE peut être défini comme la connaissance des coûts et coûts de revient.
Charges CAE = ch. incorporables + ch. supplétives - ch. non incorporables
Section 2 : Les charges de la CAE : Charges CAE = (600.000 - 10.000) + (4.000.000 x 12% x ¼)
Charges CAE = 710.000
Les charges de la CG (classe 6) sont reprises par la CAE, cependant certaines charges ne le
sont pas. On les appelle les charges non incorporables, elles comprennent : Application 2 :
- toutes les charges non courantes ;
- certaines charges courantes que l’analyse ne permet pas de considérés comme tel, il Une entreprise fabrique un produit unique pour le mois de février les dépenses ont été les
s’agit des : suivantes :
 fractions des dotations aux amortissements qui excédent les dotations fiscales ; - M.P : 3.000 kg à 100 DH/kg
 impôts sur les résultats ; - M.O : 250h à 50 DH/h
 charges courantes se rapportant aux exercices antérieurs ; Autres charges : la CG donne les charges suivantes : autres que la main d’œuvre directe et les
 dotations aux amortissements des immobilisations en non valeurs (pas de valeur achats, 210000 DH dont 10000 DH de provisions incorporables.
réel, actif fictif) ; Cependant il faut tenir compte de 6000 DH de charges supplétives, la production est de 4000
 charges qui représentent les charges récupérables sur les tiers unités vendues au prix de 150 DH l’unité.
(Exemple : taxe avancées sur le compte des autres) ; 1- déterminer le résultat de la CG ;
 charge qui représentent la couverture d’un risque (provision pour litige, pour 2- déterminer le résultat de la CAE ;
dépréciation). 3- retrouver le résultat de la CG à partir du résultat de la CAE.

D’autre part des charges qui ne figurent pas dans la CG sont prises en considération par la 1) Charges de la CG 2) Charges de la CAE
CAE, sont les charges supplétives, elles comprennent essentiellement :
- la rémunération du travail du dirigeant ; M P : 300.000 M P : 300.000
- la rémunération du capital à un certain taux d’intérêt dans la société ; M O : 12.500 M O : 12.500
- les charges d’usage Charges CG : 210.000 Charges incorporables : 210.000 - 10.000
(Exemple : amortissement de durée inférieur à celle fiscalement tolérées). Prix de vente : 600.000 : 200.000
Charges supplétives : 6.000

Charges de la CG = 210.000 + 600.000 + Charges de la CAE : 200.000 + 300.000 +


CG 300.000 + 12.500 = 522.500 12. 500 + 6000 = 518500

CAE Résultat de la CG = 600.000 - 522.500 Résultat de la CAE = 600.000 - 518.500


Charges non = 77.500 = 81. 500
incorporables
3) résultat de la CG = résultat de la CAE + charges supplétive - charges non
incorporables = 81.500 + 6.000 - 10.000 = 77.500
Charges
incorporables Charges
incorporables

Charges
supplétives

Application 1 :

Les charges de la CG d’une entreprise qui calcul ses coûts par trimestre s’élève à 600.000 DH
dont 10000 DH de dotation non incorporables. Par ailleurs il faut tenir compte de la
rémunération du capital qui s’élève à 4.000.000 DH au taux annuel de 12%.
Déterminer les charges de la CAE

Portail Des Etudiants Fsjes 2


Portail Des Etudiants Fsjes 3
Fiche de stock
Chapitre 2 : La comptabilité des matières :
Evaluation des sorties Dates Entrées sorties Stocks
Q PU M Q PU M Q PU M
01 / 02 10 5000 50.000
04 / 02 8 4.950 39.600 18 4.977,78 89.600,04
08 / 02 9 4.977,78 44.800,02 9 4.977,78 44.800,02
On a vu que le but de la CAE est la détermination du coût de revient. Dans ce coût en trouve 12 / 02 2 4.977,78 9.955,56 7 4.977,78 34.844,46
la consommation de MP qui proviennent du stockage donc il faut déterminer leur coût de 15 / 02 8 5.100 40.800 15 5.042,96 75.644,46
sortie du magasin de stockage. Lorsqu’il s’agit de MP ou de PF individualisés et identifiables. 20 / 02 10 5.200 52.000 25 5.105,78 12.7619,5
L’évaluation des sorties ne pose aucun problème. 25 / 02 17 5.105,78 86.798,26 8 5.105,78 40.846,24
C’est l’exemple d’une entreprise qui monte et revend des voitures, par contre le problème
28 / 02 7 5.105,78 35.740,46 1 5.105,78 5.105,78
d’évaluation se pose dans le cas des MP ou PF interchangeables (qui se mélange).
Exemple : 30 / 02 4 5.150 20.600 5 5.141,16 25.705,78
Le stock de blé dans une minoterie
- achat 10 tonnes de blé à 2000 DH la tonne 2° CMUP unique ou mensuel (fin de période)
- stock initial 6 tonnes à 1990 DH la tonne
On veut faire sortir 14 tonnes, la sortie de 14 tonnes utilisera 2 lot différent donc faut il Il est obtenu par la formule suivante :
appliqué le prix de 2000 DH ou de 1990 DH ?
Réponse : on n’appliquera ni l’un, ni l’autre.
CMUP = Stock initial + cumul des entrées (en valeurs)
La CAE nous propose le procédé suivant : Stock initial + cumul des entrées (en quantités)
CMUP après chaque entrée ;
Le coût moyen unitaire pondéré :
CMUP unique ou mensuel. Dates Entrées Dates Sorties
Q PU M Q PU M
F.I.F.O 01 / 02 10 5.000 50.000 08 / 02 9
La méthode de l’épuisement des lots : 8 4.950 39.600 2
04 / 02 12 / 02
L.I.F.O
15 / 02 8 5.100 40.800 25 / 02 17
20 / 02 10 5.200 52.000 28 / 02 7
30 / 02 4 5.150 20.600
Application :
Total 40 5.075 203.000 Total 35 5.075 177.628
Dans une cimenterie on a enregistrées au cours d’un mois les mouvements relatifs aux stocks Stock 5 5.075 25.375
de ciment : final
- 01/02 : en stock initial 10 tonnes à 5000 DH la tonne ;
- 04/02 : achat de 8 tonnes à 4950 DH / T ;
- 08/02 : sortie de 9 tonnes ;
- 12/02 : sortie de 2 tonnes ;
- 15/02 : entrée de 8 tonnes à 5100 DH la tonne ;
- 20/02 : entrée de 10 tonnes à 5200 DH la tonne ;
- 25/02 : sortie de 17 tonnes ;
- 28/02 : sortie de 7 tonnes ;
- 30/02 : entrée de 4 tonnes à 5150 DH la tonne.

1° méthode de CMUP par la formule suivante :

CMUP = S I + dernier achat (en valeur)


SI + dernier achat (quantité)
Les mouvement entrée, sortie, stock sont tenu dans un document appelé fiche de stock.
Portail Des Etudiants Fsjes 4
Portail Des Etudiants Fsjes 5
3° FIFO Exercice :

Dates Entrées Sorties Stock Au mois de mai, on a enregistré les renseignements suivant concernant une matière première :
Q PU M Q PU M Q PU M 1 mai : stock initial de 10 kg pour 3200 dhs ;
01 / 02 10 5.000 50.000 6 mai : sortie pour l’atelier A : 6 kg ;
04 / 02 8 4.950 39.600 10 5.000 50.000 8 mai : réception de 20 kg à 325 dhs ;
8 4.950 39.600 12 mai : sortie pour l’atelier B : 12 kg ;
08 / 02 9 5.000 45.000 1 5.000 5.000 19 mai : sortie pour l’atelier A : 4 kg ;
8 4.950 39.600 25 mai : réception de 25 kg à 321 dhs ;
12 / 02 1 5.000 5.000 7 4.950 34.650 29 mai : sortie pour l’atelier B : 8 kg.
1 4.950 4.950
15 / 02 8 5.100 40.800 7 4.950 34.650 T.A.F : tenir la fiche de stock par les méthodes suivantes :
8 5.100 40.800 1) coût moyen unitaire pondéré après chaque entrée ;
2) coût moyen unitaire pondéré unique ou mensuel ;
7 4.950 34.650
3) premier entré premier sorti ;
20 / 02 10 5.200 52.000 8 5.100 40.800
4) dernier entré premier sorti ;
10 5.200 52.000
5) utilisation d’un coût de remplacement de 350 dhs.
7 4.950 34.650
25 / 02 8 5.100 40.800 8 5.200 41.600
Réponse :
2 5.200 10.400
28 / 02 7 5.200 36.400 1 5.200 5.200 1) CMUP après chaque entrée :
30 / 02 4 5.150 20.600 1 5.200 5.200
4 5.150 20.600 Dates Entrée Sortie Stock
Q PU M Q PU M Q PU M
4° LIFO 1 mai 10 320 3.200
6 mai 6 320 1.920 4 320 1.280
Dates Entrées Sorties Stock 8 mai 20 325 6.500 24 324,17 7.780,08
Q PU M Q PU M Q PU M 12 mai 12 324,17 3.890,04 12 324,17 3.890,04
01 / 02 10 5.000 50.000 19 mai 4 324,17 1.296,68 8 324,17 2.593,36
04 / 02 8 4.950 39.600 10 5.000 50.000 25 mai 25 321 .8025 33 321,77 1.061,41
8 4.950 39.600 29 mai 8 321,77 2.574,16 25 321,77 8.044,25
08 / 02 8 4.950 39.600 9 5.000 45.000
1 5.000 5.000 2) Coût moyen unitaire pondéré unique ou mensuel :
12 / 02 2 5.000 10.000 7 5.000 35.000
15 / 02 8 5.100 40.800 7 5.000 35.000
Dates Entrées Dates Sorties
8 5.100 40.800
Q PU M Q PU M
7 5.000 35.000
01 / 05 10 320 3.200 0 6/ 05 6
20 / 02 10 5.200 52.000 8 5.100 40.800
08 / 05 20 325 6.500 12 / 05 12
10 5.200 52.000
25 / 05 25 321 8.025 19 / 05 4
10 5.200 52.000 7 5.000 35.000
29 / 06 8
25 / 02 7 5.100 35.700 1 5.100 5.100
Total 55 322,27 17.725 Total 30 322,27 9.668,1
28 / 02 1 5.100 5.100 1 5.000 5.000
Stock 25 322,27 8.056,75
6 5.000 30.000
final
30 / 02 4 5.150 20.600 1 5.000 5.000
4 5.150 20.600

Portail Des Etudiants Fsjes 6


Portail Des Etudiants Fsjes 7
3) Premier entré premier sorti :
Chapitre 3 : Le traitement des charges de la CAE
Dates Entrées Sorties Stock
Q PU M Q PU M Q PU M
01 / 05 10 320 3.200
06 / 05 6 320 1.920 4 320 1.280
08 / 05 20 325 6.500 4 320 1.280 Section 1 : Notion de charge directe et indirecte :
20 325 6.500
12 / 05 4 320 1.280 12 325 3.900 Les charges prisent en considération par la CAE sont de 2 types :
8 325 2.600  charges directes ;
19 / 05 4 325 1.300 8 325 2.600  charges indirectes.
25 / 05 25 321 8.025 8 325 2.600 1) Les charges directes :
25 321 8.025
29 / 05 8 325 2.600 25 321 8.025 Une charge est dite directe lorsqu’elle concerne uniquement une seule section.
Exemple 1 : achat de MP ne concerne que la section « achat, approvisionnement » ;
4) Dernier entré premier sorti : Exemple 2 : la main d’œuvre directe (salaire de l’ouvrier qui travail uniquement dans la
section atelier A)
Dates Entrées Sorties Stock
Q PU M Q PU M Q PU M 2) Les charges indirectes :
01 / 05 10 320 3.200
06 / 05 6 320 1.920 4 320 1.280 Une charge indirecte est une charge qui concerne plusieurs sections à la fois, la répartition des
charges indirectes suppose des calculs intermédiaires en vue de leur imputation au coût.
08 / 05 20 325 6.500 4 320 1.280 Exemple 1 : salaire de l’ouvrier qui travail uniquement dans la section atelier A et l’après
20 325 6.500 midi dans l’atelier B ;
12 / 05 12 325 3.900 4 320 1.280 Exemple 2 : les impôts et taxes.
8 325 2.600
19 / 05 4 325 1.300 4 320 1.280 Section 2 : Les sections analytiques :
4 325 1.300
25 / 05 25 321 8.025 4 320 1.280 D’après le plan comptable marocain des entreprises PCGE, les section analytiques correspond
4 325 1.300 généralement à un certain nombre de division d’ordre comptable dans lesquels sont groupés
25 321 8.025 préalablement à leur imputation au coût les éléments qui ne peuvent être affectés à ces coûts.
29 / 05 8 321 2.568 4 320 1.280 Les sections sont de 2 types :
4 325 1.300  Section administration ;
17 321 5.457  Section entretien ;
 Section achat ;
5) Utilisation d’un coût de remplacement de 350 dhs :  Section production ;
 Section distribution.
Dates Entrée Sortie Stock Question : si on veut éliminer 2 sections, les quels choisir ?
Q PU M Q PU M Q PU M Réponse : administration et entretien.
1 mai 10 -- -- Conclusion : dans notre exemple administration et entretien n’ont pas la même importance
6 mai 6 -- -- 4 -- -- que les autres, administration et entretien sont dites « section auxiliaires ».
8 mai 20 325 6.500 24 -- -- Achat, vente, production sont dites « sections principales ».
12 mai 12 -- -- 12 -- -- Les sections auxiliaires n’existent que dans le but de faciliter le travail aux sections
19 mai 4 -- -- 8 -- -- principales.
25 mai 25 321 8.025 33 -- -- Pour une charge directe on dit affectation, pour une charge indirecte on dit imputation (ce qui
29 mai 8 -- -- 25 -- -- signifie qu’il y’a répartition au préalable).
Totaux 55 17.725 30 330 9.900 25 7.825

Portail Des Etudiants Fsjes 8


Portail Des Etudiants Fsjes 9
1) Exemple d’application : 3) Etablissement du tableau de répartition des charges indirectes :

La CG fournie les infos suivantes : Sections auxiliaires Sections principales


 achat de MP : 60 000 ; Charges Montant Adm Entretient Approv Atelier Atelier Vente
 charge de personnel : 40 000 dont 10 000 de MOD ; sillage finition
 impôts et taxes : 25 000 ; Charges de
 service extérieur : 20 000 ; personnel 30.000 3.000 3.000 3.000 9.000 7.500 4.500
 charge financière : 9 000 ; Impôts et
 DEA et aux prov. : 12 000 taxes 25.000 1.250 1.250 10.000 2.500 2.500 7.500
Services
Le tableau de répartition des charges indirectes est le suivant : externes 20.000 5.000 5.000 5.000 5.000
Charges
Sections auxiliaires Sections principales financières 9.000 4.500 4.500
Charges Montant Adm Entretient Approv Atelier Atelier Vente DEAP 12.500 1.250 5.000 5.000 1.250
sillage finition Totaux
Charges primaires 4.250 10.500 18.000 26.000 24.500 13.250
de 30.000 10% 10% 10% 30% 25% 15% Adm - 4.250 1.062,5 1.062,5 1.062,5 1.062,5
personnel Entretient - 10.500 5.250 5.250
Impôts et Totaux
taxes 25.000 5% 5% 40% 10% 10% 30% secondaires 0 0 19.062,5 32.312,5 30.812,5 14.312,5
Services
externes 20.000 25% 25% 25% 25% 4) Le problème des prestations réciproques :
Charges
financières 9.000 50% 50% Il y’a prestation réciproque lorsque les sections auxiliaires se donnent mutuellement des
DEAP 12.500 10% 40% 40% 10% prestations.

La section administration se répartie 25% à chacune des sections principales. Exemple :


La section entretient est repartie 50% à l’atelier sillage et 50% à l’atelier finition.
Charges Adm Entretient Achat Production Vente
2) Répartition primaire et répartition secondaire : Totaux 3.800 5.500 8.000 7.000 6.000
principaux
a) Répartition primaire : Adm 10% 20% 40% 30%
Entretient 20% 20% 50% 10%
Consiste à répartir les charges indirectes entre toutes les sections avant leur imputation aux
différents coûts. Prestation réciproque

b) Répartition secondaire : E = 5.500 + 10% A


A = 3.800 + 20% E
Consiste à répartir les sections auxiliaires entre toutes les sections principales suivant des clés
de répartition.

E = 5.500 + 0,1(3.800 + 0,2E) A = 3.800 + 0,2(6.000)


E = 5.500 + 380 + 0,02 E A = 5.000
0,98 E = 5.880
E = 6.000

Portail Des Etudiants Fsjes 10


Portail Des Etudiants Fsjes 11
La répartition primaire est déjà faire il reste à faire la répartition secondaire. Tableau des charges indrectes

Charges Adm Entretient Achat Production Vente Charges Entretient Adm Achat At. At. Vente
Totaux traitement finition
principaux 3.800 5.500 8.000 7.000 6.000 Totaux
Adm - 5.000 500 1.000 2.000 1.500 primaires 8.800 10.000 8.000 7.500 8.500 9.000
Entretient 1.200 - 6.000 1.200 3.000 600 Entretien - 10.000 2.000 2.000 2.500 2.500 1.000
Totaux 0 0 10.200 12.000 8.100 Adm 1.200 - 12.000 2.400 3.600 3.600 1.200
secondaires Totaux 0 0 12.400 13.600 14.600 11.200
secondaires
Exercice 1 :
Exercice 2 :
Le tableau de répartition des charges indirectes d’une entreprise après répartition primaire est
le suivant : Le tableau de répartition des charges indirectes d’une société est le suivant:

Charges Entretient Adm Achat At. At. Vente Charges Total Adm Entretien Magasin At. A At. B At. C Distribut.
traitement finition Répartition 641.700 127.500 55.250 52.375 113.900 80.950 89.500 113.225
Totaux ? 10000 8000 7500 8500 9000 primaire
primaires Répartition
Entretien 20% 20% 25% 25% 10% secondaire
Adm 10% 20% 30% 30% 10% - Adm 10% 5% 20% 20% 20% 25%
- Ent 15% 30% 25% 20% 10%
Les charges de la comptabilité générale autres que les achats s’élèvent à 58.800 dhs dont - Mag 10% 35% 35% 20%
2.500 de charges non incorporables.
La main d’œuvre directe (MOD) s’élève à 9000 dhs. Les charges supplétives sont de 4.500 TAF : achever le travail de répartition
dhs.
Réponse :
TAF : établir le tableau de répartition.
E = 68.000 + 10% M
Solution : M = 58.750 + 15% E

Charges de la CAE = 58.800 - 2.500 - 9.000 + 4.500 E = 68.000 + 10% M M = 58.750 + 0,15 E
= 51.800 E = 68.000 + 0,1 (58.750 + 0,15 E) M = 58.750 + (1,15 x 75.000)
E = 68.000 + 5.875 + 0,015E M = 70.000
Entretien = 51.800 - (10.000 + 8.000 + 7.500 + 8.500 + 9.000) E = 75.000
Entretien = 8.800
Tableau des charges indirectes
E = 8.800 + 10% A
A = 10.000 + 20% E Total Adm Ent Magasin At. A At. B At. C Distsrib.
R. prim 641.700 127.500 55.250 52.375 113.900 80.950 89.500 113.225
Adm -127.500 12.750 6.375 25.500 25.500 25.500 31.875
Les préstations réciproques R. sec 0 68.000 58.750 139.400 106.450 115.000 145.100
Ent - 11.250 22.500 18.750 15.000 7.500
E = 8.800 + 0,1 (10.000 + 0,2 E) A = 10.000 + 0,2 E 75.000
E = 8.800 + 1.000 + 0,02 E A = 10.000 + (0,2 x 10 000) Magasin 7.000 - 70.000 24.500 24.500 14.000
0,98 E = 9800 A = 12.000 Total 0 0 186.400 149.700 141.000 152.600
E = 10.000

Portail Des Etudiants Fsjes 12


Portail Des Etudiants Fsjes 13
Exercice 3 : a) Regroupement des charges indirectes par services

Les charges indirectes de la société « FERLUX » sont réparties dans le tableau suivant : Il a été relativement facile de ventiler les charges dans les différents services. Cette ventilation
a donné les résultats suivants :
Charges Adm Entretien Port Achat At. 1 At. 2 At. 3 Distribut.
Répartition 45.200 11.900 37.000 15.284 14.804 16.988 14.404 26.800 Total Adm Service Entretien At. At. Service
primaire Camions Agglomérés Tuyaux Commercial
Répartition Charges
secondaire : indirectes
- Adm 5 10 10 15 20 15 25 du 450.000 114.770 74.870 32.110 83.280 99.390 45.580
- Ent 50 10 10 20 10 trimestre
- Port 20 30 50
b) Renseignements complémentaires
TAF : Achever la répartition secondaire des charges indirectes
Une étude approfondie permet de faire les constatations suivantes :
Réponse :
- Bureau et direction (Adm)
Tableau des charges indirectes Le personnel des B D estiment qu’ils consacrent :

Adm Ent Port Achat At. 1 At. 2 At. 3 Distribut.  10% de leur temps aux relations avec les fournisseurs de sable et de ciment ;
R. prim 45.200 11.900 37.000 15.284 14.804 16.988 14.404 26.800  5% de leur temps pour le compte du service camions ;
Adm -42.500 2.260 4.520 4.520 6.780 9.040 6.780 11.300  10% de leur temps pour le compte du service entretien ;
 20% de leur temps pour le compte de l’At. Agglomérés ;
 20% de leur temps pour le compte de l’At. Tuyaux ;
R. sec 0 14.160 41.520 19.804 21.584 26.028 21.184 38.100  35% de leur temps pour le compte du Service Commercial.
Ent - 24.960 27.000 2.496 2.496 4.992 2.496
Port 10.800 -54.000 16.200 27.000 - Service entretien :
Total 0 0 38.500 24.080 31.020 23.680 65.100 La répartition se fait en se basant sur l’heur de travail.
Le personnel du service établit les statistiques ci après :
Les prestations réciproques
- bureau 270H
- service camions 600H
E = 14.160 + 20% P
- agglomérés 240H
P = 41.520 + 50% E
- tuyaux 330H
- service commercial 90H
Total des heures pour les autres services 1.530H
E = 14.160 + 0,2 (41.520 + 0,5 E) P = 41.520 + (0,5 x 24.960)
Heures passés pour le service entretien lui-même 120H
E = 14.160 + 8.304 + 0,1E P = 54.000
Total 1.650H
E = 24.960
- Service camions :
La répartition des charges indirectes se fait en se basent sur les kilomètres parcourus.
A partir de documents établis par les chauffeurs on aboutit à la synthèse suivante :
Exercice 4 :

La société des Matériaux de Construction (S.M.C) fabrique a partir de sables et de ciments  kilomètres parcouru pour acheminer le sable et le ciment nécessaire à la production :
des agglomérés et des tuyaux de modèles nombreux. 3.000
L’entreprise ne dispose pas, jusqu’à présent, d’une comptabilité analytique.  kilomètres parcouru pour livrer les produits finis : 21.000
Elle décide d’en mettre une en place et de calculer pour la première fois des coûts de revient
relativement au premier trimestre de l’année en cours. TAF : présenter le tableau de répartition pour les charges indirectes.

Portail Des Etudiants Fsjes 14


Portail Des Etudiants Fsjes 15
Réponse :
Chapitre 4 : La hiérarchie des coûts
Tableau des charges indirectes

Total Adm Service Ent At. Aggl At. Service Service


Camions Tuyaux Com Achat
Le coût de revient se compose de différent coûts
Charges
indirectes 450.00 11.4770 74.870 32.110 83.280 99.390 45.580
A) Le coût d’achat :
du 0
trimestre
Il se compose du :
Adm 5% 10% 20% 20% 35% - prix d’achat (prix généralement versé aux fournisseurs)
Ent 270/1.530 600/1.530 240/1.530 330/1.530 90/1.530 - frais sur achat qui sont des frais supplémentaires qui comprennent essentiellement les
frais de port, de manutention d’assurance et de douane en cas d’importation.
Port 21/24 3/24
Coût d’achat = prix d’achat + frais d’achat
Les prestations réciproques
B) Le coût de production :
A = 114.770 + 27/153 E
E = 32.110 + 10% A Il est égal à la somme des éléments suivants :
- coût de sortie des matières premières
- main d’œuvre directe (MOD)
A = 114.770 + 5.666,470588 + 0,017647058 E = 32.110 + (0,1 x 122.600) - frais de production
A = 122.600 E = 44.370
Coût de production = coût de sortie des matières premières + MOD + frais de production
Total Adm Ent Service At. Aggl At. Service Service
Camions Tuyaux Achat Com C) Le coût de revient :
Charges
indirectes 450.00 114.770 32.110 74.870 83.280 99.390 45.580 Coût de revient = coût de sortie des produits vendus + frais de distribution
du 0
trimestre Application :
Adm - 122.600 12.260 6.130 24.520 24.520 42.910
La société anonyme « scoda », au capital de 1000 actions de 100 DH chacune, pratique une
Ent 7.830 -44.370 17.400 6.960 9.570 2.610 CAE et calcule ses coûts par mois.
Port -98.400 12.300 86.100 Pour le mois de janvier 2007, la comptabilité générale nous donnes les informations
Total 0 0 0 114.760 133.480 12.300 177.200 suivantes :
- achat de MP : 6000 kg a 5,5 DH le kg ;
Port = 74.070 + 0,5 (122.600) + (44.370 x 600/1.530) = 98.400 - production du mois : 1200 unités, chaque unité 1,5 KG de MP ;
- MOD : 60 heures à 50 DH l’heure ;
- vente du mois : 450 unités au prix de 60 DH l’unité.

Portail Des Etudiants Fsjes 16


Portail Des Etudiants Fsjes 17
Le tableau de répartition des charges indirectes :

Charges Administration Entretien Achat At. Vente


production 1) Le coût d’achat :
Totaux
primaires ? 3.500 6.000 5.000 4.500 Elément Quantité Prix unitaire Montant
Administration 10% 30% 30% 30% Prix d’achat 6.000 5,5 33.000
Entretien 10% 10% 40% 40% Frais -- -- 7.900
Les charges de la CG s’élèvent à 58850 DH dont 250 DH de charges non incorporables. Par Coût d’achat 6.000 6,82 40.900
ailleurs, il faut tenir compte de la rémunération du capital de société au taux annuel de 12%.
2) Coût de production :
TAF :
Établir sous forme de tableaux : Elément Quantité Prix unitaire Montant
- le coût d’achat de la matière première ; Charges directes :
- le coût de production du produit fini ; - MP * 1.800 6,82 12.276
- le coût de revient ; - MOD 60 50 3.000
- le résultat analytique Charges indirectes :
Retrouver le résultat de la comptabilité générale. - Frais 8.100
Coût de production 1.200 19,48 23.376
Réponse :  1200 x 1,5 = 1800

Charges Administration Entretien Achat At. Vente 3) Coût de revient :


production
Totaux Elément Quantité Prix unitaire Montant
primaires 4.600 3.500 6.000 5.000 4.500 Charges directes :
Administration - 5.000 500 1.500 1.500 1.500 - Coût de production des 450 19,48 8.766
Entretien 400 - 4.000 400 1.600 1.600 produits vendus
Totaux 0 0 7.900 8.100 7.600 Charges indirectes :
- Frais 7.600
Charges supplétives = 1.000 x 100 x 12% x 1/12 = 1.000 Coût de revient 450 36,37 16.366
MP = 6.000 x 5,5 = 33.000
MOD = 60 x 50 = 3.000 4) Résultat analytique :

CG=les charges de CG – charges non incorporable + charges supplétives Elément Quantité Prix unitaire Montant
CG = 58.850 - 250 + 1000 = 59.600 Prix de vente 450 60 27.000
Coût de revient 450 36,37 16.366
CAE= CG –MP -MOD Résultat analytique 450 23,63 10.634
CAE = 59.600 - 33.000 - 3.000 = 23.600
Adm = 23.600 - (3.500 + 6.000 + 5.000 + 4.500) = 4.600 5) La concordance des résultats :

Prestation réciproque Résultat analytique 10.634


(-) charges non incorporables 250
A = 4.600 + 10% E (+) charges supplétives 1.000
E = 3.500 + 10% A Résultat de la comptabilité générale 11.384
A = 4.600 + 0,1(3.500 + 0,1 A) E = 3.500 + (0,1 x 5.000)
A = 4.600 + 350 + 0,01 A E = 4.000
A = 5.000

Portail Des Etudiants Fsjes 18


Portail Des Etudiants Fsjes 19
50 x 250 = 12500

2) Les taux de frais :

Rappel Dans les sections de structure (administration, entretien) il n’est pas possible de définir une
unité d’œuvre physique. A la place, on calcul un taux de frais en divisons les charges de la
les charges supplétives sont : section par un montant (coût de production, CA), ce taux servira de base à la répartition des
- La rémunération des capitaux propres frais.
- La rémunération de l’exploitant
- Les charges de substitution Exemple : au mois d’avril les charges réparties dans la section de structure « administration »
- Les couts cachés se sont élevées à 150000DH. Le coût de la totalité de la production de l’entreprise et de
- Périodicité de calcul 300000 DH (donc 500000DH pour le « modèle 306 »).
TAF : - calculer le taux de frais de la section administration ;
- imputer ce taux au coût de revient du « modèle 306 ».

Chapitre 5 : les outils d’imputation des charges Solution :


- taux de frais : 150.000 / 300.000 = 5%
indirectes - coût de revient = 500.000 x 5% = 25.000

Exercice d’application :

La société anonyme « CONFEMAR » est une entreprise spécialisée dans la production et la


commercialisation de vestes en cuir destinées à l’exportation. Le comptable de l’entreprise
Le transfert des charges indirectes du tableau de répartition vers différents coûts nécessite vous soumet les renseignements afin d’effectuer les travaux ci après.
l’utilisation de certains outils appelés unités d’œuvre et taux de frais
1) Les renseignements sur le processus de fabrication :
1) Les unités d’œuvres :
les vestes sont coupés dans un atelier « coupe », puis ils passent dans l’atelier « piquage » et
Pour les sections dont les coûts sont liés au volume d’activité des entreprises, l’unité est enfin dans l’atelier « finition » ou les ouvriers mettent les boutons et les fermetures à
physique, donc chaque section à sa propre unité d’œuvre. Les différents types d’unités glissières.
d’oeuvres sont les suivants :
- l’heure de main d’œuvre consacré a la production du produit ; 2) Tableau de répartition des charges indirectes du 2éme semestre 2006 :
- l’heure machine utilisé pour le fonctionnement du matériel ;
- le nombre ; Charges Totaux Adm Ent Approv Coupe Piquage Finition Distrib
- le poids ; Total
- le volume ; rép.prim 1.083.570 146.400 110.400 83.200 44.600 283.380 213.990 201.600
- la surface ;
- la longueur ; Adm 20% 5% 15% 20% 20% 20%
- la puissance... ; Ent 15% 15% 20% 20% 20% 10%
- pour la fourniture travaillée dont les sections de production. Total
rép.secon
Exemple : Nature UO Mètre Mètre Pièce Pièce 100 DH
Dans la section « presse » d’une société de construction d’automobile, l’UO choisie est cuir cuir piquée finie de vente
l’heure machine. acheté coupé
Les charges réparties dans cette section s’élèvent au cours du mois de mai à 40 000 DH.
Nombre UO 3.000 3.000 12.000
4 presse ont travaillé 200H chacune, soit 800H au total.
Chaque UO coûte = 40 000 / 800 = 50
3) Données complémentaires :
La fabrication des carrosseries modèles « Peugeot 306 » a demandé 250H de presse. - Stock au 1/04/06 :
On impute au coût de production des carrosseries 306.  Cuir : 400 mètres à 49.7 le mètre
Coût d’UO de la section x nombre d’UO imputés = imputation au coût de production  Veste : néant

Portail Des Etudiants Fsjes 20


Portail Des Etudiants Fsjes 21
- Achat de la période : cuir : 5.000 mètres à 60DH le mètre Prix d’achat 5.000 60 300.000
- Sorties de la période : 4.000 mètres de cuir Frais 5.000 22,64 113.200
- Ventes de la période : 2.400 vestes à 500DH l’unité Coût d’achat 5.000 82,64 413.200
- Main d’œuvre directe de la période ;
 Coupe : 3.500H à 15 DH l’heur L’inventaire permanent :
 Piquage : 3.600H à 8DH l’heure
 Finition : 2.400H à 7DH l’heure Libellés Quantités Prix Montant Libellés Quantité Prix Montant
TAF : unitaire unitaire
1- Terminer le tableau de répartition des charges indirectes - Stock 400 49,7 19.880 - Sorties 4.000 80,2 320.800
2- Présenter sous forme de tableau : initial - Stock
 le coût d’achat du cuir - Entrée 5.000 82,64 413.200 final 1.400 80,2 112.280
 le coût de production des ventes Total 5.400 80,2 433.080 Total 5.400 80,2 433.080
 le coût de revient et le résultat analytique des vestes vendues
NB : les sorties sont évaluées au coût moyen unitaire pondéré
Retenir deux décimales pour les calculs

4) Coût de production :
Solution :
Elément Quantité Prix unitaire Montant
1) Tableau de répartition des charges indirectes : Charges directes :
- MP 4.000 80,2 320.800
Charges Totaux Adm Ent Approv Coupe Piquage Finition Distrib - MOD :
Total At. coupe 3.500 15 52.500
rép.prim 1.083.570 146.400 110.400 83.200 44.600 283.380 213.990 201.600 At. piquage 3.600 8 28.800
At. finition 2.400 7 16.800
Charges indirectes :
Adm -168.000 33.600 8.400 25.200 33.600 33.600 33.600
At. coupe 4.000 24,65 98.600
At. piquage 3.000 115,26 345.780
Ent 21.600 -144.000 21.600 28.800 28.800 28.800 14.400 At. finition 3.000 92,13 276.390
Total 0 0 113.200 98.600 345.780 276.390 249.600 Coût de production 3.000 379,89 1.139.670
rép.secon
Nature UO Mètre Mètre Pièce Pièce 100 DH L’inventaire permanent :
cuir cuir piquée finie de vente
acheté coupé Libellés Quantités Prix Montant Libellés Quantité Prix Montant
Nombre UO 5.000 4.000 3.000 3.000 12.000 unitaire unitaire
22,64 24,65 115,26 92,13 20,8 - Stock -- -- -- - Sorties 2.400 379,89 911.736
initial - Stock
2) Prestation réciproque : - Entrée 3.000 379,89 1.139.670 final 600 379,89 227.934
Total 3.000 379,89 1.139.670 Total 3.000 379,89 1.139.670
A = 146.400 + 15% E
E = 110.400 + 20% A 5) Coût de revient :

A = 146.400 + 0,15(110.400 + 0,2 A) E = 110.400 + (0,2 x 168.000) Elément Quantité Prix unitaire Montant
A = 146.400+ 16.560 + 0,33 A E = 144.000 Charges directes :
A = 168.000 - Coût de production des 2.400 379,89 911.736
produits vendus
Charges indirectes :
3) Le coût d’achat : - Frais 12.000 20,8 249.600
Coût de revient 2.400 483,89 1.161.336
Elément Quantité Prix unitaire Montant
6) Résultat analytique :
Portail Des Etudiants Fsjes 22
Portail Des Etudiants Fsjes 23
Adm 10% 20% 30% 30% 10%
Elément Quantité Prix unitaire Montant Ent 20% 10% 20% 30% 20%
Prix de vente 2.400 500 1.200.000 Total
Coût de revient 2.400 483,89 1.161.336 rép.secon
Résultat analytique 2.400 16,11 38.664 Nature UO 1kg de MP 1heure 1heure 100dh de
préparée machine MOD vente
Nombre UO 3870 8760

Les charges de la CG autres que les achats et la variation des stocks s’élèvent à 35.720 dont
650dh de charges non incorporables.
Par contre les charges supplétives annuelles sont 6.000dh.
Remarque : les sorties de stock sont évaluées pour M1 d’après la méthode FIFO, et pour M2
d’après la méthode LIFO.

Exercice : TAF :
1) établir le tableau de répartition des charges indirectes
L’entreprise « ENNAJD » pratique une comptabilité analytique d’exploitation et calcul ses 2) établir la fiche de stock de M1
coûts par mois, Elle fabrique un produit unique et travaille sur commande. 3) établir la fiche de stock de M1
Pour le mois d’Avril 2003, on dispose des renseignements suivants : 4) calculer le coût de production de la commande N°223 (commande ayant nécéssité
1570 heures machines)
1- Stocks au début du mois : 5) calculer le coût de revient et le résultat analytique de la commande N°223 vendue à
250.000dh.
Matières premières M1 Matières premières M2
- lot n° 1 : 5.000kg à 15,5 DH le kg - lot n° 14 : 5000kg à 12,3 DH le kg Réponse :
- lot n° 2 : 4.500kg à 12,8 DH le kg - lot n° 15 : 9500kg à 12,5 DH le kg
CG = 35.720- {[(35000* / 100) x 5] x 6}= 25.250
2- Achat du mois : * consommation de MP = 2.000 + 6.000 + 5.000 + 3.000 + 5.000 + 6.000 + 5.000 + 3.000
= 35.000
Dates Matières premières M1 Dates Matières premières M2 CAE = 25.250 - 650 + (6000 x 1/12) = 25.070
04/04 lot n° 3 : 4.000kg à 15 DH le kg 06/04 lot n° 16 : 2.800kg à 12 DH le kg Adm = 25.070 - (3000 + 5360 + 6000 + 4290 + 5820)
16/04 lot n° 4 : 3.000kg à 14 DH le kg 18/04 lot n° 17 : 4.000kg à 13 DH le kg = 600
24/04 lot n° 5 : 2.000kg à 14,5 DH le kg 27/04 lot n° 18 : 3.000kg à 13,5 DH le kg
Prestations réciproques :
3- Consommation du mois :
A = 600 + 20% E
Dates M1 Dates M2 E = 5820 + 10% A
05/04 Sortie de 2000kg pour la cde 223 05/04 Sortie de 5000kg pour la cde 223
12/04 Sortie de 6000kg pour la cde 224 12/04 Sortie de 6000kg pour la cde 224 A =600 + 0.2 (5820 + 0.1A) E = 5820 0.1 (600 + 0.2E)
15/04 Sortie de 5000kg pour la cde 223 15/04 Sortie de 5000kg pour la cde 223 A = 600 + 1164 + 0.02A E = 6000
25/04 Sortie de 3000kg pour la cde 225 25/04 Sortie de 3000kg pour la cde 225 A = 1800

4- MOD :
Tableau de répartition :
5 heures pour chaque 100kg de MP utilisées à 6DH l’heure
Charges Adm Ent At. At. At. Finition Vente
5- Tableau de répartition des charges indirectes : Réparation Traitement
Total
Charges Adm Ent At. At. At. Finition Vente rép.prim 600 5.820 4.290 6.000 5.360 3.000
Réparation Traitement Adm - 1800 180 360 540 540 180
Total Ent 20% - 6000 600 1.200 1.800 1.200
rép.prim ? 5820 4290 6000 5360 3000 Total

Portail Des Etudiants Fsjes 24


Portail Des Etudiants Fsjes 25
rép.secon 0 0 5.250 7.740 7.700 7.380 3.200 12,5 40.000 1.300 12,5 16.250
Nature UO 1kg de MP 1heure 1heure 100dh de 15/04 223 1.300 12,5 16.250 1.300 12,3 15.990
préparée machine MOD vente 3.700 12,3 45.510
Nombre UO 35000 3870 1750 8760 18/04 17 4.000 13 52.000 1.300 12,3 15.990
Coût d’UO 0,15 2 4,4 0,5 4.000 13 52.000
25/04 225 3.000 13 39.000 1.300 12,3 15.990
1.000 13 1.300
1.300 12,3 15.990
27/04 18 3.000 13,5 40.500 1.000 13 1.300
3.000 13,5 40.500

FIFO (M1)
Le coût de production :
Date Lot Cde Entrée Sorties Stocks
n° Q P.U M Q P.U M Q P.U M Elément Quantité Prix unitaire Montant
1 5.000 15,5 77.500 Charges directes :
2 4.500 12,8 57.600 - MP
5.000 15,5 77.500  M1 2.000 15,5 31.000
04/04 3 4.000 15 60.000 4.500 12,8 57.600 1.500 12,8 19.200
4.000 15 60.000 3.500 15 52.500
3.000 15,5 46.500
05/04 223 2.000 15,5 31.000 4.500 12,8 57.600  M2 5.000 12,5 62.500
4.000 15 60.000 1.300 12,5 16.250
12/04 224 3.000 15,5 46.500 1.500 12,8 19.200 3.700 12,3 45.510
3.000 12,8 38.400 4.000 15 60.000
15/04 223 1.500 12,8 19.200 500 15 7.500 - MOD 850¹ 6 5.100
3.500 15 52.500 Charges indirectes :
16/04 4 3.000 14 42.000 500 15 7.500 At. reparation 17.000² 0,15 2.550
3.000 14 42.000 At. traitement 1.570 2 3.140
500 15 7.500 At. finition 850 4,4 3.740
24/04 5 2.000 14,5 29.000 3.000 14 42.000 Coût de production - - 241.490
2.000 14,5 29.000 ¹ = 17.000 x 5H / 100kg = 850
25/04 225 500 15 7.500 500 14 7.000 ² = consommation de MP de la commande N° 223
2.500 14 35.000 2.000 14,5 29.000 = 2.000 + 5.000 + 5.000 + 5.000 = 17.000

LIFO (M2) Coût de revient :

Date Lot Cde Entrée Sorties Stocks Elément Quantité Prix unitaire Montant
n° Q P.U M Q P.U M Q P.U M Charges directes :
14 5.000 12,3 61.500 - Coût de production des - - 241.490
15 9.500 12,5 118.750 produits vendus
05/04 223 5.000 12,5 62.500 5.000 12,3 61.500 Charges indirectes :
4.500 12,5 56.250 - Frais 2.500 0,5 1.250
5.000 12,3 61.500 Coût de revient - - 242.740
06/04 16 2.800 12 33.600 4.500 12,5 56.250
2.800 12 33.600 Résultat analytique :
12/04 224 2.800 12 33.600 5.000 12,3 61.500
Elément Quantité Prix unitaire Montant
Portail Des Etudiants Fsjes 26
Portail Des Etudiants Fsjes 27
Prix de vente - - 250.000 5) M.O.D :
Coût de revient - - 242.740
Résultat analytique - - 7260 At. tissage 40.000 heures à 3 DH l’heure
At. finition 10.000 heures à 3,5 DH l’heure

6) Production du mois : 17.000 Tapis

N.B : toutes les sorties sont évaluées au CMUP avec cumul du stock initial

TAF :
1- terminer le tableau de répartition des charges indirectes
2- présenter sous forme de tableau tous les calculs conduisant au résultat analytique.

Exercice : Solution :

La société « MARFIL » fabrique des tapis à partir de fibres de coton et de fibres synthétiques. 1) Tableau de répartition des charges indirectes :
Le tableau de répartition des charges indirectes de cette société ainsi que d’autres charges se
présentent ainsi : Sections auxiliaires Sections principales
Adm Entretien Approv Tissage Finition Distribution
1) Tableau de répartition des charges indirectes : Totaux
primaires 83.100 12.375 7.550 43.025 40.525 25.453,2
Sections auxiliaires Sections principales Adm - 83.100 4.155 8.310 8.310 8.310 5.401,5
Adm Entretien Approv Tissage Finition Distribution Entretien - - 16.530 - 8.265 8.265 -
Totaux Totaux
primaires 83.100 12.375 7.550 43.025 40.525 25.453,2 secondaires 0 0 15.860 59.600 57.100 79.468,2
Adm (-) 100% 5% 10% 10% 10% 65% Nature Kg acheté Heure de Heure de 100 DH CA
Entretien - (-) 100% - 50% 50% - d’UO MOD MOD
Nature Kg acheté Heure de Heure de 100 DH CA Nbre d’UO
d’UO MOD MOD 63.440 40.000 10.000 18.020
Nbre Coût d’UO 0,25 1,49 5,71 4,41
d’UO 18.020
E = 12.375 + 0.05 A
2) Stocks : E = 12.375 + 4155
E = 16.530
Au 1 Mars 2003
Fibres de coton 5.000 kg pour 74.650 2) Coût d’achat :
Fibres synthétiques 2.700 kg pour 26.754,4
Tapis Néant Elément Fibres de coton Fibres synthétiques
Quantité PU Montant Quantité PU Montant
3) Achat du mois : - prix d’achat 35.000 15 525.000 28.440 - 323.000
- frais d’achat 35.000 0,25 875 28.440 0,25 7.110
Fibres de coton 35.000 kg à 15 DH le kg Coût d’achat 35.000 15,25 533.875 28.440 11,61 330.110
Fibres synthétiques 28.440 KG pour 323.000 DH
3) Les inventaires permanents :
4) Consommation :
IP des fibres de coton
Fibres de coton 38.350 kg Libellés Quantités Prix Montant Libellés Quantité Prix Montant
Fibres synthétiques 28.140 kg unitaire unitaire

Portail Des Etudiants Fsjes 28


Portail Des Etudiants Fsjes 29
- Stock - Sorties 38.350 15,21 583.303,5
initial 5.000 - 74.650 - Stock
- Entrée 35.000 15,25 533.750 final 1.650 15,21 25.096,5
Total 40.000 15,21 608.400 Total 40.000 15,21 608.400

IP des fibres synthétiques


Libellés Quantités Prix Montant Libellés Quantité Prix Montant
unitaire unitaire
- Stock - Sorties 28.140 11,46 322.484,4
initial 2.700 - 26.754,4 - Stock
- Entrée 28.440 11,61 330.110 final 3.000 11,46 34.380
Total 31.140 11,46 356.864,4 Total 31.140 11,46 356.864,4

4) Coût de production :
Chapitre 6 : complément du coût de production
Elément Quantité Prix unitaire Montant
Charges directes :
- MP
Fibres synthétiques 28.140 11,46 322.484,4 On sait que l e coût de production est égal à la somme des dépenses suivantes :
Fibres de coton 38.350 15,21 583.303,5 - coût des MP ;
- MOD - MOD ;
At. tissage 40.000 3 12.000 - frais d’atelier (frais de production).
At. finition 10.000 3,5 35.000 La somme de ces 3 éléments ne donne pas toujours le coût de production correcte. Il en est
Charges indirectes : ainsi lorsqu’on a :
At. tissage 40.000 1,49 59.600 - des déchets ;
At. finition 10.000 5,71 57.100 - des rebuts ;
Coût de production 17.000 69,26 1.177.487,9 - des sous produits ;
- des encours de fabrication.
5) Coût de revient :
Section 1 : les déchets :
Elément Quantité Prix unitaire Montant
Charges directes : On appel déchet tous résidus (reste) qui provient de la MP au moment de sa transformation.
- Coût de production des 17.000 69,26 1.177.487,9 De part leur nature, on distingue trois types de déchets :
produits vendus - les déchets perdus ;
Charges indirectes : - les déchets vendables ;
- Frais 17.000 4,41 79.468,2 - les déchets réitulisables.
Coût de revient 17.000 73,94 1.256.956,1
1) Les déchets perdus :
6) Résultat analytique :
C’est un déchet qui n’a pas de valeur économique « ne peut être vendu » et qui doit être
Elément Quantité Prix unitaire Montant évacué de l’entreprise.
Prix de vente 17.000 106* 180.200 Sa comptabilisation suivant que son évacuation entraîne des frais ou non.
Coût de revient 17.000 73,94 1.256.956,1
Résultat analytique 17.000 32,06 545.043,9 a) Evaluation son dépense : (il s’agit surtout des frais de transport)
*106 = [(18.020 x 100) / 17.000]
Exemple :
Pour fabriquer un produit, une entreprise a utilisé 1.500 kg de MP au CMUP de
15 dh le kg
Portail Des Etudiants Fsjes 30
Portail Des Etudiants Fsjes 31
Les frais de MOD se sont élevé à 600 Heures à 30 dh/h, enfin les frais de fabrication sont de 4 - le déchet représente 1/5 du poids de « M » utilisée
DH l’unité d’œuvre (UO est l’HMOD) - production du mois = 300 unités
Au moment de la transformation, la MP perd 10% de son poids par élimination d’un déchet
sans valeur. TAF : déterminer le coût de production de « P » sachant que pour la vente du déchet « D »
l’entreprise ne supporte pas de frais de distribution et ne réalise pas de bénéfice.
- Calculer le coût de production
Eléments Quantités Prix unitaire Montant 1- Coût d’achat :
Charges directes :
- MP 1.500 15 22.500 Eléments Quantité Prix unitaire Montant
- MOD 600 30 18.000 Prix d’achat 1.200 8 9.600
Charges indirectes : Frais d’achat 1.800
- frais 600 4 2.400 Coût d’achat 1.200 9,5 11.400
Coût de production 1.350* 31,77 42.900 Stock initial 2.800 10 28.000
*1.350 = [1.500 - (1.500 x 10%)] Stock 4.000 9,85 (CMUP) 39.400

Remarque : 2- Coût de production :


le déchet sans valeur et n’entraînant pas de frais d’évacuation, n’a d’influence que sur la
quantité produite si la production est exprimée en même unité que la consommation de MP. Eléments Quantité Prix unitaire Montant
CSMP 2.000 9,85 19.700
b) Avec frais d’évacuation : Mod 400 50 20.000
Frais de production 2.000 1,5 3.000
Reprenons l’exemple précédent, et supposons que pour évacuer le déchet l’entreprise a CP des déchets 400 5 - 2.000
supporté des frais de port de 0,4 dh/kg CP du produit 300 135,66 40.700

Eléments Quantités Prix unitaire Montant Reprenons l’exemple précédent on supposons que l’entreprise ne réalise pas de bénéfice mais
Charges directes : supporte des frais de distribution de 1dh le kg
- MP 1.500 15 22.500
- MOD 600 30 18.000 Eléments Quantité Prix unitaire Montant
Charges indirectes : CP du produit + déchet - - 42.700
- frais 600 4 2.400 CP des déchets 400 4 1.600
- frais CP du produit 300 137 41.100
d’évacuation 150* 0,4 60 PV = CP + FD + B
Coût de production 1.350 31,82 42.960 5 = CP + 1 + 0
*150 = 1500 x 10% CP = 4
2) Les déchets vendables : Eléments Quantité Prix unitaire Montant
CP des déchets 400 3,5 (-) 1.400
Il s’agit d’un déchet qui a un marché, l’e/se le revend à d’autres utilisateurs. CP du produit 300 137,66 41.300
Exemple : la sciure, ou le son (le déchet vendable diminue de coût de production)
PV = CP + FD + B
5 = CP + 1 + 10%
Exemple :
5 = CP + 1 + 0,5
Une entreprise fabrique un produit « P » à partir d’une seule MP « M », au cours de la
CP = 3,5
transformation on obtient un déchet « D » que l’entreprise vend à une entreprise voisine au
prix de 5 dh le kg.
3) Les déchets réutilisables :
Pour le mois d’Avril, la CG fournies les renseignements suivants :
- stock au 01/04 : MP = 2.800kg à 10 dh/kg
Ce sont des déchets qui peuvent constitués une MP à une nouvelle production.
- les achats de M = 1.200 à 8dh/kg
Ex : la mélasse obtenue au moment de la transformation de la bétrave à sucre, et traitée (avec
- frais d’achat = 1.800
adjonction à d’autre matière) en vue d’obtenir des produits d’alimentation pour le bétail.
- MOD = 400 H à 50dh/h
- frais de fabrication = 1,5 dh/ l’unité d’œuvre (UO est le kg de MP utilisée)
Exercice d’application :
- consommation = 2.000 kg

Portail Des Etudiants Fsjes 32


Portail Des Etudiants Fsjes 33
Au cours de la transformation d’une MP « M » et la production finie « P1 », une entreprise Ce sont des produits finis qui au moment des calculs des coûts et du prix de revient ne sont
obtient en même temps un déchet, ce déchet permet d’obtenir après adjonction d’une MP pas encore arrivés au stade final avant leur livraison au client (encore en processus de
« N », un produit « P2 » au niveau de l’atelier « B ». fabrication).
- Consommation de « M » : 2.000 kg à 20 dh le kg
- Consommation de « N » : 10 kg à 8 dh le kg Exemple :
- MOD :
 Atelier A : 1.500H à 60dh l’heure Une entreprise qui fabrique des tapis destinés à l’exportation (tapis standard 10m²) vous
 Atelier B : (transformation) 50H à 10dh l’heure présente les informations suivantes :
- Frais :
 Atelier A : 10.000dh a- Etat des stocks au 01/01 :
 Atelier B : 800dh M1 : 1.000kg à 10dh le kilo
- Frais de distribution : 6.000dh dont 1/6 pour P2 P : 500 unités à 120dh l’unité
- Le produit « P2 » est vendu au prix de 20dh le kg avec un bénéfice de 10% du prix de Encours : 100 unités à 50dh l’unité
vente.
TAF : Déterminer le CP de « P1 » et « P2 » sachant que le déchet « D » représente 1/10 du b- MOD : 8.000dh
poids de « M » utilisée.
c- Frais de fabrication : 12.000dh
CP de « P1 »
d- Etat des stocks au 31/01
Eléments Quantité Prix unitaire Montant M1 : ---------
CSMP 2.000 20 40.000 P : -----------
Mod. 1.500 60 90.000 Encours 200 unités à 30dh l’unité
Frais atelier A - - 10.000
(-)Déchet 200 11.5 2.300 e- Consommation :
CP du produit 137.700 6.000kg à 12dh le kilo

CP de « P2 » TAF : Calculer le coût de production.

Eléments Quantité Prix unitaire Montant Eléments Quantité Prix unitaire Montant
CSMP « D » 200 11,5 2.300 CSMP « M1 » 600 12 7.200
CSMP « N » 100 8 800 Mod. - - 8.000
Mod. 50 10 500 Frais - - 12.000
Frais atelier B - - 800 Encours initial +100 50 5.000
Encours final -20 30 600
CP du produit 4.400
CP du produit 680 46,47 31.600
PV = CP + FD + B
(300 x 20) = CP + 1.000 + 600 Exercice :
CP = 4.400
La société anonyme « SOFAP » a été constituée début 1975 avec un capital formé de 6.000
Section 2 : Les rebuts : actions de 100dh l’une. Elle fabrique et vend :
- un produit principal : la farine de poisson FP
Ce sont des produits comportant des défaut et par conséquent impropre à l’utilisation normale. - un produit dérivé (sous produit) : l’huile de poisson HP
Ces produits sont élaborés dans deux ateliers : At. broyage et At. séchage.
Traitement comptable : Même raisonnement pour les déchets vendables et réitulisables. La fabrication se fait à partir de poisson de basse qualité (MP1) et des déchets des
conserveries de poisson (MP2). Ces deux matières premières ne sont pas stockables.
Section 3 : Les sous produits : L’entreprise calcule ses coûts mensuellement. Pour le mois de Janvier 2005, on vous fournit
les informations suivantes :
Ce sont des produits finis mais qui n’ont pas la même importance que le produit principal.
1) Stock au début du mois :
Section 4 : Les encours de fabrication :

Portail Des Etudiants Fsjes 34


Portail Des Etudiants Fsjes 35
- farine de poisson : 360sacs de 50kg chacun pour une valeur global de 17.860
- huile de poisson : 70 litres à 13,15dh le litre TAF :
1- Compléter le tableau de répartition de charges indirectes ;
2) Achat du mois : 2- Calculer les coûts d’achats des MP ;
3- Calculer le coût de production global après séchage ;
- MP1 : 1.500 quintaux à 0,50dh le kilo (le quintal = 100kg) 4- En déduire le coût de production du produit principal (FP) ;
- MP2 : 1.000 quintaux à 0,30dh le kilo 5- Présenter l’inventaire permanent de ce produit ;
6- Calculer le coût de revient et le résultat analytique du produit principal.
3) Ventes de la période :
Solution :
- farine de poisson : 4.000 sacs de 50kg chacun à 1,50dh le kilo
- huile de poisson : 250 litres à 20dh le litre. CAE = 116.140 - 4.000 + (6.000 x 100 x 14% X 1/12)
CAE = 119.140 - MOD
CAE = 119.140 - [(1.600 x 7) + (1.400 x 6)]
CAE = 99.540
4) Charges directes de MOD : Broyage = 99.540 - (22.000 + 6.000 + 12.000 + 4.000 + 24.800 + 6.740)
Broyage = 24.000
- l’atelier broyage : a utilisé 1.600 h à 7dh l’heure
- l’atelier séchage à utilisé 1.400h à 6dh l’heure 1. Tableau de répartition:

5) La production du mois : Eléments Sections auxiliaires Sections principales


Adm Entretien Transport Approv Broyage Séchage Distrib
- farine de poisson : 3.900 sacs de 50kg chacun Rép.primaires 22.000 6.000 12.000 4.000 ? 24.800 6.740
- huile de poisson : 250 litres Adm -22.000 2.000 4.000 4.000 6.000 2.000 4.000
Rép. 8.000 16.000 8.000 30.000 26.800 10.740
6) Autres renseignements : secondaires
Entretien - -10.000 4.000 - 2.000 4.000 -
- Les charges de la CG autres que les achats pour la période s’élèvent à 116.140dh. Transport - 2.000 -20.000 8.000 - - 10.000
- Les dotations à caractère exceptionnel pour janvier sont de 4.000dh. 1
- La rémunération théorique du capital social est estimé à 14% l’an. quintal Heure Heure 100dh
Nature d’UO de MP de de de CA
Remarque : achetée MOD MOD
Nombre d’UO 2.500 1.600 1.400 3.050
 Le coût de production du sous produit est obtenu à partir de son prix de vente en Coût d’UO 6 ,4 20 22 6,8
tenant compte d’une déduction de 20% du prix représentant le bénéfice à réaliser et les
frais de distribution. 2. Coût d’achat :
 Les sorties du magasin sont évaluées au coût unitaire moyen pondéré avec cumul du
stock initial. Elément MP1 MP2
Quantité PU Montant Quantité PU Montant
7) Tableau de répartition des charges indirectes du mois de janvier : - prix d’achat 1.500 50 75.000 1.000 30 30.000
- frais d’achat 1.500 6,4 9.600 1.000 6,4 6.400
Eléments Sections auxiliaires Sections principales Coût d’achat 1.500 56,4 84.600 1.000 36,4 36.400
Adm Entretien Transport Approv Broyage Séchage Distrib
Rép.primaires 22.000 6.000 12.000 4.000 ? 24.800 6.740 3. Coût de production :
Adm - 1/11 2/11 2/11 3/11 1/11 2/11
Entretien - - 40% - 20% 40% - Elément Quantité Prix unitaire Montant
Transport - 10% - 40% - - 50% Charges directes :
1 Heure Heure 100dh - MP 1 1.500 56,4 84.600
Nature d’UO quintal de MOD de MOD de CA - MP2 100 36,4 36.400
de MP - MOD
achetée At. broyage 1.600 7 11.200
Portail Des Etudiants Fsjes 36
Portail Des Etudiants Fsjes 37
At. séchage 1.400 6 8.400
Charges indirectes :
At. broyage 1.600 20 32.000
At. séchage 1.400 20 30.800
Déchet - 250 16 - 4.000
Coût de production 3750 199.400
4. Inventaire permanent « FP »

Libellés Quantités Prix Montant Libellés Quantité Prix Montant


unitaire unitaire
- Stock 360 - 17.860 - Sorties 4.000 51 204.000
initial - Stock
- Entrée 3.900 - 199.400 final 260 51 13.260
Total 4.260 51 217.260 Total 4.260 51 217.260
5. Inventaire permanent « HP » : Chapitre 7 : la concordance des résultats
Libellés Quantités Prix Montant Libellés Quantité Prix Montant
unitaire unitaire
- Stock 70 13,15 920,5 - Sorties 250 15,37 3.842,5
initial - Stock I) Objet de la concordance des résultats :
- Entrée 250 16 4.000 final 70 15,37 1.075,9
La concordance des résultats consiste a retrouver le résultat de la comptabilité générale à
Total 320 15,37 4920,5 Total 320 15,37 4.290,5
partir du résultat de la compta analytique. En effet les 2 résultats ne sont pas les même
lorsqu’il y’a :
- des charges non directes ;
6. Coût de revient : - des charges supplémentaires ;
- des différences d’inventaires ; des frais résiduelles des sections ;
Elément MP HP - et des produits d’exploitation non incorporables.
Quantité PU Montant Quantité PU Montant
- prix de vente 4.000 51 204.000 250 15,37 3.842,5 A) Les charges non incorporables :
- frais de dist. 3.000 6,8 20.400 70 6,8 340
Coût de revient 4.000 56,1 224.400 320 16,73 4.182 ,5 Ce sont des charges prises en considération par la CG mais ignorées par la CAE, donc le
résultat analytique est déterminé en l’absence de ces charges, il faut donc retranchés les
7. Résultat analytique : charges non incorporables du résultat analytique.

Elément MP HP Exemple :
Quantité PU Montant Quantité PU Montant Vente 8.000dh
- prix de vente 4.000 75 300.000 250 20 5.000 Total des charges 65.000dh dont 5.000dh de charges non incorporables
- Coût de revient 4.000 56,1 224.400 250 16,73 4182,5 a- trouver le résultat analytique
Coût de revient 4.000 18,9 75.600 250 3,27 817,5 b- trouver le résultat de la CG
c- vérifier ce résultat à partir du résultat analytique.
1,5dh 1kg
X 50kg X = 75dh Réponse :

RAG = 75.600 + 817, 5 = 76.417,5 a- 80.000 - 65.000 = 15.000


b- 80.000 - (65.000 + 5.000) = 20.000
c- concordance des résultats
Résultat analytique + charges non incorporables = 15.000 « résultat de la CG »

B) Les charges supplétives :

Portail Des Etudiants Fsjes 38


Portail Des Etudiants Fsjes 39
C’est charges ne se trouvent pas en comptabilité générale mais sont présenter dans la MP « M1 » 50 500 - 500¹
comptabilité analytique donc il faut appliqué le résonnement inverses à celui des charges non MP « M2 » 20 300 300² -
incorporables. Pd X - - - -
Pd Y 5 35 - 65
Exemple : Total 300 565

Vente 45.000 41.500 - 500 + 300 - 65 = 41.235


Total des charges 30.000, mais il faut tenir compte de 500dh de charges supplétives
Résultat de la CG Résultat de la CAE Concordance des résultats ¹ = car ST est > au SR
² = car ST est < au SR
V = 45.000 V = 45.000 Résultat de la CAE = 14.500
Charges de la CG = 30.000 Charges de la CG = 30.000 + Charges supplétives = 500
500 = 30.500
Résultat = 15.000 Résultat = 14.500 Résultat de la CG = 15.000
Récapitulation : Récapitulation :

Résultat de la CG = résulta de la CAE - charges non incorporables + charges supplétives Résultat de la CG = résulta de la CAE - charges non incorporables + charges supplétives
+/- différence d’inventaire
C) Les différences d’inventaires :
D) Les frais résiduels des sections :
1) Définition :
Ils proviennent du calcul du coût de l’unité d’œuvre au niveau du tableau de répartition.
Il y’a différence d’inventaire lorsque le stock final de la CAE (qualifié de théorique) est Parfois en est obligé d’arrondir soit par excès soit par défaut.
différent du stock de la CG (qualifié de réel).
Les causes de ses différences peuvent être diverses. Section atelier 1 Section atelier 2
Totaux secondaires 5.450 9.850
Exemple : Nombre d’unité d’œuvre 600 300
- le stock théorique est > au stock réel Coût d’unité d’œuvre 9¹ 23²
- le stock théorique est < au stock réel
¹ on divisons 5.450 par 600 on obtient 9.083333333 qu’on a arrondi par défaut à 9. Cependant
2) Traitement au niveau de la concordance : 9x600 = 5.400 donc les frais résiduels = 5.450 - 5.400 = 50. Donc en CAE les charges
seraient inférieures de 50 à la réalité. (Augmentation du résultat). Il faut donc ajouté cette
Le stock final est considéré comme un produit donc si le stock théorique (CAE) est supérieur différence aux charges de la CAE se qui revient à diminuer le résultat analytique.
au stock réel (CG) il faut retranché la différence en valeur du résultat analytique, dans le cas
contraire, il faut l’ajouter au résultat analytique. ² on a divisé 6.850 par 300 ce qui nous a donnée 22,833333 qu’on a arrondi par excès à 23
donc 23x300 = 6.900. Les charges prises en considération dans la CAE sont supérieures à la
Exemple : réalité de 6900 - 6850 = 50. Il faut donc diminuer les charges de la CAE ce qui revient à
augmenter le résultat analytique.
Résultat analytique = 41.500
Récapitulation :
Etat des stocks :
Résultat de la CG = résulta de la CAE - charges non incorporables + charges supplétives
Eléments ST en kg SR en kg CMUP +/- différence d’inventaire +/- frais résiduelles.
MP « M1 » 500 450 10
MP « M2 » 380 400 15 E) Les produits d’exploitation non incorporable :
Pd X 600 600 12
Pd Y 300 295 13 Certains produits sont pris en considération par la CG mais ignorés par la CAE.

différence d’inventaire Exemple :


Les produits des actions de participation
Eléments # en quantité # en valeur À ajouter À retrancher Il faut les ajoutées au résultat donc finalement on auras :

Portail Des Etudiants Fsjes 40


Portail Des Etudiants Fsjes 41
1) présenter les différents calculs conduisant au coût de revient et au résultat analytiques
Résultat de la CG = résulta de la CAE - charges non incorporables + charges des deux produits A et B ;
supplétives +/- différence d’inventaire +/- frais résiduelles + produit d’exploitation non 2) sachant que 2.000 DH de provisions n’a pas été incorporés dans les coûts, déterminer
incorporables. le résultat de la comptabilité analytique ;
3) vérifier la concordance des résultats en reconstituant le compte de produits et charges
Exercice : pour le mois de mai 2006.

La société anonyme « SOIMA » société industrielle du Maroc fabrique deux produits à partir
d’une seule MP. Le produit A est fabriqué dans l’atelier 1, le produit B est fabriqué dans
l’atelier 2.
Pour le mois de mai 2006 on vous communique les renseignements ci-dessus :

1- Tableau de répartition des charges indirectes :


Solution :
Administration Entretien Approvisionnement Atelier1 Atelier2 Distribution
1- Tableau de répartition des charges indirectes :
Total
répartition 11.100 6.600 7.400 43.500 8.780 22.500
Administration Entretien Approvisionnement Atelier1 Atelier2 Distribution
primaire
Administration - 2 1 5 1 1 Primaire
Entretien 1 - 2 4 2 1 11.100 6.600 7.400 43.500 8.780 22.500
Unité d’œuvre 1kg de MP achetée HMOD HMOD 100DH de Administration - 12.000 2.400 1.200 6.000 1.200 1.200
CA Entretien 900 -9.000 1.800 3.600 1.800 900
Total
2- Etat des stocks : répartition 0 0 10.400 53.100 11.780 24.600
secondaire
Stocks au 1/05/06 Stocks au 31/12/06 Unité d’œuvre 1kg de MP achetée HMOD HMOD 100DH de
MP : 4.000KG pour 7.900DH MP : 1.400KG CA
Produit A : 3.000 unités pour 17.800DH Produit A : 6.380 unités Nombre d’UO. 26.000 2.360 620 2.000
Produit B : 1.800 unités pour 22.610DH Produit B : 1.855 unités
Encours atelier 1 :8.135DH Encours atelier 2 : 10.575DH Coût d’UO. 0,4 22,5 19 12,3
Encours atelier 2 : 11.403DH Encours atelier 1 :1.733DH
2- Coût d’achat :
3- achat de MP : 26.000KG pour 31.000DH
4- vente : Elément Quantité Prix unitaire Montant
 produit A : 21.600 unités à 7 DH l’une - prix d’achat 26.000 - 31.200
 produit B : 3.200 unités à 15,25 DH l’une - frais d’achat 26.000 0,4 10.400
5- main d’œuvre directe : Coût d’achat 26.000 1,6 41.600
 atelier 1 : 2.360H à 15 DH l’une
 atelier 2 : 620 H à 15 DH l’une 3- Inventaire permanent :
6- consommation de MP :
 atelier 1 : 23.600Kg Libellés Quantités Prix Montant Libellés Quantité Prix Montant
 atelier 2 : 5.000Kg unitaire unitaire
7- production du mois : - Stock - Sorties 28600 1,65 47.190
 produit A : 25.000 unités initial 4.000 - 7.900 - Stock
 produit B : 3.250 unités - Entrée 26.000 1,6 41.600 final 1.400 1,65 2.310
Total 30.000 1,65 49.500 Total 30.000 1,65 49.500
TAF :

Portail Des Etudiants Fsjes 42


Portail Des Etudiants Fsjes 43
4- Coût de production des produits A et B :
Résultat analytique global = 22.442,4 + 3.757,6 = 26.200 - 2.000 + 61 - 102 = 24.159
Elément A B
Quantités Prix unitaire Montant Quantités Prix unitaire Montant La concordance :
Charges directes
MP 23.600 1,65 38.940 5.000 1,65 8.250 Résultat analytique 26.200
Atelier 1 2.360 15 35.400 + Charges supplétives
Atelier 2 620 15 9.300 - Charges non incorporables 2.000
Charges indirectes + Boni 61
Frais atelier 1 2.360 22,5 53.100 - Mali 102
Frais atelier2 620 19 11.780 Résultat de la comptabilité général 24.159
Encours initial 8.135 11.403
Encours final 10.575 1.733
Coût de production 25.000 5 125.000 3.250 12 39.000
5- Inventaire permanent de A : Compte de produit et de charge :

Libellés Quantités Prix Montant Libellés Quantité Prix Montant Charges Produits
unitaire unitaire Achat consommé de MP Vente 200.000
- Stock - Sorties 21.600 5,1 110.160 (31.200 + 7.900 - 2.310) 36.790
initial 3.000 - 17.800 - Stock Résultat net (bénéfice) + 24.159 Variation de stock du produit A 14.738
- Entrée 25.000 5 125.000 final 6.380 5,1 32.583
20 5,1 102 Autres charges Variation de stock du produit B 21
- Mali
(101.880 + [2360x15] + [620x15]) 146.580
Total 28.000 5,1 142.800 Total 28.000 5,1 142.800
Variation de stock d’encoure Initial 2440
6- Inventaire permanent de B :
Variation du stock d’encoure Final - 9.670
Libellés Quantités Prix Montant Libellés Quantité Prix Montant
unitaire unitaire Total 207.529 Total 207.529
- Stock - Sorties 3.200 12,2 39.040
initial 1.800 - 22.610 - Stock
- Entrée 3.250 12 39.000 final 1.855 12,2 22.631
- Boni 5 12,2 61
Total 5.055 12,2 61.610 Total 5.055 12,2 61.610

7- Le coût de revient des produits :

Elément A B
Quantités Prix unitaire Montant Quantités Prix unitaire Montant
- Prix de vente 21.600 5,1 110.160 3.200 12,2 39.040
- Frais de
distribution 1.512 12,3 18.597,6 488 12,3 6.002,4
Coût de revient 21.600 5,961 128.757,6 3.200 14,07575 45.042,4

8- Résultat analytique des produits :

Elément A B
Quantités Prix unitaire Montant Quantités Prix unitaire Montant
- Prix de vente 21.600 7 151.200 3.200 15,25 48.800
- coût de revient 21.600 5,961 128.757,6 3.200 14,07575 45.042,4
résultat analytique 21.600 1,039 22.442,4 3.200 1,17425 3.757,6

Portail Des Etudiants Fsjes 44


Portail Des Etudiants Fsjes 45
L’écart global est dû à la fois à une différence au niveau de la consommation (quantité) et au
niveau des prix. L’analyse de l’écart global consiste à dissocier l’écart sur consommation de
l’écart sur prix.

1 2
Pr Pr

1
Pp Pp
2
CP CP

Qp Qr Qp Qp
Chapitre 8 : la gestion prévisionnelle
1)
E (Q) = (Qr - Qp) x Pp = 50 75 défavorable
E (P) = (Pr - Pp) x Qr = 25

2)
Section 1 : Introduction : E (Q) = (Qr - Qp) x Pr = 55 75 défavorable
E (P) = (Pr - Pp) x Qr = 20
On a vu que la CAE calcule les coûts une fois que les dépenses on été engager. On dit qu’il
s’agit de la comptabilité à posteriori (après). Les coûts ainsi calculés sont qualifiés de coûts Pr 3
réels.
L’entreprise peut déterminer les coûts à l’avance on établissons des prévisions. Ceci entre
dans le cadre de la gestion prévisionnelle (gérer = prévoir). C’est donc une comptabilité a 1 3
priori. Pp
Les coûts ainsi déterminés sont appelés des coûts préétablis.
Par la suite il convient de comparer les coûts réels avec les coûts préétablis. Cette CP 2
comparaison donne lieu à ce k’on appel les écarts.

Section 2 : Les écarts sur charges directes : Qp Qr


3)
Rappel : charges directes = achats + MOD E (Q) = (Qr - Qp) x Pp = 50
E (P) = (Pr - Pp) x Qp = 20 75 défavorable
A) Les écarts sur matière : E (mixte) = (Qr - Qp) x (Pr - Pp) = 5
Exemple : Un menuisier a prévu 2 m² de bois à 100dh le m² pour fabriquer une table. En Exercice d’application :
réalité il a consommé 2,5 m² à 110 dh le m²
Pour le mois de mars un autre menuisier avait prévu de fabriquer 10 tables pour lesquelles il a
1) Détermination de l’écart global prévus la consommation de 20 m² à 100 dh le m². A la fin du mois il a fabriqué 15 tables pour
lesquelles il a consommé 26m² à 95 dhs le m².
Coût réel = prix réel x quantité réelle = 2,5 x 110 = 275 1- Déterminer la Q préétablie ;
Coût préétabli = prix préétabli x quantité préétablie = 2 x 100 = 200 2- Déterminer l’écart global ;
Ecart global = CR - CP = 275 - 200 = 75 Défavorable 3- Analyser l’écart global.
2) L’analyse de l’écart global 1) La production préétablie conforme à la production réelle :

20m² pour 10 tables 20/10 = 2m² par table Qté préétablie.

Portail Des Etudiants Fsjes 46


Portail Des Etudiants Fsjes 47
2 x 15 = 30 x 100 = 3000 (coût préétabli) Ecart / MOD :
E (Q) = (550 - 600) x 15 = (-) 750 350
2) coût réel = 26 x 95 = 2.470 E (P) = (17 - 15) x 550 = 1.100
Ecart global = 2470 - 3000 = (-) 530 favorable

3) E (P) = (Pr - Pp) x Qr = (26 - 30) x 100 = - 400 (-) 530 favorable Section 3: Les écarts sur charges indirectes :
E (Q) = (Qr - Qp) x Pp = (95 - 100) x 26 = -130
A) Notion d’activité :
B) Ecart sur Main d’oeuvre directe:
Pour les écarts sur charges indirectes il faut prendre en considération la notion d’activité.
Exemple: L’activité d’un atelier de production par exemple est mesurer on unité d’œuvre (heure de
fonctionnement des machine, HMOD,…).
Pour fabriquer 800 unités d’un produit il a été prévu 200 heures MOD à 20dh l’heure. Ainsi à chaque niveau d’activité correspond un certain niveau de production, on distingue
La production a été de 775 unités ayant nécessité 12 min l’une à 21,5 dh l’heure. généralement 3 niveaux d’activités :

1) Mod. préétablie
Pour 775 unités on a = 200/800 x 775 = 0,25 x 755 = 193,75 1) L’activité normale :
2) Analyse de l’écart global :
E (T) = (Tr - Tp) x Pp = (155 - 193,75) x20 = (-) 755 (-) 542,5 favorable Elle est définie par l’entreprise on prenant en compte un certain nombre de facteur (objectif,
E (P) = (Pr - Pp) x Tr = (21,5 - 20) x 155 = (+) 232 nature des machines, ambition des ouvriers, expérience du passé) à cette activité normale
correspond une production dite également normale.
3) Ecart global : Exemple : la société FARAH estime que compte tenu de l’état de ses équipements, de son
3332,5 - 3875 = (-) 542,5 défavorable expérience l’atelier de production doit normalement fonctionné pendant 1.000H machine et
produire 500 unité de production. L’activité normale est donc une activité logique, possible et
Exercice d’application : souhaitable.

Une entreprise de confection fait ses prévisions pour le mois de mars : 2) L’activité réelle :
- production : 1.000 pantalons ;
- consommation : 1,20 m² par unité à 60dh le mètre C’est le nombre d’unité d’œuvre réellement utilisée pour avoir la production réelle.
- Mod. : 500 heures à 15dh l’heure Exemple : Pour le mois de Mars la comptabilité analytique montre que l’atelier à fonctionner
A la fin du mois notre entreprise a produit 1.200 pantalons avec une consommation de 1,5m² pendant 950 H machine et il a produit 480 unités.
par unité à 50dh le m².
Mod. : 550 heures à 17dh l’heure 3) L’activité préétablie :

TAF : analyser et calculer l’écart global. C’est le nombre d’U.O qu’il faut prévoir pour réaliser la production réelle pour notre exemple
elle est de : Ap = An / Pn = 1.000 x 480 / 500 = 960
1- Détermination de la Qté préétablie et le Mod. préétabli :
Qp = 1,20 x 1.200 = 1.440 Qr = 1,50 x 1.200 = 1.800 B) L’écart global :
Cp = 1.440 x 60 = 86.400 Cr = 1.800 x 50 = 90.000
Mp = (500/1.000) x 1.200 = 600 x 15 = 9.000 Mr = 550 x 17 = 9.350 Supposons que le coût prévu de L’UO est de 15dh (10dh de frais variables et 15dh de frais
fixes) alors que le CR de l’UO et de 16dh donc :
2- l’écart global : Écart global = CR - CV
Cr - Cp = (90.000 + 9350) - (86.400 + 9.000) = (950 x 16) - (960 x 15) = 800 Défavorable
= 3.950
CR = activité réelle x CR de l’unité d’œuvre
Analyse : CP = activité préétablie x CP de l’unité d’œuvre
Ecart / MP :
E (Q) = (1.800 - 1.400) x 60 = 21.600 3.600 Section 4 : L’analyse de l’écart global :
E (P) = (50 - 60) x 1.800 = (-) 18.000
3.950 défavorable L’écart global sur charges indirectes est analysé en 3 sous écart :

Portail Des Etudiants Fsjes 48


Portail Des Etudiants Fsjes 49
Janvier = 20 (16.000 / 1.200)
A) Ecart sur rendement :
Les charges fixes évoluent selon une fonction décroissante du volume d’activité.
E/R = (activité réelle - activité préétablie) x C prévu de L’UO
E/R = (950 - 960) x 15 = - 150 favorable Remarque :

C’est un écart favorable car au lieu des 960 UO prévu on n’a consommés réellement que 950. Les variations du coût de revient unitaire sont dus au charges fixes car les charges variables
Ce qui donne à l’entreprise une économie de 10 UO à 15dh l’UO. unitaires sont constantes.
Pour déterminer les responsabilités on élimine l’influence des charges fixes sur le coût de
B) Ecart / activité : revient, cette élimination constitue l’imputation rationnelle des charges fixes.

E/A = (AN - AR) x charges fixes unitaires


E/A = (1.000 - 950) x 5 = 250 défavorable

L’écart est défavorable car on supporte les même charges fixes quelque soit le volume
d’activité.
C) Ecart sur budget : B) L’imputation rationnelle des charges fixes :

E/B = budget réel - budget flexible 1) L’activité normale :


E/B = 15.200 - 14.500 = 700 défavorable
2) L’activité réelle :
Acticité Activité réelle
normale 3) Taux ou coefficient d’activité :
Coût variable 10.000 9.500
Coût fixe 5.000 5.000 Budget flexible C’est le rapport de l’activité réelle / l’activité normale :
Total 15.000 14.500
E = AR / AN
Cet écart provient des prévisions au moment de l’élaboration du budget flexible. A ce moment
des erreurs de prévision peuvent être commises sur le niveau général des prix. L’utilité de ce taux est l’imputation rationnelle dans les coûts des charges de structures
calculés et non des charges de structures constatés.
Section 5 : L’imputation rationnelle des charges fixes :
Exemple :
A) Exemple :
A partir de ses expériences passés l’entreprise COMA à fixé une activité normale de 1.000
La société COMA fabrique des vestes, pour le mois de novembre, décembre et janvier la vestes / mois.
production a été respectivement de : - calculer le coefficient d’activité pour le mois de novembre, décembre et janvier.

Novembre 800 Décembre 1.000 Janvier 1.200 EN = 800 / 1.000 = 0,8 (sous activité, C de chômage, mali de sous activités)
Charges variables 32.000 40.000 48.000 ED = 1.000 / 1.000 = 1
Charges fixes 16.000 16.000 16.000 EJ = 1.200 / 1.000 = 1,2 (sur activité, boni sur activité)
Total 48.000 56.000 64.000
CRU 60 56 53,33 E = 1,8 E=1 E = 1,2
Charges variables unitaires : Novembre = 800 Décembre = 1.000 Janvier = 1.200
Novembre = 40 (32.000 / 800) C variables 32.000 40.000 48.000
Décembre = 40 (40.000 / 1.000) C fixes 12.800 16.000 19.200
Janvier = 40 (48.000 / 1.200) Total 44.800 56.000 67.200
CR unitaire 56 56 56
Les charges variables sont proportionnelles au volume d’activité
L’imputation rationnelle des charges fixes à pour but de transformer les charges fixes on
Les charges fixes : Novembre = 20 (16.000 / 800) charges proportionnelles ou variables.
Décembre = 20 (16.000 / 1.000)

Portail Des Etudiants Fsjes 50


Portail Des Etudiants Fsjes 51
Section 6 : Les budgets :

On appel budget flexible un budget donnant les coût d’un centre d’activité pour chacun des
niveaux d’activités possible en tenant compte de l’activité normale du centre.

Exercice d’application :

Pour le mois de mars 2007 la société MAROC CUIR a établie une fiche de coût standard
unitaire pour les chaussures H à la base d’une production normale de 2.400 paires. Dans cette
fiche on lit :

- MOD atelier 2 : 0,85 à 12dh l’heure


- Section atelier 2 : 0,85 UO à 66dh l’U.O dont 22dh de charges fixes

A la fin du mois la comptabilité analytique donne le CP suivant :

Chaussures pour hommes


Quantité Prix unitaire Montant
Consommation 2.800 153,23 149.048
MOD 2.000 12 24.000
Charges atelier 2 2.000 67,20 134.400
Coût de production 2.500 122,9792 307.448

TAF :
- Dresser le tableau comparatif du CR, CP et celui des charges indirectes de la
production des chaussures pour hommes
- Analyser l’écart sur charges variables
.
Standards Budget réel Budget préétabli BIR / AR BIR / AP
AN : 2.040 (CV x AR) + F (CV + F) x AR (CV + F) x AP
(0,85 x 2.400) (44x2.000)+44.800 (44+ 22) x 2.000 (44 + 22) x 2.125
PN = 2.400
CF = 44.880
(22 x 2.040)
F = 22
CV global =
89.760
V unitaire = 44
(66 -22)
Total 134.400 132.800 132.000 140.250

1) Ecart sur budget = b réel - b flexible = 134.400 - 132.000 = 1.600 Défavorable


2) Ecart sur activité = activité normale - activité réelle = 132.800 - 132.000 = 800
Défavorable
3) Ecart sur rendement = BIR/AR - BIR/AP = -8250 Favorable

Portail Des Etudiants Fsjes 52

Vous aimerez peut-être aussi