Vous êtes sur la page 1sur 192

2ème ANNEE - 1er SEMESTRE

GEOTECHNIQUE

V. MERRIEN-SOUKATCHOFF ANNEE UNIVERSITAIRE 2006/2007

www.4geniecivil.com
AVERTISSEMENT

Ce polycopié est un document de travail des cours de l’Ecole Nationale Supérieure des Mines
de Nancy.
Il souffre d'imperfections et toutes remarques constructives concernant ce texte seront les
bienvenues.
Il est parfois incomplet… il existe à la bibliothèque de l'EMN bon nombre d'ouvrages qui
complèteront ce polycopié.
Certains dessins et tableaux ont été repris d'ouvrages de mécanique des sols ou des roches
dont vous trouverez les références en fin de polycopié.

www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

Sommaire

INTRODUCTION A LA GEOTECHNIQUE .................................................................................................... 9

A PROPRIETES PHYSIQUES ET GEOMETRIQUES DES TERRAINS ............................................. 11


A.1 POROSITE ET INDICE DES VIDES........................................................................................................... 11
A.1.1 Notations ....................................................................................................................................... 11
A.1.2 Classification de la porosité par rapport à la taille des pores...................................................... 12
A.1.3 Classification par rapport à l'origine............................................................................................ 12
A.1.4 Classification morphologique ....................................................................................................... 12
A.1.4.1 La porosité d'interstices (intergranulaire) : les pores ........................................................................... 12
A.1.4.1.1 La porosité d'interstices simple ou nette......................................................................................... 13
A.1.4.1.2 La porosité d'interstices restreinte .................................................................................................. 13
A.1.4.1.3 La porosité d'interstices réduite...................................................................................................... 13
A.1.4.2 La porosité de fissure .......................................................................................................................... 13
A.1.4.2.1 Porosité de joints............................................................................................................................ 13
A.1.4.2.2 Porosité de diaclases ...................................................................................................................... 14
A.1.4.2.3 Porosité de failles ........................................................................................................................... 14
A.1.4.2.4 Porosité de schistosité .................................................................................................................... 14
A.1.4.2.5 Porosité de retrait ........................................................................................................................... 14
A.1.5 Ordre de grandeur de la porosité.................................................................................................. 14
A.2 LE SQUELETTE DU TERRAIN : LES GRAINS ........................................................................................... 15
A.2.1 Nature et minéralogie des grains .................................................................................................. 15
A.2.2 Poids volumique des grains........................................................................................................... 15
A.2.3 Taille et la répartition des tailles (analyse granulométrique)....................................................... 15
A.2.3.1 Dimension, forme et répartition des grains dans les roches................................................................. 16
A.2.3.2 Taille et répartition des tailles pour les grains d'un sol ........................................................................ 16
A.2.3.2.1 Principe de la détermination de la répartition en poids des grains par tamisage............................. 16
A.2.3.2.2 Principe de la détermination de la répartition en poids des grains par sédimentation .................... 16
A.2.3.2.3 Diamètres caractéristiques.............................................................................................................. 17
A.2.3.2.4 Coefficients caractéristiques .......................................................................................................... 17
A.2.3.2.5 Diamètres de référence................................................................................................................... 17
A.3 ESSAIS D'IDENTIFICATION SPECIFIQUES AUX SOLS ET CLASSIFICATION ............................................... 19
A.3.1 Poids, volumes et paramètres caractéristiques ............................................................................. 19
A.3.2 Caractéristiques des sols fins ........................................................................................................ 21
A.3.2.1 Limite de liquidité ............................................................................................................................... 21
A.3.2.2 Limite de plasticité .............................................................................................................................. 22
A.3.2.3 Indice de plasticité............................................................................................................................... 22
A.3.2.4 Indice de consistance........................................................................................................................... 22
A.3.2.5 Indice de liquidité................................................................................................................................ 23
A.3.2.6 Activité des argiles .............................................................................................................................. 23
A.3.2.7 Sensibilité des argiles .......................................................................................................................... 23
A.3.3 Caractéristiques des sols grenus................................................................................................... 24
A.3.3.1 Densité relative ou Indice de densité ................................................................................................... 24
A.3.3.2 Equivalent de sable.............................................................................................................................. 24
A.3.4 Essai au bleu de méthylène ........................................................................................................... 24
A.3.5 Classification des sols ................................................................................................................... 25
A.3.5.1 Classification des sols grenus .............................................................................................................. 26
A.3.5.2 Classification des sols fins................................................................................................................... 27
A.4 CARACTERISTIQUES ET REPRESENTATIONS GEOMETRIQUES DES DISCONTINUITES - CLASSIFICATIONS
DES MASSIFS ROCHEUX ..................................................................................................................................... 30
A.4.1 Différents type de discontinuités ................................................................................................... 30
A.4.2 Propriétés des discontinuités ........................................................................................................ 30
A.4.3 Orientation des discontinuités - report dans des diagrammes ...................................................... 30
A.4.4 Espacement ................................................................................................................................... 31
A.4.5 Persistance .................................................................................................................................... 31
A.4.6 Ouverture des discontinuités ......................................................................................................... 31
A.4.7 Rugosité......................................................................................................................................... 31
A.4.8 Intersection des discontinuités par des ouvrages, des forages. Notion de RQD ........................... 31
A.4.9 Classifications des massifs rocheux .............................................................................................. 31

www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

A.5 PROPRIETES ACOUSTIQUES ................................................................................................................. 31


A.6 PROPRIETES ELECTRIQUES .................................................................................................................. 31
A.7 PROPRIETES THERMIQUES ................................................................................................................... 31
A.8 PROPRIETES MAGNETIQUES ................................................................................................................ 31
B APPLICATION DE LA MECANIQUE DES MILIEUX CONTINUS A LA GEOTECHNIQUE .... 33
B.1 ETUDE DES CONTRAINTES ................................................................................................................... 33
B.1.1 Conventions................................................................................................................................... 35
B.1.2 Equations universelles de l'équilibre............................................................................................. 37
B.1.3 Distribution des contraintes en fonction de l’orientation des facettes autour d’un point.
Contraintes principales, repère principal. .................................................................................................. 40
B.1.4 Cercle de Mohr ............................................................................................................................. 41
B.1.5 Courbe intrinsèque........................................................................................................................ 44
B.2 DEFORMATIONS .................................................................................................................................. 45
B.3 LOIS DE COMPORTEMENT .................................................................................................................... 45
B.3.1 Elasticité........................................................................................................................................ 46
B.3.2 Comportement élastique parfaitement plastique........................................................................... 46
B.3.3 Critère de plasticité....................................................................................................................... 46
C INSTABILITES LIEES A LA FRACTURATION EN L'ABSENCE D'EAU ..................................... 47
C.1 ROLE DES DISCONTINUITES DANS LES INSTABILITES ........................................................................... 47
C.2 TYPOLOGIE DES INSTABILITES DE BLOCS ............................................................................................ 48
C.2.1 Translations .................................................................................................................................. 48
C.2.1.1 Chute libre........................................................................................................................................... 48
C.2.1.2 Glissement........................................................................................................................................... 49
C.2.1.2.1 une famille de discontinuités.......................................................................................................... 49
C.2.1.2.1.1 Conditions géométriques......................................................................................................... 49
C.2.1.2.1.2 Conditions mécaniques ........................................................................................................... 49
C.2.1.2.1.3 Notion de coefficient de sécurité............................................................................................. 49
C.2.1.2.2 2 familles de discontinuités ............................................................................................................ 49
C.2.1.2.3 Plusieurs familles de discontinuités................................................................................................ 49
C.2.2 Les rotations.................................................................................................................................. 49
D L'EAU DANS LES TERRAINS : ECOULEMENT ET NOTION DE CONTRAINTE EFFECTIVE
51
D.1 LES SOLS NON SATURES ...................................................................................................................... 51
D.2 L'ECOULEMENT DE L'EAU DANS LES TERRAINS : NOTION DE PERMEABILITE ........................................ 52
D.2.1 Rappel sur la charge hydraulique ................................................................................................. 52
D.2.1.1 Charge hydraulique ............................................................................................................................. 52
D.2.1.2 Cas des sols ......................................................................................................................................... 53
D.2.1.2.1 Charge Hydraulique ....................................................................................................................... 53
D.2.1.2.2 Notion de hauteur, de niveau piézométrique .................................................................................. 53
D.2.2 Expérience de Darcy ..................................................................................................................... 54
D.2.3 Expérience de Reynolds (pour mémoire) ...................................................................................... 55
D.2.4 Ecoulement dans les terrains stratifiés.......................................................................................... 56
D.2.4.1 Perméabilité horizontale...................................................................................................................... 56
D.2.4.2 Perméabilité verticale. ......................................................................................................................... 56
D.2.5 Mesures et estimation de la perméabilité au laboratoire.............................................................. 57
D.2.5.1 Problèmes posés par l'échantillonnage ................................................................................................ 57
D.2.5.2 Estimation de la perméabilité .............................................................................................................. 57
D.2.5.2.1 Relation de Hazen .......................................................................................................................... 57
D.2.5.2.2 Relation de Casagrande.................................................................................................................. 57
D.2.5.3 Perméamètres ...................................................................................................................................... 58
D.2.5.3.1 Perméamètre à charge constante .................................................................................................... 58
D.2.5.3.2 Perméamètre à charge variable....................................................................................................... 58
D.2.6 Mesures in situ de la perméabilité ................................................................................................ 59
D.2.7 Ordre de grandeur de la perméabilité .......................................................................................... 59
D.2.8 Généralisation en 3 dimensions .................................................................................................... 59
D.3 ETAT DE CONTRAINTE DANS LE SOL, INFLUENCE DE L'EAU, NOTION DE CONTRAINTE EFFECTIVE ....... 61
D.4 ETUDE D'UN ECOULEMENT PARTICULIER : PHENOMENE DE BOULANCE .............................................. 62
D.4.1 Eau en équilibre ............................................................................................................................ 62
D.4.2 Mouvement ascendant ou descendant de l'eau.............................................................................. 62

www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

E LE COMPACTAGE ................................................................................................................................. 65
E.1 UTILISATION DES SOLS COMPACTES.................................................................................................... 65
E.2 FACTEURS INFLUENÇANT LE COMPACTAGE ........................................................................................ 65
E.2.1 Influence de la teneur en eau sur le compactage : diagramme Proctor........................................ 65
E.2.2 Essais au laboratoire .................................................................................................................... 67
E.2.3 Influence de l'énergie de compactage ........................................................................................... 68
E.3 EVOLUTION DES CARACTERISTIQUES MECANIQUES EN FONCTION DU COMPACTAGE .......................... 68
E.4 COMPACTAGE IN SITU ......................................................................................................................... 69
F TASSEMENT ET CONSOLIDATION................................................................................................... 71
F.1 DETERMINATION DES CONTRAINTES DUES A UNE SURCHARGE : PROBLEME DE BOUSSINESQ .............. 72
F.1.1 Charge ponctuelle ......................................................................................................................... 72
F.1.2 Charges réparties.......................................................................................................................... 73
F.1.2.1 Cas général .......................................................................................................................................... 73
F.1.2.2 Charge uniforme verticale sur une surface circulaire .......................................................................... 74
F.1.2.3 Charge uniforme verticale sur une surface rectangulaire..................................................................... 75
F.1.2.4 Charge uniforme verticale sur une bande de longueur infinie ............................................................. 75
F.1.2.5 Répartition simplifiée des contraintes ................................................................................................. 75
F.2 AMPLITUDE DU TASSEMENT................................................................................................................ 76
F.2.1 Tassement instantané .................................................................................................................... 76
F.2.2 Tassement de consolidation primaire............................................................................................ 77
F.2.3 Tassement de compression secondaire.......................................................................................... 83
F.2.4 Tassement total.............................................................................................................................. 83
F.3 EVOLUTION DU TASSEMENT DANS LE TEMPS : THEORIE DE LA CONSOLIDATION ................................. 83
F.4 TASSEMENTS ADMISSIBLES ................................................................................................................. 86
F.5 ACCELERATIONS DU TASSEMENT ........................................................................................................ 87
F.5.1 Drains verticaux............................................................................................................................ 88
G ESSAIS AU LABORATOIRE : RESISTANCE AU CISAILLEMENT D'UN SOL........................... 91
G.1 RAPPELS DE MECANIQUE DES MILIEUX CONTINUS............................................................................... 91
G.2 LA PLASTICITE DANS LES SOLS............................................................................................................ 92
G.2.1 Notations ....................................................................................................................................... 92
G.2.2 Plasticité des sols .......................................................................................................................... 92
G.2.3 Essais de cisaillement.................................................................................................................... 92
G.3 LES ESSAIS DE CISAILLEMENT DIRECT A LA BOITE DE CASAGRANDE .................................................. 93
G.4 LES ESSAIS DE CISAILLEMENT TRIAXIAUX .......................................................................................... 95
G.5 LES DIFFERENTS TYPES D'ESSAI, RESISTANCE AU CISAILLEMENT DES ARGILES ................................... 99
G.5.1 Coefficients de pression interstitielle ............................................................................................ 99
G.5.2 les essais UU (unconsolidated, undrained)................................................................................. 101
G.5.3 les essais CD (consolidated, drained) ......................................................................................... 102
G.5.4 les essais CU (consolidated, undrained) ..................................................................................... 103
G.5.5 Caractéristiques au pic, caractéristiques résiduelles.................................................................. 104
G.6 RESISTANCE AU CISAILLEMENT D'UN SABLE : ................................................................................... 104
G.7 EQUILIBRE LIMITE............................................................................................................................. 105
G.7.1 Coefficient des terres "au repos"................................................................................................. 105
G.7.2 Poussée et butée pour un sol sans cohésion................................................................................ 106
G.7.2.1 Poussée.............................................................................................................................................. 106
G.7.2.2 Butée ................................................................................................................................................. 107
G.7.3 Poussée et butée pour un sol avec cohésion................................................................................ 108
G.7.4 Poussée et butée pour un massif inclinée .................................................................................... 109
G.7.5 Equilibre limite d'un massif soumis à une charge....................................................................... 109
H PRINCIPE DES CALCULS AUX D'ETATS LIMITES ..................................................................... 111
H.1 LA DEMARCHE SEMI-PROBABILISTE .................................................................................................. 111
H.2 NOTION D'ETAT LIMITE ..................................................................................................................... 112
H.3 DEFINITION DES ACTIONS ................................................................................................................. 112
H.3.1 Actions permanentes G................................................................................................................ 113
H.3.2 Actions dues à l'eau Fw................................................................................................................ 113
H.3.3 Actions variables Q ..................................................................................................................... 113
H.3.4 Les actions accidentelles FA ........................................................................................................ 113

www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

H.4 VALEUR DES ACTIONS....................................................................................................................... 114


H.4.1 Situation de calcul....................................................................................................................... 114
H.4.2 Valeurs caractéristiques et valeurs de calcul.............................................................................. 114
H.4.3 Coefficients partiels γ .................................................................................................................. 114
H.5 COMBINAISON D'ACTIONS ET SOLLICITATIONS .................................................................................. 115
H.5.1 Combinaison d'actions ................................................................................................................ 115
H.5.2 Etats limites ultimes .................................................................................................................... 116
H.5.2.1 Combinaisons fondamentales :.......................................................................................................... 116
H.5.2.2 Combinaisons accidentelles............................................................................................................... 117
H.5.3 Etats limites de services .............................................................................................................. 117
I STABILITE DE TALUS......................................................................................................................... 119
I.1 INTRODUCTION ...................................................................................................................................... 119
I.1.1 Présentation des problèmes ........................................................................................................ 119
I.1.2 Importance des problèmes de stabilité ........................................................................................ 119
I.2 DESCRIPTION DES GLISSEMENTS DE TERRAIN ........................................................................................ 120
I.2.1 Vitesse et durée des mouvements................................................................................................. 120
I.2.1.1 Les écroulements .................................................................................................................................... 120
I.2.1.2 Les glissements....................................................................................................................................... 120
I.2.1.3 Le fluage................................................................................................................................................. 121
I.2.1.4 Les coulées ............................................................................................................................................. 121
I.2.2 Forme de la surface de rupture................................................................................................... 121
I.3 METHODES DE CALCUL DE LA STABILITE DES PENTES ........................................................................... 121
I.3.1 Eléments de base du calcul ......................................................................................................... 121
I.3.2 Les méthodes de calcul................................................................................................................ 122
I.3.2.1 Les calculs à la rupture ........................................................................................................................... 122
I.3.2.2 Les calculs en contraintes-déformations ................................................................................................. 123
I.3.3 Notion de coefficient de sécurité ................................................................................................. 123
I.3.4 Ruptures planes ou multiplanaires (calcul à l'équilibre limite) .................................................. 124
I.3.5 Ruptures rotationelles (calcul à l'équilibre limite)...................................................................... 125
I.3.5.1 Méthode globale ..................................................................................................................................... 125
I.3.5.2 Les méthodes des tranches...................................................................................................................... 125
I.3.5.2.1 Calcul du coefficient de sécurité d'une surface de rupture potentielle.......................................... 125
I.3.5.2.2 Recherche du coefficient de sécurité du talus............................................................................... 127
I.3.6 Caractéristiques mécaniques à prendre en compte..................................................................... 128
I.3.7 Choix du coefficient de sécurité .................................................................................................. 128
I.4 SURVEILLANCE ET AUSCULTATION DES MOUVEMENTS DE TERRAIN ...................................................... 128
I.5 METHODE DE STABILISATION DES MOUVEMENTS DE TERRAIN ............................................................... 128
J REMBLAIS SUR SOL COMPRESSIBLE ........................................................................................... 129

K FONDATIONS ........................................................................................................................................ 131


K.1 GEOMETRIE D'UNE FONDATION ET DEFINITIONS................................................................................ 132
K.2 EQUILIBRE LIMITE D'UN MASSIF SOUMIS A UNE CHARGE ................................................................... 133
K.3 FONDATIONS SUPERFICIELLES .......................................................................................................... 134
K.3.1 Capacité portante : résistance du sol.......................................................................................... 134
K.3.1.1 Détermination de la contrainte ultime à partir des caractéristiques mécaniques................................ 134
K.3.1.1.1 Détermination de la contrainte ultime, pour une contrainte verticale centrée, une semelle filante et
un sol avec cohésion.......................................................................................................................................... 134
K.3.1.1.1.1 Calcul en conditions non drainées......................................................................................... 135
K.3.1.1.1.2 Calcul en conditions drainées................................................................................................ 135
K.3.1.1.2 Coefficients minorateurs tenant compte de l'inclinaison, de la géométrie de la fondation et de la
topographie du terrain ....................................................................................................................................... 137
K.3.1.1.2.1 Charge centrée inclinée :....................................................................................................... 137
K.3.1.1.2.2 Charge excentrée................................................................................................................... 137
K.3.1.1.2.3 Charge en crête de talus : ...................................................................................................... 137
K.3.1.1.2.4 Forme.................................................................................................................................... 138
K.3.1.1.2.5 sols hétérogènes .................................................................................................................... 138
K.3.1.2 Détermination de la contrainte ultime (de rupture) à partir des essais pressiométriques ................... 138
K.3.1.2.1 Principe de l'essai pressiométrique............................................................................................... 138
K.3.1.2.2 Notion de pression limite nette équivalente ................................................................................. 139
K.3.1.2.3 Notion d'encastrement équivalent ................................................................................................ 139
K.3.1.2.4 Contrainte de rupture.................................................................................................................... 142

www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

K.3.1.2.5 Coefficients minorateurs .............................................................................................................. 142


K.3.1.2.5.1 Charge centrée inclinée :....................................................................................................... 142
K.3.1.2.5.2 Charge en crête de talus : ...................................................................................................... 142
K.3.1.2.5.3 Charge en crête de talus soumise à une charge centrée et inclinée :...................................... 143
K.3.1.2.5.4 Forme.................................................................................................................................... 143
K.3.1.2.5.5 Excentricité ........................................................................................................................... 143
K.3.1.3 Détermination de la contrainte ultime (de rupture) à partir des essais pénétrométrique .................... 145
K.3.1.3.1 Principe de l'essai pénétrométrique .............................................................................................. 145
K.3.1.3.2 résistance en pointe équivalente ................................................................................................... 145
K.3.1.3.3 Encastrement équivalent .............................................................................................................. 145
K.3.1.3.4 Contrainte de rupture.................................................................................................................... 145
K.3.1.3.5 Coefficients minorateurs .............................................................................................................. 146
K.3.2 Calculs pratiques ........................................................................................................................ 146
K.3.2.1 Contrainte normale appliquée au sol et contrainte de référence ........................................................ 147
K.3.2.2 Détermination de l'état limite de mobilisation du sol ........................................................................ 148
K.3.2.2.1 Etat ultime de mobilisation de la capacité portante ...................................................................... 148
K.3.2.2.2 Etat limite de service :.................................................................................................................. 148
K.3.2.2.3 Etat limite ultime de glissement ................................................................................................... 148
K.3.3 Tassement.................................................................................................................................... 149
K.3.3.1 Evaluation un tassement à partir des essais de laboratoire : .............................................................. 149
K.3.3.2 Evaluation des tassements à partir des essais pressiométriques :....................................................... 149
K.3.3.2.1 Cas d'un sol homogène :............................................................................................................... 149
K.3.3.2.2 Cas des sols hétérogènes : ............................................................................................................ 151
K.3.4 Stabilité d'ensemble..................................................................................................................... 151
K.3.5 Calcul par des méthodes en contraintes-déformations ............................................................... 151
K.4 FONDATIONS PROFONDES ................................................................................................................. 152
K.4.1 Classification des fondations profondes ou pieux ....................................................................... 152
K.4.1.1 Pieux provoquant le refoulement du sol ............................................................................................ 153
K.4.1.2 Pieux ne refoulant du sol ................................................................................................................... 153
K.4.1.3 Mode de transmission des charges au sol .......................................................................................... 153
K.4.1.4 Influence du type de sol :................................................................................................................... 154
K.4.2 Modèle de comportement d'un pieu isolé (Charge limite et charge de fluage) ........................... 154
K.4.3 Détermination de la capacité portante d'un pieu isolé................................................................ 155
K.4.3.1 Détermination de la force portante à partir des essais de laboratoire (c, ϕ, γ) ................................... 156
K.4.3.1.1 Charge ultime en pointe : ............................................................................................................. 156
K.4.3.1.1.1 Cas d'un sol purement frottant c=0........................................................................................ 156
K.4.3.1.1.2 Cas d'un sol purement cohérent cu et ϕu =0 (et contrainte totale)......................................... 159
K.4.3.1.2 Frottement latéral : ....................................................................................................................... 159
K.4.3.1.2.1 sol frottant ............................................................................................................................. 160
K.4.3.1.2.2 sol purement cohérent cu et ϕu =0 ........................................................................................ 161
K.4.3.1.2.3 sol à cohésion et frottement................................................................................................... 161
K.4.3.1.3 Remarques sur la détermination de la capacité portante à partir des caractéristiques de laboratoire
162
K.4.3.2 Détermination de la force portante à partir des essais pressiométriques............................................ 162
K.4.3.2.1 Effort de pointe ............................................................................................................................ 162
K.4.3.2.2 Effort latéral ................................................................................................................................. 165
K.4.3.2.3 Charge totale limite ...................................................................................................................... 165
K.4.3.3 Détermination de la force portante à partir des essais pénétrométriques ........................................... 165
K.4.3.4 Détermination de la force portante à partir de méthodes dynamiques ............................................... 166
K.4.4 Comportement des groupes de pieux........................................................................................... 166
K.4.5 Justification ................................................................................................................................. 167
K.4.5.1 Etats limites de mobilisation du sol ................................................................................................... 167
K.4.5.1.1 Etat limite de mobilisation de la capacité portante ....................................................................... 167
K.4.5.1.1.1 Etat limite de capacité portante du sol pour un pieu isolé ..................................................... 167
K.4.5.1.1.2 Groupement de pieux ............................................................................................................ 168
K.4.5.1.2 Etat limite de stabilité d'ensemble ................................................................................................ 168
K.4.5.1.3 Etat limite du matériau constitutif du pieu ................................................................................... 168
K.4.6 Actions particulières aux fondations profondes .......................................................................... 168
K.4.6.1 Frottement négatif Gsf........................................................................................................................ 168
K.4.6.2 Poussée latérale Gsn ........................................................................................................................... 168
L OUVRAGES DE SOUTÈNEMENTS.................................................................................................... 171
L.1 INTRODUCTION ................................................................................................................................. 171
L.2 DIFFERENTS TYPES D'OUVRAGES DE SOUTENEMENT ......................................................................... 171
L.2.1 Poussée reprise par le poids de l'ouvrage de soutènement. ........................................................ 174

www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

L.2.2 Poussée reprise par l'encastrement............................................................................................. 174


L.2.3 Poussée reprise par des ancrages ............................................................................................... 174
L.2.4 Ouvrages rigides et souples ........................................................................................................ 174
L.2.5 Stabilité externe/interne .............................................................................................................. 175
L.3 DIMENSIONNEMENT DES MURS POIDS (STABILITE EXTERNE DU MUR)............................................... 176
L.3.1 Contexte réglementaire ............................................................................................................... 176
L.3.2 Stabilité au renversement ............................................................................................................ 176
L.3.3 Stabilité vis à vis d'un glissement sur la base.............................................................................. 177
L.3.4 Résistance du sol de fondation .................................................................................................... 177
L.3.5 Stabilité générale vis à vis d'un glissement ................................................................................. 179
L.3.6 Différentes étapes d'évaluation de la stabilité d'un mur de soutènement.................................... 179
L.4 METHODES CLASSIQUES DE CALCUL DES FORCES DE POUSSEE ET DE BUTEE ..................................... 180
L.4.1 Méthode de Coulomb (1773 !)..................................................................................................... 180
L.4.2 Méthode de Rankine .................................................................................................................... 183
L.4.2.1 Calcul de la force de poussée pour un massif pulvérulent à surface horizontale (méthode de Rankine)
184
L.4.2.2 Stabilité d'une tranchée dans un sol cohérent ?.................................................................................. 185
L.4.2.3 Calcul de la force de poussée pour un massif à cohésion et frottement (méthode de Rankine)......... 185
L.4.3 Méthode de Boussinesq-Caquot-Kerisel ..................................................................................... 186
L.4.4 Influence d'une surcharge et de l'eau.......................................................................................... 189
ELEMENTS DE BIBLIOGRAPHIE .............................................................................................................. 191
BIBLIOGRAPHIE RELATIVE A L'ENSEMBLE DU POLYCOPIE ............................................................................... 191
PROPRIETES PHYSIQUES ET GEOMETRIQUES DES TERRAINS ............................................................................. 191
INSTABILITES LIEES A LA FRACTURATION EN L'ABSENCE D'EAU ...................................................................... 191
REMBLAIS SUR SOL COMPRESSIBLE ................................................................................................................. 191
FONDATIONS ................................................................................................................................................... 192
ANNEXE 1......................................................................................................................................................... 193
COORDONNEES CYLINDRIQUES ....................................................................................................................... 193
Déformations ............................................................................................................................................. 193
Equations d'équilibre................................................................................................................................. 193
Loi de Hooke ............................................................................................................................................. 193

www.4geniecivil.com
Introduction à la Géotechnique

La Géotechnique étudie les caractéristiques des terrains (sols et roches) en vue de leur
utilisation comme matériau ou support de construction. C'est une discipline que l'on peut
intégrer dans le Génie Civil au sens large.
Le Génie Civil est une discipline plus large, que nous définirons comme l'ensemble des
disciplines de construction. Le Génie Civil dans cette définition très large englobe, outre la
Géotechnique, le calcul des structures (qui fait appel à la Résistance des Matériaux), l'étude
des matériaux de construction, les problèmes de bâtiment et d'énergie, les problèmes d'eau,
d'assainissement et d'irrigation, la conception et l'aménagement. Certains y intègrent même
l'environnement.
Remarque : "Génie Civil" est un terme qui peut avoir différentes significations. Certaines
entreprises de construction n'appliquent cette appellation qu'à la construction de grands
ouvrages d'art du type pont ou barrage.
La mécanique des terrains s'appuie sur :
- la Mécanique des Milieux Continus : MMC (élasticité, plasticité…) ;
- les propriétés physiques et mécaniques des sols et des roches ;
- la géologie, la composition chimique et minéralogique des constituants du sol (ces derniers
ayant une influence sur les caractéristiques physiques et mécaniques).

La mécanique des terrains fait donc appel à des aspects théoriques liés à la MMC, mais aussi
à une approche plus naturaliste et expérimentale. Les aspects "théoriques" sont basés sur des
notions déjà étudiées dans des cours antérieurs tels que :
- la théorie de l'élasticité (les conditions initiales et aux limites étudiées pourront être
spécifiques des problèmes de géotechnique) ;
- l'équilibre plastique (le critère de plasticité couramment employé sera le critère de Mohr-
Coulomb) ;
- l'écoulement en milieux poreux qui sera ici appliqué aux écoulements de l'eau dans le sol.
Ces écoulements dans le sol conduiront à exposer la théorie de la consolidation.
-…
La géotechnique fera aussi appel à toutes les techniques statistiques utiles pour caractériser la
variation des propriétés inhérente à un matériau naturel.

Souvent nous serons amenés à différencier les terrains qualifiés de "sols" de ceux qualifiés de
"roches".
Les assemblages de grains minéraux non liés par des forces de cohésion fortes et permanentes
seront dénommés sol (≠ roche). Les sols (par opposition aux roches) sont des matériaux
susceptibles d'être soit séparés en grains (sols pulvérulents i.e. les "sables"), soit déformés à la
main (sols cohérents i.e. "argiles") ou par la mise en œuvre d'une énergie mécanique
relativement faible.

www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

Les éléments conduisant à la distinction sol-roche sont résumés dans le tableau ci-dessous. On
est conduit à utiliser les termes de roche "molle" ou de sol dur pour qualifier un
comportement intermédiaire.
Sol Roche
• Liaisons entre grains minéraux faibles • Liaisons fortes et permanentes
• Continuité de la matrice • Importance des discontinuités (on ne passe
pas facilement des propriétés de la matrice
aux propriétés du massif)

- un support de construction (les fondations transmettent la charge de la


Les terrains sont à construction au sol)
la fois - un élément de construction (digue, barrage en terre, remblai)

La Géotechnique s'intéresse à ces deux aspects. Nous serons conduits à étudier la résistance
du sol de fondation, le tassement sous des bâtiments… mais aussi la stabilité de talus naturels
ou artificiels. Dans le premier cas, le géotechnicien ne pourra généralement que subir les
propriétés du terrain support (bien qu'il existe comme nous le verrons plus loin un certain
nombre de techniques d'amélioration du terrain en place), dans le second cas, il sera
éventuellement possible d’opérer une sélection sur le terrain mis en place artificiellement.
Dans la première partie de ce cours, nous nous intéresserons aux propriétés physiques et
géométriques des sols et des roches puis nous étudierons le comportement mécanique des
terrains à l’état naturel et l'effet de sollicitations extérieures.

effondrement

glissement

barrages

ports,
{ canaux
routes
voies ferrées galeries mine
à ciel
d'eau
digues ouvert

mines peu
remblais profondes,
carrières
sédiments
marins tunnels puits

grandes mine
cavités profonde
forage (stockage)
pétrolier

Quelques problèmes géotechniques

10

www.4geniecivil.com
A Propriétés physiques et géométriques des terrains
Les terrains sont constitués de trois phases :
3
une phase solide qualifiée de squelette et formée de grains VV
minéraux ; V 2 eau
une phase liquide, en général de l'eau ; solide
une phase gazeuse, souvent de l'aire et de la vapeur d'eau. 1
Nous commencerons par étudier la distribution des "vides" par VS
rapport aux grains minéraux, puis les grains eux-mêmes qui
pourront être caractérisés par :
leur taille ;
leur poids volumique ;
leur minéralogie. Figure A-1

A.1 Porosité et indice des vides


L'espace compris entre les grains minéraux du sol est appelé "volume des vides". Ce terme est
en réalité impropre puisque ces "vides" sont généralement remplis de fluide (le plus
fréquemment air et eau). Nous commencerons par décrire cette "absence de matériau" qui va
avoir une influence considérable sur le comportement des terrains.

A.1.1 Notations
Si un volume V de terrain (cf. Figure A-1) contient :
- un volume Vs de solide de poids Ws ;
- un volume Vv de "vide" .Ce volume de vide correspond au volume compris entre les grains
et comprend donc le volume d'eau Vw (w = water) et le volume d'air. Le volume total du sol
est : V = Vv + Vs ;
- un poids Ww d'eau
VV
La porosité est définie par n = . La porosité est comprise entre 0 et 1 (0 << n << 1)
V
VV
Un autre paramètre est également utilisé ; c'est l'indice des vides : e =
VS
e n
avec la relation : n= ou e=
1+e 1−n
Les vides peuvent contenir plus ou moins d'eau et le degré de saturation traduit le
"remplissage" des interstices du sol par de l'eau. La Saturation (ou degré de saturation) Sr
s'exprime en % :
Vw
S = Volume d'eau contenu dans les vides du matériau Sr =
Volume total des vides VV

11

www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

La proportion d'eau contenue dans les terrains peut également être exprimée par la teneur en
Poids de l' eau
eau w exprimée en % : w =
Poids du solide

On utilise parfois la teneur en eau volumique Θ :


Volume d' eau contenu dans les vides du matériau
Θ =
Volume total du matériau

Plusieurs critères peuvent être utilisés pour différencier la porosité :


- la taille des pores ;
- la description des pores (i.e. le type de porosité) ;
- l'origine de la porosité.

A.1.2 Classification de la porosité par rapport à la taille des pores


La taille des pores est très variable. On parlera de :
- porosité réticulaire quand la taille des vides est de l'ordre de l'angstrœm (1 Ä = 10 -10 m).
L'eau contenue dans ces vides est mobilisable par vaporisation par suite des variations du
degré hygrométrique de l'air;
- porosité colloïdale pour des vides d'environ 100 Ä. Elle correspond aux vides des agrégats
colloïdaux. C'est une porosité qui peut être importante et que l'on rencontrera
principalement dans les argiles. L'eau contenue dans ces vides est mobilisable par
compaction naturelle ou provoquée (centrifugation, filtration sous presse ou sous vide);
- microporosité jusqu'à 2 10-7 m ;
- porosité capillaire entre 2 10-7 m et 2 10-3 m ;
- macroporosité au-delà de 2 mm.
Les vides dont on pourra extraire l'eau correspondent à la macroporosité, la porosité capillaire
et dans une moindre mesure la micro-porosité.

A.1.3 Classification par rapport à l'origine


L'origine de la porosité peut être primaire ou secondaire :
- la porosité primaire est formée par les pores créés au cours de la genèse de la roche : lors
de la sédimentation, au cours de la cristallisation ou du refroidissement ;
- la porosité secondaire est acquise après la genèse soit par fracturation, soit par dissolution
(ex: grès à ciment calcaire ; la dissolution du ciment calcaire va entraîner l'acquisition
d'une porosité secondaire).

A.1.4 Classification morphologique


On distingue deux grands types morphologiques de vides : les pores et les fissures.

A.1.4.1 La porosité d'interstices (intergranulaire) : les pores


C'est l'ensemble des vides compris entre les différentes particules d'un terrain ; elle sépare les
12

www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

"grains".
La porosité peut être ouverte ou fermée (cas de certaines laves
volcaniques) selon que les vides communiquent ou non les uns
avec les autres.
Suivant la taille des pores, il sera possible de distinguer une
porosité d'interstices réticulaire (entre les cristaux des roches
magmatiques et métamorphiques), colloïdale (argiles), une
microporosité et une macroporosité.
Figure A-2

A.1.4.1.1 La porosité d'interstices simple ou nette


Quand les grains sont bien classés, c'est-à-dire sont de taille équivalente et que les vides qu'ils
laissent ne sont pas remplis par des grains de plus petite taille, la porosité sera qualifiée de
nette.
La structure peut être plus ou moins compacte selon le tassement. Si on suppose que l'on a des
particules sphériques de même diamètre, la porosité dépendra de l'arrangement des sphères :
la disposition pourra varier d'une disposition en carré (arrangement le plus lâche) à une
disposition losangique (ou rhomboédrique en 3 dimensions) qui donneront des porosités de 45
% (au maximum) à 25 %.

A.1.4.1.2 La porosité d'interstices restreinte


Ce type de porosité provient d'un mauvais tri des grains qui entraîne un remplissage par des
particules fines des vides laissés entre les gros grains.

A.1.4.1.3 La porosité d'interstices réduite


Le volume des vides peut être "réduit" par un dépôt (carbonate de chaux, hydroxyde de fer,
silice …) qui se fait sur la surface des grains et diminue la taille des pores.
En plus de ces trois types (simple, restreint, réduite), il est possible de trouver une porosité
double, quand les "gros" éléments sont eux-mêmes composés de grains et de pores plus petits
que les vides laissés par les "gros" éléments.

A.1.4.2 La porosité de fissure


Il existe plusieurs sortes de "fissures". Nous
pourrons distinguer plusieurs types de porosités
de fissures en fonction de la nature de ces
dernières.

Figure A-3

A.1.4.2.1 Porosité de joints


Elle est due aux joints stratigraphiques. Cette porosité est primaire.

13

www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

A.1.4.2.2 Porosité de diaclases


C'est une porosité secondaire liée aux diaclases donc à des fissures sans rejet orthogonales ou
obliques par rapport à la stratification.

A.1.4.2.3 Porosité de failles


Nous parlerons de porosité de faille lorsqu'il existe un réseau de fractures bien développé lié à
la présence d'une faille à proximité.

A.1.4.2.4 Porosité de schistosité


Le long des plans de schistosité, si ces plans se décollent plus ou moins, il peut se former
quelques vides.

A.1.4.2.5 Porosité de retrait


Ce type de porosité, relativement restreint, est lié au refroidissement des roches éruptives.

A.1.5 Ordre de grandeur de la porosité


- Sables, grès 15 % à 25 %.
- Argiles 40 % à 90 % (le volume des vides peut parfois devenir supérieur au volume initial
du terrain du fait d'un gonflement).
- Marnes : 30 % à 50 %, mais une partie de cette porosité est colloïdale.
- Calcaires : Quelques % à 25 % (dans le cas d'un calcaire détritique fissuré).
- Roches cristallines : quelques %. Cette porosité peut augmenter du fait de la fracturation et
de l'altération.
Remarques sur l'ordre de grandeur de la porosité
• La porosité la plus importante correspond
à la porosité d'interstices : une disposition
en carré de sphère régulière donnerait une
porosité de 45 %, mais un grès cimenté
peut avoir une porosité d'environ 5 %
seulement. La porosité de fissure est
moins importante ; pour se donner une
idée, il est possible d'imaginer un bloc de
20 cm × 20 cm × 25 cm sur le bord duquel
se trouve une fracture de 1 mm de large ; Figure A-4 : variation de l'indice de qualité
ceci correspond à une porosité de 0,4 %. d'une roche en fonction de la porosité de
Généralement, la porosité de fissure est pore et de fissure
inférieure à 5 %, mais cette porosité est
très importante du point de vue de la
circulation des eaux (trajet préférentiel) et
de la qualité mécanique des terrains.
• Les différentes porosités peuvent s'ajouter, par exemple une porosité de fissures et
d'interstices dans un grès. La porosité double est très intéressante (elle peut correspondre à
une porosité de fissures et d'interstices combinées) car le débit traversant une section est
proportionnel au carré du diamètre des vides.

14

www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

A.2 Le squelette du terrain : les grains


Les grains du sol peuvent être caractérisés par :
• leur nature et leur minéralogie ;
• le poids volumique des grains ;
• la taille et la répartition des tailles (analyse granulométrique).

A.2.1 Nature et minéralogie des grains


Nous ne détaillerons pas cet aspect, mais une étude minéralogique fine peut être effectuée
notamment par analyse aux rayons X.
La détermination de la composition minéralogique de la fraction argileuse pour les sols est un
élément de jugement intéressant sur son comportement.
La teneur en carbonate de calcium CaCO3 peut également être déterminée par mesure du
volume de gaz carbonique dégagé, après attaque à l'acide chlorhydrique d'une certaine
quantité de matériau sec.

A.2.2 Poids volumique des grains.


Si nous reprenons les notations de la Figure A-1 un volume V de terrain contient
- un volume Vs de solide de poids Ws ;
- un volume Vv de "vide"
Ce volume de vide correspond au volume compris entre les grains et comprend donc le
volume d'eau Vw (w = water) et le volume d'air. Le volume total du sol est : V = Vv + Vs ;
- un poids Ww d'eau
WS
Le poids volumique des grains du sol (ou poids volumique du solide) est : γ S =
VS

Les poids volumiques s'expriment en kN/m3.


γs
La densité relative du solide est : G =
γw

ou γw est le poids volumique de l'eau (γw = 9,81 kN/m3 ≈ 10 kN/m3)

A.2.3 Taille et la répartition des tailles (analyse granulométrique)

Les particules du sol ont des dimensions comprises entre 10-6 mm et


1m (à titre indicatif la variation relative des dimensions est la même
que celle qui existe entre la dimension d'une bille et de la terre!). Pour Bille
analyser la répartition des grains, il faut distinguer ce qui peut être fait
pour les roches, pour lesquelles les grains ne peuvent pas être séparés Planète

et pour les sols. Figure A-5

15

www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

A.2.3.1 Dimension, forme et répartition des grains dans les roches

… en cours d'élaboration …

A.2.3.2 Taille et répartition des tailles pour les grains d'un sol
La détermination de la répartition en poids des grains s'effectue :
- par tamisage, pour les particules dont le diamètre moyen est supérieur à 80 µ ;
- par sédimentation, pour les particules dont le diamètre moyen est inférieur à 80 µ.

A.2.3.2.1 Principe de la détermination de la répartition en poids des grains par tamisage


Le sable est tamisé, sur des tamis de maille refus
(dimension des trous du tamis) décroissante. tamis Ø
Les diamètres sont normalisés et on parle de normalisé
tamis stricto sensu pour des diamètres de trous passing
allant de 80 µ à 5 mm et de passoires pour des
diamètres variant de 12,5 mm à 100 mm. Figure A-6
Le passing est le pourcentage des grains dont la taille est inférieure à la maille du tamis (le
refus est le complément à 1).
Le pourcentage est un pourcentage en poids sec de l'échantillon (i.e. l'échantillon est passé à
l'étuve pour séchage).

A.2.3.2.2 Principe de la détermination de la répartition en poids des grains par


sédimentation
Pour les particules de petite dimension, on utilise une
méthode basée sur la loi de Stokes:
γs −γw 2
v= ⋅D
18µ γs
v : vitesse limite de chute de la particule;
µ : viscosité du liquide.
D

Figure A-7

Les résultats de l'analyse granulométrique sont reportés dans un repère semi-logarithmique.


La courbe représentant en fonction du diamètre D, le pourcentage en poids des grains de
dimension inférieure à D (passing) est appelée courbe granulométrique.
On appelle Dx le diamètre correspondant au pourcentage x (sur la figure I.4 la détermination
du D60 est reportée à titre d'exemple).
Il faut noter que l'analyse granulométrique ne rend pas compte de la forme des grains et de
leur état de surface. Les diamètres reportés sont des diamètres moyens équivalents.

16

www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

A.2.3.2.3 Diamètres caractéristiques


D60 : diamètre de la maille laissant passer 60 % du matériau (60 % des grains ont un diamètre
inférieur au D60).
D30 : diamètre de la maille laissant passer 30 % du matériau (30 % des grains … au D30).
D10 : diamètre de la maille laissant passer 10 % du matériau (10 % des grains … au D10).

A.2.3.2.4 Coefficients caractéristiques


À partir des diamètres caractéristiques on définit des coefficients :
D60
• Coefficient d'uniformité de Hazen : Cu =
D10
pour Cu < 2 la granulométrie du sol est dite uniforme ;
pour Cu > 2 la granulométrie du sol est dite étalée.
• Coefficient de courbure : Cc ou Cz (dénomination recommandée par la Société
(D30 )
2

Internationale de Mécanique des Sols) Cz =


D60 ⋅ D10
Pour certaines applications, il est parfois demandé au sol (ou aux granulats pour les bétons) de
respecter certaines caractéristiques granulométriques. Il est courant de voir spécifier un fuseau
de tolérance. Ce fuseau est composé de 2 courbes granulométriques limites, entre lesquelles
doit se trouver le sol (ou les granulats) considérés.

A.2.3.2.5 Diamètres de référence


Nous avons résumé les étapes d'une caractérisation granulométrique d'un sol. Certaines
coupures granulométriques sont plus particulièrement utilisées :
• La coupure granulométrique à 80 µ permet de séparer les sols grenus des sols fins :
- un sol est considéré comme grenu, si plus de 50% de ces grains ont un diamètre supérieur à
80 µ;
- un sol est considéré comme fin, si plus de 50% de ces grains ont un diamètre inférieur à
80 µ.

• La coupure granulométrique à 2 mm permet de séparer les sables des graves (cf.


classification plus loin).

17

www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

Passing : Analyses granulométriques par tamisage - Dossier :


%
cumulé CAILLOUX GRAVIER GROS SABLE SABLE FIN LIMON ARGILE
100

90

80

70

60

50

40

30

20

10

1000,000 100,000 10,000 D60 1,000 0,100 0,010 0,001 0,000

Ouverture intérieure des mailles des tamis Ø équiv.(Sédimentométrie)

Figure A-8 : Exemple de courbe granulométrique

Taille des tamis Tare des tamis Tamis + refus Poids refus % cumulé

(mm) (g) (g) (g) (%)


1 < 0,080 591,17 1022,73 431,55975
2 > 0,080 521,79 1817,31 1295,5155 3,6200395
3 0,125 543,66 2666,28 2122,6169 14,487173
4 0,200 586,54 2702,29 2115,7478 32,292256
5 0,400 619,44 1064,57 445,13 50,039718
6 0,630 662,58 1029,31 366,73 53,773589
7 1,250 479,95 856,8 376,85 56,849819
8 2,500 592,61 1274,02 681,41 60,010938
9 5 640,46 2004,42 1363,96 65,726789
10 10 940,21 2837,81 1897,6 77,168053
11 20 1076,17 1570,66 494,49 93,085633
12 40 0 329,8 329,8 97,233549
13 100
TOTAL 7254,58 19175,99 11921,41

Tableau A-1 : exemple d'analyse granulométrique

18

www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

A.3 Essais d'identification spécifiques aux sols et classification

A.3.1 Poids, volumes et paramètres caractéristiques


L'état du sol est caractérisé par un certains nombre d'indices, de coefficients :
Soit V ou VT(T = Total) un volume de terrain composé de :
3
VV - un volume Vs de solide ;
V 2 eau
- un volume Vv de "vide";
solide
Ce volume de vide correspond au volume compris entre les
1 grains et comprend donc le volume d'eau Vw (w = water) et le
VS volume d'air. Le volume total du sol est : V = Vv + Vs ;
- un poids Pw (ou Ww, in English!) d'eau;
- un poids Ps (ou Ws) de grains solides.

Figure A-9

La détermination de Ps et Pw s'effectue en pesant deux fois l'échantillon : une fois à l'état


naturel, une seconde fois après passage à l'étuve à 105°C. La deuxième pesée permet d'obtenir
Ps et par différence avec la première pesée Pw.
La détermination du volume des grains solides
s'effectue à l'aide d'un picnomètre.
Les grains solides, après passage à l'étuve, sont
broyés afin d'obtenir des éléments de taille inférieure
à 0,4 mm. Les grains sont pesés puis introduits dans
un flacon à col étroit (picnomètre) dont le volume est
connu avec précision. Le volume de l'échantillon
peut être mesuré soit directement, soit par différence Figure A-10 : schéma d'un
de poids entre un flacon plein d'eau et un flacon picnomètre
contenant le même volume, mais constitué de grains
et d'eau.

19

www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

BALANCE

La détermination du volume
d'un échantillon s'effectue en
PORTE OBJET
enrobant l'échantillon de
paraffine et en l'immergeant
dans de l'eau. La mesure de la
poussée hydrostatique permet ECHANTILLON
de connaitre le volume de
FLOTTEUR
l'échantillon.
A partir du poids humide, du
poids paraffiné, de la pesée
BAC D’IMMERSION
hydrostatique et enfin du
poids sec, on peut calculer la
densité humide et sèche de
l’échantillon.
SUPPORT ELEVATEUR

Figure A-11 : Schéma de principe de la détermination du


volume d'un échantillon par immersion

* Nous avons précédemment défini la porosité et l'indice des vides qui expriment la
proportion des "vides" du sol. Rappelons que :
VV
Porosité : n = la porosité est comprise entre 0 et 1 (0 << n << 100%)
V
VV
Indice des vides : e =
VS
* La teneur en eau est le rapport en poids entre l'eau et le solide :
Ww
Teneur en eau : w s'exprime en %: w =
WS
La teneur en eau d'un sol permet d'apprécier l'état dans lequel se trouve le sol
* Le degré de saturation traduit le "remplissage" des interstices du sol par de l'eau
Vw
Saturation (ou degré de saturation) Sr s'exprime en % : Sr =
VV
* Poids volumiques :
W Ww + Ws
• Le poids volumique du sol à l'état naturel γ : γ = = = γ h ou poids volumique
V V
humide γh :
WS γs
• Le poids volumique du sol sec (dry) γd : γ d = =
V 1+ w G
Sr

20

www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

WS
• Le poids volumique du solide γs : γ S =
VS
Ww
• Le poids volumique de l'eau γw : γ w =
3 3
= 9,81 kN / m ≈ 10 kN / m
Vw
W
• Le poids volumique du sol à saturation : γsat : γ sat = poids volumique humide quand
V
Sr = 100 % (i.e. il n'y a plus d'air dans les interstices du sol et Vw = Vv ).
• Le poids volumique déjaugé : γ' : γ ' = γ − γ w (cf. 3.2).

A.3.2 Caractéristiques des sols fins


Le comportement d'un sol fin est fonction de :
- sa composition minéralogique
- sa structure (i.e. la disposition des particules les unes par rapport aux autres);
- sa teneur en eau.
Des essais spécifiques sont pratiqués pour déterminer les caractéristiques de la fraction fine
des sols (granulométrie inférieure à 400 µ). Ces essais permettent la détermination des limites
d'Atterberg.
Le sol fin pourra passer d'un état "solide" à un état "liquide", quand sa teneur en eau
augmente; le comportement intermédiaire aura des propriétés "plastiques". La consistance
d'un sol va donc varier en fonction de la teneur en eau. On définit des limites arbitraires pour
qualifier ces différents états. Ces limites sont pour des teneurs en eau croissantes :
- la limite de plasticité wP qui sépare l'état solide de l'état plastique;
- la limite de liquidité wL qui sépare l'état plastique de l'état liquide.
L'état solide peut être également séparé par la limite de retrait ws entre un état solide sans
retrait (ne contenant plus d'eau adsorbée) d'un état solide avec retrait, présentant donc une
dimension de volume lié au départ d'eau adsorbée.
solide solide Etat Etat
sans retrait avec retrait plastique liquide
wS wP wL
Figure A-12 : limites d'Atterberg

Ces limites sont désignées par l'appellation de limites d'Atterberg (agronome suédois…).
Leur détermination est empirique (cf. description ci-dessous). Rappelons qu'elles sont
mesurées sur la fraction de sol inférieure à 400 µ. Leur détermination va permettre de
caractériser le sol et de "prévoir" son comportement.

A.3.2.1 Limite de liquidité


La limite de liquidité est déterminée, en étendant une couche d'argile sur une coupelle
normalisée. On trace dans cette couche d'argile une rainure de 12 mm au moyen d'un outil en
V (normalisé). Des chocs répétitifs sont imprimés à la coupelle et on compte le nombre de
chocs nécessaires pour refermer la rainure sur 1 cm. La teneur en eau de la pâte est ensuite
21

www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

mesurée.
La limite de liquidité wL est la teneur en eau (exprimée en %) qui correspond à une fermeture
en 25 chocs.

Coupelle vue de coté Coupelle vue de face Outil à rainurer


Figure A-13 : Coupelle de Casagrandre (d'après Costet & Sanglerat)

A.3.2.2 Limite de plasticité


La limite de plasticité est déterminée en roulant l'échantillon en forme de fuseau et en
amincissant ce fuseau progressivement.
La limite de plasticité wP est la teneur en eau (exprimée en %) pour laquelle le fuseau se brise
en petits tronçons de 1 à 2 cm de long au moment où son diamètre atteint 3 mm.
Ces mesures, contrairement à ce que l'on pourrait croire, sont assez précises. On estime que
wP et wL sont déterminées avec une erreur relative de 5% environ. Si l'opération est effectuée
plusieurs fois par le même opérateur, l'erreur ne dépasse pas 2%.
La teneur en eau naturelle wnat est en général comprise entre wP et wL, mais plutôt proche de
wP. Il faut remarquer que ces mesures sont effectuées sur du matériau remanié. Il est donc
possible que des sols naturels, présentant avant remaniement une consistance éloignée de
celle d'un liquide, aient une teneur en eau supérieure à la limite de liquidité.

A.3.2.3 Indice de plasticité

L'indice de plasticité est la différence entre les deux mesures précédentes : IP = w L − wP


Il permet de définir le degré de plasticité d'un sol :
Indice de Plasticité Degré de plasticité
0-5 non plastique
5-15 peu plastique
15-40 plastique
>40 très plastique

A.3.2.4 Indice de consistance


L'indice de consistance donne une idée de la structure des argiles du sol :
w − w wL − w
IC = L = ; des argiles ayant même indice de consistance auront des propriétés
IP wL − wP

22

www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

proches.
IC Consistance
IC < 0 Liquide
0 < IC < 0,25 Pâteuse ou très molle
0,25 < IC < 0,5 Molle
0,5 < IC < 0,75 Ferme
0,75 < IC < 1 Très ferme
IC > 1 Dure

A.3.2.5 Indice de liquidité


L'indice de liquidité est le complément à 1 de l'indice de consistance :
w − wP w − wP
IL = = = 1 − IC
IP w L − wP

A.3.2.6 Activité des argiles


Les limites d'Atterberg sont déterminées sur la Shellhaven
London clay
fraction de sol de dimension inférieure à 400 µ. Weald clay
La teneur en argile est elle définie comme le lp Horten
pourcentage (en poids, par rapport au poids total
100
des particules de dimension inférieure à 400 µ)
des éléments de dimension inférieure à 2 µ. 80
Skempton (éminent mécanicien des sols anglais)
a montré que si l'on reporte l'indice de plasticité 60
IP en fonction de la teneur en argile, les points
représentatifs des échantillons dont la fraction 40
fine est constituée du même minéral sont
approximativement alignés. La pente de cette 20
droite est donc caractéristique de ce minéral et
est appelée activité. 0
IP 20 40 60 80 100
A= Teneur en argile
% éléments < 2 µ
Figure A-14 : Activité des argiles
(Skempton)

A.3.2.7 Sensibilité des argiles


Une argile naturelle qui est remaniée perd de la résistance au cours du remaniement. Cette
caractéristique est plus ou moins importante en fonction de la composition du matériau.
On appelle sensibilité d'une argile le rapport entre sa résistance à la compression simple à
l'état intact et sa résistance à la compression simple après remaniement.
Résistance à la compression simple avant remaniement
St =
Résistance à la compression simple après remaniement
- Fréquemment 2 < St < 4
- Pour les argiles dites sensibles : 4 < St < 8

23

www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

A.3.3 Caractéristiques des sols grenus

A.3.3.1 Densité relative ou Indice de densité


Les sols grenus sont caractérisés par leur Indice de densité ou densité relative
emax − e
ID = 0 < ID < 1
emax − emin
emax est l'indice des vides maximal;
emin est l'indice des vides minimal;
e est l'indice des vides naturel et, en général, pour un sable 0,4 < e < 1
L'état le plus lâche d'un sable sera caractérisé par : ID ≈ 0; l'état le plus compact, donc le plus
résistant par ID ≈ 1. Un sable lâche aura tendance à se "tasser" et à se cisailler plus facilement
que le même matériau dans un état plus compact.
L'indice des vides maximal (emax) s'obtient en versant soigneusement, sans provoquer de
vibrations, le sable sec dans un moule étalon de volume connu.
L'indice des vides minimal (emin) correspond à l'état le plus dense d'un sol. Il s'obtient en
soumettant à des vibrations un poids connu de sol contenu dans un moule de volume connu.

A.3.3.2 Equivalent de sable


L'essai d'équivalent de sable est un essai très simple permettant d'évaluer la proportion
relative d'éléments fins et d'éléments grenus. Il se pratique sur les éléments de taille inférieure
à 5 mm. Un échantillon de 120 g de matériau sec (< 5 mm) est placé dans une éprouvette
contenant de l'eau et un défloculant. L'ensemble est mélangé, puis laissé au repos (temps et
quantité à préciser). On observe à la base de l'éprouvette un dépôt solide, un floculat de sol
fin, puis un surnageant relativement clair.
L'équivalent de sable E.S. s'exprime en pourcentage :
h1
E.S.= *100
h1 + h2
L'essai est interprété de la manière suivante :
floculat
E.S. = 0 argile pure h2
E.S. = 20 sol plastique
E.S. = 40 sol non plastique Dépôt solide h1
E.S. = 100 sable pur et propre Figure A-15 : Essai d'équivalent de
sable

A.3.4 Essai au bleu de méthylène


Cet essai permet de caractériser la phase argileuse d'un sol. L'essai consiste à introduire dans
un échantillon des quantités croissantes de bleu de méthylène, par doses successives jusqu'à
ce que les particules argileuses en soient saturées. Le sol adsorbera d'autant plus de bleu de
méthylène que :

24

www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

- la quantité d'argile qu'il contient est importante;


- que cette argile est active, c'est-à-dire qu'elle développe une surface spécifique élevée et
qu'elle est abondamment chargée.
Il existe des corrélations entre les valeurs de bleu d'un sol (VBS) et son indice de Plasticité
pour les sols cohérents et l'Equivalent de sable pour les sols grenus. L'Indice de plasticité (IP)
et la valeur de bleu d'un sol (VBS) sont tous les deux des paramètres qui mesurent l'argilosité.
La VBS est une grandeur qui exprime globalement la quantité et l'activité de l'argile contenue
dans le sol étudié, elle est donc applicable à l'identification de tous les sols. L'IP est un
paramètre mesuré depuis beaucoup plus longtemps dans les sols et l'on dispose donc d'une
plus grande expérience dans l'interprétation de cette caractéristique, de plus il est plus sensible
que la VBS pour des sols moyennement à très argileux. Enfin l'IP est à la fois un paramètre
d'identification et de comportement du sol qui définit l'intervalle de teneur en eau dans lequel
le sol reste souple et déformable tout en conservant une certaine résistance au cisaillement.
Ces deux indices ne peuvent donc pas se substituer entièrement l'un à l'autre.
Cet essai est utilisé dans le domaine routier et dans la Recommandation pour les
Terrassements Routiers (Recommandations SETRA-LCPC).

A.3.5 Classification des sols


La classification des sols est basée sur l'analyse granulométrique et les limites d'Atterberg.
Elle permet de fournir une définition rapide d'un terrain, mais ne donne qu'une idée globale de
son comportement mécanique.
En France, on utilise la classification du Laboratoire des Ponts et Chaussées (avec des mailles
de tamis en mm, cm, et mètres). Cette classification est proche de celle utilisée aux USA :
classification USCS (Unified Soil Classification System).
Comme nous l'avons vu au § I.1., la coupure granulométrique à 80 µ permet de séparer les
sols grenus des sols fins :
- un sol grenu est constitué de plus de 50% de grains ayant un diamètre supérieur à 80 µ.
- un sol fin est constitué de plus de 50% de grains ayant un diamètre inférieur à 80 µ.
On définit un sol par deux symboles. Le premier symbole tient compte de la nature des
éléments constituant le sol :
- G : pour Grave, quand la grave constitue la fraction principale du sol;
- S : pour Sable, quand le sable constitue la fraction principale du sol;
- L pour Limon, quand le limon constitue la fraction principale du sol;
- A pour Argile, quand l'argile constitue la fraction principale du sol;
- T pour Tourbe, quand la tourbe constitue la fraction principale du sol;
- O pour Organique, quand l'échantillon contient des éléments organiques, même en faible
quantité.
Le deuxième symbole tient compte de la granulométrie :
- b : bien graduée, c'est à dire granulométrie bien étalée, sans prédominance d'une fraction
particulière;
- m : pour mal graduée, c'est à dire pour une granulométrie discontinue avec prédominance
d'une fraction particulière.
25

www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

A.3.5.1 Classification des sols grenus

CLASSIFICATION DES SOLS GRENUS


(plus de 50% des éléments > 0,08 mm)
Définitions Symb Critères Appellation
ole
Plus de 50% des Moins de 5% Gb Cu > 4et 1 < Cz < 3 Grave propre
éléments d'éléments < (GW) bien graduée
GRAVES > 0,08 mm ont 0,08 mm Gm Une des conditions Grave propre
un (GP) Gb non satisfaites mal graduée
diamètre > 2 mm Plus de 12% GL Limites d'Atterberg au Grave
d'éléments < (GM) dessous de la ligne A limoneuse
(ligne A : cf. fig I.9)
0,08 mm GA Limites d'Atterberg au Grave
(GC) dessus de A argileuse
Plus de 50% des Moins de 5% Sb Cu > 6 et 1 < Cz < 3 Sable propre
éléments d'éléments < (SW) bien graduée
SABLES > 0,08 mm ont 0,08 mm Sm Une des conditions Sb Sable propre
un (SP) non satisfaites mal graduée
diamètre < 2 mm Plus de 12% SL Limites d'Atterberg au Sable
d'éléments < (SM) dessous de la ligne A limoneux
(ligne A : cf. fig I.9)
0,08 mm SA Limites d'Atterberg au Sable
(SC) dessus de la ligne A argileux
(ligne A : cf. fig I.9)
Lorsque : 5% < % d'éléments inférieurs à 0,08 mm < 12% => on utilise un double symbole
La notation entre parenthèses est celle de la classification USCS, par exemple GW = Well graded gravels.
Tableau A-2 : classification des sols grenus

26

www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

A.3.5.2 Classification des sols fins


Elle est basée sur les limites d'Atterberg.
60

WL= 50%
A
50
ig ne
L
argiles très plastiques At
Indice de plasticité IP

-15
3W
40 L
0,7
W L= 30% I P=
30 Ap
stiques
la
u p
ile s pe argiles
arg moyennement limons très plastiques Lt
20
plastiques et sols organiques très plastiques Ot

10 argiles faiblement
plastiques
limons Lp
et sols organiques peu plastiques Op
0
0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% 70% 80% 90% 100%
Limite de liquidité WL

Figure A-16 : Diagramme de Casagrande

Matériau Limite de Limite de Indice de


liquidité plasticité plasticité
wL en % wP en % IP en %
Sable 10 à 25
Limon 20 à 35 10 à 30 5 à 15
Argile 40 à 150 15 à 50 20 à 100
Colloïdes 150 50 100

Marnes vertes du Sannoisien


- à Marne la vallée 79 36 43
- à Arcueil 69 32 37
Marne de Pantin
- à Marne la vallée 55 27 28
- à Antony 81 41 36
Marne d'Argenteuil
- à Arcueil 76 31 45
- à Marne la vallée 76,5 35,5 41
Marne de Saint Ouen
- à Bobigny 57,5 41,5 16
Argile Plastique 78 36 42
Tableau A-3 : Quelques valeurs indicatives (d'après Boeck cité par Filliat)

27

www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

Minéral Limite de liquidité wL en % Limite de plasticité wP en %


Montmorillonite 100-900 50-100
Nontronite (variété de 37-72 19-27
smectite)
Illite 60-120 35-60
Kaolinite 30-110 25-40
Halloysite hydraté 50-70 47-60
Halloysite déshydraté 35-55 30-45
Attapulgite 160-230 100-120
Chlorite 44-47 36-40
Allophane 200-250 130-140
Tableau A-4 : Limites d'Atterberg pour les minéraux argileux

28

www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

Définitions des caractéristiques physiques des sols

DEFINITIONS : Quelques relations entre les paramètres :

VV e
e= (indice des vides) n=
VS 1+e

VV n
n= (porosité) e=
V 1−n

W γh γd
γ = = γ h (poids volumique ou pds vol. humide) γd = = (1− n)γ S ou n = 1−
V 1+w γs

WS γd 1 γS
γd = (poids volumique sec ; d = dry) = ⇒ e= −1
V γS e+ 1 γd

γS =
WS
(poids volumique du solide) γ s − γ sat
e=
VS γ sat − γ w

γw =
Ww
(poids volumique de l'eau) γ S −γw
γ' = γ d
Vw γS

γ ' = γ − γ w (poids volumique déjaugé) ⎛γ ⎞


w = ⎜ − 1⎟
⎝γ d ⎠
Ww
w= teneur en eau (exprimée en %)
WS 1+ w γ s (1 + w)
γ= γS ou e= −1
1+e γ

ou encore γ h = (1 + w) ⋅ (1− n) ⋅ γ s
Vw
Sr = degré de saturation (exprimé en %)
VV
Sr e γ w + γ S
γ = (1+ w)γ d et γ =
1 + e

γS w
γd = w γS ou Sr =
1+ ⎛1 1⎞
Sr γ w γ w⎜ − ⎟
⎝γ d γ s⎠

Ww (sat ) Vv γ w n γw
wsat = = =
WS V γd γd

29

www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

A.4 Caractéristiques et représentations géométriques des


discontinuités - Classifications des massifs rocheux
Les caractéristiques spécifiques des massifs rocheux sont en grande partie liées à la présence
des discontinuités ; à leurs caractéristiques géométriques (orientation, densité, persistance…)
et mécaniques.

A.4.1 Différents type de discontinuités


On distingue les discontinuités majeures (d'extension importante)
• Faille
• discordance
• contact veine
de discontinuités mineures
• joints de stratifications ;
• joints de schistosité ;
• diaclases ;
• fractures ;
• clivages ;

A.4.2 Propriétés des discontinuités


Outre leur nature ; les discontinuités vont pouvoir être identifiées par un certain nombre de
caractéristiques (qualitatives, propriétés physiques et mécaniques)
• orientation ;
• distance ou espacement ;
• persistance, extension ou étendue ;
• ouverture et continuité de l'ouverture ;
• remplissage (et nature du remplissage) ou absence de remplissage ;
• présence d'eau ;
• nature et état des épontes (i.e. des parties de la roche de part et d'autre de la
discontinuité) ;
• morphologie des épontes : ondulation et rugosité ;
• résistance mécanique et autre propriétés mécaniques.
Toutes ces caractéristiques vont influencer les propriétés du massif rocheux.
Des discontinuités ayant des caractéristiques proches et une orientation semblable et dont on
peut penser qu'elles ont été générées au cours d'un même événement tectonique pourront être
regroupées au sein d'une même "famille".

A.4.3 Orientation des discontinuités - report dans des diagrammes


Les discontinuités sont des structures planes ou au moins planes par morceaux. Les

30

www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

orientations des discontinuités sont liées à l'histoire du massif, elles ne sont donc pas
quelconques. Les discontinuités ayant une orientation semblable ont souvent la même origine.
Il est donc important de caractériser cette orientation.
L'orientation d'un plan dans l'espace se fera par 2 valeurs, en général l'azimut et le pendage du
plan.
Il est courant de représenter les orientations des discontinuités sous forme de diagramme.
(cf. Poly B. LAUMONIER)

A.4.4 Espacement

A.4.5 Persistance

A.4.6 Ouverture des discontinuités

A.4.7 Rugosité

A.4.8 Intersection des discontinuités par des ouvrages, des forages. Notion de
RQD

A.4.9 Classifications des massifs rocheux

A.5 Propriétés acoustiques

A.6 Propriétés électriques

A.7 Propriétés thermiques

A.8 Propriétés magnétiques

31

www.4geniecivil.com
www.4geniecivil.com
B Application de la mécanique des milieux continus à la
géotechnique

Pour résoudre un problème en mécanique des solides déformables, trois relations de base sont
nécessaires :
- les équations d'équilibre, qui font appelle à la notion de contrainte ;
- les équations de compatibilité qui relient déformations et déplacements
- les relations contraintes-déformations qui mettent en relations les contraintes, régies par
les équations d'équilibre et les déformations, gouvernées par les équations de compatibilité
Nous allons examiner successivement dans ce qui suit ces différentes notions et la manière
dont elles sont déclinées en géotechnique.

B.1 Etude des contraintes


A la base de cette notion, il y a la conception de « milieu continu » : milieu dont les propriétés
physiques varient d’une façon continue d’un point à un autre. Nous savons que la matière est
discontinue à l’échelle moléculaire et même dans certains cas à une échelle beaucoup plus
grande : (cristaux, grains d’un béton). Nous supposerons que l’échelle des longueurs est telle
qu’un volume de mesure très petite renferme encore un grand nombre de constituants
distincts.

Définition des contraintes :

Les forces extérieures à un élément de milieu continu se partagent en :

1°) Forces à distance :


Elles sont en général de l’ordre de dm (masse de l’élément),
soit K.dm : K est la force de masse.
Exemples : le poids g.dm, les actions magnétiques, électrostatiques, etc...
Par rapport aux dimensions de l’élément qui sont infiniment petites d’ordre 1, ces forces sont
d’ordre 3 (moments d’ordre 4).

2°) Forces de contact :


Elles sont produites sur une surface au sein d’un milieu continu par les éléments de matière
G
contigus. Sur un élément plan d’aire dS, ces actions sont de l’ordre de dS : soit T.dS
G
T est la contrainte sur l’élément de surface dS.
Le moment de ces actions par rapport ou centre de l’élément de surface (centre d’inertie en
affectant les aires d’une densité égale à l’unité) est du 3ème ordre au moins.

33

www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

Une bonne compréhension de la notion de contrainte peut être facilitée en considérant un


solide continu quelconque, en équilibre sous l’action d’un système de forces extérieures Fe
(ce solide peut être éventuellement extrait d’un milieu continu plus vaste).
Effectuons une partition de ce solide en deux parties A et B, séparées par une surface plane S,
dont un point courant est noté M (figure).

dS
[A] [B]
G
M df

Figure B-1

L’équilibre du solide complet (A + B) s’exprime par le fait que le système de forces


extérieures appliqué à A + B est équivalent à zéro.
F (A) + F (B) = 0
L’équilibre d’une seule des parties, B par exemple, s’exprime par le fait que le système de
forces extérieures appliqué à B, ajouté au système de forces exercé par la partie A sur la
partie B à travers la surface S est équivalent à zéro.
F (B) + F (A / B par S ) = 0
De ces deux relations on tire que

F(B / A par S)= F( A)


Le système de forces extérieures appliqué à la partie A assure l’équilibre de la partie B en
s’exerçant à travers la surface S qui la délimite.
Considérons maintenant les éléments de réduction en M de F (A / B par S ) , ramenés à une
force élémentaire df et au moment élémentaire dM .
Si dS est une surface élémentaire, appartenant à S, autour du point M, la définition stricte de la
contrainte est le vecteur T , défini en M par

df dM
T = lim quand dS → 0 , avec la condition lim = 0 quand dS → 0
dS dS

Si maintenant on effectue une autre partition du solide initial en deux parties A’ et B’,
séparées par une surface S’, passant par le même point courant M que précédemment mais
situé cette fois sur une surface élémentaire dS’.

34

www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

S S’

[B] d f ' [B’]


[A’]
M dS’

Figure B-2

Par le même raisonnement, on montre que F (A' / B ' par S ' ) = F (A' ) et donc que l’équilibre
de B’ est complété par l’action des forces extérieures appliquées à A’, transmise à travers S’.
Les éléments de réduction au même point M sont désormais df ' et dM ' , différents de df et
dM puisque F (A' ) est de façon générale différent de F (A) .
Le vecteur contrainte en M est défini par :

df ' dM '
T ' = lim quand dS '→ 0 , avec la condition lim = 0 quand dS '→ 0
dS ' dS '
T ' est un vecteur différent de T .
Cette présentation montre que la notion de contrainte en un point peut être représentée par des
vecteurs dont le module et la direction dépendent non seulement de la position dans l’espace
du point considéré mais aussi de l’orientation de la surface sur laquelle ces vecteurs
s’appliquent. On a donc défini, dans ces conditions en tout point une infinité de vecteurs
contraintes.
Pour surmonter cette difficulté conceptuelle et faciliter la manipulation de cette notion
essentielle, on a été conduit d’abord à adopter des notations conventionnelles précises, et
d’autre part, à analyser l’équilibre de solides particuliers.

B.1.1 Conventions
G On oriente la normale à l’élément dS vers
T [A]
l’extérieur et on décompose T suivant la
t [B]
n normale et le plan de l’élément de surface.
n L’élément de surface sépare 2 parties de
[A] t matières A et B. Mais l’action de B sur A
[B] G étant directement opposée à l’action de A sur
T B, on voit que la disposition du vecteur
Figure B-3 contrainte par rapport à la normale tournée
vers l’extérieur est la même dans les deux cas.
n >0 : traction On peut donc donner un signe à la
n <0 : compression composante normale du vecteur contrainte n.

35

www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

La composante t est appelée cisaillement


Le signe de la composantes de cisaillement est
y conventionnel, plusieurs convention sont possible,
tyx les 2 suivantes sont relativement courantes :
Convention 1 (valable en 2D) :

txy txy Lorsqu’il agit sur une surface dont la normale


extérieure est orientée dans une direction positive du
repère de référence (figure ci-contre), il est lui-
même orienté vers une direction positive dans ce
même repère.
tyx
Sur l’exemple de la figure, tous les cisaillements
x sont positifs : quand la normale extérieure est
orientée dans une direction négative, la composante
Figure B-4 de cisaillement est ainsi orientée dans une direction
négative.
Convention 2 : Un axe de rotation est défini. Il s'agit de l'axe qui forme un trièdre directe avec
les axes x et y. Si le trièdre formé par la normale à la face, le cisaillement et l'axe de rotation
est direct, le cisaillement est positif, sinon, le cisaillement est négatif. Avec cette convention,
sur la figure ci dessus, les tyx sont négatifs tandis que les txy sont positifs.
Notations usuelles : Facette de normale positive parallèle à :

Facette de normale positive parallèle à


l’axe
Ox Oy Oz
Composante Ox txx txy txz
de la
Oy tyx tyy tyz
contrainte
sur l’axe Oz tzx tzy tzz

On pourra remplacer x par 1


y par 2
z par 3

tij = composante sur Oxi de la contrainte sur la surface de normale >0 parallèle à Oxj et de
même sens. On introduit ainsi une matrice tij sur laquelle nous reviendrons plus loin.

36

www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

B.1.2 Equations universelles de l'équilibre


1°) Considérons d’abord un élément en équilibre, de dimensions infinitésimales ayant la
forme d’un parallélépipède rectangle.

tzz+dtzz
dx tyz+dtyz

txz+dtxz
txx
tyx tzy+dtzy
txy tzx tyy+dtyy
tyy
tzy tzx+dtzx txy+dtxy
dz tyx+dtyx
M
y
txx+dtxx txz
tyz
z
tzz
o y
dy
x
x

Figure B-5

A - Ecrivons que la somme géométrique des forces extérieures appliquées est nulle en
projection sur Ox.
Sur les 2 faces normales à Ox la composante de contrainte qui intervient est txx mais pour les
2 faces elle a des valeurs différentes car, d’une face à l’autre x varie de dx; ainsi que
des signes différents car les normales extérieures sont de sens opposés.
Au total pour ces deux faces la force résultante est donc
⎛ ∂t ⎞ ∂t
⎜ t xx + xx dx ⎟dy.dz − t xx dy.dz = xx dx.dy.dz
⎝ ∂x ⎠ ∂x
L’équilibre sur les faces perpendiculaires à Oy donne :
∂t xy
dx.dy.dz
∂y
L’équilibre sur les faces perpendiculaires à Oz donne:
∂t xz
dx.dy.dz
∂z

37

www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

Les forces à distances (ici volumiques) ayant pour résultante fdv donneront sur Ox la
composante
fx.dv = fx.dx.dy.dz
On en déduit les équations ci-dessous (appelée équations d'équilibre) :
Sur Ox
∂t xx ∂t xy ∂t xz ⎫
Sur Ox + + + fx = 0⎪
∂x ∂y ∂z ⎪
∂t yx ∂t yy ∂t yz ⎪⎪ ∂t ij
Sur Oy + + + f y = 0⎬ ∑ + fi = 0
∂x ∂y ∂z ⎪ j =1x.,2y.3, z ∂x j
∂t zx ∂t zy ∂t zz ⎪
Sur Oz + + + fz = 0 ⎪
∂x ∂y ∂z ⎪⎭

B - Ecrivons que la somme des moments des forces extérieures appliquées au parallélépipède
est nulle par rapport à l’axe Kz’ parallèle à 0z passant par le centre K du parallélépipède.

z’

tzz
tyz

txz

tzy
K tyy
y’
txy
dz tzx
tyx

txx
dx

dy
x’
Figure B-6

On va trouver des couples qui seront des infiniment petits du 3ème ordre, donc on pourra
négliger ceux d’ordre 4.
Il en résulte que :
- on peut considérer les actions de contact comme appliquées aux centres des faces; en effet,
par rapport aux centres des faces on a peut-être des couples du 3ème ordre, mais pour 2 faces
38

www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

parallèles, la différence de ces couples est du 4ème ordre donc négligeable.


- on peut négliger la variation de la contrainte d’une face à l’autre pour 2 faces parallèles;
cette variation est en effet du 3ème ordre et donne un couple d’ordre 4.
On voit que, dans ces conditions, toutes les composantes des forces de contact rencontrent
Kz’ sauf txy et tyx. Le moment par rapport à Kz’ des actions de contact est donc :
t yx .dy.dz.x.dx - t xy .dx.dz.x.dy
Dans le cas où les couples des forces à distance sont du 4ème ordre, cette expression est égale 0
et on trouve t yx = t xy

les équations d’équilibres sont (en suivant la même démonstration pour les axes Kx’ et Ky) :
t xy = t yx
t yz = t zy
t zx = t xz
Soit tij = tji qui exprime que la matrice tij est symétrique.

2°) Considérons maintenant un élément en forme de tétraèdre dont 3 faces sont parallèles aux
plans du repère orthonormé passant par l’origine. La normale extérieure à la 4ème face oblique
a pour cosinus directeurs : α, β, γ
G
z Soit T (Tx , Ty , Tz ) le vecteur contrainte sur
la face oblique l’aire de cette face est notée
C dS.
Si α > 0, l’aire de la face, MBC est α.dS et
G sa normale extérieure étant en sens inverse
v G de Ox, la force de contact sur cette face,
T projetée sur Ox est -txx. α.dS (et le résultat
subsiste pour α < 0).

M B
y Pour la face MAC on trouve -txy.β.dS
Pour la face MBC on trouve - txz.γ .dS
A
Les forces de masse du 3ème ordre sont
x négligeables par rapport aux précédentes.
Pour la même raison, toutes les contraintes
Figure B-7 peuvent être évaluées en M et non au
centre des faces. Pour la face oblique cela
revient à faire passer cette face par M.

Ecrivons alors que la somme géométrique des forces appliquées au tétraèdre est nulle. Il
vient :

39

www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

Sur Ox Tx = α .t xx + β .t xy + γ .t xz ⎫

Sur Oy Ty = α .t yx + β .t yy + γ .t yz ⎬ Ti = ∑ t ijα j
⎪ i =1, 2 , 3
Sur Oz Tz = α .t zx + β .t zy + γ .t zz ⎭

(II)

Ces équations sont les seules que puisse fournir la mécanique rationnelle pour les contraintes
dans un milieu continu, bien qu’elles aient été obtenues en considérant des solides
particuliers.
On démontre en effet que si elles sont satisfaites le système des forces extérieures appliquées
à un volume matériel quelconque est équivalent à zéro.

tij permet de mettre en relation n’importe quelle facette, au voisinage d’un point M,
définie par son vecteur normal (espace vectoriel des normales) avec le vecteur contrainte qui
s’y applique (espace vectoriel des contraintes).
On l’appelle tenseur de contraintes au point M.

B.1.3 Distribution des contraintes en fonction de l’orientation des facettes


autour d’un point. Contraintes principales, repère principal.

Les formules (I) ou (II) précédentes définissent la distribution des contraintes autour d’un
point en fonction de l’orientation des facettes (avec la matrice Tij symétrique). Considérons
G G
la projection n du vecteur contrainte T sur la normale v à une facette telle qu’ABC.
G
C Sur la normale v portons à partir d’un point P
P’ appartenant à la facette, une longueur 1 . Le
n
G n point P’ainsi défini à pour coordonnées :
, y=β ,z = γ
v G
T x=α et son lieu est
n n n
P donc la quadrique, ou l’ensemble des 2
B
quadriques conjuguées (du centre P) :
f ( x, y, z ) = ±1
A nommées quadriques représentatives des
contraintes.
Figure B-8

D’après sa définition même, la quadrique précédente est indépendante des axes de référence
choisis. Elle possède 3 axes de symétrie dont les directions sont les directions principales des
contraintes.
En prenant ces directions pour axes de référence du repère (origine O) soit Ox, Oy, Oz,
l’équation prend sa forme canonique et l’on a :
n = n1α 2 + n2 β 2 + n3γ 2

40

www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

Le tenseur des contraintes s’écrit alors :


⎡n1 ⎤
⎢ n2 ⎥
⎢ ⎥
⎢⎣ n3 ⎥⎦

Ceci montre que, sur les plans de symétrie de la quadrique (plans principaux) pour lesquels 2
des 3 quantités sont nulles :
- les contraintes sont purement normales (il n’y a pas de cisaillement)
- les grandeurs de ces contraintes dites principales sont :
n1 (pour zOy)
n2 (pour xOz)
n3 (pour xOy)
- les composantes du vecteur contrainte dans ce repère principal oxyz s’écrivent
Tx = α n1
Ty = β n2
Tz = γ n3

B.1.4 Cercle de Mohr


Considérons une facette qui varie autour d’un point M. Sa position dans l’espace dépend de 2
paramètres. Pour chaque position, le vecteur contrainte se décompose suivant la normale >0 à
l’élément de surface et suivant le plan de l’élément. Soient n et t, ces deux composantes.
G
T G
v Le point de coordonnées (n, t) dans un repère constitué par 2 axes
t n rectangulaires 0n, 0t, va décrire dans ce plan une certaine aire
(non le plan tout entier). Pour qu’un point du plan 0n, 0t
corresponde réellement au vecteur contrainte appliquée sur une
certaine position de facette, il faut que le système des équations
donnant les cosinus directeurs de la normale à cette facette
Figure B-9 admette une solution :

Ce système est :
G
⎧α 2 + β 2 + γ 2 = 1 (v vecteur normal unitaire)
⎪ 2 GG
⎨n1α + n2 β + n3γ = n (produit scalaire T.v )
2 2

⎪ 2 2 G2
n
⎩ 1 α + n 2 β
2 2
+ n 3 γ
2 2
= n 2
+ t 2
( T )

d’après les résultats du paragraphe précédent et en utilisant comme axes les directions
principales.
Ce système de 3 équations linéaires et homogènes en α 2 , β 2 , γ 2 donne :
41

www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

[ ]
⎧α 2 = t 2 +(n 1−n 2 )(n−n 3 ) /(n 1−n 2 )(n 1−n 3 )
⎪⎪ 2 2
[ ]
⎨β = t +(n 2 −n 3 )(n−n 1) /(n 2 −n 3 )(n 2 −n 1)
⎪ 2 2
[ ]
⎪⎩γ = t +(n 3−n 1)(n−n 2 ) /(n 3−n 1)(n 3−n 2 )

Si n1≥n2 ≥n3 , en exprimant que les quantités α 2 , β 2 , γ 2 sont ≥ 0 , on a les 3 conditions :

⎧t 2 + (n − n2 )(n − n3 ) ≥ 0
⎪2
⎨t + (n − n3 )(n − n1 ) ≤ 0
⎪2
⎩t + (n − n1 )(n − n2 ) ≥ 0

En supposant n1 > n2 > n3, la première condition exprime que le point (n, t) est extérieur au
cercle d’équation t 2 + (n − n2 )(n − n3 ) = 0 (de diamètre n2n3, centré sur 0n).
La deuxième condition exprime que le point est à l’intérieur du cercle de diamètre n1n3; la
3ème, qu’il est extérieur au cercle de diamètre n1n2.
t
Donc le point doit se trouver à l’intérieur des 2
triangles curvilignes hachurés.
Ces 3 cercles s’appellent cercles principaux, le
n3 n2 n1 n cercle enveloppant est appelé cercle de Mohr.

Figure B-10

Sur un cercle principal l’une des 3 quantités α, β, γ est nulle. Supposons γ = 0.


G G
La normale v est dans le plan X0Y (de même que T ) et l’élément de surface passe par 0Z
(contient 0Z) et tourne autour de 0Z quand l’extrémité du vecteur contrainte T décrit le cercle.

Un cercle principal est décrit quand l’élément de surface sur lequel s’applique le
vecteur contrainte tourne autour de la direction d’une contrainte principale. Le cercle de Mohr
est décrit quand l’élément tourne autour de la direction de la contrainte principale
intermédiaire (dans ce cas c’est n2).

On peut retrouver ce résultat de la manière suivante :


Soient 0X 0Y 0Z les directions principales relatives au point 0. Considérons un élément de
surface passant par 0Z et dont la normale fait l’angle ϕ avec 0X; sa trace sur X0Y est 0t que
l’on oriente de manière que l’angle (0n, 0t) soit positif.

42

www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

α = cos ϕ donc Tx = n1 cos ϕ


On a
β = sin ϕ donc Ty = n2 sin ϕ

G
Par rapport aux axes 0X et 0Y le point T extrémité de T se construit ainsi :
- Sur 0n, on porte les deux segments
y
t n 0n1 = n1 0n2 = n2
ϕ n1
- Le point T est l’intersection d’une
Ty n2 2ϕ parallèle à 0Y menée par n1 et d’une
T
parallèle à 0X menée par n2.
ϕ
Tx x - Quand l’élément de surface tourne,
facette entraînant avec lui le plan 0nt, le
point T décrit dans ce plan le cercle
Figure B-11 de diamètre n1 n2.

On voit de plus que si l’élément tourne de ϕ autour de 0z, le point T tourne de - 2 ϕ autour
du centre du cercle principal qu’il décrit. L’angle au centre du cercle de Mohr défini par l’axe
n et l’extrémité du vecteur contrainte est donc le double de l’angle formé par la normale à la
surface sur laquelle s’applique cette contrainte avec la direction de la contrainte principale
majeure.

Exemple de tenseurs des contraintes particuliers

Tenseur isotrope : t
n1 = n2 = n3 = n
Les 3 cercles principaux se réduisent à 1 point, représentatif
des contraintes pour tous les éléments de surface.
Toutes les contraintes sont normales et de grandeur constante. n3=n2 =n1 n
Si n est > 0(compression) on a le cas des fluides en équilibre.
Figure B-12

simple en géotechnique.
2.) Tenseur simple ou linéaire :
n1 ≠ 0 n2 = n3 = 0
Tx = α n1 T y = Tz = 0
Le cercle de Mohr et le 3ème cercle principal sont
confondus : donc T décrit le cercle de Mohr (tangent à 0t
en 0).
C’est le cas du fil tendu par l’action de deux forces égales
et opposées F et -F ou encore de l’essai de compression

43

www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

t Figure B-13

n3 =n2=0 n1 n

3.)- Tenseur double ou plan : t


n1 ≠ n2 ≠ 0 n3 = 0
Tx = α n1 T y = β n2 Tz = 0
Tous les vecteurs contraintes sont dans un
même plan qui est le plan des 2 contraintes n3 =0 n2 n1 n
principales non nulles.

Figure B-14

Cas particulier du tenseur plan : le cisaillement simple


n1 + n3 = 0 n2 = 0
Sur deux éléments de surface orthogonaux entre eux
t
et perpendicaires au plan défini par n1 et n2 , il n’y a
pas de contrainte normale. (cisaillement pur) .

Les facettes perpendiculaires au plan (n1 , n2)


contiennent la 3ème direction principale et, comme n3 n2 n1 n
cette contrainte principale est nulle, elle est la
contrainte principale intermédiaire ( n1, n2 de signes
contraires). Donc ces facettes sont telles que le point
T décrit le cercle de Mohr.
Figure B-15

B.1.5 Courbe intrinsèque


La représentation de Mohr est d’abord une façon commode de visualiser « l’état de
contrainte » en un point dans toute sa complexité . Puisqu’il y a une infinité de vecteurs
contraintes définis en un point, correspondant à l’infinité des directions de l’espace sur
lesquels ils s’appliquent, il est satisfaisant pour l’esprit de les « représenter » tous par une
figure géométrique en deux dimensions.
Mais cette représentation permet d’aller bien au-delà. En effet, on montre expérimentalement
que les matériaux peuvent changer d’état ou de comportement au-delà de certaines limites de
sollicitations (donc au-delà de certains états de contraintes).

44

www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

Par exemple ils peuvent sortir d’un domaine où leur comportement est élastique ou encore ils
peuvent perdre leur continuité initiale et se rompre (formation d’une surface de rupture).
Si on trace dans le plan de Mohr, quelques uns des cercles de Mohr correspondant à des états
de contrainte-limite par exemple, ceux qui provoquent la rupture du matériau au point où ces
contraintes sont appliquées), on s’aperçoit qu’ils admettent une courbe enveloppe dite courbe
intrinsèque.

n3 n3’ n3’’ n3’’’ n1 n1’ n1’’ n1’’’ n

Figure B-16 : Courbe intrinsèque

B.2 Déformations

B.3 Lois de comportement


Les lois de comportement décrivent les relations entre les contraintes et les déformations dans
un solide. La plus simple est celle qui relie linéairement les déformations aux contraintes, c'est
l'élasticité linéaire donnée par la loi de Hook.
Le comportement des terrains est complexe et il est courant de décrire leur comportement
comme élastique-plastique avec trois phases quand le chargement est augmene
progressivement :
- une phase élastique initiale ou la déformation es t réversible ;
- une phase intermédiaire de plasticité "restreinte" ou les déformations reste limitées ;
- une phase de plasticité "illimitée".
Aucun modèle mathématique ne peut complètement décrire le comportement complexe des
terrains, des simplifications sont nécessaires pour pouvoir effectuer des calculs pratiques.

45

www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

Nous verrons par la suite qu'une des simplifications consiste à considérer que le terrain a un
comportement standard (ou une loi de comportement associée) et que des modèles plus
complexe, mais plus proche de la réalité décrire un comportement non standard (ou une loi de
comportement dite non associée)

B.3.1 Elasticité
Le comportement est dit élastique quand lors de phase de chargement et de déchargement les
déformations sont réversibles.

B.3.2 Comportement élastique parfaitement plastique

B.3.3 Critère de plasticité


Si le matériau a un comportement élasto-plastique, il est nécessaire de préciser le seuil à partir
duquel l'élasticité n'est plus valable. Sur la figure ?? représentant les contraintes en fonction
de la déformation, le seuil est défini par une valeur unique de contrainte. Quand l'état de
contrainte est plus complexe, la définition du seuil devient également plus complexe et est
défini par une combinaison des contraintes principales.

46

www.4geniecivil.com
C Instabilités liées à la fracturation en l'absence d'eau
C.1 Rôle des discontinuités dans les instabilités
Nous avons pu voir lors des exercices sur les contraintes et les déformations que le
comportement de terrains homogènes et isotropes pouvait être modifié par la présence d'une
discontinuité. Lors d'un essai de compression simple, par exemple, l'existence d'une
discontinuité peut entraîner une diminution de la résistance à la compression. Le
comportement de l'éprouvette traversée par une discontinuité dépend de l'angle que fait cette
discontinuité avec l'horizontale. Plus généralement le comportement d'un massif de terrain
traversé par des discontinuités va dépendre de l'orientation des discontinuités et en particulier
de l'orientation relative des discontinuités et des excavations, mais aussi de l'espacement entre
les discontinuités.
Les figures ci-dessous montrent quelques exemples de volumes de terrains instables du fait de
la présence de discontinuités.
Bloc susceptible de
tomber

Bloc susceptible de
tomber

Figure C-2

Figure C-1

volume susceptible
de tomber

volume susceptible
de tomber

Figure C-3

Figure C-4

47

www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

4
3
2
1

Figure C-5
Figure C-6

Les discontinuités dans un massif rocheux vont délimiter des blocs. Nous allons examiner
dans ce qui suit les conditions de stabilité ou d'instabilité de ces blocs en supposant que les
discontinuités sont planes, que les blocs sont indéformables et dans un premier temps qu'il n'y
a pas d'eau.
Nous supposerons également que l'analyse de l'orientation des discontinuités a permis de
regrouper les discontinuités en "famille" représenté dans un canevas par le pole ou la trace
cyclographique de l'orientation moyenne de la famille.

C.2 Typologie des instabilités de blocs


Dans l'hypothèse où ces blocs sont indéformables et que la déformation se localise au niveau
des discontinuités, il est possible de définir les principaux mouvements possibles de ces blocs.
Ces mouvements vont être liés :
- à l'orientation des discontinuités par rapport aux excavations ;
- aux caractéristiques mécaniques des discontinuités et en particulier à leur comportement à
la rupture qui peut être caractérisé par la cohésion et l'angle de frottement et la relation :
τ = c + σn tgϕ
Les ruptures peuvent se caractériser d'une part par le type de mouvement possible, d'autre part
par le nombre de discontinuité délimitant le bloc instable et donc la "forme" du bloc instable.
Les mouvements possibles sont :
- la translation : glissement ou chute libre
- la rotation
- mouvement complexe combinaison d'une translation et d'une rotation
- le flambage
Ces mouvements seront fonction du nombre de discontinuités ou de familles de discontinuités
délimitant le bloc.

C.2.1 Translations
Les translations peuvent être un glissement ou une chute libre. Nous allons examiner les
glissements possibles le long des surfaces de discontinuités en les différenciant selon le
nombre de famille impliquées dans le mouvement.

C.2.1.1 Chute libre


La chute libre peut se produire au toit d'une excavation souterraine, si les discontinuités
délimite un bloc pouvant tomber sous son propre poids.

48

www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

C.2.1.2 Glissement
Les glissement peuvent se produire au toit ou aux parements d'une excavation souterraine ou
dans une excavation à ciel ouvert.

C.2.1.2.1 une famille de discontinuités


Une famille de discontinuité peut délimiter un glissement plan si l'azimut du plan de
discontinuité est parallèle à l'orientation du plan délimitant l'excavation.

C.2.1.2.1.1 Conditions géométriques


Pour que le glissement soit possible le pendage de la discontinuité doit être dans le même sens
que la pente du talus et être inférieure à cette pente.

C.2.1.2.1.2 Conditions mécaniques


Le glissement est possible si le pendage de la discontinuité est supérieure à l'angle de
frottement

C.2.1.2.1.3 Notion de coefficient de sécurité


A l'équilibre limite τ max = c + σ n tgϕ
τ réel
Si le pendage de la discontinuité est inférieur à l'angle de frottement τ réel < τ max ou <1
τ max
On définit un coefficient de sécurité F par le rapport entre le cisaillement maximum et le
τ max
cisaillement réel : F = >1
τ réel
La relation τ max = c + σ n tgϕ peut alors s'écrire : F ⋅ τ réel = c + σ n tgϕ ou encore
c tgϕ
τ réel = + σ n si A est la surface du joint et W le poids du volume susceptible de glisser :
F F
W sin α c W cosα tgϕ c⋅A tgϕ
= + ou encore W sin α = + W cosα
A F A F F F
tgϕ
Si on fait l'hypothèse que la cohésion est nulle : F =
tgα

C.2.1.2.2 2 familles de discontinuités


2 famille de discontinuités peuvent délimité des glissement
- biplanaire (parfois appelé bilinéaire) si les 2 famille ont le même azimuth
- en dièdre si les 2 familles ont un azimuth différent

C.2.1.2.3 Plusieurs familles de discontinuités


Les glissement peuvent être multiplanaires ou polyédriques

C.2.2 Les rotations

49

www.4geniecivil.com
www.4geniecivil.com
D L'eau dans les terrains : écoulement et notion de
contrainte effective
L'eau joue un rôle fondamental en géotechnique. Beaucoup d'incidents ou d'accidents
surviennent parce que l'eau n'a pas été ou a été mal prise en compte (tassements importants
comme dans la ville de Mexico, glissement de terrains suite à des pluies importantes….)
L'eau dans les terrains peut-être étudiée sous deux aspects :
- Lorsque l'on s'intéresse à la localisation et aux mouvements de l'eau dans le sol, le point de
vue est hydrogéologique. L'hydrogéologie se focalise plutôt sur la recherche d'eau, la
compréhension des limites de nappe, l'explication des mouvements ;
- Dans ce cours, nous insisterons plutôt sur l'influence de l'eau sur le sol et l'eau sera souvent
une contrainte pour le géotechnicien.
Tous les terrains contiennent un pourcentage plus ou moins important de vides. L'eau peut
généralement pénétrer dans ces vides, y circuler et parfois s'y accumuler. nous avons vu dans
les chapitres précédents les notions de porosité, indice des vides, saturation…
Dans ce qui suit nous évoquerons la plupart du temps le cas de sols saturés, le premier
paragraphe est donc consacré aux problèmes particuliers soulevés par les sols non saturés.

D.1 Les sols non saturés


La zone à la surface du sol est généralement non saturée (c'est à dire que les vides contiennent
de l'eau et du gaz : air, vapeur d'eau) et elle est soumise à des forces de capillarité.
d Le phénomène de capillarité peut être facilement
α T mis en évidence en plongeant un tube fin
(capillaire) dans un réservoir d'eau. On constate
une remontée de l'eau dans le tube jusqu'à une
hauteur h. Cette hauteur peut être calculée en
h écrivant les conditions d'équilibre entre les forces
de tension superficielle et le poids de la colonne
d'eau.
d2
T ⋅cos α ⋅ π ⋅ d = π ⋅ ⋅ h⋅ γ w
4
Figure D-1 : capillarité
4T ⋅ cos α
Cette expression peut se transformer en : h = qui est connue sous le nom de loi de
d⋅γw
JURIN.
T est la tension superficielle (c'est une force par unité de longueur). Elle est égale à
0,0728N/m pour l'eau à 20°. Elle s'applique à la périphérie du tube donc sur la circonférence
π.d.
α est l'angle de raccordement de 2 fluides (ici air et eau) en contact avec un solide.
Dans le sol, l'espace compris entre les grains forme de petits capillaires de formes et de
dimensions variables. Un sol initialement sec qui se retrouvera en contact avec une nappe sera
le siège de remontées capillaires. Sur une certaine hauteur, au-dessus du niveau de la surface
libre, le sol sera donc saturé. La saturation progressive du sol que nous avons décrit est un

51

www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

processus d'humidification du sol par capillarité. Le processus inverse, départ progressif d'eau
du sol d'une zone initialement saturée, s'effectue par gravité et/ou par évaporation. Lors de la
dessiccation, une partie de l'eau restera retenue dans le sol par des forces de tension
superficielle.
Dans le sol non saturé, la pression de l'eau sera inférieure à la pression atmosphérique.
Comme la pression atmosphérique est souvent la valeur de référence (on note souvent
Pression atmosphérique = 0), la pression dans la zone non saturée a une valeur négative (au
sommet du capillaire de la figure III.1, la pression a pour valeur -h.γw). La valeur absolue de
cette pression négative est dénommée succion.
On emploie souvent comme unité caractéristique le pF. Si s est la succion exprimée en
centimètres d'eau, le pF est le logarithme décimal de cette valeur.
La succion dans le sol est fonction de son degré de saturation, mais aussi de la nature du sol et
de "l'histoire" hydraulique du sol : la succion sera différente, pour une même teneur en eau
selon que l'on se trouve en phase d'humidification ou de dessiccation.
Le comportement des sols non saturés est encore mal appréhendé. Il est l'objet de nombreux
travaux de recherche actuels en mécanique des sols.

D.2 L'écoulement de l'eau dans les terrains : notion de perméabilité


Pour que l'eau circule dans un terrain il est nécessaire que les vides (pores et fissures) soient
interconnectés. L'aptitude d'un terrain à se laisser traverser par les fluides est caractérisée par
la perméabilité de ce terrain par rapport au fluide.

D.2.1 Rappel sur la charge hydraulique

D.2.1.1 Charge hydraulique


Nous rappelons ici quelques notions de mécanique des fluides.
Considérons un fluide parfait i.e. incompressible et non visqueux. Si ce fluide est en
mouvement et que sa vitesse ne varie pas dans le temps, c'est-à-dire que son mouvement est
permanent, les particules suivent des trajectoires invariables dans le temps. Dans ce cas la
trajectoire = filet liquide = ligne de courant (nous rappelons que la ligne de courant est la
ligne tangente au vecteur vitesse en chacun de ces points à l'instant considéré).
On appelle charge hydraulique la quantité H :
V2 P
H= + +z
2 ⋅ g ρw ⋅ g
z étant l'altitude du point, P la pression, ρw la masse volumique du fluide (γw est le poids
volumique), j la perte de charge
On note parfois en mécanique des sols :
V2 u
H= + +z
2⋅ g γ w
Remarque : Théorème de Bernouilli : Si le liquide est parfait, la charge hydraulique reste
constante.
En fait généralement un fluide n'est pas parfait et il existe des forces de viscosité ou de

52

www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

frottement visqueux. C'est le cas pour l'eau s'écoulant sous l'action de la pesanteur à travers
les vides d'un terrain : il existe des forces de viscosité entre les molécules ; ces frottements
vont dissiper de l'énergie et il y aura perte de charge(la perte de charge est notée j).
Souvent nous nous intéresserons plus aux variations de charge dans l'espace qu'à la charge
elle-même. Lorsqu'une particule parcourt la distance L, le gradient hydraulique I est défini
∆H H 2 − H1 dH
par : I = = = = grad(H )
L L dl

D.2.1.2 Cas des sols

D.2.1.2.1 Charge Hydraulique


Les vitesses d'écoulement dans le sol sont toujours faibles (même dans un sol très perméable
l'ordre de grandeur est 0,1 m/s). Par conséquent dans l'expression de la charge hydraulique, le
terme V2 / (2 g) est négligeable par rapport aux autres. Les pertes de charges sont également
souvent négligeables, du fait des faibles vitesses. Dans ce cas la charge hydraulique est
confondu avec le niveau piézométrique :
P
H= +z
ρw ⋅ g
On exprime souvent les charges par rapport au nivellement général (NGF), comptées comme
des altitudes topographiques.
Remarque : aux abords des puits de pompage, les vitesses de fluides peuvent devenir
important et dans ce cas la vitesse n'est plus négligeable.

D.2.1.2.2 Notion de hauteur, de niveau piézométrique


Considérons un écoulement d'eau dans un terrain et un point M à la cote z. Faisons descendre
un tube plein jusqu'à ce point M. Nous observons une remontée de l'eau dans ce tube jusqu'à
la cote z'. Le niveau piézomètrique au point M peut s'écrire :
P z '− z
H= + z =γw ⋅ + z = z'
γw γw
Le niveau piézométrique au point M est donc égale au niveau d'eau dans un tube plein que
l'on qualifie de tube piézométrique ou piézomètre. La différence d'altitude entre le point M
et le niveau piézomètrique peut être qualifiée de hauteur piézométrique.
ATTENTION cette hauteur est généralement différente de la surface libre de la nappe. En
effet, si dans un milieu saturé, la nappe s'écoule horizontalement et que la charge reste la
même sur une verticale, la cote de la surface libre reste toujours celle mesurée par le
piezomètre quelle que soit sa profondeur. Si par contre l'écoulement n'est pas horizontal, la
charge varie avec la profondeur du piézomètre et la surface libre est définie par la cote
obtenue quand le piézomètre commence à pénétrer dans le milieu saturé.

53

www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

tube piézométrique

surface libre

hauteur piézométrique

x
M

Substratum

Figure D-2 : hauteur et niveau piézométrique

D.2.2 Expérience de Darcy


Expérimentalement, Le Chevalier
Henry Darcy (vers 1856) trouve la
relation suivante :
∆H
Q= K S
L
S : section du massif sableux
K est un coefficient qui dépend du
fluide et du terrain. Il a la dimension
d'une vitesse (L T-1). Ce coefficient
est le coefficient de perméabilité de
Darcy encore appelé coefficient de
perméabilité.
Q ∆H
En posant V = et I =
S L
Figure D-3 : expérience de Darcy

la relation se transforme en :
V = K ⋅ I qui est l'expression la plus simple de la loi de DARCY.
V est la vitesse apparente moyenne, encore appelée vitesse de Darcy.
(le signe - indique que l'écoulement s'effectue dans le sens des gradients décroissants)
En se basant sur les équations aux dimensions et par vérification expérimentale, on trouve que
la constante K varie en fonction inverse de la viscosité dynamique du fluide µ (µ ≈ 1 cPo :
centipoise pour l'eau à 20°C, 1 cPo =10-2 Po : poises ; 1 cPo =10-3 Pa.s : Pascal.seconde).

54

www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

→ k⎛ → →
La loi de Darcy peut s'exprimer sous la forme générale : V = − ⎝ grad p + ρ g grad z ⎞⎠
µ
V est une grandeur macroscopique de même que µ, ρ et p. On est amené à caractériser ces
propriétés sur un Volume Elémentaire Représentatif (V.E.R.) dont les dimensions dépendent
de la structure du matériau.
Le coefficient k ou ki coefficient de perméabilité intrinsèque est relié au coefficient de
γ
perméabilité K par la relation : K = ki ⋅
µ
Le coefficient de perméabilité intrinsèque n'est pas fonction du liquide. Il est caractéristique
du terrain traversé. La perméabilité intrinsèque n'est définie qu'à l'échelle macroscopique. Sa
dimension est celle d'une surface [L2]. On l'exprime souvent en :
DARCE : 10-12 m2
DARCY : 0,987 10-12 m2 ou MILIDARCY (10-3 DARCY)
Ces unités sont notamment employées dans le domaine pétrolier et les gisements pétroliers
ont des perméabilités courantes variant de 1 à quelques milliers de milidarcy.
Le coefficient de perméabilité de Darcy K est fonction du fluide, mais dans notre cas nous ne
nous intéresserons qu'à l'eau. Il faut noter que ce coefficient est également fonction de la
viscosité du fluide qui varie sensiblement avec la température (µ est de 1,787 cPo pour l'eau à
0°C, 1,310 cPo à 10°C et 1,002 cPo à 20°C). En général on fait l'hypothèse que la température
est constante, cependant des variations climatiques importantes pour les nappes superficielles
peuvent engendrer des variations non négligeables de la perméabilité.

D.2.3 Expérience de Reynolds (pour mémoire)


L'écoulement d'un fluide peut se produire de deux manières différentes selon les conditions
locales de vitesse. A faible vitesse les lignes de courants sont stables et ne se "mélangent" pas.
Dans cet écoulement appelé laminaire, les couches fluides glissent les unes sur les autres et il
n'y a pas de transfert de particules d'un filet fluide à un autre. Lorsque la vitesse croît, les
filets fluides paraissent osciller et vibrer, puis ils perdent leur identité propre. Dans ce régime
appelé turbulent, les particules oscillent autour d'une trajectoire moyenne. Le passage d'un
régime à l'autre dépend de la valeur d'un paramètre adimensionnel, le nombre de Reynolds :
U : vitesse caractéristique de l'écoulement
UD D : est une des dimensions géométrique
Re =
υ µ
ν : viscosité cinématique du fluide υ =
ρ

(la viscosité cinématique de l'eau à 20°C est de 10-6 m2/s)


Dans le cas d'une conduite circulaire le nombre de Reynolds critique est de 2000. Si Re<2000
le régime est laminaire et si Re >>2000 le régime est turbulent (dans ce cas la dimension est D
4S
est le diamètre hydraulique DH, DH = avec S : section mouillée, P périmètre mouillé).
P
Dans le cas des sols, on peut pratiquement considérer que l'on se trouve toujours en régime
laminaire sauf aux abord d'ouvrages particuliers (puits de pompage par exemple) où les
vitesses peuvent devenir très importantes.

55

www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

D.2.4 Ecoulement dans les terrains stratifiés


La perméabilité K dépend du matériau. Supposons un matériau anisotrope formé par la
superposition de couches horizontales d'épaisseur ei et de perméabilité Ki ; l'écoulement se
fait à la vitesse V qui peut être décomposée en VH + VV.

D.2.4.1 Perméabilité horizontale


A travers chaque strate s'écoule un débit :
∆H
He Hs q i = K i (e i 1)
∆L
q1 e1
Le débit total est donc
n n
∆H ∆H n
Q = ∑ q i = ∑ K i (e i 1) = ∑ (K i e i )
qi ei i= 1 i =1 ∆L ∆L i=1
Q Q mais le débit total peut également s'écrire :
∆H n
Q = KH ∑ (e i 1)
∆L i=1
n
en
∑ (K i ei)
i =1
Figure D-4 : perméabilité horizontale donc K H = n

d'un terrain stratifié ∑e i


i =1

D.2.4.2 Perméabilité verticale.


Σe i
Il est aisé d'établir que : K v =
e
Σ i
Ki
Q Le débit vertical qui passe à travers l'ensemble des couches :
H0 (H - H n )
Q = S Kv I = S Kv 0 est également le débit qui passe
∑ ei
e1
H1

au travers de chaque couche.. On peut également écrire


Hi-1
ei (H - H i )
Q = S K i I i = S K i i-1 Hi-1 et Hi-1 étant la charge
Hi ei
hydraulique respectivement au somment et à la base de la
couche i.
n

Hn-1
Or H 0 − Hn = ∑ (H i-1 − H i )
i= 1
en
n n
Hn
Q∑ e i ∑e i
S Q
n
Q ei
donc i=1
=∑ soit K v = i=1

S Kv i =1 S K i
n
ei
Figure D-5 :perméabilité
∑K
i=1 i
verticale d'un terrain stratifié

56

www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

D.2.5 Mesures et estimation de la perméabilité au laboratoire


Dans ce paragraphe, nous ne mentionnerons que les méthodes utilisées en laboratoire. Il faut
garder à l'esprit que ces méthodes ne permettent pas de mesurer correctement la perméabilité
de l'ensemble des terrains. Pour estimer la perméabilité d'un terrain dans son ensemble, des
méthodes in situ (notamment essai de pompage) sont utilisées.

D.2.5.1 Problèmes posés par l'échantillonnage


Pour estimer ou mesurer la perméabilité au laboratoire, il est nécessaire de prélever un
échantillon de terrain. Cet échantillon, de petite taille, ne sera pas représentatif de l'ensemble
de l'aquifère :
ƒ Les caractéristiques du terrain seront modifiées du fait de l'échantillonnage.
ƒ L'échantillon ne permettra pas de prendre en compte les variations de perméabilité dues
aux failles.
ƒ L'aquifère sera en général prélevé à l'affleurement (où le terrain est modifié par
l'altération). Pour constituer un échantillon caractéristique, il faudrait faire des
prélèvements à différents niveaux de l'aquifère, ce qui est difficilement réalisable et serait
coûteux.
ƒ L'échantillon ne se trouvera pas dans les conditions de pression, de forces adjacentes et de
température qui étaient primitivement les siennes et qui sont difficilement évaluables.
Ces techniques de mesures ou d'estimation de la perméabilité en laboratoire sont en fait plus
utilisées par les mécaniciens des sols que par les hydrogéologues (en effet si l'on travaille sur
des sols remaniés, comme le sont les échantillons, l'ordre de grandeur de la perméabilité
fourni peut être acceptable).

D.2.5.2 Estimation de la perméabilité


La perméabilité au laboratoire peut être estimée à partir de la granulométrie (relation de
Hazen ou relation de Casagrande) dans le cas d'une roche meuble :

D.2.5.2.1 Relation de Hazen


A partir d'expériences effectuées avec des sables à filtre, d'uniformité élevée (Cu < 2 ;
D
Cu = 60 ) et peu compacts, Hazen a obtenu les équations empiriques suivantes :
D10
K (en cm/s) = C1 d102
d10 : diamètre en deçà duquel il y a 10 % des grains ou diamètre efficace en cm,
C1 est un coefficient variant entre 100 et 150 s.cm-1.

D.2.5.2.2 Relation de Casagrande


Pour des sols à gros éléments (> 1 mm) dont les grains sont supposés cubiques, on peut
exprimer la perméabilité en fonction de l'indice des vides e :
K = 1.4 K0.85 e2
K0.85 est la perméabilité pour e = 0.85. Il suffit donc de déterminer la perméabilité
correspondant à une valeur arbitraire de e et on obtient les valeurs de K correspondant à

57

www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

d'autres valeurs de e au moyen de l'équation.


Ces relations ne tiennent pas compte de la forme des grains. Elles ne doivent être utilisées que
pour les cas précis pour lesquels elles ont été définies. Dans la pratique, elles sont inutilisables
pour les terrains naturels qui ont des structures différentes et plus complexes que les sols
étudiés.

D.2.5.3 Perméamètres
La perméabilité peut être également mesurée au moyen d'un perméamètre sur un échantillon
de terrain.

D.2.5.3.1 Perméamètre à charge constante


L'échantillon prélevé est ramené aux dimensions requises pour l'appareil de mesure. Il est
ensuite mis à saturer, puis l'éprouvette est traversée par un fluide de telle façon que la charge
au sommet de l'échantillon soit constante.
La détermination de la perméabilité se fait à partir de la mesure du débit d'écoulement Q et du
∆H
gradient hydraulique
∆L
∆H Q ∆L
Q = K ⋅S⋅ donc K= ×
∆L S ∆H
Remarque : pour permettre de bloquer l'échantillon dans l'appareil, il est possible de fixer à
chaque extrémité un matériau de très forte perméabilité et de très faible épaisseur. Nous avons
vu que la perméabilité verticale d'un ensemble de couches de terrain s'exprimait par...
n

∑e i
Kv = i=1
n
ei
∑K
i=1 i

... si on a deux terrains dont l'un est de très faible épaisseur et de perméabilité très
e e
importante : ∑ e i ≈ e et ∑ Ki ≈ K
i

D.2.5.3.2 Perméamètre à charge variable


Dans ce type d'appareil la charge hydraulique appliquée au sommet de l'échantillon est
variable.

58

www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

Pour une variation élémentaire de la charge dh, il est Q


possible d'écrire :
s
dh
s : débit d'écoulement
dt
dh S ⋅ h(t )
s = −K ou encore
dt L
h
dh − K ⋅ S
= dt
h s⋅L
⎛ h⎞ S t
si à t = 0 on a h = h0 ; ln⎜⎜ ⎟⎟ = − K ; ce qui
⎝ ⎠
h0 s L
S
⎛ h⎞ Κ.S Q
devient ln⎜⎜ ⎟⎟ = −α ⋅ t en posant α =
⎝ h0 ⎠ s⋅L Figure D-6 : Schéma de principe
d'un perméamètre à charge variable

K ⋅S
ou encore h = h 0 e −αt ou comme Q = h ⋅ Q = Q0 e −αt (loi de Maillet)
L

D.2.6 Mesures in situ de la perméabilité


Les méthodes utilisées pour les mesures in situ ne seront pas développées dans le cadre de ce
cours. Il faut cependant rappeler que ce sont elles qui permettent d'évaluer correctement la
perméabilité des terrains.

D.2.7 Ordre de grandeur de la perméabilité


Pour fixer les ordres de grandeur, on rencontre fréquemment les valeurs suivantes :
- graviers, sables grossiers ............................ K = 10-1 à 10-5 m/s
- ( sables de Fontainebleau ........................... K = 2 10-5 m/s)
- sables fins ................................................... K = 10-5 à 10-6 m/s
- silts .............................................................. K = 10-6 à 10-8 m/s
- marnes ........................................................ K = 10-8 à 10-9 m/s
- tourbe........................................................... K = 2 10-8
- argiles ......................................................... K <10-9 m/s
- calcite ......................................................... K = 10-11 m/s
- granite (non fracturé, non altéré)................. K = 10-11 m/s

D.2.8 Généralisation en 3 dimensions


Jusque là nous avons supposé que les matériaux étaient homogènes et isotropes (mis à part
dans le paragraphe D.2.4).
L'expérience de Darcy est réalisée en dimension 1, mais lorsque nous avons écrit :

59

www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

→ k⎛ → →
V=− ⎝ grad p + ρ g grad z ⎞⎠ , implicitement nous avons généralisé la loi à 3 dimensions en
µ
supposant que le terrain était homogène et isotrope.
On sait qu'a priori un terrain n'est ni homogène, ni isotrope ; il suffit de regarder une
succession de couches sédimentaires pour s'en convaincre. Dans une série argilo-sableuse, la
perméabilité horizontale sera supérieure à la perméabilité verticale. De même dans des
alluvions, il existe en général des chenaux plus perméables. Ces constatations conduisent à
considérer la perméabilité d'un point de vue mathématique comme une propriété tensorielle.
=
On définit un tenseur de perméabilité K que l'on admettra être un tenseur du deuxième ordre
symétrique (c'est à dire représenté par une matrice 3*3 symétrique par rapport à la diagonale
et ayant donc 6 coefficients indépendants).
⎡ Kxx Kxy K xz ⎤ Kxy = Kyx
=
K = ⎢ Kyx Kyy K yz ⎥ avec K xz = K zy
⎢K Kzz ⎥⎦ K yz = K zy
⎣ zx Kzy
→ = →
La relation V = − K grad H peut donc s'expliciter par :
∂H ∂H ∂H 1 ∂p 1 ∂p ⎛ 1 ∂p ⎞
Vx = −K xx − Kxy − Kxz = − K xx − K xy − Kxz ⎜ + 1⎟
∂x ∂y ∂z ρ g ∂x ρ g ∂y ⎝ ρg ∂ z ⎠

∂H ∂H ∂H 1 ∂p 1 ∂p ⎛ 1 ∂p ⎞
Vy = −K yx − Kyy − Kyz = − Kyx − Kyy − Kyz ⎜ + 1⎟
∂x ∂y ∂z ρg ∂ x ρg ∂ y ⎝ ρ g ∂z ⎠

∂H ∂H ∂H 1 ∂p 1 ∂p ⎛ 1 ∂p ⎞
Vz = − Kzx − Kzy − Kzz = − Kzx − K zy − K zz ⎜ + 1⎟
∂x ∂y ∂z ρ g ∂x ρg ∂ y ⎝ ρg ∂ z ⎠
Il est possible de représenter ce tenseur dans un espace ayant comme axes les directions
principales du tenseur des perméabilités, la matrice se réduit alors dans ce nouvel espace
(XYZ ou 123) à 3 composantes diagonales :
⎡ K XX 0 0 ⎤
=
K XYZ =⎢ 0 KYY 0 ⎥
⎢ 0 0 KZZ ⎥⎦

Mathématiquement X, Y et Z sont les directions propres de la matrice et KXX, KYY, KZZ les
valeurs propres associées. Physiquement, X, Y et Z sont les directions pour lesquelles
l'écoulement est parallèle au gradient de charge.
1 ∂p
Vx = − K H
Souvent le milieu est stratifié et on distingue ρ g ∂x
donc deux perméabilités : une perméabilité 1 ∂p
horizontale (KH = Kxx = Kyy) et une Vy = − K H ρ g ∂y
perméabilité verticale (KV = Kzz) On a alors :
⎛ 1 ∂p ⎞
Vz = − KV ⎜ + 1⎟
⎝ ρg ∂ z ⎠

60

www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

D.3 Etat de contrainte dans le sol, Influence de l'eau, Notion de


contrainte effective
Considérons un sol saturé. L'état de contrainte dans ce sol est défini σv = σz
par le tenseur (en 2D) :
⎡σ σ ⎤
σ = ⎢ σ11 σ 12 ⎥
⎣ 21 ⎦
22
Le sol saturé est constitué de deux phases : grains et eau. σh
Pour un sol sec σh = K σv
Figure D-7
Si le sol est infini, on peut écrire σv = γsat z
Considérons l'expérience suivante : on remplit d'eau un récipient contenant initialement du sol
saturé ; la hauteur de sable ne varie pas. Si on pratique une expérience similaire, mais qu'au
lieu de rajouter de l'eau on charge le sable par une plaque poreuse de poids h1.γw, on constate,
dans ce cas que l'indice des vides e va diminuer : il y a tassement du sol.
Dans les deux cas, l'eau ou eau
la plaque, la contrainte a
été augmentée de la même
valeur h1.γw, mais dans le
premier cas cette
augmentation de contrainte h
1 γwh1
est liée à une augmentation
de pression d'eau. h h'
sable
Figure D-8 : effet d'une surcharge sur le tassement

Terzaghi se basant sur la constatation que la contrainte σ ne


permet pas d'expliquer :
- le phénomène de compressibilité ;
- la résistance au cisaillement dans toutes les configurations ;
et remarquant que la pression de l'eau s'applique toujours
perpendiculairement à la surface des grains, a proposé d'expliquer
ces phénomènes en décomposant la contrainte en une action des
Figure D-9
grains les uns par rapport aux autres et la pression de l'eau.
Il postule donc que la contrainte normale qui s'applique sur un grain est la somme d'une
contrainte qualifiée d'effective et de la pression de l'eau.
σ = σ' + u
σ : contrainte totale
σ' : contrainte effective
u : pression interstitielle. Si l'eau est immobile et que zw est la hauteur d'eau au-dessus du
grain u = γw.zw.
La composante effective de la contrainte correspond à l'action des grains vis à vis des autres.
L'eau n'a pas d'action sur le grain lui-même, son action s'exerce tout autour du grain.
61

www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

Si on reconsidère l'expérience de la figure III.2, dans le cas ou l'on ajoute de l'eau


- σ augmente;
- σ' ne varie pas.
- l'indice des vides e reste le même, il n'y a pas de tassement du sol.
Rappel : γsat - γw = γ' : poids volumique déjaugé
ATTENTION : σ = σ' + u mais τ' = τ
(la pression de l'eau s'exerce toujours normalement à la surface considérée)

D.4 Etude d'un écoulement particulier : phénomène de Boulance


Lorsque le gradient hydraulique est vertical, les forces d'écoulement s'opposent aux forces de
pesanteur. Si ces deux forces ont un même module, les grains du sol "flottent" et si la
résultante des forces est ascendante, les grains du sol sont entraînés vers le haut : il y a un
phénomène de boulance ou renard (ce terme est employé, car le phénomène se manifeste par
une zone qui constitue une sorte de terrier de renard). Le gradient pour lequel la résultante des
forces est nulle est le gradient critique.

D.4.1 Eau en équilibre


Soit un point M à une hauteur z dans le sol et
considérons que l'eau au-dessus de la surface du
z2
sol s'élève jusqu'à la côte z2. L'eau est z2-z1
considérée comme immobile (en équilibre) et la
répartition de la pression de l'eau est
hydrostatique. La contrainte (totale) verticale z1-z
totale dans le sol est : z1
Mx
σ = γ w ⋅ (z2 − z1 ) + γ ⋅ (z1 − z)
z
La pression de l'eau au point M (au repos) :
u = γ w (z2 − z ) = γ w (z2 − z1 ) + γ w (z1 − z) .
La contrainte effective s'écrit alors :
σ ' = σ − u = (γ − γ w ) ⋅ (z1 − z ).

Figure D-10 :

D.4.2 Mouvement ascendant ou descendant de l'eau


Si l'eau est en mouvement la répartition des pressions n'est plus hydrostatique. Il y a des
pertes de charge. L'écoulement transmet au sol une force i ⋅ γ w par unité de volume (i :
gradient hydraulique). Cette force s'exerce sur les grains, elle est dirigée dans le sens des
lignes de courant.
Considérons un écoulement vertical descendant ou ascendant, linéaire à travers la couche
u
limitée par un plan horizontal. La charge au point M est : h = + z (dans ce cas la pression
γw
u est différente de la pression hydrostatique, z est positif car nous avons orienté l'axe z vers le

62

www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

dh 1 du
haut). Le gradient hydraulique s'écrit : i = − =− −1.
dz γ w dz
du
Nous en déduisons : = −i ⋅γ w − γ w donc u = − iγ w z − γ w z + cste
dz
z1 z1

ou ∫ du = u − u1 = ∫ (−i ⋅ γ w − γ w ) ⋅ dz = − i γ w (z − z1 ) − γ w (z − z1 )
z z

Comme en z = z1 u1 = γ w (z2 − z1 )
u = −iγ w (z − z1 ) − γ w (z − z1 ) + u1 = −iγ w(z − z1 ) − γ w (z − z1 ) + γ w (z2 − z1 )
or σ = γ w ⋅ (z 2 − z1 ) + γ ⋅ (z1 − z)
et σ ' = σ − u = γ w ⋅ (z2 − z1 ) + γ ⋅ (z1 − z ) − (−iγ w (z − z1 ) − γ w (z − z1 ) + γ w (z2 − z1 ))

σ ' = (γ − γ w − i ⋅ γ w )⋅ (z1 − z ) = (γ ' − i ⋅ γ w )⋅ (z1 − z)


Si l'écoulement est vertical ascendant la contrainte effective peut s'annuler pour une valeur de
gradient qualifié de gradient critique ic : ic = γ ' γ .
w

En général le poids volumique d'un sol est d'environ 20 kN/m3. Comme γw ≈ 10 kN/m3 le
gradient critique est de l'ordre de 1 ( ic ≈ 1).
Ce phénomène de boulance peut se produire dans les fouilles en construction ou au niveau de
barrage en terre si le gradient n'est pas contrôlé. Il peut conduire à des catastrophes.

63

www.4geniecivil.com
www.4geniecivil.com
E Le compactage
Comme nous l'avons déjà mentionné en introduction, le sol est à la fois un support de
construction et un élément de construction. Dans ce dernier cas, le sol est extrait, transporté,
puis remis en place. Lors de la remise en place, le volume est plus important que le volume
extrait car l'extraction a conduit à un foisonnement du matériau. On procède donc à un
compactage, afin d'augmenter la densité du sol en place.
Le compactage consiste en la réduction du volume des vides remplis d'air sous une action
mécanique (pression, damage, charge vibrante…). Cette réduction du volume des vides
entraîne une augmentation de densité du sol. Le compactage resserre donc la texture du
matériau, améliore sa capacité portante et réduit les possibilités de déformation ultérieure du
terrain. Le compactage a également pour effet de réduire la perméabilité des terrains.

E.1 Utilisation des sols compactés.


Les sols compactés sont utilisés :
- dans les retenues d'eau (barrages en terre, digues, canaux…);
- comme support de charges mobiles (remblais routiers, de voies ferrées, chaussées, pistes…);
- comme support de charges fixes (immeubles, ponts sur remblais)…
Les sols sont plus ou moins compactables.

E.2 Facteurs influençant le compactage


Le compactage s'effectue sous une action mécanique : damage, roulage, vibration… La
capacité du sol à être compacté est fonction de :
- la teneur en eau du matériau;
- l'énergie de compactage;
- la méthode de compactage.

E.2.1 Influence de la teneur en eau sur le compactage : diagramme Proctor


Les premières études systématiques sur le compactage ont été effectuées vers 1930 par un
ingénieur américain, PROCTOR. Ce dernier a montré l'influence de la teneur en eau sur le
compactage.
Pour une énergie de compactage donnée, on peut tracer les variations du poids volumique sec
γd en fonction de la teneur en eau w. La courbe obtenue est une courbe en "cloche" appelée
courbe de compactage ou diagramme de Proctor.

65

www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

γd

γd max B

poids volumique sec

coté coté
sec humide
A

wopt : optimum proctor teneur en eau

Figure E-1 : Diagramme Proctor

On remarque que la courbe présente un maximum. Il existe donc une teneur en eau
conduisant, pour une énergie de compactage donnée, à un serrage maximum du squelette
(traduit par un poids volumique sec γd maximum). La teneur en eau correspondant au
maximum est appelée optimum proctor (wopt).
Classiquement on interprète la courbe de compactage de la manière suivante :
A : le sol est désorganisé, les grains sont orientés dans une direction
quelconque (structures "bords-faces")

AB : les grains du sol s'orientent car l'eau joue le rôle de lubrifiant et favorise
l'orientation préférentielle (structures "face-face") et leur serrage
B : optimum, fonction de la surface spécifique des grains, de leur forme et de
l'énergie de compactage

BC : le serrage n'est plus optimum car une partie de l'énergie de compactage


est reprise par l'eau. L'orientation des grains est "face-face", mais l'eau à
tendance à écarter les grains du sol.

Figure E-2

Pour caractériser le compactage on utilise parfois un Indice de compaction ou compacité


γ d mesuré
relative : CR = . Cet indice a une signification proche de l'Indice de densité.
γ d max

66

www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

La variation du poids volumique sec γd, avec γd


la teneur en eau dépend de la nature du sol.
argile
Elle est importante pour les sols fins (en
particulier les argiles plastiques), elle est par
sable
contre peu sensible pour les sols grenus.

Figure E-3

E.2.2 Essais au laboratoire


Chaque point tracé sur la courbe de comactage représente un essai de compactage et pour
obtenir la courbe complète il est nécessaire d'avoir ou 5 essais.
Un essai de compactage s'effectue sur les matériaux
Dame fins. La fraction inférieure à 5 mm du matériau à
étudier est placée dans un moule normalisé (moule
Proctor : 10,15 cm de diamètre et 11,7 cm de haut) et
compactée par couches (3 couches pour un essai dit
moule (Proctor Proctor, 5 couches pour un essai Proctor modifié)
ou CBR) successives au moyen d'une dame (25 coups par
couche, dame de 2,480 Kg pour un essai Proctor,
4,535 Kg pour un essai Proctor modifié). La quantité
de matériau utilisé est de l'ordre de 3 Kg.
Pour étudier un matériau plus grossier (contenant des
éléments supérieurs à 5 mm) on utilise un moule
CBR (Californian Bearing Ratio) de 15,2 cm de
diamètre et 15,2 cm de haut. Dans ce cas la quantité
de matériau utilisée est de l'ordre de 6 Kg. 55 coups
de dame par couche sont appliqués.
1 couche compactée Les moules sont formés de colliers superposables.
Chaque couche est compactée, puis arasée à la
hauteur ad hoc correspondant au bord du moule.
Figure E-4 : Schéma de principe
d'un compactage Proctor

Cet essai empirique exige que le volume du moule, la mise en place des couches, le poids de
la dame et la hauteur de chute de la dame soient respectés.
L'essai est répété pour une série d'échantillons à des teneurs en eau différentes.

67

www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

E.2.3 Influence de l'énergie de compactage


γd Sr L'optimum Proctor est fonction de l'énergie
de compactage. Quand l'énergie de
=
95

compactage augmente (E1>E2>E3) le poids


%
Sr
volumique sec de l'optimum γd max
=
Sr

10
0%
=9

augmente et la teneur en eau optimale (wopt)


0%

diminue. On peut tracer les courbes


E1 d'isosaturation sur le même graphique, ces
courbes sont des hyperboles. On remarque
que la partie "humide" des courbes de
E2 compactage est asymptote aux courbes
E3 isosaturation.

Figure E-5
γS
Nous avons vu au chapitre précédent que γ d = ⎛ γS ⎞ donc pour Sr=1
1+ ⎜ ⎟w
⎝ Sr ⋅ γ w ⎠
γd γS
= . Les courbes d'isosaturation sont bien des hyperboles.
γw γw + w γS

E.3 Evolution des caractéristiques mécaniques en fonction du


compactage
Le compactage a pour effet d'augmenter les caractéristiques mécaniques du matériau, en
particulier sa résistance (augmentation de l'angle de frottement et de la cohésion). Lorsque le
volume des vides du sol se réduit, le sol est également moins déformable et donc son module
d'Young (E= σ/ε) augmente. Le compactage augmente donc les modules de déformation et la
portance du terrain (la portance caractérise l'aptitude d'un terrain à supporter des surcharges).
Si on trace les courbes "contrainte- σ
déformation" pour différentes teneurs en sec

eau, on remarque que globalement la R.C.S. w opt


résistance diminue et que le module Résistance à la
compression
d'Young (E= σ/ε) diminue avec simple)
l'augmentation de la teneur en eau (sauf
pour de très faibles teneurs en eau). humide

Figure E-6

Remarque : Pour caractériser la "portance" d'un sol, dans le domaine routier on utilise un essai
spécifique : l'essai CBR (Californian Bearing Ratio). Le matériau compacté à une teneur en
eau donnée est poinçonné par un piston de 19,3 cm2 de section, enfoncé à la vitesse constante
de 1,27 mm/min. Les pressions produisant un enfoncement de 0,625; 1,25; 2,00; 2,5; 5,0; 7,5;
10,0 mm sont mesurées. L'indice CBR exprime le rapport (en %) entre la pression obtenue sur

68

www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

l'échantillon et la pression d'un échantillon de référence pour un même enfoncement. Les


pressions de référence sont : 70 bars pour un enfoncement de 2,5 mm et 105 bars pour un
enfoncement de 5,0 mm. L'indice CBR est la plus grande des deux valeurs :
Pression (en bars) pour un enfoncement de 2,5 mm × 100 P2,5 mm (en bars)
= et
70 0,70
Pression (en bars) pour un enfoncement de 5 mm × 100 P5 mm (en bars)
=
105 1,05
La résistance à la pénétration par une "aiguille Proctor" peut être également mesurée.

E.4 Compactage In situ


Le compactage est fonction des conditions d'utilisation futures du sol. Pour les remblais
routiers le sol est classé en fonction de la classification RTR (Recommandations pour les
Terrassements Routiers). Cette classification distingue 7 classes de sols.
Le compactage est effectué sur des couches de faible épaisseur (20, 30 cm au maximum) car
l'effet d'une surcontrainte en surface diminue très rapidement avec la profondeur comme nous
le verrons au chapitre F.
Quand la teneur en eau est inférieure à l'optimum, on peut soit augmenter l'énergie de
compactage, soit arroser pour obtenir un compactage correspondant à l'optimum.
Quand la teneur en eau est supérieure à l'optimum, on peut soit attendre le dessèchement du
sol si l'évaporation est importante, soit traiter le sol (par de la chaux, du bitume, du ciment…).

69

www.4geniecivil.com
www.4geniecivil.com
F Tassement et consolidation
L'application de charges sur un sol provoque des déformations. La plupart des surcharges
appliquées à un terrain sont verticales et les déplacements les plus importants sont des
déplacements verticaux vers le bas. Ces déplacements verticaux vers le bas sont appelés
tassements ; ils peuvent avoir des conséquences non négligeables sur la stabilité des structures
supportées par le sol.
Les exemples les plus célèbres de tassements concernent la ville de Mexico (les mesures
effectuées sur une période de 100 ans au niveau de la cathédrale de Mexico font apparaître
des tassements d'ensemble de 7 m ; en 1989, le tassement différentiel atteignait des valeurs de
l'ordre de 2m), la tour de Pise…
Deux aspects sont à prendre en compte dans le tassement :
- le tassement absolu qui se traduit par un déplacement de => Ces deux effets peuvent
l'ensemble d'une structure vers le bas ; avoir des conséquences néfastes
sur la superstructure
- le tassement différentiel provoqué par la différence de
déplacement entre deux points d'une même structure.

Q Le calcul du tassement
nécessite de connaître la
valeur de la contrainte
effective en chaque point du
milieu, sur un élément de
surface horizontale avant et
après chargement
(surcharge).
z

M(x,y,z) dz
M

tassement ds

Figure F-1

La première étape nécessaire à l'estimation des tassements est de déterminer la contrainte dans
le sol. La détermination de cette contrainte nécessite de connaître les surcharges appliquées et
la loi de comportement du sol. Si la loi de comportement du sol est connue, il est également
possible théoriquement de déterminer les déformations εx, εy, εz du sol (pour des conditions

aux limites simples). Le tassement S (settlement) est : S = ∫ ε z ⋅ dz .


0

Les étapes successives d'un calcul de tassement sont donc :


1 - Connaître la surcharge ;
2 - Connaître le sol (sondages, essais, pression interstitielle u, hétérogénéités…) ;

71

www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

3 - Etat initial des contraintes dans le sol : σ = σ' + u ;


4 - Supplément de contrainte ∆σ;
5 - Amplitude totale du tassement S
6 - Evolution dans le temps du tassement S(t) ;
7 - Effet du tassement sur la structure :
- tassements admissibles ;
- tassements différentiels. Les tassements différentiels vont être fonction de la nature
du sol et de la répartition de la surcharge.
Remarque : Lors d'une augmentation de la charge appliquée à un sol le mouvement se fait
vers le bas et il y a tassement, mais lorsque la charge diminue, il y a mouvement vers le haut
et gonflement du sol ; c'est le cas lors d'excavation.

F.1 Détermination des contraintes dues à une surcharge :


problème de Boussinesq
La détermination de la déformation d'un terrain nécessite la connaissance de la loi de
comportement du sol. Les lois de comportement qui reproduisent bien le comportement des
sols sont complexes ; c'est pourquoi il est courant de séparer la détermination des contraintes
de celle des déformations.
Pour déterminer les contraintes dues à une surcharge, on fait couramment l'hypothèse d'un sol
élastique homogène et isotrope. C'est une hypothèse admissible pour la détermination de la
composante verticale des contraintes dans le sol (c'est loin d'être le cas pour les contraintes
horizontales). Les calculs de supplément de contrainte pour un milieu non pesant élastique ont
été établis par BOUSSINESQ.

F.1.1 Charge ponctuelle


Considérons un milieu élastique, non pesant, homogène et isotrope, limité à sa partie
supérieure par un plan horizontal illimité et soumis à l'action d'une force verticale isolée P.

P Boussinesq a montré que la contrainte qui


s'exerce sur une facette horizontale,
O centrée en M, a pour direction OM (O :
point d'application de la force P) et que la
θ composante normale à la facette a pour
3P
expression : σ z = 2 cos θ
5
z ou
ρ 2π ⋅ z
3 Pz3
σz = (ρ = OM) .
2π ⋅ρ
5

On remarque que σz est indépendante du


module d'Young E et du coefficient de
poisson ν.
M

Figure F-2

72

www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

Les courbes d'égale


contrainte verticale
sont les courbes telles
que :
z3
ρ 5 = cste

Figure F-3 : Courbes d'égale composante verticale des


contraintes sur des facettes horizontales

Proportion par rapport à la


1 contrainte dans l'axe de la
surcharge
0.8
0.6
0.4
0.2 y

Figure F-4 : Distribution des contraintes sur un plan horizontal

F.1.2 Charges réparties

F.1.2.1 Cas général


Dans le cas d'un ensemble de charges, si le milieu est élastique linéaire, les effets des forces
peuvent être superposés.

73

www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

q dA Il est donc possible de calculer


la contrainte verticale σ
résultant d'un ensemble de
forces. Dans le cas de charges
concentrées, il suffit
θ d'additionner les effets, dans le
z cas de charges réparties, il faut
utiliser le calcul intégral.
3q dA
dσ z = 2 cos θ
5

2π ⋅ z
3
σz = 2 ∫ q cos θ ⋅ dA
5

dσ 2π ⋅ z A

Figure F-5 : Contrainte due à une charge répartie

Le calcul de la contrainte verticale a été effectué pour un certain nombre de cas types :

F.1.2.2 Charge uniforme verticale sur une surface circulaire


- pour une surface circulaire de rayon r, chargée r
uniformément par une contrainte q, la surcontrainte
dans l'axe de la surcharge est égale à :
x
⎡ ⎤
⎢ ⎥
⎢ 1 ⎥
∆ σ z = q ⋅ ⎢1 − 3 ⎥
⎢ ⎛ 1 + ⎛⎜ r ⎞⎟ ⎞ ⎥
2 2
z
⎢⎣ ⎜⎝ ⎝ z ⎠ ⎟⎠ ⎥⎦
Figure F-6

74

www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

F.1.2.3 Charge uniforme verticale sur une surface rectangulaire


- Pour un rectangle fini ou infini. La a
contrainte ∆σz sous le coin d'un rectangle (de
q
longueur a et de largeur b) uniformément
chargé par une charge q est : ∆ σ z = I ⋅q ; I est
a
donné par des abaques en fonction de et b
z
b
. La contrainte à la verticale d'un point
z
quelconque est obtenue en construisant 4
z
rectangles ayant chacun un sommet au point
considéré.

Figure F-7

F.1.2.4 Charge uniforme verticale sur une bande de longueur infinie


- pour une semelle filante de largeur 2b 2b
(L>>20 b ; L : longueur) :

∆ σ z = ⋅ [α + sin α cos(α + 2δ )]
q
x
π

δ
α
z

σz

Figure F-8

F.1.2.5 Répartition simplifiée des contraintes


Lorsqu'on ne cherche que des valeurs approchées, on peut supposer qu'il y a une répartition
(étalement) uniforme des contraintes avec la profondeur. Cet "étalement" est limité par des
droites faisant un angle α avec la verticale.
1
A l'intérieur de la zone de répartition des contraintes on a : σ z = q
2z
1 + tgα
a
A l'extérieur : σ z = 0
Souvent on considère α = 30°

Nous avons cité quelques solutions types, mais il existe des manuels entiers donnant les

75

www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

solutions analytiques ou numériques dans différents cas de figure. A partir de quelques cas
types, notamment la solution pour une surface rectangulaire, il est possible de combiner ces
solutions (principe de superposition des solutions élastiques) pour retrouver la contrainte en
un point dans la plupart des cas.

F.2 Amplitude du tassement


Le tassement est dû à :
- la compression du squelette solide ;
- la compression de l'eau et l'air contenus dans les vides du sol ;
- le départ d'eau et d'air des pores qui s'accompagne d'un réarrangement des grains du sol et
d'une diminution de l'indice des vides.
Classiquement, on décompose le tassement en trois termes :
- le tassement initial instantané, sans expulsion d'eau, qui a lieu au moment de l'application
des surcharges ;
- le tassement dû à la consolidation primaire (sans déformation latérale) qui correspond au
départ d'eau du sol ;
- le tassement dû à la compression secondaire, plus complexe, plus lent et généralement de
plus faible intensité. Ce tassement a lieu alors qu'il n'existe plus de surpressions interstitielles ;
Remarque : Le tassement est le déplacement en σv
surface résultant de la déformation dans les
différentes couches du sol. L'effet d'une
surcharge est plus sensible en surface qu'en
profondeur (cf. graphique ci-contre). Une sur-
contrainte ∆σz provoque une déformation ε(z). σ finale (avec une surcharge)
v
le tassement total S dû à une surcharge q est :

Stotal =∫ε (z )
0

σv initiale
z

Figure F-9

F.2.1 Tassement instantané


Le tassement instantané se produit avant toute évacuation de l'eau interstitielle. Il est
prépondérant pour des sols non saturés et les sols grenus. Il correspond à la déformation
"élastique" du squelette solide du sol sous l'action de surcharges : la surcharge est transmise
aux grains qui se déforment "instantanément". L'expression de ce tassement est donc basée
sur le comportement élastique parfait du sol ; elle dérive de l'évaluation de la déformation
d'une colonne sous une charge axiale q.

Si =
q B
E
(1−ν ) I
2

76

www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

q : pression de chargement sur la surface libre du milieu ;


B : largeur (ou diamètre) de la semelle ;
E : module d'Young du matériau mesuré pendant un essai de compression simple ou triaxial
non drainé
ν : coefficient de Poisson (0,5 si la déformation se fait à volume constant, comme c'est le cas
pour les argiles saturées) ;
I : coefficient d'influence dépendant de la surface chargée, du point à l'aplomb duquel on se
situe et de la flexibilité de la semelle.

Forme de la semelle Coefficient d'influence


flexible Centre Coin Moyenne
Carré 1,12 0,56 0,95
Rectangle
L/B = 2 1,53 0,77 1,30
L/B = 3 1,78 0,89 1,52
L/B = 5 2,10 1,05 1,83
L/B = 10 2,58 1,29 2,285
Cercle 1,0 0,64 0,85
Tableau F-1 : Coefficient d'influence I d'après J. Costet et G. Sanglerat

F.2.2 Tassement de consolidation primaire


La consolidation primaire correspond au départ d'eau du sol sous l'action de surcharges. On
utilise souvent l'analogie mécanique suivante pour représenter le phénomène : le sol est
schématisé par un cylindre rempli d'eau et muni d'un piston et d'un ressort. Le ressort
symbolise le squelette du sol et l'eau du cylindre, l'eau interstitielle.
Si on applique une surcharge ∆σ au piston (sol), dans un premier temps le piston ne bouge
pas, la surcharge est reprise par l'eau ; la pression de l'eau augmente (on peut s'en rendre
compte en mesurant la pression de l'eau dans le sol). S'il y a un drainage (schématisé par un
petit trou dans le piston) l'eau peut s'écouler et la pression de l'eau dans le cylindre va
progressivement se dissiper, le piston s'enfonce. Parallèlement au départ d'eau le ressort
(squelette du sol) va donc reprendre la surcharge, ce qui a pour effet de le déformer. Quand la
pression de l'eau redevient la pression initiale (nulle en surface), le ressort a repris entièrement
la surcharge et s'est déformé d'une valeur fonction de sa raideur. La dimension du trou dans le
piston symbolise la perméabilité du terrain. Plus le trou sera important (forte perméabilité) ;
plus la consolidation s'effectuera rapidement.

77

www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

t=0 t=0+ε t t=∞

σv σv + ∆σv
σv + ∆σv

σv + ∆σv

σv = σv 0
σv = σv + ∆σv 0
σv = σv + ∆σv 0
σv = σv + ∆σv
0

σv' = σv '0
σv' = σv '
0
σ v ' = σ v ' +∆σ v ' 0
σ v ' = σ v ' +∆σ v
0

u = u0 u = u0 + ∆σ v u = u0 + ∆u u = u0
Figure F-10 : Représentation du phénomène de consolidation

Le calcul pratique des tassements peut être effectué à partir des résultats expérimentaux
d'essais œdométriques.
Un échantillon de 70 mm de diamètre et 12 ou 24 mm d'épaisseur est placé dans un moule
œdométrique. Le haut et le bas de l'échantillon sont constitués de pierres poreuses permettant
l'évacuation de l'eau interstitielle et éventuellement, de mesurer la charge et donc la
perméabilité verticale de l'échantillon (cf. essai de perméabilité à charge variable § D.2.5.3.2
page 58). Le tassement de l'échantillon est mesuré par des comparateurs. L'appareil est
disposé sur un bâti métallique qui permet d'appliquer au piston des pressions de consolidation
par l'intermédiaire d'un bras de levier.
Chapeau
Piston

Comparateur
Comparateur

Cane
Goupille Chemise réservoir

Ecrou
Joint torique

Embase

Pierres poreuses ECHANTILLON

Figure F-11 : Cellule œdométrique

78

www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

L'essai œdométrique est synthétisé par trois courbes :


- La courbe de compressibilité, qui traduit les variations de l'indice des vides en fonction de la
charge appliquée.
- Les courbes de tassement en fonction du temps
- La courbe de perméabilité lorsque la mesure a été réalisée. Cette courbe permet d'obtenir le
coefficient de perméabilité verticale kv.
La courbe de variation de l'indice des vides en fonction de la e
contrainte effective n'a rien de linéaire, on peut cependant
pour une variation faible de contrainte définir un module
−∆ σ
œdométrique comme : E ' =
∆h . E' n'est donc pas constant,
h
il varie en fonction de σ et ∆σ.
σ'
On peut également définir le coefficient de compressibilité
volumétrique qui est l'inverse du module œdométrique : Figure F-12
mv = 1 E '

Remarque : si on définissait pour les matériaux élastiques un module œdométrique E', compte
tenu des conditions aux limites de l'essai (déplacements nuls sur les parois

⎜ 2ν 2 ⎞
latérales de l'œdomètre) on a la relation suivante : E = E ' 1 − si de plus on
⎝ 1− ν ⎠
suppose que le coefficient de poisson est de 0,33 on a E = 0,33⋅ E '
Si on représente l'évolution de l'indice e
des vides e en fonction du logarithme
décimal de la contrainte effective
appliquée, on obtient classiquement une
courbe composée de deux parties
approximativement linéaires. La
pression de préconsolidation σ'c du
sol correspond au coude de la courbe (e, Cg
logσ').
Si on effectue un essai œdométrique sur
un sol vierge ; c'est-à-dire un sol fin
mélangé à une grande quantité d'eau et Cc
que l'on laisse se déposer
progressivement on obtient une seule log σ'
droite.
Si après une surcharge et pour une σ'c
valeur de contrainte effective supérieure
Figure F-13: courbe œdométrique
à la contrainte de préconsolidation, on
décharge le terrain, l'indice des vides σ' : pression de préconsolidation
c
augmente, et la pente représentative de
cette décharge est parallèle à la Cc : indice de compression Cc = −∆e
première partie de la courbe de ∆log10(σ')
chargement.
Cg : indice de gonflement

79

www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

La pression de préconsolidation correspond donc à la pression maximale subie par le sol au


cours de son histoire. La première partie de la courbe a une pente Cg (indice de gonflement
du sol) et la seconde partie de la courbe a une pente Cc (indice de compression du sol).
Si on compare la valeur de la pression de préconsolidation à la contrainte effective régnant
dans le sol σ'0, on peut distinguer trois cas :
- σ'c ≈ σ'0 le sol est normalement consolidé ;
- σ'c > σ'0 le sol est surconsolidé (le sol a subi dans le passé une contrainte supérieure à la
contrainte actuelle dans le sol, du fait par exemple de l'érosion) ;
- σ'c < σ'0 le sol est sousconsolidé (le sol a un retard de tassement, la contrainte dans le sol a
augmenté, mais le tassement n'a pas encore eu le temps de se réaliser).
Remarque : Au cours de l'essai œdométrique l'indice des vides n'est pas directement mesuré ;
la mesure effectuée est celle des variations de hauteur de l'échantillon h. On
suppose que le volume des grains solides du sol est constant (solide
h h h + ∆h
indéformable) c'est-à-dire = cste ou encore : = d'ou
1+e 1 + e 1+ e + ∆e
∆h ∆e
= . En effet le volume des grains solides est constant donc :
h 1+e
V ⋅V VT VT V
VS = cste = S T = = = T ; si la déformation est
VT (VV + VS ) VV + 1 e + 1
VS VS
h
uniquement verticale ceci se traduit par = cste
1+e

e e e

log σ' log σ' log σ'

1 - sable 2 - argile 3 - vase


Figure F-14 : Courbes œdométriques pour différents types de sols

On a la même relation indice des vides, hauteur au niveau d'une couche de sol que dans
l'œdomètre : la variation de hauteur de la couche de hauteur h est reliée à l'indice des vides
∆h ∆e
par : = (e0 indice des vides initial du sol)
h 1 + e0
∆e
Le tassement est donc égal à : S = h
1+ e0

80

www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

- Pour un sol normalement consolidé : e

Cg
∆e = C c ∆ log 10 (σ') e0 = ec

donc ∆e
1
S=h Cc ∆ log10 (σ ' ) Cc
1+ e0
ef
h Cc ⎛ σ' f ⎞
= log 10 ⎜ ⎟
1+ e0 ⎝ σ' 0 ⎠
∆σ
log σ'
σ' c = σ' 0 σ' f

Figure F-15: sol normalement consolidé

- Pour un sol surconsolidé : e


∆e e0 = ei
S = S1 + S2 = hi Cg
1 + e0 ec

h Cg ⎛ σ' ⎞
S1 = log10 ⎜ c ⎟ et ∆e
1 + e0 ⎝ σ' 0 ⎠
h Cc ⎛ σ' f ⎞ Cc
S2 = log10 ⎜ ⎟
1 + ec ⎝ σ' c ⎠ ef

Remarque en
faisant dans ce cas
⎛ σ' f ⎞ ∆σ
h Cc
l'approximation : S ≈ log10 ⎜ ⎟ on log σ'
1 + ei ⎝ σ' c ⎠
σ'i = σ'0 σ' c σ'f
sous-estime légèrement le tassement.
Figure F-16: sol sur-consolidé

- Pour un sol sous-consolidé : e


h Cc ⎛ σ' f ⎞
S= log10 ⎜ ⎟
1 + e0 ⎝ σ' c⎠ e0 = ec
} Tassement "naturel"

ef
∆e
}
∆σ
log σ'
σ' c σ'0 σ'f

Figure F-17 : sol sous-consolidé

81

www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

Correction de Skempton :
In situ, les conditions sont différentes de celles de l'essai œdométrique en particulier les
déformations latérales sont possibles, ce qui a une influence sur le tassement final. Le
tassement œdométrique est donc une approximation du tassement réel. Skempton et Bjerrum
ont proposé de corriger le tassement œdométrique d'un coefficient semi-empirique µ.
Sc = µ Soedométrique avec µ fonction de H (épaisseur de la couche compressible), B (largeur de
la fondation) et A le coefficient de pression interstitielle (cf. Chapitre G essais au laboratoire :
résistance au cisaillement d'un sol).
1,2

1
Coefficient correcteur µ

0,8
H/B = 0,5
0,6
H/B = 0,1
0,4
H/B = 4

0,2

0
0 0,2 0,4 0,6 0,8 1 1,2
Argiles très
fortement Argiles Argiles Argiles très
consolidées surconsolidées normalement consolidées sensibles

Coefficient A de pression interstitielle


Figure F-18 : Correction de Skempton et Bjerrum

Le coefficient correcteur µ n'est en principe valable que pour les milieux saturés

Indice de compression Cc
Sable 0,01 < Cc <0,10
Argile raide (kaolinite) 0,10 < Cc <0,25
Argile moyenne 0,25 < Cc <0,80
Argile molle (montmorillonites) 0,80 < Cc <5,50
Argiles modérément sensibles, normalement consolidées 0,2 à 0,5
Argiles de Mexico 7 à 10
Argiles organiques 4 et plus
Tourbes de 10 à 15
Tableau F-2 : ordre de grandeur l'indice de compression

Certains auteurs ont proposé des corrélations entre l'indice de compression et la limite de
liquidité wL. Terzaghy et Peck suggèrent, par exemple, d'utiliser la relation suivante pour des
argiles non remaniées de sensibilité faible à moyenne : Cc = 0,009(wL − 10) (la marge
d'incertitude associée à cette équation est de ±30%)

82

www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

F.2.3 Tassement de compression secondaire


0 t1 Log t

Le tassement de compression
secondaire correspond à une
déformation du sol alors que
la surpression interstitielle est
redevenue nulle. On attribue Consolidation Compression
cette déformation à la primaire secondaire
modification graduelle des
forces de frottement au sein ∆u = 0
du matériau, à la déformation
α
plastique et à la réorientation
de la structure granulaire. εz = ∆h/h

Figure F-19: Evolution de la déformation dans le temps

En général, la consolidation primaire est bien plus élevée que la compression secondaire. Ce
phénomène peut cependant être important pour des sols d'origine organique et pour certains
limons. On pourra généralement considérer que le tassement de compression secondaire ne se
manifeste qu'à la fin de la consolidation primaire et qu'il varie en fonction du logarithme du
temps :
t
Ss = α (logt − logt1 ) = α log
t1

F.2.4 Tassement total


Le tassement total est la somme des 3 termes de tassement
Stotal = Si + µ Soedo + S2 aire

F.3 Evolution du tassement dans le temps : théorie de la


consolidation
Nous résumerons ici la théorie de la consolidation primaire qui est explicitée en détail dans de
nombreux ouvrages de mécanique des sols. Le phénomène de consolidation primaire qui
conduit au tassement est dû au départ d'eau du terrain. L'évolution de l'indice des vides au
cours du temps est donc fonction :
- du coefficient de perméabilité k du terrain ;
- des conditions de chargement ;
- des conditions de drainage du terrain.
Si une couche de terrain subit une sur-contrainte liée à Q

un chargement en surface ceci va se traduire par une


brusque élévation de la pression d'eau qui va se dissiper
au cours du temps (cf. schéma du piston et du ressort). départ d'eau

Figure F-20

83

www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

On passera progressivement de :
σ v ' = σ v ' et u = u0 + ∆σ v
0 ∆u = 0 ∆u = ∆σ

à σ v ' = σ v0 ' +∆σ v et u = u0 .


t2 t1
t
Les courbes de variations de la pression ∆u2 ∆u1
interstitielle en fonction du temps
(isochrones) sont représentées ci-contre.

z
Figure F-21 : courbes isochrones

La variation de pression interstitielle au cours du temps peut être traduite par l'équation
∂u kE ' ∂ 2 u ∂u k(1+ e ) ∂ 2 u
différentielle de la consolidation : = ⋅ 2 ou encore = ⋅ 2 avec
∂t γ w ∂z ∂t avγ ∂z
−de −∆σ
av = (rappelons que E ' =
∆h
est le module œdométrique).
dσ '
h
kE ' k (1+ e )
Le terme = = c v est le coefficient de consolidation. Il s'exprime en m2/s ou
γw avγ
cm /s. L'ordre de grandeur de ce terme est de 10-6 à 10-8 m2/s. L'équation peut alors s'écrire :
2

∂u ∂ 2u
= cv ⋅ 2
∂t ∂z
L'équation de consolidation peut être mise sous forme adimensionnelle en utilisant les
variables suivantes :
∆ht
-U= ; U varie entre 0 et 1 quand t varie de 0 (mise en place de la surcharge) à ∞. U
∆h∞
s'exprime généralement en %. U est appelé degré de consolidation du terrain.
z
- x= H est la hauteur de drainage, c'est-à-dire la distance hydraulique la plus longue (i.e la
H
longueur correspondant au chemin le plus long parcouru par l'eau). En pratique si la couche
compressible est drainée d'un seul coté H est l'épaisseur de la couche compressible, si la
couche compressible est drainée en haut et en bas H est la moitié de l'épaisseur de la couche
compressible.
ct
- TV = v2 . TV est le facteur temps.
H
∂ 2U ∂U
Sous forme adimensionnelle l'équation de la consolidation devient : =
∂x 2 ∂TV
Cette équation a été résolue pour un certain nombre de conditions initiales et aux limites types
et il existe des abaques donnant les variations de U en fonction de TV ou l'inverse.
Souvent, on s'intéresse à U90% c'est-à-dire la valeur correspondant à 90% du tassement et le
temps nécessaire pour obtenir cette valeur.

84

www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

Cas 1 Cas 2 : Demi- Cas 3 : Sinusoïde Cas 4 Distribution


sinusoïde triangulaire
a :constante b :distribution
linéaire

2H 2H 2H 2H 2H

∆u ∆u ∆u ∆u ∆u

Tableau F-3 : Quatre cas de distribution de l'excès de pression interstitielle initiale pour
la solutions de la théorie de la consolidation de Terzaghi

Tv (facteur temps)
U Cas 1 Cas 2 Cas 3 Cas 4
0,00% 0,0000 0,0000 0,0000 0,0000
5,00% 0,0017 0,0021 0,0208 0,0247
10,00% 0,0077 0,0114 0,0427 0,0500
15,00% 0,0177 0,0238 0,0659 0,0750
20,00% 0,0314 0,0403 0,0904 0,102
25,00% 0,0491 0,0608 0,117 0,128
30,00% 0,0707 0,0845 0,145 0,157
35,00% 0,0962 0,112 0,175 0,188
40,00% 0,1260 0,143 0,207 0,221
45,00% 0,1590 0,177 0,242 0,257
50,00% 0,1960 0,215 0,281 0,294
55,00% 0,2380 0,257 0,324 0,336
60,00% 0,2860 0,304 0,371 0,384
65,00% 0,3420 0,358 0,425 0,438
70,00% 0,4030 0,421 0,488 0,501
75,00% 0,4770 0,494 0,562 0,575
80,00% 0,5670 0,586 0,652 0,665
85,00% 0,6840 0,700 0,769 0,782
90,00% 0,8480 0,862 0,933 0,946
95,00% 1,1290 1,163 1,214 1,227
100,00% ∞ ∞ ∞ ∞
Tableau F-4 : Valeurs de Tv pour différentes valeurs de U (d'après G.A Leonards)

85

www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

Tv Cas 1 Cas 2 Cas 3 Cas 4


0,004 7,35% 6,49% 0,98% 0,85%
0,008 10,38% 8,62% 1,95% 1,62%
0,012 12,48% 10,49% 2,92% 2,41%
0,020 15,98% 13,67% 4,81% 4,00%
0,028 18,89% 16,38% 6,67% 5,60%
0,036 21,41% 18,76% 8,50% 7,20%
0,048 24,64% 21,96% 11,17% 9,50%
0,060 27,64% 24,81% 13,76% 11,98%
0,072 30,28% 27,43% 16,28% 14,36%
0,083 32,33% 29,67% 18,52% 16,46%
0,100 35,62% 32,80% 21,87% 19,76%
0,125 39,89% 26,54% 24,42%
0,150 43,70% 41,12% 30,93% 28,86%
0,175 47,18% 44,73% 35,07% 33,06%
0,200 50,41% 48,09% 38,95% 37,04%
0,250 56,22% 54,17% 46,03% 44,32%
0,300 61,32% 59,50% 52,30% 50,78%
0,350 65,82% 64,21% 57,83% 56,49%
0,400 69,73% 68,36% 62,73% 61,54%
0,500 76,40% 76,28% 70,88% 69,94%
0,600 81,56% 80,69% 77,25% 76,52%
0,700 85,59% 84,91% 82,22% 81,65%
0,800 88,74% 88,21% 86,11% 85,66%
0,900 91,19% 90,79% 89,15% 88,80%
1,000 93,13% 92,80% 91,52% 91,25%
2,000 99,42%
Tableau F-5 : Valeurs de U pour différentes valeurs de Tv (d'après G.A Leonards)

Coefficient de consolidation cv en cm2/s


Kaolinites 4 10-3 à 2 10-3 cm2/s
Illites 4 10-3 à 2 10-3 cm2/s
Montmorillonites 4 10-3 à 2 10-3 cm2/s
Argiles sableuses 10-3 cm2/s environ
Argiles glaciaires lacustres 6,5 10-4 à 8,7 10-4 cm2/s
Tableau F-6 : ordre de grandeur du coefficient de consolidation cv

Certains auteurs ont également établi une corrélation entre le coefficient de consolidation cv et
la limite de liquidité wL.

F.4 Tassements admissibles


L'amplitude des tassements absolus n'est en général pas préjudiciable aux structures elles-
mêmes, mais elles provoquent des désagréments, voir des problèmes aux éléments de jonction

86

www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

entre les bâtiments notamment pour les canalisations (d'eau, de gaz, les égouts). Les
tassements d'ensemble peuvent parfois être importants (7 m pour la ville de Mexico) sans
provoquer des dégâts majeurs.
Les tassements différentiels et absolus sont considérés comme admissibles lorsqu'ils peuvent
être absorbés sans inconvénient par la superstructure. Leur valeur dépend donc de la raideur
de l'ouvrage et du matériau de construction de l'ouvrage.
Pour les constructions courantes, les tassements différentiels Sd doivent être limités à
- L/600 pour des ouvrages en maçonnerie (L distance entre 2 points qui tassent
différemment) ;
- L/1000 pour des ouvrages en béton armé.
Remarque : le tassement différentiel de la tour de Pise est de l'ordre de 2 m

Type de mouvement Facteur limitant Tassement maximum


Tassement total Dispositif drainant 15 -30 cm
Accès 30 - 60 cm
Probabilité de tassement non uniforme :
Ouvrage en maçonnerie 2,5 - 5 cm
Charpentes 5 - 10 cm
Cheminées, silos, radiers 7,5 - 30 cm
Inclinaison Stabilité au renversement dépend de la largeur
et de la hauteur
Inclinaison des cheminées et des tours 0,004 l
Engins roulants 0,01 l
Stockage de denrée 0,01 l
Métiers à tisser 0,003 l
Turbo générateur 0,0002 l
Rails de grues 0,003 l
Aire de drainage 0,01 l - 0,02 l
Mouvement différentiel Murs de briques hauts et continus 0,0005 - 0,001 l
Usine en brique à 1 étage, fissuration 0,001 - 0,002 l
des murs
Fissuration des murs en plâtre 0,001 l
Immeuble ne béton armé 0,0025 - 0,004 l
Immeuble ne béton armé avec des murs 0,003 l
rideaux
Charpentes métalliques continues 0,002 l
Charpentes métalliques simples 0,005 l
l : distance entre deux colonnes adjacentes ou deux points quelconques qui tassent différemment. Les valeurs les
plus élevées correspondent aux tassements réguliers et aux structures les plus "tolérantes". Les plus faibles
valeurs sont valables pour des tassements irréguliers et des structures fragiles.
Tableau F-7 : Tassements admissibles (d'après Sowers cité par Lambe)

F.5 Accélérations du tassement


Plusieurs techniques permettent d'accélérer le tassement ou de provoquer le tassement avant
construction. Parmi ces techniques citons :

87

www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

- la mise en charge progressive ;


- La mise en place de surcharges temporaires ;
- La mise en place de drains verticaux ;
- le rabattement de nappe qui permet l'augmentation de contrainte effective ;
- le compactage par vibration.
-…

F.5.1 Drains verticaux


Si des drains verticaux sont mis en place sur la totalité de l'épaisseur de la couche
compressible, ils permettent de réduire le temps nécessaire à la dissipation de la pression
interstitielle :
- d'une part parce que généralement la perméabilité horizontale d'un dépôt stratifié est
supérieure à sa perméabilité verticale et donc pour un même trajet l'écoulement horizontal de
l'eau se fera plus rapidement
- d'autre part parce que l'espacement entre les drains peut être inférieur à l'épaisseur totale de
la couche.
Pour calculer les temps de consolidation lors de l'utilisation de drains verticaux, il faut écrire
l'équation différentielle de la consolidation en 3 dimensions :
∂ 2u ∂ 2u ∂ 2 u ∂u
Cvx + C + C = ou Cvx, Cvy, Cvz sont les coefficients de consolidation dans
∂x 2 vy
∂y2 vz
∂z 2 ∂t
les directions x, y et z.
Lorsque le problème à une symétrie radiale (drains verticaux) Cvx = Cvy = Cvr, cette équation
⎛ ∂ 2 u 1 ∂u ⎞ ∂ 2 u ∂ 2 u ∂u
devient alors : Cvr ⎜ 2 + + C = (1)
⎝ ∂r r ∂r ⎠ ∂r 2 vz
∂z 2 ∂t
kh ⋅ (1+ e ) k ⋅ (1+ e )
avec Cvr = et Cvz = v
av ⋅ γ w av ⋅ γ w
et u = urz : excès de pression interstitielle aux coordonnées r,z
L'équation (1) se décompose en deux parties :
∂ 2 u ∂u
- Cvz = (2) équation de la consolidation unidimensionnelle
∂z 2 ∂t
⎛ ∂ 2 u 1 ∂u ⎞ ∂ 2 u ∂u
- Cvr ⎜ 2 + = (3) : pour l'écoulement radial
⎝ ∂r r ∂r ⎠ ∂r 2 ∂t
On peut montrer que l'équation (1) est une combinaison des solutions des équations (2) et (3)
en écrivant que l'excès de pression interstitielle au temps t peut s'écrire sous la forme :
ur ⋅ uz
urz = (4) ou
u0
- ur est l'excès de pression interstitielle pour un écoulement radial seul
- uz est l'excès de pression interstitielle pour un écoulement vertical seul
Cette relation (4), traduite en degré de consolidation devient : (1 − U ) = (1 − U z )⋅ (1 − U r )

88

www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

avec :
- U : degré de consolidation pour un écoulement tridimensionnel
- Uz : degré de consolidation pour un écoulement unidimensionnel
- Ur : degré de consolidation pour l'écoulement radial
c vt
Le facteur temps TV pour l'écoulement unidimensionnel reste TV = 2
H
c ⋅t
Le facteur temps Tr pour l'écoulement radial est défini par Tr = vr 2 ou R est le rayon
(2R )
d'influence du drain (la moitié de la distance entre deux drains en quinconce)
La relation entre Ur et Tr est donnée en abaque.
Expérimentalement, il est possible de déterminer Cvr grâce à un œdomètre à drain central.
C k
On remarque que vr = h . Il n'est pas rare de trouver des rapports entre perméabilité
Cvz kv
horizontale et verticale de l'ordre de 10, ce qui permet d'évaluer l'apport que peuvent procurer
des drains verticaux.

89

www.4geniecivil.com
G Essais au laboratoire : résistance au cisaillement d'un
sol
La conception des différents ouvrages (fondations, talus, soutènement) est influencée par la
résistance au cisaillement des terrains. Cette conception doit conduire à éviter les ruptures ou
les déformations trop importantes lorsque les ouvrages sont soumis à des charges maximales.
Il est donc important de connaître la résistance ultime ou limite des terrains et nous décrirons
plus particulièrement les essais appliqués aux sols.
La résistance limite d'un sol pourra être déterminée par des essais au laboratoire ou en place.
Si les essais en place (pénétromètre, scissomètre…) ont l'intérêt d'éviter le problème de
remaniement associé au prélèvement d'échantillon dans le sol, ils ne permettent en général
qu'une évaluation indirecte de la résistance ultime du sol. Les essais de laboratoire permettent,
quant à eux, la mesure directe de la résistance ultime du matériau. De plus, il est possible de
mesurer les déformations et les pressions interstitielles durant l'application de contraintes
croissantes. Dans cette partie, nous nous intéresserons aux essais pratiqués au laboratoire.

G.1 Rappels de mécanique des milieux continus


Le comportement élastique d'un solide est caractérisé par des déformations réversibles, tandis
que le comportement plastique est caractérisé par des déformations permanentes.
La frontière du domaine d'élasticité est définie par un critère d'écoulement, qui dans le cas
d'un solide isotrope est uniquement fonction des trois contraintes principales :
f(σ1,σ2,σ3) = 0
Le domaine d'élasticité est la
région dans laquelle :
τ
f(σ1,σ2,σ3) < 0
Un critère d'écoulement peut être
représenté dans un plan de Mohr
(σ,τ) par une courbe appelée
courbe intrinsèque (en réalité en
toute rigueur, la courbe
intrinsèque délimite le passage à σ1 σ2 σ3 σ
la rupture).

Courbe intrinsèque

Figure G-1: courbe intrinsèque

91

www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

G.2 La plasticité dans les sols

G.2.1 Notations
Nous rappelons que les conventions de signe que nous utiliserons sont les suivantes :
en MMC : en mécanique des sols :
σ > 0 traction σ > 0 compression
σ < 0 compression σ < 0 traction
(on note souvent : σn = σ )
notion de contrainte effective :
σ' = σ - u
σ' u
" τ' " = τ
τ

G.2.2 Plasticité des sols


Si on effectue un essai de "compression" sur un sol, on observe :
- une zone élastique plus ou moins nette ;
- une limite élastique, qui semble ne pas dépendre de l'histoire des contraintes.
La "rupture" dans un sol peut être définie de différentes façons :
1- Différence maximale entre les contraintes : (σ 1 − σ 3 )max = (σ 1' −σ 3 ' )max
⎛σ '
2 - Rapport maximal des contraintes principales : ⎝ 1 σ ' ⎞⎠
3 max

⎡ (σ − σ 3 ) ⎤
3- τ =⎢ 1 2 ⎥⎦ à une déformation axiale arbitraire

La définition 1 sera le plus souvent adoptée.
La courbe intrinsèque des sols correspond à une équation de la forme :
τ = ± (a + b σ )
ou τ = c + σn tgϕ
c est appelée la cohésion, φ l'angle de frottement interne. Cette relation est connue sous le
nom de critère de Mohr-Coulomb.
Le critère de plasticité qui découle de la loi de Coulomb s'écrit :
(σ + σ )sin ϕ − (σ − σ ) + 2c cosϕ = 0
1 3 1 3
⎛π ϕ ⎛π ϕ
ou encore : σ1 − σ 3 tg 2 ⎝ + ⎞⎠ − 2 c tg ⎝ + ⎞⎠ = 0
4 2 4 2

G.2.3 Essais de cisaillement


Les essais de cisaillement ont pour but de déterminer la cohésion c, l'angle de frottement φ et

92

www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

éventuellement la loi de comportement du matériau, mais la détermination de c et φ va


dépendre de l'essai qui est effectué. Il existe plusieurs types d'appareils pour les essais :
• boîte de Casagrande
- essais de laboratoire • appareil triaxial
• autres (scissomètre de laboratoire, pénétromètre de poche…)
- essais in situ

G.3 Les essais de cisaillement direct à la boîte de Casagrande


Cet essai est très ancien, puisque Coulomb a déjà utilisé une boîte de cisaillement, il y a plus
de 200 ans.
Dans cet essai l'échantillon est constitué d'une plaquette carrée dont les dimensions usuelles
sont :10 cm x 10 cm x h = 3 cm (il existe des appareils permettant de recevoir des échantillons
de plus grandes dimensions, mais qui sont plus rarement utilisés) et l'appareil de cisaillement
est une boîte composée de deux parties :
- une demi-boîte inférieure fixe
- une demi-boîte supérieure mobile

Chapeau (application de la contrainte axiale)

1/2 boite supérieure Plan de cisaillement


Echantillon

Pierres poreuses

Point d'application de
l'anneau dynamométrique

Point d'application du
système d'entrainement

Té de calage

1/2 boite inférieure


Plaque de fond

Figure G-2: Echantillon dans la boîte de Casagrande (dessin E. LEFEBVRE)

93

www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

CONDITIONNEUR
COMPARATEUR CAPTEUR DE FORCE (controle de la charge appliquée)
(contrôle de volume) (mesure de la charge appliquée)
ETRIER DE CHARGEMENT BOITE PORTE ECHANTILLON
(modifié pour l'utilisation
d'un capteur de force) σn
ANNEAUX DYNAMOMETRIQUES
(1 ET 2)

2 1

MANOMETRE

VERIN DE COMMANDE
(application de la contrainte)
VERIN DE CHARGEMENT

POTENCE

Figure G-3 : Boîte de Casagrande avec son bâti (dessin E. LEFEBVRE)

L'essai se déroule en 2 étapes :


1 - Sur l'échantillon confiné τ
dans la boîte, on applique
un effort de compression Pic
normal constant N Résiduel
(perpendiculairement au
plan de cisaillement.) On
peut alors calculer la
contrainte normale en
divisant l'effort normal par ε
l'aire A de l'échantillon : σ
= N/A Figure G-4: Courbe effort-déformation type au cours d'un
essai de cisaillement

2 - Un effort horizontal de cisaillement T croissant est appliqué. La contrainte de cisaillement


peut être définie par τ = T/A et la courbe effort déformation (ε, τ) peut être tracée.

94

www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

L'expérience est répétée pour τ


plusieurs échantillons (au
moins 2, en général 3 ou 4)
x
avec différentes valeurs de N x
(donc de σ). On peut ainsi
tracer point par point la droite
τ = T/A x x
de Coulomb.
L'essai de cisaillement direct
ne permet pas d'obtenir σ
directement les contraintes
principales qui peuvent σ = N/A
cependant être déduites de
Figure G-5 : Points résultants d'essais de cisaillement à
l'enveloppe de rupture de
la boîte de Casagrande
Mohr-Coulomb.
L'essai de cisaillement direct à la boîte a pour avantage d'être économique, rapide et simple en
particulier avec les matériaux granulaires, cependant il présente certains inconvénients :
- le plan de cisaillement est imposé et on ne peut s'assurer que cette direction correspond au
plan le plus faible ou à la direction critique sur le terrain ;
- nous avons défini la valeur du cisaillement par τ = T/A, or la surface de cisaillement est
variable pendant l'essai et il peut y avoir une certaine hétérogénéité dans la transmission des
contraintes à l'échantillon ;
- il est difficile, voire impossible de contrôler les conditions de drainage (mesure de la
pression interstitielle u).

G.4 Les essais de cisaillement triaxiaux


Vers 1930 Casagrande a entrepris de rechercher un essai de compression qui contournerait les
difficultés associées à l'essai de cisaillement direct. L'essai mis au point est l'essai triaxial qui
est maintenant largement utilisé.

95

www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

Piston

Support de piston Fourreau de guidage du piston


(entrainé en rotation pour diminuer
les frottements parasites)

Systéme anti-friction

Orifice de purge

Orifice d'injection
d'huile

Chapeau plexiglass

Corps
Pierre poreuse Joint thorique
de cellule

Membrane élastique
Chambre transparente étanche
en plexiglass Echantillon

Joint thorique

Pierre poreuse

Taquets de serrages Piédestal porte échantillon


interchangeable (ø 35,38,50 mm)

Embase de cellule
Remplissage du corps de cellule
Application de σ 3 Drainage supérieur de l'échantillon

Application de la contre pression CP Mesure de la pression interstitielle

σ 3 - CP = Pression de confinement

Figure G-6 : Cellule triaxiale (dessin E. LEFEBVRE)

Dans ce cas l'échantillon est constitué d'un cylindre (élancement 2 en général) placé dans une
chambre de pressurisation (cellule). La cellule contient un fluide sous pression qui impose une
contrainte constante sur la surface latérale du cylindre. L'échantillon est préalablement
recouvert d'une membrane élastique pour empêcher que le fluide contenu dans la cellule
(généralement de l'eau) ne pénètre dans le matériau étudié.
L'essai se déroule également en deux étapes : S

1 - on applique une surpression p (ou σr) σr


2 - on charge verticalement l'échantillon par
l'intermédiaire d'un piston par une contrainte
longitudinale σl : σl = F/S + p

Figure G-7 : Schématisation de l'essai


triaxial

Durant cet essai on peut contrôler le drainage de l'échantillon et il peut être également
possible de contrôler le cheminement des contraintes ; on suppose en effet que les contraintes
appliquées aux extrémités de l'échantillon sont des contraintes principales.

96

www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

La courbe effort déformation (σ1-σ3, ε) σ1 - σ3


peut-être enregistrée au cours de l'essai. Pic
Souvent les déformations sont limitées,
ce qui fait que l'on n'atteint pas le
comportement résiduel. Plusieurs essais
sont effectués (au moins 3) à des
pressions de confinement différentes et
représentatives du confinement in situ.
ε

Figure G-8 : Courbe effort-déformation

Les caractéristiques mécaniques sont obtenues en représentant dans le plan de Mohr l'état de
contrainte à la rupture :
τ

Figure G-9 : Tracé du critère à partir des cercles de Mohr

Dans le plan de Mohr, la courbe intrinsèque est définie par : τ = c + σ n tgϕ


La représentation de Mohr dans laquelle chaque état de contraintes correspond à un cercle
n'est pas très commode pour représenter l'évolution de l'état des contraintes si ce dernier
évolue au cours du temps. D'autres représentations peuvent être utilisées pour représenter le
"chemin" suivi par les contraintes, notamment la représentation dans le plan (s, t) dite
représentation de Lambe
t ϕ σ1 + σ 3
avec s =
2
α
σ1 −σ 3
et t =
2

c le critère devient alors :


s t = c cos ϕ + s sin ϕ

Figure G-10 : Tracé du critère dans un repère s, t

Si α est l'angle de la courbe intrinsèque dans le plan (s, t) on a donc : sin ϕ = tgα .

97

www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

L'ordonnée à l'origine de la droite est : c cosϕ


Ce mode de représentation plan (s, t) est couramment employé pour représenter le
cheminement des contraintes au cours d'un essai ou in-situ.
Remarque : s et t sont les coordonnées du sommet du cercle de Mohr
ϕ

τ α
ϕ
τ

t
τ
c
σn c
σ3 σn s σ1 σ

Figure G-11 : Les deux types de représentation des essais

Remarque : démonstration de t = c cos ϕ + s sin ϕ


τ Dans la figure ci-contre la distance d est
ϕ c
donnée par : tgϕ = donc d = c
d tgϕ
t t
R = t = ( σ1 - σ3 )/2 et on a la relation : sin ϕ = =
t s+d s+ c
τ tgϕ
c ϕ
On en déduit donc facilement que :
σn
ϕ
d σ3 σn s σ1 t = s sin ϕ + c sin ϕ = s sin ϕ + c cos ϕ
tgϕ
Figure G-12 : relation entre s et t pour un
cercle de Mohr tangent au critère

Un autre type de représentation est également utilisée, il s'agit de la représentation dite de


Cambridge ou
σ1 + σ 2 + σ 3 σ 1 + 2σ 3
p= est la contrainte moyenne σm. Pour un essai triaxial p =
3 3
q = σ 1 − σ 3 est le déviateur de contrainte
Remarques :
- Il existe une certaine confusion dans l'utilisation de ces notations et la notation de Lambe
que nous avons appelé (s,t) a parfois été notée également (p, q) par le passé ;
- La représentation de Mohr, sous forme de cercle est difficilement utilisable pour
représenter les variations des contraintes au cours du temps. Les représentations de Lambe
et de Cambridge sont couramment utilisées pour représenter les chemins de contraintes.
Dans un essai triaxial :
- le plan de rupture n'est pas imposé et l'échantillon peut se briser suivant n'importe quel plan
ou encore, comme cela se produit souvent, se déformer en barillet ;

98

www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

- la mesure de la pression interstitielle u est possible ;


- on n'a pas un réel état triaxial puisque σ 2 = σ3 = σ cellule .
- les conditions de drainage et les cheminements de contraintes adoptés peuvent permettre de
reproduire les situations réelles ou critiques. Nous verrons dans le paragraphe suivant que les
conditions de drainage et de contraintes peuvent représenter différents types de sollicitations
existant dans la nature. Ces conditions sont représentées par un symbole formé de 2 lettres, la
première définie les conditions avant le cisaillement : dans la phase 1 de l'essai, l'échantillon
peut-être consolidé ou non (C : consolidated ; U : unconsolidated), la seconde représente les
conditions de drainage pendant le cisaillement : pendant la phase 2 il peut y avoir drainage : D
(drained) représente des conditions drainées, U (undrained) des conditions non drainées.

G.5 Les différents types d'essai, résistance au cisaillement des


argiles
Il existe deux types d'équilibre dans la nature qui peuvent être schématisés à partir de
l'analogie faite au § F.2.2 (page 77) entre le sol et un système cylindre rempli d'eau, ressort :
- au moment où on applique une sollicitation, par exemple une surcharge, si le milieu est
faiblement perméable, il y a une augmentation brutale de la pression interstitielle et c'est la
résistance à court terme du sol qui va être sollicitée ;
- si l'eau interstitielle du sol peut s'échapper, si les mouvements sont lents ou longtemps après
l'application d'une sollicitation, la surpression interstitielle va s'annuler ; quand u = 0 ce sera
la résistance dite à long terme du matériau qui sera concernée.
Les deux types de problèmes sont à résoudre et pour :
- la résistance à court terme c'est l'ensemble squelette + eau qui est sollicité, la contrainte à
prendre en compte sera la contrainte totale ;
- la résistance à long terme c'est le squelette qui va être concerné et la contrainte à considérer
sera la contrainte effective.
ARGILES : SABLE (perméabilité forte) :
les deux types de problèmes existent : Contraintes effectives (sauf cas particuliers)
car l'eau part immédiatement.
- court terme (on ouvre une tranchée dans
une argile, fondation, barrage, talus...)
- long terme (talus, digue...)
Pour les argiles il faut donc effectuer plusieurs types d'essais :
1 - essai rapide : non consolidé, non drainé : UU (unconsolidated, undrained) pendant lequel
l'eau ne peut s'échapper de l'échantillon et on note l'apparition de surpressions ;
2 - essai lent : CD (consolidated, drained), qui est réalisé suffisamment lentement pour que la
pression interstitielle soit toujours nulle.

G.5.1 Coefficients de pression interstitielle


Avant de décrire les différents essais, nous allons examiner ce qu'il se passe du point de vue
des variations volumiques au cours d'un essai non drainé.
L'état initial de l'échantillon est un état ou :

99

www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

σ1 σ '1
les contraintes totales sont : σ 2 et les contraintes effectives σ ' 2 .
σ3 σ '3

∆σ 1
Au cours de l'essai, l'application d'une variation de contrainte : ∆σ 2 se traduit en contraintes
∆σ 3
∆σ '1 = ∆σ 1 − ∆u
effectives par : ∆σ ' 2 = ∆σ 2 − ∆u la variation de volume correspondante, si on considère que
∆σ ' 3 = ∆σ 3 − ∆u
le matériau est isotrope et élastique peut s'écrire :
∆V ∆σ '1 ν ⋅ ∆σ ' 2 ν ⋅ ∆σ ' 3 ν ⋅ ∆σ '1 ∆σ ' 2 ν ⋅ ∆σ '3 ν ⋅ ∆σ '1 ν ⋅ ∆σ ' 2 ∆σ ' 3
= ε1 + ε 2 + ε 3 = − + + + − + + + −
V E E E E E E E E E
∆V ⎛ 2ν − 1 ⎞
=⎜ ⎟ ⋅ (∆σ '1 + ∆σ ' 2 + ∆σ ' 3 )
V ⎝ E ⎠
E
Le module de déformation volumique K du matériau est égal à : K = donc
3(1 − 2ν )
∆V ⎛ − 1 ⎞
=⎜ ⎟ ⋅ (∆σ '1 + ∆σ ' 2 + ∆σ ' 3 )
V ⎝ 3K ⎠
Si on fait l'hypothèse que les grains solides du matériau sont indéformables, la variation de
volume se traduit par une variation de porosité qui entraîne une variation de pression
interstitielle. Pour un matériau saturé :
∆Vvide ∆V ∆u avec K module de déformation volumique de l'eau.
= =− w
Vvide n ⋅V Kw

donc ∆V = −n ∆u
V Kw

En écrivant l'égalité des équations de variation de volume :


∆u 1 1 1 1 1
n = ⋅ (∆σ '1 + ∆σ ' 2 + ∆σ ' 3 ) = ⋅ (∆σ 1 + ∆σ 2 + ∆σ 3 ) − ⋅ (∆u + ∆u + ∆u ) = ⋅ (∆σ 1 + ∆σ 2 + ∆σ 3 ) − ⋅ (∆u )
K w 3K 3K 3K 3K K
1 (∆σ 1 + ∆σ 2 + ∆σ 3 )
∆u = ⋅
K 3
1+ n
Kw

Au cours d'un essai triaxial à symétrie de révolution : ∆σ 2 = ∆σ 3 on peut donc écrire :


∆σ 1 + ∆σ 2 + ∆σ 3 = ∆σ 1 + 2∆σ 3 = 3∆σ 3 + (∆σ 1 − ∆σ 3 ) d'où

1 ⎡ 1 ⎤
∆u = ⋅ ∆σ + ( ∆σ 1 − ∆σ 3 ) ⎥ ou ∆u = B ⋅ ⎡⎣ ∆σ 3 + A ( ∆σ 1 − ∆σ 3 ) ⎤⎦
K ⎢⎣ 3 3 ⎦
1+ n
Kw

A et B sont les coefficients de pression interstitielle ou de Skempton, car c'est ce dernier qui
les a introduits pour la première fois en 1954.

100

www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

L'expérience montre que quand les terrains sont saturés B est égal à 1 (ce qui est prévisible si
on remarque que K << Kw). Par contre les valeurs de A sont extrêmement variables et un des
objectifs de l'essai triaxial peut être de mesurer sa valeur au moment de la rupture.
Dans les terrains non saturés, il est plus judicieux de séparer les 2 coefficients et on écrit
plutôt : ∆u = B ⋅ ∆σ 3 + A ( ∆σ 1 − ∆σ 3 )

G.5.2 les essais UU (unconsolidated, undrained)


Les essais UU peuvent être effectués à l'appareil triaxial ou éventuellement à la boîte pour des
sols de faible perméabilité. Ils se déroulent en deux étapes :
0 - Mise en place de l'échantillon
σ1 = 0 σ' 1 = -u0

σ3 = 0 u = u0 σ'3 = -u0

σ u σ'
Figure G-13

L'échantillon du sol n'étant soumis à aucune contrainte (σ3 = σ1 = 0), il est décomprimé par
rapport à son état in-situ et une pression interstitielle négative s'y développe.
1 - Drainage fermé on applique σ3.
σ1 = σ0 σ' 1 = -u0

σ3 = σ0 u = u0 + σ0 σ'3 = -u0

( σ'3 = cst ∀σ 0 )

σ u σ'
Figure G-14

2 - On augmente σ1 à σ3 constante et on mesure u

101

www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

σ1 = σ0 + ∆σ1 σ'1 = -u0 - f(∆σ1) + ∆σ 1

u = u0 + σ0 + f(∆σ 1)

σ3 = σ0 σ' 3 =
u -u0 - f(∆σ 1)

σ u σ'
Figure G-15

Cet essai est très rapide ; il s'effectue en une dizaine de minutes.


Dans cet essai l'application de la pression radiale σr ou σ3 va se traduire par une augmentation
de la pression interstitielle ∆u ; ce qui signifie que, quelle que soit la contrainte de
confinement σ3 appliquée, la contrainte effective radiale σ'3 est toujours la même à l'étape 1,
pour des échantillons initialement dans le même état (donc pour les 3 ou 4 points effectués
pour caractériser le sol à un endroit donné) ou exprimé différemment σ'3 ne dépend pas de σ3
= σ0. Comme la résistance au cisaillement des sols dépend des contraintes effectives ; le
déviateur σ ' l − σ ' r = σ ' 1 − σ ' 3 qui provoque la rupture dépend de σ'3 ; si σ'3 est le même
σ ' 1 −σ ' 3 = σ 1 − σ 3 ne varie pas, donc les cercles, en contrainte totale, correspondant aux
différentes pressions de confinement ont le même diamètre.
En contrainte effective, le cercle de Mohr correspondant aux 3 cercles en contrainte totale est
le même. Sur la figure ci-dessous le critère de rupture en contrainte effective est schématisé
(pour pouvoir le tracer précisément il faudrait avoir mesuré u), mais au cours d'un essai UU,
comme on n'obtient qu'un seul cercle en contrainte effective, il est impossible d'en déduire les
caractéristiques effectives (il y a une infinité de droites tangentes à un seul cercle !).
τ τ ϕ'

cu

c'
σ σ'
σ3 σ3 σ1 σ3 σ1 σ1 σ'3 σ' 1

a - Contraintes totales b - Contraintes effectives


Figure G-16 : Représentation de l'état de contrainte au cours d'essais UU

Les essais non drainés permettent de définir une cohésion apparente cu (u pour undrained) à
partir des états de contraintes exprimés en contraintes totales. Théoriquement, si l'échantillon
est saturé, comme les cercles de Mohr correspondant à la rupture ont un diamètre équivalent,
l'angle de frottement ϕu est nul.

G.5.3 les essais CD (consolidated, drained)


Ces essais permettent d'obtenir des paramètres mécaniques caractéristiques du comportement
à long terme. Les étapes de l'essai sont les suivantes :

102

www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

0 - Mise en place de l'échantillon


1 - drainage ouvert on applique σ3 et on attend que la surpression interstitielle se dissipe
(jusqu'à u = 0).
2 - on augmente σ1 à σ3 constante, drainage ouvert pour avoir toujours u = 0 jusqu'à rupture
de l'échantillon.
Cet essai est relativement long et peut durer plusieurs jours
La courbe intrinsèque permet d'obtenir les caractéristiques cd et ϕd ou c' et ϕ'.
τ ϕ'

c'
σ'

Figure G-17 : τ = c' + σ ' tg ϕ'

En résumé :
UU ϕu ≈ 0 cu court terme
CD ϕd cd long terme
L'essai CD est long. Il peut durer plusieurs semaines si la perméabilité de l'échantillon est
faible. Il existe un essai hybride CU (consolidé, non drainé)

G.5.4 les essais CU (consolidated, undrained)


0 - Mise en place de l'échantillon
1 - Drainage ouvert : on applique σ3 et on attend que la surpression interstitielle se dissipe
(jusqu'à u = 0).
2 - on augmente σ1 à σ3 constante, drainage fermé (et on mesure u) jusqu'à rupture de
l'échantillon.
L'essai CU ne dure que de quelques minutes à quelques heures.

103

www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

G.5.5 Caractéristiques au pic, caractéristiques résiduelles.

τ Pic

Résiduel

σ'

Figure G-18 : résistance au pic, résistance résiduelle

G.6 Résistance au cisaillement d'un sable :


Essais triaxiaux ou à la boîte montrent que la courbe intrinsèque passe par l'origine : C = 0
ϕ : angle de frottement interne (ϕ dépend du coefficient de frottement entre les grains )
Si on déverse du sable à partir d'un point ;
il se forme un cône. Quand la pente
devient plus abrupte, les particules β
glissent ou roulent et le tas prend
finalement une pente d'angle stable :
angle au repos. Cet angle au repos Figure G-19 : angle d'un "tas" de sable
représente l'angle de frottement interne
du matériau granulaire dans son état le β : angle au repos du sable
plus lâche. ϕ≠β
L'angle de frottement interne, ϕ, varie avec la compacité : ϕ est proportionnel à 1/e
K
Caquot et Kérisel ont proposé la loi empirique suivante : tan ϕ = avec les valeurs de K
e
Nature du sol Valeur du coefficient K
Gros sable 0,60 à 0,55
Sable Moyen 0,55 à 0,475
Sable Fin 0,475 à 0,400
Sable silteux 0,400 à 0,325
Tableau G-1 : Valeur du coefficient K de proportionnalité entre la tangente de l'angle de
frottement et l'inverse de l'indice des vides

Le cisaillement d'un sol pulvérulent s'accompagne d'une variation de son volume (dilatance
ou contractance). Pour un sable lâche ou peu compact il y a diminution de volume
(contractance), alors que les sols compact ou dense voit leur volume augmenter (dilatance).
La variation de volume dépend donc de l'état du sable (lâche ou serré) i.e. de la compacité
relative. La compacité tend vers une même valeur limite appelé indice des vides critique
(ecr)quand la déformation croit. Cette notion d' indice des vides critique permet d'expliquer le
104

www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

comportement des sables fins saturés soumis à des sollicitations cycliques.

G.7 Equilibre limite


Dans la suite du cours, pour le calcul d'ouvrage, il sera fait référence à la notion d'équilibre
limite.

G.7.1 Coefficient des terres "au repos"


x
y x
Considérons un massif infini de poids volumique
γ, limité par une surface horizontale et soumis à
l'action de la pesanteur. D'après la symétrie du
z γ problème, les contraintes totales σx et σz sont
principales et τxz = 0. Nous pouvons écrire les
équations d'équilibre :
∂σ x σ x = f (z )
=0
x M ∂x d'où
∂σ z
=γ σz =γ ⋅z
∂z
Figure G-20 : massif infini
La contrainte verticale σz ou σV est donc connue et égale à γz. Pour obtenir la contrainte
horizontale σx ou σH il faudrait connaître la loi de comportement du sol.
Si on suppose que le milieu est infini dans les directions x et y, la déformation horizontale est
nulle. On en déduit que σH est fonction du coefficient de poisson ν ( σ H = f (ν ) ).
σH 1
Si le terrain était élastique comme ε H = − (σ H + σ V ) υ et comme ε H = 0 , on aurait :
E E
ν
σ H = σV
1 −ν
Lors d'un essai triaxial drainé (u = 0 au cours de l'essai),
σ'V dans lequel on augmente la contrainte σ'H, de telle sorte
que la déformation horizontale reste nulle( ε H = 0), on
constate que la contrainte effective horizontale est
σ'H proportionnelle à la contrainte effective verticale.
Le rapport entre la contrainte effective horizontale et la
u= 0 εH = 0 contrainte effective verticale est appelé coefficient de
σ'
σ'H pressions des terres "au repos". On note : K 0 = H .
σ 'V
Figure G-21

En général, pour les sols, ce rapport est inférieur à 1 sauf pour des sols très surconsolidés.
Pour les terrains ayant subi une succession de phases tectoniques, ce rapport est très variable
et peut être supérieur à 1. Le comportement des terrains au cours des phases de sédimentation
et lors de leur histoire ultérieure n'étant pas élastique, le rapport entre contrainte horizontale et
ν
verticale ne peut généralement pas être assimilé à .
1 −ν

105

www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

σ ' H σ H σ ' H +u
Attention : K 0 = ≠ =
σ 'V σ V σ 'V +u
Pour les sables Il existe une relation empirique (formule de Jacky) liant la valeur de K0 à
l'angle de frottement interne : K0 = 1 − sin ϕ

Type de sol Valeur de K0


Sable lâche 0,45 à 0,50
Sable compact 0,40 à 0,45
Argile normalement consolidée 0,50
Argile surconsolidée > 0,5
Tableau G-2 : Coefficient K0 pour quelques type de sols (d'après Schlosser)

G.7.2 Poussée et butée pour un sol sans cohésion

G.7.2.1 Poussée
Considérons, comme τ
précédemment, un
ϕ
massif de sable (sans τ = σn tg ϕ
cohésion) infini de
poids volumique γ,
limité par une surface
horizontale et soumis
à l'action de la σ
pesanteur. Dans le cas C B A n
où il n'y a pas de σ'H σ'V
possibilité de
déplacement latéral, à
la profondeur z:
σ 'V = γz (point A)
σ ' H = K 0γz (point B)
Figure G-22 : cercle de Mohr et équilibre inférieur

Si on permet au sol une expansion latérale ε H > 0 ; la contrainte σ'H


diminue jusqu'à atteindre l'équilibre limite ou le cercle de Mohr devient
tangent à la droite limite de Mohr-Coulomb (point C). La contrainte
effective verticale reste constante et égale à σ 'V = γz = cste . x

Figure G-23

Lorsque la contrainte effective horizontale est en C, il y a plasticité du sol, en tous les points
du sol, mais les plans de plasticité (ou plans de glissement, appelés aussi lignes de glissement
si l'on raisonne en 2 dimensions) ont une orientation particulière par rapport aux contraintes
σ'
principales qui restent σ'H et σ'V. Le rapport H peut également être évalué.
σ 'V

106

www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

On peut montrer que ces plans π /4


−ϕ
font un angle de : /2 σ' H
π/4+ϕ/2
• π + ϕ par rapport à σ'H ; σ'V
4 2

• π − ϕ par rapport à σ'V.


4 2 Expansion
Cet état est appelé équilibre
limite inférieur ou équilibre
limite de poussée ou encore
équilibre limite actif
Plans de glissement

Figure G-24 : équilibre limite inférieur

σ ' H 1 − sin ϕ
On peut montrer que = = tg 2 ⎛⎜ π − ϕ ⎞⎟ = K a
σ 'V 1 + sin ϕ ⎝ 4 2⎠

Ka est appelé coefficient de poussée

G.7.2.2 Butée
Si à partir d'un sable à
l'équilibre, au lieu de τ
permettre au sol de se
dilater, on le
contracte ; la contrainte
σ'H augmente, devient
supérieure à σ'V jusqu'à τ = σn tg ϕ
ϕ

atteindre un état
d'équilibre limite ou le
cercle de Mohr devient C B A D σn
σ'H σ'V
tangent à la droite
limite de Mohr-
Coulomb (point D). La
contrainte effective
verticale reste toujours
constante et égale à
σ ' V = γz = cste .

Figure G-25 : équilibre passif (butée)

107

www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

La contrainte horizontale /2

devient la contrainte π/4
σ'V (contrainte majeure)
majeure. Dans ce cas on σ'H
atteint l'état d'équilibre π/4−ϕ/2
limite supérieur ou
équilibre limite de butée Contraction
ou encore équilibre limite
passif. Plans de glissement

Figure G-26 : équilibre limite supérieur

σ 'H
= tg 2 ⎛⎜ π + ϕ ⎞⎟ = 1 = K p ; Kp est appelé coefficient de poussée
σ 'V ⎝ 4 2⎠ Ka

Remarques :
1) Dénomination poussée, butée :
Considérons une excavation de hauteur H et un mur de soutènement. Examinons l'état du sol
derrière ce mur. Si ce mur se déplace :
- vers le vide, l'état de Déplacement (H/1000) Déplacement (H/10)
Poussée Butée
poussée (le sol est en
poussée) sera atteint pour
des déplacements de
l'ordre de H/1000 à H
H/10000 (cf. Filliat).; F

- vers le massif, l'état de


butée (sol en butée) sera
atteint pour des
déplacements de l'ordre de
H/10 à H/50 (cf. Filliat).
Figure G-27 : Poussée – Butée

2) Des essais réalisés en laboratoire ont montré qu'une déformation horizontale faible, de
l'ordre de 1% pouvait conduire à un état de poussée. Par contre l'état de butée est atteint pour
une déformation horizontale plus importante : 4% pour un sable dense, 12% pour un sable
lâche (d'après Schlosser).

G.7.3 Poussée et butée pour un sol avec cohésion


Nous avons vu que pour un sol sans cohésion :

K a = tg 2 ⎛⎜ π − ϕ ⎞⎟
⎝ 4 2⎠

K p = tg 2 ⎛⎜ π + ϕ ⎞⎟ = 1
⎝ 4 2⎠ Ka
Si le sol est cohérent et frottant, les cercles de Mohr sont identiques à un cas sans cohésion à
une translation de H = c' près.
tgϕ '
On peut considérer que l'état :

108

www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

- sans cohésion : (σ ' H )c '=0 et (σ 'V )c '=0 correspond à l'état

- avec cohésion : (σ ' H )c '≠ 0 = (σ ' H )c '=0 + H et (σ 'V )c '≠ 0 = (σ 'V )c '=0 + H avec H = c'
tgϕ '
σ 'H +H
Donc a
= tg 2 ⎛⎜ π − ϕ ⎞⎟ = K a
σ 'V + H ⎝ 4 2⎠

σ 'H p +H
et = tg 2 ⎛⎜ π + ϕ ⎞⎟ = K p
σ 'V + H ⎝ 4 2⎠

Pour un massif frottant et cohérent on aboutit, après calcul, à :


σ 'Ha = K aσ 'V −2c' K a
σ ' Hp = K pσ 'V + 2c ' K p
Cette analogie entre un sol cohérent et un sol "équivalent" sans cohésion est connue sous le
nom de "théorème des états correspondants".

G.7.4 Poussée et butée pour un massif inclinée


Si le sol n'est plus horizontal, mais forme une surface d'angle β avec l'horizontale, les
contraintes horizontale et verticale ne sont plus principales. La poussée et la butée seront
définies par la contrainte p qui s'exerce sur un plan vertical à la profondeur z dans l'état de
poussée ou l'état de butée de butée.
Si l'on s'intéresse à l'état de contraintes sur un écran vertical rugueux, l'inclinaison δ et la
valeur de la contrainte sur cette surface dépend de l'angle de frottement entre le sol et l'écran.
L'écriture des équations d'équilibre et du critère de Mohr-Coulomb conduit à une équation
différentielle dont les solutions numériques ont été établit par différents auteurs. On pourra,
par exemple se référer aux tables établies par Caquot et Kérisel (cf. § L.4.3 page 186)

G.7.5 Equilibre limite d'un massif soumis à une charge


Les fondations vont transmettre la charge d'un ouvrage au terrain de fondation, il est donc
nécessaire de s'interroger sur la capacité du sol à résister et sur la contrainte limite qui peut lui
être appliquée.
Supposons un sol de cohésion c et d'angle de frottement φ. (c, φ) représente (cu, φu) si le calcul
est effectué à court terme et (c', φ') si on s'intéresse à l'équilibre à long terme.
On se propose d'évaluer la contrainte limite p p
que l'on peut appliquer sur une largeur AB
d'un massif infini, homogène et horizontal.
On suppose que le problème est A B
bidimensionnel ; c'est-à-dire que la contrainte
p s'étend à l'infini dans la 3ème dimension. Figure G-28

Le problème a été résolu par Prandl, pour un massif infini, horizontal, non pesant, un sol
pulvérulent de cohésion nulle (c = 0) et d'angle de frottement φ, chargé à sa surface par 2
répartitions uniformes p et q. Prandl a montré que :

109

www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

q p
G A B
π/4−ϕ/2 E
Butée
π/2+ϕ
F π/2+ϕ D
Sol non en
rupture
Spirale logarithmique
C

Figure G-29

- il se forme une zone en butée de part et d'autre de p, dans laquelle les lignes de glissement
sont des droites au voisinage de la surface ;
- la zone triangulaire ABC est en poussée et les lignes de glissement sont des droites ;
- entre ces deux zones, les zones CBD et AFC sont intermédiaires, les lignes de glissement
issues de B (respectivement A) sont des droites (concourantes en B ou A) et la deuxième
famille de lignes de glissement sont des spirales logarithmiques ; l'angle entre les deux
familles étant toujours constant et égal à π 2 + ϕ ;

- le sol n'est en rupture qu'au-dessus de la ligne GFCDE ;


- la valeur maximale pouvant être atteinte par p, celle provoquant la rupture du sol est :
( )
p = q ⋅ N q (ϕ ) avec Nq = tg 2 π 4 + ϕ 2 ⋅ eπ ⋅tg (ϕ )

110

www.4geniecivil.com
H Principe des calculs aux d'états limites
Dans la suite de ce polycopié nous nous intéresserons aux ouvrages constitués de terrains ou
en interaction avec les terrains. Les réglementations actuelles, en particulier celles relatives
aux fondations se réfèrent à la notion d'états limites pour effectuer les calculs justificatifs des
constructions.
La réglementation européenne concernant le calcul et la conception des ouvrages est
actuellement en cours d'élaboration. Connue sous le nom d'EUROCODE, cette
réglementation est traitée à travers plusieurs textes regroupés par type d'ouvrages (béton, acier
mixte, bois, géotechnique…) mais reposant tous sur la même démarche de vérification des
ouvrages, démarche qualifiée de "semi-probabiliste". Cette démarche est codifiée dans
l'Eurocode 1, Partie 1.
L'Eurocode relatif à la géotechnique est l'Eurocode 7. Il est établi actuellement à titre de
norme provisoire (ENV, dans le "Jargon " normatif Européen)

H.1 La démarche semi-probabiliste


La démarche semi-probabiliste consiste à définir les états limites, c'est à dire les situations que
l'on veut éviter et à choisir pour la construction des dispositions telles que la probabilité de
chaque état limite soit suffisamment petite pour être acceptable. En géotechnique deux
groupes de problèmes sont examinés : la stabilité et les déformations.
Elle se traduit par des règles introduisant la sécurité au moyen de :
- valeurs représentatives des actions et des résistances
- de coefficients partiels de sécurité
- de marges introduites dans les modèles de calcul utilisés
La justification du dimensionnement des ouvrages consiste à s'assurer, pour un certain
nombre d'éléments que :
Ed ≤ Rd
Ed : valeur calculée de l'effet des actions (par exemple charge de calcul appliquée à une fondation)
Rd : valeur calculée à ne pas dépasser : résistance, déplacement… (par exemple résistance du sol de
fondation)
Remarques :
1) La démarche qualifiée de classique, consistait à faire le calcul de résistance sans appliquer
de coefficient de sécurité partiel, puis à diviser la résistance globale calculée par un
coefficient de sécurité général. Ce concept de prise en compte "général" de la sécurité s'étant
révélé insuffisant, la notion de coefficient de sécurité partiel a été introduite.
2) La démarche probabiliste consisterait à calculer la probabilité de ruine d'un ouvrage. Cela
nécessiterait l'analyse de l'ensemble des facteurs aléatoires qui interviennent dans la
conception de l'ouvrage. Elle est quasiment impossible à réaliser, car on ne connaît pas la loi
de variation de tous les facteurs. La simple définition, par exemple, d'une moyenne et d'un
écart type sur la cohésion et l'angle de frottement pose déjà un problème.
Prise en compte de la sécurité :
La démarche semi-probabiliste "répartit" la sécurité en trois parties :

111

www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

- Des valeurs qualifiées de "caractéristiques" sont utilisées pour les différentes actions et
résistances. Ces valeurs devraient logiquement correspondre à une probabilité fixée (si on
connaissait la densité de probabilité), elles sont plus souvent les valeurs "acceptées" par la
profession ou utilisées pour les contrôles (cf. § H.4.2) ;
- Les actions et les propriétés des matériaux sont pondérés par l'utilisation de coefficients de
sécurité partiels γ : γG et γQ pour les actions, γM pour les matériaux (cf. § H.4.3) ;
- Des coefficients de modèles γd, sont introduits (ils peuvent prendre en compte, par
exemple, une "erreur" systématique liée à la méthode de calcul).

H.2 Notion d'état limite


Les réglementations récentes reposent sur la notion d'état limite. Un état limite est une
situation que l'on veut éviter (par exemple une déformation trop importante, une fissuration
dans le matériau, une rupture…). On distingue les états limites de service (ELS) et les états
limites ultimes (ELU).
Les états limites de service (ELS) sont les états entraînant la mise hors service de l'ouvrage, il
s'agit de déformations, fissuration ou autre entraînant un "mauvais" fonctionnement de
l'ouvrage.
Les états limites ultimes (ELU), sont des états conduisant à la ruine de l'ouvrage. Pour une
fondation, l'examen des états ultimes consiste à examiner les conditions qui conduisent à la
rupture du sol de fondation ou du matériau composant la fondation.
L'Eurocode7 définit les états limites de la manière suivante :
"Les états limites de service sont les états au-delà desquels des critères de service précis ne
sont plus satisfaits" ; ces états comprennent :
- "des déformations, des mouvements ou des déflexions qui compromettent l'aspect ou
l'utilisation effective de la structure (y compris le mauvais fonctionnement des machines
ou des services) ou causent des dommages aux finitions et aux éléments non structuraux ;
- des vibrations qui causent une gêne aux personnes, des dommages au bâtiment ou à son
contenu ou qui limitent son efficacité fonctionnelle".
Les états limites ultimes sont ceux "associés à la ruine, l'instabilité ou toute forme de rupture
qui peut mettre en danger la sécurité des personnes" ainsi que, conventionnellement, certains
états les précédant ; ces états comprennent :
- " la perte d'équilibre de la structure ou de toute partie de la structure considérée comme un
corps rigide ;
- la rupture par déformation excessive, rupture ou perte de stabilité de la structure ou de
toute partie de la structure, y compris des appuis et des fondations."
Remarque : Les états limites concernent :
- le sol ;
- Les matériaux constitutifs de la fondation.
Nous les redéfinirons plus précisément aux § H.5.2 et H.5.3.

H.3 Définition des actions


Pour effectuer les calculs, il est nécessaire de lister les "charges" mises en jeu : les actions.

112

www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

Ces actions peuvent être des forces, des moments ou des déplacements imposés.
Les actions sont ensuite combinées de différentes façons, pour évaluer leurs effets sur
l’ouvrage qui sont les sollicitations auxquelles peut être soumis un ouvrage (§ H.5). Les règles
de combinaisons des actions sont complexes et des poids différents sont attribués aux
différentes actions.
Dans les Eurocodes, les actions sont classées en actions permanentes, variables et
accidentelles et on note :
- G les actions permanentes (poids de la structure et des sols, action de l'eau,
précontraintes…) ;
- Q les actions variables (quai soumis à des marées, charges de circulation, action du vent,
de la neige…)
- FA les actions accidentelles (explosion, séisme, crue…)
Pour les sols la dénomination "actions permanentes" est en général réservée aux actions autres
que celles dues à l'eau et on note :
- G les actions permanentes autres que les actions dues à l'eau
- Fw actions dues à l'eau

H.3.1 Actions permanentes G


Il s'agit des actions permanentes de toute nature (autre que Fw actions dues à l'eau). Par
exemple :
- poids propre de la fondation
- fraction du poids de l'ouvrage considéré comme repris par la fondation
- poussée du sol
Ces actions peuvent être séparées-en :
- actions permanentes défavorables Gmax ;
- actions permanentes favorables Gmin.

H.3.2 Actions dues à l'eau Fw


Dans le cas des fondations, ce sont essentiellement :
- la poussée d'Archimède (calculs en contraintes effectives) ;
- l'effet hydrodynamique des courants sur les appuis en rivière et en mer.

H.3.3 Actions variables Q


Il s'agit essentiellement des charges :
- d'exploitation : surcharges routières, freinage, stockage temporaire…
- dues aux effets climatiques : vent, neige…

H.3.4 Les actions accidentelles FA


Pour les ouvrages de génie civil, il peut s'agir d'explosion, de choc de bateau ou de véhicule,
de séisme, de feu.

113

www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

H.4 Valeur des actions


Les différentes actions vont être combinées avec des poids différents en fonction des
situations de calcul.

H.4.1 Situation de calcul


Les situations de calcul sont des combinaisons de charges et de données géométriques,
physiques et mécaniques pour lesquelles on doit vérifier que l'on n'atteint pas l'état limite
ultime ou de service.
Par exemple, lors de l'exécution d'un ouvrage, différentes géométries seront analysées
correspondant aux différentes phases d'exécution de cet ouvrage et aux différentes géométries
du sol (étapes successives d'excavation, par exemple). Pour une même géométrie donnée,
différents types de comportement seront examinés (long terme, court terme) et les actions
permanentes, variables et accidentelles susceptibles de se produire pendant la phase des
travaux seront combinées.

H.4.2 Valeurs caractéristiques et valeurs de calcul


Pour un paramètre donné, il s'agit de choisir la valeur qui sera utilisée lors des calculs.
Par exemple si on s'intéresse au poids volumique d'un terrain, doit-on prendre sa valeur
moyenne, la valeur la plus faible, la valeur la plus forte, … ?
On distingue pour les différents paramètres une valeur dite caractéristique et une valeur dite
de calcul. Ces notions se rattachent à une conception probabiliste de la sécurité.
La valeur caractéristique est la valeur du paramètre ayant une certaine probabilité d'être
dépassée (du coté défavorable). Par exemple pour des résistances, la valeur caractéristique
sera une valeur inférieure à la moyenne. La probabilité choisie dans le cadre de l'Eurocode7
est de 5%, mais encore faut-il connaître la densité de probabilité du paramètre. En
géotechnique, on dispose rarement de mesures suffisantes pour effectuer une analyse
statistique et la détermination des valeurs "caractéristiques" est actuellement laissée à
l'appréciation de chacun.
La valeur de calcul est celle qui sera utilisée pour comparer une situation de calcul par rapport
aux états limites. Elle est déduite de la valeur caractéristique par application d'un coefficient γ
minorateur ou majorateur suivant que l'augmentation du paramètre va dans le sens de la
sécurité ou non.
En géotechnique, le coefficient d'un même paramètre peut être minorateur dans certaines
situations de calcul et majorateur pour d'autres situations. Pour une même situation de calcul
le même paramètre peut même avoir un sens défavorable par rapport à certaines actions et un
sens favorable par rapport à d'autres. La conduite à adopter dans ce cas n'est pas encore
clairement définie par les règlements !

H.4.3 Coefficients partiels γ


Les coefficients partiels sont des facteurs minorateurs ou majorateurs qui sont appliqués aux
valeurs caractéristiques des actions et des propriétés des matériaux pour en déduire des
valeurs de calculs. Cette manière de procéder remplace la manière antérieure qui consistait à
appliquer un coefficient de sécurité unique sur les résultats d'un calcul global.

114

www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

H.5 Combinaison d'actions et sollicitations


Les sollicitations (S) dans les différents éléments de la fondation sont calculées à partir des
actions appliquées à l'ouvrage. Une construction est soumise aux effets simultanés de
plusieurs actions. Quand certaines de ces actions sont variables, il s'agit de déterminer
comment elles se combinent car si elles étaient prises en compte simultanément avec leur
valeur caractéristique, la probabilité d'une telle occurrence serait très faible. Des coefficients
de combinaisons d'action ont donc été introduits.
Nous avons listé au § H.3 les différents types d'action. Les différents types de sollicitations et
les valeurs à prendre en compte sont définies dans les règlements. Actuellement, tant que
l'Eurocode 7 n'est pas une norme, les calculs de fondations sont "régis par un certain nombre
de textes réglementaires" :
- Pour les ouvrages de génie civil il s'agit du Fascicule n°62- Titre V : Règles Techniques
de conception et de calcul des Ouvrages de Génie Civil Cahier des clauses techniques
générales applicables aux marchés publics de travaux. mars 1993
- Pour les bâtiments :
- DTU (Document Technique Unifié) 13.12 : Règles pour le calcul des fondations
superficielles (mars 1988)
- DTU 13.2 : Fondations profondes pour le bâtiment (septembre 1992)
Dans ce qui suit nous donnons les combinaisons préconisées par le fascicule n°62- Titre V.
Remarque : Dans ce fascicule, les aspects spécifiques au comportement des roches ne sont pas
abordés.

H.5.1 Combinaison d'actions


Les actions sont caractérisées par différentes valeurs représentatives :
- pour les actions permanentes, la valeur caractéristique est : Gk
- pour les actions variables :
• les valeurs caractéristiques sont notées Qik (valeur caractéristique de l'action Qi)
• les valeurs de combinaisons : ψ 0i ⋅ Qik

• les valeurs fréquentes : ψ 1i ⋅ Qik

• les valeurs quasi permanentes : ψ 2i ⋅ Qik


Les sollicitations, actions et réactions sont combinées selon différentes règles. Globalement la
⎡ ⎤
combinaison sera du type : γ d ⎢∑ γ GMax G Max ,k + ∑ γ GMin G Min ,k + ∑ γ iQ ⋅ψ io ⋅ Qik ⎥ .
⎣ ⎦
γd : coefficient de modèle ;
γGmax : coefficient partiel appliqué aux actions permanentes défavorables (ce coefficient est
supérieur à 1);
Gmax,k : valeur caractéristique des actions permanentes défavorables ;
γGmin : coefficient partiel appliqué aux actions permanentes favorables (ce coefficient est
inférieur à 1) ;

115

www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

Gmin,k : valeur caractéristique des actions permanentes favorables ;


γiQ : coefficient partiel appliqué à l'action variable i
ΨQ0 : coefficient de combinaison d'actions;
Qik : valeur caractéristique de l'action variable Qi ;
L'ouvrage sera dimensionné en fonction de la combinaison la plus défavorable.
Remarques :
- les coefficients ψ ij permettent de tenir compte du fait que les actions variables ne vont pas
toutes s'appliquer en même temps.
- Les sollicitations sont les "charges" appliquées à l'ouvrage résultant des actions (par
exemple la présence d'un remblai à proximité de la fondation est une "action" qui va
entraîner une surcontrainte latérale sur la fondation : une sollicitation)

H.5.2 Etats limites ultimes


Il s'agit d'éviter les ruptures catastrophiques
Les actions sont combinées suivant 2 modes :

H.5.2.1 Combinaisons fondamentales :


Le calcul à l'état limite Ultime est réalisé avec la combinaison d'actions suivantes, dite
combinaison fondamentale. Les coefficients utilisés dans cette formule, sont ceux du
"Fascicule n°62- Titre V", ils sont susceptibles d'être modifié par l'application des Eurocodes.
⎧ ⎫
1,125 ⋅ S ⎨1,2 ⋅ Gmax + 0,9 ⋅ Gmin + γ GwGw + [γ snGsn ] + γ spGsp + γ Fw Fw + γ F 1Q1Q1k + ∑1,15ψ 0iQik ⎬
⎩ i >1 ⎭
Gmax actions permanentes défavorables
Gmin actions permanentes favorables
Gw actions des pressions statiques de l'eau
Gsn action éventuelle du frottement négatif
Gsp action éventuelle de poussée latérale
Fw actions hydrodynamiques
Q1k valeur caractéristique de l'action variable de base (charge d'exploitation)

ψ 0i Qik valeur de la combinaison d'une action variable d'accompagnement (i>2)


ψ 0i vaut 0,77 dans les cas courants

Les différents paramètres γ sont des coefficients de sécurité partiels dont la valeur est définie
dans la réglementation. Par exemple :
γFw vaut 1,2 ou 0,9 sa valeur étant choisie de manière à obtenir l'effet le plus défavorable.
γF1Q1 vaut, en général, 1,33
Les combinaisons fondamentales correspondent à une probabilité d'occurrence très faible.

116

www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

H.5.2.2 Combinaisons accidentelles


Il s'agit de combinaisons d'actions provenant de phénomènes rares : séismes, chocs,
explosions.
Les sollicitations de calcul S sont :
⎧ ⎫
S ⎨G + Fw + FA + ψ 11Q1k + ∑ψ 2i Qik ⎬
⎩ i >1 ⎭
ψ 11Q1k valeur fréquente d'une action variable Q1
ψ 2i Qik valeur quasi permanente d'une action variable Qi

H.5.3 Etats limites de services


Il s'agit d'examiner les déplacements, déformations, fissuration ou autre entraînant la mise
hors service de l'ouvrage.
Les combinaisons d'actions utilisées sont :
⎧ ⎫
- combinaisons rares S ⎨G + Fw + Q1k + ∑ψ 0i Qik ⎬
⎩ i >1 ⎭
⎧ ⎫
- combinaisons fréquentes S ⎨G + Fw + ψ 11Q1k + ∑ψ 2i Qik ⎬
⎩ i >1 ⎭
⎧ ⎫
- combinaisons quasi-permanentes S ⎨G + Fw + ∑ψ 2i Qik ⎬
⎩ i >1 ⎭
Pour le premier type de combinaisons on pourra accepter qu'elle conduise à des désordres
limités, pour les 2 autres, on n'accepte pas les désordres pouvant résulter de ces combinaisons.

117

www.4geniecivil.com
www.4geniecivil.com
I Stabilité de talus
I.1 Introduction
Ce chapitre concerne l'étude de l'équilibre mécanique d'une masse de terrain (sol ou roche)
mise en mouvement soit naturellement, soit par l'action de l'homme.

I.1.1 Présentation des problèmes


Différents problèmes de talus peuvent se présenter :
- les pentes naturelles, dont l'état actuel résulte d'une histoire géologique ;
- les pentes artificielles :
• Déblais (entaille du matériau en place) : routes et autoroutes, carrières, mines…
• Remblais
- routes et voies ferrées
- stockage de produits (Centre Technique d'Enfouissement, terrils constitués de
stériles de mines…)
- barrages en terre
Pour les zones en remblai, il est nécessaire d'étudier la stabilité des pentes mais également
l'assise de ce remblai (tassement, résistance au poinçonnement…)
Les problèmes de stabilité de talus pourront être :
- temporaires ;
- définitifs (durée de vie humaine) ;
- évolutifs (comme dans le cas des mines à ciel ouvert).

I.1.2 Importance des problèmes de stabilité


Les instabilités de versants entraînent des risques pour les personnes : risques pour leur vie et
pour les constructions. Régulièrement des accidents graves sont dus à des glissements de
terrain (ex: Armero en Amérique du sud en 1985).
Les instabilités de pentes ont également des conséquences économiques et financières. Au
moment de l'excavation ou du remblai, le coût augmente quand on diminue les pentes. En
effet une diminution de pente de talus lors d'un creusement pour une route ou une carrière
entraînera (cf. Figure I-1) :
- une augmentation de
l'emprise et par
conséquent un achat de
terrain plus important
(coûts d'expropriation) ;
- une augmentation du zone minéralisée ou
d'implantation d'une route, voie
volume de terrassement ferrée…
(pour les déblais).
Figure I-1

119

www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

Remarque : Dans le cas des mines à ciel ouvert (MCO) on utilise souvent le rapport
volume extrait
pour caractériser le gisement. Dans les mines de
volume de minerai exploité
T volume de "Terre" extrait
charbon, ce rapport est noté = .
C volume de Charbon exploité
Une mauvaise évaluation des pentes lors des projets pourra entraîner des retards importants
dans les travaux et des coûts de confortement bien supérieurs à ceux qui auraient été liés à une
diminution de pente.

I.2 Description des glissements de terrain


Il existe de nombreuses classifications des glissements de terrain basées sur différents critères
(nature de la roche, cinématique du mouvement, vitesse du mouvement, morphologie de la
surface de rupture, cause de la rupture…). Nous ne décrirons dans ce paragraphe que celles
basées sur la cinématique du mouvement et la morphologie de la surface de rupture.

I.2.1 Vitesse et durée des mouvements


L'évolution dans le temps d'un "glissement" de terrain peut conduire à distinguer 4 familles
qui se différencient par la "brutalité" du phénomène :
- les écroulements ;
- les glissements ;
- les fluages ;
- les coulées.

I.2.1.1 Les écroulements


Les écroulements sont caractérisés par
zone en surplomb
une chute soudaine de masses de terrain. susceptible de s'écrouler
L'écroulement typique est
l'effondrement d'un pan de falaise. Ce
phénomène peut être dû, par exemple, à couche "dure"
l'érosion des couches sous-jacentes (cf.
Figure I-2).
couche "tendre"
Les matériaux concernés par des
écroulements sont plutôt des terrains
rocheux.

Figure I-2

I.2.1.2 Les glissements


Ces mouvements ont généralement lieu dans des terrains plus meubles que ceux affectés par
les écroulements ; leur étude relève plutôt de la mécanique des sols. L'échelle de ces
mouvements est variable, mais ils peuvent affecter plusieurs km2. Les glissements peuvent
120

www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

être plans ou rotationnels (surface de glissement grossièrement circulaire en deux dimensions


et ellipsoïdale en trois dimensions). Les glissements sont caractérisés par une surface de
rupture définie et identifiable. Leur phase de paroxysme (mouvements importants) dure de
quelques heures à plusieurs semaines et est généralement précédée d'une phase de
"préparation", pendant laquelle le terrain subit des mouvements lents.
Le paroxysme est généralement lié à une cause mécanique (suppression d'une butée de pied,
augmentation de la pente, modification du régime hydraulique).

I.2.1.3 Le fluage
Le fluage est caractérisé par des mouvements lents et continus, mais à des vitesses faibles.
Dans le cas de fluage, il est difficile de mettre en évidence une surface de rupture. Le
mouvement se produit généralement sans modification des efforts appliqués (contrairement
aux glissements) : en fait le matériau est sollicité à un état proche de la rupture. Ce type de
mouvement peut : soit se stabiliser, soit évoluer vers une rupture.

I.2.1.4 Les coulées


Les coulées sont des mouvements dont le comportement mécanique est plus proche de celui
de matériaux transportés par l'eau, que des glissements. Souvent ce sont les matériaux issus de
glissements qui alimentent les coulées en présence d'une quantité importante d'eau (liée à la
présence d'une rivière, d'un torrent ou à des précipitations importantes). Les coulées sont
caractérisées par :
- des matériaux meubles, hétérogènes à matrice argileuse
- un déclenchement du phénomène lié au dépassement d'une teneur en eau critique qui rend le
matériau semi-fluide ;
- des distances de déplacement importantes et des vitesses qui peuvent être extrêmement
élevées.
Les coulées peuvent concerner des matériaux sensibles (comme les argiles sensibles de
Scandinavie ou du Canada)

I.2.2 Forme de la surface de rupture


La forme des surfaces de rupture dépend beaucoup des caractéristiques du matériau. Dans les
terrains plutôt rocheux, les surfaces de glissement seront liées aux surfaces de discontinuité
(cf. § C.1 p47) Dans des terrains plus meubles et homogènes, les surfaces de rupture seront
grossièrement des cercles en deux dimensions ou des ellipsoïdes en trois dimensions. Dans
des terrains hétérogènes, les surfaces de rupture pourront être une combinaison de surfaces
circulaires et planaires, mais cela pourra être une forme quelconque. La surface de rupture,
d'une manière générale, passera par les zones de terrain dont les caractéristiques sont les plus
faibles.

I.3 Méthodes de calcul de la stabilité des pentes

I.3.1 Eléments de base du calcul


Toutes les méthodes de calcul de stabilité nécessiteront de connaître :
- la géologie : nature des terrains et éléments sur les discontinuités ;
- les propriétés mécaniques des terrains et/ou des discontinuités ;

121

www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

- la géométrie en 2 ou 3 dimensions du talus ;


- les conditions hydrodynamiques (hauteurs d'eau et écoulements) ;
- les projets et les risques (le talus projeté ne sera pas le même s'il s'agit d'une mine à ciel
ouvert ou des abords de la cour de récréation d'une école !).
Deux familles de calculs peuvent être réalisées.
- Calculs après glissement (étude a posteriori)
Il s'agit dans ce cas de comprendre et d'analyser le glissement (notamment pour éviter
qu'il ne se reproduise d'autres glissements dans les mêmes conditions). On va chercher à
améliorer la situation de manière à avoir une sécurité acceptable.
Dans ce cas de figure la géométrie de la surface de rupture est connue (au moins
partiellement) et, puisqu'il y a eu rupture, cela signifie que les terrains avaient atteint
leur état limite à la rupture. Le coefficient de sécurité est de 1.
- Calculs a priori
On ne connaît pas, a priori, la géométrie la plus critique, ni la surface la plus défavorable
dans ce cas. L'objectif du calcul va être de déterminer la surface de glissement, qui, parmi
l'infinité de surfaces de rupture envisageables, sera la plus critique. Le calcul va donc
consister à tester le plus grand nombre de surfaces possible et à trouver par
"tâtonnements" la surface la plus défavorable (nous verrons, par la suite, que la recherche
ne se fait pas complètement au hasard). Chaque surface testée fera l'objet d'un calcul de
stabilité qui fournira, en général la valeur d'un coefficient de sécurité F. F est le
coefficient de sécurité du talus par rapport à la rupture sur la surface envisagée. Le
coefficient de sécurité du site sera la plus faible des valeurs de F obtenues. La surface
correspondant au coefficient de sécurité le plus faible est la surface de rupture la plus
probable.
Dans des calculs a priori, l'ouvrage va être dimensionné avec un certain coefficient de
sécurité qui sera fonction de la situation. La stabilité recherchée et donc la valeur du
coefficient de sécurité du site, sera fonction de la durée de l'ouvrage, mais aussi des
risques.

I.3.2 Les méthodes de calcul


Plusieurs types de calculs sont possibles :

I.3.2.1 Les calculs à la rupture


Les calculs à la rupture supposent que le terrain
se comporte comme un solide rigide-plastique
(ou rigide-rupture). Le critère de plasticité (ou
de rupture) est défini par une loi classique
(Mohr-Coulomb en général). Ce critère est
V
atteint au niveau de la limite du volume étudié
(surface de rupture potentielle). Ces méthodes
incluent : Surface de rupture
potentielle
- des méthodes d'analyse limite qui incluent
des méthodes de borne supérieure (encore
appelées méthodes cinématiques) ou de bornes Figure I-3
inférieures ;

122

www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

- des méthodes à l'équilibre limite.


Les méthodes à l'équilibre limite sont les méthodes les plus couramment employées. Elles
sont basées sur l'hypothèse que l'équilibre statique du volume étudié est assuré. En général
l'écriture des équations d'équilibre conduit à un système hypostatique et les méthodes
diffèrent par les hypothèses qu'elles envisagent pour résoudre le système d'équations
(hypothèses sur le point d'application des forces, leur inclinaison ou leur intensité). Nous
décrirons plus en détail dans la suite un certain nombre de ces méthodes. Les calculs à la
rupture permettent de définir un coefficient de sécurité (cf. § I.3.3).

I.3.2.2 Les calculs en contraintes-déformations


Les calculs à la rupture ne prennent pas en compte les déformations du terrain. Si les terrains
sont très déformables, ce type de calcul peut s'avérer insuffisant voir erroné. Les calculs à la
rupture ne permettent pas non plus d'évaluer les déformations ; ils ne permettent donc pas
d'avoir des éléments pour comprendre les déplacements enregistrés sur le terrain (les
déplacements enregistrés sur le terrain sont-ils significatifs d'un état proche de la rupture ou
non ?).
Pour répondre à ce type de questions, il faudrait connaître complètement le comportement en
contraintes-déformations du terrain en tout point. Ce comportement est connu pour un certain
nombre de géométries simples (tunnel circulaire par exemple) et de lois de comportement
simples (élasticité linéaire par exemple). Dans le cas de géométries réelles et de terrains
naturels ce comportement peut-être approché par des calculs numériques :
- éléments finis, différences finies ;
- éléments frontières (boundary elements) ;
- éléments distincts (si le massif comporte des discontinuités).
Les calculs en contraintes-déformations sont beaucoup plus lourds à mettre en œuvre que les
calculs à la rupture. Ils nécessitent la connaissance des lois de comportement des matériaux et
des contraintes initiales dans le massif, de plus ils ne conduisent pas à des résultats aussi
faciles à analyser que les calculs à la rupture (un coefficient de sécurité), c'est pourquoi ces
derniers sont encore largement utilisés. Dans la suite nous décrirons essentiellement les
calculs à l'équilibre limite.
Ces méthodes de calcul ne permettront pas de répondre complètement aux questions sur les
déplacements (on ne pourra jamais reproduire parfaitement la géométrie, l'hétérogénéité et le
comportement des terrains in situ), mais ils donneront un certain nombre d'éléments,
d'indices.

I.3.3 Notion de coefficient de sécurité


Dans les paragraphes précédents nous avons introduit le terme de coefficient de sécurité. Ce
coefficient est utilisé dans les calculs à la rupture. Il permet d'apprécier la marge de sécurité
vis à vis de la rupture. Il existe plusieurs définitions possibles du coefficient de sécurité ;
chacune présente des avantages et des inconvénients. Nous citons ci-dessous un certain
nombre de ces définitions :
τ max résistance au cisaillement maximale mobilisable
1- F = = (définition de Bishop).
τ résistance au cisaillement nécessaire à l' équilibre
Il faut noter qu'avec cette définition la valeur du coefficient de sécurité est une valeur
ponctuelle qui va donc dépendre de la position du point M considéré le long de la surface

123

www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

testée.
effort résistant
2- F = .
effort moteur
Cette définition suppose que la surface testée est planaire.
Moment résistant
3- F = (définition de Fröhlich).
Moment moteur
Cette définition suppose que la surface testée est circulaire (ellipsoïdale en 3D).
H c Hauteur critique
4- F= =
H Hauteur réelle
Toutes ces définitions conduisent à des valeurs différentes pour une même géométrie, sauf
dans le cas où l'on se trouve à la rupture (F=1).
La définition 1 est couramment
employée. Fellenius a proposé une
définition voisine en considérant que Surface de rupture
l'équilibre du volume V (cf. figure VI.4) potentielle
est atteint lorsque le système des forces
extérieures qui lui est appliqué mobilise
les fractions tgϕ/F et c/F des valeurs V

réelles du frottement et de la cohésion du M


milieu. Cette définition permet d'obtenir
un coefficient de sécurité pour l'ensemble
de la surface.
Figure I-4

Cette définition a donc pour inconvénient de considérer que la rupture se produira


simultanément en tout point, ce qui est fortement contestable dans le cas de sols fortement
hétérogène et n'est pas compatible avec la notion de "rupture progressive".

I.3.4 Ruptures planes ou multiplanaires (calcul à l'équilibre limite)


Dans des terrains discontinus les surfaces de rupture potentielle les plus défavorables sont
constituées par des plans ou des ensembles de plans. Si le plan passe dans une couche, les
caractéristiques à prendre en compte sont les propriétés de cette couche, si le plan est une
discontinuité, il faudra utiliser dans le calcul les caractéristiques mécaniques de cette
discontinuité. L'écriture des équations d'équilibre conduit à estimer le coefficient de sécurité.
Si la surface de rupture est constituée de deux
ou plusieurs plans, le problème devra en
général être examiné de manière
tridimensionnelle. Le volume délimité par
deux plans ne contenant pas de droite
parallèle est un dièdre. Il existe des abaques
permettant d'examiner un certain nombre de
cas type d'équilibre de dièdre.
Dans le cas de surfaces multiplanaires de
forme quelconque, les calculs sont complexes. Figure I-5 : Dièdre

124

www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

I.3.5 Ruptures rotationelles (calcul à l'équilibre limite)


Nous avons mentionné à plusieurs reprises que, dans des terrains plutôt meubles et
homogènes, les surfaces de rupture observées seront souvent circulaires en deux dimensions
et ellipsoïdales en trois dimensions. La théorie du calcul à la rupture permet de montrer que
pour un terrain homogène la forme théorique est en fait une spirale logarithmique (en 2
dimensions).
La plupart des calculs à l'équilibre limite considèrent que le problème est bidimensionnel.
Nous examinerons dans ce qui suit deux types de méthodes : une méthode dite globale qui
permet de déterminer le coefficient de sécurité d'un talus homogène et isotrope et les
méthodes de tranches qui permettent d'effectuer des calculs pour une géométrie plus
complexe.

I.3.5.1 Méthode globale


Un calcul global peut être effectué dans le cas :
- d'un terrain homogène et isotrope défini par ses caractéristiques : γ, c, ϕ et par la pression
u de l'aquifère ;
- d'un talus de hauteur H faisant un angle β avec l'horizontal.
Le coefficient de sécurité de différents cercles peut être calculé analytiquement (si des
hypothèses sur la répartition des contraintes le long de la surface de rupture sont effectuées) et
le coefficient de sécurité du talus est le plus faible de ces coefficients. Il existe des abaques
permettant de déterminer le coefficient de sécurité et la position de la surface la plus
défavorable dans ces cas simples (Méthode de Taylor ou de Biarrez).

I.3.5.2 Les méthodes des tranches

I.3.5.2.1 Calcul du coefficient de sécurité d'une surface de rupture potentielle.


Les terrains sont rarement homogènes
et isotropes et l'utilisation de la méthode
globale est donc limitée. Les méthodes
dites de tranches sont souvent utilisées.
Le principe est de découper le volume
étudié en un certain nombre de tranches
(en général verticales).

Surface de rupture
potentielle

Figure I-6 : calcul par méthode de tranches

En général les surfaces de rupture considérées sont des cercles, mais certaines méthodes de
tranches (Sarma, par exemple) ne nécessitent pas cette hypothèse.

125

www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

L'équilibre de chaque tranche i est examiné


en effectuant le bilan des forces : i+1
- le poids de la tranche Wi ; i
- la réaction sur la base de la tranche Ri i-1 -Fi
(cette force peut être décomposée en action
normale Ni et action tangentielle Ti) ;
Fi-1
- la pression de l'eau ui ;
Wi
- l'action des forces intertranches entre la
tranche i étudiée et les tranches i-1 et i+1 :
Fi-1 et Fi. li
Examinons le problème en deux αi
dimensions. Si le volume est découpé en n ui
tranches (donc n-1 intertranches) :
Ri
Figure I-7 : Bilan des forces sur une tranche

• Les inconnues sont :


- Fi : intensité, inclinaison, point d'application => 3 (n-1) inconnues ;
- Ri : intensité, inclinaison, point d'application => 3 n inconnues ;
- le coefficient de sécurité F => 1 inconnue.
Il y a donc 6n-2 inconnues.
• Les équations sont pour chaque tranche :
- les équations d'équilibre selon x et y et l'équilibre des moments => 3 n équations ;
Ti tgϕ c li
- le critère de rupture : relation de Mohr-Coulomb N i = + => n équations ;
F F
Il y a donc 4n équations.
Il y a 2n-2 inconnues de plus que d'équations. Les différentes méthodes de tranches diffèrent
par les hypothèses simplificatrices qu'elles adoptent pour obtenir les équations
supplémentaires. Il n'est pas si simple de rajouter exactement 2n-2 équations dès lors que l'on
a n tranches : certaines méthodes rajoutent plus de 2n-2 équations ou/et des hypothèses
complémentaires incompatibles avec les équations de la statique…
La méthode de Fellenius (dite méthode suédoise) est la méthode la plus ancienne des
méthodes de tranches. La méthode de Bishop est la plus couramment utilisée. Ces deux
méthodes supposent que la surface de glissement est circulaire et que le point d'application
des réactions est le milieu de la tranche.
• La méthode de Fellenius suppose que la résultante des forces intertranches est nulle. Dans
cette méthode l'équilibre des moments dans la tranche n'est pas respecté. Le coefficient de

126

www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

∑ c ' l + (W cosα
i i i i − ui li ) tgϕ i
sécurité a pour expression : F = i =1
n . Ce coefficient de sécurité est
∑W sin α
i =1
i i

le rapport du moment résistant pour l'ensemble du cercle au moment moteur (définition 3),
mais on obtient la même expression en prenant le coefficient de sécurité comme le coefficient
réducteur appliqué à tgφ et c et en supposant que le rapport du moment résistant au moment
moteur est égal à l'unité pour le cercle de glissement envisagé (définition 1). La méthode de
Fellenius conduit à une sous-estimation du coefficient de sécurité pouvant atteindre 60%.
• La méthode de Bishop suppose que la résultante des forces intertranches est horizontale et
n

∑c'l + (N
i i − ui li ) tgϕ '
l'expression du coefficient de sécurité est : F= i =1
n avec
∑W sin α
i =1
i

Wi − sin α
F( i
c ' l − ui li tgϕ ' )
Ni =
( )
.
cos α i 1 + tgϕ ' tgα
F
La valeur de F est obtenue par itération et la valeur initiale F0 utilisée est généralement la
valeur calculée par la méthode de Fellenius.
La méthode de Bishop est plus "réaliste" et le coefficient de sécurité obtenu par cette méthode
est supérieur à celui obtenu par la méthode de Fellenius. Un calcul de stabilité effectué par la
méthode de Fellenius donne donc une valeur pessimiste du coefficient de sécurité, il va donc
dans le sens de la sécurité.
Ces calculs sont très longs "à la main", par contre s'ils sont traités par ordinateur, les temps de
calcul sont alors relativement brefs.
D'autres méthodes font des hypothèses différentes : il s'agit, entre autres, des méthodes dites
de :
- Janbu (ligne d'action des forces intertranches située au 1/3 de la hauteur des tranches) ;
- Spencer (rapport de la composante horizontale à la composante verticale des forces
intertranches constant) ;
- Morgenstern et Price (rapport de la composante horizontale à la composante verticale des
forces intertranches = λ.f(x)) ;
- Sarma (introduction d'un paramètre supplémentaire : accélération verticale égale à Kg)
- perturbations (méthode proposée par Raulin du LCPC) …

I.3.5.2.2 Recherche du coefficient de sécurité du talus


Nous avons décrit dans les paragraphes précédents les méthodes de calcul du coefficient de
sécurité d'une surface. Il est nécessaire de rechercher la surface présentant le plus faible
coefficient de sécurité. Si on suppose que cette surface est circulaire, la recherche pourra se
faire de manière systématique en faisant varier le centre du cercle aux nœuds d'une grille
rectangulaire définie à l'avance et en faisant également varier les rayons des cercles. Il existe
de nombreux logiciels permettant de traiter ces problèmes. Certains logiciels proposent des
procédures de recherche automatique du centre du cercle le plus défavorable. Certains autres

127

www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

sont basés sur une extension des méthodes de tranches en 3D (le volume est alors découpé en
colonnes et plus en tranches). Les coefficients de sécurité tridimensionnels sont supérieurs
aux coefficients de sécurité bidimensionnels.

I.3.6 Caractéristiques mécaniques à prendre en compte


La rupture d'un talus peut se produire au cours des travaux ou après un certain temps. Les
études de stabilité doivent donc être effectuées, pour les sols fins, à court et à long terme. A
court terme le calcul s'effectuera en contraintes totales et les caractéristiques mécaniques à
prendre en compte sont celles issues d'un essai UU. A long terme le calcul s'effectuera en
contraintes effectives et les caractéristiques mécaniques à prendre en compte sont celles issues
d'un essai CD ou éventuellement CU (caractéristiques c' et φ').
Le rôle de l'eau est donc essentiellement dans la stabilité (ou l'instabilité des talus)…
Pour un calcul a priori les caractéristiques mécaniques à considérer sont les caractéristiques
maximales (au pic). Pour un glissement qui s'est déjà produit et que l'on cherche à conforter
les caractéristiques mécaniques à considérer sont les caractéristiques résiduelles.

I.3.7 Choix du coefficient de sécurité


L'utilisation d'un coefficient de sécurité permet de se tenir "raisonnablement" éloigné de la
rupture. Le coefficient de sécurité joue donc deux rôles :
- être dans un état éloigné de la rupture. Le coefficient de sécurité est un coefficient
d'assurance ;
- "encaisser" les différentes causes d'imprécision et d'erreur du calcul : incertitude sur la
valeur réelle des propriétés mécaniques (c et φ ), de u, de γ, imprécision du calcul pour lequel
il a été nécessaire d'introduire des hypothèses simplificatrices, différence entre le problème
modélisé et la réalisation pratique. Le coefficient de sécurité est donc aussi un coefficient
d'ignorance.
La valeur de F adoptée est par conséquent fonction des situations (assurance et ignorance plus
ou moins importantes). Pour des ouvrages de Génie Civil la valeur utilisée est rarement
inférieure à 1,5, elle peut être de 2 voire 2,5 (grand risque). Pour certains sites particuliers
(carrières, mines à ciel ouvert, talus en cours de construction), le coefficient de sécurité peut
être réduit à 1,2 ou 1,3. Dans ce cas la surveillance et l'auscultation des terrains sont
généralement renforcées.

I.4 Surveillance et auscultation des mouvements de terrain


Ce thème fera l'objet d'une conférence ultérieure…

I.5 Méthode de stabilisation des mouvements de terrain


Nous ne développerons pas dans le cadre de ce cours les méthodes de stabilisation, mais nous
proposons, quelques indications sur les méthodes utilisées :
- clouage
- drainage
- construction de butée de pied (gabions)

128

www.4geniecivil.com
J Remblais sur sol compressible

De plus en plus d'ouvrages sont construit sur des sols de médiocre qualité. Les constructions
sur des sols compressibles sont de plus en plus fréquentes, en particulier lors de la
construction d'ouvrages routiers. En effet le franchissement d'une zone en dépression
implique la construction en remblai et les zones de vallée comportent fréquemment des terrain
mous, mal consolidés.
exemple : franchissement d'une vallée par une autoroute
Projet d'autoroute

remblai

zone de tourbe

Figure J-1 : exemple de franchissement d'une vallée par une autoroute (profil en long)

Projet d'autoroute
remblai

zone de tourbe

Figure J-2 : exemple de franchissement d'une vallée par une autoroute (profil en
travers)

Les problèmes posés par les remblais sur sol compressible obligent à prendre en compte
différents aspects géotechnique
stabilité (talus et fondation)

2 problèmes Talus
γ H
(3)
Fondation Cu

tassement : S

129

www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

- F>1,5 -> pas de problèmes


- On fixe a priori une valeur de coefficient de
sécurité (F=1,5 par exemple) et de hauteur
2 cas - F<1,5 -> il faut améliorer le
sol de fondation

- On cherche la hauteur critique de remblai pour


F=1,5
si le coefficient de sécurité est trop faible, on pourra améliorer le sol soit :
- ponctuellement (pieux à la chaux…)
- globalement par consolidation (c'est cette méthode que nous allons développer dans ce qui
suit
Une construction par étapes permettra de profiter de l'augmentation la résistance à court terme
du sol, qui va être fonction du temps laissé entre les différentes phases.

H
Hc

Figure J-3 : construction du remblai par étapes

La consolidation se traduit par l'expulsion de la pression interstitielle sous le poids du remblai.


Cette exulsion d'eau s'accompagne, d'une diminution de l'indice des vides et d'une
augmentation de la résistance (à court terme) au cisaillement du sol.

130

www.4geniecivil.com
K Fondations
La fondation est la composante d'un ouvrage qui transmet au sol d'assise les efforts provenant
de cet ouvrage. Ces derniers ont en général une composante verticale prédominante, mais la
composante horizontale est souvent non négligeable ; les efforts appliqués au sol sont donc
inclinés.
Si les efforts sont reportés à la surface du sol les fondations
seront dites superficielles ; si les efforts sont reportés en F
profondeur, il s'agira de fondations profondes.
Pour pouvoir servir de support de fondation, le terrain doit A B
présenter une "capacité portante suffisante", c'est à dire
supporter la charge qui lui est transmise. Sans atteindre un état
dit limite.
Figure K-1 : fondation

L'Eurocode7 définit les états limites de la manière suivante :


"Les états limites de service sont les états au-delà desquels des critères de service précis ne
sont plus satisfaits" ; ces états comprennent :
- "des déformations, des mouvements ou des déflexions qui compromettent l'aspect ou
l'utilisation effective de la structure (y compris le mauvais fonctionnement des machines
ou des services) ou causent des dommages aux finitions et aux éléments non structuraux ;
- des vibrations qui causent une gêne aux personnes, des dommages au bâtiment ou à son
contenu ou qui limitent son efficacité fonctionnelle".
Les états limites ultimes sont ceux "associés à la ruine, l'instabilité ou toute forme de rupture
qui peut mettre en danger la sécurité des personnes" ainsi que, conventionnellement, certains
états les précédant ; ces états comprennent :
- " la perte d'équilibre de la structure ou de toute partie de la structure considérée comme un
corps rigide ;
- la rupture par déformation excessive, rupture ou perte de stabilité de la structure ou de
toute partie de la structure, y compris des appuis et des fondations."
Remarque : Les états limites concernent :
- le sol ;
- Les matériaux constitutifs de la fondation.

Les Eurocodes ont remplacés les textes français qui faisaient précédemment référence en
matière de fondations : le Fascicule n°62- Titre V et le le DTU13.12, auxquels il sera fait
référence dans ce chapitre.

131

www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

K.1 Géométrie d'une fondation et définitions


Une fondation est l'élément de construction B
qui transmet la charge de l'ouvrage au terrain
de fondation. Les éléments géométriques qui L
la définissent sont :
- B, la largeur de la fondation ;
- L, la longueur ; D
- D, l'encastrement qui est la profondeur de la
base de la fondation. On utilise souvent un
encastrement équivalent De qui tient compte
des propriétés mécaniques relatives des sols
traversés par la fondation. Nous préciserons Figure K-2 : Dimensions d'une fondation
ce terme, plus loin, dans les calculs.
Les fondations superficielles sont des fondations faiblement encastrées qui reportent les
charges au niveau des couches superficielles de terrains. Les fondations profondes reportent
les charges dans les couches profondes, mais aussi dans les couches superficielles qu'elles
traversent. Pour différencier ces deux types de fondation on est amené à définir la notion de
profondeur critique qui est la profondeur au-dessous de laquelle la résistance sous la base de
la fondation n'augmente plus. Les fondations superficielles ont leur base au-dessus de cette
profondeur critique
Réglementairement :
- une fondation est dite superficielle si De < 1,5 B
- si De > 5 B, la fondation est dite profonde ;
- si 1,5B < De < 5 B, la fondation est semi-profonde.
Pour les fondations superficielles, la
fondation est appelée : Radier
- radier si la surface totale du bâtiment est la Partie du bâtiment
fondation correspondant à la
fondation
- semelle si seule une partie de la surface du
Semelle
bâtiment correspond à la fondation.

Figure K-3 : Radier – Semelle

De plus pour une semelle si :


- L/B > 10 il s'agit d'une semelle filante (le problème peut être considéré comme
bidimensionnel) ;
- L et B sont de l'ordre de quelques mètres, il s'agit d'une semelle isolée.
Pour des raisons de coût, on cherche souvent à fonder un ouvrage superficiellement. Si cette
solution n'est pas satisfaisante d'un point de vue technique (le sol ne peut pas supporter la
charge appliquée ou les tassements sont trop importants) ou économique, une solution en
fondation profonde est envisagée.
Dans ce qui suit nous nous intéresserons successivement à ces deux types de fondations, Nous
rappelons que les actions qui sont prises en compte pour effectuer les calculs relatifs aux

132
www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

fondations et les principes qui permettent de définir les charges "admissibles" sont définies
par l’Eurocode 0.

K.2 Equilibre limite d'un massif soumis à une charge


Les fondations vont transmettre la charge d'un ouvrage au terrain de fondation, il est donc
nécessaire de s'interroger sur la capacité de ce terrain à supporter cette charge. Il est
nécessaire de déterminer la capacité portante du terrain i.e. la charge limite ou ultime qu’il est
suceptible de supporter.
Supposons un sol de cohésion c et d'angle de frottement φ. (c, φ) représente (cu, φu) si le calcul
est effectué à court terme et (c', φ') si on s'intéresse à l'équilibre à long terme.
On se propose d'évaluer la contrainte limite p p
que l'on peut appliquer sur une largeur AB
d'un massif infini, homogène et horizontal.
On suppose que le problème est A B
bidimensionnel ; c'est-à-dire que la contrainte
p s'étend à l'infini dans la 3ème dimension. Figure K-4

Le problème a été résolu par Prandl, pour un massif infini, horizontal, non pesant, un sol
pulvérulent de cohésion nulle (c = 0) et d'angle de frottement φ, chargé à sa surface par 2
répartitions uniformes p et q. Prandl a montré que :

q p
G A B
π/4−ϕ/2 E
Butée
π/2+ϕ
F π/2+ϕ D
Sol non en
rupture
Spirale logarithmique
C

Figure K-5

- il se forme une zone en butée de part et d'autre de p, dans laquelle les lignes de glissement
sont des droites au voisinage de la surface ;
- la zone triangulaire ABC est en poussée et les lignes de glissement sont des droites ;
- entre ces deux zones, les zones CBD et AFC sont intermédiaires, les lignes de glissement
issues de B (respectivement A) sont des droites (concourantes en B ou A) et la deuxième
famille de lignes de glissement sont des spirales logarithmiques ; l'angle entre les deux
familles étant toujours constant et égal à π 2 + ϕ ;

- le sol n'est en rupture qu'au-dessus de la ligne GFCDE ;


- la valeur maximale pouvant être atteinte par p, celle provoquant la rupture du sol est :
( )
p = q ⋅ N q (ϕ ) avec Nq = tg 2 π 4 + ϕ 2 ⋅ eπ ⋅tg (ϕ )

www.4geniecivil.com 133
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

K.3 Fondations superficielles


Deux types d'éléments sont à analyser pour une fondation superficielle :
- la capacité portante de la fondation, c'est à dire vérifier que les terrains (et éventuellement
le matériau de fondation) peuvent effectivement supporter la charge transmise ;
- le tassement sous les charges de fonctionnements.

K.3.1 Capacité portante : résistance du sol


Si on applique une charge Q croissante Qd Q l Charge Q
à une fondation, au début du
chargement le comportement est
sensiblement linéaire (les déplacements
verticaux croissent proportionnellement
à la charge appliquée). A partir d'une
certaine charge Qd, les déplacements ne
sont plus proportionnels à la charge.
Enfin, pour une charge Ql, les
déplacements deviennent incontrôlables,
le sol n'est plus capable de supporter
une charge supérieure. Cette charge est
la charge limite ou ultime, ou encore la Déplacement
capacité portante de la fondation. verticaux

La capacité portante est généralement Figure K-6 : schématisation de l'évolution des


déterminée à partir des propriétés déplacements verticaux sous une fondation
mécaniques des terrains mesurées soit superficielle en fonction de l'augmentation de la
au laboratoire soit en place. charge (d'après R. Franck)

Parfois la détermination de la capacité portante est effectuée à partir d'essai de chargement,


mais ceci est très rare pour les fondations superficielles.
Bien que les règlements actuels recommandent plutôt la détermination à partir des essais in-
situ, pour faire le lien avec les approches théoriques exposées plus haut nous présenterons
dans un premier temps la détermination à partir des caractéristiques mécaniques (c, φ).
Nous présenterons ensuite les méthodes de calcul à partir des essais pressiométriques.

K.3.1.1 Détermination de la contrainte ultime à partir des caractéristiques mécaniques

K.3.1.1.1 Détermination de la contrainte ultime, pour une contrainte verticale centrée, une
semelle filante et un sol avec cohésion
Nous avons vu dans le § G.7.5 que la capacité portante d'un sol non pesant, purement frottant,
infini et horizontal pouvait être déterminée théoriquement.
Dans les cas réels :
- le sol est pesant (poids volumique γ) ;
- le sol a une cohésion : caractéristiques mécaniques (c, ϕ) ;

134
www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

- la longueur de la fondation n'est pas infinie ;


- la géométrie du terrain ≠ horizontale ;
- la répartition de la charge n'est pas forcément uniforme et elle peut avoir une certaine
inclinaison.
Dans le cas d'une semelle filante (longueur infinie), la contrainte (effective ou totale suivant le
raisonnement choisi) ultime (qu) est déterminée classiquement par la relation générale :
qu = γ ⋅ D ⋅ N q (ϕ ) + c ⋅ N c + γ ⋅ B ⋅ N γ
2
Nq, Nc, Nγ sont les facteurs de portance ; ils sont fonction de l'angle de frottement φ. La charge
limite se décompose en 3 termes :
- γ ⋅ D ⋅ N q (ϕ ) : terme de profondeur. C'est la charge limite d'un sol uniquement frottant (cf.
§ G.7.5), mais pesant . Certains auteurs préconisent de modifier le terme Nq par rapport à
l'expression donnée au paragraphe G.7.5 (page 109). En effet, dans l'expression de Nq
l'influence du terrain sur les faces latérales de la fondation a été négligé (ce qui paraît
légitime car le sol autour de la fondation est général remanié lors de l'exécution de
l'ouvrage) et la partie du massif situé au dessus du plan horizontal de la fondation a été
assimilée à une surcharge verticale, ce qui peut conduire à une sous évaluation du
coefficient Nq. Pour corriger cette sous-évaluation on pourra employer d'après Costet et

( )
⎛ 3π ⎞
−ϕ ⎟ ⋅tg (ϕ )
tg π 4 + ϕ 2 ⋅ e⎝

2 ⎠

Sanglerat [1] : N *q = ;
cosϕ
- c ⋅ N c terme de cohésion. Ce terme correspond à la charge limite pour un sol frottant et
cohérent, mais non pesant ;
- γ ⋅ B 2 ⋅ Nγ terme de surface est fonction de la surface de la fondation et du poids
volumique du massif. C'est la charge limite pour un massif pesant et frottant uniquement.
La relation générale est donc la somme de 3 termes correspondant à des cas limites. On peut
montrer que cette relation donne une valeur par défaut, de la charge limite et que
l'approximation est faite du coté de la sécurité.
Les valeurs des différents paramètres en fonctions de φ sont données à la page suivante.

K.3.1.1.1.1 Calcul en conditions non drainées


On considère que : c = cu et ϕ u = 0

Dans ce cas N γ = 0 et N q = 1 la relation devient : qu = γ 2 ⋅ D + cu ⋅ N c

γ2 est le poids volumique du sol latéral. On ne déjauge pas la fondation dans ce cas.

K.3.1.1.1.2 Calcul en conditions drainées


Dans ce cas c = c' et ϕ = ϕ '

www.4geniecivil.com 135
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

ϕ Nq Nq * Nq*/Nq Nγ Nc
(corrigé)
0 1,00 1,00 1,00 - 5,14
5 1,57 1,64 1,05 0,10 6,49
10 2,47 2,69 1,09 0,50 8,34
15 3,94 4,45 1,13 1,40 10,98
20 6,40 7,44 1,16 3,50 14,83
25 10,66 12,72 1,19 8,10 20,72
30 18,40 22,46 1,22 18,10 30,14
35 33,30 41,44 1,24 41,10 46,12
40 64,20 81,27 1,27 100,00 75,31
45 134,87 173,29 1,28 254,00 133,87
Tableau K-1 :Valeur des coefficients Nc, Nγ et Nq en fonction de l'angle de frottement
45

ϕ

40
Nq

35 Nc

30

25

20

15

10

0
140 120 100 80 60 40 20 0 20 40 60 80 100 120 140 160 180 200 220 240 260

Figure K-7 : Facteur de capacité portante Nc, Nγ et Nq

136
www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

K.3.1.1.2 Coefficients minorateurs tenant compte de l'inclinaison, de la géométrie de la


fondation et de la topographie du terrain
Pour des fondations :
- de dimensions limitées ;
- pour un chargement quelconque (charges excentrées, inclinées) ;
- des terrains de morphologie variés (pentes, sols stratifiés) ;
le traitement théorique du problème n'est pas satisfaisant et des termes correctifs empiriques
sont employés. Des termes iδβ tiennent compte de l'inclinaison, de l'excentricité de la charge et
de la morphologie du terrain et des termes sq, sc, sγ prennent en compte la forme de la
fondation. La relation générale de détermination de la capacité portante s'écrit alors :
qu = sq iq γ ⋅ D ⋅ N q (ϕ ) + sc ic c ⋅ N c + sγ iγ γ ⋅ B ⋅ Nγ
2

K.3.1.1.2.1 Charge centrée inclinée :


Si δ est l'obliquité (inclinaison) de la charge le DTU13.12 propose les relations suivantes pour
les coefficients iγ, ic et iq :
2
iγ = ⎛⎜1 − δ ⎞⎟
⎝ ϕ '⎠

(
ic = iq = 1 − δ
90
) 2

Ces coefficients ont été établis par Meyerof


Remarque : pour les ouvrages de Génie Civil, le Fascicule n°62- Titre V qui privilégie le
calcul à partir des essais in-situ ne propose pas de valeur de ces coefficients.
Le projet d'Eurocode propose des relations plus compliquées qui tiennent compte d'une aire
réduite de fondation

K.3.1.1.2.2 Charge excentrée


Dans le cas d'une charge d'excentrement e parallèle à B, on remplace la largeur B par une
valeur réduite B': B ' = B − 2e
Dans le cas d'une charge d'excentrement e' parallèle à L, on remplace la largeur L par une
valeur réduite L': L' = L − 2e'
La capacité portante est obtenue par :
Qu = qu B ' L' pour une fondation rectangulaire ou carré

Qu = qu π ⋅ B ' B pour une fondation circulaire


4
qu contrainte de rupture, incluant tous les coefficients correctifs éventuels
B' : Largeur ou diamètre réduit de la fondation

K.3.1.1.2.3 Charge en crête de talus :


Les coefficients proposés par le Fascicule n°62- Titre V, pour la méthode pressiométrique
sont donnés plus loin (cf. § K.3.1.2.5.2Ces coefficients peuvent être utilisés pour la méthode

www.4geniecivil.com 137
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

"c-φ" moyennant certains aménagements.

K.3.1.1.2.4 Forme
L'influence de la forme de la fondation peut être prise en compte par l'introduction des
coefficients multiplicateurs sq, sc, sγ.
Le tableau suivant donne la valeur des coefficients proposés pour des conditions drainées. Ces
coefficients ne sont pas spécifiés dans le Fascicule n°62- Titre V qui privilégie les calculs
effectués à partir d'essais in-situ. Les propositions de l'Eurocode 7 sont proche de ce tableau
pour des conditions drainées, elles sont légèrement différentes pour des conditions non
drainées.

Type de Fondation rectangulaires carrées (B/L = 1) circulaires


sγ B 0,8 0,6
1 − 0,2
L
sc B 1,2 1,3
1 + 0,2
L
sq 1 1 1
Tableau K-2 : coefficients de forme (d'après Terzaghi)

K.3.1.1.2.5 sols hétérogènes


Si la couche de fondation n'est pas
homogène, on pourra s'assurer de la H
portance d'une couche "molle" sous-
jacente à une couche plus "dure" en B

considérant une semelle fictive : Si la B+H


couche porteuse a une épaisseur H la
couche porteuse a une largeur fictive de couche molle
B+H (Si l'angle de diffusion de la
contrainte est de 30°). Figure K-8 : semelle fictive

K.3.1.2 Détermination de la contrainte ultime (de rupture) à partir des essais


pressiométriques
Cette détermination est basée sur la pression limite des différents terrains sollicités par la
fondation.

K.3.1.2.1 Principe de l'essai pressiométrique


Cet essai consiste à dilater radialement une cellule cylindrique placée dans un forage (cf.
Figure K-10 et Figure K-11).
La courbe pressiométrique (volume de la cellule en fonction de la pression dans cette cellule)
obtenue peut être divisée en 3 parties :
- une première partie où la variation de volume varie de 0 à un point d'inflexion noté V0, P0.
Cette première partie est généralement interprétée comme une phase de recompression du
terrain qui a été décomprimé par l'opération de forage ;
- - une deuxième partie ou le volume de la cellule varie linéairement avec la pression. Cette

138
www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

partie est considérée comme une phase élastique ;


- une troisième partie où le volume de la cellule n'augment plus linéairement avec la
pression. Pour ces pressions, on considère en général que le terrain a atteint la plasticité.
Cette partie se "termine" par une évolution très rapide du volume alors que la pression
n'augmente plus. Cette pression est appelée pression limite.
On définit également la pression limite nette par : pl * = pl − p 0
avec pl : pression limite mesurée
p0 : contrainte totale horizontale au même niveau dans le sol, avant essai.

K.3.1.2.2 Notion de pression limite nette équivalente


Pour un terrain homogène c'est à dire si le p*l
D
terrain sous la fondation, jusqu'à une p*le
profondeur de 1,5 B est constitué d'un même
B
terrain ou de terrains de même type et de 2/3B
caractéristiques comparables, on considère 1,5.B
que la pression limite nette p*l varie
linéairement avec la profondeur :
p * (z ) = a ⋅ z + b .
l
La pression limite équivalente est donnée
par : p * (z ) = p * z
le l e
( )
avec
z

2 Figure K-9 : détermination de la pression


z = D+ ⋅B limite équivalente (d'après Fascicule n°62-
e 3 Titre V)
Pour un terrain non homogène, la pression limite nette équivalente (p*le) est la moyenne
géométrique des Pl entre les niveaux D et D + 1,5.B (cf. Figure K-9) :
p * = n p * ⋅ p * ⋅⋅⋅p *
le l1 l2 ln

K.3.1.2.3 Notion d'encastrement équivalent


L'encastrement équivalent De est un paramètre conventionnel de calcul destiné à tenir compte
du fait que les caractéristiques mécaniques des sols de couverture sont en général plus faibles
que celle du sol porteur (De est en général inférieur à D). Elle est définie par :
D
1
De =
p *le ∫ p * ( z ) ⋅ dz
0
l

www.4geniecivil.com 139
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

Figure K-10 : Essai pressiométrique

140
www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

Figure K-11 : Courbes pressiométriques

www.4geniecivil.com 141
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

K.3.1.2.4 Contrainte de rupture

La contrainte q'u sous la base d'une fondation (contrainte ultime effective) est calculée par la
relation suivante :

q' = k ⋅ p * +q'
u p l 0
e
q'0 : contrainte verticale au niveau de la fondation (avant construction) ;
kp : facteur de portance est fonction du type de terrain (cf. Tableau K-3), de la profondeur
d'encastrement (De) et de la forme de la fondation ;
p*le pression limite nette équivalente.

K.3.1.2.5 Coefficients minorateurs


Comme pour les calculs effectués à partie des essais de laboratoire, des coefficients
minorateurs sont introduits pour tenir compte de l'excentricité, l'inclinaison de la charge et de
la topographie du terrain.

K.3.1.2.5.1 Charge centrée inclinée :


Si δ est l'obliquité (inclinaison) de la charge en degrés :
2
⎛ δ ⎞
Pour les sols cohérents : iδβ = φ1 (δ ) = ⎜1 − ⎟ (5)
⎝ 90 ⎠
2 2
⎛ δ ⎞ ⎛ − De
⎞ ⎡ ⎧⎛ δ ⎞ ⎫⎤ − De
Pour les sols frottant : iδ = φ 2 (δ ) = ⎜1 − ⎟ ⋅ ⎜1 − e B ⎟ + ⎢max ⎨⎜1 − ⎟;0⎬⎥ ⋅ e B (6)
⎝ 90 ⎠ ⎝ ⎠ ⎣ ⎩⎝ 45 ⎠ ⎭⎦

K.3.1.2.5.2 Charge en crête de talus :


si B est la largeur de la fondation
d la distance horizontale entre l'arête aval de d
la fondation et le talus B
β est la pente du talus (cf. Figure K-12) β
δ inclinaison Figure K-12 : charge en crête de talus
δ obliquité (inclinaison) de la charge en degré
* Pour un encastrement nul compte tenu de données expérimentales il est proposé d'appliquer
un facteur correctif iβ :

( )
2
⎡ ⎧⎛ d ⎞ ⎫⎤
iβ = ψ β , d = 1 − 0,9 ⋅ tgβ ⋅ (2 − tgβ )⎢max ⎨⎜1 − ⎟;0⎬⎥ (7)
B ⎩⎝ 8 B ⎠ ⎭⎦

* Pour un encastrement quelconque : on cherche tout d'abord à déterminer un angle β' qui
donne le même coefficient de minoration, que pour une charge oblique avec un encastrement
nul, dans le cas d'un sol frottant :

( )
β' = 45°⎜⎝⎛1− ψ B1 d B ⎟⎠⎞ (8)

142
www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

puis, on calcule iβ = φ2 (β ' ) avec le Φ2 de l'équation (6) et en prenant De (encastrement) du


côté aval de la fondation

K.3.1.2.5.3 Charge en crête de talus soumise à une charge centrée et inclinée :


On distingue 2 cas suivant que l'inclinaison de la charge est dirigée vers l'intérieur ou
l'extérieur du talus.
δ δ
d d
B B
β β

iδβ = φ2 (δ + β ' ) iδβ = φ2 (β' − δ )

Figure K-13 : charge inclinée comme le Figure K-14 : charge d'inclinaison opposée
talus au talus

β' est déterminé par l'équation 6

K.3.1.2.5.4 Forme
Il n'y a pas de coefficient minorateur de forme car la forme de la fondation intervient dans
l'expression du facteur de portance (cf. Tableau K-3).

K.3.1.2.5.5 Excentricité
L'influence de l'excentricité est prise en compte par la définition d'une contrainte de référence
qref qui sera comparée à la contrainte de rupture du sol.
Nous détaillerons cet aspect au § K.3.2.1.

www.4geniecivil.com 143
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

Type de sol Expression de kP


Argile et limons A, craies A ⎡ ⎛ B⎞ D ⎤
0,8 ⋅ ⎢1 + 0,25 ⋅ ⎜ 0,6 + 0,4 ⎟ e ⎥
⎣ ⎝ L⎠ B ⎦
Argiles et limons B ⎡ ⎛ B⎞D ⎤
0,8 ⋅ ⎢1 + 0,35 ⋅ ⎜ 0,6 + 0,4 ⎟ e ⎥
⎣ ⎝ L⎠ B ⎦
Argiles C ⎡ ⎛ B⎞D ⎤
0,8 ⋅ ⎢1 + 0,50 ⋅ ⎜ 0,6 + 0,4 ⎟ e ⎥
⎣ ⎝ L⎠ B ⎦
Sables A ⎡ ⎛ B ⎞ De ⎤
⎢1 + 0,35 ⋅ ⎜ 0,6 + 0,4 L ⎟ B ⎥
⎣ ⎝ ⎠ ⎦
Sables A et graves B ⎡ ⎛ B ⎞ De ⎤
⎢1 + 0,50 ⋅ ⎜ 0,6 + 0,4 L ⎟ B ⎥
⎣ ⎝ ⎠ ⎦
Sables et graves C ⎡ ⎛ B ⎞ De ⎤
⎢1 + 0,80 ⋅ ⎜ 0,6 + 0,4 L ⎟ B ⎥
⎣ ⎝ ⎠ ⎦
Craies B et C ⎡ ⎛ B⎞D ⎤
1,3 ⋅ ⎢1 + 0,27 ⋅ ⎜ 0,6 + 0,4 ⎟ e ⎥
⎣ ⎝ L⎠ B ⎦
Marnes, marno-calcaires, roches altérées ⎡ ⎛ B ⎞ De ⎤
⎢1 + 0,27 ⋅ ⎜ 0,6 + 0,4 L ⎟ B ⎥
⎣ ⎝ ⎠ ⎦
Roches saines L'utilisation de l'expression précédente est
très pessimiste. La réglementation souligne
qu'il "convient d'avoir recours aux méthodes
spécifiques de la mécanique des roches"…
Tableau K-3 : Valeur du coefficient de portance kP

Classe de sol Pressiomètre pl Pénétromètre qc


en MPa en MPa
A Argiles et limons mous < 0,7 < 3,0
Argiles, limons B Argiles et limons fermes 1,2 - 2,0 3,0 - 6,0
C Argiles et limons fermes à durs > 2,5 > 6,0
A Lâches < 0,5 <5
Sables, graves B Moyennement compacts 1,0 - 2,0 8,0 - 15,0
C Compacts > 2,5 > 20,0
A Molles > 0,7 < 5,0
Craies B Altérées 1,0 - 2,5 > 5,0
C Compactes > 3,0
Marnes A Tendres 1,5 - 4,0
Marno-calcaires B Compacts > 4,5
Roches A Altérées 2,5 -4,0
B Fragmentées > 4,5
Tableau K-4 : Catégories conventionnelles de sols

144
www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

K.3.1.3 Détermination de la contrainte ultime (de rupture) à partir des essais


pénétrométrique
Nous présentons ici de manière succincte la méthode pénétrométrique. Comme pour la
méthode pressiométrique, les règles utilisées sont issues des résultats de multiples essais de
chargement.
Les pénétromètres sont constitués de train de tiges à l'extrémité desquelles sont placées des
pointes coniques d'un diamètre supérieur à celui du train de tige.

K.3.1.3.1 Principe de l'essai pénétrométrique


L'essai consiste à enfoncer l'ensemble la pointe dans les terrains et les essais pénétrométriques
permettent de déterminer une résistance limite du sol. Il existe deux types de pénétromètres :
les pénétromètres statiques qui sont enfoncés dans les terrains à vitesse lente et régulière et les
pénétromètres dynamiques qui sont enfoncés par battage.
Ce qui suit concerne le pénétromètre statique. Cet essai permet de mesurer la résistance en
pointe qc en fonction de la profondeur.

K.3.1.3.2 résistance en pointe équivalente


On définit la résistance en pointe équivalente comme la moyenne des résistances par :
D +3a
1
q cc ( z ) ⋅ dz
3a + b D∫−b
q ce =

D + 3a
1
qcc étant la résistance en pointe qc écrêtée à la valeur qcm : qcm =
3a + b ∫ q (z ) ⋅ dz
D −b
c

avec a = B/2 si B > 1m


a = 0,5 m si B < 1m
b = min {a,h} où h est la hauteur de la fondation dans la couche porteuse

K.3.1.3.3 Encastrement équivalent


L'encastrement équivalent De est défini, pour l'essai pénétrométrique par l'expression :
D
1
qc ( z ) ⋅ dz
qce ∫d
De =

K.3.1.3.4 Contrainte de rupture


La formule proposée est analogue à celle utilisée pour l'essai pressiométrique
q ' u = k c ⋅ q ce + q ' 0
- q'u contrainte à la rupture (ultime) sous la base de la fondation ;
- q'0 contrainte verticale effective au niveau de la base de la fondation, en faisant
abstraction de celle ci ;
- qce résistance de pointe équivalente (définie au § K.3.1.3.2) ;
- kc facteur de portance (cf. Tableau K-5).

www.4geniecivil.com 145
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

K.3.1.3.5 Coefficients minorateurs


Les coefficients minorateurs sont ceux donnés au § K.3.1.2.5.
Remarque : Comme pour la méthode pressiométrique, il n'y a pas de coefficient minorateur de
forme car la forme de la fondation intervient dans l'expression du facteur de portance (cf.
Tableau K-5).

Type de sol Expression de kc


Argile et limons ⎡ ⎛ B⎞D ⎤
0,32 ⋅ ⎢1 + 0,35 ⋅ ⎜ 0,6 + 0,4 ⎟ e ⎥
⎣ ⎝ L⎠ B ⎦
Sables A ⎡ ⎛ B⎞ D ⎤
0,14 ⋅ ⎢1 + 0,35 ⋅ ⎜ 0,6 + 0,4 ⎟ e ⎥
⎣ ⎝ L⎠ B ⎦
Sables A et graves B ⎡ ⎛ B⎞D ⎤
0,11 ⋅ ⎢1 + 0,50 ⋅ ⎜ 0,6 + 0,4 ⎟ e ⎥
⎣ ⎝ L⎠ B ⎦
Sables et graves C ⎡ ⎛ B⎞D ⎤
0,08 ⋅ ⎢1 + 0,80 ⋅ ⎜ 0,6 + 0,4 ⎟ e ⎥
⎣ ⎝ L⎠ B ⎦
Craies B ⎡ ⎛ B⎞D ⎤
0,17 ⋅ ⎢1 + 0,27 ⋅ ⎜ 0,6 + 0,4 ⎟ e ⎥
⎣ ⎝ L⎠ B ⎦
Tableau K-5 : valeur du facteur de portance kc

K.3.2 Calculs pratiques


L’Eurocode 7 impose de considérer les états limites suivants :
- défaut de capacité portante de la fondation, rupture par poinçonnement ;
- glissement sur la base de la fondation ;
- stabilité d'ensemble (dans le cas d'une fondation sur pente, en tête de talus, près d’une
excavation, d’un mur de soutènement, dans une zone minière ou à proximité d’ouvrages
souterrains) ;
- tassement excessifs ;
- soulèvement excessif (lié au gonflement, au gel, à l’eau ou d’autres causes)
- rupture combinée dans le terrain et dans la structure ;
- vibrations inacceptables ;
- rupture dans la structure du fait des mouvements de la fondation.
Dans ce qui suit nous nous intéresserons essentiellement aux 2 premiers points, les 2 points
suivants ont été traités dans le cours de Géotechnique.
Les calculs doivent théoriquement être effectués à long et à court terme. L'expérience permet
parfois de s'affranchir de certains de ces calculs (par exemple si des calculs dans des
situations analogues ont montré que c'est le comportement à long terme qui est le plus
défavorable).
La détermination du niveau de fondation se fera de manière itérative : on fixe a priori le
niveau de fondation et celui-ci pourra être modifié en fonction des résultats des différents

146
www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

calculs.

K.3.2.1 Contrainte normale appliquée au sol et contrainte de référence


Dans le cas général, le diagramme des contraintes normales appliquées au sol est déterminé en
supposant : que le sol ne réagit pas aux efforts de traction, que les contraintes sont
proportionnelles aux déplacements et que les semelles sont rigides.
Sous une fondation, la contrainte n'est pas forcément F
constante. Il faut donc déterminer la contrainte
conventionnelle à partir de laquelle le calcul sera effectué.
Cette contrainte, dite contrainte de référence, est par
convention, la contrainte située aux 3/4 de la largeur Charge centrée
comprimée, le sol étant supposé ne pas réagir aux F e
tractions (cf. Figure K-16). Si qmax est la contrainte
maximale dans la fondation et qmin la contrainte minimale
(éventuellement nulle) appliquées par la semelle au sol de
fondation, compte tenu des sollicitations considérées, on
Charge excentrée (e : excentricité)
détermine la contrainte de référence par :
B
3 ⋅ q ' max + q ' min
q ' ref = (Équation K-1)
4 L

qmax et qmin sont calculées en supposant une répartition


linéaire de la contrainte normale à la base de la fondation,
de manière à équilibrer la force Q et le moment Qe par F e
rapport au centre. e'
Pour des semelles rectangulaires, dans le cas d'une charge
excentrée, pour tenir compte de cette excentricité, on peut
admettre que les contraintes sont uniformes, mais
appliquées à une surface réduite (modèle de Meyerhof).
On considère dans ce cas que la contrainte sous la
fondation vaut :
F
q= ( Équation K-2 )
( B − 2e ) ⋅ ( L − 2e ' ) Charge excentrée (vue en plan)
Si on utilise le modèle de Meyerhof la contrainte de Figure K-15 : excentricité de la
référence qref est celle calculée par l'Équation 9-2. charge

Figure K-16 : Définition de la contrainte de référence pour un excentrement e


(d'après Fascicule n°62- Titre V)

www.4geniecivil.com 147
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

Remarques :
La contrainte de référence peut donc être calculée à partir de l'une des 2 équations
précédentes. On peut montrer que le résultat est équivalent à quelques % près.
La Figure K-16 suggère que les diagrammes de contraintes sont plans ou uniformes ce qui
n'est pas vérifier dans le cas de semelles rigides (cf. § L.2.4). C'est une hypothèse qui est
cependant souvent utilisé en pratique

K.3.2.2 Détermination de l'état limite de mobilisation du sol

K.3.2.2.1 Etat ultime de mobilisation de la capacité portante


Les ELU de mobilisation de la capacité portante sont déterminés par rapport aux
combinaisons fondamentales d'actions et aux combinaisons accidentelles. Il faut vérifier :
1
q 'ref ≤
γR
(q ' − q ' ) ⋅i
u 0 δβ + q '0 (Équation K-3)

qu ' résistance ultime


q'0 contrainte verticale effective au niveau de la base de la fondation en faisant abstraction
de la fondation
iδβ coefficient minorateur tenant compte de l'inclinaison et de la géométrie de la fondation
(ce coefficient est égal à 1 pour une charge verticale centrée, un terrain homogène isotrope et
horizontal)

K.3.2.2.2 Etat limite de service :


Les ELS de mobilisation de la capacité portante sont déterminés par rapport aux
combinaisons rares d'actions. Il faut vérifier :
1
q 'ref ≤
γR
(q ' − q ' )⋅i
u 0 δβ + q '0 (Équation K-4)

Les ELS devraient être déterminés à partir de la contrainte de fluage q'c du sol. On considère
souvent que : q ' c = 1 q ' u .
2
Attention : que ce soit pour l'état limite de mobilisation de la capacité portante du sol ou l'état
limite de service, la formule est la même, mais avec :
- une valeur de γR éventuellement différente ;
- une valeur de référence différente car la sollicitation (combinaison d'actions) envisagée est
différente.

K.3.2.2.3 Etat limite ultime de glissement


Vd ⋅ tgϕ A⋅c
On doit vérifier que : H d ≤ + (Équation K-5)
γg 1
γg 2

Hd et Vd composantes horizontale et verticale de l'effort appliqué à la fondation ;


A' surface comprimée de la fondation ;

148
www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

ϕ et c relatifs au sol (en général c est limité à 75 kPa) ;


γ g = 1,2 et γ g = 1,5
1 2

K.3.3 Tassement
Les problèmes de tassement ont été abordé dans le cours de géotechnique..
Pour évaluer les tassements, on considère la combinaison d'actions quasi-permanentes en
supposant que les charges considérées sont appliquées instantanément. En réalité, le phasage
des travaux est important pour les problèmes, par exemple, de tassements différentiels.
Remarque : le calcul de tassement doit être effectué sur les couches compressibles affectées
par les variations de contraintes. Il ne faut donc pas seulement prendre en compte le terrain
situé immédiatement sous la fondation.

K.3.3.1 Evaluation un tassement à partir des essais de laboratoire :


cf cours Géotechnique

K.3.3.2 Evaluation des tassements à partir des essais pressiométriques :

K.3.3.2.1 Cas d'un sol homogène :


Le tassement est séparé en une partie qualifiée de sphérique et une partie déviatorique :
s f = s c + s d avec

α
sc = (q'−σ 'ν 0 ) ⋅ λc ⋅ B
9.E M
α
2 ⎛ ⎞
sd = (q'−σ 'ν 0 ) ⋅ B0 ⋅ ⎜⎜ λ d ⋅ B ⎟⎟
9.E M ⎝ B0 ⎠
- sf tassement final
- sc tassement sphérique
- sd tassement déviatorique
- EM : module pressiométrique
- q' : contrainte effective moyenne appliquée au sol par la fondation
- σ'ν0 : contrainte verticale effective calculée dans la configuration avant travaux au niveau
de la fondation
- B0 : largeur de référence égale à 0,60 m
- B : largeur de la fondation
- α: coefficient rhéologique dépendant de la nature du sol
- λc et λd coefficients de forme fonction du rapport L/B

www.4geniecivil.com 149
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

Tourbe Argile Limon Sable Grave


Type α EM/pl α EM/pl α EM/pl α EM/pl α
Surconsolidé ou très - > 16 1 > 14 2/3 > 12 1/2 > 10 1/3
serré
Normalement consolidé 1 9 - 16 2/3 8 - 14 1/2 7 - 12 1/3 6 - 10 1/4
ou normalement serré
Sous consolidé altéré ou - 7-9 1/2 5-8 1/2 5-7 1/3 -
remanié ou lâche

Rocher
Type α
Très peu fracturé 2/3
Normal 1/2
Très fracturé 1/3
Très altéré 2/3
Tableau K-6 : valeurs du coefficient α caractérisant le sol

L/B cercle carré 2 3 5 20


λc 1,00 1,10 1,20 1,30 1,40 1,50
λd 1,00 1,12 1,53 1,78 2,14 2,65
Tableau K-7 : valeurs des coefficients de forme λc et λd

150
www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

K.3.3.2.2 Cas des sols hétérogènes :


Dans ce cas le module EM varie avec la B
profondeur et le calcul de sc et sd nécessite
l'emploi de modules pressiométriques 1 E1
équivalent Ec et Ed correspondant aux zones 2 E2
d'influence sphériques et déviatoriques. B
3
On considère que les déformations 4 E3,5
volumétriques sont prépondérantes sous la 2.B 5
fondation jusqu'à environ B/2, alors que les
déformations déviatoriques se manifestent 3.B 6
jusqu'à une profondeur importante de 8B. Le 7 E6,8
calcul va nécessiter de diviser le sol, sous la 8
4.B
fondation, en tranches d'épaisseur B/2. 9
Les modules équivalents sont donnés par : 10
5.B
E c = E1 ou E1 est le module mesuré dans la 11
tranche d'épaisseur B/2. 6.B 12
13 E9,16
4
Ed =
1
+
1
+
1
+
1
+
1 7.B 14
E1 0,85 E 2 E3,5 2,5 E 6,8 2,5 E9 à16 15
ou Ei,j est la moyenne harmonique des 8.B 16
modules mesurés dans les tranches i à j
3 1 1 1 Figure K-17 : Modules pressiométriques
par exemple : = + + équivalents
E 3, 5 E 3 E 4 E 5

K.3.4 Stabilité d'ensemble


Dans le cas d'une fondation dans un talus, il est nécessaire d'examiner la stabilité d'ensemble
du talus. Les sollicitations de calcul à prendre en compte sont :
⎧ ⎫
1,125 ⋅ S ⎨1,05 ⋅ Gmax + 0,95 ⋅ Gmin + Fw + γ F 1Q1Q1k + ∑1,15ψ 0iQik ⎬
⎩ i >1 ⎭

K.3.5 Calcul par des méthodes en contraintes-déformations


Pour des fondations complexes, on peut être amené à utiliser des calculs en contraintes-
déformations (éléments finis, différences finies, éléments distincts…). Ces calculs ne sont pas
encore effectués de manière courante et aucun règlement ne précise les précautions à prendre
pour leur utilisation.
Parmi les problèmes délicats posés par ce type de calcul, on peut citer :
- la modélisation de l'interface sol-structure ;
- le choix du comportement du sol.

www.4geniecivil.com 151
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

K.4 Fondations profondes


Les fondations profondes permettent de reporter les charges d'un ouvrage au niveau des
couches situées entre profondeur. Elles sont en général utilisées quand la résistance des
couches des terrains superficiels n'est pas suffisante pour supporter les charges transmises par
une fondation superficielle ou que les tassements induits par ce type de fondation sont trop
importants.
Une fondation est dite profonde quand son encastrement est supérieur à 5 fois sa largeur. On
emploie souvent le terme de "pieu" pour désigner une fondation profonde.
Nous avons vu que dans les fondations superficielles l'effort était transmis à la base de la
fondation et que l'on cherchait à rester éloigné d'une éventuelle rupture du sol ou d'une
déformation importante sous cette fondation. Dans une fondation profonde, l'effort transmis à
la fondation profonde est repris à la fois par la base de la fondation, mais aussi par le
frottement latéral qui va s'exercer à l'interface entre le sol et le pieu.
Les deux types de fondation se différencient par le mode de transmission de la charge au sol
Pour les fondations superficielles, la charge Q
est essentiellement transmise à la base de la
fondation

Figure K-18 : transmission de la charge


pour une fondation superficielle

Pour les fondations profondes la charge se Q


transmet
* à la base de la fondation(sous la pointe). La
Résistance de pointe est peu influencée par le type
de pieu
* par le frottement latéral entre le fût du pieu et le
sol. Le frottement latéral dépend :
- du matériau constitutif du pieu
- du mode de mise en place
(battu, foré, viré...)

Figure K-19 : transmission de la


charge pour une fondation profonde

K.4.1 Classification des fondations profondes ou pieux


Les pieux sont classés suivant :
- le matériau constitutif (bois, métal béton)
- suivant le mode d'introduction dans le sol :
- pieux battus, "préfabriqués" et mis en place, en général, par battage ;

152
www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

- pieux exécutés in-situ par bétonnage dans un forage (tubé ou non).


En effet ces deux critères (matériaux et condition d'exécution) vont influencer le frottement
latéral le long de la fondation profonde.
Le mode d'exécution va provoquer soit un refoulement du sol soit se faire par extraction du
sol. La mise en place va donc influencer la sollicitation imposée au sol. On différencie :
- les pieux dont la mise en place provoque le refoulement du sol ;
- les pieux exécutés par extraction du sol et dont la mise en place ne provoque pas de
refoulement du sol ;
- des pieux particuliers à comportement intermédiaire.
Le mode de mise en place : refoulement du sol ou extraction a une influence sur le frottement
latéral. Quand il y a refoulement du sol et on pourra considérer que l'on se rapproche d'un état
de butée (passif), à l'inverse, pour des pieux forés, le sol se rapproche d'un état d'équilibre
actif.

K.4.1.1 Pieux provoquant le refoulement du sol


Ils peuvent être battus, foncés, vibro-foncés, pilonnés. Leur matériau constitutif peut être : le
béton, le béton armé, le métal, (le bois éventuellement)
On distingue :
- Les pieux battus ou vibrofoncés préfabriqués en béton armé ou précontraint ;
- Les pieux en métal battus ;
- Les pieux en béton foncés (mis en place à l'aide d'un vérin) ;
- Les pieux en métal foncé ;
- …

K.4.1.2 Pieux ne refoulant du sol


Ces pieux sont exécutés in-situ. On distingue :
- Pieu foré simple ;
- Pieu foré à la boue et barrette ;
- Pieu foré tubé ;
- Puits (gros diamètres : creusement "à la main") ;
- Pieu tarière creuse.
Quand le diamètre est inférieur à 250 mm, on parlera de micropieu.

K.4.1.3 Mode de transmission des charges au sol


les pieux sont parfois classés en fonction de leur mode de transmission des charges au sol :

www.4geniecivil.com 153
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

Pieu colonne Pieu flottant

<- pieux réels ->


sol mou frottement latéral
+ sol
pointe homogène

sol dur
"travaille en pointe" travaille surtout en frottement
latéral
Figure K-20: pieux colonnes et pieux flottant

Remarque : Dans le premier cas lorsque la section du pieu est doublée la charge limite est
doublée (car elle est proportionnelle à la section du pieu). Dans le second cas la charge est
proportionnelle à la surface latérale (Sl) : on ne double pas la charge limite du pieu en
doublant sa section

K.4.1.4 Influence du type de sol :


Foisonnement de la
surface extérieur

Surface extérieure Le sol remonte


=> remaniement
=> abaissement de la résistance
au cisaillement du sol
La composition du sable
augmente sur 6 à 7 diamètres
=> augmentation des
caractéristiques mécaniques
=> F augmente

Sol pulvérulent
Sol cohérent saturé abaissement de la
résistance
Figure K-21 : Comportement en fonction du type de sol

K.4.2 Modèle de comportement d'un pieu isolé (Charge limite et charge de


fluage)
Le comportement d'un pieu isolé est caractérisé par la relation entre la charge axiale appliquée
en tête de pieu et l'enfoncement en tête. Si on augmente progressivement la charge (en
compression) appliquée à un pieu, la courbe de d'enfoncement en fonction de cette charge
permet de définir 2 paramètres :
- La charge de fluage Qc (charge limite pour laquelle l'enfoncement du pieu ne se stabilise
plus dans le temps) ;

154
www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

- la charge limite ou ultime Qu (pour laquelle l'enfoncement ne se stabilise plus sous la


charge et la vitesse d'enfoncement devient importante : conventionnellement cette charge
sera la charge correspondant à un enfoncement de B/10 ou à une vitesse d'enfoncement de
1 à 5 mm/mn) ;
Au moment de la rupture on considère que la charge limite Qu est Q
équilibrée par :
- la résistance du pieu sous la pointe : qp ;
- la résistance due au frottement latéral qs ;
On note :
- Qpu la charge limite sous la pointe avec : Q pu = q pu ⋅ A p
qs
Ap : section droite du pieu
- Qsu la charge limite par frottement latéral Qsu = qsu ⋅ As
qp
As : surface latérale du pieu
Figure K-22

Remarque : Dans certains cas, il est intéressant de faire intervenir les deux paramètres de
charge homologues vis à vis des charges de traction :
- La charge de fluage en traction Qtc ;
- la charge limite en traction Qtu ;
La charge limite est définit par :
- en compression : Qu = Q pu + Qsu

- en traction : Qtu = Qsu

K.4.3 Détermination de la capacité portante d'un pieu isolé


Différentes méthodes sont utilisées pour déterminer la force portante d'un pieu isolé :
- l'interprétation des essais de mise en charge d'un ou plusieurs pieux ("essais statiques de
chargements représentatifs") ;
- l'interprétation les essais in situ :
• diagrammes de pénétration obtenus soit avec le pénétromètre statique, soit avec le
pénétromètre dynamique ;
• résultats d'essais pressiométriques.
- l'utilisation de formules basées sur les résultats du battage des pieux ;
- l'utilisation des formules statiques de force portante établies à l'aide de la mécanique
théorique des sols et à partir d'essais de laboratoire.
Cette dernière manière de procéder n'est pas conseillée dans la réglementation française mais
elle ne n’est pas exclue par l'Eurocode 7. Nous avons choisi de la présenter car elle permet de
mettre en évidence un certain nombre de problèmes posés par la détermination de la capacité
portante et notamment les notions d'encastrement critique et limite.
Dans ce qui suit nous ne détaillerons que la détermination à partir des essais de laboratoire et

www.4geniecivil.com 155
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

des essais pénétrométriques.

K.4.3.1 Détermination de la force portante à partir des essais de laboratoire (c, ϕ, γ)


Remarque : Pour les sols fins il s'agira de cu, car le temps de construction est insuffisant pour
dissiper les pressions interstitielles.
Comme nous l'avons vu au paragraphe précédent, la charge portante se sépare en résistance de
pointe et frottement latéral : la charge ultime en compression s'écrivant : Qu = Q pu + Qsu .
Nous détaillerons donc successivement ces deux termes.
La détermination de la force portante à partir des essais de laboratoire est basée sur
l'hypothèse d'un comportement rigide-plastique su sol : lorsque l'on atteint la charge ultime du
pieu, le sol autour du pieu est supposé avoir atteint un état limite dans une certaine zone
autour du pieu

K.4.3.1.1 Charge ultime en pointe :


Si qp est la contrainte moyenne limite sous la pointe de section A : Qpu = A ⋅ q pu
On utilise la formule des fondations superficielles pour évaluer la résistance de pointe des
pieux. Comme dans ce cas D est grand devant B le terme de surface est toujours négligeable
devant les deux autres et on écrira :
Q
pu
q = = γ DN + 1,3cN = σ N + 1,3cN
pu A q c v q c

K.4.3.1.1.1 Cas d'un sol purement frottant c=0


q =σ' N
pu v q
Expérimentalement on constate :
- que cette formule n'est plus valable pour des encastrements importants : le terme de pointe
devient constant à partir d'une certaine profondeur appelée "profondeur critique" ou
encastrement limite (Dl), qui dépend de la compacité du milieu (désaccord entre les différents
auteurs sur la valeur de cette profondeur limite).
- les valeurs habituelles de Nq conduisent à une sous-estimation du terme de pointe.
Pour expliquer ce comportement de nombreux auteurs ont proposé des schémas de rupture
autour du pieu. La Figure K-23 indique, par exemple, la forme des lignes de glissement
proposée par Costet et Sanglerat.

156
www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

- zone I correspond
au frottement
latéral le long du
fût ; dans cette
zone, le milieu est
en équilibre de
quasi-butée ;
- la zone II
correspond à
l'effort de pointe ;
dans cette zone on
a également un
équilibre de butée ;
- Les zones III et
IV situées au-delà
des lignes de
glissement ne sont
pas en équilibre
Figure K-23 : Schéma de fonctionnement d'un pieu (d'après J. plastique, mais
Costet et G. Sanglerat) pseudo-élastique.
* Des calculs théoriques ont été développés. Ils conduisent à des formules complexes et pas
toujours en accord avec les expérimentations.
* Des essais de laboratoire, ont conduit Caquot et Kerisel à proposer la valeur de Nq suivante :
N q = e 7 tgϕ = 10 3, 04tgϕ .

Des essais complémentaires in situ ont conduit à modifier cette formule N q = 10 N ⋅tgϕ
(3,7 < N< 2,7 suivant le diamètre du pieu, 3,7 pour des petits diamètres, 2,7 pour des
diamètres de 32 cm)
Rappel : pour les fondations superficielles les calculs théoriques conduisaient à
⎛π ϕ ⎞
N q = tg 2 ⎜ + ⎟ ⋅ eπ ⋅tgϕ (Nq Minimum)
⎝4 2⎠
La formule N q = 103,04tgϕ (Nq maximum) est introduite dans le calcul de résistance de pointe
si les lignes de glissement "se referment" complètement sur le fût i.e. D > Dc (Dc :
encastrement critique) ; la "taille" des lignes de glissement est fonction de ϕ (cf. Figure
K-24).

www.4geniecivil.com 157
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

Caquot et Kerisel proposent pour Dc la valeur


B 2
expérimentale : Dc = ⋅ N q 3
4
(B diamètre ou côté du pieu, Nq = Nq maximum)

35,00

30,00
B=2m

25,00
B =1,5 m
20,00

15,00
B =1 m

10,00
B =0,5 m
5,00

-
0 10 20 30 40 50

angle de frottementφ
Figure K-24 : Influence de l'angle de
frottement sur les lignes de glissement
Figure K-25 : variation de l'encastrement
issues de la pointe (d'après J. Costet et
critique en fonction de l'angle de frottement du
G. Sanglerat)
sol

Utilisation pratique : Q pu
- Dc < D < Dl

on utilise Nq maximum i.e. N q = 103, 04tgϕ et


Dc A
q pl = σ v '⋅N q max ;
- D > Dl (rarement atteint dans les cas
courants) ;
Dl B
- - D < Dc
- Certains auteurs proposent une
Nqmax
interpolation non linéaire (cf. Figure K-27)
profondeur

de Nq entre Nq minimum et Nq maximum


(dans ce cas le frottement latéral n'est pas Nqmin Nq
pris en compte dans la zone "encastrée");
- D'autres préconisent dans ce cas d'utiliser
Nqmin et de calculer le frottement latéral Figure K-26
sur toute la longueur du pieu

158
www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

Figure K-27 : Interpolation de Nq

K.4.3.1.1.2 Cas d'un sol purement cohérent cu et ϕu =0 (et contrainte totale)

Nq = 1 q pu = γ D + 1,3cu Nc = σ v + 1,3 cu Nc Q

Souvent on considère que le terme σv = γd est équivalent au poids du


pieu (∆Q)
q pu = 1,3 cu Nc contrainte limite (hors poids propre du pieu)
∆Q
(ϕu =0, mais Nc est supérieur au cas des fondations superficielles ; on - γd
prend Nc =7,5) -> q pu ≈ 10 cu
σ′v

Figure K-28

K.4.3.1.2 Frottement latéral :


Il peut être positif (résistant) ou négatif (terrain en cours de tassement, souvent lié à un
rabattement de nappe ou une surcharge par un remblai). Considérons, dans un premier temps,
le frottement latéral positif.

www.4geniecivil.com 159
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

K.4.3.1.2.1 sol frottant


τ = σ ' tgϕ * Q
lim n
ϕ* : angle de frottement sol-pieu, fonction de la rugosité
ϕ* généralement peu différent de 2/3 ϕ'
σ' = γ ' z
v
Si le pieu ne modifie pas l’état des contraintes dans le terrain σ′v
σ′n
σ ' = σ ' = K ⋅ γ ' z (équilibre de révolution et non plus en 2D)
n h
Quel K prendre ? K0, Ka, Kp (ou Ka = 1/Kp)
K0 si on considère le pieu ne modifie pas l’état des contraintes.
Figure K-29
Schématiquement - Pieu battu : enfoncement du pieu -> refoulement du
terrain (Figure K-30) -> butée ->Kp
τ lim = σ n '⋅tgϕ * = σ v '⋅K pγ ⋅ sin δ Figure K-30
δ obliquité (δ =- ϕ*) ou
τ lim = α ⋅ σ v '
- Pieu foré, décompression du sol (Figure K-31) -> Ka
Figure K-31

Remarque : le terme K pγ sin δ ne peut pas être déduit des valeurs de Kp déterminée à partir de
l'angle de frottement. En effet la rugosité sol/pieu .modifie l'état de contraintes autour du pieu
Le Tableau K-8 et la Figure K-33 proposent des valeurs de α pour un comportement passif.
La Figure K-32 représente le cas d'un pieu foncé. Le long du pieu
se développe une butée avec un angle d correspondant à l'angle de
σn
frottement sol/ pieu : b = K pδ ⋅ σ v ' et
δ
τ τ lim = σ v '⋅ K pγ ⋅ sin δ = σ n '⋅ tg (ϕ *) .
b
Par exemple, pour une rugosité sol/pieu de 2/3ϕ (donc δ = -2/3ϕ
puisqu'on est en butée, un angle de frottement de 30°; la valeur de
Figure K-32 : Butée le Kpδ lue dans le Tableau L-1 est de 5,49. La valeur de α est donc
long d'un pieu bien : α = ⋅K pγ ⋅ sin δ = 5,49 ⋅ sin (20°) = 1,88 (cf. Tableau K-8).

160
www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

φ α=−φ α=−2/3φ α = kpγ.sinδ


100
0
5
10 0,285 0,186

ϕ
é-
15 0,567 0,364

uit
liq
20 1,030 0,641 10

Ob

- 2/
25 1,810 1,100

ité
qu
li
Ob
30 3,210 1,880
35 5,850 3,270
40 11,300 5,900
1
45 23,700 11,400
Tableau K-8 : valeur
de α en fonction de ϕ

Angle de frottement ϕ
0
0 10 20 30 40 50

Figure K-33 : valeur de α en fonction de ϕ

K.4.3.1.2.2 sol purement cohérent cu et ϕu =0

Dans les sols purement cohérents, dans le sol : τ =c


lim u
A l'interface la résistance limite est fonction de cu et de la rugosité de l'interface
τ = β c (avec β<1 car si β>1 la rupture se produit dans le sol).
lim u
cu faible β est peu différent de 1
cu fort β<<1, la cohésion n'est pas entièrement mobilisée

1+ c2
expérimentalement : β = u Cu en bars
1+ 7c2
u
K.4.3.1.2.3 sol à cohésion et frottement
qs = α σ ' + β c
v
h
Frottement latéral total : Qsu = P ∫ qs (z)⋅ dz
0
P : périmètre de la fondation
qs(z) : frottement latéral unitaire à la profondeur z

www.4geniecivil.com 161
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

K.4.3.1.3 Remarques sur la détermination de la capacité portante à partir des


caractéristiques de laboratoire
Dans ce qui précède, nous avons vu que la détermination de la capacité portante est
relativement délicate et fait appel à des formulations semi-empirique, dont les coefficients ont
été déterminés à partir d'essais limités et dont la valeur varient en fonction des auteurs. Les
insuffisances de cette méthode sont en partie liées à la variation de densité du sol, lors de la
mise en place du pieu (par fonçage ou forage).
Les règlement actuels préconisent d'effectuer les calculs à partir des informations extraites
d'essais in situ. Les formules empiriques issues de ces méthodes ont été ajustées à partir
d'expérimentation in-situ.

K.4.3.2 Détermination de la force portante à partir des essais pressiométriques


L'essai pénétrométrique permet de déterminer :
- Ep : le module pressiométrique
- pl : la pression limite
- pf : la pression de fluage
∆ V 2 ∆r 1+ ν ∆p
Remarque : ≈ =2 ∆p ⇒ E p = 2 (1 + ν ) V
V r EP ∆V
∆p
si ν = 0,33 (valeur adoptée par Ménard) Ep = 2,66 V
∆V

K.4.3.2.1 Effort de pointe

L'effort de pointe est déterminé d'une manière analogue à la force portante d'une fondation
q' = k ⋅ p* + q' ≈ k ⋅ p*
superficielle : u p l 0 p l cf. § K.3.1.2.4
e e

- p*le est la pression limite nette équivalente est définie pour les fondations profondes par :
D +3a
a=B/2 si B > 1m
1
p *le =
3a + b ∫ p * (z ) ⋅ dz
D −b
l
a=0,5 m si B < 1m
b = min{a,h}, h étant la hauteur de l'élément de fondation dans
la couche porteuse

- kp est le facteur de portance dont la valeur est fixée par le Tableau K-9. Cette valeur est
fonction de la nature du terrain de fondation.

La charge limite de pointe est calculée par : Q pu = A ⋅ q ' pu

162
www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

Nature des terrains Eléments mis en œuvre Eléments mis en œuvre


(Les catégories conventionnelles de sans refoulement du sol avec refoulement du sol
sol sont définies par le Tableau K-4
page 144)
A 1,1 1,4
Argiles-limons B 1,2 1,5
C 1,3 1,6
A 1,0 4,2
Sables-graves B 1,1 3,7
C 1,2 (***.**) 3,2
A 1,1 1,6
Craies B 1,4 2,2
C 1,8 2,6
Marnes, marno-calcaires 1,8 2,6
Roches altérées(1) (***.**) 1,1 à 1,8 1,8 à 3,2
(1)
la valeur de kp pour ces formations est prise égale à celle de la formation meuble du tableau
à laquelle le matériau concerné s'apparente le plus
Tableau K-9 : valeur du facteur de portance kp

www.4geniecivil.com 163
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

Tableau K-10 : détermination de qs (d'après Fascicule n°62- Titre V)

164
www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

Figure K-34 : courbes de frottement unitaire limite le long du fût d'un pieu (d'après
Fascicule n°62- Titre V)

K.4.3.2.2 Effort latéral


Le frottement latéral unitaire qs(z) est fonction de
- la pression limite ;
- le type de sol ;
- le type de pieu.
Les règlements proposent des courbes types (cf. page précédente)
L'effort total Qs mobilisable par frottement latéral sur toute la hauteur h du fût est calculé par
intégration des efforts unitaires :
h
Qs = P ∫ q s ( z ) ⋅ dz ou P est le périmètre du pieu
0

K.4.3.2.3 Charge totale limite


Quand les pieux travaillent en compression (cas le plus fréquent) Qu = Q p + Qs

Quand les pieux travaillent à l'arrachement : Qu = Qs

K.4.3.3 Détermination de la force portante à partir des essais pénétrométriques


Nous ne détaillerons pas cet aspect
* Effort de pointe : qu = k c ⋅ q ce
qce : résistance de pointe lissée équivalente (cf. § K.3.1.3.2 page 145)
kc : fonction du type de sol cf. Tableau K-11

www.4geniecivil.com 165
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

Nature des Eléments mis en œuvre sans Eléments mis en œuvre avec
terrains refoulement du sol refoulement du sol
A
Argiles, limons B 0,40 0,55
C
A
Sables, graves B 0,15 0,50
C
A 0,20 0,30
Craies B 0,30 0,45
Tableau K-11 : valeur du facteur de portance kc

* Effort latéral : qs est évalué à partir de qc du niveau considéré

K.4.3.4 Détermination de la force portante à partir de méthodes dynamiques

K.4.4 Comportement des groupes de pieux


Un pieu dans un groupe à un comportement différent du pieu isolé notamment parce que :
- la mise en place d'un groupement de pieux crée un remaniement du sol plus important ;
- la charge appliquée sur un pieu a une influence sur le comportement des pieux voisins.
On définit un coefficient d'efficacité Ce par :
Charge de rupture d' un groupe de n pieux
C = =C
efficacité n × (charge de rupture d 'un pieu isolé ) e
n : nombre de pieux
Ce diminue quand le nombre de pieux augmente.
Le coefficient d'efficacité dépend de la distance entre les pieux. On différencie notamment les
cas ou :
- l'entre axe est supérieur à 3 diamètres ;
- l'entre axe est inférieur à 3 diamètres
Différentes formulation permettent d'estimer ce coefficient d'efficacité. On pourra par
exemple utiliser la formule de Converse-Labarre :

Ce = 1 −
2 arctan B( S)⎛2− 1 − 1 ⎞
⎜ ⎟
π ⎝ m n⎠
• B diamètre d’un pieu
• S entre-axes ;
• m et n nombre de lignes et de colonnes du groupe.

166
www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

Les règlements préconisent d'utiliser la formulation qui minimise Ce, donc qui va dans le sens
de la sécurité.

K.4.5 Justification
Les états limites à considérer sont :
- le sol ;
- le matériau constitutif des pieux ;
- les déplacements.

K.4.5.1 Etats limites de mobilisation du sol

K.4.5.1.1 Etat limite de mobilisation de la capacité portante

K.4.5.1.1.1 Etat limite de capacité portante du sol pour un pieu isolé


Les justifications consistent à vérifier que la charge axiale de calcul en tête de pieu reste
comprise entre 2 valeurs Qmin et Qmax. Ces valeurs sont définies par le tableau ci-dessous et
dépendent de la combinaison d'actions considérée:
Qmax est la valeur maximale autorisée pour Q en compression
Qmin est la valeur minimale autorisée pour Q en traction (arrachement). On lui donne un signe
négatif

ELU Qmin Qmax


Combinaisons fondamentales Qtu Q Qu
− = − su 1,40
1,40 1,40
Combinaisons accidentelles Q Q Qu
− tu = − su 1,20
1,30 1,30
ELS Qmin Qmax
Combinaisons rares Q Qc
− tc
1, 40 1,10
Combinaisons quasi-permanentes 0 (*) Qc
1,40
* sauf si les éléments de fondation sont conçus pour travailler en traction de façon permanente.
Tableau K-12 : Détermination de Qmin et Qmax

Qc la valeur de fluage est déduite des charges limites par les relations suivantes :
Q pu Qsu Qu
- pour des pieux refoulant le sol Qc = + = ;
1,5 1,5 1,5
Q pu Qsu
- pour des pieux ne refoulant pas le sol Qc = + ;
2 1,5
Qsu
- pour des pieux travaillant en arrachement Q p = 0 et Qc = .
1,5

www.4geniecivil.com 167
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

Ces valeurs ont été déduites de nombreux essais de chargement en vraie grandeur effectués
par le Laboratoire Centrale des Ponts et Chaussées

K.4.5.1.1.2 Groupement de pieux


Rappelons que l'on définit un coefficient d'efficacité des pieux (cf. § K.4.4) :
Charge de rupture d' un groupe de n pieux
C = =C
efficacité n × (charge de rupture d 'un pieu isolé ) e
n
On vérifie que : ∑ Fdi ≤ Ce ⋅ n ⋅Qmax
i =1

ou on effectue une vérification pour une fondation "massive" fictive équivalente.

K.4.5.1.2 Etat limite de stabilité d'ensemble


On vérifie la stabilité d'ensemble vis à vis d'une rupture de pente.

K.4.5.1.3 Etat limite du matériau constitutif du pieu


Il est nécessaire de vérifier que le matériau constitutif du pieu est suffisant. Les règles relèvent
du calcul de structure et sont spécifiées dans les règlements relatifs à ce domaine.

K.4.6 Actions particulières aux fondations profondes

K.4.6.1 Frottement négatif Gsf


Lorsque l'on se trouve dans une situation" normale", sous
l'action d'une charge un pieu a tendance à descendre dans le sol.
Pour s'opposer à ce mouvement il y a développement d'une
réaction du sol sous la forme d'un : frottement latéral positif.

Figure K-35 : frottement


positif

Si l'on se trouve en présence d'un sol en cours de tassement : le


réaction du pieu

pieu a tendance à "retenir" le sol (le sol surcharge le pieu). Il y a


développement d'un frottement dit négatif.
Une méthode pour remédier à ce phénomène peut consister en le sol
chemisement du pieu se
tasse

Figure K-36 : frottement


négatif

K.4.6.2 Poussée latérale Gsn


Ce phénomène correspond à l'action latérale d'un remblai, d'une culée de pont sur des pieux.
Les calculs actuels sont effectués en supposant que :
- le sol a un comportement rigide-plastique ;

168
www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

- la réaction dans le sol est une fonction linéaire des déplacements ;


- un pieu a un comportement de poutre ;
- les déplacements g(z) du sol peuvent être estimés à partir d'une méthode empirique.
Lorsqu’un pieu est sollicité par un effort horizontal T0 et/ou un moment M0 en tête, sa
stabilité est assurée par la mobilisation des efforts de réaction latérale du sol sur le fût du pieu.
En un point donné la réaction du sol P (en kN/m) est fonction du déplacement latéral y. La
courbe P(y) est appelée courbe de réaction du sol. Le module de réaction est défini par :
P
E s = . Le coefficient de réaction par k = p (p est la pression de la réaction en kPa), donc
y y
Es = k ⋅ B
Lorsque les déplacements sont importants, on atteint une réaction P limite noté Pu (réaction
ultime).

www.4geniecivil.com 169
www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

L OUVRAGES DE SOUTÈNEMENTS
L.1 Introduction
De nombreux travaux de construction nécessitent la réalisation d'excavations. Afin de réduire
l'importance des talus ou d'étayer des tranchées, on est souvent amené à réaliser des ouvrages
de soutènement (provisoires ou définitifs).

Figure L-2 : parois


Figure L-1 : mur poids
Le principe du "mur" de soutènement est de reprendre un effort de poussée du sol et de le
"retransmettre" au sol en l'équilibrant par :
- son poids propre
- des ancrages
- un encastrement de l'ouvrage
(- parfois l'effort est transmis à des butons ou étais dans le
cas de tranchées blindées)
Figure L-3 : butons

Remarques :
• Dans les efforts, il ne faut pas oublier la poussée de l'eau derrière l'ouvrage, mais aussi
sous l'ouvrage (sous-pression)
• Il y aura éventuellement des tassements si la construction de l'ouvrage de soutènement
s'accompagne d'un rabattement de nappe.

L.2 Différents types d'ouvrages de soutènement


Les ouvrages de soutènement se distinguent donc par la manière dont les efforts de poussée
(du terrain derrière l'ouvrage) sont repris. La poussée peut être reprise par :
- le poids de l'ouvrage ;
- l'encastrement de l'ouvrage ;
- l'ancrage de l'ouvrage.

www.4geniecivil.com 171
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

Figure L-4 : Différents types de soutènements (d'après Schlosser)

172
www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

Figure L-5 : Graphiques théoriques et réels des pressions des terres en fonction des
déplacements horizontaux

www.4geniecivil.com 173
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

L.2.1 Poussée reprise par le poids de l'ouvrage de soutènement.


Dans ce type d'ouvrage on trouve :
- des murs en béton ou en maçonnerie. Ces ouvrages rigides ne supportent pas des tassements
différentiels supérieurs à 2-3°/°°. Les gabions ("sacs" de grillage remplis de gros cailloux)
peuvent être assimilés à des murs, mais supportent eux des déformations importantes ;
- des murs en terre armée. Ce sont ouvrages souples constitués de terrain armé par des bandes
d'aciers qui supportent les tassements différentiels du sol de fondation.
- des ouvrages cellulaires. Ce sont des ouvrages souples bien que la cellule elle-même soit
rigide.

L.2.2 Poussée reprise par l'encastrement


La poussée peut être reprise par l'encastrement de l'ouvrage dans le sol de fondation. On
trouve dans ce type d'ouvrages :
- les murs cantilevers (dont la base élargie est encastrée dans le sol de fondation). Ces murs
"fonctionnent" sous l'effet du poids du remblai.
- les parois moulées qui beaucoup utilisées en zone urbaine et qui permettent d'atteindre des
profondeurs de l'ordre de 100 mètres.
- les rideaux de palplanches, ouvrages métalliques encastrés dans le sol de fondation.

L.2.3 Poussée reprise par des ancrages


Dans les deux cas cités précédemment (poussée reprise par le poids ou l'encastrement), il est
possible d'utiliser des tirants pour reprendre une partie de la poussée des terres. Les tirants
sont très fréquents dans le cas des parois, pour limiter la profondeur à encastrer et reprendre
provisoirement la poussée des terres. Après excavation les efforts seront repris par les
planchers disposés entre les parois et souvent les tirants seront désactivés. Les ouvrages
ancrés rencontrés sont donc :
- les murs ancrés ;
- les parois moulées ancrées ;
- les palplanches ancrées.
Dans les parois (parois moulées ou palplanches) ancrées la stabilité est assurée par la mise en
butée, mais aussi la mise en contrebutée du terrain sur la hauteur ancrée de la paroi.

L.2.4 Ouvrages rigides et souples


La poussée agissant sur l'ouvrage est fonction des caractéristiques de l'ouvrage et de ses
possibilités de déplacement et de déformations. On distingue parfois les ouvrages rigides ou
peu déformables des ouvrages "souples" (il s'agit ici de la déformation sous l'effet de la
poussée des terres et non sous l'effet du tassement).
Dans le cas des ouvrages dits rigides ("les murs") le calcul pourra s'effectuer par un
raisonnement global sur l'ouvrage.
Les soutènements souples (les parois) nécessiteront une méthode spécifique de
dimensionnement prenant en compte la déformation de l'ouvrage :
- les actions et réactions du sol sont fonction des déformations de la paroi ;

174
www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

- il faut vérifier en tout point que la déformation de la paroi reste admissible.


Les problèmes à l'interface sol/soutènement devront donc être examinés dans le détail.
Dans ce chapitre nous ne nous intéresserons qu'au dimensionnement des ouvrages rigides. Les
ouvrages souples seront étudiés ultérieurement.

L.2.5 Stabilité externe/interne


Pour dimensionner un ouvrage il va être nécessaire de vérifier :
- sa stabilité par rapport aux
actions externes, en particulier h/12 : minimum 30 cm
par rapport à la poussée des
terrains ;
- sa stabilité interne. Il faut
vérifier que les contraintes Fruit minimal
2%
internes au mur vérifient bien
les normes de construction du h
béton ou du béton armé. En
principe si le béton n'est pas
de t/2 à t
armé, il ne doit pas travailler x x'
en traction. D'après Costet et
Sanglerat (cf. [1]), on accepte t : (h/8 <t < h/6)
parfois des contraintes de
traction allant jusqu'à 50 kPa et 1/2 à 1/3 de h
la section la plus critique est
généralement celle qui sépare
le fut du mur de sa fondation Figure L-6 : dimensions usuelles d'un mur poids
(section xx' Figure L-6). (d'après Costet et Sanglerat)

La Figure L-6 ci-dessus indique des proportions usuelles pour un mur de soutènement
gravitaire.
Dans la suite nous nous intéresserons essentiellement à la stabilité externe du mur. Le calcul
de la stabilité interne conduit à dimensionner les ferraillages appropriés pour un béton armé.

www.4geniecivil.com 175
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

L.3 Dimensionnement des murs poids (Stabilité externe du mur)


Les forces qui agissent sur le mur sont :
- le poids du mur W ;
- la poussée P ou Fa ;
(action des terres à l'arrière du mur)
Fa
- la butée à l'aval Fp (réaction des terres) ; δ
- la réaction du sol sous la fondation R. W
Les étapes du calcul de la stabilité externe vont
consister à vérifier : Fp
- La stabilité au renversement ; R
- la stabilité au glissement ;
Figure L-7 Forces s'exerçant sur un
- la résistance du sol de fondation et le tassement ; mur poids
- la stabilité générale vis à vis d'un glissement.

L.3.1 Contexte réglementaire


L'introduction de l'Eurocode 7 conduit à utiliser le principe des états limites couplés à
l'approche semi-probabiliste pour le calcul des soutènements. Les propriétés du sol sont
affectées de coefficients de sécurité partiels et les actions sont combinées selon les
combinaisons correspondant aux ELU et ELS.

L.3.2 Stabilité au renversement


La sécurité vis-à-vis du renversement sera assurée si
le moment des forces stabilisantes est supérieur au
moment des forces de renversement (forces qui
tendent à renverser le mur autour de son arête
extérieure) ; c'est à dire essentiellement la Fa
composante horizontale de la poussée (PH).
On définit le coefficient de sécurité au renforcement
FR par :
W b
Moment stabilisant W a + Pv c
= = FR O
Moment de renversement Ph b a
(La poussée Fa ou P est décomposée en une force
c
verticale Pv et une force horizontale PH Figure L-8 : Calcul de la stabilité
au renversement par rapport à O.

Le coefficient de sécurité (FR) est calculé en affectant un coefficient de 1,35 aux poussées et
1,4 aux butées (ELU).

176
www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

L.3.3 Stabilité vis à vis d'un glissement sur la base


Le coefficient de sécurité FG vis à vis d'un glissement N R
sur la base est défini comme le rapport de la force α
résistante de cisaillement à la composante tangentielle
de la réaction exercée sur la base du mur (qui s'oppose T
à la résultante des forces appliquées sur le mur). R
peut être décomposée en une composante normale N Figure L-9
et une composante tangentielle T.
Si tgϕ∗ est le coefficient de frottement entre le sol de fondation et la base du mur et α l'angle
que fait la résultante des forces par rapport à la verticale. La force qui s'oppose au glissement
N tgφ * N tgφ * tgφ *
est : N tgφ *, et FG = = =
T N tgα tgα
Souvent pour un contact sol-béton on admet que le coefficient de frottement est :
tgφ * = 2 3 tgφ

Le coefficient de sécurité FG est calculé en affectant un coefficient de 1,35 aux poussée et 1,4
à la butée (ELU).

L.3.4 Résistance du sol de fondation


Le calcul effectué est celui d'une fondation superficielle.
Remarque : on suppose que la répartition des contraintes est linéaire ce qui n'est pas toujours
le cas : la répartition des contraintes sous le sol de fondation dépend des propriétés du sol et
de la rigidité de la fondation. Si on considère que la répartition des contraintes sous le sol de
fondation est uniforme, cela revient à admettre que l'on a une fondation infiniment souple
(répartition uniforme des contraintes, mais tassement inégalement réparti). Si la fondation est
infiniment rigide, le tassement sera uniforme, mais il n'en sera pas de même de la répartition
des contraintes.

Figure L-10 : Déformation d'une fondation


souple sous une charge de densité uniforme Figure L-11 : Distribution théorique des
(d'après Costet & Sanglerat) contraintes sous une plaque rigide (d'après
Costet & Sanglerat)

On observe également des différences selon le type de sol de fondation :

www.4geniecivil.com 177
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

Figure L-12 : Pression de contact (d'après Costet & Sanglerat)

Le calcul de résistance du sol de fondation devra tenir compte du fait que la charge est
inclinée et excentrée.
Par simplification on admet que la répartition des B
contraintes sous la fondation d'un mur est linéaire e
mais pas uniforme du fait de l'excentricité de la
charge (l'excentricité est la distance e entre le
point d'application de la charge et l'axe de la Qv Q
fondation).
Les contraintes extrêmes σmax et σmin au droit
du talon et du pied du mur sont évaluées de la σmin
manière suivante : σmax

Qv ⎛ 6⋅e⎞ Q ⎛ 6⋅e⎞
σ max = ⎜1 + ⎟ et σ min = v ⎜1 − ⎟
B ⎝ B ⎠ B ⎝ B ⎠
(Qv étant la composante verticale de la résultante Figure L-13 : diagramme de
répartition des contraintes sous l'assise
des charges appliquées au mur).
d'un mur
Pour réduire les tassements différentiels, il est
nécessaire de limiter l'excentrement de la charge
appliquée. On se fixe comme limite une Q
excentricité de B/6 correspondant à un σmin = 0.
Pour une excentricité inférieure à B/6, la e
résultante des forces passe à l'intérieur du tiers
central de la fondation du mur ; pour une
excentricité supérieure à B/6, la réaction passe à
l'extérieur du tiers central et est alors équilibrée
par des contraintes de traction sur une partie de la zone en traction
risque de décollement
base du mur. Il y a un risque de décollement d'une -> à éviter !
partie de la base du mur. (donc : attention aux
problèmes de traction si e/B>6) Figure L-14 : zone en traction sous un
mur de soutènement

178
www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

L.3.5 Stabilité générale vis à vis d'un glissement


La possibilité d'un
glissement d'une
partie du sol qui
englobe le mur, la
surface de rupture
passant à l'arrière du
mur doit être
examinée. Le
coefficient de
sécurité adopté est
celui des glissements
Figure L-15 : Rupture par "grand glissement" et découpage en
soit 1,5 ou 2.
tranches pour un calcul de stabilité par une méthode de tranches

L.3.6 Différentes étapes d'évaluation de la stabilité d'un mur de soutènement

Données Prédimensionnement

Calcul de poussée

Vérification vis à vis du non


poinçonnement du sol de fondation

oui

Vérification vis à vis du


glissement sur la base oui

oui Bêche

Vérification du basculement non

oui

non
Vérification du tassement

oui

non Revoir l'ensemble


Stabilité générale du projet
oui

Stabilité interne
Figure L-16 : évaluation de la stabilité d'un mur de soutènement

www.4geniecivil.com 179
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

L.4 Méthodes classiques de calcul des forces de poussée et de


butée
Il existe plusieurs méthodes d'évaluation de la poussée et de la butée sur un mur. Les
hypothèses communes à toutes ces méthodes sont :
1. Géométrie bidimensionnelle ;
2. Sol en état de rupture.
Elles diffèrent par le fait qu'elles considèrent soit une rupture le long d'une surface de rupture
(méthode de Coulomb) soit une rupture généralisée du sol (méthodes de Rankine,
Boussinesq-Caquot-Kerisel, Sokolowki). Nous allons examiner successivement les
particularités de chacune des méthodes :

L.4.1 Méthode de Coulomb (1773 !)


Cette méthode permet de déterminer les forces de poussée et de butée s'exerçant derrière un
écran ou un mur quelconque sans considération de l'état des contraintes s'exerçant dans le sol
derrière le mur.
Les hypothèses sont les suivantes :
- le sol se rompt suivant une surface de rupture plane passant au pied de l'écran ;
- la force agissant sur l'écran a une direction connue, ce qui revient à considérer que
l'angle de frottement entre le mur et le sol est connu.
La force agissant sur le mur
est calculée en considérant
l'équilibre statique du coin
de sol délimité par le mur, la
surface du sol et la surface
de rupture plane.
La surface de rupture plane
fait un angle θ avec
l'horizontale et l'on
recherche l'angle θ
conduisant à la force de
poussée (butée) maximum Figure L-17 : calcul de poussée ou de butée exercées sur un
(minimum). mur, par la méthode de Coulomb (d'après Schlosser)

Cette méthode :
- ne permet pas de déterminer le point d'application de la force de poussée. En général on
suppose que le point d'application est au tiers de la hauteur du mur (répartition
hydrostatique des forces).
- permet d'examiner l'équilibre même lorsque la géométrie du terrain derrière le mur est
complexe ou que la répartition des charges derrière le mur est hétérogène.
- est valable pour les sols pulvérulents en poussée (l'hypothèse du plan de rupture est
relativement bien vérifiée), elle ne l'est plus ni pour les sols cohérents (τ = c + σ tgφ ) ni
dans les états de butée.
Conclusion : Cette méthode qui ne prend pas en compte l'état de contrainte permet cependant

180
www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

d'effectuer un pré-dimensionnement rapide d'un mur.


Pour évaluer la poussée, on peut utiliser la construction graphique de Culmann

c1

δ
β ϕ
R
-PA θ
Figure L-18 : Construction graphique de Culmann

δ
β θ
δ+β
-PA π/2−θ θ−ϕ ϕ
π/2−(δ+β)
R

www.4geniecivil.com 181
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

-P
A
ε=
π/2−(δ+β)
θ−ϕ W
R

Figure L-19 : Bilan des forces (construction de Culmann

c2

c1 ligne de talus
S
β courbe des e e2
e1 ε
d2
ε
d1

ϕ θ1 θ2
b ε

ligne de pression des terres

Figure L-20 :

bS : ligne de talus, angle ϕ par rapport à l'horizontale


bL : ligne de pression des terres, angle ε avec bs : ε = π 2 − δ − β ε est l'angle entre la
poussée et la verticale (donc le poids)
calcul du poids W1 : on considère un point c1 à la surface du talus. Le poids W1 est donc le
poids du volume abc1 (+ éventuellement une surcharge). On trace suivant bS une distance
proportionnelle à W1 : bd1.
Le point e1 est tel que e1d1/ / bL e1d1 // bL ⇒ bde1 = ε 1

182
www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

L.4.2 Méthode de Rankine


La rupture est généralisée.
Hypothèse : la présence de
discontinuités ne modifie
pas l'orientation et la
répartition des contraintes
dans le sol, ce qui signifie
qu'il n'y a pas de
modification de l'orientation
des lignes de glissement du
fait de la présence d'un mur
(cela correspond à supposer
qu'il n'y a pas de frottement
entre l'écran et le sol).
Figure L-21 : hypothèse de la méthode de Rankine (d'après
Schlosser)

Initialement le sol est au


σh
repos : = K0
σv
Selon que l'on est expansion
où compression on va
σh
tendre vers = Ka ou
σv
σh
= Kp
σv

Figure L-22 Coefficient K0 de pression des terres au repos


(d'après Schlosser)

www.4geniecivil.com 183
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

Figure L-23 : Etats de contraintes de poussée et de butée pour un sol pulvérulent, dans
le cas géostatique (d'après Schlosser)

L.4.2.1 Calcul de la force de poussée pour un massif pulvérulent à surface horizontale


(méthode de Rankine)
Considérons un mur à parement
vertical, dans un massif à surface
horizontale, constitué d'un sol
pulvérulent saturé. La nappe
affleure à la surface du massif.
Si le sol est en état de rupture de
poussée, la contrainte qui s'exerce
sur le mur est horizontale,
principale et s'écrit :

Figure L-24

⎛π ϕ ⎞
σ h = u + K a ⋅ σ 'v avec K = tg 2 ⎜ − ⎟
a ⎝4 2⎠

184
www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

(le coefficient de poussée ne s'applique qu'aux grains du sol)

ou σ = γ z + K γ −γ
h w a
( w
)z donc
H
a 0 h 2 w a
(
F = ∫ σ dz = 1 γ + K γ ' H 2 )
ou F = P + P = 1 γ H 2 + 1 K γ 'H 2
a w 1 2 w 2 a
La répartition des contraintes est linéaire et la force de poussée Fa est appliquée au tiers de la
hauteur à partir de la base.
Attention ici on a fait un calcul en contrainte effective pour le calcul de l'équilibre limite, mais
2
on a bien tenu compte de la poussée due à l'eau dans le terme : 1 2 γ w H . Si l'eau n'affleure
qu'à la côte h1 :

a w 1 2 w
( 1
) (
F = P + P = 1 γ H − h 2 + 1 K ⎡γ h 2 + γ ' H − h 2 ⎤ + K γ h H − h
2 a ⎢⎣ d 1
)
1 ⎥⎦ a d 1
(1
)
L.4.2.2 Stabilité d'une tranchée dans un sol cohérent ?
Si on exécute une tranchée à parois verticales dans un sol fin cohérent saturé, pour quelle
hauteur H atteindra-t-on l'équilibre limite ?
Si l'on ne s'intéresse qu'à l'état de contraintes et pour
l'équilibre à cours terme (on travaille en contraintes
totales) : σ = 0 et σ = γz σz
h v
τ lim = cu donc σ v − σ h = 2cu soit B σv

2cu
H=
γ γH

Remarque : Dans cette analyse on ne s'intéresse qu'à A 0


l'état de contrainte et la solution constitue donc une
borne inférieure du résultat. Par une méthode de borne
Figure L-25
supérieure (champ cinématiquement acceptable) on
pourrait montrer que la hauteur critique Hc est τ
4cu
inférieure à . La solution est donc : cu
γ A
2cu 4c B
< Hc < u . Heyman (1973) a montré par d'autres
γ γ γH
2,83 cu 3,83 cu σ
schémas de rupture que : < Hc < (la
γ γ
borne supérieure est ici obtenue en faisant l'hypothèse
que la surface de discontinuité est une spirale
logarithmique). Figure L-26

L.4.2.3 Calcul de la force de poussée pour un massif à cohésion et frottement (méthode


de Rankine)
Dans le cas d'un massif ayant une cohésion, il y a une adhérence a entre le sol et le mur. A
l'interface sol mur on a : τ = a + σ tgδ avec a ≤ c(c: cohésion du sol). Pour un écran

www.4geniecivil.com 185
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

parfaitement rugueux on aura δ = φ et a = c. pour un écran parfaitement lisse δ = 0 et a = 0.


a tgδ
Dans le cas général on prendra pour l'adhérence a la valeur telle que : =
c tgφ
On utilise le théorème des états correspondants, c'est à dire que le milieu est considéré comme
purement frottant en transformant :
σ 3 → σ 3 + H avec H = c cotgϕ

σ 1 → σ 1 + H ou H = a cotgϕ si on considère que toute la cohésion n'est pas mobilisée

Pour un massif frottant et cohérent on a donc : σ ' H = K aσ 'V −2c' K a .


En effet pour un milieu frottant et cohérent en se référant au cercle de Mohr on peut écrire :
σ ' H + c' tgϕ ' σ ' + c' cotgϕ'
= K a ou H = Ka avec :
σ ' V + tgϕ'
c' σ ' V + c' cotgϕ '

1 − sin ϕ ' ⎛π ϕ '⎞ 1


Ka = = tg 2 ⎜ − ⎟ =
1 + sin ϕ ' ⎝ 4 2 ⎠ tg 2 ⎛ π + ϕ ' ⎞
⎜ ⎟
⎝4 2 ⎠
On peut en déduire que :
cosϕ ' ⎜⎛ 1 − sinϕ ' ⎞ cosϕ ' ⎜⎛ −2 sinϕ ' ⎞
σ ' H = Kaσ ' V +c' + 1 = Kaσ ' V +c'
sinϕ ' ⎝ 1 + sinϕ ' ⎠ sin ϕ ' ⎝ 1 + sin ϕ ' ⎠
cosϕ ' cos ϕ' ⎛ π ϕ'
soit : σ ' H = Kaσ ' V −2 c' or : = tg⎝ − ⎞⎠ = Ka
1+ sin ϕ' 1 + sinϕ ' 4 2
on en déduit bien : σ ' H = Kaσ ' V −2c' K a
Cette méthode d'évaluation des contraintes horizontales peut conduire à des valeurs négatives
(traction théorique) des contraintes horizontales si Kaσ ' V < 2c' K a . Cette traction qui
tendrait à sous estimer la valeur de la poussée n'est pas prise en compte, car on considère qu'il
ne peut pas y avoir de développement de tractions à l'interface sol/mur.
Conclusion sur la Méthode de Rankine : on impose la direction de la contrainte sur le mur ce
qui est restrictif. Cette méthode permet cependant de donner un ordre de grandeur valable de
la poussée (surestimation de la poussée), par contre elle sous-estime la butée. Globalement
elle sous-estime donc le coefficient de sécurité.

L.4.3 Méthode de Boussinesq-Caquot-Kerisel


Cette méthode prend en compte le frottement sol/mur. Elle conduit à la modification de
l'orientation des lignes de glissement. Elle est donc plus rigoureuse que la méthode de
Rankine. L'obliquité δ de l'action limite sur la paroi est une donnée mécanique qui dépend de
l'angle de frottement sol/écran et du déplacement relatif terrain/écran. Cet angle de frottement
est souvent appelé "rugosité" et il est souvent considéré, conventionnellement, comme égal à
2/3 (en valeur absolue) de l'angle de frottement dans le sol.

186
www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

A la surface libre σ = 0 ;
Au niveau de l'écran σ a une obliqüité imposée Surface libre
par δ : τ = c + σ tgδ (avec 0 ≤ δ ≤φ ). β
O
En un point M(r,θ) les contraintes sont (σr, σθ)
et on admet que sur un rayon l'intensité des z
contraintes orthoradiales (σθ) est λ
proportionnelle à r : σ θ = r ⋅ f (θ )
On peut alors montrer que : σ θ = Kγ ⋅ γ ⋅r M (r,θ)

Kγ étant fonction de β, λ, φ et δ. p
δ

écran

Figure L-27 : Boussinesq

Les différents coefficients (Ka, Kp) ont été tabulés en fonction de l'angle du mur (λ), de
l'angle du talus derrière le mur (β), du frottement sol/mur ou rugosité (δ) et de l'angle de
frottement interne du sol(ϕ). (Un extrait de ces tables est présenté page suivante).
Les tables donnent directement le coefficient de poussée Ka ou de butée Kp à la profondeur z.
En poussée par exemple, la contrainte s'exerçant sur l'écran à la profondeur z fait un angle δ
(rugosité) avec la normale à l'écran (cf. Figure L-27) et son intensité est : p = K a ⋅ γ ⋅ z
Remarques :
- en butée l'angle δ est orienté négativement.
- si δ = 0 (mur lisse) et le mur vertical ; les coefficients de Boussinesq, Caquot Kerisel sont
identiques à ceux de Rankine

www.4geniecivil.com 187
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

Tableau L-1 : valeur des coefficient de poussée et de buté d'après Caquot et Kérisel

188
www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

L.4.4 Influence d'une surcharge et de l'eau


Si on note K le rapport entre σv et p (contrainte de poussée sur le mur), K étant évalué soit
par la méthode de Rankine, soit par la méthode de Boussinesq-Caquot-Kerisel
Remarque : pour la méthode de Rankine si on note
2 ⎛π ϕ⎞
Nϕ = tg ⎝ + ⎠ ⇒ K a = 1 N et K p = Nϕ
4 2 ϕ
q : surcharge uniforme
σh
Terrain au-dessus de la nappe H1
P1 surcharge
constante
P4
Terrain sous la nappe H2

P2 P3P3 Pw

ΚγH1 Κ γ' H 2 γ H Kq
w 2
z
Figure L-28 : Influence d'une surcharge et de l'eau

P1 = 1 2 K γ H12 γ est le poids volumique dans la zone non saturée.


γ' est le poids volumique saturé déjaugé.
P = γ K H1 H 2
2
P = 1 2 K γ ' H2
2
3
P = 1 2 γ w H2
2
w
Cette surcharge uniforme qui peut correspondre, par exemple, à
P = K q (H1 + H2 ) une surélévation aura une influence sur toute la hauteur du mur.
4
Remarque : Pour un milieu cohérent et des faibles surcharges, l'application du théorème des
états correspondant peut conduire à un calcul de contraintes verticales négatives, c'est à dire
des tractions. Comme l'interface sol/mur ne peut généralement pas subir d'effort de traction,
ces valeurs négatives ne sont pas prises en compte dans les calculs.

www.4geniecivil.com 189
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

Calcul pratique :

Il est intéressant de réaliser deux tableaux de ce type (1 à court terme, 1 à long terme)
N° de profondeur σv u σ'v K c σ'h σv diagramme
la de poussée
couche
0 K1 c1
1
h1 K1 c1
h1 K2 c2
2
h2 K2 c2
h2 K3 c3
3
h3 K3 c3

hi-1 Ki ci
i
hi Ki ci
Avec σ 'V = σV − u σ ' H = Kaσ ' V −2c' K a σ H = σ 'H + u

190
www.4geniecivil.com
Eléments de Bibliographie

Bibliographie relative à l'ensemble du Polycopié


[1] COSTET J. ET SANGLERAT G., 1981, Cours pratique de mécanique des sols, Dunod

Propriétés physiques et géométriques des terrains


[2] AMAR S., MAGNAN J.P., 1980, Essais de mécanique des sols en laboratoire et en place,
aide mémoire, rapport LCPC
[3] FILLIAT G., 1981, La pratique des sols et des fondations, Editions du Moniteur
[4] LAMBE T.W. et WHITMAN R.V., 1969, Soil mechanics, John Wiley (M.I.T.)
[5] SCHLOSSER F., 1988, Éléments de mécanique des sols, Presses de l'Ecole Nationale des
Ponts et Chaussées

Instabilités liées à la fracturation en l'absence d'eau


[6] Association des ingénieurs anciens élèves de l'Ecole Nationale des Ponts et chaussées, La
mécanique des roches appliquées aux ouvrages du Génie Civil
[7] BRADY B. H. G. and BROWN E. T., 1993, Rock mechanics for underground mining (2nd
edition), Chapman & Hall, London
[8] GOODMAN, Richard E., 1989, Introduction to rock mechanics (2nd edition), John Wiley
& Sons, Inc, New York
[9] HUDSON John A., 1992, Rock engineering systems, Theory and Practice, Ellis Horwood,
New York
[10] PRIEST Stephen D., 1993, Discontinuity analysis for rock engineering, Chapman &
Hall, London

Remblais sur sol compressible


[11] Guide Technique SETRA/LCPC, 1992, Réalisation des remblais et des couches de
forme (ISBN 2.11.085.707.2)

191

www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

Fondations

[12] Eurocode 7, 1997, Norme ENV


[13] FRANK R., 1999, Calcul des fondations superficielles et profondes, Presses de l’Ecole
des Ponts et Chaussées, éditions Techniques de l’Ingénieur.
[14] FRANK R., 1998, Fondations superficielles, C246-1, Revue des Techniques de
l'ingénieur, traité de construction, volume C24
[15] FRANK R., 1995, Fondations profondes, C248-3, Revue des Techniques de
l'ingénieur, traité de construction, volume C24
[16] Fascicule n°62- Titre V : Règles Techniques de conception et de calcul des Ouvrages
de Génie Civil Cahier des clauses techniques générales applicables aux marchés publics
de travaux. mars 1993

192
www.4geniecivil.com
Eléments de Géotechnique – Mai 2007 – Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF

ANNEXE 1

Coordonnées cylindriques

Déformations
∂u
ε rr = r
∂r
∂u
εθθ = ⎢ur + θ ⎤⎥
1⎡
r⎣ ∂θ ⎦
∂u
ε zz = z
∂z
1 ∂u u 1 ∂ur ⎤
ε rθ = ⎡⎢ θ − θ +
2 ⎣ ∂r r r ∂θ ⎥⎦
1 ∂u ∂u
ε rz = ⎡⎢ r + z ⎤⎥
2 ⎣ ∂z ∂r ⎦
1 ∂u 1 ∂uz ⎤
εθ z = ⎡⎢ θ +
2 ⎣ ∂z r ∂θ ⎥⎦

Equations d'équilibre
∂σ rr 1 ∂σ rθ ∂σ rz σ rr − σ θθ
+ + + =0
∂r r ∂θ ∂z r
∂σ rθ 1 ∂σ θθ ∂σ θ z σ
+ + + 2 rθ = 0
∂r r ∂θ ∂z r
∂σ rz 1 ∂σ θ z ∂σ zz σ rz
+ + + =0
∂r r ∂θ ∂z r

Loi de Hooke
σ rr = ( λ + 2 µ ) ε rr + λ (ε θθ + ε zz ) σ rr λ + 2µ λ λ 0 0 0 ε rr
σ θθ = λε rr + ( λ + 2 µ ) ε θθ + λε zz σθθ λ λ + 2µ λ 0 0 0 εθθ
σ zz λ λ λ + 2µ 0 0 0 ε zz
σ zz = λε rr + λε θθ + ( λ + 2 µ ) ε zz = ⋅
σ rθ 0 0 0 2µ 0 0 ε rθ
σ rθ = 2 µ ⋅ ε rθ
σ rz 0 0 0 0 2µ 0 ε rz
σ rz = 2 µ ⋅ ε rz
σθ z 0 0 0 0 0 2µ εθ z
σ θ z = 2 µ ⋅ εθ z

www.4geniecivil.com 193

Vous aimerez peut-être aussi