Vous êtes sur la page 1sur 4

L’essai de compressibilité à l’odomètre :

Introduction
L'essai oedométrique, introduit au début du vingtième siècle dans la pratique de la mécanique
des sols, est de loin l'essai le plus utilisé dans les études géotechniques de sols compressibles et
peu perméables. Cet essai permet de décrire à la fois l'amplitude et la vitesse du tassement de
ces sols, qui sont à l'origine d'une partie notable des problèmes du génie civil.

L'essai œdométrique conventionnel à chargement par paliers (« essai œdométrique ») fournit,


d'une part, une courbe de compressibilité. Dite « courbe œdométrique ». Reliant la contrainte
effective et l'indice des vides ou la déformation relative (en échelle linéaire ou logarithmique),
et des « courbes de consolidation », qui caractérisent l'évolution des déformations au cours du
temps. On caractérise aussi la perméabilité par une relation linéaire entre l'indice des vides et le
logarithme du coefficient de perméabilité et le fluage par une relation linéaire entre l'indice des
vides (ou la déformation relative) et le logarithme du temps.
 
1)-BUT DE L’ESSAI :
La manipulation a pour but de déterminer les caractéristiques de compressibilité d’un sol qui
permettent d’estimer le tassement d’un massif de sol, par exemple sous une fondation
superficielle :
Sous l’effet des charges appliquées, le sol va se déformer : il va subir un tassement Pour en
évaluer l’ampleur, on reproduit le phénomène au laboratoire

 
2)-PRINCIPE DE L’ESSAI:
 
Le sol est placé dans une enveloppe rigide, on exerce sur sa partie supérieure une pression
variable à l’aide d’un piston et on mesure les affaissements observés après stabilisation. On
détermine ainsi la relation entre les contraintes effectives et les déformations verticales.
Par analogie avec le module d’Young E (théorie de l’élasticité linéaire), on va définir le module
oedométrique: Eoed exprimé en MPa

4)- Mode opératoire :
 La réussite de l’exécution de cet essai passe par le respect des étapes et des consignes qui
suivent:

- Préparation de l’éprouvette
Le prélèvement de l’échantillon qui est la partie la plus délicate d’une reconnaissance
géotechnique, se fait à l’aide d’un carottier, l’échantillon doit être représentatif de la carotte
prélevée, en cas d’hétérogénéité de celle-ci, le choix effectué doit être explicite et accompagné
d’une description détaillée de l’ensemble de la carotte, il convient que toutes les zones
remaniées soient exclues.
- Taillage :
Ce type de cellule oedométrique est munie d’une trousse coupante déforme cylindrique qui
portera l’éprouvette de sol par taillage. Pour cela on doit opérer de la manière suivante: tout en
s’appuyant légèrement sur la trousse coupante quiète placée sur l’échantillon, on commence à
tailler au couteau d’une façon tronconique afin de conserver un diamètre toujours supérieur au
diamètre final. Ils ‘agit là d’obtenir une éprouvette :- non remaniée par le taillage- cylindrique
aux dimensions exactes de la trousse coupante;- ayant deux faces planes et parallèles. Ces
critères dépendent de la nature du sol, de l’expérience et l’habilite del’opérateur. le taillage
étant terminé, peser l’ensemble trousse coupante +échantillon pour pouvoir calculer la teneur
en eau exacte en fin d’essai et la densité apparente.
- saturation de la cellule:
Saturer toutes les conduites qui composent la cellule oedométrique, conduite de la contre
pression, de la pression interstitielle et de la chambre par laquelle est appliquée la pression
verticale, afind’éviter la présence d’air; cette opération peut se faire avant la mise en place
del’éprouvette dans la cellule.
- mise en place de l’éprouvette:
Mettre l’éprouvette de sol entre deux papiers filtres et placer l’ensemble trousse + échantillon
dans le logement prévu a cet effet, au niveau de la partie supérieure de la cellule doit être
assemblée a la partie inférieure.
Remarque :
L’essai proprement dit consiste a soumettre l’échantillon à la série de charges et mesurer le
tassement de l’échantillon au cours du temps sous chacune de ces charges et chacune d’elles
sera maintenue 24h, mais dans notre cas, lorsqu’on

4)-MISE EN PLACE D’UN ECHANTILLON DE SABLE :

- Préparer environ 500g de sable sec tamisé .

-Mettre en place le disque drainant inférieur au fond du moule

-Remplir le moule avec du sable sec (attention : ne pas dépasser les orifices

de drainage)

- Araser avec soin la surface du matériau et placer le disque drainant

supérieur. Vérifier son horizontalité par 3 mesures au pied à coulisse et

mettre en place le piston.

- Déterminer au pied à coulisse la hauteur (en mm) du piston au dessus du

moule (« hauteur après remplissage »).

En déduire la hauteur initiale de l’échantillon sec .

- Déterminer le poids de l’ensemble « moule, disques drainants, sable sec et

piston ». En

Déduire le poids du sable sec .

5)- REALISATION DE L’ESSAI :

Un essai oedomètrique par paliers comporte l’application d’une série de

pressions dont chacune peut durer 24 heures.


On se propose dans cette expérience d’étudier un échantillon sableux sec,

pour lequel le tassement est essentiellement instantané et peut

éventuellement évoluer par fluage.

Le programme de chargement de l’échantillon exprime en termes d’effort

vertical applique par le piston, est comme suit : 3,75 ; 9,75 ; 20 ; 75 ; 9,75 ;

3,75 et enfin 0 kg.

Chaque palier doit durer 5 minutes.

On mesure le tassement suivant la cadence suivante : 0,15 secondes, 30 s,

45 s, 1 min et 2 minutes.

-On mesure les dimensions du moule et celles de chaque pierre poreuse.

-On Mesure le bras de levier permettant de calculer l’effort revenant au

moule.

-On Pèse le moule oedomètrique vide et la pierre poreuse munie d’un

papier filtre et on mettre la pierre poreuse inférieure à la base du moule. Le

bac contenant le moule doit être sec tel que La pierre poreuse joue ici le

rôle d’une base pour le moule oedomètrique.

-On Remplir le moule par du sable sec à partir d’une hauteur de 20 cm par

rapport à la pierre poreuse. Les mains doivent former ainsi un entonnoir de

faible ouverture.

-Une fois le moule rempli, on arase la surface supérieure à l’aide d’une règle

ou d’un élément rigide et plan et on poser la pierre poreuse supérieure.

-On pèse l’ensemble moule + échantillon + pierres poreuses et on fixe le

moule sur le bac et serre les vis de fixation.

-Par mettre en place le piston et régler le comparateur à zéro on pose le

poids correspondant au premier chargement et on repérer tout de suite la

position du comparateur, et ainsi de suite.

-Une fois qu’on atteint l’effort maximum, on procède d’une façon identique
au chargement de l’échantillon.