Vous êtes sur la page 1sur 3

Directeur de la publication : Edwy Plenel

www.mediapart.fr
1

manifeste, toutes les semaines depuis mi-mars, comme


des milliers d’autres Américains-Asiatiques aux États-
Etats-Unis: les victimes du racisme anti-
Unis.
asiatique commencent à se mobiliser
PAR PATRICIA NEVES Depuis un an et le début de la pandémie, les
ARTICLE PUBLIÉ LE JEUDI 8 AVRIL 2021
Américains ou immigrés originaires d’Asie du Sud-
Est installés outre-Atlantique sont confrontés dans leur
quotidien à des dizaines et des dizaines d’agressions
du simple fait de leurs origines. Dans un article publié
ce samedi 3avril, le New York Times a compilé une
centaine de cas, qui se sont déroulés un peu partout aux
États-Unis.
«Retourne en Chine, c’est à cause de toi qu’on a le
Dans une manifestation contre le racisme envers les Asiatiques, virus, les Asiatiques doivent être remis à leur place…»
le 27 mars à Los Angeles. © Mario Tama/Getty Images/AFP
Aux États-Unis, les actes racistes envers les Aux agressions verbales s’ajoute parfois la violence
Américains ou les immigrés originaires d’Asie du physique, captée par les caméras de surveillance.
Sud-Est ont explosé pendant la pandémie, jusqu’à Les images, difficiles à regarder, permettent enfin de
doubler à Los Angeles. Un phénomène auparavant voir en face un phénomène jusqu’ici peu visible, ou
peu visible, alimenté entre autres par la rhétorique seulement visible par les communautés concernées.
xénophobe de Donald Trump. D’où vient cette violence? Pourquoi maintenant?
Californie (États-Unis).– Dans le comté d’Orange, Qu’est-ce que cela va changer pour les Américains-
en Californie, Kaila a passé le week-end de Pâques à Asiatiques et au-delà dans la société américaine? Ces
manifester. Étudiante en communication, elle raconte questions se posent désormais à l’ensemble du pays.
des années de commentaires xénophobes ou racistes. Et les réponses ne sont pas toujours évidentes.
« L’odeur » de ses sandwichs moqués quand elle était
à l’école, ses yeux « pas assez » ou trop « bridés »
d’après les agences de mannequins auprès desquelles
elle a postulé plus tard. Tous ces souvenirs refoulés
sont remontés le 16 mars dernier, après les tueries
d’Atlanta.
Huit employés de trois salons de massage, parmi
Dans une manifestation contre le racisme envers les Asiatiques,
lesquels six femmes asiatiques, ont alors été assassinés le 27 mars à Los Angeles. © Mario Tama/Getty Images/AFP
par un jeune homme blanc, vraisemblablement un La rhétorique incendiaire de Donald Trump
chrétien évangélique extrémiste, qui aurait choisi ses
Le lien entre l’augmentation des agressions anti-
cibles, a-t-il expliqué, dans le but d’éliminer toute
asiatiques et la pandémie semble d’ores et déjà établi.
« tentation » liée à une « addiction au sexe ».
Dans les grandes villes, du nord au sud des États-Unis,
Kaila, issue d’une famille conservatrice du comté les chiffres sont en hausse. En Californie, les données
d’Orange qui soutient l’ex-président Donald Trump, rendues publiques par les autorités font parfois état
y compris sa mère, immigrée coréenne, regrette de hausses à trois chiffres : +114 % d’actes anti-
quant à elle que « le caractère raciste des crimes asiatiques à Los Angeles par exemple, quinze actes
anti-asiatiques ne soit jamais retenu ». Alors elle officiellement enregistrés.

1/3
Directeur de la publication : Edwy Plenel
www.mediapart.fr
2

L’association Stop AAPI Hate, récemment créée, autorités », confirme Nan, une jeune conseillère
l’une des seules à répertorier outre-Atlantique les actes santé de l’association APAIT, qui vient en aide aux
haineux envers les Asiatiques, a reçu au cours de populations asiatiques ayant peu d’accès aux soins.
cette première année d’existence un peu plus de 3 750 « Ces personnes sont par exemple reçues sans la
signalements. Des agressions verbales essentiellement présence d’un interprète au commissariat, précise-t-
(68 %) mais aussi physiques (11 %) ou encore des elle, sans forcément se voir expliquer la nature des
discriminations (9 %). documents qu’on leur demande de signer… Rien que
La plupart des témoignages recueillis par l’association l’idée de se faire stopper par la police les effraie. »
viennent de Californie. Cet État de l’Ouest américain Un vrai « changement culturel »
concentre à lui seul un tiers de la population asiatique
Et maintenant ? La communauté asiatique américaine
américaine, soit un total de 20 millions de personnes,
originaire d’Asie du Sud-Est a décidé de s’organiser,
originaires de Chine (23 %), d’Inde (19 %), des
de parler, de dénoncer. Même dans le comté d’Orange,
Philippines (18 %), du Vietnam (9 %), de Corée ou
comté blanc et conservateur du sud de la Californie.
encore du Japon. Mieux documentés, ces actes ont
également fait l’objet de recherches universitaires. Là aussi, dans ces terres que le président Reagan,
ancien gouverneur de l’État, a décrites comme
En analysant 700 000 tweets contenant 1,3 million de
l’endroit où « tous les bons républicains iraient
hashtags publiés sur Twitter la semaine ayant précédé
mourir »,des manifestants ont défilé dans les rues
et suivi le 16 mars 2020, date à laquelle l’ancien
ces derniers jours pour protester contre la haine anti-
président Donald Trump a commencé à parler du
asiatique. « Je n’aurais jamais pensé voir ça ici un
« virus chinois » (« chinese virus »), des chercheurs
jour », sourit Kaila, l’étudiante en communication.
de l’université de San Francisco ont en effet constaté
que les comptes Twitter qui ont incorporé le hashtag Plus au nord à Los Angeles, Samuel, copropriétaire du
#chinesevirus étaient beaucoup plus susceptibles de salon de thé Steep, à Chinatown, se souvient lui aussi
l’associer à d’autres contenus ouvertement racistes. des adages de ses aînés, restés à Taïwan. Et de leur
avertissement : surtout ne pas faire de vagues. «Si tu as
Si la pandémie et la rhétorique incendiaire de Donald
un gros problème, minimise. Un petit problème? Fais-
Trump ont été des éléments déclencheurs, la violence
le disparaître», lui conseillaient-ils. Mais aujourd’hui,
envers les Asiatiques n’est pas complètement nouvelle
il a décidé de s’exprimer.
sur le sol américain. « L’idée d’avoir aujourd’hui
encore en 2021 les mêmes conversations qu’en 1881, «Les jeunes générations asiatiques – américanisées
un an avant la loi d’exclusion chinoise de 1882 [qui – tendent à s’engager davantage», explique-t-il, assis
a restreint l’immigration chinoise aux États-Unis – dans son petit commerce à la décoration scandinave,
ndlr], est à la fois douloureuse et exaspérante », a ainsi inspirée en partie de la dynastie Ming. Il y a un
regretté le gouverneur de Californie, Gavin Newsom. vrai «changement culturel».Il y a quelques jours,
il a d’ailleurs lui-même participé à une première
Les femmes asiatiques en restent les principales
campagne de dons, censée financer l’association
victimes. Or prouver ces agressions devant la justice
Stop AAPI Hate. Tout le monde dans le quartier
peut s’avérer compliqué, faute d’aveux ou de preuves
y a mis du sien, laissant de côté « les rivalités »
matérielles mais aussi en raison de la barrière de la
intercommunautés, raconte Samuel.
langue pour les victimes, la peur des représailles, le
manque de confiance en la police, le manque de titre De côté également, les tensions avec les autres
de séjour, la honte, la crainte de ne pas être cru. minorités, avec les Africains-Américains notamment.
Los Angeles reste de fait marqué par l’assassinat,
« Il nous arrive régulièrement d’entendre des
en 1991, de Latasha Harlins, une adolescente noire
récits sur la façon dont les personnes que nous
tuée par la propriétaire coréenne d’une supérette. À
accompagnons sont traitées, y compris par les

2/3
Directeur de la publication : Edwy Plenel
www.mediapart.fr
3

l’époque, cette dernière avait expliqué son geste par aux « préjugés anti-asiatiques, à la xénophobie et
le fait d’avoir cru que la jeune fille volait, dans le au harcèlement ». Plus récemment, il a exhorté le
magasin, une bouteille de jus d’orange. À l’inverse, Congrès à adopter un nouveau projet de loi sur les
une partie des agresseurs des Asiatiques aujourd’hui crimes haineux, le Covid-19 Hate Crimes Act, censé
sont des Africains-Américains. renforcer en particulier le recensement des violences
Au niveau local et national, le débat est donc engagé. et la prévention.
Le président Biden, qui a choisi pour vice-présidente En attendant le vote, devant le salon de thé de Samuel
Kamala Harris, d’origine indienne et jamaïcaine, l’a à Los Angeles, une file de voitures klaxonne déjà. «
bien compris. Dès son arrivée au pouvoir, fin janvier, AZN Pride » :lafierté d’être Asiatique s’affichent sur
il a signé un décret présidentiel visant à mettre fin les écriteaux des conductrices.

Directeur de la publication : Edwy Plenel Rédaction et administration : 8 passage Brulon 75012 Paris
Direction éditoriale : Carine Fouteau et Stéphane Alliès Courriel : contact@mediapart.fr
Le journal MEDIAPART est édité par la Société Editrice de Mediapart (SAS). Téléphone : + 33 (0) 1 44 68 99 08
Durée de la société : quatre-vingt-dix-neuf ans à compter du 24 octobre 2007. Télécopie : + 33 (0) 1 44 68 01 90
Capital social : 24 864,88€. Propriétaire, éditeur, imprimeur : la Société Editrice de Mediapart, Société par actions
Immatriculée sous le numéro 500 631 932 RCS PARIS. Numéro de Commission paritaire des simplifiée au capital de 24 864,88€, immatriculée sous le numéro 500 631 932 RCS PARIS,
publications et agences de presse : 1214Y90071 et 1219Y90071. dont le siège social est situé au 8 passage Brulon, 75012 Paris.
Conseil d'administration : François Bonnet, Michel Broué, Laurent Mauduit, Edwy Plenel Abonnement : pour toute information, question ou conseil, le service abonné de Mediapart
(Président), Sébastien Sassolas, Marie-Hélène Smiéjan, François Vitrani. Actionnaires directs peut être contacté par courriel à l’adresse : serviceabonnement@mediapart.fr. ou par courrier
et indirects : Godefroy Beauvallet, François Bonnet, Laurent Mauduit, Edwy Plenel, Marie- à l'adresse : Service abonnés Mediapart, 4, rue Saint Hilaire 86000 Poitiers. Vous pouvez
Hélène Smiéjan ; Laurent Chemla, F. Vitrani ; Société Ecofinance, Société Doxa, Société des également adresser vos courriers à Société Editrice de Mediapart, 8 passage Brulon, 75012
Amis de Mediapart, Société des salariés de Mediapart. Paris.

3/3