Vous êtes sur la page 1sur 8

1

TRAUMATISME DE LA CHEVILLE

I - RAPPEL ANATOMIQUE
2

II – LES DIFFERENTS MECANISMES LESIONNELS

1- Mécanismes lésionnels:
 Mécanisme en inversion :

 lésions ligamentaires au niveau de la tibio-tarsienne :

• faisceau antérieur + lésion de la capsule,

• le faisceau moyen,

• le faisceau postérieur (exceptionnel).

 lésions ligamentaires au niveau de la sous-astragalienne :


• ligament en haie,
• le faisceau moyen,
• la calcanéo-cuboidienne

 Lésions osseuses :
• arrachement de la pointe de la malléole externe;
• fracture sous ligamentaire à trait horizontal situé à 1,5 cm de la pointe de la
malléole;
• fracture par arrachement du 5ème métatarsien;
• lésions osseuses ou ostéochondrales à la face interne de la tibio-tarsienne.

 Lésions tendineuses :

• rare rupture du court péronier latéral,


• de l’extenseur commun des orteils
• plus fréquemment une luxation ou sub-luxation des péroniers latéraux
notamment du court péronier.

 Mécanisme en flexion plantaire

 Lésions ligamentaires:

• lésion de la capsule antérieure


• lésion du faisceau antérieur du LLE
• lésion de la partie antérieure du ligament deltoïde (LLI).

 Lésions tendineuses:

• arrachement du jambier antérieur.


3

 Lésions osseuses :

• au niveau du tubercule postéro externe de l’astragale


• ou au niveau de la partie postérieure de la margelle tibiale

 Mécanisme en éversion (beaucoup moins fréquent).

 Lésions ligamentaires:

• Lésions isolées du LLI

 Lésions tendineuses :

• Luxation des péroniers latéraux

 Lésions osseuses :

• Fracture de la malléole externe


• Fracture du tubercule externe de l’astragale

 Mécanisme en flexion dorsale passive :

 Lésions ligamentaires:

• Lésion ligamentaire sur le faisceau postérieur mais très rare

 Lésions tendineuses:

• La lésion la plus fréquente est la rupture du tendon d’Achille


• Parfois lésions des péroniers latéraux

 Lésions osseuses :

• Lésion au niveau du col de l’astragale

III – SIGNES DE LA GRAVITE :


- Craquement

- déboîtement

- Déchirement
4

- Douleur syncopale

- Gonflement immédiat

IV – EXAMEN CLINIQUE :
 Debout de face :
• Recherche d’ecchymoses
• S’accroupir sans décoller les talons du sol

 Debout de dos :
• Monter sur la pointe des 2 pieds, marcher…
• Regarder la saillie du tendon d’Achille
• Regarder les gouttières retro-malléolaires interne et externe

 Recherche des mouvements anormaux:

Ces mouvements anormaux attestent quand ils sont présents à une instabilité
astragalienne

Cette instabilité doit donc être recherchée dans 2 plans :

 Dans le plan Frontal:

• recherche du bâillement tibio-astragalien


• recherche du ballottement ou choc astragalien

 Dans le plan Sagittal:

• recherche du tiroir astragalien antérieur avec le genou légèrement


fléchi et le pied à environ 90°

V – IMAGERIE
Elle doit comporter:

- des radiographies standard de face et de profil

- des radiographies en position forcée

- des tomographies

- scanner
5

- IRM

- scintigraphie

VI – TRAITEMENT

 Traitement des entorses bénignes:

• cryothérapie pendant 48 à 72 h

• bandage compressif pendant 2 à 3 jours

• médications anti-inflammatoires et antalgiques pendant 4 à 5 jours

• les traitements physiothérapeutiques et l’immobilisation plâtrée ne se


justifient pas

 Traitement des entorses de gravité moyenne :

 Traitement fonctionnel :
Basé sur une absence d’immobilisation et une reprise rapide des activités :

• Phase initiale (24 à 72 h): glaçage, décharge, surélévation du membre


inférieur pendant le repos

• Phase de récupération: dès diminution des douleurs; par une


mobilisation active de la cheville; l’appui est autorisé; des exercices
contre résistance manuelle sont effectués;

• des exercices de réadaptation (pédaler sur une bicyclette de


rééducation, sautiller sur place, trottiner en terrain plat).

 Traitement orthopédique:

 Immobilisation précoce cheville à angle droit pendant 3 à 4 semaines.


Ce traitement peut être remplacé par le port d’une orthèse
 traitement par contention souple : Basé sur l’utilisation d’un strapping
qui permet une reprise précoce
6

 Traitement des entorses graves :

 traitement orthopédique:

• il doit être entrepris précocement

• il est possible d’autoriser l’appui très rapidement

• durée d’immobilisation prolongée pendant 6 semaines

• il faut noter qu’il existe au total 4 méthodes afin d’immobiliser une


cheville aux urgences :

- l’attelle plâtrée

- la botte résine

- le strapping

- l’orthèse de type « aircost »

 traitement chirurgical:

Il ne doit s’adresser qu’à des cas exceptionnels :

• sportifs professionnels ou très motivés

• sportifs au gabarit impressionnant dont le poids représente un élément


aggravant considérable.

Ce traitement trouve sa meilleure justification dans l’étendue des lésions


constatées à l’intervention.

Après la réparation chirurgicale la durée d’immobilisation est de 6 semaines en


moyenne. L’appui est autorisé au bout d’une quinzaine de jours.
7

VII - REEDUCATION DE L’ENTORSE DE CHEVILLE :

 Pratiquer 12 à 20 séances de rééducation de la cheville avec physiothérapie


(3/7) :

• Mobilisation active aidée de la tibio-tarsienne (si raideur de cheville).

• Mobilisation passive de l’avant-pied (si raideur).

• Renforcement musculaire des stabilisateurs de cheville: péroniers


latéraux +++, jambier postérieur, triceps.

• Ultrasons + massage transversal profond LLE et capsule antérieur (si


séquelles douloureuses).

• Reprogrammation neuromusculaire de la cheville en décharge puis en


charge

VIII- RÈGLES D’OTTAWA :

Radiographie conventionnelle
(critères d’Ottawa)

Impotence fonctionnelle
Douleur de la pointe ou du bord
Radiographie de cheville : postérieur d’une des malléoles
OU
Impotence fonctionnelle
Douleur du scaphoïde ou de la
Radiographie du pied : styloïde du 5ème métatarsien
8

 Marcher 4 pas

 Pas de douleur osseuse sur le 1/3 inférieur du tibia et du péroné

 Pas de douleur base du 5 e métatarsien

DR.TCHIOUAKE. Adamou
MEDECIN DES SPORTS
MINISTERE DES SPORTS

Vous aimerez peut-être aussi