Vous êtes sur la page 1sur 8

©F

AO
/Se
a

n
Ga
lla
gh
er
L’agriculture
contractuelle et la
législation: ce que les responsables
de la règlementation
doivent savoir

Qu’est-ce que l’agriculture contractuelle? Objet de cette note d’information


L’agriculture contractuelle repose avant tout sur un contrat La présente note vise à aider les responsables
entre producteurs et acheteurs – les deux partenaires de l’élaboration des règlementations et des po-
conviennent au préalable des termes et des conditions litiques à obtenir une compréhension claire des
de la production et de la commercialisation du produit aspects juridiques de l’agriculture sous contrat.
agricole. Ces conditions précisent habituellement le prix Elle s’appuie sur des informations tirées du
à payer à l’exploitant, la quantité et la qualité du produit Guide juridique sur l’agriculture contractuelle
requis par l’acheteur et la date de la livraison à ce dernier. (UNIDROIT/FAO/FIDA, 2015) et sur l’expérience
Le contrat peut également comporter des informations pratique de la mise en œuvre de projets d’agri-
plus détaillées sur la façon dont la production sera culture contractuelle par l’Organisation des
conduite ou, le cas échéant, si des intrants tels que des Nations Unies pour l’alimentation et l’agricul-
semences, des engrais et des conseils techniques seront ture (FAO), Voir l’Encadré 1.
fournis par l’acheteur.

PARTIE 1
POURQUOI LE CADRE RÈGLEMENTAIRE EST-IL IMPORTANT
POUR L’AGRICULTURE CONTRACTUELLE?
Un cadre règlementaire approprié est essentiel à la conduite d’opérations claires et équilibrées en matière d’agri-
culture contractuelle. La législation reconnait le droit des peuples et protège ces droits. Elle sécurise les relations
contractuelles et définit les mécanismes auxquels il peut être fait recours pour faciliter le consensus.
Du point de vue des politiques publiques, la législation apporte un cadre de stabilité aux politiques agricoles, car
les lois – de par leur processus d’élaboration – changent difficilement. Pour les parties impliquées dans l’agri-
culture contractuelle, cette durabilité et force exécutoire des droits garantissent la sécurité juridique. Les parties
peuvent compter sur le fait que leurs droits et obligations juridiques seront respectés et resteront constants, ce qui
leur donne la tranquillité d’esprit nécessaire pour s’engager dans un contrat de production agricole.
Il existe différentes possibilités de réglementer l’agriculture contractuelle. Certains pays la réglementent par le
biais du droit général des contrats ou par les lois agricoles, tandis que d’autres introduisent des dispositions à
cet effet dans les lois sur les produits agricoles ou alors promulguent une législation spécifique à l’agriculture
sous contrat. Les pratiques contractuelles peuvent être également régies par d’autres sources, notamment les
principes juridiques, les règles coutumières, les usages et les pratiques.
Il n’existe pas de solutions idéales en matière de règlementation de l’agriculture contractuelle. Le cadre régle-
mentaire et politique le plus approprié dépendra des objectifs politiques et réglementaires du pays, de la légis-
lation existante et de la tradition juridique.
©FAO/Florita Botts

PARTIE 2
Encadré 1 CONTENU DU GUIDE JURIDIQUE
Guide juridique sur
l’agriculture contractuelle 1. Cadres réglementaires de l’agriculture contractuelle
Afin de mieux comprendre l’agriculture contractuelle, le Guide juridique
examine les législations internationales et nationales susceptibles d’avoir une
incidence sur la relation d’agriculture contractuelle.

A) Le régime de droit privé applicable


Guide juridique sur l’AGRICULTURE CONTRACTUELLE

Les contrats spécifieront normalement la législation nationale qui les ré-


git, question qui peut être particulièrement pertinente dans un contexte
international. Le Guide juridique suggère que le droit du pays où a lieu
la production sert généralement les intérêts de tous. Il prend davantage
en compte les circonstances nationales et c’est celui que les producteurs
connaissent le mieux. Outre la législation nationale, les pays peuvent trou-
ver dans des initiatives régionales d’harmonisation un environnement ré-
Guide juridique sur glementaire pertinent comme c’est le cas du cadre juridique de l’OHADA
l’AGRICULTURE présenté dans l’Encadré 2.
CONTRACTUELLE
UNIDROIT FAO FIDA

UNIDROIT FAO FIDA

Encadré 2
L’agriculture contractuelle au sein du cadre juridique de
l’organisation pour l’Harmonisation en Afrique du Droit des
Affaires (OHADA)
L’Institut international pour l’unifica-
tion du droit privé (UNIDROIT), l’Or- L’OHADA est une organisation internationale regroupant actuellement 17
ganisation des Nations Unies pour États Membres provenant des régions d’Afrique centrale, occidentale et de
l’alimentation et l’agriculture (FAO) l’Océan indien. Son objectif est de garantir la sécurité juridique des activités
et le Fonds international de dévelop- économiques et de favoriser l’investissement.
pement agricole (FIDA) ont travaillé Parmi les neuf Actes Uniformes adoptés par l’OHADA, certains couvrent
ensemble à l’élaboration du Guide ju- des aspects de l’agriculture contractuelle. La structure juridique des parties
ridique sur l’agriculture contractuelle a été déterminée par le droit de l’OHADA. L’engagement d’approvisionner
UNIDROIT/FAO/FIDA (Le Guide juri- l’industrie alimentaire en produits agricoles en contrepartie d’un finance-
dique). Cette publication donne des ment sera couvert par l’Acte Uniforme d’OHADA portant organisation sur
orientations sur les éléments qui de- les sûretés. Le transport de produits agricoles par voie routière sera cou-
vraient être inclus dans les contrats de vert par des dispositions des actes uniformes de l’OHADA. Tout différend
production agricole. Elle analyse tous émanant d’accords de production agricole pourra être porté devant des
les éléments du cycle de vie du contrat tribunaux officiels. Dans ces cas, la Cour commune de justice et d’arbitrage
et favorise de ce fait la mise en place – Cour suprême commune des 17 États Membres pour toutes questions se
d’une base de confiance entre les rapportant à l’application et à l’interprétation du droit de l’OHADA – pourra
parties et de relations mutuellement intervenir. L’OHADA dispose d’un Acte Uniforme sur l’arbitrage ainsi que
avantageuses. Elle constituera une ré- d’un organe d’arbitrage spécifique hébergé au sein de la Cour commune
férence utile pour tous les opérateurs de justice et d’arbitrage.
qui pratiquent l’agriculture contrac-
tuelle ou qui participent à la mise en L’OHADA prévoit de couvrir un plus grand nombre d’aspects de l’agricul-
œuvre de politiques, à la recherche ture contractuelle. Les travaux conduits actuellement portent sur plusieurs
juridique, et au renforcement des ca- thèmes pertinents, notamment l’élaboration d’un instrument de médiation
pacités. Le Guide est en libre accès sur commerciale, la formulation de contrats de de crédit-bail et de contrats
les sites web de la FAO, de l’UNIDROIT de partenariats publics-privés et le développement d’entreprises communes
et du FIDA. (joint venture).

Source: UNIDROIT/FAO/FIDA, 2015. Source: UNIDROIT, 2014.

2
L’agriculture contractuelle et la législation
t savoir
ce que les responsables de la règlementation doiven

B) Le rôle du cadre réglementaire et la forme du contrat ont une inci-


Outre la législation régissant directe- dence majeure sur l’évolution de la Encadré 3
ment le contrat de production agri- relation d’agriculture contractuelle. Coopératives et modèles
cole, plusieurs autres lois et règle- d’affaires inclusifs aux Philippines
mentations auront une incidence A) Les parties au contrat
sur sa formation et son exécution. Le contrat d’agriculture est conclu À travers ses politiques inclusives,
Le droit de la concurrence, du tra- par deux parties principales: le pro- Unifrutti, une compagnie privée se
vail, les dispositions régissant l’accès ducteur et l’acheteur. Pour y adhérer consacrant à l’exportation, la transfor-
aux intrants agricoles, les droits de les producteurs peuvent se regrou- mation et la production d’ananas et de
propriété intellectuelle ou les normes per en organisation paysanne ou bananes dans la région de Mindanao,
de salubrité et de qualité des aliments participer également à titre indivi- est parvenue à apporter des change-
sont susceptibles, entre autres, d’in- duel. Les organisations de produc- ments positifs dans la vie des commu-
fluer sur le contenu et l’exécution teurs (coopératives, associations, nautés rurales impliquées tout en gé-
des contrats de production agricole. etc.) sont susceptibles d’accroitre de nérant des profits.
manière significative le pouvoir de Cette expérience a permis de retirer
Les relations d’agriculture contrac- négociation des producteurs, de fa- quatre leçons en matière de bonnes
tuelles peuvent également être in- voriser les économies d’échelle et de pratiques pour les programmes inclu-
fluencées par les obligations inter- jouer un rôle important de défense sifs d’agriculture contractuelle. Pre-
nationales liées aux droits de la des droits, contribuant ainsi à ré- mièrement, les communautés rurales
personne, pertinentes non seule- duire les déséquilibres de pouvoirs peuvent avoir besoin d’assistance pour
ment pour les états mais aussi pour entre producteurs et acheteurs. participer à l’entreprise. Deuxième-
les entreprises. La participation, la Voir dans l’Encadré 3 un exemple ment, les associations de producteurs
responsabilité, l’autonomisation, la de modèle économique performant sont d’une importance capitale pour
non-discrimination, la transparence, contractualisant avec des coopéra- un engagement plus efficace et sur un
la dignité humaine, et la primauté tives dans les Philippines. pied d’égalité avec les acheteurs ainsi
du droit font partie des principes que pour générer des bénéfices sup-
généraux fondamentaux concer- L’acheteur est la partie qui s’engage plémentaires pour les communautés
nant l’agriculture contractuelle. Le à acquérir la production. Dans bien impliquées. Troisièmement, un dia-
droit des personnes à l’alimentation des cas, il fournira des intrants, des logue ouvert et une communication
est particulièrement important tout instructions et exercera un certain diligente pendant la négociation et
comme l’est la protection des femmes contrôle sur la production. Il peut l’exécution du contrat créent une base
et d’autres parties vulnérables. s’agir d’une entreprise privée ou de confiance, essentielle à des rela-
d’une entité publique. tions d’affaires fructueuses et mutuel-
lement bénéfiques. En dernier lieu, les
»» Les opérations d’agriculture Il est possible que des tierces par- producteurs et les acheteurs devraient
contractuelle sont en général ties interviennent dans le contrat. partager les risques propres à leur rôle
régies par la législation du pays et se soutenir mutuellement.
Elles peuvent fournir des prêts et
où a lieu la production. des services et apporter d’autres Source: FAO, 2015a.
»» Outre les règlementations direc-
formes d’assistance.
tement applicables à l’agricul-
ture contractuelle, des normes
B) La formation du contrat
juridiques de portée plus large
peuvent également avoir des in-
Comme pour tous les contrats, le Les parties doivent être au fait de
cidences sur ces opérations. Les contrat de production agricole se ce qu’elles signent. L’absence de
obligations relatives aux droits de la fait par une offre et une accepta- consentement éclairé peut entrai-
personne par exemple doivent être tion. Cette offre devra être sou- ner la résolution du contrat, par
respectées par l’État et les parties. mise de préférence par écrit et ré- conséquent il est essentiel de s’as-
digée dans un style clair. Elle est surer que le producteur comprenne
en général proposée par l’acheteur bien les clauses stipulées.
durant la phase de négociation du
2. Les parties, la formation contrat. Il pourra être judicieux La conduite avec équité, transpa-
et la forme du contrat de permettre à des tierces parties, rence et selon le principe de bonne
L’agriculture contractuelle est un mé- en particulier des organisations de foi de toutes les phases de la forma-
canisme qui offre des avantages mu- producteurs, de prendre part aux tion du contrat contribue à instaurer
tuels aux parties impliquées – les pro- négociations aux fins d’équilibrer le une base de confiance dans la rela-
ducteurs et l’acheteur. La formation pouvoir contractuel. tion d’agriculture contractuelle.

3
Asier_relampagoestudio (Freepik)

C) La forme du contrat de production par un tiers permet de tion biologique. Le processus


Dans de nombreuses juridictions, s’assurer que ces prescriptions sont de certification peut être réalisé
les contrats ne sont soumis à aucune respectées. par une organisation de tierce
exigence de forme ou de contenu. partie ou par des procédures
Les engagements contractuels ver- Les parties peuvent établir un autres comme celles des sys-
baux peuvent être reconnus par le contrat soit pour la totalité soit tèmes participatifs de garantie.
droit. Toutefois, il est recommandé pour une partie de la production,
d’avoir recours à des contrats écrits et cela en fonction de leurs besoins ii) Les intrants
rédigés dans des termes facilement et préférences. L’engagement de li- Les intrants sont souvent four-
compréhensibles visant à la clarté, vrer la totalité de la production ré- nis par l’acheteur et peuvent
l’exhaustivité, la bonne exécution et duit l’incertitude du marché pour le être matériels, tels les semences
l’efficacité de l’accord. producteur alors que l’accord pour et les pesticides, ou immatériels
une vente partielle de la production comme l’assistance technique et
donne aux deux partenaires un cer- le savoir-faire. Les services pou-
»» Les producteurs peuvent s’enga-
tain degré d’autonomie en matière vant être fournis par l’acheteur
ger dans un contrat de production
de commercialisation sans déroger à comme le labourage des terres
agricole soit individuellement soit leurs obligations contractuelles. du cultivateur, rentrent dans
au sein d’un groupe, par exemple la catégorie des apports imma-
à travers une organisation pay- B) Processus de production tériels tout comme les finan-
sanne. i) Les modes de production, cements octroyés directement
»» Les organisations de producteurs la conformité et le contrôle par le contractant, par exemple
sont très importantes pour amélio- de la production sous forme de paiements antici-
rer la relation contractuelle entre La coopération entre les par- pés. Le contrat détermine habi-
les producteurs et les acheteurs. ties est essentielle au bon dé- tuellement les modalités d’uti-
»» L’acceptation par un producteur roulement des contrats de pro- lisation des intrants. En règle
de l’offre proposée par un ache- duction agricole. Elle implique générale, le producteur devra
teur suffit à établir un contrat ju- d’agir loyalement, de prendre rembourser les intrants en les
ridiquement contraignant.
des mesures diligentes et en déduisant du prix final du pro-
»» Les contrats écrits favorisent la
temps opportun en vue d’aider duit spécifié dans le contrat.
clarté, l’exhaustivité, la bonne exé-
cution et l’efficacité de l’accord.
l’autre partie, de communiquer
efficacement et de fournir des C) La livraison
conseils avisés. Ceci est par- La livraison est un moment clé de
ticulièrement le cas lorsque l’exécution du contrat. L’obligation
3. Les obligations des parties l’acheteur exerce un contrôle de l’acheteur de prendre possession
Le Guide juridique passe en revue important sur le processus de de la marchandise et l’obligation du
les obligations incombant aux parties production agricole du culti- producteur de livrer cette marchan-
et donne des recommandations sur vateur. dise constituent l’engagement de
la façon de les organiser. L’accent est base de toute relation contractuelle.
mis sur le type d’obligation pouvant La conformité à des normes ou La livraison transfère habituelle-
donner lieu à des conflits et requérir procédures spécifiques durant ment la propriété et les risques as-
l’attention des responsables natio- le processus de production est sociés au produit du producteur au
naux en matière de règlementation. liée au respect des obligations contractant. Il déclenche également
relatives à la qualité du produit à l’obligation pour le contractant de
A) Quantité et qualité du produit la livraison. Le contrat peut exi- payer le prix.
L’agriculture contractuelle est sus- ger que le produit final réponde
ceptible de contribuer à une opti- à des caractéristiques qualita- L’acheteur peut avoir l’obligation
misation de la qualité des produits tives spécifiques ou que des d’inspecter le produit à la livraison.
agricoles, en particulier lorsque méthodes de production par- Si celui-ci n’effectue pas l’inspec-
l’acheteur fournit des intrants de ticulières aient été appliquées, tion, il ou elle pourra perdre toute
qualité. L’obligation incombant au comme le respect de normes de voie de recours pour les défauts
producteur de satisfaire aux exi- commerce équitable ou l’agri- apparents du produit. Pour s’assu-
gences spécifiées dans le contrat culture biologique. Pour ce qui rer de la validité de la procédure, le
constitue un moyen d’accroitre les est des produits biologiques, producteur ou une tierce partie peut
caractéristiques qualitatives. La cer- les exploitations devront avoir être autorisé à assister à l’inspection
tification du produit ou du processus obtenu un certificat de produc- des produits.

4
L’agriculture contractuelle et la législation
t savoir
ce que les responsables de la règlementation doiven

4. Exonération de responsabilité
Encadré 4 La relation d’agriculture contrac-
Stratégie en matière de prix pour le caoutchouc au Ghana tuelle peut être affectée par un évè-
nement qui échappe au contrôle des
La compagnie Ghana Rubber Estates Limited (GREL) recourt à l’agriculture parties ou par des circonstances qui
contractuelle pour s’approvisionner en caoutchouc. Le programme d’agriculture changent de façon drastique pendant
contractuelle compte actuellement 5 450 cultivateurs et une superficie de plan- la durée du contrat. La force majeure
tation de 21 500 hectares. L’accord entre les producteurs et le GREL prévoit un et le changement de circonstances
mécanisme innovant en matière de fixation de prix. constituent des réponses juridiques
Les représentants des producteurs participent aux négociations annuelles sur le possibles pour des évènements et des
prix avec la GREL. Le prix est indexé sur la Bourse des matières premières de Sin- changements de ce type.
gapour (Singapore Commodity Exchange) et fixé à 64 pour cent du prix mensuel
de référence. Un deuxième paiement, établi en fonction du volume réel livré par Force majeure et changement
le producteur, est prévu à la fin de l’année. La compagnie déduit les frais pour de circonstances
les services de vulgarisation et de transport, le remboursement des prêts, la coti- L’exonération de responsabilité est
sation annuelle à l’Association des planteurs de caoutchouc et des Agents et les une réponse juridique prévue par la
quatre pour cent placés en épargne destinés à la formation d’un capital pour le législation ou par le contrat justi-
compte des agriculteurs, qui seront reversés à la fin de l’année. fiant le manquement d’une partie à
La formule de fixation du prix est un exemple de bonne pratique. Comme elle son obligation contractuelle.
s’appuie sur le cours international du caoutchouc, elle protège les producteurs
contre la baisse des prix et leur permet de rembourser les emprunts plus rapi- La survenance d’évènements comme
dement lorsque les valeurs montent. Le recours à un dialogue ouvert et à la les inondations, les manifestations
transparence dans le processus d’établissement du prix permet aux producteurs ou les grèves peuvent avoir des
de bien comprendre la structure du prix et de reconnaitre que la valeur offerte conséquences sur la capacité des
dépend de ce que le marché est disposé à payer. parties à s’acquitter de leurs obli-
gations. Lorsque ces évènements
Source: FAO, 2013a. sont imprévisibles, inévitables et
échappent au contrôle raisonnable
des parties, celles-ci peuvent se pré-
valoir de concepts juridiques tels
D) Le prix Afin que les deux parties soient as- que celui de force majeure.
Le prix est un élément d’une im- surées que le prix payé ait été cor-
portance capitale dans tout contrat rectement établi, le producteur ou Les circonstances entourant le
de production agricole. une tierce partie devrait être autori- contrat durant la durée de son exis-
sé à vérifier toutes les informations tence sont susceptibles de changer
Il existe différentes méthodes de relatives au calcul effectué. et d’entrainer des risques plus im-
calcul du prix. L’établissement d’un portants que ceux envisagés par les
prix fixe et le recours à un prix va- Indépendamment de la façon dont parties au moment de sa conclusion.
riant en fonction des fluctuations le prix est déterminé, tout contrat Si cela rend l’exécution particuliè-
du marché ou des mesures du ren- doit clairement indiquer le prix rement difficile pour une partie, la
dement sont les méthodes les plus à payer, ou décrire avec clarté et partie affectée pourra se prévaloir
courantes. Le prix fixe ne doit pas transparence comment il sera du concept juridique de change-
nécessairement correspondre à une calculé. Instaurer la confiance et ment de circonstances.
somme monétaire préétablie mais un certain niveau de sécurité peut
peut également se référer au prix du apporter des avantages aux deux Lorsque des évènements inatten-
marché au moment de la livraison, parties. dus surviennent ou que les circons-
ou à d’autres indicateurs objectifs.
En définitive, il appartient aux par-
ties de choisir le mode de détermi-
nation du prix le plus approprié à »» En la AC, las obligaciones de las partes se encuentran interconectadas: la ejecución
leurs besoins. L’encadré 4 décrit de una parte depende de que la otra cumpla.
le mécanisme de fixation du prix »» La principal obligación del productor consiste en producir de conformidad con
adopté pour le caoutchouc au Gha- las especificaciones pactadas en el contrato y entregar el producto al comprador.
»» La principal obligación del comprador consiste en recibir la entrega y pagar el precio.
na, considéré en outre comme un
exemple de bonne pratique.

5
©FAO/Giulio Napolitano

tances changent drastiquement, il Les moyens en cas d’inexécution mité aux spécifications techniques
est préférable que, pour le maintien dans le cadre d’un accord de pro- et de non-respect du délai de livrai-
de la relation contractuelle, la partie duction agricole peuvent être re- son convenu. Les moyens pouvant
affectée en notifie l’autre. Il pourra groupés en trois catégories: les être exercés varieront en fonction
aussi être demandé à la partie affec- moyens en nature, les moyens du type de manquement. Dans la
tée, dans la mesure de ses moyens et pécuniaires, et les moyens met- plupart des cas, le recours à des
le respect du principe de bonne foi, tant fin à la relation contractuelle mesures fondées sur la coopéra-
d’atténuer ses propres dommages. (résiliation). Les moyens en nature tion – moyens qui visent avant tout
visent à fournir à la partie lésée une à assurer que la relation perdure
Les cas de force majeure et de chan- prestation identique ou similaire à au-delà de la contravention– est
gements de circonstances n’ont pas celle qui était initialement attendue. préférable.
les mêmes conséquences. La diffé- C’est le cas par exemple si un ache-
rence fondamentale tient au fait que teur demande au producteur un sé- C) Moyens pouvant être exercés
la force majeure dispense la partie chage supplémentaire des céréales par le producteur en cas de
touchée d’exécuter l’obligation af- qui lui ont été livrées dans les délais manquement de l’acheteur
fectée alors que le changement de convenus mais dont le taux d’hu- Les contraventions au contrat par
circonstances conduit générale- midité ne correspond pas au taux les acheteurs sont souvent liées au
ment à des renégociations. minimal spécifié dans le contrat. retard ou défaut de paiement, à la
Les moyens en nature sont souvent non-conformité des intrants et au
les plus appropriés pour remédier manquement de l’acheteur à son
»» Les évènements naturels tels que aux préjudices résultant de l’inexé- obligation de prendre livraison.
les inondations ou la sècheresse cution contractuelle. Les moyens De même que pour les moyens
peuvent empêcher le producteur pécuniaires prévoient que la partie concernant les acheteurs, le recours
d’exécuter ce qui est requis par le défaillante paie des dommages-in- aux mesures fondées sur la coo-
contrat.
térêts ou ajuste le prix à payer, pération comme première option,
»» Les évènements de force majeure
comme illustré dans l’exemple du devrait garantir la continuité de la
exonèrent généralement la partie
affectée de son obligation.
Salvador de l’Encadré 5. La rési- relation. Il peut s’agir de moyens
»» Le changement de circonstances
liation libère les parties de leurs en nature, comme lorsqu’un pro-
prévoit la renégociation du obligations et met fin à la relation ducteur demande au contractant de
contrat. contractuelle. Il peut arriver que la remplacer des intrants défectueux.
partie lésée ait pris des mesures qui
ont contribué au manquement de
l’autre partie vis-à-vis de son obli-
5. Moyens en cas d’inexécution gation contractuelle ou bien fait »» Les moyens promouvant la coo-
Il arrive que les parties contre- défaut de mitiger les conséquences pération sont particulièrement
viennent aux obligations souscrites négatives d’un manquement. Dans adaptés aux contrats d’agricultu-
dans le contrat. Afin de préserver la pareils cas, le choix des moyens re en ce qu’ils visent à préserver
une relation qui est bénéfique aux
coopération, les parties peuvent dé- pour la partie lésée peut être limi-
deux parties.
cider d’avoir recours à des moyens té. Par exemple, si un acheteur ne
»» La coopération après le manque-
permettant de remédier au préju- fournit pas les intrants promis, il ment à une obligation fait partie
dice résultant du manquement et de peut ne pas être en mesure de ré- intégrante d’une relation fondée
poursuivre la relation. silier le contrat en invoquant la li- sur la confiance.
vraison d’un volume insuffisant du »» Le recours à une séquence de
A) Vue d’ensemble des moyens fait que cette situation est en par- moyens proposant initialement
Les moyens en cas d’inexécution des tie la conséquence de l’insuffisance des moyens en nature et la rési-
obligations sont des mesures juri- initiale d’intrants. liation du contrat comme dernière
diques prévues par la législation ou le solution laisse du temps aux par-
contrat qui protègent l’intérêt d’une B) Moyens pouvant être exercés ties pour surmonter le manque-
partie des conséquences de l’exécu- par le contractant en cas de ment en cause et poursuivre leur
tion défectueuse de l’autre partie. manquement du producteur relation.
Les mesures de correction corrigent Les contraventions au contrat par
ou ajustent les effets résultant d’un les producteurs sont souvent liées à
manquement vis-à-vis de l’obliga- des questions de quantité et de qua-
tion et visent à préserver la relation. lité du produit fini, de non-confor-

6
L’agriculture contractuelle et la législation
t savoir
ce que les responsables de la règlementation doiven

À l’expiration du contrat, les parties Les différends et le règlement


Encadré 5 peuvent vouloir renouveler l’enga- de différends dans les contrats
Moyens en cas d’inexécution gement. Le renouvellement devrait Outre la procédure traditionnelle
relatifs à la production sucrière en principe résulter d’une décision de règlement de différends dans les
au Salvador commune de poursuivre une rela- cours étatiques, les parties peuvent
tion fructueuse. Il existe d’autres avoir recours à des mécanismes
La production de sucre du Salvador modalités de renouvellement, les- alternatifs de règlement de diffé-
est régie par la Loi sur la production, quelles peuvent être élaborées dans rends comme la médiation et l’arbi-
la transformation et la commerciali- le contrat. trage. Dans la médiation, les parties
sation de l’agro-industrie sucrière. essaient de trouver une solution en
Cette Loi règlemente, entre autres, la Outre le fait qu’elle constitue un faisant appel à un médiateur neutre,
relation contractuelle entre les usines moyen en cas d’inexécution, la ré- et les décisions n’ont pas force obli-
de sucre et les producteurs de canne siliation est une façon de mettre un gatoire pour les contractants. Dans
à sucre. terme au contrat. Elle libère les par- l’arbitrage, les parties soumettent le
La loi prévoit des moyens spécifiques ties de leurs obligations d’exécution litige à un arbitre neutre dont la dé-
en cas d’inexécution des obligations et de constater l’exécution, mais cision est exécutoire.
applicables à la production de canne à les droits et les responsabilités ac-
sucre. La canne à sucre perd sa teneur quis survivent. La partie qui désire Il est fréquent que les mécanismes al-
en saccharose en près de trois jours mettre fin à la relation contractuelle ternatifs de règlement de différends
après la récolte. Pour tenir compte est normalement tenue de donner, soient plus rapides, moins onéreux
de cette particularité, la loi exige que avant la résiliation, une notification et plus flexibles que les voies judi-
l’acheteur prenne livraison au plus au cocontractant afin de lui per- ciaires traditionnelles d’arbitrage.
tard dans les 72 heures suivant la ré- mettre de se préparer à la fin de la Par conséquent, ils sont souvent une
colte. Si l’acheteur ne respecte pas relation contractuelle. bonne solution pour régler les dif-
l’obligation de prendre livraison dans férends. L’Encadré 6 montre com-
les temps prévus, il sera tenu de com- ment des relations établies peuvent
penser la perte totale ou partielle en- »» La durée du contrat peut prendre être utilisées pour faire respecter un
courue. De son côté, le producteur a en compte la nécessité des parties contrat sans avoir à saisir le tribunal.
l’obligation de livrer son produit, et se de recouvrer leurs investissements.
verra sanctionner de manière similaire »» La durée, le renouvèlement et Les diverses procédures de règle-
à l’acheteur en cas de manquement. la résiliation du contrat sont des ment de différends peuvent être
La loi précise que la force majeure en- questions interreliées. appliquées dans un ordre séquen-
traine une exonération de responsa- »» Plus la durée du contrat est
tiel. Suite à une contravention au
bilité en cas d’inexécution. longue, plus il est important d’ac-
contrat, les parties peuvent tenter
corder une attention particulière à
de résoudre leurs difficultés par le
Source: Décret législatif Nº 490. la clause de résiliation.
»» Plus la durée du contrat est brève,
biais de discussions et d’une rené-
plus il est important d’accorder gociation. Si les discussions directes
une attention particulière à la échouent, les parties peuvent avoir
clause de renouvellement.
6. Durée, renouvellement
et résiliation
»» Les mécanismes alternatifs de
Le Guide juridique examine les règlement de différends sont
questions interreliées de la durée, du 7. Le règlement des différends particulièrement adaptés aux di-
renouvellement et de la résiliation Le Guide juridique examine les dif- fférends résultant de contrats de
du contrat. férentes formes de règlements de production agricole.
différends: (i) les mécanismes alter- »» L’établissement d’un ordre sé-
La durée du contrat, qui est sou- natifs de règlement de différends, quentiel des mécanismes de
vent liée à la denrée produite, re- en particulier la médiation et l’ar- règlement de différends (de la
pose sur le plein gré des parties. bitrage; et (ii) le règlement de diffé- négociation à la médiation, et si
Elle devrait être de préférence suf- rend par voie judiciaire. Les méca- aucun accord n’a été conclu, à
fisamment longue pour permettre nismes alternatifs de règlement de l’arbitrage) donne du temps aux
aux parties de recouvrer leurs in- différends peuvent être particuliè- parties pour surmonter le litige et
vestissements. rement adaptés aux litiges résultant maintenir leur relation.
de contrat de production agricole.

7
Encadré 6
Importance de la confiance dans les relations d’agriculture contractuelle: l’expérience indienne
Le respect des obligations contractuelles ne doit pas nécessairement passer par des procédures juridictionnelles. En
effet, en Inde, les acheteurs estiment que les procédures juridictionnelles nuisent à la relation entre le producteur
et la compagnie et font passer au second plan la valeur de la poignée de mains en affaires. Au lieu de saisir les
tribunaux, les acheteurs utilisent la relation de confiance instaurée pour amener les producteurs à respecter leurs
obligations. Une participation active dans la vie quotidienne de la communauté, comme des dons aux écoles ou la
gestion de centres de santé, peut faire beaucoup plus pour gagner la confiance. En outre, les acheteurs préfèrent
souvent fermer les yeux sur certains niveaux d’inexécution et maintenir une relation dynamique et forte.

Source: Narayanan, 2012.

recours à la médiation, et si à ce The Moral Economy of Contract FAOLEX. Base de données législatives
stade, aucun accord n’est conclu, Farming Arrangements in India, pour et politiques complète et actualisée
Narayanan, S. Indira Gandhi Institute (FAO). Disponible en: http://www.fao.
elles pourront s’en remettre à l’arbi-
of Development Research, Mumbai. org/faolex/fr
trage ou saisir le tribunal de justice. Septembre 2012. GiZ. 2013. Contract farming handbook.
Cela peut leur permettre de régler UNIDROIT. 2014. Report on the A practical guide for linking small-scale
le différend initialement par le biais Consultation Workshop “The legal producers and buyers through business
des méthodes les moins formelles, et dimension of contract farming” Addis model innovation. Consultable
de faire éventuellement des écono- Ababa, 31 Octobre 2014. Consultable à l’adresse: https://www.giz.de/
à l’adresse: http://www.unidroit.org/ fachexpertise/downloads/giz2013-en-
mies d’argent et de temps.
english/documents/2014/study80a/s- contract-farming-manual.pdf
80a-22-e.pdf GiZ. 2015. Contract farming handbook.
Références et ressources UNIDROIT, FAO et FIDA. 2015. Volume II – Selected tools and case
La FAO, l’UNIDROIT et le FIDA Guide juridique sur l’agriculture examples. Consultable à l’adresse:
ont développé du matériel de contractuelle. Consultable à l’adresse: https://www.giz.de/expertise/
documentation sur l’agriculture http://www.fao.org/3/a-i4756f.pdf. downloads/giz2015-en-contract-
contractuelle. Certains de ces farming-handbook-volume-2.pdf).
documents et d’autres ressources de IIED, FAO, FIDA y SDC. 2010. Making
référence sont compilés ci-dessous. Ressources the most of agricultural investment: a
FAO. 2015. Inclusive business models. survey of business models that provide
Références Guidelines for improving linkages opportunities for smallholders, pour
Décret législatif Nº 490 - Ley de between producer groups and buyers Vermeulen, S. et Cotula, L., London/
la producción, industrialización y of agricultural produce. Consultable Rome/Bern.
comercialización de la agroindustria à l’adresse: http://www.fao.org/3/a- UNIDROIT, FAO et FIDA. Community
azucarera de El Salvador. i5068e.pdf). of practice on legal aspects of contract
FAO. 2012. Les Principes directeurs FAO. 2001. Contract farming: farming. Consultable à l’adresse:
pour les opérations responsables de partnerships for growth. Consultable http://www.unidroit.org/community-
l’agriculture sous contrat de la FAO. à l’adresse: http://www.fao.org/ of-practice/home
Consultable à l’adresse: http://www. docrep/004/Y0937S/Y0937S00.HTM World Farmers Organisation. 2013.
fao.org/3/a-i2858e.pdf Le Centre de ressources de la FAO sur F@rmletter September 2013.
FAO. 2013. Review of smallholder l’agriculture contractuelle. http://www. Consultable à l’adresse: http://
linkages for inclusive agribusiness fao.org/contract-farming/ www.fao.org/uploads/media/WFO_
development, pour Paglietti, L. et FAO. 2013. Contract farming for Famletter_09_2013.pdf
Sabrie, R., Rome, Italie. inclusive market access. Rome.
FAO. 2015. Gender Opportunities and Consultable à l’adresse: http://www.
Constraints in Inclusive Business Models – fao.org/3/a-i3526e.pdf
The Case Study of Unifrutti in Mindanao, FAO. 2017. Aspects juridiques des
Philippines, pour Rebeca, L., Martha, O. accords de production agricole:
et Menguita-Feranil, M.L., Rome, Italie. Synthèse du Guide juridique sur
Indira Gandhi Institute of Development l’Agriculture contractuelle UNIDROIT/
Research. 2012. Notional Contracts: FAO/FIDA. Consultable à l’adresse:
http://www.fao.org/3/b-i6711f.pdf

Financé par:
Organisation des Nations Unies
©FAO, 2018
I7580FR/1/03.18

Fonds international de développement agricole (FIDA) pour l’alimentation et l’agriculture (FAO)

Via Paolo di Dono, 44 Viale delle Terme di Caracalla


00142 Rome, Italie 00153 Rome, Italie
www.ifad.org www.fao.org