Vous êtes sur la page 1sur 6

Droits d'auteurs et droits connexes

Qu'est-ce que le droit d'auteur?

Le droit d'auteur désigne l'ensemble des droits dont jouissent les créateurs sur leurs oeuvres
littéraires et artistiques.

Quelles sont les oeuvres protégées par le droit d'auteur?

Les oeuvres protégées par le droit d'auteur comprennent notamment les oeuvres littéraires (romans,
poèmes, pièces de théâtre, ouvrages de référence, journaux et logiciels), les bases de données, les
films, compositions musicales et oeuvres chorégraphiques, les oeuvres artistiques telles que les
peintures, dessins, photographies et sculptures, architecture, et les créations publicitaires, cartes
géographiques et dessins techniques.

Questions fréquemment posées

 Quels sont les droits que possède l'auteur?

 Peut-on protéger des idées, procédures, méthodes ou concepts par le droit d'auteur?

 Qu'entend-on par droits connexes?

 Pourquoi protéger le droit d'auteur?

 Est-il nécessaire d'enregistrer le droit d'auteur pour bénéficier de la protection?

 Comment la protection du droit d'auteur et les droits connexes est-elle assurée sur Internet?

 Quels sont les pays parties au Traité de l'OMPI sur le droit d'auteur (WCT) et au Traité de

l'OMPI sur les interprétations et exécutions et les phonogrammes (WCT) et au (WPPT)?


 Comment puis-je obtenir la permission pour utiliser une œuvre ou d'autre objet?

 Quelle portion d'une œuvre de quelqu'un d'autre peut-on utiliser sans son autorisation?

 Les programmes d'ordinateur sont-ils protégés par le droit d'auteur?


 Le format d'un programme de télévision est-il protégé par le droit d'auteur sur le plan

international?
 Un personnage est-il protégé par le droit d'auteur ?

 Est-ce qu'un nom, un titre ou un logo peuvent-être protégés par le droit d'auteur?

 Quelles sont les règles concernant le droit d'auteur et les droits connexes dans mon pays?

 J'ai un problème avec mon droit d'auteur. Pouvez-vous me donner un avis de droit?

Quels sont les droits que possède l'auteur?


Les créateurs d'oeuvres protégées par le droit d'auteur et leurs héritiers ont certains droits
fondamentaux. Ils ont notamment le droit exclusif d'utiliser l'oeuvre ou d'autoriser son utilisation à des
conditions convenues. Le créateur d'une oeuvre peut interdire ou autoriser :

 sa reproduction sous diverses formes, par exemple sous forme d'imprimés ou

d'enregistrements sonores;
 son exécution en public, pour les pièces de théâtre ou oeuvres musicales par exemple;
 son enregistrement, par exemple sous forme de disques compacts, cassettes ou cassettes

vidéo;
 sa radiodiffusion par radio, câble ou satellite;

 sa traduction en d'autres langues ou son adaptation, consistant par exemple à transformer

un roman en scénario de film.

De nombreuses oeuvres créatives protégées par le droit d'auteur nécessitent, pour être diffusées, des
efforts massifs du point de vue de la distribution, des communications et des investissements financiers
(c'est le cas par exemple des publications, enregistrements sonores et films) : aussi les créateurs
vendent-ils souvent leurs droits sur leurs oeuvres à des personnes physiques ou à des sociétés
mieux équipées pour commercialiser les oeuvres en contrepartie d'une rémunération. Cette
rémunération, qui est souvent subordonnée à l'utilisation effective de l'oeuvre, porte le nom de
redevance de droit d'auteur.

Ces droits patrimoniaux ont une durée limitée, selon les traités pertinents de l'OMPI, à 50 ans après le
décès du créateur. Certaines lois nationales prévoient une durée plus longue. Cette limitation de la
durée de protection permet aux créateurs et à leurs héritiers de retirer des avantages financiers de
l'oeuvre pendant une durée raisonnable. La protection par le droit d'auteur comprend aussi des droits
moraux, notamment le droit de revendiquer la paternité d'une oeuvre, et le droit de s'opposer à des
modifications de l'oeuvre qui risquent de porter atteinte à la réputation du créateur.

Le créateur - ou titulaire du droit d'auteur sur une oeuvre - peut faire valoir ses droits en
s'adressant aux autorités administratives et aux tribunaux pour faire inspecter les lieux à la recherche
des éléments qui prouveront la production ou la possession d'exemplaires confectionnés illégalement -
"piratés" - d'oeuvres protégées. Le titulaire peut s'adresser aux tribunaux pour faire cesser ces activités
illégales, ainsi que pour obtenir réparation du dommage qu'il a subi sous forme de perte de gain et
d'atteinte à sa réputation.

  

Peut-on protéger des idées, procédures, méthodes ou


concepts par le droit d'auteur?
La protection du droit d'auteur s'étend aux expressions, et non aux idées, procédures, méthodes de
fonctionnement ou concepts mathématiques. Ce principe a été confirmé par l'Accord sur les aspects
des droits de propriété intellectuelle qui touchent au commerce (ADPIC) de l'Organisation mondiale du
commerce (OMC) ainsi que le Traité de l'OMPI sur le droit d'auteur (WCT).

  

Qu'entend-on par droits connexes?


Un ensemble des droits connexes du droit d'auteur s'est rapidement développé ces 50 dernières
années. Ces droits, qui se sont développés autour des oeuvres protégées par le droit d'auteur, sont des
droits similaires aux droits d'auteur, mais souvent plus limités dans leur portée et dans le temps, et que
possèdent les :

 artistes interprètes ou exécutants (acteurs et musiciens par exemple) sur leurs prestations;

 producteurs d'enregistrements sonores (enregistrements sur cassettes et disques

compacts) sur leurs enregistrements;


 organismes de radiodiffusion sur leurs programmes radiodiffusés et télévisés.

  
Pourquoi protéger le droit d'auteur?
Le droit d'auteur et les droits connexes sont essentiels à la créativité humaine, parce qu'ils apportent
aux créateurs des encouragements, sous la forme d'une reconnaissance morale et d'une
rémunération équitable. Grâce à ce système de droits, les créateurs sont sûrs que leurs oeuvres
peuvent être diffusées sans qu'ils aient à craindre la copie non autorisée ou la piraterie. Cela permet de
développer l'accès à la culture, à la connaissance et aux loisirs partout dans le monde, et en accroît
la jouissance.

Est-il nécessaire d'enregistrer le droit d'auteur pour


bénéficier de la protection?
Selon la Convention de Berne pour la protection des œuvres littéraires et artistiques, la protection est
automatique, en ce sens qu'elle ne requiert pour son existence aucune procédure de dépôt ou
d'enregistrement. L'auteur d'une œuvre originale est protégé dès la création de son œuvre, sans
formalité, dans les États parties à la Convention de Berne. L'OMPI n'offre donc pas de système
d'enregistrement pour les œuvres littéraires et artistiques.

Cependant, de nombreux pays ont un bureau national du droit d'auteur, et certains pays prévoient dans
leur législation nationale une procédure d'enregistrement. En général l'enregistrement des œuvres peut
servir devant les tribunaux pour établir le droit de propriété.

Comment la protection du droit d'auteur et les droits


connexes est-elle assurée sur Internet?
En décembre 1996, deux nouveaux traités ont été conclus sous l'égide de l'Organisation Mondiale de la
Propriété Intellectuelle (OMPI). L'un, le Traité de l'OMPI sur le droit d'auteur (WCT) protège les oeuvres
littéraires et artistiques telles que les livres, les programmes d'ordinateur, les bases de données
originales, les oeuvres musicales, les oeuvres audiovisuelles, les oeuvres d'art et les photographies.
L'autre, le Traité de l'OMPI sur les interprétations et exécutions et les phonogrammes (WPPT) protège
certains "droits connexes," c'est-à-dire les droits connexes au droit d'auteur. Dans le cas du WPPT, ce
sont les droits des artistes interprètes et exécutants et des producteurs de phonogrammes.

Les deux traités visent à actualiser et à améliorer la protection offerte par les traités existants de l'OMPI
sur le droit d'auteur et les droits connexes, notamment la Convention de Berne pour la protection des
oeuvres littéraires et artistiques (la Convention de Berne) et la Convention internationale sur la
protection des artistes interprètes ou exécutants, des producteurs de phonogrammes et des organismes
de radiodiffusion (la Convention de Rome) et à répondre aux défis que représentent les nouveaux
développements aux niveaux de la technologie et le marché. Depuis l'adoption ou la dernière révision
de ces conventions il y a plus d'un quart de siècle, de nouvelles catégories d'oeuvres, de nouveaux
marchés et de nouvelles méthodes sont apparus. Entre outre, le WCT et le WPPT répondent aux défis
qu'apportent les nouvelles techniques numériques, en particulier la diffusion des matières protégées sur
des réseaux numériques tels que l'Internet. Pour cette raison, ils sont désormais connus sous le nom de
"traités Internet."

Selon les deux traités, les pays sont tenus de reconnaître un ensemble de droits essentiels, qui
permettent aux créateurs de contrôler les différentes façons selon lesquelles leurs créations sont
utilisées et appréciées par autrui et, le cas échéant, d'obtenir une rémunération à ce titre. Fait essentiel,
à l'aube du nouveau millénaire, les traités garantissent que les titulaires de ces droits continueront à
bénéficier d'une protection appropriée et efficace lorsque leurs oeuvres seront diffusées au moyen des
nouvelles techniques et des nouveaux systèmes de communication tels que l'Internet. Les traités
confirment ainsi que les droits traditionnels continuent à s'appliquer dans l'environnement numérique. Ils
créent également les nouveaux droits en ligne. Afin de préserver un juste équilibre entre les intérêts des
titulaires des droits et les consommateurs, les traités précisent en outre que les pays disposent d'une
latitude raisonnable pour fixer des exceptions ou des limitations aux droits dans l'environnement
numérique. Les pays peuvent, dans certaines circonstances, prévoir des exceptions pour des usages
considérés comme étant d'intérêt public, tels que les usages à des fins non lucratives d'enseignement
ou de recherche.

Les deux traités requièrent des pays non seulement de reconnaître les droits eux-mêmes, mais aussi
de prévoir deux types de compléments à ces droits, en matière technique. Ces compléments sont
destinés à garantir que les titulaires de droits peuvent réellement utiliser la technique pour protéger
leurs droits et pour concéder sous licence l'usage en ligne de leurs oeuvres. Le premier, connu comme
la disposition "anti-neutralisation," traite le problème du piratage: les pays sont tenus de prévoir une
protection juridique appropriée et des sanctions juridique efficaces contre la neutralisation des mesures
techniques (telles que le cryptage) qui sont utilisées par les titulaires des droits pour protéger ceux-ci
lorsque leurs créations sont diffusées sur l'Internet. Le second type de complément technique garantit la
fiabilité et l'intégrité du marché en ligne en exigeant des pays qu'ils interdisent la modification ou la
suppression délibérée de l'"information relative au régime des droits" se présentant sous forme
électronique, c'est-à-dire l'information qui accompagne tout élément protégé disponible en ligne, et qui
permet d'identifier l'oeuvre, son créateur, l'artiste interprète ou exécutant, ou son propriétaire, et de
déterminer les modalités et conditions de son utilisation.

Le WCT et le WPPT sont respectivement entrés en vigueur le 6 mars 2002 et le 20 mai 2002. De
nombreux pays ont légiféré afin d'incorporer les dispositions des deux traités. Vous pouvez accéder à
notre collection des lois en accès électronique (CLEA) qui contient l'information concernant la législation
en matière du droit d'auteur de nombreux pays.

Quels sont les pays parties au Traité de l'OMPI sur le droit


d'auteur (WCT) et au Traité de l'OMPI sur les interprétations et
exécutions et les phonogrammes (WCT) et au (WPPT)?
Les listes des parties contractantes aux traités administrés par l'OMPI sont disponibles à l'adresse
suivante: http://www.wipo.int/treaties/fr/ip/index.html.

Comment puis-je obtenir la permission pour utiliser une


oeuvre ou d'autre objet?
Vous pouvez prendre contact avec le titulaire du droit. Pour certains usages des oeuvres et d'autre
objet, vous pouvez obtenir l'autorisation d'une organisation de gestion collective.  Des organisations de
gestion collective accordent des autorisations pour l'utilisation des oeuvres et d'autre objet qui sont
protégés par le droit d'auteur et les droits connexes dans les cas où des raisons pratiques empêchent
l'exercice individuel des droits par les titulaires. Il existe des organisations non gouvernementales
internationales qui représentent des réseaux mondial établi d'organisations de gestion collective
nationales.

Quelle portion d'une oeuvre de quelqu'un d'autre peut-on


utiliser sans son autorisation?
Selon la majorité des lois nationales sur le droit d'auteur, il est permis d'utiliser une portion limitée d'une
oeuvre, y compris des citations, pour des fins des comptes rendus d'événements d'actualité ou d'usage
personnel par exemple. Pour plus d'information, vous pouvez vous référer aux législations nationales,
disponibles dans notre collection des lois en accès électronique (CLEA).

 
Les programmes d'ordinateur sont-ils protégés par le droit
d'auteur?
Dans les années 1970 et 1980, la question de savoir quel système du brevet ou du droit d'auteur ou du
système sui generis, devait assurer la protection de programmes d'ordinateur a été sujet des débats
étendus. Ces débats ont conduit au principe généralement accepté que les programmes d'ordinateur
doivent être protégés par le droit d'auteur tandis que les appareils qui utilisent les programmes
d'ordinateur ou les inventions liées aux programmes d'ordinateur doivent être protégées par le brevet.

Le droit d'auteur et le droit des brevets offrent différentes sortes de protection. La protection par le droit
d'auteur s'étend aux expressions, et non aux idées, procédures, méthodes de fonctionnement ou
concepts mathématiques, tandis que le brevet confère un droit exclusif sur une invention, qui est un
produit ou un procédé offrant une nouvelle manière de faire quelque chose ou apportant une nouvelle
solution technique à un problème. Selon la Convention de Berne pour la protection des oeuvres
littéraires et artistiques, la protection est automatique, en ce sens qu'elle ne requiert pour son existence
aucune procédure de dépôt ou d'enregistrement. L'auteur d'une oeuvre originale est protégé dès la
création de son oeuvre, sans formalité, dans les États parties à la Convention. Un brevet est délivré en
général après l'achèvement d'une procédure d'examen par une agence de gouvernement. La protection
des programmes d'ordinateur par le droit d'auteur est solidement établie dans la plupart des pays et est
harmonisée par les traités internationaux à cet effet. La loi relative aux critères de brevetabilité d'un
programme d'ordinateur n'est pas encore harmonisée sur le plan international, mais certain pays ont
clarifié que les programme d'ordinateur sont brevetables. D'autres pays ont adopté des approches qui
reconnaissent les inventions assistées par des programmes d'ordinateur.

Compte tenu de la complexité de ces questions, il est recommandé de consulter un juriste ou avocat
spécialisé en propriété intellectuelle ou l'office de la propriété intellectuelle du pays dans lequel vous
souhaitez bénéficier de la protection. Le répertoire des offices de la propriété intellectuelle est
disponible sur notre site Internet.

Le format d'un programme de télévision est-il protégé par le


droit d'auteur sur le plan international?
Les organismes de radiodiffusion sont protégés en tant que titulaire de droit connexes en vertu de la
Convention internationale sur la protection des artistes interprètes ou exécutants, des producteurs de
phonogrammes et des organismes de radiodiffusion (la Convention de Rome). Le contenu de la
radiodiffusion en tant que telle, par opposition aux signaux, pourrait également faire l'objet d'une
protection par le droit d'auteur et les droits connexes. Les formats de programmes de télévision, en
revanche, n'ont jamais été un sujet de discussion en tant qu'objet de protection indépendant sur le plan
international.

Un personnage est-il protégé par le droit d'auteur ?


Un personnage peut être protégé par le droit d'auteur s'il constitue une expression originale d'un auteur.
Les produits de marchandisage tels que des jouets, des jeux interactifs, des livres et des habits qui
incluent des personnages peuvent être également protégés par les droits de propriété intellectuelle
dans certaines circonstances, principalement par le droit d'auteur et les marques, ainsi qu'en vertu
d'autres formes de protection juridique. Voir le Rapport de l'OMPI sur l'exploitation commerciale de
personnages (disponible uniquement en anglais en format Adode PDF).

 
Est-ce qu'un nom, un titre ou un logo peuvent-être protégés
par le droit d'auteur?
Un titre, un slogan ou un logo peuvent être protégés par le droit d'auteur s'íls revêtent suffisamment
d'originalité. Par contre un nom n'est pas protégé par le droit d'auteur dans la plupart des cas.

Quelles sont les règles concernant le droit d'auteur et les


droits connexes dans mon pays?
Quoique dans certain pays les traités s'appliquent directement sur le territoire en tant que lois
domestiques, en général la protection du droit d'auteur et des droits connexes est assurée par les lois
nationales des différents pays. Les traités internationaux établissent un lien entre les diverses lois
nationales d'un niveau minimal de protection en vertu de chaque loi nationale. Les traités eux-mêmes
n'octroient pas de droits, mais requièrent des pays qui y adhèrent qu'ils accordent certains droits précis
sur une base non discriminatoire. Vous pouvez accéder aux lois nationales sur le droit d'auteur des
différents pays dans notre collection des lois en accès électronique (CLEA). Pour plus d'information
vous pouvez prendre contact avec les administrations nationales de droit d'auteur.

J'ai un problème avec mon droit d'auteur. Pouvez-vous me


donner un avis de droit?
L'OMPI est une organisation intergouvernementale, chargée notamment de l'administration des traités
conclus sous ses auspices. Elle peut donner des avis et conseils aux gouvernements sur demande. En
revanche, l'OMPI n'a pas pour mandat de donner des avis de droit à des personnes privées ou à des
organismes ou entités juridiques non gouvernementaux. En ce qui concerne les questions spécifiques, il
est recommandé de s'adresser à un avocat-conseil spécialisé en matière de propriété intellectuelle.