Vous êtes sur la page 1sur 83

Règles de l’AIR

Mme H. SACI
I. Organisation et accords internationaux

Les conventions internationales ont pour objet


d’uniformiser les règles entre les divers pays
signataires, afin de développer l’aviation civile de
façon ordonnée, égale et sûre.
1. La convention de Paris (1919)

La toute 1ère convention traite le principe de


souveraineté absolue de chaque pays au dessus
de son territoire.

Souveraineté

Les États contractants reconnaissent que chaque


États a la souveraineté complète et exclusive sur
l'espace aérien au-dessus de son territoire.
2. La convention de Varsovie (1929):

la CV est intitulé : « convention pour


l'unification de certaines règles relatives au
transport aérien international »
Elle est plus axée sur les besoins du commerce
aérien.

Elle commence à élaborer des règles concernant


les responsabilités des transporteurs au regard des
passagers, des bagages et du fret.
3. convention de Chicago ( 7 décembre 1944 )

Cette convention internationale compte 96 articles et se


compose des quatre parties suivantes:

1. Navigation aérienne : Principe généraux, survol des états,


nationalités des appareils, mesures pour faciliter la
navigation, conditions à remplir pour les aéronefs, normes et
pratiques recommandées internationales

2. Organisation de l’aviation Civile Internationale (OACI)


3. Transport aérien international: Renseignements et rapports
à fournir, aéroports, installations et services de navigation
aérienne, organisation d’exploitation en commun.

4. Dispositions finales: Accords, règlements des différends, cas


de guerre, annexes à la Convention, ratification, adhésion,
amendement et dénonciation, définitions.
Objectifs

 assurer le développement ordonné et sûr de l'aviation


civile internationale dans le monde entier ;
 promouvoir la sécurité des vols dans la navigation
aérienne internationale ;

 promouvoir le développement de l'aéronautique civile


internationale sous tous ses aspects.
Résultats de la convention de Chicago

 Code de l’air basé sur le principe de souveraineté complète


et exclusive des États dans leur espace aérien

 Mise en place de l’OACI

 Code d’exploitation

 Les 5 libertés de l’air


Les libertés de l'air :

Les libertés techniques

1 ERE LIBERTE : droit de survol d'un territoire sans atterrir

2 EME LIBERTE : droit d'atterrir pour des raisons non commerciales escales
techniques
Les libertés de l'air :

Les libertés commerciales


3 EME LIBERTE : droit de débarquer à l'étranger des passagers ou du fret en
provenance du pays d'origine

PAX
FRET

4 EME LIBERTE : droit d'embarquer des passagers ou du fret à destination de son


pays d'origine

PAX
FRET

5 EME LIBERTE : droit de transporter des passagers ou du fret entre 2 pays tiers
Origine et destination
sont différentes de l'état de
l'opérateur aérien
La convention a été complétée avec des annexes « normes
et pratiques recommandées » traitant de 19 sujets
particuliers.

Norme :
Une norme est une disposition dont l'application uniforme
est reconnue nécessaire à la sécurité et à la régularité de
la navigation aérienne internationale et à laquelle les États
contractants se conformeront en application des
dispositions de la convention.
Pratique recommandée :

Une pratique recommandée est une spécification dont


l’application uniforme est reconnue souhaitable dans
l’intérêt de la sécurité, de la régularité de la navigation
aérienne internationale et auxquelles les états contractants
s’efforcent de se conformer en application des dispositions
de la convention.
Les conventions de droit pénal

4. la convention de Tokyo (14 septembre 1963)

Relative aux infractions et à certains actes survenant à bord. La convention


donne à l’état d’immatriculation de l’aéronef compétence pour connaître
des infractions commises et actes accomplis à bord.

5. la convention de la Haye (16 décembre 1970)

Traite de la répression de capture illicite d’aéronefs

6. la convention de Montréal (23 septembre 1971)

Traite de la répression d’actes illicites dirigés contre la sécurité de


l’aviation civile.
Types de circulation aérienne

2 types de circulation aérienne:

 CAG: Circulation Aérienne Générale

 CAM: Circulation Aérienne Militaire


Types de circulation aérienne

Circulation Aérienne Générale

CAG
Ensembles des mouvements des aéronefs civils et
d’État soumis à la réglementation propre à ce type
de circulation
Types de circulation aérienne
Circulation Aérienne Militaire

CAM

COM CER
Circulation Opérationnelle Circulation Essai
Militaire Réception
Règles de l’air
Domaine d’application des règles de l’air

Les règles de l'air s'appliqueront aux aéronefs portant la nationalité et


l'immatriculation d'un État contractant, où qu'ils se trouvent

Responsabilité pour l'application des règles de l'air à la conduite


D'un aéronef:
 Le pilote commandant de bord est responsable
 Dérogation uniquement pour motifs de sécurité

Actions préliminaires au vol:


 Prendre connaissance de tous renseignements concernant le vol
 Vols hors des abords d'un aérodrome ou aux instruments
 Etude météorologique
 Besoin de carburant
 Plan de diversion
Règles générales

Protection des
personnes Conduite d'un aéronef :
Et des biens Sans risques pour la vie ou les biens des tiers

Hauteurs minimales
Les aéronefs doivent voler à une hauteur suffisante,
de manière à effectuer un atterrissage sans risque
pour les personnes ou les biens ,au dessus:
 Des zones des villes à forte densité
 Des rassemblements de personnes en plein air
Sauf
 Pour les besoins d'atterrissage et de décollage
 Avec une autorisation des autorités compétentes

Les aéronefs doivent respecter également les hauteurs


minimales et niveaux minimaux définis par leurs
règles de vol
Protection des
personnes
Et des biens

Hauteurs minimales qui peuvent être fixées par arrêté pour le


survol des villes et autres agglomérations ou des
rassemblements de personnes ou d'animaux en plein air ainsi
que le survol de certaines installations ou établissements.
(Arrêté du 8 juillet 1966).

A) Au-dessus des zones à forte densité des villes ou de


rassemblements de personnes en plein air à 300 m au
minimum au-dessus de l'obstacle le plus élevé situé dans un
rayon de 600 m autour de l'aéronef.

B) Sinon, à 150 m (500ft) minimum au-dessus du sol ou de


l'eau ou de tout obstacle.
HAUTEUR MINIMALE DE SURVOL
Le survol des agglomérations ou rassemblements de personnes
doit s'effectuer au minimum à …
300 m de hauteur du point le plus élevé dans un rayon de 600
m autour de l'aéronef.
R = 600 m

R = 600 m

H = 300 m

H = 300 m
Règles générales
Protection des Jet d'objet et pulvérisation :
personnes Interdit sauf autorisation de l'autorité et en
Et des biens respectant les modalités exigées par l'organe
des services de la CA

Acrobaties aériennes interdites :


Sauf autorisation de l'autorité et en
respectant les modalités exigées par l'organe
des services de la CA

Vol en formation autorisé si :


 entente préalable entre les pilotes
 En suivant les conditions prescrites par
les organes ATS (en espace aérien contrôlé )
 La formation se comporte comme un seul
aéronef
 Séparations assurées par les pilotes
 Max 0,5 nm latéralement et 100ft
verticalement
Règles générales

Protection des
personnes
Et des biens  Le remorquage se fait en conformité des
dispositions prescrites par l'autorité
compétente.

 Les descentes en parachutes se font selon


les dispositions prescrites par l'autorité
compétente.

 Un ballon libre non habité sera exploité de


manière qu'il présente le moins de danger.

 Les zones interdites et réglementées ne


seront utilisées que dans les conditions
prescrites par les autorités compétentes.
Règles générales

Prévention des Fondée sur la vigilance des pilotes quelque


collisions soient l'espace ou le type de vol effectué et
également sur l'aire de manœuvre des
aérodromes

Proximité :
Pas d’évolution d'un aéronef par rapport à
un autre pouvant entrainer un risque de
collision

Priorité de passage
Règles générales

Prévention des Priorité de passage


collisions

L'aéronef prioritaire doit conserver


Son cap et sa vitesse

Cette règle ne dispense pas le pilote de prendre


toutes dispositions pouvant permettre
l’évitement d'un collision

L'aéronef non prioritaire ne doit pas manœuvrer


Au -dessus , au-dessous , ni devant l'aéronef prioritaire
Et doit tenir compte de la turbulence de sillage
Règles générales

Prévention des collisions Priorité de passage : aéronefs se rapprochant


de face

Chaque aéronef oblique vers


Sa droite en cas de risque
D'collision
Règles générales

Prévention des collisions Priorité de passage : aéronefs se dépassant

 Un aéronef dépassant est un aéronef qui s'approche d'un autre aéronef par
l'arrière suivant une trajectoire formant un angle de moins de 70° avec le plan de
symétrie de ce dernier

 l'aéronef dépassant doit obliquer vers la droite pour s'écarter de la trajectoire du


premier

70°
Règles générales

Prévention des collisions Priorité de passage : aéronefs dont les


routes sont convergentes

L'aéronef qui voit l’autre


à sa droite s’écarte
Règles générales

Règles de priorité entre les différents aéronefs

 Les aérodynes motopropulsés céderont le passage aux


dirigeables, ballons, et planeurs.

 Les dirigeables céderont le passage aux ballons, planeurs.

 Les planeurs céderont le passage aux ballons.

 Les aéronefs motopropulsés céderont le passage aux aéronefs


remorquant d'autres aéronefs ou objets.
Règles générales

Prévention des collisions Priorité de passage : aéronefs à l’atterrissage

Un aéronef manœuvrant en vol ou


au sol cèdera le passage à un aéronef
à l'atterrissage ou en approche finale

Interdit !
Règles générales

Prévention des collisions Priorité de passage : aéronefs à l’atterrissage

Ces 2 aéronefs veulent atterrir :


Le plus haut cède le passage

N° 1
Règles générales

Prévention des collisions Priorité de passage : aéronefs à l’atterrissage

L'aéronef en urgence à priorité


à l'atterrissage

N° 1
Règles générales

Prévention des collisions Priorité de passage : aéronefs circulant en


surface

Règles à appliquer en cas de risque de collision


Entre deux aéronefs évoluant sur l'aire de
Mouvement

2 aéronefs en rapprochement de face :


 doivent stopper
 Obliquent vers la droite si possible

2 aéronefs en convergence :
 celui qui voit l'autre à sa droite cède
Le passage

Un aéronef dépassé est prioritaire


Règles générales

Prévention des collisions Priorité de passage : aéronefs circulant en


surface

Un aéronef circulant sur l'aire de mouvement


Points d'attente Doit s'arrêter et attendre à tous les
De circulation Points d'attente de circulation

(Sauf instructions contraires de la tour de


Contrôle)
POINTS D'ATTENTE DE CIRCULATION

PISTE PISTE
A VUE , CLASSIQUE , DECOLLAGE AVEC APPROCHE DE PRECISION

VOIE DE
VOIE DE

CIRCULATION
CIRCULATION

MARQUES
POINT D'ATTENTE
DE CIRCULATION
Règles générales

Prévention des collisions Manœuvres sur un aérodrome et à ses


abords

Dans ou hors d'une zone de circulation d'aérodrome


Un aéronef doit:

 Surveiller la circulation d'aérodrome.


 S'intégrer dans les circuits de circulation.
 Effectuer tous les virages à gauche sauf instruction contraire.
 Atterrir et décoller face au vent.
Description du tour de piste
Description du tour de piste
Règles générales

Feux réglementaires des aéronefs

 Entre le coucher et le lever du soleil tout aéronef en vol allumera :


a) Des feux anticollision (identification) .
b) Des feux de position (trajectoire)

Pour rendre l'aéronef plus visible : utilisation des phares d'atterrissage et


projecteurs

 Entre le coucher et le lever du soleil tout aéronef au sol doit:


 Allumer ses feux de position sur l’aire de mouvement.
 Allumer ses feux destinés à indiquer les extrémités de ses structures
(rouge et vert).
 Allumer ses feux destinés à attirer l'attention sur lui.
 Allumer ses feux lorsque ses moteurs sont en marches.
Schéma d’éclairage des feux de navigation

Les Feux de Position


110° 110°
Ce sont les feux qui sont utilisés
lorsqu'on vol de nuit, ou par
mauvais. blanc vers l'arrière, rouge
à gauche et vert à droite. 140°

Les Feux Anticollision

Ce sont les feux rouges qui


clignotent, au-dessus et en
dessous du fuselage
Conditions VMC

 VMC : Conditions météorologiques de vol à vue

Les VMC , exprimées en fonction de :

• la visibilité horizontale

• de la distance par rapport aux nuages et du plafond


Les minimums VMC de visibilité et de distance par rapport aux nuages
Choix du régime de vol

le choix du régime de vol dépend:

 Conditions de vol

 Nature du vol (trajet effectué, les régions survolées,


l’espace aérien .. )

 L’équipement de l’ACFT

 Qualification de l’équipage
VFR
Les règles de vol à vue:

 Les conditions météo ≥ aux minimums VMC. fixé en fonction


de:
 la classe de l’espace aérien.
 la position verticale de l’aéronef.

 Un aéronef peut voler en VFR si les conditions VMC sont réalisées


sauf pour un VFR spécial.

 Un aéronef ne devra ni décoller, ni atterrir d’un aérodrome situé dans


une zone de contrôle ni pénétrer dans la zone de circulation
d’aérodrome ou dans le circuit de ce dernier si :

 le plafond est inférieur à 1500ft (450m).


 la visibilité au sol est inférieure à 5km.
VFR
 Un vol VFR doit se dérouler de jour (entre le lever et le coucher
du soleil)

 les vols VFR ne seront pas effectués :


 Au-dessus du FL200.
 A des vitesses transsoniques et supersoniques.

 le plan de vol n’est pas obligatoire que dans les cas suivant:
- Survol maritime
- VFR de nuit
- Franchissement de frontière
VFR
 Hauteurs de survol minimales

Sauf pour les besoins d' atterrissage et de décollage aucun vol VFR ne sera
effectué :

 A moins de 300 m (1000 ft) au-dessus de l'obstacle le plus élevé situé


dans un rayon de 600m autour de l'aéronef au- dessus des zones à
forte densité des villes ou des rassemblements de personnes en plein
air.
 Ailleurs à moins de 150 m(500 ft) au-dessus du sol ou de l'eau
VFR
 Vol VFR contrôlé

Les aéronefs en vol VFR reçoivent le service de contrôle de la


circulation aérienne :

 s’ils volent dans un espace de classe B, C ou D.


 s’ils font partie de la circulation d’aérodrome d’un
aérodrome contrôlé.
 s’ils effectuent un vol VFR spécial.
VFR

 Vols VFR Désirant passer à l'application des règles de vol


aux instruments

 Un plan de vol à été déposé :

 transmettre les modifications au plan de vol en vigueur

 L'aéronef est en espace aérien contrôlé et n' était pas soumis


au dépôt obligatoire d'un plan de vol:

 il doit soumettre un plan de vol à l'organe ATS concerné

 obtenir une autorisation avant de passer en vol IFR


IFR
Instrument Flight Rules

 Règles de vol aux instruments en VMC ou IMC

 IMC: Conditions météorologiques de vol aux instruments

Lorsque les VMC ne sont pas réunies on est en IMC


IFR
Les règles de vol aux instruments:

 Les conditions météo < aux minimums VMC.

 Les aéronefs doivent être équipés d’instruments et d’appareils de navigation


appropriés à la route à suivre.

 Les aéronefs IFR doivent respecter des niveaux minimaux (sauf pour les
besoins d'atterrissage et de décollage ou sur autorisation spéciale)

 Un vol IFR sera exécuté :

 A un niveau égal ou supérieur à l'altitude de vol minimale fixée


par l’Etat survolé
IFR
 si aucune altitude minimale n'est publiée :
A un niveau situe à 300 m ( 1000 ft) au dessus de l'obstacle le plus élevé
situe dans un rayon de 8 km autour de la position estimée de l'aéronef
(600 m (2000 ft ) au dessus des régions montagneuses.

 Poursuivre en VFR un vol IFR :

 un plan de vol à été déposé:

 aviser l’organisme intéressé des services de la circulation aérienne que le


vol IFR est annulé
 et lui communiquer les modifications à apporter au plan de vol en vigueur.
IFR

Pour voler en espace aérien contrôlé un vol IFR devra :

• Avoir obtenue une autorisation du contrôle de la circulation aérienne.


• Choisir un niveau de croisière IFR dans le tableau de croisière.

Un vol IFR hors espace aérien contrôlé devra :

• Choisir un niveau de croisière IFR correspondant à sa route magnétique.


• Etablir une communication radio avec l’organe ATS assurant le service
d’information de vol et gardera une écoute permanente.
• Effectuer des comptes rendus de position.
COMPTE RENDU DE POSITION

 Un aéronef en vol contrôlé doit transmettre son niveau et l'heure de


passage à chaque point de compte rendu obligatoire désigné

 Un aéronef en vol contrôlé en l'absence de point de compte rendu devra


transmettre des comptes rendus de position à des intervalles prescrits par
l'autorité

 La transmission de l'altitude pression par SSR mode c , équivaut à la


transmission du niveau d'un compte rendu de position

55
Teneur des comptes rendus de position

Les comptes rendus de position contiennent les éléments d’information


suivants:

 identification de l’aéronef
 Position
 Heure
 niveau de vol ou altitude
 prochaine position et heure de passage
 point significatif suivant.

56
Règle semi circulaire
Route magnétique
comprise entre 000° et 179°
- niveau impair plus 500ft (VFR)
Route magnétique
comprise entre 180 et 359° - niveau impair (IFR)

- niveau pair plus 500ft (VFR)


- niveau pair (IFR)
Tableau des niveaux de vol
Vol VFR
ROUTES MAGNETIQUES ROUTES MAGNETIQUES
DE 000° A 179 ° DE 180° A 359°

FL 35 215 FL 45 205
55 235 65 225
75 255 85 245
95 275 105 265
115 125 285
135 145
155 165
175 185
195
Tableau des niveaux de vol
Vol IFR

ROUTES MAGNETIQUES ROUTES MAGNETIQUES


DE 000 A 179 ° DE 180 A 359°

10
FL 230 FL 20 220
30
250 40 240
50
270 60 260
70
290 80 280
90
330 100
110 310
370 120
130 350
410 140
150 390
450 160
170 430
490 180
190 470
... 200
210 ...
RVSM: Minimum de séparation verticale réduit

Espace aérien VSM Espace aérien RVSM

Espacement Espacement
2000 ft 2000 ft
FL 410 FL 410

Espacement Espacement
2000 ft 1000 ft

FL 290 FL 290
… …
FL 110 Espacement Espacement FL 110
1000 ft 1000 ft
FL 100 FL60100
Plan de vol
Ensemble des renseignements spécifiés au sujet d'un vol projeté ou d'une partie
d'un vol, transmis aux organismes des services de la circulation aérienne

Un plan de vol sera déposé avant :


a) Tout vol ou toute partie d’un vol appelé à bénéficier de service du
contrôle de la circulation aérienne ;
b) Un vol IFR effectué dans l’espace aérien à service consultatif ;
c) Tout vol qui veut bénéficier des service d’information de vol, le service
d’alerte et les opérations de recherches et de sauvetage;
d) De pénétrer dans tout espace ou l'autorité compétente exige le dépôt d'un
plan de vol pour faciliter la coordination avec les organismes militaires
appropriés ou les organismes des services de la circulation aérienne
d’États voisins, afin d’éviter la nécessité éventuelle d’une interception
aux fins d’identification;
e) Tout vol au cours duquel l’aéronef doit franchir des frontières.
Un plan de vol sera :

 Soumis au bureau de piste des services de la circulation aérienne


avant le départ où;

 Les plans de vol ne seront pas déposés plus de 120 heures avant
l’heure estimée de départ du poste de stationnement.

 Transmis en cours de vol auprès de l'organisme des services de la


circulation aérienne intéressé ou à la station radio de contrôle air-sol

 Déposé sous forme de plan de vol répétitif


Plan de vol répétitif : ( RPL : Repetitive Flight Plan )

Plan de vol concernant une série de vols dont les caractéristiques de


base sont identiques. Utilisé pour les vols IFR exploités le même jour pour
plusieurs semaines consécutives et se reproduisant 10 fois au moins; ou
chaque jour pendant 10 jours consécutifs

plan de vol en vigueur (CPL Current flight plan )

Plan de vol comprenant les modifications éventuelles résultant d'autorisations


postérieures à l’établissement du plan de vol initial (plan de vol déposé)
Retard au départ

S’il se produit un retard de plus de:


 30 mn / l’ETD pour les vols contrôlés;
 1 heure / l’ETD pour les vols non contrôlés;

plan de vol devrait être

o Amendé : par un message de retard DLA ;


o Ou Annulé : par un message d’annulation CNL
dépôt : au plus tard
le service du contrôle de la circulation
60 minutes avant aérienne ou le service consultatif de la
l'heure de départ circulation aérienne est
assuré pour un vol

il sera transmis en temps utile Le plan de vol est communique au cours


afin de parvenir à l’organisme du vol
approprié des services de la
circulation aérienne 10 minutes a) au point d’entrée prévu dans une
au moins avant l’heure prévue région de contrôle ou dans une région
du passage de l’aéronef à service consultatif ;
b) au point d’intersection de sa route et
d’une voie aérienne ou d’une route à
service consultatif.
Teneur du plan de vol

 identification de l'aéronef  vitesse(s) de croisière


 règles de vol et type de vol  niveau (x) de croisière
 nombre , type d'aéronef  route à suivre
catégorie de turbulence de  aérodrome de destination
sillage durée totale estimée
 équipements de l'aéronef  aérodrome(s) de dégagement

 autonomie
 aérodrome de départ  nombre de personnes à bord
 heure estimée de départ du  équipement de secours et de
poste de stationnement survie
 renseignements divers
Clôture d’un plan de vol

directement, par
radiotéléphonie ou par
liaison de données Un compte rendu d'arrivée doit être
transmis à l'organisme des services de la
CA de l'aérodrome de destination
le plus tôt possible
après l’atterrissage

Si un plan de vol a été déposé pour la totalité


du vol.

Si un plan de vol a été déposé pour une partie


Si absence d'organe ATS : du vol jusqu’à destination
compte rendu d'arrivée
après atterrissage à l'organe
ATS le plus proche
Teneur des messages de compte rendu d'arrivée

a) identification de l’aéronef ;
b) aérodrome de départ ;
c) aérodrome de destination (en cas de déroutement seulement) ;
d) aérodrome d’arrivée ;
e) heure d’arrivée.

4. Heure

 Le temps utilisé sera le temps universel coordonné (UTC), exprimé en


heures, minutes et, s’il y a lieu, secondes.

 L’heure sera vérifiée avant le début d’un vol contrôlé et toutes les fois que
cela sera nécessaire au cours du vol.
COMMUNICATIONS

Tous les aéronefs en vols contrôlés doivent maintenir une veille permanente
des fréquences radio des organes du service de contrôle de la circulation
aérienne intéressés et établir des communications bilatérales avec celui-ci

le système SELCAL permet


d'assurer une veille permanente

SELCAL (Selective Calling System) est un


système d'appel sélectif qui permet à un
opérateur radio d'une station au sol d'avertir
l'équipage d'un aéronef lorsqu'il souhaite
entrer en communication avec l'appareil
COMMUNICATIONS

En cas d'interruption des communications (panne de l’équipement radio )


l'aéronef devra :

En conditions de vol à vue (VMC) :

 poursuivre son vol en conditions de vol à vue

 atterrir sur l'aérodrome approprié le plus proche

 signaler son arrivée à l'organe du contrôle de la circulation aérienne


COMMUNICATIONS

En cas d'interruption des communications (panne de l’équipement radio )


l'aéronef devra :

En conditions de vol aux instruments ( IMC ):

1 Poursuivre son vol conformément au plan de vol en vigueur jusqu'à l'aide à


la navigation desservant l'aérodrome de destination

s'il n'a reçu qu'une autorisation de niveau de vol valable pour une partie de la
route:
il respecte cette autorisation jusqu'a la limite d'autorisation et respecte ensuite
le(s) niveau(x ) spécifié(s) dans le plan de vol en vigueur
COMMUNICATIONS

2
 Attendre à la verticale de l'aide de l'aérodrome de destination

 Descendre à l'heure d'arrivée prévue au plan de vol sauf s'il a reçu une
heure d'approche prévue

 Exécuter la procédure d'approche aux instruments spécifiée pour l'aide


à la navigation désignée

 Atterrir dans les 30 minutes suivant la plus tardive de l'heure d'arrivée


plan de vol ou de l'heure d'approche prévue
Les signaux pour la circulation d’aérodrome

II existe un certain nombre de signaux:

signaux lumineux ,
Signaux d’accusé de réception des aéronefs,
signaux visuels au sol
signaux lumineux et signaux visuels au sol

Permettant d'entrer en contact et d’échanger des informations importantes


avec le pilote dans des situations telles que la panne de radio, ou des situations
d’urgence ou de détresse.

La connaissance de ces signaux (visuels au sol ou lumineux à partir de la TWR)


peut simplifier considérablement la gestion desdites situations et relève
directement de la sécurité des occupants de l’avion.
les signaux lumineux
En vol :
les signaux lumineux
Au sol :

76
Signaux d’accusé de réception des aéronefs
a) En vol :

1) de jour : en balançant les ailes, sauf sur le parcours de base et sur le


parcours final de l’approche ;

2) de nuit : en éteignant et en allumant deux fois les projecteurs d’atterrissage


ou, s’il n’en est pas équipé, ses feux de navigation.

b) Au sol :
1) de jour : en remuant les ailerons ou la gouverne de direction ;

2) de nuit : en éteignant et en allumant deux fois les projecteurs d’atterrissage


ou, s’il n’en est pas équipé, ses feux de navigation.
Signaux visuels au sol
Une signalisation existe pour les avions se trouvant à l'arrivée sur un aérodrome
pour lequel il n'est pas possible d'établir une liaison radio avec l'organisme chargé
de la circulation aérienne.

L'aire à signaux La manche à air


Signaux visuels au sol
Ces signaux sont pour la plupart regroupés dans l'aire à signaux
Signaux visuels au sol
Interdiction d'atterrir

Un panneau carré rouge horizontal à diagonales jaunes indique, lorsqu’il est


disposé sur l’aire à signaux, que les atterrissages sont interdits et que
l’interdiction peut se prolonger.

Précautions spéciales à prendre au cours de l’approche ou de l’atterrissage


Un panneau carré rouge horizontal avec une seule diagonale jaune indique,
lorsqu’il est disposé sur l’aire à signaux, qu’en raison du mauvais état de l’aire de
manœuvre ou pour toute autre raison, des précautions spéciales doivent être
prises au cours de l’approche ou au cours de l’atterrissage.
Utilisation des pistes et voies de circulation
Un panneau horizontal blanc en forme d’haltère indique, lorsqu’il est disposé
sur l’aire à signaux, qu’il est prescrit aux aéronefs d’atterrir, de décoller et de
circuler exclusivement sur les pistes et voies de circulation.

Le même signal mais comportant une bande noire perpendiculaire à la barre


transversale dans chacune des extrémités circulaires de l’haltère indique,
lorsqu’il est disposé sur l’aire à signaux, qu’il est prescrit aux aéronefs d’atterrir
et de décoller sur les pistes seulement, mais que les autres manœuvres peuvent
être effectuées ailleurs que sur les pistes et voies de circulation.

Pistes ou voies de circulation fermées

Des croix d’une couleur uniforme contrastante, jaune ou blanche, disposées


horizontalement sur des pistes ou des voies de circulation ou sur des parties de
piste ou de voie de circulation indiquent des zones impropres aux manœuvres
des aéronefs.
Directions d’atterrissage et de décollage
Un T d’atterrissage horizontal blanc ou orangé indique aux aéronefs la
direction à utiliser pour l’atterrissage et le décollage, ceux-ci s’effectuant
dans une direction parallèle à la barre verticale du T, vers la barre
transversale du T.

Un groupe de deux chiffres, placés verticalement sur la tour de contrôle


d’aérodrome ou près de celle-ci, indique aux aéronefs sur l’aire de
manœuvre la direction du décollage.

Circulation à droite
Une flèche de couleur voyante, dirigée vers la droite, placée sur l’aire à
signaux ou disposée horizontalement à l’extrémité de la piste ou de la
bande en service, indique que les virages doivent être exécutés à droite
avant l’atterrissage et après le décollage.
Bureau de piste des services de la circulation aérienne

La lettre C, noire sur fond jaune, placée verticalement, indique l’emplacement du


bureau de piste des services de la circulation aérienne.

Vols de planeurs en cours

Une double croix blanche, disposée horizontalement dans l’aire à signaux,


indique que l’aérodrome est utilisé par des planeurs et que des vols sont en
cours.

Vous aimerez peut-être aussi