Vous êtes sur la page 1sur 7

Les Cahiers de l'INSEP

Sports de combat et arts martiaux à l'université ou les intellectuels


face aux arts martiaux
Lucien Batigne

Citer ce document / Cite this document :

Batigne Lucien. Sports de combat et arts martiaux à l'université ou les intellectuels face aux arts martiaux. In: Les Cahiers de
l'INSEP, n°12-13, 1996. Arts martiaux, sports de combat. pp. 67-72;

doi : https://doi.org/10.3406/insep.1996.1143

https://www.persee.fr/doc/insep_1241-0691_1996_num_12_1_1143

Fichier pdf généré le 25/11/2019


SPORTS DE COMBAT ET ARTS MARTIAUX

À L'UNIVERSITÉ OU

LES INTELLECTUELS FACE AUX ARTS MARTIAUX

Lucien BATIGNE

Les sports de combat ont souvent été pratiqués et considérés comme


des disciplines éducatives (voir «The noble art of self-defense» dans
les collèges anglais). Les arts martiaux, par leur apport ésotérique, le
mythe de l'invincibilité, l'image d'être «autre chose qu'un simple
sport», ont toujours séduit les universitaires.

Rappel de définitions

Art martial :

- art : ensemble de règles ou de méthodes pour effectuer parfaite¬


ment quelque chose
- martial : de Mars, dieu de la guerre chez les Romains
- finalités : emploi sur le champ de bataille ; efficacité maximale,
pas de règles, aujourd'hui discipline de combat sans règlement mais
obéissant à une éthique précise, visant d'autres buts éducatifs que le
conflit ou la compétition.

Sport de combat :
- sport : de l'ancien français desport = jouer
- combat : jeu d'opposition, duel
- finalités : jeu d'opposition, face à face, codifié, permettant sans
danger de s'affronter avec un règlement précis pour désigner un vain¬
queur.

Évolution générale
3eJ0RESCAM

- la frontière est parfois difficile entre les deux familles, les défini¬
tions sont imprécises dans l'esprit des universitaires, le choix est sou¬
vent difficile.

Disciplines rencontrées dans le milieu universitaire

Dans le cadre de l'enseignement sportif dans les universités


- arts martiaux traditionnels (judo, karaté)
- arts martiaux "secondaires" (créés récemment soit par des Fran¬
çais, soit par des Japonais) : Tai do, Tai jutsu, Ju jutsu, Wa jutsu, Goshin
do, Yoseikan budo, Kinomichi...
- sports de combat classiques : judo, karaté, lutte libre, sambo, boxe
anglaise, boxe française (escrime et canne ne sont pas répertoriés, bien
que sports de combat).

Dans le cadre des compétitions universitaires (FNSU)


Pratiquées au sein des associations sportives des universités (CAS),
débouchant sur des titres de champion de France (avec règlements fé¬
déraux parfois légèrement modifiés) : lutte libre, judo, karaté, sambo,
boxe française, boxe anglaise.

Survol historique

1952-1961
- le décret de 1952 institue l'EPS dans l'enseignement supérieur.
Il n'existe pratiquement aucun enseignement dans les facultés
- les clubs universitaires se développent à partir des associations
générales étudiantes (BEC, PUC, LUC) et créent des sections de com¬
bat
- les compétitions universitaires se développent sous l'égide des
OSSU en commun avec les scolaires en judo, lutte gréco-romaine, boxe
anglaise
- les disciplines pratiquées sont peu nombreuses. Le judo, apparu
timidement vers les années 48-49 chez les scolaires, s'organise en 1950
chez les universitaires. Il est enseigné régulièrement à l'École poly¬
technique.
Les compétitions universitaires de judo sont supprimées en 1950 à
cause notamment des problèmes soulevés par les catégories de poids.
ARTS MARTIAUX SPORTS DE COMBAT

Ces compétitions sont reprises en 1957 avec trois catégories de poids


Le grade minimal exigé est la ceinture orange. Pour les autres discipli
nes, la lutte pratiquée est la gréco-romaine, la boxe anglaise est sup
primée en 1952, la boxe française est enseignée à la Cité Universitair
de Paris en 1952 (boxe française parisienne).

1961-1970

- expérience de Lille : le recteur Deberre rend par un arrêté l


sport obligatoire pour les étudiants de première année dans les quatr
facultés lilloises. On assiste à un développement des sports de comba
et des arts martiaux
- extension nationale : le sport se développe dans toutes les autre
académies. Il se crée des sections de combat (encadrement et installa¬
tions matérielles). L'OSSU devient l'ASSU (les scolaires et les univer
sitaires sont encore regroupés au sein d'une même fédération omni
ports)
- création du centre Bullier (Jean Sarrailh) à Paris, avec des salle
spécialisées
- dans les écoles de cadres (IREPS), l'initiation aux sports de com¬
bat figure au programme des élèves-professeurs, mais l'option comba
n'existe pas au CAPEPS. À l'exclusion de l'ENSEPS, on trouve peu
de spécialistes compétents, dynamiques et ayant foi en ces disci¬
plines.

Disciplines pratiquées
- le judo se développe en nombre et en qualité (le nombre d
ceintures noires universitaires augmente, une commission national
judo existe)
- la boxe anglaise est relancée par Letessier qui, par ses qualité
de boxeur, de pédagogue et d'universitaire, sait l'adapter aux étudiant
(grade, casque, nouveaux règlements, redéfinition de l'assaut). Un pre¬
mier critérium a lieu en 1969 à Paris. Une commission nationale ASSU
boxe anglaise vient concrétiser ce renouveau
- la boxe française organise son premier critérium à Lille en 1970
Une commission nationale ASSU boxe française est créée
- la lutte s'organise en alternant dans ses championnats une an
3eJ0RESCAM

née sur deux lutte et gréco-romaine. Une commission nationale AS


existe et gère ces compétitions
- sambo : ce sport de combat d'origine soviétique apparaît en 19
1984. Les compétitions se font en masculin et en féminin. Son auto
mie est reconnue au sein de la FNSU par une commission. Les com
titions drainent de nombreuses ceintures noires de judo et connaiss
une grande affluence
- le karaté apparaît en Coupe de France en 1978. Les prem
championnats se déroulent en 1987-1988 avec deux formes de com
tition : une expression technique avec le kata, une expression com
avec le kumite. Le grade minimal exigé est la ceinture orange. Les co
pétitions se font individuellement et par équipes. Une commission
tionale essaie chaque année d'en améliorer le nombre et la qualité.

Évolution des compétitions


La FNSU permet l'organisation de compétitions strictement u
versitaires. Le judo et le karaté augmentent en nombre et en nive
On peut noter une féminisation de tous les sports de combat (à l'exc
sion de la boxe anglaise). Il y a une dizaine d'années, une tentative
faire entrer l'aïkido à la FNSU a échoué. L'idée, issue de l'expérie
de l'aïkido de M. Tomiki au Japon, ne fut pas acceptée car contrai
l'esprit et à l'éthique de l'aïkido.

Evolution générale des activités


Après l'apparition de Bruce Lee dans les années 1970 débouch
sur la violence et le spectacle, un large éventail d'activités a été ouv
aux étudiants. On assiste à l'arrivée de nouvelles disciplines (Kung-
Tae kwon do), à la création de nouvelles méthodes (Tai jutsu, Tai
Le clivage apparaît dans les arts martiaux, l'aspect compétitif pren
parfois le pas sur la pratique dans l'éthique martiale.

Enquête menée auprès des SUAPS en 1991-1992 (63 réponses


çues sur 70 services des sports interrogés).
Judo : art martial et premier sport de combat universitaire
Karaté : art martial et sport de combat en grand développement
Aïkido : art martial non compétitif
ARTS MARTIAUX SPORTS DE COMBAT

Boxe française : sport de combat occidental en développement 32


Ju jutsu self défense : généralement couplé avec le judo 19
Boxe anglaise : sport de combat en déclin sur le plan de
la compétition 15
Sambo : sport de combat d'origine soviétique 9
Lutte : sport de combat 8
Taï jutsu : méthode de self défense 5
Canne : sport de combat associé à la boxe française 5
Tae kwon do : art martial d'origine coréenne 5
Yoseikan budo : art martial japonais 3
Kinomichi : "anti-art martial" orienté vers la respiration 2
Tai chi chuan 2
Kung fu : art de combat chinois 2
Tai do : méthode de défense 2
Quankido : art martial chinois 1
Kendo : escrime japonaise 1
Kyudo : tir à l'arc japonais 1
Nunchaku de combat : sport de combat issu du Kobudo japonais 1
Boxe nippone : discipline officiellement inconnue 1

Conclusion

Il existe une très large panoplie des activités de combat et arts


martiaux, avec une prédominance du judo, du karaté, de l'aïkido, de la
self-défense au sens large du terme, de la boxe française.
Les sports de combat FNSU en chiffres : nombre d'étudiants qua¬
lifiés aux championnats de France universitaires en 1994 :

Qualifiés Masculin Féminin

Judo 441 340 120


Karaté 450 350 100
Boxe française 178 137 41
Lutte 171 106 65
Sambo 110 77 33
Boxe anglaise 63 63 0
3eJ0RESCAM

En guise de conclusion, deux points semblent à retenir :

- à l'attrait du mythe de la self-défense qui rend invincible et la rech


che d'un ésotérisme nébuleux succède aujourd'hui une attirance p
réelle et plus diversifiée :
- soit pour une compétition de tous niveaux (rencontre inter-
versitaire, inter-UFR)
- soit pour la recherche de progrès concrétisés par les passages
grades
- sojt pour une pratique qui rassure l'individu et lui permet de
sentir bien dans sa peau"

- à une certaine anarchie tant dans la pratique que dans l'enseignem


et le nombre élevé de disciplines succède un enseignement de qual
et une restriction du nombre de pratiques au bénéfice des sports
combat et arts martiaux officiellement reconnus (fédérations habilité

Les arts martiaux et les sports de combat tiennent une place


portante dans les sports universitaires ; ils contribuent ainsi à la form
tion complète des étudiants y compris dans l'image qu'ils véhicul
auprès des employeurs.

Vous aimerez peut-être aussi