Vous êtes sur la page 1sur 2

remettent en cause la suprématie du discours.

L’intérêt apporté à la
représentation met en relief le rôle du metteur en scène, qui apparait comme le
maitre d’œuvre des nouvelles créations théâtrales.

2. Les effets du théâtre


En suscitant la pitié et la crainte, la représentation théâtrale, selon Aristote,
opère la purgation de toute passion nuisible à l’homme. « La catharsis » était
considérée pendant longtemps le but même du théâtre : Les pires atrocités
présentées sur la scène permettent, selon le mot du Corneille de « déraciné » la
passion.

Les auteurs de la comédie comme Molière font du théâtre l’instrument


d’une critique sacrale. C’est ainsi que le théâtre peut s‘instruire et plaire. Au
XX les points de vus se modifient. L’écrivain Bertolt Brecht refuse de
s’appuyer sur cette fascination collective : à la crainte et à la pitié, il veut
substituer « l’étonnement et la curiosité ». Pour Ionesco, qui contrecarre
(contredire) Brecht, « le théâtre est la projection sur scène du monde du dedans
».

3. Les fonctions du théâtre


• Une fonction de divertissement et de détente : le théâtre transporte le
spectateur dans un autre monde, grâce à l’illusion.
• Une fonction descriptive : représenter la réalité et donner une image de
la société (la critique sociale), du monde et des hommes (la réflexion
politique) en explorant l’âme humaine.
• Une fonction faisant la connaissance de l’être humain : le théâtre
recrée toute un univers ou l’homme s’interroge sur son rapport aux
autres et sur le sens de son existence.
• Une fonction métaphysique : représenter le combat de l’homme face à
la fatalité

Vous aimerez peut-être aussi