Vous êtes sur la page 1sur 4

En quoi consiste la fonction de syndic ?

Le syndic est un professionnel nommé par le Tribunal de commerce pour accompagner les
entreprises en redressement judiciaire ou bénéficiant d’un plan de sauvegarde. Ces dernières,
lorsqu’elles émettent une demande dans un sens ou dans l’autre, et que le Tribunal juge
recevables les arguments mis en avant, se voient attribué un syndic nommé par un jugement.
Il lui incombe ainsi d’observer et d’analyser de près les états de synthèse de la société, ainsi
que les indicateurs de performance financière pour déterminer si oui ou non les actions
menées vont dans le sens d’une reprise des activités, et par conséquent de la rentabilité et
surtout le remboursement des dettes de l’entreprise, ou au contraire un enfoncement dans leur
situation déjà critique.1

Il faut noter que le Tribunal de commerce nomme au même moment un juge commissaire à
qui le syndic doit rendre compte. Ce dernier se doit de produire un rapport tous les quatre
mois, analysant les activités menées par la société dans le cadre de la sauvegarde ou du
redressement. Ces rapports sont soumis à l’appréciation du juge commissaire.

Le tribunal peut remplacer le syndic à la demande2

 du ministère public.

 de l’assemblée des créanciers .

 de juge commissaire, soit d’office soit sur réclamation du chef de l’entreprise ou d’un
créancier.

 du chef d’entreprise ou du créancier dont la réclamation n’a pas été́ examinée par le
juge commissaire dans un délai de 15jours.

 Le syndic révoqué́ est tenu de remettre au nouveau syndic tous les documents relatifs
à̀ la procédure et un rapport des comptes y attachés dans un délai de 10 jours à
compter de la date de sa révocation. Le syndic révoqué́ reste tenu au secret
professionnel.3

1
La Vie Éco : Mohammed Tougani, expert-comptable, judiciaire, syndic et commissaire aux comptes
2
L’article 677 du code de commerce
3
L’article 677 du code de commerce
Les Rôles du syndic  :

les rôles du syndic sont définis par l’article 673 à 676 du code de commerce.

Selon L’article 673 le syndic est chargé de :

 Contrôler l’exécution du plan de sauvegarde et de mener les Operations de


redressement et de liquidation judiciaire à partir du jugement d’ouverture jusqu’à la
clôture de la procédure.
 Surveiller l’exécution du plan de continuation ou de cession.
 procéder à la vérification des créances sous le contrôle du juge-commissaire.

Selon L’article 674 :

 Le syndic tient informé le juge commissaire du déroulement de la procédure. Ceux-ci


peuvent à tout moment requérir la communication de tout contrat ou document relatif
à la procédure.

Selon L’article 675 :

 le syndic est seul qualifié pour agir au nom et dans l’intérêt des créanciers, sous
réserve des droits reconnus aux contrôleurs et à l’association des créanciers.

Selon L’article 676 :

 Le syndic prend toute mesure pour informer et consulter les créanciers, il communique
au juge commissaire les observations qui lui sont adressées par les contrôleurs.

Responsabilité́ du syndic  :

Dans l’exercice de sa mission, le syndic assume une responsabilité́ civile et pénale. La

responsabilité́ civile est engagée conformément au règles du droit commun quant à̀ la


responsabilité́ pénale, elle est définie par l’article 757 du code de commerce qui prévoit la
peine de la banqueroute de tout syndic ayant commis l’un des faits suivants :

  Avoir porté sciemment et de mauvaise foi atteinte aux intérêts des créanciers soit en
utilisant à des fins personnelles et qui sont perçues dans l’accomplissement de sa
mission soit en attribuant des avantages qu’il savait n’être pas dû .

  Avoir fait illégalement des pouvoirs qui lui sont dûment conférer un usage autre que
celui auxquels ils sont destinés et contrairement aux intérêts des créanciers et du
débiteur

  Avoir abusé des pouvoirs dont il dispose aux fins d’utiliser ou d’acquérir pour son
compte des biens du débiteur soit personnellement soit par personne interposée

 Avoir refusé́ de réaliser la passation de pouvoir au nouveau syndic par suite de son
remplacement par application de l’article 677 du code de commerce.

Les peines applicables sont d’un an à cinq ans d’emprisonnement et d’une amende de 10.000
à 100.000DHS ou l’une de ces deux peines seulement.4

Le syndic : Mission du syndic étant que chargé de suivre les opérations : ce sont les
art. 640 à 644 du CC qui la réglemente. Mission au niveau du suivi des opérations, et
au niveau de la gestion d’entreprise.

La fonction du syndic peut être exercée par un greffier, ou bien le tribunal la confie à
un tiers, expert-comptable. Le syndic peut exercer sa mission directement ou en
assistant ou surveillant les dirigeants de l’entreprise. Il est chargé de même des
opérations de redressement et de liquidation judiciaire, à partir de l’ouverture de la
procédure, jusqu’à sa clôture.

4
Article 755 du code de commerce
Le syndic a seul qualité pour agir au nom et dans l’intérêt des créanciers, il surveille
l’exécution du plan de continuation ou de cessation, il vérifie les créances sous le
contrôle du juge commissaire, il tient informé ce dernier du déroulement de la
procédure et lui communique les observations qui lui sont adressées par les
contrôleurs. Enfin, il prend toute mesure pour informer et consulter les créanciers.

Mission du syndic au niveau de la gestion de l’entreprise : le jugement qui désigne le


syndic le charge soit de surveiller les opérations de gestion, soit d’assister le chef
d’entreprise pour tous les actes de gestion ou certain d’entre eux, soit d’assurer seul,
entièrement ou en partie, la gestion de l’entreprise. Il a un droit de regard entier sur
le fonctionnement des comptes bancaires des entreprises débitrices (la banque est
informée par le syndic de la décision portant sur sa désignation), il peut à toute
époque requérir communication de tout acte nécessaire à la procédure.

Si le syndic envisage constitution de l’hypothèque ou d’un nantissement sur un bien


de l’entreprise, il en demande l’autorisation au juge commissaire. L’autorisation de ce
dernier est requise lorsque le syndic envisage de transiger. La compétence du
tribunal est exclusive dans ce sens, qu’il est le seul à pouvoir décider du
remplacement du syndic et ce sur la demande du juge commissaire ou sur
réclamation du débiteur ou d’un créancier.