Vous êtes sur la page 1sur 13

L’AMMC

Rédigé par : Merieme EL BEZDAOUI


Sous la direction de :
M. Abdellatif EL MOUSSELLY

Année 2020
0
Introduction………………………………………………………………………………….2
Historique de l’AMMC ………………………………………………………………….3
Les missions de l’AMMC.……………………………………………………………...5
L’organisation et le fonctionnement de l’AMMC…….…………………….8
Revenus et comptabilité de l’AMMC…………………………………………….11
Bibliographie……………………………………………………………………………….12

1
Introduction

Afin de renforcer l’indépendance et la responsabilité du Conseil déontologique des valeurs


mobilières, des changements du mode de gouvernance de son conseil d'administration,
l’élargissement de sa mission, une bonne organisation de la fonction de sanction ainsi que
l’institution des mécanismes de son contrôle par l'État ont été devenus nécessaires. Pour ce
faire, et pour assurer une meilleure lisibilité des missions de contrôle de cet organisme ,
L'Autorité marocaine du marché des capitaux ou AMMC instituée par le Dahir n° 1-13-21
portant loi n° 43-12, elle a substitué l’ancien Conseil Déontologique des Valeurs
Mobilières ou CDVM avec une zone plus large et une indépendance plus forte par rapport
au pouvoir politique. Cette dénomination référence à la notion d’autorité de contrôle. Ce
changement implique la substitution du terme «AMMC» à celui du «CDVM» dans tous les
textes législatifs et réglementaires.

L’AMMC c’est une entreprise publique dotée de la personne morale et l’autonomie


financière. Elle a pour mission de veiller au bon fonctionnement du marché des capitaux et
l'application des dispositions législatives et réglementaires. Ainsi de s’assurer de l'égalité de
traitement des épargnants, à la transparence à l'intégrité et au périmètre du marché des
capitaux. Elle est particulièrement chargée de s’assurer de la protection de l’épargne investie
en instruments financiers en veillant notamment à l'information des investisseurs par les
personnes morales faisant appel public à l’épargne. Elle Contribue aussi à la promotion de
l'éducation financière des épargnants.
L’AMMC est ainsi chargée d’autres missions elle assure le contrôle de l'activité des différents
organismes et personnes soumis à son contrôle, le respect de la législation et de la
réglementation en vigueur relatives à la lutte contre le blanchiment des capitaux, par les
personnes et les organismes placés sous son contrôle.
Enfin l’AMMC Assiste le gouvernement en matière de réglementation du marché des
capitaux.

2
I- Historique de l’AMMC :

Depuis son institution, l'Autorité Marocaine du Marché des Capitaux (ci-après l'"Autorité") a
connu plusieurs étapes qui ont marqué son évolution tant sur le plan de son organisation et
son mode de fonctionnement que sur le plan des missions qui lui sont dévolues :

1993 La Création du régulateur du marché des capitaux la CDVM connue comme la


société gestionnaire de la bourse des valeurs, les sociétés de bourse et les
OPCVM. La CDVM marque le point de démarrage du processus de
modernisation des marchés financiers au Maroc.

1994 Tenue du premier Conseil d’Administration de la CDVM

1996 La création du dépositaire central et l'instauration du régime de


dématérialisation des titres.

2004  Le renforcement et l’élargissement des pouvoirs de l'Autorité du


marché des capitaux
 Elargissement de la composition du Conseil d’Administration et
l’institution de la commission paritaire d’examen auprès de l'Autorité

2007 L'Autorité a été cooptée en tant que signataire de la convention Multilatérale


d’échange et de coopération (Multilateral Memorandum of
Understanding/MMOU) de l’OICV.

2008  L'Autorité a été élue membre du Comité Exécutif de l’OICV, la plus


haute instance de cette organisation;
 L’adoption du règlement général de l'Autorité.

2009  L'Autorité a adopté une nouvelle organisation en cohérence avec les


évolutions des standards internationaux en matière de supervision
des marchés de capitaux.
 l'Autorité a adopté, depuis mars 2009, un système de management de
la qualité qui a obtenu la certification IS0 9001 version 2008 pour les
activités de régulation.

2010  L'Autorité a été très active au niveau des instances internationales et a
participé à plusieurs événements tant mondiaux que régionaux.

3
 Réalisation du premier audit de suivi du système de management de
la qualité de l'Autorité par un bureau de vérification externe et ce, une
année après l’obtention de la certification ISO 9001.

2011  L'Autorité a achevé son projet de consolidation de ses circulaires


mettant ainsi à la disposition des acteurs du marché un document
unique regroupant l'ensemble des règles régissant les activités
soumises au contrôle de l'Autorité.

 La refonte du site Internet et sa disponibilité en trois langues.

2012  L'Autorité a été désigné en sa qualité de nouveau membre des comités


permanents de l’OICV.

2014  Publication au BO, du 9 juin 2014, de la loi n°42-12 sur le marché à terme qui
détermine et définit :
 Les instruments financiers qui peuvent être négociés sur le marché à
terme.
 Les institutions du marché qui seront chargées de gérer ce marché.
 Les opérateurs du marché à terme et ses règles de fonctionnement.
 Les autorités de marché qui contrôleront les institutions et les opérateurs
du marché à terme.

2015 o Etalement avec succès de la plateforme SESAM auprès de tous les


intervenants et entreprises de marché. Chose qui a permet à l’autorité de
prendre en charge les demandes d’autorisations émanant des intervenants
via cette plateforme, afin d’améliorer les délais de traitement grâce à
l’optimisation des processus et à l’automatisation des contrôles de cohérence
et d’exhaustivité.

4
II- Les missions de l’AMMC :

a) Instruire des dossiers d’agréments des intervenants : L'AMMC instruit les dossiers
d’agrément en vérifiant que les intervenants (les sociétés de bourse, les sociétés de
gestion des OPCR et FPCT) ayant demandé l’agrément présentent les garanties
suffisantes, notamment en ce qui concerne leur organisation, leurs moyens
techniques et financiers et l’expérience de leurs dirigeants. Ensuite l’AMMC transmet
un avis au ministre chargé des finances qui octroie ou refuse l’agrément.

b) Visa, agrément et avis relatifs aux produits : Selon le cas, l'AMMC agrée les produits
d’épargne collective (Les produits concernés sont les OPCVM, les OPCR et les FPCT).
ou formule un avis à leur sujet et vise les notes d’information destinées aux
investisseurs. A travers cette prérogative, l'AMMC veille à sécuriser l’investissement
en s’assurant du respect des exigences légales et réglementaires relatives aux
produits et à l’information des investisseurs et en vérifiant la capacité des
intervenants à gérer lesdits produits.

c) Effectuer des enquêtes auprès des personnes morales faisant appel publique à
l’épargne : L'AMMC mène des enquêtes, quand c’est nécessaire afin de veiller à la
conformité des transactions sur les instruments financiers aux règles du marché afin
d’en assurer l'intégrité.

d) Visé les notes d’informations des opérations financières (introduction d’action ou


autre titre à la côte officiel : L’AMMC examine la pertinence et la cohérence de
l’information destinée aux investisseurs ainsi elle s’assure que les investisseurs
disposent de toute l’information pertinente pour prendre leurs décisions
d’investissement en connaissance de cause. Pour ce faire elle vise des notes
d'information des émetteurs liées à l’appel public à l’épargne, l’offre publique et les
programmes de rachat. L’objectif est de s’assurer que les investisseurs. La note
d’information visée par l'AMMC est mise gratuitement à la disposition du public
préalablement au début de l’opération.

5
e) Prononcer des sanctions pécuniaires à l’encontre de personne en infraction avec
des règlements : l'AMMC est autorisé à prononcer des sanctions à l’encontre
d’intervenants suite à la constatation d’un manquement aux règles régissant leurs
activités ou le fonctionnement du marché ou d’une infraction. Les sanctions sont
prononcées selon une procédure respectueuse des droits de défense des
intervenants concernés. (Exemple le délit d’initier de fausse information, de
manipulation de cours…)

f) Contrôle de l’information financière des émetteurs : L’AMMC veille à ce que le


public ait une information régulière sur les émetteurs qui le sollicitent et veille ainsi à
ce que cette information soit précise, sincère, exacte et diffusée, à temps, à
l’ensemble de la communauté financière. Pour ce faire, elle s’assure que ces derniers
respectent leurs obligations de publication des états financiers annuels et semestriels
et rendent publique toute information importante pouvant avoir une influence sur
les cours en bourse de leurs titres ou une incidence sur le patrimoine des porteurs de
titres.

g) Contrôle des intervenants : l’AMMC s’assure que l’intervenant présente en


permanence des garanties suffisantes, notamment en ce qui concerne son
organisation, ses moyens techniques, financiers et humains et de vérifier que les
conditions d’agrément sont maintenues. Afin de réaliser ce type de contrôle, l’AMMC
se décline vers deux autres formes complémentaires : tout d’abord, le contrôle sur
place, à travers des inspections au sein des locaux des intervenants qui sont les
sociétés de bourse, la bourse des valeurs, les teneurs de compte, le dépositaire
central et les sociétés de gestion.

Ensuite le contrôle sur pièces, à travers des reportings dont l'AMMC fixe le contenu
et la périodicité. La finalité principale du contrôle est de

6
h) Traiter des plaintes : L'AMMC émane à la vérification du bien-fondé des plaintes
qu’elle reçoit des épargnants concernant les opérations sur instruments financiers,
afin de prendre les mesures qui s'imposent.

i) Elaborer des circulaires : l'AMMC fixe à travers des circulaires menée en concertation
avec les professionnels, les règles de pratique professionnelle, les règles
déontologiques et les modalités techniques ou pratiques d’application des lois et
règlements. L’élaboration de ces circulaires s’appuie sur les pratiques et les normes
internationales en matière de réglementation des marchés de capitaux. Ainsi ils sont
homologués par l'administration et publiées au "Bulletin officiel".

j) Habiliter des intervenants : L'AMMC autorise les personnes physiques à exercer


certaines fonctions au sein des personnes morales soumises à son contrôle par
l'octroi d'une carte professionnelle à l'issu d'un examen. Pour ce faire, l’AMMC
s’assure de la maintenance d’un registre qui contient la liste des personnes
autorisées afin de porter cette liste à la connaissance du public. La carte
professionnelle a une durée déterminée en fonction de la nature de la fonction
exercée.

7
III- L’organisation et le fonctionnement de l’AMMC

L'AMMC est composée de deux organes : le conseil d'administration et le collège des sanc-
tions.

1- Le Conseil d’administration

Il est constitué de six membres en plus du président nommé par le roi, sur proposition du
Chef du Gouvernement à l'initiative du Ministre de l'Economie et Finances pour une durée
indéterminée. L'actuelle présidente de l'AMMC est Nezha Hayat, nommée comme telle par
Sa Majesté le roi Mohamed 6 en février 2016. , le Président est investi de tous les pouvoirs
et attributions nécessaires à la direction et à la gestion de l'AMMC et à l'accomplissement
des missions imparties à cette dernière à cet effet notamment il :

 Assure la fonction de présidence du conseil d'administration ;


 Procède à l'ouverture d'enquêtes, à son initiative ou en exécution d’une décision du
conseil ;
 Représente l’AMMC à l’égard des tiers, intente les actions en justice et les défend ;
 Saisit l'autorité judiciaire compétente, après avis conforme, de tous faits relevés par
l'AMMC susceptibles de constituer une infraction aux dispositions de la loi.

La loi accorde des attributions importantes au président de l'AMMC, dont notamment le


pouvoir de prononcer après avis conforme du collège des sanctions disciplinaires et
pécuniaires à l'encontre des personnes morales ou physiques soumises au contrôle de cette
institution. Pour une raison de transparence, ces sanctions sont portées à la connaissance du
public.

Le président de l'AMMC prépare également les projets de budget annuel et les modifications
apportées à celui-ci en cours d’exercice. Le conseil d'administration comprend, outre son
président:

 Deux représentants compétents de l'administration;


 Un représentant de Bank Al-Maghrib dûment désigné par le gouverneur;

8
 Trois personnalités désignées intuitu personae par l'administration pour leur
compétence dans les domaines financiers et juridiques et connues pour leur
intégrité.

Le conseil d'administration est investi de tous les pouvoirs et attributions nécessaires à


l'administration de l'AMMC et à l'accomplissement des missions dévolues à cette dernière
en vertu de la loi relative à l'Autorité Marocaine du Marché des Capitaux. Les attributions du
conseil d'administrations sont fixées par l'article 16 de ladite loi.

2- Collège des sanctions :

Le collège des sanctions est une structure indépendante au sein de l’Autorité Marocaine du
Marché des Capitaux, chargée d’instruire tous les dossiers pouvant faire l’objet d’une
sanction par cette autorité ou susceptible d’être transmis à la justice.

Le collège des sanctions est indépendant vis-à-vis du conseil d’administration qui est
déchargé de la fonction de prononciation des sanctions.

Il est constitué de trois membres permanents : un magistrat nommé en qualité de président


par le ministre des finances sur proposition du ministre de la justice, et deux autres
membres désignés intuitu personae par le conseil d'administration pour leur compétence
dans les domaines juridique et financier.

L'actuel collège des sanctions est composé du juge Hassan El Afoui, président, azzedine
Kettani et Abdeljalil Chraibi, membres. Le mandat des membres du collège est de quatre
années renouvelables une seule fois.

Le rôle du collège des sanctions consiste essentiellement à :

 Instruire les faits susceptibles de donner lieu à une sanction disciplinaires de


deuxième degré prononcée par le président de l’AMMC ;

 relever des faits susceptibles de constituer une infraction aux dispositions législatives
en vigueur
 Donner son avis sur la qualification éventuellement pénale de faits et proposer, le cas
échéant, au président de l’AMMC, la saisine de l’autorité judiciaire compétente ; Le
président de l’AMMC est tenu, préalablement à la saisine des autorités judiciaires

9
compétentes de tous faits qualifiés d’infractions aux dispositions législatives et
réglementaires en vigueur, d’en saisir, pour avis, le collège des sanctions.
 Proposer au président la sanction disciplinaire à l’issue d’une procédure d’instruction.

Le collège des sanctions peut demander au président toutes informations relatives à des
faits lui paraissant susceptibles de donner lieu à une décision disciplinaire ou d’être qualifiés
d’infraction à une disposition législative et réglementaire. L’AMMC met à la disposition du
collège des sanctions tous les moyens nécessaires à l’exercice de sa mission.

3- Commissaire du gouvernement :

Le commissaire du gouvernement est nommé par arrêté du ministre chargé des finances
auprès de l’AMMC (l’administration auprès de l’AMMC). Il contrôle, pour le compte de l’Etat
et au nom du ministre chargé des finances, les activités de l’AMMC. Le commissaire du
gouvernement est chargé de veiller au respect, par cette autorité, des dispositions
législatives régissant ses activités et s’assure en particulier que le collège des sanctions
disposes des moyens nécessaires pour exercer son activité en toute indépendance.

Pour ce faire il assiste, avec voix consultative, aux séances du conseil d’administration et s'il
le juge opportun aux délibérations des comités restreints émanant du conseil. Ainsi Il reçoit
communication des procès-verbaux de ces séances et délibérations. Il peut exiger
communication de toutes pièces qu'il estime devoir consulter et faire toutes propositions ou
suggestions qu'il estime utiles. Il peut exiger que toutes décisions fassent l'objet, dans un
délai de 7 jours ouvrables, d'une seconde délibération avant leur exécution.

Le commissaire du gouvernement n’assiste pas aux délibérations du collège des sanctions. Il


ne peut intervenir, de quelque manière qu’elle soit, dans les procédures d’enquête, de
contrôle et de sanction. La répartition des bénéfices de l’AMMC n’est définitivement
approuvée par le conseil d'administration qu’après l’approbation du commissaire du
gouvernement.

Le commissaire du gouvernement est nommé parmi les hauts fonctionnaires du ministère


chargé des finances. Il adresse, à la fin de chaque année, un rapport au ministre chargé des
finances sur l'exercice de sa mission.

10
IV- Revenu et comptabilité de l’AMMC :

1-les revenus de l’AMMC :

Les revenus de l’AMMC sont constitués par :

- le produit des commissions prélevées sur les différents organismes et personnes soumis à
son contrôle, en application des législations qui les régissent.

- le produit des commissions prélevées pour l’instruction :

(i) des dossiers de demande d’avis et de visa de documents, notes ou notices d’information.
(ii) des dossiers de dispense du régime d’appel public à l’épargne.
(iii) des dossiers des instruments financiers à terme.
(iii) des dossiers d’agrément des différents opérateurs et produits.
- les produits et revenus divers. Les modalités de calcul et de règlement des commissions
précitées sont fixées par le ministre chargé des finances, sur proposition de l’AMMC. (1)

2- la comptabilité de l’AMMC

L’AMMC tient sa comptabilité selon les lois et règlements régissant les obligations
comptables des commerçants, sous réserve des adaptations nécessaires adoptées par son
conseil d'administration, après avis du conseil national de la comptabilité et approbation par
arrêté du ministre chargé des finances.

Pour les comptes de l’AMMC, ils sont soumis à un audit annuel réalisé sous la responsabilité
d'un commissaire aux comptes, établi selon les normes de la profession et selon les
dispositions législatives en vigueur. Le rapport d'audit est communiqué aux membres du
conseil d’administration et au commissaire du gouvernement, au plus tard quatre mois après
la clôture de l'exercice.

L’AMMC produit annuellement à la cour des comptes ses propres comptes dans les formes
prévues par la législation en vigueur. (2)

______________________________________
(1) : article 21 : LOI N° 53.08 RELATIF A L'AUTORITE MAROCAINE DU MARCHE DES CAPITAUX

(2) : article 22 :LOI N° 53.08 RELATIF A L'AUTORITE MAROCAINE DU MARCHE DES CAPITAUX

11
Webographie :

 http://www.sgg.gov.ma/portals/0/AvantProjet/35/Loi_AMMC.pdf

 http://www.ammc.ma/

12

Vous aimerez peut-être aussi