Vous êtes sur la page 1sur 1

Devoir HLP 

: Sensibilité d’une œuvre en philosophie

La sensibilité, pouvant être exprimée sous deux formes d’expressions différentes, langagière
ou non-langagière, est l’un des piliers importants du Romantisme qui se concrétise au XIXe siècle.
L’œuvre que j’ai choisie pour représenter la sensibilité de cette époque, est un tableau de Gustave
Courbet peint en 1843 nommé Le Désespéré. Le modèle d’expression utilisé est donc non-langagier
et passe par des symboles, et non des mots. Cela laisse une large possibilité d’analyse et
d’interprétation de l’œuvre.
Comment cette œuvre exprime t-elle la sensibilité ?

Le tableau choisi est basé principalement sur des tons sombres comme le noir et l’ensemble
des nuances de marron. L’ambiance angoissante est donc tout de suite donnée. Il y a un homme,
face à nous, le regard pétrifié qui plonge dans celui du spectateur. Son portrait agrandi prend
l’ensemble du tableau. C’est donc sur l’expression et la posture de cet homme que se concentrent
l’analyse.
Tout d’abord, on peut penser que ce personnage est pris de cours et qu’il en devient apeuré.
Mais on peut aussi croire que ce sont les spectateurs qui sont pris de cours par le personnage. Peu
d’éléments nous éclairent sur le contexte de cette image mais il est certain que la situation est
anormale et bancale. C’est-à-dire qu’elle ne devrait pas se dérouler ainsi, c’est une situation
imprévue. On peut se justifier en nous intéressant au mouvement du personnage qui fronce les
sourcils et amène ses mains à ses cheveux comme pour fuir ou se protéger d’un évènement. Il n’a
pas non plus l’air de vouloir cligner des yeux afin de ne pas quitter son objectif du regard qui ne
peut être que le spectateur ou alors lui même.

Cette description de l’œuvre nous mène à penser que la sensibilité de l’époque Romantique
n’était pas une époque à l’eau de rose comme nous pouvions l’imaginer. C’est d’ailleurs une époque
qui a basculé le peuple dans une solitude extrême qui les poussait à faire une recherche sur soi
même et à recréer leur propre existence à travers « la sensibilité ». Les personnes se questionnaient
sur eux même et tentaient de se représenter avec des mots ou bien des créations artistiques, à
l’image de ce tableau :

Le peintre a rassemblé l’ensemble des éléments d’une peinture en une seule expression du
visage. En prenant en compte l’époque, on peut imaginer que l’homme sur le tableau se regarde à
travers un miroir et s’effondre face à la véritable identité qui se cache en lui. Il apprend peut-être ce
qu’il est réellement, ce qu’il a jamais admis de lui, ce qu’il a toujours démenti, ou tout simplement
il voit enfin ce qu’il représente. Sans connaître l’histoire de ce tableau, on peut imaginer tout un
tourment de tromperie, de perte, de désespoir, d’oublie et de trouble. Un homme qui ne sait peut-
être plus qui il est et qui essaie de se retrouver en faisant face à lui même.
La sensibilité de cette œuvre s’exprime surtout à travers son regard qui nous entraîne au-delà
des limites du tableau.

Vous aimerez peut-être aussi