Vous êtes sur la page 1sur 108

UNIVERSITE HASSAN II CASABLANCA

FACULTE DES SCIENCES AIN CHOCK


DEPARTEMENT DE PHYSIQUE
Master Spécialisé : Énergies Renouvelables et Systèmes Énergétiques

PROJET DE FIN D’ETUDE


Sur le Thème

ETUDE ET DIMENSIONNEMENT D’UN


SYSTEME DE POMPAGE PHOTOVOLTAIQUE

Préparé par : OUTZGUINRIMT Hamid


(outzgui.hamid@gmail.com)

Encadrante universitaire Encadrant de la société

Mme. LMAI Fatima Mr. AIT RABEH Jaouad

Présenté et soutenu le: 16 juillet 2014 à 16h, devant le jury composé de :

F. LMAI Professeur. Université Hassan II Encadrante


M.ABID Professeur. Université Hassan II Examinateur
M. FARAJI Professeur. Université Hassan II Examinateur

Année universitaire : 2013/2014


SOMMAIRE

REMERCIEMENT ................................................................................................................................................................0
INTRODUCTION..................................................................................................................................................................0
APERÇU SUR LA SOCIETE .............................................................................................................................................1
CHAPITRE 1 : RAYONNEMENT SOLAIRE ..............................................................................................................2
1. INTRODUCTION ........................................................................................................................................................2
2. RAYONNEMENT SOLAIRE AU NIVEAU DU SOL ...........................................................................................2
3. DIMENSIONNEMENT DU CHAMP PHOTOVOLTAÏQUE ............................................................................4
3.1. ORIENTATION DES PANNEAUX PAR RAPPORT AU SOLEIL ..................................................................4
3.2. ORIENTATION DES MODULES ............................................................................................................................4
4. PARAMETRES DE POSITION ................................................................................................................................4
4.1. CORDONNEES TERRESTRES ...............................................................................................................................5
4.2. COORDONNEES HORIZONTALES ......................................................................................................................5
4.3. COORDONNEES HORAIRES DU SOLEIL ..........................................................................................................6
4.3.1. LA DECLINAISON DU SOLEIL Δ ................................................................................................................7
4.3.2. L’ANGLE HORAIRE DU SOLEIL H .............................................................................................................8
5. ESTIMATION DU RAYONNEMENT SOLAIRE SUR UN PLAN INCLINE ................................................9
5.1. CALCUL DE L'ANGLE D'INCIDENCE SUR UN PLAN INCLINE .................................................................9
5.2. RAYONNEMENT SOLAIRE INCIDENT SUR UNE SURFACE INCLINEE ............................................. 10
CHAPITRE 2 : SYSTEME PHOTOVOLTAÏQUE ................................................................................................... 12
1. L’EFFET PHOTOVOLTAÏQUE .............................................................................................. 12
1.1. CONVERSION PHOTOVOLTAÏQUE ..................................................................................... 12
1.2. COMPORTEMENT DES CELLULES SOLAIRES.................................................................... 12
1.3. PUISSANCE CRETE (STC) ET PUISSANCE REELLE (NOCT) ............................................................ 13
2. MONTAGE DES CELLULES OU MODULES PHOTOVOLTAÏQUE........................................ 14
3. TYPE DE MODULES PHOTOVOLTAÏQUES .............................................................................................. 18
4. CONVERTISSEURS D’ENERGIES ................................................................................................................. 20
4.1. CONVERTISSEUR CONTINU- CONTINU................................................................................................... 20
4.2. CONVERTISSEUR CONTINU- ALTERNATIF (ONDULEUR) .............................................................. 20
4.2.1. PUISSANCE NOMINALE............................................................................................................................. 21
4.2.2. PUISSANCE DE POINTE OU SURCHARGE ........................................................................................... 21
4.2.3. CONSOMMATION A VIDE OU EN ATTENTE (STAND-BY)............................................................ 21
4.2.4. TENSION D’ENTREE ET DE SORTIE ......................................................................................................... 22
4.2.5. RENDEMENT ..................................................................................................................................................... 22
4.2.6. CONVERTISSEURS TOURNANTS ............................................................................................................... 22
4.2.7. CONVERTISSEURS STATIQUES OU ONDULEURS ............................................................................... 22
4.2.8. INSTALLATION MONO-ONDULEUR ........................................................................................................ 22
4.2.9. INSTALLATION AVEC UN ONDULEUR POUR CHAQUE STRING ................................................... 23
4.2.10. INSTALLATION MULTI-ONDULEURS...................................................................................................... 24
5. TYPE DES SYSTEMES PHOTOVOLTAÏQUES ................................................................................................ 24
5.1. SYSTEMES AUTONOMES .................................................................................................................................... 25
5.2. SYSTEMES HYBRIDES .......................................................................................................................................... 25
5.3. SYSTEMES CONNECTES AU RESEAU ............................................................................................................. 25
CHAPITRE 3 : SYSTEME DE POMPAGE ............................................................................................................... 27
1. INTRODUCTION ........................................................................................................................................................ 27
2. DESCRIPTION DU PRINCIPE ................................................................................................................................ 27
3. LES DIFFERENTS TYPES DE POMPES .............................................................................................................. 27
3.1. L’EMPLACEMENT PHYSIQUE DE LA POMPE .......................................................................................... 28
3.1.1. ASPIRATION ......................................................................................................................................................... 28
3.1.2. REFOULEMENT ................................................................................................................................................... 28
3.2. GROUPE ELECTROPOMPE HYDRAULIQUE ............................................................................................. 29
3.3. POMPES HYDRAULIQUES ............................................................................................................................... 29
3.3.1. LES POMPES CENTRIFUGES .......................................................................................................................... 29
3.4. LES POMPES VOLUMETRIQUES ...................................................................................................................... 36
3.5. COUPLAGE DES POMPES .................................................................................................................................... 37
4. MOTEUR A INDUCTION ...................................................................................................................................... 38
4.1. LA PUISSANCE DU MOTEUR ............................................................................................................................. 38
4.2. LES TYPES DE MOTEURS ................................................................................................................................... 38
5. ETUDE DU COUPLAGE DU MOTEUR AVEC LA POMPE .......................................................................... 38
5.1. ETUDE EN CHARGE .............................................................................................................................................. 38
5.2. POINT DE FONCTIONNEMENT DU MOTEUR EN CHARGE................................................................... 39
5.2.1. METHODE DE CALCUL DU POINT DE FONCTIONNEMENT....................................................... 39
6. HAUTEUR MANOMETRIQUE TOTALE .......................................................................................................... 39
6.1. LES PERTES DE CHARGES A L’INTERIEUR DE LA MACHINE ............................................................. 40
6.2. N.P.S.H (NET POSITIVE SUCTION HEAD) OU HAUTEUR DE CHARGE NETTE ABSOLUE ..... 40
6.2.1. QU'EST-CE LE N.P.S.H. ? ................................................................................................................................... 41
6.2.2. CALCUL DU NPSH DISPONIBLE POUR UNE POMPE ASPIRANTE DANS UNE NAPPE D’EAU
A L’AIR LIBRE ................................................................................................................................................................... 41
6.2.3. CALCUL DU NPSH DISPONIBLE POUR UNE POMPE EN CHARGE .................................................. 42
6.2.4. NPSH REQUIS ....................................................................................................................................................... 42
6.2.5. CAVITATION ......................................................................................................................................................... 42
.3.6 PERTES DE CHARGE TOTALES DANS LES CONDUITES ..................................................................... 43
.3.6.6 PERTES DE CHARGE LINEAIRES (ΔHL = F (V)) ...................................................................................... 43
6.3.2. PERTES DE CHARGE SINGULIERES ............................................................................................................ 45
6.3.2.1. COEFFICIENT DE PERTE DE CHARGE DANS LES COUDES ................................................... 45
6.4. COURBES CARACTERISTIQUES H = F(Q) ............................................................................................... 46
CHAPITRE 4 : DIMENSIONNEMENT D’INSTALLATION PHOTOVOLTAÏQUE POUR LE
POMPAGE AU FIL DE SOLEIL ................................................................................................................................... 48
1. INRODUCTION ........................................................................................................................................................... 48
2. EVALUATION DES BESOINS EN EAU ................................................................................................................ 48
3. RESEAU DE DISTRIBUTION DE L’EAU ............................................................................................................. 48
4. LE RAYONNEMENT SOLAIRE .............................................................................................................................. 50
5. CALCUL DE LA PUISSANCE DES MODULES PHOTOVOLTAÏQUES ....................................................... 50
5.1. NOTION DE NOMBRE D’HEURES EQUIVALENTES.................................................................................. 50
5.2. PERIODE D’ENSOLEILLEMENT ....................................................................................................................... 51
5.3. LES PERTES ENERGETIQUES ........................................................................................................................... 51
6. DIMENSIONNEMENT DU GENERATEUR PHOTOVOLTAÏQUE............................................................ 52
6.1. CALCUL DE L’ENERGIE QUOTIDIENNE REQUISE .................................................................................... 52
6.2. ÉNERGIE REQUISE POUR LA POMPE ............................................................................................................ 52
6.3. DIMENSIONNEMENT DU CHAMP ................................................................................................................... 52
6.4. INCLINAISON DES PANNEAUX ..................................................................................................................... 53
6.5. SUPPORT ................................................................................................................................................................ 53
7. CALCUL HAUTEUR MANOMETRIQUE TOTALE (HMT) ...................................................................... 54
7.1. CONDUITES ........................................................................................................................................................... 55
7.1.1. DIMENSIONNEMENT DES TUYAUTERIES............................................................................... 55
7.1.2. TABLEAU DE PERTES DE CHARGES DES TUYAUTERIES ...................................................... 55
8. CHOIX D’UN GROUPE ELECTROPOMPE H = F(Q) .................................................................................... 55
8.1. CHOIX DE LA POMPE ........................................................................................................................................... 55
9. LE DIMENSIONNEMENT DES CÂBLES ÉLECTRIQUES ........................................................................... 56
10. DUREE DE VIE, PRIX ............................................................................................................................................. 57
10.1. DUREE DE VIE DE COMPOSANTES DES SYSTEMES............................................................................. 57
10.1.1. MODULE .................................................................................................................................. 57
10.1.2. SUPPORT ................................................................................................................................. 57
10.1.3. ONDULEUR .............................................................................................................................. 57
10.1.4. ELECTROPOMPES ................................................................................................................... 57
10.2. ESTIMATION DE PRIX DES COMPOSANTES DE SYSTEMES ............................................................. 57
CHAPITRE 5 : ETUDE DU PROJET .......................................................................................................................... 59
1. PRESENTATION DE LA REGION DE SOUSS-MASSA ................................................................................... 59
1.1. SITUATION GEOGRAPHIQUE............................................................................................................................ 59
1.1.1. REGION DE SOUSSE MASSA...................................................................................................... 59
1.1.2. CLIMATOLOGIE ......................................................................................................................... 59
1.1.3. PRECIPITATIONS....................................................................................................................... 59
1.1.4. TEMPERATURE ......................................................................................................................... 59
1.1.5. HYGROMETRIE .......................................................................................................................... 59
1.1.6. INSOLATION .............................................................................................................................. 59
1.1.7. LES VENTS.................................................................................................................................. 60
2. SITUATION GEOGRAPHIQUE DE LA FERME .............................................................................................. 60
3. DEFINITIONS ........................................................................................................................................................... 61
4. ETUDE TECHNIQUE.............................................................................................................................................. 62
4.1. PRESENTATION DE LOGICIEL LORENTZ COMPASS 3.0.9.5 ................................................................ 62
4.2. POSTIONS DE PROBLEME.................................................................................................................................. 63
4.3. SCHEMA DE DESCRIPTION DU SYSTEME HYDRAULIQUE................................................................... 63
4.3.1. CARACTERISTIQUE DU SITE ......................................................................................................................... 63
4.3.2. PRODUITES ........................................................................................................................................................... 63
4.3.3. RENDEMENT QUOTIDIEN EN MOIS MOYEN 248 M³ .......................................................................... 64
4.3.4. CARACTERISTIQUE DU SYSTEME ............................................................................................................... 64
4.3.5. CARACTERISTIQUE DU GENERATEUR PHOTOVOLTAÏQUE ............................................................ 65
4.3.6. CARACTERISTIQUE DU GROUPE MOTOPOMPE .................................................................................... 65
4.3.7. CANALISATION.................................................................................................................................................... 65
4.3.8. SCHEMA DE BRANCHEMENT ........................................................................................................................ 66
4.3.9. SCHEMA D’EXPLOITATION ............................................................................................................................ 66
4.4. SYSTEME DE POMPE IMMERGEE POUR PUITS 6": PS21K2 C-SJ30-16 ....................................... 67
4.4.1. GAMME DE SYSTEME ....................................................................................................................................... 67
4.4.2. DONNEES TECHNIQUES .................................................................................................................................. 67
4.4.3. DIMENSIONS ET POIDS .................................................................................................................................... 68
4.5. SYSTEME DE MODULE PHOTOVOLTAÏQUE : ISOFOTON « ISF-230W » ......................................... 69
5. ETUDE ECONOMIQUE.......................................................................................................................................... 70
5.1. COUT ESTIMATIF DU METRE CUBE D’EAU ................................................................................................ 70
5.2. CALCUL ECONOMIQUE POUR LA DUREE DE VIE DU SYSTEME ........................................................ 70
5.2.1. COUT DES SYSTEMES PHOTOVOLTAÏQUES............................................................................................ 70
5.2.2. COUT SUR LA DUREE DE VIE DU SYSTEME ............................................................................................ 71
5.2.3. DESCRIPTION DU PROJET : CAS DE POMPE SOLAIRE AU FIL DU SOLEIL ................................. 72
6. SIMULATION AVEC LOGICIEL PVSYST5 ...................................................................................................... 74
6.1. PRESENTATION DE LOGICIEL PVSYST 5..................................................................................................... 74
6.2. CREATION DU PROJET DANS PVSYST .......................................................................................................... 74
6.4. RESULTATS DE SIMULATION .......................................................................................................................... 82
CONCLUSION GENERALE ............................................................................................................................................ 88
REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES......................................................................................................................... 89
ANNEXE 1: FICHE TECHNIQUE DU MODULE ISF-230V.................................................................................. 90
ANNEXE 2: BASSE DE DONNEE ................................................................................................................................ 92
ANNEXE 3: LES TARIFS DE POMPE LORENTZ 2014 ........................................................................................ 94
LISTE DES FIGURES

CHAPITRE 1 : RAYONNEMENT SOLAIRE

Figure 1.1 : Représentation du mouvement de la terre autour du soleil…………………………02


Figure 1.2 : Mouvement apparent de soleil………………………………………………………………….06
Figure 1.3 : Transmission du rayonnement solaire à travers l’atmosphère…………………..06
Figure 1.4 : Un plan incliné capte plus de rayonnement qu’un plan horizontal……………..04
Figure 1.5 : Définition des coordonnées terrestres d’un lieu donné……………………………..05
Figure 1.6 : Définition des coordonnées horizontales…………………………………………………..03
Figure 1.7 : Définition des coordonnées horaires du soleil………………………………………….07
Figure 1.8 : Organigramme de calcul du numéro du jour de l’année……………………………07
Figure 1.9 : Déclinaison du soleil en fonction du numéro du jour de l’année n…………….08
Figure 1.10 : schéma de l'angle d'incidence sur un plan incliné…………………………………09
Figure 1.11 : l’intensité du rayonnement solaire sur un plan quelconque…………………..60

CHAPITRE 2 : SYSTEME PHOTOVOLTAÏQUE

Figure 2.1 : Description d'une photopile ou cellule photovoltaïque…………………………….62


Figure 2.2 : Structure d'une cellule photovoltaïque…………………………………………………….62
Figure 2.3 : Courbe caractéristique de courant en fonction de courant et de puissance…..62
Figure 2.4 : Ceulles identiques en série……………………………………………………………………….64
Figure 2.5 : Modules identiques en série…………………………………………………………………….65
Figure 2.6 : Ceulles /modules identiques en parallèle…………………………………………………65
Figure 2.7 : Mise en série de deux cellules non identiques……………………………………………63
Figure 2.8 : Mise en parallèle de deux cellules non identiques…………………………………….67
Figure 2.9 : Mise en série des cellules en présence de l’ombrage…………………………………68
Figure 2.10 : Courbe caractéristique U-I au cas des perturbations……………………………….68
Figure 2.11 : Cellules monocristallines………………………………………………………………………68
Figure 2.12 : Cellules poly cristallin…………………………………………………………………………..69
Figure 2.13 : Cellules amorphe…………………………………..………………………………………………69
Figure 2.14 : Schéma d’installation mono-onduleur. ……………………………………….................26
Figure 2.15 : Schéma d’installation avec onduleur pour chaque string…………………………24
Figure 2.16 : Schéma d’installation multi-onduleur…………………………………………………….24
Figure 2.17: Schéma descriptif du système autonome……………………………………………….25
Figure 2.18 : Schéma descriptif du système connecté au réseau…………………………………23

CHAPITRE 3 : SYSTEME DE POMPAGE

Figure 3.1 : Schéma de pompage PV avec l’emplacement physique de pompe………………28


Figure 3.2 : Choix d’une pompe selon la HMT et le débit demandés……………………………...29
Figure 3.3 : Constitution d’une pompe centrifuge……………………………………………………….60
Figure 3.4 : Les composantes d’une pompe centrifuge…………………………………………………60
Figure 3.5 : Couplage pompe-moteur avec un axe horizontal……………………………………….62
Figure 3.6 : Couplage pompe-moteur avec un axe vertical…………………………………………..62
Figure 3.7 : Courbe caractéristique Q-V………………………………………………..…………………….66
Figure 3. 8: Courbe caractéristique Tr-V……………………………………………………………………..64
Figure 3.9 : Courbe caractéristique HMT-Q…………………………………………………………………65
Figure 3.10 : Courbe caractéristique rendement-Débit………………………………………………..63
Figure 3.11 : Courbe caractéristique HMT=f(Q)…………………………………………………………..47

CHAPITRE 4 : DIMENSIONNEMENT D’INSTALLATION PHOTOVOLTAÏQUE POUR LE


POMPAGE AU FIL DE SOLEIL

Figure 4.6: Schéma d’installation d’un système d’irrigation………………………………………..49


Figure 4.2 : Utilisation de l’inclinomètre et d’un niveau pour déterminer l’inclinaison…53
Figure 4.3 : Distance D entre les deux panneaux………………………………………………………….54
Figure 4.4 : Courbes caractéristiques de l’installation et de la pompe…………………………..53
LISTE DES TABLEAUX

Tableau 1.1 : Récapitulatif des angles utilisés……………………………………………………………...09


Tableau 2.1 : Tableau de comparaison des différentes technologies de cellules…………….20
Tableau 3. 1 : Comparaison entre les moteurs …………………………………………………………...38
Tableau 4.1 : Tableau récapitulatif des principales pertes énergétiques……………………….56
Tableau 4.2 : Prix estimatif de différentes composantes…………………………………………..….57
NOMENCLATURE
φ: Latitude du lieu (o)
λ: Longitude du lieu (o)
h: hauteur du soleil (o)
a: Azimut du soleil (o)
δ: Déclinaison du soleil (o)
N: Numéro du jour de l’année
Vm : Tension au point de fonctionnement (V)
Im : Courant au point de fonctionnement (A)
Uco : Tension de circuit-ouvert (V)
Icc : Courant de court-circuit (A)
S: Surface du module photovoltaïque (m2)
HL: L’heure du lever du soleil (h)
HC: L’heure du coucher du soleil (h)
TL: Temps légal (h)
TSV: Temps solaire vrai (h)
H : L’angle horaire du soleil (°)
PV: Photovoltaïque
NOCT: Température de fonctionnement normal de la (oC)
cellule
Q: Débit de la pompe (m3/ s)
HMT: Hauteur manométrique totale (m)
HMA: Hauteur Manométrique aspiration (m)
HMR: Hauteur Manométrique refoulement (m)
Ha : hauteur aspiration (m)
ξ: Coefficient de perte de charges singulières
Ja : Pertes de charge aspiration du au frottement du liquide
dans la tuyauterie et les accessoires
Hr : hauteur refoulement (m)
Jr : Pertes de charge refoulement
Pr : Pression résiduelle (bar)
Hg : Hauteur géométrique (m)
Re: Nombre de Reynolds
Et : Correction de l’équation du temps
ρ: Coefficient d'albédo
DC : Courant continu (A)
AC : Courant alternatif (A)
ω: La vitesse (rad/s)
g : Accélération de la pesanteur (m2/s)
Patm : Pression atmosphérique (Pa)
Pv : Pression absolue (Pa)
D : Diamètre (m)
ν: Viscosité cinématique (m2/s)
Eélé : Energie électrique (KWh)
Wc : Puissance crête (Wc)
Remerciement
Au terme de ce travail, Je remercie également mon encadrante universitaire LMAI Fatima
pour ses directives précieuses et ses conseils pertinents qui m’ont été d’un appui
considérable dans ma démarche, aussi tous le corps enseignement de la faculté des
sciences Ain chock, Casablanca pour leurs conseils constructifs qu’ils n’ont cessés de nous
prodiguer.

Je tiens tant à exprimer mes profonds remerciements à Monsieur AIT RABEH Jaouad, le
digérant de l’entreprise Ouarzazate solaire pour le grand honneur qu’il m’a fait en
accepter de diriger ce modeste travail, ainsi que pour les précieuses recommandations
qu’il m’a accordé.

Par la même occasion je tiens à remercier les membres de jury pour avoir accepté de
juger ce travail et pour leurs éventuelles remarques et suggestions.

Enfin, je remercie tous les gens qui m’ont aidé de près ou de loin sans citer leurs noms.
Introduction
Ce stage technique est l’occasion de se mettre en contact direct avec la vie professionnelle
en s’insérant de près dans le tissu de l’entreprise. Il nous a permis d’une part d’enrichir
nos connaissances techniques et de mettre en pratique notre savoir, et essayer de
rapprocher ce qui est théorique à ce qui est pratique.

L’entreprise Ouarzazate solaire nous a confié, durant cette période de stage, d’aborder le
sujet Etude et dimensionnement d’un système de pompage photovoltaïque. Dans ce
rapport on va voir tout d’abord un aperçu sur le lieu de stage et puis on va traiter ces axes
suivants :

 Chapitre I : Rayonnement solaire


 Chapitre II: Système photovoltaïque
 Chapitre III: système de pompage
 Chapitre IV : Dimensionnement d’installation photovoltaïque pour le pompage au
fil de soleil.
 Chapitre V : Etude du projet
ETUDE ET DIMENSIONNEMENT D’UN SYSTEME DE POMPAGE PHOTOVOLTAÏQUE 1

APERÇU SUR LA SOCIETE

La société OUARZAZATE SOLAIRE est une


entreprise à responsabilité limitée, spécialisé
dans les énergies renouvelables et efficacité
énergétique.

OUARZAZATE SOLAIRE offre à ses clients une


diversité d’applications leur permettant de
respecter l’Environnement, de minimiser leur
consommation d’énergie, d’améliorer les performances de leur outil de production ou
encore d’augmenter le rendement d’échange thermique et s’appuie pour cela sur son
personnel spécialisé.

Ses domaines d’activités sont :

Audit et efficacité énergétique


Energies renouvelables (photovoltaïque, thermique et biomasse)
Pompage solaire
Système énergétique pour les sites isolés
Environnement (l’émission du CO₂ et gestion des déchets)
Formation dans les énergies renouvelables et efficacité énergétique

FICHE TECHNIQUE

 Raison social : S.A.R.L.


 Date de création : 2013.
 Situation juridique : Société A Responsabilité Limitée (SARL).
 Adresse : C177 ELHAY ELMOHAMADI, OUARZAZATE
 MOBILE : +212 0 02 46 10 01
 Email : OUARZAZATESOLAIRE@GMAIL.COM
 Patente N° : 47 61 12 31

RAPPORT DE STAGE OUARZAZATE SOLAIRE


ETUDE ET DIMENSIONNEMENT D’UN SYSTEME DE POMPAGE PHOTOVOLTAÏQUE 2

CHAPITRE 1 : RAYONNEMENT SOLAIRE

1. INTRODUCTION

L’utilisation du rayonnement solaire comme source d’énergie pose un problème bien


particulier. En effet, le rayonnement solaire n’est pas toujours disponible ; en outre, on ne
peut l’emmagasiner ni le transporter.

Plusieurs paramètres peuvent influencer l’énergie captée par un système PV: Le


mouvement terre soleil, la position du soleil, l’orientation du capteur, la situation
géographique…
Dans cette partie de ce chapitre nous présentons les paramètres essentiels pour
l’estimation des énergies captées par les systèmes PV.
2. RAYONNEMENT SOLAIRE AU NIVEAU DU SOL

La puissance du rayonnement solaire au niveau du sol dépend de la couche


atmosphérique et de la distance qui doit parcourir le rayonnement pour atteindre un
point précis au niveau du sol. Cette distance varie en fonction des mouvements relatifs de
la terre autour du soleil étant :

 Rotation de la terre sur elle-même (cycle journalier)


 Translation de la terre autour du soleil (cycle annuel)
Le flux solaire en niveau du sol dépendra donc :

 De l’instant de la journée (cycle journalier) ;


 Du jour de l’année (cycle annuel).

Figure 1.1 : Représentation du mouvement de la terre autour du soleil [1]

RAPPORT DE STAGE OUARZAZATE SOLAIRE


ETUDE ET DIMENSIONNEMENT D’UN SYSTEME DE POMPAGE PHOTOVOLTAÏQUE 3

Mais aussi

 Du lieu d’installation en
fonction de sa latitude ;

 De l’inclinaison des rayons


qui frappent la surface
réceptrice.

Figure 1.2 : Mouvement apparent de soleil.

Au voisinage de la couche atmosphérique, la puissance du rayonnement émis par le soleil


à une valeur moyenne de 1380W/m2 sur une surface placée perpendiculairement aux
rayons.

Le rayonnement qui atteint le sol se compose du rayonnement direct et du rayonnement


diffus, et du rayonnement réfléchis.
 Le rayonnement direct : c’est le soleil que nous voyons briller et qui nous irradie.
 Le rayonnement diffus : c’est le rayonnement absorbé par les particules en
suspension dans l’atmosphère et qui est dissipé dans toutes les directions.
 Le rayonnement réfléchis : est le rayonnement qui est réfléchi par le sol ou par des
objets se trouvant à sa surface et appelé aussi l’albédo.
 Le rayonnement global : est la somme de tous les rayonnements reçus, y compris le
rayonnement réfléchi par le sol et les objets qui se trouvent à sa surface.

Figure 1.3 : Transmission du rayonnement solaire à travers l’atmosphère.

RAPPORT DE STAGE OUARZAZATE SOLAIRE


ETUDE ET DIMENSIONNEMENT D’UN SYSTEME DE POMPAGE PHOTOVOLTAÏQUE 4

3. DIMENSIONNEMENT DU CHAMP PHOTOVOLTAÏQUE

3.1. ORIENTATION DES PANNEAUX PAR RAPPORT AU SOLEIL

L’objectif est de produire le plus d’énergie sur l’année. La production est maximale
lorsque les rayons du soleil sont perpendiculaires au module. L’incidence du
rayonnement sur les modules photovoltaïques varie de manière importante entre l’été et
l’hiver.
D’autre part, la durée d’ensoleillement est elle aussi très variable entre l’été et l’hiver à tel
point que chaque mois d’hiver représente moins de 5% de la production totale. Il faut
rechercher quelle est l’inclinaison qui permettra de produire le plus d’énergie sur l’année.
Celle-ci dépend de la latitude du lieu et aussi de l’orientation des capteurs.

Figure 1.4 : Un plan incliné capte plus de rayonnement qu’un plan horizontal.

3.2. ORIENTATION DES MODULES

L’orientation des modules doit être au plein sud (le cas de Maroc) d’une manière idéale.
Toutefois, il faut tenir compte des deux paramètres suivants dans le cadre du choix d'une
orientation :
 les masques environnants,
 l'orientation du site.
Dans le cas où le site présente des masques importants à l'est (végétation, bâtiments, etc.),
Il est préférable d'orienter plus à l'ouest le champ photovoltaïque plutôt que de le placer
plein sud. La production sera alors plus importante l'après-midi sans pour autant
défavoriser le matin (qui n'est pas ensoleillé du fait des masques).
4. PARAMETRES DE POSITION

Le positionnement des modules et leur intégration au bâtiment ou au site doivent être


étudiés précisément de manière à garantir un rendement satisfaisant tout en respectant
les règlements d’urbanisme.

RAPPORT DE STAGE OUARZAZATE SOLAIRE


ETUDE ET DIMENSIONNEMENT D’UN SYSTEME DE POMPAGE PHOTOVOLTAÏQUE 5

4.1. CORDONNEES TERRESTRES

L'équateur est une ligne fictive de séparation entre l'hémisphère nord et l'hémisphère
sud, définie par un plan perpendiculaire à l'axe des pôles. Le méridien est le plan du lieu
passant par l'axe des pôles. Tout point de la sphère terrestre peut être repéré par deux
coordonnées, appelées cordonnées terrestres, à savoir : sa latitude « φ », qui est positive
dans l’hémisphère nord, elle est négative dans l’hémisphère sud, et sa longitude «λ»
positive à l’ouest négative à l’est. La méridienne origine, servant à la mesure de la
longitude, est celui de Greenwich.
La zone qu’on étudie se trouve dans la ville d’Ouarzazate qui a les coordonnées
géographiques suivantes :
- Latitude (φ) : 30°Nord
- Longitude(λ) : -6.9° E

Figure 1.5 : Définition des coordonnées terrestres d’un lieu donné.

4.2. COORDONNEES HORIZONTALES

La position du soleil est définie par 2 paramètres qui sont comme indiqués sur la
figure 1.6 :

 l’angle de hauteur h (en °) : angle entre la direction du soleil et sa projection sur le


plan horizontal.

 l’azimut a (en °) : angle entre cette projection et la direction du Sud : à est compté
positivement vers l'Ouest et négativement vers l'Est.

RAPPORT DE STAGE OUARZAZATE SOLAIRE


ETUDE ET DIMENSIONNEMENT D’UN SYSTEME DE POMPAGE PHOTOVOLTAÏQUE 6

Figure 1.6 : Définition des coordonnées horizontales.

Le calcul de l’angle de hauteur du soleil s’effectue à l’aide de la formule :

𝐒𝐢𝐧(𝐡) = 𝐬𝐢𝐧(𝛟)𝐬𝐢𝐧(𝛅) + 𝐜𝐨𝐬(𝛟)𝐜𝐨𝐬(𝛅)𝐜𝐨𝐬(𝐀𝐇)

- H varie entre -90o et +90o

Le calcul de l’azimut du soleil s’effectue à l’aide de la formule ci-dessous :


𝐜𝐨𝐬(𝛅) 𝐜𝐨𝐬(𝐀𝐇)
𝐬𝐢𝐧(𝐚) =
𝐜𝐨𝐬(𝐡)

- a varie entre -180o et +180o

Les valeurs importantes de ces deux angles sont les suivantes :


- a = 0 à midi ;
- h > 0 le jour ;
- h < 0 la nuit

4.3. COORDONNEES HORAIRES DU SOLEIL

Les coordonnées horizontales introduites précédemment sont intéressantes pour définir


la position du soleil par rapport à une installation donnée. Par contre, elles sont peu
commodes pour décrire le mouvement apparent du Soleil.
Il est préférable pour cela d' utiliser un autre système de coordonnées, les
coordonnées horaires, qui sont définies à la figure (1.7).
𝛅 est appelée la déclinaison et H son angle horaire. Ces coordonnées sont très faciles
à déterminer comme nous le verrons un peu plus loin.

RAPPORT DE STAGE OUARZAZATE SOLAIRE


ETUDE ET DIMENSIONNEMENT D’UN SYSTEME DE POMPAGE PHOTOVOLTAÏQUE 7

Leur calcul ne nécessite que la connaissance du jour de l’année et de l’heure légale, en


plus de la position du lieu considéré.

Figure 1.7 : Définition des coordonnées horaires du soleil.

4.3.1. LA DECLINAISON DU SOLEIL 𝛅 [6]

La déclinaison solaire varie tout au long de l’année et est extrémale aux solstices. Elle varie
de -23,45° le 21 décembre à 23,45° le 21 juin. Elle est déterminée pour tout jour
quelconque de l’année par la formule suivante :
𝟐𝟖𝟒 + 𝒏
𝜹 = 𝟐𝟑. 𝟒𝟓 𝐬𝐢𝐧 [𝟐𝝅 ]
𝟑𝟔𝟓
Avec n = le numéro du jour de l’année compté à partir du 1er janvier, c- à -d il varie de 1 à
635 ou 633 selon l’année.
L’organigramme donnée à la figure (1.8) permet de calculer le numéro « n » du Jour à
partir de la date écrite sous forme jj.mm (jour. Mois).

Figure 1.8 : Organigramme de calcul du numéro du jour de l’année.

RAPPORT DE STAGE OUARZAZATE SOLAIRE


ETUDE ET DIMENSIONNEMENT D’UN SYSTEME DE POMPAGE PHOTOVOLTAÏQUE 8

Variation annuelle de la declinaison du soleil


30

20

10
Déclinaison

-10

-20

-30
0 50 100 150 200 250 300 350 400
nombre de jour n

Figure 1.9 : Déclinaison du soleil en fonction du numéro du jour de l’année n.

4.3.2. L’ANGLE HORAIRE DU SOLEIL H [2]

C’est l’angle que font les projections de la direction du soleil avec la direction du méridien
du lieu, l’angle horaire du soleil varie à chaque instant de la journée selon la relation :

𝐇 = 𝟏𝟓(𝐓𝐒𝐕 − 𝟏𝟐) En (degré)


Avec :
Et + 4 λ
TSV = TL − DE + ( )
60
Et = 9.87sin(2N’ − 7.35cos(N’) − 1.5sin(N’)
360
N’ = (N − 81)
365
DE = 0 pour le maroc
Ou :
DE : décalage horaire par rapport au méridien de Greenwich.
TSV : temps solaire vrai = temps repéré de façon que le soleil se trouve au zénith à midi.
TL : temps légal = temps donné par une montre.
Et : correction de l’équation du temps.
Λ : longitude du lieu

Cette angle varie de -180o à +180o

Les angles définis ci avant et qui seront utilisés tout au long de ce chapitre sont repris
dans le tableau suivant :

RAPPORT DE STAGE OUARZAZATE SOLAIRE


ETUDE ET DIMENSIONNEMENT D’UN SYSTEME DE POMPAGE PHOTOVOLTAÏQUE 9

Tableau 1.1 : Récapitulatif des angles utilisés.

Repère Angle Dénomination


λ Longitude
Coordonnées géographiques φ Latitude
δ Déclinaison
Coordonnées horaires H Angle horaire
h Elévation
Coordonnées horizontales a Azimut

5. ESTIMATION DU RAYONNEMENT SOLAIRE SUR UN PLAN INCLINE

Le rayonnement solaire global incident sur un plan incliné est généralement calculé à
partir des valeurs mesurées ou estimées du rayonnement solaire direct et diffus sur une
surface horizontale.

5.1. CALCUL DE L'ANGLE D'INCIDENCE SUR UN PLAN INCLINE

L’angle d’incidence caractérise l’incidence avec laquelle le rayon solaire frappe le plan du
capteur : c’est l’angle entre la normale au plan du capteur et le rayon solaire à l’instant
considéré. L’inclinaison, l’orientation du capteur et la direction du rayon solaire permettent
d’évaluer cet angle d’incidence. Plus le flux est perpendiculaire au plan du panneau, plus il est
important ; à l’inverse, plus il est rasant, plus il est faible.

Pour connaitre l’angle d’incidence du rayonnement solaire direct, il faut définir la position
du soleil par rapport au plan incliné, cet angle 𝜃 est donné par la relation suivante :

Figure 1.10 : schéma de l'angle d'incidence sur un plan incliné.

RAPPORT DE STAGE OUARZAZATE SOLAIRE


ETUDE ET DIMENSIONNEMENT D’UN SYSTEME DE POMPAGE PHOTOVOLTAÏQUE 10

𝐜𝐨𝐬(𝛉) = 𝐜𝐨𝐬(𝛃). 𝐬𝐢𝐧(𝐡) + 𝐬𝐢𝐧(𝛃). 𝐜𝐨𝐬(𝐡). 𝐜𝐨𝐬(𝐚 − 𝛄)

On a :
𝛑
𝛉𝐳 = 𝛉= 𝟐 − 𝐡

La plus part des systèmes solaire installés en hémisphère nord le cas de notre site, sont
orienté vers le sud (𝜸 = 𝟎).

5.2. RAYONNEMENT SOLAIRE INCIDENT SUR UNE SURFACE INCLINEE

 Rayonnement direct :

𝐇𝐛 (𝛃) = 𝐑 𝐛 . 𝐇𝐛

Avec

𝐇𝐛 (𝛃) 𝐈𝐛 . 𝐜𝐨𝐬(𝛉) 𝐜𝐨𝐬(𝛉)


𝐑𝐛 = = =
𝐇𝐛 𝐈𝐛 . 𝐬𝐢𝐧(𝐡) 𝐬𝐢𝐧(𝐡)

Figure 1.11 : l’intensité du rayonnement solaire sur un plan quelconque.

 𝐇𝐛 (𝛃) : L’ensoleillement direct sur un plan du champ photovoltaïque incliné


d’un angle 𝛽
 𝐇𝐛 : Composante directe de l'ensoleillement horaire sur une surface
horizontale (en kWh/m2.j)
 𝐑𝐛 : Facteur d’inclinaison pour le rayonnement direct
 𝒉 ∶ Est l'angle zénithal du soleil
 𝜽 : Est l'angle d'incidence de l'ensoleillement direct sur le champ photovoltaïque
 𝜷 : L’inclinaison du champ par rapport à l'horizontal
 𝐈𝐛 : Rayonnement direct normal

RAPPORT DE STAGE OUARZAZATE SOLAIRE


ETUDE ET DIMENSIONNEMENT D’UN SYSTEME DE POMPAGE PHOTOVOLTAÏQUE 11

 Rayonnement diffuse :

𝟏 + 𝐜𝐨𝐬(𝛃)
𝐇𝐝 (𝛃) = 𝐑 𝐝 . 𝐇𝐝 𝐀𝐯𝐞𝐜 𝐑 𝐝 =
𝟐

 𝐇𝐝 (𝛃) : L’ensoleillement diffus sur un plan du champ PV incliné d’un angle β


 𝐇𝐝 ∶ Composante diffus de l’ensoleillement horaire globale horizontal (en kWh/m2.j)
 𝐑𝐝 : Facteur d’inclinaison pour le rayonnement diffus

 Rayonnement réfléchi ou l’albédo :

𝟏−𝐜𝐨𝐬(𝛃)
𝐇𝐫 (𝛃) = 𝐑 𝐫 . 𝐇𝐠 𝐀𝐯𝐞𝐜 𝐑 𝐫 = 𝛒 𝟐

 H𝒓 (β): L’ensoleillement réfléchi sur un plan du champ PV incliné d’un angle 𝛽


 𝐻𝑔 : Valeur horaire de l'ensoleillement total quotidien sur un plan horizontal (en
kWh /𝑚2 .j)
 ρ: Coefficient d'albédo

 Valeur de l'ensoleillement horaire global :

𝐇𝐠 (𝛃) = 𝐇𝐛 (𝛃) + 𝐇𝐝 (𝛃) + 𝐇𝐫 (𝛃)


= 𝐑𝐛 . 𝐇𝐛 + 𝐑𝐝 . 𝐇𝐝 + 𝐑𝐫 . 𝐇𝐠
= 𝐑 𝐠. 𝐇𝐠
 𝑅𝑔 : Le facteur d’inclinaison pour le rayonnement global

Nous avons décrit en premier temps le mouvement terre- soleil à chaque instant de la journée
et de l’année qui est nécessaire pour l’orientation d’un capteur pour un site donné. Ensuite Nous
avons présenté brièvement les atténuations du rayonnement solaire et les paramètres
essentiels à l’estimation des énergies captées par les systèmes PV, Ensuite Nous allons
présenter une introduction sur l’énergie photovoltaïque.

RAPPORT DE STAGE OUARZAZATE SOLAIRE


ETUDE ET DIMENSIONNEMENT D’UN SYSTEME DE POMPAGE PHOTOVOLTAÏQUE 12

CHAPITRE 2 : SYSTEME PHOTOVOLTAÏQUE

1. L’EFFET PHOTOVOLTAÏQUE

1.1. CONVERSION PHOTOVOLTAÏQUE


La conversion photovoltaïque est justement la
transformation de l’énergie du photon en énergie
électrique grâce au processus d’absorption de la
lumière par la matière. Lorsqu’un photon est absorbé,
il éjecte un électron d’un niveau d’énergie inférieur,
vers un niveau d’énergie plus élevé, créant ainsi une
paire électron-trou, de même énergie électrique.
Généralement cette paire électron-trou revient à
l’équilibre en transformant son énergie électrique en
énergie thermique… le matériau chauffe au soleil [3].
Figure 2.1 : Description d'une photopile ou cellule
photovoltaïque.
1.2. COMPORTEMENT DES CELLULES SOLAIRES
Les cellules photovoltaïques sont constituées
de matériaux semi-conducteurs spéciaux qui
permettent aux électrons, qui sont excités
lorsque le matériel est exposé à la lumière du
soleil (la lumière incidente fournit l'énergie
nécessaire au passage d'électrons de la bande
de valence à la bande de conduction, créant
ainsi plusieurs couples électron-trou) d’être
libérés de leurs atomes. Une fois libérés, ils se
déplacent dans le matériau et forment un
courant électrique [4]. Figure 2.2 : Structure d'une cellule photovoltaïque.

 Une cellule photovoltaïque représentée par


sa caractéristique Ip=f (Vp) peut être
schématisée par ce schéma :

Figure 2.3 : Courbe caractéristique de courant en fonction de


courant et de puissance.

RAPPORT DE STAGE OUARZAZATE SOLAIRE


ETUDE ET DIMENSIONNEMENT D’UN SYSTEME DE POMPAGE PHOTOVOLTAÏQUE 13

Caractéristiques techniques d’un module :

 Puissance nominale ou crête (Wc ) : Pc


 Tension à la puissance maximale, exprimé en volt(V) : Vmmp
 Courant à la puissance maximale, exprimé en ampère(A) : Impp
 Courant de court-circuit (A) : Icc
 Tension de circuit-ouvert (V) : Uco
 Puissance maximal : MPP (en anglais : maximal power point) obtenu pour
une tension et un courant optimaux : Vopt, Iopt (parfois appelés aussi Vmpp,
Impp).
 NOCT : température normale de fonctionnement de la cellule
 Les coefficients de pertes de tension, de courant et de puissance, en
fonction de la température
 Les dimensions
 Le poids

 Uco est pratiquement constant quel que soit le niveau d’éclairement. Uco varie
entre 0.5 et 0.7V pour chaque cellule.
 Icc est directement proportionnel à la surface des cellules.

1.3. PUISSANCE CRETE (STC) ET PUISSANCE REELLE (NOCT)

Les valeurs crêtes (Watt-crête, puissance crète) correspondent à des grandeurs


électriques délivrées par le module dans des conditions standard définies de test,
normalisées comme suit :

 Ensoleillement : 1000 W/m²


 Température des cellules : 25°c (attention ! ce n'est pas la température
ambiante qui est à 25°C, mais celle des cellules).
 Répartition spectrale du rayonnement dit AM 1.5, correspondant au spectre
solaire parvenant au sol après avoir traversé une atmosphère de masse 1 kg à
un angle de 45°.

Il existe des conditions de test normalisées qui permettent de déterminer la


puissance du panneau photovoltaïque dans des conditions plus proches de la réalité il
s'agit des "conditions NOCT" :

 Ensoleillement : 800 W/m²


 Température ambiante : 25°C (la température des cellules quant à elle varie
en fonction des panneaux, cette valeur est indiquée sur les fiches techniques
des modules)
 Répartition spectrale du rayonnement AM 1.5.

RAPPORT DE STAGE OUARZAZATE SOLAIRE


ETUDE ET DIMENSIONNEMENT D’UN SYSTEME DE POMPAGE PHOTOVOLTAÏQUE 14

NOCT signifie "Normal Operating Cell Température", c'est à dire que la température des
cellules n'est pas maintenue arbitrairement, c'est sa température normale de
fonctionnement avec un ensoleillement de 800 W/m² et une température ambiante de
25°C.

2. MONTAGE DES CELLULES OU MODULES PHOTOVOLTAÏQUE [6]


2.1. GENERATEUR PHOTOVOLTAÏQUE

Les modules PV sont les éléments de base de tout système photovoltaïque. Ils peuvent
être branchés en série pour augmenter leur tension d’utilisation et en parallèle pour
augmenter leur courant. Cet ensemble est appelé le champ de modules PV.

2.2. MONTAGE DES CELLULES ET DES MODULES IDENTIQUES


2.2.1. MISE EN SERIE DE CELLULES IDENTIQUES [6]

Les caractéristiques électriques d’une seule cellule sont généralement insuffisantes pour
alimenter les équipements électriques. Il faut associer les cellules en série pour obtenir
une tension plus importante : le module solaire ou panneau photovoltaïque
La caractéristique courant-tension obtenue lors du montage en série de deux cellules est
représentée à la figure (2.4). La puissance maximale de l'ensemble est égale au double de
la puissance maximale d'une cellule.

Pour le montage en série, le courant optimal est le même que pour une seule cellule et la
tension optimale est le double de la tension optimale d'une cellule.

Un panneau constitué de 24 cellules photovoltaïques va donc délivrer une tension U de


62 V, et cela quel que soit l’ensoleillement.

Mais pour faire fonctionner des appareils électriques, c’est l’intensité I du panneau,
variant en fonction de l’ensoleillement, qui va déterminer l’énergie électrique

I
I4
U4

U3
I3

U2
I2

U1 U
I1

Figure 2.4 : Ceulles identiques en série.

RAPPORT DE STAGE OUARZAZATE SOLAIRE


ETUDE ET DIMENSIONNEMENT D’UN SYSTEME DE POMPAGE PHOTOVOLTAÏQUE 15

2.2.2. MISE EN SERIE DE MODULES IDENTIQUES

Afin d’obtenir la tension nécessaire à l’onduleur, les panneaux sont connectés en série. Ils
forment alors une chaîne de modules ou string. Les chaînes sont ensuite associées en
parallèle et forment un champ photovoltaïque (champ PV).

Il faut également installer des diodes ou des


fusibles en série sur chaque chaîne de modules.
Ces protections sont utiles pour éviter qu’en cas
d’ombre sur une chaîne, elle se comporte comme
un récepteur et que le courant y circule en sens
inverse et l’endommage

Figure 2.5 : Modules identiques en série.

2.2.3. MISE EN PARALLELE DE CELLULES IDENTIQUES

La caractéristique courant-tension obtenue lors du montage en parallèle de deux cellules


identiques est représentée à la figure (2.6). La puissance maximale de l'ensemble est égale
au double de la puissance maximale d'une cellule.

La tension optimale de l'ensemble est la même que pour une seule cellule, alors que le
courant optimal de l'ensemble est égal au double du courant optimal d'une seule cellule.

Figure 2.6 : Ceulles /modules identiques en parallèle.


RAPPORT DE STAGE OUARZAZATE SOLAIRE
ETUDE ET DIMENSIONNEMENT D’UN SYSTEME DE POMPAGE PHOTOVOLTAÏQUE 16

2.3. MONTAGE DES CELLULES NON IDENTIQUES

En pratique, les cellules ne sont jamais tout à fait identiques. Une différence de courant de
court-circuit peut provenir d'une différence au niveau de la fabrication des cellules, mais
elle peut également être causée par une différence dans le rayonnement solaire reçu
(ombres).

2.3.1. MISE EN SERIE DE CELLULES NON IDENTIQUES

La mise en série de cellules non identiques peut gravement handicaper les performances
de l'ensemble, comme le montre la figure (2.7), qui correspond à la mise en série de deux
cellules non identiques.

Lorsque le courant débité tend à devenir plus grand que le courant de court-circuit, la
cellule la plus faible des deux devient le siège d'une tension négative et s'oppose à la
croissance du courant.

Il apparaît que le courant de court-circuit de l'ensemble des deux cellules est


pratiquement égal au plus faible des deux courants de court-circuit. La puissance totale
générée est inférieure à la somme des puissances que chaque cellule pourrait générer
individuellement.

Figure 2.7 : Mise en série de deux cellules non identiques.

2.3.2. MONTAGE EN PARALLELE DE CELLULES DIFFERENTES

La figure (2.8) illustre la mise en parallèle de cellules non identiques. Dans ce cas, aucun
problème ne se pose. Pour chaque valeur de la tension, le courant généré est la somme
des courants de chaque cellule.

Comme la tension dépend peu de l'intensité lumineuse, la cellule faible a pratiquement la


même tension à vide et la même tension optimum que la cellule normale. La puissance
totale générée est donc pratiquement égale à la somme des puissances que chaque cellule
pourrait générer individuellement.

RAPPORT DE STAGE OUARZAZATE SOLAIRE


ETUDE ET DIMENSIONNEMENT D’UN SYSTEME DE POMPAGE PHOTOVOLTAÏQUE 17

Le montage en parallèle de cellules non identiques ne pose guère de problèmes : les


"bonnes" cellules fournissent la puissance dont elles sont capables. Seules les "mauvaises"
cellules sont sous-utilisées.

Figure 2.8 : Mise en parallèle de deux cellules non identiques [6]

2.3.3. LES DIODES DE BY-PASS

La mise en série des cellules peut être dangereuse lorsque l’une d’entre elles se retrouve
à l’ombre. Elle va s’échauffer et risque de se détruire.

En effet, une cellule "masquée" voit l'intensité qui la traverse diminuer. De ce fait, elle
bloque la circulation de l'intensité "normale" produite par les autres modules. La tension
aux bornes de cette cellule "masquée" augmente, d’où apparition d’une surchauffe.

Pour supprimer ce problème et protéger la cellule « masquée », on place des diodes « by-
pass » en anti-parallèles sur 18 ou 24 cellules de façon à court-circuiter les cellules
ombrées. Un panneau solaire dispose d’une à trois diodes by -pass, en fonction de son
nombre de cellules (en moyenne 36 cellules pour 3 diodes bypass). Les modules
aujourd’hui commercialisés comprennent généralement des diodes de protection situées
en parallèle des différents strings qui le composent. En cas de masque :

 1 diode : 100 % du module est en by -pass,


 2 diodes : 50 % du module est en by-pass,

RAPPORT DE STAGE OUARZAZATE SOLAIRE


ETUDE ET DIMENSIONNEMENT D’UN SYSTEME DE POMPAGE PHOTOVOLTAÏQUE 18

 3 diodes : 33 % du module est en by -pas

Au niveau de la 2Eme rangée, le courant


passe par la diode by -pass pour cause
d’ombrage

Figure 2.9 : Mise en série des cellules en présence de


l’ombrage.

L’utilisation de ces by-pass induit néanmoins des perturbations


de la courbe caractéristique, modifiant le point de puissance
maximale du module :

Figure 2.10 : Courbe caractéristique U-I au cas des


perturbations.

3. TYPE DE MODULES PHOTOVOLTAÏQUES

Les panneaux solaires ne sont pas construits de la même manière. En effet, il existe
différents types de cellules qui n’ont ni même prix et ni même rendement. Actuellement
sur le marché, les trois technologies majoritairement présentes et reconnues sont le
monocristallin, le poly cristallin et l’amorphe.

3.1. CELLULES MONOCRISTALLINES

Les cellules monocristallines sont les photopiles de la


première génération. Elles sont élaborées à partir d’un bloc de
silicium cristallisé en un seul cristal. Vues de près, les cellules
ont une couleur uniforme. Elles ont un bon rendement, mais
la méthode de production est laborieuse.

Avantage :
 Très bon rendement (23% en théorie et environ 17%
dans la pratique). Figure 2.11 : Cellules monocristallines.

RAPPORT DE STAGE OUARZAZATE SOLAIRE


ETUDE ET DIMENSIONNEMENT D’UN SYSTEME DE POMPAGE PHOTOVOLTAÏQUE 19

Inconvénients :
 Coût élevé
 Rendement faible sous un faible éclairement

3.2. CELLULES POLYCRISTALLINES

Les cellules poly- cristallines sont élaborées à partir d’un bloc de


silicium cristallisé en forme de cristaux multiples. Vues de près,
on peut voir les orientations différentes des cristaux (tonalités
différentes). Elles ont un rendement de 11 à 13%, mais leur coût
de production est moins élevé que les cellules monocristallines.
Pendant le refroidissement du silicium, il se forme plusieurs
cristaux. Ce genre de cellule est également bleu, mais n’est pas
uniforme, on distingue des motifs créés par les différents
cristaux.

Avantage : Figure 2.12 : Cellules poly cristallin.

 Bon rendement 13%, mais cependant moins bon que le


monocristallin.
 Moins cher que le monocristallin
 Meilleur rapport qualité/prix.
Inconvénients :
 Rendement faible sous un faible éclairement

3.3. CELLULES AMORPHES

Ces cellules sont composées d’un support en verre ou en


matière synthétique sur lequel est disposé une fine couche
de silicium (l’organisation des atomes n’est plus régulière
comme dans un cristal). Leur rendement est de l’ordre de
5 à 10%, plus bas que celui des cellules cristallines mais le
courant produit est relativement bon marché. Elles sont
appliquées dans les petits produits de consommation
(montres, calculatrices) mais sont peu utilisées dans le
cadre des installations solaires.
Figure 2.13 : Cellules amorphe.
Avantage :
 Fonctionnent avec un éclairement faible (même
par temps couvert ou à l’intérieur d’un bâtiment).
 Moins chères que les autres.
Inconvénients :
 Rendement faible en plein soleil (environ 6%),

RAPPORT DE STAGE OUARZAZATE SOLAIRE


ETUDE ET DIMENSIONNEMENT D’UN SYSTEME DE POMPAGE PHOTOVOLTAÏQUE 20

 Performances qui diminuent sensiblement avec le temps.

Tableau 2.1 : Tableau de comparaison des différentes technologies de cellules.

Technologie Silicium Poly cristallin Monocristallin


amorphe

Rendement dans les conditions 5 – 10% 11 – 13% 14 – 17%


standard*

Surface de panneau pour 1 kWc** 16𝑚2 8𝑚2 7𝑚2

Electricité générée en un an 900 kWh 750 kWh/kWc 750 kWh/kWc


(modules orientés sud, inclinés à
30°)

Energie produite en un an par m2 55 – 60 90 – 95 kWh/𝑚2 90 – 95 kWh/𝑚2


kWh/𝑚2

* Conditions Standard de Test (CST) : 25°C, intensité lumineuse de 1000W/m2


** kWc= kilowatt ‘crête’. Puissance caractéristique des panneaux solaires photovoltaïques
dans la condition standard.

4. CONVERTISSEURS D’ENERGIES

Un convertisseur d’énergie est un équipement que l’on dispose généralement soit entre
le champ photovoltaïque et la charge pour une charge continu (sans stockage avec une
charge en continu, il portera le nom de convertisseur continu- continu), soit entre la
batterie et la charge (après stockage, il sera appelé onduleur ou convertisseur continu-
alternatif).

Le convertisseur remplit les fonctions suivantes :


 Conversion de courant continu en courant alternatif compatible avec la tension
du réseau,
 Optimisation de la tension continue de manière à ce que le champ de modules
fonctionne dans des conditions de puissance optimales,
 Sécurité.
4.1. CONVERTISSEUR CONTINU- CONTINU

Ce type de convertisseur est destiné à adapter à chaque instant l’impédance apparente de


la charge à l’impédance du champ PV correspondant au point de puissance maximale
4.2. CONVERTISSEUR CONTINU- ALTERNATIF (ONDULEUR)

Un onduleur est un dispositif permettant de transformer la tension continue issue des


modules photovoltaïques ou des batteries en tension alternative qui est réinjectée soit
dans le réseau, soit dans un site isolé afin de couvrir ses besoins.

RAPPORT DE STAGE OUARZAZATE SOLAIRE


ETUDE ET DIMENSIONNEMENT D’UN SYSTEME DE POMPAGE PHOTOVOLTAÏQUE 21

En quelque sort, il permet de rendre utilisable l’électricité produit par les modules ou
par les batteries en respectant les caractéristiques techniques des appareils ou du
réseau (220V/50Hz pour le Maroc). Sa tension de sortie est réglée pour rester stable.

Caractéristiques techniques :

 Puissance nominale
 Puissance de point ou surcharge
 Consommation à vide ou en attente (stand-by)
 Tension d’entrée et de sortie
 Rendement
 Durée de vie
 Technologie

Remarques valables pour la plupart des onduleurs :


- La puissance nominale doit être environ 2 à3 fois supérieure à la puissance des
appareils à alimenter.
- un onduleur est fourni avec les câbles entrée CC de grosse section (au moins 2.5à
6 mm2) pour réduire les chutes de tension. Il faut les connecter au régulateur(ou
les batteries selon le cas). Sans rallonger
4.2.1. PUISSANCE NOMINALE

C’est la puissance que peut délivrer l’onduleur en fonctionnement permanent. En théorie,


elle correspond à la somme des puissances de toutes les charges électriques susceptibles
d’être utilisées en même temps. Or, en réalité, il est rare que tous les appareils
fonctionnement simultanément : la puissance nominale de l’onduleur est calculé en
fonction de la valeur moyenne du profil de consommation(en courant alternatif), majorée
de 20% afin de pouvoir fonctionner sur une durée pour une surcharge faible.
4.2.2. PUISSANCE DE POINTE OU SURCHARGE

Le démarrage de certain appareils, par exemple les réfrigérateurs ou les moteurs de


pompe, demande une puissance nettement supérieure à la puissance nominale de
l’onduleur pendant un temps assez bref, soit 6 à 60 fois leur puissance nominale. Les
onduleurs doivent donc pouvoir résister à de telles surcharges.
4.2.3. CONSOMMATION A VIDE OU EN ATTENTE (STAND-BY)

Il arrive que l’onduleur fonctionne à vide (en générale la nuit) et donc consomme de
l’énergie inutilement. Par exemple, un onduleur de 500W/62V consomme à vide jusqu’à
115Wh/j. pour remédier à cette perte d’énergie, de plus en plus d’onduleurs sont
équipés d’un système de détection de seuil de puissance pour arrêt et reconnexion
automatiques ou détection de charge : il est à l’arrêt quand la consommation de
l’onduleur reste sous le seuil (stand-by) et se reconnecte des que le seuil est dépassé.

RAPPORT DE STAGE OUARZAZATE SOLAIRE


ETUDE ET DIMENSIONNEMENT D’UN SYSTEME DE POMPAGE PHOTOVOLTAÏQUE 22

4.2.4. TENSION D’ENTREE ET DE SORTIE

La tension d’entrée correspond à la tension CC délivrée par le générateur photovoltaïque


ou par le système de stockage.

La tension de sortie correspond à la tension d’alimentation CA des appareils ou à celle du


réseau de distribution. Elle est réglée pour rester stable avec écart inférieur à 5% quelles
que soit la tension d’entrée et la charge électrique.

4.2.5. RENDEMENT

C’est le critère principal dans le choix d’un onduleur. Le rendement caractérise l’efficacité
de l’onduleur à charge maximale.

Il existe deux principaux types de convertisseurs CC/AC (continu-alternatif)

4.2.6. CONVERTISSEURS TOURNANTS

Ils sont constitués d’un moteur à courant continu couplé à un alternateur. Le prix est
d’autant plus élevé que l’on exige un courant alternatif stable en tension et fréquence, ce
qui est rarement le cas pour les appareils domestiques. Ils utilisent une technologie
éprouvée, mais ancienne, ou peu de progrès sont possibles. Ils sont supplantés
progressivement par les convertisseurs statiques. Ces équipements ne sont disponibles
que pour les puissances assez élevées.

4.2.7. CONVERTISSEURS STATIQUES OU ONDULEURS

Suivant l'application, on devra souvent utiliser un convertisseur pour adapter la


puissance générée à la charge.

Il existe principalement les convertisseurs DC/DC qui fournissent à la charge une tension
DC différente de la tension générée par les panneaux et les convertisseurs DC/AC qui
produisent une tension alternative pour les charges correspondantes.

Ce sont des onduleurs. Ils peuvent être utilisés pour alimenter une charge isolée mais
aussi pour raccorder un générateur photovoltaïque au réseau.

Les onduleurs peuvent être classés en générateurs produisant soit une onde sinusoïdale,
soit une onde carrée ou une onde dite pseudo-sinusoïdale. Le choix de l'onduleur
dépendra des appareils qu'il devra faire fonctionner.

4.2.8. INSTALLATION MONO-ONDULEUR

Cette configuration est utilisée dans les petites installations avec des modules du même
type ayant la même exposition.

RAPPORT DE STAGE OUARZAZATE SOLAIRE


ETUDE ET DIMENSIONNEMENT D’UN SYSTEME DE POMPAGE PHOTOVOLTAÏQUE 23

La présence d'un onduleur unique présente des avantages économiques, en réduisant


l'investissement initial et les coûts d'entretien. Cependant, la défaillance de l'onduleur
peut entraîner l'arrêt de la production de l'ensemble de l'installation. De plus, cette
solution n'est pas très adaptée à l'agrandissement (et donc à la hausse de la puissance
crête) de l'installation PV, car elle augmente les problèmes de protection contre les
surintensités et ceux liés à un ombrage différent, autrement dit lorsque l’exposition des
panneaux n'est pas la même dans l'ensemble de l'installation. Le fonctionnement de
l'onduleur est régulé par le MPPT en tenant compte des paramètres moyens des strings
raccordés à l'onduleur ; par conséquent, si tous les strings sont raccordés à un onduleur
unique, l'ombrage ou la défaillance de tout ou partie des strings entraîne une réduction
accrue des performances électriques de l'installation par rapport à d'autres
configurations.

Figure 2.14 : Schéma d’installation mono-onduleur.

4.2.9. INSTALLATION AVEC UN ONDULEUR POUR CHAQUE STRING

Dans une installation de taille moyenne, chaque string peut être directement raccordé à
son propre onduleur et donc fonctionner selon son propre Maximum Power Point.

Dans cette configuration, la diode, qui empêche la source de circuler dans le sens inverse,
est généralement incluse dans l'onduleur. Ce dernier réalise un diagnostic de la
production et assure également la protection contre les surintensités et les surtensions
d'origine atmosphérique du côté DC.

De plus, la présence d'un onduleur sur chaque string limite les problèmes de couplage
entre les modules et les onduleurs de même que la réduction des performances causée
par l'ombrage ou une exposition différente. Par ailleurs, avec plusieurs strings, des
modules présentant différentes caractéristiques peuvent être utilisés, augmentant par
conséquent l'efficacité et la fiabilité de l'ensemble de l'installation.

RAPPORT DE STAGE OUARZAZATE SOLAIRE


ETUDE ET DIMENSIONNEMENT D’UN SYSTEME DE POMPAGE PHOTOVOLTAÏQUE 24

Figure 2.15 : Schéma d’installation avec onduleur pour chaque string.

4.2.10. INSTALLATION MULTI-ONDULEURS

Dans les installations de grande taille, le champ PV est généralement divisé en un plus
grand nombre de parties (sous-champs), chacune étant alimentée par un onduleur auquel
différents strings sont raccordés en parallèle. Par rapport à la configuration précédente,
le nombre d'onduleurs est dans ce cas inférieur, entraînant une réduction conséquente de
l'investissement et des coûts d'entretien. Cette configuration présente également
l'avantage de réduire les problèmes liés à l'ombrage et à la différence d'exposition des
strings mais également ceux liés à l'utilisation de modules différents, à condition que les
strings du sous-champ ayant des modules et une exposition identiques soient raccordés
au même onduleur.

Figure 2.16 : Schéma d’installation multi-onduleur.

5. TYPE DES SYSTEMES PHOTOVOLTAÏQUES

Les trois genres des systèmes photovoltaïques que l’on rencontre généralement sont les
systèmes autonomes, hybrides et connectés à un réseau. Les deux premiers sont
indépendants du service public de distribution d’électricité ; on les retrouve souvent dans
les régions éloignées.

RAPPORT DE STAGE OUARZAZATE SOLAIRE


ETUDE ET DIMENSIONNEMENT D’UN SYSTEME DE POMPAGE PHOTOVOLTAÏQUE 25

5.1. SYSTEMES AUTONOMES

Une installation photovoltaïque autonome est une installation qui produit de l'électricité
grâce au soleil, mais qui fonctionne indépendamment du réseau électrique, ils peuvent
comporter des accumulateurs – qui emmagasinent l’énergie produite par les modules au
cours de la journée – servant la nuit ou lors des périodes où le rayonnement solaire est
insuffisant. Ces systèmes peuvent également répondre aux besoins d’une application (par
exemple, le pompage de l’eau) sans recours aux accumulateurs.

Figure 2.17: Schéma descriptif du système autonome.

5.2. SYSTEMES HYBRIDES

Les systèmes hybrides, qui sont également indépendants des réseaux de distribution
d’électricité, sont composés d’un générateur photovoltaïque combiné à une éolienne ou à
un groupe électrogène à combustible, ou aux deux à la fois. Un tel système s’avère un bon
choix pour les applications qui nécessitent une alimentation continue d’une puissance
assez élevée, lorsqu’il n’y a pas assez de lumière solaire à certains moments de l’année, ou
si on désire diminuer notre investissement dans les champs de modules photovoltaïques
et les batteries d’accumulateurs.

5.3. SYSTEMES CONNECTES AU RESEAU

Les systèmes de production d’énergie photovoltaïque connectés à un réseau sont une


résultante de la tendance à la décentralisation du réseau électrique. L’énergie est produite
plus près des lieux de consommation – et non pas seulement par de grandes centrales
thermiques ou hydroélectriques. Au fil du temps, les systèmes connectés à un réseau
réduiront la nécessité d’augmenter la capacité des lignes de transmission et de
distribution. Un système connecté à un réseau produit sa propre électricité et achemine
son excédent d’énergie vers le réseau, auprès duquel il s’approvisionne au besoin ; ces
transferts éliminent le besoin d’acheter et d’entretenir une batterie d’accumulateurs. Il
est toujours possible d’utiliser ceux-ci pour servir d’alimentation d’appoint lorsque
survient une panne de réseau, mais ce n’est pas nécessaire.

RAPPORT DE STAGE OUARZAZATE SOLAIRE


ETUDE ET DIMENSIONNEMENT D’UN SYSTEME DE POMPAGE PHOTOVOLTAÏQUE 26

Figure 2.18 : Schéma descriptif du système connecté au réseau.

Dans ce chapitre, nous avons présenté les différents composants du système de pompage
photovoltaïque, les types des cellules et les différentes cas de montage, afin de faciliter l’étude de
système de pompage photovoltaïque.

RAPPORT DE STAGE OUARZAZATE SOLAIRE


ETUDE ET DIMENSIONNEMENT D’UN SYSTEME DE POMPAGE PHOTOVOLTAÏQUE 27

CHAPITRE 3 : SYSTEME DE POMPAGE

1. INTRODUCTION

Le pompage de l'eau est l'une des applications les plus répandues de l'énergie solaire dans
divers secteur (l’usage domestique, agricole, etc.) pour soulever et transporter l'eau, est
une solution préférable où le réseau électrique n'est pas facilement accessible ou cas d’un
site isolé, parmi leur avantages que ils réclamant peu d'entretien et n’est pas compliques
au niveau de l’installation.

Le choix du système de pompage doit être fait en tenant compte non seulement les
contraintes techniques (type de pompe, énergie, hauteur de refoulement, débit, régime
d'écoulement), mais aussi les contraintes liées au contexte socio-économique (système de
pompage accepté, disponibilité des pièces détachées, facilité de maintenance des
pompes).

2. DESCRIPTION DU PRINCIPE

Les panneaux solaires photovoltaïques produisent l'énergie électrique sous forme d'un
courant continu qui est converti à travers un convertisseur statique (onduleur) pour
alimenter un groupe moto - pompe immergé ou surfacique. Le groupe moto -pompe est
composé d'un moteur à courant alternatif mono, bi ou triphasé ou à courant continu à
commutation électronique qui est couplé à une pompe centrifuge à étages multiples ou à
une pompe volumétrique ou autre suivant le débit recherché.

La pompe centrifuge transmet l'énergie cinétique du moteur au fluide par un mouvement


de rotation de roues à aubes alors que la pompe volumétrique transmet l'énergie du
moteur par un mouvement hélicoïdale qui permet littéralement de propulser l'eau à la
surface.

Les panneaux solaires et le convertisseur sont des éléments statiques, la seule partie en
mouvement du système est le groupe moteur-pompe. Les avantages de ce système sont
nombreux, les plus évidents sont :

 L’autonomie de fonctionnement,
 La fiabilité,
 Le bon rendement,
 La relation naturelle entre la disponibilité de l'énergie solaire et le besoin
en eau.

3. LES DIFFERENTS TYPES DE POMPES

Les pompes à eau sont des pompes fonctionnant grâce à un moteur électrique dont
l’énergie provient des cellules photovoltaïques disposées sur des panneaux et captant
l’énergie lumineuse du soleil, Ils sont classés selon leur principe de fonctionnement, soit

RAPPORT DE STAGE OUARZAZATE SOLAIRE


ETUDE ET DIMENSIONNEMENT D’UN SYSTEME DE POMPAGE PHOTOVOLTAÏQUE 28

de type volumétrique ou centrifuge. Outre ces deux classifications que nous décrirons plus
loin, on distingue également deux autres types de pompes en fonction de l’emplacement
physique de la pompe par rapport à l’eau pompée : La pompe à aspiration et la pompe à
refoulement.

3.1. L’EMPLACEMENT PHYSIQUE DE LA POMPE

3.1.1. ASPIRATION

Élévation de l'eau de son niveau jusqu’à la pompe par la conduite d’aspiration (la pompe
exerce une dépression dans la conduite d'aspiration, afin que l'eau puisse monter grâce à
la pression atmosphérique).

3.1.2. REFOULEMENT

Conduction de l'eau de la pompe vers sa destination finale à travers la conduite de


décharge (la pompe exerce la pression nécessaire pour que l'eau puisse se déplacer le
long de la conduite de décharge).

Réservoir

Systèmes de pompage Refoulement


PV
Champ Photovoltaïque Convertisseur (DC/CC) Groupe motopompe
PV (CC/CC)

Aspiration

Puits

Figure 3.1 : Schéma de pompage PV avec l’emplacement physique de pompe.

RAPPORT DE STAGE OUARZAZATE SOLAIRE


ETUDE ET DIMENSIONNEMENT D’UN SYSTEME DE POMPAGE PHOTOVOLTAÏQUE 29

3.2. GROUPE ELECTROPOMPE HYDRAULIQUE

Une pompe hydraulique peut être immergé ou non :

 Immergé : fonctionne exclusivement en refoulement.


 Surface : fonctionne en aspiration (<7m) et en refoulement, le moteur peut être
immergé ou non.
 Lorsque l’ensemble est immergé, on l’appelle groupe immergé et le moteur
étanche.
 Lorsque l’ensemble est hors d’eau, on l’appelle groupe de surface.
 Parfois seule la pompe est immergée et pas le moteur, pompes immergées à
entrainement mécanique de surface.
3.3. POMPES HYDRAULIQUES

Il existe différentes pompes qui peuvent se classer en deux grandes familles :


• Les pompes centrifuges
• Les pompes volumétriques
L’utilisation d’un type de pompes ou d’un autre dépend des conditions d’écoulement du
fluide. De manière générale, si on veut augmenter la pression d’un fluide on utilisera
plutôt les pompes volumétriques, tandis que si on veut augmenter le débit on utilisera
plutôt les pompes centrifuges.

Figure 3.2 : Choix d’une pompe selon la HMT et le débit demandés.

3.3.1. LES POMPES CENTRIFUGES

3.3.1.1. DEFINITION ET PRINCIPE

La pompe centrifuge est une machine tournante qui grâce à un rotor à aubes
convenablement orientées augmente l’énergie cinétique et projette à l’aide de la force
centrifuge le liquide à la périphérie sur la volute. A la sortie et à l’aide d’un divergent, un
grande partie de l’énergie cinétique se transforme en pression motrice.

RAPPORT DE STAGE OUARZAZATE SOLAIRE


ETUDE ET DIMENSIONNEMENT D’UN SYSTEME DE POMPAGE PHOTOVOLTAÏQUE 30

3.3.1.2. COMPOSANTES D’UNE POMPE CENTRIFUGE

Les pompes centrifuges sont des machines hydrauliques qui déplacent un certain volume
de fluide entre deux niveaux ; ils servent donc, à convertir une énergie mécanique en une
énergie hydraulique.

Figure 3.3 : Constitution d’une pompe centrifuge.

Elles se composent de :

 Une roue (rotor, impulseur…)

C’est un élément mobile, formé de pales ou aubes divergentes unies à un axe qui reçoit
l'énergie de l'extérieur.

Figure 3.4 : Les composantes d’une pompe centrifuge.

 Un diffuseur (corps de la pompe)

Il sert à canaliser le fluide accéléré par la roue et de le diriger vers la volute et la conduite
de refoulement.

RAPPORT DE STAGE OUARZAZATE SOLAIRE


ETUDE ET DIMENSIONNEMENT D’UN SYSTEME DE POMPAGE PHOTOVOLTAÏQUE 31

La volute est un convertisseur d’énergie, il sert à diminuer la vitesse (transformation


d’une partie de l’énergie cinétique crée dans le rotor en énergie de pression) et
augmentant alors la pression du liquide à fur et à mesure que l’espace entre le rotor et la
carcasse augmente.

Pour pomper l’eau dans un forage ou alimenter un système d’irrigation, il faut


disposer d’une forte pression de refoulement qui pourrait être provoquée par une
pompe monocellulaire équipée d’une roue à grand diamètre.

Ce même mouvement peut être décomposé à chaque instant en deux mouvements


distincts :

 Un mouvement d’entraînement caractérisé par la vitesse U.


 Un mouvement relatif (déplacement du liquide par rapport aux aubes),
caractérisé par la vitesse W.

Ainsi la vitesse absolue V d’une particule liquide qui glisse entre deux aubes est
égale à la somme vectorielle des deux vitesses précédentes :

⃗ =𝑈
𝑉 ⃗ +𝑊
⃗⃗⃗

 Un distributeur

Sorte de tubulure profilée qui conduit l'eau de la canalisation d'aspiration dans l'axe de
la pompe, appelée "Ouïe ou Ouillard" de la roue.

Le distributeur est généralement constitué par un cône convergent qui permet de


réaliser une meilleure disposition des filets liquides (lignes de courant) en améliorant le
parallélisme et l’égalité des vitesses. Il est procédé à l’amont par la canalisation
d’aspiration.

3.3.1.3. TYPES DE POMPES CENTRIFUGES

Suivant le nombre de roues, les pompes centrifuges peuvent être :


 Simples ou monocellulaires : avec un seul roue ;
 Multiples ou multicellulaires : avec des roues multiples, qui sont placés
en série afin que le flux qui sort de la première entre dans la suivante et
ainsi de suite.
À leur tour, les pompes simples ou multiples, en fonction de la disposition de l'axe de
rotation peuvent être :
 à axe horizontal : La disposition horizontale de l'axe de rotation suppose que la
pompe et le moteur soient à la même hauteur.

RAPPORT DE STAGE OUARZAZATE SOLAIRE


ETUDE ET DIMENSIONNEMENT D’UN SYSTEME DE POMPAGE PHOTOVOLTAÏQUE 32

Figure 3.5 : Couplage pompe-moteur avec un axe horizontal.

 à axe vertical : Les pompes avec axe de rotation en position


verticale ont, presque toujours, le moteur à un niveau
supérieur à celui de la pompe, ce qui permet, contrairement
aux horizontales, à la pompe de travailler entouré par le
liquide à pomper, étant, toutefois, le moteur au-dessus de
celle-ci.

Figure 3.6 : Couplage pompe-


moteur avec un axe vertical.

3.3.1.4. PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT

On peut décomposer le fonctionnement en deux étapes :

• L’aspiration

Le liquide est aspiré au centre du rotor par une ouverture appelée distributeur dont le
rôle est de conduire le fluide depuis la conduite d’aspiration jusqu’à la section d’entrée du
rotor.
La pompe étant amorcée, c’est à dire pleine de liquide, la vitesse du fluide qui entre dans
la roue augmente et par conséquent la pression dans l’ouïe diminue et engendre ainsi une
aspiration et maintient l’amorçage.

• L’accélération

Le rotor transforme l’énergie mécanique appliquée à l’arbre de la machine en énergie


cinétique. A la sortie du rotor, le fluide se trouve projeté dans la volute dont le but est de
collecter le fluide et de le ramener dans la section de sortie. La section offerte au liquide
étant de plus en plus grande, son énergie cinétique se transforme en énergie de pression

RAPPORT DE STAGE OUARZAZATE SOLAIRE


ETUDE ET DIMENSIONNEMENT D’UN SYSTEME DE POMPAGE PHOTOVOLTAÏQUE 33

3.3.1.5. CARACTERISTIQUES DE LA POMPE CENTRIFUGE [3]

 CARACTERISTIQUES DEBIT-VITESSE

Le débit de cette pompe est proportionnel à la vitesse de rotation du moteur. Toutefois il


faut une vitesse minimale à une HMT donnée pour obtenir un débit

Débit

Vitesse
Figure 3.7 : Courbe caractéristique Q-V.

 CARACTERISTIQUES COUPLE-VITESSE

Le couple du moteur augmente très rapidement en fonction de cette vitesse et la hauteur


de refoulement est fonction du carré de la vitesse du moteur. La vitesse de rotation du
moteur devra donc être très rapide pour assurer un bon débit.

Parce que le couple de démarrage est limité au couple de frottement de la pompe à vitesse
nulle (qui est plus important qu’en rotation), la pompe requiert une vitesse minimale à
une HMT donnée pour obtenir un débit de départ non nul.

Donc la pompe centrifuge oppose un couple résistant Tr :

𝐓𝐫 = 𝐤 𝐫 𝛚 + 𝐓𝐬

RAPPORT DE STAGE OUARZAZATE SOLAIRE


ETUDE ET DIMENSIONNEMENT D’UN SYSTEME DE POMPAGE PHOTOVOLTAÏQUE 34

Figure 3. 8: Courbe caractéristique Tr-V [3].

Avec :

 kr : coefficients de proportionnalité [(Nm/rad.s-1)2]


 Ts : le couple statique, très petite

L’équation de puissance mécanique de la pompe est aussi déterminée en fonction de la


vitesse est donnée par la relation suivante :

Pméc = kr. ω3
 CARACTERISTIQUES DEBIT–HAUTEUR

La courbe débit-hauteur, exprime les variations des différentes hauteurs de relèvement


en fonction de débit.

Les constructeurs sont en mesure de fournir au client les courbes Q(HMT) maximale et
minimale correspondant aux diamètres maximaux et minimaux possibles de la roue.

Si la charge de moteur est une pompe émergée monocellulaire à roue radiale. Elle est
caractérisée par un modèle qui sert à déterminer la dépendance de la hauteur
manométrique totale HMT en fonction du débit Q.

En prenant comme paramètre la vitesse de rotation du moteur, le modèle utilisé est


identifié par l’expression de “PELEIDER-PETERMAN ”

HMT= k0. ω2– k1. ωQ – k2. Q2

Avec :
 k0, k1, k2 : des constants propres de la pompe donnée par le constricteur.
 ω: La vitesse (rad/sec)
 HMT : la hauteur (mètre)

RAPPORT DE STAGE OUARZAZATE SOLAIRE


ETUDE ET DIMENSIONNEMENT D’UN SYSTEME DE POMPAGE PHOTOVOLTAÏQUE 35

 Q : débit (l/min)
La courbe HMT(Q) comme indiquée sur la Figure ; est une parabole. Le point de rencontre
de la courbe HMT(Q) avec l’axe des ordonnées est le point à débit nul. C’est le point à
vanne fermée ou encore point de barbotage.

Le point de fonctionnement de la pompe est le point d’intersection des deux courbes :

Figure 3.9 : Courbe caractéristique HMT-Q [3].

 CARACTERISTIQUE DE RENDEMENT

Pour les groupes électropompes (pompe moteur), les fabricants donnent généralement
la courbe du rendement, comme on peut tracer la courbe de rendement hydraulique en
utilisant la formule :

Ph
ηh =
Pab
Avec
 Ph= ρ. g. Q. HMT
 ρ : La masse volumique de l’eau étant de 6000kg/m3.
 g : Accélération de la pesanteur (9,81m2/s).
 Q : Dédit d’eau.
 HMT : Hauteur manométrique totale.
 Pab: Puissance fournie par le moteur.

Généralement le rendement maximal du groupe motopompe ne dépasse pas 72%.

RAPPORT DE STAGE OUARZAZATE SOLAIRE


ETUDE ET DIMENSIONNEMENT D’UN SYSTEME DE POMPAGE PHOTOVOLTAÏQUE 36

Figure 3.10 : Courbe caractéristique rendement-Débit [3].

 CARACTERISTIQUES DE LA POMPE CENTRIFUGE IMMERGEE [3]

La pompe centrifuge immergée est caractérisée par les paramètres suivants :

- Son diamètre est soit de 4" (95 mm), soit de 6" (142 mm).
- Le corps de pompe est en acier inoxydable, les roues et les diffuseurs étant soit en
acier inoxydable, soit en matériau synthétique. Ces matériaux présentent une très
bonne résistance à l’abrasion.
- Le corps d’aspiration est protégé par une crépine contre les grosses impuretés
supérieures à 3 mm).
- Un clapet anti-retour est intégré à la tête de pompe, qui est taraudée pour le
raccordement au tuyau de refoulement. La lubrification est assurée par l’eau
pompée.
- Le nombre d’étages est lié à la hauteur manométrique totale de refoulement.
- Le type d’aubage de chaque étage est lié à la puissance hydraulique à fournir pour
la Hm nominale.
- Les rendements hydrauliques des pompes solaires sont élevés (utilisation de
technologies de pointe). Ils sont de l’ordre de 55% à 30 % au point de
fonctionnement nominal.
- La durée de vie peut être estimée entre 5 et 7 ans (elle est fortement liée à la qualité
de l’eau).
- L’entretien courant consiste au nettoyage des étages (boue, sable, déchets si la
pompe est installée dans un puits). La fréquence de celui-ci dépend de la qualité de
l’eau pompée.

3.4. LES POMPES VOLUMETRIQUES

Utilisent les variations de volume du fluide pompé pour obtenir un accroissement de


pression. Le fluide est d'abord aspiré par l'accroissement d'un volume puis refoulé par

RAPPORT DE STAGE OUARZAZATE SOLAIRE


ETUDE ET DIMENSIONNEMENT D’UN SYSTEME DE POMPAGE PHOTOVOLTAÏQUE 37

diminution de ce même volume. Les pompes volumétriques utilisées le plus couramment


sont les pompes à pistons, à palettes et à engrenages.

Leurs principaux atouts sont les suivants :

 Elles sont destinées aux faibles débits (inférieur à 5 m3/h) et aux grandes
hauteurs.
 Elles ont de bons rendements, et les pompes de surface sont auto-amorçantes.
 Le couple de démarrage d’une pompe volumétrique (de 6 à 5 fois le couple
nominal) et la caractéristique I = f(V) de ce type de pompe font que son
fonctionnement en direct sur un panneau photovoltaïque n’est pas
économiquement viable. Pour pallier au problème de surdimensionnement du
générateur résultant de cette inadaptation, un adaptateur d’impédance est
utilisé pour permettre un rendement aussi élevé que possible de l'ensemble du
système.

3.5. COUPLAGE DES POMPES

Dans l’utilisation pratique des pompes on recherche souvent à :

• Augmenter la hauteur HMT

• Augmenter le débit

Deux possibilités

 Couplage en série

 Couplage en parallèle

RAPPORT DE STAGE OUARZAZATE SOLAIRE


ETUDE ET DIMENSIONNEMENT D’UN SYSTEME DE POMPAGE PHOTOVOLTAÏQUE 38

4. MOTEUR A INDUCTION

4.1. LA PUISSANCE DU MOTEUR

La puissance du moteur nécessaire pour entraîner la partie hydraulique est toujours


supérieure à la puissance absorbée par l’arbre compte tenu des pertes divers dues à la
transmission, d’erreurs de calcul des pertes de charge produite au niveau de la pompe et
du couple de démarrage.

4.2. LES TYPES DE MOTEURS

La pompe nécessite une énergie mécanique en entrée. Cette énergie mécanique est
fournie dans la plupart des cas par un moteur. Les deux types de moteurs disponibles sont
les moteurs à courant continu et les moteurs asynchrones. Quelques avantages et
inconvénients de chacun sont donnés ci-dessous

Tableau 3. 1 : Comparaison entre les moteurs


Moteur à courant Moteur asynchrone
continu

Avantages Facilité de régulation Fiabilité, nécessite peu d'entretien


(variation de vitesse, rendement de 90%
couple, ...)
Rendement de 90%

Inconvénients Coût d'entretien. Le Difficulté et coût de régulation


système balai (nécessite la réalisation de
collecteur est à changer commandes vectorielles)

5. ETUDE DU COUPLAGE DU MOTEUR AVEC LA POMPE

5.1. ETUDE EN CHARGE

Le moteur asynchrone triphasé démarre seul et il prend rapidement sa vitesse


de régime, en charge comme à vide. Nous pouvons en conclure que ce moteur présente
un couple de démarrage important.

Cette caractéristique mécanique montre que :

 La fréquence de rotation varie peu de l’essai à l’essai en charge.


 Le couple utile est élevé au démarrage, présente un maximum et il est
proportionnel au glissement S dans la zone utile.

RAPPORT DE STAGE OUARZAZATE SOLAIRE


ETUDE ET DIMENSIONNEMENT D’UN SYSTEME DE POMPAGE PHOTOVOLTAÏQUE 39

5.2. POINT DE FONCTIONNEMENT DU MOTEUR EN CHARGE

C’est le point d’intersection des caractéristiques T = f (n) du moteur et de la charge. Soit


une charge de caractéristique mécanique Tr (n). En régime permanent, le moment
du couple utile Tu est égal au moment du couple résistant Tr :

Tu = Tr

La charge impose un couple résistant de moment Tr sur l'arbre qui tourne


à la vitesse ω, le moteur doit fournir un couple utile de moment Tu, à l'équilibre Tu =
Tr.

Le point de fonctionnement du groupe moteur- charge (pompe) se situe à


l’intersection des caractéristiques mécaniques Tu = f (ω) et Tr = f (ω) des deux
machines.

Moteur Tu Pompes-Tr

Reçoit de l’énergie électrique et Consomme de l’énergie fournie


donne de l’énergie mécanique par le moteur

Tu = Tr

5.2.1. METHODE DE CALCUL DU POINT DE FONCTIONNEMENT

Il en existe deux :
 Méthode de résolution graphique
On trace les deux caractéristiques mécaniques (moteur, pompe) sur le même repère
et on détermine les coordonnées du point de fonctionnement.

 Méthode de résolution par le calcul


Si l’on connaît les relations mathématiques Tu = f (ω) et Tr = f (ω), on résout l'équation Tu=Tr

6. HAUTEUR MANOMETRIQUE TOTALE

La hauteur manométrique totale HMT d’une pompe est la différence de pression en


mètres de colonne d’eau entre les orifices d’aspiration et de refoulement.

𝐇𝐌𝐓 = 𝐇𝐌𝐀(𝐚𝐬𝐩𝐢𝐫𝐚𝐭𝐢𝐨𝐧) + 𝐇𝐌𝐑(𝐑𝐞𝐟𝐨𝐮𝐥𝐞𝐦𝐞𝐧𝐭)

Et
𝐇𝐌𝐀 = 𝐡𝐚 + 𝐉𝐚

𝐇𝐌𝐑 = 𝐡𝐫 + 𝐉𝐫 + 𝐏𝐫

RAPPORT DE STAGE OUARZAZATE SOLAIRE


ETUDE ET DIMENSIONNEMENT D’UN SYSTEME DE POMPAGE PHOTOVOLTAÏQUE 40

Avec :
HMA : Hauteur Manométrique aspiration
ha : hauteur aspiration
Ja : Pertes de charge aspiration du au frottement du liquide dans la tuyauterie et les
accessoires.
HMR : Hauteur Manométrique refoulement
hr : hauteur refoulement
Jr : Pertes de charge refoulement
Pr : Pression résiduelle (disponible au robinet le plus éloigné).

Cette hauteur est se compose de la somme algébrique des quatre quantités suivantes :
𝐏𝐚 − 𝐏𝐞 𝐕𝐚 𝟐 − 𝐕𝐞 𝟐
𝐇𝐓𝐌 = 𝐇𝐠 + + ∆𝐇 +
𝟐 𝟐

 Hg : Hauteur géométrique, égale à la différence de hauteurs entre les niveaux libres


du Liquide côté aspiration et côté refoulement
𝑷𝒂 −𝑷𝒆
 : Différence de pression entre les niveaux du liquide côté aspiration et côté
𝟐
de refoulement en cas de réservoirs fermés.
 ∆H : Sommes de toutes les pertes de charges dans les tuyauteries d’aspiration et
de refoulement (tuyauteries, vannes, accessoires).
𝑽𝒂 𝟐 −𝑽𝒆 𝟐
 : Différence de vitesses.
𝟐
En pratique, la différence de vitesses étant négligée, et pour le cas des réservoirs ouverts
L’équation se réduit à :

𝐇𝐓𝐌 = 𝐇𝐠 + ∆𝐇
6.1. LES PERTES DE CHARGES A L’INTERIEUR DE LA MACHINE

Ces pertes sont de nature hydrodynamique, exprimées comme fonction quadratique du


débit Q. Elles se divisent en :
o Pertes par frottements
o Pertes par chocs
o Pertes par fuites
o Pertes mécaniques
6.2. N.P.S.H (NET POSITIVE SUCTION HEAD) OU HAUTEUR DE CHARGE NETTE
ABSOLUE

Une pompe possède une capacité maximum d'aspiration qui est la valeur du vide qu'elle
peut produire. Cette caractéristique varie suivant le type et la conception technique de la
pompe.

RAPPORT DE STAGE OUARZAZATE SOLAIRE


ETUDE ET DIMENSIONNEMENT D’UN SYSTEME DE POMPAGE PHOTOVOLTAÏQUE 41

Théoriquement, la hauteur maximale d’aspiration, dans une cavité où règne le vide absolu,
est égale à la pression atmosphérique, c’est à dire à 6066 mbar au niveau de la mer (60,66
m d'eau). Elle diminue progressivement quand l'altitude augmente.

En réalité cette hauteur est limitée, non seulement par les pertes de charge dans la
conduite d’aspiration mais également par les propriétés physiques à chaque type de
liquide.

6.2.1. QU'EST-CE LE N.P.S.H. ?

NPSH est simplement une mesure permettant de quantifier la hauteur manométrique


d'aspiration disponible pour éviter la vaporisation au niveau le plus bas de la pression
dans la pompe.

6.2.2. CALCUL DU NPSH DISPONIBLE POUR UNE POMPE ASPIRANTE DANS


UNE NAPPE D’EAU A L’AIR LIBRE

𝐍𝐏𝐒𝐇 (𝐞𝐧 𝐏𝐚) = 𝐏𝐚𝐭𝐦 – 𝐏𝐯 – 𝐉𝐚𝐬𝐩 − 𝐇𝐡

Pour convertir le NPSH exprimé Pa, en :

1. NPSH en mètre de colonne d'eau

(𝐏𝐚𝐭𝐦 – 𝐏𝐯 – 𝐉𝐚𝐬𝐩 − 𝐇𝐡 )
𝟗𝟖𝟏𝟎

2. NPSH en mètre de liquide

𝐏𝐚𝐭𝐦 – 𝐏𝐯 – 𝐉𝐚𝐬𝐩 − 𝐇𝐡
𝐩
𝟗, 𝟖𝟏

 Patm : Pression atmosphérique (dépend de l’altitude) en Pa


 Pv : Pression absolue (Pa) de vaporisation du fluide,
 J asp : Pertes de charge de la conduite d'aspiration en Pa
 Hh : Charge hydraulique du fluide

 Hh (en Pa) = (9,81 * N * p)

 p : masse volumique du liquide en kg/m3.


 9.81 : Intensité moyenne de la pesanteur.
 N : Hauteur géométrique (d'aspiration ou de refoulement ou les deux) en mètre
d'eau, mCE.

RAPPORT DE STAGE OUARZAZATE SOLAIRE


ETUDE ET DIMENSIONNEMENT D’UN SYSTEME DE POMPAGE PHOTOVOLTAÏQUE 42

6.2.3. CALCUL DU NPSH DISPONIBLE POUR UNE POMPE EN CHARGE

𝐍𝐏𝐒𝐇 (𝐞𝐧 𝐏𝐚) = 𝐏𝐚𝐭𝐦 – 𝐏𝐯 – 𝐉𝐚𝐬𝐩 + 𝐇𝐡

 NPSH en mètre de colonne d'eau

(Patm – Pv – J asp + Hh )
9810

 NPSH en mètre de liquide :

(Patm – Pv – J asp + Hh )
p
9,81

6.2.4. NPSH REQUIS

C'est la hauteur minimum de liquide (supposé à sa température d'ébullition), nécessaire


au-dessus de l'aspiration, pour empêcher la cavitation.

Il dépend :

 du type de pompe
 du point de fonctionnement

Il est donné par le fabricant de la pompe sous la forme d'une courbe donnant le NPSH
requis (en mètre de liquide) en fonction du débit.

Exprimé ainsi (en mètres de liquide), le NPSH est indépendant de la nature du liquide
pompé.
Il est toujours positif et généralement de quelques mètres (2 à 5 mètres)

Quelques pompes spéciales, dites à faible NPSH autorisent des valeurs inférieures à 1
mètre.

Il est indispensable que le NPSH disponible dans le système hydraulique soit plus élevé
que le NPSH requis par la pompe. Généralement on prend une marge de sécurité
supplémentaire de 0,5 m.

6.2.5. CAVITATION

Est un terme employé pour décrire le phénomène qui se produit dans une pompe quand
le NPSH est insuffisamment disponible. La pression du liquide est réduite à une valeur
égale ou inférieure à sa pression de vapeur là où les petites bulles ou poches de vapeur
commençant à se former.

RAPPORT DE STAGE OUARZAZATE SOLAIRE


ETUDE ET DIMENSIONNEMENT D’UN SYSTEME DE POMPAGE PHOTOVOLTAÏQUE 43

Le bruit d'accompagnement est le moyen le plus facile pour identifier la cavitation. La


vibration et les dommages mécaniques tels que la défaillance de roulement peuvent
également se produire en raison du fonctionnement dans la cavitation.

Le seul moyen d'empêcher les effets indésirables de la cavitation c'est de s'assurer que le
NPSH disponible dans le système est plus élevé que le NPSH requis par la pompe.

Le circuit de refoulement n'intervient pas dans les problèmes de cavitation.

Il ne faut jamais placer de vanne de réglage ou de vanne d'isolement sur la conduite


d'aspiration.

6.3. PERTES DE CHARGE TOTALES DANS LES CONDUITES

On appelle perte de charge la chute de pression entre deux sections droites d’une
conduite. Elles sont causées par la résistance à l’avancement due à la rugosité des
tuyauteries.

En général, dans un système hydraulique, les pertes de charges ont deux causes :

6.3.1. PERTES DE CHARGE LINEAIRES (ΔHL = F (V))

Dues aux frottements internes ou sur les parois au cours de l’écoulement dans une
conduite. Elles représentent la perte d’énergie causée par le frottement entre le fluide et
la paroi interne de tube.

La formule générale de la perte de charge linéaire en pression ∆HL est donnée par :

𝐋 𝐕𝟐
∆𝐇𝐋 = 𝛌. .
𝐃 𝟐𝐠
ΔHL est exprimée en m (ou mce)

Où :
 λ : Coefficient sans dimension qui dépend de la
nature de la conduite, de la viscosité, du régime
d’écoulement,…..
 L : La longueur d’un tronçon de conduite (m).
 D : Le diamètre d’un tronçon de conduite (m).
 g : L’accélération de la pesanteur (g = 9,8m/s2).
 V : La vitesse d’écoulement dans la conduite (m/s)

RAPPORT DE STAGE OUARZAZATE SOLAIRE


ETUDE ET DIMENSIONNEMENT D’UN SYSTEME DE POMPAGE PHOTOVOLTAÏQUE 44

On l’exprime aussi en hauteur de fluide ∆PL :

𝐋 𝐕𝟐
∆𝐏𝐋 = 𝛌. 𝛒. .
𝐃 𝟐𝐠
Avec
 ρ : La masse volumique du fluide.

La vitesse d’écoulement V dans la conduite a comme expression :

𝟒. 𝐐
𝐕=
𝛑. 𝐃𝟐
 Q : Le débit (m3/s).

Pour n tronçons en série, la perte de charge linéaire totale est donnée par l’expression
suivante :
𝐧
𝐋𝐢 𝐕𝐢 𝟐
∆𝐇𝐋 = ∑ 𝛌. .
𝐃𝐢 𝟐𝐠
𝐢=𝟏

Le régime d’écoulement est déterminé à partir du nombre de Reynolds donné par :

𝐕. 𝐃 𝐕. 𝐃
𝐑𝐞 = = 𝛒.
𝛎 𝛍

• V : Vitesse moyenne (m/s)


• D : Diamètre de la conduite (m)
• ν : Viscosité cinématique (m2/s))

Si Re < 2000 – 2500 : Régime LAMINAIRE donc λ dépend uniquement de Re :

𝟔𝟒
𝛌=
𝑹𝒆
Re > 3000 – 4000 : Régime TURBULENT λ dépend de Re et de la rugosité ε :
𝟎.𝟏𝟓
Equation de Moody : 𝛌 = 𝟎. 𝟎𝟎𝟓𝟓 + 𝟑 𝒅

𝛆

• ε : rugosité absolue de la paroi intérieur du tuyau ;


• d/ε : rugosité relative de la paroi intérieur du tuyau (sans dimension).

RAPPORT DE STAGE OUARZAZATE SOLAIRE


ETUDE ET DIMENSIONNEMENT D’UN SYSTEME DE POMPAGE PHOTOVOLTAÏQUE 45

6.3.2. PERTES DE CHARGE SINGULIERES

Appelées aussi les pertes de charge locales causée par des objets de géométrie complexe
tel que des coudes, des robinets, des jonctions, des raccords, des clapets et des robinets-
vannes.

Les pertes de charge singulières apparaîtront donc à chaque changement de direction


(coude), de vitesse (élargissement, rétrécissement), à chaque séparation ou jonction, et
enfin à chaque entrée/sortie.

La perte de charge singulière en pression ∆PS est donnée par :

𝐕𝟐
∆𝐏𝐒 = 𝛒. 𝐤.
𝟐𝐠

On l’exprime aussi en hauteur de colonne de fluide ∆hS :

𝐕𝟐
∆𝐡𝐒 = 𝐤.
𝟐𝐠

Où :

 k : Le coefficient de perte de charge singulière dont la


valeur change suivant la nature de l’accessoire (sans
dimensions)

Pour m élément, les pertes de charge singulières totales sont données par l’expression
suivante :
𝐦
𝐕𝐣 𝟐
∆𝐡𝐒 = ∑ 𝐤 𝐣 .
𝟐𝐠
𝐣=𝟏

6.3.2.1. COEFFICIENT DE PERTE DE CHARGE DANS LES COUDES

• Le cas d’un coude arrondi

k est le coefficient estimé à l’aide de la formule de Weisbach pour les coudes arrondis.

𝜽 𝑫 𝟑.𝟓
𝒌= × [𝟎. 𝟏𝟑𝟏 + 𝟏. 𝟖𝟒𝟕 ( ) ]
𝟗𝟎 𝟐𝑹

• θ :Angle du coude (en degrés)


• R : Rayon de courbure du coude (mm)
• D : Diamètre de la conduite (mm)

RAPPORT DE STAGE OUARZAZATE SOLAIRE


ETUDE ET DIMENSIONNEMENT D’UN SYSTEME DE POMPAGE PHOTOVOLTAÏQUE 46

Coude à 90°
R/D k
0,5 1,2
0,75 0,60
1 0,40 R
1,5 0,32 θ
2 0,27
3 0,22
4 0,20
D
Coude arrondi

• Le cas d’un Coude à angle vif

Pour les coudes à angle vif, le coefficient k est estimé via la formule de WEISBACH :

𝛉 𝛉
𝐤 = 𝟎. 𝟗𝟒𝟔 𝐬𝐢𝐧𝟐 ( ) + 𝟐. 𝟎𝟓 𝐬𝐢𝐧𝟒 ( )
𝟐 𝟐

θ (°) k
15 0.1
30 0.2
θ D
45 0.5
60 0.7
90 1.2

6.4. COURBES CARACTERISTIQUES H = F(Q)

On peut calculer la hauteur qui doit être fournie pour distribuer un flux Q fixe. Par
conséquent, il est toujours possible d'obtenir une relation H(Q), que se nomme courbe
caractéristique de l’installation, et qui tient la forme suivante :

𝐇𝐌𝐓 = 𝐇𝐠 + 𝐊. 𝐐𝟐

• Hg : hauteur géométrique d’élévation (en m)


• K.Q2 : Pertes de charge total dans les conduites en fonction du débit = ΔH
(singulières + régulières)

On a

RAPPORT DE STAGE OUARZAZATE SOLAIRE


ETUDE ET DIMENSIONNEMENT D’UN SYSTEME DE POMPAGE PHOTOVOLTAÏQUE 47

ΔH=K.Q2= HMT-Hg

Composante
Dynamique

Composante
Statique

Figure 3.11 : Courbe caractéristique HMT=f(Q).

Dans ce chapitre, nous avons abordé le principe de fonctionnement de système de


pompage photovoltaïque, puis nous avons traité le types de pompes et les moteurs, aussi
le calcul de HMT et les différentes pertes de charges (singulière et linéaire), cela nous
permettons d’avoir des notions pour le dimensionnement d’une installation de pompage
photovoltaïque le cas de chapitre suivant.

RAPPORT DE STAGE OUARZAZATE SOLAIRE


ETUDE ET DIMENSIONNEMENT D’UN SYSTEME DE POMPAGE PHOTOVOLTAÏQUE 48

CHAPITRE 4 : DIMENSIONNEMENT D’INSTALLATION


PHOTOVOLTAÏQUE POUR LE POMPAGE AU FIL DE SOLEIL

1. INRODUCTION

Dans ce chapitre nous abordons la méthode générale qui permettra de dimensionner les
éléments d’une station de pompage solaire afin de donner un ordre de grandeur aux
éléments composant le système et de comparer les coûts.

IL y a quatre paramètres techniques qui délimitent l’évaluation d’une pompe solaire. Afin
d’obtenir une évaluation correcte, il est essentiel que ces trois paramètres soient estimés
le plus précisément possible. Ces trois paramètres sont :

 la quantité d'eau requise par jour, c'est à dire le volume journalier à pomper ou la
disponibilité de l'eau,
 Calcul de l’énergie hydraulique nécessaire
 le rayonnement solaire journalier reçu par le générateur Gd (en kWh/m2).
 Choix des composants

La ressource solaire peut être estimée assez facilement avec un faible degré d’erreur.

Par contre, l’évaluation de la quantité d’eau requise et la disponibilité de l’eau sont parfois
difficiles à estimer, la disponibilité de l’eau varie souvent de saison en saison et d’année
en année. La quantité d’eau requise varie selon les besoins exprimés durant le forage en
fonction des problèmes rencontrés.

2. EVALUATION DES BESOINS EN EAU

La détermination des besoins en eau pour la consommation d’une population donnée


dépend essentiellement de son mode de vie. Les besoins en eau que l’on estime
nécessaires pour les zones rurales des pays pauvres sont de l’ordre de 20 litres par
personne et 30 litres par tête de bétail.

Les besoins d’eau pour l’irrigation dépendent du type de culture, des facteurs
météorologiques comme la température, l’humidité, la vitesse du vent,
l’évapotranspiration du sol, la saison de l’année considérée et de la méthode d’irrigation.
Cependant, il est important de se baser sur la pratique et l’expérience locale. La capacité
du réservoir sera déterminée selon les besoins en eau journalières et l’autonomie requise
du système.

3. RESEAU DE DISTRIBUTION DE L’EAU

Un système d'irrigation est le moyen d'acheminer de l'eau vers ses cultures, ses
plantations, son jardin... La mise en place d'un tel système permet de réaliser un gain de
RAPPORT DE STAGE OUARZAZATE SOLAIRE
ETUDE ET DIMENSIONNEMENT D’UN SYSTEME DE POMPAGE PHOTOVOLTAÏQUE 49

temps et des économies d'eau tout en ayant la certitude que ses plantes seront en bonne
santé.

Pour l’irrigation des champs, le réseau de distribution se compose principalement du


système de transport de l’eau du lieu de pompage vers le champ à irriguer.

L’irrigation la plus courante utilise des canaux à ciel ouvert au niveau de la terre. L’eau du
réservoir est déversée dans ces canaux et amenée aux plantations. Parfois, l’emploi de
petits réservoirs en aval permet de stocker l’eau dans une partie du champ pour usage
ultérieur. L’irrigation par canaux ne nécessite que des pressions de l’ordre de 0,5 à 6
mètre d’eau sur un terrain plat. Il est également possible de prévoir la distribution de l’eau
afin de bénéficier d’un écoulement naturel. Selon le degré de complexité des canaux, un
système de vannes peut contrôler l’apport de l’eau dans les différentes parties du champ,
optimisant ainsi la production agricole. Selon les matériaux employés (ciment, terre, etc.),
les pertes en eau seront plus ou moins importantes. Néanmoins, il faut compter au
moins60% à 50 % de pertes d’eau par évaporation parce que les canaux et la terre irriguée
sont à ciel ouvert.

D’autres méthodes d’irrigation existent également. L’arrosage par goutte à goutte est très
efficace (15 % de pertes seulement) et ne nécessite que des pressions de l’ordre de 6 à 2
mètres d’eau. Mais cette méthode n’accepte qu’une eau relativement propre nécessitant
un système de filtre et un entretien périodique. L’irrigation par aspersion nécessite une
pression d’eau très élevée, de l’ordre de 60 à 20 mètres d’eau et demande un volume d’eau
important. L’irrigation par inondation est peu adaptée pour le pompage solaire car elle
demande un volume d’eau très important durant un laps de temps court.

La figure ci-dessous présente le schéma d’installation d’un système d’irrigation :

Figure 4.1: Schéma d’installation d’un système d’irrigation.

RAPPORT DE STAGE OUARZAZATE SOLAIRE


ETUDE ET DIMENSIONNEMENT D’UN SYSTEME DE POMPAGE PHOTOVOLTAÏQUE 50

4. LE RAYONNEMENT SOLAIRE

L'estimation d'une valeur de référence du rayonnement solaire que reçoit


quotidiennement la surface du générateur solaire, apporte encore plus d'incertitude
quant au dimensionnement d'une pompe photovoltaïque. Vu son caractère aléatoire, le
rayonnement solaire est défini par une valeur moyenne, Gj(I), la puissance globale,
assortie d'une valeur de dispersion d.

Pour un site donné, ces deux valeurs peuvent être calculées à partir de mesures faites sur
une durée suffisante pour être statistiquement valable. À partir des valeurs obtenues, il
est alors possible d'estimer l'ensoleillement.

5. CALCUL DE LA PUISSANCE DES MODULES PHOTOVOLTAÏQUES

Le calcul de la puissance des modules photovoltaïques nécessite de la maitrise des


principaux paramètres suivants : nombre d’heures équivalentes, période de
l’ensoleillement, pertes électriques, technologie des modules. Pour une installation
autonome, la puissance du générateur photovoltaïque définie est ensuite comparée aux
besoins énergétiques afin de vérifier leur adéquation.

5.1. NOTION DE NOMBRE D’HEURES EQUIVALENTES

Le module photovoltaïque est caractérisé par sa puissance crête Pc dans les conditions
STC spécifiques : sous un ensoleillement de 1000 W/m2, à la température de 25°C sous un
spectre AM 1,5. Le module ainsi exposé à un ensoleillement maximal produit une énergie
(Wh) égale à la puissance crête durant un certain temps. Or, dans les conditions réelles de
fonctionnement, cet ensoleillement maximal ne se produit que durant quelques heures de
la journée, en raison de la fluctuation journalière du rayonnement solaire. Ces heures
optimales sont appelées heures équivalentes.

Ainsi, l’illumination solaire reçue Esol équivaut au produit du rayonnement de 1 000W/m2


par le nombre d’heures équivalentes Ne :

𝐍𝐞
𝐄𝐬𝐨𝐥 = 𝐍𝐞 ∗ 𝟏𝟎𝟎𝟎(𝐬𝐨𝐢𝐭 𝐍 = )
𝟏𝟎𝟎𝟎

Avec :

 Esol : illumination solaire reçue (Wh/m2/j)


 Ne : nombre d’heures équivalentes (h/j)

RAPPORT DE STAGE OUARZAZATE SOLAIRE


ETUDE ET DIMENSIONNEMENT D’UN SYSTEME DE POMPAGE PHOTOVOLTAÏQUE 51

Il est donc possible de connaitre la production électrique d’un panneau pendant une
journée en multipliant le nombre d’heures équivalentes par sa puissance crête Pc

𝐏𝐭𝐨𝐭𝐚𝐥𝐞 = 𝐍𝐞 ∗ 𝐏𝐜

5.2. PERIODE D’ENSOLEILLEMENT

Compte tenu de l’irrégularité de l’ensoleillement entre l’été et l’hiver, le choix de la


période d’ensoleillement utilisée lors du calcul de la puissance dépend du mode
d’utilisation de l’énergie photovoltaïque.

Dans le cadre de dimensionnement d’une installation autonome et pour une utilisation


domestique, il est recommandé de choisir les conditions d’ensoleillement les plus
défavorables afin de s’assurer que la puissance de l’installation sera suffisante en toute
saison ; sous nos latitudes, le dimensionnement est souvent fondé sur l’énergie solaire
journalière du mois de décembre.

5.3. LES PERTES ENERGETIQUES

Tableau 4.1 : Tableau récapitulatif des principales pertes énergétiques.


Nature de pertes Perte(%) Observation

Pertes par salissure 5-10 Pertes dépendant de l’inclinaison


des panneaux et de la fréquence
d’entretien
Pertes liées aux Régulateur 2 Pertes dépendant des
caractéristiques des composants et
composants onduleur 10 de la technologie utilisée (en série,
MPT…)
électriques
Diode en série (par 3-6 Pertes en fonction du nombre de
branche de module) branches
Pertes ohmiques liées aux câbles <3 voire 1 Pertes à réduire au minimum en
réalisant un dimensionnement du
câblage adéquat
Pertes thermique 0.5%/°C Pertes à minimiser par une
ventilation adaptée

Pertes affectant surtout les


systèmes en pays chaude
Pertes de dispersion de puissance nominale 3-10 Pertes selon les fabricants,
d’un module difficiles à vérifié
Pertes d’appairage (en série) 3 Pertes à réduire au minimum en
réalisant le bon tri des modules
Pertes liées à la batterie 10 Pertes dépendant des
caractéristique interne et de la

RAPPORT DE STAGE OUARZAZATE SOLAIRE


ETUDE ET DIMENSIONNEMENT D’UN SYSTEME DE POMPAGE PHOTOVOLTAÏQUE 52

technologie utilisée (tubulaire,


plaques etc…)
Pertes liées au faible éclairement faible Pertes à minimiser en fonction de
la technologie des modules
Coefficient globale de perte (𝐶𝑝 ) Compris entre 0.65 et 0.90

Toutes ces pertes énergétiques doivent être comptabilisées dans le calcul de


dimensionnement d’une installation, elle se quantifier sous la forme d’un coefficient
globale de perte correspondant à la somme de toutes les pertes intervenant tout au long
de la chaine photovoltaïque.

Ainsi en reprenant l’application précèdent, l’équation déterminant la production


journalière d’un panneau, en condition STC, devient :

𝐏𝐭𝐨𝐭𝐚𝐥𝐞 = 𝐍𝐞 ∗ 𝐏𝐜 ∗ 𝐂𝐩

6. DIMENSIONNEMENT DU GENERATEUR PHOTOVOLTAÏQUE


6.1. CALCUL DE L’ENERGIE QUOTIDIENNE REQUISE

L’énergie nécessaire pour déplacer une certaine quantité d’eau sur une certaine hauteur
pendant une journée est calculée à partir des données de débit et de HMT requises, elle
est exprimée en watt − heure. Ce calcul est fonction d’une constante hydraulique (Ch) et
est inversement proportionnel au rendement du groupe motopompe utilisé

6.2. ÉNERGIE REQUISE POUR LA POMPE

Consatante hydraulique ∗ le débit journalier ∗ la HTM


𝐄é𝐥𝐞 =
Rendement du groupe motopompe

𝐂𝐡∗𝐐∗𝐇𝐓𝐌
𝐄é𝐥𝐞 = 𝛈 (En KWh)
𝐦𝐨𝐭𝐨𝐩𝐨𝐦𝐩𝐞

Où :

kg.s.h
 Ch = g. σ = 2.275 m3
 𝜂𝑚𝑜𝑡𝑜𝑝𝑜𝑚𝑝𝑒 : en général le rendement des groupes motopompes est de l'ordre
de 30% à 45%, selon le type de pompe et de moteur (groupe motopompe).

6.3. DIMENSIONNEMENT DU CHAMP

Comme le système fonctionne en toute saison, on incline le champ à un angle égal à la


Latitude, soit62°, on constate que c’est en janvier que le nombre moyen d’heures de soleil
est Minimal, c’est-à-dire un maximum de 6 heures de soleil par jour. En supposant des

RAPPORT DE STAGE OUARZAZATE SOLAIRE


ETUDE ET DIMENSIONNEMENT D’UN SYSTEME DE POMPAGE PHOTOVOLTAÏQUE 53

pertes de 20% attribuables à la température et à la poussière, la dimension théorique de


celui-ci sera de [3]

𝐄é𝐥𝐞
𝐖𝐩 =
𝐄𝐬𝐨𝐥𝐞𝐢𝐥 (𝟏 − 𝐩𝐞𝐫𝐭𝐞𝐬)

Le nombre de modules solaires est de :

𝐖𝐩
= 𝐧(𝐧𝐨𝐦𝐛𝐫𝐞 𝐝𝐞 𝐦𝐨𝐝𝐮𝐥𝐞)
𝐏𝐧

6.4. INCLINAISON DES PANNEAUX

L’orientation étant obtenue, on utilisera un inclinomètre ou un gabarit pour incliner les


panneaux à l’angle adéquat.

Figure 4.2 : Utilisation de l’inclinomètre et d’un niveau pour déterminer l’inclinaison

6.5. SUPPORT

Chercher un emplacement :

• Bien ensoleillé et sans aucune ombre portée (arbre, murs, antennes, lignes
téléphoniques, ou fils à ligne, etc.), le module devant être monté face Sud (dans
l’hémisphère Nord) et face Nord (dans l’hémisphère Sud).
• Limitant la distance entre les modules et les batteries
• Evitant les dépôts de poussière trop importants.
• Assurant un accès facile et sécurisé pour son nettoyage et maintenance.
• Limitant, dans la mesure du possible, le vol et le vandalisme.

Par ailleurs, lorsque les panneaux de modules sont monté sur plusieurs arrangée, la
distance entre les supports doit être suffisante pour qu’il n’a ait pas d’ombre dans les
pires conditions.

RAPPORT DE STAGE OUARZAZATE SOLAIRE


ETUDE ET DIMENSIONNEMENT D’UN SYSTEME DE POMPAGE PHOTOVOLTAÏQUE 54

Figure 4.3 : Distance D entre les deux panneaux.

La hauteur H est mesurée entre le point le plus haut de l’arrière du panneau avant et le
point le plus bas de l’avant du panneau arrière (ici l’hémisphère Nord).

La distance D qui va imposer la distance entre les rangées doit être telle que le panneau
avant fasse le oins d’ombre possible au panneau arrière.

Compte tenu de :
𝐃
= 𝐜𝐨𝐭𝐠(𝐡) = 𝐜𝐨𝐭𝐠[(𝐬𝐢𝐧−𝟏 (𝐬𝐢𝐧(𝛗). 𝐬𝐢𝐧(𝛅) + 𝐜𝐨𝐬(𝛗). 𝐜𝐨𝐬(𝛅). 𝐜𝐨𝐬(𝛚))]
𝐇

Ou :

• 𝜹 : est la déclination solaire au jour concerné (le plus court de l’année, le 26/62)
• 𝝎 : est l’angle horaire de l’heure concerné (à choisir)
• 𝛗 : est la latitude de lieu
• h : est la hauteur de lieu

7. CALCUL HAUTEUR MANOMETRIQUE TOTALE (HMT)

Nous avons défini la relation de HTM par la relation suivante :

𝐇𝐓𝐌 = 𝐇𝐠 + ∆𝐇

Les données d'un puits d'eau nécessaire pour bien déterminer le HTM sont :

 La profondeur de puits (m)


 Hauteur statique (m)
 Hauteur dynamique (m)
 Débit de pompe (m3/h)
 La conduite utilisée a un diamètre intérieur (mm)

RAPPORT DE STAGE OUARZAZATE SOLAIRE


ETUDE ET DIMENSIONNEMENT D’UN SYSTEME DE POMPAGE PHOTOVOLTAÏQUE 55

 La longueur totale au sol de la conduite de refoulement (m)


 hauteur château d’eau (m)
 distance puits-château (m)
 On désire une pression résiduelle de 6 bar soit 60.66 mètres colonne d’eau.

Le calcul de la HMT permet de déterminer le couple HMT, débit afin de choisir la pompe
appropriée par rapport aux courbes caractéristiques des pompes.

7.1. CONDUITES
7.1.1. DIMENSIONNEMENT DES TUYAUTERIES

Pour dimensionner l’ensemble des pertes de charge dans une canalisation afin de
diminuer les couts de fonctionnement dus aux pompes, il faut :

• Diminuer la longueur de canalisation, le nombre d’accidents sur la canalisation et


le débit de circulation.
• Utiliser des canalisations de faible rigoriste et de plus grand diamètre.

7.1.2. TABLEAU DE PERTES DE CHARGES DES TUYAUTERIES

Dans les tableaux de pertes de charge ci-dessus :

• Le chiffre indique la perte de charge en mètres par 100 mètres de tuyauteries


• Les pertes de charge dans les coudes, vanne, tés et clapets anti-retour équivalent
aux mètres de tuyauteries droite décrits dans les deux dernières lignes de table.

8. CHOIX D’UN GROUPE ELECTROPOMPE H = F(Q)


8.1. CHOIX DE LA POMPE

Les paramètres caractérisant une pompe, et figurant sur sa plaque signalétique sont son
débit Q, sa pression p et son NPSH requis.

Lorsqu’on installe une pompe dans une installation, nous aurons :

Qpompe = Qinstallation

HMTpompe = HMTinstallation

NPSHrequis = NPSHdisponible

En réalité, ceci n’est pas toujours possible. On essaye de rapprocher ces deux points le
plus possible.

RAPPORT DE STAGE OUARZAZATE SOLAIRE


ETUDE ET DIMENSIONNEMENT D’UN SYSTEME DE POMPAGE PHOTOVOLTAÏQUE 56

Plus ces deux points sont proches (sont loin), plus l’énergie consommée par la pompe
est minimale (maximale) et le choix de la pompe sera meilleur (n’est pas bien adaptée)
aux conditions de fonctionnement de l’installation.

Figure 4.4 : Courbes caractéristiques de l’installation et de la pompe

9. LE DIMENSIONNEMENT DES CÂBLES ÉLECTRIQUES

Il est nécessaire de limiter la longueur des liaisons entre le générateur photovoltaïque et


les récepteurs. Cette distance n'excède jamais quelques mètres.

En effet les systèmes solaires fonctionnent généralement sous faible tension (12 V, 24 V,
48 V) donc avec un courant assez élevé (P=U.I, si U est faible, I est élevé.) Le transport à
distance de ce courant de plusieurs ampères implique inévitablement des pertes en ligne
importantes par échauffement.

Ces pertes sont, pour chaque circuit de récepteurs :

- proportionnelles au carré de l’intensité ;


- proportionnelles à la longueur des câbles électriques ;
- inversement proportionnelles à la section des câbles

La chute de tension occasionnée par les pertes en ligne s'établit, pour chaque circuit de
récepteurs, au moyen des formules suivantes :

𝛒. 𝐈𝟐
𝐔 = 𝐑. 𝐈 = 𝒆𝒏 (𝑽)
𝐬
𝐀𝐯𝐞𝐜 𝐑 = 𝛒. 𝐈/𝐬

• U : chute de tension (en volt) ;


• l : intensité traversant le circuit étudié (en ampère) ;
• R : résistance du câble (en ohm) ;

RAPPORT DE STAGE OUARZAZATE SOLAIRE


ETUDE ET DIMENSIONNEMENT D’UN SYSTEME DE POMPAGE PHOTOVOLTAÏQUE 57

• ρ : résistivité linéaire du conducteur constitutif du câble (ρ = l, 3.60-8ohm. mètres


pour le cuivre et ρ = 2,5.60-8ohm. mètres pour l’aluminium) ;
• l : longueur du câble (en m)
• s : section du câble (en mm²à).

10. DUREE DE VIE, PRIX [7]


10.1. DUREE DE VIE DE COMPOSANTES DES SYSTEMES
10.1.1. MODULE

On peut considérer comme voisin de 30ans, la durée de vie d’un module photovoltaïque,
à conditions toutefois de ne pas oublier qu’il perdra autour de 60% de performance tous
les 10ans, tous les fabricants le garantissent. Bien que les fabricants n’offrent qu’un an de
garantie contre les défauts de fabricant, les taux de retour sont négligeables. Les seuls
ennemis des modules sont : le vol, le jet de pierre de grande taille ou les très gros grêlons.

10.1.2. SUPPORT

Un support de module en acier galvanisé à chaude peut durer 15ans, (grâce à la


galvanisation).

10.1.3. ONDULEUR

Un onduleur de bonne qualité a une durée de vie moyenne de 10ans mais les écarts
peuvent s’échelonner entre 2ans et 15ans selon la qualité de fabrication, les vices de
fabrication sont minimes mais granits pendant 2ans.

10.1.4. ELECTROPOMPES

Une électropompe est un récepteur est sa durée de vie n’intervient pas dans le cout de l’énergie
mais elle intervient dans le cout du m3 d’eau pompé, sa durée de vie moyenne est de 7ans mais
l’écart peuvent s’échelonner entre 5ans et 10ans selon la qualité de fabrication. Les vices de
fabrication existent mais garantis pendant 1ans.

10.2. ESTIMATION DE PRIX DES COMPOSANTES DE SYSTEMES

Tableau 4.2 : Prix estimatif de différentes composantes.


Désignation prix

Support des modules 2Dh/Wc

Modules PV 6.5 à 10Dh/Wc

12V 2Dh/Wc

24V 1Dh/Wc
Câble alimentation (10m)
48V 0.50Dh/Wc

65V 0.40Dh/Wc

RAPPORT DE STAGE OUARZAZATE SOLAIRE


ETUDE ET DIMENSIONNEMENT D’UN SYSTEME DE POMPAGE PHOTOVOLTAÏQUE 58

Boitier, connecteurs et fusibles A adapter

Convertisseur CC-CC 10 à 20Dh/Wc

Convertisseur CC-CA 2 à 12Dh/Wc

Electropompe * A adapter

*Voir l’annexe pour les tarifs de pompes de Lorentz.

Nous avons présenté dans ce chapitre les différentes notions qui entrent dans le
dimensionnement du générateur, le calcul de la HMT, le dimensionnement de câblage
électrique, durée de vie et le prix.

RAPPORT DE STAGE OUARZAZATE SOLAIRE


ETUDE ET DIMENSIONNEMENT D’UN SYSTEME DE POMPAGE PHOTOVOLTAÏQUE 59

CHAPITRE 5 : ETUDE DU PROJET

1. PRESENTATION DE LA REGION DE SOUSS-MASSA

1.1. SITUATION GEOGRAPHIQUE


1.1.1. REGION DE SOUSSE MASSA

La région du Souss-Massa se trouve au centre géographique du Maroc entre l’Océan


Atlantique et les montagnes du Haut Atlas et l’Anti Atlas. Elle s’étend sur 6200000 Ha .Les
ressources en sol agricoles sont limitées, elles ne représentent que 20% de la superficie
totale (240000 Ha).

1.1.2. CLIMATOLOGIE

Les conditions climatiques de cette région se caractérisent par une aridité marquée. En
effet, la faible pluviométrie à causer des fluctuations importantes. L’alternance de longues
périodes sèches et de courtes périodes pluvieuses constitue l’une des caractéristiques du
climat de la région.

1.1.3. PRECIPITATIONS

Les précipitations varient de 650 à 200 mm. La saison de pluie s’étend d’octobre en
avril, avec un maximum aux mois de novembre et janvier. Les pluies tombent
essentiellement sous formes d’orages, violents et irrégulièrement répartis au cours de
l’année.
1.1.4. TEMPERATURE

La moyenne de températures minimales est généralement supérieure à 6°c, les mois


les plus froids étant Décembre et Janvier. La moyenne des températures maximales est
de 26 °c, les mois les plus chauds étant juillet et Août. Quant aux gelées, sont rares,
observées pendant les nuits de Novembre à Janvier.

1.1.5. HYGROMETRIE

Le degré d’hygrométrie pendant la période de chergui ne dépasse pas 65 %, Tandis


qu’aux mois de Novembre en Mars, il est à 80%.

1.1.6. INSOLATION
La durée d’insolation varie entre 2800 et 6000h/an, elle reste importante pendant
l’hiver.

RAPPORT DE STAGE OUARZAZATE SOLAIRE


ETUDE ET DIMENSIONNEMENT D’UN SYSTEME DE POMPAGE PHOTOVOLTAÏQUE 60

1.1.7. LES VENTS


La région subite 2 types de vents : les vents Nord-ouest adoucissant et mettant ainsi la
bande côtière à l’abri des gelées. Les vents du Sud-est (chergui) sont accompagnés d’une
augmentation de température et d’une baisse importante de l’hygrométrie.

2. SITUATION GEOGRAPHIQUE DE LA FERME

La ferme Ramel s’étend sur 65 ha, elle est située à la région de Sous Massa Draa à la ville
Ouled teima, « DOUAR IDAWGLID - EL KOUDIA EL BAIDA ».

RAPPORT DE STAGE OUARZAZATE SOLAIRE


ETUDE ET DIMENSIONNEMENT D’UN SYSTEME DE POMPAGE PHOTOVOLTAÏQUE 61

3. DEFINITIONS

3.1. IRRIGATION

L’irrigation est l’apport artificiel d'eau sur des terres à des fins agricoles. Elle
consiste à faire couler l’eau d’arrosage dans une certaine direction. Il existe plusieurs
techniques d’irrigation à savoir : l'irrigation gravitaire, de surface ou souterraine (par
conduits poreux ou perforés), l'irrigation par aspersion ("sprinklers"), l'irrigation par
submersion, et l'irrigation localisée ou micro-irrigation (système du "goutte à goutte").

3.2. STATION DE TETE

● Bassin de stockage

L’exploitation dispose d’un bassin


d’accumulation d’une capacité de 2530 m6
(H=4m, l=16m, L40m). Il est couvert de
polyéthylène noir de 40 microns afin d’éviter
le développement des algues et l’évaporation
de l’eau et aussi pour augmenter la
température de l’eau du bassin qui entraîne
une augmentation de la solubilité des engrais.
Ce bassin est alimenté principalement un
forage de profondeur 170 m.

Photo1: Bassin d’accumulation de l’eau d’irrigation,


2560 m3

● Motopompe
Elle est composée d’un moteur électrique de type «plonguer ». Elle permet l’aspiration
de l’eau du bassin et sa conduite vers la canalisation principale avec un débit de 40 m6/h.

● Les filtres
Ils ont une grande importance, car ils
permettent de dégager une eau propre.

 Les filtres à sable qui


retiennent les éléments très fins
(argile, limons) et les éléments
organiques. Ils sont installés juste
après la motopompe et avant
l’injection des engrai

RAPPORT DE STAGE OUARZAZATE SOLAIRE


 Forage

Photo2 : Forage/170m de profondeur.


 Conduites

Photo3 : Conduites en PVC.

4. ETUDE TECHNIQUE

4.1. PRESENTATION DE LOGICIEL LORENTZ COMPASS 3.0.9.5


La société Ouarzazate solaire utilise logiciel LORENTZ COMPASS 3.0.9.5 pour le
dimensionnement d’installation photovoltaïque, Utilisation du ce logiciel permet de
définir la pompe, la puissance de panneaux et les accessoires dans toutes les
configurations en tout lieu de la planète.
ETUDE ET DIMENSIONNEMENT D’UN SYSTEME DE POMPAGE PHOTOVOLTAÏQUE 63

4.2. POSTIONS DE PROBLEME

Cette étude concerne le dimensionnement d’un système de pompage solaire pour


l’irrigation de 15 hectares dans une ferme. Actuellement nous avons un bassin de capacité
4*16*40= 2560 m3.

4.3. SCHEMA DE DESCRIPTION DU SYSTEME HYDRAULIQUE

Longueur de refoulement : 60m


Profondeur de forage : 170m

Niveau statique : 110m

Niveau Dynamique : 55m

4.3.1. CARACTERISTIQUE DU SITE

 Emplacement : Morocco, Agadir (30° Nord ; 10° Ouest)


 Hauteur manométrique : 118m
 Débit : 248 m³/j
 Câble moteur : 128 m
 Perte par saletés : 5,0 %

4.3.2. PRODUITES

RAPPORT DE STAGE OUARZAZATE SOLAIRE


ETUDE ET DIMENSIONNEMENT D’UN SYSTEME DE POMPAGE PHOTOVOLTAÏQUE 64

Le logiciel choisit un système de pompe (PS21K2 C-SJ30-16-D) immergée avec le


contrôleur à base des données saisit par l’utilisateur, ensuite nous avons les 626 pièces
(module) 6 en parallèle et 21 en série et la puissance totale débité par l’ensemble à les
conditions STC est 28 982Wc.

4.3.3. RENDEMENT QUOTIDIEN EN MOIS MOYEN 248 M³

4.3.4. CARACTERISTIQUE DU SYSTEME

RAPPORT DE STAGE OUARZAZATE SOLAIRE


ETUDE ET DIMENSIONNEMENT D’UN SYSTEME DE POMPAGE PHOTOVOLTAÏQUE 65

4.3.5. CARACTERISTIQUE DU GENERATEUR PHOTOVOLTAÏQUE

Dans les conditions STC le générateur peut produire une puissance crête maximale de
28 980Wc, c’est dans le cas idéal, c’est qui n’a pas valable en réalité pour cela nous avons
une autre condition presque réel qui permet d’avoir la puissance crête maximale réel
19700Wc. aussi le logiciel donne les caractéristiques de panneau :

 Tension en point maximal Vmp


 Courant en pont maximal Imp
 Tension en circuit ouvert Voc
 Courant en court-circuit ICC

4.3.6. CARACTERISTIQUE DU GROUPE MOTOPOMPE

Ce tableau donne les caractéristiques du groupe motopompe, la puissance nécessaire


pour la fonctionne du groupe, et la tension du moteur qui travaille avec une tension
alternatif de 680V, l’intensité du moteur est 28A, aussi le logiciel donne la vitesse et le
débit et l’efficacité du groupe proposé.

4.3.7. CANALISATION

RAPPORT DE STAGE OUARZAZATE SOLAIRE


ETUDE ET DIMENSIONNEMENT D’UN SYSTEME DE POMPAGE PHOTOVOLTAÏQUE 66

4.3.8. SCHEMA DE BRANCHEMENT

4.3.9. SCHEMA D’EXPLOITATION

Avec

RAPPORT DE STAGE OUARZAZATE SOLAIRE


ETUDE ET DIMENSIONNEMENT D’UN SYSTEME DE POMPAGE PHOTOVOLTAÏQUE 67

- H (Perte de pression statique) : Hauteur verticale du niveau dynamique de l’eau au


point de livraison le plus élevé.
- T (Angle d’inclinaison) : Angle entre le panneau du générateur PV et le panneau
horizontal.
- M (Câble moteur) : Câble entre le contrôleur et la pompe.
- L (Canalisation) : Canalisation entière de la sortie de la pompe au point de
livraison. Des coudes et armatures doivent être ajoutés comme longueur de
canalisation équivalente.
- B (Abaissement de la nappe phréatique) : Abaissement de l’eau dépendant du débit
et taux de récupération du réservoir
- D (Diamètre intérieur de la canalisation)

4.4. SYSTEME DE POMPE IMMERGEE POUR PUITS 6": PS21K2 C-SJ30-16

4.4.1. GAMME DE SYSTEME

 Chute max. 120 m


 Débit max. 43 m³/h

4.4.2. DONNEES TECHNIQUES

RAPPORT DE STAGE OUARZAZATE SOLAIRE


ETUDE ET DIMENSIONNEMENT D’UN SYSTEME DE POMPAGE PHOTOVOLTAÏQUE 68

4.4.3. DIMENSIONS ET POIDS

RAPPORT DE STAGE OUARZAZATE SOLAIRE


ETUDE ET DIMENSIONNEMENT D’UN SYSTEME DE POMPAGE PHOTOVOLTAÏQUE 69

4.5. SYSTEME DE MODULE PHOTOVOLTAÏQUE : ISOFOTON « ISF-230W »

Figure 5.1 : Modules solaires monocristallin (Fiche technique, voir l’annexe).

RAPPORT DE STAGE OUARZAZATE SOLAIRE


ETUDE ET DIMENSIONNEMENT D’UN SYSTEME DE POMPAGE PHOTOVOLTAÏQUE 70

 COMPORTEMENT DANS DES CONDITIONS STANDARDS DE TEST (STC)

 COMPORTEMENT À 800 W/m2, TONC, AM 1,5

5. ETUDE ECONOMIQUE

5.1. COUT ESTIMATIF DU METRE CUBE D’EAU


L’objectif est d’avoir un cout pour chaque m6 pompé par le pompage photovoltaïque,
dans cette partie nous avons attaqué quelques paramètres économiques pour estimera
ce cout.

5.2. CALCUL ECONOMIQUE POUR LA DUREE DE VIE DU SYSTEME


5.2.1. COUT DES SYSTEMES PHOTOVOLTAÏQUES [2]

Le calcul du coût d’un système photovoltaïque requiert la connaissance des éléments


suivants

 la durée de vie,
 l’investissement initial,
 les coûts de maintenance annuels relatifs au système photovoltaïque,
 les coûts de remplacements des différents sous-systèmes,

RAPPORT DE STAGE OUARZAZATE SOLAIRE


ETUDE ET DIMENSIONNEMENT D’UN SYSTEME DE POMPAGE PHOTOVOLTAÏQUE 71

L’investissement initial permet à l’utilisateur de savoir quel est le prix qu’il va devoir
payer lors de l’installation de son système. Aussi, d’autres informations très importantes
constituent des critères de choix, à savoir :

 Le coût du système photovoltaïque sur sa durée de vie,


 Le coût de l’énergie consommée par le système de pompage.
Le coût du kWh consommé dépendra des profits engendrés mais également de l’énergie
photovoltaïque consommée.

Equipement
et matériels
solaires

Le coût de Etude
COUT DES technique et
l’entretien SYSTEMES réalisation
PHOTOVOLTAI
QUES

Travaux de
Installation
génie civil

Les paramètres suivants ont été utilisés pour effectuer notre analyse économique

5.2.2. COUT SUR LA DUREE DE VIE DU SYSTEME

Le coût sur la durée de vie du système est fonction de l’investissement initial, du coût
annuel d’entretien et de maintenance et du coût de remplacement éventuel de certains
sous-systèmes

Paramètres de fonctionnement

 Durée de vie du système en années


 HMT en mètre
 Volume d’eau requis par jour en m3/j
 Ensoleillement en kWh/m2
 Puissance du générateur PV

RAPPORT DE STAGE OUARZAZATE SOLAIRE


ETUDE ET DIMENSIONNEMENT D’UN SYSTEME DE POMPAGE PHOTOVOLTAÏQUE 72

Durée de vie de système 20 ans

Puissance du générateur PV 28 980 Wp

Volume d’eau 248 m3/j

Volume d’eau annuel 90 520 m3/an

Ensoleillement 6.3 KWh/m2

HTM 118 m

5.2.3. DESCRIPTION DU PROJET : CAS DE POMPE SOLAIRE AU FIL DU SOLEIL

En plus des coûts des différents éléments du système photovoltaïque, la méthode de


calcul du coût doit tenir en compte de certains coûts qui sont liés au système tels que :
La maintenance et les pièces de rechange. Le coût du système de pompage.

 ESTIMATION DU COUT GLOBAL DU SYSTEME INSTALLE

 Coût initial
- Coût des composantes
 Coût du générateur PV = le nombre de modules solaires × Coût du module
Coût du générateur PV = 126 × 1700,00

Coût du générateur PV = 214 200,00 MAD

Total 1 (HT) = 214 200,00 MAD

- Coût de Remplacement
Groupe motopompe : PS21k2 C-SJ30-16, 1 pce Système de pompe immergée

Coût de pompe= 120 000,00MAD

Total 2 (HT) = 120 000,00 MAD

- Coût d’installation du système de pompage et accessoires


 Installations/main d’œuvres = 20 000,00 MAD
 Kit d’accessoires d’installation = 30 000,00MAD
 Structure/support métallique model PV +accessoire : 126× 400 =50 400,00 MAD

Total 3 (HT) = 100 400,00 MAD

RAPPORT DE STAGE OUARZAZATE SOLAIRE


ETUDE ET DIMENSIONNEMENT D’UN SYSTEME DE POMPAGE PHOTOVOLTAÏQUE 73

Total de systèmes = 434 600,00 MAD (HT)

TVA 20, 00% = 86 920,00MAD

Annuités (Emprunt 5% sur 20ans)= 418 48.00MAD

Total TTC = 563 368, 00 MAD

 COUT ESTIMATIF DU METRE CUBE D’EAU


 Cas de pompage photovoltaïque
La quantité journalière moyenne d’eau pompée est de : 248 m3/j.

Et par conséquent, la quantité d’eau pompée annuellement est estimée à 90 520,00


m3/an

Le coût estimatif du mètre cube d’eau durant la durée de vie de système est égal à
environ de

0.44MAD/m3

23% Coût du générateur PV

Coût de Remplacement
49%

Coût d’installation du système


28% de pompage et accessoires

Figure 5.2 : Distribution de cout de système PV.

 L’amortissement

Avant l’installation PV le client paye à ONE un somme de 12 000.00 MAD par ans. Et
suivant la société, le coup de ’installation attend 563 368.00 DH, c'est-à-dire le taux est
moins de 4 ans.

RAPPORT DE STAGE OUARZAZATE SOLAIRE


ETUDE ET DIMENSIONNEMENT D’UN SYSTEME DE POMPAGE PHOTOVOLTAÏQUE 74

6. SIMULATION AVEC LOGICIEL PVSYST5

6.1. PRESENTATION DE LOGICIEL PVSYST 5


La société Ouarzazate solaire utilise logiciel PVSYST 5 pour la simulation d’installation
photovoltaïque, PV SYST est un logiciel de dimensionnement de panneaux solaires
permettant d'obtenir diverse informations telles que la production d'énergie, l'irradiation
et le coût de l'installation, la surface nécessaire, ou la production annuelle d'énergie. Un
mode avancé permet d'obtenir beaucoup plus d'informations pour une étude très
complète.

6.2. CREATION DU PROJET DANS PVSYST


Après le lancement de logiciel, l’interface d’accueil est liée essentiel à le choix des données
demandées (option : pré-dimensionnement, conception du projet, outils. type de
système : couplé au réseau, isolé avec batteries, pompage, réseau CC), pour notre cas on
va choisir le système de pompage.

RAPPORT DE STAGE OUARZAZATE SOLAIRE


ETUDE ET DIMENSIONNEMENT D’UN SYSTEME DE POMPAGE PHOTOVOLTAÏQUE 75

Pour une étude rapide et simple : on donne une location et


un système puis le logiciel calcul quelques paramètres de
pré dimensionnement ainsi qu'un graphe de production
énergétique annuelle, un graphe d'irradiation par mois, un
tableau récapitulatif et une étude de coût.

Pour une étude plus approfondie avec de nombreux


.
paramètres à prendre en compte notamment les ombres
proches et lointaines. On dispose aussi de plus de choix au
niveau de l'orientation des panneaux avec le choix par
exemple de panneaux "tracking" qui suivent la course du
soleil. Les calculs sont basés sur des systèmes réels
commercialisés que l'on choisira parmi une vaste liste. On
génère ensuite une simulation qui nous fournis un large
choix de résultats et de graphe personnalisables.

Permet de modifier les bases de données et d'utiliser des


outils du programme sans pour autant créer un projet
complet

 Conception du projet

Dans notre cas nous allons choisir l’option « conception du projet », et puis définir le
système de pompage.

On aura plusieurs néanmoins plus d'étapes : choix du projet et de ses variables,


orientation du panneau solaire, définition de l'horizon (ombre lointaines), définitions des
ombres proches, définition du système et enfin résultats. Les étapes définitions des
ombres lointaines et proches sont facultatives, mais si on utilise la définition des ombres
proche, il n'est pas très important de s'attarder sur le positionnement (inclinaison et
azimut) du panneau car on pourra le modifiés dans la définition des ombres proches.

RAPPORT DE STAGE OUARZAZATE SOLAIRE


ETUDE ET DIMENSIONNEMENT D’UN SYSTEME DE POMPAGE PHOTOVOLTAÏQUE 76

6.3. PROJET: SITE ET METEO


Dans PVSYST, l’étude d’une installation donnée est effectuée dans le cadre d’un projet,
qui fixe les données du site et de la météo. Pour un projet donné, l’opérateur peut définir
diverses variantes de chaque groupe de paramètres et exécuter la simulation pour toute
combinaison désirée.
Le site contient les paramètres géographiques de l’installation (latitude, longitude,
altitude, fuseau horaire), nécessaires aux calculs de géométrie solaire.

Dans notre cas le site Agadir ni plus disponible sur ce logiciel, pour cela nous avons
importé le données météorologique d’après le logiciel RETScreen, et là l’aide des deux
sites :

 http://french.wunderground.com/
 http://re.jrc.ec.europa.eu/pvgis/apps4/pvest.php?map=africa

RAPPORT DE STAGE OUARZAZATE SOLAIRE


ETUDE ET DIMENSIONNEMENT D’UN SYSTEME DE POMPAGE PHOTOVOLTAÏQUE 77

 orientation du champ
Cet onglet est là pour paramétrer le champ photovoltaïque en fonction du type de celui-
ci. Généralement, les informations à compléter sont l’orientation, l’azimut.

RAPPORT DE STAGE OUARZAZATE SOLAIRE


ETUDE ET DIMENSIONNEMENT D’UN SYSTEME DE POMPAGE PHOTOVOLTAÏQUE 78

 Horizon
Cette partie est à remplir d’après le tableau récapitulatif réalisé lors de la prise de mesure
du masque lointain.

 Système
Le dernier onglet du logiciel avant la simulation, il s’agit d’indiquer le modèle de panneaux
utilisés et les onduleurs choisis. Après cela, il ne manque plus qu’à préciser les
configurations de raccord des panneaux à l’onduleur pour enfin pouvoir valider et
générer la simulation, mais avant ça on doit définir quelque paramètre nécessaire,
système hydraulique, besoin d’eau.

RAPPORT DE STAGE OUARZAZATE SOLAIRE


ETUDE ET DIMENSIONNEMENT D’UN SYSTEME DE POMPAGE PHOTOVOLTAÏQUE 79

- Définition de système hydraulique

Nous avons les trois types de système de pompage :


1. Puits vers réservoir
2. Lac ou rivière vers réservoir
3. Pressurisation

Nous prenons le premier système « puits vers réservoir »pour notre étude :

RAPPORT DE STAGE OUARZAZATE SOLAIRE


ETUDE ET DIMENSIONNEMENT D’UN SYSTEME DE POMPAGE PHOTOVOLTAÏQUE 80

CARACTERISTIQUE DE FORAGE

 Niveau statique
 Niveau maximum de pompage
 Profondeur de forage
 Diamètre du forage

CARACTERISTIQUE DE RESERVOIR

 Volume
 Diamètre
 altitude de réservoir

CIRCUIT HYDRAULIQUE

 Choix du type de conduite et leur diamètre


 Longueur de conduite
 Nombre des coudes
 Autres pertes

RAPPORT DE STAGE OUARZAZATE SOLAIRE


ETUDE ET DIMENSIONNEMENT D’UN SYSTEME DE POMPAGE PHOTOVOLTAÏQUE 81

Besoin d’eau journalière : 40tonne/20h

Equivalent à 800 m3/j

Niveau statique

110m

Besoin moyen journalière d’eau 800 m3/j


Besoin moyen annuel d’eau : 292 000 m3/an
Hauteur manométrique moyenne : 118m

RAPPORT DE STAGE OUARZAZATE SOLAIRE


ETUDE ET DIMENSIONNEMENT D’UN SYSTEME DE POMPAGE PHOTOVOLTAÏQUE 82

 Simulation
A partir de ce moment, l’opérateur n’a plus qu’un rôle d’analyseur des données fournies
par le logiciel. Celles-ci sont synthétisées sous la forme d’un fichier au format PDF
reprenant les informations générales de l’installation.

6.4. RESULTATS DE SIMULATION

RAPPORT DE STAGE OUARZAZATE SOLAIRE


ETUDE ET DIMENSIONNEMENT D’UN SYSTEME DE POMPAGE PHOTOVOLTAÏQUE 83

RAPPORT DE STAGE OUARZAZATE SOLAIRE


ETUDE ET DIMENSIONNEMENT D’UN SYSTEME DE POMPAGE PHOTOVOLTAÏQUE 84

RAPPORT DE STAGE OUARZAZATE SOLAIRE


ETUDE ET DIMENSIONNEMENT D’UN SYSTEME DE POMPAGE PHOTOVOLTAÏQUE 85

RAPPORT DE STAGE OUARZAZATE SOLAIRE


ETUDE ET DIMENSIONNEMENT D’UN SYSTEME DE POMPAGE PHOTOVOLTAÏQUE 86

RAPPORT DE STAGE OUARZAZATE SOLAIRE


ETUDE ET DIMENSIONNEMENT D’UN SYSTEME DE POMPAGE PHOTOVOLTAÏQUE 87

Les résultats obtenues par simulation sont présentés dans ce chapitre montre que la
puissance hydraulique extrait du système de pompage photovoltaïque fonctionnent au fil
du soleil dépend du :
 Système de captage : générateur photovoltaïque
 Onduleur
 Groupe motopompe
 Tuyauteries d’aspiration et de refoulement.
Il est clair que la puissance mécanique délivrée par le moteur asynchrone dépend :
 Aux pertes Joules dans les résistances
 A la désadaptation entre le moteur et le générateur PV.
La quantité journalière d’eau pompé dépend de :
 L’éclairement maximal sur le site
 La hauteur manométrique totale

Ces résultats montrent que les deux systèmes de pompage étudiés présentent, chacun,
des avantages et des inconvénients. Le système photovoltaïque présente un coût
d’investissement important, un entretien très réduit et un faible coût d’exploitation.

Par contre, le système groupe électrogène présente un coût d’investissement


relativement faible, mais un coût d’exploitation, d’entretien et de maintenance
relativement important. Sans oublier le coût rattaché à l'environnement.

L’étude économique montre que le taux d’amortissement est au moins 5ans, et


l’investissement initial reste le majeur inconvénient, aussi le cout de panneau solaire est
encore chère.

Dans ce chapitre on a présenté une analyse économique du système de pompage


photovoltaïque en tenant compte du coût relatif des composants du système, cette étude
a enfin aboutit à une estimation du coût du mètre cube d’eau pompée par notre
installation.

RAPPORT DE STAGE OUARZAZATE SOLAIRE


ETUDE ET DIMENSIONNEMENT D’UN SYSTEME DE POMPAGE PHOTOVOLTAÏQUE 88

CONCLUSION GENERALE

Cette mémoire a porté sur l’étude et dimensionnement d’un système de pompage

photovoltaïque. Ces systèmes se présentent comme une solution idéale pour

l’alimentation de l’eau pour les régions peu peuplées, isolées et enclavées.

Les systèmes de pompage photovoltaïque fonctionnent au fil du soleil où le moteur

d’entraînement est directement couplé au générateur photovoltaïque ou le stockage

d’énergie dans les accumulateurs est remplacé par le stockage d’eau dans les réservoirs

pour éviter un coût supplémentaire de l’installation.

Pour notre système, on a pris au départ l’inclinaison du panneau solaire à la

latitude du site car l’énergie moyenne annuelle fournie par un panneau fixe est maximale

pour cette inclinaison.

Le générateur photovoltaïque est couplé directement au groupe motopompe

(moteur asynchrone et la pompe centrifuge) à l’aide d’un convertisseur CC/CA.

L’étude économique montre clairement l’avantage du système de pompage

photovoltaïque par rapport à l’énergie conventionnelle qui présente les contraintes de

l’éloignement du réseau électrique et les contraintes du transport du combustible et les

entretiens périodiques pour les moteurs diesels.

RAPPORT DE STAGE OUARZAZATE SOLAIRE


ETUDE ET DIMENSIONNEMENT D’UN SYSTEME DE POMPAGE PHOTOVOLTAÏQUE 89

REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES

[1] : HAMIDAT, « Simulation des systèmes de pompage photovoltaïques destines


pour l’alimentation en eau potable et pour la petite irrigation », Thèse de doctorat,
Université de Tlemcen 200.

[2] : MAOUEDJ RACHID, « Application de l’énergie photovoltaïque au pompage


hydraulique sur les sites de Tlemcen et de bouzareah », Mémoire De Magister,
Université Abou Bekr Belkaïd Faculté des Sciences Département de physique.

[3] : MEFLAH AISSA, « modélisation et commande d’une chaine de pompage


photovoltaïque », Mémoire De Magister, Université Abou Bekr Belkaïd Faculté des
Sciences Département de physique.

[4] : TOUMI NABIL, « étude d’une pompe à eau solaire pour alimenter un chaine
pétrolier », Mémoire De Magister, UNIVERSITE KASDI MERBAH.

[5] : A. BETKA, « Optimisation d’un système de pompage photovoltaïque au fil du


soleil », Thèse de Magister, Centre universitaire Biskra 1997.

[6] : B. Allal El Moubarek, M.AZIZI « Dimensionnement d’un système photovoltaïque


pour l’alimentation d’une ferme Étude de l’onduleur triphasé lié à cette application»,
Mémoire De Magister, Université des Sciences et de la Technologie d’Oran.

[7] : RACHID CHENNI, « étude technico-économique d’un système de pompage


photovoltaïque dans un village solaire», Thèse de doctorat, université mentouri de
constantine.

RAPPORT DE STAGE OUARZAZATE SOLAIRE


Annexe 1: Fiche technique du module ISF-230V
Annexe 2: basse de donnée
Annexe 3: les tarifs de pompe Lorentz 2014