Vous êtes sur la page 1sur 2

II- Les frontières externes de l’Union Européenne

A-
L’Union européenne n’est pas un Etat et n’a donc pas de frontières extérieurs à
proprement parler, ce sont les frontières extérieures de ses Etats membres. Le
fonctionnement de l’Union Européenne impose des différences de fontionnement entre
ses frontières internes et ses frontières externes. Aujourd’hui nous pouvons assister à un
contrôle croissant aux frontières, en partie à cause des crises migratoires, sanitaires et
terroristes. Pour entrer dans l’espace Schengen, une persone non ressortissante de
l’Union européenne doit dispose d’un « visa Shengen », soit temporaire, soit de longue
durée, soit à validité territoriale limitée. Dans ce dernier cas, la circulation est restreinte
à un ou plusieurs pays. Aux limites extérieurs de l’Union européenne, les contrôle sont
de plus en plus renforcés sur les 45 000 kilomètres de frontières maritimes et les 12 000
kilomètres de frontières terrestres. Sur ces 12 000 kilomètres de frontière terrestre 1 200
kilomètres ont été cloturés. En 1985, le premier accord de Schengen (Benelux, France,
RFA) transfère les contrôles des personnes aux frontières externes des Etats signataires.
En 1990, la convention de Dublin renforce cette idée avec le droit d’asile, dont la
demande se fait dans l'État l’ayant reçu. Elle prévoit des sanctions contre les
transporteurs clandestins. En 2004, est créée l’agence Frontex. Celle-ci a pour rôle
principal d'aider les Etats membres de l'Union européenne et de l'espace Schengen à
sécuriser leurs frontières extérieures et de lutter nottament contre l’immigration illégale.
Nous pouvons prendre l’exemple de l’Espagne, elle possède évidemment des frontières
avec la France et le Portugal mais également avec Andorre, le Maroc et le Royaume-Uni
dont fait partie le détroit de Gibraltar. Ces espaces frontaliers sont disputés et de
nombreux controles y sont effectués. Plus précisment nous pouvons prendre la ville de
Melilla pour exemple. Cette ville est frontialière entre le Maroc et l’Espagne et la barrière
de Melilla est composé de contrôle de haute sécurité, avec des tour de guet, des
projecteurs, des radars, des diffuseurs de gaz lacrymognènes et des barrières de
dissuasion. Cette barrière n’a cessé d’être renforcée auc cours des années 2000- 2010
pour ralentir l’immigration illégale.

B-
L’Union européenne et l’espace Schegen ont des frontières extérieurs à l’échelle du
continent européen et de certains territoires ultra-marins. Comme les Canaries pour
l’Espagne ou bien Mayotte pour la France. Elles sont protégées par Frontex, agence
européenne chargée du contrôle des frontières extérieurs. Face aux instabilités du
monde, depuis les années 2010, nous pouvons constater un renforcement des frontières
par un processus de « barriérisation » et de « refrontiérisation ». La barriérisation est un
processus de renforcement des frontières au moyen de dispositifs matériels et
techniques de manier à en limiter le franchissement. Et ma refrontiérisation est le
processus de réinstaurer ou de multiplier des frontières. Nous pouvons prendre quelques
exemples. Le drame des migrants a compliqué la politique des frontières internes et
externes de L’Union Européenne et de l’espace Schengen. En 2015-2016 l’Union
européenne est confrontée à une crise liée à plusieurs conflits géopolitique, en
particulier en Syrie. En 2016, on dénombre 240 000 entrées irrégulières sur le territoire
de l’espace Schengen. Effectivement, pendant la crise migratoire de 2015, la Hongrie
décide de fermer physiquement sa frontière avec la Serbie. Cette frontière était un nœud
des flux de migrants. En 2016, ce sont la Slovénie et la Serbie qui décident de ne plus
laisser transiter les sans-papiers par leur territoire. La Macédoine fait de même. On voit
aussi des pays qui quittent l’Union européenne. En effet, en 2016 le Royaume-Uni pays
en dehors de l’espace Schengen part de l’UE. Cette décision est dû au souhait de
contrôler intégralement sa politique migratoire cela mènera au Brexit. De plus, les
territoires extérieurs à l’espace Schengen et/ou à l’Union européenne sont des
territoires possédant de nombreux enjeux. Notamment les territoires ultramarins de
l’Union européenne. Dispersés sur l’ensemble du globe, les territoires ultramarins de
l’UE sont dépendant de leur métropole. Leurs frontières sont à l’origine de mobilités
transfrontalières variées et suscitent des tensions mais également des enjeux. Nous
pouvons prendre l’exemple du profit apporté par la mise en œuvre de la Convention des
Nations Unies sur le droit de la mer et d’exploitation des ressources. Avec les territoires
ultramarins ces zones s’agrandissent et les métropoles bénéficient d’un apport de
ressources et de richesse. Comme par exemple avec la Guyane, la Nouvelle-Calédonie ou
bien Mayotte.

Vous aimerez peut-être aussi