Vous êtes sur la page 1sur 204

EN MILIEUM U m

‘ A-

Instructeur de survie depuis 2 0 0 3 et considéré comme l’un des plus


grands spécialistes français dans son domaine, David MANISE connaît
précisément les besoins et les attentes de chacun en milieu naturel.

Dans ce guide résolument pragmatique et accessible, il vous fait


bénéficier de sa très grande expérience d’homme de terrain et de
formateur en s’appuyant sur les dernières recherches scientifiques.
Grâce à lui, vous découvrirez comment réguler sa température par tous
les temps, trouver et purifier de l’eau, manger sur le terrain, s’orienter et
progresser, gérer les risques, rester conscient, assurer les premiers
secours...

Son objectif est de vous dévoiler les techniques et les conseils ayant
réellement fait leurs preuves depuis de nombreuses années. Il vous
propose les solutions concrètes les plus adaptées aux problématiques
que vous pouvez rencontrer en milieu naturel, applicables dans les
différents biotopes de la planète.

Bénéficiez d’un haut niveau d’expertise pour (sur)vivre en milieu naturel !

ED-flMPHORfl.FR

22.500

9 "7 8 2 8 5 l ' I S O I

L
f4'.■■■.;■

J-J - -f i <‘3^

A nthropologue/l)^âl^a1iise a grandi au Québec où il


a passé une grande partie de son temps en forêt et sur §^,>
les rivières sauvages de la Gaspésie.

Depuis 2003, il Intervient en tant qu’instructeur de


survie et self-défense auprès de publics civils, policiers
et militaires en France et en Europe.

Il poursuit par ailleurs son métier de formation à travers


les pages de magazines tels que Carnets d ’aventure
ou Trekmag.

Pour suivre son actualité et bénéficier d’articles,


d’informations et de conseils complémentaires :
davidmanise.com

Décbuvrez les stages de David Manise :


www.ceets.org
Suivez David Manise sur facebook :
www.facebook.com/davidmanise
WN

David Manise

MANUEL DE (SURjVIE
EH HILIEU NATUREL

l(^ m p h o ln
L'EDITEUR DES SPDRTIFS

www.frenchpdf.com
Toutes les illustrations sont de Philippe Gaby

Photos intérieur : ©David Manise

Crédits photographiques
Fotolia illustrations : p. 65 : ©DM7 - p. 109 : ©pepik44 - p. 149 : ©nicolasprimola - p.173 : ©furryclown
p. : 17, 21, 35, 49, 55, 79, 115,161, 191, ©ant_art19

Fotolia photos : p. 33 : ©rdonar - p. 87 : ©xlukasvideo - p. 92 : ©amyinlondon - p. 171 : ©xpisotckii


p. 182 : ©xneryx - p. 185 : ©Saidin Jusoh

Photos ©Cépo - CEETS : p. 8/9 - p. 14/15 - p. 77 - p. 195 - p. 204

Conception design graphique : Amphora

Couverture : Amphora

Correction : Margo Vitrac

Maquette : Patrick Lesieur

Imprimé en Europe par EPEL (Flendaye)

©Éditions Amphora, juin 2016


ISBN : 978-2-85180-937-7

www.frenchpdf.com
SO M M A IR E
AVANT-PROPOS.....................................................11 Prioriser
L'entraînem ent de l'e sp rit
COMMENT LIRE CE LIVRE ? .................................13 Facteurs altérant la vigilance...............................38
M an q u e d e s o m m e il
CHAPITRE 1
Psychotropes divers
LA PYRAMIDE........................................................ 16
H yp o th e rm ie e t hyp e rth e rm ie
L'attitude
Les compétences D éshydratation

Le physique Effet d e g ro u p e

Les kits M auvaise évaluation des risques e t ig n o ra n ce


La peur et le stress.................................................43
CHAPITRE 2 Les effets de l'a d rénaline
LA RÈGLE DES 3 ....................................................20 Le conditionnement..............................................45
3 secondes sans vigilance................................... 22 Gérer le stress........................................................ 46
3 minutes sans oxygène M itig e r les effets d u stress
dans les centres vitaux..........................................23 F on ctio n n e r m a lg ré le stress
3 heures sans réguler sa température............... 25
3 jours sans eau potable...................................... 25 CHAPITRE 6
3 semaines sans manger......................................25 GESTION DES RISQUES.......................................48
3 mois sans hygiène..............................................25 Analyser et gérer les risques............................... 50
3 ans dans un environnement Méthode simplifiée
psychologiquement toxique............................... 25 pour évaluer un risque..........................................51
Toute mesure de sécurité a un coût................... 52
CHAPITRE 3
LES 5 ESSENTIELS POUR (SURjVIVRE.............. 26 CHAPITRE 7
Ça, ça vaut mille dollars !..................................... 28 UTILISATION DES OUTILS COUPANTS............54
Conscience............................................................. 28 Le couteau.............................................................. 56
Communication.....................................................28 Ce q u i fa it q u 'u n co u tea u co u p e e t ch o ix
Vision.......................................................................29 des o u tils coupants
Mobilité...................................................................29 Règles d e sécurité
Dextérité.................................................................29 M o d e d e p o rt
C o u p e r en tira n t
CHAPITRE 4
B é to n n e r p o u r c o u p e r en d e u x
DÉFINITION D'UNE SITUATION DE SURVIE....30
B é to n n e r p o u r refendre
Quelques cas de mise en situation de survie.... 32
G ratter
C o u p e r des fib re s étirées
CHAPITRE 5
La scie...................................................................... 61
LES PROFONDEURS.............................................34
Laisser la scie tra va ille r
{Surjvivre avec la peur et l'incertitude...............36
Eviter de p in c e r la lam e
Tout se joue en nous ;
développer et protéger sa vigilance................. 37

www.frenchpdf.com
CHAPITRE 8 M em b re in fé rie u r
S'ORIENTER...........................................................64 L'hypothermie....................................................... 92
Interpréter une carte............................................ 66 C o n d u ite à te n ir
L'échelle Déplacer un blessé............................................... 97
La fia b ilité des cartes en fo n ctio n des pays S u p p o rt p o u r clo ch e -p ie d
La lé g e n d e Brancard d e fortune
Ce q u i est fia b le s u r une carte Laisser une victime derrière soi
Les c o u rb e s d e niveau pour trouver du secours ? ................................... 99
Du g é n é ra l au p a rtic u lie r Piqûres et morsures (zones tempérées)........ 100
S im p lifie r ffym é n o p tè re s
Se s itu e r s u r une carte Vipères e t vip é ridé s (p o u r l'E urope)
É talonner ses pas Plaies.....................................................................101
Trois p o in ts de référence Prévention des infections
D é te rm in e r que l'on est p e rd u La trousse de premiers secours........................103
Les lim ites de la le ctu re de carte Appeler les secours............................................ 105
Navigation de base à la boussole.................... 72 Pour aller plus loin.............................................. 105
Contourner un obstacle en se servant de la boussole
Faire d e m i-to u r ^ CHAPITRE 10
GPS : possibilités et limites................................ 76 SE SIGNALER ET ÊTRE RETROUVÉ.................108
Utiliser le soleil...................................................... 76 En milieu forestier et fermé............................... 110
L'om bre d u bâton En milieu ouvert.................................................. 111
Laisser un plan.................................................... 111
CHAPITRE 9
PREMIERS SECOURS ENMILIEU ÉLOIGNÉ...... 78 CHAPITRE 11
Allez vous former ! ................................................80 RÉGULER SA TEMPÉRATURE...........................114
Principes de base...................................................80 RECC.....................................................................116
Priorités du secouriste en milieuéloigné......... 81 Rapport volume/surface.................................... 118
Voies aériennes...................................................... 82 Adaptation au fro id ............................................ 118
C orps é tra n g e r dans les voies respiratoires A d a p ta tio n à c o u rt term e
Œ dème (gonflem ent) des voies respiratoires hautes A d a p ta tio n à lo n g term e
Trachéo d 'u rg e n c e ? Adaptation à la chaleur...................................... 120
Position latérale d e sécurité A d a p ta tio n à c o u rt term e
Plaies à la cage th o ra c iq u e : p n e u m o th o ra x et A d a p ta tio n à lo n g term e
co m p lica tio n s Les zones d'échange
Lésions des côtes e t du vo le t th o ra ciq u e thermique du corps............................................ 120
ffy p e rv e n tila tio n Les vêtements..................................................... 121
État d e choc Le coton
Immobiliser un m em bre...................................... 89 Le d u v e t naturel
M e m b re su p é rie u r La ouate de p o lye ste r (isolant synthétique)

www.frenchpdf.com
La laine Particules en suspension

La laine po la ire Produits dissous (solutio n )

Les m em branes im per-respirantes Rendre l'eau potable......................................... 154


Les abris................................................................127 Risque ra d io a c tif

Choix du p o in t de bivouac Risque b io lo g iq u e

La tortue Risque ch im iq u e

Le p o n cho « du chacal » Techniques particulières.................................. 156


Utilisation du tarp E b u llitio n

Tarp e t hamac Rayons UV

Passer la nuit sans sac de couchage................131 C h arbon de bo is o rd in a ire

Le cocon de dé b ris Sable

Le n id _ B ouchon en bois

Le « fo u r »
Faire un feu ........................................................ 135 CHAPITRE 13

Précautions à p re n d re e t p ré p a ra tion du terrain LA NOURRITURE................................................. 160

G arrigue,environnem ents arides e t tourbières Relativisons !....................................................... 162

C onditions de sécurité m inim ales Ce qui peut nous tuer

Faites un PETIT fe u ...


en ne mangeant pas............................................163

Faire une table à feu


La nourriture de survie...................................... 163
Cinq plantes comestibles
Préparation : bien, plus rapide que v ite ........ 140
existant un peu partout sur la planète............. 164
Bien ch oisir le bois
Le pla n tain
Les essences de bois
L'ortie
Les allum e-feu : il en faut plus
Les m assettes
Allumer, alimenter et maintenir un feu...........144
Le p in p a rasol
Eteindre un feu................................................... 145
Le p isse n lit _^
Pour ne pas laisser de traces
Les petits comestibles....................................... 168
Se protéger de la chaleur.................................145
Les fourm is
S'abriter de la chaleur
Les lo m b rics
Une o m b re efficace
Les sauterelles, g rillons, criq ue ts...

CHAPITRE 12 La pêche...............................................................169

L'EAU................................................................... 148 Les nasses

Evaluer son niveau d'hydratation.................... 150 La p ê ch e à la m ain

Les principales causes Un mot sur la chasse et lepiégeage..................170

de la déshydratation......................................... 150
Comment boire ?............................................... 151 CHAPITRE 14

Temps d'ab so rp tio n L'HYGIÈNE............................................................ 172

Où trouver de l'eau dans la nature ?...............152 Gérer vos déchets sur le terrain........................ 174

Rendre l'eau traitable........................................ 152 Les dé ch ets org a n iq u e s

www.frenchpdf.com
Se laver sur le terrain......................................... 175 A ltitu d e
Les m ycoses Force fonctionnelle............................................202
Q ue laver en p rio rité ? D é v e lo p p e r la force m axim ale

Les Lingettes Puissance cardio-respiratoire.......................... 204


La to ile tte de chat (savon e t chiffon) Endurance
La d o u ch e du p a u vre (b o u ch o n pe rcé ) Kit : moins mais mieux.......................................205
Les dents : cure-dents de fo rtu n e D é fin ir c la ire m e n t ses besoins
Prophylaxie La th é o rie du gros
Les tiques.............................................................178 Low tech : massue vs calculette
L'encéphalite virale (ou e n cé ph a lite à tiq u e s) PERLE
La m alad ie de Lyme La recette p o u r un sac p lu s lé g e r

Eviter les morsures de tiques O rga n ise r son m até rie l

Les moustiques.................................................... 184 Port et transport.................................................. 210


Prévenir les p iq û re s de m oustiques Le sac à dos : bien le choisir, le charger e t le régler
Soin des ongles et des pieds............................ 186 Faire son sac à dos
Prévenir les o n g le s incarnés R égler son sac à dos

Éviter les am p o u le s
Le p ie d de tranchée CHAPITRE 16
LE MOT DE LA F IN ............................................. 214
CHAPITRE 15
LA PRÉPARATION................................................ 190 BIBLIOGRAPHIE.................................................. 218
Attitude : préparation mentale......................... 192
D é v e lo p p e r e t m a in te n ir une a ttitu d e ju ste REMERCIEMENTS...............................................220
p o u r vivre e t su rv iv re ...
Connaissances ;
soit on progresse, soit on régresse................. 193
D é fin ir ses cham ps d 'in té rê t
Préparation physique : y
être un bon 4x4.................................................... 194
A lim e n ta tio n
M o d è le pa lé o
M o d è le W a rrio r diet, je û n e s in te rm itte n ts
Sommeil................................................................ 198
AVERTISSEMENT :
La m icrosieste
M é th o d e Everyman «Ni l'auteur ni l'éditeur ne sauraient être tenus

Le terrain immunitaire........................................ 200 pour responsables des conséquences qui


pourraient provenir d'une mauvaise interpré­
Acclimatation therm ique................................... 200
tation des informations contenues dans cet
C haleur
ouvrage.
Froid

www.frenchpdf.com
www.frenchpdf.com
A V A N T-P R O P O S
26 décem bre 2015, une n u it dans la m ontagne

Les gens ne lisent plus b e a ucoup de livres... Sauf vous.

Ça to m b e bien. Car j'ai é crit ce livre p récisém ent p o u r vous. Et je l'ai é crit sur le terrain. Lit­
téralem ent. M on vieil o rd in a te u r p o rta b le cabossé dans le sac à dos, j'ai souvent profité de
m om ents de pause p e n d a n t nos stages de survie - ou de la nuit, d epuis m on hamac - p our
progresser sur ce texte. J'ai é crit dans la fo rê t. J'ai é crit dans la m ontagne. J'ai écrit sous
des orages et dans les tem pêtes. J'en ai é crit des bouts dans des trains et dans des avions.

Au m o m e n t où j'écris ces mots, il fa it -6 °C et un feu de cam p brûle devant moi. Les étoiles
du H aut-D iois b rille n t fe rm e m e n t dans un ciel avec une clarté im pressionnante. La voie
lactée se pro file au-dessus de moi, bien nette. Ma chienne d o rt contre ma jam be, ronflant
paisiblem ent. Et j'ai les d o ig ts lents dans leurs allers-retours sur le clavier, à cause du fro id ...

L'objectif de ce livre, com m e to u t ce que je fais ou presque, est de p ro lo n g e r votre vie.


Parce que je crois, dans ma m orale m inim aliste mais fo n c tio n n e lle (clin d'oeil à Norman),
que ce qui p ro lo n g e la vie est « bien » e t que ce qui la raccourcit, ou lui nuit, est « mal ».

En vous offrant des outils et des concepts p a rticip a n t à a u g m e n te r votre sécurité et votre
confort, j'espère que vous vivrez plus lo n g te m p s. Ou que vous réaliserez davantage de
choses de votre vie sans p re n d re davantage de risques.

La liberté e t la sécurité sont deux vases com m unicants. On p eut rarem ent avoir les deux à
la fois. Mais en co m p re n a n t m ieux et plus fin e m e n t ce qui est vraim ent dangereux (et en
sachant que to u t le reste ne l'est pas), on p e u t cesser de p re ndre des mesures de sécurité
inutiles. Cela p e rm e t de g a g n e r en lib e rté sans p erdre en sécurité. Et inversem ent, en évi­
tant de m o u rir bêtem ent, on gag n e aussi en liberté.

Bref, encore plus que la vie p o u r la vie, c'est la lib e rté que je chéris, et que je vous souhaite
au travers de ces hum bles pages.

Profitez-en bien !

www.frenchpdf.com
www.frenchpdf.com
C O M M E N T LIRE CE LIVRE ?

Cet ouvrage est, au final, le résultat d'u n e vie d e p ra tiq u e de la nature, de lectures, d'études
universitaires, de recherches e t d'exp érim e n ta tio n s. Il est aussi p o n d é ré par une expérience
de 12 ans à enseigner la survie à te m p s plein, à différents publics, p rin cip a le m e n t civils et
occasionnellem ent m ilitaires.
La m é th o d e que je pro p o se est issue d 'u n e analyse lo n g ue et besogneuse de « com m ent
les gens m eurent », tous b io to p e s et to u te s situations confondus. Cette m éthode est très
souvent valable dans la nature, mais aussi en ville, sous l'eau, quand on p ilo te un avion ou
dans la vie de tous les jo u rs ... peu im p o rte . Q uelques p oints critiques fa cile m e n t repé­
rables é m e rg e nt et sont re g ro u pé s dans la « règle des 3 » et surtout le « CCVMD », l'acro­
nyme où nos p rincipau x m oyens de survie sont listés : conscience, com m unication, vision,
m obilité, dextérité.

Mon o b je c tif est de fo u rn ir une m é th o d e g é n é riq u e qui augm ente vos chances de survie
(ou votre confort, ou vo tre efficacité) p artout, to u t le tem ps, et de vous d o n n e r les pistes et
les outils p o u r progresser dans cette vo ie par vous-m êm e. Les quelques caractéristiques
propres aux m ilieux tels que la m ontagne, la mer, le désert, les zones arides, les forêts tro ­
picales, p o u rro n t être couvertes dans des ouvrages spécifiques.

Ainsi form ulés, les p rin cip e s de pré ve n tio n des risques et les m éthodes de survie délivrés
dans ce livre sont, je l'espère, sim ples. On en vie n t à d é m ystifie r beaucoup de choses. À
transform er certains arts plus ou m oins ésotériques en te chniques basiques, rapidem ent
apprises et aisées à a p p liq u e r. Je souhaite que vous puissiez « m o u rir m oins souvent », et
que to u t le m onde puisse a u g m e n te r son niveau de sécurité (et d o n c de lib e rté !) facile­
m ent e t par lui-m êm e. Parce que « le seul secret, c'est q u 'il n'y a pas de secret ».

Lisez, réfléchissez, pratiquez, partagez e t vivez !

David

www.frenchpdf.com
CHAPITRE 1

LA PYRAMIDE
* L'ATTITUDE

* LES COMPÉTENCES

* LE PHYSIQUE

¥ LES KITS

www.frenchpdf.com
\, r1 l \
V iJ Ji!_

www.frenchpdf.com
LA PYRAMIDE

J i . ,<VM/

— ......... '■ ■• ■-
^ le s k i t s

KIT »»«► le prolongement de nos compétences, ou de notre incompétence.

PHYSIQUE ...-► être un bon 4x4 et pas une formule 1.

C O M PETENCES -»-► savoirs théoriques, savoir-faire, culture générale...

!!! A T T I T U D E !!! »»»♦- envie de vivre, motivation -i- conscience et intelligence.

www.frenchpdf.com
LA PYRAMIDE

Cette pyram ide présente les critères essentiels p o u r survivre.


Plus un é lé m e n t se situe en bas de la pyram ide, plus il est fo ndam ental. Plus il supporte et
perm et à ce qui est au-dessus de lui de tenir.

L'ATTITU D E
A d o p te r l'attitude juste est le plus im p o rta n t de to u t. Ce subtil m élange entre envie de
vivre, m otivation et in te llig e n ce sensible, conscience de l'environnem ent. Ce p e tit rien de
« marche ou crève », mais avec la capacité de m archer dans la bon n e d irection. Notez bien
que l'envie de vivre e t la p e u r de m o u rir sont de u x sentim ents très différents. Tout le m onde,
a priori, a p eur de m o u rir... jusqu'à ce que la m o rt devienne la solution de facilité, quand
la survie d e vie n t plus difficile. Pour avoir vra im e n t envie de vivre, il faut une bonne raison.
Et, paradoxalem ent, c'est g é n é ra le m e n t la raison m êm e p o u r laquelle on est p rê t à mourir.

^LES CO M PÉTENCES
Quand on sait allum er un feu sous la pluie, la vie sous la pluie est m oins pénible. Q uand on
sait com m ent le corps fo n ctio n n e sous stress, on co m p re n d et on adapte. Q uand on sait
que le duvet naturel po m p e l'eau et n'isole plus une fois m ouillé, on le garde au sec et on
survit. Etc. La masse de connaissances et de com pétences p o u r survivre en m ilieu naturel est
infinie. Je creuse le sujet d epuis 35 ans, au bas mot, et j'en apprends encore tous les jours.

* L E P H Y S IQ U E
Une bonne c o n d itio n physique générale est utile p o u r survivre. Pas la peine de tro p se
spécialiser. Un bon 4x4 vaut m ieux q u 'u ne b e lle fo rm u le 1 lorsqu'il s'agit de fo n ctio n n e r
en m ode d é g ra d é ! Une bon n e pré p a ratio n physique générale inclut du travail de force,
de co ordination, de souplesse, de m o b ilité articulaire, d'endurance, de capacité cardio­
respiratoire, d 'é q uilib re , de p ro p rio c e p tio n ... Elle in clu t aussi l'acclim atation au chaud ou
au fro id , l'entretien d'un bon terrain im m unitaire, entre autres.

* LES KITS
C'est-à-dire le m atériel. Tous les o utils du m o n d e ne sont rien de plus que le p ro lo n g e m e n t
de nos com p é te n ce s... ou de notre incom pétence. Posséder un beau scalpel n'a jamais fait
de q u ico n q u e un chiru rg ie n . Et avoir un accès Internet sur un o rd in a te u r puissant ne donne
à personne l'envergure in te lle ctu e lle d'u n prix N obel de physique.

Pour vous préparer à vivre et à survivre, vous devez développer vos compétences dans
chacun de ces quatre domaines. On peut toujours progresser quelque part...

www.frenchpdf.com
CHAPITRE 2

LA REGLE DES 3
¥ 3 SECONDES SANS VIGILANCE

* 3 MINUTES SANS OXYGÈNE DANS LES CENTRES VITAUX

^ 3 HEURES SANS RÉGULER SA TEMPÉRATURE

^ 3 JOURS SANS EAU POTABLE

^ 3 SEMAINES SANS MANGER

* 3 M O IS SANS HYGIÈNE

3 ANS DANS UN E N V IR O N N E M E N T PSYCHOLOGIQUEM ENT TO XIQ U E

www.frenchpdf.com
ri \
îl J 'N

ri ^ 1fj T) \ l
1J i J i i l y j
1

www.frenchpdf.com
La règle des 3 définit nos besoins de base, sur le terrain, en situation de survie, mais aussi
dans la vie de tous les jours (avant qu'une situation ne dégénère). Cette check-list sert à faire
attention aux bonnes choses dans le bon ordre. Com m e to u te bonne check-list elle n'est pas là
pour penser à notre place, mais bien p o u r nous pousser à penser correctem ent. On peut ainsi
l'utiliser en préparant son sac, pour ne rien o u b lie r ou, dans le feu de l'action, p our analyser
la situation point par point. Cette règle des « 3 » est un classique du regretté Ron Hood
(instructeur de survie aux Etats-Unis) que j'ai repris à ma sauce et com plété.

* 3 S E C O N D E S SANS V IG IL A N C E
Ici, on est dans la g e stio n du risque e t la p ré v e n tio n des accidents. C o n crè te m e n t, dans la
nature, o utre les lo u ps-garous e t les vam pires, les chutes d e pierres, branches e t arbres,
et les accidents divers (de varappe, p a rapente, w in g su it, base ju m p , chasse, etc.) restent
souvent m ortels. La p ru d e n c e d e base est un must, s u rto u t en m ilieu e n g a g é ou é lo ig n é .
Pour le reste, l'histo ire est re m p lie d e faits d ivers so rd id e s où des gens n o rm a le m e n t
co m p é te n ts e t in te llig e n ts o n t co m m is des erreurs to ta le m e n t im b é c ile s e t grossières.
C ertaines leur o n t été fatales. Et q u a n d on creuse, on se rend g é n é ra le m e n t c o m p te
qu'un ou plusieurs ont, le jo u r J, altéré le u r vig ila n ce , s'o rie n ta n t eux-m êm es vers des
situations dangereuses, des blessures graves ou la m ort, b ê te et m échante.
Plusieurs facteurs p e u ve n t a lté re r la v ig ila n c e e t la ca p a cité à « être p ru d e n t », d o n t de
très classiques.
► Le stress : un peu de stress a ide à se c o n c e n tre r e t m o b ilis e les ressources in te lle c ­
tuelles. « Trop » de stress p répare, en revanche, à la fu ite ou au c o m b a t p u re m e n t p h y ­
sique. Ce faisant, la circu la tio n sanguine se co n ce n tre a u to u r des g ros g ro u p e s m us­
culaires, des organes n obles (cœ ur, p o u m o n s e t cerveau) e t m o d ifie la p e rc e p tio n en
profondeur. Sous stress, on d e v ie n t plus fo rt, mais s u rto u t plus b ê te e t m oins ca p a b le de
percevoir l'enviro n n e m e n t c o rre c te m e n t ou fin e m e n t. A insi, le stress e t la p e u r so n t des
outils de survie m agn ifiq u e s, mais à d o u b le tra n ch a n t. Ils po u sse n t s o u ve n t à p e rd re cer­
taines des facultés les plus utiles p o u r p ré v e n ir les situations dangereuses. Savoir g é re r et
lim ite r son stress est in d ispensable.
► La dynam ique de groupe : un g ro u p e est g é n é ra le m e n t b e a u c o u p plus id io t q u e le
plus id io t de ses m em bres ; la d y n a m iq u e d e g ro u p e - où les rôles e t re sp o n sa b ilité s de
chacun sont mal dé fin is - est l'une des causes classiques d 'a ccid e n ts to u t à fa it stupides.
Par exem ple : le je u n e c o p ilo te qui v o it le vieux p ilo te ch e vro n n é c o m m e ttre une é n o rm e
erreur, mais qui n'ose pas le lui dire. O u le g ro u p e d e ra n d o n n e u rs q u i suit son g u id e
aveuglém ent, sans jam ais re g a rd e r la carte, e t se re tro u ve en très fâcheuse p o stu re q u a n d
le g u id e en questio n fa it un malaise.

www.frenchpdf.com
► La fatigue : avec q u e lq u e s heures de d é fic it de so m m e il, la m é m o ire à co u rt term e
périclite e t la capacité d e ra iso n n e m e n t la su it d e près. Savoir d o rm ir n 'im p o rte où et
n 'im porte qu a n d , p o u r la désorm ais cé lè b re m icrosieste, est une a p titu d e inestim able
pour m a in te n ir son p o te n tie l d e survie.
► Le chaud et le froid : en h y p e rth e rm ie ou en h y p o th e rm ie , le Q l est g é n é ra le m e n t
inférieur à la p o in tu re d e ses chaussures. Savoir rester en c o n fo rt th e rm iq u e est un atout
majeur.
► La déshydratation : la ca p a cité d 'a tte n tio n se dessèche en m êm e te m p s q u e le corps !
► Les psychotropes divers : alcool, m éd ica m e n ts, d ro g u e , to u te substance p ouvant m o ­
difier l'état de conscience ou a lté re r la v ig ila n c e est à tra ite r avec b e a u co u p de précaution
en m ilieu naturel où, de fait, la sé cu rité ne d é p e n d q u e d e soi.
► L'anoxie ou la narcose : en haute a ltitu d e , le cerveau m a n q u e parfois d 'o xygène e t la
conscience s'altère. À l'inverse, sous l'eau, sous les 25 mètres, la narcose des p ro fo n d e u rs
guette. Dans ces m ilieux, les p ro c é d u re s e t le m atériel visant à p a llie r une mauvaise v ig i­
lance sont indispensables.

* 3 M IN U T E S SANS O X Y G È N E D A N S LES CENTRES V IT A U X


On est ici dans le dom a in e des prem iers secours et de la m édecine d'urgence, qui seront
traités dans un chapitre spécifique. Ce p o in t de la check-list devra vous faire penser à
l'oxygénation de vos centres vitaux et de to u t ce qui y servira, du pansem ent com pressif à la
qualité de l'air que vous respirerez, en passant par votre adrénaline si vous êtes allergique
aux piqûres de guêpes, ou par le rem plissage de vos b o u te ille s si vous partez en plongée
spéléo. En m ilieu confiné, les systèmes de chauffage pro d u isa n t du m onoxyde de carbone
seront ég a lem e n t couverts par ce p o in t de la règle des 3.

www.frenchpdf.com
^ 3 HEURES SANS RÉGULER SA TEM PÉR A TU R E
C'est ce qui, statistiquem ent, tu e le plus en m ilieu naturel, d ire c te m e n t ou indirectem ent.
Il suffit souvent d'une perte de m o b ilité (blessure, épuisem ent) p o u r que l'hypotherm ie
mette échec et m at rapid e m e n t. C'est le co u p classique, en m ontagne en hiver...
Mais on m eurt aussi d 'h y p o th e rm ie la nuit, en été. Sous les 15 °C, sans b o u g e r et sans
vêtem ents chauds, on p e u t m o u rir de fro id . C'est un peu id io t, mais c'est la triste réalité que
dém ontrent les statistiques.

^ 3 JO U R S SANS EAU POTABLE


Savoir tro u ve r de l'eau e t la rendre p o ta b le est une co m p é te n ce inestim able en m ilieu
naturel. Le m anque d'eau est rarem ent dire c te m e n t responsable de décès en m ilieu naturel,
mais les effets secondaires de la déshydratation, en revanche, pourrissent la vie et tu e n t à
petit feu. Par ailleurs, le co u p de chaleur est causé, très souvent, par une décom pensation
du corps pro vo q u é e par le m anque d'eau. En s'hydratant suffisam m ent, on le prévient !

* 3 S E M A IN E S S A N S M A N G E R
Le corps sait jeûner. Et s'il ne sait pas le faire, il sait ap p re n d re . Trouver à m anger reste une
question secondaire, su rto u t si, en te m p s norm al, on jo u it d'u n e bonne santé générale ac­
com pagnée d'une alim entation variée, é q u ilib ré e et de bon n e qualité.

* 3 M O IS SA N S H Y G IE N E
Le lavage des mains a p ro b a b le m e n t sauvé plus de vies, dans l'histoire de l'H um anité, que
la m édecine (certains pourraient, à juste titre, affirm e r que c'est la m édecine qui a c o n d u it
l'H um anité au lavage des mains, mais bon, vous m'aurez com pris !). L'hygiène prévient la
transm ission de nom breuses m aladies. Et une peau p ro p re s'infectera m oins souvent.

* 3 ANS DANS UN EN V IR O N N E M E N T PSYCHOLOGIQUEMENT TOXIQUE


Problème de riche, com m e j'aim e le dire en plaisantant, mais p ro b lè m e bien réel qui entam e
l'envie de vivre et, par conséquent, la capacité à survivre la plus fo n dam entale. Prendre soin
de sa psyché e t de soi-m êm e, de m anière générale, est p ro b a b le m e n t la prem ière des
préparations à la survie.

www.frenchpdf.com
CHAPITRE 3

LES 5 (MOYENS) ESSENTIELS


POUR (SUR)VIVRE
* ÇA, ÇA VAUT MILLE DOLLARS !
☆ Conscience
☆ Communication
☆ Vision
☆ Mobilité
☆ Dextérité

www.frenchpdf.com
www.frenchpdf.com
Une analyse de « c o m m e n t les gens m e u re n t » en m ilieu naturel com m e ailleurs p e rm e t
d 'id e n tifie r ra p id e m e n t 5 p oints critiques. Ces 5 « o utils d e base » d e l'être hum ain exposé
aux élém ents sont fo n d a m e n ta u x p o u r assurer sa vie e t sa survie. Si on en p erd un, ou si on
en vo it un être mis en péril p a r un évènem ent, on bascule g é n é ra le m e n t vite en situation
de survie.

* ÇA, ÇA V A U T M ILLE D O LLARS !


À l'inverse, plus on p ro tè g e et plus on renforce ces o utils essentiels, plus on arrive à m ettre
des chances de son côté p o u r bien vivre et survivre sur le terrain.
Une phrase m n é m o te ch n iq u e p e rm e t de se souvenir de ces « 5 essentiels » : « Ca, ça vaut
m ille dollars ». En plus b re f : « CCVMD ».

* C O N S C IE N C E
Point te lle m e n t critique qu'on le place dans toutes les check-lists, car la conscience et la
vigilance sont indispensables. La conscience, c'est à la fois la capacité à être a tte n tif à son
environnem ent et à soi-m êm e. En am o n t : p re ndre les infos utiles avant d'être au pied du
mur. Pendant : observer l'environnem ent, ses changem ents, ses lois, ses dangers et ses
opportunités... La conscience, c'est aussi être a tte n tif à son p ro p re état et à celui des autres :
est-ce que je suis fatigué ? stressé ? Est-ce que je sens encore mes orteils ou est-ce qu'ils
com m encent à ge le r ? C om bien me reste-t-il d'eau ? C om m e n t va Julie, la plus légère du
groupe ? Est-ce qu'elle a fro id ? C om m e n t se porte Robert, un peu e n ro b é et pas très s p o rtif?
Pas tro p essoufflé ? Pas tro p déshydraté à force de tra n sp ire r plus que les autres ? Etc. Bref,
globalem ent, être attentif, vigilant, conscient. Il n'y a pas vraim ent de recette m iracle p o u r
dé ve lop p e r cette conscience, à part l'entraînem ent m ental et l'expérience bienveillante. Et
éviter to u t ce qui pourra lui nuire : laxisme, psychotropes, fatigue, stress, etc.

¥ C O M M U N IC A T IO N
La com m unication est la base in co n to u rn a b le de la co o p é ra tio n . Elle p e rm e t de d e m a n d e r
ou d 'o ffrir de l'aide. En te m p s norm al, p o u v o ir c o m m u n iq u e r cla ire m e n t (et d o n c suffisam ­
m ent maîtriser les codes ; verbal, paraverbal, co d e morse, langue locale, etc.) représente
un atout p o u r fonctionner. En situation d 'urgence, un m oyen de c o m m u n ica tio n est sou­
vent le seul lien avec les secours. Le té lé p h o n e p o rta b le fa cilite é v id e m m e n t b e a ucoup les
échanges, mais il ne passe pas p artout. Le té lé p h o n e satellitaire, lui, a une fia b ilité assez re­
lative. D'autres moyens plus « low tech » et à p o rtée m o in d re existent (signaler sa présence,
etc.). Assurer ses moyens de co m m u n ica tio n est l'un des 5 essentiels en survie, e t dans la
vie courante.

www.frenchpdf.com
V IS IO N
Inutile de vous dire à qu e l p o in t la vision, p o u r un Honno sapiens, est vitale. De nombreuses
situations d 'u rg e n ce co m m e n ce n t ou s'aggravent à cause d'u n e vision défaillante : perte
des verres correcteurs, panne de lam pe de poche, b ro u illa rd qui se lève, blessure aux
yeux... P rolonger et p ro té g e r en to u t te m p s sa vision est un ato u t majeur. En m ilieu isolé,
la privation de la vision (to u t ou partie) m arque g é n é ra le m e n t le d é b u t des ennuis sérieux,.

% M O B IL IT É
Je parle de la capacité de se d é p la c e r du p o in t A au p o in t B. Pour ce faire, un appareil
locom oteur qui fo n ctio n n e est très utile. Mais de bonnes chaussures, un sac à dos léger,
une bo m b e anti-crevaison, des te ch n iq u e s d'escalade, de natation, de franchissem ent...
une bonne capacité à s'orienter e t à naviguer... p e rm e tte n t aussi de p ro lo n g e r la m obilité.
Plus généralem ent, de l'argent, un passeport et un b ille t d'avion sont des gages de m o b ilité
im portants aussi. Bref, ce p o in t des 5 essentiels d o it vous p o rte r à réfléchir sur vos dé p lace ­
ments et votre capacité à vous déplacer.

* DEXTER ITE
La dextérité est ce qui a perm is à notre espèce, p lu tô t faible, chétive, pas très rapide ni très
robuste, de survivre à tro is ères glaciaires, de m a n g e r du m a m m o u th ... et de saccager de
bonnes parties de son p ro p re b io to p e . Je parle de notre capacité à utiliser et à transform er
notre en viro n n e m e n t p o u r su b ve n ir à nos besoins (voir la règle des 3 I). Tout ce qui nuit à
ma d extérité est à proscrire : blessures aux mains, gelures, hypo th e rm ie , stress, etc. Tout
ce qui p ro lo n g e ma de xté rité ou l'am plifie représente un ato u t m ajeur : le sens de la d é ­
brouille, bien sûr, et le fa it de savoir « faire plus avec m oins », mais aussi quelques outils de
base : un outil coupant, de la fice lle , du d u ct tape, une pince m ulti-outils, du d é g rip p a n t et
du fil de fe r... e t des gants.

Si ça bouge et que ça ne devrait pas >»-► duct tape.

Si ça ne bouge pas e t que ça devrait W D -4 0 * !

*WD-40 : huile pénétrante, protégeant le métal de la rouille et de la corrosion, libérant les mécanismes bloqués.

www.frenchpdf.com
CHAPITRE 4

DEFINITION
l'UNE SITUATION DE SURVIE
* QUELQUES CAS DE MISE EN SITUATION DE SURVIE

www.frenchpdf.com
■ O M J B I ' y î . ÿ ':
: ? r n I ■ i y n § KJ'

>?>-• ;Jd
■■ '- - . - J ''- ', ' > ■ •'
'^ ^ V ,
. ' ■'‘S ,.

' ''' /', 'VJ"


't '- '

■' ^ ’’ 'k : '


■ ■ 3 ’^ ^ v - i/ v '''’ # " ' '

■; ■
J #
' . ' . ' ■ i ' : ' - ; f * / / 4 # '

> ■ /'

. ■ . à
■’ ï ; ' - “
.:■J,'ÏÈ -.'-
• '‘ ;- ■ 1 ' ' v \ . \ 1 \ i f i i i f ' '- '
V ilM / / J F r ^ .

www.frenchpdf.com
Qu'est-ce qu'une situation de survie ? S im plem ent, une situation où notre vie est menacée,
bien sûr. Mais co m m e n t la reconnaître sur le terrain ? C om m ent, idéalem ent, la prévenir, la
voir arriver, et réagir avant que ça ne de vie nn e c o m p liq u é ?

^ Q U ELQ U ES CAS DE M IS E EN S IT U A T IO N DE SURVIE

En situation de survie, l'un de nos besoins ou l'un de nos 5 « essentiels » est menacé ou perdu :
► Je n'ai plus d'oxygène qui arrive à m on cerveau ? situation de survie.
► Je n'ai plus d'eau et je ne sais pas où en tro u v e r ? situation de survie.
► Je suis au m ilieu de nulle part e t j'ai p e rdu ma m o b ilité ? situation de survie.
► J'ai perdu mes lunettes, je n'arrive plus à lire ma carte et je ne sais plus com m ent faire
pour rejoindre le point d'eau que je visais ? exemple typique d'une situation de survie où
plusieurs éléments se combinent, comme aux échecs, pour tenter de me mettre « échec et mat».

Comment s'en sortir ? Toujours en se rabattant sur un autre « essentiel » :


conscience, com m u n ica tio n , vision, m o b ilité , d e xté rité : souvenez-vous.

► Plus de m o b ilité ? J'utilise la co m m u n ica tio n p o u r a p p e le r à l'aide.


► Lunettes cassées ? J'utilise ma d e xté rité p o u r les réparer. Pour cela, j'aurai pris soin d e ma
régulation th e rm iq u e e t de m on niveau d e stress p o u r préserver ma m o tric ité fine.
► Plus capable de ré g u le r ma te m p é ra tu re parce que le te m p s a changé ? Je me rabats sur
ma m o b ilité e t ma co n d itio n physique p o u r re jo in d re un refuge chauffé, en fo rç a n t un peu.

Tout est lié. Et quand on co m p re n d bien la puissance de ces deux « check-lists » de la règle
des 3 et des 5 essentiels, on arrive à re p re n dre pie d p o u r réfléchir plus facilem ent.

Il reste toujours des solutions, sauf si on abandonne.

www.frenchpdf.com
www.frenchpdf.com
CHAPITRES

LES PROFONDEURS
* (SUR)VIVRE AVEC LA PEUR ET L'INCERTITUDE

* TOUT SE JOUE EN NOUS : DÉVELOPPER ET PROTÉGER SA VIGILANCE


☆ Prioriser
☆ L'entraînement de l'esprit

^ FACTEURS ALTÉRANT LA VIGILANCE


☆ Manque de sommeil
☆ Psychotropes divers
☆ Hypothermie et hyperthermie
☆ Déshydratation
☆ Effets de groupe
☆ Mauvaise évaluation des risques et ignorance

« L A PEUR ET LE STRESS

« LE CONDITIONNEMENT

« GERER LE STRESS
☆ Mitiger les effets du stress
iîr Fonctionner malgré le stress

www.frenchpdf.com
\

\, r \ r
J
J jJ J
_j
r ^■P ■ j
P \
'4J J .

www.frenchpdf.com
Les situations de survie, les vraies, sont des m om ents vra im e n t uniques. Terribles, e t en
mêm e tem ps assez fascinants. Q uand l'in té g rité physique ou la survie sont m enacées, on
se trouve p lo n g é dans des m om ents é m o tio n n e ls extrêm es, vo ire des états d e conscience
altérée, exacerbée. Ces m om ents e xceptionnels a lim e n te n t d e p u is la n u it des te m p s le
folklore guerrier, autant que certains aspects du m ysticism e ou de la sp iritu a lité .
C ôtoyant la m ort, on ressent souvent la vie avec une acuité e t une intensité extrêmes.

* (S U R )V IV R E A VEC LA PEUR ET L 'IN C E R T IT U D E ...


Dans ces situations hors du com m un, on s'approche d e ses lim ites ultim es. Lim ites de résis­
tance, de volonté, d 'a d a p ta b ilité m entale e t physique. Pour c o n tin u e r à avancer, le corps,
poussé dans ses retranchem ents les plus absolus, d é p e n d souvent d e l'esprit. Et c'est sou­
vent la volonté de vivre et une a ttitu d e inflexible, bien plus que la p e u r de m ourir, qui fe ro n t
la différence dans ces instants où la m o rt p e u t d e ve n ir une issue confortable.

La différence ultim e entre ceux qui survivent e t ceux qui m eu re n t tie n t b e a u co u p plus de la
posture mentale, dans ses états intérieurs, que de to u t le reste. On a vu des colosses suren­
traînés et suréquipés s'effondrer à la prem ière vraie d ifficu lté . On a aussi vu des gam ines
chétives et sans la m o in d re expérience de terrain survivre à des situations c o m p lè te m e n t
infernales, grâce à un recul et une vo lo n té de vivre fo rça n t l'adm iration.

La survie, de fait, est une aventure intérieure.

www.frenchpdf.com
D'une posture m entale où l'on affirm e son d ro it le plus absolu à la vie d é co u le n t de nom ­
breux choix et attitudes. De la conscience de l'existence de situations to ta le m e n t extrêmes
émergera un ensem ble de solutions to u t aussi extrêmes, e n tiè re m en t basées sur l'efficience
et affranchies du fair-play. Il ne s'agit pas d'u n e a p p ro ch e sportive ou lud iq u e . On n'est plus
dans la beauté du geste ou la recherche esthétique. O n est b ru ta le m e n t plongés dans la
recherche de résultats, avec des o b je ctifs très très concrets : vivre, rester entier, revenir.
Et il n'y a pas de seconde place, en survie. Il n'y a pas de classement. Il y a tous les gagnants...
et ceux qui m eurent. C'est p o u rq u o i il n'y a pas de règles, pas de lim ites à la créativité, pas
de frein à l'efficience.
Un adage d it « Toujours tricher, to u jo u rs g a g n e r ». Voilà qui résum e bien l'esprit de la chose
qui consiste à se lib é re r to ta le m e n t des carcans m entaux et à rechercher la solution facile et
efficace. Si on force, c'est souvent sim p le m e n t parce qu'on ne « trich e » pas assez, que l'on
n'utilise pas p le in e m e n t to u te s les ressources et to u s les leviers disponibles. Dans le cas de
force m ajeure que repré se nte n t l'in c e rtitu d e e t le d a n g e r extrêm e, nous avons le d ro it et le
devoir de survivre par to u s les m oyens. Ou presque.

* T O U T S E J O U E EN N O U S : D ÉVELO PPER ET PROTÉGER SA V IG IL A N C E


La nature n'est pas hostile. Elle n'est pas com plaisante, to u t sim plem ent. Et p o u r des cita­
dins habitués au co n fo rt et à la sécurité d'u n service p u b lic om niprésent, cela change beau­
coup de choses. À com m e n ce r par le niveau d e vigilance et de conscience nécessaires
pour fo n c tio n n e r sans m o u rir b êtem ent.
Le p o in t de bascule entre une joyeuse activité nature e t l'enfer qui se déchaîne est souvent
en nous. Dans notre p ro p re inconscience, notre p ro p re incapacité à rester présents à l'en­
vironnem ent, à ses changem ents, aux risques e t aux dangers qui lui sont inhérents. Dans
notre p ro p re o u b li de sentir notre état physique ou é m o tio n n e l qui se m odifie, égalem ent.
Une fois p lo n g é dans l'enfer et l'in ce rtitu d e , une fois en situation d e survie, quasim ent to u t
se jo u e en nous. N otre capacité à retrouver de la conscience, à reprendre contact avec nos
propres capacités et lim ites, et avec la réalité de l'environnem ent, perm ettra de chercher et
de tro u ve r des solutions viables p o u r survivre et rentrer. Entiers, si possible.
Les gros muscles, les grands couteaux, les looks de b a ro u d e u r et les regards durs ne
servent à rien sans cette conscience. Et p o u r qu 'e lle existe, un m inim um de calme, de recul
et de co n trô le de ses pensées est indispensable.
Voyons un peu co m m e n t faire de l'esprit un o u til efficace p o u r survivre et co m m e n t le p ro ­
té g e r des facteurs qui ré d u iro n t son efficience en situation de survie.

☆ Prioriser
Dans un e n vironnem ent non com plaisant, s'accrocher, investir de l'énergie m entale dans la
résolution de faux pro b lè m e s (par conséquent, n é g lig e r les vrais) reste la m anière la plus
sûre de m ourir. Une bon n e connaissance du m ilieu aidera fo rcé m e n t à centrer l'attention

www.frenchpdf.com
sur les priorités, mais ne suffira pas. Il fa u t aussi savoir se servir co rre cte m e n t de son im a­
ginaire. Savoir te n ir son e sp rit en laisse, le co n tra in d re à rester fixé sur les o b je ts utiles, le
convaincre de lâcher tous les fantôm es q u 'il p o u rsu it en vain. Penser moins, mais mieux. Et
sans cesse revenir au concret : « ici, e t m aintenant, je fais ça ». Poursuivre to u s ces fantôm es
(scénarios catastrophes, doutes, in certitudes q u a n t à l'issue d'u n e situation) est non seule­
m ent vain p o u r tro u v e r des solutions, mais g é n é ra te u r d'u n stress s u p p lém e n ta ire d o n t on
peut généralem ent se passer dans une situation déjà d ram atique. Ainsi, com m e le p ré co ­
nisait M yam oto Musashi il y a déjà fo rt lo n g te m p s, il fa u t a b a n d o n n e r l'issue et être p le in e ­
m ent présents dans le geste. Q uasim ent to u t se jo u e là. Dans la vie com m e dans la survie.

☆ L'entraînement de l'esprit
C om m e dans tous les dom aines, p o u r arriver à e x p lo ite r c o rre cte m e n t son e sp rit en si­
tuation extrêm e, il faudra l'avoir préparé lo n g te m p s avant. Nos réactions e t notre habileté
à conduire notre engin m ental sont dé te rm in ée s en partie par des facteurs innés, mais
surtout par l'entraînem ent. De nom breuses te ch n iq u e s existent, mais to u te s reviennent aux
mêm es principes :
• entraîner l'esprit à se centrer sur un p o in t précis ;
• entraîner l'esprit à rester centré lo n g te m p s sur ce p o in t ;
• s'entraîner à dé te cte r p ré co ce m en t les m om ents où l'esprit glisse vers un autre o b je t...
et à le recentrer.

A cette fin, n 'im p o rte q u e lle te c h n iq u e de m é d ita tio n /p le in e conscience, selon vos p ré ­
férences, convient : vous con ce n tre r sim p le m e n t sur un o b je t p e n d a n t une p é rio d e d o n ­
née constitue déjà un excellent travail de base. Peu im p o rte vo tre choix, ta n t que cela ne
dem ande pas de réflexion : le m o u ve m e nt de vo tre respiration, vos mains qui lavent la
vaisselle, vos pieds qui fo u le n t le sol, ou un repère visuel... M ille fo is vo tre e sp rit glissera,
et m ille fois vous reviendrez vers l'o b je t sur lequel vous vous concentrez. Ce faisant, vous
entraînerez votre e sp rit à rester conscient et stable. Et com m e c'est notre im aginaire d é b o r­
dant qui provoqu e gé n é ra le m e n t b e a ucoup de stress inutile, en p ra tiq u a n t régulièrem ent,
vous verrez que m ieux « te n ir » vo tre e sp rit pourra a m é lio re r votre q u a lité d e vie, d im in u e r
votre niveau de stress, vous rendre plus ada p ta b le , et ainsi p ré ve n ir un bon nom b re de
situations urgentes.

Ainsi que le d it l'adage zen, « q u a n d je m ange, je m ange, q u a n d je dors, je dors »...

* FACTEURS A LTÉR A N T LA V IG IL A N C E
Plusieurs facteurs sont susceptibles d 'in flu e n c e r l'état de conscience et la vigilance. C er­
tains peuvent deve n ir des causes d 'a ccid e n t ou d'erreurs coûteuses. D'autres sont des fac­
teurs aggravants, p rovoqués par des erreurs préalables, et qui c o n trib u e n t à nous e n foncer

www.frenchpdf.com
www.frenchpdf.com
plus loin dans les abysses d'u n e situation déjà critiq u e . Dans to u s les cas, avoir conscience
de ceux-ci perm e t d 'y être attentif, de p ré ve n ir e t de g é re r leurs effets, le cas échéant.

☆ Manque de sommeil
Après seulem ent qu e lqu e s mauvaises nuits, les capacités co g n itives sont fo rte m e n t alté­
rées. Le som m eil étant nécessaire p o u r é lim in e r les in fo rm a tio ns inutiles de la m ém oire, la
prem ière fo nction à d é clin e r p e n d a n t les phases d 'h y p o s o m n ie est la m ém oire d e travail.
Cette m ém oire à c o u rt term e, in d ispensable p o u r réaliser des tâches m êm e très sim ples,
se trouve saturée et ne p eut plus stocker de nouvelles données. Ainsi, on p erd litté ra le m e n t
des données im portantes, com m e l'e n d ro it où l'on a d é p o sé son couteau, ou dans q u e lle
poche on a rangé sa boussole. On perd to u t, on o u b lie to u t, on patauge, et on est m oins
efficace. Mais des solutions existent :

► Soigner son confort et prendre soin de soi : on reconnaît les gens ine xp érim e n té s à
leur propension à n é g lig e r leur co n fo rt e t leurs te m p s de repos, alors que les gens ex­
périm entés - ayant l'h u m ilité de reconnaître leurs lim ites, d o n c - savent l'im p o rta n ce de
prendre soin de leur corps et de leur e sp rit p o u r durer. Ainsi, j'ai vu un de mes amis, o fficie r
issu du rang dans la Légion étrangère, cap a b le de to lé re r les co n d itio n s de vie les plus
insupportables et ayant pataugé dans les théâtres les plus e n gagés de ces deux dernières
décennies, sortir un p e tit o re ille r g o n fla b le et un d ra p de soie d e son sac à dos, un soir de
bivouac, avec un plaisir non d issim u lé ... Le ventre p lein, les d o ig ts de pieds en éventail, il
s'est allongé et tre n te secondes plus tard il ro n fla it com m e une m o to russe. Le repos est
une arm e...
« Dors quand tu peux, m ange q u a n d tu p e u x » est une règle valable en situation engagée.
Profiter de chaque instant de récupération possible p e rm e t de m a in te n ir sa capacité de
travail et d'attention à un niveau le plus élevé possible p e n d a n t les phases où les nuits sont
hachées ou inexistantes. Aussi, vous entraîner à vous e n d o rm ir n 'im p o rte où e t vite est une
com pétence réelle m e n t utile en contexte d é g ra d é , ou p o u r les phases d'activité intense.
Pour aller plus loin ;
http://\w w w .ceets.org/le-som m eil-polyphasique-la-toute-puissance-de-la-m icro-sieste/

► Mettre en place des procédures simples et les appliquer de manière systématique : à


cause du m anque de som m eil, du stress ou sim p le m e n t de la nécessité de penser à autre
chose, dans le feu de l'action, on ne p e u t pas to u jo u rs ré fléchir dans le d é ta il à ce que l'on
fait. C om m e le m ille-pattes qui, p o u r avancer, n'a pas conscience de chacun de ses pas,
nous avons besoin de p o u v o ir agir sans penser à l'enchaînem ent de nos actions.

Des procédures gén é riq u e s p o u r les p o te n tie lle s tâches im p o rta n te s ou récurrentes sur le
terrain s'avèrent un ato u t énorm e, su rto u t en m o d e d é g ra d é . Toujours a llu m e r son feu avec
le m êm e m atériel et en suivant les m êm es procédés, to u jo u rs ra n g e r son sac de m anière
id entique et dans le m êm e ordre, to u jo u rs avoir les m êm es o utils au m êm e e n d ro it sur

www.frenchpdf.com
www.frenchpdf.com
soi... C et ensem ble de principes p e rm e t de lib é re r d e la m ém oire de travail et de fo n c ­
tionner, y com pris lorsque réfléchir est devenu d ifficile . La sim p licité vie n t avec la pratique.

☆ Psychotropes divers
C'est-à-dire alcool, azote/narcose des p rofondeurs, m é d ica m e n ts/a n tid o u le u rs puissants,
et to u t p ro d u it altérant le fo n c tio n n e m e n t des neurones.
On a tendance à largem ent sous-estim er les m o d ifica tio n s du fo n c tio n n e m e n t cérébral.
La vigilance étant une fo n ctio n du cerveau, elle d é clin e souvent en m êm e te m p s que les
autres fonctions. En p lo n g é e sous-m arine, c'est souvent le b in ô m e le m oins a tte in t par la
narcose des profo n d e u rs qui sauve la palanquée d'u n e erreur grossière, en assistant (par­
fois d'autorité) un p lo n g e u r qui perd ses repères. L'expérience aidant, on arrive à sentir les
altérations des capacités plus fin e m e n t e t d 'y ré agir à tem ps.
Pour le reste, une anticip atio n des effets des p ro d u its consom m és (n o ta m m e n t sur la capa­
cité à se réveiller si on a fro id , dans le cas des opiacées ou de fo rte s doses d 'a lco o l) est in­
dispensable : adaptez les activités e t les stratégies en fo n ctio n d e vos capacités (exem ple :
ne conduisez pas, n'exécutez pas de tâches à risques d e m a n d a n t de la c o o rd in a tio n ou des
réflexes, etc.).

☆ Hypothermie et hyperthermie
Les variations im portantes de te m p é ra tu re centrale co rp o re lle o n t des effets majeurs sur
les capacités cognitives. Sous une te m p é ra tu re centrale d'environ 35 °C, e t au-dessus
d'environ 39 °C (les sensibilités personnelles varient un peu), nous som m es g lo b a le m e n t
beaucoup m oins vigilants. Le fro id aura des effets sur la psyché assez sim ilaires à ceux du
stress. La chaleur entraînera des conséquences parfois surprenantes : lé th a rg ie ou apathie
d'abord puis, arrivé à un certain seuil, des co m p o rte m e n ts c o m p lè te m e n t incohérents
(irritabilité, perte de repères, hyperactivité, voire h a llucinations...). Parvenir à conserver une
tem pérature centrale la plus stable possible sur le terrain est l'une des plus indispensables
com pétences et le gage d'u n e expérience a gréable en o u td o o r.

☆ Déshydratation
La déshydratation am enuise à peu près to u te s les capacités physiques et m entales. Résis­
tance au froid, capacité de tra n s p o rt d'oxygène, résistance à la chaleur... et aussi capacités
cognitives. Elle représente un fa cte u r aggravant g lo b a l e t une m anière certaine de perdre
de précieux points de Ql. Pour d o n n e r un o rd re de g ra n d e u r ap p ro xim a tif, une déshydrata­
tion de 2 % prive d'environ 10 % des capacités mentales et physiques.
Cinq pour cent de déshydratation (classique après une journée de marche) et ce sont 25 % des
capacités qui sèchent. Rester bien hydraté en perm anence est une assurance de confort et de
sécurité sur le terrain.

www.frenchpdf.com
r
☆ Effet de groupe
Les interactions, non-dits, mauvais partages des tâches et des responsabilités, ou l'absence
de procédures claires au sein des groupes, sont souvent un fa cte u r de risque im portant
sur le terrain, La pression sociale ainsi que la d ilu tio n des responsabilités (effet bien connu
qui veut que chaque m em bre du g ro u p e se sente seulem ent p o rte r une p e tite partie de
la responsabilité des actions du g ro u p e ) favorisent é g a lem e n t des com portem ents très
inadaptés et parfois dangereux.
Un g ro u p e qui fo n ctio n n e bien est une force. Un g ro u p e d ysfonctionnel p e u t s'avérer très
dangereux p o u r lui-m êm e ou p o u r son e nvironnem ent. Prendre un b re f m om ent p our
parler de l'organisation du g ro u p e e t rendre son fo n c tio n n e m e n t explicite p e rm e t souvent
d'éviter de nom breux problèm es.

☆ Mauvaise évaluation des risques et ignorance


Tout le m o n d e connaît le vieil adage « La p e u r n'exclut pas le d a n g e r ». On reconnaît g é ­
néralem ent les gens expérim entés au fa it q u'ils cra ig n e n t les dangers réels et qu'ils savent
sereinem ent o u b lie r le reste. O n d é te cte fré q u e m m e n t les vieux baroudeurs à leur respect
pour la pluie, à leur pru d e n ce lors des choix d'itinéraires, ou à leur attention aux détails lors
des phases préparatoires d 'u n e sortie, m êm e relativem ent peu engagée. Ils savent que l'on
peut réaliser des choses extraordinaires en s'y pre n a n t b ie n ... e t que l'on p e u t aussi m ou­
rir très bêtem ent. Une p ro fo n d e conscience des risques p e rm e t d 'a n ticip e r correctem ent.
Cela s'acquiert par l'expérience, e t se p erd par la n égligence.

* LA PEUR ET LE STRESS
La peur, le stress e t l'adrénaline sont des réalités inhérentes aux situations d'urgence. Ceux
qui p ré te n d e n t ne pas avoir p e u r qu a n d leur in té g rité c o rp o re lle est incertaine sont soit des
menteurs, soit des inconscients... soit des m enteurs inconscients.
Et m êm e si certaines personnes p a rticu liè re m e n t insensibles au stress existent, le com m un
des m ortels se retrouve souvent dans des circonstances où il é prouve la peur, le stress, et
surtout leurs effets im po rta n ts sur les capacités. Il fa u t en être conscients ; sous stress, nos
capacités CHANGENT.
Le stress est apparu très tô t au cours de l'évolution des espèces. Il s'est révélé salutaire p our
la survie dans des contextes extrêm es et face à des m enaces physiques très banales et b ru ­
tales. Pouvoir m o b ilise r ra p id e m e n t et intensém ent des ressources p o u r fu ir ou com battre
faisait la différence en m atière d'espérance de vie. Les in d ivid u s dotés de ces a ptitudes ont
survécu plus souvent que les autres, jusqu'à ce que ce tra it devienne com m un à de n om ­
breuses espèces.
C ependant, il est im p o rta n t de c o m p re n d re que le stress est une réponse géné riq u e du
corps, et que cette réponse, souvent bien adaptée, se révèle parfois to ta le m e n t contre-
productive. Dans une situation où la précision e t la finesse seront la bonne solution, le

www.frenchpdf.com
stress d evient un handicap : l'expérience, com m e la recherche, d é m o n tre qu'un hum ain
stressé est un humain :
• fo rt mais m aladro it : perte de m o tricité fin e au p ro fit de la g ra n d e m o tric ité e t de la puis­
sance musculaire ;
• d o n t l'esprit et les sens se focalisent sur un seul o b je t à la fois (vision tunnel, exclusions
auditives, etc.) ;
• qui acquiert une inertie m entale im p o rta n te : il a d o p te ra une lig n e de c o n d u ite e t s'y
tiendra, parfois m êm e si c'est une im m ense bêtise. S'il marche, il marchera. S'il ne fa it rien,
il sera d ifficile de le m ettre en m ouvem ent, etc.

☆ Les effets de l'adrénaline


L'adrénaline e t les mécanismes qui c o m p o se n t le stress p e rm e tte n t de m o b ilise r des res­
sources intéressant différentes capacités.

La motricité lourde
Sous l'effet de l'adrénaline, les capillaires e t les vaisseaux sanguins p é rip h é riq u e s se
contractent, alors que les grosses a utoroutes sanguines qui irrig u e n t les grands g ro u p e s
musculaires se d ila te n t p o u r y p e rm e ttre un afflux m assif de ressources é n e rgétiques. La
contractilité des muscles augm e n te en m êm e tem ps, e t l'on d e vie n t plus fo rt et plus rapide,
mais m oins précis dans les gestes. Par conséquent, la m o tricité fin e se d é té rio re assez
vite au p ro fit des grands m ouvem ents sim ples : courir, g rim p e r, a g rip p e r, m ordre, sauter,
frapper...

La concentration sur un point unique


A l'époque où nous étions des m am m ifères très très sim ples d'esprit, être am enés à se
concentrer sur une menace et ne pas la p erdre de vue présentait un avantage considérable.
Ainsi, le stress a p o u r effet de nous focaliser c o m p lè te m e n t sur un seul o b je t et, donc, de
né g lig e r to u t le resté. Un effet secondaire é vid e n t ém erge de cette fo n c tio n du cerveau :
notre perception du m onde d e vie nt très étroite.
O utre la bien connue « vision tu n n e l » qui lim ite la vision p é rip h é riq u e , des exclusions
auditives sont m onnaie courante ; le cerveau trie les sons et ne laisse filtre r que ce qui
concerne la menace identifiée, par exem ple.

La persévérance
L'un des facteurs clé de la survie de nos lointains ancêtres éta it to u t sim p le m e n t de
persévérer dans leur action ; co n tin u e r à co m b a ttre m êm e blessés, c o n tin u e r à co u rir m êm e
épuisés, continuer à g rim p e r m êm e poursuivis, co n tin u e r à ne pas b o u g e r m êm e qu a n d le
tig re à dents de sabre s'a p p ro ch a it... L'hésitation et la réflexion é ta ie n t souvent m ortelles :
il fallait prendre une o p tio n et s'y tenir. C'est p o u rq u o i l'évolution a sélectionné les in d ivid u s

www.frenchpdf.com
qui, sous stress intense, p e rd a ie n t to u t sens d e l'hésitation et co n tin u a ie n t coûte que coûte
leur action, ou leur inaction to ta le , leur im m o b ilité {utile p o u r se cam oufler), etc. C'était
alors souvent la bonne c o n d u ite à a d o p te r... Or, quand il s'agit de s'adapter à une situation
com plexe, quand il s'agit de re vo ir les p rio rité s et les stratégies, cette inertie mentale
acquise sous stress d e vie n t un handicap réel.

* LE C O N D IT IO N N E M E N T
La psychologie co m p o rte m e n ta le e x p liq u e ce p h é n o m è n e : le système nerveux autonom e
réagit à des stim uli à p a rtir d'associations. À chaque stim ulus est associée une réponse
p h ysio lo g iq u e q u e lcon q u e , e t cette réponse est g é n é ra le m e n t acquise (et plus rarem ent
innée). L'exem ple du chien de Pavlov, à qui l'on faisait ente n d re une cloche avant chaque
repas, est un classique. Le système nerveux a u to n o m e du chien, associanx le son de la
cloche à son repas, s'est b ie n tô t mis à saliver dès q u 'il retentissait, que le repas lui soit
présenté ou non. C ette association entre un stim ulus (la cloche) et une réponse (saliver)
s'appelle, dans le ja rg o n de la psych o log ie c o m p o rte m e n ta le , un c o n d ition n e m e n t.
En p sychologie co m p o rte m e n ta le , le tra ite m e n t des p ho b ie s se base sur ce p rin cip e sim ple
de co n d ition n e m e n t, où l'on « re p ro g ra m m e » p ro gressivem ent les réponses du système
nerveux autonom e à un stim ulus do n n é . Par exem ple, une personne arachnophobe se
verra exposée g ra d u e lle m e n t à une araignée inoffensive, d 'a b o rd de très loin, puis de plus
en plus près. Le sujet aura alors p o u r tâche de se d é te n d re en utilisant une te ch n iq u e de
relaxation de son choix. Ainsi le corps ap p re n d à associer l'araignée non plus à de l'anxiété,
mais bien à un sentim en t de calme, et les réponses p h ysio lo g iq u e s s'ajustent.
Notre arach n o p h o b e se désensibilisera aux araignées jusqu'à en laisser une co u rir sur sa
main sans ressentir la m o in d re peur.

Pendant mes cours de survie, je laisse ré g u liè re m e n t mes élèves passer des m om ents seuls
en forêt. S'isolant du gro u p e , chacun se ch o isit un p e tit coin de fo rê t q u 'il tro u ve accueillant
et y passe un peu de tem ps, à ob se rve r la nature, à se d é b a rb o u ille r ou à relire ses notes...
peu im p o rte . Le b u t de cet exercice est sim p le m e n t de les désensibiliser à la crainte de la
solitude en forêt. Se sentant à l'aise dans ce contexte, ils p o u rro nt, par exem ple, se perdre
sans avoir à g é re r - en plus de to u s les facteurs de stress légitim es - cette peur.
Ce m êm e p rin cip e pe u t s'a p p liq u e r aussi à la p e u r des hauteurs ou des insectes, aux
habitudes et aux attachem ents divers. En s'entraînant à vivre autrem ent, longtem ps à
l'avance et progressivem ent, nous nous lib é ro n s de to u te s ces contraintes artificielles qui
sont autant d'obstacles à su rm o n te r en situation de survie.

Nous d é ve lo p p o n s un tra it de personnalité qui, à m on sens, a une valeur extrêm e : la


rusticité. Du m êm e coup, la capacité à s'adapter à des situations nouvelles augm ente. Ces
deux traits de caractère, s'ils so n t plus ou m oins faciles à a cq u é rir selon chacun, dé co u le n t
avant to u t des apprentissages de l'expérience.

L
MANUEL DE (SUR)VIE EN MILIEU NATUREL 45

www.frenchpdf.com
^ GÉRER LE STRESS
Dans la mesure où le stress est causé par l'id e n tifica tio n , par le cerveau, d 'u n e menace
réelle ou im aginaire, la prem ière et p rin cip a le m é th o d e p o u r le g é re r consiste en deux
attitudes assez évidentes :
► Utiliser son imagination correctement : le cerveau prim itif, e t notam m ent l'am ygdale
{responsable du déclenchem ent des réponses « stress » dans le corps), ne fa it aucune
distinction entre ce que nous im aginons et ce qui se p ro d u it réellem ent. U tiliser correctem ent
son im aginaire pour lim iter les film s catastrophes in u tile m e n t stressants, et visualiser si
possible des issues positives aux situations, est le p ropre des gens sereins et détendus. Il est
utile de prendre l'habitude de se créer une im agerie m entale positive (mais réaliste) et de
toujours form uler ses pensées et ses phrases en incluant les solutions, et le p endant positif.
Dire p lu tô t « il va fa llo ir batailler d u r p o u r sortir de cette situation » que « j'a i bien p e u r qu'on
n'en sorte jam ais ». Dire p lu tô t « to u t va se jo u e r au m om ent de la traversée de ce glacier, on
devra être très prudents » que « si on ne fait pas gaffe en passant sur le glacier, on va tous y
rester»... Les deux phrases, p o u r le cerveau « lo g iq u e » sem blent synonymes, mais p o u r ses
couches profondes et instinctives, elles o n t des effets et des répercussions co m p lè te m en t
différentes. L'hypnose ericksonienne e m p lo ie ce prin cip e depuis des décennies avec,
d'ailleurs, des résultats parlants. Et c'est aussi un prin cip e de base en p é d a g o g ie : toujours
form uler les critiques positivem ent (« Fais p lu tô t com m e ceci, ça fonctionnera m ieux »).
► Agir : l'un des m eilleurs rem èdes à l'anxiété et au stress reste l'action, q uelle qu'elle soit. Un
stress accumulé qui ne s'accom pagne pas d'action est beaucoup plus d o m m a g ea b le p o u r
l'organisme et la psyché qu'un stress qui p eut être évacué dans l'action. A tte n tio n cependant
à ne pas aggraver sa situation concrète en agissant à to rt et à travers. L'action d o it être vue
com m e un investissement : to u te action est une dépense de tem ps et d'énergie qui d o it
avoir un résultat positif. Faute de mieux, quand je suis anxieux ou un peu tro p stressé, je me
rabats sur une activité sim ple et sans risque qui ne coûte pas beaucoup d'énergie : je range
mon matériel, je fais le p o in t sur mon sac à dos, j'a jo u te ou j'enlève une couche de vêtem ents,
je nettoie un truc, je scrute mes camarades p o u r vo ir s'ils vo n t bien, s'ils n'ont rien o u b lié
d'im portant, si je peux leur être u tile ... peu im porte. L'idée est de redevenir acteur dans la
situation, ici et m aintenant. Ainsi, juste en agissant un peu, le stress dim in u e beaucoup, et
je peux me consacrer plus in te llig e m m e n t à des tâches qui seront désorm ais réellem ent
efficaces. C'est le d é b u t d'un cercle vertueux qui a fait ses preuves.

☆ Mitiger les effets du stress


Une fois plo n gé dans une situation stressante, il reste possible de d im in u e r ou de m itig e r
les effets du stress par la respiration. Plusieurs m é thodes existent, mais elles re p o se n t to u te s
sur l'action du diaphragm e, qui est fo rte m e n t co u p lé au systèm e nerveux a u to n o m e : en
le faisant b o u g e r len te m e n t e t de m anière con trô lé e , sur une exp ira tio n lente et longue,
on envoie à notre système nerveux un message d'apaisem ent. Vous pouvez, par e xem ple :
• inspirer en co m p ta n t jusqu'à 3 ;

www.frenchpdf.com
• b lo q u e r 1 co m p te ;
• souffler en c o m p ta n t jusqu'à 5, etc.
S im plem ent respirer le plus le n te m e n t possible en g o n fla n t et en rentrant bien le ventre a
un effet certain sur le niveau d'activation e n d o crin ie n et le ressenti.

☆ Fonctionner malgré le stress


Une fois le stress prévenu et mitigé, s'il en reste encore (et dieu sait que ça arrive, dans le monde
réel !), on se rabat sur le niveau d'expertise et l'entraînement. Un adage anglais dit que, sous stress,
on retombe au niveau de notre entraînement. Pour que cela soit suffisant, voici quelques pistes.

Choisir de l'équipem ent simple


Le m atériel sim ple est g é n é ra le m e n t plus robuste, plus polyvalent et plus facile à utiliser
avec deux mains gauches e t un Q l de b ro co li. Plus ça ressem ble à une massue, et mieux
ça fon ctio n n e ra sous stress. Plus ça ressem ble à une calculette, et plus ça finira égalem ent
em ployé com m e une m assue... M oins il y a de pièces m obiles, plus la fo rm e est épurée,
plus c'est « lo w tech » e t m ieux ça marchera en m o d e dégradé.

S'entraîner et répéter
Répéter e t recom m ence r jusqu'à ce que lire la carte, a llum er le feu, m o n te r l'abri ou faire
les noeuds soient des actes presque autom atiques, exécutés sans réfléchir. J'insiste ici sur
l'im portance de s'entraîner bien, p lu tô t que souvent. La q u a lité l'e m p o rte sur la quantité,
car sous stress nous rep ro d uiso n s te x tu e lle m e n t l'entraînem ent effectué en am ont.
« On co m b a t com m e on s'entraîne » est un adage qui reste vrai p o u r to u te action qui se
déroulera sous stress. En m o d e d é g ra d é , nous répétons le plus souvent ce que nous avons
déjà réalisé plusieurs fois dans un contexte plus ou m oins sim ilaire.

www.frenchpdf.com
CHAPITRE 6

GESTION DES RISQUES


* ANALYSER ET GERER LES RISQUES
^ M ÉTHO DE SIMPLIFIÉE POUR ÉVALUER UN RISQUE
* TOUTE MESURE DE SÉCURITÉ À UN COÛT

www.frenchpdf.com
\
\ r
1
\ r
JV i j

nF i Ifil \\
_J J
1:
,^J
1 LJ J A ,J J J F

www.frenchpdf.com
La peur n'exclut pas le danger.
Que ce soit po u r préparer une sortie, un tre k ou un gros p ro je t d 'e xp éd itio n , ou plus
sim plem ent p o u r prendre la m oins mauvaise analyse possible en situation critique, il est
salutaire de p o u vo ir analyser les risques. Une saine analyse d o it s'opérer sur des bases les
plus objectives possible. Les ém otions, les peurs ou l'excès de confiance sont de mauvais
conseillers lorsqu'il faut p re ndre des décisions en m ilieu é lo ig n é ou engagé. Se fie r au seul
ressenti et à ses ém otions p o u r d é te rm in e r ce qui est dangereux est... très risqué.

^ ANALYSER ET GÉRER LES R ISQ U ES


Plusieurs facteurs vont influencer les ressentis face à une situation potentiellem ent dangereuse.
Certains d'entre eux dim inuent le sentim ent de peur ;
► l'habitude : par un phé n o m è n e bien connu de désensibilisation, la p e u r e t le stress
d im in u e n t g ra d u e lle m e n t avec l'exposition constante à un risque. Il fa u t se m é fie r d e la
routine, rester vig ila n t et d iscip lin é ;
► la présence d'une figure d'autorité ; la présence d'u n spécialiste, d'u n chef, d'u n e
autorité technique q u e lco n q u e a te n d a n ce à rassurer et à faire sous-évaluer les risques. Par
exem ple, en présence d'un g u id e de m ontagne, les gens se sentent invincibles et prêts à
prendre tous les risques ;
► le matériel : avoir du m atériel de secours avec soi ne rend pas invincibles. Il fa u t se
m éfier g ra n d e m e n t de l'effet « g ri-g ri » qui pousse à croire q u e le m atériel va sauver de to u t.
D'autres facteurs, à l'inverse, a u g m e n te n t le se n tim e n t de peur. Ils sont bien connus de tous
les scénaristes de film s d 'h o rre u r e t s'a p p uie n t sur des schémas souvent très archaïques ;
► l'absence de contrôle : l'avion, par exem ple, est l'un des m oyens de tra n s p o rt les plus sûrs
qui soient, après l'ascenseur, et bien avant le train. Pourtant, b e a ucoup d e gens o n t p e u r de
l'avion parce qu'en cas de p ro b lè m e ils n'auront aucun co n trô le sur la situation. Tout d é p e n d
du travail d'autrui. De mêm e, les attentats terroristes, de par leur nature im prévisible, sont
très anxiogènes parce que d iffic ile m e n t contrôlables. En résumé, un risque q u e l'on ne p e u t
pas maîtriser, m êm e s'il est faible, effraiera g é n é ra le m e n t b e a u co u p plus ;
► les traumatismes : les humains s'h a b itue n t aux pires dang e rs... e t peuvent aussi d evenir
ultrasensibles à certains contextes déjà rencontrés. Les victim es du fam eux « syndrom e po st­
traum atique », notam m ent, réagissent e xtrêm em ent intensém ent à des situations ou à des
contextes qui ressem blent à la situation déjà vécuêTLe vétéran qui plaque sa fe m m e au sol au
son d'un pétard, et qui entre presque dans une transe g u e rriè re p e n d a n t qu e lqu e s minutes,
est un classique, mais il en existe une infinité de variantes. Ce phé n o m è n e d 'a d ap ta tio n aux
environnem ents à haut risque est un gag e de survie à co u rt term e, mais il p e u t clairem ent
nuire à la qualité de vie et aux relations aux autres dans la durée. Cela p e u t s'apaiser, fo rt
heureusement, grâce à des techniques éprouvées et auprès de spécialistes com pétents ;
► la possibilité d'im aginer visuellement le risque : si je vous parle de rickettsiose, il est
fo rt possible que cela vous effraie beau co u p m oins que si je vous décris avec m o u lt détails

www.frenchpdf.com
visuels ce qui se passerait si un grand fé lin vous choisissait com m e proie. Pourtant, la
rickettsiose est un risque bien plus g rand p o u r la santé que les attaques de félins, même
dans les endroits où les deux sont présents... Les risques im aginables visuellem ent sont
g é néralem ent surestimés. Les risques plus abstraits, gé n é ra le m e n t sous-estimés ;
► la ru m e u r : le fa it que beau co u p de gens p a rle n t d'un risque et le craignent semble
littérale m ent nous contam iner. On s'en rend ré g u liè re m e n t co m p te lorsqu'il est question
(dans les m édias, sur les réseaux sociaux, ou ailleurs) d 'é p id é m ie s (la g rip p e aviaire,
H1 N I , Ebola, p o u r ne p a rle r que de l'histoire très récente). Subitem ent, les ventes de gel
désinfectant explosent et les gens v o ya g e n t moins. N ous som m es des animaux sociaux,
voire grégaires. Q uand nos congénères o n t peur, en général, on a peur aussi. Et l'on
surévalue fa cile m e n t les risques d o n t to u t le m o n d e parle.

Tenant co m p te de to u te s ces données, il p e u t être p ro fita b le de se d o te r d'une m éthode un


peu plus o bjective d'évaluation des risques.

* M É T H O D E S IM P L IF IÉ E P O U R ÉVALUER UN RISQ UE
Un risque, p o u r résum er en term es sim ples, c'est un « b o b o p o te n tie l ». Deux facteurs, en
fait, à prendre en co m p te : le « b o b o » e t la p ro b a b ilité q u 'il survienne.
Une m é th o d e sim p lifié e d'évaluation des risques consiste, to u t bonnem ent, en la
m ultiplication de deux facteurs, de 0 à 5.
► La g ra v ité : là, on évalue le « b o b o ». Voici un exem ple d'échelle (ayant com pris le
principe, vous pourrez la m o d ifie r en fo n c tio n de vos besoins/contextes) :
• 0 : pas de blessure ;
• 1 : blessure légère, facile à tra ite r ;
• 2 : blessure sérieuse, nécessitant une assistance m édicale ;
• 3 : blessure grave, nécessitant une évacuation ;
• 4 : blessure grave avec séquelles perm anentes, handicapants ;
• 5 : décès.
► La p ro b a b ilité : ici, on évalue la p o ssib ilité que le « b o b o » survienne, et quand.
Par exem ple :
• 0 : n'arrivera pas ;
• 1 : p o u rra it arriver un jo u r ;
• 2 : va arriver un jo u r ;
• 3 : se p ro d u it ré g u liè re m e n t ;
• 4 : risque d'arrive r b ie n tô t ;
• 5 : im m in e n t et certain.

Pour chaque risque que l'on souhaite évaluer ou com parer, on dé term ine le plus honnêtem ent
possible la p ro b a b ilité q u 'il survienne, et sa gravité le cas échéant. En cas de doute, on
choisit l'option pessimiste, de m anière à préférer l'excès de prudence p lu tô t que l'inverse.

www.frenchpdf.com
Prenons, par exem ple, l'éventualité d'être attaqué par un ours dans les Rocheuses
canadiennes :
• probabilité : 2 (les statistiques p a rle n t d'elles-m êm es, ces attaques existent mais sont
rares) ;
• gravité : 5 (ça p e u t être bénin ou m o rte l... On ch o isit d o n c l'o p tio n la plus grave
envisageable : le décès) ;
• risque : 2 x 5 = 10.

Si ce niveau de risque est acceptable en l'état, on peut dé cid er de ne rien faire de plus. On
peut aussi chercher à le réduire si cela nous sem ble nécessaire. Pour ce faire, il sera plus
efficace de chercher à dim in u e r la p ro b a b ilité de la survenue du risque. En to u te logique, il
vaut mieux éviter d'avoir un accident de voiture p lu tô t que de chercher à en avoir seulem ent
un petit... Il vaut mieux ne pas être attaqué du to u t par un ours que de chercher à ce que
la confrontation soit moins nocive, etc. Q uand on ne peut plus d im in u e r la p robabilité, on
s'attaque alors à m itig e r les effets du problèm e potentiel (ceinture de sécurité, trousse de
secours, etc.).
Très souvent, dim in u e r la p ro b a b ilité liée au risque ne nécessite aucun matériel et se fait
sim plem ent en utilisant des stratégies différentes ou des com portem ents adaptés. Tout cela
est permis en com prenant la m écanique du risque en question. En com prenant COMMENT
il fonctionne. Ainsi, si on com prend le co m p o rte m e n t des ursidés, que l'on sait par exem ple
qu'ils sont attirés par la nourriture des trekkeurs, on fait en sorte d 'é lo ig n e r le sac de victuailles
du lieu de bivouac. En m ettant en place ces mesures simples, on ré d u it à 1 la p ro b a b ilité
d'attaque d'ours, pour un risque de 5. Ce niveau de risque com m ence à être acceptable p our
beaucoup de gens.
L'important à retenir est que cette analyse de risque constitue, à la fois, un outil de prise de
décision (je fais/je ne fais pas : selon le contexte, c'est à vous de fixer la lim ite) et une manière
de repérer les dangers inhérents aux activités et de tro u ve r les moyens les plus efficients
possible pour réduire les risques. On p eut égalem ent utiliser cet outil, en situation dégradée,
com parer deux risques et choisir la « moins mauvaise » solution, faute de mieux.

^ TO U TE M ESURE DE SÉCURITÉ A U N C O Û T
Il est im p o rta n t que vous co m preniez que to u te mesure de sécurité e t to u te te n ta tive de
réduire les risques o n t un coût. Et ce c o û t se mesure to u jo u rs en p erte de lib e rté : lib e rté de
m ouvem ent d im inu é e à cause du p o id s du m atériel, lib e rté de ch a n g e r d e plan, fle xib ilité ,
capacité de déplacem ent, etc.
En to u te lo gique, il co n vie nt d o n c de te n ir co m p te des effets secondaires liés à la gestion
du risque.

www.frenchpdf.com
La peur et le danger sont deux choses
souvent très différentes. Un passage à flanc
de falaise comme celui-ci (sentier large, sans
dévers ni gros risque de chutes de pierres)
est impressionnant pour certains, mais ne
représente pas de risque objectif im portant..

www.frenchpdf.com
CHAPITRE 7

UTILISATION DES OUTILS COUPANTS


* LE COUTEAU
☆ Ce qui fait qu'un couteau coupe
et choix des outils coupants
☆ Règles de sécurité
☆ Mode de port
☆ Couper en tirant
☆ Bétonner pour couper en deux
☆ Gratter
☆ Couper des fibres étirées

* LA SCIE
☆ Laisser la scie travailler
☆ Éviter de pincer la lame

www.frenchpdf.com
r) \
JVJ jJ J JF
'r^ r]
Jx; _1 - J
\l
y J F

www.frenchpdf.com
* LE C O U TE A U
☆ Ce qui fait qu'un couteau
coupe et choix des outils coupants
Un couteau sert essentiellem ent à co n ce n tre r la force
sur une très p e tite surface. Le fil de la lame - large
de qu e lqu e s m icrons seulem ent -, sur lequel on
a p p liq u e une fo rce de q u e lqu e s kilos, génère des
pressions de plusieurs to n n e s par ce n tim è tre carré,
ce qui d é tru it litté ra le m e n t la m atière au p o in t de
contact.
Fil de la lame et point de contact s
pression énorme. Le couteau d o it se frayer un passage dans la matière
coupée. Plus il est m ince et que le p ro fil général de
lame est fin, m ieux ça rentre dans la m atière d u re ...
mais plus c'est fra g ile . A l'inverse, plus un couteau est
épais, plus il sera so lid e ; mais il avancera d iffic ile m e n t
dans la m atière d ure (com m e le bois ou l'os).
En conséquence, il est assez rare d 'avoir un seul
couteau qui puisse être efficace pa rto u t. V o u sp p te re z
souvent p o u r un couteau m ince et co u p a n t bien,
associé à un autre o u til plus robuste : un couteau
de cam p (grosse lame épaisse qui sert p o u r les gros
travaux), une hachette, une scie, etc.


Quelques outils coupants avec des profils de lame différents.

www.frenchpdf.com
☆ Règles de sécurité
De nom breux accidents - d o n t certains affectent sérieusem ent la m otricité fine à cause de
blessures sur les mains ou les d o ig ts - surviennent suite à l'utilisation im prudente de cou­
teaux ou d'objets coupants. Un couteau qui coupe réellem ent bien est extrêm em ent dange­
reux : une très légère pression suffit p o u r qu 'il entaille la peau et les couches plus profondes.
Les règles de sécurité, une fois réellem ent bien intégrées, évitent la plu p art des accidents, et
aussi d'égarer son couteau, outil de survie indispensable s'il en est...

•f Être calme et conscient de ce que vous faites


Première règle de sécurité : soyez zen. Q uasim ent tous
les accidents avec des couteaux o n t lieu au cours d'un
m ouvem ent parasite, inconscient. Un léger soubresaut
de la main ou une petite glissade dans la précipitation. Il
importe de toujours rester un m inim um attentif, calme et
conscient de vos actes e t de votre environnem ent quand
vous vous servez d'un couteau.

4- Pas de viande am ie dans le chemin


Deuxième règle de sécurité : appliquez de la force unique­
ment dans une direction sûre. Partez toujours du principe
que le couteau va traverser tota le m e n t la matière, ou re­
bondir, ou glisser subitem ent. Et faites en sorte qu'il n'y ait
« pas de viande amie dans le chem in » du couteau.
Couper dans une direction sûre.

www.frenchpdf.com
CHAPITRES UTILISATION DES OUTILS COUPANTS

Toujours ranger votre couteau dès que vous ne


l'utilisez plus
Troisièm e règle, très sim ple : rangez to u jo u rs votre
couteau à la seconde où vous cessez de vous en
servir. Un couteau à lame fixe se replace dans son
étui. On referm e un couteau p lia n t p o u r ne plus
d e vo ir prendre g a rde de ne pas se couper.
D eux corollaires à ce p rin c ip e :
- on ne se dé p lace jam ais avec une lame « vive »
à la main ;
- on ne pose jam ais son couteau par te rre (une
fois fatigué, stressé ou autre, il est très facile de
l'o u b lie r là, ou de poser la main dessus...) e t on
ne le plante jam ais dans la te rre (cela ém ousse
le fil, et on risque fo rt de ta p e r dedans et de se
co u p e r par inadvertance).
En respectant ces tro is règles d e sécurité, l'ex­
périence d é m o n tre que les accidents d im in u e n t
é norm ém ent.

☆ M ode de port
Pour po u vo ir utiliser efficacem ent et su rto u t ra nger fa cile m e n t vo tre couteau (faute de quoi,
on le pose parfois par terre), m ieux vaut choisir un m o d e de p o rt bien ad a p té aux besoins
et très e rgonom iq u e . Vous devez p o u v o ir so rtir e t ra n g e r votre couteau dans to u te s les
positions (debout, assis, à genoux, accroupi) en m oins de deux secondes, sans d a n g e r et
sans tro p réfléchir.

'A^ J/

Port sur drisse autour du cou, Port sur drisse


inversé ou droit. dans la poche.

www.frenchpdf.com
Ranger son couteau Port traditionnel à la ceinture, souvent peu pratique avec
après avoir fini de l’utiliser. une veste, des vêtements amples ou en position
assise, mais très intuitif pour certains.

Les étuis m odernes en kydex sont une vraie b é n é d ictio n , car ils p e rm e tte n t une rétention
ferme, un d é p lo ie m e n t e t un ra n g e m en t sans autre m a n ip u la tio n que d e s o rtire t rengainer le
couteau. Em ployé avec Une sim ple drisse, ce genre d'étui p e rm e td 'a c c ro c h e rle couteau dans
de nom breuses configurations, y co m p ris tê te en bas si le kydex est suffisam m ent « ferm e »
(ce qui pe u t être fa cile m e n t ajusté avec un bon « p lie u r » de kydex).
Au besoin, un bouton-pre ssio n sécurisera davantage encore le m aintien.

Les plus grosses lames, elles, auro n t to u t avantage à être portées à l'horizontale sur la
ceinture. Dans cette position, elles sont très faciles à d é g a in e r et rengainer.

☆ Couper en tirant
Les muscles du dos, chez l'hum ain, sont
beaucoup plus gros e t puissants que les muscles
qui servent à pousser. Pour faire des copeaux ou
pour ta ille r un bâton en pointe, par exem ple,
vous pouvez p ro fite r de cette g ra n d e fo rce de
traction. En vous servant du genou co m m e p o in t
d'appui du dos de la lame e t en tira n t sur l'o b je t à
couper, vous arracherez très fa cile m e n t de gros
copeaux et sans d a n g e r (seul le m orceau de
bois bou g e ; la lame, elle, reste fixe et ne d é co lle
jamais du genou).

www.frenchpdf.com
☆ Bétonner pour couper en deux
Pour rem placer la scie e t co u p e r un bâton en deux
(pour enlever un nœ ud afin de faire plus fa cile m e n t
des allum ettes, par exem ple), voici la m é th o d e à
suivre :
1. Posez le bâton à co u p e r au sol, sur une bosse de
terre qui perm ettra d 'é vite r l'effet « ressort».
2. Placez le couteau à 45° par ra p p o rt aux fibres,
dos de la lame vers l'extérieur (p o u r conserver son
a m plitude de frappe).
3. Tapez sur la lame p o u r e n ta ille r le bois à l'aide d'un
bâton solide et te n a n t bien en main.
4. Lorsque la lame com m ence à co in ce r e t ne va pas
Appui ferme au sol, couteau à 45°
plus loin, retournez l'ensem ble, retirez p ru d e m m e n t
vers vous : bâtonner pour couper,
le couteau, et recom m encez. ouvrir la fente pour garder à 45°.

☆ Bétonner pour refendre


Pour refendre une bûche - par exem ple, p o u r accéder
au bois sec qui se tro u v e à l'in té rie u r d'un arbre m o rt
sur pied -, vous pouvez re co u rir à la m é th o d e du
bâton n a g e :
1 . Sur un bâton de préférence sans nœ uds, placez (sans
a p p liq u e r de fo rce au d é b u t) le couteau à 45°, p o in te
vers le haut sur le dessus de la bûche à refendre.
2. Frappez-le ensuite en te n a n t fe rm e m e n t le manche
du couteau.

Bâton droit, taper pour refendre le bâton.

☆ Gratter
G ratter avec le dos du couteau p e rm e t d e re tire r un
surplus d'écorce hum ide ou de tire r des étincelles d'un
bâtonnet de ferrocérium . Je vous in d iq u e une p e tite
subtilité, p our davantage de contrôle, de précision et
de sécurité : placez le pouce sur le côté de la lame,
orientez le tranchant vers l'extérieur (p o u r plus de
sûreté) et grattez.
Gratter avec le dos de la lame : pouce sur le côté de la lame
et tranchant vers l’extérieure.

www.frenchpdf.com
☆ Couper des fibres étirées
Les fibres, en tension, sont plus proches de leur
point de ru p tu re et d o n c plus faciles à couper.
Lorsque vous com m encez à les couper, elles se
rétractent, laissant ainsi le cham p libre à la lame
qui pénètre la m atière sans e ffo rt ou presque.
Vous pouvez ainsi c o u p e r un arbrisseau assez fa ci­
lem ent avec un sim ple couteau bien affûté : il suffit
de le plier.
Couper un arbrisseau en le pliant.

* LA SCIE
Les scies pliantes m ode rn es sont une vé rita b le b é n é d ic tio n lorsqu'il s'agit de survivre en
milieu forestier. Bien plus légères e t m oins e n com brantes que les haches (200 g environ
pour une scie pliante ou rétractable d ig n e de ce nom), on les tro u ve p o u r un prix raison­
nable au rayon ja rd in a g e d e to u s les magasins de b ricolage. Leurs lames sont souvent
rem plaçables fa cile m e n t e t leur efficacité est ph é n o m é n a le sur du bois, m êm e d u r et sec,
jusqu'à un dia m è tre de 10 cm environ.

☆ Laisser la scie travailler


Le tru c p o u r c o u p e r du bois à la scie : ne jam ais forcer. La scie fa it le travail to u te seule,
ou presque. Il suffit de laisser glisser les dents sur la zone que vous souhaitez co u p e r en
a p pliquant une très légère pression vers le bas, e t d 'u tilis e r to u te la lo n g u e u r de la lame à
chaque aller-retour. Et très ra p id e m e n t vous vous rendrez co m p te que cela coupe vite et
bien, sans effort.

☆ Éviter d e p in c e r la la m e
Encore une astuce p o u r c o u p e r plus fa cile m e n t avec
une scie : utilisez un s u p p o rt e t laissez pen d re le m o r­
ceau de bois à couper. Le p o id s du bois ouvre la fen te
p lu tô t que de la referm e r et de p in ce r la lame. Vous
pouvez a p p liq u e r un peu de force vers le bas si les
conditions le perm etten t, ce qui revient à c o u p e r des
fibres étirées (voir plus haut).

Couper avec le point de coupure placé de telle sorte que la partie


coupée pende et ouvre la fente au lieu de pincer la lame.

www.frenchpdf.com
I

L.
CHAPITRE

S'ORIENTER
* INTERPRETER UNE CARTE
☆ Échelle
☆ Fiabilité des cartes en fonction des pays
☆ La légende
☆ Ce qui est fiable sur une carte
☆ Les courbes de niveau
☆ Du général au particulier
☆ Simplifier
☆ Se situer sur une carte
☆ Étalonner ses pas
☆ Trois points de référence
☆ Déterminer que l'on est perdu
☆ Limites de la lecture de carte

* N A VIG A TIO N DE BASE À LA BOUSSOLE


☆ Contourner un obstacle en se servant de la boussole
☆ Faire demi-tour

* GPS : POSSIBILITÉS ET LIMITES

* UTILISER LE SOLEIL
☆ L'ombre du bâton

www.frenchpdf.com
www.frenchpdf.com
1

La carte to p o g ra p h iq u e est l'outil fo n d a m e n ta l. Elle est une représentation schém atique


en deux dim ensions et à l'échelle d 'u n e p o rtio n d e terrain. C om m e to u t schéma, elle ne
re p ro d u it pas la réalité. « La carte n'est pas le te rrito ire », mais un e nsem ble d 'in fo rm a tio n s
rassemblées dans un b u t précis : se d é p la c e r à pie d , à vélo, en voiture, en bateau... Elle
contient les inform ations nécessaires p o u r un ty p e de d é p la c e m e n t ou d'activité précis.
Bref, une carte est un outil. Savoir de q uel ty p e de carte vous disposez est p ra tiq u e p o u r
l'utiliser convenablem ent.

* INTERPRÉTER U N E CARTE
Pour vous orienter, il est in d ispensable de savoir c o rre cte m e n t faire le ra p p o rt entre ce qui
est dessiné sur la carte et les divers élém ents vus sur le terrain. Peu im p o rte le m oyen utilisé
ensuite p o u r naviguer.

☆ L'échelle
L'échelle de la carte corre sp o nd à son niveau de précision. Sur un m êm e m ètre carré de
papier, on pe u t dessiner le schéma d'u n pays e n tie r (échelle 1:20 000), ou seulem ent
quelques kilom ètres carrés d'un massif m on ta g n e u x (échelle 1:25 000). Sur une échelle
à 1:25 000, chaque ce n tim è tre représente 25 000 cm sur le terrain.
La carte est 25 000 fois plus p e tite que ce q u 'elle représente. Sur une carte 1:25 000 :
• 1 cm sur la carte = 250 m sur le te rrain ;
• 4 cm sur la carte = 1 km sur le te rrain ;
• 1 mm sur la carte = 25 m sur le terrain.

☆ La fiabilité des cartes en fonction des pays


En France, l'Institu t g é o g ra p h iq u e national de l'in fo rm a tio n g é o g ra p h iq u e e t forestière
(IGN) acco m p lit un travail rem arquable de ca rto g ra p h ie sur to u t le te rrito ire . Des cartes
d'une précision inouïe, mises à jo u r régu liè re m e n t, sont d is p o n ib le s p artout, à des prix
raisonnables : un luxe qui, cependant, n'est pas accessible dans to u s les pays du m onde. Il
existe encore des pays où les cartes sont considérées co m m e des élém ents stratégiques
sensibles et préservées ja lo u se m e n t par l'armée.
Le plus souvent, les cartes achetées à l'é tranger risquent d e s'avérer de mauvaise qualité,
imprécises ou obsolètes. C om m uném ent, plus un pays est riche, d e n sé m e n t p e u p lé et
avec une p o litiq u e d é m o cra tiqu e , plus ses cartes seront fiables.

La Suisse (dém ocratique, riche et den sé m e n t p e u p lé e ) a ainsi des cartes d 'u n e précision
et d'une fia b ilité dém oniaques. Le Canada (d é m o cra tiq u e et riche, mais d o n t la densité
est m oindre) possède des cartes m oins rigoureuses (les cartes sont fiables au niveau
gé o log iq u e , mais les mises à jo u r sont espacées du fa it des faibles b u d g e ts par kilo m è tre
carré à couvrir). De m anière générale, plus les b u d g e ts alloués à la ca rto g ra p h ie sont

www.frenchpdf.com
conséquents, plus on aura accès à des cartes détaillées, à échelle im p o rta n te (1 :25 000 en
France, rarem ent m ieux q u e 1:10 0000 en Turquie). Des b u d g e ts im portants pe rm e ttro n t
aussi une to lé ra n ce d 'e rre u r plus fa ib le et des mises à jo u r plus fréquentes.

☆ La légende
Toute carte qui se respecte possède une légende. Elle se situe dans la marge de la carte ou
parfois à l'endos. Elle est la clé d 'in te rp ré ta tio n des signes inscrits sur la carte. Il est prim ordial
de vous y fam iliariser p o u r co m p re n dre le « code » de la carte. Mêm e si, un peu partout
dans le m onde, on représente l'eau par du bleu et la fo rê t par du vert, de nom breux détails
peuvent varier. Il est utile de prêter une attention to u te particulière à l'échelle, à l'équidistance
des courbes de niveau... et, bien sûr, à l'année d 'é d itio n et de révision de la carte !
La p lu p art des cartes, m êm e dans les pays riches, sont établies à p artir de photos aériennes
ou satellites, qui sont ensuite croisées et reportées sché m a tiq u e m e n t à une échelle précise.
Ce travail est g é n é ra le m e n t a cco m p li en une seule fois p o u r plusieurs décennies ; par la
suite, seules des mises à jo u r d e détail sont réalisées. Par exem ple, dans le Vercors et aux
alentours (l'une de nos zones de p ré d ile c tio n p o u r les stages de survie), la p lu p a rt des cartes
IGN se basent sur des levés p h o to g ra m m é triq u e s établis entre 1951 et 1958 ! Evidem m ent,
des mises à jo u r sont établies ré g u liè re m e n t, mais il est im p o ssib le de vérifie r tous les
détails. Ainsi, au fil du tem ps, des erreurs se glissent. Les lisières des forêts bougent, les
sentiers changent de tra cé suite à des ébou le m e n ts, des sources se tarissent, des maisons
to m b e n t en ruine, des cham ps so n t abandonnés, etc.
De nom breux détails p e u ve n t ch a n g e r sur une carte en 5 ans, 10 ans ou 25 ans. Fort
heureusem ent, certains élém ents sont suffisam m ent fiables et stables p o u r que m êm e les
cartes les plus obsolètes puissent être em ployées.

☆ Ce qui est fiable sur une carte


Bien entendu, ce qui est fia b le sur la carte est ce qui évolue le n te m e n t :
► le tracé des routes majeures (de nouvelles routes p euvent apparaître, mais les grands
axes et les routes existantes sont stables) ;
► l'emplacement des villes et villages (ils p e u ve n t g ra n d ir ou décliner, changer un peu,
mais sauf crise m ajeure les a g g lo m é ra tio n s c o n tin u e n t d'exister) ;
► les cours d'eau et, donc, g lo b a le m e n t to u t le relief, qui ne se m o d ifie n t qu'à une échelle
de tem ps g é o lo g iq u e (sur des m illio n s d'années).

☆ Les courbes de niveau


Sur une carte, il est extrê m e m e n t im p o rta n t de savoir précisém ent lire les courbes de
niveau e t les in te rp ré te r ra p id e m e n t et correctem ent.
Sur les cartes to p o g ra p h iq u e s , on représente le re lie f grâce aux courbes de niveau.

www.frenchpdf.com
1
Chaque courbe co rre sp o nd à une élévation d 'a ltitu d e d e x mètres, x éta n t ce qu'on a p p e lle
l'équidistance. Sur les cartes IGN TOP25, l'équidistance des courbes de niveau est (sauf
exception) de 10 mètres. A u tre m e n t d it, chaque co u rb e de niveau sur la carte représente
une élévation de 10 mètres.
Plus les courbes de niveau sont proches les unes des autres sur la carte, e t plus la pente
représentée est raide (voir partie gauche du schéma ci-dessous).
Au contraire, plus les courbes de niveau sont espacées, plus la pen te est douce.
Sur les cartes IGN, un effet d 'o m b re p o rté e est a jo u té afin de visualiser le re lie f en 3D,
com m e sur un dessin.Ces om bres portées so n t représentées co m m e si la lum ière venait du
coin supérieur gauche de la carte (nord-ouest).
Dans les zones où le re lie f est com plexe, su rto u t hors vé g é ta tio n , on d is tin g u e souvent
difficile m e n t les crêtes des talw egs (creux).
Voici un moyen rapide de vous
y retrouver :
• sur les bosses et les crêtes,
les courbes de niveau fo rm e n t
des U : l'érosion y a d o u cit les
angles ;
• dans les creux, les courbes de
niveau fo rm e n t des V : l'érosion
(le plus souvent causée par
l'eau) y accentue les angles ;
• accessoirement, qua n d on
trouve de l'eau dans un pli des
courbes de niveau, il s'agit
généralem ent d'un creux et non
Courbe en U sur une crête vs courbe
d'une crête. en V dans un « talweg ».

☆ Du général au particulier
Vous devez toujou rs lire et in te rp ré te r une carte en partant du plan d 'ensem ble, du général,
et en augm entant progressivem ent le niveau de détail jusqu'aux p o in ts p articuliers :
1. Soyez certain d 'a vo ir la bon n e carte (sous stress, dans le noir, avec la fa tig u e , il est
parfaitem ent possible de retrouver sur le te rrain des élém ents d 'u n e carte c o rre sp o n d a n t
à un autre coin du pays !).
2. O rientez votre carte en d irig e a n t des élém ents rem arquables de la carte vers des points
rem arquables du terrain (p ito n rocheux ici, villa g e là-bas, falaise là...) ou en utilisant
sim plem ent votre boussole, et calez le nord de la carte sur le nord du te rrain (dans certains
cas, il faudra te n ir co m p te de la déclinaison m agnétique).
3. Repérez g lo b a le m e n t dans q u e lle zone vous vous trouvez.

www.frenchpdf.com
4. D éterm inez dans le d é ta il où vous vous situez et « q u o i correspond à q u o i » dans votre
environnem ent proche.

☆ Simplifier
Il est im p o rta n t de savoir vous s im p lifie r l'existence qua n d vous cherchez à lire une carte.
Le cerveau et la m ém oire de travail o n t leurs lim ites. Si on p e u t fa cile m e n t « jo u e r »,
m entalem ent et en 3D, avec tro is ou quatre élém ents (un fo n d de vallée, une ligne de crête,
une route et une autre lig n e de crête, par exem ple), au-delà de cinq ou six, cela d evient plus
co m pliqué e t on co m m e t des erreurs. En lecture de carte, si vous êtes capable de situ e rtro is
ou quatre élém ents a u to u r de vous et sur la carte avec certitu d e , c'est g é n éralem ent plus
que suffisant p o u r vous re p é re r et dé g ro ssir votre p osition. Par la suite, vous appliquerez
le m êm e processus à plus p e tite échelle, au besoin, à l'in té rie u r d'u n e p o rtio n précise de
la carte où vous vous trouvez. Vous « rentrez » ainsi dans la carte avec un zoom avant, en
passant d'un ensem ble d e tro is ou quatre élém ents à un autre, plus petit. De même, p our
vous déplacer, il suffit g é n é ra le m e n t de vous fixe r une lim ite gauche, une lim ite d ro ite et un
« fond de tiro ir » p o u r progresser. Par e xem ple : lim ite gauche, le ruisseau ; lim ite droite, la
crête ; fo n d de tiroir, la route. Ce systèm e s im p lifié p e rm e t d'être fle x ib le et de ne pas devoir
sans arrêt faire le p o in t au m icro d é ta il près (sauf si la co n fig u ra tio n du terrain le nécessite,
évidem m ent).

☆ Se situer sur une carte


Il n'existe q u 'u ne m é th o d e p o u r vous situer avec précision en un p o in t sur une carte : croisez
deux courbes ou deux lignes (ou plus, mais deux suffisent). C om m e sur un plan cartésien,
déterm inez un p o in t en croisant les x et les y : sur une carte, vous pouvez faire correspondre
une lo n g itu d e e t une la titu d e (ou des c o o rd o n n é e s GPS), mais aussi :
• une route et une rivière (sur un p ont) ;
• deux routes ;
• un ruisseau e t l'a lig n e m e n t de de u x som m ets ;
• un sentier e t une a ltitu d e (co u rb e d e niveau, si vous avez un altim ètre) ;
• une ligne de crête e t un azim ut (si vous savez utiliser votre boussole) ;
• l'alignem ent du b o u t d 'u n e c o llin e et d'u n b â tim e n t avec une piste ;
• deux ou plusieurs azim uts (tria n g u la tio n ) ;
• bref, deux élém ents linéaires, réels ou abstraits.

En d éplacem ent, il pe u t être a cceptable de ne vous situer que sur une seule courbe à la fois
(sentier, azimut, autoroute), à c o n d itio n de d é te c te r si vous allez tro p loin et d'évaluer les
distances. Si vous ne pouvez vous situer sur aucune courbe, vous êtes « perdu ».

www.frenchpdf.com
• On déterm ine sa localisation précise en se situant sur deux éléments linéaires.
• On déterm ine son chemin en se situant sur un élém ent linéaire.
• On se perd en ne se situant sur aucun élém ent linéaire.

☆ Étalonner ses pas


Il est souvent utile d'évaluer une distance parcourue à pied. On co m p te g é n é ra le m e n t ses
doubles-pas : vous com pterez chaque fois que le p ied d ro it to u ch e le sol, par exem ple.
En mesurant avec précision, sur du terrain plat, une distance de 100 mètres, on la p arcourt
à pied en co m p ta n t ses doubles-pas. Vous trouverez une valeur très p e rso n n e lle et qui
variera selon divers facteurs :
• la charge : avec un gros sac à dos, vous effectuez au m oins 10 % de pas en plus ;
• la pente : en m ontée ou descente raides (suffisam m ent raide p o u r ra le n tir la cadence en
montée, ou faire attention à vos a ppuis en descente), vous effectuez jusqu'à 30 %, voire
50 %, de pas en plus ;
• en descente légère (faux plat descendant), vous effectuez 10 % de pas en moins.
Cet étalonnage est p ro p re à chacun. On l'affine par la p ra tiq u e e t avec l'h a b itu d e . Il faut
te n ir com pte d'une m arge d 'e rre u r inévitable, mais en c o m p ta n t vos pas de cette façon,
vous obtenez une idée des distances parcourues (la nuit, dans le b ro u illa rd , sans p o in t
de repère, etc.). Une fice lle avec 10 nœ uds dessus p e u t servir à c o m p te r les centaines.
Une seconde ficelle p eut c o m p te r les m illiers. Passée dans une b o u to n n iè re , par exem ple,
faites avancer la ficelle d'u n nœ ud à chaque 100 ou 1000 pas. C ette m é th o d e se m ontre
plus fiable qu'un calcul de la vitesse et du te m p s passé en d é p lace m e n t. La vitesse varie
beaucoup, et on s'arrête souvent b e a ucoup plus lo n g te m p s qu'on ne le croit.

☆ 3 points de référence
En déplacem ent, il est utile de to u jo u rs g a rd e r à l'esprit 3 p o in ts d e référence avec une
certitude to ta le :
1. Où vous étiez : le d e rn ie r p o in t sûr où vous avez pu vous situer avec précision sur la carte
(deux courbes croisées identifiables).
2. Où vous êtes : au m oins a p p ro xim a tive m e n t. Il fa u t savoir vous p la ce r sur au m oins l'une
des deux courbes qui sont n o rm a le m e n t croisées p o u r se situer. Si vous savez que vous
vous trouvez qu e lq u e part sur une co u rb e id e n tifia b le sur la carte (sentier, lig n e de crête,
route, piste, cours d'eau), vous n'êtes pas perdu.
3. Où vous allez : le p o in t à a tteindre d o it être reconnaissable avec précision sur la carte et
sur le terrain (deux courbes croisées identifiables).

Pour passer d'un p o in t à un autre sur la carte, suivez to u jo u rs un é lé m e n t linéaire, réel ou


abstrait. A chaque fois que possible, croisez deux ou plusieurs élém ents linéaires de la carte
p our faire le point. C haque intersection, chaque lisière, chaque lig n e de crête d e v ie n t un

www.frenchpdf.com
CHAPITRE 8 S'ORIENTER

moyen de vous situer avec précision au cours du trajet. Ainsi, tel le Petit Poucet, vous allez
de p o in t en point, et chaque p o in t est localisable avec ce rtitu d e grâce au p rincipe de base :
croiser deux courbes id e n tifiab le s à la fois sur le terrain et la carte.

☆ Déterm iner que l'on est perdu

Définition
Être perdu : être dans l'incapacité de savoir comment se rendre là où on veut aller.

Paradoxalement, il faut un excellent sens de l'orientation p o u r savoir avec certitude qu'on


est perdu. Très souvent, on co m m e t des erreurs d 'o rie n ta tio n sans s'en rendre com pte,
ou alors en n é g lig e a n t plus ou m oins vo lo n ta ire m e n t des incohérences entre ce que l'on
voit sur la carte e t le te rrito ire . Bien souvent, on préfère se rassurer en pensant que l'erreur
d'appréciation n'est que légère et que « ça d o it être ju ste un peu plus loin «.Trop souvent, on
incrim ine la carte. La solution ? Prendre le te m p s de d é te rm in e r avec certitude où vous êtes.
Si vous ne le savez pas, ou si vous avez un doute, revenez sur vos pas et retrouvez le dernier
point où vous avez été capable de vous situer avec 100 % de certitude. Et, si possible, exécutez
une nouvelle tentative en réévaluant votre m éthode. Le pire est de s'entêter dans l'erreur et
de s'y enfoncer. Après un certain niveau d'investissem ent, il d e vie nt psychologiquem ent très
difficile d'accepter qu'il s'agit bien d'u n e erreur, m êm e si on d o it y rester, et on continue de
marcher m êm e si on a conscience (plus ou moins) que l'on se tro m p e .

www.frenchpdf.com
☆ Les limites de la lecture de carte
En terrain plat, dans les e n droits où to u t le re lie f est sim ilaire (collines se ressem blant
toutes), ou sans visib ilité (obscurité, bro u illa rd , v é g é ta tio n dense), la lecture de carte seule
ne suffira pas à vous orienter. Remplacez-la par des te ch n iq u e s de navigation, en u tilisant la
boussole et en m esurant les distances parcourues (azim ut vs te m p s x vitesse, ou c o m p ta g e
de pas) p o u r avoir une idée au m oins a p p ro xim a tive de votre p osition.

* N A V IG A T IO N DE BASE À LA B O U SSO LE
La boussole à plateau m o d e rn e est un in stru m e n t à d o u b le usage. Elle sert à la fois de
ra pporteur d'angle et de com pas : elle possède une a ig u ille qui s'aligne sur le cham p
m agnétique terrestre. Elle p eut d o n c servir à in d iq u e r le nord m a g n é tiq u e et à m esurer un
angle entre ce nord m ag n é tiq u e et une d ire ctio n . C et angle s'appelle un « azim ut ».

No rd Les cartes to p o g ra p h iq u e s in d iq u e n t le nord


g é o g ra p h iq u e (ou, plus récem m ent, le nord
du GPS, n o ta m m e n t sur les cartes IGN qui
a rb o re n t désorm ais un q u a d rilla g e bleu calé
P o h r sur le système W GS84, utilisé par les GPS).
y i^ à

Si vous souhaitez é vite r des calculs de


déclinaison (souvent tro p difficiles à bien
réaliser sous stress ou après qu e lqu e s
mauvaises nuits accum ulées), une astuce
in fa illib le consiste à tra ce r à la rè g le le
nord m a g n é tiq u e d ire c te m e n t sur la carte
to p o g ra p h iq u e , en vous référant à la lé g e nd e
(qui in d iq u e la diffé re n ce entre le nord
g é o g ra p h iq u e et le nord m a g n é tiq u e , avec
une in d ica tio n d e d é rive annuelle).

Une fois ce q u a d rilla g e en place, il me suffit


de tra ce r sur la carte la lig n e du cap q u e je
désire p re n d re e t d e m esurer l'angle - à
l'aide d'un ra p p o rte u r ou de ma boussole
yB P A K T
à plateau d o n t je me sers co m m e te lle ) -
entre ce d e rn ie r e t le q u a d rilla g e du nord
m a g n é tiq u e . J'obtiens alors fa cile m e n t un
azim ut qui tie n t co m p te de la déclinaison
m a gnétique.

www.frenchpdf.com
Le ra p p o rte u r d'aviation est un o util très
intéressant pour p rend re les azimuts et
relever les distances : il s'agit d'u n ra p p o rte u r
carré, percé en son centre où l'on attache
une ficelle. Tendue, cette fice lle p e rm e t de
relever un azim ut sans rien écrire sur la carte.
Personnellement, j'aim e g ra d u e r cette ficelle
avec un feutre : un p o in t to u s les centim ètres.
Cela me p e rm e t de m esurer les distances
en ligne droite, mais aussi de m esurer
précisém ent une distance co u rb e sur la carte,
en superposant la fice lle à un tracé. Rapporteur carré d'aviation.

Pour suivre cet azim ut sur le terrain, je règle ma boussole sur le nom b re correspondant
(exem ple 180° : plein sud). Je p ivo te ensuite jusqu'à ce que l'aiguille « N » de ma boussole
et le nord du cadran coïncident. Cela a p o u r effet d 'o rie n te r ma boussole sur le bon cap par
rapport au cham p m a g n é tiq u e terrestre. La flèche de d ire ctio n de la boussole in d iq u e alors
la direction à p rendre sur le te rrain p o u r m archer à 180°.

Dans m on cham p de vision, je choisis alors un p o in t de repère visible qui soit sur ce cap,
et je le rejoins. Une fois ce p o in t de repère franchi, je recom m ence la m anœ uvre avec un
point de repère plus é lo ig n é . Si je perds de vue le p o in t de repère en cours de route, je
recom m ence to u t sim p le m e n t (une erre u r latérale de qu e lqu e s mètres est insignifiante,
seules les erreurs constantes de cap p e u ve n t le d e ve n ir sur la distance).

ARRIVÉ£

NORD
MAGtlÉTiQUE

www.frenchpdf.com
☆ Contourner un obstacle en se servant de la boussole
Pour contourner un obstacle, il existe plusieurs m éthodes :
► Toute sim ple : o b liq u e z à 90° d'u n côté, com ptez le no m b re de pas vous é lo ig n a n t de
votre azimut initial. Ensuite, reprenez l'azimut, puis o b liq u e z à nouveau à 90°, et refaites le
mêm e nom bre de pas en dire ctio n de votre azim ut de dé p a rt, p o u r le re p re n dre ensuite.
Sur la boussole, cette m é th o d e revient à faire (si vous évitez un obstacle par la d ro ite ) ;
+90°, -90°, -90° et fin a le m e n t + 9 0 °... Très sim ple à exécuter, d ifficile de se tro m p e r.

:4-

' 6....
★ j'

+ 90°
,0...........
•—

N N

-90 °

.O-,... 0-' —O

★ ★
■9......•
9-..... •

N N

/\
N

★ :
...

www.frenchpdf.com
► Vous pouvez aussi o p é re r de m anière id e n tiq u e mais avec un autre angle. Par exemple,
faites un « p lu s/m o in s/m o in s /p lu s » avec 2 1 °... Vous o b liq u e z à gauche de 27° (et vous
mesurez la distance parcourue), vous reprenez le cap initial, sur un chem in parallèle, virant
à d ro ite de 27° ; vous revenez ensuite au chem in initial en virant à d ro ite de nouveau de
27° (et en parcourant la m êm e distance que lors de la déviation initiale), et vous reprenez
finalem ent votre cap en virant une d e rn iè re fois à gauche de 27°.

Page précédente et ci-contre, contourner un obstacle à la boussole : version 90° et version 27°.

z\
N

.*- ' K

+ 27°

"'N' s n'

+27° 4 ,;- .ÿ
Tr ■T'A- P

■V-vV
6 .' N

■ A 'C r - X .

• '-

V -
/\
<1 N ô N

www.frenchpdf.com
☆ Faire demi-tour
Pour sim plem ent revenir sur vos pas, deux o p tio n s : ajoutez 180° à votre a zim ut... ou faites
coïncider le nord du cadran et le sud de la boussole, ce qui évite les erreurs de calcul.

* GPS : PO SSIB ILITES ET L IM IT E S


Le GPS se révèle fo rt utile en c o m p lé m e n t de la lecture de carte, mais il est assez risqué
de se fie r to ta le m e n t à lui. Il reste un accessoire high-tech e t souvent sensible au fro id , aux
chocs, à l'eau {m êm e si des versions robustes et « de te rrain » existent, il d e m e u re un outil
électronique com plexe et relativem ent fragile). Il nécessite des piles et to lè re assez mal les
obstacles dans son horizon : en fo rê t ou dans les en d ro its encaissés, il é p ro u ve souvent des
difficultés à capter les signaux satellitaires. En fo rê t tro p ica le , notam m ent, il s'avère souvent
to ta le m e n t inutilisable sauf dans les grandes clairières. Pas la peine de p a rler des canyons
ou des m ilieux urbains où les b u ild in g s très élevés b lo q u e n t qu a sim e n t to u te vue sur le
ciel : les GPS y fo n c tio n n e n t aussi p a rticu liè re m e n t mal.
GPS, au CEETS, est l'acronym e de « génial mais pas sûr »...

¥ UTILISER LE SOLEIL
I
Le soleil peut être un système re lativem ent fia b le p o u r naviguer e t re m p la ce r p a rtie lle m e n t
la boussole, avec une précision qui varie avec une m arge d 'e rre u r de 5° à 15°, selon la
saison et la latitude.

☆ L'ombre du bâton
Dans les tropiques, selon la saison, le soleil
passe au nord ou au sud à m idi. En revanche,
il se lève toujours à l'est et se couche toujours
à l'ouest. En plantant un bâton dans le sol,
toutes les 15 minutes environ, marquez le
tracé de la pointe de son om bre en y déposant
un pe tit objet. L'ombre en question dessine
une parabole assez aplatie et g lo balem ent
orientée est-ouest (elle est vraim ent alignée
est-ouest entre 11 heures et 13 heures, heure
solaire). Dans les hémisphères, le système
fonctionnera e xactem entde la mêm e manière.
En dehors de la p é rio d e du solstice d'été,
la m éthode sera beaucoup plus imprécise
le matin et le soir (la parabole dessinée par
l'om bre du bâton étant beaucoup plus arquée
Bâton planté / cadran solaire qui donne
une ligne est-ouest autour de midi. quand le soleil se déplace bas sur l'horizon).

www.frenchpdf.com
CHAPITRE 9

PREMIERS SECOURS EN MILIEU ELOIGNE


* ALLEZ VOUS FORMER !

^ PRINCIPES DE BASE

^ PRIORITÉS DU SECOURISTE EN MILIEU ÉLOIGNÉ

^ VOIES AERIENNES
☆ Corps étranger ☆ Œdème ☆ Trachéo d'urgence ?
☆ Position Latéral de Sécurité
☆ Plaies à la cage thoracique ☆ Lésions des côtes et du volet thoracique
☆ Hyperventilation
☆ État de choc

^ IMMOBILISER UN MEMBRE
☆ Membre supérieur ☆ Membre inférieur

* L'HYPOTHERMIE
☆ Conduite à tenir

^ DEPLACER UN BLESSE
☆ Support pour cloche-pied ☆ Brancard de fortune

* PIQURES ET MORSURES (ZONES TEMPEREES)


☆ Hyménoptères ☆ Vipères et vipéridés (pour l'Europe)

* PLAIES
☆ Prévention des infections

* LA TROUSSE DE PREMIERS SECOURS

APPELER LES SECOURS

* POUR ALLER PLUS LOIN

www.frenchpdf.com
r \
1 r"
V H

www.frenchpdf.com
Si vous ne l'avez pas déjà fait, je vous incite fo rte m e n t à vous fo rm e r, au m in im u m , aux
prem iers secours. Des cours existe n t p a rto u t dans le m onde, g é n é ra le m e n t accessibles
po u r quelques dizaines d'euros. Ces cours, o fferts p a r la Croix-Rouge, les p o m p ie rs, la
sécurité civile, et de n o m b re ux organism es spécialisés, so n t vra im e n t utiles p o u r sauver
les vies, a fo rtio ri en con te xte urbanisé où les secours so n t souvent jo ig n a b le s ra p id e m e n t
et efficacem ent. En m ilieu é lo ig n é , la p lu p a rt des p rin cip e s enseignés sont é g a lem e n t
valables. Il faudra parfois, en revanche, stabiliser une victim e p e n d a n t un laps de te m p s
plus long, com pte tenu de l'é lo ig n e m e n t. Ce q u i nécessitera q u e lq u e s ajustem ents et
quelques com pétences supplém entaires.

^ ALLEZ V O U S F O R M E R !
C om m e p o u r to u t le reste du livre, ce genre d'e xp lica tio n s ne rem place pas une vé rita b le
form ation, délivrée par des enseignants com pétents. Et ne rem place ni la p ra tiq u e ni l'en­
traînem ent, toujours plus riches e t com plexes que to u t ce que l'on p e u t dire.
O utre ces recom m andations sur les m é thodes de secourism e, nous verrons ici quelques
cas courants qui nécessitent une évacuation de la victim e vers une assistance m édicale.
Savoir les dé te cte r et les reconnaître assez tô t p e u t parfois c o m p e n se r l'é lo ig n e m e n t et
vous faire évacuer la victim e à tem ps. Je consacrerai q u e lqu e s paragraphes à vous trans­
m ettre un peu de culture générale sur le fo n c tio n n e m e n t du corps face au fro id , aux hé­
m orragies, aux blessures, entres autres, p rin c ip a le m e n t p o u r vous p e rm e ttre d e lire un peu
m ieux les situations et de c o m p re n d re g lo b a le m e n t « c o m m e n t ça marche ». Votre cerveau
et votre bon sens feront, je l'espère, le reste !

^ P R IN C IP E S DE BASE
Le secourism e est un cham p d'expertise à p a rt entière, co m p lé m e n ta ire d e la m édecine.
J'aime dire que le secouriste a p o u r fo n c tio n d e s'occuper de la partie lo g is tiq u e du
tra ite m e n t d'une victim e : il em b a lle et il expédie. S chém atiquem ent, il rend la victim e
transportable, autrem ent d it il s'assure autant que possible q u 'e lle arrivera vivante entre les
mains d'un m édecin co m p é te n t qui la soignera.

Pour ce faire, 3 principes de base sont a b so lum e n t p rim o rd ia u x. Il fa u t to u jo u rs les g a rd e r


en tête :
1. Éviter le suraccident : tou jo u rs, tou jo u rs, to u jo u rs réfléchir e t o b se rve r la situation
avant de foncer tê te baissée p o u r « sauver » une victim e. Le p re m ie r rôle du secouriste est
de se préserver lui-m êm e, sinon on se retrouve avec un secouriste en m oins e t une victim e
en plus, ce qui n'est pas très efficient.
2. « Premièrement, ne pas nuire » : c'est le p rin cip e de base en m édecine, et il est va­
lable partout. Si vous ne savez pas co m m e n t g é rer une situation, ne la gérez pas.
D em andez de l'aide. Ne nuisez pas. Ne com m ettez pas d'erreurs grossières en pensant

www.frenchpdf.com
« d e vo ir faire q u e lq u e chose ». À l'inverse, n'abandonnez pas une victim e. A lertez au moins
les secours co m p é te n ts si vous ne pouvez rien faire vous-m êm e.
3. Il vaut mieux appeler à l'aide trop tôt que trop tard : en Europe et en A m érique
du N ord, des systèmes de secours perfo rm a n ts existent et p e uvent p rê te r assistance aux
victim es en m ilieu naturel, m êm e é lo ig n é ou engagé. Il est p ré férable de les contacter dès
que vous vous rendez co m p te que vous ne détenez pas les m oyens de g é re r une situa­
tion com m ençant à d e v e n ir co m p liq u é e . A tte n d re ou s'entêter à ré gler le p ro b lè m e par
vos propres m oyens est très honorable, mais c o m p liq u e souvent la tâche des secouristes.
Aussi, dans le d o u te , vous pouvez a p p e le r les secours p o u r exposer le p ro b lè m e et sim ple­
m ent d e m a n d e r conseil.
É videm m ent, vous éviterez de c o n fo n d re ces services d 'u rg e n ce coûteux et précieux avec
des transports de personnes fa tig u é e s... Ces professionnels de l'urgence en m ilieu é loigné
ne sont pas des taxis e t les m o b ilis e r p o u r rien p e u t co û te r des vies par ailleurs, si une vraie
situation d 'u rg e n ce survient alors q u'ils tra n s p o rte n t des fainéants.

¥ P R IO R IT E S DU S E C O U R IS TE EN M IL IE U ELO IG N E
Une fois le suraccident bien g éré e t évité, les prio rité s du secouriste, dans l'action com m e
dans l'évaluation de l'état d 'u n e victim e, p e u ve n t être reg ro u pé e s sous l'acronym e (en an­
glais) « ABCDE » :
• Airways : les voies respiratoires. Elles sont la p rio rité absolue (sauf hém orragie massive),
sinon to u t le reste de la p ro cé d u re ne servira à rien. A près qu e lqu e s m inutes sans respirer,
le cerveau se dé té rio re, le coeur s'arrête, etc.
• Breathing : la respiration. Elle d o it fo n c tio n n e r e t être efficace. Q u ico n q u e respire a nor­
m alem ent é g a lem e n t le cœ ur qui b a t... Inutile de s'en in q u ié te r à ce niveau.
• Circulation ; on parle ici de la circulation sanguine. Pour q u 'elle soit efficiente, une te n ­
sion artérielle m inim ale d o it être présente. Le systèm e circulatoire d o it être étanche et suffi­
sam m ent « plein » de vo lu m e sanguin. Pour le secouriste de base, le rôle principal consiste
à colm ater ra p id e m e n t et efficacem ent les fuites dans le système circulatoire.
• Disability : ici, on évalue le niveau de conscience et on en recherche les tro u b le s ou les
causes possibles d'une inconscience to ta le ou partielle.
• Exposure : l'idée est de p o u v o ir exam iner le corps en e n tie r si nécessaire. Sur le terrain,
cela se révèle souvent d iffic ile ou risqué, co m p te tenu des élém ents. Retenez m algré to u t
l'im portance de to u jo u rs aller VOIR une blessure et d'exam iner co rre cte m e n t la zone afin
de ne rien négliger.

Selon les cas, vous devrez inverser certaines étapes, bien évidem m ent. Une fém orale qui
saigne (la personne risquant de se v id e r en q u e lqu e s secondes) n'attendra pas forcém ent
le rétablissem ent de la ve n tila tion . Mais, dans la p lu p a rt des cas, cette « check-list » perm et
de ne pas o u b lie r tro p de choses.

www.frenchpdf.com
^ V O IE S A É R IE N N E S
Pour oxygéner le sang et les tissus, il est in d ispensable de respirer et, donc, d 'avoir des voies
aériennes ouvertes. Nous allons passer en revue q u e lqu e s cas récurrents d 'o b s tru c tio n des
voies aériennes en m ilieu naturel e t d é crire quelques-unes des solutions p otentielles.

FOSSES T R O t^ re
NASALES j /£ üstache

NA50PHARy/YX
Vo/LÊ JV PALAh
EPIGLOTTE e ru je iT E

0«O PH AR yrtX
O u rritA G E T H yR ûiP £ -
(pOMMej>'APAM )

L A R y tlK CeSOPHA&E

CARTIlASe CPicdivE T R A C H EE

Voies aériennes supérieures.

☆ Corps étranger dans les voies respiratoires

►Si la victime est consciente et que ses voies respiratoires sont bouchées, elle ;
• s'agite ;
• ouvre les yeux très grands, d e vie n t to u te rouge, puis g ra d u e lle m e n t ble u e ;
• ouvre et ferm e la bouche, parfois en sortant la langue (elle « fa it le poisson ») ;
• ne peut PAS tousser ni ém ettre le m o in d re son (une personne qui tousse se p ro tè g e déjà
d'elle-m êm e, il ne faut pas intervenir).
►Si la victime n'arrive pas à expulser ce corps é tra n g e r d 'e lle -m ê m e en q u e lq u e s se­
condes, il faut :
1. La faire se pencher en avant (tronc parallèle au sol ou plus loin encore) e t lui d o n n e r
5 tapes du plat de la main entre les om oplates. Les tapes sont inefficaces si la personne
n'est pas penchée en avant. Le corps é tra n g e r d o it p o u v o ir descendre hors de la g o rg e par
la force de gravité.

www.frenchpdf.com
CHAPITRE 9 PREM IERS SEC O U R S EN M ILIE U É L O IG N É

2. Effectuer la m anœ uvre de H eim lich : placez-vous d e rriè re la victim e, en passant les
bras autour d'elle : un p o in g juste sous le sternum , l'autre main e n ve lo p p a n t fe rm e m e n t le
poing. Tirez alors v io le m m e n t vers le haut en e nfonçant le p o in g dans le diaphragm e, sous
le sternum , ce qui p ro v o q u e une « to u x » a rtificielle p e rm e tta n t d'expulser le corps étranger.
► Si la v ic tim e est in c o n s c ie n te :
1. Lui ouvrir la bouche et inspecter visuellem ent, s'assurer qu'aucun liquide ou o b je t (pro­
thèse dentaire, dents, fragm ents osseux, sang, etc.) ne puisse o bstruer les voies respiratoires.
2. Les o b je ts p euvent être retirés avec p ru d e n ce en enfo n ça n t les d o ig ts le long d'une jo u e
et en allant les chercher p a r-d e rriè re en fo rm a n t un crochet avec les doigts. Ne jam ais pous­
ser dessus ou te n te r de les saisir d ire c te m e n t ; vous risquez de les e nfoncer dans la gorge.
3. Si des saignem ents, sécrétions ou n 'im p o rte quel liq u id e sont présents au niveau du nez,
de la bouche ou de la g o rg e , il fa u t placer la victim e en position latérale de sécurité (PLS),
sinon elle se noiera, to u t sim p le m e n t.
4. M êm e en l'absence de liquides, la langue d 'u n e personne inconsciente a tendance à
redescendre vers l'arrière et à b lo q u e r les voies respiratoires : la PLS p révient efficacem ent
ce genre de problèm e.

☆ Œ d è m e (g o n fle m e n t) d e s v o ie s re s p ira to ire s h autes


Dans certains cas, les voies respiratoires se b lo q u e n t à cause d'un œ d è m e (gonflem ent) au
niveau de la go rg e , de la langue ou du larynx. Cela p e u t se p ro d u ire à cause d'une brûlure
au cou ou à la face, ou en inhalant des gaz chauds (incendie), à cause d'u n e piq û re d 'in ­
secte ou de re p tile au niveau de la face, de la g o rg e ou dans la bouche. Il arrive aussi que
des réactions a llergiqu e s violentes fassent g o n fle r les m êm es zones et b lo q u e n t la respira­
tion. C'est no ta m m e n t le cas de certaines allergies alim entaires.
Peu im p o rte la raison, un g o n fle m e n t im p o rta n t de la région de la bouche et du cou, avec
atteinte des parties internes (langue, am ygdales, g o rg e , etc.) d o it être considéré com m e
une urgence vitale. La victim e d o it recevoir une assistance m édicale d'urgence.
Bien que ce ty p e de réaction so it visu e lle m e n t spectaculaire, la victim e p eut le plus souvent
respirer par elle-m êm e p e n d a n t un p e tit m om ent. Elle pourra é p ro u ve r des difficultés ma­
jeures à respirer et avoir l'im pression de d e v o ir tra va ille r très fo rt p o u r faire passer l'air, mais
elle pourra souvent « fo rc e r » sa respiration et faire passer de l'air m algré tout.
Si la respiration se b lo q u e co m p lè te m e n t, vous pourrez l'aider en p ra tiq u a n t le bouche-à-
bouche.
Dans les cas d'allergie s sévères, l'in je ctio n d'ad ré n a lin e en intram usculaire est indiquée
(consultez vo tre m édecin qui pourra d é liv re r une o rd o n n a n ce si c'est in d iq u é p o u r vous).
Elle a p o u r effet de faire re m o n te r la tension a rtérielle et de lib é re r q u e lq u e peu les voies
respiratoires. Son action est parfois d e co u rte durée. Ce tra ite m e n t de choc est accom pa­
gné, le plus souvent, d 'u n e prise de corticoïdes.

www.frenchpdf.com
Pour éviter les com plications, il est im p o rta n t de re tire r to u t b ijo u ou vê te m e n t pouvant
nuire à la respiration : cravate, colliers ajustés, etc. On p e u t é g a le m e n t v e ille r à re tire r les
bagues, m ontres ou autres bijoux, si des oedèmes sont présents au niveau des mains.

☆ « Trachéo » d 'u rg e n c e ?
Les film s m ontrent parfois des scènes très farfelues où le héros d é g a in e un cran d'arrêt,
perce en vitesse la trachée de son ami et y insère un stylo à b ille p o u r lui sauver im m é d ia ­
te m e n t et facilem e n t la vie ... C'est beau, le ciném a !
Ce genre de procédure est extrê m e m e n t risqué. Il est la rg e m e n t possible de sectionner
une artère ou d 'e n d o m m a g e r la thyroïde, ou de p u re m e n t e t sim p le m e n t tu e r une p e r­
sonne déjà mal en point, en lui perçant la trachée au mauvais e n d ro it ou à mauvais escient.
Cette technique, sans le m atériel adapté et sans appareil d 'a spiration/succion, manifestera
une efficacité très lim itée. Une ve n tila tion som m aire p e u t se p ro d u ire dans le tro u créé,
mais elle reste très fa ib le (essayez de respirer à travers le corps d'u n stylo p e n d a n t une
m inute et vous sentirez to u t de suite p o u rq u o i) et des flu id e s (sang, sécrétions) v ie n d ro n t
gêner la respiration rapidem ent. Bref, on est très loin d 'H o lly w o o d .

Le nom de la te ch n iq u e utilisée a ctu e llem e n t par les m édecins urgentistes (et certains se­
couristes des forces spéciales expressém ent instruits p o u r le m ilieu é lo ig n é ) est une crico ­
tom ie, p lu tô t qu'une tra ch é o to m ie . Je le m e n tio nn e afin que vous puissiez vous fo rm e r à
la bonne m éthode, déjà, en évitant la tris te m e n t cé lè b re « tra ch é o de terrain » si risquée.

☆ Positon L atérale d e S é c u rité


La position latérale de sécurité ou « PLS » est enseignée dans to u t cours de secourisme digne
de ce nom. Elle se pratique sur une personne inconsciente q u i respire p a r ses propres moyens.
Si la victim e est inconsciente et qu'elle ne respire pas, il faudra alors pratiquer la réanimation
cardio-respiratoire (enseignée égalem ent dans to u t cours de secourisme dig n e de ce nom).

Victime en position PLS.

www.frenchpdf.com
☆ P laies à la c a g e th o ra c iq u e : p n e u m o th o ra x e t c o m p lic a tio n s
Un pne u m o th o ra x corre sp o nd à l'accum ulation d 'a ir entre le p oum on et la cavité pleurale.
Cette « poche » d'air écrase le p o u m o n et l'em pêche de se g o n fle r et de se d é g o n fle r cor­
rectem ent, m enant à une insuffisance respiratoire qui s'installe progressivem ent. Le pneu­
m othorax d 'o rig in e tra u m a tiq u e p e u t survenir en cas de p e rforation du poum on (fracture
des côtes ou fra g ilité du p o u m o n ) ou de p e rfo ra tio n du th o ra x (d 'o rig in e traum atique).
Dans un cas com m e dans l'autre, le p o u m o n se « d é g o n fle » et ne fo n ctio n n e plus.
En cas de d ifficultés respiratoires (et de m o u ve m e nt respiratoire plus am ple d'un côté que
de l'autre) suite à une chute ou à un traum atism e, on évacuera systém atiquem ent la victim e
en suspectant un pneum othorax.

Dans certains cas, la pression d'air augm ente progressivem ent dans la cavité pleurale, no­
tam m ent lorsque la form e de la lésion crée une valve laissant entrer l'air dans la cavité, mais
ne le laissant pas sortir. Cet air augm ente alors en pression avec chaque mouvem ent respira­
toire, com prim e peu à peu le cœ ur et l'aorte, risquant d'entraîner de graves complications qui
peuvent causer le décès avant l'évacuation de la victime.
La déviation de la trachée, qui o b lique en direction du côté sain sous la pression, représente
un signe évident de ce type de pneum othorax (dit compressif). Le cœ ur se retrouve ainsi com­
primé et la situation risque de se co m p liq u e r assez vite vers une arythmie ou un état de choc.
Toute suspicion de pneum othorax com pressif d o it être prise au sérieux et déclencher une éva­
cuation ou, au moins, un appel vers un centre de secours pour dem ander conseil.
Le traitem ent initial, qui est un geste médical, consiste à percer (avec une seringue de bon
diamètre) la cage thoracique sous la 2“ côte et à installer un cathéter qui permettra à l'air de
s'évacuer.

www.frenchpdf.com
☆ Lésions d es cô tes e t du v o le t th o ra c iq u e
En cas de traum atism e grave de la cage th o ra ciq u e , et n o ta m m e n t la fracture de plusieurs
côtes en au m oins deux points, la paroi th o ra c iq u e n'a parfois plus assez de rig id ité p o u r as­
surer sa fonction de mise en pression/dépression du p o u m o n . Cela lim ite é n o rm é m e n t (et
généralem ent très doulou re u se m e n t) l'efficacité du m o u ve m e nt respiratoire e t p ro vo q u e
une détresse respiratoire qui p eut d e ve n ir im p o rta n te . Le risque de c o m p lica tio n est é g a ­
lem ent élevé, notam m ent le pneum othorax.

EXPIHATIon inSPIRAtlOM EUPtfiAcnon inspif^Tiofi

Volet costal Volet costal et bandage adhésif large


redonnant de la rigidité à l’ensemble.

Le traitem ent de la d o u le u r p e u t être in d iq u é p o u r lim ite r la gêne respiratoire.


Un bandage (non élastique) très adh é sif e t très large redonnera un peu de rig id ité à l'en­
semble. Encore une fois, le d u ct ta p e vaut son pesant d'or. O n p e u t renforcer, faute de
mieux, ce bandage de fo rtu n e avec des pièces résistantes (arm ature de sac à dos p lié e à
la form e du thorax de la victim e) p o u r d o n n e r encore plus de rig id ité à l'ensem ble. Il est
im portant de couvrir la partie lésée en d é b o rd a n t la rg e m e n t de la zone avec le bandage
p o ur assurer une bonne tenue, y co m p ris lors de l'inspiration (où la partie lésée a tend a n ce
à s'enfoncer par ra p p o rt au reste de la poitrine).

www.frenchpdf.com
☆ H y p e rv e n tila tio n
Certaines personnes, face à des é m o tio n s violentes, se m e tte n t à re s p ire rtro p , tro p vite. On
dit qu'elles « h yp e rve n tile n t ». Ce faisant, elles m o d ifie n t la pression partielle de l'oxygène
et du C 0 2 dans leur sang, ce qui entraîne parfois des effets désagréables :
• respiration devenant ra p id e et saccadée ;
• sensations de flo tte m e n t, d 'e n go u rd isse m e n t ou de fo u rm ille m e n ts ;
• étourdissem ents ;
• malaise, sentim ent d'angoisse ;
•té ta n ie (contractions involontaires des muscles : parfois bras,jam bes, mâchoires, etc.).
Pour ré ta b lir l'é q u ilib re des gaz sanguins, il suffit de faire respirer la personne en circuit fe r­
mé p e n d a n t q uelques secondes ou q u e lqu e s m inutes : respirer dans un sac, par exem ple.

Le taux de C 0 2 dans le sang retrouve alors une valeur norm ale et les sym ptôm es dispa­
raissent im m édiatem en t.

Respirer dans un sac pour calmer une crise d'hyperventilation.

www.frenchpdf.com
☆ É tat d e choc
L'état de choc correspond, to u t sim plem ent, à une d im in u tio n tro p im p o rta n te de la
pression sanguine.
La pression sanguine est une com binaison du d é b it ca rdiaque (q u a n tité de sang p o m ­
pée par le cœ ur à chaque m inute), du vo lu m e sanguin (q u a n tité to ta le de sang) et de la
résistance des vaisseaux sanguins p é rip h é riq u e s. Si les vaisseaux sanguins se dila te nt, le
sang a « tro p de place » et la pression sanguine d im in u e . Au contraire, si les vaisseaux
périphériques se resserrent (com m e par te m p s fro id , par exem ple), la pression sanguine
augm ente. De m êm e, si le cœ ur bat plus vite, la pression augm ente, e t inversem ent.

Si le corps détecte une d im in u tio n de la tension artérielle, il ré a g it en :


• accélérant le pouls e t a u g m e n ta n t le d é b it card ia q u e ;
• contractant les vaisseaux sanguins p é rip h é riq u e s ;
• stim ulant le passage des flu id e s du corps vers la circulation sanguine p o u r lui re d o n n e r
du volum e.

Les prem iers signes et sym ptôm es d'u n état de choc sont d o n c :
• pouls rapide (le corps accélère le cœ u r p o u r m a in te n ir la pression sanguine) ;
• peau pâle et fro id e , extrém ités fro id e s (le corps contracte les vaisseaux sanguins p é rip h é ­
riques p our augm e n te r la pression sanguine en prio risa n t les organes vitaux) ;
• fatigue, faiblesse, accom pagnées parfois d'un se n tim e n t d'angoisse ou d e p e u r latente (à
cause de l'adrénaline qui dé fe rle ) ;
• soif intense ;
• sensation de fro id ;
• tête qui tourne, vertiges ;
• nausées, vom issem ents.

Si la tension artérielle con tin u e de dim inuer, le choc s'installe ré e lle m e n t e t p e u t é voluer
vers le coma. A term e, si la pression sanguine d im in u e tro p , le re to u r veineux ne se fa it plus
correctem ent et la p o m p e cardiaque se désam orce : la m o rt est alors im m inente.
Trois principales causes p euvent p ro v o q u e r la d im in u tio n de la pression sanguine jusqu'à
l'état de choc : la d im in u tio n du vo lu m e sanguin (choc hyp o vo lé m iq u e ), un mauvais fo n c ­
tio n n e m e n t de la p o m p e cardiaque (choc ca rd io g é n iq u e ) ou une d ila ta tion brutale des
vaisseaux sanguins p é rip h é riq u e s (choc d istrib u tif).
Dans tous les cas, il s'agit d'u n e urgence vitale q u 'il est très d iffic ile de g é re r sur le terrain.
Toute situation pouvant faire glisser une victim e vers un état de choc est d o n c à p re ndre
très au sérieux ; une assistance m édicale s'im pose.

www.frenchpdf.com
■f Choc hypovolém ique (m anque de volume sanguin)
Le volum e sanguin p e u t être ré d u it par ;
• hém orragie (interne ou externe) ;

• déshydratation im p o rta n te (diarrhée, vom issem ents, brûlures im portantes, exposition à la


chaleur sans a p p o rt d'eau).
La m eilleure prévention de l'état d e choc h y p o v o lé m iq u e est, bien sûr, de lim ite r les pertes
sanguines e t la déshydratation.

■f Choc cardiogénique (causé par le cœur), obstructif, tam ponnade cardiaque, etc.
Pour une raison ou une autre (infarctus, choc au niveau du cœ ur qui le fa it gonfler, pn e u m o ­
thorax de tension qui c o m p rim e le m uscle cardiaque, m anque ou excès de potassium , etc.),
la po m p e cardiaque ne fo n c tio n n e plus co rre cte m e n t et ne p a rvient pas à p o m p e r assez
de sang p o u r m aintenir la pression sanguine. Une assistance m édicale d 'u rg e n ce s'im pose.

Choc distributif
Le choc d is trib u tif est causé par une dila ta tion tro p im p o rta n te des vaisseaux sanguins p é ri­
phériques. C ette d ila ta tio n in d u it une chute im p o rta n te de la résistance vasculaire p é rip h é ­
rique et un état de choc qui p e u t être causé par :
• une réaction a lle rg iq u e vio le n te (choc anaphylactique) ;
• une infection généralisée (choc se p tiq u e ) ;
• une a u gm entation rapid e de la te m p é ra tu re c o rp o re lle (on parle alors de « faux coup de
chaleur »). Ce d e rn ie r est te m p o ra ire e t sans gravité.

En cas de choc d istrib u tif, la peau d e la victim e est souvent ro uge e t chaude, au lieu d'être
blanche et fro id e com m e p o u r les autres types de choc, ce q u i p e rm e t de l'id e n tifie r plus
facilem ent. Les risques (com a, désam orçage de la p o m p e cardiaque) sont les mêmes.
Le choc d is trib u tif est prévenu en évitant ou en s o ig n an t les infections (il ne survient pas
dans les situations d 'urge n ce , mais p lu tô t q u e lqu e s jo u rs après), ou en injectant de l'adré­
naline en intram usculaire p o u r les cas de choc a lle rg iq ue .

¥ IM M O B IL IS E R U N M E M B R E
Pour im m o b ilise r un m em b re blessé, on observe deux principes de base :
1. Toujours respecter la d o u le u r et laisser la personne se placer dans une position co n fo r­
table. Si votre victim e p e u t se d é p la c e r en te n a n t son bras contre elle sans autre interven­
tion de votre part, et que c'est m oins d o u lo u re u x p o u r elle de cette façon, ce sera souvent
la m oins mauvaise solutio n !
2. On im m o b ilise un m em b re en suivant le p rin c ip e des deux articulations : une articulation
au-dessus et une articulation en dessous de la zone lésée. Par exem ple, p o u r une fracture
de l'avant-bras, on im m o b ilis e le p o ig n e t et le coude.

www.frenchpdf.com
☆ M e m b r e s u p é rie u r
► Épaule - Bras - C oude

Bras en écharpe avec chèche + objet dans la main pour stabiliser le poignet.

► Avant-bras - P oignet - Main

Bras en écharpe avec chèche, variante derrière l’épaule.

www.frenchpdf.com
☆ M e m b r e in fé rie u r

Attelle avec matelas autogonflant :


1. Poser dessous.
2. Refermer et faire comme un strapping.
3. Gonfler.

www.frenchpdf.com
* L 'H Y P O T H E R M IE
L'hypotherm ie correspond à un abaissem ent de la te m p é ra tu re co rp o re lle centrale. Si vous
plongez un pied dans l'eau glacée, sa te m p é ra tu re pourra ch u te r de m anière spectaculaire
sans p our autant parler d 'h y p o th e rm ie . En p é rio d e fro id e , notre « écorce » (les parties pé­
riphériques du corps) est capable de descendre à des te m p é ra tu re s très basses sans p o u r
autant nous m ettre en danger. La partie extérieure de la peau, par exem ple, p e u t atteindre
des tem pératures de l'ordre de 5 ou 6 °C sans p ro b lè m e , alors qu 'u n re fro id isse m e n t de
seulem ent quelques degrés au centre du corps a des conséquences dram atiques. Bref,
notre corps, com m e le vocabulaire m édical, d istin g u e très cla ire m e n t un refroidissem ent
périp h é riq u e (gé n éralem ent bénin, en dehors des gelures) d'u n re froidissem ent de sa
masse centrale : l'hypotherm ie.
Pour se p ro té g e r contre l'h yp o the rm ie , le corps se soucie avant to u t du refroidissem ent
de son noyau vital : les organes vitaux e t le cerveau. Il réagira d 'autant plus fo rte m e n t si la
« masse centrale » se refroidit, alors q u 'il ne gaspillera pas son é n e rg ie p o u r réchauffer un
pied plongé dans l'eau fro id e . Cette d iffé re n tia tio n très nette q u 'o p è re le corps entre le
centre et la périp h é rie est une façon d 'é co no m ise r de l'énergie.
Ainsi, plus une personne est acclim atée au fro id et plus son corps to lé re ra les refroidisse­
ments périphériqu e s (M a n ig u e t 1989, Étienne 2004).
On dénom bre 5 stades d 'h y p o th e rm ie . En effet, on p e u t avoir très fro id avant d'être réel­
lem ent en état d 'h yp o th e rm ie . Voici, en détail, les d ifférents niveaux de d im in u tio n de la
tem pérature centrale du corps, du sim ple re fro id isse m e n t bénin au com a lié à une h yp o ­
therm ie sévère.
A ttention ! Les tem pératures in d iq u é e s p e u ve n t va rie r d e 1 °C, voire 2 °C, selon les in d iv i­
dus : ils sont d o n c à p re ndre avec un peu de recul.

www.frenchpdf.com
Sensation de froid, sans réelle hypotherm ie (environ 3 6,7 °C - 35 °C)
Tout le m on d e - ou presque ! - a déjà eu vra im e n t fro id au m oins une fois dans sa vie. On
éprouve cette sensation g é n é ra le m e n t désagréable de se re fro id ir dès que la tem pérature
corporelle centrale descend sous les 36,7 °C. En to u t p re m ie r lieu, on ressent le refroidisse­
m ent au niveau des extrém ités : c'est le p re m ie r signe d'alerte. On se rend co m p te que les
pieds se refroidissent, q u e le b o u t du nez et les d o ig ts sont froids. Ce phénom ène résulte
de la co nstriction des vaisseaux sanguins p é rip h é riq u e s qui cessent de chauffer la peau et
les extrém ités p o u r isoler le corps du fro id am biant. Ainsi privée d'u n e bonne partie de son
d é b it sanguin, la peau d e v ie n t plus fro id e e t nous isole jusqu'à sept fois m ieux qu'en tem ps
norm al.

Une personne q u i sait bien g é re r sa chaleur c o rp o re lle reconnaît im m é d ia te m e n t ce to u t


prem ier signe de refroid isse m e n t et n'attend pas plus lo n g te m p s p o u r a g ir : elle ajoute
im m éd ia te m e n t des couches de vêtem ents, bo u g e , se m et à l'abri du vent, consom m e une
boisson chaude, m ange un repas chaud, etc. Inutile de se laisser aller à perdre davantage
de sa précieuse chaleur, su rto u t si l'on d o it passer encore du te m p s dehors ! C'est en n é gli­
geant ces prem iers signes de re fro id isse m e n t que l'on se retrouve, quelques minutes plus
tard, avec les pieds vraim e n t froids, les orteils dou lou re u x, les d o ig ts raides, et qu'il devient
difficile de se réchauffer.
En effet, plus les muscles et les tissus a d ip eu x se refroidissent et plus les capacités à p ro ­
duire de la chaleur se d é té rio re n t. Par conséquent, en restant to u jo u rs co n fo rta b le m e n t
« chauds », nous som m es m ieux en mesure de lu tte r contre le fro id .

Après seulem ent q uelqu e s m inutes passées sous 36,7 °C, nous com m ençons à uriner co­
pieusem ent. Tout le sang qui se tro u v a it dans la peau, d é fe rla n t dans les vaisseaux p rin ci­
paux, augm ente la tension a rtérielle et le corps p ro d u it ra p id e m e n t de l'urine p o u r éviter
l'hypertension. On p e u t ainsi u riner jusqu'à de u x litres d'eau presque pure en m oins d'une
heure. C ette perte hyd riq u e devra être com pensée dès que le corps se réchauffera et que
le sang retournera aux extrém ités. En attendant, nous fo n ctio n n e ro n s sim p le m e n t avec un
volum e sanguin m oins im p o rta n t e t un sang plus visqueux.

Si la te m p é ra tu re centrale a tte in t les 36,4 °C, nous sentons que nous nous refroidissons
« à l'in té rie u r ». La sensation de fro id gag n e le th o ra x et le dos, voire l'abdom en. Nous fris­
sonnons légèrem ent, à intervalles irréguliers.
À ce stade, le systèm e im m u n ita ire est litté ra le m e n t en hibernation. En effet, les globules
blancs (leucocytes) o n t besoin d'u n e te m p é ra tu re m inim ale de 36,5 °C p o u r fo n ctio n n e r
correctem ent. Ce qui e x p liq u e que l'on « prenne fro id » : le fro id à lui seul ne p e u t pas d o n ­
ner un rhum e, mais com m e il m et te m p o ra ire m e n t en som m eil le système im m unitaire, il
facilite l'installation des m icrobes dans le système.
Lorsque la te m p é ra tu re du sang a tte in t les 36 °C, nous com m ençons à frissonner plus ré­
g ulièrem ent et plus intensém ent. Ces frissons p euvent se d é clencher plus tô t chez une

www.frenchpdf.com
personne habituée à la chaleur, ou plus tard chez une personne bien acclim atée au fro id ,
mais 36 °C est une bonne m oyenne. Dès lors, les divers m écanism es de p ro d u c tio n de cha­
leur du corps s'activent ré e lle m e n t p o u r que la te m p é ra tu re centrale rem onte. À ce stade,
la sensation de fro id est déjà vra im e n t très intense. Elle envahit to u t le corps, et on p eut
difficile m e n t penser à autre chose.
Si la tem pérature c o rp o re lle co ntinue de descendre, les frissonnem ents s'in te n sifie n t et
s'étendent sur de plus longues périodes, jusqu'à d e ve n ir p ra tiq u e m e n t continus.
A une tem pérature de 35 °C, nous nous sentons déjà eng o u rd is. La m o tric ité fin e est très
largem ent altérée à cause des frissons et de l'e n g o u rd isse m e n t général, et l'esprit (com m e
to u t le reste du corps) fo n ctio n n e au ralenti. Nous q u itto n s le d o m a in e du sim ple re fro id is­
sem ent p o u r entrer dans le m o n d e de l'h y p o th e rm ie légère.

Hypothermie légère (environ 35 °C - 3 4 °C)


À ce stade, nous som m es encore conscients, bien que déjà c o n s id é ra b le m e n t dim inués
m entalem ent. Les mains sont engourdies, raides et insensibles. La capacité à po se r des
gestes précis est fo rte m e n t altérée. Nous avons é v id e m m e n t très fro id et nous frissonnons
violem m ent. Le pouls est accéléré et la respiration est ra p id e afin d 'a lim e n te r en oxygène le
travail intense des muscles qui frissonnent. Ce travail représente un e ffo rt m usculaire puis­
sant qui n'a rien à vo ir avec les ébauches de frissons qua n d nous avons sim p le m e n t « fro id ».
Le corps, p our se réchauffer, dépense to u te son é n e rg ie sans com pter, dans l'u n iq u e but
de survivre au fro id . M algré une bonne co n d itio n physique, je me suis souvent retrouvé
co m plètem ent épuisé, à la lim ite de l'h yp o g lycé m ie , après un é p iso d e de frisso n n e m en t
intense. Une alim entation c a lo riq u e p e rm e t d 'a lim e n te r ce travail intense en énergie, alors
qu'un jeûne ou une fa tig u e accum ulée en lim ite n t la d u rée m axim ale ainsi que l'efficacité.
Les muscles des athlètes ou des pratiquants d'un s p o rt d'e n du ra n ce sont bien é vid e m m e n t
capables de frissonner plus fo rt et plus lo n g te m p s que les autres. En effet, leurs muscles
sont plus puissants et plus volum ineux, et leurs réserves d 'é n erg ie sont plus im portantes.
Sous la barre des 35 °C, les extrém ités p e u ve n t être bleues (cyanosées). N ous pouvons en­
core m archer (q u o iq u e difficilem ent), mais la dém arche est rendue d iffic ile par les frissons.
Nous somm es m aladroits. Dans cet état, a llu m e r un feu ou m êm e attacher une ferm e tu re
éclair se révèle pra tiq u e m e n t im possible. Il est m êm e très d iffic ile de m ettre un b o n n e t
correctem ent sur la tê te sans s'y re p re n dre à plusieurs fois.

L'esprit to urne rée lle m e n t au ralenti. Les p e rce p tio n s so n t altérées et nous atte ig n o n s p ro ­
gressivem ent un état de d é ta ch e m e n t étrange où to u t sem ble fu tile et dé p lacé . La réso­
lution de problèm es, m êm e simples, est d iffic ile ... La d e rn iè re fois où je me suis retrouvé
dans cet état (lors d'u n e expérience volontaire), je devais m e ré p é te r la phrase « marche
p o u r te réchauffer » en boucle, m entalem ent, p o u r ne pas o u b lie r ce que j'avais à faire. Je
sentais m on esprit, com m e m on corps to u t entier, s'e n g o u rd ir com m e les g u ê p e s en au­
tom ne. Je me voyais glisser le n te m e n t vers un état très te n ta n t de b ien-être a p a th iq u e ...
avec une sérénité p lu tô t dérangeante !

www.frenchpdf.com
•f Hypotherm ie m odérée (environ 3 4 - 32 °C)
Sous 34 °C, la conscience est altérée. Nous som m es claire m e n t désorientés, incapables de
penser ni de fo nctionner. Les frissons c o n tin u e n t mais ils sont entrecoupés de contractions
musculaires plus longues ressem blant à des cram pes. La tension artérielle chute. La peau
apparaît m arbrée et de plus en plus violacée, voire bleutée. A ce stade, il est presque im ­
possible de marcher. Bien que nous en soyons encore, parfois, p hysiquem ent capables,
nous ne som m es souvent plus en mesure de d é c id e r de le faire, ni de co m p re n dre claire­
ment p o u rq u o i on devra it le faire.

Plus le cerveau se refroid it, plus un s e n tim e n t d'anesthésie envahit le corps. Privés de nos
sensations, nous nous sentons bien et nous n'avons plus fro id . C'est à ce stade que bien
des alpinistes et des explorateurs des régions polaires se re trouvent allongés dans la neige
à se dire que la m o rt par h y p o th e rm ie n'est pas une si vilaine chose après to u t... Chaque
m ouvem ent est te lle m e n t d iffic ile ... Seule une personnalité e xtrêm em ent com bative et des
raisons de vivre très claires p e u ve n t pousser à se relever une fois a tte in t ce stade où l'aban­
don est si tentant. Se laisser glisser dans l'e n g o u rd isse m e n t in d o lo re ou co ntinuer à lutter
pour survivre ? Sans aide extérieure efficace, c'est le d e rn ie r choix que nous aurons à faire.
Si on cesse de lu tte r à cet instant, on glisse en q u e lqu e s m inutes vers une hypotherm ie
profonde et le coma.

En cas d 'h y p o th e rm ie m odérée, des c o m p lica tio n s (fib rilla tio n cardiaque, notam m ent) sont
fréquentes lors du réchauffem ent du corps, su rto u t s'il est tro p rapide ou si le corps est ré­
chauffé de l'extérieur (bo u illo tte s, couvertures chauffantes, etc.). Les gelures sont presque
une constante si la te m p é ra tu re am biante est au-dessous du p o in t de congélation.
C ependant, il faut savoir qu'on p e u t très bien se retrouver à ce stade d 'h yp o th e rm ie à des
tem pératures de l'ordre de 10 °C, su rto u t si on est affaibli ou m o uillé (sous une pluie d'au­
tom ne, par exem ple). Le nom b re d e chasseurs canadiens qui m eurent d 'h y p o th e rm ie à la
fin du mois d 'o cto b re (où les pluies sont fréq u e n te s et où les tem pératures oscillent géné­
ralem ent entre 5 °C et 10 °C) est là p o u r le prouver.

•f Hypotherm ie profonde (environ 3 2 “ - 25 °C)


Sous 32 °C, les tro u b le s de la conscience s'accentuent jusqu'au coma, qui survient généra­
lem ent à une te m p é ra tu re interne de 27 °C. Les frissons s'espacent, d im in u e n t d'intensité,
puis s'arrêtent. Les yeux p e u ve n t b o u g e r de gauche à d ro ite (m ouvem ent pendulaire). Les
pupilles sont souvent dilatées (m ydriase), parfois d'u n seul côté. La peau est violacée, avec
des m arbrures peu contrastées. La respiration est lente et peu p rofonde. Le pouls est lent
et faible, d ifficile à p ren d re (parfois seulem ent 1-2 battem ents par minute). La pression
artérielle est effondrée.
Les risques de fib rilla tio n ventriculaire ou d'arrêt cardiaque sont bien réels, surtout lors du
réchauffem ent du corps. La victim e, bien qu'encore parfois à dem i consciente, ne peut plus
rien faire p o u r sauver sa p ro p re vie.

www.frenchpdf.com
Des com plications graves lors du réchauffem ent sont prévisibles lorsqu'on a tte in t ce stade
d'h yp oth e rm ie (voir plus loin). Si la masse centrale du corps to m b e sous les 28 °C, le ré­
chauffem ent de la victim e d e vie n t extrê m e m e n t risqué et ne p e u t p ra tiq u e m e n t plus se
faire que sous assistance m édicale.

Hypothermie majeure (environ 25 °C et moins)


Sous 25 °C, on est en état de m o rt a p parente : en fait, dans un com a p ro fo n d . Les deux
pupilles sont dilatées et non réactives. Les réflexes disparaissent. Les muscles sont rigides.
Le pouls est indéte cta b le et la tension artérielle, nulle. M algré cet état critiq u e , to u t espoir
n'est pas perdu. Ainsi, on a l'h a b itu d e de dire q u 'u ne victim e d 'h y p o th e rm ie n'est pas m orte
tant qu'elle n'est pas « réchauffée et m orte »...
M alheureusem ent, les co m p lica tio n s lors de la réanim ation sont aussi fatales que fré ­
quentes à ce stade. Une assistance m édicale est a b so lum e n t nécessaire.

☆ C o n d u ite à te n ir
A vant to u te chose, on p révient l'h y p o th e rm ie en réagissant de m anière efficace e t agres­
sive dès les prem iers signes de refroidissem ent.
Une victim e qui n'a plus les ressources suffisantes p o u r lu tte r contre le fro id p e u t être aidée
par des bouillottes, des boissons chaudes, ou en éta n t placée dans un ou plusieurs sacs
de couchage avec une autre personne. L'idée est d e lui p e rm e ttre de se réchauffer et de
reconstituer son stock d'é n erg ie e t de com bativité.
A partir du stade où la victim e com m ence à avoir des tro u b le s de la conscience, les risques
de com plications devenant im portants, on stabilise sa te m p é ra tu re en l'iso la n t précau­
tionneusem ent (m atelas isolant, duvets, etc.), e t on a p p e lle les secours sans ch ercher à
la réchauffer activem ent. On évitera soig n eu se m e n t de la fric tio n n e r ou de surélever ses
mem bres, p o u r ne pas fo rc e r un re to u r de sang fro id des extrém ités vers le cœ u r (risque
im portant de fibrilla tio n ).

Le principal risque de complication en cas d'hypotherm ie est la fibrillation cardiaque :


du sang très froid, stagnant dans les membres et arrivant subitement au cœur par le
retour veineux le fait se contracter de manière com plètem ent anarchique et inefficace.
Cela peut conduire au choc et à la mort. Cela se produit parfois spontaném ent pendant
le réchauffement de la victime, et très souvent lorsqu'on mobilise trop ses bras et ses
Jambes. On évitera donc de surélever ses membres ou de la frictionner trop fortem ent :
elle doit être traitée avec une immense prudence, l'idéal étant qu'elle soit prise en charge
par une équipe spécialisée, équipée d'un monitoring et d'un défibrillateur.

www.frenchpdf.com
* DÉPLACER U N BLESSÉ
Il est to u jo u rs risqué de d é p la c e r un blessé, sur le terrain. On p e u t aggraver ses blessures
ou son état. On p e u t ch u te r ou le faire ch u te r et p ro v o q u e r un suraccident, etc. Les p ro ­
fessionnels de la santé qui s'en ch a rg e n t (p o m p ie rs spécialisés « g rim p », gendarm es du
PGHM, CRS m ontagne e t autres unités spécialisées) sont spécialem ent form és et équipés
pour in te rve n ir dans ces m ilieux difficiles. Ils sont quasim ent to u jo u rs accom pagnés d'un
m édecin qui pourra stabiliser, perfuser e t anesthésier les victim es avant de les transporter,
to u t en étant là p o u r ve ille r sur leur état et leurs signes vitaux p e n d a n t to u t le trajet. L'idéal,
évidem m ent, est de les laisser faire leur travail (sans les co n fo n d re avec des taxis et a ppeler
à to rt e t à travers ; mais sans attendre non plus que la situation ne dégénère, et les a ppeler
trop tard, de nuit, alors que la situation est devenue très com plexe à gérer, etc.).
Si vous ne pouvez pas avoir accès aux secours, et que vous décidez que la m oins mauvaise
solution est de tra n sp o rte r « vo tre » victim e, faites-le très p ru d e m m e n t, en la secouant le
moins possible et en respectant le plus possible sa douleur. Il fa u t g a rd e r à l'esprit que le
transport de blessé, m êm e en é q u ip e et avec le bon m atériel, est un processus extrêm e­
m ent long et pénible. Aussi, prenez le te m p s de vous m ettre à l'aise et d 'économ iser to u te
l'énergie possible. Ça ne sera souvent pas du luxe...

☆ Support pour cloche-pied


Pour une blessure à un p ied ou à une
jam be, une fois l'ensem ble stabilisé,
vous pouvez soutenir le blessé en vous
plaçant sous son aisselle, votre centre de
gravité très proche du sien, le dos d ro it
et les jam bes fléchies. Vous l'aidez ainsi à
effectuer de « grands pas » à clo che-pied,
ce qui lui p e rm e t de p a rco u rir quelques
centaines de m ètres à une vitesse presque
norm ale et sans s'épuiser.
Évidem m ent, cette te c h n iq u e n'est pas
praticable sur de longues distances, sauf
par des athlètes de haut niveau...

Soutien de la victime pour effectuer


un cloche-pied efficace.

www.frenchpdf.com
CHAPITRE 9 PREM IERS S E C O U R S EN M ILIE U E L O IG N E

☆ Brancard de fortune
Avec deux perches solides de 3 m environ, vous pouvez im p ro vise r un brancard avec un
poncho ou n 'im p o rte q u e lle to ile (sauf le silnylon qui a te n d a n ce à glisser).
Trois étapes simples, après avoir vérifié la so lid ité des perches :
1. Poser le poncho à plat.
2. Poser les deux perches à la largeur du dos de la victim e sur le poncho.
3. Plier le to u t en trois, de m anière à o b te n ir tro is épaisseurs de tissu sous le dos de la vic­
tim e. L'ensemble tie n t par frictio n , sans plus de m anipulations.

www.frenchpdf.com
* LAISSER U N E V IC T IM E DERRIÈRE S O I P O U R TR O U VER DU SECOURS ?
Si l'état de la victim e ne p e rm e t pas de la d é p la ce r sans a ggraver son cas, et que vous savez
com m ent tro u ve r de l'aide (m o n te r sur un p o in t plus haut p o u r avoir une liaison radio ou
GSM, par exem ple), vous devrez vous résoudre à la laisser de rriè re tem p o ra ire m e n t.

Rendre une victime visible


de loin permet d’accélérer
l’accès des secours.

www.frenchpdf.com
¥ PIQ U R ES ET M O R SU R ES (Z O N E S TEM PÉR ÉES)
☆ Hyménoptères
Le venin des hym énoptères est th e rm o la b ile : c'est un typ e de pro té in e s qui se c o a g u le n t
et deviennent inactives à 58 °C environ. Le p rin cip a l risque est lié aux réactions allergiques,
chez les sujets sensibles, mais la d o u le u r et l'œ d è m e local sont parfois désagréables et
handicapants. Vous pourrez e m p lo y e r une braise (cigarette ou braise incandescente, ou
autre source de chaleur suffisante) en l'a p p ro ch a n t (sans to u c h e r la peau) de la zone p i­
quée. Vous l'avancerez d o u ce m e n t jusqu'à a tteindre le seuil de d o u le u r (qui se situe au to u r
de 60 °C environ), et vous recom m encerez l'o pération à q u e lqu e s reprises sur la zone p i­
quée et un peu autour, sur un rayon de 3 cm environ.
La do u leu r et l'œ dèm e disparaissent ensuite très ra p id e m e n t. Plus vous agissez ra p id e ­
m ent et moins le système im m unitaire a le te m p s de réagir. O n p e u t m êm e c o n tre r une
réaction allergique massive en intervenant suffisam m ent vite (de q u e lqu e s secondes à
quelques minutes).

☆ Vipères et vipéridés (pour l'Europe)


Les morsures de vipères sont redoutées, mais elles sont très rarem ent graves. Q u a tre -vin g t
dix pour cent des morsures sont sèches : aucun venin n'est injecté. N e u f p o u r ce n t sont des
envenim ations relativem ent bénignes, qui causeront d o u leu rs et œ dèm es, sans c o m p lic a ­
tions particulières. Seule une m orsure de vipère sur cent est ré e lle m e n t p ro b lé m a tiq u e et
mettra éventuellem ent le pro n o stic vital en péril.
Les morsures graves revêtent différentes caractéristiques :
► le venin est injecté dans une veine - au lieu d'être injecté dans la circulation lym phatique,
com m e c'est géné ra le m e n t le cas - e t revient d ire c te m e n t à la veine cave, in o n d a n t alors
les poum ons : le cas est rare, mais à p re ndre très au sérieux. Une évacuation urg e n te sera
nécessaire ;
► la quantité de venin injecté est très im p o rta n te par ra p p o rt au p o id s c o rp o re l de la vic­
tim e (enfants ou personnes de p e tit g a b a rit e t grosse vip è re n'ayant pas m o rdu d epuis
longtem ps) : on pourra alors assister à des œ dèm es généralisés, à des tro u b le s systé­
m iques im portants nécessitant une prise en charge m édicalisée ;
► la localisation de la m orsure fa it craindre une co m p lica tio n p o u r la ve n tila tio n (m urm ure
au cou ou à la face par exem ple).
La conduite à te n ir en cas de m orsure est sim p le :
1. S'éloigner du serpent, qui aura g é n é ra le m e n t te n d a n ce à fu ir (souvent on ne le v o it
mêm e pas) ; inutile de le tuer, les vipères sont une espèce p ro té g é e .
2. Rester calme et im m obiliser la zone m ordue p o u r lim ite r la diffusion du venin, si venin il y a.
3. C ontacter les secours et faire évacuer la victim e. O u, selon l'avis du régulateur, to u t sim ­
plem ent se d irig e r vers les urgences.

www.frenchpdf.com
CHAPITRE 9

En l'absence de d o u le u r ou de g o n fle m e n t dans les deux heures qui suivent une morsure
de vipère, on p e u t souvent écarter l'envenim ation. Dans tous les cas, il sera to u t de mêm e
utile de vous rendre aux urgences p o u r faire tra ite r la plaie. C om m e p o u r to u te autre m or­
sure, le p rincipal risque est l'in fe ctio n . Le nettoyage en p ro fo n d e u r de la plaie et la désin­
fection rigoureuse sont de mise. Un rappel a n tité ta n iq u e p e u t être indiqué.

Pour d istin g u e r une m orsure de vip è re d 'u n e m orsure de couleuvre :


• Vipère :
- seulem ent deux p oints (crochets) ;
- espacem ent de 7 à 10 mm au m axim um (pensez « p e tite agrafeuse ») ;
- si venin : d o u le u r vive et oedèm e survenant g é n é ra le m e n t rapidem ent.

• Couleuvre :
- deux crochets suivis de plusieurs petites dents ;
- espacem ent plus im p o rta n t entre les rangées de dents ;
- pas de venin, donc pas de douleur vive ni d'œdème ; par contre, le risque d'infection reste entier !

* PLAIES
En m ilieu naturel, et n o ta m m e n t en m ilieu forestier, l'usage d'outils coupants p o u r travailler
le bois est pra tiq u e m e n t une constante. Aussi, les coupures et lacérations sont assez fré ­
quentes, surtout si on ne respecte pas les règles de sécurité (voir p. 57).
Pour une plaie ouverte, l'h é m o rra g ie constitue é vid e m m e n t le principal risque à co u rtte rm e .
Une hém orragie correspond à une perte sanguine im p o rta n te qui ne cesse pas spontané­
ment. Pour l'arrêter, la com pression des vaisseaux sanguins sectionnés offre une m éthode
rapide e t efficace. En m ilieu éloigné, préférez a p p liq u e r d ire cte m e nt un pansem ent com ­
pressif ou un équivalent (tam pon relais), afin de g a rd e r les mains libres p o u r jo in d re les
secours, a b rite r la victim e ou la transporter.
Lorsqu'on prête assistance à une victim e, on p révient systém atiquem ent les risques d'in fe c­
tion par voie sanguine (VIH, hépatites, etc.) en évitant de to u c h e r d ire cte m e nt son sang. Cette
règle est p articulièrem en t im p o rta n te en m ilieu naturel où l'on a pra tiq u e m e n t toujours des
petites écorchures e t des entailles sur les
mains, qui sont autant de points d'entrée
grands ouverts p o u r les virus. Des gants
(de préférence en vinyle, de plus en plus
de gens étant allergiques au latex), placés
au-dessus de la trousse de prem iers se­
cours, s'avéreront utiles dans ce cas.

Trousse à pharmacie avec gants en vinyle posés sur


le dessus à l’ouverture : premier élément accessible,
comme ça, on y pense !

www.frenchpdf.com
Vous êtes dans la fo rê t et votre ami vie n t de s'ouvrir l'avant-bras a c c id e n te lle m e n t avec son
couteau. La co n d u ite à te n ir est la suivante :
1. Evitez le suraccident en d e m a n d a n t à la victim e de ranger son couteau ou de le poser ;
vous l'éloignerez ensuite de la zone de travail.
2. Dem andez à la victim e d 'a p p u ye r elle -m ê m e très fo rt sur la plaie, de m anière à l'occuper
et à lim iter le saignem ent.
3. Rapprochez-vous de son centre de gravité e t d em andez-lui d e s'asseoir puis de s'allon­
ger - au besoin en l'assistant -, ce qui évitera sa chute en cas de malaise à la vue du sang
ou en raison de la douleur.
4. Tout en continua n t d 'a p pu ye r sur la zone coupée, dem andez-lui de surélever le m em bre
atteint, ce qui d im in u e la pression sanguine sur la zone lésée et vous p e rm e t d 'a vo ir un
indicateur instantané de son niveau de conscience.
5. Prenez vos gants en vinyle et le pansem ent com pressif.
6 . Dégagez les vêtem ents a u to u r de la plaie.
7. A p p liq u e z le com pressif, bien serré sur la plaie et autour. L'écoulem ent sanguin s'arrête
si le com pressif est suffisam m ent serré. Dans le cas contraire, rajoutez de la pression par
l'extérieur (laissez to u jo u rs le p re m ie r ba n d a g e en place).

Cas particuliers
► Si un corps étranger de taille im portante est présent dans la plaie et crée une perforation
(couteau, branche, éclat de verre ou de métal, etc.), LAISSEZ-LE en place. Souvent, l'hém orragie
sera limitée par ce corps étranger et le resserrement des tissus autour. Si, malgré tout, un sai­
gnement est présent, appliquez le com pressif en am ont et autour du corps étranger, et évacuez.
► Si la plaie est tro p g ra n d e ou tro p c o m p le xe (d é c h iq u e té e , d é la b ré e ) e t q u e le
saignem ent est a b o n d a n t, un g a rro t est parfois la seule so lu tio n mise en p ra tiq u e . Ce
d ernier n'est pas sans risque : il prive c o m p lè te m e n t d 'o xyg èn e le m e m b re g a rro tté . A près
5 heures, on devra g é n é ra le m e n t l'am puter, sauf si la victim e est prise en charge dans
un centre m édical d ig n e de ce nom . O n d o it to u jo u rs laisser un g a rro t en place une fois
qu'il est posé (risque de fib rilla tio n / arrêt ca rd ia q u e à cause du potassium s'accum ulant
dans le m em bre g a rro tté en cas de retrait). N otez to u jo u rs l'heure d e pose du ga rro t. Par
convention, on inscrit cette in fo rm a tio n ca pitale sur le fro n t d e la victim e : un « T » p o u r
« to u rn iq u e t » suivi de l'heure (te n ir c o m p te du d é ca lag e horaire si a p p lica b le ). Dans m on
kit de prem iers secours, à côté de m on g a rro t, j'ai to u jo u rs un fe u tre n o ir in d é lé b ile réservé
à cet usage. A tte n tio n : le g a rro t se fa it à l'aide d'u n lien large (1 cm ou plus, p o u r ne
pas couper) u n iq u e m e n t sur le bras ou la cuisse (m e m b re avec un seul os, p e rm e tta n t de
pincer l'artère entre l'os e t le garrot).
► Sur une plaie perforante qui aurait pu se ctio n n e r une artère (dans l'a bdom en, par
exem ple) tro p p ro fo n d e p o u r être accessible à la com pression, seule l'évacuation rapide
est efficace : le tra ite m e n t de l'h é m o rra g ie se fera de m anière chirurgicale. Si la victim e.

www.frenchpdf.com
allongée sur le dos, com m e n ce à to m b e r en état de choc, surélevez ses jam bes p o u r aug­
m enter un peu la tension a rtérielle résiduelle au niveau des organes nobles (position de
Trendelenburg). Une fois les ja m b e s surélevées, en revanche, elles d e vro n t le rester jusqu'à
ce que la victim e soit prise en charge, ce qui rend parfois l'évacuation encore plus délicate.
A n'utiliser, donc, qu'en d e rn ie r recours...
Si vous n'avez pas de com pressif sous la main, le p a q u e t de m o u ch o ir en p a p ier (version
poche) dans son p a q u e t pla stiq ue c o u p lé à un lien large (une bande autoadhésive ou de la
bande élastique adhésive p o u r les articulations) conviendra. Sinon un chèche ou ce qui se
trouve sous votre main p o u r exercer une pression : adaptez et im provisez !
Ensuite, prenez soin de bien co u vrir la victim e p o u r la p ro té g e r du fro id . Une personne
ayant perdu du sang se re fro id it e x trê m e m e n t vite.

☆ Prévention des infections


En m ilieu é loigné, et si le te m p s d'évacuation d o it dépasser qu e lqu e s heures, il sera parfois
nécessaire de p ro cé d e r vous-m êm e au netto ya g e e t à la d é sinfection des plaies. Une fois
l'hém orragie éventuelle p a rfa ite m e n t sous con trô le , ôtez to u s d é b ris ou saletés de la plaie,
et nettoyez-la avec de l'eau p o ta b le (é ve n tu e lle m e n t sous pression, à l'aide de seringues
ou d'une poche à eau coincée sous le coude, com m e une cornem use). Une fois tous d é ­
bris e t tous corps étrangers retirés, rincez la zone avec du sérum p h ysio lo g iq u e stérile et
appliquez un désinfectant. C ouvrez ensuite la plaie avec une gaze stérile que vous pourrez
im b ib e r de d ésinfectan t p e n d a n t l'évacuation.

• LA TR O U S S E DE PR EM IER S SECO URS


Il est p référable de rester sim ple et de ne pas co m m e nce r à e m p o rte r des substances p our
l'utilisation desquelles vous n'êtes pas fo rm é . Le corps, sous stress, est capable de générer
lui-m êm e des cocktails ch im iques d 'u n e efficacité im pressionnante.
Votre m édecin pe u t vous a id e r à ch o isir des m édicam ents m ieux adaptés à votre cas et
vous e x p liq u e r co m m e n t bien les em ployer. Il p e u t aussi vous prescrire, s'il le ju g e o p ­
portun, des m édicam ents plus « costauds » que ceux présentés ici, n otam m ent p o u r des
séjours en m ilieux éloignés, en zone tro p ica le , etc.
C oncrètem ent, p o u r les m ilieux tem pérés, ma trousse à pharm acie se com pose de trois
catégories principales ;
► Urgences (gestion du 0 à 24 heures) :
• Pour m ieux y vo ir (accès im m é d ia t à l'extérieur de la trousse) :
- ciseaux « Gesco » re p lia b le de b o n n e q u a lité ;
- lam pe fro n ta le blanche avec piles neuves.
• Pour me p ro té g e r :
- gants en vinyle (deux ou plusieurs paires).

www.frenchpdf.com
► Pour secourir :
- pansem ent com pressif israélien ;
- g arrot « CAT » et son stylo-feutre n o ir in d é lé b ile ;
- seringue d'adrénaline auto -in je cta b le (sous ordonnance, p o u r les personnes allergiques).
• En m ilieu é lo ig n é /e n g a g é , j'ajouterais p e rso n n e lle m e n t (étant fo rm é e t ayant les
ordonnances d'un m édecin) :
- seringue et cathéter -i- a ig u ille de gros dia m è tre (p o u r « p e rce r » un p n e u m o th o ra x) ;
- scalpel dans un em b a lla g e stérile ;
- pom pe à aspiration m anuelle (p o u r sécrétions/aspiration) légère ;
- pince Kocher.

► Dans une trousse séparée de la trousse « pour les urgences », le kit « petites plaies et
bobologie » (prévention pour le 24 à 4 8 heures) :
- sérum physio lo g iq u e en dosettes (p o u r rincer une plaie après nettoyage) ;
- désinfectant incolore en dosettes ;
- a ntidiarrhéique (sublingual) ;
- sels de réhydratation oraux (qu e lq u e s sachets) ;
- petits pansem ents résistant à l'eau ;
- paracétam ol ;
- bande autoadhésive (p o u r a u g m e n te r la pression sur un pansem ent co m p re ssif insuffi­
sant, faire te n ir un p e tit pansem ent en place ou le p ro té g e r, faire un s tra p p in g , etc.) ;
- paquet de m ouchoirs (p o u r im p ro vise r des p etits pansem ents, n e tto ye r une plaie, faire un
com pressif im provisé, etc.) ;
- pince à échardes ;
- ciseaux solides, pouvant aussi servir de c o u p e -o n g le s ;
- paquet de kleenex n euf et p ro p re (p o u va n t servir de second co m p re ssif en cas d e besoin,
et p our tous les petits bo b o s en com binaison avec la bande adhésive) ;
- d u c tta p e (une p e tite réserve en plus : concrètem ent, il servira à pas mal de choses sur
le terrain, des steristrips de fo rtu n e à l'im m o b ilisa tio n d 'u n e articulation, en passant par le
sparadrap im provisé, en com binaison avec un kleenex) ;
- 1 m ètre environ de bande élastique adhésive.
• En m ilieu éloigné, j'ajouterais p e rso n n e lle m e n t (étant fo rm é et ayant les ordonnances) :
- antibiotiques à large spectre ;
- steristrips et kit de suture ;
- cortisone (anti-inflam m atoire puissant q u i b lo q u e en bo n n e partie l'action du système
im m unitaire p o u r lim ite r la d o u le u r liée à l'in fla m m a tio n , laissant le cham p lib re à to u te
infection présente. À utiliser, donc, avec g ra n d e précaution !).

www.frenchpdf.com
R A P P E L E R LES SECO URS
En France e t en Europe, les secours sont bien organisés et efficaces. Un appel au 112 met
généralem ent en relation avec un professionnel des secours d'u rg e n ce et, a fo rtio ri, avec
un professionnel des gens paniqués au té lé p h o n e . C ette personne possède une arbores­
cence très bien construite de questions à vous poser. Le m ieux est d'y ré p o n d re calm em ent
et de façon factuelle : vos im pressions, c'est bien, mais des faits et des choses précises,
mesurées ou m esurables, c'est m ieux !
Pour p réparer votre app e l au centre de secours, réunissez qu e lqu e s inform ations de base,
si possible :
► la localisation exacte : il est souvent très d ifficile , en m ilieu naturel, de dire, avec des
mots, l'e n d ro it où on se trouve. Parfois des to p o n y m e s sont présents, mais parfois pas. Aus­
si, prenez le te m p s de bien faire le p o in t sur la carte, de vous situer précisém ent et de
vous p ré p a rer à in d iq u e r vo tre p o sitio n oralem ent. Dans certains cas, des coordonnées
GPS p euvent être utilisables. Si les c o n d itio n s le p e rm e tte n t, il est parfois plus efficace de
détacher du g ro u p e un b in ô m e e t de d o n n e r rendez-vous aux secours à un e n d ro it facile à
atteindre p o u r eux com m e p o u r vous.
► Le nom bre de victimes et ce qui leur arrive : pas besoin de faire un bilan médical précis,
juste des faits observables. Le ré g u la te u r vous posera des questions détaillées, ou voudra
leur parle r d ire c te m e n t dans certains cas. R épondez calm em ent et posém ent.
Vous aurez peut-être l'im pression que la conversation avec le ré g ulateur est interm inable.
Prenez le te m p s de ré p o n d re à ses questions en vous en te n a n t aux faits et calm em ent, et
attendez qu'on vous co n firm e que vous pouvez raccrocher avant de le faire. Ensuite, gar­
dez la ligne ouverte (on vous ra p pellera p e ut-être) e t économ isez la batterie du téléphone.
Vous prendrez des photo s et p réviendrez les proches plus tard.

* P O U R ALLER PLUS L O IN
Des cours de prem iers secours en m ilieu
naturel existent, spécia le m e n t conçus p o u r vous
transm ettre les connaissances les plus essentielles
pour « e m b a lle r e t e x p é d ie r » une victim e dans des
contextes parfois très difficiles.

Le cours « W ilderness first a id » (prem iers secours


en m ilieu naturel) e t « W ilderness first re sp o n d e r »
(prem ier ré p o n d a n t en m ilieu naturel) sont
d'excellents débuts. Pour a lle r plus loin, il vous
faudra suivre q u e lqu e s cours de m édecine
d'urgence ou de soins infirm iers.

www.frenchpdf.com
CHAPITRE 10

SE SIGNALER ET ETRE RETROUVE


« EN MILIEU FORESTIER ET FERMÉ

* EN MILIEU OUVERT

¥ LAISSER UN PLAN

www.frenchpdf.com
\,J r \
\

jJ Jl _
F F

www.frenchpdf.com
SE SIGNALER ET ETRE RETROUVE

Une situation de survie (par exem ple, « être pe rdu dans la taïga ») ou une situation
d'urgence (par exem ple, « se casser une ja m b e en ski de rando ») se s o ld e n t soit par le fait
de trouver une solution par soi-m êm e, soit par celui de se v o ir récupéré par des secours,
professionnels ou amateurs.
Une fois l'alerte donnée, il est souvent nécessaire, su rto u t en m ilieu naturel, de g u id e r les
secours jusqu'à vous. Pour ce faire, tâchez de sig n a le r vo tre présence e t de p o u v o ir être
identifié facilem en t com m e la personne ayant a p p e lé à l'aide (ou recherchée).

* EN M IL IE U FO RESTIER ET FERM É
La seule chose qui fonctionne efficacem ent pour signaler votre présence en m ilieu forestier,
c'est le feu. Et la fumée. Soit celle d'un fum igène, soit celle d'un feu, soit les deux couplées :
vous faites un feu sous un trépied, sur lequel un fum igène est posé. La colonne d'air chaud du
feu aide la fum ée du fum igène à m onter et à percer le couvert végétal. En jungle, sous la cano­
pée, c'est même la seule chose qui a la m oindre chance de marcher...
De nuit, le feu est égalem ent visible de très loin, notam m ent par les capteurs infrarouges et
therm iques des équipes de secours bien équipées arrivant par les airs. Évidemment, vous évi­
terez de mettre le feu à la forêt et, si le risque d'incendie est tro p grand, vous vous abstiendrez
et chercherez un milieu ouvert ! Les secours terrestres arrivant à proxim ité de vous - s'il n'y a
pas d'obstacle solide entre eux et vous - pourront entendre un sifflet, éventuellem ent, mais rien
n'est moins sûr. , J

Feu démarré sous un trépied, fumigène au-dessus du feu sur le trépied : la colonne d’air chaud pousse la fumée
colorée vers le ciel et perce la végétation.

www.frenchpdf.com
* E N M IL IE U O U V E R T
En m ilieu plus ouvert, co m m e sur une éte n d u e d'eau, dans une grande clairière ou en m on­
tagne, la fum ée reste un excellent outil (le fu m ig è n e dure beaucoup plus longtem ps qu'une
fum ée éclairante e t laisse une trace visuelle con sid éra b le en com paraison de la petite fusée
qui m onte e t dure q uelqu e s secondes seulem ent).
C ependant, on pe u t parfois être repéré en e m p lo y a n t des m éthodes m oins massives :
► une source lum ineuse puissante : les nouvelles lam pes « tactiques » qui b rille n t à 200
lum ens e t plus, avec une a u to n o m ie im p o rta n te , sont d'excellents moyens d'être vu, de nuit
com m e de jo u r ;
► un m iro ir ou une autre surface b rilla n te peuvent, si les secours arrivent du bon côté par
ra p p o rt au soleil, servir de signal de détresse. Des m iroirs avec système de visée intégrée
existent e t fo n c tio n n e n t e xtrê m e m e n t bien, n o ta m m e n t en m ilieu ouvert et plat (plaine,
mer, désert plat, etc.) ;
► si vous devez a g ite r un o b je t p o u r vous rendre davantage visible, m ieux vaut le choisir
aussi contrastant qu e possible avec le sol e t l'arrière-plan, le plus gros possible, et le fixer
à une perche p o u r a g ra n d ir encore le m o u ve m e nt et vous « grossir » au maxim um . Une
couverture de survie avec un côté ora n g e fluo, fixée sur un mat de 3 m, com m ence à être
repérable d e p u is un hé lico p tè re survolant e t observant une zone d'un kilom ètre carré.

* LAISSER U N PLAN
Avant de p a rtir p o u r une activité o u td o o r, il est p ru d e n t de p révenir une personne de
confiance qui sera responsable d 'a le rte r les secours si vous ne rentrez pas à l'heure prévue.
Pour fa cilite r les recherches et accélérer l'arrivée des secours, l'idéal est de laisser un plan
avec un itinéraire et q ue lqu e s détails qui fa c ilite ro n t les recherches.
► Quoi : qu'allez-vous faire ? O n ne recherchera pas de la m êm e manière un parapentiste
et un sp é léologue. Et les g rim p e u rs o n t leur typ e d 'a ccid e n t m oyen, alors que les randon­
neurs en o n t d'autres... D écrivez b riè ve m e n t e t de façon réaliste les activités que vous allez
pratiquer.
► Où : où allez-vous ? L'endroit où vous co m p te z vous g arer (ou le moyen de transport que
vous utiliserez), l'itinéraire prévu, un itinéraire bis éventuel, etc.
► Quand : quand partez-vous, quand com ptez-vous revenir (prévoyez une marge) ?
► Qui : qui êtes-vous et qui v ie n t avec vous ? L'idéal est d 'avoir le nom et une description
de chaque personne, avec les num éros de té lé p h o n e p o rta b le de chacun. Si un véhicule
vous am enant sur les lieux d o it y rester garé, un d e s c rip tif de ce d e rn ie r est utile (pour
confirm er que vous y êtes bien arrivé : m arque, m odèle, couleur, num éro de plaque
d'im m atriculation). Si q u e lq u 'u n dans le g ro u p e a des pro b lè m e s de santé connus, notez-
les afin que les secours arrivent en ayant déjà une idée des contraintes et du contexte qu'ils
risquent de rencontrer.

www.frenchpdf.com
T
► Détails : ajoutez to u t détail factuel susceptible de g u id e r les secours jusqu'à vous dans
le contexte. Par exem ple, la co u le ur de vo tre voile de parapente, le niveau d 'expertise de
chacun, etc.

Par exem ple :


► Quoi : randonnée en g ro u p e .
► Où : garés au parking du Pendu, nous
m archerons sur le GR666 dire ctio n sud par
le vallon des C ou p e-g o rg e . Ensuite, nous
prendrons la crête des M orts et re to u r par le
p ierrier situé au nord.
► Quand : d é p a rt dim anche 7 ju in à 7 h 30,
pique-nique prévu sur la crête et re to u r en fin
de journée (entre 1 6 et 1 8 h).
► Qui : David Manise, instructeur de survie
(1,85 m, 107 kg), bonne c o n d itio n physique ;
Jonathan J. Rambeaux, m ilitaire à la retraite
(1,75 m, 78 kg), excellente rusticité e t bonne
co ndition physique m algré son âge. Souffre
d'un syndrom e de stress post-traum atique.
A ttention, te m p é ra m e n t instable, g é n é ra le ­
m ent p lu tô t hostile aux forces de l'ordre d e ­
puis une histoire co m p liq u é e avec un shérif
dans le Montana.
► Détails : véhicule utilisé ; Touran gris
clair, sale et cabossé, de 2004, num éro
d'im m atriculation XX-123-YY, avec drapeau
québécois en guise de d é p a rte m e n t
d'origine. Présence d'un chien (b e rg e r
allem and fem elle ré p o n d a n ta u nom de Elba).

www.frenchpdf.com
CHAPITRE 11

REGULER SA TEMPERATURE
* RECC

* RAPPORT VOLUME/SURFACE

* ADAPTATION AU FROID
☆ L'adaptation à court terme ☆ L'adaptation à long terme

* ADAPTATION À LA CHALEUR
☆ L'adaptation à court terme ☆ L'adaptation à long terme

^ LES ZONES D'ÉCHANGES THERM IQUES DU CORPS

* LES VÊTEMENTS
☆ Le coton ☆ Le duvet naturel ☆ La ouate de polyester ☆ La laine ☆ La laine polaire
☆ Les membranes imper-respirantes

* LES ABRIS
☆ Choix du point de bivouac ☆ La tortue ☆ Le poncho du chacal ☆ Utilisation du tarp
☆ Tarp et hamac

« PASSER LA N U IT SANS SAC DE COUCHAGE


☆ Le cocon de débris ☆ Le nid ☆ Le « four »

* FAIRE UN FEU
☆ Précautions à prendre ☆ Garrigue, environnements arides et tourbières.
☆ Conditions de sécurité minimales ☆ Faites un PETIT feu... ☆ Faire une table à feu

* PRÉPARATION : BIEN, PLUS RAPIDE QUE VITE


☆ Bien choisir le bois ☆ Les essences de bois
☆ Préparer du petit bois et un feu ☆ Les allume-feu : il en faut plus

* ALLUMER, ALIMENTER ET M A IN TEN IR UN FEU

ÉTEINDRE UN FEU
☆ Pour ne pas laisser de traces

* SE PROTÉGER DE LA CHALEUR
☆ S'abriter de la chaleur ☆ Une ombre efficace

www.frenchpdf.com
r
i h i j j j

f (SU; P

www.frenchpdf.com
Soixante-dix p our cent de m on travail, en ta n t q u 'in s tru c te u r de survie, consiste à enseigner
com m ent bien gére r sa te m p é ra tu re co rp o re lle .
Statistiquem ent, ce qui tue le plus souvent dans la nature, c'est le chaud ou le fro id , ou
leurs effets secondaires (altération du ju g e m e n t ou perte de m o tricité fin e qui m è n e n t à
un accident). Nous verrons dans ce chapitre les p rin cip e s et les te ch n iq u e s qui p e rm e tte n t
une bonne gestion de sa te m p é ra tu re sur le terrain, ta n t p o u r le c o n fo rt que p o u r la survie.

* RECC
La chaleur, dans la nature, est échangée de 4 manières, que l'on m ém orise grâce à l'acro­
nyme « RECC ». Le corps, to u t com m e un m orceau de bois que l'on ve u t allum er, perd et
gagne la chaleur par :
► Rayonnement : il s'agit de l'émission ou
de la réception de rayons infrarouges. De la
« lum ière » chaude mais invisible, en q u e lq u e
sorte. N otre feu ou le soleil nous chauffent
par rayonnem ent. Tout o b je t o p a q u e b lo q u e
ce rayonnem ent (un sim ple caillou p e u t ainsi
retenir une bonne partie de la chaleur du feu).
Plus un o b je t est foncé et plus il absorbera de
rayonnem ent. Plus il est de co u le u r claire et
plus il le réfléchira. Les couvertures de survie,
250'
étant brillantes, reflè te n t une bonne part de ce 300'
rayonnem ent chaud. On p e u t s'en servir p o u r La chaleur reçue d ’un feu diminue
se p ro té g e r du soleil (leur o m b re est plus avec le carré de la distance.
efficace que celle d'une sim ple bâche), ou
concentrer les rayons infrarouges dans un espace p o u r se te n ir chaud, un peu à la manière
d'u n fo u r solaire.

► Évaporation : l'eau, en passant de l'état liq u id e à


l'état gazeux, absorde de notre chaleur. Le v e n t ac­
célère cette évaporation. Nous avons to u s fa it l'expé­
rience désagréable du t-sh irt h u m id e de transpiration
qui nous glace dès l'arrivée au so m m e t venteux d'une
m ontagne. Inversem ent, un v ê te m e n t c o m p lè te m e n t
étanche (com binaison NBC, v ê te m e n t de p lu ie co m ­
p lè te m e n t ferm é), en e m p riso n n a n t l'h u m id ité , em ­
pêche l'évaporation e t lim ite les pertes de chaleur par
évaporation.

Mouvement de convection dans un liquide.

www.frenchpdf.com
► Conduction : le conta ct entre de u x o bjets
solides d o n n e lieu à un échange de chaleur
du plus chaud vers le plus fro id , jusqu'à at­
te in d re l'é q u ilib re th e rm iq u e . On s'isole de
la perte de chaleur par c o n d u c tio n p rin c i­
palem ent grâce à de l'air e m p riso n n é e t sta­
bilisé (m atelas mousse, tas d 'herbes, duvet,
carton posé sur le béto n en urbain, etc.).
D'autres m atériaux sont fa ib le m e n t co n d u c ­
teurs : le bois, le nylon (une co rd e lovée),
etc. Les m étaux sont g é n é ra le m e n t d'excel­
lents conducteurs de chaleur (il fa it souvent
très fro id au contact d'u n véhicule fro id , et
to u ch e r du m étal fro id est une excellente
m anière de se g e le r les doigts).

Matelas isolant qui bloque la conduction sur granit froid.

► Convection : un flu id e qui chauffe se dilate, d e vie n t m oins dense et m onte. Il est rem pla­
cé par du flu id e fro id , ce qui crée un m o u ve m e nt circulaire d it « de convection ». Le feu est
un bon exem ple de m o u ve m e nt d e convection : les gaz incandescents qui fo rm e n t le feu
m ontent, et le fo ye r aspire de l'air frais par
le bas. Idem p o u r les courants therm iques,
en m ontagne. Le contact avec un flu id e en
m o u ve m e nt p e u t faire perdre ou gagner
beau co u p de chaleur.
Le ve n t est le phé n o m è n e de convection
qui nous concerne en p re m ie r lieu quand
il s'agit de se p ro té g e r du fro id , cependant,
une bonne com préhension g lobale du
p h é n o m è n e p e rm e t d 'o p tim ise r les abris
et de saisir p o u rq u o i une veste avec capu­
chon est bien plus chaude que la même
veste sans capuchon (l'air chauffé par le
dos, devenant m oins dense, vient chauffer
le cou et la tête).

Mouvement de convection
dans une veste à capuche ample en statique.

www.frenchpdf.com
• RAPPO RT V O L U M E /S U R F A C E
L'inertie the rm iq u e de to u t o b je t dé p e n d
principalem ent de sa masse, et d o n c de son
volum e total. Les échanges de chaleur, eux,
se fo n t uniquem ent à la surface des objets.
Le corps ne fait pas exception. C'est p o u r­
quoi les animaux bien adaptés au fro id sont
toujours assez ronds (otarie, ours, etc.) et
souvent de plus grande taille (volum e total
plus im portant) : leur ratio volum e/surface
im portant est m ieux adapté au m aintien
d'une tem pérature stable dans le fro id . À l'in ­
verse, si les Massais sont p ra tiq u e m e n t tous
aussi grands et minces, c'est parce que cette
m o rphologie est particulièrem ent bien ap­
propriée à la dispersion de la chaleur : leur
rapport volum e/surface est faible.
Otarie : rapport volume/surface élevé
pour lutter contre le froid.
Ce principe est utilisable en survie :
• instinctivem ent, on se m et en p o sition foetale qua n d on a fro id (on lim ite la surface d'ex­
position en se m ettant en b o u le) ;
• un morceau de bois long et très fin com m e une allu m e tte (volum e fa ib le par ra p p o rt à sa
surface) chauffe vite et a tte in t fa cile m e n t le p o in t d 'ig n itio n : c'est un m e ille u r allum e-feu
qu'une grosse bûche ronde.

* A D A P T A T IO N A U F R O ID
L'humain est un h o m é o th e rm e . Il d o it
conserver sa te m p é ra tu re centrale dans
une m arge de deux ou tro is degrés p o u r
p o u v o ir fo n c tio n n e r co rre cte m e n t. Pour
la p lu p a rt des gens, 37 °C est une te m ­
pérature centrale idéale. La te m p é ra tu re
des extrém ités p e u t c e p e n d a n t varier
beaucoup. Le corps préserve to u jo u rs les
centres vitaux en p rio rité - cerveau, coeur,
po um ons -, q u itte à sacrifier la pé rip h é rie .

Organes nobles (au-dessus du diaphragme : cœur,


poumons, cerveau).

www.frenchpdf.com
☆ Adaptation à court term e
D étectant un refroidisse m e n t du centre du corps, m êm e m inim e, l'hypothalam us réagit en
faisant se co n tra cte r les vaisseaux sanguins p é rip h é riq u e s. Les capillaires de la peau ainsi
que les petites veines e t artérioles présentes dans les extrém ités e t à la surface du corps
se contractent. La peau et les extrém ités d e vie nn e n t ainsi plus froides. Le corps, de ce fait,
dissipe m oins de chaleur dans l'environnem ent, e t sa te m p é ra tu re centrale a tendance à
rem onter.
Si cela ne suffit pas, les surrénales se m e tte n t à sécréter un peu plus d'adrénaline, ce qui
stim ule le m étabolism e basal (com m e si l'on avait bu du café). Nous « vivons plus vite », et
le corps, m êm e au repos, p ro d u it un peu plus de chaleur qu'à son habitude.
Si cela suffit à ram ener la te m p é ra tu re centrale à 37 °C, ces mécanismes s'estom pent,
jusqu'à ce que la te m p é ra tu re redescende à nouveau.

Nous oscillons ainsi, tout au long de la journée, entre un léger trop chaud et un léger trop froid,
que le corps compense automatiquement et en permanence. Lorsque nous avons de la fièvre,
l'hypothalamus se règle non plus sur 37 °C mais sur 38 ou 39 °C. Le corps, tant qu'il n'est pas à
39 °C, économise de la chaleur et lutte pour en produire davantage. Un médicament fébrifuge
a pour effet de « re-régler » l'hypothalamus sur une température plus basse.

☆ Adaptation à long term e


Lorsque, p e n d a n t une p é rio d e assez lo n g u e (1 sem aine à 1 mois, selon la co n d ition
physique), on est exposé au fro id , le corps m et en place une série de m écanismes qui
serviront à le m aintenir à une te m p é ra tu re suffisante to u t en é conom isant de l'énergie ;
► la peau s'adapte : les muscles co n tra cta n t les capillaires cutanés se renforcent et la peau
peut d e ve n ir encore plus fro id e , ce qui p e rm e t d'é co no m ise r encore plus de chaleur ;
► la graisse, dans le corps, m ig re e t vie n t se lo g e r sous la peau (couche isolante) ;
► la thyroïde augm ente son activité et accroît radicalem ent la p ro d u ctio n de chaleur dans
le corps (therm ogenèse) ;
► dans la graisse, les adipocytes bruns (petites usines th e rm iq u es) b rû le n t de la graisse
po u r p ro d u ire de la chaleur sans puiser dans les réserves de sucre /g lyco g è n e ;
► « le therm ostat s'abaisse » : si l'exposition au fro id se p ro lo n g e au-delà de quelques
semaines, l'hypothalam u s accepte l'idée de laisser le corps descendre un peu en
tem pérature. Le m étabo lism e s'y adapte progressivem ent. Dans certains cas extrêmes, des
personnes arrivent à fo n c tio n n e r presque n o rm a le m e n t avec une te m p é ra tu re centrale de
36 °C ou m êm e 35 °C, ce qui représente une é co n o m ie d'é n erg ie considérable (il est plus
facile de m aintenir le corps à 35 °C qu'à 37 °C dans un e n viro n n e m e n t froid).
Des facteurs g énétiques favorisent cette a daptation.
C ertaines popula tio n s bien acclim atées au fro id o n t d'ailleurs une te m pérature centrale
« norm ale » plus basse que 37 °C.

www.frenchpdf.com
^ A D A P T A T IO N À LA C H ALEUR
☆ Adaptation à court terme
Q uand l'hypothalam us d é te cte une surchauffe dans l'organism e, il m e t en branle des réac­
tions inverses à celles q u 'il d é clenche par te m p s fro id :
► la dilatation des vaisseaux sanguins périphériques et des capillaires : la peau de vie nt
rouge et chaude. On dissipe ainsi plus de ch aleur dans l'e n viro n n e m e n t ;
► les surrénales se m e tte n t en veille et le m é ta b o lism e d im in u e (d'où la sensation de lour­
d e ur ou de fatigue souvent ressentie par te m p s très chaud) ;
► les glandes sudoripares sécrètent de la sueur qui a b so rb e d e la ch aleur en s'évaporant.
On peut ainsi sécréter jusqu'à 2 litres de sueur par heure. Toute l'eau et les sels m inéraux
perdus (chlorure de sodium , chlorure de potassium ) d e v ro n t être rem placés.

☆ Adaptation à long terme


Au bo u t d'une sem aine à un mois, le corps s'adapte c o m p lè te m e n t à un e n viro n n e m e n t
chaud. Les principales adaptations sont :
► une augmentation du nombre et de la densité des capillaires de la peau et une a u g m e n ­
tation du volum e sanguin to ta l (p o u r p o u v o ir irrig u e r efficacem ent à la fo is les capillaires
dilatés et le reste du corps) ;
► une amélioration des fonctions cardiaques, afin de c o m p e n se r l'effort su p p lém e n ta ire
fourni par le cœ ur p o u r pousser la masse sanguine a d d itio n n e lle ;
► une augmentation de la sécrétion des glandes sudoripares, q u i d e vie n n e n t aussi plus
économ es en sels m inéraux.

^ LES Z O N E S D 'É C H A N G E T H E R M IQ U E D U CORPS


Lorsque le corps lutte contre le fro id , les capillaires et les p etits vaisseaux sanguins sont
contractés. Les extrém ités sont fro id e s et p e rd e n t ainsi très peu de chaleur. En revanche,
toutes les zones où de gros vaisseaux sanguins (qui ne se c o n tra cte n t pas) passent près de
la peau restent chaudes et fo n t p erdre beau co u p de chaleur. C'est le cas :
► des carotides et des jugulaires (environ 20 % des pertes de chaleur du corps) ;
► du cuir chevelu (les capillaires du cuir chevelu n'ont pas la faculté de se co n tra cte r : c'est
ce qui provoque un a b o n d a n t sa ignem ent en cas de co u p u re dans cette zone) : 20 % des
pertes de chaleur du corps ;
► des aisselles et des aines (environ 20 % p o u r l'ensem ble du torse, ces deux zones c o m ­
prises, parce qu'elles sont n a turellem ent p ro té g é e s du fro id quand on est d e b o u t ou co u ­
ché en position fœ tale) ;

► des poignets et de l'intérieur des chevilles (10 % environ p o u r chaque m em bre).

www.frenchpdf.com
Pour é conom iser de la chaleur, vous isolerez d o n c en p rio rité ces zones « chaudes » :
bonnet, to u r de cou, m oufles qui recouvrent les poignets, chaussettes m ontantes, etc.
P artem ps chaud, vous pourrez re fro id ir en p rio rité ces zones afin de m axim iser l'évacuation
de la chaleur (bandana en co to n m o u illé sur la tê te p o u r p ro fite r de l'évaporation, un autre
noué au to u r du cou p o u r re fro id ir les carotides et jugulaires, etc.).

* LES V E T E M E N T S
Les vêtem ents sont le p re m ie r rem part contre les éléments. Il est im p o rta n t de penser les vê­
tem ents en système de couches, et non pas u niquem ent com m e des unités séparées qu'on
a dditionnerait bêtem ent. Chaque typ e de fib re et chaque vêtem ent auront des propriétés
therm iques et mécaniques différentes, e t l'ordre dans lequel vous les superposerez changera
radicalem ent votre confo rt sur le terrain.

☆ Le coton
Le coton est une fib re h yd ro p h ile : elle absorbe
l'eau, et m êm e l'h u m id ité am biante. M êm e les
cotons traités ou spécialem ent conçus p o u r
être im perm éables sont fro id s dès qu'ils sont
hum ides et finissent to u jo u rs par a b so rb e r
l'eau. En revanche, le coton brûle mal si le
tissage est dense, et il ne fo n d pas sur la peau,
contrairem ent aux fibres synthétiques. En
été, le coton hum ide ou m o u illé vous re fro id it
efficacem ent. Un bandana m o u illé sur la tê te
et/ou le cou fa it des m erveilles p o u r rafraîchir.
Un t-shirt en coton tre m p é vaut tous les tissus
techniques du m onde. Il est par ailleurs
agréable au to u c h e r et ne b rille pas tro p aux
ILR, com m e la p lu p art des fibres naturelles.
En hiver, le coton hum ide ou m ouillé
consom m e de vos précieuses calories. Vous
l'utiliserez en couche extérieure com m e
protection m écanique, et p o u r vous p ro té g e r
du feu ou du vent (veste de treillis), mais
il faudra p révoir un peu plus d'iso la tio n le
cas échéant. De grosses chaussettes en
coton, portées pe n d a n t 500 m ètres dans
des chaussures m ouillées, vo n t leur p o m p e r
Les vêtements permettent à l’humain de :
beaucoup d'eau. Vous enlèverez ensuite les dans tous les biotopes, même les plus f

www.frenchpdf.com
chaussettes trem pées (que vous mettrez à sécher sur votre sac ou dans les poches) et enfilerez
des chaussettes adaptées, avec une sensation de confort renouvelé (et des pieds préservés).

☆ Le duvet naturel
Le duvet est le m e ille u r isolant du m o n d e quand il est sec. Une fois tre m p é , il ne sert plus
à rien et m et des jo u rs entiers à retrouver son g o n fla n t légendaire. E xtrêm em ent com pres­
sible, léger et chaud, il p e rm e t d 'a llé g e r vo tre sac à dos en hiver et dans des co nditions
de grand fro id sec. Le reste de l'année, il fa u t vra im e n t vous en m é fie r e t vous assurer de
pouvoir le p ro té g e r de l'h u m id ité , sinon préférez-lui du synthétique.
Le duvet existe en qualités très diverses. Son p o u v o ir g o n fla n t est e xprim é en « cuin ». Un
duvet de m oyenne gam m e sera norm é « 600 cuin ». Les duvets européens d'extrêm em ent
bonne qualité a tte ig n e n t les 900 cuin. Un autre critère concerne le ra p p o rt du ve t/p lu m u le s,
exprim é avec deux chiffres : 90/1 0 in d iq u e 90 % de d u ve t e t se u le m e n t 10 % de plum ules,
ce qui est p ro b a b le m e n t la m e ille u re q u a lité que l'on puisse tro u v e r a c tu e llem e n t sur le
marché. Un duvet de très bonne q u a lité sera norm é 8 0 /2 0 - 800 cuin. Les duvets d e très
haut de gam m e seront norm és 9 0 /1 0 - 900 cuin. M êm e un d u ve t re lativem ent bas de
gam m e restera plus com pressible qu 'u n très bon isolant synthétique, à p o te n tie l th e rm iq u e
égal. Son principal désavantage reste sa sensibilité à l'h u m id ité .

☆ La ouate de polyester (isolant synthétique)


Im itation industrielle du duvet, la ouate de p o lye ste r ga rn it de n o m b re ux sacs d e couchage
et de doudounes. Elle isole bien et présente l'avantage d'être h y d ro p h o b e : m êm e m o u il­
lée, on peut l'essorer et la sécher sur le terrain. Elle conserve aussi une bon n e p ro p o rtio n
de ses capacités isolantes m êm e hum ide, voire ca rrém ent tre m p é e . En revanche, elle est
moins com pressible que le d u ve t naturel. À c o n fo rt égal, un sac de couchage en synthé­
tiq u e sera donc plus lourd et plus vo lu m in e u x qu 'u n sac de couchage en d uvet. Sa durée
de vie sera aussi plus lim itée (à chaque com p re ssio n /d é co m p re ssio n, le sac synthétique
perdra environ 1 % de son p o u v o ir isolant). Les sacs de couchage en synthétique sont g é ­
néralem ent beaucoup m oins chers que leur é q u ivale n t en duvet, aussi on hésitera m oins à
les m altraiter sur le terrain.

☆ La laine
La laine est une fibre incroyable d o n t les propriétés com m encent à peine à être redécou­
vertes par l'industrie du matériel o utdoor. La laine est h yd ro p h ile mais elle sèche lentem ent,
ce qui évite les grosses d é p e rd itio n s de chaleur par évaporation. Mêm e hum ide, elle reste
isolante (trem pée, en revanche, elle n'isole plus et d e vie nt très fragile). Elle est silencieuse.
Elle ne brûle pas. Elle retient naturellem ent les odeurs. Elle ne b rille pas, naturellem ent, dans
les appareils de vision nocturne typ e IR/ILR. Elle est bactéricide et fo n g ic id e (ce qui p o u r des

www.frenchpdf.com
chaussettes ou des sous-vêtements de terrain peut s'avérer extrêm em ent pratique dans la
durée). Ses principaux inconvénients restent son poids et sa faible com pressibilité.
Il existe réellem ent d 'in n o m b ra b le s qualités de laines. La laine m érinos de bonne qualité ne
pique pas, ne gratte pas et est e x trê m e m e n t chaude.

☆ La laine polaire
Dérivée du polyester, la laine polaire im ite le feutre ou le tric o t de laine. Elle est chaude, peu
com pressible, hydrophobe, légère et durable. Dans un système de vêtem ents, elle constitue
un excellent isolant interm édiaire, entre les sous-vêtements et la couche extérieure. Ses deux
défauts ; elle fo n d et brûle très b ien... et un troisièm e : elle pue rapidem ent quand on la
porte régulièrem ent. Partem ps hum ide ou p o u r les activités de haute intensité, elle fo n ctio n ­
nera souvent m ieux que la laine naturelle.

A Les membranes imper-respirantes


► Excellents vêtem ents p o u r la neige, le ski, la haute m ontagne, les grands froids, elles
co u p e n ttrè s bien le vent et assurent une re lativem ent bonne évacuation de la vapeur d'eau.
► Elles sont g é n é ra le m e n t très étanches (résistant souvent à une co lo n ne d'eau de plu­
sieurs mètres). C ependant, p o u r rester elles-m êm es sèches, elles d é p e n d e n t d'un revête­
m ent d é p e rla n t présent à la surface externe du vêtem ent, sinon elles se saturent en eau. Ce
revêtem ent est très fra g ile et, en réalité, d ure qu e lqu e s dizaines d'heures sur le terrain dans
des co n d itio n s norm ales (et q u e lqu e s m inutes dans la fu m é e ou la saleté).
► Une fois ces m em branes m ouillées (pores saturés d'eau), elles c o n tin u e n t de b lo q u e r
l'eau, mais ne respirent plus du to u t et d e vie n n e n t fro id e s (com m e to u t vête m e n t m ouillé).
On se retrouve avec un v ê te m e n t lourd et fro id , qui absorbera beaucoup de chaleur (mais
lim itera la progression de l'eau dans les couches isolantes, ce qui n'est pas négligeable).
► Une fois sales, ces m em branes ne respirent plus c o rre cte m e n t non plus.
► Elles o n t besoin d'une fo rte d ifférence de te m p é ra tu re entre leurs deux faces p o u r être
réellem ent perform antes.
► Elles craignent le feu, sont g é n é ra le m e n t bruyantes, fragiles et souvent très coûteuses.
Pour le haut du corps, vous pouvez g é n é ra le m e n t les rem placer avantageusem ent par
une veste en coton ciré ou tra ité par diffé re n ts procédés (silicone, cires ou graisses spéci­
fiques...), en y ajoutant au besoin un p o n ch o ou une sim ple veste im perm éable large bas
de gam m e (que vous traiterez com m e du consom m able) p o u r le te m p s vraim ent mauvais
(qui, en fait, dure rarem ent lo n g te m p s sur le terrain).

En ce qui concerne les pieds, les chaussures to u t cuir bien entretenues (graissées plus ou
moins a b o n d a m m e n t selon l'h u m id ité prévisible) sont to u t sim p le m e n t parfaites et irrem ­
plaçables, surtout associées à des chaussettes en laine de q u a lité (fines en été, plus lourdes
et couplées avec une chaussette fin e en synthétique en hiver).

www.frenchpdf.com
■f EXEMPLE DE SYSTÈME DE VÊTEMENTS POUR LE GRAND FROID :
- sous-vêtem ent te ch n iq u e en laine m érinos (haut + bas -i- cag o u le -H chaussettes) ;
- veste polaire plus ou m oins épaisse selon le besoin ;
- veste de typ e tre illis un peu large, à tissage dense (coupe bien le vent, respire) ;
- pantalon large, serré en bas (par-dessus la chaussure), de préférence avec les g e n o u x et
le siège d o ublés d'un matériau h y d ro p h o b e ou ca rrém ent étanche ;
- p our les pieds : grosses chaussettes en laine, chaussures to u t cuir bien cirées, un peu
larges, laissant le sang circuler ;
- des guêtres, p o u r éviter de tre m p e r le bas du pantalon dans la neige (ce qui cause de
grosses pertes de chaleur dans les pieds, par re fro id isse m e n t du sang qui y afflue) ;
- po u r les mains : sous-gants en soie, m oufles en laine + surm oufles en cuir graissé, très
larges p our laisser le sang circuler ;
- tête et cou : to u r de cou e t deux, voire trois, bonnets -t- capuchon (d o u b le r, voire tripler,
l'isolation de la tê te offre un gain th e rm iq u e ph é n o m é n a l) ;
- à l'arrêt, trouvez un coin à l'abri du ve n t e t passez une d o u d o u n e en d u ve t naturel.

50U & -V Ê TÏM E H T TEW«i»£


(lAItte MÉfUUOi)

fW rA iO ry USKSE: &UETV£ s eZHAUS&UR£S ' t o u t C jJ R * 5UWv10ÜFiL£5 ED C ü /R

www.frenchpdf.com
CHAPITRE 11 RÉGULER SA TEM PE R A TU R E

-f EXEMPLE DE SYSTÈME POUR LES INTERSAISONS


(ALTERNANCE PLUIE, VENT, SOLEIL, NEIGE FONDANTE) :
- haut du corps : t-sh irt en laine m érinos, p olaire fine, veste de typ e tre illis large traitée au
nikwax ; en cas de grosse pluie, p o n ch o ou K-way un peu tro p grand (couvrant les fesses
et les fém orales) ;
-ja m b e s : pantalon en synthétique (séchant vite) ou en coton traité p o u r être h yd ro p h o b e ;
vous pouvez rajouter des « chaps «(cuissardes légères) im perm éables en cas de fo rte pluie ;
- pieds : chaussettes fines en laine, chaussures to u t cuir bien graissées ; chaussettes en co­
ton en réserve p o u r sécher l'in té rie u r des chaussures, au besoin ; les guêtres a p p o rte n t un
plus si vous m archez dans la v é g é ta tio n tre m p é e ;
- to u r de cou et b o n n e t qui sont ta n tô t portés, ta n tô t dans les poches, selon les besoins ;
- d o u d o u n e en synthétique e t/o u p olaire plus épaisse en réserve dans le sac p o u r le soir ou
si le te m p s se re fro id it brutalem ent.

T-SHtKr
£n L»m
ianner ria^'m 5

T O U R I> Ê Q 3U

PoticHo

VESTE T /n
DCioixtmiE ÏMPeR-'RÈsPÎRAHr"
fiBR£
utrmÉTh.üe

c50£-rR£E> CHAUSSETTES F //1£S £11 LfiJh£ CHAUSSURES TOUT CMR BIEH GftAÎSSÉES

www.frenchpdf.com
- f EXEMPLE DE SYSTÈME POUR LE TEMPS TRÈS CHAUD ET SEC :
- chapeau (type chapeau de brousse ou b o o n ie hat : p ro tè g e du soleil e t p e u t s'enlever
p our maxim iser l'évaporation de la transpiration dès que vous passez à l'om bre) ;
- bandana mouillé noué autour du cou (très efficace pour refroidir les carotides par évaporation) ;
- chemise en coton m ince et am ple, de co u le ur claire (les couleurs claires repoussent mieux
les rayons IR du soleil), p o rtée à m êm e la peau ;
- pantalon en coton am ple et mince, co u p e large (de préférence de co u le u r claire aussi) ;
- chaussettes fines en laine m érinos (elles sontfraîches et co n fo rta b le s en été, et préviennent
les odeurs com m e les pro b lè m e s cutanés liés à l'h u m id ité ) ; chaussures to u t cuir m ince, pas
graissées du to u t (p o u r m axim iser l'évaporation de l'h u m id ité ) ou en tissus aérés ;

3Wl>AnA
M o u iu é

cM A O ssenes m e s
f’AHTALOU ( otton) CHmiseCccrjoti) ( lA î m MépôMos)

www.frenchpdf.com
CHAPITRE 11 RÉGULER SA TEM PE R A TU R E

¥ L E S A B R IS
M onter un abri efficace co n tre le v e n t et la p lu ie p e rm e t de se créer une bulle de confort
th e rm iq u e : une zone où rester au chaud e t au sec sans d e v o ir b o u g e r et, donc, se reposer.
Avec le bon m atériel, un abri de fo rtu n e est dressé en qu e lqu e s m inutes. Faute de matériel,
vous devrez im proviser avec des élém ents naturels, ce qui prend plusieurs heures (co m p ­
tez, avec l'entraînem ent, au m in im u m 4 ou 5 heures p o u r fa b riq u e r un to it végétal im p e r­
m éable, un cocon a b rita n t du ve n t et un matelas bien isolant).

☆ Choix du point de bivouac


Le choix de l'em placem e n t du bivouac est p rim o rd ia l. Il p e u t faire la différence entre la vie
et la m ort, lorsque le m atériel est un peu c o u rt par ra p p o rt aux c o n d itio n s rencontrées.

A n e c d o t e : u n j o u r , v o u la n t p a s s e r la n u it d a n s u n e p e t i t e g r o t t e J u s te à c ô té
d 'u n ru is s e a u , a v e c s e u le m e n t u n p o n c h o e t u n b o n n e t d e la in e . J'ai m e s u r é
u n e t e m p é r a t u r e d e 1 2 ° C a u f o n d d u t a lw e g . T ro p fr ig o r if ié p o u r d o r m ir . Je
s u is m o n t é a u -d e s s u s d e la m a s s e d 'a ir fr o id . D a n s le p ie r r ie r a u -d e s s u s ( e x ­
p o s é a u s u d , e t q u i a v a it d o n c a c c u m u lé d e la c h a le u r t o u t e la J o u rn é e ), il
f a is a it 2 7 °C / L e c o n f o r t é t a it b ie n m o in d r e e t l'a m b ia n c e m o in s s y m p a th iq u e ,
m a is J'a i p u p a s s e r la n u it s a n s g r e l o t t e r . ..

Vous pourrez utiliser les prem iers étages de la règle des 3 p o u r ne pas o u b lie r de points
im portants :
► 3 secondes sans vigilance : un lieu sûr, sans risques de chutes d'arbres, de branches,
de pierres (en ju n g le , les chutes d e branches et d'arbres sont de loin la prem ière cause
de m ortalité : une faîtière en grosse co rd e d'escalade lim ite un peu le risque, mais rien ne
rem place l'observation fin e de l'environnem ent). Bref, choisissez un e n d ro it où les risques
objectifs sont les plus lim ités possible. Dans le do u te , évaluez les risques (voir chapitre 6).
► 3 minutes sans oxygène dans les centres vitaux : en m ilieu naturel, c'est rarem ent un p ro ­
blèm e. Je le m e ntionne su rto u t dans le cas d 'u tilisa tio n de co m b u stib le s ou de chauffages
d 'a p p o in t en m ilieu confiné (abris en d u r trouvés en zone pé riu rb a in e ou urbaine, grottes,
etc.). Il est im p o rta n t de savoir que le C 0 2 , plus dense que l'air, s'accumule dans les points
bas, exactem ent com m e de l'eau. Le CO, lui, se m élange insidieusem ent à l'air et est in o ­
dore, incolore et très, très dangereux.
► 3 heures sans réguler sa tem pérature : plus que la jo lie vue ou le sol parfaitem ent plat, c'est
la protection contre le vent et les masses d'air fro id (plus denses que l'air chaud et qui coulent
et stagnent dans les creux) que vous privilégierez au m om ent de choisir votre bivouac.
► 3 jours sans eau potable : il est ju d icie u x, dans certains cas, de p la n ifie r ses points de
bivouac en fo n ctio n de la p o ssib ilité de ravitaillem ent en eau... En m ilieu aride, les points
d'eau sont souvent assez mal fré q u e n té s p e n d a n t la nuit, c'est p o u rq u o i vous bivouaquerez
à bonne distance (sinon, vous violerez parfois le p re m ie r p o in t de la règle des 3...).

www.frenchpdf.com
☆ La tortue
Cette technique est très rapide et sim ple à
mettre en œuvre. Vous bloquez toutes les
pertes de chaleur (RECC) d'un seul coup en
vous asseyant sur une surface isolante, en
vous m ettant en boule et en vous e n ve lop ­
pant dans une couverture de survie (ou, à dé
faut, dans un poncho ou to u te autre grande
surface étanche).
Il est très im portant de fo rm e r une « cloche »
d'air chaud au niveau de la tête et du cou en
faisant redescendre la couverture de survie
devant le visage. L'air chaud, qui a tendance à
monter, s'accumule ainsi dans la zone la plus
im portante à p roté g e r (40 % des échanges
de chaleur au niveau de la tête et du cou). La tortue : position de survie.

☆ Le poncho « du chacal »
Ce type d'abri peut servir de refuge d'urgence pour pique-niquer au sec ou abriter rapidement
un blessé de la pluie. Avec un sac de couchage, un matelas isolant et un sursac (pour
. protéger le sac de couchage du vent et de la pluie résiduelle éventuelle), vous pouvez
aussi l'utiliser pour un bivouac léger, surtout en milieu boisé.
Avec un poncho standard (grand rectangle avec 4 œ illets ou sangles dans les coins,
et un capuchon) et 5 tendeurs, vous
créerez un abri très rapidement,
dès lors que vous disposerez de
4 ou 5 points d'accrochage. Au
CEETS, nous l'appelons le « poncho
du chacal » : en prem ier lieu en
homm age à Jean-Michel, l'un de
nos moniteurs, mais aussi parce
qu'il est tellem ent facile à monter,
tellem ent efficace et tellem ent
polyvalent qu'on a l'impression
de tricher, sans la moindre
conscience morale,
tels de véritables

www.frenchpdf.com
Poncho « du chacal » accroché avec 5 tendeurs.

chacals ! Les tendeurs, dans ce système, présentent l'avantage de s'adapter aux aléas duterrain
très facilement, sans réflexion ni m otricité fine. Ils permettent, en outre, de changer la forme de
l'abri à volonté, en fonction des conditions, et de rendre le to u t indestructible, même en cas
de tem pête : les élastiques encaissent l'énergie des bourrasques (ou des camarades qui se
prennent les pieds) sans arracher les œ illets ni les points d'attache. Évidemment, rien n'interdit
d'utiliser des tendeurs sur des bâches ou des surfaces plus grandes.

☆ Utilisation du tarp
D epuis plusieurs années, le ta rp (d im in u tif anglais de « bâche ») est très à la m ode dans
le m ilieu de la randonnée légère. G énéralem ent c o n stru it en nylon très lé g e r e n d u it de
silicone, le ta rp est polyvalent, lé g e r (bien qu 'u n peu plus lourd lorsqu'il est m ouillé), sèche
vite et est é to n n a m m e n t d urable. Il p e rm e t d 'avoir une surface étanche de 3 x 3 m ou plus,

www.frenchpdf.com
REGULER SA TE M P E R A T U R E

stockable dans un volum e de 2 litres environ, et pesant m oins de 500 g. Ces tarps existent
aussi en form ats plus réduits, pesant parfois m oins de 300 g, haubans et sardines ultralé­
gères com prises. Plus la peine de s'en passer, m êm e lors de sorties à la jo u rn é e .
Le tarp se m onte dans des con fig u ra tio n s très diverses, allant de la « canadienne » classique
aux designs les plus farfelus, s'adaptant g é n é ra le m e n t aux contraintes du te rrain e t des
points d'accroche fa cile m e n t d isponibles.
Par gros tem ps, ou p o u r vous p ro té g e r du vent, vous p rivilé g ie re z un m o n ta g e proche du
sol et entièrem ent ferm é.
Les deux principes à respecter p o u r vous p ro té g e r des élém ents sont sim p le m e n t de créer
un volum e suffisant p o u r ne pas to u c h e r la to ile de l'in té rie u r {condensation p ra tiq u e m e n t
toujours présente) et de te n d re suffisam m ent les d ifférents pans de l'abri p o u r é vite r les
« poches » d'eau en cas de pluie. L'eau d o it p o u v o ir s'écouler.
Vous choisirez é vid e m m e n t une partie de sol co n fo rta b le e t lé g è re m e n t surélevée par rap­
po rt aux environs p o u r éviter les in o n da tio n s par mauvais te m p s (une dépression dans le
sol, m êm e de quelques centim ètres, p e u t vite se tra n sfo rm e r en b a ig n o ire ...). Un poncho
étendu par terre, face intérieure vers le haut (côté p ro p re vers vous, toujours), convient
p our se p ro té g e r de l'h u m id ité e t de la saleté du sol. Il lim ite aussi les contacts avec les

V4iÊ PE5SUS

€ $ ---------------------
f
O 3ÂTOti
X /
% AticMôE
k /
E1WSSIK

rfOOiP F R U S S ÎK

Tarp en canadienne (ci-contre),


et tarp en « bomb shelter » (au-dessus).

www.frenchpdf.com
Tarp tendu en losange + hamac
dessous dans une pente
caillouteuse.
Notez le matelas isolant dans
le hamac pour protéger du froid
provoqué par la conduction.

insectes, ce qui p e u t se révéler salutaire dans les zones infestées de tiques. Une couverture
de survie épaisse ou un sim ple b o u t de plastique fa it aussi très bien l'affaire.
Un p e tit kit c o m p re n an t qu e lqu e s sardines, 5 ou 6 te n d e u rs (sandows) et un peu de ficelle
facilitera e t accélérera le m o n ta g e du tarp, com m e celui du poncho.

☆ Tarp et hamac
En milieu forestier ou en jungle, le hamac constitue une solution très confortable et durable, qui
permet d'être moins exposé aux insectes et de bivouaquer sur des sois inégaux ou très pentus
sans réel problèm e.
Le hamac se refroidissant à cause du vent (convection), il est indispensable de vous protéger de
son contact froid en utilisant un matelas isolant comm e si vous étiez couché au sol (conduction).

* PASSER LA N U IT SANS SAC DE C O U C H A G E


On sous-estim e très fa cile m e n t le fro id q u 'il p e u t faire dehors la nuit, m êm e l'été, et mêm e
dans les zones n o rm a le m e n t « chaudes ».
► Pour survivre à une nuit dehors, réalistem ent, plusieurs facteurs entre n t en com pte. L'ex­
périence d é m o n tre que :
1. Les vêtem ents sont vra im e n t le p re m ie r re m p a rt contre le fro id et fo n t une différence
énorm e p o u r le bivouac d'u rg e n ce .

www.frenchpdf.com
2. On n'insistera jam ais assez sur l'im p o rta n ce de l'isolation au sol : un excellent matelas
végétal change la donne, mais prend des heures à fa b riq u e r. Un sim ple p e tit m orceau de
tapis isolant à cellules ferm ées vaut son pesant d'or, à d é fa u t ou en co m p lé m e n t.
3. Le choix du m icroclim at idéal m arque une d ifférence im p o rta n te : n'hésitez pas à cher­
cher un e n d ro it chaud, p lu tô t qu 'u n e n d ro it plat ou jo li... Le c o n fo rt des yeux ou du dos est
m oins im p o rta n t que le c o n fo rt th e rm iq u e . Le m o in d re courant d'air c o m p te co n sid éra b le ­
ment. Et les cuvettes et fo n d s de talw egs sont de véritables frigos. Il fa u t tro u v e r un e n d ro it
ni exposé au vent ni situé au fo n d d'un creux.
► Pour les bivouacs avec feu, plusieurs enseignem ents ressortent d e la p ra tiq u e :
1.11 faut allum er un p e tit feu, mais qui p ro d u it to u jo u rs des flam m es : en effet, ce so n t elles
qui vont ém ettre les rayons IR vers vous. Un sim ple tas de braises chauffera le ciel, mais pas
dans votre direction. C on ve na b le m e n t choisir et p ré p a re r vo tre bois et créer une structure
en fo rm e de cône bien aéré est l'idéal.
2. Plus vous êtes proche du feu, plus vous avez chaud, mais plus c'est d a n g e re u x... Vous
devez vraim ent do se r fin e m e n t la distance entre vous e t cet ami un peu instable qu'est
le feu. À l'usage, environ 80 cm apparaissent com m e une bon n e distance, si qu e lqu 'u n
peut veiller sur le feu et sur vous p e n d a n t que vous d o rm e z (tours de garde). Dans le cas
contraire, il faut accepter d'avoir un peu m oins chaud et de vous é lo ig n e r un peu, q u itte à
faire le feu un peu plus gros. Et p riv ilé g ie r les vêtem ents en coton ou en laine qui ne brûlent
pas facilem ent. Le feu sauve du fro id , mais a ttention aux accidents, su rto u t avec des matelas
végétaux en fibres sèches. Évitez le plus souvent possible d e les u tiliser à p ro x im ité d'un
feu, ou alors m ontrez-vous extrê m e m e n t p ru d e n t !
3. Les réflecteurs situés de rriè re le feu ne servent pas à grand-chose. En revanche, un
système bien ferm é avec un feu à l'in té rie u r fo n c tio n n e e x trê m e m e n t bien, m êm e par
tem ps très froid.
4. La fum ée représente un vé rita b le pro b lè m e , selon le typ e de bois choisi. Vous devrez
optim iser la com bustion du bois en dosant fin e m e n t son a p p o rt en air po u r lim ite r les ennuis.

☆ Le cocon de débris
1. Faites un matelas végétal é tro it et épais : l'idéal est d e créer un tru c très dense qui
accueille votre corps avec une m arge de 20-30 cm to u t autour.
2. Installez par-dessus une perche très solide, avec un p o in t d 'a p p u i au sol e t un po in t
surélevé d'environ 80 cm.
3. Posez des branches sur cette arm ature centrale to u s les 15-20 cm environ, en réservant
une petite ouverture (de préférence sur un p o in t bas de l'abri p o u r conserver l'air chaud).
4. Entassez des d é b ris végétaux en co m m e n ça nt par des b rin d ille s e t des branchages, et
en réduisant la taille des d é b ris au fu r e t à mesure. Le résultat est un én o rm e tas de débris
végétaux-feuilles-m ousses, p a rfa ite m e n t ferm é.

www.frenchpdf.com
Jarf

Réalisation du cocon de débris en 3 étapes.

Pour que ce genre d'abri soit im p e rm é a b le , prenez soin d 'o rie n te r les débris de manière
à ce qu'ils d ra in e n t l'eau vers l'extérieur, en les entassant du bas vers le haut, un peu à la
m anière de tuiles.

☆ Le nid
Le nid consiste à créer un én o rm e matelas d e végétaux sur lequel poser une bâche que
vous ferm erez to ta le m e n t. Un peu à la m anière d'u n nid d'oiseau, le gros du co n fo rt th e r­
m ique p ro vie n t du matelas, mais la cloche d 'a ir chaud perm ise par la bâche bien ferm ée
offre un gros plus en cas de ve n t ou de pluie, évid e m m e n t. A vec plusieurs personnes à
l'in té rie u r se serrant les unes co n tre les autres, vous pourrez fa cile m e n t passer la nuit par
des tem pératures é to n n a m m e n t froides. Tout d é p e n d du m atelas...

☆ Le « four »
Il s'agit ici de co n ce n tre r au m axim um les rayons IR ém is par un feu central. Pour un groupe
de 4 personnes, vous créerez 3 app e n tis avec des couvertures de survie. Ces appentis seront
reliés entre eux par les coins supérieurs, de m anière à fo rm e r une structure triangulaire
de p e tite taille. Vous ferm erez les 3 ouvertures des coins à l'aide de ponchos ou d'autres
couvertures de survie. Vous pourrez aussi a jo u te r une bâche ou un p oncho supplém entaire
par-dessus, à bonne hauteur, p o u r lim ite r l'intrusion de la pluie par très gros tem ps.
Des matelas seront installés sous chaque a p pentis p o u r que 3 personnes d o rm e n t pendant
que la 4® surveille e t e n tre tie n t le feu.

www.frenchpdf.com
CHAPITRE 11 P I RÉGULER SA TEMPÉRATURE

Le nid.

Le four - 3 couvertures de survie en triangie avec feu au miiieu.

www.frenchpdf.com
CHAPITRE 11 RÉGULER SA TEMPERATURE

^ FAIRE U N FEU
Le feu est incontestablem ent l'élém ent qui a to u t changé dans l'histoire de l'Humanité. Depuis
la nuit des tem ps, il perm e t de se chauffer, mais aussi et surtout de s'éclairer et de faire cuire
les aliments. O utre l'avantage en term es de d ig e stibilité de certains végétaux (ce sont surtout
les légum ineuses et les légum es qui o n t besoin d'être cuits p o u r être assimilables, restons
simples I), la cuisson et le fum age o n t perm is de conserver la viande, et donc d'économ iser
beaucoup d'énergie. Dans une o p tiq u e de survie à c o u rtte rm e , le feu sert essentiellem ent à :
► rég u le r la te m p é ra tu re co rp o re lle ;
► signaler sa présence aux secours, à to u t m o m e n t : la lum ière chaude (IR) p ro d u ite et la
fum ée se v o ie n t très bien du ciel, de jo u r com m e de nuit ;
► faire cuire des aliments et b o u illir l'eau de boisson afin de dim in u e r les risques sanitaires.
Savoir faire du feu en toutes conditions est une com pétence nécessaire en survie. Avant de
chercher à maîtriser les techniques prem ières (silex + marcassite, silex + acier, feu par friction,
etc.), il est indispensable de réellem ent bien maîtriser les techniques de base d'allumage.

Ce m odule, dans les stages du CEETS, est p a rticu liè re m e n t soigné par les instructeurs et les
m oniteurs. Et p o u r cause : il s'agit vé rita b le m e n t de l'un des points les plus essentiels à la
survie dans la nature. Réussir son feu, dans certaines situations, c'est litté ra le m e n t garantir
sa survie p o u r plusieurs jours.

www.frenchpdf.com
☆ Précautions à prendre et préparation du terrain
Le feu peut sauver des vies, mais il p e u t aussi se m o n tre r e x trê m e m e n t dangereux. Dans
certains environnem ents, a llu m e r un feu est non seulem ent dangereux, mais aussi to ta ­
lem ent crim inel. En situation de survie, vous devrez parfois p re n d re le risque de faire du
feu po u r en éviter d'encore plus grands, mais il faudra le faire avec to u te s les précautions
nécessaires et en choisissant bien vo tre em placem ent.

☆ Garrigue, environnements arides et tourbières


On me dem ande souvent de lister les allum e-feu qui existent en fo n c tio n des b io to p e s. Et
quand on me dem ande p o u r la g a rrig u e , je réponds to u jo u rs : « Dans la g arrigue, il n'y a
pas d'allum e-feu, la g a rrig u e EST un allum e-feu ». Tout, dans ce ty p e d'e n viro n n e m e n t, est
chargé en térében th in e , en com posés alcoolisés ou en huiles diverses qui b rû le n t extrêm e­
m ent bien (oliviers, rom arin, pins, genêts...), m êm e si elles sont vertes et vivantes, e t mêm e
lorsque to u t est hum ide (ce qui n'arrive pas souvent, en réalité, m êm e en hiver). C'est p o u r­
quoi, d'une façon générale, vous éviterez d 'a llu m e r un feu dans ce g e nre d 'environnem ent.
A utre m ilieu p articu liè re m e n t à risques : les to u rb iè res. La to u rb e q u i co m p o se le sol de
nom breux endroits dans le m o n d e est un co m b u stib le . Et m êm e un e xce lle n t com bustible.
Les Irlandais se chauffent avec des blocs de to u rb e séchée d e p u is des m illénaires. Et ça
chauffe bien I
A llum er un feu d ire c te m e n t sur de la to u rb e revient très souvent à a llu m e r un feu souterrain
qui pourra co u rir p e n d a n t des semaines e t sur plusieurs kilom ètres et, plus tard, ressortira
po u r m ettre le feu à des forêts ou à des villages. Évitez cela aussi ! Pas de feu au co n ta ct de
la to urbe. Du to u t ! Si vous avez besoin de feu p o u r survivre, trouvez un e n d ro it qui n'est pas
une to u rb iè re, to u t sim plem ent.

☆ Conditions de sécurité minimales


G lobalem ent, vous vous interdirez de faire du feu si les c o n d itio n s de sécurité ne sont pas
réunies. Et ces con d itio n s sont assez sim ples à co m p re n d re :
► Absence de végétation - a fo rtio ri sèche - à p ro xim ité (plusieurs dizaines de m ètres étant
idéal) : concrètem ent, une fo rê t tre m p é e par des semaines de p lu ie p rend feu d ifficile m e n t.
Pendant nos stages en B elgique, il nous arrive souvent de faire du feu en p le in e fo rê t sans
être tro p inquiets. Mais utilisez votre bon sens : si l'o b je c tif est d e survivre, p ro v o q u e r un
incendie de fo rê t n'est pas fo rcé m e n t la stratégie la m ieux adaptée.
► Absence de vent : un feu p ro d u it to u jo u rs des étincelles. Le ve n t p e u t fa cile m e n t les
envoyer loin et, selon les co nditions, elles suffiront à em braser la v é g é ta tio n sous le vent.
Par ailleurs, un d é p a rt de feu en c o n d itio n s venteuses est e x trê m e m e n t rapide, et le feu se
propage alors très vite. Si, sans ve n t et en éta n t vig ila n t, vous avez une chance d 'é te ind re
un p e tit d é b u t d 'in ce n d ie ra p id e m e n t, par grand ve n t cela s'avère vite im possible, surtout
si la végétation est sèche (g a rrig u e -i- mistral = d a n g e r extrêm e !).

www.frenchpdf.com
Seuls q uelques rares enviro n n e m e n ts p e rm e tte n t de faire du feu sans d a n g e r d 'in ce n d ie :
les environnem ents 100 % m inéraux, co m m e les su rp lo m b s rocheux, grottes, etc. Dans ces
endroits, en revanche, vous vous m ontrerez p a rticu liè re m e n t v ig ila n t par ra p p o rt aux cail­
loux qui risquent d'éclater v io le m m e n t (en p ro je ta n t des éclats !) si on les chauffe. Poser
son feu d ire c te m e n t sur des galets revient souvent à faire une partie de roulette russe... J'ai
déjà failli perdre un œ il exactem ent de cette façon, en ayant allum é un feu sur les galets de
« ma » rivière, quand j'étais enfant, au Q uébec.

☆ Faites un PETIT feu...


É videm m ent, vous ferez un feu de très p e tite taille. Je suis to u jo u rs irrité et in q u ie t de voir
les feux de jo ie im m enses que plein de gens fo n t dans la nature, p o u r leur sim ple plaisir
égoïste. Un adage nord-am éricain (qui est peu t-ê tre une lé g e nd e urbaine, mais qui a le m é­
rite d'être parlant) d it : « L'hom m e b la n c fa it un gros feu, e t il s'assoit loin. L'Indien fait un p e tit
feu, e t il s'assoit to u t près ». Un gros feu n'a aucun sens en survie, sauf si, cas exceptionnel,
on a vraim ent un gros g ro u p e à réchauffer. Un p e tit feu offre plusieurs avantages :
• plus facile à c o n trô le r ;
• plus facile à éte in d re si les co n d itio n s c h a n g e n t s u b ite m e n t (si le vent se lève, par
exem ple) ;

4 I!

k A

www.frenchpdf.com
• nécessite m oins de bois, et d o n c m oins de travail, m oins de prises de risques, etc.
• endom m age m oins l'e n v iro n n e m e n t;
• fonctionne to u t aussi bien si on s'assoit à p ro x im ité ...
Par conséquent, un feu de plus de 50 cm de haut est un p u r gaspillage, e t un m anque de
respect p o u r le b io to p e , m êm e par te m p s très fro id .

☆ Faire une table à feu


Une m éthode éprouvée et respectueuse consiste à :
1. Trouver un e n d ro it adapté, p o u r lequel les critères de sécurité sont réunis.
2. Retirer to u te végétation, d é b ris ou élém ents p o te n tie lle m e n t inflam m ables dans un
rayon de 3 ou 4 mètres au to u r de l'e m placem ent choisi.
3. Faire un tas de terre m inérale de la ta ille du feu désiré (p o u r un feu de 50 cm de haut,
faites un tas de terre de 50 cm de haut).
4. Étaler la terre de m anière à créer une p la te fo rm e de 10 ou 15 cm d'épaisseur : elle p ro té ­
gera le sol qui, sinon, sera stérilisé par la chaleur du feu. Elle pro té g e ra aussi les radicelles
(petites racines qui p euvent se consum er d o u c e m e n t et m ettre le feu plusieurs heures ou
mêm e jours après votre départ, si les c o n d itio n s so n t réunies).
5. Faire son feu sur cette plateform e.

6. BIEN éteindre son feu e t ne JAMAIS laisser ce feu sans surveillance. Jamais.

CL.4 m .

de 50cm —Tiu de. SOcm


^ O c i^ S c ^ .^ é jà lé J .

www.frenchpdf.com
www.frenchpdf.com
¥ P R E P A R A TIO N :
B IE N , C'EST PLUS R A P ID E Q U E V ITE
La clé absolue de la réussite rapide et sûre d'un
feu, surtout quand on en a vraim ent besoin (condi­
tions froides et humides, donc), est la préparation.
Posséder le bon matériel, évidem m ent, aide beau­
coup. A voir un bon allume-feu, aussi. Soigneuse­
m ent choisir son em placem ent. Correctement
choisir le bois. Bien préparer le p e tit bois. Et le
sol... Toutes ces étapes prennent du tem ps, mais
m ettent toutes les chances de votre côté pour
réussir à allum er votre feu, et, évidem m ent, à le
maîtriser par la suite.
Il faut com prendre que lésiner sur la préparation
des éléments du feu est souvent une perte de
tem ps : on pense en gagner en faisant plus vite,
puis le feu ne démarre pas, et ensuite il faut recom­
m encer à zéro en préparant mieux. Avec l'expé­
rience, on arrive à doser le niveau de préparation
nécessaire assez précisément. Dans le doute, le
CEETS enseigne une m éthode générique simple
et qui fonctionne même par mauvais tem ps.

Un arbre mort debout.

☆ Bien choisir le bois


L'un des points clé de la réussite d'un feu est de choisir le bois d 'a llu m a g e correctem ent.
Par tem ps sec, c'est fo rc é m e n t plus facile. A près plusieurs jo u rs d e pluie, tro u v e r du bois
sec dans la nature d e m ande un certain co u p d'oeil... et p o u rta n t c'est p ossible : au cœ ur
des arbres m orts sur pied.
Un arbre m ort d e b o u t, restant plus ou m oins à la verticale, sèche à 360° au con ta ct d e l'air.
Ses fibres externes se m o u ille n t lé g è re m e n t au con ta ct de la pluie, mais cette d e rn iè re a
surtout tendance à ruisseler le long du tro n c et ne pénètre pas dans la p ro fo n d e u r du bois.
C'est pourq u o i un arbre m o rt sur p ied est idéal p o u r avoir du bois sec, m êm e dans les en­
vironnem ents hum ides.
C om m ent reconnaître un arbre suffisam m ent m o rt e t suffisam m ent sec ? Il n'a plus aucune
petite branche, voire parfois plus de grosses branches non plus. Très souvent, son écorce
est égalem ent to m b é e , p a rtie lle m e n t ou en to ta lité . Ce genre d 'a rb re m an ife ste m e n t m ort
depuis longtem ps, mais pas encore to m b é , est parfait, su rto u t s'il est de p e tite ta ille : 8 à
10 cm de diam ètre. Vous pourrez très souvent le faire to m b e r en le poussant d o u ce m e n t
(attention en secouant la cime, souvent fra g ile e t risquant de se casser e t de to m b e r !).

www.frenchpdf.com
Vous choisirez idéalem ent, p o u r o b te n ir fa cile m e n t du p e tit bois long et fin, des essences
d'arbres qui o n t des fibres p lu tô t dro ite s et longues. Q uelques essences sont à prioriser
p o u r faire du feu en survie (p o u r les clim ats tem pérés). À p artir d'u n e section de ce genre
de bois parfois relativem e n t sec, vous o b tie n d re z des allum ettes (bois d'allum age long,
m ince e t sec) et du p e tit bois p o u r d é m a rre r le feu aisément, atteindre une inertie th e r­
m ique suffisante et, ensuite, b rû le r n 'im p o rte quel bois, m êm e hum ide.

☆ Les essences de bois


► Bois pour dém arrer votre feu :
• le sapin ou l'épicéa : com m e bois d'allum age, ils sont idéaux. Leurs fibres sont souvent
très droites, et leur sève est co m b u s tib le quand elle est sèche. Ils p ro d u ise n t beaucoup
d'étincelles et de fum ée, mais p o u r d é m a rre r vo tre feu, ils fe ro n t bien l'affaire ;
• le frêne : son gros avantage est sa fib re p a rfa ite m e n t re ctilig n e qui le rend très facile à
refendre avec les m oyens du b ord. Vous en tirerez fa cile m e n t des allum ettes très longues
et très fines ;
• le saule : ses fibres sont très d ro ite s et très longues. Elles se séparent bien. Vous en tirerez
facilem ent des allum ettes. C ertaines variétés sont é g a le m e n t p lu tô t denses et produisent
beaucoup de chaleur très ra p id e m e n t.

^ Bois parfaits pour le chauffage :


• le chêne : b eaucoup de chênes, dans les pinèdes, poussent to u t d ro it et très vite pour
te n te r d 'a tte in d re la lum ière et m e u re n t en cours de route, offrant une source de bois idéale
dans ces b iotopes. Le chêne est l'un des m eilleurs bois p o u r se chauffer en situation de
survie. Il p ro d u it peu de fum ée, presque pas d'étincelles, et il chauffe fo rt et lo n g te m p s ;
• le hêtre : com m e le chêne, il p ro d u it peu de fu m é e et d'étincelles, et chauffe très bien.

www.frenchpdf.com
☆ Préparer du petit bois et un feu
La m éthode se pratique à p a rtir d'u n e section d'environ 15 ou 20 cm de dia m è tre et 30-
50 cm de long, avec des fibres bien droites et sans nœ ud de préférence (sinon, ce sera plus
difficile à refendre, to u t sim p le m e n t) :
1. Fendre en deux.
2. Fendre chaque m o itié en deux.
3. Refendre chaque q u a rt en huitièm es.
4. Réserver 4 huitièm es p o u r fa b riq u e r une p la te fo rm e (les d é p o s e r côte à côte sur la table
à feu) : cette derniè re protégera le feu des pertes de chaleur par c o n d u c tio n avec le sol et
perm ettra une aération o p tim a le par le dessous.
5. Refendre les 4 autres huitièm es en m orceaux plus fins, jusqu'à créer une bon n e poignée
d'allum ettes du fo rm a t de baguettes chinoises (une bonne douzaine au moins).
À chaque étape, prenez bien soin de p ro té g e r le bois de l'h u m id ité e t du fro id , de préfé­
rence en le plaçant près de vo tre corps, ou sous une bâche repliée. Le p e tit bois absorbe
très rapidem ent l'h u m id ité am biante : une fois prêt, il faut l'allum er sans tarder.

Vous pouvez ensuite recom m encer l'o pération avec une seconde section d é b ité e égale­
m ent en huitièm es, posée sur le feu au fu r et à mesure, jusqu'à avoir a tte in t une masse
critique suffisante p o u r a lim e n te r le feu en m orceaux ronds de d ia m è tre raisonnable.

www.frenchpdf.com
☆ Les allume-feu : il en faut plus
Le bois, p o u r brûler, a besoin de plusieurs m orceaux qui se chauffent les uns les autres
afin q ue la réaction ch im iq u e s'entretienne. Un allum e-feu, lui, brûle sans que son voisin
ne d o ive le chauffer. C ette capacité à b rû le r sans rien lui p e rm e t de faire chauffer plusieurs
m orceaux de bois (fins, longs et secs, de préférence) p o u r d é m a rre r le feu.
Plus le bois est hum ide, fro id , plus son dia m è tre est gros, et plus il faudra d'allum e-feu. Dans
le doute, vous en m ettrez to u jo u rs un peu plus.
Un allum e-feu est to u jo u rs constitué d'u n s u p p o rt (généralem ent, un matériau poreux ou
absorbant) et d'un accélérant (qui b rûle à la surface du support). Une b o ugie, par exemple,
est un allum e-feu. La m èche sert de su p p o rt, la cire fo n d u e qui l'im b ib e sert d'accélérant.
► Allume-feu naturels (m ilie u x te m p é ré s) :
• bois gras (bois de pin saturé de résine, rendu im putrescible, que l'on trouve dans les
nœ uds des grosses branches m ortes ou certaines souches) ;
• écorce de bouleau ;
• boule de cristaux de résine de sapin ou d'épicéa, em ballée dans un m o u ch o ir en papier
ou en tissu (poupée).

COTOti VASUJhE J>AHS MOUOiOIRS £H -PAPIER.


COHrOiANT ÉTAtiCHE
p ié z o -é le c tp Jq o e

FIR ESTEEL.

3 R 1 Q O E TA MOUETTE.

PLASTÎQfJE: ÉTAUCHE (SCOTCHÉ)

Le kit-feu.

www.frenchpdf.com
► Allume-feu industriels ou fa b riq u é s à p a rtir de p ro d u its du com m erce :
• poupée : une boule de stick à lèvres, ro uge à lèvres, paraffine, beurre, ou n 'im p o rte quel
corps gras, em ballée dans un m o u c h o ir en p a p ie r allum é par l'extérieur ;
• « œ uf de Manise » (nom m é com m e tel par K ilbith sur le fo ru m DMF) : une b o u le de ouate
de coton enduite d'u n e copieuse couche de vaseline e t stockée dans un œ u f en plastique ;
la partie plus sèche et duveteuse à l'in té rie u r s'allum e fa cile m e n t à l'aide d'u n e é tin ce lle de
fire-steel ;
• b ougie ;
• allum e-BBQ divers...
• copeaux de sem elle de chaussure, cham bre à air, élastiques...
• ficelle en nylon effilochée.

* A LLU M E R , A L IM E N T E R
ET M A IN T E N IR U N FEU
Pour brûler, le feu a besoin de 3 élém ents :
chaleur, co m bustib le et co m b u ra n t (air).
► La chaleur est apportée d 'abord par la
proxim ité de l'allume-feu, puis par les m or­
ceaux de bois qui com m encent à b rû le r et
se chauffent les uns les autres.
► Le co m bustible est a p p o rté par le bois.
► L'air est perm is par la distance entre les
morceaux de bois et l'aération, perm ise par
le courant de convection créé par le feu.
Il est donc im p o rta n t de tro u v e r la juste dis­
tance entre les m orceaux de bois et la juste
densité.
Cette densité s'ajuste facilem ent en obser­ Un feu doit « respirer» : trop dense et trop serré,
il s’étouffe et brûle mal, produisant beaucoup
vant la fum ée : si les flam m es traversent vite la
de fumée et peu de chaleur.
structure, la densité est bonne. Si le feu se m et
à fumer, il faut « ouvrir » un peu plus l'espace entre les m orceaux de bois :
1 . Préparer la ta b le à feu et sa pla te -fo rm e dans un e n d ro it sûr.
2. Poser un m orceau de bois, qui servira de su p p o rt, p e rp e n d ic u la ire m e n t à la p lateform e.
3. D époser l'allum e-feu sur une rainure de la p la tefo rm e et l'allum er.
4. Poser les allum ettes au-dessus de la flam m e, en a p p u i sur le su p p o rt.
5. A jo u te r du p e tit bois au fu r e t à mesure que les précédents s'enflam m ent, aussi ra p id e ­
m ent que possible, sans é to u ffe r le feu.

www.frenchpdf.com
^ E TE IN D R E U N FEU
De la même façon qu'on ne laisse jamais un feu sans surveillance, en quittant les lieux, vous
vous débrouillerez p our qu'il soit parfaitem ent et tota le m e n t éteint.
On considère qu'un feu est éteint quand toute la masse de braises et de cendres qu'il a gé­
nérée est froide. Un feu ayant brûlé to u te la nuit mettra donc facilem ent 6 à 8 heures avant de
s'éteindre réellem ent, sans un a p p o rt en eau massif. Sinon, prévoyez de noyer toute la masse
de cendres dans l'eau jusqu'à en faire une pâte (com ptez 6 à 8 litres d'eau pour un feu moyen).

☆ Pour ne pas laisser de traces


Pour laisser votre site de feu « vie rg e » de to u te trace de passage, éteignez soigneusem ent
le feu (avec beaucoup de te m p s ou b e a u co u p d'eau) e t dispersez les cendres froides ainsi
que la te rre d e votre ta b le à feu dans un rayon assez vaste. Vous pouvez, ensuite, sau­
p o u d re r des d é b ris végétaux na tu re lle m e n t présents sur le site p o u r lui rendre son aspect
d 'o rig in e , ou presque.
(h ttps://w w w .sanstrace.ca /p rin cip e -m in im ise z-im p a ct-fe u x)

* SE PRO TÉG ER DE LA C H A LEU R


Pendant les canicules ou dans les climats très chauds, réguler votre tem pérature peut égale­
m ent poser un réel problèm e et vous o b lig e r à ad o p te r des com portem ents adaptés.
11est im portant de com prendre que le « coup de chaleur » est essentiellem ent une décom pen­
sation due à la déshydratation. Autrem ent dit, il est très rare de voir un coup de chaleur sur un
sujet sain, tant qu'il est suffisam ment hydraté. Pour trouver de l'eau et optim iser votre absorp­
tion du précieux liquide, référez-vous au chapitre suivant, qui traite en profondeur du sujet.

☆ S'abriter de la chaleur
Inutile, ici, d'en faire to u te une science : tro u v e r un coin d 'om bre, ne pas b o u g e r et pro fite r
du courant d'air fo nction n e ra très bien la p lu p a rt du tem ps. En situation de survie, vous éco­
nom iserez l'eau en écon o m isa n t vo tre sueur. À cet effet, évitez autant que possible de vous
activer aux heures les plus chaudes de la jo u rn é e . Ces heures ne sont pas fo rcé m e n t entre
12 h et 14 h, com m e on le c ro it souvent, mais p lu tô t en fin d'après-m idi : ta n t que le soleil
brille, il augm ente la te m p é ra tu re de to u s les o bjets q u 'il éclaire et de l'air qui les touche :
et la te m p é ra tu re augm e n te qu a sim e n t jusqu'au coucher du soleil. Elle d im inue ensuite
plus ou m oins ra p id e m e n t selon la nature du sol et de l'environnem ent : les endroits très
m inéraux stockent beau co u p de chaleur p e n d a n t la jo u rn é e e t la restituent la nu it (d'où les
tem pératures encore étouffantes en m ilieu urbain, la nuit). Dans les zones contenant davan­
tage de végétation, la te m p é ra tu re descend b e a ucoup plus vite dès le coucher du soleil.

www.frenchpdf.com
☆ Une ombre efficace
Toutes les om bres ne se valent pas en term es de fraîcheur. Q u ic o n q u e a déjà te n té de faire
la sieste dans une te n te en plein soleil co m p re n d vite ce d o n t je parle : la to ile de ten te , en
chauffant, ém et beaucoup d'in fra ro u g e s vers l'intérieur, et son o m b re n'est pas vraim ent
fraîche. À l'inverse, les feuilles des hêtres a b so rb e n t un m axim um de chaleur et n'ém ettent
pratiquem ent pas d 'in frarouges vers le sol. L'ombre des hêtraies est ainsi p a rticu liè re m e n t
agréable en été.
Pour « fa b riq u e r » une o m b re efficace, utilisez de préférence un m o n ta g e très « aéré » et
une matière claire ou, encore mieux, réfléchissante. Une couverture de survie, par exem ple,
reflétera beaucoup plus d'in fra ro u g e s que le nylon d 'u n e tente. Ainsi, elle chauffera moins
au soleil et ém ettra m oins d 'in fra ro u g e s vers vous qui tentez d e vous rafraîchir dessous !

î ^ ^
* ' ■

yiÇ

www.frenchpdf.com
CHAPITRE 12

L'EAU : LA TROUVER ET LA RENDRE


POTABLE QUAND ET COMMENT LA BOIRE ?
* EVALUER SON NIVEAU D'HYDRATATION

« LES PRINCIPALES CAUSES DE LA DÉSHYDRATATION

* C O M M E N T BO IRE?
☆ Temps d'absorption

¥ OÙ TROUVER DE L'EAU DANS LA NATURE ?

* RENDRE L'EAU TRAITABLE


☆ Particules en suspension
☆ Produits dissous (solution)

* RENDRE L'EAU POTABLE : LES POINTS À VÉRIFIER


☆ Risque radioactif
A Risque biologique
☆ Risque chimique

* TECHNIQUES PARTICULIÈRES
☆ Ébullition
☆ Rayons UV
☆ Charbon de bois ordinaire
☆ Sable
☆ Bouchon en bois

www.frenchpdf.com
'J . . . J ,

ri ^ 1 \l
Jj! V]
i ''

J i 1 ' - J
r.

www.frenchpdf.com
Ce qui m anque au b o n h e u r de b e a ucoup de gens, c'est un litre d'eau p o ta b le en plus dans
leur corps, tous les jours.
Une bonne hydratation p e rm e t de résister beau co u p m ieux à la chaleur ou au fro id et
d'éviter de nom breux ennuis de santé, allant des p ro b lè m e s articulaires à la constipation,
en passant par la fa tig u e chronique, certains m aux de tê te ou des calculs rénaux. Il est d'une
im portance capitale de to u jo u rs p o u v o ir trouver, stocker, p u rifie r e t bo ire de l'eau lorsque
vous vous trouvez sur le terrain ou m êm e, selon les circonstances, en ville.
Plus votre corps a d'eau à disp o sitio n , plus il pourra en gaspiller, et m ieux il fonctionnera.
M oins votre corps a d'eau à d isp o sitio n , et plus il l'économ isera, mais il fo n ctio n n e ra moins
bien (fatigue, erreurs de ju g e m e n t, cram pes, com a, m ort).

^ ÉVALUER S O N N IV E A U D 'H Y D R A T A T IO N
Un bon indicateur d'une hydratation optim ale est UNE URINE CLAIRE ET ABONDANTE. Une
urine transparente ou jaune clair indique que votre corps n'accom plit pas d'efforts p our éco­
nomiser l'eau. A l'inverse, des urines plus concentrées et plus réduites en volum e sont l'indice
que le corps (par l'action de l'horm one antidiurétique) économise son eau : et donc, fo rt pro­
bablement, qu'il lui en manque.
La sensation de soif n'est pas un bon indicateur. Elle est causée par une dim inution de l'eau pré­
sente dans la salive. Cette dim inution est provoquée égalem ent par l'horm one antidiurétique.
Elle survient alors que vous êtes déjà déshydraté à 2 % ou plus. À ce stade, vos performances
physiques et intellectuelles sont réduites de 10 % environ. La règle absolue, sur le terrain, est
donc de toujours boire avant d'avoir soif, en petites quantités (nous verrons pourquoi plus loin).

Un individu ayant perdu 10 % de l'eau de son corps est diminué de 50 %, tant


physiquement que mentalement, et commence à faire l'expérience de sérieux
troubles moteurs et cognitifs. Pour une personne de 75 kg, cela représente
une perte hydrique d'environ 5 litres, soit 3 heures d'exercice intense par
temps chaud (sudation abondante) en buvant seulement 1 litre d'eau.

* LES PR IN C IPA LES CAUSES DE LA D É S H Y D R A T A T IO N


► La transpiration insensible, ou « p erspiration » : m êm e par te m p s fro id , la peau est satu­
rée d'eau p our rester souple et elle p erd de la va p e u r d'eau en perm anence.
► La transpiration : celle qui sert à é vite r la surchauffe par l'évaporation d e l'eau sur la peau.
► La respiration : par te m p s très sec e t/o u très fro id , on p e u t p e rd re jusqu'à 200 ml par
heure sim plem ent en respirant, ce qui fa it près de 5 litres par 24 heures ! Respirer u n iq u e ­
m ent par le nez et s 'o b lig e r à conserver un rythm e très lent p o u r to u t est indispensables
dans ce genre d'environnem ent.

www.frenchpdf.com
► La d ig e stion : certains types d'alim ents, n o ta m m e n t les protides, d e m a n d e n t beaucoup
d'eau à notre organism e p o u r être digérés et utilisés. Sans eau à disposition, vous éviterez
de boire !
► Tous les diurétiques : le café, le thé, l'alcool, l'abus de sel, le tabac (fumer déshydrate, oui !)...
► Toute perte sanguine, diarrhée, vom issem ents, brûlures...

¥ C O M M E N T B O IR E ?
☆ Temps d'absorption
L'eau est absorbée dans le gros intestin, principalem ent. Elle d o it franchir l'estomac, le
sphincter pylorique, le p e tit intestin, p our finalem ent arriver au contact de la muqueuse du
gros intestin où elle m igre vers le sang par osmose.
Un estom ac vide laisse passer l'eau en 10-20 minutes. Elle est absorbée très rapidem ent
après. Si l'estomac est plein, il stockera l'eau jusqu'à la fin de son travail de digestion, qui prend
norm alem ent 3 heures à partir de la fin d'un repas (davantage si le repas était copieux). C'est
pourquoi, pour vous hydrater rapidem ent, il vaut mieux boire 20-30 minutes avant de manger.

Un m ot sur le sel
Les personnes déshydratées, surtout après un effort ou un jeûne prolongé et qui
ont égalem ent perdu beaucoup de sels minéraux par la transpiration, doivent éviter
de consommer beaucoup d'eau d'un coup lorsqu'elles en trouvent. Dans ce cas,
il existe un risque d'œ dèm e cérébral mortel lié à l'hyponatrémie (manque de sel
dans le sang). Elles doivent d'abord reconstituer leur stock de sels minéraux (en
mangeant un peu, par exemple, ou en buvant une très petite quantité d'eau salée).
En général, les personnes manquant ainsi de sel éprouvent, de toute manière, un
dégoût prononcé pour l'eau : elles sont plutôt attirées par les aliments salés. Il faut
respecter cet instinct et manger du salé plutôt que de se forcer à boire, même si cela
semble contre-intuitif.

Q uelque temps après avoir absorbé du sel, la soif se fait de nouveau sentir et l'en­
vie de boire de l'eau fraîche revient, car le corps a désormais suffisamment de sels
minéraux pour gérer l'apport correctement.

L'eau de pluie, l'eau de fonte de la neige, l'eau des glaciers, l'eau distillée, sont
toutes com plètem ent déminéralisées. L'eau, pour être considérée comme potable,
doit idéalem ent contenir un minimum de sels minéraux, faute de quoi des déséqui­
libres graves peuvent survenir dans l'organisme. Quelques gouttes de sérum phy­
siologique dans 1 litre d'eau, le coin d'un cube de bouillon, quelques grains de sel
suffiront à reminéraliser l'eau pour qu'elle soit agréable à boire et éviter tout pro­
blème. En l'absence de ce genre de produits, vous pourrez aussi faire des infusions
diverses avec l'eau en question, ou simplement manger un peu en même temps.

www.frenchpdf.com
• O U T R O U V E R DE L'EAU D A N S LA N A TURE ?
L'eau est paresseuse. Elle va to u jo u rs à l'e n d ro it où on lui résiste le m oins. Dans une pente,
elle descend. Dans la terre, elle se d irig e d 'e lle -m ê m e vers les e n d ro its où celle-ci est moins
dense, plus poreuse, plus sèche, ou vers les trous.
Peu im porte le typ e de terrain ou le re lie f : plus le sol est im p e rm é a b le et plus on trouve
d'eau en surface. Plus le sol est p e rm é a ble et plus l'eau a te n d a n ce à s'infiltrer, pour
réapparaître par endroits sous fo rm e de résurgences ou de sources.
En m ontagne ou dans les zones à relief, o u tre les ruisseaux présents au fo n d de presque
to u te vallée suffisam m ent im p o rta n te , vous trouverez de l'eau dans les creux du terrain.
L'eau, m êm e souterraine, converge vers les e n dro its où plusieurs pentes se rejoignent.
C'est là que vous avez le plus de chances d e tro u v e r des résurgences. C'est valable au fond
des vallées mais aussi au pied des pentes - dans le creux d 'u n e colline, par e xem ple - ou
dans un replat (qui, effectivem ent, fo rm e un creux par ra p p o rt à la pente).
En plaine, l'eau s'accumule dans le m o in d re creux im p e rm é a b le , ou ressurgit dans les zones
où le sol est le plus perm éable. Dans la te rre saturée d'eau, creuser un tro u p e rm e t à l'eau
de s'infiltrer doucem ent. A près q u e lqu e s heures, elle re d e vie n t claire par d é cantation e t on
peut la puiser délicatem ent.
Il existe des signes qui trahissent la présence d'eau. Elle est parfois seulem ent souterraine,
présente en très fa ib le q u a n tité ou de q u a lité m édiocre, mais faute d e m ieux ces indices
p o u rro nt o rie n te r vos recherches :
• convergence de coulées et de pistes d'anim aux de d ifférentes espèces (p ra tiq u em e n t
toutes les espèces vivantes o n t besoin de b o ire ) ;
• végétation plus dense, plus luxuriante dans une zone précise : dans les zon e s/p é rio d e s
arides, ce sont parfois les seuls e n d ro its verts dans un paysage b rû lé par le soleil ;
• présence d'espèces végétales aim ant l'h u m id ité : grandes gram inées, plus hautes et plus
denses qu'ailleurs, ronces, saules, p e u p lie rs...
• dans les zones arides : a bondance d'oiseaux venant bo ire e t/o u m a n g e r les insectes.

* RENDRE L'EAU TRAITABLE


A vant de tra ite r l'eau avec des p ro d u its chim iques, il fa u t la rendre tra ita b le , a u tre m e n t d it
CLAIRE. En effet, une eau tro u b le (con te n a n t des particules en suspension) ou colorée (par
des produits chim iques dissous) lim ite l'efficacité du tra ite m e n t et constitue parfois des
risques que lesdits traitem ents ch im iques n 'é lim in e ro n t pas.

☆ Particules en suspension
Bon nom bre d'agents pathogènes, b io lo g iq u e s ou chim iques, sont présents dans les par­
ticules en suspension qui re n d e n t l'eau tro u b le . C ette m atière en suspension annule éga­
lem ent l'action des pastilles de p u rifica tio n de l'eau (par ad so rp tio n ). Si l'eau tro u vé e sur le

www.frenchpdf.com
terrain est tro u b le , il faut la rendre la plus claire possible avant de la tra ite r à l'aide d'une
pastille. Vous pouvez utiliser :
• la filtra tio n : soit avec un filtre céram ique, une paille filtrante, soit un filtre im provisé (sable
fin + charbon pilé dans un e n to n n o ir im provisé, ou encore chiffon utilisé dans le sens de la
longueur, m o u ch o ir en papier, ta m p o n h ygiénique ou bouchon en bois de résineux vivant) ;
• la décantation ; laissez reposer l'eau p e n d a n t plusieurs m inutes à quelques heures, puis
transvasez délicatem ent, sans rem uer le fo n d .

Filtration et décantation.

www.frenchpdf.com
☆ Produits dissous (solution)
Si on filtre du thé avec un filtre m écanique, m êm e très très fin, de l'autre côté il reste du thé.
L'eau contient des p ro d u its dissous (c'est une solution, et non pas une suspension). C'est
égalem ent vrai p o u r les infusions de feuilles qu'on tro u ve souvent au fo n d des flaques, ou
pour les eaux colorées par divers m inéraux ou tanins qu'on tro u ve dans les sols.
Faute de p o u vo ir id e n tifie r les p ro d u its qui co lo re n t l'eau, vous considérerez q u'ils consti­
tu e n t un risque ch im iq u e et qu 'il faut les retirer. Une eau claire, de m êm e, pourra être traitée
par précaution de façon id e n tiqu e .

Seule une filtration au charbon a ctif p e u t retirer une (b o n n e ) partie des élém ents dissous
dans l'eau. On trouve des étages de charbon a ctif dans la p lu p a rt des filtres en céram ique
m odernes, dans certaines pailles ou g o u rd e s filtrantes, ainsi que dans les filtres de m énage
de type « Brita ».

^ RENDRE L'EAU POTABLE


Il existe 3 principaux risques liés à l'eau sur le terrain. O n p e u t utiliser l'acronym e bien connu
« NBC » po u r se souvenir des 3 points à vé rifie r :
• Nucléaire ;
• B iologique ;
• C him ique.

☆ Risques radioactif
Sauf cas p articulie r (voir ci-dessous), ce sont des particules radioactives présentes dans
l'eau qui constituent le risque ra d io lo g iq u e .
En cas de p o llu tio n nucléaire dans une zone, si vous avez le choix, buvez é v id e m m e n t de
l'eau préalablem ent stockée et p ro té g é e des reto m b é e s d e particules radioactives. L'eau
souterraine est no rm a le m e n t m oins exposée aux reto m b é e s que l'eau de surface, et ce,
ta n t que les pluies ne fo n t pas ruisseler les particules vers les nappes phréatiques. Vous
disposez ainsi de quelques heures ou qu e lqu e s jours, selon les co n d itio n s m étéo e t la g é o ­
logie, p our puiser et stocker ces eaux souterraines, avant qu'elles ne soient contam inées.
Une fois l'eau contam inée, seule une filtra tio n ultra-serrée (filtre céram ique 0,2 m icron ou
osmose inverse) lim itera la q u a n tité de particules radioactives dans l'eau de boisson. Le
filtre, chargé de particules radioactives, sera alors lui-m êm e contam iné e t radioactif, et il
faudra en disposer adéquatem ent.
► Cas particulier ; les isotopes d 'h yd ro g è n e , com m e le tritiu m , sont capables de réagir
avec l'oxygène p o u r créer des m olécules d'eau, elles-m êm es radioactives. On ne p e u t pas
filtre r une te lle eau ni lui retirer sa radioactivité. Pas de solution, dans ce cas, à part choisir
vos sources de m anière a p p ro p rié e !

www.frenchpdf.com
Risque biologique
C'est le p rin cip a l risque qui nous con ce rn e dans la nature. Il est lui-m êm e divisé en
4 g ro u p e s d'agents p a th o g è n e s (classés par o rd re de ta ille ) : virus, bactéries, protozoaires
et parasites.
► Les virus, très petits, ne p e u ve n t pas être filtrés, mais ils sont sensibles aux traitem ents
chim iques. Certains (hépatites, gastro-entérites) résistent très bien à la chaleur et ne sont
pas d é tru its par l'ébullitio n .
► Les bactéries p euven t être filtrées par un filtre à 0,2 m icron (fréquents dans le co m ­
merce). Elles sont sensibles aux tra ite m e n ts ch im iques et à la chaleur.
► Les protozoaires sont assez gros et p e u ve n t être p a rtie lle m e n t élim inés par une filtration
de fortun e. Ils sont sensibles à certains p ro d u its chim iques, n o ta m m e n t le DCCNa (M icro­
pur Forte, A quatabs). Ils sont é g a le m e n t sensibles à la chaleur.
► Les parasites, très gros en com paraison, sont faciles à filtrer, mais ils résistent bien aux
produits chim iques, de par leur masse. Ils p euvent être tués par é b u llitio n .

☆ Risque chimique
O utre de choisir des sources en a m o n t des sites d e p o llu tio n , vous utiliserez du charbon
actif p o u r réduire ce risque (voir page p ré cé d e n te « Produits dissous »).

Récapitulatif
1. Rendre l'eau traitable, grâce à une filtration mécanique fine suivie d'une filtration au char­
bon actif ; cette étape retire les parasites, les protozoaires (voire les bactéries dans le cas
d'une filtration à 0,2 micron) ainsi qu'une bonne partie des produits chimiques présents.
2. Traiter l'eau au DCCNa (M icropur Forte, Aquatabs) pour éliminer les virus et les bacté­
ries qui auraient pu se faufiler dans le filtre.

V
www.frenchpdf.com
* T E C H N IQ U E S PARTICULIÈRES
☆ Ébullition
Dans les zones tem pérées, le sim ple fa it de p o rte r l'eau à é b u llitio n - m êm e à très haute
altitude, où elle b o u t à une te m p é ra tu re plus basse - suffit le plus souvent à la rendre p o ­
table d'un p o in t de vue m ic ro b io lo g iq u e . Seuls les virus (rarem ent présents dans ces zones)
nécessitent des tem pératures plus élevées p o u r être inactivés.
En zone tro p ica le ou désertique, ou dans to u te zone où l'on p e u t suspecter une infection
virale de l'eau (en aval de villes ou villages, zones connues co m m e étant à risque, etc.),
l'ébullition ne suffit pas.

☆ Rayons UV
En été, sous nos latitudes, ou to u te l'année
dans les tropique s, exposez au soleil une
eau claire contenue dans une b o u te ille de
polyéthylène (PET), p e n d a n t 6 heures.
Par tem ps couvert, une e xposition de
8 heures est requise. Cette m é th o d e est par­
ticulièrem ent efficace en altitude, en raison
du fo rt rayonnem ent UV.

Bouteille en PET au soleil en montagne sur un rocher


par temps très clair.

☆ Charbon de bois ordinaire


Réduit en p o udre la plus fine possible, le charbon d'u n feu de bois fixe une partie des
contam inants chim iques de l'eau. Faute de vrai charbon actif, cette m é th o d e lim ite un peu
les risques.
A ttention : cette technique, en raison de la présence de cendres dans le charbon, aug­
m ente le pH de l'eau, ce qui d im in u e l'efficacité d'u n tra ite m e n t chim ique.

☆ Sable
Le sable fin, au fo n d d'un e ntonnoir, p e u t servir de filtre de fo rtu n e grossier. Vous p o u ­
vez o b te n ir du sable d'u n e finesse extrêm e en fro tta n t deux m orceaux de grès l'un contre
l'autre. Le sable ainsi ob te n u est aussi fin que de la farine e t p e rm e t une filtra tio n m éca­
nique étonnam m ent serrée.

www.frenchpdf.com
☆ Bouchon en bois
Le MIT a récem m ent p u b lié une é tu d e qui d é m o n tre la capacité du xylèm e à filtre r l'eau
d'une m anière e xtrêm em e n t fine. O n parle d'u n e filtra tio n à 0,3 micron dans les 3 prem iers
m illim ètres de bois !
Le bois, de préférence un résineux, d o it être co u p é vivant e t utilisé sans ta rd e r p o u r que le
système fo n ctio n n e . D écoupez une section p a rfa ite m e n t ronde de la taille du g o u lo t d'une
boute ille , par exem ple, e t faites passer l'eau en fo rce à travers ce bouchon de fortune. La
d ifficu lté m ajeure consiste à créer une étanchéité suffisante. Une pression fo rte (0,34 bar)
est requise p o u r que l'eau p ercole le n te m e n t à travers le bouchon. Vous pouvez la créer en
posant un tro n c ou un gros caillou sur la b o u te ille , par exem ple. Un long tuyau (4 m ou plus)
peut être utilisé p o u r créer la pression suffisante (une co lonne d'eau supérieure à 0,34 bar
est nécessaire).

www.frenchpdf.com
CHAPITRE 13

LA NOURRITURE
* RELATIVISONS !

« CE QUI PEUT NOUS TUER EN NE MANGEANT PAS

* LA NOURRITURE DE SURVIE

« CINQ PLANTES COMESTIBLES QUI EXISTENT


UN PEU PARTOUT SUR LA PLANÈTE
☆ Le plantain
☆ L'ortie
☆ Les massettes
A Le pin parasol
☆ Le pissenlit

* LES PETITS COMESTIBLES


☆ Les fourmis
☆ Les lombrics
☆ Les sauterelles, grillons, criquets...

* LA PÊCHE
☆ Les nasses
☆ La pêche à la main

^ UN MOT SUR LA CHASSE ET LE PIÉGEAGE

www.frenchpdf.com
V I.r r
-Sa ^
r'

yj F
\l

www.frenchpdf.com
L'être humain est un animal très bien ad a p té au jeûne. Non se u le m e n t nous savons je û ­
ner, mais m êm e le faire lo n g te m p s sans vra im e n t de soucis. Le corps, loin de so u ffrir de
quelques heures ou m êm e qu e lqu e s jo u rs de jeûne, sem ble savoir en p ro fite r

R E LA TIV IS O N S !
En effet,le jeûne a ses bienfaits :
► le système im m unitaire est plus p e rfo rm a n t ;
► les horm ones de croissance sont sécrétées en b e a u co u p plus grandes quantités, ce qui
protège la masse musculaire (ce n'est qu'après plusieurs jo u rs de d é fic it c a lo riq u e im p o r­
tant que l'on com m ence à puiser dans la masse m usculaire com m e source d'énergie). Des
chaînes m étaboliq u e s p e rm e tta n t de puiser dans les réserves de graisse sont remises en
place et m aintienn e n t un niveau d'é n erg ie norm al, voire a u g m e n té ;
► le cœur, qui aime bien utiliser la graisse com m e carburant, fo n c tio n n e m ieux et v o it ses
fonctions régulées ;
► le niveau de vigilance est renforcé et plus constant ;
► l'odorat, et m êm e l'acuité visuelle, re trouvent un niveau plus élevé ;
► le système nerveux v o it ses centres m oteurs stim ulés.

Bref, le jeûne nous « affûte » un peu et prépare à l'action et au déplacem ent. Il perm et aussi
au corps d'économ iser l'énergie utilisée par la digestion p o u r autre chose, com m e g u é rir une
maladie ou se réparer d'une blessure. Ce n'est sûrem ent pas un hasard si les animaux et les
enfants du m onde entier se m ettent instinctivem ent à je û n er dès qu'ils sont malades ou bles­
sés. De nombreuses études fleurissent à propos des bienfaits du jeûne dans la prévention et
même le traitem ent de certains cancers.
Par ailleurs, de plus en plus de sportifs de haut niveau pratiquent le jeûne de manière m étho­
dique. Plusieurs modes d'alim entation actuellem ent en vogue (Paléo, Eat Stop Eat, W arrior
Diet, etc.) préconisent des périodes de jeûne quotidiennes ou, à défaut, régulières. O utre les
avantages en term es de com position corporelle et de santé d'une te lle diète, l'un des atouts
indéniables pour la survie est que ce genre de régim e prépare le corps à fo n ctio n n e r de ma­
nière optim ale sans un ap p o rt alim entaire régulier : ce qui est la norm e en m ode dégradé et
en survie - voire dans n'im porte quelle activité un peu engagée en m ilieu naturel.
Quoi qu'il en soit, un humain « moyen » de 65 kg et avec 12 % de masse adipeuse a en stock
environ 7 kg de graisse. Si l'on considère que cette graisse con tie n t un peu d'eau et d'autres
éléments, on peut estim er la masse grasse d'un adulte moyen à environ 5000 g. A 9 kcal
par gramme, cela revient donc à une réserve de 45 000 kcal : autrem ent dit, de quoi tenir
quelques jours sans problèm e ! Finalement, le jeûne est bien plus un problèm e psycholo­
gique qu'un problèm e réel, sauf après une période vraim ent prolongée.
N ote : après un je û n e p ro lo n g é , la reprise d'u n e a lim entation norm ale d o it é vid e m m e n t
se faire très progressivem ent (sur plusieurs jours), en reco m m e n ça n t par des alim ents
liquides, puis de petites quantités d'alim ents très faciles à digérer.

www.frenchpdf.com
• CE Q U I PEUT N O U S TU ER EN NE M A N G E A N T PAS
C oncrètem ent, le risque de décès à cause du m anque de nourriture est très souvent causé
non pas par le m anque de calories, mais bien par un d é sé q u ilib re ou un dysfonctionne­
m ent du corps p ro vo q u é par le d é fic it tro p im p o rta n t d'u n m inéral, d'u n e vitam ine ou d'un
autre a lim e n t essentiel.
On m eurt non pas de m anque d e calories, mais de m aln u tritio n . Et le d icton « Q uand les
gros se ro n t maigres, les m aigres se ro n t m orts » n'est pas fo rcé m e n t exact. L'espérance de
vie en cas de jeû n e d é p e n d é v id e m m e n t des réserves de calories, mais aussi et même
surtout de notre stock de « b o n n e santé » : un bon état général, une alim entation variée et
é q u ilib ré e p e n d a n t les m ois p ré cé d a n t le jeûne, une bonne masse musculaire, une petite
couche de graisse...
A l'inverse, un individ u obèse (d o n c assez souvent sédentaire et m angeant généralem ent
p lu tô t mal, qualitative m e n t) verra souvent son corps d ysfo n ctio n n e r plus vite en cas de
disette.
Si vous souhaitez vous p ré p a re r à résister à la fam ine, une m anière o p tim a le consiste, es­
sentiellem ent, à avoir une bon n e hygiène de vie to u t le tem ps, ce qui com prend, entre
autres ;
• une a lim entation variée, é q u ilib ré e et de bonne q u a lité (bio, fraîche, variant le local et des
p roduits exotiques p o u r a u g m e n te r encore la diversité des apports) ;
• une pra tiq u e régulière du je û n e, c'est-à-dire q u o tid ie n n e m e n t et assez ré g u liè re m e n t sur
plusieurs jo u rs de suite ;
• la p ra tiq u e d 'u n e activité physique variée, c o m b in a n t efforts de longue durée, efforts
intenses et d é v e lo p p e m e n t de la force fo n c tio n n e lle ;
• une vie globalem ent saine ; pas d'abus de tabac, alcool et autres polluants (liposolubles) du
corps qui peuvent se stocker dans les graisses et être relâchés dans le corps au moment du
jeûne.

* LA N O U R R IT U R E DE SU R VIE
Dans un « kit » de survie, il p e u t être intéressant de placer de q u o i m anger un p e tit peu, plus
p o u r le m oral que p o u r les besoins réels du corps.
Si la situation de survie d o it se p ro lo n g e r au-delà de qu e lqu e s jo u rs et que vous savez vous
n o u rrir en tro u va n t à m a n g e r sur le terrain, l'expérience d é m o n tre que ce sont davantage
les petites choses to u te s sim ples, com m e le sel et les épices, qui m anquent le plus. Une
soupe de plantes sauvages, ça re m p lit... mais une soupe de plantes sauvages préparée
avec un de m i-cu b e de b o u illo n , ça n o u rrit !
C'est p o u rq u o i j'ai p o u r h a b itu d e d 'avoir tou jo u rs, dans mes kits, un m inim um de petits trucs
savoureux qui, outre leur in té rê t gustatif, sont rem plis de sels minéraux, d'oligo-élém ents et
de plein d'élém ents très d ifficile s à tro u v e r sur le terrain. Le ratio « u tilité/encom brem ent »
est plus qu'intéressant.

www.frenchpdf.com
À titre indicatif, mon « fo n d de sac» co n tie n t souvent une petite pochette « cuisine sauvage » :
• 6 cubes de bo u illo n de légum es ou de p o u le t bio : à 4 heures du m atin, qua n d on g re lo tte
près de son feu, bo ire un b o u illo n chaud, salé et gras, réchauffe l'âme a utant qu e le corps...
• quelques sachets de th é et d'infusions épicées ;
• un peu de sel.
Si j'e m p o rte de la no u rritu re de réserve, p o u r les urgences, je la choisis sur la base des
critères suivants :
• longue conservation ;
• facilité de préparation (j'aim e bien p o u v o ir sim p le m e n t o u v rir le p a q u e t avec les dents et
une main, et m anger...) : to u jo u rs p ré vo ir le m o d e d é g ra d é , la blessure à une main, etc. ;
• haute te n e u r en gras : 1 g de gras co n tie n t 9 kcal, contre 4 g p o u r les sucres et les fé cu ­
lents. Davantage de gras, c'est un ratio «poids/calories» plus avantageux dans le sac ;
• présence de protéines ; elles a u g m e n te n t la sensation de satiété e t p e rm e tte n t de m ain­
te n ir les fonctions vitales très lo n g te m p s, m êm e à très petites doses.

Le pem m ican des A m é rin d ie n s ou le saucisson des Européens o n t fa it leurs preuves ! Pour
une conservation encore plus facile, il existe des rations de survie to u te s prêtes, dans des
em ballages étanches et robustes : elles o ffre n t l'avantage d'être suffisam m ent rebutantes
à m anger p o u r être presque sûr de ne jam ais les m anger avant d 'y être vra im e n t o b lig é ...

• CINQ PLANTES COMESTIBLES EXISTANT UN PEU PARTOUT SUR LA PLANÈTE


☆ Le plantain
Le plantain est une petite plante très ré­
pandue sur la planète. Elle pousse en ro­
sette : les feuilles en ogive plus ou moins
allongées sortent d irectem ent de terre,
en cercle autour d'une ham pe florale
(com me les salades). Leurs feuilles com ­
portent généralem ent 5 nervures arron­
dies, à la manière des m éridiens du g lo b e
terrestre. La hampe florale, elle, porte des
fleurs puis des petites graines à son som ­
met. Ces graines (psyllium) sont com es­
tibles et très riches en vitam ines A, B et E.
Les feuilles sont égalem ent comestibles,
et le léger g o û t de noisette des jeunes
pousses passe très bien en salade (atten­
tion cependant aux risques d 'ingestion des échinocoques, dans les zones â risque : seule la
cuisson élim ine ce risque parasitaire de manière suffisam m ent sûre).

www.frenchpdf.com
Le plantain présente un in té rê t p a rticu lie r : son jus, extrait des feuilles broyées, soulage
radicalem ent les dém angeaisons e t autres réactions allergiques locales. Dans les zones à
m oustiques, ou après s'être p iq u é sur des orties, c'est un soulagem ent appréciable !
Le m êm e jus a ég a lem e n t un effet calm ant sur les brûlures superficielles (l®' degré : peau
rouge, pas d 'a m p o u le ni d'autre lésion plus grave), q u'il soulage souvent de manière sur­
prenante.
Il existe 3 variétés de plantain : le com m un (surnom m é « oreille de chien »), le lancéolé
(surnom m é « o reille de lapin ») et le gé a n t (bea u co u p plus gros). Les trois s'utilisent de la
m êm e m anière.

☆ L'ortie
L'ortie est p ro b a b le m e n t l'une des seules
plantes reconnaissable les yeux ferm és :
elle pique, et ça gratte très fo rt !
Elle pousse de préférence dans les sols
très riches en azote, d o n c souvent à des
endroits fréquentés par des troupeaux.
Cela dit, on la tro u ve é g a le m e n t un peu
p a rto u t en m ilieu sauvage ou semi-
sauvage. Son grand intérêt, o utre le fait
q u 'il est im possible de se tro m p e r dans
son identification, est q u 'elle c o n tie n t
beaucoup de fe r e t de protéines. En
m atière sèche, elle re n fe rm e ra it m êm e
plus de protéines que la viande de b œ u f !
On pe u t la co n so m m e r en soupe ou
com m e les épinards (gratins, chaussons,
etc.), mais aussi en salade. Les feuilles,
une fois m élangées aux autres et un
peu brassées, p e rd e n t leur p iq u a n t très
rapidem ent.

☆ Les massettes
Il existe de nom breuses variétés de mas­
settes (ou typha), d o n t certaines sont p ro ­
tégées. La plus répandue dans l'hém is­
phère nord, Typha latifolia (ou massette à
larges feuilles), est une rem arquable plante
de survie. O rtie

www.frenchpdf.com
CHAPITRE 13 NOURRITURE

Elle occupe les zones humides où elle se propage un peu à


la façon des roseaux. Toutes les parties de la plante sont utili­
sables à un m om ent ou à un autre de l'année :
• le pollen (au printem ps) : les fleurs mâles produisent un pollen
jaunâtre abondant qui peut être récolté dans un sac plastique et
consom m é tel quel, ou m élangé à de la farine ;
• les jeunes pousses : elles sont com estibles jusqu'à ce que la
fleur com m ence à se développer, avec un g o û t à mi-chemin
entre le concom bre et le coeur de palmier, légèrem ent poivré
et très rafraîchissant ;
• le rhizome, relativem ent facile à déterrer si on accepte de pa­
tau g e r un peu, est très riche en am idon. Assez fibreux, on peut
le nettoyer, le mâcher et recracher les fibres, mais l'idéal reste
de le séparer en plusieurs faisceaux, de le faire sécher et de
le battre pour en extraire l'amidon, qui peut ensuite être utilisé
com m e de la farine ;
• les feuilles, séchées puis réhum idifiées, fo rm e n t une paille
très solide que l'on peut torsader p o u r fa b riq u e r des liens de
fortune ;
• le duvet form ant les saucisses brunes constitue un bon al­
lume-feu et un bon isolant de fortune ;
• les tiges mortes, elles, peuvent être attachées ensem ble par
paquets « façon store vénitien », pour do n n e r un matelas isolant
surprenant... En outre, elles fo n t un excellent carburant pour
dém arrer un feu !
D ifficile de m o u rir en ayant to u s ces élém ents sous la main !

www.frenchpdf.com
a Le pin parasol
Le pin, et n o ta m m e n t le pin parasol, p ro d u it des graines com estibles, très bonnes et très
riches en calories. Facile à reconnaître par son aspect, il don n e des fruits à écailles rigides
qui s'ouvrent (n o ta m m e n t lorsqu'on les chauffe) et lib è re n t des graines (souvent deux par
écaille) qui co n tie n n e n t les pignons.
Les pom m es de pin (l'ensem ble du fru it) fournissent un bon allum e-feu.
De plus, le pin parasol (m ais aussi to u te s les espèces de pin) p ro d u it du bois gras, ce bois
saturé de résine qui constitue un allum e-feu phénom énal.
Les feuilles (épines) sont é g a le m e n t délicieuses en infusion. Assez riches en vitam ine C,
vous les déposerez dans l'eau chaude (70° environ) et vous les laisserez d o u ce m e n t infuser.
Il existe plusieurs variétés de pin qui ne d o n n e n t pas to u te s des pignes aussi grosses que
le pin parasol, mais to u te p o m m e de pin un peu volum ineuse vaut la peine que l'on s'y
intéresse : on y tro u ve parfois de (très) petites graines com estibles qui seront largem ent
m ieux que rien.

Pignes, pignons et pin parasol.

☆ Le pissenlit
Le pissenlit est une plante bien connue, caractérisée par ses feuilles découpées com m e des
« dents de lion », ses fleurs jaunes qui é vo lu en t vers les fam euses graines en parapluie que
les enfants s'am usent à souffler. Son suc blanc et laiteux ainsi que sa tig e creuse finissent de
l'id e n tifie r avec une relative certitu d e .
Le pissenlit se consom m e aisém ent en salade, les jeunes pousses étant savoureuses (les
vieilles, un peu tro p I). A tte n tio n to u te fo is aux éventuelles parasitoses si vous le récol­
tez dans des endroits où un anim al a pu y d é p o s e r ses d éjections ou à p roxim ité (pâtu-

www.frenchpdf.com
rages, notam m ent). O utre la douve du foie,
l'échinococcose est un risque im p o rta n t par
endroits. Seule la cuisson p e u t d é tru ire les
œufs de ces parasites qui, très solides et
très collants, résistent aussi bien à un bros- 'H-
sage intensif sous l'eau qu'aux p ro d u its
chim iques.

* L E S PETITS C O M ESTIB LES


☆ Les fourmis
Elles sont délicieuses, avec leur pe tit goût
acidulé caractéristique de l'acide citrique que
leur abdomen contient et qui form e leur ré­
serve d'énergie.
Attention, les ouvrières sont bonnes, pas trop
dures sous la dent et peu équipées p our le
combat. Les guerrières sont plus... piquantes
! Attention égalem ent : certaines personnes
sont violem m ent allergiques à l'acide fo r­
mique. Pour eux, en consom m er s'avérerait Pissenlit.
très risqué.
Les œufs et larves de fourmis sont égalem ent comestibles. Pour ré co lte r fa cile m e n t une
grosse cuiller à soupe d'œ ufs, vous pouvez g ra tte r le dessus d 'u n e fo u rm iliè re après avoir
préalablem ent am énagé, à proxim ité, un abri p o u r les œufs. Les fo u rm is infirm ières, qui
s'occupent des œufs, iro n t vite y m ettre ces d erniers à l'abri de la lum ière. Un peu vache,
mais efficace !

Fourmis ouvrières et œufs.

www.frenchpdf.com
☆ Les lombrics
Les lom brics sont e xtrêm em ent riches en
protéines. Ils sont éga lem e n t to u jo u rs pleins
de te rre et p o u r en m anger sans qu'ils ne
c ro q u e n t tro p sous la dent, il faut les ouvrir et
bien les nettoyer, ce qui est assez fastidieux.
C oupés en rondelles et jetés dans la soupe,
on les o u b lie assez vite, leur g o û t étant assez
neutre.

Ver de terre.

☆ Les sauterelles, grillons, criquets...


Les sauterelles, g rillo n s et criquets sont
tous com estibles. D élicieux grillés, j'ai des
souvenirs m ém orables de brochettes de
sauterelles, cuites sur le feu. Un régal.
Je préfère p e rso n n e lle m e n t retirer la tê te
et les pattes (qui g ra tte n t un peu la go rg e ,
je trouve), mais certains les co n so m m e nt
entières, sans faire de chichis. Les fem elles
de certaines espèces o n t un gros a ig u illo n
qui leur sert à e n fo u ir leurs oeufs.
Evidem m ent, vous le retirerez.

Sauterelles.

* LA PECHE
☆ Les nasses
La nasse est un système vieux com m e le m o n d e qui consiste à canaliser un poisson dans un
e n to n n o ir qui d é b o u ch e sur un espace ferm é. Le poisson, ensuite, ne trouve plus la sortie.
Une b o u te ille d'eau m inérale, coupée, scotchée et lestée fa it très bien le travail. Vous p o u ­
vez y attacher une ficelle p o u r la relever sans vous m ouiller.
Pour attirer les poissons dans la nasse, n 'im p o rte quel a p p â t o d o ra n t convient très bien
(les trip e s des poissons précédents, par exem ple, o ffre n t souvent un bon rendem ent).

www.frenchpdf.com
La lum ière attire aussi certains poissons.
Les bâtonnets de lum ière c h im iq u e sont
étonnants d'efficacité pour certaines
espèces.
C ette m é th o d e est é v id e m m e n t du
p u r braconnage ; elle est to ta le m e n t
in te rd ite en France e t dans la p lu p a rt des
pays d'E urope. C ependant, le système
fo n ctio n n e ra é g a le m e n t ailleurs, et dans
des m ilieux suffisam m ent é lo ig n é s p our
que l'iso le m e n t ju s tifie de b ra co n n e r p our
se nourrir.

Nasse faite avec une bouteille coupée.

☆ La pêche à la main
La pêche à la main est un art assez incroyable qui
consiste à tâter à peine et le n te m e n t le creux des
surplom bs, à la recherche de poissons... e t to u t
bonnem ent à les saisir.
Le to u t est de vraim ent d é co n tra cte r votre main
et vos d oigts et d'oser to u c h e r lé g è re m e n t les
poissons qui, étonnam m ent, se laissent caresser
si vous les approchez en d o u ce u r et en étant très
détendu.
Pêche à la main sous un surplomb.

^ UN MOT SUR LACHASSE ET LE PIÉGEAGE


Chasser et p ié g er sont des dom aines de co m ­
pétences à part entière q u 'il serait vain de te n te r
de décrire ici. O utre les aspects é thiques e t lé­
gaux liés à ce typ e de pratique, on ne p e u t pas
apprendre à chasser, à pister, à p ié g e r... e t en­
core moins à respecter les anim aux e t le ra p p o rt
à leur mort, dans un livre. Aussi, j'ai choisi de ne
pas en parler, to u t sim plem ent.

Page de droite : piantain commun.

www.frenchpdf.com
www.frenchpdf.com
CHAPITRE 14

L'HYGIENE
^ GERER VO S DECHETS SUR LE TERRAIN
☆ Les déchets organiques

SE LAVER SUR LE TERRAIN


☆ Les mycoses
☆ Que laver en priorité ?
☆ Les lingettes
☆ La douche du pauvre (bouchon percé)
☆ Les dents : cure-dents de fortune
☆ Prophylaxie

¥ L E S TIQUES
☆ L'encéphalite virale (ou encéphalite à tiques)
☆ La maladie de Lyme
☆ Éviter les morsures de tiques

¥ LES M O USTIQUES
☆ Prévenir les piqûres de moustiques

^ SO IN DES ONGLES ET DES PIEDS


☆ Prévenir les ongles incarnés
☆ Éviter les ampoules
☆ Le pied de tranchée

www.frenchpdf.com
r
V
j ^ j i .
F
r
J

www.frenchpdf.com
On reconnaît souvent les « vrais », les adeptes chevronnés de l'o u td oo r, à leur connaissance
du m ilieu. Et aussi beaucoup à leur observance de certaines bonnes pratiques - notam ­
m ent de sécurité - et à leur respect du b io to p e q u'ils visitent.

% GERER V O S DECHETS SUR LE T E R R A IN


L'une de ces bonnes pratiques consiste à ne RIEN laisser d e rriè re soi quand on traverse les
espaces naturels.

Un sac p o u r co n g é la tio n , d e b o n n e q u a lité


et à zip, de p e tit ou g rand fo rm a t selon les
besoins, convient p a rfa ite m e n t. Il p e u t se
tra n sp o rte r dans la poche, p o u r les plus p e ­
tites balades, ou dans le sac à dos lors de
sorties plus longues. C ette p o u b e lle a l'avan­
tage d'être c o m p lè te m e n t refe rm a b le , d o n c
aucune odeur, aucun liq u id e ne s'en é ch a p ­
p e ro n t p e n d a n t la balade.
Par précaution, e m p o rte z plusieurs de ces
sacs en cas de déch iru re s ou de pe rce m e nts
accidentels - cas rare, mais qui p e u t a rrive r si vous les m a ltra ite z tro p . En cas d 'in c id e n t,
inutile de to u t transférer, m ettez s im p le m e n t la p o u b e lle perso dans une autre p o u b e lle
perso. Façon pou p é e s russes.
Ensuite, lorsque vous passez à p ro x im ité d 'u n e p o u b e lle ou d e re to u r chez vous, jetez
sim p le m e n t le to u t. Les filiè re s de g e stio n des déch e ts les p re n d ro n t en charge, p ro p re ­
m ent e t loin des espaces naturels sensibles.

☆ Les déchets organiques


Un être hum ain p ro d u it en m oyenne 400
à 500 g d'excrém ents to u s les jours. Ces
excrém ents co n tie n n e n t des m illiards de
bactéries et, dans certains cas, des virus et
des parasites. Ils c o n stitu e n t une source de
p o llu tio n im p o rta n te dans les zones très
fréquentées. Pour é vite r de tro p polluer,
il est re com m andé de faire ses besoins
à bon n e distance des cours d'eaux (50
m ètres ou plus), dans un tro u creusé dans
la te rre vég é ta le (20-50 cm m axim um de
p ro fo n d e u r, là où to u te une q uantité de
bactéries et d'insectes p o u rro n t profiter

www.frenchpdf.com
de votre grosse com m ission et la d é g ra d e r rapidem ent). Idéalem ent, rapportez le papier
hygiénique, e t su rto u t les lingettes, dans vo tre sac-poubelle. Si vous optez p o u r ne pas le
rapporter, enterrez-le avec vos excrém ents. Cela accélérera sa d é g ra d a tio n et évitera aux
prochains visiteurs cette im pression désagréable de circu le r en terrain m iné...
Pour aller plus loin (un peu de lecture en anglais) :
h ttp s ://ln t.o rg /le a rn /7 -p rin c ip le s : les 7 p rin cip e s du m ouvem ent « Leave no trace ».

¥ SE LAVER SUR LE TE R R A IN
L'hygiène, dans notre p e rc e p tio n usuelle de la chose, sert surtout à sentir bon p o u r ne pas
être bannis de nos cercles d'amis. Dans la vraie vie, elle revêt deux fo n ctio n s absolum ent in­
dispensables : la préven tio n des infections de la peau e t la lim itation de la pro p a g a tio n des
m aladies (prophylaxie). Très concrètem ent, sur le terrain, l'hygiène prévient des infections
susceptibles de m enacer vo tre b ien-être et votre m o b ilité , et d o n c vos chances de survivre.

☆ Les mycoses
On sera p a rticu liè re m e n t a tte n tif à p ré ve n ir les mycoses, nota m m e n t aux pieds et au pli des
aines. Celles-ci se d é v e lo p p e n t quand les ch a m p ig n o n s m icroscopiques qui m angent les
peaux m ortes p ro lifè re n t tro p . Elles ép u isen t ra p id e m e n t les couches de cellules mortes
et s'attaquent ensuite aux cellules de peau vivantes. Le système im m unitaire réagit alors,
ce qui p ro vo q u e une inflam m ation locale : rougeurs, dém angeaisons, puis sensations de
brûlure (surtout si la peau macère avec la transpiration). Si vous laissez le phénom ène se
poursuivre, la peau d e vie n t m ince e t fragile, puis des lésions apparaissent, ouvrant la voie
à des infections, des pertes de m o b ilité , etc.
Les ch am pignons en que stio n a p p ré c ie n t p a rticu liè re m e n t les m ilieux chauds et humides,
et s'y m u ltip lie n t aisém ent. L'intérieur des chaussures ou le pli de l'aine quand vous portez
un pantalon qui « respire » tro p peu en p é rio d e chaude créent assez fa cile m e n t ce genre

www.frenchpdf.com
d'environnem ent favorable. La solution, en prévention, est assez sim ple : g a rd e r la peau
propre et sèche le plus souvent possible. Pour ce faire :

► choisissez un pantalon - surtout p o u r la saison chaude - qui « respire » bien. Le coton ample
est efficace. Proscrivez les synthétiques ou les m élanges contenant tro p de synthétique et au
maillage très serré, sauf si vous avez vraim ent besoin de vous p ro té g e r des m oustiques ;

► faute d'un pantalon suffisamment respirant, marcher la braguette ouverte aide un peu à ven­
tiler (les poches retournées, sorties du pantalon, apportent égalem ent une petite différence) ;

► si possible, gérez l'intensité de votre e ffo rt de m anière à ne pas tro p tra n sp ire r ;

► les sous-vêtem ents et chaussettes en coton ou, encore mieux, en laine m érinos (natu­
rellem ent an tifo n g iq u e et b actéricide) sont d'u n e aide parfois précieuse p o u r p révenir les
mycoses (ainsi que les mauvaises odeurs) sur le terrain. A te ste r avant de partir, histoire de
bien connaître votre sensibilité personnelle.

Pour soigner, m êm e chose, mais avec un p ro d u it a n tifo n g iq u e en plus : gardez les zones
atteintes propres, fraîches et sèches le plus souvent possible, e t réduisez ré g u liè re m e n t la
population de fung i à l'aide d'un p ro d u it ad a p té (ou, à défaut, l'alcool contenu dans le gel
hydroalcoolique pe u t faire le b o u lot, su rto u t si vous gérez le p ro b lè m e suffisam m ent tôt).
Exposer les zones atteintes au soleil peut égalem ent se m ontrer efficace, les UV ayant une
action antifongique parfois surprenante.
Pour les cas les plus lourds, vous tâcherez de laver vos vêtem ents avec de la javel ou, à défaut,
de les exposer longuem ent aux UV pour tu e r les spores présentes et éviter une récidive.

☆ Que laver en priorité ?


► Les dents : l'hygiène des dents est prim ordiale sur le terrain, et loin en amont. Il est d'ailleurs
sage de faire un to u r chez son dentiste avant un séjour p rolongé sur le terrain. Un abcès ou
une rage de dent à 10 jours du dentiste le plus proche est une expérience assez déplaisante.

► Les mains : elles sont le vecteur de to u t un tas de maladies. Vous les laverez (avec de l'eau
et du savon) é videm m e n t après avoir d é fé q u é , mais aussi, plus généra le m e n t, dès qu'elles
sont sales. Les mains sont le siège d e plein de petites coupures et griffures qui s'infectent
d'autant plus vite qu'elles sont sales. Inutile de d é sin fe cte r de la crasse au gel antibactérien.
La désinfection ne se fa it que sur des mains propres, sinon elle est inutile.

► Les pieds : ces derniers sont un m aillon in dispensable de vo tre m o b ilité en m ilieu natu­
rel... et d o n c de votre survie. Une mycose qui to u rn e mal, e t c'est la fin des haricots.

► Les parties intimes, et notam m ent les aines, p o u r les hom m es : à ces endroits, les mycoses
peuvent être suffisam ment inconfortables, voire douloureuses, p o u r lim ite r votre m obilité.

► Le reste...

www.frenchpdf.com
☆ Les lingettes
Les lin g e tte s p o u r b é b é so n t très p ra tiq u e s lo rs q u 'il s'agit de se laver sur le terrain et que
l'eau est rare. En m ilieu a rid e ou d é s e rtiq u e , a tte n tio n c e p e n d a n t à celles q u i laissent une
p e llic u le lé g è re m e n t grasse ou co lla n te sur la peau : la poussière e t le sable s'y a g g lo ­
m è re n t e t p e u ve n t causer des irrita tio n s, vo ire des lésions.
Testez lesdites lin g e tte s avant d e partir, n o ta m m e n t sur les zones sensibles e t/o u sur les
m uqueuses, afin d e v é rifie r q u e vous les to lé re z bien. C ertaines, en vente dans les m aga­
sins bio, so n t re la tive m e n t sim p le s dans le u r c o m p o s itio n e t c o n v ie n n e n t g é n é ra le m e n t
bien m ieux q ue les autres p o u r un usage p ro lo n g é sur le te rra in .
Ces lin g e tte s é ta n t so u ve n t très très lo n g ue s à se d é g ra d e r dans la nature, je me perm ets
d 'a ttire r vo tre a tte n tio n sur l'im p o rta n c e d e les ra p p o rte r dans vo tre sa c-p o u b e lle et de
les je te r dans une chaîne d e g e stio n des d échets a p p ro p rié e .

☆ La toilette de chat (savon et chiffon)


A vec e nviron 1 litre d'eau tiè d e e t savonneuse, il est p o ssib le d e vous laver sur le terrain,
su rto u t si vous avez les cheveux co u rts e t pas tro p d e barbe.
Pour é c o n o m is e r l'eau, utilisez ce tte eau en 3 fois, selon un p ro to c o le sim ple. Une b o u ­
te ille e t une p e tite bassine (ou sac p la s tiq u e ro u lé sur les b o rd s p o u r q u 'il tie n n e une fois
plein d'eau) se ro n t utiles.

Toilette de chat avec peu d'eau


► La prem ière part d'eau, alors q u e le chiffon est très p ropre, sert à le m o u ille r p o u r laver
to u te zone sensible/lésée. Si vous avez de p e tite s écorchures sur une ja m b e , par exem ple,
utilisez cette eau très p ro p re p o u r n e tto y e r la zone. Puis (après avoir je té le peu d'eau ayant
servi à tra ite r cette pre m iè re phase), le reste de l'eau p ro p re servira à laver les m uqueuses
e t parties intim es. Savonnez et rincez alors bien le c h iffo n /g a n t de to ile tte , de m anière à ce
q u 'il soit p a rfa ite m e n t p ro p re p o u r le second tour.

► Le second tiers de l'eau réservée sert à laver le reste du corps, dans l'ordre allant du
m oins sale au plus sale. Typiquem ent, com m encez par le visage et term inez par les pieds,
en vous d é b ro u illa n t p o u r caser les aisselles q u e lq u e part entre les deux.

► Le dernier tiers d'eau sert à vous rincer et à n e tto ye r ensuite le chiffon, que vous im p ré ­
gnerez bien de savon avant de le faire sécher (ou de le stocker hum ide, si les conditions le
perm ettent).

Si vous devez a p p liq u e r un a n tifo n g iq u e ou un d é sin fe cta n t q u e lc o n q u e sur la peau, c'est


juste après l'avoir lavée q u e cela sera le plus efficace. A u ta n t le faire m aintenant, do n c !

www.frenchpdf.com
lîr La douche du pauvre (bouchon percé)
Petite astuce pour bien se rincer avec très peu
d'eau : percez, à l'aide d'une aiguille, le b o u ­
chon d'une bouteille d'eau m inérale et voici
une « douche » m inim aliste parfaite p o u r vous
rincer les mains ou le corps sur le terrain. Évi­
dem m ent, ayez un autre bouchon intact p our
referm er la bouteille le reste du tem ps !

☆ Les dents : un cure-dent de fortune


Dans l'hygiène des dents, le plus im p o rta n t est de retirer m é ca n iq u e m e n t les restes d'ali­
ments, notam m ent près des gencives et entre les dents, avec n 'im p o rte quel cu re -d e nt im ­
provisé (attention to u t de m êm e à ne pas choisir une essence de bois toxiq u e ). Une petite
branche de thym fait p a rticu liè re m e n t bien l'affaire, sa sève éta n t rafraîchissante et pouvant,
dans certains cas, avoir quelques p ro p rié tés bactéricides.
Dans un second temps, utilisez une infusion de thym com m e rince-bouche p o u rfin ir le travail.
Cela ne vaut pas un vrai d e n tifrice et la bon n e vie ille brosse à dents, mais en m o d e dégradé
cela a ccom plit déjà une bonne partie du b o u lot.

☆ Prophylaxie
La prophylaxie est l'art de p révenir les m aladies en évitant les infections. La p rem ière et plus
im portante des prophylaxies est le lavage efficace des mains (avec de l'eau p o ta b le et du
savon), et leur éventuelle désinfection, q u 'il n'est pas fo rc é m e n t u tile de systém atiser hors
d'un contexte de soin ou de d é ficience im m unitaire.
Cela dit, sur le terrain, certains insectes sont vecteurs de m aladies parfois graves. Dans cet
ouvrage, nous abordons les plus courantes, présentes dans les zones te m p é ré e s et leur
périphérie im m édiate.

^ LES T IQ U E S
Les tiques sont des acariens. Ce sont aussi des pros de la survie. Elles p e uvent vivre plu­
sieurs années sans manger. J'en ai déjà c o n g e lé e une à -18 °C p o u r la v o ir ensuite repartir
com m e si de rien n'était qu e lqu e s m inutes après l'avoir posée sur la ta b le . Énervé, j'ai tenté
de l'écraser entre mes d o ig ts : im possible. Entre mes ongles, elle glissait tro p . Je l'ai donc
jetée dans la poube lle , et j'ai tiré la chasse. C onfiant. Trois jo u rs plus tard elle éta it dans le
lavabo de la salle de bains, ayant vis ib le m e n t rem onté p a tie m m e n t la tuyauterie. En signe
de respect, je l'ai fin a le m e n t rem ise dans un p e tit bocal au co n g é la te u r !
Le cycle de vie de la tiq u e consiste à faire un repas sanguin entre chacun des stades de
sa vie. D'abord larve (0,8 mm environ, co u le u r be ig e clair), elle fa it un repas sanguin et

www.frenchpdf.com
se transform e en nym phe (1-3 mm de co u le u r plus foncée, selon les espèces). Une fois
nym phe, elle fa it un second repas sanguin et p rend sa ta ille adulte ; 3 mm p o u r les mâles,
5 mm environ p o u r les fem elles, et de co u le u r foncée (les couleurs varient du be ig e foncé
au m arron presque noir, avec parfois des parties rougeâtres, selon les espèces aussi).

Elles vivent le plus souvent dans les couches superficielles de la te rre et sortent quand
les co n d itio n s sont favorables. Elles se p e rch e n t alors sur la vé g é ta tio n basse et attendent
qu'un anim al passe p o u r s'y accrocher. D ébute alors la recherche d'un lieu p o u r com m en­
cer son repas.
Ses pattes sont, au niveau m icro sco p iq u e , com m e des raquettes à neige qui diffusent la
pression suffisam m ent p o u r qu'on ne la d é te cte pas fa cile m e n t par contact sur la peau. On
ne la sent presque pas marcher. Et avant de piquer, elle anesthésie la zone p o u r que son
hôte n'ai conscience de rien. C'est parfois la réaction inflam m atoire locale de la zone pi­
quée qui gratte lé g è re m e n t et qui p e rm e t de la déceler. Mais j'ai perso n n e lle m e n t eu plein
de tiq u e s accrochées sans m'en rendre co m p te p e n d a n t 24 ou 48 heures, m êm e dans les
endroits les plus farfelus.

A P U trg MÂ l £ /jjpULTE FBM£U£’

www.frenchpdf.com
Les m aladies qu'elles tra n sm e tte n t sont nom breuses, mais les deux p rincipales qui
concernent l'hum ain sont l'encéphalite virale et la m aladie d e Lyme (qui re g ro u p e en réa­
lité de nom breuses souches bactériennes du genre Borrelia, aux effets et aux m arqueurs
sériques tous assez différents).

☆ L'encéphalite virale (ou encéphalite à tiques)


Elle est assez répandue dans l'est de la France, en Suisse, en A u trich e et dans les Balkans.
Elle devient très présente en H o n g rie et dans les pays de l'Est. Il en existe aussi une souche
extrêm e-orientale (présente à l'extrêm e est du co n tin e n t eurasien), beau co u p plus d a n g e ­
reuse que la version occidentale. Bonne nouvelle, une infection par la souche occidentale
sem ble im m uniser contre toutes les souches connues de la m aladie.
L'encéphalite virale (ou « e n céphalite à tiq u e s ») évolue en 2 phases, après l'in cu b a tio n qui
dure de 1 à 30 jours :
1. Une phase de typ e « g rip p e » p e n d a n t la q uelle se m anifestent de la fièvre et quelques
maux de tête, essentiellem ent. C ette phase dure environ une sem aine et g u é rit spontané­
ment. Dans 90 % des cas, la m aladie s'arrête là.
2. Pour 10 % des cas, la maladie évolue ensuite, après une rémission complète des symptômes
pendant quelques jours, vers une encéphalite ou une méningo-encéphalite, une attaque cérébel­
leuse, ou d'autres troubles du même genre, qui donneront des symptômes variables. Une forte
fièvre et divers troubles neurologiques peuvent apparaître, allant d'une ataxie (troubles de la
coordination et de l'équilibre, accentués par l'obscurité ou la perte de repères visuels) à différents
troubles moteurs ou sensoriels : paralysies, paresthésies, etc.
Cette seconde phase dure de quelques jours à une grosse semaine. La rémission complète est en­
suite très longue : plusieurs semaines à plusieurs mois avant de retrouver des capacités normales,
et certains troubles neurologiques peuvent perdurer ensuite plusieurs années, ou toute la vie.
La maladie, dans sa souche occidentale, est m o rtelle dans 1 à 2 % des cas, e t 10 à 20 % des
cas évoluant vers la seconde phase avec atteintes n e u ro lo g iq u e s prése n te n t des tro u b le s
résiduels perm anents ou durables.
La souche d'E xtrêm e-O rient présente beaucoup plus de d a n g e ro sité : jusqu'à 10 % des per­
sonnes atteintes en m eurent, et 60 % des survivants souffrent de séquelles perm anentes.
Il sem ble qu'on ait utilisé de l'in te rfé ro n avec d e bons résultats dans le tra ite m e n t de l'en­
céphalite à tiques. Sinon, c'est essentiellem ent le systèm e im m u n ita ire de l'h ô te qui sera
déterm inant dans l'évolution des sym ptôm es et la gravité des séquelles : le corps co m b a t­
tra le virus et l'élim inera.
Pour réduire les risques liés à cette m aladie :
• évitez si possible les zones à risque ;
• évitez au m axim um les morsures de tiq u e s (vo ir plus loin) ;
• prenez soin, dans la durée, de vo tre terrain im m u n ita ire grâce à une hygiène de vie saine
et suffisam m ent de repos !

www.frenchpdf.com
• faites-vous vacciner (plusieurs vaccins existent, consultez votre m édecin ou votre centre
de vaccination) ;
• inspectez-vous ré g u liè re m e n t et retirez im m é d ia te m e n t to u te tiq u e installée dans votre
peau, puis désinfectez co rre cte m e n t la plaie.

La maladie de Lyme
En France, la maladie de Lyme, ou « borréliose de Lyme », est la prem ière maladie profession­
nelle touchant les forestiers de l'ONF. On lui attribue de plus en plus de problèm es de santé,
do n t certains gravem ent handicapants.
Prise suffisam ment tôt, cette maladie se prévient ou se soigne avec une simple antibiothéra­
pie. Si vous la laissez s'installer, elle peut devenir chronique et incurable, avec des symptômes
très im portants qui varieront (de problèm es cutanés à neurologiques, en passant par les in­
flam m ations articulaires notables, pertes de m obilité, fatigue chronique...) en fonction des
zones atteintes et des souches de bactéries Borrelia présentes. Par ailleurs, plusieurs types de
Borrelia peuvent être en action en même tem ps, co m pliquant le tableau clinique et brouillant
les pistes. Le diagnostic est d'autant plus com plexe que nom bre de tests sanguins sont d'une
fiabilité assez inégale : beaucoup de « faux négatifs » existeraient. Les symptômes, quant à
eux, sont très changeants et polym orphes. Ils peuvent aisém ent être confondus, dans les pre­
mières phases, avec des « petits bobos » courants (état grippal, d o u leu r articulaire ou éruption
cutanée passagère, ou légère contusion, etc.). Il est facile de « passer à côté », car la tique
ayant transmis la bactérie peut très bien rester tota le m e n t inaperçue.
En cas de sym ptôm es étranges - de types g rip p e , d o u le u r articulaire ou rougeurs cutanées
en fo rm e de d isque (app e lé « érythèm e m ig ra n t» : souvent blanc au m ilieu et rouge autour,
et s'agrandissant de jo u r en jo u r) - survenant après une m orsure de tiq u e ou une activité
« à risque », il est recom m andé de co n su lte r son m édecin et d 'é vo q u e r une suspicion de
Lyme. Si l'érythèm e m ig ra n t est un signe fia b le d 'in fe c tio n à un ty p e précis de Borrelia, son
absence n'est pas une garantie ; seuls 50 à 75 % des infections la provoquent. A utrem ent
dit, vous pouvez avoir la m aladie de Lyme sans avoir jam ais eu d'érythèm e m igrant.

Pour réduire les risques, respectez les m êm es p rin cip e s que p o u r l'encéphalite virale :
• évitez si possible les zones et activités à risque ;
• évitez au m axim um les m orsures de tiq u e s (voir plus loin) ;
• prenez soin, dans la durée, de votre terrain im m unitaire avec une hygiène de vie saine et
suffisam m ent de repos !
• inspectez-vous ré g u liè re m e n t et retirez im m é d ia te m e n t to u te tiq u e installée dans votre
peau, puis désinfectez co rre cte m e n t la plaie.

www.frenchpdf.com
www.frenchpdf.com
☆ Éviter les morsures de tiques
Pour réduire le risque de d e ve n ir l'hôte d'u n e tiq u e :
• évitez de vous asseoir ou de vous a llo n g e r à m êm e le sol (étendez un poncho ou une
mousse isolante p a rte rre ) ;
• portez des vêtem ents clairs (p o u r p o u v o ir re pérer plus fa cile m e n t les tiques qui marchent
sur vous à la recherche d'un e n d ro it où s'im planter) ;
• m ettez les pantalons dans les chaussettes, et la chem ise dans le pantalon : les tiques
p euvent sans p ro b lè m e se fa u file r sous un élastique et m êm e un collant th e rm iq u e ou un
short de cycliste, en revanche elles s e m b le n t MONTER systém atiquem ent, dans leur re­
cherche d'un e n d ro it où s 'im p la n te r ; ainsi, les pantalons dans les chaussettes et la chemise
dans le pantalon laissent plus de te m p s p o u r les d é te c te r ;
• im prégnez vos chaussettes et le bas des pantalons de DEET (p ro d u it répulsif p o u rtiq u e s et
m oustiques : attention, cependant, le DEET dissout tous les objets fabriqués avec des dérivés
pétroliers, y com pris les vêtem ents techniques en nylon hors de prix !) ou de perm éthrine ;
• inspectez-vous visuellem ent régulièrem ent, et inspectez les gens du g ro u p e ... La traque
aux tiques d evient un réflexe dans les e ndroits à risque et aux périodes où il y en a beaucoup
(de mai à octobre, principalem ent, mais on en trouve un peu to u te l'année, selon la météo !).

Il est im p o rta n t d'in sp e cte r scrupuleusem ent TOUT LE CORPS au moins une fois par
24 heures p our dé te cte r et retirer les tiq u e s incrustées. Tout le corps inclut m êm e les recoins
presque im possibles à voir par vous-m êm e. Un sim ple passage des d o ig ts ne suffit pas à les
d é te cte r sauf si elles sont déjà énorm es et im plantées depuis longtem ps (trop tard !). Un m i­
roir perm ettra de voir les coins difficiles d'accès. À défaut, un té lé p h o n e portable perm et de
prendre des selfies un peu spéciaux que vous pourrez su p p rim e r après inspection (pensez
à désactiver les uploads autom atiques de vos dernières photos sur les réseaux sociaux !).

Pour retirer une tique, une pince à écharde (brucelles) pointue peut être utilisée. Il s'agit de
saisir ferm em ent la tiq u e au plus près de la peau, sans écraser son corps, et de tire r lentem ent
mais ferm em ent dans l'axe de son corps. La peau s'étire un peu, puis l'adhésif m aintenant le
rostre dans la peau (sorte de bec servant d'ancrage à la tiq u e pour son repas sanguin) cède.

www.frenchpdf.com
Si un b o u t de rostre est resté dans la plaie, il faut le retirer com m e s'il s'agissait d'une
écharde APRÈS avoir bien rincé la plaie avec un p ro d u it désinfectant. Vous désinfecterez
une seconde fois, une fois le rostre retiré.
Il existe égalem ent des crochets dits « tire -tiq u e s » qui ressem blent à des pieds de biche
m iniatures qui fo n c tio n n e n t très bien. Ils sont livrés, p o u r qu e lqu e s euros, avec un m ode
d'em ploi très clair. Dans tous les cas, notez la date de la m orsure et allez co n su lte r votre
médecin. Tous les rem èdes de g rand-m ère à base d'éther, vinaigre, parfum , huile et autres
sont à proscrire : la tiq u e , suffocante, aurait te n d a n ce à recracher dans la plaie, ce qui aug­
m enterait le risque d 'in fe ction .

• LES M O U S T IQ U E S
Les m oustiques sont le vecteur de plusieurs m aladies. Ils posent g é n é ra le m e n t p ro b lè m e
surtout dans les zones tro p ica le s mais, le réchauffem ent du clim a t aidant, ces m aladies ont
tendance à s'étendre hors des zones tropicales. Le sud de la France com m ence ainsi à voir
ém erger des cas de paludism e. D'autres path o lo g ie s, liées à la présence du m oustique
tigre, fo n t leur apparition.

☆ Prévenir les piqûres de moustiques


Les m oustiques se re p ro d uise n t dans l'eau stagnante. Il leur suffit d 'u n e très p e tite qua n ­
tité d'eau (creux d'u n e souche, fla q u e d'eau, ré cip ie n t o u b lié ) p o u r p o n d re leurs œufs.
Après éclosion, les larves grandissent dans l'eau, puis passent au stade d e n ym phe (total
de 5 jours à 3 mois, selon la te m p é ra tu re de l'eau). Les m oustiques m u e n t alors e t q u itte n t
l'eau p our devenir les insectes p iqueurs que nous connaissons.
Ils sont principalem e n t attirés par 5 élém ents :
• la chaleur ;
• le C 0 2 ;
• les odeurs corporelles (acide b u tyriq u e nota m m e n t) ;
• les grosses taches som bres et unies ;
• le m ouvem ent.

En clair, difficile de leur é ch a p p e r sans artifices.


Les m oustiques sont actifs to u te la jo u rn é e et to u te la nuit, mais ils so n t pa rticu liè re m e n t
actifs avant les épisodes orageux (la prom esse d'accum ulation d'eau m axim isant leurs
chances de p o u vo ir lo g e r leurs œ ufs, les fem elles se d é p ê c h e n t de p iq u e r un vertébré
pour les nourrir).
Dans les zones où ils sont p a rticu liè re m e n t présents, vous pourrez utiliser du répulsif.
Je suis un grand fan des p ro d u its naturels (non issus de l'in d u strie chim ique), mais dans
mon expérience, en ce qui concerne les m oustiques, aucun p ro d u it de ce genre ne marche

www.frenchpdf.com
aussi bien que la grosse artillerie. La citro n n e lle et autres p ro d u its contenant du lim onène
sont efficaces, mais p o u r une durée très brève (quelques m inutes à une heure environ).
Pour l'anecdote, j'ai m êm e réussi une fois à me p ro té g e r de m oustiques (efficacement, mais
p e n d a n t seulem ent quelqu e s minutes), lors d'un stage en région parisienne, en m 'enduisant
les bras du jus de citron qu'un stagiaire avait apporté. Cela collait un peu, mais a fonctionné.
M aintenant, p o u r une so lution ré e lle m e n t opérante, le DEET et autres répulsifs sont large­
m ent plus fiables.
Personnellem ent, je n'aim e pas tro p me co u vrir en p é rio d e chaude ni me ta rtin e r de DEET
d ire cte m e n t sur la peau. Aussi, dans les zones m o ye n n e m e n t infestées, je me contente
d'en m ettre sur un chapeau ou une casquette en bon n e q uantité. Cela lim ite le nom bre de
p iqûres sur to u t le haut du corps. Je peux ainsi être au m oins en t-sh irt sans tro p souffrir des
p iqûres (je me fais un peu p iq u e r sur les bras, mais cela reste m arginal). Le pantalon et les
chaussures m ontantes fo n t le jo b p o u r le reste du corps.
La nuit, les m oustiquaires valent leur pesant d'or. O u tre la tra d itio n n e lle tente, il existe
m aintenant des sacs de couchage et des hamacs pourvus de m oustiquaires très efficaces.
Dans les zones vraim ent très infestées, la m oustiquaire de tê te d o u b lé e d'un chapeau à
larges bords fo n ctio n n e très bien. Vous avez ensuite le loisir de choisir entre C harybde
et Scylla : avoir tro p chaud en vous couvrant de vêtem ents que les tro m p e s de ces petits
vam pires ne traversent pas, vous ta rtin e r la peau de p ro d u its répulsifs, ou vous faire dévorer.

www.frenchpdf.com
* SOINS DES ONGLES ET DES PIEDS
C oncrètem ent, les pieds sont l'outil de tra ­
vail de base du randonneur. Ils sont indis­
pensables aussi à to u te s les activités en m i­
lieu naturel. Prendre soin de vos pieds, c'est
prendre soin de votre m o b ilité .
Plusieurs facteurs p euvent abîm er les pieds
et réduire la m obilité . Nous avons déjà parlé
des mycoses surinfectées un peu plus haut.
Nous ajoutons ici les pro b lè m e s courants
liés à nos petits petons : les o ngles incarnés,
les am poules et le pied de tranchée.

☆ Prévenir les ongles incarnés


Un ongle incarné, c'est un ongle qui, à cause de m ouvem ents répétés, s'enfonce peu à peu
dans la peau de l'orteil. Cela fin it par engendrer une plaie, de plus en plus douloureuse au fil
des kilomètres, qui évidem m ent peut s'infecter.
La solution préventive est to u te sim p le ; co u p e r les o ngles droits.
Cela augm ente la « portance » de vos o ngles sur les bo rd s des orteils e t leur évite de rentrer
dans la chair.

☆ Éviter les ampoules


Les am poules co rre sp o n d e n t à une b rû lu re p ro d u ite par le fro tte m e n t entre, typ iq u e m e n t,
vos chaussettes et la peau de vos pieds. Elles se p ro d u is e n t plus fa cile m e n t dans certaines
conditions :
• vos chaussures o n t une fo rm e mal a daptée à vos pieds et des p o in ts de pression sont
présents (le plus souvent sur les côtés du gros o rte il ou du p e tit d o ig t d e pied, p o u r ceux
qui o n t les pieds larges, ou au niveau du ta lo n -te n d o n d 'A ch ille ) ;
• vous avez to u t sim p le m e n t accom pli vra im e n t b e a u co u p de kilom ètres par ra p p o rt à ce
que vos pieds o n t l'h a b itu d e de faire, e t vous avez des am poules sous les pieds.

Évidem m ent, les am poules p e u ve n t être prévenues en ayant des chaussures réellem ent
confortables. De bonnes chaussures de marche d o iv e n t être exactem ent com m e des
chaussons : des perles de confort. Si, au m o m e n t où vous les enfilez, vous avez l'im pression
de poser vos pieds dans des canapés m o e lle u x et de leur o ffrir des vacances, c'est bon.
Si, dès les prem iers mètres, vous sentez un inco nfo rt, sachez que les choses n 'iro n t pas en
s'arrangeant.
On peut, soi-disant, « faire » ses chaussures. C'est là un h éritage de culture m ilita ire où les
chaussures ne convenaient à personne et où il y avait une p é rio d e de d é fo rm a tio n m utuelle

www.frenchpdf.com
CHAPITRE 14 L'HYGIENE

entre le pied et la rangers qui se te rm in a it soit par le fa it que la rangers « se faisait », soit que
le pied changeait de fo rm e par abrasion, et le plus souvent un m élange des deux.
Dans le m onde civil, où l'on a le p rivilè g e de p o u v o ir to u t de suite choisir des chaussures
qui vo n t vraim ent, il ne fa u t pas hésiter à choisir les bonnes. Si elles sont confortables à
la sortie du m agasin, c'est bien. Et si un ve n d e u r vous d it « elles v o n t se faire », de grâce,
achetez ailleurs.

Chaussures pas trop serrées


Une bonne chaussure d o it être ajustée, mais pas tro p . Le pied, en fait, d o it p o u vo ir bo u g e r
lé g è re m e n t dedans, y co m p ris au niveau du talon. Si les chaussures sont tro p petites, les
am poules sont quasim ent garanties. Si on les serre tro p fort, de mêm e. On s'im agine par­
fois p o u v o ir lim ite r un p ro b lè m e d 'a m p o u le au talon en serrant plus fo rt ses chaussures...
c'est gén é ra le m e n t le geste inverse qui convient.

Double chaussette
O utre la bonne idée d'avoir des chaussettes m o rp h o lo g iq u e s de vra im e n t bonne qualité,
et contenant une bonne p ro p o rtio n de laine m érinos (j'ai des goûts de luxe p o u r vraim ent
très peu de chose, p o u r ce qui to u ch e au matos de plein air, mais les chaussettes en fo n t
partie), l'astuce de m ettre une chaussette fin e et une chaussette plus large par-dessus est
intéressante. Le gros de la frictio n a alors lieu entre les deux chaussettes, ce qui économ ise
la peau de vos pieds.

Agir tout de suite


Une am p o u le com m ence g é n é ra le m e n t par un in c o n fo rt qui se transform e en sensation
de brûlure légère, qui se transform e en sensation de b rû lu re dérangeante, et qui fin it par
vous faire m archer com m e si vous aviez du verre p ilé dans vos chaussettes. Un m inim um de
conscience de vos sensations p e rm e t de d é te c te r l'am poule plusieurs heures avant qu'elle
ne soit là. Et réagir im m é d ia te m e n t est une bonne idée (sinon vous vous arrêterez aussi,
mais dans 5 heures et en vous m audissant de ne pas l'avoir fa it 5 heures plus tôt). Dès les
prem ières frictions douloureuses, arrêtez-vous et m ettez un pansem ent « seconde peau »
ou, si vous tolérez bien la colle, un b o u t de d u c t ta p e : cela protégera votre peau et aug­
m entera votre q ualité de vie p e n d a n t la balade.

☆ Le pied de tranchée
Le pied de tranchée est une lésion des pieds due au froid. Il survient typiquem ent dans les en­
vironnem ents humides et froids (com me la boue des tranchées en hiver, pendant la Première
Guerre mondiale, où il a acquis son nom). Macérant dans l'eau froide pendant longtemps, la
peau des pieds se nécrose. Elle devient d'abord gonflée, puis elle tom be en grosses plaques.
Pour prévenir totalem ent ce problèm e, qui survient rarement avant 3 ou 4 jours à patauger
dans l'hum idité froide, il suffit d'avoir les pieds chauds et secs pendant 6 heures par 24 heures.

www.frenchpdf.com
CHAPITRE 15

LA PREPARATION
* ATTITUDE : PREPARATION MENTALE
☆ Développer et maintenir une attitude juste pour vivre et survivre...
☆ Développer sa sensibilité et sa conscience

* CONNAISSANCES : SOIT ON PROGRESSE, SOIT ON RÉGRESSE


☆ Définir ses champs d'intérêt

* PRÉPARATION PHYSIQUE : ÊTRE UN BON 4X 4


☆ Alimentation ☆ Modèle paléo
☆ Modèle Warrior Diet, jeûnes intermittents

«S O M M E IL
☆ Microsieste ☆ Méthode Everyman

« LE TERRAIN IMMUNITAIRE

« ACCLIMATATION THERMIQUE
☆ Chaleur ☆ Froid ☆ Altitude

« FORCE FONCTIONNELLE
☆ Développer la force maximale

« PUISSANCE CARDIO-RESPIRATOIRE
☆ Endurance

« KIT : MOINS MAIS MIEUX


☆ Définir clairement ses besoins ☆ La théorie du gros
Lowtech : massue vs calculette ☆ PERLE ☆ La recette pour un sac plus léger
☆ Organiser son matériel

«P O R T ET TRANSPORT
A Le sac à dos : bien le choisir, le charger et le régler
☆ Faire son sac à dos ☆ Régler son sac à dos

www.frenchpdf.com
\, ri \
V rJ Ji_
J
ri ^ rJ r)
vl
\ l

1 1
J J

www.frenchpdf.com
Dans ce chapitre, vous allez a p p re n d re c o m m e n t vous p ré p a re r aux situations de survie, en
suivant les 4 grands thèm es de la pyra m id e déjà vue au d é b u t du livre.

KIT
PHYSIQUE
ff^ j i ' C ' Æ -

CONNAISSANCE*
ATT IT U D

Note importante : il est a b so lum e n t in dispensable d e bien d is tin g u e r la pré p a ratio n aux
situations de survie et l'attitude à a d o p te r p e n d a n t les situations elles-m êm es. A utant, dans
la vie de tous les jours, je sollicite m on corps et m on esprit, je fais du sport, je me fatigue, je
m'expose au fro id ... autant, quand je suis sur le terrain, je bascule en m o d e « je p re n d s soin
de m oi » p o u r e n tre te n ir m on c o n fo rt et m 'économ iser au m axim um .

tit A TT IT U D E : PR EP A R A TIO N M E N TA LE
C om m e vous l'avez vu dans le chapitre 5, l'a ttitu d e juste p o u r survivre est un subtil m élange
de rage de vivre, de m otivation in é b ra n la b le e t de se nsibilité consciente.
Voici quelques pistes p o u r d é v e lo p p e r ces aspects. Vous avez c e rta in e m en t déjà des mé­
thodes à vous qui fo n c tio n n e n t bien. Si c'est le cas, conservez-les. Parmi celles présentées
ici, certaines vous con vie nd ro n t, et d'autres pas. N 'hésitez pas à je te r to u t ce qui n'est pas
p ertinent p o u r vous.

☆ Développer et maintenir une attitude juste pour vivre et survivre...


Pour développer votre motivation à survivre et l'habitude de ne rien lâcher
► Ayez une vraie raison de vivre : souvent, les causes p o u r lesquelles on serait p rê t à m ou­
rir sont celles qui fo n t que l'on est p rê t à se battre coûte que co û te p o u r vivre ! Cela peut

www.frenchpdf.com
LA P R EPAR ATIO N

être vos enfants, votre fam ille, votre co n jo in t, une


cause... Ou l'orgueil, à d é fa u t de m ieux (beaucoup
de gens sont prêts à m o u rir p o u r sauver leur o r­
gueil, hein, ça colle aussi...) !
► Entraînez votre volonté : la vo lo n té est com m e
un muscle. On p e u t la d é v e lo p p e r en la so llicita n t
e t en la laissant ensuite se reposer. Le jeu consiste
à vous fixe r un o b je c tif e t à vous y te n ir co û te que
coûte, mais é v id e m m e n t en évitant de vous blesser
ou de vous user. Une fois l'o b je c tif atteint, accordez-
vous une p é rio d e de repos/récom pense.

La carpe koï, symbole de force


et de persévérance, car elle remonte
le courant des rivières d ’Asie
depuis ia nuit des temps.

Pour développer votre sensibilité et votre conscience


► Redécouvrez vos sens : entraînez vos oreilles, votre nez, votre peau, à ressentir finem ent les
choses. Soyez attentif aux subtilités des saveurs de ce que vous mangez. Soyez créatif.
Entraînez votre vision nocturne et redécouvrez à quel po in t votre vision périphérique est
efficace pour voir dans l'obscurité. Amusez-vous à marcher sans regarder directem ent le sol
devant vous, etc.
► Trouvez une pratique de pleine conscience ou de méditation qui vous convienne. Peu
im porte ce sur quoi vous portez votre attention : que ce soit un objet, une activité simple (vos
pas, votre respiration, vos mains alors que vous faites la vaisselle...), le simple fait de vous
entraîner à la m aintenir stable sur cet o b je t apporte de nom breux bienfaits. Les neurosciences
com m encent actuellem ent à com prendre les transform ations ayant lieu dans le cerveau quand
on pratique ce genre d'exercice quotidiennem ent, même seulement 5 minutes par jour. Les
bienfaits sur l'humeur, le niveau de stress, la tension artérielle, le système immunitaire et les
capacités d'adaptation sont bien réels, et bien documentés. Outre ces avantages indéniables
pour survivre, la m éditation et les diverses pratiques de pleine conscience augmentent
significativem ent la qualité de vie, en m odifiant peu à peu votre regard sur l'existence et vos
capacités à y évoluer avec efficience et sérénité.

* C O N N A IS S A N C E S : S O IT O N PRO G RESSE, S O IT O N RÉGRESSE


Les connaissances et les com p é te n ce s sont des outils et du m atériel qui ne pèsent rien,
que personne ne p e u t vous enlever, e t qui sont d'u n e u tilité hallucinante quand il s'agit de
vivre ou de survivre. L'éducation o b lig a to ire dans nos pays est un bon dé b u t, mais il serait
crim inel d e s'arrêter là, à m on h u m b le avis.

www.frenchpdf.com
En fait, dans la vie, il existe deux types de personnes : ceux qui a p p re n n e n t e t ceux qui
oublient. Et les seconds p e rd e n t des ressources de jo u r en jour.
La culture générale, la curiosité, les savoirs th é o riq u e s et pratiques sont tro p im portants
p our qu'on les laisse de côté.

☆ Définir ses champs d'intérêt


Il y a p o u r m oi deux m anières de d é fin ir efficacem ent ses cham ps d 'in té rê t e t d 'in ve stig a ­
tion. La prem ière est très efficiente : il s'agit de suivre ses envies et ses intérêts. Q uand un
sujet ou un dom aine vous passionne, il est extrê m e m e n t facile d 'y a p p re n d re de nouvelles
choses. Il est dém ontré, d epuis belle lurette, que la m é m oire est in tim e m e n t co u p lé e aux
ém otions : quand on éprouve du plaisir à a p p re n d re et à é tu d ie r dans un dom aine, les in­
form ations se stockent, s'in té g re n t et se fixe n t vite e t bien dans le cerveau.
C'est une excellente manière de rem ettre son cerveau en marche, d'ailleurs. Parce que oui,
la m ém oire est un muscle qui s'atrophie avec le tem ps, et q u e lqu e s années d 'in a ctivité suf­
fisent p our qu'elle s'encroûte te m p o ra ire m e n t. Un sujet passionnant et stim u la n t p o u r votre
cerveau lui perm ettra de redém arrer en d o u c e u r et aisém ent, et de retrouver des capacités
décuplées.
Ensuite, il sera toujo u rs te m p s de vous m ettre à un sujet que vous savez utile mais qui ne
vous fait pas réellem ent vibrer. Ce sera alors m oins difficile.
Dans tous les cas, il est sain et stim ulant de faire ré g u liè re m e n t des expériences nouvelles,
de voir des paysages différents et de faire b o u g e r son corps dans des e n d ro its divers.

• PR ÉPA R A TIO N P H Y S IQ U E : ÊTRE U N B O N « 4 X 4 » ...


La préparation physique, p o u r la survie et la vie sauvage, consiste esse n tie lle m e n t à déve­
lo p p e r son a d a pta b ilité et sa rusticité.
Les athlètes spécialisés sont, par d é fin itio n , extrê m e m e n t perfo rm a n ts dans un dom aine
étroit. Un pratiquan t de force athlétique, par exem ple, p e u t sans p ro b lè m e s'accroupir et se
relever avec 250 kg sur les trapèzes, mais s'il s'agit de p a rc o u rir 100 km le plus vite possible,
il sera souvent désavantagé par sa masse co rp o re lle .
A l'inverse, un ultram arathonien ayant o u b lié d e tra va ille r sa fo rce saurait co u rir p endant
100 km très très vite, mais aurait du mal à faire 400 m avec un blessé un peu costaud sur
le dos.
O utre les capacités de m o u ve m e nt et d'oxygénation, la pré p a ratio n physique co m p lè te à la
survie d o it vous entraîner à fo n c tio n n e r en m o d e d é g ra d é :
• dans un environn e m e n t très fro id ou très chaud ;
• sans rien à m anger p e n d a n t parfois plusieurs jo u rs ;
• avec un m anque de som m eil qui s'accum ule ;
• sous stress, etc.

www.frenchpdf.com
Une excellente condition physique générale est donc néces­
saire pour com penser les handicaps liés à la nature même
des situations de survie. Au-delà de cette excellente condi­
tion générale, il est indispensable d'avoir, entre autres :
• un bon niveau d'acclim atation au chaud ou au froid, selon
la saison et le lieu ;
• un terrain im m unitaire solide, des vaccinations à jour, etc. ;
• de bonnes « réserves » de vitamines et d'oligo-élém ents
(ou, au moins, ne pas être déjà carencé avant le déb u t d'un
jeûne forcé...).

Robin Cottel, moniteur au CEETS, entretient


son « 4x4 » en pleine nature. (C ré d it P h o to C é p o , m o n ite u r C E E TS )

Athlète spécialisé v s généraliste.

☆ Alimentation
Pour la survie, l'alimentation est un m ode de préparation physique en soi. Il s'agit, en effet, de
préparer le corps au jeûne, et plus précisément à pouvoir fonctionner efficacement sans un
apport régulier de calories raffinées.
Nos vies de citadins branchés sur le cordon om bilical de l'industrie agroalimentaire nous
am ènent à consom m er des féculents et des sucres extrêm em ent régulièrement. Outre les pro­
blèmes de santé publique qui sor;t en train d'être corrélés à ce type d'alimentation qui ne
semble pas convenir à nos génomes d'H om o sapiens, cela a pour effet de nous faire com ­
plètem ent désapprendre à puiser dans nos réserves de graisse. Les chaînes métaboliques et
les régulateurs horm onaux liés au jeûne et à l'utilisation des graisses comm e carburant sont
souvent très atrophiés et inhibés chez les personnes sédentaires ayant une alimentation trop
riche en féculents et en sucres. A utrem ent dit, nous ne savons plus que stocker des graisses, et
plus très bien les utiliser.

www.frenchpdf.com
Le mode d'alimentation utile, en préparation physique à la survie, sera donc un m odèle per­
mettant au corps de réactiver ses chaînes m étaboliques totalem ent normales : celles qui
consistent à utiliser les graisses comm e carburant pour l'effort de basse et moyenne intensité,
en conservant les sucres (glucose, glycogène) pour les efforts intenses et brefs liés à l'urgence
(piquer un sprint, sortir d'une voie d'escalade, frissonner très fort, porter un camarade sur le
dos, se défendre, etc.).
Attention, quand vous commencez à forcer votre corps à puiser dans ses réserves, une phase
d'adaptation brutale est à prévoir : des coups de fatigue importants, de même qu'une période
de montagnes russes hormonales qui vous rappellera probablem ent votre adolescence.

☆ Modèle paléo
En grande vogue aux États-Unis et désorm ais en Europe d e p u is plusieurs années, ce m ode
d'alim entation (qui n'a pas grand-chose à v o ir co n crè te m e n t avec la réalité p réhistorique,
mais qui a le m érite d 'é lim in e r les catégories d'alim ents les plus in co m p a tib le s) a fa it ses
preuves po u r dim in u e r les sym ptôm es de bon nom b re de p a th o lo g ie s - de certains p ré d ia ­
bètes à l'obésité, en passant par certaines m aladies auto-im m unes, certaines dépressions
et autres fatigues chroniques.
Il consiste essentiellem ent à é lim in e r de l'alim entation :
• tous les sucres raffinés ;
• tous les féculents, sauf p o u r les cas particuliers (athlètes d'endurance, par exem ple)
où certaines sources de féculents sont conseillées à petites doses (patate douce, fruits à
coque, sarrasin, riz sauvage...) ;

• to u t p ro d u it issu d'une transform ation industrielle.


On préconise une no u rritu re sim ple et saine, la plus sauvage possible, avec le m oins pos­
sible d'interm édiaires. L'idéal « paléo » éta n t le chasseur-cueilleur, vous préférerez le g i­
bier à la viande issue de l'élevage. Mais, faute de gibier, vous favoriserez le b œ u f nourri à
l'herbe, bio et local, p lu tô t qu'un b œ u f n'ayant jam ais vu un pré de sa vie et venant de l'autre
b o u t du m onde.

Le m odèle préconise é g a lem e n t to u te une hygiène de vie qui in clu t :


► plus de liberté sur les horaires de repas : m a n g e r si on a faim , je û n e r si on n'a pas faim
ou si on en ressent le besoin, et se p e rm e ttre d e le faire ré g u liè re m e n t p e n d a n t quelques
heures ou quelques jo u rs ;
► dormir suffisamment : nos ancêtres d o rm a ie n t b e a u co u p plus q u e nous, e t à l'heure où
ils le souhaitaient. Des p é riodes de som m eil souvent fragm entées, avec des phases d'éveil
la nuit et des phases de som m eil le jo u r ;
► prendre le soleil : nos corps o n t évolué en plein air, exposés sans arrêt aux éléments.
Exposer son corps au soleil est utile p o u r ré g u le r certaines horm ones et neurotransm etteurs.

www.frenchpdf.com
mais aussi p o u r fa b riq u e r la fam euse vitam ine D d o n t nous avons a b solum ent besoin dans
de nom breux processus b io ch im iq u e s ;
► jouer, rire et faire bouger son corps : l'H o m o sapiens est un être social et p lu tô t nomade,
et aussi très « physique ». N otre corps a d ore bouger, soulever des trucs lourds, marcher
d o u ce m e n t et silencieusem ent dans la forêt, sp rin te r de te m p s en tem ps. Il faut le faire
bouger.

G lobalem ent, la relative absence de sucres et de féculents dans ce m ode d'alim entation
a p o u r effet de largem e n t stim u le r les voies m é ta b o liq u e s qui concernent le gras. En
q u e lq u e sorte, par ce biais, nous passons d'u n « m o te u r essence » à un « m o te u r diesel ».
La transition est parfois un peu laborieuse, mais la lib e rté - e t surtout l'énergie constante et
p é tilla n te que l'on découvre ensuite - vaut souvent la peine de s'accrocher un peu.
O utre les bienfaits liés à la p o ssib ilité de puiser enfin à une source stable et constante
d'énergie, l'élim ination de plusieurs p e rtu rb a te u rs e n d o crin ie n s e t une hygiène de vie plus
saine fo n t que les adeptes du m o d è le paléo d é crive n t une sensation de bien-être et une
c o n d itio n physique im pressionnantes.
Pour ma part, quand je suis passé à ce m o d e de vie, j'ai eu l'im pression d'être un superm an
à qui l'on avait enfin retiré la kryptonite.
Cela dit, com m e toutes les diètes, ce régim e alim entaire ne co n vie nt pas fo rcé m e n t à tous.
Il est souhaitable de faire preuve de d isce rn e m e n t et d e faire confiance à son bon sens (et
à son m édecin !).

Plusieurs ouvrages et sites In te rn e t existent sur le sujet.

☆ M odèle W arrior Diet, jeûnes intermittents


Plusieurs athlètes de haut niveau u tilise n t a ctu e llem e n t le je û n e in te rm itte n t p o u r stim uler
leur p ro d u ctio n d 'h o rm o n e de croissance et retrouver une sensibilité à l'insuline optim ale,
dans le b u t d 'a m é lio re r leurs perform ances.
Le jeûne, en effet, a plusieurs effets positifs sur l'organism e. Le m o d è le W arrior Diet se base
sur cela et préconise de ne m a n g e r q u 'u ne fois par jour, un seul gros repas contenant le
plus de saveurs, de textures e t de couleurs possible.

À d é fa u t d'un seul repas, ne m a n g e r qu'à l'in té rie u r d'u n e plage de 4 heures - en laissant le
corps jeûner, donc, 20 heures sur 24 - sem ble p ro fita b le .
Le gros avantage de ce m o d è le est la lib e rté q u 'il perm et, au q u o tid ie n : on s'habitue à ne
pas m anger et à fo n c tio n n e r p a rfa ite m e n t bien le ventre vide. M êm e les entraînem ents de
haute intensité et de courte durée sont possibles de cette façon, de m êm e que les activités
d'endurance longues à basse intensité.

www.frenchpdf.com
^ S O M M E IL
Le m anque de som m eil, sur le terrain ou dans la vie de tous les jours, se tra d u it par p lu ­
sieurs handicaps qui v o n t croissant au fu r et à mesure que le d é fic it s'accum ule ;
► La mémoire de travail sature et l'on passe très vite en m o d e « poisson ro uge » ; les n o u ­
velles inform ations se stockent peu et mal dans la m é m oire et on o u b lie to u t. On o u b lie où
l'on a posé ses lunettes. On égare les choses. On perd le fil de ses pensées et, de fait, on
éprouve des difficultés à s'organiser, à p la n ifie r et à être efficace.
► On compense la fatigue par de l'adrénaline, e t l'on d e v ie n t irritables. Pour c o n tin u e r à
fonctionner, le corps se m et litté ra le m e n t en stress, ce qui entraîne plusieurs effets néfastes,
à com m encer par l'irascibilité et une m o in d re réserve de stress sous le pied p o u r les ur­
gences. Dans la durée égalem ent, on note des répercussions sur les systèmes im m unitaire
et cardio-respiratoire, notam m ent.
► On distingue mal les détails des choses essentielles : to u t se retrouve sur un seul plan
dans notre esprit, et on perd vite en efficacité.

C ependant, en léger d é fic it de som m eil, le corps se m et à d o rm ir b e a ucoup plus efficace­


ment. Et une m icrosieste de 20 m inutes environ p e rm e t au corps et à l'esprit de retrouver
un niveau norm al d'efficacité, m algré un fa ib le n o m b re to ta l d'heures de som m eil. Le p rin ­
cipe est sim ple : les m icrosiestes p e rm e tte n t de très ra p id e m e n t trie r e t classer les in fo r­
mations qui parviennent à saturer la m é m oire de travail, et elles a p p o rte n t une relaxation
suffisante p our d im in u e r le d e g ré de stress com pensatoire. On en sort rafraîchi et d étendu.

☆ La microsieste
Les étapes d'une m icrosieste sont to u jo u rs les mêmes, mais elles varient en d u rée selon
les besoins.
N'ayant pas fa it d'études sur les autres, je peux vous livrer les étapes de MES microsiestes.
Elles sem blent se retrouver un peu chez to u s les gens à qui j'en ai parlé, mais chacun d é ­
veloppe ses m éthodes et ses habitudes. Le to u t est de tro u v e r le tru c q u i vous convient.
Il est im p o rta n t de ne pas d o rm ir tro p lo n g te m p s p e n d a n t ces siestes, sinon on to m b e en
som m eil pro fo n d et on a vraim ent du mal à é m e rg e r ensuite. La bon n e m oyenne se situe
entre 18 et 22 m inutes (cela varie un peu selon les individus). Dans m on cas, je mets 3 m i­
nutes à me d é tend re et à « to m b e r ». Je d ors 18 m inutes. Je mets ensuite 3 m inutes à me
réveiller pleinem ent. Total : 24 m inutes. Au d é b u t, je m ettais un réveil p o u r être sûr de ne
pas partir tro p p ro fo n d é m e n t dans le som m eil, mais je n'en ai ra p id e m e n t plus eu besoin.
Les étapes de ce som m eil ultra ra p id e sont to u jo u rs les m êm es (p o u r m oi) :
1. Dans un e n d ro it où je me sens o b je c tiv e m e n t en sécurité et où je n'ai ni tro p chaud ni
tro p froid, je m 'allonge dans une position sp é cifiq ue (sur le côté gauche en chien de fusil,
ce qui n'est PAS ma position h a b itu e lle p o u r dorm ir).
2. Très vite, surtout si je me sens fatigué, m on corps se d é te n d et ma respiration d evient
am ple et lente. Je soupire souvent une ou deux fois. Et m on cœ u r se m et à battre de ma-

www.frenchpdf.com
nière plus soutenue : les battem ents s e m b le n t lé g è re m e n t plus rapides, mais ils sont sur­
to u t plus marqués, plus forts. C ette phase dure plus ou m oins lo n g te m p s en fon ctio n de
m on niveau de fatigue. Il arrive que je n'aille pas plus loin pe n d a n t une microsieste de
18 m inutes, su rto u t si je ne suis pas très fatigué, mais cela suffit à faire du bien et à repartir
avec davantage d'énergie. Il n'est pas utile de se fo rc e r à dorm ir.
3. Des im ages o niriques arrivent, et je to m b e d ire c te m e n t en som m eil paradoxal. À cette
phase, je perds géné ra le m e n t la no tio n du te m p s et le co n trô le de m on corps : je rêve.
C ette phase dure plus ou m oins lo n g te m p s selon la masse d 'in fo s à trier, etc.
4. Je me réveille sans passer par une phase de som m eil p ro fo n d (celle qui fait que l'on a du
mal à é m e rg e r lo n g te m p s après) ;
5. Pendant q uelques m inutes, ma vigilance est réduite. Mais gé n é ra le m e n t 3 à 5 m inutes
après la sieste, je suis de nouveau o p é ra tio n n e l.

Total de l'opération : gén é ra le m e n t 24 minutes.

☆ Méthode Everyman
On pe u t fo n c tio n n e r to u te sa vie en d o rm a n t au total 4 heures par 24 heures : 3 heures la
nuit (2 pleins cycles) et 3 m icrosiestes de 20 m inutes p e n d a n t la jo u rn é e (en général, après
les repas). Si on veut a p p re n d re plus vite, ou d é v e lo p p e r des capacités physiques (entraî­
nem ent, études), davantage de cycles de som m eil co m p le ts fa cilite n t la tâche. De même,
en cas de blessure ou de m aladie, la récupération est plus ra p id e avec plus d'heures de
som m eil p ro fo n d : avec 4 h 30 de som m eil la nu it et 3 m icrosiestes, par exem ple.

■ | Z .Z Z z

POLYPHASIQUE

M o is o p h a s ic EvERyfiArt UBERMAh

Camembert Everyman : 3 heures la nuit + 2 siestes de 20 minutes.

www.frenchpdf.com
* LE TE R R A IN IM M U N IT A IR E
Le terrain im m unitaire est, p o u r résumer, un système im m unitaire p e rform ant et bien entraîné
à reconnaître les élém ents pathogènes (et à ne pas s'activer p o u r rien).
Au quotidien, plusieurs facteurs peuvent nuire à l'efficacité du système im m unitaire. Soit en
le stim ulant tro p et en « l'énervant » (c'est le cas p o u r l'insuline, notam m ent, p ro d u ite mas­
sivement en m angeant du sucre ou tro p de féculents), soit en l'in h ib a n t c o m p lè te m e n t (le
stress - notam m ent le cortisol que le corps stressé sécrète ab o n d a m m e n t - est un puissant
anti-inflam m atoire : il affaiblit l'action du système im m unitaire). Un régim e alim entaire pauvre
en sucres et lim itant les féculents, et une vie (ou une posture m entale) lim ita n t le stress ont
donc des répercussions bénéfiques sur le système im m unitaire. D o rm ir e t se reposer suf­
fisamment, évidem m ent, perm et au corps de ne pas d e vo ir com penser la fa tig u e par des
cocktails d'horm ones stimulantes et do n c de laisser le système im m unitaire faire son travail.
Même s'ils sont controversés, il n'est pas inutile d'être à jo u r de ses principaux vaccins. Des
effets secondaires existent et sont docum entés. Les risques liés au fa it de ne pas être vacciné
dans un environnem ent m oins p ro té g é que le nôtre égalem ent. À vous de faire vos choix.
Pour le reste, s'exposer un peu, et dans les lim ites du raisonnable, à des co n d itio n s d 'h y ­
giène m oins optim ales que celles que nous connaissons g é n é ra le m e n t en O c c id e n t pré­
pare progressivem ent le système im m u n ita ire à faire son vé rita b le b o u lo t : tu e r des an ti­
gènes avec des anticorps.
Evidem m ent, il faut faire preuve de d isce rn e m e n t et d e bon sens. Entre se d é sin fe cte r les
mains après chaque contact avec un o b je t inconnu e t lécher les ram pes d'escalier du m étro
parisien (et risquer des infections sérieuses), il y a un ju ste m ilieu à trouver.

¥ A C C L IM A T A T IO N T H E R M IQ U E
Le corps possède des mécanismes extrê m e m e n t efficaces p o u r ré g u le r sa tem pérature.
Mêm e si, à la base, nous som m es des anim aux conçus p o u r les clim ats chauds, le corps sait
très bien s'adapter au fro id . Nous avons d é ta illé le processus dans le chapitre sur la régula­
tion therm ique. M aintenant, voici qu e lqu e s pistes p o u r s'y entraîner.

☆ Chaleur
Pour s'acclim ater à la chaleur, 3 p oints p rin cip a u x :
► Faire du sport ré g u liè re m e n t entraîne les glandes sudoripares à p ro d u ire davantage de
sueur et les habitue à retenir plus de sels m inéraux. Les sportifs qui surchauffent ré g u liè re ­
m ent sont donc en perm anence acclim atés à la chaleur.
► Faire du sport ré g u liè re m e n t e n tre tie n t é g a lem e n t les fo n ctio n s cardiaques in d isp e n ­
sables p our com penser les adaptations circulatoires liées à la chaleur.
► Enfin, faire du s p o rt ré g u liè re m e n t habitue le corps à g é re r plus fin e m e n t les rapports
entre la tension artérielle, la d ila ta tion des vaisseaux sanguins p é rip h é riq u e s et le d é b it
cardiaque.

www.frenchpdf.com
Bref, outre le sim ple fa it de s'exposer à la chaleur, les 3 p oints cruciaux p o u r s'acclimater à
la chaleur sont « faire du sp o rt régu liè re m e n t, faire du s p o rt ré g u liè re m e n t et faire du sport
ré g u liè re m e n t » !

☆ Froid
Pour s'acclim ater au fro id , 2 facteurs sont dé te rm in an ts :
► Faire du sp o rt ré g u liè re m e n t (vous ne rêvez pas !) : l'entraînem ent physique dé ve lop p e
une masse m usculaire et des circuits d 'a p p ro visio n n e m e n t de ces muscles en nutrim ents et
en oxygène qui p e rm e tte n t de p ro d u ire plus de chaleur au repos, ainsi que de frissonner
plus lo n g te m p s e t plus efficacem ent. Ici aussi, donc, la p ra tiq u e d'une activité physique
ré gulière est im portante.
► S'exposer g ra d u e lle m e n t au fro id dans la durée : baisser le th e rm o sta t de votre maison,
re tarder le m o m e n t où vous m ettez un pull e t su p p o rte r un peu d 'in c o n fo rt th e rm iq u e au
c h a ngem ent de saison p e rm e t au corps de passer un cap et de se m ettre à activer ses m é­
canismes de régulation th e rm iq u e . Je n'ai jam ais eu aussi fro id que p e n d a n t les périodes
où J'ai to u t fa it p o u r ne jam ais avoir fro id .

Les douches froides, bains d'eau glacée et autres pratiques barbares, sont relativement inu­
tiles pour s'acclimater au fro id . Elles entraînent p lu tô t le corps à ne pas réagir à un refroidis­
sem ent intense mais bref, ce qui est une erreur en m ilieu naturel. Si vous tom bez à l'eau dans
un lac gelé en hiver, il est im portant que votre corps se m ette à réagir intensément, car vous
n'aurez pas forcém ent un e n d ro it chaud où le laisser se réchauffer en douceur to u t de suite
après (com m e c'est le cas quand vous pratiquez la « to rtu re de l'eau glacée » chez vous).

☆ Altitude
L'altitude, réduisant la pression partielle d'oxygène dans l'air et dans nos alvéoles pulmonaires,
com plique sa vie au corps. Au-delà de 8 000 m, même un corps habitué à l'altitude et très
entraîné se détériore d'heure en heure. Au-delà, la vie n'est pas possible sans appareillage.
M aintenant, fa it intéressant, si l'on p re n a it une personne au niveau de la mer, non acclim a­
tée, e t qu'on la d é p o sa it subitem ent, par exem ple, à 7 000 m, elle s'évanouirait très vite et
m o u rra it en q uelques m inutes, son corps n'ayant pas eu le te m p s de déclencher les méca­
nismes d 'a daptation indispensables.
Ces mécanismes, cepend a n t, ne s'organisent pas sans un co û t élevé, et leur mise en place
b rutale p ro d u it des effets secondaires parfois dang e re u x p o u r le corps : le mal des m on­
tagnes, caractérisé par des m aux de tête, nausées, fa tig u e extrêm e, risque d 'évoluer vers
des œ dèm es pulm onaires et autres c o m p lica tio n s graves.
Je ne vais pas faire ici un long exposé sur le sujet. Des ouvrages spécialisés le fe ro n t bien
mieux. D eux principes restent im p o rta n ts à re te n ir :
► Il fa u t g rim p e r le n te m e n t et progressivem ent, le pire étant de p a rtir du niveau de la mer

www.frenchpdf.com
le matin et de se retrouver en altitude, par des m oyens m otorisés rapides, à m id i... Le corps
humain a évolué bien avant les avions, té lé p h é riq u e s et autres voitures qui nous poussent
sans effort de 0 à 3 000 m en qu e lqu e s m inutes...
► L'entraînement en a ltitu d e d o it être progressif, et les phases de repos d o iv e n t p lu tô t se
faire à une altitude plus basse : on ira faire des incursions en a ltitu d e et on redescendra plus
bas p our d o rm ir et récupérer.

Le traitem ent des pro b lè m e s liés à l'a ltitu d e est sim ple ; redescendre.

* FORCE F O N C T IO N N E L L E
La force fonctionnelle, contrairem ent à la m usculation, consiste à d é v e lo p p e r ses capacités
de mouvem ent, et non pas une musculature volum ineuse (m êm e si une certaine hypertro­
phie aura lieu, ce n'est pas le but prem ier recherché). Les m ouvem ents em ployés seront,
pour certains, les mêmes que ceux utilisés p o u r la m usculation, mais vous éviterez scrupu­
leusement tous les m ouvem ents dits d'isolation, qui ne fo n t travailler qu'une articulation à la
fois. Vous leur préférerez des m ouvem ents utilisant plusieurs articulations, voire to u t le corps,
dans une recherche de synergie et de coordination qui d é m u ltip lie ro n t la puissance des
mouvements.

☆ Développer la force maximale


Ravel Tsatsouline a étudié de près et depuis longtem ps ce qui fonctionne bien dans le d o ­
maine : selon lui, p our dé ve lop p e r une force maximale, on utilisera des séries courtes (entre 0
et 5 répétitions), en restant toujours sous 50 à 60 % de l'effort maximal. Si, par exem ple, vous
êtes capable de faire 10 pom pes au maximum, vous en réalisez 5. Si vous pouvez aller jusqu'à
20, utilisez une version plus difficile de l'exercice p our ne pas dépasser les 5 répétitions. Les
tem ps de repos entre les séries sont libres, et p lu tô t longs. Exécutez de nombreuses séries,
quitte à en faire un peu n'im porte quand dans la journée, sans ordre précis.
Evitez scrupuleusem ent de tro p vous épuiser, en g a rd a n t à l'e sp rit que la fo rce est avant
to u t une com pétence et une te ch n iq u e , e t q u 'é pu ise r vos muscles travaillera d'autres qua­
lités (force-endurance, résistance, etc.).
Une form ation préalable p e rm e tta n t d 'in té g re r les n otions de base p o u r u tiliser vo tre corps
correctem ent dans les m ouvem ents de fo rce m axim ale est aussi fo rt utile, ta n t p o u r les
perform ances que p o u r réduire les risques de blessures. Des com p é te n ce s transversales
seront fondam entales : g é n é re r de la rig id ité au niveau du tro n c grâce à l'action de la respi­
ration (notam m ent la pression in tra -a d bo m in a le p ro d u ite par l'action antagoniste du trans­
verse et du diaphra g m e ) p o u r a u g m e n te r la tension m usculaire au m axim um dans une
zone du corps ou to u t le corps, m aîtriser les postures de base p o u r soulever, s'accroupir et
« faire la planche » (com pétence inestim able ensuite p o u r le travail au p o id s de corps, des
tractions aux pom pes en passant par les dips), par exem ple.

www.frenchpdf.com
Pour sim plifier, j'aim e découper mes entraînements de force fonctionnelle en 6 catégories de
m ouvem ents :
1. Pousser : il s'agit de pousser avec les bras sur un o b je t et de l'éloigner du corps, dans n'im ­
porte quel sens (le bas, l'avant, le haut...)- Pour dé ve lop p e r ce genre de mouvement, on peut
utiliser des exercices com m e les pom pes (inclinées, déclinées, à plat, asymétriques, etc.), ou
avec des m ouvem ents com m e le d éveloppé couché (qui peut se faire à une main avec une
kettlebell sur un banc ou sur le sol, ce qui fait travailler les stabilisateurs du tronc de manière
phénom énale), le « clean and press », etc.
2. Tirer : to u t ce qui consiste à rapprocher, avec les bras, un o b je t du corps. Le classique sera
les fameuses tractions, avec toutes leurs variantes et déclinaisons : horizontales, verticales,
asym étriques... Sinon, les m ouvem ents de typ e « ram eur » à une ou à deux mains feront l'af­
faire, peu im porte com m ent on génère une résistance.
3. Se relever (avec ou sans charge à soulever) : les fam eux squats sont les maîtres... Ils existent
en dizaines de variantes, du classique avec une barre sur le dos aux accroupissements sur une
jam be, lestés ou non, en passant par les sauts de grenouille et le soulevé de terre (qui est - au
risque de me faire crucifier par les puristes - essentiellem ent une variante de squat avec un
poids à soulever avec les mains).
4. Marcher/courir ; je parle du m ouvem ent spécifique lié à l'alternance gauche/droite de
flexion-extension des hanches, couplé à la stabilisation du bassin. On peut ainsi développer
son aisance pour la marche avec un gros sac, ou la course avec des exercices spécifiques tels
que les fentes avant (avec leurs variantes sautées ou lestées) ou la « marche du ferm ier » qui
consiste à sim plem ent m archer avec une kettlebell ou to u t autre charge lourde dans une main,
avec ou sans pente.
5. Se tordre : il est question ici de faire fo n ctio n n e r la chaîne musculaire « en spirale » qui rend
possible la génération d'une force de rotation avec le corps. Ce type de m ouvem ent est ce
qui perm et de frapper une balle de base-bail avec la batte, de donner un coup de poing éner­
gique, mais aussi de marcher et surtout sprinter efficacement, en utilisant l'inertie du haut du
corps. Pour d évelopper ce typ e de geste, tous les m ouvem ents de rotation ou contre-rotation
feront l'affaire, des exercices de m édecine-bail aux swings à une main avec la kettlebell, et un
bon gainage fera le reste.
6. Gainer : il s'agit de stabiliser un m ouvem ent et de gérer dynam iquem ent les déséquilibres.
Tous les muscles du corps peuvent être sollicités pour stabiliser les articulations, même ceux
qui sem blent prévus pour effectuer des m ouvem ents plus amples que sim plem ent « tenir ».
Par exemple, p our stabiliser l'épaule, le biceps et le triceps sont largem ent sollicités. Pour gai­
ner les articulations, des exercices com m e le « g e t up », aux kettlebells, et le travail au poids de
corps sur des anneaux ou autres déclinaisons (trx, etc.) sont fabuleux. De manière générale,
to u t travail unilatéral avec un poids, en statique ou en dynam ique, contribue à muscler les sta­
bilisateurs du tronc. Pour le reste, les classiques tels que la planche, le pont, le « hollow rock »,
tous les exercices sollicitant le transverse ou le grand d ro it (les seuls « abdos » qui sont souvent
connus du grand public) et toutes les variantes, con trib u e n t au gainage du tronc.

www.frenchpdf.com
Je m'amuse souvent à co m p o se r des
séances d'e n tra în e m e n t en p renant au
hasard de u x exercices dans chacune des
catégories décrites, p o u r chacun desquels
je fais 2-3 séries plus ou m oins longues,
selon que je veux tra va ille r la fo rce pure ou
d'autres qualités. Le to u t se fa it en quelques
dizaines de m inutes et me laisse assez
d 'é n erg ie p o u r fin ir ma jo u rn é e . Je varie
é n o rm é m e n t les exercices de m anière à
é vite r le surentraînem ent.
Ceux qui so u h a ite n t un p ro g ra m m e de mus-
cu la tio n /re n fo rc e m e n t m usculaire com plet,
m é th o d iq u e et é volutif, p o u rro n t tro u v e r leur
b o n h e u r avec la désorm ais cé lè b re m éthode
Lafay (voir B iblio g ra p h ie ).
La m é th o d e in clu t des stratégies p o u r l'effi­
cience, une m é th o d e de n u tritio n , dans une
a p p ro ch e h o listiq u e de l'hum ain. Le gros
avantage de la m é th o d e est q u 'e lle ne néces­
site p ra tiq u e m e n t aucun m atériel (une barre
de tra ctio n ou é quivalent, plus une ta b le et
deux chaises solides suffiront p o u rto u t faire).

* PUISSA N C E C A R D IO -R E S P IR A T O IR E
La puissance cardio-respiratoire co rre sp o nd à la capacité m axim ale de tra n s p o rt et d 'u tili­
sation d'oxygène de notre corps. Elle d é p e n d essentiellem ent de 3 facteurs :
► l'efficience de la ventilation, c'est-à-dire la capacité des pou m o n s à aspirer et re je te r l'air,
à déplacer des gaz du sang vers l'air des alvéoles et inversem ent ;
► la capacité du cœur à p o m p e r suffisam m ent de sang p o u r am ener assez d'oxygène et
de nutrim ents aux cellules ;
► la capacité des cellules elles-m êm es à o xyd e r ra p id e m e n t les nutrim ents.
Un individu en bonne santé, avec une fo n ctio n cardiaque intacte et des pou m o n s en bon
état, peut sensiblem ent a m é lio re r la puissance ca rd io -re sp ira to ire en la so llicita n t p o u r des
efforts brefs et très intenses. Piquer un s p rin t d e te m p s en te m p s est excellent. La m éthode
« Tabata » qui consiste à effectuer des exercices de très haute intensité p e n d a n t des inter­
valles courts (typ iq u e m e n t 20 secondes d'effort, 10 secondes de repos, 8 fois de suite) avec
des tem ps de repos courts se révèle p a rticu liè re m e n t efficace.

www.frenchpdf.com
☆ Endurance
C o ntrairem ent aux clichés sur les athlètes d'endurance, on co m p re n d a u jourd'hui qu'une
base de force b rute (qui ne sig n ifie pas fo rc é m e n t un gros volum e ni une grosse masse) est
essentielle p o u r am é lio re r les perform ances d'endurance.
Le reste est une affaire de puissance ca rd io -re sp ira to ire et d 'a p p o rt constant en énergie. Et
d o n c de capacité à puiser dans ses graisses dès que l'on com m ence à entam er les (courtes)
réserves de glucose et de glycogène.
Pour d é v e lo p p e r l'endurance, o utre le travail de force et de puissance cardio-respiratoire,
l'alim entation jo u e un rôle p ré p o n d é ra n t. Recréer des chaînes m étaboliques efficaces pour
u tiliser les graisses est indispensable : cela se fa it en privant le corps de son ra p p o rt com ­
p ulsif au sucre et aux féculents.
Pour la partie « exercice », les longues m arches ou courses à un rythm e doux, notam m ent le
ventre vide, se m o n tre n t p a rticu liè re m e n t profitables. Pour le reste, je mise sur les activités
physiques du q u o tid ie n , du ja rd in a g e au bois de chauffage, en passant par les p rom e­
nades, randonnées, travail avec ma chienne, etc.
N otez bien que j'exclus ici v o lo n ta ire m e n t to u t travail d it « de fo n d » dans sa conception
classique où l'on propose des séances rela tive m e n t longues d'exercices à relativem ent
haute intensité. Dans une o p tiq u e de survie où l'on est soit en train de travailler tra n q u ille ­
ment, soit en train de g é re r une urgence en très haute intensité, le travail interm édiaire n'a
aucune utilité. Et son coût, en term es d'usure e t d'investissem ent personnel, est très élevé.
Je l'ai banni de ma vie, e t il ne m e m anque pas du to u t.
Pour résumer, mon régim e d'entraînem ent hebdom adaire :
• 3-5 fois par semaine : travail de force, incluant 2 exercices (et 2-3 séries par exer­
cice) parmi les 6 grandes catégories de mouvement : pousser, tirer, se relever, mar-
cher/courir, se tordre et gainer ;
• 1-2 fois par semaine : travail de puissance cardio-respiratoire (peut être réalisé
sans problèm e après une séance de force) ;
• plusieurs heures par semaine, selon mes envies et possibilités, d'activité phy­
sique générale, très variée, de basse intensité : promenades, vélo, jardinage, bois
de chauffage, natation, slackline, tai-chi... Bouger doucement en me faisant plaisir
et en découvrant des paysages, des gens, des lieux ou des activités nouvelles, quoi.

* K IT : M O IN S M A IS M IE U X
« Les choses qu'on possède finissent p a r nous posséder. »
Tyler D urden (F ight Club).

En survie e t en vie sauvage, on d it souvent : « A u p lus on en sait, au m oins on a besoin de


choses ». C'est très juste. Peu de chose, en fait, est ré e lle m e n t indispensable sur le terrain.
En revanche, ces choses « indispensables » fo n t une énorm e différence. Concrètem ent,
avec les bonnes com pétences et beau co u p de tem ps, on p e u t p ra tiq u e m e n t recréer to u t

www.frenchpdf.com
le m atériel de survie nécessaire, in situ, à p a rtir de m atériaux naturels. Mais il faut, effective­
ment, du tem ps. Et le m atériel tra n sp o rté a n o ta m m e n t p o u r effet p rin cip a l de vous en faire
économ iser beaucoup e t m êm e de p o u v o ir fon ctio n n e r, jusqu'à un certain point, en m ode
dégradé : blessé, épuisé, affam é...

☆ Définir clairement ses besoins


C oncrètem ent, il y a 3 types de m atériel p o u r l'o u td o o r :
• le m atériel que vous utilisez ;
• le m atériel qui sert à g é re r les risques (vous ne l'utilisez pas tou jo u rs, mais vous l'em portez
quand m êm e) ;
• le m atériel em p o rté p o u r vous faire plaisir : rien n'est in te rd it, é vid e m m e n t, mais il est
sage de p o u vo ir l'isoler et d'être conscient du p o id s q u 'il représente.

Le matériel que vous utiliserez à chaque fois est facile à d é te rm in er. Le m atériel servant à
gérer les risques, un peu moins. Il est facile de to m b e r dans le p iè g e du « ça p e u t toujours
servir » et de se retrouver avec des sacs énorm es.
Les marcheurs ultralégers o n t un adage qui me parle p a rticu liè re m e n t : « On p o rte sa
p e u r ». Ils ont, à m on avis, to ta le m e n t raison. Et certains o n t des peurs qui se tra d u ise n t en
kilos et en kilos de m atériel inutile.
Pour trier, reprenez p o in t par p o in t les activités prévues p e n d a n t vo tre sortie et essayez de
réaliser une analyse de risques un peu o b je ctive. Vous pouvez croiser le to u t avec la règle
des 3, les 5 essentiels (CCVMD : conscience, co m m u n ica tio n , vision, m o b ilité et dextérité),
et vous aurez déjà une bonne base de travail p o u r é ta b lir une liste d e m atériel.
Chaque élém ent e m p o rté d o it être utile, ou p o u v o ir servir à g é re r un risque que vous ne
voudrez ou ne pourrez pas g é re r autrem ent. Les élém ents « plaisir », q u a n t à eux, so n t évi­
dem m ent à votre entière discrétion.

☆ La théorie du gros
De cette évidence que peu de chose est in dispensable mais que d'autres le sont réelle­
ment, couplée au fa it que plus un o util est a gréable à transporter, plus il est g é n é ralem ent
pénible à utiliser et inefficace, est née la « th é o rie du gros », un jo u r de stage p a rticu liè re ­
m ent pluvieux, en Touraine. Un d u o de m oniteurs CEETS, bien à l'abri sous une grande
bâche, a alors défini la « th é o rie du gros » : le peu de m atériel vra im e n t utile d o it être
véritablem ent utile, et d o n c il fa u t le p re ndre en ta ille réelle, pas en version ultra lé g è re et
m inim aliste com m e dans tro p de kits de survie to ta le m e n t inutilisables, vendus dans des
petites boîtes en métal com m e autant de g rig ris stupides.
« Une grosse bâche, un gros couteau, un gros sac de couchage, une grosse poche à eau,
une grosse cartouche de gaz... » : la th é o rie du gros é ta it née. Evidem m ent, en me regar­
dant, ils n'ont pas tardé à rig o le r sur le gros instructeur. Je vous ép a rg n e les d é ta ils...

www.frenchpdf.com
LA PREPARATION

L'avantage de ces o bje ts b ru ta le m e n t efficaces est qu'ils lib è re n t des ressources mentales
p o u r faire autre chose. Pas de questions à se poser, pas besoin de réfléchir. Et le fait qu'ils
fo n c tio n n e n t aussi bien p e rm e t parfois d'économ iser, au total, du poids dans le sac, en
pouvant se p erm ettre de ne pas p re ndre tous les petits o bjets qui devraient compenser.
Bref, p lu tô t qu'un p e tit kit dans une boîte en métal avec des dizaines de petits gadgets
inutiles, restez sim ple, e t pensez « peu d'objets, mais les bons, et version gros ».

☆ Low tech : massue vs calculette


Plus un outil est sim ple et rustique, moins sa
form e est définie, et mieux il fonctionnera sous
stress ou en m ode dégradé. Une massue, par
exemple, est l'archétype même de l'outil « low
tech ». Une massue fonctionne toujours, elle
s'use lentem ent, elle ne s'enraye pas, elle est fa­
cile à fa b riq u e r et à réparer, et on peut lui trouver
des m illiers d'utilisations détournées.
Inversement, une calculette fonctionnera mal
sous stress, elle craindra l'eau et le froid, et à part
calculer des trucs, elle ne sera pas facile à d é to u r­
ner de son utilisation prem ière. Elle a besoin de
courant p o u rfo n ctio n n e r et est donc couplée soit
à l'énergie solaire, soit à une chaîne logistique
qui amène des piles. Et la calculette est moins ro­
buste. La preuve, quand on cogne une massue et
une calculette entre elles, c'est généralem ent la
calculette qui perd.
Cette allégorie sert à illustrer un principe im p o r­
tant pour le choix du matériel de survie : il faut le
prendre le plus « massue » possible.
Massue, low tech, mais de très bonne facture. La
form e peut être sim ple et épurée, mais très bien
étudiée, avec des matériaux d'une qualité ex­
trêm e. Regardez un sabre traditionnel japonais :
sa form e est simple, l'objet est extrêm em ent ép u ­
ré, et pourtant la qualité de l'acier et du tranchant
est extrême.

Massue vs calculette CQFD !

www.frenchpdf.com
☆ PERLE
L'un des plus anciens m oniteurs du CEETS, C orin Z drojew ski, a créé un acronym e d'une
efficacité rem arquable p o u r évaluer la pe rtin e n ce d'u n o u til de terrain.
Une « perle », est un o b je t :
► Polyvalent : plus un o b je t p eut faire de choses, m ieux c'est, évid e m m e n t. Un bâton de
marche sert à des centaines d'u tilisa tio n s détournées. Un fo u la rd ou un chèche, égalem ent.
Un couteau, idem ...
► Efficace : l'outil d o it être efficace p o u r son utilisation prem ière. Les o b je ts qui fo n t to u t
mais mal sont p lu tô t à laisser de côté.
► Rustique : on revient ici sur l'id é e de low tech, dé crite plus haut. L'objet d o it être robuste,
facile à réparer, etc. Il d o it d é p e n d re de peu de chose p o u r fo n c tio n n e r (réseau, énergie,
savoir-faire de pointe, calculs c o m p liq u é s...). Sim ple. Brutal. Massue, quoi.
► Léger : parce qu'une massue, c'est bien, mais une massue pas tro p lourde, c'est m ieux !
Ici, vous chercherez le co m p ro m is idéal entre praticité, efficacité, rusticité et légèreté.
► Économique : parce que nous avons tous des b udgets lim ités et qu'abîm er ou égarer des
outils tro p coûteux fait toujours mal au cœur. Aussi, p lu tô t que d'hésiter à utiliser votre maté­
riel, il vaut mieux en choisir du moins cher que vous em ploierez sans regret. Le bas prix n'est
pas toujours synonyme de mauvaise qualité ou d'é th iqu e tro p légère. Les couteaux Mora,
par exemple, fabriqués en Suède, sont d'une efficacité et d'une qualité irréprochables, et les
modèles de base (qui fo n t parfaitem ent bien l'affaire) coûtent m oins de 15 euros.

Q uelques exem ples d'o b je ts « p erle » par excellence : le couteau Mora, la m achette
Tramontina, le fusil de chasse BaïkaI, le jeans (avant q u 'il ne de vie nn e un accessoire de
m ode, peut-être), le poncho en bâche de cam ion de l'arm ée française (la version avec des
œ illets !), les vieux sacs à dos « tu b e » de m o n ta g n e en gros nylon In d e stru ctib le et coutures
triples des années 1990... La liste est longue. Et je reste dans le d o m a in e du plein air.

☆ La recette pour un sac plus léger


Si vous souhaitez allé g e r votre sac, la recette de base est sim ple ;
• n'em portez que les élém ents ré e lle m e n t utiles (en réduisant vo tre m arge de sécurité
jusqu'à ce qu'un bon co m p ro m is « s é c u rité /p o id s » soit tro u vé ) ;
• choisissez des objets polyvalents et m u ltifo n ctio n s ;
• p our chaque objet, choisissez une version plus légère e t/o u plus co m p a cte (sans sacrifier
tro p de son efficacité ou de sa robustesse).

Si, p our chaque élém ent, vous réduisez le p o id s de 50 %, au final vo tre sac sera 50 % plus
léger. Évidem m ent, attaquez-vous d 'a b o rd aux o b je ts les plus lourds. Vous couperez le
manche de votre brosse à dents e t choisirez des m ouchoirs en p a p ie r plus fins en to u t
dernier !

www.frenchpdf.com
☆ Organiser son matériel
Idéalem ent, le m atériel de survie d o it être organisé e t bien rangé. Pour éviter de devoir
chercher, quand le te m p s presse, prenez l'h a b itu d e de to u jo u rs ranger les objets au même
e n d ro it, aussi bien sur vous que dans votre sac à dos. Em ployez aussi, autant que possible,
le p rin cip e de « une poche, un o b je t ».
J'organise m on m atériel en « strates », com m e les couches d'un o ignon.
► La strate 0, c'est m on attitude, mes com pétences et m on physique. C'est moi sans mon
m atériel.
► La strate 1 est constituée de ce que j'ai dans mes poches au q u o tid ie n (généralem ent
dans les poches du pantalon). C ette strate varie é vide m m e n t si je pars dans la fo rê t ou si
je prends l'avion. G loba lem e n t, j'y tra n sp o rte en général : de l'argent et les papiers les plus
im portants, une lam pe puissante e t com pacte, une pince m u lti-outils (avec ou sans lame,
selon la législation), un b riq u e t, un té lé p h o n e p o rta b le ...
En m ilieu naturel, j'a jo u te un couteau à lame fixe sur m oi et une chemise (ou une veste,
selon la saison) avec 4 poches, qui co n tie n t g é n é ra le m e n t :
- un kit feu ;
- un kit « m édic » conte n a n t un com pressif, un garrot, un feutre in d é lé b ile et des gants en
vinyle ;
- un k it« orie n ta tio n » avec boussole, ra p p o rte u r carré d'aviateur, etc.
- la dern iè re poche accueille mes gants en cuir, un to u r de cou et un b o n n e t légers.

STRATE 4 STRATES

www.frenchpdf.com
► La strate 2 est le p e tit sac à dos que j'ai sur m oi en q u itta n t le d o m icile . Pour aller en
m ilieu urbain, j'aurai m on kit urbain : ordinateur, ch argeur de té lé p h o n e , appareil photo,
papiers, p e tit kit m édical, etc. Si je pars en excursion dans la nature, j'aurai du m atériel p o u r
la nature : carte, boussole, couteau, scie, poncho, b o n n e t et to u r de cou, etc.
► La strate 3 est constituée de m on sac à dos, p o u r vivre dehors plusieurs jo u rs {et y d o r­
mir). Typiquem ent, c'est m on sac de randonnée.
► La strate 4 est le m atériel que je stocke dans ma vo itu re : b o m b e anticrevaison, gilets
haute visibilité, lave-glace, huile, qu e lqu e s outils, un peu d'eau, un peu de n o urriture, un jeu
de vêtem ents co m p le t (sous-vêtem ents, vêtem ents, chaussures, couches chaudes), kit hy­
giène, kit prem iers secours. Le to u t tie n t dans un sac de s p o rt noir qui se loge d iscrè te m e nt
dans un coin du coffre, presque invisible d epuis l'extérieur.
► La strate 5, c'est ce que j'ai chez m oi : le m atériel en plus, les piles de rechange, les car­
touches de gaz, le p e tit stock de nourriture, etc.

Plus j'ai de strates, plus je suis en confort. M oins j'ai de strates, plus je suis en survie.
À l'usage, on se rend co m p te que les outils qui cou vre n t ou p ro lo n g e n t nos 5 fo n d a m e n ­
taux (CCVMD) sont souvent m oins vo lu m in e u x et se stockent assez fa cile m e n t dans les
poches d'un pantalon. Je les p rivilé g ie p o u r la strate 1. À l'inverse, ce qui sert à assurer les
besoins (règle des 3) est souvent plus vo lu m in e u x et m ig re dans le sac à dos, p e tit ou gros.
Évidem ment, ce n'est pas une règle absolue, et un peu de re d o n d a n ce est utile, mais c'est
une tendance nette.

* PORT ET T R A N S P O R T
☆ Le sac à dos : bien le choisir, le charger et le régler
Un sac à dos, c'est com m e des chaussures. Il n'est pas idéal de l'acheter sans l'avoir essayé.
Et com m e les chaussures, le m o in d re in c o n fo rt après tro is m inutes d e vie n t un supplice
après trois heures, et un e nfer après tro is jours.
Votre sac à dos - peu im p o rte son fo rm a t - d o it s'adapter à vo tre m o rp h o lo g ie , et pas l'in ­
verse. Les très petits et très gros gabarits, g énéralem ent, tro u v e n t d iffic ile m e n t un sac qui
leur corresponde vraim ent. Les prem iers o n t souvent une ceinture lo m b a ire avec des cous­
sins iliaques tro p longs, ce qui fa it q u 'ils ne p e u ve n t pas serrer la ceinture suffisam m ent.
Les seconds o n t souvent les sangles d'é p au le tro p courtes, avec le re m b o u rra g e tro p court.
Cela a p o u r effet de fro tte r de m anière in co n fo rta b le dans la zone de l'aisselle e t du muscle
pectoral. Bref, un sac à dos d o it être à votre ta ille et ad a p té à vo tre gabarit.
Pour le reste, les goûts et les couleurs varient éno rm é m e n t. J'ai p e rso n n e lle m e n t un fa ib le
pour les sacs très robustes et au fo rm a t très é p uré : les gros tu b e s en to ile épaisse, sans
poche, pochette, ni co m p a rtim e n t. D'autres p ré fè re n t des sacs plus accessoirisés (et d o n c
plus com plexes, plus chers, plus lourds à vid e et avec plus de choses qui risq u e n t de lâcher,
mais parfois plus ergonom iques). À vous de voir. Je vous présente ici UNE m éthode, qui est

www.frenchpdf.com
la m ienne e t celle qui est enseignée au CEETS, mais que vous adapterez sans p ro b lè m e en
utilisant u n iq ue m e n t les p rin cip e s qui vous conviennent.

☆ Faire son sac à dos


Jean-M ichel Snoeck, m o n ite u r au CEETS, d é clin e avec raison 3 principes de base à respec­
te r quand on fa it un sac :
• la p ro te ctio n du m atériel contre l'h u m id ité ;
• l'é q u ilib re du sac (le charger de m anière à ce q u 'il soit facile à p o rte r : é q u ilib ré latérale­
m ent, et avec les o bjets lourds le plus près possible du dos) ;
• l'accessibilité : disposez les o b je ts que vous souhaitez saisir ra p id e m e n t en haut du sac, ou
dans les pochettes p é rip h é riq u e s d'accès facile (par exem ple, le capuchon ou les poches
de côté).

Protocole
On d it souvent au CEETS que « B ie n , c'est p lus ra p id e que vite ». Aussi, faire m on sac est un
peu com m e une p e tite cérém onie du th é :
► Je me pose, je me centre, et je com m ence par éta le r un p o n ch o ou une surface propre
devant moi, par terre. Je ne peux pas p ré p a re r m on sac c o rre cte m e n t si je suis agité, si des
gens me pa rle n t et m 'in te rro m p e n t sans arrêt. En réalité, faire son sac quand on part sur
le terrain est une activité im p o rta n te qui ne pardonnera pas to u jo u rs les erreurs (en m ilieu
engagé ou éloigné, s'entend). Il fa u t p re n d re le te m p s de le faire, de ne faire que ça au m o­
m ent où on le fait, e t de le faire bien. Et cela p e u t d e m a n d e r du te m p s (m êm e avec l'h a b itu ­
de de le p réparer toute s les semaines ou presque, il me fa u t ré g u liè re m e n t de 45 minutes
à 1 heure p o u r p réparer un sac p o u r deux jours, si je co m p te le te m p s nécessaire p our
l'entretien et la rem ise en c o n d itio n : changer les batteries de la frontale, affûter le couteau,
réparer l'œ ille t du ponch o ...).
► Si j'ai une liste de m atériel to u te faite, je la prends et j'é ta le chacune des pièces sur le
po n ch o devant moi, de m anière à p o u v o ir to u t v o ir d'u n seul coup.
► Je re g ro u pe le m atériel dans des p ochettes par tâche ou fo n ctio n principales ; une p o ­
chette nourriture, une p o ch e tte « gam elle, café et réchaud », une pochette hygiène, etc.
C haque p ochette a id é a le m e n t une co u le u r et une texture unique, de manière à pouvoir
la retrouver rapidem en t, et m êm e à tâtons dans le sac. Certaines de ces pochettes sont
des sacs étanches, par exem ple la p o ch e tte qui stocke les vêtem ents de rechange et les
couches chaudes. Le kit feu, lui, est stocké dans un sac plastique referm able et renforcé qui
est garanti étanche à l'im m ersion.
► Le grand co m p a rtim e n t du sac est d o u b lé soit par un grand sac à gravats (peu coû­
teux, très lé g e r et solide) soit par m on sursac de couchage im per-respirant qui protège
l'ensem ble du contenu du plus gros de la p lu ie et de l'h u m id ité . Il existe aussi des sacs

www.frenchpdf.com
étanches dédiés, plus solides et plus étanches, mais aussi plus lourds. Tout d é p e n d des
conditions et des activités prévues...
► En prem ier dans le sac, je mets é vid e m m e n t les choses qui serviront en fin de jo u rn é e .
Typiquem ent, le sac de couchage, que je b ourre au fo n d du grand c o m p a rtim e n t sans
housse de com pression (cela lui p e rm e t d'é p ou se r pa rfa ite m e n t la fo rm e du sac à dos, ce
qui économ ise de l'espace). Ensuite, le tarp, le hamac, les vêtem ents de rechange et le kit
hygiène, puis les objets qui serviront p e n d a n t la jo u rn é e : la n ourriture, le réchaud, l'eau...
► En to u t dernier, le p e tit m atériel qui se logera dans les interstices, et la trousse à pharm a­
cie qui va dans la poche du dessus, dans le rabat du sac. C ette d e rn iè re d o it être accessible
en quelques secondes en cas d 'urgence. Par ailleurs, elle est signalisée par une croix faite
au feutre sur le rabat du sac, et je m en tio n n e sa présence aux gens du g ro u p e , p o u r le cas
où ce soit moi la victim e, sait-on jamais.

☆ Régler son sac à dos


Un sac à dos se p orte au m oins à 80 % sur les hanches, et plus pré cisé m e n t sur les crêtes
iliaques. Les bretelles servent essentiellem ent à é vite r au sac de to m b e r en arrière. Pour le
régler :
► assurez-vous que la lo n g u e u r du dos est correcte (elle est souvent ré g la b le sur les sacs
de bonne qualité) ;
► desserrez tous les réglages ; bretelles, sangles de rappel de charge, ceinture, etc.
► posez le sac sur le dos et serrez la ceinture de m anière à ce que le sac repose e n tiè re ­
m ent sur les crêtes iliaques (à la hauteur du n o m b ril, à peu de chose près) par la ceinture ;
► serrez les bretelles p o u r qu'elles to u c h e n t à peine aux épaules ;
► ajustez en d ernier les rappels de charge p o u r p la q u e r le sac sur le dos.
Votre sac est ajusté !

Vous pourrez, penda n t la marche, faire des m icro-ajustem ents ré g u liè re m e n t p o u r « changer
le mal de place » : un peu plus de p o id s sur les épaules p o u r so u la ge r les hanches, relâcher
un peu les rappels de charge p e n d a n t la m ontée p o u r ve n tile r le dos ou, au contraire, to u t
resserrer très fo rt p o u r ne faire qu'un avec vo tre sac p o u r un passage plus te c h n iq u e ...

Page ci-contre ;
Charger son sac à dos : le plus dense entre les omoplates, les
trucs à accès rapide dans les poches externes, le tout protégé de
l'eau dans des sacs étanches.

www.frenchpdf.com
www.frenchpdf.com
CHAPITRE 16

LE MOT DE LA FIN

www.frenchpdf.com
Si vous ne deviez retenir que quelques notions de ce livre, j'aimerais que ce soit les suivantes :

Faites-vous confiance : votre corps et vo tre e sp rit sont le fru it d'u n e sélection im pitoyable,
effectuée sur des m illiers de générations. N otre espèce a survécu à des ères glaciaires, des
guerres, des épidém ies, des fam ines et des sécheresses. Le ch a n g e m e n t p o litiq u e , clim a­
tiq u e , é co lo g iq u e n'a encore pas eu raison de nous. Et vous, in d ivid u e lle m e n t, vous êtes
une m achine bien rodée faite, à la base, p o u r survivre. Ce n'est pas trois générations de
vie citadine et une existence un peu tro p sédentaire et civilisée qui o n t pu avoir raison de
to u t ce bagage. Faites confiance à vo tre corps. Faites confiance à vos capteurs therm iques.
Faites confiance à votre capacité d 'a d ap ta tio n . Et faites confiance à votre esprit critique,
égalem ent.

Les te chniques et p rincipe s décrits dans ce livre, vous l'aurez rem arqué, sont très sim ples et
accessibles à tous. Rien d e m a g iq u e n'est nécessaire. Avec un peu d'entraînem ent, to u t le
m o n d e pe u t les maîtriser. « Le seul secret, c'est q u 'il n 'y a pas de secret ! ».

Gardez les principes à l'esprit, et libérez-vous ! A p p re n d re plein de techniques toutes


faites, c'est bien mais ça enferm e. Les p rin cip e s vous p e rm e tte n t de fa b riq u e r vous-m êmes
des te chniques intelligentes, en fo n ctio n du contexte. C om prenez ce que vous faites et
c o m m e n t ça fo n ctio n n e ! Dans le détail !

Tâchez d'être bienveillants envers vous-mêmes : la bienveillance, c'est ce juste m ilieu entre
la com plaisance e t la fla g e lla tio n , où on est exig e an t sur les points utiles p o u r atteindre des
objectifs, et pas sur le reste. D istinguez la fle m m e (laxism e) de la paresse (économ ie in te lli­
gente d'énergie). La fle m m e coûte de l'énergie. La paresse en économ ise.

La nature n'est pas hostile : elle est juste « pas com plaisante ». C'est notre bêtise et notre
inadaptation qui p euven t la rendre hostile. La nature est grande, et plus fo rte que nous. Il
fa u t s'adapter à elle, co m p re n d re ses lois e t savoir les respecter, sinon on m eurt bêtem ent.
O n ne p e u t pas changer les lois de la physique. Ni celles des écosystèmes. Mais si on co m ­
prend c o m m e n t vivre AVEC elle, AVEC ses lois, on se fo n d dans un e nvironnem ent d'une
beauté et d'une richesse infinies. Et on retrouve notre place sur cette planète, en symbiose
avec elle.

www.frenchpdf.com
* BIBLIOGRAPHIE

ASPECTS PSYCHOLOGIQUES
HANSON R„ MENDIUS R., Le cerveau d e B ouddha.
Pocket, 2013.

DE BECKER G., La p e u r q u i vous sauve.


JC Lattès, 1998.

GONZALES L., D e e p Survival.


W. W. Norton & Company, 2005.

EISCHER G.-N., Le ressort invisible.


Dunod, 2014.

SOLNIT R., A Paradise B u ilt in Hell.


Penguin Books, 2010.

RIPLEY A., The U nthinkable: W ho Survives W hen D isaster Strikes - a n d Why.


Three Rivers Press (CA), 2009

VASILIEVV., MEREDITH S. PhD., Let every breath.


Russian Martial Art, 2010.

TECHNIQUES DE BRICOLAGE - BUSHCRAFT-VIE SAUVAGE


KOCHANSKI M., Bushcraû.
Lone Pine Publishing (CA), 2016.

COLLINA-GIRARD J., Le feu avant les allum ettes.


Maison des Sciences de l'Homme, 1998.

LUNDIN C., 98.6 degrees, The A rt O f K eeping Y o u rA ssA live .


Gibbs Smith, 2003.

O'BANNON A., CLELLAND M., A lle n & M ike's Really C o o l B ackpackin' Book.
Globe Pequot Press, 2001.

CLELLAND M., U ltra lig h t B ackpackin' Tips.


Globe Pequot Press, 2011.

LADIGIN D., CLELLAND M., L ighten Up !


Falcon Guides, 2005.

BOURBEAU A.-E., Surviethon, vin g t-cin q ans p lu s tard.


Éditions JCL (CA), 2012.

ORIENTATION - TOPOGRAPHIE - NAVIGATION


LAMORY J.-M., S'orienter fa cile m e n t e t efficacem ent.
TOPO GUIDES, 2008.

SYROTUCK WG., Analysis o f Lost Person Behavior: A n A id to Search Planning.


Barkieigh Productions Inc, 2000.
HILL K., MD, Lost Person Behaviour.
National Search and Rescue Secrétariat, Ottawa, 1999.

www.frenchpdf.com
PREMIERS SECOURS EN MILIEU ELOIGNE - MÉDECINE - PHYSIOLOGIE
GUNGA H.-C,, Hum an P hysiology in Extrême Environm ents.
Academie Press, 2014.

PIANTADOSI C. A., MD, The B io lo g y o f Hum an Sun/ival : Life a n d Death in Extrême Environments.
Oxford University Press, 2003.

ASHCROFT F., Life A t The Extrêmes.


Flamingo, 2010.

VAN DEN HAUTE M., BERTRAND Y., VANKALCK J., Urgences au do m icile .
De Boeck Université, 1999.

SCHIMELPFENIG T. (NOLS), NOLS W ilderness M edicine.


Stackpole Books, 5th ed., 2013.

ACHELIS S. (NOLS), M o u n ta in Responder.


Dog Ear Publishing, LLC

ETIENNE J.-L., M éd e cin e des randonnées extrêm es : des p ô le s aux p lu s hauts som m ets.
Seuil, 2004.

CAUCHY E., D o c te u r Vertical : M ille et un secours en m ontagne.


J'ai lu, 2013.

BOTANIQUE - PLANTES COMESTIBLES


COU PLAN F., Le g u id e de la survie d o u ce : vivre en p le in e nature.
Sang de la terre, 3" éd., 2016.

PREPARATION PHYSIQUE - NUTRITION


LAFAY O., Audouy H., M é th o d e de m usculation.
Amphora, 2004.

TSATSOULINE P, B e yo n d B o d yb u ild in g .
Dragon Door Publications, 2011.

TSATSOULINE P, K e ttle b e ll - S im ple & Sinister.


StrongFirst, Inc., 2013.

TSATSOULINE P., Easy Strength.


Dragon Door Publications, 2011.

WADE R, C onvict C o n d itio n in g .


Dragon Door Publications, 2011.

SISSON M., Le M o d è le p aléo.


Éd. Thierry Souccar, 2012

WOLF R., The Paleo Solution.


Victory Belt Publishing, 2010.

HOFMEKLER O., The W a rrio rD ie t.


Tantor Media, Inc, 2013.

www.frenchpdf.com
^ R EM E R C IE M E N TS

Difficile de lister ici tous les gens qui m 'ont aidé, d epuis les 15 dernières années, à re m p lir
ce bouquin d 'inform a tio n s (que j'espère) utiles. La liste serait tro p longue, e t le risque tro p
grand d 'o u b lie r certains. Aussi, je ne vais n o m m e r personne, e t g lo b a le m e n t rem ercier tous
ceux qui se reconnaîtront : ils seront nom breux.

Merci.

Merci, toi, cher stagiaire qui a bien voulu p a rta g e r avec m oi l'un de tes petits trucs ou une
de tes réflexions. A toi, chercheur de classe m o n d ia le q u ia pris de to n te m p s p o u r m 'expli­
quer ta science. A toi, p ro f de fac qui m'a p a tie m m e n t ré p o n d u alors que je squattais ton
am phi p our des raisons qui te se m b la ie n t obscures.
À toi, m odérateur/trice du fo ru m « Vie sauvage et survie » q u i a fa it en sorte que cela puisse
to u rn e r rond pend a n t que je jouais dans les bois avec des stagiaires... À to u s les m oniteurs
du CEETS qui m 'ont o b lig é à cla rifie r mes m éthodes, et d o n c mes propos. À ceux qui m 'ont
aidé à progresser en m é th o d o lo g ie et en p é d a g o g ie , d o n t un Français et un Suisse. À ceux
et celles qui m 'ont d o n n é envie d 'aller jo u e r dehors, p o u r de bonnes ou d e mauvaises
raisons. A ceux qui m 'ont aidé com m e à ceux qui o n t cherché à me nuire et qui m 'ont, ce
faisant, procuré plein de colère à utiliser com m e source d 'é n erg ie gratuite.
Grâce à vous tous, ce livre est a u jo urd 'h u i possible.
Je nom m erais volontiers une personne p o u r les nom breuses relectures, la c ritiq u e b ie n ­
veillante, la vue d'ensem ble, la présence à m in u it et d e m ie sur le « chat », les soirs d'écriture,
alors que son planning était déjà très chargé... Et pour, g lo b a le m e n t, avoir le don de me
m ettre l'esprit en m ouvem ent d'u n e m anière unique. Mais il m'a d e m a n d é de ne pas le
citer, alors je respecte.

Je ne suis qu'un messager, le vôtre. Et je n'ai rien inventé.

Cela étant dit, un rem erciem ent to u t spécial à l'é q u ip e de pros qui a pris le te m p s de relire
et de me conseiller p o u r le chapitre « Premiers secours » :
• Dr Christian Huet, m édecin SAMU, fo rm a te u r en m édecine d 'urgence.
• Chris V., arm ée belge.
• Miky W illis, gen d a rm e rie nationale, p o m p ie r vo lo n ta ire et m o n ite u r en fo rm a tio n ai
CEETS.
• Thibaut Steinmetz, é tu d ia n t en m édecine.
• Marco Di Tomasso, fo rm a te u r de form ateurs, et fo rm a te u r « p lo n g é e et secourism e ».
• Dr Isabelle Rieu, pharm acienne et fo rm a trice p o u r les p o m p ie rs, spécialiste de la gestio
du risque en m ilieu hospitalier.
• Arnaud B., « m edic » en m ilieu non com plaisant...
• Dr Pascal Romy, m édecin.

David Manis

www.frenchpdf.com

Vous aimerez peut-être aussi