Vous êtes sur la page 1sur 16

côté télé C ’ E S T PA S S O R C I E R

SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE C O L L È G E – LY C É E

C’est pas sorcier 15


Les sorciers se prennent la tête (le cerveau 1)
J’ai la mémoire qui flanche (le cerveau 2)
Le monde des sourds
Au sommaire de cette vidéo cassette, trois émissions animées par Fred,
Jamy et Sabine sont regroupées autour du thème de l’organisation cérébrale.
La première émission, le cerveau (1), après une présentation de cet organe,
nous propose de comprendre comment est appréhendé le rôle des diffé-
rentes parties du cortex, grâce aux nouvelles techniques d’imagerie médicale.
Ces techniques d’explorations fonctionnelles devraient permettre de traiter
des dysfonctionnements cérébraux tels l’épilepsie, la maladie de Parkinson,
etc. Jamy modélise le trajet d’informations sensorielles depuis la périphé-
rie jusqu’aux aires cérébrales, leur cheminement le long des réseaux de
neurones et les étapes de la mise en jeu d’une commande motrice.
Dans la seconde partie, le cerveau (2), Fred et Jamy retournent à l’école
(souvenirs d’enfance !). C’est l’occasion de s’interroger sur les facultés
d’apprentissage des enfants, les mécanismes de mémorisation, la définition
de l’intelligence. L’IRM permet de suivre les zones corticales en jeu.
Comprendre ces fonctions devrait permettre de réduire les difficultés des dys-
lexiques, des personnes touchées par la maladie d’Alzeimer. Une conclusion
s’impose : notre cerveau est façonné par la génétique et l’environnement.
L’émission, le monde des sourds, nous montre que celui-ci n’est pas un
monde sans communication grâce à la langue des signes. Jamy nous
rappelle avec ses maquettes l’organisation anatomique permettant la
transmission et la perception d’un son ; l’origine et le traitement pos-
sible des surdités, le lien avec le langage peuvent alors être compris.
Sabine rencontre de jeunes sourds qui assument des choix différents
face à leur surdité mais ne sont plus des exclus.

Conception : F. Courant, B. Gonner, J. Gourmaud, S. Quindou


Réalisation : P. Léonard
Production : Coproduction RIFF International Production/France 3
(2000)
Durée totale : 1 h 20 min
DISCIPLINES, CLASSES ET PROGRAMMES
– Éducation à la santé, primaire, cycle 3 (programmes 1995) : Le corps
humain et l’éducation à la santé – le sommeil.
– SVT, collège, cycle central : Fonctionnement du corps humain et santé
– le mouvement et sa commande.
– SVT, 3e, chapitre D : Relations à l’environnement et activité nerveuse.
– SVT, 1re L, thème obligatoire: Représentation visuelle du monde : le cerveau,
un exemple d’intégration des signaux.
– SVT, 1 re ES, thème obligatoire : Aspects fondamentaux de la
communication nerveuse.
– SVT, 1re S (rentrée 2001): La part du génotype et de l’expérience individuelle
dans le fonctionnement du système nerveux – le cortex sensoriel et la plas-
ticité du système nerveux central.
– SVT, lycée, série S, TPE : Thème Images – imagerie médicale.

OBJECTIFS DE LA SÉRIE
– Expliquer le monde qui nous entoure, mais aussi les technologies au ser-
vice de notre vie quotidienne. C’est ainsi qu’à bord de leur gigantesque
camion-laboratoire, Frédéric Courant et Jamy Gourmaud, les deux dyna-
miques animateurs de l’émission, nous amènent vers des sites insolites
et parfois spectaculaires.
– Faire découvrir des lieux auxquels on n’a pas toujours accès et nous gui-
der au cœur du sujet. Ce sont Fred et Jamy, curieux et aventuriers, qui
mènent les observations « grandeur nature ».
– Mettre en évidence des observations, grâce à des expériences simples
réalisées dans le camion-laboratoire. C’est le rôle de Jamy, érudit et
pédagogue.
– Illustrer de façon claire et ludique des théories scientifiques et divers
phénomènes de la nature, grâce à des expériences et des maquettes
animées, colorées et astucieuses.
– Comprendre « comment ça marche » à chacune des étapes de ce voyage
au cœur de la science et de la découverte. La porte s’ouvre et le télé-
spectateur passe du laboratoire à la réalité, de la théorie à la pratique.

– Rencontrer des hommes de terrain: spécialistes, chercheurs, aventuriers,


ingénieurs, sportifs. Leurs interventions viennent compléter les reportages
et les images insolites et inédites, que nous fait découvrir le sympathique
trio de jeunes animateurs.
– Amener le public à constater que l’on peut aussi apprendre en passant
vingt-six minutes divertissantes, et que la science, finalement, « c’est
pas sorcier » !

2 C ’ E S T PA S S O R C I E R 1 5 .
OBJECTIFS DES ÉMISSIONS
Le cerveau (1 et 2)
– Montrer que le cerveau, organe longtemps méconnu, est le siège des
émotions, de la pensée, du langage mais aussi un centre de commande
extrêmement perfectionné qui nous permet de ressentir et d’agir.
– Aboutir à des connaissances de base sur le système nerveux par la
modélisation en répondant aux questions suivantes: À quoi correspondent
les méninges, la matière grise, le cortex, l’hypothalamus, le cervelet, etc. ?
Qu’est-ce qu’un neurone ? Pourquoi les neurones établissent-ils entre eux
des milliards de connexions ? Comment les informations circulent-elles
dans le cerveau ? Comment le cerveau se tient-il informé de ce qui se
passe à l’extérieur de notre corps? Quelles sont les zones du cortex concer-
nées par l’odorat, le goût, la vue, le toucher ? Comment notre cerveau
orchestre-t-il nos mouvements ? Quel rôle l’environnement joue-t-il sur
le développement de l’enfant ? Quelles sont les zones du cerveau qui sont
activées quand on lit ou quand on parle ? Pourquoi notre mémoire à court
terme s’empresse-t-elle de nous faire oublier certaines informations ?
Comment nos souvenirs anciens sont-ils stockés ?
– Établir des liens entre les technologies permettant l’exploration fonc-
tionnelle de l’encéphale, l’avancée des connaissances et leurs applications
médicales et sociales.

Le monde des sourds


– Comprendre la surdité, accepter et participer au développement de la
langue des signes c’est permettre l’intégration des malentendants dans
la société.

VOCABULAIRE À EXPLIQUER
Lésion, cartographie, aire, localisation, projection, coupe longitudinale
ou transversale, connexion, communication, stimulation (stimulus), débit.
L’environnement, les gènes, le stress.
Microscope, électrodes, prothèse.
Embryon, fœtus, petit enfant.
Image, photo, schéma, modèle, maquette, représentation sensorielle.
Orthophoniste, pédiatre, pédopsychiatre.
Articulation, élocution, appareil phonatoire.

VOCABULAIRE À METTRE EN PLACE


Cerveau, hémisphères cérébraux, méninges, thalamus, hypothalamus, cer-
velet, hippocampe, système limbique, la cochlée.
Cortex, substance blanche, substance grise.
Nerfs, moelle épinière, encéphale, système nerveux.
Neurone, corps cellulaire, dendrite, axone, synapse, réseaux neuroniques.
Influx nerveux, neuromédiateurs.
Messages sensoriels et moteurs, aires sensitives et motrices, projections
corticales.

3 C ’ E S T PA S S O R C I E R 1 5 .
Électro et magnétoencéphalogramme, IRM, tomographie et flux sanguin.
La maladie de Parkinson, l’épilepsie, la dyslexie, la maladie d’Alzeimer, la
surdité.
Mémoire à long et court terme, mémoire spatiale, olfactive, visuelle,
auditive, déclarative, procédurale.
Langue des signes, transmission et perception.

MOTS-CLÉS
Cortex, transmission de l’information ; apprentissage, mémoire ; commu-
nication, langue des signes.

4 C ’ E S T PA S S O R C I E R 1 5 .
DÉCOUPAGE ET STRUCTURE
Les sorciers se prennent la tête (le cerveau 1)
00 min 00 s
Situation : « Voir le cerveau dans la tête ».
Générique.
01 min 00 s : Au Muséum d’histoire naturelle
Des encéphales d’éléphant, de moineau, de lézard, de dauphin et
d’homme.
02 min 04 s : À bord du camion
Qu’est-ce que les méninges, les hémisphères, la matière grise, le cor-
tex, le thalamus, l’hypothalamus, le cervelet ?
03 min 10 s
Les neurones et le système nerveux.
Quel rôle pour ces différentes parties du cortex ?
04 min 00 s : Historique
Au XIXe siècle, une pseudoscience : la phrénologie.
En 1861, Paul Broca identifie la zone de l’articulation.
04 min 38 s
Actuellement, cartographie du cortex.
05 min 04 s : Hôpital La pitié-Salpétrière
Observation d’encéphale humain : hémisphère et coupe transversale.
05 min 55 s
Observation au microscope de neurones.
06 min 18 s : À bord du camion
Comment circule l’information de neurones en neurones ?
La voix et la musique aboutissent à l’aire auditive mais empreintent des
réseaux de neurones différents.
08 min 03 s : Film in vivo
Neurones se connectant.
08 min 25 s
L’électro-encéphalogramme.
L’influx nerveux est de nature électrique.
09 min 24 s
État électrique du cerveau au cours du sommeil.
10 min 23 s : À bord du camion
Le message nerveux est de nature électrique mais aussi chimique au
niveau des synapses.
11 min 27 s
Comment les informations trouvent-elles un chemin parmi les 100 mil-
liards de neurones ? Existence des neuromédiateurs excitateurs et
inhibiteurs.

5 C ’ E S T PA S S O R C I E R 1 5 .
12 min 44 s
L’épilepsie.
14 min 48 s
Le magnétoencéphalogramme.
15 min 53 s : À bord du camion
Comment l’information remonte-elle jusqu’au cerveau depuis les récep-
teurs du pouce sensibles à la pression ?
16 min 27 s
Projection des parties du corps dans le cortex sensoriel.
17 min 00 s
Analyse des magnéto-encéphalogrammes.
18 min 39 s : À bord du camion
Cartographie des aires visuelles, olfactives, auditives.
19 min 15 s
Les zones se modifient avec l’apprentissage. Exemple du violoniste.
20 min 03 s : Sabine et jeux vidéo
Comment donner des ordres à des muscles ?
20 min 47 s : À bord du camion
Du cortex visuel au cortex moteur.
21 min 57 s
La maladie de Parkinson.
22 min 55 s
La réaction au stress.
24 min 23 s
Les neuro-hormones.
25 min 00 s
Le casse-tête.
25 min 15 s
Générique de fin.

J’ai la mémoire qui flanche (le cerveau 2)


26 min 06 s
Situation : Retour à l’école.
Générique.
27 min 07 s
L’école primaire. Comment se fait l’apprentissage ?
27 min 58 s
L’apprentissage se fait dès le berceau
28 min 14 s : À bord du camion
Zone du cerveau en jeu : le cortex.
Circulation des données dans des réseaux de neurones.

6 C ’ E S T PA S S O R C I E R 1 5 .
Les connexions s’établissent dans l’embryon.
Le fœtus peut sentir, goûter, percevoir des informations visuelles.
Le bon développement se fait grâce aux stimulations extérieures.
30 min 18 s
Des facilités pour les enfants à apprendre des langues par rapport aux
adultes.
31 min 04 s
Étude des réactions aux sons Bâ et Ga au moyen d’un électro-encépha-
logramme.
32 min 53 s
Le cerveau est façonné par la génétique et l’environnement.
34 min 59 s
Imagerie médicale : IRM, la résonance magnétique.
On mesure les variations du débit sanguin dans les zones corticales lors
d’une activité de lecture.
36 min 31 s : À bord du camion
Explication : de la vision des mots à leur articulation.
37 min 50 s
Dyslexie et orthophonie.
39 min 10 s
Un élève de 6e doit retenir 6 000 mots nouveaux.
Comment se fait la mémorisation ?
40 min 19 s
Mémoire à court terme.
42 min 03 s
Mémoire à long terme.
43 min 14 s
Localisation de la mémoire dans le cortex ; mais les mécanismes démar-
rent au niveau du système limbique.
Mémoires déclarative et visuelle sollicitées par la récitation d’une fable.
44 min 49 s
Musique ou télévision lors des devoirs diminue de 30 % les capacités
de mémorisation.
44 min 58 s
Comment apprendre ?
45 min 37 s
Le sommeil consolide l’apprentissage.
45 min 46 s
Les émotions jouent un rôle dans les mécanismes de mémorisation.
47 min 39 s
Des troubles de la mémoire en vieillissant : la maladie d’Alzeimer touche
380 000 personnes en France.

7 C ’ E S T PA S S O R C I E R 1 5 .
48 min 52 s
Se déplacer en vélo fait appel à la mémoire procédurale.
Comment définir l’intelligence ?
49 min 38 s
Les tests de QI comparent les performances d’un individu à celles d’une
population donnée.
50 min 27 s
Les facultés intellectuelles sont déterminées par nos gènes et l’environ-
nement.
51 min 21 s
Clin d’œil.
51 min 40 s
Générique de fin.

Le monde des sourds


52 min 58 s
Situation : À la rencontre des sourds et de la langue des signes.
Générique.
54 min 00 s : Sabine avec un casque
Se déplacer dans une ville silencieuse.
55 min 08 s
Rencontre avec Marie, devenue sourde à l’âge de 2 ans, qui lit sur les
lèvres, communique avec la langue des signes et parle.
56 min 03 s : À bord du camion
Le lien entre audition et langage.
57 min 05 s
Historique de la langue des signes.
58 min 17 s : Rencontre avec Marie et Caroline
Communiquer avec les entendants, entre sourds.
1 h 00 min 01 s : À bord du camion
Rappel des mécanismes de transmission et de perception d’un son.
Les surdités de transmission et de perception.
1 h 02 min 23 s
Chaque année, 200 enfants naissent sourds.
Quels traitements ? Comment les intégrer ?
1 h 05 min 37 s : À bord du camion
Il existe différents niveaux de surdité.
1 h 06 min 23 s
Prothèse et orthophonie.
1 h 07 min 00 s : À bord du camion
Comment fonctionne une prothèse ?

8 C ’ E S T PA S S O R C I E R 1 5 .
1 h 07 min 59 s
L’implant cochléaire.
1 h 12 min 40 s
Comment fonctionne l’implant ? À qui s’adresse-t-il ?
1 h 14 min 44 s
Apprendre la langue des signes ; exprimer le présent, le passé, le futur.
Le théâtre.
1 h 17 min 50 s
Reconnaissance de cette langue dans les pays anglo-saxons.
En France, encore une méthode pédagogique ?
1 h 18 min 34 s
Dans certaines situations, des aides ou des interprètes sont obligatoires.
1 h 19 min 27 s
Clin d’œil.
1 h 20 min 40 s
Générique de fin.

9 C ’ E S T PA S S O R C I E R 1 5 .
PRÉSENTATION NOTIONNELLE
POUR UNE EXPLOITATION PÉDAGOGIQUE
Les notions abordées
Dans le film le cerveau 1, l’accent est mis sur le rôle des différentes zones
corticales et la mise en œuvre d’une commande motrice. Le rôle du cer-
veau comme commande supérieure par ses neuro-hormones de la com-
munication hormonale n’est que suggéré. L’hypophyse n’est pas citée.
Le cerveau 2 pose plutôt le problème des mécanismes d’apprentissage
et de mémorisation et des réponses sont apportées. Le problème du lien
avec les capacités intellectuelles (l’intelligence ?) n’est que soulevé.
La différence de vocabulaire entre cerveau (étymologiquement, unique-
ment les hémisphères cérébraux) et encéphale (hémisphères cérébraux
+ thalamus + ... + cervelet) n’est pas faite.
Les données de l’imagerie médicale sont utilisées ; des connaissances
de base sur le fonctionnement du système nerveux sont apportées.
Des lésions ou autres anomalies de communication nerveuse sont mises
en cause dans le cas de la maladie de Parkinson, l’épilepsie, la dyslexie,
la maladie d’Alzeimer, la surdité, les défauts d’élocution.

L’imagerie médicale
Magnéto-encéphalogramme, IRM (Images de résonance magnétique),
les mesures de flux sanguins, la tomographie (TEP) sont des techniques
qui, associées entre elles, ont permis de réaliser les premières cartes
fonctionnelles du cortex contenant à la fois la localisation et la chrono-
métrie des régions activées. Elles sont expliquées de façon abordable
dans La Recherche, juillet-août 1996, « Voir dans le cerveau ».
Elles ont été envisagées dans ce film à différentes occasions (voir décou-
page) :
– Exemple d’activation par une tâche motrice (flexion/extension de l’index).
– La cartographie anatomofonctionnelle d’une tâche de langage chez un
sujet sain par tomographie et IRM démontre l’activation de l’aire de Broca.
– L’aire corticale associée aux doigts de la main gauche chez les violonistes
est modifiée.
– Les aires visuelles sont plus étendues chez les sourds.

Les réseaux de neurones et la transmission du message nerveux


Un neurone est formé de fibres – des dendrites et un axone qui peuvent
se prolonger dans les organes par les nerfs –, et d’un corps cellulaire au
niveau de la substance grise des centres nerveux (cortex).
On dénombre 100 milliards de neurones chez l’être humain. Chacun
d’eux peut être connecté à 10 000 autres par des synapses.
Le message nerveux est de nature électrique, le long des fibres, et chimique
(neuromédiateurs) au niveau des synapses.
L’influx nerveux circule des dendrites vers le corps cellulaire, puis vers
l’axone qui se ramifie pour établir des synapses. Une terminaison axonique
produit un type de neuromédiateurs. L’intégration des stimulations excita-
trices et inhibitrices dues aux neuromédiateurs détermine le trajet de

10 C ’ E S T P A S S O R C I E R 1 5 .
l’information nerveuse dans les réseaux de neurones ; ceci permet une
spécificité des réseaux mis en jeu pour une information donnée.
Les messages sensoriels de nature électrique et codés en fonction du
stimulus sont amenés par des fibres (regroupées dans des nerfs) à une
aire sensorielle du cortex. L’information transmise par des réseaux de
neurones est ensuite traitée, transmise au cortex frontal, siège des déci-
sions qui envoie des messages vers le cortex moteur, lieu de départ des
messages de commandes effectrices (musculaires, par exemple) qui cir-
culent sur les axones des moto-neurones.

Liens avec les programmes


Primaire, cycle 3 (programmes 1995)
Le corps humain et l’éducation à la santé — le sommeil.
– À 9 min 26 s, on évoque, à l’occasion de l’électro-encéphalogramme,
les cycles de sommeil avec les 2 phases de sommeil : lent et paradoxal,
leur rôle de récupération physique et psychique.
– À 45 min 42 s, l’importance du sommeil dans la consolidation de l’ap-
prentissage est soulignée.
Les mécanismes de la mémorisation (39 min 30 s) et la situation retour à
l’école primaire du « cerveau 2 » peuvent être utilisés pour amener les élèves
à comprendre l’intérêt du travail. Demander à l’école: Qu’est-ce qu’apprendre
une leçon? Pourquoi des fables et des poésies à réciter « par cœur »?
– À 44 min 51 s, l’importance du calme (absence de musique ou de télé-
vision) pour bien apprendre est rappelé ainsi que la nécessité d’approcher
de différentes façons une notion pour bien l’intégrer.
Collège, cycle central, SVT
Fonctionnement du corps humain et santé – le mouvement et sa com-
mande nerveuse ; connaissance des éléments anatomiques du système
nerveux : les voies nerveuses, nerfs et centres nerveux, moelle épinière
et encéphale ; de la nature électrique du message nerveux.
Le début de la première émission peut permettre de présenter ou réin-
vestir ces notions.
– À 20min 54s, on explique comment une image d’une situation reçue par
le cortex visuel est analysée puis comment les zones frontales, siège de
la décision, transmettent l’information de commande d’un mouvement
au cortex moteur. Ceci permet de souligner le fait que le cerveau reçoi-
vent l’information, la traite et, enfin, donne des ordres aux muscles (mes-
sages moteurs).
La maladie de Parkinson est l’expression d’un désordre dans la coordi-
nation des commandes motrices (22 min 00 s).
Collège, 3e, SVT
Chapitre D. Relations à l’environnement et activité nerveuse.
Compétences à acquérir :
– Réaliser un schéma fonctionnel du trajet du message nerveux d’un
récepteur sensoriel à un organe effecteur.
– Expliquer dans une situation concrète le fonctionnement d’un système
sensoriel ou moteur.

11 C ’ E S T P A S S O R C I E R 1 5 .
– À 16 min 02 s, on explique comment l’information remonte jusqu’au
cerveau depuis les récepteurs du pouce sensibles à la pression.
– À 20 min 54 s, on explique comment une image d’une situation reçue
par le cortex visuel est analysée puis comment les zones frontales, siège
de la décision, transmettent l’information de commande d’un mouve-
ment au cortex moteur.
– À 56 min 03 s, ces étapes sont à nouveau envisagées lors du lien fait
entre la surdité et la phonation.
Compétences à acquérir : Identifier un neurone dans un tissu nerveux.
– À 05 min 57 s, on observe des neurones au microscope, puis les den-
drites, le corps cellulaire et l’axone sont identifiés et schématisés.
Exemples d’activités proposées : S’informer (I) : repérer les hémisphères
cérébraux et le cortex sur un encéphale.
– À 01min 07 s, la présentation des encéphales et de l’organisation ana-
tomique fait la synthèse de ce qui a été observé concrètement.
Compétences à acquérir : Raisonner (Ra) : mise en relation de la perte de
sensibilité ou de motricité avec une lésion d’une aire cérébrale spéci-
fique.
– À 04 min 06 s, historique : Paul Broca (1861) ; identification de la zone
cérébrale de l’articulation à partir du cerveau lésé d’un patient décédé
présentant un défaut d’élocution.
Exemples d’activités proposées : Relier des altérations de la perception à
certains comportements.
– À 57 min 05 s, le monde des sourds et la langue des signes.
Compétences à acquérir : Raisonner et communiquer : schématisation
du message nerveux depuis une aire motrice jusqu’à l’organe effecteur.
– À 20 min 10 s, Sabine joue : Comment donner des ordres à un muscle ?
Les étapes du cheminement nerveux depuis la reconnaissance des objets
à la contraction du bras nécessaire à l’action d’évitement.
– À 36 min 37 s, les étapes depuis la reconnaissance des lettres puis du
mot à l’articulation de celui ci.
Contenu du programme : La perception de l’environnement et la com-
mande motrice sont des phénomènes cérébraux qui mettent en jeu des
aires cérébrales localisées.
L’imagerie cérébrale permet de détecter les régions du cerveau qui sont
activées lorsque l’organisme est soumis à des stimulations de l’envi-
ronnement ou effectue des mouvements.
– À 14 min 54 s, exemple de Sabine qui subit un magnéto-encéphalo-
gramme : on localise l’arrivée de messages sensoriels lorsqu’elle bouge
les doigts.
– À 19 min 20 s, les zones corticales actives dans la réception de l’infor-
mation sensorielle des doigts de la main gauche du violoniste sont plus
développées que chez les non-violonistes. De même, des crampes des
doigts sont visibles au niveau des zones motrices.

12 C ’ E S T P A S S O R C I E R 1 5 .
– À 35 min 13 s, IRM, la résonance magnétique. On mesure les variations
du débit sanguin dans les zones corticales lors d’une activité de lecture.
On peut ainsi suivre avec un léger décalage les zones successivement
activées.
Le niveau explicatif de ces films est certainement le mieux adapté à la
classe de 3e.
Lycée
1re L : Le cerveau : un exemple d’intégration des signaux visuels.
1re ES : Aspects fondamentaux de la communication nerveuse.
1re S : Le cortex sensoriel et la plasticité du système nerveux central.
Les films peuvent être utilisés comme support pour remettre en place
des connaissances, pour effectuer des rappels ou pour démarrer l’ac-
quisition de notions qui seront approfondies.
Un des thèmes proposés pour les TPE est l’image, l’imagerie médicale
constituant un sous-thème possible. Ce film peut contribuer à faire émer-
ger une problématique et initier une recherche documentaire.

13 C ’ E S T P A S S O R C I E R 1 5 .
DOCUMENTATION

Le cerveau
À lire
– « Voir dans le cerveau », La Recherche, n° spécial juillet – août 1996.
– « La mémoire et l'oubli », La Recherche, n° spécial juillet – août 2001.
– LAZORTHES Guy, L'Histoire du cerveau : genèse, organisation, devenir,
Ellipses-Marketing, 1999.
L'ouvrage rassemble les connaissances actuelles sur le cerveau : évo-
lution depuis le système nerveux des protozoaires représenté par un
réseau intracellulaire via la cérébralisation jusqu'à l'Homme.
– CARTER R., Atlas du cerveau, coll. « Atlas », Autrement, 1999.
Description du fonctionnement de cet organe vital complexe. Grâce à la
contribution de nombreux spécialistes, l'auteur propose un outil pour se
familiariser avec la géographie du cerveau, de l'unité de base, le neu-
rone, aux fonctions intégrées.
– Le Cerveau, Belin, coll. « Bibliothèque pour la science », 1982. À consul-
ter en bibliothèque.
– BON Denis, Comment développer et améliorer sa mémoire, ed. De Vecchi,
1999.
Des articles – Revues mensuelles
– « Comment le cerveau commande-t-il la main ? », La recherche, n° 309,
mai 1998. La recherche, n° 251, février 1993, p. 132.
– « Le développement du cortex cérébral », La recherche, n° 244, juin
1992.
– « Les neurones de la raison », La recherche, n° 246, septembre 1992.
– « Le cerveau en temps réel », La recherche, n° 326, décembre 1999.
– « Le cerveau d'Einstein », La recherche, hors série, avril 2000 « Le som-
meil et le rêve »
– « Chirurgie du cerveau » et « Multiplication des neurones chez l'adulte »,
Pour la Science, juillet 1999.
À consulter
– MAUGUIÈRE F., Épilepsies de l'enfant et de l'adulte.
cri-cirs-wnts.univ-lyon1.fr/Polycopies/Neurologie/Neurologie-2.html
– Associations et site consacrés à la maladie d'Alzeimer
www.alzheimer-montpellier.org/site.html
– Sites francophones sur la maladie de Parkinson
www.chu-rouen.fr/ssf/pathol/parkinsonmaladie.html
– Animations médicales par reconstruction en trois dimensions (trouvé
par Educasource).
www.crd.ge.com/esl/cgsp/projects/medical/
Cédéroms
– CRDP de Versailles, collection micro savoirs, progrès SVT Communication
& Systèmes nerveux.

14 C ’ E S T P A S S O R C I E R 1 5 .
Le monde des sourds
À lire
– AIMARD P., MORGON A., L'enfant sourd, « Que sais-je ? » n° 2240, PUF,
1985.
– VIROLE B. (dir.), Psychologie de la surdité, coll. « Questions de personnes»,
De Boeck Université, 2000.
À consulter
– Annuaire des sites consacrés à la surdité
www.surdite.net/
– Site pour les sourds et malentendants réalisé par un informaticien
sourd
www.visuf.org/
Réseau CNDP vidéocassette
– Un bruit qui court, coll. « Côté télé », série « C’est pas sorcier », n° 11,
CNDP, 2001, cassette VHS (78 min), réf. 755 B 0194, 14,48 €, 95 F.
Contacts écoles spécialisées
CEBES, 15 rue Jean Bart, 75006 PARIS – Tél. : 01 42 22 28 75
COD.A.L.I. (CODage, Audition, Intégration), 47 rue de Javel, 75015 PARIS –
Tél. : 01 45 79 50 35
Institut National des Jeunes Sourds, 254 rue Saint-Jacques, 75006 PARIS –
Tél. : 01 45 29 24 00
Associations et cours de langue des signes
International Visual Theater, Tour du village, Château de Vincennes, 94300
Vincennes – Tél. : 01 43 65 63 63 – Fax : 01 43 65 32 39 – Site internet :
www.ivtcscs.org
Académie de la Langue des Signes Française, 21 rue Rollin, 75005 PARIS,
Tél. : 01 40 51 10 88 – Fax : 01 40 51 10 85

15 C ’ E S T P A S S O R C I E R 1 5 .
Livret rédigé par Dominique Pelletier © CNDP, 2001

Programmes audiovisuels libérés de droits pour une utilisation en classe


Depuis janvier 1995, la politique de soutien du ministère de l’Éducation nationale en matière
d’achat de droits a permis d’acquérir près de 400 heures de programmes. Cette action s’inscrit
dans le cadre de la politique ministérielle qui favorise l’utilisation, dans les écoles et les éta-
blissements scolaires, par les enseignants, de programmes audiovisuels en conformité avec le
code de la Propriété littéraire et artistique. Elle en permet l’usage licite (droit d’enregistre-
ment au moment de la télédiffusion, droit d’utilisation de vidéocassettes dans les établisse-
ments d’enseignement en France et à l’étranger dépendant du ministère). Cette sélection
marque l’intérêt du ministère pour des œuvres qui, de par leur thème et leur qualité, sont sus-
ceptibles d’être exploitées en classe. C’est l’outil télévisuel en tant que tel, pouvant être utilisé
comme support de cours ou comme objet d’une étude critique, qui est mis à votre disposition.
Pour une information plus complète sur les actions du ministère en matière d’audiovisuel,
un forum et une rubrique « Les ressources audiovisuelles » sont ouverts sur le serveur Internet
du ministère : éducnet.éducation.fr (rubrique « Ressources multimédias »).