Vous êtes sur la page 1sur 20

[Tapez le titre du document]

[Tapez un texte] Page 1


[Tapez le titre du document]

Sommaire
Chapitre 3: calcul et dimensionnements...........................................................................................33
1. Etude du système de compactage......................................................................................................4
1.1. Dimensionnement du vérin de compactage.................................................................................4
1.1.1 Essai de compactage..............................................................................................................4
1.1.2. Calcul de l’effort de compactage Fe.....................................................................................4
1.1.3 Effort théorique F th...............................................................................................................5
1.1.4 Calcul du diamètre du piston D.............................................................................................5
1.2. Choix et vérification du vérin de compactage et d’éjection.........................................................6
1.2.1. Choix du vérin......................................................................................................................6
1.2.2. Vérification de l’axe du vérin au flambement.......................................................................6
1.3 Etude et choix des éléments de la centrale hydraulique................................................................8
1.3.1 choix de la pompe..................................................................................................................9
a. Introduction................................................................................................................................9
b. Calcul de débit de la pompe....................................................................................................11
1.3.2 Choix du moteur électrique..................................................................................................11
a. Introduction........................................................................................................................11
b. Détermination des caractéristiques du moteur.....................................................................13
1.3.3 Le réservoir..........................................................................................................................13
1.3.4 Le limiteur de pression........................................................................................................14
1.3.5 Le pressostat........................................................................................................................15
1.3.6. Le distributeur....................................................................................................................15
1.3.7. Schéma de l’installation hydraulique..................................................................................18
2. Calcul d’axe d’articulation de la porte avant [6]...............................................................................18

[Tapez un texte] Page 2


[Tapez le titre du document]

calcul et
dimensionnements

[Tapez un texte] Page 3


[Tapez le titre du document]

1. Etude du système de compactage

1.1. Dimensionnement du vérin de compactage

1.1.1 Essai de compactage


Pour calculer l’effort réel de compactage, on a effectué un essai de compactage sur les
différents types de plastiques utilisés par la société à l’aide d’une presse verticale.

Ces essais ont donnés les résultats suivants :


- pression de compactage du vérin prise avec une marge de sécurité: Pe =¿ 25 bar
- diamètre intérieur du vérin de la machine d’essai : D e =140 mm

- section de piston de compactage d’essai: Seb =5421.5 cm2


- dimension de balle obtenue après compactage : V e =178911.3 cm3
- dimension de balle obtenue après relâchement du piston:V ’ e=¿ 298185.6cm3
- Masse de la balle : M e =36.5 Kg

1.1.2. Calcul de l’effort de compactage Fe


Fe
Pe =
Se

π D2
Avec Se : Section du vérin d’essai Se=
4

F e=38484.5N

Pression de compactage exerc é e sur la balle :


Fe F
Pe = =
S eb S b

Avec Sb : Section de piston de compactage :

Sb =250000 mm2

Peb=0.070984N/mm2

F = Sb Peb

F=1774.6 daN

[Tapez un texte] Page 4


[Tapez le titre du document]

1.1.3 Effort théorique F th


Pour déterminer l’effort de compactage théorique on a besoin du rendement pratique des
vérins. En pratique, les rendements dynamiques classiques sont de 0,90 à 0,94. On peut donc
prendre 0.92 comme un rendement choisi

F
η=
F th

F
Donc F th= η

F t h=1928.91 daN

1.1.4 Calcul du diamètre du piston D


On a choisi la pression de service de la pompe hydraulique: P=70 ¯¿

F th
P=
S

F th
Donc S¿ P

π D2
D'autre part on a S=
4

4 F th
Donc D=
√ πP

D=59.23 mm

1.2. Choix et vérification du vérin de compactage et d’éjection

1.2.1. Choix du vérin


D’après le catalogue Vickers®, (voir annexe1) on a choisi les paramètres standards suivants :
 Diamètre intérieur du vérin (Bore) : D= 100 mm
 Diamètre de la tige du vérin (Rod) : d= 56 mm
D’après l’annexe 1, la force maximale à la pression de service de 70 bar est 37.74 kN ce qui

[Tapez un texte] Page 5


[Tapez le titre du document]

est nettement supérieur à celle utilisée.


D’autre part, la course maximale permise à la même pression, suivant l’annexe 1, est de 2599
mm toujours supérieure à la course nécessaire pour la presse étudiée (1500 mm).

1.2.2. Vérification de l’axe du vérin au flambement


Dans cette partie, on vérifie la condition de résistance de l’axe du vérin au flambement vue
l’importance de la longueur par rapport au diamètre de la tige du vérin.
Les données nécessaires pour les calculs de vérification

- Vérin hydraulique de diamètre d=56 mm


- Course C=1500 mm
- L’effort de poussée F=19289.18 N
- Longueur du piston de compactage l=130mm
- Contrainte limite élastiqueσ =200 MPa
-E : module d’Young : E=2.1105 MPa

- Longueur de flambement L

La longueur libre de flambage est en fonction du type de liaison, pour notre cas les liaisons
sont :
En A : encastrement, c’est la liaison complète de l’axe de vérin avec le piston.
En B : extrémité libre.
D’où L=2 ( l+c )

L=3260 mm

- Calcul de moment quadratique

Le moment quadratique minimal de la section suivant l’axe principale perpendiculaire au plan


de la déformation de flambage donné par la formule suivante :

π D2
I Gz=
4

I Gz=482749,69mm 4

[Tapez un texte] Page 6


[Tapez le titre du document]

- Calcul de rayon de giration

I Gz
ρ=
√ s

Avec s : aire de la section droite

I Gz :≤moment quadratique

ρ=14 mm

- Calcul de l'élancement

La valeur de λ est donnée par la formule suivante :

L
λ¿ ρ

λ=217

- Charge critique d'Euler F c

π 2 E I Gz
F c=
L2

F c =9.41 104 N

- Calcul de l'élancement critique

2
2 π E
λc =
σe

λ c =101.79

- Charge admissible F adm

D'après l'annexe 2, et puisque l'élancement de l'axe est supérieur à 100 la charge admissible
F adms'écrit d'après la formule d'Euler:

[Tapez un texte] Page 7


[Tapez le titre du document]

σ pc S
F adm = 2
λ
2
( )
λc

σe
avec σ pcest la contrainte pratique de compression σ pc=
s

avec s : coefficient de sécurité s=3

F adm =1.8 .10 4 N

La charge admissible F adm est nettement inferieure à la charge critique d'Euler F c, donc la
condition de résistance au flambement est vérifiée.

1.3 Etude et choix des éléments de la centrale hydraulique


Une centrale hydraulique, ou groupe hydraulique, est un système imposant la pression à
l'huile. Une centrale comprend un réservoir, une pompe et doit contenir aussi d’autres
composants (filtre, limiteur de pression, manomètre, …)

Les principaux éléments qui composent la centrale sont donnés sur la figure 3.1 :

Figure 3.1 : centrale hydraulique

[Tapez un texte] Page 8


[Tapez le titre du document]

1.3.1 choix de la pompe

a. Introduction
La pompe est un organe destiné à transformer une énergie mécanique en énergie hydraulique
sous forme de pression et de débit. On distingue trois types de pompes :

- Pompes à engrenages : elles sont parmi les plus anciens systèmes de pompage, elles se
répondent aux nombreuses applications dans les secteurs de petites et moyennes puissances.

Figure 3.2 : Pompes à engrenages

- Pompes à palettes : elles sont souvent choisies, vu leurs qualités de fonctionnement en


pression avec un faible niveau de bruit.

Figure 3.3: Pompes à palettes

[Tapez un texte] Page 9


[Tapez le titre du document]

- Pompes à pistons : elles sont de haute performance, elles permettent d’avoir des pressions
assez élevées, les qualités de fabrications et d’usinage sont soignées, ce qui exige une
filtration élevée d’huile.

Figure 3.4 : Pompes à pistons

b. Calcul de débit de la pompe


La centrale hydraulique choisie doit travailler avec une pression de service égale à 70 bars. Le
débit réel de la pompe est donné par la formule suivante :
VπD 2
Q=VS=
4
Avec V : vitesse de sortie de la tige de vérin V =0.05 m/ s=300 cm/min

Q=23591.9cm3 /min=¿ 23.56l/min

D’après l’abaque (voir annexe 2), on choisit une pompe à engrenages Parker PGP 620, avec
les caractéristiques suivantes :
Rendement : η p =0.9
Cylindrée : C¿16cm3 /tr
Masse : M¿21Kg
Fréquence de rotation nominale : N¿1472.6 tr/min¿1440 tr/min
D’après les choix et le rendement de la pompe, le débit théorique de la pompe est donné par la
formule suivante :
[Tapez un texte] Page 10
[Tapez le titre du document]

Q Q pompe
th , pompe=
ηp

1.3.2 Choix du moteur électrique

a. Introduction
Le moteur électrique consiste à transformer l’énergie électrique en énergie mécanique fournie
au milieu extérieur sous forme de force ou de mouvement. On distingue deux grandes familles
de moteurs électriques :
- Moteurs à courant continu : ils sont généralement utilisés pour l’entraînement à vitesses
variables, ils sont plus coûteux que les moteurs à courant alternatif usuel. Leur entretien
est plus exigeant.

Figure 3.5 : Moteurs à courant continu

- Moteurs à courant alternatif : ils sont répartis sur deux catégories :


 Moteurs synchrones : ils sont utilisés pour certaines applications où on a besoin d’une
vitesse constante.

Figure 3.6 : Moteurs synchrones

 Moteurs asynchrones : ils sont les plus utilisés dans l’industrie vu leurs larges

[Tapez un texte] Page 11


[Tapez le titre du document]

domaines d’application et la facilité de l’entretien, d’où le choix d’un moteur asynchrone pour
notre application.

Figure 3.7 : Moteur asynchrones

b. Détermination des caractéristiques du moteur


Le moteur électrique est caractérisé par sa fréquence de rotation et sa puissance.

- La fréquence de rotation est donnée par la formule suivante:

Q
N=
C

Avec 𝑸 : Débit de la pompe

N=¿1440 tr/min

- La puissance hydraulique est donnée par la formule suivante :

PQ
P=
600

Avec P :pression de service

P=3.05 Kw

La puissance théorique du moteur est donnée par la formule suivante :

Pp
Pth =
ηp

3.05
Pth= =4.36 Kw
0.7

[Tapez un texte] Page 12


[Tapez le titre du document]

Suivant la fréquence de rotation et la puissance calculées précédemment et selon le catalogue


FIMET on a choisi le moteur suivant (annexe 3)
 Type : 3MA13254
 Puissance : P=5.5 Kw
 Rendement : ηm =¿¿87%
 Fréquence de rotation : ¿ 1440 tr . min−1
 Nombre de pôles : p= 4 POLES

1.3.3 Le réservoir
Principalement le réservoir a pour rôle de stocker l’huile et d’assurer l’alimentation de la
pompe. Mais aussi il assure le refroidissement, la décantation (séparation des liquides et des
solides) et la désémulsion de l’huile (séparation de gaz).et dans notre cas, le réservoir est
équipé d’un filtre intégré.
Le débit de la pompe est de l’ordre de 26 l/min donc d’après les fournisseurs un réservoir de
capacité 80 litres est suffisant.

1.3.4 Le limiteur de pression


Un limiteur de pression permet de limiter la pression interne d'un circuit hydraulique en
dérivant l'excès de pression vers le circuit basse pression.

Figure 3.8 : Le limiteur de pression

La centrale hydraulique utilisée est caractérisée par une pression de service p = 70 bars et un

[Tapez un texte] Page 13


[Tapez le titre du document]

débit Q = 26 l/min, d’après ces données et en se référant au catalogue Bosch-Rexroth on


choisit un limiteur de pression à action directe de type DBD NG6 .

Figure 3.9 : Le limiteur de pression Type DBDH

1.3.5 Le pressostat

Un pressostat est un dispositif détectant le dépassement d'une valeur prédéterminée, de la


pression d'un fluide.
L'information rendue peut être électrique, pneumatique, hydraulique, ou mécanique.
Ces appareils sont également appelés manostats ou encore manocontacts en transformant une
ou plusieurs valeurs de pression déterminées qu'ils subissent en informations électriques ou
mécaniques. Ils sont utilisés dans de nombreuses applications de systèmes de contrôle ou
dérégulation par exemple en provoquant l’arrêt d'une pompe si la pression du circuit contrôlé
monte au-dessus d'une limite déterminée.

Le choix est fixé sur le pressostat SUCO de référence 0159 431 14 001 de plage de réglage
entre 10 et 100 bar

[Tapez un texte] Page 14


[Tapez le titre du document]

Figure 3.10 : Pressostat

1.3.6. Le distributeur

a. Introduction
Le rôle d’un distributeur est de diriger le fluide dans une ou plusieurs directions. Un
distributeur est caractérisé par un nombre d’orifices et un nombre de positions. Un
distributeur peut être à commande manuelle, mécanique, électrique (électromagnétique),
hydraulique ou pneumatique.
On distingue plusieurs types de distributeurs suivant plusieurs critères de choix:
- Distributeur normalement fermé (NF) : lorsqu’il n’y a pas de circulation du fluide à
travers le distributeur en position repos (ou initiale), le distributeur est dit normalement
fermé.
- Distributeur normalement ouvert (NO) : c’est l’inverse du cas précédent ; au repos, il y a
circulation du fluide à travers le distributeur.
- Distributeur monostable : distributeur ayant une seule position stable. Dans ce type de
construction, un ressort de rappel ramène systématiquement le dispositif dans sa position
initiale, ou repos, dès que le signal de commande ou d’activation est interrompu.
- Distributeur bistable : admet deux positions stables ou d’équilibre. Pour passer de l’une
à l’autre, une impulsion de commande est nécessaire. Le maintien en position est assuré
par adhérence ou par aimantation.
Leur fonctionnement peut être comparé à celui d’une mémoire à deux états : 0 ou 1, oui
ou non.

[Tapez un texte] Page 15


[Tapez le titre du document]

- Centre fermé, pour 4/3 ou 5/3 : en position neutre ou repos à centre fermé, le fluide ne
peut pas circuler entre les chambres et les échappements, ce qui bloque la tige ou l’arbre
moteur. Il est intéressant pour un redémarrage sous charge (ex : charges suspendues, etc.).
- Centre ouvert, pour un 4/3 ou un 5/3 : en position neutre, à centre ouvert, le fluide peut
circuler librement. La purge des chambres et la libre circulation de la tige (libre rotation
de l’arbre moteur) sont ainsi possibles. Ce cas est intéressant pour supprimer les efforts
développés et faire des réglages Il existe d’autres types de centre pour ces distributeurs.

La commande des distributeurs peut être effectuée par:

- Commande pneumatique : recommandée si atmosphère explosive, humide ou agressive.


Ce type de pilotage est possible même avec une partie commande électrique, grâce à des
interfaces électropneumatiques déportées et en armoire protégée.
- Commande électropneumatique : le déplacement du tiroir du distributeur est assuré par
l’air comprimé, mais celui-ci est admis par l’intermédiaire d’une mini-électrovanne à
clapet. Ce type de pilotage est le plus répandu car il est adapté aux parties commandes
électriques tout en assurant une consommation électrique minimale.
- Commande électrique : le déplacement du clapet du distributeur est assuré directement
par un électro-aimant. Ces pilotes sont généralement réservés aux mini-vérins, ventouses et
interfaces électropneumatiques.

[Tapez un texte] Page 16


[Tapez le titre du document]

Figure 3.11 : Normalisation des principaux distributeurs et des dispositifs de pilotages


correspondants

b. Choix du distributeur
Dans notre cas, on a besoin de bloquer le piston dans une position intermédiaire. Pour cela on
peut utiliser un distributeur 4/3 centre tandem (centre fermé). Dans le cas de l’arrêt de la tige
du vérin, le débit de la pompe revient vers le réservoir à travers le distributeur choisi.
Donc on choisit le distributeur PARKER de référence D1VW9CN (voir annexe 4)

1.3.7. Schéma de l’installation hydraulique


Après avoir défini les différents éléments du circuit hydraulique, on présente le câblage qui
montre la position de chaque composant choisi :

[Tapez un texte] Page 17


[Tapez le titre du document]

(1) Réservoir ; (2) Filtre à huile ; (3) Pompe à engrenages ; (4) Moteur électrique ; (5)
Limiteur de pression ; (6) Clapet anti retour ; (7) Manomètre ; (8) Pressostat ; (9) Retour au
réservoir ; (10) Distributeur 4/3 à commande électrique ; (11) Vérin hydraulique à double
effets ; (12) Capteur de positon
Figure 3.12 : Installation Hydraulique

2. Calcul d’axe d’articulation de la porte avant [6]


La contrainte pratique de cisaillement est définie par :

τe
τ p=
S
Avec τ e :contrainte tangentielle moyenne limite élastique

S :coefficient de sécurité

[Tapez un texte] Page 18


[Tapez le titre du document]

Dans la pratique on utilise les valeurs approximatives suivantes en fonction du type de


matériau car il faut réaliser un essai de cisaillement pour déterminer τ e

- Condition de résistance au cisaillement :

τ moy ≤ τ p

|T |
avec τ moy=
S

Dans notre cas le comportement d’axe d’articulation est le suivant :

F
T=
2

19289.18
sachant qu'on a deux articulations donc : F=
2

application numérique T =4825 N

Donc il faut vérifier que

F τ
|T | ≤ e 2 Fs
S
≤τp
2
πD
4
2
S D≥
√ π τe

Avec S=4

τ e=¿ 235 MPa¿

19300 × 4
D≥
√ π × 0.5× 235

D ≥14.46 mm

Soit D¿ 16 mm

[Tapez un texte] Page 19


[Tapez le titre du document]

[Tapez un texte] Page 20