Vous êtes sur la page 1sur 20

Les Bassins Hydrauliques du Maroc

1. PRESENTATION

L’unité Souss
Massa se situe au
centre
géographique du
Maroc et couvre
une superficie de
l’ordre de 23.950
km², renfermant
trois bassins
versants drainés
par les principaux
cours d’eau :

• le bassin versant de l’Oued Souss (15.470 km²) ;


• le bassin versant du Massa et de Chtouka (6.000 km²) ;
• le bassin versant des Oueds Tamraght et Tamri (2.480
km²).

Situés entre l’Océan Atlantique et les montagnes du Haut


Atlas et de l’Anti Atlas, ces bassins ont des superficies
réparties approximativement entre 25 % de zones de plaine
et 75 % de zones de montagne. Les deux principales plaines
sont la plaine du Souss (4.150 km²) et la plaine des Chtouka
(1.260 km²).

Sur le plan administratif, la zone du Souss Massa couvre


entièrement la préfecture d’Agadir Ida Outanane, la
préfecture d’Inezgane Ait Melloul, la Province de Taroudant
ainsi qu’une part importante de la Province de Tiznit. Elle
déborde légèrement sur les provinces d’Essaouira et de
Chichaoua au Nord.

Le Bassin Hydraulique de Souss-Massa 376


Les Bassins Hydrauliques du Maroc

La population est actuellement de près de 1.680.000


habitants dont près de 53% en milieu rural.

Le climat de la région est aride à semi-aride ; il varie du


type humide, à hiver froid sur les sommets du Haut Atlas
Occidental à prè-saharien, à hiver frais en plaine. La
proximité de l’Océan et l’influence du courant froid des
Canaries atténuent le climat de la zone et la barrière
montagneuse de l’Anti-Atlas contribue à la protection
contre les vents du Sud.

Les températures moyennes annuelles varient de 14°C sur


le Haut-Atlas au Nord à 20°C sur l’Anti-Atlas au Sud. Les
températures journalières minimale et maximale atteignent
respectivement -3°C et 49°C.

La pluviométrie présente une grande variabilité spatiale et


temporelle. Les moyennes des précipitations sont de l’orde
de 280 mm sur le Souss, 265 mm sur le Massa, 390 mm sur
le bassin du Tamraght et 370 mm sur le bassin du Tamri.

L’évaporation moyenne annuelle varie entre 1400 mm en


montagne et près de la côte atlantique et 2000 mm en
plaine.

En général la région est relativement ventée. Le «Chergui»


vent d’Est chaud, peut souffler en été et en automne. La
vitesse moyenne annuelle du vent est de l’ordre de 3 km/h
en montagne et 5 km/h en plaine.

Le Bassin Hydraulique de Souss-Massa 377


Les Bassins Hydrauliques du Maroc

600 mm

500
1ère période de
Période
400 sécheresse 2ème période
équilibrée 3ème 4ème
de sécheresse période de
période de
sécheresse sécheresse
300

200

100
Période
pluviométrique
0
1921 1931 1941 1951 1961 1971 1981 1991 2001

La dégradation spécifique des sols varie de 340 à 660


t/km²/an selon les caractéristiques géologiques et
géomorphologiques des tronçons de la région.

L’agriculture constitue l’activité économique principale de


la région. Le potentiel en terres irrigables y est de l’ordre
de 250.000 ha. La superficie irriguée, située principalement
dans le bassin du Souss, s’étend sur 134.300 ha dont près de
60 % est irriguée de manière moderne. En terme de
production, les maraîchages occupent 34 %, les agrumes 25
%, les céréales 10 % et l’élevage 28 %. La production
d’agrumes et de maraîchages primeurs contribue à plus de
50 % de la production nationale et du volume des
exportations.

La production minière de la zone est très faible et les


industries de transformation ne représentent que 4% de
l’industrie nationale. Elles sont essentiellement constituées
d’unités agro-industrielles pour le conditionnement des
fruits et légumes.

Le tourisme constitue la deuxième activité économique de


la région. Avec une capacité d’hébergement de l’ordre de
26.400 lits classés, la région dispose de près de 30 % de la
capacité d’hébergement nationale.

Le Bassin Hydraulique de Souss-Massa 378


Les Bassins Hydrauliques du Maroc

2. RESSOURCES EN EAU

2-1. Les eaux de surface

Les ressources en eau de surface sont limitées et très


irrégulières. Les débits des oueds présentent une forte
irrégularité interannuelle. Ils ne sont pérennes que sur leurs
cours de montagne et de piémont et ne coulent que
pendant de courtes périodes où surviennent des crues,
parfois rapides et violentes. L’apport moyen en eau de la
région est évalué à 600 Mm3/an. Les apports minimum et
maximum enregistrés sont respectivement de 35 Mm3
(1960-61) et 2.160 Mm3 (1962-63).

• Le Bassin du Souss
Les principaux affluents drainés par l’oued Souss sont ceux
de la rive droite, dont les plus importants sont l’oued Issen
et ceux du Haut Souss.

Le régime hydrologique de l’oued Souss est caractérisé par


une forte irrégularité saisonnière et interannelle. Le
maximum des apports intervient pendant les mois de
Janvier, Février et Mars et le minimum est observé en Août.

L’apport moyen du bassin du Souss est évalué à 390


Mm3/an. Au niveau du barrage Aoulouz, il est de 170
Mm3/an.

• Le Bassin du Massa
Le bassin du Massa est drainé par les oueds d’Amaghous et
d’Assaka, qui prennent tous deux naissances dans la partie
atlantique de l’Anti-Atlas. Les apports moyens annuels de
l’oued Massa sont évalués à 130 Mm3.

La crue historique maximale observée en décembre 1957 a


atteint un débit de pointe de 2.800 m3/s et un volume de

Le Bassin Hydraulique de Souss-Massa 379


Les Bassins Hydrauliques du Maroc

300 Mm3 en 6 jours. La crue maximale observée en 1996 a


atteint un débit d’environ 1.020 m3/s et un volume de 175
Mm3.

• Les Bassins côtiers


Les bassins côtiers atlantiques sont drainés par deux
principaux oueds, le Tamri et le Tamraght, qui prennent
leur source dans le Haut-Atlas Occidental. Les apports
moyens 2400

annuels
2160
2200
2000
sont 1800

évalués à 1600
Apports Mm3/an

1400
3
65 Mm 1200

pour l’oued 1000


800
626
Tamri et 22 600

Mm3 pour
400
200 35
l’oued 0
Moy Max Min
Tamraght
Apports en eau de surface Bassin du Souss Massa

En 1983, la crue historique maximale observée sur l’oued


Tamri a atteint un débit de pointe de 1.700 m3/s et un
volume de près de 60 Mm3. Par contre, la crue de 1996, a
connu un débit de 1.240 m3/s et un volume de 52 Mm3.

2-2. Les eaux souterraines

La région du Souss Massa comprend deux principales unités


hydrogéologiques : la nappe du Souss et la nappe des
Chtouka.

• La nappe du Souss
Le bassin hydrogéologique de la nappe du Souss s’étend sur
une superficie de 4.150 km². Il est limité au Nord par le
Haut Atlas, au Sud par l’Anti-Atlas et débouche à l’Ouest
sur l’Océan Atlantique.

Le Bassin Hydraulique de Souss-Massa 380


Les Bassins Hydrauliques du Maroc

Constituée par les formations de remplissage de la vallée


dont l’âge va de l’Eocène au quaternaire, elle constitue le
réservoir phréatique le plus important du pays et joue un
rôle primordial dans le développement économique et
social de la région du Souss.

La baisse que connaît la piézomètrie de cette nappe, en


raison de la surexploitation par puits et forages et de la
sécheresse qui sévit dans la région depuis les années 1970,
s’est traduite par l’assèchement progressif des résurgences,
des sources et des khettaras. Actuellement, la contribution
de la nappe dans le débit de base de l’Oued Souss est
négligeable alors qu’elle était importante durant la période
1950-1970.

L’analyse des
bilans de la Evolution du bilan de la nappe de Souss
nappe a
montré que le 1000
déstockage
800
des ressources
non 600
Mm3

renouvelables 400
varie entre
100 et 370 200

Mm3 /an. 0
1976 1979 1985 1994 1996 1998 2002-2003

Sorties Entrées

Le déstockage évalué depuis 1968 serait de l’ordre de 7


Milliards de m3.

La baisse moyenne du niveau piézomètrique engendrée


varie entre 0.5 m/an et 3 m/an.

Le Bassin Hydraulique de Souss-Massa 381


Les Bassins Hydrauliques du Maroc

• Nappe des Chtouka


La plaine des
Chtouka, qui Evolution du bilan de la nappe de Chtouka
s’étend sur
une 100

superficie de 80

plus de 940 60
Mm3

km², 40
constitue
une 20

extension de 0

la plaine du 1972-73 1996 1998 2002-2003


sorties entrées
Souss vers le
Sud-Ouest. Elle est limitée au Nord par la route d’Agadir-
Biougra, à l’Est par les affleurements des formations
primaires de l’Anti-Atlas, au Sud par l’Oued Massa et à
l’Ouest par l’Océan. L’analyse du bilan permet de constater
que la nappe de Chtouka est également déficitaire. Le
déficit est actuellement de près de 60 Mm3.

3. QUALITE DES RESSOURCES EN EAU

3-1. Les sources de pollution

Les pollutions domestique et agricole constituent les


principales sources de pollution des eaux dans le bassin du
Souss Massa. En effet, dans les plaines de Souss et des
Chtouka, l’activité agricole est particulièrement bien
développée.

• Pollution Domestique
Le bassin de Souss Massa enregistre une pollution
domestiques globale estimée à :
- 22 tonnes de produits oxydés ;
- 6 tonnes de produits azotés ;

Le Bassin Hydraulique de Souss-Massa 382


Les Bassins Hydrauliques du Maroc

- 1 tonne des produits phosphatés.

Le Grand Agadir représente 80% de la pollution totale des


villes dans le bassin. La pollution domestique est d’environ
796000 équivalent /habitant.

Pour lutter contre la pollution domestique, des efforts


importants ont été déployés par la réalisation de stations
d’épuration. On peut citer pour :
9 Le Grand Agadir: la station de traitement en cours de
réalisation (1ère tranche) ;
9 Le centre de Drarga : la station d’épuration par le
sol ;
9 Le centre de Ben Sergao : la station pilote
d’épuration par le sol.

• Pollution industrielle
Les industries de transformation de poisson du Grand
Agadir, les industries agro-alimentaires, les huileries, les
centrales laitières et quelques tanneries sont les principales
industries polluantes dans le bassin de Souss Massa à raison
de :
9 404 000 équivalent/habitant due aux industries à la
périphérie des villes
9 100 000 équivalent/habitant due aux industries
situées à l’extérieur des villes.

• Pollution agricole
Le potentiel en terres irrigables de l’ensemble de la zone
est de l’ordre de 250.000 Ha. La production d’agrumes et
de maraîchage primeurs constitue respectivement 48% et
75% de la production nationale.

L’emploi intensif des fertilisants et de produits


phytosanitaires se traduit par une pollution agricole diffuse

Le Bassin Hydraulique de Souss-Massa 383


Les Bassins Hydrauliques du Maroc

qui constitue une source de pollution des ressources en eau


souterraine, principale ressource pour l’alimentation en
eau potable de la région.

• Pollution par les décharges publiques


Les décharges publiques non contrôlées constituent une
source de pollution non négligeable. En plus de leur
localisation en général à côté des villes et parfois dans le lit
de l’oued, elles dégagent des lixiviats qui peuvent
atteindre les eaux souterraines selon la géologie du site.

3-2. Qualité des eaux

Les eaux de l’Oued Souss et de ses affluents sont de bonne


qualité dans la partie amont en raison de leur salinité
relativement faible et de l’absence de pollution organique.
La partie aval ne présente pas d’écoulement à l’exception
des rejets des eaux usées des centres d’Ouled Teima, d’Ait
Melloul et d’Inezgane.

Réseau de surveillance de la qualité de l’eau du bassin de Souss Massa

Le Bassin Hydraulique de Souss-Massa 384


Les Bassins Hydrauliques du Maroc

14%
14%
Excellente

Bonne

Très
mauvaise
72%

Répartition du niveau de qualité des eaux de surface

Les eaux souterraines de la nappe de Souss sont de bonne


qualité. Néanmoins on observe par endroit des salinités
élevées ou des signes de pollution azotée d’origine
domestique et/ou agricole.

Par contre, au niveau de la nappe des Chtouka, les eaux


sont de qualité moyenne à mauvaise. Les teneurs en
nitrates en sont responsables pour une très grande partie
des stations. Ceci est probablement dû à l’intensification
agricole dans la région.

4. MOBILISATION ET UTILISATION DES RESSOURCES EN


EAU

4-1. L’effort de mobilisation

ƒ Les eaux de surface

Les grands ouvrages hydrauliques réalisés dans le bassin


permettent de mobiliser en année moyenne près de 330
Mm3 pour l’irrigation de près de 50.000 ha, la fourniture de
l’eau potable des agglomérations du Grand Agadir et de
Tiznit-Sidi Ifni (12 Mm3) et la recharge artificielle de la
nappe du Souss (près de 162 Mm3/an).

Le Bassin Hydraulique de Souss-Massa 385


Les Bassins Hydrauliques du Maroc

Réalisée grâce aux eaux mobilisées par le barrage


d’Aoulouz, la recharge de la nappe du Souss a été
également renforcée par le barrage Imi El Kheng (1993) et
par 9 seuils réalisés le long du lit de l’oued Souss : Lalla
Tamsist, Hamria, Kharouba, Bahsia, Freija amont, Freija
aval, Msafer, Sidi Amara, Souiguia.

Le nouveau barrage Mokhtar Soussi, mis en service en 2002,


vient renforcer la mobilisation des eaux de surface du
Souss, et permettra avec le barrage Aoulouz, d’assurer la
satisfaction des eaux d’irrigation de la zone d’El Guerdane
dont le service est délégué à la société concessionnaire
Aman Souss.

Outre les grands barrages, des petits barrages et quelques


lacs collinaires sont également réalisés dans la région du
plan. Ces Ouvrages sont destinés à l’irrigation,
l’abreuvement du cheptel, et à la lutte contre les
inondations.

Les eaux de surface sont également mobilisées par les


prélèvements au fil de l’eau. Ces prélèvements sont
estimés en moyenne à près de 140 Mm3/an.

Mise en Capacité
Barrage But
service (Mm3)
Youssef Ben Tachfine 1972 304,0 I, AEPI
Abdelmoumen 1981 214,0 E,I,AEPI
Dkhila 1986 0,7 Compensation
Aoulouz 1991 108,0 AN
Imin El Kheng 1993 11,0 I,AN
Moukhtar Soussi 2001 50,0 I
Moulay Abdellah 2002 110,0 AEPI
Ahl Souss 2004 5,0 AEP,I
TOTAL - 800 -
Aménagements hydrauliques existants

Outre les grands barrages, des petits barrages et quelques


lacs collinaires sont également réalisés dans la région du

Le Bassin Hydraulique de Souss-Massa 386


Les Bassins Hydrauliques du Maroc

plan. Ces Ouvrages sont destinés à l’irrigation,


l’abreuvement du cheptel, et à la lutte contre les
inondations.

Les eaux de surface sont également mobilisées par les


prélèvements au fil de l’eau. Ces prélèvements sont
estimés en moyenne à près de 140 Mm3/an.

Situation des aménagements hydrauliques existants

ƒ Les eaux souterraines


Les eaux souterraines jouent un rôle important dans la
satisfaction des besoins en eau. Cependant, elles sont très
fortement sollicitées et accusent un important déficit de
ré-alimentation, évalué en moyenne, à près de 360 Mm3/an
au niveau de la nappe du Souss.

Les prélèvements d’eau souterraine de la nappe du Souss


sont passés de 200 Mm3 en 1970 à près de 690 Mm3
actuellement. Cet accroissement est dû au développement

Le Bassin Hydraulique de Souss-Massa 387


Les Bassins Hydrauliques du Maroc

hydro-agricole que connaît la région, particulièrement dans


le secteur moderne privé.

Le bilan de la nappe de Chtouka est actuellement


déficitaire sous l’effet conjugué de la sécheresse et des
pompages agricoles. Le déficit est de l’ordre de 60 Mm3/an.
Les prélèvements bruts sont évalués à 90 Mm3/an.

La situation de ces nappes est critique. Il est


indispensable de limiter leur surexploitation par la
réduction des prélèvements des eaux souterraines par la
promotion de l’usage de techniques économes d’eau.

4-2. Utilisation de l’eau

Le volume d’eau utilisé dans le bassin du Souss Massa


s’élève à environ 1100 Mm3 provenant pour 68% des eaux
souterraines. L’agriculture irriguée utilise plus de 95% des
ressources en eau mobilisées dans le bassin.

Le volume d’eau affecté à l’AEPI s’élève à 50 Mm3


essentiellement assurés à partir des eaux souterraines (près
de 76%). Les principaux centres urbains sont alimentés
comme suit :
• L’agglomération du Grand Agadir s’alimente à partir
des eaux de surface (complexe Abdelmoumène –
Dkhila) à hauteur de 37% (2002), et des eaux
souterraines (nappe de Souss-Chtouka) à hauteur de
63% (2002);
• L’AEP du centre de Biougra est assurée à partir de la
nappe de Chtouka ;
• La ville de Taroudant est alimentée à partir des eaux
de la nappe du Souss;
• Les villes de Tiznit et de Sidi Ifni qui se trouvent hors
de la limite du bassin du Souss-Massa, mais
s’alimentent à partir de l’adduction du barrage
Youssef Ben Tachfine.

Le Bassin Hydraulique de Souss-Massa 388


Les Bassins Hydrauliques du Maroc

Le volume Utilisation Eau de Eau TOTAL


d’eau de l’eau surface souterraine (Mm3/an)
affecté à AEPI 12 40 52
l’agriculture Irrigation 333 715 1048
s’élève à TOTAL 345 755 1100
près de 1050
Mm3, pour l’irrigation de plus de 134.000 ha, dont 68%
proviennent des nappes d’eau souterraine.

En milieu rural, le taux d’accès à l’eau potable est passé de


14% en 1994 à plus de 82% à fin 2005.

5. DEVELOPPEMENT DES RESSOURCES EN EAU

5-1. La demande en eau

Le développement Besoins en eau (Mm3)


socio-économique Usage
que connaît le 2005 2020
bassin a engendré AEPI 52 70
une évolution Irrigation 1100 1030
importante des Total 1152 1100
besoins en eau,
aussi bien dans le secteur de l’approvisionnement en eau
potable et industrielle que dans le secteur agricole.

ƒ L’eau potable
L’évolution des besoins en eau potable et industrielle est
basée sur l’évolution de la population qui atteindrait près
de 2.637.000 habitants à l’horizon 2020.

Les objectifs de base du secteur de l’eau potable et les


hypothèses prises en compte pour l’élaboration des
prévisions de la demande en eau potable et industrielle
dans la zone du plan sont les suivantes :

Le Bassin Hydraulique de Souss-Massa 389


Les Bassins Hydrauliques du Maroc

• L’amélioration du niveau de desserte pour atteindre


une moyenne de 90% à 95% en 2000 et 98% en 2020
pour les grandes villes (Agadir, Taroudant, Tiznit…)
et 70% à 90% pour les centres urbains dont la
population est inférieure à 24.000 habitants;
• L’amélioration du rendement de distribution pour
atteindre un objectif de près de 80% en l’an 2020.

Pour le milieu rural, la demande en eau potable globale du


milieu rural est estimée à près de 11,2 Mm3 en l’an 2020.

La demande en eau future pour l’arrosage des espaces verts


et des terrains de loisirs est estimée en 2020 à près de 15
Mm3.

ƒ L’agriculture
Le développement hydro-agricole qu’a connu la zone depuis
les années 1970 s’est également traduit par une
augmentation importante de la demande en eau
d’irrigation évaluée actuellement à près de 1100 Mm3. A
l’horizon 2020, la superficie irriguée devrait évoluer de
149.000 ha en 2003 pour atteindre près de 150.000 ha. Les
besoins en eau sont estimés à près de 1030 Mm3, soit une
diminution de presque 10%.

2004 2020
Zone Superficie Eau de Eaux Superficie Eau de Eaux
Ha surface souterr. Ha surface souterr.
Souss 114 645 239 658 114 645 236 623
Massa 27 105 94 90 27 705 102 67
Tamri- 22
1 560 19 - 1 560 -
Tamraght
TOTAL 143 310 352 748 143 910 360 690

Evolution des besoins en eau d’irrigation

Le Bassin Hydraulique de Souss-Massa 390


Les Bassins Hydrauliques du Maroc

5-2. Aménagements hydrauliques projetés

ƒ Les barrages

L’évolution des possibilités de mobilisation des eaux de


surface a nécessité la réalisation d’un inventaire exhaustif
des sites favorables à la construction de barrages dans les
bassins où le taux de régularisation actuel peut encore être
amélioré, essentiellement dans les oueds Tamri, Tamraght
et Souss :
• l’Oued Tamri, proche de la ville d’Agadir, constitue
la meilleure alternative pour satisfaire les besoins
d’AEPI de cette ville à moyen et long termes ;
• les études effectuées sur l’oued Tamraght n’ont
pas montré l’existence de site favorable à la
construction d’un grand barrage. Cependant,
compte tenu de la proximité de la ville d’Agadir,
des études complémentaires sont souhaitables pour
examiner d’autres possibilités de mobilisation des
ressources en eau ;
• les sites identifiés sur les affluents rive droite de
l’oued Souss présentent un intérêt particulier pour
éviter les pertes d’eau à la mer. Ces sites ont été
retenus compte tenu de leurs effets positifs sur le
bilan global ressources-besoins en particulier pour
organiser la recharge de la nappe du Souss et pour
le développement de la PMH.

Le Bassin Hydraulique de Souss-Massa 391


Les Bassins Hydrauliques du Maroc

Volume
Cours Capacité
Barrage But régularisé
d’eau (Mm3)
(Mm3)
Tamtaght Tamtaght 50 AEPI 14,5
Aguera Oukil Tamtaght 25 AEPI 12,5
Tamri Tamri 60 AEPI 12,0
Recharge
Lemdad aval Lemdad 10 3,2
Souss
Recharge
Igui N’Ouaka Nokhel 10 4,0
Souss
Recharge
Sidi Abdellah Waar 10 8,2
Souss
Recharge
Imerguen Imirgané 23 11,3
Souss
TOTAL - 188 - 66

Barrages projetés dans le bassin du Souss-Massa

La mobilisation des eaux de surface pourrait être


complétée par la réalisation de petits barrages pour assurer
des besoins en eau dispersés et de moindre importance. 17
barrages totalisant une capacité totale de 17.5 Mm3 ont été
identifiés dans la région notamment pour renforcer
l’irrigation et l’abreuvement du cheptel.

ƒ La mobilisation des eaux souterraines

La nappe du Souss connaît actuellement un déficit de


l’ordre de 360 Mm3/an, la situation est critique et il est
indispensable d’arrêter la surexploitation de cette nappe à
la fois par le renforcement de sa recharge artificielle et par
la réduction des prélèvements des eaux souterraines par la
promotion de l’usage de techniques économes d’eau.

Concernant la nappe des Chtouka, le bilan est déficitaire


de 60 Mm3. Les mesures à prendre consistent à réduire les
prélèvements d’eau souterraine dans sa partie Nord en
favorisant l’utilisation de techniques économes en
irrigation.

Le Bassin Hydraulique de Souss-Massa 392


Les Bassins Hydrauliques du Maroc

5-3. Orientations stratégiques de développement


des ressources en eau

La confrontation de la demande en eau aux ressources en


mobilisables montre que malgré la mobilisation de la quasi
totalité des apports de surface (avec un taux de 85% à
l’horizon 2020), la demande en eau ne pourra être
satisfaite que par le maintien de la surexploitation accrue
de la nappe du Souss-Chtouka et de restrictions
importantes en période de sécheresse. Le scénario de
développement des ressources en eau retenu dans le cadre
du Plan Directeur d’Aménagement des Ressources en Eau
du Souss-Massa permet d’atténuer moyennant plusieurs
dispositions ce déficit observé au niveau de la nappe.

La réalisation des projets définis par le plan


d’aménagement du bassin de Souss-Massa, adopté en juin
2001 lors de la 9ème session du CSEC, permettra de porter
le volume d’eau mobilisé à près de 990 Mm3 en 2020. Le
taux de mobilisation sera de l’ordre de 85% pour les eaux
de surface.

En plus de l’effort de mobilisation des ressources en eau


conventionnelles à partir des barrages et des eaux
souterraines, les possibilités d’utilisation des eaux usées
épurées et du dessalement des eaux de mer seront
également exploitées afin d’atténuer l’effet du déficit en
eau de la région :
• La réutilisation des eaux usées épurées dans le
bassin de Souss-Massa a le double avantage de
protéger le milieu récepteur et de permettre un gain
de productivité de ressources en eau non négligeable
évalué à près de 15 Mm3. En effet, le potentiel d’eau
usée, évalué à 15 Mm3 en 2003 et 37 Mm3 à l’horizon
2020 constituerait une ressource utile de substitution
aux eaux souterraines actuellement trop sollicitées. Le
grand Agadir offre à ce titre des potentialités en eaux

Le Bassin Hydraulique de Souss-Massa 393


Les Bassins Hydrauliques du Maroc

usées, pouvant être utilisées dans l’arrosage des


espaces verts et des infrastructures de loisirs.
• Le dessalement de l’eau de mer devrait constituer, à
terme, un ultime recours, pour l’eau potable, une fois
que toutes les ressources en eau seraient mobilisées.

En plus de l’infrastructure hydraulique de mobilisation de


l’eau, le développement des ressources en eau de la zone
du Souss-Massa nécessite la réalisation des projets
suivants :
• Equipement ou modernisation de près de 19.700 ha et
reconversion à la micro-irrigation d’une superficie
agrumicole de près de 27.000 ha ;
• Réalisation de l’adducteur reliant le barrage Aoulouz
et le périmètre de Sebt El Guerdane ;
• l’aménagement hydro-agricole des périmètres El
Guerdane, l’extension des Chtouka Nord, la deuxième
tranche de réhabilitation et les périmètres du
piémont;
• Réalisation des stations d’épuration des eaux usées du
Grand Agadir et des ouvrages d’adduction des eaux
épurées du Grand Agadir pour l’arrosage des espaces
verts ;
• Réalisation des projets d’adduction d’eau potable;
• Généraliser l’eau en milieu rural en 2007 en orientant
le programme PAGER vers :
- des études poussées pour la prospection des eaux
souterraines basées sur les nouvelles techniques
telles que la télédétection, la géophysique
magnétique …,
- la mobilisation des sources jusqu’alors utilisées
uniquement pour l’irrigation,

Le Bassin Hydraulique de Souss-Massa 394


Les Bassins Hydrauliques du Maroc

- adductions régionales à partir des barrages ou


champs captants situés dans des zones de bonne
productivité,
- la réalisation des lacs collinaires et les métfias…

Aménagements hydrauliques projetés

Le Bassin Hydraulique de Souss-Massa 395