Vous êtes sur la page 1sur 85

Université Mohammed V Rabat

Ecole Supérieure de Technologie Salé


Département Génie Urbain et Environnement
Filière : LP Génie Civil

Mini Projet parasismique

Réalisé par : Demandé par :

ISSIFOU ISSAKA Anasse M. Jalal KETTAR

ANNEE UNIVERSITAIRE 2020-2021


Table des matières
1 Caractéristiques des matériaux .......................................................................................... 5
1.1 Prédimensionnement des éléments de structure : ..................................................... 5
1.1.1 Prédimensionnement du plancher....................................................................... 5
1.1.2 Prédimensionnement des poteaux ...................................................................... 5
1.1.3 Prédimensionnement de l’escalier....................................................................... 6
2 Descente des charges ......................................................................................................... 7
3 Vérification du plan face aux conditions de calcul sismique .............................................. 7
3.1 Vérification de la régularité : ....................................................................................... 7
3.1.1 Régularité en plan : .............................................................................................. 7
3.1.1.1 Centre de masse ............................................................................................... 8
3.1.1.2 Centre de torsion .............................................................................................. 9
3.1.2 Régularité en élévation : .................................................................................... 10
3.1.2.1 Détermination de la masse par niveau........................................................... 10
Etude sismique ......................................................................................................................... 12
1 Méthode statique équivalente : ....................................................................................... 15
1.1 Détermination des masses par niveau : .................................................................... 15
1.2 Détermination de la force sismique : ........................................................................ 15
1.2.1 Répartition verticale des forces : ....................................................................... 15
1.2.2 Répartition horizontale des forces : ................................................................... 16
1.2.3 Calcul du moment .............................................................................................. 17
1.2.4 Calcul de l’effort tranchant ................................................................................ 18
1.3 Vérification des déformations ................................................................................... 19
1.3.1 Vérification des déformations ............................................................................ 19
1.3.2 Vérification de la stabilité :................................................................................. 20
1.4 Détermination des sollicitations du portique E ......................................................... 21
1.4.1 Moment fléchissant............................................................................................ 21
1.4.2 Effort tranchant .................................................................................................. 22
1.4.3 Effort normal ...................................................................................................... 22
1.5 Dimensionnement des éléments de structure .......................................................... 22
1.5.1 Dimensionnement du poteau E4 ....................................................................... 22

1
1.5.1.1 Calcul de l’excentricité .................................................................................... 22
1.5.1.2 Calcul de moment ........................................................................................... 23
1.5.1.3 Armature longitudinale .................................................................................. 24
1.5.1.4 Armature transversale .................................................................................... 24
1.5.2 Dimensionnement de la semelle........................................................................ 25
1.5.2.1 Prédimensionnement de la semelle ............................................................... 25
1.5.2.2 Le ferraillage de la semelle isolée en flexion composée .............................. 26
1.5.2.2.1 Calcul du moment M1............................................................................... 27
1.5.3 Dimensionnement des voiles ............................................................................. 28
1.5.3.1 Détermination de la longueur de flambement .............................................. 28
1.5.3.2 Dimensions des potelets de rive :................................................................... 30
1.5.3.3 Calcul du ferraillage du voile .......................................................................... 31
1.5.3.3.1 Le type de voile : ....................................................................................... 31
1.5.3.3.2 Vérification de la stabilité du voile au flambement : ................................ 32
1.5.3.3.3 Vérification à la flexion composée : .......................................................... 33
1.5.3.3.4 Calcul de la section d’armatures du voile en flexion composée : ............ 33
1.5.3.3.4.1 Calcul des excentricités : .................................................................... 33
1.5.3.3.4.2 Armatures transversales :................................................................... 35
1.5.3.3.4.3 Ferraillage verticale à l’effort normal : ............................................... 35
1.5.3.3.4.4 Ferraillage horizontale à l’effort normal : .......................................... 35
1.5.3.3.4.5 Dispositions des armatures : .............................................................. 36
1.5.3.4 Vérification de l’effort tranchant :.................................................................. 36
1.5.3.4.1 Vérification au cisaillement :..................................................................... 36
1.5.4 Prédimensionnement de la semelle filante : ..................................................... 37
1.5.4.1 Vérification de la stabilité : ............................................................................. 37
1.5.4.1.1 Le dimensionnement de la semelle : ........................................................ 37
2 Méthode dynamique ........................................................................................................ 39
2.1 Détermination des matrices ...................................................................................... 39
2.2 Détermination de matrice de rigidité ........................................................................ 39
2.3 Détermination la pulsation 𝝎.................................................................................... 40
2.4 Détermination des modes ......................................................................................... 40
2.5 Détermination des vecteurs propres......................................................................... 42
2.6 Détermination des forces d’excitation ...................................................................... 43

2
2.7 Calcul de la matrice de la masse modale généralisée ................................................ 44
2.8 Détermination du pourcentage de la masse participante. ....................................... 45
2.9 Détermination de pseudo-accélérations ................................................................... 45
2.10 Détermination des forces .......................................................................................... 46
2.11 Détermination des déplacements modaux ............................................................... 47
2.12 Détermination des efforts tranchant ........................................................................ 48
2.13 Détermination des moments fléchissant .................................................................. 48
2.14 PORTIQUE E ............................................................................................................... 49
2.14.1 Moment fléchissant............................................................................................ 49
2.14.2 Effort normal ...................................................................................................... 51
2.14.3 Force horizontale................................................................................................ 51
2.15 Dimensionnement des éléments de structure .......................................................... 52
2.15.1 Dimensionnement du poteau E4 ....................................................................... 52
2.15.1.1 Calcul de l’excentricité ................................................................................ 53
2.15.1.2 Calcul de moment ....................................................................................... 53
2.15.1.3 Armature longitudinale ............................................................................... 54
2.15.1.4 Armature transversale ................................................................................ 54
2.15.2 Dimensionnement de la semelle ........................................................................ 55
2.15.2.1 Prédimensionnement de la semelle ........................................................... 55
2.15.2.2 Le ferraillage de la semelle en flexion composée ....................................... 56
2.15.2.2.1 Calcul du moment M1 ............................................................................. 57
2.15.3 Dimensionnement des voiles ............................................................................. 58
2.15.3.1 Détermination de la longueur de flambement ........................................... 58
2.15.3.2 Dimensions des potelets de rive : ............................................................... 60
2.15.3.3 Calcul du ferraillage du voile ....................................................................... 61
2.15.3.3.1 Le type de voile : ..................................................................................... 61
2.15.3.3.2 Vérification de la stabilité du voile au flambement : .............................. 62
2.15.3.3.3 Vérification à la flexion composée : ........................................................ 63
2.15.3.3.4 Calcul de la section d’armatures du voile en flexion composée : ........... 63
2.15.3.3.4.1 Calcul des excentricités : .................................................................. 63
2.15.3.3.4.2 Armatures transversales : ................................................................. 65
2.15.3.3.4.3 Ferraillage verticale à l’effort normal : ............................................. 65
2.15.3.3.4.4 Ferraillage horizontale à l’effort normal : ........................................ 65

3
2.15.3.3.4.5 Dispositions des armatures : ............................................................ 65
2.15.3.4 Vérification de l’effort tranchant : .............................................................. 65
2.15.3.4.1 Vérification au cisaillement : ................................................................... 66
2.15.4 Prédimensionnement de la semelle filante : ..................................................... 67
2.15.4.1 Vérification de la stabilité : ......................................................................... 67
2.15.4.1.1 Le dimensionnement de la semelle : ...................................................... 67
PARTIE LOGICIEL ....................................................................................................................... 69
1 Modélisation et calcul sismique sur robot ........................................................................ 70
1.1 Analyse modale :........................................................................................................ 74
1.1.1 Résultats de l’analyse modale : .......................................................................... 74
1.2 Vérification des déformations (ROBOT) .................................................................... 76
1.2.1 Vérification des déformations ............................................................................ 76
1.2.2 Vérification de la stabilité :................................................................................. 77
1.3 Dimensionnement sur Robot .................................................................................... 78
1.3.1 Ferraillage du poteau ......................................................................................... 78
1.3.2 Ferraillage du voile ............................................................................................. 80
1.3.3 Ferraillage de la semelle isolée .......................................................................... 82
1.3.4 Ferraillage de la semelle ..................................................................................... 82
1.4 Comparaison des résultats ........................................................................................ 84

4
1 Caractéristiques des matériaux

Béton Fc28 = 25 Mpa b = 1,5


Acier Fe = 500 Mpa s = 1,15
Sols sol = 2,5 bar Profondeur = 1,5 m
Type de fissuration Peu préjudiciel
Zone de sismicité Agadir Zone de vitesse 3
Zone d’accélération 4
Site S1 Rocher
Hauteur sous plafond h= 2,8 m

1.1 Prédimensionnement des éléments de structure :

1.1.1 Prédimensionnement du plancher

𝐿
e= 22,5

L’épaisseur du plancher est donnée sur le plan de coffrage : e = 15 + 5

1.1.2 Prédimensionnement des poteaux

Pour la descente de charge je prends poteau le plus chargé par exemple le poteau E3
3,1+3,6 3,7+3,6
La surface couverte est : SC = ( )∗( ) = 12,2275 cm²
2 2

N=1,1*(1,1*1,35*0,7 + 1,5*0,15) *12,2275*3 = 51,02 t


Poteau PE4 proche de poteau de rive donc :
N = 1,1*51,02 = 56,122 t je majore à N= 60 t

𝑁
𝑆=
12

5
60.10−2
𝑆=  S = 0,05 m²
12

S= a*b
Je fixe la valeur de a = 25 cm
𝑆 0,05
b = 𝑎 = 0,25  b= 0,20 m

𝑆
Donc je prends b = 25 cm 𝑎  S = 25*25 cm²

1.1.3 Prédimensionnement de l’escalier

La formule de blondel : 59 cm ≤ 2h + g ≤ 66 cm
h : varié de 16.5 cm à 18.5 cm.
g : varié de 27 cm à 30 cm.
Emmarchement E≥ 1m.
Dans notre cas E= 1m.
Hauteur d’étage ……………………H = 3 m.
Giron………………………………..g = 30 cm.
66−30
h= = 18 𝑐𝑚
2

Donc on trouve h=18 cm


16.5 𝑐𝑚 ≤ℎ=18 𝑐𝑚≤18.5 𝑐𝑚
27 𝑐𝑚 ≤𝑔= 30 𝑐𝑚≤33 𝑐𝑚
59 𝑐𝑚 ≤𝑔+2ℎ=66 𝑐𝑚≤66𝑐𝑚 ………………….condition vérifier

n= H /h =300 /18 =18.75 ≈ 19 marches

6
2 Descente des charges

Plancher terrasse accessible


1 Forme de pente 250 Kg/m2
Chargements 2 Etanchéité multicouche 12 Kg/m2
3 Enduit sous plafond en plâtre (1.5 cm) 30 Kg/m2
4 Protection étanchéité 120 Kg/m2
5 Plancher corps creux (15+5) 280 Kg/m2
Charge permanente totale G 700 Kg/m2
Surcharge d’exploitation Q (terrasse accessible) 150 Kg/m2

Plancher Etage courant


1 Cloison 100 Kg/m2
Chargements 2 Mortier de pose 100 Kg/m2
3 Enduit sous plafond en plâtre (1.5 cm) 30 Kg/m2
4 Revêtement 20 Kg/m2
5 Plancher corps creux (15+5) 280 Kg/m2
Charge permanente totale G 530 Kg/m2
Surcharge d’exploitation Q 150 Kg/m2

NB : Surcharge d’exploitation de l’escalier Q= 250 Kg/m2

3 Vérification du plan face aux conditions de calcul sismique

3.1 Vérification de la régularité :

3.1.1 Régularité en plan :

Le bâtiment a une forme simple (Carré).


L’élancement :
La forme du bâtiment doit être compacte avec un rapport (longueur/largeur) du plancher
inférieure à 3.5.
𝐿 = 11.25 𝑚 𝑒𝑡 𝑙 = 11.25 𝑚

7
𝐿 11.25
= = 1 < 3.5 ⇒ 𝑪𝒐𝒏𝒅𝒊𝒕𝒊𝒐𝒏 𝒗é𝒓𝒊𝒇𝒊é
𝑙 11.25

La somme des dimensions des parties rentrantes ou saillantes du bâtiment dans une
direction donnée ne doit pas excéder 25% de la dimension totale du bâtiment dans cette
direction.
𝑎 + 𝑏 ≤ 0.25 ∗ 𝐵
Suivant l=11.25m :
1 + 1 = 2 𝑚 < 0.25 ∗ 11.25 = 2.81 𝑚
⇒ 𝑪𝒐𝒏𝒅𝒊𝒕𝒊𝒐𝒏 𝒗é𝒓𝒊𝒇𝒊é𝒆.
Distance entre centre de masse et centre de rigidité : « A chaque niveau, la distance entre le
centre de masse et le centre de rigidité, mesurée perpendiculairement à la direction de
l’action sismique, ne doit pas dépasser 0.20 fois la racine carrée du rapport de la raideur de
torsion sur la raideur de translation ».

3.1.1.1 Centre de masse

Pour le calcul de centre de masse je prends S1 la section totale du plancher coloré en rouge,
S2 la section du balcon d’en haut et S3 la section du balcon d’en bas.
∑ 𝑆𝑖𝑋𝑖 ∑ 𝑆𝑖𝑌𝑖
XG = ; YG =
𝑆 𝑆

8
Surface (m²) X (m) Y (m) XG (m) YG (m)
S1 (m²) 121 5,5 5,5
S2 (m²) 2,7 11,5 8,85 5,8 5.46
S3 (m²) 3,7 11,5 1,85
Total 127,4

3.1.1.2 Centre de torsion

J’ai calculé le centre de torsion par rapport au centre de masse

∑𝑛
𝑖=1 𝐼𝑦𝑖.𝑥𝑖 ∑𝑛
𝑖=1 𝐼𝑥𝑖.𝑦𝑖 𝑏∗ℎ^3 ℎ∗𝑏^3
𝑒𝑥 = ∑ 𝐼𝑦𝑖
; 𝑒𝑦 = ∑ 𝐼𝑥𝑖
; Ix = ; Iy =
12 12

Ix (m4) Iy (m4) X (m) Y (m)


Voile1 2.4 10-3 0.7776 3.37 5.78
Voile 2 0.7148 2.33 10-3 1.37 4.03
Voile 3 0.8442 2.47 10-3 -1.73 -3.37
Voile 4 2.733 10-3 1.1486 -3.78 -5.12
Total 1.564 1.931

Centre de Centre de Conditio


masse torsion n
vérifiée
ou non
Nivea X(m Y(m X(m y(m ex(m ey(m rx( ry(m 0,2*r 0,2*r Oui
u ) ) ) ) ) ) m ) x y
RDC 5,80 5.46 4,91 5,48 -0.89 0.02 6,20 5,58 1,24 1,12 Oui
3
1 5,80 5.46 4,91 5,48 -0.89 0.02 6,20 5,58 1,24 1,12 Oui
3
2 5,80 5.46 4,91 5,48 -0.89 0.02 6,20 5,58 1,24 1,12 Oui
3

9
3.1.2 Régularité en élévation :
➢ La hauteur de bâtiment ne dépasse pas 60 m.
La hauteur totale du bâtiment ne doit pas dépasser 4 fois la plus petite dimension de sa base
𝐻 9,00 𝑚 < 4 ∗ 11 = 44 𝑚 ⇒ 𝒄𝒐𝒏𝒅𝒊𝒕𝒊𝒐𝒏 𝒗é𝒓𝒊𝒇𝒊fée

➢ Pour ce bâtiment, il n’y a pas ni rétrécissement ni élargissement.

➢ Pour les éléments verticaux du système structural qui résistant aux forces latérales, il n’y
a pas un décalage.

➢ « La distribution de la rigidité et de la masse doit être sensiblement régulière le long de la


hauteur. Les variations de la rigidité et de la masse entre deux étages successifs ne doivent
pas dépasser respectivement 30 % et 15 %. »

3.1.2.1 Détermination de la masse par niveau

Pour la détermination de la masse, je procède comme suit :

Niveau terrasse

G= Gpl *S *1,1
Avec 1,1 : coefficient de majoration tenant compte de poids de retombées.

Q= Qpl*S
M= G+0.2Q
Puis on ajout le poids propre des voiles
Gv = 0.2*2.8*(3.5+3.6+3.7+4.1) *2.5 t /m3 = 20.86 t

Mt = Mplancher + Mbalcon + Mvoile

10
G (t/m²) Q (t/m²) S (m²) M (t)
Plancher 0,53 0,15 121
RDC Balcon 0,53 0,35 6,4 99.21
1 Plancher 0,53 0,15 121
Balcon 0,53 0,35 6,4 99.21
2 Plancher 0,7 0,15 121
Balcon 0,7 0,35 6,4 102,2

X Y M
Niveau I Ii(m^4) Ratio Ii(m^4) Ratio Mi(t) Ratio
RDC 1.564 0 1.931 0 99.21 0
1 1.564 0 1.931 0 99.21 3,01
2 1.564 1.931 102,2
Vérifiée Vérifiée Vérifiée

Conclusion : • Les conditions de régularité exigées par l’approche statique équivalente sont
satisfaites.

11
Etude sismique

12
Les données sismiques :

Toutes les hypothèses, les valeurs de calcul parasismique de cette partie et les mentions des
numéros d’article, de figure ou de tableau sont issues du règlement parasismique de
construction (RPS 2011)
Classification du bâtiment : Il s’agit d’un bâtiment à usage d’habitation, on est donc dans la
classe III. D’où le coefficient d’importance ou de priorité à prendre est I = 1 (Tableau 3.1, du
RPS 2011).
Zonage sismique : Le rapport v de vitesse de la zone, est égal à la vitesse horizontale du sol
pour la zone rapportée à l’unité 1 m/s. Les valeurs de v pour les différentes zones sont
données dans le tableau 5.1 du RPS 2011.
Le RPS2011 divise le Maroc en 5 zones de vitesse de 0 à 4. Mon projet se situe à Agadir, donc
selon le zonage sismique du Maroc (Figure 5.2 –5.3, du RPS 2011), je suis dans la zone 3,
avec un coefficient de vitesse de 0.13m/s et Zone 4 avec un coefficient d’accélération de
0.17 g.
La ductilité : La ductilité d’un système structural traduit sa capacité de dissiper une grande
partie de l’énergie sous des sollicitations sismiques, par des déformations inélastiques sans
réduction substantielle de sa résistance. La ductilité dépend des caractéristiques des
matériaux de la structure, des dimensions des éléments et des détails de construction. Vu
que notre bâtiment s’inscrit dans la classe III, avec un coefficient de vitesse de 0.13, J’ai le
niveau 1 de ductilité ND1 (Tableau 3.2, du RPS 2011) représentant les structures peu
ductiles. Pour ce niveau de ductilité des prescriptions sismiques spécifiques sont à adopter
pour permettre à la structure d’entrer dans le domaine inélastique au cours du mouvement
sismique avec une protection raisonnable contre toute rupture prématurée.

Facteur de comportement : Le facteur de comportement, ou coefficient de ductilité K,


caractérise la capacité de dissipation de l’énergie vibratoire de la structure qui lui est
transmise par les secousses sismiques. Ce coefficient est donné en fonction du type du
système de contreventement et du niveau de ductilité choisi (Tableau 3.3, du RPS 2011).
Pour mon cas j’ai un contreventement en voile donc K=1.4

L’amortissement : L’amortissement représente les frottements internes développés dans la


structure en mouvement. Il est défini par un coefficient ξ représentant un pourcentage d’un
amortissement critique. Dans mon cas, le bâtiment étudié est une structure en béton armé
avec des cloisons, donc ξ =5%.
Facteur d’amplification : Le facteur d’amplification qualifie le comportement de la structure
en fonction de sa période de vibration. Ce facteur est donné par le spectre de réponse du

13
bâtiment en fonction du site et de la période fondamental T du bâtiment. (Figure 5.3, du RPS
2011)

𝑍𝑎 4
= 3 = 1,33  1< 1.33
𝑍𝑣

T = 0,075H3/4  T = 0,4 s

Alors D = 1,9

Coefficient de masse partiel : La combinaison fondamentale des actions à considérer pour le


calcul des sollicitations et la vérification des états limite, fait intervenir la charge
d’exploitation avec un coefficient ψ. Ce dernier est égal à 0.2 pour notre immeuble (Tableau
6.1, du RPS 2011).
Classe du bâtiment Classe III
Coefficient de priorité I 1
Coefficient de vitesse Zv 0,13
Coefficient d’accélération Za 0,17
Niveau de ductilité ND1
Facteur de comportement K=1.4
Amortissement 5%
Zonage 3
Coefficient du site S1 =1
Coefficient de masse partielle 0,2
Facteur d’amplification D = 1,9

14
1 Méthode statique équivalente :

1.1 Détermination des masses par niveau :

Etage W (t)
RDC 99.21
1 99.21
2 102,2

Calcul le poids total pris par la structure :

𝑊𝑡 = 99.21+ 99.21+ 102,2= 300,62 t


𝑊𝑡 = 300,62 t

1.2 Détermination de la force sismique :

Contreventement par voile :


ϑSDIW
𝑭=
𝐾

Donc la force sismique égale :


0,13∗1∗1,9∗1∗300,62
𝑭= 1,4
= 53,038 t
𝑭 = 53,038 t

1.2.1 Répartition verticale des forces :

𝑭𝒏 = (𝑭 − 𝑭𝒕 ) (𝑾𝒏 𝒉𝒏 / ∑ (𝑾𝒊 𝒉𝒊))

𝑖 𝑣𝑎𝑟𝑖𝑒 𝑑𝑒 1 à n
Avec :
Ft = 0 si T ≤ 0,7 s

15
Ft = 0,07F si T ≥ 0,7 s
Pour Ft : 𝑇 = 0,4 s < 0.7𝑠 ⇒ 𝐹𝑡 = 0 𝐾N

∑𝑊𝑖 ∗ ℎi = 99.21*3 + 99.21*6 + 102,2*9

∑𝑊𝑖 ∗ ℎi = 1812,69 t

➢ Au niveau de RDC :

53,038 ∗99.21∗3
𝑭= = 8,71 t
1812,69

➢ Au niveau de 1ér étage :

53,038 ∗99.21∗6
𝑭= = 17,41 t
1812,69

➢ Au niveau du terrasse :

53,038 ∗102.2∗9
𝑭= = 26,91 t
1812,69

1.2.2 Répartition horizontale des forces :

➢ Niveau RDC
F = 8,71 t
F∗Iiy F∗Iix
Fx = ∑ 𝐼𝑖𝑦 ; Fy = ∑ 𝐼𝑖𝑥

Ix (m4) Iy (m4) Fx (t) Fy (t)


Voile 1 2.4 10-3 0.7776 3,51 0,013
Voile 2 0.7148 2.33 10-3 0,01 3,98
Voile 3 0.8442 2.47 10-3 0,011 4,7
Voile 4 2.733 10-3 1.1486 5,18 0,015
Poteau E4 3,255.10-4 3,255.10-4 1,47.10-3 1,81.10-3
Total 1,5645 1,9313

16
➢ Niveau 1er Etage

F2 = 17,41 t

Ix (m4) Iy (m4) Fx (t) Fy (t)


Voile 1 2.4 10-3 0.7776 7,01 0,027
Voile 2 0.7148 2.33 10-3 0,021 7,95
Voile 3 0.8442 2.47 10-3 0,022 9,4
Voile 4 2.733 10-3 1.1486 10,35 0,03
Poteau E4 3,255.10-4 3,255.10-4 2,93.10-3 3,62.10-3
Total 1,5645 1,9313

➢ Niveau Terrasse

F1 = 26,91 t

Ix (m4) Iy (m4) Fx (KN) Fy (KN)


Voile 1 2.4 10-3 0.7776 10,83 0,041
Voile 2 0.7148 2.33 10-3 0,032 12,3
Voile 3 0.8442 2.47 10-3 0,34 14,52
Voile 4 2.733 10-3 1.1486 16,004 0,047
Poteau E4 3,255.10-4 3,255.10-4 4,535.10-3 5,599.10-3
Total 1,5645 1,9313

1.2.3 Calcul du moment

ℎi
Mi = Fi* 2 +∑1𝑛 𝑀𝑖−𝑛

M 1 = 26,91*1,5 = 40,365 t.m


M 2 = 17,41*1,5 + 40,365 = 66 ,48 t.m
M 3 = 8,71*1,5 + 66,48 = 79,545 t.m

17
1.2.4 Calcul de l’effort tranchant

Vi = ∑1𝑖 𝐹𝑖
V1 = 26,21 t
V2 = 26,21 t + 17,41 t = 43,62 t
V3 = 8,71 t + 43,62 t = 52,33 t

18
1.3 Vérification des déformations

1.3.1 Vérification des déformations

Le but est de vérifier que la structure évolue dans le domaine de ses propriétés qui est pris
en compte dans le calcul et qu’elle puisse contenir les dommages structuraux dans des
limites acceptables (RPS 2011).
➢ Déplacements latéraux inter-étages :

0.01 ∗ h
∆𝒆𝒍 ≤ K

Avec
H : La hauteur de l’étage.
K : Coefficient de comportement.
𝐹
U =𝐾

12𝐸𝐼
K=
ℎ3
La rigidité suivant x

K= 22,36. 106 𝐾𝑁/𝑚


La rigidité suivant y
K= 27,6. 106 𝐾𝑁/𝑚

Hauteur Ux Uy Déplacement limite RPS 2011(en


cm)
RDC 3 3,9.10-4 3,15.10-4 2,14
1 3 7,78.10-4 6,3.10-4 2,14
2 3 1,2.10-3 9,75.10-4 2,14

✓ D’après le tableau ci-dessus, les déplacements inter-étages de la structure vérifient la


condition préconisée dans le RPS2011.

➢ Déplacement latéral total du bâtiment :

19
Le déplacement latéral maximal total du bâtiment ∆g doit être limité à :
△𝒈𝒍𝒊𝒎𝒊𝒕𝒆= 0,004H
Avec H la hauteur totale de la structure.
Pour mon cas, H= 9,00 m
△𝑔𝑙𝑖𝑚𝑖𝑡𝑒= 0,004 ∗ 9.00 ∗ 100 = 3.6 𝑐m
Le tableau suivant résume les déplacements latéraux totaux Ux et Uy

Ux Uy
Hauteur totale de la structure 9,00 9,00
Déplacement réels 2,37.10-3 1,92.10-3
Déplacement limite de RPS 3.6 3.6
2011(cm)

✓ D’après le tableau ci-dessus, les déplacements latéraux maximums de la structure


vérifient la condition préconisée dans le RPS2011.

1.3.2 Vérification de la stabilité :

➢ Stabilité au renversement :

La structure doit être dimensionnée pour résister aux effets de renversement dus aux
combinaisons des actions de calcul. Un ancrage est exigé si l’effet des charges de calcul
tendant à provoquer ce phénomène est supérieur à l’effet de stabilisation.

K∗W∗ Δel
𝜽𝒔 = υ ∗h

La stabilité est considérée satisfaite si :


K∗W∗ Δel
𝟎,𝟏𝟎 ≥ 𝜽𝒔 = υ ∗h

o 𝜽 : Indice de stabilité
o W : Poids au-dessus de l’étage considéré
o 𝝊 : Action sismique au niveau considéré

20
o h : Hauteur de l’étage
o △𝒆𝒍 : Déplacement relatif
o K : Coefficient de comportement
L’effet de second ordre est à prendre en compte dans le calcul pour :
0,20 ≥ 𝜽 ≥ 0,10
La stabilité est considérée non satisfaite si :
𝜽 > 0,20

Hauteur W (t) K △𝒆𝒍x △𝒆𝒍y F(t) θx θy


RDC 3 99.21 1,4 3,9.10-4 3,15.10-4 8,71 2,07.10-3 1,67.10-3
1 3 99.21 1,4 7,78.10-4 6,3.10-4 17,41 2,07.10-3 1,7.10-3
2 3 102,2 1,4 1,2.10-3 9,75.10-4 26,91 2,12.10-3 1,73.10-3

Les tableaux montrent clairement que le coefficient θ est inférieur à 0,10 pour tous les
étages, donc la stabilité au renversement est vérifiée et il n’existe pas d’effet de second
ordre.

1.4 Détermination des sollicitations du portique E

1.4.1 Moment fléchissant

𝑰𝒊𝒙
My = Mi*∑
𝑰𝒊𝒙

➢ Poteau

𝟑,𝟐𝟓𝟓.𝟏𝟎−𝟒
My = 79,545* = 0,0165 t.m
𝟏,𝟓𝟔𝟒𝟓

➢ Voile

𝟎.𝟕𝟏𝟒𝟖
My = 79,545* = 36,34 t.m
𝟏,𝟓𝟔𝟒𝟓

21
1.4.2 Effort tranchant

𝐈𝐢𝐱
VY = Vi*∑
𝐈𝐢𝐱

➢ Poteau

𝟑,𝟐𝟓𝟓.𝟏𝟎−𝟒
Vy = 52,33* = 0,01 t
𝟏,𝟓𝟔𝟒𝟓
0.7148
Voile Vy = 52,33* = 23,9
1,5645

1.4.3 Effort normal

Je fais le calcul sur RDM6


et je les résultats suivant

Na = -0,56 t
Nb= 0,22 t
Nc= 0,3 t

1.5 Dimensionnement des éléments de structure

1.5.1 Dimensionnement du poteau E4

Nu= 60+0,22 =60,22 t Section m² 25*25


Nu (t) 60,22
Mu (t.m) 0,0165
1.5.1.1 Calcul de l’excentricité

𝒆𝟎 : Excentricité (dite de premier ordre) de la résultante des contraintes normales, avant


l’application des excentricités additionnelles définis ci-après.
𝑀𝑢
e0 = = 0,027 cm
𝑁𝑢

22
𝒆𝒂 : Excentricités additionnelles traduisant les imperfections géométriques initiales.
0 𝑙
ea = Max {250 ; 2 𝑐𝑚} Avec 𝑙0 = h sous plafond + épaisseur de la dalle

ea = 2 cm
e1= ea + eo = 2,027 cm
𝑙𝑓 20𝑒1 𝑙𝑓
≤ 𝑀𝑎𝑥 {15𝑐𝑚 ; }  = 8,4 < 15 oui
𝑏 𝑏 𝑏
𝐺 1
Donc 𝛼= on pose 𝛼 =
𝐺+𝑄 3

𝒆𝟐 : Excentricité due aux effets de deuxième ordre, lies à la déformation de la structure.


3𝑙𝑓2
e 2= (2 + 𝛼) avec  = 2
104 𝑏

e2= 1,41 cm
e = e1 + e2 = 3,437 cm = 0,03437 m
ℎ ℎ
-[𝑑 − 2] ≤ 𝒆0 ≤ − 𝑑′
2

On a N > 0 et 𝒆0 se trouve à l’intérieur des sections A1 et A2 donc section entièrement


comprimée

1.5.1.2 Calcul de moment

Mua = Mu + Nu*(d – ℎ⁄2) = 6,04.10-2 MN.m

(0,337h – 0,81d’) * N0 ≤ Nu*(d – d’) – Mua ≤ ( 0,5h – d’)* N0 Avec N0 = bhbc

N0 = 0,25*0,25*14,16 = 0,885 MN
0,05664 < 𝟎, 𝟎𝟔 < 0,0885 oui

𝑁𝑢(𝑑−𝑑′ )−𝑀𝑢𝑎
0,357 +
𝑏ℎ2 bc
Donc  = 𝑑′ = 0,83
0,8571 −

sc = 2⁄1000 [1 + (1,719 − 4,010∗𝑑′



)√1 −  ] = 3,08.10-3

23
sc = 3,08°⁄°° > l = 2 °⁄°°
s = 𝑓𝑒⁄𝑠 = 434,78 MPa
1.5.1.3 Armature longitudinale

As2 = 0
Nu − 𝑏ℎbc
As1 = = -3,044.10-4
s

Amin = 1%*B avec B section du béton : B=25*25 = 625 cm²

Amin = 6,25 cm²

Choix de section réel


6T12 (6,79 cm²)

1.5.1.4 Armature transversale

l 12
t = = = 4 mm on prend t = 6mm
3 3

St = min (8 l ; 24 t ; 0,25h; 20cm) = 6,25 ≈ 8 cm (NDI)

b ≥ 25 𝑐𝑚  25 cm = 25 𝑐𝑚 ok
H
≤ 16  11,2 ≤ 16 ok
𝑏
Zone critique

S= min (8 l ; 0,25b ; 15 cm) = 6,25 ≈ 8 cm

Zone courante

S= min ( 12l ; 0,5b ; 30cm) = 12,5 cm


ℎ𝑒
lc = Max( ; ℎ ; 45𝑐m) = 46,66 cm ≈ 50 cm
6

24
R ≥ 0,6 lr ;
Pour la longueur de recouvrement :

lr = *50 (FE500)
= 1,2*50 = 60 cm
R−4 36−4
Str = Min(St ; ) = Min(8 ; ) = 8 cm
2 2

1.5.2 Dimensionnement de la semelle

Section de poteau m² 25*25


Nu (t) 60,22
Ns (t) 40,22
Mu (t.m) 0,0165
sol (bar) 2,5
Profondeur (m) 1,5

1.5.2.1 Prédimensionnement de la semelle

𝑀 0,0165
e0 = 𝑁 = = 2,74.10-4
60,22

Nu = 1,1*60,22 = 66,24 t (1,1 pour le poids propre de la semelle)


Ns (t) =1,1*40,22 = 44,24 t
𝑁𝑠∗1,1 𝑁𝑢∗1,1
AB ≥ Max { ; } avec  = 2 ∗ sol = 0,5 MPa
sol 

AB ≥ 1,95  S= AB = 1,95 m²

𝑎 𝐴 𝑎
= B  A= √𝑆 𝑏 et B= 𝐴 + 2𝑒
b

0,25
A= √1,95 ∗ 0,25 = 1,40 ≈ 1,4 m

B= A + 2e = 1,6 + 2*2,74.10-4 = 1,6005 ≈ 1,6 m

𝑑 ≥ sup [ 4
A−𝑎
;
𝐵−𝑏
4
]
1,4−0,25
𝑑≥[ ] = 0,2875 m
4

25
Donc d= 30 cm
La hauteur totale de la semelle :
h= d + 5 cm = 35 cm
Vérification de la stabilité :
______ Nser + p.semelle + p.remblai
σsol = surface de la semel𝑙𝑒

______ 0,4022+ 0,35∗1,4∗0,025 + 0,02∗1,15∗(1,4²−0,25²)


σsol = 1,4∗1,4

______
σsol = 0,23 MPa < 0,25
⇒ Condition de la stabilité est vérifiée
Vérification du non poinçonnement de la semelle :

______
On a σsol  0,6 MPa

1.5.2.2 Le ferraillage de la semelle isolée en flexion composée

𝑀 0,0165
e0 = 𝑁 = = 2,74.10-4
60,22

𝑩 min +3max (1+3∗𝑒𝑜 ) 𝑃𝑢


si e0 ≤ 𝟔 alors ref = = ∗ 𝐴𝐵 ≤ qu
4 𝐵
(1+3∗𝑒𝑜 ) 𝑃𝑢 B−b
 ∗ 𝐴𝐵 - qu = 0 et A – a =
𝐵 2

➢ Si on exprime cette équation en fonction de B, on trouve :

1 1
∗qu*B3 + 2 ∗ qu*a*B² - (1+3∗ 𝑒𝑜 ) ∗ 𝑃𝑢= 0
2

D’où B = 1,65 m alors A = 0,95 m


➢ Ensuite on vérifie les hypothèses si elles sont correctes

𝐵
e0 ≤ 6  2,74.10-4 < 0,275 Conditions vérifiée

26
1.5.2.2.1 Calcul du moment M1

𝑒 𝑒
𝑃𝑢∗(1+3∗ 𝐵0 )(𝐴− 𝑎) 𝑃𝑢∗(1+3∗ 𝐵0 )(𝐵 − 𝑏)
Ax = ; Ay =
8∗𝑑∗ 𝑠 8∗𝑑∗ 𝑠

𝐵
2 e0 < 2 + 0,35𝑏  5,4.10-4 m < 0,9125 m

Donc vus1= Nu + 1,35G0 avec G0 = ABh


𝐵−𝑏 𝐴−𝑎
h= Max { ; } + 0,05 = 0,40 m
4 4

G0 = 1,65*0,95*0,40*0,025 = 0,0157 MN
vus1= 0,6022 + 1,35*0,0157 = 0,6234 MN
M1 = Mus1= vus1( e0 - 0,35b)
M1 = 0,6234*(2,74.10-4 - 0,35*0,25) = - 0,0544 MN.m

𝑀1 0,0544
μ=
𝑏0× 𝑑 ² × 𝜎𝑏𝑐
= 1,65× 0,35 ² × 14,16 = 0,019

α = 1.25(1 − √1 − 2 × μ) 𝑒𝑡 𝑍𝑢 = 𝑑 (1 − 0.4𝛼)

𝛂 = 0,024 𝒆𝒕 𝒁𝒖 = 0,347 m

2,74.10−4
0,6022∗(1+3∗ 1,65
)(0,95− 0,25)
Ax = 500 = 3,51.10-4 m²
8∗0,347∗ 1,15

= 3,51 cm² 5T10 (3,9 cm²)


2,74.10−4
0,6022∗(1+3∗ 1,65
)(1,65− 0,25)
Ay = 500
8∗0,347∗ 1,15

𝑨y = 7,00.10-4 m²
= 3,51 cm² 7T12 (7,92 cm²)

27
1.5.3 Dimensionnement des voiles

➢ Notations :

➢ 𝑎 : épaisseur du voile

➢ l : longueur du voile

➢ 𝐿 : hauteur libre du voile

➢ 𝐿𝑓 : longueur de flambement

➢ Condition d’application :

➢ Epaisseur du voile : b=20 cm > 10 cm

➢ Longueur du voile ≥ 4 fois son épaisseur ( 3,5 m > 0,8 m)

➢ Elancement mécanique 𝜆 = lf⁄𝐢 ≤ 80

➢ Résistance caractéristique du bêton 𝑓𝑐28 ≤ 40 𝑀𝑃a

1.5.3.1 Détermination de la longueur de flambement

Détermination de 𝜶′ = 𝑳𝒇′/L

Tableau 1 coefficients de flambement d’un mur

Liaison du mur lf⁄


𝐿
Voile armé v Voile non armé
Verticalement verticalement
Voile encastré en tête et en pied :
-Avec un plancher de part et d’autre 0.80 0.85
-Avec un plancher d’un seul coté 0.85 0.90
Mur articulé en tête et en pied 1.00 1.00

-Si le mur n’est pas raidi alors 𝑳𝒇 = 𝑳𝒇′ = 𝜶 ∗ 𝑳


-Si le mur est raidi, on passe de 𝑳𝒇′ à 𝑳𝒇 d’après le tableau suivant :

Tableau 2 longueur de flambement d'un voile raidi latéralement

28
Tableau 3 : paramètres de calcul d’un voile

Notation Unités Voile armé verticalement Voile non armé


verticalement
Elancement 𝜆 𝑚 𝐿𝑓 ∗ √12 /𝑎
Section réduite 𝐵r 𝑚² 𝑑 ∗ (𝑎 − 0.02)
Coefficient 𝛼 : 𝛼 0,85
-Pour 𝜆 ≤ 50 
1 + 0,2 ∗ ( )2
-Pour 50 ≤ 𝜆 ≤ 80 35 0,65
50 2
0,6 ∗ ( ) 
 1 + 0,2 ∗ (30)2
Effort limite ELU 𝑁𝑢𝑙𝑖𝑚 Br ∗ 𝑓𝑐28 𝐴𝑠 ∗ 𝑓𝑒 α ∗ Br ∗ 𝑓𝑐28
α∗[ + ]
0,9 ∗ 𝑏 𝑆 0,9 ∗ 𝑏

Nulim
La contrainte limite ultime vaut : 𝝈𝒖𝒍𝒊𝒎 = a∗d

➢ La contrainte qu’on a dans la section suivant le cas de charge N et le moment


sismique
M est :
N M∗y
𝝈𝒖 = a∗d∗ ± I

On compare ensuite cette contrainte aux contraintes limites ultimes pour voir si on aura des
aciers de compression et des aciers de traction.

29
Deux vérifications doivent être faites aux niveaux I et II du voile :
➢ A mi-hauteur :
𝝈𝒖 ≤ 𝝈𝒖𝒍𝒊𝒎
➢ Sous le plancher :
σulim
𝝈𝒖 ≤ α

Figure 1 Niveaux de vérification des


contraintes

1.5.3.2 Dimensions des potelets de rive :

Avec :

➢ 𝜽 : Coefficient de comportement.

➢ 𝝈𝒖 = 𝑵𝒖/(𝒂 ∗ 𝒅) : tel que 𝑵𝒖 est l’effort normal maximal.


0.85∗fc28
➢ 𝝈𝒃𝒄 = 𝒎𝒊𝒏 ( ,𝝈𝒖𝒍𝒊𝒎)
γb

Figure 2 Dimensions minimales des potelets

30
1.5.3.3 Calcul du ferraillage du voile

N(t) Fy(t) M a(m) l(m) L(m) fc28(MPa)  fe(MPa) bc( MPa)


(t.m)

90-0,56= 15,139 36,34 0,20 3,5 3 25 1,4 500 14,167


89,44

On calcule ensuite les contraintes limites ultimes pour le voile non armé et pour le voile
armé avec la section minimale de 0,2%.

Voile armé Voile non armé


Longueur de flambement 2,4 2,55
Lf’(m)
Le mur est raidi ? Oui (d’un côté) Oui (d’un côté)
Lf  2,5*L Oui Oui
Longueur de flambement Lf(m) 2,4 2,55
Elancement 41,57 44,17
Br(m²) 0,63 0,63
𝛼 0,64 0,45
𝑁𝑢𝑙𝑖𝑚 (MN) 7 ,7 + 287 As 5,25
ulim (Mpa) 𝑁𝑢𝑙𝑖𝑚
= 38,5 + 1435 As 26,25
𝑎𝑑

1.5.3.3.1 Le type de voile :

❖ Niveaux de vérifications :

➢ A mi-hauteur :
Nu=Ni + Na = 90-0,56 = 89,44 t ; Ni c’est la descente de charge sur le voile est Na= -0,56 t
est l’effort normal.

alh
Nu −
2
σ𝑢 = d∗ a

(89,44 − 2,625).10−2
σ𝑢 = = 4,34 𝑀𝑃𝑎 < 26,25 𝑀𝑃𝑎
1 ∗ 0.20

➢ Sous le plancher :

31
Nu −alh
σ𝑢 = d∗ a

(89,44 − 5,25).10−2 26,25


σ𝑢 = = 4,21 𝑀𝑃𝑎 < = 58,33 𝑀𝑃𝑎
1 ∗ 0.20 𝟎,𝟒𝟓

❖ Détermination de la contrainte maximale :

Comme l’épaisseur de la dalle (h) ≤ l’épaisseur du voile (a) ; alors :

2∗Nu 2∗(0,8944− (0.20 ∗ 3 ∗ 3,5∗0.025 )


𝜎𝑚𝑎𝑥 = = = 42,1 Mpa
𝐚∗𝐡 0.20∗0,20

On a 𝜎𝑚𝑎𝑥 < σ𝑢 = 58,33 𝑀𝑃𝑎


=> RESISTANCE DU BETON NON ARME AUX DEFORMATION N’EST PAS ASSUREE ALORS ON
ADOPTE UN VOILE ARME.
=> On prend comme section de ferraillage est Amin = 0.2 % section du béton

1.5.3.3.2 Vérification de la stabilité du voile au flambement :

➢ La condition du flambement nécessite que

𝑁 ≤ 𝑃𝑛 × 𝜙
Avec
K
𝑃𝑛 = 0.55 × 𝜎𝑏𝑐 × 𝐴𝑔 (1 − (ℎ𝑠32a)2)

• 𝑃𝑛 Effort nominal limite de la section transversale du voile.


• N Effort normal.
• 𝜙 Facteur de réduction (𝜙 = 0.7)
• 𝐴𝑔 Section transversal brute du voile.
• 𝐾 Coefficient de flambement.
• ℎ𝑠 Hauteur libre de chaque niveau.
• a Épaisseur du voile.
• 𝜎𝑏𝑐 Contrainte admissible du béton.

0,85
𝑃𝑛 = 0.55 ∗ 14.17 ∗ 0.20 ∗ 3.5 ∗(1 − (3*32∗0,20)2) = 4,60 MN

32
Nu=Ni + Na = 90-0,56 = 89,44 t ; Ni c’est la descente de charge sur le voile est Na= -0,56 t est
l’effort normal.

N = 0,8944 MN  4,6 ∗ 0.7 = 3,22 MN

⇒ 𝐿𝑎 𝑐𝑜𝑛𝑑𝑖𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑑𝑢 𝑓𝑙𝑎𝑚𝑏𝑒𝑚𝑒𝑛𝑡 𝑒𝑠𝑡 𝑑𝑜𝑛𝑐 𝑣é𝑟𝑖𝑓𝑖é𝑒.

1.5.3.3.3 Vérification à la flexion composée :

➢ Le calcul à la flexion composé n’est conduit que si :

𝑵 ≥ 𝟎. 𝟏𝟎 ∗ 𝒂 ∗ 𝒅 ∗ 𝒇𝒄𝟐𝟖
𝑵 ≥ 0.10 ∗ 0.20 ∗ 3. 5 ∗ 25 = 1. 75 MN
Puisque 𝑵 < 1. 75 MN ⇒ Le calcul ne conduit pas à la flexion composée

1.5.3.3.4 Calcul de la section d’armatures du voile en flexion composée :

Les voiles sont calculés en flexion composée sous un effort normal de compression N et un
moment de flexion M et des dispositions constructives minimales.
➢ Dimensions des potelets de rive :

42,1 2,55∗42,1 3,5


𝒅 ′ = max (0,2; 0,2∗ 1,4 ∗14,16 ; 15∗14,16 ; )
8

𝒅 ′ = max (0,2 ; 0,83 ; 0,51 ; 0,4375)


𝒅 ′ = 0,83 m

1.5.3.3.4.1 Calcul des excentricités :

L’excentricité nécessaire pour déterminer le moment de calcule peut s’exprimer sous forme :

𝒆𝒕 = 𝒆0+ 𝒆𝒂 + 𝒆2

M= 36,34 t le moment du voile au niveau RDC (voire 1.4 détermination des sollicitations
sur le portique E)

33
Nu=Ni + Na = 90-0,56 = 89,44 t ; Ni c’est la descente de charge sur le voile est Na= -0,56 t est
l’effort normal.

𝑀𝑢 0,3634
e0 = = 0,8944 = 40 cm
𝑁𝑢

0 𝑙
ea = Max {250 ; 2 𝑐𝑚} Avec 𝑙0 = h sous plafond + épaisseur de la dalle

ea = 2 cm
e1= ea + eo = 42 cm
𝑙𝑓 20𝑒1 𝑙𝑓
≤ 𝑀𝑎𝑥 {15 ; }  = 2,55 < 26,4 Oui
𝑏 𝑏 𝑏
𝐺 1
Donc 𝛼= on pose 𝛼 =
𝐺+𝑄 3

3𝑙𝑓2
e 2= (2 + 𝛼) avec  = 2
104 𝑏

3∗2,552
e 2= (2 + 2 ∗ 0,333)
104 ∗2,8

e2= 0,186 cm

e= e1 + e2 = 42 + 0,186 cm = 42,186 cm
𝑀𝑐 = 𝑁 (𝑒 + (𝑑 ′′ − 𝑑 /2))
Avec :
𝑑′′ = 𝑑 −𝑑′/2 = 3,5 −0,83/2 = 3,085 𝑚 : distance des armatures tendues à la fibre la plus
comprimé, à ne pas confondre avec la longueur du voile.

𝑀𝑐 = 0,8944 ∗ (0,4218 + 3,085 − 3,5 /2) = 1,57 MN.m

➢ Le moment réduit à l’ELU est donné par :

Mc 1,57
μ= = = 0,012
b × d ′′² × σbc 1 × 3,085² × 14,16

➢ La section d’armatures est donnée par :

α = 1.25(1 − √1 − 2 × μ) 𝑒𝑡 𝑍𝑢 = 𝑑 ′′(1 − 0.4𝛼)

34
α = 0. 0151 𝒆𝒕 𝑍𝑢 = 3,06 m

Mc γs
𝑨 = ( Zu − 𝑵) ×fe = -8,77.10-4 m²

= -8,77 cm²
On prend comme section de ferraillage est Amin = 0.2 % section du béton
0.2∗b∗d
𝐴𝑠𝑚𝑖𝑛 = ; d= 1m
100
0.2∗0,20∗1
𝐴𝑠𝑚𝑖𝑛 = = 4.10-4 𝑚² = 4 cm²
100

Choix de section
On prend 4T12 (4,52 cm²)

1.5.3.3.4.2 Armatures transversales :

𝑆𝑡 < 𝑚𝑖𝑛 (10𝜙𝐿 ; 20 𝑐𝑚) = 𝑚𝑖𝑛 (160,20) = 20 𝑐𝑚


𝛷𝑡 < 𝑚𝑎𝑥 (𝜙𝐿/3; 6𝑚𝑚) = 6 𝑚𝑚
1.5.3.3.4.3 Ferraillage verticale à l’effort normal :

Le pourcentage minimal précisé par le DTU.23.1 est :


400 ∗ θ 3σu
𝜌𝑣 = max(0.001; 0.0015 ∗ fe
∗ (σulim − 1) )= 0.2% (𝑒𝑥𝑖𝑔é 𝑝𝑎𝑟 𝑙𝑒 𝑅𝑃𝑆2011)

On retient cette valeur, donc :

𝑨𝒔𝒗 = 𝟎. 𝟎𝟎𝟐 ∗ 𝟎. 𝟐0 ∗ 𝟏 = 4 𝒄𝒎²


Soit 2 cm² sur chaque face : 4HA12/ esp=20 cm
1.5.3.3.4.4 Ferraillage horizontale à l’effort normal :

Le pourcentage minimal précisé par le DTU.23.1 est :


ρvma𝑥
𝜌𝑣 = max (2 ∗ ; 0.001) = 0.2% (𝑒𝑥𝑖𝑔é 𝑝𝑎𝑟 𝑙𝑒 𝑅𝑃𝑆2011)
3

On retient cette valeur, donc :

𝑨𝒔𝒗 = 𝟎. 𝟎𝟎𝟐 ∗ 𝟎. 𝟐0 ∗ 𝟏 = 4 𝒄𝒎²


Soit 2 cm² sur chaque face : 4HA12/ esp=20 cm

35
1.5.3.3.4.5 Dispositions des armatures :

D’après le RPS l’espacement des barres verticales et horizontales est égal à :


𝑆𝑡 = 𝑚𝑖𝑛 (30𝑐𝑚, 1,5𝑒) = 30 𝑐𝑚 𝑒𝑛 𝑧𝑜𝑛𝑒 𝑐𝑜𝑢𝑟𝑎𝑛𝑡𝑒
𝑆𝑡 = 𝑚𝑖𝑛 (20𝑐𝑚, 1,5𝑒) = 20 𝑐𝑚 𝑒𝑛 𝑧𝑜𝑛𝑒 𝑐𝑟𝑖𝑡𝑖𝑞𝑢e
1.5.3.4 Vérification de l’effort tranchant :

1.5.3.4.1 Vérification au cisaillement :

Af 7,92
𝜔𝑓 = 100 ∗ a ∗ d ′′ = 100 ∗ 20∗308,5 = 1,28.10-3

M 0,3534
Paramètre d’excentricité : 𝛼𝑁 = = 3,085∗0,8944 = 0,128
d′′∗𝑁𝑢

1+K 1+1.4
L’effort tranchant de calcul : 𝑉 ∗ = 𝑉 ∗ = 0.239* = 0,287 MN
2 2
V∗ 0,287
Le cisaillement conventionnel de calcul : 𝜏 ∗ = a∗d′′ = 0,2∗3,085 = 0,465 MPa
M 0,3634
Le paramètre d'élancement de calcul : 𝛼𝑉 = = = 0,362 MPa
d∗V∗ 0,287∗3,5

Le moment limite de fissuration en flexion composée, associé à l'effort normal N :


a ∗ 𝑑2 ftj 0,2∗ 3,52 2,1
𝑀𝑙𝑖𝑚 = *( + 1,5 ) = *(4,21 + 1,5 ) = 2,3 MN.m
6 6

➢ Le cisaillement conventionnel associé :

τ ∗∗Mlim 0,465∗2,3
𝜏1 = = = 2,94 𝑀𝑃a
M 0,3634

La contrainte limite de fissuration à l’effort tranchant :

2 2
𝜏2 = 0.45*√(𝑓𝑡𝑗 + 3 ∗ ) = 0.45*√(2,1 + 3 ∗ 4,21) = 1 MPa

La contrainte limite de résistance à l’effort tranchant après fissuration compte tenu les
armatures longitudinales :
𝜏3 = min(𝜏1 , 𝜏2 ) ∗ (1 + 3𝜔𝑓) + 0.15 ∗ 𝜎 = 1,64 𝑀𝑃a
Les armatures d’effort tranchant ne sont pas nécessaires si :
𝜏∗ = 0,465 𝑀𝑃𝑎 ≤ 𝜏𝑙𝑖𝑚 = max (𝜏3; 0.5 ∗ 𝑓𝑡𝑗) = 1,64 𝑀𝑃𝑎

36
𝜏∗ = 0,465 𝑀𝑃𝑎  1,5 𝑀𝑃𝑎
⇒ Les armatures d’effort tranchant ne sont pas nécessaires.

1.5.4 Prédimensionnement de la semelle filante :

Nu=Ni + Na = 90-0,56 = 89,44 t ; Ni c’est la descente de charge sur le voile est Na= -0,56 t est
l’effort normal.

M= 36,34 t le moment du voile au niveau RDC (voire 1.4 détermination des sollicitations
sur le portique E)

𝑀 0,3634
e0 = 𝑁 = = 4,063.10-3 m = 0,41 cm
89,44

𝑩 min +3max (1+3∗𝑒𝑜 ) 𝑃𝑢


si e0 < 𝟔 alors ref = = ∗ 𝐴𝐵 ≤ qu
4 𝐵
(1+3∗𝑒𝑜 ) 𝑃𝑢
 ∗ 𝐴𝐵 - qu = 0 et A = 1m
𝐵

➢ Comme A = 1m on a :

(1+3𝑒0 )𝑃𝑢
B ≥ √ ; Pu = Nu
𝑞𝑢

B = 4,205 m on prend B = 4,25 m

𝑩−𝒃 𝟒,25 − 𝟎,𝟐𝟓


d≥  d≥ = 1,00 m = 100 cm
𝟒 𝟒

La hauteur totale de la semelle :


𝒉 = 𝒅 + 5 = 105 cm
1.5.4.1 Vérification de la stabilité :

1.5.4.1.1 Le dimensionnement de la semelle :

➢ Calcul le moment :

37
𝑩 𝑩 𝟒,𝟐𝟓
e0  et e0  = = 0,177 m
𝟔 𝟐𝟒 𝟐𝟒

𝑒 𝑒
𝑃𝑢∗(1+3∗ 𝐵0 )(𝐴− 𝑎) 𝑃𝑢∗(1+3∗ 𝐵0 )(𝐵 − 𝑏)
Ax = ; Ay =
8∗𝑑∗ 𝑠 8∗𝑑∗ 𝑠

𝐵
2 e0 < 2 + 0,35𝑏  8,126.10-3 m < 2,2125 m

Donc vus1= Nu + 1,35G0 avec G0 = ABh


𝐵−𝑏 𝐴−𝑎
h= Max { ; } + 0,05 = 1,05 m
4 4

G0 = 1,00*4,25*1,05*0,025 = 0,112 MN
vus1= 0,8944 + 1,35*0,112 = 1,0456 MN
M1 = Mus1= vus1( e0 - 0,35b)
M1 = 1,0456*(4,063.10-3 - 0,35*0,25) = - 0,0872 MN.m

𝑀1 0,0872
μ=
𝑏0× 𝑑 ² × 𝜎𝑏𝑐
= 4,25× 1 ² × 14,16 = 1,4489.10 -3

α = 1.25(1 − √1 − 2 × μ) 𝑒𝑡 𝑍𝑢 = 𝑑 (1 − 0.4𝛼)

α = 0,0018 𝒆𝒕 𝑍𝑢 = 0,99 m

4,063.10−3
0,8944 ∗(1+3∗ 4,25
)(1,00− 0,25)
Ax = 500 = 1,94.10-4 m²
8∗0,99 ∗ 1,15

= 1,94 cm² 3T10 (2,36 cm²)


4,063.10−3
0,8944∗(1+3∗ 4,25
)(4,25− 0,25)
Ay = 500
8∗0,99 ∗ 1,15

𝑨y = 1,037.10-3 m²
= 10,37 cm² 10T12 (11,31 cm²)

38
2 Méthode dynamique

Si les conditions de régularité ou de hauteur d’une structure, exigées par l’approche statique
équivalente ne sont pas satisfaites, il est admis d’utiliser une approche dynamique pour
l’analyse de l’action sismique.
L’approche dynamique peut être basée sur :

La réponse maximale de la structure au moyen de spectres de réponse adaptés au site de la


construction ;

Un calcul direct en fonction du temps par l’utilisation d’accélérogrammes adaptés au site de


la construction.

La valeur de l’effort latéral sismique F servant au calcul ne doit pas être inférieure à 0.90 fois
la valeur obtenue par l’approche statique équivalente.

2.1 Détermination des matrices

𝑚1 0 0 102,2 0 0
[ 0 𝑚2 0 ]  [ 0 99,21 0 ]
0 0 𝑚3 0 0 99,21

2.2 Détermination de matrice de rigidité

𝑘1 −𝑘1 0
[−𝑘1 𝑘1 + 𝑘2 −𝑘2 ]
0 −𝑘2 𝑘2 + 𝑘3
12𝐸𝐼
K=
ℎ3
3
E= 11000√25 = 32164,2 Mpa
K1=k2=K3= 22364.84 MN/m = 22,36. 103 𝐾𝑁/𝑚

39
𝑘1 −𝑘1 0 22,36 −22,36 0
[−𝑘1 2𝑘1 −𝑘1] 103 [−22,36 44,72 −22,36]
0 −𝑘1 2𝑘1 0 −22,36 44,72

2.3 Détermination la pulsation 𝝎

𝑘1 − ω²m1 −𝑘1 0
det[𝑘 − 𝜔²𝑚] = [ −𝑘1 2𝑘1 − ω²m2 −𝑘1 ]
0 −𝑘1 2𝑘1 − ω²m3

ω²
Je pose α = 1000  𝜔² = 1000 α

22.36 − 102 𝛼 −22.36 0


det[𝑘 − 𝜔²𝑚] =103 [ −22.36 44.72 − 99.21𝛼 −22.36 ]
0 −22.36 44.72 − 99.21 𝛼
det[𝑘 − 𝜔²𝑚] = 0 
𝑤1 = 6,631 => 𝑓1 = 1,055 => 𝑡1 = 0.95s
𝑤2 = 18,631 => 𝑓2 = 2,97 => 𝑡2 = 0.34s
𝑤3 = 27,012 => 𝑓3 = 4,30 => 𝑡3 = 0.23s

2.4 Détermination des modes

➢ Mode 1

𝑤1 = 6,631 α1 = 0,04397

[𝑘 − 𝑤²𝑚][D] = {0}

22.36 − 4,48 −22.36 0 17.88 −22.36 0


[ −22.36 44.72 − 4.36 −22.36 ]  [−22.36 40.36 −22.36]
0 −22.36 44.72 − 4.36 0 −22.36 40.36

40
17.88 −22.36 0 𝐷1 = 1
[−22.36 40.36 −22.36] { 𝐷2 }=0
0 −22.36 40.36 𝐷3

𝐷1 = 1
Mode1 ={ 𝐷2 = 0.8 }
𝐷3 = 0.44

➢ Mode 2

𝑤2 = 18,631 α2 = 0,3471

[𝑘 − 𝑤²𝑚][D] = {0}

22.36 − 35,4 −22.36 0 −13,04 −22.36 0


[ −22.36 44.72 − 34,44 −22.36 ]  [−22.36 10,28 −22.36]
0 −22.36 44.72 − 34,44 0 −22.36 10,28

−13,04 −22.36 0 𝐷1 = 1
[−22.36 10,28 −22.36] { 𝐷2 }=0
0 −22.36 10,28 𝐷3

𝐷1 = 1
Mode2 ={𝐷2 = −0.58}
𝐷3 = −1.26

➢ Mode 3

𝑤3 = 27,012 α3 = 0,7297

[𝑘 − 𝑤²𝑚][D] = {0}

22.36 − 74,43 −22.36 0 −52,07 −22.36 0


[ −22.36 44.72 − 74.43 −22.36 ]  [−22.36 −29.71 −22.36]
0 −22.36 44.72 − 74.43 0 −22.36 −29.71

41
−52,07 −22.36 0 𝐷1 = 1
[−22.36 −29.71 −22.36] { 𝐷2 }= 0
0 −22.36 −29.71 𝐷3

𝐷1 = 1
Mode3 ={𝐷2 = −2.33}
𝐷3 = 2.1

2.5 Détermination des vecteurs propres


𝐃𝐢𝐭 ∗𝐌∗
ai = 𝐃𝐢𝐭∗𝐌∗𝐃𝐢

102,2 0 0 1
D1t ∗ M ∗  = (1 0,8 0,44) [ 0 99,21 0 ] {1}
0 0 99,21 1
102.2
D1t ∗ M ∗  = (1 0,8 0,44) {99,21}
99,21
D1t ∗ M ∗  = 225.22

102.2 1
D1t ∗ M ∗ D1 = (1 0,8 0,44) {99,21} { 0.8 }
99,21 0.44
D1t ∗ M ∗ D1 = 504,49

𝟐𝟐𝟓,𝟐𝟐
A1 = 𝟓𝟎𝟒,𝟒𝟗 = 0.446

1 = a1*D1
1 𝟎. 𝟒𝟒𝟔
1 =0,446*{ 0.8 } = {𝟎. 𝟑𝟓𝟕}
0.44 𝟎. 𝟏𝟗𝟔

102,2 0 0 1
D2 ∗ M ∗  = (𝟏 − 0.58 − 1.26) [ 0
t 99,21 0 ] {1}
0 0 99,21 1

102.2
D2 ∗ M ∗  = (1 − 0.58 − 1.26) {99,21}
t

99,21

42
D2t ∗ M ∗  = - 80,35

102.2 1
t
D2 ∗ M ∗ D2 = (1 − 0.58 − 1.26) {99,21} {−0.58 }
99,21 −1.26
D2t ∗ M ∗ D2 = 67,494

−𝟖𝟎,𝟑𝟓
a2 = = -1.19
67,494

2 = a2*D2
1 −𝟏. 𝟏𝟗
2 = -1.19*{−0.58 } = { 𝟎. 𝟔𝟗 }
−1.26 𝟏. 𝟓

102,2 0 0 1
D3 ∗ M ∗  = (1 − 2.33 2.1) [ 0
t 99,21 0 ] {1}
0 0 99,21 1
102.2
D3t ∗ M ∗  = (1 − 2.33 2.1) {99,21}
99,21
D3t ∗ M ∗  = 79.38

102.2 1
D3t ∗ M ∗ D3 = (1 − 2.33 2.1) {99,21} {−2.33}
99,21 2.1
D3t ∗ M ∗ D3 = 61,123

𝟕𝟗.𝟑𝟖
A3 = 61,123 = 1,3

3 = a3*D3
1 𝟏, 𝟑
3 = 1,3*{−2.33} = {−𝟑, 𝟎𝟑}
2.1 𝟐. 𝟕𝟑

2.6 Détermination des forces d’excitation


𝐿𝑛 = ∑𝑛𝑖=1 𝑚𝑖 ∗ i

43
➢ Mode 1

𝐿1 = ∑𝑛𝑖=1 𝑚1 ∗ 1
L1 = 1022 ∗ 0.446 + 992.1 ∗ (0.357 + 0.196) = 1004.44 KN

➢ Mode 2

𝐿2 = ∑𝑛𝑖=1 𝑚2 ∗ 2
L2 = 1022 ∗ (−1.19) + 992.1 ∗ (0.69 + 1.5) = 956,519 KN
➢ Mode 3

𝐿3 = ∑𝑛𝑖=1 𝑚3 ∗ 3
L3 = 1022 ∗ 1.3 + 992.1 ∗ (−3.03 + 2.73) = 1030,97 KN
𝟏𝟎𝟎𝟒. 𝟒𝟒
L =(𝟗𝟓𝟔, 𝟓𝟏𝟗 )
𝟏𝟎𝟑𝟎, 𝟗𝟕

2.7 Calcul de la matrice de la masse modale généralisée

𝑀𝑛 = ∑𝑛𝑖=1 𝑚𝑖 ∗ ²
➢ Mode 1

𝑀1 = ∑𝑛𝑖=1 𝑚1 ∗ 1²
M1 = 1022 ∗ 0.217 + 992,1 ∗ (0.127 + 0.038) = 385.471 KN
➢ Mode 2

𝑀2 = ∑𝑛𝑖=1 𝑚2 ∗ 2²
M2 = 1022 ∗ 1.42 + 992,1 ∗ (0.48 + 2,25) = 4159,673 KN
➢ Mode 3

44
𝑀3 = ∑𝑛𝑖=1 𝑚3 ∗ 3²
M3 = 1022 ∗ 1,69 + 992.1 ∗ (9,181 + 7,45) = 18226,8 KN
𝟑𝟖𝟓. 𝟒𝟕𝟏
M =( 𝟒𝟏𝟓𝟗, 𝟔𝟕𝟑 )
𝟏𝟖𝟐𝟐𝟔, 𝟖

2.8 Détermination du pourcentage de la masse participante.

(𝑳𝒏)²/𝑴𝒏
Mpn = *100
𝐌𝐢

➢ Mode 1

(𝟏𝟎𝟎𝟒.𝟒𝟒 )²/𝟑𝟖𝟓.𝟒𝟕𝟏
Mp1 = *100 = 87.06 %
𝟑𝟎𝟎𝟔.𝟐

➢ Mode 2

(𝟗𝟓𝟔,𝟓𝟏𝟗 )²/𝟒𝟏𝟓𝟗,𝟔𝟕𝟑
Mp2 = *100 = 7,3 %
𝟑𝟎𝟎𝟔.𝟐

➢ Mode 3

(𝟏𝟎𝟑𝟎,𝟗𝟕)²/𝟏𝟖𝟐𝟐𝟔,𝟖
Mp3 = *100 = 1,94 %
𝟑𝟎𝟎𝟔.𝟐

∑ 𝑀𝑝𝑛 = 87.06 + 7.3 + 1.94 = 96.3 % > 90 % donc les trois modes sont suffisants pour
le calcul

2.9 Détermination de pseudo-accélérations

𝑍𝑎 4
= = 1,33  1< 1.33
𝑍𝑣 3

45
𝑍𝑣 3
𝑇= = = 0.4 s
1.9𝑍𝑎 1.9∗4

0,25 <T= 0,4 s < 0,50  D = 1,9

𝐹 𝑣𝐼𝑆𝑊𝐷 𝑊
Sa =  = *Sa
𝑤 𝐾 𝑔
𝑣𝐼𝑆𝑔 0,13∗1∗1∗9,81
Sa = *D = =
𝐾 1,4
0,911*D
✓ 𝑡1 = 0.95s  D= 1,24
Sa1 =0,911*1,24 = 1,13 m/s²
✓ t2 =0,34s  D = 1,9
Sa2 = 1,73 m/s²
✓ t3 =0,23s  D = 1,9
Sa3 = 1,73 m/s²

2.10 Détermination des forces


➢ Mode 1
𝟎. 𝟒𝟒𝟔 𝟎. 𝟓𝟎𝟒
1 = Sa1*1 = 1.13 *{𝟎. 𝟑𝟓𝟕} = {𝟎. 𝟒𝟎𝟑}
𝟎. 𝟏𝟗𝟔 𝟎. 𝟐𝟐𝟏

102,2 0 0 𝟎. 𝟓𝟎𝟒 𝟓𝟏, 𝟓𝟏


F1 = 1* M = [ 0 99,21 0 ] *{𝟎. 𝟒𝟎𝟑} =(𝟑𝟗, 𝟗𝟖) t
0 0 99,21 𝟎. 𝟐𝟐𝟏 𝟐𝟏. 𝟗𝟑

➢ Mode 2

−𝟏. 𝟏𝟗 −𝟐, 𝟎𝟓𝟗


2 = 2*2 = 1,73 *{ 𝟎. 𝟔𝟗 } = { 𝟏, 𝟏𝟗𝟒 }
𝟏. 𝟓 𝟐, 𝟓𝟗𝟓
102,2 0 0 −𝟐, 𝟎𝟓𝟗 −𝟐𝟏𝟎, 𝟒𝟑
F2 = 2* M = [ 0 99,21 0 ] *{ 𝟏, 𝟏𝟗𝟒 } =( 𝟏𝟏𝟖, 𝟒𝟔 ) t
0 0 99,21 𝟐, 𝟓𝟗𝟓 𝟐𝟓𝟕, 𝟒𝟓

46
➢ Mode 3

𝟏, 𝟑 𝟐, 𝟐𝟒𝟗
3 = 3*3 = 1,73 *{−𝟑, 𝟎𝟑} = {−𝟓, 𝟐𝟒𝟐}
𝟐. 𝟕𝟑 𝟒, 𝟕𝟐𝟑
102,2 0 0 𝟐, 𝟐𝟒𝟗 𝟐𝟐𝟗, 𝟖𝟓
F3= 3* M = [ 0 99,21 0 ] *{−𝟓, 𝟐𝟒𝟐} =(−𝟓𝟐𝟎, 𝟎𝟔) t
0 0 99,21 𝟒, 𝟕𝟐𝟑 𝟒𝟔𝟖, 𝟓𝟕

2.11 Détermination des déplacements modaux

𝐹𝑖 ∗𝑀 
Ui = = =
𝐾𝑖 𝑤 2 ∗𝑀 𝑤2
➢ Mode 1

𝑤21 = 43,97 rad/s

𝟎. 𝟓𝟎𝟒 𝟎, 𝟎𝟏𝟏𝟓
1
U1 = {𝟎. 𝟒𝟎𝟑} ∗ = (𝟗, 𝟏𝟔𝟓. 𝟏𝟎−𝟑 )
43,97
𝟎. 𝟐𝟐𝟏 𝟓, 𝟎𝟐𝟔. 𝟏𝟎−𝟑
➢ Mode 2

𝑤22 = 347,114 rad/s

−𝟐, 𝟎𝟓𝟗 −𝟓, 𝟗𝟑. 𝟏𝟎−𝟑


1
U2 = { 𝟏, 𝟏𝟗𝟒 } ∗ = ( 𝟑, 𝟒𝟒. 𝟏𝟎−𝟑 )
347,114
𝟐, 𝟓𝟗𝟓 𝟕, 𝟒𝟖. 𝟏𝟎−𝟑

➢ Mode 3

47
𝑤²3 = 729,648 rad/s

2,533 𝟑, 𝟒𝟕. 𝟏𝟎−𝟑


1
U3 = {−6,012} ∗ = (−𝟖, 𝟐𝟑. 𝟏𝟎−𝟑 )
729,648
5,133 𝟕, 𝟎𝟑𝟓. 𝟏𝟎−𝟑

2.12 Détermination des efforts tranchant

𝑉𝑗 ∑𝑛𝑖=1 𝑓𝑖

Mode 1 Mode 2 Mode 3

𝟓𝟏, 𝟓𝟏 −𝟐𝟏𝟎, 𝟒𝟑 𝟐𝟐𝟗, 𝟖𝟓


V1= ( 𝟗𝟏, 𝟒𝟗 ) t V2= ( −𝟗𝟏, 𝟗𝟕 ) t V3= (−𝟐𝟗𝟎, 𝟐𝟏) t
𝟏𝟏𝟑, 𝟒𝟐 𝟏𝟔𝟓, 𝟒𝟖 𝟏𝟕𝟖, 𝟑𝟔

2.13 Détermination des moments fléchissant


ℎi
Mi = Fi* +∑1𝑛 𝑀𝑖−𝑛
2

➢ Mode 1

Mf1 = 51,51 ∗ 𝟏, 𝟓 = 77,265 t.m


Mf2 = 39,98 ∗ 𝟏, 𝟓 + 77,265 = 137,235 t.m
Mf3 = 21,93 ∗ 𝟏, 𝟓 + 137,235 = 170,13 t.m

77,265
Mf = (137,235 ) t.m
170,13

48
➢ Mode 2

Mf1 = −210,43 ∗ 𝟏, 𝟓 = -315,65 t.m


Mf2 = 118,46 ∗ 𝟏, 𝟓 − 315,65 = -137,96 t.m
Mf3 = 257,43 ∗ 𝟏, 𝟓 − 137,96 = 248,185 t.m

−315,65
Mf = (−137,96 ) t.m
248,185

➢ Mode 3

Mf1 = 229,85 ∗ 𝟏, 𝟓 = 344,775 t.m


Mf2 = −520,06 ∗ 𝟏, 𝟓 + 344,775 = -435,315 t.m
Mf3 =𝟒𝟔𝟖, 𝟓𝟕 ∗ 𝟏, 𝟓 − 435,315 = 267,54 t.m
344,775
Mf = (−435,315 ) t.m
267,54

2.14 PORTIQUE E
Comme le premier le pourcentage des masses participant du mode 1 n’a pas atteint les 90%
je vais considérer les deux modes (1 et 2).

2.14.1 Moment fléchissant

Mode 1
𝑰𝒊𝒙
My = Mi*∑
𝑰𝒊𝒙

➢ Poteau

𝟑,𝟐𝟓𝟓.𝟏𝟎−𝟒
My = 170,13* = 0,0354 t.m
𝟏,𝟓𝟔𝟒𝟓

49
➢ Voile

𝟎.𝟕𝟏𝟒𝟖
My = 170,13* = 77,73 t.m
𝟏,𝟓𝟔𝟒𝟓

Mode 2
➢ Poteau

𝟑,𝟐𝟓𝟓.𝟏𝟎−𝟒
My = 248,185* = 0,0516 t.m
𝟏,𝟓𝟔𝟒𝟓

➢ Voile

𝟎.𝟕𝟏𝟒𝟖
My = 248,185* = 113,39 t.m
𝟏,𝟓𝟔𝟒𝟓

2.14.2 Effort tranchant

Mode 1
𝐈𝐢𝐱
VY = Vi*∑
𝐈𝐢𝐱

➢ Poteau

𝟑,𝟐𝟓𝟓.𝟏𝟎−𝟒
Vy = 𝟏𝟏𝟑, 𝟒𝟐* = 0,0236 t
𝟏,𝟓𝟔𝟒𝟓

➢ Voile

𝟎.𝟕𝟏𝟒𝟖
Vy = 𝟏𝟏𝟑, 𝟒𝟐* = 51,87 t
𝟏,𝟓𝟔𝟒𝟓

Mode 2
𝐈𝐢𝐱
VY = Vi*∑
𝐈𝐢𝐱

50
➢ Poteau

𝟑,𝟐𝟓𝟓.𝟏𝟎−𝟒
Vy = 𝟏𝟔𝟓, 𝟒𝟖* = 0,0344 t
𝟏,𝟓𝟔𝟒𝟓

➢ Voile

𝟎.𝟕𝟏𝟒𝟖
Vy = 𝟏𝟔𝟓, 𝟒𝟖* = 75,61 t
𝟏,𝟓𝟔𝟒𝟓

2.14.3 Effort normal

Mode 1

Je fais le calcul sur RDM6 et je les résultats suivant

Na = -3,08 t
Nb= 1,223 t
Nc= 1,86 t

Mode 2

Na = -36,14 t
Nb= 14,36 t
Nc= 21,78 t
2.14.4 Force horizontale

𝐈𝐢𝐱
FY = Fi*∑
𝐈𝐢𝐱

Mode 1

51
➢ Poteau

𝟑,𝟐𝟓𝟓.𝟏𝟎−𝟒
Fy = 𝟐𝟏. 𝟗𝟑* = 4,56.10-3 t
𝟏,𝟓𝟔𝟒𝟓

➢ Voile

𝟎.𝟕𝟏𝟒𝟖
Fy = 𝟐𝟏. 𝟗𝟑* = 10,02 t
𝟏,𝟓𝟔𝟒𝟓

Mode 2

➢ Poteau

𝟑,𝟐𝟓𝟓.𝟏𝟎−𝟒
Fy = 𝟐𝟓𝟕, 𝟒𝟓 * = 0,054 t
𝟏,𝟓𝟔𝟒𝟓

➢ Voile

𝟎.𝟕𝟏𝟒𝟖
Fy = 𝟐𝟓𝟕, 𝟒𝟓* = 117,63 t
𝟏,𝟓𝟔𝟒𝟓

2.15 Dimensionnement des éléments de structure

2.15.1 Dimensionnement du poteau E4

Na = √1,223² + 14,36² = 14,4 t Na= est l’effort normal au niveau du poteau.

Nu= 60+Na = 74,4 t Section m² 25*25


Nu (t) 74,4
Mu √0,0354² + 0,0516 = 0,063 t.m
Mu (t.m) 0,063

52
2.15.1.1 Calcul de l’excentricité

𝒆𝟎 : Excentricité (dite de premier ordre) de la résultante des contraintes normales, avant


l’application des excentricités additionnelles définis ci-après.
𝑀𝑢 0,063
e0 = = = 8,4.10-4 = 0,084 cm
𝑁𝑢 74,4

ℎ ℎ 0,25 0,25
-[𝑑 − 2] ≤ 𝒆0 ≤ − 𝑑′  -[0,225 − ] ≤ 𝒆0 ≤ − 0,025
2 2 2

- 0,1 ≤ 𝒆0 = 8,4.10-4 ≤ 0,1 Oui

On a N > 0 et 𝒆0 se trouve à l’intérieur de la section donc section entièrement comprimée


𝒆𝒂 : Excentricités additionnelles traduisant les imperfections géométriques initiales.
0 𝑙
ea = Max {250 ; 2 𝑐𝑚} Avec 𝑙0 = h sous plafond + épaisseur de la dalle

ea = 2 cm
e1= ea + eo = 2,084 cm
𝑙𝑓 20𝑒1 𝑙𝑓
≤ 𝑀𝑎𝑥 {15𝑐𝑚 ; }  = 8,4 < 15 oui
𝑏 𝑏 𝑏
𝐺 1
Donc 𝛼= on pose 𝛼 =
𝐺+𝑄 3

𝒆𝟐 : Excentricité due aux effets de deuxième ordre, lies à la déformation de la structure.


3𝑙𝑓2
e 2= (2 + 𝛼) avec  = 2
104 𝑏

e2= 1,41 cm

e = e1 + e2 = 3,5 cm = 0,035 m

2.15.1.2 Calcul de moment

Mua = Mu + Nu*(d – ℎ⁄2) = 0,063.10-2 + 74,7. 10-2*(0,225 – 0,25⁄2) = 0,075 MN.m

(0,337h – 0,81d’) * N0 ≤ Nu*(d – d’) – Mua ≤ ( 0,5h – d’)* N0 Avec N0 = bhbc

53
N0 = 0,25*0,25*14,16 = 0,885 MN
0,05664 < 0,0744 < 0,0885 oui

𝑁𝑢(𝑑−𝑑′ )−𝑀𝑢𝑎
0,357 +
𝑏ℎ2 bc
Donc  = 𝑑′ = 0,92
0,8571 −

sc = 2⁄1000 [1 + (1,719 − 4,010∗𝑑′



)√1 −  ] = 2,75.10-3

sc = 2,75°⁄°° > l = 2 °⁄°°


s = 𝑓𝑒⁄𝑠 = 434,78 MPa
2.15.1.3 Armature longitudinale

As2 = 0
Nu − 𝑏ℎbc 0,744 − 0,92*0,25*0,25*14,16
As1 = = = -1,61.10-4
s 434,78

Amin = 1%*B avec B section du béton : B=25*25 = 625 cm²

Amin = 6,25 cm²

Choix de section réel


6T12 (6,79 cm²)

2.15.1.4 Armature transversale

l 12
t = = = 4 mm on prend t = 6mm
3 3

St = min (8 l ; 24 t ; 0,25h; 20cm) = 6,25 ≈ 8 cm (NDI)

b ≥ 25 𝑐𝑚  25 cm = 25 𝑐𝑚 ok

54
H
≤ 16  11,2 ≤ 16 ok
𝑏
Zone critique

S= min (8 l ; 0,25b ; 15 cm) = 6,25 ≈ 8 cm

Zone courante

S= min ( 12l ; 0,5b ; 30cm) = 12,5 cm


ℎ𝑒
lc = Max( ; ℎ ; 45𝑐m) = 46,66 cm ≈ 50 cm
6
R ≥ 0,6 lr ;
Pour la longueur de recouvrement :

lr = *50 (FE500)
= 1,2*50 = 60 cm
R−4 36−4
Str = Min(St ; ) = Min(8 ; ) = 8 cm
2 2

2.15.2 Dimensionnement de la semelle

Na = √1,223² + 14,36² = 14,4 t Section de poteau m² 25*25


Nu (t) 74,4
Nu= 60+Na = 74,4 t Ns (t) 54,4
Mu (t.m) 0,063
Mu √0,0354² + 0,0516 = 0,063 t.m
sol (bar) 2,5
Profondeur (m) 1,5
2.15.2.1 Prédimensionnement de la semelle

𝑀𝑢 0,063
e0 = = = 8,4.10-4 = 0,084 cm
𝑁𝑢 74,4

Nu = 1,1*74,7 = 82,17 t (1,1 pour le poids propre de la semelle)


Ns (t) =1,1*54,7 = 60,17 t
𝑁𝑠∗1,1 𝑁𝑢∗1,1
AB ≥ Max { ; } avec  = 2 ∗ sol = 0,5 MPa
sol 

AB ≥ 2,41  S= AB = 2,45 m²

55
𝑎 𝐴 𝑎
= B  A= √𝑆 𝑏 et B= A + 2e
b

0,25
A= √2,45 ∗ 0,25 = 1,57 ≈ 1,6 m

B= A + 2e = 1,6 + 2*8,4.10-4 = 1,602 ≈ 1,65 m

𝑑 ≥ sup [ 4
A−𝑎
;
𝐵−𝑏
4
]
1,5−0,25
𝑑≥[ ] = 0,3125 m
4

Donc d= 35 cm
La hauteur totale de la semelle :
h= d + 5 cm = 40 cm
Vérification de la stabilité :
______ Nser + p.semelle + p.remblai
σsol = surface de la semel𝑙𝑒

______ 0,428+ 0,4∗1,5∗0,025 + 0,02∗1,1∗(1,5²−0,25²)


σsol = 1,5∗1,5

______
σsol = 0,22 MPa < 0,25
⇒ Condition de la stabilité est vérifiée
Vérification du non poinçonnement de la semelle :

______
On a σsol  0,6 MPa

2.15.2.2 Le ferraillage de la semelle en flexion composée

𝑀𝑢 0,063
e0 = = = 8,4.10-4 = 0,084 cm
𝑁𝑢 74,4

𝑩 min +3max (1+3∗𝑒𝑜 ) 𝑃𝑢


si e0 ≤ 𝟔 alors ref = = ∗ 𝐴𝐵 ≤ qu
4 𝐵
(1+3∗𝑒𝑜 ) 𝑃𝑢 B−b
 ∗ 𝐴𝐵 - qu = 0 et A – a =
𝐵 2

➢ Si on exprime cette équation en fonction de B, on trouve :

56
1 1
∗qu*B3 + 2 ∗ qu*a*B² - (1+3∗ 𝑒𝑜 ) ∗ 𝑃𝑢= 0
2

D’où B = 1,75 m alors A = 1,00 m


➢ Ensuite on vérifie les hypothèses si elles sont correctes

𝐵
e0 ≤ 6  8,4.10-4 < 0,29 Conditions vérifiée

2.15.2.2.1 Calcul du moment M1

𝑒 𝑒
𝑃𝑢∗(1+3∗ 0 )(𝐴− 𝑎) 𝑃𝑢∗(1+3∗ 0 )(𝐵 − 𝑏)
𝐵 𝐵
Ax = ; Ay =
8∗𝑑∗ 𝑠 8∗𝑑∗ 𝑠

𝐵
2 e0 < 2 + 0,35𝑏  1,68.10-3 m < 0,9625 m

Donc vus1= Nu + 1,35G0 avec G0 = ABh


𝐵−𝑏 𝐴−𝑎
h= Max { ; } + 0,05 = 0,425 m ≈ 45 cm
4 4

G0 = 1,75*1,00*0,45*0,025 = 0,0197 MN
vus1= 0,744 + 1,35*0,0197 = 0,771 MN
M1 = Mus1= vus1( e0 - 0,35b)
M1 = 0,771*(8,4.10-4 - 0,35*0,25) = - 0,0668 MN.m

𝑀1 0,0668
μ=
𝑏0× 𝑑 ² × 𝜎𝑏𝑐
= 1,75× 0,4 ² × 14,16 = 0,017

α = 1.25(1 − √1 − 2 × μ) 𝑒𝑡 𝑍𝑢 = 𝑑 (1 − 0.4𝛼)

𝛂 = 0,0214 𝒆𝒕 𝒁𝒖 = 0,40 m

8,4.10−4
0,744∗(1+3∗ 1,75 )(1,00− 0,25)
Ax = 500 = 4,02.10-4 m²
8∗0,4∗ 1,15

57
= 4,02 cm² 5T12 (4,52 cm²)
8,4.10−4
0,747∗(1+3∗ 1,75 )(1,75− 0,25)
Ay = 500
8∗0,4∗ 1,15

𝑨y = 8,03.10-4 m² = 8,04 cm² 8T12 (9,05 cm²)

2.15.3 Dimensionnement des voiles

➢ Notations :

➢ 𝑎 : épaisseur du voile

➢ l : longueur du voile

➢ 𝐿 : hauteur libre du voile

➢ 𝐿𝑓 : longueur de flambement

➢ Condition d’application :

➢ Epaisseur du voile : b=20 cm > 10 cm

➢ Longueur du voile ≥ 4 fois son épaisseur ( 3,5 m > 0,8 m)

➢ Elancement mécanique 𝜆 = lf⁄𝐢 ≤ 80

➢ Résistance caractéristique du bêton 𝑓𝑐28 ≤ 40 𝑀𝑃a

2.15.3.1 Détermination de la longueur de flambement

Détermination de 𝜶′ = 𝑳𝒇′/L

Tableau 4 coefficients de flambement d’un mur

Liaison du mur lf⁄


𝐿
Voile armé v Voile non armé
Verticalement verticalement
Voile encastré en tête et en pied :
-Avec un plancher de part et d’autre 0.80 0.85
-Avec un plancher d’un seul coté 0.85 0.90
Mur articulé en tête et en pied 1.00 1.00

58
-Si le mur n’est pas raidi alors 𝑳𝒇 = 𝑳𝒇′ = 𝜶 ∗ 𝑳
-Si le mur est raidi, on passe de 𝑳𝒇′ à 𝑳𝒇 d’après le tableau suivant :

Tableau 5 longueur de flambement d'un voile raidi latéralement

Tableau 6 : paramètres de calcul d’un voile

Notation Unités Voile armé verticalement Voile non armé


verticalement
Elancement 𝜆 𝑚 𝐿𝑓 ∗ √12 /𝑎
Section réduite 𝐵r 𝑚² 𝑑 ∗ (𝑎 − 0.02)
Coefficient 𝛼 : 𝛼 0,85
-Pour 𝜆 ≤ 50 
1 + 0,2 ∗ ( )2
-Pour 50 ≤ 𝜆 ≤ 80 35 0,65
50 2
0,6 ∗ ( ) 
 1 + 0,2 ∗ (30)2
Effort limite ELU 𝑁𝑢𝑙𝑖𝑚 Br ∗ 𝑓𝑐28 𝐴𝑠 ∗ 𝑓𝑒 α ∗ Br ∗ 𝑓𝑐28
α∗[ + ]
0,9 ∗ 𝑏 𝑆 0,9 ∗ 𝑏

Nulim
La contrainte limite ultime vaut : 𝝈𝒖𝒍𝒊𝒎 = a∗d

➢ La contrainte qu’on a dans la section suivant le cas de charge N et le moment


sismique
M est :
N M∗y
𝝈𝒖 = a∗d∗ ± I

59
On compare ensuite cette contrainte aux contraintes limites ultimes pour voir si on aura des
aciers de compression et des aciers de traction.
Deux vérifications doivent être faites aux niveaux I et II du voile :
➢ A mi-hauteur :
𝝈𝒖 ≤ 𝝈𝒖𝒍𝒊𝒎
➢ Sous le plancher :
σulim
𝝈𝒖 ≤ α

Figure 3 Niveaux de vérification des


contraintes
2.15.3.2 Dimensions des potelets de rive :

Avec :

➢ 𝜽 : Coefficient de comportement.

➢ 𝝈𝒖 = 𝑵𝒖/(𝒂 ∗ 𝒅) : tel que 𝑵𝒖 est l’effort normal maximal.


0.85∗fc28
➢ 𝝈𝒃𝒄 = 𝒎𝒊𝒏 ( ,𝝈𝒖𝒍𝒊𝒎)
γb

Figure 4 Dimensions minimales des potelets

60
2.15.3.3 Calcul du ferraillage du voile

Mu √77,73² + 113,39² = 137,47 t.m

N(t) Fy(t) M(t.m) a(m) l(m) L(m) fc28( MPa)  fe( MPa) bc( MPa)
90 15,139 137,47 0,20 3,5 3 25 1,4 500 14,167

On calcule ensuite les contraintes limites ultimes pour le voile non armé et pour le voile
armé avec la section minimale de 0,2%.

Voile armé Voile non armé


Longueur de flambement 2,4 2,55
Lf’(m)
Le mur est raidi ? Oui (d’un seul côté) Oui (d’un seul côté)
Lf  2,5*L Oui Oui
Longueur de flambement Lf(m) 2,4 2,55
Elancement 41,57 44,17
Br(m²) 0,63 0,63
𝛼 0,64 0,45
𝑁𝑢𝑙𝑖𝑚 (MN) 7 ,7 + 287 As 7,47
ulim(Mpa) 𝑁𝑢𝑙𝑖𝑚
= 38,5 + 1435 As 26,25
𝑎𝑑

2.15.3.3.1 Le type de voile :

❖ Niveaux de vérifications :

➢ A mi-hauteur :

Na = √3,08² + 36,14² = 36,27 t (effort normal)

➢ Nu=Ni + Na = 90 + 36,27 = 126,27 t ; Ni c’est la descente de charge sur le voile est


Na=36,27 t est l’effort normal au niveau du voile pour les deux modes.

(126,27 − 2,625).10−2
σ𝑢 = = 6,18 𝑀𝑃𝑎 < 26,25 𝑀𝑃𝑎
1 ∗ 0.20

61
➢ Sous le plancher :

(126,27 − 5,25).10−2 − 26,25


σ𝑢 = = 6,05 𝑀𝑃𝑎 < = 58,33 𝑀𝑃𝑎
1 ∗ 0.20 𝟎,𝟒𝟓

❖ Détermination de la contrainte maximale :

Comme l’épaisseur de la dalle (h) ≤ l’épaisseur du voile (a) ; alors :

2∗Nu 2∗(1,2627− (0.20 ∗ 3 ∗ 3,5∗0.025 )


𝜎𝑚𝑎𝑥 = = = 60,51 Mpa
𝐚∗𝐡 0.20∗0,20

On a 𝜎𝑚𝑎𝑥 > σ𝑢 = 58,33 𝑀𝑃𝑎


=> RESISTANCE DU BETON NON ARME AUX DEFORMATION ASSURE.

2.15.3.3.2 Vérification de la stabilité du voile au flambement :

➢ La condition du flambement nécessite que

𝑁 ≤ 𝑃𝑛 × 𝜙
Avec
K
𝑃𝑛 = 0.55 × 𝜎𝑏𝑐 × 𝐴𝑔 (1 − (ℎ𝑠32a)2)

• 𝑃𝑛 Effort nominal limite de la section transversale du voile.


• N Effort normal.
• 𝜙 Facteur de réduction (𝜙 = 0.7)
• 𝐴𝑔 Section transversal brute du voile.
• 𝐾 Coefficient de flambement.
• ℎ𝑠 Hauteur libre de chaque niveau.
• a Épaisseur du voile.
• 𝜎𝑏𝑐 Contrainte admissible du béton.

0,80
𝑃𝑛 = 0.55 ∗ 14.17 ∗ 0.20 ∗ 3.5 ∗(1 − (3*32∗0,20)2) = 4,69 MN

62
N = 1,2627 MN  4,69∗ 0.7 = 3,28 MN

⇒ 𝐿𝑎 𝑐𝑜𝑛𝑑𝑖𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑑𝑢 𝑓𝑙𝑎𝑚𝑏𝑒𝑚𝑒𝑛𝑡 𝑒𝑠𝑡 𝑑𝑜𝑛𝑐 𝑣é𝑟𝑖𝑓𝑖é𝑒.


2.15.3.3.3 Vérification à la flexion composée :

➢ Le calcul à la flexion composé n’est conduit que si :

𝑵 ≥ 𝟎. 𝟏𝟎 ∗ 𝒂 ∗ 𝒅 ∗ 𝒇𝒄𝟐𝟖
𝑵 ≥ 0.10 ∗ 0.20 ∗ 3. 5 ∗ 25 = 1. 75 MN
Puisque 𝑵 < 1. 75 MN ⇒ Le calcul ne conduit pas à la flexion composée

2.15.3.3.4 Calcul de la section d’armatures du voile en flexion composée :

Les voiles sont calculés en flexion composée sous un effort normal de compression N et un
moment de flexion M et des dispositions constructives minimales.
➢ Dimensions des potelets de rive :

42,37 2,55∗42,37 3,5


𝒅 ′ = 𝐦𝐚 𝐱 (𝟎. 𝟐; 𝟎. 𝟐 ∗ 𝟏. 𝟒 ∗14,16 ; ; )
15∗14,16 8

𝒅 ′ = 𝐦𝐚 𝐱 (𝟎. 𝟐; 𝟎.84 ; 0,51 ; 0,4375)

𝒅 ′ = 0,84 m
2.15.3.3.4.1Calcul des excentricités :

L’excentricité nécessaire pour déterminer le moment de calcule peut s’exprimer sous forme :

𝒆𝒕=𝒆𝒄+𝒆𝒂+𝒆2

Mu √77,73² + 113,39² = 137,47 t.m

𝑀𝑢 137,47
e0 = = 126,27 = 1,09 m = 109 cm
𝑁𝑢

0 𝑙
ea = Max {250 ; 2 𝑐𝑚} Avec 𝑙0 = h sous plafond + épaisseur de la dalle

63
ea = 2 cm
e1= ea + eo = 111 cm
𝑙𝑓 20𝑒1 𝑙𝑓
≤ 𝑀𝑎𝑥 {15 ; }  = 2,55 < 22,2 Oui
𝑏 𝑏 𝑏
𝐺 1
Donc 𝛼= on pose 𝛼 =
𝐺+𝑄 3

3𝑙𝑓2
e 2= (2 + 𝛼) avec  = 2
104 𝑏

3∗2,552
e 2= (2 + 2 ∗ 0,333)
104 ∗2,8

e2= 0,186 cm

e= e1 + e2 = 111 + 0,186 cm = 111,2 cm


𝑀𝑐 = 𝑁 (𝑒 + (𝑑 ′′ − 𝑑 /2 )) = 1,2627 ∗ (1,112 + 3,08 − 3,5 /2 ) = 3,084 MN.m
Avec :
𝑑′′ = 𝑑 −𝑑′/2 = 3,5 −0,84/2 = 3,08 𝑚 : distance des armatures tendues à la fibre la plus
comprimé, à ne pas confondre avec la longueur du voile
➢ Le moment réduit à l’ELU est donné par :

Mc 3,084
μ= = = 0,023
b × d ′′² × σbc 1 × 3,08² × 14,16

➢ La section d’armatures est donnée par :

α = 1.25(1 − √1 − 2 × μ) 𝑒𝑡 𝑍𝑢 = 𝑑 ′′(1 − 0.4𝛼)

𝛂 = 𝟎. 03 𝒆𝒕 𝒁𝒖 = 3,04 m

Mc γs 3,084 γs
𝑨=( − 𝑵) × =( – 1,2627) × = -5,71.10-4 m²
Zu fe 3,04 fe

= -5,71 cm²

On prend comme section de ferraillage est Amin = 0.2 % section du béton


0.2∗b∗d
𝐴𝑠𝑚𝑖𝑛 = ; d= 1m
100

64
0.2∗0,20∗1
𝐴𝑠𝑚𝑖𝑛 = = 4.10-4 𝑚² = 4 cm²
100

Choix de section
On prend 4T12 (4,52 cm²)

2.15.3.3.4.2Armatures transversales :

𝑆𝑡 < 𝑚𝑖𝑛 (10𝜙𝐿 ; 20 𝑐𝑚) = 𝑚𝑖𝑛 (12 cm ; 20cm) = 12 𝑐𝑚


𝛷𝑡 < 𝑚𝑎𝑥 (𝜙𝐿/3; 6𝑚𝑚) = 6 𝑚𝑚
2.15.3.3.4.3Ferraillage verticale à l’effort normal :

Le pourcentage minimal précisé par le DTU.23.1 est :


400 ∗ θ 3σu
𝜌𝑣 = max(0.001; 0.0015 ∗ ∗ (σulim − 1) )= 0.2% (𝑒𝑥𝑖𝑔é 𝑝𝑎𝑟 𝑙𝑒 𝑅𝑃𝑆2011)
fe

On retient cette valeur, donc :

𝑨𝒔𝒗 = 𝟎. 𝟎𝟎𝟐 ∗ 𝟎. 𝟐0 ∗ 𝟏 = 4 𝒄𝒎²


Soit 2 cm² sur chaque face : 4HA12/ esp=20 cm
2.15.3.3.4.4Ferraillage horizontale à l’effort normal :

Le pourcentage minimal précisé par le DTU.23.1 est :


ρvma𝑥
𝜌𝑣 = max (2 ∗ ; 0.001) = 0.2% (𝑒𝑥𝑖𝑔é 𝑝𝑎𝑟 𝑙𝑒 𝑅𝑃𝑆2011)
3

On retient cette valeur, donc :

𝑨𝒔𝒗 = 𝟎. 𝟎𝟎𝟐 ∗ 𝟎. 𝟐0 ∗ 𝟏 = 4 𝒄𝒎²


Soit 2 cm² sur chaque face : 4HA12/ esp=20 cm
2.15.3.3.4.5Dispositions des armatures :

D’après le RPS l’espacement des barres verticales et horizontales est égal à :


𝑆𝑡 = 𝑚𝑖𝑛 (30𝑐𝑚, 1,5𝑒) = 30 𝑐𝑚 𝑒𝑛 𝑧𝑜𝑛𝑒 𝑐𝑜𝑢𝑟𝑎𝑛𝑡𝑒
𝑆𝑡 = 𝑚𝑖𝑛 (20𝑐𝑚, 1,5𝑒) = 20 𝑐𝑚 𝑒𝑛 𝑧𝑜𝑛𝑒 𝑐𝑟𝑖𝑡𝑖𝑞𝑢e
2.15.3.4 Vérification de l’effort tranchant :

65
2.15.3.4.1 Vérification au cisaillement :

Af 4,52
𝜔𝑓 = 100 ∗ a ∗ d ′′ = 100 ∗ = 0,0734
20∗308

M 1,3747
Paramètre d’excentricité : 𝛼𝑁 = = = 0,35
d′′∗𝑁𝑢 3,08∗1,2627

1+K
L’effort tranchant de calcul : 𝑉 ∗ = 𝑉 ∗
2

Avec V = √51,87² + 75,61² = 91,69 t

1+1.4
𝑉 ∗ = 0.9169* = 1,1 MN
2
V∗ 1,1
Le cisaillement conventionnel de calcul : 𝜏 ∗ = = = 1,79 MPa
a∗d′′ 0,2∗3,08
M 1,3747
Le paramètre d'élancement de calcul : 𝛼𝑉 = = = 0,42 MPa
d∗V∗ 0,936∗3,5

Le moment limite de fissuration en flexion composée, associé à l'effort normal


N:
a∗d2 ftj 0,2∗ 3,5 2,1
𝑀𝑙𝑖𝑚 = *( + )= *(6,18 + ) = 0,88 MN.m
6 1,5 6 1,5

➢ Le cisaillement conventionnel associé :

τ ∗∗Mlim 1,79∗0,88
𝜏1 = = = 1,15 𝑀𝑃a
M 1,3747

La contrainte limite de fissuration à l’effort tranchant :

2 2
𝜏2 = 0.45*√(𝑓𝑡𝑗 + ∗ ) = 0.45*√(2,1 + ∗ 6,18) = 1,12 MPa
3 3

La contrainte limite de résistance à l’effort tranchant après fissuration compte tenu les
armatures longitudinales :
𝜏3 = min(𝜏1 , 𝜏2 ) ∗ (1 + 3𝜔𝑓) + 0.15 ∗ 𝜎 = 2,3 𝑀𝑃a
Les armatures d’effort tranchant ne sont pas nécessaires si :
𝜏∗ = 1,79 𝑀𝑃𝑎 ≤ 𝜏𝑙𝑖𝑚 = max (𝜏3; 0.5 ∗ 𝑓𝑡𝑗) = 2,3 𝑀𝑃𝑎

𝜏∗ = 1,79 𝑀𝑃𝑎  2,3 𝑀𝑃𝑎

66
⇒ Les armatures d’effort tranchant sont nécessaires.

2.15.4 Prédimensionnement de la semelle filante :

Mu √77,73² + 113,39² = 137,47 t.m

Na = √3,08² + 36,14² = 36,27 t (effort normal)


➢ Nu=Ni + Na = 90 + 36,27 = 126,27 t ; Ni c’est la descente de charge sur le voile est
Na=36,27 t est l’effort normal au niveau du voile pour les deux modes.

𝑀 137,47
e0 = 𝑁 = = 1,08 = 108 cm
126,27

𝑩 min +3max (1+3∗𝑒𝑜 ) 𝑃𝑢


si e0 < 𝟔 alors ref = = ∗ 𝐴𝐵 ≤ qu
4 𝐵
(1+3∗𝑒𝑜 ) 𝑃𝑢
 ∗ 𝐴𝐵 - qu = 0 et A = 1m
𝐵

➢ Comme A = 1m on a :

(1+3𝑒0 )𝑃𝑢
B ≥ √ ; Pu = Nu
𝑞𝑢

B = 4,63 m on prend B = 4,65 m

𝑩−𝒃 𝟒,65 − 𝟎,𝟐𝟓


d≥  d≥ = 1,10 m = 110 cm
𝟒 𝟒

La hauteur totale de la semelle :


𝒉 = 𝒅 + 5 = 115 cm

2.15.4.1 Vérification de la stabilité :

2.15.4.1.1 Le dimensionnement de la semelle :

➢ Calcul le moment :

67
𝑩 𝑩 𝟒,6𝟓
e0  et e0  = = 0,194 m
𝟔 𝟐𝟒 𝟐𝟒

𝑒 𝑒
𝑃𝑢∗(1+3∗ 0 )(𝐴− 𝑎) 𝑃𝑢∗(1+3∗ 0 )(𝐵 − 𝑏)
𝐵 𝐵
Ax = ; Ay =
8∗𝑑∗ 𝑠 8∗𝑑∗ 𝑠

𝐵
2 e0 < 2 + 0,35𝑏  1,08 m < 2,4 m

Donc vus1= Nu + 1,35G0 avec G0 = ABh


𝐵−𝑏 𝐴−𝑎
h= Max { ; } + 0,05 = 1,25 m
4 4

G0 = 1,00*4,65*1,25*0,025 = 0,145 MN
vus1= 1,2627 + 1,35*0,145 = 1,458 MN
M1 = Mus1= vus1( e0 - 0,35b)
M1 = 1,458 *(1,08 - 0,35*0,20) = 1,473 MN.m

𝑀1 1,473
μ=
𝑏0× 𝑑 ² × 𝜎𝑏𝑐
= 4,25× 1 ² × 14,16 = 0,024

α = 1.25(1 − √1 − 2 × μ) 𝑒𝑡 𝑍𝑢 = 𝑑 (1 − 0.4𝛼)

α = 0,03 𝒆𝒕 𝑍𝑢 = 1,08 m

1,08
1,2627 ∗(1+3∗ 4,65 )(1,00− 0,20)
Ax = 500 = 4,56.10-4 m²
8∗1,08 ∗ 1,15

= 4,56 cm² 7T10 (5,50 cm²)


1,08
1,2627 ∗(1+3∗ 4,65 )(4,65− 0,20)
Ay = 500
8∗1,08 ∗ 1,15

𝑨y = 2,54.10-3 m²
= 25,4 cm² 9T20 (28,27 cm²)

68
PARTIE LOGICIEL

69
1 Modélisation et calcul sismique sur robot

Etapes de la modélisation :
Je fais la modélisation sur robot,
En premier lieu j’ai paramétré le logiciel en tenant comptes des règles de calcul comme on
voit sur l’image.

Pour cette partie je pris en compte les cas de charge suivants :


Cas 1 : poids propre de la structure.
Cas 2 : charges permanentes.
Cas 3 : charges d’exploitation.
Cas 4 : analyse modale.
Cas 5 : sismique direction X
Cas 6 : sismique direction Y

70
Pour les cas 4, 5 et 6, on définit les paramètres suivants :
• Norme sismique : RPS 2011.

Figure 5 Tableau de chargement

71
• Zone sismique, coefficient du site, coefficient de comportement, classe de la
structure et l’amortissement.

• On considère les combinaisons CQC

Figure 6 Tableau de combinaison

72
Maillage de la structure
Le choix de la taille et le nombre des éléments
doit
être suffisant pour que la modélisation soit
physique valable.
1. Je choisis option de maillage
2. Je choisi le type de maillage coons

3. Puis je calcul et voilà le résultat du maillage

4. Ensuite je lance le calcul de la structure

5. On constate sur l’image ci joins qu’il n’y ni


erreur ni avertissement

73
1.1 Analyse modale :
Le but de l’analyse modale est de déterminer les modes propres de la structure, ceux-ci
représentent le comportement de la structure sous une excitation donnée. Cependant il
existe autant de modes propres que degrés de libertés dans une structure, il apparait donc
évident de limiter la recherche de ses modes propres car il existe une infinité de degrés de
libertés, donc de mode propre. A chaque mode propre correspond une fréquence qui donne
la sollicitation sismique grâce au spectre de réponses.
Le calcul des modes doit être poussé de façon à satisfaire les deux conditions suivantes
issues du RPS2011 :
➢ La fréquence maximale ne doit pas dépasser 33Hz dite « fréquence de coupure »
dans chaque direction d’excitation.
➢ Solliciter 90% de la masse M totale du système dans chaque direction d’excitation.

1.1.1 Résultats de l’analyse modale :

J’ai effectué une analyse modale de la structure avec le logiciel ROBOT pour déterminer les
modes propres et les fréquences de vibration. Le calcul est fait d’une manière itérative. En
augmentant à chaque fois le nombre de modes à considérer.

NB : on constate que le pourcentage de masse dépasse les 90 % au niveaux du 10 -ème


mode et la fréquence est de 32,62 Hz inferieure à la fréquence maximal (33 Hz).

74
Figure 7 Résultats de l'analyse sismique

Figure 8 Efforts suivant SX

Figure 9 Déplacements suivant SX

75
Figure 10 Efforts suivant Sy

Figure 11 Déplacements suivant Sy

1.2 Vérification des déformations (ROBOT)

1.2.1 Vérification des déformations

Le but est de vérifier que la structure évolue dans le domaine de ses propriétés qui est pris
en compte dans le calcul et qu’elle puisse contenir les dommages structuraux dans des
limites acceptables (RPS 2011).
➢ Déplacements latéraux inter-étages :

0.01 ∗ h
∆𝒆𝒍 ≤ K

Avec
H : La hauteur de l’étage.
K : Coefficient de comportement.

Séisme x Séisme y
Hauteur Ux Uy Ux Uy Déplacement
limite RPS
2011(en cm)
RDC 3 0,064 0,0596 0,061 0,067 2,14
1 3 0,106 0,107 0,108 0,118 2,14
2 3 0,123 0,122 0,125 0,136 2,14

✓ D’après le tableau ci-dessus, les déplacements inter-étages de la structure vérifient la


condition préconisée dans le RPS2011.

76
➢ Déplacement latéral total du bâtiment :

Le déplacement latéral maximal total du bâtiment ∆g doit être limité à :

△𝒈𝒍𝒊𝒎𝒊𝒕𝒆= 0,004H

Avec H la hauteur totale de la structure.

Pour mon cas, H= 9,00 m

△𝑔𝑙𝑖𝑚𝑖𝑡𝑒= 0,004 ∗ 9.00 ∗ 100 = 3.6 𝑐m

Le tableau suivant résume les déplacements latéraux totaux Ux et Uy

Séisme x Séisme y
Ux Uy Ux Uy
Hauteur totale de la structure 9,00 9,00 9,00 9,00
Déplacement réels 0,29351 0,28902 0,29460 0,32295
Déplacement limite de RPS 2011(cm) 3.6 3.6 3.6 3.6

✓ D’après le tableau ci-dessus, les déplacements latéraux maximums de la structure


vérifient la condition préconisée dans le RPS2011.

1.2.2 Vérification de la stabilité :

➢ Stabilité au renversement :

La structure doit être dimensionnée pour résister aux effets de renversement dus aux
combinaisons des actions de calcul. Un ancrage est exigé si l’effet des charges de calcul
tendant à provoquer ce phénomène est supérieur à l’effet de stabilisation.

K∗W∗ Δel
𝜽𝒔 = υ ∗h

La stabilité est considérée satisfaite si :


K∗W∗ Δel
𝟎,𝟏𝟎 ≥ 𝜽𝒔 = υ ∗h

77
o 𝜽 : Indice de stabilité
o W : Poids au-dessus de l’étage considéré
o 𝝊 : Action sismique au niveau considéré
o h : Hauteur de l’étage
o △𝒆𝒍 : Déplacement relatif
o K : Coefficient de comportement
L’effet de second ordre est à prendre en compte dans le calcul pour :
0,20 ≥ 𝜽 ≥ 0,10
La stabilité est considérée non satisfaite si :
𝜽 > 0,20

Séisme x Séisme y Séisme x Séisme y


W (t) △𝒆𝒍x △𝒆𝒍y △𝒆𝒍x △𝒆𝒍y θx θy θx θy
RDC 194,06 0,064 0,0596 0,061 0,067 0,053 0,057 0,059 0,058
1 194,06 0,106 0,107 0,108 0,118 0,056 0,117 0,118 0,12
2 215,39 0,123 0,122 0,125 0,136 0,2 0,226 0,23 0,226

Les tableaux montrent clairement que le coefficient θ est inférieur à 0,10 au niveau RDC et
premier étage, mais au niveau du terrasse il dépasse les 0,10 donc la stabilité au
renversement n’est pas vérifiée, il existe d’effet de second ordre.

1.3 Dimensionnement sur Robot

1.3.1 Ferraillage du poteau

78
79
1.3.2 Ferraillage du voile

80
81
1.3.3 Ferraillage de la semelle isolée

1.3.4 Ferraillage de la semelle

82
83
1.4 Comparaison des résultats

Fx (t) Fy (t)
RDC 108,532 105,336
1 91,559 88,79
RSA 2 61,69 60,4
Total 261,781 254,526
RDC 21,93
1 39,98
Manuel

Dynamique 2 51,51
Total 113,42
Statique Total 53,038 53,038

Erreurs % Erreurs % Erreurs %


RSA RSA Statique
56,67 79,7 53,42
Dynamique Statique Dynamique

D’après le tableau ci-dessous on constate que les résultats obtenus par Robot
sont différents des résultats de la méthode dynamique surement dû aux
nombres de combinaison qu’on peut utiliser avec le logiciel et grâce à la
précision de ce dernier avec les calculs sismique mais ils restent de même
proche l’un de l’autre avec un pourcentage d’erreurs de 34,47 %.
Par contre les résultats de de la méthode statique sont très petit par rapport
aux autres les résultats Robot avec un pourcentage d’erreur allant jusqu’à 80%,
mais tout même proche de la méthode dynamique avec un pourcentage
d’erreur 53,42%.

84