Vous êtes sur la page 1sur 33

Université Mohammed V-Rabat

Ecole Supérieure de Technologie Salé

Cours de Béton Armé II

Réalisé par Mr Jalal KETTAR


Ecole Supérieure de Technologie Salé Cours de Béton Armé2

Plan

Chapitre 1 : INDICATIONS GENERALES SUR LES REGLES DE BETON ARME


Chapitre 2 : PREDIMENSIONNEMENT
Chapitre 3 : DESCENTE DE CHARGES
Chapitre 4 : CALCUL ET DIMENSIONNEMENT DES POTEAUX
Chapitre 5 : CALCUL DES SECTIONS D’ARMATURES, A L’ETAT LIMITE ULTIME
(ELU) ET A L’ETAT LIMITE DE SERVICE (ELS°) ;
Chapitre 6 : CALCUL ET DIMENSIONNEMENT DES SEMEMELLES ;
Chapitre 7 : EFFORT TRANCHANT
Chapitre 8 : CALCUL ET DIMENSIONNEMENT DES POUTRES ;
Chapitre 9 : CALCUL ET DIMENSIONNEMENT DES PLANCHERS (DALLES PLEINES
ET EN CORPS CREUX°)
Chapitre 10 : CALCUL ET DIMENSIONNEMENT DES ESCALIERS
Chapitre 11 : CALCUL ET DIMENSIONNEMENT DES VOILES ;
Chapitre 12 : NOTIONS SUR LE CALCUL PARASISMIQUE ;
Chapitre 13 : ETUDE DE CAS ; (Manuelle et sur le logiciel Robot-Bat)

Jalal KETTAR 2 Année universitaire 2020-2021


Ecole Supérieure de Technologie Salé Cours de Béton Armé2

Ossature en béton armé

1 - Semelle avec chaînage 5 - Nappe inférieure de la dalle 9 - Poutre


2 - Aciers en attente 6 - Chevêtre (poutre de la trémie) 10 - Poteau
3 - Mur banché 7 - Chapeaux (nappe supérieure de la dalle) 11 - Chaînage vertical
4 - Linteau 8 - Chaînage horizontal 12 - Longrine (poutre de fondation)

Maison

1 – Pignon 8 - Trumeau 15 - Seuil 22 - Chaînage horizontal


2 - Corniche 9 - Appui 16 - Linteau BA 23 - Chaînage en rampant
3 - Balcon 10 - Allège 17 - Semelle isolée 24 - Chaîne d’angle
4 - Plein mur 11 - Tableau 18 - Poteau BA 25 - Dallage
5 - Dalle 12 - Semelle filante 19 - Poutre BA 26 - Forme ou hérisson
6 - Jambage 13 - Chaînage vertical 20 - Mur de soutènement 27 - Mur de soubassement
7 - Meneau 14 - Trémie 21 - Tablette, couvertine 28 - Drainage

Jalal KETTAR 3 Année universitaire 2020-2021


Ecole Supérieure de Technologie Salé Cours de Béton Armé2

1.3 Terminologie générale


Sur les croquis suivants, vous trouverez quelques termes employés couramment dans le
bâtiment.

1 - Fondation (semelle filante) 9 - Charpente 17 - Linteau


2 - Mur de soubassement 10 - Couverture 18 - Lucarne
3 - Dallage 11 – Plafond 19 - Faîtage
4 - Mur de façade 12 - Isolation des murs 20 - Gouttière
5 - Murs pignons 13 - Isolation des combles 21 - Béton de propreté
6 - Mur de refend 14 - Cloisons 22 - Planelle
7 – Plancher 15 - Menuiserie de baies
8 - Conduit de fumée 16 – Enduit

Poutre Plancher

Jalal KETTAR 4 Année universitaire 2020-2021


Ecole Supérieure de Technologie Salé Cours de Béton Armé2

1 - L’arase
2 - Les sections
3 - La hauteur de la poutre
4 - La portée de la poutre
5 - La retombée
6 - La hauteur sous poutre
7 - La longueur d’appui
8 - Le clavetage (liaison poteau-poutre)
9 - L’épaisseur du plancher
10 - La sous-face du plancher

Ossature poteaux-poutres

1. Ajouter les numéros correspondants devant le nom de chaque élément dans le tableau ci-dessous.

___ - Allège ___ - Trémie ___ - Dalle


___ - Linteau BA ___ - Semelle isolée ___ - Poutre BA
___ - Balcon ___ - Poteau BA ___ - Chaînage horizontal
___ - Pignon

2. Indiquer sur le dessin ci-dessous le numéro ou la lettre correspondant au mur de soubassement et au béton
de propreté (entourer les réponses).

Jalal KETTAR 5 Année universitaire 2020-2021


Ecole Supérieure de Technologie Salé Cours de Béton Armé2

CHAPITRE 1 : Pré-dimensionnement

I. Pré dimensionnement :
Une estimation de poids propre de structure est nécessaire avant toutes autres opérations
de calcul. C’est l’opération de pré dimensionnement des éléments constituant le plancher.
Dans un projet d’exécution des ossatures en béton armé deux catégories de dessin sont
nécessaires à élaborer :
a- Le plan de coffrage.
b- Le plan d’armatures ou dessin de ferraillage.
1- Plan de coffrage :

Les dessins du plan de coffrage: c’est un ensemble des élévations, coupes et plans qui

LE
définissent les formes extérieures brutes de coffrage de sa structure porteuse.
Les plans de coffrage sont établis par les bureaux d’études et doivent être au maximum
SA
conformes aux plans dressés par l’architecte, et satisfaire aux exigences architecturales.
Les plans de coffrage consistent au repérage des éléments porteurs en s’assurant de la
superposition des poteaux et en définissant le sens de la poutraison pour les différentes parties
des planchers.
Ces plans permettront d’établir un pré dimensionnement des éléments de la structure et ensuite
T

de calculer les sections d’armatures.


ES

L’établissement de ces dessins nécessite l’assimilation des points suivants :


1-l’echelle de principe des dessins de coffrage et de 1/50,1/100 ou1/200, pour les détails on
adopte 1/20 ou1/10
2-pour une coupe verticale ou horizontale, on coupe toujours en dehors des nœuds
d’assemblage, de façon que les coupes fassent apparaître les sections courantes des éléments
coupés.
3-les dessins de coffrage se rapportant à un seul matériau, le pochage au crayon est tout
indiqué, les sections des poteaux sont très souvent pochés en noir, pour une bonne lisibilité .
4- la netteté des relations de l’élément (liaison ou appuis) avec un système porteur direct est
nécessaire.
5- On admet que les éléments porteurs verticaux, sont coulés jusqu’au niveau inférieur des
poutres faisant corps avec la dalle .Par conséquent, poteaux ou murs sont représentés avec leurs
contours en trait continu.

Jalal KETTAR 6 Année universitaire 2020-2021


Ecole Supérieure de Technologie Salé Cours de Béton Armé2

6-Les dessins de coffrage (élévation, plans ou coupes) doivent donner toutes les cotes
nécessaire à l’exécutions il s’agit des indications de repérage.
7-En ce qui concerne la cotation :
- On cotera toujours les portées des dalles et des poutres ; ces portées sont les distances de nu à
nu brut des appuis en partie courants.
- La cotation d’une poutre ou d’un poteau en élévation est indiquée sur le dessin sous la forme
des deux nombres mesurant les dimensions de la section droite.
- Les épaisseurs de dalles sont indiquées par un nombre ; représente en centimètre
l’épaisseur de la dalle pleine ou l’épaisseur du corps creux.
- Les dessins comporteront naturellement l’indication des niveaux.
8-Les indications de repérage des éléments de la construction sont citées librement selon le
choix de projeteur.
9- Toutes autres indications sont obligatoires, il s’agit des ouvertures à réserver pour passage

LE
de canalisation, etc.…
2- Les dessins d’armatures ;
Ils doivent donner, dés l’avant-projet, des renseignements précis sur le nombre, les diamètres,
SA
la forme et la position des barres à l’intérieur des coffrages.
Un dessin d’armatures doit comporter :
1) le contour de l’élément brut à ferrailler, de façon qu’on puisse y rattacher la position des
armatures.
T

2) La représentation graphique de toutes les armatures constitutives du ferraillage dans la


position exacte qu’elles doivent occuper.
ES

3) Toutes les cotés nécessaires à la définition des armatures elles mêmes (diamètre, longueur
de barres) et à leur mise en place précise à l’intérieur des coffrages.
En outre un dessin d’armatures doit présenter.
-Les références aux dessins de coffrage correspondants.
-l’indication de la nuance d’acier des différentes barres.
-La nomenclature des armatures utilisées.
a. Condition de flèche :
Pour des raisons de stabilité de la construction et pour les autres ouvrages supportés par
l’ossature ne soient pas endommagés d’une façon inadmissible
Les déformations des poutres et des dalles doivent rester suffisamment faible.
1)- Planchers :
 Plancher en corps creux :
D’après les règles B.A.E.L. 91, la vérification de la flèche n’est pas nécessaire
Jalal KETTAR 7 Année universitaire 2020-2021
Ecole Supérieure de Technologie Salé Cours de Béton Armé2

si ht / L > 1/25 avec :


ht : la hauteur total de la section droite.
l : la largeur de travée entre nu d’appuis.
En général, on adopte ht=1/22,5.
Il faut noter que pour les planchers supportant des cloisons, la portée de la poutre soit
inférieure à 8m.
 Dalle pleine : on distingue :
Les dalles reposant sur 4 appuis, c’est à dire : 0,4<lx/ly<1
On adopte 1/50<ht/L<1/40
Avec L : la plus petite portée entre murs.
ht : la hauteur total de la section droite.
 pour les dalles reposant sur 2 appuis, c’est à dire : lx/ly <0,4
On a: 1/35<ht/l<1/30
b) Poutres :

LE
Dans le cas d’une poutre avec une travée continue plus ou moins chargée on prend :
1/20<ht/l<1/15
SA
Si elle est trop chargée on adopte 1/12
Pour les poutres isostatiques la hauteur de la poutre est comprise entre 1/10<ht/l<1/15
Si elle est trop chargée on adopte 1/10
T
ES

Jalal KETTAR 8 Année universitaire 2020-2021


Ecole Supérieure de Technologie Salé Cours de Béton Armé2

Chapitre 3 : Descente de charge

1) Principe :
La descente de charge a pour but l’évaluation des actions de pesanteur permanentes et
variables permettant le calcul :
- des poteaux ou des appuis,
- de leurs fondations
2) Les types de charges exercées sur un bâtiment :
Un ouvrage, ou élément d’ouvrage, est soumis à différentes actions extérieures ; il doit être
conçu pour être stable et résister à ces actions
a- CHARGES VERTICALES DE PESANTEUR
poids mort (pm/G)
charges d’exploitation (Q)

LE
neige (Sn)
SA
poids propre de
la structure
(pp/G)
T
ES

 Charges permanentes :

Elles sont notées (G), elles résultent du poids


volumiques des matériaux mis en œuvre. (Poids
propre des ouvrages ou matériaux les
surchargeant) ; Elles sont données par les normes
NF P 06 004

 Charges d’exploitations :
Jalal KETTAR 9 Année universitaire 2020-2021
Ecole Supérieure de Technologie Salé Cours de Béton Armé2

Elles sont notées (Q), elles résultent de


l’exploitation envisagée par les maîtres
d’ouvrages pour la construction considérée
(public, stockages, surcharges liées à
l’entretien) ; Elles sont données par les
normes NF P 06 001.

 Charges climatiques de neige

Elles sont notées Sn, et sont données par les


normes NV65, N84 , EC1

LE
b- ACTIONS A COMPOSANTE HORIZONTALE OU VERTICAL ASCENDANTE
SA
pression de vent (W)

vibrations (ω)
T
ES

accélération (An)

 Pressions ou dépressions dues au vent

Elles sont notées W, et sont


données par les normes NV65
révisée en 2000, EC1

 Pressions de terres, liquides ou de matières ensilées

Jalal KETTAR 10 Année universitaire 2020-2021


Ecole Supérieure de Technologie Salé Cours de Béton Armé2

Elles sont de la forme ρKhz, et sont données


par les abaques de Caquot, Kerisel, Absi

 Séisme : accélérations des masses se traduisant en efforts horizontaux

Elles sont notées An, et sont données par


les normes RPS2000, PS92 , EC8

 Vibrations et machines tournantes


Elles sont notées ω
LE
SA
3) Règle de dégression de charge
Pour un bâtiment à étages multiples puisque les charges n’agissent pas simultanément,
on applique la loi de dégression qui consiste à réduire les surcharges à chaque étage, jusqu’à
0,5 sauf pour le dernier et avant dernier niveau.
T

4) Les charges supportées par chaque élément :


ES

 Par les dalles


En moyenne, pour les bâtiments courants à usage d’habitation ; on les estime à 640 Kg/m².
 Par les poutres :
 Si elles sont présentes dans un panneau en corps creux, elles supportent une charge
linéaire, qui est la moitié de ce panneau fois la charge par unité de surface qu’on a estimé
moyennement à 640Kg/ m².
 Si elles sont présentes dans un panneau en dalle pleine les poutres parallèle au plus grand
côté supportent une charge de PL /2 par mètre linéaire et celles parallèles au plus petit côté,
elles supportent une charge de PL*0.9/2. Pour ce qui est pris dans les bureaux d’études,
mais rigoureusement ces charges sont calculées comme suit :

Jalal KETTAR 11 Année universitaire 2020-2021


Ecole Supérieure de Technologie Salé Cours de Béton Armé2

Ly

Lx

PLx/4

LE P (Lx/2)
SA
Lignes de
rupture
ly
T
ES

Transfert des
charges sur
l’appui associé lx
 Par les poteaux :
Ils sont soumis à la charge surfacique fois le rectangle de charge que supportent ces
poteaux.
NB : il ne faut pas oublier d’ajouter le poids propre de chaque élément.
5/ étude des cas
a- Fiches d’Actions Unitaires / PLANCHERS / exprimée en kN/m²
La règle à retenir est la suivante :

Jalal KETTAR 12 Année universitaire 2020-2021


Ecole Supérieure de Technologie Salé Cours de Béton Armé2

On considère une tranche de plancher de 1 m x 1 m. On liste les actions s’exerçant sur


cette surface unitaire.
On ajoute aux charges permanentes de poids propre du plancher notées pp, des charges
permanentes de poids mort (carrelage, revêtement de sol souple, cloisons, etc.) notées
pm et des charges d’exploitation surfaciques notée Q. La somme des charges
permanentes pp+pm est notée G.
Exemple : plancher ép. 20 cm densité BA 25kN/m3, carrelage ép. 7 cm densité 20 kN/m3,
cloisons 1kN/m², surcharges d’exploitation bureaux : 2.5kN/m2

pp plancher : 0.20 m x 25 kN/m3 =


5.00 kN/m2
pm carrelage : 0.07 m x 20 kN/m3 =
1.40 kN/m2

LE
Pm cloisons : =
Q
1.00 kN/m2
G G total = 7.40 kN/m2
SA
Q total = 2.50 kN/m2
1m

1m
T

b- Fiches d’Actions Unitaires / POUTRES / exprimée en kN/ml


ES

On considère une tranche de poutre de 1 ml et de largeur 20 cm.


On liste les actions s’exerçant sur cette surface unitaire.
On ajoute aux charges permanentes de poids propre de la poutre notées pp, des charges
permanentes de poids mort (carrelage, revêtement de sol souple, cloisons, etc.) notées
pm et des charges d’exploitation surfaciques notée Q. La somme des charges
permanentes pp+pm est notée G.
Exemple : largeur de poutre 20 cm, retombée de poutre 45 cm et plancher ép. 20 cm
densité BA 25kN/m3, carrelage ép. 7 cm densité 20 kN/m3, cloisons 1kN/m²,
surcharges d’exploitation bureaux : 2.5kN/m2

Jalal KETTAR 13 Année universitaire 2020-2021


Ecole Supérieure de Technologie Salé Cours de Béton Armé2

pp retombée : 0.20 m x 0.45 m x 25


kN/m3 = 2.25 kN/ml
pp plancher : 0.20 m x 0.20 m x 25

Q kN/m3 = 1.00 kN/ml


pm carrelage : 0.20 m x 0.07 m x 20
pm kN/m3 = 0.28 kN/ml
G
pm cloisons : 0.20 m x 1.0
pp
kN/m2 = 0.20 kN/ml
G total = 3.73 kN/ml

1m
surcharges Q : 0.30 m x 2.5
kN/m2 = 0.75 kN/ml

LE
Q total = 0.75 kN/ml
c- Fiches d’Actions Unitaires / POTEAU / exprimée en kN
Exemple : Dimension du poteau 30 cm x 30 cm, hauteur libre du poteau 2.20 m, largeur de
poutre 30 cm, retombée de poutre 45 cm et plancher ép. 20 cm densité BA 25kN/m3, carrelage
SA
ép. 7 cm densité 20 kN/m3, cloisons 1kN/m², surcharges d’exploitation bureaux : 2.5kN/m2

pp hauteur libre de poteau : 0.20 m x 0.20 m x 2.20 m x 25


kN/m3 = 2.20 kN
pp retombée : 0.20 m x 0.20 m x 0.45 m x 25 kN/m3 = 0.45
T

kN
ES

pp plancher : 0.20 m x 0.20 m x 0.20 m x 25 kN/m3 = 0.20 kN


pm carrelage : 0.20 m x 0.20 m x 0.07 m x 20 kN/m3 = 0.06
kN
pm cloisons : 0.20 m x 0.20 m x 1.0 kN/m2 = 0.04 kN
G total = 2.95 kN
d- Etude d’un cas lignes de rupture
surcharges Q /: répartition0.20
des m
charges
x 0.20/ m
coefficients
x 2.5 kN/m2de continuité
= 0.10
kN
Q total = 0.10 kN

Jalal KETTAR 14 Année universitaire 2020-2021


Ecole Supérieure de Technologie Salé Cours de Béton Armé2

X 1.15 X 1.15 X 1.15


X 1.10 X 1.10

X 1.10 X 1.10

X 1.10 X 1.10
X 1.15 X 1.15 X 1.15

1er transfert des charges de 2ème transfert des charges


plancher (3 appuis) de poutre (4 appuis)

LE
e- Etude d’un cas Surfaces d’influence Si et Longueurs d’influence Li

18.6 m
SA
5m S1 S3
S2

L1 L2
T

S6 S5 S4
ES

5m

f- Estimation de la descente de charge sur une poutre ou un voile / DDC


exprimée en kN/ml

Li

Li 1
ml

Transfert des charges du


plancher sur la poutre ou le voile

Jalal KETTAR 15 Année universitaire 2020-2021


Ecole Supérieure de Technologie Salé Cours de Béton Armé2

Annexe Informative
Extrait des normes
NF P 06.004 (CP)
et
NF P 06.001 (CE)

LE
SA
T
ES

Jalal KETTAR 16 Année universitaire 2020-2021


Ecole Supérieure de Technologie Salé Cours de Béton Armé2

LE
SA
T
ES

Jalal KETTAR 17 Année universitaire 2020-2021


Ecole Supérieure de Technologie Salé Cours de Béton Armé2

LE
SA
T
ES

Jalal KETTAR 18 Année universitaire 2020-2021


Ecole Supérieure de Technologie Salé Cours de Béton Armé2

LE
SA
T
ES

Jalal KETTAR 19 Année universitaire 2020-2021


Ecole Supérieure de Technologie Salé Cours de Béton Armé2

LE
SA
T
ES

Jalal KETTAR 20 Année universitaire 2020-2021


Ecole Supérieure de Technologie Salé Cours de Béton Armé2

LE
SA
T
ES

Jalal KETTAR 21 Année universitaire 2020-2021


Ecole Supérieure de Technologie Salé Cours de Béton Armé2

Possibilité de dégression des charges d’exploitation / NF P


06.001

Q
Les dégressions ne
s’applique que sur les 0.9 Q
charges variables
0.8 Q

0.7 Q

0.6 Q
0.5 Q
0.5 Q
Les dégressions horizontales des

LE
charges ne se cumulent jamais avec 0.5 Q
les dégressions verticales
SA
T
ES

Jalal KETTAR 22 Année universitaire 2020-2021


Ecole Supérieure de Technologie Salé Cours de Béton Armé2

Annexe Informative
Extrait de la norme NF P 06.001
Dégression de charges

LE
SA
T
ES

Jalal KETTAR 23 Année universitaire 2020-2021


Ecole Supérieure de Technologie Salé Cours de Béton Armé2

Dégression des charges

LE
SA
T
ES

Jalal KETTAR 24 Année universitaire 2020-2021


Ecole Supérieure de Technologie Salé Cours de Béton Armé2

CHAPITRE 4 : Les Poteaux


I – GÉNÉRALITÉS

Les poteaux sont soumis à des charges verticales qu'ils transmettent jusqu'aux fondations ; si
leurs longueurs ne sont pas inférieure à 3 fois leurs hauteurs totales (le grand coté). L  3h
L
3
h
voile poteau

h plus grande
dimension transversale

Les dimensions transversales de la section droite du poteau

Un élément est considéré comme un poteau si sa longueur


horizontale est au plus égale à quatre fois son épaisseur. Dans le b

LE
cas contraire, il est considéré comme un voile.
h
h  4b h  4b
b étant la plus petite dimension du poteau
SA
h étant la plus grande dimension du poteau

1. Principe de ferraillage
Le béton résistant bien à la compression, les poteaux pourraient en
théorie ne pas être armés. Mais :
T

La compression n’est jamais centrée


ES

 Nécessité d’armatures longitudinales

Risque de flambement des armatures longitudinales


 Nécessité d’armatures transversales

2 - Domaine d’étude :
Les poteaux, comme toutes pièces comprimées, devraient en principe toujours être vérifiés au flambement. Calculs
trop complexes pour être appliqués aux poteaux courants des bâtiments, dont l’élancement est limité

Le B.A.E.L prévoit deux calculs simples de la résistance des poteaux, qui prennent en compte le flambement de
manière forfaitaire, mais pénalisante :

Jalal KETTAR 25 Année universitaire 2020-2021


Ecole Supérieure de Technologie Salé Cours de Béton Armé2

Calcul en compression centrée


N
Méthode de calcul applicable pour les poteaux de constructions courantes,
contreventées par un système de voiles verticaux, lorsque l’excentricité de

l’effort normal est nulle ou faible   70


Peu économique si 50    70 G
N
Calcul en flexion composée
M
Poteaux d’ossatures poteaux-poutres; Poteaux d’angles des étages supérieurs

(peu chargés dans tous les cas) si leur élancement est limité :   52
G

3 – Cas des bâtiments courants

- Élancement limité (   70 )
- Contreventement assuré par des murs de refend

LE
 Compression supposée centrée
Hypothèses pour le calcul en compression centrée : N

Le poteau est soumis à un effort normal de compression, appliqué au centre de gravité G


SA
de la section ; Toute la section de béton est donc uniformément comprimée

L'effort normal de compression est excentré au maximum de la moitié de la


dimension du noyau central. Sinon le poteau doit être calculé en flexion composée. G
T
ES

Le centre de gravité des armatures est confondu avec celui de la


section,

La vérification au flambement n'est pas nécessaire si :


- l'élancement λ est ≤ 70.
- la qualité de l'exécution est telle que l'imperfection de rectitude
e ≤ Max [ 1 cm ; lf/500 ] ( lf : longueur de flambement du poteau ).

Jalal KETTAR 26 Année universitaire 2020-2021


Ecole Supérieure de Technologie Salé Cours de Béton Armé2

L'évaluation des charges verticales se fait :

- en tenant compte de loi de dégression des charges pour les bâtiments à étages,
- en admettant la discontinuité des éléments de planchers (BAEL Art. B.8.1.1).

Calcul des poteaux

Les sollicitations se déterminent à l'ELU .

II – CARACTERISTIQUES DU POTEAU

LE
1 - Dimensions de la section
poteau à section rectangulaire : a
Soit a le petit côté et b le grand côté du poteau
SA
b
poteau à section circulaire :
Soit a le diamètre
a

2. LONGUEUR DE FLAMBEMENT – ELANCEMENT :


T

a- phénomène de flambement
ES

Lorsqu'une pièce longue est soumise à un effort de compression même parfaitement centré, il se
produit un phénomène d'instabilité transversale qui peut provoquer la rupture brutale de la pièce. La
théorie du flambement étant complexe, le règlement permet de ne pas en tenir compte si la longueur
de la pièce n'est pas trop grande.

b- longueur de flambement : lf

Elle dépend de la longueur libre du poteau l0 et des liaisons à ses extrémités.

Cas courants (BAEL Art B.8.3,2):

Jalal KETTAR 27 Année universitaire 2020-2021


Ecole Supérieure de Technologie Salé Cours de Béton Armé2

Cas de poteaux isolés :

LE
Encastré à 1 extrémité et libre à l’autre
lf = 2 lo
SA
Articulation aux extrémités Encastrement avec déplacement
lf = lo relatif
lf = lo
T

Encastré à 1 extrémité et articulé à l’autre


lf = 0,7 lo
ES

Encastré aux 2 extrémités


lf = 0,5 lo

c- Élancement
Élancement mécanique :
lf

i i
I
B
Avec i = rayon de giration :

I : Moment d'inertie de la section transversale


B : Aire de la section
Jalal KETTAR 28 Année universitaire 2020-2021
Ecole Supérieure de Technologie Salé Cours de Béton Armé2

Élancement géométrique :
lf
E lg 
a
Axe de
Flambement a

lf
 x2 3 2 6 4 2
a
(  3,5) (  4,9)
III. DIMENSIONNEMENT DES POTEAUX

1. CALCUL DES ARMATURES LONGITUDINALES : (BAEL Art. B.8.4)

a - calculs de base

LE
La section d'acier longitudinale A est donnée par la relation :
SA
Avec :
Nu en combinaison fondamentale :
Nu = 1,35. G + 1,50. Q

Br : section réduite du poteau en déduisant de sa section réelle 1 cm d'épaisseur sur toute sa périphérie.
T
ES

γ b = 1,5 ⇔ 0,9 γb = 1,35

α qui dépend de l'élancement :

- pour λ ≤ 50 ⇒

- pour 50 < λ ≤ 70 ⇒

De plus,
 si plus de la moitié des charges est appliquée avant 90 jours on divise :α par 1,10
 si la majeure partie des charges est appliquée avant 28 jours on divise :α par 1,20

et on prend la contrainte fcj au lieu de fc28 et fsu = fe/γs


Remarque : La relation précédente peut donner un résultat A < 0. Ceci signifie que le béton seul (section
réduite Br) est capable de supporter Nu. On applique alors les prescriptions réglementaires

Jalal KETTAR 29 Année universitaire 2020-2021


Ecole Supérieure de Technologie Salé Cours de Béton Armé2

2 - dispositions constructives – (BAEL…)


Art. A.6.1,24 Les ancrages et recouvrements rectilignes se font sur 0,6.ls et sur 3 nappes d'armatures
transversales.
Art. B.8.4,1 Pour λ > 35 on ne prend en compte que les armatures augmentant l'inertie du poteau au
flambement :

 Poteaux carrés et rectangulaires (lorsque 0,9 < a/b < 1,1) :


On ne prend en compte que les armatures disposées dans les angles.

 Poteaux rectangulaires (b/a > 1,10) :


On ne prend en compte que les armatures disposées le long des grands côtés. (d : distance maximale de 2

LE
armatures voisines sur une même face)
d ≤ min [ longueur du petit côté + 10 cm ; 40 cm ]

 Poteaux circulaires : on place au moins 6 barres également réparties sur le contour.


SA
Poteaux polygonaux : on place au moins une barre dans chaque angle.

3 - prescriptions réglementaires – (BAEL Art. A.8.1,21)


A ≥ MAX [4u (en cm²) ; 0,2%B]
où u = périmètre de la section droite mesurée A < 5% B
T

4. CALCUL DES ARMATURES TRANSVERSALES : (BAEL Art. A.8.1,3)


ES

Elles ont pour rôle important d'empêcher le flambement des armatures longitudinales. Elles doivent embrasser
toutes les armatures longitudinales.

 Elles sont disposées en cours successifs plans et normaux à l'axe longitudinal du poteau.
Chaque cours forme une ceinture sur le contour du poteau et entoure toutes les
armatures longitudinales pour éviter leur déplacement éventuel vers la ou les parois les
plus voisines.

 Le tracé de l'armature transversale ne comporte ni angle rentrant, ni recouvrement


parallèle à la paroi.

Jalal KETTAR 30 Année universitaire 2020-2021


Ecole Supérieure de Technologie Salé Cours de Béton Armé2

Cadre simple Cadre + épingles Double cadre Cadre + épingle

Poteaux à feuillure Poteau cylindrique


nombre de barres longitudinales  4
 Les barres longitudinales doivent être réparties sur la périphérie de la section.
 Les poteaux de section polygonale doivent comporter au moins une barre dans chaque
angle.
 Le nombre minimal de barres pour les poteaux circulaires est de 4.
 Les épingles sont plus économiques que les étriers.

Dimension des armatures transversales : l t


∅t ≥ à la valeur normalisée la plus proche de ∅l/ 3
Avec : 5 mm ≤ ∅t ≤ 12 mm

LE
s cl ,t
Espacement des armatures transversales :

st ≤ min [ 15 ∅lmin ; 40 cm ; a + 10 cm ]
SA
Remarque : le ferraillage d'un poteau peut être réalisé en
Treillis Soudé pourvu que les prescriptions précédentes soient
respectées (voir documents ADETS).
T
ES

5. PREDIMENSIONNEMENT D'UN POTEAU :


a - pré dimensionnement courant –

Les dimensions indiquées sur les plans d'architecte sont en général convenables et souvent surabondantes.
En approximation grossière on peut obtenir la section d'un poteau en divisant Nu par fc28 et arrondir les
dimensions aux valeurs inférieures. On vérifie ensuite les prescriptions réglementaires.

b - dimensionnement économique –
On est souvent amené à rechercher des économies sur les sections de béton surabondantes. Le principe est de
réduire la section de béton jusqu'à ce que la section d'acier calculée de manière classique corresponde à la section
définie par les prescriptions réglementaires minimales. Pour cela on considère que seul la section réduite de béton
est nécessaire pour reprendre l'effort normal ; on détermine donc Br et on en déduit la section réelle.

Br ≥ Nu / σbc

et on résout l'équation: Br = ( a − 2) × (b − 2) en écrivant

Une relation entre a et b (b = k.a ou bien b = a+k) qui permet de conserver une forme du poteau proche de la forme
initiale. Les valeurs de a et de b sont arrondies par excès au cm le plus proche. Il est nécessaire ensuite de vérifier
les résultats.

Jalal KETTAR 31 Année universitaire 2020-2021


Ecole Supérieure de Technologie Salé Cours de Béton Armé2

6 - Sécurité
Il est rappelé que les barres en attente rectilignes ont donné lieu sur les chantiers à des accidents corporels et qu’il
convient de prendre des dispositions pour assurer la sécurité du personnel.

7. EXEMPLE DE CALCUL :

Déterminer les armatures d'un poteau intérieur d'un bâtiment courant soumis à un effort normal de compression
centrée (G = 315 kN; Q = 283 kN) sur la section (a = b = 25 cm) de béton (fc28 = 30 MPa). Les charges
permanentes sont appliquées à 50 jours.

1) - Inventaire des hypothèses :

Section B = a x b avec a ≤ b B = 0,25 x 0,25 = 0,0625 m²


Br = (a - 0,02) x (b - 0,02) Br = (0,25-0,02) x (0,25-0,02) = 0,0529 m²
Hauteur libre : h0 h0 = 3,20 m
Appuis : en tête : libre articulé encastré
en pieds: libre articulé encastré lf = h0 = 3.20 m
Béton : fc28 = 30 MPa σ bc = 0,6 × f c 28 = 0,6 x 30 =18 MPa
Aciers longitudinaux : fe = 500 MPa fissuration f bu = 0,85. f c 28 γ s =17 MPa
peu préjudiciable f t 28 = 0,6 + 0,06x f c28 =2,4 MPa
f su =fe / γs= 435 MPa

LE
2) - Calcul des efforts normaux
Effort normal de service : Nser = 315 + 283 = 598 kN
Combinaison de base : G + Q
Effort normal ultime :
Combinaison de base : 1,35G + 1,50Q Nu = 1,35x315 + 1,50x283 = 850 kN
SA
3) - Calcul de l'élancement
rayon de giration: i =
T

4) – Détermination de α
ES

=0,646
Plus de la moitié des charge est appliquée apres 50 Minoration de α de 1,10
jours

=0,587
5) - Détermination des sections
d'acier

Soit : 4 HA 16 = 8.04 cm²


6) - Vérifications
Amin = Max [4 × (a + b) × 2;2 0 00 × B] Amin = Max [4 × (0,25 + 0,25) × 2;2 0 00 × 0,0625 = 4 cm²
A Max = 5% × B A Max = 5% × 0,25 × 0,25 = 31.25 cm²
Vérification 4 cm² < 8.04 cm² < 31.25 cm²
Vérifiée

Jalal KETTAR 32 Année universitaire 2020-2021


Ecole Supérieure de Technologie Salé Cours de Béton Armé2

7) Aciers transversaux

8)Recouvrement

9) Enrobage

LE
8. Exemple de ferraillage d’un poteau…
SA
T
ES

Jalal KETTAR 33 Année universitaire 2020-2021

Vous aimerez peut-être aussi