Vous êtes sur la page 1sur 62

PAGE DE GARDE

Avant-propos :

1
Avez-vous déjà pris quelques minutes pour essayer de voir et d’analyser tous les risques qui vous
entourent quotidiennement, de sentirles émotions que cela aurait pu susciter s’il avait fallu que…
ou celles alors vécues lors de gémissements soudains et perçants, commelorsque quelqu’un perd
un doigt dans une machine en fonction…

Ce petit exercice suffit pour prendre conscience de l’importance debien gérer les risques en
entreprise !

À votre avis, combien retrouve-t-on de facteurs de risque dans votre entreprise ? Avez-vous déjà
tenté de tous les identifier ? Est-ce que cette tâche vous est alors apparue énorme et sans fin ?

Pourtant, l’identification des dangers en entreprise constitue la pierre angulaire de la prévention en


termes de santé et sécurité du travail.
C’est en les identifiant que l’on peut les régler un à la suite de l’autre et par priorité.

Il peut s’agir de risques chimiques, physiques, biologiques, ergonomiques, mécaniques, et


psychologiques. En fait, il existe autant de facteurs de risque que de titres et tâches d’emploi.

Toute situation dangereuse peut engendrer un comportement bon ou moins bon.Et celui-ci peut
porter atteinte à la santé et à l’intégrité physique ou psychique de l’individu à divers degrés.

Avec toutes les fonctions que je dois assumer, me direz-vous, en tant que gestionnaire, manager,
superviseur, je manque de temps pour bien gérer les risques dans l’entreprise.
Comme la prévention est l’affaire de tous, pourquoi alors ne pas composer un groupe qui aura la
responsabilité de bien les identifier et d’établir un plan d’action où l’on favorisera les échanges
d’idées !

Bonne Chance !!

2
SOMMAIRE

CHAPITRE 1 :
1.1- LES NOTIONS DE RISQUE, DE DANGER, DE PREVENTION, DE PROTECTION......06 

1.1.1 - Risque et danger.....................................................................................................06 


1.1.2 - Danger....................................................................................................................06
1.1.3 - Risque.....................................................................................................................06 
1.1.4 - Exposition...............................................................................................................07
1.1.5 - Facteurs de risques................................................................................................07
1.1.6 - Prévention, protection et précaution.......................................................................07

1.2 - LA PERCEPTION DU RISQUE PROFESSIONNEL........................................................08 

1.2.1 - L’approche systémique du risque...........................................................................08


1.2.2 - Terminologie et vocabulaire....................................................................................08 

1.3 - INTEGRER LA DEMARCHE DE MANAGEMENT DES RISQUES PROFESSIONNELS

1.3.1 - Définitions et enjeux..............................................................................................13


1.3.2 - Les cinq (05) raisons pour agir..............................................................................14
1.3.2 - a - Protéger la sante et la sécurité des travailleurs.......................................14
1.3.2 - b -Répondre aux obligations de prévention ...................................................14
1.3.2 - c -Favoriser le dialogue social.........................................................................14
1.3.2 - d - Créer un emploi de qualité.......................................................................14
1.3.2 - e - Contribuer à la performance de l’entreprise.............................................15

1.3.3 - Les principales conditions de réussite du SMSST.................................................15


1.3.4 - Les principales difficultés rencontrées...................................................................15

1.4 - LES PRINCIPES DIRECTEURS D’UNE DEMARCHE DE MANAGEMENTDES RISQUES 

1.4.1 - Politique de prévention...........................................................................................16


1.4.2 - Organisation...........................................................................................................17
1.4.3 - Planification des actions de prévention..................................................................17
1.4.4 - Mise en œuvre et fonctionnement du plan d’action................................................17
1.4.5 - Analyses et actions correctives..............................................................................17

1.5 - LES REFERENTIELS SST..................................................................................................18

1.5.1 - OHSAS 18001:2007...............................................................................................18

3
CHAPITRE 2 :
2.1 - LA TYPOLOGIE DES RISQUES DANS L’ENTREPRISE PAR SECTEURS D’ACTIVITE.

2.1.1 - Chutes d’objets......................................................................................................19


2.1.2 - Manutention manuelle...........................................................................................19
2.1.3 - Manutention mécanique........................................................................................20
2.1.4 - Incendie / explosion...............................................................................................20
2.1.5 - Risques biologiques..............................................................................................21
2.1.6 - Risques chimiques................................................................................................22
2.1.7 - Risques lies à l’électricité......................................................................................22
2.1.8 - Risques mécaniques.............................................................................................23

2.2 - PROGRAMME DE GESTION DES RISQUES :.................................................................23

2.2.1 - Comment s’engager dans la démarche ?.............................................................23


2.2.2 - L’identification des dangers : à chacun sa méthode.............................................24
2.2.3 - Mais comment s’y prendre pour s’assurer que l’ensemble des dangers dans
l’entreprise seront couverts ?...........................................................................................25
2.2.4 - L’évaluation des risques : classé pour mieux traiter.............................................25

2.3 - LES OUTILS DE L’EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS (EVRP) ..........26

2.3.1 - Qu’est-ce que l’évaluation des risques?...............................................................26


2.3.2 - Principes de la démarche.....................................................................................26

2.4 - L’EVALUATION DES RISQUES EN CINQ ETAPES.......................................................27

2.4.1 - Etape 1: Identification des risques et des personnes exposées...........................27


2.4.2 - Etape 2: Evaluer les risques et les classer par ordre de priorité...........................28

2.4.2.1 - Grille de cotation du niveau de risque (cartographie)...............33 


2.4.2.2 - Matrice d’évaluation..................................................................33 

2.4.3 - Etape 3: Déterminer les mesures de prévention..................................................34

2.4.3.1 - Mesures techniques de contrôle................................................34


2.4.3.2 - Mesures organisationnelles.......................................................34 
2.4.3.3 - Equipement de protection individuelle.......................................35 

2.4.4 - Etape 4: Adopter les mesures de prévention et les mettre en œuvre..................35

2.4.4.1 - Les précautions prises contre les dangers identifiés.................35

2.4.5 - Etape 5: Contrôle - Examen et Enregistrement....................................................36

2.4.5.1 - Contrôle, évaluer le risque résiduel...........................................36


2.4.5.2 - Examen et Enregistrement .......................................................37
2.4.5.3 - Etude de cas............................................................................37

4
CHAPITRE : 3

3.1 - LA GESTION DES RISQUES PROFESSIONNELS.........................................................38

3.1.1 -La gestion des risques chimiques........................................................................38


3.1.2 - La gestion des risques mécaniques.....................................................................39
3.1.3 - La gestion des risques électriques.......................................................................40
3.1.4 - La gestion des risques microbiologiques.............................................................40
3.1.5 - La gestion des risques radioactifs.......................................................................44

5
CHAPITRE 1 
1.1 - LES NOTIONS DE RISQUE, DE DANGER, DE PREVENTION, DE PROTECTION :

Dans le quotidien de nos milieux de travail, les termes danger et risque sont utilisés de façon
interchangeable pour décrire des situationsou activités susceptibles de causer des blessures ou
des maladies. Sans vouloir, quand on traite de ces notions en santé et sécurité du travail, on peut
se poser la question :
Est-ce du pareil au même ? Si tel est le cas,pourquoi dit-on prendre un risque, et non pas prendre
un danger ? Essayons d’y voir un peu plus clair.

1.1.1 - RISQUE ET DANGER :

1.1.2 - LE DANGER :

Les spécialistes en analyse de risques – ingénieurs, chimistes et autres


scientifiques – font une distinction très nette entre les concepts de
danger et de risque, notamment lorsqu’ils utilisent des méthodes telles
que HAZOP (Hazard andOperabilityStudy) ou What-if ? Pour analyser les
risques d’accidents industriels.

Pour eux, le danger est une propriété inhérente à un produit – chimique


ou biologique (ex. : acide sulfurique, virus...) – à un agentphysique (ex. :
radiations) ou, encore, à une situation, à une condition ou à une pratique
(ex. : travail en espace clos) qui comporte en soi un potentiel à causer des dommages aux
personnes, aux biens ou à l’environnement.

1.1.3 - LE RISQUE :

Le risque, par ailleurs, est une mesure de la probabilité que le dommage survienne, associée à
l’ampleur du dommage ou, si vous préférez, à la gravité des conséquences.

Notons que ces deux critères (gravité et probabilité) utilisés pour évaluer le risque sont reconnus
mondialement (ISO, OHSAS, etc.).

UN DANGER NE DEVIENT UN RISQUE QUE LORSQU’IL Y A EXPOSITION ET DONC,


POSSIBILITE DE CONSEQUENCES NEFASTES.

En termes simples,le risque naît du danger :

Des exemples :

1- Un trou dans le plancher d’un atelier est en soi un danger et le risque qui y est associé est la
chute.
Une barrière de protection n’élimine pas le danger (le trou est toujours là !), par contre, le
risque d’y tomber est réduit.

6
2- Une presse est en soi une machine dangereuse(pièces en mouvement, angles rentrants,
etc.).
Le risque de blessure, pour le travailleur qui opère dessus, est pratiquement éliminé sitous les
dispositifs de protection requis sont enplace et fonctionnels, évitant ainsi tout contactavec les
zones dangereuses.

1.1.4 - EXPOSITION:

Dans le présent contexte, quand on parle d’exposition, il s’agit du contact entre le danger et une
personne, pouvant dès lors entraîner un dommage. Sans exposition, pas de possibilité de
dommage.

REMARQUE :
Pour les préventionnistes donc, le risque de subir un accident ou une maladie survient lorsqu’il y a
exposition, directe ou indirecte, à un danger. Il est cependant difficile de pouvoir supprimer
totalement les dangers de nos milieux de travail.
En revanche, de nombreuses techniques existent pour agir sur les deux composantes du risque
(gravité et probabilité).

LE RISQUE EST DONC LA PROBABILITE QUE QUELQU’UN SOIT ATTEINT PAR UN DANGER.

1.1.5 - FACTEURS DE RISQUES :

Les facteurs de risques sont des éléments qui peuvent augmenter ou diminuer la probabilité de
survenance d’un accident ou la gravité d’un événement.

Exemple :
Prenons par exemple un DANGER (un couteau), un RISQUE (risque de coupure lors de
l’utilisation du couteau) et un FACTEUR DE RISQUE(le fait de ne pas porter de gants).
Ce n’est pas l’absence de gants qui blesse, mais le couteau, et le fait d’utiliser le couteau sans
gants augmente le risque.
IL FAUT DONC BIEN FAIRE LA DISTINCTION ENTRE LES NOTIONS DE RISQUE ET
D’EXPOSITION ET LA NOTION DE DANGER.

1.1.6 - PREVENTION, PROTECTION ET PRECAUTION...

L'entreprise doit donc établir une liste de mesures à prendre afin de réduire les risques à leur
minimum. Ces mesures tourneront autour de 3 mots : prévention, protection et précaution.

Réduire la probabilité de la survenance d'un dommage revient à faire de la prévention.

En revanche, lorsque l'on parle de la réduction de la gravité d'un événement l'on entre dans le
domaine de la protection.

7
Enfin, un autre principe est en train de poindre dans les usines ces dernières années : celui de la
précaution qui consiste à s'abstenir dans le cas où le risque ne pourrait être évalué.

Ces différentes actions à mener conduisent de plus en plus souvent les entreprises à envisager la
mise en place de ce que l'on appelle un Système de Management du Risque.

1.2 - LA PERCEPTION DU RISQUE PROFESSIONNEL : 

Nous savons tous que l’environnement physique et les conditions de travail ont un effet sur la
fréquence et la gravité des accidents et des maladies professionnelles. Un milieu contaminé,
bruyant, mal éclairé et encombré, des équipements et outils désuets, mal entretenus et mal
protégés, des procédures de travail non définies et non sécuritaires... Voilà autant d’obstacles à la
prévention.

1.2.1 - L’APPROCHE SYSTEMIQUE DU RISQUE :

APPROCHE SYSTEMIQUE DU RISQUE

Définitions Exemples
Propriété intrinsèque des produits, -Substance volatile, inflammable, toxique...
Danger des équipements, des procédés - système technique sous pression
pouvant entrainer un dommage - Masses des charges (levage déplacement...)
- Micro-organisme à caractère infectieux
Exposition d’une cible (salarié, - Un salarié manipulant un produit chimique volatile
entreprise, environnement y compris est exposé à un risque d’inhalation.
la population....) à un danger. - Une installation utilisant ce produit chimique est
exposée à un risque d’incendie.
Risque Le risque est caractérisé par la - Un cours d’eau proche de l’installation est exposé
combinaison de la probabilité à un risque de pollution, est le village avoisinant
d’occurrence d’un événement redouté peut subir les effets d’un nuage toxique dégagée
(accident) et de la gravité de ses par l’incendie.
conséquences.
L’inhalation des vapeurs de solvants peut entrainer
Accident - Conséquences négatives d’un une irritation des voies respiratoires.
Dommage phénomène dangereux. -L’incendie peut provoquer des atteintes aux
personnes, aux biens, et à l’environnement.

1.2.2 - TERMINOLOGIE ET VOCABULAIRE:

- Management du risque :
Activités coordonnées dans le but de diriger et piloter un organisme vis-à-vis du risque.

- Politique de management du risque :


Déclaration des intentions et des orientations générales d'un organisme en relation avec le
management du risque.

8
- Plan de management du risque
Programme spécifiant l'approche, lescomposantes du management et les ressources auxquelles
doit avoir recours le management du risque.
- Les composantes du management incluent, par exemple, les procédures, les pratiques,
l'attribution desresponsabilités, le déroulement chronologique des activités.

- Le plan de management du risque peut être appliqué à un produit, un processus, un projet


particulier, à unepartie de l'organisme ou à l'organisme tout entier.

- Propriétaire du risque
Personne ou entité ayant la responsabilité du risque et ayant autorité pour le gérer.

- Processus de management du risque


Application systématique de politiques, procédures et pratiques de management aux activités
d'identification, d'analyse,d'évaluation, de traitement, de surveillance et de revue des risques.

- Appréciation du risque
Ensemble du processus d'identification des risques, d'analyse du risque et d'évaluation du
risque.

- Identification des risques


Processus de recherche, de reconnaissance et de description des risques.

« L'identification des risques comprend l'identification des sources de risque, des événements,de
leurs causes et de leurs conséquences potentielles. »

- Événement
Occurrence ou changement d'un ensemble particulier de circonstances.

- Un événement peut être unique ou se reproduire et peut avoir plusieurs causes.

- Un événement peut consister en quelque chose qui ne se produit pas.

- Un événement peut parfois être qualifié «d'incident» ou «d'accident».

- Accident :
Événement imprévu entraînant la mort, une détérioration de la santé, des lésions, des dommages
ou autre perte.

- Incident :
Événement ayant entraîné un accident ou ayant pu entraîner un accident.

- Conséquence
Effet d'un événement affectant les objectifs.

« Un événement peut engendrer une série de conséquences. »

- Analyse du risque
Processus mis en œuvre pour comprendre la nature d'un risqueet pour déterminer le niveau de
risque. Elle fournit la base de l'évaluation du risque et les décisions relatives au traitement du
risque.
9
- Critères de risque
Termes de référence vis-à-vis desquels l'importance d'un risque est évaluée.
Les critères de risque peuvent être issus de normes, de lois, de politiques et d'autres exigences.

- Vraisemblance
Possibilité que quelque chose se produise.

Dans la terminologie du management du risque, le mot «vraisemblance» est utilisé pour indiquer
la possibilitéque quelque chose se produise, que cette possibilité soit définie, mesurée ou
déterminée de façon objective ou subjective,qualitative ou quantitative, et qu'elle soit décrite au
moyen de termes généraux ou mathématiques (telles une probabilitéou une fréquence sur une
période donnée).

- Niveau de risque
Importance d'un risque, exprimée en termes de combinaison des conséquences et de
leurvraisemblance.

- Evaluation du risque
Processus de comparaison des résultats de l'analyse du risque avec les critères de risque afin
de déterminer si le risque et/ou son importance sont acceptables ou tolérables.
« L'évaluation du risque aide à la prise de décision relative au traitement du risque. »

- Traitement du risque
Processus destiné à modifier un risque.

- Le traitement du risque peut inclure un refus du risque en décidant de ne pas démarrer ou


poursuivre l'activité porteuse du risque ;
- L’élimination de la source de risque ;
- Une modification de la vraisemblance ;
- Une modification des conséquences.

- Moyen de maîtrise
Mesure qui modifie un risque.
« Un moyen de maîtrise du risque inclut n'importe quels processus, politique, dispositif, pratique
ou autresactions qui modifient un risque . »

- Risque résiduel
Risque subsistant après le traitement du risque.

- Surveillance
Vérification, supervision, observation critique ou détermination de l'état afin d'identifier
continûment deschangements par rapport au niveau de performance exigé ou attendu.

- Revue
Activité entreprise afin de déterminer l'adaptation, l'adéquation et l'efficacité de l'objet étudié pour
atteindre lesobjectifs établis.

10
Approche Systémique du risque: le modèleMADS

(Méthodologie d’Analyse de Dysfonctionnement des Systèmes)

Environnement spécifique

Phénomène
initiateur
Conditions météo
Topographies
Ressources du milieu

Système cible
Système source

Personnes
Source de flux de danger Biens
Environnement
Flux

Thermique
Surpression/Projection
Toxique

EXEMPLE :

Environnement spécifique

-Conditions météo
-Topographies
-Resources du milieu
Système cible
Système source

Flux

-Thermique
-Surpression/Projection
-Toxique

11
SOURCE / FLUX / CIBLE

SOURCE FLUX DE CIBLE


DANGER

Citerne de 20m3 1) Fuite en phase 13 employés


d’ammoniac liquéfié liquide, écoulements
sous pression d’une nappe, 120 personnes dans
évaporation et un rayon de 300 m
vaporisation flux
Oued« Sabaou »
toxique et explosif

2) fuite en phase
gaz.

Risque
Chance (grande ou petite) d’occurrence
Des effets provenant du danger.

=
Risque Gravité X Probabilité

12
Danger ou conséquences ?

La phrase connue de certains travailleurs “c’est notre façon de travailler; nous


opérons de cette manière depuis plus de 20 ans et ne nous avons jamais enregistré
d’accidents”: Ceci ne signifie pas que le danger n’existe pas.

1.3 - INTEGRER LA DEMARCHE DE MANAGEMENT DES RISQUES PROFESSIONNELS

1.3.1 - DEFINITIONS ET ENJEUX :

Un système de management de la santé et de la sécurité au travail (SMS) est un dispositif de


gestion combinant personnes, politiques, moyens et visant à améliorer les performances d'une
entreprise en matière de santé et de sécurité au travail (SST).

13
C'est un outil qui permet de mieux maîtriser l'organisation de l'entreprise et de progresser en
continu en intégrant la santé et la sécurité au travail à toutes les fonctions.

C’est une démarche volontaire qui vise à :

 augmenter la réactivité et la performance de l'entreprise dans la prévention des risques


en SST,

 identifier et d'évaluer les risques professionnels dansl’entreprise, afin de préserver santé


et la sécurité du personnel.

 améliorer la politique de maîtrise des risques et faire évoluer les valeurs de l'entreprise
de façon continue.

1.3.2 - CINQ (05) RAISONS POUR AGIR

A - PROTEGER LA SANTE ET LA SECURITE DES TRAVAILLEURS :

Aujourd’hui encore un grand nombre d’accidents du travail et de maladies professionnelles


(AT/MP) surviennent en Algérie, durant le travail.

Toute entreprise est concernée, qu’elle que soit sa taille et son secteur d’activité.

- Obligation morale :

Responsabilitéderechercherlasanté,lasécuritéetlebienêtrepournousetpourautrui.

- Obligation légal :

La loi exige de nous la protection des personnes, de l’environnement, des biens de l’entreprise.

- Obligation économique :

Les accidents coûtent très chers, affaiblissent l’image de marque de l’entreprise et peuvent la
mener à la fermeture.

B - REPONDRE AUX OBLIGATIONS DE PREVENTION :

L’employeur doit respecter ses obligations en matière de santé et de sécurité au travail (Article 3
de la Loi 88-07 du 26 Janvier 1988).

C - FAVORISER LE DIALOGUE SOCIAL :

La prévention des risques professionnels et l’évaluation des risques s’appuie sur un dialogue
constant et constructif entre l’employeur, les représentants des travailleurs et les travailleurs eux-
mêmes.
Ce dialogue est la garantie d’une meilleure compréhension et d’un traitement efficace des risques
professionnels.

D - CREER UN EMPLOI DE QUALITE :

14
Dans l’entreprise,il s’agit d’assurer de bonnes conditions de travail par une démarche de
prévention ambitieuse.
L’image de l’entreprise et de la profession en est valorisée, ce qui peut notamment favoriser le
recrutement.

E - CONTRIBUER A LA PERFORMANCE DE L’ENTREPRISE :

Chaque année, les accidents de travail, les accidents de trajet et les maladies professionnelles se
traduisent par la perte de journées d’études.

C’est un coût humain et économique très important pour les entreprises :

- Temps et production perdus ;


- Dégâts causes aux matériels, équipements et produits ;
- Augmentation des primes d’assurance, frais de justice ;
- Difficultés de remplacement ;
- Baisse du moral et de la motivation des salariés ;
- Dégradation du climat social.

En somme le management de la SST apporte aux dirigeants d'organismes publics ou


privés, la tranquillité et la garantie que les problématiques liés à santé et sécurité au
travail sont suffisamment sous contrôle

1.3.3 - LES PRINCIPALES CONDITIONS DE REUSSITE DU SMSST :

 Se donner des objectifs accessibles et mesurables.

 Réussir son évaluation des risques.

 Assurer la veille réglementaire (lois et décrets…).

 Intégrer tous les acteurs internes de la SST : CHS, médecin du travail, superviseurs…

 Communiquer régulièrement et savoir motiver le personnel, renforcer les formations


sécurité.

 Evaluer régulièrement la démarche.

1.3.4 - LES PRINCIPALES DIFFICULTES RENCONTREES :

 Faible motivation de la direction et du personnel ;

 Culture sécurité peu développée ;

 Préexistence d’un autre système mal vécu ;

 Système déconnecté des risques perçus ;

15
 Contexte économique et social défavorable (licenciements, saturation…) ;

 Ressources humaines insuffisantes ;

 Difficulté d’établir des fiches de non-conformité ;

 Culture de l’écrit non dominante.

1.4 - LES PRINCIPES DIRECTEURS D’UNE DEMARCHE DE MANAGEMENTDES RISQUES :

ETAPES DE LA DEMARCHE :

La structure des systèmes de management en SST est apparemment proche de celle proposée
pour les systèmes qualité (ISO 9001, 9002...) ou environnement(14001,14002).

L’enjeu SST, qui touche directement et personnellement chacun dans l’entreprise, fait que la mise
en œuvre des SMS est différente.

1.4.1 - POLITIQUE DE PREVENTION :

Pour que le responsable de l'entreprise assure la sécurité et protège la santé de ses salariés et
améliore la performance de son entreprise, il doit mener une politique de prévention des risques
professionnels basés sur une bonne organisation et en concertation avec les représentants des
travailleurs.

Elle implique la mise en place progressive des éléments suivants :

 la définition d’objectifs cohérents avec les autres politiques de l’entreprise,


16
 la fixation des responsabilités de l’encadrement,

 l’engagement de ressources,

 la définition de dispositifs de consultation du personnel et de ses représentants,

 le choix d'un référentiel,

 la définition d’un tableau de bord permettant de mesurer les progrès réalisés,

 la communication sur les objectifs…

Cette politique doit être expliquée de façon claire et concise dans un document
qui sera communiqué au personnel (lettre d'engagement de la direction).

1.4.2 - ORGANISATION :

Le rôle des différents acteurs de l'entreprise en SST doit être précisé : missions, responsabilités,
obligations, pouvoirs, relations… Le personnel et ses représentants doivent être consultés,
informés et formés afin de s'approprier la démarche.

Cela demande la mise en place d'une documentation, d'un plan de formation et de procédures de
communication interne.

1.4.3 - PLANIFICATION DES ACTIONS DE PREVENTION :

L'évaluation des risques professionnels (EVRP) est au cœur d’une recherche d’amélioration
continue de la santé et de la sécurité.

Les résultats de l’évaluation des risques doivent être transcrits dans le document
unique.Ce document doit déboucher sur un plan d’actions définissant les mesures de
prévention appropriées aux risques identifiés.

1.4.4 - MISE EN ŒUVRE ET FONCTIONNEMENT DU PLAN D’ACTION :

La mise en œuvre du plan d’actions doit s’articuler étroitement avec les règles et les pratiques des
métiers.

- Cela suppose une concertation étroite avec tous les opérateurs concernés,

- Cela implique la réalisation du programme de formation, la communication, et la documentation.

1.4.5 - ANALYSES ET ACTIONS CORRECTIVES:

Il faut vérifier l'efficacité de la mise en œuvre et réagir dès la découverte d'un nouveau risque.
Des audits doivent être systématiquement déployéspour choisir des actions correctives.

17
Un tableau de bord SST peut être alimenté par des indicateurs variés, quantitatifs et
qualitatifs : indicateurs de risques, indicateurs de moyens et indicateurs de résultats.

1.5 - LES REFERENTIELS SST

1.5.1 -OHSAS 18001 :

Les principes de ce système de management de la sécurité et de la santé sont basés sur


l’amélioration continue et met les travailleurs au cœur du système et les associe dès le départ à
son élaboration et tout au long du processus de mise en œuvre.

Les grandes phases de la mise en place de ce référentiel :


politique :
politique de sécurité et de santé au travail
participation des travailleurs
organisation,
planification et mise en œuvre,
évaluation,
action en vue de l’amélioration.

En 1999, le British Standards Institution (BSI) a créé un groupe de travail international composé
d’organismes certificateurs et de normalisation qui a abouti au référentiel OHSAS 18001:1999
(Pour Occupational Health and Safety Assessment Series).

Le référentiel OHSAS 18001 utilise la démarche d’amélioration continue « PDCA » de l’ISO


14001 en quatre phases :
La planification (Plan)
La mise en œuvre et le fonctionnement (Do)
La vérification et action corrective (Check)
La revue de direction (Act)

Il intègre l’évaluation des risques professionnels réglementaire et est donc compatible avec
lesrécentes évolutions de la réglementation européenne.

British Standards Institute - BSI

OHSAS 18001-2007 - Systèmes de management de la santé et de la sécurité au travail -


Exigences

OHSAS 18002:2000 - Systèmes de management de la santé et de la sécurité au travail -


Lignes directrices pour la mise en œuvre de OHSAS 18001

18
CHAPITRE 2 :
2.1 - LA TYPOLOGIE DES RISQUES DANS L’ENTREPRISE PAR SECTEURS D’ACTIVITE:

2.1.1 - CHUTES D’OBJETS

Risques d’accident résultant de la chute d’objets lors du transportou du stockage (p.ex.: d’un
étage supérieur ou de l’effondrement dematériau) et lors de travaux en hauteur.

Identification des risques

• Lieux de travail superposés

• Objets stockés en hauteur

• Objets empilés sur une grande hauteur

• Travaux effectués à des hauteurs ou étages différents

• Travaux effectués dans des tranchées, des puits, des galeries,

• Transports avec un appareil de levage (grues à tour, pontsroulants, grues mobiles, etc.)

Modalités d’exposition

• Travaux avec des objets pouvant tomber d’un niveau supérieur(matériel, outils, etc.)

• Objets empilés sans être sécurisés

• Stockage sur étagères multiples

• Travaux en dénivelé, en profondeur

• Utilisation d’échelles, d’échafaudages, grues, etc.

2.1.2 - MANUTENTION MANUELLE

Risques au niveau du tronc et des membres supérieurs et inférieurssuite


aux postures, efforts physiques intenses (p. ex. écrasements,chocs,…)

Identification des risques

• Dangers liés à la nature de la charge (poids, volume, forme).

19
Modalités d’exposition

• Nombre de manipulations de la charge, de façon répétitive ou àcadence élevée

• Manutention dans un environnement particulier (état du sol,encombrements,…)

• Manutention dans une ambiance particulière (chaleur, bassetempérature, mauvais éclairage,…)

• Manutention demandant le maintien prolongé d’une posture

• Manutention difficile, contrainte posturale liée à la dimension de lacharge.

2.1.3 - MANUTENTION MECANIQUE

Risque d’accident lié à la manutention de charges avec des engins(chariots élévateurs, grues,
ponts-roulants, pelles mécaniques, etc.).

Identification des risques

• Dangers liés à la charge manutentionnée, au déplacementd’engins, aux


moyens de manutention.

Modalités d’exposition

• Collision, dérapages, renversement d’engins

• Ecrasement de personnes

• Défaillance des moyens de manutention

• Conduite sans visibilité

• Instabilité du moyen de manutention ou de la charge

2.1.4 - INCENDIE / EXPLOSION

Risque d’accident suite à un incendie ou à une explosion.

Identification des risques

• Présence de matériaux ou produits combustibles (p. ex. stockagede


produits facilement inflammables ou explosifs, stockagede papier, etc.)

20
• Présence d’équipement ou d’installation pouvant générer de lachaleur (p. ex. travaux de
soudage, etc.)

• Présence d’un comburant (p. ex. oxygène, produits chimiquesdégageant de l’oxygène, etc.)

• Stockage de produits incompatibles

Modalités d’exposition

• Toute situation de travail où se trouvent simultanément des produits/matériaux combustibles,


une sourcedechaleuret un comburant (p.ex. air)

• Utilisation de substances facilement inflammables

• Création d’une atmosphère explosive (gaz, vapeurs, poussières, etc.)

• Mélange de produits incompatibles.

2.1.5 - RISQUES BIOLOGIQUES

Risques d’infection, d’allergies ou d’intoxications résultant de laprésence de microorganismes.

Identification des risques

Dangers liés :

• au degré de pathogénicité des agents biologiques

• aux objets coupants, tranchants et piquants

• à la libération de produits biologiques allergisants ou toxiques

• à l’incertitude face à la pathogénicité de différents agents

• aux produits dangereux pour l’environnement

Modalités d’exposition

• Toute situation de travail où existe la possibilité de contaminationpar différentes voies (inhalation,


ingestion, contact, pénétrationsuite à une lésion).

• Toute situation pouvant entraîner une propagation accidentelledans l’environnement

• Travail de laboratoire sur microorganismes

• Contact avec des produits ou installations contaminés (p. ex.stations d’épuration, opérations
d’assainissement, digestionanaérobique, etc.)

21
• Soins aux personnes en milieu hospitalier

2.1.6 - RISQUES CHIMIQUES

Risques d’infections, d’allergies, d’intoxications ou de brûlures.

Identification des risques

Dangers liés :

• aux propriétés physico-chimiques (produits corrosifs,


comburants,explosifs ou inflammables)

• aux propriétés toxicologiques (produits irritants, nocifs toxiques,


cancérogènes, mutagènes, etc.)

• aux propriétés éco-toxicologiques

• à l’incertitude scientifique sur les dangers des produitssynthétisés

Modalités d’exposition

• Toute situation de travail où existe la possibilité de contaminationpar différentes voies (inhalation,


ingestion, contact, pénétrationsuite à une lésion)

• Toute situation où les produits sont susceptibles de déclencher oude propager un incendie

• Emission de gaz, poussière ou fumée.

2.1.7 - RISQUES LIES A L’ELECTRICITE

Risques d’accident résultant du contact avec des installations électriques.

Identification des risques

• Contact direct avec des éléments sous tension

• Contact indirect avec des masses mises accidentellement sous tension.

Modalités d’exposition

• Toute situation où il y a possibilité d’électrocution ou électrisation

• Conducteurs nus accessibles aux travailleurs

• Matériel défectueux, âgé ou usé


22
• Non-consignation d’une installation électrique lors d’uneintervention.

2.1.8 - RISQUES MECANIQUES

Risque d’accidents causés par l’action mécanique (coupure, perforation,etc.) d’une machine,
d’une partie de machine, d’un outil portatif.

Identification des risques

• Dangers liés aux équipements et matériels en mouvement

• Dangers liés aux matériaux usinés, analysés ou traités (fluideschauds,


vapeurs, poussières, copeaux, etc.)

• Dangers liés aux produits utilisés pour l’usinage, l’analyse ou letraitement


de matériaux

Modalités d’exposition

• Parties mobiles accessibles au personnel

• Fluides ou matières pouvant être projetés

• Utilisation d’outils tranchants

• Toutes situations au cours desquelles il y a possibilitéd’écrasement, de cisaillement, de


happement, de heurt, de choc,d’enroulement, etc.

2.2 - PROGRAMME DE GESTION DES RISQUES

La gestion de la PRP se construit par des techniques de management comme par la méthode
d’évaluation des risques et aussi par le biais de dialogue social entre gestionnaires, encadrements
et les travailleurs ou leurs représentants pour organiser et gérer la prévention des risques
professionnels.

C’est bien connu, la clé en matière de gestion, c’est la connaissance. Pour gérer efficacement les
risques, il faut donc les connaître, c’est-à-dire les identifier et les évaluer.

2.2.1 - Comment s’engager dans la démarche ?


La démarche de gestion des risques se dérouleen une série d’étapes logiques visant à mettreen
place des actions de prévention appropriées.

L’objectif visé est de contrôler lesrisques d’accidents et de maladies professionnellesou, à tout le


moins, de les réduire à unniveau jugé acceptable par l’entreprise.

23
Or, plusieurs méthodes et outilssont utilisés pour effectuerl’analyse des risques.

L’important n’est pas d’utiliser un outil meilleur qu’un autre, mais de réaliser une
démarche d’analyse qui collera au contexte de l’entreprise, de son environnement et des
Nous vous proposons une démarche en quatre étapes, soit :

1) identifier les dangers (créer un inventairedes dangers présents dans l’environnementde


travail) ;

2) évaluer les risques (prioriser, classerles risques afin de déterminer par où ilfaut commencer) ;

3) définir des solutions et mettre en placeun plan d’action ;

4) suivre l’avancement des correctifs et leur efficacité.

- Entre autres,il ne faut pas négliger l’apport des employés àla démarche, car ils sont à même de
décrire lesdifférentes caractéristiques du poste qu’ilsoccupent.

- La démarched’identification des dangers et d’évaluation estl’affaire de plusieurs heures


d’observations,d’entretiens sur le terrain, de réunions de travail,de validations et de rédactions.

- Mais enfaisant participer les employés, les superviseurs, les managers, ainsi que les membres
dela commission HSE,les tâches pourront être partagées, cequi fera avancer la démarche plus
rapidement,tout en faisant prendre conscience à chacun des a part de responsabilités en matière
de SST.

2.2.2 - L’identification des dangers : à chacun sa méthode


Tel qu’il a été mentionné plus haut, le danger est une propriété intrinsèqued’une substance, d’une
source d’énergie oud’une situation qui peut entraîner des conséquencesindésirables. Aussi,
lorsqu’on parled’identification des dangers,on viseà dresser un inventaire, des dangers présents
liés à un poste, uneinstallation, un équipement ou une tâche.

Sans en dresser une liste exhaustive, voici quelques-unes de ces méthodes :

• l’analyse des tâches ou des postes

• les inspections

• les enquêtes et analyses d’accidents

• les données statistiques

• les vérifications (audit).

2.2.3 - Mais comment s’y prendre pour s’assurer que l’ensemble des dangers
dans l’entreprise seront couverts ?
D’abord, il faut choisir lafaçon de segmenter l’organisation. Allez-vousfaire le découpage :

24
- par catégorie de risques(risques d’origine chimique, électrique, mécanique,etc.) ?

- par services (expédition, atelierd’impression) ?

- par postes de travail ?

- par tâches (nettoyage/entretien desmachines, travaux électriques) ?

Une fois de plus, il n’y a pas de recette magique; il faut choisir la façon qui colle le mieux à
la réalitéet seule l’expérience vous permettra de choisir votre façon de procéder…

2.2.4 - L’évaluation des risques : classer pour mieux traiter


Une fois l’inventaire complété, il faut évaluerle niveau de risque que représente chacun des
dangers ou chaque situation dangereuse.

 Il existe plusieurs méthodes pour effectuer cette évaluation.

On retrouve minimale mentdeux critères pour évaluer les risques, soit :

Le niveau de gravité des conséquences d’unesituation dangereuse et la probabilité (oufréquence)


d’occurrence de cette situation.

Puis, une fois les risques évalués en termesde probabilité et de gravité, les cotationsainsi
obtenues seront reportées dans une matrice de hiérarchisation permettant deprioriser les risques
et de définir l’urgence de passer à l’action.

En fait, cette grille constitueun outil d’aide à la décision qui permettraà l’organisation de se
questionner surce qu’il vaut mieux traiter en priorité : unrisque grave, mais improbable ou un
risquemineur, mais fréquent ?

Et après ?

Cesétapes doivent déboucher sur la recherche desolutions techniques et organisationnelles c’est


la détermination des mesures de prévention.

Et, une fois les moyens etles activités de prévention mis en œuvre, il faudravoir si, oui ou non, ils
ont procuré les effetsescomptés.

Les mesures correctivesont-elles réglé le problème ? A-t-on anticipéles difficultés susceptibles de


survenir ? Nerisquons-nous pas de créer de nouveaux problèmes? Quel est le retour sur
l’investissement ?

REMARQUE :

25
Peu importe les mesures prises pour contrôlerles risques, il demeurera toujours un risquerésiduel,
car le risque zéro n’existe pas. L’important,c’est que l’entreprise définisse, dèsle début de la
démarche, ce qu’elle considèrecomme un niveau de risque acceptable

2.3 - LES OUTILS DE L’EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS (EVRP)

2.3.1 - QU’EST-CE QUE L’EVALUATION DES RISQUES?

L’évaluation desrisques est un examen systématique de tous les aspects du travail.

Elle sert à établir:

 les causes potentielles d’accidents (et/ou de blessures) ou de maladiesprofessionnelles;


 les possibilités d’élimination de dangers;
 les mesures de prévention ou de protection à mettre en place pour maîtriser les risques.

Il s’agit donc d’une démarche récurrente permettant d’identifier des situations de travail
pouvant entraîner des risques pour la santé, la sécurité ou l’environnement et de prendre
des mesures permettant de les maîtriser.

2.3.2 - PRINCIPES DE LA DEMARCHE :

La démarche d'évaluation des risques professionnels doit, pour être utile à


l’entreprise et aux salariés, respecter quelques principes.

L’évaluation des risques doit être initiée et soutenue par le chef d’entreprise, notamment à travers
la communication et la formation. C’est le principe d’engagement.

La réalisation de l’évaluation des risques par l’entreprise elle-même doit être privilégiée.
Les PME pourront s’appuyer sur des avis autorisés à condition d’en profiter pour développer leurs
compétences internes.C’est le principe d’autonomie.

L’entreprise utilise des méthodes et des outils adaptés à sa situation. Elle tient compte notamment
de son organisation, de son effectif, de la nature de ses activités, de la nature des risques, et de
sa culture sécurité.C’est le principe d’adaptabilité.

Les salariés sont associés à l’évaluation des risques, sous la forme de comité de pilotage, de
groupes de travail, d’entretiens individuels portant sur l’analyse du poste de travail et de la
situation de travail.C’est le principe de participation.

L’évaluation des risques professionnels permet d’aider le chef d’entreprise à examiner tous les
aspects de ses activités, à hiérarchiser les risques et à définir et mettre en œuvre des mesures de
prévention ou de protection. C’est le principe de finalité.

26
2.4 - L’EVALUATION DES RISQUES EN CINQ ETAPES:

2.4.1 - ETAPE 1 :IDENTIFICATION DES RISQUES ET DES PERSONNES EXPOSEES

Cette étape consiste à dépister sur le lieu de travail les sources possibles d’accidents et à
identifier les personnes qui peuvent y êtreexposées.

Il faut donc se rendre sur le lieu de travail et y repérer les élémentspouvant engendrer un
dommage.

C’est l’encadrement et les opérateurs qui procèdent à l’identification des dangers

Personnes concernées :
L’encadrement et les opérateurs en relation avec :

• l’animateur sécurité (Manager ou SuperviseurHSE....),


• les représentants des salariés (CHS),
• le médecin du travail,
• des intervenants externes (publiques ou privés) pour consultation, relevant de la sécurité et
santé au travail.

Dans cette étape :

Il s’agit de décrire les événements et conséquences des dangers identifiés. La formulation doit
être compréhensible par tous et permettre l’évaluation du risque.

Pour cela, on se doit de préciser :

• la ou les autres personnes concernées,


• les circonstances d’exposition (lieu, durée),
• la nature du risque (électrocution, écrasement, brûlure …,).

Exemple 1:

Unité de travail Danger Description du risque


Atelier Electricité Il y a un risque grave d’être électrocuté lorsque le chef
mécanique d’atelier intervient plusieurs fois par semaine dans l’armoire
électrique qui contient des conducteurs nus sous tension.

L’analyse des risques au poste de travail est souvent plus délicate. Ceci est dû à la difficulté
d’appréhender lecontenu du travail réel. Il faudra donc procéder à des entretiens individuels avec
lesopérateurs.

L’opérateur pourra s’exprimer sur :

• ses modes opératoires tâche par tâche,


• l’environnement du poste de travail,
• l’organisation de l’activité,
• la sécurité et les conditions de poste,
• les difficultés qu’il rencontre,
• les propositions d’amélioration.

27
L’entretien individuel doit être complété par un retour d’expérience des événements accidentels ou
des incidents et tenir compte des compétences de l’opérateur.

Exemple 2:
Poste de travail Danger Description du risque
Poste Manutention Il y a un risque de coupure superficielle aux mains lorsque les trois
d’emballage manuelle personnes de la logistique utilisent un cutter toute la journée pour
couper des parties adhésives.

2.4.2 - ETAPE 2:EVALUER LES RISQUES ET LES CLASSER PAR ORDRE DE PRIORITE

Dans cette deuxième étape, on évalue les risques liés à chaque danger.

Il faut évaluer dans quelle mesure le danger peut provoquer un accident ou une maladie, le niveau
de gravité de cet accident ou de cette maladie et la fréquence à laquelle les salariés y sont
exposés.

Donc nous devons connaître:

 Le degré de gravité du danger et la probabilité d’occurrence

Mesure de la probabilité :

La probabilité peut être mesurée comme suit:

 Très improbable
 Improbable
 Probable
 Très probable.

28
Niveau Description de la probabilité

Très improbable. La fonction dangereuse est hors de portée OU le contact direct est
1 difficile OU la protection prévue empêche l’accès à la fonction dangereuse.
Il n’y a jamais eu d’accident et aucun incident de fonctionnement ou de
dysfonctionnement ne permet de penser qu’il y en aura.

Improbable. La fonction dangereuse est accessible mais celle-ci est active


uniquement lorsqu’un organe de service est actionné par l’opérateur elle disparaît
lorsqu’on lâche l’organe de service.
2 OU, l’apparition de la fonction dangereuse est progressive, il y a toujours une
possibilité pour l’opérateur de se soustraire à celle-ci.
Dans tous les cas l’opérateur a une bonne visibilité sur les fonctions dangereuses.
Il n’y a jamais eu d’accident, mais quelques incidents de fonctionnement ou
dysfonctionnement ont pu être notés.
Probable. La fonction dangereuse est accessible et l’opérateur ne maîtrise pas son
apparition (marche automatique ou mouvement intempestif).
3 Il est notablement connu que des accidents ont eu lieu dans le passé ou des incidents
de fonctionnement ou dysfonctionnement permettent de penser que cela pourrait se
produire.
Très probable. La fonction dangereuse est accessible et l’opérateur ne maitrise pas
4 son apparition (dysfonctionnement du système), l’accident de fonctionnement est
imminent et tend vers 100 p 100.

Mesure de la gravité :
Ampleur des conséquences lorsqu’un événement non souhaité se produit. Cet effet peut
provoquer un décès, une blessure, une maladie, un dommage à l’environnement, aux matériels ou
aux biens de l’entreprise).

L’effet peut être :

 Faible
 Moyen
 Grave
 Très grave.

29
Niveau Description de la gravité Conséquence

Accident bénin (Chocs, coups, blessures


légères, bruit entraînant des interférences Dommages corporels légers. Soins
1
avec la communication orale ou les internes, pas d’arrêt de travail.
signaux acoustiques).

Accident (Blessures profondes, entorses,


Dommages corporels réversibles. Soins
2 fractures mineures, bruit entraînant une
externes, arrêt de travail.
diminution de la capacité d’attention).

Accident grave (Fractures graves,


3 membres écrasés, sectionnés détérioration Incapacité permanente partielle.
de l’audition,).

Accident très grave (membres sectionnés, Incapacité permanente totale avec arrêt
4
cécité, décès,). de travail.

Le risque est la chance ou la probabilité qu’un danger génère des conséquences


plus ou moins graves.

Exemple:

 La probabilité de dommages à la peau est très élevée en nettoyant un four avec un produit
corrosif sans gants de protection.
 Par contre si vous portez les gants et respecter les consignes de sécurité la probabilité
serait moindre.
 Si vous changez le produit chimique en un produit non corrosif les chances de dommage à
la peau sont presque nulles.

Il faut prendre en compte pour chaque risque, et dans tous les casles deux critères suivants :

• la gravité du dommage corporel (G),


• la probabilité d’occurrence de ce dommage (P).

Donc R est une fonction de G et de P qu’on écrira pour simplifier : R = G x P

30
Exemple de détermination de G :

Il s’agit de déterminer la gravité du dommage corporel associé au risque. La solution laplus simple
est de ne retenir que deux niveaux de gravité :

Chiffre associé
Gravité forte : mise en cause immédiate ou différée de l’intégrité physique 2
de la personne de façon irréversible
Gravité faible : mise en cause immédiate ou différée de l’intégrité physique 1
de la personne de façon réversible

Exemple de détermination de P :

La probabilité d’occurrence du dommage corporel peut être considérée en se référant :

• à la fréquence et la durée de l’exposition (F),


• au niveau de protection existant (N),
• au retour d’expérience (E) (incidents, accidents, événements non souhaités …).

Donc :P=FxNxE

Exemple de détermination de F :

il s’agit de la fréquence d’accès à la zonedangereuse, du temps passé dans cette zone et du


nombre de personnes yaccédant.

Chiffre associé
Très fréquent : l’accès à la zone dangereuse est permanent oupeut se 3
produire plusieurs fois par semaine
Fréquent : l’accès à la zone dangereuse peut se produireplusieurs fois par 2
mois
Peu fréquent : l’accès à la zone dangereuse peut seproduire une fois par an 1
ou moins d’une fois par an

Exemple de détermination de N : il s’agit de déterminer le niveau de protectionexistant vis-à-vis


du risque observé sur les processus ou sur un poste de travail.

Chiffre associé
Prévention intrinsèque : des mesures ont été prises poursupprimer le 0
danger (outils de presse noyée, peintures nontoxiques)
Protection collective : des mesures ont été prises pour isoler ledanger 1
(écrans de protection, dispositifs de captage,procédures, conformité
réglementaire et/ou normative).
Protection individuelle : des mesures ont été prisespour protéger la 2
personne (équipements de protectionsindividuelles, procédures)
Le danger subsiste : des mesures ont été prises pour avertir oumettre en 3
garde la personne (affichage, interdictions)

31
Exemple de détermination de E : il s’agit de prendre en compte les incidents, accidents,
événements non souhaités, survenus à une étape du processus ou sur unposte de travail et vis-à-
vis du risque étudié.

Chiffre associé
Aucun incident ou accident n’a été enregistré au cours des3 dernières 1
années
Un incident ou accident a été enregistré au cours des 12derniers mois 2

Exemple d’évaluation d’un risque :

R= G P
Evaluation Gravité du X Probabilité d’occurrence du dommage
du risque dommage
R= G F N E
Evaluation Gravité du X Fréquence X Niveau de X Retour
du risque dommage d’exposition protection d’expérience

Les exemples précédents on obtient :

Unité ou poste Danger Description du risque Evaluation du risque


de travail
Il y a un risque grave d’être électrocuté
Atelier de Electricitélorsque le chef d’atelier intervient plusieurs 2 X 3 X 3 X 1 = 18
mécanique fois par semaine dans l’armoire électrique qui
contient des conducteurs nus sous tension.
Il y a un risque de coupure superficielle aux
Poste Manutention mains lorsque les trois personnes de la 1X3X2X1=6
d’emballage manuelle logistique utilisent uncutter toute la journée
pour couperdes parties adhésives.

POUR FACILITER LA MISE EN ŒUVRE DE L’EVALUATION DES RISQUES, IL EST


POSSIBLE DE FAIRE ABSTRACTION DE (N) ET DE (E), DONC DE NE GARDER QUE DEUX
ENTREES (P) ET (G).

Les exemples précédents deviennent alors :

Unité ou poste Danger Description du risque Evaluation du risque


de travail
Atelier de Il y a un risque grave d’être électrocuté
mécanique Electricité lorsque le chef d’atelier intervient plusieurs 2X3=6
fois par semaine dans l’armoire électrique qui
contient des conducteurs nus sous tension.
Poste Il y a un risque de coupure superficielle aux
32
d’emballage Manutention mains lorsque les trois personnes de la 1X3=3
manuelle logistique utilisent uncutter toute la journée
pour couperdes parties adhésives.

Quantifier le danger et les conséquences

Outil d’évaluation du risque: MATRICE

2.4.2.1 - LA GRILLE DE COTATION DU NIVEAU DE RISQUE : (La cartographie des risques)

Niveau de gravité

Très grave 4 4 8 12 16

Grave 3 3 6 9 12

Moyen 2 2 4 6 8

Faible 1 1 2 3 4

1 2 3
Niveau de probabilité
4

Très improbable Improbable Probable Très probable

2.4.2.2 - MATRICE D’EVALUATION :(outil d’évaluation du risque)

1à2 BLEU NEGLIGEABLE : OPPERER SANS RISQUE

2à6 VERT ACCEPTABLE : OPERER AVEC ATTENTION

8 à 12 JAUNE INDESIRABLE : OPERER AVEC PRECAUTION

16 ROUGE INTOLERABLE : NE PAS PRENDRE DE RISQUE

33
Niveau du risque Actions nécessaires
[G ; P]
Risque 1,2 Risque faible : S’assurer que les dispositions existantes
[1 ; 1][1 ; 2][2 ; 1] (techniques et organisationnelles), sont prises en compte, et
qu’un suivi de leur application est réalisé.
Risques 3, 4, 6 Risque moyen : Des compléments doivent être prévu : formation,
[1 ; 3] [1 ; 4] [2 ; 3] [2 ; 2] [3 ; 2]... consignes de sécurité, port d’EPI, vérification du bon
fonctionnement des dispositifs de sécurité.
Risques 8, 9,12 Risque grave : Mettre en place des moyens techniques pour
[2 ; 4] [3 ; 4] [3 ; 3] [4 ; 3] [4 ; 2] réduire la gravité ou pour réduire la probabilité.
Risque très grave : Le travail doit être arrêté, ou l’équipement ne
Risque 16 doit pas être utilisé dans l’état. Dans le cas ou la solution
[4; 4] technique nécessite un délai de mise en œuvre, l’équipement ne
doit plus être utilisé sans mesure corrective 

2.4.3 - ETAPE 3:DETERMINER LES MESURES DE PREVENTION

La troisième étape consiste à déterminer les mesures de prévention afin d’éliminerles risques ou,
au moins, à les maîtriser.

Il peut s’agir de :

• Prévention : mesures de sécurité qui consistent à éviter ou réduireautant de phénomènes


dangereux que possible.

• Protection: mesures de sécurité qui consistent en l’emploi de moyens techniquesspécifiques


afin de protéger les personnes contre les phénomènes dangereux quel’application des techniques
de prévention ne permet nid’éviter, ni de limiter suffisamment.

Etape suivante est donc la recherche de méthodes d’élimination ou de maitrise de danger.

Pour ce faire, il faut respecter et appliquer les 9 principes généraux de prévention, à savoir :

- éviter les risques ;


- évaluer les risques qui ne peuvent pas êtreévités ;
- combattre les risques à la source ;
- adapter le travail à l’homme, en particulierpour ce qui concerne la conception despostes de
travail ainsi que le choix deséquipements de travail et des méthodes detravail et de production, en
vue d’atténuer letravail cadencé et monotone ;
- tenir compte de l’état d’évolution de la technique;
- remplacer ce qui est dangereux par ce quin’est pas ou moins dangereux ;
- planifier la prévention, en intégrant la préventiontechnique, l’organisation du travail,les conditions
de travail, les relations socialeset l’influence des facteurs ambiants autravail ;
34
- prendre des mesures de protection collectiveen priorité par rapport à des mesuresde protection
individuelle ;
- donner les instructions appropriées aux travailleurs.

2.4.3.1 - MESURES TECHNIQUES DE CONTROLE:

Élimination du danger
La meilleure façon de contrôler le risque est d’éliminer le danger. Une fois le risque est éliminé, les
conséquences disparaîtront.

Changement de procédé

Substitution
Remplacement d’une substance ou d’une opération dangereuse par une opération non
dangereuse.

Isolation à travers des dispositifs de sécurité


Un changement dans le design ou un ajout de dispositifs physiques qui permettent de contrôler
l’exposition du travailleur au danger.

2.4.3.2- MESURES ORGANISATIONNELLES:

Un contrôle administratif du risque implique une baisse de la probabilité d’occurrence de


l’accident.
- Réduction du nombre de personnes exposées
- Réduction du temps d’exposition
- Formation et training du personnel exposé
- Rotation du personnel
- Pauses
- Permis de travail.

Verrouillage et Etiquetage est une mesure organisationnelle de contrôle de risque.


Tout système de permis ou d’autorisation de travail est aussi considéré comme mesure
organisationnelle de contrôle.
Le travailleur évite les conséquences du danger par l’adoption du comportement dictée par la
signalisation.

2.4.3.3 - EQUIPEMENT DE PROTECTION INDIVIDUELLE :

Les EPI est le dernier recours.


Les employés doivent comprendre la nature et les conséquences du danger et l’importance du
port des EPI, Le manager doit aussi s’assurer de la disponibilité des EPI, de leur qualité, de leur
efficacité par rapport à la nature du danger et que les travailleurs ont été formés sur l’usage
correcte de ces EPI et de leur entretien.

2.4.4 - ETAPE 4:ADOPTER LES MESURES DE PREVENTION ET LES METTRE EN ŒUVRE

La quatrième étape consiste à mettre en œuvre les mesures deprévention déterminées


auparavant.

35
Il va de soi que toutes les mesures ne pourront être mises en œuvresimultanément il faut donc :
établir un ordre de priorité en tenantcompte de la gravité du risque et de ses conséquences.
Il faut aussi déterminer les personnes pouvant s’occuper de la miseen œuvre, le temps que cela
va prendre et déterminer un délai demise en œuvre.

Parmi les mesures à réaliser, on pourra ainsi distinguer:

• les mesures applicables de suite et à moindres frais;


• les mesures provisoires à mettre en place(consignes de sécurité, information et la formation) en
attendant lesmesures applicables à plus long terme et plus coûteuses;

2.4.4.1 - LES PRECAUTIONS PRISES CONTRE LES DANGERS IDENTIFIENT

Sont-elles :

- En conformité aux standards, exigences légales et réglementaires?


- En adéquation avec des standards reconnus dans l’industrie?
- Considérées comme les meilleures pratiques?
- Raisonnables et praticables?
- Respectent-elles la hiérarchie de contrôle?

2.4.5 - ÉTAPE 5 : CONTROLE - EXAMEN ET ENREGISTREMENT

2.4.5.1 - CONTROLE : ÉVALUER LE RISQUE RESIDUEL.

« Risque résiduel = Niveau du risque après mise en place des mesures de contrôle
Le risque doit être au niveau négligeable ou acceptablepour pouvoir procéder à la réalisation de
l’activité. »

Probabilité
1 2 3 4

[1;4] [2;4] [3;4] [4;4]


R4 R8 R12 R16
Gravité

[1;3] [2;3] [3;3] [4;3]


R3 R6 R9 R12
2

[1;2] [2;2] [3;2] [4;2]


R2 R4 R6 R8

36
1

[1;1] [2;1] [3;1] [4;1]


R1 R2 R3 R4

1à2 BLEU NEGLIGEABLE : OPPERER SANS RISQUE

2à6 VERT ACCEPTABLE : OPERER AVEC ATTENTION

8 à 12 JAUNE INDESIRABLE : OPERER AVEC PRECAUTION

16 ROUGE INTOLERABLE : NE PAS PRENDRE DE RISQUE

2.4.5.2 - EXAMEN ET ENREGISTREMENT :

Il s’agit non seulement de vérifier si les risques ont pu être éliminés, mais aussi si aucun nouveau
risque n’a été créé suite à l’application des mesures,et surtout si les délais d’exécutiondes
mesures ont été respectés.

Un bon enregistrementpeut servir en tant que:

• base pour les réexamens et les évaluations des risques à venir;


• preuve destinée aux organismes de contrôle;
• information à transmettre aux personnes concernées.

Afin de bien servir de base pour des évaluations futures, il est recommandéque l’enregistrement
contienne:

• les noms et fonctions des personnes effectuant les contrôles etexamens;


• la date du contrôle:
• les risques qui ont pu être dépistés;
• les groupes de personnes pouvant être menacés par les risquesdépistés;
• les mesures de prévention mises en œuvre;
• les informations concernant des contrôles et examens futurs;
• les informations concernant la participation des travailleurs dansl’évaluation des risques.

Conclusion :

Se rappeler que l’évaluation du risque est un travail de groupe

Toute activité comporte un risque


•Aucune activité aussi simple soit-elle n’est garantie commesûre.

37
•La décision de réaliser une activité nécessite au préalable l’évaluation du risque
•Le risque associé à une activité est défini comme Risque = P X G
•La décision finale de statuer si le risque est acceptable ou non requiert une réflexion, une
discussion et jugement.
•Il n’y a aucune méthode spécifique d’identification de dangers.
•Pour identifier les risques vous devez connaître exactement ce que vous allez réaliser, qui va être
chargé de la réalisation, quels sont les outils, équipements et matériaux à utiliser, quand, où et
comment.
ETUDE DE CAS :

EVALUATION DES RISQUES (CANEVAS TYPE)


Les étapes de la démarche

FORMULAIRE D’ANALYSE DES RISQUES ET MESURES DE CONTROLE

Un formulaire qui permet de:


- Guider le groupe dans l’évaluation des risques
- Classifier les dangers et enregistrer les données pour analyse
- Faciliter le recours à l’information par l’usage d’un formulaire standard
- Créer une banque de données pour une amélioration continue.

Analyse des risques et mesures de prévention


Réf du document : Activité :
Date : Lieu :
Projet : Effectuée par :
Risque Evaluation Mesures de prévention Risque
initiale résiduel
Probabilité

Gravité

Niveau du risque

Probabilité

Gravité
Taches

Niveau du risque
Mesures de Mesures de
prévention prévues prévention
Description du Conséquences pour réduire la prévues Pour
danger probabilité réduire la gravité

38
APPLICATION :

Activité : Changer la roue crevée d’une voiture

Détailler l’activité

-Trouver un lieu adéquat pour changer la roue


- Sortir de la malle la roue de secours et les outils
- Desserrer les écrous
- Soulever la voiture avec le cric
- Enlever la roue crevéePlacer la nouvelle roue
- Replacer les écrous et serrer
- Faire descendre le cricSerrer les écrous
- Remettre la roue crevée et les outils dans la malle

ETAPE 1 : Identifier les risques (Description du danger et conséquences)

Description du danger
Véhicule roulant sur la bande d’urgence (Conducteur Heurté par un véhicule qui passe)
Véhicule heurté par un autre véhicule qui roule sur la bande d’urgence
Mauvaise manutention manuelle
Outils défectueux ou non appropriés
Mauvaise utilisation ou utilisation incorrecte des outils

39
Cric défectueux ou mauvais montage Travailler dans une position difficile.

Conséquences
Décès du conducteur
Décès ou sévères multiples blessures des passagers
Dégâts matériels importants du véhicule
Douleur au dos Lumbago
Blessures ou coupures des mains Blessures des bras

ETAPE 2 : Evaluer les risques et les classer par ordre de priorité

Niveau du risque :

1 2 3 4

4
[1;4] [2;4] [3;4] [4;4]
R4 R8 R12 R16

3
Gravité

[1;3] [2;3] [3;3] [4;3]


R3 R6 R9 R12

2
[1;2] [2;2] [3;2] [4;2]
R2 R4 R6 R8

1
[1;1] [2;1] [3;1] [4;1]
R1 R2 R3 R4

Risque =Probabilité X Gravité

Probabilité
Matrice d’évaluation :

40
1à2 BLEU NEGLIGEABLE : OPPERER SANS RISQUE

2à6 VERT ACCEPTABLE : OPERER AVEC ATTENTION

8 à 12 JAUNE INDESIRABLE : OPERER AVEC PRECAUTION

16 ROUGE INTOLERABLE : NE PAS PRENDRE DE RISQUE

L’évaluation initiale du risque avec supposition qu’aucune mesure de contrôle n’a été
prise:Intolérable–Ne pas prendre de risque.

Reste à identifier et mettre en place les mesures de contrôle pour réduire le niveau du risque à
son niveau négligeableou acceptable pour pouvoir réaliser l’activité.

ETAPE 3 : Déterminer les mesures de prévention

Mesures de contrôle pour réduire la probabilité: (Prévention)

•Stationner en lieu sur


•Faire appel à un remorqueur
•Faire changer la roue par le vulcanisateur
•Actionner frein à main et mettre levier en position vitesse
•Allumer feux de détresse
•Mettre passagers en lieu sur
•Placer triangle de signalisation à une distance appropriée
•Porter le gilet de signalisation
•Adopter technique de manutention manuelle
•Utiliser outils appropriés
•Utiliser les outils correctement
•Consulter manuel d’entretien du véhicule
•Placer cric à l’endroit prévu par le constructeur.

Mesures de contrôle pour réduire la gravité :  (Protection)

•Porter des gants


•Porter ceinture lombaire
•Avoir une trousse de premiers soins
•Faire appel à un médecin.

41
ETAPE 4: Adopter les mesures de prévention et les mettre en œuvre

Les mesures de contrôle doivent être appropriées, suffisantes et raisonnablement praticables

Dans notre exemple :

Mesures de contrôle pour réduire la probabilité:


(Prévention)

•Faire appel à un remorqueur


•Faire changer la roue chez le vulcanisateur.

Mesures de contrôle pour réduire la sévérité : 


(Protection)

•Mettre ceinture lombaire


•Faire appel à un médecin

ETAPE 5:Contrôle - Examen- Enregistrement

CONTROLE :Évaluer le risque résiduel


Risque résiduel = Niveau du risque après mise en place des mesures de contrôle.

Le risque doit être au niveau négligeable ou acceptablepour pouvoir procéder à la réalisation de


l’activité.

1à2 BLEU NEGLIGEABLE : OPPERER SANS RISQUE

2à6 VERT ACCEPTABLE : OPERER AVEC ATTENTION

8 à 12 JAUNE INDESIRABLE : OPERER AVEC PRECAUTION

16 ROUGE INTOLERABLE : NE PAS PRENDRE DE RISQUE

Examen- Enregistrement
- Satisfaction et accord du groupe menant l'évaluation,
42
- Communication pour les employés réalisant l'opération:Dangers, mesures de contrôle et
responsabilités,

- Supervision de l’opération pour tout changement de situation,(En cas de danger arrêter


l'opération et réévaluer le risque).

EXERCICE

« Travaux d’étanchéité sur toiture du bâtiment »

ETAPE 1 : Description et identification des dangers

A. Prendre connaissance de l’activité. B. Détailler les séquences de l’activité.

•Poser des questions: Ou, comment et quand 1. Déplacement matériels & matériaux sur
l’activité aura lieu? les lieux.
•Moyens humains, matériels? 2. Déplacement du personnel vers toiture
•Matériaux utilisés? 3. Nettoyer sol de toiture
•Conditions climatiques? 4. Enlever couvercle du goudron
•Se déplacer sur le lieu de l’activité D. Conséquences
5. Allumer réchaud
•Existe-t-il
C. une
Identifier lesactivité
dangersavoisinante? 6. Chauffer goudron
•Lumbago
7. Etaler goudron chauffé sur surface
1. Mauvaise manutention manuelle •Fatalité
8. Faire due àmatériel
descendre chute d’objet
au sol sur
2. Manutention mécanique inappropriée personne
9. Evacuer matériels hors site
3. Eclairage insuffisant •Blessures multiples
4. Chute d’objets •Blessures aux pieds
5 Travaux en hauteur •Fatalité due à chute de personne
6. Poussière •Intoxication
7. Objets tranchants •Coupures doigts et mains
8. Explosion de la bouteille à propane •Décès + dégâts matériels
9. Feu •Décès + dégâts matériels
10. Produit chimique •Intoxication/ Pollution de l’air
11. Haute température •Brûlures multiples 43
12. Personnel sous la charge •Fatalité
13. Bidon ou déchets du goudron •Impact environnemental
ETAPE 2 : Evaluer le risque initial

Risque = Conséquences X Probabilité = G X P

Quantifier la gravité et la probabilité en s’inspirant de la matrice

Danger Conséquences G P R
1. Mauvaise manutention manuelle •Lumbago 4 3 12
2. Manutention mécanique inappropriée •Fatalité due à chute d’objet sur personne 3 4 12
3. Eclairage insuffisant •Blessures multiples 4 3 12
4. Chute d’objets •Blessures aux pieds 3 3 9
5. Travaux en hauteur •Fatalité due à chute de personne 3 4 12
6. Poussière •Intoxication 2 3 6
7. Objets tranchants •Coupures des doigts et mains 4 3 12
8. Explosion de la bouteille à propane •Fatalité + dégâts matériels 3 4 12
9. Feu •Fatalité, brûlures + dégâts matériels 3 4 12
10. Produit chimique •Intoxication/ Pollution 3 3 9
11. Haute température •Brûlures multiples 3 4 12
12. Personnel sous charge •Fatalité 3 4 12
13. Bidon ou déchets du goudron •Impact environnemental 1 1 1

Probabilité
1 2 3 4

4
[1;4] [2;4] [3;4] [4;4]
R4 R8 R12 R16
Gravité

44
3
[1;3] [2;3] [3;3] [4;3]
R3 R6 R9 R12

2
[1;2] [2;2] [3;2] [4;2]
R2 R4 R6 R8

1
[1;1] [2;1] [3;1] [4;1]
R1 R2 R3 R4

1à2 BLEU NEGLIGEABLE : OPPERER SANS RISQUE

2à6 VERT ACCEPTABLE : OPERER AVEC ATTENTION

8 à 12 JAUNE INDESIRABLE : OPERER AVEC PRECAUTION

16 ROUGE INTOLERABLE : NE PAS PRENDRE DE RISQUE

ETAPE 3 : Déterminer les mesures de prévention

Reste à identifier et mettre en place les mesures de contrôle pour réduire le niveau du risque à
son niveau négligeable ou acceptable pour pouvoir réaliser l’activité.

Nous devons pour chaque risque, établir les mesures de


prévention en respectant la hiérarchie (les 9 princ de prév).

Mesures techniques :(p.35- 2431)

Élimination : Peut-on éliminer le risque?

- En utilisant un produit de revêtement IRZOMAT (Produit liquide ne nécessitant aucun


réchauffement)on élimine le risque de brûlure, d’incendie, d’explosion et de manutention de la
bouteillede propane.

Substitution: Peut-on substituer le produit ou l’opération parmoins dangereux?

- Le produit substitué est non toxique ni nocif. L’opération devient moins dangereuse.
- Utilisation d’une monte charge approprié. Réduction de la probabilité de bouteille de chuter sur
des personnes.

Isolation:

45
Mise en place de barricades en niveau de la toiture et au niveau de la zone de manutention.
Réduction de la probabilité de chute de personnes travaillant sur la toiture et de chutede matériels
sur personnes

Mesures organisationnelles : (p.35- 2432)

Plaques de signalisation de danger: Réduction de la probabilité.

EPI:(p.35- 2433)

Gants, masques, casques, gants diminuent la sévérité.

ETAPE 4 : Adoption des mesures de prévention

Danger Mesures préventives P G R


1. Mauvaise manutention manuelle 1. techniques de manutention manuelle 1 3 3

2. Manutention mécanique 2. Contrôler moyens de levage. S’assurer 1 4 4


inappropriée qu’ils sont appropriés. Barricader zone
d’opération. Disposer d’unmonte charge

3. Installer et éclairer zones de passage plus 1 3 3


3. Eclairage insuffisant d’ordre et de propreté
4. Chute d’objets 4. Porter EPI 3 1 3
5 Travaux en hauteur 5. Barricader zone de travaux sur toiture 1 4 4

6. Poussière 6. Arroser sol & Fournir masque anti- 1 3 3


poussière
7. Objets tranchants 7. Utiliser outils adéquats. Porter gants 1 2 2
8. Explosion bouteille à propane 8. Tenir bouteille debout, attachée. vérifier état 1 4 4
tuyaux et remplacer si nécessaire.
9. Feu 9 Extincteur sur place et initiation personnel 1 4 4
10 Produit chimique 10. Appliquer consignes & Porter masque 1 3 3
11. Haute température 11. Porter gants résistants à la chaleur 1 3 3
46
12. Personnel sous charge 12. Disposer d’unmonte charge. Poster 1 4 4
signaux
13. Bidon ou déchets du goudron 13. Collecter déchets 1 1 1

Analyse des risques et mesures de prévention


Réf du document : Activité : travaux d’étanchéité
Date : Lieu :
Projet : Effectuée par :
Risque Evaluation Mesures de prévention Risque
initiale résiduel
Probabilité

Gravité

Niveau du risque

Probabilité

Gravité

Niveau du risque
Mesures de Mesures de
Taches

prévention prévues prévention


Danger Conséc pour réduire la prévues Pour
probabilité réduire la gravité

1. Mauvaise .Lumbago 4 3 1 1. techniques de 1 3 3


manutention 2 manutention manuelle
1. manuelle
Déplacement 2. Manut- 2. Contrôler moyens de
matériels et .Fatalité due à 3 4 1 4 4
mécanique levage. S’assurer qu’ils
matériaux sur chute d'objets 1
inappropriée sont appropriés -
toiture. sur personne 2 Barricader zone levage

3. Eclairer zones de 1 3 3
3. Eclairage .Blessures 4 3
insuffisant passage,ordre/propreté
2.
multiples
4. Porter EPI 3 1 3
4. Chute .Blessures aux
Déplacement 3 3 1
d’objets pieds
personnel vers 5 Travaux en 3 4 2 5. Barricader zone de 1 4 4
.Fatalité
la toiture hauteur toiture vers vide
47
9
1
6. Poussières 2
2 3 6. Arroser sol 6. Porter masque 1 3 3
.Intoxication
3. Nettoyer sol
de toiture

6
7. Objets
Coupure des 7. Utiliser outil adéquat
tranchants 3 4 7. Porter gants 1 2 2
doigts et
4. Enlever
mains
couvercle

8. Explosion 1 8. Bouteille attachée, Extincteur+ initiation 1 4 4


de la 4 3 2 debout, vérifier tuyaux
bouteille à Fatalité et et remplacer si défauts
5. Allumer
propane. dégâts
réchaud
matériels

......
1
2

.........

CHAPITRE : 3

3.1 - LA GESTION DES RISQUES PROFESSIONNELS

3.1.1 - LA GESTION DES RISQUES CHIMIQUES

Les risques peuvent être liés à leurs propriétés physico-chimiques (état


physique, inflammabilité, instabilité donnant lieu à des explosions) ou à leurs
propriétés toxiques (irritations, brûlures, asphyxies, allergies, intoxications
aiguës, cancérogènes ou toxiques pour la reproduction...).

Lorsqu’une exposition à plusieurs agents chimiques est constatée, l’évaluation doit prendre en
compte les risques combinés de l’ensemble de ces agents.

ÉVALUER LES RISQUES

L’ÉTIQUETTE ET LA FICHE DE DONNÉES DE SÉCURITÉ

L’étiquette est la source d’information la plus synthétique sur la dangerosité d’un produitchimique.
Son existence et les informations qui y figurent doivent être connues de tous.

Elle est obligatoire sur tout récipient contenant des produits chimiques présentant des risqueset
doit comporter :
- le nom du produit,
- l’identification du fabricant ou de l’importateur,

48
- le ou les symbole(s) de danger avec leur signification,
- la ou les phrase(s) de risques, numérotée(s) de R1 à R67,
- le(s) conseil(s) de prudence, numéroté(s) de S1 à S64.

En cas de reconditionnement, le nouvel emballage ou flaconnage doit être pourvu de l’étiquette du


produit.

Remarque : un produit peut présenter des risques sans qu’il lui corresponde un pictogramme.
Dans ce cas, une ou plusieurs phrase(s) de risques seront mentionnées sur l’étiquette.

- les limites d’explosivité : les gaz et vapeurs peuvent exploser si le rapport air/vapeur est compris
entre deux valeurs limites, limite inférieure d’explosivité (LIE) et limite supérieure d’explosivité
(LSE). Elles sont exprimées en pourcentage dans l’air (par exemple, pour l’éther éthylique LIE :
1,85%, LSE : 48%).

CAS PARTICULIERS

Des poussières fines peuvent s’enflammer voire exploser avec un faible apport d’énergie.
Un certain nombre de produits peuvent se décomposer ou se polymériser spontanément, avec un
dégagement de chaleur ou une explosion. D’autres produits peuvent réagir vivement avec des
composants de notre environnement (l’eau, l’air) ou par incompatibilité avec d’autres produits
chimiques.

LA CLASSIFICATION DES EFFETS

La dose qui produit un effet néfaste peut être faible ou élevée, unique ou répétée. L’effet peut être
immédiat ou différé, réversible ou irréversible.

Les effets toxiques d’un produit pourront être décrits comme :


- aigus, observés après 15 minutes
- subaigus, observés après 2 semaines
- à long terme et/ou chronique.

LES VALEURS LIMITE D'EXPOSITION

Les valeurs limites d’exposition sont des valeurs indicatives définies de la façon suivante :
- la valeur limite de moyennes d’exposition (ou VME) : pour un produit donné, c’est la
concentration dans l’air à laquelle un travailleur peut être exposé pendant 8 heures par jour.

- la valeur limite d’exposition (ou VLE) : c’est la valeur limite à ne dépasser en aucun cas,lors
d’une exposition de 15 minutes par inhalation.

CAS PARTICULIERS DES CMR

DEFINITIONS

49
Substances cancérogènes : substances et préparations qui par inhalation, ingestion ou
pénétration cutanée, peuvent produire le cancer ou en augmenter la fréquence.

Substances mutagènes : substances et préparations qui par inhalation, ingestion ou pénétration


cutanée, peuvent produire des défauts génétiques héréditaires ou en augmenter la fréquence.

Substances toxiques pour la reproduction : substances et préparations qui par inhalation,


ingestion ou pénétration cutanée, peuvent produire ou augmenter la fréquence d’effets
indésirables non héréditaires dans la progéniture ou porter atteinte aux fonctions ou capacités
reproductrices.

EXERCICE D’APPLICATION N° 2

« Application de peinture par pulvérisation »

ETAPE 1 : Description et identification des dangers

Comment les travailleurs peuvent se B. Détailler les séquences de l’activité.


blesser? Quelles sont les conséquences?
« Identifier les dangers » 1. Déplacement matériels de peinture sur le
1. Produit chimique (xylène T+, F) - lieu
Intoxication/
de travailPollution de l’air
2. Déplacement du peintre vers la surface à
2. Mauvaise manutention manuelle (jerrican, - peindre
Lumbago
bidon.)
3. Nettoyer la surface à peindre
3. Manipulation d’un seau de 10 litres dans un - 4. Enlever
Fatalité couvercle
due du récipient
à une inhalation des vapeurs
5. Diluer la peinture brute
6. Remplissage du pot de pulvérisation 50
7. Pulvérisation en cabine ventilée
8. Remettre le matériel en place
local confiné émises

4. Eclairage insuffisant - Blessures chute de plein pied

5. Renversement du seau avec émissions - Blessures multiples (contact cutané...)


massives de vapeurs
6. Présence du peintre dans une atmosphère - Fatalité due à une explosion
explosible
7. Poussière - Intoxication

8. Panne de ventilation - Intoxication/ Pollution de l’air

9. Feu - Décès + dégâts matériels

10. inhalation des vapeurs nocifs - intoxication aigue par inhalation


11. Objets tranchants - Coupures doigts et mains

A. Prendre connaissance de l’activité.

•Poser des questions: Ou, comment et quand


l’activité aura lieu?
•Moyens humains, matériels?
•Matériaux utilisés?
•Conditions climatiques?
•Se déplacer sur le lieu de l’activité
•Existe-t-il une activité avoisinante?

51
ETAPE 2 : Evaluer le risque initial

Risque = Conséquences X Probabilité = G X P

Quantifier la gravité et la probabilité en s’inspirant de la matrice

Danger Conséquences G P R
1. Produit chimique (Xylène - • Intoxication/ Pollution de l’air 4 3 12
inflammable)
2. Mauvaise manutention manuelle • Lumbago
(jerrican, bidon.) 3 4 12
3. Manipulation d’un seau de 10 litres •Intoxication aigue due à une inhalation
dans un local confiné des vapeurs émises 4 3 12
4. Eclairage insuffisant • Blessures chute de plein pied 3 3 9
5. Renversement du seau avec • Blessures multiples (contact cutané...) 3 4 12
émissions massives de vapeurs
6. Présence du peintre dans une • Fatalité due à une explosion 4 3 12
atmosphère explosible
7. Poussière • Intoxication 4 3 12
8. Panne de ventilation • Intoxication/ Pollution de l’air 4 1 4
9. Feu • Décès + dégâts matériels 3 3 9
10. inhalation des vapeurs nocifs • intoxication aigue par inhalation 4 4 16
11. Objets tranchants • Coupures doigts et mains 4 3 12

Probabilité
1 2 3 4

4
[1;4] [2;4] [3;4] [4;4]
R4 R8 R12 R16
Gravité

3
[1;3] [2;3] [3;3] [4;3]
R3 R6 R9 R12

2
[1;2] [2;2] [3;2] [4;2]
R2 R4 R6 R8

1
[1;1] [2;1] [3;1] [4;1]
R1 R2 R3 R4

1à2 BLEU NEGLIGEABLE : OPPERER SANS RISQUE

2à6 VERT ACCEPTABLE : OPERER AVEC ATTENTION

8 à 12 JAUNE INDESIRABLE : OPERER AVEC PRECAUTION 52

16 ROUGE INTOLERABLE : NE PAS PRENDRE DE RISQUE


ETAPE 3 : Déterminer les mesures de prévention

Reste à identifier et mettre en place les mesures de contrôle pour réduire le niveau du risque à
son niveau négligeable ou acceptable pour pouvoir réaliser l’activité.

Nous devons pour chaque risque, établir les mesures de


prévention en respectant la hiérarchie (les 9 princ de prév).

Mesures techniques :(p.35- 2431)

Élimination : Peut-on éliminer le risque?

- En utilisant un produit de remplacement (Produit ne nécessitant aucuneinflammation)on élimine


le risque d’incendie, et d’explosion.

Substitution: Peut-on substituer le produit ou l’opération parmoins dangereux?

- Le produit substitué est non inflammablemais nocif. L’opération devient moins dangereuse.
- Utilisation d’unmasque anti-vapeurs. Réduction de la probabilité d’intoxication par inhalation.

Isolation:

Mise en place d’une cabine au niveau de la zone de travail. Réduction de la probabilité


d’inhalation des vapeurs nocifs.

Mesures organisationnelles : (p.35- 2432)

Plaques de signalisation de danger: Réduction de la probabilité.

EPI:(p.35- 2433)

Gants, masques, gants diminuent la gravité.


ETAPE 4 : Adoption des mesures de prévention

Danger Mesures préventives P G R


53
1. Produit chimique (Xylène - 1. Substitution par un autre produit non 1 3 3
inflammable) inflammable

2. Mauvaise manutention manuelle 2. techniques de manutention manuelle 1 3 3


(jerrican, bidon.)
3. Manipulation d’un seau de 10 3. Reconditionnement en petites quantités + 1 3 3
litres dans un local confiné EPI
4. Eclairage insuffisant 4. Installer et éclairer zones de passage plus 3 1 3
d’ordre et de propreté
5. Renversement du seau avec 3 1 3
émissions massives de vapeurs 5. EPI (Masque anti vapeurs, gants, lunettes)
6. Présence du peintre dans une 6. supprimer les sources potentielles 1 3 3
atmosphère explosible d’inflammation : flammes, étincelles,
frottements, points chauds 
7. Poussière 7. porter masque 1 2 2
8. Panne de ventilation 8. Installer les buses mobiles d’aspiration 1 4 4
9. Feu 9 Extincteur sur place et initiation personnel 1 4 4
10. inhalation des vapeurs nocifs 10. EPI + Captage à la source 1 4 4
11. Objets tranchants 11. Utiliser outil adéquat + gant 1 2 2

Analyse des risques et mesures de prévention


Réf du document : Activité : travaux d’étanchéité
Date : Lieu :
Projet : Effectuée par :
Risque Evaluation Mesures de prévention Risque
54
initiale résiduel

Niveau du risque
Probabilité

Gravité

Niveau du risque

Probabilité

Gravité
Mesures de Mesures de
Taches

prévention prévues prévention


Danger Conséquence pour réduire la prévues Pour
probabilité réduire la gravité

1.Déplaceme- 2. .Lumbago 4 3 1 2. techniques de 1 3 3


-ntmatériels Mauvaise 2 manutention
de peinture manutentio manuelle
sur le lieu de n manuelle
travail. (jerrican,
bidons
lourd)
.Fatalité due 3 4 3. Porter EPI 1 3 3
2.Déplaceme 3.
3.Manipulat à une 1
--nt du Reconditionnement
id’un sceau inhalation 2
peintre vers en petites quantités
de 10 litres des vapeurs
la surface à
dans un émises
peindre
local mal
aéré .Blessures 3 3 3 1 3
4.éclairage chute de
insuffisant plein pied 4. Eclairer zones de
9
passage,
ordre/propreté
3. Nettoyer 7. porter masque 1 2 2
.Intoxication 3 4
la surface à 7.Poussièr
peindre e
1
2

3 4 11. Porter gants 1 2 2


4. Enlever . Coupure
couvercle des doigts et 11. Utiliser outil
11. Objets
du récipient mains adéquat 5. EPI (masque anti 3 1 3
tranchants 4 3 1
5.Renverse . Blessures vapeurs)
multiples 2
--ment du
seau avec (contact
émissions cutané...)
massives 1
de vapeurs
3 4 2 1 3 3
5. Diluer la .Fatalité due
peinture à une 6. supprimer les
6. Présence explosion sources potentielles
brute
du peintre d’inflammation :
dans une flammes, étincelles,
atmosphèr frottements, points 1 4 4
3 3 1 chauds 
e Décès
+dégâts 2 9 Extincteur sur place
explosible
matériel et initiation personnel
9. Feu

3.1.2 - LA GESTION DES RISQUES MECANIQUES

DEFINITION :

55
On appelle risques mécaniques l'ensemble des facteurs physiques qui peuvent être à l'origine
d'une blessure par l'action mécanique d'éléments de machines, d'outils, de pièces, ou de
matériaux solides ou de fluides projetés. »

En conséquence, les risques mécaniques se présentent généralement sous les formes suivantes:
- risque d'écrasement,
- risque de cisaillement,
- risque de coupure ou de sectionnement,
- risque de happement, d'enroulement,
- risque d'entraînement ou d'engagement,
- risque de chocs,

Identification des phénomènes dangereux d'origine mécanique :

Les principaux facteurs à prendre en compte concernant les éléments de machines, outils, pièces
pouvant être à l'origine de risques mécaniques sont:
- leur forme: éléments coupants, arêtes vives, etc.,
- leur disposition relative pour les pièces en mouvement,
- leur masse et leur stabilité (chute),
- leur masse et leur vitesse (énergie cinétique),
- leur résistance mécanique (rupture, éclatement, flexion),
- leur énergie potentielle (ressorts, éléments élastiques, gaz et liquides sous pression).

Les autres risques que peuvent engendrer les machines sont les suivants:
- risque électrique,
- risque thermique,
- risque engendré par le bruit,
- risque engendré par les vibrations,
- risque engendré par les rayonnements.

Description et estimation du risque

L'identification des phénomènes dangereux est insuffisante pour décrire à elle seule un risque. Il
est nécessaire de déterminer un certain nombre d'éléments complémentaires tels que:

A. La gravité du dommage

La gravité peut être estimée en prenant en compte:

• la nature de ce qui est à protéger: personnes, biens, environnement,


• la gravité des blessures (dans le cas des personnes) : lésion ou atteinte à la santé légère
(généralement réversible), lésion ou atteinte à la santé grave (généralement irréversible), mort,
• l'importance du dommage (pour chaque machine). Dans le cas des personnes: une personne,
plusieurs personnes.

B. La probabilité d'occurrence de ce dommage

La fréquence et la durée d'exposition des personnes au phénomène dangereux.

L'exposition peut être estimée en prenant en compte:

56
• le besoin d'accès à la zone dangereuse (par exemple pour des raisons de production, de
maintenance ou de réparation),
• la nature de l'accès (par exemple alimentation manuelle de matières), le temps passé dans la
zone dangereuse, le nombre de personnes demandant l'accès, la fréquence d'accès.

3.1.3 - LA GESTION DES RISQUES ELECTRIQUES

L’employeur doit veiller au respect des règles de sécurité et à la


compétence des personnes intervenant sur les installations
électriques.

ÉVALUER LES RISQUES

DEFINITIONS :

· Choc électrique, c’est l’effet physio - pathologique résultant du passage d’un courantélectrique à
travers le corps humain.
· Contact direct, contact de personne avec une partie active d’un circuit électrique,c’est à dire des
éléments de circuit normalement sous tension ou un des conducteursnormalement sous tension.
· Contact indirect, contact de personne avec une masse mise sous tension par suited’un défaut
d’isolement.
· Le foudroiement est un électrotraumatisme mortel dû à la foudre (effet d’arc).

Les accidents électriques sont généralement dus :


au mauvais état des isolants (dégât mécanique, désagrégation ou usure) ;
aux modifications effectuées sans contrôle (modification ou extension d'une installation
électrique par une personne non compétente) ;
à l’utilisation de machines-outils portatives, d’appareils de soudure électrique, de lampes
portatives ou de ponts roulants ;
aux interventions sur ou au voisinage du réseau (lignes aériennes, postes de transformation et
canalisations enterrées).

La gravité des lésions dépend de plusieurs facteurs :


l’intensité du courant (il y a danger à partir de 5 mA),
la durée du passage du courant,
la surface de la zone de contact,
le trajet du courant dans le corps,
l’état de la peau (sèche, humide, mouillée),
la nature du sol,
la capacité d’isolation des chaussures portées.

Quelles sont les règles de base à respecter ?

PRÉVENIR LES RISQUES

57
LES MESURES TECHNIQUES
Les mesures techniques concernent le matériel et les dispositifs de protection.
Ces derniersconstituent une chaîne continue depuis la production du courant électrique jusqu'à
sonutilisation. L'ensemble des dispositifs de cette chaîne doit être calculé, vérifié, contrôlé
etentretenu par du personnel qualifié.

Les mesures de protection contre les chocs électriques en BT :

Contre le contact direct (mesures de prévention) :


· Isolation
· Barrières et enveloppes
· Eloignement

Contre le contact indirect :


A / sans mise à la terre et sans coupure automatique :
Utilisation de la Très Basse Tension (TBT).
Emplois de matériel de classe II.
Utilisation de transformateur d'isolement.

B / avec mise à la terre associée à une coupure automatique du circuit : l’appareil deprotection qui
réalise la coupure automatique du circuit a ses caractéristiques dépendantes dela valeur du
courant de défaut et du régime de neutre de l’installation.

S’agissant des interventions

Le personnel intervenant sur les installations électriques doit avoir reçu une formation aux
travaux électriques et posséder une habilitation.

Cette habilitation est la reconnaissance d’une qualification spécifique et est délivrée


parl’employeur.

Pour intervenir sur une installation électriquequelle qu'elle soit, il est nécessaire :

· de posséder une habilitation délivrée parle chef d'établissement,


· de procéder à des consignationsdestinées à mettre les installations horstension au moment de
l'intervention,
· de respecter des protocoles particulierspour effectuer les diagnostics despannes ainsi que les
essais et lesréglages sous tension.
·disposer d’équipements de protection individuelle (combinaison de travail etchaussures isolantes,
écran facial anti-UV, etc.),
·de posséder un outillage isolé(boîtiers, armoires, etc.)
·derespecter les distances de sécurité par la mise enplace d’obstacles fixes (rambarde, panneaux
grillagés, etc.)

3.1.4 -LA GESTION DES RISQUES MICROBIOLOGIQUES

Risques d’infection, d’allergies ou d’intoxications résultant de laprésence de microorganismes.

Identification
58
Dangers liés :
• au degré de pathogénicité des agents biologiques
• aux objets coupants, tranchants et piquants
• à la libération de produits biologiques allergisants ou toxiques
• à l’incertitude face à la pathogénicité de différents agents
• aux produits dangereux pour l’environnement

Modalités d’exposition

• Toute situation de travail où existe la possibilité de contamination par différentes voies


(inhalation, ingestion, contact, pénétration suite à une lésion).
• Toute situation pouvant entraîner une propagation accidentelle dans l’environnement
• Travail de laboratoire sur microorganismes
• Travail en contact avec des animaux
• Contact avec des produits ou installations contaminés (p. ex. stations d’épuration, opérations
d’assainissement, digestion anaérobique (Biogasanlagen), etc.)
• Soins aux personnes en milieu hospitalier
• Travail en contact avec des produits agroalimentaires

PRÉVENIR LES RISQUES

L’essentiel de la prévention consiste à éviter la pénétration des agents biologiques


dansl’organisme humain et leur dispersion sur le lieu de travail et dans l’environnement
enrespectant des gestes et les règles de confinement adaptés.

Il estimpératif de procéder à une évaluation permettant de mettre en œuvre les mesures


deconfinement adaptées à la classification des agents biologiques et tenant compte desconditions
d'exposition des personnels.

MESURES TECHNIQUES DE PRÉVENTION

Une bonne connaissance des agents biologiques (identifiés ou supposés pouvant être
présents)conduit à adopter des règles de prévention prenant en compte :
- les locaux de confinement,
- les équipements de protection (autoclave à double entrée, PSM)
- les règles de bonnes pratiques de laboratoire, incluant une gestuelle bien maîtrisée.

LES MOYENS DE PRÉVENTION

• Information, formation et instruction des salariés


• Ventilation correcte des locaux
• Bonne gestion des déchets
• Utilisation des moyens de protection individuelle (faire porter desprotections respiratoires,
lunettes, gants, écran facial, etc.)
• Réduction des temps d’exposition et limiter le personnel exposé
• Procédures de décontamination
• Vaccinations et surveillance médicale des salariés.

LES CONSIGNES GÉNÉRALES

AFFICHER :
59
· Les consignes d’urgence avec des numéros de téléphone,
· Les méthodes de décontamination (avec l’antibiogramme si la souche bactérienne estconnue),
· Les consignes d’hygiène personnelle (se laver les mains, ne pas sucer son stylo, ne passe
ronger les ongles, ne pas manger, ne pas fumer, ne pas se maquiller dans lelaboratoire, ne porter
la blouse que dans le laboratoire,....),
· Il est strictement interdit de pipeter à la bouche dans un laboratoire, pour éviter
toutecontamination directe par voie orale.

METTRE À DISPOSITION :

· Des équipements de protection individuelle éventuellement à usage unique (blouses, gants, sur
bottes, masques, lunettes....),
· Du matériel à usage unique, des dispositifs de pipetage automatique,
· Des boîtes à aiguilles résistantes pour recueillir les aiguilles, les objets tranchants oucoupants,
· Des poubelles adaptées pour entreposer les déchets,
· Des désinfectants appropriés.

3.1.5 - LES RISQUES RADIOACTIFS

La radioactivité en milieu professionnel résulte de l’utilisation de sources


naturelles ouartificielles (pour leurs propriétés radioactives), du travail à
proximité de sources oud'accidents ou incidents impliquant une source.
La prévention devra donc être orientée vers la meilleure maîtrise possible des
niveaux d'expositions.

EVALUER LES RISQUES

La radioactivité, tant naturelle qu’artificielle, est due à l’instabilité des noyaux, lesquels émettent
des particules (rayonnements, ß ou neutrons) ou des rayonnements électromagnétiques
(rayonnements X ou Y).
On distingue les sources non scellées, les sources scellées, les générateurs de rayonnements X
et les accélérateurs de particules.

LES RISQUES LIÉS A LA MANIPULATION DE RADIOÉLÉMENTS EN SOURCES NON SCELLÉES

Selon le radioélément, les utilisateurs sont exposés à deux types d’expositions :


- l’exposition externe ou irradiation,
- l’exposition interne ou contamination.

La contamination pouvant être :


- cutanée, lorsque le radionucléide est déposé sur la peau,
- incorporée, lorsque le radionucléide a pénétré dans l’organisme par les voies
respiratoire,cutanée ou orale.
LES RISQUES LIÉS A LA MANIPULATION DES SOURCES SCELLÉES(RAYONS X),
DES ACCÉLÉRATEURS DE PARTICULES

Les sources scellées sont des sources constituées par des substances radioactives
solidementincorporées dans des matières inactives ou scellées dans une enveloppe inactive,

60
présentantune résistance suffisante pour éviter dans des conditions normales d’emploi, toute
dispersionde substances radioactives.

Les utilisateurs sont uniquement soumis à un risque d’irradiation. Il survient lorsque lapersonne se
trouve sur le trajet des rayonnements et cesse dès lors qu’elle en sort.

LES UNITÉS UTILISÉES EN RADIOPROTECTION

Becquerel (Bq) : unité d’activité, représente le nombre de désintégrations par seconde.(ancienne


unité : Curie (Ci).)
1 Ci = 3,7.1010 Bq.
Gray (Gy) : unité de dose absorbée, représente la quantité d’énergie cédée par unité dematière
quel que soit le rayonnement et quelle que soit la matière traversée.(ancienne unité : « radiation
absorbed dose » (rad))
1 Gy = 100 rads = 1 Joule/kg.
Sievert (Sv) : unité d’équivalent de dose, représente la dose absorbée dans les tissusbiologiques.
(ancienne unité : « radiation equivalent men » (rem)).
1 Sv = 100 rems.

LES MESURES GÉNÉRALES DE PRÉVENTION

Tous les manipulateurs appelés à travailler avec des rayonnements ionisants doivent avoir
étédéclaré aptes par le médecin de prévention.
En cas d’allaitement, les femmes ne doivent jamais être exposées à un risque d’incorporation.

Afin de prévenir les risques radioactifs, il est nécessaire de :

· Définir et baliser les locaux où sont présentes les sources de rayonnement ionisants,
· Définir les consignes de radioprotection après une évaluation du risque,
· Justifier la nécessité de l’exposition et en limiter le temps,
· Se protéger par des écrans adaptés,
· Augmenter la distance du manipulateur par rapport à la source,
· Baliser le local en zone surveillée ou zone contrôlée, selon l'activité manipulée,
· Afficher le nom et l’adresse du médecin de prévention, le nom de la personnecompétente en
radioprotection ainsi que leurs coordonnées téléphoniques.

LES MESURES COMPLÉMENTAIRES DE PRÉVENTION DES RISQUES D’EXPOSITION


INTERNE (SOURCES NON SCELLÉES)

Les mesures de prévention consistent à éviter la dispersion et la pénétration dans l’organisme.


Il faudra donc :

· Aménager le local (surfaces et plans de travail dé contaminables, éviers à commandenon


manuelle, douches à proximité, vestiaires, …),
· Tenir compte des propriétés physico-chimiques toxicologiques et biologiques de lamolécule
marquée,
· Capter ou confiner la source de nuisance,
· S’équiper de protections individuelles (blouse, gants, protection respiratoireadaptée...),
· Ne jamais manger, boire, fumer ou se maquiller dans le laboratoire,
· Ne jamais pipeter à la bouche,

61
· Travailler sur papier absorbant doublé d’une pellicule imperméable dans un plateau(ne jamais
utiliser de papier aluminium qui génère des aérosols, favorise la dispersiondes molécules
marquées, et engendre des problèmes de traitement de déchets),
· Baliser le plan de travail et tous les matériels contaminés (poubelle, etc.),
· Se contrôler à l’aide de détecteurs adaptés et régulièrement étalonnés (mains, chaussures...),
· Contrôler la dispersion de la matière radioactive à tous les niveaux du local (plans detravail,
réfrigérateurs, déchets, ...),
· Tenir à jour le registre d’utilisation des radioéléments du laboratoire.

LES MESURES COMPLÉMENTAIRES DE PRÉVENTION DES RISQUES D’EXPOSITION


EXTERNE (SOURCES SCELLÉES)

Pour limiter ces risques, il faut :


· Éloigner de la source toutes les parties du corps du manipulateur,
· Réduire la durée de l’exposition,
· Ne mettre en œuvre que l’activité nécessaire,
· Placer des écrans adaptés (plomb, verre au plomb ou plexiglas…),
· Faire contrôler systématiquement par un organisme agréé les appareils générateurs derayons X
lors de l’installation et chaque fois qu’ils ont subi une transformation, tousles ans pour les
appareils mobiles, tous les 3 ans pour les appareils fixes,
· Baliser les locaux,
· Porter obligatoirement le dos film.

62