Vous êtes sur la page 1sur 6

LICENCE 1 ECONOMIE-GESTION — MATHEMATIQUES FINANCIERES

Chapitre 2–Les intérêts composés

1 Définitions
Le principe de l’intérêt composé est utilisé pour des placements dont la durée est supérieure à un
an.
Un placement est fait à intérêts composés lorsque, à la fin de chaque période, l’intérêt simple acquis à
la fin de cette période est incorporé au capital pour produire lui-même des intérêts pendant la période
suivante.
On dit alors que les intérêts sont capitalisés, l’unité de temps est appelée période de capitalisation et
le taux d’intérêt est appelé taux de capitalisation.
Exemple : soit un capital de 10000 e placé au taux annuel de 6%.
Sa valeur acquise au bout d’un an est 10000 + 10000 × 0.06 = 10600 e.
Sa valeur acquise au bout de 2 ans est 10600 + 10600 × 0.06 = 11236 e.

2 Valeur acquise, valeur actuelle


2.1 Valeur acquise
2.1.1 Valeur acquise pour un nombre entier de périodes.
Si le capital de départ est K0 , placé au taux i.
Au bout d’une période, il a acquis la valeur K1 = K0 + K0 i = K0 (1 + i).
(Rq : même formule que pour les intérêts simples).
Mais au bout de 2 périodes, il a acquis la valeur K2 = K1 + K1 i = K0 (1 + i)2
Propriété. Définition.
La valeur acquise Kn , à intérêts composés, est la valeur à échéance, après n années de placement, d’un
capital K0 , placé au taux i ; La formule est :

Kn = K0 (1 + i)n

En effet, Kn = Kn−1 + Kn−1 i = (1 + i)Kn−1 , autrement dit Kn suit une progression géométrique de
1er terme K0 et de raison (1 + i). On conclut en utilisant l’expression du terme général d’une suite
géométrique en fonction de n.
Exemples :
1. La valeur acquise par un capital de 10000 e pendant 5 ans au taux de 6% est :

K5 = 10000 × (1 + 0.06)5 ' 13382.26 e

2. La valeur acquise par un capital de 10000 e pendant 8 ans au taux de 3% est :

K16 = 10000 × (1 + 0.03)16 ' 16047.06 e

3. Quel est le capital qui procure une valeur acquise de 19042, 49 e en 6 ans, au taux de capitali-
sation de 8% ?
Rép : 12000 e
4. A quel taux annuel de capitalisation faut-il placer 10000 e pour obtenir en 6 ans une valeur
acquise de 13710, 20 e ?
Rép : 5, 4%
5. Quel est le nombre de périodes de capitalisation donnant une valeur acquise de 17138.24 e à
un capital de 10000 e placé à 8% ?
Rép : n = 7
6. A quel taux annuel i doit-on placer 10000 e puis, un an plus tard 15000 e, pour que, un an
après le dernier versement on ait une valeur acquise de 26000 e.
On résout l’équation 10000(1 + i)2 + 15000(1 + i) = 26000
Rép : i ' 2, 83%

Remarque : certaines résolutions d’exercices nécessiteraient la connaissance de méthodes d’approxi-


mation numérique.
Exemple : On suppose que l’on place durant 3 années consécutives 3 sommes de montants respectifs
10000 e, 15000 e et 20000 e. On cherche le taux annuel de capitalisation permettant d’obtenir, 2 ans
après le dernier placement, 54000 e ?
Dessin !
La mise en équation est la suivante : on cherche i tel que

10000(1 + i)4 + 15000(1 + i)3 + 20000(1 + i)2 = 54000

On ne sait pas résoudre simplement une telle équation. On n’étudiera ici qu’une méthode d’approxi-
mation : interpolation linéaire.
On considère la fonction f définie par f (i) = 10000(1 + i)4 + 15000(1 + i)3 + 20000(1 + i)2 .
On cherche à trouver la valeur de i telle que f (i) = 54000 ; on cherchera en fait une valeur approchée,
grâce à un encadrement.
On constate que f (0.06) = 52962 et f (0.07) = 54381.
Donc 0, 06 ≤ i ≤ 0, 07 ; on va préciser le résultat par interpolation linéaire (Dessin).
54000 − 52962 54381 − 52962
=
i − 0.06 0.07 − 0.06
soit i ' 0.0673.
Exemple : Calculer la valeur acquise par un capital de 1000 e , placé à intérêts composés, pendant
2 ans à 3%, puis pendant 1 an à 2%, puis pendant 2 ans à 1.5%.

V acquise = 1000 × (1.03)2 × (1.02)1 × (1.015)2 ' 1114.825

Autre remarque : On a vu une formule des intérêts composés pour un taux d’intérêt constant sur
n années. Il est possible que le taux d’intérêt soit constant égal à i1 pendant n1 années, puis constant
égal à i2 pendant n2 années ..., puis constant égal ik à pendant nk années. Avec n = n1 + n2 + ... + nk .
On a alors Kn = K0 (1+i1 )n1 ×...×(1+ik )nk = K0 (1+i)n où i est le taux moyen de capitalisation.

Exemple : On considère une somme de 5000 e dont les intérêts sont composés annuellement. Taux
de 4% les 4 premières années, taux de 5% les 4 années suivantes, taux de 5, 5% les 2 dernières années.
Quel est le taux moyen pour les 10 années de placement ?
Rép :4.7%
2.1.2 Valeur acquise pour un nombre fractionnaire de périodes.
p
On exprime alors la durée n de périodes en n = n0 + q où p et q sont des entiers naturels, q non nul.
Exemples :
1. Une durée de 5 ans 3 mois et 8 jours avec capitalisation annuelle des intérêts s’écrit
98
N =5+
360
2. Une durée de 7 ans 5 mois et 12 jours avec capitalisation trimestrielle des intérêts s’écrit
72
N = 29 +
90

Méthode rationnelle.
La valeur acquise en n périodes est la valeur acquise au bout des n0 périodes entières, à laquelle on
ajoute l’intérêt simple généré par cette valeur acquise pendant la période Pq , soit :
p 0 p
Kn = Kn0 + Kn0 i = K0 (1 + i)n (1 + i )
q q

Exemple : un capital de 10000 e placé pendant 5 ans 3 mois 8 jours au taux annuel de 8% a pour
valeur acquise :
98
Kn = 10000(1.08)5 (1 + 0.08 ) ' 15013.27 e
360
Méthode commerciale.
On applique la formule générale pour un nombre entier n de périodes à un nombre fractionnaire de
périodes, soit :
n0 + p
Kn = K0 (1 + i)n = K0 (1 + i) q

Exemple : avec les données de l’exemple précédent, la valeur acquise commerciale est :
98
Kn = 10000(1.08)5+ 360 ' 15004.36 e

Rermarque : La valeur acquise commerciale est toujours inférieure à la valeur acquise rationnelle.
(démo : développement limité de (1 + i) lorsque i est petit).

2.2 Détermination des intérêts.


L’intérêt total est I = Kn − K0 = K0 ((1 + i)n − 1)
L’intérêt produit pendant la pième période est Ip = Kp − Kp−1 = Kp−1 i
Remarque : à comparer avec la formule permettant de calculer l’intérêt simple.
Exemple : Un capital de 10000 e est placé pendant 5 ans au taux de 6%. Calculer le montant des
intérêts générés au cours de ces 5 années. Calculer le montant des intérêts générés au cours de la
dernière année de placement, au cours des deux dernières années de placement.
On a vu que la valeur acquise au bout de 5 ans est de

K5 = 10000(1.06)5 ' 13382.26 e

Donc les intérêts générés en 5 ans sont égaux à13382, 26 − 10000 = 3382, 26 e.
Les intérêts générés la dernière année sont 10000(1.06)5 − 10000(1.06)4 ' 757.49 e.
Les intérêts générés les deux dernières années sont 10000(1.06)5 − 10000(1.06)3 ' ..... e.
2.3 Valeur actuelle.
Le capital K0 ayant pour valeur acquise Kn en n périodes de placement est appelé valeur actuelle
du capital Kn .
La formule est : K0 = Kn (1 + i)−n .
Exemples :
1. Quelle est la valeur actuelle correspondant à une valeur acquise de 6077, 53 e après 4 ans de
placement au taux de 5% ?
K0 = 6077.53(1.05)−4 ' 5000 e
2. Quelle somme placée initialement a acquis, après 2 ans de placement à 3%, puis 3 ans de
placement à 2% a acquis une valeur de 5000 e ?

K0 = 5000(1.03)−2 (1.02)−3 ' 4441.15 e

3 Taux proportionnel, taux effectif, taux équivalent.


Les intérêts peuvent être capitalisés une ou plusieurs fois dans l’année. Cette périodicité de la compo-
sition a un impact non négligeable sur la capitalisation et l’actualisation.

3.1 Taux proportionnel, taux effectif.


Définition : Soit i un taux associé à une période donnée. Si l’on subdivise cette période en k sous
périodes égales, le taux proportionnel relatif à l’une de ces sous périodes est ki .
Remarque : on a vu que, à intérêts simples, des taux proportionnels sont des taux qui procurent,
pour un même capital, la même valeur acquise à l’issue d’une même durée de placement.
Il n’en est pas de même à intérêts composés : par exemple :
- la valeur acquise en un an par 10000 e placé au taux annuel de capitalisation de 6% est :

K1 = 10000(1.06) = 10600 e

- la valeur acquise en un an par 10000e u placé au taux semestriel de capitalisation de 3% est :

K2 = 10000(1.03)2 = 10609 e

Définition : La valeur acquise par un capital K0 au taux i, capitalisé p fois par an est
i
Kn = K0 (1 + )p
p
i
Alors ie = (1 + )p − 1 est appelé taux effectif.
p
Exemples :
1. Des taux de 6% annuel, 3% semestriel sont proportionnels.
2. Soit un investisseur désirant placer 1 e sur une année. Le taux annuel est de 6%. Ce placement
peut se présenter sous diverses formes selon la périodicité de composition des intérêts. Le
montant obtenu au bout d’un an en conformité avec les diverses périodicités est donné par le
tableau suivant.
Périodicité Taux proportionnel Taux effectif
Annuelle 6 6
Semestrielle 3 6,09
Trimestrielle 1,5 6,14
Mensuelle 0,5 6,17
3.2 Taux équivalent.
Définition : on appelle taux équivalents des taux associés à des périodes de capitalisation différentes
qui procurent la même valeur acquise, pour un capital donné, à l’issue d’une même durée de placement.
Formule. On note K0 , i, ik respectivement le capital placé, le taux d’intérêt annuel, le taux équivalent
au taux annuel i relatif à l’une des k sous périodes contenues dans l’année.
1
K0 (1 + ik )kn = K0 (1 + i)n soit ik = (1 + i) k − 1

Exemple : le taux trimestriel it équivalent au taux annuel de 6% est tel que (1 + it )4 = 1.06. Soit
it ' 1.467%
Remarques :
1. Le taux équivalent est inférieur au taux proportionnel.
2. Dans la recherche d’une valeur acquise lorsque la durée de placement n’est pas un nombre entier
de périodes on peut utiliser la notion de taux équivalent.
Exemple :On cherche la valeur acquise par un capital de 10000 e en 5 ans et 2 mois au taux
annuel de 8%.
On peut déterminer le taux mensuel im équivalent au taux annuel de 8% : (1 + im )12 = 1.08,
soit 1 + im = 1.0006434.
Finalement, la valeur acqise cherchée est K62 = 14882.96 e (car 62 mois).

3.3 Taux continu.


On a vu que la valeur acquise par un capital K0 , capitalisé p fois par an au taux proportionnel au
taux annuel i, est :
i p n
 
Kn = K0 (1 + )
p
Dans certains modèles économiques, on ne sait pas quand la capitalisation a lieu ; on peut supposer
qu’elle a lieu à chaque instant. Dans ce cas on a p → +∞.
Or, en analyse on sait que
i
lim (1 + )p = ei
p→+∞ p
ei − 1 est alors appelé taux annuel de capitalisation continue.

4 Escompte à intérêts composés.


4.1 Escompte.
L’escompte à intérêts composés s’applique aux effets dont l’échéance est supérieure à un an.
Définition. Comme dans le cas de l’intérêt simple, l’escompte est la différence entre la valeur
nominale de l’effet et sa valeur actuelle.
Formule : E = V − V(1 + i), où i est le taux d’escompte annuel, n la durée de l’escompte (en années)
et V la valeur nominale de l’effet.
Exemple : Déterminer au taux annuel de 8%, la valeur actuelle et l’escompte d’un effet payable dans
3 ans et de nominal 5000 e.

V actuelle = 5000(1.08)−3 ' 3969.16 donc E ' 5000 − 3969.16 = 1030.84

Remarque : A intérêts simples, la différence entre l’escompte commercial et l’escompte rationnel est
relativement faible ; par contre à intérêts composés, comme les valeurs de n sont plus grandes, l’écart
est trop important. On décide donc de considérer l’escompte rationnel, calculé sur la valeur actuelle.
4.2 Equivalence d’effets à intérêts composés.
4.2.1 Equivalence de 2 effets.
Définition : deux effets sont équivalents à une date donnée, si escomptés au même taux, ils ont, à
cette date, même valeur actuelle (même définition que pour les intérêts simples).
Exemples :
1. Un débiteur désire rembourser dans 3 ans, une dette de 50000 e payable dans 5 ans. Quel sera
le montant à verser dans 3 ans au taux de capitalisation de 8 e.
Première méthode : on prend comme date d’équivalence, la date où il décide de remplacer
son effet ; l’équivalence s’écrit :
V (1.08)−3 = 50000(1.08)−5
Deuxième méthode : on choisit comme date d’équivalence, la date de remboursement anti-
cipé (càd dans 3 ans) ; l’équivalence s’écrit :
V = 50000(1.08)−2 soit V ' 42866.94 e
2. On désire remplacer une dette de 50000 e, payable dans 6 ans par un règlement de 40000 e.
A quelle date doit être effectué ce règlement, au taux de 8% ?
L’équivalence s’écrit :
50000(1.08)−6 = 40000(1.08)−n
Soit, après résolution avec passage au logarithme, n = 3.1005
Soit une échéance de 3 ans 1 mois 6 jours
Remarque : à intérêts composés, si deux capitaux sont équivalents à une date donnée, ils le seront
à toute autre date. En effet si on a V1 (1 + i)−n1 = V2 (1 + i)−n2 , on aura, p périodes plus tard,
V1 (1 + i)−n1 (1 + i)p = V2 (1 + i)−n2 (1 + i)p
Donc le choix de la date d’équivalence, à intérêts composés, n’a pas d’importance sur le résultat final.

4.2.2 Equivalence de plusieurs effets.


Définition : un effet est équivalent à plusieurs autres effets à une date donnée, si, escomptés au
même taux, la valeur actuelle à cette date, de l’effet unique est égale à la somme des valeurs actuelles
des autres effets.
Remarque : de même que précédemment, s’il y a équivalence à une date donnée, il y a équivalence
à toute autre date.
Exemples.
1. Selon un contrat de prêt, une personne devait rembourser un nominal de 6000 e échéant au bout
de 2 ans, 15000 e au bout de 4 ans, 20000 e au bout de 5 ans. Il désire anticiper et remplacer
ces 3 remboursements successifs par un seul, au bout de 3 ans. Quel doit être le montant de ce
remboursement unique ?
On peut écrire, par exemple
V (1.1)−3 = 6000(1.1)−2 + 15000(1.1)−4 + 20000(1.1)−5 soit V ' 36765.29
2. Déterminer l’échéance moyenne des 3 effets précédents.
Remarque : la définition de l’échéance moyenne, à intérêts composés, est la même qu’à
intérêts simples.
Le nominal de l’effet unique est donc V = 6000 + 15000 + 20000 = 41000. On écrit :
41000(1.1)−n = 6000(1.1)−2 + +15000(1.1)−4 20000(1.1)−5 soit n ' 4.1438
Donc l’échéance est 4 ans 1 mois 22 jours.