Vous êtes sur la page 1sur 92

Vanholder Aurélie

Introduction à la procédure pénale :


résumé basé sur le livre

1
2019-2020
Vanholder Aurélie

Table des matières


Introduction générale

Section 1. Définition .............................................................................................................................. 13


Section 2. Les objectifs poursuivis ......................................................................................................... 13
Section 3. Les principes directeurs de la procédure pénale .................................................................. 13
§1. Procédure accusatoire et procédure inquisitoire........................................................................ 14
§2. Les principes d’impartialité, d’indépendance et de séparation des fonctions de justices
répressives......................................................................................................................................... 14
A. L’indépendance des autorités judiciaires .............................................................................. 14
B. L’impartialité du juge............................................................................................................. 14
C. La séparation des fonctions de justice répressive ................................................................. 15
§3. La présomption d’innocence et le droit au silence ..................................................................... 16
A. La présomption d’innocence ................................................................................................. 16
B. Le droit au silence.................................................................................................................. 16
§4. Le respect des droits de la défense ............................................................................................. 16
§5. Le droit à un procès équitable ..................................................................................................... 17
§6. La publicité des débats devant la juridiction de jugement ......................................................... 17
§7. Le délai raisonnable ..................................................................................................................... 17
§8. La motivation des décisions judiciaires et le droit à un double degré de juridiction .................. 18
§9. Le droit à la liberté individuelle ................................................................................................... 18
§10. Le droit au respect de la vie privée et familiale ........................................................................ 18
A. Notion et applications en droit de la procédure pénale ....................................................... 18
B. Les ingérences autorisées...................................................................................................... 19
§11. Le droit à l’égalité de traitement et à la non-discrimination .................................................... 19
Section 4 : Les sources formelles du droit de la procédure pénale ...................................................... 19
§1. La Constitution ............................................................................................................................ 19
§2. Les traités internationaux............................................................................................................ 19
§3. Le Code d’instruction criminelle .................................................................................................. 20
§4. Les lois complémentaires ............................................................................................................ 20
§5. Le Code judiciaire ........................................................................................................................ 20
Section 5 : L’empire des lois de procédure pénale ............................................................................... 20
§1. L’application dans le temps ......................................................................................................... 20
§2. L’application dans l’espace .......................................................................................................... 21
A. Les infractions commises sur le territoire national ............................................................... 21
B. Les infractions commises en dehors du territoire belge ....................................................... 21
Section 6 : Schéma donnant un aperçu des différentes phases du procès pénal ................................. 23

2
2019-2020
Vanholder Aurélie

Section 1 : La distinction entre l’action publique et l’action civile ........................................................ 24


Section 2 : Les interférences d’une action sur l’autre ........................................................................... 24
Chapitre 1 : Les sujets de l’action publique........................................................................................... 25
Section 1 : Qui peut exercer l’action publique ? ................................................................................... 25
§1. Le ministère public ...................................................................................................................... 25
A. Organisation .......................................................................................................................... 25
B. Statut du ministère public ..................................................................................................... 26
C. Rôle du ministère public dans le procès pénal ...................................................................... 27
D. La réforme ............................................................................................................................. 27
§2. Les administrations publiques ..................................................................................................... 27
§3. La partie civile .............................................................................................................................. 27
Section 2 : Contre qui les poursuites peuvent-elles être exercées ? .................................................... 27
§1. L’auteur de l’infraction (personne physique ou morale) ............................................................ 27
§2. Le civilement responsable ........................................................................................................... 27
Section 3 : Les parties intervenant volontairement .............................................................................. 27
Chapitre 2 : L’exercice de l’action publique .......................................................................................... 28
Section 1 : La décision de poursuivre .................................................................................................... 28
Section 2 : Modes d’exercice ................................................................................................................. 28
Section 3 : Obstacles à l’exercice de l’action publique ......................................................................... 28
§2. Les immunités et autres protections ........................................................................................... 28
A. L’immunité du Roi ................................................................................................................. 28
B. Les poursuites contre les membres des gouvernements fédéral, communautaires et
régionaux ....................................................................................................................................... 28
C. L’immunité parlementaire..................................................................................................... 29
D. Les immunités diplomatiques, consulaires et internationales .............................................. 29
§2. Nécessité d’une plainte préalable de la personne lésée ............................................................. 29
§3. Dénonciation ............................................................................................................................... 29
§4. Questions préjudicielles .............................................................................................................. 29
Section 4 : Les promesses relatives à l’action publique, à l’exécution de la peine ou à la détention à la
suite de déclarations ............................................................................................................................. 29
Chapitre 3 : Les causes d’irrecevabilité de l’action publique ................................................................ 30
Section 1 : L’atteinte irrémédiable au droit à un procès équitable ...................................................... 30
Section 2 : La provocation policière ...................................................................................................... 30
Section 3 : Autres causes ....................................................................................................................... 30
Chapitre 4 : L’extinction de l’action publique ....................................................................................... 30
Section 1 : Le décès de l’inculpé ou la dissolution de la personne morale ........................................... 31

3
2019-2020
Vanholder Aurélie

Section 2 : La prescription ..................................................................................................................... 31


§1. Notion .......................................................................................................................................... 31
§2. Caractères .................................................................................................................................... 31
A. Cause générale d’extinction de l’action publique ................................................................. 31
B. Caractère d’ordre public........................................................................................................ 31
§3. Les délais ..................................................................................................................................... 31
A. La longueur du délai .............................................................................................................. 31
B. L’application dans le temps d’une loi modifiant un délai ..................................................... 32
§4. Le point de départ du délai ......................................................................................................... 32
Infraction continue : prescription commence dès le jour où l’état délictueux prend fin. ............ 32
§5. Le calcul du délai ......................................................................................................................... 32
§6. L’interruption de la prescription ................................................................................................. 32
A. Les actes interruptifs ............................................................................................................. 32
B. Les effets................................................................................................................................ 33
§7. La suspension de la prescription ................................................................................................. 33
A. Notion .................................................................................................................................... 33
B. Les causes légales de suspension .......................................................................................... 33
C. Les causes de suspension reconnues par la jurisprudence ................................................... 34
D. Les effets................................................................................................................................ 34
§8. Les effets de la prescription de l’action publique ....................................................................... 34
Section 3 : La chose jugée ..................................................................................................................... 34
§1. Notions générales ........................................................................................................................ 34
§2. Les conditions .............................................................................................................................. 34
A. Une décision du juge pénal coulée en force de chose jugée ................................................ 34
B. Identité des faits .................................................................................................................... 34
C. Identité des personnes .......................................................................................................... 34
§3. Les effets des décisions des juridictions étrangères ................................................................... 34
A. Compétence extraterritoriale des juridictions belges ........................................................... 35
B. Compétence territoriale des juridictions belges ................................................................... 35
Section 4 : La transaction pénale .......................................................................................................... 35
Section 5 : La procédure de médiation et mesures (médiation pénale) ............................................... 35
Section 6 : L’amnistie............................................................................................................................. 36
Section 7 : L’abrogation de la loi pénale ............................................................................................... 36
Section 8 : Les amendes administratives .............................................................................................. 36
Section 9 : La transaction émanant de certaines administrations publiques ....................................... 37
Section 10 : L’action civile sui generis exercée devant les juridictions du travail ................................. 37

4
2019-2020
Vanholder Aurélie

Section 11 : Le désistement de la partie civile dans les délits sur plainte ............................................ 37
Chapitre 1 : Les sujets de l’action civile ................................................................................................. 37
Section 1 : Qui peut exercer l’action civile ? ......................................................................................... 37
Section 2 : Contre qui peut être exercée l’action civile ? ...................................................................... 38
Section 3 : L’intervention d’un tiers ...................................................................................................... 38
Chapitre 2 : Les droits de la victime et l’exercice de l’action civile ..................................................... 38
Section 1 : Les droits de la victime, de la personne lésée et de la partie civile .................................... 38
§1. Les droits de la victime ................................................................................................................ 38
§2. Le statut de la personne lésée..................................................................................................... 38
§3. La partie civile .............................................................................................................................. 39
Section 2 : Le recours à la médiation réparatrice.................................................................................. 39
Section 3 : L’exercice de l’action civile .................................................................................................. 39
§1. L’option de la victime .................................................................................................................. 39
§2. L’action civile portée devant la juridiction civile ......................................................................... 39
A. Le criminel tient le civile en l’ état......................................................................................... 39
B. L’autorité de la chose jugée au répressif sur le procès civil ultérieur ................................... 39
§3. L’action civile devant les juridictions répressives........................................................................ 39
A. Caractère accessoire de l’action civile................................................................................... 39
B. Modes de constitution de partie civile .................................................................................. 40
C. La constitution par action...................................................................................................... 40
D. La constitution par intervention............................................................................................ 40
Section 4 : L’aide financière de l’Etat au profit de certaines victimes d’infractions ............................. 41
Section 5 : L’indemnité de procédure ................................................................................................... 41
Chapitre 3 : L’extinction de l’action civile ............................................................................................. 42
Section 1 : Le désistement et la transaction ......................................................................................... 42
Section 2 : La prescription ..................................................................................................................... 42
Section 3 : La chose jugée ..................................................................................................................... 42
Chapitre 1 : Aperçu de la phase préliminaire du procès ....................................................................... 43
Chapitre 2 : Les fonctionnaires de police .............................................................................................. 44
Section 1 : La distinction entre les fonctions de police judiciaire et celles de police administrative ... 44
Section 2 : Les officiers de police judiciaire ........................................................................................... 44
Section 3 : La nouvelle structure policière ............................................................................................ 44
§1. La police locale ............................................................................................................................ 44
A. Zone de police et police locale .............................................................................................. 44
B. Missions de la police locale ................................................................................................... 44
C. Direction ................................................................................................................................ 44

5
2019-2020
Vanholder Aurélie

D. Compétence territoriale ........................................................................................................ 44


§2. La police fédérale ........................................................................................................................ 45
A. Missions ................................................................................................................................. 45
B. Organisation générale ........................................................................................................... 45
C. Direction ................................................................................................................................ 45
D. Compétence territoriale ........................................................................................................ 45
§3. Les fonctionnaires à compétences particulières ......................................................................... 45
§4. Les Comités de contrôle des services de police et de renseignements ...................................... 45
Chapitre 3 : Le ministère public............................................................................................................. 46
Chapitre 4 : Le juge d’instruction .......................................................................................................... 46
Chapitre 5 : Les juridictions d’instruction.............................................................................................. 46
Chapitre 1 : Le caractère écrit ............................................................................................................... 47
Chapitre 2 : Le caractère unilatéral ....................................................................................................... 47
Chapitre 3 : Le secret de l’information et de l’instruction et ses exceptions........................................ 47
Chapitre 1 : La définition de l’information ............................................................................................ 48
Chapitre 2 : La recherche proactive ...................................................................................................... 48
Chapitre 3 : La compétence territoriale du parquet ............................................................................. 48
Chapitre 4 : La politique criminelle ....................................................................................................... 49
Chapitre 5 : Les actes de police judiciaire et d’information .................................................................. 49
Section 1 : Généralités........................................................................................................................... 49
Section 2 : La notion de flagrant délit et ses conséquences ................................................................. 49
Section 3 : Les procès-verbaux .............................................................................................................. 50
Section 4 : Les descentes et prélèvements sur les lieux ....................................................................... 51
Section 5 : L’audition des personnes ..................................................................................................... 51
§1. Les règles applicables à toutes les auditions ............................................................................... 51
A. Généralités ............................................................................................................................ 51
B. Le déroulement de l’audition ................................................................................................ 51
C. La délivrance d’une copie de l’audition................................................................................. 52
§2. Les règles spécifiques à certaines auditions................................................................................ 52
A. L’audition des suspects non privés de liberté ....................................................................... 52
B. L’audition des suspects privés de liberté .............................................................................. 52
C. L’audition des mineurs d’âge témoins ou victimes de certaines infractions ........................ 53
D. L’audition à distance ............................................................................................................. 53
E. L’enregistrement audio(visuel) ............................................................................................. 53
F. Le cas particulier du polygraphe ........................................................................................... 54
G. L’audition de personnes « repenties » .................................................................................. 54

6
2019-2020
Vanholder Aurélie

§3. La confrontation .......................................................................................................................... 54


Section 6 : Les contrôles d’identité ....................................................................................................... 54
Section 7 : La fouille des personnes ...................................................................................................... 54
Section 8 : L’arrestation d’une personne .............................................................................................. 55
§1. L’arrestation administrative ........................................................................................................ 55
§2. L’arrestation judiciaire................................................................................................................. 55
A. Arrestation en cas de flagrant délit ou crime ........................................................................ 55
B. Arrestation hors le cas de flagrant délit ................................................................................ 55
C. La durée de l’arrestation ....................................................................................................... 55
D. Le procès-verbal de l’arrestation........................................................................................... 56
E. L’audition des suspects arrêtés ............................................................................................. 56
F. Le droit de faire informer une personne de confiance et le droit à une assistance médicale
56
Section 9 : Le recours à la force, aux menottes ou aux armes à feu ..................................................... 56
Section 10 : La fouille des véhicules ...................................................................................................... 56
Section 11 : L’interception du courrier.................................................................................................. 56
Section 12 : Les visites domiciliaires et perquisitions ........................................................................... 57
§1. Le principe de l’inviolabilité du domicile ..................................................................................... 57
§2. Les exceptions prévues par la loi ................................................................................................. 57
A. Le flagrant crime ou délit ...................................................................................................... 57
B. Le consentement ou la réquisition de la personne qui a la jouissance des lieux.................. 57
C. L’appel venant des lieux ........................................................................................................ 58
D. Les incendies, inondations, catastrophes et menaces graves pour l’intégrité des personnes
58
E. Les lieux accessibles au public ............................................................................................... 58
F. Le contrôle visuel discret sans mandat du juge d’instruction ............................................... 58
G. La perquisition et le contrôle visuel discret sur mandat du juge d’instruction..................... 58
H. Les exceptions prévues par les lois particulières .................................................................. 58
Section 13 : Le contrôle visuel discret autorisé par le procureur du Roi .............................................. 58
Section 14 : Les saisies........................................................................................................................... 59
§1. Notion et objet ............................................................................................................................ 59
A. La saisie des choses pouvant servir à la manifestation de la vérité ...................................... 59
B. La saisie des choses visées à l’article 42 du Code pénal........................................................ 59
C. La saisie par équivalent ......................................................................................................... 59
D. La saisie des avantages patrimoniaux supplémentaires découlant de l’infraction ou de faits
identiques, des biens et des valeurs qui leur ont été substitués et des revenus de ces avantages
investis ........................................................................................................................................... 60

7
2019-2020
Vanholder Aurélie

E. La saisie du patrimoine d’une organisation criminelle.......................................................... 60


F. La saisie de choses en vertu de lois particulières .................................................................. 60
§2. Les formes ................................................................................................................................... 60
§3. Le référé pénal............................................................................................................................. 60
§4. La procédure d’aliénation d’un bien saisi ou sa restitution moyennant le paiement d’une
somme d’argent ................................................................................................................................ 61
Section 15 : L’intervention différée ....................................................................................................... 61
Section 16 : La récolte de données concernant des comptes bancaires et des transactions bancaires
............................................................................................................................................................... 61
Section 17 : La recherche non secrète dans un système informatique ................................................ 61
Section 18 : L’identification de l’utilisateur d’un service de communication électronique .................. 62
Section 19 : Le repérage et la localisation de communications électroniques ..................................... 62
Section 20 : L’interception de communications non accessibles au public ou des données d’un
système informatique ........................................................................................................................... 62
Section 21 : L’exploration corporelle .................................................................................................... 62
Section 22 : Les prélèvements sanguins ................................................................................................ 63
Section 23 : L’identification par analyse ADN ....................................................................................... 63
Section 24 : Les expertises et les avis de personnes spécialisées ......................................................... 63
§1. En cas de flagrant délit ou crime ................................................................................................. 63
§2. En dehors du flagrant délit ou crime ........................................................................................... 63
Section 25 : Le rapport d’information succinct, l’enquête sociale et la médiation .............................. 63
Section 26 : Les méthodes particulières de recherches ........................................................................ 64
§1. Le cadre et les conditions générales des méthodes particulières de recherche ........................ 64
A. Le contrôle permanent du procureur du Roi et de l’officier de police désigné à cette fin ... 64
B. L’interdiction de la provocation ............................................................................................ 64
C. L’interdiction de commettre des infractions et ses exceptions ............................................ 64
§2. L’observation ............................................................................................................................... 64
§3. L’infiltration ................................................................................................................................. 65
§4. L’infiltration civile ........................................................................................................................ 65
§5. Le recours aux indicateurs ........................................................................................................... 66
§6. La tenue du dossier séparé et confidentiel ................................................................................. 66
§7. Le contrôle sur la légalité de la méthode particulière de recherche .......................................... 66
A. Le contrôle par la chambre des mises en accusation à la clôture de l’information .............. 66
B. Le contrôle des dossiers classés sans suite ........................................................................... 66
Section 27 : L’infiltration Internet ......................................................................................................... 66
Section 28 : Divers ................................................................................................................................. 67
Chapitre 6 : La mini-instruction ............................................................................................................. 67

8
2019-2020
Vanholder Aurélie

Chapitre 7 : La fin de l’information ....................................................................................................... 68


Section 1 : La renonciation aux poursuites ........................................................................................... 68
§1. La renonciation provisoire : le classement sans suite ................................................................. 68
§2. La renonciation définitive ............................................................................................................ 68
Section 2 : L’ouverture des poursuites .................................................................................................. 68
§1. La citation directe devant la juridiction de jugement ................................................................. 68
§2. La convocation par procès-verbal ............................................................................................... 69
§3. La procédure de comparution immédiate .................................................................................. 69
§4. La procédure de reconnaissance préalable de culpabilité .......................................................... 69
§5. L’ouverture d’une instruction préparatoire ................................................................................ 69
Chapitre 1 : La définition de l’instruction et de la mission du juge d’instruction ................................. 70
Chapitre 2 : L’ouverture de l’instruction ............................................................................................... 71
Section 1 : La compétence du juge d’instruction .................................................................................. 71
§1. La compétence matérielle ........................................................................................................... 71
§2. La compétence personnelle ........................................................................................................ 71
§3. La compétence territoriale .......................................................................................................... 71
Section 2 : La saisine du juge d’instruction ........................................................................................... 71
§1. Les principaux modes de saisine ................................................................................................. 71
A. Le flagrant délit...................................................................................................................... 71
B. Le réquisitoire du Roi aux fins d’instruire.............................................................................. 72
C. La constitution de partie civile entre les mains du juge d’instruction .................................. 72
D. L’auto-saisine dans le cadre de la mini-instruction ............................................................... 72
E. Les saisines ponctuelles du juge d’instruction sans ouverture d’une instruction................. 72
§2. L’étendue et les conséquences de la saisine ............................................................................... 72
Chapitre 3 : Les actes d’instruction ....................................................................................................... 73
Section 1 : Généralités........................................................................................................................... 73
Section 2 : L’interrogatoire de l’inculpé ................................................................................................ 73
Section 3 : L’inculpation ........................................................................................................................ 73
Section 4 : L’audition de la partie civile ................................................................................................. 73
Section 5 : L’audition des témoins ........................................................................................................ 74
§1. Notion .......................................................................................................................................... 74
§2. La convocation du témoin ........................................................................................................... 74
§3. Les formes de l’audition .............................................................................................................. 74
§4. L’obligation de répondre aux questions .................................................................................. 74
§5. Le faux témoignage ..................................................................................................................... 74
Section 6 : La descente sur les lieux ...................................................................................................... 74

9
2019-2020
Vanholder Aurélie

Section 7 : La perquisition ..................................................................................................................... 75


§1. Notion .......................................................................................................................................... 75
§2. Les limites au pouvoir de perquisition ........................................................................................ 75
A. Le moment de la perquisition ............................................................................................... 75
B. L’inviolabilité de certains lieux et les cas particuliers ........................................................... 75
Section 8 : Le contrôle visuel discret dans un domicile......................................................................... 75
Section 9 : Le recours aux méthodes particulières de recherche ......................................................... 76
§1. Généralités .................................................................................................................................. 76
§2. L’observation dans une habitation .............................................................................................. 76
§3. L’observation ou l’infiltration à l’égard d’un avocat ou un médecin .......................................... 76
Section 10 : L’ouverture et la prise de connaissance du courrier ......................................................... 76
Section 11 : Les saisies et le référé pénal .............................................................................................. 76
Section 12 : La recherche non secrète dans un système informatique ................................................ 76
Section 13 : Les mesures provisoires à l’égard des personnes morales ............................................... 77
Section 14 : Le mandat d’amener ......................................................................................................... 77
Section 15 : Le mandat d’arrêt .............................................................................................................. 77
Section 16 : L’exploration corporelle .................................................................................................... 77
Section 17 : Le prélèvement et l’identification par analyse ADN.......................................................... 78
Section 18 : L’autopsie .......................................................................................................................... 78
Section 19 : L’expertise ......................................................................................................................... 78
§1. Notion .......................................................................................................................................... 78
§2. Le choix et la mission de l’expert ................................................................................................ 78
§3. Les modalités d’exécution de l’expertise .................................................................................... 79
Section 20 : Le repérage et la localisation des communications électroniques ................................... 79
Section 21 : L’interception, la prise de connaissance, l’exploration et l’enregistrement de
communications non accessibles au public ou des données d’un système informatique ................... 79
§1. Notion .......................................................................................................................................... 79
§2. Les conditions .............................................................................................................................. 80
§3. La procédure................................................................................................................................ 80
§4. Le droit de consultation des enregistrements ............................................................................ 81
Section 22 : La commission dérogatoire ............................................................................................... 81
Chapitre 4 : Les droits des parties durant l’instruction et le contrôle de l’instruction ......................... 81
Section 1 : Les prérogatives du ministère public ................................................................................... 81
§1. Le droit de se faire communiquer le dossier à tout moment de l’instruction ............................ 81
§2. Le pouvoir de réquisition ............................................................................................................. 81
§3. Le droit d’appel des ordonnances du juge d’instruction............................................................. 82

10
2019-2020
Vanholder Aurélie

§4. Le contrôle de la longueur des instructions ................................................................................ 82


§5. L’exécution des ordonnances du juge d’instruction ................................................................... 82
Section 2 : Les droits de l’inculpé et de la partie civile ......................................................................... 82
§1. La demande d’accès au dossier ................................................................................................... 82
§2. La demande d’accomplissement d’un acte d’instruction complémentaire ................................ 83
§3. La saisine de la chambre des mises en accusation pour les instructions non clôturée dans
l’année ............................................................................................................................................... 83
Section 3 : Le contrôle de l’instruction par la chambre des mises en accusation................................. 83
§1. Le contrôle du bon déroulement de l’instruction ....................................................................... 83
§2. Le contrôle de la régularité de la procédure ............................................................................... 84
§3. Le contrôle de a régularité des méthodes de recherche impliquant la tenue d’un dossier
confidentiel........................................................................................................................................ 84
§4. Le recours en cassation ............................................................................................................... 84
Section 1 : La procédure de clôture de l’instruction ............................................................................. 86
§1. La communication du dossier au procureur du Roi en vue de l’établissement de réquisitions
finales ................................................................................................................................................ 86
§2. La procédure devant la chambre du conseil ............................................................................... 86
A. L’avertissement et la consultation du dossier....................................................................... 86
B. La première phase (facultative) : la demande d’actes d’instruction complémentaires ....... 86
C. La procédure à l’audience ..................................................................................................... 86
D. Le contrôle de la régularité de la procédure ......................................................................... 87
Section 2 : Les ordonnances de la chambre du conseil ..................................................................... 87
§1. L’ordonnance de surséance à statuer ......................................................................................... 87
§2. L’ordonnance de non-lieu ........................................................................................................... 87
§3. L’ordonnance de renvoi............................................................................................................... 88
A. Le renvoi devant le tribunal correctionnel ............................................................................ 88
B. Le renvoi devant le tribunal de police ................................................................................... 88
C. Le renvoi devant la chambre de dessaisissement du tribunal de la jeunesse ...................... 88
§4. La procédure particulière en vue de la saisine de la cour d’assises ............................................ 89
§5. Les ordonnances rendues par la chambre du conseil en tant que juridiction de jugement ....... 89
A. L’internement ........................................................................................................................ 89
B. La suspension du prononcé de la condamnation .................................................................. 89
§6. L’homologation de la transaction pénale ou de la convention de médiation pénale................. 89
Section 3 : L’appel des ordonnances de la chambre du conseil ............................................................ 89
§1. Le droit d’appel............................................................................................................................ 90
§2. La procédure................................................................................................................................ 90
§3. Le contrôle de la régularité de la procédure ............................................................................... 90

11
2019-2020
Vanholder Aurélie

§4. Les arrêts de la chambre des mises en accusation...................................................................... 90


Section 4 : Le recours en cassation ....................................................................................................... 91

12
2019-2020
Vanholder Aurélie

Introduction générale
Procédure pénale : ensemble des règles relatives à la recherche des infractions, de leurs
auteurs et à leur jugement.
La procédure pénale permet l’application efficace du droit pénal en étant respectueuse des
droits de l’homme.
Sources : Constitution, traités internationaux, Code d’instruction criminelle, lois
complémentaires et Code pénal.
Lois de procédure pénale → Application immédiate.
Le juge belge connait des infractions qui se déroulent en Belgique mais aussi certaines
commises à l’étranger.

Section 1. Définition
Dès l’infraction commise, il faut en chercher le ou les auteur(s) et procéder au jugement. Pour
appliquer une peine (= mise en œuvre du droit pénal), il faut suivre la procédure pénale. Elle
comprend des règles concernant la compétence et le fonctionnement des organes judiciaires
en matière répressive et les règles relatives au phase du procès : information, instruction,
jugement et exécution des peines.

Section 2. Les objectifs poursuivis


1. Application effective de la loi pénale. La société doit se donner les moyens de lutter
contre la criminalité et faire en sorte que les auteurs d’infractions soient recherchés,
découverts, poursuivis et jugés.
2. La procédure pénale doit garantir les droits fondamentaux du justiciable, qui peuvent
être mis à mal durant l’enquête et le procès. Ex : présomption d’innocence, secret
professionnel, inviolabilité du domicile, liberté individuelle, respect de la vie privée,

Ce double objectif est indispensable dans un Etat démocratique.

Section 3. Les principes directeurs de la procédure pénale


Les droits et libertés individuels sont garantis par des instruments internationaux :
- Convention de sauvegarde des droits de l’Homme et des libertés fondamentales
(Convention).
- Pacte international relatif aux droits civils et politiques (Pacte).
- Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne (Charte).
La Constitution joue aussi un rôle important dans la protection des droits fondamentaux.

13
2019-2020
Vanholder Aurélie

§1. Procédure accusatoire et procédure inquisitoire


Accusatoire Inquisitoire
Publique Secrète
Orale Ecrite
Contradictoire Unilatérale
Garantit les droits de la défense Assure efficacité de l’administration de la
justice pénale
Risque de porter atteinte au bon Méconnait les droits du prévenu
déroulement de l’enquête pénale

➔ Le Code d’instruction criminelle (CIC) adopte une solution mixte.


La phase préliminaire du procès pénal (= constitution du dossier répressif) se rattache à la
procédure inquisitoire pour garantir l’efficacité de la justice et préserver la présomption
d’innocence.
La phase de jugement se rapproche du type accusatoire pour respecter les droits de la défense.

§2. Les principes d’impartialité, d’indépendance et de séparation des fonctions de


justices répressives
Art. 6.1 Convention, art. 47 Charte et art. 14.1 Pacte : principe de l’indépendance et de
l’impartialité du juge pour la garantie d’un procès équitable.

A. L’indépendance des autorités judiciaires


Elle est née de la séparation des pouvoirs et est un principe d’organisation politique des
régimes démocratiques (art. 151 §1, Constit). Elle le prémunit des pressions extérieures
émanant du pouvoir exécutif, législatif, groupes de pression ou des parties elles-mêmes.
L’indépendance du pouvoir judiciaire et des magistrats est assurée aussi par l’impossibilité
légale de mettre en cause la responsabilité personnelle des magistrats en dehors des cas où ils
sont condamnés pénalement et ceux pouvant donner ouverture à la prise à partie (art. 1140 C.
jud.).
B. L’impartialité du juge
- Interdiction du cumul des fonctions judiciaires : art. 292 C. jud.
- Incompatibilités : art. 293 et s C. jud.
- Causes de récusation : art. 828 C. jud.
- Dessaisissement pour cause de suspicion légitime : art. 648 C. jud.
- Interdiction d’être à la fois juge et partie dans une même cause : art. 304 C. jud.
L’impartialité personnelle d’un magistrat se présume jusqu’à preuve du contraire.
Définition de la CEDH : Absence, dans le chef du juge, de préjugé ou parti pris.

14
2019-2020
Vanholder Aurélie

Elle opère une distinction entre l’approche subjective qui procède de l’appréciation in
concreto de l’impartialité personnelle d’un juge déterminé et la démarche objective qui
s’assure que l’organisation judiciaire interne offre des garanties suffisantes pour exclure tout
doute légitime de partialité.
Appréciation objective : vérifier que le juge ne peut susciter aucun doute quant à son
impartialité. La cour de cassation a d’ailleurs censurer le principe du cumul des fonctions
d’instruction et de jugement. → Justice must not only be done, it must also be seen to be done.
Appréciation subjective : le juge qui aborde l’examen du fond d’une affaire, doit le faire sans
préjugés, ce qui constitue la garantie de son indépendance. Un tribunal qui laisse transparaitre
son opinions par ses propos quant à la culpabilité du prévenu avant le prononcé de la décision
du fond, manque d’impartialité.
En cours de procédure, la contestation d’impartialité d’un juge se règle par la procédure de
récusation ou de renvoi d’une juridiction à une autre pour cause de suspicion légitime.
L’illégalité venant de la cause qui n’a pas été entendue par un tribunal impartial entache la
décision rendue par ce dernier mais aussi tous les actes d’instruction accomplis devant ce
tribunal.
Impartialité = juge / Objectivité = ministère public (parquet)
Le parquet doit requérir sans parti pris mais ne devient pas pour autant impartial.
Le procureur du Roi ne peut pas faire l’objet d’une récusation et est appelé à prendre position
au cours du procès pénal, devenant allié ou adversaire à une des parties.
C. La séparation des fonctions de justice répressive
Elle s’inscrit dans la suite du principe de l’impartialité objective du juge et tend à confier à
des organes différents, les fonctions de poursuite, d’instruction et de jugement. Cela permet
d’éviter l’abus de pouvoir et l’erreur judiciaire. Elle vise aussi à procurer plus d’efficacité
pour la manifestation de la vérité.
La séparation des fonctions comporte :
1. Définition des fonctions : poursuivre, instruire et juger.
2. Création d’institutions pour remplir ces fonctions :
a. Poursuite = ministère public.
b. Instruction préparatoire = juge d’instruction et appréciation par les juridictions
d’instruction.
c. Jugement = juridiction de jugement.
3. Interdiction d’empiéter sur les attributions d’une autre personne exerçant une fonction
différente :
a. Juridictions et ministère public sont indépendants l’un de l’autre.
b. Cumul des fonctions judiciaires dans le chef d’une même personne est interdit,
sauf exceptions dans la loi (art. 292, al. 1 C. jud).
c. Décision rendue par un juge qui a précédemment connu de la cause dans l’exercice
d’une autre fonction judiciaire est nulle (art. 292, al. 2 C. jud.)

15
2019-2020
Vanholder Aurélie

§3. La présomption d’innocence et le droit au silence


A. La présomption d’innocence
Art. 6.2 Convention, art. 48.1 Charte et art. 14.2 Pacte : « Toute personne accusée d’une
infraction est présumée innocente jusqu’à ce que sa culpabilité ait été légalement établie ».
La présomption d’innocence règle la manière dont l’accusé doit être traité dans le cadre du
procès pénal et est une règle relative à l’administration de la preuve et l’exigence de rapporter
la preuve de la culpabilité au-delà de tout doute raisonnable.
CEDH : la présomption d’innocence est méconnue si une décision judiciaire rendue à
l’encontre d’un prévenu reflète le sentiment qu’il est coupable alors que sa culpabilité n’a pas
été préalablement établie. Ce principe s’étend même aux décisions de justice prise après
l’arrêt des poursuites.
Certaines règles découlent de cette présomption d’innocence. Ex : charge de la preuve
incombe à la partie poursuivante, le doute profite à l’accusé, le prévenu à le droit d’adopter
une attitude passive, interdiction de la détention préventive pour exercer une répression
immédiate, …
B. Le droit au silence
Art. 14.3 Pacte : « Toute personne accusée d’une infraction pénale a droit à ne pas être
forcée de témoigner contre elle-même ou de s’avouer coupable ».
La CEDH reconnait le droit au silence comme une garantie au procès équitable, comprise
dans l’article 6 de la Convention.
La personne soupçonnée d’une infraction est libre de répondre ou non aux questions posées.
Le prévenu ne peut pas être forcé de témoigner contre lui-même ou de s’avouer coupable.
L’audition d’un inculpé sous serment dans le cadre de sa propre cause est prohibée.
Le droit au silence implique aussi le droit de ne pas contribuer à sa propre incrimination. Le
prévenu ne peut pas être forcé de contribuer aux preuves et ne peut pas être sanctionné pour le
défaut de communication. Si des éléments sont recueillis en violation du droit au silence, ils
sont écartés des débats.
Le silence de l’inculpé ne peut mener à aucune sanction et ne doit pas être considéré comme
une preuve de culpabilité.

§4. Le respect des droits de la défense


Les droits de la défense procèdent d’un principe général de droit, reconnu dans notre système
juridique. Ils connaissent une formulation normative dans l’article 6.1 et 6.3 de la Convention.
L’article 14.3 du Pacte et l’article 48.2 de la Charte consacrent aussi les droits de la défense
de l’accusé devant les juridictions de jugement.
Le respect dû aux droits de la défense implique le droit à la contradiction et celui de présenter
et discuter les moyens de preuve pour l’accusation et la défense. Cela conduit à l’interdiction
de fonder la culpabilité sur des pièces non versées aux débats et non soumises à l’examen et la
contradiction des parties.
La violation de ce principe conduit à diverses conséquences :
- Vicient irrémédiablement la procédure → Irrecevabilité des poursuites.

16
2019-2020
Vanholder Aurélie

- Ecarter la pièce et tous les autres éléments qui résultent de l’acte accompli en violation
des droits de la défense.
- Violation des droits de la défense en première instance est sans incidence quand les
droits de l’inculpé sont respectés devant la juridiction d’appel.

§5. Le droit à un procès équitable


Art 6.1 Convention : consacre le droit de toute personne accusée d’une infraction en matière
pénale à ce que sa cause soit entendue équitablement, publiquement et dans un délai
raisonnable, par un tribunal indépendant et impartial, établi par la loi.
Pour savoir si une cause a été entendue équitablement, il faut rechercher si la cause prise dans
son ensemble a été l’objet d’un procès équitable devant un tribunal impartial.
L’atteinte irrémédiable au droit à un procès équitable est une cause d’irrecevabilité de l’action
publique.
Lorsque devant la juridiction de jugement le prévenu fait état d’une violation du droit à un
procès équitable au cours de l’instruction préparatoire, le juge apprécie si cette dernière rend
impossible un procès équitable devant la juridiction de jugement.

§6. La publicité des débats devant la juridiction de jugement


➔ Art. 148 et 149 Constit., art. 6.1 convention et art. 47 Charte.
Le huis clos ne peut être prononcer qu’exceptionnellement pendant la totalité ou une partie du
procès pour :
- Intérêt de la moralité.
- Intérêt de l’ordre public ou sécurité nationale.
- Intérêts des mineurs ou protection de la vie privée des parties au procès l’exigent.
- Mesure jugée nécessaire par le tribunal lorsque la publicité portera atteinte aux intérêts
de la justice.
Tout jugement doit être prononcé en audience publique, même si l’audience s’est tenue à huis
clos.

§7. Le délai raisonnable


Art 6.1 Convention, art. 14.3 Pacte et art. 47 Charte consacrent le droit de toute personne à ce
que sa cause soit entendue dans un délai raisonnable.
Délai raisonnable : celui dans lequel une action publique exercée à charge d’une personne doit
être jugée. Ce délai commence dès que la personne est « accusée » du chef d’infraction faisant
l’objet de l’action publique (= jour à partir duquel la personne doit se défendre).
La durée de la procédure pour le calcul du délai raisonnable comprend l’ensemble de la
procédure (= information, instruction, traitement de l’affaire devant le juge du fond).
Il revient aux juridictions de fond d’apprécier si la cause a été examinée dans un délai
raisonnable. Dans la négative, elles déterminent les conséquences qui en découlent.
Selon la CEDH, le caractère raisonnable s’apprécie selon les circonstances de la cause et
certains critères :
- Complexité de l’affaire.

17
2019-2020
Vanholder Aurélie

- Comportement du prévenu.
- Comportement des autorités compétentes.
- Enjeu de la procédure.
Les conséquences du dépassement sont examinées à trois niveaux :
1. Administration de la preuve des faits : la durée anormale de la procédure peut
entrainer la déperdition des preuves et la juridiction se retrouve dans l’impossibilité de
dire si les faits sont établis suite à cette disparition. → Acquittement du prévenu.
2. Exercice des droits de la défense : Le dépassement du délai raisonnable rend
impossible la tenue d’un procès équitable dû à une atteinte grave et irrémédiable aux
droits de la défense. → Irrecevabilité des poursuites.
3. Sanction répressive : Le juge peut prononcer une simple déclaration de culpabilité ou
une peine inférieure à la peine minimale prévue si les poursuites pénales dépassent le
délai raisonnable (Art. 21ter Titre préliminaire du CPP).

§8. La motivation des décisions judiciaires et le droit à un double degré de juridiction


Toute décision à caractère juridictionnel prise par un juge doit être motivée (art. 149 Constit.).
Ce principe est un corollaire aux droits de la défense.
Devant les juridictions pénales, les décisions rendues en première instance sont susceptibles
d’un réexamen en appel.

§9. Le droit à la liberté individuelle


Art. 5.1 Convention : consacre le droit à la liberté et à la sûreté. Il limite la possibilité de
priver une personne de liberté à certaines situations limitatives.
Garanties au profit de la personne arrêtée ou détenue :
- Droit d’être informée dans un court délai et dans une langue qu’elle comprend, des
raisons de son arrestation et de toute accusation portée contre elle.
- Droit d’être traduite devant un juge.
- Droit d’être jugée dans un délai raisonnable ou libérée durant la procédure.
- Droit d’introduire un recours devant un tribunal pour qu’il statue à bref délai sur la
légalité de la détention.
- Droit à une réparation en cas d’arrestation ou détention contraire aux règles.

§10. Le droit au respect de la vie privée et familiale


A. Notion et applications en droit de la procédure pénale
➔ Art. 22 Constit., art. 8 Convention, et art. 7 Charte.
Le droit à la vie privée et familiale comprend aussi le droit à la protection du domicile et de la
correspondance.
Applications en procédure pénale :
- En matière de visites domiciliaires et perquisitions.
- Repérage et identification des (télé)communications (art. 88bis CIC).
- Interception de communications et recherches dans les systèmes informatiques non
accessibles au public.
- Secret de la correspondance.

18
2019-2020
Vanholder Aurélie

- Recherche proactive et méthodes particulières de recherche.


- Questions relatives à la protection du secret professionnel.
- Communications à la presse (art. 28 quinquies et 57 CIC).
B. Les ingérences autorisées
Le droit au respect de la vie privée et familiale n’est pas absolu. L’article 8.2 de la Convention
énonce qu’il peut y avoir ingérence d’une autorité publique dans l’exercice de ce droit pour
autant que cette ingérence soit prévue par la loi (principe de légalité) et qu’elle constitue une
mesure qui est nécessaire dans une société démocratique (principe de proportionnalité), pour
les buts poursuivis (principe de finalité).
1. Le principe de légalité
Pour être justifiée, l’ingérence dans le droit au respecte de la vie privée et familiale, du
domicile et de la correspondance doit être prévue par la loi.
2. Le principe de finalité
L’ingérence dans le droit au respecte de la vie privée et familiale, du domicile et de la
correspondance doit répondre à un ou plusieurs des buts légitimes énoncés par la disposition.
3. Le principe de proportionnalité
L’ingérence doit se fonder sur des motifs pertinents et suffisants correspondant à une exigence
dictée par les buts légitimes poursuivis et qu’il existe un rapport raisonnable de
proportionnalité entre les mesures et les buts.

§11. Le droit à l’égalité de traitement et à la non-discrimination


Art. 10 Constit : règle d’égalité des citoyens devant la loi.
Art. 11 Constit : prohibition de la discrimination.
Ces derniers sont aussi reconnus par les articles 14 de la Convention et 21, 22 de la Charte.

Section 4 : Les sources formelles du droit de la procédure pénale


§1. La Constitution
Elle contient des règles relatives à l’exercice des droits et libertés individuelles, compétences
et organisation judiciaires. Ces garanties constitutionnelles s’appliquent en matière pénale de
sorte que le droit de la procédure pénale est une concrétisation du droit constitutionnel.

§2. Les traités internationaux


- Convention européenne des droits de l’Homme et des libertés fondamentales :
plusieurs dispositions ont un effet direct en droit belge et peuvent êtres invoquées
devant le juge belge.
- Pacte international relatifs aux droits civils et politiques qui s’applique dans l’entièreté
du monde.
- Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne. Ses dispositions sont
contraignantes pour les organes de l’UE et ses Etats membres.
- Convention relative aux droits de l’enfant.

19
2019-2020
Vanholder Aurélie

§3. Le Code d’instruction criminelle


La procédure pénale est principalement régie par le CIC de 1808, promu par Napoléon.
Certaines lois complémentaires s’y sont ajoutées mais il n’a connu aucune refonte globale.
Ex de lois :
- Loi du 12 mars 1998 relative à l’amélioration de la procédure pénale au stade de
l’information et de l’introduction (= Loi Franchimont).
- Loi du 5 février 2016 (= pot-pourri II), qui fit l’objet d’une annulation par la Cour
constitutionnelle.
- Loi du 17 avril 1878 contenant le Titre préliminaire du Code de procédure pénale
(CPP).

§4. Les lois complémentaires


Ces différentes lois complètent le CIC :
- Loi du 4 octobre 1867 sur les circonstances atténuantes.
- Loi du 15 mars 1874 sur les extraditions.
- Loi du 10 octobre 1967 contenant le Code judiciaire.
- Loi du 7 juin 1969 fixant le temps durant lequel il ne peut être procédé des
perquisitions, visites domiciliaires ou arrestations.
- Loi du 20 juillet 1990 relative à la détention préventive.
- Loi du 5 août 1992 sur la fonction de police et loi du 7 décembre 1998 organisant un
service de police intégré structuré à deux niveaux.
- Loi du 25 juin 1998 réglant la responsabilité pénale des ministres et la loi spéciale du
25 juin 1998 réglant la responsabilité pénale des membres des gouvernements de
communauté ou de région.
- Loi du 19 décembre 2003 relative au mandat d’arrêt européen.
- Loi du 9 décembre 2004 sur l’entraide judiciaire internationale en matière pénale.

§5. Le Code judiciaire


Art. 2 : « Les règles énoncées dans le présent code s’appliquent à toutes les procédures, sauf
lorsque celles-ci sont régies par des dispositions légales non expressément abrogées ou par
des principes de droit dont l’application n’est pas compatible avec celle des disposition dudit
code ».
Le Code judiciaire est le droit commun de la procédure mais a un caractère supplétif car il ne
s’applique qu’en l’absence de dérogations ou règles spécifiques de procédure pénale. Les
dérogations sont très nombreuses.

Section 5 : L’empire des lois de procédure pénale


§1. L’application dans le temps
Sauf exceptions légales et sous réserve du respect dû aux droits de la défense, les lois
d’organisation judiciaire, compétence et procédure pénale sont d’application immédiate (art. 3
C. jud.). Elles s’appliquent aux infractions commises avant leur entrée en vigueur et non
encore jugées définitivement ou prescrites.

20
2019-2020
Vanholder Aurélie

Mais elles ne peuvent pas avoir comme effet de dessaisir la juridiction qui avait valablement
saisi (art. 3 C. jud.). La loi nouvelle régit tous les actes de procédures postérieurs à son entrée
en vigueur sans porter préjudice aux actes accomplis sous l’ancienne loi.
L’application immédiate concerne aussi les lois relatives à la compétence matérielle des
tribunaux, la modification des règles de procédure, des règles applicables en matière de
détention préventive, aux conventions et traités en matière d’extradition et d’entraide
judiciaire et celles modifiant les règles de prescription.
Les lois de procédure pénale peuvent être abrogées par désuétude.

§2. L’application dans l’espace


A. Les infractions commises sur le territoire national
1. Le principe de la compétence des juridictions belges
Les juridictions belges sont compétentes pour connaitre des infractions commises en Belgique
selon le principe de souveraineté des juridictions.
Art. 3 CP : Toutes les infractions commises sur le territoire du Royaume sont punies
conformément aux lois belges, quelles que soient la gravité de l’infraction, la nationalité de
l’auteur ou de la victime.
2. L’étendue du territoire national
Le territoire du Royaume comprend l’espace terrestre à l’intérieur des frontières, le plateau
continental, la mer territoriale et l’espace aérien.
La compétence des juridictions belges s’étend aux infractions commises à bord d’un navire
battant pavillon belge ou commisses en vol à bord d’un aéronef immatriculé en Belgique.
3. Les exceptions
Certaines infractions commises sur le territoire belge et tombant sous le coup de la loi pénale
belge échappent à la juridiction des cours et tribunaux belges en raison de la qualité de
l’auteur des faits ou du lieu particulier où ils sont perpétrés.
4. La localisation de l’infraction
Les juridictions belges sont compétentes pour connaitre des infractions qui se sont
partiellement réalisées en Belgique (théorie de l’ubiquité). Il suffit qu’un des éléments
constitutifs ou aggravants ait été réalisé sur le territoire du Royaume, sans que l’infraction soit
nécessairement commise en Belgique. Les juridictions belges sont alors compétentes pour
connaitre l’entièreté des faits.
Les tribunaux belges peuvent juger les auteurs, coauteurs ou complices qui ont participé à une
infraction commise en Belgique même si les actes de participation ont été accomplis à
l’étranger. Le seul acte de participation commis en Belgique ne permet pas au juge belge de
connaitre l’infraction commise à l’étranger.
B. Les infractions commises en dehors du territoire belge
Les tribunaux belges ne sont pas compétents pour connaitre les infractions qui sont
exclusivement commises à l’étranger.
Art. 4 CP : les juridictions belges disposent de compétence extraterritoriale selon les articles 6
à 14 du Titre préliminaire du CPP.

21
2019-2020
Vanholder Aurélie

1. Le principe de la compétence réelle


La loi prévoit la compétence du juge belge lorsque certains intérêts primordiaux de l’Etat sont
menacés.
2. Le principe de la personnalité active
Il reprend comme critère de la compétence des tribunaux internes, la nationalité belge de
l’auteur de l’infraction (par extension la résidence sur le territoire belge). → Corollaire du
principe de non-extradition des nationaux.
3. Le principe de la personnalité passive
Il s’attache à la nationalité belge de la victime et identifie les intérêts particuliers des
nationaux victimes aux intérêts généraux de l’Etat.
Art. 10, 5° du Titre préliminaire CPP : L’étranger coupable d’une infraction pénal hors du
territoire de la Belgique contre un ressortissant belge peut être poursuivi en Belgique selon
ces conditions :
- Il doit être trouvé en Belgique, sauf pour les infractions des articles 347bis, 393 à 397
et 475 CP.
- Le fait doit être punissable selon la législation du pays où il a été commis, d’une peine
dont le maximum dépasse 5 ans de privation de liberté.
Art. 10, 5° du Titre préliminaire du CPP : les juridictions belges sont compétentes pour juger
en Belgique, l’étranger qui se sera rendu coupable hors du territoire belge d’une violation
grave du droit international humanitaire commise contre une personne qui, au moment des
faits, est un ressortissant belge un réfugié reconnu en Belgique et y ayant sa résidence
habituelle ou une personne qui , depuis au moins 3 ans, séjourne habituellement et légalement
en Belgique.
4. Le principe de compétence universelle
C’est l’aptitude légale d’un juge à connaitre d’une infraction indépendamment du lieu où elle
a été commise et quelles que soient la nationalité de l’auteur et de la victime.
Pour certaines matières, des conventions internationales obligent les Etats parties à doter leurs
juridictions d’une compétence pour juger les auteurs présumés des infractions visées, mêmes
si elles sont commissent à l’étranger et que les auteurs ne sont pas des nationaux de l’Etat.
Les juridictions belges se voient reconnaitre une compétence universelle, indépendamment de
toute convention internationale dans plusieurs matières.

22
2019-2020
Vanholder Aurélie

Section 6 : Schéma donnant un aperçu des différentes phases du


procès pénal

23
2019-2020
Vanholder Aurélie

Partie I : Les actions


Titre I : Introduction
La commission d’une infraction donne naissance à l’action publique, exercée par le ministère
public, au nom de la société pour appliquer le droit pénal.
Quand l’infraction provoque un dommage, l’action civile nait aussi, intentée par la victime ou
ses ayants droits pour la réparation du préjudice subi.

Section 1 : La distinction entre l’action publique et l’action civile


L’infraction crée un trouble social, qui donne naissance à l’action publique (art.1 du Titre
préliminaire du CPP). En même temps, elle cause un dommage à une personne, donnant
naissance à l’action civile pour réparer celui-ci (art. 3 du Titre préliminaire du CPP). Cette
action est de la compétence des juges civils mais dans notre système pénal, elle peut être
portée devant le juge pénal (art. 4 Titre préliminaire du CPP).
L’action publique et l’action civile se distingue par leur source, but et caractère.
Action publique Action civile
Source Infraction Dommage subi
But Application des peines Réparation du dommage de
la victime

Caractère Ordre public. Le MP ne peut La personne lésée peut


pas empêcher le jugement une renoncer à l’action civile.
fois le juge saisi. Mais il peut
renoncer à l’action publique
via la transaction et la
médiation pénale. Ou de
façon provisoire par le
classement sans suite.

Section 2 : Les interférences d’une action sur l’autre


Les deux actions existent indépendamment l’une de l’autre (art. 4 et 5 du Titre préliminaire du
CPP). L’exercice de l’action publique n’est pas subordonnée à l’existence ou l’exercice de
l’action civile et inversement. Mais il existe des tempéraments :
1. Interférence de l’action civile sur l’action publique
- La personne lésée peut porter son action devant la juridiction répressive saisie de
l’action publique (art. 4 du Titre préliminaire du CPP). L’auteur sera face à deux
adversaires, la partie civile et le ministère public.

24
2019-2020
Vanholder Aurélie

- La personne lésée peut mettre en mouvement l’action publique pour assurer la


réparation de son dommage.

2. Interférence de l’action publique sur l’action civile


- Le juge répressif ne connait de l’action civile qu’accessoirement à l’action publique.
Si l’infraction est non établie, le juge répressif se déclare incompétent pour l’action
civile.
- Portée devant la juridiction civile, l’action civile est en suspens pendant l’exercice de
l’action publique. → Le criminel tient le civil en état.
- La décision sur l’action publique s’impose au juge civil qui est ensuite saisi de l’action
civile.

Titre II : L’action publique


Chapitre 1 : Les sujets de l’action publique

Section 1 : Qui peut exercer l’action publique ?


Dans le procès pénal plusieurs personnes ou organes peuvent agir comme partie poursuivante
(= intente les poursuites et/ou réclame l’application de la peine au juge). En règle, c’est un
monopole exercé par des fonctionnaires désignés par la loi.

§1. Le ministère public


Il exerce un quasi-monopole. Il est aussi appelé parquet ou magistrature debout. L’exercice de
l’action publique est sa principale mission en matière répressive (art. 138, al. 1 C. jud.).
A. Organisation
Chaque juridiction répressive siège avec l’assistance du ministère public.
• Parquet près de la cour de cassation n’exerce pas l’action publique sauf quand il
intente une cation dont le jugement est attribué à cette dernière.
• Parquet fédéral exerce l’action publique devant les juridictions pénales sur tout le
territoire belge mais selon les cas et modalités déterminés par la loi.
• Parquet général exerce l’action publique devant la cour d’appel.
• Cour d’assises : les fonctions du ministère public sont exercées par le procureur du
Roi près de la cour d’appel.
• Tribunal correctionnel, de jeunesse et de police : les fonctions du ministère public sont
exercées par le procureur du Roi ou un de ses substituts ou par le procureur fédéral.
• Juridictions militaires : en temps de guerre, elles disposent d’un auditeur général
devant la cour militaire et de l’auditeur militaire devant le tribunal militaire.

25
2019-2020
Vanholder Aurélie

Loi du 4 mars 1997 : crée le collège des procureurs généraux placé sous l’autorité du ministre
de la Justice et qui est chargé de la coordination de l’action des 5 parquets généraux, du
parquet fédéral et parquets d’instance.
Loi du 22 décembre 1998 : crée le conseil des procureurs du Roi composé de tous les
procureurs du Roi.
B. Statut du ministère public
Il est associé à l’autorité gouvernementale et à l’administration de la justice.

1. Unité
Le ministère public constitue un corps hiérarchisé dont chaque membre exerce une autorité
sur ceux qui sont placés au-dessous de lui et dont la direction est fortement organisée.
L’unité réside dans la concentration dans les mains du procureur général près de la cour
d’appel, de l’autorité sur les magistrats du ressort. Il surveille l’exercice de l’action publique
par les magistrats qui lui rendent des comptes.
Il est admis que chaque membre du parquet puisse exprimer oralement à l’audience son
opinion même si elle est différente des actes écrits en conformité des ordres reçus. → La
plume est serve mais la paroles est libre.
2. Indivisibilité
Exclusion de toute distinction ou division entre les magistrats du ministère public qualifié par
la loi pour accomplir un acte près d’une juridiction déterminée. Le magistrat du ministère
public n’agit pas en son nom mais pour la société au nom de son parquet.
Ces magistrats peuvent dès lors se suppléer et se succéder dans la même cause.
3. Indépendance
Elle se manifeste à l’égard des cours et tribunaux mais aussi à l’égard du gouvernement
fédéral.
L’indépendance du ministère public à l’égard du pouvoir judiciaire est incontestable et a
comme corollaire le fait que les juges ne peuvent pas s’immiscer dans l’exercice de ses
fonctions.
Les juridictions répressives ne peuvent pas adresser d’injonctions au ministère public ou
censurer son action. Le juge pénal ne peut pas apprécier la décision du procureur du Roi
d’entamer les poursuites ou lui donner des ordres à cet égard.
L’indépendance du ministère public à l’égard du pouvoir exécutif est relative. La mise en
mouvement de l’action publique trouve sa source dans la loi mais est guidée par l’opportunité
des poursuites et s’inscrit dans le cadre d’une politique criminelle menée sous la
responsabilité du ministre de la Justice avec le collège des procureurs généraux (art. 151
Constit.). Le ministre de la Justice peut enjoindre le ministère public de poursuivre dans une
cause déterminée mais ne peut pas le lui interdire.
4. Irrécusabilité
Le magistrat du ministère public, partie principale au procès, ne peut faire l’objet d’une
récusation, car on ne récuse pas un adversaire (art. 832 C. jud.).

26
2019-2020
Vanholder Aurélie

C. Rôle du ministère public dans le procès pénal


Le ministère public peut être assimilé à la partie demanderesse dans un procès, à la différence
qu’il agit pour les intérêts de la société et non des seuls intérêts de la répression. Il doit être
objectif et requérir sans parti pris.
D. La réforme
L’accord politique « Octopus » du 26 mai 1998 comportait une réforme profonde du ministère
public pour améliorer son fonctionnement. Cette dernière se traduit par une loi du 22
décembre 1998 sur l’intégration verticale du ministère public, le parquet fédéral et le conseil
des procureurs du Roi.

§2. Les administrations publiques


Le ministère public ne possède pas le monopole de l’action publique. Certaines lois
particulières ont attribué cette action à des administrations publiques (Ex : administration des
Finances).

§3. La partie civile


La victime de l’infraction n’exerce pas l’action publique. Mais pour quez son action civile soit
portée devant la juridiction répressive lors de l’inertie du ministère public, elle peut mettre en
mouvement l’action publique par citation directe devant la juridiction de jugement (art. 145 et
182 CIC) ou par constitution de partie civile devant le juge d’instruction (art. 63 CIC).

Section 2 : Contre qui les poursuites peuvent-elles être exercées ?


§1. L’auteur de l’infraction (personne physique ou morale)
Suspect = personne accusée durant l’information.
Inculpé = stade de l’instruction.
Prévenu = devant les juridictions de jugement siégeant sans jury.
Accusé = devant la cour d’assises.
La poursuite ne peut être dirigée que contre l’auteur de l’infraction qui est le seul à pouvoir
être condamné selon la personnalité des peines. Depuis la loi du 4 mai 1999 instaurant la
responsabilité des personnes morales, elles peuvent faire l’objet de poursuites et se voir
appliquer des peines spécifiques.

§2. Le civilement responsable


Le civilement responsable (Ex : parent, employeur, … ) de l’auteur de l’infraction ne peut pas
être condamné en lieu et place de ce dernier mais devra supporter les frais de l’action
publique et sera mise à la cause à cette fin.

Section 3 : Les parties intervenant volontairement


La loi autorise dans certains cas le juge répressif à prononcer une condamnation, une sanction
ou une autre mesure à charge d’un tiers.
Le juge pénal peut aussi prononcer une mesure de confiscation ou de fermeture
d’établissement à charge d’un tiers. Le tiers doit être admis à comparaitre dans l’instance ou
peut y être appelé pour se défendre contre cette condamnation, cette sanction ou mesure.

27
2019-2020
Vanholder Aurélie

Chapitre 2 : L’exercice de l’action publique


Section 1 : La décision de poursuivre
Le ministère public peut poursuivre d’office les infractions : il ne doit pas attendre une plainte
pour mettre en mouvement l’action publique.
La décision de poursuivre n’est prise qu’après examen de la légalité et l’opportunité de la
poursuite. L’examen de la légalité comporte une appréciation portant sur le bien-fondé de
l’action publique (éléments constitutifs de l’infraction, preuve, culpabilité du suspect,
identification, absence de cause de justification) ainsi que sur sa recevabilité (compétence du
ministère public, obstacle à la poursuite, cause d’extinction).
Art. 28quater CIC : Le procureur du Roi juge l’opportunité des poursuites.

Section 2 : Modes d’exercice


La mise en mouvement de l’action publique a lieu par réquisitoire aux fins d’instruire (art. 53
et 54 CIC) adressé au juge d’instruction ou par saisine de la juridiction de jugement. Cette
dernière peut se faire par reconnaissance préalable de culpabilité (art. 216 CIC), par citation
directe (art. 145 et 182 CIC), par convocation par procès-verbal (art. 216quater CIC) ou par
comparution immédiate (art. 216quinquies CIC).
Dès le recours à une de ces formes, le ministère public se dépouille de la maitrise de l’action
publique. Une fois intentée, cette dernière appartient au juge. Le ministère public ne peut plus
décider de classer sans suite. L’instruction est clôturée par une décision de la juridiction
d’instruction qui statue sur le sort de l’action publique.

Section 3 : Obstacles à l’exercice de l’action publique


Des circonstances peuvent faire obstacles à l’intentement de l’action publique par le parquet
ou la poursuite de l’action publique déjà intentée.
Elles peuvent êtres liées à la personne du prévenu (immunité), à la nature de l’infraction
(plainte ou dénonciation nécessaire)ou à la nécessité de faire trancher une question par une
autre instance juridictionnelle.

§2. Les immunités et autres protections


A. L’immunité du Roi
Art. 88 Constit. : La personne du Roi est inviolable et jouit de l’immunité totale de juridiction
et d’exécution.
B. Les poursuites contre les membres des gouvernements fédéral, communautaires et
régionaux
Art. 101 à 103 Constit. : Responsabilité pénale des ministres fédéraux
Art. 124 et 125 Constit. : Protection similaire pour les membres des gouvernements des
communautés et régions.
Ces règles garantissent l’équilibre entre les 3 pouvoirs de la Nation et l’indépendance du
pouvoir exécutif.

28
2019-2020
Vanholder Aurélie

Art. 101 et 124 Constit. : Ministres et secrétaires d’Etat du gouvernement fédéral et membres
des gouvernements de communautés et régions bénéficient d’une irresponsabilité juridique
pour les opinions émises dans l’exercice de leurs fonctions.
Art. 103 et 125 Constit. : Les ministres fédéraux, membres des gouvernements des régions et
communautés et secrétaires d’Etat ne sont jugés que par la cour d’appel pour les infractions
commises dans le cadre de leurs fonctions. Il en est de même pour les infractions commises en
dehors de leur fonction mais qui sont jugées durant cet exercice.
Le procureur général ne peut lancer une citation directe ou requérir un règlement de la
procédure que moyennant l’autorisation de la chambre des Représentants ou du Parlement de
la Communauté ou Région devant lequel le ministre est responsable.
C. L’immunité parlementaire
Art. 58, 59 et 120 Constit. : Les parlementaires jouissent de garanties en matière de poursuites
et d’arrestation pour préserver le libre exercice de leur mandat et assurer l’indépendance des
assemblées législatives envers les autres pouvoirs.
L’inviolabilité parlementaire signifie que durant la durée de la session, tout parlementaire ne
peut, en matière répressive, être arrêté, renvoyé ou cité directement devant une cour ou un
tribunal qu’avec l’autorisation de la chambre dont il fait partie. Mais ces garanties ne
s’appliquent pas en cas de flagrant délit ou crime.
D. Les immunités diplomatiques, consulaires et internationales
Certaines personnes échappent à la compétence des juridictions belges en raison de leur
qualité d’agent ou représentant d’un Etat étranger ou organisation internationale (art. 1bis du
Titre préliminaire du CPP).

§2. Nécessité d’une plainte préalable de la personne lésée


Il existe des infractions pour lesquelles le législateur subordonne la poursuite à une plainte
préalable de la personne lésée.

§3. Dénonciation
La loi subordonne la mise en mouvement de l’action publique à la dénonciation d’une
autorité.

§4. Questions préjudicielles


Art. 15 du Titre préliminaire du CPP : Les tribunaux pénaux jugent les questions de droit civil
qui sont soulevées devant eux incidemment, lors des infractions dont ils sont saisis.
Certaines questions peuvent constituer un obstacle provisoire à la poursuite de l’action
publique déjà intentée et au prononcé du jugement. Ces questions préjudicielles doivent être
préalablement tranchées par le juge à qui elles sont adressées par le juge pénal.

Section 4 : Les promesses relatives à l’action publique, à l’exécution de


la peine ou à la détention à la suite de déclarations
Loi du 22 juillet 2018 : règlemente le recours aux repentis (= personnes poursuivies ou
condamnées pénalement qui collaborent avec la justice en dénonçant d’autres délinquant pour
bénéficier d’avantages de nature pénale).

29
2019-2020
Vanholder Aurélie

Ce recours est autorisé avec 3 conditions cumulatives :


- Les nécessités de l’enquête l’exigent.
- Les autres moyens ne suffisent pas à la manifestation de la vérité.
- La mesure concerne des infractions de liste de l’article 90ter CIC.
La procédure démarre à la conclusion d’un mémorandum entre le repenti et le ministère
public indiquant en quoi chacun s’engage (= les déclarations du repenti et ce que le ministère
public consent).
Quand l’avantage est une réduction de peine, la promesse du parquet doit être homologuée par
une juridiction (jugement ou instruction selon le stade de la procédure). Si elle est
homologuée, le juge du fond devra, sur réquisition du ministère public, fixer la peine
subsidiaire ou reportée qui sera appliquée si le repenti manque à ses engagements.

Chapitre 3 : Les causes d’irrecevabilité de l’action


publique
L’irrecevabilité de l’action publique est la sanction de circonstances qui empêchent la
poursuite de la procédure pénale. Il y a irrecevabilité quand elles sont exercées sans tenir
compte de l’obstacle temporaire qui empêche leur intentement, mais aussi lorsque l’action
publique est éteinte au moment où les poursuites sont engagées.

Section 1 : L’atteinte irrémédiable au droit à un procès équitable


Lorsque le juge constate que l’enquête a été gravement déloyale et qu’une atteinte
irrémédiable a été portée au droit à un procès équitable, les poursuites sont déclarées
irrecevables. Elles le sont aussi quand la violation des droits de la défense porte aussi une
atteinte irrémédiable au droit à un procès équitable.

Section 2 : La provocation policière


Art. 30 du Titre préliminaire du CPP : Interdiction de provoquer les infractions. Il importe peu
que la provocation émane d’un membre d’un service de police ou d’une personne privée
agissant pour le compte de la police ou en collaboration avec elle.
Cette provocation est une cause générale d’irrecevabilité de l’action publique.

Section 3 : Autres causes


D’autres causes peuvent êtres prévues par la loi ou la jurisprudence.

Chapitre 4 : L’extinction de l’action publique


L’extinction de l’action publique est un obstacle définitif à son exercice.

30
2019-2020
Vanholder Aurélie

Section 1 : Le décès de l’inculpé ou la dissolution de la personne


morale
L’action publique s’éteint par la mort du prévenu ou de l’inculpé pour une personne physique,
la clôture de la liquidation, dissolution judiciaire ou dissolution sans liquidation pour la
personnes morales (art. 20 Titre préliminaire du CPP).
Selon le principe de personnalité des lois, les héritiers de l’inculpé ne peuvent pas être
poursuivis ou condamnés sur le plan pénal en lieu et place de leur auteur.

Section 2 : La prescription
§1. Notion
L’action publique non exercée et menée à bien dans un certain délai s’éteint par prescription.
Elle doit être jugée définitivement dans le délai de prescription.

§2. Caractères
A. Cause générale d’extinction de l’action publique
La prescription est une cause générale d’extinction de l’action publique et s’étend à toutes les
infractions du Code pénal et celles prévues par les lois particulières.
Exception : Crime de génocide, crime contre l’humanité et crime de guerre (articles
136bis,ter,quater CP) sont imprescriptibles.
B. Caractère d’ordre public
La prescription est d’ordre public et est acquise à l’inculpé de plein droit, sans qu’il puisse y
renoncer. Elle doit être soulevée d’office par le juge et peut être invoquée pour la première
fois devant la cour de cassation. Il incombe à la partie poursuivante de démontrer que les faits
ne sont pas prescrits.

§3. Les délais


A. La longueur du délai
1. Le droit commun
Il varie selon la nature et l’objet de l’infraction. Les délais sont fixés comme suivant :
- Crimes de droit humanitaire : imprescriptibles.
- Réclusion à perpétuité et crimes graves de l’article 21 du Titre préliminaire du CPP
commis à l’encontre d’un mineur : 20 ans.
- Ces mêmes crimes commis envers un majeur, infraction de voyeurisme, abus sexuels,
distribution pédopornographique, mutilation sexuelle, traite à des fins sexuelles et sa
tentative envers un mineur : 15 ans.
- Crimes non mentionnés au-dessus et ceux punissables de plus de 20 ans de réclusion :
10 ans.
- Autres crimes correctionnalisés et délits : 5 ans.
- Délits contraventionnalisés : 1 an.
- Contraventions : 6 mois.
C’est la peine appliquée et non applicable qui détermine le délai de prescription.

31
2019-2020
Vanholder Aurélie

2. Les lois particulières


Ces dernières fixent des délais de prescription sans avoir égard à la nature de l’infraction.
C’est le cas en matière de roulage où le délai est de 2 ans.
B. L’application dans le temps d’une loi modifiant un délai
Sauf exceptions, les lois de procédure pénale sont d’application immédiate. Une loi qui
allonge le délai de prescription s’applique à toutes les infractions nées avant son entrée en
vigueur mais pas encore prescrites.

§4. Le point de départ du délai


Le départ est le jour de l’infraction (art. 21 et 23 du Titre préliminaire du CPP), donc le jour
où tous les éléments constitutifs de l’infractions sont réunis.
Infraction continue : prescription commence dès le jour où l’état délictueux prend fin.
Infraction d’habitude : prescription commence à partir du dernier fait qui constitue
l’infraction.
Infraction collective : prescription commence à courir à l’égard de tous les faits qu’à partir du
dernier de ceux-ci, tant qu’ils ne sont pas séparés entre eux.
Concours matériel d’infractions : prescription s’apprécie séparément pour chaque infraction.
Il en est de même quand il y a une pluralité d’auteurs.
Art. 21bis du Titre préliminaire du CPP : pour les infractions sexuelles et leur tentative envers
des mineurs, l’action publique ne commence à courir qu’aux 18 ans de la victime. En cas
d’infraction collective, le délai commence à courir aux 18 ans de la plus jeune des victimes.

§5. Le calcul du délai


Art. 23 du Titre préliminaire du CPP : le jour de commission de l’infraction compte dans le
délai de prescription de l’action publique.
C’est au jour du jugement qu’il fait apprécier s’il y a prescription ou non.

§6. L’interruption de la prescription


C’est la première cause de prolongation du délai de la prescription.
A. Les actes interruptifs
1. Généralités
La prescription est interrompue par tout acte d’instruction ou de poursuite accompli dans le
délai originaire. Pour avoir une effet interruptif, l’acte doit répondre à 4 conditions :
- Il doit constituer un acte d’instruction ou de poursuite.
- Accompli par l’autorité qualifiée.
- Il doit être régulier.
- Accompli dans le délai originaire de prescription.
Cette règle n’est pas applicable aux prescriptions de moins de 6 mois. La prescription est alors
interrompue par les actes accomplis dans le premier délai et au cours de chaque nouveau délai
né de l’interruption sans que le temps puisse être rallongé au-delà d’un an à partir de
l’infraction.

32
2019-2020
Vanholder Aurélie

2. Les actes d’instructions


La loi ne donne pas de notion d’acte d’instruction mais la jurisprudence précise cette notion
comme étant tout acte émanant d’une autorité qualifiée à cet effet et ayant pour objet de
recueillir les preuves ou mettre la cause en état d’être jugée.
3. Les actes de poursuites
La notion d’acte de poursuite est définie comme l’acte qui émane d’une autorité qualifiée à
cet effet et tendant à l’introduction ou l’exercice de l’action publique.
4. Les actes non interruptifs
Un acte accompli par l’inculpé ou le prévenu n’est jamais interruptif car il ne peut pas se
porter préjudice.
B. Les effets
L’acte interruptif valablement accompli dans le délai originaire arrête le cours du délai, efface
le temps déjà écoulé et fait courir un nouveau délai de même durée.
Pour le calcul de la prescription, il faut identifier le dernier acte interruptif accompli
valablement dans le délai originaire de prescription et calculer à partir de la un délai de même
durée.
L’acte interruptif produit un effet même envers les personnes non impliquées.

§7. La suspension de la prescription


A. Notion
D’autres circonstances peuvent prolonger le délai de prescription en le suspendant pendant un
laps de temps.
Art. 24 du Titre préliminaire du CPP : La prescription de l’action publique est suspendue
lorsque la loi le prévoit (causes légales) ou qu’il existe un obstacle légal à l’introduction ou
l’exercice de l’action publique (causes dans la jurisprudence).
B. Les causes légales de suspension
1. Les trois causes légales de suspension
- Pendant le traitement d’une exception d’incompétence, d’irrecevabilité ou de nullité
soulevée devant la juridiction de jugement par l’inculpé, par la partie civile ou le
civilement responsable, la prescription est suspendue.
- Dans le cadre du règlement de la procédure, la chambre du conseil ne peut pas régler
la procédure en raison de l’introduction par l’inculpé d’une demande de devoirs
complémentaires.
- Quand le prévenu forme une opposition irrecevable ou non avenue pendant le
traitement de celle-ci.
2. Les causes de suspension prévues par les lois particulières
- La proposition de transaction ou procédure de médiation et mesures. La suspension
court jusqu’à la décision de non-homologation de l’accord de transaction ou exécution
des mesures, ou jusqu’à la décision du procureur du Roi de ne pas appliquer une des
procédures ou jusqu’à la constatation de la non mise en œuvre, ou tardive, des
mesures.
- Suspension du prononcé de la condamnation.

33
2019-2020
Vanholder Aurélie

- Action en cessation en matière de protection de l’environnement ou de discrimination.


- Demande d’autorisation en cas de poursuites à charge d’un ministre.
- Renvoi préjudiciel à la cour constitutionnelle.
- Demande de renvoi pour changement de langue.
C. Les causes de suspension reconnues par la jurisprudence
La jurisprudence a considéré que certaines situations ou aléas de procédure sont des
empêchements légaux au jugement pénal et donc des causes de suspension de la prescription.
Mais les obstacles de fait ne suspendent pas la prescription.
D. Les effets
Les causes de suspension ont un effet réel, donc elles suspendent la prescription envers tous
les auteurs.

§8. Les effets de la prescription de l’action publique


La prescription éteint l’action publique à l’égard de tous les auteurs, coauteurs et complices de
l’infraction car elle possède un caractère réel.

Section 3 : La chose jugée


§1. Notions générales
Une personne ne peut pas être poursuivies une deuxième fois pour des faits déjà
définitivement jugés, donnant lieu à un jugement coulé en force de chose jugée. → Non bis in
idem.
La chose jugée est une cause d’extinction de l’action publique.
La chose jugée s’applique aux décisions d’acquittement et de condamnation. Elle s’applique
aussi pour les décisions de suspension du prononcé de la condamnation tant qu’elle n’est pas
révoquée.
Elle est d’ordre public et l’inculpé ne peut pas y renoncer. Elle doit être soulevé d’office par
le juge.

§2. Les conditions


A. Une décision du juge pénal coulée en force de chose jugée
Non bis in idem ne s’applique qu’aux décisions du juge pénal belge qui statue au fond sur les
poursuites. L’extinction de l’action publique n’est acquise que lorsque la chose a été
irrévocablement jugée. La décision ne doit plus être susceptible de recours ou de pourvoi.
B. Identité des faits
L’application de non bis in idem requiert que les secondes poursuites portent sur les mêmes
faits que ceux de la première décision. Dès qu’il y a identité de fait, la chose jugée s’applique.
C. Identité des personnes
Non bis in idem requiert aussi que les personnes visées par les deuxièmes poursuites soient les
mêmes que celles visées par les premières.

§3. Les effets des décisions des juridictions étrangères


L’application de non bis in idem s’applique que dans l’ordre juridique interne des Etats, donc
non applicable en cas de condamnation prononcée par une juridiction étrangère.

34
2019-2020
Vanholder Aurélie

A. Compétence extraterritoriale des juridictions belges


Art. 13 du Titre préliminaire du CPP : Lorsque l’infraction est commise à l’étranger, il est
impossible de poursuivre à nouveau l’inculpé déjà jugé à l’étranger du chef de la même
infraction.
Conditions d’application :
- Infraction commise exclusivement à l’étranger.
- Identité des faits punissables, qu’importe la qualification.
- Le prévenu doit avoir été acquitté ou avoir satisfait à la justice étrangère après sa
condamnation.
B. Compétence territoriale des juridictions belges
Lorsque l’infraction dont il est saisi s’est partiellement déroulée à l’étranger, le juge belge ne
doit pas tenir compte d’une décision étrangère rendu à l’égard de l’inculpé. Dans l’espace
Schengen, l’autorité de la chose jugée est reconnue aux jugements répressifs rendus dans un
autre pays.

Section 4 : La transaction pénale


C’est une procédure par laquelle le ministère public propose à l’auteur présumé d’une
infraction d’éteindre l’action publique par le paiement d’une somme d’argent.
Elle dépend de l’initiative du ministère public. Elle est toujours facultative et unilatérale.
Pour être valable, la transaction doit répondre à des conditions :
- Le fait ne parait pas devoir être puni d’un emprisonnement correctionnel principal de
plus de 2 ans ou d’une peine plus lourde, en ce compris la confiscation et ne comporte
pas d’atteinte grave à l’intégrité physique.
- La somme d’argent ne peut pas être supérieure au maximum de l’amende prescrite par
la loi et doit être proportionnelle à la gravité de l’infraction.
- Le dommage résultant de l’in fraction doit être entièrement réparé. Le paiement de la
somme d’argent est une présomption irréfragable de la culpabilité de l’auteur.
- Pour les infractions fiscales ou sociales qui ont permis d’éluder des impôts ou
cotisations sociales, la transaction nécessite l’accord de l’administration sociale pu
fiscale.
L’exécution de la transaction dans les délais et selon les modes fixés entraine l’extinction de
l’action publique.
Si le contrevenant refuse de l’offre ou ne paie pas la somme mentionnée dans les conditions,
le ministère public apprécie s’il faut ouvrir ou non les poursuites si le dossier était à
l’information. Si l’affaire était en cours d’instruction ou phase de jugement, la procédure
judiciaire se poursuit.

Section 5 : La procédure de médiation et mesures (médiation pénale)


La médiation pénale est une alternative à la sanction pénale et permet l’extinction de l’action
publique par le respect de conditions. Elle s’inscrit aussi dans le pouvoir d’opportunité du
procureur du Roi. Elle est toujours facultative et unilatérale.

35
2019-2020
Vanholder Aurélie

Le procureur du Roi propose à l’auteur présumé d’une infraction de ne pas le poursuivre


devant les juridictions pénales ou d’arrêter les poursuites s’il accepte et respecte des
conditions ou mesures.
Art. 216ter CIC : fixe les conditions de la médiation pénale :
- Le fait ne parait pas devoir être puni d’un emprisonnement correctionnel principal de
plus de 2 ans ou d’une peine plus lourde.
- Le recours à la médiation peut intervenir à tout moment pour autant qu’aucun
jugement ou arrêt définitif ne soit intervenu.
- L’auteur présumé doit marquer son accord pour la procédure et respecter les mesures
ou conditions.
- L’auteur présume doit accepter de payer les frais d’analyse ou d’expertise dans le délai
fixé par la procureur du Roi et faire abandon des objets susceptibles de confiscation.
Les mesures pouvant être envisagées :
- Reconnaissance par le suspect de sa responsabilité civile et indemnisation ou
réparation de la fraction non contestée du dommage.
- Médiation entre le suspect et la victime sur l’indemnisation ou réparation.
- Traitement médical ou autre thérapie.
- Travail d’intérêt général de maximum 120 heures.
- Formation (maximum 120 heures).
En cas de consentement du suspect, le procureur du Roi communique la décision au Service
des maisons de justice du domicile de la personne. Ce service va désigner un assistant de
justice chargé de l’élaboration et le suivi des mesures.
Lorsque la procédure est menée à bonne fin et que les conditions ont été respectées, l’action
publique s’éteint. En cas d’échec, le procureur du Roi retrouve son opportunité de poursuivre
ou non. Si le juge était déjà saisi, la procédure reprend devant lui et il peut tenir compte des
mesures déjà mise en œuvre pour la prononciation de la peine.

Section 6 : L’amnistie
La loi d’amnistie interdit l’exercice des poursuites pénales et efface la condamnation déjà
prononcée pour un type d’infraction déterminé.

Section 7 : L’abrogation de la loi pénale


La loi pénale n’est abrogée que par l’effet d’une disposition légale nouvelle. L’abrogation
d’une incrimination éteint les poursuites en cours du chef de cette infraction.

Section 8 : Les amendes administratives


Certaines lois prévoient que des infractions déterminées peuvent être sanctionnées par une
amende administrative ou une sanction pénale.

36
2019-2020
Vanholder Aurélie

Section 9 : La transaction émanant de certaines administrations


publiques
La loi reconnait à un département ministériel ou une administration publique le pouvoir de
proposer au contrevenant une transaction dont la conclusion et l’exécution ont un effet
extinctif de l’action publique.

Section 10 : L’action civile sui generis exercée devant les juridictions


du travail
L’auditeur du travail est habilité à intenter une action auprès du tribunal du travail pour faire
constater les infractions aux lois et règlements qui relèvent de la compétence des juridictions
du travail et touchent les travailleurs d’une entreprise.
Cette action civile conduit la juridiction du travail à déclarer établie une infraction de droit
pénal social mais sans pouvoir prononcer de peine.

Section 11 : Le désistement de la partie civile dans les délits sur


plainte
La partie civile peut se désister et renoncer à son action. Pour un délit sur plainte, si le
désistement à lieu avant l’intentement des poursuite, l’action publique est éteinte.

Titre III : L’action civile


L’action civile à pour but la réparation du dommage causé par l’infraction. Elle appartient à
ceux qui ont souffert de ce dommage. Elle peut être dirigée contre le prévenu ou son
civilement responsable.
La victime peut intenter son action devant la juridiction civile et se constituer partie civile à
divers stades du procès pénal.

Chapitre 1 : Les sujets de l’action civile


Section 1 : Qui peut exercer l’action civile ?
L’action pour la réparation du dommage est intentée par ceux qui ont souffert de ce dernier.
Elle peut être intentée devant la juridiction civile par toute personne lésée. La victime peut
être une personne physique ou morale.
L’action civile est transmissible par voie successorale, donc les héritiers héritent du droit à la
réparation. Si elle n’est pas encore intentée, les héritiers peuvent le faire en leur nom. Si elle
est déjà intentée, ils reprennent l’instance.

37
2019-2020
Vanholder Aurélie

Section 2 : Contre qui peut être exercée l’action civile ?


Les défendeurs à l’action civile sont le prévenu et le civilement responsable. L’action civile
résultant d’une infraction peut aussi être dirigées contre les personnes responsables en vertu
de l’article 1384 CC ou en vertu d’une loi spéciale.
En cas de décès du prévenu, l’action peut être intentée contre ses héritiers.

Section 3 : L’intervention d’un tiers


L’intervention volontaire ou forcée d’un tiers devant la juridiction répressive n’est recevable
qu’à la condition qu’une loi la prévoie ou qu’en vertu d’une loi le juge répressif soit autorisé à
prononcer une condamnation ou mesure à charge d’un tiers qui doit être alors admis à
comparaitre dans l’instance ou peut y être appelé.

Chapitre 2 : Les droits de la victime et l’exercice de


l’action civile
Section 1 : Les droits de la victime, de la personne lésée et de la partie
civile
§1. Les droits de la victime
Les victimes reçoivent les informations utiles sur les modalités de constitution de partie civile
et de déclaration de personne lésée (art. 3bis Titre préliminaire du CPP). La personne qui
dépose plainte au près de la police doit être informée de la possibilité de se déclarer personne
lésée et des droits qui s’y attache.
Le procureur du Roi informe les victimes connues des lieu, jour et heure de la fixation de la
cause devant le tribunal correctionnel.
Si le juge prononce une peine privative de liberté ou l’internement, il doit en informer la
partie civile et lui préciser les modalités pour être entendue par le tribunal de l’application des
peines pour les modalités à fixer dans son intérêts en cas d’internement.

§2. Le statut de la personne lésée


La situation de personne lésée a été crée par la loi Franchimont. La déclaration de personne
lésée peut simplement être reçue par le secrétariat de police ou l’agent qui rédige le procès-
verbal de dépôt de plainte ou être envoyée par recommandée au parquet.
La déclaration de personne lésée crée des droits :
- Être assistée ou représentée par avocat.
- Joindre au dossier tout document qu’elle estime utile.
- Être informée du classement sans suite et de son motif, de la mise à l’instruction et des
actes de fixation devant les juridictions d’instruction et de jugement.
- Consulter le dossier et en obtenir copie.

38
2019-2020
Vanholder Aurélie

§3. La partie civile


Si la victime du dommage veut réclamer réparation devant le juge pénal, elle doit acquérir la
qualité de partie civile. Une fois constituée, la partie civile est une partie du procès qui
dispose des mêmes droits que l’inculpé ou prévenu.

Section 2 : Le recours à la médiation réparatrice


Il est possible de recourir à la médiation réparatrice pour tout type d’infraction et à tout stade
de la procédure pénale.
Ce recours est ouvert à toute personne présentant un intérêt direct dans le cadre de la
procédure.
Un lien entre les décisions intervenues en médiation et la future décision judiciaire est établi
par l’obligation pour le juge de mentionner dans son jugement l’accord qui lui est transmis par
les parties dans le cadre de le médiation. Le juge peut en tenir compte pour fixer la peine.

Section 3 : L’exercice de l’action civile


§1. L’option de la victime
Art. 4 Titre préliminaire du CPP : La victime peut porter son action devant la juridiction
répressive et peut la poursuivre devant la juridiction civile.

§2. L’action civile portée devant la juridiction civile


A. Le criminel tient le civile en l’ état
Art. 4 Titre préliminaire du CPP : l’exercice de l’action civile est suspendu tant qu’il n’a pas
été prononcé définitivement sur l’action publique intentée avant ou après la poursuite de
l’action civile, pour autant qu’il existe un risque de contradiction entre le juge pénal et le civil.
La règle est applicable dès que l’action publique est mise en mouvement et non dès que
l’information est ouverte.
Cette règle est d’ordre public. Les parties ne peuvent pas y renoncer et le juge civil doit
surseoir à statuer .Le juge peut poursuivre l’examen de la cause, tend qu’il rend son jugement
après celui du juge répressif.
B. L’autorité de la chose jugée au répressif sur le procès civil ultérieur
C’est un principe général de droit selon lequel la juridiction civile ne peut remettre en
question ce qui a été jugé définitivement par le juge répressif sur l’existence d’un fait qui
forme la base commune de l’action publique et civile.
L’autorité de la chose jugée au pénal ne fait pas obstacle à ce que lors d’un procès civil
ultérieur, une partie ait la possibilité de contester les éléments déduits du procès pénal quand
elle n’a pas été partie à l’instance pénale ou n’a pas pu faire valoir librement ses intérêts.

§3. L’action civile devant les juridictions répressives


A. Caractère accessoire de l’action civile
L’action civile portée devant les juridictions répressives l’est dans les mêmes conditions que
quand elles sont saisies de l’action publique.

39
2019-2020
Vanholder Aurélie

Art. 4 Titre préliminaire du CPP : Le juge saisi de l’action publique doit réserver d’office les
intérêts civils, même en l’absence de constitution de partie civile, si la cause n’est pas en l’état
d’être jugée quant à ces intérêts. La personne lésée peut alors faire revenir l’affaire sans frais
devant le juge pénal pour qu’il soit statué sur les intérêts civils.
Pour le juge pénal, l’action civile reste l’accessoire de l’action publique. De ce caractère
accessoire il découle 2 conditions pour que la demande en réparation soit admise par le juge
pénal :
- La demande doit tirer son origine d’une infraction
- L’action publique doit valablement être portée devant la juridiction pénale.
La juridiction répressive est incompétente pour connaitre d’une action en réparation du
préjudice causé par l’infraction :
- Si lorsqu’au moment où l’action est portée devant elle, l’action publique exercée du
chef de cette infraction était éteinte par la mort du délinquant ou autre cause
d’extinction de l’action publique.
- Si le juge pénal déclare la prévention non établie.
- Si la juridiction pénale se déclare incompétente pour connaitre l’action publique.
B. Modes de constitution de partie civile
Deux procédés existent pour la constitution de partie civile :
- Constitution par action.
- Constitution par intervention.
C. La constitution par action
La personne lésée reçoit la possibilité de pouvoir mettre en mouvement l’action publique pour
qu’elle puisse saisir la juridiction répressive de son action civile.
1. La constitution de partie civile entre les mains du juge d’instruction (art. 63 CIC)
La personne lésée peut se constituer partie civile devant le juge d’instruction pas encore saisi
d’une instruction judiciaire concernant les faits dénoncés. Cette plainte avec constitution de
partie civile met l’action publique en mouvement.
2. La citation directe (art. 145 et 162 CIC)
Art. 64 CIC : La personne lésée est autorisée en matière délictuelle, à s’adresser au tribunal
correctionnel dans les formes prévues. La citation directe est aussi prévue pour les infractions
de la compétence du tribunal de police.
La citation directe met l’action publique en mouvement. Elle n’est pas recevable quand
l’action publique est déjà mise en mouvement par la saisine du juge d’instruction.
D. La constitution par intervention
La personne lésée intervient dans la poursuite déjà intentée par le ministère public et déclare
se constituer partie civile. Deux procédure :
- Agir devant la juridiction pénale en même temps qu’elle est saisie par l’action
publique.

40
2019-2020
Vanholder Aurélie

La constitution par intervention est admise dès que l’action publique est mise en
mouvement jusqu’à la clôture des débats devant le juge du fond statuant en premier
ressort.
- Dans la mesure où le juge saisi de l’action publique doit réserver d’office les intérêts civils
lorsque la cause n’est pas état d’être jugée, toute personne lésée par l’infraction peut
obtenir ensuite sans frais que la juridiction qui a statué sur l’action publique statue sur les
intérêts civils sur requête valant constitution de partie civile.

Section 4 : L’aide financière de l’Etat au profit de certaines victimes


d’infractions
De nombreuses victimes d’infractions ne sont pas indemnisées parce que l’auteur reste
inconnu ou est insolvable.
Loi du 1 août 1985 : Instauration d’un fonds, appelé Fonds spécial pour l’aide aux victimes
d’actes intentionnels de violence et aux sauveteurs occasionnels.
Le Fonds est alimenté par une contribution de 200€ (25€ avec les décimes additionnels)
prononcée par le juge à charge de chaque condamné criminel et correctionnel.
La personne qui a subi un préjudice physique ou psychique important résultant directement
d’un acte intentionnel de violence commis en Belgique peut demander une aide si la
réparation ne pourra pas être assurée par d’autres moyens. En cas de préjudice résultant d’un
retard dans l’octroi de l’aide, une aide d’urgence peut être octroyée. Un complément d’aide
peut être octroyé en cas d’aggravation du dommage.
L’aide est demandée par requête adressée à la commission pour l’aide financière aux victimes
d’actes intentionnels de violence et les sauveteurs occasionnels.

Section 5 : L’indemnité de procédure


C’est une intervention forfaitaire par une partie dans les frais et honoraires d’avocat de la
partie ayant obtenu gain de cause. Les indemnités de procédure sont applicables en matière
pénale devant toutes les juridictions mais se limite aux rapports entre la partie civile et le
prévenu.
Tout jugement de condamnation rendu contre le prévenu et les civilement responsables de
l’infraction les condamnera envers la partie civile à l’indemnité de procédure (art. 162bis
CIC).
En cas de non-lieu, si la victime a mis l’action publique en mouvement en se constituant
partie civile dans les mais du juge d’instruction, elle sera condamnée à l’indemnité de
procédure envers l’inculpé (art. 128, al. 2 CIC). Il en sera de même en cas d’acquittement du
prévenu après une citation directe lancée par la partie civile ou après un appel interjeté par la
partie civile, en l’absence de recours du ministère public, du prévenu ou du civilement
responsable.

41
2019-2020
Vanholder Aurélie

Chapitre 3 : L’extinction de l’action civile


Section 1 : Le désistement et la transaction
La partie civile peut se désister de son action et y renoncer. Sur le plan civil, les parties sont
libres de transiger à propos de l’action en dommages et intérêts résultant de l’infraction.
Art. 2052 CC : Les transactions ont, entre les parties, l’autorité de la chose jugée en dernier
ressort.

Section 2 : La prescription
Art. 26 Titre préliminaire du CPP : Les actions civiles se prescrivent selon les règles du Code
civil ou les lois particulières applicables à l’action en dommages et intérêts. Mais elle peut se
prescrire avant l’action publique.

Section 3 : La chose jugée


La chose jugée sur l’action civile empêche une nouvelle action civile (art. 23 à 28 C. jud.) Il
faut identité de cause, d’objet et de parties agissant en la même qualité.

42
2019-2020
Vanholder Aurélie

Partie II : La phase préliminaire du


procès
Titre I : Les acteurs de la phase
préliminaire du procès
La recherche des infractions et de leurs auteurs sont confiées aux magistrats et fonctionnaires
de police par la loi.
Quand l’infraction est parvenue à connaissance du parquet, une enquête est réalisée durant
laquelle un dossier pénale est constitué à destination des juridictions de jugement et
d’instruction. → Phase préliminaire du procès.
L’enquête est réalisée par le parquet, assisté de fonctionnaires de police. → Information.
Le parquet peut confier l’enquête et la constitution du dossier pénal au juge d’instruction
assisté de fonctionnaires de police. → Instruction préparatoire (sous le contrôle des
juridictions d’instruction).

Chapitre 1 : Aperçu de la phase préliminaire du procès


Dans l’exercice de leur fonction de police judiciaire, les services de police se chargent de la
recherche et découvertes des infractions et leurs auteurs. Ils sont appelés à :
- Enregistrer les plaintes des victimes.
- Constater directement les infractions.
- Recueillir les informations de tiers ou témoins pour l’existence des infractions.
- Découvrir les infractions suite à des recherches effectuées d’initiative.
Le procureur du Roi peut ouvrir d’initiative un dossier quand il est saisi directement d’une
plainte ou d’une dénonciation d’une infraction, ou quand il constate lui-même l’existence
d’une infraction.
Quand c’est opportun ou nécessaire, le procureur du Roi peut décider l’ouverture d’une
instruction et confier le dossier à un juge d’instruction. La personne préjudiciée peut
provoquer l’ouverture d’une instruction en se constituant partie civile entre les mains du juge
d’instruction.
Le juge d’instruction exerce sa mission sous le contrôle des juridictions d’instruction.

43
2019-2020
Vanholder Aurélie

Chapitre 2 : Les fonctionnaires de police


Section 1 : La distinction entre les fonctions de police judiciaire et
celles de police administrative
Police judiciaire = recherche des infractions
Police administrative = maintien de l’ordre public.
La distinction est compliquée en pratique. Ex : A l’occasion du maintien de l’ordre, l’agent
peut poser des actes de police judiciaire.

Section 2 : Les officiers de police judiciaire


Les services de police comprennent des fonctionnaires qui ont une qualité d’officier de police
judiciaire (O.P.J.) et à qui la loi réserve l’accomplissement d’actes judiciaires. Les autres
fonctionnaires de police exercent les missions non réservées à l’O.P.J.

Section 3 : La nouvelle structure policière


Les 3 services de police (communales, gendarmerie et judiciaire) ont été remplacé par un
service de police intégré, structuré à 2 niveaux (loi du 7 décembre 1998). Cette dernière
comprend un service de police locale et un de police fédérale. Ils sont autonomes et dépendent
d’autorités distinctes mais avec des liens fonctionnels.

§1. La police locale


A. Zone de police et police locale
Un service de police local est organisé au niveau communale ou intercommunal, qui définit la
zone d’accomplissement de leur mission et où un seul corps de police est organisé.
B. Missions de la police locale
1. Missions à caractère local
La police locale assure au niveau local, la fonction de police de base qui comprend les
missions de police administrative et judiciaire nécessaire pour la gestion des évènements et
phénomènes locaux.
2. Missions à caractère fédéral
La police locale est aussi appelé à exercer des missions de police fédérale, ce qui traduit les
liens entre les pouvoirs locaux et fédéraux.
C. Direction
La police locale est placée sous la direction du chef de corps qui est sous l’autorité du
bourgmestre ou collège de police.
Le chef de corps est la voie obligée pur toute instruction, ordre ou directive à donner au corps
de police. Les relations entre le corps de police et les autorités se font par l’intermédiaire du
responsable hiérarchique.
D. Compétence territoriale
Les fonctionnaires de la police locale sont compétents sur l’ensemble du Royaume.

44
2019-2020
Vanholder Aurélie

§2. La police fédérale


A. Missions
La police fédérale assure les missions de police spécialisée et supralocale en matière de police
administrative et judiciaire mais aussi les missions d’appui aux polices locales et autorités
locales, sur l’ensemble du territoire.
B. Organisation générale
La police fédérale est composée de :
- Directions générales.
- Directions de coordination et d’appui déconcentrées.
- Directions judiciaires.
- Commissaire général.
1. Les directions générales
Elles se structurent en directions centrales et déconcentrées qui sont déterminées par arrêté
royal délibéré en Conseil des Ministres.
2. Les directions de coordination et d’appui déconcentrées
Les directions de coordination et d’appui déconcentrées, instaurées au niveau des
arrondissement judiciaires, sont compétentes en matière de police administrative.
3. Les directions judiciaires déconcentrées
Dans chaque arrondissement judiciaire, existe une direction de police judiciaire déconcentrée.
Au total, elles sont au nombre de 14 et exécutent les missions spécialisées de police judiciaire.
C’est le ministre de la Justice qui réparti les missions de police judiciaire entre les polices
locales et fédéral.
C. Direction
La direction de la police fédérale incombe au commissaire général à qui les ministres de la
Justice et de l’Intérieur adressent leurs ordres, directives et instructions.
Chaque direction judiciaire déconcentrée est dirigée par un directeur judiciaire placé sous
l’autorité du directeur général de police judiciaire.
Au sein de chaque arrondissement, le directeur judiciaire coordonne ses activités avec celle du
directeur coordinateur administratif qui dirige les directions de coordination et d’appui
déconcentrées.
D. Compétence territoriale
Art. 45 Loi du 5 août 1992 (sur la fonction de police) : les fonctionnaires de la police fédérale
sont compétents pour exercer leurs missions sur l’ensemble du territoire national.

§3. Les fonctionnaires à compétences particulières


Des fonctionnaires d’administrations particulières ont des compétences spéciales ou
restreintes en matière de police judiciaire.

§4. Les Comités de contrôle des services de police et de renseignements


Loi du 18 juillet 1001 : création du Comité P et Comité R. Ils disposent chacun d’un service
d’enquête dont les membres ont la qualité d’O.P.J. auxiliaire du procureur du Roi.

45
2019-2020
Vanholder Aurélie

Chapitre 3 : Le ministère public


La loi reconnait aux procureurs du Roi et leurs substituts, auditeurs de travail et substituts,
procureur fédéral et magistrats fédéraux la qualité d’O.P.J. Ils peuvent donc poser tous les
actes confiés aux O.P.J.

Chapitre 4 : Le juge d’instruction


L’instruction judiciaire est l’œuvre du juge d’instruction qui constitue une juridiction (><
ministère public). Il exerce des fonctions juridictionnelles et des fonctions législatives. Il peut
aussi poser des actes de police judiciaire en matière de crimes et délits dans le cadre de sa
mission de magistrat instructeur.
Le juge d’instruction est assisté d’un greffier.
Il se caractérise par son indépendance et son impartialité. Il n’est pas partie à l’action et ne
décide pas du renvoi de l’intéressé en jugement. Sa seule mission est de rechercher les
éléments de preuve à charge et à décharge, en balançant entre accusation et défense.
Il décide de la nécessité d’utiliser la contrainte ou porter atteinte aux droits individuels (><
procureur du Roi) (art. 56 CIC).

Chapitre 5 : Les juridictions d’instruction


Deux juridictions d’instruction :
- Chambre du conseil, en première instance.
- Chambre des mises en accusation, en appel.
L’intervention de la chambre du conseil est requise :
- Quand le juge d’instruction a placé une personne en détention préventive.
- Lors de la clôture de l’instruction pour régler la procédure.
Cette dernière est composée d’un juge unique et est une chambre du tribunal correctionnel. Le
président de la chambre du conseil est assisté d’un greffier et la présence d’un membre du
ministère public est requise à l’audience. L’audience se tient à huis clos et la décision n’est
pas prononcé en audience publique.
Lors de l’instruction judiciaire ou sa clôture, la chambre des mises en accusation statue dans
ces situations :
- Elle est la juridiction d’appel pour les recours exercés contre les ordonnances du juge
d’instruction (Ex : accès au dossier, devoirs complémentaires, référé pénal, … ).
- Appels des décisions de la chambre du conseil en matière de détention préventive.
- Quand elle est saisie en cours d’instruction ou à sa clôture, elle exerce le contrôle de la
régularité de la procédure et des actes d’instruction et le déroulement des instructions.
Si nécessaire, elle a un pouvoir d’évocation du dossier d’instruction et enjoindre un de
ses membres à un acte d’instruction. Elle contrôle aussi la légalité des méthodes
particulières de recherche.
- Juridiction d’appel pour les recours contre les décisions de la chambre du conseil à la
clôture de l’instruction.

46
2019-2020
Vanholder Aurélie

- Seule à décider dur renvoi en cour d’assises de l’inculpé.


La chambre des mises en accusation est une chambre de la cour d’appel et est composée de 3
conseillers.

Titre II : Caractéristiques de la phase


préliminaire du procès pénal
La phase préliminaire du procès pénal à un caractère inquisitoire dominant. Elle est secrète,
écrite et unilatérale. Certains aménagements ont été introduit par la loi Franchimont.

Chapitre 1 : Le caractère écrit


L’information et l’instruction préliminaire ont pour objet la constitution du dossier répressif
qui sera la base pour l’appréciation des juridictions chargées du jugement du dossier.
Les résultats des recherches et investigations menées lors de l’enquête sont consignées par
écrit et forme le dossier répressif.

Chapitre 2 : Le caractère unilatéral


Avant la loi Franchimont : l’inculpé et la partie civile n’avaient aucun moyen de contraindre
le juge d’instruction de procéder à un devoir. Le juge ne devait pas motiver son refus ni
répondre à la demande.
Avec la loi Franchimont, ce droit est reconnu aux parties durant l’instruction et aussi à sa
clôture.

Chapitre 3 : Le secret de l’information et de l’instruction


et ses exceptions
Le secret de l’information et l’instruction implique que dans la phase préparatoire du procès
pénal, les pièces du dossier soient couvertes par le secret. Nul ne peut en prendre
connaissance en dehors de leur utilisation judiciaire par les acteurs tenus au secret
professionnel.
Ce secret a pour objectif le respect de l’intégrité morale et de la vie privée de toute personne
présumée innocente et l’efficacité de la conduite de l’instruction. → Principe d’ordre public.
La loi Franchimont prévoit 3 tempéraments :
- Délivrance d’une copie de l’audition à la personne entendue.
- Droit d consulter le dossier et possibilité d’en obtenir copie pour les personnes
intéressées.
- Possibilité de communication à la presse.

47
2019-2020
Vanholder Aurélie

Titre III : L’information préliminaire


L’information est conduite par le procureur du Roi et est l’ensemble des actes de recherches
des infractions, leurs auteurs et des preuves, utiles à l’exercice de l’action publique.
Les actes d’information ne peuvent comporter aucune mesure de contrainte ni porter atteinte
aux libertés et droits individuels, qui sont de la compétence du juge d’instruction. Mais il
existe de nombreuses exceptions.
L’information permet la constitution de dossier pénal pour les contraventions, délits et crimes
destinés à être correctionnalisés.

Chapitre 1 : La définition de l’information


L’ensemble des actes destinés à rechercher les infractions, leurs auteurs et preuves.
L’information permet de rassembler les éléments utiles à l’exercice de l’action publique (art.
28, al. 3 CIC).
Le procureur du Roi dirige l’information sous la surveillance du procureur général qui peut lui
donner des ordres pour tous les actes de police judiciaire. Les actes d’information ne peuvent
comporter aucune mesure de contrainte ou porter atteinte aux libertés et droits individuels qui
sot de la compétence du juge d’instruction.
Dans sa mission d’information, le procureur du Roi veille à la légalité des moyens de preuve
et la loyauté de leur rassemblement.

Chapitre 2 : La recherche proactive


L’information s’étend à l’enquête proactive.
Art. 28 CIC : l’enquête proactive, dans le but de permettre la poursuite d’auteurs
d’infractions, consiste en la recherche, collecte, enregistrement et traitement de données et
informations sur base d’une suspicion raisonnables que des faits punissables vont être
commis ou ont été commis mais ne sont pas encore connus et qui sont ou seraient commis
dans le cadre d’une organisation criminelle ou constitueraient un crime ou délit selon
l’article 90ter.
L’enquête réactive, quant à elle, est la méthode classique de la police judiciaire qui réagit face
à l’existence d’une infraction. L’enquête proactive tend à anticiper l’appel ou la plainte du
citoyen.
Pour entamer une enquête proactive, l’autorisation écrite et préalable du procureur du Roi, de
l’auditeur du travail ou du procureur fédéral est requise.

Chapitre 3 : La compétence territoriale du parquet


La compétence territoriale du procureur du Roi pour connaitre de la recherche et poursuite des
infractions est définie par l’article 23 CIC. La compétence est attribuée au procureur du Roi
du lieu de l’infraction et celui du lieu de la résidence de l’inculpé ainsi que celui du lieu où il

48
2019-2020
Vanholder Aurélie

pourra être trouvé. Le parquet fédéral, quant à lui, exerce une compétence qui s’étend sur tout
le territoire.
Le procureur du Roi saisi d’une infraction dans les limites de sa compétence peut procéder ou
faire procéder hors de son arrondissement à tous les actes d’information ou d’instruction dans
ses attributions. Il est tenu d’en informer le procureur du Roi de l’arrondissement où l’acte
sera accompli.
Le procureur fédéral et les magistrats fédéraux peuvent procéder ou faire procéder à tous actes
sur l’ensemble du territoire.

Chapitre 4 : La politique criminelle


La réforme Franchimont a consacré le pouvoir du procureur du Roi pour déterminer les
matières dans lesquelles les infractions sont prioritairement recherchées dans son
arrondissement.

Chapitre 5 : Les actes de police judiciaire et


d’information
Section 1 : Généralités
L’information comprend tous les actes pour la recherche de l’existence et des preuves de
l’infraction ainsi que leurs auteurs, à l’exclusion des actes pour le maintien de l’ordre public
(compétence de la police administrative).
Le procureur du Roi, les officiers et agents de police judiciaire peuvent accomplir les mêmes
actes de police judiciaire et d’information sauf quand ils sont réservés à un O.P.J. ou au
procureur du Roi. Ces actes ne peuvent contenir aucune mesure de contrainte ou d’atteinte
aux libertés et droits individuels.
Exceptions :
- Crime ou délit flagrant.
- Arrestation.
- Saisie.
- Identification de l’utilisateur d’un service de communication électronique.
- Interception de courrier.
- Enquête bancaire.
- Contrôle visuel discret dans un lieu privé autre que le domicile.
- Méthodes particulières de recherche.
- Repérage de télécommunications.

Section 2 : La notion de flagrant délit et ses conséquences


En cas de flagrant délit, il peut être dérogé à certaines règles de droit commun car les risques
d’arbitraire sont fortement réduits dans ce cas. De plus, l’efficacité de la recherche des
infractions et de leur auteur exige que lorsque le délit est encore actuel, que la justice
intervienne sans délai et que les preuves ne dépérissent pas.

49
2019-2020
Vanholder Aurélie

Flagrant délit : Délit qui se commet actuellement ou qui vient de se commettre (art. 41 CIC).
Est aussi assimilé au flagrant délit : cas où l’inculpé est poursuivi par la clameur publique et
celui où l’inculpé est trouvé en possession d’effets, armes, instruments ou papier faisant
présumer qu’il est auteur ou complice, pourvu que ca soit dans un temps voisin du délit (art.
41 CIC).
La procédure de flagrant délit est étendue aux crimes et délits même non flagrants, commis à
l’intérieur d’une maison, lorsque les autorités sont requises de les constater par le chef de la
maison ou par la victime de l’infraction de violences conjugales ou entres personnes
cohabitant et entretenant une relation affective et sexuelle.
En cas de flagrance, le procureur du Roi et les fonctionnaires de police disposent de pouvoir
plus larges dans certaines matières :
- Poursuite à charge de parlementaire.
- Perquisitions mêmes nocturnes sur les lieux des faits et au domicile du suspect.
- Arrestation d’un suspect.
- Interdiction pour toute personne de quitte les lieux d’un crime flagrant.
- Prélèvement sanguin.
- Ouverture de courrier intercepté.
- Exploration corporelle.
- Repérage ou localisation de communications électroniques pour les infractions
flagrantes (liste de l’article 90ter).
- Interception de communications non accessibles au public ou des données d’un
système informatique en cas de flagrant délit d’infractions terroristes, prise d’otage,
détention illégale ou extorsion.
La procédure de flagrant délit prend fin pour le procureur du Roi :
- Quand le juge d’instruction, auquel le procureur donne avis de son transport, arrive sur
les lieux.
- Dès que le transport est terminé et qu’il y a interruption dans l’accomplissement des
actes.
Alors la procédure reprend son cours normal, le procureur du Roi et les O.P.J. ne disposent
plus que de leurs pouvoirs habituels.

Section 3 : Les procès-verbaux


La constatation de toute infraction par un fonctionnaire de police, les renseignements obtenus
et constatations faites font l’objet de procès-verbaux, transmis à l’autorité judiciaire
compétente.
Procès-verbal : acte écrit dans lequel un fonctionnaire de police qualifié relate les faits dont il
a vérifié l’existence et dont la recherche entre dans ses attributions. Il contient aussi les
déclarations que le fonctionnaire a pu recueillir à propos de l’infraction.
Ils ne sont soumis à aucune forme sacramentelles mais doivent contenir l’identité, les
fonctions et résidence de son rédacteur pour apprécier sa compétence mais aussi porter sa
signature et être datés.

50
2019-2020
Vanholder Aurélie

Pour la force probante des procès-verbaux, une distinction est faite entre ceux faisant foi
jusqu’à inscription en faux et ceux faisant foi jusqu’à preuve du contraire.

Section 4 : Les descentes et prélèvements sur les lieux


En cas de flagrant crime, les procureurs du Roi et les fonctionnaires de police peuvent se
déplacer sur les lieux des faits pour procéder à toutes les constatations utiles.
Il en est de même en dehors du flagrant délit et à tout moment de la procédure, dans le respect
du principe de l’inviolabilité du domicile.
Ces constations peuvent être accompagnées de photos ou prises de vue par caméra ou vidéo
pour les objectiver et en assurer une permanence.

Section 5 : L’audition des personnes


Les magistrats et fonctionnaires de police peuvent procéder à l’audition de personne
(suspects, témoins, tiers, … ). Le but des auditions est d’obtenir une version la plus objective
possible des faits pour faire se manifester la vérité.

§1. Les règles applicables à toutes les auditions


La loi Franchimont offre à toutes personnes entendue, dans le cadre d’une information ou
instruction, des garanties pour renforcer la fiabilité du procès-verbal d’audition et le contrôle
par l’intéressé du contenu de sa déclaration.
Ces dispositions ont été complétées plus récemment par les lois Salduz et Salduz bis.
A. Généralités
Les auditions de personnes sont soumis aux principes de légalité et de loyauté de
l’administration de la preuve et notamment dans le respect de l’intégrité physique et du droit
au silence.
B. Le déroulement de l’audition
Les articles 47bis et 70bis CIC fixe les règles à respecter pour le déroulement de l’audition et
la rédaction du procès-verbal.
Au début de l’audition, la personne doit être informée succinctement des faits à propos
desquels elle est entendue. Il lui est aussi communiqué :
- Le fait qu’elle n’est pas contrainte de s’accuser elle-même.
- Que ses déclarations peuvent être utilisées comme preuve en justice.
- Qu’elle peut demander que toutes les questions qui lui sont posées et réponses données
soient actées dans les termes utilisés.
- Demander qu’il soit procédé à un acte d’information ou d’audition déterminé.
- Qu’il est possible d’utiliser des documents en sa possession, sans que cela entraine le
report de l’interrogatoire, et demander que ces derniers soient joints au procès-verbal
d’audition ou déposés au dossier.
Toute personne a le droit, si elle le souhaite, de prendre l’initiative d’être assistée d’un avocat
à qui elle a fait appel préalablement et sans que la personne qui l’auditionne s’oppose à la
présence et participation de cet avocat.

51
2019-2020
Vanholder Aurélie

Le procès-verbal d’audition doit comprendre les heurs de début et fin et des interruptions
éventuelles de l’audition. La loi prévoit aussi certaines formalités pour la lecture du procès-
verbal à la clôture de l’audition et pour l’intervention d’un interprète.
C. La délivrance d’une copie de l’audition
Toute personne entendue a le droit d’obtenir une copie gratuite de son audition. Cette copie
est adressé à la personne demanderesse immédiatement ou dans le mois. Le délai d’un mois
est réduit à 48h pour le juge d’instruction.
En raison de circonstances graves ou exceptionnelles, le procureur du Roi ou le juge
d’instruction (en fonction du moment) peut retarder la délivrance de la copie à 3 mois, une
fois renouvelable. La décision motivée doit être jointe au dossier de la procédure.
Une procédure dérogatoire est prévue pour la délivrance de la copie à un mineur d’âge.

§2. Les règles spécifiques à certaines auditions


A. L’audition des suspects non privés de liberté
Pour les personne auditionnées comme suspects, elle possède le droit de ne pas s’auto-
incriminer mais aussi celui de répondre aux questions posées ou se taire après avoir décliné
son identité.
Elles sont aussi informées du fait qu’elles ne sont pas privé de liberté et son libre d’aller et
venir. Il est dit au suspect qu’il est entendu en cette qualité. Il possède le droit de se concerter
avant la première audition, confidentiellement avec un avocat et de se faire assister par lui. Ce
droit est limité aux cas où le suspect est entendu dans le cadre d’infractions susceptibles de
peine privative de liberté.
L’intervention de l’avocat varie selon si l’audition de la personne a lieu sur convocation écrite
ou non :
- Ecrite : La convocation devra porter notification succincte des faits, du droit de se taire
et de celui de consulter un avocat. La personne est alors présumée avoir pris les
mesures pour être assistée d’un avocat.
- Non écrite : L’audition peut être reportée, une seule fois, à la demande l’intéressé pour
qu’il prenne les mesures afin de contacter un avocat.
L’intéressé peut refuser le droit de consultation avec un avocat s’il est majeur et par écrit (art.
47bis CIC).
L’avocat contrôle le respect du droit au silence de son client et que ce dernier n’est pas soumis
à des pressions ou contraintes, que ses droits lui ont été communiqués et que l’audition se
déroule régulièrement. S’il y a nécessité de constater une violation d’un e ces droits, l’avocat
peut demander que cela soit notifier dans le procès-verbal d’audition.
Il peut aussi demander que soit procéder un acte d’information ou une audition. Il peut
demander des clarifications sur les questions posées, formuler des observations sur l’enquête
ou l’audition mais il ne peut pas répondre à la place de son client.
B. L’audition des suspects privés de liberté
Les personnes privées de liberté possèdent les même droits que celle qui ne le sont pas, c’est-
à-dire celui de se concerter confidentiellement avec un avocat avant la première audition et

52
2019-2020
Vanholder Aurélie

d’être assisté par ce dernier durant les auditions réalisées durant la garde à vue ou lors de la
détention, sauf s’il y est dérogé par décision motivée.
- La concertation préalable avec l’avocat : des permanences sont organisées par les
barreaux quand le suspect est dans l’incapacité de trouver un avocat. Une fois le
contact avec l’avocat ou la permanence pris, la concertation confidentielle de 30
minutes doit avoir lieu dans les 2 heures. Si cela est impossible, la concertation avec la
permanence peut se faire par téléphone avec l’accord du suspect. C’est uniquement
après ce contact avec la permanence que le suspect, majeur, peut renoncer à son droit
d’être assisté par un avocat.
- L’assistance d’un avocat durant les auditions subies en garde à vue et avant la
délivrance d’un mandat d’arrêt : Dans les 48 heures suivant la privation de liberté, le
suspect à le droit d’être assisté d’un avocat.
L’avocat joue le même rôle que pour la personne non privée de liberté, sauf qu’il peut
demander l’interruption de l’audition pour 15 minutes pour s’entretenir
confidentiellement ave son client après la révélations de nouvelles infractions ou à la
demande de l’avocat ou du suspect (possible qu’une seule fois).
L’assistance de l’avocat est aussi prévue pour l’audition préalable à la possible
délivrance d’un mandat d’arrêt.
- L’assistance de l’avocat lors des auditions subies en détention préventive est prévue
par la loi Salduz.
- La dérogation exceptionnelle aux droits de consultation et d’assistance d’un avocat :
les motifs qui peuvent motiver cette dérogation réside dans une nécessité urgente de
prévenir une atteinte grave à la vie, la liberté ou intégrité physique d’une personne ou
quand il est impératif que les autorités procédant à l’enquête agissent immédiatement
pour ne pas compromettre la procédure pénale.
Cette dérogation est aussi possible quand il est impossible de garantir ce droit de
consultation à cause de l’éloignement géographique du suspect et que les droits ne
peuvent êtres exercés que par téléphone ou vidéoconférence.
C. L’audition des mineurs d’âge témoins ou victimes de certaines infractions
Le mineur victime d’abus sexuels ou autres mauvais traitements (Ex : viols, débauches, coups
et blessures, … ) peut se faire accompagner par la personne majeure de son choix lors de
l’audition par l’autorité judiciaire. Le procureur du Roi ou juge d’instruction peut ou doit
ordonner l’enregistrement audiovisuel de l’audition.
D. L’audition à distance
Le procureur du Roi ou le juge d’instruction peut décider d’entendre via vidéoconférence,
circuit de télévision fermé ou conférence téléphonique, un témoin menacé, à qui la
Commission de protection des témoins a octroyé une mesure de protection.
Un témoin, une personne suspectée ou un expert étant à l’étranger peut aussi être entendu via
vidéoconférence. Mais le suspect ne peut pas être entendu par simple conférence
téléphonique.
E. L’enregistrement audio(visuel)
Article 112ter CIC : toute audition peut faire l’objet d’un enregistrement audiovisuel ou audio
sur décision du procureur du Roi ou juge d’instruction. La personne concernée doit être
informée de cette décision.

53
2019-2020
Vanholder Aurélie

En cas de privation de liberté, celui qui procède à l’audition peut d’office prononcer
l’enregistrement de l’audition. Ce dernier fait partie intégrante du dossier répressif et une
copie peut aussi être obtenue. Le suspect privé de liberté a le droit de prendre connaissance de
cet enregistrement sur simple demande auprès du procureur du Roi ou le juge d’instruction.
F. Le cas particulier du polygraphe
L’audition réalisée à l’aide d’un polygraphe est considérée comme une méthode spéciale
d’interrogatoire policier qui contribue à la manifestation de la réalité. Cette technique est
règlementée par une circulaire des procureurs généraux du 6 mai 2003.
G. L’audition de personnes « repenties »
Si les nécessités de l’enquête l’exigent et si les autres moyens d’investigations ne suffisent pas
à la manifestation de la vérité, le ministère public peut faire une promesse dans le cadre de
l’exercice de l’action publique, de l’exécution de la peine ou de la détention de la personne
qui fait des révélations sincères et complètes concernant la participation d’un tiers ou la
sienne, pour les infractions commises ou tentées, sur la liste de l’article 90ter.
La procédure démarre par la conclusion d’un mémorandum entre le ministère public et le
repenti indiquant les engagements de chacun. Si la promesse est une réduction de peine, cette
dernière doit être homologuée par une juridiction en vérifiant la proportionnalité de l’avantage
mais aussi fixer la peine subsidiaire en cas de non-respect de son engagement par le repenti.
Les déclarations faites par le repenti ne valent comme preuve que si elles sont corroborées par
d’autres éléments de preuve.

§3. La confrontation
L’inculpé dispose du droit de pouvoir contredire les éléments d’accusation portés contre lui
comme les déclarations faites par la victime ou le témoin. Pour cela, il sera procéder à une
confrontation entre le suspect et l’auteur des déclarations.
La confrontation peut prendre diverses formes :
- Forme d’interrogatoire où chaque partie répond aux question à tour de rôle.
- Identification derrière une vitre sans tain.
- Présentation de photos ou vidéos.

Section 6 : Les contrôles d’identité


Les fonctionnaires de police peuvent procéder à des contrôles d’identité dans le cadre de leur
fonctions de police administrative et judiciaire.
La personne dont l’identité est douteuse ou non établie ne peut pas être retenue plus de 12
heures pour ce seul motif.

Section 7 : La fouille des personnes


Dans le cadre de leur mission de police administrative, les fonctionnaires de police peuvent
procéder à la fouille de personnes quand :
- Une personne est arrêtée administrativement ou judiciairement.
- Il existe des indices de croire que la personne soumise au contrôle d’identité porte une
arme ou un objet dangereux.

54
2019-2020
Vanholder Aurélie

- Des personnes participent à un rassemblement public qui présente une menace pour
l’ordre public.
- Des personnes accèdent à des lieux où l’ordre public est menacé.
Dans le cadre de leur mission de police judiciaire, les fonctionnaires de police peuvent
procéder à une fouille administrative :
- Des personnes qui font l’objet d’une arrestation judiciaire.
- Des personnes à l’égard desquelles existent des indices qu’elles détiennent des pièces
à convictions ou éléments de preuve d’un crime ou délit.
Les fonctionnaires de police peuvent procéder à une fouille au corps avant de mettre les
personnes en cellule.

Section 8 : L’arrestation d’une personne


Art. 12 Constit : nul ne peut être privé de sa liberté plus de 48 heures sans l’intervention d’un
juge. Le délai commence à courir dès que la personne arrête ne dispose plus du droit d’aller et
venir.

§1. L’arrestation administrative


Les fonctionnaires de police peuvent procéder à l’arrestation administrative d’une personne :
- Qui fait obstacle à leur mission d’assurer la libre circulation.
- Qui perturbe la tranquillité publique.
- Dont on peut croire qu’elle se prépare à commettre une infraction d’une certaine
gravité pour la sécurité publique pour l’empêcher de la commettre.
- Qui commet une infraction qui met gravement en danger la tranquillité ou sécurité
publique pour faire cesser l’infraction.
L’arrestation administrative ne peut pas dépasser le temps requis pour les circonstances et en
aucun cas les 12 heures à compter de la privation de liberté.

§2. L’arrestation judiciaire


A. Arrestation en cas de flagrant délit ou crime
La loi reconnait à tous agents de la force publique et même aux particuliers le droit de retenir
la personne surprise en flagrant délit en vue de sa mise à disposition de l’O.P.J.
Ce dernier procède à l’arrestation de l’inculpé et en informe le procureur du Roi. Il exécutera
les décisions de ce dernier.
B. Arrestation hors le cas de flagrant délit
Hors flagrant délit, une personne ne peut être arrêtée que sur décision du procureur du Roi s’il
existe à son égard des indices sérieux de culpabilité relatifs à un crime ou délit. Dès la
décision prise, le procureur en informe l’intéressé.
Si la personne tente de fuir, des mesures conservatoires peuvent être prises en attente de la
décision du magistrat.
C. La durée de l’arrestation
La privation de liberté cesse dès qu’elle n’est plus nécessaire. Elle ne peut pas se prolonger
au-delà de 48 heures sans décision motivée du juge d’instruction.

55
2019-2020
Vanholder Aurélie

D. Le procès-verbal de l’arrestation
Le procès-verbal de l’arrestation doit mentionner :
- Heure et circonstances de l’arrestation.
- Communications avec le magistrat compétent et ses décisions avec l’heure des
contact.
- Heure de la notification à l’intéressé de la décision d’arrestation.
E. L’audition des suspects arrêtés
Les suspects ont le droit de se concerter confidentiellement avec un avocat avant la première
audition mais aussi d’être assisté de lui, à toutes les auditions durant la garde à vue.
F. Le droit de faire informer une personne de confiance et le droit à une assistance
médicale
La personne arrêtée judiciairement a le droit de faire informer une personne de son choix .
L’information est transmise par la personne qui l’interroge ou son préposé.
La personne arrêtée a aussi le droit de bénéficier d’une assistance médicale et demander d’être
examiné par un médecin de son choix.

Section 9 : Le recours à la force, aux menottes ou aux armes à feu


Dans sa mission de police administrative ou judiciaire, tout fonctionnaire de police peut, en
tenant compte des risques, recourir à la force pour poursuivre un but légitime qui ne peut pas
être atteint autrement. Le recours à la force doit être précédé d’un avertissement.
Art. 37bis Loi du 5 août 1992 : règlemente l’usage des menottes.
Art. 38 Loi du 5 août 1992 : règlemente l’usage des armes à feu contre des personnes à des
situation limitativement énumérées.

Section 10 : La fouille des véhicules


Tout fonctionnaire de police peut procéder à la fouille d’un véhicule ou de tout autre moyen
de transport se trouvant dans les lieux accessibles au public quand un conducteur refuse un
contrôle de la conformité du véhicule à la loi ou s’il existe des motifs de croire que le véhicule
a servi, sert ou pourrait servir :
- A commettre une infraction.
- A abriter ou transporter des personnes recherchées ou qui veulent se soustraire à un
contrôle d’identité.
- A entreposer ou transporter des objets dangereux pour l’ordre public, des pièces à
conviction ou des éléments de preuve d’une infraction.

Section 11 : L’interception du courrier


Art. 46ter CIC : Le procureur du Roi peut intercepter et saisir un courrier confié à un
opérateur postal, destiné à, provenant de ou concernant un suspect s’il existe des indices
sérieux que l’infraction est punissable d’une peine d’emprisonnement principal d’au moins 1
an.

56
2019-2020
Vanholder Aurélie

En dehors du flagrant délit, le procureur du Roi ne peut pas ouvrir et prendre connaissance du
courrier. Cela relève de la compétence du juge d’instruction.

Section 12 : Les visites domiciliaires et perquisitions


§1. Le principe de l’inviolabilité du domicile
Art. 15 Constit : Le domicile est inviolable ; aucune visite domiciliaire ne peut avoir lieu que
dans les cas prévus par la loi et dans les formes qu’elle prescrit.
Il faut que les lieux soient occupés par celui qui y a droit ou de son consentement.
La loi protège les locaux professionnels pour autant qu’ils soient occupés de façon réelle,
qu’importe qu’ils soient loués par une personne physique ou morale.
Trois catégories de lieux :
- Domiciles protégés par l’article 15 Constit. Et article 8 Convention.
- Lieux privés autres qu’un domicile ou ses dépendances.
- Lieux public ou accessibles aux publics.

§2. Les exceptions prévues par la loi


En principe, l’intervention d’un juge d’instruction est indispensable pour porter atteinte à
l’inviolabilité du domicile.
Le législateur a prévu de nombreuses exceptions d’interprétation strict. Les conditions pour
l’application de ces procédures doivent être réunies préalablement à la perquisition.
Quand l’objectif était de découvrir des infractions qui ne pouvaient être constatées que par ce
biais, les constatations faits sont irrégulières.
Si les infractions étrangères à la procédure sont découvertes incidemment, elles peuvent être
constatées régulièrement si l’enquête répondait à la procédure dérogatoire et que les
verbalisants n’ont pas dépassé la limite de leurs pouvoirs. Les nouveaux éléments découverts
doivent être transmis au procureur du Roi.
A. Le flagrant crime ou délit
En cas de flagrant délit ou crime, le procureur du roi et les officiers de police judiciaires
auxiliaires peuvent procéder à une perquisition au domicile de l’inculpé à toutes heures du
jour ou de la nuit (Art. 36 CIC).
B. Le consentement ou la réquisition de la personne qui a la jouissance des lieux
La loi autorise les visites domiciliaires sur la réquisition de la personne qui a la jouissance des
lieux (art. 46 CIC) ou de son consentement. Cette visite peut avoir lieu à toute heure.
Le procureur du Roi garde ses attributions pour chaque crime ou délit commis au sein d’une
maison et ce dernier devra être constaté au près du procureur par :
- Le chef de la maison.
- La victime de l’infraction (en l’occurrence la victime de violences conjugales).
La réquisition du consentement doit être écrit et préalable.

57
2019-2020
Vanholder Aurélie

C. L’appel venant des lieux


Lorsque les autorités reçoivent un appel venant des lieux et leur demandant de se rendre sur
place, les fonctionnaires de polices sont autorisés à entrer dans les lieux d’où provient l’appel.
D. Les incendies, inondations, catastrophes et menaces graves pour l’intégrité des
personnes
Lorsqu’il y a un danger grave et imminent de sinistre ou de catastrophe ou que la vie ou
l’intégrité physique de personnes sont gravement menacées, les fonctionnaires de police
peuvent pénétrer dans les bâtiments, même inaccessibles au public, à la demande de la
personne qui a la jouissance des lieux ou quand elle n’est pas contactable, et que le danger est
signalé en ce lieu et ne peut pas être écarté d’une autre façon.
E. Les lieux accessibles au public
Les fonctionnaires de police peuvent toujours pénétrer dans les lieux accessibles au public et
dans les immeubles abandonnés dans l’exercice de leur mission de police administrative ou
judiciaire.
F. Le contrôle visuel discret sans mandat du juge d’instruction
➔ Voir infra.
G. La perquisition et le contrôle visuel discret sur mandat du juge d’instruction
➔ Voir infra.
H. Les exceptions prévues par les lois particulières
Certaines lois particulières permettent à des fonctionnaires de police de pénétrer dans des
lieux protéger par l’inviolabilité du domicile.
Ex : Art. 6 Loi du 24 février 1921 sur les stupéfiants qui permet aux agents de police
judiciaire de pénétrer à toute heure, dans les locaux qui servent à la fabrication, préparation,
conservation, entreposage des substances visées par la loi. Ils peuvent les fouiller même s’ils
ne sont pas accessibles au public ou que c’est un domicile.

Section 13 : Le contrôle visuel discret autorisé par le procureur du Roi


C’est une mesure par laquelle le procureur du Roi ou le juge d’instruction autorise les services
de police à pénétrer à tout moment dans un lieu privé et à ouvrir les objets fermés s’y
trouvant, à l’insu de son propriétaire ou son occupant (art. 46quinquies et 89ter CIC).
Les objets fermés ne visent pas un système informatique. Pour cela, il faut une ordonnance du
juge d’instruction. Si l’examen de l’objet fermé ne peut pas se faire sur place et si
l’information ne peut pas être obtenue autrement, le service de police est autorisée à
l’emporter pour une durée limitée. Il est ensuite remis en place dans les plus brefs délais, sauf
si cela entrave le bon déroulement de l’enquête.
Quand il porte sur un lieu privé autre qu’un domicile ou ses dépendances, des locaux
professionnels ou la résidence d’un avocat ou médecin, le contrôle visuel discret peut être
autorisé par un juge d’instruction.
Avant de l’ordonner, le magistrat doit disposer d’indications précises pour supposer que dans
les lieux visés se trouvent des choses susceptibles d’être saisies et/ou constituer des preuves
ou que les lieux sont utilisés par des personnes suspectes.

58
2019-2020
Vanholder Aurélie

Cette autorisation est soumise au principe de proportionnalité et ne peut être donnée que dans
le cadre d’infractions où les interceptions de communications sont aussi autorisées. Elle obéit
aussi au principe de subsidiarité et n’est donc autorisée que s’il n’y a aucun autre moyen.

Section 14 : Les saisies


§1. Notion et objet
La saisie en matière répressive est une mesure conservatoire, prise dans le cadre de
l’information, de l’instruction ou de l’enquête particulières sur les avantages particuliers,
impliquant qu’un bien soit soustrait à la libre disposition de son propriétaire ou possesseur et
qu’il soit placé sous le contrôle des autorités judiciaires pour sa production ultérieure devant
les juridictions ou sa confiscation.
La saisie est un acte d’information qui peut être exécuté en cas de flagrance ou en dehors.
Art. 35, 35bis et 36ter CIC : saisie pénale par le procureur du Roi.
Art. 35, 35bis, 36ter et 89 CIC : saisie pénale par le juge d’instruction.
Art. 28sexies et 28octies CIC : mainlevée de saisie (référé pénal) durant l’information.
Art. 61quater et 61sexies CIC : mainlevée de saisie (référé pénal) durant l’instruction.
A. La saisie des choses pouvant servir à la manifestation de la vérité
Tous les documents, biens et autres qui sont destinés à la manifestation de la vérité et dont la
conservation a pour but de permettre leur production à titre de preuve devant la juridiction
appelé à connaitre de la cause peuvent être saisis. → Appelés « pièces à conviction ».
B. La saisie des choses visées à l’article 42 du Code pénal
Cette article traite de la peine de confiscation spéciale que peut ordonner le juge du fond.
Cette dernière s’applique :
- Aux choses formant l’objet de l’infraction et celles qui ont servi ou destinées à la
commettre, quand la propriété appartient à l’inculpé.
- Aux choses produites par l’infraction.
- Aux avantages patrimoniaux tirés directement de l’infraction, aux biens et valeurs qui
leur ont été substitués et aux revenus de ces avantages investis.
C. La saisie par équivalent
Quand il existe des indices sérieux et concrets que la personne soupçonnée a obtenu un
avantage patrimonial et que les choses qui le matérialisent ne peuvent pas ou plus être
retrouvés dans le patrimoine en Belgique du suspect ou sont mélangées avec des choses
licites, le procureur du Roi peut saisir d’autres choses qui sont dans le patrimoine du suspect à
concurrence du produit de l’infraction.
La saisie par équivalent est aussi applicable aux choses qui ont servi ou destinées à commettre
l’infraction et à l’objet du blanchiment.
Le procureur du Roi ou le juge d’instruction doit indiquer le montant du produit de
l’infraction et doit signaler les indices sérieux et concrets motivant la saisie.

59
2019-2020
Vanholder Aurélie

D. La saisie des avantages patrimoniaux supplémentaires découlant de l’infraction ou de


faits identiques, des biens et des valeurs qui leur ont été substitués et des revenus de
ces avantages investis
Si une personne est condamnée du chef d’une infraction de l’article 43quater CP et qu’elle a
acquis, dans une période commençant 5 ans avant son inculpation et courant jusqu’à la date
du prononcé, des avantages patrimoniaux qui peuvent provenir de l’infraction commise ou de
faits identiques, il doit rendre plausible le contraire, à défaut de quoi la juridiction de
jugement pourra ordonner la confiscation de ces avantages patrimoniaux, des biens et valeurs
qui leur ont été substitués et des revenus et avantages investis.
E. La saisie du patrimoine d’une organisation criminelle
Le patrimoine d’une organisation criminelle doit être confisqué sous réserve du droit des tiers
de bonne foi.
F. La saisie de choses en vertu de lois particulières
Certaines lois particulières prévoient des dispositions spéciales en matière de saisies.

§2. Les formes


Art. 37 à 39 CIC : Formalités des saisies.
La saisie est constatée dans un procès-verbal de saisie établi par un O.P.J. Il contient
l’inventaire des choses saisies et soumis à la signature du saisie. Ce dernier peut en obtenir
gratuitement une copie immédiatement ou dans les 48 heures.
Quand la saisie porte sur des créances, elle a lieu par notification écrite au débiteur dans les
formes légales. A partir du jour de la notification, il ne peut plus se dessaisir des sommes ou
choses soumises à la saisie.
Art. 35bis CIC : Possibilité d’une saisie conservatoire d’un bien immeuble. Quand un
immeuble parait constituer un avantage patrimonial tiré d’une infraction ou un bien qui s’y est
substitué, il peut faire l’objet d’une saisie conservatoire.
Art. 39bis CIC : Autorise la saisie des données stockées dans un système informatique. Elle
prend la forme d’une copie des données ainsi que leur blocage.

§3. Le référé pénal


La loi Franchimont a introduit le droit pour une personne lésée par un acte d’information ou
d’instruction relatif à ses biens d’en demander la cessation au procureur du Roi ou juge
d’instruction avec possibilité de recours devant la chambre des mises en accusation en cas de
refus ou d’absence de réponse.
Le droit de solliciter la levée est ouverte à toute personne lésée par un acte d’instruction ou
d’information relatif à ses biens, même si elle n’est pas partie au procès.
La demande est introduite par requête motivée et le demandeur doit faire élection de domicile
en Belgique s’il n’y a pas de domicile. Le procureur du Roi ou juge d’instruction a 15 jours
pour statuer dès l’inscription de la requête dans le registre.
La requête peut être rejetée si :
- Les nécessités de l’information ou l’instruction le requièrent.
- La levée de l’acte compromet la sauvegarde des droits des parties ou tiers.
60
2019-2020
Vanholder Aurélie

- La levée de l’acte présente un danger pour les personnes ou biens.


- Dans les cas où la loi prévoit la restitution à un tiers ou la confiscation des biens.
Le magistrat peut ordonner la levée partielle ou totale de la mesure et l’assortir de conditions.
Le requérant dispose d’un droit de recours contre la décision du procureur du Roi. Le
procureur du Roi et le requérant ont un droit de recours contre la décision du juge
d’instruction.
Le requérant ne peut pas introduire de nouvelles requête ayant le même objet avant
l’expiration d’un délai de 3 mois à compter de la dernière décision portant sur le même objet.

§4. La procédure d’aliénation d’un bien saisi ou sa restitution moyennant le paiement


d’une somme d’argent
Le procureur du Roi ou juge d’instruction peut décider de faire procéder à l’aliénation de
biens saisis ou de les restituer moyennant le paiement d’une somme d’argent. Le produit de
l’aliénation ou la somme d’argent payée pour la restitution est subrogé au bien vendu ou
subrogé.
Un recours contre la décision du magistrat peut être introduit devant la chambre des mises en
accusation.

Section 15 : L’intervention différée


Art. 40bis CIC : Le procureur du Roi peut autoriser les services de police à différer
l’interpellation des auteurs présumés d’infractions et la saisie de toutes les choses saisissables.

Section 16 : La récolte de données concernant des comptes bancaires


et des transactions bancaires
Art. 46quater CIC : Le procureur du roi peut demander aux organismes bancaires et de crédit
toutes les données concernant les avoirs bancaires et/ou transactions bancaires de leurs clients,
s’ils sont suspectés d’avoir commis une infraction punissable d’au moins 1 an
d’emprisonnement.
La loi prévoit la possibilité de requérir, pendant une période renouvelable de maximum 2
mois, l’observation des transactions bancaires réalisées sur un ou plusieurs comptes bancaires,
coffres ou instruments financiers d’un suspect.
Loi du 27 décembre 2005 : Les autorités judiciaires peuvent faire procéder au gel provisoire
des comptes, coffres et instruments judiciaires pendant la durée de l’enquête bancaire.

Section 17 : La recherche non secrète dans un système informatique


Le législateur autorise tout O.P.J. ou procureur du Roi à procéder à la recherche dans un
système informatique qui a été saisi ou une partie. Cette recherche ne peut s’étendre qu’aux
données sauvegardées dans le système informatique saisi ou susceptible d’être saisi.
Le procureur du Roi ou juge d’instruction peut, sans le consentement du responsable du
système informatique, ordonner la suppression temporaire de toute protection des systèmes
informatiques concernés. Il peut aussi ordonner l’installation de moyens utiles pour décrypter
les données.

61
2019-2020
Vanholder Aurélie

Tout O.P.J. peut ordonner la conservation des données informatiques susceptibles d’être
perdues ou modifiées. La mesure ne peut pas excéder 90 jours et doit être motivée.

Section 18 : L’identification de l’utilisateur d’un service de


communication électronique
Art. 46bis CIC : Le procureur du Roi ou juge d’instruction peut requérir de l’opérateur d’un
réseau informatique ou toute personne mettant à disposition une offre de communications
électroniques ou qui transmet des signaux via communications électroniques, d’identifier
l’abonné ou utilisateur de ce moyen et de communiquer les moyens de communication
utilisés.
La décision doit être écrite et motivée, ainsi que respecter le caractère proportionnel en regard
avec le respect de la vie privée. En cas d’extrême urgence, la requête peut être orale mais
devra être confirmée par écrit.
Pour les infractions punissables de moins d’un an, le procureur du Roi ne peut requérir les
données que pour une période de 6 mois préalable à la décision.

Section 19 : Le repérage et la localisation de communications


électroniques
En cas de flagrance, le procureur du Roi peut ordonner le repérage et la localisation de
l’origine ou destination des télécommunications pour les infractions de l’article 90ter CIC. La
mesure doit alors être confirmée dans les 24 heures par un juge d’instruction.
Pour les infractions terroristes, prises d’otages, détention illégale ou extorsion, le procureur du
Roi peut ordonner la mesure tant que la flagrance demeure, sans la confirmation du juge
d’instruction. Il peut ordonner la mesure dans les 72 heures en cas de découverte d’une
infraction terroriste sans conformation du juge d’instruction.
Hors flagrance et que la mesure est indispensable, le procureur du Roi peut l’ordonner que si
le plaignant le sollicite.

Section 20 : L’interception de communications non accessibles au


public ou des données d’un système informatique
En cas de flagrant délit d’infraction terroriste, prise d’otage, détention illégale ou extorsion, le
procureur du Roi peut ordonner l’interception des communications privées ou de données
informatique.

Section 21 : L’exploration corporelle


C’est une mesure d’instruction qui consiste en la visite du corps ou certaines parties du corps
que l’on a l’habitude de couvrir par pudeur. C’est un acte médical ne pouvant être exécuté que
par un médecin désigné comme expert.
Le procureur du Roi peut ordonner l’exploration corporelle :
- En cas de flagrant délit ou crime.
- En cas de consentement écrit et préalable de la personne majeure.

62
2019-2020
Vanholder Aurélie

Section 22 : Les prélèvements sanguins


En cas de flagrance, le procureur du Roi peut requérir un médecin de réaliser un prélèvement
sanguin sur l’auteur présumé et/ou victime de l’infraction pour déterminer le taux
d’alcoolémie et l’état d’ivresse éventuel.

Section 23 : L’identification par analyse ADN


Le procureur du Roi peut, par décision motivée :
- Désigner un expert attaché à un laboratoire agréé par le Roi pour établir le profil ADN
des traces découvertes et comparer les profils ADN des traces découvertes.
- Moyennant l’accord écrit et préalable de la personne concernée, ordonner le
prélèvement d’un échantillon de référence sur une personne de minimum 16 ans
contre laquelle il existe des indices de culpabilité.
- Moyennant l’accord écrit et préalable de la personne concernée, ordonner le
prélèvement d’un échantillon de référence sur une personne de minimum 16 ans
contre laquelle il n’existe aucuns indices de culpabilité ou sur un membre de la famille
de la personne disparue.

Section 24 : Les expertises et les avis de personnes spécialisées


§1. En cas de flagrant délit ou crime
En cas de flagrance, le procureur du Roi dispose de pouvoirs plus larges lui permettant de
poser des actes réservés au juge d’instruction.
Alors un expert peut être désigné par le Procureur du Roi et est appelé à prêter les serment des
experts.

§2. En dehors du flagrant délit ou crime


En dehors de la flagrance, aucune désignation d’expert ne peut être faite par le procureur du
Roi ou O.P.J. dans le cadre de l’information.
Mais rien n’empêche le procureur du Roi de prendre l’avis d’une personne qui intervient
comme expert judiciaire devant les juridictions. Mais cette dernière ne prête pas le serment
pour l’expert et son rapport. Cela ne constitue pas une expertise.

Section 25 : Le rapport d’information succinct, l’enquête sociale et la


médiation
Pour l’application éventuelle d’une formation ou modalité probatoire assortissant une
suspension du prononcé ou un sursis à l’exécution de la peine, le procureur du Roi peut faire
procéder par un assistant de justice du service des Maisons de justice à un rapport
d’information succinct si le prévenu ou inculpé n’a pas encouru antérieurement une
condamnation à un emprisonnement principal de plus de 12 mois.
Le juge d’instruction, les juridictions d’instruction et de jugement peuvent aussi demander un
rapport d’information succinct ou une enquête sociale pour l’application d’une peine de
travail ou d’une surveillance électronique mais pas pour une probation autonome.

63
2019-2020
Vanholder Aurélie

Le ministère public doit veiller à ce que les parties soient informées de la possibilité de
demander une médiation et peut aussi la proposer aux intéressés.

Section 26 : Les méthodes particulières de recherches


Les méthodes particulières de recherche sont l’observation, l’infiltration, l’infiltration civile et
le recours aux indicateurs.

§1. Le cadre et les conditions générales des méthodes particulières de recherche


A. Le contrôle permanent du procureur du Roi et de l’officier de police désigné à cette fin
Loi du 6 janvier 2003 : Le procureur du Roi est la figure du contrôle des méthodes
particulières de recherche. Les services de police disposent aussi de prérogatives pour leur
mise en œuvre.
Le procureur du Roi exerce un contrôle permanent sur les services de police qui les mettent en
œuvre. De plus, au sein de chaque direction judiciaire déconcentrées, un officier est désigné
de ce même contrôle.
B. L’interdiction de la provocation
La loi du 6 janvier 2003 interdit la provocation policière dans la mise en œuvre des méthodes
de recherches particulières mais cette disposition fut annulée.
La provocation policière est alors devenue une cause générale d’irrecevabilité de l’action
publique et s’applique à toute la procédure pénale. Un fonctionnaire de police ou infiltrant
civil ne peut amener un suspect à commettre d’autres infractions que celles qu’il avait
l’intention de commettre.
C. L’interdiction de commettre des infractions et ses exceptions
Les fonctionnaires de police et les infiltrants civils ne sont pas autorisés à commettre des
infractions dans le cadre des méthodes particulières de recherche. Mais dans certaines
circonstances, particulièrement lors d’infiltration, ils peuvent être admis à commettre des
infractions (Ex : porte public de faux nom, transport de stupéfiants, recel, … ).
Art. 47quinquies CIC : Il permet la commission d’infractions absolument nécessaires et avec
l’accord du procureur du Roi. Cela devient une cause d’excuse absolutoire.

§2. L’observation
L’observation est définie comme l’observation systématique, par un fonctionnaire de police,
d’une ou plusieurs personnes, de leur présence ou comportement, ou de choses, de lieux ou
d’évènements déterminés.
Une observation systématique prend une de ces formes :
- Observation de plus de 5 jours consécutifs ou non consécutifs répartis sur une période
de 1 mois.
- Observation dans le cadre de laquelle des moyens techniques sont utilisés.
- Observation revêtant un caractère international.
- Observation exécutée par des unités spécialisées de la police fédérale.
Toute observation systématique est subordonnée à l’autorisation du procureur du Roi qui ne
peut prendre la mesure que si les nécessités de l’enquête l’exigent et si les autres moyens ne

64
2019-2020
Vanholder Aurélie

permettent pas la manifestation de la vérité. S’il fait appel à des moyens techniques, il ne peut
l’ordonner que s’ils existent des indices sérieux d’une infraction punissable d’au moins 1 an
d’emprisonnement.
La durée de l’autorisation est de 3 mois. Le procureur du Roi peut à tout moment modifier,
compléter ou allonger l’autorisation.
L’O.P.J. qui dirige l’observation doit faire rapport au procureur du Roi sur chaque phase
d’exécution. Ces observations sont versées au dossier confidentiel. Il rédige aussi un procès-
verbal reprenant les phases de l’observation, sauf les éléments pouvant compromettre les
moyens techniques et les techniques d’enquêtes policières ou la garantie de la sécurité et de
l’anonymat de l’indicateur et fonctionnaires de police.

§3. L’infiltration
C’est le fait, pour un fonctionnaire de police, appelé infiltrant, d’entretenir, sous une identité
fictive, des relations durables avec une ou plusieurs personnes concernant lesquelles il existe
des indices sérieux qu’elles commettent ou commettraient des infractions dans le cadre d’une
organisation criminelle.
Le procureur du Roi et le juge d’instruction peuvent autoriser l’infiltration si les nécessités de
l’enquête l’exigent et si les autres moyens ne suffisent pas à la manifestation de la vérité.
L’autorisation est limitée à une durée de 3 mois. Le procureur du Roi peut à tout moment
modifier, compléter ou prolonger l’autorisation.
L’O.P.J. en charge de l’infiltration fait rapport au procureur du Roi sur chacune des phases.
Ces observations sont ajoutées au dossier confidentiel. Il rédige aussi un procès-verbal
reprenant les phases de l’infiltration, sauf les éléments pouvant compromettre les moyens
techniques et les techniques d’enquêtes policières ou la garantie de la sécurité et de
l’anonymat de l’indicateur et fonctionnaires de police.

§4. L’infiltration civile


L’infiltration civile est le fait, pour une personne majeure qui n’est pas un fonctionnaire de
police, appelé infiltrant civil, d’entretenir, la cas échéant sous une identité fictive, des
relations durables et dirigées avec une ou plusieurs personnes concernant lesquelles il existe
des indices sérieux qu’elles commettent ou commettraient des infractions, commises dans le
cadre d’une organisation criminelle.
Le procureur du Roi ou juge d’instruction peuvent autoriser l’infiltration civile si les
nécessités de l’enquête le nécessitent et si les autres moyens ne suffisent pas à la
manifestation de la vérité. Cette autorisation ne peut être donnée que moyennant l’accord
préalable du procureur fédéral.
L’autorisation est limitée à une durée de 3 mois. Le procureur du Roi peut à tout moment
modifier, compléter ou prolonger l’autorisation.
L’O.P.J. en charge de l’infiltration civile fait rapport au procureur du Roi sur chacune des
phases. Ces observations sont ajoutées au dossier confidentiel. Il rédige aussi un procès-verbal
reprenant les phases de l’infiltration civile, sauf les éléments pouvant compromettre les
moyens techniques et les techniques d’enquêtes policières ou la garantie de la sécurité et de
l’anonymat de l’indicateur et fonctionnaires de police.

65
2019-2020
Vanholder Aurélie

Les moyens de preuve recueillis par l’infiltration civile ne sont pris en considération comme
éléments de preuve que s’ils sont corroborés par d’autres éléments de preuve.

§5. Le recours aux indicateurs


Art. 47decies CIC : Le recours aux indicateurs est le fait, pour un fonctionnaire de police,
d’entretenir des contacts réguliers avec une personne, appelée indicateur, dont il est supposé
qu’elle entretient des relations étroites avec une ou plusieurs personnes à propos desquelles il
existe des indices sérieux qu’elles commettent ou commettraient des infractions et qui fournit
au fonctionnaire de police des renseignements et données, qu’ils aient été demandés ou non.
Le recours aux indicateurs est prévu pour toutes les infractions et pas conditionné par un
principe de subsidiarité. Le législateur a prévu un contrôle à 3 niveaux : parquet, gestionnaire
local et gestionnaire national.
Si les renseignements des indicateurs révèlent des indices sérieux d’infraction, le gestionnaire
local fait rapport par écrit au procureur du Roi. Ce dernier décidera s’il en dressera un procès-
verbal.

§6. La tenue du dossier séparé et confidentiel


La mise en œuvre d’une observation systématique, infiltration, infiltration civile ou recours
aux indicateurs impliquent la constitution d’un dossier séparé et confidentiel. Il en est de
même pour l’infiltration Internet même si ce n’est pas une méthode particulières de recherche.
Seul le procureur du Roi y a accès mais lors de l’instruction le juge d’instruction peut aussi le
consulter mais sans mentionner son existence dans le cadre de l’instruction. Les magistrats de
la chambre des mises en accusation ont aussi accès au dossier.

§7. Le contrôle sur la légalité de la méthode particulière de recherche


A. Le contrôle par la chambre des mises en accusation à la clôture de l’information
Art. 235ter CIC : La chambre des mises en accusation contrôle, à la clôture de l’information
et avant la citation directe du ministère public, la régularité des méthodes particulières de
recherche. Les magistrats de cette chambre ont donc accès au dossier confidentiel et il revient
au président d’en assurer la protection.
B. Le contrôle des dossiers classés sans suite
Pour les enquêtes judiciaires où sont mis en œuvre des méthodes particulières de recherche et
qui ne débouchent pas sur des poursuites par le parquet, elles seront soumises au contrôle du
procureur général et du Collèges des procureurs généraux.

Section 27 : L’infiltration Internet


Art. 46sexies CIC : L’infiltration Internet est le fait pour un ou plusieurs fonctionnaires de
police d’entretenir des contacts sur Internet avec une ou plusieurs personnes, sous une identité
fictive ou non. La notion « Internet » est prise au sens large, incluant le dark web.
Le procureur du Roi ne peut l’autoriser que si les autres moyens ne suffisent pas pour la
manifestation de la vérité. Ils doit aussi exister envers les personnes concernées, des indices
sérieux qu’elles commettent ou commettraient des infractions donnant lieu à une peine
d’emprisonnement d’un an au moins.

66
2019-2020
Vanholder Aurélie

Cette mesure doit être autorisée par le procureur du Roi, préalablement et par écrit, sauf en
cas d’urgence. Elle est valable pour 3 mois et peut être renouvelée.

Section 28 : Divers
Dans le cadre de leurs recherches, le procureur du Roi et les agents de la police judiciaire
peuvent recourir à toutes sources d’information ou mesure d’investigations non
contraignantes compatibles avec les principe de légalité de la preuve et de la loyauté
d’administration de la preuve.
Exemples :
- Avis par voie de presse.
- Banque de données nationales de la police intégrée.
- Casier judiciaire.
- Registre national.
- Direction de l’immatriculation des véhicules.
- Demandes de renseignements aux administrations publiques.
- Prise de connaissance des données d’enregistrement de tout voyageurs chez un
fournisseur d’hébergement.
- Mécanismes de coopération policière et judiciaire sur le plan international.

Chapitre 6 : La mini-instruction
La mini-instruction permet au procureur du Roi de solliciter du juge d’instruction
l’accomplissement d’un acte d’instruction sans le saisir des faits pénaux faisant l’objet de
l’information et sans ouvrir d’instruction.
Le procureur du Roi peut obtenir l’accomplissement d’actes d’instruction (Ex : autopsie,
audition de témoins sous serment, sous anonymat partiel, mandat d’amener, repérage de
télécommunications, exploration corporelle, … ).
Mais sont exclus du champs de la mini-instruction :
- Mandat d’arrêt.
- Témoignage anonyme complet.
- Interception de communications non accessibles au public ou données d’un système
informatique.
- Observation avec des moyens techniques pour avoir une vue dans un domicile, ses
dépendances ou locaux professionnels d’un médecin ou avocat.
- Contrôle visuel discret dans les mêmes lieux.
- Perquisition.
Le juge d’instruction peut refuser d’accomplir l’acte d’instruction sollicité. Le procureur du
Roi dispose d’un droit d’appel devant la chambre des mises en accusation.
Si le juge d’instruction acquiesce à la demande du ministère public, il peut, après exécution de
l’acte, décider de renvoyer le dossier au procureur du Roi ou de poursuivre lui-même
l’enquête. Une instruction est alors ouverte et cette décision n’est susceptible d’aucun recours.

67
2019-2020
Vanholder Aurélie

En cas de mini-instruction successives, le réquisitoire du parquet est adressé au même juge


d’instruction.

Chapitre 7 : La fin de l’information


L’information peut prendre fin par la renonciation aux poursuites ou par l’ouverture des
poursuites.

Section 1 : La renonciation aux poursuites


§1. La renonciation provisoire : le classement sans suite
Art. 28quater CIC : Le procureur du Roi possède le pouvoir de l’opportunité des poursuites.
La loi impose au procureur du Roi d’indiquer le motif de son classement sans suite. La
décision ne peut être dictée que par des raisons techniques juridiques ou des motifs
d’opportunité.
Les parquets connaissaient une catégorisation des classements sans suite :
- Absence d’infraction.
- Auteur inconnu.
- Action publique éteinte.
- Infraction non établie ou charges insuffisantes.
- Suspect fugitif et signalé à rechercher.
- Poursuites non opportunes.
La décision de classement sans suite est toujours provisoire tant que l’action publique n’est
pas éteinte. Le dossier peut donc être réouvert, notamment avec la venue d’éléments
nouveaux, sur décision du supérieur hiérarchique et/ou injonction positive du ministre de la
Justice ou constitution de partie civile.
Art. 5bis Titre préliminaire CPP : Le parquet doit informer la personne lésée du classement
sans suite.

§2. La renonciation définitive


Quand la transaction pénale proposée par le ministère public est acceptée par le contrevenant
et que la somme d’argent a été payée dans le délai légal, alors l’action publique est éteinte. Il
en va de même en cas de médiation pénale et que l’auteur a satisfait à toutes les mesures et
conditions.

Section 2 : L’ouverture des poursuites


§1. La citation directe devant la juridiction de jugement
Le procureur du Roi peut citer directement un inculpé devant le tribunal de police ou
correctionnel en cas de contravention ou de délit.
Pour les crimes correctionnalisables, s’il estime qu’il n’y a pas lieu de requérir une peine plus
sévère qu’une peine correctionnelle en raison de circonstances atténuantes ou cause d’excuse,
le procureur peut citer le prévenu devant le tribunal correctionnel en indiquant dans la citation
les circonstances atténuantes ou cause d’excuse.

68
2019-2020
Vanholder Aurélie

Il existe la même possibilité pour le tribunal de police : le procureur du Roi peut citer
directement devant le tribunal de police un prévenu en cas de délit relevant de sa compétence,
de contravention ou délit contraventionnalisé.
La partie civile, quant à elle, peut citer directement un prévenu devant le tribunal
correctionnel en cas de délit ou tribunal de police en cas de contravention.

§2. La convocation par procès-verbal


Dans les mêmes circonstances et conditions de la citation directe, le procureur du Roi peut
convoquer par procès-verbal un prévenu devant le tribunal correctionnel ou le tribunal de
police.

§3. La procédure de comparution immédiate


➔ Procédure plus appliquée suite à l’arrêt de la Cour constitutionnelle (28 mars 2000).

§4. La procédure de reconnaissance préalable de culpabilité


Lorsque le suspect décide de reconnaitre les faits avant qu’un juge soit saisi de l’affaire, le
procureur du Roi peut saisir le juge du fond par simple remise de la convention établie entre
lui et le suspect.
Art. 216 CIC : organisation de la procédure de reconnaissance préalable de culpabilité.
Si le tribunal rejette la requête en homologation de l’accord conclu, il rend une décision
motivée. Le dossier est alors au procureur du Roi et l’affaire est attribuée à une chambre
autrement composée.

§5. L’ouverture d’une instruction préparatoire


L’ouverture de l’instruction peut être provoquée par le procureur du Roi par un réquisitoire
aux fins d’instruire ou par la partie civile au terme d’uns constitution de partie civile dans les
mains du juge d’instruction.

69
2019-2020
Vanholder Aurélie

Schéma du déroulement de l’information

Titre IV : L’instruction
L’instruction est conduite par le juge d’instruction, saisi par le procureur du Roi ou la partie
civile. Elle constitue l’ensemble des actes de recherche des auteurs d’infraction et des
preuves.
Le juge d’instruction est soumis à une obligation d’impartialité et instruit à charge et à
décharge. Il décide de la nécessité d’utiliser la contrainte ou de porter atteinte aux droits et
libertés individuels (>< Procureur du Roi).

Chapitre 1 : La définition de l’instruction et de la mission


du juge d’instruction
L’instruction est l’ensemble des actes qui ont pour objet de rechercher les auteurs
d’infraction, de rassembler les preuves et de prendre les mesures destinées à permettre aux
juridictions de statuer en connaissance de cause.
La recherche des infractions n’est pas une des missions du juge d’instruction, qui est saisi
d’un fait infractionnel connu. L’instruction est conduite sous la direction et l’autorité du juge
d’instruction qui en assume la responsabilité.

70
2019-2020
Vanholder Aurélie

Le juge d’instruction peut poser lui-même les actes qui relèvent de la police judiciaire, de
l’information ou instruction. Il peut aussi requérir à la force publique.
Par son statut d’impartialité, il doit instruire à charge et à décharge. Il veille aussi à la légalité
des moyens de preuve et la loyauté avec laquelle ils sont rassemblés.
Le juge d’instruction décide de la nécessité d’utiliser la contrainte ou de porter atteinte aux
libertés et droits individuels.

Chapitre 2 : L’ouverture de l’instruction


Section 1 : La compétence du juge d’instruction
§1. La compétence matérielle
Le juge d’instruction n’est compétent que pour instruire les crimes et délits. Il ne connait pas
des contraventions, sauf si elles sont connexes à des crimes ou délits dont il est saisi.

§2. La compétence personnelle


Le juge d’instruction est le magistrat qui est chargé de l’instruction à l’égard de toute
personne soupçonnée d’un crime ou délit relevant de la juridiction ordinaire en matière
pénale.
Certaines catégories de justiciables échappent à sa juridiction en raison de leur qualité ou
fonction.

§3. La compétence territoriale


La compétence territoriale du juge d’instruction se base sur 2 niveaux : lors de la saisine et
celle de l’exécution des devoirs d’enquête.
Art. 62bis CIC : La compétence territoriale du juge d’instruction pour connaitre de la
recherche et des poursuites des infractions s’étend de la résidence de l’inculpé, le siège social
de la personne morale, son siège d’exploitation et du lieu où l’inculpé pourra être trouvé.
Le juge d’instruction saisi d’une infraction dans les limites de sa compétence peut procéder ou
faire procéder hors de son arrondissement à tous actes d’information ou d’instruction relevant
de ses attributions. Il doit en aviser le procureur du Roi de l’arrondissement où l’acte est posé.

Section 2 : La saisine du juge d’instruction


Un juge ne peut pas se saisir lui-même d’un fait infractionnel, sauf en cas de flagrance. Il ne
peut instruire un fait ou statuer dans une cause que sur demande de ministère public ou de la
partie civile.
Il appartient donc au procureur du Roi ou à la personne lésée de prendre l’initiative de mettre
en mouvement l’action publique par un réquisitoire aux fins d’instruire ou constitution de
partie civile.

§1. Les principaux modes de saisine


A. Le flagrant délit
Dans tous les cas de flagrant délit ou crimes, le juge d’instruction peut se saisir des faits.

71
2019-2020
Vanholder Aurélie

B. Le réquisitoire du Roi aux fins d’instruire


Quand le procureur du Roi décide de l’ouverture d’une instruction, il adresse un réquisitoire
aux fins d’instruire au juge d’instruction. Dans son réquisitoire, le procureur doit indiquer les
personnes soupçonnées d’être auteurs, coauteurs ou complice d’une infraction. Quand il
manque des indices sérieux de culpabilité pour mettre en prévention une personne,
l’instruction est ouverte à charges d’inconnu.
C. La constitution de partie civile entre les mains du juge d’instruction
La personne qui se dit lésée par un crime ou délit peut se constituer partie civile devant le juge
d’instruction quand il n’est pas encore saisi d’une instruction pour les faits (constitution par
action : met en mouvement l’action publique) ou quand il est déjà saisi des faits (constitution
par intervention).
Quand la personne lésée souhaite déposer plainte et se constituer partie civile devant le juge
d’instruction, ce dernier prend acte dans un procès-verbal. Le procès-verbal est communiqué
au procureur du Roi pour qu’il prenne les réquisitions nécessaires.
D. L’auto-saisine dans le cadre de la mini-instruction
Par le biais de la mini-instruction, le procureur du Roi peut requérir l’accomplissement d’acte
d’instruction par le juge d’instruction. Une fois l’acte exécuté, le juge peut décider de
renvoyer le dossier au procureur ou se saisir de l’affaire et donc ouvrir une instruction.
E. Les saisines ponctuelles du juge d’instruction sans ouverture d’une instruction
Des législations récentes permettent de saisir le juge d’instruction pour l’exécution d’un ou
plusieurs actes d’instruction. La saisine est alors strictement limitée et une instruction ne
s’ouvre pas.
1. La mini-instruction
Si après l’exécution de l’acte d’instruction sollicité par le procureur du Roi, le juge
d’instruction y renvoie le dossier, la mini-instruction représente une parenthèse dans
l’information qui se poursuit.
2. L’audition du témoin anonyme à la demande de la juridiction de fond
Le tribunal correctionnel et le président de la cour d’assises peuvent ordonner au juge
d’instruction de réentendre un témoin dont l’identité a été tenu secrète ou d’entendre un
nouveau témoin sous couvert d’anonymat complet.
3. L’exécution de la mesure de surveillance ordonnée dans le cadre de l’enquête de
patrimoine
La juridiction de fond peut ordonner une mesure de surveillance dans le cadre d’une enquête
de patrimoine.

§2. L’étendue et les conséquences de la saisine


La mise à l’instruction est un acte de poursuite et le juge est saisi d’un ou plusieurs faits
infractionnels. La saisine du juge d’instruction est réelle (in rem) et non personnelle (in
personam).
La saisine englobe toutes les circonstances pouvant avoir une incidence sur le caractère
infractionnel du fait et sur la culpabilité de l’auteur ou de nature à aggraver la peine.

72
2019-2020
Vanholder Aurélie

Le juge d’instruction saisi du fait n’est pas lié par la qualification reprise dans le réquisitoire
de mise à l’instruction ou l’acte de constitution de partie civile. Le juge d’instruction peut
inculper tous les auteurs, coauteurs et complices à charge desquels il existe des indices sérieux
de culpabilité sans devoir se référer à l’avis du ministère public.
Le juge est tenu d’instruire même s’il estime qu’il n’y a pas d’infraction ou que l’instruction
est inopportune. Sa saisine est irrévocable.
Le juge d’instruction ne peut pas instruire des faits dont il n’est pas saisi. Si lors d’une
instruction il découvre de nouveaux faits infractionnels, il dresse un procès-verbal et en
informe le procureur du Roi.

Chapitre 3 : Les actes d’instruction


Section 1 : Généralités
Le juge d’instruction peut avoir recours à tous les actes d’instruction, sauf ceux soumis à une
interdiction, contraires aux droits de l’homme et au principe de la loyauté de l’administration
de la preuve. Il peut poser lui-même les actes qui relèvent de la police judiciaire, de
l’information et instruction.
Les actes d’instruction qui contiennent les mesure impliquant la contrainte ou portant atteinte
aux libertés et droits fondamentaux sont réservés à l’instruction judiciaire.

Section 2 : L’interrogatoire de l’inculpé


L’interrogatoire du suspect a pour but d’obtenir les explications de ce dernier sur les faits qui
lui sont reprochés et de lui permettre de se justifier et se défendre ainsi que recueillir les
informations nécessaires pour le jugement de la cause.
L’inculpé comparait devant le juge d’instruction suite à une invitation, d’une privation de
liberté opérée par la force publique ou de l’exécution d’un mandat d’amener.
La personne suspectée d’avoir commis une infraction jouit du droit au silence et à la droit,
sauf exceptions, de se concerter préalablement avec un avocat et se faire assister par celui-ci
pour les auditions réalisées durant la garde à vue ou la détention préventive.

Section 3 : L’inculpation
L’inculpé est la personne contre laquelle il existe des indices sérieux de culpabilité.
L’inculpation est réalisée par le juge d’instruction lors d’un interrogatoire ou par notification à
l’intéressé par courrier ou télécopieur. La formalité de l’inculpation est obligatoire dès que le
juge d’instruction conclut à l’existence d’indices sérieux de culpabilité à charge d’un suspect.

Section 4 : L’audition de la partie civile


Une fois constituée partie civile devant le juge d’instruction, la victime devient partie au
procès et ne peut plus être entendue comme témoin. La partie civile dispose du droit d’être
entendue sur simple demande et au moins une fois, par le juge saisi de l’affaire.

73
2019-2020
Vanholder Aurélie

Section 5 : L’audition des témoins


§1. Notion
Art. 70bis à 86 CIC : Règlement de la procédure d’audition de témoins. Le juge d’instruction
peut déléguer aux officiers et agents de police judiciaire d’entendre les témoins.
Le juge dispose d’une liberté d’appréciation quant à l’opportunité d’entendre ou faire
entendre un témoin.

§2. La convocation du témoin


Le juge d’instruction peut inviter un témoin à comparaitre devant lui par citation faite par un
huissier de justice ou agent de la force publique, à la requête du procureur du Roi ou par
convocation-avertissement délivrée par le juge d’instruction et remise par un fonctionnaire de
police.

§3. Les formes de l’audition


Le juge d’instruction, assisté de son greffier, entend le témoin sans la présence de l’inculpé et
de son conseil. Il peut procéder à la confrontation avec d’autres témoins ou l’inculpé.
Les témoins entendus sous serment par le juge d’instruction doivent communiquer leurs nom,
prénom, âge, état, profession, domicile et leur lien avec les parties. Ces données sont
consignées dans le procès-verbal d’audition.
Un témoin peut être entendu sous anonymat partiel. Cela prend 2 formes :
- Omission de certaines données d’identité
- Indication de l’adresse de service à la place du domicile.
Le juge d’instruction peut ordonner que l’identité d’un témoin dont il a pris connaissance soit
tenue entièrement secrète. → Anonymat complet. Il n’est accordé que si un témoin est
menacé.
Le témoin doit prêter serment de dire toute la vérité, rien que la vérité. Le refus de prêter
serment est considérer comme un refus de comparaitre.
§4. L’obligation de répondre aux questions
Le témoin qui a prêté serment est tenu de répondre aux questions posées sous peine de se voir
infliger une peine pour refus de témoignage.
Quand ils sont appelés à témoigner sous serment devant le juge d’instruction, les titulaires du
secret professionnels sont autorisés à révéler ces secrets sans faire l’objet de poursuites
pénales. Cependant ils ne peuvent pas être contraints à révéler ces secrets s’ils pensent devoir
les garder.

§5. Le faux témoignage


Le faux témoignage devant le juge d’instruction n’est pas punissable sur base de l’article 215
CP.

Section 6 : La descente sur les lieux


Art. 62 CIC : Possibilité pour le juge d’instruction de se déplacer sur les lieux. Il est alors
accompagné de son greffier et du procureur du Roi.

74
2019-2020
Vanholder Aurélie

Section 7 : La perquisition
§1. Notion
La perquisition est une mesure coercitive par laquelle l’autorité compétente pénètre dans un
endroit bénéficiant de la protection liée à l’inviolabilité du domicile pour y rechercher des
preuves et y saisir des pièces à conviction d’un crime ou délit.
Elle présuppose le constat préalable d’indices sérieux qu’une infraction a été commise pour
justifier le recours à une mesure portant gravement atteinte au droit à la vie privée.
Dans le cadre des faits dont il est saisi, le juge d’instruction peut perquisitionner en tout lieu
lui-même. Quand il n’a pas la possibilité de procéder personnellement à la perquisition et aux
saisies, il délègue à un O.P.J. auxiliaires du procureur du Roi qu’il désigne par ordonnance
motivée, appelée mandat de perquisition.

§2. Les limites au pouvoir de perquisition


A. Le moment de la perquisition
Loi du 7 juin 1969 : Il ne peut pas avoir de perquisition entre 21 heures et 5 heures du matin,
sauf exceptions :
- Quand un magistrat ou O.P.J se rend sur les lieux pour constater un flagrant délit ou
crime.
- En cas de réquisition ou de consentement écrit et préalable de la personne qui a la
jouissance des lieux ou de la victime de l’infraction, en cas de violences conjugales.
- En cas d’incendie, de catastrophe ou menace grave pour l’intégrité physique des
personnes.
- Quand la visite domiciliaire ou perquisition concerne une infraction terroriste,
association de malfaiteurs ou organisation criminelle pour lesquelles il existe des
indices sérieux de possessions d’armes prohibées, explosifs ou substances
dangereuses.
- Dans les lieux ouverts au public.
- Dans les cas et conditions fixés par une loi particulière.
B. L’inviolabilité de certains lieux et les cas particuliers
Certains lieux sont inviolables ou soumis à des procédures particulières.

Section 8 : Le contrôle visuel discret dans un domicile


Le contrôle visuel discret est une mesure par laquelle le magistrat autorise les services de
police à pénétrer à tout moment dans un lieu privé à l’insu de son propriétaire ou de son
occupant ou sans leurs consentements.
Quand il porte sur un domicile, ses dépendance ou le local professionnel d’un avocat ou
médecin, il ne peut être autorisé que par le juge d’instruction. Il en va de même quand le
contrôle visuel discret consiste à s’introduire dans un système informatique et à l’explorer, à
l’insu des propriétaires, détenteur ou utilisateur ou sans leur consentement.

75
2019-2020
Vanholder Aurélie

Section 9 : Le recours aux méthodes particulières de recherche


§1. Généralités
Dans le cadre de l’instruction, le juge d’instruction peut faire procéder à une observation
systématique, une infiltration ou une infiltration civile.
Par dérogation au droit commun, les méthodes particulières de recherche ordonnées par le
juge d’instruction sont exécutées par le procureur du Roi.
A la clôture de l’instruction, la chambre des mises en accusation vérifie la régularité de ces
méthodes et si un dossier confidentiel a été ouvert. Ce contrôle peut être exercer à titre
provisoire durant l’instruction.

§2. L’observation dans une habitation


Seule le juge d’instruction peut autoriser une observation effectuée avec des moyens
techniques pour avoir une vue dans une maison. La mesure ne peut être prise que pour des
faits pour lesquels une écoute est autorisé ou pour une infraction commise dans le cadre d’une
organisation criminelle.

§3. L’observation ou l’infiltration à l’égard d’un avocat ou un médecin


L’autorisation du juge d’instruction est requise lorsqu’une observation, infiltration ou
infiltration civile porte sur des locaux utilisés à des fins professionnelles ou la résidence d’un
avocat ou médecin.

Section 10 : L’ouverture et la prise de connaissance du courrier


Art. 46ter CIC : Le procureur du Roi ou le juge d’instruction peut intercepter et saisir un
courrier confié à un opérateur postal, destiné à, provenant de ou concernant un suspect s’il
existe des indices sérieux que l’infraction est punissable d’une peine d’emprisonnement
correctionnel d’au moins 1 an.
Le juge d’instruction est, en principe, le seul habilité à ouvrir le courrier intercepté et à
prendre connaissance de son contenu.

Section 11 : Les saisies et le référé pénal


➔ Voir infra dans le cadre de l’information.

Section 12 : La recherche non secrète dans un système informatique


Seul le juge d’instruction peut ordonner une recherche dans un système informatique ou une
partie de celui-ci, sauf quelques hypothèses :
- Extension de la recherche dans un système informatique dont le support est saisi avec
utilisation d’une fausse clé ou mécanisme de décryptage, à la recherche dans les
systèmes informatiques ou leurs parties, auxquels les personnes autorisées à utiliser le
système informatique qui fait l’objet de la mesure n’ont pas accès.
- Recherche dans un système informatique dont le support n’est pas susceptibles de
saisie.
- Extension de la recherche, commencée dans un système saisie ou pouvant être saisi,
vers un système qui peut être atteint par une connexion.

76
2019-2020
Vanholder Aurélie

Cette recherche non secrète est aussi à des conditions :


- Nécessaire pour la manifestation de la vérité à l’égard de l’infraction qui fait l’objet de
la recherche.
- D’autres mesures seraient disproportionnée ou il existe un risque que, sans cette
extension, des éléments de preuve soient perdus.

Section 13 : Les mesures provisoires à l’égard des personnes morales


Loi du 4 mai 1999 : Instaure la responsabilité pénale des personnes morales. Elle offre au juge
la possibilité d’ordonner des mesures provisoires quand au cours de l’instruction, il constate
de sérieux indices de culpabilité chez une personne morale. Il peut ordonner :
- Suspension de la procédure de dissolution ou de liquidation de la personne morale.
- Interdiction de transactions patrimoniales spécifiques susceptibles d’entrainer
l’insolvabilité de la personne morale.
- Dépôt d’un cautionnement dont il fixe le montant pour garantir le respect des mesures
qu’il ordonne.

Section 14 : Le mandat d’amener


Le mandat d’amener est l’injonction donnée par le juge d’instruction aux agents de la force
publique, d’amener devant lui la personne qu’il désigne. Cet ordre a pour but de permettre
qu’une personne soit conduite, par la contrainte si nécessaire, devant le juge d’instruction
pour être interrogée.
Art. 3 à 15 de la Loi du 20 juillet 1990 : règlemente le mandat d’amener.
Le mandat d’amener est possible à l’égard d’un suspect ou même un témoin récalcitrant. Il
doit être motivé.
Le mandat d’amener doit être notifié au moment de l’arrestation ou sans retard après la
privation de liberté effective, si la signification du mandat a été précédée d’une mesure prise
par des agents de la force publique ou le procureur du Roi.
Il couvre une période de privation maximale de 48 heures ou 24 heures, à compter de la
privation de liberté, en fonction qu’il soit délivré à l’égard d’un suspect ou témoin
récalcitrant.

Section 15 : Le mandat d’arrêt


➔ Voir infra (détention préventive).

Section 16 : L’exploration corporelle


C’est une mesure d’instruction qui consiste en la visite du corps ou certaines parties du corps
que l’on a l’habitude de couvrir par pudeur. C’est un acte médical ne pouvant être exécuté que
par un médecin désigné comme expert.
Art. 90bis CIC : Hors cas de flagrance et celui où la personne majeure donne son
consentement écrit, l’exploration corporelle ne peut être ordonnée que par le juge
d’instruction, par la chambre des mises en accusation et par le tribunal ou la cour saisie de la
connaissance du crime ou délit.

77
2019-2020
Vanholder Aurélie

Section 17 : Le prélèvement et l’identification par analyse ADN


Art. 90undecies CIC : Par ordonnance motivée, le juge d’instruction peut ordonner le
prélèvement sous la contrainte d’un échantillon de référence sur une personne contre laquelle
il existe des indices sérieux de culpabilité dans la commission des faits dont il est saisi, s’ils
sont punissables d’au moins une peine de 5 ans d’emprisonnement.
Avant d’ordonner le prélèvement sous contrainte, le juge d’instruction entend la personne et
l’informe sur les circonstances de l’affaire et de l’utilisation qui sera faite de son ADN. Les
motifs de refus ou d’accord de la personne son consigné dans un procès-verbal d’audition.
Le juge d’instruction peut ordonner les mêmes mesures envers une personne non soupçonnées
des faits en cause.

Section 18 : L’autopsie
Aucune inhumation ne peut avoir lieu sans l’accord de l’officier de l’état civil qui doit s’être
préalablement informé de la cause du décès.
Lorsqu’il s’agit d’une mort violente ou une mort dont la cause est inconnus, le procureur du
Roi (en cas de flagrance) ou le juge d’instruction désigne un médecin légiste chargé de
procéder à un examen du corps pour déterminer les causes de la mort.

Section 19 : L’expertise
§1. Notion
Les experts sont des personnes présumées capables d’apprécier la nature et les circonstances
du crime ou délit. L’expertise a pour but d’éclairer les juridictions répressives sur les éléments
techniques qui n’apparaissent pas au dossier ou qui méritent un examen plus approfondi par
une personne qualifiée.

§2. Le choix et la mission de l’expert


Les personnes pouvant être désignées comme expert sont celles qui, sur décision du ministre
de la Justice ou son délégué et sur avis de la Commission d’agrément, sont inscrites au
registre national des experts.
Dans des circonstances exceptionnelles, le juge peut désigner des experts non-inscrits au
registre :
- En cas d’urgence, si aucun expert ayant la spécialisation requise n’est disponible.
- Si le registre national ne comporte aucun expert avec la spécialisation requise.
- S’il agit d’un expert coordinateur dont la mission est de coordonner les travaux des
experts désignés par le juge et de concilier les parties (Art. 964 CIC).
L’expert doit être désigné nominativement par un réquisitoire écrit et daté. L’expert n’est pas
le mandataire du juge qui le désigne et indépendant à son égard dans l’exercice de sa mission.
L’expert est soumis au secret professionnel.
Le réquisitoire de désignation de l’expert détermine sa mission. Toute expertise dépassant ce
cadre entraine la nullité de tout ou en partie du dossier de l’expert.

78
2019-2020
Vanholder Aurélie

Le juge ne peut pas déléguer à l’expert des missions qu’il peut exécuter lui-même si lui
confier de dire le droit (= dégager les conséquences juridiques des faits constatés).
Le candidat qui remplit les candidat qui remplit les conditions pour être désigné expert
judiciaire prête serment dans les mains du juge de la cour d’appel.

§3. Les modalités d’exécution de l’expertise


Les usages et la jurisprudence encadre l’exécution de l’expertise. Sauf si la loi en dispose
autrement, l’expertise se déroule selon les règles de l’information ou instruction. L’expertise
est alors secrète et unilatérale. Des éléments de contradictions ne peuvent être introduits que si
le procureur du Roi ou juge d’instruction ordonne la mesure dans la mission de l’expert.
Le rapport de l’expert n’a qu’une valeur d’avis et ne lie pas le juge. Il ne peut pas lui attribuer
des constatations ou opinions non émises.

Section 20 : Le repérage et la localisation des communications


électroniques
Art. 88bis CIC : Le juge d’instruction, si la manifestation de la vérité le nécessite et qu’il y a
des indices qu’une infraction punie d’au moins 1 an d’emprisonnement a été commise, faire
procéder à :
- Repérage des données de trafics de moyen de communication électronique à partir
desquels ou vers lesquels des communications électroniques ont été ou sont
communiquées.
- Localisation de l’origine ou destination de la communication électronique.
Le juge d’instruction doit rendre une ordonnance motivée qui reprend les circonstances de fait
de la cause qui justifient la mesure quant à son caractère proportionnel par rapport au respect
de la vie privée et sa subsidiarité face aux autres devoirs d’enquête.
La mesure ne peut pas dépasser 2 mois à partir de la date de l’ordonnance, renouvelable.
Le repérage relatif à une période passée ne peut porter que sur une période qui varie entre 6 et
12 mois selon la gravité de l’infraction.
Le mesure ne peut porter sur les moyens de communication d’un avocat ou médecin que si
celle-ci est soupçonné d’avoir participé à une infraction qui justifie le repérage ou que des
indices sérieux montre qu’un tiers utilise les communications d’un avocat ou médecin. La
mesure ne peut pas être exécutée sans que le bâtonnier ou le représentant de l’ordre provincial
des médecin soit averti. Ces derniers seront informés par le juge d’instruction des éléments
qui relèvent du secret professionnel et ne sont pas consignés au procès-verbal.

Section 21 : L’interception, la prise de connaissance, l’exploration et


l’enregistrement de communications non accessibles au public ou des
données d’un système informatique
§1. Notion
Les règles pour l’interception de communications tendent à concilier 2 intérêts contraires :
- Respect de la vie privée des citoyens.

79
2019-2020
Vanholder Aurélie

- Nécessité d’une protection plus efficace de la société contre le terrorisme, le grand


banditisme et le crime organisé.
Les faits intentionnels d’enregistrer, intercepter, prendre connaissance de communications
non accessibles au public avec n’importe quel appareil et sans le consentement des
participants sont érigés en infractions.
La notion de communication recouvre tout énoncé oral ou non, fait directement ou à distance
et les déclarations et conversations directes ou téléphoniques ainsi que toutes formes
modernes de la télématique (= communication et électronique).
Seules les communications privées sont visées, qu’importe le mode de transmission. Elles
sont privées dès qu’elles ne sont pas destinées à être entendue par tout le monde, peu importe
le lieu ou les propos sont entendus ou émis.

§2. Les conditions


Art. 90ter à 90decies CIC : règlemente les conditions dans lesquelles le juge d’instruction
peut avoir accès à une communication privée ou effectuer des recherches secrètes dans un
système informatique.
Pour permettre la mesure, le juge d’instruction peut avec ou sans le consentement de
l’occupant, propriétaire ou ayant droit ou utilisateur, ordonner à tout moment :
- Pénétration d’un domicile, lieu privé ou système informatique.
- Suppression temporaire de toute protection des systèmes informatiques, avec des
moyens techniques ou non (Ex : Fausses clés, qualités, … ).
- Installation de dispositifs techniques dans les systèmes informatiques pour le
décryptage ou décodage de données stockées, traitées ou transmises par ce système.
La mesure ne peut être ordonnée que pour les recherches des données servant à la
manifestation de la vérité. Elle n’est ordonnée qu’à l’égard des personnes soupçonnées
d’avoir commis une infraction en rapport avec les moyens de (télé)communications. La
mesure peut aussi viser les lieux fréquentés par le suspect et les personnes en communication
avec lui.
La surveillance ne peut durer qu’un moi maximum à partir de la de de l’ordonnance. Le juge
peut la prolonger par un terme ne pouvant dépasser 1 mois et avec un maximum de 6 mois.

§3. La procédure
Toute mesure de surveillance doit faire l’objet d’une autorisation écrite, préalable et motivée
du juge d’instruction, qui la communique au procureur du Roi.
L’O.P.J. commis par le juge d’instruction doit faire rapport, au moins tous les 5 jours au juge
d’instruction sur l’exécution de la mesure. Les rapports sont versés au dossier après
l’exécution de la mesure.
Chaque fichier contient le sujet des communications non accessibles au public ou données du
système informatique qui ont été enregistrés ainsi que les dates et heures auxquels la mesure
est a été exécutée.
L’O.P.J. procède à la transcription ou reproduction des parties de communications ou données
enregistrées qui sont pertinentes pour l’instruction. Après cette première sélection, il revient

80
2019-2020
Vanholder Aurélie

au juge d’instruction d’isoler les éléments qu’ils estiment pertinents pour l’instruction. S’il
désigne des parties non transcrites ou reproduites, il en ordonne la reproduction ou
transcription.
Le juge d’instruction est autoriser à ne joindre au dossier les pièces relatives à la mesure qu’à
la fin de l’exécution de la mesure afin d’en préserver l’efficacité et empêcher d’éventuels
complices d’en prendre connaissance.

§4. Le droit de consultation des enregistrements


L’inculpé, prévenu, partie civile ou leurs conseils reçoivent, sur simple demande, une copie de
la totalité des communications non accessibles au public et données d’un système
informatique dont certaines parties sont transcrites ou reproduites et consignées dans le
procès-verbal qu’ils ont le droit de consulter.
Ils possèdent aussi le droit de consulter au greffe les autres fichiers ou pièces déposées ainsi
que de transcrire ou reproduire d’autres parties jugées pertinentes.

Section 22 : La commission dérogatoire


Pour les actes à accomplir en dehors de son arrondissement, le juge d’instruction peut faire
appel au collègue de l’arrondissement où doivent être exécutés les actes, qu’il mandate à cet
effet.

Chapitre 4 : Les droits des parties durant l’instruction et


le contrôle de l’instruction
Section 1 : Les prérogatives du ministère public
Le ministère public a un rôle déterminant dans la saisine du juge d’instruction. Si en mettant
l’affaire à l’instruction le procureur du Roi se décharge de la direction du dossier, il garde un
droit de regard (accès au dossier) et un droit d’initiative (sous forme de réquisition ou de
recours).

§1. Le droit de se faire communiquer le dossier à tout moment de l’instruction


Art. 61 CIC : Le procureur du Roi se voit reconnaitre le droit de demander au juge
d’instruction la communication de pièces à tout moment de la procédure.
A la différence des parties privées, le procureur du Roi dispose de ce droit en toutes
circonstances et le juge d’instruction ne peut pas opposer de refus à sa demande.

§2. Le pouvoir de réquisition


Au cours de l’instruction, le procureur du Roi dispose d’un pouvoir de réquisition. Il peut
solliciter l’accomplissement de tous les actes qu’il estime utiles dans l’intérêt de l’instruction.
Quand le juge estime que les actes demander par le ministère public ne sont pas utiles, il lui
appartient de sceller sa décision dans une ordonnance contraire, contre laquelle le ministère
public peut former un recours.

81
2019-2020
Vanholder Aurélie

§3. Le droit d’appel des ordonnances du juge d’instruction


Le procureur du Roi dispose d’un recours devant la chambre des mises en accusation contre
toutes les décisions du juge d’instruction.

§4. Le contrôle de la longueur des instructions


Art. 136bis CIC : Le procureur du Roi fait rapport au procureur général de toutes les affaires
sur lesquelles la chambre du conseil n’a pas statué dans l’année à compter du premier
réquisitoire.
Si, par son comportement, le juge d’instruction fait obstacle à la bonne administration de la
justice, le procureur général ne peut pas se substituer à lui, ni le dessaisir d’autorité. Mais il
est en droit de lui adresser, via le procureur du Roi, des réquisitions et saisir la chambre des
mises en accusation en exerçant un recours contre l’ordonnance du juge d’instruction refusant
de donner suites aux réquisitions ou en cas d’inertie du juge d’instruction, il peut requérir son
dessaisissement.

§5. L’exécution des ordonnances du juge d’instruction


Le procureur du Roi veille à l’exécution des ordonnances du juge d’instruction.

Section 2 : Les droits de l’inculpé et de la partie civile


La loi Franchimont a reconnu de nouveaux droits aux parties durant l’instruction. De
nouveaux droit sont accordés aux parties à la clôture de l’instruction et le détenu dispose de
droits spécifiques dans le cadre de la loi relative à la détention préventive.

§1. La demande d’accès au dossier


Art. 61ter CIC : Les personnes directement intéressées ont le droit de demander au juge
d’instruction de consulter le dossier ou d’en obtenir copie.
Art. 21bis CIC : Est une personne directement intéressée, l’inculpé et les personnes assimilées
à l’inculpé, la personne soupçonnée, la partie civile et la partie civilement responsable ainsi
que celle qui fait une déclaration de personne lésée et tous ceux qui sont subrogés dans leurs
droits ou personnes qui les représentent.
Le juge d’instruction peut interdire la communication du dossier ou certaines pièces pour les
raisons suivantes :
- Si les nécessités de l’instruction le requièrent.
- Si la communication présente un danger pour les personnes ou porte gravement
atteinte à leur vie privée.
- Si le requérant ne justifie pas d’un motif légitime à consulter le dossier.
Le requérant ne peut faire usage des renseignements obtenus par la consultation du dossier
que dans l’intérêt de sa défense et à condition de respecter la présomption d’innocence et le
droit de la défense des tiers, la vie privée et la dignité de la personne.
Le procureur du Roi et le requérant dispose d’un droit d’appel devant la chambre des mises en
accusation dans un délai de 8 jours.

82
2019-2020
Vanholder Aurélie

Le requérant ne peut déposer de nouvelle requête pour avoir accès au dossier avant
l’expiration d’un délai de 3 mois à compter du jour de la dernière décision portant sur le
même objet.

§2. La demande d’accomplissement d’un acte d’instruction complémentaire


Les parties peuvent solliciter de la part du juge d’instruction l’accomplissement d’un acte
d’instruction complémentaire. Ce droit est reconnu à l’inculpé, aux personnes assimilées et à
la partie civile.
La notion d’acte d’instruction complémentaire englobe tous les actes destinés à recueillir des
données sur les faits, sur l’inculpé pour déterminer sa culpabilité ou responsabilité, sur un
témoin ou une victime pour apprécier sa culpabilité.
La demande est introduite par requête motivée, contenant élection de domicile en Belgique si
le requérant n’y a pas son domicile. Elle est déposée ou adressée au greffe du tribunal de
première instance et est inscrite dans un registre ouvert à cet effet. Le greffier communique
une copie de la requête au procureur du Roi qui peut prendre les réquisition qu’il juge utiles.
Le juge d’instruction statue à peine de nullité de son ordonnance au plus tard dans le mois de
l’inscription de la requête dans le registre. Ce délai est de 8 jours sir l’inculpé est en détention
préventive.
Le magistrat peut rejeter cette demande s’il estime que :
- La mesure n’est pas nécessaire à la manifestation de la vérité.
- La mesure est préjudiciable à l’instruction.
Le procureur du Roi et le requérant disposent d’un droit d’appel devant la chambre des mises
en accusation. Les conditions et procédure sont les mêmes que pour le référé pénal.
Le requérant ne peut déposer ou adresser de nouvelle requête ayant le même objet avant
l’expiration d’un délai de 3 mois à compter du jour de la dernière décision portant sur le
même objet.

§3. La saisine de la chambre des mises en accusation pour les instructions non
clôturée dans l’année
Art. 136 CIC : Quand l’instruction n’a pas été clôturée après une année, la partie civile et
l’inculpé peuvent saisir la chambre des mises en accusation dans le cadre de sa mission de
contrôle de l’instruction.

Section 3 : Le contrôle de l’instruction par la chambre des mises en


accusation
La loi Franchimont a renforcé le rôle de la chambre des mises en accusation comme organe de
contrôle interne de l’instruction.

§1. Le contrôle du bon déroulement de l’instruction


Ce contrôle s’exerce :
- D’office à tout moment.
- A l’initiative de l’inculpé ou de la partie civile après une année d’instruction.

83
2019-2020
Vanholder Aurélie

- A l’initiative du procureur général à tout moment.


Dans le cadre de ce contrôle, la chambre des mises en accusation peut décider :
- D’étendre l’instruction à des faits ou des personnes non concernées par les poursuites.
- De retirer l’instruction au juge d’instruction qui en était chargé et de prendre elle-
même cette instruction en mains. Elle peut déléguer un de ses membres pour remplir
les fonctions de magistrat instructeur.
Elle peut vérifier la légalité et régularité de la procédure et sanctionner les irrégularités, les
omissions et nullités affectant un acte d’instruction ou l’obtention de preuve.

§2. Le contrôle de la régularité de la procédure


Dans tous les cas de saisine, la chambre des mises en accusation peut contrôler d’office, sur
réquisition du ministère public ou requête d’une des parties la régularité de la procédure qui
lui est soumise.
Le procureur général peut à tout moment de l’instruction, saisir la chambre des mises en
accusation et prendre des réquisitions devant elle s’il estime opportun pour la légalité ou
régularité de la procédure.
Quand la chambre des mises en accusation constate une irrégularité, omission ou nullité
affectant un acte d’instruction ou une cause d’extinction de l’action publique, elle prononce la
nullité de l’acte qui est entaché et de tout ou en partie de la procédure ultérieure. Les pièces
annulées sont retirées du dossier et déposées au greffe du tribunal de première instance.

§3. Le contrôle de a régularité des méthodes de recherche impliquant la tenue d’un


dossier confidentiel
La chambre des mises en accusation est chargée du contrôle de la régularité des méthodes
particulières de recherche si un dossier confidentiel a été ouvert dans ce cadre.
Ce contrôle est obligatoire à la clôture de l’instruction. Le contrôle doit alors intervenir entre
le moment où le juge d’instruction communique son dossier à toutes fins au parquet et le
moment ou le procureur du Roi prend des réquisitions pour le règlement de la procédure par
la chambre des mises en accusation.
La chambre des mises en accusation peut aussi procéder, à titre provisoire, à un contrôle de la
légalité d’une méthode particulière de recherche si un dossier confidentiel a été ouvert dans ce
cadre à n’importe quel moment, durant l’instruction, d’initiative ou à la demande du juge
d’instruction ou du parquet.

§4. Le recours en cassation


Il n’existe plus de recours immédiat contre les arrêts de la chambre des mises en accusation.

84
2019-2020
Vanholder Aurélie

Schéma du déroulement de l’instruction

Titre V : La clôture de l’instruction


Quand le juge d’instruction estime son instruction complète, il communique son dossier au
procureur du Roi. Ce dernier rédige un réquisitoire dans lequel il définit l’orientation qu’il
souhaite voir réserver au dossier.
Les parties sont convoquées devant la chambre du conseil pour le règlement de la procédure.
A la fin du débat contradictoire, cette juridiction d’instruction peut rendre divers types
d’ordonnance :
- Surseoir à statuer.
- Non-lieu.
- Renvoi devant une juridiction de jugement.
- Internement.
- Suspension du prononcé de la condamnation.
- Sanctions d’omission, irrégularité ou nullité.
Le juge d’instruction ne peut être dessaisi que selon les hypothèses prévues par la loi. Lors du
dessaisissement, il doit être statué sur tous les faits dont le juge d’instruction a été
régulièrement saisi.

85
2019-2020
Vanholder Aurélie

Section 1 : La procédure de clôture de l’instruction


Art. 127 CIC : Règlemente la clôture de l’instruction et le règlement de la procédure par les
juridictions d’instruction.

§1. La communication du dossier au procureur du Roi en vue de l’établissement de


réquisitions finales
Lorsque le juge d’instruction estime son instruction complète, il communique son dossier « à
toutes fins » au procureur du Roi en rendant une ordonnance dite de « soit communiqué ». Il
appartient alors au procureur d’évaluer les résultats de l’instruction et d’en tirer les premières
conclusions sous forme de réquisitions.
Si le procureur du Roi estime que le juge d’instruction n’a pas instruit tous les actes dont il
était saisi ou que certains actes d’instructions utiles n’ont pas été accompli, il peut lui adresser
des réquisitions complémentaires pour accomplir les actes manquants.
Quand le procureur du Roi considère l’instruction complète, il prend des réquisitions pour le
règlement de la procédure devant la chambre du conseil. Ces dernières ont un triple objet :
- Constat que l’instruction est complète.
- Dessaisissement du juge d’instruction.
- Orientation qui devrait être donnée au dossier.
La procédure de reconnaissance de culpabilité ne peut pas être initiée tant que le juge
d’instruction est saisi de l’affaire. Quand le juge d’instruction est chargé d’instruire, le
procureur du Roi ne peut proposer l’application de la procédure de reconnaissance de
culpabilité qu’après l’ordonnance ou l’arrêt de renvoi devant la juridiction de fond.

§2. La procédure devant la chambre du conseil


A. L’avertissement et la consultation du dossier
Quand le procureur du Roi a établit son réquisitoire pour le règlement de la procédure, la
chambre du conseil fixe, 15 jours à l’avance, les jour, heure et lieu de l’audience. Le greffier
en informe les parties et les personnes ayant fait une déclaration de personne lésée ainsi que
leurs conseils et les informe que le dossier est mis à disposition au greffe. Le délai est réduit à
3 jours quand l’un des inculpés est en détention préventive.
Durant ce délai toutes les parties et les personnes ayant fait déclaration de personne lésée
peuvent consulter l’entièreté du dossier et demander copie.
B. La première phase (facultative) : la demande d’actes d’instruction complémentaires
Durant le délai de 15 ou 3 jours, toutes les parties peuvent demander au juge d’instruction
l’accomplissement de devoirs d’instruction complémentaires.
Après leur exécution, le dossier avec les devoirs exécutés est déposé au greffe de la chambre
du conseil pour fixation d’une nouvelle audience devant cette même chambre.
C. La procédure à l’audience
La chambre du conseil statue sur le rapport du juge d’instruction, le procureur du Roi, la
partie civile et l’inculpé ainsi que leur conseil entendus.

86
2019-2020
Vanholder Aurélie

Le débat ne porte que sur l’action publique. Si elle a été mise en mouvement par constitution
de partie civile, le débat portera aussi sur la recevabilité de l’action. L’audience se tient à huis
clos et la décision de la chambre du conseil n’est pas prononcée en audience publique.
Sauf quand elle exerce une mission attribuée à une juridiction de jugement, la chambre du
conseil n’entend ni témoin ou expert car elle n’instruit pas mais statue sur l’instruction.
D. Le contrôle de la régularité de la procédure
L chambre du conseil prononce la nullité de l’acte, tout ou en partie, de la procédure liée
quand elle constate une irrégularité, une omission ou cause de nullité affectant :
- Un acte d’instruction.
- L’obtention d’une preuve.
Quand elle constate une cause de nullité, les pièces déclarées nulles sont retirées du dossier et
déposées au greffe du tribunal de première instance s’il n’y a pas eu d’appel.
La chambre du conseil peut statuer sur les causes d’irrecevabilité et d’extinction de l’action
publique.

Section 2 : Les ordonnances de la chambre du conseil


Les ordonnances de la chambre du conseil sont prononcées et si la cause a été tenue en
délibérée, la chambre du conseil fixe le jour de cette prononciation.
En raison du caractère contradictoire de la procédure, l’ordonnance doit être motivée.
Quand elle statue sur le règlement de la procédure et qu’elle dessaisit le juge d’instruction, la
chambre du conseil doit statuer sur tous le faits dont le juge d’instruction é été régulièrement
saisi et à l’égard de toutes les personnes qui ont été mises en prévention par le procureur du
Roi dans ses réquisitoires ou par les parties civiles dans sa constitution ainsi qu’à l’égard des
personnes inculpées par le juge d’instruction.

§1. L’ordonnance de surséance à statuer


Quand la chambre du conseil estime l’instruction incomplète et ne lui permet pas d’apprécier
la présence ou absence de charges suffisantes envers l’inculpé, elle rend une ordonnance par
laquelle elle sursoit à statuer et transmet la procédure au procureur du Roi qui adresse les
réquisitions complémentaires au juge d’instruction.
Elle n’est pas habilité à enjoindre au juge d’instruction d’accomplir les actes nécessaires pour
compléter l’instruction (>< Chambre des mises en accusation).

§2. L’ordonnance de non-lieu


La chambre du conseil rend une ordonnance de non-lieu si le fait n’est pas ou n’est plus
punissable ou si les indices recueillis ne constituent pas des charges suffisant justifiant le
renvoi de l’inculpé devant la juridiction de jugement.
Quand une instruction est clôturée par une ordonnance de non-lieu par le constat de
l’insuffisance des charges, elle ne peut être réouverte qu’à la découverte de charges nouvelles.
Elles doivent être révélées postérieurement à l’ordonnance de non-lieu et être de nature à
renforcer les charges jugées précédemment insuffisantes ou donner aux faits de nouveaux
développements pour la manifestation de la vérité.

87
2019-2020
Vanholder Aurélie

Seul le procureur du Roi est compétent pour requérir le juge d’instruction de reprendre
l’instruction après la découverte de charges nouvelles. La partie civile ne dispose pas de ce
droit d’initiative.
Lors du règlement de la procédure suite à la réouverture de l’instruction, le chambre du
conseil doit aussi vérifier si les charges nouvelles existaient bien pour justifier la réouverture.

§3. L’ordonnance de renvoi


La chambre du conseil prend une ordonnance de renvoi devant la juridiction de fond
compétente quand elle estime qu’il existe des charges suffisantes à l’égard de l’inculpé.
L’article 149 Constit (obligation de motivation) ne s’applique pas aux juridictions
d’instruction statuant sur le règlement de la procédure, sauf quand elles statuent comme
juridictions de jugement. Quand l’existence des charges est contestée par la défense, la
chambre y répond par la constatation souveraine que les charges existent ou non.
Quand elle se prononce sur l’existence de charges suffisantes, la chambre du conseil doit
donner la qualification aux faits et n’est pas tenues par les qualifications antérieures qui
auraient été données.
A. Le renvoi devant le tribunal correctionnel
Si la chambre du conseil décide que les faits dont elle est saisie relève de la compétence du
tribunal correctionnel, elle renvoi le ou les inculpé(s) devant ce dernier.
En cas de correctionnalisation d’un crime, le tribunal correctionnel saisi ne peut pas décliner
sa compétence en ce qui concerne les circonstances atténuantes ou la cause d’excuse et est
tenu par l’appréciation de la chambre du conseil. → L’ordonnance de la chambre du conseil
est attributive de la compétence pour la juridiction du fond.
Depuis la loi du 8 juin 2008, le tribunal correctionnel non valablement saisi peut s’estimer
compétent pour autant qu’il admette des circonstances atténuantes ou une cause d’excuse
selon la loi sur les circonstances atténuantes (4 octobre 1867).
B. Le renvoi devant le tribunal de police
Quand il existe des charges suffisantes de l’existence d’une contravention ou délit de la
compétence du tribunal de police, la chambre du conseil décide le renvoi du ou des inculpé(s)
devant ce dernier.
Il en va de même quand, par ordonnance motivée, la chambre du conseil décide pour un fait
qualifié délit de réduire les peines correctionnelles à des peines contraventionnelles par
l’admission de circonstances atténuantes pour justifier la contraventionnalisation.
C. Le renvoi devant la chambre de dessaisissement du tribunal de la jeunesse
Quand la chambre du conseil est saisie de délits ou crimes correctionnalisables qui ont fait
l’objet d’un dessaisissement (selon l’article 125 du Code de prévention, aide et protection de
la jeunesse), elle renvoie l’intéressé devant la chambre spécifique du tribunal de la jeunesse si
les charges sont suffisantes.

88
2019-2020
Vanholder Aurélie

§4. La procédure particulière en vue de la saisine de la cour d’assises


Quand la chambre du conseil estime que les faits relèvent de la compétence de la cour
d’assises, elle ordonne la transmission des pièces par le procureur du Roi au procureur général
près de la cour d’appel pour qu’il saisisse la chambre des mises en accusation.

§5. Les ordonnances rendues par la chambre du conseil en tant que juridiction de
jugement
La loi reconnait à la chambre du conseil le pouvoir de statuer sur le fond de l’affaire et sur la
culpabilité de l’inculpé. → Fonction de juridiction de jugement.
A. L’internement
Loi du 5 mai 2014 relative à l’internement : La chambre du conseil a le pouvoir d’ordonner
l’internement de l’inculpé.
Au moment du règlement de la procédure, la chambre du conseil peut ordonner l’internement
de l’inculpé qui a commis un fait qualifié crime ou délit portant atteinte ou menaçant
l’intégrité physique ou psychique de tiers, s’il est atteint d’un trouble mental qui abolit ou
altère sa capacité de discernement ou contrôle de ses actes et qu’il existe un danger qu’il
commette à nouveau le même type de faits en raison de ce trouble mental.
B. La suspension du prononcé de la condamnation
Loi du 29 juin 1969 sur la suspension, sursis et probation : La chambre du conseil a le pouvoir
d’ordonner la suspension du prononcé de la condamnation à l’égard d’un inculpé lors du
règlement de la procédure. Elle peut être prononcée d’office, requise par le ministère publique
ou demandée par l’inculpé.
Une condition supplémentaire est que la chambre du conseil considère que la publicité des
débats pourrait provoquer le déclassement de l’inculpé ou compromettre son reclassement.
La chambre du conseil fonctionne alors comme une juridiction de jugement et peut entendre
des témoins. Les débats ont lieu à huis clos et la décision est prononcée en audience publique.
Si la suspension est ordonnée, l’inculpé est condamnée aux frais et restitutions, la confiscation
spéciale peut être prononcée par la chambre du conseil sur réquisition écrite du ministère
publique. Elle statue aussi sur l’action civile, le cas échéant.
Si elle refuse de prononcé la suspension, elle règle la procédure de façon normale.

§6. L’homologation de la transaction pénale ou de la convention de médiation pénale


La transaction peut intervenir à tout moment pour autant qu’aucun jugement ou arrêt définitif
n’ait été rendu au pénal et qu’elle fasse l’objet d’un contrôle juridictionnel si elle intervient
après l’ouverture des poursuites. Il en va de même pour la médiation pénale.
Quand une des mesures est proposée par le ministère public alors qu’un juge d’instruction est
saisi de la cause, la loi prévoit l’homologation de la transaction proposée ou de la convention
de médiation pénale par la juridiction d’instruction qui exerce un contrôle effectif.

Section 3 : L’appel des ordonnances de la chambre du conseil


Les décisions rendues par défaut par la chambre du conseil ne sont pas susceptibles
d’opposition mais peuvent être attaquées par voie d’appel.

89
2019-2020
Vanholder Aurélie

§1. Le droit d’appel


Le ministère public et la partie civile peuvent interjeter appel contre toutes les ordonnances de
la chambre du conseil. L’appel recevable de la partie civile dirigé contre une ordonnance de
non-lieu saisit la chambre des mise en accusation de l’action publique même si le procureur
du Roi n’interjette pas appel.
L’inculpé peut faire appel des ordonnances de renvoi dans les situations suivantes :
- S’il soulève une exception d’incompétence.
- En cas d’irrégularité, d’omission ou cause de nullité affectant un acte d’instruction ou
l’obtention d’une preuve.
- En cas d’irrégularité, d’omission ou cause de nullité relatives à l’ordonnance de
renvoi.
- S’il invoque une cause d’irrecevabilité ou d’extinction de l’action publique.
La loi ne reconnait pas à l’inculpé le droit d’interjeter appel d’une ordonnance de renvoi sur la
base de la contestation de l’existence de charges suffisantes justifiant le renvoi. Mais il peut
interjeter appel des ordonnances prononçant son internement ou la suspension du prononcé de
la condamnation, mais contre les décisions refusant la suspension.

§2. La procédure
L’appel est interjeté dans un délai de 15 jours quand aucun inculpé est détenu préventivement.
Le délai commence à courir à la date du prononcé. Si un inculpé est détenu, alors le délai est
de 24 heures.
La loi ne fixe aucun délai pour que la chambre des mises en accusation doive rendre son arrêt
en cas d’appel. Le procureur général établit des réquisitions écrites et signées.
A l’audience de la chambre des mises en accusations, le procureur général, les parties et leurs
conseils sont entendus. L’audience se tient à huis clos et la décision n’est pas rendue en
audience publique, sauf si elle statue comme juridiction de jugement.
Les parties peuvent déposer des conclusions auxquelles la chambre est obligée de répondre.
Toute décision de réformation qui est défavorable à l’inculpé doit être prise à l’unanimité des
membres de la chambre des mises en accusation.

§3. Le contrôle de la régularité de la procédure


Lors du règlement de la procédure en matière criminelle ou en cas d’appel contre une
ordonnance de la chambre du conseil réglant la procédure, la chambre des mises en accusation
contrôle d’office, sur réquisition du ministère public ou à la demande d’une partie la régularité
de la procédure.

§4. Les arrêts de la chambre des mises en accusation


Quand la chambre des mises en accusation est saisie par l’ordonnance de transmission des
pièces ou par un appel contre les ordonnances de la chambre du conseil, elle a le droit, avant
de statuer, de vérifier si l’instruction est complète et de prescrire les mesures nécessaires pour
la compléter si besoin. Elle rend alors un arrêt préparatoire appelé « arrêt de plus ample
informé ».

90
2019-2020
Vanholder Aurélie

Quand elle rend un tel arrêt, elle ne peut plus procéder elle-même à l’exécution des actes
d’instruction complémentaires. Elle doit charger la mission à un de ses membres ou à un juge
d’instruction.
La chambre des mises en accusation peut ordonner les mesures suivantes quand elle statue sur
l’appel du ministère public ou une des parties :
- Non-lieu.
- Renvoi au tribunal correctionnel.
- Renvoi à la chambre de dessaisissement du tribunal de la jeunesse.
- Renvoi au tribunal de police.
- Internement.
- Suspension du prononcé de la condamnation.
- Suspension du prononcé de la condamnation.
- Homologation de la transaction pénale ou de la convention de médiation pénale.
Elle peut aussi décider du renvoi en cour d’assises de l’inculpé.

Section 4 : Le recours en cassation


Le recours en cassation contre les arrêts préparatoires et d’instruction n’est ouvert qu’après la
décision définitive de la juridiction du fond.
Un pourvoi en cassation est ouvert contre les arrêts de la chambre des mises en accusation
prononçant l’internement de l’inculpé ou la suspension du prononcé de la condamnation ainsi
que contre un arrêt mettant fin à l’action publique pour les décisions définitives.

91
2019-2020
Vanholder Aurélie

Schéma de la clôture de l’instruction

92
2019-2020