Vous êtes sur la page 1sur 2

Le
travail

Problématique

 Le
travail
est-il
un
sacri ce
de
soi,
une
aliénation
de
sa
personne
au
pro t
du


système
exploitant ?

Dé nitions
à
connaître :
travail,
division
du
travail,
sublimation.

La
malédiction

La
souff rance
liée
au
travail
semble
s'inscrire
dans
l'histoire
humaine
comme
une
malédiction.
Elle
est
racontée
dans
le
livre III
de
la
 Genèse .
Parce
qu'il
a
écouté
la
voix
de
sa
femme,
Adam
mange
le
f ruit
défendu.
Dieu
le
condamne
alors
à
gagner
son
pain
 « à
la
sueur
de
son
visage » .

Le
travail
humain
selon
Marx

Marx
insiste
sur
le
fait
qu'un
travail
humain
repose
sur
la
conscience
du
travailleur
à
l'égard
de
son
projet
d'action
et
de
ses
actes.
Il
dénonce
le
capitalisme
parce
qu'il
perverti
ce
rapport
de
l'Homme
au
réel,
et
déshumanise
le
travail.
Dans
 Le Capital ,
Marx
critique
la
manière
dont
le
capitalisme
exploite
les
travailleurs
et
leur
vole
la
conscience
qu'ils
ont
de
transformer
le
réel.

Le
travail
selon
Freud

Freud
voit
dans
le
travail
une
valeur
sûre
de
notre
civilisation.
Selon
lui,
notre
libido
brasse
une
énergie
naturellement
asociale
et
perverse.
L'Homme
est
donc
avant
tout
soumis
à
de
puissants
instincts
qui
le
tournent
vers
sa
propre
satisfaction,
en
ignorant
autrui
et
la
collectivité.

Le
travail
selon
Nietzsche

Nietzsche
dresse
ce
constat
dans
son
ouvrage
 Aurore 
en 1881 :
le
travail


prend
le
temps
et
l'énergie
des
individus.
Il
est
donc
le
meilleur
moyen
de
contrôler
leurs
débordements
de
violence.
C'est
une
sorte
de
police,
garante
de
la
sécurité
du
corps
social.
Par
son
travail,
chacun
est
tenu
en
bride,
et
consume
une
grande
quantité
de
force
nerveuse
qui
pourrait
être
placée
ailleurs,
dans
des
occupations
mettant
en
péril
le
corps
social,
ou
lui
apportant
une
émancipation
plus
personnelle.

SchoolMouv.fr SchoolMouv
:
Cours
en
ligne
pour
le
collège
et
le
lycée 1
sur
2


Aimer
son
travail
est
donc
possible
pour
plusieurs
raisons :

parce
qu'il
contribue
à
nous
mettre
en
relation
avec
le
réel
et
à
nous
en
emparer ;

parce
qu'il
permet
de
se
sentir
utile
socialement
ou
de
développer
des
vertus
morales ;

parce
qu'il
empêche
de
s'ennuyer.

Pour
toutes
ces
raisons,
beaucoup
d'hommes
sont
persuadés
que
le
travail
est
une
bénédiction.
Il
est
aimé
comme
une
valeur
essentielle
qui
contribue
à
notre
socialisation
et
à
notre
À
retenir
moralisation.

Mais
accorder
une
valeur
positive
au
travail
ne
doit
pas
nous
faire
oublier
son
versant
négatif.
Un
travailleur
est
aussi
un
homme
exploité
par
la
société
capitaliste
qui
le
gouverne.
En
effet,
lorsque
l'Homme
en
arrive
à
ignorer
ce
qui
peut
lui
donner
satisfaction
hors
de
son
travail
et
qu'il
se
jette
dans
des
formes
triviales
de
loisirs
et
de
consommation,
alors
le
travail
n'est
rien
d'autre
qu'une
aliénation.
Or,
une
pratique
qui
empêche
un
homme
de
bien
vivre
et
de
s'accomplir
individuellement
est
déshumanisante.

SchoolMouv.fr SchoolMouv
:
Cours
en
ligne
pour
le
collège
et
le
lycée 2
sur
2

Vous aimerez peut-être aussi