Vous êtes sur la page 1sur 2

TP SUP MECANIQUE SUR COUSSIN D’AIR 4H

I- Etude théorique.
1) Définitions de mécanique du point.

Référentiel R : Objet par rapport auquel on repère les mouvements.


Système : Objet ponctuel, ou assimilé à son centre de gravité, subissant les actions extérieures.
  
Repère : (origine + vecteurs de base). Exemple : (O, ex , e y , ez ) est un repère cartésien.
 
Vecteur-position : r = OM
 
 d (OM )  M i −1 M i + 1
Vecteur-vitesse instantanée : v = , en pratique au point i : vi =
dt 2τ

 dv
Accélération : a =
dt
 
Travail d’une force F constante : WABF = F . AB = F . AB.cos α (en J).
 
Travail élémentaire d’une force quelconque : δ W = F .dl = F .dl.cos α , toujours vrai.
Travail du poids : WABP = m. g.( z A − zB ) où z est sur un axe vertical orienté vers le haut.

Puissance d’une force : P = F .v = F .v.cos α (en W)
1
Energie cinétique de translation : Ec = mv 2 (J)
2
Energie potentielle de pesanteur : E p = m. g. z + Cste (J), z sur un axe vertical orienté vers le haut.
Energie mécanique : Em = Ec + E p (J).

2) Théorèmes de mécanique du point.


 
PFD : Dans un référentiel Galiléen, m.a = ∑ Fext

Théorème de l’Energie cinétique : EcB - EcA = ∑W (J) Fext


AB

dE
Théorème de la puissance cinétique : c
= ∑ Ρ (W). ext
dt
Théorème de l’Energie mécanique : E − E = ∑W
mB mA
frottements
AB .

II- Etudes expérimentales.


Toutes les études se font dans le référentiel fixe R du laboratoire. Le repérage est cartésien.
La table est dans le plan xOy. L’axe Oy suivant la ligne de plus grande pente.
Le système est le mobile autoporteur assimilé à son centre de gravité de masse m.

1) Mouvement sans vitesse initiale sur un plan incliné.


a) Détermination de l’angle α d’inclinaison de la table.

Caler la table à coussin d’air de façon à ce qu’elle soit inclinée d’un angle α par rapport à
l’horizontale. Mesurer précisément α à l’aide du mètre ruban et du niveau à bulle.

b) Détermination de l’accélération a.

Lâcher le mobile sans vitesse initiale sur le plan incliné et enregistrer son mouvement.
A partir d’une origine O située sur la trajectoire, relever les différentes abscisses du mobile (une
douzaine de points au minimum avec τ = 40 ms).
Porter les résultats dans un tableau Excel afin de déterminer la vitesse instantanée v(t) du mobile
aux différentes dates envisagées. On pourra fixer l’origine des dates au point O.
Vérifier que ce mouvement est rectiligne uniformément varié et déterminer la valeur de son
accélération a en traçant le graphe v(t) sous Excel.

f
c) Détermination de la force de frottement .

Appliquer le Théorème de l’Energie cinétique entre deux points A et B de votre enregistrement


en supposant la force de frottement f constante. En déduire la valeur de f.

d) Vérification du théorème de l’Em.

Exprimer le TH de l’Em entre A et B (point bas). Choisir EpB = 0.


Calculer numériquement EmB - EmA puis WfAB afin de les comparer.
Calculer Em (t) pour 10 points de votre enregistrement puis tracer Em = f (t) sous Excel.

2) Mouvement parabolique sur un plan incliné.

La table est dans le plan xOy. L’axe Oy suivant la ligne de plus grande pente vers le haut.
L’axe Oy devra être repéré par un enregistrement de la trajectoire sans vitesse initiale.
On veut enregistrer la trajectoire du mobile avec une vitesse initiale vo faisant un angle β avec
Ox.
Après quelques essais à vide, enregistrer le mouvement (τ = 40 ms).
Déterminer graphiquement la norme de vo et β grâce au deuxième point d’enregistrement.
  
On néglige ici la force de frottements f, exprimer les composantes de a( M / R ) , v ( M / R ) et OM .
En déduire l’équation de la trajectoire y = f (x).
Grâce à cette équation calculer quelques couples (x, y) et les placer sur votre enregistrement.

3) Pendule pesant sur un plan incliné.

Le mobile autoporteur est maintenant relié à un point fixe par un fil inextensible de longueur l de
façon à réaliser un mouvement pendulaire.
Repérer la position d’équilibre du pendule par la méthode de votre choix.
Ecarter le pendule de sa position initiale d’un angle θο d’une vingtaine de degrés, et le lâcher
sans vitesse initiale. Une amplitude initiale trop grande correspondrait à un oscillateur non
linéaire.
Enregistrer une demi-oscillation de façon à relever et tracer le graphe θ = f(t).
En déduire la valeur numérique expérimentale de la période propre T0 de ce pendule.
On néglige ici la force de frottements f, par conséquent Em = cste.
Exprimer l’Em du mobile pour un angle θ quelconque en fonction de m, g, l, θ et α.
A partir de
dEm
= 0 , montrer que : ɺɺθ + g.sin α θ = 0 .
dt ℓ
En déduire les expressions de la pulsation propre ω0 et de la période propre T0 du pendule.
Calculer T0.

Vous aimerez peut-être aussi