Vous êtes sur la page 1sur 7

Université Abdelmalek Saadi

Ecole Nationale de Commerce et de Gestion


- Tanger -

Comité de sécurité et
d’hygiène

Réalisé par :
Étudiants

CHAIERI OUMAIMA EDDAMOUN GHIZLANE


BRIK KHAOULA ELHILALI OMAYMA

Supervisé par :

Professeur

BOUKAICH KHALID
Année universitaire : 2019/2020

SOMMAIRE

INTRODUCTION 3

Partie I : Définition et rôle du CSH 4


1.1 L’intérêt d’adopter une démarche sécurité et hygiène au travail 4
1.2 Les avantages d’une démarche sécurité et hygiène 4
1.3 Définition du CSH 5
2. Le rôle du CSH dans la démarche sécurité et hygiène 5
Tapez le titre du chapitre (niveau 2) 5
Tapez le titre du chapitre (niveau 3) 6

2
INTRODUCTION
La situation actuelle d'hygiène et sécurité des salariés au niveau international et national est
devenue un problème majeur dans la plupart des entreprises et nos pays en voie de
développement n'y échappent pas.

La démarche de santé et de la sécurité des salariés au travail, constituent aujourd’hui une


condition primordiale d’efficacité et de performance pour l’employé et pour l’employeur.
D’autant plus que les deux constituent un pilier de développement durable au même titre que
les autres volets économique, social et environnemental pour toute entreprise aspirant à une
meilleure performance tout en assurant sa pérennité.

Le respect des règles d'hygiène est essentiel dans le travail, les mesures d’hygiène au travail
sont assez simples à mettre en œuvre, permettent de limiter les risques d'apparition de
maladies professionnelles et doivent précéder et accompagner les recours aux équipements de
protection individuelle et aux installations de protection collective.
De plus, l’hygiène au travail, la propreté des locaux reflètent l’image de marque de
l'établissement, participent à la satisfaction des salariés, et contribuent à la qualité de l’accueil.

De ce fait vient l’importance et l’obligation de la mise en place d’un comité de sécurité et


d’hygiène au travail, selon l’article 336 du code de travail marocain :
Les comités de sécurité et d'hygiène doivent être créés dans les entreprises industrielles,
commerciales et d'artisanat, et dans les exploitations agricoles et forestières et leurs
dépendances qui occupent au moins 50 salariés.

Le comité de sécurité et d’hygiène permet à l’ensemble des parties prenantes (salariés et


employeurs) de prévenir tout risque d’accidents, en améliorant l’environnement du travail au
sein de l’entreprise.
Le CSH est un moyen de communication entre les salariés et la direction. Son but est
d’asseoir une culture de sécurité et d’hygiène afin d’améliorer les conditions de travail. Les
membres du comité de sécurité et d’hygiène coopèrent avec les différents départements ou
sites de production pour identifier et aider à résoudre les problèmes de sécurité et d’hygiène.

Qu'est-ce que le comité d'hygiène et de sécurité ? quel est son rôle ?


Comment fonctionne-t-il ? Et quel est son mode d’emploi au sein de l’entreprise ?

Pour exposer, analyser et tenter de trouver des réponses à ces points cruciaux, notre travail
s'articulera autour de trois points :

1. La présentation du CSH.
2.Le champ d’action du CSH au sein de l’entreprise.
3.Son mode d’emploi.

3
Partie I : Définition et rôle du CSH

L’objet de cette partie est de montrer l’importance d’une démarche basée sur la sécurité et
l’hygiène et la déclinaison de cette démarche à travers la définition du CSH comme institution
et la définition de son rôle dans l’entreprise.

1.1 L’intérêt d’adopter une démarche sécurité et hygiène au travail :

Pour prévenir les risques professionnels dans l’entreprise, il faut que l’ensemble des acteurs
concernés s’organisent pour travailler ensemble. Une démarche de sécurité et d’hygiène doit
donc être organisée et suivie, avec une hiérarchisation et une planification dans le temps des
actions à conduire, et avec une évaluation régulière de l’efficacité de ces actions.
Il est impératif d’adopter donc une démarche sécurité et hygiène afin de garantir un lieu du
travail sain aux salariés.
Travailler dans de bonnes conditions de sécurité et d’hygiène représente aussi bien un intérêt
pour les employeurs que pour les salariés. C’est à l'employeur, en premier lieu, qu’incombe la
responsabilité de garantir un lieu sans risque : c’est à lui de créer un cadre adéquat de travail
et de fournir les équipements nécessaires. Les salariés sont aussi bien responsables que
l’employeur. Ils veillent eux aussi au maintien des bonnes conditions du lieu du travail.

1.2 Les avantages d’une démarche sécurité et hygiène :


La démarche de sécurité et hygiène est très bénéfique à l’entreprise et à ses salariés, elle a pour
avantages de :

 Diminuer les risques d’accidents


La démarche permet un gain de temps en réduisant le risque d’accidents, d’où la baisse des
coûts relatifs aux heures supplémentaires dues à l’arrêt ou au ralentissement du travail lors
de la survenue d’un accident du travail.
 Prévenir les maladies professionnelles

Les effets aigus des produits chimiques nocifs tels que la migraine, le vertige, la nausée, la
désorientation, l’intoxication et les problèmes cutanés, peuvent être prévenus. L’exposition à
long terme à ces produits peut entrainer des maladies graves telles que le cancer, les atteintes
pulmonaires et autres qui pourraient être évitées si les mesures nécessaires sont prises pour
protéger les salariés.
 Procurer une bonne ambiance de travail

Le CSH attire l'attention sur les besoins et les améliorations. Il est en contact permanent
avec les salariés, qui communiquent leurs soucis en matière de sécurité et d’hygiène.
L’employeur garantit ainsi l’implication de tous les salariés en cherchant à éliminer les
risques suscités. De ce fait, toutes les parties contribuent à rendre le lieu du travail plus sûr,
plus propre, plus ordonné et plus agréable.
 Limiter les dégâts matériels

Les accidents causent des dommages matériels et/ou corporels qui ont des conséquences
coûteuses.

 Réduire les interruptions de la production

4
Les interruptions de travail à la suite d’un accident seront réduites par l’action du comité de
sécurité et d’hygiène, et par conséquent le coût d’arrêt de travail sera également réduit1.

1.3 Définition du CSH :

Le comité d'hygiène, de sécurité comme on a déjà dit est obligatoirement constitué dans les
établissements occupant au moins 50 salariés. La mission du CSH est de contribuer à la
protection de la santé et de la sécurité des travailleurs ainsi qu'à l'amélioration de leurs
conditions de travail.
C’est une instance représentative du personnel qui réunit l’employeur et les délégués
représentant les salariés et discute sur des thèmes relatifs à la santé des salariés, à la sécurité et
aux conditions de travail. Le comité contribue à la protection de la santé, à l’amélioration de
la sécurité et des conditions de travail des salariés travaillant dans l’établissement.
Le comité de sécurité et d’hygiène est tenu d’intervenir lors de toute modification effectuée au
sein d’une entreprise et qui pourrait influencer de près ou de loin la santé et le bien être des
employés. Tout employeur est également tenu de consulter le CSH avant de procéder à des
transformations au sein de la société, et ce dans:
•Le cadre décision d’aménagement pouvant modifier les conditions d’hygiène, de sécurité ou
de santé comme l’organisation du travail, les changements de produits ou encore la
modification de l’outillage.
•Le cadre de changements ou d’évolution de la productivité au sein de l’entreprise pouvant
nécessiter une réorganisation de planification et de la rémunération du travail.
•Le plan d’adaptation est vérifié par le comité lors de mutations technologiques importantes et
rapides et aussi pour les mesures prévues pour faciliter la mise, la remise ou le maintien au
travail des accidentés du travail.
Le comité intervient aussi dans un cadre plus particulier, tel que les entreprises ayant une ou
plusieurs installations industrielles à hauts risques et celles de stockage souterrain de produits
considérés dangereux (gaz, hydrocarbure, produits chimiques…). Outre que sa mission
habituelle, il est également consulté pour les questions de sécurité liées à l’installation et aux
postes de travail.2
2. Le rôle du CSH dans la démarche sécurité et hygiène :

Le CSH est un outil important quand l’entreprise adopte une démarche sécurité et hygiène.
L’employeur est obligé par la loi d’assurer un environnement de travail sans danger. Le CSH
est le moyen qui permet aux parties (employeur et salariés) de prendre les bonnes décisions en
matière de sécurité et d’hygiène, afin de réduire, voire éliminer tout risque d’accidents ou de
maladies professionnelles.
 Du côté de l’employeur :
Tout employeur employant 50 salariés et plus est tenu de constituer un CSH.

L’employeur doit mettre en place tous les dispositifs pour assurer un lieu de travail qui répond
aux exigences de sécurité et d’hygiène et qui contribue à leur mise en œuvre.

Il est au centre de la coopération des partenaires concernés par les problématiques relatives à
l’hygiène et à la sécurité, le but est de réduire les risques. D'ailleurs, il doit s'assurer que les
salariés sont informés des risques et qu'ils ont reçu l'instruction nécessaire voire la formation
adéquate.
1
Guide sur l’organisation et le fonctionnement du Comité de Sécurité et d’Hygiène au Maroc.
2
https://www.petite-entreprise.net/P-2610-82-G1-definition-chsct-comite-d-hygiene-de-securite-et-des-
conditions-de-travail.html

5
L'employeur est tenu d'établir, de développer et de maintenir toutes les démarches ou les actes
permettant au CSH d'effectuer ses tâches de manière satisfaisante.

L'employeur doit présider ou se faire représenter par des cadres supérieurs dans le CSH.

L’employeur charge le CSH d’exercer toutes les fonctions relatives à son domaine de
compétence : le diagnostic des conditions de travail, l’évaluation et la mise en place d’une
stratégie sécurité et hygiène.

Selon la loi, l'employeur doit accorder le temps nécessaire aux membres du CSH pour pouvoir
exercer leurs attributions au sein du comité. Les membres du CSH doivent pouvoir accomplir
leurs tâches pendant les heures normales de travail. Si les réunions ou autres tâches effectuées
dans le cadre du comité dépassent le volume normal des heures de travail, les membres
participants bénéficient de compensations légales.

Dans le but de maintenir un bon fonctionnement du CSH, l'employeur prend les mesures
nécessaires pour assurer les moyens suivants aux membres du CSH :

 Une dotation en heures suffisantes pour tenir ses réunions et ses tâches.
 Le temps de préparer la réunion.
 Le temps d’exercer leurs fonctions au sein du CSH.
 Des salles disponibles pour les réunions.
 Les documents nécessaires concernant les sujets de santé et de sécurité.
 Payer les frais de déplacement.
 Le temps d’évaluer le risque sur tous les sites même ceux où il n’y a pas de représentants
du CSH.
 Assurer la formation appropriée du membre du CSH.
 Faire appel à des experts externes si nécessaire.
 Impliquer le CSH lors des visites des inspecteurs du travail.
 Payer les heures de travail supplémentaires.
 Payer pour la formation liée à la fonction du CSH.

 Du côté des représentants des salariés :

Généralement, chaque représentant du personnel est élu pendant 6 ans.


Il s’occupe de la défense des intérêts des salariés et ses attributions s’élargissent en matière de
sécurité et d’hygiène, une fois qu’il devient membre du CSH. Il doit aussi informer la
direction de l’entreprise des problèmes y compris les questions de santé et de sécurité.

Les membres du comité de sécurité et d’hygiène qui représentent les salariés (délégués du
personnel et représentants syndicaux) sont protégés par la loi, par leur fonction (articles 457-
458-459,472).
Les deux délégués élus pour siéger au CSH sont l’expression de l’ensemble des salariés en
matière de sécurité et d’hygiène, abstraction faite de leur orientation syndicale. Ils
représentent les intérêts de l’ensemble des salariés en matière de sécurité et d’hygiène.
On peut considérer que les représentants syndicaux qui siègent dans le comité, représentent
beaucoup plus l’orientation de l’action syndicale dans l’entreprise, toujours dans le domaine
de sécurité et d’hygiène.

6
Au Maroc, les représentants des salariés de manière générale, et les membres du comité de
sécurité et d’hygiène sont protégés contre le licenciement ou toute dépréciation de leur emploi
à cause de leur activité de représentant sécurité et hygiène.