Vous êtes sur la page 1sur 3

Religion, religions

Toutes les croyances du


monde
Depuis qu'ils sont en mesure de réfléchir, les êtres humains s'interrogent sur l'origine du monde, leur
place dans la création et le sens de leur existence, en cherchant chacun à leur manière une réponse à
la question de fond posée par Leibniz : « Pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien ? ».

Hier comme aujourd'hui, il apparaît inconcevable à la plupart des hommes de vivre dans l'ignorance
de leurs origines ou/et en n'ayant d'autre but que de satisfaire au jour le jour les besoins
physiologiques. Beaucoup ressentent aussi le besoin de se concilier le sort et de se rassurer sur leur
avenir.

Les religions, ensembles de croyances, de mythes et de pratiques (célébrations, rituels alimentaires,


inhumation...), sont le fruit de ces exigences. Elles sont aussi un facteur de cohésion sociale.

Le mot même de religion, qui vient du latin relegere, aurait même origine que le mot relier selon
certains linguistes. La religion est à l'origine ce qui relie et rapproche les hommes entre eux. Notons
d'ailleurs que dans la Rome antique, curieusement, le magistrat qui avait en charge l'organisation des
cultes était aussi celui qui, dans les premiers temps de la cité, s'occupait de la gestion des ponts,
autrement dit de l'infrastructure qui permet aux hommes de communiquer entre eux et de surmonter
les obstacles ! On l'appelait pour cela pontife (le titre demeure attaché au pape, chef suprême de
l'Église catholique).

Toutes les communautés humaines ont ébauché dès le Paléolithique une cosmogonie, autrement dit
une vision du monde orientée ou non autour d'une divinité. La plupart de ces cosmogonies ont
aujourd'hui disparu, remplacées par l'une ou l'autre des grandes religions nées dans le sous-continent
indien ou au Moyen-Orient.

Panthéisme, polythéisme
Les premiers hommes ont conçu le monde comme un ensemble divin. Cette croyance s'exprime par le
terme : panthéisme (du grec pan, tout). Dans le panthéisme, le dieu créateur est le monde lui-même et
toutes les composantes du monde possèdent une parcelle de divinité. Dans leurs moments de frayeur
ou de crainte, les hommes invoquent la protection de l'une ou l'autre d'entre elles (divinité de la
foudre, des moissons, de la chasse, de la pluie...). Souvent, ils se tournent vers les sorciers
ou chamans pour apaiser les éléments ou deviner l'avenir... Les religions qui prêtent une âme divine à
tous les éléments de l'univers : rochers, rivières... peuvent être dites aussi animistes (du latin anima,
souffle vital). Le shintoisme, religion officielle du Japon, est la plus connue des religions animistes.

Les premières cités, il y a environ 10 000 ans, avaient chacune un dieu ou une déesse attitré. Ces
cités se sont rapprochées pour constituer des États importants, comme en Égypte, ou pour
commercer entre elles, comme en Grèce, en Arabie... Leurs habitants ont alors pris l'habitude de prier
indifféremment les dieux de l'une ou l'autre cité. C'est ainsi que s'est développé le polythéisme,
religion qui admet l'existence de plusieurs dieux ou divinités (le mot polythéisme a été forgé avec les
mots grecs polus, nombreux, et theo, dieu). L'hindouisme est la principale religion polythéiste
d'aujourd'hui (et la troisième religion par le nombre de ses fidèles, près d'un milliard). L'hindouisme
compte des dissidences comme le jaïnisme, minoritaire mais influent.

Le polythéisme et le panthéisme se sont épanouis dans les communautés en contact avec une nature
exubérante ; dans les pays de la mousson, dans les forêts, le long des rivages tempétueux de la
Méditerranée.

Monothéisme
Les horizons plus sereins et semi-arides du Moyen-Orient, des plateaux iraniens et de l'Égypte ont vu
la naissance de religions fondées sur un Dieu unique et tout-puissant, existant de toute éternité.

À la grande différence des divinités panthéistes, ce Dieu est extérieur au monde, transcendant. Ce
Dieu est au cœur des religions dites monothéistes. Les religions de l'Égypte pharaonique constituent
une transition entre le panthéisme des origines et le monothéisme. Isis et Osiris, dieux principaux des
Égyptiens, sont partie prenante d'une divinité supérieure représentée par le Soleil, Rê ou Aton.

Vers 1200 av. J.-C., une communauté originaire de Chaldée et établie dans la vallée du Nil a émigré
vers la Palestine sous la conduite d'un chef mythique nommé Moïse. Celui-ci a renouvelé la foi
religieuse de sa communauté, les Hébreux. Il a imposé un monothéisme strict, le premier sans doute
(d'après les mots grecs mono, unique, et theo, dieu).

Sur les plateaux iraniens est né aussi vers 600 av. J.-C. une confession monothéiste originale et
puissante, le mazdéisme  ou  zoroastrisme, qui professe l'immortalité de l'âme et est organisée autour
d'un clergé de mages chargés d'interpréter les révélations divines. Après avoir séduit la Perse
ancienne, cette religion ne rassemble plus qu'un très petit nombre de fidèles.

En Judée, à l'époque de l'occupation romaine, un prédicateur du nom de Jésus attire les foules... Ses
disciples présentent comme Dieu, Fils de Dieu. Sous l'influence de Paul de Tarse,
le christianisme rompt avec le judaïsme et devient une religion à vocation universelle, proclamant
pour la première fois l'unité de tous les hommes en Dieu, sans distinction de sexe, de statut ou de
race.

Six cents ans plus tard, dans le désert d'Arabie, un prophète, Mahomet, se proclame envoyé de Dieu
et fonde la troisième des grandes religions monothéistes, l'islam. Comme le christianisme, avec lequel
elle entre en concurrence, c'est une religion à vocation universelle. Il s'ensuit dans le monde euro-
méditerranéen une scission du monde occidental entre société islamique et société chrétienne.
Christianisme et islam sécrètent régulièrement des dissidences. Ainsi sont apparus à l'époque
contemporaine l'Église des Mormons et le bahaisme.

Le monde chinois, qui représente selon les époques le cinquième ou le quart de l'humanité, adhère en
partie, depuis deux millénaires, à la doctrine de Bouddha, un prédicateur indien du VIe siècle av. J.-C.
Le bouddhisme ignore le concept de Dieu. Il ne se soucie pas de l'existence éventuelle d'un Dieu et
l'on pourrait le dire... agnostique (un mot forgé avec le suffixe privatif grec a- et le mot gnosis qui
désigne la connaissance).
Cette religion est à proprement parler un « athéisme », fondé sur une cosmogonie subtile et de
grandes exigences morales. Rien à voir toutefois avec l'athéisme laïc qui s'est en bonne partie
substitué à la foi chrétienne en Europe et se traduit par l'indifférence à l'égard des interrogations
métaphysiques sur le sens de la vie et la création du monde.

À l'encontre des lieux communs qui ont cours en Europe, notons que la religion n'a pas de
responsabilité directe dans la plupart des grandes tragédies qui ensanglantent périodiquement la
planète. Ainsi est-elle totalement absente des grands drames du XXe siècle (plus de 100 millions de
victimes) : guerres mondiales, répressions nazies et communistes, génocides (les Juifs, comme les
Arméniens et les Tutsis, n'ont pas été exterminés en raison de leur religion mais de leur
prétendue « race »).