Vous êtes sur la page 1sur 70

5 -LA METROLOGIE TRIDIMENSIONNELLE

5.1- Généralités ......................................................................................................................................................................................... 3


5.1.1- Introduction ................................................................................................................................................................................ 3
5.1.2- Principe de base .............................................................................................................................................................................. 3
5.2 Les représentations des pièces réelles et de leurs surfaces géométriques ........................................................................................... 4
5.2.1- Modélisation de la forme réelle d'une pièce................................................................................................................................ 5
5.2.2- Modélisation de la forme géométrique idéale d'une pièce .......................................................................................................... 8
5.3 Identification des éléments géométriques ......................................................................................................................................... 10
5.3.1 But de l'identification ................................................................................................................................................................. 10
5.3.2 Principe du mesurage tridimensionnel ....................................................................................................................................... 10
5.3.3- Identification des éléments géométriques. Nécessité de critères d'association ......................................................................... 11
5.3.4 Critères d'association utilisés ..................................................................................................................................................... 12
5.3.5 Identification des modèles suivant le critère des moindres carrés.............................................................................................. 15
5.3.6 Constitution d'une base de données métrologiques .................................................................................................................... 16
5.3.7 Correction due à la sphère de palpage........................................................................................................................................ 19
- Correction nécessaire pour un plan (ou pour une droite).................................................................................................................. 20
5.4 Connaissance des machines à mesurer tridimensionnelles ............................................................................................................... 25
5.4.1 Rappel ........................................................................................................................................................................................ 25
5.4.2 Justification de la machine à mesurer tridimensionnelle............................................................................................................ 25
5.4.3 Principes mis en œuvre sur une MMT ....................................................................................................................................... 26
5.4.4 Modélisation des machines ........................................................................................................................................................ 27
5.4.5 Technologies utilisées ................................................................................................................................................................ 28
5.4.6 Architecture et domaines d'utilisation des machines.................................................................................................................. 36
5.4.7 Systèmes de coordonnées et étalonnage des palpeurs ................................................................................................................ 39
5.4.8 Chaîne d'acquisition ................................................................................................................................................................... 41
5.5 Techniques de mesurage sur les machines à mesurer tridimensionnelles (MMT) ............................................................................ 48
5.5.1 Choix de la position de la pièce dans l’espace de mesure.......................................................................................................... 48
Cependant, pour des raisons techniques et pratiques il y a lieu de respecter certaines règles................................................................. 48
Positionnements..................................................................................................................................................................................... 48
Par le propre poids de la pièce :........................................................................................................................................................... 48
Quand la pièce est suffisamment massique, son seul poids suffit pour la maintenir en position. ........................................................... 48
Par bridage :.......................................................................................................................................................................................... 48
Maintien par de la pâte à modeler : .................................................................................................................................................... 48
Maintien par collage (colle ou scotch double face) :........................................................................................................................... 48
Idem au précédent. .................................................................................................................................................................................. 48
Explication............................................................................................................................................................................................. 49
Principe d’ABBE : la longueur mesurée doit être alignée avec la règle de mesure............................................................................... 49
Exemple : ............................................................................................................................................................................................... 49
5.5.2 Choix de l’ensemble de la touche de palpage. ........................................................................................................................... 50
Il doit être suffisamment petit pour accéder à toutes les surfaces intéressantes de la pièce.................................................................... 50
Cas de morphologies contrariantes ..................................................................................................................................................... 50
Plage de diamètre habituellement utilisée : 3 à 6 mm. ............................................................................................................................ 51
Elle doit être suffisamment grande pour accéder à toutes les surfaces intéressantes de la pièce. ........................................................... 51
Elle doit être la plus courte possible compte tenu de la géométrie des surfaces à palper (flexion du stylet). ......................................... 51
Cas de morphologies contraignantes................................................................................................................................................... 52
Explication : Constitution de la tête....................................................................................................................................................... 52
5.5.3 Choix des différentes orientations palpeurs ............................................................................................................................... 53
Problème :.............................................................................................................................................................................................. 53
Exemple : ............................................................................................................................................................................................... 53
On peut pour cela appel à différents systèmes. ....................................................................................................................................... 53
On utilise plusieurs palpeurs assemblés .................................................................................................................................................. 53
Utilisation : ............................................................................................................................................................................................ 54
Utilisation : ............................................................................................................................................................................................ 54
Avantages : ............................................................................................................................................................................................ 54
Inconvénient : ........................................................................................................................................................................................ 54
A chaque changement de position, il est nécessaire d’effectuer un étalonnage de palpeur. ................................................................... 54
Utilisation : ............................................................................................................................................................................................ 54
Avantages : ............................................................................................................................................................................................ 55
Inconvénients : ...................................................................................................................................................................................... 55

METROLOGIE TRIDIMENSIONNELLE IUT – MCQ Page 1


5.5.4 Etalonnage des systèmes de palpage.......................................................................................................................................... 55
En générale, l’étalonnage se réalise par le palpage d’une sphère étalon. ................................................................................................ 55
La MMT considère à l’origine que le diamètre du rubis est nul. ............................................................................................................ 55
5.5.5 Le palpage des différentes surfaces............................................................................................................................................ 56
Exemple : Cas du plan ........................................................................................................................................................................... 56
Problème :.............................................................................................................................................................................................. 56
Chaque point acquis n’est pas le point réel palpé. .................................................................................................................................. 56
Le logiciel modifie donc la surface initiale calculée pour retrouver la surface réelle. ............................................................................ 56
Cas du plan ............................................................................................................................................................................................ 57
Il suffit de décaler le plan initial calculé de la valeur du rayon palpeur.................................................................................................. 57
Cas du cylindre...................................................................................................................................................................................... 57
On se fie souvent aux valeurs théoriques de la normale au point considéré. .......................................................................................... 57
Cas du palpage d’un plan :................................................................................................................................................................... 58
Remarque : ............................................................................................................................................................................................ 58
Un défaut de forme important peut être synonyme d’un point mal palpé............................................................................................... 58
Elle doit être dans la meure du possible parallèle à la normale à la surface au point considéré. ............................................................ 58
5.6 Construction de repère de dégauchissage.......................................................................................................................................... 59
5.6.1 Définition ................................................................................................................................................................................... 59
5.6.2 Construction ............................................................................................................................................................................... 59
5.7 Vérification de la conformité d'une pièce à son dessin de définition ................................................................................................ 61
5.7.1 Démarche de contrôle ................................................................................................................................................................ 61
5.7.2 Mise en œuvre pratique du contrôle sur une MMT.................................................................................................................... 65
5.7.3 Gamme de mesure MMT ........................................................................................................................................................... 70
IUT Nancy-Brabois Dpt MCQ à Lunéville......................................................................................................................................... 70

METROLOGIE TRIDIMENSIONNELLE IUT – MCQ Page 2


5.1- Généralités

5.1.1- Introduction

La notion de qualité, développée dans les entreprises jusqu'à devenir élément moteur de la gestion de
production, a impliqué un renouveau des services contrôle et une nouvelle forme de pensée de leur part :
rationnelle et analytique.

C'est dans cet esprit de rigueur, faisant appel à des outils de modélisation, de calcul, d'optimisation et
d'interprétation, que doit se résoudre tout problème de métrologie dimensionnelle. Cette résolution a pour
but, en production, la vérification de la conformité des pièces mécaniques.

La métrologie des pièces mécaniques fait un appel de plus en plus fréquent à la machine à mesurer
tridimensionnelle (M.M.T).

5.1.2- Principe de base

Cette métrologie nécessite l'utilisation d'une machine à mesurer tridimensionnelle (MMT) associée à un
calculateur et utilisant un logiciel de métrologie (exemple : CESAR 30, MESTRID …).

Pour effectuer les mesures, on déplace un palpeur à contact (sphérique dans la plupart des cas) dans le
système de coordonnées de la machine. Ce palpeur délivre un "bip" lorsqu'il entre en contact avec la pièce,
ce qui permet d'afficher la position du centre du palpeur au moment du contact. Toutes ces informations
sont mémorisées par le calculateur afin d'être exploitées par la suite.
A partir des informations acquises au niveau du calculateur par le palpage de points, le logiciel
détermine, pat des traitements mathématique, des éléments géométriques associés afin de réaliser la
vérification des spécifications du dessin. Pour cela, il détermine :
- les paramètres intrinsèques,
- les paramètres de situation.

Machine à mesurer Calculateur avec logiciel de métrologie


- Saisie des positions palpeur
Palpeur

Capteurs
de position - Calculs mathématiques
- Saisie des données opérateur
- Edition des résultats
Pièce

Palpage des éléments


Entrée de données
géométriques
Information
sur les mesures
Opérateur

METROLOGIE TRIDIMENSIONNELLE IUT – MCQ Page 3


5.2 Les représentations des pièces réelles et de leurs surfaces géométriques

Nom Définition Interprétation/Exemples

Elément géométrique Surface théorique parfaite, demandée par le


simple dessin de définition
Représentation de la pièce à l'aide d'éléments
géométriques de type :
- surfacique : plan, cylindre, cône, sphère,
- linéique : droite, cercle,
- ponctuel : point,
Modèle géométrique ayant les propriétés intrinsèques (diamètre et
de définition angle) et des propriétés relatives ou de
situation avec des éléments géométriques
voisins (position, orientation, battement).
Note : il faut attribuer à chaque élément
géométrique simple un identificateur (Ex : PL1 ;
CE2 ; DR3 etc …)
Reprend les éléments du modèle
Idem ci-dessus avec les tolérances sur les
géométrique de définition complétés des
Modèle géométrique valeurs nominales.
tolérances sur les valeurs nominales afin de
spécifié
limiter les écarts possibles des surfaces
Ex: D12 = 40±0.2  tolérance
réelles.
Ensemble des surfaces effectives, physiques, La surface nominale demandée est un plan
Réel
résultant de la fabrication.
Représente la surface mesurée par palpage
du réel. Le palpeur, de par sa taille, filtre les
Image du réel écarts microgéométriques. Seuls les écarts
macrogéométriques sont pris en compte (en
métrologie tridimensionnelle)
Constitué des éléments géométriques
associés. Chaque élément géométrique
associé est la surface au sens mathématique
Modèle géométrique
du terme, qui rend compte au mieux de la
associé
surface réelle au regard d'un critère
d'association (ex : méthode des moindres
carrés ou méthode de Gauss).
Ce sont les écarts du 1er et 2e ordres,
respectivement les écarts de forme
Ecart
(rectitude, circularité), de position ou
macrogéométrique
d'orientation (parallélisme) et les écarts
d'ondulation.
Ecart Ce sont les écarts du 3e et 4e ordres : rugosité
microgéométrique (strie et arrachement).

METROLOGIE TRIDIMENSIONNELLE IUT – MCQ Page 4


La forme géométrique des pièces est déterminée par les surfaces géométriques qui les délimitent. Une
surface géométrique est un élément de forme géométrique, par exemple une portion de plan, une portion
de cylindre, une portion de cône, etc …

La modélisation géométrique d'une pièce revêt deux aspects, une modélisation de la forme réelle créée
par un procédé de fabrication et une modélisation de la forme idéale définie par un dessin ou tout autre
moyen informatique.

Les éléments de forme géométrique constituant une pièce sont définis de manière réaliste idéale par des
éléments géométriques réels et des éléments géométriques associés, et de manière idéale par des éléments
géométriques nominaux.

Le tolérancement permet de limiter les variations des éléments géométriques réels par rapport aux
éléments géométriques nominaux.

La modélisation des formes géométriques s'appuie sur les bases de la géométrie euclidienne, aussi nous
conserverons le vocabulaire traditionnel ou les mots droite, plan, sphère, cylindre, cône et tore désignent
des surfaces et des lignes d'étendue infinie et de forme idéale.

5.2.1- Modélisation de la forme réelle d'une pièce.

a) Eléments géométriques réels

• Les surfaces géométriques réelles

Les surfaces géométriques réelles dont les interfaces matière- environnement qui délimitent la forme
réelle d'une pièce. La géométrie de ces interfaces est fonction du mode d'obtention des surfaces, de la
nature du matériau, de la température, du degré d'hygrométrie, de l'état de contrainte de la pièce etc …

Pour un état donné des paramètres, une surface géométrique réelle est définie par l'ensemble de tous
les points appartenant à son interface matière- environnement.

La désignation d'une surface géométrique réelle reprend en général le même nom que celui utilisé en
géométrie des surfaces parfaites auquel on adjoint le qualificatif de réel ou de qualificatif de surface
réputée. On parlera ainsi de plan réel ou de surface réputée plane, de cylindre réel ou de surface réputée
cylindrique etc…

Les surfaces géométriques réelles qui désignent une interface matière- environnement sont les
surfaces réputées plane, sphérique, cylindrique, conique et torique. Le mot surface réelle regroupe
toutes les autres formes de surfaces (surface réglée, de raccordement, de Bézier, etc …).

Une surface géométrique réelle particulière est le plan médian réel de deux surfaces réputées planes.
Cette surface est constituée de l'ensemble des milieux de tous les bipoints qui peuvent être pris suivant
"une direction", sur l'ensemble des deux surfaces réputées planes.
Le plan médian réel n'est donc pas directement une interface matière- environnement.

Par extension on pourrait définir une surface géométrique réelle comme étant un ensemble de points
reliés par une surface continue qui possède des écarts géométriques par rapport à une surface
géométrique idéale.

METROLOGIE TRIDIMENSIONNELLE IUT – MCQ Page 5


• Les lignes géométriques réelles

Une ligne géométrique réelle est un ensemble de points reliés par une ligne continue qui possède des
écarts géométriques par rapport à une ligne géométrique parfaite (droite ou cercle).

Dans la pratique une ligne géométrique réelle peut être obtenue de deux façons :

- soit par l'intersection d'une surface géométrique idéale et d'une interface matière-
environnement. On peut citer comme exemples une génératrice réelle appartenant à une surface
réputée cylindrique (ou conique), un cercle réel appartenant à une surface réputée cylindrique,
une droite réelle appartenant à une surface réputée plane. Ces trois lignes réelles sont obtenues
par intersection de la surface réelle et d'un plan judicieusement choisi.

- soit par un ensemble de points construits à partir d'une surface réelle. Par exemple l'axe réel d'un
cylindre (ou d'un cône) obtenu par l'ensemble de tous les centres des cercles construits à partir
d'une surface réputée cylindrique (ou conique), ou cercle réel obtenu par projection dans un plan
de l'ensemble des points appartenant à une surface réputée cylindrique.

On remarque qu'une ligne géométrique réelle ne peut être déterminée que par une opération de
construction géométrique.

• Les points géométriques réels

Les points géométriques réels sont obtenus à partir de surfaces réelles. Par exemple intersection
d'une droite et d'une surface géométrique réelle, milieux de deux points réels, intersection d'une ligne
géométrique réelle et d'un élément géométrique idéal, centre de cercle réel etc …

b) Les éléments géométriques saisis et mesurés par une machine à mesurer tridimensionnelle

Pour des raisons pratiques et économiques la "mesure" d'un élément géométrique réel ne peut se
faire que par un nombre limité de points. A l'aide d'une machine à mesurer tridimensionnelle chaque
élément géométrique réel est donc connu par un ensemble fini de n points saisis, duquel on déduit par
calcul un ensemble des n points mesurés.

Par convention les ensembles de points saisis et points mesurés sont désignés par le nom de l'élément
géométrique utilisé en géométrie des surfaces parfaites, auquel on adjoint le qualificatif de saisi ou de
mesuré. Dans ce cas de lignes et de points saisis ou mesurés, on précise souvent le nom de la ou des
surfaces auxquelles ils appartiennent. Par exemple droite mesurée DR11 sur plan PL8, point mesuré
PT18 sur sphère SP2.

On peut remarquer que les éléments géométriques saisis sont nécessairement obtenus par contact
d'un palpeur sur une interface matière- environnement.
Les surfaces géométriques saisies peuvent être le plan, la sphère, le cylindre, le cône, le tore et toute
surface constituant une interface matière- environnement.
Les lignes saisis peuvent être des droites ou des cercles saisis, obtenus par l'intersection d'un plan ou
d'un cylindre parfait avec une surface réelle compatible avec la nature de la ligne recherchée.
Quant au point saisi, il est toujours pris lors d'un contact entre le palpeur et une surface saisie.

METROLOGIE TRIDIMENSIONNELLE IUT – MCQ Page 6


Conformément aux calculs, les éléments mesurés sont déduits des éléments saisis. La liste des
éléments mesurés est donc la même que la liste des éléments saisis auxquels on ajoute la liste des
éléments mesurés obtenus par les mêmes constructions géométriques que celles décrites pour les
éléments géométriques réels, par exemple le plan médian mesuré de deux plans mesurés, les axes
mesurés des cylindres et des cônes mesurés, le centre mesuré d'un cercle mesuré ainsi que le point
mesuré milieu de deux points mesurés.

c) Les éléments géométriques associés aux éléments mesurés

L'association d'un élément géométrique parfait à un ensemble de points est l'un des problèmes
fondamental de la mesure tridimensionnelle. Cette association est nécessaire à chaque étape du
processus d'interprétation des mesures. En effet elle permet tout d'abord, avec un critère d'association
des moindres carrés, de définir les normales aux points de contact antre le palpeur et la surface et de
calculer les ensembles de points mesurés, puis de donner suivant différents critères une représentation
simplifiée de la géométrie réelle de la pièce, elle permet également d'effectuer des contrôles par calibre
numérique, d'associer une référence ou un système de références à plusieurs éléments mesurés et de
calculer un défaut de forme dans le cas ou la machine à mesurer permet de mesurer une surface avec un
très grand nombre de points.

L'identification d'un élément géométrique parfait, représentatif d'un ensemble de points, doit
permettre de définir la nature de l'élément géométrique, son orientation, sa position, et ses dimensions
intrinsèques. En mesure tridimensionnelle la nature de l'élément géométrique est toujours imposée, par
contre les autres caractéristiques sont obtenues par optimisation, certaines contraintes géométriques
partielles peuvent être imposées, les critères d'optimisation peuvent être multiples.

On peut citer cinq critères d'optimisation principaux :


- Le critère de Gauss ou des moindres carrés où la somme des carrés des plus courtes distances
entre les points mesurés et l'élément géométrique associé doit être minimale.
- Le critère de Chebyshev ou du minimax où la plus grande des plus courtes distances entre les
points mesurés et l'élément géométrique associé, doit être minimale.
- Le critère de tangence où l'élément géométrique associé doit être situé d'un même côté de
l'ensemble des points mesurés, et être en contact avec au moins un point mesuré. Le coté choisi
est en général celui du coté libre de la matière.
- Le critère de minimum circonscrit où l'élément géométrique associé (cercle, sphère, cylindre et
tore) doit avoir son rayon le plus petit possible, et être situé à l'extérieur de l'ensemble des points
mesurés.
- Le critère de maximum inscrit où l'élément géométrique associé (cercle, sphère, cylindre et tore)
doit avoir son rayon le plus grand possible, et être situé à l'intérieur de l'ensemble des points
mesurés.

Remarques : Les cinq critères décrits ci-dessus ne sont pas limitatifs, de nombreux autres critères
adaptés aux applications peuvent être définis, principalement dans le calcul de la
distance minimale (ou maximale) entre deux plans parallèles, dans l'association de
plusieurs cylindres coaxiaux, dans l'association de systèmes de référence ou encore
dans le contrôle de localisation. L'utilisation de tous ces critères en métrologie
tridimensionnelle est souvent contestée par la non- unicité mathématique des résultats,
par l'absence de normalisation t par la non- validité des résultats lorsqu'ils sont obtenus
sur des surfaces mesurées en très peu de points.

METROLOGIE TRIDIMENSIONNELLE IUT – MCQ Page 7


Le tableau ci-dessous donne les possibilités offertes par cinq principaux critères.

Paramètres Géométriques Applicables à


Unicité dans
Critères des éléments
orientation position intrinsèques d'étendue limitée les résultats

Gauss oui oui oui oui oui


Chebyshev oui non non oui non
tangence oui oui oui oui non
minimum circonscrit oui oui oui non non
maximum inscrit oui oui oui non non

Actuellement sur la majorité des machines à mesurer tridimensionnelles seuls les critères de Gauss et
de tangence sont utilisés sans avoir la possibilité d'imposer des contraintes partielles sur les paramètres
géométriques. Le critère de Gauss permet dans tous les cas de définir les points mesurés, c'est à dire de
calculer les décalages dus au rayon du palpeur. Il permet également lorsqu'il est utilisé seul ou associé
au critère de tangence du coté libre de la matière, de définir les éléments géométriques associés aux
ensembles des points mesurés.

5.2.2- Modélisation de la forme géométrique idéale d'une pièce

a) Les éléments géométriques nominaux

La forme géométrique idéale d'une pièce est déterminée par des surfaces géométriques nominales
qui les délimitent, elles répondent à des critères géométriques particuliers traduits implicitement par les
normes du dessin technique. En effet les surfaces nominales sont en général parallèles ou
perpendiculaires à des directions privilégiés, et elles répondent à des règles de raccordement, de
tangence, d'intersection etc …
La nature de chaque surface est implicitement reconnue par l'expérience de "l'homme de métier".
Les positions relatives entre les éléments géométriques nominaux sont définies par les dimensions.

b) Le tolérancement

Le tolérancement permet de limiter les écarts géométriques entre la forme géométrique réelle et la
forme géométrique idéale. La normalisation prévoit de limiter les écarts en définissant deux grandes
classes de tolérances :
- les tolérances dimensionnelles qui s'appliquent uniquement à des dimensions locales : linéaires
entre deux points ou angulaires entre deux lignes ;
- les tolérances géométriques qui limitent pour chaque élément géométrique d'une pièce les quatre
aspects : forme, orientation, position et battement.

Les spécifications par tolérances géométriques suivent les règles suivantes :


* L'élément tolérancé (ou élément géométrique réel) doit être inclus dans une zone de tolérance.
* La zone de tolérance est définie par une portion de la nature de l'élément tolérancé.
* La zone de tolérance peut être située par rapport à une référence ou un système de références
construit à partir d'éléments de référence (ou éléments géométriques réels).

METROLOGIE TRIDIMENSIONNELLE IUT – MCQ Page 8


On peut établir une relation entre les tolérances dimensionnelles et les tolérances géométriques, en
utilisant l'exigence du maximum de matière M et dans les seuls cas du cylindre et de deux surfaces
planes parallèles, l'exigence de l'enveloppe E .

c) Comparaison sur une même pièce, des différents modèles géométriques.

Sur le même exemple d'une pièce prismatique percée d'un alésage, nous pouvons illustrer par des
schémas, les différentes modélisations d'une pièce.

- Le modèle des surfaces nominales et leur tolérancement (afin de simplifier l'exemple, le


tolérancement a été volontairement limité à une direction).

∅ 400+0,05 E
0,2 A B 0,2 A 32
B
640+0,5 E

A 0,05 32

Les surfaces nominales sont parallèles ou perpendiculaires à deux directions privilégiées.


Le tolérancement définit ici :
- des zones de tolérance de planéité, de parallélisme et de localisation,
- des limites aux distances locales de tous les bipoints pris entre deux surfaces réputées planes
et parallèles (limite mini 64) et sur un alésage (limite maxi 40,05),
- une exigence d'enveloppe telle que deux plans réels soient inclus entre deux plans parallèles
distants de 64,5 mm,
- une exigence d'enveloppe telle que l'alésage réel soit à l'extérieur d'un cylindre parfait de
diamètre 40 mm.

- Le modèle des éléments géométriques réels

Les surfaces réelles sont définies par les interfaces matière- environnement, et l'axe réel est défini
par la ligne continue joignant tous les centres des cercles construits dans une infinité de "sections
droites" de l'alésage réel.

METROLOGIE TRIDIMENSIONNELLE IUT – MCQ Page 9


- Le modèle des ensembles de points de contact entre le palpeur et les surfaces réelles.

Ce sont les points représentatifs des surfaces réelles. Ils sont déduits des points saisis par décalage
du rayon du palpeur.

- Le modèle des surfaces associées.

Ce sont des surfaces parfaites ayant des défauts d'orientation et de position par rapport aux
surfaces nominales, elles passent aux mieux des points mesurés suivant le critère des moindres
carrés et peuvent être tangentes du côté libre de la matière.

5.3 Identification des éléments géométriques

5.3.1 But de l'identification

Le but de cette étape d'identification est de définir l'élément géométrique simple (droite, cercle, cône,
sphère, tore, …) associé à chaque ensemble de points palpés sur une ligne ou une surface réelle de la pièce.
Cette définition d'éléments géométriques associés, et caractérisés par leurs paramètres intrinsèques ou
de situation, contribuera à l'élaboration d'une base de données métrologique qui sera ensuite exploitée par
le logiciel de calcul. Ceci en vue de la vérification des spécifications portées sur le dessin de définition de
la pièce qui est mesurée.

5.3.2 Principe du mesurage tridimensionnel

• La structure même de la machine définie par trois liaisons de type glissière rectiligne et de directions
perpendiculaires, les systèmes de mesurage des déplacements qui leur sont associés, permettent de
définir un repère permettant la description de l'espace de mesure.

Ce repère noté ℜ ( O X, Y, Z ), appelé repère de calcul, est orthonormé et direct.

METROLOGIE TRIDIMENSIONNELLE IUT – MCQ Page 10


• Le principe du mesurage tridimensionnel d'un objet est fondé sur un palpage point par point des
surfaces qui le composent.

Z Ce relevé est effectué par un palpeur considéré


présentement comme ponctuel, qui, lorsqu'il
Zi entre en contact avec la surface objet, délivre
une information électrique.
Ci Ce "top électrique" fige alors les coordonnées
de la situation du palpeur dans ℜ (situation qui
est celle d'un point Ci) et impose leur
Yi Y mémorisation dans le calculateur. La situation
O
du point Ci (point de palpage de la surface
Xi réelle) est alors connue dans ℜ ( O X, Y, Z )
par ses coordonnées cartésiennes Xi, Yi, Zi et
X par le vecteur OC i = X i X + Yi Y + Z i Z .

• Chaque surface réelle d'un objet sera représentée par un ensemble de points Ci. Cet ensemble (nuage
de points) sera appelé "image du réel", image plus ou moins bien approchée suivant le nombre et la
position des points palpés et suivant la qualité des appareillages.

5.3.3- Identification des éléments géométriques. Nécessité de critères d'association

a) But de l'identification

• Le but de cette étape de travail est d'associer à chaque élément réel (surface de pièce) représenté par
un nuage de points constituant son image, un élément géométrique simple, appelé "modèle
géométrique", qui pourra être ensuite manipulé par les outils de la géométrie. Ce modèle sera
évidemment de même nature géométrique que la surface nominale exprimée sur le dessin de définition
de la pièce.

• Pour pouvoir manipuler aisément cet élément géométrique à l'aide d'outils mathématiques, il faut
d'abord le caractériser par ses paramètres qui peuvent être de deux natures différentes :

 les paramètres intrinsèques (ou dimensions intrinsèques qui sont des caractéristiques
propres à l'élément, indépendamment de sa situation dans le repère de calcul (par exemple :
le rayon d'un cercle ou l'angle d'un cône). Ces grandeurs sont homogènes à des longueurs
ou à des angles.

 les paramètres de situation qui situent l'élément dans le repère ce calcul :

- paramètres de position (grandeurs homogènes à des longueurs)


- paramètres d'orientation (grandeurs homogènes à des angles).

• Identifier un élément géométrique correspondant à un élément réel revient à déterminer les


paramètres qui les caractérisent.

METROLOGIE TRIDIMENSIONNELLE IUT – MCQ Page 11


b) Méthode d'association

Ayant à associer un modèle géométrique à un élément réel, deux méthodes d'association sont
possibles, entre lesquelles sera fait un choix en fonction de la précision recherchée sur le résultat.

1ère méthode :

Un modèle géométrique simple peut être défini à partir d'un nombre de points minimum p (p ≤ 6)
qui le caractérisent de façon unique (par exemple : 2 pour une droite, 3 pour un plan, 4 pour une
sphère, …).
Cette première méthode d'association consiste à palper la surface réelle en p points Ci seulement
qui définiront de façon unique l'élément géométrique associé.
La validité de cette solution, peu précise à priori, repose sur le choix judicieux des points p palpés
(non alignés, non coplanaires,…) qui représentent en fait toujours assez mal l'élément réel.

2ième méthode :

Cette deuxième méthode d'association consiste à palper la surface réelle en un nombre n de


points, n étant supérieur au nombre de points minimum p du modèle géométrique (n > p).
Pour associer un modèle géométrique à ce nuage de n points Ci il faut alors avoir recours à une
stratégie de calcul qui consiste à déterminer le modèle qui représente "au mieux" l'élément réel.

Cette stratégie de calcul repose sur le choix d'un critère d'association.

5.3.4 Critères d'association utilisés

a) Critères des moindres carrés

Utiliser le critère des moindres carrés revient à associer à un nuage de points Ci un élément
géométrique (modèle) tel que la somme des carrés des distances ei de chaque point Ci à l'élément
géométrique soit minimale.

Exemple : identification d'un cercle suivant le critère des moindres carrés.

i=n
W = ∑ ei2 W minimum
i =1

Remarque : ne correspond pas à la norme

METROLOGIE TRIDIMENSIONNELLE IUT – MCQ Page 12


b) Critère du défaut de forme minimum

Utiliser le critère de forme minimum revient à associer à un nuage de points Ci un élément


géométrique (modèle) tel que la plus grande des distances ei des points Ci à l'élément géométrique soit
minimum.

Exemple : identification d'un cercle suivant le critère du défaut de forme minimum

Remarque : dans certain cas, correspond à la norme mais très difficile à mettre en œuvre.

c) Critère du plus petit élément tangent extérieur

Dans le cas d'un élément réel pour lequel la matière est à l'intérieur (arbre, sphère pleine,…), utiliser
le critère du plus petit élément tangent extérieur revient à associer à un nuage de points Ci l'élément
géométrique (modèle) de rayon minimal.

Exemple : identification du plus petit cercle tangent extérieur

METROLOGIE TRIDIMENSIONNELLE IUT – MCQ Page 13


d) Critère du plus grand élément tangent intérieur

Dans le cas d'un élément réel pour lequel la matière est à l'extérieur (alésage, sphère creuse, …),
utiliser le critère du plus grand élément tangent intérieur revient à associer à un nuage de points Ci
l'élément géométrique (modèle) de rayon maximal.

Exemple : identification du plus grand cercle tangent intérieur.

e) Remarques

Remarque 1 :

Considérant un même nuage de points Ci palpés sur un élément réel à chaque critère d'association
qu'il est possible d'utiliser correspond un élément géométrique (modèle) particulier et différent des
autres.
Il est donc impératif lorsqu'on identifie un élément géométrique associé à un élément réel, de citer le
critère qui a été utilisé pour cette association.

Figure récapitulative (Exemple des cercles associés à un nuage de points Ci)

METROLOGIE TRIDIMENSIONNELLE IUT – MCQ Page 14


Remarque 2 :

Le critère d'association le plus utilisé par les logiciels de calcul de métrologie tridimensionnelle est
le critère des moindres carrés.
Pourtant les modèles définis par ce critère ne correspondent pas, en général, aux éléments cités par la
norme. Celle-ci fait plutôt appel à la notion de ligne enveloppe ou de surface enveloppe.

5.3.5 Identification des modèles suivant le critère des moindres carrés

a) Problème

Ayant un ensemble de points (Ci) : nuage de points définissant un élément réel (ligne ou surface), ou
tout du moins l'image d'une surface réelle obtenue par mesurage, le problème consiste à définir un
élément géométrique simple (appelée modèle) associé à cet élément réel, de même nature que l'élément
géométrique de définition, et satisfaisant au critère des moindres carrés.

b) Rappels sur le critère des moindres carrés

Ce critère d'association est aussi appelé critère d'optimisation des moindres carrés suivant la méthode
de Gauss.

• Soit S un élément réel (ligne ou surface). Chaque point Ci de S est repéré par ses coordonnées
mesurées dans le repère de mesure ℜm.
• Soit G l'élément géométrique (ligne ou surface) associé à S.
• Soit Cith la projection orthogonale d'un point Ci de S sur l'élément géométrique associé G.
• On appelle e l'écart (ou distance) entre Ci de S et Cith de G :
e = d (Ci, Cith)
• Soit s l'étendue de l'élément réel S (longueur pour une ligne, aire pour une surface).

• On appelle E, distance quadratique moyenne de S à G, la valeur :


1
E = ∫ e 2 ds
sS

E est fonction des différents paramètres pi de la surface géométrique associée G, c'est à dire :
- de ses paramètres intrinsèques
- de ses paramètres de situation dans le repère de mesure.

METROLOGIE TRIDIMENSIONNELLE IUT – MCQ Page 15


Respecter le critère des moindres carrés consiste à minimiser la fonction E = f(pi).

On montre que cette valeur minimum peut être obtenue lorsque toutes les dérivées partielles sont
nulles :
∂E
=0
∂ pi
Si p est le nombre de paramètres pi définissant l'élément géométrique associé G, on obtient alors un
système de p équations à p inconnues qui admet une solution unique.
On peut donc calculer la valeur de chaque paramètre pi, ce qui permet de définir de façon unique
l'élément géométrique associé G associé à l'élément réel S.

Remarque : Lors d'une opération de mesurage d'une ligne ou d'une surface réelle S, celle-ci est
définie par un nombre fini n de points palpés Ci avec i = (1,………., n).
1 1 i=n
On remplace donc la fonction E = ∫ e 2 ds par E = ∑ e i2
sS n i =1

5.3.6 Constitution d'une base de données métrologiques

a) Problème

• Les points palpés sur les surfaces des pièces et les modèles géométriques associés à ces surfaces
constituent un ensemble d'éléments géométriques simples utilisables pour la résolution de problèmes
de mesurage ou de contrôle.

• En ce qui concerne les pièces mécaniques, les éléments géométriques simples rencontrés dans la
plupart des cas sont :
- des éléments surfaciques : plan
cylindre de révolution
cône
sphère
tore

- des éléments linéiques : droite


cercle

- l'élément ponctuel : point

• Pour pouvoir manipuler aisément ces éléments géométriques à l'aide d'outils mathématiques, il
faut qu'ils soient caractérisés par leurs paramètres qui peuvent être de deux natures différentes :

 les paramètres intrinsèques (ou dimensions intrinsèques) qui sont des caractéristiques
propres à l'élément, indépendamment de sa situation dans le repère de calcul (par exemple :
le rayon d'un cercle ou l'angle au sommet d'un cône). Ces grandeurs sont homogènes à des
longueurs ou à des angles.

 les paramètres de situation qui situent l'élément dans le repère de calcul :


- paramètres de position (grandeurs homogènes à des longueurs)
- paramètres d'orientation (grandeurs homogènes à des angles).

METROLOGIE TRIDIMENSIONNELLE IUT – MCQ Page 16


• Identifier (caractériser) un élément géométrique revient à déterminer les paramètres qui le
caractérisent (§ 3.4.1).

• L'ensemble des paramètres caractéristiques des éléments géométriques utilisables pour la


résolution d'un problème constitue la base de données métrologiques.

b) Définition vectorielle des éléments surfaciques

PLAN
Plan géométrique optimisé défini par 2 paramètres :
• pas de paramètre intrinsèque
• 2 paramètres de situation :
1 paramètre de position :
un point A défini par OA

1 paramètre d'orientation :
r
un vecteur unitaire normal n

Image du réel : ensemble de n points Mi définis par OM i


CYLINDRE
Cylindre géométrique optimisé défini par 3 paramètres :
• 1 paramètre intrinsèque : le rayon R
• 2 paramètres de situation :
1 paramètre de position :
un point A de l'axe défini par OA

1 paramètre d'orientation :
r
un vecteur unitaire porté par l'axe : u

Image du réel : ensemble de n points Mi définis par OM i


AB représente la longueur palpée sur la surface réelle

TORE
Tore géométrique optimisé défini par 4 paramètres :
• 2 paramètres intrinsèques :
le rayon du cercle primitif : R
le rayon d'une section droite : r
• 2 paramètres de situation :
1 paramètre de position :
le centre A du cercle primitif défini par OA

1 paramètre d'orientation :
un vecteur unitaire normal au plan du cercle primitif :
r
n

Image du réel : ensemble de n points Mi définis par OM i

METROLOGIE TRIDIMENSIONNELLE IUT – MCQ Page 17


c) Définition des éléments linéiques

Les éléments réels mesurés sur les pièces sont en fait toujours des surfaces, mais leurs dimensions ne
permettent pas toujours d'y associer un modèle surfacique.
C'est ainsi qu'à une surface réelle plane de largeur petite devant la longueur, on ne peut associer
qu'un modèle "droite".
De même a une surface réelle cylindrique ou conique de longueur de génératrice petite devant le
diamètre, on ne peut associer qu'un modèle "cercle".

DROITE

Droite géométrique optimisée définie par 2 paramètres :


• pas paramètre intrinsèque
• 2 paramètres de situation :
1 paramètre de position :
un point A défini par OA

1 paramètre d'orientation :
r
un vecteur unitaire porté par la droite : u

A cause de la correction nécessaire par le rayon de la sphère de palpage, il faut aussi connaître
l'orientation du plan qui contient la droite. Cette orientation est définie par le vecteur unitaire normal
r
au plan : n
Image du réel : ensemble de n points Mi définis par OM i
AB représente la longueur palpée sur la surface réelle
CERCLE
Cercle géométrique optimisé défini par 3 paramètres :
• 1 paramètre intrinsèque :
le rayon du cercle : R
• 2 paramètres de situation :
1 paramètre de position :
le centre A du cercle défini par OA

1 paramètre d'orientation :
un vecteur unitaire normal au plan contenant le
r
cercle : n

Image du réel : ensemble de n points Mi définis par OM i

METROLOGIE TRIDIMENSIONNELLE IUT – MCQ Page 18


d) Elément ponctuel

Un point sera défini par OC , C étant la position


du centre de la sphère de palpage exprimée dans
le repère de calcul.

5.3.7 Correction due à la sphère de palpage

a) Problème

Le principe du mesurage tridimensionnel d'un objet est fondé sur le palpage point par point des
surfaces qui le composent (§ 3.3).
Ce relevé est effectué par un palpeur qui a été considéré jusqu'à présent comme ponctuel. C'est ainsi
qu'un point Ci mémorisé lors du palpage d'une surface représentait en même temps :

- la situation du palpeur
- la situation d'un point de la surface réelle palpée.

En fait le palpeur n'est jamais ponctuel mais en général constitué d'une sphère de centre C et de
rayon r.

Lorsqu la sphère de palpage entre en contact avec la surface réelle au point Mi (point palpé), le
centre de la sphère est en Ci et ce sont les coordonnées Xi, Yi, Zi de Ci qui sont mémorisées dans le
calculateur.
Ensuite, l'identification de l'élément géométrique est effectuée à partir de la connaissance des points
Ci dans le repère de mesure ℜm (O  X, Y, Z ).

Après cette phase d'identification, il est donc nécessaire de définir la transformation géométrique qui
permettra de passer du modèle associé au nuage des points Ci (positions du centre de la sphère associé
au nuage des points Mi (points palpés et appartenant à la surface réelle).

METROLOGIE TRIDIMENSIONNELLE IUT – MCQ Page 19


- Correction nécessaire pour un plan (ou pour une droite)

• On connaît l'ensemble des points Ci (centre de la sphère de palpage).

• On calcule le plan optimisé associé à l'ensemble { Ci }.


Celui-ci est caractérisé par deux paramètres de situation :

- un point A*
- un vecteur normal n * (dirigé vers l'extérieur matière)

METROLOGIE TRIDIMENSIONNELLE IUT – MCQ Page 20


• Le plan optimisé associé à l'ensemble des points Mi (points palpés sur la surface réelle) sera obtenu
par translation de -r n * du plan associé à { Ci }.
Il sera caractérisé par deux paramètres de situation :

- un point A tel que : OA = OA * − r n *


- un vecteur normal n = n *

• De même, à tout point Ci mémorisé lors du palpage, on fera correspondre un point Mi de la surface
réelle par :
OM i = OC i − r n *

b) Correction nécessaire pour un cercle

• On connaît l'ensemble des points Ci (centre de la sphère de palpage).

• On calcule le cercle optimisé associé à l'ensemble { Ci }.


Celui-ci est caractérisé par un paramètre intrinsèque :
- son rayon R*
et deux paramètres de situation :
- son centre C*
- le vecteur normal n * au plan qui contient le cercle.

• Le cercle optimisé associé à l'ensemble des points Mi (points palpés sur la surface réelle) sera
concentrique au cercle associé à { Ci }.
Il sera caractérisé par un paramètre intrinsèque :
- son rayon R = R* - r dans le cas d'un arbre
ou R= R* + r dans le cas d'un alésage
et deux paramètres de situation :
- son centre C = C*
- le vecteur n = n * normal au plan qui contient le cercle

METROLOGIE TRIDIMENSIONNELLE IUT – MCQ Page 21


• De même, à tout point Ci mémorisé lors du palpage, on fera correspondre un point Mi de la surface
réelle par :
OM i = OC i − r n i dans le cas d'un arbre
ou OM i = OC i + r n i dans le cas d'un alésage.
n i étant le vecteur normal au cercle optimisé, passant par Ci et dirigé du centre vers le cercle.

c) Correction nécessaire pour une sphère

• On connaît l'ensemble des points Ci (centre de la sphère de palpage).

• On calcule la sphère optimisée associée à l'ensemble { Ci }.


Celui-ci est caractérisé par un paramètre intrinsèque :
- son rayon R*
et un paramètre de situation :
- son centre C*

• La sphère optimisée associée à l'ensemble des points Mi (points palpés sur la surface réelle) sera
concentrique à la sphère associée à { Ci }.
Il sera caractérisé par un paramètre intrinsèque :
- son rayon R = R* - r dans le cas d'une sphère pleine
ou R = R* + r dans le cas d'une sphère creuse
et un paramètre de situation :
- son centre C = C*

• De même, à tout point Ci mémorisé lors du palpage, on fera correspondre un point Mi de la surface
réelle par :
OM i = OC i − r n i dans le cas d'une sphère pleine
ou OM i = OC i + r n i dans le cas d'une sphère creuse
n i étant le vecteur normal au cercle optimisé, passant par Ci et dirigé du centre vers la surface.

METROLOGIE TRIDIMENSIONNELLE IUT – MCQ Page 22


d) Correction nécessaire pour un cylindre

• On connaît l'ensemble des points Ci (centre de la sphère de palpage).

• On calcule le cylindre optimisé associé à l'ensemble { Ci }.


Celui-ci est caractérisé par un paramètre intrinsèque :
- son rayon R*
et deux paramètres de situation :
- un point A* de son axe
- le vecteur unitaire U * porté par son axe.

• Le cylindre optimisé associé à l'ensemble des points Mi (points palpés sur la surface réelle) sera
coaxial au cylindre associé à { Ci }.
Il sera caractérisé par un paramètre intrinsèque :
- son rayon R = R* - r dans le cas d'un arbre
ou R = R* + r dans le cas d'un alésage
et deux paramètres de situation :
- un point A de son axe : A = A*
- le vecteur unitaire U porté par son axe : U = U *

• De même, à tout point Ci mémorisé lors du palpage, on fera correspondre un point Mi de la surface
réelle par :
OM i = OC i − r n i dans le cas d'un arbre
ou OM i = OC i + r n i dans le cas d'un alésage
n i étant le vecteur normal au cylindre optimisé, passant par Ci et dirigé de l'axe du cylindre vers la
surface.

METROLOGIE TRIDIMENSIONNELLE IUT – MCQ Page 23


e) Correction nécessaire pour un cône

• On connaît l'ensemble des points Ci (centre de la sphère de palpage).

• On calcule le cône optimisé associé à l'ensemble { Ci }.


Celui-ci est caractérisé par un paramètre intrinsèque :
- son angle au sommet α*
et deux paramètres de situation :
- son sommet S*
- le vecteur unitaire U * porté par son axe.

• Le cône optimisé associé à l'ensemble des points Mi (points palpés sur la surface réelle) sera coaxial
au cône associé à { Ci }.
Il sera caractérisé par un paramètre intrinsèque :
- son angle au sommet α = α*
et deux paramètres de situation :
r
- son sommet S : OS = OS* + u* pour un cône mâle
sin α
2
r
OS = OS* − u* pour un cône femelle.
sin α
2
- le vecteur unitaire U = U * porté par son axe

• De même, à tout point Ci mémorisé lors du palpage, on fera correspondre un point Mi de la surface
réelle par :
OM i = OC i − r n i dans le cas d'un cône mâle
ou OM i = OC i + r n i dans le cas d'un cône femelle
n i étant le vecteur normal au cône optimisé, passant par Ci et dirigé de l'axe du cône vers la surface.

METROLOGIE TRIDIMENSIONNELLE IUT – MCQ Page 24


5.4 Connaissance des machines à mesurer tridimensionnelles

Croquis général

5.4.1 Rappel

Cette étape consiste en le palpage par points des lignes et des surfaces sur la pièce.
Au cours de cette étape, il sera procédé :
- au choix de la situation de la pièce dans l'espace de mesure
- au choix des palpeurs et de leur orientation
- à l'étalonnage de chaque palpeur
- à l'utilisation de la MMT pou le palpage des surfaces réelles de la pièce afin d'obtenir un
ensemble de coordonnées de points de mesure. Cet ensemble de coordonnées sera ensuite traité
par le logiciel de calcul.
La recherche de résultats cohérents et significatifs ainsi que d'une précision acceptable sur les résultats
demande une connaissance des moyens mis en œuvre.

5.4.2 Justification de la machine à mesurer tridimensionnelle

L'introduction récente d'outils mathématiques rigoureux dans la technique des mesures sur les pièces a
fait apparaître la nécessité impérieuse de disposer d'un nouveau moyen métrologique : la machine de
mesure à trois coordonnées (ou machine à mesurer tridimensionnelle).
La géométrie vectorielle, l'image précise des surfaces étudiées sur les pièces, la mise en place des
surfaces géométriques idéales, demandent en effet la connaissance de la position de points attachés aux
surfaces étudiées.
Cette position est fournie par les coordonnées (X, Y, Z) des points liés au palpage des surfaces.
La machine "MMT" permet de prélever ces coordonnées dans un repère unique de type orthonormé et
donc de confectionner la base de données nécessaire au traitement mathématique ultérieur.

METROLOGIE TRIDIMENSIONNELLE IUT – MCQ Page 25


5.4.3 Principes mis en œuvre sur une MMT

La machine à mesurer tridimensionnelle se présente sous la forme d'un banc rigide, généralement en
granit, servant à supporter la pièce à mesurer. Selon l'architecture de la machine, n bras en porte à faux ou
un portique surmonte le bâti et porte une tête de mesure. Avec le concours de déplacements appropriés, le
"palpeur" capte les données de mesure (coordonnées X, Y, Z des points).

Croquis type d'une partie opérative

Ces données sont visualisées puis traitées par un système informatique de calcul associé.
Le calculateur édite alors les résultats métrologiques et peut aussi gérer les déplacements des axes
motorisés de la machine si celle-ci est équipée d'une commande numérique.

Croquis de la partie commande

METROLOGIE TRIDIMENSIONNELLE IUT – MCQ Page 26


5.4.4 Modélisation des machines

Le schéma de base de la plupart des machines à mesurer fait apparaître trois liaisons de type "glissière".
Leurs mobilités, nominalement orthogonales, définissent la direction des axes XM, YM, ZM, du repère ℜM
de mesure.

L 10 : Liaison glissière d'axe X entre bâti O et portique 1

L 21 : Liaison glissière d'axe Y entre portique 1 et chariot 2

L 32 : Liaison glissière d'axe Z entre chariot 1 et colonne 2

Dans le cas présenté ci-dessus, les trois liaisons glissières sont montées en série.
A l'extrémité du mobile 3 est installée la tête de lecture et son palpeur.
Les machines à mesurer doivent remplir quatre fonctions principales :

• première fonction : guidage et sustentation


• deuxième fonction : entraînement et motorisation
• troisième fonction : mesurage du déplacement des mobiles
• quatrième fonction : palpage.

METROLOGIE TRIDIMENSIONNELLE IUT – MCQ Page 27


5.4.5 Technologies utilisées

a) Guidage et sustentation

La grande majorité des machines à mesurer sont équipée de patins aérostatiques pour assurer les
fonctions guidage et sustentation.
La technologie de ces patins est propre à chaque constructeur mais le principe de base est constant :
ils comportent en général un ou plusieurs gicleurs d'air permettant une détente dans une chambre
profilée ménagée entre élément mobile et élément fixe. Les dimensions sont fonction des charges et
raideurs souhaitées. Le film d'air varie généralement de 5 à 15 µm.

Schématisation d'un guidage aérostatique

Cette technique présente des avantages certains liés à l'absence de contact mécanique :
• faibles efforts de déplacement
• amortissement des vibrations
• absence d'usure des chemins de guidage.

Mais il faut utiliser un air propre et sec et la raideur des patins limite la capacité de la machine.

Une autre technologie reste employée pour les machines de grande capacité et les machines simples à
usage essentiellement didactique : il s'agit du guidage purement mécanique à jeu réduit voire nul
(système précontraint) constitué par des patins à rouleaux ou des douilles à billes avec dispositif de
recyclage.

Schématisation d'un guidage mécanique

METROLOGIE TRIDIMENSIONNELLE IUT – MCQ Page 28


Quelle que soit la solution technologique employée, la qualité du guidage dépend de la qualité
matérielle des éléments (pistes, glissières, éléments roulants, …) et de la géométrie des liaisons
(rectitude, position angulaire).

b) Réalisation des mouvements

Le déplacement des différents éléments mobiles de la machine suivant les axes peut être réalisé de
différentes façons :
• par commande manuelle : l'opérateur exerce des poussées suivant les directions de déplacement
des mobiles (machines simples de capacité réduite).
• par commande motorisée : un moteur électrique, généralement servomoteur à courant continu,
actionne chacun des axes par divers dispositifs mécaniques :

 système vis- écrou (éventuellement à billes), solution pratiquement abandonnée.


 système à courroie caoutchouc, métallique ou composite, lisse ou crantée, entraînée par
poulie.
 système à friction d'une roue creuse lisse sur un axe cylindrique, pour les machines de
petite capacité. Les déplacements peuvent être rapides et très précis. Ce système joue aussi
le rôle de limiteur de couple.
 système pignon- crémaillère avec dispositif de rattrapage des jeux pour les machines de
grande capacité.

Cette commande motorisée peut être réalisée directement par l'opérateur (mesurage en unitaire) ou
par pilotage automatique à partir d'un directeur de commande. Un cycle de palpage mémorisé permet
alors de traiter les contrôles répétitifs sans intervention de l'opérateur (machine CNC).

c) Mesurage des déplacements

Le système de lecture le plus couramment utilisé est du type "optoélectronique". Il s'agit d'un
"capteur incrémental linéaire" composé d'une règle - en verre ou en acier - gravée par photogravure afin
de présenter une succession de traits parallèles sombres et clairs et d'un système de détection comportant
quatre photodiodes. Les signaux fournis dont on analyse le déphasage et l'amplitude permettent
d'atteindre une résolution à 2 µm (traits graves distants de 0,04 mm) ou même de 0,1 à 0,2 µm (traits
graves distants de 0,01 mm).

Mesure digitale incrémentale

METROLOGIE TRIDIMENSIONNELLE IUT – MCQ Page 29


Ces caractéristiques peuvent encore être améliorées par création de franges de moiré (détecteur
incliné).

d) Maîtrise des évolutions et des positionnements de la machine

Dans le cas de machines manuelles, c'est l'habileté de l'opérateur, aidé par une conception
ergonomique judicieuse de la machine, qui permet d'enchaîner les évolutions de la manière la plus
efficace (choix du parcours, de la vitesse de déplacement, de la direction et de la rapidité des accostages
de la tête de lecture sur la pièce).
Dans le cas des machines motorisées et pilotées par commande numérique, un système
d'asservissement - en position et en vitesse - permet de gérer les évolutions de chacun des axes. Ce
dispositif est analogue à celui équipant les machines- outil à CNC ou les robots industriels.
L'intérêt de ce système est de pouvoir parcourir une course importante en régulation de vitesse avec
accélération et décélération constantes, puis, après un court palier de vitesse lente, de finir la course en
positionnement précis.

Diagramme des vitesses

vitesse

vitesse lente
t

asservissement asservissement
de vitesse de positon

Le calculateur sort des points de consigne acquis au cours de l'apprentissage de la trajectoire (points
de palpage ou points d'évitement). Ces points de consigne, de coordonnées X, Y, Z, suivant chacun des
axes de la machine, sont reproduits par trois boucles d'asservissement (une par axe).

Le schéma fonctionnel d'un axe peut être du type :

Schéma fonctionnel d'asservissement d'un des axes

Xc + ε Vc +
V 1 X
p
− −

Calculateur

METROLOGIE TRIDIMENSIONNELLE IUT – MCQ Page 30


e) Dispositifs de palpage des surfaces de la pièce

Ces dispositifs assurent l'interface entre machine à mesurer et pièce à vérifier.


L'accostage de la tête de lecture sur la pièce peut être réalisé avec l'un des deux dispositifs suivants :

Tête de palpage dynamique

Dans cette tête de palpage, un dispositif mécanique provoque l'interruption d'un circuit électrique
lors de la mise en contact palpeur – pièce. Cette rupture déclenche l'acquisition des informations de
position des axes de mesure. Avec un léger retard, ce système déclenche aussi l'immobilisation des
chariots dans le cas des machines motorisées à pilotage manuel.
Un des solutions techniques permettant de réaliser la fonction décrite ci-dessus consiste à
construire le palpeur autour d'un mobile appliqué sur un ensemble de six appuis réalisant une mise en
position du type "trois vés courts".

Principe du palpeur

Un circuit électrique à faible puissance est établi à travers les six points de contact montés
électriquement en série.
L'établissement d'un septième point d'appui (point de contact palpeur / pièce) sur le mobile rend la
liaison mobile – tête de lecture hyperstatique et provoque la coupure du circuit électrique.
Le gros avantage de ces têtes de palpage dynamique est de pouvoir encaisser sans détérioration de
grandes amplitudes de déformation en cas de collision avec la pièce.
Ces têtes de palpage ne peuvent toutefois réaliser que des mesures point à point.
L'effort de mesurage (0,1 à 0,4 N) est réglable par action mécanique sur le ressort de rappel.

METROLOGIE TRIDIMENSIONNELLE IUT – MCQ Page 31


Tête de palpage dynamique

Tête de palpage statique

Utilisées sur machine à mesurer pilotées par commande numérique, ces têtes sont équipées d'un
élément mobile dont on mesure les déplacements par rapport à une référence solidaire du système de
palpage lui-même.
Ce dispositif statique constitue, en fait, une micro machine à mesurer. Il est réalisé à partir d'un
système mécanique à lames élastiques équipées de capteurs inductifs. Ces capteurs fournissent des
informations de position de l'élément mobile suivant les trois axes.

METROLOGIE TRIDIMENSIONNELLE IUT – MCQ Page 32


Tête de palpage statique

Deux grands principes de têtes statiques se partagent le marché :

Principe C.ZEISS.

La tête est asservie en position. Au contact de la pièce, le système mécanique se déforme et


délivre des informations de position du palpeur qui sont exploitées par un asservissement de
commande des axes de la machine jusqu'à annulation de la déformation du dispositif de palpage.
La répétabilité atteint 0,1 µm.

METROLOGIE TRIDIMENSIONNELLE IUT – MCQ Page 33


Principe LEITZ.

Cette tête est "mesurante" avec une résolution meilleure que 0,1 µm.
Le contact palpeur / pièce permet d'actionner les axes de la machine par des asservissements afin
de limiter à des valeurs fixées les déformations du palpeur.
Les positionnements machine sont alors ajoutés algébriquement aux déformations du palpeur.
Les têtes utilisant ce principe sont délicates et lentes mais les résultats précis. Elles permettent, en
outre, de pratiquer des mesures de profil en continu.
L'effort de mesurage est, cette fois, réglage électroniquement.

Choix des palpeurs

La tête de palpage doit être équipée de palpeurs adaptés au programme de vérification envisagé.
L'orientation et la forme du palpeur doivent être, en effet, choisies en fonction des formes et
volumes de la pièce à vérifier.
Le document figurant ci-après donne un éventail des possibilités d'équipement en palpeurs.

METROLOGIE TRIDIMENSIONNELLE IUT – MCQ Page 34


METROLOGIE TRIDIMENSIONNELLE IUT – MCQ Page 35
5.4.6 Architecture et domaines d'utilisation des machines

A partir du concept général des machines à mesurer, les constructeurs de matériel de métrologie ont
élaboré diverses familles adaptées à un domaine d'utilisation donné.

Famille 1 : Machine type "col de cygne"

Capacité habituelle (courses en mm.)

X = 500
Y = 200
Z = 300

Points forts Points faibles


• Structure homogène • Courses faibles
• Bonne rigidité • Charges limitées
• Encombrement réduit • Soins particuliers à apporter à
• Stabilité l'entraînement, au guidage, à la sustentation
et à l'asservissement de l'axe X.
Domaine d'utilisation
• Petite machine didactique (TESA) ou machine de laboratoire de métrologie.

Famille 2 : Machine type portique mobile

Capacité habituelle (courses en mm.)

X = 500 à 2 500
Y = 400 à 2 000
Z = 400 à 1 500

Points forts Points faibles


• Courses élevées • Structure hétérogène
• Charge importante • Entraînement dissymétrique suivant l'axe
• Accès aisé à la pièce X (sur machines motorisées)
Domaine d'utilisation
• Machine universelle (laboratoire et atelier)
• Secteurs de la mécanique lourde

METROLOGIE TRIDIMENSIONNELLE IUT – MCQ Page 36


Famille 3 : Machine type portique fixe

Capacité habituelle (courses en mm.)

X = 500 à 2 500
Y = 400 à 1 000
Z = 400 à 1 000

Points forts Points faibles


• Courses élevées • Structure hétérogène
• grande stabilité • Charge relativement limitée
• Accès aisé à la pièce • Entraînement, guidage, sustentation et
asservissement délicat de l'axe X

Domaine d'utilisation
• Machine universelle (laboratoire et atelier)
• Secteurs de la mécanique

Famille 4 : Machine type pont

Capacité habituelle (courses en mm.)

X = 16 000
Y =6 300
Z = 4 100

Points forts Points faibles


• Courses très élevées • Structure hétérogène
• Charges très importantes • Instabilité du support
• Accès aisé à la pièce
• Motorisation regroupée sur le pont
Domaine d'utilisation
• Machine d'atelier
• Secteurs de l'aéronautique et de la carrosserie

METROLOGIE TRIDIMENSIONNELLE IUT – MCQ Page 37


Famille 5 : Machine type à bras horizontal

Capacité habituelle (courses en mm.)

X = 800 à 10 000
Y =1 500
Z = 2 500

Points forts Points faibles


• Structure machine simple et compacte • Mouvement angulaire du chariot et
• Accès très facile à la pièce flexion du bras
• Manutention aisée • Accès à toutes les faces nécessitant des
reprises
Domaine d'utilisation
• Machine simple d'atelier
• Secteurs de la mécanique (carters) ou de la carrosserie

Famille 6 : Machine à coordonnées cylindriques

Capacité habituelle (courses en mm.)

Adaptées à la gamme de produits à


mesurer

Points forts Points faibles


• Mesures angulaires • Géométrie machine délicate et
• Bonne adaptation aux pièces de perturbée par la flexion du bras
révolution (accès facile)
Domaine d'utilisation
• Machine spécialisée pour les pièces de machines tournantes et l'aéronautique

METROLOGIE TRIDIMENSIONNELLE IUT – MCQ Page 38


5.4.7 Systèmes de coordonnées et étalonnage des palpeurs

On peut identifier sur une machine à mesurer un système de coordonnées définis par les axes de
déplacement de la machine auquel on associe un repère de mesures permettant de prendre en compte les
changements de repères dus à la diversité des palpeurs utilisés.

- Repère machine. Les trois directions sont définies par les directions générales des trois guidages.
L'origine du système d'axes est définie par les trois origines fixée par construction sur chacune des
trois règles de mesure. C'est dans ce repère machine que sont exprimées les valeurs Xc, Yc, Zc des
trois compteurs mesurant les déplacements relatifs des trois détecteurs devant leurs règles graduées.
- Repère de mesure. La grande diversité morphologique des pièces à mesurer et l'accessibilité des
surfaces à palper, nécessitent l'utilisation successive de nombreux palpeurs aux dimensions et aux
orientations différentes. Chaque palpeur est ne général de forme sphérique et le point de contact
palpeur/pièce peut être un point quelconque de la sphère du palpeur. Le point de contact palpeur/pièce
étant inconnu au moment de la mesure d'un point, on lui substitue le relevé de trois informations : les
coordonnées du centre ultérieurement le point de contact palpeur / pièce. Les coordonnées du centre de
chacune des différentes sphères de palpage sont exprimées dans un même repère par une opération
d'étalonnage. Pour cela on fait coïncider par le calcul, le centre de la sphère du palpeur avec le centre
O d'une sphère de référence fixée sur le marbre de la machine. Le système de référence de mesure a
donc ses trois axes parallèles aux axes de déplacement de la machine (sauf pour les machines
particulières de type cylindro- polaire que nous n'étudions pas ici), et son origine confondue avec le
centre O de la sphère de référence.

La procédure d'étalonnage du centre d'un palpeur consiste à faire mesurer par le palpeur, n points sur
une sphère de référence, puis, par calcul à identifier dans le repère machine, les trois coordonnées Uj,
Vj, Wj du centre de la sphère de référence. A chaque palpeur j on associe ainsi les trois constantes Uj,
Vj, Wj. Les coordonnées Xs, Ys, et Zs du centre ωj de la sphère d'un palpeur, appelé également point
saisi, seront exprimées dans le repère de mesure, par les trois relations :

Xs = Xc – Uj Ys = Yc – Vj Zs = Zc – Wj

où Xc, Yc et Zc sont des coordonnées données par les compteurs des trois règles de la machine à
mesurer.
On peut définir par un schéma le rôle de chacun des éléments constituant la chaîne d'acquisition :
palpeur, règle de mesure, coffret électronique et calculateur.

METROLOGIE TRIDIMENSIONNELLE IUT – MCQ Page 39


Schéma du rôle des éléments d'une chaîne d'acquisition

METROLOGIE TRIDIMENSIONNELLE IUT – MCQ Page 40


5.4.8 Chaîne d'acquisition

palpeur

détecteur

règle 1
0
détecteur

règle 2
0 détecteur

règle 3
0
Comptage Xc Yc Zc
Coffret Zéro règle Off set Off set Off set
électronique sens du déplacement signe signe signe
(-1 ; 0 ; +1)
impulsion électronique

Etalonnage palpeur j
(mesure d'une sphère de référence
Calcul des constantes Uj, Vj, Wj

Xs = Xc – Uj et signe
Ordinateur Points saisis Ys = Yc – Vj et signe
Zs = Zc – Wj et signe

Calcul des points mesurés


Points mesurés
(points de contact
palpeur / surfaces)

Métrologie- Contrôle Traitement des points mesurés

Remarque :
Il faut rappeler que la machine à mesurer ne connaît que la position du centre de la sphère de palpage.
Elle fournit les coordonnées de ce point au moment de l'interruption, mais elle est incapable à elle
seule de donner les coordonnées du point de contact sphère / pièce.

METROLOGIE TRIDIMENSIONNELLE IUT – MCQ Page 41


METROLOGIE TRIDIMENSIONNELLE
Vitesse
Modèles Courses (mm) ± µm)
Précision (± Charge maxi
Constructeurs Système de Résolution Répétabilité déplacement
sur le marbre
(pays) mesure (µm) ± µm)
(± automatique
X (kg)
Nbre Type X Y Z Y Z (mm/mm)
L en mm

Col de cygne
500 200 300 Photoélectrique 1,2 + L/400
CARL ZEISS Potence
22 à à à (Zeiss / à idem idem 0,2 à 0,5 0,15 à 0,5 150 à 2700 0 à 18000
(Allemagne Bras H.V 6000 24000 2400 Photocosin 8 + 1,4 L/400
Colonne

Portique 665 310 310 4 + 4 L/1000


DEA Règle optique
65 Bras V à à à à idem idem 1à2 2,5 à 10 380 à 18000 2 à 30000
(Italie) 16000 6350 4070 (Heindenhain)
Robot 12 + 20 L/1000

Les principaux fabricants de MMT


200 150 150 1 + 4 L/1000
JOHANSSEN Opto- électronique
28 à à à à idem 1 1 à 1,5 25 à 2000 0 à 15000
(Suède) 1200 1140 1140 par diffraction
4 + 3 L/1000
Robot 400 300 200 0,5 + L/600 0,03
LEITZ à Photoélectrique
8 Bras H.V à à à idem idem 0,02 à 0,1 0,3 à 0,5 30 à 2000 à
(Allemagne) 4500 3800 2500 (Leitz)
Portique 2,5 + L/2500 12000

1200 1200 1200 Photoélectrique 3 + L/600


MAUSER
5 à à à (Zeiss / à idem idem 1 0,3 1000 à 4000 0,06 à 4200
(Allemagne) 12000 3500 2000 Photocosin 8 + 1,5 L/1000

METROLOGIC 300 300 200


Règle optique
IUT – MCQ

INSTRUMENTS 10 à à à 3 à 11 3à8 2à8 1 1,5 à 3 80 à 500 0 à 12000


1500 900 800 (Heindenhain
(France)

Colonne 325 300 250 0,8 + 2,5 L/100


MITUTOYO
62 Portique à à à Opto- électronique à idem idem 0,1 à 1 0,5 à 2 80 à 3000 2 à 30000
(Japon) 2000 5000 1200
Bras H.V 20 + 30 L/1000

REALMECA Règle optique


1 200 200 150 5 5 5 1 5 50 manuelle
(France) (Heindenhain

Colonne 350 150 145 0,5 + L/1200


SIP
Page 42

6 Bras H.V à à à Règle numérique à idem idem 0,1 0,2 à 0,3 50 à 1500 0,6 à 6000
(Suisse) 1500 1000 770
Portique 1,2 + L/700

Portique G 356 300 300 6


TESA
9 Bras à à à Photoélectrique à idem idem 0,5 à 1 4à5 68 à 2272 0 à 30000
(Suisse) 12000 2000 1100
Colonne 6,3 + 3,9 L/100
Les équipements de palpage

Equipement d'une tête de palpage

Elle est constituée de trois sous-ensembles :

- le ou les capteurs avec leurs accessoires,


- la tête porte-capteurs
- le ou les stylets avec leurs accessoires.

• Les capteurs :

On distingue trois types :

- statique,
- dynamique,
- à balayage (scanning) avec ou sans contact.

• Les têtes porte-capteurs :

Elles présentent deux fonctions ; elles servent à


monter les capteurs sur la douille de la machine et,
dans la plupart des cas, à orienter manuellement ou
automatiquement l'ensemble capteur / stylet pour les
besoins du palpage.
Les têtes porte-capteurs contiennent les connexions du
capteur à l'interface.
De plus elle possède un témoin lumineux (LED)
indiquant l'état du capteur.

On distingue trois types de tête porte-capteurs :

- tête fixe (grande souplesse d'utilisation à moindre


coût),
- tête manuelle (orientation manuelle suivant des axes
horizontaux et verticaux),
- tête motorisée (permettant une inspection complète,
rapide, et répétable de la pièce par orientation du
capteur sous tous les angles garantissant le contact
avec la touche du stylet et non avec la tige du stylet).

Pour une bonne compatibilité entre la tête porte-


capteur motorisée et l'électronique de la MMT, il est
nécessaire d'utiliser une interface appelée "contrôleur
de tête de capteur".

METROLOGIE TRIDIMENSIONNELLE IUT – MCQ Page 43


• Les stylets

Monté directement sur le capteur, le stylet est l'élément du système de mesure qui entre en contact avec
la pièce, déclenchant ainsi l'émission d'un signal. Le type et la taille du stylet sont imposés par la
surface à inspecter. Quoi qu'il en soit, une rigidité et une grande qualité de la sphère du stylet sont
déterminantes.

On peut définir quatre catégories de stylets :


à bille en rubis en étoile à disque spécial

Quelques conseils d'utilisation des stylets :


♥ choix du diamètre de la bille
Les critères de choix sont les suivants :
- l'accessibilité : elle dépend de la géométrie de la pièce, c'est une contrainte plus qu'un critère,
- l'état de surface : la surface réelle d'une pièce usinée est la superposition de stries plus ou moins
régulières et de traces d'arrachement du copeau ; Lorsque la surface est irrégulière, on aura intérêt à
choisir un grand diamètre de bille pour "filtrer" l'effet de la rugosité et obtenir une bonne évaluation
de la position de l'élément mesuré.
♦ choix du stylet
C'est d'abord la morphologie de la pièce qui guide l'utilisateur. Néanmoins, pour limiter les flexions du
stylet lors du contact, on choisira le stylet le plus court possible et de diamètre maximum compatible
avec l'accès à toutes surfaces à mesurer. En terme de précision, il vaut mieux multiplier le nombre de
billes que d'utiliser des stylets de très grandes longueurs.

Exemple de rack de stockage :

METROLOGIE TRIDIMENSIONNELLE IUT – MCQ Page 44


Les ensembles de palpage à commande manuelle

Remarque : il existe des ensembles de palpage à commande motorisée.

METROLOGIE TRIDIMENSIONNELLE IUT – MCQ Page 45


Stylets à billes en rubis

∅ 0,3 mm ∅ 0,5 mm ∅ 0,7 mm ∅ 1,0 mm ∅ 1,5 mm ∅ 2,0 mm ∅ 2,5 mm ∅ 3,0 mm ∅ 4,0 mm


PS29R PS10R PS31R PS9R PS24R PS8R PS26R PS1R PS12R

∅ 5,0 mm ∅ 6,0 mm ∅ 8,0 mm ∅ 1,0 mm ∅ 2,0 mm ∅ 2,5 mm ∅ 3,0 mm ∅ 4,0 mm


PS13R PS14R PS15R PS23R PS2R PS273R PS16R PS17R

∅ de bille Type LET ∅ de tige Matériau de tige Poids


0,3 mm PS29R 2,0 mm 0,21 mm TC 0,3 g
0,5 mm PS10R 3,0 mm 0,34 mm TC 0,3 g
0,7 mm PS31R 4,0 mm 0,50 mm TC 0,3 g
1,0 mm PS9 4,5 mm 0,70 mm SS 0,3 g
1,5 mm PS24R 4,5 mm 0,70 mm SS 0,3 g
2,0 mm PS8R 6,0 mm 1,00 mm SS 0,3 g
2,5 mm PS26R 6,0 mm 1,00 mm SS 0,3 g
3,0 mm PS1R 7,5 mm 1,50 mm SS 0,4 g
4,0 mm PS12R 10,0 mm 1,50 mm SS 0,4 g 1. Filetage M2 × 0,4
5,0 mm PS13R 10,0 mm 2,50 mm SS 0,7 g 2. Face de l'attachement - plate et propre
6,0 mm PS14R 10,0 mm 2,50 mm SS 0,9 g 3. Logement de la clef ∅ 1,25 mm
8,0 mm PS15R 10,0 mm 2,50 mm SS 1,5 g 4. Tige en acier inoxydable
1,0 mm PS23R 7,0 mm 0,67 mm TC 0,6 g 5. Bille en rubis percée et fixée à la tige
2,0 mm PS2R 14,0 mm 1,40 mm SS 0,4 g
2,5 mm PS27R 14,0 mm 1,40 mm SS 0,4 g SS – Acier inoxydable
3,0 mm PS16R 17,5 mm 1,50 mm SS 0,5 g TC – Carbure de tungstène
4,0 mm PS17R 20,0 mm 1,50 mm SS 0,6 g
Stylets en étoile

PS28R PS6R PS7R


Stylets à disque

PS3R PS33R PS34R PS22R

METROLOGIE TRIDIMENSIONNELLE IUT – MCQ Page 46


Stylets spéciaux
Cylindre Stylet pointu Sphère creuse en céramique

PS18R PS19R PS35R PS20R PS36R PS21R


Accessoires
Extensions Articulation de stylet Centre de stylet à 5 branches

Outils de stylets
S3 Clef hexagonale 1,5 mm
S6 Clef hexagonale 2,0 mm S7 Outil pour palpeur

METROLOGIE TRIDIMENSIONNELLE IUT – MCQ Page 47


5.5 Techniques de mesurage sur les machines à mesurer tridimensionnelles (MMT)

5.5.1 Choix de la position de la pièce dans l’espace de mesure

Théoriquement, la pièce peut occuper une position quelconque dans l’espace de mesure. Aucun
balançage physique de celle ci n’est nécessaire.

Cependant, pour des raisons techniques et pratiques il y a lieu de respecter certaines règles.

Règles

• Placer la pièce sur le marbre de façon à avoir accès à un maximum de surfaces (toutes si possible).
En ce sens, il est utile de repérer les surfaces non cotées qui ne sont donc pas à palper, car il y a
possibilité de placer les appuis sur celles-ci.

• La pièce doit rester stable au cours de la mesure. Il existe plusieurs façons de maintenir la pièce en
position.

Positionnements

Par le propre poids de la pièce :


Quand la pièce est suffisamment massique, son seul poids suffit pour la maintenir en position.

Par bridage :
Dans ce cas, il faut faire très attention à ne pas déformer la pièce sous les efforts des différentes brides.
Pour vérifier ceci, on peut par exemple contrôler les dimensions qui peuvent paraître sensibles pièce
bridée et non bridée. Les valeurs relevées doivent êtres identiques au défaut de répétabilité de la
machine près.

Maintien par de la pâte à modeler :


Il peut dans ce cas apparaître du fluage au niveau de la pâte à modeler ce qui entraîne une variation de
position au cours du temps. Pour vérifier l’absence de ce phénomène, on peut par exemple palper un
cercle de la pièce au début de la gamme puis palper à nouveau celui-ci à la fin de la gamme, les deux
positions observées doivent êtres identiques au défaut de répétabilité de la MMT près.

Maintien par collage (colle ou scotch double face) :


Idem au précédent.

Si la pièce est orthomorphe, placer ses axes grossièrement parallèles aux axes de la MMT. D’une part
les éléments sont plus faciles à palper, d’autre part on s’affranchit des défauts de perpendicularité des axes
de machine.

METROLOGIE TRIDIMENSIONNELLE IUT – MCQ Page 48


Explication
Vue de dessus

position 2
position 1
y
y
x
Plan 1 Plan 2

Pour le cas de la position 1, on doit gérer pour palper des points du plan 1 deux axes avec les positions,
alors que dans le cas n°2, on ne doit gérer qu’un seul axe.

Si certaines cotes sont très précises, orienter la pièce de façon à avoir ces cotes dans la direction des
axes de la machine et la pièce la plus proche des règles de mesure (Principe d’Abbe)

Principe d’ABBE : la longueur mesurée doit être alignée avec la règle de mesure.

Exemple :
PAC

règle
Principe
Longueur respecté
mesurée

Pied de profondeur
Règle de mesure
Longueur mesurée

Principe
respecté

Si la vérification des spécifications ne peut se faire en une seule position pièce, choisir des orientations
qui permettent de vérifier des ensembles indépendants de spécification.

METROLOGIE TRIDIMENSIONNELLE IUT – MCQ Page 49


5.5.2 Choix de l’ensemble de la touche de palpage.

a) Constitution de la touche

Une touche est constituée d’un stylet et d’une sphère en rubis (en général) fixée à une extrémité
caractérisée géométriquement par sa longueur et le diamètre de son rubis.

b) Choix du diamètre du rubis

Il doit être suffisamment petit pour accéder à toutes les surfaces intéressantes de la pièce.

Cas de morphologies contrariantes

Alésage de faible
diamètre

gorges dans un arbre

METROLOGIE TRIDIMENSIONNELLE IUT – MCQ Page 50


Cependant, ce diamètre ne doit pas être trop faible. En effet, une surface est géométriquement constituée
de deux catégories de défauts : macrogéométrique et microgéométrique

Les défauts que l’on cherche à quantifier sur une MMT sont les défauts dimensionnels et les défauts de
formes.

Il faut donc faire abstraction des défauts microgéométriques, ce qui est le cas si le diamètre du rubis est
suffisant.

Plage de diamètre habituellement utilisée : 3 à 6 mm.

c) Choix de la longueur de la touche de palpage

Elle doit être suffisamment grande pour accéder à toutes les surfaces intéressantes de la pièce.

Elle doit être la plus courte possible compte tenu de la géométrie des surfaces à palper (flexion du
stylet).

METROLOGIE TRIDIMENSIONNELLE IUT – MCQ Page 51


Cas de morphologies contraignantes

Alésages profonds :

Gène extérieur :

Cependant, cette longueur ne doit pas être trop importante ; en effet il y a risque de déclenchement
intempestif de la tête lors d’une accélération de celle-ci.

d) Tarage de la touche de palpage (dans le cas d’une tête de palpage dynamique)

A chaque modification de la longueur de la touche de palpage, il y a lieu de «retarer» la tête


dynamique afin que l’effort à exercer sur le rubis pour déclencher la tête de mesure reste dans une
certaine plage (Remishaw 0,08 N à 0,12 N pour une tête de type TP2).

Explication : Constitution de la tête

METROLOGIE TRIDIMENSIONNELLE IUT – MCQ Page 52


Si on augmente la longueur l du stylet, il faut augmenter la précontrainte du ressort pour que F
déclenchement soit constant.

5.5.3 Choix des différentes orientations palpeurs

Problème :
Toutes les surfaces d’une pièce à contrôler ne sont pas toujours accessibles avec une seule orientation
palpeur.

Exemple :

On peut pour cela appel à différents systèmes.

a) Le système multipapeur

On utilise plusieurs palpeurs assemblés

METROLOGIE TRIDIMENSIONNELLE IUT – MCQ Page 53


Utilisation :
On étalonne chaque palpeur avant les mesures et on indique ensuite lors du palpage à la MMT lequel
est utilisé. Le principal avantage de ce système reste le prix, le principal inconvénient
l’encombrement.

b) La tête orientable manuelle sans indexation

Utilisation :
On peut orienter la tête dans la position voulue et maintenir celle-ci par serrage manuel. Problème,
dés que l’on quitte une position, on n’est pas capable de le remettre dans celle-ci avec précision.

Avantages :
• Prix faible.
• Encombrement réduit.
• On dispose d’une infinité d’orientation.

Inconvénient :
A chaque changement de position, il est nécessaire d’effectuer un étalonnage de palpeur.

c) La tête orientable indexée manuelle ou motorisée

Utilisation :
On dispose d’un nombre fini d’orientation de la tête mais, dés que l’on quitte une position, on est
capable de la retrouver avec précision.

METROLOGIE TRIDIMENSIONNELLE IUT – MCQ Page 54


Avantages :
• Un seul étalonnage initial suffit pour chaque position.
• Si la machine est à CN, il n’y a pas d’arrêt de la gamme pour changer manuellement de position
tête.

Inconvénients :
• Précision moindre : la remise en position n’est pas parfaite (mais on peut réétalonner le palpeur
après chaque remise en position)
• Prix élevé (environ 15 000 € pour une tête PH9 motorisée)

En général, on cherche à avoir un nombre de position palpeur (ou nombre de stylet sur un système
multipalpeur) minimum ; ceci pour un gain de temps et de précision.

5.5.4 Etalonnage des systèmes de palpage

a) Utilité

• La MMT doit connaître, pour calculer les coordonnées réelles d’un point palpé le diamètre du rubis
employé

• Lors de l’utilisation de plusieurs positions palpeur il y a lieu de connaître les décalages entre les
différentes positions du rubis. En effet, quelle que soit la position employée, la MMT doit «voir» la
même position du centre rubis.

Pour cela, à chaque changement de système de palpage, elle doit introduire dans ses coordonnées les
décalages entre les positions palpeur.

b) Réalisation

En générale, l’étalonnage se réalise par le palpage d’une sphère étalon.

Calcul du diamètre rubis

La MMT considère à l’origine que le diamètre du rubis est nul.

On palpe (en général en 5 points) la sphère de référence. La MMT calcule alors le diamètre passant
par le centre des différentes positions rubis (∅1). Le diamètre réel de la sphère de référence étant
connu (∅2), on déduit le diamètre du rubis par différence des deux diamètres (∅rubis = ∅1-∅2)

Calcul des décalages

Lors du premier étalonnage, la MMT calcule le centre de la sphère d’étalonnage et le considère


comme origine. Lors de l’étalonnage d’une autre position palpeur (N°i), la machine calcule à
nouveau le centre de la sphère d’étalonnage (xi, yi, zi), qui correspond aux décalages suivant les axes
entre la position palpeur N°1 et la position N°i.

METROLOGIE TRIDIMENSIONNELLE IUT – MCQ Page 55


Contrôle

• Lors de chaque étalonnage, le logiciel nous informe du défaut de forme (de la sphère étalon)
évalué lors de la mesure et que l’on eut considérer dans ce cas de figure quasi nulle. La valeur
indiquée correspond donc à un défaut de mesure et ne doit pas excéder 3 à 4 µm.

• Tous les étalonnages étant réalisés et enregistrés, on demande et réalise le palpage de la sphère
étalon avec chaque position palpeur. Si le système était parfait, la MMT devrait alors indiquer le
même diamètre et les mêmes coordonnées du centre sphère.

• Le diamètre de la sphère de référence est connu, l’écart maximum sur l’évolution du diamètre
doit être au maximum de 3-4 µm pour chaque position palpeur.

• Les écarts sur les coordonnées du centre sphère évaluées par la MMT pour chaque position
palpeur sur chaque axe doit être au maximum de 3-4 µm.

5.5.5 Le palpage des différentes surfaces

a) Cas des surfaces géométriquement déformées (plan, cylindre,…, sphère)

Il faut pour connaître les positions relatives des différentes surfaces de la pièce, pour cela, le
système de base de la MMT fait l’acquisition de différents points sur chacune d’elles et associe une
surface théorique à chaque nuage de points.

Exemple : Cas du plan

Problème :
Chaque point acquis n’est pas le point réel palpé.

N
Point acquis
Point réel Plan réel

Le logiciel modifie donc la surface initiale calculée pour retrouver la surface réelle.

METROLOGIE TRIDIMENSIONNELLE IUT – MCQ Page 56


Cas du plan

Plan initial calculé

Rayon
palpeur
Plan réel

Il suffit de décaler le plan initial calculé de la valeur du rayon palpeur.

Cas du cylindre
Cylindre réel

Cylindre initial calculé

Il suffit de modifier la valeur du diamètre de la valeur du diamètre palpeur (en plus ou moins suivant
qu’il s'agisse d’un alésage ou d’un arbre).

b) Cas des surfaces gauches

Ce problème est beaucoup plus complexe car il faut connaître en chaque point palpé la normale
locale à la surface pour retrouver les coordonnées du point réel palpé.

r
n Coordonnées acquises par MMT

Coordonnées du point palpé

On se fie souvent aux valeurs théoriques de la normale au point considéré.

METROLOGIE TRIDIMENSIONNELLE IUT – MCQ Page 57


c) Règles générales de palpage des points

Etendue

On doit palper des points sur l’étendue de chaque surface (sauf cas très particulier) et de façon très
homogène.

Cas du palpage d’un plan :

Palpage régulier

Palpage irrégulier

Palpage irrégulier

Nombre de points

Il doit être suffisant pour avoir une idée précise de la position et de la morphologie de la surface
(défaut de forme).

En règle générale, plus la surface est précise, plus le nombre de points palpés peut être faible et
inversement. Cependant il faut toujours au minimum palper le nombre minimal de point théorique
plus un pour pouvoir définir "un défaut de forme" de la surface considérée.

Remarque :
Un défaut de forme important peut être synonyme d’un point mal palpé.

d) Direction d’accostage

Elle doit être dans la meure du possible parallèle à la normale à la surface au point considéré.

r
v
r
n

METROLOGIE TRIDIMENSIONNELLE IUT – MCQ Page 58


e) Vitesse d’accostage

La précision de mesure sur MMT varie en sens inverse de la vitesse de déplacement du palpeur
lors de la mesure. La vitesse doit donc être faible mais ceci implique des temps de contrôle long.
Pour ceci on gère la vitesse suivant qu’il s’agit d’un mouvement de déplacement rapide ou d’un
mouvement de mesure.

Vitesse rapide

Vitesse mesure

5.6 Construction de repère de dégauchissage

5.6.1 Définition

Un repère de dégauchissage est un repère construit à partir d'éléments géométriques associés aux
éléments réels palpés sur une pièce.
Il est différent du repère de mesure et son orientation de la position de la pièce dans l'espace de mesure.

Il est aussi appelé "repère de cotation".

Il est souvent plus aisé de définir certaines données nécessaires à la construction d'éléments
géométriques à partir du repère de mesure dans lequel la pièce a été positionnée de façon plus ou moins
précise.
C'est ainsi qu'un repère de dégauchissage permet d'obtenir facilement :

- la définition d'un point par ses coordonnées cartésiennes,


- la distance entre deux points, projetée sur les axes de ce repère.

5.6.2 Construction
r r r
Soit ℜm (O  i , j, k ) le repère de dégauchissage à construire.

La construction d'un repère orthonormé nécessite la définition de :

- trois directions perpendiculaires,


- une origine,
- un point dans le cadran positif pour orienter les axes.

METROLOGIE TRIDIMENSIONNELLE IUT – MCQ Page 59


r
a) Définition du premier axe : i

Sa direction est définie par la direction primaire u i d'un élément géométrique optimisé ou construit :

- vecteur normal à un plan palpé ou construit,


- droite palpée ou construite,
- axe de cylindre palpé,
- axe de cône palpé.

r
i = ui

r
b) Définition du deuxième axe : k
r
Sa direction est calculée pour être perpendiculaire à la direction de i .
Elle est obtenue à partir de la direction secondaire u 2 d'un élément géométrique optimisé ou construit :
- droite palpée ou construite,
- axe du cylindre palpé,
- axe de cône palpé.

r u ∧ u2
k= 1
u1 ∧ u 2

r
c) Définition du troisième axe : j
r r r
j doit être perpendiculaire à i et à k .
r r r
j=k∧i

d) Définition de l'origine du repère

Ce point peut être :


- un point palpé (mais attention à l'imprécision sur la mesure),
- un point construit,
- le centre d'un cercle palpé,
- le centre d'une sphère palpée.

METROLOGIE TRIDIMENSIONNELLE IUT – MCQ Page 60


5.7 Vérification de la conformité d'une pièce à son dessin de définition

5.7.1 Démarche de contrôle

• Cadre d'étude :
- métrologie "tridimensionnelle" sur MMT,
- contrôle de réception par mesure.

• Donnée de base : dessin de définition

Définition (NF E 04-501) Interprétation


Dessin définissant complètement et sans Ce document sert de référence pour le
ambiguïté, les exigences auxquelles doit contrôle de réception de la pièce. Ce qui
satisfaire le produit dans l'état de finition implique que le langage utilisé par le
prescrit. Ce dessin fait partie des documents concepteur sot clair et n'offre qu'une seule
qui font foi dans les relations entre les possibilité de traduction des spécifications
parties contractantes. en terme de contrôle.
Note : il est entendu par "état de finition
prescrit" celui indiqué par le dessin ;
ce n'est pas l'état définitif du produit.

• But de cette étude :

Mener à bien une vérification de conformité au dessin de définition en respectant une démarche logique
d'analyse des différentes spécifications structurées en deux étapes :

Recherche d'un ordonnancement des différentes spécifications du


Etape 1
dessin de définition de la pièce à contrôler.

Recherche d'une méthode de mesurage pour chaque spécification


Etape 2
inventoriée dans l'étape précédente.

METROLOGIE TRIDIMENSIONNELLE IUT – MCQ Page 61


• Analyse succincte des deux étapes :

A partir du dessin de définition,


du nombre total de pièces à contrôler,
du matériel métrologique MMT,
Etape 1
en s'aidant de l'inventaire des éléments géométriques effectué sur le dessin de définition,
de critères d'ordonnancement,

on élabore un document où sont hiérarchisées les différentes spécifications.

A partir du dessin de définition,


du travail effectué en étape 1,
de la pièce fabriquée,

on élabore le modèle géométrique de définition,

on palpe des points sur les surfaces réelles,


Etape 2
on détermine le modèle géométrique associé,

on construit les éléments géométriques nécessaires, non obtenus par palpage,

on interprète les spécifications du dessin de définition et on calcule les paramètres de situation.

on exprime les résultats obtenus par comparaison aux tolérances (pièce bonne ou mauvaise).

METROLOGIE TRIDIMENSIONNELLE IUT – MCQ Page 62


ETAPE 1

Données • Dessin de définition de la pièce : il est composé d'un ensemble d'éléments


géométriques de type :
- surfacique (plan, cylindre, cône, sphère),
- linéique (droite, cercle),
- ponctuel (point),
qui présentent des propriétés intrinsèques et relatives.

• Taille du lot (nombre de pièces à contrôler),

• Type de contrôle :
- par échantillonnage
- à 100 %.

• Matériel métrologique :
- MMT équipée d'un logiciel de métrologie.

Besoin • Ordonnancement des spécifications

Analyse • Lecture du dessin de définition et inventaire des différents éléments


géométriques :
- Eléments géométriques isolés : (paramètres
- spécifications dimensionnelles :
intrinsèques)
. diamètre,
. angle,
- spécification de forme.
- Eléments géométriques associés : (paramètres
- spécification de position, de situation)
- spécification d'orientation,
- spécification de battement,

• Ordonnancement des spécifications suivant les critères :


- précision des tolérances (liée à la notion de risques de rebuts),
- qualité géométrique des surfaces prises comme référence (vérifier la forme
avant de les utiliser comme référence),
- antériorité des spécifications (si la connaissance d'une spécification est
nécessaire à la vérification d'une autre spécification),
- groupement métrologique (par type de vérification, par type de palpeur,
pour des problèmes d'accessibilité),
- placer en dernier les spécifications ne pouvant pas se faire sur MMT
(mesure de rugosité…).

Remarque: L'ordonnancement retenu doit être privilégier le critère


précision et être un compromis de tous les autres critères.

Résultat • Document d'ordonnancement des spécifications de la pièce : ordre


chronologique des opérations de mesurage des différentes spécifications.

METROLOGIE TRIDIMENSIONNELLE IUT – MCQ Page 63


ETAPE 2

Données • Dessin de définition de la pièce.


• Pièce fabriquée.
• Travail effectué à l'étape 1.
• Logiciel de traitement des informations.

Besoin • Certificat de conformité de la pièce

Analyse • Niveau 1
Détermination du modèle géométrique de définition :
- on codifie les éléments géométriques simples, à savoir :
point : PT1, PT4 cercle : CE2, CE5
droite : DR2, DR6 cylindre : CY0, CY6.

- on dessine la pièce de façon schématique en faisant apparaître ces éléments


géométriques codifiés.

Palpage • Niveau 2
Acquisition par palpage de points, sur les surfaces réelles :
- définir le "posage" de la pièce de façon à rendre le maximum de surfaces
accessibles au palpeur,
- choisir le ou les palpeurs sur la sphère d'étalonnage,
- créer le repère de "dégauchissage" de la pièce,
- procéder au palpage de chaque élément géométrique codifié en respectant
le nombre minimal de points à palper sur la surface réelle (variable suivant
les logiciels de métrologie).

Eléments géométriques simples Nombre minimal de points


Point 1
Droite 2
Cercle 3
Plan 3
Sphère 4
Cylindre 5
Cône 6

Remarque : Le résultat est l'obtention d'un nuage de points des centres des
palpeurs qui représente l'image de chaque élément géométrique
palpé.

Calcul • Niveau 3
Détermination du modèle géométrique associé : à partir du nuage de points,
le logiciel de métrologie associe de façon mathématique (Ex: méthode des
moindres carrés) un élément géométrique de même nature que celui du
modèle géométrique de définition. (On cherche à minimiser les écarts entre
le réel et l'élément géométrique associé).

Remarque : Il en résulte que le logiciel peut donner, à ce niveau-là, les


paramètres intrinsèques :
- défaut de forme
- grandeur propre de l'élément.

METROLOGIE TRIDIMENSIONNELLE IUT – MCQ Page 64


ETAPE 2 (suite)

• Niveau 4
Construction des éléments géométriques non palpés : il est nécessaire, pour
certaines spécifications, de construire des éléments géométriques à partir des
éléments géométriques associés disponibles dans la banque de données.

Exemple : * plan médian de deux plans,


* plan perpendiculaire à un plan et passant par une droite,
* point d'intersection d'un plan et d'une droite…

• Niveau 5
Calcul des paramètres de situation (outil d'analyse des tolérances
géométriques) :
- il est utile en se reportant à un cours précédant de connaître parfaitement
les limites admissibles des écarts de forme, position, orientation,
battement, par rapport à la définition nominale.
- à partir de cette analyse détaillée des spécifications, on définit les
grandeurs à calculer, à savoir : - distance,
- angles.

Résultat • Niveau 6
Expression des résultats :
- on compare les résultats obtenus par le calcul aux valeurs des tolérances
spécifiées par le dessin de définition,
- on établit le certificat de conformité de la pièce (pièce bonne, pièce
mauvaise rebutée, pièce mauvaise retouchée).

Remarques : Les résultats dépendent du critère mathématique d'association


et de la position des points palpés sur les surfaces réelles.
Les résultats ainsi obtenus sont bruts, il faut affecter une
incertitude due au mesurage sur la MMT (voir NF E 11-150).

5.7.2 Mise en œuvre pratique du contrôle sur une MMT

Les opérations de contrôle et de mesure tridimensionnelle peuvent être regroupées en deux gammes
distinctes :
- une gamme de mesurage permettant de faire l'acquisition des points mesurés,
- une gamme de traitement permettant par calcul : d'identifier, d'interpréter et de vérifier les spécifications
géométriques.

La gamme de mesurage est nécessairement exécutée sur une machine à mesurer tridimensionnelle, elle
prend en compte toutes les précautions techniques habituelles qui sont liées à la qualité des mesures
désirées.
La gamme de métrologie s'appuie sur une base de données acquises lors du mesurage, elle peut donc
être exécutée sur un calculateur indépendant de la machine à mesurer.

METROLOGIE TRIDIMENSIONNELLE IUT – MCQ Page 65


Logiciel de mesurage tridimensionnel :
Gamme de mesurage

- Commande numérique des déplacements


- Etalonnage des palpeurs
Machine à mesurer - Calcul des points mesurés
tridimensionnelle

Base de données
éléments géométriques associés (critères des moindres carrés)
ensemble de points mesurés

Basse de
données
Gamme de traitement

Réf. 18 524
EMB

Logiciel de calculs géométriques


Identification, Interprétation et Vérification des spécifications géométriques

La méthodologie suivie pour concevoir ces deux gammes peut être décrite en quatre étapes.

a) Première étape : inventaire des éléments géométriques réels

L'analyse du dessin de définition doit permettre de faire l'inventaire des éléments géométriques
concernés par les spécifications et d'en choisir les ensembles de points à mesurer les plus représentatifs.

METROLOGIE TRIDIMENSIONNELLE IUT – MCQ Page 66


Il existe peu de règles permettant d'effectuer ces choix, l'expérience tient ici un rôle essentiel, on peut
cependant énoncer les quelques règles suivantes :

- la nature des éléments géométriques doit être choisie dans une liste disponible dans le logiciel de
mesurage (point, droite, cercle, plan, sphère, cylindre, cône),
- la nature des éléments géométriques doit tenir compte de l'étendue de la surface (par exemple choix
entre un cylindre et un cercle), et de l'éloignement de la caractéristique géométrique recherchée par
rapport à la surface (par exemple, intersection de l'axe d'un cylindre de faible hauteur avec un plan
éloigné de la surface du cylindre),
- le nombre de points doit être supérieur ou égal au nombre de paramètres de l'élément géométrique,

nombre nombre de nombre


nature nature nature
de points points de points
droite ≥2 plan ≥3 cylindre ≥5
cercle ≥3 sphère ≥4 cône ≥6

- la répartition des points doit se faire sur toute l'étendue de la surface et mettre en évidence les
défauts de forme dus au mode de fabrication,
- l'algorithme des moindres carrés est sensible à une densité de points localement plus importante,
- le nombre de points doit permettre un compromis entre une bonne représentativité de l'élément, et
un temps de mesure minimum.

b) Deuxième étape : palpage des surfaces des lignes et des points

• Choix des palpeurs : Pour chaque orientation de palpage, le stylet est choisi de telle sorte que sa
longueur reste suffisante pour atteindre toutes les surfaces, et que son diamètre de sphère de palpage
reste inférieur à la plus petite des cavités de la pièce. Cependant le diamètre de la sphère du stylet
doit être suffisamment grand pour éviter toute collision entre la tige et la surface palpée, en effet le
stylet n'est jamais parfaitement aligné avec la direction générale de la surface.

• Etalonnage d'un palpeur : L'opération d'étalonnage d'un palpeur a pour objectif d'estimer les deux
caractéristiques géométriques nécessaires au calcul du recalage dans un repère unique des
coordonnées des points de contact palpeur / pièce :
- un "rayon étalonné" de la sphère de palpage, qui sera obtenu par mesure de la dimension d'une
bague ou d'une cale ou d'une sphère étalonnée,
- un "vecteur étalonné" représentant le décalage d'origine du à la variation de longueur et
d'orientation des différents palpeurs. Il est obtenu par les coordonnées prises par le centre
d'une sphère de référence matérialisant l'origine des mesures.

METROLOGIE TRIDIMENSIONNELLE IUT – MCQ Page 67


• Palpage des surfaces : A chaque contact entre le palpeur et une surface, on relève les coordonnées
du centre de la sphère du stylet exprimées dans un repère unique de mesure.

c) Troisième étape : constitution de la base de données des éléments géométriques réels (associés et
mesurés)

A partir des ensembles saisis, on calcule les points de contacts avec les surfaces réelles ainsi que les
paramètres des éléments géométriques associés aux points de contacts. Le tableau suivant donne pour
chaque élément géométrique les informations contenues dans la base de données.

Paramètres de l'élément géométrique élément


Nom de l'élément
associé (1) géométrique description
géométrique
position orientation intrinsèques mesuré (2)
point saisi X0, Y0, Z0 {X0, Y0, Z0} centre de la sphère du palpeur
point X0, Y0, Z0 {X0, Y0, Z0} point de contact palpeur/surface
associé et mesuré sur :
plan, sphère, cylindre,
cône et tore, ou suivant
une direction.
droite X0, Y0, Z0 point de la droite associée (3)
associée et mesurée sur : a, b, c cosinus directeur du vecteur
plan, cylindre et cône, unitaire de la droite associée
ou suivant une direction {xi, yi, zi.… ensemble des n points de contact
…xn,, yn,, zn} palpeur/surface
cercle X0, Y0, Z0 centre du cercle associé
associé et mesuré sur : a, b, c cosinus directeur de la normale
plan, sphère, cylindre, au plan contenant le cercle
cône et tore associé
r rayon du cercle associé
{xi, yi, zi.… ensemble des n points de contact
…xn,, yn,, zn} palpeur/surface
plan X0, Y0, Z0 point du plan associé (3)
associé et mesuré a, b, c cosinus directeur de la normale
au plan associé
{xi, yi, zi.… ensemble des n points de contact
…xn,, yn,, zn} palpeur/surface
sphère X0, Y0, Z0 centre de la sphère associée
associé et mesuré r rayon de la sphère associée
{xi, yi, zi.… ensemble des n points de contact
…xn,, yn,, zn} palpeur/surface
cylindre X0, Y0, Z0 point de l'axe du cylindre associé
(3)
associé et mesuré
a, b, c cosinus directeur du vecteur
unitaire porté par l'axe du
cylindre associé
r rayon du cylindre associé
{xi, yi, zi.… ensemble des n points de contact
…xn,, yn,, zn} palpeur/surface

METROLOGIE TRIDIMENSIONNELLE IUT – MCQ Page 68


cône X0, Y0, Z0 point de l'axe du cône associé (3)
associé et mesuré a, b, c cosinus directeur du vecteur
unitaire porté par l'axe du cône
associé, et orientée du sommet
vers le point (X0, Y0, Z0)
r rayon du cône associé, mesuré
du point (X0, Y0, Z0) suivant
une normale à l'axe du cône
associé
α (4) angle au sommet du cône
associé
{xi, yi, zi.… ensemble des n points de
…xn,, yn,, zn} contact palpeur/surface
tore X0, Y0, Z0 centre du tore associé
associé et mesuré a, b, c cosinus directeur du vecteur
unitaire de l'axe associé
r1 rayon du cercle générateur du
tore associé
r2 rayon du cercle équatorial du
tore associé
{xi, yi, zi.… ensemble des n points de
…xn,, yn,, zn} contact palpeur/surface
(1)
L'association se fait suivant un ou plusieurs critères combinés, aucune normalisation n'existe actuellement. Le
critère le plus utilisé est celui de Gauss, il est également souvent combiné avec le critère de tangence.
(2)
Chaque point de contact palpeur/surface est obtenu par translation du centre du palpeur, d'un vecteur de module
égal au rayon du palpeur, et de direction parallèle à la normale à la surface de contact. La surface de contact est
optimisée suivant le critère de Gauss (moindres carrés).
(3)
Le point de localisation est souvent choisi centré sur l'ensemble des points mesurés.
(4)
On préfère quelque fois remplacer les cosinus directeurs de l'axe par les coordonnées d'un deuxième point de l'axe,
l'angle au sommet α est alors remplacé par un deuxième rayon.

d) Quatrième étape : Définitions normalisées des spécifications, interprétation des spécifications,


vérification des spécifications

Cette étape nécessite une bonne connaissance des normes sur les spécifications ainsi qu'une bonne
maîtrise des possibilités de calcul offertes par le logiciel de mesure tridimensionnelle. Le paragraphe
suivant donne à titre d'exemple le synoptique des calculs proposés par le logiciel de mesure
tridimensionnel Mestrid.

On peut remarquer que si la normalisation donne des spécifications dimensionnelles et par zone de
tolérance, les calculs proposés s'appuient uniquement sur la géométrie vectorielle ou seul le produit
scalaire et le produit vectoriel sont utilisés. la difficulté viendra donc dans le choix judicieux des
modules de calcul proposés pour vérifier les spécifications normalisées.

METROLOGIE TRIDIMENSIONNELLE IUT – MCQ Page 69


5.7.3 Gamme de mesure MMT
IUT Nancy-Brabois Dpt MCQ à Lunéville
Date : N° plan :
Désignation pièce : Matière :
Quantité : Gamme n° :
Opération Palpage Mémoire Construction Rep Proj Observation

METROLOGIE TRIDIMENSIONNELLE IUT – MCQ Page 70

Vous aimerez peut-être aussi