Vous êtes sur la page 1sur 3

2.

3 - LA TRINITÉ

« Dans l’unité divine, il est trois personnes d’une seule et même substance, puissance et éternité :
Dieu le Père, Dieu le Fils et Dieu le Saint-Esprit (1 Jn 5.7; Mt 3.16,17; 28.19; 2 Co 13.14). Le
Père n’est engendré par personne et ne procède de personne. Le Fils est éternellement engendré
du Père (Jn 1.14,18). Le Saint-Esprit procède éternellement du Père et du Fils (Jn 15.26; Ga
4.6). »
— Confession de foi de Westminster, article 2.3

Un seul Dieu en trois personnes

Voici une affirmation de foi très succincte concernant la doctrine de la sainte Trinité. Dans
l’histoire de l’Église, d’autres documents comme le Symbole de Nicée-Constantinople et le
Symbole dit d’Athanase ont donné plus de détail et de précision concernant notre foi dans la
Trinité. La Confession de Westminster ne fait que résumer ce qui a été cru et confessé à ce sujet
depuis les temps anciens.

Cette affirmation de foi ne se contredit pas lorsqu’elle parle de « trois personnes dans l’unité
divine », un seul Dieu en trois personnes distinctes, ou encore « trois personnes d’une seule et
même substance puissance et éternité ». En même temps, cette formulation n’est pas en mesure de
pénétrer toute la profondeur de cette vérité insondable. Dans la Trinité, il y a trois personnes dans
une seule essence, une seule substance ou un seul Dieu. Quand nous regardons à Jésus, nous avons
une personne en deux natures, et en Dieu nous avons trois personnes en un seul Dieu.

Ce mot de « personne », à l’origine, n’avait pas tout à fait la même connotation qu’aujourd’hui,
d’où une certaine confusion possible. En parlant de trois « personnes », les anciens n’avaient pas à
l’esprit trois existences séparées, comme nous pouvons penser aujourd’hui lorsque nous parlons
d’une « personne ». Autrement, les trois personnes en Dieu signifieraient qu’il y a en Dieu trois
êtres séparés, ce qui aurait pour conséquence le trithéisme ou le polythéisme. L’affirmation selon
laquelle il y a trois personnes en une même substance signifie que les trois personnes sont
distinctes et que cette distinction est très réelle; toutefois, cette distinction se situe à l’intérieur
d’un seul et même Dieu. Il n’y a pas trois dieux, il y en a qu’un seul. En même temps, le Père, le
Fils et le Saint-Esprit sont distincts et non confondus dans une même essence. Le Père est Dieu, le
Fils est Dieu et le Saint-Esprit est Dieu : « Dieu le Père, Dieu le Fils et Dieu le Saint-Esprit ».

Plusieurs passages des Écritures attribuent aux trois personnes de la Trinité une même gloire et
une même dignité. « Aussitôt baptisé, Jésus sortit de l’eau. Et voici : les cieux s’ouvrirent, il vit
l’Esprit de Dieu descendre comme une colombe et venir sur lui. Et voici qu’une voix fit entendre
des cieux ces paroles : Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui j’ai mis toute mon affection. »
(Matt. 3:16-17). « Allez, faites de toutes les nations des disciples, baptisez-les au nom du Père, du
Fils et du Saint-Esprit. » (Matt. 28:19). « Que la grâce du Seigneur Jésus-Christ, l’amour de Dieu
et la communion du Saint-Esprit soient avec vous tous! » (2 Cor. 13:13).

Cette distinction des trois personnes ne signifie pas seulement trois modes d’existence ou trois
rôles, comme autrefois les « modalistes » l’ont pensé. Pensons par exemple à un même homme qui
a le rôle de mari, de père et d’ancien. Par rapport à sa femme, il est mari; par rapport à ses enfants,
il est père, et par rapport à son Église il est ancien. Nous n’avons qu’un homme jouant trois rôles
différents. Le Père, le Fils et le Saint-Esprit ne représentent pas trois rôles différents attribués à une
même personne. Ce sont réellement trois personnes distinctes.

-1-
Devant l’hérésie arienne qui affirmait que Jésus n’était pas pleinement Dieu, le Concile de Nicée
(325) a répondu en disant que le Christ est consubstantiel au Père et coéternel avec le Père. Il n’est
pas une créature, il est Dieu éternel avec le Père. Puisque, pour Arius, Jésus ne serait qu’une
créature, l’adorer serait un péché d’idolâtrie, même si Jésus était la créature la plus élevée.
L’arianisme a exercé une très grande influence au quatrième siècle. Aujourd’hui, ce sont les
témoins de Jéhovah et les mormons qui rejettent la divinité du Christ, à partir de faux arguments
semblables à ceux d’Arius.

Il existe deux relations spéciales à l’intérieur de la Trinité. D’abord, le Fils est éternellement
engendré du Père (et pas vice versa). Ensuite, le Saint-Esprit procède éternellement du Père et du
Fils.

Une hiérarchie au sein de la Trinité

Il existe un ordre précis dans la Trinité, au sein des relations entre les trois personnes. « Le Père
n’est engendré par personne et ne procède de personne. Le Saint-Esprit procède éternellement du
Père et du Fils. » Ce n’est pas le Père qui est engendré, mais c’est le Fils qui est engendré. « La
Parole a été faite chair, et elle a habité parmi nous, pleine de grâce et de vérité; et nous avons
contemplé sa gloire, une gloire comme celle du Fils unique venu du Père. » (Jean 1:14).
« Personne n’a jamais vu Dieu; Dieu (le Fils) unique, qui est dans le sein du Père, lui, l’a fait
connaître. » (Jean 1:18). L’expression « Fils unique » traduit le mot grec « monogénès » qui
signifie « unique engendré ». Il nous est difficile de comprendre que le Fils de Dieu est depuis
toujours engendré du Père, car d’après notre expérience humaine nous engendrons des enfants à
des moments précis et c’est à partir de là que nous devenons parents. Dieu le Père, au contraire, a
toujours été le Père de Jésus et Dieu le Fils a toujours été le Fils du Père. L’engendrement du Fils
n’a pas de commencement. De plus, ce n’est ni le Père ni le Fils qui procèdent d’un autre, mais
c’est le Saint-Esprit qui procède du Père et du Fils. Le Père d’abord, puis le Fils, puis le Saint-
Esprit.

Cela ne signifie pas que le Fils détiendrait une valeur, une puissance, une éternité ou une dignité
moindre que le Père ni que le Saint-Esprit serait moindre que les deux autres personnes. La gloire
du Fils vient du Père et est la même que celle du Père.

Cette notion de « subordination » d’une personne de la Trinité par rapport à une autre est difficile
pour nous à comprendre, d’une part parce qu’il s’agit d’une réalité insondable qui existe depuis
toute éternité, d’autre part parce que, dans notre culture, l’idée d’une hiérarchie ou d’un lien de
subordination fait généralement penser à un rapport entre « inférieur » et « supérieur ». Le Fils et
le Saint-Esprit ne sont pas inférieurs au Père au sens moderne. Ils sont pleinement égaux dans leur
personne en puissance, en gloire, en éternité et en dignité. Cependant, dans l’exécution du plan du
salut, nous voyons en action dans le temps la réalité de cette hiérarchie qui existe depuis toute
éternité. C’est le Père qui a envoyé le Fils, c’est le Fils qui a obéi au Père. « Et nous, nous avons vu
et nous témoignons que le Père a envoyé le Fils comme Sauveur du monde. » (1 Jean 4:14). Puis
c’est le Père et le Fils qui ont envoyé le Saint-Esprit et c’est l’Esprit qui a obéi au Père et au Fils.
« Quand sera venu le Consolateur que je vous enverrai de la part du Père, l’Esprit de vérité qui
provient du Père, il rendra témoignage de moi. » (Jean 15:26). « Et parce que vous êtes des fils,
Dieu a envoyé dans nos cœurs l’Esprit de son Fils, qui crie : Abba! Père! » (Gal. 4:6). Le Fils n’a
pas envoyé le Père dans le monde, c’est le Père qui a envoyé son Fils. Le Saint-Esprit n’a envoyé

-2-
ni le Père ni le Fils pour qu’ils soient déversés sur l’Église et dans nos cœurs, c’est le Père et le
Fils qui ont déversé l’Esprit dans nos cœurs.

L’exécution du plan du salut par les trois personnes de la Trinité est ce qu’on peut appeler une
subordination « économique » ou « pratique », c’est-à-dire qui se manifeste dans le temps, à
travers les actes rédempteurs de Dieu dans l’histoire. Cette réalité historique est en quelque sorte
un reflet d’une réalité éternelle qui existe depuis toujours en Dieu lui-même. Le Fils est
éternellement engendré par le Père. L’Esprit procède éternellement du Père et du Fils. En même
temps, les trois personnes en Dieu sont éternellement égales en gloire et en dignité.

Quelques conséquences pour nous

D’abord, la doctrine de la Trinité est une excellente raison qui nous pousse à demeurer humbles
devant Dieu et à l’adorer de tout cœur. Nous avons un Dieu majestueux qui ne se laisse pas
enfermer dans notre faible et petite intelligence. Nous ne parviendrons jamais à pleinement
comprendre la profondeur insondable de notre Dieu. Un seul Dieu en trois personnes est un
mystère insondable que nous ne parviendrons jamais à parfaitement comprendre et analyser. En
même temps, la Parole de Dieu nous révèle clairement qu’il n’y a qu’un seul Dieu en trois
personnes distinctes, le Père, le Fils et le Saint-Esprit. Devant ce mystère, plutôt que de chercher à
répondre à toutes nos questions, demeurons humbles et dans l’adoration de notre Dieu, Père, Fils
et Saint-Esprit. « À celui qui est assis sur le trône et à l’Agneau, la louange, l’honneur, la gloire et
le pouvoir aux siècles des siècles! » (Apoc. 5:13).

Ensuite, le fait de savoir que les trois personnes en Dieu sont pleinement unies est une source
d’admiration et de grand encouragement pour nous. Quand des enfants voient leurs parents unis
dans l’amour, n’est-ce pas pour les enfants une source de réjouissance et de sécurité? Quelle
tristesse et quelle insécurité pour les enfants dont les parents sont déchirés ou divorcés! Or, notre
Père céleste, notre Sauveur, son Fils Jésus et notre Consolateur le Saint-Esprit sont pleinement
unis dans l’amour depuis toute éternité, de même que dans l’exécution de leur plan de salut. Leur
unité, leur amour mutuel et leur communion à l’intérieur de la Trinité sont une source de puissant
encouragement pour le peuple de Dieu. Leur unité dans l’exécution du plan de salut nous assure
que ce salut s’accomplira pleinement. Ce que le Père a conçu depuis toute éternité, le Fils l’a mis à
exécution à la croix et ce que le Fils a accompli à la croix selon le plan du Père, le Saint-Esprit le
produit et continuera de le produire dans nos cœurs et dans nos vies. À vous qui avez été « élus
selon la prescience de Dieu le Père, par la sanctification de l’Esprit, pour l’obéissance et
l’aspersion du sang de Jésus-Christ : Que la grâce et la paix vous soient multipliées! » (1 Pi. 1:2).
De plus, le fait que Dieu soit depuis toujours amour à l’intérieur de la Trinité est également un
modèle à suivre pour nous, qui sommes appelés à nous aimer les uns les autres.

Enfin, le fait qu’il y a un ordre hiérarchique en Dieu même, à l’intérieur des trois personnes, nous
enseigne que la notion de direction et de soumission n’est pas mauvaise en soi, bien au contraire.
« Christ est le chef de tout homme, l’homme est le chef de la femme et Dieu est le chef de Christ. »
(1 Cor. 11:3). Le Fils a librement accepté de se soumettre au Père sans que cela change en rien sa
gloire et sa dignité égales au Père. Nous devrions donc accepter de nous soumettre librement aux
personnes que Dieu a établies en autorité sur nous, sans que cela remette le moins du monde notre
dignité et notre égalité profonde entre nous.

Paulin Bédard, pasteur

-3-

Vous aimerez peut-être aussi