Vous êtes sur la page 1sur 189

FORMATION ALTERNATEUR

P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008
LES CONTRAINTES

L’alternateur est une machine complexe


réunissant des concepts mécaniques,
électriques, chimiques.
Il est soumis à des contraintes:
 Electriques
 Thermiques
 Mécaniques
 Chimiques

P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008
LES CONTRAINTES ELECTRIQUES
Affectent tous les isolants de l'alternateur (isolation des barres
statoriques, des bornes, du bobinage rotorique, ...)

LES CONTRAINTES THERMIQUES


Affectent tous les éléments de l’alternateur, rotor, stator,paliers, excitateur
doivent supporter des variations de température de plusieurs dizaines de
degrés.
D’une part cela génère des cyclages thermiques source de fatigue et
d’autre part, les pertes cause de ces élévations de température doivent
être évacuées sous peine d’atteindre des températures destructrices pour
les matériaux (fusion, déformation, …) ceci met en relief le rôle essentiel
des circuits de refroidissement.

P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008
LES CONTRAINTES MECANIQUES

Affectent toutes les pièces mécaniques même


statiques

le stator est soumis aux efforts:


électrodynamiques puisés qui sollicitent les calages
de ses développantes.
Les pièces tournantes sont soumises aux efforts
centrifuges.
Les dilatations différentielles entre divers
constituants entraînent des contraintes aux interfaces
ou sur les calages.

P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008
LES CONTRAINTES CHIMIQUES

Affectent essentiellement les conducteurs creux assurant le


refroidissement des barres statoriques, mais également, des
éléments sensibles comme les frettes rotoriques en acier
NMF3, ou les joints d'étanchéité en caoutchouc.

C'est généralement sous l'action conjuguée de ces contraintes


qu'apparaissent les avaries de matériel:

les ruptures de tuyauteries inox d'alimentation des boîtes à


eau des barres statoriques par fatigue vibratoire,
le martèlement des barres statoriques lorsqu'elles sont mal
calées,
le claquage de barre statorique par humidification de
l'isolant.

P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008
SURVEILLANCE PROTECTION

1. Les systèmes de protections


2. Les systèmes de surveillance-protection
3. Les bilans de santé

P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008
LES SYSTEMES DE PROTECTION
Masse stator (Défaut Défaut à la masse du bobinage Contrôle de la chaîne de
d'isolement) (Fuite boîte à eau, blessure de protection.
l’isolant, corps étranger). Mesure globale d'isolement (si
Défaut à la masse du circuit possible après vidange et
externe. séchage du circuit d'eau)
Transfos non identiques.
Différentielle longitudinale Défaut entre phases dans Déconnecter le stator côté
bobinage ou dans les caissons neutre et côté phase.
des bornes. Mesure d'isolement interphase.
Désappairage des TC (fuite
magnétique).
Défaillance d'un TC ou de la
connectique.

Déséquilibre Piquage monophasé (rare en 400 Inspection de la surface externe


kV). du rotor et des becs de frette
Fonctionnement biphasé (points chauds) à l'occasion de
temporaire (Incidents poste ou la prochaine sortie du rotor, les
réseau). régimes déséquilibrés entraînant
Défaillance d'un TC ou de la des échauffements parasites par
connectique. courants inverses.

P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008
LES SYSTEMES DE PROTECTION
Surcharge  Puissance débitée importante Ramener l'intensité stator en
(Maximum intensité stator) à tension réseau faible. dessous de la valeur d'alarme,
en concertation avec le Centre
Rupture de synchronisme par Régional d'Exploitation du
perte d'excitation. Système

Maximum de tension stator Défaut du système d'excitation. S'assurer que le régulateur et


Tension réseau trop haute. ses boucles de retour sont
opérationnels.

Rupture de synchronisme- Défaut interne : manque En dehors d'un défaut externe


excitation (défaut régulation ou identifié, recherche de l'origine
ouverture du bobinage rotor).- interne pouvant se situer soit
Défaut externe (défaut réseau au niveau du système
mal éliminé) : absorption d'excitation-régulation de
importante de réactif, etc. tension, soit au niveau du rotor
par ouverture de l'inducteur
(connexion interpolaire). Dans
ce dernier cas, le défaut est
bien souvent accompagné
d'une masse rotor.
P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008
LES SYSTEMES DE PROTECTION
Masse rotor- -Défaut d'isolement interne Contrôle des paramètres du
au rotor (excitation à diodes relais de mesure. Si aucune
tournantes) crainte de masses multiples
-Rupture de téflon et et si vibrations et intensité
humidification des isolants. rotor normales : arrêter le
Humidité H2 anormale. groupe à court terme selon
les possibilités du réseau
- Défaut d'isolement de pour une mesure de
l'induit de l'excitateur. l'isolement. Analyse,
- Pollution conductrice sur le recherche du défaut et
dispositif de mesure actions correctives. Si crainte
d'isolement rotor à bagues et de masses multiples ou si les
balais- vibrations ou intensité rotor
sont anormales : arrêt
immédiat de la machine
(risque de fusion du fer rotor
ou des frettes en cas de
second défaut rotor) puis:
mesure de l'isolement, .
Analyse, recherche du défaut
et actions correctives.

P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008
LES SYSTEMES DE PROTECTION
Masse rotor (suite) Ecitation à bagues Masse rotor 1 er stade :
- Défaut d'isolement de - vérification des balais de
l'excitation. mise à la masse de l'arbre et
- Encrassement des bagues de leur pression d'appui.
ou des puits de connexion - faire un suivi journalier de
d'alimentation du rotor par la l'équilibrage des tensions
poussière de balais. d'excitation + et -,
- en cas de doute sur
l'isolement interne du rotor ou
de l'excitation, arrêter le
groupe selon les possibilités
du réseau pour :
. mesure de l'isolement, .
analyse,
. recherche du défaut et
actions correctives.
Masse rotor 2ème stade :
- arrêt automatique de la
machine (risque de fusion du
fer rotor ou des frettes en cas
de second défaut rotor) puis :
. mesure de l'isolement, .
analyse,
. recherche du défaut et
20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008 actions correctives.
LES SYSTEMES DE PROTECTION

Surcharge rotor - Puissance réactive débitée Recherche des causes du


(Maximum intensité rotor) trop importante. dysfonctionnement du
- Défaillance du système régulateur de tension
d'excitation : (réglages des butées, des
Carte de commande . limites de surexcitation).
Risques :
Boucle de limitation .
- vieillissement prématuré des
isolants et des matériaux
Boucle stabilisatrice. composites,
- mouvements irréversibles

des conducteurs .
AP huile hydrogène anormale - Mauvais fonctionnement du - Investigations immédiates
(pression d'huile faible) poste huile étanchéité sur le poste d'huile (débit
Si pression d'huile haute . (notamment régulation de d'huile, pression,
"Entrée liquide alternateur" pression). encrassement des filtres,
- Usure des anneaux etc.).
d'étanchéité. - Si le débit d'huile est élevé, il
- Détérioration de la portée de y a augmentation du jeu entre
l'arbre. l'anneau et l'arbre (ex. :
- Léchettes hors tolérance. dégradation de la portée,
coincement de l'anneau).

20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008


LES SYSTEMES DE PROTECTION
- Fuite d'eau aux réfrigérants - Isoler le réfrigérant
Entrée liquide alternateur d'hydrogène. défectueux.
- Fuite d'eau sur le circuit de - Arrêter la machine pour
refroidissement des barres boucher le(s) tube(s) fuyard(s)
statoriques (fortes brèches). ou remplacer le réfrigérant
- Fissuration ou rupture d'une incriminé.
liaison hydraulique (tube inox, - Une fuite de type forte
téflon). brèche s'accompagne
- Fuites d'huile aux anneaux également d'une entrée
d'huile d'étanchéité. d'hydrogène dans l'eau stator.
- Engorgement du/des - Arrêt immédiat de la
palier(s) machine car il y a risque
d'amorçage à la masse du
rotor par humidification des
isolants.
- Vérifier la AP huile H2. -
Action sur la régulation de AP.
- Si fuites importantes et non
maîtrisables, arrêter la
machine pour contrôle des
anneaux d'étanchéité ou du
circuit d’huile d’étanchéité.
- Contrôler l'état des retours
d'huile du/des palier(s).
- Faire un suivi des
20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008 températures des coussinets.
LES SYSTEMES DE PROTECTION

Conductivité eau stator élevée - Défaut de fonctionnement du -Vérifierle fonctionnement du


désioniseur ou désioniseur désioniseur.
hors service.- Saturation des -Remplacer les résines.
résines. - Eau d'appoint -Contrôler l'eau d'appoint.
polluée. - Relargage des
-Contrôler la température
filtres.
d'eau à l'entrée du stator (si >
50 °C, détérioration des
résines).
-Risques : échauffement
excessif des téflons par
augmentation des pertes
diélectriques,
- bouchage des

conducteurscreux en cuivre.
Débit d'eau de -Filtresencrassés.- Vanne mal -Suivi des débits.
refroidissement faible positionnée.- Fuite d'eau - Enclencher une pompe
externe à la machine.- Perte supplémentaire.
de caractéristiques des - Nettoyer les filtres.
pompes.
- Perte de la source électrique
alimentant les pompes
20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008
LES SYSTEMES DE PROTECTION

- Défaut d'isolement du palier - Procéder à la remise en état


Courant d'arbre arrière ou du joint d'huile de l'isolation du palier arrière
(pollution ou détérioration des et/ou du joint d'huile
isolants). d'étanchéité hydrogène, dans
- Défaut de montage (sondes les plus courts délais. Risque
blindées non isolées) de détérioration des
tubulures d'huile non isolées). coussinets et des soies
d'arbre par passage de
courant.

Températures des paliers -Température huile élevée. - -Action immédiate : baisser le


élevées ou AT avant/arrière Défaut de montage. point de consigne
d'un coussinet élevée - Dérive des sondes (rare).- température huile
Dérive de la chaîne de mesure - Actions différées :
de température. - nettoyage des réfrigérants
- Débit d'huile faible. d'huile, reprise du lignage,
- Courant d'arbre (piqûre des contrôle des coussinets,
coussinets) contrôle des pressions de
soulèvement.

20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008


LES SYSTEMES DE SURVEILLANCE-
PROTECTION
GRANDEUR ACTIONS A ENVISAGER
SURVEILLEE CAUSES POSSIBLES

Fuites d'hydrogène externes Fuite aux réfrigérants d'H2. Suivi de la consommation en


N.B. : une fuite d'H2 externe Usure ou détérioration des H2 (surveiller l'évolution).
à l'alternateur peut conduire anneaux d'étanchéité. Contrôle de la concentration
à la présence d'un mélange Détérioration ou mauvais en H2 autour de l'alternateur
détonant dans certaines montage et dans les circuits
zones. L'emploi de de joints (flasques, trous auxiliaires.
détecteur d'H2 et le respect d'homme, Contrôle de la concentration
des consignes de sécurité trous d'oeil, trappes). en H2 dans les paliers.
sont obligatoires. Rupture ou usure de tuyauteries Contrôle de la concentration
auxiliaires. en H2 dans la source froide
Mauvais fonctionnement du poste Localisation des fuites et
d’huile. isolation si possible (par ex.
Mauvais lignage des circuits. fuite réfrigérant).
par l'arbre du rotor.
Fuite aux bagues d'amenée
de courant.

20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008


Fuites d'hydrogène externes Fuites aux extrémités de l'arbre Baisse de la pression d'H2
Suite rotor alternateur (côté selon la puissance débitée
accouplement turbine ou côté (tout en restant supérieure à
accouplement arbre porte- la pression d'eau de
bague) refroidissement du stator). Ce
fonctionnement est
temporaire et suppose une
surveillance thermique
renforcée.
Contrôle de la concentration
en H2 dans l'enceinte de
l’excitateur (si à diodes
tournantes)
Si consommation d'H2
inférieure aux limites
permises et concentration
inférieure à 4 % (2 % dans la
bâche de refroidissement)
poursuite de l'exploitation et
intervention au prochain arrêt.
Si consommation H2
supérieure aux limites
permises ou concentration
supérieure à 4 % (2 % dans la
bâche de refroidissement)
. arrêt de la machine au plus
tôt pour élimination des
fuites.
20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008
LES SYSTEMES DE SURVEILLANCE-
PROTECTION

Conductivité eau stator élevée - Saturation des résines du - Remplacement des résines.-
désioniseur. Vérifier le fonctionnement du
- Vanne mal réglée.
désioniseur .

Analyse chimique de l'eau de - Fuite d'H2 dans l'eau stator. - - Retrouver les
refroidissement du stator Température d'eau élevée.- caractéristiques de l'eau par.
hors critère Manque de respiration de la appoint d'eau déminéralisée,
Taux d'O2 dissous hors bâche (sauf stators avec aération forcée du ciel de
critère conducteurs creux en inox). bâche.

20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008


LES SYSTEMES DE SURVEILLANCE-
PROTECTION
Températures de l'hydrogène - Réfrigérants encrassés ou - Ramener les températures à
élevées isolés. - Défaut d'éventage des valeurs admissibles
des réfrigérants. - Eventer les réfrigérants
- Température (source d'hydrogène, action sur le point
froide) des réfrigérants de consigne de température de
élevée. la source froide des
-Défaut interne de réfrigérants,
ventilation. - faire un bilan thermique des
- Débit d'eau de la source échangeurs,
froide trop faible. - baisser la puissance réactive
et/ou active .Si aucun effet
positif n'est enregistré, arrêter
le groupe à court terme selon
l’évolution des températures.
Température d'hydrogène - Température d'eau (source -Action sur le point de consigne
basse froide) des réfrigérants H2 de température de la source
basse. froide
- Baisser le débit d’eau entrant
dans les réfrigérants d'H2.

20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008


LES SYSTEMES DE SURVEILLANCE-
PROTECTION
Températures de -Débit d'eau global faible. -Ramener les températures à
l'enroulement stator élevées -- Bouchage de conducteurs des valeurs admissibles par :
creux. baisse du point de consigne
- Température eau entrée
de température d'eau de
élevée. refroidissement. Pour éviter la
condensation d'humidité sur
- Surcharge.
les téflons, cette température
de consigne doit rester
supérieure au point de rosée
de l'eau dans l'hydrogène,
- nettoyage des filtres
-Augmenter le débit d'eau à
travers le désioniseur,
augmenter la réfrigération
d'H2,
- Baisse des puissances
réactive et/ou active
-si aucun effet positif n'est
enregistré, arrêter le groupe à
plus ou moins court terme
selon l'évolution des
températures.

20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008


LES SYSTEMES DE SURVEILLANCE-
PROTECTION

Débit d'eau de -Encrassement des filtres. -Surveiller la AP filtre. -


refroidissement du stator trop - Bouchage des conducteurs Remplacer les cartouches
faible creux. filtrantes
Pression d'eau de - Régulation défectueuse. - Vérifier les températures de
refroidissement du stator trop l'enroulement stator.
élevée

Niveau vibratoire des -Desserrage des tirants. -Rapprocher les relevés


développantes stator et des - Présence d'huile vibratoires
connexions trop élevé - Fréquence propre des - Effectuer une analyse
développantes proche de vibratoire: Si le niveau reste
100Hz. élevé :
- Fonctionnement en régime - Baisser les puissances
exceptionnel réactive et/ou active
- Restaurer le calage du
bobinage au prochain arrêt
de tranche.

20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008


LES SYSTEMES DE SURVEILLANCE- PROTECTION

Niveau -Balourd mécanique. -Analyse vibratoire pour identifier l'origine du


vibratoire des -Balourd thermique phénomène (recherche de l'harmonique 2).
paliers -Balourd magnétique - Si crainte de fissuration de l'arbre : arrêt

-Défaut de lignage
immédiat de la machine pour investigation.
- Si crainte de fissuration des barres rotoriques:
-Fissurations (arbre, barre
rotor) - faire un suivi de la résistance ohmique du
bobinage rotor à chaque arrêt de la ligne d'arbre
- Températures d'huile des
- Si pas de crainte de fissuration : ramener les
paliers hétérogènes.
niveaux vibratoires en dessous des seuils de
- Défaut d'accouplement
déclenchement par action sur : la puissance
- Ecart de température réactive, la température H2, etc.
avant/arrière d'un - Si aucun effet positif n'est constaté,intervenir
coussinet immédiatement sur la ligne d'arbre : reprise du
- Taches magnétiques sur lignage, centrage rotor/stator, dépose du rotor
l'arbre perturbant les - En cas de balourd thermique irréversible :
capteurs de vibration à mettre la ligne d'arbre sur vireur pendant 1
induction. heure environ pour libérer les contraintes liées
- Défaut de serrage chaise- à la force centrifuge puis relancer le groupe.
palier,support, étriers, etc.

20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008


LES SYSTEMES DE SURVEILLANCE- PROTECTION
Isolement palier arrière et -Détériorationdes isolants -Procéder à la remise en état
joint d'huile - Défaut de montage (sondes de l'isolation du palier arrière
Courant d'arbre blindées non isolées, et/ou du joint d'huile
tubulures d'huile non isolées) d'étanchéité hydrogène, dans
- Pollution.
les plus courts délais.
- Risque : détérioration des
coussinets et des soies
d'arbre par passage de
courant.

Température élevée des -Température huile élevée. -Action immédiate : baisser le


paliers ou AT avant/arrière - Défaut de montage. point de consigne
d'un coussinet - Dérive des sondes (rare)
température huile.
- Actions différées :
- Dérive de la chaîne de
mesure de température nettoyage des réfrigérants
d'huile, reprise du lignage,
- Débit d'huile faible
contrôle des coussinets,
- Courant d'arbre (piqûre des contrôle des pressions de
coussinets). soulèvement.

20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008


BILAN DE SANTE
 Le bilan de santé de l'alternateur est établi à partir des
grandeurs surveillées par les systèmes de surveillance-
protection et des relevés d'exploitation.
 Le bilan de santé est à pratiquer, a minima, 6 mois et 1
mois avant l'arrêt de tranche, si possible lors d'un
fonctionnement à 100% de puissance active.
 Des bilans plus rapprochés sont à prévoir sur les
machines reconnues à risque (défaut générique) ou en
cas d'évolution de certaines grandeurs.
 Les relevés sont effectués en tenant compte des points
de fonctionnement
 Puissance active, réactive et tension stator.
 Température de la source froide.

20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008


LES CONTRÔLES
ELECTRIQUES
Mesure d'isolement du bobinage
La qualité de la mesure d'isolement dépend très
étroitement de la stabilité de la tension délivrée à tout
instant de l'essai et donc de la puissance de l'appareil
(en général 100 mW).
Les mégohmmètres reconnus performant sont les
suivants :
CHAUVIN ARNOUX- ISOL 5003
MEGGER -BM11, BM25

20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008


LES CONTRÔLES
ELECTRIQUES
Deux configurations électriques sont possibles
pour cette mesure d'isolement :
 la mesure phase par phase avec point neutre
déséclissé
 la mesure 3 phases réunies avec point neutre
éclissé

20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008


LES CONTRÔLES
ELECTRIQUES
Situation requise pour procéder à une mesure de
l'isolement du stator
 alternateur à l'arrêt;
 circuit de refroidissement des barres stator vidangé et
séché par tirage au vide ;
 bornes déconnectées des gaines coaxiales ;
 température du stator si possible inférieure à 30°C ;
 enceinte de l'alternateur en conservation
 Neutre déséclissé pour une mesure phase par phase
 Neutre non déséclissé pour une mesure des 3 phases

20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008


LES CONTRÔLES
ELECTRIQUES
 Relever les conditions d'ambiance du
stator
 noter la température du bobinage ;
 mesurer l'hygrométrie de l'air dans
l'alternateur.

20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008


LES CONTRÔLES ELECTRIQUES
Mesure d'isolement du bobinage phase par phase
 Contrôler l'absence de tension entre phase et masse et entre phases ;
 Appliquer entre une phase et la masse une tension de 2500 V= pendant
10 minutes, avec relevé de la mesure de minute en minute (la première
minute étant importante.

R1 : la résistance d'isolement lue après 1 minute d'application de la
tension
 R10 : la résistance d'isolement lue après 10 minutes d'application de la
tension
 Après 10 minutes d'application du palier 2500 V=, relever la valeur de
R10 /2500v- Si elle est supérieure à 3000 méghom, commuter rapidement
le mégohmmètre sur le palier 5000 V=, sinon passer à la phase suivante.

 Appliquer entre la phase et la masse, une tension de 5000 V= pendant


10 minutes avec relevé des mesures de minute en minute. Les phases
non mises sous tension sont relies électriquement à la masse.

20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008


LES CONTRÔLES
ELECTRIQUES
Mesure d'isolement du bobinage 3
phases réunies
Si la mesure phase par phase ne peut
être réalisée (point neutre non
déséclissé), le contrôle d'isolement est
effectué avec les trois phases réunies.
La barre de neutre sert alors, de court
circuit entre les phases.

20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008


LES CONTRÔLES
ELECTRIQUES
Mesure d'isolement du bobinage
A la fin de la messure, Mettre et laisser
toutes les phases à la masse afin de
neutraliser le courant d'absorption et
éviter toute remontée de tension
dangereuse.
Débrancher le mégohmmètre.

20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008


LES CONTRÔLES ELECTRIQUES
 Mesure d'isolement du bobinage
statorique et index de polarisation
La mesure d'isolement se pratique en appliquant successivement deux niveaux
de tension notablement différents (2 500 V puis 5 000 V) afin de vérifier qu'il n'y a
pas d'écart à la loi d'ohm.
Ces tensions sont appliquées sur chacune des phases, les deux autres étant
reliées à la masse, afin de vérifier l'homogénéité de l'état de l'isolation.

Générateur
2,5KV et 5KV

Schéma de principe de la mesure d'isolement

20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008


MESURE D’ISOLEMENT ET D’INDEX DE
POLARISATION

L'isolement lu sur le mégohmmètre évolue au fil


de l'essai (effet de polarisation de l'isolation) de
sorte que, par convention, la mesure d'isolement
est relevée après 1 minute et 10 minutes
d'application de la tension.
Selon la température moyenne du bobinage, la
résistance d’isolement d’un même bobinage
peut varier d’un facteur 4. Il faut mesurer
l’isolement que si la température est comprise
entre 10 et 30°C et ramener la valeur à 20°C

20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008


LES CONTRÔLES ELECTRIQUES
Coefficient de correction de température : R (à 20°C) = R (à – C°) / k

T(°c) k T(°c) k T(°c) k T(°c) k T(°c) k T(°c) k

10 2 14 1,51 18 1,15 22 0,871 26 0,66 30 0,5

11 1,86 15 1,41 19 1,07 23 0,812 27 0,616

12 1,74 16 1,32 20 1 24 0,758 28 0,574

13 1,62 17 1,23 21 0,933 25 0,707 29 0,536

20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008


LES CONTRÔLES ELECTRIQUES

INDEX DE POLARISATION

IP = Isolement lu à 10 minutes
Isolement lu à 1 minute

20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008


LES CONTRÔLES ELECTRIQUES

 Les phases sont considérées homogènes si


aucune résistance d'isolement n'est inférieure
de 20% par rapport à la moyenne.
 A partir des valeurs de la résistance d'isolement
et de l'index de polarisation, il est possible de
porter un premier jugement sur le bobinage
statorique et sa capacité à être recouplé au
réseau .

20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008


LES CONTRÔLES ELECTRIQUES
MESURES D’ISOLEMENT ET INDEX DE POLARISATION

ISOLEMENT A 10 IP HOMOGENEITE COMMENTAIRE


MINUTES ET A
20 °C DE

CHAQUE PHASE
> 3 000 MO et >2 et < 20% Isolation correcte Remise sous
tension possible. Essai sous haute
tension possible

> 300 MO ou >1,5 ou > 20% Isolation médiocre mais remise sous
tension possible. Essai sous haute
tension risqué

< 300 MO ou < 1,5 ou > 20% Isolation dégradée


Remise sous tension interdite sans
analyse de risque

20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008


LES CONTRÔLES ELECTRIQUES
MESURE D’ISOLEMENT SOUS HAUTE TENSION
CONTINUE

 La mesure d'isolement sous Haute


Tension Continue (HTC) consiste à porter
la (ou les) phase(s) à une tension
supérieure à 5 kV pendant l'essai.
 Cette mesure est uniquement effectuée
lors d'une intervention majeure sur
l'alternateur.

20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008


LES CONTRÔLES ELECTRIQUES
INTERVENTIONS NECESSITANT DES MESURES
D’ISOLEMENT SOUS HAUTE TENSION CONTINUE

 Resserrage des calages des développantes.


 Mise en place de calage additionnel dans les développantes.
 Reprise du calage des développantes sans intervention sur le
bobinage.
 Recalage d'encoche radial ou latéral. Recalage des sorties
machine.
 Intervention sur boîte à eau.
 Intervention sur les têtes de bobines ou cercles de connexions.
 Intervention sur une barre sans remplacement.
 Remplacement d'une barre (ou plusieurs).
 Rebobinage complet.
 Intervention sur une borne.

20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008


LES CONTRÔLES ELECTRIQUES
MESURE D’ISOLEMENT SOUS HAUTE TENSION
CONTINUE
 S'assurer que les 3 phases supportent la tension simple
1,2 UN/ 3 alternatif (1,2 correspond à la prise en compte
d'une marge de 10% au dessus de 1,1 UN -limite haute
du domaine de tension exceptionnel de la machine qui
peut être atteint en service normal). C'est aussi le seuil
de la protection à maximum de tension -max U).
 Les mesures sont réalisées HTC: UHTC=1,6 UHTA
 S'assurer que le point neutre ne comporte pas de défaut
latent

20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008


Opération Tension Niveau maxi Durée de maintien
au seuil final
Contrôle des barres neuves HTC 2,6 Un 10 secondes
(essai individuel sur site) HTA 1,4 Un

Contrôle de barres anciennes HTC 2 Un 10 secondes


(essai individuel sur site) (1)2,4 Un
HTA 0,8 Un

Contrôle du bobinage restant en HTC 1,2 Un 1 minute


place
Contrôle des chignons des HTC 2 Un ou 10 secondes
zones touchées par inverse 1,2 Un
l'intervention
Contrôles des barres affectées 1,6 Un 10 secondes
par les travaux après leur HTC (1)2,2 Un
remise en place et leur
calage latéral
Contrôles de toutes les barres, 1,6 Un 10 secondes
déconnectées, après HTC (1)2,2 Un
recalage radial
Essai de requalification de fin HTC 1,13Un 1 minute
de chantier (1)2 Un (1) 6 minutes
20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008
1 En cas de rebobinage complet
LES CONTRÔLES ELECTRIQUES
MESURE DES NIVEAUX DE DECHARGES PARTIELLES

 Les décharges partielles mesurées sur une


isolation statorique micacée sont un indicateur
de toutes les lames d'air ou vacuoles
présentes entre le cuivre et le circuit
magnétique.
 La présence d'une lame d'air au sein du
champ électrique constitue un diviseur
capacitif sur lequel se reporte toute la
contrainte diélectrique.
 Cette lame d'air claque ou amorce au rythme
du champ électrique (100 Hz) et génère des
impulsions à haute fréquence mesurables.
20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008
LES CONTRÔLES ELECTRIQUES
MESURE DES NIVEAUX DE DECHARGES PARTIELLES
 La présence de décharges partielles au sein d'un
bobinage statorique peut révéler trois types de site
d'ionisation :
 Au coeur même de l'isolant, par manque d'accrochage
du ruban isolant sur le cuivre ou du fait d'un manque
d'imprégnation.
 Entre la surface externe de l'isolant et le circuit
magnétique.
 En bout de partie droite, au raccord entre les vernis
conducteur et semi-conducteur répartiteur de tension. Il
s'agit dans ce cas d'ionisation d'air de faible énergie, peu
nocive. Ces aigrettes s'appellent "effet couronne" ou
"Corona".

20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008


LES CONTRÔLES ELECTRIQUES
MESURE DES NIVEAUX DE DECHARGES PARTIELLES

DP d'encoche aux
interfaces vernis/circuit
magnétique

DP de sortie de fer
(ou effet Corona)
EXEMPLES DE SITES DE DECHARGES PARTIELLES EXTERNES
20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008
DECHARGES PARTIELLES INTERPHASES DANS LES
DEVELOPPANTES

20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008


LES CONTRÔLES ELECTRIQUES
MESURE DES NIVEAUX DE DECHARGES PARTIELLES

 La mesure de DP par tension appliquée


présente un risque pour le bobinage qui va être
porté à 0,8 Un - 50 Hz, côté neutre compris .
Afin de limiter ce risque, il est impératif de
mesurer l'isolement de chaque phase du stator
avant de mettre le bobinage sous tension
alternative.
 Le critère pour poursuivre l'essai est d'avoir un
isolement de chaque phase supérieure 3000
Méghom à 10 minutes et à 20 °C

20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008


Bobinage Stator

Côté Phases

Côté Neutre

380V
50Hz

20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008


LES CONTRÔLES ELECTRIQUES
ESSAI DE MAGNETISATION DU FER STATOR A FLUX REDUIT

L'induction appliquée est de l'ordre de 4 % de l'induction


nominale et la puissance requise d'une dizaine de kVA.
Cet essai est aussi connu sous le nom commercial de "test
ELCID", appareillage le plus couramment utilisé.

Pour cet essai, quelques spires d'excitation parcourues par


une dizaine d'Ampères sont bobinées au travers du circuit
magnétique. Tout défaut entre tôles se comporte alors comme
un secondaire de transformateur en court circuit du fait du
bouclage du courant par les clavettes d'empilage.

20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008


LES CONTRÔLES ELECTRIQUES
ESSAI DE MAGNETISATION DU FER STATOR A FLUX REDUIT

Spires d’excitation

Détecteur de
courants de
Table traçante
défaut entre tôles

20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008


CONTRÔLE DU CALAGE LATERAL DES
BARRES

Ce contrôle a pour objet de s'assurer que les barres statoriques


sont fermement plaquées sur les faces des encoches du circuit
magnétique.
Ce bon maintien est primordial afin d'empêcher toute vibration des
barres et de ce fait, toute érosion du mur isolant.
La méthode consiste à déterminer le coefficient de serrage des
barres en mesurant de proche en proche la chute d'une tension
appliquée au travers d'un évent, sur le vernis conducteur d’une
barre

20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008


CONTRÔLE DU CALAGE RADIAL

20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008


CONTRÔLE DE SERRAGE DU CIRCUIT MAGNETIQUE

L'empilage de tôles du circuit magnétique stator doit être maintenu


serré afin d'éviter les vibrations des dents sous l'effet des
harmoniques de réaction d'induit. Le contrôle du serrage s'effectue
soit par mesure du couple de serrage des tiges traversantes du
circuit magnétique, soit par mesure de la pression résiduelle au sein
de chaque paquet de tôles.
20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008
CONTRÔLES MECANIQUES
CONTRÔLE DES FRETTES ROTOR

 Le contrôle des frettes du rotor a pour objet de s'assurer qu'aucune


fissure n' affecte leur tenue mécanique présente et surtout à venir.

 Les fissures naissant en peau interne des frettes, elles sont


impossibles à visualiser frette en place et il faudrait les déposer.

 La méthode de contrôle retenue basée sur la détection par onde


ultrasonore (Rotoscan) permet de s'affranchir des démontages pour
déceler les éventuelles fissures.

20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008


CONTRÔLES MECANIQUES
CONTRÔLE DES FRETTES ROTOR

Sa limite de détection est actuellement de 1 mm de profondeur.


Sachant que la limite d'usinage d'une frette en peau interne est de
0,4 mm, toute détection de fissure entraîne le remplacement de la
frette à terme.

Par ailleurs, les cinétiques de détérioration (oxydation, fissuration)


des matériaux dans les conditions d'exploitation conduisent à
préconiser un contrôle des frettes en NMF3 tous les 5 ans et un
contrôle des frettes en NMF18 tous les 10 ans.

20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008


CONTRÔLES MECANIQUES
CONTRÔLE DE L’ETANCHEITE DU CIRCUIT D’EAU DE
REFROIDISSEMENT DES BARRES STATORIQUES

Ce contrôle a pour objectif de s'assurer que le circuit d'eau


de refroidissement des barres stator est étanche à
l'hydrogène dans sa partie interne à l'enceinte
alternateur.
Il est réalisé sous vide en test de remontée de pression
(RDP)

La méthode utilisée pour réaliser la mise sous vide sera expliquée


ultérieurement.

20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008


ELEMENTS DE RETOUR D’EXPERIENCE

Stator de l'alternateur

Les diverses anomalies succeptibles


d'affecter les stators des alternateurs
peuvent être regroupées en 4 familles

20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008


ELEMENTS DE RETOUR D’EXPERIENCE

LE STATOR

 les anomalies d'ordre mécanique, affectant


soit le calage du bobinage dans les encoches
ou les développantes, soit la carcasse ou le
circuit magnétique,
 les anomalies d'ordre électrique, affectant
l'isolation à la masse ou les systèmes
répartiteurs de potentiel,
 les anomalies d'ordre hydraulique, affectant
l'étanchéité du circuit d'eau ou la filtration,
 les anomalies d'ordre chimique, affectant la
stabilité de la couche d'oxyde de cuivre et
conduisant au bouchage des conducteurs creux.
20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008
ELEMENTS DE RETOUR D’EXPERIENCE

Calage d'encoche du bobinage statorique


Le calage radial d'encoche

Le calage radial a pour but de maintenir les barres statoriques plaquées


en fond d'encoche.

 les efforts électrodynamiques entre barres sont de type pulsés à la


fréquence de la réaction d'induit (100 Hz).

 Le calage est sollicité par ces efforts alternés en plus de la dilatation


radiale des barres en cuivre

 dans les encoches comportant des barres de phases différentes, la


tendance à la répulsion des conducteurs -lorsqu'ils sont parcourus
par des courants de sens opposés- entraîne une sollicitation de leur
calage plus importante que dans les encoches à deux conducteurs de
même phase.

20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008


ELEMENTS DE RETOUR D’EXPERIENCE

 Calage type souple

Matelas de fond d’encoche

Barre de fond d’encoche isolée


Bande de nivellement
Cale entre barres
Bande de nivellement
Barre d’entrefer isolée
Bande de glissement
Ressort ondulé

Cale avec coin

20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008


CALAGE ELASTIQUE PAR RESSORTS ONDULES

20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008


ELEMENTS DE RETOUR D’EXPERIENCE
 Calage de type dur :

20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008


ELEMENTS DE RETOUR D’EXPERIENCE

Calage latéral d’encoche


Le calage latéral a pour but de maintenir les barres statoriques
plaquées contre les parois des encoches du circuit
magnétique.

• Calage latéral "ALSTOM"


ALSTOM utilise une technique à ressorts et coin/contre-coin.
Cette technique présente l'avantage de contrôler l'effort de
placage et de permettre, après dépose des ressorts, une
extraction aisée des barres en cas de nécessité.

20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008


Barre stator

Circuit
magnétique

Ressort latéral
conducteur

Vernis conducteur

20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008


ELEMENTS DE RETOUR D’EXPERIENCE

 Calage latéral d’encoche de type dur :


Calage latéral "CEM" ou "ABB"
En ce qui concerne les alternateurs CEM ou ABB, le
calage latéral dur qui y est employé vieillit plutôt bien.
Son inconvénient étant de ne pas permettre une dépose
aisée des barres en cas de masse stator par exemple.
De plus, l'absence d'évents de ventilation radiaux, le long
du circuit magnétique ne permet de contrôler le serrage
latéral par la méthode électrique, qu'en partie centrale du
fer stator.

20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008


ELEMENTS DE RETOUR D’EXPERIENCE

Calage des développantes du bobinage statorique

 La partie du bobinage stator située à l'extérieur du circuit


magnétique se comporte mécaniquement comme une
structure en porte-à-faux soumise aux contraintes
électrodynamiques.

 Le calage des têtes de bobine a pour but de maintenir


l'ensemble des développantes monolithique afin qu'il
garde sa cohésion sous l'effet des vibrations normales
(première harmonique de réaction d'induit) mais aussi lors
de situations exceptionnelles telles que faux couplages, ou
courts-circuits.

 Les fréquences propres des paniers de développantes


sont voisines de 100 Hz le phénomène de résonance qui
apparaît alors conduit à la détérioration très rapide des
calages et des isolants.
20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008
ELEMENTS DE RETOUR D’EXPERIENCE
Calage des développantes du bobinage statorique

 Les niveaux vibratoires mesurés en exploitation dépendent de la


rigidité, donc de la cohésion des développantes et des contraintes
électrodynamiques générées par le courant statorique. En cas
d'indication anormale, il y a lieu d'abaisser le courant stator afin de
diminuer les forces d'excitation.

 Les constructeurs proposent un montage sur cône monobloc


(commercialisé sous le nom de bobinage STAR - Système de
Traitement Accéléré des Rebobinages).

 Ce principe de fixation sur un cône rigide en fibre de verre,


développé en premier lieu par Westinghouse et commercialisé sous
l'appellation Rigiflex, est aussi utilisé de longue date chez les
principaux constructeurs d'alternateurs de très grande puissance
(SIEMENS-KWU, ABB).

20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008


ELEMENTS DE RETOUR D’EXPERIENCE
Calage des développantes

20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008


CALAGE DE DEVELOPPANTES )
(ALTERNATEUR DE 1120MVA

20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008


CALAGE DE DEVELOPPANTES (ALTERNATEUR DE 1120MVA)

20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008


CALAGE TRICONIQUE DES TÊTES DE BOBINES

20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008


RUPTURE DU CALAGE DES DEVELOPPANTES APRES CC AUX BORNES
20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008
FRACTURES DE LIAISON APRES CC AUX BORNES
20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008
VIBRATIONS DE DEVELOPPANTES STATORIQUES
20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008
CAMBOUIS DÛS A DES VIBRATIONS DEVELOPPANTES
20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008
CAMBOUIS PROVENANT DE L’USURE DES CALAGES DANS UNE
MACHINE GRASSE

20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008


VIBRATIONS DU CALAGE D’ENCOCHES

20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008


Calage des développantes du bobinage statorique sur cône

Tiges de serrage des


développantes

Collecteur
d’eau

Cercle de Cône
Circuit magnétique connexions Boîtes
Tirand à eau
Plateau de
serrage Barre

20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008


ELEMENTS DE RETOUR D’EXPERIENCE
Cercles de connexion et descentes aux bornes

 Les connexions électriques série/parallèle et les liaisons vers les


bornes font appel à des barres de cuivre creuses refroidies à l'eau. La
géométrie tortueuse de ces pièces conduit à les cintrer ou à les
rabouter par brasage à l'argent.
 Sous l'effet des vibrations mécaniques et électrodynamiques, ces
pièces sont sollicitées en fatigue.
 Fissuration des descentes aux bornes
 Renforcement des calages et contrôles périodiques par analyse
modale.

 Fissuration des connexions en Té

 Amélioration du dessin de la pièce et fixation des


descentes aux bornes par des supports viscoélastiques (silent bloc).

20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008


BRIDAGE DES DESCENTES AUX BORNES D’ALTERNATEUR

20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008


20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008
DESCENTES AUX BORNES
VIBRATIONS DU CERCLE DE CONNEXION

20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008


BORNE DE
SORTIE

20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008


CONNEXION CIRCULAIRE

Brasure B Brasure A

20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008


FISSURATION D’UNE CONNEXION

20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008


ELEMENTS DE RETOUR D’EXPERIENCE

Serrage du circuit magnétique


 Le circuit magnétique est constitué d'un empilage de
tôles isolées de 0,5 ou 0,35 mm d'épaisseur, sur 8 à
9 m de hauteur.
 Compte tenu du nerf des tôles minces poinçonnées
(effet de ressort), un effort permanent de pression
doit être maintenu pour éviter d'une part le
foisonnement des tôles et d'autre part les vibrations
des dents sous l'effet des harmoniques de réaction
d'induit.

20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008


ELEMENTS DE RETOUR D’EXPERIENCE
Serrage du circuit magnétique

 Le circuit magnétique est constitué d'un empilage de tôles


isolées de 0,5 ou 0,35 mm d'épaisseur, sur 8 à 9 m de hauteur.

 Compte tenu du nerf des tôles minces poinçonnées (effet de


ressort), un effort permanent de pression doit être maintenu
pour éviter d'une part le foisonnement des tôles et d'autre part
les vibrations des dents sous l'effet des harmoniques de
réaction d'induit.

 En dessous d'une pression résiduelle de 3 bars, il y a risque de


micro-mouvement des tôles et d'usure du vernis isolant.

 Ces micro mouvements se traduisent par la présence d'une


poussière mate, de couleur ocre rouge visible sur l'alésage du
stator (oxyde de fer)

20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008


ELEMENTS DE RETOUR D’EXPERIENCE

Court-circuit entre tôles

Un court-circuit entre tôles peut avoir pour origine :


 soit une disparition du vernis isolant par micro érosion
 soit une blessure du circuit magnétique (rayure lors d'une sortie de
rotor, coup
d'outil, etc.),
 soit une fusion du fer en extrémité par manque de protection du
bouclier de flux,
 soit une détérioration du vernis isolant par échauffement

 Les courts-circuits superficiels peuvent généralement être éliminés


par meulage à la meule puis l'isolement entre tôles est reconstitué par
tamponnage de la zone meulée à l'acide phosphorique (création d'un
phosphate isolant).
 En cas de disparition du vernis isolant (desserrage du circuit
magnétique ou suréchauffement), il y a lieu d'insérer des intercalaires
isolants (feuille de mica).
 En cas de fusion du fer en profondeur, seul le détôlage du circuit
magnétique permet une réparation sûre du stator. De telles
réparations sont à confier au constructeur de l'alternateur.
20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008
ELEMENTS DE RETOUR D’EXPERIENCE

Court-circuit entre tôles du circuit magnétique

20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008


Court-circuit entre tôles du circuit magnétique
20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008
Court-circuit entre tôles du circuit magnétique

20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008


COURT- CIRCUIT ENTRE TÔLES REPARABLE PAR MEULAGE

20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008


POINT CHAUD SUR CIRCUIT MAGNETIQUE

20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008


20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008
COURT6CIRCUIT ENTRE TÔLES REPARABLE PAR
MEULAGE
20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008
FUSION DU FER PAR SUREXCITATION

20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008


FUSION DU FER PAR SUREXCITATION

20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008


ELEMENTS DE RETOUR D’EXPERIENCE
Vibrations de carcasse du stator
 Les vibrations de carcasse sont, généralement, la conséquence
de vibrations d'autres éléments de l'alternateur :

 vibrations du rotor transmises par les paliers et le génie-civil,

 vibrations des développantes transmises par le circuit


magnétique,

 vibrations du circuit magnétique transmises par les clavettes


de fixation

 il faut en priorité traiter la cause racine des vibrations et si


nécessaire, réparer les dommages causés à la carcasse elle-
même (fissure de soudure, ...).

20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008


FISSURATION DES STRUCTURES PAR VIBRATIONS

20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008


FUITES D’HUILE DANS LA CARCASSE

20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008


ELEMENTS DE RETOUR D’EXPERIENCE
Bouclier de flux
 Le bouclier- ou amortisseur- de flux, disposé aux
extrémités du stator, a pour rôle d'empêcher la
pénétration des lignes de flux axiales dans la tôlerie
stator.
 Le principe de fonctionnement de ce bouclier de flux
est basé sur la loi de Lenz, de sorte que des
courants très importants peuvent y être générés.
 Bien que le bouclier soit en cuivre, ces courants
entraînent des échauffements notables (> 200 °C) et
donc, des contraintes thermiques.

20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008


ELEMENTS DE RETOUR D’EXPERIENCE
Plateau amortisseur de
flux ou bouclier de flux Plateau de
serrage

20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008


ELEMENTS DE RETOUR D’EXPERIENCE

Isolation à la masse du bobinage statorique


 Les alternateurs modernes sont isolés avec des des systèmes
d'isolation "thermodurcissables" de classe F (selon norme CEI
85).
• Rubans de verre et papier mica imprégnés de résine epoxy
• Moins sensibles au vieillissement que les isolants à l’asphalte

 MICADUR CEM ABB


 ISOTENAX ALSTOM
 THERMALASTIC WESTIGHOUSE et JEUMONT SCHNEIDER

20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008


ELEMENTS DE RETOUR D’EXPERIENCE
Ces isolants peuvent être mis en péril par 3
phénomènes :
 érosion mécanique : par vibration et micro-
mouvements, l'isolant s'use parfois
jusqu'au cuivre - rendant un défaut "masse stator"
inévitable,
 humidification : une fuite de boîte à eau en tête de
développante peut dégénérer
en amorçage à la masse du fait de la migration de
l'eau au sein des couches
d'isolant des développantes ou entre isolant et
brins élémentaires.
 Pollution par l’huile faisant glisser les calages

20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008


ELEMENTS DE RETOUR D’EXPERIENCE

 érosion mécanique : par vibration et micro-mouvements, l'isolant


s'use - parfois
jusqu'au cuivre - rendant un défaut "masse stator" inévitable,

 humidification : une fuite de boîte à eau en tête de développante


peut dégénérer en amorçage à la masse du fait de la migration de
l'eau au sein des couches d'isolant des développantes ou entre
isolant et brins élémentaires.
 l'isolation dans les développantes n'étant pas pressée et ni mise au
gabarit comme en partie droite, une migration de l'eau à travers les
porosités est possible

20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008


BARRE DE STATOR PERFOREE PAR UN CORPS ETRANGER

20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008


Amorçage dans un coude de développante
20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008
AMORCAGE LORS D’UN ESSAI DIELECTRIQUE

20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008


VIBRATIONS DES BARRES STATORIQUES DANS L’ENCOCHE

20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008


POLLUTION D’UN STATOR REFROIDI PAR L’AIR
20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008
CRAQUELURES D’ISOLANT EN SORTIE (ASPHALTE)

20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008


INSPECTION PAR CAMERA DANS L’ENTREFER

20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008


INSPECTION PAR CAMERA DANS L’ENTREFER

20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008


INSPECTION PAR CAMERA DANS L’ENTREFER

20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008


ELEMENTS DE RETOUR D’EXPERIENCE
- Répartiteur de potentiel dans les développantes
 Le système répartiteur de champ électrique a pour rôle
d'adoucir les lignes de champ entre la surface des
développantes (qui sont à potentiel flottant) et le vernis
conducteur des parties droites (qui est au potentiel de
masse).
 Ce répartiteur de champ évite l'apparition d'aigrettes
(arcs électriques de faible énergie appelé effet corona ou
effet couronne) dues à la différence de potentiel entre la
surface des développantes et la partie droite.

20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008


ELEMENTS DE RETOUR D’EXPERIENCE

matériaux semi-conducteurs : qu'il


s'agisse d'une peinture ou d'un ruban
appliqué sur les développantes, le
principe consiste à transformer en
courant de circulation, la tension de
surface des développantes grâce à une
matière semi-conductrice. Il s'agit donc
d'un répartiteur résistif de tension,

20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008


ELEMENTS DE RETOUR D’EXPERIENCE

Développantes
Partie droite des barres recouvertes d’un vernis
stator recouvertes de semi-conducteur
vernis conducteur graphité

20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008


ELEMENTS DE RETOUR D’EXPERIENCE

électrodes internes à potentiel flottant : le


principe consiste à fixer le potentiel dans
l'épaisseur de l'isolant des développantes
grâce à 2 ou 3 électrodes équipotentielles
noyées dans l'isolation. Celles-ci réalisent un
diviseur capacitif de tension tel que la
tension en surface de l'isolant est
suffisamment faible pour ne pas générer
d'aigrettes.

20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008


Développantes avec répartiteur de potentiel à 3 électrodes flottantes
typiques d'un alternateur 24kV

Tresse de
mise à la
Parties droites recouvertes masse de Electrodes internes à
de vernis conducteur l’électrode potentiel flottant
graphité de surface
20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008
ELEMENTS DE RETOUR D’EXPERIENCE

Cette solution originale conçue par


ALSTOM, privilégie le défaut à la
masse immédiat détectable par la
protection "Masse Stator"

20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008


ELEMENTS DE RETOUR D’EXPERIENCE
 Boîtes à eau du bobinage statorique
 Le refroidissement direct à l'eau déminéralisée du
bobinage statorique conduit les constructeurs à disposer
des boîtes à eau aux extrémités des barres afin de
répartir l'eau dans les conducteurs creux.
 l'étanchéité de la plaque tubulaire doit être parfaite afin
que l'humidité ne migre pas par capillarité au sein de
l'isolant et cause un amorçage à la masse.
 Dans la technologie CEM ou ABB, la boîte à eau est
déportée au-delà de la liaison électrique entre barres
(séparation des fonctions). Ainsi, la plaque tubulaire est
parfaitement accessible pour réaliser les brasures
d'étanchéité.

20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008


ELEMENTS DE RETOUR D’EXPERIENCE

Boite à eau avec conducteurs inox de technologie ABB

20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008


ELEMENTS DE RETOUR D’EXPERIENCE

Dans la technologie ALSTOM, la boîte à eau remplit la double fonction


d'éclisse
électrique et d'alimentation en eau. L'étanchéité est réalisée par
brasage à l'argent de 4 colonnes de conducteurs (pleins et creux).

20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008


ELEMENTS DE RETOUR D’EXPERIENCE

CONDUCTEURS ALTERNES DANS LA BARRE

PROCEDE ROEBEL

20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008


Exemple de
manque de
brasure argent

20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008


ELEMENTS DE RETOUR D’EXPERIENCE
Conducteurs creux
Le refroidissement direct à eau des bobinages
statoriques a amené les constructeurs à inclure des
conducteurs creux au sein des barres.
Ces conducteurs creux, généralement en cuivre, peuvent
présenter des cas de bouchage par formation et dépôt
d'oxyde de cuivre.
Les enseignements tirés des cas de bouchage sont les
suivants :
le conditionnement aéré de la bâche à eau, le suivi des
températures d'encoche et l'analyse des coefficients
d'encrassement
doivent permettre de déceler les phénomèmes
d’encrassement.
20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008
ELEMENTS DE RETOUR D’EXPERIENCE
Phénomène de bouchage des conducteurs creux

CuO (Oxyde de
Eau en cuivre)
circulation CUIVRE

CUIVRE

20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008


ELEMENTS DE RETOUR D’EXPERIENCE
Phénomène de bouchage des conducteurs creux

Eau en
circulation CUIVRE

CUIVRE

20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008


EVOLUTION DE LA CONCENTRATION EN CUIVRE
DISSOUS LE LONG D'UN CONDUCTEUR CREUX

70
Température(°C)/Concentration en

Limite de solubilité
60 du CuO
T°C de l’eau
50
Cu++(µg/kg)

40

30

20

10
Concentration en Cu++
0
1 2 3 4 5 6 7 8
Longueur de la barre (m)

20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008


ELEMENTS DE RETOUR D’EXPERIENCE

ALTERNATEUR STATOR CONDUCTEUR


CREUX VAGUELETTES D'OXYDE DE
ALTERNATEUR - STATOR ■ CONDUCTEUR
CUIVRE CuO
CREUX BOUCHON EN FORME D'OGIVE

20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008


ELEMENTS DE RETOUR D’EXPERIENCE
Rotor de l'alternateur

L'essentiel des anomalies rencontrées en


fonctionnement avec les rotors de turboalternateur
sont d'ordre vibratoire.
Toutefois, compte tenu des sollicitations élevées que
subissent les pièces en rotation, des anomalies ont
aussi été rencontrées sur les divers composants du
rotor : fût, frette, bobinage, amortisseurs, amenée de
courant, étanchéité à l'hydrogène.

20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008


ELEMENTS DE RETOUR D’EXPERIENCE

Vibrations d'origine thermique


On appelle vibration d'origine thermique (ou balourd
thermique), un phénomène vibratoire (crise régulière
ou état permanent) liée soit à un coincement du
bobinage rotorique qui ne peut se dilater ou se
rétracter librement, soit à des points chauds locaux
au sein du bobinage entraînant une dilatation
dissymétrique (court-circuit, défaut de ventilation).
Les balourds thermiques sont sensibles aux
variations de charge actives et réactives
20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008
ELEMENTS DE RETOUR D’EXPERIENCE

- Vibrations d'origine
mécanique
Les vibrations d'origine mécanique (ou balourd
mécanique) sont liées soit à un réel défaut
d'équilibrage du rotor (après réparation, ou
déplacement de pièce interne au rotor), soit à un
défaut d'alignement des paliers, joints d'huile, ou
accouplement, ou encore, aux conséquences d'un
mauvais équilibrage de la turbine (rotor BP3).
Les balourds mécaniques sont insensibles aux
variations de charge actives et réactives
20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008
ELEMENTS DE RETOUR D’EXPERIENCE
Désordres liés à la vitesse de virage

La vitesse de virage ne devient véritablement gênante pour le rotor


alternateur que si elle est inférieure à la vitesse assurant un
placage centrifuge des conducteurs dans les encoches.
Aux faibles vitesses de rotation, on peut constater:
 des usures d'isolant ou de cuivre par micro érosion du contenu
d'encoche
 des Mouvement du calage sous frette.
Pour des groupes 1500tr/min, cette vitesse limite se situe
généralement vers 70 tr/min.
A la conception, le choix de la vitesse de virage est souvent lié à la
turbine et au niveau d'investissement à consentir : plus la vitesse
est élevé, plus le vireur est puissant (alimentation en 6,6 kV au lieu
de 380 V) donc plus cher.

20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008


ELEMENTS DE RETOUR D’EXPERIENCE

Anomalies affectant le fût rotor

Le fût du rotor représente la plus grosse pièce massive de


l'alternateur
Un très grand soin est apporté à sa construction : forgeage
monobloc ou polybloc.
Anomalies rarement constatées:
• fusions de dents plus ou moins importantes
• Phénomène de fissuration transversale de l'arbre au niveau des
puits de connexion sur les rotors

20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008


ELEMENTS DE RETOUR D’EXPERIENCE
- Frettes
Des aciers spécialement forgés, à haute limite élastique (plus de
600/700 MPa) sont utilisés.

En fonctionnement, les frettes sont situées dans une zone très


dense en flux d'extrémité, elles sont donc soumises aux
courants de Foucault.
Elles doivent être réalisées dans un acier amagnétique.

La matière : acier amagnétique NMF3 ou NMF18 (NMF : Non


Magnétique pour Frette)
NMF3 : 18 % Mn, 5 % Cr, n'est pas un acier inoxydable et est
sensible à la corrosion sous tension en présence d'humidité.
NMF18 : 18 % Mn, 18 % Cr, est un acier inox et est insensible à la
corrosion en eau pure.

20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008


ELEMENTS DE RETOUR D’EXPERIENCE

Le formage

Afin d'obtenir les excellentes propriétés de résistance des


matériaux, la frette est formée par expansion hydraulique. La
déformation de la matière, pour lui donner ses dimensions
radiales, se situe dans le domaine plastique; les propriétés
mécaniques sont alors anisotropes. Ainsi, le module d'Young
tangentiel R02% vaut 900 MPa lorsque les modules axiaux et
radiaux valent 700 Mpa.

20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008


ELEMENTS DE RETOUR D’EXPERIENCE
Le montage sur le rotor
Les frettes devant maintenir serrées les têtes des bobines
rotor, leur montage s'effectue en les chauffant pour les
dilater.
Au refroidissement, elles se serrent (frettage) sur les
extrémités du rotor où elles sont alors verrouillées. La
matière de la frette est alors en tension.

Lors de cette opération, la température de la frette, même


locale, doit rester inférieure à 400 °C, sinon il y a
fragilisation du métal par formation de carbure. C'est
pourquoi le chauffage au chalumeau - rampe de
flambards - a été abandonné au profit de l'induction, plus
homogène.

20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008


MISE EN TEMPERATURE D’UNE FRETTE PAR
INDUCTION
20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008
ELEMENTS DE RETOUR D’EXPERIENCE

Les modes de ruine


dégradation de surface (écaillage, corrosion, ...) qui,
sans correspondre à une
destruction, peut parfois conduire au rebut de la frette,
destruction de type explosion - ou éclatement - de
frette en rotation (YAINVILLE
(1977), SKAERBACK (1978), GRAND GULF (1978),
SCHOLVEN (1985),
COMANCHE(1994) ...).

20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008


ELEMENTS DE RETOUR D’EXPERIENCE

Le mode de conservation : en ambiance sèche


En exploitation : le rotor et les frettes sont en
ambiance d'hydrogène sec. Il convient alors de
surveiller l'hygrométrie dans l'enceinte
alternateur
En arrêt pour maintenance : les frettes en NMF3
risquent de se dégrader lors des arrêts de
tranche lorsqu'elles ne sont pas conservées à
l'abri de l'humidité.
Par conséquent, il est impératif de respecter les
règles de conservation à l'arrêt : tapis chauffant,
bâche avec dessiccateur réchauffeur, etc

20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008


20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008
ASPECT NORMAL D’UNE FRETTE DE ROTOR

20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008


ASPECT SURCHAUFFE D’UNE FRETTE DE ROTOR
20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008
20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008
CORROSION SOUS FRETTE ROTOR
RESTE D’UNE FRETTE ROMPUE PAR CORROSION SOUS TENSION

20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008


DEGATS SUITE A RUPTURE DE FRETTE

20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008


ELEMENTS DE RETOUR D’EXPERIENCE

Bobinage rotorique

Le bobinage rotorique doit réussir le compromis entre une


bonne tenue mécanique et un isolement correct par
rapport au fût rotor.
 Ouverture du bobinage rotorique par rupture de
spire ou de connexion...
 L'ouverture en charge du bobinage rotorique par rupture
de spire ou de connexion entraîne systématiquement la
formation d'un arc électrique, suivie très rapidement d'un
amorçage à la masse par brûlure des isolants, ionisation
de l'atmosphère et projection ou transfert de cuivre
fondu au droit du défaut.
20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008
ELEMENTS DE RETOUR D’EXPERIENCE

Défaut d'isolement à la masse des rotors


Les quelques faiblesses d'isolement
rotorique sont attribuées soit à des
reprises d'humidité lors d'arrêt de
tranche, soit à de la pollution issue
d'une dégradation mécanique ou d'un
amorçage électrique par ailleurs.

20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008


ELEMENTS DE RETOUR D’EXPERIENCE

Défaut unique à la masse


Un tel défaut n'interdit pas a priori la
poursuite de l'exploitation de la machine,
pour autant qu'un certain nombre de
précautions soient prises, comme la mise
en service d'un suivi de l'isolement en
continu, la limitation du courant
d'excitation, etc

20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008


ELEMENTS DE RETOUR D’EXPERIENCE

Perte d'isolement par défauts multiples à la masse

 Ce type d'anomalie qui, en service, s'accompagne généralement


d'une augmentation anormale du courant d'excitation et du
niveau vibratoire du rotor, il est susceptible d'entraîner des
dégâts plus ou moins graves : d'une simple fusion de cuivre avec
quelques points d'amorçage à la masse, à des fusions plus
considérables de fer et de cuivre, suivant la position des défauts
et le mode de déclenchement de la machine lors de leur
apparition (manuel ou automatique). De plus, les éléments
éjectés du rotor affectent souvent le stator (effet de missile sur les
développantes).
 Ces dégâts, graves en général, ne peuvent bien souvent être
corrigés que dans les ateliers d'un réparateur.

20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008


20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008
FORTE POLLUTION D’UN ROTOR

20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008


ELEMENTS DE RETOUR D’EXPERIENCE

Amenées de courant d'excitation au rotor


Les amenées de courant rotor
comportent les éléments suivants : la
connexion centrale dans l'arbre, les
tiges radiales, les connexions le long
de l'arbre, plus les bagues (excitation
par balais)

20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008


ELEMENTS DE RETOUR D’EXPERIENCE

COUPE SOUS FRETTE DU BOBINAGE ROTOR

20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008


RUPTURE SOUS CALAGE DE FRETTE
20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008
DEVERSEMENT DE SPIRES
20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008
DECALAGE DES CALES D’ENCOCHES
20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008
INSPECTION D’UN ROTOR SOUS FRETTE

20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008


20/02/2011
FUSION DU CUIVRE ET DU P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH
FER PAR OUVERTURE2008 D’UNE SPIRE EN MARCHE
FISSURE D’UNE CONNEXION D’ARRIVEE COURANT

20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008


20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH
FISSURATION DE CONNEXION 2008
INTERPOLAIRES SOUS FRETTE
INSPECTION D’UN ROTOR SOUS FRETTE

20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008


INSPECTION D’UN ROTOR SOUS FRETTE

20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008


AMORCAGE SUR CALE ROTORIQUE

20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008


20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH
DESTRUCTION D’UN BOBINAGE2008 ROTORIQUE
ELEMENTS DE RETOUR D’EXPERIENCE
Etanchéité à l'hydrogène

Les joints assurant l'étanchéité au niveau des puits de


connexion du rotor sont sujets à vieillissement.
La fonction etanchéité ne peut être assurée pour toute la durée
de vie du rotor (durcissement de la matière après une douzaine
d'années d'exploitation).

20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008


ELEMENTS DE RETOUR D’EXPERIENCE

Joint ' d'étanchéité

20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008


PUIT DE CONNEXION ROTORIQUE

20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008


EXEMPLE DE JOINT D’ETANCHEITE D’UNE CONNEXION

20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008


ELEMENTS DE RETOUR D’EXPERIENCE

Etanchéité à l'hydrogène
Dans la machine, l'alimentation en eau du bobinage
statorique s'effectue par un réseau de tuyaux isolants
(téflon), chacun relié d'un côté au collecteur d'eau et de
l'autre côté à une boîte à eau.
Les principales causes de fuites
vieillissement des joints en nitrile/butyle
fissuration de tubulure inox
fissuration de cercles de connexions sur les stators
fuite de boîte à eau sur les stators.

20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008


ELEMENTS DE RETOUR D’EXPERIENCE

Circuit d'étanchéité d'hydrogène


à huile

L'enceinte alternateur étant sous pression d'hydrogène,


l'étanchéité aux passages de l'arbre en rotation est assurée par
un joint liquide à fuite permanente d'huile.

20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008


ELEMENTS DE RETOUR D’EXPERIENCE
Bagues ou anneaux
Les bagues d'amenée d'huile en bronze permettent
de créer, autour de l'arbre, un film d'huile sans
discontinuité.
Le jeu est minime entre bague et arbre (de l'ordre de
100 um) afin de limiter le débit d'huile (environ 150
l/min par anneau sur les alternateurs ALSTOM, et 350
l/min par anneau sur les alternateurs CEM).
les anomalies rencontrées sur les anneaux
concernent :
leur usure par frottement sur l'arbre,
leur coincement dans leur logement (alternateurs
1300 MW en particulier),
la mauvaise fixation du ressort de placage.
20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008
20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008
Palier à double isolement

PALIERS ALTERNATEUR 900MW ALSTHOM


20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008
ELEMENTS DE RETOUR D’EXPERIENCE

Portée d'arbre

La portée d'arbre en vis-à-vis des bagues est du type


soie. L'état de surface y est irréprochable afin qu'il n'y
ait ni fuite d'huile, ni fuite d'hydrogène.
Toutefois, en fonctionnement, il a été observé des
usinages de la portée par des copeaux métalliques
fichés dans les bagues en bronze.

20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008


ELEMENTS DE RETOUR D’EXPERIENCE

Filtration
La filtration de l'huile est indispensable afin
d'éliminer toute particule susceptible de se
coincer entre arbre et bague

Les jeux théoriques entre bague et arbre étant


de 80 um côté air et 160 um côté hydrogène, la
maille de filtration doit être inférieure à 40 um
(avec une efficacité de 95 % au moins).

20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008


ELEMENTS DE RETOUR D’EXPERIENCE

Paliers
Une injection d'huile assure d'une part le soulèvement de
l'arbre avant la mise en virage (pression de l'ordre de 120 à 140
bars), d'autre part le graissage permanent lors de la marche
(pression de l'ordre de 30 bars).

L'essentiel des défaillances ou anomalies des paliers


alternateur sont liées soit à une perte d'isolement du palier
côté opposé turbine (COT), soit à une détérioration du régule
des coussinets.
D'autre part, un mauvais alignement des paliers ou leur
désaxage peut causer un échauffement des coussinets, en
particulier un échauffement différentiel entre l'avant et l’arrière

20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008


Palier à double
isolement

Palier à double isolement

PALIERS ALTERNATEUR 900MW ALSTHOM


20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008
20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008
ELEMENTS DE RETOUR D’EXPERIENCE

Isolement des paliers -


Courant d'arbre

Les machines électriques tournantes présentent toutes la


particularité d'avoir un rotor en matériau conducteur au sein d'un
champ magnétique tournant.
Le rotor reposant sur 2 paliers, il y aurait circulation d'un courant
(appelé courant d'arbre) si les 2 paliers étaient reliés à la masse,
schéma électrique analogue à un transformateur d'intensité à une
seule spire.

20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008


Palier à double
isolement

Palier à double isolement

PALIERS ALTERNATEUR 900MW ALSTHOM


20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008
ELEMENTS DE RETOUR D’EXPERIENCE

Isolement des paliers - Courant d'arbre

Dispositif de mise à la masse de l’arbre rotor


20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008
ELEMENTS DE RETOUR D’EXPERIENCE

Coussinets

Les coussinets des paliers qu'ils soient elliptiques ou à patins


sont sensibles à la détérioration de leur état de surface (régule)
ce qui a pour effet de dégrader le film d'huile avec des
conséquences sur la température et sur la stabilité du film.
Une des causes de détérioration des coussinets est liée au
passage de courant d'arbre ; dans ce cas, le régule et les soies
de l'arbre rotor comportent des piqûres.
Un manque de graissage est catastrophique.

20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008


20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008
20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008
USURE D’UN PALIER

20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008


USURE D’UN PALIER

20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008


20/02/2011 DEGATS SUITE A LA PERTE DE GRAISSAGE
P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008 D’UN PALIER
20/02/2011
DEGATS SUITE AP.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH
LA PERTE DE GRAISSAGE 2008 D’UN PALIER
DEGATS SUITE A LA PERTE DE GRAISSAGE D’UN PALIER

20/02/2011 P.ADRAGNA/ECTI/VEIL-TECH 2008

Vous aimerez peut-être aussi