Vous êtes sur la page 1sur 6

« Je prophétisai, selon l’ordre qu’il m’avait donné.

Et
l’Esprit entra en eux, et ils reprirent vie ». Eze 37 :10 a.

Tigery, le 25 septembre 2016

Prédication du pasteur Serge Jacquemus

Dieu a tout donné à Israël, puis il leur a dit : « Si vous vous détournez de moi, vous perdrez tout ! ». Ils ont été
envahis par les Babyloniens, emmenés en exil et ils ont perdu tout espoir. Pourtant, Dieu appelle Ezéchiel en exil et
leur parle de résurrection pour leur redonner espoir, et à nous aussi.

I – C’est une espérance

« Il me dit : Fils de l’homme, ces os, c’est toute la maison d’Israël. Voici, ils disent : Nos os sont desséchés, notre
espérance est détruite, nous sommes perdus ! » (Ez 37 : 11). Israël se voit lui-même comme des os déportés,
disséminés, proches de l’extinction. Ils ont perdu l’espérance, selon la promesse faite à Abraham, d’être la
bénédiction et le salut des nations : « Notre espérance est détruite, nous sommes perdus ». Ils se maudissent eux-
mêmes dans les termes de l’alliance du Sinaï. Ils sont séparés de Dieu parce qu’ils sont en exil. Depuis Adam et Eve,
toute l’humanité est exilée loin de l’arbre de vie. La mort n’était pas notre destin. La mort n’est pas naturelle, elle
nous prive de notre vraie vie. Nous sommes tous en exil, loin de Dieu, loin de nous-mêmes. C’est face à la mort que
notre véritable espérance se révèle. Si vous vivez pour être riche et admiré, cela ne résistera pas à la mort (1 Co 15 :
19 : «Si c’est dans cette vie seulement que nous espérons en Christ, nous sommes les plus malheureux de tous les
hommes » ). Beaucoup de gens vivent pour les choses d’en bas, qui sont passagères. Israël vivait en exil comme s’il
était mort. Nous pouvons vivre physiquement et être spirituellement morts si notre espérance ne dépasse pas la
mort. Alors Dieu a donné à Israël cette vision de la résurrection : « Je prophétisai, selon l’ordre que j’avais reçu. Et
comme je prophétisais, il y eut un bruit, et voici, il se fit un mouvement, et les os s’approchèrent les uns des autres.
Je regardai, et voici, il leur vint des nerfs, la chair crût, et la peau les couvrit par-dessus ; mais il n’y avait point en eux
d’esprit. Il me dit : Prophétise, et parle à l’esprit ! Prophétise, fils de l’homme, et dis à l’esprit : Ainsi parle le
Seigneur, l’Eternel : Esprit, viens des quatre vents, souffle sur ces morts, et qu’ils revivent ! » (Ez 37 : 7-9).

Ezéchiel prophétise et l’Esprit de Dieu souffle sur les ossements desséchés qui reprennent vie. C’est le retour d’exil.
Dieu est en train de dire à Israël : « Vous êtes exilés à Babylone, vous êtes morts en tant que nation, en tant que
peuple de Dieu. Vous êtes devenus Babyloniens, vous vous êtes assimilés au monde. Vous vivez physiquement, mais
vous avez adopté les valeurs de mort de la société. En vous identifiant au monde, vous êtes devenus étrangers à ma
promesse ; au lieu d’être greffés sur le Cep, vous vous êtes bouturés sur les cultures ambiantes. Malgré ces
infidélités, Dieu règne souverainement.

Eze 20 :33 : « Je suis vivant, dit le Seigneur, l’Eternel, je règnerai sur vous, à main forte et à bras étendu, et en
répandant ma fureur. Je vous ferai sortir du milieu des peuples, et je vous rassemblerai des pays où vous êtes
dispersés, à main forte et à bras étendu, et en répandant ma fureur ».

« Oui, je vous ramènerai à moi, je vous rendrai votre espérance et les bénédictions que vous avez perdues par vos
péchés ». Et c’est ce qui s’est passé : Israël est revenu d’exil en 538 avant Jésus Christ, puis en 1948. Mais ces retours
d’exil, qui ont été merveilleux, n’ont pas mis fin à l’exil ultime de la mort. Il y a donc un plus grand retour d’exil que
Dieu a promis par Ezéchiel. Savez-vous lequel ? Ecoutez plutôt : « Et voici, ce même jour, deux disciples allaient à un
1
village nommé Emmaüs, éloigné de Jérusalem de soixante stades, et ils s’entretenaient de tout ce qui s’était passé.
Pendant qu’ils parlaient et discutaient, Jésus s’approcha, et fit route avec eux. Mais leurs yeux étaient empêchés de
le reconnaître. Il leur dit : De quoi vous entretenez-vous en marchant, pour que vous soyez tout tristes ? L’un d’eux,
nommé Cléopas, lui répondit : Es-tu le seul qui, séjournant à Jérusalem ne sache pas ce qui y est arrivé ces jours-ci ?
Quoi ? leur dit-il. Et ils lui répondirent : Ce qui est arrivé au sujet de Jésus de Nazareth, qui était un prophète puissant
en œuvres et en paroles devant Dieu et devant tout le peuple, et comment les principaux sacrificateurs et nos
magistrats l’ont livré pour le faire condamner à mort et l’ont crucifié. Nous espérions que ce serait lui qui délivrerait
Israël ; mais avec tout cela, voici le troisième jour que ces choses se sont passées » (Lc 24 : 13-21).

« Nous espérions…. » Leur espérance était détruite. Au point qu’ils se sont enfermés Jn 20 : 19-22 : « Le soir de ce
jour, qui était le premier de la semaine, les portes du lieu où se trouvaient les disciples étant fermées, à cause de la
crainte qu’ils avaient des Juifs, Jésus vint, se présenta au milieu d’eux, et leur dit : La paix soit avec vous ! Et quand il
eut dit cela, il leur montra ses mains et son côté. Les disciples furent dans la joie en voyant le Seigneur. Jésus leur dit
de nouveau : La paix soit avec vous ! Comme le Père m’a envoyé, moi aussi je vous envoie. Après ces paroles, il
souffla sur eux, et leur dit : Recevez le Saint-Esprit. » En soufflant sur eux et en leur disant : « Recevez le Saint
Esprit », Jésus a fait quelque chose en rapport avec Ezéchiel. Il dit : « Je suis en train de diriger le retour de l’exil
ultime. Je suis en train de vous arracher à vos tristesses, à vos odeurs de mort, à votre apathie, à vos dépendances, à
votre désespoir, à votre enfermement, à vos peurs, à vos frayeurs. Je vous fais sortir de tous vos esclavages et vos
problèmes. J’ouvrirai vos tombeaux et je vous en ferai sortir. Vos tombeaux seront toujours là, mais vous ne serez
plus dedans. Je vous délivrerai de la mort. Si vous croyez en moi, je soufflerai mon Esprit sur vous. Parce que je suis
ressuscité des morts. Si vous croyez en moi, je vous ressusciterai vous aussi ». Telle est l’espérance ultime, bénie,
vivante, bienheureuse, infaillible, indestructible, invincible, au point que Paul fait un pied de nez à la mort 1 Co
15 :55 : « O mort, où est ta victoire ? O mort, où est ton aiguillon ? ». En fait, il dit : « Allez la mort, vas-y, essaie de
m’enlever cette espérance, maintenant que j’ai le Saint Esprit, maintenant que Jésus Christ a soufflé sa vie en moi ?
Plus, tu essaies de m’abaisser, plus tu m’élèves. Si tu essaies de me détruire, tu ne fais qu’accélérer ma re-création
en quelque chose de plus glorieux que tout. Tous tes efforts ne feront que me rendre meilleur qu’avant ». Quand la
mort nous met à terre, en fait elle nous met en terre comme un germe de résurrection. Avez-vous cette espérance ?
Le monde nous dit que la mort est naturelle, que c’est normal, que ce n’est pas mal, que c’est la vie, que c’est dans
l’ordre des choses. Mais ne nous laissons pas endormir ni anesthésier. Combattons la mort, c’est notre ennemie.
C’est ce que nous ressentons devant un cercueil. Mais il y a une espérance : Jésus est vivant pour toujours. Il ne
meurt plus.

La résurrection est un acte créateur de Dieu le Père. Le Nouveau Testament ne dit jamais : « Jésus est ressuscité »,
mais « Dieu l’a ressuscité ». Dans les ténèbres de la tombe, le Père lui a donné un corps tout neuf, comme dans les
ténèbres du ventre de Marie : semblable et différent. Dieu a créé le monde et s’est reposé des millénaires, puis il
s’est remis à l’œuvre en re-créant le corps de Jésus. C’est le début de la nouvelle création. Quand Jésus est
ressuscité, il a laissé ses vêtements au tombeau. Alors d’où viennent ses vêtements de résurrection ? Est-il apparu nu
à Marie ou est-il allé aux Galeries Lafayette avant ? Où a-t-il pris ces nouveaux habits ? Réponse : là où il a reçu son
nouveau corps. Dieu a créé ses vêtements comme son corps. La résurrection est un acte de création de Dieu le Père.
Nous avons des vêtements de résurrection ; on n’aura pas besoin de les préparer dans une valise. Jésus est revenu
des morts comme une nouvelle création pour ne plus mourir (ce qui n’a pas été le cas de Lazare). Ce nouveau corps
passe les murs, les portes. Il ne le faisait pas avant. Un nouveau corps, une nouvelle création. La première création
renouvelée fut le corps de Jésus : le futur est déjà en lui. Il est le premier né de la création. Jésus n’a pas 2000 ans, il
ne vieillit pas. Le premier jour de la semaine, Dieu se remet au travail. Nous sommes la nouvelle création 2 Co 5 :
17 : « Si quelqu’un est en Christ, il est une nouvelle créature. Les choses anciennes sont passées ; voici, toutes choses
sont devenues nouvelles ». Dans l’ancienne création Dieu crée premièrement le ciel, puis la terre et ensuite
l’homme. Dans la nouvelle création Dieu crée premièrement l’homme puis la terre et ensuite le ciel !

2
Dieu renverse l’ordre parce qu’Il nous veut dans sa nouvelle création. L’Evangile fait de nous de nouvelles créatures,
et ça se passe le premier jour. Conséquence : un jour nous seront renouvelés physiquement.

Trois phases pour l’homme :

1) Vie d’ici dans un corps

2) Vie de l’esprit sans corps 2 Co 5 :1-3 : « Nous savons, en effet, que, si cette tente où nous habitons sur la terre
est détruite, nous avons dans le ciel un édifice qui est l’ouvrage de Dieu, une demeure éternelle qui n’a pas été faite
de main d’homme. Aussi nous gémissons dans cette tente, désirant revêtir notre domicile céleste, si du moins nous
sommes trouvés vêtus et non pas nus. » Corps perdu, mais pas foi perdue

3) Un jour nous vivrons la résurrection avec un corps glorieux comme Jésus. J’ai 64 ans, je ne veux pas 64 ans de
plus : j’aurai 33 ans. Jn 5 : 28-29 : « Ne vous étonnez pas de cela ; car l’heure vient où tous ceux qui sont dans les
sépulcres entendront sa voix, et en sortiront. Ceux qui auront fait le bien ressusciteront pour la vie, mais ceux qui
auront fait le mal ressusciteront pour le jugement. » Act 26 : 6-8 : « Et maintenant, je suis mis en jugement parce que
j’espère l’accomplissement de la promesse que Dieu a faite à nos pères, et à laquelle aspirent nos douze tribus, qui
servent Dieu continuellement nuit et jour. C’est pour cette espérance, ô roi, que je suis accusé par des Juifs ! Quoi !
Vous semble-t-il incroyable que Dieu ressuscite les morts ? »

Première résurrection : nouveau corps pour les croyants. Jésus règne et nous lui appartenons. Deuxième
résurrection : jugement. Nouveaux Cieux et Terre. Personne ne le sait, mais il y aura une nouvelle planète Terre.

Expérience : je sais que Jésus est ressuscité, car je lui ai parlé ce matin. Jésus de Nazareth ressuscité est le Messie
que les juifs attendent. Comment savoir que c’est vrai ? Parlez-Lui ! Et s’Il est vivant, Il vous parlera. Parlez-Lui de
vous, de la vie. Il est vivant. Vous Lui parlez. Vous ne Le voyez pas encore, mais la résurrection est vraie.

II – C’est une force

La question se pose de savoir comment nous pouvons avoir la force de cette espérance en nous.

1) Vous devez entendre la vérité

Dieu donne la vie aux os desséchés en disant à Ezéchiel de prêcher à ces os. Les oreilles ont des os, mais les os n’ont
pourtant pas d’oreilles. Il faut croire à la vérité prêchée. Dieu ne donne pas la vie aux os sans la parole du prophète
qui annonce la vérité de Dieu. La vérité c’est que Jésus Christ est venu sur terre et a délivré les captifs du diable et de
la mort. Ce n’est pas un symbole, c’est la vérité. Jésus est ressuscité des morts et Il souffle sa vie en nous. Dieu a
commencé un nouveau monde sans pleurs ni souffrances ni mort. C’est la vérité, ce n’est pas un symbole. Ça donne
une espérance véritable à ceux qui souffrent et croient à la vérité de Jésus.

2) Vous devez naître de nouveau dans l’Esprit

Ez 36 et 37 se retrouvent en Jean 3 Eze 36 : 24-27 : « Je vous retirerai d’entre les nations, je vous rassemblerai de
tous les pays, et je vous ramènerai dans votre pays. Je répandrai sur vous une eau pure, et vous serez purifiés ; je
vous purifierai de toutes vos souillures et de toutes vos idoles. Je vous donnerai un cœur nouveau, et je mettrai en
vous un esprit nouveau ; j’ôterai de votre corps le cœur de pierre, et je vous donnerai un cœur de chair. Je mettrai
mon esprit en vous, et je ferai en sorte que vous suiviez mes ordonnances, et que vous observiez et pratiquiez mes
lois. » Ceux qui croient en la vérité ressuscitent d’abord spirituellement, puis physiquement. C’est la nouvelle
naissance. Celui qui croit ressuscite spirituellement 1 Pier 1 : 3 : « Béni soit Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus-
Christ, qui, selon sa grande miséricorde, nous a régénérés, pour une espérance vivante, par la résurrection de Jésus-
Christ d’entre les morts ». Régénérés pour une espérance vivante. C’est quelque chose, quand même ! Nés de
nouveau pour l’espérance, parce que Jésus Christ est ressuscité des morts. Naître de nouveau, c’est plonger dans
3
l’espérance, c’est savoir que Dieu nous aime et que nous sommes tous Ses enfants. L’amour et l’approbation de Dieu
dépassent tout ce que les humains donnent. Comme naître de nouveau ?

3) Vous devez croire en l’Evangile

C'est-à-dire vous voir vous-même comme pécheurs, comme des os desséchés qui ont besoin d’être sauvés par grâce.
Nous sommes morts dans nos péchés, pas seulement malades. Nous ne pouvons rien faire d’autre que recevoir le
don gratuit Ep 2 : 1-2 : « Vous étiez morts par vos offenses et par vos péchés, dans lesquels vous marchiez
autrefois, selon le train de ce monde, selon le prince de la puissance de l’air, de l’esprit qui agit maintenant dans les
fils de la rébellion ». Pour l’Evangile, nous sommes morts, coupés de Dieu, à cause de nos péchés, retranchés de la
terre à cause de nos iniquités. Mais Jésus est venu Es 53 :8 : « Il a été enlevé par l’angoisse et le châtiment ; Et
parmi ceux de sa génération, qui a cru Qu’il était retranché de la terre des vivants Et frappé pour les péchés de mon
peuple ? » Il a été coupé de Dieu pour que nous soyons reconnectés avec Dieu. Est-ce-que vous le croyez ? C’est la
base de la résurrection. Jésus Christ est mort à votre place, retranché de la terre pour nous unir à Dieu (Ez 37 : 5-6).
Ils ne savaient pas que le Seigneur était l’Eternel. Bien sûr, ils croyaient en Dieu, mais les démons croient aussi et ils
tremblent. La foi sans les œuvres est inutile  Jac 2 : 19-20 : Tu crois qu’il y a un seul Dieu, tu fais bien ; les démons
le croient aussi, et ils tremblent. Veux-tu savoir, ô homme vain, que la foi sans les œuvres est inutile ?» Israël croyait
en Dieu, mais ne vivait pas sa foi. C’était une théorie, pas une vie dans l’Esprit. Du coup, ils ne savaient pas qui était
l’Eternel. C‘est pour cela que Dieu dit souvent par Ezéchiel : « Et vous saurez que je suis l’Eternel » (Ez 36 :11 ;
36 :38 ; 37 :6-13).

Il ne s’agit pas de croire que Dieu existe comme l’enseignent les religions mais de Le connaître, de faire l’expérience
de qui Il est, de ce qu’Il fait. Les Babyloniens n’ont pas dû être beaucoup attirés par le foi d’Israël. Comme en Egypte,
avant l’Exode Ex 5 :1-2 : « Moïse et Aaron se rendirent ensuite auprès de Pharaon, et lui dirent : Ainsi parle
l’Eternel, le Dieu d’Israël : Laisse aller mon peuple, pour qu’il célèbre au désert une fête en mon honneur. Pharaon
répondit : Qui est l’Eternel, pour que j’obéisse à sa voix, en laissant aller Israël ? Je ne connais point l’Eternel, et je ne
laisserai point aller Israël. » Il y a 600 000 Israélites en Egypte et Pharaon n’a jamais entendu parler de l’Eternel.
Pourquoi ? Parce qu’Israël ne vivait plus sa foi. Et je crois que leur esclavage était spirituel avant d’être physique.
D’ailleurs par la suite, ils ont regretté la bonne cuisine d’Egypte et la bonne terre de Goshen que Pharaon leur avait
donnée. Ils étaient avant tout esclaves du péché et de leur conformité au monde égyptien : Pharaon ne pouvait plus
voir qu’ils étaient le peuple de Dieu. Ils étaient esclaves de Pharaon parce qu’ils étaient d’abord esclaves d’eux-
mêmes, de leur péché. Comme dit Pierre : « Chacun est esclave de ce qui a triomphé de lui » (2 Pi 2 : 19c). Sommes-
nous esclaves du monde, assimilés aux valeurs de la société ou bien sommes-nous différents parce que nous
appartenons au Royaume de Dieu. Je me rends compte que nous nous laissons anesthésier par les soucis, les modes,
les petites valeurs du monde et que petit à petit nous nous déportons loin de l’Evangile. Comme Frère Yun nous le
dit : la persécution du bien être occidental est plus redoutable que la persécution violente. La connaissance de
l’Eternel nous donne de vivre le Ciel sur la terre en apportant un sel, un parfum qui ne sont pas de ce monde. Si je
suis assimilé à ce monde je ne sais pas qui est l’Eternel comme Israël en Egypte ou à Babylone. C’est seulement
grâce à l’exode et au retour d’exil qu’Israël sait qui est l’Eternel même s’il croyait en Lui avant. Avant ces délivrances,
ils n’avaient jamais réalisé la magnificence de Sa Gloire. Alors, vous allez me dire : « Je croyais que l’exil était une
mauvaise chose ». Certes, ça n’aurait jamais dû arriver. Et pourtant grâce à l’exil, ils ont pu connaître Dieu comme ils
ne le connaissaient pas avant. C’est le principe même de la vie avec Dieu : Pour ressusciter, il faut mourir.

2Cor 4 : 17 : « Car nos légères afflictions du moment présent produisent pour nous, au delà de toute mesure, un
poids éternel de gloire ». Rom 8 :18 : « J’estime que les souffrances du temps présent ne sauraient être comparées à
la gloire à venir qui sera révélée pour nous ». Quand Jésus Christ est apparu dans la chambre haute, c’est étrange
mais il avait les marques des clous. Pourtant Dieu Lui avait créé un corps nouveau, glorieux. C’est bizarre. Pourquoi
ses blessures n’ont pas disparu ? Parce que la victoire se Dieu est tellement glorieuse sur le mal que les

4
meurtrissures de la vie rendent la joie et le triomphe de la résurrection encore plus glorieux. C’est pourquoi la
résurrection ne nous donne pas seulement une espérance qui nous permet d’assumer les blessures ici-même ;

Vous vous dites : « Pourquoi Dieu permet-Il que je traverse ces épreuves ? » Je n’ai pas de réponse explicative. Mais
je peux vous dire que ces choses qui n’auraient pas dû vous arriver vont être tellement rachetées par Dieu que votre
gloire et votre joie n’en seront que plus grandes.

La résurrection opère dès maintenant la rédemption et la guérison de vos blessures au point qu’elles deviennent
glorieuses. Nous avons tous nos problèmes mais un jour nous réaliserons le surplus de gloire qu’ils nous apportent.
Je ne sais pas comment ça se fait mais je sais que c’est vrai. Je sais qui est l’Eternel Dieu. Une fois qu’elles sont
passées, je me réjouis des mauvaises choses que j’ai vécues. Psaume 119 : 67, 71, 75 : « Avant d’avoir été humilié, je
m’égarais ; Maintenant j’observe ta parole. Il m’est bon d’être humilié, Afin que j’apprenne tes statuts. Je sais, ô
Eternel ! que tes jugements sont justes ; C’est par fidélité que tu m’as humilié. » C’est étrange. Aujourd’hui, nous
regardons les épreuves que nous avons vécues et qui n’auraient jamais dû arriver, comme des choses qui nous ont
donné une plus grande sagesse, une plus grande joie et aussi une plus grande force pour aider les autres. Comment
ça se fait ? Parce que la puissance de résurrection de Dieu triomphe à tel point du mal et du péché que les mauvaises
choses que nous avons faites ou qui nous sont arrivées sont maintenant au service d’une identité plus forte en
Christ. Alors pourquoi avoir peur ? Tenez bon. Accrochez-vous. Soyez héroïques. Comme Paul  Rom 5 : 3-4 : « Bien
plus, nous nous glorifions même des afflictions, sachant que l’affliction produit la persévérance, la persévérance la
victoire dans l’épreuve, et cette victoire l’espérance. » Comme Jacques  Jac 1 : 2-3 : « Mes frères, regardez comme
un sujet de joie complète les diverses épreuves auxquelles vous pouvez être exposés, sachant que l’épreuve de votre
foi produit la patience. » Comme les apôtres  Actes 5 :41 ; 14 :22 : « Les apôtres se retirèrent de devant le
sanhédrin, joyeux d’avoir été jugés dignes de subir des outrages pour le nom de Jésus… fortifiant l’esprit des
disciples, les exhortant à persévérer dans la foi, et disant que c’est par beaucoup de tribulations qu’il nous faut
entrer dans le royaume de Dieu. »

Prière : Merci, Abba, Père de nous avoir donné cette merveille mystérieuse de la résurrection. Quelle gloire en Jésus
ressuscité ! Nous savons que tout ira bien. Nous prions que tu donnes à Belleville cette année cette puissance de
résurrection afin que nous vivions l’espérance même si Tu nous conduis dans la vallée des ossements desséchés.
Nous voulons vivre chaque jour cette expérience de parler avec le Ressuscité. Nous te le demandons au nom de
Jésus ! Amen !

Introduction au travail biblique des groupes

Le prophétisme est le dialogue biblique entre Dieu et l’homme par l’esprit –RUAH- La Ruah de Dieu est la présence
intime de Dieu dans sa création. C’est la Ruah qui donne à Ezéchiel une révélation prophétique extraordinaire. La
Ruah anime le char céleste (Ez 1), pénètre dans le prophète et l’emporte à Babylone auprès des exilés. C’est la Ruah
qui le dépose dans la plaine aux ossements et qui les fait revivre, surgissant, à son appel des 4 directions.
La Ruah est l’Esprit de Dieu, la vie surnaturelle qui imprègne ce monde. Sans la Ruah, le monde est mort car elle est
un Esprit de vie. C’est le secret de la rencontre entre Dieu et l’homme parce que Dieu est vivant et donne l’esprit de
vie à l’homme. Ezéchiel et Genèse montrent la relation entre la ruah de Dieu, du monde et de l’homme. La vie de
l’homme dépend de la ruah de Dieu. Ps 104 : 29-30 : « Tu caches ta face : ils sont tremblants ; Tu leur retires le
souffle : ils expirent, Et retournent dans leur poussière. Tu envoies ton souffle : ils sont créés, Et tu renouvelles la
face de la terre. » La ruah est le mystère de la vie de Dieu qui change l’homme parce qu’elle lui communique les
émotions de Dieu. L’homme devient prophète non en se singularisant mais en communiant à la vie de Dieu, en
participant à une autre réalité : LE PATHOS DE DIEU. Dans l’expérience prophétique, Dieu n’est pas objet mais sujet
et saisit l’homme. Le prophète participe au pathos de Dieu. Le pathos de Dieu c’est l’attention, l’intérêt que Dieu
accorde au monde. Le prophète est en sympathie avec Dieu. Il n’a pas seulement une relation personnelle avec Lui, Il
le connaît de façon authentique surtout lorsque l’Esprit de Dieu mûrit en lui et devient Parole de Dieu.

5
Alors, la parole prophétique dévoile le réel. Elle est l’irruption d’une clarté transcendante dans ce monde. Par la
parole prophétique, Dieu continue à créer et fait alliance avec l’homme. L’alliance –bérit- que Dieu fait avec Israël
devient l’histoire d’Israël. Dieu réalise Son projet en mobilisant des hommes pour l’aider à la tâche.

Contrairement à Jérémie, Ezéchiel n’est pas prophète à contrecœur. Il accepte volontiers son ministère de prophète
et de prêtre. C’est par son intervention que le plan de Dieu se réalise. Osée et Jérémie avaient parlé de Résurrection
comme d’un secret de Dieu, mais Ezéchiel joue un rôle essentiel dans ce plan de Dieu. La résurrection est une
immense fresque et ce n’est qu’à l’appel du prophète que l’Esprit –Ruah- surgit des 4 coins de la terre pour faire
revivre les ossements desséchés (Ez 37 :10). La résurrection est un acte de prophétie où Ezéchiel est l’agent de Dieu.
Ezéchiel croit en sa vocation sans aucune vanité. Il sait qu’il est guetteur Ez 3 :18 : « Quand je dirai au méchant :
Tu mourras ! si tu ne l’avertis pas, si tu ne parles pas pour détourner le méchant de sa mauvaise voie et pour lui
sauver la vie, ce méchant mourra dans son iniquité, et je te redemanderai son sang ». Ezéchiel connaît l’exigence
absolue de Dieu. Ez 20 :33 : « Je suis vivant ! dit le Seigneur, l’Eternel, je régnerai sur vous, à main forte et à bras
étendu, et en répandant ma fureur ».

Vous aimerez peut-être aussi