Vous êtes sur la page 1sur 2

MANGER DE LA VIANDE EST UN SUICIDE.

(Paru dans la "Revue Végétarienne" N° 53)

Dans son ouvrage "L'Alimentation Plaisir" le docteur SCHALLER recommande


l'alimentation saine et équilibrée selon la règle des 3 "V", c'est à dire : végétale, vivante et
variée ; et il dénonce en ces termes les dangers de l'alimentation carnée :

"il est certain que l'alimentation riche en viande des pays modernes est un véritable suicide
collectif.
Les médecins américains ont estimé que la consommation de viande entraînait des dépenses
médicales aussi importantes que celles associées au tabagisme, ils ont estimé le coût de la
viande à 59 milliards de dollars par an, à cause des effets sur la tension artérielle, les maladies
cardio-vasculaires, le cancer et le diabète".

Ce n'est donc pas sans raisons que les mutualités libres de la partie francophone de notre
pays ont publié en 2003 une brochure intitulée "Le Végétarisme ça se Mange ?" afin de faire
connaître l'alimentation végétarienne.

"… un régime végétarien peut prévenir 97 % des occlusions coronariennes. La viande est
une source importante d'acides gras saturés, cause majeure de l'athérome (qui obstrue les
artérioles comme les artères de gros calibre), du cancer, de l'obésité et du diabète. Un steak
de 100 grammes contient 13 grammes de graisses saturées et un morceau de rôti de même
poids en contient 16 grammes" "Plus l'alimentation comprend de graisses saturées, plus est
élevé le taux de cholestérol dans le sang, et ainsi vient le risque de maladie coronarienne et/ou
cancéreuse." Professeur Henri JOYEUX

"Lorsque la graisse contenue dans la viande est cuite à haute température il se forme du
méthylcholanthrène, substance chimique cancérigène". "Une autre substance cancérigène se
crée lors de la cuisson de la viande sur le gril, c'est le benzopyrène qui cause des cancers de
l'estomac et des leucémies lorsqu'il est donné à des animaux de laboratoire. Il est vraiment
stupéfiant de savoir qu'un kilo de bœuf cuit sur le gril contient la même quantité de
benzopyrène que six cents cigarettes !" A ces substances, le professeur J.A.
SCHARFFENBERG, Professeur de Nutrition appliquée aux U.S.A. et cité par le Pr. Henri
JOYEUX, ajoute les nitrites, précurseurs des nitrosamines fortement cancérigènes, employés
pour la conservation des charcuteries (jambon, bacon, etc…), les "virus cancéreux qui se
trouvent chez des animaux atteints de cancer et qui peuvent être transmis d'un animal à l'autre
et peut-être d'une espèce à une autre". Dr. C.T. SCHALLER

"Les Américains et les Européens consacrent 40 % de leur budget alimentation à la viande."


Dans ces pays, la consommation de viande a fortement augmenté : de 47 kg par an et par
personne en 1936, elle est passée à 110 kg par an et par personne en 1985. "Depuis 1988, la
première cause de mortalité chez l'homme est le cancer." "En France, il représente 100.000
morts par an et 700.000 dans la communauté européenne. Sur les 500.000 nouveaux cas
européens de l'ouest, chaque année, moins de 50 % seront guéris. Les changements
d'habitudes alimentaires auraient un effet préventif puisqu'ils réduiraient de 30 à 40 % le
nombre de nouveaux cas." Professeur Henri JOYEUX
Outre ces maladies mortelles, rappelons que la viande est cause de rhumatismes et de goutte
par sa teneur en acide urique.

"Dans le monde entier, des recherches scientifiques portant sur des centaines de milliers de
personnes ont montré que les végétariens se portaient beaucoup mieux que les mangeurs de
viande." Dr. C.T. SCHALLER

Ainsi, par exemple aux Etats Unis, les diététiciens ont pu étudier un important groupe social,
les Adventistes du septième jour qui, pour des raisons de croyances religieuses ne
consomment pas de viande, ils sont beaucoup moins malades et vivent beaucoup plus
longtemps que les américains mangeurs de viande.

Après avoir présenté différents régimes : méthode Montignac et régime Sulitzer, régime
végétalien, régime macrobiotique ou zen, les régimes dissociés, le régime du Docteur Atkins,
le régime de la Mayo-Clinic, l'instinctothérapie, le professeur H. JOYEUX conclut que "le
régime à tendance végétarienne est certainement le plus logique et le meilleur pour la
santé que l'on puisse conseiller".
Selon lui, "la mortalité par cancer est réduite de 40 % chez les sujets végétariens. Cela est
vrai surtout pour les cancers du sein, du côlon et du rectum, mais aussi de la prostate".
"La mortalité par maladie cardio-vasculaire est réduite de 50 % (15ème. Congrès International
de Nutrition – Adélaïde, Australie – oct. 1993)".

"Avec une espérance réelle de vie de 110 ans, l'homme gaspille le capital qui lui est confié à
sa naissance. Par une alimentation industrielle à la fois carencée et pléthorique, nous
accélérons notre vieillissement de 20 ou 30 ans.
De nombreuses données épidémiologiques, biochimiques et nutritionnelles sont là pour nous
montrer que nous pourrions atteindre l'âge de 100 ans tout en restant en bonne santé : il
faudrait commencer par moins manger et par manger mieux … des fruits, des légumes, des
céréales, des œufs et quelques laitages (brebis, chèvres) ; pas de graisse de mauvaise qualité,
pas de friture, pas de sucre, pas de viande." Y. PONROY, Biologiste, Dr. ès Sciences

Dr. C.T. SCHALLER, "L'Alimentation Plaisir", Editions Vivez Soleil, Genève 1997.

Pr. H. JOYEUX, professeur de Cancérologie, de Chirurgie Digestive, de Nutrition.


"Changez d'Alimentation", F.X. de GUIBERT, Paris 1994.

Y. PONROY, Biologiste, Dr. ès Sciences, "Comment rester jeune plus longtemps",


Institut de Recherche Biologique Yves PONROY.

www.coachine-sante.com