Vous êtes sur la page 1sur 48

Comptabilité.

Financement à moyen et long terme.


Le financement des investissements.
Constitution er reproduction du capital de l’entreprise.

Financement à moyen et long termes.

La rémunération de l’actionnaire va dépendre de la réalisation ou non de bénéfices. L’actionnaire


est rémunéré par le biais des dividendes.

1
L’Etat et les actionnaires peuvent investir pour développer ou aider des entreprises, sous forme
de subventions.
Les créanciers ne sont pas les propriétaires mais ils avancent des fonds (donc c’est une dette).
L’entreprise doit les rembourser. Il y a donc un risque pour les créanciers que la société ne les
rembourse pas.

Introduction.
SNCF – Capitaux propres 31.12.2009

Les amortissements dérogatoires sont dans les provisions réglementées.


Le report à nouveau = réserves.
Ce sont les capitaux propres avant répartition.
Ce document est un extrait du bilan.

Ce document est un extrait de l’annexe.

Subventions de fonctionnement.
Subvention d’exploitation : est une subvention de fonctionnement.
Il y a aussi une subvention d’équilibre qui est une subvention de fonctionnement.
La subvention d’exploitation est la subvention attribuée à l’entreprise pour compenser
l’insuffisance de certains produits d’exploitation ou faire face à certaines charges d’exploitation.
Exemple  : prime à l’emploi

2
31/12/N Débit Crédit
512 Banque 1000
74 Subventions d’exploitation 1000
Octoie d’une subvention d’exploitation.

Fiscalité : alignement.
Cette subvention est non assujettie à la TVA. Elle est immédiatement imposable.

Subventions d’équilibre : celles dont bénéfice l’entreprise pour compenser l’insuffisance de


résultat global.
Exemple  : aide versée par les pouvoirs publics pour maintenir une activité.
31/12/N Débit Crédit
512 Banque 1000
7715 Subventions d’équilibre 1000
Octroie d’une subvention d’équilibre.

Fiscalité : alignement.
Cette subvention est assujettie à la TVA sui elle est versée en contrepartie d’une obligation. Cet
subvention est immédiatement imposable.

Subventions d’investissement.
Ce sont des aides versées par l’Etat ou les collectivités publiques :
- pour acquérir ou créer des immobilisations amortissables ou non (subventions
d’équipement) ;
- pour financer des activités à long terme (subventions d’investissement).

Elle rentre dans les capitaux propres. Permet d’opérer une distinction entre les dettes et les
capitaux propres (comme le fait de savoir si les capitaux propres sont remboursables ou non).
Ce sont des ressources financière non remboursables, car se sont des capitaux propres.
Les subventions sont progressivement rapportées aux résultats.

Illustration.
Acquisition d’une immobilisation le 1er janvier N pour 100 000€ HT. La TVA est de 20%.
La durée d’utilisation de l’immobilisation est de 5ans.
L’entreprise a reçu le 1er janvier une subvention de 50 000€.
La machine est cédée le 30 juin N+2 pour un prix de 60 000€. La TVA est de 20%.
On suppose que le solde initial du compte 512 « Banques » est de 100 000€.

1.01.N
En comptabilité internationale, la subvention peut être déduite de la valeur de l’immobilisation au
moment où l’on enregistre l’immobilisation.
Le compte 131 est un compte de capitaux propres.
On a un solde débiteur mais moindre à la banque.
21 Immobilisations
100 0000

44562 TVA déductible sur immobilisations


20 000

3
512 Banques
100 000 120 000
50 000

131 Subventions d’équipement


50 000
Ce grand livre correspond au Bilan N – Capitaux propres.

Acquisition de l’immobilisation avec subvention.


01/01/N Débit Crédit
21 Immobilisations corporelles 100 000
44562 TVA déductible sur immobilisation 20 000
7715 Subventions d’équilibre 120 000
Acquisition de l’immobilisation.

01/01/N Débit Crédit


404 Fournisseurs d’immobilisations 120 000
512 Banque 120 000
Paiement

31/12/N Débit Crédit


512 Banque 50 000
7715 Subventions d’équilibre 50 000
Subvention.

Lorsqu’une entreprise reçoit une subvention la valeur comptable des capitaux propres augmente,
donc la valeur de l’entreprise augmente (de 50 000€ ici).

31.12.N
A la clô ture de l’exercice :
On va avoir une dotation aux amortissements.
Si il faut on aura une dépréciation  si la valeur nette comptable est supérieure à la valeur
actuelle (que est égale à la valeur d’usage ou la valeur vénale, la plus grande des deux).
Dans la mesure ou la subvention finance 50% de l’investissement, on va reprendre la subvention à
auteur de 50% de la dotation de chaque année.

21 Immobilisations
100 000

281 Amortissements
20 000

681 Dotations aux amortissements


20 000
Correspond au compte de résultat N.

131 Subventions d’équipement


50 000

4
139 Subventions d’investissement inscrites en compte de résultat
10 000

777 Quote-part de subventions d’investissement virée au résultat de l’exercice


10 000
Compte de résultat N – résultat exceptionnel

Pour le premier tableau ce n’est pas « dotation complémentaire » mais « dotation N ».
31/12/N Débit Crédit
681 Dotations aux amortissements 20 000
281 Amortissements des immobilisations corporelles 20 000
Dotation complémentaire

31/12/N Débit Crédit


139 Subventions d’investissement inscrites au compte de 10 000
résultat
281 Quote-part de subventions d’investissement virée au 10 000
compte de résultat de résultat de l’exercice
Consommation de la subvention

Impact sur les états financiers de N.


Résultat N
Produits d’exploitation
Charges d’exploitation (20 000)
Résultat d’exploitation (20 000)
(…)
Produits exceptionnels 10 000
Charges exceptionnelles
Résultat exceptionnel (10 000)

Résultat avant calcul IS (10 000)


Le résultat courant avant impô ts est un comte normalisé = somme du résultat d’exploitation et du
résultat financier.
Le résultat avant IS = résultat d’exploitation + résultat financier + résultat exceptionnel.

BILAN Actif AL
N N-1
VB Σ VNC
Immobilisations 100 000 20 000 80 000 0

Disponibilités 30 000 30 000 100 000


Total actif 130 000 110 000 100 000

BILAN Passif
N N-1
Subventions d’investissements 40 000 0
Capitaux propres 40 000 0

5
31.12.N+1
21 Immobilisations
100 000

281 Immobilisations
20 000 (N) 20 000 (N+1)

681 Dotations aux amortissements


20 000

131 Subvention d’équipement


50 000

139 Subventions d’investissement inscrites en compte de résultat


10 000 (N)
10 000 (N+1)

777 Quote-part de subventions d’investissement virée au résultat de l’exercice


10 000
Compte de résultat N+1 – résultat exceptionnel

Impact sur les états financiers de N+1.


Résultat N
Produits d’exploitation
Charges d’exploitation (20 000)
Résultat d’exploitation (20 000)
(…)
Produits exceptionnels 10 000
Charges exceptionnelles
Résultat exceptionnel 10 000

Résultat avant IS (10 000)

BILAN Actif
N+1 N
VB Σ VNC
Immobilisations 100 000 40 000 80 000 80 000

Disponibilités 30 000 50 000 30 000


Total actif 130 000 90 000 30 000

BILAN Passif
N N-1
Subventions d’investissements 30 000 40 000
Capitaux propres 30 000 40 000

6
Cela n’a pas d’impact sur les flux de trésorerie. Mais a l’encaissement de la subvention cela aura un
impact sur les flux de trésorerie.

N+2  : écritures de cession.


21 Immobilisations
100 000 (N+1) 100 000

281 Amortissements
50 000 40 000
10 000

445 Etat TVA collectée


12 000

512 Banque
30 000
72 000

775 PCEAC
60 000

675 VCEAC
100 000 50 000
Les comptes PCEAC et VCEAC correspondent au compte de résultat N – Résultat exceptionnel.

681 Dotations aux amortissements


10 000
Ce compte correspond au compte de résultat N – Résultat d’exploitation.

Cession de l’immobilisation en N+2.


30/06/N+2 Débit Crédit
512 Banques 72 000
445 TVA collectée 12 000
775 PCEAC 60 000
Enregistrement de la facture

31/12/N+2 Débit Crédit


681 Dotations aux amortissements 10 000
281 Amortissements des immobilisations corporelles 10 000
Dotation complémentaire.

30/06/N+2 Débit Crédit


675 Banques 50 000
281 Amortissement des immobilisations corporelles 50 000
21 Immobilisation 100 000

Calcul du résultat de la cession.

7
000€ = 50 000€

N+2  : écritures de cession.


131 Subventions d’équipement
50 000 50 000

139 Subventions d’investissement inscrites en compte de résultat


20 000 50 000
30 000

777 Quote-part de subventions d’investissement virée au résultat de l’exercice


30 000

La subvention est devenue sans objet car l’entreprise n’est plus propriétaire donc on solde le
compte de subvention d’équipement (131).
2 Etapes  :
- Enregistrer le solde de la subvention dans le compte de résultat.
- Solder les comptes de la subvention devenue sans objet.

31/12/N+2 Débit Crédit


139 Subventions d’investissement inscrites au compte de 30 000
résultat
777 Quote-part de subventions d’investissement virée au 30 000
compte de résultat de l’exercice
Consommation de la subvention = gain.

30/06/N+2 Débit Crédit


131 Subventions d’équipement 50 000
139 Subventions d’investissement inscrites au compte de 50 000
résultat
Subvention devenue sans objet

Impact sur les états financiers de N+2.


BILAN Actif
N+2 N
VB Σ VNC
Immobilisations 0 0 0 60 000

Disponibilités 102 000 102 000 30 000

8
Total actif 102 000 102 000 30 000

BILAN Passif
N+2 N+1
Subventions d’investissements 0 30 000
Capitaux propres 0 30 000

Résultat N+2
Produits d’exploitation
Charges d’exploitation (10 000)
Résultat d’exploitation (10 000)
(…)
Produits exceptionnels 60 000
Charges exceptionnelles 30 000
Résultat exceptionnel 90 000

Résultat avant calcul IS 80 000

Subventions et fiscalité.
Fiscalement, les subventions :
- ne sont pas soumises à la TVA
- sont imposées à l’exercice de leur attribution ou sur option l’imposition est étalée sur la
date d’amortissement.

Pour les immobilisations non amortissables, possibilités d’étalement sur 10 ans à partir de l’année
suivant celle de l’attribution.

Abandons de créances.
A caractère commercial A caractère financier
Abandon justifié par des relations d’affaires Relations uniquement capitalistiques au sein
entre les deux partenaires. d’un groupe de sociétés.
Exemple  : un fournisseur vient en aide à une Le lien financier justifie que la société mère
entreprise qui distribue ses produits. vienne au secours de la filiale en difficulté.

Illustration.
La société ALPHA est client de la société DELTA.
DELTA détient donc une créance sur ALPHA d’un montant de 12 000€.
DELTA décide d’abandonner sa créance afin d’aider ALPHA en évitant la cessation de paiement et
ainsi DELTA va garantir ses débouchés.
Quelles sont les écritures relatives à l’abandon de créance chez DELTA et chez ALPHA ?
L’abandon échappe à la TVA.

ALPHA  : bénéficiaire de l’abandon.


Abandon à caractère commercial.
401 dettes fournisseurs
12 000 (solde de départ) 12 000

9
Diminution des dettes fournisseurs et donc augmente le BFR (c’est le solde récurant si on fait
stock + créances clients – dettes fournisseurs).

7715 Subvention d’équilibre


12 000
Augmentation du résultat exceptionnel et augmentation des capitaux propres.

DELTA va renoncer à sa créance, donc ALPHA n’est plus tenu de rembourser DELTA, donc al dette
disparaît.
Toutes écritures comptables qui a un impact soit sur les créances client, soit sur les stock, soit sur
les créances fournisseurs, à un impact sur le BFR (Besoin en Fonds de Roulement).

DELTA consent l’abandon.


411 Créances Clients
12 000 12 000
Diminution des créances clients et diminution du BFR.

6715 Subvention accordée


12 000
Diminution du résultat exceptionnel et diminution des capitaux propres.
Si il n’y a plus de créance, il n’y a plus besoin de financer ses créances.

Augmentation du capital.
Etape 1  : création de la société en N.
Emission de 1000 actions à une valeur nominale de 100€.
Indiquer les écritures dans le Grand Livre et dans le journal.
Indiquer les impacts sur les états financiers.

Augmentation du capital en N.
512 Banques
100 000

101 Capital souscrit


100 000

456 Associés – Versements reçus sur augmentation de capital


100 000 100 000

XX/XX/N Débit Crédit


512 Banque 100 000
456 Associés – Versements reçus sur augmentation de capital 100 000
Versement des fonds pendant la période de souscription

XX/XX/N Débit Crédit


456 Associés – Versements reçus sur augmentation de capital 100 000
101 Capital 100 000

10
BILAN Actif
N N-1
VB Sommes VNC
Immobilisation 0 0 0 0
Disponibilités
100 000 100 000 0
Total actif 100 000 100 000 0

BILAN Passif
N N-1
Capital 100 000 0
Capitaux propres 100 000 0

Augmentation du capital.
Etape 2  : émission d’actions en numéraire en N+1.
La valeur nominale des actions est de 100€. LA valeur de marché des actions est de 223€. Le prix
d’émission est fixé à 220€. L’émission porte sur 5000 actions.
Indiquer les écritures dans le Grand Livre et dans le journal.
Indiquer les impacts sur les états financiers.

La transaction va se faire au prix d’émission et pas à la valeur de marché.


Le prix d’émission est toujours inférieur à la valeur de marché.
Les mouvements entre les actionnaires et l’entreprise ne sont enregistrés à l’origine.
La valeur de l’action est le prix d’émission plus la prime d’émission (nb d’action émission *
(différence entre le prix d’émission – la valeur nominale)).

Augmentation du capital en N+1.


512 Banques
100 000
1 100 000

101 Capital souscrit


100 000
500 000
500 000 = Valeur nominale * nombres d’actions

104 Primes d’émission


600 000
600 000 = (Prix – valeur nominale) * nombre d’actions

456 Associés – Versements reçus sur augmentation de capital


1 100 000 1 100 000

XX/XX/N+1 Débit Crédit


512 Banque 1 100 000
456 Associés – Versements reçus sur augmentation de capital 1 100 000
Versement des fonds pendant la période de souscription

11
XX/XX/N+1 Débit Crédit
456 Associés – Versements reçus sur augmentation de capital 1 100 000
104 Primes d’amission 600 000
101 Capital 500 000
Augmentation de capital.
On annule la dette des associés au moment de la création des actions (ce qui est l’augmentation de
capital).

Actif
N+1 N
VB Sommes VNC
Immobilisation 0 0 0 0
Disponibilités
1 200 000 1 200 000 100 000
Total actif 1 200 000 1 200 000 100 000

Passif
Passif
N N+1
Capital 600 000 0
Primes 500 000
Capitaux propres 1 100 000 0

Augmentation de capital.
Etape 2  : émission d’actions en numéraire en N+1.
Alternative : seul el montant correspondant au minimum légal est appelé lors de la souscription de
la seconde augmentation de capital : 25% du capital + 100% de la prime.

Les différentes étapes.


Le capital non appelé est du capital mais qui n’a pas demandé d’être versé par l’actionnaire.
Capital appelé non versé, c’est le capital que les actionnaires doivent verser.

12
Augmentation de capital en N+1  : montant minimal appelé.
109 Actionnaires – capital souscrit non appelé

101 Capital souscrit


100 000
125 000
375 000

512 Banques
100 000
725 000

104 Capital souscrit


600 000

456 Associés – versements reçus sur augmentation de capital


725 000 725 000

XX/XX/N Débit Crédit


512 Banque 1 100 000
456 Associés – Versements reçus sur augmentation de capital 1 100 000
Versement des fonds pendant la période de souscription 25% nominal + 100% primes

XX/XX/N Débit Crédit


456 Associés – Versements reçus sur augmentation de capital 725 000
109 Actionnaires - capital souscrit non appelé 375 000
104 Primes d’émission 600 000
101 Capital souscrit appelé 125 000

13
101 Capital souscrit non appelé 375 000
Augmentation de capital.

Actif
N N-1
VB Sommes VNC
Capital souscrit 375 000 0 0
non appelé
Disponibilités 825 000 825 000 100 000

Total actif 1 200 000 1 200 000 100 000

Passif
N N+1
Capital 125 000
Primes 600 000
Capitaux propres 725 000

Autres augmentations de capital.


- Par conversion de créances
- Par incorporation de réserves.

Partie II :
Définition du passif externe.
Un passif est un élément du patrimoine ayant une valeur économique négative pour l’entité, c’est à
dire une obligation de l‘entité à l’égard des tiers dont il est probable ou certain qu’elle provoquera
une sorte des ressources au bénéfice de ce tiers, sans contrepartie au moins équivalente attendue
de celui-ci.
Si on est certain, cela devient une dette.
Si on n’est pas certain, cela devient une provision.

SNCF – Extrait comptes annuels 2009.

Tableau d’amortissement d’un emprunt.

14
CRDDP : capital restant du en début de période.
Postulat : le solde du compte banque est de 50 000€ avant octroi de l’emprunt.

Exercice N.
512 Banques
50 000 30 000
100 000
30 000 est le montant de l’annuité.

164 Emprunts auprès des établissements de crédit


25 000 100 000

661 Charges d’intérêts


5000
Ces charges vont avoir une incidence sur le résultat financier.
Ces charges correspondent au compte de résultat N – Résultat financier.

Impact sur les états financiers de N.


01/01/N Débit Crédit
512 Banques 100 000
164 Emprunts auprès des établissements de crédit 100 000
Octroie d’un prêt par la banque à l’entreprise

31/12/N+2 Débit Crédit


661 Charges d’intérêts 5000
164 Emprunts auprès des établissements de crédit 25 000
512 Banque 30 000
Annuité N

Impact sur les états financiers de N.


Résultat N
Produits financiers
Charges d’intérêts – charges financières (5000)
Résultat financier (5000)
(…)
Résultat avant IS (5000)

BILAN Actif AL

15
N N-1
VB Somme VNC
Disponibilités 120 000 120 000 50 000

BILAN Passif
N N-1
Emprunts auprès des établissements de crédit 75 000 0
Impact sur les flux de trésorerie  flux financier (- 130 000 = 100 000+30000 dont 5000)

Exercice N+1.
512 Banques
120 000 28 750

164 Emprunts auprès des établissements de crédit


25 000 75 000

661 Charges d’intérêts


3750
Ces charges correspondent au compte de résultat N+1 – résultat financier.

31/12/N+2 Débit Crédit


661 Charges d’intérêts 3750
164 Emprunts auprès des établissements de crédit 25 000
512 Banque 28 750
Annuité N+1

Impact sur les états financiers de N+1.


Résultat N
Produits financiers
Charges d’intérêts – charges financières (5750)
Résultat financier (5750)
(…)
Résultat avant IS (5750)

BILAN Actif AL
N N-1
VB Somme VNC
Disponibilités 91 500 91500 120 000

BILAN Passif
N+1 N
Emprunts auprès des établissements de crédit 50 000 75 000

Exercice N+2.
512 Banques

16
91 250

164 Emprunts auprès des établissements de crédit


25 000 50 000

661 Charges d’intérêts


2500
Ces charges correspondent au compte de résultat N+2 – résultat financier.

31/12/N+2 Débit Crédit


661 Charges d’intérêts 2500
164 Emprunts auprès des établissements de crédit 25 000
512 Banque 27 500
Annuités N+2.

Impact sur les états financiers de N+2.


Résultat N
Produits financiers
Charges d’intérêts – charges financières (2500)
Résultat financier (2500)
(…)
Résultat avant IS (2500)

BILAN Actif AL
N N-1
VB Somme VNC
Disponibilités 63 750 63 750 91 250

BILAN Passif
N+2 N+1
Emprunts auprès des établissements de crédit 25 000 50 000

Exercice N+3.
512 Banques
63 750

164 Emprunts auprès des établissements de crédit


25 000 25 000

661 Charges d’intérêts


1250
Ces charges correspondent au compte de résultat N+3 – résultat financier.

31/12/N+3 Débit Crédit


661 Charges d’intérêts 1250
164 Emprunts auprès des établissements de crédit 25 000
512 Banque 63 750
Annuités N+3.

17
Impact sur les états financiers de N+3.
Résultat N
Produits financiers
Charges d’intérêts – charges financières (1250)
Résultat financier (1250)
(…)
Résultat avant IS (1250)

BILAN Actif AL
N N-1
VB Somme VNC
Disponibilités 37 500 37 500 63 750

BILAN Passif
N+3 N+2
Emprunts auprès des établissements de crédit 0 25 000
Emprunt totalement rembourser  l’emprunt est à zéro.

Distinction dette et provision.


« Une dette est un passif certain dont l’échéance et le montant sont fixés de façon précise ».
« Une provision est un passif dont le montant ou l’échéance ne sont pas fixés de façon précise ». Ce
sont des dettes potentielles. On a une provision dès lors que la probabilité de sortie de ressources
est plus élevée que la probabilité de non sortie de la ressource.

SCNF.
Evolution des provisions en millions d’€.

Types d’obligations et tiers.

18
Le tiers peut être une personne physique ou morale, déterminable ou non (Article 212.1.3 du
PCG).

Obligation présente.

Obligation légale Obligation implicite


Garantie (de réparation ou de remplacement Politique de remboursement du prix lorsque
des biens endommagés) accordée lors de la les biens non endommagés sont rapportés
vente (retournés) par les clients
Obligation légale de nettoyer l’environnement Publication de la politique de l’entreprise pour
endommagé par l’entité nettoyer l’environnement
Obligation contractuelle de payer des Publication, annonce et plan détaillé de
indemnités de fon de carrière aux employés fermeture d’une usine

Estimation du passif.
Le montant du passif : montant de la sortie de ressources que l’entité doit supporter pour éteindre
don obligation envers le tiers.
La contrepartie éventuelle est égale aux avantages économiques que l’entité attend du tiers envers
lequel elle a une obligation.

Passifs éventuels.
Les passifs éventuels correspondent à  :
- une obligation possible et non actuelle
- une obligation présente qui ne remplie pas les critères d’enregistrement des dettes.
Les impacts possibles des passifs éventuels sont publiés dans les notes annexes aux états
financiers.

Une entreprise A a donné un cautionnement pour « garantir » un emprunt contracté par une entité
B.
L’entreprise A a une obligation légale envers le créancier de B en raison du cautionnement donné.

19
B ne paie pas ses dettes B paie habituellement ses dettes
- Obligation probable - Obligation improbable
- Enregistrement d’une provision dans les - Publication d’un passif éventuel dans
comptes l’annexe
Aussi longtemps que B paie ces dettes de façon habituelle, la sortie de ressource est improbable, il
n’y a pas d’obligation. C’est juste une note dans l’annexe qui chiffre la sortie de ressource
éventuelle.
A partir du moment où B cesse d’honorer ses dettes, la probabilité que la caution soit engagée
devient importante. La caution devient probable donc présente. Donc A va enregistrer une
provision.

Conditions.
- Obligation à l’égard d’un ou plusieurs tiers (Article 312.1 du PCG). Si la décision est
interne à l’entreprise, alors il faut une annonce faite au tiers concernés avant la date de
clô ture.
- Sortie de ressources probable ou certaine au bénéfice de ce tiers sans contrepartie au
moins équivalente attendue de celui-ci (Article 312.1 du PCG). Pas de provision pour
travaux, ni pour prestations publicitaires.
- Fiabilité de l’évaluation (Article 312.3 du PCG). Impossibilité d’évaluer le coû t alors pas de
provision.

Il y a une exception  : provision pour pensions et engagements de retraite.

Exemples de provisions.
Dettes (5 critères) :
- obligation actuelle de l’entité envers un tiers
- qui résulte d’événements passés
- dont l’extinction résultera de sorties de ressources (consommation de bénéfices
économiques)
- échéance certaine
- montant certain

Provision (remise en cause d’un tiers des deux derniers critères) : passifs dont l’échéance
(occurrence) ou le montant n’est pas fixé de façon précise.
Exemples : Dommages environnementaux, garantie sur les produits vendus, provisions pour
engagements de retraite.

Passifs éventuels (remise en cause d’un des trois premiers critères) :


- de l’existence de l’obligation (incertitude sur la réalité du fait engendrant les sorties
prévues de trésorerie).
- De la sortie de ressources futures (incertitude sur le montant des flux de trésorerie).

Illustration.
31/12/N : une entreprise est en litige avec un client. Elle décide d’enregistrer une provision de
4000€.
31/12/N+1 : la procédure est en cours mais l’entreprise augmente la provision de 5000€.
31/12/N+2 : l’entreprise est condamnée à payer 3000€ de dommages et intérêts et 500€ de frais
de procès. Les honoraires de l’avocat sont de 1000€HT (TVA de 20%).
Hypothèse impô t sur les sociétés IS = 30%.

20
Exercice N.
1511 Provisions pour litiges
4000

6815 dotations aux provisions


4000
Ces dotations correspondent au compte de résultat N – résultat d’exploitation.

31/12/N Débit Crédit


6815 Dotations aux provisions d’exploitation 4000
1511 Provisions pour litiges 4000
Dotations aux provisions pour l’année N.

Impact sur les états financiers de N.


BILAN Résultat N
Reprises – produits exploitation
Dotations – charges exploitation (4000)
Résultat d’exploitation (4000)
Reprises – produits exceptionnels
Dotations – charges exceptionnelles
Résultat exceptionnel
(…)
Résultat avant impôt (4000)

BILAN Passif
N N+1
Provisions pour risques et 4000 0
charges

Exercice N+1.
1511 Provisions pour litiges
4000
1000

6815 dotations aux provisions


1000
Ces dotations correspondent au compte de résultat N+1 – résultat d’exploitation.

31/12/N Débit Crédit


6815 Dotations aux provisions d’exploitation 1000
1511 Provisions pour litiges 1000
Ajustement de la provision pour l’année N+1.

On est dans une situation d’incertitude.

Impact sur les états financiers de N+1.

21
Résultat N
Reprises – produits exploitation
Dotations – charges exploitation (1000)
Résultat d’exploitation (1000)
Reprises – produits exceptionnels
Dotations – charges exceptionnelles
Résultat exceptionnel
(…)
Résultat avant impôt (1000)

Passif
N N+1
Provisions pour risques et charges 5000 4000

Exercice N+2.

1511 Provisions pour litiges


5000 4000
1000
On passe d’une situation d’incertitude à une situation de certitude. La provision est devenue sans
objet.

7815 Reprises sur provisions


5000

31/12/N Débit Crédit


6815 Dotations aux provisions d’exploitation 5000
1511 Provisions pour litiges 5000
Provision devenue sans objet.

512 Banques
1200
3500
Correspond à Actif/Passif – Bilan.

44566 TVA déductible


200

6788 Charges exceptionnelles diverses


3000
Correspondent au compte de résultat N+2 – Résultat exceptionnel

681 Frais d’actes et contentieux


500

6226 Honoraires
1000
Correspondent au compte de résultat N – Résultat exceptionnel.

22
31/12/N+2 Débit Crédit
6788 Charges exceptionnelles diverses 3000
681 Frais d’actes 500
6226 Honoraires 1000
44566 TVA déductible sur B&S 200
512 Banque 4700
Dénouement du litige en N+2.

Impact sur les états financiers de N+2.


BILAN Résultat N
Reprises – produits exploitation 5000
Dotations – charges exploitation
Résultat d’exploitation (1500)
Reprises – produits exceptionnels 3500
Dotations – charges exceptionnelles
Résultat exceptionnel (5000)
(…)
Résultat avant impôt 500

BILAN Passif
N N+1
Provisions pour risques et 0 5000
charges

Illustration n°2.
31/12/N : une entreprise est en litige avec un client. Elle décide d’enregistrer une provision de
4000€.
31/12/N+1 : la procédure est en cours mais l’entreprise décide de diminuer la provision à 2500€.
31/12/N+2 : le client est débouté. Les frais de justice incluant les honoraires de l’avocat sont
directement payés par le client.

Exercice N.
1511 Provisions pour litiges
4000

6815 Dotations aux provisions


4000
Ces dotations correspondent au compte de résultat N – Résultat d’exploitation.

31/12/N+2 Débit Crédit


6815 Dotations aux provisions 4000
1511 Provisions pour litige 4000
Dotations aux provisions pour l’année N.

Impact sur les états financiers de N.


Résultat N
Reprises – produits exploitation

23
Dotations – charges exploitation (4000)
Résultat d’exploitation (4000)
Reprises – produits exceptionnels
Dotations – charges exceptionnelles
Résultat exceptionnel
(…)
Résultat avant impôt (4000)

BILAN Passif
N N-1
Provisions pour risques et charges 4000 0

Exercice N+1.
1511 Provisions pour litiges
1500 4000

7815 Reprises sur provisions


1500
Ces dotations correspondent au compte de résultat N – Résultat d’exploitation.

31/12/N+2 Débit Crédit


1511 Provisions pour litiges 1500
7815 Reprise sur provision 1500
Ajustement de la provision pour l’année N.

Impact sur les états financiers N+1.


Résultat N
Reprises – produits exploitation 1500
Dotations – charges exploitation
Résultat d’exploitation 1500
Reprises – produits exceptionnels
Dotations – charges exceptionnelles
Résultat exceptionnel
(…)
Résultat avant impôt 1500

BILAN Passif
N+1 N
Provisions pour risques et charges 2500 4000

Exercice  N+2.
1511 Provisions pour litiges
2500 2500

7815 Reprises sur provisions


2500
Ces dotations correspondent au compte de résultat N+2 – Résultat d’exploitation.

24
31/12/N+2 Débit Crédit
7815 Provisions pour litiges 2500
1511 Reprise sur provisions 2500
Provision devenue sans objet.

Impact sur les états financiers de N+2.


Résultat N+2
Reprises – produits exploitation 2500
Dotations – charges exploitation
Résultat d’exploitation 2500
Reprises – produits exceptionnels
Dotations – charges exceptionnelles
Résultat exceptionnel
(…)
Résultat avant impôt 2500

BILAN Passif
N+2 N+1
Provisions pour risques et charges 0 2500

Effet de la provision.
Sans provision Avec une provision
Pas de charge additionnelle en N Charge de 4000 en N
Pas de charge additionnelle en N+1 Produit de 1500 en N+1
Pas de charge additionnelle en N+2 Produit de 2500 en N+1
Sue la durée de vie de l’opération l’impact sur le compte de résultat est identique à zéro €.
Le mécanisme d’enregistrement des provisions a un effet sur la répartition dans le temps de la
charge totale.

Provision et IS.

25
Effets symétriques pour les produits.

Provisions  : évaluation.
Montant correspondant à la meilleure estimation de la sortie de ressources nécessaire à
l’extinction de l’obligation.

Grand nombre d’obligations similaires (par exemple, garantie sur les produits ou contrats
similaires).
La probabilité qu’une sortie de ressources soit nécessaire à l’extinction de ces obligations est
déterminée en considérant cet ensemble d’obligations comme un tout.

Même si la probabilité de sortie pour chacun des éléments considéré isolément est faible, il peut
être probable qu’une sortie de ressources sera nécessaire pour éteindre cet ensemble
d’obligations (article 323.2 du PCG).

En cas d’obligation unique et en présence de plusieurs hypothèses d’évaluation de la sortie de


ressources, le montant à provisionner est, en général, celui qui correspond à l’hypothèse la plus
probable. Les incertitudes relatives aux autres hypothèses d’évaluation doivent faire l’objet d’une
mention en annexe (article 323.2 du PCG).

EDF  : exemples de provisions.


Provision pour fin de cycle du combustible nucléaire :
- provision pour retraitement du combustible nucléaire
- provision pour évacuation et stockage des déchets radioactifs.
Provisions pour déconstruction des cœurs :
- provisions pour dépréciation des derniers cœurs
- provisions pour déconstruction des centrales. Un actif est créé en contrepartie des
provisions constituées au titre d’obligations liées à la déconstruction des centrales et des
coû ts de derniers cœurs des centrales nucléaires.

26
Estimation du montant des provisions EDF  :

Les montants enregistrés dans les comptes sont les montants actualisés.

Provision pour restructuration.


« Une provision pour restructuration ne doit inclure que les dépenses nécessairement
entrainées par celle ci et qui ne sont pas liées aux activités futures » (Article 323.5 du PCG).
Ne couvre pas les dépenses de formation du personnel conservé.
Ne couvre pas les dépenses marketing engagées pour relancer l’activité après la fermeture.

Lorsque l’on a une restructuration, il y a en général un changement de dirigeants.

Conditions au provisionnement comptable :


- décision de restructuration prise par l’organe compétent.
- Plan de restructuration formalisé précisément.
- Plan connu des tiers avant la date de clô ture : commencement d’exécution (fermeture du
site) et annonce publique.
Ces conditions doivent être respectées.

Exercice N.
154 Provisions pour restructuration
6000

6875 Dotations aux provisions exceptionnelles


6000
Correspond au compte de résultat N – Résultat exceptionnel. Possibilité d’utiliser le compte 6815
– Résultat exploitation.

31/12/N Débit Crédit


6875 Dotations aux provisions exceptionnelles 6000

27
154 Provisions pour restructuration 6000
Dotations aux provisions pour l’année N

Pour le compte de résultat fait supporter une partie des charges sur l’exercice pendant lequel aura
été pris la décision de restructuration.

Engagements de retraite.
« Le montant des engagements de l’entreprise en matière de pension, de compléments de retraite,
d’indemnités et d’allocations en raison du départ à la retraite ou avantages similaires des
membres ou associés de son personnel et de ses mandataires sociaux est indiqué dans l’annexe.
Par ailleurs, les entreprises peuvent décider d’inscrire au bilan, sous forme de provision, le
montant correspondant à tout ou partie de ces engagements. L’annexe complète et commente
l’information donnée par le bilan et le compte de résultat » (Article L123-12 du code de
commerce).

« Les passifs relatifs aux engagements de l’entité en matière de pensions, de compléments de


retraite, d’indemnités et d’allocations en raison du départ à la retraite ou avantages similaires des
membres de son personnel et de ses associés et mandataires sociaux peuvent être, en tout ou en
partie, constatés sous forme de provision pour risques et charges. La constations de provisions
pour la totalité des engagements à l’égard des membres du personnel actif et retraité, conduisant
à une meilleure information financière, est considérée comme une méthode préférentielle ».

Avantages du personnel.
Prestations servies aux membres du personnel ou aux personnes à leur charge (conjoints, enfants
ou autres personnes à charge).

Paiement :
- en espèce ou en nature
- effectués directement ou indirectement via des organismes d’assurance.

2 types de régimes.
Régimes à cotisations définies Régimes à prestations définies
Obligation de moyen : Obligation de résultat :
- les cotisations sociales - les indemnités de fin de carrière
- congés payés - les retraites chapeau au delà du plafond
- mutuelles complémentaires santé. de la sécurité sociale
Les PME cotisent chaque mois pour leurs salariés donc obligations de moyen (régime à cotisations
définies). L’obligation de l’entreprise est de contribuer à hauteur de ce qui est demandé (peu
importe ce que va recevoir le salarié plus tard).

Pour le régime à prestations définies : l’entreprise va promettre à l’employer une prime ou autre
au jour de son départ à la retraite.

Pour ces cas il y a une dette à long terme que l’on comptabilise ou non (mais que l’on met à
l’annexe).

SCNF - 2009.
Cotisations définies (RA, 009. Extrait page 19).

28
Prestations définies (RA, 2009. Extrait page 20).

Passif au bilan  : contenu.

29
- valeur actualisée de l’engagement aux titres des prestations définies
- plus ou moins éventuels écarts actuariels non comptabilisés.

Les variations d’une année sur l’autre sont enregistrée soit en compte de résultat soit directement
dans les capitaux propres.

(RA, 2009. Extrait page 20).

Soit mis en annexe ou soit provisionné.

Les paramètres (humains):
- est ce que le salariés est présent ou absent (dépend des taux de morbidité – espérance de
vie).
Le risque des entreprises est le risque de longévité.
- l’évolution des salaires
- la pyramide démographique dans l’entreprise.
- le régime applicable et l’évolution du régime applicable.

Il y a des paramètres qui sont plus liés aux actifs :


- écart entre rendement prévu et rendement réel.

Partie III :
Contrats à long terme.
« Seuls les bénéfices réalisés à la date de clô ture d’un exercice peuvent être inscrits dans les
comptes annuels. Peut être inscrit, après inventaire, le bénéfice réalisé sur une opération
partiellement exécutée et acceptée par le cocontractant lorsque sa réalisation est certaine et qu’il
est possible, au moyen de documents comptables prévisionnels, d’évaluer avec une sécurité
suffisante le bénéfice global de l’opération » Article L123-21 du code de commerce.

« Un contrat d’une durée généralement longue, spécifiquement négocié dans le cadre d’un projet
unique portant sur la construction, la réalisation ou, le cas échéant, la participation en qualité de
sous-traitant à la réalisation, d’un bien, d’un service ou d’un ensemble de biens ou services
fréquemment complexes, dont l’exécution s’étend sur au moins deux périodes comptables ou
exercices. Le droit de l’entité à percevoir les revenus contractuels est fonction de la conformité au
contrat de travail exécuté » PCG 380.1.

Le résultat à terminaison.
Résultat à terminaison = CA prévu – coû t de revient prévisionnel.
Les coû ts prévisionnels sont les coû ts imputables au contrat (exclusion des frais d’administration
générale, des frais de recherche).
Selon OEC, le montant global de la provision correspond à la perte à terminaison (avant 2005).
Dorénavant : il convient de scinder ce montant entre :
- une dépréciation du stock et travaux en cours.
- Une provision pour perte sur contrat.

Les provisions sont des augmentations probables de passifs.

30
Dépréciation : diminution de valeurs d’actif.

Modes de comptabilisations.

L’achèvement consiste à enregistrer le CA et le résultat à terme (lorsque la prestation de service a


été effectué, lorsque l’étude a été rendue). C’est la méthode la plus prudente.
Les encours sont plafonnés à hauteurs des charges effectives.

Il y a une deuxième méthode qui est la méthode de l’avancement. C’est plus compliqué en théorie
car le CA et le résultat vont être enregistré au fur et à mesure de l’avancement du contrat. On
enregistre une marge à la date de clô ture avant l’échéance du contrat. C’est une pratique qui est
assez peu prudente.
Permet aux entreprises d’afficher des bénéfices régulièrement. On étale la marge sur plusieurs
années. D’un point de vue économique, cette méthode donne une meilleure image fidèle.

Résumé des étapes  :


 L‘achèvement  : on démarre en cours d’année, on enregistre normalement les charges, en fin
d’année on valorise un stock d’encours de production. Si on pense que l’on va avoir une perte, on
va avoir une provision (la perte future que l’on va réaliser) et une dépréciation (stocks). A la fin on
facture le contrat et on valorise le stock.
 L’avancement  : on constate le CA à l’avancement, on va donc devoir mesurer un degré
d’avancement. On multiple ce degré par le CA. On va donc dégager la marge. A la clô ture, il y a une
provision pour risque si nécessaire si la marge est négative (elle correspond à la dépréciation de
l’autre méthode).

Achèvement versus avancement  : les étapes.

31
Exemple.
Une entreprise de conseil en marketing SCM réalise une étude pour une entreprise de
cosmétiques.
L’étude démarre en mars N et la livraison du rapport est prévue à la fin octobre N+1.

Au 31 décembre N, les charges réelles sont de 4000.


La TVA de 19,6%.
Les charges prévisionnelles sont de 4000 et pas de 5000.

Bilan de la société d’études SCM.

Contrat bénéficiaire à la 1ère clôture.


Les charges réelles sont de 4000.
On peut évaluer le résultat prévisionnel.

A la première clô ture, le contrat est bénéficiaire.


On peut appliquer la méthode de l’avance que pour les situations pour lesquelles ont peut
déterminer un résultat prévisionnel (donc il faut un certain système d’informations fiable et
pertinent).

32
Exercice N – méthode de l’achèvement.
En N Débit Crédit
6 Charges 4000
4456 TVA déductible 784
4/512 Fournisseurs/banques 4784
Enregistrements des charges

31/12/N Débit Crédit


345 Prestations de services en cours 4000
71345 Variations des encours de production de service 4000
Valorisation du stock final au coût de production
Les coû ts encourus sont stockés à l’actif.
En pratique, les coû ts effectivement encourus sont stockés à l’actif.
L’impact est nul sur le compte de résultat. Vu que l’on stock les coû ts il y a une incidence nul sur le
compte de résultat.

Bilan de la société d’études SCM fin N – méthode de l’achèvement.


Actif AL
N N-1
VB Somme VNC
Immobilisations 25 000 25 000 25 000
Stocks encours 4000 4000
Autres créances 784 784
Disponibilités 20 216 29 216 25 000
Total actif 50 000 50 000 50 000
25 000 – 4000 – 784 = 20 216.
La prestation de services encours est un compte de classe 3 donc un stock.

Exercice N – méthode de l’avancement.

En N Débit Crédit
6 Charges 4000
4456 TVA déductible 784
4/512 Fournisseurs/Banques 4784
Enregistrement des charges.
Degré d’avancement = (4000/8000°) * 100 = 50%
Pourcentage d’avancement = 50% * 10 000 = 5000
° Charges totales de construction estimées à la date de clô ture.

31/12/N Débit Crédit


4181 Clients, facture à établir 5980
706 Prestations de services 5000

33
44587 TVA sur factures à établir 980
Constitutions effectuées mais pas de facturation

La facture est effectue mais il n’y a pas eu de facturation.


Cela peut être aussi une mesure technique du degré d’avancement. Ce n’est pas obligatoire que ce
soit une mesure comptable.
Degré d’avancement : on rapporte les charges engagées à la date de clô ture aux charges totales
estimées.

Bilan de la société d’études SCM fin N – méthode de l’avancement.


La TVA déductible n’apparaît pas à l’actif car elle est imputée sur la TVA collectée.

Actif AL
N N-1
VB Somme VNC
Immobilisations 25 000 25 000 25 000
Créances clients 5980 5980
Disponibilités 20 216 20 216 25 000
Total actif 51 196 51 196 50 000

Passif
N N-1
Capital 50 000 50 000
Résultat 1000
Capitaux propres 51 000 50 000
Dettes fiscales et sociales (980 – 784) 196
Total passif 51 196 50 000
La facture client est plus important (5980). La contrepartie est qu’il y a un produit de 5000 et une
TVA déductible de 980.
Le bilan a gonflé a cause du produit de la TVA (que l’on n’avait pas avec l’autre méthode). On a
aussi un bénéfice de 1000 (pour N).

Impact sur les états financiers de N.

Le produit d’exploitation correspond à la variation des stocks à l’achèvement.


Le produit d’exploitation correspond à un CA selon l’avancement.

34
A l’achèvement le produit d’exploitation correspond à la variation des stocks et la contrepartie est
simplement les charges.

Données réelles N+1.

Les charges réelles sont de 8500.


L’entreprise enregistre un bénéfice.
Le résultat réel est inférieur au résultat prévisionnel. L’entreprise fait un bénéfice moindre que
celui prévu.

Exercice N+1 – méthode de l’achèvement.


En N+1 Débit Crédit
6 charges 4500
4456 TVA déductible 882
4/512 Fournisseurs/Banques 5382
Enregistrment des charges

31/12/N+1 Débit Crédit


411 Client 11 560
706 Prestation 10 000
44571 TVA collectée 1960
Enregistrement du chiffre d’affaire.

31/12/N Débit Crédit


71345 Variation des encours de production de services 4000
345 Prestation de service encours 4000
Annulation de l’encours (coût de stock)

Bilan de la société d’études SCM fin N+1 – méthode de l’achèvement.


Actif AL
N+1 N
VB Somme VNC
Immobilisations 25 000 25 000 25 000
Stocks 0 0 4000
Créances 11 560 11 560
Autres créances 0 0 784
Disponibilités 14 834 14 834 20 216
Total actif 51 760 51760 50 000
14 834 = 20 216 - 5382

Passif
N+1 N

35
Capital 50 000
Résultat (10 000 – 4500 - 4000) 1500
Capitaux propres 51500
Dettes fiscales et sociales (1960 – 784 – 882) 294
Total passif 51 760 0
Le résultat de 1500 a une incidence sur le résultat N+1.

Exercice N+1 – méthode l’avancement.


01/12/N+1 Débit Crédit
706 Prestations de services 5000
44587 TVA déductible 980
4181 Client, facture 5980
Extourne de régularisation

31/10/N+1 Débit Crédit


6 Charges 4500
4456 TVA déductible 882
4/512 Fournisseurs/Banque 5382
Enregistrements des charges.

31/10/N+1 Débit Crédit


411 Client 11 960
44571 TVA collectée 1960
706 Prestations de service 10 000
Facture établie à la réception du matériel.

Bilan de la société d’études SCM fin N+1 – méthode de l’avancement.


Actif AL
N+1 N
VB Somme VNC
Immobilisations 25 000 25 000 25 000
Stock 4000
Créances clients 11 960 11 960
Autres créances 784
Disponibilités 14 834 14 834 20 216
Total actif 51 794 51 196 50 000

Passif
N+1 N
Capital 50 000
Résultat 1000
Capitaux propres 500
Total 51 960
Dettes fiscales et sociales (196 – 980 – 882 + 1960) 294
Total passif 51 794 0

Impact sur les états financiers de N+1.

36
Résultat N+1 Résultat N+1
achèvement avancement
Produits d’explotation 10 000 10 000
Charges d’exploitation (8500) (9500)
Résultat d’exploitation 1500 500
Produits exceptionnels
Charges exceptionnelles
Résultat exceptionnel
Résultat avant calcul IS
Achevement : Résultat NB + resultat N+1 = 0 + 1500
Avancement : Résultat N + Résultat N+1 = 1000 + 500

Contrat déficitaire à la 1ère clôture.

Les charges réelles sont de 7000 et non pas de 4000 comme indiqué dans les prévisions.
On considère que les coû ts prévus lors de la période initiale seront les mêmes. Il y a eu un
dérapage qui ne concerne que N. Il y a une perte de 1000€.

Exercice N – méthode de l’avancement (perte à terminaison).


En N Débit Crédit
6 Charges 7000
4456 TVA déductible 1370
4/512 Fournisseurs/Banque 8370
Enregistrements des charges.
Les charges sont de 7000 au lieu de 4000.

Degré d’avancement = (7000/11 000°) * 100 = 63,63%


Pourcentage d’avancement = 63,63% * 10 000 = 6363.
° Charges totales de construction estimées à la date de clô ture.

Les coû ts réels sont de 7000. Le coû t total prévisionnel à la sortie est de 11 000.

Provision fin N – méthode de l’avancement.


Impact sur le résultat N = 7000 (charges) – 6363 (produits) = 637 PERTE !!!!!
Estimation de la perte à terminaison à la fin du contrat = 11 000 – 10 000 = 1000.
Dotation pour risque de 363.

37
On a une perte prévue à la sortie de 1000. Le produit de 6363 nous coute 7000. Il y a donc une
marge mais comme la marge est négative, donc on diminue la valeur. Par rapport à la méthode de
l’achèvement, l’impact résultat est nul. On enregistre une perte. On enregistre une provision à la
sortie de 1000. Le risque est doté 363. Dans le cas de la méthode à l’avancement on passe
uniquement une provision pour risque (= la perte prévue – la perte déjà comptabilisée). Parce que
l’on utilise la méthode à l’avancement, on enregistre une perte de 637.
On a pas besoin de provisionner la totalité de la perte à la sortie puisque par le biais de la méthode
à l’avancement on a déjà enregistrer la perte afférente à l’année N. On provisionne l’écart à l’année
N.

01/01/N+1 Débit Crédit


706 Prestations de services 6363
44587 TVA déductible 1247
4181 Client, facture 7610
Extourne de la régularisation

N+1 Débit Crédit


6 Charges 4000
4456 TVA déductible 784
4/512 Fournisseurs/Banque 4784
Enregistrements des charges.

31/10/N+1 Débit Crédit


411 Client 11 960
44571 TVA collectée 1960
706 Prestations de service 10 000
Facture établie à la réception du matériel.
Date à laquelle la prestation est achevée.

31/12/N+1 Débit Crédit


1516 Provisions pour pertes sur contrats 363
Reprises sur provisions pour risques et charges 363
7815
d’exploitation
Provision devenue sans objet
On passe d’une situation d’incertitude à une situation de certitude donc on reprend la provision.

Impact sur les états financiers de N et de N+1.


Résultat N+1 Résultat N
Produits d’exploitation 3637 6363
Reprise sur provisions 363
Charges d’exploitation (4000) (7000)
Résultat d’exploitation (363)
Résultat avant calcul IS 0 (1000)

38
Avec cette méthode de l’avancement la perte à deux contrepartie : apparaît part le régularisation
(inscrit le produit).

Exercice N – méthode de l’achèvement.


N+1 Débit Crédit
6 Charges 7000
4456 TVA déductible 1370
4/512 Fournisseurs/Banque 1370
Enregistrements des charges.

31/10/N+1 Débit Crédit


345 Prestations de services en cours 7000
71345 Variation des en cours de production de services 7000
Enregistrement des encours
Le résultat est N puisque par construction la méthode de l’achèvement a pour objectif
d’enregistrer le résultat à l’achèvement du contrat ; Donc fait mécaniquement ressortir des
impacts de résultat de 0 lors des clô tures intermédiaires.

En pratique, les coû ts effectivement sont stockés à l’actif.

Provision fin N – méthode de l’achèvement.


Estimation de la perte à terminaison à la fin du contrat = 11 000 – 10 000 = 1000.
La provision est scindée en deux :
- au prorata du pourcentage d’avancement des travaux : 63,63% * 1000 = 637. Dépréciation
enregistrée en dépréciation des travaux en cours (ACTIF).
- Pour le solde en provisions pour risques = 363. Enregistrée en provisions pour risques
(PASSIF).

Provision fin N – méthode de l’achèvement.


31/12/N Débit Crédit
6815 Dotations aux provisions 363
1516 Provisions pour pertes sur contrats 363
Provisions pour risque nécessaire fin N.

31/12/N Débit Crédit


6817 Dotations aux dépréciations 637
3945 Dépréciation des travaux en cours 637
Dépréciation (perte à la fin N)

Bilan de la société d’études SCM fin N – méthode de l’achèvement.


Actif AL
N+1 N
VB Somme VNC
Immobilisations
Stock
Créances clients
Autres créances
Disponibilités

39
Total actif

Passif
N+1 N
Capital
Résultat
Capitaux propres
Total
Dettes fiscales et sociales
Total passif

 Exercice N+1.
N+1 Débit Crédit
6 Charges 4000
4456 TVA déductible 784
4/512 Fournisseurs/Banque 4784

Octobre N+1 Débit Crédit


411 11 960
706 10 000
44571 1960
Provision pour risques nécessaire fin N.
31/12/N+1 Débit Crédit
71345 7000
345 7000
Dépréciaiton (perte à la fin N)

31/12/N+1 Débit Crédit


1516 Provisions pour pertes sur contrats 363
Reprises sur provisions pour risques et charges 363
7817
d’exploitation
Provision sans objet

31/12/N+1 Débit Crédit


3845 637
7817 637
Sortie de l’encours  reprise pour dotation.

 Provision fin N+1.


Résultat N+1 Résultat N
Produits d’exploitation 3000 7000
Reprise sur provisions 1000
Charges d’exploitation (4000) (7000)
Résultat d’exploitation (1000)
Résultat avant calcul IS (10 000 – 7000 = 3000) 0 (1000)
Lorsque le contrat est déficitaire alors le montant global de l’impact sur compte de résultat
d’exploitation est le même.

40
Impact sur les états financiers de N+1 et N – méthode de l’achèvement.
Actif AL
N+1 N
VB Somme VNC
Immobilisations
Stock
Créances clients
Autres créances
Disponibilités
Total actif

Passif
N+1 N
Capital
Résultat (7000 – 7000 – 637 – 363)
Capitaux propres
Total
Dettes fiscales et sociales
Total passif

Bilan de la société d’études SCM fin N – méthode de l’achèvement.

Provision et fiscalité 1.
Il peut y avoir des décalages entre le fait générateur comptable et le fait générateur fiscal.
Exposition du salarié à l’amiable  provision comptable.
Dépô t de plainte du salarié  provision admise fiscalement.

Provisions et fiscalité2.
Application du principe de prudence en comptabilité. « Il doti être tenu compte des risques et des
pertes intervenus au cours de l’exercice ou d’un exercice antérieur, même s’ils sont connus entre
la date de la clô ture de l’exercice et celle de l’établisement des compte » (L123.20 du code de
commerce).
Prise en compte des informations disponibles jusqu’à la date d’arrêté des comptes en
comptabilité.
En fiscalité, seules les informations disponibles à la date de clô ture sont prises en compte.
Des provisions ne sont pas déductibles fiscalement (les provisions de propre assureur).

Illustration.
La société ADAM a fait l’objet d’un redressement fiscal en décembre 2010, portant sur des
opérations et déclarations de l’exercice 2010. A l’inventaire le comptable a estimé à 82 000€ la
pénalité probable qui a donné lieu à un enregistrement.
Le 10 janvier 2011, la société reçoit une notification de redressement de l’administration fiscale
qui précise le montant de la pénalité : 100 000€.
A cette date, les comptes de l’exercice 2010 ne sont toujours pas arrêtés.

Deux réponses possibles.


R1 – la société accepte le redressement R2 – la société conteste le redressement

41
La provision devient sans objet La provision est ajustée
Il y a une charge à payer

Exercice N – R1.

31/12/N+1 Débit Crédit


6875 Dotations exceptionnel 82 000
154 Provisions pour amendes et pénalités 82 000
Dotations aux provisions initiales

31/12/N+1 Débit Crédit


151 82 000
7875 Reprises sProvisionsur provisions 82 000
Amortissement de la provision initiale

31/12/N+1 Débit Crédit


6712 Pénalités amendes 100 000
4486 Etat dette à payer 100 000
Charges à pauer

exercice N – R2.

42
31/12/N+1 Débit Crédit
6875 Dotations exceptionnel 82 000
154 Provisions pour amendes et pénalités 82 000
Dotations aux provisions initiales

31/12/N+1 Débit Crédit


6875 Dotations aux provisions 18 000
154 Provisions pour amendes et pénalités 18 000
Ajustementt de la provision initiale

Provision et fiscalité 3.
Des provisions qui « seraient » admises en fiscalité ne sont pas comptabilisées en application des
règles comptables en raison de la condition d’absence de contrepartie.
Pas de provision pour travaux (lors du devis), pas de provisions pour déménagement …
Les amortissements dérogatoires sont des provisions réglementées.

Provision et fiscalité 4.

Dépréciation versus provision reglementée.


Baisse des cours Hausse des cours
Dépréciation des stocks PHP = provision fiscale
Aide fiscale remboursable
Classée en « autres fonds propres » au bialn
Utilisée lorsque les cours
Utlisée lorsque les cours des matières
premières augmentent rapidement

Provision pour hausse des prix.


Provision réglementée relative aux stocks
Ne répond pas à la définition d’une provision.
Aide fiscale remboursable.

43
Classée en « autres fonds propres ».
Permet à l’entreprise de pratique une provision
Explication : le stock est un élément de BFR à renouveler, il doit donc être financé.

Condition : variation positive du prix de plus de 10% depuis la clô ture de l’avant dernier exercice
N-2.
On prend comme référence l avaleur la plus faible des deux valeurs N-2 et N-1.

la provision subsiste même si une baisse succède à une hausse.


La reprise a lieu la sixième année suivant la date de clô ture.

Illustration.

Question 1 : vous calculez la provision N.


Question 2 : vous passez les écritures comptables.

Produit A.
Vn-2 < Vn-1
Dn = (Vn – 1,1 * Vn-2)*Qn – Dn-1 =
Calcul de la provision nécessaire en N.
(250 – 110% de 200)*115 000 – 1 500 000 = 1 950 000.

Produit B.

44
Vn-2 > Vn-1 =
Dn = (Vn – 1,1 * Vn-1)*Qn =
Calcul de la provision nécessaire en N.
(95 – 110% de 80) * 18 000 = 126 000.

Produit C.
Vn-2 < Vn-1 =
Dn = (Vn – 1,1 * Vn-2)*Qn – Dn-1 =
Calcul de la provision nécessaire en N.
Pas de provision en N.
(145 – 110% de 130)*13 500 -30 300 = 27 000 – 30 300 = -33 00

Produit D.
Vn > Vn-1 =
Dn = (Vn – 1,1 * Vn-1)*Qn =
Calcul de la provision nécessaire en N.
(230 – 110% de 200)* 9000 = 90 000

Exercice N.

1431 PHP
2 166 000

6875 Dotations aux provisions


2 166 000

Impact sur les états financiers.

45
Provision pour crédits à moyen terme à l’étrange.
Au 31/12/N, le montant des crédits accordés aux clients étrangers est de 1 000 000€.
Le client SYGMA a eu un incident de paiement et le risque de non paiement est de 100% de la
créance d’une valeur de 8000€ (opération non soumise à la TVA).
De plus, l’entreprise souhaite constater une provision pour crédits à moyen terme à l’étranger.
La provision nécessaire est estimée à 120 000€. La provision existante est de 100 000€.

Provision fin N+1 – méthode de l’achèvement.

Le crédit bail.
Contrat de location assorti d’une promesse de vente.
Une entreprise loue une immobilisation à un établissement de crédit.
Le contrat de crédit bail permet de racheter l’immobilisation au terme du contrat.
L’entreprise n’est pas propriétaire au sens juridique.
Financement : permet de disposer d’une immobilisation sans en décaisser le prix.

Le 1er juin N, une entreprise ALPHA souscrit un contrat de crédit bail mobilier pour une machine
d’une valeur de 100 000€. La durée du contrat est de 5Ans. La redevance annuelle est de 25 000€.
Le prix de rachat le 1er juin N+5 est de 10 000€HT.
L’entreprise exerce l’option d’achat le 1er juin N+5.

46
Exercice N – crédit bail.

Exercice N+1 – crédit bail.

exercice N+5 – levée de l’option.

47
Conclusion.

48

Vous aimerez peut-être aussi