Vous êtes sur la page 1sur 10

Note pédagogique Séance de TD 1

Lectures recommandées :

1) Cours d’amphithéâtre de Philippe TOURON


2) Plan comptable Général :
http://www.anc.gouv.fr/sections/normes_privees/plans_comptables/ (cliquer sur
Télécharger le document)

Ouvrages de comptabilité pour approfondir :

 Bernard Colasse, Cédric Lesage (2010) : Introduction à la comptabilité. Economica.


 Maurice Cozian et Pierre-Jean Gaudel (2006) La comptabilité racontée aux juristes.
LITEC

1. Utilisateurs des comptes annuels

Quels sont les états financiers qui composent les comptes annuels ? Quels sont les états
financiers qui forment les comptes consolidés ?

Comptes annuels : bilan, compte de résultat, annexe et tableau de financement.

Comptes consolidés (99-02) : bilan, compte de résultat, annexe et tableau de financement.

Comptes consolidés (IFRS) : Etat de situation financière à la fin de la période (bilan), Etat de
résultat global de la période incluant un compte de résultat net et un état des gains et des
pertes comptabilisés directement en capitaux propres, tableau des flux de trésorerie de la
période, tableau de variation des capitaux propres de la période.

Rappeler quels sont les différents utilisateurs des comptes annuels en donnant pour chacun
d’eux ses principales préoccupations.

Les agents Contribution Droits


Actionnaires Capital Dividendes, valeur résiduelle
Gestionnaires Compétences Salaire, bonus, bénéfices
Employés Compétences Salaires, rémunérations, bénéfices
Fournisseurs Biens et services Trésorerie
Clients Trésorerie Biens et services

1
Créanciers Dette Intérêt, remboursement
Gouvernement Biens publics Impôts
Auditeurs Services Honoraires

Les fournisseurs, les employés et les managers cherchent à évaluer la continuité de


l’entreprise. De ce fait, ils analysent la solvabilité et la liquidité de l’entreprise. Les salariés
s’intéressent à la répartition de la valeur ajoutée. L’Etat utilise les comptes pour établir des
statistiques (INSEE) et calculer l’assiette fiscale. Les propriétaires utilisent les comptes
sociaux pour déterminer le montant des dividendes.

Rappeler quels sont les destinataires des comptes consolidés et donner les avantages des
comptes consolidés (Cela revient à indiquer les limites des comptes annuels pour les
utilisateurs des comptes consolidés).

Lorsque la société est une société de participations (Holding), l’actif du bilan est composé de
titres de participations et le compte de résultat comporte essentiellement des produits
financiers (dividendes perçus). De ce fait, il est impossible d’analyser la performance de
l’entreprise. Il faut obtenir les comptes des sociétés composant le groupe. La consolidation en
additionnant tous les actifs et toutes les dettes ainsi que les résultats de l’ensemble
économique permet de connaître l’endettement global.

Les actionnaires à la valeur de l’entreprise. Ils calculent, notamment des rentabilités et des
estimations de valeur de l’entreprise à partir des prévisions de trésorerie. D’où la présence
d’un tableau des flux de trésorerie.

Les salariés utilisent les comptes de groupe pour évaluer la performance globale du groupe en
cas de restructuration (cas PSA notamment).

Quels sont les liens entre fiscalité et comptes annuels, entre fiscalité et comptes consolidés ?

Comptes annuels  base de calcul du bénéfice fiscal (bénéfice comptable avant impôts +
réintégrations – déductions)

Quelles sont les entreprises qui doivent obligatoirement appliquer les IFRS en France ? Quelles
sont les entreprises qui peuvent sur option appliquer les IFRS en France ?

En France, un groupe a le choix entre appliquer les règles françaises de consolidation (loi et règlement
CRC N°99-02), ou appliquer le référentiel IFRS approuvé par l’Union Européenne, si ses titres ne sont pas
cotés en Bourse.

Entreprises ayant émise des titres (actions ou obligations) sur un marché réglementé en Europe. La
SNCF applique les IFRS car emprunts obligataires. Cette obligation résulte du règlement CE n°
1606/2002 du 19/072002 ( « Règlement IFRS 2005 »).

2
2. Principes comptables

Question 1 : Indiquer les principes comptables fondamentaux retenus en France : chaque


principe sera explicité en deux phrases au plus et sera illustré par un exemple.

Image fidèle (125.15 Code de Commerce ; PCG art 120.1) :

Continuité d’activité (123.20 Code de Commerce ; PCG art 120.1) : Activation de charges
afin de la reporter sur les exercices futurs. Les évaluations retenues pour les actifs reposent
sur l’hypothèse selon laquelle les actifs seront utilisés de la même façon que lors des exercices
antérieurs (ex : continuité des plans d’amortissement).

Prudence (123.20 Code de Commerce ; PCG art 120.3) :

Les événements postérieurs à la clôture sont pris en compte dès lors qu’ils sont connus lors
de l’établissement des comptes.

Permanence des méthodes (123.17 Code de Commerce ; PCG art 120.4) :

Toute modification d’une méthode d’amortissement doit figurer dans l’annexe et concerne
toutes les immobilisations semblables.

Principe des coûts historiques (ou nominalisme monétaire) (123.18 Code de Commerce ; PCG
art 120.4) :

Les amortissements sont calculés à partir du coût d’entrée de l’immobilisation.

Principe de non-compensation (123.19 Code de Commerce ; PCG art 130.2) :

Les avances et les acomptes apparaissent à l’actif. De ce fait, elles ne sont pas déduites du
comptes « fournisseurs »

Principe de séparation des exercices (art L 123-21 du Code de commerce ; PCG art 130.2) :
L’application de ce principe justifie l’existence des régularisations de fin d’exercice. Selon ce
principe, c'est la date d'engagement des dépenses et des recettes qui est utilisée comme point
temporel de rattachement des opérations à chaque exercice afin de calculer le résultat.

Question 2 : Indiquer au moins deux exemples de remise en cause des principes comptables
fondamentaux.

1. La réévaluation libre des bilans.


2. Option pour enregistrer les contrats à long terme selon la méthode de l’avancement est
une exception au principe de séparation des exercices.

3
3. En cas d’opérations parallèles (symétriques), comme les opérations de couverture de
change, le principe de non-compensation ne s’applique pas.
4. Le principe d’importance relative ne porte que les éléments de l’annexe. Il ne
s’applique pas en ce qui concerne le bilan et le compte de résultat. Toutes les
différences sont enregistrées.

3. Règlementation comptable

Mademoiselle Nelly, responsable de la doctrine comptable de la société G2M vous demande


de répondre aux questions suivantes.

3.1. Un membre de l’l.A.S.B. a rédigé un article dans la Revue Française de Comptabilité


(n° 414, novembre 2008) en écrivant : « Seule une normalisation indépendante et
internationale, non assujettie à une région particulière du monde, peut garder
l’objectivité nécessaire ; l’organisme existe : je l’ai rencontré ».

Question 1 : Expliciter le sigle l.A.S.B.

International Accounting Standards Board (successeur de l’IASC créé en 1973 par les
professionnels comptables de plusieurs pays…)

Question 2 : Quel est le rôle de cet organisme ?

Elaborer des normes comptables internationales et favoriser leur diffusion.

Question 3 : En quoi cet organisme répond-il aux critères de normalisation


indépendante et internationale.

Il ne dépend pas d’un gouvernement.

Des pays de plusieurs continents y sont représentés.

Prise en considération de parties prenantes distinctes par le biais d’un processus de


« Due process »

3.2. Les normes internationales IAS-IFRS offrent peu d’options comptables.

Question 1 : Indiquer quel en est la raison.

Elles visent à favoriser la COMPARABILITE des états financiers.

4
Question 2 : Indiquer s’il en est de même dans le plan comptable général (règlement
CRC 99-03).

Non, par exemple les entreprises françaises qui n’appliquent pas les IFRS ne sont pas obligées
de comptabiliser les engagements de retraites (avantages à long terme) dans le bilan.
L’amortissement du Goodwill est possible.

3.3. La convergence PCG/IFRS a conduit à une réforme des instances de normalisation


comptable françaises.

Question 1 : Rappeler l’organisme crée par l’ordonnance n° 2009-79 du 22 janvier


2009 en remplacement du Conseil National de la Comptabilité et du
Comité de la Réglementation Comptable.

Autorité de normalisation Comptable

Question 2 : Indiquer les principales missions de ce nouvel organisme.

« L'Autorité des normes comptables (ANC) exerce les missions suivantes :


1° Elle établit sous forme de règlements les prescriptions comptables générales et sectorielles
que doivent respecter les personnes physiques ou morales soumises à l'obligation légale
d'établir des documents comptables conformes aux normes de la comptabilité privée ;
2° Elle donne un avis sur toute disposition législative ou réglementaire contenant des mesures
de nature comptable applicables aux personnes visées au 1°, élaborée par les autorités
nationales ;
3° Elle émet, de sa propre initiative ou à la demande du ministre chargé de l'économie, des
avis et prises de position dans le cadre de la procédure d'élaboration des normes comptables
internationales ;
4° Elle veille à la coordination et à la synthèse des travaux théoriques et méthodologiques
conduits en matière comptable ; elle propose toute mesure dans ces domaines, notamment
sous forme d'études et de recommandations. » (Art 1, Ordonnance 2009-09)

http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTET000020137892&dateT
exte=&categorieLien=id

5
I. QCM

Cocher la ou les case(s) correspondant à la bonne réponse

Q1. Les prescriptions édictées par l'Autorité des Normes Comptables (ANC) deviennent
:
 Des lois
 Des règlements homologués par arrêté Ministériel (Art 4 Ordonnance 2009-79)
 Des décrets
 Aucune Réponse Ne Convient (ARNC)

Q2 Selon l'article L123-16 du Code de commerce et le règlement 2010-10 de l’ANC, les


commerçants, personnes physiques ou morales peuvent adopter une présentation
simplifiée de leur bilan et compte de résultat lorsqu'ils ne dépassent pas à la clôture
de l’exercice deux des trois critères suivants :
 Total du bilan de 2 000 000 €, montant net du chiffre d'affaires de 5 000 000 € et
nombre moyen de salariés permanents employés au cours de l'exercice 50
 Total du bilan de 1 000 000 €, montant net du chiffre d'affaires de 2 000 000 € et
nombre moyen de salariés permanents employés au cours de l'exercice 20
 Total du bilan de 3650000 €, montant net du chiffre d'affaires de 7300000 € et nombre
moyen de salariés permanents employés au cours de l'exercice 50
 ARNC (Art 1. règlement ANC 2010-10)

Q3 Selon l'article L123-16 du Code de commerce et le règlement 2010-10 de l’ANC, les


commerçants, personnes physiques ou morales peuvent adopter une présentation
simplifiée de l'annexe lorsqu'ils ne dépassent pas à la clôture deux des trois critères
suivants :
 Total du bilan de 2 000 000 €, montant net du chiffre d'affaires de 5 000 000 € et
nombre moyen de salariés permanents employés au cours de l'exercice 50
 Total du bilan de 1 000 000 €, montant net du chiffre d'affaires de 5000000 € et
nombre moyen de salariés permanents employés au cours de l'exercice 30
 Total du bilan de 3 650 000 €, montant net du chiffre d'affaires de 7300000 € et
nombre moyen de salariés permanents employés au cours de l'exercice 50
 ARNC

Q4 L'Autorité Européenne des Marchés et des Valeurs mobilières (AEVM) - ESMA en


anglais :
 Publie périodiquement des extraits des décisions prises par les régulateurs nationaux
sur la mise en œuvre des normes IFRS
 Rends directement des avis sur l'application des normes IFRS lorsqu'elle est sollicitée
par une entreprise ou un auditeur
 Valide les normes édictées par l'IASB au niveau européen
 ARNC

6
Q5 Indiquer la prérogative ci-dessous qui n'entre pas dans les missions de l'EFRAG
(European Financial Reporting Advisory Group)
 Fournir une expertise technique à la Commission Européenne concernant l'utilisation
des normes comptables internationales en Europe
 Participer au processus d'établissement des normes de l'IASB
 Coordonner à l'intérieur de l'Union Européenne, le développement de vision à propos
des normes comptables internationales
 ARNC

Q6 Indiquer dans la liste suivante l’organisme qui n'est pas un normalisateur


comptable :
 Autorité des normes comptables (ANC)
 Financial Accounting Standards Board (FASB)
 International Accounting Standards Board (IASB)
 Autorité des marchés financiers (AMF)
 ARNC

Q7 Les normes IFRS publiées par l'IASB relèvent de :


 La réglementation internationale
 Textes législatifs
 Textes réglementaires
 La jurisprudence
 La doctrine
 ARNC

Q8 Les normes IFRS publiées au Journal Officiel de l'Union Européenne relèvent de :


 La réglementation internationale
 Textes législatifs
 Textes réglementaires
 La jurisprudence
 La doctrine
 ARNC

Q9 Selon l'article L 123-18 du Code de commerce, les biens fongibles ne peuvent pas
être évalués
 A leur coût moyen pondéré d'acquisition ou de production
 En considérant que le premier bien entré est le premier bien sorti
 En considérant que le premier bien sorti est le premier bien entré
 ARNC

Q10 Les dispositions issues des règlements de l'ANC :

7
 Peuvent remettre en cause une disposition du code de commerce
 Peuvent remettre en cause une disposition du code du travail
 Ne peuvent pas remettre en cause une disposition du code de commerce
 Peuvent remettre en cause une disposition du plan comptable général
 ARNC

Q11 Selon l'article L 123-22 du code de commerce, les documents comptables et les
pièces justificatives doivent être conservés
 Pendant 3 ans
 Pendant 5 ans
 Pendant 10 ans
 pendant 20 ans
 ARNC

Q12 Le principe de continuité de l’activité signifie que le commerçant :


 Enregistre les variations de valeurs des actifs de façon continue pendant l'exercice
comptable
 Utilise la technique de l'inventaire permanent
 Est présumé poursuivre ses activités à la date d'établissement du bilan
 ARNC

Q13 Le principe de prudence a pour corollaire :


 D'enregistrer les amortissements, dépréciations et provisions même en l'absence de
bénéfices
 De procéder systématiquement à une réévaluation de l'ensemble des immobilisations
corporelles et financières
 De ne pas tenir compte des risques et des pertes intervenus au cours de l'exercice ou
d'un exercice antérieur, même s'ils sont connus entre la date de la clôture de l'exercice
et celle de l'établissement des comptes
 ARNC

Q14 La non-application du principe de prééminence de la réalité financière sur


l'apparence juridique dans les comptes individuels en France revient à :
 Ne pas faire apparaître les biens détenus en crédit-bail à l’actif du bilan
 Utiliser des comptes de régularisation
 Enregistrer les frais de développement à l'actif
 ARNC

8
Q15 En application du principe du coût historique, les dettes sont enregistrées :
 A leur valeur actuelle
 A leur valeur nominale
 A leur juste valeur
 ARNC

Q16 La réglementation française applicable aux comptes consolidés :


 Est identique à celle applicable aux comptes individuels
 N’est pas identique à celle applicable aux comptes individuels
 Correspond à celle relative aux normes comptables internationales
 ARNC

Q17 L'Autorité des Normes Comptables (ANC) n'a pas pour mission :
 D'élaborer des règlements qui comportent des prescriptions comptables
 D'émettre un avis sur toute disposition législative ou réglementaire contenant des
mesures de nature comptable
 De représenter le Ministre chargé de l'Economie au sein du conseil de l'IASB
 De veiller à la coordination et à la synthèse des travaux théoriques et méthodologiques
conduits en matière comptable
 ARNC

Q18 Selon l'article L123-12 du code de commerce, les comptes annuels comprennent :
 Le bilan et le compte de résultat
 Le bilan, le compte de résultat et l'annexe
 Le bilan, le compte de résultat, le tableau de financement et l'annexe
 Au moins un bilan
 ARNC

Q19 Indiquer dans la liste ci-dessous, l’organisme européen qui n'intervient pas dans
le processus de reconnaissance (endorsement) des normes IFRS
 IASB
 EFRAG
 SARG
 ESMA
 Commission Européenne
 ARC
 Parlement Européen
 ARNC

Q20 Indiquer si le vote de l'Autorité de Régulation Comptable (de la Commission


Européenne) en faveur d'un projet de règlement de mise en œuvre (Draft
endorsement Project) :
9
 S'applique immédiatement en France
 S'applique en France uniquement si le Parlement Européen et le Conseil de l'Union
Européenne donnent une opinion favorable
 S'applique en France si le Parlement Européen et le Conseil de l'Union Européenne ne
s'y opposent pas dans un délai de trois mois
 ARNC

Q21 Jean, concessionnaire automobile, détient une créance de 1000 € (TTC) sur Serge
suite à une réparation effectuée sur le véhicule utilitaire de l'entreprise Serge SA.
Serge, gérant d'une entreprise de maçonnerie, a réalisé des travaux
d'aménagement au sein de la concession automobile de Jean.
De ce fait, il a envoyé une facture correspondant à l'avancement des travaux pour
7 500 € (TTC).
Au regard du principe de non-compensation, comment figureront ces montants
dans le bilan de l'entreprise Serge SA ?
 Actif : 6 500 Passif : 0
 Actif : 1 000 Passif : 7 500
 Actif : 7 500 Passif : 1 000
 Actif : 0 Passif : 6 500
 ARNC

Q22 Dans les livres de l’entreprise Serge SA :


- le compte banque ouvert à la Société Générale présente un solde débiteur de
3 000 € ;
- le compte banque ouvert au Crédit Lyonnais présente un solde créditeur de 2 500
€.
Le bilan de l’entreprise Serge SA présentera ces informations comme suit :
 Actif : 500 Passif : 0
 Actif : 3 000 Passif : 2 500
 Actif : 2 500 Passif : 3 000
 ARNC

10

Vous aimerez peut-être aussi