Vous êtes sur la page 1sur 21

FICHE DE COMPTABILITÉ - MISE À NIVEAU

I. Les achats et les ventes

Les comptes les plus importants à connaitre :

Les achats Les ventes


 401 : Fournisseur  411 : Client
 44566 : TVA ded/B&S  44571 : TVA collectée
 4091 : FNR – Acomptes versés  4191 : Clients –Acomptes reçus
 601 : Achat de MP  701 : Ventes de PF
 602 : Achat stockée  706 : Ventes de services
 604 : Achat de services  707 : Ventes de marchandises
 606 : Achat non stockés (électricité)  708 : Produits des activités annexes
 607 : Achat de marchandises  709 : Rabais, remises, ristournes (on
 609 : Rabais, remises, ristournes (on ajoute au compte 709 le dernier chiffre
ajoute au 609 le dernier chiffre du du compte de vente du produit sur lequel
compte d’achat du produit sur lequel on on accorde la réduction)
a eu la réduction)

Attention ! Il faut bien distinguer le prix net d’un bien et son prix brut.
- Prix brut  : Prix d’origine, sans prendre en compte les éventuelles réductions.
- Prix net  : Prix final payé.

(1) Les remises, rabais et ristournes obtenues sur les achats

Cas n°1 : Réduction figurant sur la facture → on comptabilise la vente directement au prix net, on
n’ouvre pas de compte 609. On ne verra pas la réduction sur l’écriture.

Exemple  : achat de MP pour 30 000€ HT par chèque, avec 3% de rabais figurant sur la facture.
601 Achat de MP 29100
4456 TVA ded/B&S 5703,6
6 512 Banque 34803,6
Achat de matières premières

NE PAS OUBLIER LE LIBELE !

Cas n°2 : Réduction ne figurant pas sur la facture. Il y aura 2 écritures :


 On comptabilise l’achat au prix brut (libellé : achat de MP)
 On débite le compte 401 – Fournisseur du montant de la réduction TTC, puis on crédite le
compte 609 – RRRO du montant de la réduction HT puis le compte 44566 – TVA déductible
pour le montant de la TVA sur la réduction (la logique c’est qu’on ne va pas déduire de la TVA
sur une somme que l’on n’a pas payé).

N.B.  : lorsque le fournisseur nous fait une remise, si nous l’avons payé entièrement ou partiellement
par crédit, il ne nous donne pas du cash, il nous réduit notre dette. Donc au lieu de débiter le compte
banque on débite le compte fournisseur. Mais si on l’avait payé entièrement par chèque, par
exemple, on débiterait le compte 512-Banque.
Exemple  : achat de MP pour 30 000€ HT de MP, 50% au comptant et 50% à crédit. 2 jours après
réception de la facture, le fournisseur nous accorde une remise de 3%.
601 Achat de MP 30 000
4456 TVA ded/B&S 5 880
6 512 Banque 17 940
401 FNR 17 940
Achat de MP
401 FNR 1076,4
6091 RRRO 900
445566 TVA ded/B&S 176,4
Enregistrement de la remise de 3%

Cas n°3 : Retour de marchandises suite à une réduction.


- Si on nous dit que l’on retourne des marchandises pour un montant brut de X € , attention il
faudra en réalité retourner un montant de ( X −réduction) € car il faut prendre en compte
le montant de la réduction.
- Si c’est un montant net, la réduction est déjà prise en compte donc on retourne le montant
de X € .

Exemple (même exemple que le précédent)  : Retour de 2000€ brut HT des MP.
2000€ brut  il faut retirer les 3% car ils ne sont pas pris en compte : 2000∗0,97=1940 € net HT
401 FNR 2320,24
601 Achat de MP 1940
TVA ded/B&S 380,24
Retour de marchandise

Cas n°4 : Après retour de marchandise, le fournisseur nous fait une réduction sur les sommes
restant dues.

La difficulté réside dans le fait qu’il faut savoir quelles sont les sommes restant dues étant donné les
nombreuses modifications qu’il y a eu : on regarde le compte 401 - Fournisseur et on en tire le solde
créditeur (ce sont les sommes restant dues).

(2) Les acomptes versés


Un acompte est une avance d’argent au fournisseur lorsqu’on lui commande un bien ou un service.
Nous n’avons pas encore reçu le bien ou le service, donc il s’agit d’une créance que nous avons sur
le fournisseur.

Ecriture comptable :
 Débit compte 4091 – FNR Acomptes versés pour le montant de l’acompte
 Crédit compte 512 – Banque

Une fois le bien ou le service reçu, il faut créditer le compte 4091 – FNR Acomptes pour ne pas payer
2 fois la même somme (celle de l’acompte).

(3) Les remises, rabais et ristournes accordées


C’est le même principe que lorsqu’ils sont obtenus.
Cas n°1 : le fournisseur accorde une remise qui est sur la facture.
 Débit : 512 - Banque ou 411 – Client
 Crédit : 44571 – TVA collectée + 701 – Ventes de PF

Cas n°2 : le fournisseur accorde une remise qui ne figure pas sur la facture.
 Ecriture 1  :
o Débit : 512 – Banque ou 411 – Client.
o Crédit 44571 – TVA collectée + 701 – Ventes de PF
 Ecriture 2  :
o Débit : 44571 – TVA collectée + 709 RRRA
o Crédit : 512 Banque ou 411 Client.

Cas n°3 : Retour de marchandises


 Ecriture 1  :
o Débit : 512 – Banque ou 411 – Client.
o Crédit 44571 – TVA collectée + 701 – Ventes de PF
 Ecriture 2  :
o Débit : 44571 – TVA collectée + 701 Ventes de PF
o Crédit : 512 Banque ou 411 Client.
Même subtilité avec le brut ou le net !

Cas n°4 : Réduction après retour et remise


Même principe que pour les RRRO.

(4) Les acomptes reçus


Ecriture comptable :
 Débit compte 512 - banque
 Crédit compte 4191 – Acomptes reçus sur commande

Une fois le bien ou le service envoyé, il faut débiter le compte 4191 – Client Acomptes car le client
doit déduire son acompte du montant de sa facture.
II. Les autres produits et charges
(1) Les produits d’activités annexes
Lorsque l’entreprise réalise un produit par le biais d’un service rendu qui ne rentre pas dans son
activité normal, on parlera de produits d’activité annexe. Exemple  : une entreprise qui produit des
meubles d’intérieur fait louer à son voisin un hangar qu’elle n’utilise pas.

Ecriture comptable :
 Débit 512 – Banque
 Crédit 708 – Produit d’activité annexe

(2) L’escompte obtenu


L’escompte est un produit financier car on accepte de payer au comptant. Il faut donc que ce
produit soit comptabilisé.

Ecriture comptable :
 Dédit : 60 – Achat (pour le montant brut) + 44566 – TVA ded/B&S
 Crédit : 512 – Banque (pour le montant net) + 765 – Escompte obtenue (pour la différence
brut – net)

(3) L’escompte accordé


Ecriture comptable :
 Dédit : 512 – banque (pour le montant net) + 665 – Escompte accordé
 Crédit : 70 – Ventes (pour le montant brut) + 44571 – TVA collectée
III. Les modalités de règlements : les effets de commerce
Les comptes essentiels à connaitre :

Les effets de commerce


 403 : Fournisseur – Effets à payer
 413 : Client – EAR
 5113 : Effet à l’encaissement
 5114 : Effet à l’escompte
 627 : Services bancaires

Points importants :

1) Pour pouvoir ouvrir un compte d’effet à payer, il faut que la lettre de change ait au préalable
été acceptée par celui qui doit payer !
 Si on nous dit « le fournisseur tire une traite sur son client pour la vente de PF ».
L’écriture associée sera :
411 Client A+B
701 Ventes de PF A
44571 TVA collectée B

 Si le client accepte la traite, il faut solder le compte 411-Client pour ouvrir un compte
413-Client EAR
413 Client EAR A+B
411 Client A+B

A retenir ! Ne pas tomber dans le piège si le fournisseur tire une traite sur le client,
même si c’est à la demande du client, il faut bien que le client accepte !!!

2) Si on nous dit que le tireur va auprès de sa banque pour encaisser la lettre de change (à l’échéance
de celle-ci), il ne faut pas tout de suite encaisser l’effet car on n’a pas encore touché l’argent. Il
faut passer par le compte 5113 – Effet à l’encaissement.
5113 Effet à l’encaissement X
413 Client EAR X
 Puis si le banquier nous transfère la somme de l’effet ensuite :
512 Banque X
5113 Effet à l’encaissement X

 Mais en cas de non paiement de la traite car client insolvable :


 On constate de nouveau notre créance auprès du client insolvable mais cette
fois dans un compte 411 – Client.
 On paie les commissions bancaires et on déduit la TVA
411 Client X
627 Services bancaires A
44566 TVA ded/B&S B
5113 Effet à l’encaissement X
512 Banque A+B

3) On a une traite, on ne veut pas attendre l’échéance. On demande à la banque de l’escompter en


négociant le taux du crédit et les commissions. La banque n’a pas encore accepté, on ne
comptabilise donc pas l’escompte mais on passe par un compte 5114 – Effet à l’escompte.
5114 Effet à l’escompte X
413 Client EAR X
(1) Les renouvellements d’effets
Le tiré demande à proroger l’effet auprès du tireur.

Cas n°1 : le tireur détient encore l’effet dans son portefeuille.

Ecriture comptable chez le tireur :


411 Client X
413 Client EAR X
Annulation de l’effet initial
411 Client Y
708 Produit d’activités annexes Y
Enregistrement des intérêts de retard et des frais
413 Client EAR X+Y
411 Client X+Y
Création du nouvel effet

Ecriture comptable chez le tiré :


403 FNR EAP X
401 FNR X
Annulation de l’effet initial
6276 Frais sur effet Y
401 FNR Y
Enregistrement des intérêts de retard et des frais
401 FNR X+Y
403 FNR EAP X+Y
Création du nouvel effet

Cas n°2 : le tireur l’a escompté

Ecriture comptable chez le tireur :


411 Client X
627 Services bancaires A
44566 TVA ded/B&S B
512 Banque X+A+B
Récupération du titre + facturation de prêt
411 Client A+B
627 Services bancaires A
44566 TVA ded/B&S B
Refacturation de frais
413 Client EAR X+A+B
411 Client X+A+B
Création du nouvel effet

Ecriture comptable chez le tiré :


403 FNR EAP X
401 FNR X
Annulation de l’effet initial
6276 Frais sur effet A+B
401 FNR A+B
Enregistrement des intérêts de retard et des frais
401 FNR X+A+B
403 FNR EAP X+A+B
Création du nouvel effet
Cas n°3 : le tireur l’a endossé

Ecriture comptable chez le tireur :


411 Client X
6276 Frais sur effet A
44566 TVA ded/B&S B
401 FNR X+A+B
Récupération du titre + facturation de prêt par le fournisseur
411 Client A+B
6276 Frais sur effet A
44566 TVA ded/B&S B
Refacturation de frais
413 Client EAR X+A+B
411 Client X+A+B
Création du nouvel effet

Ecriture comptable chez le tiré :


403 FNR EAP X
401 FNR X
Annulation de l’effet initial
6276 Frais sur effet A+B
401 FNR A+B
Enregistrement des intérêts de retard et des frais
401 FNR X+A+B
403 FNR EAP X+A+B
Création du nouvel effet

(2) Les non-paiements d’effets


Cas n°1 : la traite a été remise à l’encaissement

Ecriture comptable chez le tireur :


411 Client X
627 Services bancaires A
44566 TVA ded/B&S B
5113 Effet à l’encaissement X
512 Banque A+B
Constatation de l’effet impayé
411 Client A+B
627 Services bancaires A
TVA ded/B&S B
Refacturation de frais au tiré

Ecriture comptable chez le tiré :


403 FNR EAP X
401 FNR X
Annulation de l’effet initial
6276 Frais sur effet A+B
401 FNR A+B
Enregistrement des intérêts de retard et des frais
Cas n°2 : la traite a été remise escomptée

Ecriture comptable chez le tireur :


411 Client X
627 Services bancaires A
44566 TVA ded/B&S B
512 Banque X+A+B
Constatation de l’effet impayé
411 Client A+B
627 Services bancaires A
44566 TVA ded/B&S B
Refacturation de frais au tiré

Ecriture comptable chez le tiré :


403 FNR EAP X
401 FNR X
Annulation de l’effet initial
6276 Frais sur effet A+B
401 FNR A+B
Enregistrement des intérêts de retard et des frais

Cas n°3 : la traite a été endossée à l’ordre d’un fournisseur

Ecriture comptable chez le tireur :


411 Client X
6276 Frais sur effet A
44566 TVA ded/B&S B
401 FNR X+A+B
Récupération du titre + facturation de prêt par le fournisseur
411 Client A+B
6276 Frais sur effet A
44566 TVA ded/B&S B
Refacturation de frais

Ecriture comptable chez le tiré :


403 FNR EAP X
401 FNR X
Annulation de l’effet initial
6276 Frais sur effet A+B
401 FNR A+B
Enregistrement des intérêts de retard et des frais

Attention ! Dans les exercices, il est possible que l’on nous dise que le tireur
escompte sa traite et la banque lui prélève des intérêts à hauteur de 10% par
exemple. 10% c’est ANNUELLE ! Il faut alors convertir sur le nombre de jour
du prêt.
IV.Les immobilisations
N.B. : les acomptes versés des immobilisations sont dans des comptes 23…

Les comptes essentiels à connaitre :

Les immobilisations
 20 : immobilisation incorporelle
o 201 : frais d’établissement
o 207 : fonds commercial
 21 : immobilisation corporelle
o 211 : Terrains
o 2131 : Bâtiments
o 2154 : matériel industriel
 237 : Avances et acomptes versés sur
immo incorporelles
 238 : Avances et acomptes versés sur
immo corporelles
 44562 : TVA ded/Immo
 721 : immo incorporelles
 722 : immo corporelles

Les achats de MP et fournitures pour construire une immo pour soi-même   :


Cas de figure  :
On a un exercice ou l’entreprise achète dans un premier temps diverses matières premières et
fournitures pour construire des meubles qui vont constituer ses immobilisations.
Lorsque les meubles sont terminés, quelle écriture faut-il passer  ?
 Débit : Il faut les immobiliser dans un compte de classe 2 – immobilisation
 Débit : Les règles fiscales veulent que l’on déduise de la TVA comme si on se vendait un bien
à soi-même
 Crédit : comme on est également le vendeur, on collecte de la TVA.
 Crédit : on sort les charges que l’on a payées pour construire les meubles
21 Immobilisation corp. A
44561 TVA ded/Immo A*0,196
44571 TVA collectée A*0,196
722 Immobilisation corp. A

N.B. : Attention les frais d’installation peuvent être comptabilisé en charge et non pas en immo.
V. Le portefeuille de titres
Les comptes essentiels à connaitre :
Les titres
Titres de participations TIAP VMP
 26 : Titres de participations  273 : Titres immobilisés de l’AP  50 : VMP
 6756 : VCEAC – Immo fi  6756 : VCEAC – Immo fi  667 : Charges nets sur
 7756 : PCEAC – Immo fi  7756 : PCEAC – Immo fi cessions de VMP
 761 : Produit des TDP  762 : Produit des autres immo fi  767 : Produit nets sur
 296 : dépréciation des  297 : dépréciation des autres immo cessions de VMP
participations financières  764 : Revenus des VMP
 590 : dépréciation VMP

(1) Achat de titres Les comptes à connaître :


 464 : Dettes sur acquisition de VMP
Cas n°1 : achat de titres de participation
26 Titres de participations A
627 Services bancaires B
44566 TVA ded/B&S C
512 Banque A+B+C
Achat de titres de participation

Cas n°2 : achat de TIAP


273 TIAP A
627 Services bancaires B
44566 TVA ded/B&S C
512 Banque A+B+C
Achat de TIAP

Cas n°3 : achat de VMP


50 VMP A
627 Services bancaires B
44566 TVA ded/B&S C
512 Banque A+B+C
Achat de VMP

(2) Cession de titres Les comptes à connaître :


 462 : Créances sur cession d’Immo
La valorisation des titres à leur sortie :  465 : Créances sur cession de VMP
 Titres de participation : CUMP
 VMP et TIAP : FIFO

Cas n°1 : cession de titres de participation (il y a 2 écritures : sortie puis cession)
 Plus value
6756 VCEAC – Immo fi Valeur d’acquisition
26 Titres de participation Prix d’acquisition (CUMP)
Sortie des TDP
512 Banque Px vente – commissions TTC
7756 PCEAC – Immo fi Prix de vente
Cession de titres de participation
Cas n°2 : cession de TIAP (qu’une seule écriture)
 Plus value
512 Banque Prix de vente
7756 PCEAC – Immo fi Plus value réalisée
273 TIAP Prix d’acquisition (FIFO)
Cession de titres de TIAP
 Moins value 
512 Banque Prix de vente
6756 VCEAC – Immo fi Moins value réalisée
273 TIAP Prix d’acquisition (FIFO)
Cession de titres de TIAP

Cas n°3 : cession de VMP (qu’une seule écriture)


 Plus value
512 Banque Prix de vente
7756 Produit net / cession VMP Plus value réalisée
50 VMP Prix d’acquisition (FIFO)
Cession de titres de VMP
 Moins value 
512 Banque Prix de vente
6756 Charge net / cession VMP Moins value réalisée
50 VMP Prix d’acquisition (FIFO)
Cession de titres de VMP

Attention ! On nous donne souvent la valeur des titres lors de la clôture de l’exercice précédent. Ca
ne sert par à rien ! Car en cas de cession, il faut également sortir la dépréciation du titres s’il y a eu
dépréciation (comme pour les immos avec les amortissements)

Cas n°4 : on a cédé des titres de portefeuilles sur lesquels on avait déprécié X€.

 Si TDP
2961 Dépréciation TDP
786 Reprises sur dépréciations
Annulation dépréciation

 Si TIAP
2973 Dépréciation TIAP
786 Reprises sur dépréciations
Annulation dépréciation

 Si VMP
590 Dépréciation VMP
786 Reprises sur dépréciations
Annulation dépréciation
VI.Les rapprochements bancaires
On compare notre compte 512 – Banque avec le relevé de notre compte tenu par la banque. Il y a
des différences :

 Il y a des écritures que nous avons noté mais que la banque n’a pas encore noté. Exemple :
on a envoyé un chèque pour régler un fournisseur, on l’a comptabilisé mais le fournisseur n’a
pas encore encaissé le chèque alors la banque n’a pas cette information.

 Il y a des écritures que notre banque a noté mais pas nous. Exemple  : on a un découvert
bancaire, la banque nous prélève des agios, ce n’est pas comptabilisé sur notre compte 512 –
Banque jusqu’au moment ou on reçoit le document de la banque.

C’est pour cela qu’on fait des rapprochements bancaires.

Les étapes à suivre pour faire un rapprochement bancaire  :

1) On pointe les éléments qui figurent à la fois à la banque et à la fois chez nous. Ceux qui ne
sont pas pointés sont donc ceux qui sont oublié chez l’une des parties.

2) On fait l’état de rapprochement bancaire :

Le compte 512 dans la comptabilité Le compte bancaire de l’entreprise à


de l’entreprise (chez nous) la banque (notre compte à la banque)
Débit Crédit Débit Crédit
Solde à la date d’établissement
du rapprochement
Opérations figurant dans notre
compta mais pas a la banque :
 …
 …
 …

Opérations figurant sur le relevé


bancaire mais pas chez nous :
 …
 …
 …

Solde réel
Totaux

3) On enregistre au bilan les éléments manquants chez nous :

Attention ! Ce qu’il y a à la banque ce sont les mouvements financiers et non pas les achats et les
ventes donc on comptabilise les achats au débit des comptes fournisseurs, et les ventes au crédit
des comptes client.
VII. Les stocks
Les achats
 31 : stock de MP
 37 : stock de marchandises
 355 : stock de produits finis
 33 : stock d’encours de production de bien
 6031 : variation de stock de MP
 6037 : variation de stock de marchandises
 7135 : variation de stock de PF
 7133 : variation de stock de production de bien

Le principe d’enregistrement des stocks à la fin de l’exercice :

1) Annulation du stock initial par un crédit du compte de stock associé, et on débite le compte


de variation de stock.
Exemple si ce sont des MP  :
6031 Δ stock de MP Stock initial
31 Stock de MP Stock initial
Annulation stock initial
2) Constatation du stock final par l’écriture inverse c'est-à-dire débit du compte de stock et
crédit du compte de stock.
31 Stock de MP Stock final
6031 Δ stock de MP Stock final
Constatation stock final

 Résultat de cette récriture : le stock initial a été effacé du compte de stock et a été remplacé par
le stock final.

La traduction au compte de résultat :

Charges Produits
 Si le compte 603 présente un solde  Si le compte 71 présente un solde
débiteur (SI > SF = DESTOCKAGE). Les débiteur (SI < SF = DESTOCKAGE). Les
charges augmentent. produits diminuent. On mettra donc un
 Si le compte 603 présente un solde signe négatif devant au compte de
créditeur (SI < SF = STOCKAGE). Les résultat.
charges diminuent. On mettra donc un  Si le compte 71 présente un solde
signe négatif devant au compte de créditeur (SI > SF = STOCKAGE). Les
résultat. produits augmentent.

Les méthodes pour évaluer le stock : CUMP, FIFO

N.B. : Au compte de résultat pour avoir la consommation de la période ou la production de la


période. Voici un extrait du compte de résultat :
Charges Produit
Achats de MP : X Vente : A
Variation de stock de MP : Y Variation de stock de PF : B
… …
Consommation de la période = X + Y Production de la période = A + B
VIII. Les amortissements

ATTENTION ! Dans les amortissements, avant de se lancer, il faut savoir les dates de l’année
comptable de l’entreprise : l’exercice peut être décalé ou durer plus d’un an !

(1) Les amortissements linéaires (amortissement constant)


1
Taux d’amortissement linéaire : ∗100∗prorata temporis
nombre d année de l ' amt
'

Début de l’amortissement : le jour de la mise en service du bien

Le prorata est donc en nombre de jour (30 jours par mois = 360 jours)

La première annuité d’amortissement :


( valeur du bien−valeur résiduelle )∗taux d ' amt∗prorata temporis

En cas de cession : on amorti le bien jusqu’à sa date de cession

N.B. : c’est en principe le montant hors taxe qui s’amortie sauf par exemple pour les véhicules de
tourisme, on considère que l’entreprise de tourisme est le consommateur final donc c’est le
montant TTC qui s’amortit.

(2) Les amortissements dégressifs


Pour amortir en dégressif il faut que le bien ait été acheté neuf et qu’il ait une durée de minimum 3
ans.

Les coefficients de l’amortissement dégressif :


3-4 ans 1,25
5-6 ans 1,75
7 ans et plus 2,25

1
Taux d’amortissement dégressif : ∗coef ∗100∗prorata temporis
nombre d année de l ' amt
'

Début de l’amortissement : le 1er jour du mois de l’acquisition

Le prorata est donc en nombre de mois (12 mois par an)

La première annuité d’amortissement : c out d ' acquisition∗taux d ' amt∗prorata temporis

La première annuité compte comme une année entière !

Les annuités suivantes :


 Si taux linéaire < taux dégressif : VNC∗taux d ’ amortissement degressif
 Si taux linéaire > taux dégressif : VNC∗taux d' amortissement linéaire

(3) L’écriture comptable d’un amortissement

681 DADP-X Annuité


28154 Amortissement machine Annuité
Comptabilisation de l’amortissement

(4) Les cessions d’immobilisations ayant fait l’objet d’amortissement


2 écritures :
(1) Sortie de l’immobilisation
(2) Vente de l’immobilisation

28154 Amt machine Amt cumulé jusqu’à cession


675 VCEAC VNC
28154 Amortissement machine Prix d’acquisition machine
Sortie de l’immo

512 Banque Prix de vente TTC


775 PCEAC Prix de vente HT
44571 TVA collectée TVA
Vente de l’immo

PCEAC – VCEAC = plus ou moins value sur la cession


IX. Les dépréciations
Les dépréciations concernent :
 Les immobilisations financières et les VMP (Classe 2 et 5)
 Les stocks et les encours (Classe 3)
 Les créances (Classe 4)

(1) Les dépréciations des immobilisations financières

Dépréciation TDP Dépréciation TIAP Dépréciation VMP


 2971 : Dépréciation titres immobilisés  590 : dépréciation VMP
 6866 : DADP – éléments financiers  6866 : DADP – éléments financiers
 7866 : RADP – éléments financiers  7866 : RADP – éléments financiers

A la clôture de chaque exercice, on doit comparer la valeur d’acquisition des titres de portefeuille à
leur valeur actuelle. Pour chaque catégorie de titres (TDP, TIAP et VMP) ce sont les mêmes règles :
- Si Valeur actuelle > Valeur d’acquisition = + value  on ne comptabilise rien
- Si Valeur actuelle < Valeur d’acquisition = - value  on comptabilise une dépréciation

Il n’existe aucune compensation entre les plus et les moins value des titres lorsque l’on enregistre
les dépréciations !

 Ecriture comptable d’une dépréciation sur un titre financier :

Prenons l’exemple d’une VMP :

A la clôture de l’exercice durant lequel on l’a acheté :


6866 DADP – elements financiers
590 Depreciation VMP
Constatation des dépréciations du portefeuille – titres

A la clôture du 2ème exercice après l’avoir acheté (2ème ou plus d’ailleurs), il y a 2 cas :
 Si l’année d’avant on avait déprécié le titre, on regarde si la dépréciation de l’année en
cours est supérieure ou inférieure.
o Si Dépréciation N < Dépréciation N-1  : on fait une reprise sur amortissement de la
différence des dépréciations.
N.B. : en cas de + value en N, on annule entièrement la dépréciation, mais on
n’enregistre pas la + value excédentaire !
590 Depreciation VMP
7866 RADP - fi
Constatation de la baisse de la dépréciation par rapport à l’inventaire précédent
o Si Dépréciation N > Dépréciation N-1  : on enregistre une dotation et une dépréciation
complémentaire.
6866 DADP – elements financiers
590 Depreciation VMP
Constatation des dépréciations complémentaires du portefeuille - titres

Si en N-1 on a déprécié le titre et qu’en N on cède le titre, il faut sortir la dépréciation avant la
cession :
590 Depreciation VMP
7866 RADP - fi
Reprise de la dépréciation et provision pour cession
Pour la cession, aller page 11
(2) Les dépréciations des stocks
A l’inventaire, on doit évaluer la valeur des stocks, si la valeur des stocks a été ajusté à la baisse alors
il faut modifier la valeur d’entrée des stocks par la valeur actuelle : pour cela on constate une
dépréciation.

Dépréciation stock
 391 : dépréciation des MP
 393-4 : dépréciation des en-cours de P° de biens – de services
 3955 : dépréciation stock de PF
 397 : dépréciation stock de marchandises
 681 : DADP-X
 781 : RADP - X

Ecriture comptable d’une dépréciation des stocks :


 Annulation de la dépréciation sur le SI
391 Dépréciation MP Dépréciation SI
781 RADP - X Dépréciation SI
Annulation de la dépréciation sur le SI

 Constatation de la dépréciation du SF
681 DADP - X Dépréciation SF
391 Dépréciation MP Dépréciation SF
Constatation de la dépréciation sur le SF

(3) Les dépréciations des comptes clients

Dépréciation clients
 416 : Client douteux
 4916 : dépréciation client douteux
 681 : DADP-X
 654 : perte sur créances irrécouvrable
 781 : RADP-X
 77 : Rentrée sur créances amorties

Les étapes à suivre :


1) Lorsque l’on doute sur la solvabilité d’un client, on l’isole 416 - en client douteux
416 Client X douteux Montant TTC de créance Montant TTC de créance
411 Client X
Constatation du client X comme douteux

2) A l’inventaire on fait une estimation sur notre perte probable vis-à-vis du client  : on déprécie
donc le client et on fait une dotation :
681 DADP - exploitation Depreciation SF
4916 Dépréciation client X Dépréciation SF
Constatation de la dépréciation du client X

Cas n°1 : la dépréciation en N+1 est égale à celle constatée en N :


On ne fait rien !

Cas n°2 : la dépréciation en N+1 est supérieure à celle constatée en N :


On fait un ajustement de la dépréciation sur le client X = Dépréciation N+1 – Dépréciation N

Cas n°3 : la dépréciation en N+1 est inférieure à celle constatée en N :


On annule la dépréciation sur X du montant de la différence :
 Débit : 4916-Dépréciation client X
 Crédit : 781-RADP - Exploitation

Cas n°4 : on estime que le client est totalement insolvable :


2 écritures : On constate la perte puis on annule la dépréciation enregistré car elle est devenue sans
objet.
1ère écriture :
 Débit : 675 – Pertes sur créances irrécouvrable pour le montant de la créance HT + 44571 –
TVA collectée pour le montant de la TVA
 Crédit : 416 – Client douteux pour le montant de la créance TTC
2ème écriture :
 Débit : 4916 – Dépréciation client
 Crédit : 781 – RADP - Exploitation

Cas n°5 : après avoir estimé le client comme insolvable, celui-ci n’apparait plus dans notre bilan,
mais ce dernier nous envoie un chèque l’année suivante :
 Débit : 512 – banque pour le montant du chèque
 Crédit : 77 – rentrée sur créances amorties + 44571 – TVA collectée

Cas n°6 : on a déprécié le client pour un certain montant de sa créance, et le client nous envoie un
chèque « pour solde de tout compte »
3 écritures :
1ère écriture : on enregistre le chèque
 Débit : 512 – banque (pour le montant du cheque)
 Crédit : 416 – Client douteux (pour le montant du cheque)
2ème écriture : on reprend la dépréciation enregistrée sur le client
 Débit : 4916 – Dépréciation client
 Crédit : 781 – RADP - Exploitation
ème
3 écriture : on reprend la dépréciation enregistrée sur le client
 Débit : 4916 – Dépréciation client
 Crédit : 781 – RADP - Exploitation
X. Les provisions
Une provision est une obligation « probable » envers les tiers, on ne connait pas de manière certaine
le montant ni l’échéance. Elles figurent au passif du bilan. Il est certain ou probable que cette
obligation provoquera une sortie de ressource.

Les provisions sont dans les comptes de classe 1.

Ecriture comptable d’une provision :


6815 Dotations aux provisions exceptionnelles
15… Provision pour…
Constatation de la provision pour

Une fois la provision réalisée, on l’enregistre. Exemple : si c’était un litige


6788 Charges exceptionnelles diverses
4671 Autres créditeurs
Enregistrement du jugement

Donc on annule la provision devenue sans objet :


15… Provisions pour litiges
7875 Reprises sur provisions exceptionnelles
Annulation provision
XI. La régularisation des charges et des produits :
(1) Les charges constatées d’avance
Compte 486 : Charges constatées d’avance

Principe : On a comptabilisé des charges qui se rapportent à l’exercice suivant.

Ecritures comptables :
 Au cours de l’exercice , les achats de biens ou de services sont comptabilisés lors de la
réception de la facture qui correspond souvent à la date de livraison.
o Débit : 60 - Achat de … + 44566 – TVA ded/B&S
o Crédit : 512 – Banque ou 401 - FNR

 A la clôture des comptes : on régule le compte de charge


o Débit : 486 – CCA
o Crédit : 60 - Achat de …
 Les montants sont exprimés HT.

 A l’ouverture des comptes, l’écriture d’inventaire est extournée (écriture inverse)


o Débit : 60 – Achat de…
o Crédit : 486 - CCA

(2) Les produits constatés d’avance


Compte 487 : Produits constatés d’avance

Principe : Ce compte enregistre les produits perçus ou comptabilisés avant que les prestations ou les
fournitures les justifiant aient été effectuées ou fournies.

Ecritures comptables :
 Au cours de l’exercice :
o Débit : 411 – Client ou 512 – Banque
o Crédit : 70 – Ventes de …
 A la clôture des comptes : le produit comptabilisé d’avance doit être éliminé. Le compte de
produit concerné est débité par le crédit du compte 487 « produits constatés d’avance ». Les
montants sont HT.
o Débit : 70 – Ventes de …
o Crédit : 487 – PCA
 Les écritures sont HT

 A l’ouverture des comptes, l’écriture d’inventaire est extournée.

(3) Les charges à payer


Les consommations de l’exercice non encore comptabilisées au cours de l’exercice constituent des
charges à payer.

Exemple :
- 1688 : les intérêts courus,
- 408 : les fournisseurs – factures non parvenues,
- 428 : personnel – charge à payer,
- 438 : organisme sociaux – charges à payer, etc…

Ecritures comptables :
 A l’inventaire :
o La charge est constatée au débit du compte de charge concerné par le crédit du
compte de charges à payer rattaché au compte de tiers. Lorsque l’opération est
imposable à la TVA, le compte de tiers est TTC et la TVA est débitée au compte 44586
« TVA à régulariser sur facture non parvenue »
o Débit : 60 – Achat de … + 44586 – TVA à régul. Sur fnp
o Crédit : Compte de tiers rattaché à la charge à payer (FNR fnp par ex)
 A l’ouverture des compte, l’exercice suivant, on extourne l’écriture.
 A la réception de la facture ou pièce comptable, l’achat s’enregistre normalement.

(4) Les produits à recevoir


Ces produits à recevoir sont rattachées aux diverses rubriques correspondantes du bilan.

Exemple  :
- 418 : clients – produits non encore facturés
- 428 : personnel – produits à recevoir
- 438 : organisme sociaux – produits à recevoir
- 448 : Etat – produits à recevoir

 A l’inventaire, le produit est constaté au crédit du compte de produit concerné par le débit
du compte de produits à recevoir rattaché au compte de tiers. La TVA est débitée au compte
44587 «  TVA sur facture à établir ».
 A l’ouverture du compte, l’écriture d’inventaire est extourné.
 A la réception de la facture ou pièce justificative, le produit s’enregistre normalement.

Attention lorsqu’on va recevoir une remise l’exercice suivant on passe cette écriture :
4098 RRRO à obtenir
44586 TVA à régul sur fnp
609 RRRO

Vous aimerez peut-être aussi