Vous êtes sur la page 1sur 1

poétique.

D’abord, l’analyse des œuvres spé­ le prélèvement citationnel généralisé (géné­


cifiques, puis la théorie de la spécificité des ralisant les Poésies de Lautre), — des tech­
œuvres, vers la théorie de la spécificité et de niques de fuite, une poétique de la ruse. La
l’historicité dans le langage, pour une cri­ vieillerie nauséeuse de l’art comme illusion.
tique de l’anthropologie du langage. Elle Cultiver la contre-forme, l’informe, est une
consiste dans une double question, réver­ contradiction dans les termes. Cultiver, c’est
sible : qu’avez-vous fait de la poésie? posée se mettre dans la répétition : annuler préci­
à la théorie du langage, du sujet, du social, sément l’effet qu’on vise. Sollers fait du néo-
de l’histoire, de l’Etat; et qu’avez-vous fait Joyce (Bataille, Artaud, etc.) : il signe son
du langage, du sujet, du social, de l’histoire, acte d’inécriture, qu’il compense par une
de l’Etat, — posée à la poésie, et à la théo­ agitation habile. L’écriture ne se répète pas.
rie de l’écriture, de la littérature. L’écriture tue celui qui la répète. Ce que
Aujourd’hui, un problème de l’écriture poé­ montre son histoire, empiriquement. Etant
tique, un des éléments de sa contradiction, une pratique de la contradiction, elle est ce
est qu’elle est issue de dada et du surréa­ qui échappe, dans l’idéologie, à l’idéologie.
lisme. Constituée pour être épigonale et C’est en ce sens que la poésie moderne est
double emploi. (Traité du style, encore : plus prose que vers : le poème travaille vers
« J’appelle bien écrit ce qui ne fait pas double sa prose.
emploi »). Elle est donc condamnée. Mais Tu as dénoncé le montage. Depuis dada, de
faire comme si le surréalisme n’avait pas eu l’aléatoire à la combinatoire, se répète le
lieu est impossible, et constituerait une autre montage. J’y remarque, récemment, une éla­
condamnation, par perte de toute historicité. boration surtout typographique, rien à voir
Par là, le problème de l’écriture poétique avec le figuratif des Calligrammes, mais une
aujourd’hui est celui même qui a été posé typographisation de l’écriture, qui ne prête
à l’écriture surréaliste, et à toute écriture : plus à la lecture à haute voix. Comme dada
chercher-trouver sa spécificité par le rejet était anti-art, Denis Roche fait une poésie
de tout ce qui fait les « écrivances », comme anti-lecture. Et ceux qui le suivent. Je ne
dit Barthes, du moment. La modernité est peux pas ne pas voir, dans cette intra-typo-
paradoxale. Elle-même, un shift, un glisse­ graphisation, une répétition de la dérision
ment, dont le poème est l’un des glisseurs. anti-significative. Systématisée. Aventure
Elle est l’antiprogrammation même. écrite, mais par ceux qu’on sait. L’illusion­
Peut-être ce qui s’est passé de plus impor­ nisme multiplie les oreilles, mais ne parle
tant depuis le surréalisme, en poésie, est une pas.
nouvelle interaction du théorique et du poé­ L’aléatoire est lié à la fête. C’est l’hyper­
tique. Un rapport au structuralisme, au for­ marché des rimbaldismes : la verbalisation.
malisme. Un nouveau travail dans la pro­ Venue des nombres, c’est une négation du
sodie. Un dégagement du « vers libre » tra­ sens, à l’intérieur du sens. Mots du chapeau,
ditionnel, c’est-à-dire surréaliste (voir Rou- pas du ventre. Si le jeu se jouait pour de
baud, Notes sur l’évolution récente de la vrai. Mais le veilleur mène son double jeu.
prosodie, dans Action poétique 62). Un rejet Cette poétique, qui croit se servir du langage,
des dogmatismes. Rejet, par exemple, de Tel sert le cosmique, et trahit, dans son sens
Quel dans le même Action poétique 62. radicalement (c’est le mot de Saussure)
Rejet de la notion d’un sujet absent dans historique, le langage. D ’où, lointain et peut-
une pratique dite matérialiste de l’écriture être bien, lui, involontaire, l’effet politique
(elle confondait le matérialisme et la maté­ de cette poétique.
rialité des mots). La combinatoire, qui prétend mener, est
Comme on pourrait dire que la phénomé­ étrangement menée par une contradiction
nologie se manifeste par l’horreur de la qu’elle ne domine pas. Car elle est volon­
naïveté, une certaine modernité poétique, tariste. La contrainte des nombres et des
qui lui est liée, peut se définir par la multi­ formes dit : « place pour tout ce que je
plication des procédures visant à l’insaisis­ veux » (Action poétique 62, p. 181). Sachant
sable : la parodie, la parodie de la parodie, trop bien ce qu’elle fait, elle constitue un

88

© ÉDITIONS BELIN / HUMENSIS. TOUS DROITS RÉSERVÉS POUR TOUS PAYS - PAGE TÉLÉCHARGÉE SUR LE SITE PO-ET-SIE.FR - VOIR LES « CONDITIONS GÉNÉRALES D’UTILISATION » DE CE SITE.