Vous êtes sur la page 1sur 9

Université hassiba ben bouali chlef

Faculté de technologie

Département d’électrotechnique

Présenté par:
 ABACI- Omar
 ABDELAZIZ NOURRA

Table des matières :


Introduction ………. ……………………………………………………………… (3)

Historique de la piézoélectricité ………………………………………………….. .(4)

Le principe de fonctionnement …………………………………………………….. (5)

Phénomène de la Piézoélectricité …………………………………………………. (6)

Le matériau ………………………………………………………………………… (7)

Caractéristiques …………………………………………………………………… .(9)

Schéma fonctionnel du moteur piézoélectrique à onde progressive ……….……. (9)

Conversion de l’énergie électrique en énergie mécanique ………………………..(11)

Organe d’entraînement ………………………………………………………..…. (13)

Propriétés des moteurs piézoélectriques à onde progressive …………………… (15)

Modélisation Analytique du Moteur Piézoélectrique à Onde Progressive……… (16)

Simulation et interprétation des résultats …………………………………………(20)


Introduction :
L’énergie électrique est essentiellement distribuée aux
utilisateurs sous
forme de courant alternatif par des réseaux en haute, moyenne et
basse tension.
L’énergie consommée est composée d’une partie “active”,
transformée
en chaleur ou mouvement, et d’une partie “réactive” transformée
par les actionneurs électriques pour créer leurs propres champs
électromagnétiques.
L’utilisateur ne bénéficie que de l’apport énergétique de la
partie “active” la partie “réactive” ne peut pas être éliminée,
mais doit être compensée par des dispositifs appropriés.
L’énergie totale soutirée au réseau de distribution sera ainsi
globalement réduite.
Les économies d’énergie réalisées se chiffrent par dizaines de
pour cent de la consommation globale, situant les procédés de
compensation d’énergie réactive en première ligne du combat
pour la réduction de l’impact des activités humaines sur
l’écosystème de notre planète.

Bilan de puissance:
Le bilan de puissance est en fait un bilan de courant car c'est la somme
algébrique des courants et des puissances apparentes qui est réalisée au
niveau de chaque équipement jusqu'à la source.

Cette méthode est approximative par rapport à un bilan des puissances


actives et réactives

Relation entre énergie active et réactive

La puissance réactive:

La puissance réactive est beaucoup moins connue et plus complexe à


aborder.

En effet, ce n'est pas une puissance à proprement parler puisque l'on ne


peut pas en tirer un "travail". Cependant, elle est nécessaire dans de
nombreux systèmes, notamment dans tous ceux qui sont équipés d'un
bobinage. Parmi eux, on peut noter les moteurs tournants évidemment,
mais aussi les appareils de froid, certains composants informatiques, etc.
Les appareils purement résistifs, dont les convecteurs se rapprochent le
plus, sont les seuls à ne pas consommer d'énergie réactive.

Cette puissance réactive peut être compensée par des batteries de


condensateurs qui ont la propriété de pouvoir fournir de l'énergie réactive
au système en ayant besoin.

Elle se caractérise par :

 Une augmentation du montant de la facture d’énergie électrique.

  Unsurdimensionnement des installations de l’énergie en


provoquant des pertes.

 Une réduction de l’efficacité du réseau de distribution en


provoquant des chutes.

La puissance active :
La puissance active est la puissance qui va provoquer un mouvement,
on pourrait la qualifier d’utile. Elle est souvent confondue avec la
puissance apparente. Elle représente, en particulier dans les habitations, la
majorité de l'énergie consommée.

La puissance apparente :

La puissance apparente est la somme (trigonométrique) de la puissance


active et réactive. C'est par ailleurs la puissance souscrite (kVA) pour son

contrat d'électricité

La puissance reactive :

La relation qui lie ces puissances est:

Forme de Pythagore

On peut donc représenter ces puissances sous forme d’un triangle


rectangle:

Diminution de Q

S1 S2 Q2

Q1

1 P2

P1

On remarque que plus Q diminue:


 Plus  diminue  cos  augmente sa approche

 - tan  diminue

Amélioration de cosφ:

Le facteur de puissance est un élément qui rend compte de l'efficacité


d'un dipôle pour consommer correctement la puissance lorsqu'il est
traversé par un courant.

Les distributeurs d'énergie électrique facturent en général la puissance


apparente (en kVA) consommée sur la base de la mesure réalisée à l'aide
du compteur d'énergie.

Si le facteur de puissance d'une installation est faible,


l'intensité consommée sera grande d'où une facture électrique plus élevée.

comment compenser l’énergie réactive dans le résaux dedistribution?

alors en peut compenser l’énergie réactive par plusieurs méthodes en


site:

 Compensation par batterie de condensateur.

 Compensation par autotransformateur.

 Compensation par moteur synchrone.

 Compensation par réseaux interconnecte.

 Compensation statique svc,

Par mais les méthodes plus utilisé dans la compesation de l’énergie


réactive et Amélioration le facteur de puissance

c’est la Compensation par batterie de condensateur.


Fig.: représenté les 03 types de Compensation par batterie de
condensateur.

Les Différente types de Compensation par batterie de condensateur.

• Globale :
La batterie de condensateurs est raccordée en tête de
l'installation et reste en service de façon permanente.
• Partielle :
la batterie de condensateurs est raccordée au tableau de
distribution et fournit l'énergie réactive par atelier ou par groupe
de récepteur.
• Individuelle :
La batterie de condensateurs est raccordée directement aux
bornes de chaque récepteur du type inductif, notamment les
moteurs.
Fig. :Représenté le raccordement des Batterie de condensateurs Dans
installation électrique.
Conclusion:
Le transport de la puissance réactive par les lignes électriques
cause des pertes, une diminution de la stabilité du réseau et une
chute de tension à son extrémité.
Afin d'éviter cela, de la compensation de puissance réactive,
série ou shunt selon les cas, est utilisé pour limiter ce transport
de puissance réactive.
Différents appareils électriques peuvent servir à réaliser cette
compensation : machines synchrones, batteries de
condensateurs, inductance ou FACTS.
On distingue les compensations passives, qui fonctionnent en
tout ou rien et celles actives qui sont graduelles.