Vous êtes sur la page 1sur 250

UNIVERSITE RENNES 2 HAUTE-BRETAGNE

COLLÈGE COOPÉRATIF EN BRETAGNE COLLÈGE COOPÉRATIF PARIS

D. H. E. P. S.
DIPLOME DES HAUTES ETUDES EN
PRATIQUES SOCIALES

Novembre 2000

PÉRIMÈTRES VILLAGEOIS
ENTRE
VILLAGISATION, PRIVATISATION
ET POUVOIR D’ÉTAT
stratégies et pratiques des acteurs.
ÉTUDE DE CAS DE DEUX PÉRIMÈTRES IRRIGUÉS AU SUD
DU MOZAMBIQUE

Présenté par
Marie-Jovite de Courlon

COOPERATEUR DE RECHERCHE
Roland Colin

_______________________________________________________________________

RESEAU DES HAUTES ÉTUDES DES PRATIQUES SOCIALES

GROUPEMENT DES COLLEGES COOPERATIFS


2
SOMMAIRE

CARTES .................................................................................................................................................... 5

INTRODUCTION A LA PROBLÉMATIQUE................................................................................... 6
1 LE CONTEXTE ........................................................................................................................................ 6
2 MA PLACE D'ACTEUR, MA PLACE DE CHERCHEUR. ................................................................................. 9
3 CHAMP SEMANTIQUE DE LA PROBLEMATIQUE ..................................................................................... 13
4 CHOIX D'UN ITINERAIRE D'ANALYSE ET D'INTERPRETATION ................................................................. 27
5 METHODE ET FONDEMENT ................................................................................................................... 32
1ERE PARTIE : QUEL CONTEXTE ? REINSERTION DANS L'ESPACE ET LE TEMPS
................................................................................................................................................................... 36
I.I. MOZAMBIQUE PROVINCE DE MAPUTO .............................................................................................. 36
I.I.1 Géographie physique ............................................................................................................... 36
I.I.2 Données démographiques actuelles ........................................................................................ 38
I.I.3 Histoire...................................................................................................................................... 41
I.2. POLITIQUE ECONOMIQUE ET SOCIALE MOZAMBICAINE EN ZONES RURALES ...................................... 45
I.2.1 Ligne de départ ......................................................................................................................... 45
I.2.2 Principes à l’aube de l’indépendance ..................................................................................... 45
I.2.3 Le sens du mot développement : évolution de la politique économique et sociale
mozambicaine.................................................................................................................................... 47
I.3 FONCIER ............................................................................................................................................ 52
I.3.1 Le foncier avant l'indépendance.............................................................................................. 53
I.3.4 Le foncier les coopératives et les associations paysannes. ...................................................... 59
I.3.5 Situation des terres des villages de Massaca et Mafuiane....................................................... 61
I.4 LES FAMILLES ET LEURS ORGANISATIONS .......................................................................................... 63
I.4.1 La population............................................................................................................................ 65
I.4.1.1 Mode de vie ................................................................................................................................... 66
I.4.2 Le contexte associatif ............................................................................................................... 69
I.4.3 Le problème de la sécurité de la terre quelle réponse ?.......................................................... 71
I.4.3.1 Une réponse ? La légalisation ou, de l'instituant en institué. ....................................... 72
2EME PARTIE - NAISSANCE VIE ET FIN D'UN PROGRAMME DE
DEVELOPPEMENT RURAL INTEGRE : QUELS OBJECTIFS ? QUELLES
STRATEGIES GLOBALES ? ............................................................................................................ 80
II.1 TOILE DE FOND POLITIQUE ET ECONOMIQUE .................................................................................... 80
II.1.1 Jalons ...................................................................................................................................... 80
II.2 PRESENTATION GENERALE DU PROGRAMME : OBJECTIF GENERAL .................................................. 82
Deux objectifs : .......................................................................................................................................... 82
L’initiative.................................................................................................................................................... 83
II.2.1 Un programme de développement rural intégré. ................................................................... 84
II.2.1.1 La gestation du programme.................................................................................................... 84
II.2.1.2 Appellation "Programme de Développement Rural Intégré - P.D.R.I.". ..................... 85
II.2.1.3 Pourquoi un P.D.R.I. ? stratégie institutionnelle. .......................................................... 89
II.3 DU PROGRAMME AU PROJETS : LES CHOIX PENDANT LA CONCEPTION ............................................. 96
II.3.1 Les villages .............................................................................................................................. 96
II.3.2 Les ressources naturelles - eau et terre ................................................................................. 98
II.3.2.1 L'eau .............................................................................................................................................. 98
II.3.2.2 La terre........................................................................................................................................ 101
II.3.3 Choix techniques en réponse aux points antérieurs ............................................................ 102
II.3.3.1 Taille des parcelles .................................................................................................................. 102
II.3.3.2 Système d’irrigation ................................................................................................................ 104
II.3.3.3 Bloc ou micro-périmètre ? ................................................................................................... 105
II.3.4 Choix juridiques et fonciers.................................................................................................. 107
II.3.4.1 Le concessionnaire .................................................................................................................. 107
II.3.4.2 Les maisons agraires .............................................................................................................. 108
II.3.5 Choix des principes de gestion : .......................................................................................... 110

3
II.3.5.1 Gestion des périmètres .......................................................................................................... 110
II.3.5.2 Les maisons agraires .............................................................................................................. 112
II.4 STRATEGIES DE MISE EN PLACE ...................................................................................................... 113
II.4.1 Occupation de la terre........................................................................................................... 113
II.4.1.1 Le périmètre : où ?................................................................................................................... 113
II.4.1.2 Division et distribution des parcelles :.............................................................................. 123
II.4.2 Constitution des associations................................................................................................ 131
II.4.2.1 Association paysanne, association d’irrigants................................................................ 131
II.4.2.2 Stratégie de mise en place des associations .................................................................. 133
3EME PARTIE - À L'EPREUVE DES FAITS QUELLES ONT ETE LES STRATEGIES DES
ACTEURS SUR LE TERRAIN ?......................................................................................................... 140
III.1 LE FONCTIONNEMENT INTERNE DU PROGRAMME.......................................................................... 140
III.1.1 Agencement des acteurs du Programme............................................................................. 140
III.1.2 Le Programme vu par les villages....................................................................................... 142
III.1.3 De la construction à la garantie du fonctionnement. Où s’arrête la responsabilité du
programme ? .................................................................................................................................. 143
III.1.4 Le suivi................................................................................................................................. 145
III. 2 LES PERIMETRES VU PAR-DEDANS ................................................................................................ 149
III.2.1 La parcelle : son accès ........................................................................................................ 149
III.2.1.1 Occupation du périmètre de Mafuiane ............................................................................ 149
III.2.1.2 Occupation du périmètre de Massaca ............................................................................. 152
III.2.2 La parcelle, du droit d’accès au principe d’exclusion....................................................... 154
III.2.2.1 Articulation des points de vue............................................................................................ 154
III.2.2.2 Massaca, quand l’instituant devient institué ................................................................ 162
III.2.3 La taxe de l’eau ................................................................................................................... 168
III.2.3.1 Le principe de base ................................................................................................................ 168
III.2.3.2 Coût de l’eau : calculs, estimations et montants fixés ............................................... 169
III.2.3.3 Etudes et réalités.................................................................................................................... 170
III.2.3.4 Quel mode de gestion ? Quel coût récurant ?.............................................................. 171
III.2.3.5 La taxe de l’eau dans la pratique ..................................................................................... 172
III.2.4. Le Plan de culture .............................................................................................................. 179
III.2.4.1 Orientation générale .............................................................................................................. 179
III.2.4.2 Méthode d’intervention de l’assistance technique........................................................ 180
III.2.4.3 Rationaliser les services : quelle politique agricole et commerciale pour les
maisons agraires ?.................................................................................................................................. 193
III.2.3.4 Plan d’exploitation : la parcelle dans l’exploitation familiale : ............................... 195
III.3 ÉTAT–ASSOCIATIONS–SERVICES : AGENCER LES PIECES D’UN PUZZLE ......................................... 216
III.3.1 La position des associations ................................................................................................ 217
III.3.2 Quelle réponse ? .................................................................................................................. 218
III.3.2.1 Les maisons agraires............................................................................................................. 219
III.3.2.2 Une relation triangulaire...................................................................................................... 221
CONCLUSION ...................................................................................................................................... 223

GLOSSAIRE......................................................................................................................................... 240

TABLE DES SIGLES......................................................................................................................... 242

BIBLIOGRAPHIE ............................................................................................................................... 243

TABLE DES ANNEXES..................................................................................................................... 248

4
CARTES

• MOZAMBIQUE / Localisation de l’aire d’intervention du PDRI-PRORURAL –


adaptation de la brochure édité par le PDRI/PRORURAL, Maputo, 1998
• Carte interventions du PDRI-PRORURAL , idem
• Périmètre de Mafuiane
• Périmètre de Massaca
• Terres associations paysannes de Massaca

5
INTRODUCTION A LA PROBLÉMATIQUE

1 LE CONTEXTE

En 1986, au Sud du Mozambique, un barrage, celui des Pequenos


Limbombos, vient d'être terminé dans la province de Maputo, sur le fleuve
Umbeluzi faisant le pont entre les districts de Boane et de Namaacha. Á 45 km
de la Capitale, il est au croisement des routes qui mènent aux pays voisins de
la Swaziland et de la République de l'Afrique du Sud.

Onze ans se sont passés depuis l'indépendance du Pays qui marque la fin de
la colonisation portugaise. L'enthousiasme des débuts s'est déjà confronté à la
réalité de la gouvernance1. Le premier bilan est difficile, marqué par une
tension sociale : la guerre interne paralyse la production dans les campagnes,
dans cette zone sous contrôle du parti FRELIMO au pouvoir, la population
rurale déplacée 2 est rejointe par celle des réfugiés dans des villages artificiels,
privée à la fois des ressources d'une émigration de plus en plus souvent
refoulée et de celles de leurs terres d'origine. La survie dépend de l'aide
d'urgence et de la coupe du bois et de sa transformation en charbon destiné
aux marchés urbains.

Zone de transition entre ville et campagne, période de transition entre Est et


Ouest, entre villagisation/production collective et valorisation du secteur
familial et de la production individuelle, entre intervention et libéralisation,
entre nationalisation et privatisation ; entre les plans économiques
centralisés et le Programme de Redressement Économique.

Les dirigeants craignent la menace que représente l'afflux constant de


familles pour l'équilibre déjà fragile des zones urbaines surpeuplées. La
population urbaine s'accroît implacablement alors que la campagne ne peut

1
J’aurais préféré trouver un autre mot que celui-ci si chargé «d’altérité » comme dirait Aminata Traoré
« d’où parle-t-on ? » demande Joseph Ki-Zerbo ?
Il s’agit pour moi, d’un vécu endogène particulier à ce pays, réalité très quotidienne et bien exigeante que
celle de l’exercice du pouvoir dans un tout nouvel État, de la confrontation des idéaux, des désirs nés des
profondeurs d’un vécu socio-culturel individuel et collectif à la réalité.
Bien sûr il y a eu l’influence d’une première altérité celle des pays socialistes ; Puis viendra, avec
«l’ajustement structurel », la «bonne gouvernance » prônée par l’idéologie libérale . Je ferai ici référence
aux travaux présentés par BUGNICOURT (J.) ENDA, Dakar - KI-ZERBO (J.) Centre d'études pour le
développement africain, Ouagadougou - TRAORE (A.) : Centre Amadou Hampaté pour le
développement humain et la qualité de la vi, Bamako – à la Conférence "Good Governance for Africa :
Whose Governance ?" organisée par l’a Université de Limbourg et ECDPM - Maastricht, 23-24
novembre 1995
2
Population déplacée : population qui vivait dispersée ou en villages en des zones rurales sous contrôle
du FRELIMO. Leur regroupement et leur déplacement ont été programmé et organisé par le FRELIMO.
Initialement motivé par une stratégie de développement rural à l'image des villages ujamaa de la Tanzanie
de Julius Nyerrere, renforcée par les inondations de 1984 et la construction du barrage, le déplacement et
le regroupement de familles a pris un nouveau caractère pendant la guerre : des villages entiers,
dépouillés de leur bétail et installés comme réfugiés dans d'autres villages laissèrent derrière eux une sorte
de "no mens land" livré aux acteurs de la guerre. Nombreux sont ceux qui passent illégalement la
frontière de la Swaziland et de L'Afrique du Sud Rapatriés de force ils grossissaient les rangs du camp de
réfugiés de Massaca.
Cf. GEFFRAY / RETORNADOS ? DESLOCADOS ? REFUGIADOS ? RAPTADAS

6
plus l'alimenter. Une dépendance à l'aide alimentaire s'installe
dangereusement.
Il n'est plus question "d'opération production3". Il en résulte une perte de
contrôle d'une stratégie volontariste : on subit plus qu'on oriente. Dans un tel
contexte, comment inciter les familles rurales déplacées à se reprendre en
charge et les faire participer à un processus de stabilisation et de
revitalisation de la région ? Comment contribuer à la création d'un climat
favorable à un processus de paix ? La guerre s'est imposée, année par année,
comme un cadre incontournable auquel se soumettent population et
administration ; elle induit un mode de vie, de survie. Penser au
développement, penser à la stabilité signifient nier la constance de la
déstabilisation provoquée par cette guerre interne qui s'ancre dans la vie du
pays : amener les familles, l'administration locale, à ne plus la considérer
comme un environnement obligatoire, rétablir un contact et réinventer un
futur pour démontrer que la guerre n'est pas un mode de vie, une finalité. Il
s'agit d'une affirmation du pouvoir en place comme d'un pouvoir civil.

Le gouvernement mozambicain veut à tout prix stabiliser cette zone tampon


et la rendre productrice pour diminuer la dépendance alimentaire de la ville.
Le gouvernement italien se sent concerné par cette région où il a déjà investi
par le biais du barrage. Le Ministère de l'Agriculture recherche une forme
planifiée d'utilisation des ressources nouvelles qu'a apportées le barrage. Les
entrepreneurs sont encore là, ils veulent mettre à profit leur équipement et
leur savoir-faire. Les familles, si récemment regroupées en villages, privées
totalement ou partiellement de leurs terres inondées par le barrage ou d'accès
interdit par les parties en conflit, fragilisées encore par une période de
sécheresse sont, elles aussi, apparemment réceptives à ce qui peut être une
aide.

Face à cette conjoncture très particulière, la convergence d'intérêts dans


l'urgence donnera naissance à un Programme de Développement Rural
Intégré sous la responsabilité conjointe du Ministère de l'Agriculture
mozambicain et de celui des Affaires étrangères Italien. En 1989 un territoire
(un peu plus de deux districts soit 293.000 ha) lui est désigné, la Z.D.A.P.4,
mais la guerre rend sa plus grande partie encore inaccessible aux "agents du
développement".

Un investissement économique important sera ainsi réalisé dans une première


phase sur un territoire réduit autour du barrage dont la sécurité est alors
assurée. Il concerne trois villages, Massaca I, Massaca II et Mafuiane et
prévoit la réalisation d'infrastructures de communication (routes), sociales et
productives. La signature des accords de paix en 1992 permettra
l'élargissement de la zone d'intervention.

La productivité est la réponse formulée par les concepteurs pour rationaliser


l'utilisation des ressources naturelles, qu'elles soient la terre (un espace
cultivable disponible réduit par les circonstances) ou l'eau, destinée
principalement à garantir les besoins de la zone urbaine de la capitale.
Le village, dans la continuité de la politique de villagisation, est choisi comme
unité de base de développement.

3
Operação produção : déplacement compulsif de population dite "marginale" ou "inactive" des grands
centres urbains vers des zones rurales agricoles de moindre densité de population.
4
Z.D.A.P. : zone de développement agraire planifié

7
La construction de deux périmètres irrigués devra transformer des terres
villageoises pluviales, sous régime associatif ou de droit coutumier.
Avec l'irrigation, viendra une technologie de production nouvelle et, pour la
plupart, non expérimentée, impliquant des contraintes économiques et un
investissement journalier et annuel de la force de travail. La terre unifiée des
champs sera divisée en parcelles distribuées aux familles du village.
L'interlocuteur de l'État sera l'association constituée par ces familles
devenant ainsi partenaires du Programme puis, par son intermédiaire, de
l'État. Une maison agraire est prévue pour assurer les services aux
agriculteurs.
L’expression "périmètres villageois" puise donc son sens à la fois dans
l’origine des terres irriguées et des familles qui fondent les associations et
dans la forme de gestion de ces périmètres dont la responsabilité est confiée
par l’État aux associations. Il m’appartiendra de rechercher à discerner au
sein des villages les éventuelles différences entre ces familles, l’évolution de
cette intégration villageoise et l’impact de ce mode de gestion.

Au cours de l'implantation du projet, les concepteurs et les exécuteurs ont eu


à confronter leurs prévisions aux réalités physiques, politiques, sociales et
économiques du terrain. L'histoire n'attend pas : certains éléments qui
caractérisaient la conjoncture initiale disparaissent, libérant la région des
contraintes de la guerre. L'urgence s'efface, cette petite portion de territoire
objet d'une préoccupation très particulière de l'État reprend sa place relative
dans une région vouée à un dessein transfrontières centré sur le couloir de
Maputo. La gestion du quotidien s'impose dans un nouveau contexte.
Éphémère, la structure du Programme devra gérer dans un temps limité
l'adaptation du projet et son inscription dans cette réalité dont l'évolution
s'inscrit dans la continuité du temps et de l'espace, pour finalement laisser,
lors de sa dissolution, l'interaction des facteurs et acteurs réels décider de
l'enjeu. Il sera le moteur apparent d'un changement sous l'impulsion de
diverses tendances internes variant selon l'origine de ses propres acteurs (État
mozambicain ou italien, experts et techniciens nationaux ou expatriés) et la
réaction des acteurs de la vie «réelle» : ces acteurs que lui, Programme pourra
dénommer cible, bénéficiaires, partenaires voire même opposants, qu’il aura
choisis ou rencontrés (familles des villages, autorité locale) ou qui se placeront
sur son chemin comme acteurs secondaires, non ouvertement prévus au
départ, comme les intervenants privés. Pendant son règne, des liens se
tisseront, ouverts ou sous-jacents, écrits ou tacites, plus ou moins institués.

Pendant les dix ans de sa gestation et de sa mise en place, le projet a été


modelé pas à pas pour devenir réalité. Une réalité encore en pleine évolution,
très loin d'une maturation.
Mais une réalité qui pose question quant au devenir des exploitants et de
l'investissement. La problématique liée à l'introduction exogène de nouvelles
techniques de productions en milieu rural, de la tentative de transformation
de paysans pasteurs en agriculteurs n'est pas nouvelle : les risques courus
étaient connus avant même la réalisation des infrastructures, sans qu'il soit
nécessaire de lire les nombreux écrits à ce sujet sur d'autres expériences
africaines. Il suffisait de constater les difficultés rencontrées lors d'autres
expériences vécues antérieurement par certains membres de l'équipe du
programme sur le sol Mozambicain : périmètres abandonnés, réhabilitations
complètes répétées ou infrastructures carrément démontées : quelles en
étaient les causes ? Maldonne foncière, erreur de choix dans les méthodes
d'apprentissage, dans la forme de participation des paysans, incompatibilité

8
de l'exigence de l'irrigation avec l'économie familiale traditionnelle ? Mauvaise
conception technique des systèmes d'irrigation, surcoût d'exploitation et de
maintenance ? Cadre institutionnel et économique contradictoire avec les
objectifs et les exigences des interventions ?

Quand il s'agit d'implanter un périmètre irrigué, tous ces facteurs entrent en


jeu, à dose différente suivant le cas. Il me faudra, donc pour essayer de
comprendre le devenir continu des périmètres de Massaca et de Mafuiane,
étudier l'interaction de ces différents composants politiques, sociales et
économiques.

Le développement d'une telle problématique conduit à poser les questions


suivantes :
Quelles ont été les stratégies d'ajustement au cours du processus d'intégration
du projet à la réalité ? Quel sera le pivot central de décision ?
Sur quelle priorité se fera la gestion des écarts ? Articulation ou confrontation ou
marginalisation de stratégies entre les acteurs du projet et les acteurs réels
inscrits eux dans la dimension spatio-temporelle concrète, qu'ils soient collectifs,
institutionnalisés ou non ou individus ? Participation ou prise en charge ?
Quel est l'enjeu des développeurs, de l’État et celui des producteurs au regard
de l'appropriation ? Quelle est la place des acteurs privés ?

Les stratégies des acteurs face à une transformation volontaire du système


social semblent, à priori, devoir répondre à la défense des intérêts de chacun
des partenaires, individuellement ou en tant qu’institution. L’articulation de ces
intérêts devrait se faire autour d’objectifs communs. Mais quel serait cet objectif
commun : l’avenir des périmètres en tant qu’investissement ? l’avenir des
familles ? ou la réduction par la production d’une dépendance des agents
exogènes ?
La transparence et la cohérence de l’intervention des acteurs et de leur relation,
l’importance des risques qu’ils prendront en modifiant leur propre structure
dépendrait
• de l’importance que les acteurs donneront à l’enjeu,
• de la confiance mutuelle qu’ils auront de la capacité et de la bonne volonté
de leur partenaire à défendre leurs propres intérêts.

L’appel d’un acteur intermédiaire jouant le rôle de régulateur entre les


partenaires principaux pourrait permettre une flexibilité dans leur relation et la
création d’un nouvel équilibre qui respecterait le rythme et les intérêts de
chacun. L’ajustement entre les partenaires principaux (institué : État et
instituants : les paysans) de ferait ainsi par une rencontre à mis chemin entre le
cadre écrit, formel et le pacte tacite fondé sur le respect de valeurs reconnues
(coutumières, traditionnelles, morales, politiques, sociales)

2 MA PLACE D'ACTEUR, MA PLACE DE CHERCHEUR.

Tout d'abord, avant même de développer le sens donné aux termes de cette
problématique, il me faut dire à quel titre je les utilise, pourquoi cette
problématique s'est imposée à moi :
Je fus une des pièces de l'échiquier, choisie en 1993 par la direction du
Programme (et plus ou moins imposée à l'entreprise d'assistance technique
chargée de m'employer) pour connaître le pays (où j'habitais et travaillais

9
depuis 1977) et les lieux et en particulier deux des trois villages concernés
(ceux de Massaca I et II). Je venais de terminer cinq années de travail dans le
programme de développement rural d'une O.N.G. suisse, HELVETAS. Cette
O.N.G. avait collaboré étroitement avec le Cabinet Agraire de l'Umbeluzi,
prédécesseur du PRORURAL, à l'identification de la Zone de Développement
Agraire Planifiée, territoire d'intervention du Programme. Les principaux
partenaires de HELVETAS, les associations paysannes de la région et
l'administration locale, étaient devenus au cours de la mise en place des
projets, des partenaires incontournables pour le PRORURAL.

J'accompagnais les activités du PRORURAL depuis 1989. Face à un afflux


d’agents extérieurs apportant une "aide" financière dont l’impact très
important était concentré géographiquement et dans le temps et dans une
tentative de renforcer la capacité locale de décision et de prise en charge, je
contactais l’Administrateur pour créer un lieu de coordination et de réunion de
l'information sur ce qui se faisait dans le district : ainsi est né le "Núcleo de
Apoio de Boane"5 – Comité d’Appui de Boane, organe informel sans autre
pouvoir que celui que ses participants décideraient de lui accorder. La
responsable du Cabinet Technique du PRORURAL y participait.
Le nom de ce comité indiquait bien son dysfonctionnement originel : essayer
de donner des moyens à l'administration locale pour faire reconnaître son
rôle dans un processus dont les rênes ne lui appartenaient pas mais dont elle
devrait tôt ou tard recevoir la responsabilité des réalisations. Les pouvoirs de
décision et d'intervention étaient trop décentrés et disproportionnés par
rapport au territoire concerné, le "Núcleo de Apoio" n'a pas vécu longtemps.
Un lien s'est tissé malgré tout entre ses membres.

A la suite du départ de la première sociologue italienne du Programme, bien


que non titulaire d'un diplôme adéquat, je fus engagée pour occuper ce poste :
j'étais donc identifiée dans l'équipe comme la "sociologue", faisant partie du
pool de l'assistance technique. Mon cahier des charges prévoyait en particulier
la prise en compte des questions foncières, le registre et l'accompagnement
des associations, puis le suivi des activités des deux périmètres par le biais
d'un "programa de monitoragem" (programme de suivi) mis sur pied à la
demande de la SIM6 et qui m'offrit les moyens d'un observatoire journalier.
C'est donc en qualité de coacteur que je conduis cette recherche.
Les résultats de mon observation ont soulevé chez moi un questionnement sur
nos méthodes de travail et sur l'impact d'un programme comme celui auquel
je participais.

5
Dirigé par l'administrateur du district, y participaient des représentants des villages, des associations et
de leur union. Le déséquilibre des moyens et des pouvoirs, les différences entre les politiques
d'intervention des développeurs (O.N.G. et Programme), l'absence d'un plan de développement de la zone
faisaient que ses réunions servaient plus à éviter de nous marcher sur les pieds les uns les autres qu'à
nous permettre une réelle concertation. Deux exemples pourraient être cités, celui de la composante
d'appui institutionnel au district qui faisait parti du programme de HELVETAS et non de celui du
PRORURAL et conception d'un centre de service et de la responsabilité de l'administration locale dans la
gestion des services publics : à la suite d'une étude réalisée en commun de maisons agraires existantes au
Mozambique, les deux organismes ont réalisé deux projets bien différents : promotion par HELVETAS
de l'auto-construction et auto gestion par chaque association paysanne d'un édifice utilitaire (bureau,
entrepôt magasin) et la construction et équipement par le Programme de deux centres de services multi-
fonctionnels, annexes aux périmètres d'irrigation dont le mode de gestion sera à définir.
6
Societa Italiana de Monitoraggio (société italienne de suivi-évaluation): engagée par le ministère des
affaires étrangères italien pour suivre par le biais de courtes missions périodiques, les avancées du
programme.

10
Impliquée comme je l’étais dans ma relation avec chacun et dans la co-
responsabilité d'une équipe, un double recul était alors nécessaire pour ne
plus regarder à la loupe et essayer de faire se rejoindre les pièces d'un puzzle
unique.
Un recul temporel qui me ferait sortir de l'espace temps créé artificiellement
par les circonstances et par le Programme lui-même et me permettrait de
considérer acteurs et facteurs intégrés dans leur histoire et leur contexte ;
La recherche se fera donc à posteriori, portant sur la période d'activité du
Programme de Développement Intégré Umbeluzi-Tembe / PRORURAL
prolongée de trois mois après la date officielle de sa fermeture.
Un recul géographique ressenti comme nécessaire après les 21 ans de vie et
de travail au Mozambique pendant lesquels se sont imbriqués les vécus de ma
vie familiale et professionnelle passée pour moitié au service de
l'enseignement mozambicain puis à celui de programmes de développement
rural après une pose intercalaire de recyclage identitaire et linguistique à
l'école française.
C'est donc de France, que j'ai initié la démarche de recherche, même si l'idée
était née au cours des trois dernières années au Mozambique, encouragée à
cela par un professeur de l'Université Eduardo Mondlane.

En première étape de recherche, j’ai décrit la mise en place de la gestion d'un


aqueduc rural par ses bénéficiaires. Cette expérience vécue dans le cadre du
même programme de développement que celui qui concerne cette recherche,
montrait comment des communautés villageoises et des exploitants privés
avaient été amenés à se partager la responsabilité de faire fonctionner ce
système public d'approvisionnement en eau.
Je montrais la richesse et la fragilité du réseau interdépendant ainsi organisé,
où la motivation de chacun venait de l’eau, variant avec l’intensité du besoin
ressentit et le coût qui en résultait ; dont la difficulté d’arriver à l’équilibre et à
la fonctionnalité recherchée résidait en particulier dans le coût de gestion,
l'ambiguïté de son rapport avec un État propriétaire ou institution de tutelle,
l'interprétation par les acteurs des liens (institutionnels ou non) qu’il créait
entre eux et la répartition des responsabilités respectives.

Pour cette deuxième phase, je me préparais à faire une étude comparative des
ententes triangulaires tissées entre l'État, les acteurs privés et les
communautés rurales pour la gestion et l'exploitation de services hydrauliques
publics, développant ainsi le concept d'appropriation. Cependant, même si je
continue à penser que les acteurs ne sont pas cloisonnés, surtout dans une
zone de passage et d'échange comme celle qui concerne cette recherche, et
qu'il serait important d'étudier la place et le rôle de chacun, leur articulation
et les mécanismes de leur régulation interne, l'objet de cette monographie
initiale m'a montré la fragilité des mécanismes non mûris de l'intérieur, nés
dans une réalité temporelle déformée.

Gardant mon identité d'acteur "programme", éloignée du lieu même des faits,
je me propose donc d'étudier, sur les deux périmètres irrigués, non pas la
relation isolée établie entre les différents secteurs, mais le mécanisme de
fonctionnement d'un programme de développement intégré et sa
confrontation sur le terrain aux réalités et aux stratégies de ses partenaires
institués ou non.

11
La création à un moment donné d'un programme n'est pas, en effet, le résultat
du hasard : elle résulte en elle-même d'une stratégie de développement et
d'interaction de forces endogènes et exogènes sur le tissu social et son
environnement.

Les réactions de ce tissu social ne sont pas non plus fortuites : elles
s'intègrent dans une dimension espace temps continue.

C'est donc par cette démarche de Recherche-action, bien que différée, que je
chercherai à comprendre ces deux milieux et leurs interactions, les stratégies
observables dans chacun, afin de comprendre leurs effets et leur
aboutissement.

La question se posait alors à moi se savoir comment m'approprier


l'appellation de "sociologue" donnée à mon rôle d'acteur dans le cas analysé,
en partant d'un triple point de vue : celui des institutions, celui des paysans et
le mien propre :
le "sociologue" engagé par le Programme était considéré comme un généraliste
créateur de liens entre des mondes différents, procurant un sens partiel, et le
bon sens de préférence, à ce qui n'en a pas forcément ou du moins, pas le
bon. Le sociologue devait donner des recettes pour faire fonctionner les
rouages non mécaniques mais humains.
Vu par les paysans, mon rôle était plutôt celui de "mère" : celle qui porte la
responsabilité d'une nouvelle réalité et qui donc se doit de donner les moyens
de l'affronter.
Pour moi, mon rôle était de donner les moyens à des familles et à leur
association d'être le moteur de la transformation de leur mode de vie et de
relation avec l'extérieur, provoquée par la construction des périmètres, au lieu
de la subir ou d'y rester en la vivant comme un événement incontrôlable. J'y
vois l'influence probable des années passées dans l'enseignement.

Ce n'est pas ce rôle que je voudrais endosser dans cette recherche. Je


chercherai plutôt à m'outiller de la méthode et de la rigueur que m'offrent les
"sciences" dites humaines pour faire apparaître les mécanismes et les rouages
d'un processus de transformation qui repose sur un système d'interaction.

Il est remarquable que, lorsque je cherche à définir "l'appellation contrôlée"


dont j'ai moi-même fait l'objet, je comprenne mieux pourquoi cet habit de
"sociologue" que l'on m'avait attribué me convenait si bien, moi dont le savoir-
faire est si hétéroclite et lié surtout au savoir observer, comprendre et agencer
le savoir-faire des autres. Il n'y a pas en effet une sociologie pure et si certains
ressentent le besoin de différencier des domaines sociologiques c'est que la
sociologie ne travaille pas seule, isolée dans un savoir unique sur un
domaine limité : elle ne prend de sens que par l'étude des systèmes de
relations dans leur contexte spécifique. Ainsi pouvait se comprendre mon
titre de sociologue rural.

12
3 CHAMP SEMANTIQUE DE LA PROBLEMATIQUE

Afin de situer ma problématique dans un champ sémantique plus large déjà


éclairé par de nombreux auteurs, je chercherai à préciser le sens de certains
termes que plus loin j'utiliserai et approfondirai.
Je ne pourrai échapper à la diversité de sens donnés à certains d'entre eux
selon ceux qui les utilisent, exemple de la difficulté d'élaboration de concept
dans le domaine des "sciences humaines" implicitement liées à l'homme lui-
même chargé individuellement et collectivement de désir et de recherche de
pouvoir. L'appellation humaniste ne me déplairait pas bien que j'en
reconnaisse les risques pointés par Bourdieu d'une trop grande adhésion à
l'objet étudié : un équilibre difficile à atteindre entre la restitution de la part de
l'imagination, de la raison et des contradictions demandées par Bachelard et
l'objectivation par l'usage des schèmes de l'interprétation du social (dans un
sens globalisant) comme celui développé par Roland Colin dans un modèle
d'analyse dynamique des systèmes socioculturels.

En premier lieu j'aborderai les termes utilisés pour cerner le cadre dans
lequel s'intègre l'objet étudié et le thème de cette recherche :

Tout d'abord deux termes me serviront de balises dans l'histoire


contemporaine de la politique économique et sociale du pays et celle de ses
rapports avec son environnement extérieur : villagisation et privatisation.
Tous deux représentent une attitude volontariste d'intervention directe par les
détenants du pouvoir dans le rapport des personnes entre elles et avec leur
environnement, l’un faisant appel à une forme d’organisation sociale, l’autre à
une répartition de rôles dans la gestion de services ou de biens d’intérêts
collectif. Je les reprendrai au cours du développement de ce mémoire.

Ensuite l'appellation "Programme de Développement Rural Intégré" qui définit


le cadre circonstanciel et institutionnel de l'objet étudié. Chacun de ces mots
gagne son sens plein quand il est inséré dans sa propre histoire.

Programme :

le programme revêt ici simultanément "l'exposé général des intentions et des


projets"7 énoncé en commun par les parties qui l'engagent et le corpus
technico-administratif qui gère en leur nom les ressources humaines
financières et matérielles que les parties ont mis à sa disposition pour sa
conduite. Il prend ainsi la forme d'une institution intermédiaire et transitoire
encadrant un ensemble de projets. Il est relativement flou dans sa durée et n'a
pas le caractère directif d'un plan. Je chercherai à en développer son sens
stratégique en observant son mode de régulation, son mode de cohabitation
avec le "plan" tel qu'il était conçu dans la "Zone de Développement Agraire
Planifié", ou sa propre capacité d’engendrer et de réaliser un "plan directeur".
Son champ d'action est défini par les termes qui l'accompagnent : objectif /
activité : développement rural intégré - territoire "dans la Province de Maputo
- Umbeluzi Tembe".

7
Le Robert : dictionnaire historique de la langue française 1998

13
Développement :

le programme de développement naît d'un processus négocié entre les


représentants des parties ayant un pouvoir de décision :
• Comme détenteurs d'un pouvoir de décision sur le territoire défini et
agissant en tant que légitimes représentants des populations concernées.
• comme détenteurs des moyens nécessaires pour la mise en place des
actions programmées et du pouvoir de décider des conditions de leur mise
à disposition
Il vise une progression socio-économique positive au bénéfice de la
population concernée, dans une zone géographique donnée et dans un temps
donné.
Le développement prend aussi un sens fonctionnel et opératoire, il se traduit
dans les faits par l'investissement de fond dans la création d'infrastructures
et la transmission d'un savoir-faire nouveau et considéré plus efficace, visant
la création de nouvelles activités et donc d'un nouveau rapport des acteurs et
des facteurs. Il partirait d'un constat : l'insatisfaction d'un besoin ressentie
par un groupe social qui pourrait mettre en péril l'équilibre de l'organisation
sociale à laquelle il appartient et ou le non-accomplissement par ce groupe
de la fonction qui lui est attribuée par l'organisation sociale qui lui est
"supérieure".

La définition qui correspondrait le mieux à l'expérience de ce programme est


celle de Jean Pierre O. Sardan8 :
« développement » : ensemble des processus sociaux induits par des opérations
volontaristes de transformation d’un milieu social, entreprises par le biais
d’institutions ou d’acteurs extérieurs à ce milieu mais cherchant à mobiliser ce
milieu, et reposant sur une tentative de greffe de ressources et/ou de techniques
et/ou de savoir. »

Cette définition reflète la position des agents exogènes de développement, des


"développeurs". Mais les agents endogènes porteurs de leurs propres désirs,
contrediraient cette vision car, comme le dit J. Ki-Zerbo, " On ne développe
pas, on se développe" suivant "un processus complexe et continu de
transformation durable des structures... pour accéder à un état perfectible,... il
arrive à permettre à un nombre de plus en plus grand de ses membres de
satisfaire mieux que par le passé leurs besoins matériels, intellectuels, culturels
et moraux ou de vivre dans un milieu plus digne des être humains parce que
jouissant d'une meilleure qualité de vie"9

Le besoin devrait être "défini exclusivement par celui qui le ressent"10 Le


développement ne devrait venir donc que de la base. Un besoin formulé par
les institutions qui ont la charge de gouverner peut-il être authentique ?
L'authenticité du développement viendrait selon le directeur de l'UNESCO de
son caractère "global, endogène et centré sur l'homme."11

8
SARDAN (J. P.O.) « Anthropologie et développement - Essai en socio-anthropologie du changement
social». Introduction, p.7
9
KI-ZERBO (J.) (sous la direction de) – " La natte des autres"
10
COLIN (R.)"Les méthodes et techniques de la participation au Développement" Paris – UNESCO -
1985 - p12
11
MISSOTTE (P.) (étude préparée par) "1960-1990 Trois décennies pour le développement des peuples -
analyse bilan et perspectives." A partir de "Étude en profondeur et l'évolution du concept de
développement" (UNESCO 1987). avant propos

14
Cependant le développement n'est pas une théorie, c'est un processus
d'évolution (peut-être assez égoïste) guidé par l'homme lui-même pour lui-
même.
Il serait, selon l'approche humaniste de Roland Colin12 " un système
d'échanges signifiants, centrés sur l'homme, seul créateur de sens".
Et j'ajouterai : un sens créé par l'homme social dans son environnement.

Ce processus est guidé par des stratégies qui conduisent à des actions.
En fait, nous dit Roland Colin, le développement ne peut résulter que d'une
tension créatrice entre deux pôles, réflexion et action, prenant place au sein
d'une dynamique sociale et culturelle ordonnée à un choix politique, dans une
société déterminée.13

Il ne s'agit donc pas ici de parler de développement en général, mais de celui


recherché par des acteurs spécifiques dans un contexte spécifique déterminé
par un ensemble de facteurs qu'il conviendra d'identifier.

rural :

organisation sociale et économique autour de l'exploitation des ressources


naturelles du terroir et de leur transformation première (activité productrice
cueillette, élevage, agriculture, et péri-agricole : services). Suivant
l'organisation de l'espace rural, la population vit dispersée sur le terroir ou
rassemblée en village.
En fait de plus en plus l'espace rural est soumis à des tensions extérieures qui
modifient son mode interne de régulation et ce d'autant plus selon sa
proximité de centres urbains.
Le mot rural signifierait donc plus un choix d'un certain type de population
selon sa répartition dans l'espace géographique et son mode principal ou
apparent de vie. La situation géographique spécifique de la zone étudiée, sa
relation avec son environnement extérieur influencera les objectifs et les choix
stratégiques de chacun des acteurs.

intégré :

je me référerai au concept mentionné par une étude de l'UNESCO datant de


Octobre 1987, donc contemporaine à la naissance du programme étudié : le
"développement intégré et équilibré ... exige la prise en considération de
l'interaction des différents aspects du processus de développement, qu'il soit
environnemental, économique, technique ou social... il souligne l'unité du
processus, et l'interdépendance de ses aspects et présente la valorisation
permanente des ressources que représente la population entière comme son
"moteur essentiel" par l'apport d'hommes éduqués formés et harmonieusement
intégrés à ce mouvement.14
C'est une démarche à la fois multidisciplinaire et interdisciplinaire.

Il me faudra vérifier l'interprétation de ce concept dans la logique et la


stratégie du "Programme" et sa traduction dans les faits : intégration concertée
et continue des différents aspects du processus de développement assumée

12
COLIN (R.)"Stratégies du développement endogène" (UNESCO)
13
COLIN (R.) "Développement endogène" chap 6) interaction dynamique des acteurs et des facteurs
dans une stratégie du développement endogène. Théorie et pratique – Paris – UNESCO, 1988, p 237
14
Op.cit. MISSOTTE (P.) p11

15
par les différents acteurs ou pluri-sectorialité de l'intervention sur la même
zone par juxtaposition d'infrastructures qu'elles soient de base (route,
électrification), dites "sociales" (santé, l'éducation, approvisionnement en eau
) ou productrices.

Bien qu'il n'apparaisse pas dans l'énoncé de cette recherche, le mot projet
appartient à son environnement direct :

Projet :

Il a fallu que je revienne en France pour mieux comprendre la signification


sociologique que le mot "projet" revêt pour ceux qui l'ont exporté vers des pays
comme le Mozambique : ce mot n'avait aucune autre signification pour moi
que le leitmotiv inlassablement répété par mon père dans l'espoir de
comprendre ce que je prétendais faire et de l'encadrer dans un processus
organisé, ce qui se traduisait immanquablement par l'inhibition de toute
initiative de ma part.
Puis, déjà dans ma vie professionnelle, quittant l'enseignement public
mozambicain (où ma plus grande préoccupation était d'arriver, tant bien que
mal et avec beaucoup d'enthousiasme, à garantir un enseignement de qualité
selon la conception qui en était faite à l'époque), je fus confrontée à ce mot
représentant le cadre conceptuel, organisationnel de la relation entre bailleur
de fond et "bénéficiaires" (il s'agissait des projets du représentant du bailleur
de fond, dont il devait rendre compte à ses supérieurs ou des projets
traduisant les demandes soumises à son accord) conditionnant tout accès à
un quelconque financement de la part de l'O.N.G. pour laquelle je travaillais.

Ainsi, même si par le biais de la création d'institutions de crédit individuel ou


communautaire, le "projet" devenait un moyen d'expression des besoins
endogènes soumis à des critères de viabilité voire de participation, le concept
lui-même restait totalement exogène et fonctionnel. J'admirais d'ailleurs la
capacité créatrice de certains de mes congénères de le dévier de son objet
premier et d'en "produire" afin d'en vivre.

Donc, je comprenais en revenant ici en France, l'amplitude du phénomène,


endogène cette fois ci et objet d'études approfondies comme celle de Jean
Pierre Boutinet pour qui le projet est l'alternative trouvée par l'homme à
l'imprévisibilité (voire la précarité) de son futur :
" Les conjonctures se multiplient, l'homme moderne n'arrive plus à prévoir
l'avenir, il va donc chercher à l'induire, à se le fabriquer. Il devient donc un enjeu
.../... dans notre société : pour nous même permettant la projection de nos
aspirations individuelles, mais aussi des institutions et des organisations : il
nous est demandé d'avoir un projet pour accéder à tel ou tel statut
Le projet découle d'une attitude volontaire d'inventer l'avenir que l'on ne peut
prévoir. Il nécessite une rupture avec le quotidien, ce qui se reproduit de soi,
mais il se veut autre chose qu'un simple rêve : il est un outil que nous nous
donnons dans une certaine finalité."

Le projet est devenu un outil "rationnel" pour inventer un futur et se donner


les moyens de le concrétiser. Il se "termine" une fois réalisé. Il se situe donc
entre praxis et utopie car la rationalité de l'outil agit sur une base utopique.
C'est dans son utopie, dans l'anticipation de l'avenir que le projet cherche à
modifier la relation de l'homme avec son environnement. Il ne peut échapper à
la dimension espace-temps qui conditionne sa relation avec son

16
environnement, il provoque donc une rupture pour s'arracher à la continuité
et tenter de maîtriser le futur. Dualité entre la rationalité apparente accentuée
par la nécessité d'une efficience qui impose des contraintes linéaires
temporelles (calendrier) et matérielles et donne l'illusion de la maîtrise d'un
futur par une progression par phases dont les véritables contraintes ne sont
pourtant pas maîtrisables.
Dualité entre l'enracinement dans le passé, par une nécessaire connaissance
de soi-même et la prétendue rupture avec la continuité historique : il ne peut
s'agir de réécrire l'histoire mais d'en inventer la suite au temps présent. Se
pose ainsi le problème de son intégration dans le réel ce qui ne s'avère pas
simple si l'on en croit l'une des principales préoccupations des "agences de
développement" : sa pérennisation.
Car le projet prend un sens encore nouveau quand il ne s'agit plus d'innover
sur son propre avenir (individuel ou collectif) mais inventer l'avenir des
autres cherchant à provoquer une rupture du dehors : Cette prétention serait
justifiée par une universalité mesurable du concept de développement.
Qui est l'auteur du rêve ? ou qui est son commanditaire ? De qui vient cette
volonté de rupture, de changement ? Qui conçoit l'image du rêve et le
transforme en finalité ? Qui définit et (se) donne les moyens de sa réalisation ?
Il me faudra donc préciser le concept de "projet" sa genèse : "endogène" et/ou
"exogène". Quand je parle de genèse, je ne me réfère pas seulement au
moment fugace qui fait naître l’idée, mais plutôt à tout ce processus
l’élaboration et de métamorphose de l’idée en réalité par des choix et des actes
successifs qui impliquent tout un ensemble d’acteurs.
Pourrait - on alors parler d'un processus d’appropriation ?

Selon Philippe Missotte, un projet véritable devrait venir de la base, pour que
son auteur en soit l’acteur principal. L'évaluation d'un projet devrait se faire
selon le degré d'endogénéité de ses composants (besoin ressenti, identification
des mécanismes pour sa satisfaction) au cours de ses phases successives et
l'implication des différents acteurs dans la régulation de ses mécanismes.

La régulation du système serait, selon Roland Colin la condition de sa


pérennisation car elle garantit l'équilibre qui maintient en permanence les
ressources nécessaires à son renouvellement ou à sa croissance.

Peut-on alors partir de sa propre réalité pour concevoir le rêve et la finalité de


l'autre ? Comment faire pour que l'autre devienne acteur de "son" projet ?
Cela nous amène aux concepts de "participation" "garantie d'une certaine
endogénéité15" voire "d'appropriation" nés de ce rêve "intrus" et lui apportant
une certaine légitimité.

Il me faudra faire avec la cuisine de ces condiments, car il ne s'agit pas ici de
disserter : l'objet de cette recherche est bien réel (faut-il définir aussi le
concept de réalité dans la subjectivité qu'apporte mon regard sur elle ?) la
conception et la réalisation du "projet" résultent donc d'une combinaison
réelle de facteurs et de stratégies des acteurs impliqués.

Les facteurs sont environnementaux (biotiques ou abiotiques) mais aussi


politiques, économiques, culturels,
Les acteurs sont multiples, agissant en leur nom propre ou au nom du
groupe ou de l'institution qu'ils représentent. Car, qu'il soit ou non invité à le

15
les méthodes et techniques de la participation au développement par Roland COLIN 1985 avant propos.

17
faire, l'homme touché directement ou indirectement par la mise en œuvre d'un
projet, même marginalisé, agit : son action peut varier de la résistance passive
ou active, voire le sabotage ou le détournement, à l'initiative créatrice et à
l’appropriation, à sa manière selon ses propres intérêts.

Selon G.Balandier, ces acteurs et facteurs sont en perpétuelle relation dans un


ordre instable, porteurs de tension16. Par cette relation les acteurs sociaux
tentent de maîtriser les facteurs de développement en développant des
stratégies :

"La stratégie pouvant être définie comme un processus complexe à travers


lequel, identifiant de grands objectifs que l'on veut atteindre, on choisit les
moyens de tout ordre qu'il faut mettre en œuvre de façon cohérente pour les
réaliser, en tenant compte des points d'appui et des obstacles, et en fixant les
modalités de leur déploiement dans le temps et dans l'espace"17 Cependant,
continue Colin, "La stratégie n'arrête pas l'histoire, elle doit accepter non
seulement de reconnaître la "place du désordre" inhérent aux différences et aux
libertés, mais aussi d'ajuster régulièrement ses calculs en fonction d'une réalité
sociale et culturelle qui bouge"

Les acteurs qui développent ces stratégies sont revêtus de pouvoirs différents
suivant qu'ils représentent l'institué ou l'instituant18, ils peuvent agir aussi à
titre individuel ou en représentation de leur institution ou de leur groupe
d'appartenance. J'élargirai donc ce concept de stratégie à l'ensemble cohérent
de choix faits pour arriver à une fin, le sens de la cohérence et de la finalité
étant donné par celui qui fait le(s) choix.

Une fois établi le champ sémantique de la problématique telle qu'elle est


énoncée, il me faut éclairer le sens d'autres termes qui seront utilisés plus
loin. Si certains termes ne seront pleinement compréhensibles que dans leur
contexte spécifique local, ce sera donc au cours du développement que j'en
expliciterai le sens. Ce sera entre autres le cas d'appellations comme "secteur
familial", "secteur privé", "institution de tutelle", "communauté", "villagisation",
"association" ou légalisation.

D'autres font appel à des concepts qui dépassent cette réalité locale même s'ils
y trouveront une interprétation et un usage qui leur est propre. Leur
compréhension représente d'autre part un des fondements de la
problématique : c'est le cas du "Foncier"

Tout comme le développement, le foncier est l'objet d'un langage bien


particulier. Chacun des termes techniques utilisés par les institutions qui le

16
COLIN (R.) "Développement endogène : aspects qualitatifs et facteurs stratégiques " chap. 6
Interaction dynamique des acteurs et des facteurs dans une stratégie du développement endogène.
Théorie et pratique – Paris - UNESCO 1988, p.185
17
COLIN (R.) Op. cit. p.237
18
selon R. COLIN l'institué réunit les « acteurs, investis dans l'institution d'un rôle institutionnel qui les
"légitime" et leur donne le pouvoir, tendent à fixer leur statut et leur pratique en prenant une réelle
indépendance par rapport aux objectifs d'intérêt collectif représentant le but de l'institution » alors que
l'instituant réunit les « acteurs sociaux qui donnent la primauté aux objectifs à atteindre pour remplir les
buts qui sont ceux du "mouvement fondateur de l'institution" et qui correspondent à leurs intérêts et
répondent à leur besoin » Op. cit. p.191

18
régule reflète un sens plus profond : celui de la relation de l'homme à la terre,
relation fondamentale dans l'objet de cette recherche.

Foncier :

le fond de terre, assise physique que se sont réparties et appropriées tour à


tour les sociétés humaines au cours de l'histoire. Il définit simultanément les
limites d'un territoire placé sous une juridiction et l'ensemble des ressources
naturelles qu'il contient, superficielles ou en profondeur, directement
exploitables ou moyen de production. Il représente aussi un habitat partagé.

La propriété de la terre, notion qui a évolué dans les sociétés occidentales, a


été introduite en Afrique sub-saharienne par la colonisation. Avec elle sont
venus les concessions, le cadastre, la possibilité de transmettre un droit, son
aliénation, son hypothèque.
Pour comprendre le sens du foncier il faut donc le situer du point de vue des
institutions coloniales exogènes dont l'objectif était l'exploitation de ressources
au profit de la métropole, de son héritage post indépendance et de celui de la
tradition ancestrale ou plutôt des modes de régulation endogène de l'accès aux
ressources naturelles d'une population intégrée dans son propre
environnement.

Comment peut-on parler de terres cadastrées et de terres non cadastrées, de


régime coutumier et de droit foncier ?

Selon Joseph Comby, « le système (colonial) de constitution et de conservation


de la propriété a été institué à l'occasion de la colonisation de l'Australie dans
les années 1840 ("Torrens act" adopté en 1856). Le préalable est l'appropriation
par l'État (la puissance coloniale) de la totalité des droits pouvant exister sur le
territoire. L'administration peut alors accorder unilatéralement la propriété (aux
nouveaux colons) sous la forme d'un " titre foncier ", avec relevé cadastral et
bornage du terrain attribué. Un registre conservé par l'administration fait la
preuve de l'attribution. Toutes les mutations ultérieures du titre doivent y être
reportées.

Ce système rationalisé de " fabrication de la propriété par le haut " a été imité
ensuite dans toutes les autres colonies. »
Toujours selon J. Comby, « Lors des indépendances, les nouveaux États l'ont
conservé car il les mettait en position de renforcer leur contrôle des
populations ». 19

Cette idée est renforcée par Étienne Leroy :

Du point de vue juridique officiel, le droit éminent de l'État est un axiome de


base. Pour les États africains, il est l'héritage du droit de conquête de l'État
colonial qui les a précédés... ils s'approprient ainsi officiellement la légitimité
d'organiser l'espace en fixant ses modalités d'affectation, de transmission et de
régulation des droits"20

19
Joseph COMBY (ADEF, 1990)
20
LE BRIS (É.) LE ROY (É.) MATHIEU (P.) (sous la direction de) "L'appropriation de la terre en
Afrique noire", Paris, KARTHALA, 1991, p.55

19
J. Comby distingue historiquement une fabrication de la propriété privée des
sols par le haut - dans le cas où c'est l'État qui crée les propriétaires en
considérant qu'il ne peut y avoir de droits, sur le territoire qu'il contrôle, sans
qu'il les institue lui-même - d'une fabrication par le bas c'est à dire par les
occupants de fait qui ont progressivement obtenu des droits.21

Le droit foncier et ses interprétations sont un élément clef de la dynamique


d'une société et tout particulièrement d'une société où se superposent et
s'entremêlent des modes de régulations exogènes et endogènes qui reflètent la
conception des relations sociales au cours des périodes historiques
successives.

De plus il n'y a pas une forme de propriété, mais des formes plus ou moins
complètes, aucune n'étant absolue que ce soit en volume (sol, sous-sol) ou en
conditions d'accès (taxe foncière, baux, droit de passage etc.). La propriété
privée aurait cependant un caractère individuel22et transmissible par héritage
et à des tiers à titre onéreux. Ces caractéristiques se retrouvent dans certains
cas dans la transmissibilité du droit d'occupation, de l'usufruit. Se pose ainsi
la question des formes d'acquisition et de transmission du droit d'occupation
dans un pays où le fond de terres appartient, de par la constitution,
exclusivement à l'État. Se pose aussi la question de cohabitation du droit
juridique officiel et du droit coutumier. Car nous dit E. Leroy, "le droit
proclamé n'est que rarement le droit pratiqué"23

Dans la pratique, l'observation d’une part des comportements induits par la


législation coloniale puis par la nouvelle législation qui maintient un cadastre
pour la gestion du fond de terre et d’autre part des changements dans
l'organisation traditionnelle pourrait faire apparaître une jurisprudence
distincte de l'application à la lettre du droit juridique officiel.
La fabrication de la propriété foncière serait ainsi une alchimie entre l'État et
les individus faite, selon l'évolution de l'espace socio-économique et culturel
(conflits, valorisation, séparation du droit d'occupation et d'exploitation par la
location ou le fermage), de textes officiels interprétés, d'omissions et
d'accord tacites. Ainsi, dans un domaine public demeuré inaliénable,
comment se négocie de fait l'accès au droit d'usage24 d'une terre qui gagne en
valeur par son manque, l'investissement dont elle a fait l’objet et/ou la
compétition d'intérêts différents ?

Il convient de situer ce droit d'usage en fonction de qui l'octroie :


J'ai déjà mentionné le droit constitutionnel et législatif officiel appliqué par un
État. C'est lui qui utilise les registres, le cadastre, émet les titres, octroie des
concessions, exige le paiement de taxes, établit le type d'occupation et ses
conditions, les modes de transmissions, etc.
C'est aussi lui qui reconnaît ou non la légitimité d'un autre droit oral : le Droit
coutumier.

21
selon Joseph COMBY dans son lexique de vocabulaire foncier
22
personne singulière ou collective dotée de capacité juridique
23
LE ROY (É.) Op. cit. P 163
24
le droit d'usage étant défini dans les limites du plan d'exploitation du titulaire approuvé par l'État
propriétaire

20
Droit coutumier :

Selon Jacques Chaumier 25 le droit foncier coutumier s'associe à la notion


d'autorité lignagère incarnée par le chef coutumier et à celle d'espace rural.
« Du point de vu coutumier, chaque doyen d'unité lignagère locale dirige son
unité résidentielle et les terres qui en dépendent... de ce fait la protection des
ressources foncières inexploitées... relève coutumièrement de son autorité...
les terres consacrées à l'agriculture pluviale renvoient à une catégorie spécifique
d'espace rural : les champs de culture » (autres catégories, la brousse, les terres
de résidence, les lieux sacrés, les pâturages, la forêt, l'eau... )

Selon Chauveau26, le système coutumier fait appel à une vision


"topocentrique27" de l'espace reconnaissant autant de droits sur l'espace et sur
les ressources que d'usages acceptés
Le droit coutumier est intégré dans le système coutumier, il gère un "espace
rural" complexe et divers où il intègre les composantes de la vie socio-
économique et culturelle d'une population déterminée liée par des liens
sociaux étroits. Par cette intégration, le droit coutumier régule les différentes
activités et leur rapport entre elles ainsi que l'accès aux ressources naturelles
communes (eau, bois, pâturage, faune), ce qui prend une particulière
importance dans une société d'agro-pasteurs. Il est partie fondamentale du
mode de la régulation d'un socio-système complexe étroitement intégré dans
la gestion de l'espace, il recherche sa continuité dans le temps ; il est centré
sur l'homme social dans son environnement.
Le droit coutumier régule ainsi la vie des hommes et le développement de leurs
activités dans un environnement précis. Il n'est cependant pas le seul à
décider sur cet environnement.

Par le droit foncier, au nom de l'État nation, ceux qui le dirigent


interviennent sur cet environnement déterminant son utilité, le mode d'usage,
sa concession, sa transformation et le choix des acteurs de cette
transformation. Ils agissent dans un objectif économique, de gestion de
ressources et de développement, attribuant à la terre mesurée une valeur, une
fonction, une affectation en fonction de ces objectifs qui ne sont pas ceux
défendus par le droit coutumier : "Le droit foncier coutumier se heurte à
l'éminence du droit de l'État du point de vue juridique officiel (institué). l'État
s'approprie la légitimité d'organiser l'espace".
L'intervention de l'État se fera d'autant plus (op)pressante que les intérêts qu'il
représente diffèrent de ceux des communautés.
Le droit foncier s'exerce à partir d'un cadastre répartissant l'espace mesuré :
c'est une logique géométrique.
Cependant l'État ne dispose pas des outils nécessaires pour maîtriser cet
espace et ne peut ignorer ceux qui l'habitent il doit donc, "en milieu rural, [ ]
composer avec des populations locale ....(d'où) la mise en place de cadres
juridiques transitoires ":28

25
LE BRIS (É.) LE ROY (É.) MATHIEU (P.) (sous la direction de)Op. cit. - 12.2 JACQUES
CHAUMIER P.53/55
26
LAVIGNE DELVILLE (P.) (sous la direction de) "Quelles politiques foncières pour l'Afrique rurale ? "
Paris, KARTHALA, 1998, chap. 2.1" la logique des systèmes coutumiers" J.P. CHAUVEAU P.67
27
principe de l'affectation de l'espace à des usages particuliers
28
idem note 24

21
Droit commun coutumier :

Il apparaît ainsi un droit commun coutumier qui reposerait, toujours selon


Jacques Chaumier, sur l'application de règles qualifiées de coutumières. Il
serait une représentation partielle du droit coutumier, dépouillée de son
fondement socioculturel : l’appartenance de l'homme à un groupe dont le
souci de maintien de l'équilibre prime sur l'intérêt de l'individu.
Deux principes juridiques le guiderait :
• "la terre appartient à celui qui la travaille",
droit limité dans le temps d’où le besoin pour l’individu de justifier par le
mode autochtone de légitimation son droit d'occupation ;
• "la terre appartient à celui qui la met en valeur"
La "mise en valeur " se traduit par un travail d'une visibilité durable (diguettes
anti-érosives, plantation d'arbres, clôture). Cet investissement matériel
immobilise la terre pour une longue période au profit de l'exploitant. Il devient
indélogeable même s'il n'exploite pas momentanément les terrains qu'il a mis
en valeur.
La fertilisation, l'utilisation des intrants entrerait dans ce principe mais pour
une durée limitée à la celle de leur effet.
L'exploitant n'aurait plus besoin des modes autochtones de légitimation de son
droit d'occupation rendant possible de nouvelles conceptions de l'espace qui
ne renverraient plus à une projection des relations des familles entre elles et
des hommes entre eux.
Les terrains aménagés relèvent de ce principe.
En conséquence, les aménagements sont rarement autorisés par les
communautés en cas de prêts de terrain. Qu’en est-il quand l’aménagement
est réalisé par l’État lui-même sur des terres paysannes ?

Cet axiome d'émancipation progressive par rapport à un mode de régulation


traditionnel suppose que les hommes seraient amenés à abandonner leur
système ancestral de pensée, à rompre leur lien avec la terre. Or peut-on
réellement affirmer que les hommes oublient si rapidement leur propre
identité, à moins qu’ils n’en soient contraints. N’y aurait-il pas une
superposition dans le temps et dans l’espace de comportements humains
(socioculturels) apparemment incompatibles ? S’agit-il d’une émancipation ou
du passage à une contrainte bien plus forte ?

C’est par l’observation des stratégies et des pratiques des acteurs que je
chercherai à comprendre les logiques d’action29 qu’elles soient des individus
ou des institutions qu'ils représentent.
Car l'approche par la pratique des acteurs, défendue par J.P. Chauveau
s'oppose à une approche strictement juridique et normative du problème
foncier. Il ne s'agit pas, selon lui, de vérifier la conformité des pratiques
foncières des acteurs (qu'elles soient pratiques d'accès aux ressources
foncières, ou pratiques d'usage des ressources agricoles et pastorales), avec
les règles générales. En effet la mise en pratique des règles nécessite
invariablement une adaptation/interprétation des règles générales à des
situations toujours particulières, tant du point de vue de la position et de
l'identité sociale des acteurs que du point de vue des rapports de force entre

29
LAVIGNE DELVILLE Op. cit. . "Quelle place donner aux pratiques des acteurs ? " J.P. CHAUVEAU
p.39

22
acteurs et groupes. Cette approche permet de caractériser les enjeux et les
conflits.30

Communauté

J'ai utilisé plus haut le mot "communauté". Ce terme est souvent employé en
opposition avec les "institutions". Il est associé au droit coutumier, mais
sert aussi à désigner un groupe de population dans un espace déterminé
ayant une organisation commune qu’elle soit ancestrale ou récente
(communauté villageoise, urbaine, de quartier) ce qui pose la question de la
nature et de la légitimité de ses représentants. Je le reprendrai au cours de
cette recherche pour lui donner le sens qui lui est attribué par les
"développeurs" et les légistes.
En effet la reconnaissance de la capacité de la "communauté" à se prendre en
charge, à représenter l'intérêt de ses membres, à prendre des engagements ou
à se responsabiliser pour la gestion des ressources d'un espace déterminé,
amènera la création de lien entre la communauté et l'État et ses institutions,
ou avec des intervenants exogènes. La reconnaissance de ces liens pourra
avoir un support légal quand la communauté se verra octroyer une
personnalité et une capacité juridique.

Parler de "communauté" signifie parler d'un système social de régulation, de


logiques d'actions, des liens sociaux entre les acteurs. Ce qui la différencierait
du "collectif "ou du "coopératif" qui se réfèrent essentiellement à un mode
d'exploitation. Ainsi la logique communautaire, même si elle peut intégrer la
prestation de travail par certains membres de la communauté chez d'autres
membres, selon des règles lignagères, ne se retrouve pas dans les champs
collectifs. De même la logique collective associative sera différentiée de la
logique coutumière-communautaire et des logiques individuelles paysannes.

L'évolution et la confrontation de la "communauté" au changement social me


conduira à analyser le comportement de sa "cellule économique de base"
inclue dans chacun des deux mondes, celui de la tradition et celui de la
modernité. Je l’appellerai l'Unité de Production Familiale (U.P.F.). Elle
détermine les liens internes tissés entre les membres de la communauté et les
liens de celles ci vers l'extérieur. Car c'est au sein du système d'activité et non
seulement du système de production agro-pastoral que se structurent les
stratégies économiques paysannes31.

Unité de Production Familiale – U.P.F.

Elle rassemble les individus endogènes, liés par des liens familiaux, qui se
répartissent entre eux les différentes activités (domestiques, agricoles,
d'élevage, artisanales, de cueillette, ou autres) salariées ou à compte propre,
selon une stratégie commune. Le chef de famille les identifie spontanément
comme membres du groupe familial solidaire dont la gestion des ressources
matérielles, financières et humaines est placée sous son autorité.
Elle inclue donc les membres du groupe dont l'émigration a été décidée comme
stratégie familiale et qui sont encore rattachés à l'autorité du chef de famille,

30
idem Op. cit. p39
31
LAVIGNE DELVILLE Op. cit. "Les dynamiques plurielles" LAVIGNE DELVILLE (P.) et
KARSENTY (A.), p.219

23
contribuant ainsi directement à l'économie familiale. Le rayon d’action de
l'U.P.F. peut ainsi sortir des frontières de l'espace rural communautaire.
C'est tout particulièrement par l'U.P.F. que l'espace est habité et que se
concrétise la continuité temporelle de la relation avec cet environnement :
l'évolution de cet environnement l'amènera à faire des choix stratégiques
centrés sur sa survie et son développement.

Espace – Temps

Tout au long de cette recherche, observant les stratégies d'acteurs, j'ai été
confrontée à leur inscription dans la double dimension de "l'espace-temps".
J. Ardoino parle d'un temps spatial vécu, hétérogène, différent d'un temps
mesuré homogène.
L'objet de cette recherche : la confrontation du programme/projet avec la
réalité, s'inscrit dans la dualité entre
• la continuité historique et l'intégration spatiale large du vécu des acteurs
sociaux dans leur environnement, avec la diversité qu'elle apporte et
• l'isolement temporel, la temporalité partielle, mesurée, du projet sur une
cible spatiale isolée de son contexte global.

Cet isolement temporel et spatial, provoqué par la rupture avec la continuité,


par la volonté de changer l'avenir, est vécu à posteriori comme une frustration
par les développeurs qui recherchent la pérennisation du "projet" donc son
intégration dans l'environnement, dans les modes continus de régulation,
dans la dimension réelle "espace-temps", son passage à l'état de non-projet,
sa "digestion" et son "assimilation" par le socio-système.
Mais ils sont confrontés au dilemme entre la conservation de ce morceau de
réalité fabriqué par eux (la réalisation du projet) et la recherche d'une
autorégulation du socio-système lui permettant de s’approprier ce que lui,
projet, a réalisé.

Pour les acteurs endogènes, le projet, surtout s'il est exogène, aura le
caractère de l'événement ponctuel dont la portée et l'impact seront plus ou
moins importants. Il sera un facteur, une opportunité parmi d'autres liée à
une temporalité et un espace limités. Il pourra prendre la qualité de condiment
voir d'ingrédient ou rester "un cheveu sur la soupe" à moins qu’il ne détruise
de forme irréversible l'équilibre humain et environnemental.

Le "programme" chercherait à redonner une dimension temporelle continue et


une insertion dans l'environnement global, intégrant la diversité. Mais il lui
faudrait pour cela créer ses racines, garantir une continuité par une réelle
intégration et composition de la totalité des facteurs et des acteurs concernés.

Par des actions stratégiques les acteurs viseront à vaincre cette marginalité
temporelle et spatiale, à effacer les frontières virtuelles entre le projet et la
réalité.

Sortant de sa condition d'acteur conditionné par une temporalité réduite et


bornée par des délais, le chercheur prend du recul, relativise l'action et la
relie à son contexte global, sans attitude volontaire d'interférer sur l'objet.

De quel type de recherche s'agit-il ? Quel est son angle de vue ?

24
Par ce retour à une la dimension spatio-temporelle globale , le chercheur
prétend rompre l'isolement de l'objet et pouvoir l'articuler au système social,
lui donnant la valeur de fait social.
Je reprendrai ici un dictionnaire de sociologie qui se réfère au "fait social
total" introduit par M. Mauss "soulignant de la sorte l'intensité des liens
organiques entre phénomènes juridiques, économiques, religieux ou
symboliques"32 concept qui s'articule avec la conception globalisante du
système social :

Organisation social - système social

J'adopterai une interprétation large et globalisante du concept "social"


considérant comme indissociables ses composants, ses niveaux 33 selon
l'appellation de Roland Colin
0 - Écosystème - 1 - technologie - 2 - économie - 3 - politique - 4 - parenté
(cellule de base) -5 - individu personne - 6 - idéologie valeurs.

Il s'agit donc d'un système social inscrit dans un ecosystème lui-même


géographiquement circonscrit.

Il me faudrait identifier le socio-système endogène (socio-système villageois)


"soumis" à la dynamique de changement provoquée sur l'initiative du socio-
système exogène personnifié par la structure multiple qu'est le Programme.

Cependant la modélisation des systèmes socioculturels et l'étude de leur


dynamique dépasseraient le cadre de ce mémoire :
La reconstitution des modèles initiaux nécessiterait
• le choix d'un moment où la "photographie" pourrait être tirée : avant
l'indépendance ? avant la villagisation ? avant le barrage ? avant la guerre
? avant le Programme ?
• la reconstitution de multiples socio-systèmes pour en extirper les facteurs
et les acteurs influents

Ces deux exigences - temporelle (synchronique) et englobante - seraient


difficilement satisfaites dans le cas étudié :
En effet, situé dans zone géographique de passage et d'influences multiples, le
projet est né justement de la combinaison de facteurs et d'acteurs exogènes et
endogènes multiples appartenant à des socio-systèmes différents successifs
ou simultanés :
• héritage de la période coloniale (gestion du foncier et des ressources
humaines, fonctionnement des institutions) ;
• facteurs politiques et socio-économiques contemporains du Mozambique
indépendant, comme la villagisation, la construction d'un barrage, la
guerre, le programme de redressement économique, la relation avec "l'aide
internationale" et en particulier italienne, les nouvelles conceptions de
développement, facteurs ponctuels comme la construction du barrage,
facteurs environnementaux locaux et régionaux impliquant une forte
influence du socio-système urbain de la capitale et celui des pays voisins
comme l'Afrique du Sud, etc.

32
Dictionnaire de sociologie Cursus, éd. A. COLIN, 1991, p.91
33
COLIN (R.) grille d'analyse d'un système socio culturel

25
Ainsi, plus que la reconstitution du modèle cognitif de chacun des socio-
systèmes et l'étude de la dynamique inter-systémique, je considérerai dans le
cadre de l'objet choisi, les modes de régulation à l'intérieur des "systèmes"
socioculturels que je mets au pluriel car il ne s'agit pas d'un système
originaire vierge et autocentré mais d'une superposition de "calques" plus ou
moins décentrés (donnant au "centre" une représentation géographique) :
• l'épicentre : les deux villages - leur communauté, puis
• le pays et les institutions gouvernementales, la capitale symbole lieu de
rencontre et d'échange entre les gouvernements et les institutions
nationales et internationales, entre les deux,
• les districts avec les institutions et l'administration locale, enfin
• la région du Transvaal (trans-frontières mais constituant un système
cohérent de gestion interactive de ressources naturelles et humaines).

Chacun reflètent les "niveaux"34 différents en interaction horizontale (rapports


des niveaux entre eux) et verticale (rapport des sous systèmes entre eux ).
Les modes de régulation seront révélés par la confrontation des stratégies des
acteurs et de leurs résultats : les stratégies se définissent par rapport à un
objectif et se composent selon Roland Colin du "jeu des acteurs", du "jeu des
facteurs" et du "jeu des valeurs porteur de sens".

Si l'on considère la définition d'une stratégie comme " manière d'organiser une
action pour arriver à un résultat"35 il faut, pour la comprendre pouvoir
identifier le résultat escompté par le "stratège", que ce résultat soit à son
propre bénéfice ou à celui du groupe au quel il appartient.
L'objet commun de ces stratégies, le périmètre irrigué, n'est que l'intersection
de socio-systèmes et de logiques propres à chacun des acteurs.

Si le stratège est le paysan, sa stratégie personnelle intégrera ou non la


parcelle du périmètre dans la logique de son système familial, aux côtés des
autres facteurs. Le résultat escompté ne sera pas l'exploitation de la parcelle
en elle-même mais le bien être et l'équilibre de ce micro-système.

Si le stratège est le gouvernement agissant au nom de l'État par une


institution nationale, sa logique intégrera aussi, tout du moins au départ, le
périmètre dans l'ensemble de son socio-système : la finalité de l'investissement
ne sera pas le périmètre (il sera partie de sa stratégie) elle sera la stabilité
sociale et une certaine forme de développement (garantissant le bien-être des
concitoyens et par là même son maintien au pouvoir). Les familles
paysannes sont ainsi intégrées dans la logique d'ensemble du socio-système
global (interaction ville campagne)dans un cadre institutionnel déterminé.

Enfin, si le stratège est exogène, et qu'il est le bailleur de fond, sa logique


s'intégrera dans son propre socio-système, alliant son objectif "altruiste"
(rejoignant ou non l'objectif de sa contrepartie endogène) à son objectif
"égoïste" lui garantissant sa reconnaissance , son soutien et donc son propre
maintien au pouvoir (équilibre entre la satisfaction de ses partenaires
économiques et de ses commanditaires).

34
id.
35
LE ROBERT dictionnaire historique de la langue française

26
Le "développeur", le technicien, lui sera le seul à considérer le périmètre
comme le centre de ses préoccupations, cherchant à l'intégrer dans la logique
des uns et/ou des autres suivant son commanditaire.

Ainsi, en aucun cas, le périmètre est le résultat final d'une stratégie, il en est
l'un des composants soit comme moyen d'intervention exogène, soit comme
une opportunité susceptible ou non d'être intégrée dans un système socio-
économique endogène.

Dans la pratique, le point commun des trois premiers groupes de stratèges


pourrait être l'existence d'une logique financière indépendante des périmètres :
la mesure du coût d'opportunité dans un environnement physique et
socioculturel donné. C'est ce critère qui dicterait le degré d'engagement de
chacun des acteurs devenant "point d'appui ou obstacle" voire empêchement de
l'objectif tracé.

Car la stratégie vise un résultat et sert des objectifs 36 : ceci m'amènera donc à
confronter les objectifs de chacun des acteurs, la formulation qui en est faite
puis à observer l'interaction de leurs stratégies pour en vérifier la cohérence
avec les objectifs formulés et les résultat obtenus.

4 CHOIX D'UN ITINERAIRE D'ANALYSE ET D'INTERPRETATION

Pour éclairer ma problématique, je propose une étude de cas : l’implantation


de deux périmètres irrigués villageois à Massaca, district de Boane et
Mafuiane, district de Namaacha. La méthode d'analyse, qui ne saurait être
exhaustive tenant compte de la variété des acteurs concernés, s'appuierait sur
le principe de "récuser toutes tentatives pour définir la vérité d'un phénomène
culturel indépendamment du système de relations historiques et sociales dans
lesquelles il s'insère" 37
Je chercherai ainsi en premier lieu à réinsérer le "projet" dans la continuité
du temps et de l'espace caractéristique de l'environnement auquel il appartient
et de la logique des acteurs concernés, sans toutefois laisser de côté son
aspect innovateur38, afin qu'il puisse prendre la dimension de fait social.

J'identifierai ensuite les mécanismes de sa naissance et de sa conception et les


premiers choix stratégiques jusqu'à sa mise en fonctionnement
Puis pendant les 5 années de fonctionnement des périmètres en présence du
programme j'étudierai les stratégies mutuelles d'ajustement à ce qui était
devenu réalité et chercherai leur corrélation avec l'objectif central tracé
initialement.

36
COLIN (R.) Op. cit. Développement endogène, p. 237 "la stratégie peut être définie comme un
processus complexe à travers lequel, identifiant de grands objectifs que l'on veut atteindre, on choisit les
moyens de tout ordre qu'il faut mettre en œuvre de façon cohérente pour les réaliser, en tenant compte des
points d'appui et des obstacles, et en fixant les modalité de leur déploiement dans le temps et dans
l'espace"
37
BOURDIEU (P.), CHAMBOREDON (J.C.) PASSERON (J.C.), "Le métier de sociologue ", Paris,
MOUTON, 1983, p.34
38
Il ne s'agit pas de prouver l'inexorabilité de la dynamique sociale ou prédestination de son évolution,
au contraire, il s'agit de discerner la part innovatrice de chacune de ces composantes

27
Je conserverai la richesse que m'apporte le suivi des deux périmètres nés de
même source, sur une aire géographique extrêmement proche, mais dont les
stratégies d'intervention des acteurs seront influencées par la spécificité de
chacun des villages concernés.

Les points communs des deux villages sont

• Leur taille (environ 200 ha)


• Leur conception : périmètres villageois, divisés en parcelles familiales de
0,64 ha chacune, arrosées par gravité par un système d'irrigation commun
(station électrique de captation et de relance, réservoir et réseau de
distribution, réseau annexe dépendant alimentant de petites exploitations
privées)
• Leur implantation : le choix de terres villageoises exploitées en régime
pluvial
• Leur localisation : construits en zones rurales proches de la zone urbaine
de la capitale (40 km) et de la frontière , près d'axes routiers
• L'importance du financement et son origine
• L'équipe de coordination, le mode de réalisation et l'équipe technique

La spécificité de chacun des périmètres réside dans l'origine des familles du


village et leur ancienneté dans la région ce qui laisse supposer une relation
différente à la terre.

Les caractéristiques techniques des périmètres et l'origine du projet semblent


le destiner à priori à l'accumulation de certains des désavantages soulignés
par Geert Diemer et Ellen van der Laan, en particulier : des coûts
d'aménagement et d'exploitation élevés pouvant aboutir à des coûts de remise
en état dus à la dégradation et la production d'inégalité sociale. 39

Ces désavantages seraient, selon ces deux auteurs, résultat de l'origine


occidentale et donc exogène de la technique d'irrigation récente et mise au
point dans un contexte colonial de domination totale des ressources (sol, eau
et main d'œuvre).
Cela devrait se traduire par les caractéristiques suivantes :

• « Détermination à priori des cultures


• Répartition de l'eau par parcelle et non entre cultivateurs
• Économie d'échelle
• Ingénieur d'irrigation au service de l'investisseur et de ses objectifs
• Gestion centrale de l'eau obligatoire
• Orientation "compulsive" ou par la vulgarisation, du comportement
des exploitants (es) »

39
DIEMER (G.) et VAN DER LAAN (E.)," L'irrigation au Sahel", KARTHALA CTA, 1987

28
Il s'agit donc de confronter deux logiques, deux contextes socio-historiques,
celui des paysans et celui des commanditaires40 :

du paysan des commanditaires


Comment les paysans qui Comment se fait le processus de
veulent exploiter le périmètre pénétration gouvernement + économie
se comportent vis à vis des de marché + législation du droit foncier
commanditaires ? sur la communauté rurale ?

Mobiliser pour son propre


objectif (appropriation) ......... ..........les ressources auxquelles l'État
a accès 41

Cette étude cherchera à enrichir cette théorie en faisant apparaître comment,


dans un cas spécifique et original dans certains aspects de sa conception, se
sont confrontées ou tissées ces logiques.

S'agissant de l'étude de périmètres irrigués villageois, le foncier sera


l'indicateur de référence de la recherche : simultanément critère du suivi et
"point focal" : un enjeu central qui cristallise et focalise une très grande partie
des objectifs et stratégies de contrôle et d'appropriation de chacun des
acteurs 42 . Il sera l'un des points de contact les plus chauds entre la réalité
spatio-temporelle continue des acteurs et la dimension restreinte et ponctuelle
du projet.

Selon Paul Mathieu43, la problématique foncière dans les aménagements


irrigués est déterminée par la relation entre quatre paramètres de base
(financier, technique, économique et social) que je caractériserai dans le cadre
de l'étude présente :

• financier (investissement important, intégré dans le financement pluri-


sectoriel du Programme ; coût d'environ 10.000 US$/ha, sur un total de
385 ha, bailleur de fond extérieur : don du gouvernement italien au
gouvernement mozambicain) -
• technique ( maîtrise de l'eau, maintenance d'une station électrique de
captation et d'un réseau de distribution par gravité), dépendant de facteurs
humains, institutionnels et d'organisation mettant face à la responsabilité,
compétence et motivation. Rentre en compte ici le savoir-faire des
exploitants, le type de relation entre exploitants (association d'irrigants) et
de ces exploitants avec l'État propriétaire et les prestataires de services.

40
les auteurs de réfèrent au technicien qui n'est en fait pour moi qu'un acteur qui doit allier ses
convictions et son savoir aux exigences des commanditaires qui ont pouvoir de décision.
41
idem P.26
42
MATHIEU (P.) co-auteur "L'appropriation de la terre en Afrique noire" L'agriculture pluviale et
irriguée P.65
voir aussi la référence faite par Roland COLIN de Rodolfo Stavenhagen quant à la relation entre le
régime d'appropriation de la terre et l'évolution des formations sociales
43
MATHIEU (P.) id. p. 62

29
• économique (accroissement de la valeur de la terre par la sécurisation
technique de la production, l'augmentation du rendement et la rareté de
cette "bonne terre") - entre en jeu ici le poids de l'exploitation de la parcelle
dans l'équilibre économique de l'unité de production familiale (taxe de
l'eau, achat des intrants, force de travail/ résultats) donc choix
d'opportunité.
• social : par sa nouvelle valeur, la terre devient un enjeu important
d'appropriation par des acteurs ruraux divers : les familles du village (plus
ou moins influentes, autochtones ou allochtones) les agents du
programme, les acteurs d'origine urbaine porteurs de capital ou agents de
commercialisation (maguevas), les responsables locaux, etc. Met en jeu
aussi l'organisation sociale villageoise, la dynamique associative et la
relation de l'individu et du collectif avec l'extérieur ;

ceci dans un environnement institutionnel donné (en particulier celui du


régime foncier) soumis aux modes de fonctionnement des institutions
représentatives de l'État propriétaire de la terre et des infrastructures et aux
mécanismes de régulation.

Un des fils conducteurs de cette recherche et son premier critère


d’observation sera donc le suivi du "foncier" élément porteur de continuité
dans le changement dont il est le point de départ - mode d'accès à la terre,
origine et distribution des parcelles - et dont il reflète les conséquences par la
permanence ou non de l'usufruit de la terre, faisant ainsi l’objet de stratégies
collectives et individuelles. Je le compléterai par d’autres indicateurs
apparents et directement observables du processus d'intégration,
d'appropriation de chacun des périmètres :

Le deuxième critère d'observation sera étroitement lié aux périmètres et ne


concerne apparemment que lui. Il reflète son inscription dans le "paysage"
socio-économique local et révèle le degré global d'appropriation et la viabilité
de l'investissement donc sa continuité dans le "paysage" humanisé local. Je
choisirai pour cela des indicateurs révélateurs de ces stratégies et de leur
résultat :

La taxe de l'eau, élément stratégique exogène essentiel de la prise en charge


des périmètres, sera un indicateur concret révélateur de la conception de leur
gestion et de leur maintenance (en complément des écrits tels que statuts et
règlement intérieur établissant la répartition des responsabilités et leur mode
de régulation). La taxe de l'eau résulte de la rencontre d'enjeux et de
stratégies différentes selon qu'elle est vue du point de vue de l'État propriétaire
des périmètres, de celui du bailleur de fond ou de l'équipe administrative et
technique qui les représentent au sein du "Programme", des gérants des
périmètres ou encore des exploitants. Elle est l'objet de stratégies collectives
(définition, recouvrement, sanctions) et individuelles (paiement).
Il importera donc d'analyser qui propose, décide, applique, utilise la taxe ; quel
est son mode de calcul (ce qu'il recouvre théoriquement), son mode
d'approbation, son mode d'application, l'utilisation des fonds.
La taxe de l'eau n'est pas innocente, elle symbolise l'entrée dans un nouveau
mode de production et une économie de marché, il importera donc d'observer
son implication avec le foncier et les éventuelles conséquences sur la sécurité
du droit d'exploitation.
La taxe de l'eau fait partie d'une stratégie globale visant le fonctionnement du
système d'irrigation et sa gestion.

30
Le deuxième indicateur illustre le transfert de technologie : le plan de
culture44 (avant en régime pluvial, puis sur la parcelle irriguée) il est le reflet
individuel de la combinaison de stratégies familiales et du Programme. Il
importera d'identifier les facteurs qui l’influenceront, le cadre technique choisi
par les concepteurs et son mode d'application par l'assistance technique et les
exploitants.

Le troisième sera la responsabilité de la maintenance des périmètres, lui


aussi relève à la fois des institutions et des groupes sociaux concernés.
Comment cet enjeu est perçu par chacun des acteurs, comment a été prévue
la répartition des responsabilités et comment s'instaure-t-elle de facto. Là
aussi seront confrontées des réalités temporelles différentes, celle de la vie
d'une infrastructure, du temps d'apprentissage et d'intégration (ou non) dans
mode de vie, celle du passage de responsabilité.

Derrière chaque indicateur j'analyserai, comme partie intégrante des choix


stratégiques, le cadre institutionnel, l'image officielle qui en est donnée par
les écrits, les textes, les zones d'ombres non formulées ou formulées
unilatéralement mais dont les faits sont des révélateurs signifiants et enfin
les zones de transitions, accords tacites, flous intentionnels ou non
permettant une flexibilité d'interprétations ou même d'adaptation, voire de
modification.
L'environnement institutionnel, l'identité collective des acteurs, sa
représentation officielle et individuelle, tout cela constitue un canevas sur
lequel se dessinera l'interaction entre le monde institué, légal, statufié et les
instituants, le langage utilisé et son sens particulier pour chacun des acteurs.

Pour comprendre la logique des stratégies des acteurs tant endogènes


qu'exogènes, il me faudra les "présenter", chercher la place relative du projet
dans le modus vivendi de chacun d'eux et leur modes de relation. Cette
présentation sera certes faite par mon propre regard.
Je présenterai essentiellement les acteurs que j'appellerai du niveau primaire
(directement concernés) :
le Programme en représentation, intermédiaire et interprète des institutions de
tutelle endogène et exogène - les familles paysannes, individuellement, en
communauté - leur organisation collective et représentative : l'association

Leur stratégie s'articulera avec celle des acteurs secondaires devenus


partenaires ou intervenants par l'introduction de l'irrigation : interlocuteurs
contractuels du collectif (EDM, Ara Sul, banque) ou les agents assurant la
prestation de services individuels aux agriculteurs (approvisionnement en
intrants, commercialisation, location d'équipement, assistance technique, etc.)
qu'ils soient partie intégrante du nouvel environnement créé par le programme
ou intervenants extérieurs.

D'autres acteurs extérieurs que j'appellerai interférants, chercheront un mode


d'accès aux bénéfices apportés par l'investissement du périmètre pour le

44
plan de culture ou plan cultural : la distribution spatiale (surface utilisée et localisation sur la parcelle)
et la succession selon un calendrier donné des différentes cultures sur l’unité d’exploitation. Pour son
observation, cette succession divisée dans cette recherche selon une périodicité semestrielle (alternance
de campagne estivale chaude et pluvieuse et de campagne hivernale, fraîche et sèche)

31
détourner à leur profit personnel. Ils font partie de l'environnement social et
les acteurs primaires devront réagir à leur pression.

Enfin, ils devront tenir compte de la stratégie des représentants locaux des
institutions telles que l'administration, tribunaux, direction de l'agriculture,
services du cadastre.

Par la reconstitution de cet ensemble : la trame de fond et les liens tissés


entre les acteurs, je prétends identifier les logiques des acteurs et leur
évolution en relation avec l'objectif initialement proposé par le programme.
Comme je l'ai mentionné, la Recherche Action est simultanément le
fondement de cette recherche tenant compte de ma position d'acteur et de
chercheur et le choix d'approche méthodologique :

5 METHODE ET FONDEMENT

En effet comme l'énonce la présentation du dernier colloque de février 2000, à


l’Université Paris III, sur l'actualité des recherches-actions, ces dernières
veulent "accompagner le changement" en particulier "dans le développement
local".
Il ne s'agit pas ici d'une recherche action collective "coopérative".
Il s'agit d'une recherche personnelle différée dans le temps sur le processus
de transformation d'une réalité sociale collective tel que l'auteur l'a vécu et
dans lequel il prenait part d'acteur.

Je retrouverai dans la démarche que je me suis proposée les caractéristiques


décrites par BRUYNE 45:

Recherche Action
Position du chercheur Catalyseur / impliqué
Rôle du chercheur Collaboration
But de la recherche Connaissance et pratique de la
dynamique du changement
Formulation de la problématique Questions conjecturales
Variables (s) expérimentale(s) Nombreuses non sélectionnées et
provoquées
Traitement réactif

Selon les termes employés par Henri Desroche46 je caractériserai cette


recherche comme
Une recherche "portant sur des acteurs sociaux, leurs actions, leurs
transactions leurs interactions, .../..., assumée par un des acteurs lui-même".
une recherche personnelle, une auto-recherche dont la démarche initiale a été
de "sortir de l'action pour rentrer dans la recherche", car, comme le dit
Desroche, "les acteurs aspirent à traiter eux même leur propre action en se
distanciant de leur participation à cette action elle-même"

45
Dynamique de la recherche en sciences sociales. Les pôles de la pratique méthodologique :
Paris PUF 1974, P226
46
Les auteurs et les acteurs - la recherche coopérative comme recherche-action " par Henri Desroche
archives des sciencies sociales et du développement janvier mars 1982, p39 à 59

32
une recherche d'explication : l'action étant ce qu'elle est, quelles sont les causes
dont elle est l'effet, quels sont ses mécanismes, quels sont les effets dont elle
est la cause ?
une recherche d'implication, dont l'auteur est l'un des acteurs impliqué et
enfin
une recherche distanciée
ce dernier choix dans le but de limiter le principal risque de cette démarche
qui est justement le degré d'implication de l'auteur dans le processus étudié,
pouvant limité son objectivité dans l'analyse des faits.

L'objectivation des connaissances sera apportée par la reconstitution de la


genèse d'un processus de transformation en le redécouvrant pas à pas avec les
nouveaux yeux que permettent le recul et la recherche documentaire
théorique et thématique.
Le plus difficile aura été de rompre avec les prémonitions, préjugés et
interprétations fondés (je pourrais dire ancrés après ces années de pratique)
sur le caractère légitime de l'absolue vérité du vécu passé et des doutes
accumulés par l'acteur impliqué, pour laisser la place à la relativité de cette
vérité trop personnelle et à sa remise en cause. Une première écriture aura
été nécessaire permettant l'étude du langage lui-même et le passage de celui
de l'acteur à celui du chercheur : ce mémoire résulte ainsi d'un double recul
de l'auteur.

L'approche de la problématique sera contextuelle. La conceptualisation sera


donc analytique et réflexive. Il ne s'agira pas d'inventer de nouveaux concepts
mais d'enrichir les concepts existants par le sens que leur apportera cette
étude de cas et les connexions qu'elle dévoilera.

La confrontation avec le réel s'est faite en deux temps :

• L'observation directe active , continue et impliquée des faits par moi-même


en tant que "acteur", dans la double peau de "sociologue" au service d'une
assistance technique et d'agent intervenant directement auprès des
associations paysannes, de l'administration locale et les institutions
(cadastre, banque, notaire) des services et des fournisseurs contractuels
(EDM- électricité et Ara Sud - eau). Cette mémoire vive du vécu est
complétée par
• Une observation indirecte, in vitro, pendant la période de l'action, permise
par le suivi systématique et organisé du processus d'implantation des
périmètres réalisés sous la responsabilité directe de l'acteur au deuxième
degré déjà futur auteur avec une équipe d'enquêteurs,.

L’observation sur le terrain a été suivi d’une observation différée de la mémoire


écrite à partir de documents et de données rapportés par l’auteur :

- documents et données produits par moi-même, par d'autres acteurs et


des observateurs extérieurs pendant le processus étudié,
- documents officiels mozambicains passés ou contemporains à l'objet
étudié

Au long de ce parcours, je chercherai la réinscription du projet dans la


dimension temporelle continue au travers de l'étude de textes officiels ou
non, à caractère historique ou socio-anthropologique sur le Mozambique. Cette

33
mémoire élargie complétera la mémoire vive du vécu de l'auteur au long des 21
ans passés dans ce pays.

Cette recherche de compréhension de la réalité spécifique locale sera


relativisée par une ouverture apportée par des écrits d'auteurs confirmés lui
donnant un fondement théorique et une référence extérieure à d'autres
expériences dans le même thème.

L'ensemble des écrits consultés et utilisés dans le cadre de cette recherche fait
l'objet d'une bibliographie intégrée dans ce mémoire.

Je tracerai ensuite le cadre institutionnel et identifierai les stratégies mises en


place pour le cadre, la conception et la réalisation du Programme de
Développement Rural Intégré et du projet d'irrigation, objet de cette recherche.
Je m'appuierai pour cela sur la connaissance factuelle que m'apporte ma
qualité d'acteur employé par cette institution et sur les écrits élaborés par les
représentants des institutions ou leurs commanditaires.

J'observerai enfin la confrontation du projet à la réalité, la mise en


fonctionnement des périmètres, cherchant à comprendre les stratégies des
acteurs impliqués et leur logique. J'essayerai d'en faire ressortir l'originalité
par rapport à d'autres cas étudiés d'une part sur les stratégies des acteurs du
programme sur les exploitants, les stratégies des exploitants et de leur famille
et celle des acteurs périphériques, gardant en toile de fond le cadre
institutionnel et légal en vigueur ou créé à cet effet.

J'y ajouterai pour cela à ma mémoire des faits :

a) les données dont le recueil est de ma responsabilité directe :

• les données que j'ai pu recueillir au cours de mon travail de suivi des
périmètres selon un protocole préétabli que je décrirai en annexe.
Certaines de ces données élaborées seront extraites de mon dernier rapport
de fin de contrat, d'autres seront qualitativement retravaillées à partir de
mes archives.
• Les résultat d'une double enquête complémentaire effectuée auprès des
familles observées lors du suivi concernant en particulier la composition de
l'U.P.F., et l'occupation de ses membres

b) Les données relevées par le "Cabinet de Appui" aux périmètres au long de


son travail (données sur le paiement de la taxe de l'eau, informations sur
l'occupation des parcelles, informations sur les interventions de
maintenance réalisées sur les périmètres.

c) Les informations relevées dans les divers rapports techniques écrits


pendant la période du programme et mentionnés dans la bibliographie.

Certes, les données utilisées dans cette recherche sont elles même inscrites
dans une stratégie spécifique de leur commanditaire. Cette remarque est
d'autant plus valable pour la méthode utilisée au long du suivi évaluation.
J'en ferai donc un double usage : d'une part une analyse critique du point de
vue du chercheur : quelles informations étaient recherchées et dans quel but ?
D'autre part je m'en servirai comme données proprement dites car leur
contenu, né de l'observation journalière in loco, donne un éclairage concret

34
nécessaire et révélateur des stratégies des acteurs primaires pendant la
période observée, ce qu'aucune nouvelle observation à posteriori, aussi bien
conçue soit elle, ne pourrait apporter.
Je prends donc le risque de leur utilisation, accordant la relativité nécessaire
aux données quantitatives.

35
1ERE PARTIE : QUEL CONTEXTE ? Réinsertion dans
l'espace et le temps

I.I. MOZAMBIQUE PROVINCE DE MAPUTO

I.I.1 Géographie physique

Nous sommes au Mozambique, pays de l’Afrique australe qui longe la côte de


l’océan indien de la Tanzanie à l’Afrique du Sud. A l'ouest, lui font aussi
frontière le Zimbabwe, la Swaziland et le Malawi, pays anglophones alors que
le Mozambique, colonisé par les portugais, est lusophone.
Les principales activités du Mozambique, pays de 799 380 km2 et de 15,7
millions d'habitants, sont l’agriculture et la pêche. Hormis le charbon de la
province de Tete, le gaz naturel de celle d'Inhambane et quelques gisements de
pierres semi-précieuses et d'or des provinces de Zambezie et de Manica., ses
ressources minières sont limitées.

La Province de Maputo, pointe sud du Mozambique bordée par le littoral, est


caractérisée par la présence de l'enclave de la Capitale et la proximité des
deux pays qui lui font frontière : l'Afrique du Sud et la Swaziland.
Au paysage plat du littoral de l'océan indien, succède des collines (os
Limbombos entre 300m et 800m d'altitude) annonçant le relief accidenté des
pays voisins.

Deux fleuves, le Umbeluzi et le Tembe, se jettent par un estuaire commun


dans la baie de Maputo.
Ils prennent tous deux leur source au Swaziland mais seule l'eau de
l'Umbeluzi peut-être utilisée pour la consommation ou l'irrigation, l'influence
de la marée se faisant sentir très haut sur le Tembe.

En 1986, sur le cours de l'Umbeluzi dont le débit est dix fois supérieur au
débit des cours d'eau secondaires de la région, est terminé un barrage de
terre, celui des Pequenos Limbombos, créant ainsi un réservoir destiné
essentiellement à alimenter la capitale.
La construction du barrage conduit à la délimitation d'une zone de
développement agraire planifié, celle de l’Umbeluzi Tembe : un territoire de
2.964 Km2 , délimité par les deux fleuves du même nom, près de leur
embouchure sur un estuaire commun et réparti entre les districts de Boane et
de Namaacha. Seul le "Alto Umbeluzi" partie haute du bassin, en amont de
Boane, est concerné par cette recherche. C'est là que se trouvent,
immédiatement en aval du barrage, les trois villages de Massaca I et Massaca
II du district de Boane et de Mafuiane du district de Namaacha.
Des deux districts contigus47 de Boane et de Namaacha, celui de Boane, le
plus petit de la province, est séparé par le fleuve Matola de la zone urbaine de
la capitale. Il s'étend sur 820 Km2 de relief majoritairement plat.

47
La division administrative du Mozambique : 10 provinces avec leur capitale, divisées en districts
(futurs municipalités) postes administratifs, localités et villages. Le siège d'un district est une "vila".

36
Celui de Namaacha qui lui fait suite jusqu’à la frontière de la Swaziland a un
relief accidenté. Plus étendu - 2.144 Km2

Les deux districts sont traversés par des axes routiers importants : la route
nationale Maputo / Recem Garcia qui conduit à la frontière avec l'Afrique du
Sud et sa bifurcation vers Namaacha, ville frontière avec la Swaziland. Ces
deux routes sont pour le moment les seuls axes routiers qui relient le
Mozambique à ses pays voisins, leur donnant ainsi une importance
commerciale.
Un troisième axe sera réhabilité dans un projet commun de réouverture d'un
deuxième poste de frontière avec ce dernier pays : : la route Boane / Goba
frontière.

Cependant la réalisation du projet de voie rapide (payante) par un accord


entre les gouvernements du Mozambique et de l'Afrique du Sud devra
influencer le type de transit sur chacun des axes.
Une autre voie de communication, celle de la ligne ferroviaire qui relie le Port
de Maputo aux deux pays voisins, passe aussi par Boane.

I.1.1.1Climat et paysage :

L’alternance de deux saisons rythme l'année : la saison fraîche et sèche et la


saison des pluies, aussi saison chaude, qui commence en septembre octobre
et termine en avril. Très irrégulière même pendant cette saison, la
pluviométrie a varié pendant les 10 ans observés (87/97) d'un minimum
annuel de 312 mm en 1992 à un maximum de 1.526 mm en 1997. Au centre
de la zone d'intervention sa moyenne sur 60 ans est de 727 mm, concentrée
entre les mois de décembre à mars, avec une tendance au creusement des
écarts entre années pluvieuses et "sèches". Les familles parlent d'une bonne
année (répartition et quantité de pluie) tous les 5 ans pour l'agriculture
pluviale.
Les plaines non cultivées présentent un paysage de savane parsemé de
micaias48.

La végétation arborée des zones plus hautes et de celles proches du littoral a


été en grande partie dévastée par les coupes incontrôlées destinées à
fournirent la ville en combustible (bois et charbon de bois);

Placée sous l'influence de la zone cyclonique du canal du Mozambique, la


région souffre périodiquement de ses fortes dépressions. Ainsi 1984 fut une
année d'inondation provoquée par le cyclone Demoina49. Le barrage assure
depuis une régulation du débit du cours d'eau dans la limite de la capacité
de rétention des barrages construits en Swaziland et au Mozambique ce qui
n'offre pas une garantie de prévention des inondations en cas de conditions

Les 5 grandes agglomérations urbaines ont le statut de "cidade" divisées en districts urbains
(arrondissements).
48
micaia : arbre épineux apparenté aux acacias.
49
J'écris ces mots alors qu'une succession de dépressions tropicales s'est abattue sur cette région sud
provoquant de graves inondations qui ont affecté les villages dont je parle. La crue du fleuve Umbeluzi a
dépassé la capacité de rétention du barrage.

37
climatiques extrêmes. Les pluies intenses d’octobre 97 (709,1mm) ont pu être
cependant contrôlées, indiquant la capacité limite du barrage.

I.I.2 Données démographiques actuelles

Le Mozambique a une population de 15,7 million d'habitant 50 ce qui donne


une densité moyenne de 19,6 hab/km2
Avec environ 56.000 habitants recensés en 1997, le district de Boane atteint
une densité moyenne de 68 habitants au Km2 concentrée autour de la Ville de
Boane et au long des axes routiers.
Celui de Namaacha est un district plus rural dont la population, d'environ
31.00051 est très dispersée : sa densité moyenne de 15 hab/Km2 est
inférieure à celle du Pays : 19,6 h/km2.

Boane est un petit district rural de transition, de forte densité moyenne de


population, dont le caractère périurbain ira en s'intensifiant avec la création
de lotissements pour la construction d'habitation en dur et d'une zone
industrielle près des axes routiers et ferroviaires. Namaacha garde son
caractère de district rural frontalier avec la Swaziland.
La diversité de l'origine de leur population (venant essentiellement des trois
provinces sud du Pays) s'est fortement accentuée en période de guerre, en
particulier dans les villages de Massaca I et II choisis comme zone d'accueil et
de transition pour les populations déplacées, réfugiées et rapatriées. La
concentration des familles dans les villages est récente datant des années 80.

Les comportements socio-démographiques observés entre les deux derniers


recensements, celui de 1980 et celui de 1997, dans cette Province Sud de
Maputo donnent une première indication de ce qui a affecté la population
pendant cet intervalle de temps:

Ainsi, selon les résultats préliminaires du IIème Recensement Général de la


Population on peut observer :
• une baisse abrupte de l'indice de masculinité(7) entre les 20 et 34 ans,
symptôme d'un haut niveau d'émigration et d'une surmortalité des jeunes
hommes que l'on peut lier à la guerre terminée en 1992. L'indice de
masculinité au niveau de la province est plus bas en zone rurale (85) qu'en
zone urbaine.
• une population rurale plus vieille que l'urbaine (âge médian rural = 19,2
ans; urbain = 17,8 ans ) le nombre de personne âgées de plus de 65 ans y
est aussi supérieur.
• un taux d'accroissement négatif en zone rurale (-3%) alors qu'il atteint
153,8% dans le secteur urbain

50
IIième Recensement général de la population 1997, résultat préliminaires et analyse publiés sur le site
internet de L'institut National de Statistique du Mozambique - traduit par l'auteur
51
id.

38
Ces chiffres nous montrent l'importance du phénomène migratoire régional,
qu'il soit interne, vers les agglomérations urbaines voisines, ou externe, vers
l'Afrique du Sud ou la Swaziland et l'impact de la guerre sur la population.
Cependant, zone tampon entre le monde rural et l'urbain, entre le
Mozambique et les deux pays voisins et zone d'accueil de populations réfugiées
ou déplacées, les districts de Namaacha et surtout de Boane ont vu leur
population augmenter52.

La migration peut concerner une classe d'âge, [20,34 ans], d'hommes qui
partent chercher du travail laissant leur famille derrière eux; ou des familles
presque entières (moins les vieux?) obligées de quitter leurs terres à la
recherche de sécurité ou de moyen de survie vers la ville ou les zones plus
sûres.
Au premier abord, il serait possible de rapprocher ces comportements
démographiques des crises successives vécues par ces familles confrontées
aux inondations ou à la sécheresse, la guerre et la dégradation de l'économie
rurale en général. Ce thème sera repris plus loin.

Cependant les données démographiques indiquent la permanence, voire le


développement d'un lien étroit entre ville et campagne : les familles citadines
restent liées à leur terre d'origine ou cherchent un accès plus proche à ce qui
continue d'être un moyen de survie. Le II R.G.P. le constate : " une proportion
élevée de personnes vivant en zones urbaines de la province travaillent dans le
secteur agricole. En effet, dans les zones urbaines l'agriculture est aussi une
activité économique qui absorbe la plus grande proportion de la main d'œuvre
(27,6%). On peut noter que, parmi la main d'œuvre féminine urbaine, près de la
moitié travail dans le secteur agricole."
Le mode de fabrication de ce lien et les facteurs qui le favorise sont donc à
étudier. Il est déjà possible d'avancer trois facteurs : l'accès aux services de
géographie et cadastre ou le fonctionnement des réseaux de relation (lignagers
ou autres) ou encore ceux du commerce informel leur en fournirait
l'opportunité.

Certes les zones vertes dans la ceinture de la ville sont les premières
concernées par cette relation ville/campagne, mais elles sont limitées. Boane
est un district encore rural qui fait frontière avec la zone urbaine de la
Province, voire de la Capitale, l'accès routier en est facile et la distance
séparant les trois villages étudiés de celle ci ne dépasse pas les 40 km.

D'autre part, la famille rurale n'émigre pas complètement vers la ville, à moins
qu'elle n'ait perdu tout accès à la terre, elle laisse derrière elle femme et
enfants en bas âges ainsi que les plus vieux qui assurent la stabilité des
racines, la répartition de la force de travail et garantissent par l'agriculture ou
l'élevage une aide à la subsistance de la famille.

D'un côté comme de l'autre, la femme porte une lourde responsabilité dans la
survie de la famille et représente la force productrice des zones rurales que
l'homme jeune quitte provisoirement ou définitivement. La femme rurale
intégrée comme principale force de travail de l'agriculture familiale travaillera
en assumant simultanément sa responsabilité maternelle et domestique,
contrairement à la femme urbaine. Ce sont aussi les femmes qui, par leur

52
celle de Boane de 43,5% (57% pour les femmes et 43% pour les hommes), celle de Namaacha de
21,7%.

39
grande mobilité et leur réseau efficace d'information assurent la
commercialisation informelle des produits agricoles entre la campagne et les
marchés de la ville.

En milieu rural, les enfants seraient aussi assumés comme partie intégrante
de la force de travail disponible : le recensement indique que 22% des enfants
entre 7 et 14 ans travaillent53. L'intensité du travail varie avec l'âge et le
niveau de scolarisation. Le R.G.P. l'explique ainsi " par un taux inférieur de
scolarisation dans les zones rurales (...) moins de ressources, moins d'écoles et,
surtout, le travail des enfants est considéré plus important que leur éducation
pour le bien être familial : ce dernier aspect est particulièrement juste dans les
contextes où prédomine une agriculture de subsistance"54
Dans la présente étude de cas, certains facteurs seront à observer dans les
stratégies institutionnelles (réseau scolaire) et familiales (utilisation du travail
des enfants et leur scolarisation selon la relation établie entre l'école et le
milieu rural)

Cette évolution de la situation démographique observée lors du recensement


donne un premier éclairage à cette recherche : le constat d'un déséquilibre
entre ville et campagne avec une forte tendance à s'accentuer, la marque
d'un traumatisme social récent - la guerre- et l'indice d'une activité mixte
(urbaine et rurale) que ce soit pour la population récemment urbanisée et la
population restée rurale montrant l'interdépendance de la survie de ces deux
milieux.
Il pu être aussi constaté que la zone observée est une zone de concentration de
population (certes moindre que la capitale mais significative). Cette étude
(entre 1980 et 1997) fait l'impasse des mouvements de population à l'intérieur
des districts pendant la période de guerre, ne permettant qu'un constat de la
situation avant la guerre et cinq ans après la signature des accords de paix. Il
me faudra tenir compte plus loin de ce facteur fondamental.

Pour l'instant le résultat du recensement n'a que confirmé un constat fait par
le gouvernement mozambicain dès la deuxième moitié des années 80 : la
pression démographique insoutenable sur la zone urbaine de la capitale et
son choix stratégique : la création d'une zone d'accueil privilégiée dans une
zone considérée sûre, celle du barrage, pour y canaliser les familles de
réfugiés et de déplacés et constituer par là même une zone tampon
protégeant la capitale . Or l'efficacité de cette zone tampon dépendait de la
capacité de convaincre la population à y rester.

Cette approche démographique conduit, dans le cadre de cette recherche, à


une deuxième question :
La situation démographique serait-elle favorable et suffisante à l'introduction
de cette nouvelle technologie au sein des familles rurales ?

Selon Ki Zerbo : "il y a un seuil démographique en dessous duquel il n'y a pas


d'innovation technologique majeure et l'itinérance constante de l'Africain sinon

53
Id. Généralement les enfants aident aux champs ou font du commerce ambulant sur la route.
54
Id.

40
dans l'habitat, du moins dans le domaine agraire et pastoral, serait
incompatible avec une élévation constante de la productivité." 55

La zone avait-elle atteint ce seuil démographique et le nombre d'habitants est-


il le reflet d'une stabilité de la population par la fin d'une itinérance quel que
soit son motif initial (activité économique ou facteur social) pour la
justification de l'introduction d'innovation technique.

L'étude démographique montre des phénomènes alarmants dont il me faut


tout d'abord trouver la cause pour en connaître l'effet dans le temps. Ils se
traduisent dans une période donnée, par une augmentation de la densité de la
population rurale tout en confirmant une tendance : celle de la migration .
Cette concentration est-elle un phénomène stable ou "stabilisable"? Cette
tendance à la migration est elle nouvelle et ponctuelle ? Quelle est sa place
dans l'économie régionale et familiale ? Aucune mention n'est faite de l'activité
économique traditionnelle de la région : en quoi consiste l'économie rurale,
sous quelle influence est-elle placée ? Comment ont surgi sur la carte les trois
villages de Massaca I, Massaca II et Mafuiane et qui y habite ?

Pour comprendre les stratégies des intervenants il me faut replacer cette


région du Mozambique et ses principaux acteurs dans leur contexte historique

I.I.3 Histoire

Le Mozambique est africain, l'origine de sa population suit la route des


peuples de langue Bantou venus de l'Ouest et du Centre de ce continent
jusqu'au Sud et sur les côtes de l'océan indien.
Comme les autres pays d'Afrique dessinés sur les tables européennes, le
Mozambique est une mosaïque formée de peuples différents, matrilinéaires au
Nord, fortement islamisés sur la côte par les arabes; patrilinéaires au sud.
Si les arabes l'avait déjà découvert dès le IXème siècle y accostant et fondant
leur capitale à l'île du Mozambique d'où ils commercialisaient l'or du
Monomotapa et l'ivoire du Malawi, ce n'est qu'en 1497 que le premier contact
portugais fut établi par Vasco de Gama, sur la côte d'Inhambane, baptisée par
son accueil "terra da boa gente", terre des bonnes gens.

Je laisserai l'histoire du Nord et de ses grandes concessions pour me


consacrer au Sud, pays de chefferies jusqu'en 1885. La lignée qui nous
intéresse est celle des Matola (Matsolo), dominée par le royaume swazi et
proche de l'État de Maputo.
Les portugais commencent à y pénétrer à partir de 1544 date de l'expédition
de Lourenço Marques.
Des noms résonnent, lors de l'invasion Nguni à partir de 1821, comme celui de
Tchka, ou de Soshangane qui crée l'empire de Gaza au XIXème siècle sous le
modèle de l'État zoulou et encore celui de Zwangendaba qui s'installe au Sud
de la région de Lourenço Marques.
Ces guerres tribales favoriseront l'extension de l'esclavage (déjà très intense
au nord du Zambeze, vers le Brésil ou Madagascar) par l'envoi de prisonniers.

55
KI-ZERBO (J.), (sous la direction de), "La Natte des autres - Pour un développement endogène en
Afrique", Actes du colloque du centre de recherche pour le développement endogène (C.R.D.E.), Bamako
1989, CODESRIA 1992, DIFFUSION KARTHALA , Le développement clefs en tête p 21

41
Elles ouvriront aussi des fissures pour la pénétration portugaise sollicitée par
les chefs tribaux hostiles aux successeurs de Sochangane en échange de droit
de fortification et ce jusqu'au roi Ngugunhana.

D'autres peuples convoitent aussi ce Sud, pour son accès vers la mer : les
Boers et les Britanniques, rivaux de longue date des portugais, convoitant
pour le développement du Transvaal, le territoire et l'accès à la mer par la baie
de Lourenço Marques où ils contrôlent déjà les principaux services de
transport, communication et distribution d'eau.

Le principe des droits coloniaux repose sur une preuve d'occupation effective,
ce que les Britanniques dénient aux Portugais. Il faudra l'arbitrage de Mac-
Mahon pour sauvegarder les droits portugais par la signature d'un nouveau
traité de reconnaissance de leur souveraineté en contrepartie de la liberté de
commerce du Transvaal dans la baie.
La construction des lignes de chemin de fer en particulier celle de Lourenço
Marques - Transvaal, mise en exploitation en 1894, faisant de la capitale le
port privilégié pour l'exportation de l'or et du charbon, finit de consacrer "la
vocation de transit du territoire mozambicain et font du Mozambique un lieu
de passage."56
Cette vocation se confirmera avec l'essor du port de Lourenço Marques qui
bénéficie du contrat de transport de minerais sud africain,
Les portugais continueront à développer les axes routiers et ferroviaires
latéraux entre ses voisins et ses ports de Maputo, Beira et Nacala57. Ainsi,
s'ajouteront à la ligne de Recem Garcia, une nouvelle ligne ferroviaire reliant
Lourenço Marques à la Swaziland passant par Boane et Namaacha, puis en
1955, une dernière vers la région minière de l'ex Rodhésie devenue depuis lors
Zimbabwe.

Entre temps la région envoie de plus en plus de main d'œuvre vers les mines
du Transvaal et les plantations du Natal.
Le Mozambique reste portugais, mais le Portugal doit, pour confirmer sa
domination, maîtriser, par son envoyé Mouzinho de Albuquerque, la
résistance des tribus du Sud et du royaume de Gungunhana. Il organisera
ensuite l'administration du territoire avec l'utilisation des "regulos58" ,
autorité locale responsable de la résolution des affaires locales en particulier
les disputes de terres, comme dernier maillon local contrôlant l'impôt, le
recrutement pour le travail obligatoire, le service militaire ou les travailleurs
pour l'Afrique du Sud.
Pour prouver l'occupation effective du territoire qui lui garantira le maintien de
son droit, le Portugal devra faire appel à des fonds privés et étrangers ou bien

56
Daniel Jouanneau - Le Mozambique p51
57
Selon l’Encyclopédie BRITANICA, le complexe fero-portuaire de Maputo a été développé à la fin du
19ème siècle pour répondre au développement des industries minières de l’or et du charbon de
Johannesburg et de la région sud africaine du Transvaal. L’État colonial a conditionner la possibilité
d’engagement par les compagnies minières de travailleurs mozambicains à l’obligation de faire transiter
par Maputo un pourcentage fixe important des exportations minières de la région, afin de garantir au port
des revenus en taxes et services.
58
NEGRÃO (J.), "Uso da terra em Matutuíne", Maputo, 1996.
regulo : titre donné dès la fin du dix huitième siècle aux rois et chefs locaux utilisés par les portugais pour
exercer un système de contrôle indirect. Le regulo était en principe le chef coutumier, sa succession était
en principe assurée par son héritier légitime, sauf en cas de convenance différente de l'administration
portugaise ou de conflit de succession.

42
devra rendre autosuffisante cette colonie peu riche si on la compare avec
l'Angola et qui pèse lourd sur ses finances.
La stratégie au Sud sera de taxer les africains de l'impôt de la paillote,
remplacé par le travail obligatoire (chibalo) pour l'État ou les colons quand il
n'est pas payé, instaurer la culture obligatoire du coton pour les paysans
(surtout dans le nord); augmenter les taxes sur le transport , développer une
activité industrielle et agricole.

Pour les mozambicains, le travail des mines est dur, mais il est mieux payé
qu'au Mozambique et permet de ne pas payer l'impôt et de fuir le travail
obligatoire, même si souvent leurs femmes devront travailler à leur place tant
que l'impôt restera impayé.
Le Portugal veux contrôler pleinement la main d'œuvre "indigène" fondement
de son économie dans cette colonie. Il signe donc une convention avec le
Transvaal puis avec l'Union Sud Africaine : la Wenela, aura le monopole du
recrutement, transport et rapatriement des mineurs. En contre partie, le
Portugal recevra la moitié des salaires des travailleurs mozambicains en or,
leur payant leur dû à leur retour définitif au Mozambique, ce qui lui permet
aussi de prélever à la source la valeur de l'impôt sur la paillote.
Les mineurs eux, sont considérés par les leurs comme des privilégiés car leur
pouvoir d'achat est amélioré par des salaires supérieurs à ceux payés au
Mozambique.
Salazar, dans l'Acte colonial, renforcera ce système en signant un accord avec
Prétoria en 1964 et maintenant les 6 mois de travail obligatoire pour l'État .
La politique du Portugal sera de maintenir des réserves indigènes de terres
pour garantir le retour des paysans et leur permettre d'alimenter leur famille
quand ils sont au travail obligatoire garantissant la main d'œuvre saisonnière
des concessions ou pendant leur contrat avec la WENELA en Afrique du Sud.
La "caderneta indigena"59 complète le contrôle exercé sur la main d'œuvre
étroitement surveillée par l'administration coloniale.
Cet état de chose permet aux colons portugais et sud africains de compter sur
une main d'œuvre sûre et stable tout en maintenant son statut de migrant
gardant ses attaches au territoire où il a sa "machamba".

De longue date, l'équilibre économique des familles est donc soumis au


nécessaire et difficile alliage du travail salarié (pour payer la taxe et accéder
aux produits de 1ère nécessité - pagnes, huile, savon, sucre, sel, pétrole...) et
du travail obligatoire avec celui de la terre en régime pluvial ou de l’élevage.
L'ampleur de la migration, le travail obligatoire, le mode de répartition des
terres (les meilleures étant le plus souvent réservées aux colons) inhibent le
développement de l'agriculture dans le Sud et en particulier l'avance de
l'agriculture familiale. Par tradition, l'élevage restera l'activité de régulation de
l'économie familiale60 le troupeau étant la représentation de sa richesse et son
prestige.

Les concessions des colons se développent aux dépens de la main d'œuvre


saisonnière exploitée (les salaires agricoles sont bien plus bas au Mozambique
qu'en Afrique du Sud) dont la présence lui est garantie par l'administration

59
Document d’identification réservé aux "indigènes" et où était inscrits toute information permettant de
contrôler leurs déplacements
60
L’élevage deviendra une activité reconnue et contrôlée par l’administration coloniale par le biais d’un
fort réseau de service sanitaire et du registre des troupeaux et des transactions dont ils font l’objet sur
une « caderneta » - carnet de registre du bétail.

43
coloniale par le biais du travail obligatoire et des machambas familiares
(champs familiaux). Souvent les colons utiliseront la force de travail des
familles résidentes sur leur concession où elles cultivent un lopin de terre. Le
paiement du travail se fera par droit d'acquisition de produits à la cantine du
colon.

Le paysan lui, verra son statut croître avec le nombre de membres actifs dans
sa famille, en particulier le nombre de femmes qui détermine la surface
cultivable attribuée, la taille de son troupeau de bovins qui lui serviront de
banque et de force de travail pour le labour et les instruments de production
qu'il possédera (charrue pour la traction animale). Tout ceci dépendra de ses
moyens financiers et donc le plus souvent du nombre de contrat qu'il aura fait
en Afrique du Sud, vu que l'administration coloniale ne lui permet pas de
consacrer toute sa force de travail à l'agriculture ou à un office à son compte.
Un jeune qui voudra commencer sa vie aura donc besoin d'aller aux mines
pour payer le lobolo61, se marier, acheter les outils nécessaires aux travail
familial. Les mieux lotis auront une charrue, un moulin pour le maïs, des
outils, voire un tracteur.
Cet état de chose satisfait aussi l'économie du Transvaal, que ce soit dans les
mines ou dans les exploitation agricoles rentabilisées par l'utilisation de cette
main d'œuvre moins chère.

Les deux régions, de part et d'autre de la frontières, sont intimement liées par
leur population, leur économie et leur histoire.

Elles continuent à l'être même à la fin de l'ère coloniale, pendant les années
de lutte contre l'apartheid après l'indépendance du Mozambique en 1975.
Cependant l'évolution de la situation politique et économique de chacun des
pays transformera le cadre institutionnel de ces rapports marquant la fin
d'une époque des accords bilatéraux de migration de travailleurs
mozambicains pour les mines et les exploitations agricoles et le développement
d'intérêts sud africain dans le Sud du Mozambique (couloir de Maputo,
fabrique d'aluminium, tourisme, et même gestion de l'environnement et des
ressources naturelles). La migration continuera, mais elle deviendra en partie
"illégale" continuant une longue tradition que le déséquilibre économique entre
les deux pays renforce.

La migration est donc une composante ancienne de la vie des familles de la


région, son fondement économique est issu de la politique de l'État colonial de
gestion des ressources naturelles (terres) et humaines (main d'œuvre).
L'agriculture familiale est, par obligation, une activité économique d'appoint,
essentiellement exercée par les femmes, apportant le point d'ancrage d'une
population dont les hommes partent et aussi l'alimentation de base pour la
survie de la famille.
La richesse des familles rurales est traduite surtout en nombre de tête de
bétail et rarement par l'intensification d'une agriculture encore moins d'une
agriculture de marché. D'autre part, la culture obligatoire n'est pas, dans le
Sud, une pratique de l'importance de celle du Nord du pays (culture du coton

61
termes de l’accord préalable entre les deux familles en vu d’un mariage traditionnel, en particulier la
dot payée par le prétendant à la famille de sa futur femme garantissant ainsi celle-ci aura toit et champ à
cultiver. En effet, après son mariage, la femme restera dans la famille du mari, même si celui-ci doit
émigrer.

44
en particulier). L'espace rural est cependant très contrôlé par l'administration
coloniale. L'étude du foncier apportera plus loin un éclairage sur ce constat.

Il me faut tout d'abord observer l'influence post indépendance de la politique


économique et sociale gouvernementale dans les zones rurales, voir quel en
était l'objectif principal et les stratégies mises en place pour l'atteindre.

I.2. POLITIQUE ECONOMIQUE ET SOCIALE MOZAMBICAINE EN ZONES RURALES

I.2.1 Ligne de départ

La politique économique et sociale du FRELIMO sera influencée par l'histoire


du pays et en particulier celle de la lutte pour l'indépendance.
La rigidité de "l'État nouveau" de Salazar, son refus de reconnaître et de
valoriser la culture des mozambicains, les enfermant dans le statut
d'indigènes sans droit à l'éducation (taux d'alphabétisation de 6% en 1963), à
la santé, (services confiés aux missions), sans droits civiques, le refus aussi
de signer la convention du bureau international du travail interdisant le
travail forcé, seront terrain fertile pour le développement d'une conscience
mozambicaine régionale puis nationaliste et le creuset des aspirations des
mouvements de libération. En 1962, alors que d’autres pays d’Afrique sont
déjà indépendants, les différents mouvements s'unissent, donnant naissance
au FRELIMO (Front de Libération du Mozambique). Cette même année
marque le début de 15 ans de lutte armée de libération et aussi
d'apprentissage de l'organisation du quotidien dans les zones libérées.

I.2.2 Principes à l’aube de l’indépendance

Les zones libérées deviendront modèle d'organisation.

Deux fortes motivations animent ceux qui transformeront le Front national de


Libération de Mozambique en parti en 1977 :
- L'unité national : "de Rovuma ao Maputo" condamnant le tribalisme 62
- La construction d'une société nouvelle63 où il n’y aurait pas de place pour
l'exploitation de l'homme par l'homme telle que les mozambicains l'ont connue
: chibalo, systèmes discriminatoires de santé et d'éducation, culture obligatoire

62
"le facteur déterminant de notre succès est l’unité de notre peuple du Rovuma au Maputo. .../... Le
même feu libérateur qui a liquidé le colonialisme será utilisé par nous de manière implacable contre le
racisme, contre le tribalisme et contre le régionalisme.../... ceux sont ces même instruments essentiels qui
ont affaibli notre Peuple dans le passé, qui ont permis sa domination. " Samora Moisés Machel 20/09/74
discours diffusé par la radio lors de la prise de pouvoir du gouvernement de transition.
Le tribalisme sera considéré comme un obstacle à combattre depuis les temps de lutte armée, une des
conséquence sera la prohibition de l'utilisation des langues mozambicaines (une vingtaine) dans l'école,
centre de transmission de nouvelles connaissances et de nouvelles technologies et aussi centre d'éducation
et transformation de l'homme mozambicain sans discrimination de sexe, race ou tribu.
L'alphabétisation, l'enseignement primaire et secondaire sera fait en portugais.
63
sociedade nova, homem novo, la nouvelle société, l’homme nouveau, combattant la vieille mentalité
qu’elle soit coloniale ou même traditionnelle si elle devient un frein au développement. Le Mozambique
doit retrouver son identité en la projetant sur le futur. Tout ce qui sera une entrave à la lutte contre le sous
développement est à rejeter. "l'homme nouveau" était un des documents dont l'étude était obligatoire dans
les écoles ou centres de production.

45
du coton, impôt de la paillote, caderneta, encadrés par ce concept de base de
l'administration et de l'économie portugaise "l'indigène".

Pour cela il faut récupérer le retard de développement du pays et donner


accès à la population à ce qui lui a été nié sous le colonialisme : l'éducation, la
santé.

L'agriculture est considérée comme la base du développement , il faut la


socialiser.

"La stratégie globale de notre développement économique et social, dans l'étape


de la démocratie populaire, est de prendre l'agriculture comme base et l'industrie
comme facteur dynamisateur et décisif."64

Pendant que l'État s'occupe d'établir un contrôle et de faire fonctionner les


grandes concessions, les transformant en "Empresas Estatais"65, le paysan lui
devra s'organiser et compter sur lui-même à l'image de celui des zones
libérées. La relation entre les paysans et les "machambas estatais" devra rester
étroite, celles-ci devant être un pôle de modernisation.

Cependant la dispersion des familles, la faible densité d'occupation du sol sont


considérées comme une entrave à la recherche de productivité et à
l'amélioration des services sociaux institutionnels de base (éducation et santé)
dont la gratuité est (encore) un principe.
Pour cela une stratégie : le regroupement des familles en "villages
communautaires", l'organisation collective de l'exploitation de terres
regroupées66.
"Ainsi les villages communaux ("aldeias comunais") où les populations "en
comptant sur leur propre force et sur la base du travail collectif,
mobiliseront les ressources pour assurer l'extension des bénéfices sociaux à la
communauté".

La constitution de ces villages ne signifie pas, au contraire, une continuité


avec le mode traditionnel et coutumier de régulation social. Ils réunissent sur
un territoire lignager une population d'origines lignagères autres, obligeant à
une nouvelle répartition des terres. La direction en est confiée à des
"secrétaires du Parti" et l'introduction d'un mode collectif de production
confirme l'esprit de rupture avec la tradition.

64
Troisième congrès du FRELIMO, 3 - 7 févrieir 1977 - 3 Directives économiques et sociales p12
traduction du centre d'information sur le Mozambique et publié par l'Harmattan
65
empresa estatal, entreprise d’État – machamba estatal : exploitation agricole d’État.
66
Troisième congrès du FRELIMO, 3 - 7 févrieir 1977 - 3 Directives économiques et sociales p12
traduction du centre d'information sur le Mozambique et publié par l'Harmattan
"dans cette phase nous accorderons une attention particulière :
- au soutien, à la dynamisation et au développement de la production collective sous forme de
coopératives pour rendre celles-ci dominantes à la campagne
- au soutien, à la dynamisation et au développement des villages communautaires, stratégie de notre
développement à la campagne
La majorité de notre population vit à la campagne, de façon dispersée. Son organisation en villages
communautaires est une exigence fondamentale du développement économique.
En effet, seule l'organisation de la production collective dans les villages communautaires rendra possible
la mobilisation et l'utilisation rationnelle de nos potentialités à promouvoir l'augmentation de la
production et de la productivité etc."

46
La réorganisation sociale, mise à part quelques concessions faites aux
coopératives, ne signifie pas une réorganisation de l'espace. Le maintien des
anciennes concessions et leur transformation en entreprises d'État , sans une
profonde réforme agraire, posent la question du maintien ou non de l'ensemble
de la politique agraire coloniale dans cette région du Sud.

I.2.3 Le sens du mot développement : évolution de la politique


économique et sociale mozambicaine

Si l'esprit de la coopérative et des villages communautaires naît dans le nord


du pays dès les années 5067 et devient une tradition dans les zones libérées
par le FRELIMO avant l'indépendance (influencée par l'expérience
Tanzanienne), l'ampleur et l'importance donné à ce mouvement constituent
une stratégie pour arriver à une fin comme l'indique les mots d'ordre :

"vencer o subdesenvolvimento" , 1980/1990 - "década da vitória sobre o


subdesenvolvimento" : « vaincre le sous-développement » ; « 1980/1990 décade
de la victoire sur le sous-développement. »

La direction de cette lutte est centralisée et les écarts observés de la ligne


tracée seront corrigés par "l'Offensive" menée par le Président Samora
Machel68. Son objectif sera idéalisé dans le PPI, Plan Prospectif Indicatif dont
un des piliers est le "Système National de l’Enseignement".
Un des buts à atteindre : socialiser à 100% la campagne.
Pourquoi socialiser?
Quel était ce développement recherché? Nous avons vu que le 3ème congrès
parle d'un développement par phases, la première étant la construction de la
base matérielle pour le passage à la phase suivante : la construction du
socialisme 69. Pour cela il faut maîtriser les nouvelles technologies.

I.2.3.1 Quel était ce "sous-développement" qu'il fallait vaincre?

Samora Machel le définira 70:


"Cette réalité (celle que nous vivons dans notre pays) est la faim, la nudité, la
maladie, c'est l'analphabétisme, l'ignorance, la superstition, c'est la misère :ce
sont les ennemis que nous devons éliminer de notre société"

67
coopératives makondes nées dans les années 50, sous l'influence au nord du Tanganyiaka Africa
National Union de Julius Nyerere, pour permettre la production et la commercialisation libre et casser le
monopole des compagnies et des commerçants indiens. La croissance démesurée au regard des colons de
la "Sociedade Algodeira Africana Volontária" (Société cotonnière africaine volontaire) provoquera le
massacre de Mueda, catalyseur de la prise de conscience mozambicaine. Cette expérience et l'influence de
Julius Nyerere pendant la période d'accueil du mouvement en Tanzanie déjà indépendante marqueront
profondément la politique du FRELIMO pendant la lutte armée (organisation des zones libérées) et à sa
prise de pouvoir après l'indépendance.
68
1981, "Offensive politique et organisationnelle" qui sera suivi de "l’offensive pour la légalité". Elle sera
symbolisée par des meetings et des visites d'inspection du président de la République, Samora Machel
aux secteurs publics, hôpitaux ou écoles, comme le lycée "Francisco Manyanga", où j'assumais à
l'époque la responsabilité de directeur pédagogique.
69
Troisième congrès du FRELIMO, 3 - 7 février 1977 - 3 Directives économiques et sociales p.11,
l'Harmattan
70
dans le discours de MACHEL (S.) "Organizar a sociedade para vencer o subdesenvolvimento" 1982,
Maputo, p.11.

47
D'où vient ce sous-développement, quelles en sont ses racines ? Toujours pour
Samora Machel :
"le sous développement n'est généralement pas un manque de ressources
matérielles. La misère et le sous-développement reflètent une ignorance de
l'homme dans l'utilisation des ressources existantes et dans l'acceptation
passive par l'homme de la situation de misère. Les sociétés paysannes sont
essentiellement sous-développées parce que fatalistes. La société
mozambicaine, même urbanisée, porte le poids mort de l'héritage fataliste,
résigné, passif de la société paysanne"

Pour Samora et le Parti FRELIMO, il faut apporter aux paysans ce qui leur
manque : la ponctualité, la productivité, l'économie des moyens et la fixation
d’objectifs à atteindre (as metas) et qui sont la motivation de l'émulation
socialiste. Socialiser la campagne, signifie donc l'organiser pour une meilleure
utilisation des ressources afin d’améliorer l'accès des populations aux services
de santé, d’éducation etc. Socialiser signifie aussi dénigrer les valeurs
traditionnelles de la société rurale. Socialiser ne signifie pas un retour au
pouvoir traditionnel, mais l'implantation d'un nouveau pouvoir.

La responsabilité de cette transformation du paysan ou ex paysan en homme


nouveau est donnée aux écoles:
" l'éducation donnée par nos écoles, entre autres choses, cherche à rompre avec
cette mentalité, à amener l'homme à une culture, à correspondre à un mode de
production et au développement économique" 71
L'éducation doit être faite pour maîtriser la technique et la science par son
étude, elle ne veut pas imiter les techniciens et les scientifiques72.
L'assimilation de ces nouvelles données, mise en opposition à l'ignorance
traditionnelle et transmise en portugais (les langues nationales étant interdites
dans les écoles et l'alphabétisation se faisant aussi en portugais) sera difficile
pour les adultes. Plus! L'école deviendra un facteur de relâchement des liens
sociaux : les jeunes n'y reconnaîtront pas les valeurs de leurs environnement
familial, de profondes tensions apparaîtront au sein des familles73. Au désir
d'accès à un savoir jusque là interdit allait s'opposer la crainte de cette école
qui dénigre les valeurs de la tradition et donc l'unité lignagère.

Or "l'endogène qu'il faut bâtir, c'est l'endogène vivant" l'endogène vivant est un
concept de lutte, de confrontation et de synthèse, d'autoconstruction à partir de

71
Idem, p 12 : a educação dada pelas nossas escolas, visa entre outros, a romper com esta mentalidade,
a levar o homem a uma cultura, a corresponder ao modo de produção e ao desenvolvimento económico"
72
MACHEL (S.) 1978, discours fait à l’entreprise des Chemins de Fer du Mozambique
73
Le recensement de 1997 souligne cette contradiction en mentionnant "l'énorme diversité d'idiomes" et
que, pour la majorité de la population, "ces idiomes nationaux constituent sa langue maternelle et la plus
utilisée pour la communication journalière".
Les effets de la scolarisation en portugais se font cependant sentir surtout au près de la population urbaine
jeune (près de 18% le considère comme langue maternelle au niveau de la province, seulement 2,3% en
zone rurale).
La population rurale de la province reste attachée aux langues nationales, moins de 50% de sa population
parle le portugais (contre 81,5% en zone urbaine) et seulement 36,5% des femmes.
Cependant dans la région de Boane deux facteurs, généralement caractéristiques des zones urbaines,
seraient éventuellement influents quant à l'usage du portugais : le mélange d'une population d'origine très
diverse et donc de langue maternelle diverse et arrivée depuis peu sur place (cas de Massaca
principalement) et la présence d'école primaire dans les deux villages et d'école secondaire à proximité.

48
briques d'origines diverses mais sélectionnées de façon autonome .../...ce n'est
pas une identité close et constituée mais ouverte et constituante"74

Certes, "gardons-nous de tomber dans un romantisme nostalgique et rétrospectif


à propos de la gestion conviviale des villages et même des cités africaines" nous
dit Ki-Zerbo75 mais il ne s'agit pas de "saudade" (nostalgie) du passé , comme
disent les portugais, il s'agit d'un projet de société qui ne saurait se faire sans
ses membres.

I.2.3.2 Quelle a été donc l'adhésion des familles rurales à ce projet ?

L'appartenance au groupe a ses racines; développer l'appartenance à un


nouveau groupe, coopérative, association, entreprise ne se fait pas par
décision extérieure : Les coopératives sont une faillite, elles ne trouvent pas
leur place dans les modes traditionnels de régulation sociale : les paysans
préfèrent gérer individuellement l'économie familiale, la force de travail,
l'équilibre précaire entre la migration et le travail agricole.
De plus, les coopératives ne s'appuient que sur l'agriculture ; or les familles
placées sur les terres les moins fertiles, ont surtout développé l'élevage, bien
individuel qui nécessite l'accès aux pâturages communaux. Deux conceptions
de la gestion de l'espace s'opposent. Le secteur familial ne s'identifie pas au
secteur coopératif, que ce soit dans le mode d'exploitation ou dans la gestion
des ressources comme il sera vu plus loin à propos du foncier.

La stratégie de remplacement de l'exploitation de la main-d'œuvre paysanne


par la modernisation et donc l'acquisition d'un parc de machines agricoles
mène les entreprises d'État dans un gouffre sans retour. Elles ne peuvent
remplir leur rôle de catalyseur de développement des coopératives et du
secteur familial. Les difficultés de transport et de commercialisation, les fonds
de crédit détournés ou épuisés pour non remboursement, paralysent la
production agricole.
La production interne tombe, la crise internationale aggrave encore la
situation.
Le terrain est propice pour une action conduite de l'extérieur contre le
FRELIMO, mais qui atteindra physiquement la population.
Les relations avec l'Afrique de l'apartheid s'enveniment, les contrats des
travailleurs mozambicains sont diminués, leur paiement au gouvernement
mozambicain ne se fait plus en or comme au temps des portugais, sans parler
de l'intervention sud-africaine dans le conflit armé pour écarter le FRELIMO
du pouvoir.

La situation paysanne est donc grave : le mode d’accès aux ressources


naturelles et en particulier à la terre reste pratiquement inchangé ou s’est
même, dans le cas observé, aggravé ; la cohésion sociale est menacée par la
négation des valeurs traditionnelles et la contrepartie économique apportée
par la migration est devenue problématique.

C'est donc un constat négatif que fera en 1983 le IVème congrès annonçant un
tournant dans la politique du pays. 76

74
KI-ZERBO (J.) « "La natte des autres" - le développement clé en tête , p.51 et 54
75
Id. p.32
76
"Le sous développement de notre pays, les agressions et les actions de sabotage et de déstabilisation
menées par le régime de "l'apartheid", conjugués avec les effets de la crise économique internationale du

49
Le rêve est mis de côté, il faut tenir compte de la crise internationale, de la
crise économique interne, des "bandidos armados"77, lutter pour un nouvel
ordre international.

Le constat est amer : échec des coopératives et des entreprises d'État, échec
des grands aménagements hydrauliques projetés à la suite du PPI, échec de
90% d'investissement dans l'agriculture réservé aux entreprises d'État et aux
coopératives. La dette extérieure enfle. Les erreurs commises sont pointées :
incapacité des organes d'État, marginalisation du secteur familial, sur
dimensionnement des entreprises agricoles par rapport à la capacité de
gestion de l'État, réseau commercial déficient décourageant la production pour
le marché.
Les familles rurales sont les premières à souffrir du conflit armé et des
problèmes économiques.

Certains changements de stratégie se sont déjà fait sentir, la loi des


associations économiques pour une réorientation de l'agriculture du secteur
familial devant l'échec des coopératives78.
Le congrès annonce d'autres mesures "libérales" dont la diminution
progressive de l’intervention de l’État dans les secteurs de l’économie et
l'adhésion à la Banque Mondiale en septembre 1984.

La mort du Président Samora Machel en 1986 marque la fin de cette époque


charnière. Les événements mondiaux, interviennent profondément dans ce
pays où la seule aide extérieure venait des pays socialistes et de la Suède.

I.2.4 La Politique économique et sociale contemporaine à la naissance


du programme

La même année, sous la pression de la B.M. et du FMI, le Plan de


Réhabilitation Économique (PRE, plan triennal) est adopté : dévaluation du
Métical, licenciements dans l'administration et les entreprises d'État,
institution de l'impôt direct de reconstruction nationale et, ce qui concerne le
plus le cas présent, stimulation de la production familiale pour récupérer
une autonomie alimentaire perdue et rompre avec la dépendance totale du
pays de l'aide extérieure.

Devant la dégradation de la situation sociale du pays, le PRE sera suivi en


1990 du PRES (plan de réhabilitation économique et sociale) qui accélérera la
privatisation (industrie, secteur bancaire, parc immobilier, santé, éducation...)

capitalisme, aux quels notre pays est encore extrêmement vulnérable, et avec des facteurs climatiques
adverses, ont produit des effets négatifs sur notre processus de développement, les difficultés et les
problèmes aux quels nous devons nous confronter se multiplient. Ces facteurs ont rendu plus évidentes les
insuffisances que nous avons encore et les erreurs que nous avons commises dans certains cas et
secteurs. Relatório do Comité Central ao IV Congresso - partido FRELIMO introduction p.6
77
"bandits armés" appellation donnée les premières années du conflit armé par le FRELIMO aux groupes
armés de la RENAMO.
78
« avec la mise en place de la loi des associations économiques, un quadre juridique a été établi pour
l’organisation des producteurs en forme associative pour des fins économiques. » Relatório Comité
Central IV° Congresso p.148. Cette loi sera mise de côté ensuite, remplacée par la loi des associations de
8/1991

50
et la libéralisation des prix. De ce fait, le prix au producteur des produits
agricoles sera plus élevé dans le Sud du pays que dans le Nord.

Entre temps, la paix nécessaire et recherchée avec les accords de N'komati ne


se fait pas ;
Elle devient vitale et incontournable, car le pays est exsangue.
Conserver l'unité nationale, rechercher le développement de la société de paix,
progrès et de bien-être, sont les nouveaux mots d'ordre.
Seront publiées en simultané en janvier 1987 la loi d'amnistie et les lois
permettant la mise en place du PRE. 1989 fin de l'appellation marxiste ; 1990,
l'assemblée vote une nouvelle constitution ouvrant les portes au multipartisme
par la séparation de l'État et du parti.

Cette accélération des changements de politique économique au niveau central


se réalise pendant que les zones rurales sont déstabilisées. La villagisation est
présentée comme une question de survie et non plus comme une politique de
développement.
Se distinguent les zones contrôlées (par le gouvernement) de celles qui ne le
sont pas. Aux côtés de la violence, s'y développe une économie de guerre
totalement marginale dont les manifestations extérieures visibles sont entre
autres : la fabrication de charbon de bois vendu ensuite dans la ville, le vol de
sacs de sucre sur les convois ferroviaires venus du Swaziland (sucre bientôt
transformé dans les villages en boisson alcoolique). S’y ajoutait le encore le
vol du bétail, activité réservée aux forces armées ou aux propriétaires de bétail
eux-mêmes cherchant à sauvegarder leur bien en lui faisant passer la
frontière.
Dans les zones sous contrôle gouvernemental s'installe une économie de
guerre "organisée", rythmée par l'aide d'urgence.
En fait, les familles se partagent entre l'économie de guerre officielle et la
parallèle : périodiquement un membre ou plus de la famille (parfois même la
famille entière) s'absentent un mois, deux mois, le temps de faire le charbon,
(le bois à couper est de plus en plus éloigné) puis reviennent au village, pour
garantir leur quota d'aide distribuée. Des responsables d'associations seront
interceptés par la police alors qu'ils s'étaient entendus avec le chauffeur du
véhicule d'une O.N.G. pour transporter des sacs de sucre peu après l'attaque
d'un train. L'alcool est très présent, à la fois élixir d'oubli et moyen de survie.

Les familles sont déplacées ou réfugiées dans des zones protégées choisies par
leur position stratégique, zone tampon des flux migratoires et ceinture autour
d'un investissement important comme c'est le cas du barrage des Pequenos
Limbombos devenu centre névralgique de l'intervention gouvernementale dans
la zone qui est l'objet de cette recherche.

Les familles y sont regroupées dans les villages "communaux" de Massaca I et


Massaca II. Les stratégies de survie de ces familles déplacées seront doubles :
une paillote, l'inscription de la famille sur la liste des habitants pour avoir
droit à une parcelle de terre et aux aides d'urgence ; stratégies parallèles de
survie liées aux territoires "abandonnés" ou aux anciennes habitudes de
migration devenues illicites.
D'autres familles sont déjà installées dans ces villages, venues des terres du
district de Boane inondées par le barrage.

Celles de l’autre marge du fleuve, dépendantes du district de Namaacha, ont


été regroupées dans le village de Mafuiane, au bord de la route de

51
Namaacha ; elles ont emporté leur bétail avec elles, leur stratégie sera encore
différente.

Il se constitue donc ainsi un micro environnement apparemment isolé dans


l'espace et le temps et coupé de toutes influences passées, un espace artificiel
objet d'une attention anormale de la part des institutions centrales qui le
définissent comme "prioritaire". Et pourtant cet environnement sera soumis
aux jeux des facteurs anciens et récents, aux jeux des acteurs d'où qu'ils
viennent.

Trois points seront directement influents dans l'apparition du Programme de


développement né à cette époque :
• L'urgence de la création d'un climat de relative stabilité, en particulier dans
la capitale pour amorcer des négociations de paix entre les forces internes
en conflit.
• L'appel lancé en 1987 par le gouvernement mozambicain à la
communauté internationale pour investir et financer des actions de
développement et non seulement de l'aide d'urgence.
• La position du VI congrès du FRELIMO qui renforce et radicalise les
changements initiés lors du IVème congrès :
Consolider l'identité culturelle, en respectant les diversités ethniques et
régionales : la figure de "l’homme mozambicain " remplace celle de
"l'homme nouveau", les valeurs traditionnelles sont reconnues comme
enrichissantes79

Cette évolution se fera sentir dans la législation foncière du Pays depuis la


première loi de la terre promulguée en 1979, son règlement de 1987 et la
nouvelle loi de 1997 :

I.3 FONCIER

Cette recherche porte sur la transformation d'un espace rural par


l'introduction d'une nouvelle technologie qui affecte directement son mode
d'exploitation et de répartition des ressources naturelles.
Au cours de l'identification du contexte historique et politique, il est déjà
apparu que la politique foncière joue un rôle fondamental dans les stratégies
qu'elles soient centrales ou familiales.
Il s'agit d'une zone où la presque totalité des terres cultivables avait été
répartie entre exploitations privées, terres "indigènes" pastorales ou agricoles
soumises à une gestion "coutumière". Certaines zones de réserves (contrôlées
par les services des forêts ou de l'élevage) étaient placées sous le contrôle de
l'administration coloniale. Un cadastre répertoriait cette répartition générale
des terres et les concessions privées attribuées.

La répartition laissée par l'administration coloniale a créé une économie


familiale mixte basée sur l'allocation de main-d'œuvre aux exploitations
privées, la migration et une agriculture pluviale réduite à une fonction de

79
cela provoquera dans la région une réhabilitation des régulos bien que leur rôle au sein de
l'administration coloniale soit controversé.

52
survie. La création de pâturages communautaires80 sur les zones accidentées
et l'encadrement sanitaire avait favorisé le développement d'élevage
traditionnel de bovin.
L'indépendance n'a que peu transformé cette répartition, apportant cependant
la distinction entre terres paysannes et terres coopératives, les grandes
concessions devenant exploitations d'État. La guerre a-t-elle chamboulé les
règles du jeu ?

Quelle a été la politique foncière, comment a-t-elle été appliquée, par quels
moyens, et quelle est la position des paysans sur la gestion de l'espace rural ?

I.3.1 Le foncier avant l'indépendance

Selon l'histoire de la loi de la terre résumée par José Negrão 81, au XIXème
siècle les terres étaient contrôlées par les chefferies qui durent payer un tribu
à Shaka Zulu après l'invasion Nguni.
A la fin de ce siècle, les Portugais conquièrent l'administration de la région à la
conférence de Berlin et s'approprient ainsi tout droit sur le fond de terre. Pour
eux les familles rurales sont des utilisatrices de la terre sans en être
propriétaires. Cependant, en 1893, la garantie de son accès sera assurée par
l'émission d'un titre d'utilisation de la terre et les familles vivant sur la
concession d'un colon auront droit à 1 hectare par case.
La loi foncière est revue au fur et à mesure des besoins de l'administration
coloniale et des nouvelles concessions, retirant progressivement les droits des
"indigènes" sur leur terre.
Pour l'administration portugaise, « la question foncière dépassait la simple
démarcation d'espace, vu qu'elle était intimement liée à la croissance
démographique et à l'augmentation de la recherche de force de travail par les
colons portugais ».82

Par principe, il était de l'intérêt du concessionnaire de maintenir les indigènes


sur son terrain, pouvant conditionner l'accès à un hectare par membre de la
famille en échange de l'obligation de travailler sur ses champs
Il se crée ainsi dés 1901, un système de réserves indigènes, soumises au droit
coutumier, associé à l'accès pour les familles à une superficie limitée de terre
dont la taille était proportionnelle au nombre d'actifs (femmes en particulier).
Cet accès était soumis à la double condition du travail obligatoire pour les
familles résidant dans les concessions et de l'exploitation de la terre sans
interruption de plus d'un an.

En 1918 est précisée l'interdiction pour les indigènes d'aliéner, échanger,


hypothéquer ou louer des terres titulaires à la quelle s'ajoute l'impossibilité de
demander le titre d'une terre déjà concédée par l'État à un tiers même si tous
leurs ancêtres y avaient vécu.
Les terres ayant le plus haut potentiel agraire (élevage et agriculture) étaient
réservées à la colonisation européenne.

80
Pâturages communautaires pour les uns, pâturages publics pour les autres suivant la reconnaissance ou
non de leur appartenance à l'espace rural communautaire.
81
NEGRÃO (J.) "Uso da terra em Matutuine" (contributo para a planificação territorial do Distrito),
Maputo, sept 96
82
Id.

53
L'évolution du foncier suit l'évolution de l'administration territoriale :
Le territoire était divisé en regulados et Ndunas, unités territoriales pour
l'adjudication de terres placées sous la responsabilité du regulo et réunissant
plusieurs villages. Le fonctionnaire du Nduna, "cabo de terra" (chef de terre)
intervenait quand le chef du village n'avait plus assez de terre pour en adjuger
à un couple nouvellement marié. Ces mécanismes permettaient l’ajustement
du territoire occupé en fonction de sa population.

En 1960, mis sous pression, l'État portugais diminue le nombre des régulos
et des Ndunas et attribue le statut de fonctionnaires aux régulos « avec droit à
un salaire, uniforme et insignes, dont la responsabilité était d'appliquer les
règles coutumières selon les principes, les normes et les préceptes stipulés par
la législation écrite coloniale. »83 Les régulos régissaient uniquement les fonds
de terres "indigènes". Même sur le territoire du regulo, les terres n'appartenant
pas à une "povoação" ( division territoriale rurale d’habitats dispersés)84 ou
n'étaient pas reconnues comme espace communautaire étaient placée
directement sous l'autorité de l'État propriétaire et seul autorisé à en octroyer
la concession.
En 1961 les niveaux administratifs sont hiérarchisés en regulados, Ndunas,
groupes de "povoações" et "povoações", le nombre de régulados est encore
réduit.

Nous retrouvons ici les prémices décrites dans "Enjeux fonciers en Afrique
noire"85 pour la première phase du colonialisme : « l'instauration du régime
colonial suscite des formes d'exploitation directes et immédiates des sociétés
indigènes... /... L'organisation de la production agricole, avec ses effets sur
l'utilisation des terres, n'est pas à l'ordre du jour. C'est plutôt la force de
travail elle-même qui fait l'objet d'une répartition autoritaire et contrôlée :
travail forcé pour l'administration, prestations aux entreprises privées ».
« Le système foncier indigène ne constitue pas un enjeu pertinent »
Pendant la mise en valeur coloniale s'applique pour les Français et pour les
Portugais le principe des « terres vacantes et sans maître ».

Cependant, s'arrête en 1947, le parallélisme de l'évolution du foncier dans les


colonies portugaises à la suite de l'abolition du travail forcé et du régime de
l'indigénat en 1947 dans les colonies françaises. Le Portugal refuse cette
abolition bloquant l'apparition d'une dynamique économique endogène du
paysannat. Cette tendance serait accentuée, dans « les régions de savane
caractérisées par des cultures annuelles et par des migrations à longue
distance à effets sociaux fortement déstructurants (où) les problèmes fonciers
ne font pas l'objet d'un gain d'autonomie comparable (à celui de plantation de
culture pérennes) ».86

Ces deux influences sont applicables sur la région étudiée, soulignant une
stratégie coloniale de gestion de "main-d'œuvre indigène" au détriment du
développement d'une agriculture familiale locale.

83
NEGRAÃO (J.) Id. p.6
84
povoação : village, il sera distingué ici les "povoações" agglomérations de faible densité de population,
villages traditionnels "éclatés", et les "aldeias" villages regroupés, communaux, de plus grande densité.
85
LE BRIS, LE ROY, LEIMDORFER "Enjeux fonciers en Afrique noire" (Etudes réunies et présentés
par.), ORSTOM / KARTHALA, Paris, 1982, p.19 rapport introductif
86
Id. p.22

54
Parallèlement au contrôle qu'elle subit de l'administration coloniale, la famille
rurale reste insérée dans une organisation traditionnelle obéissant au droit
coutumier. Car, si la régulation de la transmission de la terre ne se fait pas de
la même manière que dans des territoires occupés par des plantations
pérennes (cajou, cocotiers ou autres comme à Inhambane) rendant les familles
plus vulnérables aux "attaques extérieures", l'appartenance à un espace rural
coutumier, avec ses repères socioculturels (arbres symboliques, tombes, lieux
sacrés) et la régulation de l’accès aux ressources naturelles telles que l'eau, les
pâturages ou les espaces de cueillette sont fondamentaux dans une
organisation traditionnelle tournée vers l'élevage.

Les deux logiques feront d'ailleurs l’objet de confrontation entre les familles
"autochtones" et les familles venues en particulier de la province
d'Inhambane, restées attachées à leur terre d'origine et dont les plus actives
cherchaient à s'approprier des terres pour l'agriculture et les plus marginales
étaient accusées de non-respect des ressources naturelles (déboisement
abusif par exemple).

I.3.1.1 Le Droit coutumier

Le droit coutumier, lui, n'a jamais disparu bien qu'il soit confronté au
morcellement des familles et à leur déplacement.
Le droit coutumier, vu par les familles, n'est pas un droit séparé de la vie
sociale et culturelle, il en est une manifestation.

Le droit coutumier s'exprime au travers de la relation avec la terre. Ce


fondement sera recherché par les populations déracinées, même d'une
manière symbolique. C'est la modification de la relation à la terre, dans son
caractère sacré, qui marque la transformation des générations déracinées,
devenues citadines. La migration ne signifie pas forcement une rupture de
cette relation quand elle n'est pas provoquée par la perte de la terre, de la
représentation de l'identité familiale et tribale. Ainsi quel repos pourra trouver
après sa mort celui qui ne peut retourner auprès de ses ancêtres, non
nécessairement avec son corps, mais par le dépôt d'effets qui lui étaient
personnels et d'un peu de la terre qui l'a vu mourir au pied de l'arbre des
ancêtres ?
La relation avec la terre revêt des aspects particuliers selon son mode
d'utilisation. Il convient de rappeler que le Sud était peuplé de tribus d'agro-
pasteurs dont l'activité principale était l'élevage de bovins et de caprins, suivie
de l'agriculture pluviale, de la chasse et de la cueillette. La reconnaissance du
droit d'utilisation de la terre, collectivement et individuellement, concerne
donc chacune de ces activités auxquelles s'ajoute l'activité domestique. Si la
plantation d'arbres transmissibles d'une génération à une autre, marque
l'appropriation et la valorisation individuelle et familiale de la terre (l'arbre
revêt une signification particulière : symbole des racines familiales et tribales,
c'est à son pied que se font les cérémonies, les jugements, que se réunissent
les membres du groupe. C'est son fruit qui donnera la boisson qui resserrera
les liens communautaires comme le "canho"87. Il représente aussi la richesse
quand il donne le cajou ou la noix de coco. Il n'en reste que l'équilibre de
l'occupation du territoire dépend du respect des pâturages et des zones
collectives de cueillette. L'intégration du groupe et sa hiérarchie déterminent la

87
le "canhoeiro", est un arbre qui donne de petits fruits sucrés à peau lisse jaune et à gros noyau, utilisés
pour la préparation de boisson alcoolisées pour leur rapide fermentation.

55
gestion des ressources. Sa reconnaissance par l'extérieur détermine son
respect.

Ainsi le droit coutumier est lié à l'établissement d'alliance entre familles par le
lien du mariage scellé par le paiement du "lobolo" à la famille de la femme
garantissant ainsi l'accès à la terre pour l'habitation, l'agriculture et la
cueillette.
La terre proviendra du territoire de la muti88 de la famille receveuse. Si le chef
de la muti n'a plus de terre disponible, il recourra à l'échelon supérieur : le
chef du village ou nhulume, lui-même aura recours, en cas de nécessité, au
"chef de terre", fonctionnaire du nduna pour obtenir l'accès à une terre vierge
ou prêtée. Enfin, un nduna puissant, ayant de nombreux sujets, pourra
intervenir auprès de ses voisins ou de l'administration pour obtenir plus de
terre dont il aura le monopole de l'attribution et sur laquelle il exercera la
justice.89
L'occupation légitime a un caractère sacré protégé par les ancêtres, son
usurpation pourra provoquer une punition des esprits et l'ostracisme de
l’auteur de l’infraction.
En cas d'urgence, une muti pourra prêter une parcelle. Cette transmission
temporaire du droit d'exploitation est protégée par l'interdiction pour son
bénéficiaire de planter des arbres. Les contrats de prêts , voire de location,
non renouvelable automatiquement, peuvent être faits par campagne agricole.
Le lobolo est la garantie d'accès à la terre pour la femme mariée, retirée de sa
famille. De plus en plus rarement appliqué, le lévirato (union matrimoniale de
la veuve avec le frère aîné du défunt) lui permet de conserver ce droit, même
veuve, si l'espace cultivable est suffisant. La femme divorcée, elle, perd tous
ses droits.
La polygamie est un symbole de bien être social permettant l'élargissement du
réseau social solidaire et le renfort de la sécurité alimentaire du mari par
l'ouverture d'une "machamba" pour lui seul, zunde, travaillée par toutes ses
femmes sous la direction de la plus vielle, la nkosikazi. 90
Cette société patrilinéaire exclut les femmes du partage des terres. La stabilité
du patrimoine familial est garantie par le passage des terres au premier né
sans aucun droit de décision autonome de la céder, même temporairement, à
un tiers.

I.3.2 Le foncier - période post indépendance

À l'indépendance du Mozambique, la terre, comme toute ressource naturelle


est nationalisée, l'État est assimilé au peuple dirigé par le Parti, la terre lui est
dévolue. C'est lui qui la gère, il en dispose.
Le droit foncier reste en continuité avec le droit colonial, le cadastre est
maintenu, l'État portugais est remplacé par l'État mozambicain, seul autorisé
à octroyer le titre d'utilisation et profit de la terre.
Les grandes exploitations agricoles, les compagnies privées abandonnées sont
nationalisées et transformées en entreprises d'État ou "machambas estatais".
Sont créés cependant de nouveaux acteurs collectifs entre les entreprises

88
muti : l'unité de base spatiale et sociale de la famille rurale - habitation, production et consommation -
dont les limites et la disposition sont régis par des repères astraux
89
NEGRÃO (J.) et GERSTER (I.) « "uso da terra na zona tempão da floresta do Licuati." , Maputo, 1997
p.9
90
Id.

56
d'État et les familles paysannes : les coopératives. Certaines concessions de
taille moyenne91 seront considérées des "machambas do povo" (champs du
peuple) et confiées collectivement aux familles paysannes qui seront ensuite
constituées en coopératives. Les deux secteurs, d'État et coopératif, ont un
statut privilégié : attribution d'un titre de droit de jouissance (uso e
aproveitamento) gratuit et définitif92.
Les coopératives devront assumer un rôle pilote, d'avant garde et tirer partie
des infrastructures existantes sur les terres qui leur seront attribuées, petits
systèmes d'irrigation inclus.

Il n'y aura pas de réforme foncière fondamentale93, il n'y aura qu'une réforme
agraire partielle. La loi foncière, reconnaît le droit de jouissance de la terre
pour «fin d'économie familiale ». Ce droit n'est pas conditionné à l'émission
d'une licence attitrée mais la reconnaissance de cette occupation et des
prérogatives du droit coutumier se sont pas prévus dans la première loi.

I.3.3 Le cadre légal contemporain au Programme :

Le système foncier est sanctionné par la promulgation de la loi de la terre en


1979 qui crée le cadastre national de terres et le registre du droit d'utilisation
de la terre fixé valable de 5 à 15 ans (pour encourager les investissements, il
pourra être étendu à 50 ans en 1986).
Cette loi se fonde sur la nécessité de connaître et de planifier l'utilisation de
cette ressource fondamentale. Elle revêt deux aspects fondamentaux : le droit
d'occupation et le principe de l'application de la taxe foncière.
Il y a exonération de cette taxe en cas d'occupation par l'État, par le parti
FRELIMO, les O.N.G.'s et O.D.M.'s94, les exploitations familiales ou pour fin
d'habitation, ce qui dispense ses bénéficiaires (du moins en théorie) d'une
mensuration onéreuse de leur terres.

La propriété privée de la terre est abolie, le principe qui se pose est de la


régulation de son utilisation : la terre ne peut être vendue ou aliénée sous une
quelconque forme, ni louée, hypothéquée ou mise en gage. Le droit de
jouissance pourra cependant être cédé en héritage aux ayants droit.
Mais le seul fait qu'il soit distingué un droit acquis et enregistré d'utilisation
d'un terrain, d'une occupation de fait par les paysans sans que cette
occupation soit sanctionnée par le cadastre introduit une ambiguïté, que la
marginalisation du système coutumier renforce. Dans les régions de plus forte
densité de population, comme celle qui fait l'objet de cette étude, s'établira une
superposition de systèmes fonciers ouvrant un espace aux conflits.

L'État mozambicain a transféré en sa faveur l'ancien cadastre portugais mais


il en a conservé le principe.

91
la taille d’une concession pouvait varier du quelques hectares à quelques milliers d’hectares. La surface
totale des concessions dont je parle ici varient entre 50 et 400 hectares (non la surface cultivable).
92
Législation sur l’utilisation et profit de la terre, Lei da terra n°6/79 introduction, Maputo, Imprensa
Nacional de Moçambique, 1988
93
LE BRIS (E.), LE ROY (E.) et LEIMDORFER (F.) "Enjeux fonciers en Afrique noire" Op. cit. p.29 :
« la réforme foncière modifie la nature des titres détenus sur l'espace alors que la réforme agraire
redistribue l'espace entre les producteurs »
94
O.D.M. organisation démocratique de masse

57
1987, le IVème congrès du parti FRELIMO a déjà pointé les erreurs de la
marginalisation du secteur familial et des échecs du secteur public et des
coopératives. Le PRE entre en vigueur.
Cette même année est publié le Règlement de la Loi de la Terre qui reconnaît le
droit du secteur familial à obtenir des titres de "uso et aproveitamento da terra"
(utilisation et profit de la terre, jouissance).
Le secteur familial est réhabilité aux yeux de la loi, mais ni le droit coutumier,
ni l'existence juridique des communautés rurales ne sont reconnus. C'est
individuellement que chaque paysan devra faire la demande du titre de la terre
qu'il occupe.95

Il faudra attendre la nouvelle loi, celle de 1997 pour que soit attribuée une
personnalité juridique aux communautés rurales (article 10 - sujets
nationaux) qui pourront ainsi demander une co-titularité du droit d'utilisation
de leur terres. Elle admet aussi la preuve orale ou preuve par témoignage de
membres de la communauté comme confirmation du droit d'occupation sans
limite temporelle.
Les membres de la communauté peuvent faire une demande individuelle de
titre après le démembrement des terres communautaires. L'exploitation
familiale tenue par des nationaux bénéficie aussi d'une absence de limite
temporelle du droit d'utilisation.
Selon cette loi de 97, les communautés locales participent à la gestion de la
terre (définition de limites, information d'occupation, résolution de conflit),
mais ne décident pas en dernier recours de son attribution ; elles pourront y
utiliser cependant les normes et pratiques coutumières. (Article 24).

Il s'agit ici d'un droit foncier-coutumier, soumettant le droit coutumier à la


nécessité d'une identification et d'une démarcation de son territoire.

Cette obligation de limitation de l'espace occupé amène le spectre des réserves


indigènes, encore fraîches dans les mémoires.
D'autre part, la difficulté réside dans l'identification claire de l'identité et de la
représentation de ces communautés rurales :
La loi des districts municipaux de 1994 leur octroyait la responsabilité de la
définition des zones d'occupation dans le processus de planification de
l'utilisation de la terre96 cette autonomie des municipalités a été réduite lors
de la révision de cette loi ;
Qui sont, pour l’État, les représentants légitimes des structures
traditionnelles ? Les chefs de terres (ancien Nduna) les anciens "regulos" ou
95
le droit coutumier n'est pas mentionné dans la loi qui reste peu explicite à ce sujet : toute la terre
constitue le fond de terre de l'État qui accorde la licence nominale de "uso e aproveitamento" .
L'utilisation gratuite est reconnue aux exploitations familiales (pour la satisfaction de l'agrégat familial
sans utilisation de main d'œuvre salariée loi 6/79, avec utilisation de main d'œuvre salariée si nécessaire,
règlement 1987), dont l'existence est reconnue tacitement "salvaguardando os interresses da populaçao
nela existente" (sauvegardant les intérêts de la population qui s’y trouve) mais non régulée.
Le règlement de 1987 stipule que toute personne singulière ou collective possédant une capacité juridique
peut obtenir un titre d'utilisation de la terre, les communautés rurales n'auront de statut juridique qu'avec
la nouvelle loi en 1998, apportant la possibilité d'une défense collective, où la preuve oral est reconnue.
Selon le règlement de 1987, les familles pouvaient cependant demander individuellement au conseil
exécutif du district un certificat d'occupation familiale sans qu'il lui soit exigé la démarcation de son
terrain. Certain administrateur prendront ponctuellement l'initiative d'enregistrer l'occupation familiale de
certaines zones du district sous leur juridiction. Le système rotatif d'occupation de la terre et la gestion de
pâturages communautaire dont l’existence est cependant reconnue, (loi 6/79art. 18 et règlement 87 art .
48) ne trouvent pas de répondant dans cette pratique;
96
NEGRÃO (J.) "Uso da terra em Matutuine"

58
leur descendants dont la position a été rendue ambiguë par leur position
d’anciens fonctionnaires de l'administration coloniale portugaise ? Les
secrétaires de parti ? Les présidents de localité (représentants de
l'administration du district) qui assument la direction des villages depuis
l'indépendance ?
Aucune définition claire n'est donnée.

La question se complique encore quand, sur des terres dites du "secteur


familial", donc communautaires, est construit un périmètre irrigué divisé en
parcelles attribuées et exploitées individuellement et gérées collectivement par
une association.
Des associations paysannes et des coopératives existaient déjà sur le territoire
du Programme au moment de sa conception, chaque village communal et
même chaque "povoação" sous contrôle du gouvernement en possédait une.
Leur première motivation était
• L’accès à un espace de terre cultivable attribué par les services de
l'agriculture avec l'administration locale comme c'était le cas des villages
communaux récents dont les terres provenaient soit d'anciennes
concessions soit de pâturages communautaires quand le village était situé
dans une zone sans terre cultivable disponible.
• Ou, quand il s'agissait de "povoações" donc de zones d'occupation
ancienne, la défense du droit d'occupation des terres devenues
"associatives" dans ce seul but : ces terres appartenaient à l'espace occupé
traditionnellement par les familles associées.

I.3.4 Le foncier les coopératives et les associations paysannes.

"l'État stimule et appuie l'intégration des exploitations familiales en


coopératives agraires, particulièrement en zone de développement agraire
planifié" loi de 197997 :
Ce nouveau type d'occupation, sort de la compétence d'un droit coutumier,
gardé, on l'a vu, sous silence. Il n'entre pas encore dans un droit moderne,
sanctionné par un registre cadastral et par l'attribution d'un titre
"d’utilisation et profit" : droit d'exploitation. Pour cela le sujet prétendant au
titre doit être une personne singulière ou collective munie d'une capacité
juridique (article 4 de la même loi). Or ces coopératives et associations ne
possèdent qu'un statut type98 et ne sont ni formalisées ni enregistrées : elles
n'ont qu'une existence de fait déterminée par une décision supérieure tout
comme le resteront aussi, jusqu'à l'offensive pour la légalité, la plupart des
entreprises d'États .
Ce statut quo sera implicitement reconnu par les instances financières et
administratives nationales (BPD, Banque Populaire de Développement -
Direction provinciale de l'agriculture dont dépendent les services de

97
Id. article 16 p. 9
98
La loi des coopératives a été publiée avec un statut type ou modèle de statut élaboré en portugais
(comme tous les documents officiels) pour palier à l'impossibilité de fournir un appui juridique à chaque
coopérative dont la plupart des membres n'étaient pas ou peu alphabétisés. L'union générale des
coopératives, dans un mouvement de développement et d'unification des coopératives dans le pays, a
beaucoup contribué dans la divulgation de ces statuts. Les paysans les exhibaient comme étant leurs
statuts. Ce n'est que vers la fin des années 80 que L'UGCAP de Maputo formalisa son existence ainsi que
celle des coopératives qui lui étaient affiliées.

59
géographie et cadastre). Le BPD accordera même des crédits à certaines
coopératives.

Les nouvelles règles du jeu économique déterminées par le PRE changeront cet
état de chose. Banques et autres institutions reçoivent l'ordre de vérifier la
capacité juridique de leurs clients99.

La même question se pose plus fortement encore aux associations dont la


constitution et le type de statuts sont encore plus récents et moins connus
par les institutions que ceux des coopératives.

Or, à la fin des années 80, les tensions, voire les conflits se multiplient autour
du système foncier opposant les associations et coopératives aux individus
ayant recours aux services provinciaux du cadastre, à la capitale Maputo,
pour déposer des demandes d'occupation de terrains souvent superposés au
leur.
La procédure peut être longue, mais l'intéressé a la possibilité de demander
auprès des services du cadastre une autorisation d'occupation précaire
immédiate du terrain (esquissé sur papier avec une large marge d'erreur). Elle
lui sera remise sur information positive de l’administrateur du district après
les 30 jours réglementaires de l'édit100.
En principe l'édit a pour but de permettre la réclamation d'un droit
d'occupation antérieur à la demande. En fait elle est presque rendue
impossible par la lourdeur des mécanismes d'information qui passent par :
les responsables locaux, l'administration, les différents niveaux des services de
l'agriculture et finalement les services du cadastre. Le non-registre de
l'occupation collective de l’association la rend très vulnérable surtout dans le
cas de terres issues d'anciennes concessions privées dont les limites
apparaissent encore comme telles sur les cartes du cadastre.

Les nouveaux prétendants brandissaient donc aux yeux des paysans


mécontents le papier de l'autorisation précaire pour faire valoir la supériorité
de leur droit : un papier officiel, même précaire intimide ceux qui n'en
possèdent aucun.

Ainsi, même si les dossiers restaient longtemps en attente de l'émission du


titre officiel101, le droit d'occupation et d'exploitation était considéré comme
gagné.

Ce sera l'origine d'un mouvement de "légalisation" des associations paysannes


du district de Boane cherchant à défendre leur droit. L'O.N.G. suisse
HELVETAS, pour laquelle je travaillais à l'époque, financera la démarcation
des terres de chaque organisation paysanne. Elle aidera ces organisations
paysannes à élaborer et publier leurs statuts102 et à constituer leur dossier de
demande d'occupation d’un terrain qui leur avait déjà été attribué. Ainsi une

99
Le BPD sera privatisé en 1997. Disparaissant avec la seule institution bancaire d’État vouée au crédit
rural de petite échelle. Les fonds de crédit sont attribués au développement de l’industrie et du secteur
privé..
100
L'autorisation précaire est maintenue dans la nouvelle loi de 1997, sous le nom d'autorisation
provisoire, valable de 2 à 5 ans (suivant la nationalité du prétendant au titre) article 25.
101
L’autorisation finale exige la démarcation du terrain par un géomètre, l'approbation du plan
d'occupation et les autorisations formelles des services de l'agriculture puis de l'administration territoriale
compétente (suivant la surface demandée).
102
ces associations seront les premières enregistrées dans la province de Maputo

60
demande officielle de reconnaissance de l'antériorité de leur droit d'occupation
pourra être déposée auprès des services du cadastre afin d’obtenir le titre de
"uso et aproveitamento da terra".

Les "machambas familiares", champs familiaux, restent en marge de ce


processus de "légalisation" qui ne concernent que les terres regroupées et
exploitées par des familles organisées en associations ou coopératives.

En regardant l'histoire des terres des deux périmètres de Massaca et de


Mafuiane, les deux cas de figure apparaissent : dans le premier cas, les terres
des deux associations paysannes des villages communaux de Massaca I et II,
dans l'autre, à Mafuiane, les terres dites "du secteur familial" mais déjà
confrontée aux exigences et au mode d'attribution du droit foncier. Le choix de
ces terres constituera l'un des premiers choix stratégiques du Programme.
Quel était son point de départ ?

I.3.5 Situation des terres des villages de Massaca et Mafuiane.

Au village de Mafuiane aucune association paysanne ne s'était constituée :


bien que proche de Boane, le village était, en cette période de guerre, du côté
"dangereux" de la route donc peu fréquenté. Bien que certaines familles aient
été déplacées par le barrage qui avait inondé leur terres, elles ne souffraient
pas de manque d'espace, chacune ayant une ou plusieurs « machambas »,
champs en régime pluvial, proches du village ou près de leur ancien lieu de
vie. Les familles d'éleveurs utilisaient aussi des pâturages communautaires.

L'affirmation de l'État comme seul propriétaire du fond de terre et donc seul


habilité à en attribuer la jouissance, amène la confrontation de l'intérêt
général formulé par ses légitimes représentants, le FRELIMO, alors parti
unique au pouvoir et celui des populations : une concession de 3.000 ha sera
accordée à une personnalité privée étrangère en reconnaissance de son
soutien à la lutte de libération. Cette concession se superposera à
l’occupation antérieure par des familles de Mafuiane. Ce fut un point de
départ de la stratégie du PRORURAL (partie mozambicaine du Programme)
pour la définition de l’emplacement du futur périmètre.(voir III.3.6)

Cette articulation entre deux types d'occupation, déjà amorcée avec le


déplacement des familles par la construction du barrage et leur regroupement
dans le village, n'est pas évidente. Certaines familles ont enterré les leurs sur
leurs terres et la répartition de l'espace obéit à une organisation sociale de la
communauté villageoise. L'accord de principe qui sera obtenu n'est donc que
le début d'un processus et non l'aboutissement.

La situation des villages de Massaca est différente :


Chacun des villages s'était vu attribuer lors de sa formation une aire à diviser
en parcelles et à répartir entre les familles membres de l'association
villageoise.

Cette situation résultait de plusieurs facteurs :


La localisation des villages, la population qui y vivait (son origine et le nombre
de familles), le manque conséquent de terres disponibles et le caractère

61
particulier de ces villages aux yeux de l'administration locale, des institutions
gouvernementales et des intervenants exogènes.

Certes, des familles anciennes comme les Matola ou la famille de l'ancien


"regulo'', revendiquaient leur droit sur la zone. Une partie de leurs terres avait,
elle aussi, été inondée par le barrage ce qui avait provoqué le premier
regroupement des familles.
Mais à ce noyau initial, s'était ajouté des centaines de familles réfugiées ou
déplacées par la guerre.
Or les terres cultivables coutumières sont rares dans cette zone où, en dehors
de quelques pâturages, les exploitations privées de "moyenne" envergure,
occupaient la plupart des terres arables au long du fleuve Umbeluzi. Trois
concessions de 2.000 ha appartenant à des portugais couvraient la zone de
Massaca, les terres "indigènes" étant plus en retrait. La plupart des familles
mozambicaines qui vivaient là travaillaient pour ces privés.

Après l'indépendance, les concessions privées abandonnées constitueront des


entreprises d'État, les machambas estatais (‘’1a de Maio’’, qui regroupait les
trois exploitations portugaises sur le site de Massaca, Citrinos de Maputo,
Olsa citrus, la 25 Junho et l’Agro pécuaria de Changalane).

Les ‘’machambas estatais’’ entreront en crise, ne pouvant reproduire le


schéma colonial d'exploitation de la main d'œuvre paysanne et s'endettant en
important intrants et équipement agricole qui auraient du les rendre plus
productives.

En 1986, les terres des ces entreprises d'État seront intégrées dans le
patrimoine de l’entreprise mixte LOMACO, récemment constituée, regroupant
l'État mozambicain et la multinationale Lonrho103. A cette époque, un terrain
sera cédé, sur les terres de l'exploitation "1° de Maio", pour les associations de
paysans des deux villages communaux de Massaca I et II. Celles ci
attribueront à leurs membres des parcelles variant de 0,5 à 2 ha.

Les terres associatives n'étaient pas les uniques terres disponibles, d'autres
espaces plus éloignés (et donc moins sûrs en période de guerre) étaient utilisés
par les familles résidentes, mais jamais avec la même largesse qu'à Mafuiane.

Pour le Programme, les interlocuteurs seront donc divers, agissant pour des
motivations différentes, leur relation avec la terre (l'espace physique) variant
avec les péripéties de leur histoire. Chacun à sa manière traduira des bribes
d’un droit coutumier selon son vécu antérieur, qu’il se soit passé sur place ou
sur d'autres terres et non comme la manifestation cohérente d'un mode de
régulation social continu et reconnu de tous. La cohérence apparente était
assurée par l’autorité commune du village, assurée par le secrétaire du Parti
et le président de l’association.

103
« La Lomaco a été créée en avril 1986. Elle a commencé à exploiter dans la région du Umbeluzi en
01/02/96. Les unités enregistrées dans la concession sont : Changalane - 20.000 ha; Olsa Citrus – 700
ha; 25 de Junho – 300 ha; 1 de Maio – 2000 ha ; Toute l’aire de Massaca appartenait à l’entreprise d’État
"1 de Maio", devenu patrimoine de la Lomaco qui, plus tard a cédé ces terres (de l’association) et celles
de l’actuelle Casa do Gaiato. Avant l’entreprise d’État, la zone de l’entreprise 1 de Maio était la propriété
de trois agriculteurs portugais. Il n’y avait pas de terre du "regulado" . La population vivait et était pour
la plupart employée par les "machambas" ( exploitation agricole) commerciales. » Directeur de
LOMACO, Carlos Henriques, Maputo, 1999 message réponse, entrevue informelle.

62
Certes, l'éclatement du tissu social traditionnel se fait plus durement ressentir
dans les villages de Massaca, où la juxtaposition voire la superposition de
droits si divers (celui de l'ancien ''regulo'' et de sa famille, celui des familles
économiquement plus puissantes implantées dans la zone, celui des familles
déplacées et celui des familles réfugiées) imposera les manifestations les plus
extrêmes du droit foncier et du droit coutumier. Depuis la répartition
mathématique de l'espace où sont confinées les familles passant par
l'exaltation du magique, chacun faisant appel à cette multitude d'esprits
d'origine aussi divers que leurs protagonistes.

Le village de Mafuiane fait preuve une plus forte cohésion.

Mais qui sont ces familles ?

I.4 LES FAMILLES ET LEURS ORGANISATIONS

Avant de chercher à répondre partiellement à cette question, j'aimerai


mentionner un peu de cette vision africaine. Ce travail ne prétend pas être une
approche ethnographique de la réalité Mozambicaine. Les années vécues dans
ce pays m'ont enseigné qu'il n'y avait pas une Afrique mais une multiplicité
d'identités réunissant une infinité de nuances.
C'est cette variété qui fait la réalité socioculturelle et non le sac commun
cousu par les Européens ou même certains Africains. Pourtant une identité
nationale se façonne comme celle du continent autour de ce qui est commun
ou de ce qui est différent de l'autre.
La rencontre ou la confrontation avec l'exogène va faire ressortir ces caractères
particuliers. J'étais une intervenante du dehors et je ne compte pas les
occasions de ma vie familiale ou professionnelle où l'on m'a expliqué ou
rétorqué "nous, les Africains". Cette recherche d'affirmation et de
compréhension des mécanismes de pensée de l'autre n'est pas nouvelle, loin
de là.
Je recourrai donc à un africain et à son message pédagogique adressé
justement aux occidentaux et en particulier à l’institution où il travaille, la
Banque Mondiale, car j'y retrouve la substance du message qui m’était
transmis lors de mes nombreux échanges.

L’auteur souligne dans son introduction104 comme un des traits culturels


africains, la connexion puissante entre les objets, les humains et le
surnaturel dans une société où domine la recherche d'équilibre entre les
autres êtres humains et le surnaturel. La frontière entre les préférences
collectives et individuelles serait inexistante ou très flou.
Selon lui, la valeur économique d'un acte serait mesurée par sa capacité à
renforcer les liens du groupe ; ceci aurait une influence directe sur l'épargne et
l'investissement car les seules richesses reconnues par la communauté
seraient celles qui sont partagées avec elle ou socialement visible à ses yeux.

104
MAMADOU DIA, "Development and cultural values in sub-saharan Africa It is time we understood
the psychiology of economic decisionmaking in Africa. One view of the issue" (Développement et
valeurs culturelles en Afrique sub-saharienne. Il est temps de comprendre la psychologie de la prise de
décision économique en Afrique. Un point vue sur la question), étude de la Banque Mondiale, Finance
and Development december 1991

63
Ce qui se traduirait , toujours selon le même auteur, par la redistribution des
biens acquis ( à l'occasion de rituels, de cérémonies ou dans un simple
partage dans l'espoir d'un retour pendant les temps difficiles) et (ou) dans
l'exhibitionnisme pouvant aller jusqu'à la provocation.

Une des principales utilisations des fonds obtenus par les tontines sont, de
fait, les cérémonies, (en particulier celles célébrées au nom des morts, les
messes, essentielles pour garantir l'harmonie dans la famille). J’aurais moi-
même maints exemples à donner et je dois dire que le besoin impératif d’être
en paix avec les siens était d’autant plus fort que l’individu était coupé de son
lieu d’origine et en situation difficile.

De même que la garantie du respect d'un engagement ne dépendrait pas de la


valeur monétaire des fonds versés mais de la remise en gage d'un objet
personnel et du témoignage actif de membres du groupe voire de leur accord
s’ils sont chefs. C'est l'intégration de l'individu dans la société, le respect de sa
place dans le groupe et dans la hiérarchie, la solidarité qui en suit, qui font la
force de cette société.

De même, selon ce même auteur, une décision est prise en consensus,


prenant le temps qu'il faut pour cela. Un jugement n'appliquera pas une
sentence indiscutable mais cherchera l'accord entre les parties pour un
retour à l'harmonie.
Dans la famille élargie ou le groupe, la répartition de la force de travail décidée
par les responsables se fera de manière à ce que l'équilibre nécessaire entre le
temps de la sociabilité et du travail productif soit garanti.105

La sociabilité est une marque fondamentale de la culture africaine, en est-elle


aujourd’hui son moteur ? Quels seront les critères d’une famille paysanne
pour tracer sa propre stratégie face à un événement comme la construction
d’un périmètre irrigué ? En quoi va-t-elle investir son épargne ? S’agit il de
production de richesse ou d’équilibre économique, de gestion de risques ?

Qu'advient-il de ces règles de vies quand les familles sont confrontées aux
institutions et aux lois que celles-ci ont établies ; quand entre des individus
séparés de leur groupe d'origine, de nouveaux liens sociaux doivent se mettre
en place ; quand les membres d’une collectivité se retrouvent confrontés à de
nouvelles exigences et sources de rendement régies par la loi exogène du
marché et de l’individualisme ?

Le mode de régulation du collectif formé par l'association, la dynamique


interne des Unités de Production Familiale, les formes de résolution des
conflits fonciers sont les terrains d'observation par excellence.

Mamadou Dia recommande ainsi de chercher à réconcilier les deux objectifs,


parfois contradictoires, de l'accumulation (croissance) et redistribution (équité)
106. Ce mot d'équité est aussi revenu mainte fois dans la bouche de ceux qui

perdaient pied, il apparaît comme préoccupation principale dans un travail de

105
Id.
106
Id.

64
licence réalisé par un étudiant de l’Université E. Mondlane sur l’association de
Massaca107.

Pourquoi certaines familles perdaient-elles pied, pourquoi elles et pas d’autres,


pourquoi elles plus vite que d’autres ? Des réponses à rechercher, plus loin,
quand les périmètres seront en place. Des réponses qui ne sauront être
étrangères au mode de vie de ces familles ni au mode d’intervention de leur
collectif et des acteurs exogènes.

I.4.1 La population

Ici les mots, «mines », «or », «énergie » sont sud-africains. Le sont aussi les
mots "travail" et "commerce" dont le domaine s'élargit aussi à la capitale
Maputo et à la Swaziland .
Des liens familiaux existent au delà des frontières : Les swazis ont longtemps
occupé Namaacha et l'origine de la population du Transvaal est la même du
côté mozambicain et sud africain.

Cette influence se retrouve dans certains chants et danses pratiqués dans les
villages : danses guerrière Swazis, danse maquaiela des mineurs revenus
d’Afrique du Sud.

Les deux districts constituent une zone de passage de la population : la


migration du Nord vers le Sud des familles, plus particulièrement des
hommes, venus des provinces voisines de Gaza et d’Inhambane, en quête de
travail. Nous sommes dans l’antichambre de la capitale Maputo, du puissant
voisin, aimant économique, qu’est l’Afrique du Sud et aussi du Royaume de
la Swaziland. Croisement de routes.

Passage aussi de marchandises importées des deux pays voisins, pour le


marché formel et informel de la capitale, ou transitant des pays voisins en
direction du port de Maputo, comme c’est le cas des trains de sucre du
Swaziland.

Ainsi, à la population d'origine se sont ajoutées peu à peu des familles venues
de Gaza et d'Inhambane108. Leur établissement dans la zone ne signifie pas
pour autant une rupture avec leur terre d'origine où sont restés d'autres
membres de la famille, mais plutôt une ramification du clan familial. L'esprit
d'entreprise des manhambanes (originaires d'Inhambane) leur fera occuper
une place importante dans la dynamique de la région.

Ce caractère hétérogène des deux districts a été amplifié par la convergence


de réfugiés expulsés par la guerre et par les changements de la politique
interne de l'Afrique du Sud qui se traduisaient par un contrôle de la migration,
la diminution des contrats de travail pour les immigrants, en particulier dans
les mines et un refoulement des mozambicains passant illégalement la
frontière pour se réfugier ou trouver un travail au noir.
Boane et Namaacha sont donc un lieu de mélange.

107
MUIANGA (C.) "Description du fonctionnement de l’association de Massaca et son rôle dans la
gestion du périmètre", travail de licence, Maputo, UEM, 1998
108
les deux provinces au nord de la province de Maputo

65
I.4.1.1 Mode de vie

Dans le sud du pays, l'homme détient le patrimoine et les finances de la


famille, il s'agit d'un système patriarcal.
S'il est éleveur, il est maître de l’enclos principal, enregistré à son nom sur la
« caderneta » carnet de contrôle des services de production animale ; les bêtes
lui appartiennent, il en cédera une périodiquement à son pasteur : son fils ou
à défaut, un tiers . Sa femme pourra éventuellement avoir aussi des bêtes à
son nom, dans l’enclos principal.
Il a une ou plusieurs charrues et un attelage de bœuf pour labourer ses
champs. Son troupeau, c’est sa banque et son prestige.
Les champs lui reviennent, c’est lui qui les répartit.
La valeur traditionnelle de la richesse était mesurée en têtes de bétail 109 ou
en hectares cultivés. L’imparfait que j’ai utilisé se réfère pour beaucoup à la
période de l’avant-guerre, car nombreux sont les éleveurs qui ont tout perdu,
ou les familles qui ont du quitter leurs terres.
L’homme assure (ou devrait assurer) les revenus en argent, il travaille à son
compte comme artisan ou partira chercher du travail. Il va ainsi émigrer
vers les concessions qui employaient surtout une main-d’œuvre venue des
provinces voisines, vers la capitale, ou vers les pays voisins. C’est là l'origine
de son capital initial. Il était coutume de dire qu’il fallait aller au "djone" ,
travailler dans les mines d’Afrique du Sud pour devenir un homme et se
préparer à payer le lobolo (contrat de mariage traditionnel).

L'homme est responsable aussi de réunir les matériaux et de construire la


maison principale et ses annexes, normalement des roseaux, des branches
entrelacées ou un treillis rempli de pierres plates. Le toit est d'herbe, en joncs
ou en tôles ondulées. Le grenier surélevé abrite la cuisine. L'éclairage est au
"chipefo", (lampe à pétrole) ou à la bougie. Son rêve est la construction ou
l’agrandissement progressif, pièce par pièce, de la maison principale qui
débute par un "quarto-sala"110 en blocs de ciments, comme en Afrique du sud.
L'homme s'assoit sur une chaise, son repas est servi sur une table, la femme
et les jeunes enfants s'assoient et mangent sur une natte déroulée par terre.
La femme reçoit de son mari une "machamba", lopin de terre où elle plante
du maïs, avec un peu de patate douce ou de haricot nhemba, ou un peu
d’arachide pour les plus chanceux, pour alimenter la famille. Vers Mahubo et
Porto Henrique, c'est surtout le manioc que l'on peut voir dans les champs. La
femme demande de l’aide à sa sœur, à sa fille ou à ses jeunes enfants selon les
habitudes traditionnelles de l'entraide compensée parfois par un sac de maïs.
Ce sera elle aussi qui va chercher l’eau à la rivière ou là où elle peut en
trouver. Elle va ramasser le bois comme combustible, doit piler et cuisiner les
aliments, tisser les nattes, porter, transporter et faire toutes les tâches
domestiques. C’est elle aussi qui fabrique et vend les boissons traditionnelles.
L’eau est le point de rencontre des femmes.

109
le bétail est aussi l'épargne des familles et la réserve "sur pied" de fonds transformés en argent selon
les besoins de la famille (cérémonies religieuses, événements importants, investissement ou recours en
période de crise)
110
quarto sala : petite maison évolutive avec un seul pan de toit et deux divisions internes, la chambre
principale et la salle.

66
Ce mode de vie, très schématisé a déjà du s’adapter aux contraintes des
colons, puis à celles de la villagisation.

Les événements : catastrophes naturelles, guerre, construction du barrage,


avec les déplacements de populations qu'ils ont entraînés, ont transformé et
affecté profondément l'équilibre interne de chaque famille.

En 1984, il y a eu les inondations, suivies de la sécheresse puis de la guerre.


Le gouvernement organise alors, en accord avec la politique en vigueur, des
villages communaux111 regroupant la population (des familles trop souvent
disloquées) pour assurer leur auto-subsistance. Dans de nombreux foyers, à
la suite de la guerre, le chef de famille est une femme veuve ou abandonnée,
mère ou grand-mère restée seule avec les enfants.
La responsabilité de chaque village est confiée à son secrétaire (responsable
local du parti au pouvoir). Des associations de paysans se forment dans
chaque village.
Avec la guerre, l'occupation principale de la population est de survivre, de fuir
ou de se défendre. Même dans les zones sûres, le climat social reste très
instable. Il n'y a plus de lois : les troupeaux sont détournés, abattus, les trains
de sucre du Swaziland pillés par les "bandes armées" mais les sacs
apparaissent chez l'habitant pour fabriquer la bière locale à base de farine de
maïs. Le vol, l'agression, la méfiance, la peur et leur "remède", la boisson,
sont roi. Deux des villages de Mahubo seront entièrement déplacés et hébergés
dans d'autres villages plus sûrs. Les autres seront laissés pratiquement à
l'abandon par une administration qui n'arrive plus à les atteindre à cause du
manque de sécurité dans ces zones contrôlées par les forces en conflits.

Un mot s'installe dans le vocabulaire courant, il continue d'en faire partie :


"desarascar", (se débrouiller). Ce peut être de passer la frontière illégalement
pour chercher du travail au noir, ou aller faire du charbon de bois dans les
collines, toujours plus loin car les plus proches sont déboisées. Ce sera aussi
111
Village communal (« aldeia comunal ») village formé en réponse à l’appel du FRELIMO aux familles
paysannes les engageant à se regrouper et à s’organiser de façon autonome pour diriger la vie du village
et assurer la subsistance des familles. La zone choisie pour construire le village était divisée en quartiers
découpés en parcelle individuelles de 30m sur 40m. Chaque famille y construisait sa paillote selon ses
propres moyens et le temps qu’elle comptait rester là. Un espace ouvert était réservée, normalement près
d’un arbre, "canhoeiro" de préférence, pour les réunions du village. Près de là étaient construits l’école
primaire et, éventuellement, le poste de santé. Le plan du village prévoyait aussi un terrain de football et
l’emplacement du magasin de la coopérative de consommation. La direction du village était assurée par
le Secrétaire du Parti, entouré par un responsable des terres, un des affaires sociales, un chef par quartier
(lui-même aidé par un chef pour chaques 10 familles) plus tard seront consultés aussi les anciens du
village. Le village pouvait avoir aussi un tribunal populaire. La division administrative du Pays le plaçait
sous l’autorité du Président de la Localité, lui-même nommé par l’Administrateur du District. Le
Président de la Localité de Mahubo dont dépendait les villages de Massaca, étant lui-même réfugié, le
Secrétaire du village répondait directement à l’administration du district.
À chaque village étaient attribuées des terres défrichées pour l’agriculture pluviale. Par manque d'espace
les terres attribuées seront d’ailleurs souvent d’anciens pâturages publics.
Leur distribution, à raison de 1 ha par familles était faite par le secrétaire, le responsable des terres et
celui l’association locale des paysans formée suivant le mot d'ordre d'une organisation des villages pour
leur autogestion.
La transformation progressive du caractère rural des villages de Boane en zone périurbaine fera que les
nouvelles normes réduiront les terrains d’habitation de 1.200 m² à 450 m² (15m / 30m.)
111
Secrétaire d’un village : Secrétaire du parti FRELIMO accumulant la fonction de représentant du Parti
et de l’administration dans le village sans être pour autant fonctionnaire. Son rôle est d’autant plus
important que le village est éloigné du siège administratif du district ou de la localité. Il informe et reçoit
des consignes de la localité ou du district, mais répond de ses actes aux organes supérieurs du parti.

67
de chercher du travail ou de quoi vivre à la capitale, le travail en "or" pour les
mieux lotis étant celui de chauffeur par toutes les opportunités de contacts et
de "negócios", affaires, qu'il offre.

Dans les villages situés près des principaux axes routiers, les jeunes et les
enfants vont vendre de l'essence sur la route, les femmes font du commerce,
s'organisant pour acheter des produits au Swaziland et les revendre, dans
des baraques ou à même le sol, dans les marchés informels près de la route,
les "dumbanengue". Une carte d’identité émise dans le district frontalier de
Namaacha est un atout pour elles. La route est symbole de commerce et
d'échange.

La règle n'est pourtant pas chacun pour soi. Plusieurs formes d'organisations
communautaires font partie du quotidien des familles. Il a déjà été mentionné
le système traditionnel d'autorité et d'alliance toujours vivant malgré la
dispersion des familles, bien que moins fondé sur l'identification à la terre. Il
se trouvera aussi une entente entre les groupes pour assurer les cérémonies
traditionnelles concernant le bien de tous, telle que celles réalisées par les
femmes pour appeler la pluie en cas de sécheresse. Les catastrophes
naturelles ou provoquées par l'homme ne feront que renforcer le recours aux
croyances traditionnelles étouffées pendant les premières années
d'indépendance.

De nouvelles formes spontanées de regroupement unissent les familles par


affinité d'origine, de langue et de religion. Chaque groupe aura son guérisseur.
Dès la fin des années 80, dès que le parti admet l’importance des valeurs
traditionnelles et renonce à son intransigeance envers la religion, les lieux de
cultes se multiplient dans les villages, ils se diversifient aussi. Les plus
représentatifs sont les ziones et les "12 apôtres". Autour de leur pasteur
s'organisent des systèmes d'épargne ayant souvent comme premier objectif la
garantie des fonds nécessaires aux cérémonies traditionnelles familiales.

Dans cette région sud, le mot association fait partie, lui, de la langue exogène.
Il rappelle les associations de producteurs du temps colonial. Rien à voir avec
les associations traditionnelles par classe d'âge comme elles existent dans
d'autres terres africaines. Le terme de "groupement" villageois, souvent utilisé
dans les écrits me semblerais plus proche de ce contexte.

L'appellation "association" apparaît dans le langage institutionnel post


indépendance lors de la première loi des associations économiques en 1982
puis s'officialise lors de la loi de 1991.

Quel est le contenu et le sens donné au mot "association" dans cette région de
Boane, au début des années 90 ?

Je relaterai ici des faits où j'ai joué un rôle d'acteur direct comme intervenant
au nom de l'organisation suisse HELVETAS pour laquelle je travaillais.

Cette expérience rentre pleinement dans le cadre de cette recherche car elle
concerne directement les deux villages de Massaca et influera dans les
stratégies adoptées par les acteurs du Programme ou les villages.

68
I.4.2 Le contexte associatif

Formées à des époques différentes (la première datant de 1977, plus récentes
de 1986) la naissance des premières associations et coopératives112 du district
de Boane est étroitement liée à la concession orale faite aux paysans de terres
d’anciennes exploitations agricoles privées, par la direction du parti
FRELIMO au pouvoir.
Les associations les plus récentes, dont Massaca I et II, s’encadrent, dans un
processus de villagisation de populations déplacées par les inondations, la
construction du barrage ou la guerre. Dans certain cas, quand aucune autre
terre n'était disponible près du nouveau village communal, le terrain était
prélevé sur les anciens pâturages communautaires. Certaines familles
conservaient leurs champs près de leur lieu d'habitation d'origine, malgré la
grande distance qui les en séparait.

Les terres attribuées aux villages de Massaca I et II avaient appartenu à des


exploitants privés, "machambeiros" venu de Maputo. Confiées à la
responsabilité des associations respectives, elles avaient été divisées en
parcelles de un hectare en moyenne. La seule activité de l'association était, à
son origine, la distribution des parcelles entre ses membres qui les
travaillaient individuellement.
Les associations paysannes étaient nées d'une stratégie gouvernementale de
contrôle organisé de l'accès à un espace cultivable restreint. Elles étaient
dirigées conjointement par leurs représentants élus et par l'autorité des
villages (secrétaire du parti et ses co-responsables).
Elles deviennent une forme alternative d'organisation paysanne face aux
échecs des coopératives.

Puis face aux "sollicitations" des acteurs de l'aide d'urgence très active
jusqu'en 1987, elles se transforment en représentantes attitrées voire en
intermédiaires de leurs membres, devenant ainsi des organisations de
représentation et non des organisations de prestation de services ou de
production.

En une action concertée, l’U.G.C.A.P.113, les bailleurs de fonds, en particulier


l'O.N.G. suisse HELVETAS et les responsables du réseau de vulgarisation
rurale114, définissent comme priorité la "construction institutionnelle115"

112
Les coopératives seront formées à partir des «machambas do povo » (champs du peuple) concessions
attribuées collectivement aux paysans après l’indépendance. Les associations surgiront plus
progressivement et seront pour la plus parts intégrées dans le processus de villagisation suite à une
catastrophe naturelle, comme le cyclone Demoina, les inondations , ou à la guerre.
113
União Geral das Cooperativas Agro-Pecuarias de Maputo, réunissaient des coopératives de femmes.
Cette Union avait une forte prétention et capacité de tête de file du mouvement coopératif paysans au
Mozambique à partir des années 80. Leur objectif était d’organiser l’ensemble du mouvement par un
réseau d’unions locales et provinciales finalement représentées par l’Union National des Paysans, sorte
de syndicat national paysan.
114
Rede d’extenção rural : réseau de vulgarisation dirigé depuis la direction du développement rural au
Ministère de l’Agriculture, coordonné par les services provinciaux. Par son caractère pilote, le district de
Boane bénéficiait d’une réseau composé de 12 divulgateurs dont deux techniciens formés. Chaque
divulgateur avait la responsabilité d’un village et de ses alentours.
115
Je garde cet anglicisme très parlant : en d’autres termes, la transformation progressive et guidée
d’instituant en institué : les O.N.G.’s internationales comme HELVETAS et HIVOS avaient besoin de
partenaires non gouvernementaux qui soient en même temps représentants de la société civile locale et
crédibles pour leur propre organisation.

69
(institution building) des associations et coopératives et leur transformation
progressive en organisations de service :
L’U.G.C.A.P. de Maputo incitera la formation de l’Union des Associations et
Coopératives de Boane 116 qu’elle utilisera comme intermédiaire dans ses
projets avec ces organisations paysannes. L'aide matérielle et institutionnelle à
l'union sera assurée par HELVETAS qui utilisera son réseau de contact pour
obtenir, auprès du directeur du "Cabinet de la Région Agraire de l’Umbeluzi"117
un local provisoire118
L’U.G.C.A.P. définira comme stratégie, la création d’unions de coopératives
pour chaque zone du Pays devant servir d’intermédiaires entre les bailleurs de
fonds et les organisations paysannes encore fragiles. Une seule coopérative a
survécu à Boane, les autres organisations paysannes sont des associations ce
qui gênera leur relation et celle de HELVETAS avec l'U.G.C.A.P. convaincue du
bien fondé du statut coopératif.
Celle-ci ouvre cependant son centre de formation aux responsables des
associations (cours de «direction et contrôle », de trésorerie, de techniques
d’élevage). Chaque représentant d’organisation recevra comme référence une
copie des statuts types publiés avec la loi des coopératives119.

Comme stratégie économique, l’U.G.C.A.P. s’organise comme centre de


production avicole (importation des poussins d’Afrique du Sud,
approvisionnement en rations et produits sanitaires, assistance technique à la
production, abattoir, réseau de commercialisation) et propose une ligne de
crédit sur 4 ans pour la construction et le démarrage de pavillons d’élevage de
poulets.

Le réseau de vulgarisation de Boane, aidé lui-même par HELVETAS qui lui


garantit un local de travail, sa logistique et la formation technique de ses
membres, concentre en grande partie son travail sur les associations.
Chaque village reçoit un vulgarisateur dont la mission, telle qu'elle était définie
par les services centraux, était d'introduire, par le biais de paysans pilotes, de
nouvelles méthodes de culture du maïs et du haricot dont les semences et
certains traitements étaient subventionnés par le PESU120. Ces mêmes

116
Union de Boane, constituée de manière informelle sous l’influence de l’Union Générale des
Coopératives de Maputo comme intermédiaire et organe de coordination des associations et coopératives
du district, à l’image d’autres unions formées à la même époque dans le pays..
117
Gabinet da Região Agraria do Umbeluzi structure transitoire créée par le ministre de l’agriculture à la
suite de la construction du barrage sur le fleuve du même nom.
118
Le local, situé près de Massaca, appartenant à l’un des blocs de l’entreprise d’état "Citrinos de
Maputo" placée aussi sous la même direction que le Cabinet sus mentionné. Lors de la privatisation de
cette entreprise, l’Union de Boane a reçu un financement pour s’installer dans ses murs.
119
le mouvement coopératif a été fortement encouragé ou même dirigé par le FRELIMO, parti unique au
pouvoir. L'assemblée populaire avait voté une loi, la Loi des Coopératives, définissant le cadre légale de
ces organisation et leur fonctionnement interne. Dans la logique d’une dynamique d’organisation du haut
vers le bas (induction d’un mouvement coopératif) et pour servir de model ou de cadre de référence aux
d'organisations paysannes peu alphabétisées et sans accès à un appui juridique, la loi fut publiée avec un
"statut type". Les coopératives n'étaient pas enregistrées et ne possédaient pas leur propres statuts.
120
Ce programme de distribution de semences subventionnées aux deux tiers de sont prix réel d’achat
(principalement de maïs, mais aussi de haricots rouges et d’arachide) a été mis en place par le
gouvernement avec des financements extérieurs comme phase intermédiaire entre l’aide d’urgence
(distribution gratuite de semence) et le retour à une auto prise en charge de la population de ses moyens
de subsistance. Il durera jusqu’à 1996. En 1994 et 1995, le P.D.R.I. organisera un accord avec le PESU, la
production de semence de maïs sur contrat par les bénéficiaires de parcelles sur les systèmes d’irrigation,
le gouvernement italien finançant la subvention (progressivement réduite) de sa distribution pour
l’agriculture pluviale

70
vulgarisateurs participèrent au processus de discussion de statuts et de
registre des associations, les aidant à élaborer la liste de leurs membres et
l'identification de la parcelle attribuée.

De son côté, la Direction de l’agriculture du district confie à l’Union de Boane


la distribution aux associations du quota de semences de maïs attribué
chaque année par PESU
Ce système de distribution sera utilisé aussi par le P.M.A. (Programme
Mondial pour l'Alimentation) pour des produits de consommation de première
nécessité avec la particularité d’un accord pour la revente de ces produits aux
familles. Les revenus de ces ventes devaient servir au financement de projets
de l’Union et des associations. Le contrôle et la destination de ces fonds
seront ensuite un motif de mésentente entre l’Union et les associations.

Ce rôle d'intermédiaire attribué aux associations et à leur union, les amena à


s'organiser :
Le premier projet fut la construction et gestion de petits entrepôts. Chaque
association intéressée négocia un contrat pour le financement de matériaux
destinés à l'auto construction de leur "siège-entrepôt-magasin" et pour la
formation de leurs responsables en trésorerie et gestion.121
Suivirent les projets de production de poulets, de minoterie entre autres. Les
associations ou, tout du moins, leur commission de gestion, prenaient de
l'importance.
Les associations deviennent ainsi porteuses de projets endogènes visant leur
auto promotion et/ou celle de leurs représentants tout en devenant les cibles
stratégiques et les partenaires des agents exogènes de développement dans
leur programme d’action auprès du secteur familial.

Cependant une préoccupation prenait de plus en plus d'ampleur, celle de la


multiplication des conflits d'occupation des terres des associations par des
tiers.

I.4.3 Le problème de la sécurité de la terre quelle réponse ?

La loi de la terre publiée en 1979, et son règlement (1987) définissent, comme


il a été dit plus haut, la terre comme propriété de l’État et protègent en
principe le droit d'accès aux familles paysannes. L'activation des mécanismes
d’articulation entre le registre officiel (cadastre) et les familles (le mot
"communauté" ne sera prononcé que 10 ans plus tard dans la nouvelle loi)
pour la reconnaissance de facto de ce droit d'occupation nécessite qu'il y ait
une demande d’occupation. Cette demande doit être faite dans les règles. Une
fois son entrée acceptée par les services du cadastre de la province, elle devra
parcourir un long cheminement de recueil des avis officiels («pareceres") puis
de vérification sur le terrain : passant par la DPA, Direction Provinciale de
L'Agriculture, la DDA, Direction de l'Agriculture du District, l’administration

121
un contrat sera signé à cet effet par HELVETAS avec une équipe de l’Institut du Développement de
l’Industrie Légère- IDIL, chargée de la mise en place locale du projet financé par l’O.I.T. «desenvolve o
teu negocio» (développe ton affaire). La formation aura quelques journées théoriques communes, en
séminaire, dans des locaux du lycée agricole du district, en alternance avec un suivi de la pratique au sein
même des associations. Le documents étaient présentés en portugais (langue officielle) et expliqués en
langue locale.

71
du district. Seront consultés finalement et oralement les techniciens du réseau
de vulgarisation et les secrétaires des villages concernés. Puis le dossier
remontera jusqu’aux services du cadastre. La loi donnait en principe le
pouvoir à l'administrateur du district d'attribuer jusqu'à 5 ha de terre.
Cependant le traitement cas par cas est rendu impossible par l'inaccessibilité
du cadastre et l'absence de moyens locaux pour mesurer et localiser la terre.

Or la pression exercée par les citadins (en particulier les fonctionnaires) sur
les services provinciaux du cadastre pour l’obtention de terres dans cette zone
si proche de la capitale était et reste très forte.

Le droit d'occupation des terres par les associations et coopératives, considéré


comme acquis de fait par la déclaration des dirigeants, n'avait jamais été
enregistré. Le respect de ce droit dépendait de la crédibilité et surtout de
valeur attribuée à cette parole. Les organisations n'étaient pas, elles même,
enregistrées, leurs terres n'apparaissaient donc pas sur le cadastre. Dans leur
cas, la régulation du droit d'occupation était-elle régie par le droit coutumier
ou par le droit foncier ?

Tant qu'il n'y avait pas eu de conflit le problème était resté ignoré. Maintenant
que les terres devenaient objet de convoitise, la situation des organisations
paysannes était devenue ambiguë et instable. La bonne foi ne suffisait plus.

Or, ces organisations et leur union associent la sécurité de l'accès à la terre au


fondement de leur existence, car c’est l’accès à cette terre qui a été la
motivation première de leur naissance en garantie de leur autosubsistance
dans un environnement qui souvent n'était pas le leur (voir la villagisation).
Elles voient cette sécurité menacée par les cas d’occupation compulsive par
des citadins. Ceux-ci profitant de la bureaucratie des services du cadastre et
du manque d'information des paysans, brandissent pour intimider ceux-ci un
document qui, dans la grande majorité des cas, se limitait à confirmer l'entrée
de leur dossier encore incomplet.

Les services de géographie et cadastre de la province de Maputo sont localisés


dans la capitale et ne sont pas représentés dans le district. S’ils sont
accessibles aux citadins, il n’en est rien pour les familles et les associations :
la complexité des mécanismes d’ouverture de dossier de demande du droit
d’usufruit de la terre, le coût du déplacement d’un géomètre attitré,
l’éloignement des services et l’absence de connaissance de la loi sur la terre et
de son règlement dépasse la capacité des associations.

Ce problème devient un leitmotiv des réunions avec l’Union et les associations.


Les cas de conflits présentés sont répétés.
L'association devient un outil stratégique que s'approprient les paysans qui la
composent pour la défense collective de leurs droits d'occupations de la terre :
elle assume un rôle de représentation active des intérêts communs.

I.4.3.1 Une réponse ? La légalisation ou, de l'instituant en institué.

72
La défense du droit d'occupation de la terre devient ainsi la priorité de la
collaboration de l'O.N.G. pour laquelle je travaillais, avec les organisations
locales.
Cette stratégie reçoit l’appui de la DPA, des Services Provinciaux de
Vulgarisation Rurale et de l’administration locale et du Cabinet de
Développement de la Région Agraire du Umbeluzi transformé plus tard en
P.D.R.I..
En accord avec la philosophie de l'O.N.G. suisse, ce processus ne concernera
pas les terres individuelles d’origine de chaque famille paysanne. Il touchera
uniquement les terres regroupées des familles "organisées" donc les
associations et les coopératives car, comme je l’ai mentionné, la communauté
villageoise n’était pas encore légalement reconnue comme interlocuteur
valable.

a) Légaliser : reconnaissance d’une identité et d’un droit

Pour se faire, le processus de légalisation comprendra deux volets :


• la légalisation et le registre de l’association ou de la coopérative comme
entité juridique collective condition pour qu’elle soit habilitée à demander
le registre de la terre qui lui a été attribuée ;
• l’ouverture d’un dossier de demande de titularisation de cette terre auprès
des services de géographie et cadastre de la province, et son suivi.

La première condition rentrait dans le cadre légal défini par la loi 8/91 (loi qui
régule le droit à la libre association). 122
Financé par HELVETAS, l’exécution aura plusieurs phases et impliquera très
étroitement les organisations paysannes concernées (conseil de gestion et
assemblée générale), le réseau de vulgarisation de Boane. Seront engagés un
avocat mozambicain et une société privée mozambicaine habilitée pour le
travail de géomètre.
Jusque là les associations et coopératives considéraient leur existence comme
un état de fait, appuyant leur légitimité sur la copie qui leur avait été
distribuée par l’UGCAP de Maputo, pendant la formation de leurs
représentants, d’un statut type extrait de la loi sur les coopératives.
Pour la première fois, les paysans durent, en assemblée générale, se
prononcer sur leur constitution en association ou en coopérative, définir son
objet, discuter ses statuts, indiquer clairement les limites de leur terres,
établir une liste de leurs membres, définir leurs droits et devoirs et se
confronter à des institutions officielles.

La principale difficulté était de "marier" deux systèmes de pensée et


d'organisation venant de "mondes différents" : d’un côté
• l'État, la loi des associations, le cadre juridique, les mots savants, de
l’autre

122
Cette loi permettait la création d'association à titre non lucratif. Cette condition s'accordait
parfaitement au fin de représentation que se proposaient les paysans pour la défense de leur droit. Elle
provoquait certaine réticence au sein des cadre du ministère de l'agriculture quand il s'agissait
d'association de service souvent confondues à des sociétés commerciale. Cette préoccupation trouvait
échos dans la difficulté pour certains associés élus de faire la différence entre les biens collectifs et les
biens privés. Il s'agissait d'un problème non de statut légal mais de statut social.
C'est la même loi qui servit de base pour la constitution et la légalisation des associations d'irrigants.

73
• les familles, dans leur grande majorité ne dominant pas la langue
portugaise, encore moins ses termes juridiques, ne sachant pour la plupart
ni lire ni écrire ;
• des associations pour qui le statut type des coopératives représentait plus
un "fétiche" que la traduction volontaire de leur identité et de leur mode de
fonctionnement.

b) Statuts entre gens et lois :

L’écrit est-il un carcan ou un révélateur de l’identité du groupe ?

Comment faire rentrer dans le cadre rigide des mots écrits, un mode de vie et
de relation encore embryonnaire.
Les vulgarisateurs du réseau de Boane, en contact direct et constant avec les
associations, ont servi de premiers intermédiaires, garantissant l'articulation
entre les deux mondes (langues, concepts). Ils reçurent de l’avocat une
formation pour comprendre
• le contexte légal des organisations et de la terre (lois, règlements),
• les alternatives possibles et leur signification sociale et économique, en
particulier la distinction entre association et coopérative, les autres formes
de sociétés n’étant mentionnées que pour souligner les particularités des
deux premières ;
• le sens d’un statut, de son registre et de sa publication, la nécessité qu’il
soit le produit (dans la mesure du possible...) de la volonté exprimée par les
associés.
• les questions clefs qui devaient être débattues

Leur travail était donc essentiellement d'écouter et de guider les discussions


vers les points qui devaient être définis par les paysans.

Ensuite, des rencontres organisées en présence de l’avocat, association par


association, avec les membres choisis par les associés (commission de gestion
élargie à cet effet), ont permis de faire un premier sondage des motivations et
des problèmes existants.

Parmi les participants (de douze à quinze, selon les associations) hommes et
femmes, anciens et jeunes, se côtoyaient. Les plus anciens ne parlaient que
très rarement ou par un intermédiaire, les femmes que si elles y étaient
invitées. La langue utilisée était libre, le vulgarisateur traduisait.

De retour, les participants transmettaient aux autres membres de


l’organisation ce qui s’était dit, porteurs des principales préoccupations. Des
premiers échanges (lobby informel) s’établissaient. Les thèmes abordés étaient
:
La définition de l’objet de l’organisation, son aire géographique d’action -
qu’est ce que les membres prétendaient faire en commun - qu’apportaient-ils à
l’organisation - qu’attendaient-ils d’elle ? - Qui était ou pouvait devenir
membre de l’association ? Dans quelles conditions ? Le montant des droits
d’admission, des éventuelles cotisations ? Pouvaient-ils sortir de
l’organisation ? Dans quelles conditions ? Quels étaient les droits et les devoirs
des membres ? Comment seraient prises les décisions ? Qui dirigerait

74
l’organisation, ses organes de fonctionnement ? Le capital de l’organisation,
son mode de gestion.

La nécessité d’établir une simple liste des membres, tâche apparemment


facile, amenait la nécessité de choix de la représentation de la famille
concernée par un élément unique. Pouvait-il y avoir deux membres dans la
même famille ? Les femmes pouvaient-elles être membre ?

Même si les organisations exerçaient des activités commerciales ou des


services en bénéfice des membres et exécutées par certains d’entre eux, la
terre était le chœur de l’organisation, le seul lien qui touchait directement et
individuellement la totalité des membres. Au nom de qui ce droit d’accès
devait-il être enregistré : celui ou celle qui travaillait la terre ou du "titulaire123"
traditionnel ? La première réponse était toujours «le chef de famille» : selon le
système patriarcal en vigueur dans le sud du Mozambique, l’homme détient la
terre qu’il distribue à sa (ses) femme(s) pour la travailler et subvenir aux
besoins de la famille. La femme «divorcée » ou renvoyée par son mari se
retrouvait sans rien, la veuve pouvait voir son fils exiger sa "machamba"
(champ) pour sa belle fille. En cette période agitée, nombreuses étaient les
femmes veuves ou dont le mari avait disparu, devenues ainsi chef de famille.
Encore plus nombreuses étaient celles dont le mari était loin, soit qu'il ait
émigré en Afrique du Sud, situation pratiquement normale, on l'a vu et qui
faisait partie de l'organisation familiale, ou parce qu’il participait à la
guerre.

Quand la terre de l’organisation n’était pas la terre coutumière (ce qui, je l'ai
déjà montré, était le cas le plus fréquent) la possibilité d’enregistrer la femme
comme membre titulaire de l’association a été envisagée par les responsables
puis adoptée. Cela apporta aux femmes une sécurité d’accès à la terre, ce
devint aussi un moyen pour les plus influants de conserver l’accès à
plusieurs parcelles car le principe "officiel" était d’une parcelle par membre et
par famille. Certains chefs de famille contrôlaient ainsi leur parcelle, celle de
leur femme ou même de leur fils ou de leur fille habitant sous leur toit,
mangeant au même foyer124.

Une fois défini qui était membre de l'association et donc qui détenait la
parcelle il a fallu définir le mode de transmission en cas de décès du membre
titulaire. Le caractère héréditaire de l’accès à une parcelle était unanimement
adopté, les organisations se soumettant à la décision familiale et
traditionnelle quand le membre n’avait pas explicitement défini l’héritier.

Deux points très sensibles ont été abordés : la question de l’ouverture à


l’admission de nouveaux membres et la problématique de l’expulsion.
Pour le premier, le nombre limite de parcelles disponibles était le principal
régulateur, car, contrairement au système coutumier, l'aire occupée par
l'association avait des limites rigides et bien précises, indépendamment du
123
Titulaire : que ce soit selon les règles coutumières ou la loi officielle, la terre est d’une propriété
collective (communauté, État) mais son accès est individuel et transmissible bien que non aliénable.
124
« Comer do mesmo fogão ou da mesma panela » : « manger au même foyer ou de la même
casserole » : il était reconnu que les droits et les obligations d’une famille se définissaient selon le nombre
de foyers : un fils marié, même s’il résidait chez son père, avait ses repas préparés par sa femme qui
cultivait son champ. Cette situation n’était pas rare, le fils partant travailler au loin laissant sa femme chez
ses parents. Cette définition fut utilisée aussi dans certains villages pour le paiement forfaitaire de l’accès
aux fontaines.

75
nombre de membres actifs ou de celui des familles. Restait l'éventualité de la
sortie volontaire d'un des membres. Certains défendaient alors le droit de
préférence des membres existants en fonction de l’accroissement de leur
propre famille sur les éventuelles demandes de familles résidentes dans la
zone d’intervention de l’association.

Pour le second point, les membres acceptaient la définition d’obligations


envers l’organisation. Aucun ne considérait cependant comme applicable le
principe de l’exclusion d'un membre en cas de non-respect de ces
obligations même si le principe devait apparaître sur les statuts : la terre était
le moyen de subsistance qu’il n’était pas possible de retirer à une famille,
d’autant plus si cette famille y avait planté des arbres. Le passage de
l’agriculture pluviale en agriculture irriguée obligera à des transformations
profondes de ce principe.

De même la définition d'une participation financière des membres à


l’organisation par les quotas initiaux et périodiques prévus dans la loi n’était
acceptée par les membres que pour répondre à un besoin ou à un projet
commun bien défini. Ainsi, le quota initial a été destiné par les organisations
au paiement de leur registre et publication.

Enfin était expliquée la signification d’une association à but non lucratif ou


d’une coopérative et se posait la question : était-ce donc bien le type
d’organisation qui correspondait à leur réalité ?
La totalité des organisations qui adhérèrent au processus de légalisation,
qu'elles soient associations ou coopératives ont confirmé leur statut initial. La
seule coopérative qui soit allée jusqu’au bout de la légalisation, celle du "25 de
Setembro", possédait un patrimoine commun important issu de l’ancienne
concession qui lui avait été attribuée.

Un décalage s’est observé entre les organes de direction prévus par la loi pour
les associations ou les coopératives et ceux mis en place par celles-ci dans leur
pratique : toutes les organisations avaient élu une "commission de gestion" et
l’assemblée générale des membres répondait à une habitude de réunion
villageoise.
La difficulté résidait plus dans la définition des responsabilités et compétences
de chacune et de leur règles de fonctionnement : la loi prévoyait la définition
du mode de décision et de critère de validité d’une assemblée générale en
fonction de sa représentativité numérique, de l’élection d’un ''président de
l'assemblée générale'', différent du ''président de la commission de gestion".
Aucune organisation ne respectait ce principe "démocratique" : le président de
l’organisation accumulait les deux charges n’acceptant d’ailleurs pas de
partager le pouvoir et les décisions étaient prises en consensus, après le
nombre nécessaire de réunions consécutives de l’assemblée pour arriver à un
accord.

La commission de contrôle, "conselho fiscal", symbole aussi d’un pouvoir


indépendant exercé sur la commission de gestion et en particulier sur son
président, était totalement inexistante à cette époque. Seule, une partie des
organisations ayant une activité économique (magasin, moulin, pavillon de
production de poulets) impliquant des entrées régulières d’argent adopta plus
tard ce système de contrôle.
Mais le principe était toujours «d’un coq unique dans le poulailler ».

76
Un guide de discussion fut ensuite établi et une première assemblée générale
fut convoquée par le comité de gestion de chaque organisation à laquelle
participa le vulgarisateur ayant la fonction essentiellement de traducteur en
cas de besoin et une avocate mozambicaine stagiaire pour guider les débats,
informer les participants des possibilités et des limitations offertes par la loi.
Aucun travailleur de HELVETAS n’y était admis. Les discussions se faisaient
en langue locale.

Les vulgarisateurs aidèrent les associations à faire le recensement de leurs


membres, chacun devant donner son identification125, forme de confirmation
individuelle de son adhésion ;
Si le rapport revenait incomplet ou manquait de clarté dans des points
essentiels, une deuxième rencontre pouvait être convoquée ;
La loi en vigueur et le rapport écrit de ces assemblées servirent de base pour la
rédaction des statuts par le juriste.
En retour, il fut fait une lecture explicative de ces statuts avant de les
soumettre à l’approbation de l’assemblée qui indiqua les noms de ceux qui
signeraient, au nom de tous, la demande adressée au Gouverneur de la
Province pour la reconnaissance officielle de l’organisation.

L'adoption nécessaire d'un langage juridique, de plus en portugais,


représentait un obstacle sérieux à la vitalité des statuts dont l'utilisation
future était réservée aux alphabétisés. Du moins les membres fondateurs en
connaissaient-ils le contenu.
Le registre était devenu une affaire de tous126.

Ce long processus de discussion interne et de confrontation avec les mots et


les réalités extérieures a rendu les organisations plus fortes et plus confiantes
et autonomes dans leur rapport avec les institutions extérieures et les
responsables politiques et administratifs locaux. L’adhésion des membres à
leur organisation devenait plus active (tous ont cotisé pour payer les frais
administratifs).

Cependant, il se formait ainsi un nouveau pouvoir dont l'articulation avec le


pouvoir traditionnel et le pouvoir politique et institutionnel restait à observer.
Certaines associations, suite à la diversité d'origine de la population villageoise
caractéristique de cette zone, avaient élu un président originaire d'une autre
province (Inhambane, en général). Telle situation ne se vérifiait pas pour celles
qui occupaient leurs terres coutumières, elles étaient alors représentées par
un ancien, secondé par un homme mûr mais plus jeune qui parlait en son

125
Quand le membre en possédait une, les données indiquées par la carte d’identité étaient inscrites. En
cette période perturbée, nombreux étaient ceux qui n’avaient plus de papiers. La carte d’identité n’était
exigées qu’aux signataires des documents officiels consignés par le registre notarial. Ceux-ci devaient
donc être choisis selon le double critère : être reconnus par les membres comme leurs représentants et
reconnus par l’administration. Certains membres incontournables furent ainsi poussés à mettre leur
papiers à jour. Pour une fois la guerre nous a rendu service par les facilités administratives qu’elle
apportait.
126
Tout était motif à une petite fête, les principaux acteurs endimanchés : la signature des documents
devant le fonctionnaire local qui leur avait au paravent fait apposer leur signature (souvent leur
impression digitale) sur le grand livre du registre du district. L’écriture publique des statuts sur les beaux
livres rouges et leur lecture solennelle à haute voix dans les bureaux de l’office notarial de la province,
la remise officielle des documents au palais du gouverneur, la lecture à l’assemblée générale de la
déclaration du gouverneur légalisant l’organisation. Puis suivait le labyrinthe des couloirs administratifs
de Maputo pour le registre et enfin, la publication dans le Journal Officiel (Boletim da Republica).

77
nom. Les femmes prenaient place aux commissions de gestion le plus souvent
comme trésorières ou comme responsable d'une activité nécessitant de
comptes. Seule la coopérative en comptait une comme présidente devenue
rapidement honorifique, la gestion de la coopérative revenant aux hommes127.

Les distorsions déjà observées entre les statuts écrits dans le respect de la loi
et la pratique des organisations n'ont pas disparu par miracle. La
structuration interne des organisations évoluait selon leurs pratiques, les
exigences de leur activité et les conflits internes ou externes que celles-ci
provoquaient. Les écrits eux, sont beaucoup plus rigides.

c) Mesures, bornes, cartes topographiques : l'entrée sur le cadastre

Pendant que les associations discutaient leurs statuts, un relevé


topographique de leurs terrains était fait par l’entreprise mozambicaine
engagée par HELVETAS et guidée par les paysans. Les dossiers techniques
étaient ensuite déposés officiellement en leur nom aux services provinciaux de
géographie et cadastre. L’esquisse de la terre apparaissait alors sur les calques
de ce service, première reconnaissance de l’existence de ses occupants. Deux
dossiers concernant les terres occupées par les associations paysannes de
Massaca I et II ont donc été déposés. Dès lors, elles étaient aussi protégées
que tout autre demandeur de terre.

Une fois légalisées et enregistrées, les associations complétaient ce dossier et


accompagnaient la longue pérégrination de leur demande de titularisation du
droit d’exploitation de la terre entre les différents bureaux ou tiroirs impliqués.
L’obtention du titre fut une autre bataille qui ne concerna pas Massaca à cette
phase là.
L'assistance exogène pour garantir l'écoute des services administratifs et la
traduction de volontés paysannes en mots institutionnels s'est avérée
constamment nécessaire.

d) Situation spécifique des associations de Massaca.

L’association de Massaca II où se côtoyaient réfugiés et familles anciennes de


la région, abandonna rapidement les discussions, restant sans statuts.
Autorisée par le Gouverneur de la Province après avis favorable de la
Direction Provinciale de l’Agriculture, celle de Massaca I arriva en 1992 à
l’écriture publique des statuts et leur signature devant le notaire. Le dossier
foncier entrera alors formellement aux services du cadastre.

Les responsables du PRORURAL ont accompagné de près ce processus et


connaissaient les dossiers remis aux services du cadastre. En effet, l'un d'eux
était lié à l'entreprise qui exécuta le travail de géomètre.

Le renfort des associations paysannes a été une stratégie concertée entre la


position endogène de leurs membres et celle de leurs partenaires exogènes en
fonction d'un moment et de circonstances particulières.

127
L’UGCAP de Maputo réunissait des coopératives de femmes, la présidente de l’Union était une
femme. Je rencontrais dans la Province de Tete (régime matriarcal) des coopératives paysannes
exclusivement féminines.

78
Il n'aura apporté qu'une solution partielle et sélective du problème de la
sécurité de la terre pour les familles rurales dans un espace convoité. Une
solution qui a nécessité le recours à l'outil institutionnel, à l'application de la
loi foncière pour se protéger des effets même de cette loi tout en se soumettant
à ses exigences.

Le sens de l'intervention d'un ancien lors d'une séance d'explication de la loi


foncière et de ses mécanismes dans les villages « Quand ces terres
redeviendront-elles finalement les nôtres ? » serait l'objet d'une autre
recherche qui devrait tenir compte de l'évolution de la loi foncière et de son
mode d'application.

Le propos de cette recherche se centre sur les stratégies développées par les
acteurs autour de l'implantation de périmètres irrigués sur des terres
paysannes.

La dynamique associative locale a fortement influencé la stratégie adoptée par


le Programme pour l'implantation des périmètres villageois et l'organisation de
leur gestion. Reste à en chercher le sens ou l’interprétation qui en sera faite
par chacun tenant compte des nouveaux facteurs en jeu. J'aborderai cette
question au long des prochains chapitres. Il est temps cependant d'introduire
le promoteur de ces périmètres.

79
2EME PARTIE - NAISSANCE VIE ET FIN D'UN
PROGRAMME DE DEVELOPPEMENT RURAL : QUELS
OBJECTIFS ? QUELLES STRATEGIES GLOBALES ?

II.1 TOILE DE FOND POLITIQUE ET ECONOMIQUE

II.1.1 Jalons

Le programme de développement s'étend de 1988 à 1998. Cette période


commence avec la République Populaire du Mozambique, à cette époque la
guerre bat son plein. Avec la nouvelle constitution votée en 1990, le
pluripartisme est introduit, l'appellation "populaire" disparaît. Les accords de
Paix seront signés par le FRELIMO128 et la RENAMO129 en octobre 1992. En
1994 auront lieu des premières élections présidentielles et enfin en 1998 les
premières élections municipales partielles130, (sur 5 "villes" et 22 "districts
ruraux").

Les faits étudiés commencent aussi avec l’indexation au marché international


de la monnaie du Mozambique, le Métical, et sa conséquence : une pleine et
constante dévaluation jusqu'à 1997131.

1991, la veille de la signature des accords de Paix, après 15 ans de guerre,


l'économie du Mozambique est en ruine, c'est une période d'intense exode
rural. Le pays dépend de l'aide alimentaire internationale.

Octobre 1992, signature des accords généraux de paix.

Déjà se met en place le PRE, Plan de Réhabilitation Économique. L'attention


du gouvernement se détourne du secteur public et des fermes d'État, pour se
concentrer sur l'agriculture familiale et les petites entreprises agricoles
privées. Nous entrons dans une phase de reconstruction et de reprise de
l'économie avec une forte présence du FMI et de la Banque Mondiale qui se
fera sentir en particulier dans le réajustement structurel des ministères de la
fonction publique et dans les changements de politique sectorielle.

En 1997, le premier ministre du Mozambique déclarera dans une entrevue132 :


« 1996 a été une année très positive... /... Cependant il nous reste encore

128
FRELIMO : Front National de Libération du Mozambique (maintenant parti politique au pouvoir)
129
RENAMO : Résistance Nationale de Mozambique (maintenant principal parti politique d'opposition)
130
Le terme utilisé au Mozambique pour "municipalité" est "autarquías" , dénomination qui se retrouve
dans l'administration portugaise. La traduction française de "autarcie" montre bien l'esprit de la
décentralisation et de l'autosuffisance recherchées dans la première version de la loi mozambicaine. (Cela
sera moins évident dans sa dernière version)
131
À sa "naissance" cette monnaie avait une parité fixe de 40Mts pour un dollar, libéralisé, le change
officiel est passé en dix ans à près 12.000 Méticais pour 1 dollar américain.
132
SANDOULY (P.) "Avec les compliments de la Banque Mondiale " entrevue avec Pascoal Mocumbi,
revue JEUNE AFRIQUE, N° 1902, 1997, p.65

80
beaucoup à faire. Près de 50% de la population vit encore en état de pauvreté
extrême. Pour changer cette situation, il faut que le secteur privé se renforce et
que la communauté internationale nous apporte son appui. Nous devons
consolider nos institutions et, surtout, intensifier les actions de formation. »

La responsable du Mozambique au sein de la Banque Mondiale conclue le 16


mai de la même année, lors de la 10ème réunion du "groupe consultatif
Mozambique" : "Pour la première fois, depuis dix ans, nous pouvons être
satisfaits des résultats économiques du Mozambique" nous avons obtenu "des
preuves de rétablissement, pas des promesses"133.

Le Mozambique, classé comme PPTE, pays pauvre très endetté, est donc
devenu un bon élève de la B.M. qui s'engagera à soutenir, auprès du F.M.I. et
du groupe de Paris, une nouvelle réduction de la dette. Le Métical sera
stabilisé, les prix libéralisés et une grande concurrence s'installe entre les
commerçants que j'appellerai de " boutiquiers" et les vendeurs ambulants ou
les dumbanengues134. L'enthousiasme de la Banque Mondiale n'est pas
partagé par la population car le redressement économique a de violentes
répercutions sociales.

En 1988 le Mozambique vient donc de sortir d'une période d’économie


centralisée et planifiée pendant laquelle le commerce, les industries, les
grandes exploitations agricoles avaient été nationalisés. L'État assumait une
fonction exécutive dans la gestion des services et des activités économiques
productives ou commerciales. Les services sociaux, éducation et santé, étaient
publics et gratuits, tout comme l'eau des fontaines.
Le programme se terminera dans une phase de libéralisme économique,
d'invitation à l'investissement étranger qui se traduira à Boane en 1998 par le
dépôt de la première pierre du complexe industriel MOZAL, fabrique
d'aluminium appartenant à un groupe sud africain.

Dorénavant, les ministères devraient assumer un rôle régulateur et de


définition de politique générale. Le Programme d'Ajustement Structurel est
une réalité, la privatisation est devenue un mot d'ordre. Le premier ministre
définit comme première priorité le développement des zones rurales et la
remise en État des "couloirs" avec les pays voisins en particulier le couloir de
Maputo135.
Dans la campagne cela se traduit par des directives de prise en charge
économique des services publics par les communautés.

Sur cette toile de fond évolutive de la situation macro-économique, comment


surgit le Programme créateur de l’objet de cette recherche : les périmètre
irrigués ? Je l'ai écrit avec une majuscule, car il s'agit à la fois d'un
programme (conception et réalisation) et d'une institution.

133
Id. p.64
134
marchés ouverts informels, c'est à dire ne payant pas d'impôt que ce soit la taxe d'importation ou
l'impôt sur la circulation des produits.
135
Les "couloirs" sont l’ensemble des réseaux routier et ferroviaire reliant les pays voisins à la mer.
Celui de Maputo relie l’Afrique du Sud et la Swaziland à son port. Partie du financement de la
réhabilitation de ce couloir, une autoroute trans-frontières privée (donc payante), reliant le Transvaal à la
Capitale, est en train de se construire doublant la route nationale.

81
Pour pouvoir comprendre les stratégies progressives de sa création, de sa mise
en place puis de ses actions, il me faut identifier les objectifs : ceux qui ont
provoqué les négociations préalables, ceux qui lui ont spécifiquement été
attribués.

II.2 PRESENTATION GENERALE DU PROGRAMME : OBJECTIF GENERAL

1986
Ce serait me répéter que de rappeler la situation économique et sociale du
Pays, facteur déterminant : deux ans après les inondations de 1984, en
période de sécheresse, la guerre bat son plein.

Deux faits vont donc s'associer :

Le premier, positif : le résultat des grands investissements hydrauliques de la


première moitié des années 80 : après le barrage de Corumane, le barrage des
"Pequenos Limbombos" est fini.
Barrage de terre avec un noyau central de béton, il a été certes conçu au
départ pour constituer une réserve d'eau destinée à la zone urbaine de la
capitale, mais sa dimension apporte une nouvelle donne : la disponibilité de
l'eau pour l'irrigation.
Le barrage, cofinancé par la coopération italienne, exécuté par l’entreprise
CMC, a été mis sous le contrôle de l’ARA Sul, Administration Régionale des
Eaux-Sud, structure dépendante de la Direction Nationale des Eaux.

Le deuxième fait est l'instabilité des familles déplacées et réfugiées autour de


ce même barrage et l'insoutenable pression démographique sur les régions
urbaines voisines.

Deux objectifs :

L'un à caractère d'urgence : garantir une stabilité de la région, limiter la


pression démographique sur la zone urbaine, marquer une dynamique de
futur (projet de développement) dans un climat ou la survie quotidienne est
devenue la préoccupation de chacun. La guerre est en train de s'imposer
comme un mode de vie. Construire des projets signifie montrer une
détermination de changer le présent et de préparer un futur. Il se reconnaît
donc ici une volonté de préparer un processus de paix et de retour à la vie
normale.
Ce souci répond aussi à une préoccupation de maintien de la présence et de
l'influence de l’administration et du parti au pouvoir et de démontrer leur
volonté d'améliorer les conditions de vie se garantissant ainsi le soutien de la
population qui lui est majoritairement fidèle.

Un deuxième objectif est celui de valoriser un investissement : permettre


l'utilisation rationnelle et productive des ressources naturelles créées par le
barrage dans le but d'une autonomie alimentaire des habitants de cette zone

82
et de la production d'excédents destinés à réduire la dépendance alimentaire
de la ville.

La première stratégie sera donc de profiter du cordon de sécurité créé autour


du barrage pour y organiser, entre la frontière et l’agglomération urbaine de
Maputo et Matola, un tampon, une zone de sécurité, où sont conduits les
familles déplacées, réfugiées ou rapatriées.
Le gouvernement a fait "le premier pas" : il a choisi dans des zones sûres
l'emplacement des villages et a créé des conditions d'accueil de la population
en organisant l'espace d'habitation, le village, avec le tracé des parcelles à
bâtir, des rues, des quartiers, du centre. Il a organisé la vie du village plaçant
à sa tête le secrétaire du parti aidé des responsables de quartier ; il a attribué
au village un terrain cultivable lui-même divisé en parcelles destinées aux
familles. L'école et le poste de santé campent sous un arbre.

Mais la population y vit en attente de l'aide tout en développant comme on l'a


vu, des moyens parallèles de survie. Elle prend une mentalité d'assistée,
"exigeant"136 un paiement en retour de sa situation précaire provoquée par les
déplacements qui ont suivi les inondations, la construction du barrage et la
guerre et son regroupement en des villages communaux.

Le deuxième pas serait de chercher un moyen d'améliorer les conditions


sociales (jusqu'à les rendre attractives) et permettre la reprise de la
production agricole et donc le regain d'une autonomie alimentaire pour inciter
les familles à s’y fixer, limitant ainsi l'exode rural. Le gouvernement n'en a pas
les moyens.

Les négociations engagées au niveau de la commission gouvernemental mixte


Mozambique - Italie s'encadre donc parfaitement dans l'esprit de l'appel lancé
par le gouvernement mozambicain en 1987 pour terminer l'aide d'urgence et
commencer des actions de développement qui permettent aux populations,
déplacées à la suite des catastrophes naturelles (inondations de 1984,
sécheresse), la construction de barrages ou la guerre, de se reprendre en
charge : Cet appel, adressé à la communauté internationale en générale,
changera la politique d'intervention sur les districts de Boane et de Namaacha.

L’initiative

Les objectifs initiaux sont identifiables pour les acteurs, en tant qu'institution
ou qu'individu, porteurs d'un certain pouvoir d'initiative et de décision : il
s'agit d'un programme né de concertation au niveau du gouvernement
central. C'est à ce niveau que se formulent les objectifs initiaux, transmis et
traduits par les ministères aux organes de planification et de mise en forme
des projets. C'est à ce niveau que les négociations avec le bailleur de fond vont
s'établir pour arriver à une plate-forme commune d'intervention.
Il ne s'agit pas d'une initiative ou de l'expression d'un besoin d'un groupe de
base, mais d'une politique d'intervention d'un gouvernement sur l'ensemble
d'une région et de ses habitants.

136
Je parle "d'exigence" dans le sens où la présence ou même la confluence d'organismes
(gouvernementaux ou non) dont la raison d'être était d'aider en cherchant à répondre à "tout prix" aux
besoins de la population, étaient devenues parties intégrantes de la vie de ces villages dont les habitants
devenaient expert à répondre aux questions.

83
Les premières stratégies se dessineront donc à ce niveau. Elles subiront
l'influence exogène à ce niveau (conception du "développement", cadre
institutionnel, reconnaissance des intérêts mutuels des parties engagées).

Je distinguerais le contenu des négociations, donc le type d'action accordé, et


le cadre institutionnel créé par les parties concernées pour son élaboration et
l'exécution de ce programme : sa transformation en Programme.

II.2.1 Un programme de développement rural intégré.

II.2.1.1 La gestation du programme

Le barrage est le point de départ des négociations il est le point commun des
intérêts immédiats des deux parties qui vont négocier : le gouvernement
mozambicain qui a demandé sa construction dans un objectif précis, le
gouvernement italien qui a contribué à son financement et qui est intéressé à
participer à sa mise en valeur. J'y ajouterais un intermédiaire et catalyseur :
les entreprises italiennes qui l'ont construit.

Il s'agit d'exploiter son potentiel hydraulique par l'introduction d'une


agriculture intensive sur une région qui sera identifiée comme Zone de
Développement Agraire Planifié (Z.D.A.P.).

Dans une première phase, le rayon d’action s’étend sur le haut et le bas
Umbeluzi (respectivement en amont et en aval de Boane). Les premières
propositions parlent de la construction de 5.000 ha irrigués. Par la suite, le
développement de la zone du bas Umbeluzi, occupée essentiellement par de
grandes entreprises agricoles (Agrumes de Maputo, SEMOC, etc.) privatisées
ou en cours de l’être, sera laissé à la responsabilité de celles-ci.

Le projet "Alto Umbeluzi" envisageait l'irrigation de 1.500 ha. Les


circonstances politiques, (conflit armé), la dégradation de la situation
économique, la remise en cause interne et externe des grands projets
agricoles comme celui des 400.000 ha de coton dans le Nord, l'énorme
rétraction de l'investissement extérieur, l’expérience montrant l'irrigation
comme un investissement peu viable et la situation critique de la population
rurale font revoir cette orientation137.

L'objectif sera diversifié en même temps que sera réduite son ampleur
géographique :
Sont introduites les préoccupations mozambicaines d'une action visant
simultanément l'amélioration des conditions de vie de la population rurale et
un développement équilibré de la région tout en maintenant l'objectif productif
de l'intervention.

137
LOPES PEREIRA (A.) Nota de abertura de la brochure "Investindo na paz a caminho do
desenvolvimento" (investir dans la paix en cheminant vers le développement) éditée par le programme en
1998

84
Cette préoccupation des institutions centrales mozambicaines répond à ses
objectifs sociaux (stabiliser la région et donner confiance à une population
traumatisée et lui permettre de redevenir autonome). Elle trouve un écho dans
la politique exogène de développement du moment : le développement intégré
et la "réhabilitation" du rôle économique d'un secteur familial jusque là
marginalisé. Elle est aussi en accord avec la ligne politique interne (voir les
recommandations du IVe congrès du Parti, déjà mentionnées).

Le premier choix avant toute élaboration de projet fut l'accord entre les parties
d’une intervention plurisectorielle, qui se traduit par l'adoption de la nouvelle
appellation

II.2.1.2 Appellation "Programme de Développement Rural Intégré -


P.D.R.I."138.

Cette orientation répond à une décision du gouvernement mozambicain de


coordonner les actions de développement autour du barrage des "Pequenos
Limbombos" quel que soit le bailleur de fond.

Le principe est donc d'un programme (intervention cohérente à long terme) de


développement (signifiant à la fois amélioration des conditions de vie
actuelles de la population et leur transformation par l'introduction de
nouvelles techniques) rural (sur le territoire qui lui sera attribué, seules les
zones rurales devront être directement bénéficiées) intégré : intégrant des
actions simultanées et coordonnées sur différents fronts : social (éducation,
santé, approvisionnement en eau) et productif sans oublier des conditions
de bases du développement : réseau routier de communication, source
d'énergie, etc.

Le programme prend le sens d'une réponse urgente à un besoin urgent du


moment et une projection dans l'avenir, un avenir de paix qui est présenté dès
le départ comme sûr.
Les deux dimensions seront formulées par le directeur du PRORURAL :
« Garantir une assistance d'urgence aux populations réfugiées dans la zone du
barrage et en d'autres lieux offrant une sécurité relative, de façon à leur
apporter des conditions minimales de vie et de travail ;
Étudier les manières appropriées de reconstruire, au fur et à mesure de
l’élargissement des zones et des conditions de sécurité, les différentes
infrastructures sanitaires, éducatives et productives, ainsi que

138
Ce choix fait au Mozambique en 1988 serait en décalage de près d'une décennie des courants reconnus
de développement. En fait les courants ne se succèdent pas selon une loi unique de décideurs exogènes.
Certes le nouvel ordre économique était réclamé par le Mozambique à cette époque, mais une partie
endogène reste présente dans l'évolution économique de chaque pays : deux lignes du temps se
superposent : celle de la maturation interne du changement provoqué par l'accès à l'indépendance d’un
pays qui n'a jamais existé comme tel au paravent, selon un rythme et un chemin qui lui sont propres.
Celle de l'apprentissage international des relations nord sud, bailleur de fonds, "bénéficiaire"
"développeur", "en voie de développement". Les erreurs peuvent apparemment se répéter, pour ceux qui
les observent de l'extérieur, mais elles suivent une logique interne, nouvelle cuisine avec des ingrédients
déjà connus ou non, qui en font la particularité.
Le Mozambique n'a accédé à son indépendance qu'en 1975, avec près de 15 ans de retard sur d'autres
pays de l'Afrique du Nord ou de l'Ouest, par exemple.

85
l’approvisionnement en eau, pour permettre aux populations réfugiées de
retourner à leur lieu d'origine et de reprendre une vie normale.»139

L'affirmation de cette logique de paix par le haut conduit à la négociation d'un


investissement lourd et durable en infrastructures qui correspond à une
attitude volontaire de développement. Le titre de la brochure éditée par et sur
le Programme "Investir dans la paix en route vers le développement"140 traduit
bien cet état d’esprit.
Cette position rencontre un terrain favorable de la part du bailleur de fond. Je
rappellerais à ce propos le rôle prépondérant qu’ont joué la communauté Sant
Egidio, le Gouvernement Italien et la diplomatie de ce pays dans la préparation
des accords de paix.
Le terrain était préparé, comme il sera dit plus loin, par l'intérêt direct de ses
agents : les entreprises italiennes de construction déjà sur place grâce au
barrage.

La combinaison d’une stratégie de diversification des interventions, de


l’obligation d’une intervention d'urgence sur un territoire restreint et de la
prévision d’actions dont la réalisation resterait conditionnée à la fin réelle de
la guerre, conduira aux choix suivants :

a) La définition de la cible141 "secteur familial"

Elle n'apparaîtra comme stratégie commune qu'en ce qui concerne les accords
spécifiques entre le gouvernement italien et mozambicain, du moins lors de la
première phase. Toujours référée au contexte politique et économique du pays,
la marginalisation du secteur familial a été, comme j'en ai référé plus haut,
l'objet de fortes critiques internes et externes, face aux déboires rencontrés par
le secteur étatique et coopératif. Le secteur familial rural fait appel à un mode
de production (comme il l'a été mentionné lors de l'étude sur le contexte
foncier). Améliorer son niveau de vie voudra dire, en plus de l'amélioration des
services (santé, éducation), améliorer ses revenus.
L'intervention choisie est directe, il ne s'agira pas de créer des emplois par le
développement du secteur d’entreprise (comme cela se fera en aval de Boane)
mais d'améliorer le rendement de la production familiale, en particulier de sa
production agricole, par l'introduction de nouveaux moyens de production
"scientifiques" que les paysans devraient maîtriser eux même.

b) Un programme, deux phases

Le programme est divisé en deux phases successives :


une première phase immédiate de réalisations dites prioritaires concentrées
sur un territoire très limité, laissant pour un deuxième temps l'élaboration du
plan directeur.

139
LOPES PEREIRA (A.) Op cit Nota de abertura de la brochure "investindo na paz a caminho do
desenvolvimento"
140
PDRI-PRORURAL « Investindo na Paz a caminho do Desenvolvimento », Maputo 1998
141
je dis bien cible car il s'agit de la prévision d'une action dirigée vers un groupe de population
préalablement choisi.

86
Une deuxième phase qui dépendrait en principe de l'approbation du plan
directeur142 et du retour à la paix. Elle devrait viser la réinsertion des familles
déplacées sur leurs terres d'origine, la récupération des infrastructures de
base (moyens de communication) et sociale, le développement d'activité
économique, essentiellement agricole et toucher l'ensemble du territoire
intégré dans la Zone de Développement Agraire Planifié - Z.D.A.P. constituée
en 1989 par le gouvernement mozambicain.
Commandé à une entreprise italienne, le plan directeur ne sera jamais conclu
et approuvé. Le caractère intégré du programme sera maintenu par le
caractère plurisectoriel des infrastructures créées et non par la coordination
des différents secteurs pour une planification du développement de la zone du
programme.

Entre-temps, le choix des villages cibles de la première phase obéit à l'urgence


d'intervention sur une population déplacée, concentrée stratégiquement par le
gouvernement autour du barrage protégé. C'est là aussi que sont concentrées
les infrastructures de services (bureaux, campement, ateliers créés pour la
construction du barrage et gérés par la CMC).

Ainsi, les trois villages de Massaca I et II et de Mafuiane furent les seuls à


bénéficier de la première phase.

Améliorer les conditions de vie de la population, l'encourager à se stabiliser


voudra dire, en accord avec les enjeux formulés après l'indépendance : lui
donner l'accès aux services de santé, de l'éducation, à l'eau potable. Les
villages de Massaca et Mafuiane bénéficieront ainsi d'une école primaire, d'un
poste de santé et d'un système électrique d'approvisionnement en eau.
S'y ajoutent des infrastructures de base (route, électrification) et des
infrastructures productives (systèmes d’irrigation, maisons agraires, micro
entreprises - menuiserie, fabrique artisanale de blocs et de briques en terre
compactée, poterie, minoterie).

Aux côtés des constructeurs, la présence d'une équipe d’assistance technique


est prévue, dans un sens strictement technique (faire fonctionner) et plus
spécifiquement dans le domaine de l'agriculture143. J'y reviendrai, car son
évolution est un trait de la stratégie du Programme.
142
La deuxième phase dépendait du plan directeur de développement de la région non plus limitée au 4
villages mais ouverts à la totalité du territoire couvert par la Z.D.A.P., zone identifiée par le cabinet
mozambicain de développement de la région Umbeluzi Tembe à partir essentiellement de photographies
aériennes.
L'objectif de développement se place à plus long terme et surtout sur la totalité du territoire de la
Z.D.A.P.. Il dépend donc de la résolution interne du conflit armé.
Ce plan directeur est commandée à une entreprise italienne, il ne sera jamais approuvé. Élaboré en
période de guerre, sans le recul nécessaire pour une correcte projection de l'avenir de la zone (nouvelle
relation avec l'Afrique du Sud post apartheid, fin de conflit interne, rapide évolution de la politique
économique du Pays et impact des PRE et PRES). il est plus "un exercice de style ou de finance" que le
résultat d'une étude et d'une consultation approfondie des acteurs
La Z.D.A.P. tombera dans l'oubli, effacée par le couloir de Maputo ou les accords du Transvaal. La
deuxième phase, plus réduite, sera élaborée par l'équipe responsable, sur place, de l'exécution du
Programme.
143
L’assistance technique sera ensuite ouverte à l’hydraulique villageoise dont la prise en charge et la
tutelle institutionnelle ne sont pas préalablement clairement définies contrairement aux écoles et aux
postes de santé par exemple. J’ai abordé cette question dans une monographie écrite dans le cadre du

87
c) Objectifs spécifiques du P.D.R.I.

La construction des deux périmètres villageois est donc partie d'une stratégie
d'intervention sur les trois villages. Elle est en est pourtant le noyau central.

Cette action traduit un triple choix :


• la réduction de le zone géographique d’intervention directe de l’État,
laissant au secteur privé dominant l'initiative de l'investissement le
concernant sur le "Baixo Umbeluzi",
• l’attribution de la responsabilité de la conception et de la construction de
ces périmètres aux entreprises italiennes et enfin
• le choix du secteur familial comme destinataire, en particulier les familles
des trois villages, choisis pour leur importance stratégique, leur
localisation et le lien qui les unit à l'existence du barrage.

La transformation d'un financement ponctuel en programme de


développement rural intégré a donc suivi un processus de négociation entre
les deux parties, mozambicaine et italienne.

Le projet du Haut Umbeluzi gagnera ainsi progressivement de l'ampleur


devenant P.D.R.I. - Programme de Développement Rural Intégré dans la
Province de Maputo / Umbeluzi Tembe, en février 1988, date de son
approbation par les ministères mozambicains des finances et italien des
affaires étrangères.

Ses objectifs spécifiques sont décrits dans le rapport de la SIM144 comme étant
les suivants :
• Augmentation de la production agricole et de la productivité des familles
rurales pour améliorer le niveau de vie.
• Commercialisation des excédents agricoles pour contribuer à la réduction de
l'importation
• Création d’infrastructures sociales rurales (écoles, postes de santé,
approvisionnement en d'eau potable) pour contenir l'exode vers les centres
urbains
• Réimplantation rurale des réfugiés, des émigrés retournés et des anciens
combattants, pour favoriser le processus de stabilisation sociale
• Promotion des activités productives complémentaires à l'agricole, soutien des
opérateurs économiques et renfort de leurs structures associatives, pour
diversifier et renforcer l'économie;
• Appui aux groupes sociaux défavorisés, avec une attention particulière pour
la composante féminine, pour réaliser un développement social équilibré
• Assistance à l'institution mozambicaine chargée de promouvoir le
développement, pour renforcer la capacité d'intervention de l'État.

DHEPS. L’assistance technique se présente ainsi un peu comme une tutelle transitoire quand
l’investissement n’est pas directement pris en charge par son commanditaire en particulier quand celui-ci
dépasse ses propres moyens techniques ou humains.
144
Società Italiena di Monitoraggio engagée par le gouvernement italien pour le suivi évaluation du
programme. Rapport de la 1ère mission juin 95, P.16

88
Je devrais y ajouter les objectifs économiques internes du gouvernement
italien de stimuler l'activité de ses propres entreprises, position d'autant plus
forte que le financement est un don à l'État mozambicain

II.2.1.3 Pourquoi un P.D.R.I. ? stratégie institutionnelle.

Le P.D.R.I. a été officiellement présenté en 1988 à la Commission mixte entre


les Gouvernements mozambicain et italien et a été exécuté entre novembre
1991 et mai 1998. Intégré dans ses débuts dans le Secrétariat d'État de
l’Hydraulique Agricole S.E.H.A. (Ministère de l’Agriculture MINA145) il fut placé,
à l'extinction de ce dernier, sous la responsabilité du Coordinateur Générale
des Projets Intégrés, C.G.P.I., de qui dépend le Directeur du PRORURAL
La contrepartie italienne du Ministère de l’Agriculture est le Ministère des
Affaires Étrangères (MAE/DGCS146).

Le P.D.R.I. Programme de Développement Rural Intégré de la Province de


Maputo – Umbeluzi Tembe, s’intègre, comme je l'ai dit plus haut, dans un
ensemble de programmes de développement intégré liés à la présence
d’infrastructures hydrauliques comme la construction, dans le cas présent, du
barrage des « Pequenos Limbombos » sur le fleuve Umbeluzi.
Son rayon d'action est défini par la Z.D.A.P. (zone de développement agraire
planifié147) créée par le gouvernement mozambicain.
Il couvre les deux districts de Boane et Namaacha.

a) Quel est le statut du Programme au Mozambique ?

Le Ministre de l'Agriculture forme le "Gabinete da Região Agrária do


Umbeluzi", sans statut officiel, constitué par un groupe technique
mozambicain rattaché à la plus grande entreprise d'État locale - les "Citrinos
de Maputo" - et au département de vulgarisation du Ministère (futur Direction
National du Développement Rural- D.N.D.R.). Après deux années de travail
de reconnaissance de la région -1987 à 1989 - avec l'aide financière d'une
O.N.G. Suisse HELVETAS, la zone d'intervention est identifiée. Le cabinet est
dissout à la naissance du PRORURAL148.

Le PRORURAL devient l'organe officiel de coordination l'interlocuteur directe et


l'intermédiaire de l'État mozambicain pour toute question se référant à la
région de la Z.D.A.P. En fait , on l'a vu, son rayon d'action se réduira dans la
pratique sur le plan géographique au Alto Umbeluzi.
145
le ministère de l'agriculture deviendra ensuite le MAP, ministère de l'agriculture et de la pêche puis le
MADER (ministère de l’agriculture et du développement rural)
146
DGCS : Direction générale pour la coopération .
147
prévues dans la première loi de la terre (art. 12. conditionnant l'octroi du droit d'utilisation de la terre
au plan respectif de la zone) et son règlement (art. 5. compétence de la Commission nationale du Plan et
Art. 7. du ministère de l'Agriculture)
148
PRORURAL structure mozambicaine responsable de la coordination et de l’implémentation du
P.D.R.I. dans la région du Umbeluzi Tembe, dans la Province de Maputo. Installé dans des bureaux de
l'ancien S.E.H.A. à Maputo, il est formé d’un directeur général, d’un directeur administratif et d’un
responsable technique, agronome de formation, encadrant une équipe composée d’un ingénieur civil, d’un
économiste et d’un technicien d’irrigation et enfin du personnel administratif.

89
L'institution de tutelle subit une évolution au cours du programme : le
Secrétariat d'État de l’Hydraulique Agricole est dissout en même temps que
sont abandonnés les grands projets d'irrigation centralisés (politique de l'avant
PRE, de l’avant F.M.I.). En réponse à la nouvelle orientation essentiellement
exogène donnée au développement et pour assurer la gestion des
financements extérieurs apparaît le C.G.P.I. qui lui aussi sera dissout en
1998. De cette manière, l'État s’est doté d'un outil flexible d'intervention et
plus, qui lui garantit son indépendance de décision et d'action.

Cet intermédiaire lui permet en effet de garder une position de retrait en


assumant le rôle de devant de scène. L'État garde ainsi sa liberté d'action et
se préserve d'une ingérence directe dans son propre fonctionnement. En effet,
qu'ils soient grands projets ou programme de développement intégré, les
interventions dépendent d'un financement extérieurs et donc leur exécution
est co-dirigée par des représentants des intérêts mozambicains et du bailleur
de fond.

Je considérerai cette position du C.G.P.I. et de son bras exécutif le


PRORURAL, tout à la fois appendice du Ministère de l'Agriculture et structure
"autonome" comme une stratégie. J'observerai donc, au cours des événements
qui concernent cette recherche l'implication de cette position pouvant conduire
à la fois une liberté apparente de décision et à une entrave à un véritable
compromis, les acteurs institutionnels réels restant en retrait.

Le souci d’indépendance concerne les deux parties ; le PRORURAL considéré


initialement comme la direction unique du programme deviendra la
composante mozambicaine d’une direction conjointe italo-mozambicaine.

La volonté manifestée par le gouvernement mozambicain et son représentant


le ministre de l'agriculture était d'un développement planifié d'une région; ses
négociations avec le gouvernement italien n'était, au départ qu'une partie d'un
ensemble.

b) Du développement planifié au programme de développement.

La démarcation par le PRORURAL est suivie de la publication le 13


décembre 1989 dans le Bulletin de la République (journal officiel) de la
constitution par diplôme ministériel (ministres du Plan et de l'Agriculture)
d'une Zone de Développement Agraire Planifié - Z.D.A.P. de Umbeluzi-Tembe
qui « s'insère dans le plan et programmes de développement en vue de
promouvoir l'augmentation de la production et de la productivité agricole par les
différents secteurs qui y sont actifs, qu'ils soient familial, privé, coopératif ou
d'État »149. C’est le point de départ apparent de cette stratégie utilisant alors
les outils juridiques que lui accordait la première loi de la terre.

Cette optique correspondait parfaitement aux grands projets hydrauliques et


hydro agricoles de la première phase de l'indépendance :

149
Boletim da República (journal officiel)13/12/89 Diplôme Ministerial N° 120/89 Comissão Nacional
do Plano e Ministério da Agricultura.

90
La vision productive et scientifique d'un développement "agraire" est donnée
par l'objet de cette Z.D.A.P. : « l'utilisation du barrage des " Pequenos
Limbombos", à partir de la construction d'infrastructures d'irrigation et la
planification de son utilisation sur une superficie étendue, a pour objectif
d'optimiser le rendement économique de la zone par le biais de l'exploitation
scientifique de ses ressources naturelles et la création de meilleures conditions
de vie et de travail pour ses habitants. »150

L'administration de la Z.D.A.P. est ainsi confiée au Ministère de l'Agriculture,


versus le Secrétariat d'État de l'Hydraulique Agricole - S.E.H.A., au niveau
central et au Gouvernement Provincial au niveau local.
Le diplôme prévoit aussi l'implantation d'un Programme de Développement
Rural Intégré sous le contrôle du Conseil de Coordination du Programma crée
par le Conseil de Ministre, attribuant au S.E.H.A. « la compétence pour
l'exécution de toutes les actions destinées à sa réalisation ».

Sont associés les notions de planification et d'exécution.

Les enjeux de la Z.D.A.P. étaient larges et concernaient l'ensemble de ses


habitants/acteurs. Le secteur privé y est mentionné au même titre que les
trois autres (État, coopératif et familial). La spécificité de la cible "secteur
familial" n'apparaît pas dans ses statuts.

Il ne s'agit pas d'une institution endogène de planification du développement


d'une région, guidant et canalisant les agents de développement. Il s'agit à la
fois du guide et de l'agent. Le Programme ne s'occupe que de ce qu'il lui
revient de financer comme investissement central de l'État et d'exécuter.
Ainsi le projet du Bas Umbeluzi dont le financement était prévu par le Koweit,
fût laissé de côté "pour des raisons de conjoncture151" ou de stratégie
économique (privatisations) qui caractérise l'époque. Il n'y est plus question de
développement intégré, l'essor de la région du Bas Umbeluzi, jusqu'au fleuve
Matola, frontière avec la zone urbaine de la capitale, sera confié au secteur
privé, seules des O.N.G.s et les services de vulgarisation travailleront dans les
villages, eux même de plus en plus urbanisés.

La Z.D.A.P. est donc, dès le départ, amputée d'une bonne partie de son
territoire.
Le programme centrera alors ses projets sur le Haut Umbeluzi.

Ce caractère exécutif du P.D.R.I. sera progressivement renforcé par le type


d'accord signé avec le bailleur de fond, les circonstances internes du pays et le
fait que aucune capacité autonome et indépendante n'est créée pour
concevoir le plan directeur de développement de la région. Cette évolution sera
finalement sanctionnée, à la fermeture du Programme, par la dissolution du
C.G.P.I. et du PRORURAL et l'effacement pur et simple du concept de Z.D.A.P.
de la nouvelle loi de la terre.

150
Idem précédente note
151
LOPES PEREIRA (A.), directeur du PRORURAL, "Investindo na paz a caminho do
desenvolvimento", "note d’ouverture" de la brochure présentant le P.D.R.I. - PRORURAL , Maputo,
1998 "la privatisation et le démembrement des anciennes entreprises publics agricoles et d'élevage, ont
provoqué des reformulations successives du projet qui finira par être exécuté partiellement sur l'initiative
privée de nouveaux agents économiques qui, entre temps, se sont installés dans la région."

91
c) Qui dirige le P.D.R.I. ?

De commun accord entre les deux parties, mozambicaine et italienne, la


coordination locale du programme sera assurée conjointement par le Cabinet
Technique de Coordination – G.T.C. réunissant un fonctionnaire représentant
du gouvernement mozambicain (le directeur du PRORURAL), et trois experts
désignés par du gouvernement italien dont un coordinateur.
En face de lui, les Entreprises Réunies italiennes (BONIFICA et SOTECNI
comme maître d’œuvre et comme assistance technique institutionnelle, CMC
comme entrepreneur et logisticien exclusif et TECNAGRI comme assistance
technique).

Face aux lacunes (que je qualifierais plus "d’institutionnelles" que de


"contractuelles") déjà mentionnées provoquant l’absence d’un plan directeur,
de simple coordinateur, le G.T.C. devient aussi rapidement concepteur,
planificateur et superviseur des activités du P.D.R.I.. C’est lui qui sera à
l’origine de la programmation de deuxième phase, visant l’élargissement
géographique des activités du P.D.R.I. vers les zones jusque là interdites par la
guerre et, tout particulièrement, la consolidation des réalisations lourdes de la
premières phases.

Un bureau exécutif avait été ouvert dans un édifice appartenant au barrage au


centre de la zone d’intervention. On y retrouvait les responsables techniques
des entreprises italiennes et du PRORURAL, chacun dirigeant sa propre
équipe.

1995, avec la fin de la première phase essentiellement de "construction", un


changement de cap est visible : réunification géographique et fonctionnelle du
G.T.C. et de l’assistance technique. Ainsi, en 1996 les deux parties du G.T.C.
s’installèrent dans les bureaux du PRORURAL à Maputo et décidèrent de
l'intégration de l’assistance technique exécutive, quelle soit mozambicaine ou
italienne, sous une direction unique (confiée à un expert italien) installée dans
les bureaux du barrage. Ce nouvel organigramme, stratégie palliative à une
nécessaire économie de ressources et meilleure intégration, se superpose à
des vestiges de l’ancienne organisation : division fonctionnelle et par la même
directionnelle des trois entreprises italiennes d’assistance technique.
L’organigramme reste complexe et, dans le cas de l’activité agricole, le
rattachement de l’assistance technique institutionnelle aux institutions
mozambicaines152 ne se fait pas, laissant le P.D.R.I. comme un microcosme
"autosuffisant" .

Le poids accordé aux entreprises italiennes va influencer les choix techniques


du Programme : la construction d'infrastructures était la première compétence
des entreprises et c'était cette compétence que leur reconnaissait le
PRORURAL. Ce ne sera pourtant pas leur seule responsabilité.

152
Comme je l’ai dit, il n’existe pas de département de l’irrigation au niveau provincial ou du district, et
le PRORURAL assume le rôle de représentant (et de tampon) des intérêts du C.G.P.I., et, surtout, du
F.D.H.A. propriétaire attitré des infrastructures agricoles, dont les périmètres d’irrigation.

92
Les entreprises italiennes qui ont pris l'initiative conduisant au processus de
négociation entre les deux gouvernements, deviennent aussi les garantes de la
bonne utilisation des fonds italiens et de l'efficacité d'exécution recherchée par
le ministère de l'agriculture mozambicain soucieux de rendre agiles les
mécanismes d 'exécution du programme. C'est donc en accord mutuel des
deux parties que la CMC est choisie comme entreprise responsable de
l'exécution des travaux, des services et des fournitures du programme.

d) La destination des biens créés par le P.D.R.I. :

Par contrat, le PRORURAL était le receveur de toutes les réalisations du


Programme en tant que représentant de l’État mozambicain. Il était ensuite
responsable du passage aux institutions de tutelles respectives, de toutes les
infrastructures153 créées : le PRORURAL était donc directement responsable
des projets et des infrastructures tant que l’acte de remise n’avait pas été
signé. Cependant, dans le cas des infrastructures agricoles, le PRORURAL
jouera un double jeu : celui de receveur provisoire et de représentant du
receveur final - le Fond de Développement de l'Hydraulique Agricole154. J'y
reviendrai dans le choix juridique.

Mis en place ce cadre général de l'intervention, une remarque peut être faite :
l'écart grandissant entre les intentions gouvernementales initiales (un plan de
développement de la région et une institution continue qui dirigerait sa mise
en place) et le caractère exécutif et temporaire qu'acquiert le P.D.R.I..

Cette évolution est sanctionnée par les choix stratégiques - création du


PRORURAL puis celle du C.G.P.I., acceptation du choix d'entreprises
italiennes comme gestionnaires du Programme puis retrait du budget central
de l'État mozambicain au Programme et enfin corps unifié de direction du
Programme sous la responsabilité du G.T.C. (co-direction mozambicaine
(directeur du PRORURAL) et italienne, (responsable nommé par la coopération
italienne). Conçu au départ comme organe unique responsable du Programme,
le PRORURAL devient le représentant de l'État mozambicain, la partie
italienne conservant son autonomie.

Le choix des intervenants est aussi un choix stratégique : les signataires


s'accordent à nommer la CMC comme société exécutrice du programme.
pendant la première phase, tout le staff technique est engagé et dirigé par
deux associations temporaires d'entreprises italiennes : l'une dirigée par la
CMC , coopérative de construction responsable de l'exécution des travaux, des
services et de l'approvisionnement, associée à une entreprise d'assistance
technique de terrain, l'autre consultante, se partageant la responsabilité de
l'élaboration des projets et du plan directeur, de la direction (supervision) des
153
Destination des infrastructures publiques : écoles : D.P.E - Direction Provinciale de l’Education,
postes de santés et hôpitaux : D.P.S. - Direction Provinciale de la Santé, systèmes d’approvisionnement
en eau : Administration locale et D.P.O.P.H - Direction Provinciale des Travaux Publics et de
L’Habitation, et enfin de production animale : DINAP - Direction Nationale de Production animale, sous
la tutelle du MAP - Ministère de l'Agriculture.
154
F.D.H.A. Fond pour le Développement de l'Hydraulique Agricole, fond doté d’une capacité juridique
et d’un patrimoine propre, créé en par décret ministériel et placé sous la tutelle du MAP - Ministère de
l'Agriculture.

93
travaux et de l'assistance technique de terrain et de l'assistance technique
institutionnelle.

La coordination mozambicaine du programme est confiée au secrétariat d'État


de l'hydraulique agricole qui constituera le PRORURAL - Programme de
Développement Rural Intégré de la Province de Maputo - Umbeluzi Tembe,
signataire de la réception des travaux, dont le directeur représentera le
gouvernement mozambicain dans la direction du programme au côté du
directeur italien, constituant le groupe technique de coordination.

Le PRORURAL dispose d'un cabinet exécutif du Programme, sa compétence


touche l'ensemble des actions de développement concernant la Z.D.A.P.,
indépendamment du bailleur de fond, c'est lui qui assure la coordination avec
l'administration locale et les institutions de tutelles telles que l'éducation , la
santé, les eaux, les bénéficiaires et la vérification de la conformité des projets
et réalisation avec les normes mozambicaines. Son indépendance financière,
prévue dans les accords initiaux, sera peu à peu remise en cause par la
réduction du budget attribué par le ministère des finances. Il suffit de
comparer le staff technique dont dispose le PRORURAL et celui de la partie
italienne pour comprendre le déséquilibre de force. De plus le PRORURAL ,
institution tampon du ministère de l'agriculture, n'est pas intégré dans ses
différents niveaux d'intervention (DPA ou DDA), il ne constitue pas un réseau.
Il est pourtant amené à le représenter, porte parole des intérêts mozambicains
dans le Programme en face du bailleur de fond et des techniciens. Il est aussi
appelé à intervenir à tous les niveaux : central, provincial, municipal,
villageois.

Sa situation de porte à faux est accentuée par l'un de ses fondements, la


Z.D.A.P. qui aurait du impliquer l'existence d'un plan directeur. Le
PRORURAL agit en pleine période de transition entre une économie centralisée
et planifiée vers une économie libérale (ouverture vers le secteur familial et
privé). Aucun plan directeur ne pourra voir le jour réduisant cette notion de
Z.D.A.P. à un ensemble de projets élaborés à mesure des circonstances et des
accords spécifiques avec le(s) bailleur(s) de fonds.
Ni le PRORURAL ni même la S.E.H.A. ou plus tard le C.G.P.I. ne possèdent
une capacité propre d'étude et de projection, même bénéficiant d'une aide
extérieure. Le pouvoir de la partie mozambicaine sera ainsi limité à
l'acceptation ou au rejet des propositions soumises par ses partenaires
exogènes.
Ainsi, l’autorité du PRORURAL dont l’avis favorable est nécessaire pour
l’autorisation de toute d'une demande d'occupation de terre sur son territoire,
ne pourra s'appuyer sur une vision globale et à long terme du développement
futur de ce territoire mais à l'étude aléatoire du cas par cas.

La fin des Z.D.A.P.(s) , effacées de la deuxième loi de la terre en 1997 et la


fermeture du C.G.P.I. et du PRORURAL en 1998 confirment la réorientation de
la politique de développement du pays : attraction de l'investissement privé,
réintégration dans un contexte régional (comme c'est le cas du "couloir de
Maputo" et des accords du Transvaal) dont le Mozambique est très
dépendant.

94
e) Jeux d’influences

Une fois les objectifs communs tracés par les accords signés entre les deux
gouvernements, le programme initie le processus d'élaboration puis
d’exécution de projets. Les choix stratégiques seront ponctuellement
influencées par les intérêts des intervenants et la distribution du pouvoir de
décision.

L'accumulation fonctionnelle de toute la conception et l'exécution dans les


mains d'entreprises extérieures aura son influence. Elle répond, comme je l’ai
dit plus haut, à une préoccupation d'efficacité, qualité plutôt attribuée à
l'entreprise privée, en préférence à une administration dépendante des
institutions de tutelles, surtout pour une première phase caractérisée
essentiellement par la construction d'infrastructure. Le choix d’une entreprise
sous contrat serait aussi une force dissuasive de détournement de fonds par
rapport aux objectifs initialement accordés, le paiement étant prévu par
travaux ou services réalisés et préalablement autorisés..

Cette efficacité a un prix. La mobilisation et donc le coût journalier des


entreprises imposent une rigidité (cahier de charge) et un timing étroitement
contrôlable dès que la "machine" entre en marche. Le programme de
développement prend alors l'allure d'une addition de projets, il n'a pas une vie
autonome il doit se soumettre à ce principe d'efficacité. Devenant lui-même
exécutif, il est condamné à être conçu et exécuté dans les délais déterminés et
à s'éteindre à la fin de ceux-ci155.

La centralisation de l'exécution du programme donne un pouvoir manifeste


aux entreprises italiennes en leur attribuant une compétence cumulée de
proposer, concevoir, exécuter, contrôler et évaluer les interventions du
programme. Elles n'ont certes pas le pouvoir officiel de décision, détenu par la
direction du programme assurée par les représentants gouvernementaux.
Cependant ceux-ci ne pourront que cautionner ou non les propositions
remises par les entreprises italiennes, exogènes par excellence, le timing ne
laissant pas toute la flexibilité nécessaire à des études plus approfondies et
l’absence de plan directeur les privant d’un critère d’évaluation de leur
adéquation.

D'autre part, les intérêts des deux parties, mozambicaines et italiennes ne


seront pas forcement compatibles : par exemple, un des objectifs du bailleur
de fond est de permettre un gain d'activité des entreprises de son pays, ce
qui influera sur le choix des équipements importés.
Aux intérêts des entreprises s'ajoute leur obligation de respecter la conformité
des travaux avec la législation du pays bailleur de fond, (le label final de
conformité étant attribué par une équipe italienne à demande du bailleur de
fond) et non uniquement avec celle du Mozambique.

155
Les projets de développement ont tous un début et une fin. Certes cette affirmation paraît logique si
l’on suit le critère de fonctionnalité prôné par les spécialistes en développement et dont le terme de
"respect" s’applique à d’autres comme "délais", "cahier de charge", "efficacité".
Le développement intégré d’une région, objectif à long terme si le développement est considéré comme
un processus endogène continue et réfléchi, ne peut donc résulté d’une simple addition de projets. De
même que les pays "développés" ne confient pas l’orientation générale du développement de leur
régions à des commissions exogènes ou dont la durée de vie serait soumise à la bonne volonté de
bailleurs de fond extérieurs.

95
Montrer comment l’argent a été dépensé, n’est pas l’objectif de ce mémoire,
d'autant plus qu'il s'agit d'un don et non d'un prêt. Il ne s’agit pas ici de
polémiques.
Seules importent ici les conséquences et les répercutions de son
investissement sur les institutions mozambicaines, les bénéficiaires directs et
indirects156 et donc, en réponse, l'évolution des stratégies en cours
d'implantation.

Ce choix de départ pourra avoir une influence marquante sur une partie des
choix stratégiques subséquents, d’un caractère plus technique, comme le
choix de l'équipement, des matériaux, de la technologie.
Il influera aussi sur l'importance donnée dans la première phase du
Programme à la construction d'infrastructures au détriment d'actions de
formation, de crédit ou d'appui institutionnel : le béton est de la compétence
des entreprises, le reste devra être de la compétence des mozambicains.

Il apparaît dès le départ cependant un difficile ajustement de facteurs


et de leurs conséquences sur la dimension et les caractéristiques
technologiques des investissements réalisés, avec l'expérience et la capacité
financière et technique de gestion de telles infrastructures par les populations
bénéficiaires ou même l'institution de tutelle.

Ces facteurs sont :


• le caractère urgent de l'intervention demandée, qualifiée comme prioritaire,
(en 1988, le gouvernement envoie une lettre à son homologue italien une
demande officielle de rapide mise en œuvre du programme),
• la concentration des actions sur une zone réduite pour des raisons de
sécurité pendant cette première phase, à quatre puis trois villages,
• la durée réduite de la première phase : 18 mois prévus,
• la demande explicite d'une intervention de développement "intégré" se
traduisant par une intense infrastructuration de la zone identifiée,
• l'importance du financement appliqué plus de 66 millions de dollars dont
la plus grande partie revient à la première phase,
le caractère d’entreprise de l'intervention donné par le contrat signé entre le
gouvernement italien et les entreprises de ce pays pour son élaboration son
exécution et son contrôle

II.3 DU PROGRAMME AU PROJETS : LES CHOIX PENDANT LA CONCEPTION

II.3.1 Les villages

Surtout pendant la première phase du Programme, la préoccupation première


est centrée sur l’amélioration des conditions de vie de la population des trois
villages considérés comme prioritaires.

Le mieux-être recherché pour toute population, passe, selon les convictions


du FRELIMO acquises par l’expérience des zones libérées et selon les
156
Je situe au départ les familles comme "bénéficiaires" d'un investissement, qu'il leur soit ou non
bénéfique. La question est de savoir si elles deviendront ou non partenaires.

96
paramètres internationaux mesurables du bien être de l'humanité, par
l'amélioration des conditions d'éducation et de santé des populations et leur
accès à l'eau potable.

Les trois villages prioritaires ont donc été dotés d'infrastructures sociales :
1 école primaire remise à la direction de l'éducation157
1 poste de santé remis à la direction de la santé
1 système d'approvisionnement d'eau remis à l'administration du district puis
géré par le village.

Le programme est intervenu aussi dans l'urbanisation158 des villages et a


établi un relevé des terres agricoles pluviales familiales. Sa simple présence a
modifié la vie des familles : il devenait une source de travail même si une
grande partie des travailleurs employés par la CMC était amenée
journellement par camion de la ville. Il attirait de nouveaux habitants par son
activité ou les conditions de vie qu’il créait. Certains de ses employés se sont
même fixés dans les villages.
Son action ne s’est pas limitée à la construction d’infrastructures sociales. Les
villages devaient aussi bénéficier de périmètres irrigués. Quelles étaient les
ressources disponibles pour cela ?

157
L'habitant a donc un accès très favorable à l'enseignement si l'on tient compte de : l'école primaire de
premier niveau à Massaca et à Mafuiane, d’une école EP2 (jusqu'à 7ème classe) à Massaca et que l'on situe
les villages dans un rayon de 10 km de la ville de Boane, siège du district, où sera construite une école
secondaire et où existe un lycée agricole. La présence d'infrastructures a aussi facilité l'organisation de
cours d'alphabétisation et de scolarisation pour adultes. Restera à étudier l'influence de cet enseignement
en portugais (langue nationale) sur la nouvelle génération soumise aux pressions et attractions des pays
voisins et de la capitale et donc son impact sur le développement de la région, en particulier, de l’activité
agricole.
158
L'urbanisation des villages initiée par le dessin général des rues et des quartiers et la division des
terrains constructibles, puis améliorée par le Programme (rues principales et des routes secondaires
d'accès aux villages) a modifié le cadre de vie de ses nouveaux habitants. Leur organisation a superposé
de nouvelles structures aux anciennes. Ainsi, la nécessité de faire contribuer régulièrement les familles
pour faire fonctionner les systèmes électriques d’approvisionnement en eau confère plus d'importance à
l'administration des villages qui sera installée dans des maisons de briques de terre compactée
(fabriquées localement) appelées "conseil exécutif".
Vers la fin du Programme, le village de Mafuiane, situé à 40 km du siège du district de Namaacha, verra
même s'installer un poste de police à la demande du président de la localité qui s'est vu débordé par la
multiplication des vols et autres délits. Ce village, qui avait vécu replié sur lui-même pendant la guerre,
avait toujours su résoudre ses problèmes internes, force qui lui donnait la cohésion entre villageois
nécessaire pour organiser la résistance du village aux attaques armées pendant la guerre. Ainsi, en cas de
délits, selon la méthode traditionnelle de l'identification des pas, les faits étaient reconstitués, les fauteurs
identifiés et punis sur place ; la concentration de la population puis l'ouverture du village vers le monde
extérieur apporté par les agents du Programme, puis par la libre circulation permise par la paix, ont
changé cet état de chose.
La présence du Programme permit aussi l’installation permanente dans le village de Massaca I de la ''Casa
do Gaiato'', organisation non gouvernementale portugaise tournée vers le travail avec les communautés et
le recueil d'enfants des rues. Cette organisation monta avec un financement extérieur, un système d'auto
construction dans des matériaux conventionnels (blocs de ciment fabriqués sur place158, toit de tôle)de
maison et de latrines individuelles.

97
II.3.2 Les ressources naturelles - eau et terre

II.3.2.1 L'eau

La construction du barrage des "Pequenos Limbombos" est le point de départ


du projet Umbeluzi :
Avec l'indépendance nationale et avec la réunion des différentes organisations
en rapport avec les problèmes de l'eau en une structure unique (la Direction
National des Eaux), le gouvernement a lancé, avec l'appui de la Banque
Africaine de Développement BAD, des études qui ont conduit à :
• un renfort et une augmentation de l'approvisionnement en eau de Maputo
et Matola, passant de 3.000 à 6.000 M3/heure
• une augmentation de la superficie irriguée, en aval de Boane, jusqu'à
10.000 ha, valeur calculée lors d'études antérieures
• la construction du barrage des "Pequenos Limbombos"

Les études effectuées ont conduit à la réduction de la superficie irrigable en


aval de Boane (Baixo-Umbeluzi) jusqu’à 3.500 ha et à considérer la viabilité de
la construction d'un barrage, qui, avec peu de différence de coût, pourrait
permettre l'ouverture de nouvelles aires, cette fois, en amont de Boane, à
l'irrigation. À la suite de quoi, des terres ont été pré-identifiées donnant origine
au projet appelé "Projecto do Alto Umbeluzi" »

Le barrage est conclu en 1986, renforçant la capacité d'approvisionnement


d'eau à la Capitale. C'est alors qu'une première proposition est faite à la
coopération italienne pour le financement du projet "Alto Umbeluzi"
initialement conçu comme un projet d'irrigation.
Il a évolué au cours des conversations entre les parties, comme je l’ai déjà
mentionné.

Ainsi, des 1.500 ha proposés dans la première version, seront seulement


réalisés deux périmètres totalisant 303 ha avec une extension de 63ha.

Quel est le volume d’eau disponible pour l’irrigation ?

Le volume maximal d'eau que l'on pourrait pomper du fleuve permettrait selon
une étude réalisée en 1995159 d'irriguer 4.000ha. 1.400 ha sont déjà installés.
10.600ha sont potentiellement irrigable rien que sur le Haut Umbeluzi. Les
périmètres exécutés par le programme n'en représentent qu'une partie
minime, il faut leur ajouter les terres irriguées par les entreprises agricoles
mixtes ou privées.

Face à l'expansion de l'agglomération urbaine de Maputo et Matola, la


compatibilité de ce double objectif du barrage - approvisionnement en eau de
la capitale et irrigation, n’apparaît pas comme sans problème :

« Il est très clair qu'ils y a une concurrence dans la demande d'eau pour
l'irrigation et l'utilisation urbaine à Maputo » nous dit cette même étude menée
pour la DNA et la banque Mondiale.

159
NORAGRIC Centre for International Environment and Development Studies - AGRICULTURAL
UNIVERSITY OF NORWAY, “Environmental Assessment of the Mozambique National Water
Development Project” Norway study for The World Bank and Direccao Nacional de Aguas
Maputo, Mocambique, July 1996, p.49 (point 4.3.4)

98
En effet :
Le débit du fleuve Umbeluzi en amont du barrage est très irrégulier ce qui est
du à l'irrégularité du régime pluvial et la gestion faite de l'eau par le
Swaziland où il prend sa source.
Du point de vu de l'environnement, toujours selon l'étude réalisée par
l'université norvégienne, trois préoccupations se poseraient:

• « Le débit minimal en aval de la captation de l'eau pour


l'approvisionnement de Maputo pour contrôler l'intrusion saline et protéger
d'autres fonctions écologiques
• La proposition de futurs transferts d'eau du fleuve Incomati sur le fleuve
Umbeluzi pour augmenter la capacité d'approvisionnement de Maputo
• Le suivi et la gestion de l'arrivée du débit minimal à la frontière du
Swaziland. Un accord signé avec ce pays en 1976 prévoie en effet que le
Mozambique devrait recevoir journellement à la frontière 40% des arrivées
d'eau mesurées. »

On peut lire aussi160 que «le barrage était prévu pour fournir un débit
régularisé minimal de, approximativement, 9 m/sec pour assurer un débit
suffisant au niveau de la captation (de la station d'eau de Maputo), mais la
décharge minimale est à ce moment (1996) de 4 m/sec. Le barrage et son
fonctionnement, y compris la garantie d'un débit suffisant à la captation, sont
de la responsabilité de l’administration régionale des eaux nouvellement
constituée, ARA-Sul. »

Pendant que d'autres études sont en cours pour garantir d'autres sources
d'eau à la capitale, la priorité est donc donnée à l'approvisionnement d'eau de
Maputo. Une évaluation économique de l'utilisation des (ou partie des)
ressources à des fins d'irrigation est aussi demandée. Le rapport reconnaît
cependant l’urgente nécessité d’augmenter la production alimentaire au
Mozambique pour diminuer l’importance des importations.

En attendant, la tendance de l'ARA Sul à freiner la multiplication des systèmes


d'irrigation se traduit en particulier par l'augmentation du tarif de l'eau brute.

La disponibilité d'eau pour l'irrigation n'est donc pas un fait acquis sans
limite. La salinité du sol est un des risques les plus redoutés, il est mentionné
dans toutes les études.
Au moment de la conception des périmètres, il n'y a cependant pas
d'informations suffisantes et d'indications normatives limitant la quantité
d'eau disponible et indiquant le type d'irrigation à utiliser (par gravité, par
expression, goutte à goutte...)

Un souci de coordination entre la structure responsable des ressources


hydriques est cependant visible : les études préliminaires sont réalisées sous
la direction de la DNA. Son ancien directeur sera nommé directeur du
PRORURAL par le S.E.H.A., responsable de l'exécution du Programme.
Leur tâche n'en est pas moins rendue difficile par l'absence de critères
réglementaires mozambicains autres que ceux laissés par les Portugais ;

160
Id. p42 (4.3.1)

99
critères extrêmement limités en ce qui concerne les problèmes de
l'environnement.

En effet ce n'est qu'en 1991, selon l'étude réalisée pour la Banque Mondiale et
la DNA161, que sera annoncé (mais non réalisée) l'étude d'un plan directeur de
l'eau :
En 1991, la Loi de l'eau est publiée définissant que « les eaux intérieures (...)
sont propriété de l'État constituant le domaine hydrique public et que le droit
de son utilisation et profit sera accordé de manière à garantir sa préservation
et sa gestion en bénéfice de l'intérêt national » 162
Cette même loi crée le "Conseil National des Eaux", organe consultatif du
Conseil des Ministres (art 17) et confie la compétence de la gestion des
ressources hydriques aux administrations régionales des eaux (ARA
Administração Regional das Águas, art 18) dotées de personnalité juridique et
autonomie administrative, patrimoniale et financière, placées sous la tutelle
du Ministère de la Construction et des eaux par le biais de la DNA.

L'ARA Sul sera crée par le décret 26/91 du 14 novembre de la même année.
Sa compétence couvre le territoire sud du pays jusqu'au fleuve Save. Il devient
donc l'interlocuteur direct du programme sur le terrain en particulier pour la
phase de mise en fonctionnement des systèmes. C’est l’ARA Sul aussi qui
facturera un volume forfaitaire d’eau aux gestionnaires des périmètres, les
associations.
Il lui manquera cependant encore pour se gouverner un nouveau règlement de
l'eau pour remplacer celui encore en vigueur hérité de l'administration
coloniale portugaise.

Je soulignerai ici de nouveau, la grande difficulté que représente la


dépendance des institutions mozambicaines par rapport aux agents exogènes
pour la définition de ce qui lui convient ou pas. Les intentions sont déclarées,
les outils d'exécution ne sont pas dans leur main : manque de cadres,
d'informations, d'articulation avec le terrain. Face à ce manque d'autonomie,
le gouvernement ne peut que demander à des experts la présentation d’une
étude d'impact sur l'environnement d'un projet. Ceci s'applique aussi au
Programme concerné par ce mémoire et les projets d'irrigation qui en
découlent.

Certes, les programmes d'ajustement structurel et les financements d'études


attribués par la Banque Mondiale pour l'élaboration des politiques nationales
auraient pour objectif d'y remédier. Reste le plus difficile, la concertation des
populations concernées et la direction endogène du processus.

La conséquence directe sur l'objet de cette recherche est que l'ambition initiale
d'extension de l'irrigation sur le Haut Umbeluzi a du être revue, ce qui s'est
traduit, pour la gestion du barrage, par l'augmentation des tarifs de l'eau pour
l'irrigation et pour le P.D.R.I., par la réorientation de son activité agricole vers
la production animale et le reboisement, laissant comme seuls périmètres
irrigués réalisés et réalisables (en dehors des exploitations privées ou semi
privées) les périmètres villageois de Massaca et de Mafuiane. Ceci influera sur
les stratégies des acteurs externes ou internes.

161
Id. p.29
162
Loi 16/91 du 3 d’août, chapitre I article 1 "propriété des eaux".

100
II.3.2.2 La terre

La terre ou plutôt la gestion de sa répartition entre les différents utilisateurs


potentiels en fonction de sa destination économique et sociale est la base de
toute volonté d'intervention de développement, dans le sens de changement
volontaire de son mode naturel d'occupation et d'utilisation.
Que se soit pour prévoir l'ouverture d'un champ en régime pluvial, d'un
pâturage public, d'une zone d'urbanisation, voire d'industrialisation, la
répartition d'infrastructures de base (routes, électrification) ou productives,
comme les systèmes d'irrigation, la première question posée est : où? La
réponse pourra en être différente suivant l'origine de l'initiative et l'identité
de(s) intéressé(s), les conditions techniques ou de l'environnement
demandées.

Par la création de la Z.D.A.P., le gouvernement mozambicain prétendait


coordonner les éventuels financements sur un espace rendu particulier par sa
localisation près de la ville, des frontières et des axes routiers vers les pays
voisins et la présence du barrage nouvellement construit. Il prétendait aussi se
doter d'un outil de planification pour un développement économique de la
région.

"Ayant en vu l'utilisation rationnelle des ressources disponibles et le


développement de l'agriculture, élevage, sylviculture, en des bases scientifiques,
l'État définira, en conformité avec les directives économiques, des zones de
développement agraires planifiées."163

Les directives économiques sont devenues celles du PRE nous sommes en


1988. La base scientifique se concrétise par l'introduction de technologies
nouvelles sans pouvoir garantir la collecte et l’analyse soignée des données
préliminaires nécessaires pour garantir l'utilisation rationnelle des ressources
qu'il s'agissent des ressources humaines, en eau, en terre, ou autres, sans
parler des données sociologiques.

Le Mozambique manque d'outils pour planifier. Comme il a été dit,


l'élaboration du plan directeur a été confiée à une entreprise italienne qui ne
mènera pas à bout cette tâche délicate qui, peut-être, dépassait sa
compétence.

La reconnaissance de la Z.D.A.P., aire géographique du Programme,


commence par un relevé de l'occupation du sol à partir de photographies
aériennes de la DINAGECA (direction nationale de géographie et cadastre) . Le
travail sur une grande partie du terrain était déjà rendu difficile par les
problèmes de sécurité. La délimitation géographique de la Z.D.A.P. est réalisée
par le PRORURAL, sa publication dans le Bulletin de la République obéit à la
législation en vigueur (loi de la terre).

A partir de ce moment, toutes les demandes d'occupation de terrain reçues


par les services provinciaux de géographie et cadastre et appartenant à cette
zone, seront en principe soumises au PRORURAL. En l'absence d'un plan
directeur, les critères devant servir de fondement à un avis favorable ou non
sont laissés à la responsabilité de son directeur. Cette mesure perdra ainsi
beaucoup de son sens et se traduira souvent, dans les cas litigieux ou difficiles
163
Art.12 loi 6/79 du 3 juillet : loi des Terres

101
à évaluer, par une rétention des dossiers dans l'espoir d'une meilleure
information. La lourdeur des mécanismes de registre du droit d'occupation
dilue son efficacité. La position du PRORURAL devient défensive et non
directive jusqu'à sa mort par étouffement. La Z.D.A.P. elle-même disparaîtra
de la nouvelle loi de la terre.

Cette recherche concerne la réalisation et la mise en fonctionnement de


périmètres irrigués prévus dès la première phase du Programme : celle de
l’intervention urgente sur une zone préétablie - les villages de Massaca I et II
et de Mafuiane.
La démarche sera donc d'identifier sur le terrain un espace pour les réaliser.
La densité de population y est élevée, s'agissant de villages de concentration
de familles déplacées, rapatriées ou réfugiées. Il n'y a pas ici de terres
"vierges". Il faudra en premier lieu identifier des terres proches du fleuve,
rendues disponibles par leurs occupants ; puis en faire les études techniques
( étude de sol et de terrain) pour vérifier leur aptitude à l'irrigation avant
d'élaborer le projet.

L'équipe technique mozambicaine du PRORURAL aura un rôle d'intermédiaire


et de coordination des actions avec les institutions mozambicaines et la
population.

Avant de prendre contact sur le terrain avec les personnes concernées,


d'autres choix ont été faits en complément du choix de la "cible" principale de
la première phase de ce Programme : le secteur familial.

II.3.3 Choix techniques en réponse aux points antérieurs

Comme il a été dit plus haut, la stratégie globale du Programme pour


améliorer les conditions de vie de la population est celle d'une double
intervention : amélioration des infrastructures et services et augmentation de
la capacité productive des familles par un meilleur rendement. Il s'agissait
d'introduire un mode d’exploitation "scientifique" sur une agriculture irriguée,
pratiquée par les paysans eux-mêmes sur leur propre terre.
La taille du périmètre était conditionnée par la superficie de terre paysanne
rendue disponible.

II.3.3.1 Taille des parcelles

La définition 0,64ha comme superficie (brute)164 de l'unité de base du


système, la parcelle, a été globalement justifiée de la façon suivante :

« La surface de 0,64 ha a été établie par Hidrogest165, lors d'une étude que
nous avons demandé pour Massaca. Elle a été déterminée comme étant la
surface nécessaire et suffisante pour l'autosuffisance alimentaire d'une

164
superficie brute : division de la superficie totale occupée par le périmètre par le nombre de parcelles,
accès et réseau de drainage inclus, en fait la surface cultivable net des parcelles varie entre 0.57 et 0.63 ha
avec une moyenne de 60.2 ares à Massaca et de 58.34 ares à Mafuiane selon les mesures lors du suivi
dont je reparlerai.
165
Entreprise mozambicaine privée

102
famille, la production d'excédents pour la commercialisation et l'utilisation de
la main d'œuvre familiale pour le travail de la parcelle. Cette valeur a été
considérée optimale par la DAM166. »167

Cette taille se retrouve dans d'autres projets italiens de la même époque


réalisés dans la région168.

Elle sera d'ailleurs contestée quant à sa viabilité économique :


« La conclusion (de cette étude) a été que ces modules (de 0,5ha) n'étaient pas
financièrement viables. Ils demanderaient un subside important, en particulier
sur le prix de l'eau. D’ailleurs, le prix de l'eau serait un problème pour tous les
modules, s'il était calculé sur la base de son coût réel ; mais c'était un
problème du système d'irrigation et de son modèle d'exploitation. »169

« L'unité physique de base de 0,5 ha est non viable avec le niveau


technologique actuel. Il ne suffit pas pour alimenter une famille et produire
pour le marché. Augmenter la superficie par producteur est la seule
alternative viable de moment. » 170

Sa définition, selon la SIM, ne s'appuie pas sur une étude approfondie :

« Aucune évaluation préliminaire des coûts et des bénéfices de l'intervention


n'a été faite pour en déterminée la viabilité (auto-suffisance). Aucune étude
économique n'a non plus influé sur la détermination de la surface d'une
simple parcelle. » 171

En fait, elle s'appuierait sur le critère d'une proportionnalité entre la surface


cultivée en régime pluvial et son équivalent irrigué. Seulement, la surface
moyenne exploitée par les familles en culture pluviale a été très réduite dans
cette région et ne correspond pas à ce qu'une famille paysanne utiliserait
normalement. Elle est la conséquence des contraintes successives subies par
les familles rurales que ce soit avant l'indépendance (détermination, on l'a vu
du maintien d'une terre paysanne juste suffisante pour maintenir la
population à disposition des colons, en diminuant le coût de son
alimentation), puis, après l'indépendance, à la suite des différents événements
déjà mentionnés, la concentration des familles et l'inondation de leurs terres
d'origine ou leur inaccessibilité pour raisons d’insécurité.

L'aire occupée en culture pluviale par la plupart des familles de cette région ne
garantit pas leur autosuffisance alimentaire et ne permet donc qu’une activité
complémentaire, la subsistance de la famille dépendant d'une activité salariée
locale ou hors frontières.

166
DAM : entreprise italienne chargée d'élaborée le projet exécutif
167
Nadia VAZ, responsable de l'équipe technique mozambicaine puis directrice du programme en sa
phase finale, entrevue informelle par email 1999
168
Rui RIBEIRO entrevue informelle par email 1999, Maputo :
"J’ai fait un travail pour le Sabié-Incomati sur les systèmes indicatifs de cultures pour trois modules
types d’exploration (0,5, 5 e 10 ha) sur ce système d’irrigation par gravité. La superficie de ces modules
a été prédéterminée par les unités de coordination du projet. Celui d’un demi hectare était destiné aux
exploitations familiales, c’est à dire sont calcul se basait sur la force de travail familiale."
169
Id.
170
Carlos HENRIQUES, entrevue informelle 1999, Maputo
171
SIM, rapport 1ère mission SIM p87 5.7 agriculture irriguée

103
La question sera donc, en fonction des bénéfices potentiels et des contraintes
économiques qu'entraînent la technique de l'irrigation et le passage d’une
agriculture saisonnière à une agriculture continue, de vérifier si cette
proportionnalité est viable ou non.

Cette question sera liée aussi aux stratégies du Programme vis à vis des
familles villageoises.

II.3.3.2 Système d’irrigation

D'autres choix techniques ont du être faits comme le mode d'arrosage et


l'organisation du réseau de distribution.
L'irrigation par gravité et par sillons a été considérée comme plus facilement
maîtrisable par les paysans qu'un système par arrosage. Le risque de vol des
becs d'arrosages est aussi rentré en compte 172.

Le principe commun adopté est d'une station électrique de pompage et


d’élévation au bord du fleuve, une adduction vers un réservoir d'accumulation
de béton ouvert surélevé alimentant un réseau de distribution jusqu'aux
bornes d'arrosages munies d'une ou deux bouches de sortie munies de tubes
mobiles.

Description Mafuiane Massaca


Station de pompage et 5 électro-pompes de 65l/s 5 électro-pompes de 57 l/s
élévation chacune chacune
Adduction 2.400 m 7.530 m
Réservoir d'accumulation 500 M3 - 500 M3
en béton
Réseau de distribution
Bornes d'arrosage avec 128 (une pour deux 37 (une par micro périmètre
bouches munies de tuyaux parcelles) de 4 à 6 parcelles chacun)
mobiles 1 ou 2 bouches avec une caisse de
distribution et des rigoles
de distribution pour chaque
parcelle
Réseau principal de Réalisé par le projet Idem
drainage (primaire et
secondaire)
Réseau de drainage des "prétendument réalisé par Idem
parcelles (tertiaire et les agriculteurs" 173
quaternaire)
Réseau de routes
principales de terre
Nombre de parcelles 254 223
Calendrier d'irrigation Arrosage direct de chaque 36 Micro Périmètres de 4 à
parcelle par une borne, de 6 parcelles
172
en cette période de fin de guerre, le vol est entré dans la vie courante, provoqué par des éléments
marginaux ou par des bandes organisées liées à des réseaux de contrebande. Plus tard en 1997 sur le
réseau de distribution d'un aqueduc rural, les robinets posés pendant la journée sur les fontaines en marge
des villages étaient volés la nuit, il a fallu les celer dans le ciment.
173
SIM, rapport 1ère mission (5.7.2.2 / 3)

104
une ou deux bouches, avec 1 borne d'arrosage de 2
un débit de sortie de 2,8l bouches par M.P. (5,6 l/s),
ou 5,6 l/s chaque parcelle possède sa
"caisse " d'arrosage
alimentée pour les plus
éloignées par un tuyau
externe

calendrier bi-hebdomadaire
: rotatif entre les parcelles
Calendrier du M.P. (une parcelle
2 jours par semaine et par 5,6l/s, 6h ou deux en
bloc (chaque bloc : environ simultané : 2,8l/s 12h)
30 parcelles) voir carte
périmètre voir carte périmètre

Sol : 30 à 40 cm de sol fertile, type de sol : voir la carte en annexe ;

II.3.3.3 Bloc ou micro-périmètre ?

Le choix d'organisation des parcelles de Massaca en micro-périmètres est


postérieur à la construction du système d’irrigation de Mafuiane.
L'agencement du terrain (dénivelé, découpe) ne permettait pas l'organisation
en blocs comme celle de Mafuiane. L'avis d'un expert fut demandé pour une
révision du projet initial. Il conçut la division en micro-périmètres. Cette
organisation, plus flexible sur le terrain, fut présentée comme plus
maîtrisable par les paysans que les blocs de 30 parcelles grâce à une entente
entre familles et une coordination des facteurs communs de l'exploitation de
leur parcelle (calendrier d'irrigation, entretien des parcelles, des bornes et des
rigoles de drainage) plus facile en petits groupes de maximum six familles leur
permettant de se connaître bien.

Cette organisation devait faciliter la décentralisation de la gestion du


périmètre.
En contrepartie la gestion globale de l'eau et surtout le contrôle de la pression
de sortie aux bouches d'arrosage devenait plus difficilement maîtrisable car sa
distribution devait se faire simultanément sur l'ensemble du périmètre, de
forme sélective (1 à 2 parcelles par micro-périmètre) avec un dénivelé
important entre les zones haute, moyenne et basse (voir schéma). Cela a
entraîné la nécessité d'une étude topographique plus approfondie (la
vérification des cotes hydrauliques ne se terminera qu’en mars 94).
L'agencement final des parcelles en micro périmètres et le positionnement des
bornes d'arrosage ne se fera que lors de la mise en fonctionnement du
système avec l'aide des agronomes de l'assistance technique. La régulation de
ce type de réseau de distribution exigera un contrôle rigoureux et attentif des
"gardiens de l'eau174" et une discipline des utilisateurs.

174
gardiens de l'eau : travailleurs engagés par l'association et responsables de contrôler le réseau de
distribution sur le terrain et de veiller à la correcte distribution de l'eau à l'ensemble des parcelles
(ouverture de valves, contrôle de pression...).

105
A Mafuiane, le calendrier prévoit l'arrosage seulement de deux blocs complets
par jour. L’organisation globale de la distribution y est plus aisée.

Il était prévu dans le projet que le nivellement de chaque parcelle et la


construction de son réseau de drainage serait à la charge du bénéficiaire de la
parcelle. Etait-ce
Un choix économique ou visait-il la responsabilisation du paysan ?
L’organisation de sa mise en pratique n'a pas été discutée et préparée avec les
paysans avant la mise en fonctionnement des périmètres.
J'y reviendrai lors de la mise en fonctionnement du système.

Les deux périmètres étaient conçus dès le départ pour une libre exploitation,
sans un plan de culture prédéterminé et encore moins uniformisé entre les
parcelles. Il était cependant prévu la réalisation de cultures majoritairement
horticoles.175

Les caractéristiques techniques des deux périmètres (station de pompage,


adduction et réservoir) permettaient de satisfaire les besoins journaliers en
eau avec 12 h de pompage.
Pour une rentabilisation de l'équipement, il a été conseillé puis décidé dans
une deuxième phase l'extension de la surface irrigable par la construction de
réservoirs satellites en terre qui seraient alimentés la nuit. Ces réservoirs,
appartenant et dépendant du système principal, permettraient la "vente d'eau"
sous contrat à des agriculteurs privés pour l'irrigation de leurs terres
voisines des périmètres.
3 réservoirs seront construits : 2 à Massaca (1.800 et 1.600 m3 ) faisant l'objet
de 6 contrats et 1 à Mafuiane (de 1.600 m3) pour un contrat, le tout
bénéficiant 63,5 ha.
Puis un dernier réservoir fut construit à Mafuiane pour l'extension de 9 ha
divisés en parcelles de 0,5ha et distribués à des familles du village.

Le coût global sera de 33.491.803 Lires/ha176 soit environ 18.000 UDS ou


113.000 FF177 pour les 305 ha des deux périmètres auxquels s'ajoutent le coût
des 4 réservoirs supplémentaires et des parcelles additionnelles.

Cet investissement du gouvernement mozambicain, réalisé par le biais d'un


don du gouvernement italien pour améliorer la production et le rendement des
familles rurales de trois villages, représenterait près de 12.000USD par
parcelle, valeur inférieure à la moyenne par famille si l'on considère que
certaines familles ont reçu plus d'une parcelle.
A ceci doit s'ajouter la construction et l'équipement de deux maisons agraires,
une pour chaque périmètre, prévues pour assurer l'approvisionnement en
intrants et la prestation de services aux producteurs (préparation mécanisée
de la terre, assistance technique, maintenance).

Quel a été le choix juridique et foncier pour le registre de cet investissement ?


Á qui reviendrait ce patrimoine ?

175
Nadia VAZ, entrevue informelle 1999
176
Rapport final de l'assistance technique - coût total incluant la totalité des coûts supportés : coûts fixes
+ coût variables + coût du chantier + coûts additionnels.
177
Valeur arrondie selon le taux de change octobre 99. La lire était plus forte à l'époque.

106
II.3.4 Choix juridiques et fonciers

Il faudra distinguer le devenir des investissements traduits en infrastructures


de celui des terres.
Selon les accords entre les parties, la totalité des investissements reviendrait
au PRORURAL, receveur officiel au nom de l'État de ce patrimoine public ; lui
incomberait la tâche de remettre à qui de droit les biens acquis ou construits
par le Programme.

Toutes les infrastructures productives agricoles ou de services liés à la


production agricole, revenaient au F.D.H.A. Fond de Développement de
l'Hydraulique Agricole. PRORURAL en restait le gestionnaire jusqu'à la fin du
Programme.
C'est à lui qu’incombait la responsabilité de proposer et d'organiser le mode
de gestion future.

Donc, juridiquement parlant, les infrastructures créées sur les deux


périmètres et les deux maisons agraires étaient patrimoine du F.D.H.A. et
confiées, dans un premier temps, aux soins du PRORURAL.

II.3.4.1 Le concessionnaire

La terre est un bien inaliénable de l'État mozambicain selon la loi de 1979,


confirmée par la loi de 1997.
Il s'agit donc de déterminer qui en a l'usufruit.
La stratégie globale indique le choix de terres agricoles villageoises pour la
construction des périmètres. Que ce droit soit enregistré ou non auprès des
Services Provinciaux de Géographie et Cadastre, c'est la reconnaissance
implicite et partagée par les institutions compétentes du droit d'occupation
des familles paysannes qui servira de base pour le choix des terres.
A partir du moment où l'État valorise ces terres en y implantant un système
d'irrigation dont il garde la propriété, il conditionne leur exploitation à des
règles déterminées par lui (ou ses représentants). Il retire le droit initial des
familles sur des terres jusque là cultivée en régime pluvial.
Toutefois, comme l'objectif de l'investissement est de fixer la population en
modifiant son système de production, un nouveau droit d'occupation devra
être attribué. Pour l'État ces terres sont communautaires ou collectives
(associations), aucun titre individuel n'étant en possession des familles. Il
reconnaîtra donc collectivement le droit d'occupation en l'attribuant à la
nouvelle représentation collective de ses occupants : l'association des
irrigants.

La création et le registre d'associations répond donc à un choix juridique de


l'État, par l'intermédiaire du PRORURAL.

Le PRORURAL commandera lui-même les statuts des associations complétant


le cadre légal par ses consignes générales178 : l'association, concessionnaire
178
le hasard ( ?) fera que l'avocat chargé d'élaborer les statuts est aussi celui qui avait élaboré les statuts
des associations paysannes de Boane. Toutefois le commanditaire est le PRORURAL le client directe la
CMC.

107
de la terre des périmètres aurait pour objet son exploitation et la gestion des
infrastructures d’irrigation appartenant au F.D.H.A..

Les deux associations seront en principe considérées comme les


interlocuteurs directs du programme et, en particulier, de l'assistance
technique pour toute question relative aux deux périmètres. Elles deviendront,
en principe aussi, les seules compétentes pour l'assignation des parcelles,
l'établissement et l'approbation de la réglementation de leurs modes et
conditions d’utilisation et des éventuelles sanctions applicables en cas de non-
respect pouvant aller jusqu'à l'exclusion et la perte du droit sur la parcelle.

Par ce principe, quelle que soit l’évolution de leur occupation, la cohésion des
périmètres devrait être conservée, tout comme la responsabilité collective de
leur utilisation et de leur maintenance. L’association devrait être
l'interlocuteur de l'administration locale, du cadastre ou des services de
l'agriculture,.
La gestion des conflits éventuels nés de l'introduction des périmètres ou de
l'instabilité des familles déplacées ou réfugiées en cette période d'après
guerre179, l’accompagnement des éventuelles conséquences de l’introduction
de ce nouveau mode d’exploitation sur les individus ou les familles, reviendrait
aux associations avec, pendant un temps, l’assistance technique du
Programme.

Pour se guider, les associations reçoivent du PRORURAL une première


version d’un règlement intérieur qui établit le cadre de leur fonctionnement.
Essentiellement technique, ce règlement sera discuté, modifié et finalement
approuvé dans une version encore incomplète à la veille du départ du
Programme (voir annexe), mais ne sera jamais remis en cause dans son
principe de base : l’autorité de l’association sur l’attribution ou le retrait du
droit d’occupation, les devoirs collectifs et individuels de l’association visant la
gestion et le maintient du périmètre.
Resteront dans le flou les points essentiels comme le mode d’admission de
membres, le mode d’exploitation des parcelles.

II.3.4.2 Les maisons agraires

Le statut des deux maisons agraires reste indéfini. Ces édifices sont les seules
infrastructures qui resteront directement gérées par le Programme. Elles sont
patrimoine de l'État. Structures agraires, elles dépendent donc du ministère
de l'agriculture. D'autres maisons agraires existent dans le pays, leur statut
n'est pas clair, entre centres de service, de recherche, d'aide, d'intervention, de
divulgation, doivent-elles être lucratives ou fonctionner à perte ; être
subventionnées ou privatisées ?

Elles sont considérées comme un outil d'intervention auprès des paysans.


Cette intervention sera considérée sous différentes formes.
La partie italienne considère au départ les deux maisons agraires comme des
centres de distribution d'une aide qu'ils prétendent gratuite : le financement
n’est pas un prêt, c’est un don.

179
les accords de paix seront signés en octobre 92, la construction du premier périmètre débutera en mai
93.

108
« La principale nuance donnée fut d'une gestion autonome (des maisons
agraires), de ne pas distribuer gratuitement des intrants comme il était
habituel et prévu d'être fait.
Les italiens prétendaient tout offrir , vu qu'il s'agissait d'un don du
gouvernement italien au peuple mozambicain. A la manière ancienne de l'État
de gérer tout le patrimoine, écoles et postes de santé inclus, il était prévu
pendant toute la durée du projet la venue de médecins et de professeurs
italiens par le biais de l'assistance technique et de l'assistance technique
institutionnelle» 180

Le PRORURAL, conçoit les maisons agraires comme un centre de service qui


devra continuer par ses propres moyens, devant ainsi mériter une gestion
viable dès le départ, aidée par la mise à disposition de stock et d'équipement
qui devra être renouvelé. L'équipe mozambicaine avait d'ailleurs visité d'autres
maisons agraires dans d'autres provinces, pour se faire une idée des formes
possibles de fonctionnement et des difficultés rencontrées pour leur
autosubsistance.

Cette dualité entre la conception d’un service autogéré et celle d’un outil
d’intervention de l’assistance technique ne permettra pas à la maison agraire
de Mafuiane d’avoir dès son ouverture un statut juridique défini, hormis celui
d'être patrimoine de l'État. Son fonctionnement sera un amalgame des deux
positions, une partie de ses services et de ses biens pouvant être utilisés à
perte par le Programme lui-même tout en gardant l’apparence d'une gestion
autonome bien que réalisée sous la responsabilité du personnel du
Programme lui-même.

L’intention première du PRORURAL était la constitution d’une coopérative de


service et c'est sous cette appellation que l'activité de la maison agraire était
connue des services provinciaux des finances. En fait, elle n'existera que de
nom, sans membres.
Plusieurs versions ont été envisagées par les responsables du Programme,
pour lui donner un visage : pour la première, elle était constituée par ses
"clients" : l'association d'irrigants ou, individuellement, les paysans et
agriculteurs eux-mêmes. Le manque d'expérience des paysans pour la gestion
de ce service (garanti de fonctionnement des officines mécaniques pour la
maintenance des tracteurs, approvisionnement en intrants, programmation et
exécution des labours mécaniques, du contrôle financier...) amena l'idée de la
candidature possible de membres de l'équipe technique du PRORURAL jointe
à celles de quelques privés de la région comme noyau de base de la
coopérative. Cette solution mourut dans l'œuf. Ce ne sera qu'à la phase finale
du Programme, dans la logique du moment, qu'une privatisation sera
envisagée, un concours public lancé aboutissant à la signature d'un contrat
avec l'entreprise gagnante. J'y reviendrai.

En fait, derrière cette indécision et la coexistence de deux conceptions - la


maison agraire avec une gestion autonome et la base d'intervention de
l'assistance technique agricole du Programme, sans exigence de viabilité - une
autre dualité apparaît, temporelle cette fois :
celle de la gestion du Programme pendant sa durée de vie et de sa
responsabilité d’introduire une nouvelle technologie auprès des "irrigants"
et de la préparation de "l'après", quand le Programme fermerait ses portes.

180
Nadia VAZ, entrevue informelle 1999

109
Dans les premiers temps, la date de fermeture du Programme n'était pas
vraiment envisagée : le PRORURAL devait avoir une vie autonome
indépendante du financement italien. De plus, les phases de ce financement
laissaient envisager une permanence prolongée de ses agents. Imaginer et
préparer l'après-Programme ne deviendra une préoccupation que plus tard, à
la suite de modifications de stratégies du bailleur de fond et/ou de l'État
mozambicain.

La définition du cadre juridique est donc très lié aux choix de gestion faits par
les promoteurs du Programme et à la définition que ce dernier a de son propre
rôle.

II.3.5 Choix des principes de gestion :

II.3.5.1 Gestion des périmètres

Un des principes de la gestion des périmètres est formulé dès le départ par
le biais des choix juridiques déjà mentionnés :
Le PRORURAL reçoit le patrimoine qu'il transmettra au F.D.H.A. ; il décide
que les gestionnaires des périmètres seront des associations d'irrigants
constituées par les bénéficiaires des parcelles.
La reconnaissance des associations, la titularisation du droit d'exploitation du
terrain et la concession de l'usufruit des infrastructures par son propriétaire le
F.D.H.A., la définition de leur objet principal comme étant "la gestion et le
profit du système d'irrigation implanté dans la région de Massaca"181 (ou de
Mafuiane suivant le cas), se fait indirectement par l'élaboration de leur statut
sur la direction du PRORURAL puis leur reconnaissance par le gouvernement
de la province qui autorise leur registre.

Ainsi, aux yeux du PRORURAL, de ceux de l'État et de ses institutions, il n'y


a plus, comme je l’ai montré, "Untel", ancien détenteur ou non d'un terrain à
l'emplacement du périmètre, mais l'Association des Irrigants de Mafuiane,
concessionnaire du périmètre tant que l'État, unique et légitime propriétaire,
lui reconnaît ce droit, quelle que soit l'identité de ses membres.

Cependant aucun autre document ne détermine les responsabilités et les


compétences de l'État ou des associations.
Les associations devront faire la demande officielle du droit d'occupation du
terrain au gouvernement de la Province par les services provinciaux du
cadastre pour formaliser ce principe.

La loi de la terre (1979) et son règlement (1987) prévoient le paiement d'une


taxe pour l'occupation d'un terrain. L'article 4 du règlement stipule la
prévision d'éventuelle exonération de la taxe pour les utilisateurs
d'infrastructures publiques d'irrigation appartenant à des zones de
développement agraire planifiées.

181
Statuts publiés dans le Bulletin de la République, N°34 du 21 08 96 "Associação de Regantes de
Massaca", N° 52 du 28 12 94 "Association de Regantes de Mafuiane" : Article premier - 1, 3, 4

110
Les deux associations en seront exonérées de fait (sans qu’il leur soit
nécessaire d’en faire la demande officielle, et donc sans que soit défini la
période ou les conditions de cette exemption).

Dès le départ PRORURAL, avant même la construction des périmètres, informe


les familles de la nécessité d'établir une taxe de l'eau que les associations
devront prélever auprès de leurs membres pour financer les coûts de
fonctionnement (factures de l'eau émises par l'administration du barrage, ARA
Sud, celle de l'électricité, les salaires des pompistes, gardiens de l'eau, etc.) et
de maintenance des périmètres. Le principe est connu et apparemment
accepté par les familles. L’obligation de son paiement, conditionnant le
maintien du droit d'accès à la parcelle, aussi.

Les paramètres qui doivent régir le calcul de la taxe ne sont pas déterminés,
discutés ou approuvés entre les associations et le représentant de l'État.

La définition de la taxe reviendra donc aux associations avec l'intervention de


l'assistance technique. Elle se fera par tâtonnements successifs et différenciés
entre les deux associations.
Car, en l'absence d'indication contraire, il est implicitement reconnu que
seule l'association peut approuver le montant de la taxe qu'elle fera payer.

De même le cadre de personnel nécessaire au fonctionnement du système sera


suggéré aux associations mais il leur reviendra la responsabilité d'engager ou
non les personnes proposées.

Le premier règlement préparé par le PRORURAL est présenté aux associations


et discuté au moment de la mise en fonctionnement des périmètres. Il donne
les premières indications pratiques et techniques de leur fonctionnement :
calendrier d'irrigation, droits et devoirs des irrigants touchant à l'accès à la
parcelle, à l'eau, la conservation de la parcelle, la maintenance des réseaux de
distribution et de drainage.

Aucun calcul préalable n'indique le montant de la taxe. La relation entre les


associations et l'État n'est pas définie : où s'arrêtent et où commencent les
compétences, droits et obligations de chacun ?

Cette flexibilité permise par ces flous est aussi un choix : donner le temps de
définir les contours de ce qui, jusque là, n'est qu'une option sans un cadre
préexistant, que ce soit pour le PRORURAL, le F.D.H.A. ou pour les
associations :

En fait aucune référence à une expérience, antérieure ou en cours, de la


gestion de périmètres de ce type par une association d'irrigants issus de
familles rurales ne pouvait être faite au Mozambique à cette époque. Les
autres systèmes d'irrigation appartenant à l'État avaient une gestion
centralisée assurée par ses propres agents et leur occupation était mixte
(secteur familial, coopératif et privé). Cette forme de prise en charge d’un
patrimoine public de cette importance par les paysans eux-mêmes
représentait donc une expérience nouvelle.

La mise en place se fera par tâtonnements et évoluera selon le degré de


confiance et de reconnaissance mutuelle de compétences par les représentants
de l'État, l'assistance technique et les associations.

111
Une chose est de déclarer que les associations sont les gérantes des
périmètres, une autre est de l'écrire formellement et d'en faire un contrat
obligeant les deux parties.

C’est une chose de remettre par principe la responsabilité de gestion aux


associations, c’en est une autre d’assurer leur préparation technique et
financière pour maintenir un périmètre de ce type. La direction du programme
a défini globalement les règles du jeu, reste à savoir si elle y croit vraiment et
si elle se donne et donne à ses partenaires les moyens de sa réussite.

La relation du troisième partenaire, les maisons agraires, avec les associations


et le rôle qu’elles devraient jouer dans la pérennisation des systèmes
d'irrigation restaient aussi indéfinis.

II.3.5.2 Les maisons agraires

Comme je l'ai mentionné plus haut, les maisons agraires devaient être des
coopératives de services, mais dans l'immédiat elles étaient la base d'action du
Programme sur les familles pour l'introduction d'un nouveau mode de
production : l'irrigation. Elles auront cependant un fonctionnement semi
autonome.

Le Programme commence à une époque charnière de passage d’un État très


centralisé, pensant encore planifier le développement et intervenir directement
sur tous les services dont il a encore l'exclusivité à un État en pleine
désintervention prônée par le PRE.
Le bailleur de fond et l'assistance technique reflètent, eux, la conception
ethnocentriste selon laquelle toute innovation et savoir-faire doit venir de
l'Occident pour être valable. Leur intervention sera conçue comme la
substitution ou le comblement d’un manque de capacité technique et
d’expérience des institutions et du personnel mozambicains.

L’orientation économique du pays a changé, l’État se retire de la gestion


directe de son patrimoine et passe d’une intervention directe sur les secteurs
de l’économie à un rôle normatif.
La stratégie du PRORURAL est donc en accord avec le moment en prônant la
prise en charge des services par les mozambicains sur une base économique
viable (dans la mesure du possible). Cependant la pratique ne s'appuyait pas
sur des règles de jeu et des acteurs clairement identifiés, réels et constants.

Un compromis un peu bâtard sera fait : 50% du stock initial servira à fonds
perdus à l'assistance technique, le reste sera l'objet d'une gestion commerciale
sous la responsabilité conjointe du PRORURAL et l'assistance technique.
Sans statut juridique, cette gestion revenait plus à un exercice interne du
Programme et à la recherche d'un certain mode de relation entre les paysans
et leur futur centre de service.
Ce flou existera jusqu'à la phase finale du Programme. Il affectera la relation
de ces deux centres de service avec les paysans et les agriculteurs car il
provoquera une assimilation de leurs murs au Programme lui-même qui à
leurs yeux, avait le devoir de les aider à maîtriser ce nouvel environnement.

112
Viennent ensuite les stratégies de mise en place. Comment les flous et les
zones d'ombre seront peu à peu définis à mesure de la confrontation à la
réalité du terrain :
Tout d'abord la concrétisation de ce qui n'était jusqu'alors qu'un projet sur le
papier : les périmètres ; ensuite la mise en fonctionnement et les stratégies
ouvertes ou voilées des intervenants pendant les débuts de son exploitation en
présence du Programme. Tout ceci se passait selon un chronogramme régit
par la relation contractuelle avec l’entreprise d’exécution, obligeant dans
certains cas à la simultanéité de la conception et de l'exécution.

II.4 STRATEGIES DE MISE EN PLACE

Les flous et les réalités

II.4.1 Occupation de la terre

A partir d'ici il me faudra distinguer les stratégies spécifiques de mise en place


pour chacun des villages car le programme quitte la sphère des stratégies
globales pour se confronter aux conditions réelles, aux familles, afin de
répondre aux questions : où, exactement ? Puis comment ?

II.4.1.1 Le périmètre : où ?

Le point commun des deux périmètres : être destiné à une exploitation par les
familles d’un village. Les différences de stratégies initiales sont dues aux
différences de contexte de ces deux villages bien que distants à vol d'oiseau de
trois kilomètres tout au plus :
Mafuiane, qui appartient au district de Namaacha dont le siège était très
difficilement accessible en ce temps de guerre, est peuplé majoritairement de
familles originaires de la zone ou y habitant depuis avant l'indépendance.
Leur regroupement dans le village date de la construction du barrage.
D'autres familles s'y sont ensuite réfugiées pour des raisons de sécurité. Les
familles n'y sont pas à l'étroit, elles disposent de terres cultivables, sont
restées liées à leur terre d'origine. Même pendant la guerre, les éleveurs ont
réussi à préserver un noyau de leur ancien troupeau. Ils revendiquent
activement la préservation de leur droit d'accès aux pâturages
communautaires. Il n'y avait pas à Mafuiane de camp de réfugiés.

La zone de Mafuiane est considérée comme "vierge de toute influence néfaste"


des interventions d'urgence et de développement menées par les organisations
non gouvernementales internationales à la suite de la dépression Demoína, de
la sécheresse puis de la guerre (ceci dit à l'époque avec un certain humour
par la responsable de l'équipe technique du PRORURAL avec qui HELVETAS
avait beaucoup collaboré).

113
Son seul accès "sécurisé" passe par la route du barrage, contrôlée par le
PRORURAL qui sera, jusqu'en 1992, pratiquement le seul lien extérieur (ou
moyen extérieur d'intervention) de ce village.

Les O.N.G.'s avaient été amenées, pour des raisons stratégiques et de sécurité,
à n'intervenir que sur le district de Boane, en particulier, en ce qui concerne
cette recherche, sur les villages de Massaca.
Les deux villages de Massaca I et II sont le refuge d'une population hétérogène,
amenée par flux successifs suite aux inondations provoquées par la
dépression Demoïna en 1984, à la construction du barrage, déplacée par la
guerre ou réfugiée, venue de l'intérieur des terres et des provinces voisines de
Gaza et d'Inhambane et rapatriée de force des Pays voisins. Massaca II
héberge un camp de réfugiés. Y vivent aussi quelques familles originaires de la
région. L'espace attribué aux villages par le gouvernement pour l'agriculture
est étriqué, il n'y a pas ou peu de gestion traditionnelle d'un espace
majoritairement occupé depuis le temps colonial par les concessions privées.
Les éleveurs se comptent sur les doigts d'une main : il n'y a pas de pâturage
pour le bétail, donc pas de traction animal.

En l’absence de terres vierges ou libres, chacun de ces deux villages devra


céder une partie de son territoire pour la construction du périmètre irrigué.

II.4.1.1.1 Mafuiane

a) Motivation

Le périmètre du village de Mafuiane sera terminé un an avant celui de


Massaca ; c'est donc par lui que je commencerai :

« A Mafuiane, le premier travail du PRORURAL, avec la DNDR (direction


nationale du développement rural) la DINAGECA (direction nationale de
géographie et cadastre) et la DPA (direction provinciale de l'agriculture) a été
d'identifier les effectifs, les aires de pâturage communautaires, car il y avait un
conflit entre les aires communautaires et celles de Mr. C. (à qui le Président
Samora Machel avait fait attribué 3.000ha). J'ai rencontré la plupart des
éleveurs, Mr. M. comme chef de la Localité et Mr. C. lui-même, en 1988.
Finalement nous avons négocié les terres et lui, évidemment, a libéré les terres
qui sont actuellement irriguées, sous la condition que la population lui
laissent celles près du fleuve »182

L'équipe mozambicaine du PRORURAL, renforcée sur le terrain par un


technicien affecté par la Direction Provinciale de l'Agriculture, se présente
comme intermédiaire et gagne la confiance des familles les plus importantes,
les éleveurs, en résolvant un litige né de bavures 183 commises à leur dépens :

182
Id.
183
Cet exemple illustre d'une part les difficultés que pose l'ambivalence entre l'État, propriétaire des
ressources naturelles et celui qui détient le pouvoir de décision sur ce patrimoine, le parti au pouvoir : la
mention dans l'article 9 de la loi de la terre de 1979 attribuant nominalement au Parti FRELIMO la
gratuité de l'usage et du profit de la terre en est un autre exemple ; l'ambiguïté renforcée par la
coexistence de deux droits, le foncier et le coutumier, le premier s'appuyant sur le registre cadastral où le
deuxième n'apparaît pas. Dans le cas présent, il s'agit de l'exécution par les services du cadastre d'une

114
La concession des 3.000 ha à Mr. C., personnalité étrangère, gratifiée pour son
appui à la cause mozambicaine, mais inconnue des paysans qui
revendiquaient leurs droits et continuaient à occuper la zone.
C'est en "rendant" certaines terres communautaires au village que se fera
l'approche de l'introduction d'une nouvelle forme d'exploitation agricole.
La négociation porte entre autre sur les terres qui recevront le périmètre
d'irrigation. La négociation réussie, Le PRORURAL se préoccupe de leur
démarcation, préparant un dossier de demande de registre du droit
d'occupation auprès de la DPA.
Dès le départ, ces terres passent d'un régime coutumier au régime foncier en
vigueur : la solution du conflit aura servi de charnière, le projet d'irrigation de
motivation :

En accord avec les objectifs du programme, et le choix du secteur familial


comme cible, le PRORURAL voulait une double garantie :

• que les terres bénéficiées soient bien des terres communautaires,


exploitées par les familles du village et
• qu'elles soient coupées du régime traditionnel d'attribution, passant à
constituer un tout où l'État puisse investir, permettant ainsi leur
transformation et leur redistribution postérieure entre les familles selon de
nouveaux critères.

1988, la sécheresse sévit dans la région, la crise alimentaire est profonde. Il


n’y a pas qu'à Mafuiane que les paysans, questionnés sur leurs besoins par
des organismes émetteurs de projets, expriment leur préoccupation et parle
de l'irrigation comme remède à cette catastrophe naturelle. L'irrigation n'était
connue des paysans qu'au travers de certaines anciennes concessions privées
devenues "machambas estatais", ou par leur séjour comme émigrants en
Afrique de Sud. Exception faite d'une petite poignée qui a investi ses revenus
de la terre du Rand dans une motopompe d'occasion, souvent avariée, la très
grande majorité n'a jamais pratiqué d'agriculture irriguée, même pas
manuellement sur des parcelles près du fleuve, donc encore moins sur un
périmètre.
S'agissait-il d'un consensus parmi les paysans concernés ? si oui, étaient-ils
conscients de ce qui les attendaient ? Il manque encore des éléments pour
répondre à ces questions, j’y reviendrai plus loin.

Leur demande apparaît cependant comme une confirmation des décisions


prises au niveau central, apportant justification et fondement au choix
stratégique d'une irrigation familiale gérée par les paysans eux même, sur leur
propres terres.

orientation reçue de la direction du FRELIMO de remettre des terres à une personnalité étrangère en
marque de reconnaissance du "peuple mozambicain" de l'aide qu'il a apportée pour l'accès du pays à
l'indépendance.
Le droit écrit passe avant l'oral, il pourra être éventuellement négocié, dans l'intérêt d'une coexistence
pacifique mais ne sera pas annulé par celui-ci.

115
b) Négociation de la terre

« Les terres, en régime pluvial, étaient occupées par certains villageois ; nous
avons fait les accords suivants : pour chaque hectare de pluvial, le paysan
aurait droit à une parcelle du périmètre irrigué (0,64 ha). Il y eut des
négociations, entre autres pour intégrer plus de personnes qui étaient en
dehors de la zone cédée au périmètre.»184

La stratégie à Mafuiane est donc de bâtir un périmètre sur des terres


villageoises, avec l’accord de leurs occupants, déterminant une
proportionnalité entre le droit d'accès aux futures parcelles et la superficie
cédée par le paysan au périmètre.

Le PRORURAL dès son premier contact avec les villageois, a assumé le rôle
d'intermédiaire et de "facilitateur" entre le pouvoir de l'État sur la terre et la
communauté villageoise représentée en particulier par les familles les plus
influentes. Dès le départ, bien qu'issu de ce même pouvoir central, le
PRORURAL s'en détache apparemment prenant une liberté d'action qui lui
permettra de gagner la confiance des paysans en les considérant comme des
interlocuteurs valables et incontournables. Certes, cela ne lui est possible que
parce que l'enjeu est reconnu comme prioritaire par les institutions centrales
telles que la DINAGEC et la DNDR et que la situation politique a changé,
donnant de l'importance sur toute action concernant le secteur familiale, en
particulier dans cette zone géographique.

Par son intervention, le PRORURAL amène les familles à formuler le choix de


la présence du périmètre sur leurs propres terres parce qu'il sera "leur"
périmètre.

Les terres communautaires ne sont pas enregistrées sur le cadastre, mais les
responsables du village et chacune des familles connaissent les limites du
terrain qui leur revient. Sa taille dépend de l'importance de la famille et de son
ancienneté. Elle pourra varier de 1 à 2 ha jusqu'à plus de 25ha (discontinus).
L'attache à la terre, sans qu'il s'agisse d'une propriété aliénable, dans le sens
occidental, est grande : certaines familles y ont enseveli leurs morts. La
plantation d'arbres est un référent de la continuité de ce droit coutumier
d'occupation. Un relevé topographique de cette occupation par famille est fait.
Il devra permettre plus tard la localisation des parcelles attribuées aux
familles sur l'emplacement de la terre qu’elles ont cédée.

L'introduction du périmètre apporte dès le départ, avant même sa


construction, plusieurs changements :

• réduction de la superficie occupée par la famille : le périmètre implique un


lourd investissement et à pour objectif l'intensification de l'agriculture par
une distribution régulière de l'eau. Proportionnalité ne veut pas dire
égalité, les limites des parcelles ne seront plus celles des champs, ce qui
entraîne
- le choix de la localisation exacte de la parcelle irriguée
- le renoncement par les anciens occupants de leurs droits sur la
superficie restante de leur terre (un des plus importants et aussi un des
plus récalcitrants sera compensé par le chef administratif du village
184
Nadia VAZ, entrevue informelle 1999

116
qui lui attribuera de nouvelles terres pluviales. Il les renégociera lors de
l'extension du périmètre)
- l'organisation de l'admission de nouveaux occupants.
• La soumission de l'ensemble des terres choisies pour le périmètre à une
gestion commune et à un droit global d'occupation qui ne dépendra plus
du droit coutumier mais du droit foncier officiel. Faire respecter ce droit
ne pourra plus relever de la seule autorité du village dans sa globalité.
Sont impliqués individuellement les paysans devenus futurs "irrigants" et
l'État qui apparaît comme propriétaire du patrimoine foncier et des
infrastructures dont bénéficie le périmètre.
• Le changement de statut des paysans, leur droit d'occupation de la terre
cessant d'être acquis par le simple fait d'une occupation antérieure, même
pour ceux qui l'ont cédée. Ce droit devra être requis.
• La promesse d’une valorisation de la terre par l'augmentation de son
potentiel agricole qui lui confère une valeur de "marché" (ce que j'aborderai
plus loin)

Pour rendre possibles ces changements, il a fallu des choix stratégiques.

Une négociation individuelle avec les familles qui céderaient leur terre
traduisant cette perte en bénéfice proportionnel d’accès à l’irrigation et en
solidarité avec les autres familles du village.
Mais surtout, la constitution d’un interlocuteur collectif intermédiaire reconnu
des familles : l’association.

« L'association a tout de suite commencé, que se soit pour la légalisation de la


terre ou pour la discussion de la forme de gestion du périmètre irrigué lui-
même, pendant la phase d'élaboration du projet. »185

Ainsi, avant même que le projet soit terminé et les travaux commencés, le
PRORURAL induit la formation d'une association "d'irrigants"186 réunissant les
paysans "bénéficiaires" d'au moins une parcelle dans le périmètre. C'est au
nom de l'association que sera déposée la demande du droit d'occupation de
l'aire occupée par le périmètre ; c'est elle qui sera responsable de l'attribution
des parcelles en collaboration avec l'autorité du village et qui sera le siège des
discussions sur la forme de gestion du futur périmètre.

La stratégie du PRORURAL ne sera pas de confier la gestion du périmètre à


un organisme (d'État ou autre) extérieur au village ; les parcelles ne seront
pas occupées par des individus ou des groupes choisis et admis sur des
critères préétablis par l'État et liés par un contrat au gestionnaire du service
d'irrigation. Les occupants ne pourront pas enregistrer individuellement leur
droit d’occupation.

La stratégie du PRORURAL est formulée comme étant la construction d'un


périmètre non seulement destiné à être exploité par les familles mais à être
aussi autogéré par leur association.

185
id.
186
traduction littérale du mot portugais "regante" = celui qui irrigue (sous entendu dans le périmètre) ce
qui est la condition d'appartenance à l'association, excluant donc les "non irrigants" travaillant la terre en
régime pluvial, hors du périmètre. Ce n'est donc pas une association ouverte à tous.

117
Les paysans se sont retrouvés collectivement et solidairement
concessionnaires potentiels d'une terre que certains d'entre eux exploitaient
en régime pluvial. Ils deviennent simultanément concessionnaires potentiels
des infrastructures d'irrigation et de drainage qui y seront placées.
Cette approche a conduit peu à peu les paysans vers un état de fait qu'ils ont
contribué à créer avant l'apparition des premiers bulldozers, les amenant à
assumer cette décision comme si elle venait véritablement d'eux.

La formation de l'association a amené l'élection de ses dirigeants introduisant


un nouveau pouvoir dans le village dont les compétences et prérogatives
n'étaient pas encore claires : qu'est ce qui était individuel, qu'est ce qui était
collectif, associatif, qu'est ce qui restait sous la tutelle de l'autorité du village
? Un nouveau groupe se forme autour d'un futur événement dont personne ne
sait bien encore ce qu'il peut provoquer.

II.4.1.1.2 Massaca

a) Motivation

Comme je l'ai mentionné plus haut, le contexte rencontré par le PRORURAL


dans les villages de Massaca I et II est différent de celui de Mafuiane.

« Les aider à résister à l'attraction des villes » . C’est le titre d’un article publié
en 1990. Il illustre bien l’état d’esprit des responsables gouvernementaux à
cette époque187. Il poursuit :
«Au Mozambique, selon les pouvoirs publics, l'exode rural provoqué par la
guerre civile dans les campagnes atteint des proportions de crise. Un tiers
d'habitants a été déplacé par les combats, et, en 15 ans, la population de
Maputo, la capitale, a doublé. Maputo n'est pas préparé pour recevoir plus
d'un million d'habitants, les décharges sont envahies par les populations
fuyantes... /... Le gouvernement a réussi à installer certaines familles
d'agriculteurs dans des régions relativement hors de danger.»

Massaca en est une. Le gouvernement attribue aux deux villages des terres
agricoles et place une forte équipe de vulgarisateurs dans le district. Deux
d’entre eux sont affectés à Massaca. Mais les terres s'avèrent rapidement
insuffisantes devant l'afflux des familles : pendant que sont renforcés les
villages communaux placés près des principaux axes routiers, dans les zones
les plus sûres comme celle du barrage, d'autres villages, devenus inaccessibles
seront abandonnés suite au transfert de la totalité de leur population ou du
départ spontané de leurs habitants. Massaca est aussi la première escale
autorisée pour les rapatriés d’Afrique du Sud ou de Swaziland.

« À Massaca, tout a commencé avec les réfugiés et les rapatriés, etc.» 188

Le Programme n’y est pas arrivé le premier, des organisations, comme


HELVETAS, y opéraient déjà depuis 1984 et avaient répondu à l’appel du
gouvernement lancé en 1987 passant d’une aide d’urgence à un programme

187
L'Agriculteur Africain numéro publié en juillet 1990
188
Nadia VAZ, entrevue informelle 1999

118
de développement. Le PRORURAL n’était pas le premier interlocuteur des
associations paysannes de Massaca I ou II.

De part son histoire ancienne (familles liées aux concessions privées situées
près du fleuve) et récente, Massaca souffrait d'une connotation bien différente
de celle de Mafuiane aux yeux du PRORURAL. Victimes de toutes les
catastrophes extérieures (construction de barrage - commencé en 1982,
inondation à la suite du cyclone Demoína - janvier 1984, suivie de
sécheresse, guerre, rapatriement forcé de la terre du Rand) ses habitants
portaient l'étiquette de déplacés, rapatriés, voire de réfugiés à Massaca II où
un camp avait été installé, même si certains d'entre eux étaient de la région.

Massaca était aussi le dernier village accessible à tous par la route et le plus
proche du campement du barrage des Pequenos Limbombos. Les habitants y
recevaient l'aide alimentaire et logistique du "Núcleo dos Refugiados189", du
PMA.
La FAO et la faculté d'agronomie s'étaient aussi intéressés ponctuellement à ce
village comme éventuel "laboratoire d'étude" du secteur familial situé juste à
côté des commodités offertes par le campement du barrage. Un premier projet
d'irrigation avait été étudié puis les familles informés.

De manière plus suivie, les deux vulgarisateurs du réseau de Boane


travaillaient à Massaca. Ils avaient participé avec HELVETAS190 au processus
de démarcation des terres associatives et de légalisation de l'association de
Massaca I (celle de Massaca II étant restée en retrait)

Les terres associatives représentent 123 ha pour Massaca I. Au début de


l'association, le principe était d'un ha par famille en cultures pluviales (déjà
inférieur à la moyenne de 2ha enregistrée lors du recensement agricole fait en
1966, donc avant l'indépendance) Ce ne sont pas les seules terres utilisées
par le village, certaines familles "possédaient" deux champs, l'un dans
l'association, l'autre derrière le village, dans une zone appelée aussi zone de la
LOMACO près du chemin de fer. Les terres de l’association étaient de loin les
plus sûres. Avec l'afflux de nouvelles familles, selon un comptage fait en 1994
pour organiser la gestion du système d'approvisionnement en eau, le village
dépassera les 1500 familles. La pression est grande et l'espace cultivable très
insuffisant pour satisfaire tout le monde.

La même chose se passe à Massaca II. En tant que réfugiées, les familles,
bien que moins nombreuses (323 en 1994) ont un statut encore plus précaire.
Aucune famille de Massaca ne possède de grands espaces, les plus anciennes
recevront un peu plus seulement. Une famille venue de Boane (originaire de
Manhiça) a une certaine force : très ramifiée et unie autour de son "chef" elle
possède un comptoir au marché de la ville, un établissement commercial et
exploite un champ avec une motopompe près de Massaca II. Avec le

189
Structure d’aide aux réfugiés dépendante du Haut Commissariat aux Réfugiés.
190
Certes un lien, une collaboration s'étaient d'ailleurs tissés entre l'équipe du Programme O.N.G. de
HELVETAS ceux qui faisaient parti du Cabinet de la Région Agraire de l'Umbeluzi. Ce réseau continuera
après la formation du PRORURAL. Une répartition de "territoire d'influence" s'était ainsi établi
tacitement entre le PRORURAL et HELVETAS. Celui de HELVETAS était défini par le réseau rural de
vulgarisation, qu'elle appuyait, celui des associations paysannes et des coopératives qui constituaient
l'Union de Boane (voir le contexte associatif). Les villages de Massaca I et II et leurs associations en
faisait partie

119
descendant de l'ancien regulo, cette famille est d'ailleurs la seule à posséder
quelques têtes de bétail.

b) Terres familiales ? terres coutumières ?

La double référence faite de ces mêmes terres par la première sociologue du


Programme comme terres associatives191 ou comme terres "ex-FAO"192 à la
suite d'un projet abandonné de cette organisation, témoigne de l'incertitude
pour les intervenants de l'extérieur quant à l'appartenance de ces terres.
Suivant les points de vue, elles étaient mentionnées comme concessions
privées attribuées par l'administration coloniale, terres usurpées où les
familles devaient travailler, ou terres nationalisées à la suite de
l'indépendance, intégrées dans des fermes d’État devenues plus tard
entreprise mixte, enfin partiellement affectées à la population par le
gouvernement lors du processus de villagisation.
La compréhension de la relation terre/familles est donc difficile à « classer ».

Ici, aucune référence n'est faite à un droit traditionnel, même si ce droit est
revendiqué par les familles les plus anciennes (Boane, Matola ou plus
puissante comme les Manhiça193) :
Comme l'affirme le directeur de la LOMACO : " La totalité de l'aire de Massaca
appartenait à l'entreprise d'État 1° de Maio, qui est passé à la LOMACO qui a
cédé plus tard cette zone (de Massaca ) et celle de la "Casa do Gaiato. Avant
l'entreprise d'État, les propriétaires de la terre de la "1° de Maio" étaient trois
agriculteurs portugais"

Pour les familles, quelque soit le droit qui les défendait, coutumier, foncier,
politique ou social, ce droit sur la terre leur revenait.
La démarcation des terres associatives et leur registre (faits déjà mentionnés)
auront une influence déterminante quant à la localisation du périmètre
irrigué : leur reconnaissance de la part des services provinciaux de géographie
et cadastre à la suite du dépôt du dossier de demande de droit d'occupation
au nom des associations évitait au Programme toute situation conflictuelle
avec le secteur privé ou semi-privé.

Le Programme reconnaît donc l'occupation des terres par les familles


associées. Ce sera même le point de départ de sa stratégies pour la localisation
du périmètre, l'attribution des parcelles et le choix du système de gestion du
futur périmètre de Massaca.

Cette situation des associations apparaît dans le rapport de la sociologue


italienne du programme194 : « l'aire (les 295ha prévus en 1992 pour le
périmètre) inclue 123 ha objets d'une demande de concession remise par

191
PERETTI (L.) Sociologue rapport final d’activité pour le PDRI, Maputo, janvier 1993, p.8
192
Id. p.12
193
lors d'un séminaire sur la loi de la terre organisé par HELVETAS avec la direction de l'agriculture du
district et le procureur du district, avant la promulgation de la nouvelle loi, un ancien demandera :
« finalement, quand cette terre redeviendra nôtre ? » se référent à la précarité de la situation foncière des
familles et les pressions venues du secteur privé et de la spéculation sur la terre.
194
PERETTI (L.) Janvier 1993

120
l'association de Massaca I, 133ha objets d'une demande remise par
l'association de Massaca II et 39ha résultant d'un accord avec la Lomaco195.»

Cependant une étude ultérieure du sol exclue 38% des terres de l'association
de Massaca I et 61% de celles de Massaca II.
Sur les cartes des techniciens, le dessin du périmètre se précisait mais, sur le
terrain, les associations paysannes ne différentiaient pas les zones selon leur
potentialité à l'irrigation, les démarcations remises aux services du cadastre
lors du processus de légalisation (voir II.3.2) n'y faisaient aucune référence.

c) Irrigation : rêve ou fatalité ?

Les associations de Massaca ont-elles eu un droit de décision sur la


transformation ou non de leur terre en périmètre irriguées ?
Non, « selon M., technicien responsable du projet PRORURAL, la construction
du système d'irrigation s'est basée sur un plan du gouvernement central de
Mozambique encadré dans les programmes de développement
communautaire » 196

Le message des associations, transmis lors d'assemblées générales puis par le


biais de leurs représentants lors de visites officielles (comme celle de la FAO),
soulignait leur préoccupation face à la crise de production alimentaire
provoquée par les catastrophes naturelles successives et aggravées par le
manque de terres cultivables en cette période de guerre. Il manifestait aussi
leur désir d'accéder à l'eau pour irriguer. Sans pouvoir de décision et sans
connaître encore les contraintes d’un système d’irrigation, les associations ont
donc donné un avis favorable au projet.

Le pouvoir d’attraction exercé par l’irrigation aurait-il amené toute


organisation paysanne à réagir en sa faveur ?
Devant cette préoccupation quasi généralisée en cette période de sécheresse,
la question de l'opportunité d'un système d'irrigation a été posée à la même
époque par le trio HELVETAS/Réseau de vulgarisation/Union de Boane
auprès d'une autre association paysanne, celle de Manguiza, dont les terres
longeaient le fleuve en aval de Boane. Cependant, à la différence des terres
des autres associations, les terres de celle de Manguiza regroupaient
l'ensemble des terres occupées par ses membres : les champs de cultures
pluviales mais aussi les espaces d'habitation, les arbres fruitiers, etc. Il
s’agissaient de terres coutumières. Les familles s’étaient montrées en premier
lieu favorables , tout comme à Massaca ou à Mafuiane. L'installation d'un
système d'irrigation, même simplifié, pour être accessible à tous les membres
et pas seulement à ceux placés près du fleuve, aurait obligé ces familles à
réorganiser l'occupation de l'espace. Une ébauche de cette réorganisation a été
préparée, démontrée sur le terrain puis soumise à la discussion de
l'assemblée. Le projet a été suspendu d'emblée, il a été convenu que, si les
familles arrivaient à un accord l'association rentrerait en contact avec le
réseau de vulgarisation. Leur réponse avait donc été : Arroser, oui, périmètre
irrigué sur leur propre terres, non.

195
PRORURAL obtint par négociation, 39ha supplémentaires cédés par l'entreprise mixte LOMACO sur
une partie de l'exploitation "1° de Maio" voisine de celle des associations.
196
Muianga (.D.) travail de licence sur l'association d'irrigants de Massaca

121
Aucune association n'a réellement cherché à construire un système
d'irrigation. Ce n'est pas du principe de l'irrigation dont doutaient ces
familles197 mais de celui de prendre l'initiative de changer volontairement leur
propre espace vital.

L'acceptation du périmètre à Massaca, ne résultait pas de la concertation de


familles qui en auraient mesuré les conséquences - travail, coût et effets
secondaires de l'introduction de l'irrigation. C’était la formulation d’un espoir
par des familles déjà très dépendantes de l’aide extérieure.
A Massaca, pour beaucoup, cet espace vital était "prêté" et provisoire, les
positions étaient donc mitigées : les familles suivaient apparemment les
consignes sans toute fois les assumer totalement, attendant pour voir venir.
Surtout, habitués aux promesses et aux attentes, les gens n'y croyaient pas
vraiment.

Des circonstances particulières avaient provoqué la rupture du lien naturel


et primordial de la famille à sa terre, ce qui l’avait prédisposée à accepter de
nouvelles ruptures - la parcellisation et l'introduction du périmètre irrigué -
sans bien en connaître encore les conséquences. Ces circonstances, je le
rappelle avaient été :
• La villagisation et ses conséquences : séparation de l'habitat des familles
des terres d’origine - manque d'espace cultivable – adhésion obligatoire à
l’association paysanne pour accéder à une parcelle du terrain attribué par
le gouvernement au village communal
• la précarité du droit coutumier démontrée par le conflit foncier opposant le
village de Mafuiane à un bénéficiaire privé et au pouvoir public.

C'est l'offre qui a transformé le désir en une certaine forme de réalité,


déclenchant un long processus de changements que le Programme prétendait
faire assumer par les familles en tant que bénéficiaires de cet énorme
investissement.

En se plaçant du point de vue des villages, le caractère exogène des "projets


de développement" s'applique ici aussi.

L'initiative et la décision de la construction du périmètre irrigué sur leurs


terres ne sont pas venues des associations, encore moins de chaque individu
membre. En tablant sur la participation des familles et de leurs responsables
à l'identification et à la négociation des terres irrigables, le Programme les a
impliqués, faisant assumer comme leur ce projet venu de l'extérieur.

Une fois obtenu l'accord global de la disponibilité de la terre pour la


construction d'un périmètre, la réalité de ce périmètre a pris corps pour
chaque individu et sa famille par la parcellisation. L’irrigation n'avait plus

197
des exemples montrait cet intérêt pour un espace irrigué ou arrosé : près de là, sur un affluent du fleuve
Umbeluzi, le Movene, des familles s'entendaient avec des exploitants privés pour arroser manuellement
une bande de carrés potagers située entre les terres privées et la berge. En aval, sur l'Umbeluzi, les
membres de la Coopérative 25 Septembre ne voudraient en aucun cas abandonner les 45 ha irrigués dont
ils disposent depuis 1980. Mais dans aucun de ces cas, les parcelles irriguées ou les parcelles potagères ne
rentraient en compétition avec les champs en régime pluvial des familles.

122
seulement ce sens collectif et hypothétique mais touchait individuellement
chaque famille. Sur quels critères devait se faire la distribution des parcelles ?

II.4.1.2 Division et distribution des parcelles :

Ce processus commence avant même que soit complété le projet exécutif des
périmètres.
Là aussi les stratégies diffèrent d'un périmètre à l'autre.

II.4.1.2.1 A Mafuiane :

Une fois identifiée l'aire destinée au périmètre, un relevé topographique de son


occupation a été établi par l'assistance technique avec les responsables du
village et les familles concernées. Lui est superposé, sur le terrain et sur le
papier, le projet du périmètre et de la nouvelle division en parcelles. En février
92, deux mois avant le début des travaux, une première répartition des
parcelles est faite, elle sera complétée pendant la construction du périmètre,
des ajustements seront encore effectués lors de la mise en fonctionnement.
À la fin de la construction du périmètre, les 254 parcelles de 0,64ha (bruts)
réparties sur les 163 ha, avaient déjà un occupant.

a) Les critères d’attribution des parcelles :

Deux principes sont adoptés par le PRORURAL avec le représentant de la DPA


qui assume la position des services de vulgarisation :

- « faire bénéficier en premier lieu ceux qui possédaient un champ dans


l'aire occupée par le périmètre.
- Faire bénéficier les familles qui avaient les plus grands champs et qui se
montraient prêts à cultiver plus d'une parcelle et d'en supporter les
conséquences (paiement de l'eau, manutention, affectation de la force
travail nécessaire) d’un nombre supérieur de parcelles
.../... tenant compte de
a) l'ancienneté de l'installation de la population sur la zone
b) la disponibilité d'une grande surface de terre cultivable relevant de la
juridiction du village, en dehors de celle destinée à l'irrigation
c) la présence sur l'aire du projet de familles qui cultivaient de longue date des
champs relativement étendus
d) la présence au sein de la population d'une stratification sociale basée aussi
sur le prestige et la richesse découlant de la quantité de terres détenues,
stratification qu'il semblerait inopportun de modifier en réduisant
indistinctement l'aire cultivée à 0,64 ha
e) l'opportunité d'appliquer et de confronter deux stratégies différentes : l'une
autour de la subsistance familiale (périmètre de Massaca I et II), l'autre

123
favorisant dès le départ un certain esprit d'entreprise (périmètre de
Mafuiane). »198

L'ancien droit d'occupation est aboli par l'investissement fait par l'État sur la
terre : la terre a été valorisée, sa nouvelle concession est de la compétence de
l'État ou de son représentant, dans ce cas le PRORURAL. De son point de vue,
il y aurait donc eu sortie puis réadmission des paysans.
Pour ceux-ci, la terre leur appartenait, elle continue de leur appartenir même
s'ils admettent le réagencement des parcelles : il avait fallu déjà faire célébrer
des cérémonies pour le transfert de tombes familiales ; certaines familles ont
refusé ce transfert et gardent aujourd'hui encore les tombes sur leur parcelle.
La proportionnalité est considérée par eux comme un droit et non comme une
option.

Le PRORURAL décidera avec l'assistance technique et le représentant de la


DPA d'induire la constitution d'une association d'agriculteurs, dénommée
plus tard l'association des "irrigants" de Mafuiane « afin d'obtenir, pour la
population de Mafuiane le droit d'usufruit de l'aire destinée au périmètre
irrigué ».199 Elle sera considérée comme l'interlocuteur do Programme en
représentation des familles pour toutes décisions ou activités postérieures sur
le périmètre.

Une première distribution proportionnelle des parcelles sera faite selon un


critère formulé avec la collaboration du président de l'association, du
président de la localité et de la commission de gestion et de la sociologue
italienne et discutée avec les principales familles intéressées.

0 Ha - 2 Ha = 1 parcelle de 0,64 ha
2,1 ha - 5 ha = 2 parcelles de 0,64 ha
5,1 - 10 ha = 3 parcelles de 0,64 ha
10 ha = 3 parcelles de 0,64 ha

Il sera tenu compte de l'ancienne localisation des champs cédés au périmètre


pour la localisation des parcelles attribuées à leur "titulaire" ;

La compression de la surface attribuée à chacun a laissé des parcelles libres.


Les techniciens mozambicains affectés au périmètre en recevront chacun
une, resteront encore 39 parcelles libres.

b) Occupations des parcelles libres

Selon le technicien de la DPA, le Programme aurait pris comme position de les


conserver comme réserve destinée à augmenter l'aire exploitée par les
agriculteurs qui se montreraient les plus impliqués et les plus capables.

198
PERETTI (L.) rapport final janv.1993 p.15 je reviendrai sur cette stratégie car d'autres facteurs sont
entrés en jeu modifiant profondément les données.
199
Id. p.20

124
Consultée en juin 93, l'association200 défend une occupation intégrale du
périmètre dés la première campagne (déjà initiée) pour éviter l'infestation des
parcelles travaillées par celles restées abandonnées. Elle affirme connaître
déjà, parmi ses membres et les villageois intéressés à entrer dans
l'association, les paysans intéressés et capables d'exploiter ces parcelles.
D'autre part, l'association propose que 4 parcelles soient exploitées par
l'association en tant que telle pour créer une source alternative de revenus
pouvant compenser les mauvais payeurs, en effet les cultures alimentaires
sont de faible rendement. Elle considère aussi l'hypothèse de location de
parcelles au bénéfice de l'association.

La position de l'association sera respectée : les 39 parcelles seront distribuées,


4 pour l'association, (qui seront plus tard redistribuées entre les membres de
la première commission de gestion) 4 pour le PRORURAL (destinées aux
essais, démonstration, recherche agronomique et pépinières) ; de nouveaux
membres seront admis, sélectionnés par l'association et les responsables du
village. Les familles les plus puissantes recevront des parcelles
supplémentaires (le maximum sera 6). En fait, toutes les familles ayant un
certain poids dans le village avaient plusieurs parcelles et leur pouvoir de
décision était très influent au sein de l'association.

Le périmètre entrera en fonctionnement pour la campagne agricole estivale de


1993, les membres de l'association entreront dans leurs parcelles en
Septembre de la même année. C'est un tournant. A partir de ce moment, la
stratégie de chaque famille sera décisive pour le futur qu’il s’agisse du leur ou
de celui du périmètre.

Pendant ce temps, le périmètre de Massaca était encore en discussion.

II.4.1.2.2 À Massaca :

Contrairement à Mafuiane, la nouvelle division des terres présumées


appartenir au futur périmètre irrigué et la redistribution des parcelles réduites
à 0,64ha se feront avant même la finalisation du projet général et exécutif, dès
octobre 92, un an avant le début des travaux : le principe de construction du
périmètre, le choix de son emplacement résultaient d'une décision politique
conduisant à un compromis du "P.D.R.I." de réaliser des interventions à
caractère social et productif sur les deux villages. Ceci avant la réalisation
d'études de viabilité technique comme l'analyse de sol. Les résultats de cette
analyse provoqueront un nécessaire révision du projet initial et donc un retard
dans sa réalisation (un an après celui de Mafuiane). Ils conduiront
essentiellement à une réduction de la superficie du périmètre :
des 256 ha des terres des deux associations auxquels s'ajoutaient les 39ha
contigus négociés par le PRORURAL avec l'entreprise mixte LOMACO,

200
voir en annexe la copie de ce document remis par l’association. Il est intéressant de noter que le
document est signé par les membres de la commission de gestion qui se présentent comme "commission
de gestion de la Localité de Mafuiane – périmètre irrigué" : Ils s’identifient en premier comme membres
de la communauté de la localité (pas même du village, trop récent). L'appellation "association" n'est pas
encore utilisée (mai 1993)

125
seulement 149 ha seront considérés aptes à l'irrigation. La principale cause
d'exclusion des autres parcelles fut le degré de salinité.

Finalement, après de nombreuses modifications, 223 parcelles seront


intégrées dans le périmètre avec une plus grande représentativité de Massaca I
et 236 parcelles resteront cultivées en régime pluvial (36% des parcelles de
l'Association paysanne de Massaca I et 62% de celle de Massaca II).
Cet avantage premier de Massaca I sur Massaca II, dicté par les conditions de
terrain, correspondait à sa plus grande importance (5 fois plus de familles). Il
allait aussi dans le sens des réticences des réfugiés de Massaca II appelés à
retourner dans leur zone d'origine dès la fin de la guerre (des transports seront
organisés par l'OIM pour certains d'entre eux). Ces familles avaient montré,
lors du processus de légalisation des associations, un complet désintérêt
contrairement à leurs confrères de Massaca I.

Le dessin des deux périmètres de Mafuiane et Massaca traduit bien l'histoire


de chacun : celui de Mafuiane, cohérent et régulier a permis une division en
blocs bien identifiés, celui de Massaca, tarabiscoté, montre le choix presque
parcelle à parcelle des élues et des exclues de l’irrigation. Son organisation en
micro périmètre en est un des résultats, l’autre a été la nécessaire révision de
la première distribution des parcelles irriguées.

a) Les deux phases successives de la division et de la distribution des


parcelles

La première phase, antérieure aux travaux de construction du périmètre,


avait terminé avec le réagencement en parcelles de 0,64 ha de la totalité des
terres associatives (123 ha de l'association de Massaca I, 133 ha de celle de
Massaca II) et des 39ha supplémentaires obtenus de la LOMACO, suivi de
leur redistribution aux familles membres. Les anciennes parcelles étaient en
moyenne d'un hectare. Cette compression de la surface par famille avait
conduit à l’admission de nouveaux occupants.

La deuxième phase a eu lieu un an plus tard, quand les constructeurs du


périmètre s’activaient déjà sur le terrain. Elle s’est caractérisée par l'échange
et le réajustement entre les familles des deux associations pour permettre la
séparation des membres de la future association "d'irrigants" de ceux des
associations paysannes restés en régime pluvial.

Pendant la première phase de distribution, l'ensemble des 295 ha a été


considéré. Pourtant, seuls 149 ha étaient potentiellement irrigables.

Sur le terrain, la stratégie fut discutée avec la direction de l'agriculture du


district et les deux membres de son réseau de vulgarisation affectés à
Massaca, les secrétaires du parti des deux villages, les présidents des deux
associations paysannes, un représentant du PORURAL et la sociologue
italienne de l'assistance technique :
Les principes accordés ont été :
- Diviser la totalité des 295 ha en parcelles de 0,64 ha (ou le techniquement
plus proche possible) séparant les irrigables des pluviales.
- faire bénéficier du système d'irrigation les familles qui y détenaient une
parcelle comme membres de l'association paysanne respective. Puis,

126
tenant compte du nombre trop élevé des familles membres des deux
associations en relation au nombre de parcelles irrigables disponibles,
- donner la priorité aux familles de Massaca I installées depuis plus
longtemps que celles de Massaca II et probablement plus enclines à se
fixer définitivement.
- offrir l'opportunité à des familles dont les parcelles s'avéraient situées
dans la zone "pluviale", de bénéficier à titre d'échange (non cumulable)
d'une parcelle irrigable sur les terres cédées par la LOMACO.
- Selon l'espace resté encore disponible, attribuer une parcelle irrigable à
d'autres familles selon les critères préalablement discutés avec la
population
- Attribuer 1 parcelle irrigable par famille contre 2 si les parcelles devaient
rester en régime pluvial.

Par la suite, confrontées au manque de terres cultivables et au nombre élevé


de familles sans terre dans les deux villages « au cours de la distribution des
parcelles, les structures officielles mentionnées ci-dessus et la population des
deux villages ont décidé par unanimité d'attribuer aussi sur le "pluvial" une
parcelle unique de 0,64ha. »201

Ainsi, en octobre 1992, après le relevé de la localisation du champ de


chaque famille, la terre fut divisée, sur papier puis sur le terrain en parcelles
d'environ 0,64ha (la topographie du terrain ne permettra pas toujours de
respecter cette mesure) ;

Ceux là même qui avaient discuté la stratégie la mirent en place : une


première redistribution des parcelles fut faite tenant compte de la liste des
familles et de l'ancienne localisation de leur champ. Les vulgarisateurs
jouèrent ici un rôle essentiel d'intermédiaires grâce à leur connaissance des
associations, des familles et de leurs champs. La distribution était faite sur le
terrain pour permettre à chacun de visualiser sa nouvelle parcelle et de
discuter d'éventuels problèmes.

Quand tous les membres des deux associations eurent reçu une parcelle
(irrigable ou non)
« sur la base des critères discuté, les deux présidents d'associations
paysannes ont été chargés de rédiger une liste des familles à introduire sur les
terres. Cette liste était périodiquement signée par les secrétaires des villages et
des membres des commissions de gestion des associations.../...
Pour ouvrir le plus possible l'opportunité à toutes les familles de Massaca I
d'être informées sur l'élaboration de cette liste et de pouvoir ainsi y être
inclues,... /..., chaque chef de quartier 202 devait sélectionner et donner par
écrit le nom de deux familles au président de l'association et au secrétaire du
village » 203

De nouvelles admissions furent acceptées, mais, pendant près d'un an, la


situation demeura ambiguë : la redistribution de parcelles, l'admission de
nouvelles familles étaient liées à la construction attendue du périmètre.

201
PERETTI (L.) rapport final
202
le village communautaire était divisé en quartier (pouvant aller jusqu'à 100 familles à Massaca I) puis
en groupe de 10 familles
203
PERETTI (L.) Op. cit.

127
Or, sur le terrain, rien ne se passait. La campagne estivale (octobre novembre
92) avait été partiellement affectée par le processus de parcellisation réalisé
pendant ses premiers mois. Les paysans n'entendaient pas perdre la
campagne estivale de 1993. De plus, tant que le périmètre n’était pas visible
sur le terrain, les membres fondateurs des associations paysannes
continuaient à considérer leur ancien champ comme le leur.

Des conflits surgissaient avec les anciens et les nouveaux admis : conflits de
limite des champs, avant et après la nouvelle division, conflits d'occupation
quand les anciennes familles refusaient de céder leur parcelle restée en
régime pluvial quand elle avait bénéficié d'une parcelle "irrigable" dans une
autre zone du "futur périmètre".204

b) 2ème phase choisir entre l’irrigation et le pluvial

Dès les premières pluies de septembre 93, la plupart des familles semèrent le
maïs sur leur parcelle.
Enfin, la CMC commençait les travaux, il ne pouvait plus y avoir de doute.
Le périmètre serait construit.
Les familles des deux associations furent avisées qu'elles ne devaient pas
semer, car les machines allaient passer. La plupart firent la sourde oreille,
continuant de semer et pour les premières le maïs eut le temps de se coiffer. Il
ne sera pas cueilli et les familles réclamèrent une indemnisation pour les
dégâts provoqués.

L'année d'attente avait permis à chacun de mieux considérer sa position face à


l'éventualité d'exploiter ou non une parcelle irriguée. Entre temps la paix avait
été signée et certains pensaient retourner chez eux. D'autres attendaient pour
voir venir l'eau, hésitant à s'installer ou à négocier leurs parcelles avant de
partir.

La situation était différente de celle de Mafuiane, la stratégie aussi :


Il devenait très difficile de savoir qui occupait chaque parcelle : entre les
changements d'appellation des techniciens, les conflits entre les anciens et les
nouveaux admis, les départs. De plus dans l'esprit des familles dominait
l'appartenance à l'association de village, Massaca I ou Massaca II, sur celle,
encore très théorique, d'un groupe continuant l'agriculture pluviale ou d'un
groupe qui pratiquerait une agriculture irriguée. Ainsi lors d'un appel à la
participation des familles pour une consultation concernant le périmètre, les
deux associations répondirent séparément, exigeant des réunions par
association de village, tous membres mélangés, futur "irrigant" ou non.

Pourtant, en principe, les membres des associations ne pouvaient cumuler


deux parcelles- même une de chaque - irrigable et pluviale. Chacun ne
pouvait (toujours en principe) être concerné, sur les terres associatives que
par l'une des situations205. Il fallait donc amener chacun à se définir et à

204
Les difficultés techniques rencontrées au cours de l'élaboration du projet additionnées aux
préoccupations du PRORURAL quant au fondement d'un périmètre villageois pour une population
connue comme dépendante et "viciée" par un assistanat humanitaire de longue durée, ont laissé plané
jusqu'à la veille du début des travaux un doute sur la décision finale de son existence.
205
cette mesure ne concernait que les terres faisant partie des 295 ha, et non les autres champs cultivés
en régime pluvial par les familles.

128
faire connaître sa position auprès de ses responsables pour établir des listes
séparées, pluvial / irrigation et réunir les futurs irrigants en un groupe
unique.

Après une explication du fonctionnement d'un périmètre (comment l'eau


arrivait à la parcelle, qui la faisait arriver – quel personnel salarié, avec quoi -
coût de l'électricité, de l'eau du barrage, de la maintenance) et des obligations
qu'il impliquait pour chaque détenteur de parcelle, comme par exemple de
payer la taxe de l'eau et de travailler la parcelle, il fut décidé en assemblée
générale des deux villages

1 - qu'une vérification serait faite sur le terrain, parcelle par parcelle, avec les
familles concernées organisées par groupes géographiques et accompagnées
du technicien du réseau de vulgarisation et des responsables des
associations, pour clarifier les limites, l'identité de l’occupant et vérifier l’état
de la parcelle (semée ou non, depuis quand...). Il serait pris note des éventuels
conflits pour une résolution postérieure au niveau du village avec la
participation du Secrétaire respectif.

2 - que chaque association enverrait un groupe élargi de membres volontaires


pour visiter le périmètre irrigué de Mafuiane déjà en fonctionnement et se
rencontrer à seul avec des membres de leur association. Que d'autres
visiteraient la coopérative "25 de Setembro"206 et un dernier groupe, le système
d'irrigation de l'Institut Agraire de Boane (lycée agricole). À leur retour, les
groupes présenteraient leurs questions aux représentants présents de l'équipe
technique du Programme. L'objectif de ces visites était de visualiser et
d'écouter ce que voulait dire un périmètre irrigué pour des paysans comme
eux et comment cela fonctionnait, car il leur était très difficile d'imaginer les
conséquences d'un projet que l'équipe du Programme elle-même découvrait
peu à peu.

3 - que les associations divulgueraient les résultats de ces visites et que toute
personne ayant un doute pourrait en parler à la personne de son choix : le
responsable de son association, le vulgarisateur agricole, le responsable du
village ou un membre de l'équipe technique du Programme en travail à
Massaca.

Puis, pour séparer les paysans, une réunion fut organisée avec les deux
associations réunies. Il fallait trouver un lieu qui n'appartienne ni au village de
Massaca I ni à celui de Massaca II, leur relation n'étant pas très sereine.
L'équipe technique du programme proposa la maison agraire récemment
terminée et destinée à la prestation de services pour les agriculteurs de la
région, tout particulièrement aux deux villages et au périmètre irrigué. J'y
reviendrai.

La réunion commença avec tous, famille du "pluvial" et familles de


"l'irrigation". Ce fut la dernière réunion conjointe. Le point de la situation fait,
les responsables demandèrent à chacun de réfléchir et de décider de quel côté
il voulait rester. Les échanges de parcelles seraient libres et volontaires mais
ils devraient être communiqués. Comme il fallait séparer les familles du

206
organisation paysanne déjà mentionnée plus haut qui faisait aussi partie de l'Union des associations et
coopératives de Boane et qui détenait, depuis 1980, 45 ha irrigués récemment réhabilités avec l'aide de
HELVETAS

129
périmètre de celles du pluvial, il fut décidé que les familles du périmètre
formeraient leur association et que les autres resteraient dans les anciennes
associations paysannes de Massaca I et II. Chacune régirait ses terres. Les
familles du pluvial sortirent, les autres élurent leur président et leur
commission de gestion.

c) Séparation des familles : une nouvelle association naît

Ce fut un moment difficile à la suite duquel, pour la première fois se sont


trouvés regroupés et "à seuls" les paysans "irrigants". Les deux présidents des
associations de paysans de Massaca I et II, descendants des familles Matola
et Boane, autrefois importantes, étaient devenus des irrigants eux-mêmes
mais aucun ne fut élu président de la nouvelle association. Ceux qui sortirent
se sentaient exclus car s'il était évident que certains "irrigants" avaient gardé
une parcelle en régime pluvial, gardant un pied des deux côté, les non
irrigants n'appartenaient eux, qu'à ce qui restait de l'ancienne association
paysanne. Il sera abordé plus loin le problème de la répartition du pouvoir
dans les nouvelles associations d'irrigants et la relation de ces associations
avec les associations paysannes de village.

Dans un premier temps il était donc possible à tout membre de choisir entre
garder la parcelle qui lui avait été attribuée, qu'elle soit en régime pluvial ou
devenue irrigable, ou l'échanger avec un autre.

Après la constitution de l'association des irrigants, tout échange, une fois


décidé, devait être porté à la connaissance de l'équipe responsable de la
coordination (les présidents des associations concernées, les secrétaires de
villages, les vulgarisateurs) et vérifié sur le terrain même avec témoin, pour
être sûr d'éviter les quiproquos. Une permanence fut organisée pour recevoir
les familles.

Un registre des échanges fut établi par le président de l'association des


"irrigants" avec la connaissance des deux parties et de l'association paysanne
concernée et un délai indicatif fut donné pour les échanges formels pour
permettre le début de l'organisation interne de l'association et la préparation
de la première campagne. Quand le périmètre entra en fonctionnement, cette
flexibilité et cette coordination entre le pluvial et l'irrigation cessa peu à peu et
les rapports entre les deux groupes d'acteurs changèrent.

Plus de 50% des parcelles du périmètre furent ainsi échangées. Les échanges
continuèrent même après son entrée en fonctionnement. Puis, les familles se
stabilisèrent et avec l'expérience de la première campagne, leurs stratégies se
modifièrent.

Dans les deux périmètres, la stratégie du Programme avait été de « transférer


une partie importante des décisions de distribution des terres aux autorités
des villages, ce qui a permis que la remise des parcelles se fasse sans
conflit ».207

207
CI (consultores internationais) étude d’évaluation du PRORURAL / draft / , Maputo, 1996p25

130
Mis à part certaines admissions exogènes aux villages, le critère d'admission
était donc l'appartenance au village et la reconnaissance d'un droit antérieur
d'occupation.

La capacité de gestion du paysan et ses connaissances techniques en


agriculture irriguée n'étaient pas un critère de sélection, même à Mafuiane où
une certaine politique d'encouragement du développement de familles plus
puissantes avait été envisagée. Ce choix aurait été critiqué, selon les auteurs
du rapport d’évaluation, par certains membres de l'assistance technique.

Cette phase préparatoire fut la première confrontation entre ce qui était dit,
ce qui était écrit et le sens que cela avait pour chacun des acteurs, la première
position de porte-à-faux du président de l'association des irrigants entre la
tradition et les nouvelles "valeurs" et exigences apportées par le périmètre.

Á Mafuiane, le paysan éleveur membre d'une communauté villageoise


devenait de ce fait membre d'une association d'irrigants ; à Massaca, ce
passage constituait déjà une deuxième étape : de membre d'une association
paysanne lui donnant droit à une parcelle pluviale, le paysan devenait
membre de l'association d'irrigant donnant droit à une parcelle irriguée.

L'association d'irrigants est-elle encore une association villageoise ? Quels


seraient son mode de régulation interne et sa relation avec les autres acteurs
?
Cet aspect sera abordé plus loin, lors de la stratégie des acteurs quand les
périmètres seront en plein fonctionnement. Mais avant cela pourquoi ce choix
d'associations d'irrigants ?

II.4.2 Constitution des associations

II.4.2.1 Association paysanne, association d’irrigants

Nous avons vu que les associations paysannes étaient de formation récente.


Elles représentaient à Boane une forme d'organisation communautaire
alternative à la coopérative dont le caractère collectif entrait en choc avec la
motivation initiale de ces groupements : l'accès à la terre. L'association
traduisait la solidarité (plus ou moins spontanée) d'un groupe de personnes
autour d'une motivation commune, tout en conservant l'individualité de
chacun. De cette solidarité de base des membres, fondée sur le besoin
d'espace cultivable, sont nées, sous l'influence extérieurs de catalyseurs
comme l'U.G.C.A.P. de Maputo, le PMA, le réseau de vulgarisation ou des
O.N.G.'s comme HELVETAS, des micro entreprises de service contrôlées par
un noyau d'élus.

Ces associations, tout en étant indépendantes, étaient très proches du pouvoir


local (politique : secrétaire du parti, mais aussi traditionnel) et gardaient un
lien avec l'Union des Associations et Coopératives de Boane, sous influence de
l'U.G.C.A.P. de Maputo puis de l'UNAC et avec leurs alliés des premiers jours.
Elles élaboraient leurs propres projets et possédaient un patrimoine (siège
entrepôt, pavillon d'élevage de volaille, moulin).

131
Une coopérative, la "25 Septembre" avait survécu et possédait un terrain
comprenant un système d'irrigation, des bâtiments agricoles, un quartier
résidentiel le tout enregistré à son nom. Ses membres étaient donc autonomes
et libres sur leurs terres et avaient volontairement confirmé leur statut de
coopérative lors du processus de légalisation.

Les associations d'irrigants conservent le principe associatif mais diffèrent de


leurs congénères sur deux points fondamentaux :
- la propriété des biens gérés par l’association
- la liberté d'y entrer, d'y rester et d'en sortir :

Comme association de service, leur existence ne dépend pas de la seule


volonté de leurs membres, elle a été induite par le Programme comme choix
stratégique de ce Programme pour la gestion et l'exploitation de périmètres
reconnus comme patrimoine public ; le droit à la terre est devenu dépendant
du droit d'accès aux infrastructures.

Leurs premiers membres n'ont pas, pour la plupart, choisi en toute liberté leur
appartenance à l'association, même si les circonstances ont permis une
certaine alternative à Massaca. "L'adhésion" a été dictée au départ par le
hasard géographique de la localisation de leur parcelle pluviale. Leur droit
d'occupation de cette parcelle leur a été reconnu par le régime coutumier à
Mafuiane et le biais de leur appartenance à une association paysanne à
Massaca I ou II. Leur adhésion à l'association d'irrigants était considérée
comme un état de fait à partir du moment où ils avaient accès à une parcelle
du périmètre. Ce mode d'adhésion, que j'appellerai de membres fondateurs,
est différent de celui des autres familles qui entreront plus tard sur les
parcelles selon leur mode d'admission.

La liberté octroyée par les circonstances aux familles de Massaca de choisir


entre culture pluviale et d’irrigation aurait pu renforcer le sentiment
d'appartenance à l'association d'irrigants tout en montrant une plus grande
fragilité de l'attache à la terre. Le respect de la localisation et d’une
proportionnalité entre les terres cédées et les parcelles attribuées à Mafuiane
aurait pu favoriser celui de l’appartenance à la communauté du village.

Cependant, la continuité de ce droit sur la terre dépendait ensuite, à Massaca


tout comme à Mafuiane, de l'acquisition de la capacité de gérer le système :
capacité individuelle du paysan d'exploiter la parcelle et d'en payer les frais,
capacité collective de l'association de faire fonctionner, maintenir et réparer le
périmètre et d'en payer les frais.

Les premiers statuts de l'association paysanne prévoyaient déjà qu'une sortie


volontaire d'un membre était possible. Elle devait se traduire par la dévolution
de la parcelle à l'association et la compensation du membre sortant,
négociable avec le nouvel occupant, pour les arbres plantés.

Avec l'irrigation s'est ajoutée la clause de l'expulsion justifiée par l’obligation


de paiement d’un service, la responsabilité collective du fonctionnement et du
maintien des infrastructures et le risque d’impasse financière de l'association
en cas de non-paiement de la taxe de l'eau.

132
L'association doit garantir un service à ses membres et assumer sa
responsabilité vis à vis du "propriétaire" : L'État leur concède le droit
d'explorer la terre irriguée.

Ce qui signifie la capacité collective de l’association de


• gérer de l'argent
• prélever des taxes régulièrement (d'un montant jamais vu par ces
paysans…)
• utiliser les fonds ainsi réunis pour faire fonctionner le système (engager
des salariés, payer les factures d'eau et d'électricité...) et le maintenir en
état

et la capacité individuelle de ses membres de


• passer d'une agriculture alimentaire à une agriculture qui gère des
revenus, une agriculture de marché,
• travailler 12 mois sur 12,
• voir l'accès à leur parcelle conditionné au respect de nouvelles obligations
comme celle de la maintenir en état ou de payer la taxe de l'eau.

Les associations sont chez elles, à condition de...


Elles sont "paysannes" mais ne pourront le rester que si ces paysans ne
convertissent, au moins partiellement, leur mode de production vers une
agriculture de marché, ne serait-ce que pour obtenir les revenus nécessaires
pour payer la taxe.

L'introduction d'un critère économique et technologique, conditionnant la


continuité du droit des associés, isole l'association de l'organisation du village,
de leurs congénères, des associations paysannes et de leur Union. Les jeux de
pouvoirs s'exerceront différemment.
Plus grave, la pression financière exercée sur une association fragile peut
miner l'esprit d'entraide. Sans autres revenus que la participation de ses
membres elle devra faire face à une importante trésorerie pour assurer le
fonctionnement du périmètre : paiement des factures d’énergie, des salaires,
etc.. Le calcul des charges devra être proportionnel à la surface occupée par
chaque membre, il ne pourra tenir compte des difficultés sociales ou
économiques de leurs membres jugés en principe égaux dans leurs droits et
leurs devoirs.

L'association pourra-t-elle agir en défense des intérêts de tous ses membres ?


Que pourra signifier le mot "équité" ? Il a été déjà décrit la situation critique
dans laquelle se trouve nombre d'entre eux et qui a été, du moins au départ, la
motivation de la première phase du Programme.

II.4.2.2 Stratégie de mise en place des associations

Les deux associations ont été constituées avant l’exécution des travaux de
construction. Elles ont donc joué un rôle important dès la phase de
distribution des parcelles et la prise de "possession" des périmètres par les
familles.

133
Leur naissance est intimement liée, dans l’esprit des familles villageoises et
des acteurs extérieurs à la transformation d’un ancien équilibre 208
économique et social, s’appuyant cependant sur leurs racines villageoises.
Les associations sont donc un moteur de transformation dont le mode d’action
dépendra de l’équilibre trouvé entre son rôle endogène de représentation des
intérêts de ses membres et son rôle exogène de responsabilité de la gestion des
périmètres.

Leur naissance a été induite, on l'a vu. Les stratégies qui ont influencé leur
constitution trouvent leur répondant dans ce qui fait la personnalité
particulière des villages qui les abritent :

II.4.2.2.1 Mafuiane :

Aucune association paysanne n'existait à Mafuiane à l'arrivée du Programme.


Le PRORURAL encourage la réunion des familles concernées par le futur
périmètre en une association qui portera au départ le nom d'association des
paysans de Mafuiane. C'est au cours de sa légalisation qu'elle prendra le nom
d'association d'irrigants.
Les familles qui la composent au départ ont été identifiées lors de la première
reconnaissance topographique de l’occupation de l’aire du périmètre, suivi de
la première répartition des futures parcelles irriguées. Son noyau fondateur
est fort : la plupart des grandes familles du village en font partie parce qu'elles
avaient cédé une partie de leur terre. Les liens tissés entre ces familles et
l'autorité traditionnelle sont très forts. Celles qui n'auraient pas eu de
parcelles parce que leurs champs se trouvaient en dehors du périmètre seront
rapidement admises durant le processus de redistribution. Quand a été
abordée la question des organes de direction, lors des élections en mars 93,
l'intégration des membres représentatifs de ces familles dans la commission de
gestion a été appuyée par le PRORURAL :

Il a été vu que l'assise traditionnelle et la cohésion du village tout comme la


présence d'une hiérarchie entre les familles fondée sur le bétail et sur
l'extension des terres exploitées, étaient vues favorablement par les
intervenants du programme car ces facteurs pouvaient servir de base à la
création d'un noyau endogène possédant un esprit d'entreprise donc
susceptible de développer une agriculture de marché.

Le PRORURAL tablait donc sur le maintien d'une hiérarchie (traditionnelle)


ancrée dans le village comme assise d'un développement socio-économique :
Il pariait sur les familles traditionnellement plus fortes pour devenir tête de file
de cette transformation socio-économique que le périmètre devait permettre en
s'appropriant une nouvelle source de richesse.

Seul, le président de la localité est resté en marge de la commission de gestion


car répondant à l'administration du district il ne pouvait selon les statuts
accumuler les pouvoirs. Il sera pourtant un membre très important dans
l'association.

Aux côtés de la commission de gestion représentant le pouvoir traditionnel,


une sorte de "sous-commission technique" fut placé par le PRORURAL.

208
même s’il est difficile de parler d’équilibre en temps de guerre.

134
Constituée de responsables élus par les exploitants des parcelles à raison de
un par bloc d’environ 32 parcelles), respectant ainsi l'organisation technique
du périmètre. A la charge des responsables d’être à la fois les représentants
des familles de leur bloc et les bras d'intervention de la commission de gestion
sur ces mêmes blocs.
Quelques jeunes en faisaient partie au côté de chefs de familles importants.

Cette double organisation de la commission de gestion n'était pas prévue dans


les statuts qui ne parlaient que de 9 membres élus. La hiérarchie n’était pas
très claire, il était cependant entendu qu'il n'y avait qu'un président de
l'association209 , celui de la commission de gestion et qu'il aurait à ses côtés
un secrétaire plus exécutif.

Ce président élu, âgé de 60 ans, détenait son autorité de son passé d’éleveur
et d’agriculteur : Arrivé en 1953 à Mafuiane, il avait eu un important
troupeau de bovins ainsi que de nombreux hectares maintenant en grande
partie submergés par le barrage. Il en possédait encore une dizaine en régime
pluvial. Il était titulaire de trois parcelles du périmètre. Sa fille a été engagée
plus tard comme trésorière de l’association, ses quatre fils travaillaient à leur
compte en Afrique du Sud.
Le secrétaire, plus jeune (40ans), titulaire de deux parcelles, était arrivé en
1972 à Mafuiane. Mécanicien, il travaillait dans une carrière voisine. Il n’était
pas éleveur mais cherchera à le devenir lors du programme de relance de cette
activité dans la zone.

Par ce choix et ceux des autres éléments de cette première commission de


gestion, l’association cherchait à allier tradition, sur laquelle elle s’appuyait et
modernisme210.

II.4.2.2.2 Massaca

L’identification des terres destinées à l’irrigation, touchant les délicats


problèmes du foncier, la stratégie de l'équipe du Programme avait été de ne
pas intervenir directement dans les affaires des villages, assumant son
« étrangeté à tout ce qui n'est pas purement technique »211

209
la prévision de deux présidents dans la loi associative (celui de l'Assemblée Générale ou président de
table et celui de la commission de gestion, exécutif de l'association et pouvant la représenter) a toujours
posé des problèmes comme je l’ai déjà dit, dans toutes les associations avec qui j'ai travaillé : il ne peut
pas y avoir deux coqs dans un poulailler, même si les lois démocratiques voudraient l'imposer :
conclusion , le seul président était celui de la commission de gestion.
Les associations citadines, (comme celle des musiciens) avaient un président souvent d'un certain âge
(avec un rôle de représentation) et un secrétaire général exécutif, se répartissant les rôles de l'autorité
conférée par l'âge et la tradition, et de celui de la direction fonctionnelle de l'association ; dans les
associations paysannes, j'ai retrouvé cette répartition à Djuba. À Mafuiane, le secrétaire n'avait pas de
pouvoir de décision ou de représentation, il était l’assistant du président de la Commission de gestion
considéré comme président de l’association.
210
Participation des "alphabétisés" (selon l’appellation donnée par les habitants du village) dans un
groupe pourvu d’une autorité traditionnelle.
211
idem

135
Pendant la première phase de distribution des parcelles, les techniciens du
Programme et leurs partenaires locaux 212avaient choisi comme intermédiaires
auprès des familles concernées, les présidents des deux associations
paysannes.
Relativement jeune, le président de l'association de Massaca I détenait par sa
naissance et sa position une double autorité : traditionnelle, en tant que
membre de la famille du "regulo" et institutionnelle comme président élu de
l’association concessionnaire de la terre attribuée par le gouvernement au
village. Il possédait donc une influence manifeste sur la résolution des
problèmes de la terre213. Son autorité personnelle était plus contestée.
Celui de Massaca II détenait son autorité de sa propre personnalité et de sa
capacité à résoudre les problèmes.
La distinction parmi les parcelles des associations paysannes de Massaca I et
II cultivées en régime pluvial de celles qui pouvaient bénéficier du système
d’irrigation a provoqué la constitution d’une troisième association, celle des
irrigants. Cette distinction n’obéissait pas à un choix des familles mais à une
contrainte de l’environnement : la qualité du sol.
Elle a pourtant permis à certaines familles, comme je l’ai déjà montré, de
choisir dans une deuxième temps entre agriculture pluviale et irriguée par le
biais d’échange de parcelles.
Le Programme avait donc un nouvel interlocuteur privilégié : le président de
l’association des irrigants, qui effaçait peu à peu l’autorité des associations
paysannes.

Une fois les deux associations paysannes éclatées par la constitution d'une
troisième qui ne les remplaçait pas, quelle stratégie de pouvoir ?

Comme il a été vu, la population de Massaca est extrêmement hétérogène, les


deux villages sont la réunion artificielle de familles sans liens d'origine ou de
parenté. Le sens communautaire et l'autorité traditionnelle y sont très éclatés.
L'autorité du regulo ou de ses représentants sur la terre était reconnue par les
habitants des villages mais pas son autorité sur les personnes.

Contrairement aux familles de Mafuiane soudées par la nécessité de se


défendre et de défendre leurs biens pendant la guerre, celles de Massaca
arbitrairement réunies dans ce lieu relativement sûr, essayaient de récupérer
du traumatisme qu'elles avaient subi par la séparation d’avec les leurs et la
perte de leurs biens. Il n'y avait pas de cohésion à Massaca autour d'un
noyau de familles détenant le pouvoir.

La stratégie du Programme a été de conseiller l'élection d'une personne


dynamique, reconnue de tous et capable de résoudre les problèmes que
représentait la mise en fonctionnement du périmètre. Le président de
l'association serait issu de Massaca I, son vice président de Massaca II, les
membres restant de la commission de gestion étant choisis en représentativité
de groupe de micro périmètres. Le président de l’assemblée devrait être un
ancien respecté de tous.

212
responsable de la DDA, techniciens du réseau de vulgarisation, secrétaires des villages
213
stratégie d'intervention de l’assistance technique :" identifier les personnes qui ont effectivement une
influence sur les question de la terre, leur demandant la responsabilité de la gestion de la relation avec le
reste de la population" Rapport fin de mission de la sociologue Leda Peretti

136
A été élu président, un homme jeune (dans la trentaine) originaire de la
province d'Inhambane. Aide électricien scolarisé il travaillait à temps partiel
sur la ligne de chemin de fer voisine. Arrivé à Massaca dans les années quatre-
vingt, il était marié à l'époque à une femme issue de la famille Mç, famille
économiquement importante implantée à Boane et à Massaca. Le vice-
président élu, issu de Massaca II, ne participa jamais à la commission de
gestion. Il sera remplacé plus tard par un ancien, élément fort de l'association
paysanne de Massaca I, originaire lui aussi d'Inhambane et arrivé au village
en 1985.

L'élection s'est réalisée pendant la construction du périmètre ; pour les


familles, le choix d'un des leurs pour les représenter dans l'association ne
correspondait pas encore à quelque chose de très concret : les micro
périmètres ne prendraient de sens qu’après la mise en fonctionnement du
système d’irrigation. Des modifications seront alors faites parmi les membres
élus.

Un premier président de l’assemblée sera indiqué plus tard sur papier pour la
formalité du registre de l’association214.

La position du président de l'association d'irrigants de Massaca n'était pas très


confortable. En reconnaissance de ses qualités personnelles, il avait reçu un
pouvoir de la majorité des membres de l’association mais il ne méritait qu’un
soutien conditionnel des familles Mç et de l’ancien regulo. Il ne le méritait que
s’il servait leurs intérêts, leur attribuant un régime de faveur dû à leur
ancienneté et à leur pouvoir économique ; sinon, il serait mis de côté. Son
divorce en sera un signe négatif. De plus son élection avait fait des mécontents
comme le président de l’association paysanne de Massaca I qui aurait voulu sa
place.
Pendant la phase de préparation, tant que la séparation des parcelles irriguées
de celles du pluvial ne sera pas visible, le président de l’association s’appuiera
sur l'autorité du secrétaire du village et sur celle de ces familles plus
anciennes. Les deux présidents des associations paysannes continueront
d'exercer en partie leur autorité sur la terre.

Il sera nécessaire d’observer plus loin l’évolution de la distribution et de la


pratique du pouvoir face aux problèmes créés par le fonctionnement du
périmètre devra être observée.

214
Ce ne sera qu’à la fin du premier mandat de la Commission de gestion que l’assemblée générale élira
l’un des vulgarisateurs, devenu membre, comme président de l’Assemblée et trois autres membres comme
conselho fiscal (comité de contrôle). Cette élection avait été motivée par le désir des membres de vérifier
les comptes de l’association préparés avec l’aide du comptable du Programme. Les comptes seront
expliqués et acceptés et le président de l’association sera réélu.
A Mafuiane, les « alphabétisés » se sont emparés du comité de contrôle et de la direction de l’assemblée.
il me faudrait un chapitre pour aborder la problématique du fonctionnement des instances associatives et
leur évolution au long des multiples réunions. C’est au cours de ces réunions que j’ai le plus appris sur le
respect de l’autonomie de décision des paysans et sur le double jeu que la présence d’acteurs exogènes les
obligeait à assumer.

137
II.4.2.2.3 Quelle était la relation de ces nouvelles associations avec le
programme ?

Même si ses techniciens s’en défendaient, le Programme avait joué un rôle


déterminant et influant à la naissance des deux associations.
Ni à Massaca, ni à Mafuiane les associations d'irrigants ne possédaient
quoique ce soit à leur nom propre. Leur patrimoine était réduit à zéro. Leurs
responsables n'avaient aucune expérience en matière de gestion de périmètre.
Mais elles ont été confrontées, d'un jour à l'autre, à des responsabilités encore
inconcevables pour elles la veille : montants mensuels importants à gérer,
fonctionnement et maintenance d’un système complexe d’irrigation, pouvoir
sur la terre...)

Pour le PRORURAL, les associations avaient déjà trop reçu, elles devaient
s'organiser par elles-mêmes et trouver seules les moyens de construire un
endroit où siéger, pouvant éventuellement bénéficier d'une aide partielle en
matériaux de construction.
Les associations étaient devenues les interlocuteurs officiels du P.D.R.I. et des
institutions, je dirais des gérants aux "pieds nus"215 devant une assistance
technique, un centre de service et des institutions équipées par le Programme.
Les associations étaient donc partenaires mais le PRORURAL, la direction du
Programme et celle de l'assistance technique ne lui reconnaissait pas
réellement la compétence technique de gérer les périmètres. En fait il y a avait
un grand pas entre un principe de départ et le passage à la réalité : aucun
plan n'avait été élaboré pour préparer les associations. Toute la capacité
technique mise à disposition par le Programme avait été concentrée dans les
maisons agraires dont le statut était ambiguë.

Quand les périmètres sont entrés en fonctionnement, le temps d’intervention


du Programme n’avait pas été déterminé clairement. Le "master plan" (plan
directeur) avait été définitivement mis de côté ; le prolongement vers une
deuxième phase dépendait de l'initiative et de la capacité de la direction du
Programme à élaborer une proposition d'activités et à obtenir l'accord des
deux gouvernements : le bailleur de fond et le maître de l’ouvrage.

La mise en fonctionnement, techniquement prévue par l’assistance technique,


se fera sans un plan d'accompagnement à moyen terme, son but étant de
vérifier le fonctionnement correct des périmètres. Mission sera donnée à
l'assistance technique de garantir une année de production, avec tous les
moyens "nécessaires" quel qu'en soit le prix (désherbant inclus) et de légaliser
les associations.

En 1995, alors que les deux périmètres sont en fonctionnement, viendra la


première mission de la SIM, envoyée par le gouvernement italien pour évaluer
les conditions et la nécessité d'un prolongement de son financement au
Programme. Sa venue marquera une période de changement de cap de la
mission de l’assistance technique et de sa relation avec les associations et les
paysans.

La relation entre les associations et le Programme, l'État, les institutions, la


maison agraire, l'administration locale se construira peu à peu, aux cours des
événements qui permettront d'observer les réactions de chacun : les non-dits,
215
Au sens figuré, et aussi au sens propre pour beaucoup de leurs membres au début.

138
les sous-entendus et le caractère nouveau de ces relations ont laissé une
grande marge à la variété des prises de positions.
Il y aura donc, en présence du Programme, une évolution des stratégies et des
modes de relation qui aboutira à l'élaboration d'une proposition finale de
distribution de compétences entre les acteurs.

139
3EME PARTIE - À L'EPREUVE DES FAITS QUELLES ONT ETE
LES STRATEGIES DES ACTEURS SUR LE TERRAIN ?

III.1 LE FONCTIONNEMENT INTERNE DU PROGRAMME

L'objet de cet écrit n'est pas tourné ver une étude du modus operendi interne
d'un programme comme celui-ci. Il aurait été intéressant d'analyser les
positions prises par chacun des acteurs en fonction de la mission qui lui était
attribuée, de comment elle lui était transmise et de sa relation avec les autres
éléments du programme et avec les partenaires. La complexité de la machine
administrative et l'agencement des différents acteurs dans un organigramme
impossible à décrire ont trop souvent placé les problèmes de dynamique
interne et de gestion des tensions au premier plan laissant en second plan la
compréhension du milieu et des gens avec qui nous travaillions. Le recul me
fait voir comment moi-même j'ai réagit dans ce contexte. Je laisserai cela à
Sardan.

Disons qu'il me faudra rentrer dans les "avatars stratégiques" car ils auront
une influence directe sur les stratégies de retour des acteurs partenaires du
Programme.

Comme il a été dit plus haut, le développement planifié et intégré n'a pas vu le
jour, dans le sens ou aucun plan directeur n'a pu être approuvé. Il a été vu
aussi que la logique d'efficacité des entreprises, engagées et donc payées, a
conduit à la conception et à la construction d'infrastructures selon un
chronogramme défini par le maître d’ouvrage pour des motifs financiers et non
guidés par l'entendement des conditions socio-économique existantes
localement et la conception d'une forme viable et réellement participative de
développement.
L'ensemble des interventions sur les villages de Massaca et de Mafuiane
faisaient partie de la première phase dite prioritaire, son caractère d'urgence
était assez incompatible avec une étude et une conception approfondie de "que
faire ?", et de "comment faire ?".

III.1.1 Agencement des acteurs du Programme

La responsabilité, assumée par la direction exécutive du Programme, de


planifier les activités par elle-même a donc été bien au-delà du prévu et ce,
sans une base de données conséquentes. Aucune méthode, aucun instrument
opérationnel intégrant une vision au moins à moyen terme n'avait été remis à
la direction de l'assistance technique. La hiérarchie et la sectorisation des
cerveaux distingués entre concepteurs et exécuteurs sur le terrain, expatriés
et mozambicains, chacun répondant à un chef particulier, rendaient difficile
un travail d'équipe. Le sentiment d’autarcie de ce genre de projet rendait aussi
difficile la collaboration avec d’autres institutions dans la recherche de
solutions durables. L’auréole de sa richesse et son visage d’institution
faussaient ses rapports avec ses interlocuteurs, partenaires ou autres qui tour

140
à tour essayait de gagner sa grâce et lui attribuait des responsabilités qui
n’aurait pas du lui revenir.

Vers la fin du Programme, une réunification des membres de l'assistance


technique de terrain, qu'ils soient mozambicains ou italiens, sous une même
direction répondant au G.T.C., tentera de susciter une meilleure coordination
entre les intervenants : l'objectif commun devenait la préparation de la fin.

La construction était de la responsabilité d'un groupe d'entreprises (maître


d’œuvre et directeur de travaux). Un sous-groupe d’entreprises d'assistance
technique institutionnelle et d'assistance technique de terrain était ensuite
responsable de la mise en fonctionnement. le PRORURAL assumait, dans le
cas des activités et des infrastructures agricoles, le double rôle de receveur
intermédiaire des réalisations du PDRI et de représentant du FDHA à qui
revenait ce patrimoine car tous deux étaient placés sous la tutelle commune
du Ministère mozambicain de l'Agriculture.

Cette tutelle institutionnelle du Programme correspondait à une de ses


premières motivations : le développement agraire. De même la direction
italienne du programme avait été confiée à des agronomes tout comme celle
de l'assistance technique. La quasi-totalité216 du personnel engagé par
l'assistance technique (qu’elle soit mozambicaine ou italienne) travaillait
directement ou indirectement, à temps complet ou partiel, pour les activités
agricoles.
La mise en fonctionnement des périmètres et l'assistance aux agriculteurs
était donc de la responsabilité de l'assistance technique. Son premier travail
sera la mise au point hydraulique du périmètre de Massaca pendant le
démarrage du périmètre de Mafuiane. Elle sera responsable aussi de
l'assistance aux associations et de l'assistance agronomique aux agriculteurs
qui se fera à partir des maisons agraires.

Soumises, on l’a vu, à une double utilisation, les maisons agraires placées
jusqu'en 1995 sous la responsabilité de l'assistance technique italienne,
recevront un gérant mozambicain (le responsable de l'équipe technique du
PRORURAL) et un responsable administratif italien. 50% de leur activité et de
leurs biens reste sous la responsabilité directe de l'assistance technique qui
assure ainsi sa propre maintenance et la réalisation de projets à fonds perdus
essentiellement destinés aux périmètres irrigués. Pour les 50% restants
(stock d'intrants inclus) leur activité est dite "commerciale" : vente aux
agriculteurs de service, de matériel et d'intrants à prix de marché. Le
personnel mozambicain engagé (magasiniers, mécaniciens, électriciens,
chauffeurs, tractoristes, personnel de bureau) dépend d'un expatrié considéré
comme chef et travaille indistinctement pour les deux visages des maisons
agraires. Celles-ci ont une comptabilité séparée de celle du Programme mais
les fonds gérés sont soumis à son contrôle, leur utilisation étant décidée par
les deux parties du programme, mozambicaine et italienne.

Cette situation durera jusqu'à la fin du Programme, les diverses tentatives de


constituer une coopérative de service ayant échoué. Je reviendrai plus loin sur
le mode de fonctionnement des maisons agraires à la sortie du Programme.

216
Avec la deuxième phase sont arrivés l'équipe du programme de production animale et celle du
chantier école et des constructions placées sous la responsabilité de l’assistance technique.

141
Un accord entre le PRORURAL avec la DPA de Maputo avait permis
l’affectation de vulgarisateurs :
• les deux techniciens du réseau de Boane qui travaillaient déjà sur les deux
villages de Massaca I et II ont été affectés au périmètre de Massaca. Ils
garderont simultanément leur lien avec le réseau du district,
• un technicien responsable et élément unique du réseau de vulgarisation
détaché au district de Namaacha travaillera en exclusivité pour le
Programme sur ce district, que ce soit sur le périmètre de Mafuiane ou en
régime pluvial.

Le PRORURAL engagera deux autres techniciens mozambicains (un pour


chaque périmètre) payés par le programme et destinés à être pris en charge
par les associations ou les maisons agraires. Plus tard une hydraulicienne fut
aussi temporairement engagée par le Programme ainsi qu'un comptable, tous
deux mozambicains.

III.1.2 Le Programme vu par les villages

Je ne m'attarderai pas sur les complications hiérarchiques et de coordination


de ce petit monde. Mais de ce fait, à la suite de la construction des périmètres
et sans parler des intervenants siégeant à Maputo ni du personnel des
entreprises de construction ou de direction du travail, les familles seront ainsi
en contact avec
• Le responsable de l'assistance technique italienne
• Le responsable de l'équipe technique mozambicaine - PRORURAL
• des techniciens expatriés venus en missions d'expertises plus ou moins
courtes
• des agronomes et agroéconomistes de l'Assistance Technique (expatriés)
• un agronome responsable de l'expérimentation (expatrié)
• un expert en divulgation agricole de l'A.T.(expatrié)
• une sociologue (expatriée résidente , sans formation)
• un technicien en hydraulique agricole (mozambicain formé à Cuba)
• deux vulgarisateurs (mozambicains formation du niveau moyen) - Massaca
• un responsable de la vulgarisation (mozambicain formé à Cuba) - Mafuiane
• le personnel expatrié et mozambicain des maisons agraires
• le personnel mozambicain ou italien engagé par l’entreprise de
construction.

auxquels s'ajouteront à partir de 1995 à mesure des projets, des techniciens


mozambicains issus de l’IAM, lycée agricole du district de Boane et employés
temporairement pour suivre les contrats de production-vulgarisation217 dont
je reparlerai et les enquêteurs du suivi d’évaluation.

Tout ce monde travaillait pour le Programme.


S'y ajoutaient
• le personnel des institutions ou entreprises intervenant par le biais du
Programme (SEMOC - entreprise nationale de semences qui signera des

217
Voir III.2.4.2 – le plan d’exploration / Méthode d’intervention de l’assistance technique / diversifier

142
contrats de productions de semences - INIA qui fera les études de sol -
Faculté d'agronomie qui enverra ses étudiants faire des recherches) ;
• les contacts institutionnels hors programme (la banque locale où était
ouvert le compte de l'association, l'administration du district, le tribunal,
les offices de notaires, services du cadastre) ;
• les fournisseurs courants des associations (EDM pour l'électricité, ARA Sul
- gestionnaire du barrage - pour l'eau ou les fabricants de pièces détachées
pour les bouches d'eau, etc.) ;
• les fournisseurs en intrants du marché local, appartenant souvent au
marché informel ;
• Les contacts individuels de ceux qui arrivaient attirés comme des mouches
par les parcelles irriguées, négociables par leur taille, cherchant un moyen
d'y accéder.

Les périmètres amenèrent enfin les camionnettes des transporteurs privés


avec de nouveaux agents commerciaux : des femmes faisant la navette entre
la campagne et la ville, les "maguevas" chargées de leurs grands paniers, qui
achetaient sur pied la plus grande partie de la production commercialisée des
périmètres pour la revendre aux portes des marchés principaux de la capitale.
C'était elles qui définissaient les prix et séparaient les produits selon leur
qualité.

Quel est le rôle de chacun, qui est de passage et qui restera ?


Comment agissait chacun et sur quelles bases ?

Un regard était nécessaire pour observer les dynamiques et les effets de tous
ces changements.
Restant pour l’instant dans la dynamique du Programme lui-même, la
question était concrète : fallait-il prolonger le temps de vie du Programme en
l’absence d’un plan directeur ?

III.1.3 De la construction à la garantie du fonctionnement. Où s’arrête la


responsabilité du programme ?

Pendant la première phase, il n'y a pas eu de suivi organisé des activités du


Programme. Chaque projet conçu par l'entreprise attitrée était soumis à
l'approbation des deux parties puis son exécution était contrôlée par cette
même entreprise qui l'avait conçu (direction du travail).
Il s'agissait d'une action "d'urgence" traduite essentiellement en construction
d'infrastructures donc en un investissement à long terme (en opposition avec
l'aide d'urgence à caractère humanitaire).
La guerre finie (accord de paix signé en 1993) le Programme aurait du passer à
une deuxième phase. Mais les acteurs mis en place à sa création, son mode de
fonctionnement, plaçaient la production d'un plan directeur au même niveau
que la conception d'un projet d'infrastructure : une prestation de service
commandée à une entreprise privée exogène payée pour le produire, les deux
parties, le commanditaire et le client, restant en attente d’un résultat qui ne
pouvait satisfaire.

143
Une plus grande responsabilité revient à la direction commune du Programme
: le G.T.C.. Sa capacité d'intervention sera limitée à la capacité et à la volonté
individuelle de ses membres de faire coordonner les différents secteurs. Le
PRORURAL n’est pas un cadre endogène et responsable à long terme de
planifier et de diriger un processus de développement durable et autonome.
Le gouvernement mozambicain ne s'est donc pas doté d'une capacité endogène
continue et indépendante de planification et de direction du développement
régional218.

Du côté italien une préoccupation naît quand à l'opportunité de l'utilisation


des fonds, de la viabilité des investissements entrepris et du futur qui leur est
réservé.
Les grandes infrastructures terminées, la centralisation de la gestion par les
entreprises italiennes ne se justifie plus.

Un malaise s'installe côté italien et côté mozambicain :

Que faire de la deuxième phase et surtout, comment faire ?

Se repose aux acteurs la question de la limite de la responsabilité du


Programme dans les interventions réalisées : la fin de la responsabilité du
constructeur marque-t-elle la fin de celle du P.D.R.I. ? ou bien est-ce la preuve
du fonctionnement des deux systèmes apportée par la première année de
production qui le libère de toute obligation ?
Qui doit garantir la mise en place des conditions de bon fonctionnement et
gestion à long terme des infrastructures telles que les périmètres, les maisons
agraires (tout comme les systèmes d'approvisionnement en eau dont j'ai parlé
dans la monographie) ?

L'entendement commun des deux parties avait été jusqu'alors que les italiens
construisaient, démarraient les systèmes d’irrigation et que les mozambicains
prenaient en charge la gestion après leur réception.

Or, la gestion de l'eau et en particulier toutes les questions relatives à


l'hydraulique agricole étaient un domaine inconnu des institutions de
l'agriculture du district ou même provinciales. Elles n'étaient pas préparées
car ce type d'agriculture n'avait été pratiqué jusqu'alors que par le secteur
privé ou d'état où elles n'intervenaient pas. L'irrigation n'existait tout
simplement pas dans leurs services. Les réseaux de vulgarisation n'étaient
préparés que pour l'agriculture pluviale et les services techniques les plus
développés étaient ceux de l'élevage, principale activité régionale.
Les associations découvraient simultanément ce type d’agriculture, ses
contraintes et la responsabilité de gérer "leur" périmètre.

Le rôle de l'assistance technique et son mode de fonctionnement est donc


modifié : les deux équipes mozambicaines et italiennes désormais placées sous
une direction unique (italienne), reçoivent la mission d'accompagner les

218
la Z.D.A.P., est une zone géographique, sont action est limitée au développement agraire et, on l'a vu,
son statut est très lié à l'ancienne conception de la planification centralisée mise de côté lors de l'adhésion
du Mozambique au FMI et à la Banque Mondiale. Son substitut serait maintenant les "couloirs" qui eux
sont surtout tournée vers le renfort des infrastructure et la prestation de service par le secteur privé selon
la vocation régionale transfrontière. L'optique du développement a changée, l'objectif devient l'attraction
des investissement du secteur privé.

144
premières années de vie des périmètres et d’assurer la transmission de
technologies nouvelles auprès des exploitants. L'assistance aux associations
est prévue aussi et ce jusqu’à la fin du Programme. Pendant ce temps devra
être décidé qui prendra le relais de cette assistance : le secteur privé ?
L'institution de tutelle ?

Ces modifications répondent au résultat d'un suivi général du Programme


commandé, à partir de 1995, par le Ministère italien des Affaires Étrangères
auprès de la société italienne SIM. Son objectif premier était de donner les
éléments nécessaires à la décision d’une éventuelle continuation du
Programme vu que le plan directeur n'avait pu être établi et approuvé.

Quatre missions d'observation seront effectuées sur le terrain.


Le premier rapport fait un constat :
« Problème de l'impact social 219 :
Toutes les interventions se caractérisent par une approche d'urgence, sans
une quelconque tentative dans le sens d'un processus de développement, de
recherche d'un développement autosuffisant ».
Ce constat, bien que la dépassant, devient une critique du mode d'action de
l'assistance technique (fonctionnant au jour le jour) sans objectifs définis.

III.1.4 Le suivi

1995 sera ainsi une année importante dans l'évolution de la stratégie du


Programme quant à l'implantation des périmètres. Jusque là, comme il a été
dit, le rôle de l'assistance technique se limitait à vérifier que techniquement les
périmètres étaient fonctionnels tout en dirigeant une première campagne
agricole. L'assistance technique expatriée était en fait un appendice du staff
central des entreprises italiennes, selon la logique d’entreprise de la première
phase.
Le futur des périmètres, leur mode d'exploitation, de gestion, l'impact pour les
familles ne sont pas considérés comme du ressort de l'équipe expatriée. Elle
revient aux mozambicains. Toute initiative contraire est rejetée.

Le changement de cap est visible dans le premier rapport de mission de la


SIM réalisé à demande du Ministère italien des Affaires Étrangères : les
familles qui utilisent les parcelles deviennent le centre des préoccupations. Il
faut les connaître pour comprendre leur mode d'utilisation des parcelles. Le
succès des périmètres en dépend.

Le rapport souligne aussi le manque d'information et de compréhension sur


• Les aspects économiques220
• Le caractère social des bénéficiaires et les facteurs qui peuvent influer sur
la valorisation de la parcelle : (disponibilité de travail, autres sources de
rendement, et.)221
• Le relevé systématique de l'utilisation de la parcelle qui permettrait de
suivre le processus en cours et l’évolution du comportement des
bénéficiaires.222
219
SIM , premier rapport de mission, 1995, point 5.8.7.2
220
Id. 5.7.8.17
221
Id . 5.7.9.6

145
• L’observation et l’analyse de l'interaction entre l'activité agricole pluviale et
irriguée223

Il sera demandé l'organisation d'un "Programa de Monitoragem" : suivi organisé


des familles "irrigantes" et de l'utilisation des parcelles. Participant à sa
conception, je serai responsable de son exécution.

Initialement et partiellement conçu sous la responsabilité d'un expert


agronome pour étudier l'activité productive globale (agriculture pluviale et
irriguée, autres activités non agricoles) d'un échantillon calculé des familles224,
ce programme de suivi journalier des parcelles, expérimenté en septembre
1995 s'est avéré rapidement très lourd :
Il prévoyait le classement des cultures suivant les méthodes, techniques et
moyens de production mis en œuvre. Seule une partie des cultures sera ainsi
observée, annotée et mesurée. Les résultats obtenus devaient être appliqués à
l'ensemble des cultures des parcelles selon leur appartenance à l'un ou l'autre
groupe.
Il aurait fallu pour établir ces groupes techniques de référence, une étude
préalable spécifique. Le temps ne l’a pas permise.
Ainsi, pour chaque parcelle observée et pour chaque culture réalisée a été
établi une fiche technique où étaient enregistrés chronologiquement
l'ensemble des opérations effectuées sur la culture, par qui, en combien de
temps, avec quels moyens et quels intrants. (voir annexe). C’est donc le
registre de cet itinéraire complet de chaque culture qui a été lancé sur le
journal du logiciel de gestion agricole pour déterminer les résultats de
l’exploitation.

Pour mieux identifier, localiser, mesurer et visualiser la succession des


cultures je proposais un relevé à échelle de chaque parcelle, régulièrement mis
à jour, montrant la répartition des cultures sur le terrain : Je le baptisais
DOP225. Ce relevé permettait d'identifier pour chaque culture qui était
l'exploitant ainsi que les dates de début et de fin d'activité.

J'y ai ajouté

• Une fiche complémentaire par culture pour le calcul du rendement à


partir de "carrés de production" mesurés et cueillis sous le contrôle des

222
Id. 5.7.9.9.
223
Id. 5.7.9.11
224
51 parcelles réparties proportionnellement sur les deux périmètres (27 sur les 254 de Mafuiane; 24 sur
les 223 de Massaca). Le tirage au sort des parcelles a été fait en respectant la représentation
proportionnelles des types de sol préalablement identifiés sur les deux périmètres.
Le choix de l'établissement d'un échantillon trouverait son fondement dans Le Manuel de Recherche :
Justification du Choix : étudier un échantillon représentatif de la population
-Lorsque la population est très importante et qu'il faut récolter beaucoup de données pour chaque
individus ou unité
-Lorsque, sur les points qui intéressent le chercheur, il est important de recueillir une image globalement
conforme à celle qui serait obtenue en interrogeant l'ensemble de la population, bref lorsque se pose le
problème de la représentativité.
225
Dessin d'Occupation de la Parcelle, joint en annexe. Il a fait l’objet du premier teste de sélection des
enquêteurs qui devaient être capables de mesurer un espace donné et de le reproduire à échelle sur un
schéma orienté selon l’emplacement de la bouche d’eau. Les premiers enquêteurs, étaient des démobilisés
de guerre (contraintes budgétaires et réalité sociale de cette période d’après guerre) qui se sont avérés très
doués pour tracer la carte d’un lieu choisi.

146
enquêteurs. Il était en effet impossible aux enquêteurs de garantir leur
présence pour peser les produits lors de chaque cueillette effectuée par
chaque famille qu’ils observaient
• le registre hebdomadaire des prix de vente des produits (sur pied et auprès
du périmètre) et
• Le relevé hebdomadaire des prix de vente de la production sur pied et sur
le marché local et celui des prix d'achat des intrants et des services.

Et enfin je complétais les informations sur chaque Unité de production


Familiale par un questionnaire rempli à deux reprises auprès des familles.
L’observation directe des activités extra-périmètre s'était avérée impossible de
par la distance et la dispersion des champs souvent localisés dans l'ancienne
zone résidentielle des familles. Ce questionnaire ne faisait pas parti du
protocole officiel.

Je travaillais avec une équipe de 5 enquêteurs sélectionnés parmi des


démobilisés de guerre choisis pour leur expérience et leur formation dans le
domaine agricole, après un test écrit suivi d'une pratique de terrain et d'une
entrevue ; le financement du programme de suivi pendant sa phase
expérimentale, avait été obtenu auprès de l'OIM... Une fois le protocole
approuvé, le suivi a été assumé par les finances internes du P.D.R.I. et
l'équipe renforcée.
Des données annexes furent observées : une visite complète des deux
périmètres, avec l'annotation de l’état physique des parcelles (voir guide
d'observation en annexe), les registres de paiement de la taxe d'eau maintenus
à jour par les associations, les registres des contrats de productions
maintenus à jour par les maisons agraires.

Les données étaient lancées puis travaillées à partir de deux logiciels : celles
du DOP sur ISAPLAN, représentation planimétrique ; les autres sur
ISAMARGE, logiciel de gestion agricole. Après deux mois expérimentaux,
quatre campagnes agricoles successives (de 6 mois chacune) ont été
observées dans leur totalité sur deux ans, du 1er novembre 1995 au 31
octobre 97.

Le programme de suivi était toléré parce que commandé par la SIM, mais il
restera toujours marginalisé car il n'était pas le résultat d'un travail d'équipe.
Le produit fini du suivi exigeait aussi un temps d’élaboration qui le laissait en
décalage avec le rythme d’activités imposé par la courte échéance du
Programme. Mais surtout la préoccupation des techniciens se limitait à
pouvoir visualiser les effets immédiats et momentanés des actions qu’ils
menaient.
Ainsi, les changements de main des parcelles (dont je reparlerai plus tard)
étaient commentés, mais il n'y avait pas de place pour une étude approfondie
des causes et des mécanismes que les régissaient.
La pression suscitée par la fin imminente du P.D.R.I. ne donnait pas d'espace
à la recherche d'une réelle compréhension des mécanismes endogènes et
exogènes qui intervenaient dans la dynamique des périmètres et leur impact
sur les familles : il fallait garantir dans le plus court espace de temps possible,
le transfert minimum de technologie en maintenant la relation artificielle
Programme / agriculteur, Programme / association.

147
Ce souci global d’efficacité influera aussi sur le suivi.
En Mai 1996, nouvel expert, nouvelle orientation visant des résultats plus
opérationnels et concis : les parcelles ne devaient plus être considérées comme
des exploitations indépendantes mais parties d'une exploitation simulée et
unique : le périmètre. Les familles disparaissaient ainsi de l'analyse des
résultats. Ces résultats furent réunis en un groupe d'indicateurs numériques
calculés par le traitement informatiques des données numériques (voir
annexe). Les données relevées sur le terrain ne changeaient pas mais un
protocole de divulgation de leurs résultats était établi. Le but était de savoir si
oui ou non, les périmètres étaient économiquement viables, si le rendement
pouvait justifier l'investissement, si les revenus pouvaient couvrir les coûts
d'exploitation, en particulier la taxe de l'eau.

Dans la poursuite de cette recherche, j’utiliserai ici une partie de ces données
dont j’ai la responsabilité, car, indépendamment du contexte exogène qui leur
a donné naissance, elles constituent un outil d’observation de ce qui se
passait pendant une période aujourd'hui révolue. Elles sont un peu la voix
qui transmet par l’observation directe de leurs pratiques, les stratégies des
familles face à la réalité des périmètres.

Je ne mentionnerai ces données quantitatives que comme un indicateur de


tendance. Par contre une lecture qualitative des données de base me
permettra, sans généraliser sur l'ensemble de la population, de faire ressortir
les stratégies des familles et leur effets visibles, de "définir des paramètres
comportementaux ".
Ayant fait le choix de confronter dans cette recherche les stratégies de
l’ensemble des acteurs (endogènes, exogènes, institués et instituants,
individuels et collectifs), l’espace de ce mémoire ne me permettra pas d’inviter
ici l’ensemble des familles observées226. Je m’excuserai donc auprès d’elles des
choix que j’ai du faire car j’ai préféré traduire l’histoire de certaine familles
plutôt que d’établir une statistique qui me semblait douteuse des
comportements observés. Une telle étude, en associant la totalité des données
en ma possession, aurait certes permis le regroupement des familles par
tendances et une théorisation sur les comportements de chaque groupe.
S’agissant d’une étude de cas, j’ai préféré faire ressortir par des exemples
représentatifs, les principales tendances et préoccupations que j’ai pu moi-
même observer et écouter en direct pendant mon travail, sans chercher à en
généraliser le sens.

226
Les 51 parcelles de l’échantillon ont été journellement observées conduisant à plus de 57 familles si je
tiens compte des utilisateurs "secondaires" des parcelles cédées totalement ou partiellement par leur
titulaire. Une observation plus globale était faite des parcelles supplémentaires exploitées par les
familles observées hors de l’échantillon.

148
III. 2 LES PERIMETRES VU PAR-DEDANS

III.2.1 La parcelle : son accès

III.2.1.1 Occupation du périmètre de Mafuiane

Lors du processus de distribution des parcelles, une première sélection


s'était opérée parmi l'ensemble des habitants des trois villages.

À l'ouverture du périmètre, en août 1993227, 218 familles exploitaient au


moins une des 254 parcelles du périmètre.
75% des familles ont cédé du terrain au périmètre. Ce sont elles qui en ont
donc bénéficié en premier lieu, recevant un nombre de parcelles proportionnel
à l'espace qu'elles occupaient antérieurement : 0,5 ha à 6 ha. L’association
comptait ainsi une famille titulaire de six parcelles de 0,64 ha brut irriguées,
trois de trois parcelles et dix-sept de deux parcelles, les familles restantes
ayant reçu une parcelle chacune.

Les occupants restants ont été admis, "suggérés" par le Programme (au
nombre de sept) ou sélectionnés par la commission de gestion de l'association
parmi les familles candidates habitant le village. Comme je l'ai dit plus haut,
la position du PRORURAL différait de celle des paysans :
Le premier avait dans l'idée d'encourager à Mafuiane la constitution d'un
noyau d'agriculteurs villageois parmi les familles les plus importantes et les
plus dynamiques, réservant des parcelles libres pour faciliter une expansion
qui lui paraissait évidente, mais qu’il n’envisageait qu’après une période de
mise à l’épreuve de ces familles.
Les membres de la commission de gestion avaient écrit une lettre en leur nom
et au nom de l'assemblée générale transmettant leur volonté de mettre la
totalité du périmètre en exploitation dès le départ pour permettre l'accès aux
nombreux candidats et satisfaire justement les exigences des grandes familles.
C’était pour les paysans une manière de conserver l’initiative de la répartition
de leur terre.228

Deux positions s'affrontent reflétant deux points de vue :

a) Point de vue des familles :

Les terres leur appartenaient, elles les cultivaient en régime pluvial pour
obtenir ce dont elles avaient besoin, en particulier la production d'aliments.
pour ce résultat elles consacraient une quantité connue de travail et de
moyens, pendant un temps déterminé par les pluies : la campagne estivale.

Les travaux de construction du périmètre ont suspendu cette source de


rendement.
La date prévue pour la prochaine cueillette semblait toujours repoussée par
les techniciens ce qui provoquait une certaine inquiétude chez les familles qui
avaient besoin de cet apport alimentaire pour équilibrer leurs ressources.

227
Données tirées de mon rapport sur la situation des associations, datant de 17/08/93
228
voir en annexe la copie de cette lettre et la note l'accompagnant .

149
Pendant ce temps d’attente, une autre pression s'exerçait sur les
responsables : elle émanait principalement des familles importantes du
villages, mais aussi des familles restées en dehors du périmètre.
Les premières voulaient récupérer plus de parcelles, défendant une position
de droit antérieur sur la terre selon une logique d’ancienneté.
Les secondes, familles du village dont le champ était situé en dehors du
périmètre et qui n'avaient donc pas bénéficié de la première distribution,
voulaient, elles aussi, accéder à une parcelle : c'était une nouvelle logique,
celle de l'intérêt accru pour le droit d'accès à une terre qui ne serait plus
soumise aux aléas du climat, garantissant une production régulière (ce qui
avait sérieusement manqué les dernières années).
Certains auront pu y voir la possibilité d'un plus grand rendement ou même
d'une ressource financière, mais rares sont ceux qui avaient déjà pratiqué, à
leur compte ou comme travailleur agricole, l'agriculture irriguée : ils étaient,
avant tout, éleveurs.

La préoccupation d’une campagne estivale perdue, le doute sur la date


probable d’une prochaine cueillette et la pression des familles pour
l’occupation totale des parcelles ont conduit la commission de gestion à
formuler son désaccord avec le Programme (voir annexe) :
• sur le principe du paiement de la première préparation mécanisée de la
terre (fondé sur l'antériorité d'un droit et les préjudices provoquées par la
construction du périmètre)
• sur le principe des parcelles libres qui, selon eux, devaient être distribuées
de suite.

« Les villageois savent déjà qui sont les paysans qui s’impliquent et sont
capables d'exploiter ces parcelles » : dans l'ordre des choses la communauté
connaissait déjà ses membres et s'octroyait le droit et la responsabilité de
choisir qui pouvait ou devait bénéficier de la terre, selon ses propres critères
et non ceux de la rentabilité du périmètre.
L'intitulé utilisé par leurs représentants : " association de la localité de
Mafuiane - périmètre irrigué, marquait bien que leur première appartenance
allait au village précédant le motif qui les réunissait : le périmètre.

Dans leur lettre, les responsables de l'association exigeaient très poliment que
le(s) responsable(s) du projet vienne(nt) en personne s'expliquer pour résoudre
la situation dont l'issue paraissait peu négociable. Tout en considérant comme
envisageable, à posteriori, une participation monétaire des familles aux coûts
de la préparation mécanique du terrain dans la condition d’une cueillette
effective, résultat visible et mesurable de la première campagne dont l'issue
était encore douteuse.

En face des représentants des familles :

b) Point de vue du "projet"

Le Projet était personnifié dans la note écrite par les agents du Programme
(«avec l'accord du projet ») mais son pouvoir de décision était attribué par la
commission de gestion de l’association à la direction technique qui ferait
parvenir des "ordres".
Ce "projet" n'est pas "un" car agissaient plus ou moins en son nom, à divers
niveaux, une multiplicité d'acteurs : d'où la personnification du projet pour

150
simplifier les choses pour les interlocuteurs du "non-projet" ou les partenaires
du "projet".
Dans l'une ou l'autre note, il n'était pas fait de référence directe aux italiens.
C’est la direction mozambicaine qui était responsabilisée et considérée comme
l’interlocuteur par les paysans. Ce sera au cours des campagnes agricoles
suivantes que le "projet" sera identifié d'une manière différente : quand les
italiens ne seront plus les constructeurs mais les techniciens qui
interviendront directement auprès des familles par la vulgarisation agricole et
la gestion des services.

Ceux qui se présentaient comme des intermédiaires du projet, s'en remettant


au pouvoir de décision supérieur étaient
• l'agent de vulgarisation du district de Namaacha (dont fait partie le village
de Mafuiane) affecté au Programme. C'est lui qui avait participé aux
négociations préliminaires pour l'identification de l'aire occupée par le
périmètre. C'est lui qui reçut officiellement la lettre.
Il la transmettra à
• son partenaire direct, le technicien de l'agriculture irriguée faisant partie
de l'équipe technique mozambicaine du PRORURAL.

Leur opinion est visible dans la note d'accompagnement : ils sont favorables à
la position de l'association la confortant par des arguments techniques
(infestation des parcelles abandonnées risquant de contaminer les autres) et
financiers. Tous deux avaient reçu une parcelle dans le périmètre ils se
retrouvaient donc à la fois agents du Programme et membres ajoutés de
l'association.
Ils laissent transparaître une nouvelle préoccupation : les paysans veulent
maintenir des cultures vivrières sur les parcelles (ce qui était leur fonction
première) et ils envisagent déjà un non-paiement de la taxe de l'eau.
Une alternative est présentée pour "corriger" cette promesse de manquement
individuel : la gestion directe de parcelles par le collectif de l'association, dans
le but de garantir les fonds manquants en y pratiquant des cultures de
rendement ou, plus simplement, en les louant à des familles de leur choix.

Indirectement, l'association se montre ainsi préoccupée de respecter ses


obligations envers le "projet", se portant garante de ses membres dont elle
prévoit déjà les manques. Plus qu’un calcul rationnel, un souci d'équité, ou
une alternative viable à la difficulté au moins initiale de certaines familles de
s'acquitter de leur dette, il s'agit ici d'une attitude de compromis des grandes
familles. Un Compromis entre leur droit d'antériorité qui les dispense, selon
elles, de toute obligation et l'exigence présentée aux familles par le "projet" du
paiement des frais de fonctionnement et de gestion du périmètre. Elles en
avaient été informées avant même la construction du périmètre,

Les deux agents mozambicains du "projet" s'en réfèrent à l'agronome


responsable de l'équipe (la "direction technique du projet") qui, elle ne possède
pas de parcelle sur le périmètre et se présentera aux villageois comme
représentante du PRORURAL et donc, en quelque sorte, du gouvernement
mozambicain. Sa présence signifiera donc un pouvoir de décision. Son autorité
est reconnue car elle a dirigé les premières négociations229 qui ont abouti à
l'échange des terres et la récupération officielle de celles du périmètre.

229
voir le point III.3.6 - le périmètre où ? Mafuiane

151
Sa première préoccupation est de ne pas créer de faux espoirs et de faire
comprendre aux familles qu'elles sont privilégiées car un investissement a été
fait sur leur terre pour la rendre plus productive et plus rentable. Elles doivent
donc en assumer les conséquences et prendre en charge dès le début les
coûts d'exploitation et de fonctionnement : pas de paternalisme.

Ainsi les premiers labours seront gratuits et le retour des machines sera
comptabilisé par la maison agraire.
Les 39 parcelles seront distribuées renforçant le quota déjà attribué à
certaines grandes familles, réservant 4 parcelles à l'association230, 5 pour le
PRORURAL destinée à la vulgarisation, l'expérimentation et autres activités
définies par celui-ci.
Les parcelles restantes seront distribuées aux candidats sélectionnés par les
responsables de l'association (qui travaillent en étroite collaboration avec le
président de la Localité et les grandes familles du village). Ainsi près de 70 %
des familles inscrites par le Président de la Localité de Mafuiane sur ses listes
établies par quartier reçoivent au moins une parcelle sur le périmètre.

L'autorité de l'association sort renforcée car l'intervention de la commission


de gestion a permis de faire venir la représentante du "Projet" et de faire
apparemment aboutir les négociations en leur faveur. Derrière cette autorité
se fait sentir le poids des grandes familles.

Pour les acteurs concernés, l'autorité de référence pour la résolution de


situations concernant le périmètre reste celle du Programme représenté par
sa direction technique. Cela confirme le résultat escompté de la stratégie
institutionnelle initiale qui a provoqué la création d’une institution tampon, le
"Programme" (réunissant des "Projets") : les familles reconnaissent l'existence
d'une autorité qui n'est ni l'administration locale, ni la Direction de
l'agriculture du district ou leurs supérieurs hiérarchiques (gouvernement
provincial ou central). Cette autorité est incarnée selon elles par la direction
mozambicaine du Programme. La présence de l'agent de vulgarisation nommé
par la DPA renforce la légitimité de cette direction, du moins tant qu'une
entente est possible. Les décisions prises sont négociées entre les deux
parties : PRORURAL et familles paysannes. L’association assume donc son
rôle de représentante des intérêts de ses membres et le PRORURAL celui de
représentant des intérêts de l’État.

Cette relation des familles avec le Programme évoluera avec l'entrée en


fonctionnement du périmètre et, par la même, la multiplication des visages et
l'interférence directe dans leur vie. D’autres influences entreront en jeu
comme celle de l'administration locale.

III.2.1.2 Occupation du périmètre de Massaca

Pour les deux villages de Massaca, certaines différences apparaissent.

230
les quatre parcelles seront mise en exploitation puis louées à des familles démunies récemment
installées sur la localité (attirée par la promesse de terre d’un intermédiaire douteux comme il y en avaient
beaucoup en cette période post guerre ). A la veille de l’expiration du premier mandat de la commission
de gestion, elles seront finalement distribuées ou échangées contre des parcelles à problème (mauvaise
circulation de l’eau) en bénéfices des responsables.

152
La logique de l'urgence, la réponse à une situation ponctuelle mais dont
personne ne savait dire combien de temps elle durerait, ont influencé les
prises de décision. Grossis à la loupe des circonstances, les facteurs comme la
surpopulation provoquée par l'afflux de réfugiés et de familles déplacées ou
rapatriées, le manque de terres disponibles et accessibles, le mode
d'organisation des villages transformés en villages d'accueil étaient
déterminants.
Le périmètre était un projet prévu dans le lot des interventions sur les deux
villages, au même titre que Mafuiane.
La localisation de son lieu de construction répondait aux objectifs sociaux et
non à une étude des conditions physiques de la zone d'intervention en
fonction d'une éventuelle aptitude à l'irrigation : les terres à irriguer étaient
celles occupées par les associations paysannes de Massaca I et II.
Ce choix répondait aux objectifs d'une intervention devant bénéficier
directement le secteur familial. Le processus de démarcation et de registre
initié, on l'a vu, par les associations et qui était connu de la direction du
PRORURAL, était la garantie de l’appartenance de ces terres au secteur
familial.

La différence entre Massaca et Mafuiane en ce début de projet repose sur deux


faits :
• Pas d'unité villageoise au départ, le périmètre revient à deux villages
voisins mais de relation difficile. Chaque village est lui-même confronté à
une situation sociale très éclatée. Si l'association d'irrigants est issue des
deux associations villageoises, elle n'a plus le même sens qu’elles car son
unité géographique diffère de celle de chacun des villages. Elle est née de la
sélection et du regroupement d’une partie de terres ayant appartenues aux
associations paysannes des deux villages.

• L'attache à la terre des paysans de Massaca n'est pas motivée de la même


manière qu'à Mafuiane : des deux côtés se côtoient des familles d'origines
diverses, mais celles de Massaca sont arrivées depuis peu dans la région (la
majorité dans les années quatre-vingt ou même quatre-vingt dix) et leur
présence est liée à un contexte traumatique et ponctuel : les inondations,
le barrage puis, surtout la guerre qui vient tout juste de se terminer quand
commencent les travaux. Une parcelle avait été attribuée à chaque famille
lors de son arrivée au village, elle n'est pas liée à son passé, à son histoire,
ses morts n’y sont pas enterrés : elle est un moyen de survie. Elle
deviendra son gagne-pain avec l'irrigation.

C'est pourquoi beaucoup accepteront d'échanger leur parcelle, ce qui n'aurait


pas été concevable à Mafuiane.

Cependant, à marge du Programme et de ses acteurs, à Massaca comme à


Mafuiane, aura lieu un processus d'équilibre interne des forces sociales
présentes par l'accès privilégié à la terre des familles les plus importantes.
Le principe étant d'une parcelle par famille, seul une personne avisée,
connaissant les liens de parenté unissant les membres, pouvait comprendre
comment s'était résolu l'accès préférentiel accordé à ces familles (inscription
du mari et de la femme, ou d'un fils, ou d'une fille, ou d'un autre parent
soumis à l’autorité du chef de l’Unité de Production Familiale). La famille Mç.
occupait ainsi 10% des parcelles et chaque femme de l'ancien président de

153
l'association paysanne avait accès à une parcelle. Les modes traditionnels de
répartition de la terre étaient préservés.
Le respect du statut privilégié de certains occupants était donc implicitement
reconnu dans la nouvelle association, que ce statut provienne de l'ancienne
position sociale de la famille (famille de l'ancien regulo par exemple) ou de son
pouvoir économique actuel (réseau de la famille Mç ) Cette reconnaissance se
faisait par la qualité des parcelles (zone basse-alluvionnaire) et, indirectement,
leur nombre.

Officiellement, les deux techniciens du réseau de vulgarisation recevront une


parcelle chacun, le PRORURAL ne se réservera qu'une parcelle sur ce
périmètre qui ne bénéficiera qu’à environ 15% des familles enregistrées alors
sur les deux villages231.

Que faut-il entendre par parcelle ?

III.2.2 La parcelle, du droit d’accès au principe d’exclusion

III.2.2.1 Articulation des points de vue

a) Techniquement parlant :

La parcelle est l'unité de base de l'exploitation de chacun des périmètres. Elle


mesure en moyenne 0,64ha brut du quel il faut soustraire les espaces occupés
par les voies d'accès, le réseau d'irrigation et de drainage.
La parcelle a ainsi une moyenne d'espace net cultivable de 58,3 ares à
Mafuiane et de 60,2 ares à Massaca232. Elle bénéficie d'une bouche d'eau
individuelle ou collective. L'accès à l'eau est défini par un calendrier d'arrosage
dont le contrôle est central. Aucune contrainte technique n’impose de plan de
culture prédéterminé (choix des cultures, surface attribuée ou calendrier).

La parcelle vient décrite dans le règlement de l'association de Massaca comme


une unité de terrain comprenant

• La tuyauterie de distribution de la borne d'arrosage jusqu'aux caissons des


parcelles - tuyauterie tertiaire et superficielle (la partie restante de la
tuyauterie est enterrée)
• Les canaux de distribution dans la parcelle
• Les sillons d'arrosage
• Le matériel d'irrigation de la parcelle :
• Les valves tertiaires, couvercles de caisson, tubes, caissons.

La parcelle est reliée à un réseau solidaire de distribution d'eau, de drainage,


de voies d'accès, de plantations périphériques en coupe vent. Son
231
La population de Massaca diminuera puis se modifiera au longs de ces années de paix, par le retour de
certaines familles vers leurs terres d’origine, leur migration et l’arrivée de nouvelles familles attirées par
les services mis en place dans les villages (eau, écoles... périmètres).
232
Cette différence est due à l’organisation des parcelles de chacun des périmètres entraînant l’occupation
plus moins grande de l’espace par les réseaux de distribution de l’eau, de drainage ou de circulation des
véhicules.

154
approvisionnement en eau dépend du fonctionnement d'une station de
pompage et de relance alimentant un réservoir d'accumulation.

b) Du point de vue de son premier occupant :

La parcelle est le résultat de la compression d'un champ que son premier


occupant exploitait en régime pluvial, en saison estivale. Elle lui revient de
droit et fait partie de son exploitation agricole ou ce qu'il en reste au même
titre que son autre champ resté en régime pluvial et dont la taille pourra
varier selon qu'il habite Massaca (1 hectare en moyenne [0,5/2,5ha] ou
Mafuiane : (2ha en moyenne, [0,5/10ha].
En cette période qui suit juste la guerre, l'activité est limitée aux champs les
plus proches. Certains ont conservé des champs situés près de leur ancienne
zone d'habitation.
Les champs sont connus sous le nom du chef de famille et son nom restera
même après son décès comme celui qui identifie l'origine du droit
d'occupation.
L'agriculture n'est pas, je le rappelle, la seule activité de la famille.

c) Membres fondateurs

La reconnaissance du droit d'occupation de la parcelle par son primo


occupant est traduite par l'appellation de "membre fondateur de l'association".
Ce terme apparaît sur les listes, il ne correspond pas à un critère bien défini :
la même personne pourra être considérée membre fondateur sur sa fiche
d'inscription ou membre admis sur la liste de l'association. En principe, selon
les statuts, sans que ce terme y soit explicitement utilisé, le membre
fondateur serait celui qui fait partie de la liste des membres ayant constitué
légalement l'association, liste remise au notaire en annexe des statuts. Il sera
aussi bien un critère d'ancienneté, ou de différentiation entre les "venus de
l'extérieur" (les acheteurs de parcelles) de ceux choisis et admis par
"l'association" en accord avec la communauté du village. Il prend un sens
particulier pour celui qui a cédé sa terre au périmètre car pour lui tous les
autres membres sont des "admis".

Dans les statuts des associations ou dans leur règlement intérieur, aucune
référence n'est faite à une quelconque différentiation de droits ou d'obligations
entre membres "fondateurs" et membres admis. Aucun traitement particulier
n'est donc officiellement associé à la qualité de "fondateur". Ce sera par les
comportements des acteurs qu’elle pourra prendre un sens, comme par
exemple :
• La réticence collective de l'exécution de la sanction prévue dans le
règlement : expulsion du membre après le troisième mois consécutif de
non-paiement de la taxe de l'eau (art. 11. 10)
• La conviction du membre de son droit implicite de disposer de la parcelle et
de la conserver, même sans l’exploiter ou sans payer la taxe, ou bien de la
louer.

Les plus extrémistes (ou les plus faibles) iront jusqu'à la "vente" successive
du droit d'occupation de leur parcelle à des candidats extérieurs. Dans les
premiers mois de fonctionnement des périmètres, les transactions avec le plus

155
offrant restaient officieuses. Les nouveaux occupants demandaient à leurs
travailleurs de ne pas dévoiler leurs noms, la taxe continuant d’être payée au
nom du membre "légitime". C’est le besoin ressenti par des nouveaux
occupants lésés par le comportement du revendeur de faire reconnaître leur
droit acquis sur cette parcelle qui les poussera à se présenter à l'association
pour déclarer leur présence et demander à être enregistrés comme membre
titulaire.

d) Qui est membre ? de quel droit ?

Au départ un membre était celui qui "possédait" une parcelle en son nom
propre et qui avait participé à la constitution de l'association233. Puis,
l'inscription de son nom sur la liste de l'association lui attribuait le droit
d'occupation de une ou plusieurs parcelles. La même personne est passé
d'occupant légitime d'une portion de terre à membre d'une association lui
"offrant" le droit d'accès à cette terre (et pouvant éventuellement le lui retirer)

Ce passage insidieux était passé par deux étapes


• La nécessité que les paysans avaient, pour se protéger, de faire
reconnaître leur droit d'occupation coutumier ou acquis collectivement
par le droit foncier. Cette première étape a été vécue à Mafuiane lors du
conflit qui avait opposé les occupants "traditionnels" de la terre et son
"nouveau concessionnaire". A Massaca elle s’est manifestée par la
nécessité rencontrée par les associations paysannes de Boane de légaliser
un droit d’occupation de terres qui leurs avaient été collectivement
attribuées.
• Le droit de regard que l'État s'attribuait sur les infrastructures construites
sur ces terres et qui lui appartenait

Il fallait donc protéger le droit d'occupation des paysans et le faire de telle


sorte qu'ils soient collectivement responsabilisés pour la gestion des
infrastructures d'irrigation dans l’intérêt de l’État.

« article second des statuts : élément humain : l'association des irrigants de M.


est formée par les paysans utilisateurs du système d'irrigation implanté dans la
zone de M. et autorisés par l'Association à occuper les dites parcelles et à
procéder à son utilisation et exploitation, bénéficiant du système d'irrigation et
des infrastructures d'irrigation et de drainage existantes dans la zone en
conformité avec le règlement de l'Association. »

Ainsi la concession de la terre (article 2 des statuts) et la gestion du périmètre


(article 1 et 3 - les infrastructures restant de la propriété du F.D.H.A.) reviennent
à l'association. Par la même, l'association, de représentante de l'ensemble des
membres qui l'avaient constituée, devient la seule entité autorisée à « attribuer

233
Statuts de Mafuiane chap. III art. 6 – membres : « sont membres de l’association d’irrigants de
Mafuiane, tous ceux qui ont signé l’écriture de constitution de l’association et ceux qui comptent sur la
liste annexe de cette même écriture et, aussi, les personnes singulières qui seraient admises
postérieurement par délibération de l’assemblée générale du moment qu’ils respectent les clauses de ces
statuts et s’obligent à s’acquitter des obligations qui y sont prescrites. »
Art.7 2 la demande d’admission, qui ne pourra être acceptée que s’il existe une parcelle de terrain libre,
sera décidée par la commission de gestion, une remplis les exigences légales. (l’A.G. ne devient alors,
alinéa 4, qu’un recours en cas de refus de l’admission)

156
le droit nominatif de l'utilisation d'une certaine parcelle à un membre » (art. 2.1 du
règlement) et donc à pouvoir aussi le lui retirer.
Ce droit individuel d’exploitation doit être « confirmé par le biais du registre et
de l'émission d'une carte de membre par l'Association. Il ne sera reconnu aucun
droit aux non-membres »

Le problème réside dans le fait que le membre "fondateur", celui qui a


constitué l'association, considère qu'il a un droit sur la parcelle
indépendamment de son utilisation ou de ses devoirs envers l'association,
alors que les statuts associatifs ne parlent pas de titulaires de la parcelle mais
d'utilisateurs autorisés.
Le membre considère donc qu'il peut disposer de la parcelle comme bon lui
semble : l'exploiter selon ses besoins et ses capacités, la laisser en friche, la
louer ou la partager avec autrui, la remettre à son héritier après sa mort, voire
même en céder le droit à un tiers moyennant une compensation. Il s'octroie
donc le droit de décider qui va utiliser "sa" parcelle sans s’en référer à
l’association.

Il s'avérera rapidement impossible, dans cette période encore très instable et


agitée d'établir d'une manière claire la simple liste des membres de
l'association. La liste établie pour le dossier de registre de l'association était un
état de lieu ponctuel. Alors que la liste remise au cadastre demeurait
inchangée, de multiples transformations étaient enregistrées jour après jour
au siège de l’association : soit une famille quittait le village, soit il y avait des
ajustements internes dans le villages. La commission de gestion se limitait
alors à enregistrer les informations fournies par leurs membres.
Rapidement de nouvelles têtes sont apparues, attirées par le périmètre en
fonctionnement, cherchant à négocier son accès, d'abord avec les plus fragiles,
ceux qui désiraient partir, ou les familles sans ressources ou sans main-
d'œuvre. Les premiers prix commencèrent bas - 500.000 Mts (200 FF) puis les
enchères montèrent, le million, le double voir le triple.... D'où cette fièvre qui a
pris certains membres interprétant leur droit traditionnel comme la possibilité
de spéculer à l'infini sur la même parcelle. Ils ne reconnaissaient plus alors
aucun droit à l’association sur « sa » parcelle et ne l’informaient de rien.

Interrogés individuellement, il était difficile de discerner le paysan qui avait


loué temporairement sa parcelle (pour combien ? pour combien de temps ?) de
celui qui la partageait avec un tiers pour payer la taxe de l'eau ou bien encore
de celui qui l'avait "vendue" et était devenu employé de son acheteur. Dans les
trois cas le paysan continuait à porter le titre de membre de l’association.

Les commissions de gestion elles-mêmes se montraient réticentes à employer


les cartes de membre pour leur identification. Quelle était la vérité ? Le nouvel
occupant ne continuait-il pas de commun accord avec l'ancien, à payer la taxe
de l'eau au nom de celui-ci? Pourquoi avait-il peur de se montrer
officiellement ? Les raisons étaient diverses et se superposaient : un mélange
de croyance et de superstition, la peur d'un pouvoir traditionnel qui ne
reconnaîtrait pas un droit acheté sur une terre communautaire et pourrait
s’en défendre ; la conscience aussi que l'achat de la terre ne pouvait être
défendu en justice étant interdit par l'État.
Tous s'entendaient à maintenir la situation ambiguë car écrire, publier,
signifiaient cristalliser et officialiser ce qui n'était pas du ressort de l'officiel, de
l'institutionnel.

157
Comment faire coïncider les faits, les dires et les registres ?
Il me semblait alors qu'au lieu de constater les écarts, les entorses faites à la
loi, aux statuts, de fermer les yeux il valait mieux permettre à chacun de dire
ce qu'il faisait, d'en expliquer les motifs pour mieux en discuter.

Je proposais donc que chaque association ait un registre par membre


permettant d'identifier la ou les parcelles dont il était le "titulaire" et d'y
consigner librement, dans un premier temps la situation réelle de ces parcelles
et son évolution : l’un des arguments était la nécessité pour l’association de
pouvoir vérifier si toute personne travaillant sur le périmètre était connue de
ses membres.

La fiche permettait donc de mentionner les éventuels co-utilisateurs ou


locataires et les conditions établies entre eux et le membre de l’association
(durée de l’accord, obligations).

Cette mesure avait pour objectif de permettre à l'association et à la


commission de gestion de discuter sur les faits et non sur les faux. Cette
parole donnée aux membres, l’espace ouvert à leur pratique jusque là
masquée par la rigidité des textes permettrait à l'association de rester
représentante de ses membres, voir même de modifier ou de compléter les
textes pour les adapter à leur réalité, de se les approprier.
Les paysans considéraient la parcelle comme la leur, les statuts les
considéraient comme de simples utilisateurs. Que valait-il mieux ? Se
restreindre aux textes conçus de l’extérieur et nier des stratégies qui visaient
la conservation d'un droit sur la parcelle ? Car la motivation première de ces
stratégies était de trouver une solution pour supporter le coût d’exploitation
: c’était le cas de familles plus fragiles, sans revenu extérieur à investir, sans
force de travail suffisante, ou celui de grandes familles ayant bénéficié de
plusieurs parcelles mais dont l'organisation familiale ne permettait pas, du
moins dans l'immédiat, d'en assurer l’exploitation correcte.

Quelle logique devait passer en premier, la logique du paysan ou celle de


l'exploitant ? Les familles inventaient de nouvelles stratégies pour faire face à
de nouvelles contraintes comme celle de la taxe de l’eau dont je parlerai plus
loin.

La rencontre et le remplissage de la fiche individuelle de chaque membre


devait se terminer avec la remise de la carte de membre.
Cette tâche a été confiée par la commission de gestion de l’association de
Mafuiane à la responsabilité du secrétaire de l'association. Arrivé dans le
village avant l’indépendance, scolarisé, originaire d’Inhambane il avait acquis,
comme je l’ai déjà dit, une position sociale importante mais, n’étant ni
agriculteur ni éleveur, il était resté étranger au noyau des grandes familles
locales. Il était le personnage intermédiaire entre le traditionnel et le formel,
l'instituant et l'institué.

Quel était l'intérêt des paysans à informer par écrit de leur faits et gestes et de
posséder une carte d'adhérent ? Quelle serait la position de l'association en
cas de vente de parcelle : acceptait-elle l'imposition d'un nouveau membre
sans qu'il soit de son choix ? quel serait son statut ? qui devenait le débiteur
en cas de vente par un membre endetté ? le membre, "sorti volontairement"
sans acquitter de ses obligations (situation contraire aux statuts), l'acquéreur
qui lui avait déjà payé pour rentrer dans la parcelle ? En acceptant de prendre

158
connaissance de la situation réelle des parcelles, l’association se confrontait à
ces questions.

Théoriquement, un utilisateur d'une parcelle non-membre de l’association ne


devait pas bénéficier de l'eau. Les nouveaux utilisateurs, continuaient
d'utiliser le nom de l'ancien membre, avec son accord, pour s'identifier auprès
de l'association, tout en acquérant des produits et des services en leur nom
propre à la maison agraire.
La situation se compliquait encore quant un acquéreur de parcelle la revendait
à meilleur prix après une ou plusieurs campagnes.
Se côtoyaient dans le périmètre :
• Les membres qui avaient cédé une partie de leur terre au périmètre
• Les membres qui avaient été admis sur les parcelles excédentaires lors de
la distribution des parcelles
• Les utilisateurs de deuxième génération, acheteurs de parcelle, bien
souvent sans aucune expérience comme agriculteurs et sans prétention
réelle de le devenir donnant ainsi naissance aux
• Les utilisateurs de troisième génération, acheteurs d'acheteurs de parcelle
en faillite ou qui avaient tiré ce qu'ils voulaient du périmètre et préféraient
revendre.
• Les utilisateurs ou co-utilisateurs de parcelle en contrat de location avec le
"titulaire"

La position de l'association était encore compliqué par la nouvelle bête noire


: la taxe de l'eau, dont elle était devenue responsable en sa qualité de
gestionnaire du périmètre.

e) Expulsion ?

En principe tous les membres étaient bien "d'accord" que la limite de tolérance
du retard de paiement était de trois mois. Qu'au quatrième, une procédure de
rappel puis d'expulsion devait être mise en œuvre par la commission de
gestion et sanctionnée par l'assemblée générale. C’est ce que disaient les
textes qu’ils avaient du approuver dans le sens d’une responsabilité collective
face au propriétaire : l’État.

La commission de gestion était dans le dilemme entre respecter :


• les écrits qui s’appuyaient sur une logique financière : sans l’argent des
taxes elle ne pouvait gérer les périmètres
• le droit d'occupation des membres de l’association. Ses responsables
craignaient des représailles si ils contredisaient un droit coutumier (un
sortilège était sincèrement craint). Ils connaissaient aussi les difficultés
financières réelles de certaines familles, ce que cela pouvait représenter
pour elles de perdre cette terre. Ce souci d'équité les préoccupait sans
qu’ils aient les moyens de l’appliquer par manque constant de fonds.

De trois mois, la tolérance est passée à six, rendant ainsi insolvable le


montant de la dette234, non seulement pour le débiteur, mais aussi pour tout
autre candidat issu du village. Un nouveau dilemme apparaissait : ou
l'association renonçait à la dette admettant une famille du village, ou elle

234
Voir "taxe de l’eau"

159
acceptait qui était en mesure de la payer ou elle renonçait à l'expulsion et
donc à son rôle de gérante.

Quel était donc l'intérêt de respecter les mécanismes de fonctionnement de


l'association ?
Le risque de perdre la parcelle sans recours ou sans compensation multipliait
les négociations préventives de la part de "fautifs", du moins des plus faibles
ou de ceux qui avaient le moins d'attache à cette terre. Les autres
continuaient leur résistance passive, faisant valoir leur droit coutumier, bien
que ce droit spécifique ne soit pas reconnu dans les statuts ou le règlement.

J’étudiais alors les statuts et règlements d'associations européennes


(italiennes) d’irrigants : aucune autorité n'était donnée à l'association pour
expulser un membre de ses terres; la procédure en était bien plus complexe :
le non-paiement entraînait des sanctions limitant ou supprimant l'accès aux
services, mettant ainsi en péril la production et donc l'avenir de l'exploitant.
Son insolvabilité était un cas traité ensuite par la justice (du point de vue
financier et non foncier235).

Cette logique, réclamée par les techniciens - couper l'eau - était utilisée mais
n'aboutissait pas forcement au paiement de la dette.

Pour ceux qui exploitaient la parcelle, y ayant investi force de travail et


éventuellement services et intrants, la coupure d’eau aboutissait plutôt à un
abandon des cultures rapidement perdues, une aggravation de l’endettement
du membre et à un retour à une exploitation en "pluvial" ou à des parcelles
laissées en jachère. Pour comprendre cette situation il me faudra observer
plus loin la situation économique des familles, la gestion de leurs biens et
revenus et les conditions offertes pour palier à un manque de capital financier
comme l’accès au crédit en argent ou en biens.
La conception technique du périmètre rendait par ailleurs difficile ce genre de
mesure individuelle qui aurait nécessité un réseau efficace et reconnu de
"gardiens de l'eau" et un soutien des occupants des parcelles voisines. Il
semblait donc de l'intérêt de l'association de laisser le membre fautif terminer
la campagne et de négocier avec lui un prélèvement sur le produit de la
cueillette.

Pour ceux qui n'exploitaient pas la parcelle car ils en avaient une autre, la
coupure de l'eau ne les affectait en rien. Mais étaient-ils obligés d'exploiter ?
Devaient-ils payer la taxe de l'eau ?

Oui ! Selon l’article 3.2 du règlement "approuvé par l’association", impliquant


ainsi l'obligation de payer la taxe de l'eau. Aucun cas d’exemption partielle ou
totale n’y est prévu.

Non ! Disaient dans les faits les familles qui "possédaient" plusieurs parcelles
: des parcelles restèrent en jachère et la taxe de l'eau n'était pas payée.
F.M. responsable local et agriculteur dynamique et bon payeur, mentionne
cette obligation comme un problème : "parfois je dois payer la taxe de l'eau
pour une parcelle qui n'est pas encore en exploitation" 236.

235
il est vrai que la justice pouvait en dernier recours demander l’hypothèque des terres. La propriété
privées absolue n’existe pas. Il s’agit ici de comparer le pouvoir des associations sur leurs membres.
236
entrevue du 24/11/97

160
A Mafuiane, la liste des membres "à exclure" s'allongeait, certains membres
de la commission de gestion étaient concernés. La date de l’exclusion était
toujours repoussée dans le but de trouver une solution acceptable pour les
parties en jeu (association et membre). Les statuts étaient évoqués : certes ils
prévoyaient l'expulsion pour le non-paiement de la redevance mensuelle
pendant une période fixée par le règlement à trois mois consécutifs (article 11.1)
mais ils s'en remettaient à l'assemblée générale pour la décision, ne donnant à
la commission de gestion qu'un pouvoir d’avis (articles 11.2 et 11.3) :

« L'expulsion des membres endettés se passe avec beaucoup de difficultés.


Causes : les statuts de l'association qui autorise seulement l'assemblée générale
à expulser un membre quelque qu'il soit ; et les endettés qui ont aussi droit de
s'exprimer, de voter. De cette manière, tout le processus d'expulsion se
complique.»237

Puis, il y a eu un changement de commission de gestion, une division au sein


de l'association entre les payants et les endettés, assimilée par certains à une
séparation des "alphabétisés" des "non-alphabétisés". (Entre "modernité" et
"tradition")

Un problème foncier se dessinait.

f) La position des instituions : services du cadastre, administration et


tribunal.

Jusque là, à Mafuiane, la résolution des tensions se faisait dans les limites de
la Localité, au besoin le tribunal populaire local intervenait en cas de litige
entre membres comme par exemple la définition de la limite des parcelles.
Mais l'assise traditionnelle de l'association était aussi une porte ouverte à
l'entrée d'agents extérieurs au village, venus de la ville, profitant du maintien
de l'ambivalence.

Restés incognito, certains voulaient préserver leur droit acheté de la parcelle et


se présentaient à l'association qui acceptait de les "admettre" comme membre
s'ils payaient les dettes éventuelles de la parcelles. Ces exploitants fin de
semaine (seuls restaient en semaine leurs travailleurs) participaient parfois
aux assemblées générale. D'autres ne reconnaissaient pas l'autorité de
l'association et cherchaient auprès des services du cadastre un registre
officiel de leur droit d'occupation.

En aucun cas, pendant la période observée, ces services n'ont accédé à cette
demande grâce à l'antériorité de la concession faite à l'association. Les
services de géographie et cadastre ne protégeaient donc pas individuellement
les membres de l'association mais le droit collectif d'occupation, quels qu'en
soient les membres. Ils reconnaissaient l’autorité de l’association quant à la
répartition individuelle du droit d’exploitation.

237
PDRI/PRORURAL dernier rapport trimestriel du Cabinet technique d'appui aux périmètres irrigués,
Maputo, 1997

161
L'administration du district de Namaacha est très éloignée238. Les cas
individuels n'y étaient pas traités, laissés au jugement de l'association et de
celui de son représentant dans la localité de Mafuiane, le président de la
localité, dont l'autorité s'était assise pendant la période de guerre par sa
capacité à organiser la défense des familles et de leurs biens (du bétail en
particulier). Comme agriculteur, celui-ci s'occupait aussi des intérêts
personnels de l'administrateur sur une parcelle du périmètre.
Le lien avec l’administration de Namaacha était aussi assuré par de
responsable de la vulgarisation de la DDA affecté au PRORURAL239.

A Massaca, la situation était différente : les deux villages n'avaient pas le


statuts de localité, donc pas de représentant direct de l'administration du
district. Comme la ville de Boane était proche et que le siège de la localité dont
dépendait en principe Massaca I et II était resté abandonné pendant la guerre,
l'administration avait pris les deux villages sous sa coupe directe. Il n'y avait
pas eu ici de vide administratif mais plutôt une marginalisation de l'autorité
traditionnelle. La guerre terminée, la relation privilégiée avec l’administration
s’ était maintenue même si l’autorité traditionnelle était partiellement
réhabilitée. Ainsi les habitants soumettaient leurs problèmes dépassant
l’autorité du secrétaire du village assisté des anciens, directement à
l'administrateur du district à qui ils attribuaient autorité et compétence
pour les résoudre.

Ces liens avec le siège du district étaient renforcés par l'appartenance au


réseau de vulgarisation de Boane des deux techniciens qui travaillaient sur le
périmètre.

III.2.2.2 Massaca, quand l’instituant devient institué

a) Appuis et influences

Influencés par le caractère spécifique des deux villages les cas qui se
présentaient à Massaca différaient de ceux de Mafuiane ainsi que la stratégie
de la commission de gestion. La position du district envers l'association était
aussi influencée par l'histoire récente des associations paysannes sur son

238
Près de 40 km sépare Mafuiane de la ville de Namaacha placée sur la frontière avec la Swaziland.
Boane est géographiquement plus proche et c’est là que, par commodité, l'association avait ouvert
son compte bancaire.
239
L'administrateur fera des réunions avec les paysans qui se plaindront du délais et des prix pratiqués
par la maison agraire pour la location des tracteurs, demandant une justification du Programme. Il
viendra aussi en observateur de la deuxième élection de la commission de gestion alors que la
commission en charge subissait des pressions croisées de certains de ses membres, des techniciens voir
même des responsables du Programme. Il défendra le principe de non ingérence dans les affaires
internes de l’association.
Les motifs principaux des préoccupations, des tensions voir des contradictions étaient la taxe de l’eau
(montant et paiement) liée aux expulsions et aux coupures d’énergie, la dégradation du périmètre et au
retrait du Programme. Ce retrait, qui serait suivi d’un changement de statut de la maison agraire et de la
fin de l’assistance technique, était vécu par les responsables du PDRI comme la nécessité d’une prise en
charge plus efficace et agressive des périmètres par les associations alors que certains membres des
associations l’interprétait comme le retrait de l’État face à ses responsabilités vis à vis du périmètre et des
familles.

162
territoire. L'autorité légale de l'association était donc reconnue à Boane déjà
familiarisé avec le processus de légalisation et de registre de terre. En
contrepartie, la double appartenance du périmètre aux villages voisins de
Massaca I et II, très divisés, fragilisait l’assise communautaire de
l'association.

Lors de la constitution de l'association des irrigants, avaient eu lieu les


premières élections. (voir la stratégie de mise en place des associations).
Le choix des membres et leur position sociale sera déterminant dans l’avenir
de l’association :
La commission de gestion a ainsi été élue sur une représentativité
géographique proportionnelle entre les deux villages. Lors de la première
année de son fonctionnement, elle a été modifiée à la suite de l'abandon de
ses membres de Massaca II. Les remplacements se sont fait sur l’initiative du
président, renforçant l'assise de son autorité exécutive.
Par contre, le lien matrimonial qui reliait le président élu à l’une des familles
importantes et économiquement forte de la région avait été rompu et avec lui
le soutien direct de cette famille.
Le président de l’association gardera une certaine crainte de l’autorité
traditionnelle et du pouvoir des grandes familles, en particulier des risques de
représailles en cas de conflits. Il lui faudra donc asseoir son autorité d’une
autre manière.

Pour lui, jeune venu d’une autre province quelques années auparavant, le
périmètre était un tremplin pour une amélioration de sa situation sociale et
financière et de celle des autres familles et non pas un moyen de survie ou la
transformation d'un patrimoine foncier ancestral.
Bon nombre de familles avaient eu l'occasion de choisir entre l’agriculture
irriguée et pluviale et ceux qui étaient resté en régime pluvial formaient leur
association. Il était donc président d’une association d'irrigants plus qu'il ne
représentait une communauté de familles villageoises.

Isolé dans ce contexte divisé et conflictuel de Massaca, il cherchait conseil


auprès des techniciens du Programme (pas toujours en accord les uns avec les
autres) et considérait les statuts et le règlement comme une base
d'intervention240. Il accordait sa confiance au pouvoir des institutions. Il a
accompagné de près le processus de registre de l'association et surtout de la
terre auprès des services du cadastre. Il considérait la légalisation comme une
garantie pour l'association d’être maîtresse chez elle tout comme les
associations paysannes du district.

La relation de confiance et en même temps d'autonomie de la commission de


gestion vis à vis des agents du Programme a été renforcée par l'utilisation de
la maison agraire comme local administratif en l'absence d'un édifice placé
en territoire neutre entre les deux villages241.

240
Pour tous, sauf pour lui, car dans ce sens, il n'échappait pas à la règle suivie par de nombreux
responsables traditionnels, politiques ou économique : il considérait que sa position l'exemptait des
obligations financières d'un simple membre, par la logique du pouvoir et aussi comme forme indirecte de
compensation de la responsabilité et du travail bénévole de président. Cette "correction" des statuts n'était
dénoncée, hors assemblée, que par ceux qui avaient un contentieux avec l'association parce que eux
même ne payaient pas la taxe de l'eau. Critiquée par les techniciens, elle n'empêcha pas la réélection du
président. (un mal connu vaut mieux qu’un changement aléatoire)
241
La constitution de l'association d'irrigant s'est faite, je le rappelle, dans ces même locaux. Plus tard les
réunions de l'assemblée générale se sont réalisées sur le périmètre lui-même ou au bord de la route sous

163
b) Autorité centralisée

Le président intervenait directement dans le fonctionnement de l'association :


c'est lui qui convoquait chaque membre pour remplir les fiches individuelles
d'inscription, c'est lui aussi qui intervenait sur le périmètre en cas de conflit,
vérifiait l'état du réseau de distribution. Pour lui, les membres de l'association
devaient en premier lieu s'acquitter de leurs obligations envers l'association et
garantir l'exploitation de la parcelle.

Il considérait cependant comme normal les arrangements faits entre les


membres d'une famille élargie ou entre familles différentes pour garantir cette
priorité. Le partage d'une parcelle avec un tiers était donc aussi toléré, qu'il
soit pour avoir accès à un savoir-faire (avec un technicien du programme ou
une personne plus expérimentée) ou à une aide financière pour subvenir à la
taxe de l'eau. Il défendait aussi la priorité des habitants de Massaca sur le
périmètre.

Une plus grande rigueur s'est fait sentir à Massaca dans l'application du
règlement. Cette rigidité a été aussi encouragée par un facteur technique et
financier : les factures d'énergie de Massaca ont toujours été plus élevées que
celles de Mafuiane bien que partagées entre un nombre inférieur de parcelles
(voir plus loin la taxe de l'eau). La pression financière était constante.

Les "ventes" de parcelles "endettées" dans le dos de l'association, la laissant


sans moyens d'intervenir et de récupérer son "dû", poussait la commission de
gestion à chercher à encadrer ces changements pour qu'un accord puisse se
faire par le biais et en faveur de l'association. Il était parfois difficile de vérifier
ces ventes car elles étaient souvent présentées par les intéressés comme un
"accord" avec un membre citadin de la famille. Les transactions financières
n'étaient dévoilées qu'après coup, si le nouvel occupant croyait ses droits
menacés.

c) Stratégie

La stratégie de la commission de gestion (et de son président) était donc de

• éviter l'augmentation démesurée de la dette sur une parcelle en procédant


aux préavis réglementaires dès le troisième mois ;
• inciter les exploitants à payer en coupant l'eau ;
• évaluer sur le terrain les cultures présentes et le délai nécessaire à la
cueillette pour un éventuel recours qui permettrait au membre de

un arbre, mais jamais sous l'arbre traditionnel de la place du village comme à Mafuiane. La différence
entre les deux maisons agraire a influé aussi le comportement des deux associations : celle de Mafuiane
abritait l’administration des activités des maisons agraires et de l’assistance technique du Programme et
tous ses locaux étaient occupés. L’association ne pouvait que louer les service du personnel de la maison
agraire.
Celle de Massaca était alors considérée comme une annexe de Mafuiane. Elle était donc plus à l’écart de
l’assistance technique. L’association y disposait d’un espace sans toute fois y être vraiment chez elle.

164
s'acquitter de sa dette ou, en cas d'expulsion confirmée, de la réaliser à son
propre profit ;
• solliciter l'assemblée générale pour sanctionner les demandes d'expulsion ;
• défendre si nécessaire cette expulsion devant l'administration du district et
le tribunal ;
• établir des critères d'admission privilégiant les habitants de la zone comme
le montre l'avis concernant les candidatures à membres :

« Sont avisés tous ceux intéressés à poser leur candidature comme membre de
l'association pour l'occupation de parcelles des membres exclus suite au manque
de paiement des mensualités.
L'analyse des candidatures méritera les critères suivants :
Être résidents de ce village
Être âgé de 18 ans ou plus
Accepter de liquider les dettes du membre exclu
Connaître les Statuts et Règlements de l'Association

Le Président de l'Association

N.B. les attributions de parcelles obéiront à l'ordre d'entrée des demandes. »

d) Expulsion : renfort ou affaiblissement de l’association ?

Le mot expulsion était donc devenu réalité à Massaca, il allait devenir presque
"courant", présenté par certains observateurs du Programme comme un
phénomène positif :
"expulsion des membres endettés : le processus se passe de la meilleur façon, il
y a beaucoup de cas gagnés au tribunal et d'autres encore en attente de la
décision du tribunal"242

Le membre ainsi puni refusait parfois de quitter la parcelle. Les plaignants


recourraient à l'Administrateur du district, qui, après avoir écouté le
président de l'association, soutenait la position de l'association et validait
l'expulsion. Les cas suivants ont obtenu le même résultat auprès du tribunal.
Il est même arrivé que le président se présente comme plaignant, au nom de
l'association, en cas de conflit avec un membre plus puissant que lui.

Cette stratégie forte et centralisée, donnant une plus grande autorité au


président de l'association, s'insérait dans un ensemble cohérent de positions
prises au cours de la gestion du périmètre : définition et application de la taxe
de l'eau, maintenance du périmètre, etc. L’Assemblée a réélu le président à la
fin de son premier mandat, manifestant ainsi l’adhésion de ses membres à son
mode de direction de l’association, du moins des présents.

Mais la cohésion et le sentiment de force de l'association se sont heurtés aux


conséquences même de ce mode d'action dans un environnement social
affaibli : la forte référence faite par les responsables de l'association aux
principes défendus par le Programme et l’ accroissement de leurs exigences
envers les associés provoquaient en retour une diminution du degré de
tolérance des membres aux éventuels manquements de la commission de
gestion ; tant que tout fonctionnait, tout allait bien, mais, en cas de problème
242
PDRI/PRORURAL rapport final du Cabinet technique d'appui aux périmètres, Maputo, 1997.

165
ou du retrait du programme la cohésion pourrait elle être maintenue dans
une association privée d’une solide référence à une autorité communautaire ?

Il n’a pas été nécessaire d’attendre cela pour observer les contradictions entre
les effets de cette position forte et les objectifs que s’était tracée la commission
de gestion :
Le processus d'expulsion, même initié dès le quatrième mois, était toujours
lent demandant des semaines voire des mois jusqu'à son "acceptation" finale
par toutes les parties.
En attendant les parcelles, toujours au nom de "l'ancien" membre, restaient
sans eau, abandonnées et aucun nouvel occupant pouvait être admis.
La dette de l'eau augmentait jusqu'à devenir insupportable pour les familles de
la région, même les plus dynamiques, excluant ainsi la possibilité de leur
candidature à moins d'un support extérieur. L'entrée d'acteurs extérieurs aux
villages devenait donc inévitable. La "cession" d'une parcelle serait ainsi
enregistrée (sans le montant) en indiquant le nom de l'acquéreur.

Un manque d'équité était de plus en plus souvent dénoncé par les familles qui,
je le rappelle, étaient encore très fragiles et dépendantes. Ceci concernait en
particulier les femmes : la terre était le moyen de subvenir aux besoins
essentiels de leurs enfants et pour celles devenues chefs de famille par la force
des circonstances sans aide extérieur.
Que pouvait faire l'association pour protéger les plus faibles ? Qui allait
finalement bénéficier du périmètre ? Qu'adviendrait-il des familles :
redeviendraient-elles les simples employées d'une nouvelle couche privilégiée
ou partiraient-elles vers d'autres régions pour chercher un travail mieux
rémunéré que le travail agricole, ce dernier étant le plus bas dans l'échelle des
salaires ?

e) Cohérence des droits et obligations : valeurs des écrits

Au départ, je l'ai dit, le Programme avait choisi de distribuer les parcelles sans
aucun critère sélectif technique ou économique. Les expulsions revenaient à
un processus de sélection à posteriori, renforçant peu à peu la capacité
globale d'exploitation de l'association. Si l’application de cette mesure
d’expulsion était considérée comme une affaire interne des associations, son
existence était un choix stratégique des agents du Programme lors de
l'élaboration des statuts et du règlement intérieur.

Les statuts étaient les garants de la reconnaissance extérieure de


l'association ce qui ne voulait pas dire que leur contenu soit entré de forme
cohérente comme un nouveau mode endogène de régulation social. Les
acteurs les utilisaient comme arguments pour justifier des prises de position
parfois contradictoire comme

• La suprématie du pouvoir de l'assemblée, à Mafuiane. La communauté


passe avant tout : la commission de gestion ne peut agir contre ses
intérêts ( ni surtout contre celui de ses membres les plus puissants).

• La priorité de la responsabilité de l’association comme gestionnaire


place les obligations de chaque membre envers elle au dessus de la
défense des intérêts communautaires. C’est le cas de Massaca où le

166
pouvoir était centralisé sur le président de l’association dont la position
institutionnelle était reconnue par les paysans et défendue par le tribunal.
Le pouvoir communautaire, le pouvoir de certaines familles n'étaient pas
reconnu par les habitants au sein du périmètre, même s'ils pouvaient en
craindre les effets. Ces familles importantes s’ auto-marginalisaient
refusant de se soumettre à une autorité qu’elles ne reconnaissaient pas .

Le règlement abordait les questions techniques et pratiques contournant


soigneusement tout ce qui touchait plus directement au mode d'admission,
d'expulsion de membres et aux limites de leur droit d'exploitation : partage de
parcelle avec un co-utilisateur, location, "vente" de compensation en cas de
sortie, paiement des dettes après l'expulsion.

En fait le règlement ne sera jamais conclu. La version signée par le président


de l’association de Massaca et présentée dans le recueil des "documents des
associations"243 est une proposition en cours de modification, annotée,
complétée, corrigée.
Cette première période de fonctionnement des périmètres sous le regard de
l’assistance technique n’a pas permis une appropriation des écrits par les
associations et un façonnement à leur image. Les "écrivains" étaient au service
du Programme et le temps nécessaire pour une maturation interne des
associations dépassait l’espace temporel du Programme qui, de plus n’agissait
pas selon les mêmes priorités : pour lui, le fonctionnement des périmètres
passait avant la régulation sociale du droit d’accès à la terre.

La complexité de cette question de la sécurité du droit d'occupation peut être


aussi éclairée par une comparaison du comportement demandé à l'association
envers ses propres membres, l’amenant à intégrer la pratique de l’expulsion de
familles et celui prévu dans la relation de cette même organisation avec les
agriculteurs privés qui bénéficient de ses services sur des terres dont ils sont
eux même titulaires244. Sans pouvoir m’attarder sur ce qui serait un sujet de
recherche en soi, je ferai simplement une observation :
Selon le rapport final de l'assistance technique, la courbe des dettes
accumulées par les agriculteurs privés concernés était régulièrement
ascendante. Il n'existait cependant pas ici d'obligation d'exploitation ou de
sanction d'expulsion possible bien qu'un investissement supplémentaire ait
été fait spécifiquement pour leur permettre un accès à l'eau. L’association
n’avait aucune autorité à ce sujet, elle n’était dans ce cas, qu’un fournisseur
d’eau.

f) Quel est donc le fondement de la stratégie d'expulsion ?

Avant même de pouvoir comprendre les stratégies de chaque famille sur sa


propre parcelle (partage, location ou vente de parcelles ; plans d'occupation

243
idem
244
Je me réfère ici à l’exploitation par les associations des réservoirs supplémentaires construits en
prolongement du système d’irrigation principal et qui, alimentés de nuit, sont destinés à fournir contre
paiement au mètre cube, l’eau pour l’irrigation de terres privées extérieures aux périmètres. Un contrat
lie l’association à chacun des agriculteurs concernés par cette prestation de service. Sujet de recherche
en elle-même, cette relation association/privés, est née d’un calcul des techniciens pour optimiser
l’utilisation des deux stations de pompage.

167
et investissement de ses ressources humaines et matérielles), il me faut
observer ce facteur, qui, on vient de le voir, aura une influence décisive sur
l'avenir des exploitations familiales et du périmètre :
La taxe de l'eau : elle est un point clef de cette analyse.

Dès la mise en fonctionnement du périmètre, l'association est mise en porte-


à-faux entre les intérêts individuels des familles et ses obligations collectives
(payer la facture d'électricité par exemple, maintenir les infrastructures aussi).
La taxe de l'eau est donc plus qu'un symbole : par l'imposition d'un coût
d'exploitation nouveau par rapport à l’agriculture pluviale et par la menace
directe que ce coût représente sur la sécurité de la terre, peu à peu un clivage
va se faire au sein des membres montrant des intérêts devenus distincts selon
leur position dans l'association et la place de la parcelle dans leur stratégie
familiale.

III.2.3 La taxe de l’eau

La mise en fonctionnement des périmètres irrigués entraîne une série de


coûts, fixes ou variables, que quelqu'un doit supporter.

On l'a vu, la stratégie du Programme avait été d'induire avant même la


conclusion des périmètres, la constitution d'associations d'irrigants. Le
message transmis par ses agents était :
La terre vous appartient, collectivement, au nom de l'association . Vous avez le
droit d'exploiter la ou les parcelles que l’association vous a attribuées,
bénéficiant de l'eau et des infrastructures. Mais il vous faut pour cela en payer
le coût. C'est l'association qui en est responsable.

III.2.3.1 Le principe de base

Ce principe vient explicitement dans les statuts préparés pour les associations
:
L'État est propriétaire des infrastructures (par le F.D.H.A.), l'association est
concessionnaire de la terre et son objet principal est la gestion et l'exploitation
du système d'irrigation - article 1 des statuts.

Selon le rapport d'évaluation du PRORURAL, ceci signifierait clairement qu'il


"revient à l'association le coût des opérations et de la maintenance et
substitution des équipements quand nécessaire."245

Aucun contrat n'avait été cependant signé entre les associations et le F.D.H.A..
L'État semblait vouloir se décharger de toute responsabilité financière sur cet
investissement sans toute fois l’écrire, gardant ainsi une marge de manœuvre
dans ses rapports avec les associations.

C’est au cours de leurs pratiques que les associations et leurs membres


assimilent très progressivement le sens du mot "gestion". Son interprétation
n'était visiblement pas le même au départ chez les deux ou même trois
245
Etude d'évaluation du PRORURAL draft, p 26

168
partenaires (F.D.H.A., P.D.R.I./PRORURAL, associations), d'autant plus que la
quasi totalité des associés n'avaient jamais utilisé un système d'irrigation,
aussi rudimentaire soit-il.
Mais enfin il leur avait été dit que l'eau se payait.
Le même rapport d’évaluation présente cette obligation financière et les
clauses d'expulsion comme base du système de gestion des périmètre. Le
soutien institutionnel apporté par l’administration locale et le tribunal aux
décisions d’expulsion est présenté comme essentiel par les auteurs qui
considèrent qu’un procès d'expulsion perdu pourrait mettre en péril le système
d'opération et de gestion des périmètres.

Quelle est donc cette taxe ?

III.2.3.2 Coût de l’eau : calculs, estimations et montants fixés

Selon les statuts, l'approbation de son montant dépend de l'assemblée


générale (article 19). Selon l'article 10 du règlement, « les taxes sur l’eau sont
calculées sur la base de la consommation mensuelle moyenne prévue en eau,
énergie, coûts de main d'œuvre régulière et administration, tout comme la
maintenance et la réparation dont la responsabilité globale revient à
l'association » Selon l’article 1 du règlement la responsabilité de l’association
s’étend sur l'ensemble de la captation, pompage, propulsion, réservoir,
distribution, drainage, donc la totalité des systèmes d'irrigation depuis le
fleuve jusqu'à la parcelle.
Il n'est pas fait mention ici d’amortissement246 ou de remplacement de
l'équipement en fin de vie ou en cas de nécessité.

Toujours selon le règlement : « il revient à la commission de gestion la


responsabilité, sous la proposition du responsable technique, d'actualiser
périodiquement les taxes d'eau et la valeur des amendes. »

Jusqu'à la fin du Programme, aucune définition de la taxe de l'eau ni aucune


base de calcul précise n’a été accordée entre le représentant de l'État et les
associations.
Le principe de l'obligation du paiement de la taxe de l'eau posé, le Programme,
pendant son temps de vie, a donc laissé la liberté de décision sur son
montant.
Une période d’adaptation a été accordée à Massaca comme à Mafuiane :
l’utilisation du périmètre et donc la mise en exploitation de chaque parcelle
lors de la première campagne agricole (octobre / mars247) a été gratuite, le
Programme assume alors les coûts de fonctionnement. Ce n’est qu’au mois de
juin suivant, à la fin de la commercialisation de cette première campagne248,
que les associations ont commencé le prélèvement de la taxe.

246
l’amortissement est en principe prévu dans le calcul de la taxe d’utilisation des infrastructures que
devrait collecter le FDHA ; les associations en sont exemptées pendant le temps de vie du Programme.
247
la mise en fonctionnement des deux périmètres suit un calendrier équivalent, décalé d’un an :
Mafuiane 1er semis en octobre 93, Massaca 1er semis en octobre 94
248
voir paragraphe suivant : plan de production – 1ère campagne : contrat de production de semences de
maïs

169
Le PRORURAL a alors laissé aux associations la responsabilité de payer les
factures :
Celles de l'électricité, à EDM, tout d'abord, puis celle de l'eau, à ARA Sul, les
salaires du personnel engagé par l'association (trésorière, gardiens de l'eau,
pompistes) enfin le remplacement des tubes flexibles endommagés, des têtes
de bouches d'eau.

III.2.3.3 Etudes et réalités

Les techniciens ont élaboré parallèlement des études économiques


successives. La première estimation des coûts de l'énergie électrique réalisée
en monnaie locale correspond à la moyenne des factures payées par
l’association de Massaca de Mai 95 à Avril 96 : 0,0160 USD/M3. Elle
comprend deux éléments :
• la taxe de puissance, payée mensuellement quelle que soit la
consommation, elle est calculée à partir du pic de puissance demandé au
Poste de Transformation (au démarrage des pompes) elle couvre plus de
65% du montant total annuel des factures d'énergie.
• la taxe de consommation proportionnelle aux kWh relevés sur le compteur.

L'estimative de Mafuiane dépassait la réalité : les calculs indiquaient une


puissance et une consommation supérieures à celles de Massaca alors
qu'elles se sont révélées inférieures dans la réalité.

Massaca, avec 223 parcelles devait payer chaque mois une facture plus lourde
que Mafuiane avec ses 254 parcelles soit 75.000 Mts mensuels par parcelles
(7,3 USD) au lieu de 62.500 Mts (6 USD) à Mafuiane en 1996.
Problème de compteurs ? d'installations ? de dénivelé ? de démarrage
simultané et non progressif des pompes provocant une montée de la taxe de
puissance ? L'énergie consommée y était cependant aussi plus élevée pour
une moindre consommation en eau.
Il n'est pas de mon propos ni de ma compétence de faire une analyse
technique de ces données, il m'importe seulement de souligner ici que dès le
début de son fonctionnement l'association de Massaca a du faire face à une
plus grande exigence financière que celle de Mafuiane.

La relation du PRORURAL avec Massaca, où les travaux ont été terminés un


an plus tard que Mafuiane, était aussi différente.
L'association de Mafuiane avait imposé son point de vue : subvention initiale
des coûts de fonctionnement, établissement de la taxe d'eau mensuelle à
40.000 MTS, susceptible de révision (elle est restée inchangée jusqu'aux
premières menaces sérieuse de coupures d'énergie, plus d'an plus tard, alors
que le périmètre de Massaca était déjà en fonctionnement) .

Pour Massaca, le PRORURAL s'est montré plus exigent. Influencés peut-être


par leurs propres doutes quant à la viabilité d'un périmètre villageois dans
ces villages de déplacés, réfugiés ou rapatriés, ses responsables ont été aussi
poussés par la restriction budgétaire décidée par le ministère mozambicain
des finances pour le PRORURAL. Cette restriction diminuait l’autonomie de la
partie mozambicaine et sa capacité à subventionner même partiellement les
débuts du deuxième périmètre.

170
L’association a donc du établir une taxe qui lui permette de faire face seule à
ses dépenses. J’ai établi avec la commission de gestion une première
estimative des coûts à couvrir par la Taxe de l'eau, en nous appuyant sur les
données des mois écoulés :
Énergie + eau + salaires + % frais administratifs + % maintenance donnant un
premier résultat de 125.000 Mts par mois et par parcelle.

Le montant réservé à la maintenance, calculé sous forme de pourcentage,


n'avait pas de fondement technique réel. Les techniciens de la direction
italienne du Programme estimaient alors à 400.000 Mts le montant nécessaire
pour couvrir les coûts fixes et proportionnels du périmètre.
Ce calcul était passé ensuite à 132.000 Mts249 (29 US$/ha ou 18 US$/0,64
ha), puis à 201.200 Mts à Massaca (26,2US$/ha soit 16,7 US$/parcelle) et
190.400 Mts à Mafuiane (24,8 US$/ha soit 15,8 US$/ parcelle) selon la
dernière étude réalisée à partir des données réelles d'une année, par
l'économiste de l'assistance technique.250

III.2.3.4 Quel mode de gestion ? Quel coût récurant ?

Les variations entre les calculs reflétaient des choix différents :


Ils s’appuyaient sur des critères techniques et comptables différents :
• durée de vie de l'équipement : 7 ans -14% annuel, pour l'étude du G.T.C.
fait par un ingénieur ; 14 ans - 7% annuel pour celle de l'économiste ,
• les valeurs de bases (coût à l'achat ou coût payé par le P.D.R.I. avec tous
les frais fixes de gestion des entreprises et du personnel technique).

Tous cependant incluaient des coûts d'opération, de maintenance et de


remplacement de l'ensemble du système et de son administration.

a) La gestion des périmètres :

La proposition de calcul de coût élaborée par le G.T.C. prévoyait l’engagement


du personnel technique et administratif par les associations qui décidaient et
supportaient les salaires à payer. Une aide ou une supervision pouvait être
prévue à la charge du programme puis de l'État. Il en résultait un moindre
coût administratif car les salaires suivaient des barèmes strictement locaux.

Dans la dernière proposition de calcul, était prévu entre autre l'engagement,


au frais des associations, d'un directeur technique exécutif (éventuellement
commun aux deux) responsable du bon fonctionnement et de la maintenance
des périmètres. Il rendrait des comptes aux associations.
C’était là le reflet d’une des stratégies proposées pour assurer la continuité de
l’assistance après la sortie du Programme.

Je reviendrai plus tard sur les choix fait en fin de Programme à ce sujet. Ils
ont été débattus avec les associations, pesés par les institutions, la décision
finale et la mise en pratique appartenant à la direction du P.D.R.I. en accord
249
PDRI/PRORURAL -GTC, Estimation du coût de gestion du périmètre irrigué de Mafuiane et de
Massaca, Maputo, mars 95
250
PDRI/PRORURAL Rapport final des activités de l'assistance technique Coût du "volume spécifique
d'arrosage" sur le périmètre de Massaca TAB 2 et de Mafuiane TAB 3 (mai 95 - avril 96)

171
avec le Fond de l’Hydraulique Agricole, propriétaire des installations. Entre
temps, tant que l'assistance technique était là, elle était responsable d'aider et
d'assister les associations dans la gestion des périmètres. C’est ce qui amena
en 1996 à la création d'un Cabinet technique d'appui aux périmètres,
constitué de techniciens mozambicains (responsable technique du PRORURAL
pour les périmètres, hydraulicien, comptable). Leur futur était vu
différemment selon les acteurs.

III.2.3.5 La taxe de l’eau dans la pratique

Les études, intitulées "Estimation des coûts de gestion des périmètres irrigués"
ou " Coût du volume spécifique d'irrigation pour le périmètre de ..." ne
faisaient pas référence directe à l'appellation de la taxe de l'eau, traduction
concrète de la responsabilité des associations quant au paiement de ces
"coûts".
De fait, aucune indication de subside, de co-participation, de degré de
responsabilité n'était mentionnée. La relation entre le représentant de l’État
propriétaire, le F.D.H.A., et les associations gérantes restait dans le flou,
masquée, je l'ai dit, par la présence du Programme qui restait responsable de
ce qu'il avait créé jusqu'à la remise officielle à l'institution de tutelle, passage
prévu dans le cas des périmètres à la fin même du P.D.R.I.251. Jusque là il n'y
aurait pas de contact direct entre les associations et le propriétaire des
installations.

Les acteurs du P.D.R.I. devaient donc faire fonctionner un cadre de gestion


en gestation et l’adapter au fur et à mesure des besoins et des événements.
Conserver une marge de manœuvre et de décision, une flexibilité dans les
rapports avec les associations faisait partie aussi d'une stratégie des
dirigeants du P.D.R.I. pour se donner un temps d'observation d’une situation
nouvelle que se soit pour eux, le F.D.H.A. ou leurs partenaires, les paysans.

Les études de coût ont été cependant présentées et expliquées aux


commissions de gestion des associations pour justifier les propositions faites
par l'assistance technique pour la revalorisation progressive de la taxe de
l'eau.
Les moments choisis pour ces relances étaient le plus souvent les périodes de
crises (retard de paiement de factures de la part de l'association, risque de
coupure d'énergie, réparation nécessaire de certains composants du système)

Ainsi, la taxe de l’eau est passée progressivement à Massaca de 125.000 à


180.000 Mts en fin 97 ; L’association de Mafuiane a accepté de l’augmenter
jusqu’à 75.000 Mts puis 100.000 Mts maintenant ce montant jusqu'à la fin
du Programme. Pendant cette période, le Metical, monnaie locale, était resté
relativement stable252, il s'agissait donc d'une augmentation réelle de la valeur
251
Je rappelle que le PRORURAL répondait à l’ancien Secrétariat d’État de l’Hydraulique Agricole
remplacé à sa dissolution par la direction nationale du même nom, le F.D.H.A. (fond de développement)
et le C.G.P.I. (coordination des projets intégrés) tous placés sous la tutelle du Ministère de l’Agriculture
mozambicain et, par ailleurs, tous logés, le PRORURAL inclus, dans l’ancien immeuble du SEHA.
252
Policy Framework Paper [1998/2000] Gouvernement du Mozambique / FMI point 3 :
« Prix. Le taux d’inflation sur douze mois est descendu de 16,6% à la fin de 1996 à 5,8% en fin 1997 (le
taux le plus bas enregistré depuis l’indépendance en 1975). Un autre facteur favorable a été celui de la
presque stabilité du Métical, obtenue par une stricte politique monétaire et un haut niveau d’aide
internationale. En termes nominatifs, le Métical n’a été dévalué que de 1,5% en 1997, pendant que en

172
de la Taxe de l'eau et non d'un réajustement en fonction de facteurs
économiques internes ou externes.

a) Taxe de l’eau, association, paysans et terre

Comment les associations décidaient-elles de ces montants, sur quels


arguments s’appuyaient-elles et comment s’en acquittaient les associés ?

Pour les membres des associations et leur commission de gestion, la


prévoyance était une attitude difficile à assumer face à l'inconnue total que
représentait la gestion d'un périmètre. La préoccupation était plutôt de
subvenir au jour le jour aux besoins qui apparaissaient : cotiser pour faire
face à une dépense spécifique reconnue comme de l'intérêt commun et non
payer un montant mensuel en prévision d'une éventuelle dépense.

Concrètement ces dépenses spécifiques et régulières regroupaient les salaires


à payer au personnel engagé par l’association (trésorière, pompistes, gardiens
de l’eau), la facture de l'EDM, celle de l’ARA Sud, les coûts administratifs (tels
que l'achat de carnets de reçus ou le paiement des frais de déplacement de la
trésorière jusqu'à la banque), les dépenses de maintenance courante de la
station de pompage comme l’achat de lubrifiant moteur par exemple). Tant
que le P.D.R.I. était présent, les frais occasionnés par les réparations du
système central d’irrigation, (niveaux primaires et secondaires mentionnés
dans le règlement des associations) restaient à sa charge. Les frais concernant
la maintenance de la parcelle, selon la définition donnée par le même
règlement, revenaient aux membres, en sus de la taxe de l’eau. Ainsi la
réparation d’une bouche d’eau était à la charge de ses utilisateurs.

La réception d'une facture collective pour un service individuel assuré à


chaque exploitant, la logique commerciale de son fournisseur (amende pour
retard de paiement, coupure d'énergie pour non-paiement, par exemple)
modifiaient les modes de relation à l’intérieur des association. Elles
traduisaient une nouvelle interdépendance des familles, non sur la base d’une
entraide solidaire mais sur celle d’une co-responsabilité face à l’utilisation
d’un moyen de production. Le respect de cette co-responsabilité dépendait
certes d’un esprit collectif mais surtout de l’intérêt que chacun y trouvait et
de son mode d’utilisation de ce moyen de production.

Or, la taxe de l'eau était fixe, son montant n'était pas proportionnel à la
consommation réelle en eau de la parcelle. Dans son calcul théorique, la
consommation mensuelle était ramenée à sa valeur moyenne annuelle sur le
périmètre. S’y ajoutaient les coûts "fixes"253 qui représentaient 85% de la
totalité des coûts de gestion.

termes effectifs réels, sa valeur a augmentée de 14,6. ». Il n’en reste pas moins que le Mozambique est
très dépendant du marché extérieur et que la maintenance d’un système d’irrigation comme ceux dont il
est question dépend de la capacité de son gestionnaire de maintenir son pouvoir d’achat sur ce marché. Le
dollar est la monnaie de référence des agents du Programme, le rand, celle de beaucoup de mozambicains
de cette région Sud.
253
Je ferais rentrer dans les coûts fixes, les charges salariales, la taxe de puissance de l’énergie, l'eau elle-
même, calculée sous forme de forfait par l’administration des eaux, ARA Sul et les coûts moyens
prévisionnels de manutention et de remplacement de l'équipement.

173
Il n'y avait d'ailleurs techniquement pas de moyen d'estimer la consommation
réelle par parcelle : les bouches d’eau alimentaient plusieurs parcelles
rendant impossible un compteur individuel et les exploitants avaient une
liberté totale de choix de leur plan de culture (je reviendrai plus loin sur la
pratique de ce choix stratégique des techniciens).
Cette absence de proportionnalité entre la taxe de l'eau et l'activité réalisée
dans la parcelle suivait la logique de l'obligation du membre de l'exploiter.

Elle était critiquée par certaines familles


• en saison des pluies (entraînant une diminution des heures de
pompages254 et une augmentation du risque de perte ou de dommage des
cultures, en particulier en cas de drainage déficient)
• quand elles avaient décidé de laisser momentanément la parcelle ou une
partie de celle-ci en jachère.
Cette décision pouvait venir de
• la forme de gestion des ressources dont disposait la famille – cas
particulier, rencontré plus fréquemment à Mafuiane, des familles
villageoises importantes disposant de ressources multiples et donc
moins dépendantes des parcelles 255
• la conséquence d’une difficulté d’intégrer une activité agricole annuelle
continue dans l’économie et la vie familiale. Le manque endémique ou
transitoire de main d’œuvre et/ou de moyens financiers, ou une
situation sociale particulière de la famille pourront en être la cause.

J’y reviendrai lors de l’observation du mode d’exploitation des parcelles.

Cependant, quand l’électricité était coupée, toutes les familles se plaignaient


de la mauvaise gestion de l’association et, tout particulièrement, ceux qui
étaient à jour dans leurs paiements mensuels.

La «négociation » du montant de la taxe à Mafuiane correspondait à un


compromis entre les fonds reconnus nécessaires pour le bon fonctionnement
du périmètre (négociation entre les techniciens et la commission de gestion,
puis avec les membres en assemblée) et la valeur de la co-participation par
parcelle reconnue comme juste par les familles.

À Massaca, la négociation sur le montant de la taxe se faisait au niveau de la


commission de gestion. Les arguments, préparés avec les techniciens et
renforcés par la présentation des comptes de l’association, étaient présentés à
l’assemblée comme incontournables. La ratification de la proposition était
obtenue ainsi par le Président.
Le consentement réel des familles était mesurable par leur pratique. L’entrée
des fonds en caisse dépendait de la capacité des familles à payer, de leur
intérêt à le faire ou de leur peur des conséquences si elles ne le faisaient pas :
leur expulsion de la parcelle.

254
À cette logique mathématique, s’ajoutait pour certaines parcelles en zones basses ou moins bien
drainée, le risque de dommage ou de perte total ou partiel des cultures. Aucune indemnité n’était
applicable dans ce cas.
255
La logique de ces familles n’est pas celle de la recherche d’un profit supplémentaire s’il passe par le
développement d’une activité productive à risque devant se faire au détriment de l’équilibre entre les
différentes activités économiques qu’elles développent (voir la dernière partie de ce mémoire)

174
Ici, comme à Mafuiane, il arrivait que le chef d’une famille décide de vendre
une partie de son patrimoine (une chèvre par exemple) pour s’acquitter de sa
dette et préserver son droit sur la parcelle. D’autres, sans autres ressources,
préféraient partager leur parcelle (de une à quatre planches sur un total de
huit, le temps d’une campagne, pour un an ou sans durée déterminée), avec
un tiers qui payait en contrepartie le montant de la taxe. L’alliance se faisait
souvent avec un plus fort, pour ses connaissances techniques ou son capital
ou sa capacité commerçante, venant alors souvent de la ville, comme les
maguevas.

Cette préoccupation de s’acquitter de la taxe n’est pas commune à tous. La


liste des vingt-sept premiers exclus le montre (voir annexe). Leurs noms ne
sont pas non plus anodins : rien que dans les treize premiers sont inclus le
président de l’ancienne association paysanne de Massaca I et membre de la
famille de l’ancien «regulo», le Secrétaire du Parti de Massaca II, le technicien
engagé par le PRORURAL pour accompagner le périmètre.
Suivent d’autres travailleurs du Programme puis un groupe particulier : celui
des membres de la famille Mç, cette importante famille dont j’ai déjà parlé. Des
trois femmes exclues de leur parcelle, issue de cette famille, deux sont
vendeuses à l’étale des Mç au marché, la troisième est étudiante à Boane.

Le président de la Commission de gestion, qui dirigeait l’association et


proposait à l’assemblée générale la liste des membres à expulser, montrait
par-là une volonté d’affirmation et d’indépendance face au Programme ou aux
représentants de l’autorité locale qu’elle soit traditionnelle ou politique. Il avait
un souci d’égalité des membres devant leurs droits et devoirs vis-à-vis de
l’association, plaçant apparemment l’intérêt et la responsabilité collective vis à
vis du périmètre (infrastructure) au-dessus d’un droit antérieur éventuel sur la
terre. Il reflétait la position de la majorité des occupants originaires d’autres
districts, voire d’autres provinces (Gaza et Inhambane) qui considéraient le
système d’irrigation comme une opportunité et un outil de travail (leur gagne
pain) sans charge affective ou sociale traditionnelle. C’est auprès de
l’administration de Boane, lui-même originaire d’Inhambane, que le président
de l’association a trouvé le meilleur soutien. Il s’est cependant attribué les
avantages qu’il pensait du à un responsable bénévole : celui de se considérer
dispenser de payer la taxe de l’eau.

b) Equilibre entre l’intérêt collectif et l’intérêt individuel

À la suite de la dernière augmentation trop soudaine, la taxe est considérée


comme trop élevée par les membres, entraînant de leur part un refus ou un
ajournement de son paiement. Cette situation a eu un effet de boule de
neige : la croissance du nombre de mauvais payeurs a créé un
mécontentement et une diminution du sentiment de co-responsabilité chez les
bons payeurs. Le résultat a été à l’inverse de l’effet escompté : diminution de
l’entrée de caisse au lieu de son augmentation.

L’expulsion, arme ultime déjà dirigée contre certains, ne pouvait être dirigée
contre ce nouveau groupe d’endettés devenu trop important. De plus leurs
motifs n’étaient plus les mêmes, ils avaient payé, mais ne payaient plus.
Deux facteurs renforçaient leur démotivation :

175
l’un subjectif : la valeur inférieure de la taxe à Mafuiane, village situé à 3 km
de là. Facteur subjectif car Mafuiane avait de fréquents problèmes de
menaces ou même de coupures d’énergie prouvant l’insuffisance des fonds
prélevés et
l’autre objectif : malgré une taxe plus élevée, une dégradation du système
d’irrigation de Massaca étai déjà visible.

Le principal motif restait cependant l’importance relative de la taxe dans le


rendement de la parcelle et l’obligation qu’elle entraînait de prendre de
nouveaux risques pour entrer sur le marché : diversification des cultures,
introduction de cultures plus sensibles demandant un investissement plus
important en moyens humains et financiers : l’agriculture qui n’était qu’une
activité complémentaire devenait en même temps le gagne-pain et l’épée de
Damoclès qui menaçait l’équilibre familial. Je reviendrai plus loin sur les
stratégies individuelles des familles.

c) Entre l’objectif initial et la réalité

La construction des périmètres faisait partie d’une stratégie visant deux


objectifs initiaux, je le rappelle : stabiliser des familles en situation précaire
pour contenir la migration vers la capitale et diminuer la dépendance
alimentaire de celle-ci vis à vis de l’extérieur.

Un premier constat s’est imposé aux agents du Programme : garantir la


permanence du caractère villageois des périmètres conduit à responsabiliser
les associations et à augmenter leur capacité financière.
Pour ce, il faudrait transformer les mentalités individuelles et collectives des
familles, pour répondre aux exigences (techniques et surtout financières) du
périmètre lui-même.

Deux positions se font alors face :


d’une part, l’argument technique, défendant une amélioration du niveau
technique et de gestion de l’exploitation de la parcelle pour en tirer un
rendement justifiant cette nouvelle charge financière de l’exploitant. Il induira
la stratégie d’intervention de l’assistance technique qui cherchera à donner
les moyens aux familles qui en acceptent l’enjeu ou qui pourront y faire face,
de s’en sortir. En aucun cas le P.D.R.I. cherchera à intervenir directement
pour le maintien ou l’expulsion d’un membre de sa parcelle. Son action sera
indirecte.

De l’autre, l’appel à l’équité, formulé par un nombre croissant de membres,


qui, attachés à leur parcelle mais plus fragiles et exposés sur le plan
économique par manque de moyens financiers et humains, demandent à
l’association une prise en compte de leur situation.

Mais l’association est difforme : sa responsabilité est énorme (gestion du


périmètre et de son extension, attribution du droit d’exploitation par parcelle)
et ses moyens humains et matériels sont faibles :

• manque total d’expérience technique et de gestion d’infrastructure


• absorption de la capacité des responsables de l’association dans la
gestion physique et surtout financière d’un service, souvent au détriment

176
de la représentation des intérêts des membres en tant que titulaire de la
parcelle, producteur ou membre d’une communauté.
• absence d’un fond de réserve qui permettrait une négociation plus
adéquate d’une forme d’acquittement de la dette par une famille en
difficulté car la totalité des revenus de l’association proviennent des
membres et sont absorbés par le fonctionnement du périmètre
• absence de critère, d’information technique et d’autonomie pour donner à
l’association la capacité de concertation sur les prix de vente des produits,
de négociation de condition de crédit, de rationalisation des services,
• absence d’un lieu physique qui l’identifie de l’extérieur.

L’association est cependant considérée comme la «garante» du périmètre et de


ses membres (voir plus loin les contrats de crédit et de production avec la
maison agraire).

Pour mieux comprendre la relation de l’association avec son environnement,


son degré d’insertion dans l’espace temps-communautaire, le rôle qu’elle joue
auprès de ses membres, je propose d’observer l’évolution de deux grandes
familles : l’une à Mafuiane, celle de E.M. l’autre à Massaca, la famille Mç.

Ces deux familles sont importantes. Leur importance n’a pas été reconnue de
la même manière dans les deux périmètres :
E.M., éleveur, a cédé une partie de ses terres au périmètre et, selon le mode
distribution des parcelles accordé entre le P.D.R.I. et les familles, il a été
compensé par 6 parcelles irriguées, toutes enregistrées à son nom dans
l’association.

La reconnaissance de ses droits a donc été ouverte et encouragée par une


assistance technique qui pariait justement sur la capacité d’entreprise de ces
«grandes familles» pour le développement d’une agriculture de marché.
E.M. venu de Gaza en 1958 avec sa femme et sa première fille, est socialement
fort par son capital économique et social passé (troupeau, nombre d’hectares)
il est cependant en crise : sa famille manque de main-d’œuvre agricole,
surtout masculine et ses filles qui ont suivi un enseignement secondaire, sont
parties se marier ou travailler à la Capitale (deux sont employées
domestiques). Sont restés sur place, le fils aîné, handicapé qui prend soin du
troupeau et les deux plus jeunes et leur cousin qui vont à l’école EP2 à
Massaca. E.M. n’exploite que très partiellement ses parcelles et se considère
exempté de la taxe de l’eau.

Le respect de sa position sociale et de ses droits sur la terre sont


incompatibles avec la mesure d’expulsion prévue dans le règlement de
l’association Mais la position de E.M. déstabilise l’association directement,
par l’importance de sa dette, mais aussi, potentiellement, par son influence
sur les autres familles, les encourageant à suivre son exemple. Il rentre ainsi
en contradiction avec l’intérêt de certains membres de l’association, influents
eux aussi et qui ont trouvé dans le périmètre un moyen de développer leur
activité économique familiale (comme F.M.). Le temps est donné au temps.
E.M. sera ainsi amené par négociations successives, à changer de tactique. Il
affirmera lui-même lors de l’entrevue : «J’ai eu des problèmes dans le paiement
de l’eau elle-même, vu que j’ai beaucoup de parcelles. Cependant je suis déjà
en train de monter une stratégie pour éviter ce problème ». E.M. s’acquittera
de sa dette en vendant une tête de bétail et cherchera une forme
d’exploitation de ses parcelles compatible avec ses problèmes de force de

177
travail : la plantation de bananiers, encouragée par les techniciens du P.D.R.I.,
fera partie de sa nouvelle stratégie.

Qu’est-il advenu à l’autre famille ?

Sur la partie basse du périmètre de Massaca domine la famille Mç, famille


composite dirigée par son chef M. qui siège à Boane. Dès la formation des
associations paysannes, la famille a bénéficié de plusieurs parcelles mais,
suivant les normes de distribution de Massaca qui ne permettaient pas une
inégalité avouée entre les familles, les parcelles ont été enregistrées sous le
nom de plusieurs membres de la famille, les femmes en particulier. Tout
comme E.M., le chef de la famille Mç se considère exempt de payer la taxe, il
reste en marge de l’association où il n’a pu obtenir une position influente256.
Sa relation avec les membres de la commission de gestion est conflictuelle. Il
n’y a pas de composition possible, les deux parties sont intransigeantes. La
commission de gestion, non sans une certaine crainte d’éventuelles
«représailles », propose et défend devant l’assemblée générale l’expulsion de
membres de la famille Mç. Pourtant le vieux Mç. est doté d’un pouvoir
économique supérieur à celui de E.M. (il exploite un autre champ avec sa
motopompe, possède une étale sur le marché de la ville, dirige son propre
commerce), mais son droit sur la terre n’est pas défendu par l’association. Le
fondement traditionnel de ce droit est aussi discuté257. C’est devant
l’administrateur du district puis devant le tribunal que l’affaire sera réglée en
faveur de l’association qui admettra de nouveaux membres sur ces parcelles
en litige (un technicien, une commerçante de Massaca et un élément venu de
Maputo).

Ainsi, confrontée à la contrainte collective de la taxe de l’eau, deux familles


importantes de deux périmètres villageois voisins ont évoluées de façon
distincte car la reconnaissance de leur autorité et de leur droit sur la terre par
la communauté, l’association et le Programme lui-même a été différente. La
famille Mç. paraissait plus apte par son expérience et sa capacité commerciale
à développer l’agriculture irriguée, mais le fractionnement imposé de son
accès à la terre l’a fragilisé : il ne s’agissait pas d’une exploitation reconnue de
tous mais d’un puzzle assemblé et facilement dissociable. C’est la
reconnaissance de l’exploitation de E.M. comme un tout et le respect de
l’antériorité de ses droits sur la terre par l’ensemble des acteurs qui permis
une flexibilité et une composition progressive des intérêts collectifs et
individuels se traduisant par son maintient sur la terre et une évolution de
son propre comportement.

256
La première femme du président de l’association était issue de la famille Mç, ils se sont séparés,
rompant ainsi le lien de confiance. La première trésorière de l’association était une fille Mç, elle a été
écarté de la fonction pour des motifs disciplinaires. J’avais recommandé une représentation de la famille
Mç dans la commission de gestion. Cela ne s’était pas, par réticence des deux côtés et un faible appui des
Mç au sein de l’assemblée.
257
Comme je l’ai mentionnée plus haut, Massaca est une zone où les meilleures terres avaient été
concédées à des colons, le pouvoir de l’ancien régulo y était donc réduit. Les deux associations
paysannes s’étaient vues attribuer par le pouvoir central un terrain dont les familles, arrivées sur place
pour travailler ou plus tard, déplacées par le barrage, les inondations ou la guerre, pouvaient difficilement
réclamer individuellement d’un droit ancestral d’occupation. Il en était de même pour leur «fille »
l’association des irrigants.

178
Jusque là, par sa cohésion, la communauté de Mafuiane a imposé son propre
rythme de décision à l’insertion du périmètre dans sa vie. L’association de
Massaca, née dans un contexte social très éclaté, réagit dans un espace
temps réduit. Elle évolue dans un paysage décousu sans reliefs apparents
(égalitarisme des droits et des devoirs) et où les normes venues des acteurs
exogènes du Programme et l’autorité basée sur les institutions sont les
nouveaux jalons de la construction du futur.
Ce futur devait être celui d’un périmètre villageois irrigué.

III.2.4. Le Plan de culture

Entre la reconnaissance initiale du droit à la terre et l’imposition d’une


condition financière coercitive pour sa conservation, se joue l’exploitation de
cette terre et son intégration dans l’économie familiale. La taxe de l’eau a été
présentée comme une obligation première, indépendante de toute forme
d’exploitation du périmètre. Elle ne découle pas d’un mode d’exploitation
programmé, ne se traduit pas en sac de riz ou de maïs, elle est une somme
d’argent dont l’acquittement conditionne le droit d’accès à la terre et à l’eau.
Quel est donc le mode d’exploitation de cette terre, comment des familles
paysannes ont adapté leur mode d’exploitation traditionnel soumis au rythme
des pluies aux potentiels et exigences de l’irrigation ?
S’agissant d’un périmètre villageois, quelles sont les stratégies qui ont été
mises en place par les acteurs extérieurs (les techniciens) et chacune des
familles ? Le plan de culture est la traduction la plus visible de la pratique
des acteurs.

III.2.4.1 Orientation générale

Le choix technique initial avait été d’un périmètre divisé en parcelles de


0,64ha (brut) chacune, de libre utilisation.

Selon certains rapports, les techniciens auraient indiqué un plan hypothétique


de mise en culture des parcelles :
Campagne A (Octobre / Mai) maïs 40%, haricot nhemba 30%, patate douce
10%, arachide 10% et horticultures 10%
Campagne B (Avril/Septembre) 40% de maïs, 30% de haricot et 30%
d’horticultures.
Ce plan reflétait l’idée d’un double objectif : satisfaction des besoins
alimentaires de la famille et possibilité d’un complément commercialisable.

Dans les statuts ou le règlement, aucune autorité n’était attribuée à


l’association quant à l’orientation du mode d’exploitation des parcelles. De
même qu’aucune spécialisation du centre de service n’était prévue dans sa
conception première.

Chaque membre était donc libre de déterminer son plan de culture, son
calendrier, la technique utilisée, l’investissement, voire même le fournisseur
des intrants ou des services et la destination de ses produits.

179
Et c’est ce principe qui fut transmis aux familles par les acteurs du
Programme, qu’ils soient nationaux ou expatriés, identifiés comme assistance
technique, PRORURAL ou P.D.R.I..

Cette liberté de choix ne signifiait pas une politique de non-intervention. La


«simple» mise en fonctionnement des périmètres demandait une réponse sur
deux points :

• la quasi totalité des familles n’avait jamais eu accès à un système


d’irrigation, elle n’avait donc aucune expérience de la technique de
l’irrigation (gestion de l’eau) et l’éventail de cultures qu’elle connaissait était
celui de leur pratique en régime pluvial : Comment introduire une
nouvelle technologie ?
La relation entre la maison agraire et les producteurs était à créer : quels
services devaient être organisés et dans quelles conditions ?

• Le principe de la responsabilité collective des associations quant à la


gestion des périmètres passait par le paiement d’une taxe de l’eau ce qui
impliquait la garanti d’un revenu monétaire pour chaque exploitant.
Quelle serait la stratégie agricole et commerciale à proposer ?

III.2.4.2 Méthode d’intervention de l’assistance technique

III.2.4.2.1 Le démarrage des périmètres : premiers contrats de production

Il était prévu dans le programme d’intervention, une assistance technique


intensive aux producteurs pendant 5 campagnes, soit deux ans et demi : Avec
un retard de démarrage d’un an en relation au périmètre de Mafuiane,
Massaca ne pourrait donc bénéficier de l’assistance que pendant trois
campagnes.
Il ne s’agissait donc pas d’un programme durable d’accompagnement mais
plutôt d’une mise en route, d’une preuve laissée par l’assistance technique que
le périmètre pouvait fonctionner pour passer la main ensuite aux
mozambicains.

La pratique de la première campagne estivale a de suite différée du plan de


culture indicatif : il s’agissait d’un premier contact pour la plupart des
familles, avec l’agriculture irriguée. Le système d’irrigation avait besoin d’être
testé observé et réglé. Les finitions (nivellement, drains, épierrage) encore à
faire, seraient de la responsabilité des paysans sous l’orientation de
l’assistance technique.
Prévue pour le moi de juin, la fin des travaux et la remise du système pour son
démarrage n’ont eu lieu qu’en octobre, déjà en plein période de semis de la
campagne estivale.

À Massaca la mise en route s’est faite très progressivement, au rythme la


régulation de la distribution de l’eau dans les trente-six Micro Périmètres
distribués entre les zones hautes, moyennes et basses : il y a eu un décalage
de deux mois et demi entre les premiers semis du périmètre haut et les
derniers du périmètre bas. Il a donc été convenu que les frais de la mise en

180
fonctionnement (électricité, entre autres) seraient à la charge du Programme.
Les familles, dont la situation sociale et économique était pour la plupart
précaire, ne pouvaient supporter les investissements initiaux de la première
campagne.
Elles étaient impatientes de semer, cependant beaucoup ne possédaient pas
de réserve de grains.
Pour garantir un test conséquent du système, (ce qui a abouti par exemple au
choix de sillons courts en réponse aux problèmes de nivellement et de
drainage) et permettre un premier contact guidé des paysans avec la parcelle
et la technologie de l’agriculture irriguée, un moyen d’orienter le plan de
culture devait être trouvé. L’enjeu, alors, pour l’assistance technique, était de
prouver le bon fonctionnement des périmètres plus que d’en assurer le
fonctionnement futur.

Le maïs est la culture la plus répandue dans la région, 1993, 1994 et 1995
ont été trois années de relance de l’agriculture pluviale familiale après une
longue paralysie quasi totale due à la guerre. Un programme national de
distribution de semences subventionnées, le PESU, était en cours, dirigé par
le gouvernement. Il concernait principalement le maïs et aussi le haricot et
l’arachide, composant complémentaires de l’alimentation locale.

La solution a donc été un contrat de production de semences dont le


financement extérieur, permettrait la mise en place d’un crédit campagne et le
support du coût additionnel de traitement, mise en sac des grains et
certification des semences.

Pour ce, les responsables de l’assistance technique ont tenté d’établir un lien
entre la SEMOC, entreprise nationale de semence, qui commençait une
politique de contrat de multiplication de semences avec les paysans organisés
et les privés. Les exigences techniques de cette entreprise pour garantir son
label de qualité ne pouvaient être satisfaites sans un environnement adéquat
et une présence technique continue qu’il lui était impossible d’assurer. Or, le
contrat de production ne pouvant être exclusif, le libre choix du plan de
culture entraînait le partage de l’espace cultivé avec d’autres types de
semences de maïs (maïs local).
En alternative, un contrat fut donc signé entre le PRORURAL et l’ambassade
d’Italie pour le financement à crédit de la reproduction de semences de maïs,
haricot et arachide destiné au PESU.

Le PRORURAL a ensuite établi un contrat avec les paysans (le contrat était
libre, il fut cependant présenté comme incontournable aux paysans). La
gestion des contrats fut confiée à la maison agraire de Mafuiane.
Le paysan recevait intrants et services à crédit, enregistrés sur une fiche de
contrôle au prix déterminé par la maison agraire (le Programme). Le coût
horaire des services de mécanisation était subventionné, les autres étaient à la
valeur du marché.
Le paysan devait en contrepartie fournir la main-d’œuvre, vendre sa
production à la maison agraire, au prix fixé par elle ; le montant du crédit était
retenu et le solde positif lui était payé.
Il n’était cependant pas libre de choisir les opérations à exécuter sur les
cultures (préparation mécanisée de la terre obligatoire, ainsi que les
traitements phytosanitaires, l’espacement des semis, et.). Le but étant de
parvenir à une certification des semences pour leur futur distribution, un
itinéraire technique rigoureux était établi. Lui a même été imposé l’utilisation

181
de désherbants en substitut du sarclage manuel (attitude très critiquée par la
partie mozambicaine et abolie dans le futur), ce qui a augmenté sensiblement
le coût total de production.
239 parcelles sur 254, donc pratiquement la totalité des familles, ont souscrit
au contrat sur une partie de leur(s) parcelle(s). Les vulgarisateurs ont été
responsabilisés pour son accompagnement sous la direction de l’assistance
technique expatriée.

Le choix des cultures (maïs, arachide, haricot sec) correspondait aux besoins
en semences des familles et de leur entourage, mais aussi à leurs propres
besoins alimentaires.
Le marché local et urbain est grand consommateur d’épis de maïs frais (cueilli
avant complète maturation) les paysans ont donc profité de ce marché pour
vendre une partie de leur production : les nouvelles vont vite et régulièrement
apparaissaient les «maguevas », ces femmes qui font la navette entre ville et
campagne, en «chapa 100 » 258 avec leurs grands paniers, pour acheter sur
pied la production et la revendre aux portes des marchés urbains. Ils ont
gardé ensuite une autre partie pour leur propre consommation ou la vente en
période de soudure. Même ainsi, 74% d’entre eux ont respecté au moins
partiellement leur contrat, remettant une partie de leur production à la
maison agraire qui contrôlait le degré d’humidité des grains exigeant ainsi
l’égrainage des épis et un temps de séchage.
Pour les bons payeurs, hormis quelques exceptions, la tendance était de
remettre à la maison agraire juste la quantité nécessaire pour couvrir la dette.
Le vol des épis sur les parcelles étaient un réel problème. Une permanence
s’est même organisée la nuit pour lutter contre ce fléau. Certains s’en sont
servis cependant aussi comme alibi pour justifier le non-paiement de leur
dette.

Un très bas rendement par parcelle a été enregistré par les techniciens
(2.555kg/ha de grain à 15% d’humidité) fortement influencé par le
comportement des paysans.
Le prix d’achat établi par la maison agraire était bas pour un produit qui
exigeait du travail : il tenait compte des prix de la SEMOC, mais pas de
l’évolution du marché du maïs pour la consommation positivement influencé
par le manque de production locale et la proximité des marchés urbains. Les
familles préféraient contrôler la période de vente du produit, en fonction de
leurs besoins et de l’évolution des prix.
Une importante dette est donc restée impayée par une partie notoire des
familles.
De même, les paysans conservèrent la quasi-totalité de la production
d’arachide pour leur propre consommation ou la vente sur le marché local.

À Massaca, un an après, lors de la première campagne, la stratégie du


Programme a été la même : nouveau contrat de financement signé avec
l’Ambassade d’Italie, pour la production de semences de maïs. Le PRORURAL
a élaboré un contrat dans les mêmes conditions que le précédent. Toutes les
familles du périmètre l’ont signé. Les cultures de haricot et d’arachide ont été
réalisées hors contrat. Le prix d’achat des grains a été amélioré et le coût de

258
Chapa 100 : véhicule normalement «pick up » privé, caractérisé par le débordement de sa charge
d’occupants et son air penché, assurant le transport semi-collectif de passagers en ville et entre ville et
périphérie. Au tout début, les premiers billets coûtaient 100 MTS, d’où leur nom.

182
production mieux contrôlé. Le rendement par ha calculé par les techniciens a
été amélioré : 3.055 kg/ha à 15% d’humidité.259

1er Bilan

Les grains de maïs remis à la maison agraire lors de ces deux contrats
(Massaca et Mafuiane), correspondant à un quart de la production totale
estimée des deux contrats, ont été traités et certifiés. Comme prévu, les
semences ont été ensuite distribuées à prix subventionné au secteur familial
pour l’agriculture pluviale, selon le plan de la direction provincial de
l’agriculture, dans le cadre du Programme PESU.260

Le contrat a concerné 86 ha de maïs et 25,8 ha d’arachide sur les 162 ha du


périmètre de Mafuiane et 78 des 143 ha de celui Massaca 261, soit 69 % et
54,5 % respectivement de l’aire totale. Le reste est resté au libre choix des
paysans.

Ce premier type de contrat résulte d’un compromis entre le crédit campagne,


prôné par le PRORURAL, avec l’exigence d’un retour pour garantir une
continuité et le don déguisé (crédit à fond perdu) prôné par les représentants
italiens dans la logique du don initial de leur financement au gouvernement
mozambicain. Il est révélateur de certaines tensions :

Conception du rôle et du mode de fonctionnement de la maison agraire, j’y


consacrerai un espace. Il me faut cependant souligner déjà ici l’ambiguïté de la
relation des paysans avec cette maison agraire à deux visages (Programme et
«coopérative de service ») où se mêle subvention et activité commerciale, crédit,
vente de service et d’intrants et assistance technique.

A cette ambivalence s’ajoute le conflit récurant entre


Le principe de la liberté individuelle des membres de l’association quant au
mode d’exploitation de leur parcelle ;
Les exigences techniques et financières du système d’irrigation construit
couplées au principe de la responsabilité individuelle et collective des
exploitants quant à la gestion du périmètre.

Ces exigences ont conforté la conviction chez les techniciens de la nécessité


d’augmenter les rendements et d’atteindre le marché et, pour ce, d’introduire
une nouvelle technologie : il fallait enseigner aux paysans les techniques de
l’agriculture irriguée pour garantir la valorisation et le succès de
l’investissement et donc leur maintien comme exploitants.

Le concept même de «crédit » appliqué par le Programme reflète cette


contradiction entre l’interventionnisme motivé par le souci de rendre
autonome en simulant une situation «normale » (condition de marché) et le
respect de l’autonomie de décision du paysan considéré comme un acteur à
part entière et non comme la cible d’une intervention.
Pour le paysan, le crédit devrait correspondre à la mise à disposition d’un
montant connu et déterminé selon un libre accord entre deux parties- le

259
Rapport final de l’assistance technique
260
idem
261
rapport SIM première mission, p 99 et 100

183
créancier et le débiteur – stipulant les conditions financières et d’utilisation
de cette avance.

Le crédit campagne associé à un contrat de production qui impose


• un protocole technique impliquant un investissement en intrants et en
services dont le coût, inconnu au départ, est à la charge du futur débiteur
et
• une commercialisation du produit dans des conditions défavorable au petit
producteur
ne répond pas à cette définition.
Le fait qu’une seule et unique institution assume le rôle de créancier, de
fournisseur attitré de services et d’intrants, de décideur du protocole
technique et d’agent de commercialisation et que cette même institution soit
en fait une facette du «Programme » responsable du projet d’irrigation
n’arrange pas les choses.

Cette approche reproduit la logique temporelle et spatiale restreinte du


Programme, qui le maintient en marge de l’environnement réels et fausse les
rapports réels entre créanciers et agriculteurs. Mais il n’existe pas d’autre
alternative de crédit extérieur au Programme. Pendant le peu de temps de vie
dont ils disposent, les acteurs du Programme se substituent donc à
l’environnement réel n’ayant pas les moyens de le modifier en fonction des
nouveaux besoins qu’il a suscités.

Le paysan signe donc le contrat qui lui est présenté par les vulgarisateurs eux
même, car il est le seul moyen d’accéder à un crédit dont il a besoin. Mais il
ne se reconnaît pas socialement obligé par l’intégralité de cette dette qu’il ne
maîtrise pas262.

De son côté le représentant de la maison agraire signe un contrat mais ne


maîtrise pas son exécution qui met en jeu trop d’acteurs porteurs de
motivations parfois différentes voire contradictoires.

Deux conceptions d’une même culture, le maïs, s’opposent :


• l’une dite «commercialisable » avec un marché garanti sous conditions
d’un critère de qualité : la semence,
• l’autre traditionnelle, composante fondamentale de l’alimentation locale,
donc de celle de la famille du producteur et de son environnement.
La semence a une exigence technique qui la différentie d’une simple
production de maïs. Son coût de production est élevé et sa commercialisation
contrôlée par un circuit restreint et exigeant. Son prix d’achat ne pourrait
rentrer en compétition avec le marché local grandement bénéficié par la
proximité de la ville, que par la garantie d’achat d’un grand volume de
production sur l’ensemble du périmètre.
Or, la logique de l’exploitant familial s’adapte à la dimension de sa propre
économie. Cette logique est en accord avec l’esprit initial transmis par les
acteurs externes : la liberté de choix individuels du plan de production et le
respect de l’équilibre entre la satisfaction des besoins internes de la famille et
la nécessité de revenus additionnels (surtout motivé par la nécessité de
s’acquitter d’un dû : la taxe de l’eau) : les paysans n’ont pas été admis dans

262
Pour pallier à cet état de fait les agents du Programme chercheront une reconnaissance collective des
dettes contractées auprès de la maison agraire, en demandant à l’association de se porter garante de ses
membres pour le contrats futurs.

184
une association de producteurs de riz ou de tomates mais ont constitué une
association de paysans (certains d’éleveurs-paysans) devenus «irrigants ».

Finalement, la dépendance du contrat d’un financement externe (ici de


l’ambassade italienne) et d’un achat garanti de la production, rend ce type
d’intervention non reproductible en temps normal et contredit l’objectif de
l’introduction des paysans à une autogestion individuelle et collective viable
des périmètres.

Les résultats indirects de cette première stratégie d’augmentation de la


productivité de produits traditionnels ont été :

L’introduction d’une semence améliorée de maïs de type Mathuba263, sur le


périmètre : 96% du maïs semé sur le périmètre de Massaca à la suite de ce
contrat, pendant les cinq campagnes suivantes, est du maïs mathuba. À
Mafuiane, où certaines familles continuent à utiliser des semences
traditionnelles, le pourcentage est de 87%264. Cette différentiation est
cependant relative car dans les cultures réalisées hors contrat, la tendance
des paysans est d’utiliser comme semence les grains conservés à cet effet de la
campagne précédente sans investir sur l’achat de nouvelles semences
certifiées.

La modification partielle du mode de production traditionnel du maïs, en


particulier l’espacement des plantes, l’emplacement des graines sur le sillon,
l’arrosage. Le semis se faisait toujours en poquet (comme traditionnellement,
trois grains par trou) et l’arrachage des plantes en surplus, conseillé par les
techniciens n’était pas toujours appliqué.

Cependant, comme je l’ai dit, ce type de contrat n’est pas reproductible, il ne


peut donc entrer comme composante régulière du plan cultural des parcelles,
ni devenir une stratégie même à court terme.

III.2.4.2.2 Diversifier :

a) Les paysans pilotes

Ainsi, pour la préparation de la deuxième campagne hivernale par l’assistance


technique 265en novembre 94, une nouvelle tactique est mise en place par

263
Ce type de maïs avait été recommandé par la SEMOC et l’Institut National Investigation Agronomique
de Boane comme étant le plus adéquat pour la région. Ce n’est pas un maïs hybride, il est d’ailleurs pas
spécialisé pour une agriculture irriguée, mais outre une plus grande résistance à "broca "(larve parasite
très répandue qui s'installe dans la tige), son grain, par sa couleur et sa consistance, est bien accepté par
la population donc facilement commercialisable. Un essais d’une autre semence (kalahari) de grain plus
dur, approprié pour une farine «industrielle » mais non pour une consommation familiale (le grain est pilé
au fur et à mesure des besoins) avait donné de bon résultat, quantitativement et même qualitativement
parlant, mais il avait été totalement ignoré par les «maguevas ».
264
J’appelle une semence traditionnelle celle, produite par le paysan lui-même et qui n’a pas été
améliorée par des services techniques spécialisés et qui n’est pas commercialisée sur le marcher. Elle est
utilisée localement dans les champs en régime pluvial, les paysans en conserve une partie d’une année sur
l’autre pour les semis. Cette première constatation d’une différence de comportement entre Massaca et
Mafuiane sera développée plus loin lors de la comparaison des plans de culture. Elle peut s’expliquer par
la relative plus grande stabilité déjà mentionnée des familles de Mafuiane qui ont conservé leur ancien
mode de vie.
265
Rapport final de l’assistance technique, intervention 01-A-2

185
l’assistance technique visant justement la diversification de la production par
l’introduction de nouvelles cultures sur les parcelles, en particulier
d’horticultures. La méthode adoptée est celle de la sélection de «paysans
pilotes » , appelés aussi «paysans leaders» , pour la réalisation de «parcelles
démonstratives » qui ont pour but
• l’expérimentation de nouvelles cultures sur le terrain, l’élaboration de
fiches techniques utilisables par les vulgarisateurs auprès des autres
paysans, l’observation des résultats obtenus et de leur place sur le marché
et
• la divulgation de ces nouvelles cultures et techniques auprès des autres
exploitants du périmètre et leur formation par le biais de visites
didactiques.
Cette méthode a été appliquée pour la campagne hivernale de 1995 (la
deuxième de Mafuiane et la première de Massaca).
Les 26 «leaders » étaient des volontaires choisis par les techniciens. Ils
devaient garantir la main-d’œuvre et bénéficiaient d’un crédit pour les intrants
et les services fournis par la maison agraire. Les autres familles étaient
invitées à assister à des visites explicatives, organisées généralement sur un
thème accompagnant la démonstration technique d’opérations en cours :
préparation ou fertilisation du sol, traitements phytosanitaires entre autres.

Parallèlement à cela, des expérimentations ont été faites sur certaines cultures
sur les parcelles réservées au PRORURAL (haricot, maïs hybride...)

b) Assistance technique individualisée : contrats de production et menu à


la carte

1995 a été aussi l’année du changement de direction de l’assistance


technique, de la première mission de suivi de la SIM266 et du changement de
cap de l’orientation du Programme donnant une importance accrue à
l’assistance technique et à la responsabilité de préparer les conditions d’une
autogestion des périmètres à la fin de l’activité de P.D.R.I..
Un constat a été fait : les difficultés rencontrées par la majorité des familles
pour payer la taxe de l’eau, le chamboulement d’habitude que représentait
l’introduction de l’irrigation additionné au manque d’expérience des familles,
la complexité de la gestion générale des périmètres, tous ces facteurs
exigeaient un plus grand engagement du Programme et donc de l’assistance
technique.
Pendant leur durée de vie, ils doivent préparer un pont entre l’avant et l’après
Programme en préparant les acteurs que ce soit au niveau individuel (les
familles) ou collectif : les associations et les maisons agraires et même
institution de tutelle. Cela a été l’objet de la deuxième phase du Programme.

Une double préoccupation revient en leitmotiv dans les rapports de la SIM :


• déterminer le résultat économique .../... pour permettre une prévision des
possibilités de survie du périmètre. Devront y être intégrées les données
techniques (qualité du sol, quantité d’eau) pour aider efficacement les
paysans à établir un plan de culture.
• vérifier la base adéquate de calcul du coût de l’eau nécessaire à la survie
du périmètre. Le dernier rapport en juillet 97 insiste sur l’importance
d’imposer ce tarif.

266
SIM, Societa’ Italiana di Monitoraggio S.p.A. expertise commandée par le Ministère italien des
Affaires Étrangères – Direction générale de la coopération au développement

186
Une étroite relation est donc établie entre le plan de culture et le montant de
la taxe de l’eau : faire que la parcelle donne le rendement nécessaire à la
survie de l’investissement.

Lors de la campagne estivale de 95/96, 76% de la surface cultivable des


périmètres de Mafuiane et Massaca a été occupé par le maïs : cette culture a
été même réalisée avec des semis continus parfois même, à Massaca,
superposés (le paysan n’attendait pas la cueillette du maïs pour le remplacer,
il semait dans les espaces libres, sans aucune préparation de la terre). En fait
une sorte d’euphorie s’était emparée des familles qui voyaient dans la garantie
de la disponibilité de l’eau, la possibilité d’une production continue et donc la
fin de la disette.
La demande de maïs est grande, sa commercialisation ne pose pas de
problème et c’est la culture que les paysans dominent le plus.
Le reste de la surface cultivée se répartissait entre horticultures (12%),
cultures de subsistance (haricot nhemba, manioc, patate douce et quiabo :
7%), et cultures alimentaires comme le haricot blanc ou l’arachide (5%)267.
La situation était donc loin des 40% hypothétiques de maïs indiqués par les
techniciens avant le début de l’irrigation. Elle montrait quand même que dès
la première campagne, des essais spontanés de diversification de cultures ont
été faits sur les parcelles et que l’horticulture, normalement destinée à la vente
sur le marché, en faisait partie ce, en particulier à Massaca.
Cette vision globale ne reflète pas les comportements individuels très
variables mais leur tendance générale.

Le raisonnement de l’assistance technique a été le suivant :


Si le paysan qui n’a qu’une parcelle (la situation est naturellement différente
pour celui qui en possède plusieurs) réserve 1/8ème de la surface cultivable
(soit une planche d’en moyenne 7,5 ares) à une culture de rendement, il peut
garantir un revenu net (coût de production soustrait) qui lui couvrira la valeur
de la taxe de l’eau. Le reste de l’espace serait utilisé selon sa convenance et sa
disponibilité en main d’œuvre.

Le deuxième choix stratégique a été de tabler sur la diversification de la


production, son orientation vers le marché urbain consommateur de produits
horticoles.

Le troisième choix concerna la méthode de divulgation : l’apprentissage d’une


nouvelle technologie, l’introduction de nouvelles cultures devaient se faire par
la pratique, d’une forme participative qui impliquerait directement les
exploitants sur leur propre parcelle :

L’expérience des parcelles démonstratives, ciblée sur un nombre réduit de


paysans sélectionnés fut donc élargie à tous par un nouveau contrat.
Le paysan intéressé devait se présenter à la maison agraire pour faire une
demande de contrat pour la production de la (ou des) culture(s) de son choix
parmi les cultures proposées 268 et dont il indiquait la superficie, le minimum

267
de Courlon (J.) "relatório final – Monitoragem sócio-econmico dos regadios de Mafuiane e Massaca",
PDRI / Bonifica-Sotecni, Maputo, juin 1998 p 53 et 54
268
Les cultures de rendement choisies et proposées étaient : tomate – haricot vert – carotte – chou blanc
pommé – oignon – ail - patate - concombre et le maïs lui-même, confirmant une orientation vers
l’horticulture et une diversification du plan de culture.

187
étant d’une planche (soit 7,5 ares). Il devait fournir la main-d’œuvre et
respecter les conseils des techniciens. Il payait une entrée de 50.000 Mts par
planche de 7,5 ares (environ 10% du montant estimé du crédit). Les intrants
(semence, engrais, traitements phytosanitaires) et les services (préparation
mécanique du terrain) étaient mis à disposition à crédit par la maison agraire
à un prix prédéterminé.
Une certaine liberté était laissée au paysan, comme par exemple le choix du
mode de préparation du terrain : mécanisée (donc normalement avec la
location du tracteur de la maison agraire) ou par traction animale. Cette
liberté était importante à Mafuiane où certaines familles possédaient un
attelage de bœufs et une charrue qu’elles pouvaient utiliser à leur compte ou
louer à un tiers selon un tarif calculé au «pas ». Les paysans de Massaca
n’avaient pas cette alternative, pour eux, la préparation obligatoire du terrain
ne pouvait être donc faite que par le tracteur de la maison agraire.
Une grille minimale obligatoire était établie pour les traitements
phytosanitaires, les traitements supplémentaires étant établis au cas par cas
de commun accord entre le vulgarisateur et le paysan.

Une fiche de contrôle était ouverte à la maison agraire au nom de l’exploitant


qui apposait sa signature sur chaque registre de produit ou de service
prenant en même temps connaissance du montant cumulatif avancé. La fiche
était établie en portugais, son explication était traduite en langue locale par le
vulgarisateur et l’écrivain de la maison agraire.

La maison agraire garantissait l’assistance technique gratuite.


Le paysan était responsable de la commercialisation du produit, s’engageant à
en communiquer la date à la maison agraire (qui se maintenait informée aussi
par les vulgarisateurs). Le paiement de la dette devait se faire immédiatement
à la fin de la commercialisation. Son acquittement était la condition sine qua
non pour le droit d’accès à un nouveau crédit.

Finalement, le président de l’association devait co-signer le contrat comme


garant du paysan.
Ceci avait aussi pour but de créer une coordination entre la maison agraire et
l’association pour un meilleur accompagnement des membres et un contrôle
des occupants des parcelles. Bien que libre de disposer comme bon lui
semblait des revenus obtenus (après paiement de la dette) le paysan recevait
cependant le conseil de les utiliser pour s’acquitter de la taxe de l’eau auprès
de l’association.

À partir des observations réalisées sur les premières parcelles démonstratives


(voir plus haut) une fiche technique avait été établie pour chaque culture. Elle
allait servir de référence pour guider les vulgarisateurs et la maison agraire
dans l'application du contrat.

c) La mise en pratique

Le Programme a obtenu de l’ambassade d’Italie un financement


supplémentaire pour ce contrat, permettant ainsi l’engagement de nouveaux
vulgarisateurs choisis parmi les sortants du lycée agricole de Boane,
totalisant ainsi 12 techniciens pour les deux périmètres. Le financement
servait aussi à payer à la maison agraire les coûts initiaux du crédit, son
remboursement par les bénéficiaires devant en principe garantir sa continuité.

188
L’objectif était donc l’intensification de la formation des paysans, au travail,
sur leur propre parcelle, pour la culture de leur choix.
Les vulgarisateurs ont été eux-mêmes formés pour l’accompagnement des
cultures et le contrôle des opérations réalisées par les paysans et leur résultat.
Une prévision de la production était ainsi possible.

Indiqué sur le contrat comme renouvelable, le crédit dépendait cependant


• de la lourde assistance technique engagée par le Programme. La gratuité de
l’assistance à l’agriculteur dépendait du financement extérieur, la maison
agraire n’était donc pas autosuffisante pour respecter sa partie du contrat.
• du remboursement à 100% des dettes par les paysans et donc,
indirectement
• de la capacité du garant de jouer son rôle autant vis à vis de la maison
agraire que du membre.

d) Les résultats globaux observés

Sur le plan cultural

Le contrat eu du succès : un total 764 planches269 ont été réalisées sous


contrat sur les trois campagnes agricoles couvertes jusqu’à la fermeture du
Programme.
Mais, surtout au-delà d’un apprentissage mutuel (techniciens, paysans) sur le
comportement des cultures et du marché270 l’impact s’est fait sentir sur
l’organisation des cultures dans la parcelle et la forte progression de
l’importance relative des cultures horticoles sur le périmètre :
Massaca leur a consacré pendant les quatre campagnes suivantes chaque fois
plus de surface cultivée : passant de 15% à 29% puis 40% et enfin 48% de la
surface totale travaillée.
De même, l’horticulture a pris de l’importance à Mafuiane passant de 11% à
22% de la surface travaillée en été et de 34% à 50% en hiver. Sur ce
périmètre se retrouvait le rythme ancien de l’agriculture pluviale avec les
70% du terrain au maïs en période estivale, culture par ailleurs plus
résistante en période chaude et humide.271

Ainsi, pour la première fois, le maïs est devenu minoritaire à la campagne


hivernale 1997, la dernière accompagnée par le Programme. Son mode de
production a été lui-même modifié, l’intégration des contraintes commerciales
amenant à un semis échelonné, par planche, pour permettre une collocation
régulière d’épis verts sur le marché.

Les familles ont diversifié leur plan de culture : les cultures sous contrat
concernent la totalité des familles mais ne couvrent que 8% de la surface
cultivable des deux périmètres. L’évolution ne reflète pas donc pas simplement

269
Intervention 01 A 3 tableau 7 du rapport final de l’assistance technique. Les deux dernières campagnes
agricoles, le nombre de contrats dépasse le nombre total de parcelles sur les deux périmètres. L’ensemble
des familles est concerné.
270
Cet apprentissage a coûté en moyenne 25% des cultures, un tiers concernant les cultures plus
sensibles comme le concombre, la tomate ou la carotte, celle-ci ayant en plus souffert de la perte de 50%
de produit non commercialisé.
271
De Courlon id

189
les cultures sous contrat. Les cultures réalisées hors contrat n’obéissaient
pas aux mêmes rigueurs techniques. Les intrants étaient achetés sur le
marché informel, (semences ou engrais, voire même les produits
phytosanitaires achetés souvent à l’aveuglette et appliqués à un dosage tout à
fait aléatoire). Cette tendance était encouragée par l’absence quasi totale
d’assistance technique tournée presque exclusivement vers les cultures sous
contrat272

De la production à la commercialisation

La profonde modification du plan cultural a amené la nouvelle problématique


de la commercialisation de produits devenus excédentaires. Selon les
observations réalisées, deux raisons provoquaient la perte de la production :
la capacité réduite du réseau commercial spontané et la qualité encore très
irrégulière du produit confrontée à la concurrence locale et régionale (sud-
africaine, même)

La maison agraire n’assumait en fait aucun risque :


Les produits et services étaient couverts par le financement de l’ambassade,
aucun investissement particulier n’avait été fait pour la conservation des
produits horticoles ni aucune recherche de marché. La maison agraire
n’assumait donc aucun des risques inhérents à la commercialisation laissée à
la libre initiative et à la totale responsabilité des paysans.
Or, si le maïs est un produit dont la commercialisation peut être étalonnée273
par phase (vert, en épis ou mûr, en grain) et possible de conserver en grenier
ou silo, les produits horticoles eux sont fragiles et leur vente doit se faire sur
pied ou dans un délai très court sur le marché.

Avec le périmètre, de nouvelles formes de commercialisation ont surgi :


En tout premier lieu, l’arrivée des «maguevas» qui achetaient le produit sur
pied. Elles étaient les reines des prix, du pesage et de la sélection des
produits. Leur capacité d’achat et de transport restait très en deçà de la
production croissante de dentées périssables. Elles choisissaient donc le
meilleur produit, rejetant le reste.

Puis un marché ouvert s’est installé sur le bord de la route, au pied du


périmètre, à l’initiative des familles du village puis encouragé par le
Programme. Les femmes y vendaient leurs produits aux passants. Ce marché
fonctionnait très activement sur la route nationale (Maputo, Boane,
Namaacha) qui passait au milieu du périmètre de Mafuiane.
Celui de Massaca était desservi par une route secondaire moins fréquentée.
Les paysans transportaient chez eux les produits non vendus qui pouvaient
être entreposés (ail, maïs, haricot sec). Ils décidaient de leur vente au fur et à
mesure de leur besoin et en fonction des prix.
Enfin, certains s’organisaient pour transporter eux-mêmes des produits frais,
en particulier le haricot vert, jusqu’à la ville voisine ou même jusqu’à Maputo,
où ils les vendaient aux portes des marchés. Ils utilisaient pour cela les
chapas 100 ou les transports collectifs privés (autocars Oliveira), rares mais

272
les divulgateurs avaient été engagés à cet effet, sauf ceux qui étaient affectés en permanence aux
périmètres, payés par la Direction Provinciale de l’Agriculture (2 à Massaca) ou par le PRORURAL, (1
pour chaque périmètre)
273
cet étalonnage de la commercialisation était renforcé par l’étalonnage des semis eux-mêmes,
permettant ainsi une production quasi continue

190
plus flexibles pour le transport de charge. Ils s’informaient des cours du
marché et choisissaient pour se déplacer les meilleurs jours de la semaine (le
vendredi et le samedi). La graine de haricot était, elle, conservée en grenier ou
vendue à la maison agraire comme semence.
Un fossé se créait ainsi rapidement entre ceux qui pouvaient contrôler leur
commercialisation et les autres familles : c’était le cas de ceux qui avaient
accès à un moyen de transport autonome (comme le pick-up du travail pour
certains nouveaux exploitants venus de la ville) leur permettant le transport
d’une quantité bien plus importante de produit ou encore de ceux qui
possédaient un étal sur le marché local ou de la ville voisine.

L’idée mainte fois soulevée de l’organisation par la maison agraire d’un service
de transport à la disposition des producteurs ne s’est pas concrétisée. Cette
alternative avait été envisagée à l’exemple d’une coopérative de district de
Boane qui exploitait 40 ha irrigués et louait les services d’une association
paysanne voisine propriétaire d’un camion pour le transport par camion de ses
membres et de leur produits.
L’autre alternative, l’organisation directe de la commercialisation par la
maison agraire fut aussi envisagée, j’y reviendrai. Les lois du marché
prenaient une autre tournure quand il s’agissait d’y placer une quantité
importante : la concurrence des producteurs privés voisins et, surtout, de
l’Afrique du Sud exigeait une qualité régulière des produits, un échelonnement
planifié de la production et une certaine «agressivité commerciale274 »

L’évolution encore fragile de la dynamique des périmètres soulevait des


questions quant au rôle futur de chacun des acteurs :

L’organisation de l’économie familiale : la part de revenus appliquée dans le


remboursement du crédit, dans l’investissement direct sur la parcelle, dans le
paiement de la taxe de l’eau. La parcelle pouvait-elle atteindre un équilibre
satisfaisant pour la famille ? Comment était-elle intégrée dans l’ensemble de
l’économie familiale ? La réponse sera recherchée auprès des familles elles-
mêmes.

L’organisation économique du périmètre : la fameuse taxe de l’eau et la


maintenance du système d’irrigation était-elle viable avec ce type de
production ? Seul un système de production régulé et étroitement associé à un
système cohérent de gestion pourrait le garantir à moyen et à long terme.
Cette recherche est, tout comme le Programme qui en fait le cadre, trop limitée
dans le temps pour parvenir à l’observation de cette régulation. La question
serait plutôt si les acteurs se donneront (pourront se donner) le temps d’y
parvenir.

Quel était le rôle de la maison agraire et sa responsabilité dans


l’accompagnement de ce large éventail de cultures et dans l’organisation de la
commercialisation ? Cette question est d’autant plus pertinente dans cette
observation des stratégies si l’on tient compte du fait que la gestion de la
maison agraire, soi-disant autonome, était en fait sous le contrôle direct du
Programme et que son avenir restait à définir.

274
un producteur privé voisin avait fait appel à des spécialistes sud africains pour mettre en place un
système de goutte à goutte et perfectionner sa technique de production. Au moment opportun, il
n’hésitait pas, si besoin était, à demander officieusement aux agents de la frontière de retenir un moment
les camions chargés de tomates sud africaines pour pouvoir placer les siennes sur le marché.

191
La diversification des cultures et la liberté totale du plan de culture pour les
occupants des parcelles posaient déjà un problème de dispersion des moyens
d’intervention de la maison agraire et donc une diminution de son efficacité :
elles impliquaient un stock en intrants lui aussi très diversifié et une gestion
complexe du parc (tracteurs) car la préparation du sol n’était coordonnée ni
dans le temps ni dans l’espace entre les parcelles d’un même périmètre.

Enfin, le contrat des parcelles démonstratives a souligné la différence


d’intérêt entre les signataires : la maison agraire préférait fermer les yeux sur
la légalité du droit d’occupation de son «client » et ouvrir un registre de crédit
en son nom propre plutôt que de risquer d’avoir un crédit ouvert au nom de
l’ancien occupant devenu, souvent, travailleur sur son ancienne parcelle.
L’émission de la carte de membre de l’association, qui aurait permis une
identification des paysans ne se faisait pas pour les raisons déjà mentionnées.

La condition d’accès d’une assistance technique à un contrat de crédit et donc


à l’endettement, risquait de placer les malchanceux ou les plus faibles en une
position de porte à faux.
L’association, n’ayant aucune garantie de recouvrement de la taxe de l’eau,
premier motif de conflit avec ses membres, pouvait difficilement assumer sa
position de garante vis à vis de la maison agraire, dans un contrat dont elle ne
maîtrisait aucune donnée ; même si elle avait tout intérêt à ce qu’un membre
en difficulté ne soit justement pas privé d’assistance technique.

L’association ne joue pas le rôle de représentant des producteurs par la


coordination des cultures, des calendriers, une position commune de prix ou
une charte de qualité : ce rôle ne pourrait lui venir qu’avec l’expérience. Le
crédit campagne et la commercialisation des produits ne passent pas par elle.
Elle ne «contrôle » donc que l’accès à l’eau et à la terre, son pouvoir et surtout
ses moyens d’actions auprès des membres sont donc réduits. Elle a besoin
d’une étroite collaboration avec le centre de service (la maison agraire), qui
joue lui un rôle déterminant quant aux plans de cultures, technologies
appliquées et, surtout, crédits de campagne.

Une première relation triangulaire se dessine : paysan/exploitant – association


– maison agraire. Son importance est soulignée par un tiers des familles
questionnées275.
La continuation des échanges de services est alors leur préoccupation. Ces
échanges ont provoqué une nouvelle donne dans l’agriculture familiale276 : la
circulation d’argent devenu seul moyen d’échange face à la diversité des
produits et l'absence de prise en charge de la commercialisation par la
maison agraire ou l’association. 277 Le gain d’argent est devenu liberté et
contrainte pour les familles. Cette préoccupation financière est latente chez

275
dernière entrevue des 57 familles observées lors de la fermeture du suivi évaluation des périmètres.
276
Alias, la forme de gestion des services créés par le Programme, et je fais réfèrence ici aussi aux
systèmes d’approvisionnement en eau, a introduit le paiement en argent exigeant des familles une
liquidité régulièrement disponible.
277
cette situation est en effet très distincte des périmètres producteurs de «paddy » dont le produit,
entreposé en silo, est contrôlé par le gérant du périmètre (groupement villageois ou organisme semi-
étatique) : ici, les paysans gardent leur maïs dans leurs propres greniers et la conservation des produits
frais n’est pas assumée par la maison agraire ni par l’association. La commercialisation est à leur entière
responsabilité. Les redevances sont donc payables en argent sonnant et non en produit.

192
tous les exploitants qui se plaignent soit des prix pratiqués par la maison
agraire, soit, du montant de la taxe de l’eau.
Les familles ont donc du, simultanément, se familiariser avec un nouveau
mode de production et de gestion d’une trésorerie familiale rurale jusque là
caractérisée par le peu d’argent circulant. Le capital circulant est
traditionnellement gardé en biens (bétail, ou, à la rigueur, les bonnes années,
en grains) mais pas en argent. Seules les activités non-agricoles (travail
salarié, artisanat, petit commerce, obtenus sur place ou par la migration vers
les pays voisins) apporte un revenu monétaire conséquent. L’agriculture
pluviale ne demande pratiquement pas d’investissement financier et son
produit sert à l’alimentation et au maintien journalier de la famille.
L’exploitation de la parcelle irriguée apporte la nécessité d’investissement en
facteurs de production et le paiement mensuel de la redevance de l’eau.
J’y reviendrai.

III.2.4.3 Rationaliser les services : quelle politique agricole et


commerciale pour les maisons agraires ?

Pour l’instant, il est possible d’observer comment l’utilisation des deux


maisons agraires de Massaca et de Mafuiane dévoile les variantes stratégiques
de la direction du programme et de l’assistance technique pour le
fonctionnement futur des périmètres.

La préoccupation des responsables du Programme quant à la pérennisation


des infrastructures augmente avec l’approche de la fin du P.D.R.I.. Le
rendement économique de la parcelle semble le facteur clef.

Une approche est faite auprès d’une coopérative de crédit, groupe privé, pour
la reprise de la maison agraire de Mafuiane : l’objectif serait, en introduisant
une capacité de crédit et épargne de proximité, de permettre une intervention
dirigée et planifiée pour une production horticole coordonnée sur l’ensemble
du périmètre. Ceci comme condition pour la viabilité d’une prise en charge de
la commercialisation par la maison agraire.

Simultanément une autre approche était étudiée : celle de la production de


fruits, en particulier de bananes. La plantation d’arbres fruitiers ou d’autres
plantes vivaces n’est pas nouvelle sur les périmètres : les familles de Mafuiane
puis celles de Massaca plantaient spontanément quelques papayers (entre
deux planches de la parcelle) et surtout des touffes de canne à sucre en
périphérie. Les bananiers avaient été introduits par les techniciens du
P.D.R.I., qui recommandaient leur plantation à la périphérie des parcelles
dans le but d’éviter tout passage de tracteur sur le réseau souterrain de
distribution ou sur les fossés de drainage et pour servir de coupe-vent.
Périodiquement des pieds étaient mis en vente sur les périmètres, à la
disposition des familles. Si bien qu’en 1997, 100% des parcelles de Mafuiane
et 92% de Massaca (périmètre, qui, je le rappelle, a commencé un an plus
tard, en octobre 1994) possédaient des plantations pérennes. Le nombre
d’arbres était plus important à Mafuiane, reflétant la relation plus étroite des
familles avec les parcelles. (la plantation d’arbre étant permise
traditionnellement lors d’un plein droit d’occupation du sol). La plantation de

193
plantes vivaces restait cependant une activité marginale sur l’espace total
cultivable.

La production de fruits pourrait-elle être une alternative répondant au


manque de main-d’œuvre et aux difficultés rencontrées par les paysans de
planifier campagne après campagne l’occupation de leur parcelle. Répondrait–
elle à une demande du marché local, voire régional ?

Une autre organisation privée, associant mozambicains et techniciens sud-


africains et spécialisée dans la production fruitière, est contactée par la
direction du Programme pour la maison agraire de Massaca.
Des journées d’information sur la production de fruits furent organisées,
destinées aux producteurs locaux et, en particulier, aux familles exploitant les
deux périmètres.

Cette deuxième ligne d’orientation de la production visait l’entrée dans un


marché organisé. Moins flexible et moins diversifiée que l’horticulture, mais
aussi moins exigeante, la fruiticulture présentait l’avantage d’un
investissement à moyen ou long terme justifiant le coût d’un encadrement
technique et commercial étroit. Encouragé par d’autres expériences voisines
dans la région, un projet de production de bananes est élaboré.

De fait, les premiers exploitants qui répondront sont du périmètre de


Mafuiane. Leur motivation est diverse :
Ce sont soit des familles d’éleveurs, ayant plusieurs parcelles en
reconnaissance de leur droit antérieur d’occupation et qui, par manque de
main-d’œuvre ou parce qu’elles préfèrent occuper leur force de travail
disponible à d’autres occupations, rencontrent de grandes difficultés à les
exploiter toutes simultanément et, donc, d’en assumer la taxe de l’eau. C’était
le cas de E.M. qui affirmait «être en train de monter une stratégie pour éviter
les problèmes de taxe de l’eau » : en effet, en fin 1997, l’une de ses parcelles
était entièrement occupée par des bananiers.
D’autres familles planteront plus progressivement les bananiers, arrivant à
occuper 7,5 à 20 ares sur une parcelle 60 ares, commençant par les espaces
entre les planches : une première rangée puis une deuxième, amaigrissant
progressivement la largeur des planches avoisinantes.
Rares sont les familles n’ayant qu’une parcelle qui ont choisi d’emblée
d’occuper l’espace principal avec des fruitiers.

Un autre type d’exploitant s’est intéressé à la plantation d’arbres fruitiers ou


de bananiers : c’est celui des exploitants extérieurs au village, les agro-citadins
qui avaient «acquis » une (ou des) parcelle(s) à des familles du village.
Habitant la capitale, certains ont opté, par manque de disponibilité, pour un
plan de culture plus aisé à contrôler. Le moyen de transport personnel dont ils
disposaient (privé ou de fonction) leur permettait de vendre leur production
directement sur le marché, plus souvent au détail pour un meilleur bénéfice.
C’était un avantage sur les familles du village qui devaient vendre les bananes
par régime, sur pied.

Selon le droit coutumier, la plantation d’arbres est interdite aux familles qui
louent la terre ou bénéficient d’un droit partiel d’occupation cédé
provisoirement par son titulaire traditionnel. Le droit foncier mozambicain
accorde un droit d’utilisation et de profit selon un plan d’exploitation présenté
par le prétendant. Collectivement l’association était autorisée par l’État à

194
planter des arbres fruitiers. Cette forme d’exploitation, encouragée par le
Programme, devenait un état de fait sur des parcelles du périmètre utilisées
par leur «légitime» usufruitier ou par un acquéreur extérieur, le plus souvent
citadin. L’instabilité de ces nouveaux occupants, peu connaisseurs de
l’agriculture, renforce cette contradiction entre le droit coutumier, le droit
foncier et la version bâtarde qui en est appliquée sur les périmètres ou seul le
droit collectif est de fait enregistré.

III.2.3.4 Plan d’exploitation : la parcelle dans l’exploitation familiale :

La liberté donnée à chaque exploitant de choisir son plan d’exploitation278 est,


à mon sens, une des principales particularités de ces deux périmètres
villageois. Comme je l’ai déjà mentionné, aucune restriction n’était faite au
départ sauf celle justement de ne rien imposer : je l’ai dit plus haut, les
techniciens eux-mêmes tâtonnaient quant à ce qu’eux-mêmes considéraient
comme un plan de culture «modèle » selon un critère dominant. Quel critère ?
• rationalisation de l’accès à un bien, à un service, à une ressource
collective ?
• fractionnement des risques individuels par une diversification ?
• recherche de rendement ou
• réponse à une demande du marché ?
Céréales, horticultures, arbres fruitiers, tournesol ont été tour à tour essayés
et proposés. Seules contraintes techniques, le tour d’eau et le débit en
principe imposé279. Le plan de culture devait donc correspondre à une
stratégie propre à chaque famille, adaptée à ses ressources humaines et
financières et cherchant à répondre à ses propres besoins.

Les paysans étaient unanimes, la parcelle pouvait les alimenter et subvenir à


leurs premiers besoins. Les cultures alimentaires traditionnelles (280.
citrouille, patate douce, manioc, haricot ou même tomate, etc.) continuaient
sur les parcelles paysannes, en bordure ou associées aux autres cultures, en
particulier au maïs. Les femmes cueillaient régulièrement les feuilles
comestibles pour la fabrication du repas ( "nhangana" avec la feuille de
haricot nhemba, "matapa" avec celle de manioc et "m’boa" avec celle de la
courge) cuisiné avec de l’arachide, des haricots (nhemba ou rouge) ou
éventuellement du lait de coco ; elles fournissaient le complément du

278
Plan d’exploitation : j’entends par plan d’exploitation l’ensemble du plan cultural, des techniques et
des moyens humains matériaux et financiers mis en œuvre aussi bien que la destination prévue des
produits (consommation ou commercialisation, et ce dans quels modes)
279
Ne sont pas du domaine de cette recherche les répercutions techniques, hydrauliques en particulier,
du fractionnement, de la dispersion, diversité et de l’échelonnement des cultures sur les périmètres. J’ai
déjà mentionné la difficulté de réguler la pression de sortie entre les divers micro-périmètres de Massaca
et les plaintes répétées de mauvaise pression sur certains blocs à Mafuiane. S’agissant d’observer les
stratégies mutuelles, ce point est cependant important montrant la difficulté d’équilibre entre les
contraintes collectives (gestion de ressources, de services, d’infrastructures) et les libertés individuelles
considérées clefs de l’appropriation par les paysans de cette nouvelle technologie agricole : l’irrigation. Et
ceci sans mentionner la difficultés d’ajustement avec une gestion rationnelle d’une ressource naturelle :
l’eau, sujet que je laisserai de moment de côté, s’agissant du choix technique initial du projet et non des
partenaires.
280
Selon le rapport final du suivi, une moyenne annuelle de 39% de la superficie du maïs était associé à
d’autres cultures sur le périmètre de Massaca, contre 16% à Mafuiane. La deuxième culture la plus
associée était le haricot vert.

195
"caril"(sauce) qui accompagnait "upshwa" ou "xima"(maïs ou manioc pilés et
cuits à l’eau comme de la polenta). La parcelle pouvait donc fournir, hormis
les protéines animales, la quasi totalité de l’alimentation familiale. La canne à
sucre, un ou deux papayers, quelques feuilles de tabac, apportaient un
complément. Les surplus vendus, feuilles comestibles, épis de maïs entre
autres, apportaient l’argent nécessaire pour acheter savon, huile, sucre et
autres produits de base. Cet excédent engrangé était souvent acheté, en
période de soudure, par les familles du village restées hors des périmètres
contribuant ainsi à l’autosuffisance alimentaire de la zone.

Mais l’introduction de l’irrigation a apporter un nouvel enjeu : la production de


moyens financiers : d’un côté l’irrigation tout au long de l’année permettait un
surplus commercialisable et l’introduction de nouvelles cultures de
rendement, de l’autre la mensualité de la taxe de l’eau obligeait à la
recherche continue de liquidité. Il s’agissait donc d’une liberté de choix sous
contrainte, une liberté conditionnelle.

Les stratégies paysannes tenaient donc compte de divers facteurs : elles


s’appuyaient sur les contraintes et potentiels propres à chacune comme sa
composition (nombre de membres, leur âge, leur sexe), son capital
économique et social global. Elles intégraient de nouveaux potentiels et de
nouvelles contraintes apportées par l’eau et l’accès aux services (mécanisation,
approvisionnement en intrants, assistance technique) et au marché.
Globalement ces changements étaient visibles sur le terrain et traduits dans
les résultats du suivi effectué sur les deux périmètres entre septembre 95 et
décembre 97.

A Massaca :

Le résultat global observé a été, je l’ai dit plus haut, un recul prononcé de la
culture du maïs remplacé essentiellement par des horticultures dominées par
la tomate et le haricot vert ; les cultures de subsistances maintiennent leur
place ainsi que les haricots secs.
La deuxième année les paysans ont semé en moyenne un demi hectare de
maïs contre 80 ares la première année. Si l’on tient compte du rendement
indiqué par les techniciens pour les cultures sous contrat281 (2.774 kg/ha) la
production de maïs ainsi réduite suffirait donc à alimenter une famille et à
fournir encore un excédent commercialisable. La sécurité alimentaire n’est pas
remise en cause, surtout si l’on tient compte des cultures additionnelles de
manioc, patate douce, haricot ou citrouille.

La question qui se pose est économique.


Motivée par une recherche de revenu monétaire, cette évolution a été marquée
par une augmentation des heures de travail pour la famille, en particulier
pour les femmes qui en fournissent 70%. S’y ajoute l’augmentation des coûts
de production282, en sus de la taxe de l’eau, qu’ils concernent les intrants, la
281
le rendement du maïs par ha au Mozambique varierait entre 0,3 et 1,3 tons/ha en régime pluvial selon
une étude du département de l’économie agricole de la Michigan Statue Université nov. 98 What makes
agricultural intensification profitable for Mozambican smallholders
282
selon le rapport final du suivi, p18 et 19, la moyenne annuelle du coût de production (main d’œuvre,
machine, intrants, taxe de l’eau) sur les deux ans observés (quatre campagnes agricoles) est 874 USD /ha
physique, 733USD/ha à Massaca et 1.016 USD/ha à Mafuiane, soit 469 USD pour une parcelle à
Massaca et 669 USD à Mafuiane. Le coût a augmenté de 31% à Massaca et de 11% à Mafuiane entre la
première et la deuxième année. Voir annexe

196
location de tracteur ou même le coût de la main d’œuvre : l’intensification du
système d’exploitation se traduit par plus de travail payé à la tâche à Massaca
ou même de travail salarié à Mafuiane.
Globalement toujours, Mafuiane a plus investi sur les parcelles que Massaca,
en particulier en engrais. Massaca le dépasse la deuxième année en semences,
plans et traitements.
Les paysans ont donc été amenés à assumer un risque économique inhabituel
dans l’agriculture. Certes, la possibilité de contrat de production à crédit les y
a encouragé, mais ils ne couvraient pas la totalité de la surface travaillée en
horticultures. Ils ont donc pris un risque, plus ou moins mesuré et même
ainsi, ils affirment majoritairement que le périmètre leur a été bénéfique ;
majorité n’est pas unanimité et le bénéfice varie depuis la simple satisfaction
des besoins de base (alimentaires, surtout) jusqu’à l’investissement en bétail
ou matériaux de construction.
Tous n’ont pas pris le même risque, mais pour tous, ce risque a impliqué un
changement profond dans l’économie familiale :

Afin de comprendre la place donnée à la parcelle et son impact dans l’équilibre


familial, je propose donc une première observation283 de l’incidence des
caractéristiques des familles sur leurs choix stratégiques, en particulier quant
au plan d’exploitation, : comme je l’ai dit plus haut, j’ai choisi pour cela
d’observer ce que j’ai appelé l’U.P.F., élargissant le concept de famille au
réseau géographique (lieu d’origine, lieu d’activité, lieu d’habitat, migration) et
humain (descendants et collatéraux) d’influence et de décision de son chef.284
En effet, les périmètres villageois étaient destinés à une exploitation
familiale . Les membres de la famille (en particulier les femmes) effectuaient
285

eux-mêmes le travail agricole, ils le dosaient donc en fonction de leur


disponibilité. L’engagement d’une main-d’œuvre complémentaire extérieure,
pouvait être envisagée en période de pointe, pour les tâches telles que le
sarclage.
L’activité agricole gagnait un caractère de micro entreprise quand elle
dépassait la capacité des bras familiaux et nécessitait l’engagement d’une
main-d’œuvre extérieure régulière. Le manque de bras pouvait venir - soit du
fait que le chef de famille choisissait d’engager les siens dans une activité
économique non agricole plus sûre ou plus rentable, préférant payer un
salaire inférieur à travailleur, homme ou femme, sur place - soit parce que
les résultats de l’intensification de son mode d’exploitation justifiaient selon
lui un investissement supplémentaire en force de travail, effort compensé par
un meilleur rendement : Equilibre entre productivité et rendement.

283
Il ne s’agit pas ici d’une étude exhaustive de l’ensemble des familles, mais plutôt d’une selection
permettant l’observation et de l’analyse de comportements spécifiques dans un contexte donné.
284
L’analyse présentée résulte de l’observation croisée
• des résultats de l’enquête effectuée à deux reprises auprès des familles concernées par les 51
parcelles observées selon le protocole du suivi que j’ai réalisé de septembre 95 à Décembre 97.
• des données enregistrées lors des visites journalières aux parcelles :
• reproduction active des Dessins d’Occupation de la Parcelle (DOP) successifs sur
ISAPLAN
• l’élaboration des données résultante du registre de l’itinéraire de chaque culture. Sur
ISAMARGE
• mémoire des faits et des échanges au cours de mon travail (voir en annexe un recueil type des
données utilisées sur une parcelle)
285
Je rappelle la définition légale de l’exploration familiale donnée dans une note antérieure : pour la
satisfaction de l'agrégat familial sans utilisation de main d'œuvre salariée selon la loi de la terre 6/79, avec
utilisation de main d'œuvre salariée si nécessaire complète son Règlement en 1987.

197
Cette recherche d’un rendement supérieur, ce qui pourrait paraître évident, ne
l’était pourtant pas car elle s’accompagnait d’une prise de risque importante
pouvant facilement mettre en cause le fragile équilibre économique familial :
le détournement d’une force de travail, l’investissement de moyens humains
et financiers pour un résultat aléatoire (qui pouvait peut-être enrichir mais
aussi signifier le début d’une spirale toujours plus négative allant jusqu’à la
perte de la parcelle).

La motivation pouvait être la recherche d’un bénéfice personnel (épargne en


argent ou encore mieux en bétail et investissement pour améliorer les
conditions de vie de la famille, l’habitat venant en première ligne ) ou
l’acceptation d’une contrainte extérieure comme le paiement d’une charge
imposée, la taxe de l’eau.
L’assurance d’un revenu financier régulier non agricole donnait aux familles
paysannes une plus grande liberté d’action :
La logique paysanne s’appuie sur la gestion de sa propre force de travail. Son
activité économique dans cette région du sud du Mozambique s’équilibre
depuis des générations, on l’a vu, entre l’agriculture, l’élevage et les activités
salariées ou autres, exercées sur place ou motifs de migration vers la ville ou
les pays voisins.

Avec la venue de familles citadines, c’est une logique inverse qui apparaissait,
s’appuyant essentiellement sur la mesure du risque en investissement de
temps, et surtout en moyens matériaux et financiers existants dans une
nouvelle activité lucrative, l’agriculture. Il ne s’agissait pas pour elles d’un
choix stratégique d’allocation de force de travail interne : ces «privés » ne
travaillent pas la terre eux-mêmes, ils décident d’un plan d’exploitation et
dirigent une main d’œuvre louée.

Ainsi, le plan d’exploitation adopté par chacun révèle une partie des stratégies
de chacun :

a) La force de travail dans l’exploitation familiale : quel pari ?

Au cours des premières années de fonctionnement des périmètres, les familles


ont observé le potentiel et les contraintes d’une parcelle irriguée. Déjà,
pendant les deux années du suivi, il a été possible d’assister à des choix
importants au sein des familles. Ils sont étroitement liés à l’histoire de la
famille. Je prendrai deux exemples : une famille de la Province de Gaza
arrivée à Massaca en 1983 donc pendant la construction du barrage
(migration traditionnelle accentuée pendant la période de guerre) et une
famille originaire de Mafuiane.
Les deux familles payent régulièrement la taxe de l’eau, semblant accepter
ainsi l’intégration dans leur économie de ce nouveau mode de gestion qu’est
celui d’une parcelle irriguée.

M.A. – Massaca
M.A., 60 ans, est de Gaza où il a conservé des liens familiaux. Sa femme I.J. aussi. Il installe sa famille
dans le nouveau village de Massaca en 1983 et sa femme reçoit de l’association paysanne un champ.
M.A. part travailler en Afrique du Sud. A son retour, pendant la guerre, il vit du charbon de bois.

198
Les premiers temps du périmètre, I.J. continue à décider et à s’occuper de cette parcelle devenue
irriguée. Elle était aidée par leur fils, J.A,. marié, qui vit chez elle.
En 1996, suite à une décision familiale, M.R. gendre de M.A. est arrivé de Gaza à Massaca pour se
consacrer à l’agriculture. C’est lui qui, avec sa femme, s’occupera dorénavant de la parcelle en plus des
2 ha en régime pluvial, il s’en réfère à son beau-père.

M.R. se dit très satisfait et confiant dans le futur du périmètre parce qu’il a eu du succès sur la parcelle.
Il a investi en achetant un pulvérisateur, de l’engrais et a pu acheter du ciment et des tôles en zinc pour
sa maison. Il ne se plaint que des prix pratiqués par la maison agraire.

Avec le changement de gestion le plan de culture a changé aussi du tout au tout :


Pendant les deux premières campagnes observées, 95/96, le maïs dominait, cultivé en association avec du
manioc ou de l’arachide. Une planche de tomates en saison chaude et une de haricots verts en saison
fraîche complétaient le plan de culture. La tomate a été perdue mais c’est probablement le succès obtenu
avec le haricot vert, réalisé sous contrat avec la maison agraire, qui pèsera dans la stratégie familiale : il
deviendra une activité pilier de la parcelle.
En périphérie, quelques bananiers et plans de cannes à sucre ont été plantés.

Après l’arrivée de M.R., la deuxième année, le manioc encore en terre est arraché, le maïs "normal "
sera remplacé en campagne estivale par une unique planche de maïs hybride produit sous la direction de
la maison agraire 286, puis le maïs disparaîtra du plan de culture hivernal. Il est remplacé par une
succession serrée d’activités horticoles, centrées sur le haricot vert et la tomate et qui occupent plus de
40% de la surface cultivée. Une des planches est réalisée en association de culture (tomate/haricot
vert). La cueillette finale d’une culture est suivie sans interruption de la préparation du terrain pour la
suivante, ce qui permet trois cueillettes annuelles sur la même planche.
Contrairement à la majorité des autres parcelles, M.R. maintient un taux d’occupation élevé en été
comme en hiver. Son résultat global estimé indique un taux d’occupation annuel moyen de 247% et la
meilleure marge annuelle : 893 US$ pour les 0,6 ha de la parcelle.

Lors de la campagne estivale 96/97, la totalité de la parcelle a bénéficié d’une fertilisation du sol en
profondeur. Une fertilisation partielle superficielle sera appliquée lors de la campagne hivernale.

Le changement de gestion apporte aussi une modification de la gestion de la force de travail ; Le


pourcentage de terrain préparé mécaniquement passe de 7% à 28, 60 puis 100% de la surface travaillée
au cours des trois campagnes suivantes. Le travail est réalisé par la famille, M.R. engagera cependant
un salarié (payé au mois) en mai, juin et juillet 97, période où s’observe la plus grande intensité de
travail.

Pour cette famille, Massaca est un palier de l’émigration traditionnelle vers le


sud. La mobilité est sa stratégie de base, lui permettant de s’adapter aux
circonstances et de profiter des opportunités.
La transformation du champ pluvial en parcelle irriguée a provoqué un
changement d’optique : l’agriculture n’est plus une activité d’appoint confiée
aux femmes pour l’alimentation de la famille pendant que l’homme travaille au
dehors, elle est devenue une source de rendement, un «gagne-pain ». Le chef
de famille ne renonce pas à son activité lucrative personnelle mais décide de
faire appel à une force de travail jeune et disponible qu’il fait venir de sa
province d’origine. Cette famille s’est donc investie dans l’agriculture irriguée,
donnant à son plan d’exploitation un caractère essentiellement commercial, le
champ pluvial contribuant à l’alimentation. Je noterais aussi que, au cours de
l’entrevue, aucune référence n’est faite à l’association ou au futur collectif du
périmètre. Ils payent la taxe de l’eau sans retard en contrepartie d’un service
qu’ils estiment rentable. Leur approche est individuelle et non communautaire
ou coutumière.

286
L’introduction du maïs hybride a été l’un des essais de l’assistance technique du Programme, lors de
cette même campagne estivale 96/97.

199
L.C. Massaca

L.C. la première des trois femmes de A.A.M. est titulaire de la parcelle irriguée. Trois champs d’un
demi -hectare sont cultivés en régime pluvial à Massaca par les trois femmes de A.A.M. C’est L.C. et son
mari qui prennent les décisions concernant l’exploitation familiale. L.C. et sa famille sont de Magude,
(province de Maputo), son mari, est originaire de Gaza. Il est arrivé avec elle à Massaca II en 1989,
comme réfugiés. Leur U.P.F compte seize membres dont la mère, le frère, un beau-frère et un neveu (10
ans) de A.A.M. et ses 9 enfants. A.A.M. est boulanger à la micro entreprise du village créée avec la
« casa do Gaiato » à Massaca II, son frère est menuisier, ils aident aux champs où travaillent les femmes
assistées du neveu et du cousin. Au total onze membres de la famille se répartissent à mi-temps les tâches
agricoles sur les champs et la parcelle irriguée. L.C. fait aussi de la couture à domicile. Les enfants en
âge scolaire, filles ou garçon, et leur jeune cousin vont à l’école primaire. Pour certaines opérations
comme le sarclage, la famille engage un travailleur à la tâche qu’elle paye 40.000MTS par planche.

Avec l’irrigation, la famille a changé son mode de production, louant le tracteur de la maison agraire
pour préparer son terrain, investissant en engrais et en traitements. AAM est au dessus de la moyenne
annuelle du périmètre et son résultat lors de la dernière campagne, est des meilleurs (marge directe de
785USD) grâce au maïs et au haricot vert. Il a réussi à cette époque un échelonnement des cultures lui
garantissant une cueillette mensuelle et une vente régulière des produits aux «maguevas ».
Cependant leur résultat annuel est dépassé par M.R. et ils se montrent moins enthousiastes quant à
l’impact et au futur du périmètre. Selon A.A.M. la pression d’arrivée de l’eau est insuffisante et le
mauvais nivellement du terrain l’empêche de circuler dans la parcelle. Il paye irrégulièrement la taxe
de l’eau dont il critique l’augmentation.

A.A.M. disposerait d’une force de travail suffisante mais son exploitation ne


peut s’agrandir. Réparti entre les onze membres qui travaillent sur la parcelle
à temps partiel, le revenu mensuel de la dernière campagne reviendrait à
143.000 Mts (soit 12 USD par tête) ce qui reviendrait au salaire qu’ils
recevraient s’ils louaient leur force de travail sur le périmètre287. Apparaît ici
un manque de proportionnalité entre le capital humain et financier des
familles et la taille de l’exploitation. La parcelle est un revenu complémentaire.
La famille préfère diversifier les sources de revenus par un travail artisanal
local encouragés par les agents extérieurs de l’aide et par la présence d’un
marché favorable dans ces villages récents.

A.A.M., M.A. et leurs familles ne sont pas de la région. A.A.M. semble plus
coupé de sa terre d’origine que M.A.. Il ne prétend pas devenir un agriculteur.
Quel sera le comportement de An.M., originaire de Mafuiane ?

An.M. Mafuiane :
An.M., 36 ans, né dans la région, a toujours habité Mafuiane. Sa première femme y vit avec lui depuis
1988. Ils ont trois jeunes enfants. An.M. a deux parcelles enregistrées à son nom sur le périmètre, elles
resteront à son nom jusqu’à la fin du Programme. Il a en plus 1,5 ha en régime pluvial. Il est éleveur et
se dédie à l’agriculture.
En 1995/96, campagne estivale, le maïs domine l’ensemble de la parcelle observée288. Il est associé sur
un tiers de la surface à de l’arachide ; un peu de manioc complète le tout (3ares).
En saison fraîche, An.M. signe un contrat pour deux planches de maïs et une de haricot vert. Il sème le
reste de la parcelle avec du maïs qui occupe au total occupe 60% de la parcelle, de l’ail (1 planche) et de
haricot qu’il associera plus tard aussi à du maïs. De nouveau un peu de manioc, associé cette fois à du

287
les salaires mensuels payés varient entre Massaca et Mafuiane. Ils ont débutés à 150.000 MTS pour
augmenter jusqu’à 200.000MTS (17 US$) à Massaca et 250.000 (21 US$) à Mafuiane, restant inférieur
au salaire minimum stipulé par le gouvernement d’environ 26 US$. Le paiement à la tâche varie aussi
beaucoup suivant le travail à effectuer (sarclage, semis ou préparation du terrain) variant de 15 à 40.000
MTS par planche de 7,5 ares.
288
Une des parcelles de An.M. faisait partie de l’échantillon du suivi . L’autre n’était observée qu’en
complément, sans un accompagnement journalier des cultures.

200
haricot vert, complète le tout. La campagne suivante le plan est très varié, un tiers de maïs, puis 20 ares
de maïs associé à du haricot vert, enfin, deux planches de concombres qui seront perdues. La parcelle
n’est que partiellement travaillée.
A cette époque An.M. travaille les parcelles avec ses deux épouses et la nièce de la deuxième épouse. Ces
bras ne suffisent pas, il doit louer ceux d’un travailleur payé à la tâche.
La première campagne observée (estivale 95/96) il laboure sa parcelle avec son attelage de bœufs. La
deuxième (hivernale) il loue le tracteur de la maison agraire pour la totalité de la parcelle puis lors de
la campagne estivale suivante, sur la moitié de la parcelle qu’il destine à du maïs associé au haricot
vert.
Il applique les fertilisants prévus dans les contrats de production.
An.M. vend sur pied des feuilles de manioc, du maïs en épis frais et du haricot vert, il cueille lui-même le
reste avec sa famille et l’engrange chez lui. Il peut ainsi contrôler la commercialisation selon la
demande et ses propres besoins. Il a planté aussi une trentaine de bananiers et des papayers autour de
sa parcelle.

Puis au mois de juin 97, arrive un nouvel utilisateur venu de Maputo, A.M.C.. Il loue la parcelle et
réalise une campagne complète, engage un travailleur, loue un tracteur pour préparer le terrain. Sous
sa direction la surface du maïs est réduite à moins de la moitié de la parcelle, l’autre moitié étant
occupée par du haricot vert, haricot blanc, de la carotte et de l’ail et un petit carré de chou.
Mais en fin de campagne, A.M.C. ne renouvelle pas son "contrat".
Entre temps, An.M. part travailler en Afrique du Sud laissant sa famille à Mafuiane.

Pour quelles raisons, An.M. 36 ans, a-t-il changé de stratégie et a-t-il préféré émigrer en Afrique du Sud
plutôt que de se consacrer à 100% à l’agriculture ? Il a pourtant deux parcelles sur le périmètre et a
introduit dans son plan d’exploitation les conseils des techniciens tout en conservant une certaine
autonomie. Il a obtenu un résultat annuel dans la moyenne du périmètre et da famille n’est pas si
nombreuse.
En fait le résultat économique de cette parcelle est en chute libre : selon les résultat du suivi, la marge
directe 289 a été de
Campagne A : 982 USD – Camp. B : 485 USD – Camp. C : 232 USD.

Le résultat du locataire n’est pas mieux Camp. D : 233 USD avec moins d’investissement en intrant sur
la parcelle.
Le remplacement du maïs par des horticultures, les contrats, ont augmenté les coûts de production sans
qu’ils soient compensés par une augmentation du rendement.
L’augmentation du coût de production (location de tracteur, achat d’intrants), la perte du concombre,
l’achat de semence de haricot par la maison agraire moins rentable que la vente de produit frais sur le
marché ou sur la plante, tels seraient les causes de cette baisse.

Lors de l’enquête, sa première femme A.W. se montre satisfaite des résultat du périmètre : il lui permet
une auto- suffisance de sa famille, l’achat d’animaux de basse-cour, de vaisselle, l’investissement en
matériaux de construction, la constitution d’une épargne bancaire dans ce même but. Elle ne mentionne
pas, cependant, la location de la parcelle.
Vues les coupures répétées d’énergie, A.W doute de la capacité de l’association de constituer un fond de
réserve suffisant pour la bonne maintenance du périmètre. Elle se plaint du prix élevé des services et des
intrants comme l’engrais qu’elle se voit obligée d’économiser par manque de ressource. Elle demande la
possibilité d’un crédit- campagne et aimerait un décompte des semaines de pluies ou de coupure
d’énergie dans le montant de la taxe de l’eau.

Ce couple, en plein âge actif, attend des parcelles situées sur ses terres un
résultat qui justifie l’investissement de la totalité de leur force de travail. Sans
autres sources de revenus, ils limitent l’investissement sur la parcelle s’il
n’est pas couvert par un crédit. Sans dette envers l’association en 1997, ils ne
sont pas menacés de perdre une parcelle mais les résultats de l’exploitation
sont aléatoires : irrégularité des revenus, risques importants entraînés par

289
Marge directe : produit brut – (approvisionnement + charges + main d’œuvre salariée)
charges : taxe de l’eau et location d’équipement.

201
l’introduction de cultures plus sensibles et dont ils dominent moins la
technique de production, nécessité de louer des "bras" supplémentaires.
Le couple n’a pas confiance dans le futur du périmètre. Après une période
d’essai, le chef de famille renonce donc à se consacrer exclusivement à
l’agriculture : jeune il décide d’assurer les arrières en émigrant vers l’Afrique
du Sud tout en cherchant à garantir son droit sur les parcelles : louer une des
parcelles pour payer la taxe de l’eau.

Les deux familles présentées décident d’assurer l’équilibre économique familial


par la diversité des revenus. Ni l’une ni l’autre n’a pleinement confiance dans
le futur du périmètre. Pour la première, famille nombreuse, l’unique parcelle
irriguée donne un revenu insuffisant pour être le revenu principal. Chacun se
partage donc entre deux activités. Pour la deuxième le risque d’une agriculture
irriguée dépasse ses avantages.
Dans les deux cas le choix des cultures reflétait l’enjeu des exploitants et
montrait leur volonté de tester ce nouveau mode d’exploitation qu’est
l’irrigation tout en préservant leurs arrières.

b) Equilibrer, ou perdre pied

E.M. (63 ans) vit à Massaca II depuis 1988, avec sa mère, rejoint par sa deuxième femme (35 ans) qui
l’aide aux champs et leurs quatre enfants qui vont à l’école primaire de Massaca.
Sa première femme vit depuis la même année en RSA avec le fils aîné, professeur et les cadets (filles et
fils) étudiants..
L’exploitation agricole inclue une parcelle irriguée et une restée en régime pluvial. Elle est dirigée par
le chef de famille qui décide du plan de culture. La commercialisation est faite par les deux, mari et
femme.
Originaire de la Province de Maputo, E.M. s’est installé à Massaca où il est arrivé comme réfugié
pendant la guerre. Il vit de l’agriculture et affirme n’avoir pas d’autres ressources. Sa femme se partage
entre les travaux domestiques et les champs.
Les travaux sont réalisés par la famille.
Cependant à plusieurs reprises E.M. a engagé un travailleur à la tâche pour l’aider : en novembre 95
pour la préparation du terrain de deux planches ( haricot vert et maïs) puis pour le sarclage de trois
planches de maïs ; en mai 96 pour la préparation de 3 planches de maïs et en octobre 96 pour le
sarclage de 2,5 planches de maïs en parti associé à du haricot vert. Il a payé 20.000 Mts (1,7 US$) par
planche d’environ 7,5 ares.

La première année, E.M. consacre les trois quarts de sa parcelle au maïs qu’il complète à chaque
campagne avec une planche de haricot vert, une d’horticultures diverses, de l’arachide, de la patate
douce et du manioc.
La deuxième année, le maïs passe à 1/3 de la parcelle, complété par la tomate, l’ail, la carotte, le haricot
vert et le manioc, puis en dernière campagne hivernale par trois planches de haricot vert et une demie de
haricot blanc occupent la moitié de la parcelle (avec les arbres fruitiers en périphérie). La succession
rapide des cultures permet trois cueillettes la deuxième année sur une partie de la parcelle.

La périphérie de la parcelle et des planches lui fournit le manioc, les patates douces et papaye il y trouve
aussi un revenu complémentaire avec les bananes et la canne à sucre. Il a planté en outre une ligne de
papayers et du manioc entre les planches, à l’intérieur de la parcelle.

E.M. utilise l ‘association de culture à chaque campagne sur une partie du maïs :
campagne estivale 95/96 : maïs et arachide
campagne hivernale 96 : maïs et haricot nhemba
Campagne estivale 96/97 : maïs et manioc
Campagne hivernale 97 : maïs et haricot blanc : une planche + maïs et haricot vert : deux planches

Il pratique aussi la rotation de cultures semant le haricot en alternance avec les autres cultures.

202
Lors des trois premières campagnes observées, E.M. applique peu d’engrais de fond, une planche à
chaque campagne, en rotation aussi. Les cultures qui en ont profité sont le haricot vert et la carotte.
Une seule fertilisation de superficie a été faite lors du contrat de production de tomate.

Pour les trois premières campagnes, une planche est préparée mécaniquement par le tracteur de la
maison agraire, E.M. y sème du haricot vert puis de la carotte et enfin de la tomate faite sous contrat.
La dernière campagne hivernale 97, trois planches sont préparées ainsi : 2 de haricot, et 1 de maïs. Là
où E.M. applique l’engrais de fond, le tracteur effectue trois opérations à chaque fois (labour, passage
de herse et dessin des sillons). E.M. prépare les autres planches à la main.

Il vend aux maguevas régulièrement du maïs en épis. Il a recourt à elles pour la commercialisation de la
carotte et de la tomate, les autres produits, haricots verts inclus, sont cueillis et vendus par lui et sa
famille.

Il a perdu une planche de haricot vert en février 97 qu’il a aussitôt ressemée ; il n’y avait fait aucun
investissement en intrant ou en location d’équipement. Le contrat de tomate donne un résultat négatif.
Quelques autres cultures ont été arrachées en petites surface: chou en décembre 95 une partie du maïs
en mai 96 et la préparation des plans de tomate réalisée en août 97.
Il se dit satisfait du périmètre qui lui permet d’alimenter la famille, surtout quand il ne pleut pas. Il
envisage le futur avec confiance car le résultat de l’exploitation de la parcelle est positif. Il se plaint d’un
mauvais nivellement du terrain, de la valeur trop élevée de la taxe de l’eau et du manque de maintenance
du système d’irrigation. Il suggère l’organisation d’une collecte pour l’achat d’un tube (nécessaire pour
conduire l’eau depuis la bouche d’eau jusqu’à chaque parcelle) par les membres du micro-périmètre.
E.M. paye régulièrement la taxe de l’eau, il n’avait aucun retard de paiement en décembre 97.

Selon les calculs du suivi réalisé, il aurait une marge directe annuelle moyenne de 805 US$, supérieur à
la moyenne estimée du périmètre. Ses revenus sont irréguliers, ils se centrent sur janvier/février/mars et
juillet/août/ septembre. Cependant il cueille sur sa parcelle tout au long de l’année.
Avec un taux d’utilisation de sa parcelle à 195% il est dans la moyenne du périmètre qui varie entre
259% et 126% de la surface physique disponible.
L’observation des résultats économiques par campagne met en évidence les conséquence de la
diversification du plan de culture et surtout du remplacement du maïs par des horticultures plus sensibles
: la deuxième année observée, le coût global de production est multiplié par 2,5 et celui des intrants par
5 (semences, engrais et produits phytosanitaires qu’il acquière à la maison agraire sur l’avis des
techniciens).
Les résultats par cultures sont irréguliers, la marge directe par unité de surface diminue.

Tout en assurant son alimentation, E.M. a changé son plan d’exploitation


(cultures et mode d’exploitation). En conservant son champ cultivé en régime
pluvial, il est entré sur la parcelle dans une logique de marché, cherchant un
revenu monétaire.
Son activité agricole sur la parcelle est devenue très dépendante de la maison
agraire. Il cherche par divers moyens à garder sa propre autonomie en
résistant à un investissement qu’il considère exagéré sur la parcelle. En
exemple : la préparation manuelle d’une partie du terrain, l’utilisation alternée
de semences locales de maïs, l’association de cultures plutôt que la
fertilisation de superficie et l’exécution de la grande majorité des opérations
par sa femme et lui-même.
E.M. bien réussi sur sa parcelle. Il tâtonne encore. Sans autre activité il a
progressivement augmenté son temps de travail agricole. L’important pour lui
est que sa parcelle reçoive correctement l’eau, il est prêt à payer pour cela
(non un forfait mais le rachat de composants spécifiques du système
d’irrigation à son niveau d’utilisation : le micro-périmètre). Il craint cependant
de nouvelles augmentations de la taxe de l’eau qui pourraient le décourager
de s’en acquitter.

203
J.M.,

Le sol de la parcelle de J.M. a reçu le même classement que celle de E.M. :


majoritairement S3.

J.M. (55 ans) né dans la province de Gaza, comme sa femme (25 ans), vit dans le village de Massaca I
depuis 1986. Il était déjà dans la région depuis 77. Pendant la guerre il vivait de la fabrication de
charbon de bois et d’un champ en pluvial travaillé par sa femme. Agé de 55 ans il n’a pas d’activité
salariée ni d’activité régulière à son compte. Son fils, lui, travaille pour la CMC, l’entreprise italienne
chargée de la construction des infrastructures du programme.

L’exploitation agricole de J.M. comprend un champ de 1 ha en régime pluvial, une parcelle irriguée et un
troupeau de 27 chèvres.

La première campagne estivale (95/96) la parcelle de J.M. était divisée : Il s’était réservé 4 planches (la
moitié) et en avait loué deux à MB. et deux à NH.
J.M. utilisait trois planches sur quatre avec du maïs associé au tiers de sa surface avec soit du haricot
vert soit de l’arachide.
MB. faisait du maïs, un peu d’oignon et de poivron ; Le plan de culture de N.H. se composait de maïs,
oignon, tomate et haricot vert puis maïs, tomate et concombre.
La campagne terminée, les contrats ne furent pas renouvelés.
Resté seul, J.M. fait encore deux campagnes. Il sème en fin avril 96 maïs et haricot vert puis une planche
d’oignon et, en janvier 97, après avoir fait préparé le terrain par le tracteur de la maison agraire et
l’avoir fertilisé avec de l’engrais de fond, il sème 4 planches de maïs et une planche de haricot vert. Le
haricot, commencé sous contrat est arraché sans rien donner. J.M. perd donc l’investissement fait
(tracteur, engrais, semence)
En fait J.M. ne cueille rien depuis septembre 96 période pendant laquelle il pu vendre maïs et ’oignon.
Son unique activité de janvier à avril 97 est l‘arrosage du maïs qu’il cueillera avec sa famille. N’ayant
pas échelonné ses semis cette dernière année, J.M. ne pourra vendre progressivement les épis aux
«maguevas », perdant ainsi une des meilleures sources de revenu.
Visiblement en difficulté pour travailler, J.M. opte pour la plantation de bananiers en ligne à l’intérieur
de la parcelle, il en plante une cinquantaine.
Certes J.M. n’a pas diversifié son plan de culture, il a investi sur sa parcelle à moyen terme : fertilisation
du sol (avec les deux contrats de haricot vert lors de campagne B et C, pour le maïs aussi) préparation
mécanisée de la terre. En fait, pendant l’enquête, J.M. déclare qu’il a été longtemps malade, ce qui
expliquerait la location de la moitié de la parcelle puis le manque manifeste de main d’œuvre à partir de
la campagne C. C’est ce manque qui aurait guidé ses choix stratégiques. Seul, J.M. s’enfonce, il
demande de l’aide à la maison agraire, signe des contrats de production dont il n’assure pas l’ensemble
des opérations (traitements en particulier) perd une culture complète. il s’endette doublement, auprès de
la maison agraire et de l’association.
Sa femme travaille et prend les décisions dans le champ en régime pluvial ; J.M. décide sur le périmètre,
il se fait aider dans le travail par sa femme, la mère de sa femme et quand celui-ci a le temps, par son fils
aîné. Ses plus jeunes fils qui ont entre 10 et quelques mois ne lui sont d’aucune aide.
Septembre 97, la parcelle est labourée avec un tracteur loué à un privé mais elle restera inoccupée :
J.M. qui doit cinq mois de taxe à l’association, en est exclu. Son nom n’est cependant pas remplacé sur
la liste de janvier 1998. Il affirme être confiant dans l’avenir du périmètre et dans la possibilité de
récupérer SA parcelle.
Sa marge moyenne annuelle de 501 US$ est inférieure à la moyenne du périmètre, cependant elle doit
être revue à la hausse car J.M. n’a pas travaillé sa parcelle lors de la dernière campagne.

La famille de J.M. a «bénéficié » doublement de la venue du P.D.R.I. à Massaca : son fils A.J. travaille
comme aide- mécanicien à la CMC, l’entreprise de construction italienne chargée de l’exécution du
Programme, lui a choisi de rester sur une parcelle irriguée. Leur avenir n’est pourtant pas garanti.

L’imposition d’une taxe d’eau fixe et indépendante du taux d’utilisation de la


parcelle, du plan cultural et donc de la consommation effective impose aux
paysans un rythme de production continu. J.M. manque de force de travail. Il
a cherché à y remédier en louant sa parcelle. Puis se retrouvant seul, il a
perdu le contrôle de la situation, chaque initiative prise dans la défensive ne

204
faisant que l’enfoncer plus. Cet exemple montre le risque de l’irrigation :
irrégularité des revenus agricoles due au non échelonnement des semis et à la
concentration sur une culture, risques non couverts par une réserve
financière extra agricole suffisante, fragilité en cas de perte d’une culture
réalisée à crédit donc avec un fort coût de production.

Quand le paysan perd le contrôle de sa propre activité il subit un phénomène


d’engrenage car il ne calcule plus la prise de risque : il lui faut à tout prix
produire et vendre pour payer ses dettes, il suit alors en partie les conseils
techniques, entre d’un mauvais pied dans une agriculture de rendement
nécessitant un fort investissement initial sans avoir la capacité de
l’accompagner : le manque de main d’œuvre familiale, compensé au début par
l’engagement de main-d’œuvre salariée ou la location avec ou sans crédit du
tracteur, ne permet pas l’accompagnement adéquat des cultures réalisées
sous contrat. Cette bouée de sauvetage devient alors le boulet qui enfonce. Peu
à peu le paysan perd le contrôle de sa parcelle et subit la pression financière
de l’association et de la maison agraire.

D’autres familles, confrontée encore plus profondément à ce double problème


de manque de moyen financier et de main-d’œuvre appliqueront la
stratégie initiale de J.M. : la location de une à quatre planches de leur
parcelle à un tiers muni d’un capital financier ou technique supérieur au leur.

c) Louer sa parcelle ou une partie de sa surface pour la garder :

La location de la totalité de la parcelle est pratiquée par des familles qui


prétendent garder leur droit sur la terre et acceptent pour cela de payer la taxe
de l’eau. Ce choix peut venir d’une décision familiale de donner priorité au
reste de leur exploitation familiale, plutôt que de rendre sa force de travail
disponible pour l’irrigation : c’est le cas de H.H. qui dispose de plusieurs
parcelles à Mafuiane et plusieurs hectares en régime pluvial et dont les fils
travaillent en Afrique du Sud. C’est aussi celui de An.M. qui décide de partir
lui-même travailler en RSA ou encore celui de L.T.

L.T., après deux ans d’essai sur le périmètre, décide de retourner vivre près de
ses champs à 20 km environ de Massaca. L’activité économique de la famille
s’est recentrée sur l’agriculture pluviale et l’élevage. L’équilibre financier est
assuré par le travail salarié de L.T. aux CFM et la coupe du bois pratiquée
par son fils. Sans autre parcelle irriguée, L.T. garde pour lui une planche et
les arbres fruitiers ou bananiers plantés en périphérie de la parcelle c’est son
assurance alimentaire en cas de sécheresse. Il loue six planches à J. et une à
R. qui exploite déjà une parcelle sur le périmètre. J. est responsable du
paiement mensuel de la taxe de l’eau.
L.T. a pu garder ainsi ses droits sur la parcelle irriguée qu’il a reçu à Massaca
et qui reste inscrite à son nom sur les registres de l’association.

Pour ceux et celles qui n’ont d’autres alternatives, la location de une ou


plusieurs planches de la parcelle est la stratégie de «survie » choisie par
plusieurs femmes chefs de familles, à Massaca comme à Mafuiane. Leur but
est de palier à un manque de force de travail et de fonds qui les met en risque
de perdre leur parcelle car elles n’arrivent pas à payer la taxe de l’eau.

205
Ainsi, l’une d’elles, MJM., veuve, ne reçoit qu’une aide très sporadique de ses
filles : l’une est partie travailler à Maputo comme employée domestique et
l’autre étudie à l’école du village. Son fils a émigré en Afrique du Sud.
N’arrivant pas, seule, à exploiter la parcelle et à payer la taxe, MJM. décide de
louer quatre planches sur huit. Les premiers locataires ne réussissent pas eux
même ou ne respectent pas leur compromis : payer la taxe de l’eau. C’est avec
MCM., une vendeuse ambulante qui fait les allers et retours entre le marché
de Chipamanine à Maputo et les producteurs, que MJM. s’entendra. MCM.
payera à l’association la dette de MJM (600.000 MTS) et s’engagera à assurer
la taxe de l’eau. Elle est elle-même chef de famille, doit élever quatre enfants,
et vit de commerce. Les plans des cultures de ces deux femmes diffèrent sur
la parcelle : MJM exploite les arbres fruitiers périphériques, plante du maïs,
du haricot blanc, du manioc, de l’ail et de l’oignon. MCM. se consacre à la
culture intensive de haricot vert, du concombre et de la carotte.
Depuis cet accord, la totalité de la parcelle est préparée mécaniquement. MCM
loue un tracteur privé. MJM loue celui de la maison agraire avec qui elle a par
ailleurs signé un contrat de production d’oignons, c’est elle qui travaille sur la
parcelle avec ses filles.
MCM a engagé un salarié, elle ne demande pas de crédit à la maison agraire et
s’occupe elle-même de la commercialisation des produits. MJM en vend une
partie sur pied (oignons, carottes ou épis de maïs).
Certes, satisfaite de ses premiers résultats, MCM ambitionne obtenir une
parcelle entière pour elle seule.
MJM a, par cette entente, préservé ses droits sur la parcelle qui reste
enregistrée à son nom. Elle subit des pressions de l’association pour
s’acquitter de sa dette, elle a donc du agir sous contrainte mais a réussi à
trouver un équilibre dont la stabilité dépend de la satisfaction de sa locataire
dont l’ambition est d’agrandir son exploitation.

d) La logique des exploitants citadins

Elle est différente de celle des villageois, ils ne se considèrent pas comme force
de travail sur la parcelle ou très marginalement : ils dépendent de la location
de la force de travail agricole qu’ils engagent le plus souvent auprès des
villageois, parfois même auprès de ceux qui leur ont vendu la parcelle. Ces
agro citadins sont des gestionnaires et non des techniciens, cependant,
éloignés de leur exploitation ils ont du mal à contrôler le coût de production,
obtenant une productivité inférieure aux villageois. Souvent motorisés, leur
atout est avant tout un accès plus facile aux marchés de la ville pour la
commercialisation directe de leur produit.

L.J., économiste qui a acquis petit à petit une puis deux puis trois parcelles
sur le périmètre de Mafuiane, affirme pendant la dernière entrevue «que le
résultat de son exploitation lui paraît positif car il ne prétendait pas faire de
grands bénéfices à cause de ses travailleurs.» Sa confiance dans l’avenir du
périmètre est limitée par ses doutes sur la capacité de l’association de
maintenir un périmètre déjà en dégradation alors que le Programme est
encore présent.

Ce doute pousse certains, comme T., mécanicien de profession, à "acheter"


une ou plusieurs parcelles qu’ils exploitent intensivement en limitant au
maximum les investissements sans résultat immédiat (comme l’entretien, les
fertilisants de fond, ou même la taxe de l’eau). Un an, voire deux ans plus tard

206
ils la revendent car ils ne sont pas agriculteurs et leur souci est de ne pas
perdre un capital investi sur une terre dont la valeur dépend du
fonctionnement du système d’irrigation. Sans attache sociale ou affective sur
cette terre, sans sentiment d’appartenance au collectif de l’association dont ils
doutent de la capacité de gérer le périmètre, ils ne lui font pas confiance et
préfèrent se prévenir assumant une position spéculative.

Pour simplifier le contrôle de leur exploitation qu’ils ne visitent qu’en fin de


semaine, certains citadins, préférant obtenir un revenu sûr et régulier, ont
opté pour une des solutions encouragées par le Programme : la plantation de
bananiers sur l’ensemble de la parcelle. Quelques régimes sont vendus sur
pied en leur présence, mais ils préfèrent vendre les fruits au détail sur les
marchés de la capitale. Il ne s’agit pas encore ici d’une production fruitière
coordonnée et techniquement contrôlée sur le périmètre par la maison agraire,
stratégie envisagée, je l’ai dit, par les techniciens du programme, mais d’une
production individuelle destinée au marché local.
Ce mode de production illustre comme déjà vu, le changement qu’a introduit
l’irrigation dans le mode de gestion de la terre : acquisition de terres
originalement paysanne par des citadins et plantation de cultures vivaces
réservées traditionnellement au détenteur légitime selon le droit coutumier ou
à son concessionnaire officiel.
Cet esprit d’appropriation de la terre par des acteurs extérieurs au village qui y
ont investi à moyen ou long terme une partie de leur capital, a conduit
certains à s’adresser aux services provinciaux du cadastre pour enregistrer
leur droit sur la parcelle. Ayant agit à son insu, ils ne reconnaissent pas, à
priori, le droit collectif et l’autorité de l’association sur la terre. Ils
demanderont une reconnaissance individuelle d’un droit pourtant acquis
illégalement. La concession officielle accordée à l’association y fera obstacle.

Je soulignerai ici la relation entre le mode d’exploitation de la parcelle irriguée


et la relation de l’exploitant avec la terre. La situation foncière déjà
mentionnée, composée de loi, de droit et de jurisprudence permet tout un
éventail d’interprétations individuelles et collectives. Se côtoient ainsi, sur le
même périmètre, des familles défendant un droit coutumier, un droit
d’exploitation, voire un droit de spéculation. Le cadre extérieur définit les
limites extrêmes de ces comportements stipulant un statut collectif. Il
empêche ainsi l’acquisition de l’ensemble d’un périmètre par un agent
extérieur et l’éclatement de cet ensemble cohérent par la titularisation
unilatérale d’une parcelle isolée. L’association demeure responsable du
périmètre devant l’État et ce, quoiqu’il arrive et quelle que soit l’identité de ses
‘‘membres’’ et le mode d’exploitation des parcelles.

L’infiltration progressive d’éléments extérieurs aux villages traduit une


dynamique de métamorphose interne de l’association. Les techniciens de
programme avaient prévus une autre dynamique sur le périmètre de Mafuiane
: celle de l’expansion et de la transformation de certaines familles dominantes
en "véritables" agriculteurs.

e) Du paysan à l’exploitant agricole ?

Ce pari avait été fait, je le rappelle, par la direction du Programme à


Mafuiane : encourager le développement d’exploitants agricoles parmi les

207
familles les plus importantes du village. Il s’appuyait sur l’hypothèse qu’un
paysan possédant un fort capital social et matériel devait réunir à priori plus
de possibilité de se transformer en exploitant agricole ‘‘moderne’’, entrant
dans une agriculture de marché, qu’un simple paysan sans ressources et donc
sans expérience de gestion. Cette transformation devait être encouragée pour
valoriser l’investissement réalisé dans le système d’irrigation.
Dans la même logique, il avait été aussi supposé que petit à petit certaines de
ces familles chercheraient à agrandir leur exploitation.

J’ai déjà mentionné l’influence de la politique de gestion, en particulier


l’application ou non des mesures coercitives pour assurer le paiement de la
taxe de l’eau, sur l’avenir de ces familles «importante ». J’ai ainsi montré que
la reconnaissance par le village et le Programme de l'autorité de ces familles
leur permettaient, si elles le voulaient, de garder leur droit sur la terre par le
biais de la «négociation ». Tout au contraire, la contrainte de l'enregistrement
de leurs parcelles sous des noms multiples, alliée à la non-reconnaissance de
leur autorité avaient entraîné la perte de parcelles par la famille
potentiellement la plus puissante du périmètre de Massaca. Ces deux
exemples avaient aussi révélé les effets de la confrontation de deux notions du
temps : celui que prennent les familles pour observer, considérer, s’adapter,
intégrer voire rejeter et celui qu’impose le mode de gestion des périmètres,
mathématique mensuelle au rythme des factures et de la dégradation. Le droit
à l’erreur ?

Comme je l’ai dit aussi, c’est la pression exercée par certains membres
importants de l’association personnellement intéressés par le bon
fonctionnement du système, qui a permis la «négociation ».

Qui sont-ils ?
Ont-ils vraiment fait le pari de l’agriculture ? Ont-ils intégrés ses contraintes
dans l’organisation de leur économie familiale ?

Voici trois cas de familles

Ar.W.
Ar.W. , 48 ans, personnage important du village, est titulaire de quatre parcelles. Il est de ceux qui ont
cédé une partie de leurs terres au périmètre. Il accumule quatre mois de dette à l’association à la fin de
1997.
Eleveur (24 puis 44 bovins déclarés lors des deux enquêtes), il possède aussi du bétail à Moamba dont il
est originaire. Il le fait garder par son neveu en échange d’une tête tous les deux ans. Ar.W., âgé de 48
ans, il vit à Mafuiane avec sa femme depuis 1968. Ils ont sept filles étudiantes, (sauf les deux plus jeunes
encore trop petites) ; l’aînée suit l’école secondaire à Boane. Les autres étudient à Mafuiane à l’école
primaire. Trois l’aident l’après-midi aux champs, une aide sa mère aux travaux domestiques. L’aînée
aide pendant ses vacances. Ar.W. n’a pas d’autre activité que l’élevage et l’agriculture qu’il pratique
sur ses parcelles et sur 5 ha en régime pluvial. Il engage un travailleur payé à la tâche pour certains
travaux.
Ar.W. gère son exploitation familiale comme un tout : chaque année il laisse au moins une parcelle en
jachère entre Octobre et Janvier, date à la quelle il se consacre à son champ en régime pluvial. Il répartit
ses cultures sur de grandes surfaces 290, pratique l’association du maïs avec du haricot vert, du manioc
ou encore de l’arachide, consacre la moitié de ses parcelles à l’ail ou au haricot blanc en saison fraîche,
produit dont il contrôle la commercialisation. Les maguevas ne lui achètent sur pied que les feuilles de
manioc ou les épis de maïs. Il prépare son terrain avec son attelage de bœufs et équilibre son attention

290
L’organisation de l’espace proposée par les techniciens étaient de 8 planches de 7,5 ares en moyenne.
Certaines familles utilisent l’espace de la parcelle comme celle d’un potager, avec une multitude de
petites planches de quelques mètres carrés semées de cultures différentes ou à des époques différentes.

208
entre les parcelles. Il ne pratique pas une agriculture intensive. Il gère son temps, sa force de travail, la
complétant avec l’engagement de travailleurs payés à la tâche ; pas de salariés.
L’influence des techniciens se fait sentir lors de campagne estivale 96/97 par l’occupation d’une parcelle
entière, entre février et juin 97, avec du tournesol - culture lancée expérimentalement par le programme.
Il se lance aussi dans la production de carottes. C’est un échec total, aboutissant à une marge technique
négative. Selon ses dires, «trois problèmes l’ont affecté en 1997 : l'attaque du tournesol par les rats et
les oiseaux, il ne maîtrisait pas la culture de la carotte ce qui a provoqué une baisse de 25% du
rendement des parcelles. S’y est ajouté une diminution des recettes provoquée par une plus grande offre
de produit sur le marché »
Il a une vision critique de son exploitation et des conditions du marché, il se montre somme toute
satisfait de la construction du périmètre qui lui a permis de résoudre des problèmes qu’il n’aurait pu
résoudre sans cela. Il a pu acheter entre autre, du bétail (4 têtes) et subvenir aux besoins de sa famille.
Sans autre revenu que l’agriculture, Ar.W. regrette cependant le manque de liquidité nécessaire pour
investir à chaque campagne, suggérant la mise en place d’un crédit campagne en argent (et non en
contrat de production dirigé) pour payer intrants, main d’œuvre et services.
Membre de la commission de gestion de l’association, responsable du Bloc A du périmètre, il défend la
capacité d’intervention de l’association dans la résolution des problèmes de ses membres. Il ne la
mentionne pas comme une association de producteur mais d’utilisateurs d’un service commun.

Ar.W. est rentré dans une logique de marché, considérant maintenant son
activité agricole comme source de revenus qu’il place dans son troupeau et
dans sa maison. La croissance de cette activité est limitée par le manque de
ressources financières et de main-d’œuvre. Demandeur d’un système de
crédit en argent, il veut garder sa liberté de gestion, mesurer les risques qu’il
choisit de prendre et donc contrôler son mode d’exploitation.291 Sa position
envers l’association est influencée par sa position sociale et le fait qu’il fasse
partie de la commission de gestion, responsabilité qu’il prend au sérieux tout
en considérant naturelle une flexibilité en retour quant à ses obligations
envers elle.
Ar.W. a été ouvert à l’essai de nouvelles cultures, il a pris un risque en
acceptant un contrat la production de tournesol, il a essayé de nouvelles
cultures commercialisables comme la carotte. Il observe, tâte de cette nouvelle
technologie que les techniciens lui proposent. Ar.W. n’investit en engrais qu’à
crédit, l’achat d’intrants faisant partie des risques qu’il cherche à limiter.
La recherche de nouveaux gains est motivée par la possibilité de croissance de
son activité principale, l’élevage, mais aussi par la volonté de trouver
réponse à la pression croissante exercée par certains membres de
l’association et les techniciens pour s’acquitter de ses dettes. En effet Ar.W.
veut maintenir ses droits sur les parcelles qu’il n’exploite pas intensivement
tout en reconnaissant son appartenance à un groupe dont il fait lui-même
partie.
.
J.N.

J.N. 63 ans, originaire de la région, est arrivé à Mafuiane en 1969. Éleveur, son troupeau a doublé en un
an, entre naissance et acquisition. Il a aussi des pigeons et des chèvres. Ses deux parcelles sur le
périmètre s’ajoutent à 6 ha en régime pluvial. J.N. n’a d’autre activité régulière que l’agriculture. Il
possède deux bicyclettes, a acheté un pulvérisateur et une brouette. Il vit au village avec sa deuxième
femme, 5 de ses 6 enfants, sa bru et son petit-fils ; son fils aîné travaille en Afrique du Sud, le deuxième
s’occupe du troupeau.
Le travail agricole est assuré par J.N., sa deuxième femme et sa bru.
Hormis une pause partielle entre fin octobre et début février, J.N. utilise ses deux parcelles continûment.
Le maïs domine son plan de culture. Il échelonne les semis tout au long de l’année sur des surfaces
291
Les contrats de production sont accompagnés d’un protocole peu flexible, mis à part le choix possible
entre traction animale et tracteur pour la préparation du terrain. Signer un tel contrat signifie donc
s’engager à un certain coût de production et à reconnaître l’exclusivité de la maison agraire comme
fournisseur de services et d’intrants.

209
jamais inférieures à une planche. Il fait aussi du manioc et a entouré ses parcelles de bananiers et de
canne à sucre. La première année quelques carrés, style potager, étaient dédiés à des cultures comme
tomate, oignon, chou, ail, carotte et patate douce. Une planche de haricot nhemba sur une parcelle et
deux planches d’arachide associé au maïs sur l’autre complétaient la production.
La deuxième année, J.N. fait labourer une parcelle et demie par le tracteur de la maison agraire ; il
consacre une parcelle au maïs et, sur la moitié restante, il sème haricot vert et ail. Sur l’autre moitié, le
manioc se termine et du maïs est semé. S’alterne ensuite sur les parcelles maïs et haricot vert, deux
cultures se succédant sur une terre labourée par tracteur de la maison agraire avant que J.N. ne fasse de
nouveau appel à un tracteur privé. Le manioc est maintenu, un peu de chou pommé et de tomate
terminera l’année.
J.N. investit à deux reprises sur les parcelles en engrais de fond et son plan montre une préoccupation de
rotation de culture.
J.N. est satisfait du résultat obtenu lors des campagnes passées, avec le maïs, le manioc, l’ail et le haricot
vert, la dernière observée lui ayant donné des problèmes de «santé végétale » avec le haricot vert et la
tomate.
Le résultat obtenu par J.N. sur la parcelle observée est au-dessus de la moyenne avec 206% de taux
d’utilisation annuel de la parcelle, une bonne productivité et une marge annuelle directe proportionnelle
estimée à 1.025US$ par ha Le pic des opérations réalisées sur la parcelle se situe chaque année entre
juillet et octobre, la baisse du temps passé sur le périmètre en début de saison des pluies indiquant une
attention tournée vers les champs en régime pluvial. J.N. a deux mois de retard de paiement de la taxe de
l’eau en décembre 97, mais ce n’est pas une situation endémique.
J.N. est confiant dans le futur du périmètre car la majorité des familles s’y intéressent et se consacrent à
la production. Il propose une aide mécanisée de la maison agraire pour le maintien des fossés de
drainage qu’il trouve très difficile à assurer avec la houe.

J.N. a aussi évolué dans son plan de culture, intégrant peu à peu une logique
de marché. Il gère ses parcelles alliant ses connaissances techniques
traditionnelles (rotation de culture, maïs) a de nouvelles techniques
(fertilisation chimique, traitements, cultures de rendement). Les deux parcelles
sont parties intégrantes de son exploitation familiale globale, elles n’ont pas
supplanté l’activité en régime pluvial et servent de support au développement
de l’élevage.
La force de travail disponible dans la famille, plus en accord avec la taille de
l’exploitation que celle de Ar.W., est gérée par J.N. globalement, tenant
compte de l’ensemble des activités, évitant ainsi la nécessité d’une main
d’œuvre rémunérée. De plus l’existence d’un rendement extra-agricole assuré
par son fils garantit un minimum de liquidité lui donnant une plus grande
aisance pour investir dans le maintien de la qualité de sa terre.
Le travail de maintenance du réseau de drainage, prévu dans le règlement, est
considéré par lui comme nécessaire. Il représente cependant une surcharge
de travail pour la famille, diminuant sa productivité. Il propose donc
l’intervention mécanisée de la maison agraire.
Les parcelles sont devenues un maillon important de l’économie familiale mais
non une activité exclusive. J.N. n’a pas cherché, à ma connaissance, à
augmenter son exploitation par l’acquisition de nouvelles parcelles.

F.M.

Né à Mafuiane, éleveur, employé à la retraite des C.F.M., F.M. a été nommé président du conseil exécutif
de la Localité de Mafuiane par l’administrateur de Namaacha. C’est une autorité importante du village
étroitement liée à sa défense en période de guerre.
Son accès au périmètre a commencé avec l’attribution d’une parcelle lors de la toute première
distribution, puis d’une deuxième lors de la distribution des parcelles restantes par la commission de
gestion de l’association et les grands du village. Une troisième s’ajoute à son exploitation, issue des
parcelles restées au nom de l’association et qui furent réparties, échangées ou attribuées par les

210
responsables (échange avec des parcelles présentant des déficiences de drainage ou d’irrigation) à la fin
du mandat de la première commission de gestion.
Quand l’assistance technique met à exécution le projet d’expansion du périmètre à partir de réservoirs
secondaires alimentés la nuit, F.M. qui possède des terres à cet endroit, en bénéficie. L’exploitation
irriguée de F.M. est donc en franche expansion. L'expansion des terres enregistrées à son nom ne semble
pas se faire dans un but spéculatif, comportement déjà observé chez d’autres, elle correspond à une
volonté d'expansion de son exploitation agricole dont font partie aussi les 3,5 ha en régime pluvial.
En tant qu’éleveur, F.M. possède un troupeau de bovins dont l’effectif s’accroît, il possède aussi cochons,
chèvres et un poulailler. Il a deux bœufs d’attelage, une charrette, une bicyclette, et possède ses propres
outils de production comme des brouettes ou un pulvérisateur...
Il vit à Mafuiane avec sa famille, (sa femme, sa mère, ses enfants, un neveu né à Boane ainsi que sa
sœur). Boane est aussi pour eux un point d’attache. Les enfants étudient dans l’enseignement primaire du
premier et du second degré, à l’école EP1 de Mafuiane, EP2 de Massaca. Une des filles, décédée en
1997, étudiait à l’école secondaire de Namaacha.

Les deux fils, après l’école, s’occupent du troupeau, une fille travaille chez un exploitant agricole privé,
une autre vend les produits sur le marché du village. Quatre membres de la famille (le couple, le neveu
et, à mi-temps, une des filles), se dédient au travail agricole. F.M. doit pourtant partager son temps entre
son exploitation et ses responsabilités de Président de la Localité pour lesquelles il reçoit une indemnité
de l’administration du district.

Lors de la première enquête, les décisions concernant le pluvial revenait à sa femme et celle du périmètre
à lui-même. Lors de la deuxième enquête, les deux affirment décider de conjoint sur l’ensemble de
l’activité agricole.

F.M. intègre les différentes activités de son exploitation agricole, élevage, cultures : il
emploie la fumure pour les arbres fruitiers qui peu à peu occupent une des parcelles,
distribue son plan d’exploitation entre les parcelles. L’élevage demeure le pilier central,
celui qui sert de régulateur de la gestion des moyens financiers : placement des fonds
excédentaires, libération des fonds en manque en de grandes occasions.
Avant la construction du périmètre, F.M. arrosait un champ avec sa motopompe. Son sens de
l’organisation de l’espace se traduit par un plan de culture organisé, avec les planches visibles.
Son expérience en horticulture lui permet d’y consacrer la majeure partie de ses
parcelles déjà en 1995 : piri-piri, poivron, oignon, tomate, carotte, ail et haricot blanc
occupent pendant la campagne hivernale 1995 70% de ses trois parcelles, laissant à
peine 29% au maïs. La campagne hivernale suivante le maïs ne fera plus que 11% des
parcelles.
La deuxième année observée, le plan se modifie, laissant des planches en jachère et plus de place au
maïs. En saison des pluies un tiers reste en jachère. Les cultures pratiquées sont l’arachide, le maïs, le
poivron. Mais surtout, après des essais d’orientation des sillons, il décide d’une plantation progressive
en raies de bananiers et d’orangers en alternance avec des planches ( chaque fois plus étroites) de maïs
semé seul ou associé à du haricot nhemba ou du manioc. C’est aussi à cette époque qu’entre en
fonctionnement la nouvelle parcelle de F.M. sur l’extension du périmètre : un plan de crédit particulier
est mis en place pour le démarrage des activités, F.M. doit y avoir consacré son temps et ses bras.

Hormis les planches de cultures sous contrat (maïs hybride et carotte, la deuxième année observée), F.M.
n’a pas appliqué d’engrais de fond. La presque totalité de la parcelle (moins une planche de carottes la
dernière campagne hivernale) a bénéficiée une fois au moins d’urée.
.
F.M. utilise régulièrement son attelage de bœufs sur la parcelle, il loue cependant le
tracteur de la maison agraire pour les cultures sous contrat et une partie du maïs. La
pépinière a été préparée sur une planche labourée par le tracteur. En dehors des
contrats, qui prévoient trois opérations successives, labourage, passage de la herse
puis le tracé des sillons, F.M. ne fait passer qu’une seule fois le tracteur sur la parcelle,
(labour) il termine la préparation du terrain manuellement ou avec son attelage. Les
terrains préparés mécaniquement ou avec l’attelage forment un bloc cohérent.

211
Des semis progressifs de maïs ont été enregistrés 9 mois sur les 24 observés, huit mois
ont bénéficiés de cueillette d’épis ou de grain.
F.M. a recours aux maguevas pour la vente d’une partie de ses horticultures et fruits. Il le cueille le
reste lui-même et vend en une partie sur le marché du village ou même à son domicile (maïs, ail,
arachide engrangés). La commercialisation des produits est assurée par lui-même et sa femme et par sa
fille qui tient un étal sur le marché de Mafuiane.

Ses principaux soucis sont la maintenance du système d’irrigation, l’exigence, injuste selon lui, du
paiement de la taxe de l’eau sur les parcelles en repos et le manque de bras pour travailler.
Il a tout d’abord employé deux salariés, puis un seul dont il a augmenté le salaire.

F.M. lutte face aux exigences croissantes en force de travail d’une exploitation
qui s’agrandit. Il est amené à laisser une partie en jachère, pratique normale
selon lui, mais ce choix rentre en contradiction avec l’imposition de la taxe
forfaitaire fixe qu’il dénonce. Il se confirme comme un exploitant agricole
cherchant à contrôler les différentes phases de son exploitation, en particulier
le choix d’un calendrier de semis progressifs et le contrôle de la
commercialisation. En phase de croissance, F.M., sollicité aussi par sa
responsabilité sur la localité, n’a pas encore trouver son équilibre entre la
nécessité de contrôler les coûts d’exploitation et la prise de risque d’une main
d’œuvre salariée toujours plus nécessaire. La plantation de fruitiers est
devenue aussi pour lui l’alternative pour une meilleure gestion de son temps
et de son espace.

Pour F.M. il ne viendrait pas à l’idée de vendre une parcelle, il est attaché à la
terre et considère que, maintenant qu’il est ne peut plus travailler comme
salarié, c’est la terre qui doit le faire vivre : il a fortement appuyé la
démarcation d’une aire communautaire de pâturage pour la localité,
considère l’irrigation comme une nouvelle opportunité de valoriser sa terre
mais défend aussi la continuité de la responsabilité de l’État sur le futur
physique du périmètre (sa maintenance).

f) La vente de parcelles

Tous ne pensent pas comme lui. Les agro-citadins considèrent la parcelle


comme un moyen de production négociable, mais pour qu’ils puissent rentrer
dans les deux périmètres, il a bien fallu que des familles acceptent de céder
leurs parcelles vu qu’il n’y en avait pas de disponible.
L’instabilité de beaucoup de famille en cette période d’après-guerre en a été la
cause principale. Les familles qui décidèrent de repartir de ces villages qui les
avaient accueillis comme réfugiés ou déplacés, l’ont fait après avoir vendu leur
parcelle. La mobilité des familles, accentuée par l’insécurité et la construction
du barrage, n’est cependant pas un phénomène nouveau : c’est une stratégie
de survie dans ce Sud du Mozambique. C’est ainsi que dans certaines famille
un membre a émigré et que d’en d’autres il en est au contraire arrivé de
nouveaux pour renforcer la force de travail sur la parcelle irriguée.
Outre la mobilité des familles, la vente des parcelles découlait d’un constat
d’inadaptation aux exigences de l’irrigation par manque de main-d’œuvre, de
ressources financières extra-agricoles et de la peur conséquente de tout perdre
par l’expulsion. Certains, possédant plusieurs parcelles, préféraient négocier
une terre considérée comme une charge dans l’exploitation. Cette attitude se
retrouvera plus chez des familles dont l’attache familiale et sociale à la terre
était relativement récente.

212
C’était le cas de M.C.

M.C. 44 ans femme de A.M. 46 ans


Arrivée en 1974 de la province de Gaza, ils ont installé leur domicile principal à Mafuiane et un
secondaire à Boane. A.M. travaillait comme garde dans un hôtel de Maputo. Lors de la deuxième
enquête, A.M. se consacrait à l’agriculture et à la fabrication de charbon.
Ils ont 7 enfants. Une fois l’école primaire du premier degré terminée (6ème classe), le fils aîné, parti
travaillé en RSA en 1997 à l’âge de 20 ans et le deuxième fils (17 ans) est devenu vendeur ambulant
d’essence à Boane, au bord de la route nationale.
A.M. possède 4 bovins dont un attelage, il a acquis un pulvérisateur et une brouette.
A.M. et sa femme avaient, en 1996, chacun une parcelle enregistrée à leur nom. L’année suivante, la
parcelle de A.M. a changé d’occupant et apparaît dans la liste de l’association au nom d’un nouveau
membre "admis". La deuxième présente la meilleure marge directe estimée lors du suivi de ce périmètre
: 1.024 US$ annuel, et la meilleure productivité avec un taux d’occupation de 243 % la première année
observée, avec une forte dominance de maïs et de 111% la deuxième année (environ une demi-parcelle
par campagne) avec un plan de culture plus diversifié.
La famille paye la taxe d’eau, réduisant en décembre 97 de deux à un mois leur dette à l’association.
Le couple assure lui-même tout le travail sur la parcelle, se faisant aider de la fille aînée. Pas de main-
d’œuvre salariée, excepté un sarclage payé à la tâche lors de la première campagne observée.
Aucune opération sur la parcelle n’a été enregistrée entre Septembre et Novembre 96, période de
préparation de la saison des pluies. En conséquence, aucune cueillette entre Septembre et Février 97.
Ce qui laisse supposer que le couple s’est consacré à ses champs en régime pluvial (3ha)
Hormis cette période, les cueillettes se répartissent sur chaque mois de l’année. Les produits cueillis par
la famille sont répartis entre le grenier familial, la consommation et la vente directe. Les maguevas ont
acheté sur pied une partie de la production, sauf l’ail qui a été totalement cueilli et contrôlé par la
famille.

La première année M.C. et A.M. ont loué un tracteur pour préparer la terre qu’ils ont semée de maïs
complété par du manioc et du piment. En saison fraîche, deux planches, l'une de concombres et l'autre
de tomates ont, elles aussi, été préparées mécaniquement.
La deuxième année, en saison chaude, une tracteur privé est venu préparer le terrain pour la totalité des
cultures semées (maïs, piment et manioc). En saison fraîche, le tracteur a été remplacé par leur attelage
de bœufs qu’ils ont utilisé pour préparer le sol pour trois planches : ail, haricot vert et petits pois
associés à du maïs, seules cultures associées en deux ans. Un peu de chou et de tomate ont complété
cette campagne.
La totalité de la parcelle a été fertilisée au moins une fois en fond et superficie.
Aucun contrat n’a été signé avec la maison agraire même si son influence technique se fait sentir dans
l’itinéraire des opérations du concombre et de la tomate. Le plan de concombre a été complètement
perdu et arraché. Le couple indique comme ses principaux succès le maïs, régulièrement échelonné au
long de l’année, le haricot vert et la tomate.
Papayers, bananiers et canne à sucre ont été plantés en périphérie lui offrant un revenu supplémentaire.
Selon M.C., le périmètre a eu un impact très positif pour la famille : « car jusqu’à présent j’arrive à
alimenter ma famille par la parcelle elle-même, et quand je vends, j’achète des vêtements et d’autres
choses supplémentaires. »
Sa confiance dans le futur lui vient «des bons résultats » qu’elle a obtenus.
Pour M.C. les problèmes rencontrés sont le manque d’assistance technique pour le fonctionnement du
périmètre et le calcul forfaitaire de la taxe de l’eau qui ne tient pas compte des jours de pluie.

Ce qui caractériserait cette exploitation est la sobriété du plan de culture par


campagne qui maintient la présence des cultures alimentaires (maïs et
manioc) mais laisse de plus en plus d’importance à l’horticulture avec des
semis de cultures diversifiées sur des surfaces relativement réduites.
Le couple gère son exploitation agricole (pluviale et en irrigation) limitant au
maximum les risques. Il différentie totalement le mode d’exploitation de la
parcelle de celui de la culture en pluvial : il investit, en particulier pour la
préparation et la fertilisation du sol et traite, suivant les indications
techniques, toutes les cultures qui en ont besoin.
La maison agraire lui fournit certains services, sans exclusivité, il n’en est
pas financièrement dépendant. Il utilise ses propres ressources.

213
Grâce à la diversification du plan de culture, et à l’échelonnement des semis
de maïs, les cultures perdues ne l’ont pas ruiné.
La parcelle semble être intégrée dans l’exploitation familiale, l’agriculture
irriguée y a sa place, ils y investissent tant que cela marche, mais ils ne la
considèrent pas comme l'unique ou la principale activité. Peu confiants dans
le futur du périmètre, ils n’hésitent pas à vendre une de leur parcelle à un
agro-citadin qui la revendra d’ailleurs plus tard.

La vente sera aussi la décision de ce chauffeur arrivé à Massaca avec le


Programme. Résidant principalement à Maputo, il n’a pas de champs en
régime pluvial et doit engager à plein temps un salarié pour travailler sur sa
parcelle. Les cultures se perdent, les dettes augmentent, C.M. cédera
finalement sa parcelle à un technicien de la maison agraire qui n’aura pas de
meilleurs résultats bien qu’il ait pris des risques importants en augmentant le
coût de production.

Les femmes chefs de famille ne veulent pas, elles, vendre leur parcelle
qu’elles considèrent comme leur moyen de subsistance. Pourtant elles ont de
grandes difficultés à faire face aux exigences du périmètre. La location d’une
partie de la parcelle est la stratégie de certaines pour s’acquitter de la taxe de
l’eau ; d’autres luttent rentrant dans la logique de la production de marché.
Même si leur résultat est positif, elles ne se montrent pas très confiantes dans
l’avenir, manquant de force de travail ou de revenus.

M.M est une femme dans la cinquantaine, veuve, qui vit à Mafuiane depuis 1988 avec 4 de ses 6 enfants :
trois vont à l’école du village ou à celle EP2 de Massaca. Les deux fils aînés travaillent comme maçons
en Afrique du Sud, leurs femmes vivent avec M.M. à Mafuiane avec les petits enfants. M.M. travaille
avec ses belles filles l’hectare et demi de champ en régime pluvial. Elles se font aider du fils de 13 ans
quand il revient de l’école. Une aide payée à la tâche complète la main d’œuvre.
Une deuxième parcelle sur le périmètre est inscrite au nom de sa fille aînée qui ne vit plus avec elle lors
de la dernière enquête.
M.M. obtient, selon le calcul du suivi, un résultat situé dans la moyenne du périmètre avec cependant une
des plus basses productivités. M.M. fait deux cueillettes sur sa parcelle chaque année, très
majoritairement de maïs sauf lors de la dernière saison fraîche où quatre planches se partagent les
cultures d’ail de haricot vert, carotte et horticultures divers. M.M. avait signé un contrat de production
de haricot vert l’année précédente, puis un contrat de maïs hybride en saison chaude 96/97. Elle laboure
son terrain avec le tracteur de la maison agraire ou un attelage de bœufs qu’elle loue à Mafuiane et
termine manuellement la préparation du terrain sauf en cas de contrat avec la maison agraire. C’est
aussi lors de ces contrats que M.M. applique un fertilisant sur la parcelle. Des traitements curatifs,
qu’elle hésite à appliquer car ils sont trop chers, complètes son investissement.

Selon M.M., la parcelle permet tout juste d’alimenter la famille et de payer le coût de production ; pas de
revenus supplémentaires. M.M. maintient deux mois de retard de paiement de la taxe de l’eau. Là aussi,
le manque de force de travail oblige à un investissement supplémentaire en main d’œuvre ce qui baisse la
productivité.
M.M. est entrée dans un schéma de production de marché, encouragée par les techniciens elle signe des
contrats avec la maison agraire, mais elle commercialise peu de produit par le biais des maguevas.
L’essai de production de maïs hybride a eu cet inconvénient, l'épi étant rejeté par ces commerçantes.
M.M. n’est pas très optimiste, elle trouve le coût de production trop élevé et doute pouvoir s’en sortir
sans un système de crédit campagne régulier assuré après la sortie du P.D.R.I. (services, intrants, main
d’œuvre).

Pendant l’intervention du Programme, l’offre d’un crédit agricole dirigé est


intervenue directement dans les choix :
Les chefs de familles étaient contraints de tenir aussi compte des pressions
extérieures dictées par l’activité de l’assistance technique, les exigences

214
d’accès de la parcelle cultivée, la convoitise d’éléments extérieurs et l’équilibre
interne de l’association. Individuellement et collectivement les paysans
réagissaient différemment à ces contraintes suivant leur degré d’attachement à
la terre et d’(in)dépendance économique et sociale vis à vis des acteurs
exogènes. Il serait pertinent d’évaluer, pour parler de stratégie, le degré de
liberté de chacune des familles et la compatibilité de son enjeu personnel avec
celui du collectif auquel elle appartenait (association, village) et celui des
décideurs exogènes.

La garantie de cette liberté de choix était d’une part


• la force collective (résistance passive aux contraintes de la taxe de l’eau,
par exemple) et le respect du droit sur la terre qui a été observé à Mafuiane
et d’autre part
• la force individuelle que les familles trouvaient en une main-d’œuvre
disponible et suffisante, un revenu financier extra-agricole, une stabilité
donnée par l’élevage.
Cette liberté leur permettait alors de mesurer les risques qu’elles décidaient de
prendre pour augmenter le rendement de la parcelle irriguée sans pour autant
s’engager dans une voie de non-retour. La disponibilité d’une force de travail
ou la possibilité d’en engager permet au chef de répartir les membres de sa
famille sur des activités économiques diversifiées tout en maintenant un taux
d’utilisation élevé de la parcelle.
Le système traditionnel de l’entraide, toujours en vigueur en régime pluvial ne
s’adaptait pas à l’exploitation continue des parcelles irriguées.
L’irrigation avait encouragé les chefs de familles à faire appel à des parents
venus habiter chez eux pour renforcer leur force de travail familiale. Cette
"invitation" obéissait aux traditions familiales : prise en charge d’un neveu,
d’un cousin en âge scolaire. Nourri, logé, il pouvait étudier dans les écoles de
la région et, en contrepartie, aider sur la parcelle.
Le renfort venait aussi par les femmes, parentes de l’épouse en générale, qui
travaillaient sur le champ ou la parcelle en échange d’une compensation
donnée en produit de la cueillette ou bien aussi pour aider à la vente des
produits.
La venue d’un gendre signifiait plus que la venue de bras : c’était l’arrivée
d’un jeune considéré compétent pour diriger la parcelle.
Mais parfois la famille, même élargie, ne disposait pas de bras suffisants ou
préférait les utiliser dans d’autres activités.
La gestion des ressources humaines et financières peut donc avoir comme
stratégie l’intensification d’une agriculture irriguée crédible sans vouloir pour
autant s’y consacrer en exclusivité.
Le choix de l’engagement d’un salarié pour libérer le chef de famille qui préfère
émigrer en Afrique du Sud entre dans cette logique car il devient plus rentable
de louer sur place une main-d’œuvre peu payée (en tout cas moins que lui) et
disponible en quantité parmi les familles du village en situation de besoin et
qui n’ont pas bénéficié de parcelle.
Cette stratégie s’appuie aussi sur la capacité présumée de la femme de
contrôler l’activité agricole en l’absence du mari. Cette reconnaissance du
savoir-faire agricole des femmes et de leur capacité d’apprentissage de
nouvelles techniques leur a d’ailleurs permis d’assumer avec leur mari la
direction d’une exploitation dont le contrôle leur avait échappé avec
l’introduction de l’irrigation car elle dépendait de l’investissement de
ressources matérielles et humaines contrôlées par le mari.

215
La diversité des situations rencontrées reflète aussi la diversité des
interventions du programme. Le contrat de production était un moyen de
tester une technique et un produit nouveaux sans en assumer d’avance le
risque. Sa réussite entraînait un élargissement de la surface consacrée à la
culture choisie. Son échec au contraire provoquait un abandon au moins
momentané, comme ce fut le cas du concombre ou du maïs hybride, l’un pour
des motifs techniques, l’autre pour sa difficile commercialisation sur le marché
local.
Chacun saisissait une opportunité en fonction de ses contraintes et de ses
besoins. La production de bananes ou d’autres fruits répondait aux
préoccupations de ceux qui étaient soucieux de diminuer le nombres des
opérations soit parce que la taille de l’exploitation dépassait la capacité de la
main d’œuvre disponible ou, dans le cas des agro-citadins, que leur
éloignement en rendait difficile le contrôle. Un contrat de production d’une
culture de cycle court pouvait être une réponse à une nécessité urgente de
fonds pour les endettés (avec le risque important déjà décrit) etc.

La prise de risque entraînée par une agriculture de marché fondée sur


l’introduction de cultures de rendement au coût de production élevé s’est
presque généralisée à la suite de la mise en place du système de crédit dirigé à
la production. Ce crédit organisé par le Programme et dépendant de celui-ci,
visait l’apprentissage dirigé d’une nouvelle technique. Le contrat était très
directif. Constatant le nombre de cultures perdues par manque d’argent et
d’assistance technique hors contrat, les familles demandaient la mise en place
d’un système de crédit en argent ou en bien, plus libre et plus indépendant du
centre de services, en dénonçant ainsi les contraintes des contrats de
production.

Cette demande individuelle (car les associations ne prenaient pas une position
coordonnée d’association de producteurs) allait se heurter à des contraintes de
gestion rationnelle des moyens existants.

L’observation des résultats de ces premières années de confrontation des


logiques d’acteurs, exogènes et endogènes, devait guider les responsables du
Programme dans la mise en place des derniers éléments de la stratégie pour
la transition du «temps Programme » au temps réel.
Il revenait en effet aux acteurs du transitoire la responsabilité d’indiquer le
mode d’insertion des fruits du Programme dans les mécanismes
institutionnels prévus : le F.D.H.A. devait assumer son rôle de propriétaire
des périmètres, les associations celui de gérant et les centres de services
devaient recevoir une identité et une définition de leurs paramètres de
fonctionnement. L’orchestration de cet ensemble interdépendant restait à
définir.

III.3 ÉTAT–ASSOCIATIONS–SERVICES : AGENCER LES PIECES D’UN PUZZLE

L’assistance technique avait agit au niveau individuel par des contrats de


production et des moments de formation par démonstration, laissant aux
associations la lourde responsabilité de s’organiser pour gérer dans la
pratique un cadre globalement défini : terre collective, parcelles individuelles,
gestion collective d’une infrastructure commune et de moyens financiers

216
exigés de chacun - taxe de l’eau. Cette pratique, s’appuyant sur la réalité
sociale particulière de chaque groupe, avait déjà, en la présence des
techniciens, évoluée de forme distincte dans les deux villages. Ce processus
avait aboutit à un métissage encore très instable de loi, règlement, tradition,
jurisprudence et contraintes financières.
Les interlocuteurs du Programme seraient désormais collectifs.
Ce métissage reflétait les modes d’appropriation du projet par des acteurs
multiples, dont certains, absents des objectifs premiers, prenaient place ou
prenait la place de ceux reconnus comme «cible » à la naissance du
Programme.

III.3.1 La position des associations

Les associations assuraient l’identité collective de cet ensemble mouvant et


changeant. Cette identité variait selon les relations sociales tissées par ses
membres et ses responsables entre eux et avec leur environnement.

À Mafuiane

Le sentiment de forte appartenance au milieu social d’origine lié à la tradition


et à la terre, la reconnaissance d’une hiérarchie parmi ses membres antérieure
au projet, donnait à l’association de Mafuiane une force de résistance et
d’autonomie par rapport aux acteurs exogènes.
Cela se traduisait par l’adoption par l’association d’un rythme progressif
d’intégration des contraintes de ses nouvelles responsabilités et de résistance
à toute mesure pouvant mettre en péril l’équilibre existant.

L’intégration des contraintes avait commencé avec la décision prise par la


commission de gestion d’assurer elle-même l’administration et la trésorerie de
l’association dans un local indépendant du Programme, donc en dehors de la
maison agraire. Dans un premier temps le président de la localité loua une
pièce à l’association dans les nouveaux locaux du conseil exécutif, puis
accorda à la commission de gestion l’autorisation pour l’occupation
"provisoire" d’une maison abandonnée dans le village.

La résistance aux influences exogènes, en particulier à celles du Programme


lui-même, renforçait chez une partie des familles le sentiment d’appartenance
au groupe et de réappropriation de la terre. Elle se faisait cependant au
détriment de la conservation des infrastructures et de l’intérêt de ses propres
membres (coupures d’électricité, dégradation du système d’irrigation)
diminuant la confiance des membres et des nouveaux occupants dans le futur
du périmètre. Cette perte de confiance servait de prétexte aux profiteurs pour
spéculer sur la terre (gains rapides à court terme), mais la majorité des
membres de Mafuiane continuait de raisonner sur une continuité du temps,
entre passé, présent et avenir.

À Massaca

Au contraire, le déracinement et l’éclatement social était le point commun des


membres de l’association de Massaca. L’installation de l’administration de
l’association dans les locaux de la maison agraire, justifiée par la difficulté de

217
trouver un emplacement accessible et neutre qui satisfasse les deux villages
de Massaca, en était une manifestation.
La fragilité des liens communautaires enlevait aux responsables de
l’association la force de résistance passive. Elle les rendait plus agressifs,
disponibles au changement, intransigeants, cherchant à marquer leur
position indépendante mais aussi plus fragile et influençable aux avis
extérieurs car moins critiques des nouvelles normes de relation et de gestion
apportées par le périmètre et les acteurs du Programme. Leur mobilité sociale
leur faisait prendre de plus grands risques. Les décisions démontraient un
souci d’efficacité à court terme, adoptant le rythme du projet. La taxe devait
être payée, la maintenance devait être faite. Manquait la nécessaire
reconnaissance sociale de la commission de gestion que des membres assurés
qu’elle défendrait leurs intérêts lui auraient accordée. À l’intransigeance
mathématique de la commission de gestion qui avait provoqué l’augmentation
de la taxe et les expulsions, les membres avaient répondu par un mouvement
de désolidarisation, fragilisant l’association.

Consultés sur leur position quant au futur, une fois que le Programme
cesserait d’exister, les représentants des deux associations se montraient
préoccupés ne se sentant pas encore prêts à assumer seuls la gestion des
périmètres. Elles confirmaient la nécessité d’un temps d’assistance pour se
perfectionner techniquement dans la conduite des périmètres Leurs
propositions différaient : les représentants de Mafuiane voulaient la
continuité d’une assistance technique assurée par l’État qu’ils considéraient
responsable des changements introduits ; ceux de Massaca voulaient un
contrat de prestation de service contrôlable par l’association pour éviter toute
interférence avec son autorité et ses droits sur les périmètres. Ses
représentants se montraient prêts à payer un salaire à un gérant (issu du
Cabinet technique d'appui) pour pouvoir le contrôler.

Ni l’une ni l’autre association ne prétendait abdiquer de sa responsabilité de


gérante attitrée des infrastructures et de la terre. Il leur paraissait
indispensable de conserver la responsabilité de la relation directe avec leurs
membres, de la définition des conditions d’accès aux parcelles et du contrôle
et de la gestion des moyens financiers créés par l’association.
Elles craignaient les conséquences de l’engagement d’une entreprise privée par
l’État, sans aucune possibilité de contrôle de leur part, pour assurer
l’assistance aux périmètres et le fonctionnement reconnu comme nécessaire
des maisons agraires. Cette relation bilatérale État/privé pourrait les
marginaliser et faciliter un détournement des infrastructures à d’autres
profits que le leur en imposant des conditions insupportables pour les
familles.

III.3.2 Quelle réponse ?

En face des associations, l’intermédiaire, ce tampon institutionnel mixte


qu’était le P.D.R.I., allait laisser la place au propriétaire des infrastructures :
l’institution de tutelle, le F.D.H.A..

Les maisons agraires n’avaient pas pris corps : coopératives de services,


centres de services, elles étaient un outil du P.D.R.I., moitié en simulation
d’une entreprise commerciale fonctionnant apparemment en mode de marché,

218
moitié en exécutant des actions menées par l’assistance technique le plus
souvent à fond perdu ou destinées à l’être car financées par un bailleur de
fond.
Il revenait donc au P.D.R.I. d’attribuer une personnalité aux centres de
services pour garantir la continuité de leur fonctionnement.

Enfin, le fonctionnement et la maintenance des périmètres eux même, bien


que confiés à la responsabilité des associations, avait été jusque là suivis par
l’assistance technique bénéficiant dans certains cas de son intervention
directe. Le Cabinet Technique d’Appui aux périmètres avait créé en 1996
dans ce but292. Payés jusqu’alors par le Programme, ses membres
n’envisageaient pas un contrat directe avec les associations. La continuité du
Cabinet dépendrait d’une prise en charge par le propriétaire des périmètres, le
F.D.H.A.. Il en était de même pour les techniciens vulgarisateurs.
Il s’agissait donc aussi de définir plus clairement les responsabilités et les
obligations de chacun.

III.3.2.1 Les maisons agraires

Le contrat avec KANES


En l’absence d’un environnement technique ou institutionnel293 alternatif, la
réponse à toutes les questions posées par les paysans, les associations et les
acteurs du Programme était confiée aux maisons agraires comme substitues
des agents du Programme. Devant assurer la mécanisation,
l’approvisionnement, l’assistance technique la maintenance le crédit294 et la
commercialisation, les maisons agraires étaient considérées comme un service
public polyvalent.
Cependant, avec le réajustement structurel, l’État se retirait de la gestion
directe de toute activité économique réalisée sur et à partir de son patrimoine.
Il devait la confier au secteur privé considéré plus compétent et apte à
produire des bénéfices dont pourrait profiter le trésor public : la privatisation
était donc le mot d’ordre.295

292
(voir IV.2.2, taxe de l’eau – modes de gestion)
293
pas de crédit rural, pas de structures techniquement spécialisées dans la maintenance de systèmes
d’irrigation, une extension rurale tournée vers le pluvial, l’irrigation était un fait des entreprises privées ou
d’État et donc à marge des structures d’accompagnement de l’activité agricole familiale.
294
Pas de crédit bancaire pour le "petit producteur" l’orientation futur serait le développement d’un
crédit assuré par l’intermédiaire d’agents privés liés en particulier à la commercialisation des produits.
Avec le PROAGRI, programme de réajustement structurel du ministère de l’agriculture, est annoncé en
juin 99 la création d’un Sistema Financeiro Rural (système financier rural) correspondant à un
investissement 4,2 Million de dollars, décentralisé, comprenant des instruments financiers pour un crédit
bonifié applicable à l’activité agraire en milieu rural. Il serait fait appel à de petites banques privées et à la
réactivation du rôles des "cantines", commerçant ruraux jouant un grand rôle dans l’approvisionnement
et la commercialisation des produits agricoles. Son objectif serait d’encourager l’épargne rurale,
permettre une maîtrise de la commercialisation des produits et séparer l’activité d’aide financière de
l’aide non financière. Ce système rappel les projets de crédit à petite échelle déjà introduit dans le secteur
urbain. 8 de Junho 1999 AIM Agência de Notícias
295
MAP/C.G.P.I./PRORUAL - cahier de charge de la maison agraire de Mafuiane « dans le cadre de la
politique nationale, la privatisation du service public maison Agraire de Mafuiane a pour objectif la
garanti d’une gestion plus efficace et efficiente de l'exploitation, développement et conservation de son
patrimoine dans le but de la poursuite de ses objectifs pour lesquels elle a été programmée, avec une
priorité pour les zones concernées par les systèmes d'irrigation de Mafuiane et de Massaca.
Objectifs spécifiques : 1 - Libérer l’État de ses fonctions et tâches pour les quelles le secteur privé est en
de meilleures conditions de réaliser ; 2 - Garantir la qualité des services, augmenter et diversifier son

219
La première approche fut de rechercher un partenaire parmi les entreprises
agricoles de grande envergure présentes dans la région. La référence était alors
l’expérience déjà confirmée d’une collaboration entre secteurs privé et familial
dans une production commercialisée comme celle du coton ou du maïs. Cette
proposition ne cadrait pas avec la politique locale de la plus grande entreprise
(mixte) travaillant sur place, la LOMACO. Un concours public préparé par la
direction conjointe du P.D.R.I., fut donc lancé par le PRORURAL pour la
gestion de l’une des maisons agraires, celle de Mafuiane.

Il s’agissait de trouver un partenaire qui signerait un contrat d’exploitation en


échange du paiement d’une taxe annuelle.

Sans m’étendre sur les conditions du contrat, tenant compte des stratégies
déjà observées, je m’attarderai sur trois points principaux du contrat signé
entre le F.D.H.A. et l’entreprise gagnante :

a) La relation entre l’entreprise et les associations :


l’entreprise choisie a créé une filiale attribuant à l’association de Mafuiane
20% des parts. C’est cette filiale qui signera le contrat avec le FDHA.
Le contrat prévoit le droit d’exploitation des parcelles du périmètre de
Mafuiane jusque là réservées au PRORURAL, sous condition de régularisation
auprès de l’association.
Aucune relation formelle n’est prévue entre l’entreprise et l’association de
Massaca.

b) L’encadrement du plan d’exploitation des périmètres :

Le plan reste libre, aucun accord contraire n’étant signé avec les associations.
Cependant, en plus des services d’approvisionnement, mécanisation et
assistance technique, la maison agraire devrait assurer la promotion de
cultures de rendement selon un plan de croissance préétabli de la surface
cultivée296 correspondante et « maintenir » une capacité « existante » de
commercialisation des produits.
Aucune définition n’est retenue de ce que les parties entendent par culture de
rendement : disparaît du texte du contrat les mentions de «cultures à
transformation industrielle et pour l’exportation» présentes dans le cahier des
charges. La capacité existante de commercialisation ne permet pas l’entrepôt
de produits frais. De plus disparaît aussi du contrat l’obligation de contrats de
production avec les occupants des périmètres et la promesse de crédit
présente dans le manifeste d’intentions de la Kanes. Pas de garant, pas de
crédit. La clause est donc plus intentionnelle que coercitive.

c) L’organisation du fonctionnement et de la maintenance des périmètres et le


mode de relation entre les parties intervenantes.

offre, en particulier sur les zones concernées par les systèmes d’irrigation ; 3 - Produire des revenus
pour les caisses de l’État. »
296
Le plan indiqué e