Vous êtes sur la page 1sur 183

RÉPUBLIQUE DU CAMEROUN RÉPUBLIQUE OF CAMEROON

***** *****
Paix – Travail – Patrie Peace – Works – Fatherland
***** *****
RÉGION DE L’EST EAST REGION
***** *****
DÉPARTEMENT DU HAUT-NYONG HAUT-NYONG DIVISION
***** *****

PLAN COMMUNAL DE DEVELOPPEMENT


DE NGUELEMENDOUKA

Avec l’accompagnement de PLANET


Financement : PNDP/IDA SURVEY

Juin 2012
VALIDATION DU PCD

Nguélémendouka le…………… Abong-Mbang le ………………

Le Maire Le Délégué Départemental du MINEPAT

Abong-Mbang le……………………………

Le préfet du Haut- Nyong

ii
SOMMAIRE

sommaire .............................................................................................................................. iii


LISTE DES ABREVIATIONS................................................................................................. vi
LISTE DES TABLEAUX ....................................................................................................... vii
LISTE DES CARTES........................................................................................................... viii
LISTE DES PHOTOS .......................................................................................................... viii
LISTE DES ANNEXES ........................................................................................................ viii
RESUME............................................................................................................................... ix
1 INTRODUCTION............................................................................................................ 1
1.1 Contexte et justification......................................................................................................... 2
1.2 Objectifs du PCD .................................................................................................................. 2
1.3 Structure du document.......................................................................................................... 3
2 METHODOLOGIE .......................................................................................................... 4
2.1 Préparation de l’ensemble du processus .............................................................................. 5
2.2 Collecte des informations et traitement ................................................................................. 6
2.3 Consolidation des données du diagnostic ............................................................................. 8
2.4 Atelier de planification, de mobilisation des ressources et de programmation ....................... 9
2.5 Mise en place du mécanisme de suivi évaluation participatif............................................... 10
3 PRESENTATION SOMMAIRE DE LA COMMUNE .......................................................11
3.1 Localisation de la commune................................................................................................ 12
3.2 Milieu biophysique .............................................................................................................. 14
3.2.1 Relief........................................................................................................................ 14
3.2.2 Sols.......................................................................................................................... 14
3.2.3 Climat....................................................................................................................... 14
3.2.4 Hydrographie............................................................................................................ 14
3.2.5 Végétation et Flore................................................................................................... 14
3.2.6 Faune....................................................................................................................... 15
3.2.7 Ressources minières................................................................................................ 16
3.3 Milieu humain ..................................................................................................................... 16
3.3.1 Historique................................................................................................................. 16
3.3.2 Taille de la population .............................................................................................. 17
3.3.3 Groupes ethniques................................................................................................... 20
3.3.4 Religion .................................................................................................................... 20
3.4 Activités économiques ........................................................................................................ 20
3.4.1 Agriculture................................................................................................................ 20
3.4.2 Elevage et pèche ..................................................................................................... 20
3.4.3 Chasse..................................................................................................................... 21
3.4.4 Exploitation forestière............................................................................................... 21
3.4.5 Collecte des produits forestiers non ligneux ............................................................. 21
3.4.6 Artisanat................................................................................................................... 21
3.4.7 Commerce ............................................................................................................... 22
3.4.8 Industrie ................................................................................................................... 22
3.4.9 Services ................................................................................................................... 22
3.5 Principales infrastructures par secteur ................................................................................ 22
3.5.1 Education primaire et enseignement secondaire ...................................................... 22
3.5.2 Santé publique ......................................................................................................... 23

iii
3.5.3 Eau et énergie.......................................................................................................... 24
3.5.4 Travaux publics ........................................................................................................ 25
3.5.5 Commerce ............................................................................................................... 25
3.5.6 Agriculture................................................................................................................ 26
3.5.7 Elevage, pèches et industries animales.................................................................... 26
3.5.8 Forets et Faune........................................................................................................ 26
3.5.9 Administration territoriale, décentralisation et maintien de l’ordre ............................. 26
3.5.10 Affaires sociales ....................................................................................................... 26
3.5.11 Sport et éducation physique ..................................................................................... 26
3.5.12 Recherche scientifique et innovations ...................................................................... 27
3.5.13 Culture ..................................................................................................................... 27
3.5.14 Mines et développement industriel ........................................................................... 27
3.5.15 Poste et télécommunication ..................................................................................... 27
3.5.16 Communication ........................................................................................................ 27
3.6 Synthèse des principales institutions intervenant dans la Commune .................................. 28
3.7 Principales potentialités et ressources de la Commune ; .................................................... 28
4 SYNTHESE DES RESULTATS DU DIAGNOSTIC........................................................30
4.1 Synthèse du DIC................................................................................................................. 31
4.1.1 Forces et faiblesses dans la gestion des ressources humaines ............................... 31
4.1.2 Forces et faiblesses dans la gestion financière ........................................................ 31
4.1.3 Forces et faiblesses dans la gestion du patrimoine communale ............................... 31
4.1.4 Forces et faiblesses dans la gestion des relations.................................................... 32
4.1.5 Opportunités/atouts et menaces/contraintes ............................................................ 32
4.1.6 Axes de renforcement .............................................................................................. 33
4.2 Principaux problèmes et besoins identifiés et consolidés par secteur ................................. 34
5 PLANIFICATION STRATEGIQUE .................................................................................50
5.1 Vision et objectifs du PCD .................................................................................................. 51
5.2 Cadre logique par secteur................................................................................................... 52
5.3 Cout du PCD .................................................................................................................... 102
5.4 Esquisse du Plan d’utilisation et de gestion des terres de l’espace communal.................. 103
6 PROGRAMMATION....................................................................................................107
6.1 Cadre de Dépenses à Moyen Terme (CDMT) des projets prioritaires ............................... 108
6.2 Cadre sommaire de gestion environnementale du CDMT ................................................. 115
6.2.1 Principaux impacts socio-environnementaux potentiels, mesures d’atténuation et
d’optimisation ....................................................................................................................... 115
6.2.2 Plan sommaire de gestion de l’environnement ....................................................... 122
6.3 Plan d’investissement annuel (PIA)................................................................................... 124
6.3.1 Ressources mobilisables et échéances.................................................................. 124
6.3.2 Programmation annuelle des projets prioritaires..................................................... 126
6.4 Plan de Passation des marchés du PIA ............................................................................ 130
7 MECANISME DE SUIVI-EVALUATION.......................................................................132
7.1 Composition et attributions du comité de suivi-évaluation du PCD.................................... 133
7.1.1 Composition du Comité de Suivi du PCD ............................................................... 133
7.1.2 Attributions du comité de suivi-évaluation............................................................... 134
7.2 Indicateurs de suivi et d’évaluation du PIA........................................................................ 135
7.2.1 Suivi du PIA ........................................................................................................... 135
7.2.2 Evaluation du PIA................................................................................................... 136

iv
7.3 Dispositif, outils et fréquence du reporting ........................................................................ 136
7.3.1 Dispositif du reporting............................................................................................. 136
7.3.2 Outils et fréquence du reporting ............................................................................. 137
7.3.3 Mécanisme de préparation du PIA et de révision du PCD ...................................... 137
7.3.4 Coût du mécanisme de suivi/évaluation ................................................................. 137
8 PLAN DE COMMUNICATION SUR LA MISE EN ŒUVRE DU PCD ...........................139
8.1 Objectifs du plan ............................................................................................................... 140
8.2 Etapes d’élaboration et de mise en œuvre du plan ........................................................... 140
8.3 Stratégie ........................................................................................................................... 140
8.4 Cibles de la commune ...................................................................................................... 141
8.5 Dispositif de communication au niveau communal............................................................ 141
8.6 Planification des activités de communication au niveau communal................................... 143
8.6.1 Communication interne au sein de la commune en tant qu’institution..................... 143
8.6.2 La communication institutionnelle........................................................................... 143
8.6.3 La communication de masse................................................................................. 146
8.6.4 Actions de plaidoyer ............................................................................................... 148
8.7 Coûts du plan de communication ...................................................................................... 148
CONCLUSION ...................................................................................................................149
BIBLIOGRAPHIE................................................................................................................151
ANNEXES ..........................................................................................................................152

v
LISTE DES ABREVIATIONS
BP : Budget Prévisionnel MINEE : Ministère de l’Eau et de l’Energie
Ministère de l’Elevage, des Pêches et des
BIP : Budget d’Investissement Public MINEPIA :
Industries Animales
Ministère de l’Economie, Planification et
C.A. : Compte Administratif MINEPAT :
de l’aménagement du territoire
CAF : Centre d’Alphabétisation Fonctionnel MINFI : Ministère des Finances
CAC : Centimes Additionnels Communaux MINFOF : Ministère des Forets et de la Faune
Cadre des Dépenses à Moyen
CDMT : OAL : Organisme d’Appui Local
Termes
CES : Collège d’Enseignement Secondaire ONG : Organisation Non Gouvernementale
Collège d’Enseignement Technique
CETIC : PCD : Plan Communal de Développement
Industrielle et Commerciale
CSI : Centre de Santé Intégré PFL : Produits Forestiers Ligneux
Communes et Villes Unies du
CVUC : PFNL : Produits Forestiers Non Ligneux
Cameroun
Diagnostic de l’Espace Urbain
DEUC : PIA : Plan d’Investissement Annuel
Communal
DIC : Diagnostic Institutionnel Communal PME : Petites et Moyennes Entreprise
Programme National de Développement
DPNV : Diagnostic Participatif Niveau Village PNDP :
Participatif
Document Stratégique pour la Planet Survey – Environnement et
DSCE PSEDD :
Croissance et l’Emploi Développement Durable
Ecole Normale des Instituteurs de
ENIEG : RFA : Redevance Forestière Annuelle
l’Enseignement Général
Fonds spécial d'Equipement et Section Artisanale Rurale/Section
FEICOM : SAR/SM :
d'Intervention intercommunale Ménagère
Forces, Faiblesses, Opportunités et
FFOM : SDE : Services Déconcentrés de l’Etat
Menaces
GIC : Groupe d’Initiative Commune SG : Secrétaire Général
International Development Technologies de l’Information et de la
IDA : TIC :
Association Communication
Institut de Recherche Agronomique et
IRAD : UFA : Unité Forestière d’Aménagement
de Développement
Méthode Accélérée de Recherche
MARP :
Participative

vi
LISTE DES TABLEAUX
Tableau 1 : Quelques essences forestières de Nguélémendouka ................................................. 15
Tableau 2 : Quelques espèces de la faune sauvage ..................................................................... 15
Tableau 3 : Principales espèces halieutiques ................................................................................ 16
Tableau 4 : structure de la population............................................................................................ 17
Tableau 5 : Liste des espèces fauniques....................................................................................... 21
Tableau 6 : Infrastructures d’élevage............................................................................................. 26
Tableau 7 : infrastructures culturelles et de loisir dans l’espace urbain.......................................... 27
Tableau 8 : infrastructures de communication ............................................................................... 28
Tableau 9 : Principales institutions intervenant dans la Commune ................................................ 28
Tableau 10 : Forces et faiblesses dans la gestion des ressources humaines ................................ 31
Tableau 11 : Forces et faiblesses dans la gestion financière ......................................................... 31
Tableau 12 : Forces et faiblesses dans la gestion du patrimoine communale................................ 32
Tableau 13 : Forces et faiblesses dans la gestion des relations .................................................... 32
Tableau 14 : Opportunités/atouts et menaces/contraintes de la commune .................................... 32
Tableau 15 : Axes de renforcement des capacités de la Commune de Nguélémendouka............. 33
Tableau 16 : DIFFERENTS CADRES LOGIQUES PAR SECTEUR .............................................. 52
Tableau 17: cout estimatif du PCD .............................................................................................. 102
Tableau 18 : Matrice diagnostic des ressources naturelles.......................................................... 103
Tableau 19 : Cadre de Dépense à Moyen Terme (CDMT) des Projets Prioritaires ...................... 108
Tableau 20 : Principaux Impacts Socio-environnementaux Potentiels, mesures d’atténuations et
d’optimisation .............................................................................................................................. 115
Tableau 21 : Plan Sommaire de Gestion de l’Environnement ...................................................... 122
Tableau 22 : Ressources mobilisables et échéances .................................................................. 124
Tableau 23 : Programmation annuelle des projets prioritaires ..................................................... 126
Tableau 24 : Plan de Passation des Marchés.............................................................................. 130
Tableau 25 : Composition du comité de suivi-évaluation du PCD................................................ 133
Tableau 26 : Exemple de tableau de suivi ................................................................................... 135
Tableau 27 Exemple de tableau de suivi des réunions ............................................................... 135
Tableau 28 : Exemple de tableau de bilan annuel (grille d’évaluation)......................................... 136
Tableau 29 : Outils et fréquence du reporting .............................................................................. 137
Tableau 30 : plan de communication interne ............................................................................... 143
Tableau 31 : plan de communication avec les autorités et les sectoriels ..................................... 143
Tableau 32 : Plan de communication avec les bénéficiaires........................................................ 144
Tableau 33 : Plan de communication avec la société civile et le secteur privé............................. 145
Tableau 34 : Plan de communication avec les partenaires techniques et financiers .................... 145
Tableau 35 : Plan de communication avec les élites extérieures et la diaspora ........................... 146
Tableau 36 : Plan de communication de masse .......................................................................... 146
Tableau 37 : Plan d’action de plaidoyer ....................................................................................... 148
Tableau 38 : Coût du plan de communication.............................................................................. 148

vii
LISTE DES CARTES
Carte 1: Carte localisation de la Commune par rapport au chef-lieu de département et au
Cameroun ..................................................................................................................................... 13
Carte 2 : Répartition spatiale des populations ............................................................................... 19
Carte 3 : Répartition spatiale des établissements scolaires ........................................................... 23
Carte 4 : Répartition spatiale des centres de santé ....................................................................... 24
Carte 5 : Répartition spatiale des points d’eau .............................................................................. 25
Carte 6 : Plan d’utilisation et de gestion des terres ...................................................................... 106

LISTE DES PHOTOS


Photo 1 : Séance d’élaboration des cartes............................................................................ 7

Photo 2 : Séance de travail dans un village .......................................................................... 8

Photo 3 : atelier de Planification ........................................................................................... 9

LISTE DES ANNEXES


Annexe 1 : Fiches des projets du PIA................................................................................152

Annexe 2: Rapport de Diagnostic consolidé……………………………………………………175

viii
RESUME
Dans le cadre de la convention signée entre le PNDP et la commune de Nguélémendouka, Planet
Survey c’est vu attribuer la responsabilité d’accompagner les bénéficiaires dans l’élaboration et la
mise en œuvre de son plan communal de développement. A cet effet, une équipe de Planet Survey
aux compétences pluridisciplinaires a séjourné dans ladite commune durant la période allant de
juillet 2011 à février 2012. L’objectif étant d’appuyer cette commune dans la définition des
orientations du développement communal devant servir de référence à toutes les activités à mener
dans le future.
La méthodologie utilisée a consisté en une succession de consultations publiques comprenant :
des travaux de groupes, les séances plénières, les entretiens semi-structurés, la visualisation,
l’étude des documents, les sondages d’opinion et l’observation participante. Durant toute
l’intervention, l’accent a été mis sur la participation de toutes les parties prenantes dans toutes les
phases du processus. Les résultats obtenus présentes une grande variabilité.
Ainsi donc, Le diagnostic participatif révèle entre autres une pauvreté de la commune en termes
d’infrastructures sociales et économiques, un faible développement de l’économie locale, un faible
développement organisationnel et institutionnel au sien de la mairie, et une relative aisance de
l’arrondissement en termes de ressources naturelles. Près de 90% de la population active de la
commune appartient au secteur primaire. La commune connaît de nombreux problèmes dont
certains sont : difficultés d’accès à l’eau potable, à l’énergie électrique, à l’’éducation de base de
qualité ; difficultés d’accès aux soins de santé et l’information, faible production agricoles, pastorale
et de développement économique ; enclavement de la localité ; déforestation ; etc.
L’analyse des problèmes a permis d’identifier les causes pertinentes et les axes stratégiques sur
lesquels la commune veut et peut agir pendant les 6 prochaines années. Les activités de
planification qui ont suivi ont permis à la commune de retenir les projets à mener les trois
premières années (2012, 2013 et 2014). En ce qui concerne la première année pour laquelle les
fonds sont disponibles, la commune a retenu comme projets : la construction des points d’eau, la
construction d’un marché et une gare routière, la mise sur pied de deux pépinières agroforestières,
l’extension du réseau SCANWATER au centre-ville, la réhabilitation du foyer municipal,
l’équipement de l’hôtel de ville, l’acquisition d’un véhicule de liaison pour la mairie et l’extension
du réseau électrique .
Ainsi, le plan d’investissement annuel de 2012 s’élève à 862 390 406 FCFA, tandis que le coût
des activités sur les trois années (2012-2014) s’élève à 3 146 200 000 FCFA. Tout projet ayant un
impact, les effets environnementaux ont été relevés, tout comme les mesures d’atténuation. Le
coût global du PCD est de 21 588 920 906 FCFA pour un total investissement de 15 956 285 000
FCFA et pour un total fonctionnement de 1 690 685 500 FCFA.
Le PCD présente par ailleurs un plan de communication afin d’informer et sensibiliser les différents
acteurs au niveau communal et de les impliquer dans les actions de développement mises en œuvre
au sein de la commune.

ix
1 INTRODUCTION

1
1.1 Contexte et justification
La mise en œuvre de la stratégie pour la croissance et l’emploi et de la décentralisation interpellent
fortement les communes camerounaises désormais chargées d’assurer la promotion du
développement socio-économique à l’échelle locale. Ainsi, le Gouvernement du Cameroun avec
l’aide de la Communauté des bailleurs de Fonds multilatéraux et bilatéraux a mis en place un
important programme décentralisé participatif dénommé Programme National de Développement
Participatif (PNDP). Ce programme consiste à donner aux Communes et aux Communautés
locales, les moyens d’une participation effective au processus de développement. A l’issue des
négociations avec la Banque Mondiale, un accord de crédit IDA N° 3876 CM est signé le 08 juillet
2004 entre la République du Cameroun et l’Association de Développement International (IDA).
Le PNDP a pour objectif général de contribuer à améliorer durablement les conditions de vie des
populations en milieu rural. Ce programme est mis en œuvre à travers quatre composantes à
savoir :
- Appui financier au Développement des Communautés rurales ;
- Appui aux Communes dans le processus progressif de décentralisation ;
- Renforcement des capacités des acteurs ;
- Coordination, gestion, suivi-évaluation et communication.
Les collectivités territoriales décentralisées sont au centre des actions du PNDP, avec une forte
participation des communautés à la base, des sociétés civiles et des Administrations Publiques. La
stratégie du programme repose sur le « Plan Communal de Développement » (PCD). Le PCD est
élaboré de façon participative. Le processus de planification participative est appelé à induire des
changements dans le mode de gestion du développement au sein des structures comme la
commune et aussi promouvoir de nouveaux rapports entre différents partenaires du
développement au niveau local.
Dans le cadre de ses activités de terrain le PNDP a lancé un appel à manifestation d’intérêt pour la
sélection d’un nombre d’Organismes d’Appui local (OAL) devant accompagner les communes
bénéficiaires dans l’élaboration du PCD ainsi que la mise en œuvre de ses projets. A l’issue de cet
appel à manifestation d’intérêt, Planet Survey s’est vu attribuer la responsabilité de conduire et
d’accompagner la commune de Nguélémendouka dans ce processus.
La réalisation de la mission de terrain a nécessité la conduite d’un Diagnostic Institutionnel
Communal (DIC), suivi du Diagnostic de l’Espace Urbain Communal (DEUC) et enfin le Diagnostic
Participatif Niveau Village (DPNV). Il s’agissait d’amener les parties prenantes de la Commune à
réfléchir profondément sur leurs problèmes de Développement et à Planifier des activités
principales dans un document principal dénommé PCD.
Le présent document matérialise la vision de développement de la Commune pour une période de
six ans et les priorités d’investissements de la commune notamment en termes de microprojets.

1.2 Objectifs du PCD


Le Plan Communal de Développement vise à :
- Définir les orientations du développement Communal devant servir de référence à toutes les
actions à mener dans cette Commune ;
- Matérialiser la vision du développement de la commune en tenant compte de ses
potentialités et contraintes.

2
Le PCD est un Instrument de prévision et de partenariat agissant, appelé à induire des
changements dans le mode de gestion du développement au sein de la Commune et en même
temps promouvoir de nouveaux rapports entre les différents partenaires du développement au
niveau local.

1.3 Structure du document


Le présent rapport comporte quatre (04) parties principales, à savoir :
- une introduction;
- une description de la méthodologie utilisée pour la réalisation du PCD ;
- une présentation sommaire de la commune ;
- une synthèse des résultats du diagnostic de la commune ;
- une planification stratégique ;
- une programmation ;
- un mécanisme de suivi-évaluation ;
- un plan de communication sur la mise en œuvre su PCD ;
- et une conclusion.

3
2 METHODOLOGIE

4
Conformément à la méthodologie proposée par le Programme National de Développement
Participatif (PNDP), une approche participative a été utilisée pour l’accompagnement de la
commune de Nguélémendouka dans la réalisation de son Plan Communal de Développement.
Cette méthode permet aux différentes parties prenantes du processus de s’approprier la démarche,
les outils et les résultats obtenus. La démarche utilisée pour l’accompagnement a suivi (05)
étapes : la préparation de l’ensemble du processus ; la collecte des informations et traitement ; la
consolidation des données du diagnostic ; Atelier de planification, de mobilisation des ressources et
de programmation ; et Mise en place du mécanisme de suivi évaluation participatif.

2.1 Préparation de l’ensemble du processus


La préparation du processus s’est faite en plusieurs étapes, à savoir :
 La prise de contact avec l’exécutif municipal
A cet effet, une réunion de prise de contact a été organisée le 07 juillet 2011 dans les locaux de la
mairie de Nguélémendouka. La rencontre était axée essentiellement sur les points suivants :
- La présentation de l’équipe complète d’intervention de Planet Survey et vérification de la
conformité du personnel proposé avec les CV présentés dans l’offre de service ;
- L’examen du cahier des charges de la mission ;
- L’harmonisation de la compréhension de l’approche méthodologique ;
- La proposition d’une date pour l’atelier de lancement
- Et la sensibilisation de l’Exécutif municipal en vue de la mise en place du comité de pilotage
du processus.
 L’information et la sensibilisation des autorités administratives locales
Il s’agissait pour cette étape d’introduire l’équipe de Planet Survey au Sous-Préfet de
l’arrondissement de Nguélémendouka afin de faire un compte rendu verbal de la réunion de prise
de contact et de Négocier la date de l’atelier de lancement. Par la suite, des correspondances et de
communiqués radio ont été préparées afin d’informer les différentes parties de l’importance du
processus, de sa durée, de leur implication et les invitants à l’atelier de lancement. Enfin, L’atelier
de lancement du processus s’est tenu le 25 Juillet 2011 au foyer municipal de la commune de
Nguélémendouka.
 La préparation à l’interne de Planet Survey
Cette étape a consisté en l’organisation des équipes de facilitateurs et enquêteurs, à la répartition
des tâches et à l’élaboration du chronogramme de la suite des activités.
 L’information et la sensibilisation des autres parties prenantes
- Présentation du chronogramme de travail à la mairie ;
- Préparation des correspondances informant les différentes parties sur le chronogramme ;
- Signature desdites correspondances par le Sous-préfet et distribution aux Chefs de
villages ;
- Distribution des correspondances sur le terrain et discussion sur les objectifs de la mission
avec les parties prenantes (7 jours avant pour le DEUC et le DPNV).

5
 La collecte des données de base y compris cartographiques
- Identification des sources de données, y compris les corps de métiers ;
- Programmation de la collecte auprès de sources identifiées ;
- Mise à disposition des supports de collecte aux responsables des sources identifiées, y
compris la matrice diagnostic des ressources naturelles.

2.2 Collecte des informations et traitement


Cette étape a été marquée par l’organisation et l’animation des ateliers de diagnostic participatif au
niveau de la mairie, des villages et de l’espace urbain communal. Au niveau rural, toutes les
populations de chaque village étaient concernées par les réunions. En ville par contre, en plus des
ateliers organisés par quartier avec les populations, les corps de métiers (pour le diagnostic urbain)
et les responsables communaux (pour la réalisation du Diagnostic Institutionnel Communal)
constituaient des cibles de la mission. Ainsi, la collecte et le traitement des informations se sont
faits en trois (03) principales phases :
 Diagnostic Institutionnel Communal (DIC)
Cette phase s’est déroulée du 26 au 29 Juillet 2011 au sein de la mairie. Il avait pour objectif
d’analyser de manière participative la situation structurelle et organisationnelle de la Commune en
tant qu'institution. Cette analyse a permis d’évaluer la capacité de la Commune à remplir ses
missions et à assurer la maîtrise du développement communal en passant par l’identification des
principaux axes de renforcement nécessaires à l’amélioration de l’efficacité et de la qualité des
services fournis;
Les principales étapes étaient :
 Collecte des données du DIC:
Elle a été conduite par des Interviews, des travaux de groupe et une étude documentaire en
s’attardant sur les points suivants :
Données sur les ressources humaines ;
Données socioéconomiques ;
Données sur les ressources financières ;
Données sur le patrimoine communal ;
Données sur la gestion des relations.
Des guides d’entretiens et des fiches techniques de collecte de données ont permis de recueillir
toutes ces données.
 Analyse des données collectées :
Cette étape s’est a été conduite par les consultants de Planet Survey. Il consistait à :
Identifier des forces et faiblesses de la commune ;
Analyser les données sur la gestion des relations ;
Identifier les principaux axes et activités de renforcement de la commune.
 Présentation et validation du DIC :
Une réunion de restitution a été organisée. Les points suivants ont été débattus :

6
Restitution du diagnostic à l’équipe communale ;
Echanges et validation des résultats du DIC.
 Diagnostic participatif au niveau des villages (DPNV)
Il s’est effectué du 18 janvier au 18 février dans 47 villages par 7 équipes constituées de 4
personnes chacune. Après la restitution de la formation reçue à Mandjou, chaque équipe effectuait
3 jours par village pour le diagnostic. Le diagnostic dans un village suivait les étapes suivantes :
 Préparation la veille :
Cette préparation était déterminée par :
La présentation des objectifs de la planification
villageoise ;
La proposition et adoption des horaires de travail
;
L’identification des groupes sociaux de la
communauté ;
L’identification des facilitateurs endogènes ;
Les Arrangements logistiques ;
La collecte des données de base à l’aide des
fiches de collecte par les enquêteurs de appuyés Photo 1 : Séance d’élaboration des
par les facilitateurs endogènes. cartes

 La constitution du carnet du village :


Cette phase constituait en l’élaboration de :
- profil historique qui permet de recenser dans l’ordre chronologique, les évènements qui ont
eu un impact positif ou négatifs sur la vie du village;
- carte du village qui permet d’avoir une connaissance globale du village sur le plan des
ressources naturelles et des infrastructures;
- diagramme de VENN qui a pour but d’identifier les institutions villageoises et les institutions
intervenant dans le village, d’apprécier les relations entre ces différentes institutions et
d’apprécier l’importance de ces institutions pour le développement du village.
- carte de mobilité qui a pour objectif d’identifier les modes de mobilité spatiale et le motif de
déplacements pour différents membres ou groupes de la communauté ;
- carte de vulnérabilité au VIH/SIDA/IST afin d’encourager les discussions entre des individus
et groupes de personnes sur les relations sexuelles, le risque et le rôle que pourrait jouer la
communauté pour la lutte contre le VIH/SIDA/IST;
- transect dont l’objectif est de compléter et vérifier sur place les informations obtenues grâce
aux cartes du terroir et aux ISS, de découvrir la diversité du terroir villageois et analyser les
infrastructures existantes et d’identifier les tendances et les problèmes de chaque zone du
terroir villageois et les solutions possibles pour une meilleure utilisation ;
 Identification des forces (potentialités) et faiblesses (problèmes/contraintes) du village :
Il s’agissait de :
La restitution du transect en séance;

7
La formulation des problèmes/potentialités par
secteur en groupes socioprofessionnels;
La priorisation des problèmes par secteur ;
Une mise en commun des problèmes en
séance et une introduction sur l’Analyse des
problèmes.
 Analyse des problèmes du village et recherche
des solutions :
Cette phase consistait en ;
L’analyse des problèmes et potentialités par
secteur à l’aide des arbres à problèmes ; Photo 2 : Séance de travail dans un
village
La recherche des solutions à l’aide des
tableaux des solutions ;
L’élaboration du tableau de planification des solutions endogènes ;
L’identification des besoins en ressources (humaines, financières et matérielles) ;
La restitution ;
L’identification et/ou mise en place de la structure villageoise de coordination.
 Diagnostic participatif de l’espace urbain communal (DEUC)
Ce diagnostic s’est effectué dans 3 quartiers et 3 villages de l’espace urbain. Il a été réalisé par
deux équipes de 4 planificateurs chacune. La démarche dans les quartiers était constituée des
étapes suivantes :
 La constitution du carnet de l’espace urbain par l’élaboration du profil historique, de la
carte du village, du diagramme de VENN, de la carte de mobilité, de la carte de
vulnérabilité et du transect,
 Identification des forces (potentialités) et faiblesses (problèmes/contraintes) de l’espace
urbain en utilisant l’ISS dans les 28 secteurs;
 Analyse des problèmes de l’espace urbain et recherche des solutions en utilisant l’ISS,
des tableaux d’analyses, des arbres à problèmes, des tableaux d’identification des
solutions et de planification des solutions.
Par ailleurs, les différentes équipes ont effectuées des enquêtes (interviews et focus group) auprès
des groupes vulnérables, des représentants des corps de métiers (commerçant, Artisans, etc.) et
autres acteurs de la ville communale.
Le DIC et le DEUC ont été restitués au cours d’un atelier de restitution organisé par la commune le
21 Septembre 2011.

2.3 Consolidation des données du diagnostic


La consolidation des données s’est achevée avec la production d’un rapport de diagnostic
consolidé. Cette consolidation s’est faite à l’aide des outils proposés par le PNDP en trois
séquences :

8
 Mise en commun de toutes les données collectées au cours des diagnostics niveau villages, de
l’espace urbain et de l’institution communale :

- Synthèse par secteur, des données du diagnostic réalisé dans les villages ;
- Situation de référence par secteur (éducation, santé, agriculture, environnement…) ;
- Consolidation des données par secteur ;
- Formulation des problèmes transversaux par secteur et identification des solutions.
 Organisation d’un atelier de consolidation d’un jour (interne à l’OAL);

- Présentation des données consolidées ;


- Echanges, jeu de question réponses ;
- Prise en compte des amendements ;
- Validation des données consolidées (Comité de pilotage).
 Restitution des diagnostics consolidés.

Un atelier de restitution de tous les diagnostics consolidés a été organisé au sein de la commune
le 9 Mars 2012. Ont pris part à cet atelier : le personnel communal, les sectoriels locaux, les
Présidents des comités de concertation et le PNDP. Les Tableaux suivants ont été restitués,
amendés et corrigés :
- Les tableaux de consolidation des données ;
- Les tableaux d’analyses des problèmes et besoins par secteur.

2.4 Atelier de planification, de mobilisation des ressources et de programmation


L’atelier de planification s’est tenu du 10 au 12 Mai 2012.
Pendant cet atelier, il a été question de:
- Valider et amender les différents cadres
logiques ;
- Présenter les ressources mobilisables par le
Maire ;
- Elaborer le Plan d’Investissement Annuel (PIA);
- Identifier les microprojets qui seront financés par
l’allocation PNDP.
- Elaborer le Cadre des Dépenses Moyen Termes
(CDMT). Photo 3 : Atelier de Planification
Durant cet atelier, les cadres logiques ont été amendés et budgétisés lors des travaux de groupes.
Ces groupes étaient constitués des sectoriels et les Présidents des comités de concertation.
Le secrétaire général de la mairie a par la suite présenté les sources de financement disponibles
et leurs circuits de mobilisation (Recettes propres, BIP, DGD, CAC, Allocation-PNDP, Redevance
diverses, coopération décentralisée, autres sources). Par la suite, le PIA a été élaboré par une
programmation des actions prioritaires dont la mise en œuvre est prévue pour la première année.

9
Au cours de l’élaboration du PIA, il était de la responsabilité des Présidents des comités de
concertation villageoise de choisir les microprojets qui seront financés par l’allocation PNDP. Enfin
a suivi l’élaboration du CDMT par la planification des activités sur une durée de trois ans.

2.5 Mise en place du mécanisme de suivi évaluation participatif


Le suivi-évaluation participatif est assuré par le comité de pilotage mis en place lors de la phase de
préparation de l’ensemble du processus. Ceci est un moyen d’associer les différentes parties
constituantes (l’exécutif municipal, élus locaux, élites, sectoriels, autorités traditionnelles,
représentants des communautés de base) à prendre activement part à la réalisation des projets
élaborés dans le PCD. Le comité mis en place est chargé de :
- S’assurer au jour le jour de la qualité des experts commis par l’OAL;
- S’organiser afin que chaque communauté parcourue par l’OAL bénéficie de la présence
du conseiller municipal en charge du secteur;
- Aider à la mobilisation des différentes parties prenantes lors des différentes étapes du
diagnostic et de la planification.
L’Agent Communal de Développement (ACD) et le Comité Communal de Suivi du PCD (CCDP) en
collaboration avec les autres responsables (SG, Président de la CPM…) devront accompagner
l’exécutif municipal dans la mise en œuvre des actions planifiées dans le PIA. A la fin de l’année
budgétaire, une évaluation participative de la mise en œuvre du PIA devra être faite, et la
commune devra actualiser ses chiffres dans les tableaux de planification stratégiques et élaborer
le nouveau PIA.

10
3 PRESENTATION
SOMMAIRE DE LA
COMMUNE

11
3.1 Localisation de la commune
La commune de Nguélémendouka a été créée le 27 Novembre 1952. Située entre le 4èmeet le
5èmedégré de Latitude Nord par rapport à l’Equateur et entre le13èmeet 14èmedégré de Longitude par
rapport au méridien de Greenwich. Elle couvre 50 villages avec une superficie de 1.068 Km2 50
villages et est délimitée :
- au Nord par la commune de Diang ;
- au Sud par la commune de Nyakokombo (Kobdombo) ;
- à l’Est par la commune de Doumaintang ;
- à l’ouest par la commune de Minta.

12
arte1: Carte localisation de la Commune par rapport au chef-lieu de département et au Cameroun
3.2 Milieu biophysique

3.2.1 Relief
Le relief est celui de la zone forestière équatoriale humide ; l’altitude moyenne est de 700m ; on
note de vastes plateaux marécageux d’où le Nyong prend ses sources. Par ailleurs on retrouve des
zones accidentés et de fortes pentes dans la commune.

3.2.2 Sols
Le sol est ferralitique et très latéritiques dans certaines zones. Les sols sont généralement riches
en humus à cause de la large cuvette du Nyong à la source cela confère au sol de
Nguélémendouka une fertilité record dans la sous-région. Nous rencontrons aussi des sols
hydromorphes formés dans les grandes zones marécageuses de la commune.

3.2.3 Climat
Nguélémendouka est soumise à un climat de type guinéen avec 04 saisons d’inégale répartition qui
sont :
- une grande saison sèche de Décembre à Mars -récolte du café ;
- une petite saison de pluie d’Avril à Mai -semis vivriers ;
- une petite saison sèche de Juin à Juillet –récolte des vivres ;
- une grande saison de pluie d’Août à Novembre –temps mort.
Toutefois, il faut dire que quelque temps, ce schéma ne marche pas à cause des changements
climatiques. Il pleut à contre temps et la sècheresse est rude.

3.2.4 Hydrographie
Le réseau hydrographique de la commune de Nguélémendouka est très dense. En effet, elle est
arrosée par de nombreux cours d’eau marécageuses tel que le Nyong où les habitants exercent
des activités de pêche traditionnelle.

3.2.5 Végétation et Flore

La végétation de l’espace communal consiste en une mosaïque de foret semi-décidue et de


savane arborée. Cette végétation est surtout constituée de galeries forestières. Les principales
essences de la flore sont présentées dans le tableau 1 :

14
Tableau 1 : Quelques essences forestières de Nguélémendouka
Nom scientifique Nom commercial Usage
Triplochiton scleroxylon Ayous Bois coffrage
Milicia excelsa Iroko Bois d’œuvre
Entandrophragma cylindricum Sappeli Œuvre
Entandrophragma utile Sipo Œuvre
Irvingia gabonensis Mangue sauvage PFNL (fruit et culinaire)
Terminalia superba Fraké Bois coffrage
Ricinodendron heudelotii Djansang PFNL (culinaire)
Cola edulis Noisetier PFNL (fruit)
Garcinia cola Bitter cola PFNL (aphrodisiaque)
Baillonella toxisperma Moabi Médicinale / œuvre
Naucléa didirrechi Bilinga Médicinale / œuvre
Enantia chlorantha Moambe jaune Médicinale (écorce)
Pterocarpus soyauxii Padouk Médicinale / œuvre
Guirbourtia tesmannii Bubinga Médicinale / œuvre

3.2.6 Faune
Bien que la faune soit assez diversifiée les espèces deviennent rares à cause des activités
anthropiques qui sont menées dans la forêt. La pêche qui se fait dans les différents cours d’eau de
l’espace communal permet d’observer une gamme assez variée de poissons. Les tableaux 2 et 3
présentent quelques animaux de la faune sauvage et quelques espèces de poissons rencontrés
dans la Commune de Nguélémendouka.
Tableau 2 : Quelques espèces de la faune sauvage
Noms communs Noms scientifiques
Buffle Cyncercus caffer nanus
Panthère Panthera pardus
Nandinie Nadinia binotata
Civette Vivera civetta
Lièvre Cephalophus monticola
Céphalophe à bande dorsale noire Cephalophus dorsalis
Athèrure Atherurus africanus
Céphalophe de Peter Cephalophus gallipygus
Sitatunga Tragelapus spekei
Singe (cercocèbe) Cercocebus Sp
Pangolin Manis tricuspis
Chimpanzé Pan troglodytes
Potamochère Potamocherus porcus
Hérisson (Aulacode) Tryonomis swinderianus
Vipère Bitis gabonica
Rat de Gambi Crycetomis enunii

15
Tableau 3 : Principales espèces halieutiques
Noms communs Noms scientifiques
Clarias gariepinus
Silure Clarias gabonensis
Clarias buthupogon
Chrysichthys nigrodigitatus
Chrysichthys walkeri
Machoiron Chrysichthys thysi
Arius heudoletii
Plotosus lineatus
Gobio gobio
Goujon
Epinephelus fasciatus
Poisson vipère Parachana africanum
Tacheté (famille du machoiron) Arius maculatus

3.2.7 Ressources minières


Le sable constitue la principale ressource minière de la Commune de Nguélémendouka. Les
carrières sont localisées dans les différents marécages de la région. Par ailleurs, on retrouve aussi
de la latérite et des roches exploitables sous forme de gravier. L’organisation de l’exploitation de
ces ressources reste à faire.

3.3 Milieu humain

3.3.1 Historique
Au début du XIXe siècle, NKAL SELEG et son frère EKAA NANG se libèrent des Yebekolo et
progressent vers l’Est où ils rencontrent et repoussent les MAKA Bouanz et Ebessep plus au Sud
et le Nord. NKAL SELEG décède en 1890 en pleine campagne d’assimilation en pays Bamvele
plus au nord. Son fils NKAL MENTSOUGA de mère MENTSOUGA fille d’origine Maka Bouanz de
Bayong sur la route de Doumé, succède à son père et accroît son hégémonie sur les villages
alentours ; il devient très rapidement le « KOUO MINBANG » particulièrement redouté des
Allemands.
Le 03 Décembre 1906, NKAL MENTSOUGA livre une rude bataille contre les Allemands. Il finit par
signer la reddition mais ne s’avoue pas vaincu. En 1910, la dureté des travaux forcés, notamment
lors de la construction de la digue d’Abong Mbang provoque une insurrection des Maka contre les
Allemands. NKAL MENTSOUGA est par la suite arrêté et pendu à DOUME Station le 17 Décembre
1912.
NANGA NGUELLE règne par la suite de 1912 en 1918 pour laisser place au règne de OUNDI
NGUELLE de 1918-1930. OUNDI NGUELLE est destitué en 1930 par les Français l’accusant de
tyrannie. Il est remplacé par DANG NGUELLE qui règne jusqu’en 1947.

16
En 1959 lors de la rédaction de la loi et de l’arrêté de création respectivement de l’arrondissement
et de la commune rurale, le territoire jadis contrôlé par NKAL MENTSOUGA devient
arrondissement et commune rurale de NGUELEMENDOUKA selon l’expression et la transcription
française ; car il faut dire que les allemands écrivaient ‘’GELLE Manduka’’ pour parler de NKAL
MENTSOUGA, leur terrible adversaire.

3.3.2 Taille de la population


Le tableau 4 donne la structure de la population de l’espace urbain par sexe.
Tableau 4 : structure de la population
Population
Village Jeunes (moins de Enfants (moins
Homme Femme Total
16 ans) de 5 ans)
MBEGUE 55 150 44 33 282
NGUÉLÉMENDOUKA III 170 180 150 200 700
MBANG II 150 235 80 35 500
MBANG I 130 177 98 60 465
KAK III 82 102 26 15 225
OUEYA II 126 148 80 62 416
LOULOU 79 70 53 126 328
KOUMBOU 79 93 86 54 312
ADEMEGOLA 90 110 140 80 420
IMBET 92 105 228 101 526
DJAMBLE 80 91 90 60 321
BOELA 79 89 94 58 320
ZEMBE II 148 199 90 65 502
MIAMBO 180 352 125 78 735
LAMBA 176 183 92 107 558
AKILBENZA 136 122 40 89 387
MVANDA I 84 90 49 72 295
AKOSSA 93 123 87 76 379
ZEMBE III 100 120 34 200 454
NAMEDJAP 245 159 90 126 620
BAMELAP 80 60 23 40 203
ANKOAUNDE 42 60 21 35 158
KOUAMBANG II 65 55 56 45 221
NKOLBANA II 48 46 53 87 234
MPARAGNANG 242 267 187 153 849
KOUMBAMBANG 50 70 70 30 220
KOSMADJI II 45 40 50 40 175
OUEYA I 47 65 60 40 212

17
Population
Village Jeunes (moins de Enfants (moins
Homme Femme Total
16 ans) de 5 ans)
BILA 75 89 90 85 339
EKPWASSONG II 156 145 89 69 459
NGOMGNANG 78 97 60 61 296
BADOUMA II 144 78 64 68 354
SAMBA 76 86 66 51 279
KOUAMBANG III 51 50 75 45 221
MESSAGUE 30 25 25 44 130
EZAMBE I 127 106 79 48 360
EZAMBE II 53 40 40 48 181
MEBI 54 53 70 41 350
KAP 64 53 22 25 164
ZEMBE I 77 108 175 105 495
NKOLBANA I 75 87 68 50 280
AMINEMEKOUND 208 312 61 94 675
EBAH 108 104 169 70 456
NGOUONG 40 30 40 65 175
EKPWASSONG I 160 200 110 218 689
KOSMADJI I 117 109 76 398 340
EFOULAN 90 120 150 96 390
MVANDA II 379 419 320 144 798
AZOMEKOUT 489 548 101 187 1 037
BIKA 557 698 322 210 1 255
NGUELEMENDOUKA 11059
TOTAL 31 799
La carte 2 représente la répartition spatiale des populations dans la commune

18
Carte 2 : Répartition spatiale des populations
3.3.3 Groupes ethniques
La commune de Nguélémendouka comporte 50 villages (50 chefferies de 3èmedegré) regroupé en
02 groupements (2 chefferies de 1èmedégré) correspondant aux 02 grands groupes ethniques :
Omvang et Maka. Ces groupes sont repartis en Maka Ebessep, Omvang Sekonda et Omvang
Ngomeya (3 chefferies de 3èmedégré).
En réalité, on peut dire que la commune de Nguélémendouka est peuplé de populations
homogènes car, depuis le mariage de NKAL SELEG, digne chef incontesté des Omvang, avec
MENTSOUGA digne fille Maka Bouanz, nul ne peut prétendre que NKAL MENTSOUGA appartient
à l’un ou l’autre des deux groupes. A partir de là tous ceux qui descendent ou se réclament de lui
sont soit d’origine ou descendant Maka ou Omvang.
A ces ethnies il faut ajouter de nombreuse autre communauté originaire des différentes régions du
Cameroun (Bamiléké; Bamoum ; Haoussa ; etc ;). Toutes ces ethnie entretiennent des relations
fraternelles et collaborent pacifiquement.

3.3.4 Religion
La religion dominante est le christianisme. Ce courant religieux est représenté par :
- l’Eglise Presbytérienne Camerounaise (EPC) ;
- l’Eglise Presbytérienne Camerounaise Orthodoxe (EPCO) ;
- l’l’Eglise en Adventiste ;
- l’Eglise Evangélique du Cameroun (EEC) ;
- l’Eglise Catholique.
En plus du christianisme, l’islam est également pratiqué dans la commune mais uniquement par les
halogènes.

3.4 Activités économiques

3.4.1 Agriculture
L’agriculture est la première activité pratiquée dans la commune. Il s’agit d’une agriculture
traditionnelle caractérisée par le travail manuel, la faible application des techniques de luttes
phytosanitaire et des rendements relativement faibles. Plusieurs cultures sont pratiquées dans
cette région. Les cultures de rente pratiquées sont le café et le cacao. Pour ce qui est des cultures
vivrières, le bananier et le plantain et le manioc sont les principales, même-si le palmier à huile
gagne de plus en plus le terrain.

3.4.2 Elevage et pèche


L’élevage traditionnel avec comme technique prépondérante la divagation est celle la plus
pratiquée dans la région. Les principaux animaux élevés sont : les chèvres, les moutons, les porcs
et les poules. Cependant le manque de soins apportés aux animaux dans ce système d’élevage
extensif est l’une des causes de la faible rentabilité.
La pêche quant à elle est pratiquée dans les différents cours d’eaux de la commune à l’aide des
techniques artisanales (ligne, nasse, filet, barrage)

20
La pisciculture en ce qui la concerne est très peu développée car il ya peu d’étangs. La majorité
des étangs ne sont pas aménagés.

3.4.3 Chasse
La chasse est pratiquée dans les forêts qui couvrent la commune. Il s’agit d’une activité secondaire
dont la production est destinée à l’autoconsommation soit à la vente. Les techniques utilisées à cet
effet sont essentiellement traditionnelles. Les animaux couramment chassés sont inscrits dans le
tableau 5 suivant :
Tableau 5 : Liste des espèces fauniques

Noms communs Noms scientifiques

Pangolin Manis tricuspis


Potamochère Potamocherus porcus
Céphalophe à bande dorsale noire Cephalophus dorsalis
Civette Vivera civetta
Lièvre Cephalophus monticola
Singe (cercocèbe) Cercocebus Sp
Porc-épic Athèrure Atherurus africanus
Céphalophe de Peter Cephalophus gallipygus
Hérisson (Aulacode) Tryonomis swinderianus
Rat de Gambi Crycetomis enunii
Vipère Bitis gabonica
Chimpanzé Pan troglodytes

3.4.4 Exploitation forestière


La Commune de Nguélémendouka compte deux ventes de coupe. Les deux ventes de coupe font
l’objet d’une exploitation industrielle de bois. A côté de cette exploitation contrôlée, on assiste à une
exploitation anarchique et illégale du bois d’œuvre. Les populations exploitent le bois dans
l’exercice de leur droit d’usage pour leurs constructions.

3.4.5 Collecte des produits forestiers non ligneux


Ces produits font l’objet d’une exploitation traditionnelle et non durable au regard des techniques
de collecte utilisés. De même, les populations accordent peu d’importance à ces produits comme
ressources pouvant générer des revenus.
Les produits forestiers non ligneux sont : les chenilles les escargots le miel les produits médicinaux,
le djansang le rotin…

3.4.6 Artisanat
Malgré d’énormes potentialités locales l’artisanat de production est peu développé. Cette activité
concerne la vannerie, la confection des balafons, pirogues et tam-tams, la couture, la menuiserie,

21
la boulangerie artisanale,... Elle intègre également la transformation de certains produits agricoles
comme : les bâtons de manioc, l’huile de palme.
L’artisanat de service par contre est développé dans la ville de Nguélémendouka. Il concerne les
call-box, coiffeurs, moto-taxi, poissonnerie, restaurants, boucherie, réparateur, vidéoclub, etc.
L’artisanat d’art est quasi absent dans la commune (maroquinerie, ébéniste, sérigraphie, teinture,
décoration…).

3.4.7 Commerce
Le commerce est peu développé à cause de l’enclavement de la région et du mauvais état des
routes. Néanmoins on retrouve les produits agroalimentaires, brassicoles, le textile, la quincaillerie
des intrants agricoles…

3.4.8 Industrie
Hormis les transformations traditionnelles des bâtons de manioc et d’huile de palme, le tissu
industriel est relativement faible.

3.4.9 Services
Les services présents dans cette localité sont :
 Express Union ;
 MC2 ;
 Deux (2) agences de voyage (gloire à Dieu et Alliance voyage) ;
 Trois (3) auberges ;
 Un (1) établissement de bureautique ;
 Une (1) scierie transformant le métal et le bois ;
 Une antenne de l’IRAD.

3.5 Principales infrastructures par secteur

3.5.1 Education primaire et enseignement secondaire


L’éducation de base comporte une inspection d’arrondissement constituée d’un bâtiment en bon
état. En plus de ces services, on note la présence de :
- 35 écoles primaires de 100 salles de classe.
- 06 écoles maternelles de 05 salles de classe;
- 05 établissements secondaires pour un total de 38 salles de classe.
La carte 3 présente la répartition spatiale des établissements du primaire et du secondaire.

22
Carte 3 : Répartition spatiale des établissements scolaires

3.5.2 Santé publique


Les infrastructures sanitaires sont représentées par :
- 03 Centres de Santé Intégré (Bika, Azomkout et Mvanda II) ;
- 01 Centre médical d’arrondissement ;
- 01 Cabinet Médical privé ;
- 01 hôpital catholique.
En matière de personnel sanitaire le système dispose de :
o 01 médecin,
o 03 Infirmiers Diplômés d’Etat (IDE),
o 04 Infirmiers Brevetés (IB),
o 14 Aides-soignants
o 03 commis ;
La commune compte 07 bâtiments en matière d’infrastructures sanitaires,
En matière d’équipement les services sanitaires disposent de :
o 02 laboratoires,
o 39 lits,

23
o 04 pharmacies,
o 04maternité.
Combinés à des infrastructures et équipements vétustes, ces chiffres montrent qu’il de nombreux
déficits à combler afin de rendre le système sanitaire de la Commune de Nguélémendouka
performant.
La carte 4 présente la répartition des centres de santé dans la commune de Nguélémendouka.

Carte 4 : Répartition spatiale des centres de santé

3.5.3 Eau et énergie


 Energie
En plus du centre urbain de la Commune de Nguélémendouka, Bika bénéficie d’un réseau
électrique et Azomkout bénéficie d’une électrification décentralisée.
 Eau
La commune de Nguélémendouka dispose de :
- 22 forages ;
- 32 puits ;
- Et 03 adductions d’eau.
La carte 5 représente la répartition spatiale des points d’eau.

24
Carte 5 : Répartition spatiale des points d’eau

3.5.4 Travaux publics


Dans la Commune de Nguélémendouka, le ministère des travaux publics dispose d’une délégation
départementale constituée de 03 bâtiments vétustes et quasi-abandonnés. Les infrastructures
associées à ce département ministériel sont constituées de routes dont le diagnostic est présenté
dans le tableau ci-dessous.
La commune de Nguélémendouka dispose d’un réseau dense de route en terre aménagée qui
rend très difficiles les déplacements des personnes et des biens, surtout en saison des pluies.
Néanmoins, 70% du réseau routier a subi un entretien en 2012.

3.5.5 Commerce
Le commerce est peu développé à cause de l’enclavement de la région et du mauvais état des
routes. Néanmoins on retrouve des produits agroalimentaires et brassicoles, du textile, des
quincailleries, des intrants agricoles…
En termes d’infrastructures commerciales, on note la présence d’un marché à Nguélémendouka
qui dispose de :
- 32 comptoirs ;
- 67 boutiques ;

25
- Et 02 hangars.

3.5.6 Agriculture
Dans l’espace communal, l’activité agricole est encadrée par ;
- Une délégation d’arrondissement comportant 01 bâtiment délabré ;
- 01 poste agricole à Ekwassong I disposant d’un bâtiment vétuste ;
- 01 CEAC abrité au sein de la délégation d’arrondissement de l’agriculture ;

3.5.7 Elevage, pèches et industries animales


Ce département ministériel est représenté par une délégation d’arrondissement constituée d’un
bâtiment en bon état. Le tableau 6 présente les différentes infrastructures d’élevage dans la
commune.
Tableau 6 : Infrastructures d’élevage
Infrastructures Nombre Etat (provisoire ou définitif)
d’élevage
Parc de vaccination 00 /
Puits pastoraux 00 /
Parc à bétail 00 /
Bain détiqueur 00 /
Bief/Mare / /
Poulailler 3 Provisoire
Porcherie 28 26 à l’état provisoire
2 à l’état définitif

3.5.8 Forets et Faune


L’administration des forêts et de la faune est représentée par une délégation d’arrondissement
constituée de 02 bâtiments vétustes.

3.5.9 Administration territoriale, décentralisation et maintien de l’ordre


Ce secteur est représentée par :
- 01 sous-préfecture dont le bâtiment est en bon état,
- 01 brigade de gendarmerie abritée dans un bâtiment légèrement vétuste.

3.5.10 Affaires sociales


Cette administration est représentée à Nguélémendouka par 01 délégation d’arrondissement logée
dans un bâtiment en bon état. D’autre part, L’ONG Plan Cameroun accompagne depuis 2005 les
orphelins sur le plan éducationnel et sur le plan sanitaire. Il aide aussi les enfants de moins de cinq
ans, ainsi que les handicapés par des dons en matériels ou médicaments.

3.5.11 Sport et éducation physique


Bien que l’administration et les services d’encadrement soient absents, le football et le handball
sont beaucoup pratiqués par les jeunes dans la commune. Toutefois l’insuffisance d’infrastructures

26
adaptées limite les activités sportives. La commune dispose de 19 stades de football en terre non
aménagé et d’un stade d’handball en terre non aménagé.

3.5.12 Recherche scientifique et innovations


Ce secteur est représenté uniquement par l’IRAD qui permet aux populations de bénéficier de
plants et de semences améliorés. D’autre part, les populations bénéficient déjà des nouvelles
technologies telles que les plaques solaires.

3.5.13 Culture
Ce département ministériel n’est pas représenté dans la Commune de Nguélémendouka.
Néanmoins le tableau 7 présente les diverses infrastructures culturelles et de loisir dans l’espace
communal.
Tableau 7 : infrastructures culturelles et de loisir dans l’espace urbain

Infrastructures de Etat de
Nombre Problèmes/Observations
loisir fonctionnement
3
Foyer
(NGUÉLÉMENDOUKA Absence de chaises et
communautaire / passable
I AZOMEKOUT ouvertures à réfectionner
municipal
MVANDA II )
Bibliothèque
0 0 0
municipale
Musée 0 0 0
Salle de cinéma 0 0 0
Vidéo club 4 provisoire Coupure d’électricité
Manèges 0 0 0

3.5.14 Mines et développement industriel


Ce département ministériel n’est pas représenté dans la Commune de Nguélémendouka. Une
usine de décorticage de café au fonctionnement saisonnier représente la seule infrastructure
industrielle de l’espace urbain.

3.5.15 Poste et télécommunication


La commune ne dispose pas de bureau de poste fonctionnel. Néanmoins, l’agence de voyage
‘’gloire à Dieu’’ et l’établissement ‘’Express Union’’ font respectivement les transferts de colis et
d’argent.
Les opérateurs de téléphonie mobile MTN et ORANGE couvrent partiellement la commune. Ces
opérateurs offrent aux populations l’opportunité d’accéder aux services internet.

3.5.16 Communication
Ce ministère n’est pas représenté dans la commune. Les différentes infrastructures sont
représentées dans le tableau 8 ci-dessous :

27
Tableau 8 : infrastructures de communication

Nombre Couverture de Problèmes/observations


Type l’espace urbain
(partielle ou Totale)

1 Partiel - Manque de personnel


Radio
- Manque de personnel qualifié

0 0 - Disponible sauf avec utilisation


Télé
d’antenne

Cablo distributeurs 0 0

Journaux 0 0

3.6 Synthèse des principales institutions intervenant dans la Commune


Le tableau 9 présente les principales institutions intervenant dans la commune de
Nguélémendouka.
Tableau 9 : Principales institutions intervenant dans la Commune

Institutions Etatiques Services

 MINADER ;  Express Union ;


 IRAD ;  MC2 ;
 MINEPIA ;  deux (2) agences de voyage (gloire à
 MINEDUB ; Dieu et Alliance voyage) ;

 MINAS ;  trois (3) auberges ;

 MINFOF ;  un (1) établissement de bureautique ;

 Poste de Gendarmerie ;  une (1) scierie transformant le métal


et le bois ;
 Sous-préfecture.
 une antenne de l’IRAD ;
 l’ONG PLAN CAMEROUN ;
 l’ONG PSEDD.

3.7 Principales potentialités et ressources de la Commune ;


Sur le plan socioéconomique la commune de Nguélémendouka regorge de quelques atouts et
potentialités à même de soutenir son processus de développement local :
 La présence de plusieurs services gouvernementaux déconcentrés qui peuvent apporter
des appuis multiformes à des projets productifs ;
 L’espace propice au développement de l’agriculture et l’élevage ;

28
 La proximité du NYONG favorise les cultures maraichères ;
 Des ressources naturelles : forêt, faune, richesse du sol, des sites touristiques, des terres
fertiles et un climat favorable ;
 Une agriculture diversifiée avec un potentiel élevé pour pratiquer sur de grande parcelle des
terres cultivables ;
 Un conseil municipal actif avec une diversité ethnique et socioprofessionnelle ;
 Présence des réseaux Orange et MTN ;
Les principales ressources de la Communes comprennent :
 Des Recettes Fiscales
 Des Taxes communales Directes,
 Des Taxes Communales Indirectes,
 Produits de l’exploitation du Domaine et Services Communaux
 Des Ristournes et Redevances consenties par l’Etat
 Des Subventions de Fonctionnement Reçues
 Transfert reçu dans le cadre la coopération décentralisée,
 Des autres produits et profits.

29
4 SYNTHESE DES
RESULTATS DU
DIAGNOSTIC

30
4.1 Synthèse du DIC

4.1.1 Forces et faiblesses dans la gestion des ressources humaines


Le tableau 10 présente les forces et faiblesses dans la gestion des ressources humaines.
Tableau 10 : Forces et faiblesses dans la gestion des ressources humaines

 Réunion du personnel régulièrement tenues


Forces  Diversité ethnique et socioprofessionnel du Conseil Municipal
 Exécutif disposant de bonnes capacités intellectuelles
 Agents communal peu qualifié et en nombre élevé
 Salaires irrégulière
 Non-respect du cahier de charge pour le personnel
 Formations techniques et spécifiques insuffisantes
Faiblesses  Mauvaise organisation des services communaux
 Mauvaise utilisation du personnel
 Manque de franche collaboration
 Manque de suivi et évaluation du personnel
 Pas de recyclage du personnel

4.1.2 Forces et faiblesses dans la gestion financière


Le diagnostic a permis de ressortir les forces et faiblesses qui sont inscrits dans le tableau suivant :
Tableau 11 : Forces et faiblesses dans la gestion financière

Forces  Bonnes capacités de mobilisation des ressources propres

 Difficultés dans le paiement des salaires


 Absence de receveur au poste
 Faible budget de la commune
Faiblesses  Mauvaise exécution budgétaire
 Inexistence d’un fichier de contribuables
 Absence d’organigramme formel
 Commission de passation de marchés non formé (formation
et recyclage)

4.1.3 Forces et faiblesses dans la gestion du patrimoine communale


Le tableau 12 présente les principales forces et faiblesses de la commune dans la gestion du
patrimoine communale.

31
Tableau 12 : Forces et faiblesses dans la gestion du patrimoine communale

Forces  Existence de terrains

 Faible patrimoine
Faiblesses  Terrains communaux non titrés
 Mauvaise gestion du patrimoine (manque d’entretiens, faible
archivage, gestion informelle.)

4.1.4 Forces et faiblesses dans la gestion des relations


L’analyse de la gestion des relations a permis de ressortir des données qui sont inscrites dans le
tableau ci-dessous:
Tableau 13 : Forces et faiblesses dans la gestion des relations

 Partenariat avec divers ONG/Programmes


Forces
 Existence d’une radio communautaire
 Faible implication des SDE dans les activités de la commune
Faiblesses  Faible intercommunalité
 Absence de plan de communication

4.1.5 Opportunités/atouts et menaces/contraintes


Le tableau 14 présente la synthèse des opportunités et des menaces de l’institution communale.
Tableau 14 : Opportunités/atouts et menaces/contraintes de la commune

 Hôtel de ville en construction


 Potentiel immobilier
 Couverture en réseau de téléphonie mobile
OPPORTUNITES/ATOUTS
 Processus de Décentralisation
 Partenariat établit avec les ONG/Associations
 Potentialités humaines, minières et énergétiques
 Absence de moyens logistiques
 Mauvais état des routes
 Coupures et baisse de tension régulières
 Ressources financières faibles
MENACES/CONTRAINTES  Personnel vieillissant
 Non résidence du maire dans la commune
 Paiement irrégulier des salaires
 Faible relation avec les SDE
 Environnement politique

32
4.1.6 Axes de renforcement
Compte tenu des faiblesses de l’institution communale, il sera nécessaire de prévoir un
renforcement des capacités de l’institution communale compte tenu du rôle qu’elle est appelée à
jouer. Le tableau 15 présente ainsi les thèmes prioritaires retenus à cet effet.
Tableau 15 : Axes de renforcement des capacités de la Commune de Nguélémendouka

N° Domaine Thème Cibles principales (non exhaustif)

Gestion des ressources


Exécutif, Secrétaire Général
humaines

Gestion des ressources Exécutif, Secrétaire Général,


1
humaines Gestion des conflits Receveur, Chefs de service, Agent
Technique

Leadership participatif Conseillers municipaux

Elaboration et gestion du Exécutif, Secrétaire Général,


budget Receveur
Gestion des ressources
2 Techniques de Exécutif, Secrétaire Général,
financières
mobilisation des Receveur, Chefs de service, Agent
ressources Technique

Secrétaire Général, Comptable


Techniques d’archivage
Matière, Agent Technique

Exécutif, Secrétaire Général,


Maîtrise d’ouvrage
Gestion du patrimoine Receveur, Chefs de service, Agent
3 communale
communal Technique

Exécutif, Secrétaire Général,


Gestion du patrimoine Receveur, Comptable Matière, Agent
Technique

Techniques de
4 Gestion des relations négociation et de gestion Exécutif, Secrétaire Général
des partenariats

Suivi-Evaluation
Exécutif, Secrétaire Général
participatif
5 Domaines transversaux Exécutif, Secrétaire Général,
Gestion administrative Receveur, Chefs de service, Agent
Technique

33
Principaux problèmes et besoins identifiés et consolidés par secteur
TEUR1 : Agriculture

VILLAGES
PROBLEMES CAUSES EFFETS BESOINS
CONCERNÉS
 Organiser et forme
agriculteurs ;
 Appuyer les agriculteu
 Non maîtrise des techniques de lutte matériels et financements
phytosanitaire et ignorance des
 Renforcer les institutio
techniques culturales modernes ;  Faibles revenus ; structures d’accompagn
 Utilisation d’outils de production  Appauvrissement en personnels, équipem
archaïque ; des sols ; infrastructures ;
Faible  Insuffisance d’encadrement et de suivi  Mal nutrition ;  Mettre en place des c
Tous les des producteurs ;
Production  Abandon des semenciers pour la fourni
villages  Difficultés d’accès au matériel végétal de intrants ;
agricole plantations ;
qualité ;
 Pertes post-récoltes  Ouvrir des pistes de colle
 Enclavement ; élevées ;  Mettre en place
 Ignorance des techniques de  Exode rural. infrastructures de conse
conservation. et de transformation ;
 Utilisation d’intrants de qualité douteuse ;  Mettre en place une coop
d’approvisionnement en
agricole
TEUR2 : Élevage, pêches et industries animales

VILLAGES
PROBLEME
CONCERNÉ CAUSES EFFETS BESOINS
S
S
 Manque d’encadrement et de  Organiser et former
suivi des producteurs; producteurs ;
 Absence de vétérinaires et de suivi  Organiser des campagnes d
 Faibles revenus ;
des animaux; des animaux
Faible  Consommation des
 Pratique de l’élevage traditionnelle  Appuyer l’organisation des
Tous les production produits congelés ;
(élevage en divagation…) ; d’approvisionnement en intr
villages pastorale et  Inflation des produits
 Absence de structure matériel d’élevage et de pêch
halieutique d’élevage ;
d’approvisionnement en intrant ;  Promouvoir la piscicultu
 Sous-alimentation.
 Élevage sentimental ; l’apiculture.
 Elevage restreint à la volaille, porcs,
moutons et chèvres.
TEUR3 : Domaines et affaires foncières

VILLAGES
PROBLEMES CAUSES EFFETS BESOINS
CONCERNÉS
 Ignorance de la loi foncière et
domaniale ;  Sensibiliser les popu
 Litiges fonciers ;
 Ignorance et durée trop longue des sur la loi fonciè
Tous les Forte insécurité  Accaparement des terres
procédures ; domaniale ;
villages foncière par certaines élites ;
 Absence de plan d’occupation des  Elaborer un
sols ;  Division des familles. d’occupation des sols
 Habitats précaires.
TEUR4 : Développement urbain et habitat

VILLAGES
PROBLEMES CAUSES EFFETS BESOINS
CONCERNÉS
 Aménager la
urbaine
Développement  Faible entretien de la voirie urbaine  Délimiter le pé
Centre urbain anarchique des  Inexistence de plan d’urbanisation ;  Enlaidissement
urbain
de la ville
quartiers urbains  Démographie galopante.  Elaborer et me
œuvre un
d’urbanisation
 Faible rentabilité des activités
économiques ;  Sensibiliser et a
Prolifération des  Faible intégration de l’importance d’une les populations
promotion
habitations en habitation de qualité sur le bien être  Insalubrité
Tous les villages logements décen
matériaux humain ;  Maladies
 Faciliter l’accè
provisoires  Démographie galopante ;
matériaux
 Coût élevé des matériaux de construction ;
construction.
TE
UR 5 : Environnement et protection de la nature

VILLAGES
PROBLEMES CAUSES EFFETS BESOINS
CONCERNÉS
 Mettre en place et é
 Rareté des poissons ; un service d’hygiè
 Insalubrité ;  Maladies hydriques ; assainissement de la
 Mauvaise gestion des ordures et  Environnement peu  Mettre en place de
déchets ; convivial ; assainis ;
Tous les Pollution de la  Inexistence des infrastructures  Érosion ;  Mettre en place des
villages nature d’assainissement dans les lieux  Dérèglement climatique ; de collecte des ordur
publics (marchés, écoles...) ;
 Perte de la population  Sensibiliser les popu
 Utilisation des latrines non faunique et floristique ; sur l’hygiène e
aménagées ; salubrité ;
 Diminution du couvert
forestier.  Construire des
publiques ;

TEUR6 : Forêt et faune

VILLAGES
PROBLEMES CAUSES EFFETS BESOINS
CONCERNÉS
 organiser des campagne
sensibilisation de la pop
 Faible sensibilisation par les services des  Rareté /disparitio sur la gestion des ress
Eaux et Forêts ; n de certaines forestières et fauniques
espèces
Tous les Perte de la  Coupes anarchiques du bois et exploitation  mettre sur pied des pépin
animales et
villages biodiversité illégale du bois; plantations forestières
végétales ;
 Dégradation de la végétation ;  Créer des
 Diminution du
 Braconnage. communautaires
couvert forestier.
 Créer des alternative
braconnage
TEUR7 : Administration territoriale, décentralisation et maintien de l’ordre

VILLAGES
PROBLEMES CAUSES EFFETS BESOINS
CONCERNÉS
 Éloignement des  Corruption ;  Rapprocher les services d’é
services administratifs ;
 Existence des individus sans des communautés ;
Faible  Insuffisance du pièces d’état-civil ni pièces  Renforcer les s
personnel administratif; d’identification ;
Tous les établissement administratifs en personnel ;
villages des pièces  Absentéisme du  Retards scolaires ;
 Construire et réhabilite
personnel en poste ;
administratives  Délinquance juvénile ; services administratifs ;
 Négligence des parents
 Établissement des faux actes de  Sensibiliser des populatio
dans l’établissement des
naissances. l’élaboration des pièces offic
actes de naissances.

TEUR8 : Éducation de base

VILLAGES
PROBLEMES CAUSES EFFETS BESOINS
CONCERNÉS

 Insuffisance qualitative et  Réhabiliter les anciens bâtimen


 Délinquance
quantitative des juvénile ;  Renforcer le personnel enseign
Difficulté d’accès infrastructures ; les plans qualitatif et qualitatif ;
à une éducation  Sous-scolarisation ;
Tous les villages  Insuffisance d’enseignants ;  Construire de nouveaux bâtime
de base de  Analphabétisme ;
qualité  Insuffisance d’équipements et  Construire des points d’eau pota
d’aménagements ;  Retards scolaires.
 Construire des toilettes ;
 Absentéisme des enseignants.  Créer de nouvelles écoles.

TEUR9 : Enseignement secondaire

VILLAGES PROBLEMES CAUSES EFFETS BESOINS


CONCERNÉS
 Délinquance juvénile ;
 Insuffisance qualitative et  Réhabiliter les a
 Sous-scolarisation ;
quantitative des infrastructures ; bâtiments ;
 Analphabétisme ;
 Insuffisance d’enseignants ;  Renforcer le pe
 Difficulté d’insertion
 Insuffisance d’équipements et enseignant sur les
Faible accès à socioprofessionnelle des jeunes ; qualitatif et quantit
Tous les d’aménagements ;
l’enseignement  Exode rural ;  Construire de no
villages
secondaire  Absentéisme des enseignants ;
 Prostitution ; bâtiments ;
 Éloignement des établissements
secondaires ;  Prolifération des activités  Construire des
informelles ; d’eau ;
 Insuffisance d’établissements
d’enseignements secondaires.  Forte dépenses liées à  Construire des toil
l’enseignement secondaire.

TEUR10 : Enseignement supérieur

VILLAGES
PROBLEMES CAUSES EFFETS BESOINS
CONCERNÉS
 Octroyer des b
 Exode rural ; d’études d’exc
 Faibles revenus des  Délinquance juvénile ; aux m
parents d’élèves ; bacheliers ;
Faible accès  Difficulté d’insertion socioprofessionnelle ;
Tous les
aux études  Absence  Prostitution ;
 Mettre sur pie
villages d’établissements comité d’informat
supérieures  Prolifération des activités informelles ;
d’enseignement sensibilisation
supérieur.  Fortes dépenses liées à l’enseignement d’orientation
supérieur. nouveaux bac
dans la commune

TEUR11 : Santé publique

VILLAGES
PROBLEMES CAUSES EFFETS BESOINS
CONCERNÉS
 Insuffisance de personnel ;  Coûts de santé élevés ;
 Insuffisance d’équipement ;  Recrudescence des
maladies ;  équiper les établiss
 Insuffisance d’aménagement ;
Difficulté d’accès  Éloignement des centres de  Baisse de la main
sanitaires existants

Tous les villages aux soins de santé


d’œuvre ;  Créer de no
santé ;
 Fort taux de morbidité ; centres/cases de sa
de qualité  Insuffisance des moyens de
 Faible  Renforcer le person
transport ;
production pastorale et santé.
 Mauvais état des routes ; agricole ;
 Insuffisance de médicaments.  Baisse de revenus.
TEUR12 : Eau et énergie

VILLAGES
PROBLEMES CAUSES EFFETS BESOINS
CONCERNÉS

 Insécurité ;
Tous les villages sauf  Absence d’énergie électrique
 Vol.
ceux sous cités
 Extension du
 générateurs locaux défectueux ;  Insécurité ; électrique ;
AZOMEKOUT
 Réseaux locaux non fonctionnels.  Vol.  Promouvoir l’é
Faible couverture en
solaire ;
MBEGUE; MBANG II; électricité  Faible intérêt des acteurs de la filière
MBANG I; KAK III; énergétique par rapport à la  Coûts d’énergie  Réhabiliter
NGUÉLÉMENDOUKA Commune ; élevés ; réseaux
existant.
III; MPARAGNANG ;  Coupures intempestive et à longue  Insécurité ;
GOMGNANG ; durée.  Vol.
KOSMADJI I; SAMBA

 Prolifération des  Réhabiliter les


 Points d’eau existant en panne ;
maladies d’eau existants
 Inexistence/insuffisance de points hydriques ;  Construire
Difficulté d’accès à d’eau potable ;
Tous les villages nouveaux point
l’eau potable  Baisse de la main potable ;
 Ignorance des techniques de d’œuvre ;
traitement d’eau.  Aménager les s
 Baisse des revenus. d’eau.
TEUR13 : Travaux publics

VILLAGES
PROBLEMES CAUSES EFFETS BESOINS
CONCERNÉS

 Entretien irrégulier du  Impraticabilité des routes en


réseau routier de la saison de pluies ;
Commune ;  Coûts de transport élevés ;  Réhabilitation des route
Tous les
Enclavement  Mauvais état des ponts et  Écoulement difficile des  Réhabilitation des po
villages des buses ; produits ; buses.
 Prolifération des nids de  Accès difficile aux soins ;
poules.  Accidents.

TEUR14 : Affaires sociales

VILLAGES
PROBLEMES CAUSES EFFETS BESOINS
CONCERNÉS
 Insuffisance en personnel au
centre social de
Nguélémendouka ;  Renforcer le centre
 Absence de pools en équipemen
d’animations rurales ; personnel ;
 absence d’équipement et de  Inexistence d’un fichier des  Appuyer le centre
Faible encadrement moyen de locomotion dans le populations vulnérables ; en fonds, matér
Tous les villages des populations centre social ;  Stigmatisation des médicaments ;
vulnérables  faible financement du centre nécessiteux ;  Créer des
social ;
 Délinquance. d’animations rurale
 absence de prise en charge
des vieillards ;  Construire une
 absence d’unités de prise en d’accueil des per
ème
charge au sein des formations su 3 âge
sanitaires.
TEUR15 : Promotion de la femme et de la famille

VILLAGES
PROBLEMES CAUSES EFFETS BESOINS
CONCERNÉS

 Créer et construire un
de promotion de la fem
 Coutumes ;
 Faible pouvoir d’achat des de la famille
 Absence d’un centre de femmes ;  Organiser et forme
Faible promotion de la femme et de
 Difficultés d’accès à la femmes à l’entrepréna
promotion de la famille ;
Tous les villages propriété foncière ;  Sensibiliser les popula
la femme et  Faible niveau scolaire des
 Fragilisation des familles ; la prise en comp
de la famille femmes ; Genre ;
 Prédominance d’unions
 Mauvaise organisation des  Organiser des m
libres.
femmes. collectifs
 accompagner les veuv

TEUR16 : Jeunesse

VILLAGES
PROBLEMES CAUSES EFFETS BESOINS
CONCERNÉS
 Créer et construire
 Insuffisance de structure de formation des  Exode rural ; structures d’encadreme
jeunes  Délinquance ; jeunes ;
Faible  Faible culture de l’entreprenariat ;  Prostitution ;  Vulgariser les mécanis
Tous les
encadrement  Formations et profils inadaptés ;  Prolifération des programmes d’in
villages
des jeunes  Faible connaissance des mécanismes et activités professionnelle des
programmes d’insertion professionnelle ; informelles ; (FNE, PIAASI, PAJER-
 Absence d’activités socioculturelles  Insécurité.  accompagner et appu
jeunes à l’entreprenaria
TEUR17 : Sport et éducation physique

VILLAGES
PROBLEMES CAUSES EFFETS BESOINS
CONCERNÉS
 Réhabiliter
 Insuffisance d’infrastructures  Oisiveté ; infrastructures existan
Faible sportives ;  Construire de no
Tous les développement  Développement des infrastructures sportiv
 Mauvaise qualité des activités malsaines
villages des activités  Organiser des champ
infrastructures existantes ; (alcoolisme, tabagisme,
sportives sportifs ;
 Absence de mécènes. prostitution).  Accompagner les é
locales.

TEUR18 : Transport
VILLAGES
PROBLEMES CAUSES EFFETS BESOINS
CONCERNÉS
 Multiplier les actio
 Excès de vitesse ;
prévention routière
 Absence de gare routière ;
 Aménager une fo
 Ignorance du code de la route par les
municipale ;
usagers ;  Accidents de circulation
Tous les villages Insécurité routière  Implanter des pa
 Absence de panneaux de
de signalisation s
signalisation sur les routes rurales ;
routes rurales ;
 Mauvais état des véhicules ;
 Construire une
 Surcharges. routière.
 Mauvais état de la route ;  Coût élevé des produits
Coût élevé du
Tous les villages  Insuffisance des moyens de de première nécessité  Réhabiliter les rout
transport
locomotion. dans les villages
TEUR19 : Emploi et formation professionnelle

VILLAGES
PROBLEMES CAUSES EFFETS BESOINS
CONCERNÉS

 Encadrement insuffisant ;  Exode rural ;


 Délinquance ;  Créer et con
 Faible qualification ;
Faible insertion une SAR/SM
Tous les villages  Insuffisance de structure de  L’oisiveté ;
professionnelle  Promouvoir
formation professionnelle ;  Délinquance ; d’entreprenaria
 Insuffisance d’opportunité d’emploi.  Découragement.

TEUR20 : Petites et moyennes entreprises, économie sociale et artisanat

VILLAGES
PROBLEMES CAUSES EFFETS BESOINS
CONCERNÉS
Tous les villages  Circuits  Organiser des fo
peu  Faible rentabilité des
d’approvisionnement expositions annue
fiables et irréguliers ;
PME locales ;  Créer, construi
Climat local peu
équiper un
incitatif au  Conditions d’accès au  Faible exploitation des
crédit très rigides ; artisanal
développement des ressources locales ;
PME  Faible rendement ou  Faible développement  Faciliter l’accè
absence d’énergie ; crédit pour
économique.
promoteurs
 Enclavement. PMEESA
TEUR21 : Recherche scientifique et innovations

VILLAGES
PROBLEMES CAUSES EFFETS BESOINS
CONCERNÉS
Tous les  Absence de champs
villages semenciers ;
 Faible connaissance  Mettre en place
 Techniques de production des c
des techniques semenciers ;
Faible accès archaïques (agriculture
innovantes ;  Organiser des cam
aux itinérante, …) ;
 Faible revenu des d’information et de formati
innovations  Faibles rendements et agriculteurs ;
scientifiques populations locales ;
rentabilités des activités  Construire et équiper l’IRAD
 Insuffisance de économiques.  Renforcer L’IRAD en person
l’IRAD en
équipement et
personnel
TEUR22 : Tourisme

VILLAGES
PROBLEMES CAUSES EFFETS BESOINS
CONCERNÉS
Tous les villages  Faible
développement du  Aménager ’un
 non valorisation des potentialités
secteur de loisirs
Inexistence touristiques de la Commune ; touristique ; Nguélémendo
d’activités  Aménager
 Sites non aménagés ;  Pas d’entrée des sites touristiqu
touristiques
 Sites non exploités. devises ;
 Construire
 Villages peu structures d’ac
connu.
TEUR23 : Culture

VILLAGES
PROBLEMES CAUSES EFFETS BESOINS
CONCERNÉS
 Perte d’identité culturelle ;
 Affaiblissement du pouvoir
traditionnel ;  Disparition des animations
folkloriques et rites
 Absence d’activités coutumiers ;  Promouvoir des
Perte des us et culturelles ;
Tous les villages  Non respect des interdits culturelles périodiques ;
coutumes  Absence de foyers coutumiers ;  Construire des foyers cu
culturels ;
 Non valorisation de la culture
 Influence des cultures comme un atout touristique.
occidentales.

TEUR24 : Mines et développement industriel

VILLAGES
PROBLEMES CAUSES EFFETS BESOINS
CONCERNÉS
 Enclavement des sites ;  Réhabiliter les
 Faible contribution aux
Faible  Manque de matériel d’accès aux giseme
recettes de la Commune
exploitation du d’extraction ; mines ;
Tous les villages issues du secteur ;
potentiel local de  Inorganisation des parties  Appuyer l’organisat
mines  Faible développement des
prenantes ; parties prenantes
grappes d’activités.
 Faible organisation. filière.
TEUR25 : Commerce

VILLAGES
PROBLEMES CAUSES EFFETS BESOINS
CONCERNÉS
 Absence de marché et/ou  Coût élevé des denrées de
d’infrastructures première nécessité ;  Organiser
commerciales dans les marchés périodiques da
villages ;  Faible valorisation de la
production locale ; villages ;
Tous les Accès difficile  Éloignement du marché  Renforcer le march
villages aux marchés communal par rapport à la  Vente illégale du cacao ; Nguélémendouka
plupart des villages ;  Faible écoulement des produits ; infrastructures
 Enclavement.  Faible commercialisation des aménagements.
produits.

TEUR26 : Poste et télécommunication

VILLAGES
PROBLEMES CAUSES EFFETS BESOINS
CONCERNÉS
Tous les  Promouvoir l’installatio
 Bureau de poste peu
villages antennes téléphoniqu
fonctionnel ;  Faible pouvoir de négociation
relais ;
Faible couverture  Couverture partiel des des acteurs locaux ;
 Raccorder
du réseau de Réseaux de téléphonie  Mauvaise communication
l’arrondissement au
télécommunication mobile ; téléphonique ;
de la fibre optique ;
 Absence de connexion  Sous-information.
 Réhabiliter la pos
internet.
Nguélémendouka.

 Absence de télécentre  Créer et construir


 Analphabétisme (TIC) ; télécentre communaut
communautaire ;
Tous les Faible recours aux  Coûts élevés d’accès à  Former les populatio
 Faible connaissance des
villages TIC NTIC
Internet ; les Nouvelle Technolo
 Retards technologiques. l’Information et d
 Absence de fibre optique. Communication (NTIC
TEUR27 : Communication

VILLAGES
PROBLEMES CAUSES EFFETS BESOINS
CONCERNÉS

 Faible couverture radio et télévision ;  Promouvoir l’inst


 Faible pouvoir de
des antennes rela
Faible couverture  Absence d’antenne de relais de télévision négociation des
Tous les villages acteurs locaux ;  Réhabiliter et affe
médiatique nationale ;
personnel à la
 Inexistence de la presse écrite.  Sous-information.
communautaire ;

TEUR28 : Travail et sécurité sociale

VILLAGES
PROBLEMES CAUSES EFFETS BESOINS
CONCERNÉS
 Sensibiliser
 Faibles capacités de négociation des entrepreneurs sur
demandeurs d’emploi ;  Non couverture sociale
responsabilités soc
des travailleurs ;
Prolifération des  Insuffisance de contrôle social après  Effectuer m
Tous les villages des entreprises ;  Licenciements abusifs ;
emplois informels d’inspection ;
 Ignorance du code de travail ;  Accident de travail
 Sensibiliser
régulier.
 Insuffisance de matériel de sécurité. travailleurs sur
droits.
5 PLANIFICATION
STRATEGIQUE

50
5.1 Vision et objectifs du PCD
La vision de la commune de Nguélémendouka s’inscrit dans le cadre de la lutte contre la pauvreté
telle que préconisée par le gouvernement central. La commune de Nguélémendouka est une
Institution riche en potentiel naturel et humain, où le taux de participation des femmes à l’action au
développement est rehaussé. La participation de tous et de chacun est un atout majeur pour la
matérialisation d’un développement durable, dans le strict respect des principes de gouvernance.
Ceci se traduit par l’accès facile à l’eau potable et à tous les services sociaux de base par toute la
population.
La commune a pour objectifs d’améliorer les conditions de vie des populations locales,
spécifiquement de faciliter l’accès aux services de base, d’améliorer la production agro-pastorale,
faciliter l’accès à l’information, promouvoir les richesses culturelles de la commune et faciliter
l’exercice des activités sportives…
La réalisation de ces objectifs reflète les besoins exprimés par les bénéficiaires du programme de
développement participatif, qui ont été classés par secteurs. Ces besoins seront réalisés à court,
moyen et long termes selon les ressources financières, matérielles et humaines disponibles. Pour
les secteurs prioritaires, les microprojets seront réalisés par ordre de priorité.

51
Cadre logique par secteur
tableaux suivants présentes les ca
dres logiques de développement de la commune dans 28 secteurs :
leau16 : DIFFERENTS CADRES LOGIQUES PAR SECTEUR
1 : AGRICULTURE
du secteur : faible production agricole
Moyens de Hypothèses
du plan Indicateurs Objectivement Indicat
vérifications (Facteurs
d’intervention) Vérifiables (IOV) Facteu
(MDV) externes)
Les appuis divers
upérieur (DSCE) Part de la production agricole sont déployés pour
Enquête Institut National de Nombre
e production durable en quantité et en dans le Produit Intérieur Brut soutenir la
la Statistique (INS), ECAM déployé
s les filières agricole (PIB) production dans les
filières agricole
Des outils de
ectoriel stratégique
Enquêtes auprès des financement du Nombre
ir les activités agricoles dans la commune contribution du secteur agricole à
sectoriels et des secteur finance
mendouka la croissance économique local
populations agropastoral sont octroyé
mis en place
spécifiques - Nombre de groupes organisés - Enquêtes auprès des 1. Les GICs 1. No
er, former et accompagner 120 et enregistrés officiellement GICS adhérent à enre
tions/GICs dans les différentes filières - Nombre de coopérative - Enquêtes auprès des l’activité 2. Nom
s d’approvisionnement en intrants populations et visite de 2. Les populations séan
ne coopérative d’approvisionnement en agricole et matériels agricoles la coopérative sont sensibilisés sens
agricole et matériels agricoles avec au mise en place d’approvisionnement sur la bonne orga
3 antennes dans le différent groupement - Nombre de poste s agricoles en intrants agricole et utilisation et la 3. Nom
mmune construites -nombre de matériels agricole et bonne gestion pers
ire 6 postes agricoles et affecter 10 personnel affectés ses antennes des produis et affec
els qualifiés - Nombre de bâtiments du CEAC - descentes sur les lieux matériels 4. Nom
ire et équiper 04 bâtiments du construits et d’agents affectés de réalisations 3. L’Etat affecte le pers
AADER et affecter 07 agents qualifiés - Nombre de champs - descentes sur les lieux personnel affec
en place 07 champs des d’expérimentation et de de réalisation qualifié 5. Nom
imentation et de production des plans production des plans agricoles - descentes sur les lieux 4. L’Etat affecte le d’he
s et forestières et forestiers mis en place de réalisations et visite personnel d’es
ire 10 magasins de stockage - Nombre de magasins de des champs qualifié disp
ire 56 des aires de séchage stockage construits d’expérimentation et 5. Disponibilité des 6. Nom
re 26 pistes de collecte - Nombre d’aires de séchage enquêtes auprès des espaces d’ac
mpagner des construites populations cultivables pote
eurs/GICs/associations à la participation - Nombre de pistes de collecte - descentes sur les lieux 6.Des marchés 9. Nom
ices agricoles, foires agricoles et ouvertes de réalisations sont crées engagé
s portes ouverte - nombre de producteurs 1.descentes sur les lieux
accompagnés à la participation de réalisations 9. Les GICs
aux comices agricoles, foires 2. descentes sur les lieux adhérent à l’activité
agricoles et journées portes de réalisations
ouvertes 3. Enquêtes auprès des
GICS
1.Enquêtes auprès des
- Nombre de groupes organisés
attendus GICS
et enregistrés officiellement
ns 120 GICs/associations des 2.Enquêtes auprès des 1. Les GICs
- Nombre de coopérative
eurs sont organisés, structurés et formés populations et visite de adhérent à 1. No
d’approvisionnement en intrants
ns une coopérative la coopérative l’activité enre
agricole et matériels agricoles
visionnement en intrants agricole et d’approvisionnement en 2. Les populations 2. Nom
mise en place
ls agricoles est mise en place avec au intrants agricole et sont sensibilisés séan
- Nombre de poste s agricoles
rois antennes dans le différent matériels agricole et ses sur la bonne sens
construites -nombre de
ment de la commune antennes utilisation et la orga
personnel affectés
ns 6 postes agricoles sont construites 3.descentes sur les lieux bonne gestion 3. Nom
- Nombre de bâtiments du CEAC
moins10 personnel affectés de réalisations des produis et pers
construits et d’agents affectés
ns 04 bâtiments du CEAC/DAADER 4.descentes sur les lieux matériels affec
- Nombre de champs
nstruits équipé avec affectation d’au de réalisation 3. L’Etat affecte le 4. Nom
d’expérimentation et de
7 agents qualifiés 5.descentes sur les lieux personnel pers
production des plans agricoles
ns 07 champs d’expérimentation et de de réalisations et visite qualifié affec
et forestiers mis en place
ion des plans agricoles et forestiers sont des champs 4. L’Etat affecte le 5. Nom
- Nombre de magasins de
place d’expérimentation et personnel d’he
stockage construits
ns 10 magasins de stockage sont enquêtes auprès des qualifié d’es
- Nombre d’aires de séchage
its populations 5. Disponibilité des disp
construites
ns 56 des aires de séchage sont 6.descentes sur les lieux espaces 6. Nom
- Nombre de pistes de collecte
ites de réalisations cultivables d’ac
ouvertes
ns 26 pistes de collecte sont Ouvertes 7.descentes sur les lieux 6.Des marchés pote
- nombre de producteurs
ns 120 GICs/associations/producteurs de réalisations sont crées 9. Nom
accompagnés à la participation
compagnés à la participation aux 8. descentes sur les lieux 9. Les GICs engagé
aux comices agricoles, foires
s agricoles, foires agricoles et journées de réalisations adhérent à l’activité
agricoles et journées portes
uvertes 9. Enquêtes auprès des
ouvertes
GICS
Activités principales Cadre estimatif de
sement de 120 GICs/association Libellés
tion de 120 GICS sur la dynamique de groupe Total
2
en place des réseaux d’agriculteurs investissement
tion et équipement des brigades villageoises de lutte phytosanitaire Total
tion des agriculteurs sur les nouvelles techniques agricoles Fonctionnement
tion en petite comptabilité et gestion des projets Imprévus
en capital aux GICs
en matériel agricole aux GICs
tion et accompagnement des pépiniéristes
place d’une coopérative d’utilisation du matériel agricole avec création de 03 antennes dans les différents
ments
ruction et Affectation du personnel dans les différents postes agricoles (Kosmadji I, Lamba, Ebah, Bika et Imbet)
ilitation du poste agricole d’Ekpwassong I
rcement en personnel qualifié de la délégation d’agriculture de Nguélémendouka (1 secrétaire et 02 cadres)
ge du terrain attribué aux services de l’agriculture à Elono ;
uction et équipement de 04 bâtiments pour le CEAC et DAADER à Nguélémendouka
tion de 7 agents au CEAC
n place d’un verger d’expérimentation à Nguélémendouka centre
ilitation du champ semencier Cacao de Lembe (Mparagnang) ;
uction de 10 pépinières agricoles (Cacao, café, banane/plantain) dans les villages :Oueya II, Messague, Bila, 2
Nguélémendouka centre, Epkwassong I, Lamba, Ebah, Bika et Mvanda I. Total Estimatif
n d’une palmeraie communale de 10ha et une cacaoyère communale de 5 ha.
habiliter le champ semencier (Cacaoyer) de LEMBE
ction et équipement de 10 magasins de stockage (Azomekout, Messague, kosmadji I, Mparagnang,
song II, Ngouong, Aminemekound, oueya I, Zembe II, Miambo)
uction des aires de séchage (56) dans tous les villages
re des pistes de collecte ; Ekpwassong II-Zembe III-Ngouong (9km), Oueya I-Oueya II (7km), Loulou-Ebah
, Samba-Kap (7km), Zili-Aminemekound (4km), Boela-Kinda-Ezambe I (7)km, Namedjap-Ngombo (5km),
a II-Nio (10km), Mvanda II-Esseng (8km), Ekpwassong II-Mvanda I (8km), Mbegue-Oueya II (15km),
bang II-Samba (9km), Messague-Mebang I (12km), Samba-Djende III (8km), Elono-Nkolbana I (6km), Bialesse-
km), Azomekout-Koumbou (9km), Ekpwassong I-Miambo (12km), Zili-Akilbenza (5km), kak III-kakbane (6km),
ambang-Ouldik (8km), Zembe II-Ngo’o (8km) et Djamble-Nkolbana I (8km), Ngomenang-Elono (5km), Ezambe
kout (12km), Zembe III-Yenassa (5km
agnement des producteurs à la participation aux comices agricoles, foires agricoles et journées portes
s
R 2: ELEVAGE, PECHE ET INDUSTRIE ANIMALE
e du secteur : Faible production pastorale et halieutique
Moyens de Indica
du plan Indicateurs Objectivement Hypothèses (Facteurs
vérifications Facteu
d’intervention) Vérifiables (IOV) externes)
(MDV) extern
supérieur (DSCE) - Part de la production animale Les appuis divers sont
ne production durable en dans le PIB déployés pour soutenir la Nombr
Enquête INS, ECAM
t en qualité dans les filières - Part de la production halieutique production dans les filières déploy
t halieutique dans le PIB animale et halieutique
Nombr
sectoriel stratégique Des outils de financement du
Enquête auprès des structu
r la production pastorale et Les taux de production secteur agropastoral sont
sectoriels finance
mis en place
en plac
spécifiques - Nombre de GIC formées et 1. Enquêtas auprès des 1. Les GIC adhérent au
1. No
uper les éleveurs en GIC, les accompagnées coopératives projet
GIC i
et les accompagner - Au moins 06 campagnes de suivi 2. Enquêtes auprès des 2. les animaux sont en
2. Nom
iser 06/an) campagnes de suivi des animaux organisées chaque populations enclos
sens
imaux année 3. descentes sur les 3. Les populations
mené
ruire et équiper d’un centre de - Nombre centre de distribution des lieux de réalisations s’orientent dans l’élevage
3. Nom
ution des produits vétérinaires produits vétérinaires construit 4. descentes sur les 4. Les marchés sont
d’éle
en place 3 structures d’élevage - Nombre de structures d’élevage lieux de réalisations disponibles et la demande
enreg
unal communal mises en place forte
attendus
1. Nombre de GIC formées et 1. Enquêtas auprès des 1. Les GIC adhérent au
veurs sont regroupés en 1. No
accompagnées coopératives projet
ve, formés et accompagnés GIC i
2. Au moins 06 campagnes de 2. Enquêtes auprès des 2. les animaux sont en
ins 06 campagnes de suivi des 2. Nom
suivi des animaux organisées populations enclos
sont organisées chaque année sens
chaque année 3. descentes sur les 3. Les populations
oins un centre de distribution mené
3. Nombre centre de distribution lieux de réalisations s’orientent dans l’élevage
its vétérinaires est construit et 3. Nom
des produits vétérinaires construit 4. descentes sur les 4. Les marchés sont
d’éle
4. Nombre de structures d’élevage lieux de réalisations disponibles et la demande
oins 3 structures d’élevage enreg
communal mises en place forte
l sont mises en place
Activités principales Cadre estimatif des coûts
egroupement des éleveurs en coopérative Libellés Mon
ormation des éleveurs dans la production locale des aliments des animaux Total investissement 30
ccompagnement des producteurs à l’élevage non conventionnel Total 1
ccompagnement des pécheurs dans construction des séchoirs de poissons et de viande, fours Fonctionnement
ise en place d’un moyen d’évacuation des produits secs et fumés Imprévus 1
ccompagnement des éleveurs dans la création des étangs piscicoles
ppui en capital aux GICs de la commune
isation 02 campagne de désinfection parasitaire dans la commune de Nguélémendouka
nisation de 03 campagnes annuelles de lutte contre la divagation des bêtes
nisation de 02 campagnes annuelles de vaccination de petits bétails et du gros bétail Total Estimatif 3 155 000
uction et équipement d’un centre de distribution des produits vétérinaires à Nguélémendouka
en place de 1 écloserie à Nguélémendouka pour la production des poussins
en place d’une ferme communale à Nguélémendouka
en place d’un étang communal à Nguélémendouka
R 3 : DOMAINES ET AFFAIRES FONCIERES
e du secteur : Forte insécurité foncière
Moyens de Hypothèses
Stratégie du plan Indicateurs Objectivement Vérifiables Indicate
vérifications (Facteurs
(Logique d’intervention) (IOV) Facteurs
(MDV) externes)
supérieur (DSCE)
- % de la population sensibilisée sur la
aux populations de satisfaire
sécurité foncière Enquête INS (EDS,
oins essentiels, de jouir de leurs
- Nombre de demande de titre foncier ECAM, etc)
ndamentaux et d’assumer leurs
initié
sectoriel stratégique pourcentage des propriétaires terriens Enquête auprès des Les coûts
la création des réserves foncières disposant des titres fonciers sectoriels d’obtention des Pourcentag
à la propriété foncière titres fonciers sont propriétaire
à la portée de la ayant un ti
majorité
spécifiques 1. Une carte présentant le plan Enquêtes auprès de la
rer un plan d’occupation des sols d’occupation des sols de l’espace population
ser une campagne de existe
ilisation de la population sur les 2. Nombre de campagne de
s domaniales et la propriété sensibilisation de la population sur les
re normes domaniales et la propriété
foncière organisées
attendus 1. Une carte présentant le plan Enquêtes auprès de la
ins un plan d’occupation des sols d’occupation des sols de l’espace population
pace urbain et rural est réalisé existe
moins une campagne de 2. Nombre de campagne de
ilisation de la population sur les sensibilisation de la population sur les
s domaniales et la propriété normes domaniales et la propriété
re est organisée foncière organisées
Activités principales Cadre estimatif des co
ilisation et informations des populations sur les normes domaniales et la propriété foncière Libellés M
ration d’un plan d’occupation des sols Total investissement
Total Fonctionnement
Imprévus
Total Estimatif 8 400
R 4 : DEVELOPPEMENT URBAIN ET HABITAT
e du secteur : Développement anarchique des quartiers urbains et Prolifération des habitations en matériaux provisoires
Moyens de
Stratégie du plan Indicateurs Objectivement Hypothèses Indicat
vérifications
(Logique d’intervention) Vérifiables (IOV) (Facteurs externes) Facteurs
(MDV)
Supérieure (DSCE)
l’industrialisation à travers la
Qualité de l’habitat ; degré de
ation et la valorisation des matières Enquête INS (EDS,
salubrité
s locales et la promotion des ECAM, etc)
ons
sectoriel stratégique Disponibilité d’un plan directeur de Enquête auprès des
n œuvre un plan d’urbanisme à la ville sectoriels
coût
s spécifiques 1. Nombre de Km de route de La 1. descentes sur les 1. Un plan 1. Le
ager la voirie urbaine de voirie urbaine de lieux de réalisations d’urbanisation d’urba
lémendouka Nguélémendouka t aménagée 2. Descente à la mairie existe est di
iter le périmètre urbain 2. un plan qui délimite le périmètre 3. Descente à la mairie 2. les populations exploi
rer des plans sommaires d’urbanisation urbain existe 4. Enquêtes auprès de sont intéressées 2. Nomb
l’espace urbain 3. un plan sommaire d’urbanisation la commune et du au processus group
ir un partenariat entre la commune de existe MINDUH engag
lémendouka et le Ministère du 4. Nombre de documents signés 5. Enquêtes auprès
oppement urbain et de l’Habitat disponible des populations
UH) 5. Nombre de personnes, groupes
yer les populations en matériaux de ou village appuyé
ruction
s attendus 1. Nombre de Km de route de La 1. descentes sur les 1. Un plan 1. Le
irie urbaine de Nguélémendouka est voirie urbaine de lieux de réalisations d’urbanisation d’urba
e Nguélémendouka t aménagée 2. Descente à la mairie existe est di
érimètre urbain est délimité avec les 2. un plan qui délimite le périmètre 3. Descente à la mairie 2. les populations exploi
ns urbain existe 4. Enquêtes auprès de sont intéressées 2. Nomb
lans d’urbanisation sont Elaborés 3. un plan sommaire d’urbanisation la commune et du au processus group
artenariat est établit entre la commune existe MINDUH engag
uélémendouka et le MINDUH 4. Nombre de documents signés 5. Enquêtes auprès
opulations sont appuyées en matériaux disponible des populations
nstruction 5. Nombre de personnes, groupes
ou village appuyé
Activités principales Cadre estimatif des c
nagement de la voirie urbaine de Nguélémendouka avec bitumage de tous les linéaires de la voirie Libellés Mon
ine Total 5
r la commune de Nguélémendouka d’un matériel d’assainissement moderne (brouettes, bac à ordure, investissement
cycles, pelles, cache-nez,…) Total
r la commune d’une équipe d’hygiène permanente et qualifié Fonctionnement
itation du périmètre urbain avec les populations Imprévus
ration des plans d’urbanisations (Azomekout, Bika, Mvanda II, et Nguélémendouka centre)
un protocole de parténariat entre la commune de Nka et le MINDUH Total estimatif 608 000
les villages de la commune de Nguélémendouka de 02 moules à briques de terre chacun
5 : ENVIRONNEMENT ET PROTECTION DE LA NATURE ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE

u secteur : Pollution de la nature

Moyens de Indi
u plan Indicateurs Objectivement Vérifiables Hypothèses
vérifications
’intervention) (IOV) (Facteurs externes)
(MDV)
périeure (DCSE)
Taux de couverture du monitoring
gestion durable des ressources Enquête INS, ECAM
environnemental (100%)

ctoriel stratégique Enquête auprès des


Surface de terrain assainis
vironnement dans la Commune sectoriels
pécifiques 1. Enquêtes auprès de
1. Un service d’hygiène équipé et
r et équiper Un service d’hygiène est la mairie et des
organisé au sein de la commune
a commune populations
2. Nombre d’espaces verts aménagés
r 03 espaces verts dans l’espace 2. descentes sur les
dans l’espace urbain communal De 2. l’espace est
unal De Nguélémendouka lieux de réalisations
Nguélémendouka disponible
n camion chargé de la collecte des 3. Enquêtes auprès de 4. No
3. Nombre de camion chargé de la 4. Les populations
la mairie camp
collecte des ordures achetés sont sensibilisées sur
25 bacs à ordures dans la ville de 4. Descentes sur le sens
4. Nombre de bacs à ordures déposés son utilisation
douka terrain organ
dans la ville de Nguélémendouka
population sur la construction des 5. Enquêtes auprès des
5. nombre de personnes formées sur la
iorés populations
construction des foyers améliorés
e 3 latrines publiques à 6. Descente sur les lieux
6. nombre de latrines construites
douka de réalisation
1
ttendus 1. Un service d’hygiène équipé et 1. Enquêtes auprès de
e d’hygiène est organisé et équipé organisé au sein de la commune la mairie et des 2. l’espace est
a commune 2. Nombre d’espaces verts aménagés populations disponible
4. No
03 espaces verts sont aménagés dans l’espace urbain communal De 2. descentes sur les 4. Les populations
camp
ce urbain communal de Nguélémendouka lieux de réalisations sont sensibilisées sur
sens
douka 3. Nombre de camion chargé de la 3. Enquêtes auprès de son utilisation
organ
un camion chargé de la collecte des collecte des ordures achetés la mairie
acheté 4. Nombre de bacs à ordures déposés 4. Descentes sur le
25 bacs à ordures sont déposés dans la ville de Nguélémendouka terrain
de Nguélémendouka 5. nombre de personnes formées sur la 5. Enquêtes auprès des
500 personnes sont formées sur la construction des foyers améliorés populations
des foyers améliorés 6. nombre de latrines construites 6. Descente sur les lieux
3 latrines publiques sont construites de réalisation
ndouka
Activités principales Cadre estimatif des c
anisation et équipement d’un service d’hygiène et assainissement à Nguélémendouka Libellés
e en place de 03 espaces verts à Nguélémendouka centre Total investissement
at d’un camion chargé de la collecte des ordures Total Fonctionnement
e en place des bacs à ordures dans la ville de Nguélémendouka (25 bacs) Imprévus
mation de 500 personnes en construction des foyers améliorés
struction de 3 latrines publiques à Nguélémendouka Total estimatif : 210 7
TEUR 6 : FORET ET FAUNE
lème du secteur : Exploitation illicite du bois et Braconnage
Moyens de
tégie du plan Indicateurs Objectivement Hypothèses (Facteurs Indicateur
vérifications
ique d’intervention) Vérifiables (IOV) externes) Facteurs ex
(MDV)
- Part de la production forestière dans
ctif supérieur (DSCE) le PIB
rer une gestion durable des - Proportion d’écosystèmes réhabilités Enquête INS, ECAM
urces naturelles - Niveau d’augmentation des surfaces
reboisées
ctif sectoriel stratégique
Contribution des ressources forestières
lopper les capacités de Enquête auprès des
et fauniques dans le développement
uction des filières forestières et sectoriels
local
iques
ctifs spécifiques 1. Enquêtes auprès 1. les populations sont
1. nombre de campagne de 2. Nombre d
ganiser des campagnes de des populations disponibles et
sensibilisation de la population sur la pépinières
nsibilisation de la population sur 2. Visite des engagées
gestion des ressources forestières plantation
gestion des ressources pépinières et 2. Les populations sont
organisées forestières
restières et fauniques enquêtes auprès disponibles et le
2. Nombre de pépinières et plantations sur pied
ettre sur pied des pépinières et des populations personnel qualifié est
forestières mises sur pied 3. Nombre
ntations forestières 3. Enquête auprès disponible
3. Nombre de convention signée d’organism
éer des forêts communautaires des populations 3. La commune
4. Nombre d’alternatives mises en accompag
éer des alternatives au 4. Enquêtes auprès bénéficie d’une
place la commu
aconnage des populations bonne expertise
ltats
moins une campagne de 1. Enquêtes auprès
nsibilisation de la population sur 1. les populations sont
1. nombre de campagne de des populations 2. Nombre d
gestion des ressources disponibles et
sensibilisation de la population sur la 2. Visite des pépinières
restières et fauniques est engagées
gestion des ressources forestières pépinières et plantation
ganisée 2. Les populations sont
organisées enquêtes auprès forestières
moins 03 pépinières et disponibles et le
2. Nombre de pépinières et plantations des populations sur pied
ntations forestières sont mises personnel qualifié est
forestières mises sur pied 3. 3. Nombre
r pied disponible
3. Nombre de convention signée 4. Enquête auprès d’organism
moins une forêt 3. La commune
4. Nombre d’alternatives mises en des populations accompag
mmunautaire est mise en place bénéficie d’une
place 5. Enquêtes auprès la commu
bonne expertise
s alternatives au braconnage des populations
nt mises en place
Activités principales Cadre estimatif des coût
Sensibilisation des communautés sur les méfaits de l’exploitation illégale du bois et du braconnage Libellés Montan
Sensibilisation des populations sur les espèces fauniques protégées
Sensibilisation des populations sur l’exploitation durable des ressources et la vulgarisation des textes Total
mentant la loi des forêts 58 7
investissement
Sensibilisation des populations de la commune sur la création des forêts communautaires Total
Mise en place des pépinières forestières dans les villages ; Mvanda II, Kosmadji I, Zembe III, Mbang II, 63
Fonctionnement
Mbegue, Kosmadji II, Badouma II, et Ekpwassong II
Mise en place des plantations forestières; Mvanda II, Kosmadji I, Zembe III, Mbang II, Bila, Mbegue, Imprévus 29
adji II, Badouma II, et Ekpwassong II
Création d’une pépinière d’arbres à Nguélémendouka 67 9
Total estimatif
ise en place de 02 forêts communales ou communautaires
pui à l’élevage des rongeurs (aulacode, rats, hérissons,…)
7 : EDUCATION DE BASE

u secteur : Difficulté d’accès à une éducation de base de qualité


Moyens de
Stratégie du plan Hypothèses
Indicateurs Objectivement Vérifiables (IOV) vérifications d
(Logique d’intervention) (Facteurs externes)
(MDV)
- Taux d’admission (au moins 50%
d’augmentation ;
Enquête INS
périeur (DSCE) - Taux Brut de scolarisation (TBS);
(EDS, ECAM,
ccès et l’équité dans l’éducation de base - Indice de parité (fille /garçon) au moins 5%
etc)
d’augmentation) ;
- Taux de couverture.
-
- Taux de jeunes achevant leur cycle primaire - La gratuité de l’école
d
ctoriel stratégique - Taux d’admission (au moins 50% primaire devient
Enquête auprès d
l’offre et la qualité de la formation dans le d’augmentation ; effective
des sectoriels é
ucatif national - Taux de réussite aux examens ; - La commune et les
-N
- Taux de couverture. ONG s’impliquent
f
pécifiques 1. Nombre d’écoles maternelles et écoles
onstruire et équiper 02 écoles primaires créées et construites
lles et 04 écoles primaires 2. Nombre blocs maternels et salles de classe
re et équiper de 6 blocs maternels ,133 des écoles primaires construits
e classe des écoles primaires 3. Nombre de salles de classe des écoles
itation de 53 salles de classe des écoles primaires Réhabilitées
s 4. Nombre de logements pour enseignants de
re 64 logements d’astreintes des l’éducation de base construits descentes sur les
Les populations
ants des écoles 5. Le logement est construit et disponible lieux de N
apportent leur
ire un logement d’astreinte à l’inspecteur 6. Nombre de table-bancs, bureau des réalisations et d
contribution humaine
issement de l’éducation de base (IAEB) écoles Primaires, et des table-bancs et enquêtes auprès c
et matérielle
de 1515 table-bancs et 245 en bureau bureaux des écoles maternelles installés des sectoriels
écoles Primaires, 400 table-bancs et 10 dans les salles de classe
dans les écoles maternelles 7. Nombre de blocs latrines à 3 compartiments
re 31 blocs latrines à 3 compartiments construits dans les écoles primaires
écoles primaires 8. Nombre de points d’eau équipés de PMH
ire 32 points d’eau équipés de PMH et construits et réhabilités dans les écoles
iter 04 autre dans les écoles primaires primaires
ction des blocs administratifs dans les 35 9. Nombre de blocs administratifs construits
dans les écoles
ire des clôtures dans toutes les écoles 10. Nombre de clôtures Construites dans
lles toutes les écoles maternelles
53 enseignants dans les écoles primaires 11. Nombre d’enseignants affectés dans
nseignants dans les écoles maternelles : les écoles primaires et maternelles
AEB d’une moto 12. Une moto est disponible et utilisable par
s écoles primaires de 150 ordinateurs l’IAEB
s 13. Nombre d’ordinateurs distribués

ttendus
02 écoles maternelles et 04 écoles 1. Nombre d’écoles maternelles et écoles
s sont créées construites et équipées primaires créées et construites
6 blocs maternels et 133 salles de 2. Nombre blocs maternels et salles de
es écoles primaires sont construits et classe des écoles primaires construits
3. Nombre de salles de classe des écoles
53 salles de classe des écoles primaires primaires Réhabilitées
habilitées 4. Nombre de logements pour enseignants de
64 logements pour enseignants de l’éducation de base construits
ion de base sont construits 5. Le logement est construit et disponible
ction d’un logement d’astreinte à l’IAEB 6. Nombre de table-bancs, bureau des
1515 table-bancs et 245 en bureau écoles Primaires, et des table-bancs et
écoles Primaires, 400 table-bancs et 10 bureaux des écoles maternelles installés
dans les salles de classe descentes sur les
dans les écoles maternelles sont installés Les populations
7. Nombre de blocs latrines à 3 lieux de N
salles de classe apportent leur
compartiments construits dans les écoles réalisations et d
31 blocs latrines à 3 compartiments sont contribution humaine
primaires enquêtes auprès c
ts dans les écoles primaires et matérielle
8. Nombre de points d’eau équipés de PMH des sectoriels
32 points d’eau équipés de PMH sont
ts et 04 autres Réhabilités dans les écoles construits et réhabilités dans les écoles
s primaires
35 blocs administratifs sont construits 9. Nombre de blocs administratifs construits
s écoles dans les écoles
04 clôtures sont Construites dans toutes 10. Nombre de clôtures Construites dans
es maternelles toutes les écoles maternelles
53 enseignants sont affectés dans les 11. Nombre d’enseignants affectés dans les
rimaires et 16 enseignants dans les écoles primaires et maternelles
aternelles 12. Une moto est disponible et utilisable par
’une moto àl’IAEB l’IAEB
des écoles primaires en 150 ordinateurs 13. Nombre d’ordinateurs distribués
s
Cadre estimatif des coûts
Activités principales
Libellés Montan
, construction et équipement de 02 écoles maternelles : Bika (1), Namedjap (1)
, construction et équipement de l’école maternelle bilingue de Nguélémendouka ville (1)
, construction et équipement de 03 écoles primaires: Kak III (1), Zembe III (1), Effoulan

, construction et équipement de l’école primaire bilingue de Nguélémendouka Ville (1)


ction et équipement de 6 blocs maternels : Ademgola (1), Djamble (1), Ebah (1), Loulou
(1), Mvanda II (1). Total investissement
ction et équipement de 133 salles de classe dans les écoles primaires: Afalon (5),
), Aminemekound (3), Badouma II (6), Bika (4), Bila (4), Djamble (2), Ebah (3),
g I (4), Ekpwassong II (4), Ezambe (6), Kap (6), Koumbambang (6), Koumbou (3), Lamba
(4), Loulou (6), Mayos (6), Mbang I (4), Mbegue (6), Mebi (4), Mialone (5), Miambo (1),
), Mvanda II (4), Ngouong (2), Zili (4), Nguélémendouka II (2), Nkolbana I (1), Oueya II
(3), Zembe I (4), Zembe II (4),
tion de 53 salles de classe : Afalon (1), Aminemekound (1), Azomekout (3), Bika (2), Bila Total Fonctionnement
(2), Ebah (2), Ekpwassong I (2), Ekpwassong II (2), Lamba (1), Lembe (2), Mbang I (2),
ialone (1), Mvanda I (1), Mvanda II (2), Namedjap (7), Ngouong (2), Nguélémendouka I
endouka II (4), Nkolbana I (2), Oueya II (1), samba (3), Zembe I (1), Zili (1).
ion de 64 logements d’astreintes des enseignants des écoles : Afalon (2), Akilbenza (2),
und (2), Badouma II (2), Bika (2), Djamble (2), Ebah (2), Bila (2), Kap (2), Koumbambang
(2), Lamba (2), Loulou (2), Mayos (2), Mbegue (2), Mebi (2), Mialone (2) ; Miambo (2),
2), Mvanda I (2), Mvanda II (2), Ekpwassong I (2), Ekpwassong II (2), Koumbou
out (2), Nkolbana I (2), Oueya II (2), Samba (2), Zembe I (2), Zembe II, Zili (2), Lembe (2).
ion d’un logement d’astreinte à l’AIEB de Nguélémendouka
ment en 424 table-bancs dans les écoles Primaires : loulou (08), Ademegola (40), Miambo Imprévus
nza (49), Mvanda (7), Namedjap (66), Mparagnang (30), Koumbabang (30), Bila (72),
g II (2), badouma II (8), Samba (24), Kap (20), Nkolbana I (3), Aminemekound (2),
), Ekpwassong I (20),
ment en 400 chaisettes et 200 tables rondes dans les écoles maternelles : Ademegola,
vanda II, Azomekout, Bika
ment en10 bureaux de maitre dans les écoles maternelles : Ademegola (2), Djamble (2),
), Azomekout (2) et Bika (2)
ment en 216 bureaux de maitre dans les écoles primaires
ion de 31 blocs latrines à 3 compartiments dans les écoles primaires : Afalon, Akilbenza,
und, Azomekout, Badouma II, Bika, Bila, Ekpwassong I, Ekpwassong II, Ezambe, Kap,
ang, Lembe, Loulou, Mayos, Mbang I, Mbegue, Mialone, Mvanda I, vanda II, Namedjap,
guélémendouka II (2), Oueya II, Samba, Zembe I, Zembe II, Zili, Mebi, Nguélémendouka

tion de 32 points d’eau équipés de PMH dans les écoles primaires : Afalon, Akilbenza,
Badouma II, Bika, bila, Ekpwassong I, Ekpwassong II, Ezambe, Kap, Koumbambang,
amba, Lembe, Loulou, Mayos, Mbang I, Mbegue, Mebi, Mialone, Miambo, Mvanda I,
amedjap, Nguélémendouka II, Nkolbana I, Oueya II, Samba, Zembe I, Zembe II, Zili,

itation de 04 points d’eau : Aminemekound (1), Djamble (1), Ebah (1) et Ngouong (1).
tion des blocs administratifs dans 35 écoles primaires et maternelles
ction des clôtures dans tous les 05 écoles maternelles Total estimatif
ation de 53 enseignants dans les écoles primaires: Afalon (4), Akilbenza (5),
und (4), Azomekout (3), Badouma I (5), Bika (3), Bila (4), Djamble (4), Ebah (3),
g I (4), Ekpwassong II (5), Ezambe I (5), Kap (5), Koumbambang (5), Koumbou (5),
Lembe (4), Loulou (5), Mayos (5), Mbang I (4), Mbegue (5), Mebi (4), Mialone (5), Miambo
I (5), Mvanda II (4), Namedjap (4), Ngouong (3), Nguélémendouka I (8),
douka II (3), Nkolbana I (5), Oueya II (4), Samba (5), Zembe I (3), Zembe II (3), Zili (2).
ation de 16 enseignants dans les écoles maternelles : Ademegola (1), Azomekout (2),
, Ebah (1), Loulou (2), Miambo, (1), Mvanda II (2), Nguélémendouka ville (3) et Mialone

’une moto à l’IAEB de Nguélémendouka


et fournir les écoles primaires en 150 ordinateurs complets
: ENSEIGNEMENT SECONDAIRE

u secteur : Faible accès à l’enseignement secondaire


Moyens de Hypothèses I
Stratégie du plan Indicateurs Objectivement Vérifiables
vérifications (Facteurs d
(Logique d’intervention) (IOV)
(MDV) externes) e
- Taux d’admission (au moins 50%
d’augmentation ;
Enquête INS
périeur (DSCE) - Taux Brut de scolarisation (TBS);
(EDS, ECAM,
ccès et l’équité dans l’enseignement secondaire - Indice de parité (fille /garçon) au moins
etc)
5% d’augmentation) ;
- Taux de couverture.
- Taux d’admission (au moins 50% Le budget alloué
Enquête
toriel stratégique d’augmentation ; à l’enseignement a
auprès des
ffre et la qualité de la formation - Taux de réussite aux examens ; secondaire est l
sectoriels
- Taux de couverture. en augmentation s
1. Nombre de nouveaux établissements
écifiques d’enseignement secondaires Crées et
nstruire et équiper 05 nouveaux établissements construits
. 2. Nombre de salles de classe et un bloc
r 03 salles de classe et un bloc atelier atelier Réhabilités
e et équiper 26 salles de classe dans les 3. Nombre de salles de classe dans les
nts secondaires établissements secondaires Construites
e et équiper 05 établissements secondaire en : 4. Nombre de établissements secondaire
, bibliothèques, salles multimédia équipé en : laboratoires, bibliothèques, descentes sur
Les populations
s, plaques solaires, et des aires de jeux et de loisirs salles multimédia blocs latrines, plaques les lieux de
apportent leur
e et équiper un atelier d’Industrie d’habillement et solaires, et aire de jeux et de loisirs réalisations et
contribution
ociale et Familiale au lycée technique 5. Nombre d’atelier d’Industrie enquêtes
humaine et
04 points d’eau dans les établissements d’habillement et Economie Sociale et auprès des
matérielle
Familiale au lycée technique Construit sectoriels
1 personnels enseignant, 05 secrétaires, 05 et équipé
5 conseillés d’orientation 6. Nombre de points d’eau construits
dans les établissements secondaires
e 04 blocs administratifs dans les établissements ;
7. Nombre de personnels enseignant
nda II, lycée technique de Nguélémendouka, CES affectés
t et CES de Bika 8. Nombre de blocs administratifs
construits dans les écoles
1. Nombre de nouveaux établissements
05 nouveaux établissements d’enseignement d’enseignement secondaires Crées et
sont Crées, construits et équipés construits
s 03 salles de classe et un bloc atelier sont 2. Nombre de salles de classe et un bloc
atelier Réhabilités
26 salles de classe dans les établissements 3. Nombre de salles de classe dans les
s sont Construites et équipées établissements secondaires Construites
05 établissements secondaire sont équipé en : 4. Nombre de établissements secondaire
, bibliothèques, salles multimédia équipé en : laboratoires, bibliothèques, descentes sur
s, plaques solaires, et d’aires de jeux et de loisirs Les populations
salles multimédia blocs latrines, plaques les lieux de
un atelier d’Industrie d’habillement et Economie apportent leur
solaires, et aire de jeux et de loisirs réalisations et
amiliale au lycée technique est Construit et équipé contribution
5. Nombre d’atelier d’Industrie enquêtes
humaine et
d’habillement et Economie Sociale et auprès des
04 points d’eau sont construits dans les matérielle
Familiale au lycée technique Construit sectoriels
nts secondaires et équipé
51 personnels enseignant, 05 secrétaires, 05 6. Nombre de points d’eau construits
t 05 conseillés d’orientation sont affectés dans les dans les établissements secondaires
nts d’enseignement 7. Nombre de personnels enseignant
04 blocs administratifs sont construits dans les affectés
nts ; CES de Mvanda II, lycée technique de 8. Nombre de blocs administratifs
ouka, CES d’Azomekout et CES de Bika construits dans les écoles

Activités principales Cadre estimatif


construction et équipement de 05 nouveaux établissement secondaires : Ebah (CES), Ngouong (CETIC), Kosmadji Libellés
edjap (CETIC), Miambo (CES), Total
ation de 03 salles de classe : Lycée classique de Nguélémendouka (2), Lycée technique (une salle et un bloc investissement
Total
ion et équipement de 26 salles de classe dans les établissements : CES d’Azomekout (6), CES de Bika (6), CES de Fonctionnement
), Lycée Technique de Nguélémendouka (8) Imprévus
ction et équipements de 01 laboratoire dans tous les 05 établissements :
ction et équipements de 01 bibliothèque dans tous les05 établissements :
ment des établissements en plaques solaires dans tous les 05 établissements
ction et équipements d’une salle multimédia dans tous les 05 établissements
ction de 5 blocs latrines dans les établissements : CES de Mvanda II , de Bika, de Azomekout, au lycée classique
echnique Total estimatif
ement des aires de jeux et de loisirs dans les 5 établissements
ion et équipement d’un atelier d’Industrie d’habillement et ESF au Lycée Technique de Nguélémendouka
tion de 04 points d’eau : LYTEG de NGUÉLÉMENDOUKA, CES de Bika, CES de Mvanda, CES d’Azomekout
n de 51 personnels enseignant, 05 sécretaires, 05 infirmiers, 05 conseillés d’orientation :
assique (1 Phylosophie, 2 Français, 3 anglais, 2 informatiques, 3 Histoires et Géographies, 2 Maths, 2 PCT, 1
irmier, 1 secrétaire)
2 FR, 2 Ang, 2 maçons, 1 menuiser, 1 comptable, 2 HG, 1 Secrétaire, 2 informaticiens, 1 infirmier, 1 conseillé
)
nda (1 professeur dan s toutes les matières, 1 infirmier, 1 secrétaire, 1 conseillé d’orientation)
a (1 professeur dans toutes les matières, 1 infirmier, 1 secrétaire, 1 conseillé d’orientation)
mekout (1 professeur dans toutes les matières, 1 infirmier, 1 secrétaire, 1 conseillé d’orientation)
ion de 04 blocs administratifs dans les établissements ; CES de Mvanda II, lycée technique de Nguélémendouka,
ekout et CES de Bika
ADMINISTRATION TERRITORIALE, DECENTRALISATION ET MAINTIEN DE L’ORDRE

secteur : Faible établissement des pièces administratives


Moyens de I
Stratégie du plan Indicateurs Objectivement Vérifiables Hypothèses
vérifications
gique d’intervention) (IOV) (Facteurs externes)
(MDV)
érieur (DSCE)
carts entre riches et les pauvres Les citoyens sont satisfaits des prestations
ration de la distribution des des institutions Enquête INS (EDS, ECAM, etc)
la croissance économique
oriel stratégique - Taux de la population sensibilisée sur Enquêtes auprès des
x populations de jouir de leurs les droits et les devoirs du citoyen populations de la commune
mentaux et d’assumer leurs - taux des citoyens vivant dans un
environnement de sécurité et ayant
accès à l’administration
écifiques 1. Nombre de nouveaux centres d’état 1. Enquêtes auprès des 4. Disponibilité et
nstruire et équiper 10 nouveaux civils Crées et construits populations et de la mairie participation de la 6
t civils 2. Nombre de centres d’état civil 2. descentes sur les lieux de population p
et équiper 07 centres d’état civil construits dans les centres déjà crées réalisations 6. Le personnel a
res déjà crées 3. Nombre de bâtiment réhabilité 3. descentes sur les lieux de pénitencier est affecté 1
r la sous-préfecture, le foyer 4. Nombre de campagnes de réalisations 7. L’Etat décide de p
’ancienne mairie Sensibilisation des populations à 4. Enquête au près de créer un poste de a
ne campagne de Sensibilisation l’élaboration des pièces officielles et populations gendarmerie 1
ons à l’élaboration des pièces d’état civil organisées 5. Enquêtes auprès du 10. Dotation du
c
’état civil 5. Nombre de formation et de recyclage personnel d’identification personnel
et recycler le personnel effectué 6. descentes sur les lieux de 11. Les comités de
n 6. la prison construite et fonctionnelle réalisations
vigilance sont crées
une prison secondaire à la 7. un poste de gendarmerie. est 7. descentes sur les lieux de
fonctionnel à Bika réalisations
nstruire et équiper un poste de 8. Nombre de chefferies matérialisées 8. descentes sur les lieux de
à Bika 9. Nombre de véhicule pick-up dotés à la réalisation
les chefferies dans les villages gendarmerie 9. Enquête auprès de la
er la gendarmerie de 10. Nombre de personnels Affectés gendarmerie
uka en véhicule pick-up dans les postes de gendarmerie 10. Enquête auprès de la
6 personnels dans les postes 11. Nombre de comités de vigilance gendarmerie
rie 11. enquêtes auprès des
renforcés
r les comités de vigilance populations
tendus 1. Nombre de nouveaux centres d’état 1. Enquêtes auprès des 4. Disponibilité et
0 nouveaux centres d’état civils civils Crées et construits populations et de la mairie participation de la 6
onstruits et équipés 2. Nombre de centres d’état civil 2. descentes sur les lieux de population p
s 07 centres d’état civil sont construits dans les centres déjà crées réalisations 6. Le personnel a
ns les centres déjà crées 3. Nombre de bâtiment réhabilité 3. descentes sur les lieux de pénitencier est affecté 1
réfecture, le foyer municipal et4. Nombre de campagnes de réalisations 7. L’Etat décide de p
irie sont réhabilités Sensibilisation des populations à 4. Enquête au près de créer un poste de a
ne campagne de Sensibilisation l’élaboration des pièces officielles et populations gendarmerie 1
ons à l’élaboration des pièces d’état civil organisées 5. Enquêtes auprès du 10. Dotation du
c
’état civil est organisée 5. Nombre de formation et de recyclage personnel d’identification personnel
nel d’identification est Formé et effectué 6. descentes sur les lieux de 11. Les comités de
6. la prison construite et fonctionnelle réalisations
vigilance sont crées
n secondaire est construite à 7. un poste de gendarmerie. est 7. descentes sur les lieux de
uka fonctionnel à Bika réalisations
e gendarmerie Crée, construit et 8. Nombre de chefferies matérialisées 8. descentes sur les lieux de
9. Nombre de véhicule pick-up dotés à la réalisation
0 chefferies sont matérialisées gendarmerie 9. Enquête auprès de la
merie est équipée en véhicule 10. Nombre de personnels Affectés dans gendarmerie
les postes de gendarmerie 10. Enquête auprès de la
06 personnels sont Affectés 11. Nombre de comités de vigilance gendarmerie
es de gendarmerie 11. enquêtes auprès des
renforcés
s de vigilance sont Renforcés populations

Activités principales Cadre estimatif de

construction et équipement de 10 nouveaux centres d’état civils : Ekassong I, kosmadji I, Mparagnang, Libellés
nd, Nkolbana I, zembe II, Koubanbang, Azomekout , Nguélémendouka centre
on des centres d’état civil dans les centres déjà créés : Miambo, Djamblé, Ngouong, Bika, Namedjap, Total investissement
ah
Total
tation de la sous-préfecture de Nguélémendouka
Fonctionnement
ation et équipement du foyer municipal
Imprévus
de l’ancienne mairie
tion des populations à l’élaboration des pièces officielles et d’état civil
et recyclage du personnel d’identification Total estimatif
n d’une prison secondaire à Nguélémendouka
onstruction et équipement d’un poste de gendarmerie à Bika
tion de toutes les chefferies dans les villages
t de la gendarmerie de Nguélémendouka en véhicule pick-up
n du personnel dans les postes de gendarmerie (Sous officiers et hommes de rang)
ent des comités de vigilance
10 : ENSEIGNEMENT SUPERIEUR

du secteur : Faible accès aux études supérieures


Moyens de Hypothèses Ind
Stratégie du plan
Indicateurs Objectivement Vérifiables (IOV) vérifications (Facteurs de
(Logique d’intervention)
(MDV) externes) ex
- % des étudiants dans les Universités
upérieur (DSCE) publiques ;
Enquête INS (EDS,
l’accès et l’équité dans l’enseignement - Nombre de nouveau d’établissements
ECAM, etc.)
universitaires privés créé ;
- Indice de parité (fille /garçon) ;
ectoriel stratégique Taux de jeunes bacheliers de la Région de la
Sondage auprès
nseignement supérieur accessible à commune ayant accès à l’enseignement
des populations
couches sociales supérieur
spécifiques
1.nombre de comité d’information, de
ur pied un comité d’information, de Un mécanisme de
sensibilisation et d’orientation des nouveaux
tion et d’orientation des nouveaux Enquêtes auprès financement est
bacheliers dans la commune créé
dans la commune mis en place
2.Nombre de bourses octroyées aux meilleurs des populations
r 50 bourses aux meilleurs bacheliers
bacheliers locaux chaque année
que année
attendus
1.nombre de comité d’information, de
s un comité d’information, de Un mécanisme de
tion et d’orientation des nouveaux sensibilisation et d’orientation des nouveaux
Enquêtes auprès financement est
dans la commune est mis sur pied bacheliers dans la commune créé mis en place
des populations
s 50 bourses sont octroyées aux 2.Nombre de bourses octroyées aux meilleurs
acheliers locaux chaque année bacheliers locaux chaque année

Activités principales Cadre estimatif des coû


Libellés Montan
Total investissement
place d’un comité d’information, de sensibilisation et d’orientation des étudiants dans la commune
Total Fonctionnement
e 50 bourses aux meilleurs bacheliers locaux chaque année
Imprévus
Total estimatif 33 50
11: SANTE PUBLIQUE

du secteur : Difficulté d’accès aux soins de santé de qualité


Moyens de Hypothèses In
Stratégie du plan Indicateurs Objectivement Vérifiables
vérifications (Facteurs d
(Logique d’intervention) (IOV)
(MDV) externes) e
- Proportion de districts de santé consolidés ;
- Ratio professionnel de santé/population (au
upérieur (DSCE) moins 1,5 pour 1000 habitants) ;
tions de toutes les régions du Cameroun - Proportion de la population desservie par Enquête INS (EDS,
’une bonne santé favorable à leur une formation sanitaire fonctionnelle située ECAM, etc)
n aux efforts de croissance à une heure de marche (une formation
sanitaire à une heure de marche pour au
moins 70% de la population).
Le secteur de la L
ectoriel stratégique Le taux de morbidité Enquête auprès des santé bénéficie a
les conditions de vie des populations Le taux de couverture sectoriels des s
investissements h
spécifiques 1. Nombre de nouveaux centres de santé
onstruire et équiper 02 nouveaux centres construits
2. Nombre de nouveaux bâtiments
ire 3 nouveaux bâtiments dans les centres construits dans les centres de santés existant
existant 3. Nombre de bâtiment Réhabilités au
liter un bâtiment du centre de santé de centre de Nguélémendouka
ndouka 4. nombre de morgues dotée de groupe
ire des morgues dotées d’un groupe électrogène et d’ambulance construite descentes sur les
es et d’une ambulance a Nguélémendouka 5. nombre de lits, laboratoires, de lieux de réalisations
s structures sanitaires de : 25 lits, 2 réfrigérateur, groupes électrogènes et de et enquêtes auprès
s, un réfrigérateur, 04 groupes dispositifs de traitement des déchets dotés des sectoriels
es et 04 dispositifs de traitement des aux structures sanitaires
6. Nombre de blocs Latrines et clôture
ire 04 blocs Latrines et clôture dans les Construits dans les différents centres de
centres de santé santé
ire 04 logements d’astreinte du corps 7. nombre de logements d’astreinte du corps
médical Construits
21 personnels qualifiés dans les structures 8. nombre de personnels qualifiés affectés
dans les structures sanitaires
attendus
1. Nombre de nouveaux centres de santé
s 02 nouveaux centres de santé sont
construits
nstruits et équipés
2. Nombre de nouveaux bâtiments
s 3 nouveaux bâtiments sont construits
construits dans les centres de santés existant
entres de santés existants
3. Nombre de bâtiment Réhabilités au
ns un bâtiment du centre de santé de
centre de Nguélémendouka
ndouka est Réhabilité
4. nombre de morgues dotée de groupe
s une morgue dotée d’un groupe
électrogène et d’ambulance construite descentes sur les
e et d’une ambulance est construite à
5. nombre de lits, laboratoires, de lieux de réalisations
ndouka
réfrigérateur, groupes électrogènes et de et enquêtes auprès
tures sanitaires sont dotées d’au moins :
dispositifs de traitement des déchets dotés des sectoriels
boratoires, un réfrigérateur, 04 groupes
aux structures sanitaires
es et 04 dispositifs de traitement des
6. Nombre de blocs Latrines et clôture
Construits dans les différents centres de
s 04 blocs Latrines et clôture sont
santé
dans les différents centres de santé
7. nombre de logements d’astreinte du corps
s 04 logements d’astreinte du corps
médical Construits
nt Construits
8. nombre de personnels qualifiés affectés
s 21 personnels qualifiés sont Affecté
dans les structures sanitaires
tructures sanitaires

Activités principales Cadre estimatif des c


on construction ; et équipement des centres de 5.3. aménagement des dispositifs de traitement des déchets : Libellés
(1), Imbet (1) Mvanda II (1), Azomekout (1), Nguélémendouka (1), Bika (1) Total
ction de 3 nouveaux bâtiments : Mvanda II (1), 6.1. construction de clôtures (04) : Mvanda II (1), Azomekout investissement
t (1), Nguélémendouka (1) (1), Nguélémendouka (1), Bika (1) Total
ilitation et maintenance des structures sanitaires
6.2. Construction de 04 blocs Latrines : Mvanda II, Fonctionnement
: Nguélémendouka (1) Azomekout, Nguélémendouka, Bika Imprévus
ction d’une morgue dotée d’une Ambulance et un 7. Construction de 04 logements d’astreinte du corps TOTAL 668
ESTIMATIF
ctrogène à Nguélémendouka médical ; Mvanda II (1) ;Azoumekout (1) ; Nguélémendouka
iture des structures en équipements : (1) ; Bika (1) :
nda II (4), Azomekout (4), Nguélémendouka (10), 8. Affectation du personnel dans les structures sanitaires :
Médécins : Nguélémendouka (2) ; IDE ; Nguélémendouka
anda II (1), Bika (1), Réfrigérateur : Mvanda II (2) ; Comis : Nguélémendouka (1) ; Bika (1) ; Azoumekout
(1) ; AS : Azoumekout (1) ; Nguélémendouka (08) ; Bika (2)
ement de 04 Groupes électrogènes : Mvanda II IB : Azomekout (1), Nguélémendouka (2) Assistant Social :
ekout (1) ; Nguélémendouka (1) ; Bika (1) : 2013 Nguélémendouka (2) Matrônes : Bika (1) ; Azoumekout (1) ;
12 : EAU ET ENERGIE
du secteur : Difficultés d’accès à l’énergie électrique, à l’eau potable et aux produits pétroliers
Moyens de Hypothèses
Stratégie du plan
Indicateurs Objectivement Vérifiables (IOV) vérifications (Facteurs d
(Logique d’intervention) (MDV) externes)
upérieur (DSCE) Présence des
r les infrastructures hydrauliques et compteurs
% des ménages ayant accès à l’eau potable et à
es électriques
l’électrification
dans les
ménages
ectoriel stratégique taux de village sont alimentés en électricité Enquête
r les infrastructures d’approvisionnement en taux des populations ayant accès à l’eau potable auprès des
ectrique et en eau sectoriels

spécifiques 1. Nombre de points d’eau construits dans les Enquêtes Les populations
ire 51 points d’eau dans les villages villages auprès des donnent leurs T
iter 36 points d’eau dans les villages 2. Nombre de points d’eau Réhabilités dans les populations et contributions c
iter 03 stations scanwater villages des sectoriels matérielles et d
ger 302 sources dans tous les villages 56 3. nombre de stations scanwater Réhabilités humaines p
4. Nombre de sources Aménagées dans les villages
le réseau électrique dans 40 villages 5. nombre de village l’électrifiés
tous les comités de gestion des points d’eau 6. Nombre de comités de gestion formés

attendus 1. Nombre de points d’eau construits dans les Enquêtes Les populations
ins 51 points d’eau sont construits dans les villages auprès des donnent leurs T
2. Nombre de points d’eau Réhabilités dans les populations et contributions c
ns 36 points d’eau sont Réhabilités dans les villages des sectoriels matérielles et d
3. nombre de stations scanwater Réhabilités humaines p
s 03 stations scanwater Réhabilités 4. Nombre de sources Aménagées dans les villages
ins 302 sources sont aménagées dans tous 5. nombre de village l’électrifiés
s 6. Nombre de comités de gestion formés
au électrique est étendu dans au moins 40

s comités de gestion des points d’eau ont


ormation
Activités principales Cadre estimatif d
ruction de 51 points d’eau dans les villages : Mbang I (2), Mbang II (2), Kak III (1), Oueya II (2), Loulou (1), Imbet (2), Libellés
e II (2),), , Akilbanza (1), Akossa (1), Zembe III (2), Ankouande (1), koumbabang (1), Nkolbana II(1),Oueya I (1), Bila Total
inemekound (2), Ngouong (1), Ekpwassong I (2), Ekpwassong II (1), Badouma II (1), Kouambang II (2), Messague investissement
zambe I (1), Ezambe II (1), Mebi (1), Kap (1), Zembe I (2), Nkolbana I (1), Ebah (2), Effoulan (1), Mvanda II (2), Total
kout (2), Nguélémendouka (3), Nguélémendouka III (2), Mvanda I (1), Kouambang III (1), Fonctionnement
ilitation de 36 points d’eau dans les villages : Messague (1), Koumbou (2), Djamble (1), Miambo (2), Akilbenza (1), Imprévus
a (1), Namedjap (1), Mparagnang (1), Koumbambang (1), Kosmadji II (1), Bila (1), Ekpwassong II (2), Ngouong (1), Total estimatif
ssong I (2), Samba (2), Bika (4), Nguélémendouka (2), Mbegue (1), Nguélémendouka III (2) Boela (1), Lamba (1)
adji I (1), Ekpwassong II (1) Mvanda II (1), Azomkout (1), Ademegola (2),
ilitation de03 stations scanwater d’Azomekout, Boela et Badouma II
agement de 302 sources dans tous les villages 56 par an
sion du réseau électrique dans 40 villages non électrifiés: Mbegue, Mbang I, Mbang II, Kaka II, Loulou, Koumbou,
II, Ademegola, Imbet, Djamble, Boela, Zembe II, Miambo, Lamba, Akilbenza, Akossa, Zembe III, Namedjap,
lap, Ankouande, Koumbambang, Kosmadji II, Oueya I, Bila, Ekpwassong I et II, Badouma II, Kouambang,
gue, Ezambe I et II, Kap, Zembe I, Aminemekound, Ebah, Ngouong, Effoulan, Mvanda II, Azomekout, Nkolbana I et

tion des comités de gestion des points d’eau


TEUR 13: TRAVAUX PUBLICS

lème du secteur : Enclavement


Moyens de Hypothèses Indic
Stratégie du plan Indicateurs Objectivement
vérifications (Facteurs des F
(Logique d’intervention) Vérifiables (IOV)
(MDV) externes) ext
ctif supérieur (DSCE) Niveau de service (indicateur
rer la pérennité du patrimoine infrastructurel de composite) par type d’infrastructures Enquête INS (EDS,
incluant ouvrages et services de ECAM, etc)
gestion.
ctif sectoriel stratégique Enquête auprès des
re les routes praticables sectoriels
Proportion des routes praticables
lopper les infrastructures routières dans la
une de Nguélémendouka
ctifs spécifiques 1. Au moins 50 % d’ouvrages Descentes sur le
habiliter 177 Km de route sur 06 tronçons construits/réhabilités terrain et enquêtes
onstruire des ouvrages ; une digue, 05 buses, 2. nombre de digue, buses, ponts auprès des sectoriels
onts semi-définitifs sur plusieurs axes de la semi-définitifs Construits
une 3. nombre de ponts et digues
efaire 02 ponts et 3 digues sur 02 axes de la Réfectionnés
une 4. Le bâtiment est réfectionné et
fectionner la subdivision des travaux publics de utilisable
lémendouka
ltats attendus 1. Au moins 50 % d’ouvrages Descentes sur le
moins 92 Km sont réhabilités sur 05 tronçons construits/réhabilités terrain et enquêtes
u moins une digue, 05 buses, 07 ponts semi- 2. nombre de digue, buses, ponts auprès des sectoriels
itifs sont Construits sur plusieurs axes de la semi-définitifs Construits
une 3. nombre de ponts et digues
u moins 02 ponts et 3 digues sont Réfectionné Réfectionnés
2 axes de la commune 4. Le bâtiment est réfectionné et
fection de la subdivision des travaux publics de utilisable
lémendouka
Activités principales Cadre estimatif des
éalisation des travaux de réhabilitation de l’axe Nguélémendouka-Mboma (22km), Nguélémendouka-Mpet (40), Libellés Mo
lémendouka-Doumaintang (25km), Esseng-Mbeng (5km), Nguélémendouka-Batidoum-Doumaintang.
onstruction des ouvrages sur les axes ; Koumbou-Miambo (Digue 600m + 30 buses de Ø80),Akilbenza-Koumbou Total 2
investissement
nts semi-définitifs), Miambo-Kak II (2 ponts SD), Namedjap-Effoulan (3 buses) Total 50
Construction d’un pont SD à la digue d’Ademekak Fonctionnement
ose d’un pont SD sur la digue d’Elono Imprévus 5% 100
Pose d’une buse de 80 sur l’axe Nguélémendouka-Namedjap (Entre l’EP et le quartier Yana)
Réfection des ponts sur l’axe Nguélémendouka-Ebah (pk 4+800, 1+300) Total 23
Réfection d’un platelage : Badouma II-Nio (3 Digues)
fection la subdivision des travaux publics de Nguélémendouka
TEUR 14 : AFFAIRES SOCIALES

lème du secteur : Faible encadrement des populations vulnérables


Hypothès Indic
Moyens de
Stratégie du plan Indicateurs Objectivement Vérifiables es d
vérifications
(Logique d’intervention) (IOV) (Facteurs Fac
(MDV)
externes) exte
ctif supérieur (DSCE) - Taux d’implication et de réinsertion de
ouvoir la solidarité nationale et résorber les chaque groupe de populations
lages les plus flagrants entre les femmes et les vulnérables ;
Enquête INS (EDS,
mes dans les groupes sociaux afin de - Indice de satisfaction de la réduction
ECAM, etc)
erver la paix sociale des discriminations envers certains
groupes vulnérables
ctif sectoriel stratégique - Nombre des cas sociaux pris en Enquête auprès des
ettre aux populations vulnérables de satisfaire charge sectoriels
besoins essentiels, de jouir de leurs droits - Taux de couverture
amentaux et d’assumer leurs devoirs
ctifs spécifiques 1. 100 % des cas sociaux sont pris en 9. Enquête auprès de la
laborer un fichier informatique des personnes charge commune
rables de la commune 2. Nombre de pools d’animation rurale 10. Enquête auprès des
éer 04 pools d’animation rurale Crée. sectoriels et des
réer et équiper 06 unités de prise en charge 3. nombre d’unités de prise en charge populations
les formations sanitaires dans les formations sanitaires créées 11. Enquêtes auprès des
nstruire et équiper le centre social en : clôture, 4. nombre et type d’équipement du formations sanitaires
ent d’astreinte, équipement de bureau, engin centre social et d sectoriel
ux roues tout terrain, et le branchement au 5. nombre de personnels affectés dans 12. Enquête auprès du
au électrique et hydraulique le centre social de Nguélémendouka sectoriel
ffecter 03 personnels dans le centre social de 6. nombre, type de dotation octroies au 13. Enquête auprès du
lémendouka centre social pour la prise en charge sectoriel
ter le centre des moyens nécessaire pour la des couches vulnérables 14. Enquête auprès du
en charge des couches vulnérables 7. le nombre de campagnes de sectoriel
rganiser des campagnes de sensibilisation sensibilisation organisées dans les 15. Enquêtes auprès de
les différents villages à travers les pools différents villages à travers les pools la population
réer et construire la maison des personnes du 8. Les bâtiments sont disponibles et 16. Enquête auprès du
âge utilisables sectoriel
ltats attendus 1. 100 % des cas sociaux sont pris en1. Enquête auprès de la
un fichier informatique des personnes charge commune
rables de la commune est élaboré 2. Nombre de pools d’animation rurale
2. Enquête auprès des
pools d’animation rurale sont Crées. Crée. sectoriels et des
unités de prise en charge dans les formations 3. nombre d’unités de prise en charge populations
aires sont créées et équipées dans les formations sanitaires 3. Enquêtes auprès des
centre social est équipé en : clôture, logement, créées formations sanitaires
inte, équipement de bureau, engin à deux 4. nombre et type d’équipement du et d sectoriel
s tout terrain, et branchement au réseau centre social 4. Enquête auprès du
rique et hydraulique 5. nombre de personnels affectés dans sectoriel
u moins 03 personnels sont affectés dans le le centre social de Nguélémendouka
5. Enquête auprès du
e social de Nguélémendouka 6. nombre, type de dotation octroies ausectoriel
centre est doté du nécessaire pour la prise en centre social pour la prise en charge
6. Enquête auprès du
ge des couches vulnérables des couches vulnérables sectoriel
moins une campagne de sensibilisation dans 7. le nombre de campagnes de
7. Enquêtes auprès de
différents villages à travers les pools est sensibilisation organisées dans les la population
nisée chaque année différents villages à travers les pools
8. Enquête auprès du
réer et construire la maison des personnes du 8. Les bâtiments sont disponibles et sectoriel
âge utilisables

Activités principales Cadre estimatif des c


boration d’un fichier informatique des personnes vulnérables de la commune Libellés Mon
réation de 04 pools d’animation rurale : Miambo, , Ekpwassong II, Ebah et Bila Total 35 2
Création et équipement de 06 unités de prise en charge dans les formations sanitaires : Bika, Azomekout, investissement
egola, Mvanda II, Ekpwassong I et Nguélémendouka Total 70
construction d’une clôture au centre social de Nguélémendouka Fonctionneme
construction d’un logement d’astreinte pour le chef de centre social de Nguélémendouka nt
Equipement du centre social de Nguélémendouka : Rideaux (5), Table de conférence circulaire (1), chaises
tiques (100), Plafonniers (4), table bureaux (3), Chaises de réception (6), Ordinateur complet (3), chaises de Imprévus 17
au (3), Photocopieuse (1), engin à deux roues tout terrain (1)
Branchement du centre au réseau électrique et hydraulique
ffectation du personnel dans le centre social de Nguélémendouka (03)
er
Dotation du centre social en produits essentiels (ARV, antalgiques et analgiques, cartons de lait en poudre 1
37 6
(20/semestre), sacs de riz (20/semestre), sacs de soja (20/semestre), cartons de savon (20/semestre) (2014) Total estimatif
Attribution des prothèses inf (10), cannes blanches, Tricycle (60),
Aide de secours (20 millions)
ganisation des séances de sensibilisation dans les différents villages à travers les pools
ème
éation et construction de la maison des personnes du 3 âge à Nguélémendouka
TEUR 15 : PROMOTION DE LA FEMME ET DE LA FAMILLE

lème du secteur : Faible promotion de la femme et de la famille


Moyens de Hypothèses Indicat
Stratégie du plan Indicateurs Objectivement
vérifications (Facteurs des Fa
(Logique d’intervention) Vérifiables (IOV)
(MDV) externes) externe
ctif supérieur (DSCE) - Nombre des familles ayant reçu une
ouvoir l’épanouissement de la cellule bonne éducation sociale.
Enquête INS (EDS, ECAM,
iale et la participation communautaire - Niveau de sensibilité genre dans
etc)
l’éducation familiale
ctif sectoriel stratégique - Nombre des familles ayant reçu une Enquêtes auprès des
liorer les conditions de vie des femmes et bonne éducation sociale ménages
amilles - Nombre des femmes émancipés
- Taux d’unions légales
ctifs spécifiques 1. nombre de centre de (promotion de 1. Descentes sur les lieux 2. Les 6. List
réer, construire et équiper un centre de la femme, formation de la jeune de réalisation hommes
couples
otion de la femme et de la famille et un fille, écoute et accompagnement des 2. Enquête auprès des participent
e d’écoute et d’accompagnement des veuves) construits et équipés populations et sectoriel aux activités inscrits
es 2. Nombre de point focal Genre 3. Enquêtes auprès de la 4. Les
réer des points focaux Genre dans installés dans chaque village population femmes en
ue village 3. nombre de campagne de 4. Enquêtes auprès des couple ont
rganiser une campagne de sensibilisation sensibilisation sur le genre organisé populations et sectoriel l’accord de
genre 4. nombre de femmes formés aux 5. Descentes sur les lieux leur mari
rmer 500 femmes aux petits métiers et petits métiers et doté de fonds de de réalisation 6. Les
doter d’un fonds de roulement roulement 6. Enquêtes auprès des
couples sont
construire et équiper la Délégation 5. La délégation est construite et ménages et de la marie
ondissement du ministère de la promoton équipé 7. Enquêtes auprès des engagés
femme et de la famille (MINPROFF) 6. Nombre de mariages célébrés populations
ganiser des mariages collectifs 7. Nombre d’ateliers organisés
nsibiliser les veuves sur leurs droits
ltats attendus 1. nombre de centre de (promotion de 1. Descentes sur les lieux 2. Les 6. List
u moins un centre de promotion de la la femme, formation de la jeune de réalisation hommes
couples
e et de la famille et un centre d’écoute fille, écoute et accompagnement des 2. Enquête auprès des participent
euves sont créés veuves) construits et équipés populations et sectoriel aux activités inscrits
u moins Un point focal Genre est installé 2. Nombre de point focal Genre 3. Enquêtes auprès de la 4. Les
chaque village installés dans chaque village population femmes en
moins une campagne de sensibilisation 3. nombre de campagne de 4. Enquêtes auprès des couple ont
genre est organisée sensibilisation sur le genre organisé populations et sectoriel l’accord de
u moins 500 femmes sont formées aux 4. nombre de femmes formés aux 5. Descentes sur les lieux leur mari
métiers et dotés de fonds de petits métiers et doté de fonds de de réalisation 6. Les
ment roulement 6. Enquêtes auprès des
couples sont
la Délégation d’arrondissement du 5. La délégation disponible et ménages et de la marie
ROFF est construite et équipé fonctionnelle 7. Enquêtes auprès des engagés
s mariages collectifs sont organisés 6. Nombre de mariages célébrés populations
veuves sont sensibilisées sur leurs droits 7. Nombre d’ateliers organisés

Activités principales Cadre estimatif des c


Création, construction et équipement d’un centre de promotion de la femme et de formation de la jeune fille à Libellés Monta
lémendouka Total 332 5
Création d’un centre d’écoute et d’accompagnement des veuves à Nguélémendouka investissem
Création des points focaux Genre dans chaque village ent
Tenue des campagnes de sensibilisation sur la Convention sur l’Elimination de toutes les Formes de Total 25 0
Fonctionne
rimination à l’Egard des Femmes et D’information et sensibilisation sur le Genre par an
ment
ormation des femmes aux petits métiers avec dotation d’un fonds de roulement
Imprévus 17 8
nstruction et équipement de la Délégation d’arrondissement du MINPROFF à Nguélémendouka
Total 375 3
ganisation des mariages collectifs
nsibilisation des veuves sur leurs droits (4 ateliers) Estimatif
TEUR 16 : JEUNESSE ET EDUCATION CIVIQUE

lème du secteur : Faible encadrement des jeunes

Moyens de Hypothèses Indicat


Stratégie du plan Indicateurs Objectivement
vérifications (Facteurs des Fa
(Logique d’intervention) Vérifiables (IOV)
(MDV) externes) extern
ctif Supérieure (DCSE) :
Nombre de jeunes formés et Enquête INS (EDS,
enter l’offre et la qualité de la formation et de
encadrés ECAM, etc)
adrement des jeunes
ctif sectoriel stratégique taux des jeunes bénéficiant Enquête auprès des
ettre aux jeunes de la commune de bénéficier des des services et programmes sectoriels
ces et programmes mis en place par le Gouvernement mis en place

ctifs spécifiques 1. centre et nombre 1. Descentes sur les Les jeunes Taux
réer, construire et équiper un centre d’alphabétisation et d’ateliers construits et lieux de réalisation sont particip
ntre multifonctionnel avec 04 ateliers équipés 2. Enquêtes auprès intéressés aux ac
ctroyer des financements de 20 projets/an microprojets 2. nombre de microprojet des bénéficiaires
eunes financés chaque année 3. Enquête auprès des
scrire des mouvements des jeunes au Fonds National 3. nombre de mouvements populations et
mploi (FNE) des jeunes inscrits au sectoriels
rganiser des campagnes d’information et sensibilisation FNE 4. Enquêtes auprès
eunes sur les différentes offres de l’Etat en leur faveur 4. Nombre de campagnes des populations et
Plaidoyer pour la création d’une Délégation organisées sectoriels
ondissement à Nguélémendouka avec construction et 5. Une Délégation est 5. Descentes sur les
ement construite et utilisable lieux de réalisation
éer une activité civique, éducative et socioculturelle pour 6. Nombre d’activités 6. Enquêtes auprès
des bénéficiaires
unes réalisées
ltats attendus 1. centre et nombre 1. Descentes sur les Les jeunes Taux
u moins un centre d’alphabétisation fonctionnel et un d’ateliers construits et lieux de réalisation sont particip
e multifonctionnel des jeunes est créé avec 04 ateliers équipés 2. Enquêtes auprès intéressés aux ac
0 microprojets des jeunes par an sont financés 2. nombre de microprojet des bénéficiaires
u moins 20 mouvements des jeunes sont inscrits au financés chaque année 3. Enquête auprès des
3. nombre de mouvements populations et
u moins une campagne est organisée pour informer, des jeunes inscrits au sectoriels
ibiliser et former les jeunes FNE 4. Enquêtes auprès
e Délégation d’Arrondissement est créée et construite à 4. Nombre de campagnes des populations et
lémendouka organisées sectoriels
n carrefour culturel challenge pour la jeunesse est 5. Une Délégation est 5. Descentes sur les
construite et utilisable lieux de réalisation
nisé
6. Nombre d’activités 6. Enquêtes auprès
des bénéficiaires
réalisées

Activités principales Cadre estimatif des coût


Création, construction et équipement d’un centre multifonctionnel à Nguélémendouka Libellés Montan
Création, construction et équipement d’un centre d’alphabétisation fonctionnel (CAF) à Nguélémendouka
Total 124 5
ise en place d’un fonds de financement des microprojets (Octroi des financements aux microprojets des
investissement
s)
Total 18 0
scription des mouvements des jeunes au FNE
Fonctionnement
Vulgarisation et sensibilisation sur les mécanismes d’insertions (PIFMAS, PAJER-U, PIAASI,…)
Formation des jeunes aux techniques de montage de projets et de demande de financements Imprévus 71
formation des jeunes sur les petits métiers Total Estimatif 149 625 000
laidoyer, construction et équipement d’une Délégation d’arrondissement de la jeunesse à
lémendouka
éation d’un carrefour culturel challenge pour la jeunesse à Nguélémendouka (NKAC3J)
TEUR 17 : SPORT ET EDUCATION PHYSIQUE

lème du secteur : Faible développement des activités sportives


Moyens de Indicate
Stratégie du plan Indicateurs Objectivement Hypothèses
vérifications des Fa
(Logique d’intervention) Vérifiables (IOV) (Facteurs externes)
(MDV) externe
ctif Supérieure (DSCE)
lopper les infrastructures sportives pour - % de la population ayant accès aux
Enquête INS (EDS,
ibuer à la création d’un espace infrastructures sportives
ECAM, etc)
omique intégré et viable
ctif sectoriel stratégique Le nombre de pratiquants de sport Enquête auprès des
urager la pratique du sport pour le bien- est en hausse sectoriels
physique
ctifs spécifiques 1. nombre de complexes multisports 1. Descentes sur les 1. L’espace est 2. le
onstruire et équiper un complexe Construit lieux de réalisation disponible est
ultisport 2. nombre de championnat de 2. Enquête auprès 2. Un comité fonct
rganiser un championnat de vacance vacance dans toutes les des populations et d’organisation est 3. Nom
ans toutes les disciplines chaque année disciplines Organisé chaque sectoriel installé grou
onstruire et réhabiliter des infrastructures année 3. Descentes sur les 3. Les jeunes enga
portives existantes 3. Nombre d’infrastructures lieux de réalisation apportent leurs 4. Nom
réer des équipes dans les différentes sportives réhabilitées et 4. Enquête auprès contributions grou
isciplines et les affilier dans les construites des populations et matérielles et enga
dérations nationales 4. Nombre d’équipes formées et sectoriel humaines
affiliées dans les fédérations 4. Les jeunes sont
nationales engagés
ltats attendus 1. nombre de complexes multisports 1. Descentes sur les 1. L’espace est 2. le
n complexe multisports est Construit et Construit lieux de réalisation disponible est
é 2. nombre de championnat de 2. Enquête auprès 2. Un comité fonct
Au moins un championnat de vacance vacance dans toutes les des populations et d’organisation est 3. Nom
toutes les disciplines est Organisé disciplines Organisé chaque sectoriel installé grou
ue année année 3. Descentes sur les 3. Les jeunes enga
des infrastructures sportives sont 3. Nombre d’infrastructures lieux de réalisation apportent leurs 4. Nom
bilitées et construites sportives réhabilitées et 4. Enquête auprès contributions grou
moins une équipe est formée dans les construites des populations et matérielles et enga
entes disciplines et affiliées dans les 4. Nombre d’équipes formées et sectoriel humaines
rations nationales affiliées dans les fédérations 4. Les jeunes sont
nationales engagés
Activités principales Cadre estimatif des coûts
nstruction et équipement d’un complexe multisport à Nguélémendouka Libellés Montants
ganisation des championnats de vacance dans toutes les disciplines chaque année Total investissement 926 0
Construction et réhabilitation des infrastructures sportives existantes Total Fonctionnement 14 0
Réhabilitation des aires de jeux dans les villages (56) Imprévus 46 3
éation des équipes dans les différentes disciplines et affiliation dans les fédérations nationales Total Estimatif 946 300 000
TEUR 18 : TRANSPORT
lème du secteur : Insécurité routière et Coût élevé du transport
Indica
Moyens de Hypothèses
Stratégie du plan Indicateurs Objectivement Vérifiables des
vérifications (Facteurs
(Logique d’intervention) (IOV) Facteu
(MDV) externes)
extern
ctif Supérieure (DSCE)
lopper les infrastructures de transport pour - % de la population ayant accès à Enquête INS
ibuer à la création d’un espace économique l’information et aux services postaux (EDS, ECAM,
ré et viable etc)
ctif sectoriel stratégique Nombre de mesures prises et adoptées Enquête auprès
iter la circulation des biens et des personnes des sectoriels
ctifs spécifiques 1. nombre de campagne, sensibilisation Descentes sur Les populations Nombr
rganiser une campagne de Sensibilisation et et formation des chauffeurs taxis les lieux de comité
s’impliquent dans
rmation des chauffeurs taxis sur la organisée réalisation et routes
glementation en vigueur 2. nombre de fourrière municipale enquête auprès l’entretien des installé
ménager une fourrière municipale à Aménagée à Nguélémendouka des populations routes
guélémendouka 3. nombre de panneaux de signalisation et sectoriel
planter des panneaux de signalisation sur les t implantés sur les routes
utes communales communales
onstruire une gare routière moderne 4. nombre de gare routière moderne
onstruire un parc automobile pour les gros Construite
5. nombre de parc automobile pour les
orteurs
gros porteurs Construits
ltats attendus 1. nombre de campagne, sensibilisation Descentes sur Les populations Nombr
u moins une campagne de Sensibilisation et et formation des chauffeurs taxis les lieux de comité
s’impliquent dans
rmation des chauffeurs taxis sur la organisée réalisation et routes
glementation en vigueur est organisée 2. nombre de fourrière municipale enquête auprès l’entretien des installé
u moins une fourrière municipale est Aménagée Aménagée à Nguélémendouka des populations routes
Nguélémendouka 3. nombre de panneaux de signalisation et sectoriel
es panneaux de signalisation sont implantés t implantés sur les routes
ur les routes communales communales
u moins une gare routière moderne est 4. nombre de gare routière moderne
onstruite Construite
u moins un parc automobile pour les gros 5. nombre de parc automobile pour les
orteurs est Construit gros porteurs Construits
Activités principales Cadre estimatif des coûts
ensibilisation et formation des chauffeurs taxis sur la réglementation en vigueur Libellés Montants
Total investissement 96 0
ménagement d’une fourrière municipale à Nguélémendouka Total Fonctionnement 80
plantation des panneaux de signalisation sur les routes communales Imprévus 48
onstruction d’une gare routière moderne à Nguélémendouka Total Estimatif 108 8
onstruction d’un parc automobile pour les gros porteurs à Nguélémendouka
R 19 : EMPLOI ET FORMATION PROFESSIONNELLE
e du secteur : Faible insertion professionnelle
Moyens de Hypothèses Ind
Stratégie du plan Indicateurs Objectivement
vérifications (Facteurs des
(Logique d’intervention) Vérifiables (IOV)
(MDV) externes) exte
supérieur (DSCE) - Nombre de structures de
oir des emplois décents durables accroître formation professionnelle
bilité de la population active par une crées et fonctionnelles sur
Enquête INS (EDS, ECAM, etc)
professionnelle adaptée l’ensemble du territoire ;
- Nombre d’emplois créés ;
- Taux de chômage.
sectoriel stratégique Le chômage est réduit Enquête auprès des sectoriels
r la qualité de l’emploi et de la formation
nnelle
spécifique 03 SAR/SM sont construits et Descentes sur les lieux de Les populations Tau
construire et équiper 03 SAR/SM équipés réalisation et enquête auprès des donnent des con
sectoriels contributions des
matérielles et pop
humaines
s attendus Nombre de SAR/SM Descentes sur les lieux de Les populations Tau
moins 03 SAR/SM sont créés, construites construites réalisation et enquête auprès des donnent des con
es sectoriels contributions des
matérielles et pop
humaines
Activités principales Cadre estimatif des coûts
n, construction et équipement de 03 SAR/SM dans les villages : Libellés Montants
endouka centre, Azomekout , Mvanda II, Total investissement 2
Total Fonctionnement
Imprévus
Total Estimatif 230 400
20 : PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES, ECONOMIE SOCIALE ET ARTISANAT (PMEESA)
du secteur : Climat local peu incitatif au développement des PME
Stratégie du plan Indicateurs Objectivement Moyens de Hypothèses (Facteurs
Indica
vérifications Facte
(Logique d’intervention) Vérifiables (IOV) externes)
(MDV) extern
upérieur (DSCE)
Niveau de compétitivité des Enquête INS (EDS,
l’environnement des affaires et la
entreprises locales ECAM, etc)
ité des entreprises locales
ectoriel stratégique - Contribution de l’artisanat dans Enquête auprès des
ir et développer les activités des PMEESA l’économie locale sectoriels
la création des richesses et la création des - Nombre d’artisans
écents
spécifiques 1. nombre d’artisans organisés en Descente sur les - Les artisans sont Nomb
un répertoire des artisans GIC par filières lieux de réalisation et informés prom
dissement et les organiser en GIC par 2. nombre de foire et exposition enquêtes auprès des - Les promoteurs sont
organisée chaque année populations et engagés dans le
iser des foires et expositions annuels 3. Nombre de centre artisanal sectoriels projet
construire et équiper un village artisanal construit
r l’accès au crédit pour les promoteurs des 4. Nombre acteurs des PMEESA
SA bénéficiaires chaque année
attendus 1. nombre d’artisans organisés en Descente sur les - Les artisans sont Nomb
ertoire des artisans d’arrondissement est GIC par filières lieux de réalisation et informés prom
2. nombre de foire et exposition enquêtes auprès des - Les promoteurs sont
organisés en GIC par filières organisée chaque année populations et engagés dans le
oins une foire/ exposition est organisée 3. Nombre de centre artisanal sectoriels projet
nnée construit
ins un village artisanal est Crée, construit 4. Nombre acteurs des PMEESA
bénéficiaires chaque année
s au crédit pour les promoteurs des
est facilité
Activités principales Cadre estimatif des coûts
issement d’un répertoire des artisans de Nguélémendouka Libellés Montant
nisation des artisans en GIC par filières Total investissement
iser des foires et expositions annuels Total Fonctionnement
ion, construction et équipement d’un centre artisanal à Nguélémendouka Imprévus
ation de l’accès au crédit pour les promoteurs des PMEESA Total 56 62
21 : RECHERCHE SCIENTIFIQUE ET INNOVATIONS
du secteur : Faible accès aux innovations scientifiques
Moyens de In
Stratégie du plan Indicateurs Objectivement Hypothèses (Facteurs
vérifications
(Logique d’intervention) Vérifiables (IOV) externes)
(MDV)
upérieur (DSCE) - Nombre d’application des résultats de
la recherche dans le secteur de l’industrie la recherche ;
ices - Nombre d’entreprises innovantes
créées Enquête INS (EDS,
- % des femmes développées en ECAM, etc)
femmes et technologies innovantes
- Taux d’amélioration de la productivité.
ectoriel stratégique - Nombre d’application des résultats de Enquête auprès des Les populations La
les connaissances des populations sur les la recherche ; sectoriels expérimentent les ag
s scientifiques - Taux d’amélioration de la productivité. nouvelles techniques au
apprises
spécifiques 1. nombre de champs semenciers mis
la disposition de l’IRAD un terrain pour la en place par l’IRAD
ace des champs semenciers 2. nombre de campagnes de Enquêtes auprès des
ser 02 campagnes de sensibilisation et sensibilisation et formation populations et
sur les produits, les techniques innovantes organisées sectoriels
hytosanitaire 3. nombre de bureaux de l’IRAD
ire et équiper des bureaux de l’IRAD construits
un secrétaire et 02 agents à l’IRAD 4. nombre de personnel affectés à
l’IRAD
attendus 1. nombre de champs semenciers mis
ins un terrain pour la mise en place des en place par l’IRAD
menciers est mis à la disposition de l’IRAD 2. nombre de campagnes de Enquêtes auprès des
ins 02 campagnes de sensibilisation et sensibilisation et formation populations et
sur les produits, les techniques innovantes organisées sectoriels
hytosanitaire sont organisés 3. nombre de bureaux de l’IRAD
s3 bureaux de l’IRAD construits
truits et équipés 4. nombre de personnel affectés à
étaire et 02 agents sont Affectés IRAD l’IRAD
Activités principales Cadre estimatif des co
la disposition de l’IRAD d’un terrain pour la mise en place des champs semenciers Libellés M
ilisation des populations sur les nouvelles variétés Total investissement
ilisation sur les l’utilisation des techniques innovantes pour l’augmentation de la productivité Total Fonctionnement
ilisation des populations sur la lutte phytosanitaire et l’utilisation des intrants Imprévus
ction et équipement des bureaux de l’IRAD à Nguélémendouka Total Estimatif 38 8
ion d’un secrétaire et 02 agents à l’IRAD
TEUR 22 : TOURISME
lème du secteur : Inexistence d’activités touristiques
Moyens de
Stratégie du plan Indicateurs Objectivement Hypothèses Indicateurs
vérifications
(Logique d’intervention) Vérifiables (IOV) (Facteurs externes) Facteurs exte
(MDV)
ctif supérieur (DSCE) - Nombre de touristes
lopper les produits touristiques internationaux par an (au moins
rounais pour faire du Cameroun une 1000 000) ;
nation touristique - Nombre de touristes internes ; Enquête INS (EDS,
- Nombre de sites touristiques ECAM, etc)
aménagés et normalisés ;
- VA touristique / VA totale ;
ctif sectoriel stratégique
ouvoir le tourisme Nombre de touristes visitant la Enquête auprès des
commune sectoriels
ctifs spécifiques 1. nombre de parc de loisirs Descentes sur les
ménager ’un parc de loisirs à aménagé à Nguélémendouka
lieux de réalisation et
guélémendouka 2. nombre de sites touristiques
ménager 6 sites touristiques aménagés enquête auprès des
onstruire et équiper une auberge 3. nombre d’auberge municipale sectoriels et
unicipale Construite populations
ltats attendus 1. nombre de parc de loisirs Descentes sur les
u moins un parc de loisirs est aménagé à Nguélémendouka
lieux de réalisation et
ménagé à Nguélémendouka 2. nombre de sites touristiques
u moins 6 sites touristiques sont aménagés enquête auprès des
ménagés 3. nombre d’auberge municipale sectoriels et
u moins une auberge municipale est Construite populations
onstruite et équipée
Activités principales Cadre estimatif des coûts
énagement d’un parc de loisirs à Nguélémendouka Libellés Montants
énagement de 6 sites touristiques : (Rochers de Bamelap, Grotte de Mvanda 1, Palmier de Total investissement 131 0
lémendouka I, Grottes de Badouma II, Chutes d’eau de Nkolbana II et akilbenza, Rocher de Total Fonctionnement 10 0
bambang,….) Imprévus 65
nstruction et équipement d’une auberge municipale Total Estimatif 147 550 00
EUR 23 : CULTURE
ème du secteur : perte des us et coutumes
Moyens de
Stratégie du plan Indicateurs Objectivement Hypothèses (Facteurs Indicateurs
vérifications
(Logique d’intervention) Vérifiables (IOV) externes) Facteurs ex
(MDV)
tif supérieur (DSCE)
ttre aux populations de satisfaire leurs Part du secteur dans le
Enquête INS (EDS,
s essentiels, de jouir de leurs droits PIB
ECAM, etc.)
entaux et d’assumer leurs devoirs
tif sectoriel stratégique Proportion des us et Enquête auprès des
uvoir la culture coutumes préservés sectoriels

tifs spécifiques 1. Nombre de musées et Descente sur les 1. Un mécanisme de 2. Un com


er, construire et équiper trois musées foyers culturels construits financement est mis en disponibl
lieux de réalisation
un foyer culturel 2. Nombre de festival place fonctionn
aniser un festival annuel organisé chaque année enquête auprès des 2. Un comité est mis en 3. Nombre
borer un guide sur les us et coutumes 3. Nombre de guide élaboré populations et place élaboré
sectoriels 3. Les chefs traditionnels
sont d’accord
tats attendus 1. Nombre de musées et Descente sur les 1. Un mécanisme de 2. Un com
moins trois musées et un foyer culturel foyers culturels construits financement est mis en disponibl
lieux de réalisation
t Crées construits et équipés 2. Nombre de festival place fonctionn
moins un festival est organisé chaque organisé chaque année enquête auprès des 2. Un comité est mis en 3. Nombre
ée 3. Nombre de guide élaboré populations et place élaboré
moins un guide sur les us et coutumes sectoriels 3. Les chefs traditionnels
élaboré sont d’accord
Activités principales Cadre estimatif des coûts
réation, construction et équipement de trois musées dans les villages : Ebah, Azomekout, Libellés Montants
émendouka Total investissement 75
réation, construction et équipement d’un foyer culturel à Nguélémendouka centre Total Fonctionnement 1
ganisation d’un festival annuel Imprévus 3
aboration d’un guide sur les us et coutumes Total Estimatif 79 750 0
TEUR 24 : MINES, INDUSTRIE ET DEVELOPPEMENT TECHNOLOGIQUE
lème du secteur : Faible exploitation du potentiel local de mines
Indic
Moyens de Hypothèses
Stratégie du plan Indicateurs Objectivement s
vérifications (Facteurs
(Logique d’intervention) Vérifiables (IOV) Fact
(MDV) externes)
exte
ctif Supérieure (DSCE)
rer l’industrialisation à travers la transformation et la Enquête INS (EDS,
Part du secteur dans le PIB
isation des matières premières locales et la promotion ECAM, etc)
xportations
ctif sectoriel stratégique Surface et proportion de Enquête auprès des
oiter rationnellement les ressources minières disponibles ressources minières sectoriels
exploitées durablement
ctifs spécifiques 1. Nombre de carrières Enquêtes auprès
ménager et ouvrir l’accès à 17 carrières de sable et aménagés et exploités des populations, de
ier 2. Nombre de journées la mairie et des
rganiser des journées technologiques afin de soutenir et organisées sectoriels
cer les meilleures inventions et innovations
ltat 1. Nombre de carrières Enquêtes auprès
u mois 17 carrières de sable, pierres et latérites sont aménagés et exploités des populations, de
nagés et exploités 2. Nombre de journées la mairie et des
rganiser des journées technologiques afin de soutenir et organisées sectoriels
cer les meilleures inventions et innovations
Activités principales Cadre estimatif des coûts
ménagement et ouverture de l’accès à 17 sites miniers de Oueya II (Graviers), Bika Libellés Montants
le), Lembe (sable), Ngomgnang (sable), Bamelap (graviers), Zembe II (sable), Mbegue Total investissement 42 0
le) Ankouande (sable), Koumbabang (sable et graviers), Lamba (sable), Miambo (sable),
(sable), Zili (sable), Akossa (sable), Kosmadji I (sable), Texas (sable). Total Fonctionnement 30
e journée technologique est organisée par an Imprévus 22
Total Estimatif 47 250 000
TEUR 25 : COMMERCE

lème du secteur : Accès difficile aux marchés


Moyens de Hypothèses Indica
Stratégie du plan Indicateurs par niveaux de la stratégie et
vérifications (Facteurs des Fa
(Logique d’intervention) sources
(MDV) externes) exter
ctif supérieur (DSCE)
- Part des exportations dans le PIB Enquête INS,
rer de manière compétitive la présence
- Déficit de la balance commerciale ECAM
roduits camerounais sur les marchés
ctif sectoriel stratégique Nombre de mesures et d’infrastructures mis en Enquête auprès
liorer le cadre de départ des activités place des sectoriels
erciales
ctifs spécifiques 1. nombre de complexe commercial, d’hangar et Descente sur les L’espace est Quantité
nforcer le marché de Nguélémendouka de charcuterie Construits lieux de disponible d’espac
infrastructures 2. nombre d’hangars de marché construits dans réalisation et aménag
nstruire 10 hangars de marché dans les les villages enquêtes auprès
lages 3. Nombre de parc à bétail et d’abattoir municipal des populations
nstruire un Parc à bétail, d’un Abattoir construits
unicipal 4. Nombre de bâtiments Réhabilités dans le
habiliter 03 bâtiments dans le marché de marché de Nguélémendouka
uélémendouka 5. Nombre de points d’eau, latrines et dispositif
nstruire 1 points d’eau, 2 latrines, 1 de traitement des déchets construits dans le
positif de traitement des déchets dans le marché de Nguélémendouka
arché de Nguélémendouka 6. Nombre de marchés et de ventes groupées
ganiser des marchés et de ventes organisées
oupées dans la commune
ltats attendus 1. nombre de complexe commercial, d’hangar et Descente sur les L’espace est Quantité
moins un complexe commercial, un de charcuterie Construits lieux de disponible d’espac
ngar de 200 comptoirs, un magasin de 2. nombre d’hangars de marché construits dans réalisation et aménag
ckage et une charcuterie sont Construits les villages enquêtes auprès
moins 10 hangars de marché sont 3. Nombre de parc à bétail et d’abattoir municipal des populations
nstruits dans les villages construits
moins un Parc à bétail et un Abattoir 4. Nombre de bâtiments Réhabilités dans le
unicipal sont construits marché de Nguélémendouka
moins 03 bâtiments sont réhabilités 5. Nombre de points d’eau, latrines et dispositif
ns le marché de Nguélémendouka de traitement des déchets construits dans le
moins. 1 point d’eau, 2 latrines, 1 marché de Nguélémendouka
positif de traitement des déchets sont 6. Nombre de marchés et de ventes groupées
nstruits dans le marché de organisées
uélémendouka
ganiser des marchés et de ventes
oupées dans la commune
Activités principales Cadre estimatif des coû
Construction d’un complexe commercial dans le marché de Nguélémendouka Libellés Montants
Construction d’un hangar de marché à Nguélémendouka (200 comptoirs) Total 246 3
Construction et équipement d’une charcuterie dans le marché de Nguélémendouka investissement
Construction d’un magasin de stockage dans le marché de Nguélémendouka Total 10 0
onstruction de 10 hangars de marché dans les villages : Bika, Oueya I, Akilbenza, Azomekout, Mialon, Fonctionnemen
uma II, mvandaII, Mbegue, Ezambe II, koumbambang t
onstruction d’un Parc à bétail à Nguélémendouka Imprévus 12 3
onstruction d’un Abattoir municipal à Nguélémendouka
habilitation de 03 bâtiments dans le marché de Nguélémendouka Total Estimatif 268 6
onstruction de 1 point d’eau, 2 latrines, 1 dispositif de traitement des déchets dans le marché de
lémendouka
organisation des ventes Promotionnelles tous les 03 mois
organisation des ventes groupées des produits de base (Cacao Café)
UR 26 : POSTES ET TELECOMMUNICATION

me du secteur : Faible couverture du réseau de télécommunication et Faible recours aux TIC


Moyens de Hypothèses Indi
Stratégie du plan Indicateurs Objectivement
vérifications (Facteurs des
(Logique d’intervention) Vérifiables (IOV)
(MDV) externes) ex
if Supérieure (DSCE)
Enquête INS
pper les infrastructures de communication et de - % de la population ayant accès à
(EDS, ECAM,
munication pour contribuer à la création d’un espace l’information et aux services postaux
etc)
ique intégré et viable
if sectoriel stratégique Nombre de localités électrifiées et Enquête auprès
performant les infrastructures de poste et de raccordées au réseau de la fibre des sectoriels et
munication optique des populations
ifs spécifiques 1. Nombre de télécentre fonctionnel Descente sur les
struire et équiper un télécentre communautaire à 2. Débit de connexion internet
lieux de
élémendouka 3. Nombre de personnes formées
corder de l’arrondissement au réseau de la fibre optique 4. Nombre de services offerts réalisation et
er les populations sur les Nouvelle Technologie de enquête auprès
rmation et de la Communication (NTIC) des populations
abiliter et équiper la poste
ats attendus 1. Nombre de télécentre fonctionnel Descente sur les
moins un télécentre communautaire est construit et 2. Débit de connexion internet
lieux de
ipé à Nguélémendouka 3. Nombre de personnes formées
ondissement est raccordé au réseau de la fibre optique 4. Nombre de services offerts réalisation et
opulations sont formées sur les NTIC enquête auprès
âtiment de la poste est réhabilité et équipée des populations
Activités principales Cadre estimatif des coûts
struction et équipement d’un télécentre communautaire à Nguélémendouka Libellés Montants
cordement des villages au réseau de la fibre optique Total investissement 460
ation des populations sur les NTIC Fonctionnement Total 10
abilitation et équipement de la poste de Nguélémendouka Imprévus 24
Total Estimatif 494 000 0
7 : COMMUNICATION

u secteur : Faible couverture médiatique


Moyens de
Stratégie du plan Indicateurs Objectivement Hypothèses Indicateurs d
vérifications
(Logique d’intervention) Vérifiables (IOV) (Facteurs externes) exter
(MDV)
périeure (DCSE)
r les infrastructures de communication - % de la population ayant l’accès Enquête INS
buer à la création d’un espace facile à l’information (EDS, ECAM,
e intégré et viable etc)
Enquête auprès
ctoriel stratégique Nombre d’infrastructures
des sectoriels
r des infrastructures de communication disponibles et fonctionnels
et populations
écifique
1. Nombre de bâtiment réhabilité et Descente sur
iter et équiper la radio communautaire de
d’équipement fournis les lieux de
endouka
2. Nombre de personnel qualifiés
02 personnels qualifiés à la radio réalisation
affectés
endouka
attendus
1. Nombre de bâtiment réhabilité Descente sur
iter et équiper la radio communautaire de
et d’équipement fournis
endouka les lieux de
2. Nombre de personnel qualifiés
s 02 personnels qualifiés sont Affectés à réalisation
affectés
Nguélémendouka
Activités principales Cadre estimatif des coû
Libellés Montants
ilitation et équipement de la radio communautaire de Nguélémendouka Total fonctionnement
ation de 04 antennes relais (Aminemekound, Bialesse, Badouma II, Nguélémendouka III) Total investissement
ment de la radio Nguélémendouka en plaques solaires
tion de 02 personnels qualifiés à la radio Nguélémendouka Imprévus
Total Estimatif 125 6
28 : TRAVAIL ET SECURITE SOCIAL

du secteur : Faible couverture médiatique


Moyens de
Stratégie du plan Indicateurs Objectivement Hypothèses (Facteurs Indicateurs
vérifications
(Logique d’intervention) Vérifiables (IOV) externes) Facteurs exte
(MDV)
supérieur (DSCE) - Taux d’augmentation du
les populations des maux, fléaux taux de couverture en
sociaux et promouvoir la sécurité matière de sécurité sociale ; Enquête INS (EDS,
- Taux d’accroissement de ECAM, etc)
90% de la sécurité sociale
sectoriel stratégique Les chefs d’entreprises sont Enquête auprès des
les conditions de travail des sensibilisés sur l’importance populations et
de la couverture sociale sectoriels

spécifiques 1. Nombre de missions Enquêtes auprès des


ser des missions d’inspection réalisés populations et
ibiliser les travailleurs sur leurs 2. Nombre de campagnes sectoriels
organisés
attendus 1. Nombre de missions Enquêtes auprès des
missions d’inspection sont réalisés populations et
ées 2. Nombre de campagnes sectoriels
ravailleurs sont sensibilisés sur organisés
droits
Activités principales Cadre estimatif des coûts
ation des missions d’inspection (5 000 000 FCFA) Libellés Monta
bilisation des travailleurs sur leurs droits (5 000 000 FCFA) Total investissement
Total Fonctionnement
Imprévus
Total Estimatif 10 500
5.3 Cout du PCD
Le tableau 17 présente les différents coûts totaux des microprojets formulés dans les cadres
logiques :
Tableau 17: cout estimatif du PCD
N° SECTEUR COUT ESTIMATIF
1 AGRICULTURE ET DEVELOPPEMENT RURAL 2 625 000 000
2 ELEVAGE, PECHE ET INDUSTRIES ANIMALES 3 155 000 000
3 SANTE PUBLIQUE 668 450 000
4 EDUCATION DE BASE 2 054 228 000
5 ENSEIGNEMENTS SECONDAIRES 832 255 000
6 TRAVAUX PUBLICS 2 361 000 000
7 JEUNESSE 149 625 000
8 ENERGIE ET EAU 1 471 167 500
9 AFFAIRES SOCIALES 37 660 000
10 PROMOTION DE LA FEMME ET DE LA FAMILLE 375 375 000
11 CULTURE 79 750 000
PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES, ECONOMIE
12 56 625 000
SOCIALE ET ARTISANAT
MINES, INDUSTRIE ET DEVELOPPEMENT
13 47 250 000
TECHNOLOGIQUE
14 TOURISME 147 550 000
15 DOMAINES ET AFFAIRES FONCIERES 8 400 000
16 COMMERCE 268 615 000
17 TRANSPORT 108 800 000
18 POSTES ET TELECOMMUNICATION 494 000 000
ADMINISTRATION TERRITORIALE, DECENTRALISATION
19 334 400 000
ET MAINTIEN DE L’ORDRE
20 FORET ET FAUNE 67 935 000
21 ENVIRONNEMENT ET PROTECTION DE LA NATURE 210 785 000
22 DEVELOPPEMENT URBAIN ET DE L’HABITAT 608 000 000
23 EMPLOI ET FORMATION PROFESSIONNELLE 230 400 000
24 TRAVAIL ET SECURITE SOCIALE 10 500 000
25 SPORTS ET EDUCATION PHYSIQUE 946 300 000
26 RECHERCHE SCIENTIFIQUE ET INNOVATION 38 800 000
27 ENSEIGNEMENT SUPERIEUR 33 500 000
28 COMMUNICATION 225 600 000
COUT ESTIMATIF TOTAL 17 646 970 500

102
5.4 Esquisse du Plan d’utilisation et de gestion des terres de l’espace communal
Le tableau 18 présente la matrice diagnostic des ressources naturelles :
Tableau 18 : Matrice diagnostic des ressources naturelles
Ressour
Utilisateurs/ Mode de Problèmes
ces Contrôle
Localisation Potentiel gestion Tendances Actions à entreprendre
naturelle utilisations urs /contraintes
(Accès)
s

- Coupe anarchique du
bois ;
- Intensifier le contrôle ;
- Statut de la forêt non
- Engager le processus de
défini ;
mise en place de forêts
Présence Dégradation - Création des champs non communale et
de (coupe autorisé ; communautaires (poursuivre
Forêt biodiversit Libre fréquente de
bois, récolte des - Insuffisance du personnel
Population services et finaliser) ;
semi Tous les villages é non
locale MINFOF et moyens pour la - Entreprendre des actions de
décidue floristique définie PFNL), pratique
et agricole par surveillance ; reboisement des espaces
faunique endroit. - Occupation par les dégradés ;
habitations ; - Sensibiliser les habitants
- Destruction du couvert actuels sur le statut futur de
arboré ; la forêt.
- Récolte des PFNL.
- feux de brousse;
- Statut de la forêt
- Intensifier le contrôle ;
communale non défini ;
- Engager le processus de
Présence Dégradation - Création des champs non
mise en place de forêts
de la Population (récolte des autorisé ;
communale et
Mbang II, Mbang I biodiversit locale Libre PFNL), pratique - Insuffisance du personnel
Savane Services communautaires (poursuivre
Mbegue, kosmadji é non agricole par et moyens pour la et finaliser) ;
arborée Nomades MINFOF
I, Bika floristique définie endroit, feux de surveillance ;
et BORORO brousse, - Entreprendre des actions de
faunique élevage bovine - Occupation temporaire reboisement des espaces
par les habitations dégradés ;
BORORO ;
- Sensibiliser les populations.
- Destruction du couvert
arboré ;
Ressour
Utilisateurs/ Mode de Problèmes
ces Contrôle
Localisation Potentiel gestion Tendances Actions à entreprendre
naturelle utilisations urs /contraintes
(Accès)
s

- Récolte des PFNL.


Ademegola ;
Zembe II ; - Coupe anarchique du
bois ;
Koumbou ; - Intensifier le contrôle ;
Djamble ; Imbet ; - Statut de la forêt
- Engager le processus de
Boela ; Akossa ; communale non défini ;
mise en place de forêts
Oueya II ; Présence Dégradation - Création des champs non communale et
Nkolbana II; de la (coupe autorisé ; communautaires (poursuivre
Forêt SAMBA ; biodiversit Libre fréquente du
maréca NAMEDJAP ; é
Population Services
non bois ; récolte - Insuffisance du personnel et finaliser) ;
locale MINFOF et moyens pour la - Entreprendre des actions de
geuse MVANDA I ; floristique définie des PFNL),
ZEMBE III ; et pratique agricole surveillance ; reboisement des espaces
EFOULAN ; faunique par endroit, - Occupation par les dégradés ;
EKPWASSONG habitations ; - Sensibiliser les habitants
I ; MEBI ; - Destruction du couvert actuels sur le statut futur de
EZAMBE II ; arboré ; cette forêt.
BADOUMA II ;
ZEMBE I - Récolte des PFNL.

- exploitation artisanale des


ZEMBE III ; carrières; - Explorer les différents sites
EKPWASSONG Pollution des - dégradation du sol, cours afin de déterminer le
I; LOULOU ; cours d’eau et d’eau et végétation ; potentiel réel ;
Libre
OUEYAII ; Population Services
Pierre
MBANG I;
Gravier
locale MINEE
non champs - disparition progressive de - Vulgariser le code minier ;
définie environnant ;
KOUMBAMBANG certains ruisseaux ; - Sensibiliser les populations
; MBANG II; - perte de la biodiversité sur la valeur des roches ;
KOUAMBANG II aquatique ; - Valoriser le potentiel minier.
- pauvreté des sols.
ZEMBE II ; - exploitation artisanale des - Explorer les différents sites
IMBET ; Pollution des carrières; afin de déterminer le
Libre
sable MBEGUE ;
Population Services
non
cours d’eau et - dégradation du sol, cours potentiel réel ;
LOULOU ;
locale MINEE
définie
champs d’eau et végétation ; - Vulgariser le code minier ;
environnant
OUEYA II ; - disparition progressive de - Sensibiliser les populations
MBANG I ; certains ruisseaux ; sur la valeur des roches ;
Ressour
Utilisateurs/ Mode de Problèmes
ces Contrôle
Localisation Potentiel gestion Tendances Actions à entreprendre
naturelle utilisations urs /contraintes
(Accès)
s
NGUÉLÉMENDO - perte de la biodiversité - Valoriser le potentiel
UKA III ; aquatique ; minier ;
MIAMBO ;
AMINEMEKOUN - pauvreté des sols. - Promouvoir les
D ; LAMBA; constructions en matériaux
NGOMGNANG; définitif.
MVANDA I;
NAMEDJAP;
ZEMBE III;
EFOULAN;
EKPWASSONG I;
NKOLBANA I;
NGOUONG;
MPARAGNANG;
MESSAGUE;
MBANG II;
KOUAMBANG II

- exploitation artisanale des - Explorer les différents sites


EFOULAN ; carrières; afin de déterminer le
MEBI ; LOULOU ; - dégradation du sol, cours potentiel réel ;
Population
ZEMBE II ; Pollution des d’eau et végétation ; - Vulgariser le code minier ;
locale, Libre
EZAMBE II ; Service cours d’eau et
latérite
NGOUONG ;
sociétés de
MINEE
non
champs - disparition progressive de - Sensibiliser les populations
travaux définie certains ruisseaux ; sur la valeur des roches ;
ANKOUANDE. environnant
publiques
MPARAGNANG ; - perte de la biodiversité - Valoriser le potentiel minier ;
MESSAGUE aquatique ; - Promouvoir les constructions
- pauvreté des sols. en matériaux définitif.
La figure ci-dessous représente le principal résultat de la consolidation des différentes matrices diagnostic des ressources naturelles
et des unités de paysage identifiées dans les cartes du village :
e6 : Plan d’utilisation et de gestion des terres
6 PROGRAMMATION

107
Cadre de Dépenses à Moyen Terme (CDMT) des projets prioritaires
bleau19 ci-dessous présente le Cadre de Dépense à Moyen Terme (CDMT) des Projets Prioritaires de Nguélémendouka.
leau19 : Cadre de Dépense à Moyen Terme (CDMT) des Projets Prioritaires
Ressources financières (FCFA) Périodes
Activités principales Activités secondaires Indicateurs/sources Part de la Partenair
Total A1 A2 A
Commune es
Identification des GIC
Liste des GIC disponibles
bénéficiaires
Formation de 120 GICS sur la dynamique de 10 000 000
Montage des modules 10 000 000
groupe
Rapport et listes de
Tenue des ateliers présences
Construction d’un
PV de réception
bâtiment
Mise en place d’une coopérative d’utilisation du Achat du matériel et des
Factures disponibles 150 000 000 150 000 000
matériel agricole avec création de 03 antennes équipements
dans les différents groupements Un personnel et le matériel
Mise en place des sont disponibles dans les
antennes antennes
Construction des
Construction et Affectation du personnel dans les bâtiments PV de réception
différents postes agricoles (Kosmadji I, Lamba, 50 000 000 50 000 000
Ebah, Bika et Imbet) Recrutement et Le personnel est disponible
affectation du personnel (liste du personnel)
le bâtiment est réfectionné
Réhabilitation du poste agricole d’Ekpwassong I Réfection du bâtiment 8 000 000 8 000 000
et prêt à l’utilisation
Construction et équipement des magasins de Construction des
PV de réception
stockage (Azomekout, Messague, kosmadji I, bâtiments 200 000 000
200 000 000
Mparagnang, Ekpwassong II, Ngouong,
Aminemekound, oueya I, Zembe II, Miambo) Achat des équipements Factures disponibles

Construction de 10 pépinières agroforestières Les sites sont disponibles


Identification des sites
(Cacao, café, banane/plantain) dans les (certificat de donation)
11 078
villages :Oueya II, Messague, Bila, Imbet, 108 921 386 120 000 000
614
Nguélémendouka centre, Epkwassong I, Ebah, Mise en place des Les plants sont disponibles
Bika, Mvanda I, Lamba. pépinières

Les sites sont disponibles


Identification des sites
(certificat de donation)
Construction de 40 aires de séchage 20 000 000 20 000 000
Mise en place des aires Les aires sont prêtes à
(construction et l’utilisation
aménagement)
Réhabilitation de la Délégation d’arrondissement Réalisation des travaux Le bâtiment est réfectionné 4 000 000 4 000 000
du MINADER de Nguélémendouka
Ressources financières (FCFA) Périodes
Activités principales Activités secondaires Indicateurs/sources Part de la Partenair
Total A1 A2 A
Commune es
Elaboration du Un calendrier est
Organisation de 02 campagnes annuelles de calendrier et disponible ; les populations
sensibilisation sont informées 20 000 000 20 000 000
vaccination de petits bétails
Tenue des campagnes Les animaux sont vaccinés
Formation des populations dans la production Tenue des ateliers Rapport et listes de
présences 5 000 000 5 000 000
locale des aliments des animaux
Identification du site Le site est disponible
Le bâtiment est disponible
Construction des
et prêt à l’utilisation (PV de
Mise en place d’une ferme communale bâtiments 20 000 000 20 000 000
réception)
Achat des équipements Les factures sont
et du matériel disponibles
Identification du site Le site est disponible
Construction d’un Abattoir à Nguélémendouka Construction Le bâtiment est disponible
des 15 000 000 15 000 000
centre et prêt à l’utilisation (PV de
bâtiments
réception)
Information et Les populations sont
sensibilisation informées
Accompagnement des producteurs à l’élevage Appui en intrants Les intrants sont
accessibles 5 000 000 5 000 000
non conventionnel
Nombre d’éleveurs
Coaching des éleveurs
accompagnés
Sensibilisation et informations des populations Campagne de
Les populations sont
sur les normes domaniales et la propriété sensibilisation et
FONCIERES

informées 5 000 000 5 000 000


foncière d’information
Les données
Prélèvement des
topographiques sont
Elaboration d’un plan d’occupation des sols données 2 000 000 2 000 000
disponibles
Planification Le plan est disponible
Elaboration des plans d’urbanisations
HABITAT

(Azomekout, Bika, Mvanda II, et Planification Le plan est disponible 2 000 000 2 000 000
Nguélémendouka centre)
Le périmètre urbain est
Délimitation du périmètre urbain Bornage des terrains 2 000 000 2 000 000
délimité
Mise en place des bacs à ordures dans la ville de Achat des bacs à Les factures sont
NATURE

1 000 000 1 000 000


ION DE

Nguélémendouka (25 bacs) ordures disponibles


LA

Organisation et équipement d’un service


2 000 000 2 000 000
d’hygiène et assainissement à Nguélémendouka
Les bureaux sont
Equipement en 10 bureaux de maitre dans les Confection des bureaux disponibles
BASE

écoles maternelles : Ademegola, Djamble, Les bureaux sont prêts à 1 000 000 1 000 000
Mvanda II, Azomekout et Bika Distribution des bureaux
l’utilisation
Equipement en bureau de maitre dans les écoles Confection des bureaux Les bureaux sont 3 000 000 3 000 000
Ressources financières (FCFA) Périodes
Activités principales Activités secondaires Indicateurs/sources Part de la Partenair
Total A1 A2 A
Commune es
primaires disponibles
Les bureaux sont prêts à
Distribution des bureaux
l’utilisation
Recrutement du
Construction des blocs administratifs dans 36 prestataire Le prestataire est connu
400 000 000 400 000 000
écoles primaires Réalisation des travaux Les écoles sont clôturées
Recrutement du
Construction des clôtures dans les écoles prestataire Le prestataire est connu
25 000 000 25 000 000
maternelles Réalisation des travaux Les écoles sont clôturées
Recrutement du
Le prestataire est connu
prestataire
Création, construction et équipement de Les écoles sont construites
nouveaux établissement secondaires : Ebah Réalisation des travaux (PV de réception) 120 000 000 120 000 000
(CES), Ngouong (CETIC), Kosmadji I (CES), Les factures et les
Namedjap (CETIC). Achat et distribution
équipements sont
d’équipements
disponibles
Recrutement du
Le prestataire est connu
réhabilitation des salles de classe au lycée de prestataire
Nguélémendouka Les salles sont réhabilités 4 000 000 4 000 000
Réalisation des travaux
(PV de réception)
Recrutement du
Le prestataire est connu
Construction de 2 salles de classe au CES prestataire
d'Azomekout Les salles sont disponibles 18 000 000 18 000 000
Réalisation des travaux
(PV de réception)
Les factures et les
Equipement en table-bancs dans les Achat et distribution équipements sont
d’équipements 15 000 000 15 000 000
établissements disponibles
Equipement de tous les établissements en Achat et distribution
Les factures 50 000 000 50 000 000
plaques solaires d’équipements
Aménagement des aires de jeux et de loisirs Réalisation des travaux Les aires de jeux sont
prêtes à l’utilisation 100 000 000 100 000 000
dans les établissements
Recrutement du
Le prestataire est connu
prestataire
Les bâtiments sont
Construction et équipements des laboratoires Réalisation des travaux construits (PV de réception)
200 000 000 200 000 000
dans les établissements Les factures et les
Achat et distribution
équipements sont
d’équipements
disponibles
Recrutement du
Le prestataire est connu
prestataire
Construction et équipements des bibliothèques Réalisation des travaux Les bâtiments sont
construits (PV de réception) 200 000 000 200 000 000
dans les établissements
Achat et distribution Les factures et les
d’équipements équipements sont
Ressources financières (FCFA) Périodes
Activités principales Activités secondaires Indicateurs/sources Part de la Partenair
Total A1 A2 A
Commune es
disponibles
Réalisation des travaux Le bâtiment est réfectionné
Réhabilitation et équipement du foyer municipal Les factures et les 15 000 000 15 000 000
MAINTIEN DE L’ORDRE

Achat et installation des


équipements sont
équipements
disponibles
Achat et installation des Les factures ; les
Equipement de l’Hôtel de ville équipements équipements sont installés 5 000 000 5 000 000

Réfection de l’ancienne mairie Réalisation des travaux Le bâtiment est réfectionné 5 000 000 5 000 000

Acquisition d’un véhicule de liaison pour la mairie Achat du véhicule La facture est disponible 18 000 000 18 000 000
Etablissement des actes de naissance par Organisation des Nombre d’actes de
séances de jugement naissance dressés 5 000 000 4 500 000 9 500 000
jugements supplétifs
Identification des
Liste des bénéficiaires
SUPERIEUR

bénéficiaires
Octroi de 50 bourses aux meilleurs bacheliers
Organisation des 20 000 000 20 000 000
locaux chaque année Les bénéficiaires ont reçus
cérémonies d’octroi des
bourses
bourses

Fourniture des centres de santé en 4 Groupes Les factures ; les groupes


électrogènes : Mvanda II (1) ;Azoumekout (1) ; Achat et distribution sont distribués 1 500 000 1 500 000
Nguélémendouka (1) ; Bika (1) : 2013
Affectation du personnel dans les centres de
santé
Médécins : Nguélémendouka (2) ;
IDE ; Nguélémendouka (2) ;
Comis : Nguélémendouka (1) ; Bika (1) ;
Azoumekout (1) ;
AS : Azoumekout (1) ; Nguélémendouka (08) ;
Bika (2)
IB : Azomekout (1), Nguélémendouka (2)
Assistant social: Nguélémendouka (1)
Matrônes: Nguélémendouka (1) ; Bika (1) ;
Azoumekout (1) ;
Recrutement d’un
Le prestataire est connu
Aménagement d'un forage avec pompe au CSI prestataire 8 500 000 8 500 000
de MVANDA Le forage est disponible
Réalisation des travaux
(PV de réception)
Aménagement d'un forage avec pompe au CSI Recrutement d’un
Le prestataire est connu 8 500 000 8 500 000
d’Azomekout prestataire
Ressources financières (FCFA) Périodes
Activités principales Activités secondaires Indicateurs/sources Part de la Partenair
Total A1 A2 A
Commune es
Le forage est disponible
Réalisation des travaux
(PV de réception)
Recrutement d’un
Le prestataire est connu
prestataire
Construction forage au CSI de BIKA 8 500 000 8 500 000
Réalisation des travaux Le forage est disponible
de construction (PV de réception)
Construction de 20 forages (Mebi, Miambo, Recrutement d’un
Le prestataire est connu
Akilbenza, Effoulan, Mayos, Kap, Kosmadji I et II, prestataire
Ebah, Mvanda I, Namedjap, Ekpwassong I et II, 216 000 000 216 000 000
Akossa, Lamba, Nkolbana II, Koumbou, Oueya I Réalisation des travaux Les forages sont livrés (PV
et II, Samba. de construction de réception)
Recrutement d’un
Le prestataire est connu
Construction de 01 puits équipés de PMH à prestataire
Réalisation des travaux Les puits sont livrés (PV de 16 500 000 16 500 000
Djamble (chefferie)
de construction réception)
Le matériel est disponible
Achat du matériel
Extension du réseau d’eau potable dans la ville (factures)
Les bornes fontaines sont 10 000 000 10 000 000
de Nguélémendouka Réalisation des travaux
installées
Recrutement d’un
Le prestataire est connu
Construction de 08 puits d’eau équipés de PMH : prestataire
Imbet (1), Ezambe I (1), Zembe III (1), Ezambe II Réalisation des travaux Les puits sont livrés (PV de 38 000
2 000 000 40 000 000
(1), Nkolbana I (1), Aminemekound (1), Mbang I de construction réception) 000
(1) et Zembe II (1) Réalisation des travaux Les puits sont livrés (PV de
de construction réception)
Recrutement d’un
Aménagement de 56 sources dans tous les Le prestataire est connu
prestataire
villages 56 000 000 56 000 000
Réalisation des travaux Les puits sont livrés (PV de
de construction réception)
Le matériel est disponible
Achat du matériel
Extension du réseau électrique (factures)
Le réseau est installé et 110 000 000 110 000 000
(Nguélémendouka – Azomekout) Réalisation des travaux
fonctionnel
Le matériel est disponible
Achat du matériel
Extension du réseau électrique (factures)
Le réseau est installé et 495 000 000 495 000 000
(Nguélémendouka – Doumaintang) Réalisation des travaux
fonctionnel
Dotation du centre social en produits essentiels
(ARV, antalgiques et analgiques, cartons de lait Achat et livraison du des Les produits sont
en poudre 1er âge (20/semestre), sacs de riz produits disponibles (factures) 20 000 000 20 000 000
(20/semestre), sacs de soja (20/semestre),
cartons de savon (20/semestre)
Ressources financières (FCFA) Périodes
Activités principales Activités secondaires Indicateurs/sources Part de la Partenair
Total A1 A2 A
Commune es
Versement financier aux
Aide et secours pour les affaires sociales responsables des Le reçu de versement 250 000 250 000
affaires sociales

Création d’un centre d’écoute et Création et mise en Le comité est installé et


place d’un comité fonctionnel 1 500 000 1 500 000
d’accompagnement des veuves

Recrutement du
Le prestataire est connu
prestataire
Construction et équipement d’un centre Les bâtiments sont
Réalisation des travaux
multifonctionnel construits (PV de réception) 45 000 000 45 000 000
Les factures et les
Achat et installation des
équipements sont
équipements
disponibles
Recrutement du
Le prestataire est connu
Construction d'une gare routière à prestataire 12 750
Le bâtiment est construit 2 250 000 15 000 000
Nguélémendouka III Réalisation des travaux 000
(PV de réception)
Recrutement du
Le prestataire est connu
prestataire
Création, construction et équipement de 03
Les bâtiments sont
SAR/SM dans les villages : Réalisation des travaux
construits (PV de réception) 120 000 000 120 000 000
Nguélémendouka centre, Azomekout , Mvanda Les factures et les
II, Achat et installation des
équipements sont
équipements
disponibles
Mise en place d’un
comité de facilitation de Le comité est installé
création de PME
Facilitation de l’accès au crédit pour les Organisation d’une 5 000 000 5 000 000
promoteurs des PMEESA campagne de Nombre de campagnes
sensibilisation et organisées
coaching
Organisation d’une
Sensibilisation des promoteurs des PMEESA sur campagne de Nombre de campagnes
sensibilisation et organisées 5 000 000 5 000 000
la nécessité de légaliser leur PME
coaching
Les certificats de donation
INNOVAT

Identification des sites


Mettre à la disposition de l’IRAD d’un terrain pour sont disponibles
15 000 000 15 000 000
la mise en place des champs semenciers
ION

Les sites sont réceptionnés


Octroi des sites à l’IRAD
et prêts à l’utilisation
Le matériel est disponible
installation des antennes relais (Aminemekound, Achat du matériel
MUNI
CATI
ON

(factures) 60 000 000 60 000 000


Bialesse, Badouma II, Nguélémendouka III) Installation des Les antennes sont
Ressources financières (FCFA) Périodes
Activités principales Activités secondaires Indicateurs/sources Part de la Partenair
Total A1 A2 A
Commune es
antennes installées et prêtes à
l’utilisation

Réalisation des travaux


Le bâtiment est réfectionné
de réhabilitation
Réhabilitation et équipement de la radio
15 000 000 15 000 000
communautaire de Nguélémendouka
Achat et installation des Les équipements sont
équipements installés (factures)

recrutement d’un
Le prestataire est connu
prestataire
Construction d’un hangar de marché avec 100 25 000
comptoirs à Nguélémendouka centre Le hangar est construit et 10 000 000 35 000 000
Réalisation des travaux prêt à l’utilisation (PV de 000
réception)
Cadre sommaire de gestion environnementale du CDMT

6.2.1 Principaux impacts socio-environnementaux potentiels, mesures d’atténuation et d’optimisation


bleau20 ci-dessous présente les Principaux Impacts Socio-environnementaux Potentiels ainsi que les mesures d’atténuation
leau20 : Principaux Impacts Socio-environnementaux Potentiels, mesures d’atténuations et d’optimisation
de
Mesures
Impacts environnementaux Impacts environnementaux négatifs
environnementales Mesures environnementale d’atténua
positifs possibles possibles (risques environnementaux)
d’optimisation
T
- Augmentation des revenus - Risques liés à l’acquisition des terres pour - Privilégier le - Obtenir un acte de donation foncière
dus aux opportunités l’implantation du microprojet recrutement des du village et du propriétaire du site
d’emploi ; - Conflits liés au choix du site/ Déplacement locaux dans la - Compenser les personnes affecté
- Amélioration de l’accès à involontaire pour l’utilisation du site main d’œuvre à conformément aux dispositions du PD
l’eau potable mobiliser
- Conflits liés à l’utilisation, et à la non- - mettre en place un comité de gestion
- Réduction des maladies ; pérennisation de l’ouvrage - Recruter le
personnel sur une - Eviter systématiquement d’implante
- Augmentation des conditions - Pollution du point d’eau soit par les produits base concurrente dans les zones sensibles
d’hygiène phytosanitaires, soit par la latrine et transparente ; - Interdire les champs utilisant
- Réduction des distances - Impacts liés à la pollution des huiles de phytosanitaires aux abords immédia
‘accès à l’eau. vidanges de l’engin d’exhaure (maintenir une distance d’au moins 30
- Pollution de l’air par les poussières dues au - Maintenir les latrines à au moins 50 m
transport des matériaux et circulation des - Utiliser les engins adaptés/ changer le
engins
ts - Mettre en place des bacs de récupér
et - Perte des espèces ligneuses liée au de vidange, et les retourner a
t dégagement du site spécialisées
- Risques d’accident dus aux travaux - Respecter les règles de sécurité au c
- Impacts lies aux déchets générés pendant masques, bottes,)
les travaux - Conduire les travaux durant des pério
- Risques d’inondation et de stagnation des respectant les horaires de cours ;
eaux autour de l’ouvrage - Arroser au droit des travaux avec de
- Risques de contamination et d’infiltration des des cours d’eau permanent
eaux sales ou boueuses - Reboiser au delà de l’emprise de
- Perturbation de la qualité de l’eau convenir sur un site à reboiser
- Manque de volonté des utilisateurs de - Mettre les panneaux de signalisation d
questionner à l’achat des pièces de - Mise en dépôt dans les anciennes zon
rechange ;
- Prévoir un réseau simplifié d’assa
de
Mesures
Impacts environnementaux Impacts environnementaux négatifs
environnementales Mesures environnementale d’atténua
positifs possibles possibles (risques environnementaux)
d’optimisation
T
- Manque d’information sur les magasins eaux de pluie
agrées de vente des pièces de rechange - Sécuriser le point d’eau en l
imperméabiliser les alentours par l
perrés maçonnés
- Renforcer l’esprit participatif des b
l’ouvrage
- Créer une caisse pour la ma
installations
- Identifier les magasins agréés pou
pièces de rechange
- Veiller à ce que les produits de traite
n’altèrent pas la saveur de l’eau natur
de
Mesures
Impacts environnementaux Impacts environnementaux négatifs
environnementales Mesures environnementale d’atténua
positifs possibles possibles (risques environnementaux)
d’optimisation
T
- Augmentation du revenu - Risques liés à l’acquisition des terres pour - Privilégier le - Obtenir un acte de donation foncière
communal l’implantation du microprojet recrutement des - Compenser les personnes affecté
- Amélioration de l’accès aux - Déplacement involontaire pour l’utilisation du locaux dans la conformément aux dispositions du PD
services site main d’œuvre à
mobiliser - Eviter systématiquement d’implante
- Augmentation des revenus - Impacts divers liés aux choix de site dans les zones sensibles
dus aux opportunités - Recruter le
- Pollution odorantes lié à l’exploitation de personnel sur une - Utiliser les engins adaptés/ changer le
d’emploi l’ouvrage base concurrente - Mettre en place des bacs de récupér
- Amélioration des conditions - Pollution de l’air par les poussières dues au et transparente ; de vidange, et les retourner a
d’hygiène et sanitaire transport des matériaux et circulation des - Construire spécialisées
engins l’abattoir au bord - Respecter les règles de sécurité au c
- Perte des espèces ligneuses liée au d’un cours d’eau masques, bottes,)
dégagement du site irrigué
- Arroser au droit des travaux avec de
r - Désinfection
- Risques d’accidents des cours d’eau permanent
permanente de
- Impacts lies aux déchets générés pendant l’abattoir et - Reboiser au-delà de l’emprise de
les travaux alentours convenir sur un site à reboiser
- Risques d’inondation et de stagnation des - Mettre les panneaux de signalisation d
eaux autour de l’ouvrage - Sécuriser l’ouvrage en le clôturant
- Risques de contamination du site pendant - Mettre en place un système de c
l’exploitation de l’ouvrage déchets issus de l’exploitation de l’ouv
- Risque de zoonoses - Prévoir un réseau simplifié d’assa
eaux de pluie et des déchets liés à l
ouvrages
- Instaurer un contrôle systématique de
de
Mesures
Impacts environnementaux Impacts environnementaux négatifs
environnementales Mesures environnementale d’atténua
positifs possibles possibles (risques environnementaux)
d’optimisation
T
- Augmentation du revenu - Risques liés à l’acquisition des terres pour - Privilégier le - Compenser les personnes affecté
communal l’implantation du microprojet recrutement des conformément aux dispositions
- Amélioration de l’accès aux - Conflits liés au choix du site/ Déplacement locaux dans la - Eviter systématiquement d’implante
services involontaire pour l’utilisation du site main d’œuvre à dans les zones sensibles
mobiliser
- Augmentation des revenus - Conflits liés à l’utilisation, et à la non - Utiliser les engins adaptés/ changer le
dus aux opportunités pérennisation de l’ouvrage - Recruter le
personnel sur une - Mettre en place des bacs de récupér
d’emploi - Impacts divers liés aux choix de site de vidange, et les retourner a
base concurrente
- Maitrise du contribuable et - Impacts liés à la pollution des huiles de et transparente spécialisées
du désordre urbain vidanges des engins - Respecter les règles de sécurité au c
- Pollution de l’air par les poussières dues au masques, bottes,)
transport des matériaux et circulation des - Arroser le site des travaux avec de
engins des cours d’eau permanent
nt
- Perte des espèces ligneuses liée au - Reboiser au-delà de l’emprise de
l
dégagement du site convenir sur un site à reboiser
e
- Risques d’accident dus aux travaux - Mettre les panneaux de signalisation d
- Impacts lies aux déchets générés pendant - Construire les ouvrages loin des
les travaux scolaires et sanitaires
- Risques d’inondation et de stagnation des - Mise en place d’une police municipale
eaux autour de l’ouvrage
- Erosion due à l’exploitation des zones
d’emprunts/ carrières de graviers ou de
sable, et/ou à l’excavation du site du projet
- Pollution auditives lié à l’exploitation de
l’ouvrage
- Risque de développement des fléaux sociaux
dans les gares routières et marchés
de
Mesures
Impacts environnementaux Impacts environnementaux négatifs
environnementales Mesures environnementale d’atténua
positifs possibles possibles (risques environnementaux)
d’optimisation
T
- Amélioration de l’accès aux - Risques liés à l’acquisition des terres pour - Privilégier le - Compenser les personnes affecté
services l’implantation du microprojet recrutement des conformément aux dispositions du PD
- Augmentation des revenus - Conflits liés au choix du site/ Déplacement locaux dans la - Eviter systématiquement d’implante
dus aux opportunités involontaire pour l’utilisation du site main d’œuvre à dans les zones sensibles
d’emploi mobiliser
- Conflits liés à l’utilisation, et à la non - Utiliser les engins adaptés/ changer le
- Réduction des déplacements pérennisation de l’ouvrage - Recruter le
personnel sur une - Mettre en place des bacs de récupér
- Augmentation du patrimoine - Impacts divers liés aux choix de site base concurrente de vidange, et les retourner a
communal et des - Impacts liés à la pollution des huiles de et transparente spécialisées
infrastructures sanitaires et vidanges des engins - Respecter les règles de sécurité au c
scolaires masques, bottes,)
et - Pollution de l’air par les poussières dues au
transport des matériaux et circulation des - Arroser le site des travaux avec de
ts engins des cours d’eau permanent
- Perte des espèces ligneuses liée au - Reboiser au delà de l’emprise de
n, dégagement du site convenir sur un site à reboiser
e - Risques d’accident dus aux travaux - Mettre les panneaux de signalisation d
) - Impacts lies aux déchets générés pendant - Sécuriser l’ouvrage en le clôturant
les travaux - Programmer les constructions des s
- Risques d’inondation et de stagnation des en période de vacances
eaux autour de l’ouvrage - Recrutement objectif du personnel qu
- Erosion due à l’exploitation des zones
d’emprunts/ carrières de graviers ou de
sable, et/ou à l’excavation du site du projet
- Perturbation du déroulement des cours dans
les écoles
- Insuffisance du personnel qualifié
d’encadrement
de
Mesures
Impacts environnementaux Impacts environnementaux négatifs
environnementales Mesures environnementale d’atténua
positifs possibles possibles (risques environnementaux)
d’optimisation
T
- Sensibiliser et informer les personnes
nécessité d’un site et les critères de c
- Obtenir un acte de donation foncière
du village et du propriétaire du site
- Informer les personnes touchées;
- Préparer éventuellement un PAR ;
- Compenser les personnes affecté
conformément aux dispositions du PD
- Conflits liés au choix du site/ Déplacement - -Mettre en place un comité de ge
involontaire pour l’utilisation du site établir les règles d’usage, ainsi que le
fonctionnement, et d’entretien, y c
- Conflits liés à l’utilisation, et à la non d’abonnement
pérennisation de l’ouvrage
- Eviter systématiquement d’implante
- Impacts divers liés aux choix de site dans les zones sensibles telles que
- Pollution du point d’eau en raison de la sacrée, cours d’eau, parcs et aires p
proximité de la latrine de frayère, flancs de montagnes etc. ;
- Impacts liés à la pollution des huiles de - Maintenir les latrines à au moins 50 m
vidanges de l’engin d’exhaure - Utiliser les engins adaptés
- Amélioration de l’accès aux - Pollution de l’air par les poussières dues au - Mettre en place des bacs de récupér
services transport des matériaux et circulation des de vidange, et les retourner a
- Augmentation de l’activité engins spécialisées
économique - Perte des espèces ligneuses liée au - Permettre que les - Respecter les règles de sécurité au c
u
- Réduction des déplacements dégagement du site frais des masques, bottes,)
dommages
t - Accès au développement - Augmentation de la prévalence des - Arroser au droit des travaux avec de
atteignent les
des NTIC IST/VIH/SIDA, et éventuellement sur le des cours d’eau permanent
bénéficiaires
braconnage
- Réduction de l’exode rural - Reboiser les alentours de l’ouvrage
- Risques d’accident liés aux travaux
- Amélioration du plateau - sensibiliser les populations riveraines
technique sanitaire - Augmentation des revenus dans la zone du sur les IST et le VIH, et sur le braco
microprojet affiches et réunions
- Impacts lies aux déchets générés pendant - Poser des affiches pour la prévention
les travaux
- Mettre les panneaux de signalisation d
- Risques liés à l’acquisition des terres pour
l’implantation du microprojet - Observer les règles élémentaires de
tenues appropriées, limitation de vites
- Risques d’électrocution
- Recruter le personnel sur une base
- Risques d’incendies transparente ;
- Développement des installations et - Privilégier le recrutement des locau
distributions frauduleuses d’œuvre à mobiliser, ainsi que la tech
- Eviter de déposer les déchets dans
(à au moins 100m, et les étaler)
- Mettre en dépôt la partie
de
Mesures
Impacts environnementaux Impacts environnementaux négatifs
environnementales Mesures environnementale d’atténua
positifs possibles possibles (risques environnementaux)
d’optimisation
T
- Agrandissement et - Risque lié à la non restitution des formations - Les personnes - L’échantillon des personnes form
dynamisme élevé des - Instauration d’activités parallèles autour du choisies doivent représentatif de toute la commune
bénéficiaires projet savoir lire et
- Productivité élevé des écrire
bénéficiaires - Les GICs
t - Les techniques sont plus sélectionnés
adaptées doivent être des
plus dynamiques
- Les rendements et la
productivité sont élevés - Intégrer toutes les
couches sociales
- Maitrise de l’activité et
accroissement de l’adhésion
des bénéficiaires aux projets
- Réduction des dépenses et - Risque lié au non accès à toute la population - Les matériels doivent être remis à de
des déplacements des - Risques liés à la mauvaise utilisation des permettre l’accès la majorité
familles produits - Information/sensibilisation sur le mode
en - Amélioration des conditions - Risques liés à la pérennité des actions - S’assurer de la bonne qualité des pro
et de vie et d’habitat en zone
rurale - Le matériel ou l’équipement n’est pas de
bonne qualité
- Amélioration de l’accès aux
services - Equipement non adapté à certaines zones
- Réduction du culte de l’effort
6.2.2 Plan sommaire de gestion de l’environnement
lan sommaire de gestion de l’environnement du CDMT est consigné dans le tableau 21 suivant:
leau21 : Plan Sommaire de Gestion de l’Environnement

ACTEURS DE
PERIODES ACTEURS DE SUIVI COUTS OBSER
MISE EN ŒUVRE
Mairie (commission
t d’un AD/responsabilisation d’un membre du communale de Conseil municipal, PNDP
ivi du PCD passation des
marchés)
DD MINAS
DD MINEP
e l’AD aux questions socio environnementales PNDP
PNDP
Mairie
DD MINAS
Consultant chargé DD MINEP Coût int
stématique du formulaire d’examen socio concept
de monter le PNDP
ental
microprojet Conseil municipal
Agent de développement
DD MINAS
u COMES aux ASE PNDP
DD MINEP
Mairie
Cons muni
son coû
des EIE pour les MP assujettis : Délégation MINEP ;
moins 7
TDR; Délégation MINAS ;
PNDP pour un
ver les TDR; PNDP ;
Mairie simplifié
onsultant; Agent de développement ;
8 à 10 m
E Conseil municipal
pour étu
ur la compensation des personnes déplacées Mairie Mairie; MINDAF À évalue
ES et des entrepreneurs ainsi que des mesures
entales des MP :
AD À évalue
es mesures environnementales des MP;
du plan de suivi
ACTEURS DE
PERIODES ACTEURS DE SUIVI COUTS OBSER
MISE EN ŒUVRE
clauses environnementales du DAO et des DD MINEP
vironnementales des MP : Mairie, PNDP DD MINAS PM (inté
lauses dans le DAO; entrepreneur AD coûts de
vre des clauses Conseil municipal
Plan d’investissement annuel (PIA)

.3.1 Ressources mobilisables et échéances


idfférentes ressources mobilisables sont présentées dans le tableau suivant :
leau22 : Ressources mobilisables et échéances
Sources de financeme
Budget
teur Micro projet /activités Responsable Partenaires
total
Mairie PNDP FEICOM BIP2012
Construction de 01 puits équipés de PMH à 8 000 000 8 000 000
Djamble (chefferie)
Construction de 05 forages à Mebi, Miambo, 40 000 40 000
Akilbenza, Effoulan, Mayos. 000 000
Extension du réseau électrique 110 000 110 000
(Nguélémendouka – Azomekout) 000 000

Energie Extension du réseau électrique 495 000 495 000


(Nguélémendouka – Doumaintang) 000 000
Extension du réseau d’eau potable dans la 10 000 10 000
ville de Nguélémendouka 000 000
Construction de 08 puits d’eau équipés de
PMH : Imbet (1), Ezambe I (1), Zembe III (1), 40 000 2 000 38 000
Ezambe II (1), Nkolbana I (1), Aminemekound 000 000 000
(1), Mbang I (1) et Zembe II (1)
250
sociales Aide et secours pour les affaires sociales 250 000
000
Etablissement des actes de naissance par 4 500 000
jugements supplétifs
stration Réhabilitation et équipement du foyer 15 000 15 000
riale, municipal 000 000
lisation et Acquisition d’un véhicule de liaison pour la 18 000 18 000
de l’ordre mairie 000 000
5 000
5 000 000
Equipement de l’Hôtel de ville 000
Construction d'une gare routière à 15 000 2 250 12 750
sport 000 000 000
Nguélémendouka III
Construction d’un hangar de marché avec 100 35 000 10 000 25 000
erce 000 000 000
comptoirs à Nguélémendouka centre
teur Micro projet /activités Responsable Partenaires Budget Sources de financeme
total
Mise en place de 02 pépinières agroforestières
avec petit magasin pour la production des
12 740 1 661 11 078
plants agricoles (cacao, café, palmiers à huile, 406 792 614
bananes/plantains) et forestiers à Ouéya II,
ulture
Imbet
Réhabilitation de la Délégation
d’arrondissement du MINADER de 4 000 000 4 000 000
Nguélémendouka
Equipement des salles de classe du lycée de 1 200 000 1 200 000
Nguélémendouka en tables bancs
réhabilitation des salles de classe au lycée de 4 000 000 4 000 000
secondaire Nguélémendouka
Construction de 2 salles de classe au CES 18 000 18 000
d'Azomekout 000 000
Equipement des salles de classe du CES 1 200 000 1 200 000
d’Azomekout en tables bancs
Aménagement d'un forage avec pompe au CSI 8 500 000 8 500 000
de MVANDA
TE Aménagement d'un forage avec pompe au CSI 8 500 000 8 500 000
d’Azomekout
Construction forage au CSI de BIKA 8 500 000 8 500 000
862 54 171 86 828 645 000 61 900
NERAL 390 406 792 614 000 000
.3.2 Programmation annuelle des projets prioritaires
bleausuivant présente les différents microprojets pour l’année 2012 :
leau23 : Programmation annuelle des projets prioritaires

Responsab Ressources Délais


Activités principales Activités Tâches Partenaires
le H M F T1 T2 T3 T4
Préparation des TDR;
Recrutement d’un Lancement des appels d’offre;
prestataire Dépouillement des propositions; Mairie
publication des résultats
nstruction de 01
puits équipés de Mise en place et Réunion de constitution ; organisation Mairie
H à Djamble (chefferie) formation des CGPE
BIP2012
d’un atelier de formation AD

Réalisation des travaux regroupement du matériel ; tenue des Prestataire


de construction travaux ; formation des artisans
réparateurs Mairie
Préparation des TDR;
Recrutement d’un Lancement des appels d’offre;
prestataire Dépouillement des propositions; Mairie
publication des résultats
Mise en place et Réunion de constitution ; organisation Mairie
nstruction de 05 forages
formation des CGPE
FEICOM
d’un atelier de formation AD

Réalisation des travaux regroupement du matériel ; tenue des Prestataire


de construction travaux ; formation des artisans
réparateurs Mairie
Préparation des TDR;
Recrutement d’un Lancement des appels d’offre;
prestataire Mairie
Dépouillement des propositions;
tension du réseau électrique publication des résultats
guélémendouka
– Azomekout) FEICOM
regroupement du matériel ; tenue des Prestataires
Réalisation des travaux travaux ; formation des artisans
réparateurs Mairie
Préparation des TDR;
Recrutement d’un Lancement des appels d’offre;
prestataire Mairie
Dépouillement des propositions;
tension du réseau électrique publication des résultats
guélémendouka
– Doumaintang) FEICOM
regroupement du matériel ; tenue des Prestataires
Réalisation des travaux travaux ; formation des artisans
réparateurs Mairie
Activités principales Activités Tâches Responsab Partenaires Ressources Délais
Préparation des TDR; le
Recrutement d’un Lancement des appels d’offre;
prestataire Mairie
Dépouillement des propositions;
tension du réseau d’eau potable publication des résultats
ns la ville de
Nguélémendouka
regroupement du matériel ; tenue des Prestataires
Réalisation des travaux travaux ; formation des artisans
réparateurs Mairie

Mobilisation des Sensibilisation des populations ; collecte Mairie


ressources des fonds AD
Préparation des TDR;
Recrutement d’un Lancement des appels d’offre;
nstruction de 08 puits d’eauprestataire Dépouillement des propositions; Mairie
uipés de PMH : Imbet (1), publication des résultats
ambe I (1), Zembe III (1),
ambe II(1), Nkolbana I (1), Mairie PNDP
Mise en place et Réunion de constitution ; organisation
inemekound (1), Mbang I (1) et AD
formation des CGPE d’un atelier de formation
mbe II (1)

Réalisation des travaux regroupement du matériel ; tenue des Prestataires


de construction travaux ; formation des artisans
réparateurs Mairie

Versement financier
de et secours pour les affaires
aux responsables des Mairie
ciales
affaires sociales
ablissement des actes deOrganisation des Elaboration et diffusion du calendrier ; Mairie Plan
issance par jugements supplétifs séances de jugement tenue des ateliers Juristes Cameroun
Préparation des TDR;
Recrutement d’un Lancement des appels d’offre;
Mairie
prestataire Dépouillement des propositions;
publication des résultats
habil
itation et équipement du
yer municipal regroupement du matériel ; tenue des Prestataires
Réalisation des travaux
travaux ; Mairie
Achat et installation Prestataires
des équipements Mairie
quisition d’un véhicule de liaison
Achat du véhicule Mairie
ur la mairie
Achat et installation Mairie
uipement de l’Hôtel de ville
des équipements Prestataires
nstruction d'une gare routière àMobilisation des Sensibilisation des populations ; collecte Mairie
uélémendouka III ressources des fonds AD
Activités principales Activités Tâches Responsab Partenaires Ressources Délais
Préparation des TDR; le
Recrutement d’un Lancement des appels d’offre;
prestataire Mairie
Dépouillement des propositions;
publication des résultats PNDP
Réalisation des travaux regroupement du matériel ; tenue des Prestataires
de construction travaux ; Mairie
Mobilisation des Sensibilisation des populations ; collecte Mairie
ressources des fonds AD
Préparation des TDR;
nstruction d’un hangar deRecrutement d’un Lancement des appels d’offre;
arché avec 100 comptoirs àprestataire
Dépouillement des propositions;
Mairie PNDP
uélémendouka
centre
publication des résultats
Réalisation des travaux regroupement du matériel ; tenue des Prestataires
de construction travaux ; Mairie

Mobilisation des Sensibilisation des populations ; collecte Mairie


ressources des fonds AD

ise en place de 02 pépinières Réunion avec les populations ; Mairie


rofo
restières avec petit magasin Identification des sites délimitation du site ; signature des AD
ur la production des plants certificat de donation
ricoles (cacao, café, palmiers à
MINADER PNDP
ile, bananes/plantains) et Mairie
restiers à Ouéya II, Imbet Acquisition du matériel Achat du matériel : installation du matériel
MINADER
Mise en place des Aménagement des sites ; mise en place AD
pépinières des plants MINADER
Préparation des TDR;
Recrutement d’un Lancement des appels d’offre;
Mairie
habilitation de la Délégationprestataire Dépouillement des propositions;
arrondissement du MINADER de publication des résultats
uélémendouka
regroupement du matériel ; tenue des Prestataires
Réalisation des travaux
travaux ; Mairie
uipement des salles de classe du
Mairie
ée de Nguélémendouka enAchat et installation
bles bancs des équipements Prestataires
Préparation des TDR;
Recrutement d’un Lancement des appels d’offre;
Mairie
habilitation des salles de classe prestataire Dépouillement des propositions;
lycée de Nguélémendouka publication des résultats
regroupement du matériel ; tenue des Prestataires
Réalisation des travaux
travaux ; Mairie
Activités principales Activités Tâches Responsab Partenaires Ressources Délais
Préparation des TDR; le

Recrutement d’un Lancement des appels d’offre;


Mairie
nstruction de 2 salles de classe prestataire Dépouillement des propositions;
ces d'Azomekout publication des résultats
regroupement du matériel ; tenue des Prestataires
Réalisation des travaux
travaux ; Mairie

uipement des salles de classe duAchat et installation Mairie


omekout en tables bancs des équipements
S d’Az Prestataires
Préparation des TDR;
Recrutement d’un Lancement des appels d’offre;
prestataire Dépouillement des propositions;
Mairie BIP2012
énagement d'un forage avec
publication des résultats
mpe au CSI de MVANDA
regroupement du matériel ; tenue des
Réalisation des travaux travaux ; formation des artisans Prestataire
réparateurs
Préparation des TDR;
Recrutement d’un Lancement des appels d’offre;
prestataire Dépouillement des propositions;
Mairie BIP2012
énagement d'un forage avec
publication des résultats
mpe au CSI d’Azomekout
regroupement du matériel ; tenue des
Réalisation des travaux travaux ; formation des artisans Prestataire
réparateurs
Préparation des TDR;
Recrutement d’un Lancement des appels d’offre;
prestataire Dépouillement des propositions; Mairie BIP2012
publication des résultats
nstruction forage au CSI de Mise en place et Réunion de constitution ; organisation Mairie
KA formation des CGPE d’un atelier de formation AD

Réalisation des travaux regroupement du matériel ; tenue des Prestataire


de construction travaux ; formation des artisans
réparateurs Mairie
Plan de Passation des marchés du PIA
lendrier de passation des marchés est consigné dans le tableau 24 suivant :
leau24 : Plan de Passation des Marchés
Préparation
Consultation, Evaluation Attribution et
Méthode de (Termes de
ésignation Responsable Montant Avis d'Appel technique et signature du Exécution
sélection Référence,
d'Offres financière contrat
DAO, DP)

n de10puits équipés Appel d'offres 3au 17 Août. 18Août. au 15 au 21 Sept. 23 au 29 5 Avril au 30 Fev.
CCPM 16 500 000 2 a
jamble (chefferie) restreint 2012 14Mars.2012 2012 Sept. 2012 2013

n de 05 forages à
Appel d'offres 3au 17 Août. 18Août. au 15 au 21 Sept. 23 au 29 5 Avril au 30 Fev.
iambo, Akilbenza, CCPM 216 000 000 2 a
restreint 2012 14Mars.2012 2012 Sept. 2012 2013
ayos.

on de 02 puits à Appel d'offres 3au 17 Août. 18Août. au 15 au 21 Sept. 23 au 29 5 Avril au 30 Fev.


CCPM 17 000 000 2 a
t Azomekout restreint 2012 14Mars.2012 2012 Sept. 2012 2013

du réseau électrique Appel d'offres 3au 17 Août. 18Août. au 15 au 21 Sept. 23 au 29 5 Avril au 30 Fev.
CCPM 110 000 000 2 a
ndouka
– Azomekout) ouvert 2012 14Mars.2012 2012 Sept. 2012 2013
du réseau électrique
Appel d'offres 3au 17 Août. 18Août. au 15 au 21 Sept. 23 au 29 5 Avril au 30 Fev.
ndouka – CCPM 495 000 000 2 a
ouvert 2012 14Mars.2012 2012 Sept. 2012 2012
g)
du réseau d’eau
Appel d'offres 3au 17 Août. 18Août. au 15 au 21 Sept. 23 au 29 5 Avril au 30 Fev.
ans la ville de CCPM 10 000 000 2 a
ouvert 2012 14Mars.2012 2012 Sept. 2012 2012
douka
n de 20 forages (Mebi,
Akilbenza, Effoulan,
p, Kosmadji I et II,
Appel d'offres 13 au 27 août 28 août au 26 sept au 1er 2oct au 8 oct 11oct au 22 dec
anda I, Namedjap, CCPM 40 000 000
ouvert 2012 24sept. 2012 oct 2012 2012 2012
g I et II, Akossa,
olbana II, Koumbou,
II, Samba.
Appel d'offres 13 au 27 août 28 août au 6 sept au 1er 2oct au 8 oct 11oct au 22 nov
u cercle municipal CCPM 5 000 000
restreints 2012 24sept. 2012 oct 2012 2012 2012

d’un véhicule de Appel d'offres 13 au 27 août 28 août au 6 sept au 1er 2oct au 8 oct 11oct au
CCPM 18 000 000
la mairie restreints 2012 24sept. 2012 oct 2012 2012 22dec2012

Appel d'offres 13 au 27 août 28 août au 6 sept au 1er 2oct au 8 oct 11oct au 25 fev
t de l’Hôtel deille
v CCPM 5 000 000
restreints 2012 24sept. 2012 oct 2012 2012 2013

n d'une gare routière à Appel d'offres 13 au 27 août 28 août au 6 sept au 1er 2oct au 8 oct 11oct au 22 dec
CCPM 15 000 000
doukaIII, face EP II ouvert 2012 24sept. 2012 oct 2012 2012 2012
Préparation
Consultation, Evaluation Attribution et
Méthode de (Termes de
ésignation Responsable Montant Avis d'Appel technique et signature du Exécution
sélection Référence,
d'Offres financière contrat
DAO, DP)
n d’un hangar de
Appel d'offres 13 au 27 août 28 août au 16 sept au 1er 2oct au 8 oct 11oct au 22 dec
ec 100 comptoirs à CCPM 35 000 000
ouvert 2012 24sept. 2012 oct 2012 2012 2012
douka
centre
on de la Délégation
Appel d'offres 3au 17 Août. 18Août. au 15 au 21 Sept. 23 au 29 5 Avril au 30 Fev.
ement du MINADER CCPM 4 000 000 2 a
restreint 2012 14Mars.2012 2012 Sept. 2012 2013
endouka
t des salles de classe
Appel d'offres 3au 17 Août. 18Août. au 15 au 21 Sept. 23 au 29 5 Avril au 30 Fev.
Nguélémendouka en CCPM 1 200 000 2 a
restreint 2012 14Mars.2012 2012 Sept. 2012 2013
s

n des salles de classe Appel d'offres 3au 17 Août. 18Août. au 15 au 21 Sept. 23 au 29 5 Avril au 30 Fev.
CCPM 4 000 000 2 a
Nguélémendouka restreint 2012 14Mars.2012 2012 Sept. 2012 2013

n de 2 salles de classe Appel d'offres 3au 17 Août. 18Août. au 15 au 21 Sept. 23 au 29 5 Avril au 30 Fev.
CCPM 18 000 000 2 a
omekout restreint 2012 14Mars.2012 2012 Sept. 2012 2013

t des salles de classe


Appel d'offres 3au 17 Août. 18Août. au 15 au 21 Sept. 23 au 29 5 Avril au 30 Fev.
’Azomekout en tables CCPM 1 200 000 2 a
restreint 2012 14Mars.2012 2012 Sept. 2012 2013

ent d'un forage avec Appel d'offres 3au 17 Août. 18Août. au 15 au 21 Sept. 23 au 29 5 Avril au 30 Fev.
SI de MVANDA CCPM 8 500 000 2 a
restreint 2012 14Mars.2012 2012 Sept. 2012 2013

Appel d'offres 3au 17 Août. 18Août. au 15 au 21 Sept. 23 au 29 5 Avril au 30 Fev.


ent d'un forage avec CCPM 8 500 000 2 a
restreint 2012 14Mars.2012 2012 Sept. 2012 2013
SI d’Azo
mekout

n forage au CSI de Appel d'offres 3au 17 Août. 18Août. au 15 au 21 Sept. 23 au 29 5 Avril au 30 Fev.
CCPM 8 500 000 2 a
restreint 2012 14Mars.2012 2012 Sept. 2012 2013
7 MECANISME DE SUIVI-
EVALUATION

132
Après la planification, un mécanisme de suivi-évaluation est mis en place pour l’examen périodique et
continu de la mise en œuvre du PCD. Un comité communal se suivi du PCD sera chargé
d’accompagner l’exécutif municipal dans la mise en œuvre des actions planifiées dans le PIA. A la fin
de l’année budgétaire, une évaluation participative de la mise en œuvre du PIA devra être faite, et la
commune devra élaborer le nouveau PIA et actualiser le PCD à termes.

7.1 Composition et attributions du comité de suivi-évaluation du PCD

7.1.1 Composition du Comité de Suivi du PCD


Le tableau 25 qui suit présente la composition du comité de suivi-évaluation du PCD.
Tableau 25 : Composition du comité de suivi-évaluation du PCD

POSTES NOMS ET PRENOMS


1. Président : Maire de la Commune
2. Vice-Président : Premier Adjoint au Maire
3. Secrétaire du Comité Secrétaire Général de la Commune
4. Membres :

4.1. Représentants des Associations des 1.


Communautés à la base (CC) 2.
4.2. Représentant des Chefs traditionnels 1.
4.3. Représentants du Conseil Municipal
Secteur 1 1.
Secteur 2 1.
Secteur 3 1.
4.4. Représentants des Services Déconcentrés de l’Etat (Sectoriels)
MINEPAT 1. Délégué Départemental du Haut Nyong
MINSANTE 1. Chef de district de santé territorialement compétent
MINEE 1. Délégué Départemental du Haut Nyong
MINTP 1. Délégué Départemental du Haut Nyong
MINDUH 1. Délégué Départemental du Haut Nyong
MINADER 1. Délégué Départemental du Haut Nyong
MINESEC 1. Délégué Départemental du Haut Nyong
MINEDUB 1. Inspecteur d’arrondissement territorialement compétent
MINAS 1. Délégué Départemental du Haut Nyong

4.5. Personnes 1.
ressources 2.-

133
7.1.2 Attributions du comité de suivi-évaluation
Les acteurs du comité de suivi-évaluation doivent s’assurer que le plan s’exécute selon la
programmation prévue. Ainsi, chaque partie prenante a un rôle à jouer.
Les attributions du maire de la commune sont les suivantes :
 Convoquer et présider les réunions du comité et les assemblées générales de la commune ;
 Signer conjointement avec les partenaires au développement identifiés les contrats de
prestations de services ;
 Signer les documents administratifs tels que les convocations et invitations aux réunions, les
correspondances de toute nature adressées à des tiers, les PV des réunions ;
 Cosigner pour le compte de la commune auprès des établissements financiers.
Les attributions du 2e Adjoint au Maire sont les suivantes :
 S’assurer que les résultats des projets financés sont en train de se réaliser comme décrit dans
le cadre logique en termes qualitatifs et quantitatifs ;
 Vérifier que les informations financières collectées sont traitées dans le système comptable
 Pour ce qui est du Secrétaire général il doit :
 Préparer les convocations, invitations et toutes correspondances et les soumettre à la
signature du Président du comité
 Rédiger les procès-verbaux et les comptes rendus des réunions et assemblées générales de
la communauté ;
 Conserver les archives.
Quant aux représentants des communautés de base, des chefs traditionnels, du conseil municipal leur
mission se décline ainsi :
 Suivre les réactions des populations pour tous les biens, les services ou les infrastructures
réalisés ;
 Détecter si ces produits offerts sont en lien avec les souhaits et besoins des populations.
En ce qui concerne les représentants des services déconcentrés de l’Etat (Sectoriels), leur rôle est de:
 Apporter leur expertise dans la conduite des projets en ce qui concerne les budgets, les
ressources humaines nécessaires etc.
 Définir le contexte de la mise en œuvre d’un projet
Enfin, les personnes ressources sont les détenteurs de l’influence morale du comité de suivi, ils
peuvent donner des conseils aux décideurs du comité de suivi.

134
7.2 Indicateurs de suivi et d’évaluation du PIA

7.2.1 Suivi du PIA


Après la planification des actions programmées, la commune doit organiser le suivi de la mise en
œuvre du PIA. Comme pour les autres actions de développement, la responsabilité du suivi des
activités est à partager avec la communauté.
Le suivi se fait par :
• Des entretiens avec les participants de l’activité sur les lieux des réalisations;
• La consultation des documents s’il y en a et l’évaluation de la prise en compte des
recommandations ou des résolutions;
• Synthèse des données dans un cahier de suivi : résumé et présentation des constats et des
recommandations à ceux qui sont concernés par le suivi ou par l’exécution de l’activité.
• Des réunions mensuelles ou trimestrielles et par les rapports d’activités.
Ainsi, l’information continue relayée par le cadre technique de la commune permettra de relever les
progrès ou les retards accusés pendant la mise en œuvre du PIA.
Les tableaux suivants représente quelques outils qui peuvent être utilisés pour le suivi des activités :
Tableau 26 : Exemple de tableau de suivi

Projet Activités Prévues Réalisées Explication Observations


(Indicateurs) (Indicateurs) (Pourquoi les (actions à entre
écarts) prendre

Tableau 27 Exemple de tableau de suivi des réunions

Types de Date de Lieu Ordre Nombre de participants Recommandations


Réunions tenue de la du
réunion jour
Hommes Femmes Jeunes

135
7.2.2 Evaluation du PIA
L’évaluation permettra de :
- apprécier et /ou mesurer les résultats des activités menées à leur terme ou à la fin de la
campagne ;
- Mesurer le niveau de réalisation des objectifs de la planification;
- De réfléchir aux orientations à donner à la campagne suivante.
- D’identifier les qualités et les faiblesses de chaque action.
Deux types d’évaluation seront nécessaires. L’évaluation à mi-parcours permettra de réajuster la mise
en œuvre du PIA et évaluation finale permettra de vérifier les résultats, d’apprécier l’efficacité,
l’efficience et la pertinence des interventions.
L’évaluation se fera par :
• Des entretiens avec les participants de l’activité sur les lieux des réalisations;
• La consultation des documents s’il y en a (cahiers de suivi de réalisation des activités);
• La synthèse des données dans un Tableau de bilan annuel.
Le tableau suivant présente un exemple d’outil d’évaluation :
Tableau 28 : Exemple de tableau de bilan annuel (grille d’évaluation)

Projet Activités Prévues Réalisées Appréciation Difficultés Solutions


(Indicateurs) (Indicateurs) rencontrées proposées

7.3 Dispositif, outils et fréquence du reporting

7.3.1 Dispositif du reporting


Le dispositif est constitué d’un ensemble d’acteurs interdépendants qui sont :
 Le Maire et le reste de l’exécutif communal;
 Le Comité de suivi - évaluation ;
 L’agent communal de développement ;
 Les services déconcentrés de l’Etat ;
 Les OAL et prestataires de services impliqués dans la mise en œuvre du PCD et des
microprojets ;
 Les représentants des communautés bénéficiaires des microprojets ;
 Les organisations/associations à base communautaire.

136
Le comité de suivi assure un rôle central et rend compte à l’exécutif, au conseil Municipal et aux
populations.

7.3.2 Outils et fréquence du reporting


Le tableau 29 présente quelques outils, leur rôle et leur fréquence de réalisation :
Tableau 29 : Outils et fréquence du reporting

Réunions (mensuelles ou Ils serviront à informer sur l’avancement des activités et la


trimestrielles) présence des problèmes ou contraintes.
Ces rapports seront rédigés à des moments spécifiques entre
Rapports techniques (prestataires autres, quand une activité est terminée. Ces rapports techniques
et consultants) permettront en particulier de décrire les aspects quantitatifs et
qualitatifs du travail fait.
Les rapports faits après une mission sur le terrain permettront de
Comptes rendus des missions
faire connaître aux membres du comité de suivi ce qui a été
de terrain
trouvé/constaté pendant la mission.
Ces diagrammes faciliteront l’évaluation de l’avancement des
Diagrammes (bar charts)
activités par rapport à la planification originelle.
PDC/PIA ;
Ces rapports sont rédigés après une période donnée et
Rapports périodiques des permettent d’informer sur l’état d’avancement général des
agents communaux ;
activités et sur le travail des agents communaux.
Fiches de collecte des Ils permettent de faciliter le prélèvement et la consolidation des
données ; données et de sécuriser celles-ci.

7.3.3 Mécanisme de préparation du PIA et de révision du PCD


A la fin de l’année budgétaire, une évaluation participative de la mise en œuvre du PIA devra être
faite, et la commune devra actualiser ses chiffres dans les tableaux de planification stratégiques et
élaborer le nouveau PIA. Ainsi, le maire doit convoquer les sectoriels et les conseillers municipaux
pour élaborer le nouveau PIA en tenant compte des problèmes prioritaires de la population.
Pour ce qui est de la révision du PCD, la commune devra évaluer le niveau de réalisation du PCD et
ensuite réaliser un diagnostic participatif dans les villages afin de relever sur les problèmes et les
nouveaux besoins des populations. Après ce diagnostic, l’OAL devra réajuster les cadres logiques
existants en y intégrant les nouvelles aspirations des populations. Il leur faudra ensuite élaborer une
nouvelle planification stratégique et une programmation triennale. Le processus devra être conduit
avec l’appui des membres du comité de suivi et les autres parties prenantes.

7.3.4 Coût du mécanisme de suivi/évaluation


Le coût estimatif global du mécanisme de suivi-évaluation du PCD est consigné dans le tableau
suivant :

137
Activités Coûts

Réunions/Ateliers 1 000 000

Descentes sur le terrain 2 000 000

Secrétariat 500 000

Total 3 500 000

138
8 PLAN DE
COMMUNICATION SUR LA
MISE EN ŒUVRE DU PCD

139
8.1 Objectifs du plan
Les objectifs du PCD sont de:
- Informer et sensibiliser les différents acteurs au niveau communal
- Impliquer les acteurs au niveau local dans les actions de développement mises en œuvre au sein de la
commune ;
- Appuyer les actions de gouvernance locale au sein de la commune, notamment la vulgarisation du
budget participatif en vue du contrôle citoyen par les bénéficiaires ;
- Assurer la collaboration entre les partenaires intervenant au niveau local ;
- Capitaliser les actions de développement menées dans la commune et les bonnes pratiques
en vue de leur diffusion ;
- Favoriser l’exercice du dialogue social entre les communautés et les communes à travers la
production et la diffusion des informations en rapport les activités de la commune, notamment
la mise en œuvre du PCD;
- Accompagner les populations à s’approprier et à participer à leur développement ;
- Appuyer le maire dans la recherche des financements pour la commune ;
- Assurer la bonne circulation de l’information au sein de la commune ;
- Promouvoir l’image de marque de la commune à l’extérieur.

8.2 Etapes d’élaboration et de mise en œuvre du plan


Les étapes de la mise en œuvre du plan sont les suivantes :
- Etat des lieux du système de communication (par l’agent de développement) ;
- Elaboration du plan (agent communal) ;
- Finalisation du plan au cours d’un atelier ;
- Validation du plan (conseil municipal) ;
- Diffusion du plan auprès des différents acteurs (maire) ;
- Mise en œuvre (maire) ;
- Suivi-évaluation (agent de développement).

8.3 Stratégie
- Finalisation du plan par l’agent de développement lors d’un atelier ;
- production des outils de communication propres à la commune et aux communautés (compte
tenu des réalités sociologiques différentes et des dynamiques locales de Développement qui
varient d’un milieu à un autre) ;
- Spécialisation de l’agent de développement dans la conduite du plan de communication en
attendant la mise à disposition du maire d’un expert en la matière ;
- Mise en place des relais de communication (point focaux) au niveau des communautés pour
assurer la collecte et la remontée des informations au niveau local.
- Renforcement préalable des capacités du maire, de l’agent développement et des relais
communautaires en matière de communication (séminaire sur la production des supports de

140
communication adaptés à la commune, séminaire sur la gestion de la communication au
niveau communal, etc.)

8.4 Cibles de la commune

Les différentes cibles potentielles de la commune sont présentées dans le tableau suivant :
Cibles principales Cibles indirectes
- Les acteurs institutionnels (Gouverneur, - Les relais locaux (Conseillers
Préfets, Sous-préfets et assimilés) ; municipaux, Députés, AGC, CC, Chefs
- Les partenaires techniques et financiers ; traditionnels, Griots, leaders d’opinion,
- Les projets et programmes de Imams/Pasteurs, toutes les forces
développement endogènes ayant une certaine emprise sur
- Les bénéficiaires (communautés rurales,) ; les populations) ;
- La société civile (ONG, élus locaux, - Les médias publics ou privés (Radios
prestataires de service…) ; communautaires, etc.) ;
- Les services déconcentrés de l’Etat - Les élites urbaines ;
- Les élites extérieures et la diaspora - Les associations locales.
- Les entreprises locales
- Les ONG et les Fondations occidentales

8.5 Dispositif de communication au niveau communal


Le dispositif de communication de la Commune repose sur le maire qui en est le principal animateur
appuyé dans cette mission par son chargé de la communication.
Ce dispositif comprend :
Le Conseil municipal qui :
- valide le programme de communication de la commune;
- définit les grandes lignes et les orientations;
Le Maire qui :
- met en œuvre les actions de communication au niveau communal
- conduit les actions de plaidoyer avec l’appui du chargé de la communication
le Chargé de la communication qui :
- conseille le maire en matière de communication
- veille à la bonne circulation de l’information
- produit les supports et les outils de communication
- gère la communication interne et externe
- appuie le maire dans les activités de plaidoyer et de promotion pour capter les
financements
Les Opérateurs contractuels et les médias (radios communautaires, télé centres
communautaires,
- Apportent un appui technique et logistique à la production des supports et messages

141
- Diffuse les messages
Les relais communautaires ont pour rôle de :
- Faire passer les informations à la base à travers leurs canaux spécifiques
- Recevoir et transmettre les réactions de la base au niveau de la commune

142
Planification des activités de communication au niveau communal

.6.1 Communication interne au sein de la commune en tant qu’institution


leau30 : plan de communication interne

Objectif Activité Emetteur Récepteur Supports/outils Période indica


Créer des adresses email
pour chaque personnel chargé de Conseiller
internet
communication municipaux

créer un carnet
d’adresses Chargé de la Conseillers
communication municipaux
ssurer une bonne Janvier
circulation de Maire et ses – février
créer une fiche de adjoints 2012
ormation en interne Chargé de
circulation interne des
communication
documents

Clé
Chargé de postale
créer une boîte postale
communication fiche
d’ouver

.6.2 La communication institutionnelle


La communication avec les autorités et les sectoriels
leau31 : plan de communication avec les autorités et les sectoriels
objectif activités émetteur récepteur Support/outil période indic
rmer
ulièrement les - membres du
Produire et diffuser - Chargé de la
orités nationales, gouvernement
un rapport communication Cahier
ionales et locales - gouverneur Rapport trimestriel trimestriel
trimestriel - Agent de transm
activités de la - sectoriels
d’activités développement
mune les - préfet
orités
La communication avec les bénéficiaires
leau32 : Plan de communication avec les bénéficiaires

Objectif Activités Emetteur Récepteur Support/outil Période indi


biliser les - maires
tions sur organiser des causeries
- conseillers Plan communal de Jan 2012- Enqu
rtance des éducatives avec les communautés
municipaux développement Déc. 2020 partic
és de populations
ppement
uer le DSCE aux Organiser des campagnes Délégué - communes DSCE Janvier Liste
tions de sensibilisation et de départemental du - communautés 2012 – prése
vulgarisation sur le DSCE MINEPAT Décembre
au niveau des 2012
communautés
uer le plan Séance de restitution des - Maire communautés Plans communaux de Au m
unal de PCD au niveau des - Conseillers développement séanc
ppement aux communautés municipaux organ
tions pour les
er dans la mise en
des actions
nues
uvoir la Communiquer sur le maire communautés - Médias locaux Janvier 20 ex
rnance locale budget et le compte - Site internet 2012- comp
administratif de la communal décembre admin
commune 2014 et de
- concertation avec les affich
communautés
- babillard de la
commune
Communication avec la société civile et le secteur privé
leau33 : Plan de communication avec la société civile et le secteur privé

if Activité Emetteur Récepteur Supports/outils Période Indicate


er la société civile et le Organiser des Le maire Société correspondances Janvier
r privé dans la conduite rencontres avec la civile/secteur 2012-
tions de développement société civile et le privé décembre
secteur privé 2014
tuer une banque de Mettre en place un Chargé de la maire Livret des acteurs Janvier – Réperto
s sur la société civile et répertoire communication décembre disponib
eur privé 2012
er régulièrement la Concevoir et Chargé de la Société civile, - Rapport d’activités Jan 2012- Liste
civile et le secteur privé diffuser un rapport communication secteur privé trimestriel, semestriel Déc. 2020 diffusion
activités de la commune d’activités et annuel rapport
trimestriel - site internet
- mailing

la Communication avec les partenaires techniques et financiers


leau34 : Plan de communication avec les partenaires techniques et financiers
Objectif Activités Emetteur Récepteur Support/outil Période In
r les partenaires Constituer un répertoire des Chargé de la maires Plan communal de Janvier – Rép
partenaires communication développement décembre disp
2012
iliser et impliquer les Organiser des séances de Chargé de la maires Séances de travail Janvier Com
ires dans le travail et créer des cadres de communication 2012- ren
us de concertation entre la décembre disp
pement de la commune et les partenaires 2014
ne
r régulièrement les Produire et diffuser le rapport -Maire Projets et Rapport d’activités Janvier Rap
ires sur l’exécution d’activités -Conseillers programmes 2012- diffu
de développement municipaux Bailleurs de décembre
autres activités de la fonds 2014
ne
ONG
Communication avec les élites extérieures et la diaspora
leau35 : Plan de communication avec les élites extérieures et la diaspora
Activités Emetteur Récepteur Support/outil Période In
r les élites extérieures et Constituer un répertoire des Chargé de la maires Janvier – R
de la diaspora élites extérieures et acteurs communication décembre di
de la diaspora 2012
iser et impliquer les élites Organiser des campagnes Chargé de la maires Campagnes Janvier C
res et les élites de la de sensibilisation auprès communication d’information avec 2012- re
dans le processus de des élites extérieures et les plan communal de décembre di
pement de la commune acteurs de la diaspora développement 2014
comme support
régulièrement les élites Produire et diffuser le -Maire Elites Rapport d’activités Janvier R
res et les acteurs de la rapport d’activités -Conseillers extérieures transmis par email ou 2012- di
sur l’exécution du plan de municipaux diaspora diffusé sur le site décembre
pement et des autres internet de la 2014
de la commune commune

.6.3 La communication de masse


leau36 : Plan de communication de masse
jectif Activité Emetteur Récepteur Support/outil Période Indicateur
Organiser des émissions Chargé de la Grand public Médias de Janvier – Nombre
sur les radios communication masse décembre 2012 d’émissions
rmer le grand
communautaires ou diffusées
lic sur les
régionales
vités de la
mune, Concevoir, mettre en ligne Chargé de la Public national Site internet Jan 2012- Déc. Site en ligne
boration et la et actualiser régulièrement communication et international 2020
e en œuvre le site web de la commune
plan Organiser des points de Chargé de la journalistes dossiers de Janvier 2012- Au moins
munal de presse communication presse décembre 2014 points de pre
eloppement organisés
Réaliser des reportages et Chargé de la Grand public Médias de Janvier 2012- Au
des documentaires sur les communication masse décembre 2014 documentaires
activités de la commune réalisés
Créer et diffuser un journal Chargé de la Grand public Journal Janvier – Nombre d’éditio
communal communication communal décembre 2012
8.6.4 Actions de plaidoyer
Tableau 37 : Plan d’action de plaidoyer
Support/
Objectif Activité Emetteur Récepteur Période Indicateur
outil
Rechercher des Organiser des rencontres maire MINEPAT PCD et Jan Aux moins
financements auprès du MINEPAT état de 2012- 30 séances
alternatifs pour mise en Déc. de travail
la mise en œuvre 2020
œuvre du plan
de Organiser des rencontres Maire partenaires PCD et Jan Au moins
développement auprès des bailleurs et état de 2012- 30
des projets ainsi que les mise en Déc. réunions
programmes œuvre 2020 organisées

Organiser des rencontres Maire Chefs PCD et Jan Au moins


auprès du secteur privé d’entreprise état de 2012- 20 séances
mise en Déc. de travail
œuvre 2020

Organiser des rencontres Maire Diaspora Rapport Jan Au moins


avec la diaspora d’activités 2012- 30
Déc. réunions
2020 organisées

8.7 Coûts du plan de communication


Le coût estimatif global du plan de communication est présenté dans le tableau suivant ;
Tableau 38 : Coût du plan de communication

Activités Coûts

Etat des lieux du système de communication (par l’agent de 200 000


développement) ;

Elaboration du plan (agent communal) ; 200 000


Finalisation du plan au cours d’un atelier ; 300 000
Validation du plan (conseil municipal) ; 200 000
Diffusion du plan auprès des différents acteurs (maire) ; 150 000
Mise en œuvre (maire) ; 0
Suivi-évaluation (agent de développement) 150 000
TOTAL 1 200 000

148
CONCLUSION

149
Le présent Plan Communal de Développement met en exergue le processus de planification qui
s’est déroulé dans la commune de Nguélémendouka. A la fin du processus, l’on peut retenir que la
commune de Nguélémendouka est située sur le même territoire que l’Arrondissement de
Nguélémendouka. Cette commune a été créée le 27 novembre 1952. Elle est située dans le
département du Haut Nyong, Région de l’Est ; elle couvre une superficie de 1068km2 répartie en
une cinquantaine de villages. Sa population est estimée à environ 31 799 âmes. La population de
la commune est constituée des ethnies Maka (Omvang et Ebessep) ; à celle-ci, il faut ajouter de
nombreuses autres communautés ethniques originaires des différentes Régions du Cameroun. La
grande partie de cette population tire ses revenus de l’agriculture.
Par ailleurs, la localité regorge d’énormes potentialités. Elle dispose de vastes étendues de forets
secondaires riches en essences commercialisables, en PFNL et en faune, propices à l’existence
d’un sol fertile et une répartition annuelle de la pluviométrie, favorable au calendrier agricole.
Toutefois, on relève un certain frein au développement économique dû à l’enclavement et
l’insuffisance en énergie électrique.
Ainsi, le diagnostic participatif a permis d’identifier les problèmes dans 28 secteurs d’activités. A
partir des problèmes soulevés, des besoins ont été exprimés par les populations. L’atelier de
planification s’est tenu pour amender et valider les différents cadres logiques par les sectoriels et
les conseillers municipaux. Au terme de cet atelier, des projets prioritaires ont été retenus pour
répondre efficacement aux besoins et aux aspirations des populations. Dès lors, les ressources
mobilisables de la commune sont la principale source de financement des projets qui seront initiés
à partir de 2012. Pour cela, le plan annuel d’investissement (PIA) s’élève à 862 390 406 FCFA,
tandis que le plan triennal de dépenses est évalué à 3 146 200 000 FCFA (2012-2014). Quant au
plan de passation des marchés, il est planifié à partir de Juillet 2012 pour la première année.
Pour une meilleure mise en œuvre du PCD, un comité de suivi-évaluation a été mis en place et le
plan de communication élaboré. La communication est un moyen pour rendre les actions du PCD
visibles et lisibles par les populations et les différents partenaires de la commune. En répondant
aux besoins et aux aspirations des populations consignés dans le PCD, La commune de
Nguélémendouka participera à la réalisation de la vision du Cameroun horizon 2035.

150
BIBLIOGRAPHIE

Journal des projets

Cameroun, Document de Stratégie pour la Croissance et l’Emploi, Août 2009.

Cameroun, Matrice de suivi des stratégies sectorielles, Août 2009

Commission européenne, Manuel de gestion du cycle de projet, mars 2001.

Document stratégique pour la croissance et l’emploi (DSCE)

MINEPAT, Cameroun Vision 2035, Document de travail, Février 2009

MINEPAT, Guide méthodologique de planification régionale et locale, Avril 2010

Réseau africain sur les approches participatives, Participation villageoise au développement


rural, manuel du praticien, Institut Royal des Tropiques, 1999.

151
ANNEXES
Annexe 1: Fiches des projets du PIA
FICHE DE PROJET N°1

1 Mois Année Observations


Date d’établissement 7 2012/2013

2 INFORMATIONS SUR LE PROJET


Nom de la Commune bénéficiaire Ngéulemendouka
Département Haut Nyon
Région Est
Titre du Projet Construction de 01 puits équipés de PMH à Djamble
(chefferie)

3 Financement du PROJET (sur 1 an)


Libellés Montants
Contribution sur budget Communal 0
Contribution sur budget de l’Etat 8 000 000
Autres co-financements confirmés 0
Montant sollicité 8 000 000
Total 8 000 000

4 OBJECTIFS DU PROJET
Groupes cible Population des villages de la commune
bénéficiaires
Problèmes à résoudre Insuffisance d’eau potable
Objectifs globaux Développer les infrastructures hydrauliques
Objectifs spécifiques Construire un forage
Résultats attendus un forage est construit
Étude de faisabilité ; Montage de la requête de financement ;
Activités Mobilisation des ressources (matérielles, financières et humaines) ;
Passation du marché ; Exécution du projet ; Evaluation et réception.

5 LIEN AVEC LA PROGRAMMATION


Orientations Description
PCD Le PCD prévoir de construire 51 points et de réhabiliter 36
Stratégie sectorielle Au moins 80% des villages ont accès à l’eau potable
Politique nationale Accélérer la croissance et créer des emplois afin de réduire la pauvreté
(DSCE) (2019)
Autres à préciser

6 COMPLEMENTARITE AVEC AUTRES INTERVENANTS


Titre Bailleur (s) Terminé En cours
Cocher

152
Construction de 01 puits équipés de PMH à
BIP X
Djamble (chefferie)

FICHE DE PROJET N°2

1 Mois Année Observations


Date d’établissement 7 2012/2013

2 INFORMATIONS SUR LE PROJET


Nom de la Commune bénéficiaire Ngéulemendouka
Département Haut Nyon
Région Est
Titre du Projet Construction d’un forage au CSI de Bika

3 Financement du PROJET (sur 1 an)


Libellés Montants
Contribution sur budget Communal 0
Contribution sur budget de l’Etat 8 500 000
Autres co-financements confirmés 0
Montant sollicité 8 500 000
Total 8 500 000

4 OBJECTIFS DU PROJET
Groupes cible Population des villages de la commune
bénéficiaires
Problèmes à résoudre Insuffisance d’eau potable
Objectifs globaux Développer les infrastructures hydrauliques
Objectifs spécifiques Construire un forage
Résultats attendus un forage est construit
Étude de faisabilité ; Montage de la requête de financement ;
Activités Mobilisation des ressources (matérielles, financières et humaines) ;
Passation du marché ; Exécution du projet ; Evaluation et réception.

5 LIEN AVEC LA PROGRAMMATION


Orientations Description
PCD Le PCD prévoir de construire 51 points et de réhabiliter 36
Stratégie sectorielle Au moins 80% des villages ont accès à l’eau potable
Politique nationale Accélérer la croissance et créer des emplois afin de réduire la pauvreté
(DSCE) (2019)
Autres à préciser

6 COMPLEMENTARITE AVEC AUTRES INTERVENANTS


Titre Bailleur (s) Terminé En cours
Cocher
Construction d’un forage au CSI de Bika BIP X

153
FICHE DE PROJET N°3

1 Mois Année Observations


Date d’établissement 7 2012/2013

2 INFORMATIONS SUR LE PROJET


Nom de la Commune bénéficiaire Ngéulemendouka
Département Haut Nyon
Région Est
Titre du Projet Aménagement de 01 forage au CSI de Mvanda II

3 Financement du PROJET (sur 1 an)


Libellés Montants
Contribution sur budget Communal 0
Contribution sur budget de l’Etat 8 500 000
Autres co-financements confirmés 0
Montant sollicité 8 500 000
Total 8 500 000

4 OBJECTIFS DU PROJET
Groupes cible Population des villages de la commune
bénéficiaires
Problèmes à résoudre Insuffisance d’eau potable
Objectifs globaux Développer les infrastructures hydrauliques
Objectifs spécifiques Aménager un forage
Résultats attendus un forage est aménagé
Étude de faisabilité ; Montage de la requête de financement ;
Activités Mobilisation des ressources (matérielles, financières et humaines) ;
Passation du marché ; Exécution du projet ; Evaluation et réception.

5 LIEN AVEC LA PROGRAMMATION


Orientations Description
PCD Le PCD prévoir de construire 51 points et de réhabiliter 36
Stratégie sectorielle Au moins 80% des villages ont accès à l’eau potable
Politique nationale Accélérer la croissance et créer des emplois afin de réduire la pauvreté
(DSCE) (2019)
Autres à préciser

6 COMPLEMENTARITE AVEC AUTRES INTERVENANTS


Titre Bailleur (s) Terminé En cours
Cocher
Aménagement d'un forage avec pompe au CSI de
MVANDA II
BIP X

154
FICHE DE PROJET N°4

1 Mois Année Observations


Date d’établissement 7 2012/2013

2 INFORMATIONS SUR LE PROJET


Nom de la Commune bénéficiaire Ngéulemendouka
Département Haut Nyon
Région Est
Titre du Projet Aménagement de 01 forage au CSI de d’Azomekout

3 Financement du PROJET (sur 1 an)


Libellés Montants
Contribution sur budget Communal 0
Contribution sur budget de l’Etat 8 500 000
Autres co-financements confirmés 0
Montant sollicité 8 500 000
Total 8 500 000

4 OBJECTIFS DU PROJET
Groupes cible Population des villages de la commune
bénéficiaires
Problèmes à résoudre Insuffisance d’eau potable
Objectifs globaux Développer les infrastructures hydrauliques
Objectifs spécifiques Aménager un forage
Résultats attendus un forage est aménagé
Étude de faisabilité ; Montage de la requête de financement ;
Activités Mobilisation des ressources (matérielles, financières et humaines) ;
Passation du marché ; Exécution du projet ; Evaluation et réception.

5 LIEN AVEC LA PROGRAMMATION


Orientations Description
PCD Le PCD prévoir de construire 51 points et de réhabiliter 36
Stratégie sectorielle Au moins 80% des villages ont accès à l’eau potable
Politique nationale Accélérer la croissance et créer des emplois afin de réduire la pauvreté
(DSCE) (2019)
Autres à préciser

6 COMPLEMENTARITE AVEC AUTRES INTERVENANTS


Titre Bailleur (s) Terminé En cours
Cocher
Aménagement d'un forage avec pompe au CSI
d’Azomekout
BIP X

155
FICHE DE PROJET N°5

1 Mois Année Observations


Date d’établissement 7 2012/2013

2 INFORMATIONS SUR LE PROJET


Nom de la Commune bénéficiaire Ngéulemendouka
Département Haut Nyon
Région Est
Titre du Projet Construction de 05 forages (Mebi, Miambo, Akilbenza,
Effoulan, Mayos)

3 Financement du PROJET (sur 1 an)


Libellés Montants
Contribution sur budget Communal 0
Contribution sur budget de l’Etat 40 000 000
Autres co-financements confirmés 0
Montant sollicité 40 000 000
Total 40.000 000

4 OBJECTIFS DU PROJET
Groupes cible Population des villages de la commune
bénéficiaires
Problèmes à résoudre Insuffisance d’eau potable
Objectifs globaux Développer les infrastructures hydrauliques
Objectifs spécifiques Construire cinq forages
Résultats attendus Cinq forages sont construits
Étude de faisabilité ; Montage de la requête de financement ;
Activités Mobilisation des ressources (matérielles, financières et humaines) ;
Passation du marché ; Exécution du projet ; Evaluation et réception.

5 LIEN AVEC LA PROGRAMMATION


Orientations Description
PCD Le PCD prévoir de construire 51 points et de réhabiliter 36
Stratégie sectorielle Au moins 80% des villages ont accès à l’eau potable
Politique nationale Accélérer la croissance et créer des emplois afin de réduire la pauvreté
(DSCE) (2019)
Autres à préciser

6 COMPLEMENTARITE AVEC AUTRES INTERVENANTS


Titre Bailleur (s) Terminé En cours
Cocher
Construction de 5 forages (Mebi, Miambo, Akilbenza, Effoulan,
FEICOM X
Mayos)

156
FICHE DE PROJET N°6

1 Mois Année Observations


Date d’établissement 6 2012/2013

2 INFORMATIONS SUR LE PROJET


Nom de la Commune bénéficiaire Ngéulemendouka
Département Haut Nyon
Région Est
Titre du Projet Construction de 08 puits d’eau équipés de PMH : Imbet (1),
Ezambe I (1), Zembe III (1), Ezambe II (1), Nkolbana I (1),
Aminemekound (1), Mbang I (1) et Zembe II (1).

3 Financement du PROJET (sur 1 an)


Libellés Montants
Contribution sur budget Communal 2 000 000
Contribution sur budget de l’Etat 38 000 000
Autres co-financements confirmés 0
Montant sollicité 40 000 000
Total 40 000 000

4 OBJECTIFS DU PROJET
Groupes cible Population des villages de la commune
bénéficiaires
Problèmes à résoudre Insuffisance d’eau potable
Objectifs globaux Développer les infrastructures hydrauliques
Objectifs spécifiques Construire huit forages
Résultats attendus Huit forages sont construits
Étude de faisabilité ; Montage de la requête de financement ;
Activités Mobilisation des ressources (matérielles, financières et humaines) ;
Passation du marché ; Exécution du projet ; Evaluation et réception.

5 LIEN AVEC LA PROGRAMMATION


Orientations Description
PCD Le PCD prévoir de construire 51 points et de réhabiliter 36
Stratégie sectorielle Au moins 80% des villages ont accès à l’eau potable
Politique nationale Accélérer la croissance et créer des emplois afin de réduire la pauvreté
(DSCE) (2019)
Autres à préciser

6 COMPLEMENTARITE AVEC AUTRES INTERVENANTS


Titre Bailleur (s) Terminé En cours
Cocher
Construction de 08 puits d’eau équipés de PMH : Imbet PNDP X
(1), Ezambe I (1), Zembe III (1), Ezambe II (1), Nkolbana
Mairie
I (1), Aminemekound (1), Mbang I (1) et Zembe II (1)

157
FICHE DE PROJET N°7

1 Mois Année Observations


Date d’établissement 7 2012/2013

2 INFORMATIONS SUR LE PROJET


Nom de la Commune bénéficiaire Ngéulemendouka
Département Haut Nyon
Région Est
Titre du Projet Extension du réseau d’eau potable dans la ville de
Nguélémendouka

3 Financement du PROJET (sur 1 an)


Libellés Montants
Contribution sur budget Communal 10 000 000
Contribution sur budget de l’Etat 0
Autres co-financements confirmés 0
Montant sollicité
Total 10 000 000

4 OBJECTIFS DU PROJET
Groupes cible Population des villages de la commune
bénéficiaires
Problèmes à résoudre Insuffisance d’eau potable
Objectifs globaux Développer les infrastructures hydrauliques
Objectifs spécifiques Etendre le réseau d’eau potable dans la ville de Nguélémendouka
Résultats attendus réseau d’eau potable est étendu dans la ville de Nguélémendouka
Étude de faisabilité ; Montage de la requête de financement ;
Activités Mobilisation des ressources (matérielles, financières et humaines) ;
Passation du marché ; Exécution du projet ; Evaluation et réception.

5 LIEN AVEC LA PROGRAMMATION


Orientations Description
PCD Le PCD prévoir de construire 51 points et de réhabiliter 36
Stratégie sectorielle 80% des villages ont accès à l’eau potable
Politique nationale Accélérer la croissance et créer des emplois afin de réduire la pauvreté
(DSCE) (2019)
Autres à préciser

6 COMPLEMENTARITE AVEC AUTRES INTERVENANTS


Titre Bailleur (s) Terminé En cours
Cocher
Extension du réseau d’eau potable dans la ville
Mairie X
de Nguélémendouka

158
FICHE DE PROJET N°8

1 Mois Année Observations


Date d’établissement 7 2012/2013

2 INFORMATIONS SUR LE PROJET


Nom de la Commune bénéficiaire Ngéulemendouka
Département Haut Nyon
Région Est
Titre du Projet Extension du réseau électrique (Nguélémendouka –
Doumaintang

3 Financement du PROJET (sur 1 an)


Libellés Montants
Contribution sur budget Communal 0
Contribution sur budget de l’Etat 495 000 000
Autres co-financements confirmés 0
Montant sollicité
Total 495 000 000

4 OBJECTIFS DU PROJET
Groupes cible Population des villages de la commune
bénéficiaires
Problèmes à résoudre Faible couverture en électricité
Objectifs globaux Développer les infrastructures énergétiques
Objectifs spécifiques Etendre le réseau électrique de Nguélémendouka à Doumaintang
Résultats attendus Axe Nguélémendouka – Doumaintang est électrifié
Étude de faisabilité ; Montage de la requête de financement ;
Activités Mobilisation des ressources (matérielles, financières et humaines) ;
Passation du marché ; Exécution du projet ; Evaluation et réception.

5 LIEN AVEC LA PROGRAMMATION


Orientations Description
PCD Le PCD prévoir l’électrification de 40 villages de l’arrondissement
Stratégie sectorielle Au moins 75 % des villages sont alimentés en électricité

Politique nationale Accélérer la croissance et créer des emplois afin de réduire la pauvreté
(DSCE) (2019)
Autres à préciser

6 COMPLEMENTARITE AVEC AUTRES INTERVENANTS


Titre Bailleur (s) Terminé En cours
Cocher
Extension du réseau électrique (Nguélémendouka
FEICOM X
– Doumaintang)

159
FICHE DE PROJET N°9

1 Mois Année Observations


Date d’établissement 7 2012/2013

2 INFORMATIONS SUR LE PROJET


Nom de la Commune bénéficiaire Ngéulemendouka
Département Haut Nyon
Région Est
Titre du Projet Extension du réseau électrique (Nguélémendouka –
Azomekout)

3 Financement du PROJET (sur 1 an)


Libellés Montants
Contribution sur budget Communal 0
Contribution sur budget de l’Etat 110 000 000
Autres co-financements confirmés 0
Montant sollicité
Total 110 000 000

4 OBJECTIFS DU PROJET
Groupes cible Population des villages de la commune
bénéficiaires
Problèmes à résoudre Faible couverture en électricité
Objectifs globaux Développer les infrastructures énergétiques
Objectifs spécifiques Etendre le réseau électrique de Nguélémendouka à Azomekout
Résultats attendus Axe Nguélémendouka – Azomekout est électrifié
Étude de faisabilité ; Montage de la requête de financement ;
Activités Mobilisation des ressources (matérielles, financières et humaines) ;
Passation du marché ; Exécution du projet ; Evaluation et réception.

5 LIEN AVEC LA PROGRAMMATION


Orientations Description
PCD Le PCD prévoir l’électrification de 40 villages de l’arrondissement
Stratégie sectorielle Au moins 75 % des villages sont alimentés en électricité

Politique nationale Accélérer la croissance et créer des emplois afin de réduire la pauvreté
(DSCE) (2019)
Autres à préciser

6 COMPLEMENTARITE AVEC AUTRES INTERVENANTS


Titre Bailleur (s) Terminé En cours
Cocher
Extension du réseau électrique (Nguélémendouka
FEICOM X
– Azomekout

160
FICHE DE PROJET N°10

1 Mois Année Observations


Date d’établissement 6 2012/2013

2 INFORMATIONS SUR LE PROJET


Nom de la Commune bénéficiaire Ngéulemendouka
Département Haut Nyon
Région Est
Titre du Projet Construction d’un hangar de marché avec 100 comptoirs à
Nguélémendouka centre)

3 Financement du PROJET (sur 1 an)


Libellés Montants
Contribution sur budget Communal 10 000 000
Contribution sur budget de l’Etat 25 000 000
Autres co-financements confirmés
Montant sollicité 35 000 000
Total 35 000 000

4 OBJECTIFS DU PROJET
Groupes cible Population des villages de la commune
bénéficiaires
Problèmes à résoudre Insuffisance d’infrastructures commerciales dans l’arrondissement
Objectifs globaux Favoriser le développement économique
Construire un hangar de marché avec 100 comptoirs à
Objectifs spécifiques
Nguélémendouka centre
un hangar de marché avec 100 comptoirs est construit à
Résultats attendus
Nguélémendouka centre
Étude de faisabilité ; Montage de la requête de financement ;
Activités Mobilisation des ressources (matérielles, financières et humaines) ;
Passation du marché ; Exécution du projet ; Evaluation et réception.

5 LIEN AVEC LA PROGRAMMATION


Orientations Description
PCD Le PCD prévoir la construction d’un complexe commercial, et un
hangar de marché à Nguélémendouka (200 comptoirs), 2. des 10
hangars de marché dans les villages …
Stratégie sectorielle Améliorer le cadre de départ des activités économiques
Politique nationale Accélérer la croissance et créer des emplois afin de réduire la pauvreté
(DSCE) (2019)
Autres à préciser

6 COMPLEMENTARITE AVEC AUTRES INTERVENANTS


Titre Bailleur (s) Terminé En cours
Cocher
Construction d’un hangar de marché avec 100
PNDP, Mairie X
comptoirs à Nguélémendouka centre

161
FICHE DE PROJET N°11

1 Mois Année Observations


Date d’établissement 6 2012/2013

2 INFORMATIONS SUR LE PROJET


Nom de la Commune bénéficiaire Ngéulemendouka
Département Haut Nyon
Région Est
Titre du Projet Construction d'une gare routière à Nguélémendouka III

3 Financement du PROJET (sur 1 an)


Libellés Montants
Contribution sur budget Communal 2 250 000
Contribution sur budget de l’Etat 12 750 000
Autres co-financements confirmés
Montant sollicité 15 000 000
Total 15 000 000

4 OBJECTIFS DU PROJET
Groupes cible Population des villages de la commune
bénéficiaires
Problèmes à résoudre Insuffisance d’infrastructures de transport
Développer les infrastructures de transport pour contribuer à la création
Objectifs globaux
d’un espace économique intégré et viable
Objectifs spécifiques Construire une gare routière à Nguélémendouka III, face EP II
Résultats attendus Une gare routière est construction à Nguélémendouka III
Étude de faisabilité ; Montage de la requête de financement ;
Activités Mobilisation des ressources (matérielles, financières et humaines) ;
Passation du marché ; Exécution du projet ; Evaluation et réception.

5 LIEN AVEC LA PROGRAMMATION


Orientations Description
PCD Le PCD prévoir la construction d’un complexe commercial, et un
hangar de marché à Nguélémendouka (200 comptoirs), 2. des 10
hangars de marché dans les villages …
Stratégie sectorielle Faciliter la circulation des biens et des personnes

Politique nationale Accélérer la croissance et créer des emplois afin de réduire la pauvreté
(DSCE) (2019)
Autres à préciser

6 COMPLEMENTARITE AVEC AUTRES INTERVENANTS


Titre Bailleur (s) Terminé En cours
Cocher
Construction d'une gare routière à PNDP X
Nguélémendouka III Mairie

162
FICHE DE PROJET N°12

1 Mois Année Observations


Date d’établissement 6 2012/2013

2 INFORMATIONS SUR LE PROJET


Nom de la Commune Ngéulemendouka
bénéficiaire
Département Haut Nyon
Région Est
Titre du Projet Mise en place de 02 pépinières agroforestières avec petit magasin
pour la production des plants agricoles (cacao, café, palmiers à huile,
bananes/plantains) et forestiers à Ouéya II, Imbet

3 Financement du PROJET (sur 1 an)


Libellés Montants
Contribution sur budget Communal 1 661 792
Contribution sur budget de l’Etat 11 078 614
Autres co-financements confirmés
Montant sollicité 12 740 406
Total 15 000 000

4 OBJECTIFS DU PROJET
Groupes cible Population des villages de la commune
bénéficiaires
Problèmes à Difficultés d’accès au matériel végétal de qualité
résoudre Utilisation d’intrants de qualité douteuse
Assurer une production durable en quantité et en qualité dans les filières
Objectifs globaux
agricole
Mettre sur pied 02 pépinières agroforestières avec petit magasin pour la
Objectifs spécifiques production des plants agricoles (cacao, café, palmiers à huile,
bananes/plantains) et forestiers à Ouéya II, Imbet
02 pépinières agroforestières avec petit magasin pour la production des
Résultats attendus plants agricoles (cacao, café, palmiers à huile, bananes/plantains) et
forestiers sont existe à Ouéya II, Imbet
Identification des sites
Activités Acquisition du matériel
Mise en place des pépinières

5 LIEN AVEC LA PROGRAMMATION


Orientations Description
PCD Le PCD prévoir de mettre sur pied 05 pépinières agricoles (Cacao, café,
banane/plantain) dans les villages :Oueya II, Messague, Bila, Imbet,
Nguélémendouka centre
Stratégie sectorielle Promouvoir les activités agricoles dans la commune de Nguélémendouka
Politique nationale Accélérer la croissance et créer des emplois afin de réduire la pauvreté
(DSCE) (2019)

163
Autres à préciser

6 COMPLEMENTARITE AVEC AUTRES INTERVENANTS


Titre Bailleur Terminé En cours
(s) Cocher
Mise en place de 02 pépinières agroforestières avec petit PNDP X
magasin pour la production des plants agricoles (cacao, café,
palmiers à huile, bananes/plantains) et forestiers à Ouéya II, Mairie
Imbet

164
FICHE DE PROJET N°13

1 Mois Année Observations


Date d’établissement 6 2012/2013

2 INFORMATIONS SUR LE PROJET


Nom de la Commune bénéficiaire Ngéulemendouka
Département Haut Nyon
Région Est
Titre du Projet Etablissement des actes de naissance par jugements
supplétifs

3 Financement du PROJET (sur 1 an)


Libellés Montants
Contribution sur budget Communal 0
Contribution sur budget de l’Etat 4 500 000
Autres co-financements confirmés 0
Montant sollicité 0
Total 4 500 000

4 OBJECTIFS DU PROJET
Groupes cible Les enfants de CM2 et CM1
bénéficiaires
Problèmes à résoudre Faible établissement des pièces administratives
Objectifs globaux Faciliter accès à la citoyenneté
Objectifs spécifiques Etablir des actes de naissance par jugements supplétifs de CM2 et CM1
actes de naissance par jugements supplétifs sont établis aux enfants de
Résultats attendus
CM2 et CM1

Activités Organisation des séances de jugement

5 LIEN AVEC LA PROGRAMMATION


Orientations Description
PCD Le PCD prévoir la construction de 17 centre état civile pour facilite
établissement des pièces administratives
Stratégie sectorielle Permettre aux populations de jouir de leurs droits fondamentaux et
d’assumer leurs devoirs
Politique nationale Accélérer la croissance et créer des emplois afin de réduire la pauvreté
(DSCE) (2019)
Autres à préciser

6 COMPLEMENTARITE AVEC AUTRES INTERVENANTS


Titre Bailleur (s) Terminé En cours
Cocher
Etablissement des actes de naissance par
PLAN Cameroun X
jugements supplétifs

165
FICHE DE PROJET N°14

1 Mois Année Observations


Date d’établissement 2012/2013

2 INFORMATIONS SUR LE PROJET


Nom de la Commune bénéficiaire Ngéulemendouka
Département Haut Nyon
Région Est
Titre du Projet Réfection du cercle municipal

3 Financement du PROJET (sur 1 an)


Libellés Montants
Contribution sur budget Communal 5 000 000
Contribution sur budget de l’Etat 0
Autres co-financements confirmés 0
Montant sollicité 0
Total 5 000 000

4 OBJECTIFS DU PROJET
Groupes cible La commune
bénéficiaires
Problèmes à résoudre Insuffisance des infrastructures administratives
Objectifs globaux Développer les infrastructures administratives
Objectifs spécifiques Réfectionner le cercle municipal
Résultats attendus Le cercle municipal est réfectionné
Étude de faisabilité ; Montage de la requête de financement ;
Activités Mobilisation des ressources (matérielles, financières et humaines) ;
Passation du marché ; Exécution du projet ; Evaluation et réception.

5 LIEN AVEC LA PROGRAMMATION


Orientations Description
PCD Le PCD prévoir la construction, réhabilitation et équipement de
plusieurs infrastructures administratives
Stratégie sectorielle Améliorer le cadre de travail du personnel administratif
Politique nationale Accélérer la croissance et créer des emplois afin de réduire la pauvreté
(DSCE) (2019)
Autres à préciser

6 COMPLEMENTARITE AVEC AUTRES INTERVENANTS


Titre Bailleur (s) Terminé En cours
Cocher
Réfection du cercle municipal Mairie X

166
FICHE DE PROJET N°15

1 Mois Année Observations


Date d’établissement 2012/2013

2 INFORMATIONS SUR LE PROJET


Nom de la Commune bénéficiaire Ngéulemendouka
Département Haut Nyon
Région Est
Titre du Projet Equipement de l’Hôtel de ville

3 Financement du PROJET (sur 1 an)


Libellés Montants
Contribution sur budget Communal 5 000 000
Contribution sur budget de l’Etat 0
Autres co-financements confirmés 0
Montant sollicité 0
Total 5 000 000

4 OBJECTIFS DU PROJET
Groupes cible La commune
bénéficiaires
Problèmes à résoudre Insuffisance des infrastructures administratives
Objectifs globaux Développer les infrastructures administratives
Objectifs spécifiques Equiper le l’Hôtel de ville l
Résultats attendus L l’Hôtel de ville équipe

Activités Achat et installation des équipements

5 LIEN AVEC LA PROGRAMMATION


Orientations Description
PCD Le PCD prévoir la construction, réhabilitation et équipement de
plusieurs infrastructures administratives
Stratégie sectorielle Améliorer le cadre de travail du personnel administratif
Politique nationale Accélérer la croissance et créer des emplois afin de réduire la pauvreté
(DSCE) (2019)
Autres à préciser

6 COMPLEMENTARITE AVEC AUTRES INTERVENANTS


Titre Bailleur (s) Terminé En cours
Cocher
Equipement de l’Hôtel de ville Mairie X

167
FICHE DE PROJET N°16

1 Mois Année Observations


Date d’établissement 2012/2013

2 INFORMATIONS SUR LE PROJET


Nom de la Commune bénéficiaire Ngéulemendouka
Département Haut Nyon
Région Est
Titre du Projet Acquisition d’un véhicule de liaison pour la mairie

3 Financement du PROJET (sur 1 an)


Libellés Montants
Contribution sur budget Communal 18 000 000
Contribution sur budget de l’Etat 0
Autres co-financements confirmés 0
Montant sollicité 0
Total 18 000 000

4 OBJECTIFS DU PROJET
Groupes cible La commune
bénéficiaires
Problèmes à résoudre Insuffisance des infrastructures administratives
Objectifs globaux Développer les infrastructures administratives
Objectifs spécifiques Acquérir d’un véhicule de liaison pour la mairie
Résultats attendus Un véhicule de liaison pour la mairie est acquis
Activités Achat du véhicule

5 LIEN AVEC LA PROGRAMMATION


Orientations Description
PCD Le PCD prévoir la construction, réhabilitation et équipement de
plusieurs infrastructures administratives
Stratégie sectorielle Améliorer le cadre de travail du personnel administratif
Politique nationale Accélérer la croissance et créer des emplois afin de réduire la pauvreté
(DSCE) (2019)
Autres à préciser

6 COMPLEMENTARITE AVEC AUTRES INTERVENANTS


Titre Bailleur (s) Terminé En cours
Cocher
Acquisition d’un véhicule de liaison pour la mairie Mairie X

168
FICHE DE PROJET N°17

1 Mois Année Observations


Date d’établissement 2012/2013

2 INFORMATIONS SUR LE PROJET


Nom de la Commune bénéficiaire Ngéulemendouka
Département Haut Nyong
Région Est
Titre du Projet Aide et secours à la délégation des affaires sociales de
Nguélémendouka

3 Financement du PROJET (sur 1 an)


Libellés Montants
Contribution sur budget Communal 250 000
Contribution sur budget de l’Etat 0
Autres co-financements confirmés 0
Montant sollicité
Total 250 000

4 OBJECTIFS DU PROJET
Groupes cible Les couches vulnérables
bénéficiaires
Problèmes à résoudre Faible encadrement des populations vulnérables
Objectifs globaux Encadrer les couches vulnérables
Objectifs spécifiques Aider et secourir des d’un montant de 250 000 FCFA
Un montant de 250 000 FCFA est dote à la délégation affaires sociales
Résultats attendus
de Nguélémendouka
Activités Versement financier aux responsables des affaires sociales

5 LIEN AVEC LA PROGRAMMATION


Orientations Description
PCD Le PCD prévoir de doter à la délégation affaires sociales de
Nguélémendouka du nécessaire pour la prise en charge des couches
vulnérable (fonds, médicament, denrée alimentaire, prothèses, cannes
blanches, Tricycle…)
Stratégie Permettre aux populations vulnérables de satisfaire leurs besoins essentiels,
sectorielle de jouir de leurs droits fondamentaux et d’assumer leurs devoirs
Politique nationale Accélérer la croissance et créer des emplois afin de réduire la pauvreté
(DSCE) (2019)
Autres à préciser

6 COMPLEMENTARITE AVEC AUTRES INTERVENANTS


Titre Bailleur (s) Terminé En cours
Aide et secours à la délégation des affaires sociales de
Mairie X
Nguélémendouka

169
FICHE DE PROJET N°18

1 Mois Année Observations


Date d’établissement 7 2012/2013

2 INFORMATIONS SUR LE PROJET


Nom de la Commune bénéficiaire Ngéulemendouka
Département Haut Nyon
Région Est
Titre du Projet Réhabilitation de la Délégation d’arrondissement du MINADER
de Nguélémendouka

3 Financement du PROJET (sur 1 an)


Libellés Montants
Contribution sur budget Communal 0
Contribution sur budget de l’Etat 4 000 000
Autres co-financements confirmés 0
Montant sollicité 4 000 000
Total 4 000 000

4 OBJECTIFS DU PROJET
Groupes cible Population des villages de la commune
bénéficiaires
Problèmes à résoudre Bâtiment du DAADER vétuste
Objectifs globaux Renforcer la DAADER
Objectifs spécifiques Réhabiliter les bâtiments
Résultats attendus Un bâtiment est réhabilité
Étude de faisabilité ; Montage de la requête de financement ;
Activités Mobilisation des ressources (matérielles, financières et humaines) ;
Passation du marché ; Exécution du projet ; Evaluation et réception.

5 LIEN AVEC LA PROGRAMMATION


Orientations Description
PCD Le PCD prévoit la Construction et équipement de 04 bâtiments pour le CEAC et
DAADER à Nguélémendouka
Stratégie sectorielle Promouvoir les activités agricoles dans la commune
Politique nationale Assurer une production durable en quantité et en qualité dans les filières
(DSCE) agricoles
Autres à préciser

6 COMPLEMENTARITE AVEC AUTRES INTERVENANTS


Titre Bailleur (s) Terminé En cours
Cocher
Réhabilitation de la Délégation d’arrondissement du
MINADER de Nguélémendouka
BIP X

170
FICHE DE PROJET N°19

1 Mois Année Observations


Date d’établissement 7 2012/2013

2 INFORMATIONS SUR LE PROJET


Nom de la Commune bénéficiaire Ngéulemendouka
Département Haut Nyon
Région Est
Titre du Projet Equipement des salles de classe du lycée de Nguélémendouka
en tables bancs

3 Financement du PROJET (sur 1 an)


Libellés Montants
Contribution sur budget Communal 0
Contribution sur budget de l’Etat 1 200 000
Autres co-financements confirmés 0
Montant sollicité 1 200 000
Total 1 200 000

4 OBJECTIFS DU PROJET
Groupes cible Population des villages de la commune
bénéficiaires
Problèmes à résoudre Insuffisance en table-bancs dans les salles de classe
Objectifs globaux Favoriser l’accès à une éducation de qualité
Objectifs spécifiques Equiper les salles de classe du lycée classique en table-bancs
Résultats attendus Les salles de classes sont équipées en table-bancs
Étude de faisabilité ; Montage de la requête de financement ;
Activités Mobilisation des ressources (matérielles, financières et humaines) ;
Passation du marché ; Exécution du projet ; Evaluation et réception.

5 LIEN AVEC LA PROGRAMMATION


Orientations Description
PCD L’équipement des écoles en table-bancs
Stratégie sectorielle Améliorer l’offre et la qualité de la formation
Politique nationale Améliorer l’accès et l’équité dans l’enseignement secondaire
(DSCE)
Autres à préciser

6 COMPLEMENTARITE AVEC AUTRES INTERVENANTS


Titre Bailleur (s) Terminé En cours
Cocher
Equipement des salles de classe du lycée de
Nguélémendouka en tables bancs
BIP X

171
FICHE DE PROJET N°20

1 Mois Année Observations


Date d’établissement 7 2012/2013

2 INFORMATIONS SUR LE PROJET


Nom de la Commune bénéficiaire Nguélemendouka
Département Haut Nyon
Région Est
Titre du Projet Equipement des salles de classe du CES d’Azomekout en tables
bancs

3 Financement du PROJET (sur 1 an)


Libellés Montants
Contribution sur budget Communal 0
Contribution sur budget de l’Etat 1 200 000
Autres co-financements confirmés 0
Montant sollicité 1 200 000
Total 1 200 000

4 OBJECTIFS DU PROJET
Groupes cible Population des villages de la commune
bénéficiaires
Problèmes à résoudre Insuffisance en table-bancs dans les salles de classe
Objectifs globaux Favoriser l’accès à une éducation de qualité
Objectifs spécifiques Equiper les salles de classe du CES d’Azomekout en table-bancs
Résultats attendus Les salles de classes sont équipées en table-bancs
Étude de faisabilité ; Montage de la requête de financement ;
Activités Mobilisation des ressources (matérielles, financières et humaines) ;
Passation du marché ; Exécution du projet ; Evaluation et réception.

5 LIEN AVEC LA PROGRAMMATION


Orientations Description
PCD L’équipement des écoles en table-bancs
Stratégie sectorielle Améliorer l’offre et la qualité de la formation
Politique nationale Améliorer l’accès et l’équité dans l’enseignement secondaire
(DSCE)
Autres à préciser

6 COMPLEMENTARITE AVEC AUTRES INTERVENANTS


Titre Bailleur (s) Terminé En cours
Cocher
Equipement des salles de classe du CES d’Azomekout
en tables bancs
BIP X

172
FICHE DE PROJET N°21

1 Mois Année Observations


Date d’établissement 7 2012/2013

2 INFORMATIONS SUR LE PROJET


Nom de la Commune bénéficiaire Ngéulemendouka
Département Haut Nyon
Région Est
Titre du Projet réhabilitation des salles de classe au lycée de Nguélémendouka

3 Financement du PROJET (sur 1 an)


Libellés Montants
Contribution sur budget Communal 0
Contribution sur budget de l’Etat 4 000 000
Autres cofinancements confirmés 0
Montant sollicité 4 000 000
Total 4 000 000

4 OBJECTIFS DU PROJET
Groupes cible Population des villages de la commune
bénéficiaires
Problèmes à résoudre Insuffisance en salles de classe
Objectifs globaux Favoriser l’accès à une éducation de qualité
Objectifs spécifiques réhabiliter les salles de classe du Lycée classique de Ngélémendouka
Résultats attendus Les salles de classes sont réhabilitées
Étude de faisabilité ; Montage de la requête de financement ;
Activités Mobilisation des ressources (matérielles, financières et humaines) ;
Passation du marché ; Exécution du projet ; Evaluation et réception.

5 LIEN AVEC LA PROGRAMMATION


Orientations Description
PCD Réhabiliter les salles de classes dans les établissements
Stratégie sectorielle Améliorer l’offre et la qualité de la formation
Politique nationale Améliorer l’accès et l’équité dans l’enseignement secondaire
(DSCE)
Autres à préciser

6 COMPLEMENTARITE AVEC AUTRES INTERVENANTS


Titre Bailleur (s) Terminé En cours
Cocher
réhabilitation des salles de classe au lycée de
Nguélémendouka
BIP X

173
FICHE DE PROJET N°22

1 Mois Année Observations


Date d’établissement 7 2012/2013

2 INFORMATIONS SUR LE PROJET


Nom de la Commune bénéficiaire Ngéulemendouka
Département Haut Nyon
Région Est
Titre du Projet Construction de 2 salles de classe au CES d'Azomekout

3 Financement du PROJET (sur 1 an)


Libellés Montants
Contribution sur budget Communal 0
Contribution sur budget de l’Etat 18 000 000
Autres cofinancements confirmés 0
Montant sollicité 18 000 000
Total 18 000 000

4 OBJECTIFS DU PROJET
Groupes cible Population des villages de la commune
bénéficiaires
Problèmes à résoudre Insuffisance en salles de classe
Objectifs globaux Favoriser l’accès à une éducation de qualité
Objectifs spécifiques Construire de 2 salles de classe au CES d'Azomekout
Résultats attendus deux salles de classes sont construites au CES d'Azomekout
Étude de faisabilité ; Montage de la requête de financement ;
Activités Mobilisation des ressources (matérielles, financières et humaines) ;
Passation du marché ; Exécution du projet ; Evaluation et réception.

5 LIEN AVEC LA PROGRAMMATION


Orientations Description
PCD Construire des salles de classes dans les établissements
Stratégie sectorielle Améliorer l’offre et la qualité de la formation
Politique nationale Améliorer l’accès et l’équité dans l’enseignement secondaire
(DSCE)
Autres à préciser

6 COMPLEMENTARITE AVEC AUTRES INTERVENANTS


Titre Bailleur (s) Terminé En cours
Cocher
Construction de 2 salles de classe au CES
d'Azomekout
BIP X

174