Vous êtes sur la page 1sur 40

L'UNIVERSITE SAAD DAHLAB DE BLIDA OU L'UNIVERSITE DE BLIDA 01

FACULTE DE TECHNOLOGIE
DEPARTEMENT GENIE CIVIL

COURS TOPOGRAPHIE 01

M.H.KERFOUF
La Topographie est la science qui a pour but de représenter sur une
feuille plane une portion de la surface terrestre à une échelle donnée.
DIVISIONS DE LA TOPOGRAPHIE
Carte topographique
LA PHOTOGRAMMETRIE
Géoïde
LA GEODESIE
Différents types de coordonnées
Mesures linéaires

UN PEU D'HISTOIRE

Jusqu’au 18 e siècle, l’unite de longueur était le pied, il valait


environ 0,31 m et la toise mesurait 6 pieds (1,9 m), à la fin du
18 e siècle, l’academie des sciences proposait un étalon qui ait
une réalité physique et soit base sur la largeur de la circonférence
terrestre : le mètre est alors défini comme l’equivalent de la dix
millionième partie du quart du méridien terrestre.
MESURE DES
DISTANCES

①Mesurer ②Une mesure ③Le mesurage


directement indirecte graphique

①une longueur c’est la comparer à une mesure étalon (l’unité), l’on


porte bout a bout autant de fois qu’il est nécessaire.
②lorsqu’on l’obtient sans avoir à parcourir la longueur,
③Lorsqu’il s’agit d’une longueur comprise entre deux points
préalablement et parfaitement déterminés (exemple : planchette)
Mesures
directes

③Mesure à la
①Compteur ②Mesure au
roue de
kilométrique pas
reconnaissance
①- permettant d'avoir rapidement la distance
- cette distance est suivant le chemin parcouru et non horizontale

②- méthode approximative afin de vérifier grossièrement le chainage en cas


de fautes
- valable sur un terrain relativement plat et dégagé,

③ Distance = n (nombre de tours) x 2R (circonférence de la roue).


bons résultats en terrain plat dégagé
MESURE DIRECTE À L'AIDE DE CHAÎNES
②le fil à plomb: sert à
C’est un procédé donner la verticale du
donnant la distance sur le point où la fiche est
terrain entre deux points implantée, ainsi que dans
A et B. Parmi les le chaînage d'un terrain
instruments utilisés en accidenté ou en pente
chaînage on peut (chaînage par Trépied porte-jalon
distinguer: cultellation).

①Fiches d'arpentage: ③jalons: utilisés pour


tiges en fer tilisées marquer l'alignement et
pour marquer le terme indiquer la direction à
d'une portée. Elles suivre; est maintenue par
un trépied léger sur une
servent aussi à surface dure, comme un
compter le nombre de trottoir asphalté par
portées. exemple
CHAÎNAGE
PROCÉDÉS ET EXÉCUTION D'UN CHAÎNAGE

1 - Mesure sur terrain plat:


Afin de réaliser un bon chaînage, il est conseiller de:
• Procéder à un alignement entre les deux points, soit à l'oeil ou avec
l'appareil,
• Exercer une tension sur la chaîne pour la rendre tendue et rectiligne,
• Marquer la portée avec une fiche plantée verticalement,
• Inscrire la mesure du chaînage au fur et à mesure,
• Écarter la chaîne de la fiche implantée pour éviter de refaire la
chaînage,
• Ne jamais tirer sur la chaîne si on sent une certaine résistance car
elle peut être bloquée par un obstacle,
En terrain plat et horizontal, le long de la distance AB, le chaîneur
et son aide portent bout à bout le nombre suffisant de fois le ruban
(la chaîne). Le chaîneur arrière aligne son aide par rapport au point
d’arrivée à l’aide de jalons; ce dernier plante une fiche au bout de
chaque portée ; le chaîneur prend successivement les fiches
plantées. Le nombre de portées sera égale à celui des fiches qu’il a
en main. La distance à mesurer sera égale à ce nombre fois la
longueur de la chaîne plus l’appoint.
2- Mesure sur terrain accidentée
Pour mesurer la distance horizontale entre deux points situés sur un
terrain accidenté, on utilise la méthode de chaînage par cultellation. Le
procédé consiste à réaliser des mesures par portées et à utiliser:
- Un jalon pour indiquer la direction à suivre;
- Des fiches pour marquer les portées;
- Des fils à plomb pour avoir la lecture
Correspondante à la verticale de la fiche plantée.

Dans ce type de mesure, il est conseiller de :


- Chaîner dans le sens de pente descendante;
- Chaîner au pied du jalon arrière et à la hauteur du chaîneur avant;
- Veiller à l'horizontalité de la chaîne et à sa tension.
Mesures indirectes
La mesure indirecte des distances est un procédé beaucoup plus rapide
pour les grandes distances et il a surtout le gros avantage de permettre
des mesures en terrain accidenté. Les mesures s'effectuent soit avec:

un stadimétre et une
mire (la stadia) : des appareils
méthode électroniques.
stadimétrique;
Un télémètre stadimétrique est un
instrument optique qui permet
d'évaluer les distances en comparant
un objet de grandeur connue avec
une échelle contenue dans
l'instrument. Le stadimètre est le
dispositif à l'intérieur d'une lunette
que l'on compare avec l'objet
observé.
LA STADIMÉTRIE
La stadimétrie consiste à mesurer une distance indirectement au moyen d'un
procédé optique, à l'aide d'un appareil (tachéomètre par exemple) et une mire
(verticale ou horizontale).

La distance qui sépare ces deux instruments est déterminée en faisant la différence
de lectures sur la mire multiplié par 100.

Tachéomètre Niveau optique


Le tachéomètre est un appareil servant Appelé aussi lunette/niveau, le niveau
à mesurer les angles horizontaux et optique est utilisé pour faire des relevés
verticaux entre deux cibles, ainsi que de niveau. Il est souvent composé d'une
la distance entre ces cibles1. lunette optique fixée sur un trépied.
LES APPAREILS ÉLECTRONIQUES
Le dispositif de mesure électronique des longueurs est appelé distancemètre.
L’émetteur produit un train d'ondes électromagnétiques et le récepteur analyse
l’écho renvoyé par un réflecteur.

L’onde émise est appelée onde porteuse, et fait l’objet d’une modulation. Le
procédé de mesure consiste à comparer la phase de modulation de l’onde reçue à
celle de l’onde émise après le trajet aller-retour.

Mire code barre


Le niveau numérique
Les Mesures Angulaires
LES APPAREILS DE MESURES ANGULAIRES

L’instrument le plus utilisé pour mesurer les angles est le théodolite (angle
seulement) ou le tachéomètre (angle et distance) ou Station Totale (mesure
indirecte des angles, des distances et des dénivelées)

le théodolite tachéomètre
Le terme tachéomètre signifie « mesure rapide ». Un tachéomètre est par
conséquent un « instrument de mesure rapide ». C’est un théodolite muni d’un
distancemètre qui relève simultanément les angles et les distances.
Les tachéomètres Électroniques Modernes Disposent tous d’un distancemètre
électro-optique (EDM) et d’un système de saisie d’angles électroniques. Ce
procédé assure un balayage de la division codée des cercles horizontal et vertical.
Légende 12. Commutateur de lecture
1. Poignée amovible Hz-V
2. Viseur d’approche 13. Nivelle d’alidade
3. Vis de blocage de la lunette 14. Vis d’alidade de fin pointé
4. Oculaire de la lunette 15. Nivelle sphérique
5. Vis de fin pointé 16. Débrayage du limbe (T16)
6. Contrôle d’automatisme 17. Cercle vertical
7. Embase amovible 18. Cercle horizontal
8. Plomb optique 19. Vis calantes
9. Micromètre optique 20. Objectif
10. Bague de mise au point 21. Blocage de l’embase
11. Microscope de lecture 22. Eclairage des cercles
Les angles horizontaux ou azimutaux : ce sont les angles
dièdre mesurés entre deux plans verticaux . l’angle horizontal
est la différence entre deux lectures effectuées sur deux
directions ( lecture finale – lecture initiale).
Les angles verticaux ou zénithaux : se sont les angles mesurés
entre la verticale de la station (le zénith) et la direction d’une
autre station.
Les coordonnées

La position d’un point est définie à l’aide de deux coordonnées.


• Dans le cas de coordonnées polaires: par une distance
et un angle
• Dans le cas des coordonnées rectangulaires: par deux distances dans
un système orthogonal
Le tachéomètre mesure les coordonnées polaires, converties dans
l’instrument ou au bureau en coordonnées rectangulaires dans le
système de coordonnées correspondant.
Valeurs connues: D, α, Valeurs recherchées: x, y
x= D sin α
y= D cos α
Le tachéomètre mesure les coordonnées polaires, converties dans
l’instrument ou au bureau en coordonnées rectangulaires dans le
système de coordonnées correspondant.
Valeurs connues: D, α, Valeurs recherchées: x, y
XP = XS + DSP . sin GSP
YP = YS + DSP . cos GSP
Le Nivellement
Par opposition à la planimétrie qui a pour objet la représentation
plane du terrain, l’altimétrie est la branche de la topographie qui
concerne la représentation du relief.
Chaque point est défini planimétriquement par ses coordonnées X et Y peut
être déterminé en altimétrie par son altitude ou coordonnée Z qui est la
distance entre ce point et le niveau zéro de référence (Niveau Moyen des
Mers).

Le nivellement est donc l’ensemble des méthodes et procédés de


détermination des altitudes.
Principe du Nivellement indirect ou Trigonométrique
Le plan horizontal engendré par la ligne de visée d’un niveau intercepté sur la
mire, tenue verticalement, sur les points A et B permet de faire deux lectures :

•Une lecture sur le point connu A (lecture arrière)


•Une lecture sur le point à déterminer B (lecture avant)
La détermination de l’altitude de B sera :
ZB = ZA + DZ
DZ = LR - LV
DZ = ZB - ZA
est la différence d’altitude entre les deux points.

(LR et LV étant respectivement lecture arrière en A et lecture


avant en B),
d’où ZB = ZA + LR - LV
Principe du Nivellement indirect ou Trigonométrique
Pour mesurer la dénivelée DZ entre A et B nous aurons
besoin :
• d’un théodolite pour mesurer l’inclinaison a ou la distance zénithale j ;
• de connaître la distance horizontale D entre A et B’ ;
• de mesurer la hauteur de l’appareil (ha);
et la hauteur de la mire (Hb).

AltB = AltA + ha + Dp cosZa – hb


Calcul de la surface d'un polygone fermé
Connaissant les coordonnées des sommets d'un polygone fermé, on peut
déterminer ainsi la surface de ce polygone de la façon suivante:

Soit le polygone fermé ABCDE dont les abscisses des sommets sont XA, XB, XC,
XD, XE et les ordonnées des sommets sont YA, YB, YC, YD, YE.
A partir de la figure ci-dessous, la surface du polygone est égale à la somme des
surfaces des trapèzes:
AA'BB' + BB'CC' +CC'DD' – DD'EE' – EE'AA'
S = (YA + YB)(XB – XA)/2 + (YB + YC)(XC - XB)/2 + (YC + YD)(XD - XC)/2
– (YD + YE)(XE - XD)/2 – (YE + YA)(XE - XA)/2
S = [(YA + YB)(XB – XA) + (YB + YC)(XC - XB) + (YC + YD)(XD - XC) – (YD + YE)(XE - XD)
– (YE + YA)(XE - XA)] /2