Vous êtes sur la page 1sur 48

Université ABDEL MALEK ESSAADI

National School of Management of Tangier

Master spécialisé - PMPO -

Comptabi
lité
Spécifiqu
e
Harmonisation comptable
internationale
Présenté
par
AMMARI HOUDA
Encadré par
AOULAD CHAAIB
Yassine M.
TOUHAMI ASMAE NASSIMI
Année Universitaire
Harmonisation comptable
internationale

Par harmonisation comptable


internationale, on entend un processus
institutionnel, ayant pour objet de
mettre en convergence les normes et
les pratiques comptables nationales et,
par conséquent, de faciliter la
comparaison des états comptables
produits par des entreprises de pays
différents.

LOGO
Conten
u Harmonisatio
n comptable
internationale

Les
1
référentiel
s
internatio Les US GAAP
naux de
comptabili

Les
différences
comptables :
Anglo-
saxon /
européen
Conten
u Présentation des
organismes
compétents de la
reforme

2
Les La normalisation
comptable
normes internationale et son
IAS/IFRS adoption par l'UE

Le passage des
normes IAS aux
normes IFRS
Introduct
• En Afrique, en 1996, les sept
Harmonis pays de l’Union Economique et
ation Monétaire Ouest Africaine
(UEMOA), se sont dotés d’un
Régionale référentiel comptable commun
dénommé Système Comptable
Ouest-Africain.

• L’Organisation des nations unies


Harmonis (ONU) s’intéresse également à
ation l’information comptable publiée
par les multinationales et a
Mondiale confié à un groupe inter -
gouvernemental la mission
d’élaborer des normes.
LOGO
Section 1 :
Les référentiels internationaux de
comptabilité

LOGO
Les US GAAP

L’origine de la réglementation aux Etats-Unis


remonte au crash boursier de 1929 qui
entama profondément la confiance des
investisseurs et la crédibilité du marché
financier américain.

L’analyse des événements ayant conduit à ce crash


montra que l’une des causes était le manque
d’information des actionnaires, la crise financière a
notamment soulevé l’insuffisance de l’information
sur les entreprises faisant appel à l’épargne et sur
son caractère trompeur.
LOGO
Avant la crise de 1929,
 Aucune obligation réelle n’existait aux Etats-Unis;
 Des pratiques comptables contestables mais
tolérées avaient même pour effet de masquer la
situation réelle de certaines entreprises.
 Il n’existait pas de réglementation nationale sur
l’information financière.

Les pouvoirs publics ont créé en 1934 la SEC


(Securities and Exchange Commission), organisme
fédéral de réglementation dont la mission consiste
à établir les règles de présentation de l’information
comptable et financière à respecter par toutes les
LOGO
Le cadre conceptuel des US
GAAP
‘’  la définition d’un cadre conceptuel était en
1976 ‘’

Le FASB : (Financial Accounting Standards Board ou Le Comité


des normes comptables et financières) a été le premier
organisme de normalisation à se doter d’un cadre théorique
de la comptabilité (conceptual framework).

Les objectifs de FASB représentent les fins que la comptabilité


s’assigne et les principes fondamentaux mettent en évidence
les concepts et les conventions comptables de base auxquels
on doit se référer lors de la mise au point de l’interprétation
et de l’application des normes de comptabilité et
d’information.
LOGO
La création du cadre conceptuel répond à
deux objectifs :
Le second de servir de
Le premier est guides aux
d’assigner à la normalisateurs
comptabilité des lorsqu’ils sont
objectifs permettant confrontés à une
d’élaborer des normes opération pour
cohérentes laquelle il n’existe pas
de réglementation.

LOGO
Les principes des US GAAP
Hormis le SEC, plusieurs instances comptables ont élaboré les
principes comptables généralement admis qui ont donné
lieu à onze principes de base auxquels on se réfère
systématiquement pour résoudre tout problème d’ordre
pratique. Ces principes reposent sur cinq concepts
fondamentaux Le et six principes.  
concept
de
séparation
des Le concept
Le concept
patrimoin de
de
es continuité
spécialisati Le d’exploitati
on des concept on
exercices de
rattachem
ent des
charges
aux LOGO
Le principe
de
prudence
Le principe de
Le principe de permanence
prééminence des méthodes
de la réalité
sur
l’apparence

Le principe de Le principe
bonne d’importance
information relative
Le principe
d’appropriatio
n des revenus

LOGO
Les différences comptables entre le
système Anglo - saxon et le système
européen
e façon générale, liées :

L’environnement économique
Objectifs de la comptabilité.

LOGO
L’environnement économique

En Europe continentale, les sociétés familiales qui


représentent une part importante des économies,
sont largement financées par les banques ou par des
emprunts obligataires. Dans ces pays, la Bourse ne
constitue pas le principal pourvoyeur de capitaux,

Contrairement aux pays anglo-saxons où les


pourvoyeurs de financement sont principalement les
marchés financiers. Cette différence, a une influence
sur la production de l’information comptable.

LOGO
Objectifs de la comptabilité

Les disparités concernent :

 La qualité des utilisateurs des


états financiers,
L’application des principes
comptables et
La relation fiscalité-comptabilité.

LOGO
Utilisateurs des états financiers
 
On peut considérer que la plupart des pays de l’Europe
continentale ont une vision élargie de la comptabilité. Ils
perçoivent l’information comptable comme un instrument
destiné à plusieurs catégories d’utilisateurs ayant des
intérêts dans l’entreprise

Alors que les pays anglo-saxons se concentrent


principalement sur les besoins d’information des apporteurs
de capitaux, et en particulier des investisseurs.

LOGO
Principes comptables
 

Dans Les pays d’Europe continentale l’objectif de la


comptabilité n’est pas de donner l’image la plus fidèle de la
situation économique de l’entreprise mais plutôt de calculer
le résultat qui peut être distribué à l’actionnaire sans léser
les intérêts des autres parties et en particulier ceux des
créanciers. Cet objectif de maintien du capital fait de la
prudence le principal principe comptable.

L’approche américaine considère au contraire que la


transparence est la meilleure production pour tous les
utilisateurs de l’information financière, et en particulier,
pour les investisseurs.

LOGO
Relation Comptabilité-Fiscalité

Dans les pays comme l’Allemagne et l’Autriche où la


comptabilité est en relation étroite avec la fiscalité,
notamment où l’impôt sur les bénéfices est directement lié
au résultat comptable, la fiscalité a une influence
déterminante sur l’objectif même de la comptabilité.

Par contre dans les pays anglo-saxons, la comptabilité est


indépendante de la fiscalité. La détermination du bénéfice
imposable s’obtient en appliquant des règles spécifiques,
indépendantes de celles utilisées en comptabilité.

LOGO
Vers une harmonisation
comptable internationale
 L’ harmonisation apporte satisfaction aux intérêts privés en
assurant un meilleur fonctionnement du marché, et elle
contribue également à la réalisation de l’intérêt général.
 Dans ce cadre, les normes comptables définissent des
techniques d’évaluation des entreprises par lesquelles il sera
notamment possible de suivre leurs activités.
 Les normes comptables représentent des instruments
nécessaires au contrôle des entreprises. Cette surveillance
doit permettre d’assurer le respect d’obligations imposées par
l’intérêt général.
LOGO
 
Au-delà des divergences d’intérêts, on peut discerner plusieurs
objectifs d’intérêt général commun à la plupart des États :

 la protection des investisseurs,


 la stabilité et la sécurité du système bancaire et financier,
 la lutte contre la criminalité organisée et le financement du
terrorisme.
 La réalisation de ces objectifs passe au minimum par une
harmonisation des règles applicables au niveau
international. De tels objectifs ne peuvent être efficacement
réalisés au seul niveau national.

LOGO
Les enjeux de l’harmonisation
internationale
 La situation financière d’une entreprise intéresse non seulement ses
actionnaires et ses salariés, mais également ses partenaires. Lorsqu’on change
d’échelle pour appréhender la question de l’information financière au niveau
de l’ensemble des entreprises, il apparaît que l’intérêt général est concerné,
lui aussi, en raison du rôle des entreprises dans le développement
économique.

 La confiance est nécessaire à la stabilité économique et financière d’un État,


d’où l’exigence d’instruments fiables et objectifs d’évaluation des entreprises
de nature à maintenir la confiance des investisseurs dans les informations
présentées.

 À cet égard, l’internationalisation des normes comptables intéresse l’État, non


seulement en tant que puissance publique qui intervient pour réguler des
secteurs économiques, mais également en tant qu’actionnaire d’entreprises
publiques.

 L’harmonisation des normes comptables est une nécessité pour comparer les
entreprises dans un marché unique où les capitaux peuvent circuler librement.
LOGO
Les limites de l’harmonisation

Les normes comptables intéressent la réglementation des


marchés financiers dans la mesure où elles fournissent
les outils d’évaluation d’entreprises qui veulent accéder
aux marchés. Mais cette harmonisation n’est pas
suffisante pour assurer le bon fonctionnement du
marché, il convient de mettre en place des mécanismes
de contrôle suffisamment efficaces et crédibles.

Une autre limite à l’efficacité de l’harmonisation des normes


comptables résulte des difficultés d’interprétation et
d’application de certaines d’entre elles.
  LOGO
Section 2:
les normes IAS/IFRS: un nouveau
souffle, une révolution

LOGO
I - Présentation des organismes
compétents de la réforme
Les acteurs : L’IASC
(IASB)

«International Accounting Standards


Committee » ou « International Accounting
Standard Board » est un organisme privé
indépendant, créé en 1973
 
Aujourd’hui plus de 120 organisations
professionnelles (environ 100 pays)
En 2000 : réforme en profondeur pour
évoluer du rôle d’harmonisateur vers
celui de «normalisateur» international

LOGO
I - Présentation des organismes
compétents de la réforme
 Les normalisateurs comptables au niveau de l’UE

LOGO
II: La normalisation comptable internationale et
son adoption par l'UE

 La Commission Européenne s’est clairement


prononcée pour les normes internationales IAS/IFRS
qui devraient permettre d’évoluer vers un jeu unique
de normes mondiales.

 Deux systèmes IAS/IFRS et US GAAP (normes


américaines) risquent de cohabiter encore quelques
années.

 Les normes américaines sont certainement


équivalentes aux normes internationales mais très
détaillées, difficiles à gérer parce qu’elles sont en
évolution permanente et impossibles à traduire.

LOGO
II - La normalisation comptable internationale et
son adoption par l'UE

Les normes IAS/IFRS intègrent deux principes


fondamentaux anglo-saxons, non pris en compte
jusqu’alors en France dans les comptes sociaux :

 la juste valeur (fair value) remplace le principe du coût


historique,

 la prééminence de la réalité économique sur l’apparence


juridique. Selon cette règle, la traduction comptable doit
uniquement s’attacher à l’aspect financier de l’opération et
non au montage juridique (déjà utilisée dans les comptes
consolidés).

LOGO
III: Le passage des normes IAS aux
normes IFRS
Créé en 1973, à Londres, l’IASC, comité international des normes
comptables a publié un cadre conceptuel pour la préparation et la
présentation des états financiers

De 1974 à 1986, recensement des principes comptables

Dès le début de l’année suivante, une norme définissait l’information à


fournir en matière de principes comptables

De 1995 à 1999, l’objectif est de produire un corps complet de normes.


Cette période a été marquée par une accélération des travaux et par
l’apparition d’un nouveau modèle comptable : la juste valeur.

En mai 2000, l’Organisation Internationale des Commissions de Valeurs a


déclaré officiellement sa position favorable au développement des normes
de l’IASC 

Le 13 juin 2000, la Commission européenne a annoncé qu’elle


proposerait aux États membres que le référentiel comptable des sociétés
européennes cotées soit celui des normes de l’IASC au plus tard en 2005

LOGO
III: Le passage des normes IAS aux
normes IFRS

 À l’occasion de la restructuration de l’IASC, l’une


des premières décisions prises par le nouveau
conseil de cet organisme, le 1er avril 2001, a
consisté à changer le nom de celui-ci en IASB.

 L’IASB est désormais composé d’un «conseil de


surveillance» dont les membres sont des
trustees, d’un comité exécutif (Board désigné
sous le sigle IASB), d’un comité permanent
d’interprétation (SIC) et d’un comité consultatif
de normalisation (SAC).

LOGO
IV : les principes des normes IAS/IFRS

On dénombre trois principales


caractéristiques qualitatives :

 l’intelligibilité,
 la pertinence et
 la fiabilité.

LOGO
IV : les principes des normes IAS/IFRS

 L’intelligibilité :

L’information doit être immédiatement


compréhensible par les utilisateurs. Ces derniers
sont supposés avoir une connaissance
raisonnable des activités économiques et de la
comptabilité et vouloir étudier l’information d’une
façon « raisonnablement diligente».

LOGO
IV : les principes des normes IAS/IFRS

 La pertinence :

L’information doit être pertinente, c’est-à-dire de


nature à influencer les décisions économiques
des utilisateurs en aidant ceux-ci à évaluer les
événements passés, présents et futurs ou en
confirmant ou corrigeant leurs évaluations
antérieures.

LOGO
IV : les principes des normes IAS/IFRS
 La fiabilité :
Une information doit être fiable et elle l’est si elle n’est pas
entachée d’erreur ni de biais significatifs. Selon l’IASC, la
fiabilité exige quatre qualités supplémentaires :

L’image fidèle : L’information doit tout d’abord présenter une


Leimage
principefidèle
de prééminence du fond sur des
(faithful representation) la forme : Il faut que
transactions et
les transactions et événementsqu’elle
autres neutre
événements soient comptabilisés et présentés
L’information : L’information vise
doit à également
présenter. être
en accord
La prudence: avec leur
La prudence nature économique
est définie et pas
comme la prise seulement
en compte
neutre (neutral), c’est-à-dire aussi dépourvue que possible de
d’un certain
subjectivité. Les degréselon leur
états financiers forme
de précaution juridique.
dansneutres
ne sont pas l’exercice des
s’ils orientent
jugements
les prises denécessaires aux estimations
décision des utilisateurs afinsens
dans un d’éviter que les
prédéterminé.
actifs ou les produits soient surévalués et les passifs ou les
charges sous-évalués.

LOGO
V : Présentation des normes IAS/IFRS
Les normes comptables
les opérations
quecomportent
l’on trois volets :
les
la manière dont informations
comptabilise et
on évalue ou complémentair
que l’on
mesure les es qui sont
reconnaît dans
actifs et données pour
le bilan et le
passifs, expliquer les
compte de
comptes.
résultat,
Les normes IAS/IFRS, dont toute application partielle est interdite,
introduisent de nouveaux concepts fondamentaux :

 pour garantir une information plus économique, orientée vers la


mesure de la performance et qui vise à améliorer la fiabilité des
prévisions.

 Les normes sont surtout établies à l’intention de l’investisseur.


En effet, les décideurs de l’entreprise disposent, pour répondre
LOGO à
IAS1 Présentation des états financiers
IAS2 Stocks
IAS7 Tableau des flux de trésorerie
IAS8 Méthodes comptables, changements d’estimation et erreurs
IAS10 Évènements postérieurs à la date de clôture
IAS11 Contrats de construction
IAS12 Impôts sur le résultat
IAS14 Information sectorielle
IAS16 Immobilisations corporelles
IAS17 Contrats de location
IAS18 Produits des activités ordinaires
IAS19 Avantages du personnel
IAS20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l’aide publique

IAS21 Effets des variations des cours des monnaies étrangères


IAS23 Coûts d’emprunt
IAS24 Information relative aux parties liées
IAS26 Comptabilité et rapports financiers des régimes de retraite
IAS27 États financiers consolidés et individuels
IAS28 Participations dans des entreprises associées
IAS29 Information financière dans les économies hyper inflationnistes

IAS30 Informations à fournir dans les états financiers des banques et des institutions financières
assimilées

LOGO
IAS31 Participations dans des coentreprises
IAS32 Instruments financiers : informations à fournir et présentation
IAS33 Résultat par action
IAS34 Information financière intermédiaire
IAS36 Dépréciation d’actifs
IAS37 Provisions, passifs éventuels et actifs éventuels
IAS38 Immobilisations incorporelles
IAS39 Instruments financiers : comptabilisation et évaluation
IAS40 Immeubles de placement
IAS41 Agriculture
IFRS 1 Première application des normes internationales d’information financière

IFRS 2 Paiement fondé sur des actions


IFRS 3 Regroupements d’entreprises
IFRS 4 Contrats d’assurance
IFRS 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées

IFRS 6 Exploration et évaluation des ressources minières


IFRS 7 Instruments financiers : informations à fournir
Interprétations SIC et IFRIC adoptées par l’UE
SIC 7 Introduction de l’euro
SIC 10 Aide publique - Absence de relation spécifique avec des activités opérationnelles

SIC 12 Consolidation - Entités ad hoc


SIC 13 Entités contrôlées conjointement - Apports non monétaires par des coentrepreneurs

SIC 15 Avantages dans les contrats de location simple


SIC 21 Impôt sur le résultat - Recouvrement des actifs non amortissables réévalués

LOGO
SIC 25 Impôt sur le résultat - Changements de statut fiscal d’une entreprise ou de ses
actionnaires

SIC 27 Évaluation de la substance des transactions prenant la forme juridique d’un contrat
de location

SIC 29 Informations à fournir - Accords de concession de services


SIC 31 Produits des activités ordinaires - Opérations de troc portant sur des services de
publicité

SIC 32 Immobilisations incorporelles - Coûts liés aux sites web


IFRIC 1 Variations des passifs existants relatifs au démantèlement, à la remise en état et
similaires

IFRIC 2 Parts sociales des entités coopératives et instruments similaires

IFRIC 4 Déterminer si un accord contient une location

IFRIC 5 Droits aux intérêts émanant de fonds de gestion dédiés au démantèlement, à


la remise en état et à la réhabilitation de l’environnement

IFRIC 6 Passifs résultant de la participation à un marché spécifique - Déchets


d’équipements électriques et électroniques

IFRIC 7 Application de l’approche du retraitement dans le cadre d’IAS 29 Information


financière dans les économies hyper inflationnistes

IFRIC 8 Champ d’application d’IFRS 2 Paiement fondé sur des actions

IFRIC 9 Réévaluation des dérivés incorporés

IFRIC 10 Information financière intermédiaire et perte de valeur (non adoptée actuellement


par l’UE)

LOGO
VI : Les objectifs des normes IAS/IFRS

 Comparé au référentiel français, le référentiel IAS/IFRS


comporte quatre grandes différences d’approche :

la
la primauté généralisati
du bilan sur on de la
le compte notion de
de résultat, juste valeur
(fair value),

l’introductio
la mesure
n d’un état
de la perte
des
de valeur et
performanc
la
es à la place
dépréciation
du compte
des actifs
de résultat.

LOGO
VI : Les objectifs des normes
IAS/IFRS

 Importance du bilan

 Jusqu’alors la prépondérance revenait au compte


de résultat. À présent dans l’optique
« Investisseur », le bilan devient un élément
essentiel.
 En effet, si le compte de résultat représente
l’exploitation, le bilan lui, représente le potentiel de
l’entreprise.

LOGO
VI : Les objectifs des normes
IAS/IFRS
 La notion de juste valeur

 Une directive de la Commission permet l’évaluation de


certains actifs et passifs financiers à la valeur du marché
(mark to market). Ce concept anglo-saxon de « juste valeur »
s’opposait jusqu’alors aux principes fondamentaux de la
comptabilité française, des coûts historiques et de prudence.

 Les coûts historiques correspondent aux prix réels d’achat.


La juste valeur se réfère à une évaluation de la valeur
actuelle (valeur vénale ou d’usage) sur le marché
d’aujourd’hui.

 Les entreprises seront désormais obligées de se pencher sur


la valeur de leurs biens immobilisés.

LOGO
VI : Les objectifs des normes
IAS/IFRS

Mesure de la dépréciation des actifs

 Les spécificités du référentiel international en matière de


dépréciation des actifs sont introduites dans les règles
françaises. En effet, des dispositions prévoient des tests
de dépréciation (imperment test) avec prise en compte de
la dépréciation ou de la ré-estimation de la valeur d’un
bien qui modifie sa base amortissable.

LOGO
VI : Les objectifs des normes
IAS/IFRS
L’état des performances
 L’objectif est de mesurer la performance en tant
que variation entre deux bilans.
 Le nouvel état, qui n’est pas encore défini de
façon précise et qui suscite encore des débats,
distinguerait les éléments suivants :
 d’une part le résultat opérationnel et le résultat
financier,
 d’autre part, concernant les actifs évalués à la juste
valeur, les variations de valeur du bilan (dépréciations
ou réévaluations d’immobilisations corporelles,
variations des goodwills).
  LOGO
VII : Les enjeux des normes
IAS/IFRS

 La consolidation : l’adoption des normes IFRS entraîne une


modification des règles de consolidation. Le fait que le seuil de
détention soit désormais fixé en droits de vote aura une
influence sur la composition des groupes, surtout pour
ceux qui veulent consolider leurs filiales en intégration globale.

LOGO
VII : Les enjeux des normes
IAS/IFRS

 Le bilan :En normes IFRS, de nombreux éléments de performance


affectent directement les capitaux propres. Actifs et passifs sont
calculés à leur valeur de marché ("juste valeur") et la réalité des
opérations doit prévaloir sur la présentation juridique. Ce qui
pourra entraîner une forte volatilité des résultats.

LOGO
VII : Les enjeux des normes
IAS/IFRS

 la complexité : Le véritable problème est relatif à la complexité


des normes. Leur contenu, leur nombre va entraîner un coût
d’intégration élevé, ce qui ne manquera pas de peser sur la
rentabilité des entreprises concernées

LOGO
Conclusi
Merci pour votre
attention

Vous aimerez peut-être aussi