Vous êtes sur la page 1sur 107

Deuxième année

Département Énergie - Parcours Fluides

Module ENRS8AC

- TURBOMACHINES -
ENERGIES HYDRAULIQUE ET EOLIENNE

Mathieu Jenny

Année universitaire 2018 - 2019


Table des matières

Cours de turbomachines de Mathieu Jenny, ENSMN  Introduction 5


1 Eets des forces d'inertie - Problématique de l'équilibrage 7
1.1 Cinétique des masses et inertie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8
1.1.1 Distribution de masse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8
1.1.2 Centre d'inertie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8
1.1.3 Résultante et moment cinétiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9
1.1.4 Tenseur d'inertie d'un solide indéformable : généralités . . . . . . . . . . . . 9
1.1.5 Tenseur d'inertie : théorème de Huyghens . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11
1.1.6 Tenseurs d'inertie de solides homogènes de forme simple . . . . . . . . . . . 11
1.2 Lois fondamentales de la dynamique - Bilans d'eorts . . . . . . . . . . . . . . . . . 14
1.3 Problème de l'équilibrage d'un rotor . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15

2 Rappels sur les pertes de charges 19


2.1 Bilan énergétique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19
2.2 Pertes de charge . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21
2.2.1 Bernoulli avec pertes de charge . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21
2.2.2 Bernoulli avec pertes de charge . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27
2.3 Circuits avec des pompes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29
2.4 Circuits avec des turbines . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30
2.5 TD : circuits hydrauliques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31
2.5.1 Charge d'une pompe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31
2.5.2 Aquasplash . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31
2.5.3 Circuit hydraulique avec piston . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32
2.5.4 Alimentation de réservoir . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32
2.5.5 Filtrage de piscine . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33
2.5.6 Puissance d'une turbine . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34
2.5.7 STEP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34

3 Pompes 37
3.1 Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37
3.1.1 Résultats du cours de mécanique des uides . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37
3.1.2 Pompes volumétriques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38
3.1.3 Conguration d'une turbopompe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39
3.2 Triangle des vitesses . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41
3.3 Principe de quantité de mouvement angulaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42
3.4 Notions de charge relative . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43
3.5 Caractéristique d'une pompe centrifuge . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44
3.5.1 Caractéristique théorique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44
3.5.2 Caractéristique réelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44
3.5.3 Bilan de rendements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46
2 TABLE DES MATIÈRES

3.6 Pompes à hélices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47


3.7 Problèmes généraux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49
3.7.1 Point de fonctionnement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49
3.7.2 Hauteur d'aspiration et amorçage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49
3.7.3 Groupement de pompes : série et parallèle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50
3.7.4 Cavitation - rudiments . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51
3.8 Étude dimensionnelle et similitude . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52
3.9 NPSH (Net positive Suction Head) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54
3.10 TD : Pompes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55
3.10.1 Répartion de pompes sur un oléoduc . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55
3.10.2 Choix d'une pompe par similitude . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 56
3.10.3 Étude d'une pompe centrifuge . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57
3.10.4 Étude d'une pompe multicellulaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57
3.10.5 Exemple d'utilisation du NPSH (R. Joulié, Mécanique des uides appliquée) 58

4 Turbines hydrauliques 61
4.1 Généralités . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61
4.1.1 Les turbines à action . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61
4.1.2 Les turbines à réaction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61
4.2 Bilan d'énergie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62
4.3 Turbine à action . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63
4.3.1 La turbine Pelton . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63
4.3.2 Turbine Crossow . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69
4.3.3 Non-Pelton wheel impulse turbine (Dental drill) . . . . . . . . . . . . . . . . 71
4.4 Turbines à réaction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 71
4.4.1 Organes communs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 71
4.4.2 Triangle des vitesses . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75
4.4.3 Caractéristiques générales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77
4.4.4 Diuseur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 82
4.4.5 Cavitation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 84
4.4.6 Limite de la hauteur d'aspiration . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 85
4.5 TD : Turbines . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 86
4.5.1 Turbine Pelton . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 86
4.5.2 Dental drill . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 87
4.5.3 Tourniquet hydraulique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 88
4.5.4 Étude d'une turbine Francis . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 88
4.5.5 Turbine aux enchères . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 88

5 Notions théoriques sur les éoliennes 91


5.1 Le vent . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 91
5.1.1 Variation de la vitesse du vent dans le temps . . . . . . . . . . . . . . . . . 91
5.1.2 Les variations de vitesse de vent dans l'espace . . . . . . . . . . . . . . . . . 93
5.1.3 Etude statistique du vent . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 94
5.2 Notions d'aérodynamique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 94
5.2.1 Dénitions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 94
5.2.2 Actions de l'air sur l'aile . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 96
5.2.3 Paramètres inuant sur les Cz et Cx . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 96
5.3 Calcul aérodynamique d'une éolienne à axe horizontal . . . . . . . . . . . . . . . . 97
5.3.1 Théorie de Betz . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 97
5.3.2 Eets de la rotation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98
5.3.3 Prise en compte de l'élément de la pale d'hélice . . . . . . . . . . . . . . . . 100
TABLE DES MATIÈRES 3

5.3.4 Corrections de Prandtl et de Glauert . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 103


5.3.5 Dimensionnement optimal des pales pour une puissance maximale . . . . . 103

Bibliographie 105
4 TABLE DES MATIÈRES
Introduction
Ce document de cours-TD de

Turbomachines - Applications aux énergies hydraulique et éolienne

est destiné aux élèves de deuxième année de l'école nationale supérieure des Mines de Nancy ayant
choisi le parcours Fluides du département Énergie. Il correspond au module ENRS8AC. Une version
pdf de ce document est accessible sur Arche.
Ce cours se situe évidemment dans la continuité du cours de mécanique des milieux continus
solides et uides de première année, et de ceux de mécanique des uides I et II de deuxième
année. Nous utilisons les mêmes notations : les caractères gras surmontés d'une barre (exemple :
v) désignent les vecteurs, les caractères gras surmontés de deux barres (exemple : D) désignent les
tenseurs d'ordre 2.

Pour échanger de l'énergie entre un uide et un système mécanique, on utilise ce qu'on appelle
des machines à uides. Ce sont souvent des machines tournantes ou turbomachines. Le transfert de
l'énergie de la machine vers le uide se fait grâce à des pompes. La transformation inverse est faite
par des turbines. Ces dernières peuvent alors, soit transmettre directement l'énergie mécanique à
une autre machine à faire fonctionner, soit, à leur tour, échanger leur énergie mécanique avec un
alternateur pour la transformer en électricité. L'énergie des uides provient soit de leur énergie
potentielle, dans le cas d'une chute d'eau et de l'énergie - renouvelable ! - hydraulique, soit de
leur énergie cinétique dans le cas des éoliennes, soit encore d'une source d'énergie thermique :
énergie nucléaire ou énergie de combustion. Les turbomachines sont donc en première ligne pour la
production d'énergie utilisable par la société que ce soit à des ns industrielles ou de consommation
domestique.

On présente dans le chapitre 1, rédigé par Emmanuel Plaut, la problématique de l'équilibrage


des machines tournantes. Le chapitre 2 est un rappel de la notion de perte de charge. Le bilan
des charges d'un circuit hydraulique permet de déterminer la puissance d'une pompe ou d'une
turbine et sa charge. Le dimensionnement de la turbomachine elle-même (taille de rotor, vitesse
de rotation) est l'objet des chapitres suivants. Les chapitres 3 à 4, présentent les pompes puis
les turbines hydrauliques. Ces chapitres sont très largement inspirés du cours de Souhar (2009
2010). On présentera les notions théoriques nécessaires au choix des turbomachines en fonction
d'un cahier des charges et de leur intégration dans un circuit hydraulique. Le chapitre 5 est une
introduction aux éoliennes qui peuvent être considérées comme des turbines qui utilisent le vent.
Ce chapitre est une reprise de la présentation théorique du TP éolienne rédigé par Ophélie Caballina
et Alexandre Labergue (cours ENSEM, 3A énergie).

Les cinq premières séances de ce cours porteront sur les chapitres 1 à 4. La sixième séance sera
consacrée à l'introduction aux éoliennes. Le test écrit aura lieu pendant la septième séance.
Le bureau d'études Hydroélectricité aura lieu pendant la semaine banalisée de mars ou mai
2019. Pendant cette journée, vous ferez l'étude de aménagement d'un barrage hydroélectrique sur
6 Introduction

un torrent de montagne. Le bureau d'études sera encadré par Quentin Morel, chef de projet hy-
droélectricité développement et construction chez Quadran. On passera à cette occasion en revue
plusieurs problématiques de la petite hydraulique, du prédimensionnement du barrage, à la gestion
de la retenue et aux diérents calculs de production d'énergie et de rentabilité en fonction des
contraintes économiques et environnementales. Ce bureau d'études sera évalué par des rendus à
remettre du jour au lendemain. L'évaluation de l'ensemble du module reposera sur la moyenne du
test écrit (coe. 0.5) et de l'évaluation du bureau d'étude (coe. 0.5).

Je remercie très vivement Emmanuel Plaut pour la rédaction du chapitre 1, complété utilement
par l'annexe A du cours de mécaniques des milieux continus solides et uides de première année
(Plaut 2017b ), Mohamed Souhar, professeur à l'ENSEM, chercheur au LEMTA, pour m'avoir per-
mis de reproduire en grande partie dans mes chapitres 3 et 4 son cours de turbomachines et Ophélie
Caballina, maître de conférences à l'ENSEM et au LEMTA, pour son cours sur les éoliennes. Enn,
je remercie Quentin Morel pour le bureau d'étude qu'il propose en complément de ce module.

Nancy, le 25 janvier 2019.


Mathieu Jenny.
Chapitre 1

Eets des forces d'inertie sur les


turbomachines - Problématique de
l'équilibrage
Une machine à uides tournante est un objet solide en interaction avec un ou plusieurs uides
environnants, à qui elle communique ou de qui elle tire son énergie cinétique de rotation. Dans ce
chapitre on s'intéresse à un aspect important de la mécanique des solides qui constituent des
machines tournantes, à savoir l'eet de la force d'inertie centrifuge sur ces solides. On montre
d'après les équations (A.38) de (Plaut, 2017b ) et (1.39) que, si ω est la vitesse (constante dans
le temps) de rotation angulaire de la turbomachine autour de l'axe xe Oz , dans le référentiel
tournant lié à cette machine la force volumique d'inertie d'entraînement centrifuge
fie = −ργ e (1.1)
avec ρ le champ de masse volumique de la machine,
γ e = ω ez ∧ (ω ez ∧ OM) (1.2)
le champ d'accélération d'entraînement, M désignant le point de l'espace où ces champs sont consi-
dérés. En utilisant un système de coordonnées cylindriques (r, θ, z) d'origine O et d'axe Oz , on
obtient
γ e = −ω 2 rer =⇒ fie = ρω 2 rer (1.3)
qui est d'autant plus grande que ω est grande. Cette force d'inertie va devoir être équilibrée par des
réactions de liaison des paliers qui supportent l'arbre de la machine. Minimiser la contribution de
cette force d'inertie à ces réactions de liaison est exactement le but de l'équilibrage des rotors,
que l'on présentera ci-après dans la cadre de la mécanique des solides indéformables. Se
préoccuper de la  résistance des matériaux déformables  constituant la machine tournante
aux contraintes internes engendrées par la force volumique (1.3) serait l'étape suivante, que nous
ne pourrons malheureusement pas aborder, faute de temps. Nous renvoyons le lecteur intéressé à
Géradin & Rixen (1996).
Un calcul d'ordre de grandeur montre l'importance des forces (1.3). Une turbine à vapeur de
centrale thermique ou nucléaire tourne, dans le cas d'un couplage avec alternateur à 2 pôles, à
3000 tr/mn, ce qui donne, en unités SI,
2π rad
ω = 3000 = 314 rad/s .
60 s
Les pales de cette turbine étant de taille métrique, l'accélération d'entraînement correspondante
est
γe ' (314 rad/s)2 1 m ' 98700 m/s2 ' 10000 g
8 Chapitre 1 Eets des forces d'inertie - Problématique de l'équilibrage

avec g l'accélération de la pesanteur, qui constitue une référence...


Une approche scientique du problème de l'équilibrage des rotors nécessite des bases en méca-
nique des solides indéformables ; c'est l'objet de ce chapitre que de les donner. On ne se limite
pas strictement aux notions qui seront utilisées pour l'équilibrage, de façon à fournir un document
de cours un peu étoé, qui pourra être utile dans d'autres contextes 1 . L'équilibrage proprement
dit sera traité en TD, lors de l'étude du problème de la section 1.3.
Les notions de cinématique du solide, i. e. la composition des mouvements par changement de
référentiel, nécessaires à ce chapitre se trouvent dans l'annexe A du cours de mécanique des milieux
continus uides et solides de première année (Plaut, 2017b ).

1.1 Cinétique des masses et inertie


Les objets de la mécanique des solides sont pesants. On va dénir et caractériser précisément
cette distribution de masse, notamment grâce à la notion de centre d'inertie. D'autre part on
peut noter qu'un solide indéformable possède, en vertu de la structure de champ de moments de
son champ de vitesse, 6 degrés de liberté : 3 degrés de liberté de translation et 3 degrés de liberté
de rotation. Il faut donc dénir, pour caractériser précisément son mouvement autour d'un point O
de référence, sa quantité de mouvement de translation ou résultante cinétique 2 et sa quantité de
mouvement de rotation ou moment cinétique 3 . C'est ce que nous allons faire dans cette section,
en terminant par l'introduction du tenseur d'inertie, outil commode pour le calcul du moment
cinétique.

1.1.1 Distribution de masse


En général la masse est distribuée dans le volume de la machine considérée, volume que nous
noterons Ωt . La masse totale peut donc s'écrire
ZZZ
m = d3 m (1.4)
Ωt

avec
d3 m = ρ d3 x (1.5)
l'élément de masse, d3 x étant l'élément de volume, ρ la masse volumique.
Dans certains cas on pourra modéliser une partie du système, très mince dans une ou deux di-
rections, en considérant qu'elle est à distribution surfacique ou linéique de masse ; on remplacera
l'intégrale triple dans des formules dénissant des quantités extensives du type (1.4) par une in-
tégrale double ou simple, l'élément de masse étant proportionnel à un élément de surface ou de
longueur. On pourra aussi considérer que certaines masses sont ponctuelles ; alors l'intégrale sera
une somme discrète.

1.1.2 Centre d'inertie


Le centre d'inertie du système est déni comme le point G barycentre de la distribution de
masse du système, tel que
ZZZ
∀O, mOG = OM d3 m . (1.6)
Ωt

1. On ignore aussi volontairement le fait que certains, en fonction de leur classe préparatoire, ont déjà vu telle
ou telle notion ; cela ne leur fera pas de mal de  réviser ...
2. `Linear momentum' en anglais.
3. `Angular momentum' en anglais.
1.1 Cinétique des masses et inertie 9

1.1.3 Résultante et moment cinétiques


Dans le référentiel R0 où O est xe, nous dénissons la quantité de mouvement de translation
totale du système,
ZZZ ZZZ
p(t) := v(M,t) d m = 3 ˙ (t) d3 m = mOG
OM ˙ (t) . (1.7)
Ωt Ωt

La commutation de la dérivée par rapport au temps et de l'intégrale sur la distribution de masse,


dOM 3
ZZZ ZZZ
d
p = d m = OM d3 m , (1.8)
Ωt dt dt Ωt

résulte en fait de la conservation de la masse, et de la formule de transport d'une densité massique,


ZZZ ZZZ
d de 3
3
ed m = d m, (1.9)
dt Ωt Ωt dt

démontrée dans la sous-section 3.1.3 de Plaut (2017b ).


Comme on l'a expliqué au début de cette section, on doit aussi introduire la quantité de mouvement
de rotation du système par rapport à ce point O, soit
ZZZ
σ(O,t) := OM(t) ∧ v(M,t) d3 m (1.10)
Ωt

En utilisant la relation de transitivité AM = OM − OA ainsi que la dénition (1.7), on observe


que
∀O,A, σ(A,t) = σ(O,t) + p(t) ∧ OA (1.11)

ce qui montre que σ est un champ de moments de résultante p. On désigne pour cette raison σ(O,t)
comme le moment cinétique du système par rapport au point O, et p(t) comme la résultante
cinétique du système.

1.1.4 Tenseur d'inertie d'un solide indéformable : généralités


On se place toujours dans un référentiel R0 où un point O du solide S étudié est xe. Si S
est un solide indéformable, on peut utiliser le fait que son champ de vitesse est un champ de
moments. La formule des champs de moments donne alors
v(M ∈ S,t) = v(O ∈ S,t) + ω ∧ OM(t) = ω ∧ OM(t) , (1.12)
avec
ω = ω S/R0 (t) (1.13)
le vecteur vitesse de rotation instantanée de S dans R0 . Le produit OM ∧ v à intégrer pour obtenir
le moment cinétique (1.10) s'écrit donc
    h i
OM ∧ ω ∧ OM = OM2 ω − OM · ω OM = OM2 1 − OM ⊗ OM · ω .

Introduisons le tenseur d'inertie de S par rapport au point O,


ZZZ h i
I(O,t) = OM2 (t)1 − OM(t) ⊗ OM(t) d3 m . (1.14)
Ωt
10 Chapitre 1 Eets des forces d'inertie - Problématique de l'équilibrage

Ce tenseur d'inertie est de fait l'application linéaire qui, au vecteur vitesse de rotation instantanée
ω , associe le moment cinétique en O,

I(O,t) : R3 −→ R3
. (1.15)
ω 7 → σ(O,t) = I(O,t) · ω .

On a intérêt à expliciter ce tenseur dans un repère Oxyz lié à S , car il y aura des composantes
indépendantes du temps. En coordonnées cartésiennes, le vecteur OM étant repéré par
OM = xex + y ey + z ez ,
l'équation (1.14) s'explicite selon
 
h i Ixx Ixy Ixz
Mat I(O), ex ,ey ,ez (1.16)

=  Ixy Iyy Iyz 
Ixz Iyz Izz
où apparaissent les moments d'inertie par rapport aux axes x, y, z ,
ZZZ ZZZ ZZZ
2 2 3 2 2 3
Ixx = (y + z ) d m , Iyy = (z + x ) d m , Izz = (x2 + y 2 ) d3 m ,
Ωt Ωt Ωt
(1.17)
et les produits d'inertie :
ZZZ
Ixy = Iyx = − xy d3 m ,
Ωt
ZZZ
Iyz = Izy = − yz d3 m ,
Z Z ZΩt
Izx = Ixz = − zx d3 m . (1.18)
Ωt

On peut noter que ZZZ


Izz = HM2 d3 m (1.19)
Ωt
avec H le projeté orthogonal de M sur l'axe Oz . Ainsi Izz est d'autant plus grand que la masse
de S est en moyenne loin de l'axe Oz . D'autre part Ixy > 0 (resp. < 0) indique qu'en moyenne la
masse de S est dans le demi-espace xy < 0 (resp. > 0) ; Ixy = 0 indique que la masse de S est
équirépartie entre les demi-espaces xy < 0 et xy > 0.
Le calcul des intégrales (1.17) et (1.18) ne pose pas de problèmes dans son principe ; des résultats
types seront donnés en sous-section 1.1.6. En pratique, dans le cas de solides de forme compliquée,
les logiciels de Conception Assistée par Ordinateur eectuent automatiquement et numériquement
tous ces calculs.
De manière générale, I(O,t) étant symétrique peut se diagonaliser dans une certaine base
orthonormée liée au solide S . Les axes Ox, Oy , Oz correspondants sont appelés axes principaux
d'inertie du solide, tandis que les éléments diagonaux correspondants Ixx , Iyy , Izz sont appelés
moments principaux d'inertie du solide.
Sans aller éventuellement jusqu'à cette diagonalisation complète, on a souvent intérêt à calculer
le tenseur d'inertie dans une base où le solide présente certaines symétries.
Par exemple, si le solide admet xOy comme plan de symétrie, on observe, en faisant le changement
de variable z 7→ −z dans les intégrales, que
Ixz = Iyz = 0 .
1.1 Cinétique des masses et inertie 11

Ceci prouve que l'axe Oz est axe principal d'inertie du solide ; alors les deux autres axes principaux
se trouvent forcément dans le plan xOy .
Si l'un des axes de base, par exemple Oz , est axe de symétrie du solide, alors le changement de
variable (x,y) 7→ (−x, − y) montre qu'on a aussi

Ixz = Iyz = 0 .

Là encore l'axe Oz est axe principal d'inertie.


Si Oz est axe de révolution on aboutit aux mêmes résultats. De plus, en faisant le changement
de variable (x,y) 7→ (−y,x) correspondant à une rotation de π/2, on montre que

Ixy = 0

et
Ixx = Iyy .
Ceci signie que les axes Ox, Oy , Oz sont axes principaux d'inertie, et que les deux premiers
moments principaux d'inertie sont égaux.

1.1.5 Tenseur d'inertie : théorème de Huyghens


An d'examiner le lien entre les tenseurs d'inertie en deux points origines diérents O et A,
insérons la relation de transitivité
OM = OA + AM
dans le tenseur élémentaire à intégrer pour calculer I(O) équation (1.14). Il vient
 
OM2 1 − OM ⊗ OM = OA2 + 2OA · AM + AM2 1
 
− OA ⊗ OA + AM ⊗ OA + OA ⊗ AM + AM ⊗ AM .

On en déduit par intégration, et en utilisant l'équation (1.6) pour A à la place de O, la relation


h  i
I(O) = m OA2 + 2OA · AG 1 − OA ⊗ OA + AG ⊗ OA + OA ⊗ AG + I(A) . (1.20)

Cette relation se simplie remarquablement si A coïncide avec le centre d'inertie G du solide ; on


aboutit alors au théorème de Huyghens :
 
I(O) = m OG2 1 − OG ⊗ OG + I(G) (1.21)

Ce théorème, qui permet de déduire I en un point quelconque O de la connaissance de I(G), justie


que l'on ne donne dans le formulaire de la section 1.1.6 que les valeurs de I(G).

1.1.6 Tenseurs d'inertie de solides homogènes de forme simple


Donnons les tenseurs d'inertie de solides homogènes de forme géométrique simple. Pour le
premier exemple ci-dessous, les calculs se font en coordonnées cartésiennes, avec lesquelles

OM = xex + y ey + z ez , d3 x = dx dy dz . (1.22)

Un calcul préliminaire de la masse totale, selon l'équation (1.4), donne la valeur de ρ. On peut alors
calculer I(G) à partir de l'équation (1.14).
12 Chapitre 1 Eets des forces d'inertie - Problématique de l'équilibrage

Exemple 1 : parallélépipède rectangle droit :


z m
V = {(x,y,z) ∈ [−a,a] × [−b,b] × [−c,c]} , ρ = ,
8abc
2b
G 2c
y
2a  2
b + c2

0 0
h i m
x Mat I(G), ex ,ey ,ez c2 + a2

= 0 0  .
3
0 0 a + b2
2

(1.23)

Pour les exemples 2 à 5 suivants, les calculs se font en coordonnées cylindriques, avec lesquelles

OM = r cos θ ex + sin θ ey + z ez , d3 x = r dr dθ dz . (1.24)



1.1 Cinétique des masses et inertie 13

Exemple 2 : cylindre creux de révolution :


z m
V = {(r,θ,z) ∈ [a,b] × [0,2π] × [−h,h]} , ρ = ,
2π(b2 − a2 )h

a2 + b2 h2
 
y 2h
G  4 + 0 0
3 
a2 + b2 h2
h i  
x Mat I(G), ex ,ey ,ez = m 

.
 
0 + 0 
2a
 4 3 2 2

 a +b 
2b 0 0
2
(1.25)

Exemple 3 : cylindre de révolution : ce cylindre plein peut être vu comme un cylindre creux
avec a = 0 :
z m
V = {(r,θ,z) ∈ [0,b] × [0,2π] × [−h,h]} , ρ = ,
2πb2 h

G b2 h2
 
y 2h 4 + 3 0 0
b2 h2
h i  
Mat I(G), ex ,ey ,ez

x = m .
 
0 + 0
 4 3 2

2b  b 
0 0
2
(1.26)

Exemple 4 : anneau torique :


√ √
V = {(r,θ,z) ∈ [b− a2 − z 2 ,b+ a2 − z 2 ]×[0,2π]×[−a,a]} ,
z m
ρ = ,
2π 2 a2 b
a  2
b2

G x 5a
 8 + 2 0 0 
h i 
5a 2 b2 
2b Mat I(G), ex ,ey ,ez = m 

.
 
0 + 0
 8 2 
 3a2 2

0 0 +b
4
(1.27)
14 Chapitre 1 Eets des forces d'inertie - Problématique de l'équilibrage

Exemple 5 : cerceau :
Se déduit du précédent dans la limite a → 0, d'où
y

b2
 
h 2 0 0
x i
G Mat I(G), ex ,ey ,ez b2 (1.28)

= m  .
 
0 0
2
0 0 b2
2b

Pour les derniers exemples, les calculs se font en coordonnées sphériques, avec lesquelles

OM = r sin θ cos φ ex + sin φ ey + cos θez , d3 x = r2 sin θ dr dθ dφ . (1.29)


  

Exemple 6 : sphère creuse :


z
b
V = {(r,θ,φ) ∈ [a,b] × [0,π] × [0,2π]} ,
3m
a ρ = ,
4π(b3 − a3 )
G y 2 b5 − a5
I(G) = m 3 1. (1.30)
5 b − a3
x

Exemple 7 : sphère :
Dans le cas a = 0 on obtient pour une sphère pleine de rayon b que
2
I(G) = m b2 1 . (1.31)
5

1.2 Lois fondamentales de la dynamique - Bilans d'eorts


On se place dans un premier temps dans un référentiel R0 réputé galiléen, où les seules forces
agissant sur un système S sont les forces physiques :
• densité volumique de forces fvol agissant dans le volume Ωt , par exemple fvol = ρg pour le
poids, g étant le champ gravitationnel, fvol = ρe (E + v ∧ B) pour la force électromagnétique,
ρe étant la densité volumique de charge, E le champ électrique, B le champ magnétique ;
• densité surfacique de forces T agissant sur la frontière ∂Ωt de Ωt .

La première loi de Newton est la loi d'évolution de la résultante cinétique,

ṗ = Rext résultante des eorts extérieurs appliqués (1.32)


ZZZ ZZ
R
ext
= fvol d x +
3
T d2 S . (1.33)
Ωt ∂Ωt

D'après les équations (1.7) et (1.9), on peut écrire la dérivée par rapport au temps de la quantité
de mouvement de deux façons diérentes,
ZZZ
ṗ = ¨ .
γ R0 (M) d3 m = mOG (1.34)
Ωt
1.3 Problème de l'équilibrage d'un rotor 15

La deuxième loi de Newton est la loi d'évolution du moment cinétique,

σ̇(O) = Γext (O) moment en O des eorts extérieurs appliqués (1.35)


ZZZ ZZ
Γ ext
(O) = OM ∧ fvol d x + 3
OM ∧ T d2 S . (1.36)
Ωt ∂Ωt

D'après (1.9), la dénition (1.10) et la formule (1.15), on peut écrire la dérivée par rapport au
temps du moment cinétique de deux façons diérentes,
ZZZ
dh i
σ̇(O) = OM ∧ γ R0 (M) d3 m = I(O) · ω S/R0 . (1.37)
Ωt dt

Il importe de constater que le champ de vecteurs Γext (O) présente une structure de champ de
moments, de résultante Rext :
∀A, O, Γext (A) = Γext (O) + Rext ∧ OA = Γext (O) + AO ∧ Rext . (1.38)
Ceci justie le terme  moment des eorts  ; on parle aussi de  couples  appliqués pour désigner
des contributions à Γ.
Si maintenant on se place dans un référentiel non galiléen R dont le mouvement est connu
par rapport au référentiel absolu galiléen R0 , on peut injecter dans les membres de gauche des lois
de Newton, à savoir (1.34) et (1.37), la formule de composition des accélérations. On observe que
les lois de Newton restent valables dans le référentiel R à condition d'introduire des forces d'inertie
volumiques dans les membres de droite,
fi = ie
|{z}
f + fic
|{z}
= −ργ e − ργ c . (1.39)
force d'inertie d'entrainement force d'inertie de Coriolis

1.3 Problème de l'équilibrage d'un rotor


On considère un rotor S solide indéformable, de masse totale m, comprenant un axe Oz en
rotation sur un chassis grâce à des liaisons pivots situées aux points P1 et P2 :

x S

z G
y
P1 P2

On choisit un repère de travail Oxyz lié au solide S , d'origine O = P1 . On a alors OP2 = lez .
D'autre part le centre de gravité G de S est repéré par OG = OH + HG avec H projeté orthogonal
de G sur l'axe Oz , OH = cez , HG = aex + bey .
On s'intéresse au régime de rotation où la vitesse angulaire ω de S dans le référentiel absolu du
laboratoire R0 est constante. Dans ce référentiel, le rotor est soumis à des eorts au niveau des
liaisons pivots :
• le champ de forces exercé au niveau de la liaison P1 a une résultante égale à la réaction de
liaison R1 et un couple en P1 égal au couple de liaison Γ1 ;
• le champ de forces exercé au niveau de la liaison P2 a une résultante égale à la réaction de
liaison R2 et un couple en P2 égal au couple de liaison Γ2 .
16 Chapitre 1 Eets des forces d'inertie - Problématique de l'équilibrage

D'autre part des eorts dûs à l'environnement, par exemple l'action de uides, existent ; on
note Renv leur résultante, Γenv leur couple en O. Enn l'action de la gravité terrestre constitue
une troisième source d'eorts.

La moitié des mini-groupes de TD traitera la question 1 ci-dessous par la voie a, l'autre moitié
par la voie b.

1 Explicitez les lois fondamentales de la dynamique de ce système


1.a soit dans le référentiel R0 du laboratoire,
1.b soit dans le référentiel R lié à S , donc en rotation par rapport à R0 avec le vecteur vitesse
instantanée de rotation ω = ω ez .
Dans les deux cas faites intervenir les composantes Ixz et Iyz de la matrice représentant le tenseur
d'inertie I(O) de S dans la base tournante {ex ,ey ,ez }.
1.c On fait l'hypothèse que les liaisons pivots sont  parfaites  au sens où, en l'absence d'actions
dues à l'environnement, les couples de liaison Γ1 et Γ2 sont nuls. Observant d'autre part que le
système d'équations que l'on vient d'obtenir est linéaire vis-à-vis de tous les eorts appliqués, on
s'intéresse dans ce qui suit aux réactions de liaison R1 et R2 qui compensent seulement les termes
inertiels, dûs aux membres de gauche des équations de la dynamique (1.32) et (1.35) dans le calcul
de 1.a, ou aux forces d'inertie dans le calcul de 1.b. Montrez que ces réactions sont dénies par le
système
R1 + R2 = ω 2 R ,
OP1 ∧ R1 + OP2 ∧ R2 = ω 2 S , (1.40)
en donnant la dénition des vecteurs R et S tournants liés à S , qui ne dépendent que de la géométrie
de la distribution des masses de S . Proposez une interprétation physique expliquant l'origine et la
nature des termes −ω 2 R et −ω 2 S.

2.a Déterminez autant que possible les composantes de R1 et R2 , en notant qu'il demeure une
composante inconnue de liaison.
2.b Montrez que l'équilibrage complet du rotor, i.e. l'annulation des termes sources R et S dans
le système (1.40), revient aux conditions suivantes :
• condition d'équilibrage statique : le vecteur  balourd  mHG = 0, i.e. a = b = 0,
i.e. le centre d'inertie G se trouve sur l'axe de rotation Oz ;
• condition d'équilibrage dynamique : les moments d'inertie Ixz = Iyz = 0, i.e. l'axe de
rotation Oz est axe principal d'inertie de S .
Montrez en sus que la condition d'équilibrage statique revient à assurer que le terme de couple dû
au poids, OG ∧ mg, est eectivement statique au sens où il est indépendant du temps.
3 On désire équilibrer le rotor en disposant sur S une masse ponctuelle mα au point A de son bord
repéré par OA = xα ex + yα ey + zα ez et une autre masse ponctuelle mβ au point B de son bord
repéré par OB = xβ ex + yβ ey + zβ ez .
3.a Calculez les coordonnées a0 , b0 et c0 du centre de gravité G0 du système S 0 = S ainsi modié,
et explicitez la condition d'équilibrage statique de S 0 .
3.b Calculez les produits d'inertie en O, Ixz
0 et I 0 , du système S 0 , et explicitez la condition
yz
d'équilibrage dynamique de S .
0

3.c Pourquoi ne doit-on pas en général disposer les masses mα et mβ dans un même plan perpen-
diculaire à l'axe de rotation, d'équation z = constante ?
1.3 Problème de l'équilibrage d'un rotor 17

4 D'un point de vue pratique, comme on n'a pas accès directement à la position du centre d'inertie
ou aux moments d'inertie, on utilise la méthode des coecients d'inuence pour équilibrer
un rotor. Pour cela on caractérise quantitativement le déséquilibre du rotor, en régime de rotation
à vitesse angulaire constante ω , en mesurant dans le référentiel R0 une des composantes de R1 et
R2 grâce à deux capteurs de forces, placés en P1 et P2 , et orientés perpendiculairement à l'axe
de rotation. Si on appelle eX la direction de mesure de ces capteurs, on peut former une base xe
dans R0 à l'aide des vecteurs

eX , eY , eZ eX , ez ∧ eX , ez .
 
=

Dans cette base xe la base liée au rotor ex , ey , ez est tournante, avec un angle de rotation


 
φ(t) := eX\
, ex (t) = ωt ,

et on mesure donc

s1 (t) = R1 · eX grâce au capteur 1, s2 (t) = R2 · eX grâce au capteur 2.

4.a En utilisant les résultats de la question 2.a, donnez l'expression générale de s1 et s2 . Montrez
que l'on peut associer naturellement à ces signaux temporels oscillants des amplitudes complexes
z1 et z2 dont on donnera l'expression. Vous introduirez enn les amplitudes complexes normalisées
Z1 = z1 /ω 2 et Z2 = z2 /ω 2 .
Indication-commentaire : vous constaterez que la règle utilisée en traitement de signaux oscillants,

s(t) = sx cos(ωt) − sy sin(ωt) = Re[z exp(iωt)] ←→ amplitude z = sx + isy ,

se marie harmonieusement, ici, avec la règle utilisée en analyse complexe pour associer un complexe
à un vecteur.

4.b Quelles conditions doit-on réaliser pour équilibrer le rotor ?


4.c La stratégie proposée par la méthode des coecients d'inuence consiste à équilibrer le système
en positionant des masses à la périphérie de deux disques faisant partie de S , situés l'un en z = zα ,
l'autre en z = zβ 6= zα . On repère la valeur de ces masses et leur position dans les plans de ces
disques par les  balourds 

bα = mα (xα + iyα ) , bβ = mβ (xβ + iyβ ) en notations complexes.

On commence par mesurer les amplitudes complexes normalisées Z1 et Z2 sur S tournant seul ; on
note les valeurs correspondantes Z10 et Z20 .
On arrête alors S , et on place mα en un point A du premier disque de S . On mesure - après retour
au régime de rotation permanent - les nouvelles valeurs Z1α et Z2α des amplitudes complexes
normalisées des signaux s1 et s2 . Montrez que l'on a alors

Z1α = Z10 + c1α bα , Z2α = Z20 + c2α bα

où l'on peut faire apparaître (i.e. mesurer pratiquement) des coecients d'inuence c1α et c2α dont
on donnera la valeur théorique.
On arrête à nouveau le système, on enlève mα , et on dispose mβ en un point B du deuxième disque
de S . On mesure ensuite les nouvelles valeurs Z1β et Z2β des amplitudes complexes normalisées des
signaux s1 et s2 . Montrez que l'on peut introduire des coecients d'inuence c1β et c2β de sorte
que
Z1β = Z10 + c1β bβ , Z2β = Z20 + c2β bβ .
18 Chapitre 1 Eets des forces d'inertie - Problématique de l'équilibrage

Dans le cas général où on dispose mα en A point du premier disque et mβ en B point du deuxième


disque, montrez que les amplitudes vibratoires de s1 et s2 sont données par :

Z1αβ = Z10 + c1α bα + c1β bβ , Z2αβ = Z20 + c2α bα + c2β bβ .

Décrivez à partir de ces résultats une méthode pratique d'équilibrage.


Vous noterez que, d'un point de vue théorique, cette méthode fonctionne si la matrice des coecients
d'inuence  
c1α c1β
[C] =
c2α c2β
est inversible ; vous vérierez théoriquement que cela est bien le cas.

5 En prenant un peu de recul par rapport à ce problème, on peut remarquer que l'on a privilégié
un point particulier O de l'axe de rotation dans tout le traitement. Montrez donc que si le rotor S
est équilibré vis à vis de O, alors il est équilibré vis à vis de tout autre point O0 de l'axe de rotation.
Chapitre 2

Rappels sur les pertes de charges


2.1 Bilan énergétique
On considère ici un uide newtonien incompressible. La puissance développée PF par un eort
F qui s'exerce sur un système matériel à la vitesse ~v est donnée par le produit PF = F~ .~v . Si on
~
fait le produit scalaire entre les termes du bilan de quantité de mouvement et ~v , on obtient donc
un bilan local de variation d'énergie cinétique :
2
 
∂ec ρv
ρ ~ p+
= −~v .∇ + ρgz + µ~v .∇2~v (2.1)
∂t 2
avec ec = v 2 /2 la densité massique d'énergie cinétique.
On fait maintenant un bilan global sur un volume Dt , sachant que :
~ ∇.~
∇2~v = ∇( ~ v) − ∇~ ∧ (∇~ ∧ ~v ) (2.2)
~ a ∧ ~b) = ~b.(∇
∇.(~ ~ ∧ ~b),
~ ∧ ~a) − ~a(∇ (2.3)
l'équation locale 2.1 intégrée sur Dt devient :
v2
ZZZ ZZ     ZZZ
∂ ~ ~ ∧ ~v )2 d3 x
(ρec ) d3 x = − p + ρgz + ρ ~v + µ~v ∧ (∇ ∧ ~v ) ~ndS − µ(∇
Dt ∂t ∂Dt 2 Dt
(2.4)
Slat

vs
Se
n
n Ss
ve

Fig. 2.1  Tube de courant.


Cette équation 2.4 traduit le fait que la variation d'énergie cinétique dans un volume de uide
newtonien incompressible est égale au bilan de ux entrants et sortants d'énergie moins les pertes.
Cela apparait clairement si on dénit les puissances entrantes et sortantes d'un tube de courant
(voir gure 2.1) par :
v2
ZZ  
Pe = − p + ρgz + ρ ~v · ~ndS (2.5)
Se 2
v2
ZZ  
Ps = p + ρgz + ρ ~v · ~ndS (2.6)
Ss 2
20 Chapitre 2 Rappels sur les pertes de charges

la puissance perdue par frottement sur les bords :


ZZ
Pf rot = − ~ ∧ ~v )~ndS
µ~v ∧ (∇ (2.7)
Slat

et la puissance dissipée par la viscosité dans le volume :


ZZZ
Pdiss = ~ ∧ ~v )2 d3 x
µ(∇ (2.8)
Dt

L'énergie cinétique du volume de uide Dt est donnée par :


ZZZ
Ec = ρec d3 x (2.9)
Dt

Du fait de l'incompressibilité du uide, la variation d'énergie cinétique dans le volume Dt s'écrit :


ZZZ  
dEc ∂
= ~
(ρec ) + ∇(ρe v d3 x
c ).~ (2.10)
dt Dt ∂t

On obtient alors :
ZZZ

(ρec ) d3 x = Pe − Ps − Pf rot − Pdiss (2.11)
Dt ∂t

Les équations 2.4 - 2.11 sont écrites sous forme d'intégrale du champ de vitesse. Malheureuse-
ment, ce dernier n'est pas forcement bien connu. C'est pourquoi on préfère utiliser des grandeurs
moyennes. On dénit donc la vitesse débitante sortante qui traverse une surface S :
ZZ
1
hvi = ~v · ~ndS (2.12)
S S

avec ~n la normale sortante. Cela fournit naturellement le débit volumique :

qv = Shvi (2.13)

Le débit massique sortant qm est déni par :


ZZ
qm = ρ~v · ~ndS (2.14)
S

On introduit la masse volumique moyenne du volume de uide sortant par S par unité de temps :
ZZ
1
hρi = ρ~v · ~ndS (2.15)
qv S

On a donc pour le débit massique :


qm = hρiqv (2.16)
La charge H au niveau d'une surface S est dénie par :
v2
ZZ  
1
H= p + ρgz + ρ ~v~ndS, qm 6= 0. (2.17)
qm g S 2

avec g l'accélération de pesanteur. On peut réécrire la charge en utilisant les grandeurs moyennes :
hpi hv 3 i
H= + hzi + (2.18)
hρig 2hvig
2.2 Pertes de charge 21

On dénit le coecient :
hv 3 i
α= (2.19)
hvi3

On a nalement la charge en fonction des grandeurs moyennes :

hpi hvi2
H= + hzi + α (2.20)
hρig 2g

Dans les conduites, α dépend du régime d'écoulement :


ˆ α = 1 pour les uides parfaits.
ˆ α = 2 pour les uides newtoniens en écoulement laminaire.
ˆ α = 1.07 pour les uides newtoniens en écoulement turbulent.
Enn, on peut écrire le bilan d'énergie 2.11 en introduisant les charges :

ZZZ

(ρec ) d3 x = qm g(He − Hs − Hf rot − Hdiss ) (2.21)
Dt ∂t

avec Hf rot = Pf rot /(qm g) et Hdiss = Pdiss /(qm g).

Exercice : Calcul
Démontrer 2.2 et 2.3 en utilisant les dénitions des opérateurs ∇2 et ∇
~ . En déduire 2.4.

2.2 Pertes de charge


On considère un uide newtonien, incompressible et visqueux. Il a donc une viscosité dynamique
µ non nulle et c'est sa diérence avec un uide parfait. Les uides réels sont des uides visqueux,
c'est-à-dire que leur écoulement dissipe de l'énergie. Cela implique qu'il faut apporter de l'énergie
au uide pour maintenir un écoulement.

2.2.1 Bernoulli avec pertes de charge


On considère que l'écoulement est stationnaire, ou le cas échéant, on travaille avec des moyennes
temporelles. Dans ce cas, le bilan énergétique dans un tube de courant devient :

He − Hs − Hf rot − Hdiss = 0 (2.22)

Le problème consiste à obtenir une expression des pertes de charge Hpertes = Hf rot + Hdiss .
D'après le bilan locale 2.1, on a par intégration sur un tube de courant :
ZZZ
1
Hpertes = µ~v .∇2~v d3 x (2.23)
qm g V

Nous allons chercher à écrire les pertes à partir de la vitesse débitante et du nombre de Reynolds
car l'expression 2.23 nécessite de connaitre l'écoulement. Nous nous limitons aux écoulements en
conduite.
22 Chapitre 2 Rappels sur les pertes de charges

D v

Fig. 2.2  Tuyau droit.

Pertes de charge régulières


Les pertes de charge régulières sont les pertes dans un tuyau droit sans variation brutale de
section (gure 2.2). Cette conguration est donc telle que la géométrie est presque invariante suivant
la direction de l'écoulement. Si on introduit les grandeurs sans dimension et en prenant comme
longueur de référence le diamètre D du tuyau (conduite circulaire) et pour volume V = πD2 L/4
avec la longueur L du tuyau dans la direction de l'écoulement, on obtient :
L v2
 ZZZ 
2
Hpertes = ~v ?
.∇2?~v ? d3 x? (2.24)
Re V? D 2g
On constate que V ? = 1 et, qu'en conséquence, l'intégrale ne dépend que du type d'écoulement. Le
type d'écoulement est donné par l'équation de Navier-Stokes. Si on néglige les eets de pesanteur
(donc le nombre de Froude), on constate que l'écoulement est déterminé par le nombre de Reynolds
Re. En pratique, cet écoulement dépend aussi des conditions limites sur la paroi du tube qui
sont caractérisées par la rugosité e du tuyau. En général, on adimentionnalise la rugosité de la
conduite par son diamètre et l'on considère donc e/D. Ainsi, on note le coecient de perte de
charge régulière :
ZZZ
2
λ(Re, e/D) = ~v ? .∇2?~v ? d3 x? (2.25)
Re V ?

On obtient alors la forme générique des pertes de charge régulières que l'on note maintenant ∆Hr :

L v2
∆Hr = λ(Re, e/D) (2.26)
D 2g

On montre que dans le cas d'une conduite de section non circulaire, on remplace le diamètre de la
section par un diamètre hydraulique Dm déni par :

4S
Dm = (2.27)
P

avec S la surface de la section et P son périmètre.


Dans le cas d'un écoulement laminaire en conduite cylindrique, on a, en résolvant l'équation :

64 L v 2
∆Hr = (2.28)
Re D 2g

On considère que l'écoulement est laminaire tant que Re < 2000. L'écoulement est turbulent quand
Re > 4000. Pour un nombre de Reynolds compris entre 2000 et 4000, l'écoulement est dans un
régime de transition où les zones de turbulence ne remplissent pas entièrement le tuyau. Ainsi, la
formule 2.28 n'est valable que pour Re < 2000. Au-delà, il existe encore des formules empiriques ou
semi-empiriques. La formule de Blasius, valable pour les régimes turbulents modérés, c'est-à-dire
pour 4000 < Re < 105 et pour des rugosités faibles e/D ≤ 10−3 , est donnée par :
2.2 Pertes de charge 23

λ(Re) = 0.316Re−0.25 (2.29)


La formule de Colebrook-White permet de tenir compte de la rugosité (pour Re > 4000) :
 
1 e 18.7
√ = 1.74 − 2 log10 2 + √ (2.30)
λ D Re λ
En pratique on utilise des abaques comme celui donné par la gure 2.3. Ces derniers sont obtenus
soit grâce à des mesures expérimentales, soit à l'aide de formule comme celle de Colebrook-White.
La détermination du coecient de perte de charge régulière nécessite de calculer le nombre de
Reynolds, c'est-à-dire de connaître la viscosité cinématique de l'eau. Dans les conditions standard
de température et de pression (105 P a et 20°C), la viscosité dynamique de l'eau est µ = 1 cP =
10−3 P a.s (cP = centipoise). Sa masse volumique est de ρ = 1000 kg/m3 . Sa viscosité cinématique
est donc de ν = 1 cSt = 10−6 m2 /s (cSt = centistokes). La viscosité de l'eau dépend de la
température, il faut donc parfois utiliser un abaque (voir 2.4) pour corriger la valeur de sa viscosité
en fonction de la température.

Pertes de charge singulières


Lorsque la canalisation change brusquement de forme (élargissement, rétrécissement de section)
ou de direction (coude), l'écoulement est perturbé par l'obstacle que constitue cette modication
géométrique. Cela entraine la formation de tourbillons dans l'écoulement et donc de la dissipation
interne Hdiss . En eet, cette dernière dépend du rotationnel de la vitesse qui peut être interprété
comme l'intensité des tourbillons. La zone où se produisent les pertes de charge singulière est
donc limitée au voisinage de l'obstacle. La longueur de canalisation pertinante est donc maintenant
L = D. De la forme de 2.26, on en déduit la forme des pertes de charge singulières ∆Hs :

v2
∆Hs = K (2.31)
2g

avec
ZZZ
2
K= ~v ? .∇2?~v ? d3 x? (2.32)
Re V?

Cette fois-ci, V ? dépend de la géométrie de l'obstacle mais reste de l'ordre de 1. En général, K est
fourni par des abaques en fonction du type d'obstacle (coude, etc ...) et du nombre de Reynolds.
Il existe des formules qui donnent K dans une gamme de nombre de Reynolds pour des obstacles
de géométrie simple comme des coudes, des élargissements, etc ... (voir les exemples donnés dans
la suite).

Coecients de pertes de charge singulières


On donne ici quelques exemples de coecients de pertes de charge. La plupart du temps, on
utilise les abaques fournis par le fabriquants des éléments de canalisation (vannes, coudes, etc ...)
plutôt que des formules se basant sur les caractéristiques géométriques de l'obstacle.
Coudes et angles :
Pour un angle, on a une formule valable pour les grands nombre de Reynolds (Re > 4000) à
défaut de mieux :

K = sin2 (θ/2) + sin4 (θ/2) (2.33)


Pour le coude de rayon R, on a, toujours en régime turbulent :
24 Chapitre 2 Rappels sur les pertes de charges

Fig. 2.3  Coecient de perte de charge régulière en conduite.


2.2 Pertes de charge 25

Fig. 2.4  Viscosité et masse volumique de l'eau en fonction de sa température.


26 Chapitre 2 Rappels sur les pertes de charges

D θ
θ
D

v v

Fig. 2.5  Angle et coude.

 3.5 !
D θ
K= 0.13 + 3.7 (2.34)
2R π
Si le coude est long (L  D), on doit aussi tenir compte des pertes de charge régulières sur la
longueur L du coude. On a alors :
L
K0 = K + λ (2.35)
D
et la perte de charge s'écrit alors :
v2
∆Hs = K 0 (2.36)
2g
λ peut être pris en première approximation comme le coecient de perte de charge régulière d'une
conduite supposée droite. Il vaut toujours mieux utiliser des abaques pour avoir le coecient K
de perte de charge singulière. Les formules ci-dessus sont utilisables à défaut de mieux pour une
estimation des pertes de charge.
Élargissements et rétrécissements brusques :

v1 v2
S1 S2 S1 S2

Fig. 2.6  Élargissement et rétrécissement brusque.


Formule de Bordat-Carnot pour les élargissements brusques :

S1 2
 
Re ≥ 3500, K = 1− (2.37)
S2
avec la perte de charge dénie par :
v12
∆Hs = K (2.38)
2g
Formule pour un rétrécissement brusque :
 
S2
Re ≥ 10 ,4
K = 0.5 1 − (2.39)
S1
2.2 Pertes de charge 27

avec la perte de charge dénie par :


v22
∆Hs = K (2.40)
2g
Diuseurs et rétrécissements progressifs :

θ/2 θ/2

S1 S2 S1 S2
v1 v2 v1 v2

Fig. 2.7  Diuseur et convergent.


Pour les diuseurs dont l'angle 10° < θ < 70°, la variation de K est linéaire avec l'angle θ pour
les grands nombres de Reynolds avec :
(
θ ≤ 10°, K≈0
(2.41)
θ ≥ 70°, K ≈ 0.8
Pour les convergents progressifs, K dépend à la fois de l'angle θ et du rapport des sections
S1 /S2 . En général, on le met sous la forme :
 2  
S2 S2
K =1− +f (2.42)
S1 S1
f dépend de la géométrie du convergent. Cette fonction est tabulée dans les documentations tech-
niques du convergent.
Comme pour les coudes progressifs, si la longueur de l'obstacle L  D, il faut tenir compte des
pertes de charge régulières dans le convergent ou le diuseur.
Bilan sur les pertes de charge singulières
On constate que pour de grands nombre de Reynolds (écoulement turbulent), K est presque
constant pour un obstacle donné sur de grands intervalles de nombre de Reynolds. Le plus simple
est donc de se baser sur des données constructeur valables dans les régimes d'utilisation du matériel.
Les gures 2.8 donnent des exemples de documentation que l'on peut rencontrer.

2.2.2 Bernoulli avec pertes de charge


De ce qui a été dit précédemment, on retient que les pertes de charge dans un écoulement en
conduite sont de deux types : perte de charge régulière ∆Hr et perte de charge singulière ∆Hs . Au
nal, entre la section d'entrée d'une canalisation et la section de sortie, on a :

He − Hs − ∆Hr − ∆Hs = 0 (2.43)


De plus, la conservation du débit (uide incompressible) donne :

qv,e = qv,s (2.44)


Enn, on peut remarquer que dans la majorité des cas pratiques le régime d'écoulement est
turbulent. On peut donc utiliser α = 1 (α déni par 2.19), soit :

p v2
H= +z+ (2.45)
ρg 2g
28 Chapitre 2 Rappels sur les pertes de charges

Fig. 2.8  Exemples de documentation pour les coecients de perte de charge singulières.
2.3 Circuits avec des pompes 29

La valeur de α a, en général, peu d'importance car la conservation du débit dans une canalisation
de section constante impose que la vitesse débitante est la même partout. Le terme correspondant
à l'énergie cinétique disparaît donc du bilan 2.43.

2.3 Circuits avec des pompes


Nous avons vu que les uides viscqueux dissipent de l'énergie lorsqu'ils s'écoulent. Il faut donc
leur apporter en permanence de l'énergie pour maintenir l'écoulement. Cela peut être l'énergie
potentielle de pesanteur : le uide descend d'un point haut vers un point plus bas. Un château
d'eau utilise cette énergie pour faire couler l'eau dans le réseau de distribution. Cependant, pour
remplir notre château d'eau, il faut monter l'eau vers le réservoir. Cela ne peut se faire sans pompe.
Une pompe est donc le dispositif qui va apporter au uide l'énergie nécessaire à son écoulement.
Cet apport est donné sous forme de charge Hp dans le bilan d'énergie. Il s'agit d'une source, ce qui
permet d'écrire le bilan sur un circuit comprenant une pompe :

He + Hp − Hs − ∆Hs − ∆Hr = 0 (2.46)

Fig. 2.9  Technologies de pompes.


30 Chapitre 2 Rappels sur les pertes de charges

Le charge de la pompe Hp dépend du débit, c'est sa caractéristique. La détermination de la


caractéristique d'une pompe et l'étude des technologies de pompes disponibles (voir les gures 2.9)
fait l'objet des chapitres suivants. Le chapitre 3 détaille les bilans qui permettent de déterminer
Hp (qv ). Cette courbe est fournie par les fabriquants de pompes pour chacun de leurs modèles. On
appelle le point de fonctionnement de la pompe, le débit qv tel que :

Hp (qv ) = Hs + ∆Hs + ∆Hr − He (2.47)


Le terme de droite dans l'expression représente la caractéristique du circuit hydraulique. Cette
dernière dépend aussi du débit qv . Le point de fonctionnement est donc le débit solution de 2.47
(courbes 3.19).

H circuit

pompe point de fonctionnement

qv

Fig. 2.10  Point de fonctionnement d'un circuit avec une pompe.


Les problèmes rencontrés sont de deux types : soit on connait le circuit et la pompe, soit on
connait le circuit et le débit à assurer. Dans le premier cas, on calcule le débit de fonctionnement
et dans le deuxième cas, on cherche le modèle de pompe qui sera capable d'atteindre la charge
souhaitée au débit nominal.
Le coût d'exploitation d'une pompe dépend de son rendement énergétique ηp déni par :
Puissance hydraulique
ηp = (2.48)
Puissance mécanique
La puissance hydraulique de la pompe est donnée par :

Phyd = ρgqv Hp (2.49)

2.4 Circuits avec des turbines


La gravité permet l'écoulement naturel d'un uide, comme par exemple dans le cas d'une retenue
d'eau ou d'un château d'eau. Une usine hydroélectrique récupère une partie de l'énergie du uide
qui s'écoule grâce à une turbine. La turbine a le rôle inverse de la pompe : elle retire de l'énergie
au uide. On a donc pour le bilan énergétique :

He − Hs − HT − ∆Hs − ∆Hr = 0 (2.50)


avec HT la charge de la turbine. Il existe plusieurs types de turbines (voir les exemples 2.11).
Certaines peuvent être aussi utilisées en mode pompe, mais la plupart du temps leur rendement
n'est alors pas bon. À l'inverse d'une pompe, le rendement d'une turbine ηT est donné par :
Puissance mécanique
ηT = (2.51)
Puissance hydraulique
avec la puissance hyraulique donnée par :

Phyd = ρgqv HT (2.52)


2.5 TD : circuits hydrauliques 31

Fig. 2.11  Types de rotor pour les turbines.

2.5 TD : circuits hydrauliques


2.5.1 Charge d'une pompe
Une pompe débite 9000 L/min d'eau. La conduite d'aspiration à un diamètre D = 30 cm, la
conduite de refoulement un diamètre de d = 20 cm. A l'entrée de la pompe, règne une pression de
pe = 0.3 bar, à la sortie de la pompe à 1.22 m au dessus de la pompe, la pression est de ps = 1.7 bar.
Calculer le gain de charge de la pompe.

2.5.2 Aquasplash

Fig. 2.12  Tobogan de piscine.

L'installation ci-dessous (gure 2.12) fait partie d'un parc d'attractions. La pompe transfère
l'eau de la piscine jusqu'en D. La vitesse de sortie souhaitée est vD = 3.5 m/s. Les dimensions sont
données sur la gure.
1. Calculer le débit en volume, le débit massique et la vitesse dans AB (aspiration).
2. Calculer le nombre de Reynolds à l'aspiration et au refoulement.
3. Sachant que la rugosité de la paroi est e = 3 mm, déterminer les pertes de charge linéiques
à l'aspiration et au refoulement en utilisant l'abaque en annexe.
32 Chapitre 2 Rappels sur les pertes de charges

4. Calculer la perte de charge totale. On donne kA = 0.5 et kcoude = 0.2.


5. Calculer le gain de charge de la pompe.
6. Calculer la puissance utile et la puissance absorbée pour un rendement η = 0.8.

2.5.3 Circuit hydraulique avec piston


Un système hydraulique sert à alimenter un élévateur. La course maximum du piston est de
1 m. On veut pouvoir maintenir 1300 kg au maximum. La pression relative admissible maximum
dans le cylindre est de 200 bar.

10 m 1m

4
pompe

2 2m
filtre

1 réservoir à huile
masse volumique = 0.78 kg/l
viscosité cinématique 1E-5 m^2/s

Fig. 2.13  Circuit hydraulique alimentant un piston.

1. Déduire du cahier des charges et des caractéristiques du circuit hydraulique la surface (mi-
nimum) du piston.
2. On suppose qu'on maintient 200 bar en 4 et que la vitesse du piston est de 10 cm/s. Calculer
le débit volumique d'huile dans le circuit.
3. Le diamètre de la conduite qui alimente le piston est de 1 cm. En déduire le nombre de
Reynolds et le type de régime d'écoulement dans la conduite.
4. Donner le coecient de perte de charge linéique entre 3 et 4. Calculer les pertes de charge
entre 3 et 4.
5. Le coecient de perte de charge singulière dans le ltre est de kf = 3. En appliquant le
théorème de Bernoulli, donner la puissance de la pompe. On suppose que l'huile est à la
pression atmosphérique dans le réservoir. On néglige les autres pertes de charge (coude,
canalisation entre 1 et 2).

2.5.4 Alimentation de réservoir


Un système de pompe hydraulique sert à alimenter un réservoir. On veut obtenir un débit de
50 L/s.
1. Le diamètre de la conduite qui alimente le réservoir est de 10 cm. En déduire le nombre de
Reynolds et le type de régime d'écoulement dans la conduite.
2. Calculer les pertes de charge linéaires entre 1 et 4 en utilisant la gure (3.25). On néglige les
longueurs du ltre et de la pompe (10 m de canalisation entre 1 et 3). On donne e = 0.1 mm.
2.5 TD : circuits hydrauliques 33

3m

3 4

pompe

2 10 m
filtre

1 réservoir à eau
masse volumique = 0.99 kg/l
viscosité cinématique 1E-6 m^2/s

Fig. 2.14  Circuit hydraulique alimentant un réservoir.

3. Le coecient de perte de charge dans le coude (3) est de kc = 0.2, à l'aspiration de ka = 0.5 et
dans le ltre de kf = 5. Calculer les pertes de charge singulières dans le coude, à l'aspiration
(réduction brusque de section) et dans le ltre.
4. En appliquant le théorème de Bernoulli, donner la charge Hp de la pompe. On suppose que
l'eau est soumise à la pression atmosphérique dans les réservoirs.
5. Donner la puissance consommée par la pompe sachant que son rendement η vaut 0,8.
6. Calculer la charge de la pompe dans le cas ou les pertes de charge sont nulles (uide parfait).
Qu'elle serait alors la puissance consommée par la pompe (η = 0.8) et l'économie d'énergie
qui serait réalisée.

2.5.5 Filtrage de piscine


On souhaite dimensionner la pompe du circuit de ltrage d'une piscine municipale. Les dimen-
sions du bassin sont 50 × 25 × 2.2 en mètre. Le cahier des charges précise que la totalité du volume
du bassin doit être ltré en 12h.
A
H 0.1m I J 0.6m K
0.5m
G Filtre
0.6m F
2.2m
P 1.5m

0.6m E
D

C 1m B

Fig. 2.15  Piscine avec son sytème de ltrage.

1. Calculer le débit volumique qv du circuit de ltrage.


2. Sachant que l'on utilise une canalisation de 16 cm de diamètre, calculer la vitesse v de
l'écoulement dans le circuit de ltrage. On considère que l'eau est à 20°C, donc que ν =
10−6 m2 /s. Calculer le nombre de Reynolds Re dans la canalisation.
3. La rugosité de la canalisation vaut e = 0.1 mm. Calculer la perte de charge régulière entre
l'entrée B et la sortie K (utiliser l'abaque 3.25).
34 Chapitre 2 Rappels sur les pertes de charges

4. Le coecient de perte de charge dans les coudes à 90°vaut k90 = 0.3. Le coecient du ltre
vaut kf = 6. Enn, à l'aspiration B, on a kB = 0.5 et au refoulement K kK = 1.06. Calculer
la pertes de charge singulière entre B et K.
5. En faisant le bilan sur tout le circuit, calculer la charge Hp de la pompe.
6. Calculer la puissance utile de la pompe (ρ = 1000 kg/m3 , g = 9.81 m/s2 ) et sa puissance
consommée (rendement η = 0.85).
Maintenant, vous pouvez choisir une pompe dans un catalogue...

2.5.6 Puissance d'une turbine


À l'entrée de la canalisation, le coecient de perte de charge vaut ke = 0.5. Le coecient de
perte de charge à la sortie vaut ks = 1.06. On néglige les pertes de charge linéiques. Le débit est
qv = 20 m3 /s.
1

h1=30m

D=2.5m E S
h2=5m

Fig. 2.16  Barrage hydroélectrique.

1. Écrire le théorème de Bernouilli entre l'entrée et la sortie de la turbine.


2. Donner la charge de la turbine.
3. Donner la puissance disponible sur l'arbre de la turbine sachant que son rendement vaut
η = 0.8.

2.5.7 STEP
Soient un bassin amont à l'altitude z1 = 1695 m et un bassin aval à l'altitude z2 = 740 m,
tous deux à la pression atmosphérique. Entre les 2 bassins est installée une usine hydroélectrique
équipée de turbines et de pompes. Les turbines permettent de récupérer l'énergie potentielle de
l'eau descendant du bassin amont au bassin aval. Les pompes permettent, en cas de besoin, de
transférer de l'eau du bassin aval au bassin amont.

Turbinage
La conduite forcée à un diamètre D = 3 m, le débit est qv = 70 m3 /s.
1. Calculer la vitesse de l'écoulement.
2. Calculer le nombre de Reynolds (ν = 10−6 m2 /s).
3. Connaissant la puissance fournie aux turbines par l'eau Pt = 490 M W , déterminer la perte
de charge dans la turbine Ht .
2.5 TD : circuits hydrauliques 35

Fig. 2.17  Barrage hydroélectrique.

4. En appliquant Bernoulli généralisé entre 1 et 4, calculer la perte de charge linéique H14 (on
négligera les pertes de charge singulières).
5. Sachant que la longueur de canalisation est L = 4 km, déterminer le coecient de perte de
charge linéique.

Pompage
Le débit souhaité est qv = 40 m3 /s, la canalisation est celle de la gure 2.17 (D = 3 m et
L = 4 km).
1. Déterminer le coecient de perte de charge linéique (utilisation de l'abaque) ; calculer la
perte de charge linéique H14 .
2. Calculer le gain de charge des pompes.
3. Calculer la puissance utile.
4. Calculer le rendement des pompes sachant que la puissance fournie est P = 500 M W .
36 Chapitre 2 Rappels sur les pertes de charges

Fig. 2.18  Coecient de perte de charge.


Chapitre 3

Pompes
3.1 Introduction
Une pompe est une machine hydraulique qui permet d'augmenter la charge H d'un uide
moyennant une puissance extérieure Pext > 0 fournie au uide. Cette puissance est en général
fournie par un rotor en rotation.

3.1.1 Résultats du cours de mécanique des uides


ω

S
s

S v
e s

v
e

Fig. 3.1  Section d'une turbopompe.

On considère un tube de courant de uide incompressible en régime permanent (gure 3.1). On


a donc la loi de conservation de la masse qui s'applique :

v.ndS = 0 (3.1)
X
⇒ qv = ve Se = vs Ss
δΩ

Le bilan énergétique dans un tube de courant qui contient une source (ou un puits) d'énergie
s'écrit en l'absence de perte de charge :

Pext = ρgqv (Hs − He ) (3.2)

avec les charges d'entrée He et de sortie Hs du tube de courant. On rappelle la dénition de la


charge H (voir l'équation (1.33) du cours de mécanique des uides Plaut 2017a ) :

p hvi2
H= +z+α (3.3)
ρg 2g

p est la pression du uide au point d'altitude z . La vitesse hvi désigne la vitesse débitante à travers
une surface S et α est le coecient d'énergie cinétique qui sont dénis par les relations (1.34) du
38 Chapitre 3 Pompes

cours de mécanique des uides Plaut 2017a . Si la puissance extérieure est échangée via un rotor en
rotation, alors elle peut s'exprimer comme :

Pext = Cext ω (3.4)

ce qui fait intervenir le couple appliqué au rotor Cext et sa vitesse angulaire de rotation ω .
On appellera Hth = Hs − He > 0 la charge théorique atteinte lorsqu'il n'y a pas de perte dans
la pompe. D'après la dénition de la charge, on en déduit que :
"  2 #
ρ qv2 Se
ps − pe = ρgHth + 2
1− (3.5)
2 Se Ss

En général dans une pompe, Se . Ss ce qui rend le deuxième terme négligeable. On a donc une
augmentation de pression à travers une pompe (∆p = ps − pe > 0).
Placée dans un circuit, une pompe peut-être considérée comme une singularité qui augmente la
charge.
Dans une turbopompe (en général hydromachines qui incluent les turbines), il n'y a aucun
organe d'étanchéité entre l'entrée et la sortie. On peut traverser la machine par un chemin continu
tracé dans le uide. Il y a d'autres classes de pompes où ce n'est pas le cas, par exemple, les pompes
volumétriques.

3.1.2 Pompes volumétriques

piston

e 1 2 s

Fig. 3.2  Schéma d'une pompe à piston (volumétrique). Clapet d'aspiration 1, clapet de refoulement 2.

 En phase d'aspiration, le clapet 1 est ouvert et le 2 fermé.


 En phase de refoulement, le clapet 1 est fermé et le 2 ouvert.
Dans ce cas l'entrée est déconnectée de la sortie et on ne peut pas passer par un chemin continu
entre les points e et s.
Il existe d'autres types de pompes volumétriques :
 pompes à palettes,
 pompes à engrenages,
 pompes à écrasement de tuyaux,
 ...
dont les principales caractéristiques sont un faible débit mais de grandes pressions de refoulement.
De plus, ces pompes conduisent à des débits uctuants dans le temps, ce qui nécessite assez souvent
la mise en place de capacité pneumatique pour stabiliser le débit (gure 3.3).
Les machines volumétriques sont surtout utilisées comme organes de puissance (∆p grands) ou
commande de puissance.
3.1 Introduction 39

air

q fluctuant q presque constant

P eau

Fig. 3.3  Capacité pneumatique.

3.1.3 Conguration d'une turbopompe


Il existe plusieurs technologies de pompes. On peut les classer en deux catégories principales :
les pompes volumétriques et les turbopompes. Les pompes volumétriques sont celles qui permettent
le saut de pression le plus important mais cela n'est vrai qu'avec des uides incompressibles et cela
se fait en général au détriment du débit et de sa régularité. Enn, du fait de l'étanchéité interne à
la pompe (le volume de uide capturé ne doit pas pouvoir s'échapper), ce sont souvent des pompes
fragiles qui tolèrent mal les uides chargés en particules solides et abrasives comme, par exemple,
du sable. C'est pourquoi les turbopompes sont très largement utilisées dans un contexte industriel.
Dans une turbopompe, le transfert d'énergie s'eectue entre le uide et une roue mobile. La
théorie générale est la même quelque soit le sens de transfert (pompe ou turbine). On distingue :
 les machines à passage tangentiel, surtout pour la turbine Pelton où l'on peut encore rai-
sonner en turbomachine car il existe des pompes à passage tangentiel, mais il est dicile de
les considérer comme des turbomachines.
qv

ω H

 Les machines à passage radial (pompes centrifuges).


sortie

entree

 Les machines à passage axial ou hélicoïdal (pompes à hélices).

ω
40 Chapitre 3 Pompes

Fig. 3.4  Exemples de pompes volumétriques.


3.2 Triangle des vitesses 41

La disposition générale d'une turbomachine comporte :


 Une roue mobile où se fait le transfert d'énergie.
 Des dispositifs xes (dans certains cas orientables) d'entrée - sortie destinés à amener ou à
évacuer le uide en lui donnant une orientation convenable.
 La roue mobile est munie soit d'augets (généralement à l'air libre) soit d'aubes généralement
noyées dans le uide.

3.2 Triangle des vitesses


Considérons une pompe centrifuge :

e v
w
u S2

M M’
ω
R1 r

S1 R1
O

R2 ω
R2

Fig. 3.5  Triangle de vitesse sur une roue de pompe centrifuge.

Soit un point M du rotor (aube), sa vitesse d'entrainement est u :

u = ω ∧ OM; |u| = rω (3.6)

avec w la vitesse relative du uide telle que sur le rotor w.nrotor = 0. La vitesse absolue est donnée
par v = u + w. On dénit l'angle β = (u, w) ce qui permet de dessiner le triangle des vitesses à
l'entrée et à la sortie.
w1 v1

vn1 w2 v2

β β vn2
S1 1 S2 2

R1 R ω u1 R2 R ω u2
n1 1 n2 2

entree sortie

Fig. 3.6  Triangle des vitesses entrée et sortie

Le débit qv = v.ndS se conserve. Si n est le nombre d'aubes, on a donc :


RR
S

qv = vn1 (2πR1 − ne1 )b1 = vn2 (2πR2 − ne2 )b2 (3.7)


avec ei l'épaisseur des aubes à l'entrée (1) et à la sortie (2).
42 Chapitre 3 Pompes

On fait une hypothèse importante : le triangle des vitesses dans le uide au point M' situé
0
entre 2 aubes est le même au point M situé sur le rotor si |OM| = |OM |. En réalité ceci n'est pas
tout à fait exact et même en uide parfait, de part et d'autre d'une aube, wintrados 6= wextrados .
De plus, comme les uides sont visqueux, on a w(M ) = 0 (adhérence). Ainsi, la théorie qui suit est
une théorie approchée.

3.3 Principe de quantité de mouvement angulaire


Le principe de quantité de mouvement angulaire s'écrit :
ZZZ ZZZ ZZ
d ∂ 
OM ∧ (ρv)dV = OM ∧ (ρv) dV + OM ∧ (ρv) v.ndS = Γext (O)
   X
dt V V ∂t S
(3.8)
On fait l'hypothèse que le régime est quasi-permanent, c'est-à-dire que ∂/∂t = 0 . Considérons un
volume de contrôle uide V limité par une surface fermée S = i=1 Si en pointillé sur la gure 3.7.
S6

S2

S5 n2

S6 S3
S1 M
S4

Fig. 3.7  Volume uide de contrôle autour du rotor.


Calculons le terme ZZ
OM ∧ (ρv) v.ndS
 
S
de la relation de conservation de quantité de mouvement 3.8.
 Sur S5 et S6 , n5 = −n6 donc la contribution est nulle.
 Sur S3 et S4 , on a
ZZ ZZ ZZ
OM ∧ (ρv) v.ndS = OM ∧ (ρv) u.ndS + OM ∧ (ρv) u.ndS
     
S3 ∪S4 S3 S4
(3.9)
car v = u + w et w.n = 0. De plus, si l'on fait l'hypothèse que l'aube est de faible épaiseur,
alors, u3 = u4 , w3 ' w4 ⇒ v3 ' v4 et n3 ' −n4 . On en déduit que
ZZ
OM ∧ (ρv) v.ndS ' 0 (3.10)
 
S3 ∪S4

 Enn, on trouve :
ZZ ZZ
OM ∧ (ρv) v.ndS = OM ∧ (ρv) v.ndS (3.11)
   
S S1 ∪S2

Calculons maintenant le terme


ZZ
(O) =
X
ext
Γ OM ∧ t(M )dS
S

de l'équation 3.8. t(M ) = −pn désigne la contrainte au point courant M.


3.4 Notions de charge relative 43

 Sur S5 et S6 , S5 ∪S6 OM ∧ t(M )dS = 0 car n5 = −n6 .


RR

 Sur S3 et S4 , S3 ∪S4 OM ∧ t(M )dS = Crotor→f luide .


RR

 Sur S2 (ou S1 ), S2 OM ∧ t(M )dS = S2 OM ∧ (−p2 n2 )dS avec OM = R2 n2 d'où


RR RR

ZZ
OM ∧ t(M )dS = 0
S1 ∪S2

Ainsi, on trouve la relation qui existe entre le bilan de quantité de mouvement angulaire et le
couple qu'exerce le rotor sur le uide :
ZZ
OM ∧ (ρv) v.ndS = C (3.12)
 
S1 ∪S2

En multipliant les termes de l'équation 3.12 par ω et en utilisant la propriété du produit mixte :
ω.(OM ∧ ρv) = OM.(ρv ∧ ω) = ρv.(ω ∧ OM) = ρv.u

D'où l'expression de la puissance hydraulique :


ZZ
Pext = C.ω = (ρu.v)v.ndS (3.13)
S1 ∪S2

Comme u et v sont constants sur S1 et S2 , que − v1 .n1 dS = v2 .n2 dS = qv et que


RR RR
S1 S2
Pext = ρgqv Hth , on en déduit que :

u2 .v2 − u1 .v1
Hth = (3.14)
g

On voit donc que Hth est directement liée aux triangles des vitesses et donc à la conguration
(dessins des aubes). Hth ne dépend pas du uide véhiculé.
Remarque 1 : Si u et v ne sont pas constants sur S1 et S2 , on prend une valeur moyenne.
C'est le cas des pompes à hélices par exemple.
Remarque 2 : On trouve le même résultat pour les turbines avec un signe −, c'est-à-dire que
Hth = (u1 .v1 − u2 .v2 )/g .

3.4 Notions de charge relative


On a Hth = Hs − He , donc Hs − u2g.v2 = He − u1g.v1 . Comme ui .vi = ui .(ui + wi ) = u2i + ui wi ,

ui .vi pi w2 − u2i
Hi − = + zi + i (3.15)
g ρg 2g
en posant H1 = He et H2 = Hs . On appelle la charge relative, la quantité :

p w2 − u2
Hr = +z+ (3.16)
ρg 2g

et on a alors,
Hr (2) = Hr (1) (3.17)

La charge relative se conserve dans une turbomachine.


44 Chapitre 3 Pompes

3.5 Caractéristique d'une pompe centrifuge


3.5.1 Caractéristique théorique
Compte tenu de la conguration d'une pompe centrifuge (3.5), on peut concevoir que l'écoule-
ment est radial en R1 . On admet qu'il reste radial à l'entrée de S1 , d'où le triangle des vitesses à
l'entrée 3.8.
w1 v1

vn1
β
2

u1

Fig. 3.8  Triangle théorique à l'entrée.

On a u1 .v1 = 0 d'où :
u2 .v2
Hth = (3.18)
g

w2 v2

β vn2
2

u2

Fig. 3.9  Triangle théorique à la sortie.

u2 .v2 = u22 + u2 w2 cos(β2 ) (3.19)


Comme on a w2 = vn2 / sin(β2 ), vn2 S2 = qv et ω = 2πN avec N le nombre de tour par seconde, on
peut écrire :
(2πR2 )2 2 2πR2 cos(β2 )
Hth = N + N qv (3.20)
g gS2 | sin(β2 )|

Ainsi, la caractéristique théorique Hth (qv , Nxée ) est donnée sur la gure 3.10.

3.5.2 Caractéristique réelle


Perte par choc
À la sortie de S2 , on installe des éléments xes (redresseurs) qui permettent de mieux canaliser
le uide vers la sortie de la pompe (gure 3.11).
 Pour le cas a, on voit que l'écoulement rentre sans chocs dans les redresseurs. Ceci se produit
pour un débit qv = qa (débit d'adaptation).
 Pour le cas b, le débit qv > qa et il se produit un choc entre l'écoulement et les redresseurs.
Il y a donc des pertes de charge par choc. De même, dans le cas c, où qv < qa .
3.5 Caractéristique d'une pompe centrifuge 45

β<π/2
Hth

β=π/2

β>π/2

qv

Fig. 3.10  Caractéristique théorique d'une pompe centrifuge.

w
2
w2 v2 qv
v2

β w2 β v2
β 2 2
2
a u2 b u2 c u2

Fig. 3.11  Redresseurs N xé.

w1 v1

w1 v1 qv

β w1 v1
β 1 β
1 1
a u1 b u1 c u1

Fig. 3.12  a : qv = qa , b : qv > qa et c : qv < qa .

À l'entrée de S1 , on a le même scénario, sauf que le choc se fait à l'entrée de l'aube.


Comme les pertes de charge s'écrivent en Kqv2 et comme il n'y a pas de perte de charge par
choc pour le débit d'adaptation qa , on admet que les pertes de charge par choc s'écrivent :

∆Hchoc = Kc (qv − qa )2 (3.21)


avec Kc un coecient de perte de charge par choc.

Perte par frottement et par singularité


L'écoulement du uide sur les parois des aubes et les parois des redresseurs induisent une perte
de charge par frottement visqueux analogue à celle rencontrée dans les tubes. Pour simplier, on
prend une loi de type rugueux (Moody) :

∆Hf = Kf qv2 (3.22)


De plus, l'écoulement depuis l'entrée à la sortie traverse plusieurs singularités : coudes, élar-
gissement, changement de directions complexes, etc ... Ces singularités causent aussi des pertes de
46 Chapitre 3 Pompes

charge singulières qu'on modélise par :

∆Hs = Ks qv2 (3.23)


d'où la perte de charge par frottement et singularité :

∆Hf s = Kf s qv2 (3.24)

avec Kf s = Kf + Ks .
On appelle alors la perte de charge interne ∆Hi :

∆Hi = ∆Hchoc + ∆Hf s (3.25)

et la charge nette Hn de la pompe est

Hn = Hth − ∆Hi (3.26)

Le rendement interne est donné par :


Hn
ηi = (3.27)
Hth

Ainsi, on en déduit la caractéristique réelle de la pompe gure 3.13.


15
Hth
∆ Hchoc
∆ Hfs
Hn
10
H (m)

5
qc

q
a

0
0 2 4 6 8 10
qv (x10−2 m3/s)

Fig. 3.13  Caractéristique réelle à N xé.

En général, on trace Hn et ηi sur la même courbe. La partie ascendante de Hn peut conduire


à une instabilité de pompage.

3.5.3 Bilan de rendements


Le bilan d'énergie peut-être schématisé comme suit gure 3.14.
Sur la cascade d'énergie, on distingue :
 Cω la puissance disponible sur l'arbre fournie par le moteur.
 pm la puissance perdue par frottement mécanique dans les paliers.
 ρgqv Hth la puissance théorique.
 ρgqv ∆Hi la puissance perdue par choc et frottement visqueux.
 ρgqv Hn la puissance réellement récupérée par le uide.
On introduit donc trois types de rendement :
3.6 Pompes à hélices 47

pm

ρgq ∆H
v i


ρgq H
v th
ρgq H
v n

transfert

Fig. 3.14  Cascade de l'énergie dans une pompe.

 Rendement mécanique : ηm = ρgqv Hth /Cω .


 Rendement interne ou hydraulique : ηi = Hn /Hth . Ce rendement peut atteindre 90% pour
les pompes de grandes puissances.
 Rendement total : η = ηm ηi . Ce dernier prend en compte tous les types de pertes aussi bien
mécanique qu'hydraulique.

3.6 Pompes à hélices


L`'écoulement est principalement axial (hélicoïdal dans la roue). Le uide entre par un convergent
et ressort par un divergent appelé diuseur. La gure 3.15 présente le schéma de principe.
pales
distributeur redresseur

Rm

Fig. 3.15  Schéma de principe d'une pompe à hélice.

Une coupe de la pale au point M au rayon moyen Rm conduit à la construction du triangle des
vitesses gure 3.16.
On a :
qv
u1 = u2 = Rm ω et vn1 = vn2 = (3.28)
S
Dans certaines congurations (notamment en turbine), les distributeurs sont orientables, ainsi
que les pales de l'hélice. Les angles les plus pertinents sont les angles qui indiquent les directions
des distributeurs et des pales par rapport à la direction principale de l'écoulement, c'est-à-dire α1
et γ2 , comptés algébriquement. Dans ce cas, on a :

gHth = u2 .v2 − u1 .v1 (3.29)


ce qui donne :
48 Chapitre 3 Pompes

distributeurs fixes

u1

γ α vn1
11 pales
w1
v1
u2
β
1
γ α vn2
w2 2 2
v2
β redresseurs fixes
2

Fig. 3.16  Triangle des vitesses dans une pompe à hélice.

 
sin(γ2 − α1 )
gHth = u[u + vn (tan(γ2 ) − tan(α1 ))] = u u + 2vn (3.30)
cos(γ2 + α1 ) + cos(γ2 − α1 )

Comme on sait que u ∝ N et vn ∝ qv , on retrouve :

(2πRm )2 2 2πRm
Hth = N + N qv (tan(γ2 ) − tan(α1 )) (3.31)
g gSm

Selon les valeurs de γ2 et de α1 , la caractéristique théorique a l'allure suivante :

tan(γ )-tan(α )>0


Hth 2 1

tan(γ )-tan(α )=0


2 1

tan(γ )-tan(α )<0


2 1

qv

Fig. 3.17  Caractéristique théorique pour N xé.

En réalité, il y a des pertes par chocs à l'entrée de la pale. Ces derniers peuvent être limités
si la direction de w1 est la même que la direction principale de la pale, i. e. si γ1 = γ2 . Pour α1
donné et une vitesse de rotation N donnée, il existe un débit qa qui satisfait cette condition. À la
sortie, il faut éviter les chocs sur les redresseurs qui ont comme rôle de rendre l'écoulement axial.
La condition idéale de sortie est donc α2 = 0. Pour qa donné, il existe un N qui permet d'avoir
α2 = 0. En conclusion, pour α1 donné, il existe qa et N pour qu'il n'y ait pas de choc. Étant donné
les nombreux paramètres que l'on peut faire varier (qv , N , α1 et γ2 ), il est dicile de donner une
forme à l'expression de ∆Hchoc .
Les pertes par frottement sont aussi diciles à quantier. La gure 3.18 donne des exemples de
l'allure des caractéristiques réelles d'une pompe à hélice.
3.7 Problèmes généraux 49

Hn η Hn η
80%

80%

qv zone qv
instable

Fig. 3.18  Exemples de carcatéristiques.

3.7 Problèmes généraux


3.7.1 Point de fonctionnement
Le point de fonctionnement F se trouve à l'intersection de la caractéristique du circuit C(qv ) et
de la charge nette de la pompe Hn (qv ) (gure 3.19). Ce point de fonctionnement fournit le débit
de fonctionnement qf onct et le rendement de fonctionnement ηf onct .
H

Hn
C(qv)
F

η
fonct

qfonct qv

Fig. 3.19  Point de fonctionnement.

3.7.2 Hauteur d'aspiration et amorçage


S Lorsque la pompe est pleine d'air sans débit, sa mise en fonc-
tionnement fait monter le niveau d'eau d'une hauteur h.

E v = 0 ⇒ pS − pE = ρair gHn (0) et pS = patm

p + ρeau gz = cste dans l'eau : patm + 0 = pE + ρeau gh d'où


z
hasp air ρair
h= Hn (0)
ρeau
h

Pour que la pompe s'amorce, il faut hasp ≤ h.


ρair
⇒ hasp ≤ Hn (0)
crepine ρeau
50 Chapitre 3 Pompes

Exemple : si Hn (0) = 50 m ⇒ hasp ≤ 6.25 cm car ρair ' 1.25 kg/m3 .


Les conséquences sont les suivantes :
 Il faudra prévoir des dispositifs d'amorçage dans le cas où la pompe est située au dessus
du niveau du réservoir amont. Cela peut se faire, soit par remplissage manuel du corps de
la pompe, soit par remplissage avec un réservoir d'amorçage ou encore avec une pompe
auxiliaire (pompe de gavage). On peut aussi ajouter une crépine d'aspiration avec un clapet
anti retour pour éviter le désamorçage à l'arrêt.
 Dans le cas où la crépine d'aspiration n'est pas assez immergée, il se produit une admission
partielle de l'air à partir de la surface libre. Ceci a pour conséquence une chute de la hauteur
de refoulement et du rendement. Cela ne doit pas être confondu avec un phénomène de
cavitation.

3.7.3 Groupement de pompes : série et parallèle


Série
qv 1 2 3 qv 1 3
P1 P2 P
'

Le débit traversant chaque pompe q1 = q2 = qv est le même et H1 = H2 − Hn1 (qv ), H2 =


H3 − Hn2 (qv ) donc

H1 = H3 − (Hn1 (qv ) + Hn2 (qv )) (3.32)


d'où la caractéristique équivalente (gure 3.20).

Parallèle
q1
P1
qv 1 2
qv 1 2
P2 P
q2
'

En négligeant les pertes de charge à la bifurcation (1) et à la jonction (2), on a Hn1 = Hn2 ,
mais qv = q1 + q2 , d'où la caractéristique gure 3.20.
H H

Heq

Hn2 qcritique
Hn1

Hn1 Heq
Hn2

qv qv
(s) (p)
Fig. 3.20  Caractéristiques de deux pompes en série (s) et en parallèle (p).

Remarque : Branchée sur un circuit conduisant à qv < qcritique , la pompe 2 fonctionnera en


régime turbine.
3.7 Problèmes généraux 51

3.7.4 Cavitation - rudiments


La cavitation apparaît lorsque la pression du uide devient égale à la pression de vapeur satu-
rante psat . C'est donc un phénomène d'ébullition sous faible pression à température ordinaire. Au
point où la pression devient égale à psat une bulle de vapeur se forme.

Cavitation locale
B
bulles
A R
v ω

2
pA + ρ v2 ' pB + ρ u2 , or u = Rω et v  u, donc pB ' pA − ρ (Rω)2 . Cela implique que la
2 2

pression pB diminue quand ω augmente. Ainsi, lorsque pB = psat , il y a formation de bulle de


vapeur. Les bulles de vapeur sont transportées par l'écoulement et dès qu'elles arrivent dans une
zone où la pression est légèrement supérieure à la pression de vapeur saturante, elles implosent
en des temps très brefs (microseconde). Pour une bulle de 1 mm de rayon, cela correspond à une
vitesse locale du uide de l'ordre de 1 km/s ! Les vitesses sont donc très grandes au voisinage
du point d'implosion et on enregistre des variations de pression de quelques centaines de bars. Les
parois sont donc soumises à des eorts énormes et des coups de belier très destructeurs. Il faut donc
faire travailler les turbomachines dans des conditions où il n'y a pas d'apparition de cavitation.
Si la cavitaion apparaît, on injecte des bulles d'air en petite quantité dans le uide. Ces bulles
compressibles servent d'amortisseurs et permettent l'élimination de bruits et de vibrations.

Cavitation globale
Lorsque la pompe n'est pas en charge ou en charge, il arrive qu'au point A d'entrée, p(A) = psat .
Dans ce cas, il y a cavitation globale à l'entrée de la pompe. Dans les deux cas, on entend un bruit
caractéristique de cailloux roulés 1 .

Fig. 3.21  Photo : National Research Council of Canada, Institute for Ocean Technology (NRC-IOT).

1. En TD de mécanique des uides, on montre comment calculer la pression à l'entrée A d'une pompe.
52 Chapitre 3 Pompes

T, (deg C ) psat , (kpa)


0 0.611
10 1.227
20 2.337
30 4.242
40 7.375
50 12.34
60 19.92
70 31.16
80 47.35
90 70.11
100 101.33
Tab. 3.1  Pression de vapeur saturante de l'eau.

3.8 Étude dimensionnelle et similitude


L'étude dimensionnelle permet d'avoir une représentation sous forme adimensionnelle et de
mettre en évidence les nombres sans dimensions à respecter lors de l'examen de la similitude. À
titre d'exemple, si on fait des essais sur une petite maquette et que l'on souhaite extrapoler les
résultats pour le prototype, il faut que les nombres sans dimensions pertinents soient les mêmes
pour le prototype et la maquette.

H
N

qv

Fig. 3.22  Conguration pour l'étude dimensionnelle.

Dans la conguration de la gure 3.22, on cherche la loi :

gH = F (qv , N, D, ρ, µ, L1 , l2 , . . . , α1 ,α2 , . . .) (3.33)

On choisit des grandeurs fondamentales D, N , ρ (determinant non nul) et on construit le tableau


suivant :

D N ρ gH qv µ Li αi
L 1 0 -3 2 3 -1 1 0
M 0 0 1 0 0 1 0 0
T 0 -1 0 -2 -1 -1 0 0
3.8 Étude dimensionnelle et similitude 53

Exemple :

Li  α − 3γ = 1
ΠLi = ⇒ −β = 0 ⇒ α = 1, β = 0, γ = 0
D N β ργ
α
γ = 0

et donc ΠLi = Li /D.


Suivant la même méthode, on construit :
 Le pouvoir manométrique :
gH
m = ΠgH = (3.34)
N 2 D2

 Le pouvoir débitant :
qv
δ = Πqv = (3.35)
N D3

 Le nombre de Reynolds :
1 µ
= Πµ = (3.36)
Re ρN D2
La relation 3.33 s'écrit, d'après le théorème de Vashy-Buckingham :

m = F (δ, Li /D, αi ) (3.37)

car en général, les écoulements sont susamment rapides pour que 1/Re → 0. Ainsi, pour des
machines géométriquement semblables, si δ1 = δ2 , alors m1 = m2 . On appelle donc m et δ les
invariants de Rateau. Par conséquent, une seule caractéristique m = f (δ) sut à déterminer les
caractéristiques réelles de toutes les machines géométriquement semblables.
Si on s'intéresse à la puissance P de deux machines 1 et 2, on a :

P1 ρ1 q1 (gH1 ) P1 /(ρ1 N13 D15 ) δ1 m1


= ⇒ 3 5 = (3.38)
P2 ρ2 q2 (gH2 ) P2 /(ρ2 N2 D2 ) δ2 m2
Or si δ1 = δ2 ⇒ m1 = m2 , donc P/(ρN 3 D5 ) est aussi un invariant. De même pour le couple
P = Cω ∝ CN , C/(ρN 2 D5 ) est un invariant. On remarque que le rendement η est aussi un
invariant.
En pratique, on a un eet d'échelles (gure 3.23).

m η

D1 D1
D2 D2

δ δ

Fig. 3.23  D1 > D2 .


54 Chapitre 3 Pompes

3.9 NPSH (Net positive Suction Head)


Cette notion permet de mieux dimensionner la hauteur d'aspiration qui est d'une grande im-
portance quand :
 Le liquide est volatile où à température élevée.
 Le liquide est stocké sous vide.
Un bon fonctionnement de la pompe est caractérisé par le NPSH qui sert à dénir la pression
nécessaire à l'entrée de la roue pour avoir en tout point du uide (y compris à l'intérieur de la
pompe) une pression supérieure à la pression de vapeur saturante psat de façon à éviter la cavitation.
Cette quantité est donnée par le constructeur sous l'appelation NPSH requis. Elle tient compte de
la chute de pression que subit le uide lors de son accélération à l'entrée de la roue.
∆p >0
f
u
uE p

E pE

Fig. 3.24  u > uE donc p < pE .

Le NPSH requis est le supplément minimal de pression qu'il faut ajouter à psat au niveau de
l'entrée de la pompe pour avoir p(M ) > psat , ∀M à l'intérieur de la pompe. En conclusion, la
pompe fonctionne correctement si :

ptE ≥ psat + N P SHrequis (3.39)

qui peut s'écrire aussi :


N P SHrequis ≤ ptE − psat (3.40)
où N P SHrequis est donné par le constructeur et ptE − psat est le N P SH disponible, calculé à partir
de l'installation.

Exemple de calcul de NPSH disponible

h2
h1 z
A

On a :
1 2 1 2
pA + ρgzA + αA ρvA = pE + ρgzE + αE ρvE − ∆pconduite
2 2
3.10 TD : Pompes 55

Le plus souvent vA  vE , donc :


1 2
ptE = pE + αE ρvE = pA + ρg(zA − zE ) − ∆pconduite (3.41)
2
Comme N P SHdisp = ptE −psat et si on divise l'équation 3.41 par ρg pour obtenir une expression
qui fait intervenir les charges, on obtient :

N P SHdisp (m) = HA − hsat + zA − zE − ∆Hconduite (3.42)

où HA = pA /ρg et hsat = psat /ρg . ∆Hconduite représente les pertes de charge dans la conduite.
Si pA = patm , alors au niveau de la mer, HA = 10.33 m et à 1500 m, HA = 8.6 m. hsat est
fonction de la température.
Si le NPSH disponible est insusant, on peut :
 Diminuer la température pour abaisser hsat.
 Diminuer les pertes de charge ∆Hconduite en augmentant la section des tuyaux et en ouvrant
les vannes.
 Augmenter h1 = zA − zE .
 Diminuer h2 = |zA − zE |.
 Diminuer la vitesse de rotation de la pompe.

3.10 TD : Pompes
3.10.1 Répartion de pompes sur un oléoduc
Une conduite cylindrique horizontale de diamètre d = 0.5 m et de rugosité moyenne e =
0.2 mm, transporte une huile lourde de viscosité dynamique µ = 0.35 Pa.s et de masse volumique
ρ = 920 kg/m3 . La circulation de l'huile dans loléoduc est assurée par des pompes placées tous les
14 km sur la conduite :

1. En supposant l'écoulement d'huile laminaire dans la conduite, donner l'expression de la


perte de charge par unité de longueur ∆H/L en fonction du débit volumique qv (dans cette
expression, les autres paramètres auront été remplacés par leur valeur numérique).
2. On utilise des pompes du type n°1 (caractéristiques jointes). Déterminer le débit d'huile
dans l'oléoduc et vérier l'hypothèse faite en 1.
3. On remplace les pompes précédentes par des pompes de type n°2 (caractéristiques jointes)
en conservant le même débit. Quelle devra être la nouvelle distance entre deux pompes
successives ?
4. Sans tenir compte de l'investissement, quelle est la solution la plus économique en fonction-
nement ?
56 Chapitre 3 Pompes

3.10.2 Choix d'une pompe par similitude


Une pompe de diamètre D = 0.25 m tournant à 1450 tr/min a les caractéristiques suivantes :

On dispose de pompes géométriquement semblables de diamètres 0.3 m, 0.25 m, 0.22 m et


0.19 m pouvant tourner à 1750, 1450 et 1150 tr/min.
1. Quel diamètre et quelle vitesse de rotation doit-on choisir pour obtenir un débit de 0.0523 m3 /s
et une hauteur nette de 15.4 m ?
3.10 TD : Pompes 57

2. Calculer la puissance absorbée (ou puissance utile Pi ) par la pompe choisie au point de
fonctionnement de la question 1.

() Hn et (− −) η . Pompe D = 0.25 m, N = 1450 tr/min.

3.10.3 Étude d'une pompe centrifuge


Une pompe centrifuge débite 24 litres d'eau par seconde sous une hauteur nette Hn = 27 m
avec un rendement manométrique η = 75%.
On admet que la perte de charge interne totale ∆Hi vaut 5 fois l'énergie cinétique de l'eau dans
son mouvement relatif à la sortie de la roue (vitesse relative W2 ). L'eau entre radialement dans la
roue. Le diamètre extérieur de la roue est D2 = 0.20 m et la section utile à la sortie S2 = 0.2D22 .
1. Calculer les valeurs numériques de la vitesse relative W2 et de la vitesse débitante V2d à la
sortie de la roue.
2. Tracer le triangle des vitesses à la sortie et calculer l'angle de sortie β2 = (U ~ 2 ).
~ 2, W
3. À partir de la relation d'Euler, calculer la valeur numérique de la vitesse d'entrainement U2
et en déduire la vitesse de rotation N de la roue.

3.10.4 Étude d'une pompe multicellulaire


Une pompe multicellulaire est constituée par 8 roues de diamètres extérieur et intérieur D2 =
40 cm et D1 = 20 cm. Ces roues sont disposées en série et tournent à 3000 tr/min.
1. Vide d'eau, à quelle hauteur cette pompe peut-elle aspirer l'eau dans la conduite d'aspiration
(on admettra qu'à débit nul, le rendement manométrique est de 50%).
58 Chapitre 3 Pompes

2. Le diuseur est tracé pour annuler les pertes par choc (point d'adaptation) lorsque les
vitesses relatives et absolues sont égales en module à la sortie de la roue (V2 = W2 ). Dans
ce cas, le rendement manométrique vaut 90% et l'entrée dans la roue s'eectue radialement.
Calculer la hauteur nette au point d'adaptation.
3. L'angle réel de sortie de l'eau des aubes est β2 = 150° et la largeur des roues à la sortie vaut
2 cm, la section des aubes occupe 10% de la section de sortie. Calculer le débit et la puissance
de la pompe au point de fonctionnement précédent ainsi qu'au point de fonctionnement
correspondant à une hauteur manométrique nulle.
4. Tracer la courbe de rendement manométrique de la pompe. En déduire le rendement maxi-
mal. Calculer la vitesse spécique de chaque roue au point où le rendement est maximal.

3.10.5 Exemple d'utilisation du NPSH (R. Joulié, Mécanique des uides ap-
pliquée)
Pour irriguer des jardins on utilise l'eau d'un canal dont le niveau se trouve à 2 m en dessous
de l'axe horizontal de la pompe, qui doit débiter 170 m3 /h d'eau. Dans ces conditions, le NPSH
requis est de 6.5 mCE. Entre le canal et la pompe on doit installer une canalisation de 80 m de long
en tube bitumé de rugosité 0.5 mm, comprenant un coude à 90° de coecient de perte de charge
k1 = 0.26, une crépine - ltre placé à l'extrémité de la conduite, donc immergé dans le canal -, et
un clapet de pied - pour maintenir la conduite et la pompe pleines d'eau (question d'amorçage) -
dont le coecient global de perte de charge est k2 = 0.9. Le NPSH disponible impose le choix du
diamètre de conduite, sachant bien que le prix dépend de cette dimension. Déterminer le diamètre
minimal - donc le moins coûteux - à donner à cette conduite, parmi les valeurs commerciales : 100,
125, 150, 200, 300 (mm). La température de l'eau ne dépassant pas 20°C dans le canal, on prendra
pour pression de vapeur saturante 2338 Pa, pour masse volumique 998 kg/m3 et pour viscosité
cinématique 10−6 m2 /s. Pour le coecient de perte de charge linéaire le long de la conduite,
utiliser l'abaque (3.25).
3.10 TD : Pompes 59

Fig. 3.25  Coecient de perte de charge λ(Re,).


60 Chapitre 3 Pompes
Chapitre 4

Turbines hydrauliques
4.1 Généralités
Les turbines sont à l'inverse des pompes des machines à uides capables d'en extraire de l'éner-
gie. Le uide cède donc de l'énergie dont une partie sera récupérée sur l'arbre de la turbine sous
forme d'énergie mécanique : P = Cω . Du point de vue du uide, la puissance mécanique Pm est né-
gative. En changeant le signe de Pm , on obtient une quantité positive Pi appelée puissance interne
ou puissance indiquée :

Pi = ρqv (u1 .v1 − u2 .v2 ) (4.1)

en utilisant les mêmes notations que dans le chapitre pompes.


En général, on classe les turbines en deux catégories.

4.1.1 Les turbines à action


La diminution de la charge est due exclusivement à la perte d'énergie cinétique :

v2 v2
 
p
∆H = ∆ , or H ' + ⇒ ∆p = 0 (4.2)
2g 2g ρg

On dénit alors le degré de réaction par :

p2 − p1 p −p
r= ou 2 2 12 (4.3)
ρgH ρN D

et ici r = 0. Toute l'énergie cinétique du uide est disponible dans un ou plusieurs jets et le passage
est tangentiel.

4.1.2 Les turbines à réaction


Dans ce cas, r 6= 0, l'énergie hydraulique transmise se présente sous forme d'énergie cinétique
et d'énergie de pression. Le transfert d'énergie de pression nécessite une grande surface de contact
entre le uide et la roue. C'est pourquoi le rotor et les aubes sont noyés dans le uide.
62 Chapitre 4 Turbines hydrauliques

4.2 Bilan d'énergie

Hp HG
 HG : hauteur de génératrice.
 Hp : hauteur de perte (perte de charge régulière
et singulière).
 Hr : hauteur résiduelle à la sortie de la turbine,
le uide dispose d'une énergie ρgqv Hr qui n'est
Hr pas récupérée sur l'arbre de la turbine.

On appelle la hauteur nette :

Hn = HG − Hp − Hr (4.4)

Toute cette énergie (Hn ) ne sera pas intégralement transférée au rotor. En eet, en traversant
les organes xes et mobiles, le uide perd de l'énergie par frottement et par choc. On désigne ces
pertes par perte de charge interne ∆Hi . Seule l'énergie restante (hauteur interne) est transférée au
rotor :

Hi = Hn − ∆Hi (4.5)
L'énergie disponible au rotor est :
Ci ω = ρgqv Hi (4.6)
où Ci désigne le couple interne. Sa puissance mécanique disponible en bout d'arbre est :
Cω = Ci ω − Pf (4.7)
où Pf est la puissance dissipée par frottement au niveau des paliers.

Hp

Hr

∆H
i
HG P /(ρgq )
f v

Hn
Hi C ω/(ρgq )
i v Cω/(ρgq )
v

hydraulique mecanique

Fig. 4.1  Diagramme de transfert d'énergie pour une turbine.


Le bilan d'énergie est illustré par le diagramme 4.1. Ce diagramme dénit plusieurs rendements :
 Le rendement interne (ou manométrique) : ηi = Hi /Hn . Ce dernier rend compte des pertes
hydrauliques.
4.3 Turbine à action 63

 Le rendement mécanique : ηm = Cω/Pi = C/Ci . Ce rendement rend compte des frottements


mécaniques.
 Le rendement total : η = Cω/ρgqv HG . Ce rendement rend compte de la dissipation et de
l'utilisation faite de l'énergie hydraulique disponible.
Le fonctionnement nominal est en général choisi lorsque le rendement total est maximum, c'est-
à-dire quand Hp + Hr + ∆Hi est minimum.

4.3 Turbine à action


Dans cette catégorie, un jet libre impacte sur des augets ou des aubes prolées, xées sur la
périphérie de la roue mobile. Ces jets exercent une force sur les augets en mouvement de rotation
qui est transformée en couple et puissance mécanique sur l'axe de la turbine.
Les turbines à action sont caractérisées par le fait que l'énergie transformée au niveau des
aubages est entièrement sous forme d'énergie cinétique. Le transfert d'énergie entre l'eau et l'aubage
a lieu à pression constante, généralement à la pression atmosphérique. La roue de la turbine est
dénoyée ou partiellement dénoyée (cross-ow) et tourne dans l'air.
Dans cette catégorie, on trouve la turbine Pelton, la turbine Crossow (Banki-Mitchell), la
roulette de dentiste (dental drill), etc ...

4.3.1 La turbine Pelton


Elle travaille à débit relativement faible sous une hauteur de chute élevée (300 m à 1200 m,
voire davantage) avec une grande vitesse de rotation.

Schéma de principe

HG
deflecteur ω
alimentation
roue
v
auget
jet
aiguille

Fig. 4.2  Turbine Pelton


Le jet exerce une force F sur l'auget qui conduit à un couple moteur qui fait tourner la roue de
la turbine. L'injecteur est relié au réservoir (HG ) amont par une conduite forcée.
L'aiguille coulisse dans la partie convergente de l'injecteur soit par une commande manuelle soit
par un servo-moteur. Le déplacement de l'aiguille fait varier la section de sortie et par conséquent
le débit qv = vS (v vitesse du jet et S section du jet). En eet, on a :
v2
= HG − ∆Htuyaux − ∆Hinjecteur
2g
Comme HG est très grand et que le tuyau est long, v ' 2g(HG − ∆Htuyaux ).
p

Quand on veut arrêter rapidement la turbine Pelton, on ne ferme jamais brusquement la vanne
amont ou l'injecteur en raison des coups de belier qui pourraient endommager la conduite d'amenée,
64 Chapitre 4 Turbines hydrauliques

mais, on dévie le jet grâce à un déecteur. Ensuite, on ferme lentement l'injecteur. Le déecteur
doit être xé solidement pour résister aux eorts souvent énormes exercés par le jet.
Exercice : Calculer F en fonction de v et S .

S F
v

La roue est à passage tangentiel et le transfert se fait à la périphérie de la roue dans des augets
en nombre et forme calculés. Le jet frappe des augets de forme coquille symétrique. L'angle d'entrée
β1 doit être faible ce qui conduit à construire une arête d'entrée très autée, dont l'usure constitue
le problème principal.
L'angle de sortie β20 = π − β2 doit être également faible. Cependant, un retour complet (β20 = 0)
de jet provoque un phénomène de talonnage qui diminue le rendement. Le talonnage est du à
l'impact du jet sortant sur l'extrados de l'auget suivant.
w2

β’ u
2

β
1
v1
u

Fig. 4.3  Coupe de l'auget d'une turbine Pelton.

Le nombre de tours spécique Ns est déni par :

N P 1/2
Ns = (4.8)
ρ1/2 (gHG )5/4
Pour les turbines Pelton, Ns = 0.0025 → 0.08. Le meilleur rendement est obtenu pour environ
Ns ' 0.08. Attention : ces valeurs sont données avec N en tr/min et P en chevaux. Si la
vitesse spécique est calculée avec d'autres unités, les valeurs numériques données ici doivent être
converties.
Il est aussi important de dénir le rapport 2R/d entre le rayon de la roue R et le diamètre du
jet d. Pour que le rendement soit convenable, il faut que 9 < 2R/d < 30 avec une valeur optimale
4.3 Turbine à action 65

de 12. On peut montrer que Ns ' 0.2d/2R.

Si la roue est munie√de plusieurs jets n, sa puissance totale est n fois plus grande et son nombre
de tours spécique Ns , n fois plus grand. n peut atteindre 6, mais en pratique, les turbines Pelton
possèdent 2 à 4 jets.
66 Chapitre 4 Turbines hydrauliques
4.3 Turbine à action 67

Caractéristique de la turbine Pelton


L'écoulement dans l'auget peut se schématiser comme sur la gure 4.3. On en déduit le triangle
des vitesses.
68 Chapitre 4 Turbines hydrauliques

w2 β v2
v1 2

u1 w1 u2

À l'entrée, β1 = 0 et à la sortie β2 ' π si β20 ' 0. On a alors, u1 ' u2 et |u1 | ' |u2 | = Rω = u.
La puissance interne est donnée par :

Pi = ρqv (u1 .v1 − u2 .v2 ) (4.9)


et donc
Pi = ρqv [uv − u2 .(u2 + w2 )] = ρqv uv − u2 − u2 w2 cos(β2 ) (4.10)
 

La charge relative entre 1 et 2 se conserve :

p1 w2 − u21 p2 w2 − u22
+ 1 = + 2 (4.11)
ρg 2g ρg 2g
Si le degré de réaction r = 0, alors p1 = p2 ' patm et u1 = u2 donc w1 = w2 = v − u et

Pi = ρqv u(v − u)(1 − cos(β2 )) (4.12)

Cela montre que le meilleur transfert a lieu pour β20 = 0. Mais dans ce cas, on a le phénomène
de talonnage. En général, on construit√les augets avec β20 ∼ 4° à 7°.
Si on suppose que v est xée (' ρgHn ), qv est xé (ouverture de l'injecteur xé), u étant
proportionnel à N , alors :

Pi = Aρqv N (Nmax − N ) (4.13)

où A = (2πR)2 (1−cos(β2 )) et Nmax = v/(2πR). Nmax correspond à la vitesse de rotation théorique


d'emballement. Dans ce cas, v = u, ce qui signie que l'auget va à la même vitesse que le jet. Il n'y
a donc pas de transfert d'énergie. On en déduit les caractéristiques des turbines Pelton.

Pi Ci

qv

qv

Nmax N Nmax N

Fig. 4.4  Caractérisques de turbines Pelton.

On note que Pi = Ci ω et donc Ci = A0 ρqv (Nmax − N ). De plus, si v est xé, alors Nmax l'est
aussi. Le rendement interne ηi = Hi /Hn est proportionnel à Pi . Le rendement maximal a donc lieu
pour u ' v/2 et ηi ∼ 1. qv est xé par l'ouverture de l'injecteur et par la hauteur génératrice. Le
débit est donc indépendant de N .
4.3 Turbine à action 69

η qv
i

qv3

qv2

qv1

Nmax/2 Nmax N N

Remarque 1 : On remarque que le couple est maximum au démarrage et que la vitesse d'em-
ballement reste nie (v ). Elle est xée par la hauteur génératrice HG aux pertes de charge
près.
Remarque 2 : En raison du frottement du uide sur les parois de l'auget qui conduit à une
perte de charge interne et à w2 < w1 , on trouve que ηmax est obtenu pour u/v légèrement
inférieur à 1/2.
Remarque 3 : Dans les grosses turbines Pelton dont la roue peut atteindre plusieurs mètres de
diamètre, la puissance maximale réellement obtenue dépasse les 90% de la valeur théorique
(1/2)ρqv v 2 et on réalise des machines qui fournissent 40000 chevaux par roue soit 29.44 M W .
Remarque 4 : La hauteur de chute varie entre 40 m et plus de 1000 m. Cela entraine des
vitesses de rotation élevées.

4.3.2 Turbine Crossow


Cette turbine est aussi appelée turbine à ux traversant et turbine de Banki-Mitchell. C'est une
machine à action où l'eau traverse deux fois la roue. C'est une machine de construction simple et
son utilisation est très répandue dans les pays en voie de développement. Le schéma de principe
est donné sur la gure 4.5.
Elle est constituée de :
 Un injecteur de section rectangulaire (largeur l) équipé d'une vanne papillon pour régler le
débit qv .
 Une roue (diamètre D) en forme de tambour munie d'aubes cylindriques prolées qui sont
relativement élastiques et qui sont source de bruit à cause des chocs périodiques de l'eau sur
les aubes. La roue est autonettoyante parce que l'eau la traverse deux fois.
 N est généralement faible ce qui nécessite un multiplicateur à engrenage ou à courroie pour
le couplage au générateur.
 L'injecteur et la roue sont souvent divisés en 2 secteurs de largeur 1/3 et 2/3 qui peuvent être
mis en fonctionnement séparément ou ensemble. Avec ce système, il est possible d'obtenir
un rendement satisfaisant (ηmax = 80% à 83%) sur toute la plage de débits (gure 4.3.2).
On donne quelques formules empiriques.
 Pour le débit :
lD p
qv = 0.25α 2gHn (4.14)
2

α est en radian, π/2 ≤ α ≤ 2π/3 donc lD = 1.13 à 0.75qv / Hn .
70 Chapitre 4 Turbines hydrauliques

Fig. 4.5  Turbine cross-ow

 La vitesse de rotation :
2
(4.15)
p
ω = 0.45 2gHn
D

d'où D = 38 Hn /N , l = 0.02 . . . 0.03qv N/Hn . N est en tr/min.
 l/D = 0.3 . . . 4.
 La vitesse d'emballement est égale à 1.8 fois la vitesse nominale (∼ Pelton).
 La fréquence principale de vibration est f = nombred0 aubes × (N/60).
 Il y a entre 24 et 32 aubes.
4.4 Turbines à réaction 71

4.3.3 Non-Pelton wheel impulse turbine (Dental drill)


Ce type de turbine à action est couramment utilisé avec des gaz. Son principe de fontionnement
est donné sur la gure 4.6.

Fig. 4.6  Images tirées de Fundamentals of Fluid Mechanics (5eme édition), Munson Young Okicshi,
Ed. John Whiley & Son (2006).

4.4 Turbines à réaction


4.4.1 Organes communs
Pour ce type de turbines, on utilise à la fois l'énergie cinétique et l'énergie de pression. Cette
dernière nécessite pour le transfert une grande surface de contact entre le uide et la roue. C'est
pourquoi les aubes sont noyées. Deux principes sont à la base de leur fonctionnement.
 La création d'un tourbillon à l'aide d'une bache spirale d'aubages directeurs (directrices) ou
des deux à la fois.
 La récupération du mouvement tourbillonnaire par les aubes d'une roue mobile en rotation
qui épousent les lets d'eau an de leur donner une direction parallèle à l'axe de rotation.
Les aubages se comportent comme une aile d'avion. La portance qui en résulte induit un couple
sur l'arbre de la turbine et fait avancer l'aube à une vitesse d'entrainement u.
72 Chapitre 4 Turbines hydrauliques

portance
i u

Dans cette catégorie de turbines, on distingue :


 La turbine Francis.
 La turbine Hélice.
 La turbine Kaplan (hélice à pales orientables même pendant le fonctionnement).
Le système d'alimentation est presque le même pour les trois types de turbines. Il est constitué
d'une bache spirale et d'un distributeur actionné par un cercle de vannage. La bache spirale est
raccordée à la conduite amont et elle est en général sous la forme de colimaçon.
Le distributeur sert à régler le débit. Il est constitué par une série de directrices prolées toutes
solidaires les unes des autres et actionnées par le cercle de vannage. Ces distributeurs servent
également à xer l'angle d'entrée. Le principe de fonctionnement est illustré par la gure 4.8.
Les turbines Kaplan ont un nombre de pales compris entre 3 et 8. Les pales sont orientables.
La mécanique de commande des pales oblige, lorsque le nombre de pales devient important (68)
à augmenter le rapport du diamètre moyen au diamètre D de la roue.
Nombre de pales chute (m) Dm /D
3 23 0.38
4 315 0.40
5 1520 0.45
6 2025 0.50
7à8 ≥ 30 0.60
À la sortie de la turbine à réaction, l'eau possède toujours une certaine énergie cinétique qu'on
peut récupérer en partie grâce à un diuseur qui est constitué d'une canalisation évasée conduisant
l'eau vers le canal (ou lac) de fuite.
4.4 Turbines à réaction 73

Fig. 4.7  Bache spirale du lac Hodges (Canada) et schéma de la turbine Francis de la centrale de
Martigny-Bourg (Suisse).
74 Chapitre 4 Turbines hydrauliques
4.4 Turbines à réaction 75

Fig. 4.8  Roue de turbine Francis. Cercle de vannage, distributeurs fermés et ouverts et vue schématique
d'une turbine à réaction de type Francis.

4.4.2 Triangle des vitesses


Turbine Francis
76 Chapitre 4 Turbines hydrauliques

Fig. 4.9  Roue de turbine Kaplan.

Fig. 4.10  Diuseur.

Turbine à hélice
4.4 Turbines à réaction 77

4.4.3 Caractéristiques générales

Ce sont les mêmes calculs que pour les pompes.

Hth
Hn = Hth + ∆Hchoc + ∆Hf et η = (4.16)
Hn
78 Chapitre 4 Turbines hydrauliques

Hth
∆ Hchoc
∆ Hf

H Hn

η
0 0
qv qv

Fig. 4.11  N et ouverture xés.

Exemple de courbes caractéristiques à N xé et ouverture de vannage variable.


4.4 Turbines à réaction 79

Caractéristique à charge constante et N variable.


80 Chapitre 4 Turbines hydrauliques

Caractéristique à charge constante, N et ouverture variables.


4.4 Turbines à réaction 81

Exemples de caractéristiques. ns = nP 1/2 /Hn5/4 avec n en tr/min, P en chevaux et Hn en mètre.


82 Chapitre 4 Turbines hydrauliques

Diagramme de sélection d'une turbine.

4.4.4 Diuseur

Le diuseur (gure 4.10) sert à récupérer de l'énergie cinétique à la sortie de la turbine.


4.4 Turbines à réaction 83

1 2
zT
turbine 4

diffuseur

L'axe de la turbine est situé à zT positif ou négatif. Si on sort directement à l'atmosphère


p2 = patm et zT = 0. Il reste une charge résiduelle Hres = v22 /2g . On a P ∝ H1 − H2 avec H1
donné. On obtient donc une puissance maximum pour H2 minimum. S'il n'y a pas de diuseur,
patm v2
H2 = + zT + 2 (4.17)
ρg 2g
et avec diusueur :
p2 v02
H2 = + zT + 2 (4.18)
ρg 2g
avec v20 ∼ v2 . On a donc intérêt à avoir p2 le plus faible possible, mais tel que p2 ≥ psat pour éviter
la cavitation. Pour zT donné, la hauteur résiduelle est mesurée par Hr = (patm − p2 )/ρg .
On peut également diminuer la cote zT (négatif) en plaçant la turbine sous le niveau du lac de
fuite. Dans ce cas :

H2 = H3 + ∆Hreg + ∆Hsing (4.19)


v2
H3 = H4 + 3 (4.20)
2g
patm
H4 = (4.21)
ρg
avec ∆Hreg les pertes de charge régulières dans le diuseur et ∆Hsing les pertes de charge singulières
éventuelles. Ainsi,
patm v2
H2 = + ∆Hreg + ∆Hsing + 3 (4.22)
ρg 2g
et nalement :

p2 patm v 2 − v22
= − zT + ∆Hreg + ∆Hsing + 3 (4.23)
ρg ρg 2g

zT étant xé, v2 l'étant aussi par le débit, pour avoir p2 le plus faible possible il faut minimiser
∆Hreg + ∆Hsing + v32 /2g . Ainsi, un bon diuseur doit avoir :
 Un élargissement important pour que v3 → 0.
 Une perte de charge ∆Hreg faible.
Évidemment, ces critères sont contraints par le génie civil.
L'importance du diuseur se chire par le coecient
Hr (patm − p2 )/ρg
K= = (4.24)
Hn Hn
En utilisant l'équation 4.23, on obtient :
1 v32 − v22
 
zT ∆Hreg + ∆Hsing
K= − + (4.25)
Hn Hn Hn 2g
84 Chapitre 4 Turbines hydrauliques

Pour une sortie à l'air libre, zT = 0, ∆H = 0 et v3 = 0, K ' v22 /(2gHn ). On donne enn
quelques ordres de grandeur :
 Pour les turbines Francis lentes, K ∼ 10%.
 Pour les turbines Kaplan très rapides, K ∼ 60%.

4.4.5 Cavitation
La cavitation peut se produire sur les aubes de la turbine, ou à la sortie de la turbine.

Cavitation sur les aubes


L'écoulement sur une aube dans le repère relatif est analogue à un écoulement sur une aile
d'avion : dépression sur l'extrados, surpression sur l'intrados. La résultante de ces forces conduit à
une force de portance qui fait tourner la roue. Ceci peut être schématisé par la gure 4.12.

portance

p
sat
-
i A u
B
C
w +
+

Fig. 4.12  Sur la zone AB, p < psat , formation des bulles de vapeur et zone BC, p > psat , implosion des
bulles de vapeur.

Fig. 4.13  Dégats par cavitation sur les aubes d'une turbine Francis.

Cavitation à la sortie de la turbine (torche à vapeur)


À la sortie de la turbine, un tourbillon se forme. Ce dernier ne disparait complètement qu'au
point de fonctionnement nominal (v1 axial). Pour des débits inférieurs, entre 40% et 60% du débit
nominal, le tourbillon de sortie devient très intense et conduit à des instabilités. L'écoulement dans
le tourbillon est presque du type vortex libre : u ∼ A/r ⇒ p & quand r → 0.
La pression atteint p = psat et les bulles de vapeur apparaissent sous forme de torche (gure
4.14).
4.4 Turbines à réaction 85

Fig. 4.14  Torche de cavitation.

Plus loin, les bulles implosent violemment. Il s'en suit des chocs (coup de belier) qui peuvent
mettre en danger l'installation. Pour y remédier, on injecte des bulles d'air (par A sur la gure
4.14) qui permettent d'amortir les chocs. Mais cela entraîne une baisse de rendement de 1% à 2%.

4.4.6 Limite de la hauteur d'aspiration


La hauteur d'aspiration Hs d'une turbine à réaction est dénie par :

Hs Hs

Hs>0 Hs<0

Si on raisonne en hydrostatique (en négligeant les pertes de charge et les termes v 2 /2g ), la
hauteur d'aspiration théoriquement possible est Hsth = Ha − Hv avec Ha = patm /ρg et Hv =
psat /ρg . Les dépressions sur l'aubage font que la pression de vapeur saturante est atteinte pour
Hs < Hsth . Pour tenir compte de ceci, on utilise en pratique un coecient σ , le coecient de
Thoma. On a alors :

Hs = Hsth − σHn (4.26)


au-delà duquel apparaît une cavitation capable d'endommager la roue. Le coecient σ est déterminé
expérimentalement (voir gure 4.15).
86 Chapitre 4 Turbines hydrauliques

Fig. 4.15  Coecient de cavitation. nq = nqv1/2 /Hn3/4 avec n en tr/min, qv en m3 /s et Hn en m.

Remarque :
 Ha dépend de l'altitude. Au niveau de la mer Ha = 10.33 m et à 1500 m, Ha = 8 m.
 Hv dépend de la température.

4.5 TD : Turbines
4.5.1 Turbine Pelton
On dispose d'un jet de diamètre d = 3 cm et de vitesse v = 45 m/s.
1. Calculer la hauteur génératrice HG .
2. Calculer le diamètre de la roue D.
3. Calculer la vitesse de rotation d'emballement Nmax et la vitesse de rotation optimale Nopt .
4. Donner la taille de l'auget.
5. Calculer la puissance maximale Pmax .
6. La roue tourne à N = 600 tr/min, calculer la hauteur résiduelle Hr .
7. La roue tourne à N = 1193 tr/min, calculer la hauteur résiduelle Hr .
4.5 TD : Turbines 87

8. Calculer l'eort sur le déecteur.


45o F

d
v

4.5.2 Dental drill


La turbine Pelton à air comprimé entrainant la roulette de dentiste est schématisée sur la gure
4.16 ci-dessous.

Fig. 4.16  Dental drill.

La vitesse de rotation est N = 300000 tr/min. On estime le diamètre du jet à d = 1 mm


(justier cette valeur).
1. Calculer la vitesse moyenne u.
2. On souhaite qu'il n'ait pas de choc à l'entrée et que la vitesse de sortie v2 soit axiale. Tracer
les triangles des vitesses. On désigne par β2 l'angle de sortie. On note α = (ud , v) l'angle
de sortie du jet. Calculer v = f (u,α). et en déduire la puissance Pi par jet (pour α petit).
Calculer le nombre de Mach M a.
3. On a 8 jets (justier cette valeur). Quelle est la puissance totale Pit ?
4. Les buses de jet sont alimentées par un réservoir à la pression p et à la température T = 18°C .
Calculer la pression p en négligeant les pertes de charge et en faisant l'approximation uide
incompressible.
5. Estimer la température de sortie. Qu'en pensez-vous ?
88 Chapitre 4 Turbines hydrauliques

4.5.3 Tourniquet hydraulique


Un tourniquet hydraulique est constitué par un réservoir cylindrique muni à sa base de deux
tuyaux horizontaux diamétralement opposés de même longueur R. Ces bras sont terminés par des
orices qui permettent aux jets de s'échapper sous un angle θ par rapport à la tangente de la
trajectoire de l'extrémité. Par réaction, le système est mis en rotation.
La hauteur du uide dans le réservoir est maintenue constante à une hauteur H .
1. Calculer la vitesse relative de sortie w de l'eau en fonction de H , de R et de la vitesse
angulaire ω supposée constante. Quel est le couple C appliqué au tourniquet ?
2. En admettant qu'il n'ait pas de frottement, quelle vitesse maximale ωm peut atteindre la
machine ? Cette vitesse peut-elle augmenter indéniment ?
3. Dans le cas général, calculer le rendement énergétique de la machine. Discuter suivant les
valeurs de θ.
4. Application numérique : R = 1 m, θ = 0 pour ω = 0 le tourniquet consomme 3 l/s d'eau et
le couple appliqué est de 2 m.kgf . Quels seront le débit qv , le couple C , la puissance P et
le rendement η , si la vitesse du tourniquet est de 120 tr/min. On prendra g = 10 m/s2 .

4.5.4 Étude d'une turbine Francis


Une turbine Francis tournant à N = 600 tr/min absorbe un débit qv = 1 m3 /s. Les diamètres
d'entrée et de sortie sont de 1 m et 0.45 m. Les sections de passage corespondantes sont de 0.14 m2
et 0.09 m2 . L'angle α1 de sortie des directrices vaut 15° et l'angle de sortie de la roue est de 135°.
Sachant que le rendement manométrique de cette turbine est égal à 78%, calculer la hauteur de
chute nette, ainsi que le couple et la puissance mécanique sur l'arbre (g = 9.81 m/s2 ).

4.5.5 Turbine aux enchères


Une turbine hydraulique neuve est mise en vente aux enchères. Le rendement est garanti égal ou
supérieur à 70% pour des puissances comprises entre 180 kW et 300 kW , ceci pour N = 300 tr/min
et une chute d'eau de 5 m.
1. Quel est le type de cette turbine ?
2. Cette machine intéresse un utilisateur qui ne dispose que d'une chute d'eau de 3 m. Quelles
puissances pourra-t-il obtenir dans les mêmes conditions de rendement et quelle sera la
vitesse de rotation de la machine ?
3. Désirant obtenir au moins 150 kW , il envisage d'approfondir le bief aval de manière à porter
la chute à 3.20 m.
(a) En conservant le rendement de 70 %, quels seraient la vitesse de rotation, les puissances
et les débits correspondants qv1 et qv2 ? Le résultat désiré peut-il être atteint ?
(b) L'installation comporte un diuseur dont la perte de charge est 0.3v02 /2g , v0 étant la
vitesse moyenne dans la section d'entrée du diuseur. La surface S0 d'entrée du diuseur
se trouve dans le même plan que la surface libre aval. Peut-on craindre la cavitation dans
les conditions données par le tableau 3.1 (S0 = 1.05 m2 , altitude 0 m et température
20°C ) ?
4. La roue mobile est à passage axial et ore une section constante S0 . Un distributeur xe la
précède et lui envoie l'eau dans une direction indépendante du débit et faisant un angle de
70° avec le plan de la roue à son diamètre moyen Dm = 1.10 m.
(a) Construire sur ce diamètre les triangles des vitesses de part et d'autre du rotor dans les
conditions dénies précédemment.
4.5 TD : Turbines 89

(b) En admettant que le rendement maximal soit atteint pour qv = (qv1 + qv2 )/2 et qu'il
s'obtient lorsque la vitesse absolue de sortie est axiale, calculer ce rendement maximal.
On admettra dans les calculs que le rendement mécanique de la machine est égal à 1.
90 Chapitre 4 Turbines hydrauliques
Chapitre 5

Notions théoriques sur les éoliennes


Nomenclature et relations usuelles
R : rayon de la pale λ0 = Rω
V1 : vitesse spécique
r : distance à l'axe d'une section de pale
V1 :
vitesse spécique locale

λ =
considérée
l(r) : longueur de la corde de la section de F : force axiale exercée par l'air sur les pales
pale située à la distance r de l'axe (poussée)
M : moment du couple moteur
B : nombre de pales du rotor ω : vitesse de rotation du rotor
θ : angle de vrillage Pelec : puissance électrique
α : angle d'incidence ou d'attaque P = F.V ' : puissance captée par les pales
φ : angle d'inclinaison avec φ = θ + α Pu = M.ω : puissance mécanique
V1 : vitesse du vent en amont de l'éolienne
3 : coecient de puissance avec
P
Cp = 0.5ρAV
V2 : vitesse du vent en aval de l'éolienne 1

V ' : vitesse du vent traversant les pales A la surface balayée par le rotor
CM = 0.5ρARV M Cp
2 = λ
0
: coecient de mo-
1
ment

5.1 Le vent
Le vent est déni par sa direction et sa vitesse. Ces deux grandeurs sont variables dans le temps
(turbulence, variations saisonnières,...) et dans l'espace (topologie du terrain,...).

5.1.1 Variation de la vitesse du vent dans le temps


Les phénomènes instantanés : turbulence du vent
La vitesse du vent et sa direction peuvent varier très rapidement. En moins d'une seconde,
l'intensité du vent peut doubler et sa direction changer de 20°. Lorsque les uctuations en direction
sont trop rapides, il est impossible pour une éolienne d'avoir son axe aligné en permanence dans
la direction du vent, en raison de l'inertie de la machine. Il est donc important de tenir compte de
ces variations qui sont les uctuations les plus gênantes.
De plus, un vent à rafales imposera des contraintes qu'il faudra prendre en compte dans le
calcul du support de l'éolienne, la plupart des systèmes de régulation ayant une inertie largement
supérieure à la durée d'une rafale.
Plusieurs facteurs contribuent à déterminer les variations du vent :
 le temps qu'il fait
 la topographie du terrain
 les obstacles.
92 Chapitre 5 Notions théoriques sur les éoliennes

Ces variations de la vitesse du vent font varier la production énergétique de l'éolienne bien que
l'inertie du rotor compense, dans une certaine mesure, les variations les plus courtes. On a intérêt
à placer le rotor en dehors de toute zone turbulente et à une hauteur susamment élevée pour que
le gradient de vitesse dans le sens vertical ne soit pas trop important.

Les phénomènes journaliers


Les vents subissent les uctuations journalières dues à des eets convectifs. La chaleur spécique
du sol étant inférieure à celle de l'eau, la terre s'échaue plus rapidement que la mer sous l'eet du
rayonnement solaire. Ainsi, on peut parler de :

Brise de mer et brise de terre

Fig. 5.1  Illustration de la brise de mer (A) et de la brise de terre (B).

En journée, la terre se réchaue plus rapidement que la mer, ce qui provoque un soulèvement de
l'air chaud qui s'étend ensuite vers la mer. Ainsi, une dépression se crée près de la surface de la terre,
attirant l'air froid provenant de la mer, c'est la brise de mer (Figure 5.1.A). Le soir, le phénomène
s'inverse, la terre se refroidissant plus vite que la mer c'est la brise de terre (Figure 5.1.B).

Les vents de montagne Les régions montagneuses donnent naissance à beaucoup de phéno-
mènes climatologiques parmi eux la brise de vallée. Le matin, les sommets sont réchaués
avant les vallées. L'air commence alors à s'élever vers le sommet de la montagne, produisant ce
que l'on appelle une brise montante. La nuit, le phénomène s'inverse et une brise descendante se
produit. Les vents s'écoulant le long des versants des montagnes peuvent être très violents.

Les phénomènes saisonniers


La vitesse et la direction du vent varient en fonction des zones de haute et de basse pression.
Ces aires anticycloniques et cycloniques sont liées à la position du soleil par rapport à l'équateur,
ainsi le vent subit une variation annuelle plus ou moins cyclique. En France, la vitesse du vent est
plus importante en hiver que pendant les mois d'été.
5.1 Le vent 93

5.1.2 Les variations de vitesse de vent dans l'espace


La répartition géographique du vent au sol
Le vent est plus fort sur les océans que sur les continents. Cette disparité s'explique notamment
par le relief et la végétation qui freinent le mouvement de l'air. Aussi, les zones généralement les
plus favorables pour les sites éoliens sont situées en bordure de côtes sur les continents.
De plus, certaines régions sont connues pour la régularité de leur vent : les alizés de part et
d'autre de l'équateur, les moussons en Asie du Sud-est,...

La vitesse du vent en fonction de l'altitude (Cisaillement)


La vitesse du vent dépend essentiellement de la nature du terrain au-dessus duquel se déplacent
les masses d'air. En eet, la réduction du vent auprès du sol est due à la friction exercée par la
végétation, les obstacles et les bâtiments. Les gradients de vitesse sont donc plus ou moins marqués
en fonction de la topologie du terrain. Habituellement, la variation de la vitesse avec l'altitude est
représentée par la loi :
 α
V1 h1
= (5.1)
V2 h2
V1 et V2 représentent les vitesses de vent horizontal aux hauteurs respectives h1 et h2 . Cette loi
est une loi statistique qui repose sur de nombreuses observations. Généralement, h2 est voisin de
10 m (hauteur moyenne des anémomètres dans les stations météorologiques), α est un coecient
qui varie de 0,10 à 0,40.
Cette variation avec l'altitude peut également être représentée par une loi logarithmique en
introduisant la rugosité du terrain par le paramètre h0 :
   
V1 h1 h2
= ln /ln (5.2)
V2 h0 h0
La loi logarithmique donne les meilleurs résultats jusqu'à 30 à 50 m de hauteur au-dessus du sol
mais au delà de la couche limite, la première relation est la plus utilisée.
L'exposant α caractérise le terrain comme dans le tableau ci-dessous :
Nature du terrain Inégalité du sol h0 en m Exposant α
Lisse, Plat : neige, glace, mer, herbes courtes 0,001  0,02 0,10 - 0,11
Rugosité modérée, peu accidenté : champs et pâ-
turages, cultures 0,02  0,3 0,15 - 0,30
Rugueuse, Accidenté : bois, zones peu habitées 0,3 - 2 0,20 - 0,27
Très accidenté : villes, immeuble élevés 2 - 10 0,27 - 0,4

Avec α = 0.096lg h0 + 0.016(lg h0 )2 + 0.24.


Les sites les plus intéressants pour la récupération d'énergie éolienne sont les sites peu ou pas
accidentés pour lesquels l'exposant α est faible. On bénécie dans ce cas de vitesses du vent près du
sol élevées et la variation de la vitesse de vent avec l'altitude est faible (la vitesse de vent en haut
et en bas de la machine sont sensiblement les mêmes), ce qui à pour conséquence de diminuer les
contraintes cycliques sur les pales du moteur éolien (d'autant plus important lorsque le diamètre
de l'hélice est grand).

Inuence du relief sur l'intensité du vent


L'intensité du vent est inuencée par le relief et tous les obstacles isolés rencontrés par le vent.
Le relief peut être à l'origine d'accélération locale du vent (passage de collines par ex.) mais aussi
de zones de forte turbulence et de décollement de couche limite (phénomènes défavorables). La
94 Chapitre 5 Notions théoriques sur les éoliennes

zone de turbulence créée par un obstacle s'étend sur une distance d'environ trois fois la hauteur
de cet obstacle, cette turbulence est plus forte derrière l'obstacle que devant, on veillera donc à
limiter la présence d'obstacles aux abords d'une éolienne, en particulier dans la direction des vents
dominants (devant l'éolienne).

5.1.3 Etude statistique du vent


A la lumière des informations précédentes, on voit que plusieurs informations sont déterminantes
dans l'étude d'un site éolien :
 vitesse moyenne du vent
 direction moyenne du vent
 la durée des périodes de vent sur l'année pour évaluer la production annuelle et les durées
de vent improductif.
On peut en premier ressort s'appuyer sur la rose des vents établie par chaque station météorologique
locale.
La direction d'où vient le vent est répartie ici sur 360° (gure 5.2). Ainsi, le Nord est par
convention indiqué en haut du diagramme (360°), l'Ouest est à 270°, le Sud à 180° et l'Est à 90°.
Au centre du diagramme, se trouve un cercle à l'intérieur duquel on peut lire 29.6. Ce nombre
correspond au pourcentage de temps annuel pendant lequel la vitesse du vent a été inférieure à
1.5 m/s, toutes directions confondues. Ce temps est considéré comme une période de calme.
Tout autour du cercle central, on retrouve une surface bleue. La longueur des traits contenus
dans cette surface, est proportionnelle à la durée annuelle exprimée en pourcentage, pendant laquelle
les vents de vitesses comprises entre 1.5 − 4.5 m/s, ont soué dans la direction considérée, avec
un écart maximum de 10°. Le contour suivant est relatif aux vents de vitesses comprises entre
4.5 − 8 m/s et le dernier plus petit, de couleur orange, correspond aux vents de vitesse supérieure à
8 m/s. L'échelle de pourcentage est portée sur la gure. A Nancy, la direction du vent dominante est
Nord-est et Sud-ouest. Si un champ d'éoliennes devait être installé dans la région, on disposerait les
machines, de façon perpendiculaire aux vents dominants, suivant une ligne droite orientée Sud-est,
Nord-Ouest.
Les régimes de vent ainsi que la capacité énergétique tendent à varier d'une année à une autre
(en général d'environ 10 % au maximum) - par conséquent, pour obtenir un résultat crédible, les
stations basent leurs calculs sur des observations faites sur plusieurs années.
Dans la suite, nous allons nous intéresser aux notions d'aérodynamique régissant le fonctionne-
ment d'une éolienne. L'objectif est d'arriver à construire un modèle aérodynamique de l'éolienne
pour prédire son rendement en fonctionnement réel.

5.2 Notions d'aérodynamique


Nous allons ici introduire brièvement les notions d'aérodynamique sur une aile portante. En eet
l'élément principal de l'éolienne est la pale. Cette dernière n'est autre chose qu'une aile portante.
Pour dimensionner de façon optimale les principaux éléments, il est indispensable d'avoir quelques
connaissances sur les actions aérodynamiques qu'exerce un vent donné sur un prol d'aile.

5.2.1 Dénitions
Si on considère le prol d'aile donné sur la Figure 5.3 ci-dessous.
5.2 Notions d'aérodynamique 95

Fig. 5.2  Rose des vents de la région de Nancy fournie par la station métérologique d'Essey-Les-Nancy.

Fig. 5.3  Schéma d'un prol d'aile.

On appelle bord d'attaque, les points du prol les plus éloignés des points B où se trouve le
bord de fuite.
AB est appelée la corde l du prol ; AMB représente l'extrados du prol et ANB l'intrados.
Pour tenir compte de l'inclinaison de l'aile par rapport au vent incident (supposé horizontal sur
la gure), on introduit plusieurs angles :
 Angle d'incidence ou d'attaque : angle i formé par la corde et la direction du vent vu par
l'aile
 Angle de portance nulle : angle α0 représentant l'angle d'incidence pour lequel la portance
est nulle. Cet angle est généralement négatif pour les prols usuels (représenté de cette façon
sur la gure)
 Angle de portance : angle α formé par la direction du vent relatif et la direction de portance
nulle.
En valeur algébrique, α = α0 + i.
96 Chapitre 5 Notions théoriques sur les éoliennes

5.2.2 Actions de l'air sur l'aile


Usuellement, la résultante aérodynamique exercée par l'air sur l'aile est projetée suivant un
système d'axes associés à la vitesse V du vent vu par l'aile. Ceci est illustré sur la Figure 5.4
suivante :

Fig. 5.4  Forces s'exerçant sur un prol d'aile.

 la composante Fz (perpendiculaire à la direction du vent) est appelée la portance


 la composante Fx (parallèle à la direction du vent) est appelée la traînée
A partir de cette décomposition, on introduit classiquement deux coecients sans dimension :
 le coecient de portance : Cz = 1 ρAV
Fz
2
2
 le coecient de traînée : Cx = 1 ρAV Fx
2
2
où A est la surface alaire de l'aile (corde * envergure) et ρ la masse volumique de l'air.

5.2.3 Paramètres inuant sur les Cz et Cx


Les deux paramètres jouant sur les valeurs des coecients de portance et de traînée pour un
prol d'aile donné sont le nombre de Reynolds et l'incidence de l'aile en régime incompressible.
La Figure 5.5 ci-dessous illustre l'évolution habituelle de ces deux coecients en fonction de
l'angle d'incidence i à Reynolds xe.

Fig. 5.5  Polaire d'Eiel d'un prol d'aile.


5.3 Calcul aérodynamique d'une éolienne à axe horizontal 97

On constate que pour les faibles incidences, le coecient de portance évolue de façon quasi
linéaire avec l'angle d'incidence. Pour une incidence donnée, le coecient de portance atteint un
maximum, c'est la crise de portance. On appelle cet angle d'incidence particulier, l'angle de dé-
crochage. Sur l'exemple donné, l'angle de portance nulle est bien négatif et vaut environ -5°. En
parallèle, le coecient de traînée passe vers un minimum autour de cet angle pour augmenter
légèrement avec l'augmentation de l'incidence.
La courbe portant le coecient de traînée en abscisse et le coecient de portance en ordonnée
est appelée la polaire d'Eiel d'une aille. Elle est généralement graduée en angle d'incidence i.

5.3 Calcul aérodynamique d'une éolienne à axe horizontal


Une première théorie permettant d'estimer la puissance d'une éolienne est la théorie de Betz
qui s'applique essentiellement aux machines à axe horizontal.

5.3.1 Théorie de Betz


Cette théorie suppose que l'éolienne est placée dans un air animé à l'inni d'une vitesse amont
V1 et à l'aval d'une vitesse V2 .
La puissance mécanique captée par le disque rotor est exprimée par la relation suivante (Fi-
gure 5.6) :

1 1 1
P = ρA1 V13 − ρA2 V23 = ρ A1 V13 − A2 V23 (5.3)

[W ]
2 2 2
(Diérence de puissance entre les ux d'air amont et aval au rotor)
En exprimant la conservation de la masse :

ρA1 V1 = ρA2 V2 = ṁ [kg/s] (5.4)


on obtient ainsi,

1
P = ṁ V12 − V22 (5.5)

[W ]
2

Fig. 5.6  Représentation des lignes de courant traversant l'éolienne.


98 Chapitre 5 Notions théoriques sur les éoliennes

On peut trouver une autre expression de cette puissance, en appliquant le théorème d'Euler au
tube de courant représenté par le jet d'air. Ainsi, la force F qu'exerce l'air sur le rotor s'exprime
par :

F = ṁ (V1 − V2 ) [N ] (5.6)
donnant lieu à une puissance mécanique convertie par la rotor :

P = F V 0 = m(V1 − V2 )V 0 [W ] (5.7)
où V 0 est la vitesse du vent dans le plan de rotation des pales. Par identication avec les deux
formulations de la puissance récupérée P , on obtient :
1
V0 = (V1 + V2 ) [m/s] (5.8)
2
Ce qui au nal, nous permet d'écrire la puissance du rotor rapportée à l'aire balayée A par ce
dernier :
1
P = F V 0 = ρA(V1 + V2 )2 (V1 − V2 ) [W ] (5.9)
4
On peut à partir de cette relation exprimée le coecient de puissance Cp qui est le rapport
entre la puissance récupérée sur le rotor par la puissance disponible dans le ux d'air basé sur la
vitesse du vent et la surface balayée par le rotor :
1
+ V2 )2 (V1 − V2 ) V2 2
   
4 ρA (V1 1 V2
Cp = 1 3
= 1+ 1− [−] (5.10)
2 ρAV1
2 V1 V1
Si on dénit le coecient d'induction b = V2 /V1 , on obtient l'évolution du coecient de puis-
sance (Figure 5.7).

En réécrivant le coecient b comme la fraction de diminution de la vitesse du vent entre la


vitesse amont V1 et celle traversant le rotor V ' on obtient un nouveau coecient a :

V 0 = (1 − a)V1 (5.11)
On peut montrer que ce coecient est maximum pour a = 1/3, et que dans ce cas Cp = 16/27 ≈
0.596. En reportant cette valeur particulière dans l'expression de la puissance P , on obtient pour
la puissance maximale susceptible d'être recueillie, la valeur :
8
Pmax = ρAV13 [W ] (5.12)
27

5.3.2 Eets de la rotation


Pour le rotor idéal de la théorie de Betz, il n'y a pas de prise en compte de la rotation dans le
sillage. Or dans la pratique, le sillage possède une certaine rotation qui peut être prise en compte
en appliquant le théorème d'Euler pour les machines tournantes en s'appuyant sur les triangles des
vitesses dans les sections entrée-sortie du rotor de la Figure 5.8. Si on applique ce dernier sur un
volume de contrôle innitésimal d'épaisseur dr, on obtient l'expression de la puissance transmise :

dP = dṁωrVθ = 2πr2 ρV 0 ωVθ dr (5.13)


avec Vθ la composante azimutale de la vitesse absolue après le rotor et V ' est la vitesse axiale à
travers le rotor. Nous avons vu que la vitesse axiale à travers le rotor peut être exprimée par le
5.3 Calcul aérodynamique d'une éolienne à axe horizontal 99

Fig. 5.7  Evolution du coecient de puissance en fonction du rapport des vitesses amont et aval.

coecient d'induction a. De la même manière, on dénit le facteur d'interférence tangentiel a' et


la vitesse de rotation Vθ dans le sillage par (conservation du moment cinétique) :

Vθ = 2a0 ωr (5.14)
La puissance élémentaire s'écrit donc comme :

dP = 4πρω 2 V1 a0 (1 − a) r3 dr (5.15)

Fig. 5.8  Triangle des vitesses pour une section du rotor

Après intégration de 0 à R, on obtient la puissance totale récupérée par le rotor :


Z R
P = 4πρω 2 V1 a0 (1 − a) r3 dr (5.16)
0

On voit ici que si on veut maximiser la puissance récupérée, il faut maximiser l'expression :
100 Chapitre 5 Notions théoriques sur les éoliennes

f a,a0 = a0 (1 − a) (5.17)


Or si les angles d'attaque locaux sont inférieurs à l'angle de décrochage, ces deux coecients
ne sont pas indépendants, on a ainsi :
a0 ωr (1 − a) V1
tan φ = = (5.18)
aV1 (1 + a0 ) ωr
Ce qui conduit à la relation entre a et a' : (ωr/V1 )2 a0 (1 + a0 ) = a (1 − a).
L'optimisation conduit donc à :
df da0
= (1 − a) − a0 = 0 (5.19)
da da
0
 2
et (1 + 2a0 ) da
da
ωr
V1 = 1 − 2a. Ceci conduit à la relation suivante entre a et a' optimisant la
puissance récupérée :
1 − 3a
a0 = (5.20)
4a − 1
Ceci permet nalement d'obtenir le tableau de valeurs suivant :
a a0 λ = ωr/V1
0,26 5,5 0,073
0,27 2,375 0,157
0,28 1,333 0,255
0,29 0,812 0,374
0,30 0,500 0,529
0,31 0,292 0,753
0,32 0,143 1,15
0,33 0,031 2,63
0,333 0,00301 8,58
A partir de ces relations, le coecient de puissance optimal peut être obtenu par intégration.
Ceci a été réalisé par Glauert pour diérentes vitesses spéciques λ0 = ωR/V1 avec une comparaison
avec la limite de Betz de 16/27 (cas qui correspond à a0 = 0). Ces résultats sont reportés dans le
tableau ci-dessous :
λ0 = ωR/V1 27Cp /16
0,5 0,486
1,0 0,703
1,5 0,811
2,0 0,865
2,5 0,899
5,0 0,963
7,5 0,983
10,0 0,987

5.3.3 Prise en compte de l'élément de la pale d'hélice


Jusqu'à présent, la géométrie eective du rotor (nombre de pales B , les lois de vrillage θ (r) et
de corde l (r) et le prol de pale) n'est pas prise en compte. Nous allons ici coupler le théorème de
quantité de mouvement avec les eorts locaux sur la pale. Nous allons pour cela faire l'hypothèse
suivante :
5.3 Calcul aérodynamique d'une éolienne à axe horizontal 101

 Chaque élément annulaire est indépendant des autres.


Nous pourrons établir que :
 la poussée élémentaire vaut : dF = 4πrρV12 a(1 − a)dr
 le moment élémentaire : dM = 4πρωV1 a0 (1 − a)r3 dr = dP/ω
On peut évaluer ces termes en considérant l'écoulement local autour de la pale en se basant sur
le triangle des vitesses suivant :
102 Chapitre 5 Notions théoriques sur les éoliennes

avec θ l'angle de vrillage local de la pale, c'est-à-dire l'angle local entre la corde et le plan de
rotation du rotor. Puis, α est l'angle d'attaque local, c'est à dire l'angle local entre la corde et la
direction du vent relatif, Vrel . Enn, φ est l'angle d'inclinaison déni par φ = θ + α.
Nous pouvons donc écrire avec ces dénitions que :
1 2 1
L = ρVrel l(r)Cz et D = ρVrel
2
l(r)Cx (5.21)
2 2
pour l'expression des forces de portance et de traînée par unité de longueur, en supposant connus
les coecients de portance et de traînée. De façon à obtenir une expression de la poussée et du
moment élémentaire, il faut projeter ces forces suivant les directions normale et tangentielle au plan
de rotation du rotor. Ce qui conduit à :

pN = L cos φ + D sin φ, pT = L sin φ − D cos φ (5.22)


et
CN = Cz cos φ + Cx sin φ, CT = Cz sin φ − Cx cos φ (5.23)
Après quelques calculs, on obtient que :
1 V 2 (1 − a)2 1 V1 (1 − a)ωr(1 − a0 )
dF = ρB 1 2 l(r)CN dr, dM = ρB l(r)CT rdr (5.24)
2 sin φ 2 sin φ cos φ

avec B le nombre de pales et l(r) la loi de corde. Par identication, on obtient que les coecients
d'induction axial et tangentiel doivent satisfaire aux relations suivantes :
1 1
a=
4 sin2 φ
a0 = 4 sin φ cos φ
(5.25)
σCN +1 σCT −1

où σ (r) = l(r)B
2πr représente la solidité locale du rotor.
Ainsi, l'algorithme de calcul pour déterminer la puissance récupérée par le rotor est le suivant :
(1)  Initialisation des coecients a et a0
(2)  Calcul de l'angle φ
(3)  Détermination de l'angle d'incidence local α
(4)  Lecture des coecients de portance et de traînée
(5)  Déduction des coecients normaux et tangentiels
(6)  Calcul des coecients a et a0 suivant les dernières expressions
5.3 Calcul aérodynamique d'une éolienne à axe horizontal 103

(7)  Réitération jusqu'à convergence sur les valeurs de a et a0


(8)  Détermination des eorts locaux sur l'élément considéré
Cette approche est la plus simple pour prendre en compte la géométrie du rotor. Pour obtenir
une bonne approximation, il faut cependant faire deux corrections : correction de Prandtl (eets
en bout de pale) et correction de Glauert (eets du décrochage).

5.3.4 Corrections de Prandtl et de Glauert


Correction de Prandtl
Cette correction permet la prise en compte des eets 3D en bout de pale (associés au nombre
de pales). Ceci a pour conséquence de modier la vorticité dans le sillage du rotor. Prandtl a donc
déni un facteur correctif f pour la poussée et le couple élémentaire :

dF = 4πrρV12 a(1 − a)f dr dM = 4πρωV1 a0 (1 − a)r3 f dr (5.26)


où f (facteur de réduction de la circulation) a pour expression f = 2
π cos−1 (e−m ), avec m = 2 r sin φ .
B R−r

Ceci conduit aux expressions corrigées pour les facteurs a et a0 :


1 1
a=
4f sin2 φ
a0 = 4f sin φ cos φ
(5.27)
σCN +1 σCT −1

Correction de Glauert
Lorsque le facteur d'interférence axial a devient plus grand qu'approximativement 0.4, l'applica-
tion du théorème d'Euler tombe en défaut. Des relations empiriques ont été établies pour approcher
les mesures expérimentales, parmi lesquelles :

4a(1 − a)f a ≤ 13

dF
CF = 1 2 = 1 (5.28)
2 ρV1 2πrdr
4a(1 − (1/4)(5 − 3a)a)f a> 3

ou encore : 
dF 4a(1 − a)f a ≤ ac
CF = = (5.29)
1
2 ρV 2
1 2πrdr
4(a2c + (1 − 2ac )a)f a > ac
ac vaut approximativement 0.2. A ces expressions, correspond une relation modiée pour le
coecient a.

5.3.5 Dimensionnement optimal des pales pour une puissance maximale


La conception d'une forme optimale de la pale d'une hélice implique que la relation a0 = 4a−1
1−3a

correspondant à une puissance maximale soit satisfaite. On peut faire l'hypothèse de négliger les
frottements en prenant Cx = 0. Les expressions de a et a0 deviennent :
1 1
a=
4 sin2 φ
a0 = 4 cos φ
(5.30)
σCz cos φ +1 σCz −1

En utilisant la relation reliant les deux facteurs d'interférence a et a0 , on obtient une seconde
relation exprimant le facteur a :
4 cos φ
a= (5.31)
σCz + 12 cos φ
L'égalité des deux expressions de a donne une équation quadratique, dont l'inconnue est le
terme σCz :
104 Chapitre 5 Notions théoriques sur les éoliennes

(σCz )2 + 8 cos φσCz − 16 sin2 φ = 0 (5.32)


dont la racine acceptable est σCz = 4 (1 − cos φ). Ceci donne l'expression optimale de la corde le
long de la pale :
8πr
l(r) = (1 − cos φ) (5.33)
BCz
Si on reprend la relation donnant l'angle φ, tan φ = (1−a)V1
(1+a0 )ωr = (1+a0 )λ ,
(1−a)
et en substituant a0 ,
nous obtenons :
(4a − 1) (1 − a) 1
λ= (5.34)
a tan φ
En remplaçant a par sa valeur et après quelques simplications, on aboutit nalement à la loi de
vrillage optimale :
2 1
φ= tan−1 θ = φ − αopt (5.35)
3 λr
où αopt est l'angle d'incidence optimale, qui donne (Cz /Cx )max .
Bibliographie
Caballina, O. 20112012 Notions théoriques sur les éoliennes . Cours ENSEM 3A - Filière énergie.
Gouriéres, D. L. 2008 Les éoliennes : Théorie, conception et calcul pratique . Editions du Moulin
Cadiou.
Géradin, M. & Rixen, D. 1996 Théorie des vibrations : application à la dynamique des structures .
Masson.
Hansen, M. O. 2008 Aerodynamics of Wind Turbines  Second Edition . Earthscan Edition.
Mahri, Z., Rouabah, M. & Zid, S. 2007 Calcul des eorts aérodynamiques agissant sur les pales
d'une petite éolienne. Revue des Energies Renouvelables 10 (2), 241256.
Plaut, E. 2017a Mécanique des uides . Cours de l'école des Mines de Nancy (2A), téléchargeable
sur http://emmanuelplaut.perso.univ-lorraine.fr/mf/pol.pdf.
Plaut, E. 2017b Mécanique des milieux continus solides et uides . Cours de l'école des Mines de
Nancy (1A), téléchargeable sur http://emmanuelplaut.perso.univ-lorraine.fr/mmc/pol.pdf.
Plaut, E. & Peinke, J. 2017 Advanced Fluid Mechanics. Transition to Turbulence & Turbulence.
Applications to Transfers, Aerodynamics & Wind Energy . Cours de l'école des Mines de Nancy
(3A), téléchargeable sur http://emmanuelplaut.perso.univ-lorraine.fr/afm/pol.pdf.
Souhar, M. 20092010 Turbomachines . Cours ENSEM 3A.

Vous aimerez peut-être aussi