Vous êtes sur la page 1sur 3

Chapitre 3.

Les capteurs photométriques

3.1. Introduction
La photométrie est la science qui étudie le rayonnement lumineux tel qu'il est ressenti par la
vision humaine.
Les capteurs photométriques servant à mesurer les grandeurs lumineuses en fonction de la
courbe de sensibilité de l'œil. Il diffère ainsi du radiomètre qui mesure les rayonnements
électromagnétiques sans rapport avec la perception humaine.
Le photomètre a plusieurs applications en astronomie. Dans le cas des étoiles par exemple, il
peut servir à déterminer leur température, leur distance et même leur âge. On peut également
l’utiliser pour tenter de savoir s’il y a des planètes en orbite autour de certaines étoiles.
En météorologie, on l'utilise pour mesurer le rayonnement du soleil ou du ciel. Il dispose soit
d'une cellule photoélectrique (dispositif composé d'un capteur photosensible, dont les propriétés
électriques (tension, résistance...) varient en fonction de l'intensité du rayonnement lumineux capté),
soit de capteurs CCD charge-couped device (un composant électronique photosensible servant à
convertir un rayonnement électromagnétique (UV, infrarouge, etc.) en un signal électrique
analogique). Dans les deux cas, les capteurs convertissent en courant électrique mesurable la
lumière reçue
Les capteurs photométriques sont divisés en plusieurs classes d’applications: Photorésistance
Photodiode Phototransistor….

3.2. Photorésistance
3.2.1. Définition d'une photorésistance
Une photorésistance (appelée: résistance photo-dépendante ou cellule photoconductrice) est
un composant électronique dont la résistivité varie en fonction de la quantité de lumière incidente.
On peut également la nommer résistance photo-dépendante (Light Dependen Resistor

(a) (b)

Fig 3.1 : (a) Symbole d'une photorésistance, (b) photorésistance

La photorésistance n'a pas de sens de branchement. Sa valeur en ohms dépend de


l'éclairement qu'elle reçoit.
La partie sensible du capteur est une piste de sulfure de cadmium en forme de serpent :
l’énergie lumineuse déclenche une augmentation d’électrons libres dans ce matériau, de sorte que sa
résistance électrique diminue a priori.

3.2.2. Principe et description


Certains semi-conducteurs comme CdS, SeCd, PbD, SbIn, SbAs ... ont une résistance qui
varie avec l'éclairement. Les photons incidents augmentent le nombre des porteurs libres et
diminuent la résistance. L'efficacité est fonction de la longueur d'onde de la lumière. Pour CdS, la
courbe de sensibilité est voisine de celle de l'oeil humain Fig 3.1.b

3.2.3. Propriétés
Avantages : Capteur sensible, de faible coût, facile à mettre en œuvre.
Inconvénients : Non linéaire. La vitesse de variation de R avec l'éclairement est faible et non
symétrique. (Temps de montée de l'ordre de 35 ms et temps de descente de l'ordre de 10 ms).

3.2.4. Applications
Déclenchement automatique d'éclairage, détecteur de présence, relais optique ...
Une des principales utilisations de la photorésistance est la mesure de l'intensité lumineuse.

3.3. Photodiode

3.3.1. Principe

Une photodiode est un composant semi-conducteur ayant la capacité de détecter un


rayonnement du domaine optique et de le transformer en signal électrique, donc un photodétecteur
capable de convertir la lumière en courant ou en tension

(a) (b)
Fig 3.2: (a) symbole de la photodiode, (b) photodiode
Les photodiodes sont caractérisées par :
 une excellente linéarité
 une bande passante étendue.

3.3.2. Applications
Les applications des photodiodes sont nombreuses, ont les trouvent principalement dans les
télécommunications, les systèmes de sécurité, l’automatisme, le contrôle,…
Chapitre 03 Capteurs Photometriques

3.4. Phototransistor
3.4.1. Principe
Un phototransistor est un transistor bipolaire dont la base est sensible au rayonnement
lumineux ; la base est alors dite flottante puisqu’elle est dépourvue de connexion Fig 3.3. Lorsque
la base n’est pas éclairée, le transistor est parcouru par le courant de fuite ICE0. L’éclairement de la
base conduit à un photocourant Iph que l’on peut nommé courant de commande du transistor.
Celui-ci apparaît dans la jonction collecteur-base sous la forme

IC=β Iph +ICE0

Le courant d'éclairement du phototransistor est le photocourant de la photodiode collecteur-


base multiplié par l’amplification β du transistor. Sa réaction photosensible est donc nettement plus
élevée que celle d’une photodiode (de 100 à 400 fois plus). Par contre le courant d’obscurité est
plus important.

(b)
(a)

Fig 3.3 (a) symbole du phototransistor, (b) Phototransistors

3.4.2. Application
En générale les phototransistors sont associés avec les photodiodes dans les circuits de
commandes (émetteur, récepteur), robotique, acquisition de données,…