Vous êtes sur la page 1sur 7

Chapitre 4.

Les capteurs de position

4.1. Définition

Un capteur de position est un dispositif qui permet de recueillir des informations sur la
position d'un objet dans un espace de référence.
Ces informations peuvent être obtenues :
 par contact direct avec l'objet, grâce à un contacteur constitué de divers éléments tels que :
galet, tige souple, bille, roue codeuse;
 à distance, par des capteurs magnétiques (interrupteur reed) ou des barrières lumineuses ;
l'information donnée par ce type de capteur est de type tout ou rien (0 ou 1) et peut être
électrique, optique ou pneumatique.
Il existe trois grandes méthodes de repérage des positions et mesure des déplacements :
- Une partie du capteur est directement liée à l’objet : le capteur fournit un signal en fonction
de la position. Les variations de ce signal traduisent le déplacement (ex : potentiomètres, inductance
à noyau mobile, condensateur à armature mobile, transformateur à couplage variable, codeurs
digitaux absolus,...).
- Le capteur délivre une impulsion à chaque déplacement élémentaire. La position et le
déplacement sont déterminés par comptage des impulsions émises. (ex : capteurs incrémentaux,...)
- Les capteurs de proximité, caractérisés par l'absence totale de liaison mécanique entre le
capteur et l'objet

4.2. Capteurs de position résistif


Les capteurs de position résistif est toujours constitué d'une résistance fixe et d'un curseur
mobile.
La résistance fixe (1kΩ < R < 100kΩ) peut être:
 une piste conductrice, c'est-à-dire de la matière plastique chargée par de la poudre de
métal ou de carbone. Les grains de cette piste conductrice ne doivent pas excéder
10-2µm. À l'échelle microscopique, la piste est en réalité électriquement discontinue.
La résolution en est donc limitée.
 Un fil émaillé bobiné sur un mandrin isolant. Le fil doit présenter les caractéristiques
suivantes : coefficient de température de la résistivité et fem thermoélectrique
faibles ; bonne stabilité cristallographique et résistance à la corrosion.
- Le curseur mobile, solidaire mécaniquement de l’objet dont on veut connaître le déplacement, se
déplace sur la résistance fixe Rn
- La valeur de la résistance va dépendre de la position du curseur (et donc du mesurande) et de la
réalisation de la résistance fixe: si celle-ci est uniforme, le potentiomètre est linéaire.

(a) Potentiomètre de déplacement linéaire (b) Potentiomètre de déplacement angulaire

Fig 4.1: Géométries différentes pour les capteurs de position résistif

4.3. Capteurs de position inductif

4.3.1. Définition
Les capteurs inductifs sont couramment utilisés pour effectuer des mesures de position ou de
vitesse, notamment dans les environnements difficiles.
Les capteurs inductifs de position et de vitesse existent en un large éventail de formes, tailles
et principes de conception. On peut toutefois considérer que tous les capteurs inductifs exploitent
les principes du transformateur; et qu’ils utilisent tous un phénomène physique lié aux courants
électriques alternatifs. Ce phénomène a été observé pour la première fois durant les années 1830 par
Michael Faraday, qui a constaté qu’un premier conducteur porteur de courant pouvait « induire » un
courant dans un second conducteur. Les découvertes de Faraday ont abouti à diverses inventions,
dont le moteur électrique, la dynamo et, bien sûr, les capteurs inductifs de vitesse et position.
Ces capteurs incluent notamment: commutateurs de proximité, capteurs à inductance
variable, capteurs à réluctance variable, synchro-machines, résolveurs et capteurs de déplacement
linéaires/rotatifs LVDT (Linear Variable Differentiel Transformer) / RVDT (Rotary Variable
Differentiel Transformer)
4.3.2. Différents types de capteurs inductifs

Dans un capteur de proximité simple (ou commutateur de proximité), l’appareil reçoit un


courant électrique, ce qui fait circuler un courant alternatif dans une bobine. Lorsqu’une cible
conductrice ou magnétiquement perméable (disque d’acier, par exemple) s’approche de la bobine,
cela change l’impédance de cette dernière. Lorsqu’un certain seuil est dépassé, cela constitue un
signal indiquant la présence de la cible. Les capteurs de proximité sont généralement utilisés pour
détecter la présence ou l’absence d’une cible métallique (la sortie émulant en général un
commutateur). Ces capteurs sont couramment utilisés dans de nombreuses applications industrielles
pour lesquelles les contacts électriques produits au sein d’un commutateur traditionnel poseraient
des problèmes (présence abondante de saletés ou d’eau, par exemple). On trouve ainsi typiquement
de nombreux capteurs de proximité inductifs dans les stations de lavage automatique de voitures
Fig 4.2

Capteur Capteur Transformateur


de proximité à induction linéaire variable
variable variable différentiel

Fig 4.2: Différents types de capteurs inductifs

Les capteurs inductifs LVDT et RVDT et les résolveurs permettent de mesurer la variation
de couplage inductif entre des bobines, généralement appelées enroulements primaires et
secondaires. L’enroulement primaire transmet de l’énergie aux enroulements secondaires, mais le
rapport de l’énergie transmise à chacun des enroulements secondaires varie proportionnellement au
déplacement relatif d’une cible magnétiquement perméable. Dans un capteur inductif LVDT, il
s’agira généralement d’une tige métallique passant à travers l’alésage des enroulements. Dans un
capteur inductif RVDT ou un résolveur, il s’agit généralement d’un rotor ou d’une pièce polaire
tournant par rapport aux enroulements disposés autour de la périphérie du rotor. Les applications
typiques des capteurs inductifs LVDT et RVDT incluent notamment les servos hydrauliques dans
les systèmes de commande aérospatiaux (ailerons, moteur et carburant). Les résolveurs sont
typiquement utilisés pour les commutations de moteur électrique sans balai.
Un avantage significatif des capteurs inductifs tient au fait qu’il n’est pas nécessaire que le
circuit de traitement de signal associé soit situé à proximité des bobines de détection. Cela permet
d’installer les bobines de détection dans des environnements difficiles, dans lesquelles d’autres
techniques de détection ne seraient autrement pas envisageables (techniques magnétiques ou
optiques, notamment) car elles nécessitent d’installer des systèmes électroniques à base de silicium,
relativement délicats, à proximité du point de détection

4.3.3. Applications
La fiabilité des capteurs inductifs dans les environnements difficiles est aujourd’hui
largement établie. C’est pourquoi ils constituent bien souvent un choix naturel pour les applications
jouant un rôle clé en matière de sécurité ou pour lesquelles la fiabilité est critique. Ils sont en
particulier couramment utilisés dans les domaines militaire, aérospatial, ferroviaire et de l’industrie
lourde.
Cette réputation de grande fiabilité tient aux principes physiques et opérationnels de base de
ces dispositifs, qui sont généralement indépendants des facteurs suivants
- contacts électriques mobiles
- température
- humidité, eau et condensation
- corps étrangers (saleté, graisse, gravier, sable, etc.).

4.3.4. Capteurs inductifs de nouvelle génération


Une nouvelle génération de capteurs inductifs tels que la fabrication industrielle,
l’équipement médical, les services d’utilité publique, l’automobile, la recherche scientifique, et les
hydrocarbures…. utilisent le même physique de base que les dispositifs traditionnels, mais ils
utilisent des cartes de circuits imprimés et des composants électroniques numériques modernes, au
lieu de transformateurs et autres composants analogiques encombrants. Cette approche est élégante
et permet d’élargir l’éventail des applications des capteurs inductifs, pour inclure les capteurs 2D et
3D, les capteurs linéaires à connexion courte (<1 mm), les géométries curvilignes et les capteurs de
position angulaire de haute précision
Elle présente en outre un certain nombre d’avantages significatifs :
- Réduction des coûts
- Précision accrue
- Poids réduit
- Conception mécanique simplifiée (absence de roulements, joints et des balais, notamment).
- Taille compacte (liée notamment à la longueur de course par rapport à celle des capteurs
inductifs LVDT traditionnels).
- Simplification de l’interface électrique (s’agissant généralement d’une alimentation courant
continue et d’un signal numérique absolu).

4.4. Capteurs de position capacitif


4.4.1. Définition
Un capteur de déplacement capacitif permet de détecter une variation de faibles distances. (Il
est très généralement réalisé avec une électrode, en forme de disque, plane entourée d'un anneau de
garde isolé de l'électrode centrale. L'électrode forme avec la pièce à mesurer conductrice un
condensateur plan Fig 4.3. On le trouve également sous la forme de deux peignes imbriqués, ce qui
augmente la surface capacitive lorsqu'un capteur peu épais est nécessaire Fig 4.4
La détermination de la distance (d) est réalisée en mesurant la capacité C du condensateur,
ils sont liés par l'équation

ε : est la permittivité du diélectrique existant entre le capteur et la pièce à mesurer


S : est la surface de l'électrode du capteur
d : est la distance à mesurer.

Fig 4.3: Principe du capteur tactile: capteur intact tampon avec capacité parasite C0, capteur
touché tampon avec capacité supplémentaire CT
Fig 4.4: La détermination de la distance à partir de la mesure de la capacité C

La mesure de la capacité du condensateur peut être réalisée en lui injectant un courant


alternatif et en mesurant la tension qui apparaît à ses bornes. Ils sont liés par la relation :

Cette tension est proportionnelle à la distance d, ω=2πf est la pulsation du courant


d'alimentation.

4.4.2. Application
Le capteur capacitif est très utilisé pour les faibles déplacements, ainsi que pour les capteurs
miniaturisés MEMS (Micro-ElectroMechanical System, tels que les accéléromètres. Grâce à sa
simplicité de fabrication il peut être utilisé à très haute température, des capteurs ont été construits
pour fonctionner à plus de 1000°C, en utilisant des isolants céramiques

4.5. Capteurs de position digital


L'utilisation de CAN (Codeur Analogique Numérique) permet l'exploitation rapide et précise
des signaux analogiques délivrés par les capteurs Fig 4.5.

Il est également possible de concevoir des capteurs qui délivrent directement une
information binaire.
Pour des déplacements linéaires, les codeurs digitaux absolus se présentent sous forme de
règle. Pour des déplacements angulaires, ce sont des disques.
Règles et disques sont divisés en N surfaces égales (N bandes pour les règles, N secteurs
pour les disques). Dans ces surfaces sont matérialisés les mots binaires correspondants aux positions
à traduire
La résolution est déterminée telle que :
 Pour les déplacements linéaires : Résolution = L/N avec L, longueur de la règle (cm)
 Pour les déplacements angulaires : Résolution = 360° / N.
Fig 4.5: Disque de codage d'un capteur digital absolu

Plusieurs états physiques différents peuvent être utilisés pour matérialiser les bits :
 surface amagnétique ou ferromagnétique (lecture magnétique)
 Surface isolante ou conductrice (lecture par courant)
 Surface opaque ou translucide (lecture optique).

4.6. Capteurs de proximité


Les capteurs de proximités sont caractérisés par l'absence de liaison mécanique entre le
capteur et l’objet en mouvement.
C'est par l'intermédiaire d'un champ que va s'établir entre eux une interaction fonction de
leur position relative .
Ce champ peut être :
 un champ d'induction magnétique : c’est le cas des capteurs à variation de réluctance, effet
Hall ou magnétorésistance.
 un champ électromagnétique: c’est le cas des capteurs à courant de Foucault.
 un champ électrostatique: c’est le cas des capteurs capacitifs.

Les capteurs de proximités ont :


 une bande passante étendue.
 une grande finesse due aux forces très faibles exercées sur l’objet par le capteur.
 une fiabilité accrue car il n'y a pas d'usure ni de jeu
 une isolation galvanique entre le circuit de mesure et l’objet qui se déplace.

Les capteurs de proximité sont utilisés pour la mesure et l'asservissement de position, le


contrôle dimensionnel, l'étude du mouvement de dispositifs à faible inertie,...