Vous êtes sur la page 1sur 77

HIT-TECHNOLOGY : www.hittechnologie.

com

LES TECHNOLOGIES xDSL

www.hittechnologie.com

1ère Edition

xDSL
COURS et EXERCICES CORRIGES

Pour technicien des réseaux

HIT-TECHNOLOGY SARL U

LES TECHNOLOGIES xDSL COURS et EXERCICES CORRIGES

Formateur en développement applicatif


Enseignant à l’Université de Lomé et dans les Institutions privées (Togo)
Fondateur du Cabinet HIT-TECHNOLOGY SARL U
Alassani AKANATE a.daviman@gmail.com
alassaniakanate@yahoo.fr
Tel : (+228) 90 47 51 03 / 97 31 77 52 / 93 32 77 18
01 BP : 1341 Lomé-Togo.

« L’avenir de l’Homme se trouve dans sa manière de penser »

© Tous droits réservés 2017-2020 HIT-T

PRIX : 2 000 F CFA


Livre par HIT-T SARL U
HIT-T SARL U : web : www.hittechnologie.com E-mail : formationfacile.hitt.tg@gmail.com Tel : (+228)90-47-51-03 /97-31-77-52
Enregistré sous le décret n° 2012-008/PR du 07-03-2012, Arrêté n° 011/MCPSP/CAB/DPSP du 13-04-2012

DANS LA MÊME COLLECTION

1 ARCHITECTURE ET INTERCONNEXION DES RESEAUX INFORMATIQUES


2 MODELISATION DES DONNEES APPLIQUEE AU SGBD MySQL ET SQL
3 ANALYSE ET CONCEPTION DES SYSTEMES D’INFORMATION (ACSI) AVEC MERISE
4 SGBD MICROSOFT ACCESS 2010
5 SQL POUR MySQL ET ORACLE
6 SE-OS, CONFIGURATION ET SECURITE
7 SECURITE INFORMATIQUE ET RESEAU
8 INFORMATIQUE ET CONFIGURATION
9 OFFICE 2007-2010 ET INITIATION (Word-Excel-PowerPoint-Publisher)
DEVELOPPEMENT DE SITES WEB AVEC LE CMS/SGC JOOMLA ET LES BASES DE
10
DONNEES MySQL
11 P.O.O.: Java SE
12 P.O.O.: C++ et Qt
13 Ecrits Professionnels (EP)
14 Droit Social et de Travail (M. ALASSANI)
15 Economie Générale (M. AMANA)
16 Santé, Sécurité et Hygiène au travail (S. S. H. T.)
17 Tenue de caisse – Facturation
18 Electronique dans l’automobile
19 Climatisation dans l’automobile
20 MS SQL SERVER 2012-2014 et SQL / T-SQL

21 LES TECHNOLOGIES xDSL (Techniques d’accès à l’Internet)

22 MIEUX PARLER ANGLAIS

COLLECTION HIT-T SARL U

xDSL : BTS/ LP/MP-HIT-T/Par Ing. A. AKANATE 1ère Edition HIT-TECHNOLOGY/ESMIT Page 1 sur 76
HIT-T SARL U : web : www.hittechnologie.com E-mail : formationfacile.hitt.tg@gmail.com Tel : (+228)90-47-51-03 /97-31-77-52
Enregistré sous le décret n° 2012-008/PR du 07-03-2012, Arrêté n° 011/MCPSP/CAB/DPSP du 13-04-2012

Table des matières


A QUI S’ADRESSE CE LIVRE ? ..................................................................................... 5
PREREQUIS .................................................................................................................... 5
POURQUOI CE LIVRE? ................................................................................................. 5
OBJECTIFS SPECIFIQUES DE CE LIVRE ................................................................... 5
A PROPOS ....................................................................................................................... 5
INTRODUCTION GENERALE ....................................................................................... 6
GENERALITES SUR LES RESEAUX INFORMATIQUES ET TELECOMS ................... 6
CARACTERISTIQUES DES RESEAUX ................................................................................ 6
CONNEXION DIRECTE ........................................................................................................ 7
CONNEXION PAR COMMUTATION................................................................................... 7
CARACTERISATION DES RESEAUX ................................................................................. 7
ÉTENDUE............................................................................................................................... 8
TOPOLOGIES PHYSIQUES .................................................................................................. 8
TYPES DE CONNEXIONS ..................................................................................................... 8
NATURE DES RESEAUX ...................................................................................................... 9
TYPES DE SERVICES ........................................................................................................... 9
TYPES DE COMMUTATION ................................................................................................ 9
COMMUTATION DE CIRCUIT ............................................................................................ 9
COMMUTATION DE PAQUET .......................................................................................... 10
FORMAT D’UN PAQUET .................................................................................................... 10
LES STANDARDS ET LES ORGANISMES DE NORMALISATION ................................. 11

CHAPITRE I : LES TECHNOLOGIES DE BASE DANS LES RESEAUX DE


TELECOMMUNICATIONS ET INFORMATIQUES ..................................................... 12
INTRODUCTION .......................................................................................................... 13
1. SUPPORTS DE TRANSMISSION........................................................................... 13
1.1. PAIRES TORSADÉES ............................................................................................... 13
1.2. CÂBLES COAXIAUX ............................................................................................... 14
1.3. FIBRE OPTIQUE ...................................................................................................... 14
1.4. TRANSMISSIONS SANS FIL.................................................................................... 15
1.4.1. Faisceaux hertziens ..................................................................................................................... 15
1.4.2. Ondes radioélectriques ................................................................................................................ 15
1.4.2.1. Attribution des bandes de fréquences en France .................................................................... 16

xDSL : BTS/ LP/MP-HIT-T/Par Ing. A. AKANATE 1ère Edition HIT-TECHNOLOGY/ESMIT Page 2 sur 76
HIT-T SARL U : web : www.hittechnologie.com E-mail : formationfacile.hitt.tg@gmail.com Tel : (+228)90-47-51-03 /97-31-77-52
Enregistré sous le décret n° 2012-008/PR du 07-03-2012, Arrêté n° 011/MCPSP/CAB/DPSP du 13-04-2012

1.4.2.2. Attribution des bandes de fréquences au Togo ...................................................................... 16

2. CARACTERISTIQUES GLOBALES DES SUPPORTS DE TRANSMISSION ......... 17


2.1. BANDE PASSANTE .................................................................................................. 17
2.2. BRUITS ET DISTORSIONS ...................................................................................... 18
2.3. CAPACITÉ LIMITÉE DES SUPPORTS DE TRANSMISSION ................................ 19

3. FABRICATION DES SIGNAUX : TECHNIQUES DE TRANSMISSION ............... 19


3.1. TRANSMISSION EN BANDE DE BASE ................................................................... 21
3.2. TRANSMISSION PAR MODULATION ................................................................... 22

4. CARACTERISTIQUE D’UNE TRANSMISSION .................................................... 23


4.1. LA QUALITÉ DU CIRCUIT DE DONNÉES ............................................................. 23
4.2. LES DONNÉES TRANSMISES ................................................................................. 24
4.3. CHAINE DE TRAITEMENT..................................................................................... 25
4.4. LA NUMERISATION ................................................................................................ 26
4.4.1. L'échantillonnage ........................................................................................................................ 26
4.4.2. La quantification ......................................................................................................................... 27
4.4.3. Le codage .................................................................................................................................... 28

4.5. NOTION DE BASE SUR LES SIGNAUX .................................................................. 30


4.5.1. Mode de transmission ................................................................................................................. 30
4.5.1.1. Transmission en bande de base .............................................................................................. 31
4.5.1.2. Transmission large bande ou par modulation ......................................................................... 31
4.5.2. Multiplexage ............................................................................................................................... 32
4.5.2.1. Multiplexage fréquentiel......................................................................................................... 32
4.5.2.2. Multiplexage Temporel (TDM) .............................................................................................. 34

5. ADSL (ASYMMETRIC DIGITAL SUBSCRIBER LINE)......................................... 36


CONCLUSION............................................................................................................... 37
CHAPITRE II : TECHNOLOGIES D’ACCES INTERNET ............................................ 38
INTRODUCTION .......................................................................................................... 39
1. Connexions filaires .......................................................................................................... 39
1.1. ADSL .............................................................................................................................................. 39
1.2. Le RTC ............................................................................................................................................ 40
1.3. Le câble ........................................................................................................................................... 41
1.4. La fibre optique ............................................................................................................................... 41

2. Connexions par ondes radio ............................................................................................. 41


2.1. La 3G, 4G et plus ............................................................................................................................ 41
2.2. Le Wimax ........................................................................................................................................ 41
2.3. Le Wi-Fi .......................................................................................................................................... 41

3. Autres connexions............................................................................................................ 42
3.1. Le satellite ....................................................................................................................................... 42

xDSL : BTS/ LP/MP-HIT-T/Par Ing. A. AKANATE 1ère Edition HIT-TECHNOLOGY/ESMIT Page 3 sur 76
HIT-T SARL U : web : www.hittechnologie.com E-mail : formationfacile.hitt.tg@gmail.com Tel : (+228)90-47-51-03 /97-31-77-52
Enregistré sous le décret n° 2012-008/PR du 07-03-2012, Arrêté n° 011/MCPSP/CAB/DPSP du 13-04-2012

3.2. Le CPL ............................................................................................................................................ 42

CONCLUSION............................................................................................................... 42
CHAPITRE III : LES DIFFERENTES TECHNOLOGIES DE LA FAMILLE xDSL .... 43
INTRODUCTION .......................................................................................................... 44
1. La famille xDSL .............................................................................................................. 44
1.1. ADSL .............................................................................................................................................. 44
1.1.1. Modulation DMT ........................................................................................................................ 46
1.1.2. Modulation QAM ....................................................................................................................... 46
1.1.3. Comment ça marche ? ................................................................................................................. 47
1.1.4. Les caractéristiques ..................................................................................................................... 48
1.1.5. Installation abonné ...................................................................................................................... 48
1.1.6. Installation NRA (Nœud de Raccordement d’Abonnés) ............................................................. 49
1.1.7. Les avantages .............................................................................................................................. 50
1.1.8. Comparaison ADSL / CABLE .................................................................................................... 51
1.2. SDSL ............................................................................................................................................... 51
1.3. VDSL .............................................................................................................................................. 52

2. Comparaison des technologies de la famille xDSL.............................................................. 52

CONCLUSION............................................................................................................... 53
CONCLUSION GENERALE .......................................................................................... 54
QUESTIONNAIRE AUX CHOIX MULTIPLES (QCM) ................................................. 55
REPONSES AU QUESTIONNAIRE .............................................................................. 56
RECUEIL DES EXERCICES......................................................................................... 56
CORRIGES PROPOSES DES EXERCICES .................................................................. 60
GLOSSAIRE .................................................................................................................. 61
BIBLIOGRAPHIE ET WEBOGRAPHIE ....................................................................... 76

xDSL : BTS/ LP/MP-HIT-T/Par Ing. A. AKANATE 1ère Edition HIT-TECHNOLOGY/ESMIT Page 4 sur 76
HIT-T SARL U : web : www.hittechnologie.com E-mail : formationfacile.hitt.tg@gmail.com Tel : (+228)90-47-51-03 /97-31-77-52
Enregistré sous le décret n° 2012-008/PR du 07-03-2012, Arrêté n° 011/MCPSP/CAB/DPSP du 13-04-2012

A QUI S’ADRESSE CE LIVRE ?


Ce livre s’adresse aux professionnels en activités, aux techniciens en réseaux de manière
générale et plus spécifiquement aux apprenants désireux d’approfondir leur connaissance dans
le domaine des technologies xDSL.
PREREQUIS
 Connaissance en informatique et internet,
 Connaissance de base sur les réseaux informatiques et Télécoms reste un atout.
POURQUOI CE LIVRE?
Ce livre répond aux questions et aux attentes des apprenants désireux d’avoir des
connaissances dans le domaine des réseaux en général et en particulier dans les technologies
xDSL.
OBJECTIFS SPECIFIQUES DE CE LIVRE
 Présenter une généralité sur les réseaux informatiques et Télécoms,
 Comprendre les notions média, modulation, numérisation,
 Etudier les différents types de médias et leurs caractéristiques,
 Comprendre ce qu’est le multiplexage temporel et fréquentiel,
 Présenter les différentes méthodes d’accès existants,
 Etudier et ressortir les caractéristiques de chaque technologie de la famille xDSL,
 Représenter l’architecture xDSL,
 Etudier spécifiquement l’ADSL,
 Comparer les différentes technologies xDSL.
A PROPOS
HIT-TECHNOLOGY (HIT-T) SARL U est un cabinet spécialisé dans le développement des
applications web et mobiles. Il offre également des services tels que : Les formations en
Multimédia, Informatique et Télécommunications, l’installation des réseaux informatiques, la
maintenance informatique et réseau, la conception et la réalisation de sites web, la conception
et la réalisation des applications web et mobiles, le consulting dans le domaine de mise en
place des bases de données, des systèmes d’information, la sécurité réseau, pour ne citer que
ces points. Les formations sont offertes dans les filières tertiaires et technologiques. Le
cabinet est enregistré sous le décret n° 2012-008 / PR du 07-03-2012, Arrêté n° 011 /
MCPSP / CAB / DPSP du 13-04-2012.

xDSL : BTS/ LP/MP-HIT-T/Par Ing. A. AKANATE 1ère Edition HIT-TECHNOLOGY/ESMIT Page 5 sur 76
HIT-T SARL U : web : www.hittechnologie.com E-mail : formationfacile.hitt.tg@gmail.com Tel : (+228)90-47-51-03 /97-31-77-52
Enregistré sous le décret n° 2012-008/PR du 07-03-2012, Arrêté n° 011/MCPSP/CAB/DPSP du 13-04-2012

INTRODUCTION GENERALE
Les réseaux informatiques ou télécoms permettent le transport d’informations d’un
équipement terminal à un autre équipement terminal. Pour réaliser ce transport, l’information
est découpée en blocs, appelés paquets. Les paquets sont transportés sur des lignes de
communication et transitent de nœud en nœud jusqu’à la destination. Les paquets peuvent
prendre plusieurs formats de données. Ce transfert dans un réseau informatique ou télécoms
se fait par routage ou par commutation de message, de paquet, de circuit, de cellule ou de
trame suivant le type de réseau et le protocole utilisé lors de l’échange des informations. La
partie généralité ci-dessous présente brièvement différents aspects des réseaux informatiques
et télécoms.

GENERALITES SUR LES RESEAUX INFORMATIQUES ET TELECOMS


CARACTERISTIQUES DES RESEAUX
Les réseaux de télécommunications et informatiques sont marqués par :
 Une demande de plus en plus diversifiée,
 Une concurrence accrue,
 Des progrès techniques et technologiques.
La prise en compte de ces trois aspects est essentielle dans l'orientation et l'évolution des
réseaux existants et la mise en place de nouvelles infrastructures.
Parmi les techniques on retiendra surtout :
 La fibre optique,
 Les techniques de codage d'image,
 Les techniques des réseaux haut débit et particulièrement,
 Les techniques de transfert asynchrone ATM (Asynchronous Transfer Mode) et IP
(Internet Protocol).
Une bonne définition du réseau est : Un ensemble de matériels et logiciels permettant
l’échange d’information.
La notion d’information est la plus large possible : musique, image, données, voix, vidéo,
graphiques, etc.
Même s’il existe de nombreux types de réseaux informatiques, ils opèrent de façon
similaire : chaque système est conçu pour échanger de l’information entre usagers (personnes,
ordinateurs, etc.).

Passage de la connexion point à point à la connexion point à multipoint

xDSL : BTS/ LP/MP-HIT-T/Par Ing. A. AKANATE 1ère Edition HIT-TECHNOLOGY/ESMIT Page 6 sur 76
HIT-T SARL U : web : www.hittechnologie.com E-mail : formationfacile.hitt.tg@gmail.com Tel : (+228)90-47-51-03 /97-31-77-52
Enregistré sous le décret n° 2012-008/PR du 07-03-2012, Arrêté n° 011/MCPSP/CAB/DPSP du 13-04-2012

CONNEXION DIRECTE
Dans un réseau à connexion direct, tous les équipements terminaux sont interconnectés,
ce qui leur permet de s’échanger des données directement. Avec N abonnés, le nombre de
𝑁∗(𝑁−1)
liens Nb est estimé à : 𝑁𝑏 = . Nous reprendrons et détaillerons ce concept dans le
2
chapitre III sur les concepts généraux des réseaux. La figure 1 présente le schéma d’une
topologie maillée avec connexion directe.

Figure 1 : Schéma d’une topologie maillée avec connexion directe

CONNEXION PAR COMMUTATION


Dans une connexion par commutation, un commutateur joue le rôle d’équipement
intermédiaire. Il reçoit sur l’un de ses ports les données d’un équipement terminal, les redirige
vers un ou plusieurs autres équipements intermédiaires ou terminaux. La figure 2 présente un
réseau de connexion par commutation.

Figure 2 : Schéma d’une connexion par commutation

CARACTERISATION DES RESEAUX


De façon généralisée, les réseaux informatiques ou de télécommunications peuvent être
caractérisés par :

xDSL : BTS/ LP/MP-HIT-T/Par Ing. A. AKANATE 1ère Edition HIT-TECHNOLOGY/ESMIT Page 7 sur 76
HIT-T SARL U : web : www.hittechnologie.com E-mail : formationfacile.hitt.tg@gmail.com Tel : (+228)90-47-51-03 /97-31-77-52
Enregistré sous le décret n° 2012-008/PR du 07-03-2012, Arrêté n° 011/MCPSP/CAB/DPSP du 13-04-2012

1.- leur étendue,


2.- leur topologie,
3.- leurs types de connexions,
4.- leur nature (privée, publique),
5.- le type de services fournis,
6.- leur mode de commutation ou diffusion.
ÉTENDUE
Selon leur étendue, on distingue principalement quatre types de réseaux à savoir :
 Réseaux personnels (PAN, Personal Area Network) s’étend sur quelques mètres,
 Réseaux locaux (LAN, Local Area Network) lorsque les stations peuvent être séparées
au plus de quelques kilomètres,
 Réseaux métropolitains (MAN, Metropolitan Area Network) lorsque les stations
couvrent une ville,
 Réseaux étendus (WAN, Wide Area Network) lorsque la distance entre stations atteint
les centaines de kilomètres (au max.).
Au-delà des quatre types, on distingue également le RAN, pour Regional Area Network ou
le réseau régional lorsque la distance entre les stations s’étend à l’échelle d’une région.
TOPOLOGIES PHYSIQUES
Il existe de nombreuses topologies de réseau, dont quelques-unes sont “standardisées”
pour certaines technologies. Nous allons en réviser quelques-unes :
 Point à point,
 Bus (Multipoint),
 Étoile,
 Arborescence,
 Anneau,
 Grilles.
TYPES DE CONNEXIONS
Il existe trois types de connexions :
 Simplex,
 Half-duplex ou semi-duplex,
 Full-duplex ou duplex intégral.
La figure 3 présente les trois types de connexions dans le cadre de l’exploitation d’un
média.

xDSL : BTS/ LP/MP-HIT-T/Par Ing. A. AKANATE 1ère Edition HIT-TECHNOLOGY/ESMIT Page 8 sur 76
HIT-T SARL U : web : www.hittechnologie.com E-mail : formationfacile.hitt.tg@gmail.com Tel : (+228)90-47-51-03 /97-31-77-52
Enregistré sous le décret n° 2012-008/PR du 07-03-2012, Arrêté n° 011/MCPSP/CAB/DPSP du 13-04-2012

Figure 3 : Types d’exploitation d’un média

NATURE DES RESEAUX


Deux grands types de réseaux: privés et publics :
Les réseaux privés utilisent des liens physiques ou logiques dédiés (ne pouvant pas être
utilisés par d’autres usagers).
Ces liens privés sont bâtis ou loués à des fournisseurs de services. Les liens loués sont fournis
à des vitesses standardisées (56/64 kbps, T1 (1.544 Mbps, etc.)).
Le réseau public (ou réseau commuté (RTC)) utilise la notion de commutation pour pouvoir
accommoder tous les usagers.
TYPES DE SERVICES
 Mono-service : typiquement le téléphone ou les réseaux de données,
 Multiservice : pouvant fournir différents types de services tels que la voix, les données,
la vidéo, la vidéo sur demande etc.
TYPES DE COMMUTATION
Typiquement, il existe deux grands types de commutation :
 Commutation de circuit,
 Commutation de paquet.
Nous verrons par la suite qu’il existe trois (3) autres types supplémentaires découlant des
deux types cités dans cette section.
COMMUTATION DE CIRCUIT
Lorsqu’un appel se présente, un circuit est établi entre la source et la destination. Les
ressources nécessaires seront allouées pour la durée de l’appel. S’il n’y a pas suffisamment de
ressources, l’appel est refusé. La figure 4 présente un réseau à commutation de circuit.

xDSL : BTS/ LP/MP-HIT-T/Par Ing. A. AKANATE 1ère Edition HIT-TECHNOLOGY/ESMIT Page 9 sur 76
HIT-T SARL U : web : www.hittechnologie.com E-mail : formationfacile.hitt.tg@gmail.com Tel : (+228)90-47-51-03 /97-31-77-52
Enregistré sous le décret n° 2012-008/PR du 07-03-2012, Arrêté n° 011/MCPSP/CAB/DPSP du 13-04-2012

Figure 4 : Réseau à commutation de circuit.


COMMUTATION DE PAQUET
L’information est transformée en paquets. Les paquets sont gardés dans un tampon tant
que les ressources nécessaires à leur transmission ne sont pas disponibles.
Les appels ne sont généralement pas refusés mais l’information subit du délai.
 chaque message est décomposé en plusieurs « petits » paquets (ou datagrammes),
 chaque paquet d’un message peut prendre un chemin différent à travers le réseau,
 les paquets peuvent arriver dans le désordre,
 certains paquets peuvent être perdus.
La figure 5 présente un réseau à commutation de paquet.

Figure 5 : Réseau à commutation de paquets


FORMAT D’UN PAQUET
Un paquet IP est composé d’un entête IP (header en anglais) composé de données
protocolaires et des données à transmettre. La figure 6 montre la composition d’un paquet IP.

Figure 6 : Format d’un paquet IP


Note : Les détails sur la composition de l’entête de ce paquet sont donnés dans le chapitre III.

xDSL : BTS/ LP/MP-HIT-T/Par Ing. A. AKANATE 1ère Edition HIT-TECHNOLOGY/ESMIT Page 10 sur 76
HIT-T SARL U : web : www.hittechnologie.com E-mail : formationfacile.hitt.tg@gmail.com Tel : (+228)90-47-51-03 /97-31-77-52
Enregistré sous le décret n° 2012-008/PR du 07-03-2012, Arrêté n° 011/MCPSP/CAB/DPSP du 13-04-2012

LES STANDARDS ET LES ORGANISMES DE NORMALISATION


On distingue plusieurs organismes ou instituts de normalisation. Parmi les plus connus,
nous mentionnons entre autres :
 ISO (International Standardization Organization) : Organisation internationale non
gouvernementale. Créatrice du modèle OSI.
 ITU (International Telecommunication Union) : Il s’agit de l’ancien CCITT. Il travaille
en collaboration avec l’ISO pour standardiser des protocoles de communication.
 ANSI (American National Standards Institute) : Organisme américain à but non lucratif,
membre de l’ISO pour les E.U.
 IEEE (Institute of Electrical and Electronics Engineers): Association mondiale de
professionnels du génie. Produit plusieurs standards pour les couches 1 et 2 du modèle
OSI.
 IETF (Internet Engineering Task Force): Ensemble de groupes de travail qui définissent
les normes et techniques de l’Internet. Les publications de ces groupes sont les RFC
(Request For Comment). L’IANA (Internet Assigned Numbers Authority) assigne les
différentes adresses Internet.
 ATIS (Alliance for Telecommunications Industry Solutions) : Jadis appelée exchange
carriers standards association. Ils ont proposé le standard T1, ils sont aussi responsables
du standard SONET (Synchronous Optical NETwork) en Amérique du Nord.
 ETSI (European Telecommunications Standards Institute) : L’ITU développe des
standards mondiaux. Le rôle de l’ETSI en Europe est similaire à l’ANSI aux États Unis,
c-à-d d’adapter les standards mondiaux aux différentes régions.
 ATM-Forum : Regroupement d’industriels œuvrant dans le domaine de l’ATM. En
charge de définir des normes et protocoles pour l’ATM. Fondé par NORTEL, Sprint,
SUN et DEC.
 Frame-Relay Forum : But semblable que l’ATM-Forum mais pour le Frame-Relay.
Fondé par Cisco, Digital, Nortel et StrataCom.
La suite de ce livre est composée de trois (3) chapitres, de questionnaire à choix multiples,
de questions-réponses, de propositions d’exercices et corrigés et d’un glossaire. Dans le
premier chapitre, nous discuterons des technologies de base dans les réseaux de
télécommunications et informatiques, le deuxième chapitre aborde le modèle de référence
OSI, la pile TCP/IP, le modèle IEEE, les standards ANSI et X.25 et l’architecture générale
des réseaux informatiques et le troisième chapitre discute des services et des caractéristiques
de transfert dans les réseaux informatiques et télécoms.

xDSL : BTS/ LP/MP-HIT-T/Par Ing. A. AKANATE 1ère Edition HIT-TECHNOLOGY/ESMIT Page 11 sur 76
HIT-T SARL U : web : www.hittechnologie.com E-mail : formationfacile.hitt.tg@gmail.com Tel : (+228)90-47-51-03 /97-31-77-52
Enregistré sous le décret n° 2012-008/PR du 07-03-2012, Arrêté n° 011/MCPSP/CAB/DPSP du 13-04-2012

CHAPITRE I : LES TECHNOLOGIES DE BASE DANS


LES RESEAUX DE TELECOMMUNICATIONS ET
INFORMATIQUES

xDSL : BTS/ LP/MP-HIT-T/Par Ing. A. AKANATE 1ère Edition HIT-TECHNOLOGY/ESMIT Page 12 sur 76
HIT-T SARL U : web : www.hittechnologie.com E-mail : formationfacile.hitt.tg@gmail.com Tel : (+228)90-47-51-03 /97-31-77-52
Enregistré sous le décret n° 2012-008/PR du 07-03-2012, Arrêté n° 011/MCPSP/CAB/DPSP du 13-04-2012

INTRODUCTION
Ce chapitre s'intéresse à toutes les techniques qui interviennent dans les réseaux
informatiques et de télécommunications.
Par ailleurs, il est possible d'émettre les éléments binaires tels qu'ils sortent de
l'équipement terminal sous forme appelée bande de base. L'autre solution consiste à moduler
le signal appelée large bande. Une fois les informations émises, leur transmission est
optimisée sur le support physique par des multiplexeurs et démultiplexeurs, qui assurent le
passage simultané de plusieurs communications sur une même ligne et vice-versa. Les
éléments intervenant dans l'envoi d'information sur une ligne de communication, à
commencer par la numérisation sous forme de 0 et de 1, et la transmission de ces signaux sont
les principaux points traités dans ce chapitre suivis des différentes techniques de
commutation.
Un réseau est constitué de plusieurs équipements informatiques (ordinateurs…) situés à
distance les uns des autres. La première chose à mettre en œuvre pour constituer le réseau est
la transmission des informations d’un équipement à un autre : on utilise, pour cela, des
supports de transmission dont nous présentons les caractéristiques principales dans les deux
premières sections de ce chapitre. De plus, à chaque nature de support correspond à une forme
particulière du signal qui s’y propage.
Il faut donc fabriquer les signaux, grâce à l’équipement communément appelé «modem».
Les techniques de transmission et l’interface entre l’ordinateur et son modem sont
normalisées pour assurer l’interopérabilité des équipements. À titre d’exemple, nous
décrivons brièvement le raccordement ADSL dans la dernière section de ce chapitre. La
famille xDSL dont ADSL est largement discutée au chapitre III.
1. SUPPORTS DE TRANSMISSION
Les supports de transmission ou médias (décrits brièvement dans cette première section)
sont nombreux. Parmi ceux-ci, trois familles sont à distinguer : les supports métalliques, non
métalliques et immatériels. Les supports métalliques, comme les paires torsadées et les câbles
coaxiaux sont les plus anciens, les plus largement utilisés et servent à transmettre des courants
électriques. Les supports de verre ou de plastique, comme les fibres optiques, transmettent de
la lumière, tandis que les supports immatériels des communications sans fil transmettent des
ondes électromagnétiques et sont en plein essor.
1.1. PAIRES TORSADÉES
Une paire torsadée non blindée (UTP, Unshielded Twisted Pair) se compose de deux
conducteurs en cuivre, isolés l’un de l’autre et enroulés de façon hélicoïdale autour de l’axe
de symétrie longitudinal. La figure 1.1 présente le schéma de la paire torsadée.

Figure 1.1: Paire torsadée

xDSL : BTS/ LP/MP-HIT-T/Par Ing. A. AKANATE 1ère Edition HIT-TECHNOLOGY/ESMIT Page 13 sur 76
HIT-T SARL U : web : www.hittechnologie.com E-mail : formationfacile.hitt.tg@gmail.com Tel : (+228)90-47-51-03 /97-31-77-52
Enregistré sous le décret n° 2012-008/PR du 07-03-2012, Arrêté n° 011/MCPSP/CAB/DPSP du 13-04-2012

L’enroulement réduit les conséquences des inductions électromagnétiques parasites


provenant de l’environnement. L’utilisation la plus courante de la paire torsadée est le
raccordement des usagers au central téléphonique (la boucle locale) ou la desserte des usagers
de réseaux privés. Son principal inconvénient est l’affaiblissement des courants transmis,
d’autant plus important que le diamètre des conducteurs est faible. Les paires torsadées
contiennent, à intervalles réguliers, des éléments appelés répéteurs qui régénèrent les signaux
transmis.
Quand plusieurs paires sont rassemblées dans un même câble, les courants qu’elles
transportent interfèrent les uns avec les autres. Ce phénomène est appelé diaphonie.
Pour les réseaux locaux d’entreprise, où les distances se limitent à quelques kilomètres, la
paire torsadée peut suffire. Ses avantages sont nombreux : technique maîtrisée, facilité de
connexion et d’ajout de nouveaux équipements, faible coût. Certains constructeurs proposent
des paires torsadées blindées (STP, Shielded Twisted Pair). Enrobées d’un conducteur
cylindrique, elles sont mieux protégées des rayonnements électromagnétiques parasites. Une
meilleure protection prévoit un blindage par paire.
1.2. CÂBLES COAXIAUX
Pour éviter les perturbations dues aux bruits externes, on utilise souvent deux conducteurs
métalliques cylindriques de même axe séparés par un isolant. Le tout forme un ensemble
appelé câble coaxial (voir Figure 1.2). Ce câble présente de meilleures performances que la
paire torsadée : affaiblissement moindre, transmission de signaux de fréquences plus élevées,
etc. La capacité de transmission d’un câble coaxial dépend de sa longueur et des
caractéristiques physiques des conducteurs et de l’isolant. Sur 1 km, un débit de plusieurs
dizaines de Mbit/s peut être atteint alors que sur des distances plus courtes, des débits
supérieurs sont possibles. Sur des distances supérieures à 10 km, les débits de transmission
sont inférieurs à 10 kbit/s. La figure 1.2 présente le schéma d’un câble coaxial.

Figure 1.2: Câble coaxial

1.3. FIBRE OPTIQUE


Une fibre optique est constituée d’un fil de verre très fin. Elle comprend un cœur, dans
lequel se propage la lumière émise par une diode électroluminescente ou une source laser
(voir la Figure 1.3), et une gaine optique dont l’indice de réfraction garantit que le signal
lumineux reste dans la fibre. La figure 1.3 illustre les différentes parties d’une fibre optique.

xDSL : BTS/ LP/MP-HIT-T/Par Ing. A. AKANATE 1ère Edition HIT-TECHNOLOGY/ESMIT Page 14 sur 76
HIT-T SARL U : web : www.hittechnologie.com E-mail : formationfacile.hitt.tg@gmail.com Tel : (+228)90-47-51-03 /97-31-77-52
Enregistré sous le décret n° 2012-008/PR du 07-03-2012, Arrêté n° 011/MCPSP/CAB/DPSP du 13-04-2012

Figure 1.3: Fibre optique


Les avantages de la fibre optique sont nombreux : le diamètre extérieur est de l’ordre de
0,1 mm, son poids de quelques grammes au kilomètre. Cette réduction de taille et de poids la
rend facilement utilisable. En outre, sa très grande capacité permet la transmission simultanée
de très nombreux canaux de télévision, de téléphone… Les points de régénération des signaux
transmis sont plus éloignés, du fait de l’atténuation plus faible de la lumière. Enfin,
l’insensibilité des fibres aux parasites électromagnétiques constitue un avantage très apprécié,
puisqu’une fibre optique supporte sans difficulté la proximité d’émetteurs radioélectriques.
On peut donc les utiliser dans des environnements très perturbés (avec de puissants champs
électromagnétiques, par exemple) ou pour isoler électriquement des bâtiments entre eux.

1.4. TRANSMISSIONS SANS FIL


Les ondes électromagnétiques se propagent dans l’atmosphère ou dans le vide (le terme
d’éther désigne parfois ce type de support). L’absence de support matériel apporte une
certaine souplesse et convient aux applications comme la téléphonie ou les
télécommunications mobiles, sans nécessiter la pose coûteuse de câbles. On utilise des
faisceaux directifs, faisceaux hertziens (pour franchir de grandes distances) ou ondes diffusées
(pour atteindre des récepteurs géographiquement dispersés).
1.4.1. Faisceaux hertziens
Les faisceaux hertziens reposent sur l’utilisation de fréquences très élevées (de 2 GHz à
15 GHz et jusqu’à 40 GHz) et de faisceaux directifs produits par des antennes directionnelles
qui émettent dans une direction donnée. La propagation des ondes est limitée à l’horizon
optique ; la transmission se fait entre des stations placées en hauteur, par exemple sur une tour
ou au sommet d’une colline, pour éviter les obstacles dus aux constructions environnantes.
Les faisceaux hertziens s’utilisent pour la transmission par satellite, pour celle des chaînes de
télévision ou pour constituer des artères de transmission longue distance dans les réseaux
téléphoniques.
1.4.2. Ondes radioélectriques
Les ondes radioélectriques correspondent à des fréquences comprises entre 10 kHz et 2
GHz. Un émetteur diffuse ces ondes captées par des récepteurs dispersés géographiquement.
Contrairement aux faisceaux hertziens, il n’est pas nécessaire d’avoir une visibilité directe
entre émetteur et récepteur, car celui-ci utilise l’ensemble des ondes réfléchies et diffractées.
En revanche, la qualité de la transmission est moindre car les interférences sont nombreuses et
la puissance d’émission beaucoup plus faible.

xDSL : BTS/ LP/MP-HIT-T/Par Ing. A. AKANATE 1ère Edition HIT-TECHNOLOGY/ESMIT Page 15 sur 76
HIT-T SARL U : web : www.hittechnologie.com E-mail : formationfacile.hitt.tg@gmail.com Tel : (+228)90-47-51-03 /97-31-77-52
Enregistré sous le décret n° 2012-008/PR du 07-03-2012, Arrêté n° 011/MCPSP/CAB/DPSP du 13-04-2012

1.4.2.1. Attribution des bandes de fréquences en France


L’attribution d'une bande de fréquences est l’inscription dans le tableau d'attribution des
bandes de fréquences, d'une bande de fréquences déterminée, aux fins de son utilisation par
un ou plusieurs services de radiocommunication de terre ou spatiale, ou par le service de
radioastronomie, dans des conditions spécifiées. Ce terme s'applique également à la bande de
fréquences considérée. L’attribution des bandes de fréquences varie selon les continents et fait
l’objet d’accords internationaux. Le tableau ci-dessous donne les grandes lignes de la
répartition des ondes en France. On constate que le découpage est complexe et qu’il reste peu
de place pour de nouvelles applications. Le tableau 1.1 montre l’attribution des bandes de
fréquences en France.
Tableau 1.1 : Attribution des bandes de fréquences en France
Gamme de fréquences Type d’utilisation
10 KHz-150 KHz Communications radiotélégraphiques
150 KHz-300 KHz Radiodiffusion (grandes ondes)
510 KHz-1605 KHz Radiodiffusion (petites ondes)
6 MHz-20 MHz Radiodiffusion (ondes courtes)
29,7 MHz-41 MHz Radiotéléphonie
47 MHz-68 MHz Télévision
68 MHz-87,5 MHz Liaison radio en modulation de fréquence
87,5 MHz-108 MHz Radiodiffusion
108 MHz-162 MHz Radiotéléphonie
162 MHz-216 MHz Télévision
216 MHz-470 MHz Radiotéléphonie
470 MHz-860 MHz Télévision et radar
860 MHz-960 MHz Radiotéléphonie
Autour de 1 800 MHz Radiotéléphonie
Entre 6 et 30 GHz Services satellites en fixe

1.4.2.2. Attribution des bandes de fréquences au Togo


L’extrait du plan national d’attribution des bandes de fréquences au Togo est représenté
par le tableau 1.2. Il faut noter que le même tableau illustre l’attribution des bandes de
fréquences par UIT (Union Internationale des Télécommunications). Le tableau indique
également si les bandes de fréquences attribuées sont à usage civil ou militaire.
Tableau 1.2 : Attribution des bandes de fréquences au Togo

Bande Attributions UIT Attributions au Togo Civil / Militaire


Radionavigation
9-14 kHz Radionavigation Recherche de personnes Civil
Applications inductives
Fixe
Fixe
14-19,95 kHz Appareils de faible portée Civil
Mobile maritime
Implants médicaux de très faibles

xDSL : BTS/ LP/MP-HIT-T/Par Ing. A. AKANATE 1ère Edition HIT-TECHNOLOGY/ESMIT Page 16 sur 76
HIT-T SARL U : web : www.hittechnologie.com E-mail : formationfacile.hitt.tg@gmail.com Tel : (+228)90-47-51-03 /97-31-77-52
Enregistré sous le décret n° 2012-008/PR du 07-03-2012, Arrêté n° 011/MCPSP/CAB/DPSP du 13-04-2012

puissances
Applications inductives
Fréquences étalon et
Applications inductives
19,95-20,05 kHz signaux horaires (20 Civil
Appareils de faible portée
kHz)
Point-à-point
Fixe
20,05-70 kHz Appareils de faible portée Civil
Mobile maritime
Applications inductives
Radionavigation
70-72 kHz Radionavigation Civil
Applications inductives
Fixe
Point-à-point
72-84 kHz Mobile maritime Civil
Applications inductives
Radionavigation
Applications inductives
84-86 kHz Radionavigation Appareils de faible portée Civil
Radionavigation
… … … …
Fixe
Fixe
2000-2025 kHz Mobile sauf mobile Civil
Mobile sauf mobile aéronautique®
aéronautique®
….. ……. ………….. ……….

2. CARACTERISTIQUES GLOBALES DES SUPPORTS DE TRANSMISSION


Quelle que soit la nature du support, le terme signal désigne le courant, la lumière ou
l’onde électromagnétique transmis. Certaines caractéristiques physiques des supports en
perturbent la transmission. La connaissance de leurs caractéristiques (la bande passante, la
sensibilité aux bruits, les limites des débits possibles) est donc nécessaire pour fabriquer de «
bons » signaux, c’est-à-dire les mieux adaptés aux supports utilisés.
2.1. BANDE PASSANTE
Les supports ont une bande passante limitée. Certains signaux s’y propagent correctement
(ils sont affaiblis mais reconnaissables à l’autre extrémité), alors que d’autres ne les traversent
pas (ils sont tellement affaiblis ou déformés qu’on ne les reconnaît plus du tout à la sortie).
Intuitivement, plus un support a une bande passante large, plus il transporte d’informations
par unité de temps.
Remarque

La bande passante est la bande de fréquences dans laquelle les signaux appliqués à l’entrée
du support ont une puissance de sortie supérieure à un seuil donné (après traversée du
support de transmission). Le seuil fixé correspond à un rapport déterminé entre la puissance
du signal d’entrée et la puissance du signal trouvé à la sortie. La figure 1.4 illustre la notion
de la bande passante d’un support de transmission.

xDSL : BTS/ LP/MP-HIT-T/Par Ing. A. AKANATE 1ère Edition HIT-TECHNOLOGY/ESMIT Page 17 sur 76
HIT-T SARL U : web : www.hittechnologie.com E-mail : formationfacile.hitt.tg@gmail.com Tel : (+228)90-47-51-03 /97-31-77-52
Enregistré sous le décret n° 2012-008/PR du 07-03-2012, Arrêté n° 011/MCPSP/CAB/DPSP du 13-04-2012

Figure 1.4: Notion de bande passante


Remarque

En général, on caractérise un support par sa bande passante à 3 dB (décibels), c’est-à-dire par


la plage de fréquences à l’intérieur de laquelle la puissance de sortie est, au pire, divisée par
deux. En notant Ps la puissance de sortie, et Pe la puissance d’entrée, l’affaiblissement A en
dB est donné par la formule :
𝑃𝑒 𝑃𝑒
A = 10 ∗ log10 (𝑃𝑠 ) . Pour Pe/Ps = 2, on trouve : 10 ∗ log10 (𝑃𝑠 ) = 3 𝑑𝐵.

2.2. BRUITS ET DISTORSIONS


Les supports de transmission déforment les signaux qu’ils transportent, même lorsqu’ils
ont des fréquences adaptées, comme le montre la figure 1.5. Diverses sources de bruit peuvent
perturber les signaux : parasites, phénomènes de diaphonie… Certaines perturbations de
l’environnement introduisent également des bruits (foudre, orages pour le milieu aérien,
champs électromagnétiques dans des ateliers pour les supports métalliques…).
Par ailleurs, les supports affaiblissent et retardent les signaux. Par exemple, la distance est un
facteur d’affaiblissement, particulièrement important pour les liaisons par satellite. Ces
déformations, appelées distorsions, peuvent être gênantes pour la bonne reconnaissance des
signaux en sortie, d’autant qu’elles varient généralement avec la fréquence des signaux émis.
Même lorsque les signaux sont adaptés aux supports de transmission, on ne peut pas garantir
leur réception correcte à 100 %. Le récepteur d’un signal doit prendre une décision dans un
laps de temps très court. De ce fait, cette décision peut être mauvaise. La figure 1.5 illustre un
exemple de signal émis et de signal reçu.

Figure 1.5: Signal émis et exemple de signal reçu

xDSL : BTS/ LP/MP-HIT-T/Par Ing. A. AKANATE 1ère Edition HIT-TECHNOLOGY/ESMIT Page 18 sur 76
HIT-T SARL U : web : www.hittechnologie.com E-mail : formationfacile.hitt.tg@gmail.com Tel : (+228)90-47-51-03 /97-31-77-52
Enregistré sous le décret n° 2012-008/PR du 07-03-2012, Arrêté n° 011/MCPSP/CAB/DPSP du 13-04-2012

Par exemple, un symbole 1 émis peut donner une décision « symbole 0 reçu », ce qui
constitue une erreur de transmission. Les fibres optiques sont les meilleurs supports, car le
taux d’erreur y est très faible : 10–12 (c’est-à-dire une mauvaise décision pour 1012 bits
transmis). Les câbles et les supports métalliques présentent des taux d’erreur moyens.
Les liaisons sans fil ont un taux d’erreur variable, sensible aux conditions météorologiques.

2.3. CAPACITÉ LIMITÉE DES SUPPORTS DE TRANSMISSION


La capacité d’un support de transmission mesure la quantité d’informations transportée
par unité de temps. L’ensemble des caractéristiques que nous venons de voir fait que la
capacité d’un support est limitée. Un théorème dû à Shannon exprime, en bits par seconde, la
borne maximale de la capacité CapMax d’un support de transmission :
𝑆
CapMax = W ∗ log 2 (1 + 𝐵).
Dans cette formule, W est la largeur de la bande passante du support de transmission
exprimée en hertz, S/B représente la valeur du rapport entre la puissance du signal (notée S) et
la puissance du bruit (notée B) ; la base deux (2) du logarithme sert à exprimer la quantité
d’informations en bits.
Le choix d’un support de transmission tient compte de nombreux éléments. Des
considérations économiques (le prix de revient du support, le coût de sa maintenance, etc.)
interviennent en plus des facteurs techniques que nous venons de présenter, de même que la
nature des signaux propagés, puisque l’équipement de transmission de données contient une
partie spécifique au support de transmission utilisé. Examinons maintenant les techniques de
transmission du signal véhiculant les données sur le support.
3. FABRICATION DES SIGNAUX : TECHNIQUES DE
TRANSMISSION
Selon les techniques de transmission utilisées, un équipement spécifique est placé à
chaque extrémité du support : soit un modem (modulateur-démodulateur), soit un codec
(codeur-décodeur). Cet équipement assure la fabrication des signaux en émission et leur
récupération en réception. Pour émettre les données, le modem reçoit la suite de données
binaires à transmettre et fournit un signal dont les caractéristiques sont adaptées au support de
transmission. Inversement, en réception, le modem extrait la suite des données binaires du
signal reçu. Le support de transmission est ainsi transparent à l’utilisateur. Le support de
transmission et les deux modems placés à chacune de ses extrémités constituent un ensemble
appelé circuit de données, comme le montre la figure 1.6.

Figure 1.6: Equipements constitutifs d’un circuit de données

xDSL : BTS/ LP/MP-HIT-T/Par Ing. A. AKANATE 1ère Edition HIT-TECHNOLOGY/ESMIT Page 19 sur 76
HIT-T SARL U : web : www.hittechnologie.com E-mail : formationfacile.hitt.tg@gmail.com Tel : (+228)90-47-51-03 /97-31-77-52
Enregistré sous le décret n° 2012-008/PR du 07-03-2012, Arrêté n° 011/MCPSP/CAB/DPSP du 13-04-2012

L’ISO et l’ITU (International Telecommunications Union) ont attribué des appellations


génériques normalisées au modem et à l’équipement qui émet ou reçoit les données
(ordinateur de l’utilisateur, imprimante…). Ainsi, le modem et le codec appartiennent à la
famille des ETCD (équipement de terminaison du circuit de données), l’ordinateur ou
l’imprimante font partie des ETTD (équipement terminal de traitement des données).
Définition

Le circuit de données est une entité capable d’envoyer ou de recevoir une suite de données
binaires, à un débit donné, dans un délai donné et avec un taux d’erreur dépendant du support
utilisé.

L’ETTD émetteur fournit à l’ETCD, régulièrement dans le temps, les données à


transmettre. L’ETCD les émet sous forme d’un signal à deux valeurs (correspondant à 0 et 1),
appelé message de données synchrone (voir figure 1.7). En effet, les intervalles de temps
alloués à chaque symbole sont égaux et coïncident avec les périodes successives d’une base
de temps (ou horloge) indispensable à l’interprétation du message de données.
Remarque

L’utilisation d’un circuit de données dépend de la nature des ETCD situés aux extrémités du
support de transmission. La communication est en mode duplex intégral si la transmission
simultanée est possible dans les deux sens. Si elle n’est possible que dans un seul sens à un
moment donné (transmission à l’alternat), le circuit est semi-duplex. Enfin, le circuit est
simplex lorsque la transmission ne se fait que dans un seul sens prédéfini.

Figure 1.7: Message de données synchrone


Le message de données synchrone utilise une représentation conventionnelle de
l’information. La plus habituelle est un signal binaire sans retour à zéro, dit NRZ (No Return
to Zero). On utilise un niveau de tension (+a, figure 1.8) pendant une période complète pour
représenter la valeur 1 d’un bit, et un autre niveau (–a, figure 1.8) pour sa valeur 0.

xDSL : BTS/ LP/MP-HIT-T/Par Ing. A. AKANATE 1ère Edition HIT-TECHNOLOGY/ESMIT Page 20 sur 76
HIT-T SARL U : web : www.hittechnologie.com E-mail : formationfacile.hitt.tg@gmail.com Tel : (+228)90-47-51-03 /97-31-77-52
Enregistré sous le décret n° 2012-008/PR du 07-03-2012, Arrêté n° 011/MCPSP/CAB/DPSP du 13-04-2012

Figure 1.8: Représentation d’une information en NRZ


Certains supports autorisent une transmission directe des signaux numériques appelée
transmission en bande de base. Elle conduit à des réalisations simples et économiques mais
n’est pas possible sur tous les supports. De plus, pour une bonne transmission, la bande
passante des signaux doit coïncider avec la bande passante du support. Lorsque ce n’est pas le
cas, des techniques de modulation doivent être utilisées. Nous allons successivement détailler
les techniques de transmission en bande de base et les transmissions par modulation ou en
bande large.

3.1. TRANSMISSION EN BANDE DE BASE


Dans la transmission en bande de base, l’ETCD code le message de données synchrone en
une suite de signaux compatibles avec les caractéristiques physiques du support de
transmission (l’ETCD effectue, en fait, un simple transcodage du signal que fournit l’ETTD).
Plusieurs facteurs expliquent les principales difficultés rencontrées dans la transmission en
bande de base :
 la limitation de la bande passante, dans les basses comme dans les hautes fréquences,
 et le fait qu’il faille transférer les données quelle que soit leur valeur.
Nous verrons que les longues suites de 0 ou de 1 peuvent engendrer des problèmes à la
réception.
Remarque

L’ETCD qui met en œuvre une transmission en bande de base est parfois appelé « modem
bande de base » par abus de langage, bien qu’il ne fasse pas de modulation.

L’ETCD récepteur doit reconstituer correctement le signal d’horloge associé aux données.
Pour cela, deux techniques de transmission de l’horloge sont envisageables : soit
indépendamment du message de données (ce qui consomme une partie de la puissance
disponible pour le signal), soit en utilisant les transitions du signal codé (il faut donc que le
signal présente suffisamment de transitions). Dans ce dernier cas, si les données à transmettre
contiennent une longue suite de 0 ou de 1, le signal NRZ reste à la même valeur pendant
longtemps, provoquant ainsi une absence de repère temporel pour l’ETCD récepteur, d’où une
perte de synchronisation. On ne transmet donc pas directement le signal en NRZ mais sous
une forme voisine, qui prend en compte les contraintes précédentes. Le code biphase est un
exemple très connu de codage pour la transmission des données en bande de base.
Le code biphase, également appelé code Manchester (voir figure 1.9), utilise une
représentation à deux niveaux : pendant chaque intervalle de temps correspondant à un
symbole binaire, deux polarités opposées sont transmises. Selon la donnée à coder, on trouve
un front montant (transition vers le haut) ou un front descendant (transition vers le bas) au
milieu de l’intervalle de temps significatif. Il y a donc systématiquement une transition du
signal à chaque intervalle de temps, ce qui garantit une bonne synchronisation entre les deux
ETCD et facilite le travail de décision du récepteur.

xDSL : BTS/ LP/MP-HIT-T/Par Ing. A. AKANATE 1ère Edition HIT-TECHNOLOGY/ESMIT Page 21 sur 76
HIT-T SARL U : web : www.hittechnologie.com E-mail : formationfacile.hitt.tg@gmail.com Tel : (+228)90-47-51-03 /97-31-77-52
Enregistré sous le décret n° 2012-008/PR du 07-03-2012, Arrêté n° 011/MCPSP/CAB/DPSP du 13-04-2012

Remarque

Le code Manchester est le code le plus fréquemment employé dans les transmissions
numériques. Il s’utilise en particulier dans les réseaux locaux Ethernet.

Figure 1.9: Code biphase ou Manchester


3.2. TRANSMISSION PAR MODULATION
La transmission par modulation consiste à envoyer une onde sinusoïdale appelée porteuse.
En fonction de la donnée à transmettre, l’ETCD modifie l’un des paramètres de la porteuse
(fréquence, phase ou amplitude). Soit acos(2𝜋𝑓0 𝑡 + 𝜃) une porteuse de fréquence 𝑓0 , et d(t)
la suite des données binaires à transmettre (le message de données synchrone de la figure 1.7
par exemple). Appelons Δ l’intervalle de temps significatif pendant lequel d(t) vaut 0 ou 1,
c’est-à-dire que d(t) est constant sur l’intervalle [t, t + Δ [.
En modulation d’amplitude simple, l’amplitude du signal transmis change avec les données.
Ainsi, pendant tout l’intervalle [t, t + Δ [, le signal transmis vaudra :
𝑚(𝑡) = (a − k)cos(2𝜋𝑓0 𝑡 + 𝜃)
si d(t) = 0, et

𝑚(𝑡) = (a + k)cos(2𝜋𝑓0 𝑡 + 𝜃)

si d(t) = 1. Dans ces expressions, k est une constante. À la réception, pendant l’intervalle [t, t
+ Δ [, l’ETCD récepteur mesure l’amplitude du signal reçu et en déduit la valeur de la donnée
d(t).
En modulation de fréquence simple, la fréquence du signal transmis change avec les données.
Ainsi, pendant tout l’intervalle [t, t+ Δ [, le signal transmis sera :
𝑚(𝑡) = acos(2𝜋(𝑓0 − ℎ)𝑡 + 𝜃)
si d(t) = 0 et
𝑚(𝑡) = acos(2𝜋(𝑓0 + ℎ)0 𝑡 + 𝜃)
si d(t) = 1, expressions dans lesquelles h est une constante. Pendant l’intervalle [t, t+Δ [,
l’ETCD récepteur mesure la fréquence du signal reçu et en déduit la valeur de la donnée d(t).
En modulation de phase simple, la phase du signal transmis change avec les données. Ainsi,
pendant tout l’intervalle [t, t+ Δ [, le signal transmis sera :
𝑚(𝑡) = acos(2𝜋𝑓0 𝑡 + 𝜃)
Si d(t) = 0 et
𝑚(𝑡) = acos(2𝜋𝑓0 𝑡 + (𝜃 + 𝜋))
si d(t) = 1. Pendant l’intervalle [t, t+Δ [, l’ETCD récepteur mesure la phase du signal reçu et
en déduit la valeur de la donnée d(t).

xDSL : BTS/ LP/MP-HIT-T/Par Ing. A. AKANATE 1ère Edition HIT-TECHNOLOGY/ESMIT Page 22 sur 76
HIT-T SARL U : web : www.hittechnologie.com E-mail : formationfacile.hitt.tg@gmail.com Tel : (+228)90-47-51-03 /97-31-77-52
Enregistré sous le décret n° 2012-008/PR du 07-03-2012, Arrêté n° 011/MCPSP/CAB/DPSP du 13-04-2012

Une modulation simple (voir figure 1.10) consiste à modifier la porteuse et à émettre le signal
produit pendant l’intervalle Δ (qui dépend du débit binaire utilisé). Sur cet intervalle, la
donnée à transmettre peut prendre deux valeurs (0 ou 1), et le signal aura deux valeurs (par
exemple, les deux amplitudes a – k et a + k). Le nombre de valeurs possibles du signal
s’appelle la valence ; elle est notée V.

Figure 1.10: Exemples de modulations


Pour atteindre des débits élevés, on pourrait imaginer de réduire l’intervalle Δ.
Remplaçons Δ par Δ/3 : l’information d(t) change à chaque intervalle Δ/3, de même que le
signal modulé. Le récepteur n’a plus qu’un intervalle Δ/3 pour effectuer ses mesures et
prendre sa décision. Cette méthode devient peu fiable si on restreint trop l’intervalle de temps.
On préfère donc découpler l’intervalle de variation des données, désormais noté θ, de
l’intervalle de variation du signal modulé, toujours noté Δ ; on parle alors de modulation
complexe.
Par exemple, si θ vaut Δ/3, les données contiennent 3 bits dans un intervalle Δ (donc huit
valeurs différentes) : le signal modulé prend alors, pendant tout un intervalle Δ, une valeur
parmi les 8 possibles.
4. CARACTERISTIQUE D’UNE TRANSMISSION
L’introduction d’une distance entre équipements informatiques nécessite un support de
transmission. Or, nous avons vu que les ETCD cachaient la nature réelle du support à
l’utilisateur (pour lequel elle est transparente). Celui-ci ne voit donc la transmission qu’à
travers l’interface entre ETTD et ETCD. Du circuit de données, il ne connaît pratiquement
que le débit binaire utilisé pour la transmission.
4.1. LA QUALITÉ DU CIRCUIT DE DONNÉES
La qualité du circuit de données est mesurée selon différents critères techniques :
 Le taux d’erreurs est le rapport entre le nombre de bits erronés, sur le nombre total de
bits transmis.

xDSL : BTS/ LP/MP-HIT-T/Par Ing. A. AKANATE 1ère Edition HIT-TECHNOLOGY/ESMIT Page 23 sur 76
HIT-T SARL U : web : www.hittechnologie.com E-mail : formationfacile.hitt.tg@gmail.com Tel : (+228)90-47-51-03 /97-31-77-52
Enregistré sous le décret n° 2012-008/PR du 07-03-2012, Arrêté n° 011/MCPSP/CAB/DPSP du 13-04-2012

 La disponibilité permet d’évaluer la proportion de temps pendant lequel la


transmission est possible (absence de panne ou de coupure). On peut s’intéresser
également au nombre d’incidents et à leur durée cumulée, afin de déterminer la durée
moyenne et le coût d’une panne.
 Le débit binaire D représente le nombre de bits transmis par seconde. On peut préciser,
en outre, que le débit est en mode duplex intégral, semi-duplex ou en simplex.
 La rapidité de modulation R, exprimée en bauds, indique le nombre de symboles
transmis par unité de temps. Si Δ représente la durée (en secondes) de l’intervalle de
temps séparant deux valeurs significatives du signal, alors R = 1/Δ bauds.
 Le délai de propagation définit le temps matériellement nécessaire au signal pour
traverser le support. Par exemple, il faut environ un quart de seconde à un signal se
propageant à la vitesse de la lumière pour parcourir une distance de 72 000 km (cas
des satellites géostationnaires).
Remarque

La formule : D = R ∗ log 2 (V) exprime la relation liant la rapidité de modulation notée R au


débit binaire D. V étant la valence du signal. Pour des modulations simples – des signaux de
valence 2 – chaque intervalle Δ transporte 1 bit. Les valeurs numériques du débit binaire et
de la rapidité de modulation sont alors égales.

Remarque

Pour un support de transmission, la rapidité de modulation maximale dépend de sa bande


passante (critère de Nyquist). La rapidité de modulation maximale Rmax est égale au double
de la fréquence la plus élevée disponible sur le support: R max = 2 ∗ Fmax

4.2. LES DONNÉES TRANSMISES


Les informations échangées sur le réseau proviennent de textes, de tableaux de nombres,
d’images fixes ou animées, de musiques ou de sons : tout est mis sous forme numérique,
c’est-à-dire de données binaires. La numérisation de la parole, du son est présentée dans la
section suivante de ce chapitre. La notion de caractère (une lettre dans un texte) est elle aussi
assimilée à une suite de bits (par exemple, chaque lettre ou chaque chiffre se code sur
7 bits dans l’alphabet ASCII. On peut donc représenter 27 soit 128 caractères différents avec
ce code). D’une façon générale, on associe à tous les « objets » traités par l’informatique (et
donc par les réseaux) des codes binaires dont la longueur dépend directement du nombre
d’objets à dénombrer ou à coder.
Définition

En informatique, l’unité de quantité d’informations est le bit et tous ses multiples : octet,
Kilo-octet (Ko), mégaoctet (Mo). Un Kilo-octet (avec un K majuscule) contient 210 octets,
soit 1 024 octets (et non 1 000) ; un mégaoctet vaut 1 024 Kilo-octets soit 1 048 576 octets
(et non 106…) ; les unités suivantes sont le gigaoctet (Go), qui vaut 1 024 Mo, le téraoctet (

xDSL : BTS/ LP/MP-HIT-T/Par Ing. A. AKANATE 1ère Edition HIT-TECHNOLOGY/ESMIT Page 24 sur 76
HIT-T SARL U : web : www.hittechnologie.com E-mail : formationfacile.hitt.tg@gmail.com Tel : (+228)90-47-51-03 /97-31-77-52
Enregistré sous le décret n° 2012-008/PR du 07-03-2012, Arrêté n° 011/MCPSP/CAB/DPSP du 13-04-2012

1 024 Go), le pétaoctet (1 024 To)…

Dans les réseaux informatiques et les télécommunications, le débit binaire s’exprime en bit/s
et ses multiples : un kilobit/s (avec un k minuscule), un mégabit/s… ; ces dernières sont des
puissances de 10 du bit/s. Ainsi, un modem à 56 kbit/s peut émettre ou recevoir jusqu’à 56
000 bit/s (et non 57 344 bit/s…).

4.3. CHAINE DE TRAITEMENT


Dans le système ‘communication téléphonique’ : le signal vocal reçu (signal de sortie)
doit être le plus proche possible du signal vocal émis (signal d’entrée).

Figure 1.11: Système de communication téléphonique


La figure 1.11 illustre de la manière la plus élémentaire le système ‘communication
téléphonique’, constitué d’une boîte noire dont le rôle est de transmettre un signal vocal de la
manière la plus fidèle possible. Ce qui caractérise le système téléphonique, ce n’est pas la
technologie qui est utilisée pour transmettre le signal (par exemple transmission par satellite
ou par fibre optique), mais la manière dont le téléphone opère sur le signal émis, appelé entrée
du système, pour produire le signal reçu, appelé sortie du système. On pourra par exemple
caractériser le système ‘communication téléphonique’ par sa réponse fréquentielle parce
qu’un signal grave (ou ‘basse fréquence’) ne sera pas transmis de la même manière qu’un
signal aigu (ou ‘haute fréquence’).
Si l’on désire comprendre les limitations du système ‘communication téléphonique’ ou
améliorer ses capacités de transmission, il faut en affiner la description. Le signal vocal émis
est une onde acoustique, convertie en signal électrique par le poste de téléphone. Ce signal
électrique est ensuite transmis sur une paire torsadée de fils de cuivre à un central
téléphonique. Il est alors numérisé, c’est-à-dire transformé en une séquence de bits,
généralement combiné avec d’autres signaux numériques, et modulé, c’est-à-dire monté sur
une porteuse haute fréquence, avant d’être transmis sur un canal à haut débit (fibre optique,
câble coaxial, ou satellite). A l’arrivée, il subit les opérations inverses : il est démodulé,
reconverti en signal électrique, et transmis sur une nouvelle paire torsadée au poste récepteur
avant d’être reconverti en onde acoustique. Ces étapes successives de transformation du signal
original sont représentées sous la forme d’un bloc-diagramme. La boîte noire ‘communication
téléphonique’ de la figure 1.11 a été “éclatée” en une cascade de nouvelles boîtes noires.
Chacune de ces boîtes noires est un ‘système’, opérant sur un signal d’entrée pour produire un
signal de sortie.

xDSL : BTS/ LP/MP-HIT-T/Par Ing. A. AKANATE 1ère Edition HIT-TECHNOLOGY/ESMIT Page 25 sur 76
HIT-T SARL U : web : www.hittechnologie.com E-mail : formationfacile.hitt.tg@gmail.com Tel : (+228)90-47-51-03 /97-31-77-52
Enregistré sous le décret n° 2012-008/PR du 07-03-2012, Arrêté n° 011/MCPSP/CAB/DPSP du 13-04-2012

L’analyse systémique du système ‘communication téléphonique’ portera non pas sur la


technologie des différents composants (micro, haut-parleur, canal de transmission,
modulateur, convertisseur analogique-numérique,. . . ) mais sur la caractérisation de chacun
des composants du point de vue de leur participation à la dégradation finale du signal transmis
: par exemple la réponse fréquentielle du micro et du haut-parleur, la fréquence
d’échantillonnage lors de la conversion analogique-numérique, le retard cumulé entre l’instant
d’émission et l’instant de réception. La figure 1.12 montre une chaîne de traitement d’un
signal, par exemple un signal téléphonique. Dans la suite, nous discuterons des mécanismes
de conversions d’un signal analogique en un signal numérique et vice-versa.

La figure 1.12 : La chaîne de traitement d’un signal, par exemple un signal téléphonique
4.4. LA NUMERISATION
Presque tous les transports d'information s'effectuent aujourd'hui en numérique :
téléphone, TV numérique, Web, etc… Pour ce faire, les signaux analogiques doivent au
préalable être transformés en une suite d'éléments binaires. Trois opérations successives
doivent être réalisées pour arriver à cette numérisation :
 L'échantillonnage,
 La quantification,
 Le codage.

4.4.1. L'échantillonnage
La première phase de la numérisation d’un signal est l'échantillonnage, qui consiste à
choisir des points, ou échantillons, du signal analogique au fur et à mesure que ce dernier se
déroule.
 Ces échantillons sont transportés au récepteur et reliés les uns aux autres de sorte à
retrouver une approximation du signal.
 Plus la bande passante est grande, plus il faut prendre d'échantillons par seconde pour
que le signal récupéré par le récepteur soit valide. Le théorème d'échantillonnage en
règle l'usage.

xDSL : BTS/ LP/MP-HIT-T/Par Ing. A. AKANATE 1ère Edition HIT-TECHNOLOGY/ESMIT Page 26 sur 76
HIT-T SARL U : web : www.hittechnologie.com E-mail : formationfacile.hitt.tg@gmail.com Tel : (+228)90-47-51-03 /97-31-77-52
Enregistré sous le décret n° 2012-008/PR du 07-03-2012, Arrêté n° 011/MCPSP/CAB/DPSP du 13-04-2012

Théorème d’échantillonnage ou de Shannon :

Si un signal f(t) est échantillonné à intervalles réguliers dans le temps et à un taux supérieur
au double de la fréquence significative la plus haute, alors les échantillons contiennent
toutes les informations du signal original.

La figure 1.13 montre les intervalles de prises des échantillons respectant le théorème
d’échantillonnage en vue de la numérisation du signal représenté sur le schéma.

Figure 1.13 : Phase d’échantillonnage

4.4.2. La quantification
La deuxième phase est celle de la quantification, qui consiste à représenter un échantillon
par une valeur numérique au moyen d'une loi de correspondance.
o La loi la plus simple consiste à diviser l'ordonnée en segments égaux.
o Le nombre de segments dépend du nombre de bits choisi pour la numérisation.
 Le ITU-T a adopté, pour la transmission téléphonique, deux lois de quantification
connues sous les noms de : Loi A (A-Law) en Europe et la Loi-μ (Loi "mu") (μ-Law)
en Amérique du Nord.
 Par exemple, un codage sur 8 bits engendre 28 segments. La bande passante est donc
divisée en 256 segments.
 Une fois cette segmentation effectuée, le choix de la valeur de l'échantillon s'effectue
simplement en sélectionnant la valeur la plus proche.
La figure 1.14 présente le schéma de la quantification.

xDSL : BTS/ LP/MP-HIT-T/Par Ing. A. AKANATE 1ère Edition HIT-TECHNOLOGY/ESMIT Page 27 sur 76
HIT-T SARL U : web : www.hittechnologie.com E-mail : formationfacile.hitt.tg@gmail.com Tel : (+228)90-47-51-03 /97-31-77-52
Enregistré sous le décret n° 2012-008/PR du 07-03-2012, Arrêté n° 011/MCPSP/CAB/DPSP du 13-04-2012

Figure 1.14 : Phase de quantification


4.4.3. Le codage
La troisième phase est le codage. Ce mot est utilisé de manière très diverse (souvent à
contresens).
o Dans la littérature technique, il englobe indifféremment toutes les méthodes de
compression, les paramètres d'échantillonnage et la résolution...
o Il persiste pour les logiciels ou matériels procédant à la compression
o Des sons et vidéos qui sont appelés des codecs et dont la traduction est:
 tantôt "codeurs - décodeurs",
 tantôt "compresseurs – décompresseurs.
En général, cette phase consiste à affecter une valeur numérique aux échantillons obtenus
lors de la première phase. Ces valeurs sont ensuite transportées dans le signal numérique. La
figure 1.15 présente la phase du codage.

Figure 1.15 : Phase de codage

xDSL : BTS/ LP/MP-HIT-T/Par Ing. A. AKANATE 1ère Edition HIT-TECHNOLOGY/ESMIT Page 28 sur 76
HIT-T SARL U : web : www.hittechnologie.com E-mail : formationfacile.hitt.tg@gmail.com Tel : (+228)90-47-51-03 /97-31-77-52
Enregistré sous le décret n° 2012-008/PR du 07-03-2012, Arrêté n° 011/MCPSP/CAB/DPSP du 13-04-2012

o En principe, le codage désigne le type de correspondance que l'on souhaite établir entre
chaque valeur du signal analogique et le nombre binaire qui représentera cette valeur.
o La résolution du convertisseur est un élément du codage. Plus on attribue de bits à
chaque échantillon, plus la restitution sera fine, mais plus le volume de mémorisation ou
le temps de transmission sera élevé, plus le débit en ligne de transmission sera grand.
o Par exemple, pour le son téléphonique :
 les américains ont opté un codage sur 7 bits, les européens sur 8.
 La vitesse d'échantillonnage étant fixée à 8 000 échantillons par seconde, le flux
numérique américain pour la parole téléphonique s'établit à 56 kbit/s, alors que l'Europe
a adopté 64 kbit/s, bande d'un canal RNIS par exemple.
o Les standards d'enregistrement sonore pour CD-ROM codent sur 16 bits, ce qui leur
permet de différencier 65 635 échelons d'intensité sonore. Un deuxième élément
important est le type de codage :
 PCM (Pulse Coded Modulation) ou MIC (Modulation par Impulsion Codée) en
français,
 Différentiel (delta) - Prédictif - Adaptatif - etc.
Codage PCM
o La numérisation de la voix téléphonique représente un cas particulier très important. La
méthode la plus classique pour la réaliser est appelée MIC (Modulation par Impulsion
Codée ou PCM : Pulse Coded Modulation).
o La largeur de bande de la voix téléphonique analogique est de 3400 Hz. La fréquence
d’échantillonnage sera fixée à 8 KHz (2 X 4 KHz).
o 8000 Hz signifie que l’on aura 1/8000 s entre 2 échantillons, c'est-à-dire 125 μs.
 Pour simplifier le codage dans ce cas d’étude, un convertisseur de 3 bits seulement
numérise un signal analogique.
 Tous les bits de chaque échantillon sont alors transmis.
La figure 1.16 présente la phase de codage et affectation de valeur aux échantillons.

xDSL : BTS/ LP/MP-HIT-T/Par Ing. A. AKANATE 1ère Edition HIT-TECHNOLOGY/ESMIT Page 29 sur 76
HIT-T SARL U : web : www.hittechnologie.com E-mail : formationfacile.hitt.tg@gmail.com Tel : (+228)90-47-51-03 /97-31-77-52
Enregistré sous le décret n° 2012-008/PR du 07-03-2012, Arrêté n° 011/MCPSP/CAB/DPSP du 13-04-2012

Figure 1.16 : Phase de codage et affectation de valeurs binaires aux échantillons

Quelques formules à retenir :


Soient les paramètres suivants :
M : Nombre d'octets occupés en mémoire
Ne : Nombre total d'échantillons
R : Résolution du convertisseur (bits)
Fe : Fréquence d'échantillonnage (bits/s)
D : Durée d'enregistrement (s)
O : Débit binaire en octets par seconde.
On a les formules suivantes:
𝑅 𝑅
𝑀 = 𝑁𝑒 ∗ ( 8 ) = (𝐷 ∗ 𝐹𝑒) ∗ ( 8 )
𝑀 𝑅
𝑂= = 𝐹𝑒 ∗ ( 8 )
𝐷
𝑏𝑖𝑡
𝐵𝑎𝑛𝑑𝑒 𝑝𝑎𝑠𝑠𝑎𝑛𝑡𝑒 𝑒𝑛 : 𝐵𝑃 = 𝐹𝑒 ∗ 𝑅
𝑠

4.5. NOTION DE BASE SUR LES SIGNAUX


Les facteurs pouvant affecter un bit :
 La propagation : le temps mis par un bit à se déplacer dans le média,
 L’atténuation du signal : perte de la force du signal en fonction du média,
 La réflexion réseau : retour d’énergie causé par le passage des bits,
 Le bruit : un supplément d’énergie indésirable venant perturber le signal,
 Collision : deux sources émettent au même temps,
 Etc.
Dès qu’un bit accède au média, il est sujet à tous ces paramètres pouvant perturber sa
transmission.
4.5.1. Mode de transmission
La figure 1.17 montre les différentes parties d’une liaison de données.

Figure 1.17 : Constitution d’une liaison de données

xDSL : BTS/ LP/MP-HIT-T/Par Ing. A. AKANATE 1ère Edition HIT-TECHNOLOGY/ESMIT Page 30 sur 76
HIT-T SARL U : web : www.hittechnologie.com E-mail : formationfacile.hitt.tg@gmail.com Tel : (+228)90-47-51-03 /97-31-77-52
Enregistré sous le décret n° 2012-008/PR du 07-03-2012, Arrêté n° 011/MCPSP/CAB/DPSP du 13-04-2012

o ETTD - DTE (Data Terminal Equipment) et rôle:


 Équipement Terminal de Traitement de Données (ETTD),
 contrôle de la communication,
 source/collecteur des données.
o ETCD - DCE (Data Communication Equipement) et rôle :
 Équipement Terminal de Circuit de Données,
 adaptation entre le terminal et le support,
 fournit au support un signal adapté à ses caractéristiques,
 modifie la nature du signal mais pas sa signification.
o Jonction ou interface :
 permet à l’ETTD de piloter l’ETCD pour établissement et libération du circuit, échange
de données, …
 utilise un signal numérique.
4.5.1.1. Transmission en bande de base
Dans la transmission en bande de base:
 les bits sont directement représentés par des valeurs de tensions,
 simplicité du codage mais distances limitées à quelques kilomètres (bande passante,
rapidité de modulation, rapport signal/bruit du canal),
 occupe toute la bande passante (pas de multiplexage),
 code NRZ, code Manchester, code Miller, …
La figure 1.18 montre le schéma d’une transmission en bande de base.

Figure 1.18 : Transmission en bande de base


4.5.1.2. Transmission large bande ou par modulation
Dans la transmission large bande ou par modulation :
 on utilise les théories de Fourier sur la décomposition d’un signal périodique,
 adaptée aux longues distances (transposition dans un domaine de fréquences adapté au
support, protection au bruit),
 résout le problème du multiplexage.
La figure 1.19 illustre une transmission large bande.

xDSL : BTS/ LP/MP-HIT-T/Par Ing. A. AKANATE 1ère Edition HIT-TECHNOLOGY/ESMIT Page 31 sur 76
HIT-T SARL U : web : www.hittechnologie.com E-mail : formationfacile.hitt.tg@gmail.com Tel : (+228)90-47-51-03 /97-31-77-52
Enregistré sous le décret n° 2012-008/PR du 07-03-2012, Arrêté n° 011/MCPSP/CAB/DPSP du 13-04-2012

Figure 1.19 : Transmission large bande


4.5.2. Multiplexage
o La bande passante d'un canal de communication (câble coaxial, fibre optique, etc.) est
souvent beaucoup plus large que la bande passante nécessaire au signal,
o Pour utiliser plus efficacement la bande passante du canal choisi, et donc en réduire le
coût, il est intéressant de pouvoir transmettre en même temps :
 plusieurs signaux,
 de grouper les voies de transmission lentes pour les transmettre successivement sur
le même canal en grande vitesse.
 Une voie de communication peut être réservée à un seul utilisateur. Cela se justifie si
cet utilisateur a besoin de l'essentiel de la capacité de la voie.
 Affecter toute la capacité de la voie à un seul utilisateur brime les autres utilisateurs.
On appelle multiplexage l'opération qui permet le partage d'une voie de communication
entre plusieurs utilisateurs. C’est ce qu’illustre la figure 1.20.

Figure 1.20 : Principe d’un multiplexeur temporel


4.5.2.1. Multiplexage fréquentiel
Frequency-division multiplexing (FDM), équivalent anglais de MRF (Multiplexage par
répartition de fréquence), est une technique qui consiste à regrouper plusieurs voies basses
fréquences sur une grande voie haute fréquence. Le principe est le suivant :
 Dans un multiplexage en fréquence, chaque voie basse vitesse possède sa propre bande
passante sur la voie haute vitesse.
 La voie haute vitesse doit avoir la capacité nécessaire pour absorber toutes les trames
qui proviennent des équipements terminaux raccordés.
Le multiplexage fréquentiel est illustré à la figure 1.21.

xDSL : BTS/ LP/MP-HIT-T/Par Ing. A. AKANATE 1ère Edition HIT-TECHNOLOGY/ESMIT Page 32 sur 76
HIT-T SARL U : web : www.hittechnologie.com E-mail : formationfacile.hitt.tg@gmail.com Tel : (+228)90-47-51-03 /97-31-77-52
Enregistré sous le décret n° 2012-008/PR du 07-03-2012, Arrêté n° 011/MCPSP/CAB/DPSP du 13-04-2012

Figure 1.21 : Principe d’un multiplexeur fréquentiel


o Cette technique rend possible la transmission, en même temps, sur un canal unique, de
plusieurs signaux analogiques.
 Exemple 1 (diffusion Radio/TV) : Toute personne possédant un appareil de radio ou de
télévision est familière avec ce type de multiplexage puisque l'antenne reçoit en même
temps plusieurs signaux, chacun modulé avec une porteuse unique. Il s'agit alors de
sélectionner le canal désiré en ajustant le récepteur à la porteuse du canal choisi. Un
exemple de multiplexage d’une voie est illustré à la figure 1.22.

Figure 1.22 : Multiplexage fréquentiel de la voie


o Exemple 2 (appels téléphoniques) : Plusieurs signaux analogiques peuvent être
multiplexés ensemble en modulant chaque signal avec une porteuse différente des autres
et en occupant une portion bien définie de la bande passante du canal de communication.
En téléphonie, chaque signal occupe une bande de fréquence de 4kHz. Les supports de
transmission employés pour acheminer ces signaux (fils, câbles, radio, satellites, etc.)
possèdent des bandes passantes beaucoup plus larges.
Hiérarchie FDM téléphonique
Une hiérarchie FDM (Frequency-division multiplexing) téléphonique (figure 1.23) a été
définie dans laquelle la technique de modulation utilisée est la BLU (Bande Latérale Unique)
pour transmettre :
 jusqu'à 600 voies téléphoniques multiplexées sur les supports comme des fils torsadés
ou des câbles coaxiaux,
 et jusqu'à 1800 canaux sur un lien micro-onde.

xDSL : BTS/ LP/MP-HIT-T/Par Ing. A. AKANATE 1ère Edition HIT-TECHNOLOGY/ESMIT Page 33 sur 76
HIT-T SARL U : web : www.hittechnologie.com E-mail : formationfacile.hitt.tg@gmail.com Tel : (+228)90-47-51-03 /97-31-77-52
Enregistré sous le décret n° 2012-008/PR du 07-03-2012, Arrêté n° 011/MCPSP/CAB/DPSP du 13-04-2012

La figure 1.23 présente les différentes hiérarchies FDM téléphoniques.

Figure 1.23 : Hiérarchie FDM téléphonique


o Le premier niveau de multiplexage regroupe 12 canaux en utilisant 12 porteuses
différentes afin de générer 12 signaux BLU qui seront regroupés (multiplexés) pour
former le groupe primaire.
 Il faut noter que la différence entre deux porteuses adjacentes est de 4 kHz.
Le multiplexage fréquentiel et différents niveaux de groupes est illustré par la figure 1.24.

Figure 1.24 : Multiplexage fréquentiel et différents niveaux de groupes


o Le groupe secondaire (super group) est constitué de 5 groupes primaires
 peut véhiculer 60 voies téléphoniques.
o Le groupe tertiaire (Master group) est composé de 10 groupes secondaires
 peut véhiculer 600 voies téléphoniques.
4.5.2.2. Multiplexage Temporel (TDM)
Le multiplexage temporel ou TDM (Time-Division multiplexing) est plus moderne et
mieux adaptée à la transmission numérique. La technique du multiplexage temporel permet de
transmettre à grande vitesse plusieurs signaux numériques en série sur un seul canal de
transmission. La voie haute vitesse est partagée en tranches de temps constantes.
La figure 1.26 illustre la technique du multiplexage temporel.

xDSL : BTS/ LP/MP-HIT-T/Par Ing. A. AKANATE 1ère Edition HIT-TECHNOLOGY/ESMIT Page 34 sur 76
HIT-T SARL U : web : www.hittechnologie.com E-mail : formationfacile.hitt.tg@gmail.com Tel : (+228)90-47-51-03 /97-31-77-52
Enregistré sous le décret n° 2012-008/PR du 07-03-2012, Arrêté n° 011/MCPSP/CAB/DPSP du 13-04-2012

Figure 1.25 : Multiplexage temporel


o Grâce au codage MIC (PCM), le multiplexage temporel a commencé à faire son chemin
en téléphonie et a gagné le terrain occupé par le multiplexage fréquentiel.
 Nous rappelons que le MIC consiste à échantillonner un signal analogique, à quantifier
l'échantillon et à le transformer en un signal numérique comportant le même nombre de
bits par échantillon.
 Le signal numérique qui en résulte doit être mis en série pour être transmis sur un support
de télécommunication. En téléphonie, il est possible de multiplexer dans le temps
plusieurs canaux téléphoniques modulés en MIC selon le principe du TDM et de former
une trame regroupant les caractères venant de ces mêmes canaux.
o Par exemple, la tranche de temps utilisée pour le réseau téléphonique est de 125 μs. Ces
tranches se répètent à l'identique dans le temps sur la voie haute vitesse. Chaque tranche
est elle-même découpée en 32 intervalles temporels (time-slot). Chaque intervalle de
temps contient un octet.
 Pour chaque communication téléphonique établie, un intervalle de temps est alloué parmi
les 32 disponibles (voir figure 1.26). Les échantillons sont toujours transmis dans le
même intervalle de temps pendant toute la durée de la communication.

Figure 1.26 : Structure d’un multiplexage temporel (MIC 32)


Hiérarchies du multiplexage TDM
o Deux hiérarchies du multiplexage TDM sont présentes en téléphonie : l'une européenne et
l'autre nord-américaine.
 tandis que selon la norme nord-américaine, le premier regroupement regroupe 24 canaux ;
 Selon la norme européenne, le premier regroupement consiste à multiplexer 32 canaux.
Les hiérarchies du multiplexage TDM sont présentées par la figure 1.27.

xDSL : BTS/ LP/MP-HIT-T/Par Ing. A. AKANATE 1ère Edition HIT-TECHNOLOGY/ESMIT Page 35 sur 76
HIT-T SARL U : web : www.hittechnologie.com E-mail : formationfacile.hitt.tg@gmail.com Tel : (+228)90-47-51-03 /97-31-77-52
Enregistré sous le décret n° 2012-008/PR du 07-03-2012, Arrêté n° 011/MCPSP/CAB/DPSP du 13-04-2012

Figure 1.27 : Hiérarchies du multiplexage TDM


5. ADSL (ASYMMETRIC DIGITAL SUBSCRIBER LINE)
L’ADSL fait partie d’une famille d’accès à haut débit (d’où le nom générique xDSL
donné à ces techniques de transmission), qui utilise les lignes téléphoniques ordinaires comme
support de transmission. L’ADSL utilise la boucle locale raccordant chaque usager du
téléphone au central téléphonique dont il dépend. L’idée est la suivante : puisque la bande
passante utilisée pour les conversations téléphoniques est faible (de 300 à 3 400 Hz), la
majeure partie de la bande passante des paires torsadées est inutilisée et peut s’employer pour
le transfert des données numériques. L’ADSL multiplexe, sur la ligne de l’abonné, les
données numériques (provenant d’un ordinateur par exemple) et le téléphone vocal.
Les deux équipements s’utilisent ainsi simultanément sans interférences.
Une des caractéristiques de l’ADSL tient dans son nom : le débit est différent dans les deux
sens de transmission ; le sens le moins rapide possède un débit environ 10 fois inférieur à
l’autre sens. Le débit binaire disponible dépend de la longueur et de l’état de la boucle locale.
Ces deux facteurs déterminent, à l’initialisation, le débit maximal offert à l’abonné.
Au départ, l’ADSL permettait d’émettre jusqu’à 8 Mbit/s dans le sens descendant (du
fournisseur vers l’usager) et jusqu’à 800 kbit/s dans le sens montant (de l’usager vers le
fournisseur). Les dernières versions offrent des débits pouvant aller jusqu’à 50 Mbit/s, mais
sur des distances beaucoup plus courtes.
Dans le central téléphonique, les deux types de systèmes coexistent : le réseau de données
(le réseau du fournisseur d’accès) vient se greffer sur le réseau téléphonique classique, les
deux réseaux utilisant la ligne de l’abonné (voir figure 1.28). Les deux types de signaux sont
acheminés dans leurs équipements respectifs, chez l’abonné comme dans le central
téléphonique. Un équipement appelé répartiteur (splitter) est responsable de l’éclatement et de
la recombinaison des deux types de signaux dans le central et chez l’abonné (indispensable
chez ce dernier uniquement lorsque celui-ci utilise un téléphone numérique ; il sert alors à
séparer les canaux utilisés pour la téléphonie de ceux employés pour la transmission des
données). Pour un téléphone analogique, un simple filtre placé devant le téléphone de
l’abonné suffit. La figure 1.28 illustre la technique de raccordement ADSL.

xDSL : BTS/ LP/MP-HIT-T/Par Ing. A. AKANATE 1ère Edition HIT-TECHNOLOGY/ESMIT Page 36 sur 76
HIT-T SARL U : web : www.hittechnologie.com E-mail : formationfacile.hitt.tg@gmail.com Tel : (+228)90-47-51-03 /97-31-77-52
Enregistré sous le décret n° 2012-008/PR du 07-03-2012, Arrêté n° 011/MCPSP/CAB/DPSP du 13-04-2012

Figure 1.28 : Raccordement ADSL


La transmission des données de l’ADSL utilise une modulation particulière (DMT,
Discrete MultiTone), spécifiquement adaptée aux caractéristiques physiques des lignes
d’abonnés sur une courte distance (généralement moins de 3,5 km) et utilisant deux débits
différents. Le modem ADSL logé chez l’abonné et l’interface utilisateur peuvent se présenter
sous plusieurs formes, dont la plus récente est le port USB.

CONCLUSION
Pour relier deux équipements informatiques éloignés l’un de l’autre, on utilise un circuit
de données constitué par un support de transmission, des modems et une interface série. Les
supports de transmission sont très variés (paires métalliques, câbles coaxiaux, fibre optique,
sans fil…). La bande passante et le taux d’erreur qu’il introduit dans les signaux transportés
sont les principales caractéristiques d’un support. À chaque extrémité, des modems
(modulateurs-démodulateurs de signaux analogiques) ou des codecs (codeurs-décodeurs de
signaux numériques) transmettent des signaux adaptés à la nature du support. Les techniques
de transmission de données (en bande de base ou par modulation) permettent d’adapter au
mieux les signaux aux caractéristiques des supports. Une interface série relie chaque modem à
l’équipement informatique qui envoie ou reçoit des données. Les techniques et les interfaces
sont normalisées au niveau international par l’ISO et l’ITU.
Le raccordement ADSL des usagers à Internet est un exemple de transmission utilisant la
boucle locale téléphonique. Un multiplexage de la téléphonie et des données utilise une
modulation spécifique. L’interface série est fréquemment un port USB. Le chapitre suivant
discutera des techniques d’accès à l’internet.

xDSL : BTS/ LP/MP-HIT-T/Par Ing. A. AKANATE 1ère Edition HIT-TECHNOLOGY/ESMIT Page 37 sur 76
HIT-T SARL U : web : www.hittechnologie.com E-mail : formationfacile.hitt.tg@gmail.com Tel : (+228)90-47-51-03 /97-31-77-52
Enregistré sous le décret n° 2012-008/PR du 07-03-2012, Arrêté n° 011/MCPSP/CAB/DPSP du 13-04-2012

CHAPITRE II : TECHNOLOGIES D’ACCES INTERNET

xDSL : BTS/ LP/MP-HIT-T/Par Ing. A. AKANATE 1ère Edition HIT-TECHNOLOGY/ESMIT Page 38 sur 76
HIT-T SARL U : web : www.hittechnologie.com E-mail : formationfacile.hitt.tg@gmail.com Tel : (+228)90-47-51-03 /97-31-77-52
Enregistré sous le décret n° 2012-008/PR du 07-03-2012, Arrêté n° 011/MCPSP/CAB/DPSP du 13-04-2012

INTRODUCTION
Il existe plusieurs technologies d’accès à l’internet à savoir : ADSL, RTC, câble, fibre
optique pour les connexions filaires, 3G, Wimax, Wi-Fi pour les connexions par ondes radio, ou
encore satellite ou CPL, les solutions d’accès à internet ne manquent pas. Dans ce chapitre, nous
en présenterons quelques-unes des technologies.
1. Connexions filaires
1.1.ADSL
L’acronyme ADSL renvoie à « Asymmetric Digital Subscriber Line » et désigne la liaison
numérique sur la ligne de l’abonné téléphonique. Technologie de connexion de loin la plus
répandue au Togo, l’ADSL utilise comme support le fil téléphonique classique en cuivre pour y
transporter des données qui sont numérisées et dont le débit descendant (internet vers internaute)
est plus important que le débit montant. L’asymétrie permet de mieux répondre aux usages
courants d’internet, qui consistent majoritairement dans la récupération plutôt que la publication
de contenus.
La possibilité d’avoir en même temps une conversation téléphonique et une connexion internet
haut débit sur une même ligne téléphonique est rendue possible par l’utilisation de bandes de
fréquence différentes, séparées chez l’abonné ainsi qu’au central téléphonique par des filtres
spéciaux. Chez l’abonné, ce filtre est généralement un petit boitier gigogne venant s’intercaler
entre la prise téléphonique murale et celle du téléphone. A l’origine en France l’ensemble des
infrastructures permettant la téléphonie et l’accès internet étaient gérées par l’opérateur
historique, qui les sous-louait à d’autres FAI. Rapidement est arrivé le dégroupage dit « partiel »,
où la téléphonie classique reste gérée par l’opérateur historique alors que les FAI peuvent utiliser
une partie des centraux téléphoniques pour y installer leurs propres équipements de raccordement
à internet. Le dégroupage « total », essentiellement disponible en zone urbaine, permet quant à
lui de s’affranchir totalement de l’opérateur historique et de ne plus lui payer d’abonnement.
L’opérateur alternatif est alors responsable de l’ensemble de la ligne. Dans ce cas, du moins en
France, les opérateurs ne proposent plus de téléphonie classique et se limitent aux offres de
téléphonie en ligne dites en VoIP (Voice over Internet Protocol), offres couplées à celle de la
télévision et d’internet. Des équipements de téléphonie classique dont ils devraient faire
l’investissement feraient, en effet, double emploi avec la VoIP. Le débit est souvent plus rapide
en dégroupage total du fait de l’absence de filtres chez l’opérateur et chez l’abonné, ces derniers
pouvant perturber le signal.
La figure ci-dessous représente une architecture de l’ADSL en dégroupage partiel.

xDSL : BTS/ LP/MP-HIT-T/Par Ing. A. AKANATE 1ère Edition HIT-TECHNOLOGY/ESMIT Page 39 sur 76
HIT-T SARL U : web : www.hittechnologie.com E-mail : formationfacile.hitt.tg@gmail.com Tel : (+228)90-47-51-03 /97-31-77-52
Enregistré sous le décret n° 2012-008/PR du 07-03-2012, Arrêté n° 011/MCPSP/CAB/DPSP du 13-04-2012

Figure 2.1 : ADSL en dégroupage partiel


La figure ci-dessous représente une architecture de l’ADSL en dégroupage total.

Figure 2.2 : ADSL en dégroupage total


1.2.Le RTC
Ce sigle désigne le Réseau Téléphonique Commuté que nous utilisons depuis toujours (ou
presque…) pour nos conversations téléphoniques. Ces dernières y sont transmises par des
signaux dits « analogiques », c’est-à-dire que l’on peut représenter par une grandeur physique.
Dans les débuts de l’accès à internet pour le grand public un modulateur-démodulateur, ou
modem, installé généralement dans l’ordinateur de l’internaute, opérait la conversion entre les
modes analogique et numérique de réception ou d’envoi des données. Cette technologie offre
toutefois des débits très faibles, dont le maximum théorique est de 56 Kbit/s. De plus,
contrairement à l’ADSL, la ligne téléphonique reste occupée et il est donc impossible de
téléphoner tant que l’on est sur internet. Il n’existe plus que quelques dizaines de milliers
d’abonnées RTC au Togo aujourd’hui, contre plus d’un million en ADSL.

xDSL : BTS/ LP/MP-HIT-T/Par Ing. A. AKANATE 1ère Edition HIT-TECHNOLOGY/ESMIT Page 40 sur 76
HIT-T SARL U : web : www.hittechnologie.com E-mail : formationfacile.hitt.tg@gmail.com Tel : (+228)90-47-51-03 /97-31-77-52
Enregistré sous le décret n° 2012-008/PR du 07-03-2012, Arrêté n° 011/MCPSP/CAB/DPSP du 13-04-2012

1.3.Le câble
Technologie quasi inexistante au Togo, le câble est une technologie originellement conçue pour
faire transiter de l’information uniquement depuis le centre de transmission vers les abonnés.
Elle était donc essentiellement dédiée à la distribution des flux télévisuels. Au fil du temps, de
multiples adaptations ont permis d’augmenter la capacité montante du réseau, et donc
notamment vers internet, ce qui a amené au développement d’une réelle offre haut débit.
1.4.La fibre optique
La fibre optique est constituée d’un fil en verre ou en plastique ayant la propriété de conduire la
lumière. Elle offre un débit de transfert de données nettement supérieur à celui des câbles
coaxiaux et peut donc être utilisée tout à la fois pour les liaisons téléphoniques, télévisuelles ou
informatiques. En cours de déploiement dans les grandes villes actuellement (2020) au Togo
pour les particuliers, la fibre optique est en réalité utilisée depuis longtemps sur les « dorsales »
ou « backbone » des réseaux pour les transmissions de données sur de longues distances, y
compris pour internet.
2. Connexions par ondes radio
2.1. La 3G, 4G et plus
Il s’agit de la 3ème, 4ème génération de téléphones portables. La deuxième génération, née au
début des années 1990, était basée sur le réseau GSM (Global System for Mobile
communication). La 3G est, quant à elle, basée sur l’UMTS (Universal Mobile
Telecommunications Systems). Entièrement différente et nécessitant de nouveaux réseaux
d’antennes, la technologie 3G est essentiellement dévolue à la mobilité pour internet, soit sur un
téléphone, soit sur un ordinateur au moyen d’une clé USB 3G ou d’un modem 3G intégré. Ce
mode de connexion alternatif a, bien sûr, pour principal avantage de permettre de surfer en
mobilité et en haut débit dans tout le territoire national. La 4ème génération de la téléphonie
mobile apporte des améliorations en termes de débits. La technologie encours de déploiement fin
2019 est la 5G ou 5ième génération de la téléphonie mobile qui permettra de développer la
technologie des objets connectés.
2.2.Le Wimax
Le Wimax (pour Worldwide Interoperability for Microwave Access) est une technologie de
transmission sans fil à haut débit et à large portée (70 Mbit/s sur une distance de 50 km, en
théorie). Il se présente donc comme un relais dans les zones mal équipées pour les connexions
internet en haut débit. En ville, s’il se développe, il devrait également permettre la mise en place
de réseaux à partir d’un unique point d’accès sur un large périmètre, contrairement à la
multiplicité des points d’accès actuels en Wi-Fi. Seule la « boucle locale », la connexion des
particuliers au réseau, devra se faire en Wi-Fi. Fonctionnant en effet sur des bandes de fréquence
bien plus élevées que celles du Wi-Fi, le Wimax ne peut pas franchir les murs.
2.3.Le Wi-Fi
Certaines zones rurales non couvertes par l’ADSL le sont en Wi-Fi, généralement par de petits
opérateurs locaux et pour desservir une zone de quelques kilomètres carrés. Ces réseaux utilisent

xDSL : BTS/ LP/MP-HIT-T/Par Ing. A. AKANATE 1ère Edition HIT-TECHNOLOGY/ESMIT Page 41 sur 76
HIT-T SARL U : web : www.hittechnologie.com E-mail : formationfacile.hitt.tg@gmail.com Tel : (+228)90-47-51-03 /97-31-77-52
Enregistré sous le décret n° 2012-008/PR du 07-03-2012, Arrêté n° 011/MCPSP/CAB/DPSP du 13-04-2012

des points de collecte en haut débit, puis une série d’émetteurs / récepteurs jusqu’aux
équipements des usagers.
3. Autres connexions
3.1.Le satellite
Longtemps présentée comme une alternative à l’ADSL pour les lieux isolés grâce à un débit
descendant nettement plus intéressant que le RTC, cette technologie présente toutefois des temps
de latence importants pour le débit montant de l’internaute vers le satellite. Les applications en
temps réel telles que la téléphonie, la visioconférence ou les jeux en ligne ne peuvent donc
pratiquement pas être utilisées.
3.2.Le CPL
La technologie des Courants Porteurs en Ligne permet de se connecter à internet en s’appuyant
sur le réseau électrique existant. Elle peut être utilisée pour créer un réseau local dans un
bâtiment ou pour la réalisation d’un réseau de desserte haut débit. Dans la pratique, cette
technologie est surtout fonctionnelle pour les réseaux locaux des particuliers, les dessertes plus
larges en CPL impliquant de nombreuses contraintes et des coûts élevés.
CONCLUSION
Plusieurs technologies de raccordement ou d’accès à l’internet existent. Ce chapitre a
présenté les différents types de technologies d’accès. Parmi les technologies, on peut citer les
technologies filaires telles que l’ADSL, la fibre optique, le RTC, le câble, etc, la connexion
par onde radio telle que la 3G, 4G, le Wi-Fi, le Wimax, etc. Outre les deux catégories, l’on
peut citer la connexion par satellite, le CPL.
Le troisième chapitre discutera de la famille xDSL en général et plus particulièrement de
la technologie ADSL.

xDSL : BTS/ LP/MP-HIT-T/Par Ing. A. AKANATE 1ère Edition HIT-TECHNOLOGY/ESMIT Page 42 sur 76
HIT-T SARL U : web : www.hittechnologie.com E-mail : formationfacile.hitt.tg@gmail.com Tel : (+228)90-47-51-03 /97-31-77-52
Enregistré sous le décret n° 2012-008/PR du 07-03-2012, Arrêté n° 011/MCPSP/CAB/DPSP du 13-04-2012

CHAPITRE III : LES DIFFERENTES TECHNOLOGIES DE LA


FAMILLE xDSL

xDSL : BTS/ LP/MP-HIT-T/Par Ing. A. AKANATE 1ère Edition HIT-TECHNOLOGY/ESMIT Page 43 sur 76
HIT-T SARL U : web : www.hittechnologie.com E-mail : formationfacile.hitt.tg@gmail.com Tel : (+228)90-47-51-03 /97-31-77-52
Enregistré sous le décret n° 2012-008/PR du 07-03-2012, Arrêté n° 011/MCPSP/CAB/DPSP du 13-04-2012

INTRODUCTION
Parmi les méthodes d’accès à l’internet, nous avons distingué les technologies filaires, ondes
et autres. En ce qui concerne la technologie filaire, nous discuterons de la famille xDSL.
xDSL est une famille d’accès à internet utilisée au niveau de la boucle locale. Plusieurs
technologies forment la famille xDSL.

1. La famille xDSL
Les techniques xDSL utilisent le débit potentiel des paires en cuivre qui représentaient encore
la plus grosse partie des installations téléphoniques terminales jusqu’en 2010. Elles ont un
débit théorique possible supérieur à 8Mbit/s sans dégradation du signal sur une distance
donnée en fonction des caractéristiques des câbles, mais limitée aujourd'hui à quelques
hectomètres. Il existe au moins en théorie les technologies suivantes.
 ADSL (Asymmetric bit rate digital subcriber line)

Cette technologie offre les services tels que:


 services audiovisuels interactifs,
 accès internet,
 interconnexion de réseaux locaux.
Ce mode asymétrique d'ADSL 8Mbit/s dans le sens descendant (vers l'abonné) et 640Kbit/s
dans le sens ascendant (vers l'opérateur) convient pour la plupart des applications utilisant les
services de transmissions numériques asymétriques (La vidéo à la demande, l'accès à Internet,
l'accès à distance à des réseaux locaux), donc elle apparait comme la plus intéressante à
utiliser de la famille DSL.
 HDSL(high bit rate DSL)
Cette technologie permet:
 L’émulation de 5 à 15 lignes téléphoniques,
 La transmission à 2Mbit/s ou 12 canaux à 64Kbit/s pour le raccordement de lignes louées
ou d'accès primaire RNIS.

 LDSL (low bit rate DSL)


Elle permet:
 L’accès de base RNIS (2B+D).

 MDSL:(Medium bit rate DSL)


 Cette technologie ne semble pas avoir de perspective d'avenir.

 VDSL: (Very high rate DSL) [En 4 fils]


Cette technologie permet:
 L’interconnexion de bâtiments (sur un campus par exemple..).
1.1.ADSL
L’ADSL, «A» pour Asymmetric, développée par le Centre national de recherche en
télécommunications (Cnet, aujourd’hui France Télécom R&D) fin 1970, fait partie de la
famille des technologies DSL.

xDSL : BTS/ LP/MP-HIT-T/Par Ing. A. AKANATE 1ère Edition HIT-TECHNOLOGY/ESMIT Page 44 sur 76
HIT-T SARL U : web : www.hittechnologie.com E-mail : formationfacile.hitt.tg@gmail.com Tel : (+228)90-47-51-03 /97-31-77-52
Enregistré sous le décret n° 2012-008/PR du 07-03-2012, Arrêté n° 011/MCPSP/CAB/DPSP du 13-04-2012

Le but de la technologie est d’augmenter les possibilités de transmissions des lignes


téléphoniques afin qu’elles soient capables, en plus de la voix, de véhiculer des données
numériques très rapidement. C'est une technologie faisant partie de la famille xDSL : Digital
Subscriber Line, qui comprend d'autres éléments parfois utilisés dans d'autres pays.
Cependant le principe reste le même.
Quand vous téléphonez, vous n’utilisez même pas 10% des capacités des fils de cuivre de
votre ligne téléphonique. En effet, il reste encore de la « place » (de la bande passante) qui
n’est absolument pas exploitée ! L’ADSL utilise donc les 90% restants pour véhiculer des
données numériques à grande vitesse.
L'ADSL utilise la ligne téléphonique composé de deux (2) fils habituels. Le principe
technique de l'ADSL est de faire passer les données et les communications vocales en même
temps sur une ligne téléphonique, en utilisant différentes fréquences. La voix est limitée aux
fréquences inferieures à 3000 Hz et les données de l'ADSL passent au-dessus de 3000 Hz,
jusqu'à 1MHz et plus. Ce sont les paires de fils de cuivre qui vont servir à acheminer le tout
entre domicile et le central téléphonique de raccordement ou le NRA (Nœud de
Raccordement d’Abonné) (pas plus de 5 km environ, car au-delà l'affaiblissement des signaux
est trop important). De plus, la réception et l'envoi de données sont dissociés (Le A de ADSL
signifiant Asymmetric), ce qui permet d'envoyer des données sans pour autant limiter la
vitesse de téléchargement.
En pratique : Le modem ADSL se branche sur une prise téléphonique et est relié à une carte
réseau du micro le plus souvent sur un port USB. Les autres prises téléphoniques en parallèle
dans l'appartement doivent être équipées d'un filtre afin d'éviter du bruit dans le terminal
téléphonique.
La figure 3.1 présente le principe de fonctionnement de la technologie ADSL.

Figure 3.1 : Principe de fonctionnement de la technologie ADSL


(Source : NETISSIMO de Alain DESEINE, 2001)
Le filtre ADSL permet de dissocier ou de regrouper la voix et les données numériques de
l’abonné.

xDSL : BTS/ LP/MP-HIT-T/Par Ing. A. AKANATE 1ère Edition HIT-TECHNOLOGY/ESMIT Page 45 sur 76
HIT-T SARL U : web : www.hittechnologie.com E-mail : formationfacile.hitt.tg@gmail.com Tel : (+228)90-47-51-03 /97-31-77-52
Enregistré sous le décret n° 2012-008/PR du 07-03-2012, Arrêté n° 011/MCPSP/CAB/DPSP du 13-04-2012

1.1.1. Modulation DMT


Modulation DMT (Discret Multi Tone) est une technique de modulation plus récente. Son
principe repose sur l’utilisation d’un grand nombre de sous-porteuses réparties sur la bande de
fréquence utilisée par le système.
Pour son application à l’ADSL, le spectre de fréquence compris entre 0 Hz et 1,104 MHz est
divisé en 256 sous-canaux distincts espacés de 4,3125 kHz.
Les sous-canaux 1 à 6 sont utilisés pour la téléphonie, les sous-canaux 7 à 31 pour le flux
montant, le sous-canal 32 est réservé, les sous-canaux 33 à 256 sont utilisés pour les flux
descendant.
Le schéma 3.2 illustre la modulation DMT.

Figure 3.2 : Multiplexage ou modulation DMT


Dans le cas où la ligne de transmission est de bonne qualité et que l’annulation d’écho est en
place, le maximum possible est de 15 bits/s par canal.
Les zones de la bande passante pour lesquelles l’atténuation du signal est importante ou le
rapport signal/bruit trop faible, auront moins de bits/s alloués afin de garantir une bonne
qualité à la réception. Si la qualité est vraiment trop faible pour un canal, il peut ne pas être
utilisé.
Le débit maximum théorique d’un tel système est donc de 15 bit/s x 4000 Hz = 60 kbit/s par
canal.
1.1.2. Modulation QAM
QAM signifie Modulation d’amplitude en quadrature. Elle est une modulation telle que
chacun des 256 sous-canaux est modulé indépendamment en utilisant la technique de QAM.
Chacun des canaux définis par le multiplexage DMT en ADSL est modulé en QAM sur 15
bits au maximum soit : 32768 combinaisons d’amplitude et le décalage de phase est donc
nécessaire. Voici un exemple de modulation QAM sur 3 bits et sa « constellation » associée
illustrée par la figure 3.3.

xDSL : BTS/ LP/MP-HIT-T/Par Ing. A. AKANATE 1ère Edition HIT-TECHNOLOGY/ESMIT Page 46 sur 76
HIT-T SARL U : web : www.hittechnologie.com E-mail : formationfacile.hitt.tg@gmail.com Tel : (+228)90-47-51-03 /97-31-77-52
Enregistré sous le décret n° 2012-008/PR du 07-03-2012, Arrêté n° 011/MCPSP/CAB/DPSP du 13-04-2012

Figure 3.3 : Modulation QAM


1.1.3. Comment ça marche ?
La technique de l’ADSL est une technique qui permet d’utiliser, sur de courtes distances, les
lignes téléphoniques classiques avec un débit très supérieur à celui des normes plus
classiques. L’ADSL est multiplexée en FDM (Frequency Division Multiplexing), basée sur
une modulation DMT (Discret Multi Tone) utilisant 256 sous-canaux, modulés
indépendamment en QAM (Quadrature Amplitude Modulation) pour accélérer le débit et avec
une bande passante de 1,1 MHz.
Le multiplexage FDM de l’ADSL fonctionne en full duplex grâce à FDM, permettant de faire
transiter simultanément les signaux montants et descendants accompagnés également des
signaux portant la voix téléphonique.
Le multiplexage FDM de l’ADSL est illustré par la figure 3.4.

Figure 3.4 : Multiplexage FDM de l’ADSL


Voici l’illustration de ce multiplexage dans le cas où les fréquences pour les voies montantes
et descendantes ont été clairement séparées. La séparation des canaux montants et
descendants s’effectue par une bande suffisamment large à l’aide d’un multiplexage FDM de
manière à éviter les phénomènes d’écho.
Une autre méthode peut être utilisée, c’est celle de l’annulation d’écho. Elle consiste à
mesurer en temps réel l’écho produit par le signal transmis, puis à soustraire le résultat du
signal de manière à annuler l’écho. La figure 3.5 illustre le mieux la deuxième méthode.

xDSL : BTS/ LP/MP-HIT-T/Par Ing. A. AKANATE 1ère Edition HIT-TECHNOLOGY/ESMIT Page 47 sur 76
HIT-T SARL U : web : www.hittechnologie.com E-mail : formationfacile.hitt.tg@gmail.com Tel : (+228)90-47-51-03 /97-31-77-52
Enregistré sous le décret n° 2012-008/PR du 07-03-2012, Arrêté n° 011/MCPSP/CAB/DPSP du 13-04-2012

Figure 3.5 : Multiplexage FDM avec annulation d’écho de l’ADSL


1.1.4. Les caractéristiques
L'ADSL, dans ses caractéristiques actuelles au Togo, présente un débit théorique maximum
dans le sens descendant compris entre 128 kbits et plus de 4 Mbits (selon les offres). Le
volume des données reçues ou envoyées n'est pas limité. La connexion est permanente avec
un N° IP attribué à la volée pour chaque session, mais l'opérateur ADSL doit déconnecter
l'ordinateur du client une fois toutes les 24 heures, tout du moins pour l'instant (Il s'agit entre
autres d'éviter que les micros gardent en permanence le même N° IP, ce qui leur permettrait
d'être utilisés en serveur.). La connexion à Internet s'effectue rapidement, en moins d'une
dizaine de secondes en général.
1.1.5. Installation abonné
L’installation du modem chez l’abonné nécessite un filtre ADSL permettant la séparation des
données ADSL (f > 25kHz) d’une communication téléphonique (f < 4kHz).
La figure ci-dessous illustre le principe d’installation d’une ligne d’abonné.

Figure 3.6 : Principe d’installation d’une ligne d’abonné


Généralement, les FAI fournissent à leurs clients une « Box tout-en-un » regroupant la
fonction de modem et routeur. C’est ce qu’illustre la figure ci-dessous.

xDSL : BTS/ LP/MP-HIT-T/Par Ing. A. AKANATE 1ère Edition HIT-TECHNOLOGY/ESMIT Page 48 sur 76
HIT-T SARL U : web : www.hittechnologie.com E-mail : formationfacile.hitt.tg@gmail.com Tel : (+228)90-47-51-03 /97-31-77-52
Enregistré sous le décret n° 2012-008/PR du 07-03-2012, Arrêté n° 011/MCPSP/CAB/DPSP du 13-04-2012

Figure 3.7 : Box tout-en-un


1.1.6. Installation du NRA (Nœud de Raccordement d’Abonnés)
Un NRA (nœud de Raccordement d’Abonnés) possède aussi un dispositif de filtrage
permettant de diriger le flux de données numériques ADSL vers le DSLAM (Digital
Subscriber Line Access Multiplexer) et la voix analogique vers le réseau RTC (Réseau
Téléphonique Commuté). La figure 3.8 présente l’installation d’un Nœud de Raccordement
d’Abonnés (NRA).

Figure 3.8 : Principe d’installation d’un NRA

Un DSLAM (Digital Subscriber Line Access Multiplexer) est équivalent en français à


Multiplexeur d’accès DSL. Pour faire simple et imagé c’est le modem ADSL qui est à l’autre
bout de la ligne de cuivre. Un DSLAM est un boîtier qui contient 500 à 1000 modems ou
plutôt, qui a une capacité 500 à 1000 lignes pour les DSLAM d’aujourd’hui. La figure ci-
dessous illustre un DSLAM Huawei.

xDSL : BTS/ LP/MP-HIT-T/Par Ing. A. AKANATE 1ère Edition HIT-TECHNOLOGY/ESMIT Page 49 sur 76
HIT-T SARL U : web : www.hittechnologie.com E-mail : formationfacile.hitt.tg@gmail.com Tel : (+228)90-47-51-03 /97-31-77-52
Enregistré sous le décret n° 2012-008/PR du 07-03-2012, Arrêté n° 011/MCPSP/CAB/DPSP du 13-04-2012

Figure 3.9 : DSLAM Huawei

Au milieu la carte contrôleur avec la fibre optique (un emplacement est disponible juste à sa
droite pour une seconde carte contrôleur). Contrairement au DSLAM Alcatel, les connecteurs
apportant les lignes de cuivre sont en façade.
ADSL ou Asymmetric Digital Subscriber Line désigne l’utilisation de la ligne téléphonique
pour accéder à internet. L’internaute, en surfant à haut débit, bénéficie d’un transfert
d’informations dix fois plus rapide que les modems classiques.
Cette technologie permet de profiter pleinement des ressources offertes par Internet : jeux en
réseau, vidéoconférence, téléchargements de musique sur plateforme légale, VOD, etc...
1.1.7. Les avantages
Les avantages de l’ADSL sont entre autres :

 Le forfait inclut un temps de connexion illimite,


 Il n'y a pas de limite de volume pour les données envoyées comme reçues,
 La ligne téléphonique reste disponible. Modem et téléphone utilisent la même ligne mais
les données sont dissociées en fonction de leur nature. Connecte en permanence, on peut
jouer en temps réel ou transmettre des fichiers et des courriels tout en gardant la
possibilité de téléphoner : fini les lignes occupées toute la journée ou le deuxième
abonnement téléphonique.
Cependant les débits ne sont pas garantis, et il se peut que par endroits, les débits soient très
éloignés des maximums théoriques, cela dépend de la qualité de la ligne et de l'éloignement
du central téléphonique.
Le matériel nécessaire

xDSL : BTS/ LP/MP-HIT-T/Par Ing. A. AKANATE 1ère Edition HIT-TECHNOLOGY/ESMIT Page 50 sur 76
HIT-T SARL U : web : www.hittechnologie.com E-mail : formationfacile.hitt.tg@gmail.com Tel : (+228)90-47-51-03 /97-31-77-52
Enregistré sous le décret n° 2012-008/PR du 07-03-2012, Arrêté n° 011/MCPSP/CAB/DPSP du 13-04-2012

 Un ordinateur bien sûr, dans certains cas une carte Ethernet mais les FAI préfèrent
vendre des modems se branchant sur port USB,
 Une prise téléphonique à moins de quelques mètres de l'ordinateur ainsi qu'un
abonnement à Togo Telecom. Il n'est pas possible de ne s'abonner qu’à l'ADSL sans
avoir un abonnement au téléphone,
 Un modem ADSL : celui-ci peut être acheté ou loué à la société vous fournissant l'ADSL
Il n'est pas conseillé d'acheter le modem car les modems ADSL sont chers. De plus, la
technologie devrait évoluer,
 Un filtre ADSL (pour mémoire). Ce filtre est, dans la plupart des cas, inclus dans les
modems fournis par le fournisseur et des filtres "bouchon" sur chacune des autres prises,
 La condition sine qua non: être situe dans une zone de déploiement de l'ADSL pour un
FAI par ADSL.
Nota : L'infrastructure amont d'accès (plaques) à Internet est assurée en grande majorité par
Togo Telecom avec des produits de divers constructeurs. Les modems vendus dans les packs
sont destinées à être raccordés à une plaque précise. La compatibilité d'un modem avec toutes
les plaques actuellement en place n'est donc pas garantie. Le modem doit être agrée FT; sinon,
en cas de problèmes, FT ne bougera pas.
1.1.8. Comparaison ADSL / CÂBLE
ADSL et CÂBLE ont pour point commun le fait que les connexions fournies sont à haut débit
et permanentes. Elles diffèrent pour plusieurs raisons majeures.
 Le partage de la bande passante : le câble induit un partage de la bande passante avec
comme conséquence possible : réduction aléatoire du débit en fonction du nombre de
raccordements et de leur trafic,
 La facturation des volumes échangés au-delà d'une certaine limite, ceci pour réduire
l'inconvénient précédent,
 Le câble et l'ADSL n'ont pas les mêmes zones de couverture.
1.2.SDSL
Le SDSL (S pour Symmetric) DSL permet des débits symétriques. Sa portée est cependant
plus réduite que celle de l’ADSL : pour un débit de 2 Mbit/s, la ligne ne doit pas faire plus de
2 km, contre 3,5 km en ADSL.
Le SDSL est donc bien adapté aux applications qui ont autant besoin d’envoyer que de
recevoir des données (par exemple, le fonctionnement en réseau de sites d’entreprise distants),
et qui ne sont pas trop éloignés du répartiteur téléphonique.
Accessoirement, le SDSL est utilisé pour relier à internet des points d’accès Wi-Fi, par
exemple pour couvrir des zones blanches ; en ce cas le SDSL sert de lien de collecte, le Wi-Fi
assurant la desserte.
Les caractéristiques du SDSL et son coût en font une technologie qui vise principalement une
clientèle professionnelle.

xDSL : BTS/ LP/MP-HIT-T/Par Ing. A. AKANATE 1ère Edition HIT-TECHNOLOGY/ESMIT Page 51 sur 76
HIT-T SARL U : web : www.hittechnologie.com E-mail : formationfacile.hitt.tg@gmail.com Tel : (+228)90-47-51-03 /97-31-77-52
Enregistré sous le décret n° 2012-008/PR du 07-03-2012, Arrêté n° 011/MCPSP/CAB/DPSP du 13-04-2012

1.3.VDSL
La technologie VDSL est la plus rapide des technologies xDSL. Elle est capable de supporter,
sur une simple paire torsadée, des débits allant de :
 13 à 52 Mbps dans le sens descendants et,
 1,5 à 2,3 Mbps dans le sens ascendants.
En revanche, la longueur maximale de la boucle locale est seulement de 1,3 km. VDSL fait
partie à la fois des technologies asymétriques et symétriques.
2. Comparaison des technologies de la famille xDSL
Nous présentons ci-dessous dans un tableau le récapitulatif permettant de comparer les
différentes technologies de la famille xDSL.
Tableau 3.1 : Comparaison des technologies de la famille xDSL.
Mode de Paires Distance
Nom Signification Débit descendant Débit montant
transmission cuivre max
ISDN over Symétrique 128 kbit/s ou 128 kbit/s ou
IDSL 1 3.6 km
DSL (2B1Q) 144 kbit/s 144 kbit/s
High Data Symétrique (2BIQ 1.5 Mbit/s ou 2 1.5 Mbit/s ou
HDSL 2/3 3.6 km
Rate DSL / CAP) Mbit/s 2 Mbit/s
Single Line Symétrique (2B1Q 1.5 Mbit/s ou 2 1.5 Mbit/s ou
SDSL 1 2.9 km
DSL / CAP) Mbit/s 2 Mbit/s
Rate
Asymétrique Jusqu’à 1 5.4 km (1.5
RADSL Adaptative 1 Jusqu’à 7 Mbit/s
(CAP) Mbit/s Mbit/s)
DSL
Asymmetric Asymétrique Jusqu’à 8 Jusqu’à 640 5.4 km (1.5
ADSL 1
DSL (DMT) Mbit/s kbit/s Mbit/s)
ADSL Asymétrique Jusqu’à 1.5 Jusqu’à 512
G. Lite 1 3.6 km
splitterless (DMT) Mbit/s kbit/s
ADSL2 Evolution Asymétrique Jusqu’à 12 Jusqu’à 3.5
1 5.4 km
Annex J ADSL (DMT) Mbit/s Mbit/s
ADSL2 Extended Asymétrique Jusqu’à 12 Jusqu’à 1
1 7 km
Annex L Range ADSL2 (DMT) Mbit/s Mbit/s
ADSL2+
Evolution Asymétrique Jusqu’à 24 Jusqu’à 3.5
Annex 1 5.4 km
ADSL2 (DMT) Mbit/s Mbit/s
M
Extended
ADSL2+ Asymétrique Jusqu’à 24 Jusqu’à 1
Range 1 7 km
Annex L (DMT) Mbit/s Mbit/s
ADSL2+
Very high data Asymétrique / Jusqu’à 53 Jusqu’à 2.3
VDSL 1 1.3 km
DSL Symétrique Mbit/s Mbit/s

xDSL : BTS/ LP/MP-HIT-T/Par Ing. A. AKANATE 1ère Edition HIT-TECHNOLOGY/ESMIT Page 52 sur 76
HIT-T SARL U : web : www.hittechnologie.com E-mail : formationfacile.hitt.tg@gmail.com Tel : (+228)90-47-51-03 /97-31-77-52
Enregistré sous le décret n° 2012-008/PR du 07-03-2012, Arrêté n° 011/MCPSP/CAB/DPSP du 13-04-2012

CONCLUSION
La famille xDSL est composée de plus d’une technologie dont l’ADSL. Cette famille fait
partie de la technologie filaire pour l’accès à l’internet.

xDSL : BTS/ LP/MP-HIT-T/Par Ing. A. AKANATE 1ère Edition HIT-TECHNOLOGY/ESMIT Page 53 sur 76
HIT-T SARL U : web : www.hittechnologie.com E-mail : formationfacile.hitt.tg@gmail.com Tel : (+228)90-47-51-03 /97-31-77-52
Enregistré sous le décret n° 2012-008/PR du 07-03-2012, Arrêté n° 011/MCPSP/CAB/DPSP du 13-04-2012

CONCLUSION GENERALE
Ce livre constitué de trois (3) chapitres a d’abord présenté dans le premier chapitre les
technologies de base dans les réseaux informatiques et Télécoms. Le deuxième chapitre a
discuté des différentes techniques d’accès à l’internet. Dans le chapitre III, il a présenté et
discuté des technologies de la famille xDSL dont l’ADSL.

xDSL : BTS/ LP/MP-HIT-T/Par Ing. A. AKANATE 1ère Edition HIT-TECHNOLOGY/ESMIT Page 54 sur 76
HIT-T SARL U : web : www.hittechnologie.com E-mail : formationfacile.hitt.tg@gmail.com Tel : (+228)90-47-51-03 /97-31-77-52
Enregistré sous le décret n° 2012-008/PR du 07-03-2012, Arrêté n° 011/MCPSP/CAB/DPSP du 13-04-2012

QUESTIONNAIRE AUX CHOIX MULTIPLES (QCM)


1. Que signifie ADSL ?
a. Asymmetric Digital b. Asymmetric bit rate Digital c. Asymetric Digital
Subscriber Line. Subscriber Line. Subscriber Line.

d. Asymmetric Digitally f. Toutes les réponses sont


e. Pas de bonnes réponses. justes.
Subscriber Line.

2. Que signifie CPL ?


a. Courants Porteurs en c. Est une technique d’accès
b. Central de Protection des Ligne. à l’internet.
Ligne.
d. CPL fait partie de la f. Toutes les réponses sont
e. Pas de bonnes réponses. justes.
famille xDSL.

3. Que signifie NRA ?


a. Nœud de Raccordement c. Nouveaux Rapport
b. Nœud de Raccordement d’Abonné. d’Abonnement.
d’Abonnement.
d. Nouveaux Rapport f. Toutes les réponses sont
e. Pas de bonnes réponses. justes.
d’Abonné.

4. Que signifie DSLAM ?


a. Digital Subscriber Line c. Digitally Subscriber Line
b. Multiplexeur d’accès DSL. Access Multiplexer.
Access Multiplexer.
d. Digital Subscriber Line f. Toutes les réponses sont
e. Pas de bonnes réponses. justes.
Access for Multiplexer.

5. Que signifie DSL ?


a. Nom générique donné aux c. VDSL fait partie de la
techniques d’accès internet b. xDSL. famille DSL
utilisant le cuivre.
f. Toutes les réponses sont
d. C’est la boucle locale e. Pas de bonnes réponses. justes.

6. Que signifie VDSL ?


b. C’est la technologie la plus utilisée c. VDSL fait partie de la
a. Offre un débit symétrique. famille DSL
de la famille xDSL.
d. Cette technique offre un f. Toutes les réponses sont
débit plus faible que les e. Pas de bonnes réponses. justes.
autres techniques

xDSL : BTS/ LP/MP-HIT-T/Par Ing. A. AKANATE 1ère Edition HIT-TECHNOLOGY/ESMIT Page 55 sur 76
HIT-T SARL U : web : www.hittechnologie.com E-mail : formationfacile.hitt.tg@gmail.com Tel : (+228)90-47-51-03 /97-31-77-52
Enregistré sous le décret n° 2012-008/PR du 07-03-2012, Arrêté n° 011/MCPSP/CAB/DPSP du 13-04-2012

REPONSES AU QUESTIONNAIRE
1. ? 2. ? 3. ?
4. ? 5. ? 6. ?

RECUEIL DES EXERCICES


EXERCICE 1 (Test de connaissance)
1. Donner et définir les différentes couches de la pile TCP/IP.
2. Quand faut-il activer le protocole DHCP sur un serveur DHCP ?
3. Que signifie RIP ? OSPF ?
4. Comment afficher la configuration réseau de votre poste en utilisant l’invite de commande MS-
DOS ?
5. Comment afficher le MAC de votre poste ?
6. Comment afficher les connexions actives de votre poste en utilisant l’invite de commande MS-
DOS ?
7. Quels sont les éléments d’une interface IP pour une machine connectée à l’Internet ?
EXERCICE 2 (Test de connaissance)
Une entreprise se paie une adresse IP suivante : 192.168.1.0

1. Rappeler les différentes classes d’adresse qui existent sous IPV4 et leur plage d’adressage.
2. Quelle est la classe d’adresse IP ci-dessus ?
3. En-déduire le masque par défaut.
4. L’entrepreneur ayant payé l’adresse IP ci-dessus voudra installer 4 sous-réseaux pour son
entreprise. Ce dernier vous fait appeler pour le travail.
a. Trouver le nombre de bits nécessaires pour les quatre (4) sous-réseaux.
b. Donner le masque pour chaque sous-réseau.
c. Quel est le chemin d’accès à la fenêtre permettant de configurer les paramètres
réseaux d’un ordinateur ?
d. Donner la plage d’adressage de ces 4 sous réseaux.

EXERCICE 3 Manipulation des commandes réseaux (Test de connaissance)


1. Donner le rôle de la commande suivante : ipconfig /all
2. Donner le rôle des commandes suivantes : arp, ping @IP,
3. Donner le rôle des commandes suivantes ping @IP –t, route print
4. Donner le rôle des commandes suivantes : netstat, netstat -a
5. Donner le rôle des commandes suivantes : hostname, tracert.
6. Comment tester la connexion entre deux postes d’un réseau ?

EXERCICE 4 : Adressage IP (Test de connaissance)


a. Sur combien de bits une adresse IP V4 est-elle codée ?
b. Rappeler les différentes classes d’adresses réseaux.
c. A quelle classe d’adresse appartiennent les adresses IP suivantes : 32.18.51.30,
132.25.10.20, 192.40.51.10, 205.34.1.1, 245.14.51.20.

xDSL : BTS/ LP/MP-HIT-T/Par Ing. A. AKANATE 1ère Edition HIT-TECHNOLOGY/ESMIT Page 56 sur 76
HIT-T SARL U : web : www.hittechnologie.com E-mail : formationfacile.hitt.tg@gmail.com Tel : (+228)90-47-51-03 /97-31-77-52
Enregistré sous le décret n° 2012-008/PR du 07-03-2012, Arrêté n° 011/MCPSP/CAB/DPSP du 13-04-2012

d. Que désigne précisément l'adresse IP 255.255.255.255 ? A quoi sert l'adresse IP 0.0.0.0 ?


Et l'adresse 127.0.0.1 ?
e. A quelle classe de réseau est associée l'adresse binaire suivante:
11001000100010001010100100011101. Quelle en est la représentation décimale?

EXERCICE 5 (Test de connaissance)


a. Donner la différence entre un Hub et un Switch.

b. Définir et donner le rôle des organismes, modèles, équipements ou protocoles suivants.


i. ARP, IP, TCP, UDP, OSPF
ii. DNS
iii. Que signifie ISO, OSI, IETF, ANSI, WI-FI ?
c. Définir Le routage.
d. La norme WiFi 802.11 définit trois couches basses, alors que le modèle standard OSI n'en
a que deux (physique et liaison). Est-ce incompatible ?

EXERCICE 6
Calculer l’affaiblissement maximal d’une voie de communication analogique téléphonique pour
qu’une même voie de parole puisse y passer en numérique.
NB : Cmax= 6400 bit/s et w= 3200 Hz.
EXERCICE 7 : Débit binaire et rapidité de modulation
Soit un signal numérique dont la rapidité de modulation est 4 fois plus faible que le débit
binaire.
a. Quelle est la valence du signal ?
b. Si la rapidité de modulation du signal vaut 2 400 bauds, quel est le débit binaire
disponible ?
EXERCICE 8 : Topologie et typologie des réseaux
a. Citer les types de réseaux suivant leur étendue.
b. Combien de topologies réseaux distingue-t-on ?
c. Dans les réseaux Ethernet, quelle est la topologie réseau la plus utilisée ?

EXERCICE 9
1. Qu’est-ce qu’un Hub ?
2. Dans quelle technologie (Topologie) Ethernet est-il utilisé ?
3. Quelles sont les caractéristiques d’un Hub ?

xDSL : BTS/ LP/MP-HIT-T/Par Ing. A. AKANATE 1ère Edition HIT-TECHNOLOGY/ESMIT Page 57 sur 76
HIT-T SARL U : web : www.hittechnologie.com E-mail : formationfacile.hitt.tg@gmail.com Tel : (+228)90-47-51-03 /97-31-77-52
Enregistré sous le décret n° 2012-008/PR du 07-03-2012, Arrêté n° 011/MCPSP/CAB/DPSP du 13-04-2012

4. Comment afficher la configuration réseau de votre poste ?


5. Comment afficher le MAC de votre poste ?
6. Comment afficher les connexions actives de votre poste ?
EXERCICE 10
1. Qu’est-ce qu’un protocole ?
2. Le protocole UDP est un protocole en mode connexion. Vrai ou Faux ?
3. Donner la différence entre les protocoles UDP et TCP.
4. Quels sont les éléments d’une interface IP pour une machine connectée à l’Internet ?
EXERCICE 11
1. Combien de types de médias sont aujourd’hui utilisés dans les réseaux locaux ?
2. Quel est le média le plus utilisé dans les réseaux Ethernet ?
3. Combien de famille de câble en paire torsadée existe-t-il ? Donner –les.
4. Donner trois(3) avantages du câblage réseau en utilisant la fibre optique.
EXERCICE 12
1. Citer trois (3) topologies réseaux que l’on peut rencontrer.
2. Représenter schématiquement chaque topologie.
3. Citer et expliquer les types d’exploitation d’un média.
4. Comment tester la connexion entre deux postes d’un réseau ?
EXERCICE 13 : Capacité maximale
Sur une liaison téléphonique dont la bande passante a une largeur de 3 100 Hz et un rapport
S/B correspondant à 32 dB (valeurs courantes), calculer la capacité maximale du support de
transmission.
EXERCICE 14 : Capacité maximale
Sur un support de transmission, le rapport S/B vaut 400.
1. Quelle est la valeur de ce rapport en décibels ?
2. Même question avec un rapport S/B de 40 000.
3. Quelle est la valeur N en décibels d’un rapport S/B égal à 500 000 ?
EXERCICE 15
Soit la suite d’éléments binaires 0 1 1 1 1 1 1 0.
1. Représentez les signaux transmis lorsqu’on transmet en bande de base avec les codes
NRZ et Manchester.
2. Représentez les signaux transmis lorsqu’on transmet les données avec une modulation
d’amplitude à deux valeurs, une modulation de phase à deux valeurs, une modulation de
fréquence à deux valeurs.
3. Si le débit D est connu, quelle est la rapidité de modulation R ?
EXERCICE 16 : Formule de Shannon
Si on n’utilise pas de techniques de compression de données, une transmission de voix
numérisée nécessite un débit binaire de 64 kbit/s.

xDSL : BTS/ LP/MP-HIT-T/Par Ing. A. AKANATE 1ère Edition HIT-TECHNOLOGY/ESMIT Page 58 sur 76
HIT-T SARL U : web : www.hittechnologie.com E-mail : formationfacile.hitt.tg@gmail.com Tel : (+228)90-47-51-03 /97-31-77-52
Enregistré sous le décret n° 2012-008/PR du 07-03-2012, Arrêté n° 011/MCPSP/CAB/DPSP du 13-04-2012

a. En supposant que la transmission se fasse par des signaux modulés de valence 32, quelle
est la bande passante disponible, sachant que celle-ci est égale à la moitié de la rapidité de
modulation utilisée ?
b. Quel doit être le rapport S/B de la ligne de transmission offrant un débit binaire de 64
kbit/s et possédant une largeur de bande trouvée dans la question précédente ? On
exprimera cette valeur en vraie grandeur et en décibels.
EXERCICE 17 : Installation, configuration et commandes réseaux
Matériels nécessaires pour la réalisation du travail : Câble Ethernet à paires torsadées, connecteurs
RJ45, Ordinateurs équipés de cartes réseaux sous le système d’Exploitation Windows XP ou 7/8, Suite
bureautique MS Office.
Objectif de la manipulation
Installer, configurer et joindre un ordinateur de bureau à un réseau informatique, faire fonctionner
quelques services réseaux, effectuer quelques diagnostics et dépannages réseaux.
L’étudiant devra répondre à quelques questions dans son document de travail.
Préliminaires
Créer et enregistrer un fichier Word sous votre «nom_prénom_ds2_S2_rx_2016-2017 » sur votre
bureau.
Répondre ensuite aux questions qui suivent dans le fichier créé.
Questions
1. Quelles sont les différences principales entre un réseau de transmission de circuit et un
réseau de transmission à commutation par paquets ?
2. Quel est le rôle d’un commutateur (Switch) ?
3. Quel type d'équipement faut-il pour connecter un réseau en bus Ethernet à un réseau en
anneau FDDI ?
4. Un routeur agit au niveau 4 du modèle OSI. Vrai ou faux ? Pourquoi ?
5. Combien de classes d’adresses IP distingue-t-on ? Citer-les.
Câblage et manipulation des commandes
1. Mettre en réseau deux (2) ordinateurs : Prendre l’un des deux ordinateurs comme votre
poste de travail, traiter et capturer les écrans et les mettre dans le document word créé.
i. Quel est le matériel nécessaire pour la mise en réseau de deux ordinateurs ?
ii. Quelle est l’adresse MAC de votre carte réseau ?
iii. Quelle est l’adresse IP de votre poste de travail ?
iv. Donner la table de routage de votre poste de travail.
v. Quel est le nom d’hôte de votre ordinateur ?
vi. Quelle est la différence entre une adresse IP et une adresse MAC ?
vii. Expliquer le chemin d’accès à l’interface de configuration des adresses (IP, masque de
réseau, passerelle, dns) de votre machine.
2. Quel type de câble faut-il pour interconnecter respectivement deux équipements de même
nature et deux équipements différents ?
3. Quels sont les avantages que présente l’utilisation d’un switch par rapport à un
concentrateur dans un réseau local ?
4. Donner et expliquer deux paramètres de la commande ‘net’

xDSL : BTS/ LP/MP-HIT-T/Par Ing. A. AKANATE 1ère Edition HIT-TECHNOLOGY/ESMIT Page 59 sur 76
HIT-T SARL U : web : www.hittechnologie.com E-mail : formationfacile.hitt.tg@gmail.com Tel : (+228)90-47-51-03 /97-31-77-52
Enregistré sous le décret n° 2012-008/PR du 07-03-2012, Arrêté n° 011/MCPSP/CAB/DPSP du 13-04-2012

5. Exécuter, expliquer et capturer l’écran de la commande ‘route print’.


NB1: Les écrans de capture et les explications seront mis dans le document Word créé plus haut.
NB2: Installer et configurer un réseau constitué de deux machines pour le test des commandes.
EXERCICE 18 (Numérisation de données)
Presque tous les transports d'information s'effectuent aujourd'hui en numérique : téléphone,
TV numérique, Web, etc… Pour ce faire, les signaux analogiques doivent au préalable être
transformés en une suite d'éléments binaires.
Trois opérations successives doivent être réalisées pour arriver à cette numérisation :
a. Qu’est-ce que la numérisation de données?
b. Donner et définir les principales phases de numérisation des données.
EXERCICE 19

1. Donner trois (3) méthodes d’accès à Internet.


2. Qu’est-ce que le xDSL ?
3. Donner et expliquer trois (3) technologies de la famille ADSL.
4. VDSL est une technique asymétrique : Vrai ou faux ?
EXERCICE 20

1. Que signifie QAM ?


2. Quel type de multiplexage est utilisé dans la technologie ADSL ?
3. Qu’est-ce que le DSLAM ?
4. SDSL est une technique asymétrique : Vrai ou faux ?
CORRIGES PROPOSES DES EXERCICES
Réponse Exo19
1. ADSL, Wi-Fi, Satellite
2. Famille d’accès à internet utilisant le cuivre de la boucle locale……..
3. ….

FIN

xDSL : BTS/ LP/MP-HIT-T/Par Ing. A. AKANATE 1ère Edition HIT-TECHNOLOGY/ESMIT Page 60 sur 76
HIT-T SARL U : web : www.hittechnologie.com E-mail : formationfacile.hitt.tg@gmail.com Tel : (+228)90-47-51-03 /97-31-77-52
Enregistré sous le décret n° 2012-008/PR du 07-03-2012, Arrêté n° 011/MCPSP/CAB/DPSP du 13-04-2012

GLOSSAIRE

A M
AA : Access Adapter, adaptateur d’accès au MIC : Modulation par Impulsion et Codage,
noeud central. technique utilisée par les opérateurs de
AAL5 : ATM Adaptation Layer 5, couche télécommunications consistant à transformer la parole
d'adaptation à l'ATM téléphonique analogique en signal numérique par le
biais d’un codec (voir PCM en anglais).
Adressage plat : Ensemble dans lequel les adresses
n’ont aucune relation les unes avec les autres. Mode avec contention : Mode dans lequel plusieurs
Adresse IP : Adresse logique du destinataire d’un stations doivent se partager une ressource commune.
paquet IP permettant le routage du paquet dans le Mode circuit : Qui utilise la commutation de circuits.
réseau Internet par l’intermédiaire de nœuds de
Mode commuté : Mode utilisant un transfert de
transfert, appelés routeurs.
paquets de type commutation.
Adresse logique : Adresse qui n’est pas physique,
Mode maître-esclave : Indique qu’une extrémité de
c’est-à-dire qui n’est pas attachée à une connexion
la liaison dirige l’autre et lui demande explicitement
déterminée par son emplacement géographique. Les
de transmettre de temps en temps. Dans une
adresses logiques Internet sont les adresses IP.
procédure équilibrée, les deux extrémités de la liaison
Adresse MAC (Medium Access Control) : Adresse peuvent émettre à un moment quelconque.
physique du coupleur Ethernet.
Mode paquet : Qui utilise un transfert de paquets.
Adresse physique : Correspond à une jonction
Mode sans connexion : En anglais connectionless,
physique à laquelle est connecté un équipement
type de fonctionnement dans lequel un émetteur peut
terminal, comme un téléphone ou une carte coupleur.
envoyer de l’information vers un récepteur sans lui
Adresse unique (unicast): Adresse qui n’est pas demander d’autorisation préalable. Les protocoles IP
partagée avec un autre équipement. et Ethernet sont en mode sans connexion.
ADSL : ASYMMETRIC DIGITAL SUBSCRIBER Modèle de référence : Modèle décrivant un service
LINE, fait partie d’une famille d’accès à haut débit de télécommunication par un ensemble de sept (7)
(d’où le nom générique xDSL donné à ces techniques couches fonctionnelles.
de transmission), qui utilise les lignes téléphoniques
Modèle UIT-T : Modèle mis en œuvre par
ordinaires comme support de transmission. L’ADSL
l’organisme de normalisation du monde des Télécoms
utilise la boucle locale raccordant chaque usager du
comportant trois plans : un plan utilisateur, un plan de
téléphone au central téléphonique dont il dépend.
contrôle et un plan de gestion.
Affaiblissement : Diminution de la puissance d’un
Modem : Modulateur-Démodulateur, appareil qui
signal au cours de sa propagation au sein d’une ligne
transforme les signaux binaires produits par les
de communication. Lorsque l’affaiblissement est trop
ordinateurs ou les équipements terminaux en des
important, la probabilité que le récepteur interprète
signaux également binaires, mais dotés d’une forme
mal la valeur du signal devient importante, et le taux
sinusoïdale, qui leur offre une propagation de
d’erreur augmente.
meilleure qualité.
ADSL : Asymmetric DSL (Digital Describer Line),
Modem câble : Modem transportant les données par
une des premières techniques DSL avec débits
le biais d’un câble de télévision coaxial (CATV).
asymétriques.

xDSL : BTS/ LP/MP-HIT-T/Par Ing. A. AKANATE 1ère Edition HIT-TECHNOLOGY/ESMIT Page 61 sur 76
HIT-T SARL U : web : www.hittechnologie.com E-mail : formationfacile.hitt.tg@gmail.com Tel : (+228)90-47-51-03 /97-31-77-52
Enregistré sous le décret n° 2012-008/PR du 07-03-2012, Arrêté n° 011/MCPSP/CAB/DPSP du 13-04-2012

Alternat : Voir semi-duplex. Grâce à une bande passante importante, son débit peut
AMR-WB : Adaptive Multi-Rate Wideband), codecs atteindre plusieurs mégabits par seconde.
large bande apportant une qualité vocale prévus dans Modulateur : Composant servant à moduler les
les réseaux LTE pour la mise en place de VoLTE signaux à émettre.
(Voice Over LTE). Modulation: Modification ou régulation des
AMRT : Accès Multiple à Répartition dans le Temps caractéristiques d’une porteuse d’ondes (courant
ou TDMA pour Time Division Multiple Access en électrique ou faisceau lumineux, par exemple) qui
anglais, c’est le multiplexage temporel utilisé dansvibre à une certaine amplitude (hauteur) et fréquence
les transmissions numériques de données. (temps), pour que les variations représentent une
Analogique : Qui représente, traite ou transmet des information significative.
données sous la forme de variations continues d’une Modulation d’amplitude quadratique: Technique
grandeur physique. de modulation utilisée par un modem ADSL
Anneau : Topologie dans laquelle le support relie permettant de transporter 4 bits à chaque signal.
toutes les stations de manière à former un circuit en Modulo de congruence : Voir modulo n.
boucle. L’information circule dans une seule Modulo n : Encore dit modulo de congruence, est une
direction, le long du support de transmission. relation d’équivalence entre deux entiers dont la
ANSI: American National Standards Institute. différence est un multiple de n.
Application dissymétrique: Application qui ne Multibande : Qui peut accéder à plusieurs bandes.
génère pas le même trafic dans un sens et dans Les téléphones portables GSM tribandes accèdent aux
l’autre. bandes 900, 1800 et 1900 MHz.
Arbre : Extension de la topologie en bus dans Multicast : Mode de diffusion correspondant à une
laquelle les équipements terminaux sont connectés application multipoint. Une adresse multicast indique
sur des hubs reliés les uns aux autres jusqu’au hub une adresse de groupe et non pas une seule entité.
racine. S’adapte très bien au câblage en étoile. Multiplexage : Subdivision d’un même canal de
Arpanet : Premier réseau à commutation de paquets transmission physique en deux ou plusieurs sous-
développé aux Etats-Unis par la DARPA. canaux logiques.
ASCII (Code) : American Standard Code for Multiplexage en code : Multiplexage utilisant une
Information Interchange, code normalisé à 7 technique CDMA (Code Division Multiple Access),
moments et 128 caractères utilisé pour l’échange c’est-à-dire se servant de code pour transiter des
d’informations. communications simultanément.
Asynchrone : Mode de transmission des données Multiplexage en fréquence : Multiplexage dans
dans lequel l’instant d’émission de chaque caractère lequel chaque voie basse vitesse possède sa propre
ou bloc de caractères est arbitraire. bande passante sur la voie haute vitesse.
ATIS : Alliance for Telecommunications Industry Multiplexage en longueur d’onde : Procédé
Solutions. consistant à émettre simultanément plusieurs
ATM: Asynchronous Transfer Module (ou Mode), il longueurs d’onde, c’est-à-dire plusieurs lumières, sur
s’agit d’un mode de transfert asynchrone, technique un même cœur de verre.
de multiplexage et d’acheminement pour réseau Multiplexage temporel : Multiplexage dans lequel le
multiservice à haut débit. temps est découpé en tranches, ces dernières étant

xDSL : BTS/ LP/MP-HIT-T/Par Ing. A. AKANATE 1ère Edition HIT-TECHNOLOGY/ESMIT Page 62 sur 76
HIT-T SARL U : web : www.hittechnologie.com E-mail : formationfacile.hitt.tg@gmail.com Tel : (+228)90-47-51-03 /97-31-77-52
Enregistré sous le décret n° 2012-008/PR du 07-03-2012, Arrêté n° 011/MCPSP/CAB/DPSP du 13-04-2012

ATM-Forum : Regroupement d’industriels œuvrant affectées régulièrement à chaque voie basse vitesse.
dans le domaine de l’ATM. Multiplexage temporel asynchrone : Multiplexage
Attribution d'une bande de fréquences: Inscription se fondant sur le temps, mais sans synchronisation,
dans le tableau d'attribution des bandes de permettant l’émission des flots venant de voies basse
fréquences, d'une bande de fréquences déterminée, vitesse.
aux fins de son utilisation par un ou plusieurs Multiplexeur (ou mux) : Appareil concentrant
services de radiocommunication de terre ou spatiale, plusieurs voies de communication distinctes,
ou par le service de radioastronomie, dans des provenant de machines différentes, sur une ligne
conditions spécifiées. Ce terme s'applique également unique, pour aller à un même point distant. Un
à la bande de fréquences considérée. démultiplexeur est nécessaire à l’autre extrémité pour
Autocommutateur : Equipement réalisant les que les différentes voies de communication
commutations de circuits nécessaires à la superposées puissent être récupérées.
communication entre deux personnes. Multipoint : Mode de connexion dans lequel on
B envoie de l’information simultanément vers plusieurs
points d’un réseau. Une application multipoint est une
Bande de base : Codage sous forme de créneaux application qui envoie son flot de paquets vers
indiquant des valeurs de 0 et de 1. plusieurs récepteurs.
Bande Ka : Bande de fréquences située entre 27 et Mux : Voir multiplexeur.
40 GHz.
N
Bande passante : Plage des fréquences qui peuvent
être transmises correctement sur un support. Elle Nœud (ou nœud de transfert) : Tout élément d’un
s’exprime en Herz (Hz). réseau (commutateur, routeur, etc.) affecté d’une
adresse permettant de transférer des blocs
BAS : Broadband Access Server, serveur d'accès à la d’information (paquets, trame, cellule) d’une entrée
bande passante. vers une sortie. Le rôle d’un nœud de transfert peut se
Baud : Nombre de temps élémentaire, ou top résumer à trois fonctions : l’analyse de l’en-tête du
d’horloge, par seconde. paquet et sa traduction, la commutation ou routage
vers la bonne ligne de sortie, la transmission des
BER (Bit Error Rate) : Voir taux d’erreur.
paquets sur la liaison de sortie choisie.
BLU : Bande Latérale Unique, technique de
NRA : Noeud de Raccordement d’Abonnés, il
modulation utilisée dans la hiérarchie FDM
possède aussi un dispositif de filtrage permettant de
téléphonique. diriger le flux de données numériques ADSL vers le
Boucle locale : Partie terminale d’un réseau DSLAM (Digital subscriber line access multiplexer)
desservant l’utilisateur. Ce sont les derniers mètres et la voix analogique vers le réseau RTC (Réseau
Téléphonique Commuté).
ou kilomètres à parcourir sur le réseau, par exemple
la ligne téléphonique qui va du combiné de l’abonné NRZ: No Return to Zero.
jusqu’au routeur ou commutateur de rattachement de Numérisation : Opération consistant à transformer un
l’opérateur. signal analogique, comme la parole, en une suite
Broadcast : Correspond à une application en d’éléments binaires (0 et 1). Ce processus consiste à
diffusion, dans laquelle tous les récepteurs doivent prendre des points dans le temps, appelés
recevoir le message. Une application broadcast est un échantillons, et à envoyer leur valeur numérique vers
le récepteur.

xDSL : BTS/ LP/MP-HIT-T/Par Ing. A. AKANATE 1ère Edition HIT-TECHNOLOGY/ESMIT Page 63 sur 76
HIT-T SARL U : web : www.hittechnologie.com E-mail : formationfacile.hitt.tg@gmail.com Tel : (+228)90-47-51-03 /97-31-77-52
Enregistré sous le décret n° 2012-008/PR du 07-03-2012, Arrêté n° 011/MCPSP/CAB/DPSP du 13-04-2012

cas particulier d’application multicast. V


Bruit : Perturbation d’une transmission susceptible OSI : Opened Systems Interconnection, en français
de dégrader le signal. interconnexion des systèmes ouverts, ou modèle OSI
BSC: Base Station Controller, ou contrôleur de est le modèle de référence des architectures réseaux.
station de base, station qui contrôle les OSPF : Open Shotest Path First, protocole de routage
communications dans un groupe de cellules dans un de la couche réseau du modèle OSI qui garde en
réseau de mobiles GSM. mémoire l’état des liaisons.
BSS: Base Station Sub-system. P
BTS: Base Transceiver Station, station de base Paire métallique : Support de communication
faisant office d’émetteur-récepteur et gérant une constitué d’une ou plusieurs paires de fils métalliques
cellule dans un réseau de mobile GSM. capables de véhiculer des données à un débit
dépendant principalement de la longueur du support et
C
du diamètre des fils.
Câble coaxial : Câble à deux conducteurs composé
d’un fil central à l’intérieur d’une gaine cylindrique PAN (Personal Area Network) : Petit réseau
personnel de quelques mètres d’étendue permettant
reliée à la terre.
d’interconnecter des machines personnelles : PC
Câble radio : Canal de transmission dans les bandes portable, mobile téléphonique, agenda électronique,
de fréquences radioélectriques. etc.
CAP : Carrierless Amplitude Modulation, technique Paquet : Entité de base acheminée par les réseaux.
de modulation dérivée du MAQ (ou QAM, en Un paquet contient un nombre variable ou fixe
anglais). d’éléments binaires. Longtemps assez courts, de façon
à éviter les erreurs, les paquets se sont allongés à
Capacité : Quantité d’information qu’un ordinateur
mesure que les taux d’erreur diminuaient, et ils
ou un périphérique peut stocker ou traiter.
peuvent atteindre aujourd’hui plusieurs milliers
Consommation de bande passante.
d’octets.
Capsule : Entité de transport, cellule, trame ou
Paquet d’appel : Paquet de supervision introduit
paquet, permettant d’encapsuler une autre entité de
dans la recommandation X.25 pour ouvrir le circuit
transport.
virtuel.
Caractère : Tout chiffre (en numérotation décimale
Paquet de demande d’interruption : Paquet
ou autre), lettre, signe, de ponctuation, etc., entrant
permettant de stopper la transmission sur un circuit
dans la constitution d’un message.
virtuel et de la redémarrer de façon coordonnée.
Carte réseau : Voir coupleur.
Paquétisation : Action de regrouper en paquets le flot
Care SIM : Voir SIM. de bits à transporter. Une information de contrôle est
CATV: Community Antenna Television, ou câble ajoutée pour indiquer à qui appartient le paquet et à
d’antenne de télévision, câble coaxial de 75 W, dont qui il est destiné.
la largeur de bande dépasse le gigahertz. Parallélisme : Passage simultané de plusieurs bits par
CBR: Constant Bit Rate. l’intermédiaire de plusieurs fils en parallèle.

CCITT : Comité Consultatif International Pare-feu (firewall) : Passerelle que les entreprises
Télégraphique et Téléphonique, responsable entre placent en entrée de réseau pour sécuriser les

xDSL : BTS/ LP/MP-HIT-T/Par Ing. A. AKANATE 1ère Edition HIT-TECHNOLOGY/ESMIT Page 64 sur 76
HIT-T SARL U : web : www.hittechnologie.com E-mail : formationfacile.hitt.tg@gmail.com Tel : (+228)90-47-51-03 /97-31-77-52
Enregistré sous le décret n° 2012-008/PR du 07-03-2012, Arrêté n° 011/MCPSP/CAB/DPSP du 13-04-2012

autres de la normalisation de l’Asynchronous communications venant de l’extérieur.


Transfer Mode, et constitue un bon exemple de Passerelle : Equipement permettant de passer d’un
réalisation des couches 1, 2,3 définies par l’OSI. réseau à un autre réseau.
CDMA : Code Division Multiple Access, variante de PCM : Pulse Coded Modulation (voir MIC en
multiplexage utilisée dans la norme américaine IS-95 français)
ou promue pour l'UMTS.
PCU : Packet Control Unit, il remplit les fonctions
Cellule : 1. Nom donné au paquet ATM en raison de suivantes : Renforce le contrôleur BSC, Partage
sa taille toujours égale à 53 octets, soit 424 bits, dont dynamique des ressources radio entre les utilisateurs,
48 octets de données utilisateurs. 2. Dans un réseau Retransmission des données perdues ou erronées.
de mobiles, zone géographique déterminée où l’on
peut capter les signaux d’une antenne et émettre des Poids : Valeur donnée à un élément de réseau pour
signaux vers cette antenne. indiquer son importance.

Codage : Technique de numérisation consistant à Point-à-multipoint : Transmission d’un point vers


affecter une valeur numérique aux échantillons plusieurs points. Une application point-à-multipoint
obtenus lors de la phase d’échantillonnage. Ces est dite multipoint.
valeurs sont ensuite transportées dans le signal Point-à-point : Mode de connexion ne mettant en jeu
numérique. que deux interlocuteurs, à la différence du multipoint
Codage différentiel : Technique de codage dans et de la diffusion.
laquelle, au lieu de coder la valeur complète de Porteuse : Fréquence spécifique d’un canal (courant
l’échantillon, on ne transmet que la différence avec électrique ou faisceau lumineux, par exemple) qui
l’échantillon précédent. peut être modulé pour acheminer une information.
Codage Manchester : Type de codage en bande de POTS : Plain Old Telephone Service, services
base adopté dans les réseaux Ethernet et permettant téléphoniques analogiques de base (dans la bande
de déterminer facilement les collisions. passante 4 kHz).
Code : Système conventionnel de signaux permettant Protocole : Ensemble de règles à respecter aux deux
la transformation d’un message en vue de sa extrémités communicantes d’un réseau pour qu’un
transmission. transport d’information soit possible. La méthode de
Code ASCII : American Standard Code for transfert de données définie par un protocole constitue
Information Interchange, code normalisé à 7 le moyen d’acheminer les informations sur le réseau.
moments et 128 caractères utilisés pour l’échange Q
d’informations.
QoS : Quality of Service, qualité de service en
Code bipolaire : Code « tout ou rien » dans lequel le français. 1. Critère indiquant de façon plus ou moins
bit 1 est déterminé par un courant positif ou négatif, à subjective la qualité avec laquelle un service est
tout de rôle, de façon à éviter les courants continus. rendu. 2. Possibilité pour un utilisateur de demander
Ce code laisse le bit 0 défini par un courant nul. au réseau le transport de ses paquets avec une garantie
Code NRZ : Non Return to Zero, codage dans lequel de qualité déterminée.
le signal ne revient jamais à 0. Quantification : Technique de numérisation
Codec : Codeur-décodeur, appareil qui effectue le consistant à représenter un échantillon par une valeur
codage numérique d’un signal analogique lors de son numérique au moyen d’une loi de correspondance.
émission ou qui restitue (décodage) un signal

xDSL : BTS/ LP/MP-HIT-T/Par Ing. A. AKANATE 1ère Edition HIT-TECHNOLOGY/ESMIT Page 65 sur 76
HIT-T SARL U : web : www.hittechnologie.com E-mail : formationfacile.hitt.tg@gmail.com Tel : (+228)90-47-51-03 /97-31-77-52
Enregistré sous le décret n° 2012-008/PR du 07-03-2012, Arrêté n° 011/MCPSP/CAB/DPSP du 13-04-2012

analogique lors de la réception d’un signal R


numérique. Radiologiciel (software Radio) : Emetteur-récepteur
Commutateur : Nom donné au nœud d’un réseau de de fréquences radio, comme un téléphone portable ou
transfert à commutation de paquets (Equipement un pager, reconfigurable ou personnalisable.
d’interconnexion de la couche 3 du modèle OSI). Rapidité de modulation : Noté R, exprimée en
Commutateur Banyan : Commutateur de cellules bauds, indique le nombre de symboles transmis par
ATM construit à base de commutateurs élémentaires unité de temps. Si Δ représente la durée (en secondes)
2x2 reliés entre eux pour permettre un maximum de de l’intervalle de temps séparant deux valeurs
parallélisme. significatives du signal, alors R = 1/Δ bauds.
Commutation : Opération permettant à une Rapport signal sur bruit : Rapport R
information de progresser vers son destinataire par d’affaiblissement d’un signal exprimé sous la forme
établissement d’une liaison de bout en bout dans un 𝑅=
𝑆
, où S correspond à l’énergie du signal et B à
𝐵
réseau maillé. Dans un réseau à commutation, les
l’énergie du bruit.
paquets empruntent toujours la même route et se
suivent les uns les autres. Répéteur : Organe non intelligent, qui répète
automatiquement et régénère tous les signaux qui lui
Commutation de cellules (Cell Switching) :
arrivent en transitant d’un support vers un autre
Commutation de trames propre aux réseaux ATM,
support.
dans lesquels toutes les trames possèdent une
longueur fixe de 53 octets. Réseau à jeton : Réseau dans lequel seule la station
qui possède le jeton peut transmettre.
Commutation de circuits (Circuit Switching) :
Type de commutation dans lequel un circuit joignant Réseau ad-hoc : Réseau spontané qui n’utilise aucun
deux interlocuteurs est établi à leur demande par la point d’accès fixe, dans lequel l’infrastructure n’est
mise bout en bout des circuits partiels. Le circuit est composée que des stations elles-mêmes, ces dernières
désassemblé à la fin de la transmission. jouent à la fois le rôle de terminal et de routeur pour
permettre le passage de l’information d’un terminal
Commutation de paquets (Packet Switching) :
vers un autre sans que ces terminaux soient reliés
Technique de transfert de paquets utilisée lorsque la
directement. La caractéristique essentielle d’un réseau
méthode pour déterminer la route est une
ad-hoc est l’existence de tables de routage dynamique
commutation. Elle consiste à découper le message à
dans chaque nœud.
transmettre en petits blocs de taille fixe (500 à 2000
bits) auxquels sont associés des informations sur Réseau AppleTalk : Réseau local d’Apple Computer.
l’émetteur et le destinataire. Réseau cellulaire : Réseau constitué de cellules, ou
Commutation de trames (Frame Switching) : zones géographiques, dont tous les points peuvent être
Méthode de transfert consistant à commuter des atteints à partir d’une même antenne. (Voir réseau de
trames dans le nœud, ce qui a pour effet de les mobiles).
transmettre directement sur la ligne, juste après les Réseau d’accès (ou boucle locale, ou encore réseau
avoir aiguillées vers la bonne porte de sortie. Le de distribution) : Partie d’un réseau reliant chaque
relais de trames et la commutation Ethernet en sont utilisateur, individuellement ou par le biais de son
des exemples. entreprise, au réseau d’un opérateur.
Commutation Ethernet (Ethernet Switching): Réseau datagramme : Réseau utilisant des
Technique de routage qui consiste à commuter les datagrammes, autrement dit réseau en mode sans
trames Ethernet par le biais de commutateurs. Les

xDSL : BTS/ LP/MP-HIT-T/Par Ing. A. AKANATE 1ère Edition HIT-TECHNOLOGY/ESMIT Page 66 sur 76
HIT-T SARL U : web : www.hittechnologie.com E-mail : formationfacile.hitt.tg@gmail.com Tel : (+228)90-47-51-03 /97-31-77-52
Enregistré sous le décret n° 2012-008/PR du 07-03-2012, Arrêté n° 011/MCPSP/CAB/DPSP du 13-04-2012

références nécessaires pour effectuer la commutation connexion, comme les réseaux IP.
proviennent soit des adresses absolues utilisées, soit Réseau de distribution : Voir réseau d’accès.
de références spécifiques nouvellement créées.
Réseau de mobiles : Ensemble des équipements
Compression : Réduction par codage de la taille terminaux mobiles qui utilisent la voie hertzienne
d’un ensemble de données, en vue de limiter les pour communiquer.
besoins en capacité.
Réseau de signalisation : Réseau qui transporte des
Concentrateur : Organe permettant de concentrer le informations de supervision.
trafic et pouvant posséder une intelligence capable de
gérer diverses commutations et divers protocoles. Réseau domotique : Voir PAN.

D Réseau étendu : Voir WAN.

Datagramme : Type de paquet qui peut se suffire à Réseau Ethernet : Réseau local très répandu
lui-même pour arriver à destination, comme une autorisant des débits élevés à moindre coût sur câble
lettre que l’on met à la poste avec l’adresse complète coaxial, paire torsadée, fibre optique ou par voie
du destinataire. Désigne le paquet IP. hertzienne.

DCE : Data Communication Equipement, ETCD en Réseau FDDI (Fiber Distributed Data Interface) :
français. Réseau à jeton utilisant un support de capacité 100
Mbit/s sur lequel un jeton synchronisé se déplace.
DCS-1800 : Digital Communication System, réseau
mobile dont les caractéristiques sont quasi identiques Réseau large bande : Réseau proposant de très hauts
au GSM en termes de protocoles et de service. débits à ses clients.

Débit binaire : Noté D, il représente le nombre de Réseau local sans fil : Type de réseau en plein
bits transmis par seconde. On peut préciser, en outre, développement du fait de la flexibilité de leur
que le débit est en mode duplex intégral, semi-duplex interface, qui permet à un utilisateur de changer de
ou en simplex. place dans une entreprise tout en restant connecté.

Décibel : Unité, notée dB, servant à mesurer la Réseau maillé : Ensemble de nœuds reliés par des
puissance. lignes de communication permettant le choix entre
plusieurs routes d’une entrée du réseau vers une
Diffusion (en anglais broadcast) : Mode de sortie.
transmission dans lequel une information transmise
par un émetteur peut être captée par tout récepteur Réseau métropolitain : Voir MAN.
capable de le faire. Réseau partagé : Réseau dans lequel plusieurs
Dispersion : Déformation du signal provenant d’une utilisateurs se partagent un même support physique.
vitesse de propagation légèrement différente suivant Toutes les machines terminales émettent sur ce
les fréquences. support, la principale conséquence concerne un risque
de collision entre les signaux.
Disponibilité : Permet d’évaluer la proportion de
temps pendant lequel la transmission est possible Réseau sémaphore : Réseau spécialisé dans le
(absence de panne ou de coupure). On peut transport des commandes de signalisation.
s’intéresser également au nombre d’incidents et à Réseau Téléphonique Commuté (RTC) :
leur durée cumulée, afin de déterminer la durée Correspond à l’environnement téléphonique que nous
moyenne et le coût d’une panne. connaissons, constitué de lignes de communication
Distorsion de phase : Problème dû à des travaillant en mode circuit.

xDSL : BTS/ LP/MP-HIT-T/Par Ing. A. AKANATE 1ère Edition HIT-TECHNOLOGY/ESMIT Page 67 sur 76
HIT-T SARL U : web : www.hittechnologie.com E-mail : formationfacile.hitt.tg@gmail.com Tel : (+228)90-47-51-03 /97-31-77-52
Enregistré sous le décret n° 2012-008/PR du 07-03-2012, Arrêté n° 011/MCPSP/CAB/DPSP du 13-04-2012

interférences modifiant les phases d’un signal. Réseau Token-Ring (Littéralement «anneau à
Distribué : Réparti dans plusieurs lieux, qui peuvent jeton») : Réseau local utilisant une technique d’accès
de type jeton non adressé sur une boucle.
être éloignés géographiquement.
Distribution : Ensemble des méthodes permettant un Réseau X.25 de niveau 3: Partie du protocole X.25
concernant le niveau paquet.
accès au réseau au plus proche de l’utilisateur.
Ressource radioélectrique : Bande passante
DMT : Discrete Multitone, technologie DSL qui
disponible dans le domaine des ondes radioélectriques
divise le signal en 256 sous-canaux ou encore type de
utilisées pour les réseaux de mobiles.
modulation particulière utilisée dans la transmission
des données ADSL. RJ-45 : Prise à huit contacts que l’on rencontre de
DSL : Digital Subscriber Line, ou xDSL, famille de plus en plus souvent dans les installations
technologies qui définit des transmissions à hauts téléphoniques et réseaux de données.
débits sur la boucle locale reliant le central télécoms RNIS : Réseau Numérique à Intégration des Services
le plus proche à un abonné. (ISDN en anglais), réseau développé au début des
DSLAM : Digital subscriber line access années 80 pour permettre le transport d’application
multiplexer, en français Multiplexeur d’accès DSL. intégrant au moins la voix et les données en utilisant
Pour faire simple et imagé, c’est le modem ADSL une interface unique avec tous les réseaux disponibles
qui est à l’autre bout de la ligne de cuivre. Un chez les opérateurs de télécommunications.
DSLAM est un boîtier qui contient 500 à 1000
modems ou plutôt, qui a une capacité 500 à 1000 Routage : Détermination du chemin emprunté dans
lignes pour les DSLAM d’aujourd’hui. un réseau maillé par un message ou un paquet de
données pour arriver à destination. Dans un réseau à
DTE : Data Terminal Equipement, ETTD en
routage, les paquets ne suivent pas forcément la même
français.
route et, de ce fait, n’arrivent pas automatiquement
Duplex (ou full-duplex) : Nom donné aux liaisons dans l’ordre.
bidirectionnelles simultanées, qui permettent une
Routage de paquets : Technique de transfert de
transmission simultanée dans les deux sens.
paquets utilisée lorsque la méthode pour déterminer le
E chemin à suivre est un routage.
Echantillonnage : Technique consistant à ne Routage fixe : Technique de routage particulièrement
prélever sur un signal donné que des échantillons simple dans laquelle la table de routage ne varie pas
d’information à des intervalles de temps réguliers etdans le temps. Chaque fois qu’un paquet entre dans un
suffisamment proches pour conserver une image nœud, il est envoyé dans la même direction, qui
fidèle du signal d’origine. correspond, dans presque tous les cas, à la route la
Echo : Phénomène susceptible d’affecter un circuit plus courte.
de transmission, qui consiste en une répercussion du Routage hot-potatoe (patate chaude) : Technique de
signal vers son émetteur avec une puissance routage distribuée dans laquelle le paquet est transmis
suffisante pour qu’il soit décelable. sur la première ligne de sortie vide.
ECMA : European Computer Manufacturers Routage multichemin : Technique de routage
Association, organisme de normalisation européen déterminant plusieurs chemins simultanément pour
ayant contribué, avec l’IEEE, à la définition des aller d’un émetteur à un récepteur.
réseaux Ethernet.
Routeur : Equipement permettant d’effectuer un
EDGE : Pour Enhanced Data Rates for GSM transfert de paquets (couche 3 du modèle OSI), qui

xDSL : BTS/ LP/MP-HIT-T/Par Ing. A. AKANATE 1ère Edition HIT-TECHNOLOGY/ESMIT Page 68 sur 76
HIT-T SARL U : web : www.hittechnologie.com E-mail : formationfacile.hitt.tg@gmail.com Tel : (+228)90-47-51-03 /97-31-77-52
Enregistré sous le décret n° 2012-008/PR du 07-03-2012, Arrêté n° 011/MCPSP/CAB/DPSP du 13-04-2012

Evolution, cette norme est évoquée comme une utilise l’adresse se trouvant dans l’entête du paquet
« pré-3G ». EDGE est connu comme étant un réseau pour déterminer la meilleure route à suivre pour
mobile de la génération 2.75. acheminer le paquet vers son destinataire.
En-tête de paquet : Partie d’un paquet contenant les Routeur central (core router) : Routeur se trouvant
données de supervision. au centre du réseau, sans connexion avec les
ETCD : Équipement Terminal de Circuit de utilisateurs.
Données, DCE en anglais. Routeur d’entrée (edge router) : Routeur se
Ethernet commuté : Réseau local utilisant un trouvant à l’entrée d’un réseau.
routage quasiment fixe, qui ressemble à une Routeur-commutateur (ou LSR, Label Switch
commutation, d’où le nom de commutation Ethernet. Router) : Technique d’acheminement des paquets
Ethernet jaune : Réseau Ethernet de base, qui doit utilisant une architecture double, avec une partie
routeur et une partie commutateur, l’application
son nom à la couleur du câble coaxial utilisé.
choisissant si son flot doit transiter via une
Ethernet partagé : Réseau comportant un support commutation ou un routage.
physique commun à l’ensemble des terminaux. Le
support commun peut être aussi bien un câble S
métallique qu’une fibre optique ou une fréquence Semi-duplex (ou à l’alternat, ou encore half-
hertzienne. duplex) : Nom donné aux liaisons bidirectionnelles
Etoile : Topologie d’un réseau dans lequel chaque qui transforment l’émetteur en récepteur et vice versa,
la communication changeant de sens à tour de rôle.
station est reliée à un nœud central.
ETSI : European Telecommunications Standards Sens descendant : Sens de transmission qui va de la
Institute, adapte les standards mondiaux aux station de base au terminal utilisateur.
différentes régions en Europe. Sens montant : Sens de transmission qui va du
ETTD : Équipement Terminal de Traitement de terminal utilisateur vers la station de base.
Données, DTE en anglais. Signal : Grandeur physique mesurable servant à
Extrémité : Partie terminant la connexion et représenter des informations de manière analogique
indiquant que la communication est de bout en bout. ou numérique. Un signal ne peut être transmis que sur
un canal de communication adapté.
F
Signalisation : Ensemble des éléments à mettre en
FAI : Fournisseur d’Accès Internet. Il s’agit œuvre dans un réseau de façon à assurer l’ouverture,
généralement d’une société auprès de laquelle on la fermeture et le maintien des circuits.
souscrit un abonnement internet mais le FAI peut
Signalisation dans la bande : Commandes circulant
aussi être une association, voire un particulier.
sur les mêmes voies de communication que les
Fast Ethernet : Réseau Ethernet à 100 Mbit/s dont informations.
la distance maximale entre les extrémités est de 512 Signalisation hors bande : Passage d’une commande
m. de signalisation dans un réseau différent du réseau
FDDI: Fiber Distributed Data Interface ANSI X3T9) utilisateur.
ou Fibre Channel, voir réseau FDDI. SIM (card): Subscriber Identity Module (card), carte
FDM : Frequency-division multiplexing équivalent SIM.
anglais de MRF (Multiplexage par répartition de Simplex: Nom donné aux liaisons unidirectionnelles,

xDSL : BTS/ LP/MP-HIT-T/Par Ing. A. AKANATE 1ère Edition HIT-TECHNOLOGY/ESMIT Page 69 sur 76
HIT-T SARL U : web : www.hittechnologie.com E-mail : formationfacile.hitt.tg@gmail.com Tel : (+228)90-47-51-03 /97-31-77-52
Enregistré sous le décret n° 2012-008/PR du 07-03-2012, Arrêté n° 011/MCPSP/CAB/DPSP du 13-04-2012

fréquence), est une technique qui consiste à c’est-à-dire qui ont toujours lieu dans le même sens,
regrouper plusieurs voies basses fréquences sur une de l’émetteur vers le récepteur.
grande voie haute fréquence. Sous-bande : Bande passante multiplexée sur un
FDMA: Frequency Division Multiple Access, l’une support de communication.
des trois principales politiques de réservation
Sous-réseau (en anglais LIS, pour Logical IP
utilisées dans le cadre des systèmes mobiles. Subnetwork) : Nom donné à chaque réseau
Correspond à la génération de radiotéléphonie participant à Internet.
analogique.
Station de base (Base transceiver Station) : Voir
Flot : Ensemble des paquets provenant d’une même BTS.
source et allant vers un même destinataire.
STP: Shielded Twisted Pair, paire torsadée blindée.
Formatage : Action de mettre les informations à
transporter dans un format prédéterminé. Support physique : Désigne le support de
transmission de l’information : câble métallique, fibre
Fragment : Bloc de données résultant du découpage optique ou onde hertzienne.
effectué par le protocole TCP de la suite d’octets en
provenance d’une application. Les fragments donnent Synchrone : Mode de transmission des données dans
en général naissance à un paquet IP. lequel l’émetteur et le récepteur se mettent d’accord
sur un intervalle constant entre la transmission des
Font descendant : Signal passant instantanément données, intervalle qui se répète sans arrêt dans le
d’une valeur à une autre dans le sens descendant. temps.
Front montant : Signal passant instantanément Synchronisation : Action consistant à déterminer des
d’une valeur à une autre dans le sens montant. instants où des événements doivent se produire.
G T
Gateway : Terme anglo-saxon qui signifie passerelle Table de commutation : Table de références qui sert
ou routeur en français. à diriger les paquets vers la bonne porte de sortie dans
GGP : Gateway to Gateway Protocol, protocole les commutateurs.
permettant la mise à jour de table de routage dans Table de routage : Table contenant des informations
ARPANET. relatives à la connexion d’un élément d’un réseau à
GGSN : Gateway GPRS Support Node, Il maintient d’autres nœuds et contrôlant les décisions de routage.
les informations identifiant l'abonné et les services Toutes les adresses susceptibles d’être atteintes sur le
utilisés. Il contrôle la localisation du mobile sur une réseau y sont répertoriées.
« Routing Area ». Taux d’erreurs : C’est le rapport entre le nombre de
Gigabit Ethernet : Réseau Ethernet à 1000 Mbit/s. bits erronés, sur le nombre total de bits transmis.
Gigarouteur : Routeur capable de gérer des ports Taux d’erreur résiduelle : Pourcentage d’erreurs qui
d’accès supportant des débits de l’ordre du gigabit ne sont pas découvertes et qui restent une fois que les
par seconde. algorithmes de détection et de correction d’erreur ont
Gigue : Paramètre indiquant la variance d’une effectué leur travail.
distribution. La gigue d’un réseau, ou plutôt du temps Taux d’utilisation : Paramètre mesurant l’utilisation
de réponse d’un réseau, permet de savoir si les d’une ressource. Ce taux est compris entre 0 et 1. Pour
paquets arrivent à peu près régulièrement ou au la valeur 1, la ressource est occupée en permanence ;

xDSL : BTS/ LP/MP-HIT-T/Par Ing. A. AKANATE 1ère Edition HIT-TECHNOLOGY/ESMIT Page 70 sur 76
HIT-T SARL U : web : www.hittechnologie.com E-mail : formationfacile.hitt.tg@gmail.com Tel : (+228)90-47-51-03 /97-31-77-52
Enregistré sous le décret n° 2012-008/PR du 07-03-2012, Arrêté n° 011/MCPSP/CAB/DPSP du 13-04-2012

contraire très irrégulièrement. pour la valeur 0, la ressource n’est jamais utilisée.


GMSC : Gateway Mobile Switching Center est un TDM : Time-Division Multiplexing ou multiplexage
élément d'un réseau de téléphonie mobile. C'est une temporel est plus moderne et mieux adaptée à la
variante de MSC qui permet notamment de fournir la transmission numérique. La technique de
fonction EDGE aux réseaux GSM. C'est un multiplexage temporel permet de transmettre à grande
équipement réalisant une fonction "passerelle" vitesse plusieurs signaux numériques en série sur un
(gateway) avec le réseau téléphonique seul canal de transmission.
commuté public (de signalisation et circuits) et avec TDMA : Time Division Multiple Access (ou AMRT :
les réseaux IP ; il met en forme et convertit les Accès Multiple à Répartition dans le Temps), l’une
données et les protocoles employés par les terminaux des trois principales politiques de réservation utilisée
compatibles GSM/EDGE d'un réseau mobile GSM. dans le cadre des systèmes mobiles. Correspond à la
Le protocole EDGE (et le codage radio associé) génération du GSM. C’est aussi le multiplexage
permettent d’augmenter les débits "données",
temporel utilisé dans les transmissions numériques de
principalement en voie descendante données.
GPRS : General Packet Radio Service, standard Télévision haute définition : Système de télévision
GSM de nouvelle génération prenant en charge les exigeant des transmissions à plus de 500 Mbit/s si
applications multimédias dans le cadre de la mobilité. aucune compression n’est effectuée. Après
GSM : Global System for Mobile communications, compression, la valeur peut tomber à 35 Mbit/s, voire
norme de communication numérique avec les à 4 Mbit/s.
mobiles dans la gamme des 1800 MHz finalisée en Télévision numérique : Système de télévision dont la
1987 par treize pays européens. qualité correspond à un canal de 4 ou 5 MHz de bande
H passante en analogique. Après compression, le débit
HDSL : High Bit Rate DSL, technologie qui permet peut redescendre à 2 Mbit/s, pratiquement sans perte
de qualité. Le principal standard pour la transmission
de transférer à 2 048 kbits/s sur une boucle locale
d’un canal de télévision numérique est MPEG-2.
sans répéteurs.
Théorème d’échantillonnage : Détermine le nombre
HLR : Home Location Register, base de données minimal d’échantillons nécessaires à une reproduction
permanente pour l’enregistrement des abonnés d’un correcte d’un signal analogique sur un support donné.
opérateur téléphonique dans les réseaux GSM, Ce nombre doit être au moins égal au double de la
GPRS, etc. bande passante.
Horloge : dispositif permettant d’obtenir des signaux Théorème de Shannon : Théorème donnant la
périodiques et servant de base aux techniques de capacité maximale d’un canal soumis à un bruit, selon
synchronisation et d’échantillonnage. S
la formule : C = W ∗ log 2 (B + 1) , où C représente
I
la capacité maximale en bit par seconde et W la bande
IEEE : Institute of Electrical and Electronics passante en hertz.
Engineers, organisme américain à l’origine de
TMSI: Temporary Mobile Subscriber Identity.
nombreuses publications et normes concernant
notamment les réseaux locaux. TOIP : Telephony Over Internet Protocol (IP)

IEEE 802.11 : Normalisation américaine des réseaux Token-Ring (réseau) : Encore dit anneau à jeton, est
locaux sans fil dont les fréquences se situent dans la un réseau local utilisant une technique d’accès de type

xDSL : BTS/ LP/MP-HIT-T/Par Ing. A. AKANATE 1ère Edition HIT-TECHNOLOGY/ESMIT Page 71 sur 76
HIT-T SARL U : web : www.hittechnologie.com E-mail : formationfacile.hitt.tg@gmail.com Tel : (+228)90-47-51-03 /97-31-77-52
Enregistré sous le décret n° 2012-008/PR du 07-03-2012, Arrêté n° 011/MCPSP/CAB/DPSP du 13-04-2012

gamme des 2,4 GHz. jeton non adressé sur une boucle.
IETF (Internet Engineering Task Force) : Organisme Top d’horloge : Voir baud.
de normalization member de l’IAB (Internet Topologie : (d’un réseau), c’est la façon dont sont
Architecture Board), chargé de résoudre les problems interconnectés les nœuds et les terminaux des
à court terme du monde Internet. Les documents utilisateurs. On distingue principalement trois (3)
qu’il publie se nomme des RFC (Request For topologies, l’étoile, le bus et l’anneau, qui peuvent
Comments). être combinées pour obtenir des topologies hybrides.
IGP : Interior Gateway Protocol Transcodage : Transformation d’un codage en un
IGRP : Version améliorée du protocole de routage autre codage.
RIP, mise au point par la compagnie Cisco pour ses Transfert de paquets : Technique générique qui
routeurs. consiste à transporter des blocs d’information de
IMAP : Internet Message Access Protocole, nœud en nœud pour les acheminer vers un récepteur.
protocole applicatif permettant de travailler à
U
distance sur le serveur de messagerie avant de
récupérer les messages SMTP. UIT-T : Union Internationale des
Télécommunications-standardisation du secteur
IMSI : International Mobile Subscriber Identity. Télécommunications, organisme de normalisation des
Infonet : Nom des réseaux IP interconnectant les opérateurs de Télécommunications.
équipements domotiques (capteurs, équipements UMSC: UMTS Mobile service Switching Center.
domestiques, etc.).
UMTS : Universal Mobile Telecommunications
Infrarouge : Rayonnement compris entre les System, version européenne de la génération, appelée
longueurs d’ondes de 0,8 μm et 1mm environ, 3G, des réseaux mobiles.
permettant de connecter des périphériques ou des
ordinateurs entre eux. USAT : Ultra Small Aperture Terminal : Terminal
recevant des signaux provenant d’un satellite grâce à
IRTF: Internet Research Task Force. une antenne de moins de 1 m de diamètre.
IS-95 : Principale version américaine normalisée UTP: Unshielded Twisted Pairs, nom de la paire de
pour la seconde génération de réseaux de mobiles. fils torsadée non blindée.
ISDN: Integrated Service Data Network, traduction UWB : Ultra-Wide Band, technologie consistant à
en langue anglaise de RNIS (Réseau numérique à émettre à une puissance très faible, en dessous du
Intégration de Services). bruit ambiant, mais sur une bande extrêmement large,
ISO (International Standardization Organization) : de sorte à avoir un débit élevé sur une distance de
Organisation non gouvernementale de quelques mètres.
standardisation créée en 1946 et installée à Genève.
V
Elle regroupe les principaux organismes de
normalisation d’une centaine de pays, comme Valence : Nombre de représentation d’un signal
l’Afnor pour la France, Din pour l’Allemagne ou numérique. Par exemple, pour un codage sur deux bits
𝑛 2
ANSI pour les Etats-Unis. Elle est à l’origine du (𝑉 = 2 , soit 𝑉 = 2 ) ce qui donne V=4 00 01 11
modèle OSI à sept couches, dit modèle de référence, 10.
pour l’interconnexion des systèmes ouverts. VBR: Variable Bite Rate.
ISP: Internet Service Provider (voir FAI en français). VDSL : Very high data DSL, famille de xDSL qui

xDSL : BTS/ LP/MP-HIT-T/Par Ing. A. AKANATE 1ère Edition HIT-TECHNOLOGY/ESMIT Page 72 sur 76
HIT-T SARL U : web : www.hittechnologie.com E-mail : formationfacile.hitt.tg@gmail.com Tel : (+228)90-47-51-03 /97-31-77-52
Enregistré sous le décret n° 2012-008/PR du 07-03-2012, Arrêté n° 011/MCPSP/CAB/DPSP du 13-04-2012

Itinérance (roaming) : Passage d’un réseau permet d’atteindre les débits les plus élevés en
d’opérateur à un autre réseau d’opérateur. asymétrique sur une paire de cuivre.
L’itinérance permet à un abonné d’un opérateur de se VHF : Very High Frequency, bande de fréquences
servir de son portable mobile sur le réseau d’autres située entre 300 MHz et 3 GHz.
opérateurs.
Vidéoconférence : Application vidéo approchant la
ITU : International Telecommunication Union, qualité du cinéma et demandant des débits
développe des standards mondiaux dans le domaine considérables. A ne pas confondre avec la
des télécommunications. visioconférence.
IUT-T: International Union of Telecommunication - Visioconférence : Application vidéo de définition
section Telecommunication (ex-CCITT). assez faible se limitant à montrer le visage des
J correspondants et dans laquelle on diminue le nombre
Jeton : En anglais token, objet unique de données d’images par seconde pour gagner en débit. Elle est
structures formé d’une suite de bits ou parfois d’un généralement transportée sur un canal numérique à
seul bit, circulant de façon continue entre les nœuds 128 kbit/s.
d’un réseau en anneau et décrivant l’état en cours du VLAN : Virtual Local Area Network, réseau logique
réseau. dans lequel sont regroupés des clients ayant des
Jonction : Interface physique de communication intérêts communs. La définition d’un VLAN a
pendant longtemps été un domaine de diffusion : la
entre un équipement terminal et un réseau.
trame émise par l’un des membres est
K automatiquement diffusée vers l’ensemble des autres
Kbit/s : Kilo bits par seconde. Unité représentant le membres du VLAN.
débit de transmission d’un signal numérique, VLR : Visitor Location Registor ou enregistreur de
exprimé en millier de bits par seconde. Le bit localisation nominale, dans un réseau de mobiles,
(Binary Digit) est l’unité d’information élémentaire base de données dont le but est de localiser les
manipulable par un ordinateur, ayant la valeur 1 ou mobiles qui traversent la zone prise en charge par un
0. MSC.
L VoD : Video on Demand, application de vidéo
LAN : Local Area Network démarrant à la demande de l’utilisateur.

Large bande : Bande passante importante Voie basse vitesse : Voie de communication reliant le
permettant de transporter des applications terminal de l’utilisateur au multiplexeur et ne prenant
multimédias. en charge que le trafic de l’utilisateur.

Largeur de bande : Différence entre la plus basse et Voie descendante : Dans le CATV, voie de
la plus haute fréquence utilisées au transport d’une communication allant de la racine aux utilisateurs.
application. Plus la largeur de bande est importante,Voie haute vitesse : Voie de communication entre le
plus le débit nécessaire sur une liaison doit être multiplexeur et le démultiplexeur prenant en charge
grand. l’ensemble des trafics provenant des voies basse
Laser : Appareil pouvant engendrer un faisceau de vitesse.
rayonnement cohérent dans l’espace et dans le temps. Voie logique : Nom donné aux références dans le
Liaison bipoint : Liaison ne possédant que deux paquet X.25.

xDSL : BTS/ LP/MP-HIT-T/Par Ing. A. AKANATE 1ère Edition HIT-TECHNOLOGY/ESMIT Page 73 sur 76
HIT-T SARL U : web : www.hittechnologie.com E-mail : formationfacile.hitt.tg@gmail.com Tel : (+228)90-47-51-03 /97-31-77-52
Enregistré sous le décret n° 2012-008/PR du 07-03-2012, Arrêté n° 011/MCPSP/CAB/DPSP du 13-04-2012

extrémités. Voie montante : Dans le CATV, voie de


Liaison T1 : Liaison disponible chez les opérateurs communication allant de l’utilisateur à la racine.
américains correspondant à un débit de 1,5 Mbit/s. VoIP : La VoIP, pour «Voice on/over IP », est une
L’équivalent en Europe, le E1, est de 2 Mbit/s. technologie permettant de se servir des réseaux IP
LTE (3.9G) : Long Term Evolution, est une (Internet Protocol) comme moyen de transmission des
évolution des normes de téléphonie communications vocales.
mobile GSM/EDGE,CDMA2000, TD- VSAT : Very Small Aperture Terminal, terminal
SCDMA et UMTS. La norme LTE, définie par le recevant des signaux provenant d’un satellite grâce à
consortium 3GPP, a d'abord été considérée comme une antenne de moins de 2,3 m de diamètre.
une norme de troisième génération « 3.9G » (car
proche de la 4G), spécifiée dans le cadre des W
technologies IMT-2000, car dans les « versions 8 et WAN : Wide Area Network, désigne des réseaux
9 » de la norme, elle ne satisfaisait pas toutes les étendus sur plusieurs centaines voire milliers de
spécifications techniques imposées pour les normes kilomètres.
4G par l'Union internationale des
WAP : Wireless Application Protocol, simplification
télécommunications (UIT). La norme LTE n'est pas
de l’interface HTML autorisant un accès à Internet
figée, le consortium 3GPP la fait évoluer en
depuis un mobile avec un débit relativement limité.
permanence (en général une nouvelle version tous les
12 à 18 mois). Cette évolution a donné la ‘4G’ ou WDM : Wavelength Division Multiplexing,
‘LTE Advanced’. technique de multiplexage en longueur d’onde dans
une fibre optique. Ce multiplexage ressemble à un
LTE Advanced : Long Term Evolution Advanced,
multiplexage en fréquence, mais avec des lumières
dont les travaux de normalisation au sein
différentes multiplexées.
du 3GPP ont abouti, en 2011, 2012 et 2014, aux
normes 3GPP releases 10, 11 et release 12, est une WEP : Wired Equivalent Privacy, protocole utilisé
évolution du LTE qui le fait passer en « vraie 4G ». dans les réseaux Wi-Fi pour obtenir une intimité de la
Ces évolutions apportent et apporteront les bénéfices communication équivalente à des réseaux câblés.
surtout en termes de débits. Wi-Fi : Wireless Fidelity, nom commercial des
M réseaux provenant de la norme IEEE 802.11.

MAC (Medium Access Control) : 1. Sous-couche de WiMAX : Acronyme pour Worldwide


la couche liaison de données du modèle OSI qui Interoperability for Microwave Access désigne un
organise les trains binaires sous forme de trame ou standard de communication sans fil. Aujourd'hui
encore paquet. 2. Technique d’accès à un support surtout utilisé comme mode de transmission et d'accès
physique partagé par plusieurs machines terminales, à Internet haut débit, portant sur une zone
permettant de sérialiser les demandes de transmission géographique étendue.
pour qu’elles se succèdent sur le support physique WPAN : Wireless Personal Area Networks, réseaux
sans entrer en collision. sans fil de très petite taille correspondant aux
MAN (Metropolitan Area Network) : Réseau communications entre les divers équipements
atteignant la taille d’une ville ou métropole. communicants d’une même personne.

MANET : Mobile Ad hoc NETwork, groupe de WWW : World-Wide Web, ou Web, système de
travail de l’IETF s’occupant de la normalisation des documents hypermédias distribués créé par le CERN
protocoles utilisés dans les réseaux ad-hoc. en 1989 et travaillant en mode client-serveur.

xDSL : BTS/ LP/MP-HIT-T/Par Ing. A. AKANATE 1ère Edition HIT-TECHNOLOGY/ESMIT Page 74 sur 76
HIT-T SARL U : web : www.hittechnologie.com E-mail : formationfacile.hitt.tg@gmail.com Tel : (+228)90-47-51-03 /97-31-77-52
Enregistré sous le décret n° 2012-008/PR du 07-03-2012, Arrêté n° 011/MCPSP/CAB/DPSP du 13-04-2012

MAU : Medium Access Unit, première sous-couche X


de la couche physique dans le modèle IEEE. X.21 : Norme explicitant le passage de paquets en
Mbps: Unité de mesure du débit, signifiant Mégabit mode circuit.
par seconde ou Mb/s. X.25 : Protocole définissant l’interface locale entre un
Mémoire tampon : Mémoire vive intégrée dans les équipement informatique connecté au réseau et le
nœuds pour le stockage temporaire des trames et des réseau lui-même pour la transmission de paquets.
paquets. Cette mémoire tampon peut éventuellement xDSL : Data Subscriber Line, modem (famille des
compenser les différences de débit, de vitesse de techniques d’accès à l’internet) à grande vitesse
traitement ou de synchronisation entre les lignes adapté aux paires de fils métalliques. La lettre initiale
d’entrée et de sortie. prenant la place du x différencie différents types,
Métasignalisation : Signalisation destinée à ouvrir comme ADSL ou VDSL.
un nouveau canal de signalisation.

xDSL : BTS/ LP/MP-HIT-T/Par Ing. A. AKANATE 1ère Edition HIT-TECHNOLOGY/ESMIT Page 75 sur 76
HIT-T SARL U : web : www.hittechnologie.com E-mail : formationfacile.hitt.tg@gmail.com Tel : (+228)90-47-51-03 /97-31-77-52
Enregistré sous le décret n° 2012-008/PR du 07-03-2012, Arrêté n° 011/MCPSP/CAB/DPSP du 13-04-2012

BIBLIOGRAPHIE ET WEBOGRAPHIE
Principe ADSL & fonctionnement :
 www.dslvalley.com
 www.art-telecom.fr
 www.francetelecom.com
 Intranet France Telecom
Technique de codage :
 www.deptinfo.cnam.fr
 www.innopart.com

Contacts
Tel: (+228) 90 47 51 03 / 97 31 77 52
E-mail:formationfacile.hitt.tg@gmail.com
Site web: www.hittechnologie.com
01 BP 1341 Lomé-Togo.
Avec HIT-T SARL U, faites la différence!

xDSL : BTS/ LP/MP-HIT-T/Par Ing. A. AKANATE 1ère Edition HIT-TECHNOLOGY/ESMIT Page 76 sur 76

Vous aimerez peut-être aussi