Vous êtes sur la page 1sur 7

Directeur de la publication : Edwy Plenel

www.mediapart.fr
1

Pourtant, personne n’en dira rien.


Du plomb à la tour Eiffel: une pollution
dissimulée aux salariés et au public
PAR PASCALE PASCARIELLO
ARTICLE PUBLIÉ LE VENDREDI 16 AVRIL 2021

Sous la Tour Eiffel, à Paris. © AFP

Selon de nombreux documents et témoignages réunis


par Mediapart, des rapports d’inspection alertent en
réalité depuis 2009 sur des taux de pollution au
Sous la Tour Eiffel, à Paris. © AFP plomb, parfois 20 à 40 fois supérieurs aux seuils
Après Notre-Dame, la tour Eiffel. Le monument réglementaires. Ceux-ci ont été mesurés sur le parvis
parisien, qui est le plus visité au monde, est pollué de la tour Eiffel ainsi qu’à tous les étages, avec, en
au plomb dans des proportions qui inquiètent, selon prime, des mesures de protection jugées insuffisantes.
plusieurs documents réunis par Mediapart. Depuis Un véritable silence institutionnel semble s’être
2009, des rapports d’inspection alertent sur les risques organisé depuis, laissant de facto le personnel du
pour les salariés et le public. monument et ses sept millions de visiteurs annuels,
En septembre 2019, interrogée sur la pollution au en particulier les enfants, exposés à des risques
plomb à la suite de l’incendie de la cathédrale de d’ingestion de poussières et d’écailles de plomb lors
Notre-Dame, la maire de Paris, Anne Hidalgo (PS), de leurs visites.
estimait que « cela a été révélateur de quelque chose Cette pollution, qui provient de l’érosion naturelle des
que l’on sait déjà », à savoir « une pollution des sols peintures initiales contenant du plomb, s’aggrave à
parisiens de très longue date. » Comprendre : le plomb intervalles réguliers lors des travaux de rénovation
est partie prenante de l’histoire de la capitale et il faut des peintures du monument, c’est-à-dire tous les sept
faire avec. ans. Ces chantiers, dont la durée varie entre deux et
Au même moment, la mairie de Paris, l’agence trois ans, produisent des poussières et des écailles de
régionale de santé (ARS) et la préfecture de police plomb. C’est notamment le cas depuis janvier 2019,
étaient alertées sur une inquiétante pollution au plomb avec des travaux de peinture renforcés (décapage,
frappant un autre lieu historique de Paris : la tour peinture, etc.), accompagnés du changement de l’un
Eiffel, le monument payant le plus visité au monde. des ascenseurs en vue des Jeux olympiques de 2024,
le tout pour un montant de 50 millions d’euros.
Le 3 février dernier, face à l’importance du problème,
pourtant connu de longue date, le chantier de la tour
Eiffel a dû fermer temporairement, comme l’a raconté
Le Figaro. Interrogé par le quotidien, le directeur
général de la Société d’exploitation de la tour Eiffel
(SETE) a dit découvrir l’étendue de la pollution, et
ce, « malgré toutes les précautions et protections
collectives prises ».

1/7
Directeur de la publication : Edwy Plenel
www.mediapart.fr
2

Contacté par Mediapart, le président de la société suivi systématique des enfants et des femmes enceintes.
(qui œuvre par délégation de la mairie), Jean-François En revanche le monitoring des abords du chantier
Martins, affirme que « la santé et la sécurité de continue ».
toutes les personnes amenées à fréquenter la tour De nombreux intervenants (salariés de la SETE,
Eiffel (ouvriers, salariés, visiteurs) pendant la phase entreprises travaillant sur le chantier et spécialistes des
de travaux ont toujours été la préoccupation première questions de sécurité) interrogés par Mediapart, qui
de la SETE. À ce titre, nous avons mis en place ont préféré garder l’anonymat vu la sensibilité du sujet,
un contrôle permanent des taux, le déclenchement font part désormais de leurs inquiétudes, constatant
de mesures correctives chaque fois que nécessaire, les risques auxquels étaient exposés le personnel mais
la collaboration et la transparence avec l’ARS, la aussi le jeune public.
Caisse régionale de l’assurance maladie d’Île-de-
Dans un document de 2018 destiné aux entreprises en
France [Cramif – ndlr] et l’inspection du travail et
charge des travaux, le Cahier des clauses techniques
l’interruption volontaire à notre initiative du chantier.
et particulières de la SETE, il est bien fait mention de
Nous continuons, avec l’humilité qu’impose la tour
« la problématique du plomb, et les contaminations
Eiffel, ses 132 ans, sa complexité et ses 19 couches de
possibles des zones de travail et de visites, car la
peinture passées, à chercher les solutions garantissant
tour Eiffel a été repeinte pendant plus de cent ans
la santé de tous et l’entretien du monument »
avec des peintures plombées. Les teneurs en plomb des
En réalité, depuis le début des travaux de janvier 2019, peintures sont élevées ».
la SETE a reçu de nombreux courriers de la Caisse
Mais la priorité doit cependant être donnée au «
régionale d'assurance maladie, qui contrôle la sécurité
maintien de l’exploitation […] ouverte au public 365
du chantier avec l’inspection du travail.
jours par an et accessible au public ». «
Les entreprises retenues interviendront donc en site
occupé et devront s’adapter aux contraintes liées
Extrait du rapport d'août 2020 des inspecteurs sur le chantier de la Tour Eiffel. au maintien de l’accueil du public qui demeurera
Tous ces courriers exigeaient que la SETE cesse systématiquement prioritaire, en particulier lors
de mettre en danger les salariés et le public, leur des événements et manifestations accueillies
enjoignant de prendre des mesures de protection régulièrement ou ponctuellement par la Tour »,
collective et de décontaminer les zones polluées. précise le document.
Alertée par l’inspection du travail sur des «teneurs « Comment a-t-on pu laisser la Tour ouverte alors que
en plomb très élevées sur les chantiers» et par les vous avez des peintres, absolument pas assez protégés,
responsables d’une halte-garderie située aux abords qui décapent de la peinture plombée et au-dessous
du Champ-de-Mars, près de la tour Eiffel, l’agence le public qui circule avec des filets qui sont censés
régionale de santé a fait réaliser, fin 2020, des retenir les poussières. Quel mépris pour les personnes
prélèvements par le laboratoire de la préfecture de qui travaillent sur le chantier et pour les touristes !
police de Paris. Deux prélèvements sur cinq, à J’ai demandé à ce que le monument soit fermé au
l’extérieur signalent la présence de plomb. début de l’année 2020, s’indigne auprès Mediapart,
Sur une seconde série de prélèvements effectués sur un proche du dossier travaillant sur la question du
le Champ-de-Mars (banc, toboggan, table de ping- plomb pour la SETE. Mais la réponse qui m’a été
pong, aire de jeux), 7 sur 10 montrent la présence de donnée est que les travaux doivent être finis pour
plomb, explique l’ARS auprès de Mediapart, tout en les Jeux olympiques, qu’économiquement, ce n’est
précisant que « ces résultats ne conduisent pas à un pas souhaitable de fermer. Et pour l’image de la
Tour, c’était impensable de la fermer pour cause de
pollution au plomb. »

2/7
Directeur de la publication : Edwy Plenel
www.mediapart.fr
3

Le Covid et les mesures de confinement ont contraint, de quotient intellectuel. Un point de QI c’est faible
en octobre 2020, le monument à fermer au public. « Un pour un individu mais multiplié par des milliers de
soulagement » pour ce spécialiste du plomb mais « personnes, cela fait beaucoup de perdus en termes de
c’était déjà tard. Et on aurait pu éviter que des gamins santé publique. Et on estime une perte de 6 à 7 points
ne soient exposés et des ouvriers intoxiqués, poursuit- de QI pour une plombémie comprise en 0 et 100 µg/
il. C’est un risque de santé publique, d’autant que L. Et les effets causés par le plomb sont irréversibles. »
l’effet du plomb est plus grave pour les enfants. Voir Des cas d'intoxication passés sous silence
des gamins prendre leur casse-croûte, assis à même le
sol, pollué en mettant leurs mains partout, vous croyez À la suite de l’incendie de Notre-Dame, la Direction
que c’est acceptable ? Je ne veux pas m’en rendre générale de la santé avait saisi, en août 2019, l’Agence
complice par mon silence. » nationale de la sécurité sanitaire de l’alimentation,
de l’environnement et du travail (ANSES) et le Haut
Selon les études scientifiques, une seule exposition Conseil à la santé publique (HCSP) afin de réévaluer
au plomb suffit pour en ingérer et, même en faible les dangers du plomb. Les avis, rendus en février
quantité, cela peut avoir des conséquences sanitaires, 2021 (à lire ici et là), sont catégoriques : les seuils
en particulier pour les enfants. Mais la particularité d’exposition, dits réglementaires, doivent être abaissés
de l’intoxication au plomb, substance classée et le taux de plomb dans le sang d’alerte également. Le
cancérigène, mutagène et reprotoxique (CMR), est HCSP recommandait ainsi l’abaissement du niveau de
qu’il est difficile d’en percevoir rapidement les plomb après travaux dans les poussières de 1000 µg/
symptômes (sauf lors d’une intoxication aiguë). Elle m² (microgrammes par m²) à 70 µg/m².
est le plus souvent silencieuse et ses effets, pourtant
graves sur la santé sont différés dans le temps. Une « Pour l’intérieur, on peut établir une corrélation
aubaine pour les autorités qui peuvent, d’autant plus entre l’exposition au plomb et la contamination. On
facilement, dissimuler cette pollution. modélise que sur 100 enfants exposés en permanence
à 70 µg/m2 dans une pièce, 5 d’entre eux auront
Le saturnisme, l’intoxication au plomb par une plombémie au-dessus de 50 µg/L, explique le
inhalation ou ingestion, peut pourtant provoquer des chercheur Philippe Glorennec. Mais on ne peut encore
lésions neurologiques irréversibles, cardiovasculaires, établir ce type de modélisation pour une exposition à
cancéreuses et des problèmes de stérilité. Chez les l’extérieur, notamment parce que les lingettes qui sont
enfants, une intoxication au plomb peut provoquer utilisées pour les prélèvements, parce qu’elles sont
une diminution des performances cognitives et représentatives de la main de l’enfant, ne permettent
sensomotrices. pas en revanche d’établir de corrélation pour les
Sans commenter directement la situation de la tour expositions extérieures. De nouveaux protocoles de
Eiffel, le chercheur Philippe Glorennec, spécialisé prélèvement sont en cours d’étude. »
sur les risques liés aux contaminations au plomb à Dans un rapport rendu public en février 2020,
l’Inserm et enseignant à l’École des hautes études en l’ANSES a conclu queles poussières de plomb
santé publique, rappelle que la « toxicité du plomb est polluant les espaces publics extérieurs (trottoirs,
sans seuil. C’est-à-dire qu’il y a peut-être un seuil en voiries, aires de jeux…) sont une source de
dessous duquel le plomb serait sans effet, mais il est contamination en particulier pour « les enfants et
tellement bas qu’on ne l’a pas encore détecté ». certains travailleurs, du fait de leurs probabilités
« L’histoire du plomb, ajoute-t-il, est qu’au fur et à de contacts avec des surfaces contaminées. La voie
mesure que les plombémies baissent, on peut étudier d’exposition prioritaire semble être l’ingestion de
les effets des plombémies les plus basses. On estime poussières, en particulier pour les enfants qui sont
qu’à partir de 12 µg/L [microgramme de plomb plus susceptibles de porter leurs mains à la bouche ».
par litre de sang – ndlr], un enfant perd un point

3/7
Directeur de la publication : Edwy Plenel
www.mediapart.fr
4

Visiteurs et enfants, combien sont-ils à avoir ingéré du avec un « stress dû aux enjeux du client : les
plomb à la tour Eiffel ? Faute de plombémie (prise de Jeux olympiques et l’ouverture du monument au
sang permettant de mesurer le taux de plomb), il est public » qui engendre une « pression sur la production
impossible de le savoir. et le planning » en somme un « contexte de rentabilité
plus exigeant que la prévention : ouverture au public/
exploitation – Événementiel/média JO ».
cahier des Clauses Techniques et Particulières, adressé aux entreprises en charge L’expert note de graves manquements à la
des travaux, septembre 2018. © La Société d'exploitation de la Tour Eiffel (SETE). réglementation, dont l’absence « d’installations de
Pour les salariés et ouvriers, là encore, les prises de décontamination appropriées », « le défaut de contrôle
sang n’étant pas obligatoires, il n’y a aucun registre des et de vérification par l’encadrement », et l’absence
intoxications. Mediapart a pu, néanmoins, établir, à ce d’obligation du port du masque ou des douches de
jour, les cas de six personnes contaminées, dont deux décontamination alors même que « le site est plombé
en janvier et toutes passées sous silence par la SETE. dans toutes zones ».
Faute de protection collective suffisante, deux En effet, « les écailles de peinture contenant du plomb
intérimaires ont été intoxiqués gravement au plomb et peuvent se retrouver aux alentours des zones de travail
ont dû être mis en retrait du chantier avec un suivi du chantier en raison de l’état de dégradation de la
médical renforcé. L’un a été contaminé en moins de peinture […] au niveau de l’ensemble de l’ouvrage
quinze jours tandis que le second a eu une plombémie ainsi que sur le parvis. »
dépassant le seuil d’alerte, susceptible de causer des Depuis le début des travaux, ces constats se succèdent
troubles neurologiques. sans que le directeur de la SETE semble réagir. À tel
À la suite de ces contaminations et afin d’en point que la Cramif lui a adressé, en février, une mise
analyser les causes, deux rapports dressent une série en demeure lui enjoignant de mettre fin aux dangers
d’observations inquiétantes du chantier. Le premier, liés à cette pollution au plomb non maîtrisée.
intitulé « Traitement de l’événement HSE [Hygiène « Nous avons constaté que vos salariés, qu’ils
Santé Environnement – ndlr] », réalisé par l’entreprise soient affectés à l’exploitation ou à la maintenance,
employant les deux intérimaires et rendu en février, sont exposés à des risques d’intoxication au
précise que l’un des deux ouvriers a occupé un poste plomb, principalement par ingestion de poussières
censé être « propre », c’est-à-dire non pollué. Les plombifères […] de l’absorption par inhalation est
ouvriers qui y interviennent ne portent donc aucune également possible », peut-on y lire.
protection. Or le confinement de cette zone n’est
pas assuré et « des filets de protection installés au-
dessus » ne permettent pas de retenir la totalité des
chutes des écailles de peinture de plomb, issues des
travaux de décapage.
La seconde analyse, rendue également en février, met
en cause la société d’exploitation de la tour Eiffel.
Elle rappelle que ces deux cas de contamination
peuvent faire l’objet d’une déclaration en maladie
En rouge, les taux de plomb supérieurs au seuil réglementaire,
professionnelle et « qu’il peut suffire d’une seule prélèvements fait sur la Tour Eiffel en août 2020.
exposition ponctuelle pour être contaminé ». La Cramif rappelle alors les taux de plomb relevés
L’expert en prévention relève qu’au-delà en janvier et février 2021. Tous les étages accessibles
de « l’insuffisance de formation des intérimaires », du monument sont pollués avec des taux 18, 12, 7
les conditions de travail sont « très mauvaises », ou 3 fois, supérieurs au seuil réglementaire : « Au

4/7
Directeur de la publication : Edwy Plenel
www.mediapart.fr
5

sol, dans l’un des ascenseurs, dans une loge d’agent polluées en octobre 2019 le sont encore neuf mois
d’accueil mais aussi dans le local servant de cafétéria plus tard. Résultat: ces derniers mois, les inspecteurs
(en service) », mais également, dans les vestiaires du travail ont multiplié les alertes sur le risque de
du local surnommé le « bunker », où se trouvent contamination. En vain.
notamment la cave du restaurant Le Jules-Vernes et « Le plomb est tabou sur la Tour »
les bureaux de la direction de la prévention des risques,
de la sécurité et de la sûreté. Bunker où sont entreposés
des « équipements souillés, poussiéreux de la tour
Eiffel ».
Le document poursuit : « Ces résultats attestent
de la pollution des surfaces par les travaux, soit
directement soit indirectement ». Et encore : « Vos
salariés traversent des zones avérées polluées puis Des enfants au sommet de la Tour Eiffel. © AFP
passent à des zones moins polluées où ils dispersent Face à cette situation de fait, l’un des chefs
des poussières plombifères. Aucune signalisation, d’entreprise travaillant sur le chantier ne décolère pas.
aucune barrière physique ni aucune installation de Dans un courriel adressé au directeur général de la
décontamination n’ont été mises en œuvre entre SETE, en avril, il rappelle « les multiples refus » qu’il
des zones » considérées à des niveaux de pollution a essuyés pour mettre en place des douches, comme
différente. ce qui avait été fait à Notre-Dame à la demande des
« C’est absurde de vouloir concilier des travaux qui inspecteurs, au motif que cela représentait une perte
produisent beaucoup de pollution au plomb avec le de temps quotidienne de « 2 h 30 » et que cela prenait
public sur un monument comme la tour Eiffel où les trop de place.
poussières et les écailles tombent et se dispersent. Il Pourtant, la SETE s’est rendue sur le chantier de
est question de zone propre et d’autres sales mais elles Notre-Dame pour voir les installations de protection
sont toutes sales, toutes polluées. Les filets qui ont été contre le plomb mises en place, à la suite là encore de
mis ne retiennent qu’une infime partie des écailles », multiples demandent de la Cramif et de l’inspection
confie un intervenant sur le chantier, spécialiste des du travail (à lire ici). Dans un compte rendu de
questions de prévention. « Les nettoyages des zones de cette visite, daté de décembre 2020, et alors que les
visites du public n’étaient pas suffisants. Au début, une travaux sur la Tour ont commencé depuis plus de
des sociétés les faisait même au Karcher. Une hérésie deux ans, la SETE retient qu’il serait nécessaire de
pour le plomb parce que vous dispersez toutes les « réaliser des nettoyages journaliers », de « remplacer
poussières. Les décontaminations se faisaient souvent les machines de nettoyages dont l’efficacité n’est pas
rapidement, la nuit et dès le lendemain avec la reprise satisfaisante », de « renforcer le captage à la source
des travaux, la pollution recommençait », explique-t- des écailles sur le chantier peinture afin de réduire les
il. chutes dans les zones publiques ».
« Il était question de mettre en place plusieurs douches Mais ce n’est pas tout. Elle mentionne que certains
de décontamination, comme ce qui a été mis en place équipements de protection freinent la productivité des
à Notre-Dame. Mais la direction de la SETE, avec ouvriers. Ainsi, est-il précisé que « le rendement des
les pressions pour finir vite pour les JO a dit qu’on travaux est réduit de 12,5 % sans le port du masque
perdrait trop de temps », déplore-t-il encore. et de 35 % avec le port du masque ». Elle souligne le
La tour Eiffel est certes nettoyée la nuit, mais sans coût financier des protections collectives : « Le coût
résultats probants, comme le signalent des courriers de de la mise en place de vestiaires et douche est énorme.
juillet 2020 obtenus par Mediapart. Ainsi, des zones Le coût de la mise en place de vestiaires et douche est

5/7
Directeur de la publication : Edwy Plenel
www.mediapart.fr
6

énorme. La chaufferie de l’ensemble des douches et Se couvrir. Le directeur général de la SETE, passé par
vestiaires représente un coût de 600 K euros plus coût les services juridiques de la mairie de Paris, pouvait-
de deux transfos de 600 kVA [kilovoltampère – ndlr]. » il ignorer qu’en 2016, celle-ci a été condamnée par
Enfin, l’une des leçons tirées de la crise de Notre- le tribunal correctionnel de Paris à 18 700 euros
Dame est notée en gras : «Le maître d’ouvrage doit d’amende pour délit d’entrave, pour ne pas avoir
se couvrir.» Maître d’ouvrage qui est respectivement, informé son comité hygiène et sécurité (CHSCT), lors
sur la tour Eiffel, la SETE et, sur Notre-Dame, de travaux en 2012, de la présence de taux élevés de
l’établissement public présidé par le général Jean- plomb dans ses peintures.
Louis Georgelin, nommé par le président Emmanuel Les inspecteurs de la Cramif avaient, à l’occasion
Macron. de travaux de rénovation, constaté des risques
Se couvrir semble en effet indispensable, compte tenu d’intoxication pour les ouvriers et les visiteurs. La
de l’ancienneté des alertes lancées auprès de la SETE direction n’en avait informé que très tardivement
pour protéger les salariés et les visiteurs du danger le CHSCT alors même que les taux de pollution
d’une exposition aux poussières de plomb. pouvaient par endroits être 21 fois supérieurs aux
normes.
De fait, en juin 2019, moins de six mois après le
début du chantier, des rapports d’inspection alertent Se couvrir. Parce qu’il sera difficile de feindre
le directeur général de la société d’exploitation de l’ignorance d’un tel risque qui depuis plus de dix ans
la tour sur la situation catastrophique du chantier n’est pas pris en compte ainsi que l’atteste une série
et les dangers pour les salariés et le public. « Les de courriers adressés à la SETE par les inspecteurs
salariés sont exposés aux risques liés à l’ingestion et du chantier, en septembre 2009, août 2012, ou sept
à l’inhalation de poussières plombifères », constatent- ans plus tard, en juin 2019. Systématiquement, le
ils. même constat est fait : « La présence importante
de poussières de plomb sur le chantier, espace de
La liste de leur observation est accablante : « Des
travail et zone public, et dans les cantonnements. […]
éléments anciens revêtus de peinture contenant du
qui peuvent être inhalées et ingérées immédiatement
plomb sont stockés à même le sol », « au pied de la
par l’opérateur ou les salariés à proximité et
Tour, de nombreuses écailles d’anciennes peintures
ultérieurement après dépôt. »
sont visibles ». Ces « risques professionnels graves
relèvent d’une coordination et d’un pilotage défaillant Et toujours la même requête : « Nous vous demandons
dont vous avez la responsabilité en tant que maître de prendre toute disposition visant à supprimer les
d’ouvrage et employeur ». risques d’exposition aux poussières de plomb pour
votre personnel mais également vis-à-vis du public. »
Ce rapport pointe l’absence de protection collective
suffisante. Il n’y a pas de séparation suffisamment Finalement, le Covid a eu, au moins, un effet positif :
étanche entre les zones de rénovation de peintures et interdire les visites.
celle où le public circule. Les inspecteurs rappellent Parmi les 11 élus membres du conseil d’administration
qu’« une dispersion accidentelle de poussières interrogé par Mediapart, Frédéric Badina, du groupe
contenant du plomb dans des zones ouvertes à des écologiste, se dit malgré tout satisfait des informations
salariés autres que ceux du chantier, au personnel données lors des conseils. « Il y a une transparence.
de l’exploitant et même au public, pourrait amener Les choses sont dites avec des points réguliers sur les
à fermer lesdites zones pour procéder à une travaux de la tour Eiffel. Le problème de pollution au
décontamination par une entreprise spécialisée ». plomb était maîtrisé », dit-il.
Le chantier s’est toutefois poursuivi dans les mêmes Lorsque nous lui rappelons que le chantier a été
conditions et la Tour reste ouverte, les visites scolaires fermé parce que justement cette pollution n’était pas
se succèdent et les touristes affluent. maîtrisée malgré les alertes répétées des inspecteurs, il

6/7
Directeur de la publication : Edwy Plenel
www.mediapart.fr
7

doute alors « du niveau d’informations transmises aux près de vingt ans. Ce qui prime, ce sont les entrées du
élus » et renvoie la balle vers le représentant syndical monument pour la part de variable des salaires dont
de CGT présent lors de ces réunions et « qui n’a pas personne n’a intérêt que la tour soit fermée. C’est un
posé davantage de questions ». système qui nous muselle complètement ».
L’élu écologiste ne se rappelle pas en revanche qu’ait Il se souvient d’une « dame qui s’occupait des
été débattue ou voire soulevée la question d’une sanitaires et avait été intoxiquée au plomb. Mais la
fermeture au public du monument. « On a toujours direction a toujours nié les faits en disant qu’elle
eu une présentation assez rassurante au conseil avait été exposée ailleurs. Pour ma part, j’ai souvent
d’administration sur le plomb. Le problème n’était demandé des comptes sur le plomb, en particulier en
pas caché mais minimisé », précise Stéphane Dieu, 2012, lorsqu’on nous a caché les taux de pollution au
délégué CGT à la tour Eiffel. plomb et ça m’a coûté mon avancement de carrière.
« Il y a une part de variable dans les salaires qui Le plomb est tabou sur la Tour. Mais si la pollution
dépend des entrées de la Tour. Avec le plomb et la était si peu inoffensive pourquoi nous cachent-ils
fermeture, j’ai une inquiétude pour les salariés mais systématiquement les informations ? »
surtout financières. » Sollicitée, la préfecture de la région Île-de-France a
Concernant leur santé, il se veut rassurant en répondu à Mediapart que « comme tous les chantiers
expliquant que « près de 70 plombémies sur 350 revêtant un caractère sensible, le chantier de la tour
salariés ont été faites sans qu’il y ait d’alerte ». Eiffel est suivi de près par les services de l’Etat
Or, ces plombémies ont été faites après trois mois compétents. Des mesures élevées de plomb relevées fin
de confinement, ce qui laisse le temps au plomb de 2020 ont conduit à une alerte à la suite de laquelle la
diminuer dans le sang. Par ailleurs, rien n’oblige le maîtrise d’ouvrage du chantier a pris des dispositions
médecin du travail d’alerter l’employeur si le taux de ».
plomb dans le sang est inférieur au seuil dit d’alerte, La préfecture assure être « particulièrement vigilante
alors même qu’il peut être important. « C’est sûr ».
qu’on n’est pas vraiment informé de tout sur le plomb, ---------------
déplore Stéphane Dieu. Mais on n’est pas médecin,
(1) Son prénom a été modifié.
non plus » conclut-il.
« Les plombémies sont faites sur la base du Prolonger
volontariat, donc vous imaginez bien que peu de Ni la Cramif, ni l'inspection du travail n'ont souhaité
salariés en font, confie Laurent(1), qui y a travaillé répondre à nos questions.

Directeur de la publication : Edwy Plenel Rédaction et administration : 8 passage Brulon 75012 Paris
Direction éditoriale : Carine Fouteau et Stéphane Alliès Courriel : contact@mediapart.fr
Le journal MEDIAPART est édité par la Société Editrice de Mediapart (SAS). Téléphone : + 33 (0) 1 44 68 99 08
Durée de la société : quatre-vingt-dix-neuf ans à compter du 24 octobre 2007. Télécopie : + 33 (0) 1 44 68 01 90
Capital social : 24 864,88€. Propriétaire, éditeur, imprimeur : la Société Editrice de Mediapart, Société par actions
Immatriculée sous le numéro 500 631 932 RCS PARIS. Numéro de Commission paritaire des simplifiée au capital de 24 864,88€, immatriculée sous le numéro 500 631 932 RCS PARIS,
publications et agences de presse : 1214Y90071 et 1219Y90071. dont le siège social est situé au 8 passage Brulon, 75012 Paris.
Conseil d'administration : François Bonnet, Michel Broué, Laurent Mauduit, Edwy Plenel Abonnement : pour toute information, question ou conseil, le service abonné de Mediapart
(Président), Sébastien Sassolas, Marie-Hélène Smiéjan, François Vitrani. Actionnaires directs peut être contacté par courriel à l’adresse : serviceabonnement@mediapart.fr. ou par courrier
et indirects : Godefroy Beauvallet, François Bonnet, Laurent Mauduit, Edwy Plenel, Marie- à l'adresse : Service abonnés Mediapart, 4, rue Saint Hilaire 86000 Poitiers. Vous pouvez
Hélène Smiéjan ; Laurent Chemla, F. Vitrani ; Société Ecofinance, Société Doxa, Société des également adresser vos courriers à Société Editrice de Mediapart, 8 passage Brulon, 75012
Amis de Mediapart, Société des salariés de Mediapart. Paris.

7/7