Vous êtes sur la page 1sur 2

Annales de dermatologie et de vénéréologie (2020) 147, 396—397

Disponible en ligne sur

ScienceDirect
www.sciencedirect.com

DOCUMENT ICONOGRAPHIQUE

Mucocèles récurrentes superficielles du


palais
Recurrent superficial mucoceles of the soft palate

E. Vigarios a,∗, V. Sibaud b

a
Médecine bucco-dentaire, Institut universitaire du cancer Toulouse —– Oncopole, Institut
Claudius-Regaud, 1, avenue Irène-Joliot-Curie, 31059 Toulouse cedex 9, France
b
Unité de recherche clinique, onco-dermatologie, 1, avenue Irène-Joliot-Curie, 31059
Toulouse cedex 9, France

Reçu le 14 octobre 2019 ; accepté le 10 janvier 2020


Disponible sur Internet le 26 février 2020

Observation Commentaires
Une femme de 32 ans était adressée pour de multiples vési- Les mucocèles sont des lésions bénignes relativement fré-
cules localisées sur le palais mou (Fig. 1), récidivantes et quentes des glandes salivaires accessoires, qui peuvent
gênantes lors des temps d’alimentation. Cette patiente était survenir de façon disséminée sur la muqueuse buccale
suivie pour une leucémie aiguë myéloblastique avec muta- (muqueuse labiale et plancher buccal notamment) [1—3].
tion du gène MLL (Mixed Lineage Leukemia), traitée quatre Les mucocèles récurrentes superficielles (MRS) (Fig. 1)
ans auparavant par allogreffe de cellules souches héma- en sont une variante plus rare [2—5] et constituent une
topoïétiques. Trois cycles d’injections lymphocytaires du entité clinique à part entière qui reste probablement sous-
donneur avaient été réalisés un an après devant une rechute diagnostiquée. Elles se présentent sous la forme de vésicules
extramedullaire avec localisation ovarienne. Une réaction ou bulles indolores, récidivantes, le plus souvent multiples,
chronique du greffon contre l’hôte s’était développée au mesurant en général 1 à 4 mm de diamètre et plus fré-
décours de la troisième injection, avec atteinte cutanée, quemment localisées au niveau du palais mou, des zones
endobuccale et ophtalmologique. rétromolaires ou de la muqueuse jugale [1,3—6]. Le contenu
À l’examen clinique, on individualisait de nombreuses est le plus souvent translucide, parfois hématique. Le toit de
vésicules et bulles tendues au contenu translucide, de taille la vésicule se rompt rapidement, laissant place à une petite
variable mais n’excédant pas le centimètre. Les lésions érosion modérément symptomatique qui cicatrise spontané-
étaient réparties sur le palais mou et s’étendaient aux ment en quelques jours [1,3,5].
commissures intermaxillaires. La patiente rapportait une Les MRS, qui résultent d’une extravasation de sia-
rupture facile des éléments, sous la pression de la langue ou lomucine à la jonction épithélo-conjonctive [1,2,5,6],
parfois spontanément. Ces vésicules récidivaient de façon surviennent dans la majorité des cas en association avec
rapide. un lichen plan buccal ou aux réactions lichénoïdes de la
maladie du greffon contre l’hôte [2—5,7]. Si les mécanismes
physiopathologiques restent à déterminer, l’infiltrat T
lymphocytaire associé à ces atteintes muqueuses inflamma-
∗ Auteur correspondant. toires sous-jacentes pourrait favoriser le blocage des canaux
Adresse e-mail : vigarios.emmanuelle@iuct-oncopole.fr excréteurs des glandes salivaires accessoires et induire une
(E. Vigarios).

https://doi.org/10.1016/j.annder.2020.01.013
0151-9638/© 2020 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Mucocèles récurrentes superficielles du palais 397

Figure 1. Multiples mucocèles récurrentes superficielles (MRS) du palais mou.

extravasation sous-épithéliale de mucus [5]. L’imputabilité Références


de traumatismes répétés mécaniques (pression, incision),
chimiques ou d’une radiothérapie a également été suggérée [1] Inoue A, Ikeda S, Mizuno Y, Ogawa H. Superficial mucoceles of
[2,4,5,7]. the soft palate. Dermatology 2005;210:360—2.
Les principaux diagnostics différentiels à évoquer dans [2] Keshet N, Abu-Tair J, Zaharia B, Abdalla-Aslan R, Aframian DJ,
ce contexte sont une maladie bulleuse auto-immune (pem- Zadik Y. Superficial oral mucoceles in cancer patient after radia-
phigoïde des muqueuses notamment), un lichen plan bulleux tion therapy: an overlooked yet imperative phenomenon. Oral
Oncol 2016;52:e1—2.
ou une infection virale (herpès, coxsackie) [1—5].
[3] Chi AC, Lambert PR, Richardson MS, Neville BW. Oral mucoceles:
Le diagnostic des MRS est avant tout clinique. Il n’existe
a clinicopathologic review of 1,824 cases, including unusual
pas de traitement préventif établi [1]. L’évolution étant variants. J Oral Maxillofac Surg 2011;69:1086—93.
le plus souvent spontanément résolutive, aucun traitement [4] Campana F, Sibaud V, Chauvel A, Boiron JM, Taieb A, Fricain
curatif n’est en général requis [5]. En cas de gêne fonction- JC. Recurrent superficial mucoceles associated with lichenoid
nelle persistante toutefois, une exérèse chirurgicale, une disorders. J Oral Maxillofac Surg 2006;64:1830—3.
vaporisation par laser Nd : YAG [5,6] ou une cryochirurgie [1] [5] Lv K, Liu J, Ye W, Wang G, Yao H. Multiple superficial mucoceles
ont été sporadiquement proposées. Une prise en charge de concomitant with oral lichen planus: a case series. Oral Surg
l’inflammation sous-jacente peut contribuer à limiter, voire Oral Med Oral Pathol Oral Radiol 2019;127:e95—101.
éviter le développement de MRS. [6] Jinbu Y, Tsukinoki K, Kusama M, Watanabe Y. Recurrent multiple
superficial mucocele on the palate: histopathology and laser
vaporization. Oral Surg Oral Med Oral Pathol Oral Radiol Endod
2003;95:193—7.
Déclaration de liens d’intérêts [7] Zadik Y, Keshet N, Aframian DJ. Oral superficial mucocele in
cancer patients. Oral Oncol 2016;56:e15—6.
Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.